Issuu on Google+

Canada’s voice for biotechnology / Le porte-parole canadien de la biotechnologie

Remember when. Imagine how. 25 years of innovation

Nous l’avons fait. Nous le ferons. 25 ans d’innovation

3

5

87

1 19

7 12 16

14 15 19 25 12

21 22

8

PM 40064931

20

Dr. Gregory Penner of NeoVentures on commercialization / Gregory Penner, Ph. D., de NeoVentures discute la commercialisation » page 13

An interview with Natalie Dakers, CDRD / Une entrevue avec Natalie Dakers, CDRD » page 49

spring / printemps www.biotech.ca


CONTENTS / TABLE DES MATIÈRES spring / printemps 2012 Publisher / Éditeur gordongroup Tel./tél. : (613) 234-8468 Editor / Rédactrice en chef Nadine Lunt

02 NOTE FROM THE EDITOR’S DESK by Nadine Lunt

04 NOTE DU RÉDACTrice EN CHEF par Nadine Lunt

Translation / Traduction Sophie Campbell Art direction and design / Direction artistique et conception Leslie Miles Laura Willsher Alina Oliveira Contributing writers / Collaborateurs Steven Fabijanski Albert D. Friesen Deborah Gordon-El-Bihbety Kathleen Keller-Hobson Nadine Lunt John Norman Lewis Retik Shermaine Tilley

Advertising / Publicité Tel./tél. : 613-288-5363 E-mail/courriel : advertising@gordongroup.com Advertising sales direction / Directeur commercial Kirill Kornilov

19 HEALTH + Reaching higher: In conversation with Dr. Simon Pimstone, Xenon Pharmaceuticals by Nadine Lunt

SANTÉ + Toujours plus haut : Un entretien avec le Dr Simon Pimstone, de Xenon Pharmaceuticals

43 legal matters Legal counsel: Your partner in life cycle management

07 Canada Speaks! 2012 by Deborah Gordon-El-Bihbety

questions de droit Le conseiller juridique : un partenaire qui vous guide dans le cadre de la gestion du cycle de vie par John Norman, Lewis Retik et Kathleen Keller-Hobson

Canada Post Publication Agreement Number / Numéro de convention de publication, Postes Canada : 40064931 ISSN 1705-3315

57 industrial biotech Revolutionizing the auto industry, one green idea at a time

Contributions are welcome. Contact the editor at: / Les contributions sont invitées. Contactez la rédactrice en chef à : nadine.lunt@biotech.ca

biotechnologie industrielle La transformation de l’industrie automobile, une idée verte à la fois

63 AGRICULTURAL BIOTECH Agrisoma Biosciences looks to strike oil

13 Research roller coaster: Dr. Gregory Penner of NeoVentures on commercialization by Nadine Lunt

BIOTECHNOLOGIE AGRICOLE Le pari d’Agrisoma Biosciences par Steven Fabijanski

26 What makes an investable biotech business: A VC perspective by Shermaine Tilley

Qu’est-ce qu’une entreprise de biotech propice à l’investissement? Le point de vue d’un fonds de capital de risque par Shermaine Tilley

39 Opinion: Celebrating 25 years of Canadian innovation by Albert D. Friesen

Opinion : 25 ans d’innovations canadiennes, ça se fête! par Albert D. Friesen

49 Fueling Canada’s commercialization engine: An interview with Natalie Dakers, CDRD

BIOTECanada

Les montagnes russes de la recherche : Gregory Penner, Ph. d., de de NeoVentures discute la commercialisation par Nadine Lunt

by Steven Fabijanski

Le Canada s’exprime! 2012 par Deborah Gordon-El-Bihbety

by John Norman, Lewis Retik and Kathleen Keller-Hobson

Return undeliverable Canadian addresses to: / Retourner toute correspondance ne pouvant être livrée au Canada à : BIOTECanada 1, rue Nicholas Street, Suite / bureau 600 Ottawa, Ontario Canada K1N 7B7

©2012 BIOTECanada insights. Aucune erreur ou omission décelée dans ce magazine ou aucune opinion qui y est exprimée ne doit être imputée à l’éditeur. Les auteurs, l’éditeur et les organismes coopérants n’assument aucune responsabilité à l’égard de pertes y commerciales pouvant découler de décisions d’affaires prises à la lumière des renseignements contenus dans ce magazine. Il est interdit de reproduire, de réimprimer, d’emmagasiner dans un système de recherche documentaire ou de transmettre cette publication en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre), sans avoir obtenu au préalable le consentement écrit de l’éditeur.

FEATURES / ARticles

par Nadine Lunt

Printing / Impression Dollco Printing

©2012 BIOTECanada insights. Any errors, omissions or opinions found in this magazine should not be ­attributed to the publisher. The authors, the publisher and the collaborating organizations will not assume any responsibility for commercial loss due to business decisions made based on the information contained in this magazine. No part of this publication may be reproduced, reprinted, stored in a retrieval system or transmitted in part or whole, in any form or by any means, electronic, mechanical, photocopying, recording or otherwise, without the prior written consent of the publisher.

36 2012 BIOTECanada Membership Community / La communauté des membres de BIOTECanada 2012

Departments / sections

Editorial board / Comité de rédaction Joanne Harack Tim Lougheed For additional copies of insights / Pour obtenir d’autres exemplaires de insights Tel./tél. : 613-230-5585 E-mail/courriel : info@biotech.ca

special section / section spÉciale

Alimenter le moteur de commercialisation au Canada : Une entrevue avec Natalie Dakers, CDRD

spring / printemps 2012 | 1


Note from the editor’s desk

by Nadine Lunt

In 2012, BIOTECanada celebrates 25 years as the national biotechnology industry association. While we often hear of the many ups and downs Canadian companies face, milestones like this remind us to reflect on the durability of our industry and just how much we, collectively, have accomplished. Global changes and trends have ushered in opportunities—­ opportunities that our companies are now acting upon. Our membership, with some 250 biotech companies working in all sectors, continues to grow every month. Moreover, the work of our members is growing a ­competitive new economy. Every day we meet incredibly talented entrepreneurs who are pushing boundaries, developing useful products, and aspiring to solve some of our world’s greatest challenges. With the ever-increasing knowledge and competition in the global industry, Canadian companies are now focused on growth and market readiness, even on executing exit strategies to create wealth for investors. If recent events are any indication, 2012 will be a year of deal-making—the industry has seen over $2 billion in deals in the first quarter alone. In this issue of insights you will read about the incredible partnerships Dr. Simon Pimstone is pursuing with Xenon in Vancouver, most recently with Genentech (page 19). Also enlightening is the perspective of an active, high-profile biotech investor, as Dr. Shermaine Tilley shares with readers behind-the-scenes knowledge of recent deals between Enobia and Alexion, as well as Zymeworks and Merck (page 26).

2|

The driving forces we are seeing for company growth include technologies or products with the high potential for commercial development; products well positioned for large partnerships; and products with public interest, such as those that address growing unmet needs, which are highly attractive to financing markets. By engaging the collective imagenenation®, our leaders are setting inspirational targets for our industry to rally behind. We are showcasing success stories to government and guiding them as they set the policies that will position us to achieve more. If Canada wants to compete and modernize its economy, a strong portfolio of public policy tools must be in place. The success of research depends on access to capital and a fertile environment for investment. Investors build industries, not governments; governments enable investors. The recently announced federal Budget 2012 includes incentives to facilitate investment in Canada’s biotech industry. Its provisions include a proposed $400 million to support the creation of new large-scale VC funds, a recommitment to $100 million for the Business Development Bank of Canada for VC activities, and the Industrial Research Assistance Program budget being doubled to $110 million annually. We look forward to working with the federal government on upcoming initiatives, including streamlined administration for SR&ED applications by the Canada Revenue Agency.

“If Canada wants to compete and modernize its economy, a strong portfolio of public policy tools  must be in place.”

We may see ups and downs, but it is reassuring to step back once in a while and reflect on 25 years of endurance and innovation. Whatever the short-term fluctuations, Canadian biotech companies continue to grow a competitive new economy. Moreover, Canada will continue to see increased benefits from investing in homegrown innovations. 

BIOTECanada


BIOTECanada

spring / printemps 2010 | 3


Note du rédactrice en chef

par Nadine Lunt

En 2012, BIOTECanada célèbre ses 25 ans en tant qu’association nationale du secteur de la biotechnologie. Alors même que l’on entend beaucoup parler des hauts et des bas auxquels sont confrontées les entreprises canadiennes, le franchissement d’une telle étape nous invite à réfléchir à la durabilité de notre industrie et à tout ce que nous avons collectivement accompli. À l’échelle mondiale, les  changements et les tendances ont fait surgir des possibilités – des possibilités qu’aujourd’hui nos sociétés saisissent. Le nombre de nos membres, actuellement à quelque 250 sociétés de biotech de tous les secteurs, continue de croître tous les mois. De plus, le travail de nos membres contribue à une nouvelle économie compétitive. Chaque jour, nous rencontrons des entrepreneurs extrêmement talentueux qui repoussent de nouvelles limites, concevent des produits utiles et aspirent à fournir des solutions à certains des plus ­importants défis de notre époque. En dépit de l’accroissement mondial constant des connaissances et de la concurrence dans l’industrie mondiale, les sociétés canadiennes axent maintenant leurs efforts sur la croissance et l’état de préparation du marché, voire sur des stratégies de sortie qui créent de la richesse pour les investisseurs. Si l’on se fie aux événements récents, 2012 sera une année de conclusion d’ententes – l’industrie a été le théâtre de contrats valant plus de 2 milliards $ dès le premier trimestre. Dans le présent numéro d’insights, vous découvrirez les incroyables partenariats qu’a conclus le Dr Simon Pimstone de Xenon, à ­Vancouver, dont une très récente

4|

collaboration avec Genentech (page 19). Le point de vue d’un important ­investisseur actif en biotechnologie, Mme Shermaine Tilley, Ph. D., est également très instructif : celle‑ci partage avec nos lecteurs son savoir acquis dans les coulisses de récentes ententes entre Enobia et Alexion, ainsi qu’entre Zymeworks et Merck (page 26). Les moteurs actuels de la croissance des entreprises sont les technologies ou les produits ayant un potentiel élevé en matière de développement commercial; des produits pouvant attirer de grands partenariats; et des produits d’intérêt public tels ceux qui répondent à des besoins non comblés, qui sont très attrayants sur les marchés de ­fi nancement. En encourageant un imagenenation® collectif, nos dirigeants établissent des objectifs inspirants et rassembleurs pour notre industrie. Nous avons attiré l’attention du gouvernement sur des histoires de réussites et tentons de l’amener à élaborer des politiques qui susciteront des succès ultérieurs. Pour que le Canada soit compétitif et modernise son économie, il doit mettre en place un large éventail d’outils de politique publique. La réussite de la recherche dépend de l’accès au capital et de la mise en place d’un contexte propice à l’investissement. Ce sont les investisseurs, et non les gouvernements, qui mettent en place les industries, mais les gouvernements ont le pouvoir de simplifier la tâche aux investisseurs. Le Budget fédéral 2012 annoncé dernièrement comprend des incitatifs à l’investissement dans le secteur

canadien des biotechnologies. Il prévoit des investissements de 400 millions $ destinés à la création de nouveaux fonds de capital-risque de grande envergure, un engagement confirmé de 100 millions $ pour les activités de capital-risque de la Banque de développement du Canada et 110 millions $ annuellement pour le Programme d’aide à la recherche industrielle, qui voit ainsi son budget doubler. Nous sommes prêts à collaborer avec le gouvernement fédéral au sujet des mesures à venir, comme la simplification de la gestion des demandes du programme RS&DE à l’Agence du revenu du Canada. On voit donc en effet des hauts et des bas, mais il est rassurant de prendre un peu de recul de temps à autre et de réfléchir à ces 25 années d’endurance et d’innovation. Peu importe les fluctuations à court terme, les sociétés canadiennes de biotechnologie continuent de bâtir une nouvelle économie concurrentielle. En outre, le Canada continuera de tirer un rendement accru de son investissement dans les innovations maison.

BIOTECanada


BIOTECanada

spring / printemps 2010 | 5


6|

BIOTECanada


Canada Speaks! 2012

Congratulations BIOTECanada from BioNova

A strong majority of Canadians (74%) ­reject the idea of cuts to health research in federal Budget 2012. Canadians, either as taxpayers or as donors, make significant investments in Canadian health research. Their views on the role of government and the

Le Canada s’exprime! 2012 Une grande majorité de Canadiens (74 %) rejette l’idée de réduire les crédits alloués à la recherche en santé dans le Budget fédéral 2012. Les Canadiens, que ce soit en tant que contribuables ou en tant que donateurs, font des investissements considérables dans la recherche en santé au pays. Leur point de vue sur le

by Deborah Gordon-El-Bihbety, President and CEO, Research Canada par Deborah Gordon-El-Bihbety, présidente-directrice générale, Recherche Canada

BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 7


private and voluntary sectors in advancing Canadian health research must be considered in formulating sound health research and health innovation policies that are ­representative of Canadians’ interests. Since 2006, Research Canada: An Alliance for Health Discovery has polled Canadians on their views of Canadian health research, and presented this data to government and to the broader health research and health innovation communities in an effort to open up the national dialogue on the future of health research and innovation in this country. With each poll, the Canada Speaks! series has demonstrated that health and medical research is a top priority for Canadians. A majority of Canadians believe such research makes an important contribution to the economy, and say they would pay out of pocket to improve health and research capacity. In our 2010 poll, 7 out of 10 Canadians were willing to pay $1 more per week in taxes if they knew the revenues would pay for government investment in Canadian-made health science innovations and technologies.

rôle du gouvernement et sur celui des secteurs privé et du bénévolat dans l’avancement de la recherche canadienne en santé doit être considéré dans la formulation de saines politiques de recherche et d’innovation en santé qui servent les intérêts des Canadiens. Depuis 2006, l’organisation Recherche Canada : Une alliance pour les découvertes en santé enquête auprès des Canadiens au sujet de leur point de vue sur la recherche en santé au pays. Elle présente ensuite ces données au gouvernement, ainsi qu’aux communautés de recherche et d’innovation en santé dans leur ensemble, en vue d’ouvrir le dialogue national sur l’avenir de la recherche et de ­l’innovation en santé au sein de la confédération. À chaque nouveau sondage, la série Le Canada s’exprime! indique que la recherche médicale est l’une des priorités des Canadiens. Une majorité de Canadiens croient qu’une telle recherche apporte une importante contribution à l’économie et se disent prêts à puiser dans leurs goussets pour améliorer les capacités en santé et en recherche. Notre sondage de 2010 avait révélé que 7 Canadiens sur 10 seraient prêts à verser 1 $ de plus par semaine en impôt

Do you think the federal government should cut its spending on health research in Canada? Croyez-vous que le gouvernement fédéral devrait réduire ses dépenses pour la recherche en santé au Canada?

An overwhelming majority (74%) of Canadians reject the idea of federal cuts to health research. Fewer than one in ten (9%) support federal cuts to health research spending. Une forte majorité de Canadiens (74 %) rejette l’idée de compressions fédérales dans la recherche sur la santé. Moins d’un Canadien sur dix (9 %) appui la diminution des dépenses fédérales en recherche sur la santé.

74%

No Non

9% 18%

Yes Oui Not sure Je ne suis pas certain

Research Canada’s National Public Opinion Omnibus Poll conducted by Angus Reid Public Opinion, February 2012 Sondage omnibus national de Recherche Canada mené par Opinion publique Angus Reid, février 2012

8|

BIOTECanada


“ In our 2010 poll, 7 out of 10 Canadians were willing to pay $1 more per week in taxes if they knew the revenues would pay for government investment in Canadian-made health science innovations and technologies.” Canada Speaks! 2012 In January of this year, Research Canada asked Angus Reid Public Opinion to conduct a public opinion survey of 1,000 Canadian adults to gauge the importance they place on health research in the context of Canada’s current economic challenges and in advance of federal Budget 2012. The survey updates selected results from the landmark Research Canada 2006 survey. Canadians told us that funding of health and medical research should not be cut in the 2012 Budget. Most Canadians think that the federal government should maintain (45%) or increase (30%) funding for health and medical research. Canadians continue to view health and medical research as an engine for economic growth. A majority (78%) hold the view that health and medical research makes an important contribution to the Canadian economy, a finding similar to that from 2006. Nearly half (45%) of Canadians think that federal investments in health and medical research help to create jobs, with agreement particularly high in Alberta (56%) and Atlantic Canada (53%). However, Canadians also agree that job creation, while an important benefit of health and medical research, is not necessarily the only or most significant one. They see benefits to the Canadian economy in a variety of ways—­ especially with respect to increasing innovation and new technologies, and strengthening the marketability of ­Canadian ­medical  advances.

When asked:

92%

of Canadians think that health and medical research increases innovation and new technologies.

87%

believe that health and medical research makes more health and medical advances.

84% BIOTECanada

believe health and medical research creates more jobs.

Congratulations BIOTECanada from Ontario Genomics Institute

si on leur garantissait que ces revenus seraient consacrés à des investissements dans les innovations et technologies canadiennes en santé. Le Canada s’exprime! 2012 En janvier dernier, Recherche Canada a demandé à ­Opinion publique Angus Reid d’effectuer, avant le Budget fédéral 2012, un sondage d’opinion publique auprès de 1 000 adultes canadiens afin d’évaluer l’importance qu’ils accordent à la recherche dans le contexte des défis ­économiques que doit actuellement relever le pays. Le sondage met à jour certains résultats choisis de ­l’enquête de référence faite par Recherche Canada en 2006.

«Notre sondage de 2010 avait révélé que 7 Canadiens sur 10 seraient prêts à verser 1 $ de plus par semaine en impôt si on leur garantissait que ces revenus seraient consacrés à des investissements dans les innovations et technologies canadiennes en santé. » Les Canadiens ont indiqué qu’ils ne souhaitaient pas voir le financement de la recherche médicale réduit dans le Budget 2012. La plupart des Canadiens croient que le gouvernement fédéral devrait maintenir (45 %) ou accroître (30 %) le financement de la recherche médicale. Les Canadiens continuent de considérer la recherche en santé comme un moteur de croissance économique. Une majorité (78 %) est d’avis que la recherche médicale apporte une importante contribution à l’économie canadienne, un résultat semblable à celui obtenu en 2006. Près de la moitié (45 %) des Canadiens sont d’avis que les investissements ­fédéraux en recherche médicale et sur la santé aident à créer des emplois, et cette opinion est particulièrement répandue en Alberta (56 %) et dans les Maritimes (53 %).

spring / printemps 2012 | 9


“Canadians told us that funding of health and medical research should not be cut in the 2012 Budget.” Canadians also view health research as part of the solution in dealing with the cost of health care. A majority (54%) tell us that health and medical research is part of the solution, not part of the problem, when it comes to controlling the cost of health care in Canada. For more information on Research Canada’s Canada Speaks! series, please visit our website at www.rc-rc.ca.

Research Canada: An Alliance for Health Discovery is a not-for-profit, voluntary organization that is a national voice for health research advocacy in Canada. Working

Toutefois les Canadiens reconnaissent aussi que la création d’emplois est un important bienfait de la recherche médicale et en santé, mais qu’elle n’est pas forcément le seul avantage ou le plus important. Ils s’entendent pour dire que cette recherche profite à l’économie canadienne de diverses façons, notamment en augmentant l’innovation et la mise au point de nouvelles technologies et en renforçant le caractère commercialisable des avancées médicales canadiennes.

En réponse aux questions qui leur ont été posées :

for all Canadians, its membership is drawn from all sectors dedicated to increasing investments in health research, including the leading health research institutes, national health charities, hospitals, regional health authorities, universities, private industry and others.

92 %

des Canadiens ont dit croire que la recherche médicale et en santé stimule l’innovation et la création de nouvelles technologies.

87 %

se sont dits d’avis que la recherche médicale et en santé engendre des percées médicales et dans le domaine de la santé.

84 % Xenon is a premiere genetically-driven research and development organization developing innovative transformative medicines for human health. Congratulations BIOTECanada on celebrating 25 years!

ont affirmé que la recherche médicale et en santé crée plus d’emplois.

Les Canadiens disent aussi que la recherche en santé est un moyen important de régler le problème de la hausse des coûts des soins de santé. Une majorité (54 %) sont en effet d’avis que la recherche médicale et en santé fait partie de la solution et non du problème lorsqu’il s’agit de maîtriser les coûts des soins de santé au Canada. Pour plus d’information sur la série Le Canada s’exprime! de Recherche Canada, veuillez visiter le site www.rc-rc.ca.

Recherche Canada : Une alliance pour les découvertes en santé est une organisation bénévole sans but lucratif qui se fait le porte-parole national de la défense de la recherche

www.xenon-pharma.com

en santé au Canada. Travaillant pour tous les Canadiens, ses membres proviennent des secteurs où l’on consacre des énergies à l’accroissement des investissements dans la recherche en santé et comprennent entre autres les principaux établissements de recherche en santé, les organismes nationaux de bienfaisance en santé, les

from families to genes, from genes to drugs.

hôpitaux, les autorités régionales de santé, les universités, le secteur privé et d’autres organismes.

10 |

BIOTECanada


BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 11


Research roller coaster: Dr. Gregory Penner of NeoVentures on commercialization by Nadine Lunt Led by Dr. Gregory Penner and Ximena Vedoya, NeoVentures has evolved its key technology from innovative idea to commercialized product—and what an evolution it’s been. Ten years ago, they asked themselves whether aptamers might make better diagnostic tools for agricultural issues than antibodies. It took the ensuing decade to move from asking this question to the successful commercialization of diagnostic test kits based on this technology. Dr. Penner recalls being among the first wave of graduate students in crop science who were exploring and learning about molecular genetics. “The application of biotechnology to plant breeding was all new back then,” he says. “This was an exciting area to get into. I still love it when I see a gene or protein sequence that no one else has seen before. I mean, how cool is that?” Clearly, this enthusiasm remained intact on the long road from grad student to successful entrepreneur. “I think small companies are sometimes afraid of thinking they can really compete with large multinationals, but molecular biology is still a new area,” he continues. “There is still a lot of room to come up with entirely new ways of delivering crop

BIOTECanada

Les montagnes russes de la recherche : Gregory Penner, Ph. d., de NeoVentures discute la commercialisation par Nadine Lunt Dirigée par M. Gregory Penner, Ph. D., et Mme Ximena Vedoya, la société NeoVentures a fait évoluer sa technologie clé, qui est passée d’une idée originale à un produit commercial – toute une évolution. Il y a dix ans, ils se sont demandé si les aptamères ne constitueraient pas un meilleur outil de diagnostic des problèmes agricoles que les anticorps. Entre cette question et la commercialisation réussie de trousses de tests basées sur cette technologie, il aura fallu une décennie. M. Penner se rappelle avoir fait partie de la première cohorte d’étudiants de troisième cycle en agronomie à étudier la génétique moléculaire : « Améliorer les plantes par la biotechnologie était complètement nouveau à l’époque », dit-il. « C’était une période enthousiasmante. Je suis toujours aussi heureux quand j’observe un gène ou une séquence de ­protéines que personne n’a encore vues. N’est-ce pas ­extrêmement excitant? » De toute évidence, cet enthousiasme est demeuré intact tout au long de son parcours. « Je crois que certaines petites spring / printemps 2012 | 13


“Our company is all about cutting-edge research. It’s about being creative. If you have a really good idea and it works, business constraints disappear.”

i­mprovements. Our company is all about cutting-edge research. It’s about being creative. If you have a really good idea and it works, business constraints disappear.” One of the big surprises for Dr. Penner was that creativity is what drives success in business as well as in science. Problem-solving in terms of establishing business deals and building intellectual property is just as challenging and fun as scientific discovery. He continues to be involved with every aspect of the business: “I go through the data every day. I need to have the data run through my fingers to really understand what we are doing and what the constraints are.” Dr. Penner has been a scientist in government and in the private sector, including a term at Monsanto. “I have always resisted the idea being defined by a technology,” he says. “As a scientist I want to be defined by the questions I ask, and then be free to use whatever tools are at hand to discover the answers.” He contrasts this with the business world, where “we start by imagining the product concept, and then we think of how can we make it. We don’t care how this flows from what we have done previously. I have learned to be humble in the face of data. The concept may be beautiful, but the data is telling us something different.

Congratulations BIOTECanada from

entreprises n’osent pas entrer en CO2 Solutions Inc. concurrence avec les multinationales. Pourtant, la biologie moléculaire est encore si jeune », poursuit-il. « Il est toujours possible de trouver des moyens entièrement nouveaux d’améliorer les cultures. Notre entreprise se consacre entièrement à la recherche de pointe. Il s’agit de créativité. Lorsque l’on a une très bonne idée et qu’elle fonctionne, les restrictions commerciales ­disparaissent. » La surprise pour M. Penner a en effet été de constater que la créativité est à la base des réussites tant dans le domaine des affaires que dans celui des sciences. La résolution des problèmes de conclusion d’ententes commerciales et de création de propriété intellectuelle constitue un défi tout aussi passionnant que celui des découvertes scientifiques. M. Penner continue de s’investir dans tous domaines de son entreprise : « J’analyse les données quotidiennement. J’ai besoin de les avoir en main pour bien comprendre ce que la société fait et les limites qui lui sont imposées. » M. Penner a été chercheur au sein du gouvernement, ainsi que dans le secteur privé, y compris une période déterminée chez Monsanto. « J’ai toujours refusé de définir mon travail par une technologie en particulier », dit-il. « En tant que scientifique, je me définis à travers les questions que je pose. Ensuite, je souhaite avoir la liberté d’utiliser les outils qui se présentent pour trouver des réponses. » Il le met en parallèle avec le monde des affaires, « on commence par imaginer un concept, un produit, puis on pense à la façon dont on pourrait le produire. On ne se demande pas en quoi la nouvelle idée est liée à ce qu’on a fait précédemment. J’ai appris à faire preuve d’humilité devant les données. Il peut arriver qu’un concept soit extraordinaire, mais que les données ne permettent pas de le réaliser. »

“The biggest learning experience I have had over the past few years is developing a product,” he continues. “It is a completely different mindset. You are not simply catching a glimpse of something—you are actually making sure this works under a wide variety of conditions, all the time. It requires a different way of thinking to develop a commercial product than it does to establish a feasible product concept.”

« Le plus grand apprentissage, en terme d’expérience, que j’ai fait au cours des dernières années concerne la mise au point des produits », poursuit-il. « Quand on vise cela, on est dans un état d’esprit très différent de celui de la recherche fondamentale. On ne fait pas qu’entrevoir des possibles, on va jusqu’à s’assurer que les idées fonctionnent dans toute sorte de situations, en tout temps. On ne pense pas de la même façon quand on développe réellement un produit commercial et quand on cherche un concept potentiellement réalisable. »

Dr. Penner characterizes the years of moving from the research phase to commercialization as “a huge journey, great fun. We imagine big ideas, and then every step involved in getting it to work. Actually having sales from something we simply thought of is, I think, similar to how an architect must feel when driving past a building they designed.”

Pour M. Penner, ces années marquées par le passage de la recherche vers la commercialisation ont été « un long parcours, un pur plaisir. Nous produisons de grandes idées, puis toutes les étapes pour en tirer quelque chose. En fait, vendre des produits qui découlent d’une idée que l’on a eue suscite à mon avis le même effet que celui que ressent ­l’architecte passant devant un bâtiment qu’il a dessiné. »

14 |

BIOTECanada


Reflecting on changes in the industry during those years, Dr. Penner notes, “Molecular biology has changed from an analysis of individual systems to understanding how whole systems work.” Indeed, there is a need to think about science differently, and to keep imaginations up to the tools available. Recent changes that have revolutionized the industry certainly include computing power and access to platforms. “A pocket calculator and writing numbers on notepads was my past reality as a scientist,” says Dr. Penner. “The amount of data we can analyze now in a day is insane. What we can do with Excel now dwarfs what we could do on a mainframe in the past. “We use SickKids a lot, in terms of the platforms there,” he continues. “It enables us to do world-class research, cost effectively. We can access people who have worldleading expertise in specific areas at a fraction of the cost of actually hiring these people and purchasing the equipment. This access enables us to compete with large companies in terms of reducing clever ideas to practice.”

Molecular biology has changed from an analysis of individual systems to understanding how whole systems work. La biologie moléculaire est passée de l’analyse de systèmes individuels

Se remémorant les changements survenus dans l’industrie au fil des ans, M. Penner remarque : « La biologie moléculaire est passée de l’analyse de systèmes individuels à la compréhension du fonctionnement de systèmes complexes. » De fait, il est nécessaire de réfléchir aux sciences autrement, et l’imagination doit être à la hauteur des outils offerts. La puissance informatique et l’accès aux plateformes comptent parmi les récents changements qui ont engendré toute une révolution au sein≈de l’industrie. « Par le passé, j’ai utilisé une calculatrice et même le crayon pour mes calculs scientifiques », dit M. Penner. « La quantité de données que l’on peut actuellement analyser est incroyable. Par rapport à ce que peut l’on faire aujourd’hui à l’aide d’Excel, ce que l’on faisait auparavant sur une unité centrale semble minuscule. » « Nous utilisons beaucoup les plateformes qui se trouvent à l’hôpital SickKids », poursuit-il. « Cela nous permet d’effectuer des travaux de premier ordre, à bon coût. Nous avons ainsi accès aux ressources humaines les plus expertes au monde dans différents domaines pour une fraction du coût qu’entraînerait leur embauche et l’achat d’équipement. Nous pouvons par conséquent entrer en concurrence avec de grandes entreprises en ce qui concerne l’application des idées. »

à la compréhension du fonctionnement de systèmes complexes.

Fondamentalement, l’excellence scientifique et la méthodologie de la recherche, plutôt que la chance, sont les facteurs de base de la réussite. La biologie moléculaire exige une compréhension approfondie des mathématiques et de la chimie – vue ainsi, la biotechnologie n’est pas une nouvelle science, mais simplement un nouveau nom. M. Penner croit que « le défi actuel de la biologie est lié à la grande vitesse des expériences, qui fait que l’on tente d’expliquer les résultats plutôt que de se demander si l’on s’est posé les bonnes questions au départ. » Au fil des ans, il y a eu une énorme transformation dans l’agriculture destinée à l’alimentation, les grandes sociétés devenant plus réfractaires au risque, externalisant de plus en plus de fonctions et permettant aux partenariats stratégiques de se multiplier – un concept autrefois absent du secteur biotechnologique. Malgré ce tournant, des défis demeurent. M. Penner explique : « Le succès d’un produit agricole ne dépend pas du plaisir qu’il procure. Les défis de l’obtention d’un meilleur rendement agricole ne résident pas non plus uniquement dans la part de marché, mais aussi dans la création de valeur à partir des cultures les plus importantes au monde – le blé et le riz – demeurant le plus grand enjeu de l’amélioration culturale. » En analysant la structure actuelle de l’agriculture alimentaire, la planification de l’avenir exige de comprendre comment conserver une valeur tout au long de la chaîne.

16 |

BIOTECanada


“As a leader, be humble enough to admit what you don’t know and then be willing to work hard enough to learn it.”

At a fundamental level, excellence in science and research methodology is the primary factor driving success, not luck. Molecular biology requires a thorough understanding of mathematics and chemistry—in this sense, biotechnology is not a new science, it’s just a new name. Dr. Penner believes “our challenge in biology is that we complete experiments so easily, our thinking is guided by our attempts to explain our results, rather than really thinking about what the good initial questions should have been.” There has been a huge transformation in crop agriculture over the years, with big companies becoming more risk averse, and outsourcing more and more, allowing strategic partnerships to abound—a once foreign concept in the biotechnology space. Despite this shift, the perennial challenges remain in place. Dr. Penner comments, “Products do not succeed in agriculture because they are fun or cool. The challenges of how to capture value from increased yield in crops beyond simply increasing market share, and how to create and capture more value from the world’s most significant crops—wheat and rice—remain the biggest issues in crop improvement.” Given the existing structure of crop agriculture as a commodity, planning for the future requires an understanding of how to move value up the chain. NeoVentures is currently putting together a commercial consortium for the delivery of the TouCH Platform to the market globally. This is an entirely novel means of enhancing crop traits that does not involve genetic change; the genes are “touched” rather than changed. NeoVentures uses this technology to inhibit the expression of targeted genes to create traits in crops “on demand.” The genetics of the crop will be identical to the planted seed. Dr. Penner advises future entrepreneurs to not get married to any particular concept: “Ideas are cheap. It only matters if you can bring it to market.” He concludes by highlighting the importance of scientists to understanding everything yourself. “Depend on no one,” he says. “You need to understand everything yourself: patents, marketing, science, politics, HR, business deals. You need to know before you can lead. As a leader, be humble enough to admit what you don’t know and then be willing to work hard enough to learn it.”

BIOTECanada

NeoVentures œuvre actuellement à mettre sur pied un consortium en vue de la mise en marché mondiale de la plateforme TouCH. Celle-ci constitue un moyen entièrement nouveau d’améliorer les caractères culturaux, sans transformation génétique; il s’agit d’agir sur les gènes sans les modifier. NeoVentures utilise cette technologie pour inhiber l’expression des gènes ciblés afin de créer « sur demande » des caractères particuliers dans les plantes. La nature génétique du végétal demeurera la même qu’à la plantation de la graine. M. Penner recommande aux futurs entrepreneurs de ne jamais épouser un seul concept : « Les idées en ellesmêmes ne valent pas grand-chose. Elles ne compteront que si vous arrivez à les commercialiser. » Il conclut en soulignant l’importance pour les chercheurs de tout comprendre par eux-mêmes. « Il ne faut se fier à personne », dit-il, « Il faut tout comprendre par soi-même : les brevets, le marketing, les sciences, la politique, les RH, les contrats. Pour bien diriger, il faut connaître tout cela. En tant que dirigeant, il faut aussi être suffisamment humble pour admettre que l’on ne sait pas encore tout, puis être prêt à consacrer les efforts qu’il faut pour apprendre. »

The upcoming revolution in point-of-care infectious ­disease diagnostics The Université Laval team that developed the first FDA-approved rtPCR test for diagnosing infections within one hour, now proposes the GenePOC microfluidic devices and instrument – revolutionary “personalized healthcare” tools that will diagnose infections at point-of-care, for better patient management and reduction of antibiotic overuse, healthcare costs, morbidity and mortality. Congratulations BIOTECanada on celebrating 25 years!

Michel G. Bergeron 418-525-4444 ext. 49327

spring / printemps 2012 | 17


health santé

Reaching higher: In conversation with Dr. Simon Pimstone, Xenon Pharmaceuticals Toujours plus haut : Un entretien avec le Dr Simon Pimstone, de Xenon Pharmaceuticals by / par Nadine Lunt

Dr. Simon Pimstone recently spoke with insights to share his observations of the Canadian biotechnology industry from his vantage point as President and CEO of Xenon Pharmaceuticals, based in Vancouver. Xenon has been using their clinical genetics-based drug development process to create a range of drugs with the potential to transform patient care in pain, diabetes, ­atherosclerosis and anemia of chronic disease. The team at Xenon looks at populations with rare genetic disorders that represent extreme forms of common human diseases. They believe these rare disorders have much to teach researchers about key biological targets and disease mechanisms, which can lead to development of innovative medicines. Xenon’s science has been validated through successful partnerships with top-tier pharmaceutical companies. These partnerships provide Xenon with a steady revenue stream while helping to offset the significant risks of development. Dr. Pimstone began his medical career 25 years ago in Cape Town, South Africa, where as a medical student he worked in a hospital, learning the arts of clinical examination and communicating with patients. Today, however, his days are focused on Xenon business: meetings with managers; strategic business planning; reviewing research and ­development programs; discussions with partners, board members and investors; and keeping current with relevant scientific and clinical literature. Xenon’s numerous collaborations include a recent project with Genentech in which Dr. Pimstone and the team will research new therapeutic approaches for treating pain. “We have built Xenon intentionally with a model of partnered and non-partnered assets,” Dr. Pimstone says. “As we have gone through our stepwise growth in the ­company, the partnerships have been a vital aspect of our progress. We have obviously chosen blue-chip, best-in-class

BIOTECanada

Le Dr Simon Pimstone, bien placé pour en juger en tant que président et chef de la direction de Xenon (Vancouver), a récemment partagé ses observations au sujet de l’industrie canadienne de la biotechnologie avec insights. Xenon utilise son processus de mise au point basé sur la génétique clinique pour créer une gamme de ­médicaments ayant le potentiel de transformer les soins du patient dans les domaines de la douleur, du diabète, de l’athérosclérose et de l’anémie des maladies chroniques. L’équipe de Xenon examine des populations atteintes de rares troubles génétiques constituant des formes extrêmes de maladies humaines courantes. Ses membres croient que ces rares troubles peuvent nous renseigner au sujet des principaux mécanismes pathologiques et cibles biologiques et ainsi mener à la mise au point de médicaments innovants. De fructueux partenariats avec de prestigieuses sociétés pharmaceutiques ont confirmé la valeur des travaux scientifiques de Xenon. Ces partenariats lui procurent un flux régulier de revenus, ce qui lui permet de réduire les considérables risques associés au développement. Le Dr Pimstone a commencé sa carrière médicale il y a 25 ans à Cape Town, en Afrique du Sud. À titre d’étudiant en médecine, il a travaillé en milieu hospitalier, où il a appris l’art de l’examen clinique et de la communication avec le patient. Aujourd’hui, il consacre son temps aux activités de sa société, Xenon : rencontres avec ses directeurs; planification stratégique des affaires; analyse des programmes de recherche-développement; discussions avec les partenaires de la société, les membres du conseil et les investisseurs; ainsi que la lecture des récentes publications scientifiques et cliniques pertinentes. Xenon prend part à de nombreuses collaborations dont un récent projet avec Genentech dans lequel le Dr Pimstone et son équipe travailleront à la recherche de nouvelles approches thérapeutiques du traitement de

spring / printemps 2012 | 19


health santé

“The incredible advances in  molecular and genetic technology have become much more affordable for research and clinical purposes. This should unlock much of the potential of personalized medicine to deliver very novel therapies in areas of great medical need.” ­ harmaceutical partners for the different programs to benefit p from additional expertise, gain access to unique capabilities and deliver the critical financing for the company in what has obviously been a very challenging financing environment for biotechnology firms over the past decade.” With six major pharmaceutical company collaborations under Xenon’s belt, this business philosophy appears to have spurred success. “These partnerships have spanned early stage research all the way through pre-clinical and clinical collaborations,” says Dr. Pimstone. “We set certain partnering and revenue targets for the company to meet. A very deliberate partnering strategy has been in place since day one.” Reflecting on the recent past, Dr. Pimstone points to the incredible advances made in our collective understanding of genetics and molecular biology—yet the therapeutic benefits gained from this knowledge have taken longer to emerge than initially anticipated.

la douleur. « Nous avons volontairement conçu Xenon selon un modèle qui comprend des projets avec octroi de licences et des projets exclusifs », nous dit le Dr Pimstone. « Au fil de la croissance progressive de la société, les partenariats se sont avérés essentiels à notre évolution. Nous avons évidemment choisi pour nos différents programmes des partenaires pharmaceutiques de premier ordre, afin de tirer avantage d’une expertise supplémentaire, d’accéder à des capacités uniques et d’obtenir des fonds essentiels pour la société, au cours d’une décennie qui a clairement été très difficile pour les entreprises de biotechnologie. » Au vu des six importants accords qu’a conclus Xenon avec des sociétés pharmaceutiques, ces principes commerciaux semblent avoir été fructueux. « Ces partenariats ont débuté dès la recherche de stade précoce et se sont poursuivis jusqu’aux étapes de collaborations précliniques et cliniques », poursuit le Dr Pimstone. « Nous avions établi des objectifs de partenariats et de revenus pour la société. Une stratégie volontaire de partenariat était en place dès le début. » Au sujet des dernières années, le Dr Pimstone évoque les extraordinaires avancées de la compréhension collective de la génétique et de la biologie moléculaire – toutefois, les fruits thérapeutiques de ces connaissances se sont fait attendre plus longtemps que prévu. « On a peut-être surestimé la vitesse à laquelle ces avancées modifieraient notre capacité de traiter les maladies complexes », dit-il. « Néanmoins, semble-t-il qu’on a tout de même jeté les bases du prochain chapitre de la mise au point des médicaments. Les incroyables progrès des technologies moléculaires et génétiques sont de plus en plus accessibles à des fins cliniques et de recherche. Cela devrait libérer une grande part du potentiel qu’a la médecine personnalisée

“People perhaps overestimated the speed at which this would change our ability to treat complex diseases,” he says. “However, the foundation for the next chapter of drug development appears to have been laid. The incredible advances in molecular and genetic technology have become much more affordable for research and clinical purposes. This should unlock much of the potential of personalized medicine to deliver very novel therapies in areas of great medical need.” When asked about what observations he has made over the years, above all Dr. Pimstone cites “a true realization that our business is a difficult one. We are on a long road. Part of this is because the low-hanging fruit in terms of drug identification has already been picked—now we have to climb higher up the tree. It’s quite scary up here in the biotech space, but the tree certainly remains full of opportunities. “We are now trying to treat and develop diagnostics for difficult diseases,” he continues. “This has brought some 20 |

BIOTECanada


health santé

realism to our industry, which has taken some time to set in. We must be careful not to allow realism to become ­pessimism, because there’s a whole lot more still to do. Try to tell someone with lupus, cancer, Huntington disease or severe pain that we have no more therapeutic options for their disease. We simply can’t stay still.” Dr. Pimstone sees public perception of the industry as another perennial challenge. “We have done a poor public relations job over the past 15 to 20 years, and the biopharmaceutical sector has not been able to shake a generally negative public image,” he says. “This is despite the fact that our industry produces life-saving products, which we all benefit from directly or indirectly. There just isn’t the appreciation of the efforts, the costs or the risks associated with developing new medicines.” In his view this will continue to be a challenge because “the reality to many people is that the notion of profiting from products to treat disease is irreconcilable. However, the reality is that if there weren’t profit incentives for companies, innovative products just wouldn’t be developed. It’s the same for technology companies and car companies, for example.

de procurer des traitements tout à fait novateurs dans des domaines médicaux qui en ont grand besoin. » Nous avons demandé au Dr Pimstone ses observations au sujet de ses années dans le secteur : « Ma principale conclusion est que la réussite est difficile dans cette industrie. La route est longue, en partie parce que l’on a déjà cueilli les fruits de l’identification de médicaments qui étaient à portée de main – il nous faut maintenant grimper plus haut dans l’arbre. Cela fait assez peur de se trouver dans les hauteurs de l’arbre des biotechs, mais il contient indéniablement encore de nombreux fruits. » « Nous tentons maintenant d’identifier les maladies difficiles à traiter », poursuit-il. « Cette tâche a apporté à l’industrie une certaine dose de réalisme qui a pris un certain temps à s’installer. Il faut prendre garde de ne pas laisser ce réalisme se transformer en pessimisme, car il reste encore beaucoup à faire. Allez dire à une personne atteinte de lupus, d’un cancer, de la maladie de Huntington ou souffrant de fortes douleurs que toutes les options de traitement de son trouble sont épuisées. On ne peut pas rester les bras ­croisés. »

The incredible advances in molecular and genetic technology have become much more affordable for research and clinical purposes. Les incroyables progrès des technologies moléculaires et génétiques sont de plus en plus accessibles à des fins cliniques et de recherche.

22 |

BIOTECanada


health santé

Health products shouldn’t be seen all that differently in that regard.” A reality often less appreciated by those outside the industry is the systematic broad increase in health care costs and the pressure this puts on the bio-pharma industry. Dr. Pimstone points out that in terms of managing health care costs, drug costs are probably among the easiest to manage. It is much more difficult, however, to implement new and innovative modes for delivery of health care, which is what is truly required to drive down health care costs across the board. “Reimbursement must be viewed in context and as part of an ecosystem,” he says. “Reimbursement allows companies to make some money for a period of time. This leads to investment into society in different ways: jobs, taxes, innovative medicines for people who need them… It is, however, clear that governments around the world will continue to put pressure on pricing and reimbursement of innovative products which are desired by patients, but which are very expensive to bring to market. This is becoming an increasingly important issue for our sector.” Thankfully, one thing that hasn’t changed is the quality of people working in the sector—people with incredible commitment and great passion, according to Dr. Pimstone. “Life scientists are generally people with a vision and with nerves of steel,” he says. “While this is a tough business, which is getting tougher, there will always be people who work hard and are willing to take risks when they have an enormous belief in the end goal. There are easier ways to make money than to get into the biotech industry. This is an industry that attracts a certain type of DNA.” Certainly there have been incredible successes over the past 25 years. The industry delivered some early biologic treatments such as Erythropoietin for treating anemia of chronic disease. Then the cholesterol-lowering blockbuster drugs of the early 90s arrived. This was followed by technical ­platforms such as antibodies, RNAi therapies and anti-sense, and there has always been the hope and promise of gene therapy. Biotechnology in Canada and elsewhere will continue to evolve and bring with it new opportunities. Dr. Pimstone offers a glimpse at the Xenon pipeline: “We’re definitely moving towards developing treatments for niche markets,” he says. “We’re using our significant understanding and knowledge of genetics to better predict drug responsiveness based on an individual’s genotype. This is an area where we see ourselves developing a great footprint. We will focus on finding solutions to underserved, unmet medical needs using a more personalized approach in a very m ­ eaningful way.” BIOTECanada

Congratulations

BIOTECanada « Les chercheurs en from Life Science sciences de la vie sont Association of Manitoba en général des gens de vision aux nerfs d’acier.  Bien qu’il s’agisse d’un milieu de plus en plus difficile, il y aura toujours  des personnes qui ne ménagent  pas leur labeur et qui sont prêtes  à prendre des risques lorsqu’elles  ont foi en un objectif ultime. »

Le Dr Pimstone est d’avis que la perception qu’a la population de l’industrie est un autre défi durable. « En matière de relations publiques, nous avons été médiocres au cours des 15 à 20 dernières années, et le secteur biopharmaceutique n’a pas réussi à se débarrasser d’une image généralement négative », dit-il. « Pourtant, notre industrie crée des produits qui sauvent des vies, et chacun en tire avantage, directement ou indirectement. On n’apprécie pas à leur juste valeur les efforts, les coûts et les risques associés à la mise au point de nouveaux médicaments. » Selon lui, ce défi demeurera, car « pour de nombreuses personnes, il est impossible de réconcilier l’idée de profit avec celle du traitement des maladies. Or, sans l’incitatif des profits, les sociétés ne développeraient tout simplement pas de produits innovants. Il en est de même dans le domaine des technologies ou dans celui de l’automobile. De ce point de vue, les produits de santé ne font en effet pas exception à la règle. » L’augmentation systémique des coûts de santé et la pression qu’elle exerce sur l’industrie biopharmaceutique constituent une réalité à laquelle les gens de l’extérieur du secteur ne pensent pas toujours. Le Dr Pimstone fait remarquer qu’en ce qui concerne les coûts de santé, le prix des médicaments est probablement le plus simple à gérer. Il est beaucoup plus difficile de mettre en œuvre des modes innovants de ­prestation des soins, alors que c’est ce qu’il faut pour ­v raiment réduire largement les coûts. « Le remboursement des médicaments doit être examiné dans le contexte de l’“écosystème” global », dit-il. « Le remboursement permet aux entreprises de gagner de l’argent durant un certain temps. Elles investissent ensuite à leur tour dans la société de différentes façons : emplois, taxes et impôts, médicaments innovants nécessaires à certains

spring / printemps 2012 | 23


health santé

“This is an area where we see ourselves developing a great footprint. We will focus on finding solutions to underserved, unmet medical needs using a more personalized approach in  a very meaningful way.”

Our collective future is moving toward personalized medicine and companion diagnostics co-developed with drugs. Working in this industry requires a great deal of flexibility and optimism. The view from British Columbia and across Canada offers an exciting history and enough optimism to last for the next 25 years.

malades… Malgré cela, il est évident que les gouvernements de partout au monde vont continuer de viser la baisse des prix et la restriction du remboursement des produits innovants, que les patients souhaitent, mais dont la commercialisation coûte très cher. Cet enjeu prend de plus en plus d’importance au sein de notre secteur. » Si l’on examine le paysage humain de l’industrie, on constate, heureusement, que la qualité des gens qui s’engagent dans le secteur a résisté à l‘épreuve du temps – des gens qui font preuve d’un extraordinaire dévouement et d’une grande passion, selon le Dr Pimstone. « Les chercheurs en sciences de la vie sont en général des gens de vision aux nerfs d’acier », dit-il. « Bien qu’il s’agisse d’un milieu de plus en plus difficile, il y aura toujours des personnes qui ne ménagent pas leur labeur et qui sont prêtes à prendre des risques lorsqu’elles ont foi en un objectif ultime. Il y a des moyens plus faciles de gagner de l’argent que de se lancer dans l’industrie des biotechs, mais elle a le don d’attirer un certain type d’ADN. » On a assisté à d’incroyables réussites au cours des 25 dernières années. L’industrie a fourni certains des premiers traitements biologiques, tels que l‘érythropoïétine produite par génie génétique en vue du traitement de l’anémie des maladies chroniques. Puis au début des années 1990, les médicaments vedettes de réduction du cholestérol sont arrivés. Leur ont succédé les technologies des anticorps, les thérapies basées sur l’interférence de l’ARN (ARNi) et les technologies anti-sens, sans compter l’espoir toujours présent des thérapies génétiques. La biotechnologie au Canada et ailleurs continuera d’évoluer et de susciter de nouvelles ­possibilités. En conclusion, le Dr Pimstone nous offre un regard sur la filière de Xenon : « Nous sommes assurément en train de passer à des traitements destinés à de petits créneaux du marché », dit-il. « Nous utilisons notre compréhension et notre savoir considérables en matière de génétique pour mieux prévoir la réaction aux médicaments en fonction du génotype de la personne. C’est un domaine dans lequel nous pensons laisser une marque importante. Nous axerons nos efforts sur la recherche de solutions aux besoins médicaux peu ou non comblés, en employant une approche plus personnalisée qui sera très utile. » La médecine personnalisée et les diagnostics compagnons mis au point en association avec les médicaments font partie de notre avenir collectif. Travailler au sein de cette industrie exige une grande dose de souplesse et de foi. Depuis la Colombie-Britannique et à travers le Canada, on a pu observer une histoire passionnante et un optimisme ­contagieux qui devrait durer... au moins 25 ans.

24 |

BIOTECanada


What makes an

investable biotech business:

A VC perspective

by Dr. Shermaine Tilley, CTI Life Sciences Fund www.ctisciences.com

26 |

BIOTECanada


Congratulations BIOTECanada from Ontario Genomics Institute

Qu’est-ce qu’une

entreprise de biotech propice à l’investissement? Le point de vue d’un fonds de capital de risque par MME Shermaine Tilley, Ph. D., Fonds CTI sciences de la vie www.ctisciences.com

BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 27


Congratulations

With the increasing knowledge and competition in the biotech sector, Canadian companies need to become more innovative and focused on growth and exit strategies to create wealth for the investor. Driving forces for such growth include management, technology IP protection and attractive markets. Canadian companies also need to adopt more innovative financial strategies in order to fuel growth. In this article, Dr. Shermaine Tilley of CTI Life Sciences Fund explores the business of science using two of their homegrown Canadian portfolio companies, Enobia and Zymeworks, as illustrations. The threads of CTI LSF’s initial investment diligence and criteria that wove into the success of these companies are highlighted.

Enobia Scores of stories will be told about Enobia Pharma, an extraordinary success with its recent acquisition by Alexion for a total consideration of up to US$1.08 billion, including US$610 million upfront. But even more important are the scores of children born with hypophosphatasia who will breathe easier, play and lead normal lives following therapy with Enobia’s ENB-0040 (human recombinant tissue nonspecific alkaline phosphatase), a bone-targeted enzyme replacement therapy (ERT) in Phase II clinical trials. Enobia was on our fund’s radar as a local Montreal biotech at the time we started our due diligence activities in Q3 of 2006.

BIOTECanada L’évolution des connaissances et de la from concurrence dans le secteur des biotechs Genome Atlantic pousse les sociétés canadiennes à innover encore davantage et à axer leurs efforts sur la croissance et sur des stratégies de sortie qui créent de la richesse pour l’investisseur. Une bonne gestion, une protection adéquate de la PI de la technologie et des marchés attrayants comptent parmi les facteurs déterminants d’une telle croissance. Les sociétés canadiennes doivent en outre adopter des stratégies financières plus originales si elles veulent croître. Dans le présent article, Mme Shermaine Tilley, Ph. D., du Fonds CTI sciences de la vie, explore le domaine des affaires scientifiques, à partir de deux sociétés faisant partie du portfolio canadien de CTI, Enobia et Zymeworks. Elle met en lumière la façon dont CTI a tissé les fils de la diligence et des critères requis à l’investissement initial et ainsi contribué à la réussite de ces sociétés.

Enobia On parlera longtemps d’Enobia Pharma, qui a accompli une extraordinaire réussite en se faisant acquérir par Alexion, pour une valeur totale de 1,08 milliard $US, dont 610 millions $US en paiements initiaux. Ce que l’on dira surtout au sujet de la société, cependant, c’est que grâce à elle, de nombreux enfants atteints d’hypophosphatasie congénitale pourront respirer plus facilement, jouer et mener des vies normales à la suite du traitement à l’ENB-0040 (forme

Hypophosphatasia is a rare and sometimes fatal metabolic bone disease. L’hypophosphatasie est une maladie osseuse métabolique rare, parfois mortelle.

28 |

BIOTECanada


Especially noteworthy was the addition of a new CEO, Robert Heft, who had senior management experience at Biomarin, a leading ERT player in the U.S. When we got to know Robert and his team, it became clear that he had the discipline to terminate unproductive programs while moving forward on promising ones. Also critical was that Enobia had generated very compelling preclinical data as of 2007 in a mouse model of hypophosphatasia. The growth of bone in the mice could readily be followed with X-rays upon treatment with ENB-0040. Regarding the potential for clinical success with this program, we noted that there is a high probability of ­predicting human efficacy from animal models in the ERT space. Enobia had incorporated a proprietary bone-targeting tag into ENB-0040, and had proceeded to file IP on this “platform” approach to treating bone disease, in general, as well as enabling various composition of matter patents on the drug itself. The business and investment case for Enobia was strong as well. Given the rarity of hypophosphatasia and the fact that no treatment was available for the disease, we could expect that the clinical trials required for proof of concept would be less lengthy and less expensive than for many other drugs.

r­ ecombinante de la phosphatase alcaline humaine non spécifique) d’Enobia, une enzymothérapie substitutive ciblant les os qui en est actuellement aux essais cliniques de phase II. Alors que le fonds commençait ses activités de diligence raisonnable au T3 de 2006, son radar avait détecté Enobia, une société de biotech de Montréal. L’entreprise venait de s’adjoindre les services d’un remarquable chef de la direction en la personne de Robert Heft, qui avait été cadre supérieur chez Biomarin, un important acteur du milieu de l’enzymothérapie substitutive aux É.-U. Nous avons fait mieux connaissance avec Robert ainsi que son équipe, et il nous est apparu évident qu’il avait la ­discipline nécessaire à l’interruption des programmes improductifs tout en allant de l’avant avec ceux qui recelaient des promesses. Un autre élément convaincant a été la production par Enobia de données précliniques très concluantes dès 2007 dans un modèle murin d’hypophosphatasie. Des radiographies ont permis d’aisément constater la minéralisation osseuse chez la souris à la suite du traitement à l’ENB-0040. Or, en ce qui concerne le potentiel de réussite clinique du programme, nous savions que les enzymothérapies substitutives connaissaient un taux de réussite élevé dans la prévision de l’efficacité sur l’humain à partir de modèles animaux. Enobia avait intégré un marqueur exclusif de ciblage de l’os dans l’ENB-0040 et avait déposé des éléments de propriété intellectuelle concernant sa « plateforme » de traitement des maladies osseuses en général, de même que des brevets pour divers composés du médicament en tant que tel. L’argument commercial et le dossier d’investissement d’Enobia étaient également solides. Ensuite, étant donné la rareté de l’hypophosphatasie et le fait qu’aucun traitement n’était offert pour la maladie, nous pouvions nous attendre à ce que les essais cliniques requis pour la validation de principe soient moins longs et moins coûteux que pour de nombreux autres médicaments. Jusque-là, des prix et des  remboursements favorables avaient été fixés dans les grands marchés pour les enzymothérapies substitutives, ce qui constituait un autre élément positif. Enfin, nous avons eu la chance d’attirer Orbimed comme co-investisseur principal dans Enobia. La relation s’est d’abord nouée par l’entremise de mon partenaire, Richard Meadows, qui a amené son ami et collègue Tom Schuetz (anciennement chez TKT, une société de ­médicaments orphelins acquise par Shire) à participer à l’aventure d’Enobia, en tant que consultant et membre du conseil. Puis, par le biais des contacts de M. Schuetz, nous avons pu attirer l’attention de Jonathan Silverstein d’Orbimed. Nous avons partagé avec son équipe les résultats de nos

BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 29


Critical success criteria for both Enobia and Zymeworks to date have been: Management: cross-border, domain-specific expertise (within top management, board and/or close advisors), proactive, capital-efficient, focused, flexible, value-creating with a sense of urgency

Technology: groundbreaking, game-changing, not “me too” but not too far outside mainstream

Business model and case: globally competitive, clear value proposition, “killer app,” large/desirable markets, near to medium-term value inflection points achievable

IP: strong protection and FTO, excellent IP counsel, “fence” of IP on both platform and specific molecules

Investable/acquirable: attractive to pharma/large biotech companies as partners, as well as other syndicate investors

Les principaux critères de réussite d’Enobia et de Zymeworks à ce jour : La gestion : une expertise transnationale propre à un domaine (au sein de la haute direction, du conseil et de leurs proches conseillers), une approche proactive, une rentabilité des capitaux, une diligente création de valeur et des qualités de volontarisme, de détermination et de souplesse.

La technologie : des percées, des trouvailles qui changent la donne et des avancées vraiment nouvelles sans être trop à l’avant-garde.

Le modèle et l’argument commerciaux : une compétitivité mondiale, une proposition de valeur claire, un élément de programme extrêmement attrayant, de vastes marchés et la possibilité d’infléchir la valeur à brève ou à moyenne échéance.

La PI : une protection et une liberté d’exploitation solides, d’excellents conseillers en PI, de même qu’une PI bien délimitée en ce qui concerne les programmes comme les molécules précises.

Le potentiel d’investissement/d’acquisition : un grand attrait pour les grandes sociétés pharmaceutiques et biotechnologiques en tant que partenaires, ainsi que pour d’autres syndicats d’investisseurs.

30 |

BIOTECanada


Favourable reimbursement and pricing have historically been in place in the major markets for ERTs. Des prix et des remboursements favorables avaient été fixés dans les grands marchés pour les enzymothérapies substitutives.

In addition, favourable reimbursement and pricing have historically been in place in the major markets for ERTs. Finally, we had the fortune of attracting Orbimed as our lead co-investor in Enobia. This connection occurred primarily through my partner, Richard Meadows, who brought his friend and colleague Tom Schuetz (formerly of TKT, an orphan drug company acquired by Shire) into the Enobia story—as an advisor and board member—and, via Tom’s connections, got the attention of Jonathan Silverstein at Orbimed. We shared our due diligence with his team and fairly quickly put together a Series B financing, also with existing investors. Orbimed’s deep understanding of and network within the ERT space, as well as their deep ­pockets, have been invaluable to the success of Enobia.

­ ctivités de diligence raisonnable et avons assez rapidement a mis en place un deuxième tour de financement, également avec les investisseurs existants. La connaissance approfondie qu’a Orbimed des enzymothérapies, son réseau dans le domaine, ainsi que ses fonds volumineux ont été inestimables en ce qui concerne la réussite d’Enobia.

Zymeworks We initially met Ali Tehrani, CEO, and Neil Klompas, CFO, of Zymeworks around 2008, and appreciated their “elevator pitch” and enthusiasm. Shortly after, I met with Steve Xanthoudakis, Merck’s technology scout in Canada, who commented on Zymeworks as potentially of significant interest to Merck.

Medicago Inc. (TSX: MDG) Vaccines of Tomorrow Medicago is a clinical-stage biopharmaceutical company developing novel vaccines and

Zymeworks has developed a set of groundbreaking computational approaches to protein engineering and design that are rooted in a profound understanding of protein structure, and how various alterations to native structures can improve and alter their biological activities. Applied to monoclonal antibody (mAb) therapeutics— a multi-billion-dollar market that all major pharmas are trying to move into these days—this is a powerful proposition. Further, this platform has provided not only algorithmic IP but, already, composition of matter IP around new mAb scaffolds.

therapeutic proteins to address a broad range of infectious diseases worldwide. The company is committed to providing highly effective and competitive vaccines and therapeutic proteins based on its proprietary VLP and manufacturing technologies. Congratulations BIOTECanada on celebrating 25 years!

Given my scientific and investment backgrounds in both the mAb and bioinformatics spaces, I could appreciate the potential of Zymeworks’s applied platform and was pleased to lead, on behalf of CTI LSF, the first institutional investment in the company starting in 2009. In 2010, my esteemed colleague BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 31


Don Drakeman (former CEO of Medarex, acquired by BMS for US$2.4 billion) agreed to join the board. Merck has recently concluded a partnership agreement with Zymeworks worth up to US$187 million in current and future milestones, including development of new therapeutic mAbs.

Zymeworks Nous avons rencontré le chef de la direction de Zymeworks, Ali Tehrani, et son directeur financier, Neil Klompas, en 2008 et avons tout de suite été sensibles à leur « argumentaire éclair » et à leur enthousiasme. Peu après, j’ai eu un entretien avec le dénicheur de technologies de Merck au Canada, Steve Xanthoudakis, selon lequel Zymeworks était dans la mire du grand ­laboratoire pharmaceutique.

Dr. Shermaine Tilley has been involved in the biotechnology industry as an investor for the past 12 years. She has managed due diligence and analysis groups, and participated in closing numerous transactions. Her unique range of experience also includes running a research laboratory, and holding faculty positions at the NYU School of Medicine and the Public Health Research Institute. Dr. Tilley holds a Ph.D. in biochemistry from the Johns Hopkins University School of Medicine and an MBA from the University of Toronto. She is also a member of the Toronto Society of Financial Analysts and has been a member of the Rotman School of Management Advancement Board since 2002.

For over 40 years, we BIOTECanada member Sales Representatives with the CCPE designation on our business cards have completed a mandatory Accreditation programme and other CCPE courses to elevate our value as a resource to physicians.

Zymeworks a mis au point un ensemble d’approches ­informatiques révolutionnaires de l’étude et de la conception des protéines qui prennent leur source dans une profonde compréhension de la structure protéique et de la façon dont diverses modifications des structures naturelles peuvent transformer favorablement les activités biologiques. Appliquées aux traitements à base d’anticorps monoclonaux (AcM), un marché multimilliardaire que les grands laboratoires pharmaceutiques tentent de ­pénétrer à l’heure actuelle, ces approches constituent une proposition de taille. De plus, ce programme a produit non seulement une PI algorithmique, mais, déjà, une PI sur la matière dans le domaine des nouveaux ­échafaudages d’AcM. Étant donné mon expérience en sciences et en investissement dans les domaines des AcM et de la ­bioinformatique, j’ai pu évaluer à sa juste valeur le ­potentiel du programme de recherche appliquée de Zymeworks; j’ai eu le plaisir de diriger, au nom de CTI, le premier investissement institutionnel dans la société en 2009. En 2010, mon estimé confrère, Don Drakeman (ancien chef de la direction de Medarex, acquise par BMS au coût de 2,4 milliards $US) a accepté d’entrer au conseil de l’entreprise. Merck a récemment conclu une entente de partenariat avec Zymeworks d’une valeur de 187 millions $US, répartis en différentes étapes actuelles et futures, y compris pour la mise au point de nouveaux traitements AcM.

We derive great satisfaction from helping to improve the health of Canadians. M me Shermaine Tilley, Ph. D., agit à titre d’investisseuse

Happy 25 to us! th

au sein de l’industrie de la biotechnologie depuis 12 ans. Elle s’est occupée de diligence raisonnable et de groupes

Congratulations BIOTECanada on celebrating 25 years!

d’analyses et a participé à conclure de nombreuses transactions. Fait assez exceptionnel, elle a aussi dirigé et géré un laboratoire de recherche et occupé des postes à l’institut de recherche en santé publique et à l’école de médecine de la NYU. M me Tilley est titulaire d’un doctorat en biochimie de l’école de médecine de la Johns Hopkins University, ainsi que d’un MBA de l’Université de Toronto. Elle est en outre membre de la Toronto Society of Financial Analysts et, depuis 2002, membre du Rotman Advancement Board.

32 |

BIOTECanada


BIOTECanada

spring / printemps 2010 | 33


2012 BIOTECanada Membership Community ®

To learn more about Canada’s leading biotechnology firms, visit the Canadian Life Sciences Database—a free, searchable resource of over 1,600 companies, institutes and research organizations. www.canadianlifesciences.com Pour en savoir plus sur les chefs de file canadiens de la biotechnologie, veuillez consulter la Canadian Life Sciences Database (base de données des sciences de la vie canadiennes, en anglais seulement) – une source que l’on peut consulter gratuitement, répertoriant 1600 sociétés, établissements et organisations de recherche. www.canadianlifesciences.com Agriculture & Nutrition / Agriculture et nutrition Agrisoma Biosciences Inc. Aqua Bounty Canada, Inc. Bio-K Plus International Inc. BioAmber Canada Inc. Chemaphor Inc. Okanagan Specialty Fruits Inc. Prevtec Microbia Inc. Solanum Genomics International Inc.

Affiliate Organizations / Organisations affiliées AusBiotech Biotechnology Industry Organization Canada’s Venture Capital and Private Equity Association Canadian Seed Trade Association Centre for Commercialization of Regenerative Medicine Korea Biotechnology Industry Organization MEDEC New Zealand Biotech Ontario Bioauto Council

Cardiovascular / troubles Cardiovasculaires Cardiome Pharma Corp. Medicure Inc. Milestone Pharmaceuticals Resverlogix

Consulting / Services consultatifs

Dermatology / Dermatologie viDA Therapeutics Inc.

Diabetes / Diabète DiaMedica Inc SemBioSys Genetics Inc. Sernova Corp. Sirona Biochem Corp.

Finance, Investor, Venture Capital / Finances, investissement, capital de risque Bloom Burton & Co. Business Development Bank of Canada CTI Life Sciences Fund GrowthWorks Capital Ltd. Lumira Capital Corp. MedWell Capital Corp. Oxford Finance Corp. Toronto Stock Exchange

Global Agriculture & Nutrition / Agriculture et nutrition mondiales Dow AgroSciences Canada Inc. Monsanto Canada Inc.

Global Biopharmaceutical (multiproduct) / Sociétés biopharmaceutiques mondiales (produits multiples) Abbott Canada Alexion Pharma Canada AMGEN Canada Inc. AstraZeneca Canada Inc. Baxter Corporation Biogen Idec Canada Inc. BioMarin Pharmaceutical Inc Bristol-Myers Squibb Canada Inc. Celgene Eisai Limited Eli Lilly Canada Inc. Genentech Genzyme Canada Inc. Gilead Sciences Canada Inc. Grifols Janssen-Ortho Inc. Merck Novartis Pharmaceuticals Canada Inc. Novo Nordisk Canada Inc. Pfizer Canada Inc.

Sanofi Pasteur Limited Santhera Pharmaceuticals (Canada) Inc. Shire Human Genetic Therapies SinoVeda Canada Inc. Takeda Canada Valeant Pharmaceuticals International Vertex Pharmaceuticals Inc. Vifor Pharma ViroPharma Inc.

Immunology / Immunologie AIM Therapeutics Isotechnika Pharma Inc. Parvus Therapeutics Inc. Trillium Therapeutics

Industrial & Environmental / Industrie et environnement BDR Technologies Ceapro Inc. CO2 Solution Inc. Lanxess Inc. Linnaeus Plant Sciences Inc. Metabolix Oilseeds, Inc. Sylvar Technologies Inc. Taiga BioActives Zymeworks Inc.

Infectious Disease / Maladies Infectieuses Affinium Pharmaceuticals Indel Therapeutics Inc. Inimex Pharmaceuticals Inc. Inflammatory / Troubles inflammatoires Asmacure Ltée UCB Canada

Legal / Services juridiques Belmore McIntosh Neidrauer LLP Borden Ladner Gervais LLP Farris, Vaughan, Wills & Murphy LLP Fasken Martineau DuMoulin LLP Gowling Lafleur Henderson LLP McCarthy Tétrault LLP Norton Rose Osler Hoskin & Harcourt LLP Smart & Biggar Fetherstonhaugh LLP Torys LLP Wilson Sonsini Goodrich & Rosati

3SIXTY Public Affairs Inc. Bioenterprise Corporation Brunel Deloitte & Touche LLP Ernst & Young LLP Global Public Affairs GMD Pharma Solutions JBL Group Inc. KPMG MoenGlobal Advisors Inc. NeoVentures Biotechnology Inc. PricewaterhouseCoopers LLP

36 |

BIOTECanada


La communauté des membres de BIOTECanada 2012

Medical Technology, Specialty, ­Diagnostics / Techniques médicales, spécialités, diagnostics Amorfix Life Sciences Ltd. Augurex Life Sciences Corp. Caprion Proteomics Critical Outcome Technologies Inc. DiagnoCure Inc. DLVR Therapeutics Inc. Interface Biologics Kane Biotech Inc. Miraculins Inc. Phenomenome Discoveries Inc. ProteoCyte Inc. Rna Diagnostics Inc. Sirius Genomics Inc. Sphaera Technologies Inc.

Metabolic / Troubles métaboliques enGene Inc.

Musculoskeletal / Troubles musculosquelettiques Adetherapeutics Inc.

Oncology / OnCologie Alethia Biotherapeutics Aquinox Pharmaceuticals Inc. Bioniche Life Sciences Inc. Celator Pharmaceuticals Corp. Del Mar Pharmaceuticals ESSA Pharmaceuticals KalGene Pharma Inc. Marsala Biotech MethylGene Inc. OncoGenex Pharmaceuticals Oncolytics Biotech Inc. ProMetic Life Sciences Inc. PTC Therapeutics Qu Biologics Receptor Therapeutics Inc. Superna Life Sciences Thallion Pharmaceuticals Inc. Viventia Biotechnologies Inc. YM BioSciences Inc.

Ophthalmology / Ophthamologie iCo Therapeutics Inc. QLT Inc.

Pain / Douleur

National Biotechnology Accord / AcCord National de Biotechnologie

Wex Pharmaceuticals Inc. Xenon Pharmaceuticals Inc.

Ag-West Bio Inc. BioAlberta BioAtlantech BioNova BIOQuébec Life Science Association of Manitoba Life Sciences British Columbia Life Sciences Ontario Newfoundland and Labrador Association of Technology Industries Ontario Agri-Food Technologies Ontario Bioscience Industry Organization OBIO Prince Edward Island BioAlliance

Products & Services / produits ET services

Nephrology / Néphrologie Thrasos Therapeutics

Neurology/CNS / Neurologie/ système nerveux central Allon Therapeutics Inc. Angiochem Inc. Bellus Health Inc. Cynapsus Therapeutics Inc. Highland Therapeutics MedGenesis Therapeutix Inc. MSI Methylation Sciences Inc. Neurodyn Inc. NoNO Inc. Protagenic Therapeutics Canada Inc. RepliCel Life Sciences Teva Canada Innovation Transition Therapeutics Inc.

BIOTECanada

Bio Business Magazine BioVectra DCL Dalton Pharma Services GenePOC Inc. Innovascreen Inc. Innovative Targeting Solutions Inc. InSymbiosis KMT Hepatech Inc. Marsh Canada Limited Pangaea Group of Companies PBR Laboratories POS Bio-Sciences SignalChem Lifesciences Corporation Sound Insurance Services Inc. Technology Vision Group LLC Therapure Biopharma Inc. VWR International Woodbridge Foam Corporation

Research, Academic & Economic ­Development / Recherche et développement universitaire et économique Agricultural Institute of Canada Canadian Institutes of Health Research CÉPROCQ (Centre d’études des procédés chimiques du Québec) City of Toronto Crop Development Centre, University of Saskatchewan Genome Canada Innovation PEI Institute for Research in Immunology and Cancer-Commercialization of Research International Centre for Infectious Diseases MaRS Discovery District National Research Council of Canada Pan-Provincial Vaccine Enterprise Research Canada Rick Hansen Institute Sarnia-Lambton Economic Partnership Saskatchewan Research Council Sustainable Chemistry Alliance TEC Edmonton The Centre for Drug Research & Development The Research Park University of Guelph University of Manitoba University of Prince Edward Island Uvic Industry Partnerships

Stem Cell / Cellules Souches Stem Cell Therapeutics Corp.

Vaccines / vaccins ImmunoVaccine Technologies Medicago Plantform Vaccine and Infectious Disease Organization Variation Biotechnologies *Listing identifies companies by principal area of operations only. / Cette liste ne classe les sociétés qu’en fonction de leur principal domaine de fonctionnement. As of May 2012 / à partir de mai 2012

spring / printemps 2012 | 37


Opinion:

Celebrating 25 years of Canadian innovation Opinion :

25 ans d’innovations canadiennes, ça se fête! by Albert D. Friesen, Ph.D. CEO, Centrestone Ventures par Albert D. Friesen, Ph. D. Chef de la direction de Centrestone Ventures

As a founding Director of the Canadian industrial biotechnology association, now known as BIOTECanada, it amazes me to think that 25 years have passed since those first exciting days of dreaming and planning how to realize the huge economic benefits from biotech. The biotech sector and innovation is even more important and exciting today than it was back then—in fact, it is critical for Canada’s economic, cultural and social well-being. We need to continue to provide strong support for basic research and development, and increase our focus and energy on commercialization of the research.

BIOTECanada

En tant que directeur fondateur de ­l’association canadienne de la biotechnologie industrielle que l’on appelle aujourd’hui BIOTECanada, je constate avec étonnement que 25 ans sont déjà passés depuis ces premiers jours où, portés par l’enthousiasme, nous avons imaginé et élaboré les moyens d’exploiter les avantages économiques immenses de la biotechnologie. Le secteur de la biotechnologie et de l’innovation est encore plus important et stimulant aujourd’hui qu’il ne l’était à l’époque – de fait, il est même devenu essentiel à l’économie, à la culture et au bien-être de la société canadienne. Il importe donc de continuer à soutenir pleinement la

spring / printemps 2012 | 39


“We need to become more entrepreneurial and to increase our innovation efficiency. The notion that innovation happens by chance is misplaced. Thomas Edison put it succinctly: ‘Genius is 1 percent inspiration and 99 percent perspiration.’” My own experience of leading the development of WinRho at the Winnipeg Rh Institute—a product now produced at Cangene—demonstrates that locally funded research can be translated into a successful Canadian innovation. WinRho is a Canadian success story of research, ­development, manufacturing, worldwide distribution and cost-effective prevention of what used to be a devastating disease, called Rh disease of the newborn. There are many other research successes in Canada, but too few Canadian commercialization successes. Canada is a recognized world leader in research, primarily through post-secondary and government institutions. We are the inventors of insulin, the electron microscope, the pacemaker, instant food and numerous other innovations. Did you know that Henry Woodward, a Canadian, holds the original patent for the light bulb, subsequently purchased by the Edison Company? We need to focus efforts on the commercialization of our science.

r­ echerche-développement fondamentale et d’accroître nos actions visant à commercialiser les produits de la recherche. J’ai dirigé le développement au Winnipeg Rh Institute de WinRho, d’un produit aujourd’hui fabriqué par Cangene. ­L’évolution de ce produit est la preuve que le financement local de la recherche peut se traduire par une innovation canadienne d’importance. WinRho constitue une réussite canadienne en matière de recherche-développement, ­fabrication et commercialisation à l’échelle mondiale, ainsi qu’un moyen de prévention peu coûteux de la ­maladie hémolytique du nouveauné, qui fut longtemps dévastatrice. On compte de nombreuses autres réussites en matière de recherche au Canada, mais trop peu d’exemples de commercialisation fructueuse. Le Canada possède une réputation de chef de file sur le plan de la recherche, essentiellement grâce à ses établissements postsecondaires et gouvernementaux. Nous avons inventé l’insuline, le microscope électronique, le stimulateur ­cardiaque, les aliments instantanés et de nombreux autres produits innovateurs. Saviez-vous que le Canadien Henry Woodward détient le brevet original de l’ampoule électrique, qui fut par la suite acheté par la société Edison? Il nous faut axer nos efforts sur la commercialisation de nos sciences. À titre de directeur de la Fondation canadienne pour ­l’innovation (FCI), je perçois de la part du gouvernement canadien un réel engagement envers les infrastructures de recherche. La FCI a géré pour plus de 12 milliards $ de financement au cours des 15 dernières années, contribuant ainsi à faire du Canada un chef de file mondial de la recherche. La FCI n’est qu’un maillon du réseau des grands organismes de financement fédéraux et provinciaux, et il reste beaucoup à faire pour transformer nos recherches en réussites commerciales au Canada. Le programme RS&DE constitue un apport réel, dont a vraiment besoin le secteur canadien de la biotechnologie. Je suis satisfait de voir que le récent budget fédéral n’a pas réduit le financement du programme RS&DE autant que le préconisait le rapport Jenkins. Je suis d’avis, bien sûr, que des améliorations sont nécessaires pour réduire les coûts et la complexité de RS&DE, et il semble que les recommandations du budget fédéral aillent dans ce sens. Ainsi donc, les mesures d’incitation fiscales encouragent l’industrie ­canadienne à effectuer davantage de recherche; l’industrie, elle, accuse un retard en la matière par rapport aux autres pays développés.

40 |

BIOTECanada


As a Director of the Canada Foundation for Innovation (CFI), I see a strong commitment to research infrastructure by the Canadian government. CFI is responsible for over $12 billion in funding over 15 years, which will aid in transforming Canada into world leaders of research. CFI is just one of a number of great federal and provincial funding agencies, but more can and should be done to transform this research to successful commercialization in Canada. The SR&ED program is a benefit to and critically needed for the Canadian biotech sector. I was pleased that the recent ­federal budget did not seem to go as far in reductions to the SR&ED program as were recommended by the Jenkins Report. Yes, I recognize that there could be improvements to reduce the cost and complexity of SR&ED, and it seems that was a target of the budget recommendations. Tax incentives do push the industry to do more research, and it is Canadian industry that lags behind other developed countries in doing research. More commercialization in Canada is needed. However, today our bio-economy already contributes $85 billion, or more than 7 percent of Canada’s GDP, and supports the employment of more than 1 million, similar to the auto industry. China is investing in a huge way in biotechnology, as an important part of their current Five-Year Plan. Germany, India, Brazil and others are also investing. The U.S. is stepping up its focus on an Innovation Strategy. Nations aren’t standing still—they are making serious investments because they want these jobs. What do we need to do to improve the translation of research to stronger economic outcomes here in Canada? I submit that we need to become more entrepreneurial and to increase our innovation efficiency. The notion that ­innovation happens by chance is misplaced. Thomas Edison put it succinctly: “Genius is 1 percent inspiration and 99 percent perspiration.” The innovator’s job is not to deliver a proven result, but to discover and implement what seems to be impossible. The process will likely lead to failures along the way—this is necessary and should be celebrated, not discouraged. We must train, support and celebrate entrepreneurs. ­Innovation is about converting assumptions into products and services as quickly and inexpensively as possible. This takes discipline, determination, persistence and even perspiration. Health care is one of Canada’s most pressing fiscal ­challenges, taking up over 40 percent of provincial budgets. This is simply not sustainable. Biotechnology innovation is almost certainly one major contributor to the solution. Canada has the basis for a solution—what we need now is implementation.

BIOTECanada

Le Canada a réellement besoin d’accroître la commercialisation de ses recherches. La bioéconomie représente néanmoins déjà plus de 85 milliards $ ou 7 pour cent du PIB du Canada et contribue à plus d’un million d’emplois, à peu près comme l’industrie automobile.

Congratulations BIOTECanada from UCB Canada

La Chine investit des sommes colossales dans la ­biotechnologie. Le secteur constitue, de fait, un axe majeur de son plan quinquennal. L’Allemagne, l’Inde, le Brésil et d’autres pays investissement également dans le domaine. Les États-Unis augmentent les efforts consacrés à leur stratégie d’innovation. Les pays, loin de prôner le statu quo, effectuent d’importants investissements parce qu’ils veulent les emplois de cette industrie porteuse.

Thomas Edison l’a parfaitement résumé : « Le génie (ou l’innovation), c’est 1 pour cent d’inspiration et 99 pour cent de transpiration. » Que devons-nous faire pour transformer la recherche en résultats économiques plus importants ici même au Canada? Je soumets l’idée qu’il faut développer notre sens de l’initiative et d’augmenter notre efficacité en matière ­d’innovation. Il est faux de penser que l’innovation est une question de chance. Thomas Edison l’a parfaitement résumé : « Le génie (ou l’innovation), c’est 1 pour cent d’inspiration et 99 pour cent de transpiration. » On ne demande pas aux inventeurs de produire des ­résultats tangibles, mais de découvrir et mettre en œuvre ce qui semble impossible. Il y aura bien sûr des échecs en cours de route – ceux-ci sont nécessaires, et on doit s’en féliciter plutôt que de s’en décourager. Nous devons former des entrepreneurs et les stimuler. L’innovation consiste à ­t ransformer des hypothèses en produits et services aussi rapidement et à aussi peu de frais que possible. Cela exige de la discipline, de la d ­ étermination, de la persévérance et même de la ­t ranspiration. La santé publique, avec une part de plus de 40 pour cent des budgets provinciaux, représente l’un des défis ­économiques les plus urgents au Canada : une situation intenable. L ­ ’innovation en biotechnologie tiendra certainement une grande part dans la solution à cette situation. Le Canada dispose de la matière et doit maintenant en ­réaliser tout le potentiel.

spring / printemps 2012 | 41


legal matters questions de droit

Legal counsel: Your partner in life cycle management Le conseiller juridique : un partenaire qui vous guide dans le cadre de la gestion du cycle de vie by John Norman, Ph.D., Lewis Retik and Kathleen Keller-Hobson par John Norman, Ph. D., Lewis Retik et Kathleen Keller-Hobson

The story of a successful life sciences company is similar to the story of a human life: there is a beginning, a middle and an end, with milestones along the way. There are legal considerations within each stage of the life cycle. At the nascent stage, companies have an idea. This intellectual property requires protection and may also be leveraged as a business asset. Companies may next face the regulatory process and therefore need to understand where the policies end and the law begins. Exit strategies must also be considered. How will investors realize upon their investment? Is an IPO the right choice? This article briefly outlines some legal life cycle management issues to consider as companies grow from idea to commercial innovation.

STEP ONE: LEVERAGE ALL ASSETS Before filing for IP protection, a life sciences company needs to determine what form of protection is appropriate. Perhaps the technology cannot be easily reverseengineered and so may be best protected as a trade secret. Or there may be concerns relating to the time it will take to recoup the investment in filing a patent application. Decisions must also be made regarding where to file geographically, either worldwide or in select markets. Lastly, the most valuable patents must be drafted so as to protect the commercial product. This involves not only accurate drafting, but a consideration of local laws, jurisprudence and enforcement options. Patents are valuable assets, and a company audit may find untapped, unrealized and forgotten assets such as licensing

BIOTECanada

L’histoire d’une entreprise spécialisée en sciences de la vie qui réussit ressemble beaucoup à l’histoire d’un être humain; il y a en effet un début, un milieu, une fin, le tout marqué de jalons particuliers. Et chaque stade du cycle de vie comporte un aspect juridique spécifique. À la base d’une entreprise se trouve d’abord une idée. Cette idée, actif de propriété intellectuelle qui requiert une protection, peut également être utilisée à titre d’actif d’entreprise. Les entreprises seront ensuite peut-être appelées à faire face au processus ­réglementaire et auront donc besoin de comprendre où prennent fin les politiques et où débute la loi. Les stratégies de sortie doivent aussi être prises en compte. Comment les investisseurs réaliseront-ils la valeur de leur investissement? Le PAPE est-il un bon choix? Le présent article propose un bref survol des enjeux de gestion du cycle de vie que les entreprises doivent connaître alors qu’elles traversent les divers stades de leur existence, de l’idée originale à ­l’innovation commercialisée.

PREMIÈRE ÉTAPE : TIRER PROFIT DE TOUS LES ACTIFS Avant de déposer une demande de protection en PI, une entreprise de sciences de la vie doit d’abord déterminer quel type de protection est le plus approprié. Peut-être que la technologie en question peut être décompilée et donc serait mieux protégée en tant que secret de fabrication? Ou peut-être existe-t-il des préoccupations liées au temps nécessaire pour récupérer son investissement relatif au dépôt de la demande de brevet? Il faut aussi prendre des décisions en ce qui a trait à l’emplacement géographique de la demande, soit à l’échelle mondiale ou uniquement dans

spring / printemps 2012 | 43


legal matters questions de droit

“When interacting with regulatory bodies, it is critical to understand the legal context of the product and the legal framework under which  the product will be sold in order  to avoid costly wrong turns in  the product launch process.”

­ pportunities, bargaining chips in negotiations with o ­suppliers or purchasers, potential alliances or partnerships, and even the sale of patents that are no longer part of the ­company’s business plan. It is equally as important for the company to know its competitor’s IP as well as its own. It does not want to find out about a competitor’s patents only when they are attached to a court document. Developing a work-around to prevent infringement may even lead to new technologies in an untapped market. Or, the company may be able to proactively seek licensing prior to use, which is generally cheaper than legal fees and damages for infringement. Knowing the entire IP landscape enables management to make quick and reasonable decisions in enforcing patent rights, mitigating against lawsuits for patent infringement, or being ready for litigation if it happens.

STEP TWO: UNDERSTAND THE REGULATORY FRAMEWORK When a company sells regulated products, it must consider how its products will be regulated in the  jurisdiction, whether there are any pre- or post-market responsibilities, and what the best strategy would be with respect to interacting with regulatory bodies. Regulated products include food, drugs, cosmetics, medical devices and natural health products (e.g., supplements). Products regulated in a certain way in one country may be regulated in a fundamentally different way in another. For example, food supplements in the U.S. are often regulated as food, whereas the same products in Canada are often regulated as natural health products, a subset of drugs. In addition, the ­product claims or indication for use can determine how the product is regulated. A topical cream that claims to reduce the appearance of wrinkles may be deemed a cosmetic, whereas the same product formulation that claims to actually reduce the wrinkles may be deemed a drug.

44 |

des marchés ciblés. Enfin, les brevets les plus précieux doivent être rédigés de telle sorte qu’ils assurent la protection du produit commercial, ce qui nécessite non seulement une rédaction exacte, mais aussi la prise en compte des lois, de la jurisprudence et des options d’application des lois et des réglementation locales. Les brevets sont des actifs précieux et le fait d’effectuer des vérifications peut révéler des actifs non exploités, non réalisés et même oubliés, comme des possibilités de licence, des actifs de PI qui peuvent servir de monnaie d’échange lors de négociations avec des fournisseurs ou des acheteurs, des alliances ou des partenariats potentiels, et même des occasions de vente de brevets qui ne font plus partie du plan d’affaires de l’entreprise. Il est également important que la société connaisse la PI de ses compétiteurs aussi bien que la sienne. En effet, il est déjà trop tard quand on découvre la PI d’un compétiteur dans des documents de la cour. Élaborer une solution de rechange pour éviter la contrefaçon peut même mener au développement de nouvelles technologies dans un ­marché encore inexploité. Ou l’entreprise pourrait obtenir les licences de manière proactive, c’est-à-dire avant ­l’utilisation, ce qui est généralement moins cher que des frais juridiques et des dommages-intérêts pour contrefaçon. Bref, connaître à fond tout le paysage de PI permet à la direction de prendre des décisions rapides et éclairées en matière de protection des brevets, de diminuer les risques afférents à des poursuites pour violation de brevets ou d’être fin prête dans le cas de litiges.

BIOTECanada


legal matters questions de droit

When interacting with regulatory bodies, it is critical to understand the legal context of the product and the legal framework under which the product will be sold in order to avoid costly wrong turns in the product launch process. These bodies often rely on policy to justify their decisions. However, a policy is merely an interpretation of the law, and policies often go beyond what is outlined in the law. Ideally, legal counsel familiar with this area of law will interact with the regulatory body on the life sciences company’s behalf. These legal professionals understand where the policies end and the law begins, and may advise as to when to accept certain regulatory decisions and when to push back because there is no legal basis for the decision.

STEP THREE: PREPARE FOR EXIT STRATEGIES As a life sciences company advances to “maturity” in the life cycle, its venture capital investors will seek to realize upon the value of their investment. The most common exit strategies are launching an initial public offering (IPO) or selling the business. The choice of exit strategy will depend upon a number of factors, including the size and development stage

BIOTECanada

DEUXIÈME ÉTAPE : COMPRENDRE LE CADRE RÉGLEMENTAIRE

Congratulations BIOTECanada from Takeda Canada Inc.

Lorsqu’une société vend des produits réglementés, elle doit tenir compte de la façon dont ses produits seront réglementés sur le territoire et de l’existence d’exigences à respecter avant ou après le lancement sur les marchés, ainsi que de la meilleure stratégie relativement à l’interaction avec les organismes de réglementation. Les produits réglementés comprennent les aliments, les médicaments, les cosmétiques, les appareils médicaux et les produits de santé naturels (p. ex., les suppléments). Les produits réglementés d’une certaine manière dans un pays peuvent l’être d’une manière complètement différente dans un autre pays. Par exemple, les compléments alimentaires aux États-Unis sont souvent réglementés comme des aliments, alors qu’au Canada, ils sont considérés comme un sous-groupe des médicaments. De plus, les propriétés attribuées à un produit ou les directives d’utilisation peuvent également déterminer comment ce dernier sera réglementé. Une crème topique qui prétend réduire l’apparence des rides peut entrer dans la catégorie des cosmétiques, alors que la même formulation de produit qui prétend

spring / printemps 2012 | 45


legal matters questions de droit Congratulations BIOTECanada from

“The choice of exit strategy will depend upon a number of factors, including the size and development stage of the life sciences company and the objectives of its investors, founders and management.” of the life sciences company and the objectives of its ­investors, founders and management. Achieving a ­market ­valuation through an IPO or a sale price that reflects the maximum value of the technology and state of commercialization of the company will be paramount. An IPO is not a complete exit as significant investors, as well as management, will often be required under securities laws or by underwriters to escrow their shares for a period post-completion of the IPO. Given current market conditions, however, sale of the company to a strategic

Le Groupe JBL souhaite féliciter BioteCanada pour son  25ème anniversaire.

The JBL Group wishes to congratulate BioteCanada on its 25th anniversary.

46 |

vraiment réduire les rides sera peut-être classée comme un médicament.

BioAlberta

Il est crucial de bien comprendre le contexte juridique dans lequel le produit s’inscrit et dans lequel le produit sera vendu quand il s’agit d’interagir avec des organismes de réglementation, pour ainsi éviter de faire des faux pas coûteux lors du processus de lancement. Ces organismes s’appuient souvent sur des politiques pour justifier leurs décisions. Cependant, une politique n’est en fait qu’une interprétation de la loi et très souvent, elle aura tendance à dépasser la portée de cette dernière. Idéalement, s’adjoindre un avocat-conseil qui connaît bien la loi et qui interagit avec l’organisme de réglementation au nom de l’entreprise en sciences de la vie peut s’avérer très avantageux. Ces professionnels comprennent les limites des politiques par rapport à la portée de la loi et sont à même de fournir des conseils éclairés pour savoir quand accepter certaines décisions réglementaires ou quand s’opposer à ces dernières, car elles ne reposent sur aucune assise juridique.

TROISIÈME ÉTAPE : PRÉPARER DES STRATÉGIES DE SORTIE Au fur et à mesure qu’une entreprise de sciences de la vie progressera dans le cycle de vie, ses investisseurs en capitalrisque tenteront de réaliser la valeur de leur investissement. Les stratégies de sortie les plus communes consistent à faire un premier appel public à l’épargne (PAPE) ou à vendre ­l’entreprise. Le choix d’une stratégie de sortie repose sur un certain nombre de facteurs, y compris la taille et le niveau de développement de l’entreprise en sciences de la vie ainsi que les objectifs des investisseurs, des fondateurs et de la direction. Obtenir une évaluation boursière par le truchement d’un PAPE qui reflète la valeur maximale de la technologie et l’état de la commercialisation s’avère primordial. Un PAPE ne constitue pas une stratégie de sortie complète puisque des investisseurs importants, de même que la direction, seront bien souvent tenus en vertu des lois sur les valeurs mobilières ou selon la volonté des preneurs fermes de bloquer leurs actions pour une période suivant la réalisation du PAPE. Étant donné les conditions du marché, cependant, la vente de l’entreprise à un partenaire stratégique, à un compétiteur ou à un fonds d’investissement privé peut s’avérer une option plus avantageuse. Pour réussir l’une ou l’autre de ces stratégies de sortie, il importe que l’entreprise en sciences de la vie œuvre de concert avec un conseiller juridique d’expérience tout au long de son cycle de vie afin de faire en sorte qu’elle protège efficacement sa PI et que les contrats commerciaux clés sont négociés et rédigés de manière à obtenir une évaluation boursière maximale de l’entreprise. Il est aussi essentiel que la structure financière, les ententes entre actionnaires et les autres documents créant des droits d’actionnaires ou des

BIOTECanada


legal matters questions de droit

droits aux actions ordinaires de l’entreprise (comme des options offertes aux employés et des ententes de financement) soient rédigés de manière à envisager un PAPE ou une acquisition et à en faciliter la mise en œuvre. Préparer une entreprise à un PAPE requiert la planification et la préparation soigneuses d’un prospectus détaillé et une acquisition comporte la négociation de conditions complexes comme des clauses de capacité de gain et des clauses liées aux ­indemnités – deux cas qui requièrent des conseils ­juridiques  experts. Pour en apprendre davantage sur les enjeux liés à la ­gestion du cycle de vie, communiquez avec nous ou visitez-nous en ligne à www.gowlings.com.

John Norman, Ph. D., et Lewis Retik sont respectivement des associés du groupe de PI et du groupe Droit des affaires de Gowlings et œuvrent au bureau du cabinet à Ottawa. Kathleen Keller-Hobson pratique le droit dans les secteurs des fusions et acquisitions, du financement d’entreprises et du droit des valeurs mobilières au bureau de Toronto.

partner, competitor or private equity fund may be a more viable option. To successfully achieve either of these exit strategies, it is critical that the life sciences company work with experienced legal counsel, throughout the continuum of its life cycle, to ensure that it effectively protects its IP and that key commercial contracts are negotiated and drafted to support a maximum valuation of the business. It is also essential that the capital structure, shareholder agreements and other documents creating shareholder rights or rights to equity in the company (such as employee options and financing arrangements) be drafted to contemplate and facilitate the implementation of an IPO or acquisition. Preparing a ­company for an IPO requires significant planning and preparation of a detailed prospectus, and an acquisition involves negotiation of complex terms such as earn-outs and indemnities—in either case requiring expert legal advice. To learn more about life cycle management issues, contact us or visit us online at www.gowlings.com.

Our unique approach: driven by clinical need, committed to clinical implementation The PROOF (Prevention of Organ Failure) Centre of Excellence is a not-for-profit organization dedicated to developing and implementing biomarkers to prevent, predict, diagnose and better manage heart, lung and kidney disease. We are a cross-disciplinary engine of partners including commercial organizations, academia, health care, government and patients focused on bringing new tools to physicians and industry. www.proofcentre.ca Congratulations BIOTECanada on celebrating 25 years!

John Norman, Ph.D., and Lewis Retik are partners in Gowlings’ IP and Business groups, respectively, and are based in the firm’s Ottawa office. Kathleen Keller-Hobson practices in the area of mergers and acquisitions, corporate finance and securities law, and is based in the Toronto office.

BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 47


An interview with Natalie Dakers, President and CEO, The Centre for Drug Research and Development Une entrevue avec Natalie Dakers, présidente et chef de la direction, le Centre for Drug Research and Development

insights: Share with us a bit about CDRD—what are you up to?  Natalie Dakers: CDRD is just hitting its five-year point, so it’s an exciting and pivotal time for us. Much of our first few years were spent building our infrastructure, recruiting our team of 85+ experts in drug development and commercialization, and building relationships with world-class investigators who have provided breakthrough discoveries, which are the foundation of everything we do.

insights : Parlez-nous un peu du CDRD – à quoi travaillez-vous actuellement? Natalie Dakers : Le CDRD aura bientôt cinq ans, alors c’est pour nous une période cruciale de grand enthousiasme. La majeure partie de ces années a été consacrée à mettre sur pied notre infrastructure, à recruter quelque 85 experts en développement et commercialisation de médicaments et à établir des relations avec des chercheurs de premier ordre. Ces derniers ont fait des découvertes

BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 49


After a few years of now being fully operational, CDRD has been able to begin to effectively fulfill our mandate of addressing one of the biggest challenges facing the life sciences sector today: how to translate commercially promising health research conducted at the university level into new therapies that improve and save lives. In that context, we provide drug development infrastructure and scientific and business expertise to enable researchers from leading academic and health research institutions to advance promising, early-stage drug candidates to a stage where they are matured and de-risked enough to secure licensing partners, form the basis of spin-off companies, or attract additional capital for clinical development.

Through the work of CDRD and CDRD Ventures Inc. (CVI), academic health research discoveries have a much greater prospect of being developed into new medicines. Grâce au travail du CDRD et CDRD Ventures Inc. (CVI), la probabilité que les découvertes de la recherche universitaire en santé deviennent des médicaments est accrue.

qui sont à la base de tout ce que nous entreprenons.

Congratulations BIOTECanada from Alberta

Innovates Bio Pleinement opérationnel depuis Solutions quelques années, le CDRD a commencé à remplir adéquatement son rôle, qui consiste à relever l’un des plus grands défis auxquels est aujourd’hui confronté le secteur des sciences de la vie : la transformation de recherches en santé commercialement prometteuses effectuées au niveau universitaire en traitements qui améliorent la qualité de vie des malades ou, mieux, qui sauvent des vies.

Dans ce contexte, nous fournissons une infrastructure de développement de médicaments et une expertise commerciale qui permettent aux chercheurs des universités et établissements de recherche de premier plan d’amener les candidats-médicaments précoces, mais prometteurs, à un stade d’avancement et de faiblesse du risque qui attire l’intérêt d’éventuels partenaires de licence – pour la création d’entreprises par essaimage – ou des capitaux supplémentaires aux fins du développement clinique. Le CDRD est maintenant l’une des seules organisations de recherche translationnelle entièrement intégrée au monde – et la seule au Canada – possédant l’infrastructure et l’expertise internes nécessaires à tous les aspects du développement préclinique et de la commercialisation des petites molécules et des candidats-médicaments biologiques. En fin de compte, grâce au travail du CDRD et de sa branche commerciale, CDRD Ventures Inc. (CVI), la probabilité que les découvertes de la recherche universitaire en santé deviennent des médicaments est accrue, le secteur privé des sciences de la vie profite d’une solide filière de ­technologies prévalidées, et le rendement pour la société de l’investissement public dans la recherche est maximisé. Qu’est-ce qui a changé ou s’est amélioré au fil des ans? Ce qui a le plus considérablement évolué au CDRD est peut-être l’axe géographique. Bien que notre mandat de départ ait été uniquement provincial, nous nous sommes vite rendu compte que la nécessité d’une organisation comme le CDRD n’était pas restreinte à la Colombie-Britannique, mais s’étendait à l’ensemble du Canada. Par conséquent, l’organisation s’est étendue au point de devenir nationale et de regrouper plus de 20 établissements universitaires affiliés à travers le pays. L’offre aux chercheurs de ressources dont ils n’avaient jamais disposé a ainsi amélioré le paysage global de la commercialisation au Canada. À la suite de cela, nous avons constaté l’établissement de partenariats entre différentes organisations de recherche. Le CDRD, par exemple, a maintenant des partenariats avec

50 |

BIOTECanada


CDRD has now been built into one of only a handful of fully-integrated translational research organizations in the world—and the only one in Canada—with the in-house infrastructure and expertise to undertake all aspects of pre-clinical drug development and commercialization of both small molecule and biologic drug candidates. Ultimately, through the work of CDRD and our commercial arm, CDRD Ventures Inc. (CVI), academic health research discoveries have a much greater prospect of being developed into new medicines; the private sector life sciences industry is fuelled with a robust pipeline of new pre-validated technologies; and the societal returns on public research investment are maximized. What has changed or improved over the years?  What’s changed for CDRD perhaps most significantly is our geographic focus. Although we began with solely a provincial mandate, we quickly realized that the need for an organization like CDRD doesn’t exist just in British Columbia, but in fact extends across Canada. As a result, we have expanded to become a national organization with over 20 affiliated academic institutions across the country, thereby improving the overall commercialization landscape in the country by providing researchers with new resources that were never previously available to them. Further to this, we’ve also seen a building of the partnerships between research-based organizations. CDRD, for example, now has partnerships with other Centres of Excellence for Commercialization and Research (CECRs) including MaRS Innovation in Toronto and the Vancouver Prostate Centre, as well as leading-edge specialized platforms such as the Metabolomics Innovation Centre at the University of Alberta and the National Research Council’s Biotechnology Research Institute in Montreal. These types of collaborations only serve to strengthen the overall research environment in Canada, pooling our collective expertise and resources. What milestones has the organization experienced?  At CDRD, we’re very proud of the many milestones we’ve achieved so far, from securing our first investments from both the federal and provincial governments (and being named a Centre of Excellence for Commercialization and Research), as well as building industry partnerships with Pfizer, Johnson & Johnson and Roche; to expanding our drug development platform to include biologics, recently undertaking our one hundredth research project, or helping specially train over 80 graduates to help grow our life sciences industry and economy.

d’autres Centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR), dont MaRS Innovation à Toronto et le Vancouver Prostate Centre, ainsi qu’avec des établissements de pointe tels que le Metabolomics Innovation Centre de l’Université de l’Alberta et l’Institut de recherche en biotechnologie du Conseil national de la recherche à Montréal. Ces collaborations ne font que renforcer l­’environnement global de recherche au Canada en regroupant l’expertise et les ressources. Quelles étapes l’organisation a-t-elle franchies? Au CDRD, nous sommes fiers des nombreuses étapes franchies jusqu’à maintenant : nous avons entre autres obtenu des investissements initiaux des gouvernements fédéral et provincial (et notre organisation a reçu la désignation de Centre d’excellence en commercialisation et en recherche) et avons conclu des partenariats avec Pfizer, Johnson & Johnson et Roche; nous avons étendu notre programme de développement afin d’y inclure les produits biologiques et avons récemment entrepris notre centième projet de recherche; nous avons offert une formation spéciale à plus de 80 diplômés universitaires afin d’augmenter les rangs du secteur des sciences de la vie.

Prevtec microbia An agri-food biotechnology company dedicated to developing and commercializing innovative technologies that improve the health and performance of the livestock industry and make food safer from the farm to the table. We aim to become a worldwide leader in alternative technologies to antibiotics in food animal production. Congratulations BIOTECanada on celebrating 25 years!

These, though, are really only intermediate outputs; what really matters at the end of the day are the commercial outcomes we generate—and in that context, we have now

BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 51


successfully advanced more than 40 novel technologies towards commercialization, six of which have been successfully out-licensed to the private sector, or are now moving into our commercial arm. These technologies are what will fuel Canada’s life sciences product pipeline into the future— representing a robust supply of pre-validated and de-risked innovations to be commercialized here in Canada; enabling technology ­development, licensing and new life sciences company creation (i.e., economic activity); generating profits that flow back to our universities and research centres; and creating jobs exponentially into the future. Through the dollars we have ­successfully leveraged, CDRD has shown a tremendous economic impact, with over 2,200 direct and indirect jobs created and more than $120 ­million contributed back to the GDP.

52 |

Il ne s’agit cependant là que de ­résultats intermédiaires. Ce qui compte réellement, en fin de compte, ce sont les résultats commerciaux que nous produisons. Jusqu’ici, nous avons réussi à faire passer plus de 40 technologies innovantes au stade de la commercialisation. Six d’entre elles font maintenant l’objet d’un octroi de licence au secteur privé ou ont été reprises par notre branche commerciale. Ces technologies finiront par alimenter la filière canadienne de produits en sciences de la vie. Elles représentent un solide stock ­d’innovations prévalidées à risque affaibli à commercialiser ici au Canada. Elles permettent le développement technologique, l’octroi de licences et la création de nouvelles sociétés en sciences de la vie (autrement dit, une activité économique). Elles génèrent des profits dont tirent avantage nos universités et nos centres de recherche et ont un potentiel exponentiel de création d’emplois.

BIOTECanada


What has withstood the test of time?  What hasn’t changed since our inception is, first and foremost, the fact that Canada continues to produce some of the world’s best health research. Canadian scientists have contributed to some of the world’s most innovative life science technology, and Canadian universities have built world-class science faculties and turned out generations of young scientists. Canadian discoveries have been the source for numerous pharmaceutical technologies that have provided a vital economic engine of growth. Today, we enjoy one of the most well-supported health research environments in the world. But in order for that to continue to “stand the test of time” into the future, we need to focus more energy and resources on the commercialization of that research—how we turn it into real economic outputs for Canada, and more importantly, more actual therapeutics for patients, and ultimately an improved quality of life for people around the world. What are some perennial challenges for the industry?  One of our greatest ongoing concerns is the lack of available capital to translate this research into commercial opportunities and outcomes. As a result, the gap between academic discovery and commercialization by industry persists. Over the past decade, global economic and industry conditions have obviously changed and several critical challenges emerged, posing greater difficulties for research-based companies, institutions and governments. This situation has only worsened as time has passed, and we really must do more to bolster the available capital pools in Canada if we are going to continue to compete as a nation in this global life sciences industry. Interestingly, out of this difficult time have emerged new opportunities with the pharmaceutical industry. The industry has seen a re-structuring of its discovery activities such that it is reaching back into the universities for innovative ideas, therefore creating an opportunity for CDRD to make this more accessible and productive. This has brought considerable foreign capital into Canada. What are the trends for biotechnology in the next five years?  One of the major shifts we’re seeing is the role of the global pharmaceutical industry. Corporate mergers, re-structuring and layoffs have become the predominant characteristics of the global industry as a result of actual or anticipated decreases in earnings. To fill their product pipelines, they have turned to externalization of research through collaborations with academia, small start-ups, and even with peer pharma. Several pharma companies

BIOTECanada

Grâce à l’excellent rendement des investissements dans le CDRD, nous avons eu jusqu’ici un impact direct ou indirect sur la création de plus de 2 200 emplois et avons rapporté plus de 120 millions $ au PIB. Qu’est-ce qui a résisté à l’épreuve du temps? Certaines choses n’ont pas changé depuis nos débuts, d’abord et avant tout le fait que le Canada effectue des travaux de recherche en santé parmi les meilleurs au monde. Les chercheurs canadiens ont contribué à créer les technologies en sciences de la vie les plus innovantes, et les universités canadiennes, de leur côté, ont su créer les facultés de classe mondiale qui forment des générations de jeunes scientifiques. Les découvertes canadiennes ont permis la création des nombreuses technologies pharmaceutiques qui se sont avérées être un moteur de croissance économique vital. Aujourd’hui, nous pouvons bénéficier d’un environnement de recherche en santé parmi les mieux financés au monde. Cependant, pour que cette situation « résiste à l’épreuve du temps », nous devons consacrer davantage de ressources à la commercialisation de nos recherches et ainsi les transformer en réels leviers économiques pour le Canada et, ce qui est plus important encore, en traitements encore mieux adaptés aux patients, afin d’améliorer, en fin de compte, la qualité de vie des gens à travers le monde. À quels défis permanents l’industrie est-elle confrontée? Le problème récurrent qui nous préoccupe le plus est le manque de fonds nécessaires à la transformation de la recherche en possibilités et résultats commerciaux. Cela a pour effet d’entretenir l’écart entre les découvertes universitaires et la commercialisation. Au cours de la dernière décennie, on a assisté à un changement certain de l’économie mondiale et de l’industrie, qui a fait naître plusieurs importants défis. Ceux-ci ont accentué les difficultés des entreprises, établissements et gouvernements dans le secteur de la recherche, et la situation ne fait qu’empirer. Il ne fait aucun doute que l’on doit étoffer encore davantage les bassins de capitaux disponibles au Canada si l’on souhaite que le pays demeure concurrentiel à l’échelle mondiale dans le secteur des sciences de la vie. Fait intéressant, ces temps difficiles ont fait émerger de nouvelles perspectives auprès de l’industrie pharmaceutique. Celle-ci a dû procéder à une telle restructuration de ses activités de recherche que c’est à nouveau auprès des universités qu’elle cherche des idées innovantes, ouvrant de ce fait la voie au CDRD, dont le rôle de passerelle devient essentiel. Cette situation a permis d’attirer de considérables capitaux étrangers au Canada.

spring / printemps 2012 | 53


“CDRD is perfectly positioned to capitalize on this shift in focus, as it can provide pharmaceutical companies with one-stop access to academia’s most novel and commercially-promising technologies.”

are also restructuring their R&D functions to emulate biotech’s more entrepreneurial approach to discovering new medicines. CDRD is perfectly positioned to capitalize on this shift in focus, as it can provide pharmaceutical companies with one-stop access to academia’s most novel and commercially-promising technologies—while at the same time providing validation of those technologies and an opportunity to significantly leverage pharma’s investment with additional funding from other public and private sector

Quelles seront les tendances pour la biotechnologie au cours des cinq prochaines années?

Congratulations BIOTECanada from LifeSciences British Columbia

L’un des changements les plus importants auxquels on assiste concerne le rôle de l’industrie pharmaceutique à l’échelle mondiale. Les baisses réelles ou prévues des bénéfices font que les fusions de société, les restructurations et les mises à pied y sont devenues monnaie courante. Pour continuer à développer leurs gammes de produits, les laboratoires pharmaceutiques ont commencé à externaliser leurs travaux de recherche dans les universités, les petites entreprises en démarrage et même d’autres entreprises du secteur. Plusieurs sociétés pharmaceutiques restructurent aussi leur service de R.‑D. pour imiter les approches entrepreneuriales du secteur des biotechs en matière de découverte de nouveaux médicaments. Le CDRD est l’organisme tout désigné pour tirer profit de ce changement structurel. Il peut offrir aux entreprises pharmaceutiques un accès unique aux dernières technologies les plus prometteuses commercialement, après les avoir validées, de même que la possibilité d’attirer des investissements supplémentaires considérables de la part de partenaires publics ou privés. Par l’intermédiaire du CDRD, les entreprises pharmaceutiques peuvent ainsi investir des sommes relativement faibles dans un plus grand nombre de

Organizations like CDRD can play a vital role in bringing new therapeutic treatments to the market. Des organismes comme le CDRD peuvent jouer un rôle essentiel dans l’arrivée de nouveaux traitements sur le marché.

54 |

BIOTECanada


partners. Through CDRD, pharmaceutical companies are then able to invest a relatively small amount of capital across a greater number of technologies. Overall, this shift ­represents a tremendous strategic opportunity for not only CDRD, but for Canada’s biotech industry broadly. What advice do you have for the next generation of biotech entrepreneurs? My advice is to persevere and continue to believe in the industry. As I mentioned, we’re producing great science and great scientists here in Canada, and because of this, I firmly believe that despite our challenges, we will be able to regain our place as a global innovation leader. There is perhaps no more challenging industry than biotech, but there is also none other with such great rewards at the end of the day. There continues to be significant unmet medical needs for chronic disease and orphan diseases. Organizations like CDRD can play a vital role in bringing new therapeutic treatments to the market.

BIOTECanada

technologies. Au final, ce changement représente une occasion stratégique extraordinaire, non seulement pour le CDRD, mais aussi pour l’ensemble de l’industrie de la biotechnologie au Canada. Quel conseil donneriez-vous à la prochaine génération d’entrepreneurs en biotechnologie? Je leur conseille avant tout de persévérer et de continuer à croire en l’industrie. Comme je l’ai mentionné, au Canada, nous effectuons une recherche de grande qualité et formons de grands chercheurs. Grâce à cela, malgré les défis à relever, nous serons en mesure de retrouver notre place de chef de file de l’innovation à l’échelle mondiale. Il est possible qu’aucune industrie ne présente autant de défis à relever que la biotechnologie, mais aucune ne produit de résultats aussi gratifiants. De nombreux ­t raitements restent à créer pour les maladies chroniques et orphelines. Des organismes comme le CDRD peuvent jouer un rôle essentiel dans l’arrivée de nouveaux traitements sur le marché.

spring / printemps 2012 | 55


industrial biotech biotechnologie industrielle

Revolutionizing the auto industry,

one green idea at a time

La transformation de l’industrie automobile,

une idée verte à la fois BIOTECanada

spring / printemps 2012 | 57


industrial biotech biotechnologie industrielle

Dr. Hamdy Khalil is thoughtful in his analysis of where the biotechnology industry has been, and what he predicts will be significant trends over the next five years. “The biotechnology revolution is here to stay, and will change the world,” he recently commented in an interview with insights. “Areas such as fermentation, enzymes, pyrolysis and algae will drive research and this work will definitely shape our future.” Dr. Khalil joined The Woodbridge Group in 1984 and experienced the biotechnology evolution first-hand. From its inception in 1978, the firm has grown to more than 60 locations in 18 countries; today Woodbridge is a major manufacturer of flexible and rigid moulded polyurethane foam components and systems for the global automotive industry. The company’s products offer five main functionalities: to deliver comfort, acoustics, energy management, structural support and insulating capabilities. Dr. Khalil is Global Technical Director for Research and Product Development at Woodbridge, and pioneered the introduction and commercialization of renewable materials

58 |

M. Hamdy Khalil, Ph. D., analyse avec beaucoup de sérieux le passé de l’industrie et les tendances qu’il entrevoit comme importantes pour la biotechnologie au cours des cinq prochaines années. « La révolution biotechnologique est ici pour rester et elle changera le monde; il n’y aura pas de retour en arrière », a-t-il récemment déclaré au cours d’une entrevue avec insights. « Des domaines tels que la fermentation, les enzymes, la pyrolyse et les algues seront au cœur de la recherche et façonneront notre avenir de façon durable. » M. Khalil est entré au groupe Woodbridge en 1984 et a été un témoin privilégié de l’évolution de la ­biotechnologie. Depuis ses débuts en 1978, l’entreprise s’est étendue à plus de 60 emplacements, dans 18 pays; aujourd’hui, Woodbridge est un important fabricant de composants et de systèmes en mousse de polyuréthane souple/rigide moulé destinés à l’industrie mondiale de l’automobile. Les produits de la société ont cinq p ­ rincipales fonctions ils doivent offrir : confort, protection acoustique, gestion de l’énergie, capacités structurelles et capacités d’isolation.

BIOTECanada


industrial biotech biotechnologie industrielle

Congratulations

10 Commandments for Automotive Industry Product Acceptance

1

Cost-effective

2

Greener

3

Strong

4

Clean (VOC free)

5

Durable

6

Thinner

7

From renewable/ secure resources

8

Lighter

9

Recyclable

10

Provides clear value to the end user

BIOTECanada

“Woodbridge  pioneered and promoted the use  of biotechnology in  the manufacturing of its products long before it became fashionable.”

in polyurethane foam. BioFoam™ bio-based polyols from The ­Woodbridge Group are used in the manufacture of interior components and have quickly become the benchmark for the auto industry. Derived from plant seed oils instead of petroleum, BioFoam™ can be found in seat cushions, head restraints and arm rests, as well as acoustic insulators, cargo systems and energy management safety ­components. The BioFoam™ strategy has been multi-faceted. “Gaining acceptance by senior management and our Research and Development personnel was critical,” Dr. Khalil explains. “The collective belief that developing products based on biotechnology

BIOTECanada M. Khalil est le from directeur 3Sixty Public Affairs ­technique mondial de la recherchedéveloppement de produits chez Woodbridge. Il est un pionnier de l’introduction de matériaux renouvelables dans la mousse de polyuréthane et de leur commercialisation. Les biopolyols BioFoammc du groupe Woodbridge servent à la fabrication de composants automobiles intérieurs et sont rapidement devenus la référence de l’industrie automobile. D’origine oléagineuse plutôt que pétrolière, les mousses BioFoammc se trouvent dans les coussins de siège, les appuie-tête, les accoudoirs, ainsi que dans les isolants acoustiques, les systèmes de rangement et les ­constituants de gestion de l’énergie et de sécurité.

La stratégie BioFoammc en est une à volets multiples. « Obtenir l’assentiment de la haute direction et du personnel de la recherchedéveloppement était essentiel », explique M. Khalil. « La foi de tous dans le développement de produits basés sur les biotechnologies était un impératif stratégique et demeure un élément clé de notre entreprise. Le défi suivant était l’adhésion de la population aux bioproduits écologiques. Enfin, la mise au point

spring / printemps 2012 | 59


industrial biotech biotechnologie industrielle

“We’ve been able to show biotechnology is not a fantasy, it’s not a curiosity. Our products clearly demonstrate that biotechnology can be used in durable products, in the most demanding applications, and can be applied using existing manufacturing processes.”

was a strategic imperative and remains a key element in driving this pursuit. Gaining customer acceptance for greener, bio-based products was another challenge. Obviously developing products which meet the strict specifications of the automotive industry was a necessary part of our business model. The final milestone included validating the product in real-life testing under naturally occurring conditions, and this led to successful commercialization.” Woodbridge pioneered and promoted the use of biotechnology in the manufacturing of its products long before it became

60 |

de produits qui respectent les normes strictes imposées à l’industrie automobile faisait évidemment partie intégrante de notre modèle commercial. L’étape finale a consisté à valider le produit par des essais sur le terrain, dans des conditions réelles, et a mené à un succès commercial. » Woodbridge est un des pionniers de l’utilisation des ­biotechnologies, qu’il a employées dans la fabrication de ses produits avant qu’il devienne de bon ton de le faire. La foi inébranlable de l’entreprise dans la protection de l’environnement et la responsabilité sociale a orienté le développement interne de bioproduits et la commercialisation des premiers

BIOTECanada


industrial biotech biotechnologie industrielle

fashionable. The company’s unshakable belief in environmental sustainability and social responsibility guided the internal development of bio-based products and the commercialization of the first interior components containing materials derived from renewable and sustainable resources. This success is the result of internal research and development as well as collaboration with universities and research centres. The initiative was rewarded by auto manufacturers, who embraced the approach and demanded that other suppliers follow the W ­ oodbridge example. Dr. Khalil is proud of the contributions Woodbridge has made toward making auto components greener and more environmentally sustainable. “We’ve been able to show biotechnology is not a fantasy, it’s not a curiosity,” he says. “Our products clearly demonstrate that biotechnology can be used in durable products, in the most demanding applications, and can be applied using existing manufacturing processes.” Woodbridge continues to invest significantly in research and development working toward creating new auto products based on biomaterials. Through the use of biotechnology, the company believes in helping to shape a brighter future. The rest, as they say, is history.

BIOTECanada

produits intérieurs pour automobiles contenant des matières renouvelables de source durable. Cette réussite est le résultat de travaux internes de ­recherche-développement, ainsi que de travaux de collaboration avec des universités et des centres de recherche. Les fabricants d’automobiles ont salué l’initiative et demandé que les autres fournisseurs suivent l’exemple de Woodbridge. M. Khalil est fier des avancées de Woodbridge dans le domaine des composants automobiles, qui sont aujourd’hui plus écologiques et plus durables sur le plan environnemental. « Nous avons fait la preuve que la biotechnologie n’était pas un simple fantasme ou une curiosité », dit-il. « Nos produits illustrent bien le fait que la biotechnologie peut servir dans des produits durables, ainsi que dans les applications les plus exigeantes et qu’elles peuvent être mises en œuvre par le biais des procédés de fabrication existants. » Woodbridge continue de considérablement investir dans la recherchedéveloppement, en vue de toujours créer de nouveaux produits automobiles utiles à base de biomatériaux. L’entreprise croit que grâce aux biotechnologies, elle contribue à façonner un avenir meilleur. Comme on le dit : le reste appartient à l’histoire.

Les 10 commandements pour la bénédiction d’un produit dans l’industrie automobile

1

La rentabilité

2

Le caractère écologique

3

La solidité

4

La propreté (doit être exempt de COV)

5

La durabilité

6

L’encombrement réduit

7

L’origine renouvelable et sûre

8

La légèreté

9

Le caractère recyclable

10

Une valeur évidente pour l’utilisateur final

spring / printemps 2012 | 61


agricultural biotech biotechnologie agricole by Steven Fabijanski, Ph.D.

Agrisoma biosciences looks to strike oil Canadian biotech company believes it can break commercial transportation’s petroleum habit with a little-known crop

par Steven Fabijanski, Ph. D.

Le pari d’Agrisoma Biosciences Une société de biotechnologie canadienne mise sur une plante peu connue pour affranchir le transport commercial de sa dépendance au pétrole

Agrisoma is one of Canada’s longest-running agricultural biotechnology companies. Launched in 2001, Agrisoma has steadily honed its technology and product focus to position itself as a provider of sustainable solutions that meet the demand for renewable oils to displace petroleum use in powering commercial transportation and other markets. Agrisoma recently unveiled the first comprehensive flight program in the world to use biojet fuel produced from new Resonance™ Energy Feedstock. The flights, conducted in partnership with the National Research Council of Canada (NRC) in Ottawa, with funding from the Government of Canada’s Clean Transportation Initiatives, will be used to evaluate the Resonance-based biojet fuel under a number of flight conditions. The program will provide the world’s first-ever real-time, in-flight emissions measurements for a biojet fuel. Resonance is a new industrial oilseed crop, derived from Brassica carinata, with an oil profile optimized for use in the biofuel industry—specifically biojet fuel. The program will evaluate Honeywell Green Jet Fuel™ refined from Resonance feedstock oil produced in Saskatchewan. The Resonance crop used for the biojet fuel was grown

BIOTECanada

Agrisoma figure parmi les plus anciennes sociétés de biotechnologie agricole du Canada. Fondée en 2001, Agrisoma a précisé avec constance sa technologie et ses produits de prédilection pour finir par se positionner en tant que fournisseur de solutions durables à la demande de « carburants renouvelables », afin de déloger le pétrole comme source d’énergie dans le transport commercial et d’autres marchés. Agrisoma a récemment annoncé le premier programme de vols au monde à utiliser des biocarburants issus de la matière première énergétique Resonancemc. Les vols, réalisés en partenariat avec le Conseil national de recherche du Canada (CNRC), à Ottawa, grâce à un financement du Programme de la qualité de l’air du gouvernement du Canada, permettront d’évaluer le carburéacteur Resonance dans différentes conditions de vol. Le programme permettra de mesurer en temps réel les émissions de biocarburants des avions – une première mondiale. Resonance est un nouvel oléagineux dérivé de la plante Brassica carinata, dont le profil oléifère convient à une utilisation industrielle – particulièrement pour le carburéacteur. Le programme évaluera le carburéacteur Green Jet Fuelmc de Honeywell raffiné à partir de matières premières

spring / printemps 2012 | 63


agricultural biotech biotechnologie agricole

Congratulations BIOTECanada from Alethia Biotherapeutics

in Kincaid, Saskatchewan in the summer of 2011 and is being commercially contracted on significant acreage in Western Canada for the 2012 crop year. Resonance has all the features necessary to make it a sustainable energy feedstock crop: a non-food, industrial oilseed; unique suitability for production in semi-arid areas unsuitable for food oilseed production; excellent agronomic characteristics; good biotic and abiotic stress resistance; and reduced overall crop input requirements. As the first comprehensive testing program in the world using Resonance Energy Feedstock, Agrisoma is excited to be partnering with NRC and Honeywell UOP. Resonance has been developed in Canada and the test flight program with NRC completes the value chain validation, as well as ­providing comprehensive data demonstrating the reduced carbon footprint of biojet fuels compared to traditional fossil fuels.

énergétiques Resonance produites en Saskatchewan. On a développé les cultures de Resonance utilisées pour le carburéacteur à Kincaid, en Saskatchewan, à l’été 2011, et des contrats ont été passés pour les récoltes 2012 dans de grandes zones agricoles de l’Ouest canadien. Resonance possède toutes les caractéristiques nécessaires pour être une matière première énergétique durable : c’est un oléagineux à usage industriel non comestible particulièrement adapté à des zones agricoles semi-arides qui ne conviennent pas aux cultures d’oléagineux comestibles; il présente des caractéristiques agronomiques parfaites; il résiste bien aux conditions de stress biotique et abiotique; ses exigences de production sont réduites. Agrisoma est fière d’être partenaire du CNRC et de Honeywell UOP dans le cadre du premier programme d’essais au monde de la matière première énergétique Resonance. Agrisoma a

Pilot scale production of Carinata with seeds ready to harvest. Production pilote de Carinata dont les graines sont prêtes à récolter.

64 |

BIOTECanada


agricultural biotech biotechnologie agricole

développé Resonance au Canada, et la programme d’essais en vol avec le CNRC permet de finaliser les validations de la chaîne de valeur tout en fournissant des données complètes sur la réduction du bilan de CO2 des biocarburants ­comparativement aux combustibles fossiles traditionnels. Agrisoma vise à doubler, voire à quadrupler, la quantité d’huile produite par acre pouvant être convertie en carburant tel que le diesel ou le carburéacteur. Actuellement, le soja produit 50 à 60 gallons d’huile par acre et le canola en produit 90 à 110 gallons par acre. Agrisoma croit qu’elle peut tirer de Carinata au moins 200 gallons par acre et même davantage, en suralimentant cet oléagineux à l’aide de sa technologie propriétale.

Agrisoma is focused on doubling or quadrupling the amount of oil produced per acre that can be converted to fuels such as diesel or aviation fuels. Currently soybeans can produce 50 to 60 gallons of oil per acre, canola 90 to 110 gallons per acre. By using their proprietary technology to turbocharge this oilseed crop, Agrisoma believes that Carinata can produce at least 200 gallons per acre or more. The company has signed a deal with Canada’s largest crop research institute, the National Research Council Plant Biotechnology Institute, which gives Agrisoma the components or crop traits to combine with the ETL technology in order to improve oil production. Agrisoma is also engaged with other established agricultural partners including Agriculture and Agri-Food Canada, the Saskatchewan Mustard Development Commission and Mustard 21 Canada Inc., and has been supported by Sustainable Development Technology Canada (SDTC) to ensure that this new and ­g rowing industry is on a sound footing. There are significant tracts of land in both Canada and the United States that are considered marginal for ­production of food crops. Many of the areas are dry, and with the cost and growing challenges of supplying ­a gricultural inputs such as water, farmers are hard-pressed to achieve the types of returns on these lands that they can for major food crops. A crop such as Carinata provides an opportunity for ­profitable production on land that can’t normally provide an economic return for food crops. Thus, unlike with ethanol, farmers can produce a “dedicated” energy crop without impacting food production, using land ­considered marginal.

66 |

La société a conclu une entente avec le plus grand établissement de recherche culturale au Canada, l’Institut de biotechnologie des plantes du Conseil national de recherches. Cette entente donne à Agrisoma les caractères culturaux à combiner avec la technologie ETL pour améliorer la production d’huile. La société Agrisoma collabore aussi avec d’autres partenaires agricoles établis, dont Agriculture et Agroalimentaire Canada, la Saskatchewan Mustard Development Commission et Mustard 21 Canada Inc., et elle reçoit le soutien de Technologies du développement durable Canada (TDDC) afin d’établir sur des assises solides cette industrie d’énergie renouvelable en pleine croissance.

«A  grisoma croit que le Canada peut vaincre sa dépendance au pétrole en alliant les nouvelles technologies de modification des cultures aux forces naturelles du monde agricole pour cultiver des plantes à haut rendement conçues pour remplacer le pétrole. » Des portions de terre considérables tant au Canada qu’aux États-Unis sont considérées comme marginales pour la production de cultures alimentaires. Bon nombre de ces zones sont sèches et, compte tenu des coûts croissants et des difficultés d’approvisionnement des intrants de production, l’eau notamment, les agriculteurs doivent être capables de tirer de ces terres un rendement comparable à celui obtenu sur les grandes terres alimentaires. Ainsi, une plante telle que Carinata offre la possibilité de produire une huile rentable sur des terres peu productives pour la culture

BIOTECanada


agricultural biotech biotechnologie agricole

Agrisoma recently unveiled the first comprehensive flight program in the world to use biojet fuel produced from new Resonance™ Energy Feedstock. Agrisoma a récemment annoncé le premier programme de vols au monde à utiliser des biocarburants issus de la matière première énergétique Resonancemc.

“Agrisoma believes that Canada’s petroleum habit can be kicked by using a combination of new technologies in crop engineering and established strengths in agriculture to grow high performance crops engineered for replacing petroleum.”

Agrisoma believes that Brassica carinata can be grown on over 30 million acres in North America, using secondary land, without any disruption of food production. At the same time, the advantages of a crop that grows with less water, on lesser quality lands, add an important element of sustainability to the whole equation: you can produce more renewable fuels in a fashion that is environmentally sustainable and provides an economic boost to the agricultural community. That adds up to displacing a lot of petroleum with a carbon neutral fuel. Agrisoma is in business to develop and market seed crops to farmers for renewable feedstock production. The company 68 |

des plantes alimentaires. Par conséquent, les agriculteurs peuvent produire une culture consacrée à l’énergie sur des terres peu productives – ce qui est impossible pour ­l’éthanol – et donc, sans nuire à la production alimentaire. Agrisoma croit que l’on peut cultiver Brassica carinata sur plus de 30 millions d’acres de terres marginales en Amérique du Nord, sans nuire à la production alimentaire. De plus, les avantages d’une plante qui a besoin de moins d’eau et d’une moins grande qualité de sol pour croître ajoutent un important élément de durabilité à l’équation : on peut produire des carburants renouvelables en plus grande quantité, d’une manière qui est durable sur le plan de l’environnement et qui stimule l’économie de la communauté agricole. Tout cela sans compter le fait que l’on remplacera une grande quantité de pétrole par un carburant neutre en carbone. Agrisoma s’est donné pour mission de mettre au point et de vendre aux agriculteurs des plantes destinées à la production de matière première renouvelable. La société se rend compte que le passage de cultures de base, telles que le maïs, qui servent à l’énergie et à l’alimentation, à des cultures consacrées uniquement à l’énergie se fera sur le long terme. N’empêche que l’industrie agricole souhaite réagir rapidement aux nouvelles politiques et aux demandes de la population en matière de solutions d’approvisionnement et de sécurité énergétiques durables, ainsi que de bonne intendance de BIOTECanada


recognizes that the switch from commodity crops such as corn, used for both energy and food, to dedicated feedstock crops for energy will take place over time. But the agricultural industry is rapidly responding to new policy and public demand for durable solutions to energy supply and security, coupled with environmental stewardship. To achieve these, it is imperative to provide energy crop options for growers that provide good returns, that can be accommodated within the existing agricultural system and that can be cultivated with minimal impacts on the environment. Crops such as Carinata provide those options. With the increasing interest in “cleantech,” agriculture is now being recognized as the original cleantech, and crops are a renewable, non-toxic, carbon neutral way to reduce petroleum use and provide a cleaner environment. Using the tools of ­biotechnology to rapidly enhance the performance and enhance sustainability only adds to the importance of agriculture in meeting the needs of society. Agrisoma believes that Canada’s petroleum habit can be kicked by using a combination of new technologies in crop engineering and established strengths in agriculture to grow high performance crops engineered for replacing petroleum. Agrisoma’s Carinata crop is one of the solutions for cleaner fuels and energy security and independence.

l’environnement. Pour qu’elle y arrive, on doit fournir aux agriculteurs des options de cultures énergétiques qui offrent un bon rendement, peuvent s’intégrer dans le système agricole et peuvent être cultivées avec un impact minimal sur l’environnement. Les plantes telles que Carinata offrent de telles possibilités. On porte un intérêt croissant aux technologies propres, et l’agriculture est reconnue comme la technologie propre de base, étant donné que les plantes constituent un moyen renouvelable, non toxique et neutre en carbone de réduire la consommation de pétrole et d’assainir l’environnement. L’utilisation des outils de la biotechnologie pour rapidement améliorer le rendement et la durabilité ajoute encore à l’importance de l’agriculture dans la réponse aux besoins de la société. Agrisoma croit que le Canada peut vaincre sa dépendance au pétrole en alliant les nouvelles technologies de modification des cultures aux forces naturelles du monde agricole pour cultiver des plantes à haut rendement conçues pour remplacer le pétrole. La plante Carinata d’Agrisoma représente une solution viable dans la quête de carburants propres et de la sécurité et de l’indépendance énergétiques.

70 |

BIOTECanada


ADVERTISERS DIRECTORY / RÉPERTOIRE DES ANNONCEURS 3Sixty Public Affairs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Ag-West Bio Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34-35 Alberta Innovates Bio Solutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Alethia Biotherapeutics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 AMGEN Canada Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Atlantic Canada Bio-Industries Alliance . . . . . . . . . . . . . 58 AxSource Consulting . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Bereskin & Parr LLP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ii BIO International Convention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 BioAlberta . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Biogen Idec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 BioNova . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Canadian Institutes of Health Research (CIHR) and Canada’s Research-based Pharmaceutical Companies (Rx&D) . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 CO2 Solutions Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Council for Continuing Pharmaceutical Education (CCPE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Eppendorf Canada Ltd. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Federal Economic Development Agency for ­Southern Ontario . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 GA International Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 GenePOC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Genome Atlantic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Genzyme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Globe Laboratories . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Grand Island Economic Development Advisory Board . 38

72 |

ICC The Compliance Center . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Innovation PEI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Laval Biotechnology Development Centre . . . . . . . . . . . 45 Lavery . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Le Groupe JBL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 LGC Genomics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Life Science Association of Manitoba . . . . . . . . . . . . 23, 69 LifeSciences British Columbia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Medicago Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Merck Canada Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Novo Nordisk Canada Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Ontario Genomics Institute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9, 27 Ontario Ministry of Economic Development . . . . . . . . . 33 Prevtec microbia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 PROOF Centre of Excellence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Ropack . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Sherbrooke Innopole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Shire HGT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Sustainable Chemistry Alliance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Syngenta Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Takeda Canada Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45, 72 Therapure Biopharma Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 UCB Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41, 71 VWR International . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Xenon Pharmaceuticals Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

BIOTECanada



Insights Spring 2012 Magazine