Issuu on Google+

Canada’s voice for biotechnology / Le porte-parole canadien de la biotechnologie

BELIEVE IN BIOTECH Canada’s biotech industry is positioned to reinvent and transform our lives and economy

La biotechnologie – il faut y croire PM 40064931

Le secteur canadien de la biotechnologie est en mesure de réinventer et de transformer nos vies et notre économie Neal Carter on his company’s fresh innovation, Arctic Apples / Neal Carter discute la pomme Arctic, le fruit de l’innovation de sa société » page 57

Sanofi Pasteur Canada: 100 years of discovery / Sanofi Pasteur Canada : 100 ans de découvertes » page 9

fall / automne www.biotech.ca


CONTENTS / TABLE DES MATIÈRES fall / automne 2012 Publisher / Éditeur gordongroup Tel./tél. : (613) 234-8468 Editor / Rédactrice en chef Nadine Lunt

04 Message from the President and CEO by Andrew Casey

06 Message du président et chef de la direction par Andrew Casey

Translation / Traduction Sophie Campbell Art direction and design / Direction artistique et conception Leslie Miles René Dick Alina Oliveira Contributing writers / Collaborateurs Bill Barrable J. Mark Lievonen Nadine Lunt Beverley Moore Kira Pejemsky Samantha Pereira Jennifer Raoul Stephen Sampson Mhairi Skinner Alison Symington Editorial board / Comité de rédaction Joanne Harack Tim Lougheed For additional copies of insights / Pour obtenir d’autres exemplaires de insights Tel./tél. : 613-230-5585 Email/courriel : info@biotech.ca

Departments / sections 09 HEALTH + Sanofi Pasteur Canada: Celebrating 100 years of discovery

Canada Post Publication Agreement Number / Numéro de convention de publication, Postes Canada : 40064931 ISSN 1705-3315

©2012 BIOTECanada insights. Aucune erreur ou omission décelée dans ce magazine ou aucune opinion qui y est exprimée ne doit être imputée à l’éditeur. Les auteurs, l’éditeur et les organismes coopérants n’assument aucune responsabilité à l’égard de pertes y commerciales pouvant découler de décisions d’affaires prises à la lumière des renseignements contenus dans ce magazine. Il est interdit de reproduire, de réimprimer, d’emmagasiner dans un système de recherche documentaire ou de transmettre cette publication en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre), sans avoir obtenu au préalable le consentement écrit de l’éditeur.

SANTÉ + Sanofi Pasteur Canada : 100 ans de découvertes à célébrer par J. Mark Lievonen

28 HEALTH + The spinal cord injury landscape in Canada: Today and beyond by Bill Barrable

Réflexions sur le congrès BIO 2012 23 Gold Leaf Awards recognize the best of Canadian biotech by Kira Pejemsky

SANTÉ + Le point sur la situation du traumatisme de la moelle épinière au canada et sur les perspectives d’avenir

43 legal matters Navigating the Patent Prosecution Highway (PPH) in Canada by Beverley Moore, Jennifer Raoul and Mhairi Skinner

questions de droit Naviguer sur l’Autoroute du traitement des ­demandes de brevet (ATDB) au Canada

33 Canadian science brings patients hope

by Nadine Lunt

BIOTECHNOLOGIE AGRICOLE La pomme Arctic : Le fruit de la biotechnologie bientôt dans votre supermarché! par Nadine Lunt

La science Canadienne offre de l’espoir aux patients

36 Creative Canadian science: National Biotechnology Week overview by Nadine Lunt

Créativité des sciences au Canada : Aperçu de la Semaine nationale des biotechnologies par Nadine Lunt

46 The current state of Subsequent Entry Biologics in Canada: Overview of the National Summit on Subsequent Entry Biologics Chairman’s Report

par Beverley Moore, Jennifer Raoul et Mhairi Skinner

57 AGRICULTURAL BIOTECH Market fresh: Arctic Apples set to bring biotech to your grocery store

Les Feuilles d’Or rendent hommage à la crème des biotechnologies canadiennes par Kira Pejemsky

par Bill Barrable

Contributions are welcome. Contact the editor at: / Les contributions sont invitées. Contactez la rédactrice en chef à : nadine.lunt@biotech.ca ©2012 BIOTECanada insights. Any errors, omissions or opinions found in this magazine should not be ­attributed to the publisher. The authors, the publisher and the collaborating organizations will not assume any responsibility for commercial loss due to business decisions made based on the information contained in this magazine. No part of this publication may be reproduced, reprinted, stored in a retrieval system or transmitted in part or whole, in any form or by any means, electronic, mechanical, photocopying, recording or otherwise, without the prior written consent of the publisher.

by Stephen Sampson

by J. Mark Lievonen

Advertising sales direction / Directeur commercial Kirill Kornilov

Return undeliverable Canadian addresses to: / Retourner toute correspondance ne pouvant être livrée au Canada à : BIOTECanada 1, rue Nicholas Street, Suite / bureau 600 Ottawa, Ontario Canada K1N 7B7

17 Reflections on BIO 2012

par Stephen Sampson

Advertising / Publicité Tel./tél. : 613-288-5363 Email/courriel : advertising@gordongroup.com

Printing / Impression Dollco Printing

FEATURES / ARticles

La situation actuelle des produits biologiques ultérieurs au Canada : survol du Rapport du président au sujet du sommet national sur les produits biologiques ultérieurs

52 Combating treatment delays and overuse of antibiotics with new diagnostic device by Samantha Pereira

Un nouvel outil de diagnostic permet de réduire les délais de traitement et l’utilisation abusive d’antibiotiques par Samantha Pereira

61 HEALTH + Canada can drive prosperity through innovative partnerships by Alison Symington

SANTÉ + Des partenariats innovants propulsent la croissance économique par Alison Symington

BIOTECanada

fall / automne 2012 | 3


Message from the President and CEO by Andrew Casey

Since joining BIOTECanada earlier this year, I have been struck by the people in this industry and the passion they exude for their life’s work. As I travel across Canada to meet our members and industry leaders, I find in them a spark and a determination that is contagious. Canada’s researchers and entrepreneurs are the individual links in the strong network of companies and institutions working to ensure we stay among the world’s best in biotechnology. From improved resource management to streamlined manufacturing technologies, from new medicines to healthier foods, from renewable energy sources to cleaner chemical production, biotechnology is driving innovation within all elements of the Canadian economy. We are now at a point where biotechnology is an essential component that will facilitate the reinvention of numerous industries, ensuring Canada’s long-term competitiveness while creating employment opportunities for our best and brightest. This new reality offers a distribution of economic opportunities that extends across the country. In April 2012, the Obama administration launched the National Bio-economy Blueprint, a strategy to increase research capacity, cut regulatory hurdles and identify areas where the U.S. can be competitive. Similarly, the European Commission recently adopted a bio-economy strategy with a clear focus on innovation for environmental sustainability. Clearly, Canada is facing significant international pressure to keep pace. If we are to remain competitive in this 4|

regard, industry and governments must meet and exceed what other countries are doing to spur the commercialization of their biotech and life sciences technologies. Biotechnology must remain at the leading edge of innovation, but it will not happen in isolation. Canada has made significant progress in securing important building blocks for our growing bio-economy. But the need for coordinated action from all parties remains. By working together, industry and governments can put in place a competitive market framework that will attract research investment and deliver the rewards of commercialization. While much has been done to support the growth of Canada’s biotech industry, more still can be done to foster a vibrant, thriving sector. Given the diverse nature of the industry, it is not entirely surprising that government policy has become fragmented in response. Depending on the process or the product, biotech companies can be subject to a number of overlapping and duplicative policy regimes. At the federal level alone, the industry falls under the mandates of no fewer than six departments, including Industry, Health, Finance, Agriculture and Agri-Food, Environment and Natural Resources. Understandably, this can lead to duplication and confusion for both industry and government, which threatens to compound itself as the industry continues to grow and extend its reach further into the economy. With so many sectors depending on biotech, it is imperative that industry and government work together to

“By working together, industry and governments can put in place a competitive market framework that will attract research investment and deliver the rewards of commercialization.” develop a strategic and coordinated public policy framework in support of the industry, its products and its investments. I hope you enjoy this edition of insights and I welcome your feedback. 

BIOTECanada


BIOTECanada

fall / automne 2012 | 5


Message du président et chef de la direction par Andrew Casey

Depuis que je suis entré chez ­BIOTECanada plus tôt cette année, je suis frappé par la passion ­qu’affichent les gens de cette ­industrie pour leur travail quotidien. Dans mes voyages à travers le Canada à la rencontre de nos membres et des chefs de file de l’industrie, je constate dans l’œil de ces personnes une contagieuse étincelle de détermination. Les chercheurs et les entrepreneurs du Canada constituent les liens individuels du solide réseau de sociétés et d’établissements qui œuvrent à s’assurer que le pays demeure en tête de la biotechnologie mondiale. Que ce soit en permettant d’améliorer la gestion des ressources ou de rationaliser des technologies de fabrication, dans le domaine des nouveaux médicaments ou des aliments sains, en matière de sources d’énergie renouvelable ou de fabrication de produits chimiques plus écologiques, la biotechnologie stimule l’innovation au sein de tous les secteurs de l’économie canadienne. Nous en sommes actuellement au point où la biotechnologie est un élément essentiel de la réinvention de nombreuses industries, qui garantira la compétitivité à long terme du Canada tout en créant des occasions d’emploi pour les talents de chez nous. Cette nouvelle réalité procure des occasions économiques qui s’étendent à l’ensemble du pays. En avril 2012, l’administration Obama a lancé son plan national pour la bioéconomie, une stratégie d’augmentation des capacités de la recherche, d’élimination des obstacles réglementaires et de définition des domaines de compétitivité des États-Unis. De la même façon, la Commission européenne a récemment 6|

adopté une stratégie pour la bioéconomie, clairement axée sur l’innovation en vue de la durabilité environnementale. De toute évidence, les pressions internationales s’intensifient, et le Canada doit garder le rythme. Pour que nous demeurions compétitifs en la matière, l’industrie et les gouvernements doivent éviter de se laisser distancer par ce que les autres pays font pour éperonner la commercialisation de leurs biotechnologies et de leurs technologies des sciences de la vie. La biotechnologie doit demeurer à la fine pointe de l’innovation, mais sans pour autant s’isoler. Le Canada a fait de considérables progrès dans la mise en place des bases de sa bioéconomie florissante, mais la nécessité d’un ensemble d’actions coordonné entre toutes les parties demeure. En travaillant de concert, l’industrie et les gouvernements peuvent mettre en place un cadre de marché concurrentiel qui attirera des investissements en recherche et permettra de récolter les fruits de la commercialisation. Bien que l’on ait déjà accompli beaucoup pour appuyer la croissance de l’industrie des biotechs au Canada, on peut encore faire beaucoup plus pour favoriser un secteur dynamique et prospère. Étant donné la nature plurielle de l’industrie, il n’est pas entièrement étonnant que la politique gouvernementale ait évolué de façon fragmentée. En fonction des processus ou des produits, les sociétés de biotechnologie sont soumises à un certain nombre de régimes politiques qui se superposent. Si l’on ne ­considère que le palier fédéral, l’industrie est visée par le mandat de six ­ministères : Industrie,

Santé, Finances, Agriculture et ­Agroalimentaire, Environnement, ainsi que Ressources naturelles. De façon tout à fait compréhensible, cela peut entraîner des chevauchements et de la confusion tant pour l’industrie que pour le gouvernement, et ceux-ci risquent de s’aggraver au fil de la croissance de l’industrie et de son expansion dans de nouveaux secteurs de l’économie. Tant de secteurs dépendent des biotechs qu’il est impératif que l’industrie et le gouvernement œuvrent de concert à élaborer une stratégie et un cadre de politiques publiques en appui à l’industrie, à ses produits et à ses investissements. J’espère que ce numéro d’insights saura vous intéresser. Vos commentaires sont les bienvenus.

BIOTECanada


BIOTECanada

fall / automne 2012 | 7


8|

BIOTECanada


health santé

Sanofi Pasteur Canada: Celebrating 100 years of discovery Sanofi Pasteur Canada : 100 ans de découvertes à célébrer By J. Mark Lievonen, President, Sanofi Pasteur Limited par J. Mark Lievonen, président, Sanofi Pasteur Limited

Among their many global impacts, vaccines have saved the lives of more people in ­Canada than any other health intervention. As Nelson Mandela noted: “Immunization has been a great public health success story. The lives of millions of children have been saved, millions have the chance of a longer healthier life, a greater chance to learn, to play, to read and write, to move around freely.” Sanofi Pasteur Canada played a critical role in the evolution of vaccines and disease prevention, both in Canada and around the world. Since our founding in 1914, Sanofi Pasteur Canada has innovated through research, bringing the world vaccines that have changed the face of human health. From producing diphtheria, smallpox and influenza vaccines, to large-scale production of insulin and penicillin, Sanofi Pasteur’s history is intertwined with the contributions of people such as Dr. John G. FitzGerald, Sir Frederick ­Banting, Dr. Charles Best, Col. Albert E. Gooderham and Dr. Jonas Salk, all of whom played a critical role in our development and evolution. While we are very proud of our heritage in Canada, we must always look ahead to the future. We believe that our company has a responsibility to cultivate and advance the potential of our youth. This is why we are the founding visionary sponsor of the Sanofi BioGENEius Challenge Canada (SBCC), a national competition among high school students, mentored by leading scientists, to prepare the next generation of innovators and thinkers. Over 4,000 students have participated in the SBCC, many of whom are now leading discoveries in areas such as cystic fibrosis, Alzheimer’s disease and cancer research. Nonetheless, as we approach our centennial anniversary in Canada, it seems appropriate to acknowledge some of the pioneers of public health. Our business, after all, is really about people—those collaborating with us and those helped by us. Our journey BIOTECanada

Les vaccins ont eu de nombreux effets dans le monde. Au Canada, ils ont sauvé plus de vies que toute autre intervention sanitaire. Comme l’a justement fait remarquer Nelson Mandela [traduction] : « L’immunisation est l’une des grandes réussites de la santé publique. Elle a permis de sauver la vie de millions d’enfants, des millions d’autres sont en meilleure santé et vivent plus longtemps, en plus d’avoir davantage de chances d’apprendre, de jouer, de lire, d’écrire et de bouger librement. » Sanofi Pasteur Canada a joué un rôle essentiel dans l’évolution des vaccins et de la prévention des maladies, tant au Canada que partout au monde. Depuis sa fondation en 1914, Sanofi Pasteur Canada innove par la recherche, apportant au monde des vaccins dont certains ont repoussé les limites de la santé humaine. Qu’il s’agisse de la production de vaccins contre la diphtérie, la variole ou la grippe, ou de la production à grande échelle d’insuline et de pénicilline, l’histoire de Sanofi Pasteur est intimement liée aux contributions de personnes comme le Dr John G. Fitzgerald, Sir Frederick Banting, le Dr Charles Best, le colonel Albert E. Gooderham et le Dr Jonas Salk, qui tous ont joué un rôle de premier plan dans notre développement et notre évolution. Fiers de notre patrimoine au Canada, nous devons aussi nous tourner vers l’avenir. Nous croyons que notre compagnie a la responsabilité de cultiver le potentiel de nos jeunes, et de les aider à le réaliser. C’est pourquoi nous sommes les parrains fondateurs du Défi BioGENEius Sanofi Canada (DBSC), un concours national proposé aux élèves du secondaire qui, encadrés par des mentors de haut niveau, se préparent à devenir la prochaine génération de penseurs novateurs. Jusqu’ici, plus de 4 000 élèves ont participé au DBSC, et nombre d’entre eux sont aujourd’hui à l’origine de découvertes dans des domaines tels que la fibrose kystique, la maladie d’Alzheimer et la recherche sur le cancer. fall / automne 2012 | 9


10 |

BIOTECanada


health santé

Mark Lievonen, 2012 SBCC Winner Janelle Tam and Minister of Human Resources and Skills Development Diane Findley. Mark Lievonen, la gagnante du DBSC 2012, Janelle Tam, et la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Diane Findley.

has been an exciting one, with groundbreaking R&D, highlighted by those who have inspired change within the biotechnology industry. It’s my pleasure to share some of their stories with you. Our founding in Canada: Dr. John G. FitzGerald Dr. John G. FitzGerald (1882–1940), founder of Connaught Laboratories (1914) and the School of Hygiene (1927) within the University of Toronto, was a Canadian hero. He helped save untold lives with his vaccines and transformed public health in Canada and the world.

BIOTECanada

Néanmoins, alors qu’approche notre centenaire au Canada, le moment est bien choisi pour rendre hommage à certains des pionniers de la santé publique. Notre entreprise, après tout, est humaine; elle est faite des gens avec qui nous collaborons et de ceux que nous aidons. Grâce aux lumières de ceux qui ont inspiré le changement au sein de l’industrie de la biotechnologie, notre parcours a jusqu’ici été passionnant et jalonné de percées en recherche et en développement. J’ai le plaisir de partager leur histoire avec vous.

fall / automne 2012 | 11


health santé

A graduate of the University of Toronto medical school, FitzGerald was exposed to many discoveries relating to antitoxins and vaccines while studying abroad. Determined to bring these discoveries to Canadians, FitzGerald began in a small backyard laboratory producing a diphtheria antitoxin, offering it to provincial health departments at cost as a public service. On May 1, 1914, the University of Toronto established the Antitoxin Laboratory, the first step in the history of Sanofi Pasteur Canada.

Notre fondateur au Canada : le Dr John G. FitzGerald Le Dr John G. FitzGerald (1882-1940), fondateur des laboratoires Connaught (1914) et de l’école de l’hygiène (1927) de l’Université de Toronto, est un héros canadien. Il a contribué à sauver d’innombrables vies grâce à ses vaccins et a transformé la santé publique au Canada et dans le monde.

Diplômé de l’école de médecine de l’­Université de Toronto, M. FitzGerald est témoin de nombreuses découvertes relatives The onset of World War I created an increased aux antitoxines et aux vaccins alors qu’il demand for tetanus antitoxin. Col. Albert E. étudie à l’étranger. Déterminé à ce que les Dr. J. G. FitzGerald. Gooderham—Ontario Red Cross Chairman, Canadiens profitent de ces ­découvertes, Le Dr J.G. FitzGerald. Toronto distiller and University of Toronto dans un petit laboratoire attenant à sa Governor—facilitated FitzGerald’s effort to maison, M. FitzGerald commence à produire overcome the shortage. In 1915, Gooderham donated a large une antitoxine diphtérique qu’il offre ensuite au prix coûtant farm property and financed new buildings to expedite tetanus aux ministères de la Santé des provinces, à titre de service antitoxin production. Officially opened on October 25, 1917, public. Le 1er mai 1914, l’Université de Toronto met sur pied le the new facilities (site of the current laboratory in North laboratoire d’antitoxines, ce qui marque le premier jalon de Toronto) were named Connaught Laboratories after the Duke l’histoire de Sanofi Pasteur Canada. of Connaught, Canada’s wartime Governor General. In 1918, when a global influenza pandemic led to 50 million deaths, Connaught Laboratories produced a vaccine to help

L’arrivée de la Première Guerre mondiale accrut la demande d’antitoxine tétanique. Le colonel Albert E. Gooderham, président du conseil de la Croix-Rouge de l’Ontario, distillateur

Barton Avenue Stable: Where it all began. L’écurie de l’avenue Barton : là où tout a commencé.

12 |

BIOTECanada


health santé

end the pandemic. It also played a similar role during later pandemic emergencies, and in the further development of flu vaccines. Expansion of ­knowledge Connaught Laboratories’ work in the 1920s was highlighted by the discovery of insulin at the University of Toronto by Sir Frederick Banting, Dr. Charles Best, Dr. J. B. Collip and Dr. J. J. R. Macleod. The lab facilitated their groundbreaking work. In 2007, a CBC television miniseries identified insulin as Canada’s greatest invention. During the late 1920s and 1930s, Connaught Laboratories played a major role in the development of diphtheria, freshstrain pertussis (whooping cough) and tetanus vaccines. Heparin, a blood anticoagulant that enabled major advances in surgery, was also developed. Like insulin, this product was recognized as an international biological standard.

de Toronto et administrateur de l’Université de Toronto, encourage les efforts de FitzGerald en vue de pallier la pénurie. En 1915, le col. ­Gooderham fait don d’une grande exploitation agricole et finance la construction de nouveaux bâtiments afin ­d’accélérer la production d’antitoxine tétanique. Officiellement ouvertes le 25 octobre 1917, les nouvelles installations (le site de l’actuel laboratoire de Toronto-Nord) sont baptisées « ­Laboratoires Connaught », en l’honneur du duc de C ­ onnaught, gouverneur général du Canada pendant la guerre. En 1918, alors que la pandémie mondiale de grippe décime 50 millions de personnes, les Laboratoires Connaught produisent un vaccin qui aide à mettre fin à la propagation de la maladie. Ces laboratoires joueront un rôle semblable lors des crises pandémiques ultérieures et contribueront à mettre au point d’autres vaccins contre la grippe. L’expansion des connaissances La découverte de l’insuline à l’Université de Toronto, par Sir Frederick Banting, le Dr Charles Best, le Dr J. B. Collip et le Dr J. J. R. Macleod, attire l’attention sur le travail des Laboratoires Connaught, qui avaient facilité le travail révolutionnaire de ces scientifiques. En 2007, une minisérie diffusée à l’antenne de la CBC estime que l’insuline est la plus importante invention canadienne. À la fin des années 1920 et dans les années 1930, les Laboratoires Connaught jouent un rôle majeur dans la mise au point de vaccins contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos. Ils mettent également au point l’héparine, un

Best and Banting, discoverers of insulin, produced at Connaught Labs.

Early penicillin vials, produced at Connaught Labs (later Sanofi Pasteur).

Best et Banting, les découvreurs de l’insuline, produite chez Connaught.

Les premiers flacons de pénicilline, produits chez Connaught (par la suite Sanofi Pasteur).

BIOTECanada

fall / automne 2012 | 13


health santé

During World War II, Connaught Laboratories produced a treatment for shock using dried blood serum, as well as typhus and influenza vaccines, all prepared for the Canadian Armed Forces. Perhaps the most dramatic project of this time was the large-scale production of penicillin in time for D-Day in June 1944. Saving lives around the world Connaught Laboratories gained significant international ­presence in the mid-1950s through the large-scale production of the Salk polio vaccine, working with Dr. Jonas Salk to facilitate testing in the United States. These efforts were recognized by the American Public Health Association’s highest award. During the late 1960s and 1970s, Connaught Laboratories played a major role in the World Health Organization’s Smallpox Eradication Program, serving as an international reference lab, and supplying some 35 million doses of vaccine to the successful effort. Connaught Laboratories was also ready to contribute to the WHO’s Polio Eradication Program when it launched in the late 1980s. Recent developments in the area of multi-component vaccines aim to bring more innovation to Canadians. In the late 1990s, the world’s first five-component acellular pertussis vaccine was licensed, leading the way for further development in this field.

anticoagulant sanguin qui a permis de grandes avancées en chirurgie. Comme l’insuline, ce produit est devenu une norme biologique internationale. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Laboratoires Connaught produisent à l’intention des Forces canadiennes un traitement contre l’état de choc, fait à partir d’albumine de sang séché, ainsi que des vaccins contre le typhus et la grippe. Le projet le plus spectaculaire de l’époque est peutêtre la production à grande échelle de pénicilline, prête à temps pour le débarquement en Normandie, en juin 1944. Des vies sauvées dans le monde entier Les Laboratoires Connaught assoient leur présence dans le monde au milieu des années 1950, grâce à la production à grande échelle du vaccin de Salk contre la polio. Ils travaillent alors en collaboration avec le Dr Jonas Salk lui-même pour faciliter les essais aux États-Unis. Le prix le plus prestigieux de l’American Public Health Association récompense ces efforts. À la fin des années 1960 et dans les années 1970, les Laboratoires Connaught jouent un rôle majeur dans le cadre du programme d’éradication de la variole de l’Organisation mondiale de la santé. Ils servent alors de laboratoire de référence international et fournissent 35 millions de doses de vaccins qui contribuent à la réussite du programme. Les Laboratoires Connaught sont également prêts à participer au

Large-scale production of the Salk polio vaccine at Connaught. Production à grande échelle du vaccin de Salk contre la polio chez Connaught.

14 |

BIOTECanada


health santé

Connaught Laboratories’ corporate identity has evolved quite dramatically, first as part of the University of Toronto, then a federal Crown corporation, then as Pasteur Merieux Connaught, then Aventis Pasteur, and now Sanofi Pasteur Canada. Throughout its evolution, we have maintained our spirit of inspired research and innovation. 100 years of discovery: What’s next? Today, Canadian innovation is driving the discovery of new vaccines that will transform public health in Canada. Continued investment will help develop new vaccines against major diseases such as HIV and C. difficile, as well as treatments for cancer and other degenerative diseases. However, I still believe we must all do our part to prepare our youth and talent for the next 100 years, with efforts like our Sanofi BioGENEius Challenge Canada. Working with young people in Canada will not only ensure a brighter future, but will also sustain our vibrant biotechnology industry.

Programme d’éradication de la polio de l’OMS, lancé à la fin des années 1980. De récents développements dans le domaine des vaccins à multiples composants visent à innover encore davantage, au profit des Canadiens. À la fin des années 1990, le premier vaccin anticoquelucheux acellulaire à cinq composants est homologué, ouvrant la voie à de nouvelles avancées dans ce domaine. Les Laboratoires Connaught, en tant que personne morale, ont beaucoup évolué. S’ils ont d’abord été une composante de l’Université de Toronto, ils sont ensuite devenus une société d’État, puis l’entreprise Pasteur Merieux Connaught, Aventis Pasteur et enfin, de nos jours, Sanofi Pasteur Canada. Tout au long de cette évolution, les Laboratoires ont sur entretenir le même esprit que celui qui avait inspiré les travaux de recherche et l’innovation dès le début. 100 ans de découvertes : Et après? Aujourd’hui, l’innovation canadienne stimule la découverte de nouveaux vaccins qui transformeront la santé publique au Canada. Des investissements permanents permettront de mettre au point de nouveaux vaccins contre d’importantes maladies telles que le VIH et le C. difficile, ainsi que des traitements du cancer et d’autres maladies dégénératives. Néanmoins, je crois que chacun d’entre nous doit faire sa part et qu’il est de notre devoir de préparer la jeunesse et le talent pour les 100 prochaines années. C’est le but du Défi BioGENEius Sanofi Canada. Travailler avec la jeunesse canadienne n’est pas seulement garant d’un avenir meilleur, mais aussi du dynamisme de l’industrie de la biotechnologie. J. Mark Lievonen est le président de Sanofi Pasteur Limited, la division canadienne du groupe Sanofi; il est aussi membre du conseil d’administration de BIOTECanada et le second vice-président des Rx&D.

World Health smallpox eradication announcement. Annonce de l’éradication de la variole par l’OMS.

J. Mark Lievonen is President of Sanofi Pasteur Limited, the Canadian vaccine division of the Sanofi Group, a member of the BIOTECanada Board of Directors, and the Second Vice-Chair of Rx&D.

BIOTECanada

fall / automne 2012 | 15


16 |

BIOTECanada


By Stephen Sampson, Director, Health & Life Sciences, Global Public Affairs (Ottawa) par Stephen Sampson, Directeur de la Santé et des Sciences de la vie, Global Public Affairs (Ottawa)

Reflections on BIO 2012 Réflexions sur le congrès BIO 2012

Delegates attending BIO 2012 in Boston would have been struck by at least one inescapable reality: biotechnology is now a truly global enterprise with the massive scale to match. This is plainly true in all aspects, from biopharmaceuticals and vaccines to industrial and agricultural biotechnology products and services.

Les délégués présents au congrès BIO 2012 à Boston ont forcément constaté au moins un fait inéluctable : la biotechnologie est aujourd’hui une entreprise réellement mondiale, d’une envergure équivalente à ce statut. C’est un fait incontournable dans tous les domaines, des produits biopharmaceutiques et des

BIO 2012 SNAPSHOT LE CONGRÈS BIO 2012 EN CHIFFRES

16,505 BIOTECanada

Delegates Délégués

65

Countries represented Pays représentés

2000

BIO exhibitors Exposants

fall / automne 2012 | 17


Biotechnology investors and researchers now have more location options than ever before. A growing number of countries want in on the action, as evidenced by the massive delegations from every corner of the developed and (increasingly) developing world. And they mean business (see Figure 1 below for the example of Turkey).

Figure 1:

THE ROLE OF PUBLIC POLICY IN BUILDING THE BIO-ECONOMY: THE CASE OF TURKEY Turkey’s Industry Minister Nihat Ergün attended BIO 2012,

vaccins aux produits et services de la biotechnologie industrielle et agricole. Les investisseurs et les chercheurs en biotechnologie ont désormais un choix de plus en plus diversifié en ce qui concerne leur lieu d’installation. Un nombre croissant de nations veulent se lancer dans l’aventure, comme l’illustre la présence à BIO de délégations massives de pays développés et de pays en développement (un nombre de plus en plus important). Ces derniers sont à prendre au sérieux (voir l’exemple de la Turquie dans l’encadré ci-dessous).

the first such participation from his nation. Ergün noted that the government’s goal going forward is

Encadré 1 :

to encourage firms to invest in research and development

LE RÔLE DES POLITIQUES PUBLIQUES DANS LA MISE EN PLACE DE LA BIOÉCONOMIE : L’EXEMPLE DE LA TURQUIE

(R&D) and production in Turkey as opposed to price negotiations: “The government has a $10 billion purchasing capability. From now on, instead of trying to lower drug prices, we will use our purchasing capacity towards companies that are interested in production and R&D in Turkey.” Hürriyet Daily News, June 20, 2012

These economic development efforts aren’t confined exclusively to national governments, either. Aggressive business development strategies are being implemented by subnational state and city administrations, linking together the infrastructure, capital, public policies and skill sets to drive new investments in research and commercialization. This changing competitive landscape raises an interesting set of questions and challenges for both the Canadian industry and government policymakers. Despite our strong record of success and achievement, Canada’s global competitive position is under some strain, and will continue to face pressures going forward. While it’s important to understand the drivers of our previous accomplishments, the future is never guaranteed. Complacency is Canada’s real enemy. This competitive reality underlines why key events such as the National Roundtable on the Bio-Economy are critical to promoting ongoing success and growth within the Canadian sector. At the 2012 Roundtable in Boston, senior participants from industry, government and other key sector partners came together to assess Canada’s recent performance and identify additional opportunities for future cooperation. The Roundtable complemented the impressive array of formal and informal bilateral meetings between companies and governments on specific issues and projects. 18 |

Le ministre de l’Industrie de la Turquie, Nihat Ergün, a participé au congrès BIO 2012, une première pour sa nation. M. Ergün a indiqué que son gouvernement avait pour objectif d’encourager les entreprises à investir en recherche et développement (R.-D.) et en production en Turquie plutôt que de travailler à la négociation de prix : « Le gouvernement a une capacité d’achat de 10 milliards de dollars. Dorénavant, plutôt que de tenter de réduire le prix des médicaments, nous utiliserons notre pouvoir d’achat dans les sociétés qui souhaitent faire de la production et de la R.-D. en Turquie. » Hürriyet Daily News, 20 juin 2012

En outre, ces efforts de développement économique ne sont pas exclusivement restreints aux gouvernements nationaux. Les états sous-nationaux (provinces, etc.) et les administrations municipales mettent aussi en œuvre des stratégies dynamiques de développement commercial, et créent des liens entre l’infrastructure, les capitaux, les politiques publiques et les ensembles de compétences afin de stimuler de nouveaux investissements en recherche et en commercialisation. Ce paysage de la concurrence est en pleine transformation et pose donc des questions et des défis intéressants, tant à l’industrie canadienne qu’aux décideurs du secteur public. Malgré un solide dossier de réussites et de réalisations, la position concurrentielle mondiale du Canada est mise à l’épreuve et se trouvera bientôt face à des pressions croissantes. Bien qu’il soit important de comprendre les moteurs de nos réalisations passées, ces dernières ne sont pas garantes de notre avenir. Le danger réel pour le Canada serait de dormir sur ses lauriers.

BIOTECanada


Participants specifically addressed a number of core questions relating to Canada’s current competitive position, public and private sector experiences and drivers for successful outcomes, and the key ingredients needed to sustain future growth and performance. Among both public sector and industry delegates, discussions coalesced around a number of key elements of future success, including: • Business Strategy. Companies have to ensure that they fully understand and target their value proposition in the marketplace. Firms must also be bolder in seeking out new markets.

La concurrence est bien réelle et montre à quel point des activités comme la Table ronde nationale sur la bioéconomie sont importantes pour assurer un succès soutenu au secteur canadien, et garantir sa croissance. Lors de la Table ronde 2012 à Boston, des responsables de haut niveau de l’industrie, du gouvernement et d’autres secteurs clés ont évalué ensemble la performance récente du Canada et défini d’autres possibilités de collaboration. La Table ronde représentait un complément à un éventail impressionnant de réunions bilatérales officielles et non officielles entre les sociétés et les gouvernements à propos de nombreux sujets et projets.

• Capital. Flexibility is required from all partners around financing needs and incentives, in recognition of the enormous risks common to the majority of biotechnology ventures.

Les participants ont plus particulièrement abordé les principales questions relatives à la position concurrentielle du Canada en ce moment, à l’expérience des secteurs public et privé et aux moteurs de la réussite. Il a également été question des ingrédients clés qui assureront à l’avenir une croissance et un rendement soutenus.

• Infrastructure. Our scientific capacity is world-class, but research can often be concentrated and better coordinated across jurisdictions. Policy tools—incentives, regulations, legal frameworks—must be aligned in full consultation with biotechnology stakeholders.

Parmi les délégués du secteur public et de l’industrie, les discussions ont tourné autour d’un certain nombre de facteurs de réussite, que nous pouvons résumer comme suit :

BIOTECanada

fall / automne 2012 | 19


• Talent. Realizing the economic and social benefits of biotechnology starts and ends with the expertise and creativity of individuals. Canada can meet the current and future skill requirements of its biotechnology industry through policy coordination and planning that reaches across individual jurisdictions. • Communication. Success in biotechnology can be contagious, as long as word gets out. Canada can define and share its biotechnology story more aggressively to drive investments and inspire the next wave of research. Above all, growing Canada’s bio-economy will depend on encouraging a truly national culture of success. Canada must look to act as a unified whole wherever possible. Other jurisdictions don’t seem to experience the same level of disconnection and duplication at the regional level as in Canada. We have to find ways to carry forward the cooperation and common vision from BIO to our daily activities throughout the year. Collectively, we can do a better job of recognizing the value generated by biotechnology at all stages of development, including those ventures which ultimately fail. Every successful product incorporates some degree of lessons learned. While often frustrating, unsuccessful research programs are highly valuable for future work. The concept of “creative destruction” is relevant here: embracing failure is a healthy and fundamental part of eventually translating useful, value-creating innovations into the marketplace. The importance of adopting innovative products into our economy—translating ideas into useable forms—remains a high priority. The benefits of biotechnology are only realized if it is deployed appropriately in the marketplace. Investments, especially public sector investments, border on wasteful if we cannot find creative ways of adopting biotechnological innovations in meaningful ways. The use of these products also generates additional, valuable forms of applied knowledge that can inform subsequent research. These various challenges underscore the fundamental importance of continued dialogue around the sector. This applies to both public policy issues and commercial strategies and opportunities. Dialogue is also critical to building a recognized, shared Canadian narrative that captures all the available benefits and opportunities in the sector. It is not enough for an individual company or government to describe the advantages of a strong and growing bio-economy. There needs to be a clear national vision and acceptance of biotechnology if Canada is to effectively market itself and truly compete against ever stronger and hungrier global markets.

20 |

• La stratégie commerciale. Les entreprises doivent s’assurer de bien comprendre et de cibler leur proposition de valeur au sein du marché. Les entreprises doivent aussi faire preuve de plus d’audace dans la recherche de nouveaux marchés. • Le capital. Tous les partenaires doivent faire preuve de souplesse en ce qui concerne les besoins de financement et les incitatifs au financement, étant donné les risques énormes associés à la majorité des entreprises biotechnologiques. • Les infrastructures. Notre capacité scientifique est mondialement reconnue, mais la recherche pourrait être davantage concentrée et mieux coordonnée sur les différents territoires. Les outils politiques – les incitatifs, les règlements, les cadres juridiques – doivent être harmonisés en tenant compte de l’avis de tous les intervenants du milieu de la biotechnologie. • Le talent. Pour que la biotechnologie ait des retombées économiques et sociales, il faut compter sur l’expertise et la créativité des personnes. Le Canada peut répondre aux besoins de l’industrie de la biotechnologie en matière de compétences, maintenant, mais aussi à l’avenir. Pour ce faire, il faut coordonner les politiques et les exercices de planification à l’échelle du pays. • La communication. La réussite en biotechnologie peut être contagieuse dès lors que l’on en parle. Le Canada peut mieux définir son discours sur la biotechnologie et le partager de façon plus dynamique afin de stimuler les investissements et d’inspirer la prochaine vague de recherches. Par-dessus tout, on ne fera croître la bioéconomie canadienne que si l’on encourage clairement une culture de la réussite unifiée à l’échelle nationale. Les différents territoires du Canada doivent chercher à faire bloc dès que l’occasion se présente. Certains pays semblent moins souffrir que le Canada du phénomène de segmentation et de dédoublement d’une région à l’autre. Nous devons trouver des moyens de maintenir quotidiennement et toute l’année l’esprit de coopération et la vision commune qui régnaient à BIO. Collectivement, nous pouvons mieux reconnaître la valeur produite par la biotechnologie à toutes les étapes du développement, y compris quand les entreprises connaissent des échecs. Pour chaque réussite, le chemin est pavé de leçons durement apprises. Bien que frustrants, les programmes de recherche infructueux ont une grande valeur pour les recherches ultérieures. Le concept de « destruction créatrice » est tout à fait pertinent dans ce cas-ci. Accepter l’échec est un élément sain et fondamental permettant aux innovations utiles et créatrices de valeur d’accéder un jour au marché. L’adoption de produits novateurs dans l’économie – de donner une forme utiles à des idées – demeure une priorité. On ne profite des avantages de la biotechnologie que si elle se BIOTECanada


“The concept of ‘creative destruction’ is relevant here: embracing failure is a healthy and fundamental part of eventually translating useful, value-creating innovations into the marketplace.” Canada has many reasons to be proud of its biotechnology history and achievements, but we cannot assume this will continue indefinitely in the future. Other jurisdictions are watching closely and looking to replicate Canada’s success. The need for Canada to remain globally competitive will continue to be a dominant theme now and for the foreseeable future as the industry looks to BIO 2013 in Chicago. No single part of the sector—public or private—can secure this future in isolation. It will take a sustained commitment to partnership, dialogue and coordinated actions to ensure Canada continues to outperform our competitors. Stephen Sampson is Director, Health & Life Sciences at Global Public Affairs. As a senior member of Global’s Health & Life Sciences practice, he helps lead an integrated team of policy professionals on Federal, Provincial and F/P/T issues. Steve has specific experience in economic development and competitiveness issues, innovation in health care, market access and reimbursement, Health Technology Assessment (HTA), regulatory reform, intellectual property and international trade matters.

déploie comme il se doit au sein du marché. Les investissements, en particulier du secteur public, risquent d’être inutiles si l’on ne trouve pas des moyens créatifs d’adapter les innovations technologiques à des fins pertinentes. L’utilisation des produits de la biotechnologie génère aussi de précieuses formes supplémentaires de savoir appliqué pouvant servir aux recherches à venir. Ces divers défis soulignent l’importance fondamentale d’un dialogue permanent au sein du secteur, tant en ce qui concerne les politiques publiques que les stratégies et les opportunités commerciales. Le dialogue est également essentiel à construction d’un discours typiquement canadien auxquels tous adhèrent. Ce discours doit résumer tous les avantages et les possibilités qu’offre le secteur. Il ne suffit pas à une société ou à un gouvernement de décrire les avantages d’une forte bioéconomie en croissance. Il faut avoir une vision nationale claire et accepter la biotechnologie pour que le Canada arrive à se vendre efficacement et à réellement livrer concurrence à des marchés mondiaux de plus en plus robustes et gourmands. Le Canada a de nombreuses raisons d’être fier de son passé et de ses réalisations en biotechnologie. Cependant, on ne peut pas tenir pour acquis le fait que ces succès se poursuivront sans fin. D’autres pays observent de près ce qui se passe au Canada dans l’objectif de faire mieux. Il est nécessaire que le Canada demeure concurrentiel à l’échelle mondiale, et cela restera un thème dominant dans les prochains mois, alors que l’industrie commencera à se préparer au congrès BIO 2013, qui aura lieu à Chicago. Un seul intervenant du secteur – qu’il soit du secteur public ou privé – ne peut pas garantir à lui seul l’avenir. Pour que le Canada demeure plus performant que ses concurrents, il faudra un engagement profond envers le partenariat, le dialogue et l’action coordonnée. Stephen Sampson est le directeur de la Santé et des Sciences de la vie chez Global Public Affairs. Auprès de la clientèle des domaines de la Santé et des Sciences de la vie, en tant que cadre chevronné, il dirige une équipe intégrée de professionnels des politiques fédérales et provinciales et des relations fédéralesprovinciales-territoriales. M. Sampson est un expert de l’expansion économique et de la compétitivité, de l’innovation en santé, de l’accès au marché et du remboursement, de l’évaluation des technologies de la santé (ETS), des réformes réglementaires, de la propriété intellectuelle et du commerce international.

BIOTECanada

fall / automne 2012 | 21


by / par Kira Pejemsky

Gold Leaf Awards recognize the best of Canadian biotech LES FEUILLES D’OR RENDENT HOMMAGE À LA CRÈME DES BIOTECHNOLOGIES CANADIENNES The 2012 Gold Leaf Award recipients were honoured at the BIO International Convention this past June in Boston. Over 400 delegates and guests joined BIOTECanada in the Canada Café for the award presentations.

En juin, à Boston, le Congrès international BIO a rendu hommage aux récipiendaires du prix Feuilles d’Or 2012. Plus de 400 délégués et invités se sont joints à BIOTECanada, au Café Canada, pour participer à la cérémonie de remise des prix.

Presenting the awards were representatives from BIOTECanada’s Leadership Program—organizations whose commitment to our industry helps support our many programs and initiatives. The celebration of our winners continued at the Gold Leaf reception, hosted by Ag-West BIO and the Life Science Association of Manitoba.

Ce sont des représentants du Programme de leadership de BIOTECanada – des organisations dont l’engagement au sein de l’industrie contribue au soutien de nombreux programmes et initiatives – qui ont présenté les prix lors du Congrès. L’hommage rendu aux récipiendaires s’est poursuivi lors de la réception des Feuilles d’Or, animée par Ag-West BIO et le Life Science Association of Manitoba.

As a celebration of Canadian innovation, BIOTECanada’s Gold Leaf Awards program provides the opportunity to recognize both companies and individuals who have made significant achievements to our industry. Launched in 2001, BIOTECanada

En guise de reconnaissance de l’innovation canadienne, le programme des Feuilles d’Or de BIOTECanada offre l’occasion de rendre hommage aux réalisations considérables d’entreprises fall / automne 2012 | 23


Left to right: Dal Hutchinson (RCMP), Dr. Robert Heft (formerly Enobia), John Dorsey (Novartis), Mike Hartmann (BioAmber), Patrick Binns (Consul General of Canada to New England), Dr. Clive Ward-Able (Amgen), Nick Green (Therapure Biopharma), David Allan and April Weston (RCMP). De gauche à droite : Dal Hutchinson (GRC), le D r Robert Heft (anciennement Enobia), John Dorsey (Novartis), Mike Hartmann (BioAmber), Patrick Binns (Consul général du Canada en Nouvelle-Angleterre), le D r Clive Ward-Able (Amgen), Nick Green (Therapure Biopharma), David Allan et April Weston (GRC).

these prestigious awards are presented annually by Canada’s national biotechnology industry association. The 2012 nominations included many exceptional candidates for all six award categories. BIOTECanada congratulates all our nominees for their achievements in 2011 and going forward. The 2012 winners are:

Biotech Company of the Year: Enobia Pharma Corp. Based in Montreal and now part of Alexion Pharmaceuticals, Enobia represents Canada’s biggest biotech success of 2011. After raising $120 million in the last four years and bringing an orphan product into clinical trials, Enobia announced a deal with Alexion Pharmaceuticals last December that will enable acceleration and expansion of the development of its lead product candidate for serious metabolic bone disorders.

Contribution to Canadian Communities: Amgen Canada Amgen is a proud contributor to many philanthropic efforts at academic institutions, in hospitals, with patients and in the community. Amgen is committed to a number of causes: raising 24 |

et de personnes au sein de notre industrie. L’association nationale de l’industrie des biotechnologies du Canada remet chaque année ces prestigieux prix, créés en 2001. Les personnes et sociétés mises en candidature cette année dans les six catégories de prix étaient exceptionnelles. BIOTECanada tient à féliciter tous ceux qui ont été nommés pour ce qu’ils ont accompli en 2011 et qu’ils accompliront à l’avenir. Les gagnants de 2012 sont les suivants :

Entreprise biotechnologique de l’année : Enobia Pharma Corp. Enobia, qui a son siège social à Montréal et qui fait désormais partie d’Alexion Pharmaceuticals, représente la plus importante réussite du secteur de la biotechnologie au Canada en 2011. Après avoir recueilli 120 millions de dollars au cours des quatre dernières années et amené un produit orphelin au stade des essais cliniques, Enobia a annoncé son entente avec Alexion Pharmaceuticals en décembre dernier. Cette entente permettra d’accélérer la mise au point de son médicament candidat le plus en vue destiné au traitement de graves troubles osseux d’origine métabolique. BIOTECanada


Contribution aux collectivités canadiennes : Amgen Canada Amgen est fière de contribuer à de nombreuses activités philanthropiques auprès des établissements universitaires, des hôpitaux, des patients et de la collectivité. En matière d’engagement, Amgen se consacre à de nombreuses causes : promouvoir la valeur des connaissances en sciences au sein de la collectivité, attirer de jeunes gens brillants dans le domaine des sciences en aidant les enseignants à perfectionner leur approche pédagogique, et faciliter l’accès aux ressources scientifiques pour les professeurs, les étudiants et l’ensemble de la collectivité. Amgen consacre également des ressources considérables au renforcement et à l’enrichissement de la collectivité. La plateforme philanthropique d’Amgen au Canada, Holding Hands, définit le principal champ d’intervention de la société en matière d’engagement communautaire : appuyer des programmes qui aident des familles dans le besoin à se rapprocher du bien-être tandis qu’elles évoluent au sein d’un système de santé complexe, notamment en leur fournissant de l’information, de l’éducation et du soutien.

Leadership de l’industrie : David Allan

the value of science literacy in the community; attracting bright young minds into the field of science by helping educators to teach more effectively; and improving access to science resources for teachers, students and the community at large. Amgen also dedicates substantial resources to strengthen and enrich the community. Holding Hands, Amgen Canada’s community philanthropy initiative, defines the core focus of the company’s community involvement—to support programs that help bring local families in need closer to wellness as they navigate a complex health care system, through information, education and support.

Industry Leadership: David Allan David Allan is the founding chairman and CEO (1998–2010) of YM BioSciences, one of Canada’s initial drug development translational receptor companies. He is executive chairman of the TSX-listed Stem Cell Therapeutics Corp., lead director at DiaMedica Inc., and chairman of AvidBiologics Inc. As a former Governor of the Toronto Stock Exchange, David was founding and sunset chair of the TSX’s Market Access Implementation Committee, which radically changed listing requirements of the TSX resulting in access to capital by small and medium-sized enterprises. In 1992 he founded the first science-specific investment banking team in Canada. BIOTECanada

David Allan est le fondateur et président du conseil actuel et ancien chef de la direction (de 1998 à 2010) de YM BioSciences, l’une des premières entreprises réceptrices au Canada en recherche translationnelle pour le développement de médicaments. Il est le président exécutif de la société cotée à la Bourse de Toronto Stem Cell Therapeutics Corp., premier directeur chez DiaMedica Inc. et président du conseil d’AvidBiologics Inc. Auparavant, alors qu’il était qu’administrateur de la Bourse de Toronto, il a fondé et présidé temporairement le Comité de mise en œuvre de l’accès aux marchés, qui a radicalement transformé les exigences d’adhésion à la Bourse de Toronto, procurant aux PME un accès à du financement. En 1992, il a fondé le premier fonds d’investissement consacré à la science, qui a permis la création de nombreuses entreprises en sciences de la vie, dont la Drug Royalty Corporation, YM BioSciences et plusieurs autres. Il est membre du conseil d’administration de Life Sciences Ontario et du Conseil consultatif des entreprises émergentes de BIOTECanada.

Entreprise en phase de démarrage – santé : Therapure Biopharma Inc. Therapure dispose d’une gamme interne de programmes de développement pharmaceutique axée sur le cancer du foie, l’hépatite C et l’anémie associée à la chimiothérapie. Tous les produits en sont au stade précommercial, et le programme principal devrait atteindre les essais de phase I en 2012. La filière de recherche pharmaceutique de Therapure s’appuie sur une connaissance approfondie des cellules sanguines et des protéines sanguines. Les produits de Therapure sont fall / automne 2012 | 25


This team created a number of life sciences companies including the novel Drug Royalty Corporation, YM BioSciences and others. He is a board member of Life Sciences Ontario and the Emerging Companies Advisory Board of BIOTECanada.

Emerging Company of the Year – Health: Therapure Biopharma Inc. Therapure has a portfolio of internal drug development programs focused on liver cancer, hepatitis C and chemotherapy-induced anemia. All of the products are pre-commercial and the lead program is scheduled to begin Phase I in 2012. Therapure’s drug discovery pipeline is built on a deep knowledge and understanding of blood cells and blood proteins. Therapure’s products are protected by an extensive portfolio of issued patents in the fields of protein drug conjugation and hematopoietic stem cells.

Emerging Company of the Year – Agriculture and Industrial: BioAmber BioAmber is a next-generation, renewable-chemical company selling bio-succinic acid to customers in a variety of chemical markets. The successful operation and scale-up of BioAmber’s facility in France (the world’s first and only large-scale bio-succinic acid demonstration plant) has attracted interest and support for the company within Canada and among the chemical industry worldwide. BioAmber has begun construction of a full-scale, commercial facility (17,000 metric tons of succinic acid) in Sarnia, Ontario. The facility will employ the significant infrastructure of Sarnia’s petrochemical valley, including a highly-skilled work force, and contribute to its evolution as a hybrid chemical cluster.

Contribution to the Association: John Dorsey As Chair of the Vaccine Industry Committee (VIC), John Dorsey has demonstrated steadfast commitment and support for the association, its members and customers. John’s personal leadership in supporting the VIC’s objectives—to shape the national immunization strategy, establish a sustained funding mechanism for new vaccines, improve the vaccine evaluation and recommendation process, and position the committee as a trusted and reliable industry partner—is a testament to his strong commitment to improving the operating environment for companies, and ultimately the public health of all Canadians. John is VicePresident and Head of the Vaccines & Diagnostics Division of Novartis Pharmaceuticals Canada Inc.

protégés par un important portefeuille de brevets délivrés dans les domaines de la conjugaison de protéinesmédicaments et des cellules souches hématopoïétiques.

Entreprise en phase de démarrage – secteur industriel et agricole : BioAmber BioAmber est une entreprise de nouvelle génération en matière de produits chimiques renouvelables, qui vend de l’acide succinique biosourcé sur différents marchés de produits chimiques. Le succès et la mise à l’échelle des installations de BioAmber en France (la première usine de démonstration à grande échelle au monde produisant de l’acide succinique biosourcé) ont suscité l’intérêt et le soutien envers l’entreprise au Canada et de la part de l’industrie chimique à travers le monde. BioAmber a entrepris la construction d’une installation commerciale complète (17 000 tonnes métriques d’acide succinique), à Sarnia, en Ontario. Cette usine fera appel à la considérable infrastructure de l’industrie pétrochimique de Sarnia, notamment à une main-d’œuvre hautement qualifiée, et contribuera à son évolution en tant que grappe industrielle hybride de produits chimiques.

Prix de la Contribution à l’association : John Dorsey En tant que président du Comité de l’industrie des vaccins (CIV), John Dorsey a fait preuve d’un engagement et d’un soutien indéfectibles envers l’association, ses membres et ses clients. Le dynamisme personnel de John Dorsey mis au service du CIV – dont les objectifs sont de concevoir la stratégie nationale d’immunisation, mettre en place un mécanisme de financement durable pour favoriser l’adoption des nouveaux vaccins, améliorer le processus d’évaluation et de recommandations en matière de vaccins et positionner le Comité en tant que partenaire fiable de l’industrie – témoigne de son engagement réel envers l’amélioration du contexte dans lequel doivent fonctionner les sociétés et, par le fait même, envers l’amélioration de la santé publique pour les Canadiens. John Dorsey est le vice-président et le chef de la division des Vaccins et des Diagnostics de Novartis Pharmaceuticals Canada Inc. Pour prendre connaissance du profil complet de nos récipiendaires ou pour proposer des candidatures en vue des Feuilles d’Or 2013, visitez le site : www.feuillesdor.ca.

For full profiles of our winners and to nominate for the 2013 Gold Leaf awards, visit: www.goldleafawards.ca.

26 |

BIOTECanada


BIOTECanada

fall / automne 2012 | 27


health santé

The spinal cord injury landscape in Canada: Today and beyond Le point sur la situation du traumatisme de la moelle épinière au Canada et sur les perspectives d’avenir by Bill Barrable, CEO, Rick Hansen Institute par Bill Barrable, chef de la direction du Rick Hansen Institute

In 1973, a 15-year-old Rick Hansen shattered his spine after being thrown from a truck. Of the seven months he spent in recovery and rehabilitation, two of them were spent strapped to a bed, in the hope his spine would heal. After learning he would never walk again, he returned home to Williams Lake, British Columbia, and a world full of social, medical and physical barriers. That experience was the catalyst to his life’s work. Through his unflagging efforts, the landscape for people with a spinal cord injury (SCI)—and others with mobility issues—has vastly changed.

En 1973, Rick Hansen, 15 ans, est éjecté d’un camion. Sa colonne vertébrale est réduite en miettes. Il passe deux des sept mois de sa convalescence attaché à un lit, avec l’espoir que sa colonne guérira. Après avoir appris qu’il ne marcherait plus jamais, il rentre chez lui à Williams Lake, en Colombie-Britannique. Son univers est désormais rempli de limites sociales, médicales et physiques. Cette expérience détermine le chemin qu’il va prendre, mais aussi, grâce à ses inlassables efforts, le contexte dans lequel vivent de nos jours les personnes atteintes d’un traumatisme de la moelle épinière (TME) – et d’autres troubles de la mobilité.

Today, new research is revolutionizing the treatment of SCI in hospitals and communities. New discoveries, progressive drug therapies and advanced surgical techniques are helping people manage quality-of-life issues associated with SCI, such as chronic pain, bladder and bowel complications, pressure ulcers, sexual dysfunction, and increased susceptibility to respiratory problems.

Aujourd’hui, les recherches sont en train de révolutionner le traitement des TME, tant à l’hôpital que dans la collectivité. Des découvertes, de nouveaux traitements médicamenteux et des techniques chirurgicales évoluées aident des gens à mieux composer avec les problèmes de qualité de vie associés au TME, par exemple la douleur chronique, les complications vésicales et intestinales, les escarres, la dysfonction sexuelle et la prédisposition accrue aux problèmes respiratoires.

Canada isn’t big enough There are approximately 86,000 Canadians—and hundreds of thousands more around the world—living with SCI, a chronic, lifelong condition. Canada is a leader in spinal cord injury research and treatment, and well-placed to overcome the biggest barrier to progress in the field: insufficient access to people with an injury who can assist with further research.

Le Canada n’est pas assez grand Il y a environ 86 000 Canadiens – et des centaines de milliers d’autres personnes dans le monde – qui souffrent de TME, une maladie chronique qui dure leur vie entière. Le Canada est l’un des chefs de file de la recherche et des traitements dans le domaine des traumatismes de la moelle épinière. Il est donc bien placé pour surmonter le plus grand obstacle aux progrès dans ce domaine : un accès insuffisant aux personnes atteintes de ce traumatisme qui pourraient contribuer à pousser les recherches.

“It is estimated that Canada, at most, could provide only 30 percent of the participants required to support the number of clinical research studies that we believe are needed to introduce the treatments and therapies that will minimize paralysis after spinal cord injury,” says Bill Barrable, Rick Hansen Institute (RHI) CEO. “With our mandate to accelerate the pace of new treatments and cures, we must collaborate with researchers worldwide.” 28 |

« On croit que le Canada pourrait tout au plus fournir 30 pour cent des participants nécessaires aux études cliniques qui semblent nécessaires au lancement des traitements qui réduiront la paralysie après traumatisme de la moelle épinière, explique le chef du RHI, Bill Barrable. Nous nous sommes vu confier le mandat d’accélérer le rythme de production de nouveaux BIOTECanada


health santé

Treatment of SCI has improved over the past 10 to 15 years in many ways: • Overall acute hospital stays for those with SCI have reduced substantially through early intervention, improved surgical techniques and improved medical care. • Some secondary complications from SCI have reduced dramatically, with frequently fatal complications such as pulmonary embolism (blood clot propagation to the lungs) almost unheard of in today’s hospitalized SCI patients. • Those who experience significant neurological improvement have increased due to improved imaging (magnetic resonance), which helps optimize our surgical approach for decompressing the injured spinal cord; and improved anaesthesia and critical care techniques, which avoid blood pressure drops (common in newly injured SCI patients).

The more individuals willing to participate in research— nationally and internationally—the likelier it is that the resulting treatments will positively impact individuals across all demographics and ethnicities. Proper data sharing platforms, real-time coordination and protecting participants’ privacy rights are also critical factors. RHI has spent the last year focused on facilitating connections between leading scientists, researchers, surgeons and rehabilitation practitioners located across Canada, and in China, the United States, Israel and Australia. “We can’t answer all the questions in Canada alone. We need to reach out beyond our borders, and that’s why we are partnering with premier SCI-related research organizations and health care facilities such as the China Rehabilitation Research Center, the Miami Project to Cure Paralysis, and the Paralyzed Veterans of America,” says Dr. Marcel Dvorak, RHI’s Scientific Director. “It’s our hope that, by initiating these relationships, we are breaking down existing silos in the field and creating the foundation of a truly collaborative international network.” Ongoing challenges in coordination of research, and lack of standardization of collection and reporting of research data, have made it nearly impossible for researchers to build on the efforts of those before them. RHI’s Global Research Platform (GRP) was developed to respond to this reality. A borderless, flexible and secure web-based data collection system, GRP allows for faster collection and reporting for research and program operations. Data can be accessed through an Internet connection, which means research facilities can easily set up multi-centre trials across vast geographic regions without huge investments in infrastructure. Already used to run the Rick Hansen Spinal Cord Registry in 31 locations across Canada BIOTECanada

Le traitement des TME s’est amélioré de plusieurs manières au cours des 10 à 15 dernières années. Voici quelques-unes de ces améliorations : • Réduction globale spectaculaire des séjours en soins actifs des personnes atteintes de TME, grâce à une intervention précoce, ainsi qu’à des techniques chirurgicales et à des soins médicaux améliorés. • Réduction spectaculaire de certaines complications liées aux TME qui étaient fréquemment fatales, par exemple l’embolie pulmonaire (passage d’un caillot sanguin dans les poumons), mais dont ne souffrent pratiquement plus les patients atteints de TME qui sont hospitalisés aujourd’hui. • Augmentation du nombre de patients dont l’état neurologique s’améliore considérablement grâce au perfectionnement de l’imagerie (par résonance magnétique), qui contribue à l’optimisation de l’approche chirurgicale de décompression de la moelle épinière, et au perfectionnement des techniques d’anesthésie et de soins intensifs, qui permettent de prévenir les baisses de pression artérielle, courantes chez les patients dont le TME est récent.

t­ raitements et devons donc collaborer avec des chercheurs de partout au monde. » Plus il y aura de gens disposés à participer aux recherches – à l’échelle nationale et internationale – plus les traitements qui pourront alors être découverts auront un impact sur les personnes souffrant de TME, et ce, quel que soit leur profil démographique et ethnique. Des plateformes adéquates de partage de données, une coordination en temps réel et la protection du droit à la confidentialité des participants sont aussi des critères importants. Au cours de la dernière année, le RHI s’est attaché à encourager la création de liens entre les élites des sciences, de la recherche, de la chirurgie et de la réadaptation au Canada, en Chine, aux États-Unis, en Israël et en Australie. « On ne répondra pas à toutes les questions en se cantonnant au Canada. Nous devons tendre la main à des collaborateurs au-delà de nos frontières, et c’est pourquoi nous avons conclu des partenariats avec de grandes organisations œuvrant dans le domaine des TME, par exemple le China Rehabilitation Research Center, le Miami Project to Cure Paralysis et Paralyzed Veterans of America, explique le Dr Marcel Dvorak, directeur scientifique du RHI. Nous espérons que ces liens nous ­permettront d’éliminer les cloisonnements qui existent actuellement dans le domaine et de jeter les bases d’un vrai réseau ­international de collaboration. » Les défis permanents que posent la coordination de la ­recherche et le manque de normes en matière de collecte et de fall / automne 2012 | 29


health santé

and the multi-centre CAMPER Study, it is expected to become the platform of choice for other multi-site clinical trials within RHI’s expanding international network of partners. New opportunities in ­commercialization Despite the barriers in research, RHI is also looking to facilitate greater investment in SCI-related technologies and therapies by launching the RHI SCI Global Investment Forum program. The inaugural forum will take place at the Biotech Showcase™ 2013, an annual conference produced by the Demy Colton Life Science Advisors and the EBD Group, in January. As with all future forums, select companies will pitch to an audience of life science and biotechnology investors in an effort to solicit the capital necessary to continue the commercialization process of their products. Accessing the capital required to progress through the product development pathway for new therapeutics, medical devices and diagnostics is a huge barrier to overcome for firms developing new innovations for the treatment of paralysis following SCI and associated secondary complications. Therefore, facilitating increased access to the capital for these firms will result in more innovations available to those responsible for the care and treatment of the ­debilitating condition. RHI is very excited to be partnering with the EBD Group and Demy Colton Life Sciences Advisors in order to hold its first forum at the Biotech Showcase in San Francisco. The showcase has an established reputation as an investor and partnering conference devoted to providing biotechnology and life sciences companies with an opportunity to present to, and meet with, investors and pharmaceutical executives in one place. It’s the perfect platform for generating the kinds of partnerships needed in order for emerging companies to commercialize an innovative therapy or technology directly related to minimizing both secondary complications and paralysis after spinal cord injury. Whether it’s facilitating additional investment into emerging SCI-related companies or creating a baseline for SCI-related data collection, there will not be just one discovery or initiative, but a series of breakthroughs that will steadily create improvements to eventually lead to a world without paralysis after spinal cord injury. Bill Barrable has been the Chief Executive Officer of the Rick Hansen Institute since January 2010. Bill was the Chief Executive of BC Transplant from 1994 to 2009, during which time the organization was honoured with the Canada Award for Excellence from the National Quality Institute. He was previously named one of Canada’s Top 40 under 40.

30 |

« [Le PRM] permet un rassemblement et une publication plus rapides en vue des activités de recherche et des opérations des programmes. » publication des données de recherche ont fait en sorte qu’il est presque impossible pour les chercheurs de tabler sur les efforts de ceux qui les ont précédés. La plateforme de recherche mondiale (PRM) du RHI a été mise sur pied pour corriger cette situation. Le PRM est en effet un système de collecte de données en ligne sans frontières, souple et sûr. Il permet un rassemblement et une publication plus rapides en vue des activités de recherche et des opérations des programmes. On peut accéder aux données par Internet, ce qui signifie une mise en place facile par les installations de recherche d’essais multicentriques internationaux, répartis sur de vastes territoires, sans énorme infrastructure d’investissement. Étant déjà utilisée pour diriger le Rick Hansen Spinal Cord Registry dans 31 emplacements à travers le Canada et l’étude multicentrique CAMPER, la plateforme devrait devenir le premier choix pour d’autres essais cliniques multicentriques, au sein d’un réseau croissant de partenaires internationaux. De nouvelles occasions de ­commercialisation Malgré les obstacles à la recherche, le RHI cherche aussi à encourager de plus importants investissements dans les technologies et le traitement des TME en lançant le ­programme d’investissement pour le TME du RHI appelé Global Investment Forum. Le premier forum aura lieu à l’occasion du congrès Biotech Showcase™ 2013, un congrès annuel organisé par Demy Colton Life Science Advisors et le Groupe EBD, en janvier. Au cours de ce premier forum, comme au cours des suivants, des sociétés choisies feront des présentations à un public d’investisseurs en sciences de la vie et en biotechnologie en vue de solliciter les capitaux nécessaires à la poursuite du processus de commercialisation de leurs produits. L’accès insuffisant aux capitaux requis pour évoluer sur la voie du développement des traitements, des appareils médicaux et des diagnostics innovants constitue un énorme frein pour les entreprises qui font de la recherche liée au traitement de la paralysie consécutive aux TME et aux complications qui y sont associées. Par conséquent, favoriser un accès accru aux capitaux pour ces entreprises aura pour résultat d’offrir plus d’innovations aux responsables des soins et du traitement des troubles invalidants. RHI est très enthousiaste de s’associer au Groupe EBD et Demy Colton Life Sciences Advisors pour tenir son premier BIOTECanada


forum au congrès Biotech Showcase à San Francisco. Ce congrès est réputé être un congrès regroupant investisseurs et partenaires potentiels, consacré à fournir aux sociétés de biotechnologie et de sciences de la vie l’occasion de faire des présentations à un seul endroit, à de nombreux investisseurs et cadres du milieu pharmaceutique, et de mieux faire leur connaissance. C’est la plateforme idéale pour les sociétés émergentes, car elles peuvent y conclure le genre de partenariats nécessaires à la commercialisation de technologies ou de traitements innovants qui permettront de réduire les ­complications liées aux TME et les paralysies connexes. Qu’il s’agisse d’encourager des investissements supplémentaires dans les sociétés émergentes œuvrant dans le domaine des TME ou de rassembler les fonds nécessaires à la collecte de données sur les TME, une seule découverte ou initiative ne suffira pas; ce sont des percées successives qui apporteront des améliorations régulières et finiront par mener à un monde sans paralysie consécutive au TME. Bill Barrable est le chef de la direction du Rick Hansen Institute (RHI) depuis janvier 2010. M. Barrable était auparavant l’administrateur général de BC Transplant, fonction qu’il a occupée de 1994 à 2009. Pendant cette période, l’institut a reçu le prix d’excellence de l’Institut national de la qualité. M. Barrable avait avant cela figuré à la liste des 40 Canadiens de moins de 40 ans les plus ­performants. BIOTECanada

fall / automne 2012 | 31


32 |

BIOTECanada


Canadian Science Brings Patients Hope Recently, the federal government announced that it will undertake the establishment of a national orphan drug strategy to ensure that Canadians with rare diseases have access to new orphan drug medicines and therapies. The government is to be commended for this significant initiative that stands to provide relief for thousands of Canadian patients with rare diseases, many of whom do not have access to orphan drug therapies. Rare diseases are defined as those that affect fewer than one in 2000 Canadians. They are frequently severe, life threatening, and progressively debilitating genetic diseases. ‘Orphan’ is the label applied to the drugs and therapies used in the treatment or relief of these rare disorders. And while the diseases are ‘rare’ in that each disease on its own impacts only a small portion of the general population, when combined these so-called rare diseases are anything but rare—they are numerous and affect thousands of Canadians and many thousands more globally. For many years, Canadian biotechnology companies have been conducting significant research and development, which has led to the development of new drug therapies that have fundamentally and in some cases permanently improved the lives of thousands of Canadian patients and many more globally that are afflicted with rare disorders. But more can and must be done as new rare diseases emerge each year. By putting in place a competitive framework, the government will establish a stable policy environment and provide the policy certainty necessary to attract investment. This investment is an essential component in driving increased orphan drug research and development in Canada. In this context, the industry is greatly encouraged by the initiative and looks forward to working with the government to develop the final policy framework. And while this bodes well for the development of a strong Canadian biotechnology sector, ultimately it is those Canadians suffering from rare diseases that will benefit most as they will have greater access to a wider array of therapies and drugs.

BIOTECanada

La science Canadienne offre de l’espoir aux patients Le gouvernement fédéral a récemment annoncé qu’il mettrait en œuvre une stratégie nationale en matière de médicaments orphelins pour permettre aux Canadiens souffrant de maladies rares d’avoir accès à de nouveaux traitements. Il faut applaudir le gouvernement pour cette initiative importante qui apportera un répit à des milliers de patients canadiens, dont un grand nombre n’ont pas accès à des médicaments destinés au traitement de maladies rares. Par définition, les maladies rares touchent moins d’un Canadien sur 2000. Ce sont des maladies génétiques souvent graves, dégénératives, débilitantes, voire mortelles. Le terme « orphelin(e) » est utilisé pour désigner les médicaments et thérapies servant au traitement ou au soulagement de ces troubles. Si ces maladies sont « rares » parce qu’isolément, elles ne touchent qu’une infime partie de la population, ensemble elles sont loin d’être statistiquement insignifiantes. En effet, elles sont nombreuses et affectent des milliers de Canadiens et des milliers d’autres personnes partout au monde. Depuis de nombreuses années, les sociétés canadiennes de biotechnologie effectuent d’importants projets de recherche-développement. Cela a mené à la mise au point de nouveaux médicaments qui ont considérablement amélioré la vie de milliers de patients canadiens et étrangers, parfois de façon permanente. Mais il est important d’en faire plus, car de nouvelles maladies rares apparaissent chaque année. Grâce au cadre concurrentiel qu’il doit mettre en place, le gouvernement créera un environnement stratégique stable et apportera une certitude politique qui sera propice aux investissements. Un tel apport de capitaux est essentiel pour permettre l’intensification des projets de recherche-développement au Canada. Dans ce contexte, le secteur est très heureux de l’initiative et anticipe avec plaisir de collaborer avec les autorités pour élaborer le cadre politique final. Cette nouvelle est de bon augure pour l’avenir du secteur canadien de la biotechnologie, mais pardessus tout, ce sont les Canadiens souffrant de maladies rares qui en bénéficieront le plus, sachant qu’ils auront accès à une gamme étendue de thérapies et de médicaments.

fall / automne 2012 | 33


CT_Partnership_0910_final.indd 1

World Courier offers a complete one-stop GxP-compliant logistics service to the biopharmaceutical industry. World Courier offre un service complet de logistique répondant aux normes GxP (conformes aux BPx) de l’industrie biopharmaceutique. About GxP

À propos des GxP

“GxP” is the collective term for the Good Practice quality guidelines and regulations used in many fields, encompassing such internationally-recognized standards as GMP, GCP, GSP and GDP. These guidelines are designed to ensure that products are safe, meet their intended use and, in regulated industries such as drugs, food and medical devices, adhere to quality processes during manufacturing, control, storage and distribution.

“GxP” est un terme qui englobe les lignes directrices des Bonnes Pratiques (BPx) et règlements utilisés dans plusieurs domaines incluant des standards internationaux reconnus tels que BPF, BPC, BPE et BPD. Dans les industries réglementées telles que l’industrie biopharmaceutique, alimentaire et des dispositifs médicaux, ces lignes directrices ont été mises en place pour s’assurer que les produits soient sécuritaires et utilisés selon leur indication approuvée et qu’ils soient conformes aux processus de qualité lors de la production, de l’entreposage et de la distribution.

11.11.2010 14:04:19 Uhr


Advertorial World Courier acknowledges the critical role that Good Practice plays in servicing the biopharmaceutical industry and is dedicated to ensuring company GxP compliance at a worldwide organizational level as it relates to the transport and storage of investigational drugs, commercial drug products, biological samples and additional supplies used in clinical trials.

43%

World Courier reconnaît le rôle essentiel que les Bonnes Pratiques jouent au sein de l'industrie biopharmaceutique et se consacre à assurer la conformité GxP à l'échelle mondiale car elle concerne le transport et l’entreposage des produits commerciaux, médicaments expérimentaux, des échantillons biologiques et des fournitures utilisées dans les essais cliniques.

43% des défaillances majeures des BPD sont

of critical and major GDP deficiencies are related to temperature control and monitoring during storage and transportation.

liées au contrôle et à la surveillance de la température au cours de l’entreposage et du transport.

Quality Management is of paramount importance to World Courier. As a result, Quality Coordinators have been set in place locally, regionally and globally to develop, implement and maintain World Courier’s Quality Management System (QMS), which is based on its internal GxP policy as well as the following pillars:

La Gestion de la Qualité est d’une importance primordiale pour World Courier. Par conséquent, des postes de Coordinateurs de la Qualité ont été mis en place au niveau local, régional et mondial pour développer, mettre en oeuvre et maintenir le système de Gestion de la Qualité de World Courier (QMS), qui est basé sur sa politique interne des GxP ainsi que sur les piliers suivants:

-Corrective and Preventative Actions (CAPA) Program -Change Management Program -Management Review Program -Process Performance / Product Quality Monitoring Program

25%

of vaccine products reach their destination in a degraded state.

With such strict product temperature and handling requirements, and ever-tightening governmental regulations overseeing the safe transportation of products worldwide, companies can no longer afford to overlook their logistics processes and partners. There are countless individual components required to distribute drug product around the world successfully; thermal packaging, flight itineraries, regulatory permits, security, storage facilities, handling protocols etc. Established Good Practices, that extend throughout the entire clinical supply chain are key to bringing all of these elements together... and we’ve got them. For more information visit www.worldcourier.com

-Programme Actions Correctives et Préventives (CAPA) -Programme des modifications de Gestion -Programme de révision du Management -Programme de surveillance de la qualité produit et de la performance des processus.

25% des produits de vaccination arrivent à destination dans un état détérioré. Avec de telles exigences en matière de manipulation et de maintient de la température du produit et une réglementation gouvernementale de plus en plus resserrée supervisant le transport sécuritaire des produits dans le monde entier, les entreprises ne peuvent plus se permettre de négliger leurs processus et partenaires logistiques. Il existe d'innombrables paramètres nécessaires pour distribuer un médicament avec succès dans le monde; emballage thermique, itinéraires de vols, autorisations réglementaires, sécurité, entreposage, protocoles de manutention, etc. De Bonnes Pratiques établies, qui s’appliquent tout au long de la chaîne d'approvisionnement clinique sont indispensables pour mettre en œuvre l'ensemble de ces éléments... et nous les avons. Pour nos coordonnées, visitez www.worldcourier.com


la semaine nationale des biotechnologies

by / par Nadine Lunt

Creative Canadian science: National Biotechnology Week overview

Créativité des sciences au Canada :

Aperçu de la Semaine nationale des biotechnologies National Biotechnology Week drew to a close with a record number of engagement opportunities across the country. The events were created by our regional accord partners and raised awareness for the industry, highlighting the passion and power of biotechnology players across the country. The companies were proud to present their work and show the promise of today’s Canadian bio-economy. Canadian biotechnology companies are developing sustainable bioenergy technologies to power cars and jet aircraft. Renewable composite materials are now an essential component of virtually every aspect of our lives, from transportation to housing to manufacturing. Clean chemicals are produced for a host of other consumer and commercial products. Many sectors are reinventing themselves and preparing to compete globally in the very promising bio-economy.

36 |

La Semaine nationale des biotechnologies s’approchait avec un nombre record de possibilités de partenariats un peu partout au pays. Les activités, mises sur pied par les partenaires de l’accord régional, ont permis de mieux faire connaître l’industrie, et de souligner la passion et la force des protagonistes de la biotechnologie partout au pays. Les entreprises étaient fières de présenter leur travail et de faire état des promesses que nous réserve la bioéconomie canadienne. Les sociétés canadiennes de biotechnologie sont en train de mettre au point des technologies bioénergétiques durables qui alimenteront les voitures et les avions à réaction. Les matériaux composites renouvelables sont désormais un élément essentiel de pratiquement tous les aspects de la vie, du transport au logement en passant par la fabrication. Les substances chimiques écologiques sont fabriquées pour une foule d’autres produits commerciaux et de consommation. De nombreux secteurs sont en train de se réinventer et se préparent à compétitionner à l’échelle mondiale dans la très prometteuse bioéconomie. BIOTECanada


National biotechnology week ®

Andrew Casey, President and CEO, BIOTECanada, was joined by biotech leaders to open the TSX money markets in honour of National Biotechnology Week.

En l’honneur de la Semaine nationale des biotechnologies, les dirigeants du secteur ont rejoint Andrew Casey, le président et chef de la direction de BIOTECanada, pour déclarer ouverts les marchés monétaires de la Bourse de Toronto.

With thousands of participants each year, National Biotechnology Week is an opportunity to collaborate and showcase the impact our industry has on the daily lives of Canadians.

Forte de milliers de participants tous les ans, la Semaine nationale des biotechnologies constitue une occasion de collaborer et de mettre en valeur l’impact de l’industrie sur la vie quotidienne des Canadiens.

BIOTECanada Advocacy Day saw industry leaders from agriculture, health and industrial sectors join Members of Parliament to discuss the strategy for continuing to build the sector in Canada. Together we are advancing sciencebased public policy and increasing awareness of biotechnology.

La journée de sensibilisation de BIOTECanada a vu les chefs de file de l’agriculture, de la santé et de l’industrie rencontrer les députés pour discuter de la stratégie d’expansion du secteur de la bioéconomie au Canada. Ensemble, nous œuvrons à promouvoir des politiques publiques axées sur des données scientifiques et à faire connaître les biotechnologies.

Canada’s biotechnology industry is now an essential component of the transformation and redefinition of many traditional economic cornerstones, including forestry, energy, aerospace and other manufacturing industries. In partnership with these sectors, the biotechnology industry has helped position the Canadian economy as a leader in the emerging global bio-economy. There is now a bio-based component in virtually all sectors of the economy in the form of improved products and processes.

L’industrie canadienne des biotechnologies est maintenant un élément essentiel de la transformation et de la redéfinition de secteurs économiques traditionnels de base, notamment la forêt, l’énergie, l’aérospatiale et d’autres industries. En partenariat avec ces autres secteurs, l’industrie des biotechnologies a contribué à positionner l’économie canadienne en tête de la « bioéconomie » mondiale émergente. Il y a maintenant une composante biosourcée dans à peu près tous les secteurs de l’économie, sous la forme de produits et de procédés perfectionnés.

BIOTECanada

fall / automne 2012 | 37


la semaine nationale des biotechnologies

Here are some of the many highlights from National Biotechnology Week 2012:

Voici quelques-uns des moments forts de la Semaine nationale des biotechnologies 2012 :

Lab Coats Meet Pinstripe Suits Biotechnology industry leaders were front and centre on Bay Street for the official opening of the Canadian Toronto Stock Exchange markets. The opportunity to “ring the bell” at this signature event on the trading floor of the TSX showcased that the business of biotechnology is contributing to the global economy and to money markets.

Secrets of Creative Canadian Science In partnership with BioNova as part of the Halifax Chamber of Commerce’s Distinguished Speakers Series, the Honourable David Wilson, Minister of Health and Wellness, declared the Week via provincial proclamation, which recognizes achievements by the government. Dr. Robert Heft, former President of Enobia Pharma Inc., passionately shared the story of his discovery and development of an innovative treatment for Hypophosphatasia, a rare and very severe disease. This was a behind-the-scenes look at how Enobia secured the largest-ever sale of a private, pre-commercial biopharmaceutical company working on a rare disease.

Quand les sarraus rencontrent les costumes Les chefs de file de la biotechnologie ont été très actifs à Bay Street dès l’ouverture officielle des marchés de la Bourse de Toronto. L’occasion de se faire voir et entendre à cette importante activité sur le parquet de la Bourse TSX a permis de mettre en valeur la contribution du secteur des biotechnologies à l’économie mondiale et aux marchés de capitaux.

Business leaders mingle in the TSX Broadcast Centre green room in advance of the countdown at the TSX. As of April 30, 2012, there were 117 life sciences companies listed on the Toronto Stock Exchange and TSX Venture Exchange with a combined market capitalization of $24.1 billion. Les chefs d’entreprise discutent dans la salle verte du centre de radiotélévision de la Bourse de Toronto avant le compte à rebours du matin. Au 30 avril 2012, 117 sociétés des sciences de la vie étaient inscrites à la cote de la Bourse de Toronto et de la Bourse de croissance TSX, leur capitalisation boursière globale s’élevant à 24,1 milliards de dollars.

38 |

Les secrets de la créativité scientifique canadienne En partenariat avec BioNova, dans le cadre de la série de conférences Distinguished Speakers de la chambre de commerce de Halifax, M. David Wilson, ministre de la Santé et du Mieux-être, a proclamé la Semaine ouverte, et M. Robert Heft, Ph. D., ancien président d’Enobia Pharma Inc., a partagé avec beaucoup d’enthousiasme l’histoire de la découverte et de la mise au point du traitement novateur d’une rare et très grave maladie, l’hypophosphatasie. On a ainsi pu avoir un aperçu de la manière dont une petite société biopharmaceutique précommerciale travaillant au traitement d’une maladie rare avait pu être achetée à un prix record.

Left to right: Marli MacNeil, CEO, BioNova; Brian Rose, Vice President, Membership, Halifax Chamber of Commerce; Minister Wilson; Dr. Heft; Andrew Casey, President and CEO, BIOTECanada; Anne Thomas, Regional Director, Office of Small and Medium Enterprises; Stephanie Coldwell, principal, Coldwell & Associates Management Consultants. De gauche à droite : Marli MacNeil, chef de la direction de BioNova; Brian Rose, vice-président à l’adhésion à la Chambre de commerce de Halifax; le ministre Wilson; M. Heft; Andrew Casey, président et chef de la direction de BIOTECanada; Anne Thomas, directrice régionale du Bureau des petites et moyennes entreprises; Stephanie Coldwell, directrice chez Coldwell & Associates Management Consultants.

BIOTECanada


National biotechnology week ®

Helix on the Hill In Ottawa, politicians, government officials and industry leaders showcased a sustained commitment to partnership and dialogue. Attendees agreed that capitalizing on the potential of our scientific achievements requires the collaboration of many. Together we are building a national strategy to grow Canada’s bio-economy. Hélice sur la Colline À Ottawa, les politiciens, les représentants gouvernementaux et les chefs de file de l’industrie ont fait la preuve de leur engagement soutenu envers le partenariat et le dialogue. Selon l’ensemble des participants, exploiter tout le potentiel de nos réalisations scientifiques nécessitera la collaboration de nombreux intervenants. Ensemble nous sommes en train d’élaborer une stratégie nationale d’expansion de la bioéconomie canadienne.

Other Highlights / Autres événements

Winners of the TechRev Innovators 2011 gather with Mayor Nenshi in Calgary, AB. Calgary companies from across the broad spectrum of advanced technology were identified as innovators with compelling technologies, applications and stories. Back row, left to right: Greg Chudiak, Pandell; Gena Rotstein, Dexterity Ventures; Phil Coggins, Parvus; Peter Garrett, Innovate Calgary; Mayor of Calgary Naheed Nenshi; Shawn Abbott, iNovia; John Koch, SFN Biosystems; Pam Boytinck, TechRev. Front row, left to right: John Remmers, Zephyr Sleep Technologies; Chris Goodall, Trusted Positioning Inc.; Scott Pickard, Business Infusions; Matthew Heffernan, Zedi; Trent Johnsen, Hookflash, Michael Loh, iConnectivity; Missing: John Hull, Hifi Engineering. Les récipiendaires des prix TechRev Innovators 2011 rencontrent le maire Nenshi, à Calgary, Alberta. On a loué le sens de l’innovation des sociétés de Calgary, provenant de divers domaines, et applaudi à leurs fascinantes technologies, applications et histoires. Rangée arrière, de gauche à droite : Greg Chudiak, Pandell; Gena Rotstein, Dexterity Ventures; Phil Coggins, Parvus; Peter Garrett, Innovate Calgary; le maire de Calgary, Naheed Nenshi; Shawn Abbott, iNovia; John Koch, SFN Biosystems; Pam Boytinck, TechRev. Rangée avant, de gauche à droite : John Remmers, Zephyr Sleep Technologies; Chris Goodall, Trusted Positioning Inc.; Scott Pickard, Business Infusions; Matthew Heffernan, Zedi; Trent Johnsen, Hookflash; Michael Loh, iConnectivity. Absent de la photo : John Hull, Hifi Engineering.

Clockwise from top left: Jon Flemming, VP Industry Affairs, BIOTECanada, and Blair Dickerson, VP External Relations and Communications, NSERC; Kathy Dykstra, Rick Dykstra, MP for St. Catharines, Ont., and Patrick Brown, MP for Barrie, Ont.; Ron O’Keefe, CEO, BioVectra, Kennedy Stewart, MP for Burnaby-Douglas, BC, and Michelle Silongan, Office of Kennedy Stewart. Dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant en haut à gauche : Jon Flemming, vice-président aux affaires industrielles chez BIOTECanada, et Blair Dickerson, vice-présidente aux relations extérieures et aux communications au CRSNG; Kathy Dykstra, Rick Dykstra, député de St. Catharines, Ont., et Patrick Brown, député de Barrie, Ont.; Ron O’Keefe, chef de la direction de BioVectra, Kennedy Stewart, député de Burnaby-Douglas, C.-B., et Michelle Silongan, du cabinet de Kennedy Stewart.

BIOTECanada

Edmonton companies and collaborators celebrate company success stories at a gathering during National Biotechnology Week. Left to right: Rona Li and David Peace, both from Alberta Enterprise and Advanced Education; Dr. Yun Tam; and Nuzhat Tam-Zaman from Sinoveda. Les sociétés d’Edmonton et leurs collaborateurs célèbrent les réussites des entreprises à l’occasion d’une rencontre organisée dans le cadre de la Semaine nationale des biotechnologies. De gauche à droite : Rona Li et David Peace de l’Alberta Enterprise and Advanced Education; le Dr Yun Tam; et Nuzhat Tam-Zaman du Sinoveda.

fall / automne 2012 | 39


la semaine nationale des biotechnologies

Lab at the Legislature The Life Science Association of Manitoba, along with BIOTECanada, welcomed elected officials as Let’s Talk Science students highlighted their expertise with hands-on experiments in the Manitoba legislature. This allowed for great interaction among elected officials and students who are shaping Canada’s biotech future in their own backyards. Le labo à l’Assemblée À l’Assemblée législative du Manitoba, la Life Science Association of Manitoba et BIOTECanada ont organisé à l’intention des représentants élus une présentation d’expériences pratiques mettant en valeur le savoir-faire d’étudiants de Parlons sciences. Cela a donné des échanges intéressants entre les représentants élus et les étudiants qui sont en train de façonner l’avenir bioéconomique du Canada sous leur nez.

Everyone’s a winner at the BIOlympics In London, the BIOlympics have become a fun-filled yearly tradition. Hosted by TechAlliance, this event is designed to engage senior elementary school students by getting them excited about the world of biotechnology. Teams of grade 7 and 8 students pair with community leaders to compete in fun biotech-related challenges. This year, the team from Orchard Park Public School took first place—congratulations to them! Tout le monde est gagnant aux BIOlympics À London, les BIOlympics sont devenus une tradition annuelle remplie de plaisir. Cette activité animée par TechAlliance vise à intéresser au monde de la biotechnologie les enfants plus âgés de l’école élémentaire. Des élèves de 7e et de 8e année se mettent ainsi en équipe avec des chefs de file communautaires pour se livrer à des défis liés à la biotechnologie. Cette année, l’équipe de l’École publique d’Orchard Park a remporté la palme. Félicitations!

Students from area schools learned how to create green slime during round robin activities at the BIOlympics. Les étudiants des écoles de la région ont appris à créer le « boue verte » pendant les activités de tournoi à la ronde aux BIOlympics.

MLAs and business leaders gathered at the Manitoba legislature, where students from Let’s Talk Science provided engaging hands-on experiments to spark creativity and discussion. Les députés provinciaux et les chefs d’entreprise se sont rassemblés à l’Assemblée législative du Manitoba, où des étudiants d’un programme de l’organisation Parlons sciences ont proposé des expériences pratiques pour stimuler la créativité et les discussions. The ‘Triglycerides’ team from Orchard Park Public School won first place in the 2012 BIOlympics, hosted in London by TechAlliance of Southwestern Ontario. L’équipe « Triglycérides » de l’École publique d’Orchard Park a remporté première place aux BIOlympics 2012, organisé à London par TechAlliance du Sud-Ouest de l’Ontario.

40 |

BIOTECanada


National biotechnology week ®

PEI’s Partners in Prosperity In Prince Edward Island, the PEI BioAlliance kicked off National Biotechnology Week with over 250 guests at its Partners in Prosperity Open House Celebration at the BioCommons Research Park in Charlottetown. The event coincided with the grand opening of Island Abbey Foods Ltd.’s new 12,000 sq. ft. manufacturing facility at the BioCommons. Island Abbey Foods has developed the world’s first all-natural solid form of honey, which will soon be heading to space with the International Space Station and is being developed as a new drug delivery mechanism. Les partenaires pour la prospérité de l’Î.-P.-É. À l’Île-du-Prince-Édouard, le regroupement PEI BioAlliance a donné le coup d’envoi à la Semaine nationale des biotechnologies en recevant 250 personnes à sa célébration portes ouvertes « Partners in Prosperity », qui se tenait au BioCommons Research Park, à Charlottetown. On soulignait par la même occasion l’inauguration des nouvelles installations de fabrication de 1 115 m2 d’Island Abbey Foods Ltd. au parc bio-industriel BioCommons. L’entreprise Island Abbey Foods a mis au point le premier miel entièrement naturel au monde de forme solide, qui partira bientôt dans l’espace sur la Station spatiale internationale et fait actuellement l’objet de travaux de recherche en tant que mode d’administration de médicament.

PEI Premier Robert Ghiz (right) presents Ron Keefe, Chair of the PEI BioAlliance Board of Directors, with the official provincial declaration for National Biotechnology Week 2012. Le premier ministre de l’Î.-P.-É., Robert Ghiz (à droite), remet à Ron Keefe, le président du conseil d’administration de PEI BioAlliance, la déclaration provinciale officielle de la Semaine nationale des biotechnologies 2012.

BIOTECanada

Island Abbey Foods Ltd. President John Rowe and his wife, Sue, are joined by the Honourable Gail Shea, Federal Minister of National Revenue and the Honourable Allen Roach, PEI Minister of Innovation & Advanced Learning, at the Grand Opening of the company’s manufacturing facility in Charlottetown. Le président d’Island Abbey Foods Ltd., John Rowe, et sa femme, Sue, sont accompagnés de l’honorable Gail Shea, ministre fédérale du Revenu national, et de l’honorable Allen Roach, ministre prince-édouardien de l’Innovation et des Études supérieures, à l’occasion de l’inauguration des nouvelles installations de l’entreprise à Charlottetown.

Pioneered Powered Flight Business and government leaders gathered at the National Research Council of Canada’s biofuel flight test facility to applaud the aviation biofuel initiative. A major step towards advancing sustainable sources of renewable energy, bio jet fuel could help grow new Canadian markets and support rural economies for Canadian farmers. Agrisoma Biosciences already has more than 40 farmers in western Canada on contract to grow over 6,000 acres of the mustard oilseed crop, which will be used in the first-ever flight powered by pure renewable fuel. The crop is expected to create thousands of jobs and refineries will also be built in Canada, which will provide huge growth in GDP. Les pionniers du biocarburant aviation Des dirigeants gouvernementaux et du milieu de l’entreprise se sont rassemblés dans les installations d’essais en vol de biocarburant du Conseil national de recherche du Canada afin d’applaudir à l’initiative sur les biocarburants pour l’aviation. Le biocarburant pour l’aviation marque une grande étape dans l’utilisation de sources durables d’énergies renouvelables. Il pourrait contribuer à la naissance de nouveaux marchés canadiens et soutenir les économies rurales, à l’avantage des agriculteurs canadiens. Agrisoma Biosciences a déjà conclu des ententes avec plus de 40 agriculteurs de l’Ouest canadien pour la culture de plus de 6 000 acres de moutarde d’Abyssinie, dont les graines serviront au premier vol alimenté en carburant entièrement renouvelable. Cette culture devrait créer des milliers d’emplois et des raffineries adaptées seront aussi construites au Canada, ce qui contribuer largement à la croissance du PIB.

fall / automne 2012 | 41


42 |

BIOTECanada


legal matters questions de droit

Navigating the Patent Prosecution Highway (PPH) in Canada Naviguer sur l’Autoroute du traitement des ­demandes de brevet (ATDB) au Canada by Beverley Moore, Jennifer Raoul and Mhairi Skinner par Beverley Moore, Jennifer Raoul et Mhairi Skinner

Patents are vital to the success of a ­biotechnology or pharmaceutical company. Since patents are jurisdictional, they must be obtained in each country where protection is sought. The endeavor of obtaining meaningful patent protection in an everexpanding global marketplace can be costly and timeconsuming. With competing priorities for financial and human resources, companies continually seek new ways to stretch budgets and streamline processes. The Patent Prosecution Highway (PPH) is one tool that can be used to accomplish both of these objectives. However, as with any new tool, it is always best to read the instructions before use. In this article, we provide an introduction to the PPH and discuss some of the benefits and drawbacks of utilizing this pathway to accelerate patent prosecution in Canada. How does the PPH work? The PPH project is an initiative aimed at expediting the patent prosecution process among participating countries, whereby a patent office in one country may rely on the search and examination work conducted by a participating foreign patent office. This expedited process can also reduce prosecution costs to both the patent applicant and the patent office. The Canadian Intellectual Property Office (CIPO) has entered into PPH agreements with patent offices in a number of foreign countries, including the United States, United Kingdom, Germany, Japan, South Korea, Denmark, Finland and Spain, and agreements with additional countries are pending. Once the applicant has obtained allowable claims in a participating PPH country, a request to enter the PPH can be filed with CIPO. In order to enter the PPH, the Canadian claims must be substantially similar to the allowed claims (amendment is permitted), the application must be laid open to the public, and examination must be requested. Importantly, the request BIOTECanada

Les brevets sont essentiels au succès d’une ­entreprise pharmaceutique ou de ­biotechnologie. Comme ils sont tributaires de la ­compétence qui les accorde, il faut les obtenir dans chaque pays où l’on souhaite bénéficier d’une protection. Dans un marché mondial en constante expansion, les démarches qu’il faut faire pour obtenir l’importante protection que confère un brevet peuvent se révéler coûteuses et chronophages. Au vu des priorités concurrentes sur le plan des finances et des ressources humaines, les entreprises sont constamment à la recherche de nouvelles façons de tirer le maximun de leur budget et de simplifier leurs processus. L’Autoroute du traitement des demandes de brevet (l’« ATDB ») est un outil que l’on peut utiliser pour atteindre ces deux objectifs. Cependant, comme pour tout nouvel outil, il est toujours préférable de lire le mode d’emploi avant de passer à l’action. Dans le présent ­a rticle, nous vous présentons les grandes lignes de l’ATDB et analysons certains des avantages et des inconvénients liés à l’emploi de cet outil pour accélérer le traitement des ­demandes de brevet au Canada. Comment l’ATDB fonctionne-t-elle? L’ATDB est une initiative qui vise à accélérer le traitement des demandes de brevet parmi les pays participants, en vertu de laquelle un bureau des permis d’un pays donné peut se fier aux résultats de recherche et d’examen obtenus par le bureau des permis d’un autre pays participant. Cette procédure accélérée peut aussi se traduire par une diminution des coûts de traitement, tant pour le demandeur du brevet que pour le bureau accordant les brevets. L’Office de la propriété intellectuelle du Canada (l’« OPIC ») a conclu des ententes relatives à l’ATDB avec des bureaux de brevets d’un certain nombre de pays, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon, la Corée du Sud, le Danemark, la Finlande et l’Espagne. Des ententes avec d’autres pays sont en voie d’être signées. Dès que ses revendications sont jugées acceptables dans un office de la fall / automne 2012 | 43


legal matters questions de droit

“Entering the PPH based on the allowed claims of one corresponding case could potentially mean giving up valuable claims that could have otherwise remained in the Canadian application.” must be made before examination in Canada has commenced. We will use the U.S. as an example to illustrate the PPH process in Canada. If an applicant is satisfied with the allowed claims in their corresponding U.S. patent application, they can amend the Canadian claims such that they are substantially similar to the allowed U.S. claims and submit a request to CIPO for expedited examination under the PPH. Once accepted into the PPH program, CIPO will examine the application for compliance with the Canadian Patent Act and Patent Rules, and a first Office Action or Notice of Allowance should issue within about three months. Since patent practice differs from country to country, additional amendments may be required before the claims will be deemed allowable in Canada. While the patent examiner has discretion to conduct a further search of the prior art, typically, if objections are raised, they are raised on other grounds. Is PPH right for a particular case? In certain foreign countries, it is common practice to file separate applications for related subject matter or to divide the claims into multiple applications based on claim type. For instance, in the U.S., claims to compounds and methods of using those compounds typically must be divided into separate applications. This is not generally a problem in the U.S. However, in Canada, the courts have developed a line of jurisprudence that discourages this type of practice. If the same underlying inventive concept is found in the claims of multiple patents, it can be considered double patenting, even if the patents will expire on the same day. Thus, claims to different aspects of the same invention, e.g. compounds and uses of those compounds, must remain together in a single application in Canada. Related to this concept, divisional applications directed by the applicant are not advised in Canada as the divisional would be open to a double patenting challenge. Entering the PPH based on the allowed claims of one corresponding case could potentially mean giving up valuable claims that could have otherwise remained in the Canadian application. As an example, if the first U.S. case 44 |

propriété intellectuelle qui participe à l‘ATDB, un demandeur peut déposer une demande d’admission à l’ATDB auprès de l’OPIC. Pour être admissibles à l’ATDB, les revendications canadiennes doivent correspondre suffisamment aux revendications acceptables de l’autre pays (il est permis de les modifier), la demande doit être rendue publique et son examen doit être demandé. Mais, surtout, la demande doit être faite avant que l’examen n’ait commencé au Canada. Prenons le cas des États-Unis pour illustrer le processus de l’ATDB au Canada. Si un demandeur est satisfait des revendications acceptables visées par la demande de brevet correspondante aux États-Unis, il peut modifier les revendications au Canada de façon à ce qu’elles correspondent suffisamment aux revendications acceptables aux États-Unis et présenter une demande d’examen accéléré à l’OPIC dans le cadre de l’ATDB. Sur acceptation de la demande au programme de l’ATDB, l’OPIC examinera la conformité de la demande par rapport aux Loi sur les brevets et Règles sur les brevets du Canada; une première action du bureau des brevets ou un premier avis d’acceptation de sa part devrait suivre dans les trois mois, plus ou moins. Comme la pratique en matière de brevet diffère d’un pays à l’autre, d’autres modifications pourraient être exigées avant que les revendications ne soient réputées acceptables au Canada. Bien que l’examinateur de brevets ait pleins pouvoirs pour faire une nouvelle recherche d’antériorités, les objections qu’il pourrait soulever découlent généralement de motifs autres que l’antériorité. L’ATDB convient-elle à un cas particulier? Dans certains pays, il est d’usage courant de déposer des demandes distinctes pour un objet connexe ou de subdiviser les revendications en demandes multiples en fonction du type de revendication. Par exemple, aux États-Unis, les revendications portant sur des composés chimiques et les diverses façons de les utiliser doivent habituellement être subdivisées en demandes distinctes, ce qui ne pose généralement pas de difficulté chez nos voisins du sud. Au Canada, toutefois, les tribunaux ont établi une jurisprudence qui décourage ce genre de pratique. Si l’on constate que des revendications de brevets multiples reposent sur le même concept inventif, on peut considérer qu’elles entraînent un double brevet, même si le brevet expire le jour même. Par conséquent, les revendications à l’égard de divers aspects de la même invention, par exemple ses composés chimiques et ses usages, doivent faire l’objet d’une seule et même demande au Canada. Dans le même ordre d’idée, les demandes complémentaires ne sont pas conseillées au Canada puisqu’elles pourraient être contestées au motif du double brevet. Emprunter l’ATDB sur le fondement des revendications acceptables d’une demande correspondante pourrait signifier l’abandon de revendications de valeur qui auraient pu continuer BIOTECanada


legal matters questions de droit

“Canada has no claim fees and multiple-claim dependencies are permitted. Thus, it is possible to claim a large number of embodiments without extra fees in Canada.” to issue has a limited claim set directed to a subset of preferred compounds, and further U.S. applications are in prosecution to capture broader claim scope and methods of using the compounds, the applicant would be giving up that additional subject matter in Canada by entering the PPH based on the first set of issued U.S. claims. Advantageously, if multiple ­corresponding cases have been allowed, the claims may be combined in a single PPH request in Canada, so long as there is support for all of the claims in the Canadian application. However, the applicant must keep in mind that a PPH request must be filed before a first Office Action issues in Canada, so timing is important. Canada has no claim fees and multiple-claim dependencies are permitted. Thus, it is possible to claim a large number of embodiments without extra fees in Canada. This advantage may be lost when entering the PPH based on a limited claim set from another country. For example, in Japan, only five claims are permitted without fee. Thus, an applicant may be giving up valuable subject matter by entering the PPH in Canada based on five issued claims in Japan. In such cases, it may be possible to add dependent claims to the claim set, so long as the independent claims are substantially the same as those allowed in the participating PPH country. Is there another route to accelerate examination in Canada? In cases where expedited examination is desired, but the PPH may not be the right approach, examination can be expedited in a straightforward manner upon payment of a government fee. Once expedited status is granted, the application will be examined under the same timelines as the PPH. Beverley Moore is an IP lawyer and Senior Associate, Jennifer Raoul is a patent agent and Senior Associate, and Mhairi Skinner is a Technical Advisor and Associate, all with the Ottawa office of Borden Ladner Gervais LLP.

BIOTECanada

de faire partie de la demande faite au Canada. Par exemple, si la première demande qu’une personne se propose de faire aux États-Unis porte sur un ensemble de revendications limitées visant un sous-ensemble de composés privilégiés, et que d’autres demandes aux États-Unis font l’objet d’un traitement visant à obtenir l’élargissement de la portée des revendications et des usages des composés, le demandeur abandonnerait cet objet supplémentaire au Canada s’il utilisait l’ATDB sur le fondement du premier ensemble de revendications présentées aux États-Unis. Si de multiples demandes correspondantes ont été accueillies favorablement, les revendications pourraient avantageusement être regroupées en une seule demande de participation à l’ATDB au Canada, pourvu que chaque revendication soit appuyée. Le demandeur doit cependant se rappeler qu’une demande de participation à l’ATBD doit être déposée avant qu’une première action ne soit prise au Canada; le temps est un facteur important à ne pas négliger. Le Canada n’exige aucuns droits sur les revendications, et les dépendances à l’égard de revendications multiples sont autorisées. Par conséquent, on peut revendiquer un nombre important de réalisations sans avoir à verser de droits supplémentaires au Canada. On risque de perdre cet avantage si l’on emprunte l’ATDB sur le fondement d’un ensemble de revendications limitées provenant d’un autre pays. Par exemple, au Japon, seules cinq revendications exemptes de droits sont autorisées. Par conséquent, un demandeur pourrait devoir renoncer à un objet de valeur s’il empruntait l’ATDB au Canada sur le fondement des cinq revendications accordées au Japon. En pareil cas, il pourrait peut-être ajouter des revendications dépendantes à l’ensemble des revendications, à condition que les réclamations indépendantes correspondent suffisamment à celles qui ont été acceptées dans le pays participant. Existe-t-il un autre moyen d’obtenir un examen accéléré au Canada? Dans les cas où l’examen accéléré est souhaité mais où l’ATDB n’est peut-être pas la bonne voie à prendre, l’examen peut être accéléré de manière explicite moyennant le paiement de droits imposés par l’État. Dès qu’elle aura reçu le statut d’accélérée, la demande sera examinée en fonction des mêmes délais que ceux de l’ATDB. Beverley Moore est avocate spécialisée en propriété intellectuelle et associée principale, Jennifer Raoul est agente de brevets et associée principale et Mhairi Skinner est conseillère technique et associée, tous avec le bureau d’Ottawa de Borden Ladner Gervais LLP.

fall / automne 2012 | 45


by / par BIOTECanada

The current state of Subsequent Entry Biologics in Canada: Overview of the National Summit on Subsequent Entry Biologics Chairman’s Report

La situation actuelle des produits biologiques ultérieurs au Canada : survol du Rapport du président au sujet du sommet national sur les produits biologiques ultérieurs

46 |

BIOTECanada


Over the past six years, BIOTECanada has been taking a lead role in the development of a Canadian regulatory pathway and working to provide accurate, up-to-date information to members, healthcare providers and patients on the state of Subsequent Entry Biologics (SEBs) in Canada. As part of our mandate, we address the complexities of biologic drugs and identify best practices for the use of SEBs (also known as biosimilars) to ensure the safety of Canadians. Biologic drugs are medicines created using DNA technology and produced in living cells. These medications have vastly improved the treatment of serious illnesses such as cancer, rheumatoid arthritis, inflammatory bowel disease and multiple sclerosis. As patents on biologic drugs expire, imitator versions of these drugs, known as SEBs, are beginning to emerge. Because SEBs are made by different companies using different manufacturing processes, they are not exact copies of the original innovators’ reference biologic drugs. On May 14, 2012, BIOTECanada hosted a National Summit to discuss the regulatory requirements for approval of SEBs in Canada. Dr. Jonathon Kay (University of Massachusetts Medical School) served as the Chair for the Summit, hosted in part by Health Canada. At the Summit, Health Canada reviewed its March 2010 guidance document for SEBs, and the invited scientists, clinicians and payers discussed issues of interest to healthcare professionals and patients. Key issues discussed throughout the day-long meeting included interchangeability, the complicated manufacturing and production processes for biologic medicines, and extrapolation of indications. Some of the highlights of the discussions are featured here. SEBs in Canada: Not a declaration of interchangeability, according to Health Canada Health Canada explained the Canadian regulatory framework for SEBs was founded on scientific principles and not motivated by political or financial pressures. The Department also commented that the approval of an SEB is not a declaration of interchangeability, and an SEB will not be declared pharmaceutically or therapeutically equivalent to its reference biologic drug. Summit panelists discussed the potential impact of switching from one biologic product to another, which may potentially affect safety and/or clinical efficacy. Knowing the outcomes of an SEB and the corresponding reference biologic drug may be different, physicians should have the right to choose the appropriate medication for their patients and have confidence that what they have chosen is being dispensed. Ultimately, however, the decision to allow switching of medications in practice is under the jurisdiction of the Canadian provinces, not Health Canada. BIOTECanada

Depuis six ans, BIOTECanada joue un rôle de chef de file pour mettre en place une voie réglementaire pour le Canada et œuvre à fournir à ses membres, aux fournisseurs de soins de santé et aux patients les renseignements les plus récents relativement à la situation des produits biologiques ultérieurs (PBU) au pays. Dans le cadre de notre mandat, nous nous penchons sur la complexité des médicaments biologiques et tentons de cerner quelles sont les pratiques exemplaires en matière d’utilisation des PBU (aussi appelés biosimilaires), et ce, dans l’optique de garantir la sécurité des Canadiens. Les médicaments biologiques sont créés à l’aide de technologies d’ADN et produits à l’intérieur de cellules vivantes. Ces médicaments ont nettement amélioré le traitement de graves maladies telles que le cancer, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie intestinale inflammatoire et la sclérose en plaques. Lorsque les brevets sur les médicaments biologiques arrivent à terme, des versions imitant ces médicaments, appelées PBU, émergent sur le marché. Étant donné que les PBU sont fabriqués par des sociétés différentes qui utilisent d’autres procédés de fabrication, ils ne constituent pas des copies exactes des médicaments biologiques de référence des sociétés innovantes. Le 14 mai 2012, BIOTECanada tenait un Sommet national pour discuter des exigences réglementaires d’approbation des PBU au Canada. Le Dr Jonathan Kay (École de médecine de l’Université du Massachusetts) était le président du Sommet, organisé en partie par Santé Canada. À l’occasion du Sommet, Santé Canada a passé en revue son document d’orientation de mars 2010 sur les PBU, et les scientifiques, cliniciens et organismes payeurs invités ont débattu d’enjeux qui ont un intérêt particulier pour les professionnels de la santé et les patients. Au cours de cette rencontre d’une journée, on a principalement discuté de l’interchangeabilité, de la complexité des procédés de fabrication et de production des médicaments biologiques, ainsi que de l’extrapolation des indications. Voici quelques temps forts de la discussion. Les PBU au Canada : la désignation de PBU ne constitue pas une déclaration d’interchangeabilité selon Santé Canada Santé Canada a expliqué que le cadre réglementaire canadien pour les PBU était fondé sur des principes scientifiques et n’était pas motivé par des pressions politiques ou financières. Le Ministère a aussi précisé que l’approbation d’un PBU ne constituait pas une déclaration d’interchangeabilité et que le PBU ne serait pas déclaré comme un équivalent pharmaceutique ou thérapeutique du médicament biologique de référence. Les experts du sommet ont parlé de l’impact que pourrait avoir le fait de passer d’un produit biologique à un fall / automne 2012 | 47


“Compared to traditional chemical drugs, biologic drugs are much larger, more complex and more difficult to make and copy. The current Health Canada guidance requires SEB manufacturers to conduct studies in patients, although fewer studies are required for approval of SEBs than innovator products. Panelists debated whether these reduced clinical trial requirements are justified, especially when many biologic drugs treat vastly different diseases.”

Illustration of the size difference between a small molecule medicine (acetylsalicylic acid, 180 grams/mole) and a biologic (HIV neutralizing monoclonal antibody YZ23, 47186 grams/mole).

SEBs are not considered interchangeable due to complicated biologic manufacturing and production processes Unlike generic products, which are identical copies of chemical medicines, SEBs are similar but not identical to the original biologic drug. It is not possible to prove that two biologic drugs are exactly the same. To ensure patient safety, it is important that SEBs be evaluated extensively on a case-by-case basis using both laboratory tests and clinical studies in relevant patient populations. This comparison will only be done once, at the time of submission to Health Canada. Importantly, because biologic drugs are produced in living systems, they can undergo minor changes over time even when produced by a single manufacturer. When a manufacturer introduces changes to their manufacturing process for a given product, they are reviewed carefully by Health Canada to ensure they will not compromise patient safety and clinical efficacy. After an SEB enters the market, however, the SEB and the original drug may undergo different manufacturing changes such that the two products may no longer meet the original criteria for being declared similar. 48 |

autre sur l’innocuité du médicament ou sur son efficacité clinique. Étant donné qu’un PBU et son équivalent biologique de référence peuvent avoir des résultats différents, les médecins devraient avoir le droit de choisir le traitement approprié pour leurs patients et pouvoir compter sur le fait que le produit qu’ils ont choisi sera celui qui sera remis au patient. Il demeure toutefois que la décision de remplacer un médicament par un autre revient aux provinces canadiennes, et non à Santé Canada. La complexité des procédés de fabrication et de production des médicaments biologiques empêche leur interchangeabilité avec les PBU Contrairement aux produits génériques, qui sont des copies identiques de médicaments chimiques, les PBU sont similaires, mais non identiques aux médicaments biologiques originaux. Il est impossible de prouver que deux médicaments biologiques sont exactement pareils. Afin de garantir la sécurité des patients, il est important d’évaluer les PBU de façon approfondie, au cas par cas, à l’aide d’essais de laboratoire et d’essais cliniques auprès des populations pertinentes de patients. Ces essais de comparaison ne seront effectués qu’une seule fois, au moment de la présentation du PBU à Santé Canada. BIOTECanada


Fait important, étant donné que les médicaments biologiques sont produits dans des systèmes vivants, ils peuvent subir des changements mineurs au fil du temps lorsqu’ils sont produits par un seul fabricant. Lorsque le fabricant unique apporte des changements au procédé de fabrication d’un produit en particulier, Santé Canada analyse avec soin ces changements afin de s’assurer que ni la sécurité des patients ni l’efficacité clinique ne sont compromises. Cependant, une fois qu’un PBU est sur le marché, le PBU et le médicament original peuvent subir différents changements manufacturiers, de telle sorte que les deux produits pourraient ne plus correspondre aux critères originaux qui en faisaient des médicaments similaires. En vertu du cadre réglementaire existant, aucun processus ne permet de régulièrement valider la similarité entre un PBU approuvé et le produit de référence original. Par conséquent, au fil du temps, un PBU approuvé et son produit de référence peuvent se différencier l’un de l’autre. De subtiles différences entre un PBU et le médicament biologique innovant équivalent, associées à des facteurs propres à chaque patient, pourraient entraîner une réaction différente chez un patient qui prend le médicament de remplacement. Les médecins et les organismes de remboursement doivent donc être conscients de cela lorsqu’ils envisagent la prescription d’un « médicament de remplacement ». Illustration de la différence de taille entre un médicament à petite molécule (acide acétylsalicylique, 180 g/mole) et un médicament biologique (anticorps monoclonal neutralisant pour le traitement du VIH YZ23, 47 186 g/mole).

Under the existing regulatory framework, there is no process to continually validate the similarity of an approved SEB to the original reference product. Therefore, an approved SEB and its reference product may drift apart over time. Subtle differences between an SEB and its innovator biologic drug, coupled with patient-specific factors, could mean that the patient may respond differently after switching. Physicians and reimbursement agencies must be aware of the possible differences in patient responses while contemplating their position on “switching.” SEBs will not automatically be approved for the same indications as their reference biologic products Compared to traditional chemical drugs, biologic drugs are much larger, more complex and more difficult to make and copy. The current Health Canada guidance requires SEB manufacturers to conduct studies in patients, although fewer studies are required for approval of SEBs than innovator products. Panelists debated whether these reduced clinical trial requirements are justified, especially when many biologic drugs treat vastly different diseases. Health Canada remarked that SEBs would not automatically be approved for every available disease state (indication) without appropriate BIOTECanada

Les PBU ne seront pas automatiquement approuvés pour les mêmes indications que leurs produits biologiques de référence Par rapport aux médicaments chimiques traditionnels, les médicaments biologiques sont longs, complexes et difficiles à préparer, donc à reproduire. Le document d’orientation actuel de Santé Canada exige des fabricants de PBU qu’ils effectuent des essais sur des patients. Il n’en demeure pas moins que les exigences pour l’approbation des PBU sont moindres que pour les produits innovants. Les participants au débat se sont demandé s’il était pertinent de réduire ainsi les exigences en matière d’essais cliniques, surtout dans la mesure où de nombreux médicaments biologiques traitent un large éventail de maladies. Santé Canada a souligné que les PBU ne seraient pas automatiquement approuvés pour chaque état pathologique (indication) sans essais cliniques ou justification appropriés. Le Ministère a également déclaré que l’approbation des produits se ferait en fonction des données scientifiques, au cas par cas. Les PBU doivent être vendus sous des marques différentes et subir une évaluation postcommercialisation Toute protéine introduite dans l’organisme est perçue comme un corps étranger et peut donc entraîner une réaction immunitaire – le processus de l’immunogénicité. L’immunogénicité peut avoir de graves conséquences sur la santé. Afin de permettre à Santé Canada et aux fabricants de surveiller tout problème d’innocuité, chaque PBU devrait, fall / automne 2012 | 49


clinical studies or justification, and also stated product approvals will be based on the science and granted on a case-by-case basis.

comme les autres médicaments biologiques, avoir une marque unique et un plan de gestion des risques postcommercialisation.

SEBs require unique brand names and postmarketing evaluation Any protein introduced into the body can be perceived as foreign, and lead to an immune response—a process known as immunogenicity. Immunogenicity can have serious medical consequences. To enable Health Canada and manufacturers to monitor any emerging safety concerns, each SEB should, like other biological drugs, have a unique brand name and a post-marketing risk management plan.

Conclusion/discussion Le Sommet national a contribué à trouver un consensus autour des principaux enjeux relatifs aux médicaments biologiques et aux PBU. Fait important, lorsqu’un PBU sera approuvé parce qu’il a été jugé similaire au médicament biologique de référence, il deviendra un nouveau médicament indépendant. Ainsi, au moyen d’essais cliniques complets, il pourrait par la suite se voir autoriser de nouvelles puissances et d’autres indications – c’est également pour cette raison que Santé Canada ne permet pas les déclarations d’interchangeabilité.

Conclusion/discussion The National Summit helped to achieve consensus in key areas of concern for biologic drugs and SEBs. Importantly, once a SEB is approved on the basis of a determination of similarity to a reference biologic drug, it will become a new, stand-alone medicine. As such, through full clinical studies, it could later acquire different strengths and new indications—another reason why Health Canada does not allow a declaration of interchangeability. BIOTECanada will continue to monitor the state of SEBs in Canada and advise our members with timely updates as they occur. We strongly believe these recent developments are steps in the right direction toward ensuring the safe use of SEBs in the Canadian market, so Canadian patients with debilitating diseases can continue to benefit from biologic therapies. BIOTECanada would like to thank those who attended and participated in the National Summit on SEBs, including Chairman Dr. Jonathan Kay, MD, FACP, FACR, Rheumatologist and Professor of Medicine, Director of Clinical Research Division of Rheumatology, University of Massachusetts Medical School, and distinguished panel members: Dr. Brian Feagan, MD, FRCPC (Robarts Research Institute, Western University); Dr. Micheal Guirguis, PhD (Alberta Blue Cross); Dr. Edward Keystone, MD, FRCPC (Mount Sinai Hospital/University Health Network, University of Toronto); Dr. Agnes Klein, MD, DPH (Health Canada); Dr. Anthony Lubiniecki, ScD (Janssen Inc.); Dr. Diane Mould, PhD, FCP (Projections Research Inc.); Dr. Kwasi Nyarko, PhD (Health Canada); Dr. Anthony Ridgway, PhD (Health Canada); Dr. Maureen Trudeau, MD, FRCPC (Sunnybrook Health Sciences Centre, University of Toronto); and Dr. Jian Wang, MD, PhD (Health Canada).

BIOTECanada continuera de surveiller la situation des PBU au Canada et de transmettre à ses membres tous les nouveaux renseignements sortant sur le sujet. Nous croyons fermement que les récents développementssont un pas de plus dans la bonne direction, c’est-à-dire s’assurer qu’il est sécuritaire d’utiliser les PBU sur le marché canadien. Ainsi, les Canadiens aux prises avec des maladies débilitantes pourront continuer de profiter des traitements biologiques. BIOTECanada tient à remercier les personnes qui ont participé au Sommet national sur les PBU, notamment le président du Sommet, le Dr Jonathan Kay, M.D., FACP, FACR, rhumatologue et professeur de médecine, directeur de la division de la Recherche clinique en rhumatologie, École de médecine de l’Université du Massachusetts, ainsi que les éminents membres du panel : Dr Brian Feagan, M.D., FRCPC (Robarts Research Institute, Western University); Micheal Guirguis, Ph. D. (Alberta Blue Cross); Dr Edward Keystone, M.D., FRCPC (Mount Sinai Hospital/ University Health Network, Université de Toronto); Dr Agnes Klein, M.D. (Santé Canada); Anthony Lubiniecki, D.Sc. (Janssen Inc.); Diane Mould, Ph. D., FCP (Projections Research Inc.); Kwasi Nyarko, Ph. D. (Santé Canada); Anthony Ridgway, Ph. D. (Santé Canada); Dr Maureen Trudeau, M.D., FRCPC (Sunnybrook Health Sciences Centre, Université de Toronto); Dr Jian Wang, M.D., Ph. D. (Santé Canada). Pour obtenir la version complète du rapport du Dr Kay au sujet du sommet national sur les produits biologiques ultérieurs, veuillez écrire à info@biotech.ca.

To obtain a full copy of Dr. Kay’s Chairman’s Report: National Summit on Subsequent Entry Biologics, please contact info@biotech.ca.

50 |

BIOTECanada


gowlings student essay award prix d’essai d’étudiant gowlings

In conjunction with National Biotechnology Week, Gowling Lafleur Henderson LLP held its ninth annual Biotech Essay Contest. From devices to disease to diesel, this year’s top three winners highlight the diversity of Canada’s biotech industry. Essays were judged by a panel of industry experts from Gowlings, BIOTECanada, Bioscience Education Canada and Ontario Genomics Institute. In first place for 2012 is Samantha Pereira (Notre Dame C.S.S, Ajax, Ont.) who is now attending McGill University in the BSc Biological, Biomedical & Life Sciences program. Congratulations to the entrants! More details may be found at www.gowlings.com/essaycontest

En collaboration avec la Semaine nationale des biotechnologies, Gowling Lafleur Henderson LLP a présenté son neuvième concours annuel de dissertation en biotechnologie. Abordant les dispositifs techniques, la maladie et le carburant diesel, les trois gagnants de cette année représentent bien la diversité de l’industrie canadienne des biotechs. Un groupe d’experts de chez Gowlings, BIOTECanada, Bioscience Éducation Canada et l’Ontario Genomics Institute ont évalué les dissertations. Ils ont décerné le premier prix 2012 à Samantha Pereira (école secondaire Notre Dame d’Ajax, en Ontario). Elle a depuis intégré le programme de baccalauréat en sciences biologiques, biomédicales et de la vie de l’Université McGill. Félicitations à tous les participants! Vous trouverez plus de détails à l’adresse www.gowlings.com/concoursdissertation.

by / par Samantha Pereira

Combating treatment delays and overuse of antibiotics with new diagnostic device Un nouvel outil de diagnostic permet de réduire les délais de traitement et l’utilisation abusive d’antibiotiques

Last year Amy was rushed to emergency in critical condition. The doctor took a look at her and said, “From the look of her open wound, she may have sepsis but it is unsure just from looking. I will send Amy’s sample to the lab and the results will be back within one to three days.” The next day, the doctor inhaled deeply as he walked towards Amy’s family to shatter their hearts with the news of Amy’s passing. “Mortality rates for sepsis can reach 60 percent in cases of septic shock, and prompt treatment is crucial; every eight-hour 52 |

L’an dernier, Amy a été conduite d’urgence à l’hôpital dans un état critique. Le médecin qui l’a examinée a tout de suite soupçonné que sa plaie ouverte était infectée, mais ne pouvait en être certain en la regardant à l’œil nu. Il a donc envoyé un échantillon du sang d’Amy au laboratoire – il fallait ensuite attendre entre 24 h et 72 h pour obtenir les résultats de l’analyse. Le lendemain, le médecin a inspiré profondément alors qu’il se dirigeait vers les parents d’Amy pour leur annoncer la terrible nouvelle, Amy n’avait pas survécu. BIOTECanada


delay in beginning antibiotic therapy increases the risk of death by five percent” (Walberg, 2012). In cases similar to this, patients stare death straight in the eye as their samples are in the lab being cultured for a possible diagnosis. Waiting one to three days is simply not an option for these patients, as a remedial process needs to be administered promptly if they have any chance at survival. The biotech industry has had a striking impact in health care with the emergence of therapeutic treatments and the production of essentials like insulin. This year, through cutting-edge research, Qvella took the bull by the horn as it tackled treatment delays and the overuse of antibiotics with the development of a molecular diagnostic device (Walberg, 2012). With a plethora of possible future applications, this new technology was bound to be Canada’s top biotechnology story of the year. Previously, blood cultures were used to identify the possible looming presence of bacteria (American Association for Clinical Chemistry, 2011). Lab workers would receive a sample, grow a bacteria culture and then count the bacteria that grew (Voight, n.d.). Most often, this technique was paired with a complete blood count to track the quantity of white blood cells in the patient’s blood. An increased number of white blood cells, which is the immune system’s way of fighting back, signaled that an infection was present (American Association for Clinical Chemistry, 2011). A positive blood culture proved that the patient indeed had a bacterial infection that needed immediate care (American Association for Clinical Chemistry, 2011). This detection practice was deemed inefficient as lab results took up to three days to process and most patients with serious conditions did not have time to wait that long. To fix this time- and money-consuming problem, Qvella devoted its time to bringing innovative detection technologies to the field of microbiology. This year, through the use of biotechnology, the company developed a high-efficiency medical device that will cut down treatment times and misuse of antibiotics. Functioning relatively similar to a blood sugar meter or a test detecting toxins in the blood, the device will require a sample of fluid to detect the presence of a bacterial infection (Walberg, 2012). It is estimated that within half an hour, the device will detect whether or not a bacterial infection is present. This time lengthens slightly to specify which strain of bacteria is present (Walberg, 2012). This is a huge stepping stone from the one to three days it would take if not for this ground-breaking tool. As a consequence of the treatment delays, doctors prescribed antibiotics frequently to patients without knowing if a definite bacterial illness was infecting their body. With the help of this new technology, doctors can recommend antibiotics only when necessary, and can prescribe the most effective one to meet the needs of the patient (Walberg, 2012). As well, when a wide distribution of antibiotics occurs, there is a chance for resistant strains of bacteria to develop (Bailey, n.d.). The three main factors of antibiotic resistance are misdiagnosis of bacterial infections, prescribing ineffective drugs and not BIOTECanada

« Le taux de mortalité pour les cas de septicémie peuvent atteindre les 60 pour cent dans les cas de chocs septiques, et un traitement prompt s’avère crucial; en effet, chaque délai de huit heures retardant le début de la prise d’antibiotiques augmente le taux de mortalité de 5 pour cent. » (Walberg, 2012). Dans de tels cas, les patients passent souvent littéralement à un cheveu de la mort alors qu’ils attendent les résultats de leur analyse en laboratoire. Cette attente de trois jours peut coûter la vie à ces patients; il faut entamer le traitement le plus vite possible afin d’assurer leur survie. L’industrie des biotechnologies a eu une influence marquée sur les soins de santé grâce à l’avènement de soins thérapeutiques et à la production de substances essentielles comme l’insuline. Cette année, la société Qvella a pris le taureau par les cornes et s’est attaquée au problème des délais de traitement et à la surutilisation d’antibiotiques et, grâce à ses recherches d’avant-garde, a développé un instrument de diagnostic moléculaire (Walberg, 2012). Offrant d’innombrables possibilités d’applications futures, cette nouvelle technologie s’avère sans l’ombre d’un doute la plus grande percée en biotechnologie de l’année au Canada. Auparavant, les hémocultures servaient à déceler la présence menaçante de bactéries (American Association for Clinical Chemistry, 2011). Les employés de laboratoire recevaient un échantillon de sang, cultivaient les bactéries et comptaient le nombre de bactéries qui proliféraient (Voight, N.D.). La plupart du temps, cette technique était jumelée à une numération globulaire en vue de dénombrer les globules blancs dans le sang du patient. Un nombre élevé de globules blancs – ce qui constitue le moyen de défense du système immunitaire – témoignait de la présence d’une infection (American Association for Clinical Chemistry, 2011). Une hémoculture positive prouvait que le patient était bel et bien atteint d’une infection bactérienne qui nécessitait des soins immédiats (American Association for Clinical Chemistry, 2011). Cette méthode de détection était cependant jugée inefficace puisqu’il fallait attendre jusqu’à trois jours pour obtenir les résultats des analyses en laboratoire et que la plupart des patients dont l’état était grave ne pouvaient se permettre d’attendre si longtemps. Pour ne plus perdre de temps ni d’argent, Qvella s’est consacrée à développer des technologies de détection novatrices dans le domaine de la microbiologie. Cette année, grâce à sa percée en biotechnologie, la société a élaboré un instrument médical hautement efficace qui réduira les délais de traitement et l’administration erronée d’antibiotiques. L’appareil, dont le fonctionnement s’apparente à celui d’un lecteur de taux de glycémie ou à un test pour détecter la présence de toxines dans le sang, permet de prélever un échantillon de fluide pour l’analyser en vue de détecter la présence d’une infection bactérienne (Walberg, 2012). On estime que dans les 30 minutes suivantes, l’appareil sera à même d’indiquer s’il y a oui ou non infection bactérienne. Le délai sera ensuite à peine plus long pour préciser de quelle souche de bactéries il s’agit (Walberg, 2012). C’est là un immense progrès par rapport au temps d’attente habituel avant d’obtenir des résultats d’analyse. fall / automne 2012 | 53


“With this new technology on the market for hospitals, walk-in clinics and physician offices, there is no telling how many lives will be saved because of this device. Cutting down diagnosis from up to three days to half an hour can do a lot of good in life or death cases. As the process of developing and utilizing this new device moves forward in research and development, the prospect looks bright for the biotech health care sector. This is a huge accomplishment with potential in industries like agriculture, food and water—just to name a few.” following medication instructions properly (Bailey, n.d.). Nothing can be done to combat patients not following medication instructions for their full term, because it is their choice. What can be controlled is the misdiagnosis of bacterial infections and prescribing ineffective drugs. Although the government and health sectors are researching antibiotic resistance to help prevent the growth and spread of antibiotic resistant bacteria, there is nothing being done to help this cause for the present (Bailey, n.d.). Through Qvella’s new detection technology, misdiagnoses will be limited and therefore the correct and effective drug will be given to fight a patient’s infection. This does not completely solve the problem of antibiotic resistance, but it is a big breakthrough that has taken place this year to decrease the odds of this happening. These faster results will “allow doctors to prescribe the right antibiotics at the point of diagnosis, thereby improving patient outcome, reducing treatment cost and decreasing antibiotic resistance” (FedDev, 2012). Not only will this cut down the price of administering unnecessary treatments, which can reach quite high, but it will increase walk-in clinic and hospital efficiency so that more patients are seen and treated in a quick and efficient manner (Walberg, 2012). The cost of antibiotics range in cost, but only prescribing them when necessary will cut down the cost of the drugs and in effect also the growth of resistant strains of bacteria. Resulting from this will be better patient care and a new field of jobs for Canadians in the biotechnology sector (FedDev, 2012).

54 |

Autre conséquence de ce temps d’attente normal, les médecins avaient souvent tendance à prescrire des antibiotiques à leurs patients sans savoir si ces derniers étaient réellement atteints d’une infection bactérienne. Grâce à cette nouvelle technologie, les médecins pourront dorénavant prescrire les médicaments les plus efficaces pour favoriser la guérison des patients (Walberg, 2012). De plus, lorsque des antibiotiques sont administrés trop généreusement, cela peut favoriser le développement de souches de bactéries résistantes (Bailey, N.D.). Les trois principaux facteurs de résistance aux antibiotiques sont les suivants : les diagnostics d’infections bactériennes sont erronés, les antibiotiques administrés ne conviennent pas à l’infection en cause et les patients ne suivent pas à la lettre l’ordonnance médicale (Bailey, N.D.). Contre ce dernier facteur, il n’y a rien à faire, car il s’agit d’un choix personnel. Par contre, il est possible d’enrayer les diagnostics erronés d’infections bactériennes et d’éviter de prescrire les antibiotiques qui ne conviennent pas. Même si le gouvernement et le secteur des soins de santé effectuent des recherches sur la résistance aux antibiotiques afin de prévenir la prolifération et la propagation de bactéries résistantes aux antibiotiques, pour l’instant, il n’y a encore aucune solution à ce problème (Bailey, N.D.). Grâce à la nouvelle technologie de détection mise au point par Qvella, il est dorénavant possible de limiter les erreurs de diagnostic, et d’administrer aux patients souffrant d’une infection le médicament précis qui aura la plus grande efficacité. Le problème de la résistance aux antibiotiques n’est cependant pas complètement enrayé, mais il s’agit incontestablement de la percée biotechnologique de l’année. La détection plus rapide « permettra aux médecins de prescrire des antibiotiques au moment du diagnostic, ce qui en retour augmentera les chances de guérison des patients, réduira les coûts des traitements et réduira les risques de résistance aux antibiotiques » (FedDev, 2012). En effet, non seulement cet outil permettra-t-il d’éliminer les traitements inutiles, et de réduire ainsi les coûts parfois assez élevés qui y sont associés, mais il améliorera aussi l’efficacité des cliniques sans rendez-vous et des hôpitaux, puisque davantage de patients seront vus et soignés rapidement et efficacement (Walberg, 2012). Le coût des antibiotiques varie, mais si on parvient à les prescrire seulement lorsqu’ils sont nécessaires, on réduira encore davantage ces coûts, en plus de mettre un terme au développement de souches de bactéries résistantes. Les patients n’en seront que mieux soigné et les Canadiens voient s’ouvrir devant eux un tout nouveau secteur d’emplois dans le domaine des biotechnologies (FedDev, 2012). Le Dr Tino Alavie, fondateur et chef de l’exploitation de Qvella, se projette dans l’avenir et imagine le potentiel de sa nouvelle technologie : « Au début, cet outil servira à déceler des infections du sang, puisqu’il s’agit de l’analyse la plus commune pour les infections dans les hôpitaux, mais on pourra l’adapter à tous les fluides corporels, y compris le liquide céphalo-rachidien, l’urine et les cultures de blessures » (Walberg, 2012). Cette technologie révolutionnera non seulement le domaine des BIOTECanada


Dr. Tino Alavie, founder and CEO of Qvella, expands on the future potential of this new technology: “Initially the device will test blood for infection, because that’s the most common test for infection in hospitals, but eventually it will work for all body fluids, including cerebral-spinal fluid, urine, and cultures from wounds” (Walberg, 2012). Not only will this new technology revolutionize the health care field, it will have a great impact on other industries, such as the food industry. The device can be used to quickly detect bacteria, improving food safety and quality control (Walberg, 2012). If Amy went to that same emergency room today she would still be alive. Amy’s blood would be the sample put through the device. In 30 minutes, the doctor would deem Amy’s condition fatal as he used the device to recognize the strain of bacteria which he would have seen causes sepsis—an infection, if not treated promptly, that can lead to death. With this new technology on the market for hospitals, walk-in clinics and physician offices, there is no telling how many lives will be saved because of this device. Cutting down diagnosis from up to three days to half an hour can do a lot of good in life or death cases. As the process of developing and utilizing this new device moves forward in research and development, the prospect looks bright for the biotech health care sector. This is a huge accomplishment with potential in industries like agriculture, food and water—just to name a few. The device kills two birds with one stone, targeting today’s problem of treatment delays and overuse of antibiotics. With this plethora of potential applications for the future and the multitude of lives it is saving in the present, there is no doubt in my mind that this story is the top biotechnology story of the year. So, if ever you’re in a hospital and you see someone who might have a bacterial infection, don’t fear for their life because this new detection technology will allow for a quick diagnosis and treatment. No more fear, Qvella is here! Works Cited Alden, Anton. “How Does A Blood Glucose Monitor Work?” LIVESTRONG. COM. N.p., 16 Sept. 2012. Web. 25 May 2012. www.livestrong.com/ article/247583-how-does-a-blood-glucose-monitor-work/ American Association for Clinical Chemistry. “Blood Culture: The Test.” American Association for Clinical Chemistry. N.p., 26 Dec. 2011. Web. 25 May 2012. labtestsonline.org/understanding/analytes/blood-culture/tab/test Bailey, Patricia G. “Antibiotic Resistance.” The Canadian Encyclopedia. N.p., n.d. Web. 25 May 2012. www.thecanadianencyclopedia.com/articles/ antibiotic-resistance FedDev Ontario. “Government of Canada Investing in Innovation.” FedDev Ontario. N.p., 11 May 2012. Web. 25 May 2012. www.feddevontario.gc.ca/eic/ site/723.nsf/eng/00802.html Voight, Jennifer. “What Are the Different Methods of Bacterial Detection?” wiseGEEK. N.p., n.d. Web. 25 May 2012. www.wisegeek.com/what-are-thedifferent-methods-of-bacterial-detection.htm Walberg, Rebecca. “Toronto firm Qvella develops device to help healthcare workers cut down on unnecessary prescriptions.” Financial Post. N.p., 22 May 2012. Web. 25 May 2012. business.financialpost.com/2012/05/22/ new-device-to-help-healthcare-workers-avoid-unnecessarytreatment/#more-177332

soins de santé, mais aussi d’autres industries, par exemple l’industrie alimentaire. En effet, l’instrument pourrait rapidement déceler la présence de bactéries dans la nourriture et ainsi améliorer la sécurité et le contrôle de la qualité dans le secteur de l’alimentation (Walberg, 2012). Si Amy se présentait à l’urgence aujourd’hui, elle serait toujours vivante. On aurait prélevé un échantillon sanguin au moyen de l’instrument et, en 30 minutes, le médecin aurait connu la gravité de son état et aurait pu identifier la souche de bactéries causant la septicémie – une infection mortelle. Lorsque cette nouvelle technologie sera disponible dans les hôpitaux, les cliniques sans rendez-vous et les bureaux de médecins, il est probable que des milliers de vies seront sauvées. Dans les cas de vie ou de mort, faire passer le délai de diagnostic de trois jours à 30 minutes peut vraiment faire toute la différence. Les progrès en matière de recherche et développement en ce qui a trait à l’élaboration et à l’utilisation de l’instrument sont garants d’un avenir prometteur pour le secteur de la biotechnologie des soins de santé. Et le potentiel de cet outil s’étend à divers secteurs comme l’agriculture, l’alimentation et même l’eau – pour n’en nommer que quelques-uns. Il permet de faire d’une pierre deux coups en s’attaquant à la fois au problème des délais de traitement et de l’utilisation abusive d’antibiotiques. Toutes ces applications possibles, et la multitude de vies qui pourront être sauvées, ne laissent aucun doute dans mon esprit : il s’agit bel et bien là de la plus importante percée en biotechnologie de l’année. Si jamais vous voyez une personne à l’hôpital qui est peut-être atteinte d’une infection bactérienne, ne craignez pas pour sa vie, puisque cette nouvelle technologie de détection permettra de poser un diagnostic rapide et de prodiguer un traitement efficace. N’ayez plus peur, Qvella est là! Ouvrages cités Alden, Anton, « How Does A Blood Glucose Monitor Work? », LIVESTRONG. COM. N.p., 16 sept. 2012. Web : 25 mai 2012 à /www.livestrong.com/ article/247583-how-does-a-blood-glucose-monitor-work/ American Association for Clinical Chemistry, « Blood Culture: The Test » American Association for Clinical Chemistry. N.p., 26 déc. 2011. Web : 25 mai 2012 à labtestsonline.org/understanding/analytes/blood-culture/tab/test Bailey, Patricia G., « Antibiotic Resistance », The Canadian Encyclopedia. N.p., n.d. Web : 25 mai 2012 à www.thecanadianencyclopedia.com/articles/ antibiotic-resistance FedDev Ontario, « Government of Canada Investing in Innovation », FedDev Ontario. N.p., 11 mai 2012. Web : 25 mai 2012 à www.feddevontario.gc.ca/ eic/site/723.nsf/eng/00802.html Voight, Jennifer, « What Are the Different Methods of Bacterial Detection? », wiseGEEK. N.p., n.d. Web : 25 mai 2012 à www.wisegeek.com/what-are-thedifferent-methods-of-bacterial-detection.htm Walberg, Rebecca, « Toronto firm Qvella develops device to help healthcare workers cut down on unnecessary prescriptions ». Financial Post. N.p., 22 mai 2012. Web : 25 mai 2012 à business.financialpost.com/2012/05/22/ new-device-to-help-healthcare-workers-avoid-unnecessarytreatment/#more-177332 Zourob, Mohammed, Souna Elwary et Anthony Turner, « Principles of bacterial detection biosensors, recognition receptors, and microsystems. » New York : Springer, 2008.

Zourob, Mohammed, Souna Elwary, and Anthony Turner. Principles of bacterial detection biosensors, recognition receptors, and microsystems. New York: Springer, 2008. Print.

BIOTECanada

fall / automne 2012 | 55


56 |

BIOTECanada


agricultural biotech biotechnologie agricole

Market fresh: Arctic Apples set to bring biotech to your grocery store La pomme Arctic : Le fruit de la biotechnologie bientôt dans votre supermarché! by Nadine Lunt par Nadine Lunt

The security and stability of Canada’s ­agriculture and food supply system is becoming critically important as we face a number of environmental and population pressures. The rising global population, particularly among rapidly developing nations such as China and India, is creating pressures on food and agriculture trade markets. The application of biotechnology to food and agriculture is one method by which innovative Canadian corporations are addressing these issues. Okanagan Specialty Fruits has integrated chemistry, biology, biotechnology and horticulture to solve the browning problem in apples. Okanagan’s Arctic® Apple has been in development for more than a decade and the company is currently awaiting government approval to begin commercially growing and selling the product in the U.S. and Canada. We recently sat down with Neal Carter, the president and founder of Okanagan Specialty Fruits, to discuss these exciting developments as they venture towards commercialization. insights: What makes an Arctic Apple different than other apples? Neal Carter: Arctic Apples are just like other apples in every way, other than their nonbrowning trait. Arctic trees perform just the same in the orchard as conventional apple trees, and no difference can be detected in the fruit until it is sliced, bruised or bitten—that’s when the Arctic advantage becomes clear. insights: How did you make Arctic Apples nonbrowning? Neal Carter: The science is relatively simple; we “turn off” the genes that make apples brown, so the enzyme that usually triggers enzymatic browning is no longer present in the apple. We simply replace the genes that usually trigger this browning with nonbrowning apple genes. BIOTECanada

La sécurité et la stabilité du système agricole et d’approvisionnement alimentaire du Canada prennent une importance cruciale à l’heure où le monde est confronté aux pressions de l’environnement et de la croissance démographique. Cette dernière, surtout parmi les pays où le développement est intensif, par exemple la Chine et l’Inde, crée des pressions sur les marchés commerciaux alimentaire et agricole. L’application de la biotechnologie à l’alimentation et à l’agriculture est l’une des méthodes que des entreprises canadiennes ont choisies pour relever le défi. Okanagan Specialty Fruits a choisi d’intégrer la chimie, la biologie, la biotechnologie et l’horticulture pour résoudre le problème du brunissement des pommes. On attend actuellement l’approbation gouvernementale de commercialisation de la pomme Arctic®, en développement depuis plus d’une décennie, qui sera cultivée et vendue aux États-Unis et au Canada. À l’approche de la commercialisation, nous nous sommes récemment entretenus avec Neal Carter, président et fondateur d’Okanagan Specialty Fruits, afin de discuter de cette enthousiasmante avancée. insights : Qu’est-ce qui distingue la pomme Arctic des autres pommes? Neal Carter : Les pommes Arctic ont les mêmes caractéristiques que les autres pommes, outre qu’elles ne brunissent pas. Les arbres Arctic ont le même rendement dans le verger qu’un pommier traditionnel, et l’on ne détectera aucune différence sur le fruit jusqu’à ce qu’on le tranche, qu’il subisse un choc ou qu’on le croque : c’est alors que l’avantage Arctic sera évident! insights : Comment avez-vous fait pour que la pomme Arctic ne brunisse pas? Neal Carter : L’aspect scientifique s’explique de façon assez simple : on « éteint » les gènes qui font brunir les fall / automne 2012 | 57


agricultural biotech biotechnologie agricole

insights: How can you be sure Arctic Apples are safe to eat and safe for the environment? Neal Carter: Arctic Apples have been studied in field trials in Washington and New York State for over ten years, and are one of the most researched and tested foods on the planet! The data demonstrates Arctic Apples are just as safe and healthful as other apples. insights: If Arctic Apples don’t brown, can consumers tell if they are old or damaged? Neal Carter: Far from hiding when fruit is old or damaged, Arctic Apples actually make it easier to tell when an apple is “bad.” Superficial damage that does not affect the quality of the fruit, such as minor finger bruising, won’t show. Arctic fruit looks fresh unless there is significant damage, and then the apple probably shouldn’t be eaten. Enzymatic browning is quite different from the rotting that comes with decay, so Arctic fruit will decompose just the same as other apples. insights: What will stop Arctic Apples from cross-pollinating with other orchards? Neal Carter: Cross-pollination is not a concern, and we address that at length on our website. In summary: a) apple trees are not “weedy”; b) bees stay very close to the hive when food is present; c) stewardship standards will further reduce this already low risk; and d) in the unlikely scenario that cross-pollination were to occur, only some of the resulting plant’s seeds would contain any Arctic material. insights: Why does the apple industry need Arctic Apples? Neal Carter: Arctic Apples offer benefits throughout the supply chain: fewer culls and higher grade packouts for growers and packers, less shrinkage for retailers, reduced prep time and labor costs for foodservice, and decreased costs and improved product quality for freshcut processors. Plus, giving consumers access to a more convenient apple will offer them more at-home menu and snack options, making it easier than ever to enjoy their favourite fruit. insights: How do you know consumers want a nonbrowning apple? Neal Carter: Simple—we asked them! Our consumer research demonstrates a strong demand for nonbrowning apples. This includes a survey, consisting of 1,000 self-identified apple eaters, where 58 percent agreed nonbrowning apples are a good idea compared to only 24 percent who think it’s a bad one. Additionally, 51 percent said they would be “somewhat” or “extremely likely” to buy; and after learning more about Arctic Apples and our science, that number increased to 58 percent. 58 |

pommes, de sorte que l’enzyme qui déclenche habituellement le brunissement enzymatique disparaît de la pomme. On remplace simplement les gènes qui déclenchent habituellement le brunissement par des gènes de non-brunissement. insights : Comment vous êtes-vous assuré de l’innocuité alimentaire et environnementale des pommes Arctic? Neal Carter : Nous avons étudié les pommes Arctic par des essais en champ dans les états de Washington et de New York pendant dix ans. La pomme Arctic est l’un des aliments qui ont fait l’objet des recherches et des essais les plus abondants sur la planète! Les données indiquent que les pommes Arctic sont aussi saines et sûres que les autres pommes. insights : Le fait que les pommes Arctic ne brunissent pas empêche-t-il les consommateurs de savoir si elles sont vieilles ou abîmées? Neal Carter : Au contraire : plutôt que de cacher le vieillissement de la pomme, les traits de la variété Arctic permettent de détecter plus facilement si le fruit est « périmé ». Les dommages superficiels qui ne nuisent pas à sa qualité, telle que de petites meurtrissures, ne se verront pas. Un fruit Arctic aura l’air frais tant qu’il ne sera pas considérablement endommagé, auquel cas il sera préférable de ne pas le manger. Le brunissement enzymatique est très différent du pourrissement qui se produit lorsqu’un fruit se gâte. Dans ce dernier cas, la pomme Arctic se décomposera exactement comme les autres pommes. insights : Comment empêchera-t-on la pollinisation croisée entre les pommiers Arctic et ceux des autres vergers? Neal Carter : Il est inutile de s’inquiéter de la pollinisation croisée, et nous abordons cette question en détail sur notre site web. En résumé, a) les pommiers ne sont pas « envahissants »; b) les abeilles demeurent à proximité de la ruche quand elles ont de quoi se nourrir; c) les normes d’intendance réduiront encore le risque déjà faible; d) dans le cas improbable d’une pollinisation croisée, seuls certains des pépins contiendraient des traits Arctic. insights : Pourquoi l’industrie pomicole a-t-elle besoin des pommes Arctic? Neal Carter : Les pommes Arctic offrent des avantages tout au long de la chaîne d’approvisionnement : moins de réfaction et de déchets de triage pour les cultivateurs et les entreprises de conditionnement, moins de freintes pour les détaillants, un temps de préparation et des coûts de maind’œuvre réduits dans la restauration et des coûts réduits également pour les entreprises de transformation de produits frais, ainsi qu’une qualité de produit améliorée pour ces derniers. Enfin, les consommateurs disposeront d’une pomme plus pratique, ce qui leur procurera davantage BIOTECanada


agricultural biotech biotechnologie agricole

d’options de menus et de collations et leur permettra de savourer plus facilement leur fruit préféré! insights : Comment en êtes-vous arrivé à la conclusion que les consommateurs souhaitaient disposer d’une pomme qui ne brunit pas? Neal Carter : C’est simple : nous leur avons posé la question! Notre recherche auprès des consommateurs indique une forte demande de pommes qui ne brunissent pas. Entre autres données, une enquête auprès de 1 000 personnes se considérant comme des consommateurs de pommes a révélé que 58 pour cent trouvaient bonne l’idée d’une pomme qui ne brunit pas, contre 24 pour cent pensant le contraire. De plus, 51 pour cent ont affirmé qu’ils auraient un intérêt assez ou extrêmement important à acheter des pommes Arctic, chiffre qui est passé à 58 pour cent après que les participants au sondage aient reçu de l’information sur le sujet! insights : Les pommes Arctic seront-elles étiquetées comme telles?

insights: Will Arctic Apples be labeled? Neal Carter: Yes! Fresh market Arctic Apples will be clearly labelled as “Arctic” fruit and processed foods containing more than five percent Arctic Apples will be identified as well. This is completely voluntary, as we believe the transparency and choice it offers consumers is of great value. insights: How do biotech foods like Arctic Apples get to market? Neal Carter: In the United States, the U.S. Department of Agriculture is responsible for the review of biotech foods and we have been involved with this review process for over two years now. We are also voluntarily consulting with the Food and Drug Administration to demonstrate the safety of our Arctic Apples. In Canada, the Canadian Food Inspection Agency and Health Canada are reviewing our application. The process in both countries is extremely rigorous and we have submitted to them a comprehensive document that outlines the science and safety of our apples. insights: When can we expect to see Arctic Apples on the grocery shelf? Neal Carter: The deregulation processes in the U.S. is expected to conclude in mid-2013, with Canada’s decision following about a year later. This means that growers will be able to plant Arctic Apples soon and we hope to have small amounts of fruit available by 2014/15, with significantly higher quantities for sale by 2016. So, it shouldn’t be too long until consumers across North America are enjoying Arctic Apples! BIOTECanada

Neal Carter : Oui! Les pommes Arctic de marché seront clairement étiquetées « Arctic », et les aliments transformés contenant plus de 5 pour cent de pommes Arctic porteront également une mention le signalant. C’est une décision que nous avons prise nous-mêmes, car nous croyons que la transparence et les choix qui en découlent pour le consommateur sont d’une grande valeur. insights : Comment les aliments biotechnologiques tels que les pommes Arctic arrivent-ils sur le marché? Neal Carter : Aux États-Unis, le ministère de l’Agriculture a la responsabilité d’analyser les aliments biotechnologiques, et nous participons à ce processus d’examen depuis plus de deux ans. Nous avons également pris l’initiative de consulter la Food and Drug Administration pour faire la preuve de l’innocuité des pommes Arctic. Au Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments et Santé Canada examinent notre demande. Le processus est extrêmement rigoureux dans un pays comme dans l’autre et, dans les deux cas, nous avons présenté un document approfondi rassemblant les données scientifiques sur nos pommes et leur innocuité. insights : Quand pouvons-nous espérer voir des pommes Arctic dans les supermarchés? Neal Carter : Le processus d’approbation aux États-Unis devrait prendre fin mi-2013, et la décision du Canada devrait suivre environ un an plus tard. Cela signifie que les pomiculteurs pourront planter des pommiers Arctic bientôt, et nous espérons récolter de petites quantités de fruits en 2014-2015, quantités qui devraient augmenter dès 2016. Encore un peu de patience, et les consommateurs de toute l’Amérique du Nord pourront savourer les pommes Arctic! fall / automne 2012 | 59


60 |

BIOTECanada


health santé

Canada can drive prosperity through innovative partnerships Des partenariats innovants propulsent la croissance économique by Alison Symington, VP, Corporate Development and Communications, OGI par Alison Symington, Vice-présidente, Expansion des entreprises et Communications, OGI

In the global economy, innovation is seen as the stimulus for both job creation and economic prosperity. The opening of global markets and the ease of digital communication have driven collaboration, and this has been as true for the scientific community as for any other sector. Canada is renowned for its excellence in science and hits far above its weight in terms of academic output. However, as has been recognized by many, there is a need to translate this excellence into outcomes that have social and economic benefit for all Canadians—this is an area that has not grown at the same pace as our academic research. There is increasing discussion about what type of work should be supported with public funds: pure research that leads to discovery, or translational research, which has defined outcomes. It is important to realize that both are vital, as discovery provides the pipeline to translational research, which fuels the knowledge economy. However, in these times of fiscal restraint, innovative partnerships must be forged between industry and academia to drive economic growth and to allow for the pursuit of knowledge through pure research. Genomics provides a good example of this divide. Originally funded in order to provide a scientific resource—the decoding of the human genome—this project has driven not only pure research, but also economic growth. The Batelle Report (Batelle Technology Partnership Practice, 2011), released in May 2011, stated that the return on the U.S. federal investment in the Human Genome Project has been 141:1. In 2010 alone, the state and federal taxes paid by those in this industry (primarily sequencing and technology providers) amounted to more than the original federal investment. It is clear, therefore, that the funding of academic research endeavors can drive economic wealth creation. However, it is also true of genomics (and life sciences in general) that moving the science outside the academic community and into industrial or societal BIOTECanada

Au sein de l’économie mondiale, on estime que l’innovation stimule autant la création ­d’emploi que la prospérité économique. L’ouverture des marchés mondiaux et la simplicité des communications numériques ont multiplié les collaborations, et cela est tout aussi vrai dans le milieu scientifique. Le Canada est reconnu pour son excellence dans le domaine des sciences, et sa production universitaire marque bien plus de points qu’on pourrait le penser en regardant seulement la taille de sa population. Cependant, et ils sont nombreux à l’admettre, cette excellence doit maintenant se traduire par des avantages socio-économiques qui profiteront à tous les Canadiens. Là, les développements ne sont pas aussi rapides que la recherche universitaire. On discute de plus en plus du type de travaux qui devrait recevoir l’appui de fonds publics : la recherche fondamentale, qui mène à des découvertes, ou la recherche translationnelle, qui a des objectifs précis. Il est important de se rendre compte que toutes deux sont essentielles, car les découvertes mènent à la recherche translationnelle qui, elle, nourrit l’économie du savoir. Or, en cette période de restrictions budgétaires, l’industrie et les universités doivent forger des partenariats novateurs pour stimuler la croissance économique et favoriser l’approfondissement des connaissances par la recherche fondamentale. La génomique constitue un bon exemple de ce compartimentage. Le projet, instauré à l’origine pour offrir une ressource scientifique – le code du génome humain – a non seulement débouché sur la recherche fondamentale, mais a aussi stimulé l’économie. Le rapport Batelle (Technology Partnership Practice, 2011), publié en mai 2011, signalait que le rendement de l’investissement fédéral américain dans le projet du Génome humain était de 141:1. En 2010 seulement, l’impôt payé aux états et au fédéral par les membres de cette industrie (principalement des fournisseurs de services de séquençage et de technologie) dépassait fall / automne 2012 | 61


health santé

“It is important that the partnership between discovery-based science and applied science is seen as exactly that: a partnership. They reside on the same pathway to economic growth and one cannot exist without the other.” applications has been more modest. In light of this, there have been several innovative partnerships formed to close the gap from academic research to industrial application. The Ontario Genomics Institute (OGI) seeks to bridge this gap. OGI’s Pre-commercialization Business Development Fund (PBDF) is a unique investment fund that helps to enable the economic impact of genomics and proteomics research and technology development outcomes. Specifically, it aims to provide early-stage funding as researchers move towards commercial applications, and to speed up transfer of products from lab to marketplace by helping researchers broker collaborations between academia and industry. Several of those investments have already made an impact. ArcticDx Inc., a Toronto-based company, developed a test called Macula Risk®. The first of its kind, the test is specifically designed to determine one’s inherited risk for age-related macular degeneration (AMD), the most common form of acquired blindness in the developed world. ArcticDx received a PBDF investment in 2010 and is using the investment to undertake studies in support of a planned filing for regulatory approvals of Macula Risk. ArcticDX currently markets the test in the U.S. and is expanding in terms of both sales and workforce. A more recent investment was with Dr. Andrei Yudin at the University of Toronto. Dr. Yudin has developed a new and effective process that makes linear peptides circular, which allows these molecules, called macrocycles, to enter cells more effectively and increase their stability as compared to linear peptides. Given their advantageous properties, macrocycles are emerging as a new class of molecules with potential in drug development. Working with MaRS Innovation, among others, Encycle Therapeutics Inc. was officially incorporated in January 2012, and shortly thereafter received a further seed investment from the Quebec Consortium for Drug Discovery (CQDM), a public-private partnership. CQDM itself provides an interesting model for investment into research and development by funding precompetitive research activities where the needs of the pharmaceutical

62 |

l’investissement fédéral initial. Il est donc évident que le financement des entreprises de recherche fondamentale peut être source de richesse économique. Cependant, il est également vrai que l’application industrielle et sociale de la génomique (et des sciences de la vie en général), à l’extérieur de la communauté universitaire est plus modeste. C’est pour cette raison que plusieurs partenariats novateurs ont vu le jour pour faire le pont entre la recherche universitaire et les applications industrielles. L’Ontario Genomics Institute (OGI) est de ceux qui cherchent à combler cette lacune en matière d’applications concrètes. Le Pre-commercialization Business Development Fund (PBDF) d’OGI est un fonds d’investissement unique en son genre, qui contribue à traduire la recherche sur la génomique et la protéomique, et la mise au point technologique, en résultats économiques concrets. Plus précisément, il a pour but de fournir un financement de démarrage aux chercheurs qui souhaitent se diriger vers des applications commerciales, et d’accélérer le passage des produits du labo au marché en les aidant à négocier des collaborations entre les universités et l’industrie. Plusieurs des investissements du Fonds ont déjà donné des résultats. ArcticDx Inc., une société de Toronto, a mis au point un test, Macula Risk®, le premier en son genre, conçu précisément pour déterminer le risque héréditaire de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), la forme la plus courante dans le monde de cécité acquise. ArcticDx, qui s’est vu octroyer en 2010 un financement par l’entremise du PBDF, a ainsi pu entreprendre des recherches en vue du dépôt programmé du Macula Risk pour les approbations réglementaires. ArcticDx commercialise actuellement le test aux États-Unis et poursuit son expansion à la fois sur les plans de la vente et de la main-d’œuvre. Plus récemment encore, Andrei Yudin, professeur à l’Université de Toronto, a bénéficié de ce financement. Il a créé une nouvelle plate-forme de cyclisation des peptides qui transforme efficacement les peptides linéaires en macrocycles, des molécules à perméabilité cellulaire et à stabilité améliorées. Étant donné leurs propriétés avantageuses, ces macrocycles semblent constituer une nouvelle classe de molécules à fort potentiel pour la mise au point de médicaments. Encycle Therapeutics, notamment partenaire de MaRS Innovation, a été officiellement constitué en société en janvier 2012 et, peu après, le Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM), un partenariat public-privé, lui accordait un financement supplémentaire pour l’aider à démarrer. Le CQDM présente d’ailleurs un modèle intéressant pour le financement de la recherche-développement en proposant de financer les activités de recherche préconcurrentielles en fonction des besoins de l’industrie pharmaceutique. En échange de leur investissement dans les sociétés pharmaceutiques, les membres du consortium peuvent BIOTECanada


health santé

industry are the focus of the funded research. In return for the investment from the pharmaceutical companies into the model, the consortium members receive time-limited, exclusive access to the results of the research and an option to enter into discovery collaboration with the researchers that they have helped fund. This helps minimize the risk to the pharmaceutical companies while providing critical funding at the pre-commercialization stage of the research. Another innovative pathway to academic-industry partnerships in the life sciences is to look at industry needs and reach back to match these needs with academic research. There has been some attempt to do this, particularly in the health sector. Pharmaceutical companies such as Pfizer and GSK, to name a few, have been very active in evaluating research to see if it meets a need. They have well-developed procedures and practices for academic-industry partnerships and have had success with this pathway. This reflects an increasingly popular trend in the development of academic drug discovery centres that are partially funded by industry, such as the Centers for Therapeutic Innovation, where scientists from Pfizer work side by side with academic scientists in an open innovation partnering model.

BIOTECanada

« On discute de plus en plus du type de travaux qui devrait recevoir l’appui de fonds publics : la recherche fondamentale, qui mène à des découvertes, ou la recherche translationnelle, qui a des objectifs précis. Il est important de se rendre compte que toutes deux sont essentielles, car les découvertes mènent à la recherche translationnelle qui, elle, nourrit l’économie du savoir. »

fall / automne 2012 | 63


health santé

­ owever, in sectors outside of health, particularly in the H realm of genomics, there has been less success. This is due in part to a lack of awareness in the industry of what genomics and life sciences can provide to industrial process design, natural resource management and energy production—to name but a few. In addition, the academic research may not be focused on the issues of greatest importance to its receptors, which slows down translation. The Ontario Genomics Institute provides a bridge between these two partners. By understanding both the issues of industry and the state-of-the-art in life science, OGI provides a unique opportunity to help broker relationships between groups that would not normally connect with each other, which will bring innovative life science solutions to areas such as mining, energy and food production as well as the more traditional health arena. It is important that the partnership between discovery-based science and applied science is seen as exactly that: a partnership. They reside on the same pathway to economic growth and one cannot exist without the other. Both public and private groups must continue to find innovative ways to fund both sides of the partnership to ensure that Canada retains its global leadership.

accéder de façon exclusive pendant une certaine période aux résultats de recherche et décider de collaborer avec les chercheurs qu’ils ont en partie financés. Ce dispositif réduit la part de risque des entreprises pharmaceutiques tout en assurant un financement essentiel à l’étape de la précommercialisation. Une autre façon novatrice d’établir des partenariats publicprivé en sciences de la vie consiste à évaluer les besoins de l’industrie, puis à se tourner vers les instituts de recherche pour trouver les moyens de répondre à ceux-ci. On a expérimenté cette façon de procéder notamment dans le secteur de la santé. Des entreprises pharmaceutiques telles que Pfizer et GSK, par exemple, se sont montrées assez actives dans l’évaluation des recherches qui pourraient répondre aux besoins de l’industrie. Elles ont mis en place des procédures et des pratiques efficaces concernant les partenariats public-privé, et cela s’est avéré concluant. Cet exemple témoigne d’une tendance de plus en plus populaire dans le développement des médicaments au sein des organismes de recherche qui sont en partie financés par l’industrie, comme les Centres Pfizer pour l’innovation thérapeutique, dans lesquels des chercheurs de l’entreprise et des chercheurs universitaires travaillent côte à côte selon un modèle ouvert de partenariat pour l’innovation. Il est à noter toutefois que ce modèle a connu beaucoup moins de succès en dehors du secteur de la santé, notamment dans celui de la génomique. Cette situation s’explique en grande partie par le fait que l’industrie n’est pas assez sensibilisée aux avantages de la génomique et des sciences de la vie dans l’élaboration de procédés industriels, la gestion des ressources naturelles et la production d’énergie. De plus, la recherche universitaire n’est peut-être pas axée sur les sujets qui ont le plus d’importance pour ceux qui bénéficieront des résultats, ce qui ralentit le processus translationnel. L’OGI sert de passerelle entre les partenaires privés et publics. Du fait de sa compréhension des enjeux de l’industrie et du contexte des sciences de la vie, l’OGI possède une capacité unique pour négocier des partenariats entre des groupes qui ne se rapprocheraient autrement pas. Cela permet d’apporter des solutions novatrices issues des sciences de la vie à des secteurs tels que les mines, l’énergie, la production alimentaire, mais aussi à un secteur classique comme la santé. Il est important que le partenariat entre les organisations de recherche fondamentale et les organisations de science appliquée soit considéré pour ce qu’il est, un partenariat. Ces deux parties participent à la croissance économique et ne peuvent exister l’une sans l’autre. Les groupes publics comme les groupes privés doivent continuer à élaborer des méthodes efficaces pour le financement des deux versants de la recherche afin de s’assurer que le Canada conserve son avantage concurrentiel mondial.

64 |

BIOTECanada


ADVERTORIAL

Canada needs greater science literacy, Amgen Canada and Let’s Talk Science report As countries around the world increasingly rely on a knowledge- and innovation-based economy for prosperity, now more than ever, it is crucial for Canada to promote science learning to our young people. A background in science, technology, engineering and math (STEM) is essential for many jobs that will be in high demand in the coming decades. According to the recently released Spotlight on Science Learning: A benchmark of Canadian talent, almost 75 per cent of new jobs between 2009 and 2018 will be in high-skill occupations—and healthcare is one of the fastest growing fields. At Amgen Canada, as a science-based, innovative company, we understand the importance of science and technology to Canada’s economic well-being. Encouraging our young people to continue science studies is critical in helping them, and our country, succeed. To promote science learning among our youth, Amgen supports programs that help raise science literacy and promote understanding of its value. Our Amgen Award for Science Teaching Excellence recognizes exceptional teachers who are elevating the level of science literacy through creativity in the classroom. We also support Let’s Talk Science, an award-winning youth science outreach organization. It is important to show our youth the value of science learning for their future careers, not only for those occupations directly linked to science, but for all jobs that require people to be analytical and curious, to problem-solve, and to experiment and explore. As countries around the world focus on science learning, it is important for Canada to do the same, or we risk being left behind. Karen Burke, PhD Director of Regulatory Affairs, Amgen Canada Panel Member, Spotlight on Science Learning

Selon Amgen Canada et Parlons sciences, le Canada doit enrichir ses connaissances scientifiques Puisque la prospérité des pays du monde entier repose de plus en plus sur une économie fondée sur la connaissance et l’innovation, aujourd’hui, plus que jamais, il est capital que le Canada fasse la promotion de l’apprentissage des sciences auprès de ses jeunes. La connaissance des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM) sera indissociable des exigences formulées à l’endroit de nombre d’emplois suscitant une grande demande au cours des prochaines décennies. D’après le rapport Pleins feux sur l’apprentissage des sciences : une référence sur le talent canadien, diffusé dernièrement, presque 75 pour cent des nouveaux emplois créés entre 2009 et 2018 seront des postes à niveau élevé de compétences, et les soins de santé représentent un des secteurs à la croissance la plus rapide. Chez Amgen Canada, société axée sur la science et l’innovation, nous comprenons l’importance de la science et de la technologie pour la prospérité économique du Canada. Il est primordial d’inciter les jeunes à poursuivre l’étude des sciences pour contribuer à leur réussite et à celle de notre pays. Afin de promouvoir l’apprentissage des sciences chez nos jeunes, Amgen soutient des programmes qui haussent la compétence scientifique et la compréhension de cette valeur. Notre prix Amgen de l’excellence en enseignement des sciences souligne les apports de professeurs tout à fait exceptionnels qui élèvent les connaissances en sciences par le recours à la créativité dans les salles de classe. En outre, nous appuyons « Parlons sciences », organisme primé de sensibilisation de la jeunesse aux sciences. Nous devons aider les jeunes à comprendre la valeur de l’étude des sciences en ce qui a trait aux carrières futures, non seulement celles qui sont liées directement à l’étude des sciences, mais à l’endroit de tous les postes exigeant des personnes analytiques et curieuses, aptes à résoudre des problèmes, à expérimenter et à explorer. Étant donné que des pays du monde entier relèvent ce défi, le Canada doit leur emboîter le pas sous peine de tirer de l’arrière. Karen Burke, Ph. D. Directrice des Affaires règlementaires, Amgen Canada Membre du groupe Pleins feux sur l’apprentissage des sciences

BIOTECanada

fall / automne 2012 | 65


ADVERTISERS DIRECTORY / RÉPERTOIRE DES ANNONCEURS Ag-West Bio Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Life Science Association of Manitoba . . . . . . . . . . 2

www.agwest.sk.ca

www.lsam.ca

Alberta Innovates Health Solutions . . . . . . . . . . 27

Novo Nordisk Canada Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

www.aihealthsolutions.ca

www.novonordisk.ca

Amgen Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Pittcon 2013 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

www.amgen.ca

www.pittcon.org

Bereskin & Parr LLP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

PROOF Centre of Excellence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

www.bereskinparr.com

www.proofcentre.ca

Biogen Idec Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

Rx&D, Canada’s Research-Based Pharmaceutical Companies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

www.biogenidec.com

www.canadapharma.org

Bioindustrial Innovation Centre . . . . . . . . . . . . . . . 8 www.bicsarnia.ca

Shire HGT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 www.shire.com

Eppendorf Canada Ltd. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 www.eppendorf.ca

Takeda Canada Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 www.takedacanada.com

Genome Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 www.genomecanada.ca

Therapure BioPharma Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 www.therapurebio.com

Genzyme Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 www.genzyme.ca

UCB Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 www.ucb.com

Grand Island Economic Development Advisory Board . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

World Courier of Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . 34-35

www.grandislanddevelopment.com

www.worldcourier.com/locations/canada

Laval Biotechnology Development Centre . . 63 www.cdblaval.ca

66 |

BIOTECanada



Insights Fall 2012 Magazine