Page 1

SPRING/PRINTEMPS 2007 www.biotech.ca

The official publication of BIOTECanada, the national biotechnology association

La publication officielle de BIOTECanada, l’association nationale de biotechnologie

Untold stories of biotech in Canada L’histoire de la biotechnologie canadienne vue de l’intérieur Today’s view and tomorrow’s possibilities: Agriculture, industrial and vaccine technologies La situation d’aujourd’hui et les possibilités de demain : les technologies agricoles, industrielles et vaccinales

PM 40064931


The official publication of BIOTECanada, the national biotechnology association

La publication officielle de BIOTECanada, l’association nationale de biotechnologie

contents

table des

Features

Articles

SPRING/PRINTEMPS 2007

matières

11

Industrial biotechnology in Canada Today’s view and tomorrow’s possibilities

11

La biotechnologie industrielle au Canada La situation aujourd’hui et les possibilités de demain

21

Public and private programs provide opportunity

21

Les programmes publics et privés offrent de grandes possibilités

32

Canada’s leading companies

32

Les chefs de file au Canada

41

Agricultural biotechnology in Canada: At the head of its class

41

La biotechnologie agricole au Canada : à la tête de sa classe

48

Then and now … BIOTECanada celebrates 20 years

48

Au tout début… et maintenant BIOTECanada célèbre ses 20 ans

Columns 6

BIOTECanada, Message from the President and CEO

Chroniques 7

Departments 9

The Federal Perspective Canada’s voice for biotech: Federal advocacy programs drive industry success

BIOTECanada, Message du président et chef de la direction

Sections 9

Le point de vue du fédéral La voix du Canada en matière de biotechnologie : les programmes fédéraux de défense des intérêts entraînent la réussite de l’industrie

17

Legal Matters Life sciences and personal information: Four thoughts for researchers

17

Questions de droit Les sciences de la vie et les renseignements personnels : quatre réflexions à l’intention des chercheurs

27

Vaccine News A shot in the arm for public health

27

Nouvelles de vaccins Une injection d’espoir dans la santé publique

35

Biotechnology Bulletin: INbrief They did that in Canada …

35

Bulletin de biotechnologie : ENbref Ça s’est fait au Canada…

insights Spring/Printemps 2007

BIOTECanada

3


SPRING/PRINTEMPS 2007 Publisher/Éditeur gordongroup Tel./tél. : (613) 234-8468 Editor/Rédactrice en chef Rhowan Sivel Copy Editing/Révision Parham Naini Translation/Traduction Sophie Campbell Aubut & Associates

The official publication of BIOTECanada, the national biotechnology association

La publication officielle de BIOTECanada, l’association nationale de biotechnologie

Art Direction and Design/Direction artistique et conception Lee-Ann Hall Columns/Chroniques Peter Brenders Contributing Writers/Collaborateurs Rainer Engelhardt Albert Friesen Geoffrey Mitchinson Michael Power Rhowan Sivel Geoff Taber Ali Tehrani Helen Zeitler For additional copies of/Pour obtenir d’autres exemplaires de insights Tel./tél. : (613) 230-5585 E-mail/courriel : info@biotech.ca Advertising/Publicité Tel./tél. : (613) 234-8468, ext./poste 245 E-mail/courriel : advertising@gordongroup.com Sales Manager/Directeur commercial Thomas Krayer Printing/Impression Dollco Printing Return undeliverable Canadian addresses to/ Retourner toute correspondance ne pouvant être livrée au Canada à : BIOTECanada 420–130, rue Albert St. Ottawa, Ontario Canada K1P 5G4

Canada Post Publication Agreement Number/ Numéro de convention de publication Postes Canada : 40064931

ISSN 1705-3315

©2007 BIOTECanada insights. Any errors, omissions or opinions found in this magazine should not be attributed to the publisher. The authors, the publisher and the collaborating organizations will not assume any responsibility for commercial loss due to business decisions made based on the information contained in this magazine. No part of this publication may be reproduced, reprinted, stored in a retrieval system or transmitted in part or whole, in any form or by any means, electronic, mechanical, photocopying, recording or otherwise, without the prior written consent of the publisher.

©2007 BIOTECanada insights. Aucune erreur ou omission décelée dans ce magazine ou aucune opinion qui y est exprimée ne doit être imputée à l’éditeur. Les auteurs, l’éditeur et les organismes coopérant n’assument aucune responsabilité à l’égard de pertes commerciales pouvant découler de décisions d’affaires prises à la lumière des renseignements contenus dans ce magazine. Il est interdit de reproduire, de réimprimer, d’emmagasiner dans un système de recherche documentaire ou de transmettre cette publication en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre), sans avoir obtenu au préalable le consentement écrit de l’éditeur.

4

insights Spring/Printemps 2007

BIOTECanada is the national industryfunded association representing the broad spectrum of biotech constituents including emerging, established and related service companies in the health, agricultural, and industrial sectors.

BIOTECanada est l’association nationale qui représente les multiples acteurs de la biotechnologie, c’est-à-dire les entreprises émergentes et établies des secteurs de la santé, de l’agriculture et de l’industrie, ainsi que les entreprises de services connexes; elle est financée par l’industrie.

BIOTECanada: 420–130, rue Albert St., Ottawa, Ontario Canada K1P 5G4 Tel./tél. : (613) 230-5585 Fax/téléc. : (613) 563-8850 E-mail/courriel : info@biotech.ca Website/site Web : www.biotech.ca

BIOTECanada


Message from the President and CEO By Peter Brenders

Over

the past several decades, we have celebrated many achievements in Canada’s biotech industry. From the founding of Canada’s first biotech company, Allelix, in 1981, to the 10-year anniversary of the commercialization of genetically modified crops in Canada, we’ve reached several exciting milestones. 2007 adds one more to the growing list. This year marks the 20th year of the national association dedicated to the promotion and awareness of biotechnology and its public policy issues. BIOTECanada continues to serve as the voice for industry leadership to build a sustainable environment for our community of researchers and innovators.

And it is no wonder the association is growing and busier than ever when we look at the growth of Canada’s biotech industry over the last 20 years. We boast a network of over 530 companies—the majority of which are small or medium-sized enterprises— with dozens of leading academic and research institutions. We are able to invest in research and development at all stages, and have highly-skilled people committed to building our value and potential. From coast to coast, we find ourselves able to compete and partner with companies and institutions globally, and we have started to identify some of the more active areas where our Canadian strengths are found. We continue to attract expertise from throughout the world: Researchers, corporate leaders, and investors who are inspired by what we have to offer and the potential to help grow a company and make a meaningful contribution to the development of biotechnology. Some of these leaders are our contributors to this issue of insights. We continue to see advancements in health research and vaccines. The headlines from the early part of 2007 touted the told stories: Canadian discoveries in diabetes, autism, cancer, and graft-versus-host disease for transplant patients. But our headlines will look at the untold stories of biotech from the perspective of emerging companies in Canada. Their expertise is pushing us forward in agriculture biotech, and propelling us to the next generation of biotechnology: Industrial and environmental biotech. From developing solutions to long-standing plant molecular biology puzzles, to developing a pipeline of enabling industrial enzymes for bioprocessing and bio-product manufacturing, I know the next 20 years will continue to give us exciting developments to celebrate.

20 YEARS OF BIOTECH HIGHLIGHTS LES HAUTS FAITS DE LA BIOTECHNOLOGIE DES 20 DERNIÈRES ANNÉES 1987

1990

1993

1995

Genetically engineered hepatitis B vaccine approved for use in Canada.

The first food product modified by biotechnology, chymosin, is approved in Canada as a substitute for rennet—the enzyme used in cheese manufacturing to curdle milk.

Canadian scientist Dr. Michael Smith wins the Nobel Prize in chemistry for his pioneering work on a method of reprogramming segments of DNA.

Canada is the first country in the world to grow biotech crops.

L’utilisation d’un vaccine contre l’hépatite B issu du génie génétique est autorisée au Canada.

1989 Discovery of defective gene for cystic fibrosis by Dr. Lap-Chee Tsui at Toronto’s Hospital for Sick Children. Le Dr. Lap-Chee Tsui, de l’Hospital for Sick Children de Toronto, découvre le gène défectueux associé à la fibrose kystique.

6

La commercialisation du premier produit alimentaire modifié par la biotechnologie, la chymosine, est approuvée au Canada en tant que substitut à la présure, l’enzyme utilisé pour cailler le lait dans la fabrication du fromage.

insights Spring/Printemps 2007

Un scientifique canadien, le Dr. Michael Smith, est lauréat du prix Nobel de chimie pour ses travaux novateurs sur une technique de reprogrammation de segments d’ADN.

Le Canada deviant le premier pays au monde à produire des récoltes issues de la biotechnologie.

1999 Construction of world’s first artificial cornea by Dr. May Griffith at the University of Ottawa. Première mondiale : la première cornée artificielle est fabriquée par le Dr. May Griffith à l’Université d’Ottawa.

BIOTECanada


Message du président et chef de la direction Par Peter Brenders

Au

cours des quelques dernières décennies, nous avons célébré les nombreuses réalisations de l’industrie canadienne des biotechnologies. De la fondation de la première entreprise de biotechnologie au pays, Allelix, en 1981 au 10e anniversaire de la commercialisation des cultures génétiquement modifiées, nous avons franchi plusieurs étapes palpitantes. En 2007, un autre jalon déterminant s’ajoute à la liste, car l’association nationale qui se consacre à la promotion de la biotechnologie et des politiques publiques pertinentes, ainsi qu’à un travail de sensibilisation en la matière, en est à sa 20e année d’existence. En effet, BIOTECanada exprime, depuis tout ce temps, l’orientation du secteur, qui désire créer un milieu durable pour sa communauté de chercheurs et d’innovateurs. On n’est pas surpris de la croissance de l’association et de ses activités quand on observe l’évolution de l’industrie canadienne des biotechnologies au cours des 20 dernières années. Nous sommes fiers de son réseau de plus de 530 sociétés – constitué en majorité de PME – et de douzaines d’établissements universitaires et de recherche de pointe. L’industrie dispose d’investissements à tous les stades de la recherche-développement et de ressources humaines hautement qualifiées engagées dans la mise en valeur de sa compétence et de son potentiel. D’un océan à l’autre, nous arrivons à faire concurrence aux entreprises et établissements à l’échelle mondiale et à conclure des partenariats avec eux. Nous avons de plus commencé à découvrir les secteurs où le Canada se révèle le plus fort. Nous continuons à attirer une expertise de partout dans le monde : des chercheurs, des chefs d’entreprise et des investisseurs inspirés par ce que nous avons à offrir et par la possibilité de faire croître une entreprise et de contribuer de manière utile à la mise au point des biotechnologies. Certains de ces chefs de file sont les collaborateurs de ce numéro d’insights. Ajoutons que la recherche en santé et sur les vaccins continue de connaître des avancées. Les grands titres du début de 2007 ont annoncé encore et encore ces histoires que vous connaissez : les découvertes canadiennes sur le diabète, l’autisme, le cancer et la réaction de greffe contre hôte chez les transplantés. Les articles du présent numéro porteront sur l’histoire des biotechnologies vue de l’intérieur par les entreprises émergentes du Canada. Leur expertise nous fait avancer en biotechnologie agricole et nous propulse dans la nouvelle ère biotechnologique : celle de la biotechnologie industrielle et environnementale. Que ce soit par les solutions aux très anciens puzzles de la biologie moléculaire végétale ou par la mise au point d’une filière d’enzymes industrielles pour la biotransformation et la fabrication de bioproduits, je sais que les 20 prochaines années s’accompagneront elles aussi de passionnantes percées à célébrer.

2001 The Faculty of Veterinary Medicine at Université de Montreal uses cloning technology to produce three identical calves. La Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal utilize la technologie du clonage pour mettre au monde trois veaux identiques.

2003 Researchers at Canada’s Michael Smith Genome Sciences Centre in British Columbia become the first to sequence the SARS genome, and in turn made it available on the Internet, thereby helping the development of potential treatment and a possible vaccine.

insights Spring/Printemps 2007

Des chercheurs du Michael Smith Genome Sciences Centre, en ColombieBritannique, ont été les premiers à établir la séquence du génome du SRAS, puis à le publier sur Internet, ce qui aidé à la mise au point d’une thérapie potentielle et d’un vaccin possible.

2004 BIOTECanada launches the first annual National Biotechnology Week in September. BIOTECanada lance la première Semaine nationale des biotechnologies, en septembre.

2005 A British Columbia-led international team sequences the largest bacterial

genome to date. It may facilitate clean up of hazardous waste and development of new antibiotics. Une équipe internationale conduite en Colombie-Britannique réalise la séquence du plus gros génome bactérien connu, ce qui pourrait faciliter l’élimination des matières dangereuses et la mise au point de nouveaux antibiotiques.

2006 Researchers identified an unsuspected role of a protein named SHP-1 that could constitute a new therapeutic path against Type 2 Diabetes.

Les chercheurs ont découvert qu’une protéine appelée SHP-1 jouait un rôle inattendu qui pourrait mener à la creation d’un nouveau traitement pour le diabète de type 2.

2007 BIOTECanada celebrates 20 years representing the industry. For more Canadian Discoveries in 2007, go to the INbrief section beginning page 35. BIOTECanada célèbre la 20e année d’existence de l’association nationale. Pour plus d’information de découvertes canadiennes en 2007, lisez la section ENbref à la page 35.

BIOTECanada

7


The Federal Perspective

Le point de vue du fédéral

CANADA’S VOICE FOR BIOTECH: LA VOIX DU CANADA EN FEDERAL ADVOCACY PROGRAMS MATIÈRE DE BIOTECHNOLOGIE : DRIVE INDUSTRY SUCCESS LES PROGRAMMES FÉDÉRAUX By Rhowan Sivel, BIOTECanada DE DÉFENSE DES INTÉRÊTS dvocacy is a key role of any national association, present ENTRAÎNENT LA RÉUSSITE A company included. And as BIOTECanada celebrates our 20th year as the voice for biotech in Canada, we’re also DE L’INDUSTRIE celebrating a number of successful public policy campaigns. The association has made a difference in terms of recent changes to intellectual property protection—Canada now has internationally competitive data protection standards— and the federal government made a commitment to a science & technology strategy that sees investment into universities to improve global competitiveness, support for cleaner technologies, changes to the tax environment to make Canada an innovation leader, and resources to spur commercialization of Canadian products and processes. BIOTECanada is dedicated to the sustainable commercial development of biotechnology in Canada, and we do this in several ways: Educating the general public about the technology; creating business development opportunities for companies in Canada; and developing and delivering policies to serve the needs of the industry to the federal government. Although we deal with three distinct audiences on a regular basis, I will be focusing on the latter of the above: Federal government.

Being seen and heard No one will listen to you if you’re not telling your story. BIOTECanada and our members are taking advantage of opportunities to do just that by appearing before or providing written submissions to federal committees on issues that directly influence the success of biotech in Canada. Standing Committees form a link between the legislative authority of Parliament and the federal government. Appearing before these committees is essential in influencing the decision-making process through education and information sharing on the needs of the industry. Before it released its federal budget for 2007, BIOTECanada appeared before the Standing Committee on Finance with a number of policy recommendations to improve Canada’s ability to compete internationally in this industry. As a result of our efforts, the government has committed to addressing issues to improve Canada’s international economic competitiveness and enhance our research excellence. In the coming months, we will be increasing our overall federal advocacy activities with appearances before other key parliamentary committee hearings. insights Spring/Printemps 2007

Par Rhowan Sivel, BIOTECanada a défense des intérêts constitue un rôle essentiel pour toute association nationale, y compris la nôtre. Alors que BIOTECanada célèbre son 20e anniversaire comme voix de la biotechnologie au Canada, nous soulignons aussi un certain nombre de campagnes de politiques publiques qui ont été couronnées de succès.

L

L’association a fait une différence en ce qui a trait aux changements récents apportés à la protection de la propriété intellectuelle. Le Canada dispose maintenant de normes de protection des données qui sont concurrentielles sur le plan international. En outre, le gouvernement fédéral s’est engagé à adopter une stratégie de science et technologie qui prévoit des investissements dans les universités pour améliorer la compétitivité internationale, appuyer des technologies plus propres, modifier l’environnement fiscal pour faire du Canada un chef de file de l’innovation et des ressources pour mousser la commercialisation des produits et procédés canadiens. BIOTECanada se voue au développement commercial durable de la biotechnologie au Canada et ce, de diverses façons : éduquer le grand public à la technologie; créer des occasions d’expansion des affaires pour les sociétés canadiennes; élaborer et appliquer des politiques qui répondent aux besoins de l’industrie et du gouvernement fédéral. Bien que nous traitions, de façon régulière, avec trois publics différents, je mettrai l’accent sur le dernier de ceux qui sont mentionnés plus haut, le gouvernement fédéral. BIOTECanada touches base with parliamentarians every quarter with our Parliamentary Report featuring Canadian discoveries and policy initiatives./Chaque trimestre, par le biais de son bulletin au Parlement, BIOTECanada informe les parlementaires des plus récentes découvertes en biotechnologie et leur transmet des propositions en matière de politiques.

BIOTECanada

9


Pushing the agenda forward

Être vus et entendus

One would normally think that getting a group of CEOs together in one room would lead to pretty dry conversation about fiscal policy, or how the company shares are doing. But not when you put a bunch of biotech executives in the same room. Our CEOs are passionate about their technologies, and who wouldn’t be? They’re talking about technologies that do everything from battling drug-resistant bacteria for human and animal health, to growing enough insulin in plants to meet world-wide demand for diabetes patients, to creating drought-resistant crops and vaccines that could prevent cancer.

Personne ne vous écoutera si vous ne vous exprimez pas. BIOTECanada et ses membres tirent profit des occasions de ce faire. À ce titre, nous comparaissons devant des comités fédéraux chargés d’enjeux qui touchent directement la réussite de la biotechnologie au Canada, ou nous leur présentons des mémoires écrits.

National Biotechnology Week (NBW) is a celebration of Canadian innovation and success. This year marks the 4th year of our NBW program (September 22-29, 2007). As a part of the week, BIOTECanada hosts National Advocacy Day when we bring industry leaders together to blanket federal government offices throughout the day. Last year, our members met with over 100 members of the federal government to educate and inform them about the technologies they are working on, and to tell the government what it can do to help the companies be more successful and globally competitive. It’s not every day you can get CEOs from multi-national corporations to take a full day of meetings, working alongside emerging technology company leaders from health, agriculture, or industrial biotechnology applications! But you don’t always have to go to the government. Sometimes, it’s more fun to bring your representative to you …

Brag and tell Launched during NBW 2004 in Alberta, the Take your MLA1 to Work Day is catching on. The program brings elected officials into companies in their ridings to meet with CEOs and see biotech in action. There is no better way to tell your story than to show your local politician what it takes for a biotech company to be successful and the benefits biotech brings to their citizens. NBW celebrates Canadian imaGENEnation. This year, BIOTECanada is launching an ImaGENEnation speaker series to bring industry leaders to venues across the country to speak on the developments and opportunities biotech offers to Canadians. Working with other national agencies, participants in the speaker series will also meet with members of the federal caucus throughout the year. BIOTECanada’s programs have raised the profile of biotechnology in Canada. Working with and on behalf of our members, our advocacy campaign is growing and our voice is becoming louder. Never before has our outreach been as strong as it is right now. For more information about BIOTECanada, our members and our advocacy campaigns, visit our website at www.biotech.ca.

4THE FEDERAL PERSPECTIVE, continued on page 61

10

insights Spring/Printemps 2007

Les comités permanents constituent un lien entre l’autorité législative du Parlement et le gouvernement fédéral. Il est essentiel de comparaître devant ces comités pour influencer le processus décisionnel au moyen de l’éducation et du partage de l’information sur les besoins de l’industrie. Avant la publication du budget fédéral de 2007, BIOTECanada a comparu devant le Comité permanent des finances et a recommandé diverses politiques visant à améliorer la capacité du Canada à être concurrentiel à l’échelle internationale dans cette industrie. Suite à nos efforts, le gouvernement s’est engagé à examiner ces enjeux pour améliorer la compétitivité internationale du Canada et à perfectionner l’excellence de notre recherche. Au cours des prochains mois, nous augmenterons nos activités de défense de nos intérêts fédéraux grâce à des dépositions devant d’autres comités parlementaires importants.

Faire progresser l’ordre du jour On serait porté à croire que le fait de réunir un groupe de PDG dans une pièce se traduirait par une conversation plutôt aride sur les politiques fiscales ou sur le comportement des actions de leurs sociétés. Mais ce n’est pas le cas quand on rassemble un groupe de cadres en biotechnologie. Nos PDG sont des passionnés de leurs technologies et qui ne le serait pas? Ils parlent de technologies capables de tout, depuis la lutte contre des bactéries résistantes aux médicaments, dans le domaine de la santé humaine et animale, en passant par la possibilité de faire pousser suffisamment d’insuline sur des plantes pour répondre à la demande mondiales provenant des diabétiques, jusqu’à la création de récoltes résistantes à la sécheresse et à des vaccins qui pourraient prévenir le cancer. La Semaine nationale de la biotechnologie (SNB) célèbre l’innovation et les réussites canadiennes. Cette année sera la quatrième de notre programme de la SNB (du 22 au 29 septembre 2007). Dans le cadre de cette semaine, BIOTECanada tiendra une Journée de défense des intérêts alors que nous réunirons des chefs de file de l’industrie pour visiter les bureaux du gouvernement fédéral pendant toute cette journée. L’an dernier, nos membres ont rencontré plus de 100 membres du gouvernement fédéral pour les éduquer et les renseigner sur les technologies auxquelles ils travaillent et indiquer au gouvernement de quelle façon il peut aider les entreprises à mieux réussir et à être concurrentielles sur le plan mondial. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut convaincre les PDG d’entreprises multinationales d’accepter toute une journée 4LE POINT DE VUE DU FÉDÉRAL, à la page 61

BIOTECanada


INDUSTRIAL BIOTECHNOLOGY IN CANADA

LA BIOTECHNOLOGIE INDUSTRIELLE AU CANADA

TODAY’S VIEW AND TOMORROW’S POSSIBILITIES

LA SITUATION AUJOURD’HUI ET LES POSSIBILITÉS DE DEMAIN

By Ali Tehrani, Zymeworks Inc.

Par Ali Tehrani, Zymeworks Inc.

istorically, Canada has been one of the hot spots for biotechnology talent and innovation. Research and development hubs in Vancouver, Toronto, and Montreal have generated many success stories in the pharmaceutical industry, and continue to do so to this day. In the past 10 years, however, the drive for industrial stability and the desire for environmentally friendly chemistries has pushed biotechnology research and innovation beyond pharmaceuticals to what is commonly referred to as ‘white’ or industrial biotechnology.

epuis longtemps, le Canada compte parmi les endroits où les compétences et l’innovation en biotechnologie abondent. Les centres de recherche et de développement situés à Vancouver, à Toronto et à Montréal ont produit de nombreuses réussites dans l’industrie pharmaceutique, et ils continuent de le faire. Toutefois, au cours des dix dernières années, le mouvement pour la stabilité industrielle et le désir d’obtenir des produits chimiques écologiques ont poussé la recherche et l’innovation biotechnologiques au-delà des produits pharmaceutiques, vers ce qu’on appelle communément la biotechnologie industrielle ou « biotechnologie blanche ».

H

Many market analysts view industrial biotechnology as a shift away from an oil-based economy towards a bio-based economy. Its main objectives include replacing fossil fuel raw materials with renewable raw materials and replacing traditional non-biological chemistries by ones based on biological systems, such as enzymes. Today, countries such as the Netherlands, Germany and Denmark lead the world in industrial biotechnology research and development. With its vast natural resources and research infrastructure, Canada has a huge opportunity to lead in this sector as well. Now is the time to capitalize on this opportunity and move Canada closer to the top of the list of nations making an impact in this field. However, is Canada headed in the right direction? What will it take for us to become a role model in industrial biotechnology? Bio-products and renewable biomass resources are expected to amount to $100 billion of Canada’s GDP by 2020. These products are derived from renewable resources and present an opportunity to contribute significantly to manufacturing, energy, agriculture and the broader spectrum of the Canadian economy. In addition to added economic growth, bio-based products present a significant environmental benefit, increasing the quality of life for all Canadians. As a result, there are numerous indications industrial biotechnology in Canada is moving toward significant growth and expansion. insights Spring/Printemps 2007

D

Bon nombre d’analystes de marché considèrent que la biotechnologie industrielle permettra d’abandonner l’économie fondée sur le pétrole pour se tourner vers une économie fondée sur les bioproduits. La biotechnologie industrielle vise principalement à remplacer les combustibles fossiles par des matières premières renouvelables ainsi qu’à substituer aux produits chimiques non biologiques traditionnels des produits composés de systèmes biologiques, d’enzymes notamment. Aujourd’hui, des pays tels que l’Allemagne, le Danemark et les Pays-Bas sont les chefs de file mondiaux au chapitre de la recherche-développement en biotechnologie industrielle. Avec les nombreuses ressources naturelles et l’importante infrastructure de recherche dont il dispose, le Canada possède lui aussi tous les atouts nécessaires pour se tailler une place de choix dans les premiers rangs de ce secteur. Le moment est venu de tirer parti de ces avantages et d’améliorer sa position sur la liste des pays ayant une influence majeure dans le domaine. Toutefois, le Canada avance-t-il dans la bonne direction? Que lui faudra-t-il accomplir pour devenir un modèle en matière de biotechnologie industrielle? On s’attend à ce que les bioproduits et les ressources renouvelables de la biomasse représentent 100 milliards de dollars dans le PIB du Canada d’ici 2020. Ces produits issus de ressources renouvelables permettent de contribuer positivement aux secteurs de la fabrication, de l’énergie et de l’agriculture, ainsi qu’à l’économie canadienne dans son ensemble. En plus de participer à la croissance économique, BIOTECanada

11


From the perspective of a CEO of an emerging industrial biotechnology company, the most important shift is that lobbyists and policy makers have started to proactively promote the field and get involved. For example, in 2003, when the other co-founders of Zymeworks and I were first discussing starting the company, industrial biotechnology was a foreign concept to many. This is no longer the case. National industry organizations such as BIOTECanada and funding agencies such as Genome Canada now recognize

Zymeworks is an emerging industrial biotech company in Canada./Zymeworks est une entreprise de biotechnologie industrielle émergente au Canada.

the importance of the field and have allocated resources to educate government officials and the public of its relevance to the Canadian economy. The venture capital community is also beginning to take notice. When Zymeworks was looking for its first round of investments in 2003, less than a handful of funds in Canada were available for industrial biotechnology initiatives. Today, all across Canada, more and more funds are being established for clean and alternative energy technology companies, such as those set up by Calgarybased Avrio Ventures. In light of this trend, it is no coincidence Zymeworks’ most recent financing round was oversubscribed. These and other examples are clear indications the Canadian biotechnology mentality is changing with the times. So we are definitely headed in the right direction. But what will it take for us to become a leader in industrial biotechnology? I believe we need to start by significantly improving our financial support for research in academia. Currently, researchers in many Canadian universities have to come up with creative ways to tailor their industrial biotechnology grant proposals to meet the criteria of health-related funds, such as the Canadian Institutes of Health Research (CIHR), to support their work. In addition to dedicating funds to insights Spring/Printemps 2007

les bioproduits s’avèrent très profitables sur le plan environnemental, augmentant ainsi la qualité de vie de tous les Canadiens. En conséquence, de nombreux éléments indiquent que la biotechnologie industrielle est en voie de connaître une croissance et une expansion considérables au Canada. Pour moi, en tant que directeur général d’entreprise de biotechnologie industrielle émergente, le plus important changement survenu réside dans le fait que les lobbyistes et les décideurs ont commencé à faire la promotion proactive du domaine. Par exemple, en 2003, lorsque les autres cofondateurs de Zymeworks et moi-même avons amorcé les discussions en vue de lancer notre entreprise, la notion de biotechnologie industrielle était étrangère à bon nombre de gens, ce qui n’est plus le cas. Des organisations nationales de l’industrie telles que BIOTECanada et des organismes de financement comme Génome Canada reconnaissent maintenant l’importance du secteur et ont fourni des ressources pour sensibiliser les responsables gouvernementaux et le public à sa pertinence pour l’économie canadienne. Par ailleurs, la communauté de capital de risque commence aussi à réagir. Quand Zymeworks a entrepris sa première ronde de financement en 2003, très peu de fonds étaient disponibles au Canada pour les projets en biotechnologie industrielle. Maintenant, d’un bout à l’autre du pays, on lance des fonds de capital de risque de plus en plus nombreux pour les entreprises qui évoluent dans le secteur des technologies énergétiques propres et de remplacement. Pensons entre autres aux fonds établis par la société Avrio Ventures, située à Calgary. À la lumière de cette tendance, ce n’est pas une coïncidence si les souscriptions faites lors de la dernière ronde de financement de Zymeworks ont dépassé les attentes. Ces exemples et bien d’autres illustrent clairement que la mentalité dans le domaine de la biotechnologie canadienne évolue avec son époque. Donc, nous avançons vraiment dans la bonne direction. Cependant, que devrons-nous faire pour devenir un chef de file en matière de biotechnologie industrielle? Selon moi, il faut commencer par améliorer de façon notable le soutien financier consacré à la recherche dans les universités. Actuellement, pour obtenir de l’aide, les chercheurs de nombreuses universités canadiennes doivent trouver des façons créatives d’adapter leurs demandes de subvention en biotechnologie industrielle aux critères établis pour l’octroi de fonds dans le domaine de la santé, par exemple à ceux définis par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Outre l’attribution de subventions aux chercheurs, il est nécessaire de créer et de soutenir des chaires de recherche en biotechnologie industrielle dans toutes les universités canadiennes. Ainsi, nous unirons nos efforts en vue de mener des recherches de pointe qui, au bout du compte, permettront de donner naissance à de nouvelles entreprises. D’autres initiatives stratégiques peuvent entraîner la réussite économique de la biotechnologie industrielle et environnementale, par exemple l’amélioration des pratiques gouvernementales quant à l’approvisionnement en bioproduits, l’élimination des obstacles de nature réglementaire à la BIOTECanada

13


researchers, industrial biotechnology research chairs need to be established and supported in all Canadian universities. This will create unified efforts to conduct leading-edge research that, ultimately, can spin-off new companies. Other policy initiatives that will lead to the economic success of industrial and environmental biotechnology include: Government procurement practices for bio-products; overcoming regulatory hurdles to product development; import/export issues; and government investment to the sector. Not only is it important to lay the ground work for the creation of new companies, it is also essential to create the environment necessary for them to grow and stay in Canada. This need was voiced by Peter Brenders, President and CEO of BIOTECanada during his address to the House of Commons Standing Committee on Finance in September 2006. He made two recommendations to the federal government to deal with this concern. The first was to make changes to the Scientific Research and Experimental Development (SR&ED) Tax Incentive Program that would include increasing the annual research and development expenditure limit for refundable credits from $2 million to $10 million. The second was to recognize the corporate entities known as limited liability corporations (LLCs) in the United States. From the perspective of a company such as Zymeworks, the latter is of extreme importance because we are in the process of pre-positioning with many American venture capital LLCs for our first institutional financing round. It is a Herculean challenge just to compete with American companies for investment by American venture capital firms, let alone having to convince them to also shoulder the additional Canadian tax burden for not being recognized by the federal government. In short, there is no reason why Canada will not be able to achieve the same success in industrial biotechnology as it has in pharmaceuticals. The country is rich in talent and resources, is aware of the benefits to its economy and although some change to current practices is needed to accommodate the requirements for success, they are not insurmountable changes. With a few tweaks, Canada’s emerging industrial biotech sector will quickly move up the leadership ladder of this sector internationally. BIOGRAPHY Dr. Ali Tehrani, Ph.D., President & CEO, Zymeworks Inc. Dr. Tehrani holds both Bachelor's and Master's of Science degrees in Biochemistry from the University of Massachusetts, and has a doctoral degree in Microbiology and Immunology from the University of British Columbia. He has been the author or co-author of eight publications in major scientific journals, resulting from research completed during both his Master’s thesis research into biodegradable polymers, and his Ph.D. thesis on the subject of the membrane proteins of photosynthetic bacteria. For more information about Zymeworks, visit www.zymeworks.com

insights Spring/Printemps 2007

mise au point des produits, le règlement des problèmes d’importation et d’exportation, de même que l’investissement du gouvernement dans ce secteur d’activité. Non seulement est-il primordial de poser les jalons de la création de nouvelles entreprises, mais il est également essentiel de mettre en place l’environnement nécessaire à leur croissance et à leur enracinement au Canada. M. Peter Brenders, président et chef de la direction de BIOTECanada, a exposé ce besoin lors de son allocution devant le Comité permanent des finances de la Chambre des communes en septembre 2006. Il a alors présenté deux recommandations au gouvernement fédéral pour régler le problème. La première consistait à apporter des modifications au programme d’incitation fiscale à la recherche scientifique et développement expérimental (RS&DE) en faisant notamment passer le plafond annuel des dépenses en recherche et développement pour les crédits de droits remboursables de 2 millions à 10 millions de dollars. La deuxième résidait dans la nécessité de reconnaître les sociétés à responsabilité limitée (SARL) des États-Unis. Du point de vue d’une entreprise comme Zymeworks, cette dernière recommandation revêt une grande importance, car nous faisons actuellement des démarches auprès de nombreuses SARL américaines pour obtenir du capital de risque états-unien dans le cadre de notre première ronde de financement institutionnel. Le simple fait de concurrencer des entreprises américaines pour l’obtention de capital de risque états-unien représente déjà un défi herculéen; il faut en plus convaincre les sociétés sollicitées de porter un fardeau fiscal supplémentaire parce qu’elles ne sont pas reconnues par le gouvernement fédéral du Canada. En définitive, il n’y a aucune raison pour que le Canada ne connaisse pas la même réussite dans le domaine de la biotechnologie industrielle que dans celui des produits pharmaceutiques. Le pays est riche en compétences et en ressources; il connaît les avantages de ce secteur pour son économie, et, même s’il doit modifier en partie ses pratiques actuelles pour parvenir à la réussite, les changements à apporter ne sont pas incommensurables. Grâce à une légère mise au point, le secteur émergent de la biotechnologie industrielle au Canada se hissera rapidement aux premiers rangs, pour faire du pays un chef de file du domaine à l’échelle internationale. BIOGRAPHIE Dr. Ali Tehrani est le président-directeur de Zymeworks Inc. Dr. Tehrani est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en biochimie de l’University of Massachusetts, ainsi que d’un doctorat en microbiologie et en immunologie de l’Université de Colombie-Britannique. Il est l’auteur ou le co-auteur de huit publications parues dans des revues scientifiques importantes, résultats de recherches effectuées pour son mémoire de maîtrise portant sur les polymères biodégradables et pour sa thèse de doctorat traitant des protéines membranaires des bactéries photosynthétiques. Pour obtenir de plus amples renseignements sur Zymeworks, consultez www.zymeworks.com.

BIOTECanada

15


Legal Matters

LIFE SCIENCES AND PERSONAL INFORMATION: FOUR THOUGHTS FOR RESEARCHERS By Michael Power, Gowling Lafleur Henderson LLP anada has an strong reputation for its research excellence and we are attracting the best and brightest research talent to institutions across the country. Life science researchers worldwide need to consider the legal and ethical aspects of their collection, use or disclosure of personal information in those jurisdictions that have personal information protection laws.

C

Questions de droit

LES SCIENCES DE LA VIE ET LES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS : QUATRE RÉFLEXIONS À L’INTENTION DES CHERCHEURS Par Michael Power, Gowling Lafleur Henderson LLP e Canada possède une solide réputation d’excellence en recherche, et nos établissements répartis d’un bout à l’autre du pays attirent les meilleurs talents dans le domaine. Les chercheurs des sciences de la vie du monde entier doivent tenir compte des dimensions juridique et éthique lorsqu’ils recueillent, utilisent ou divulguent des renseignements personnels là où des lois régissent la protection de ces renseignements.

L

In Canada, researchers work within an ethical framework that requires them to protect patient privacy, and federal and provincial legislation simply reinforce and mandate good personal information management practices. However, in a world where boundaries blur because of the ease of communication, a little refresher may be helpful to know some of the key requirements.

Au Canada, les chercheurs travaillent dans un cadre déontologique qui leur impose de protéger la vie privée des patients, et des lois fédérales et provinciales les obligent à adopter de bonnes pratiques de gestion des renseignements personnels. Toutefois, dans un monde où la facilité de communication estompe les frontières, un petit rappel peut s’avérer utile pour connaître certaines des principales exigences en la matière.

1. It’s not just about you …

1. Cela ne concerne pas que vous…

… it’s also your service provider. Since researchers have obligations, so should their service providers. Canadian researchers remain accountable for the personal information they collect. Because of this accountability, whether it’s contract research organizations or specialized IT service providers, service agreements should address the subject of personal information protection. Restrictions on use, security, and post-agreement destruction are just a few of the topics that need to be addressed. Where the researcher is not the initial collector, he or she may be required to enter into such agreements in their capacity as an agent or sub-contractor.

… Cela concerne également vos fournisseurs de services. À l’instar des chercheurs, les prestataires de services devraient avoir des obligations. Les chercheurs canadiens sont responsables des renseignements personnels qu’ils recueillent. Pour cette raison, les contrats signés avec des organismes de recherche sous contrat ou des fournisseurs de services de TI spécialisés devraient comprendre des clauses relatives à la protection de ces renseignements. Les restrictions qui s’appliquent à leur utilisation, leur sécurité et leur destruction à la fin du contrat ne sont que quelques exemples des éléments qu’il faut aborder. Si la cueillette initiale des renseignements n’est pas effectuée par le chercheur, celui-ci pourrait devoir conclure de telles ententes en tant qu'intermédiaire ou sous-traitant.

2. It’s not just about privacy … … it’s about personal information. That may seem a bit repetitive but a variety of obligations exist in places where you might not expect them. For example, researchers need a licence in the Northwest Territories, you can’t ask about race in Nova Scotia, and research proposals have to be sent to the Privacy Commissioner in Alberta. If the research involves a hospital in British Columbia, then you have to ask yourself some USA PATRIOT Act questions. Know the legal framework that may affect your collection of personal information.

3. It’s not just about the science … … it’s also about the “life cycle” of that clinical data. Information in electronic formats can become corrupted; insights Spring/Printemps 2007

2. Cela ne concerne pas que la vie privée… … Cela concerne également les renseignements personnels. Différentes obligations s’imposent parfois là où on ne s’y attend pas. Par exemple, dans les Territoires du Nord-Ouest, les chercheurs doivent détenir un permis; en Nouvelle-Écosse, il est interdit de poser des questions sur la race; et en Alberta, il faut envoyer les projets de recherche au commissaire à la protection de la vie privée. Par ailleurs, si la recherche touche un hôpital de la Colombie-Britannique, vous devrez vous poser certaines questions concernant le PATRIOT Act des États-Unis. Bref, informez-vous sur le cadre juridique auquel est assujettie votre cueillette de renseignements personnels. BIOTECanada

17


data centres can have fires; requests for access to personal information may be received. Be prepared to deal with them before they might happen. Information management is about planning for contingencies and being organized to respond. Everyone looks good when things go right. How quickly and efficiently one can deal with issues when things go wrong is the mark of a good information manager—a skill becoming more important and valuable when competing for research funds and dealing with ethics boards.

4. You can never have enough sunblock in Florida … … or security for your data. The newspapers are littered with horror stories of security incidents involving lost or stolen data. Don’t be one of them. The legal obligation is “appropriate security” and simply removing names to de-identify often isn’t enough. Encryption helps, but the whole set-up has to be organized to avoid inadvertent loss. Procedural and technical security measures are both required to minimize security incidents. Keep in mind the exercise is about risk management, not risk avoidance, because bad things do happen to good people. Researchers should familiarize themselves with these requirements because they will be asked by increasingly sophisticated funders (including potential investors), ethics boards and study participants about how they are addressing the management and protection of personal information.

3. Cela ne concerne pas que la science… … Cela concerne également le « cycle de vie » des données d'essais cliniques. L'information en format électronique peut se corrompre; des incendies peuvent se déclarer dans les centres de données; il est possible de recevoir des demandes d’accès à des renseignements personnels. Tenez-vous prêt à faire face à ce genre de situations avant qu’elles ne se produisent. La gestion de l’information consiste à parer à toute éventualité et à s’organiser pour y réagir. Tout le monde fait bonne figure quand tout va bien. Par contre, la rapidité et l’efficacité dont peut faire preuve une personne lorsque les choses tournent mal caractérisent la bonne gestion de l’information, une compétence de plus en plus importante et précieuse quand on sollicite des fonds de recherche et qu’on rend des comptes à des comités de déontologie.

4. Tout comme on ne met jamais trop de lotion solaire en Floride… … On ne protège jamais trop ses données. Les journaux sont parsemés de terribles histoires d’incidents de sécurité concernant la perte ou le vol de données. Ne comptez pas parmi les victimes. Vous avez l’obligation juridique de prendre les « mesures de sécurité appropriées », et souvent, la simple suppression de noms pour dissimuler les identités ne suffit pas. Le chiffrement est utile, mais l’ensemble de la configuration doit être organisé de manière à éviter les pertes fortuites. Des mesures de sécurité administrative et technique sont nécessaires pour réduire les incidents de sécurité à leur plus bas niveau. Souvenez-vous que vous avez l'obligation de gérer les risques, et non de les éviter; des malheurs arrivent aussi aux personnes prudentes. Les chercheurs devraient apprendre à les connaître, car des bailleurs de fonds (dont des investisseurs potentiels), des comités de déontologie et des participants aux études de plus en plus exigeants risquent de leur demander comment ils comptent gérer et protéger les renseignements personnels. BIOGRAPHIE Michael Power est un associé chez Gowlings. Il exerce le droit commercial et se spécialise dans le domaine de la protection des renseignements personnels et de la sécurité de l’information. Membre du comité exécutif de la section du droit de la vie privée et de l’accès à l’information de l’Association du Barreau canadien, auteur de deux ouvrages, et membre du comité de rédaction de la revue IEEE Security & Privacy, il parle abondamment des obligations des petites et grandes entreprises en matière de gestion des données et il écrit régulièrement sur le sujet. BIOGRAPHY Michael Power is a partner at Gowlings and practices corporate-commercial law with an emphasis on privacy and information security. A member of the executive of the Privacy and Access Law Section of the Canadian Bar Association, an author of two books, and a member of the editorial board of IEEE Security & Privacy, he writes and speaks extensively on the data governance and management obligations of large and small organizations.

insights Spring/Printemps 2007

BIOTECanada

19


LES PROGRAMMES PUBLIC AND PRIVATE PUBLICS ET PRIVÉS PROGRAMS PROVIDE OFFRENT DE GRANDES POSSIBILITÉS OPPORTUNITY By Geoff Taber, Osler, Hoskin & Harcourt LLP s the biotech industry develops and matures, new Canadian companies continue to emerge to create commercial products and processes, and hopefully revenues, from scientific research activity.

A

To spur Canadian innovation, Canada benefits from significant public and private spending on research and development. Approximately $8.5 billion is spent annually on R&D by the private and public sector, which is more, on a per capita basis, than the R&D spending of countries such as the U.K., France and Ireland. Specific government spending on biotechnology-focused R&D in 2003-04 (the most recent year for which Statistics Canada has compiled data) was approximately $700 million, which was almost 11 percent of total publicly funded R&D in Canada. This financial support for basic research alone, however, is not enough to enable successful commercialization of biotechnology. Canadian government agencies, at all levels, are responding to industry calls for action to create a more favourable climate in which researchers and investors can team to bring technology from research to revenue.

Par Geoff Taber, Osler, Hoskin & Harcourt s.r.l. u fur et à mesure que l’industrie biotechnologique se développe et acquiert une certaine maturité, de nouvelles sociétés canadiennes continuent à apparaître pour créer des produits et processus commerciaux, et préférablement des revenus, provenant de la recherche scientifique.

A

Pour stimuler l’innovation au Canada, le pays bénéficie de fonds publics et privés importants voués à la recherche et au développement. Il se dépense environ 8,5 millions de dollars chaque année en R.-D. dans les secteurs public et privé, ce qui représente davantage par habitant que les dépenses de R.-D. au R.-U., en France et en Irlande. En 2003-2004 (l’exercice le plus récent pour lequel Statistique Canada a compilé des données), les dépenses gouvernementales axées sur le R.-D. en biotechnologie se sont chiffrées à environ 700 millions de dollars, ce qui représentait environ 11 pour cent du total du R.-D. financé par des fonds publics au Canada. Ce soutien financier à la recherche fondamentale seulement n’est toutefois pas suffisant pour assurer le succès de la commercialisation de la biotechnologie. Les agences gouvernementales canadiennes, à tous les échelons, réagissent aux demandes de l’industrie visant à créer un climat plus favorable dans lequel chercheurs et investisseurs pourront agir de concert pour faire passer la technologie de l’étape recherche au mode revenus.

Public federal funding opportunities in Canada In addition to government funding through its support of higher education,1 Canada encourages businesses to conduct research here through the Scientific Research and Experimental Development (SR&ED) tax incentive program. The program provides financial assistance to companies conducting research in Canada through a combination of deductions and/or, if you are eligible, refundable tax credits. For companies eligible for refunds, the result is a cash payment to the claimant. Cash is always good. In 2003, two of every three Canadian innovative biotechnology companies applied for SR&ED benefits2 and, collectively, received a total of $212 million in tax credits and refunds that year. This program can, depending on the province in which the claimant is based (and, to a more limited extent, depending on the nature of

insights Spring/Printemps 2007

Possibilités de financement fédéral public au Canada En plus du financement gouvernemental assuré par le soutien à l’enseignement supérieur,1 le Canada incite les entreprises à effectuer de la recherche ici, par le truchement du programme d’incitation fiscale à la recherche scientifique et au développement expérimental (RS & DE). Le programme prévoit une aide financière aux sociétés qui font de la recherche au Canada, grâce à une combinaison de déductions et (ou) si vous êtes admissibles, à des crédits d’impôts remboursables. Il en résulte un remboursement comptant aux sociétés demanderesses admissibles. Il est toujours avantageux de recevoir de l’argent. En 2003, deux sociétés en biotechnologie innovante sur trois ont demandé des prestations de RS & DE2 et, collectivement, elles ont reçu la somme de 212 millions de dollars en crédits

BIOTECanada

21


the research institute where a claimant conducts research), effectively reduce a claimant’s R&D burn rate to as low $0.34 on the dollar.

Cluster development and visibility improve commercialization potential Provincial governments have also taken steps to create a favourable climate for commercialization. They help small firms advance research platforms and projects by providing support to the commercialization process through a series of direct initiatives, including increased cluster building and creating more powerful linkages between public research institutes and the funding community. For example, the last few years in Ontario have seen the establishment of several Regional Innovation Networks (RINs), which, together with local research institutes, have been able to use new provincial funding to bolster technology transfer at participating institutions. More and more, specific details of promising research being conducted at public research institutes is more visible, available on-line at sites such as www.canadianlifesciences.com and www.biodiscoverytoronto.ca. It is now far easier for investors to learn about and find technology that matches their investing mandate or focus. This is increasingly important, given that more than 40 percent of Canada’s small biotechnology firms were specifically created to transfer/commercialize inventions and/or technology developed in a university, firm or other lab (more than 85 percent being from universities). In fact, almost half of all Canadian biotechnology companies pursuing human health products and processes were created this way.

Swimming through the private pools The continued growth of Canadian biotechnology companies (see page 23) is, in part, attributable to the pool of private equity capital available to life sciences companies, which in recent years has broadened past the Canadian venture capital (VC) funds and other traditional sources of private capital. In 2006, Canadian life sciences companies raised almost $500 million of VC funding (almost all of which went to biopharmaceutical companies). U.S. investors have taken notice. At the beginning of 2007, notable VC financings included: • Variation Biotechnologies Inc.—US$35.7 million of Series A financing from a syndicate of U.S. investors • Neuromed Pharmaceuticals—expansion round of just under $29 million from existing investors that include major U.S. life science investment firms • Xanthus Pharmaceuticals Inc.—$28 million in an expansion round from existing investors, almost all of which are major U.S. life science investment firms • Zelos Therapeutics—$40 million from a syndicate led by U.S. investors

22

insights Spring/Printemps 2007

et remboursements d’impôts pour cet exercice. Selon la province où se trouve le demandeur (et, dans une moindre mesure, selon la nature de l’établissement où le demandeur effectue ses recherches), ce programme peut réduire efficacement le taux d’absorption par la R.-D. environ 0,34 $ pour chaque dollar investi.

Le développement en grappes et une visibilité accrue améliorent le potentiel de commercialisation Les gouvernements provinciaux ont aussi pris des mesures pour créer un climat favorable à la commercialisation. Ils aident les petites entreprises à élaborer des programmes et projets de recherche. À ce titre, ils assurent un soutien au processus de commercialisation grâce à une série d’initiatives directes, y compris la mise sur pied accrue de grappes et l’établissement de liens plus étroits entre les établissements de recherche publics et les organismes de financement. Par exemple, ces dernières années en Ontario ont vu la mise en œuvre de Réseaux régionaux d’innovation (RRI) qui, de concert avec les établissements de recherche locaux, ont été en mesure d’apporter de nouveaux fonds provinciaux pour susciter des transferts de technologie dans les organismes participants. De plus en plus apparaissent des détails précis sur les recherches prometteuses actuellement en cours dans des établissements de recherche publics. Ils sont disponibles en ligne sur des sites tels que www.canadianlifesciences.com et www.biodiscoverytoronto.ca. Maintenant, les investisseurs peuvent apprendre plus facilement à connaître la technologie et en trouver une qui réponde à leur mandat ou à leur concentration d’investissements. C’est de plus en plus important, puisque plus de 40 pour cent des petites industries de biotechnologie du Canada ont été créées expressément pour transférer/commercialiser des inventions et (ou) des technologies mises au point dans une université, une société ou d’autres laboratoires (plus de 85 pour cent proviennent des universités). En fait, presque la moitié de toutes les entreprises de biotechnologie au Canada qui réalisent des produits et processus de santé humaine ont été créées de cette manière.

Mettre en commun les ressources privées La croissance continue des sociétés de biotechnologie du Canada (voir à la page 23) est partiellement attribuable à la mise en commun du capital de risque privé offert aux sociétés de sciences de la vie. Ceci a fait que, au cours des dernières années, les sources de fonds de capital de risque (CR) canadiens et les autres sources traditionnelles de capital privé se sont diversifiées. En 2006, les sociétés canadiennes de sciences de la vie ont recueilli environ 500 millions de dollars en CR (qui sont allés presque exclusivement aux sociétés biopharmaceutiques). Les investisseurs américains l’ont remarqué. Au début de 2007, soulignons certains financements de CR, entre autres :

BIOTECanada


CANADIAN BIOTECH 101 4

4

4

4 4

4

4

4

Canada is home to 532 biotechnology innovative companies and those companies spend over $1.8 billion annually on R&D, with most of that spent by companies pursuing human health products and processes. Canada is second only to the U.S. in the number of biotechnology companies and, with total 2005 biotech revenues of approximately $3.8 billion, Canada ranks 3rd in the world. The number of companies has almost doubled since 1997, the first year in which Statistics Canada compiled data with respect to the industry. The market capitalization of Canada’s pubic biotech companies is almost $22 billion. Most of Canada’s companies are relatively small—almost three-quarters of Canadian biotechnology companies have less than 50 employees—and it is not surprising that most (approximately 65 percent) of the people employed by small firms are either directly involved in scientific research/direction or are technicians. Overall, Canadian biotechnology companies employed approximately 3,700 people in full-time scientific research/ direction in 20033 with, in addition, approximately 2,800 people employed as technicians.

BIOTECHNOLOGIE CANADIENNE 101 4

4

4 4 4

4

4

Small firms have minimal cash flow and may be years away from having approved products on the market. It therefore no surprise the great majority (approximately 84 percent) of biotechnology revenues are generated by larger companies (more than 150 employees). Canada’s small biotechnology firms however are actively advancing research projects and are seeking financial support. In 2003, Canadian biotechnology companies (small, medium and large) had approximately 17,000 products/ processes under development or on the market, with more than half of those owned by large firms. At the R&D stage, small firms saw their number of products increase 49 percent from 2001 levels to a total of 3,345 products/processes, with almost 600 additional products/processes in pre-clinical and clinical trials.

4

There is a demonstrated commitment in Canada to strong basic research in the area of biotechnology, but the industry is still young and small firms continue to struggle to fund sufficient pre-clinical research and, especially, clinical trials. The combination of a continued commitment to basic research and a continuing shift to policy developments that emphasize increased support (financial and otherwise) for private sector applied research, however, provide reasons to believe in a bright future for biotechnology innovation and commercialization in Canada. 1

Government programs include the National Research Council’s Industrial Research Assistance Program (commonly referred to as IRAP), research grants made by the Natural Sciences and Engineering Research Council (NSERC) targeted grants (for university researchers) by the Canadian Institute of Health Research and grants from Technology Partnership Canada.

insights Spring/Printemps 2007

Le Canada accueille 532 sociétés biotechnologiques novatrices qui dépensent plus de 1,8 milliard de dollars en R.-D. chaque année. La majorité de ces fonds est dépensée par des sociétés actives dans le domaine des produits et processus touchant la santé humaine. Le Canada ne le cède qu’aux États-Unis dans le nombre de société de biotechnologie et, avec des recettes totales d’environ 3,8 milliards de dollars en biotechnologie en 2005, le Canada se classe 3e au monde. Le nombre de sociétés a presque doublé depuis 1997, la première année où Statistique Canada a compilé des données relatives à l’industrie. L’investissement dans les sociétés de biotechnologie au Canada se chiffre à presque 22 milliards de dollars. La majorité des entreprises de biotechnologie au Canada sont relativement petites. Presque les trois quarts de ces sociétés comptent moins de 50 employés. Il n’est donc pas étonnant que la plupart (environ 65 pour cent) des personnes employées par ces petites entreprises, participent directement à la recherche et à l’orientation scientifique ou sont des techniciens. Globalement, les sociétés de biotechnologie au Canada employaient environ 3 700 personnes à temps plein en recherche et orientation scientifique en 20033 et comptaient, en plus, environ 2 800 personnes à l’œuvre comme techniciens. Les petites entreprises n’ont que peu de liquidités et pourraient attendre des années avant que leurs produits soient approuvés pour la commercialisation. Par conséquent, il n’est pas étonnant que la grande majorité (environ 84 pour cent) des recettes de biotechnologie soient produites par des sociétés plus grandes (plus de 150 employés). Toutefois, les petites sociétés de biotechnologie du Canada font progresser des projets de recherche et ont besoin de soutien financier. En 2003, les entreprises canadiennes de biotechnologie (petites, moyennes ou grandes), comptaient environ 17 000 produits ou processus en cours de développement ou sur le marché et plus de la moitié de ceux-ci appartenaient à des grandes sociétés. À l’étape du R.-D., les petites entreprises voient le nombre de leurs produits grimper à 49 pour cent, par rapport aux niveaux de 2001, pour un total de 3 345 produits/procédés, auquel ont peut ajouter 600 autres produits aux étapes des essais précliniques et cliniques.

• Variation Biotechnologies Inc. – 35,7 millions de dollars US de financement de série A d’un groupe d’investisseurs américains; • Neuromed Pharmaceuticals – une expansion de presque 29 millions de dollars provenant d’investisseurs actuels, dont des sociétés américaines majeures d’investissements dans les sciences de la vie; • Xanthus Pharmaceuticals Inc. – 28 millions de dollars dans un programme d’investissements par des investisseurs actuels qui sont tous des sociétés américaines majeures d’investissements dans les sciences de la vie; • Zelos Therapeutics – 40 millions de dollars d’un groupe d’investisseurs dirigés par des Américains.

BIOTECanada

23


2

Those firms applied for, in aggregate, slightly less than $375 million of tax credits and refunds in 2003.

3

2003 is the most recent year for with Statistics Canada has compiled data with respect to the Canadian biotechnology industry.

BIOGRAPHY Geoff Taber is a partner in the Toronto office of Osler’s Business Law Department, and a founder of the firm’s Technology Business Group. His practice focuses on corporate/commercial and securities work, and he has significant experience in domestic and cross-border private equity, corporate finance and M&A. Recognized for his technology expertise, Geoff works primarily with life sciences and technology companies and the investors that finance them. A former Managing Partner of Osler’s Singapore office, he continues to advise Canadian multi-nationals on Asia South Pacific transactions.

Au Canada, l’engagement en recherche fondamentale solide a été démontré dans le secteur de la biotechnologie, mais l’industrie est encore jeune et les petites entreprises continuent à s’efforcer de financer une recherche préclinique suffisante et, plus particulièrement, des recherches cliniques. La combinaison d’un engagement continu en recherche fondamentale et une évolution constante vers l’élaboration de politiques qui mettent l’accent sur un soutien accru (financier ou autre) à la recherche appliquée dans le secteur privé offrent autant de raisons de croire en un avenir brillant pour l’innovation et la commercialisation futures de la biotechnologie au Canada. 1

Parmi les programmes gouvernementaux, mentionnons le Programme d’aide à la recherche industrielle (communément appelé PARI) du Conseil national de recherches, des subventions de recherche accordées par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), des subventions ciblées (pour les chercheurs universitaires) par les Instituts de recherche en santé du Canada et des subventions de Partenariat technologique Canada. 2

Ces sociétés ont demandé, dans l’ensemble, un peu moins que 375 millions de dollars en crédits et remboursements d’impôts en 2003.

3

2003 est l’année la plus récente pour laquelle Statistiques Canada a compilé des données qui portent sur l’industrie de la biotechnologie au Canada.

BIOGRAPHIE Geoff Taber est un associé dans le cabinet d’avocats spécialiste en droit des affaires Osler (Business Law Department) de Toronto et fondateur du groupe des entreprises de technologie (Technology Business Group) de cette société. Il se spécialise en droit corporatif, commercial et des valeurs mobilières et il a une expérience considérable dans le domaine des titres privés locaux et internationaux, des finances d’entreprises et des F et A. Reconnu pour sa compétence en technologie, Geoff travaille principalement avec des sociétés en sciences de la vie et en technologie et les investisseurs qui les financent. Ancien associé directeur du bureau d’Osler à Singapour, il conseille toujours les multinationales canadiennes sur leurs transactions en Asie et dans le Pacifique Sud.

insights Spring/Printemps 2007

BIOTECanada

25


Vaccine News

Nouvelles de vaccins

A SHOT IN THE ARM FOR PUBLIC HEALTH UNE INJECTION D’ESPOIR DANS Biotech innovations are leading to more effective LA SANTÉ PUBLIQUE life-saving vaccines By Geoffrey Mitchinson, GlaxoSmithKline Inc. (Canada)

Les innovations biotechnologiques engendrent des vaccins pouvant sauver des vies qui sont plus efficaces. Par Geoffrey Mitchinson, GlaxoSmithKline Inc. (Canada)

iotech innovation is about to give a big shot in the arm to public health in Canada, thanks to the development of new vaccine adjuvants. With this new technology, more vaccine doses can be made faster and with greater potential to be effective— developments that are all the more crucial as the world prepares for a global flu pandemic.

B

Vaccine adjuvants are not new. The word adjuvant means “an addition,” and since the 1950s they have been added to vaccines to induce a more potent immune response. Until recently, the most common adjuvants have been aluminum-based, called “alums.” Although alums have had a good safety record, their effectiveness varies. They have shown to be weak adjuvants for antibody induction to protein sub-units, and poor inducers of cell-mediated immunity, meaning they may not be sufficiently potent or suitable for a lot of the newer vaccines that work in these ways. Now, thanks to biotech innovation, newer adjuvant systems under development are enabling effective immune responses to occur with a reduced number of vaccine doses. In regions with poor health care infrastructure where it is difficult to administer multiple doses to an individual, this advance is welcome news. It also represents a critical development in the management of sudden outbreaks where mass vaccination is paramount to public health. A prime example of this is avian influenza—the virus that is currently making headlines around the world. GlaxoSmithKline, a leading influenza vaccine developer and manufacturer in Canada, is developing a vaccine against the H5N1 virus, the strain implicated in avian influenza and thought of as a possible cause of the next global flu pandemic. This vaccine uses the proprietary AS03 adjuvant system to allow a very low amount of antigen to be used to elicit a strong seropositive response. With lower amounts of antigen in a vaccine, manufacturing capacity could be increased substantially, enabling more people to be immunized in less time. New adjuvant systems have other benefits as well. The most successful adjuvant systems are tailored to the particular antigen and capitalize on the way the various vaccine components trigger responses in the human immune system.

insights Spring/Printemps 2007

’innovation biotechnologique injecte beaucoup d’espoir dans le système de la santé publique au Canada grâce à la mise au point de nouveaux adjuvants ajoutés à la préparation des vaccins. Avec cette nouvelle technologie, une plus grande quantité de doses de vaccins pourront être fabriquées plus rapidement et offrir une meilleure efficacité, deux facteurs très importants au moment où, partout sur la planète, on se prépare contre une éventuelle pandémie mondiale de grippe.

L

Les adjuvants vaccinaux ne sont pas nouveaux. Le mot adjuvant signifie « additif ». Depuis les années 50, on ajoute ces substances à la préparation de vaccins afin d’augmenter la réponse immunitaire. Jusqu'à récemment, les adjuvants les plus courants étaient ceux à base d’aluminium, connus sous le nom « d’alun ». Bien que ce type d’adjuvants ait un bon dossier d’innocuité, son efficacité est variable. On a démontré que l’alun produisait de faibles taux d’anticorps protecteurs dans le cas de vaccins fabriqués à partir de protéines sous-unitaires et ne stimulait que faiblement la réponse à médiation cellulaire, ce qui en fait par conséquent un adjuvant inefficace ou inadéquat pour bon nombre des nouveaux vaccins ayant ces propriétés. Maintenant, grâce à l’innovation biotechnologique, de nouveaux adjuvants en cours de développement permettent d’offrir une protection efficace avec moins de doses de vaccin. Cette percée constitue une excellente nouvelle dans les régions dont les infrastructures sanitaires déficientes rendent difficile l’administration répétée des doses vaccinales. Les adjuvants vaccinaux constituent également une réalisation de taille au regard de la prise en charge d’éclosions soudaines où l’immunisation de vastes populations est capitale pour la sécurité de la santé publique. La grippe aviaire est un excellent exemple – ce virus faisant actuellement les manchettes partout dans le monde. GlaxoSmithKline, qui occupe une des positions de premier plan au Canada pour la mise au point et la fabrication de vaccins antigrippaux, développe actuellement un vaccin contre le virus H5N1, la souche responsable de la grippe aviaire et susceptible d’être à l’origine de la prochaine pandémie mondiale de grippe. Son vaccin renferme l’adjuvant breveté AS03 qui assure une forte réponse immunitaire au moyen d’une très faible quantité

BIOTECanada

27


This creates two further benefits. The first is they allow protection against diseases caused by pathogens that have a complex interaction with the immune system (such as malaria). The second is vaccines can be made to be more effective in people with compromised or immature immune systems such as the young, elderly or those with reduced immune function from disease (such as HIV/AIDS or cancer) or medical treatments. Another example is the cervical cancer vaccine being developed by GlaxoSmithKline. It is formulated with the proprietary adjuvant system AS04 that was developed to induce strong and sustained immune responses. AS04 is composed of aluminum salt and monophosphoryl lipid A (MPL), which is an immunostimulant capable of directly activating key immune mechanisms, ultimately enhancing the immune response to the antigens in the vaccine. New adjuvant systems hold great promise for federal, provincial and territorial public health authorities as they develop strategies to protect Canadians against disease. In the future, they will have access to a broader range of vaccines able to treat more people with a wider variety of conditions. As scientists and vaccine developers such as members of the BIOTECanada Vaccine Industry Committee continue to pioneer this exciting new field, Canadians and people around the world will benefit.

d’antigène. Puisque les quantités d’antigène entrant dans la préparation du vaccin sont moindres, les capacités de fabrication pourraient être accrues considérablement, permettant ainsi la vaccination rapide d’un plus grand nombre de personnes. Les nouveaux adjuvants présentent également d’autres atouts. Les meilleurs adjuvants sont parfaitement formulés pour un antigène donné et renforcent la réaction de l’organisme aux divers composants vaccinaux, ce qui se traduit par deux autres avantages. D’abord, ils confèrent une protection contre les maladies, comme le paludisme, qui sont causées par des agents pathogènes connus pour avoir des interactions complexes avec le système immunitaire. Ensuite, ils sont plus efficaces chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou peu développé, comme les enfants, les personnes âgées ou les patients dont le système immunitaire est déprimé en raison de maladies (tels SIDA\VIH ou cancer) ou de traitements médicaux. Un autre exemple est le vaccin expérimental contre le cancer du col de l’utérus de GlaxoSmithKline est préparé avec l’adjuvant breveté AS04 développé pour favoriser une réponse immunitaire élevée et soutenue. L’adjuvant AS04 est formé de sel d’aluminium et du lipide monophosphoryl A, un immunostimulant capable d’activer directement les mécanismes immunitaires, et donc de renforcer la réponse de l’organisme aux composantes antigéniques du vaccin. Les nouveaux adjuvants sont donc très prometteurs aux yeux des autorités sanitaires du Canada, des provinces et des territoires qui élaborent des stratégies visant à protéger les Canadiens contre la maladie. Ces organismes pourront désormais compter sur une plus vaste gamme de vaccins capables de traiter plus de gens dans des conditions diverses. Grâce à la recherche et au développement réalisés par les scientifiques et par des entreprises comme les membres du comité des vaccins du BIOTECanada dans ce domaine de pointe, la population du Canada et des autres pays se portera mieux. BIOGRAPHIE Geoffrey Mitchinson est le vice-président aux affaires publiques de GlaxoSmithKline Inc. (Canada). BIOGRAPHY Geoffrey Mitchinson is Vice-President, Public Affairs, of GlaxoSmithKline Inc. (Canada).

insights Spring/Printemps 2007

BIOTECanada

29


30

insights Spring/Printemps 2007

BIOTECanada


2007

Canada’s leading companies

AGRICULTURE & NUTRITION AND INDUSTRIAL BIOTECHNOLOGY / L’AGRICULTURE ET LA NUTRITION ET LA BIOTECHNOLOGIE INDUSTRIELLE

Arius Research Inc., Toronto

Innovotech, Edmonton

www.ariusresearch.com

www.innovotech.ca

Aspreva Pharmaceuticals Corporation, Victoria

Insception BioSciences, Mississauga

www.aspreva.com

www.insception.com

Agrisoma Biosciences Inc., Burnaby

AstraZeneca Canada Inc., Mississauga

Interface Biologics, Toronto

www.astrazeneca.ca

www.biogenidec.com

www.interfacebiologics.com Liponex Inc., Ottawa www.liponex.ca Med BioGene Inc., Vancouver www.medbiogene.com Medicago Inc., Sainte-Foy www2.medicago.com Medicure Inc., Winnipeg www.medicure.com

BioMS Medical Corporation, Edmonton

MedMira Laboratories Inc., Halifax

www.biomsmedical.com

www.medmira.com

Bioniche Life Sciences Inc., Belleville

MethylGene Inc., Montréal

www.bioniche.com

www.methylgene.com

Biovail Pharmaceuticals Inc., Mississauga

MGI PHARMA Canada, Mississauga

www.biovail.com

www.mgipharma.com

Cannasat Therapeutics Inc., Toronto

Mistral Pharma Inc., Dorval

www.cannasat.com

www.mistralpharma.com Neurochem Inc., Laval www.neurochem.com

www.agrisoma.com Ceapro Inc., Edmonton www.ceapro.com

Dow AgroSciences Canada Inc., Calgary www.dowagro.ca

Eau Canada International, Richmond www.pureprotection.ca

Lignol Energy Corporation, Vancouver www.lignol.ca

Linnaeus Plant Sciences Inc., Vancouver www.linnaeus.net

Monsanto Canada Inc., Winnipeg www.monsanto.ca

NeoVentures Biotechnology Inc., Guelph www.neoventures.ca

Okanagan Specialty Fruits Inc., Summerland www.okanaganbiotechnology.com

Ontario Agri-Food Technologies, Guelph www.oaft.org

PBR Laboratories, Edmonton www.pbr.ca

Performance Plants, Kingston www.performanceplants.com Pioneer Hi-Bred Limited, Chatham www.pioneer.com Saponin Inc., Saskatoon

Sarnia-Lambton Economic Partnership, Sarnia www.sarnialambton.on.ca Zymeworks Inc., Vancouver www.zymeworks.com

HEALTH BIOTECHNOLOGY / LA BIOTECHNOLOGIE DE LA SANTÉ Active Pass Pharmaceuticals Inc., Vancouver www.activepass.com

AEterna Zentaris Inc., Quebec www.aeternazentaris.com Allon Therapeutics, Vancouver www.allontherapeutics.com ALTANA Pharma Inc., Oakville www.altanapharma.ca Ambrilia Biopharma Inc., Dorval www.ambrilia.com AMGEN Canada Inc., Mississauga www.amgen.com

Angiotech Pharmaceuticals Inc., Vancouver www.angiotech.com

32

insights Spring/Printemps 2007

Axela Biosensors Inc., Toronto www.axelabiosensors.com Bayer Inc., Toronto www.bayer.ca

BioAxone Thérapeutique Inc., Saint-Laurent www.bioaxone.com

Biogen Idec Canada, Mississauga

Cardiome Pharma Corp., Vancouver www.cardiome.com Celgene, Oakville www.celgene.com

Novartis Pharmaceuticals Canada, Dorval www.novartis.ca

Cervelo Pharmaceuticals Ltd, Brampton Clera Inc., Vancouver

Novo Nordisk Canada Inc., Mississauga

www.clera.com

OncoGenex Technologies Inc., Vancouver

Constab Pharmaceutical Inc., Toronto

www.oncogenex.ca

www.constabpharma.com

Oncolytics Biotech Inc., Calgary

Covalon Technologies Ltd., Mississauga

www.oncolyticsbiotech.com Ortho Biotech, Toronto www.orthobiotech.ca

www.covalon.com

Critical Outcome Technologies Inc., London www.criticaloutcome.com Eli Lilly Canada Inc., Scarborough www.lilly.ca enGene Inc., Vancouver www.engeneinc.com Enobia Pharma, Montréal www.enobia.com Forbes Medi-Tech Inc., Vancouver www.forbesmedi.com GangaGen Life Sciences Inc., Ottawa www.gangagen.com Genzyme Canada Inc., Mississauga www.genzyme.com Gilead Sciences Canada Inc., Mississauga www.gilead.com Hoffmann-La Roche Limited, Mississauga www.rochecanada.com iCo Therapeutics Inc., Vancouver www.icotherapeutics.com

www.novonordisk.ca

PainCeptor Pharma Corp., Saint-Laurent www.painceptor.com

Pfizer Canada Inc., Ottawa www.pfizer.ca

Phenomenome Discoveries Inc., Saskatoon www.phenomenome.com

ProMetic Life Sciences Inc., Montreal www.prometic.com

Protox Therapeutics Inc., Vancouver www.protoxtherapeutics.com QLT Inc., Vancouver www.qltinc.com ResVerlogix, Calgary www.resverlogix.com

Rimon Therapeutics Ltd., Toronto www.rimontherapeutics.com

Schering-Plough Canada Inc., Pointe-Claire www.schering-plough.ca

BIOTECanada


Les chefs de file au Canada

2007

SemBioSys Genetics Inc., Calgary

Sanofi pasteur Limited, Toronto

www.sembiosys.ca

www.sanofipasteur.ca

Serono Canada Inc., Mississauga

Solvay Pharma Inc., Markham

Products & Services / Les produits et les services Bachem Americas Inc., Longueuil

www.serono-canada.com Shire BioChem Inc., Saint-Laurent www.shire.com Stem Cell Therapeutics Corp., Calgary www.stemcellthera.com Stempath Inc., Ottawa www.stempath.com Talecris Biotherapeutics Limited, Mississauga www.talecris.com Thallion Pharmaceuticals Inc., Montréal www.caprion.com Theratechnologies Inc., Montréal www.theratech.com Tm Bioscience Corporation, Toronto www.tmbioscience.com Topigen Pharmaceuticals Inc., Montréal www.topigen.com Transition Therapeutics, Toronto www.transitiontherapeutics.com Trillium Therapeutics, Toronto www.trilliumtherapeutics.com UCB Pharma Canada Inc., Burlington www.ubc-group.com Vasogen Inc., Mississauga www.vasogen.com ViRexx Medical Corp., Edmonton www.virexx.com Viron Therapeutics Inc., London www.vironinc.com Warnex Inc., Laval www.warnex.ca Xenon Pharmaceuticals Inc., Burnaby www.xenon-pharma.com YM BioSciences Inc., Mississauga www.ymbiosciences.com Zelos Therapeutics Inc., Ottawa www.zelostherapeutics.com

www.solvaypharma.ca

www.bachem.com

Vaccine and Infectious Disease Organization,

BOC Canada Limited, Mississauga

Saskatoon www.vido.org

www.bocgases.ca

VACCINES / VACCINS

Gowling Lafleur Henderson LLP, Ottawa

Adnavance Technologies Inc., Saskatoon www.adnavance.com

Baxter Corporation, Mississauga www.baxter.com Biomira Inc., Edmonton www.biomira.com GlaxoSmithKline Inc., Mississauga www.gsk.ca ImmunoVaccine Technologies, Halifax www.immunovaccine.com Merck Frosst Canada Ltd., Kirkland www.merckfrosst.ca

insights Spring/Printemps 2007

Variation Biotechnologies, Gatineau

Canadian Biotechnology Education Resource Centre, Toronto

www.variationbiotech.com

www.cberc.ca

Wyeth Pharmaceuticals, Markham

Fisher Scientific Canada, Ottawa

www.wyeth.com

www.fishersci.ca

KNOWLEDGE & SERVICE PROVIDERS / POURVOYEURS DE SERVICES ET DE CONNAISSANCES

Marsh Canada Limited, Toronto www.marshweb.com QSV Biologics Ltd., Edmonton www.qsvbiologics.com

Shore Tilbe Irwin & Partners, Toronto

Finance / Finances Canadian Medical Discoveries Fund Inc., London

www.stipartners.com

www.cmdf.com

www.soundinsurance.ca The Biotech City, Laval www.citebiotech.com VWR International,Mississauga www.vwrcanlab.com

Genesys Capital Partners Inc., Toronto www.genesyscapital.com KPMG LLP,Toronto www.kpmg.ca

Sound Insurance Services Inc., Toronto

PricewaterhouseCoopers LLP, Vancouver RBC Technology Ventures Inc., Toronto

Human Resources / Ressources humaines Egon Zehnder International, Toronto

www.royalbank.com

www.egonzehnder.com

Toronto Stock Exchange, Toronto

Korn/Ferry International, Montréal

www.tsx.com

www.kornferry.com

Ventures West Management Inc., Toronto

Snelgrove Associates, Toronto

www.ventureswest.com

www.snelgroveassociates.com

Westwind Partners Inc., Toronto

Consultants / Experts-conseil Global Public Affairs, Ottawa

www.pwc.com

www.westwindpartners.ca

Legal / Droit Borden Ladner Gervais LLP, National

www.globalpublicaffairs.ca

www.blgcanada.com

www.innomar-strategies.com

Cassels Brock & Blackwell LLP, Toronto

Palmer D’Angelo Consulting Inc., Ottawa

www.casselsbrock.com

www.pdci.ca

Farris Vaughan Wills & Murphy LLP, Vancouver

Pangaea Group of Companies, Toronto

www.farris.com

http://www.pangaea.com SHI Consulting, Toronto www.shiconsulting.com Strategic Paths, Loretto

www.gowlings.com Hazzard & Hore, Toronto McCarthy Tétrault LLP, Vancouver www.mccarthy.ca Ogilvy Renault LLP, Toronto www.ogilvyrenault.com Osler Hoskin & Harcourt LLP, Toronto www.osler.com

Smart & Biggar Fetherstonhaugh LLP, Ottawa

Innomar Strategies Inc., Burlington

Spectrum Medical Market Consultants, Dollard-des-Ormeaux

Ward Health Strategies, Hamilton www.wardhealth.com

As of March 16, 2007 / Du 16 mars 2007

www.smart-biggar.ca Torys LLP,Toronto www.torys.com

BIOTECanada

33


INbrief ENbref THEY DID THAT IN CANADA … ÇA S’EST FAIT AU CANADA… 2007 began with exciting news from a number of Canadian companies. Did you know they did that in Canada? New approach to an old disease Since 1922, when Banting and Best discovered insulin as a treatment for diabetes, Canadian research is synonymous with advances in understanding and treating that disease. Early in 2007, Edmonton’s SemBioSys Genetics Inc., a biotechnology company developing a broad pipeline of protein-based pharmaceuticals and non-pharmaceutical products, announced its proprietary plant-produced insulin has been demonstrated in animal models to be chemically, structurally and functionally equivalent to U.S. pharmagrade human insulin. SemBioSys says the insulin produced in safflower, its commercial crop, is indistinguishable from human insulin analytically and physiologically. Their research could help meet the world’s demand for insulin and an efficient new way.

Global recognition Frost & Sullivan selected Toronto’s Axela Biosensors, Inc. as the recipient of the 2007 Frost & Sullivan Product Innovation Award in the North American protein assays market for its dotLab System. The device offers an accessible platform for scientists to determine protein levels and characterize protein interactions. The depth of information provided accelerates immunoassay development and contributes at each stage of the development process, including reagent characterization, antibody pairing, and cross-reactivity studies. Frost & Sullivan Best Practices Awards recognize companies in a variety of regional and global markets for demonstrating outstanding achievement and superior performance in areas such as leadership, technological innovation, customer service, and strategic product development.

insights Spring/Printemps 2007

L’année 2007 s’est ouverte sur d’excellentes nouvelles d’un certain nombre de sociétés canadiennes. Saviez-vous que ça s’est fait au Canada? Nouvelle approche d’une ancienne maladie Depuis 1922, quand Banting et Best ont découvert l’insuline comme traitement du diabète, la recherche canadienne est synonyme de progrès dans la compréhension et le traitement de cette maladie. Au début de 2007, SemBioSys Genetics Inc., une société de biotechnologie d’Edmonton qui élabore une vaste gamme de produits pharmaceutiques et non pharmaceutiques à base de protéines a annoncé avoir réalisé des essais sur des animaux de son insuline exclusive, produite par une plante. Il a été démontré qu’elle est chimiquement, structurellement et fonctionnellement équivalente à l’insuline humaine américaine de catégorie pharmaceutique. Selon SemBioSys l’insuline produite avec du carthame, sa culture commerciale, est impossible à différencier, sur les plans analytique et physiologique, de l’insuline humaine. Cette recherche pourrait aider à répondre à la demande mondiale d’insuline et ce, de façon efficace et nouvelle.

Reconnaissance mondiale Frost & Sullivan a choisi la société Axela Biosensors, Inc. de Toronto, comme lauréate du Prix du produit novateur Frost & Sullivan 2007 sur le marché nord-américain des dosages de protéines pour son système dotLab. Cet appareil offre une plate-forme accessible qui permet aux scientifiques de déterminer des niveaux de protéines et de caractériser les interactions entre protéines. La profondeur des renseignements offerts accélère la mise au point des dosages immunologiques et contribue à chaque étape du processus de mise au point, y compris la caractérisation des réactifs, l’appariement d’anticorps et les études d’activité hétérospécifique. Le Prix Frost & Sullivan pour les meilleures pratiques souligne les travaux de sociétés dans divers marchés régionaux et mondiaux qui ont fait preuve de réalisations et de rendement supérieurs dans des domaines tels que le leadership, l’innovation technologique, le service à la clientèle et la mise au point de produits stratégiques.

BIOTECanada

35


Canadian scientists lead international autism genome discoveries Researchers at The Hospital for Sick Children (SickKids) and the Offord Centre for Child Studies led an international consortium in the discovery of a previously unidentified chromosomal region containing autism-causing genes. The findings are part of the largest genome scan ever attempted in autism research. Working with 137 researchers from eight other countries, the scientists analyzed DNA from about 1,600 families worldwide to zero in on a special group of neurons and the genes affecting their development and function. The breakthrough will help scientists better understand autism and improve diagnosis and treatment for patients and their families.

Research identifies risk-factor genes for type 2 diabetes A new study led by researchers at the McGill University Health Centre identified four genes that increase the risk of developing type 2 diabetes. This form of diabetes is the most common worldwide and affects nearly two million Canadians. In recent years, the prevalence of type 2 diabetes has increased rapidly. This genetic discovery may help stem this rise. By comparing hundreds of thousands of DNA fragments from patients with diabetes to those from non-diabetic individuals, they discovered patients who developed diabetes shared common gene variants on chromosomes 8, 10 and 11.

Des chercheurs canadiens à la tête de découvertes internationales sur le génome de l’autisme Des chercheurs de l'Hospital for Sick Children (SickKids) et de l’Offord Centre for Child Studies ont dirigé un consortium international dans la découverte d’une région du chromosome préalablement non identifiée qui contient des gènes associés à l’autisme. Les résultats obtenus au cours du plus important balayage de génome jamais tenté dans l’histoire de la recherche sur l’autisme. En collaboration avec 137 chercheurs de huit autres pays, les scientifiques ont analysé l’ADN d’environ 1 600 familles à travers le monde afin d’identifier un groupe spécial de neurones, ainsi que les gènes qui nuisent à leur développement et à leur fonctionnement. Ces derniers comprennent en particulier le neurexin-1, qui fait partie d’une famille de gènes réputés importants dans la communication et les contacts neuronaux. Cette percée aidera les scientifiques à mieux comprendre l’autisme et à améliorer les diagnostics et les traitements prodigués aux patients et à leur famille.

Une recherche dirigée par le CUSM identifie des gènes facteurs de risque du diabète de type 2 Une nouvelle étude menée sous la direction de chercheurs du Centre universitaire de santé McGill a identifié quatre gènes qui augmentent le risque de développer le diabète de type 2. Cette forme de diabète, la plus répandue dans le monde, touche près de deux millions de Canadiens. Au cours des dernières années, la prévalence du diabète de type 2 a connu une croissance rapide. La nouvelle découverte génétique pourrait aider à freiner cette hausse. En comparant des centaines de milliers de fragments d’ADN de patients atteints de diabète à ceux de sujets non diabétiques, ils ont trouvé que les patients qui avaient développé le diabète avaient en commun des variantes génétiques sur les chromosomes 8, 10 et 11.

Une aide aux transplantés Des chercheurs canadiens publient une étude qui expose une façon de prévoir si les transplantations à partir de donneurs de moelle BIOTECanada partnered with Technology Vision Group LLC and BioPartnering North America (BPN) to present the third annual BIOTECanada/TVG Student Bursary program, an investment in the next generation of biotech leaders that finances students from across Canada to attend BPN. Save the date for BPN 2008, February 3-5, 2008, Vancouver. BIOTECanada, en partenariat avec Technology Vision Group LLC et BioPartnering North America (BPN) présentera le troisième programme annuel de bourses d’étude BIOTECanada/TVG, un investissement dans la prochaine génération de chefs de file de la biotechnologie qui finance des étudiants de partout au Canada qui désirent assister à l’événement BPN. Marquez les dates du BPN 2008, 3 au 5 février 2008, à Vancouver. Back Row / Zone arrière (l-r / g à d): Charudutt Shah, University of Toronto; Fredrik Rook, Segal Graduate School of Business/SFU; Ivan Waissbluth, University of British Columbia;, Alan Allal Bouskila, University of Quebec in Montreal; Stephen McNamara, University of Calgary; Graeme Fraser, BIOTECanada; Peter Brenders, BIOTECanada; Robert Lee Kilpatrick, Technology Vision Group Zone avant / Front Row (l-r / g à d): Phil Nie, Simon Fraser University; Cindy Yip, University of Toronto; Ali Ghanipour, University of British Columbia; Sarah Crome, University of British Columbia; Judith Tran, University of Calgary; Jacqueline Pearson, Richard Ivey School of Business; Jennifer Solomon, Simon Fraser University; Mark Ozog, Queen’s University School of Business

insights Spring/Printemps 2007

BIOTECanada

37


Helping transplant recipients Canadian researchers published a study outlining a way to predict whether transplants from specific bone marrow donors are likely to trigger rejection. The knowledge could lower the risk of graft-versus-host disease for bone marrow recipients and cut back on immune suppressant drugs needed for some transplant recipients. Doctors could also predict the recipients likely to reject some organs such as kidneys and livers, and tailor post-transplant drug regimes to the patient’s risk-factor. The researchers will now test the theory in a larger group of donors, to corroborate their findings.

Predicting cancer risk Canadian Cancer Society-funded researchers discovered that certain changes in DNA may help predict which patients are at higher risk for developing cancers related to an inherited genetic condition called Li-Fraumeni syndrome. In this study, the researchers found that shortened telomeres—the end-caps on chromosomes that help preserve genetic integrity—are linked to the earlier onset of tumours. The knowledge may be able to be used to improve diagnosis and treatment of those at increased risk of the disease. For more information on Canadian success and discoveries, visit our website at www.biotech.ca.

insights Spring/Printemps 2007

osseuse particuliers risquent d’être rejetées. Les nouvelles connaissances pourraient réduire le risque de réaction du greffon contre l’hôte chez les receveurs de moelle osseuse et ainsi diminuer la quantité d’immunodépresseurs que doivent prendre certains greffés. Les médecins pourront aussi prévoir quels receveurs risquent de rejeter certains organes comme les reins et le foie et ainsi adapter les régimes posologiques post-transplantation aux facteurs de risque des patients. Les chercheurs en sont à faire des essais de leur théorie chez un grand groupe de donneurs, afin de corroborer leurs résultats.

Prévoir les risques de cancer D’après des chercheurs financés par la Société canadienne du cancer, certaines modifications de l’ADN peuvent permettre de prédire quels patients présentent plus de risques de développer certains cancers liés à une maladie génétique héréditaire appelée syndrome de Li-Fraumeni. Au cours d’une étude, les scientifiques ont trouvé que des télomères (coiffant les extrémités des chromosomes qui préservent l’intégrité génétique) plus courts favorisent l’apparition précoce de tumeurs. Cette connaissance pourra servir à mieux diagnostiquer et traiter les patients qui présentent un risque accru de cancer. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les réussites et découvertes canadiennes, consultez notre site Web à : www.biotech.ca.

BIOTECanada

39


EARLY 2007

FINANCING HIGHLIGHTS Biopharmaceutical and other life science investments increased in 2006 with 78 companies receiving $493 million, compared to $438 million in 2005.* 2007 began with a bevy of financings, demonstrating a strong start to the year. •

Ecopia BioSciences Inc. and privately-held Caprion Pharmaceuticals Inc. announced gross proceeds for a proposed new amalgamation of the two companies of $45 million. The proposed new name for the amalgamated company will be Thallion Pharmaceuticals Inc.

Ecopia BioSciences Inc. et la société privée Caprion Pharmaceuticals Inc. ont annoncé des recettes brutes, pour la fusion proposée des deux sociétés, de 45 millions de dollars. La raison sociale proposée pour la société fusionnée sera Thallion Pharmaceuticals Inc.

• Bioniche Life Sciences Inc. de Belleville, Ontario, une société biopharmaceutique canadienne de recherche axée sur la technologie, a recueilli 17,5 millions de dollar.

Oncolytics Biotech Inc. de Calgary a conclu un placement initial de titres pour des recettes brutes de 12 millions de dollars.

PainCeptor Pharma Corp., une société pharmaceutique spécialisée dans la mise au point de nouveaux médicaments pour le traitement des douleurs chroniques et aiguës, a annoncé aujourd’hui avoir récolté 24, 4 millions de dollars dans une ronde d’investissements de série B.

Resverlogix, une importante société de biotechnologie active dans la mise au point de nouvelles thérapies pour les marchés médicaux mondiaux avec des besoins médicaux importants et non satisfaits, a réussi un financement de 17 millions de dollars américains.

SemBioSys, a Calgary-based biotechnology company developing a broad pipeline of protein-based pharmaceuticals and nonpharmaceutical products, closed a secondary and over-allotment offering for aggregate gross proceeds of $24 million.

SemBioSys, une société de biotechnologie de Calgary qui élabore une vaste série de produits pharmaceutiques et non pharmaceutiques à base de protéines, a terminé une offre de reclassement et une offre en excédent de valeur pour des recettes brutes cumulées de 24 millions de dollars.

Stem Cell Therapeutics Corp., of Calgary, Alberta, raised $2 million in a private placement.

Stem Cell Therapeutics Corp., de Calgary (Alberta), a recueilli 2 millions de dollars en placement.

Theratechnologies Inc. a réalisé un financement de prise ferme, par le truchement d’un groupe de preneurs fermes, pour des recettes brutes de 57 750 000 de dollars.

Variation Biotechnologies Inc., d’Ottawa, une société biopharmaceutique privée, spécialisée dans le développement de vaccins pour les maladies infectieuses selon une nouvelle plate-forme technologique, a obtenu un financement de série A de 35,7 millions de dollars américains.

MethylGene Inc., a publicly-traded biopharmaceutical company focused on the discovery, development and commercialization of novel therapeutics for cancer closed a $20 million bought deal financing.

Calgary’s Oncolytics Biotech Inc. closed its IPO for gross proceeds of $12 million.

PainCeptor Pharma Corp., a pharmaceutical company focused on the development of novel therapeutics for the treatment of chronic and acute pain, today announced it has raised $24.4 million in a Series B investment round.

Les investissements en produits biopharmaceutiques et d’autres dans le domaine des sciences de la vie ont affiché une hausse en 2006, alors que 78 sociétés ont reçu 493 millions de dollars, comparativement à 438 millions de dollars en 2005.* L’année 2007 a commencé par une recrudescence des financements, ce qui indique un solide début d’année 2007.

MethylGene Inc., une société biopharmaceutique cotée en bourse qui se concentre sur la découverte, la mise au point et la commercialisation de nouveaux médicaments contre le cancer, a conclu une convention de prise ferme de 20 millions de dollars.

Belleville’s Bioniche Life Sciences Inc., a research-based, technology-driven Canadian biopharmaceutical company, raised gross proceeds of $17.5 million.

AU DÉBUT DE 2007

GRANDES LIGNES DU FINANCEMENT

Resverlogix, a leading biotechnology company in the development of novel therapies for important global medical markets with significant unmet medical needs, closed a US$17 million financing.

Theratechnologies Inc. completed a bought deal financing through a syndicate of underwriters for gross proceeds of $57,750,000.

Ottawa’s Variation Biotechnologies Inc., a privately held biopharmaceutical company focused on the development of vaccines for infectious diseases using a novel platform technology, secured US$35.7 million in Series A financing.

*(Source: Thomson Financial, www.canadavc.com)

40

insights Spring/Printemps 2007

*(Source : Thomson Financial, www.canadavc.com)

BIOTECanada


AGRICULTURAL BIOTECHNOLOGY IN CANADA: AT THE HEAD OF ITS CLASS

LA BIOTECHNOLOGIE AGRICOLE AU CANADA : À LA TÊTE DE SA CLASSE

By Helen Zeitler, Agrisoma Biosciences Inc.

Par Helen Zeitler, Agrisoma Biosciences Inc.

he numbers tell the story. The rapid adoption of genetically enhanced (GE) crops has built the foundation of an industry in Canada that provides substantial agronomic, economic, environmental, health and social benefits to farmers, and increasingly, to society at large. Growing better crops doesn’t have the pizzazz of treatments for AIDS or Alzheimer’s, but it could decrease poverty and hunger, virtually eliminate malnutrition, make plants drought and cold tolerant, and clean up toxic waste sites.

L

T

Biotechnology adoption on the rise In a recent report published by the International Service for the Acquisition of Agri-Biotech Applications (ISAAA), 2006 saw a 13 percent increase in biotech crop plantings around the world, with the addition of one and a half million more farmers planting biotech seed on 30 million more acres in 22 countries. While the U.S. continued to be the number one adopter of biotech crops plantings, Canada ranked fourth in the world following Argentina and Brazil with just over 15 million acres planted. In 2006, we entered the second decade of GE crop commercialization. Currently, 84 percent of canola, 60 percent of soybean, and 50 percent of corn grown in Canada are genetically enhanced varieties.

International leadership The agbiotech industry in Canada has matured over the past decade and Canadian researchers are making a global impact. Canada holds a leading role in the international biotechnology industry, due largely to its research excellence and the vibrancy of its small to mid-sized biotechnology companies. Canada clearly has the R & D infrastructure in place to continue as an agbiotech leader, both through publicly-funded institutions such as Agriculture and Agri-Food Canada, Genome Canada and The National Research Council of Canada’s Plant Biotechnology Institute, as well as its leading research institutions such as the University of Guelph, University of Saskatchewan and Université Laval.

insights Spring/Printemps 2007

es chiffres reflètent bien la situation. L’adoption rapide des cultures génétiquement améliorées (GA) a jeté au Canada les bases d’une industrie qui offre des avantages agronomiques, économiques, environnementaux, sanitaires et sociaux considérables aux agriculteurs et, de plus en plus, à la société en général. La production de cultures de meilleure qualité n’a pas le prestige de la recherche de traitements contre le SIDA ou la maladie d’Alzheimer, mais elle pourrait faire diminuer la pauvreté et la faim, pratiquement éliminer la malnutrition, rendre les plantes résistantes à la sécheresse et au froid et nettoyer des sites de déchets toxiques.

L’adoption des biotechnologies en croissance Selon un rapport qu’a publié récemment l‘International Service for the Acquisition of Agri-Biotech Applications (ISAAA), les plantations de cultures biotechnologiques ont augmenté de 13 pour cent à l’échelle mondiale en 2006. En effet, un million et demie d’agriculteurs de plus a planté des semences biotechnologiques sur 30 millions d’acres de plus dans 22 pays. Les États-Unis sont toujours en tête de l’adoption des cultures biotechnologiques, et le Canada, avec un peu plus de 15 millions d’acres de plantations, se classe quatrième derrière l’Argentine et le Brésil. L’année 2006 a marqué le début de la deuxième décennie de commercialisation des cultures GA. Actuellement, 84 pour cent du colza canola, 60 pour cent du soya, et 50 pour cent du maïs cultivés au Canada sont de variétés génétiquement améliorées.

Leadership international L’industrie de la biotechnologie agricole au Canada a mûri au cours de la dernière décennie, et le travail des chercheurs canadiens connaît un impact mondial. Le Canada détient

BIOTECanada

41


Much of the underlying technology that made the current commercial products of agricultural biotechnology possible has been developed by university-based researchers and emerging biotechnology companies, and it is these innovators who continue to push the technology forward. Agrisoma Biosciences is one such emerging Canadian company, offering a unique solution to a problem that has plagued molecular biology since its inception. Standard genetic engineering inserts one or two genes at a time into a cell, letting them land at random in the host cells’ chromosomes. Sometimes the genes express the desired trait in the crop plant, but sometimes they don’t. Researchers are faced with inserting genes into hundreds to thousands of modified plants, a fairly random process, to produce the desired trait. You then have to breed the offspring selectively to get a consistent strain that gives reasonable gene expression. This intense crop breeding process results in lengthier development times and higher regulatory hurdles. Agrisoma has developed a unique chromosome-based platform technology with the capability to transfer multiple genes into plants simultaneously, as opposed to one or two at a time, in an efficient, precise and predictable way. This process produces higher and more consistent levels of gene expression compared to conventional gene delivery technologies. Desired plant lines expressing multiple desired traits can be generated in significantly less time as the whole gene delivery and expression process is made more efficient, providing tangible cost, yield and time advantages. The capability to stack traits in crops by transfer of multiple gene combinations is leading the way to introduce new quality traits for improved and healthier oils, nutritionally enhanced foods and animal feed, improved production of ethanol and other biofuels from crops, and the creation of novel industrial products. Agrisoma is collaborating with partners to bring such products to the marketplace.

Brassica napus, also known as oilseed rape, shown at left. Agrisoma is collaborating with NRC-PBI on the development of Brassica plants to produce value added oils for industrial applications using its multiple gene stacking capability. / Sur l'image de gauche, le Brassica napus, aussi connu sous le nom de colza. À l'aide de sa capacité d'accumulation de gènes multiples dans les cultures, Agrisoma collabore avec l'Institut de biotechnologie des plantes du CNRC à la mise au point de variétés de colza qui produiraient des huiles à valeur ajoutée pour applications industrielles.

insights Spring/Printemps 2007

un rôle de chef de file dans l’industrie internationale des biotechnologies, en grande partie en raison de l’excellence de ses recherches et de la vitalité de ses PME en biotechnologie. Le Canada possède sans aucun doute l’infrastructure de R.-D. qui doit lui permettre de demeurer en tête de la biotechnologie agricole : les établissements publics tels qu’Agriculture et Agroalimentaire Canada, Génome Canada et l’Institut de biotechnologie des plantes du CNRC, ainsi que les établissements de recherche de pointe que sont l'University of Guelph, l'University of Saskatchewan et l’Université Laval. Ce sont les chercheurs universitaires et les entreprises émergentes qui ont mis au point la plupart des technologies ayant permis la commercialisation des produits courants de la biotechnologie agricole, et ce sont ces innovateurs qui continuent de faire progresser les technologies. Agrisoma Biosciences est une de ces entreprises canadiennes émergentes. Elle offre une solution unique à un problème qui empoisonne la biologie moléculaire depuis ses débuts. Le génie génétique standard insère un ou deux gènes à la fois dans une cellule et les laisse s’implanter au hasard dans les chromosomes de la cellule hôte. Les gènes expriment alors parfois le caractère désiré dans la plante cultivée, et parfois, non. Les chercheurs sont donc obligés de modifier des centaines ou des milliers de plantes en y insérant des gènes, qui suivent ensuite un processus assez aléatoire, pour produire le caractère désiré. Enfin, on doit cultiver les rejetons de manière sélective afin d’obtenir une souche qui exprime les gènes voulus de manière relativement constante. Ce processus d’amélioration génétique des cultures exige beaucoup d’énergie et a pour résultat des délais de mise au point très longs et la rencontre de nombreux obstacles en matière réglementaire. Agrisoma a conçu une technologie unique fondée sur les chromosomes. Celle-ci consiste en une plate-forme de transport qui introduit dans les plantes de multiples gènes, par opposition à un ou deux, simultanément, de façon efficace, précise et prévisible. Ce processus produit une expression génétique plus fréquente et plus constante que les technologies courantes d’insertion de gènes. On peut faire exprimer de multiples caractères recherchés chez les plantes voulues en considérablement moins de temps, étant donné que l’ensemble du processus d’insertion et d’expression génétiques est plus efficace, et ainsi produire des avantages concrets en matière de coûts, de production et de temps. La capacité d’accumuler les caractères dans les cultures par l’introduction de combinaisons de gènes multiples ouvre la voie à de nouveaux caractères qualitatifs en vue de la production d’huiles plus saines et d’aliments à aspect nutritif amélioré, de la production améliorée d’éthanol et de biocarburants à partir de végétaux et de la création de produits industriels originaux. Agrisoma entretient actuellement des collaborations aux fins de la commercialisation ultérieure de tous ces produits.

BIOTECanada

43


Financing Biotech

“SHOW US THE MONEY”! First and foremost on any discussion regarding financing is “Where is the money?” The usual sources of Canadian private venture capital financing are still around, although their treasuries are not as abundant as in past years. The Canadian venture capital industry, and the life science venture capital firms in particular, have had some difficulty attracting investors. The recent Ontario decision regarding Labour Sponsored Venture Capital’s (LSVC’s) made a bad situation worse. There are pockets of brave (and smart) angel type investors in Canada who still invest (and prefer) early stage investing. We also have organizations like MaRS in Toronto that are dedicated to commercialization of early stage science. BioQuest Innovations Inc., a private early stage investor and a resident of the MaRS facility, also actively invests in early stage life science opportunities. Lately, at Borden Ladner Gervais LLP, we have witnessed an increase in U.S. venture capital investment in Canadian life science opportunities. With the assistance of organizations like “Canada’s Top Ten” (operated by Ottawa Life Science Council) working with the Department of External Affairs consulate offices in Boston, New York and San Francisco, early Canadian life science appears to be attracting investor interest south of the border. This recent interest has been assisted by a replenishing of U.S. life science venture capital coffers, a phenomenon which has so far eluded their Canadian counterparts. Canada and Ontario, in particular, need to address the issue of a lack of venture capital. Although we have a terrific base of scientific opportunities, unless we are

content in having those opportunities exploited by U.S. investors, we need to introduce measures to encourage investment in innovation in Ontario. There have been lots of discussions both in Ontario and in Ottawa but to-date, no concrete action. To the great loss of this country, opportunities are being missed altogether, or taken south. Unless we take up this issue in a serious way, there is little hope of building an innovation economy for our children and theirs. Recently Timothy McCunn, a business lawyer with the Ottawa office of Borden Ladner Gervais, made the argument for flow-through shares. Although many policy experts in Ottawa dismiss flowthrough shares for all sorts of policy reasons, the fact is nothing would ignite the life science sector faster then the introduction of this program. The analogy is the mining/oil and gas exploration sector where Canada has built a worldclass reputation. We are equally blessed with an abundance of “natural resources” in the life science sector and we must fashion a public policy that encourages the development of these resources by Canadians for the benefit of Canadians.

In today’s knowledge driven economy, obtaining effective and cost efficient protection and control of intellectual property is imperative. At Borden Ladner Gervais LLP (BLG) we understand your business challenges and are committed to finding solutions that will help grow your business. The intellectual property professionals at BLG specialize in providing advice on the development, protection, exploitation and use of intellectual property and information technology. We have over 40 lawyers and agents dedicated to IP and many with advanced scientific, engineering and graduate degrees in chemistry, pharmacy, biology, biochemistry, genetics, pharmacology nutrition and metabolism, laboratory medicine and pathobiology. BLG is recognized as one of the largest providers of IP services in the country. Contact: Joachim Fritz, National Leader, Intellectual Property Group E-mail: jfritz@blgcanada.com Tel: 613-787-3544 www.blgcanada.com


Partnering for success

Des partenariats fructueux

In 2004, Agrisoma established a strategic alliance with Dow AgroSciences to develop innovative animal vaccine products from plant cell culture. Dow recently achieved the world’s first registration with the USDA for plant-made vaccines. In 2006, Agrisoma initiated a partnership with The National Research Council of Canada’s Plant Biotechnology Institute to develop canola plants producing value-added oils for industrial applications in the bio-products area. Partnerships such as these recognize and build on the strengths and capabilities of each other ultimately driving products to market quicker than if they had to do on their own.

En 2004, Agrisoma a conclu une alliance stratégique avec Dow AgroSciences en vue de mettre au point des vaccins innovateurs pour les animaux à partir de cultures cellulaires végétales. Dow a récemment obtenu auprès du département de l’Agriculture des États-Unis la première homologation de vaccins tirés de plantes. En 2006, Agrisoma a noué un partenariat avec l’Institut de biotechnologie des plantes du CNRC dans le but de mettre au point des variétés de colza canola produisant des huiles à valeur ajoutée pour application industrielle dans le secteur des bioproduits. Dans de tels partenariats, on s’appuie sur les forces et les capacités de l’autre afin de, finalement, commercialiser les produits plus rapidement que si on avait travaillé seul.

Emerging agriculture biotech companies in Canada While Agrisoma is developing a technology to facilitate the delivery and expression of traits in a variety of crop species, others are concentrating their research on discovering and evaluating which genes will optimize crop performance. Canadian companies are breaking new ground for producing crops with traits that provide protection against environmental stresses. Performance Plants is developing drought- and heat-resistant crops traits. With concerns over climate change, breakthroughs in this area have important implications. Okanagan Biotechnology is developing genetically modified tree fruit varieties such as the non-browning apple, to make them more attractive to consumers and growers alike, offering unique products to the marketplace. Concerns about the environment and in particular greenhouse gas emissions are driving demand to develop alternatives to petroleum-based products. Linnaeus Plant Sciences is engineering specialized plants to provide oils that can replace a wide range of petroleum-based industrial feedstocks.

Leading research centres in Canada Despite the fact that the majority of Canadian biotech companies are engaged in health research, the province of Saskatchewan is one of the world's leading research centres in agricultural biotechnology with recognized capabilities in agricultural genomics, new crop varieties, nutraceuticals and functional foods, and animal health. For example, the Canadian Light Source in Saskatoon has a unique capacity in protein identification that has applications in seed development and structure assessment, and in animal feed and health areas, while the University of Saskatchewan's Vaccine and Infectious Disease Organization is credited with five world-first animal vaccines. The city of Saskatoon has a thriving biotech cluster, with Innovation Place, a biotech industrial park, housing many of them. Innovation Place includes established agribusiness leaders operating side-by-side with start-up companies. A major research centre in Canada for plant biosciences is The National Research Council of Canada’s Plant Biotechnology 4AGRICULTURAL BIOTECHNOLOGY, continued on page 57

insights Spring/Printemps 2007

Les entreprises de biotechnologie agricole émergentes au Canada Pendant qu’Agrisoma travaille à mettre au point une technologie qui facilite l’insertion et l’expression de caractères dans une variété d’espèces culturales, d’autres sociétés axent leurs recherches sur les gènes qui optimiseront le rendement des cultures. Les entreprises canadiennes font œuvre de pionnières dans la production de cultures possédant des caractères qui les protègent contre le stress environnemental. Performance Plants travaille à mettre au point des caractères de résistance des cultures à la sécheresse et à la chaleur. Étant donné que nous assistons à des changements climatiques, les percées dans ce domaine auront des conséquences importantes. Okanagan Biotechnology œuvre à concevoir des variétés de fruits de verger, tels que la pomme qui ne brunit pas, plus attrayantes pour les consommateurs et pour les cultivateurs : des produits uniques sur le marché. Par ailleurs, les préoccupations environnementales, en particulier en matière d’émissions de gaz à effet de serre, stimulent la demande de solutions de remplacement aux produits à base de pétrole. Linnaeus Plant Sciences travaille à la conception de plantes qui auraient pour fin de produire des solutions de rechange à un large éventail de matières premières industrielles à base de pétrole.

Les centres de recherche de pointe au Canada Bien que la majeure partie des sociétés canadiennes de biotechnologie se consacrent à la recherche en santé, la province de la Saskatchewan constitue un des centres de recherche de pointe à l’échelle mondiale en biotechnologie 4LA BIOTECHNOLOGIE AGRICOLE, à la page 57

BIOTECanada

45


THEN

and NOW …

Celebrating 20 years

AU TOUT DÉBUT… et MAINTENANT Célébrons 20 ans

marks the 20th year of the national association dedicated to the promotion and awareness of biotechnology and its public policy issues. Incorporated in 1987 as the Industrial Biotechnology Association of Canada, BIOTECanada continues to serve as the voice for industry leadership to build a sustainable environment for our community of researchers and innovators.

2007

In this special feature, I’m pleased to present the perspective of one of the founders of BIOTECanada, Dr. Albert Friesen, alongside that of our current Chair, Dr. Rainer Engelhardt. marque la 20e année d’existence de l’association nationale qui se consacre à la promotion de la biotechnologie et de politiques publiques pertinentes, ainsi qu’à un travail de sensibilisation en la matière. Fondée en 1987 sous le nom d’Association canadienne de l’industrie de la biotechnologie, notre association nationale continue d’exprimer l’orientation du secteur, qui désire créer un milieu durable pour sa communauté de chercheurs et d’innovateurs.

2007

Dans cette chronique particulière, j’ai le plaisir de présenter le point de vue de l’un de fondateurs de BIOTECanada, le Dr. Albert Friesen, ainsi que celui de notre président actuel, le Dr. Rainer Engelhardt. Rhowan Sivel Editor/Rédatrice en chef, insights Magazine La version française suit plus bas.

THEN …

AND NOW …

By Dr. Albert Friesen

By Dr. Rainer Engelhardt

t amazes me to think that 20 years have passed since a few of us started work on a national biotech association. This year, we are celebrating 20 years of biotech industry representation with the association you know as BIOTECanada.

I

T

As a founder of the Industrial Biotechnology Association of Canada (IBAC), I served as Chairman of the Board of Directors for the first four years. The industry was quite different back then—the beginning, small, little investment capital, and it was just starting to understand and encounter outdated legislation that didn’t address the needs of biotech. The Association was to be a club to help each other realize the commercial potential and to be a voice to the government to facilitate the realization of this huge opportunity. Another major objective was to educate the general public about the opportunity biotechnology provided Canada,

Membership in the national biotech association has also grown from 16 by the end of its first year as IBAC, to 185 in 2007. And membership is still growing. Public awareness of the technology has increased similarly—high school curricula devote a section to biotech, universities and colleges have entire programs for biotech studies, and articles on biotechnology appear regularly in the popular press. Polls conducted by BIOTECanada over the past two

48

insights Spring/Printemps 2007

his is my first year as Chair of BIOTECanada’s Board of Directors, and it’s an exciting time to be involved with the association. For over 20 years, biotech has been a growing sector in Canada. If you look back just 10 years, you’ll see that the number of biotech companies has almost doubled, to over 500 companies in operation today.

BIOTECanada


and we began doing so in a time when biotech was a barely-known word. The role of a national association was important in laying the groundwork for industry successes we have seen over the past two decades. Myself with three other founding members incorporated IBAC in 1987, and established a head office in Montreal, which later moved to Ottawa. The focus of the organization was to promote the growth of commercial biotechnology in Canada. We saw a need to provide a united voice to speak on behalf of those whose primary interest was to see a biotech industry grow in this country, and to see Canada benefit from the huge potential for biotech to serve as an economic engine. The early days focused on bringing the Canadian industry together to figure out who we were and what we wanted to see done in Canada to create sustainable and successful companies. It was a lot of learning, but it was a very exciting time. Only three years after we were incorporated, the Human Genome Project was launched, opening up a whole new world of opportunities for companies and researchers to be involved in projects on an international scale. Our role was to provide government with the industry’s point of view on issues they’d never before considered. Our technology was new. The issues biotech companies faced were different from those of pharmaceutical companies. We represented health, agriculture and environmental companies under one industry. It was important to address regulatory barriers, industry ethical standards, and to inform the public on the benefits of biotechnology across these sectors. We’ve come a long way in addressing many of these issues thanks to the work of the national industry voice, but the dynamic changes, the growing and evolving issues mean there are always improvements to be made. There is no more visible proof of this than looking at association membership. After our first year, we had 16 members, and roughly half of those were corporate entities. Today, many of the names on that list may be unfamiliar, but in their wake, another 10 emerging companies were established and are now doing exciting research in the industry and putting Canada on the world map of biotech centres. I left the Board of IBAC in 1992, and have been fortunate to continue in the growth of the industry, the last 10 years as Founder, President and CEO of Medicure Inc. From establishing a National Biotech Accord that brings together regional associations, to hosting the world in Toronto for BIO 2002, to establishing Canada’s National Biotechnology Week, Canada’s industry association has played an important role in the development of Canada’s biotech sectors. BIOTECanada is the voice for biotechnology in Canada and continues to represent industry matters in front of the federal government and to promote the benefits of biotech to the public. If all that can be done in only 20 years, I can’t wait to see what the next two decades hold. insights Spring/Printemps 2007

years have shown the public is increasingly aware of biotech and understands its real and potential benefits to our way of life, our health and to our environment. It’s become the “hot new technology,” and may become a future economic driver. But we’re not ready to rest on our laurels quite yet. BIOTECanada is dedicated to the sustainable commercial development of biotechnology in Canada, and we’re looking at the global impacts of our technology. We are also looking forward to new technologies with global impacts such as industrial biotech products and ‘green’ processes.

BIOTECanada speaks as Canada’s voice for biotechnology to international audiences, and offshore companies in that sector look to Canadian counterparts as a global partners. The association itself has grown to respond to the needs of its expanded membership. We have established Advisory Boards and Committees to work on the policy priorities our members identify. Our work is achieving successes that range from better intellectual property and data protection, to regulatory improvements and increased attraction of direct foreign investment. We work with many federal government departments on an ongoing basis and we have created a number of cost-saving and business development opportunities to help our members succeed. Young companies especially benefit from discounts in procurement of equipment and supplies, of ready access to employee insurance plans and many similar operational business benefits. The role of a national association is a crucial one. Without it, there is no unified voice to push for, and succeed, in bringing about change within the federal government. Members also adhere to our Statement of Ethical Principles, devised to guide the practices of biotech companies in Canada. Programs such as National Biotechnology Week celebrate Canadian research and technology, and showcases at international conferences such as the BIO International Convention give our industry the opportunity to shine in a global forum. To echo the closing words of my colleague and co-founder of Canada’s national association, Dr. Albert Friesen, the past 20 years have seen a number of changes to the industry. It is exciting to reflect on the continuing shift from the narrow definition of biotechnology to encompass more generally biology as a knowledge resource, requiring us to try to streamline complex regulatory hurdles, as well as pushing for new tax laws that help emerging biotech companies succeed in this country. I’m looking forward to what the next 20 years will bring and being a part of that growth. BIOTECanada

49


AU TOUT DÉBUT…

ET MAINTENANT…

Par Dr. Albert Friesen

Par Dr. Rainer Engelhardt

Q

uand je pense qu’il y a vingt ans déjà, certains d’entre nous commençaient tout juste à œuvrer à la création d’une association nationale de biotechnologie, je suis stupéfait. Cette année, nous célébrons le vingtième anniversaire de l’organisation représentant l’industrie de la biotechnologie, que vous connaissez sous le nom de BIOTECanada.

C

En tant que fondateur de celle qui s’appelait alors l’Association canadienne de l’industrie de la biotechnologie (ACIB), j’ai été le président du conseil d’administration pendant ses quatre premières années d’existence. L’industrie était très différente à l’époque : de petits investissements de capitaux de départ, et nous commencions seulement à comprendre et à affronter des lois désuètes qui ne correspondaient pas aux besoins de la biotechnologie. L’association devait nous permettre de nous aider mutuellement à réaliser le potentiel commercial de l’industrie et nous aider à nous faire entendre par le gouvernement afin de faciliter l’exploitation d’immenses possibilités. Cette organisation avait par ailleurs comme autre objectif principal de sensibiliser le grand public aux occasions que pouvait offrir la biotechnologie au Canada, ce que nous avons commencé à faire alors que le terme « biotechnologie » était à peine connu.

L’effectif de l’association nationale de biotechnologie affiche aussi une hausse, de 16 à la fin de sa première année d’activité à 185 en 2007. De plus, l’effectif augmente toujours. La sensibilisation du public à la technologie a crû parallèlement. Les programmes des écoles secondaires comportent maintenant un volet biotechnologie. Les collèges et universités offrent aussi des programmes d’études complets en biotechnologie. Des articles sur la biotechnologie paraissent régulièrement dans la presse de grande consommation. Des sondages réalisés par BIOTECanada depuis deux ans révèlent que le public est de plus en plus sensibilisé à la biotechnologie et comprend ses avantages réels et potentiels pour notre mode de vie, notre santé et notre environnement. Elle est devenue la « nouvelle technologie populaire » et pourrait devenir un moteur de l’économie.

Le rôle d’une association nationale était primordial pour poser les jalons des réussites de l’industrie que nous avons connues au cours des deux dernières décennies. En 1987, trois autres cofondateurs et moi-même avons fait constituer l’ACIB en personne morale et établi son siège social à Montréal, lequel a par la suite été déplacé à Ottawa. L’entreprise avait pour mission de favoriser la croissance de la biotechnologie commerciale au Canada. Nous ressentions le besoin de former une voix unie qui parlerait au nom de ceux dont le premier intérêt résidait dans l’expansion du secteur de la biotechnologie au pays, ainsi que de voir le Canada profiter de l’énorme potentiel de l’industrie, qui pourrait tenir lieu de moteur économique. Les premiers temps, nous avons consacré nos efforts à rassembler l’industrie canadienne pour définir notre identité et nos attentes par rapport à ce qui pourrait être fait au Canada pour mettre en place des entreprises durables et prospères. Nous avions beaucoup à apprendre, mais c’était une époque extrêmement stimulante. Trois ans seulement après notre constitution en personne morale, le projet du génome humain voyait le jour, offrant un tout nouveau monde de possibilités aux entreprises et aux chercheurs, qui pourraient alors participer à des projets d’envergure internationale.

insights Spring/Printemps 2007

’est ma première année à la présidence du conseil d’administration de BIOTECanada et une période stimulante pour participer à l’œuvre de l’association. Depuis plus de 20 ans, la biotechnologie est un secteur en pleine croissance au Canada. Si l’on remonte de seulement 10 ans, on constatera que le nombre de sociétés de biotechnologie a presque doublé et qu’il existe plus de 500 sociétés actives aujourd’hui.

Mais nous ne sommes pas prêts à nous asseoir sur nos lauriers. BIOTECanada se voue au développement commercial durable de la biotechnologie au Canada et examine l’incidence globale de notre technologie. En outre, nous commençons à percevoir de nouvelles technologies qui auront une incidence globale, comme les produits de biotechnologie industrielle et les procédés « verts ». BIOTECanada représente la voix du Canada pour le public international, en matière de biotechnologie. Les sociétés étrangères de ce secteur considèrent leurs homologues canadiennes comme des partenaires mondiaux. L’association elle-même a grandi pour répondre aux besoins plus grand de ses membres. Nous avons constitué des commissions et des comités consultatifs pour œuvrer aux politiques prioritaires définies par nos membres. Notre travail est couronné de succès depuis l’amélioration de la propriété intellectuelle et la protection des données, jusqu’à des améliorations de la réglementation et à une hausse des investissements étrangers directs. Nous œuvrons, de manière continue, avec de nombreux ministères fédéraux et nous avons créé diverses possibilités de développement des entreprises et d’économies de coûts pour aider à la réussite de nos membres. Les jeunes entreprises bénéficient tout particulièrement d’escomptes dans leurs achats d’équipement et de fournitures et d’un accès facile à des régimes d’assurances de leur personnel, ainsi qu’à divers autres avantages opérationnels semblables. Le rôle d’une association nationale est crucial. Sans elle, il n’y aurait pas de voix unie pour demander des changements au sein du gouvernement fédéral et les obtenir. De plus, nos membres adhèrent à notre Déclaration de principes BIOTECanada

51


Notre rôle consistait à faire connaître au gouvernement le point de vue de l’industrie sur des questions qu’il n’avait encore jamais considérées. Notre technologie était nouvelle. Les problèmes auxquels faisaient face les entreprises de biotechnologie étaient différents de ceux rencontrés par les compagnies pharmaceutiques. À elle seule, notre industrie représentait des entreprises évoluant dans les domaines de la santé, de l’agriculture et de l’environnement. Il était important de surmonter les obstacles de nature réglementaire, d’établir des normes déontologiques et d’informer le public sur les avantages de la biotechnologie dans ces secteurs. Grâce au travail de la voix nationale de l’industrie, nous avons fait du chemin dans le règlement de bon nombre de ces questions, mais le dynamisme du changement, la croissance du nombre d’enjeux et l’évolution de ceux-ci indiquent qu’il y a toujours place à l’amélioration. La preuve la plus visible de cela se trouve dans le nombre de membres au sein de l’association. Après notre première année, nous comptions seize membres, dont environ la moitié étaient constitués en personnes morales. Aujourd’hui, beaucoup des noms de cette liste sont peut-être inconnus, mais dans leur sillage, dix autres entreprises émergentes ont été créées et effectuent maintenant de la recherche passionnante dans l’industrie, plaçant le Canada sur la carte des centres de biotechnologie mondiaux. J’ai quitté le conseil d’administration de l’ACIB en 1992, mais durant les dix dernières années, j’ai eu la chance de continuer à contribuer à la croissance de l’industrie à titre de fondateur, président et chef de la direction de Medicure Inc. De l’établissement de l’Accord national de biotechnologie, qui réunit les associations régionales, à l’accueil de gens du monde entier lors de la conférence BIO 2002 tenue à Toronto, en passant par la mise en place de la Semaine nationale des biotechnologies, l’association canadienne de l’industrie a joué un rôle de premier plan dans le développement des secteurs de la biotechnologie au Canada. BIOTECanada est la voix de la biotechnologie au Canada et elle continue à représenter les préoccupations de l’industrie devant le gouvernement fédéral, de même qu’à faire connaître les avantages de la biotechnologie au public. Si tout cela a pu être réalisé en seulement vingt ans, je suis impatient de voir ce que nous réservent les deux prochaines décennies. BIOGRAPHY Dr. Albert Friesen holds a Ph.D. in Protein Chemistry from the University of Manitoba. As the first full-time employee and President of the Winnipeg Rh Institute he oversaw the development and initial pharmaceutical approval of WinRho. Dr. Friesen has also been instrumental in founding several health industry companies including Novopharm Biotech Inc. (now Viventia Biotech Inc.), Genesys Pharma Inc., and KAM Scientific Inc. In 1997, he co-founded Medicure Inc. and currently serves as the Company's President, CEO and Chairman. insights Spring/Printemps 2007

éthiques, conçue pour orienter les pratiques des sociétés de biotechnologie au Canada. Des programmes comme la Semaine nationale de la biotechnologie célèbrent la recherche et la technologie au Canada et la mettent en valeur, lors de conférences internationales, par exemple la BIO International Convention, qui offrent à notre industrie l’occasion de briller dans un forum mondial. Pour faire écho aux paroles de mon collègue et cofondateur de l’association nationale canadienne, le Dr. Albert Friesen, les 20 dernières années ont vu divers changements dans l’industrie. Il est fascinant de réfléchir à la mutation constante, de la définition étroite de la biotechnologie pour englober, de façon plus générale, la biologie comme ressource de savoir qui nous oblige à essayer de simplifier les réglementations complexes, ainsi qu’à demander de nouvelles lois fiscales pour aider les entreprises biotechnologiques émergentes à réussir dans ce pays. J’ai hâte de voir ce que les 20 prochaines années vont nous apporter et de faire partie de cette croissance. BIOGRAPHY Dr. Rainer Engelhardt is the chief executive officer of GangaGen Life Sciences Inc., a health sector company developing anti-infectives. He has been in executive positions in small and large science and technology enterprises in the U.S. and Canada, and serves on the boards of several public and private sector life sciences organizations. Dr. Engelhardt entered the business sector from the executive service in the Canadian government where he was responsible for national and international S&T research programs and regulatory permitting of resource industry activities. BIOGRAPHIE Le Dr. Rainer Engelhardt est le président-directeur général de GangaGen Life Sciences Inc., une entreprise du secteur de la santé qui met au point des antiinfectieux. Il a occupé des postes de haute direction dans des petites et des grandes entreprises de technologie aux États-Unis et au Canada. En outre, il siège au conseil d’administration de divers organismes publics et privés du secteur des sciences de la vie. Le Dr. Engelhardt est passé au secteur des affaires depuis des postes de haut fonctionnaire au gouvernement du Canada où il était chargé de programmes nationaux et internationaux de recherche en S et T et de l’octroi de permis réglementaires aux industries actives dans le domaine des ressources. BIOGRAPHIE Dr. Albert Friesen est titulaire d’un doctorat en chimie des protéines de l'University of Manitoba. En tant que premier employé à temps plein et président du Winnipeg Rh Institute, il a veillé à la mise au point et à l’approbation pharmaceutique initiale du WinRho. Le Dr. Friesen a aussi joué un rôle clé dans la fondation de plusieurs sociétés du secteur de la santé, dont Novopharm Biotech Inc. (aujourd’hui Viventia Biotech Inc.), Genesys Pharma Inc. et KAM Scientific Inc. En 1997, Il a participé à la fondation de Medicure Inc., et il en est actuellement le PDG et le président du conseil d’administration. BIOTECanada

53


4AGRICULTURAL BIOTECHNOLOGY, continued from page 45

Institute (NRC-PBI) located in Saskatoon. Their major research areas include metabolic modification of oilseeds to increase oil content for specialty oils, canola seed genomics, and the mechanisms of drought tolerance and disease resistance. The agricultural biotechnology industry in Canada is quickly moving to the head of its class and as such represents a new paradigm for global business. Canada has a unique opportunity to take advantage of the science and expertise already in place in this country. BIOGRAPHY Helen Zeitler is the Director of Investor Relations and Corporate Communications at Agrisoma Biosciences Inc., a privately held biotechnology company headquartered in Burnaby, British Columbia, with additional research facilities in Saskatoon, Saskatchewan. Ms. Zeitler has worked in the biotechnology industry for over a decade in communications, marketing and investor relations positions.

WEB LINKS / SITES WEB Agrisoma Biosciences—www.agrisoma.com Canadian Light Source / Centre canadien de rayonnement synchrotron—www.lightsource.ca Dow AgroSciences—www.dowagro.com Innovation Place—www.innovationplace.com Linneaus Plant Science—www.linnaeus.net National Research Council Plant Biotechnology Institute / Institut de biotechnologie des plantes du CNRC— www.pbi-ibp.nrc-cnrc.gc.ca/en/pbi.htm Okanagan Specialty Fruits— www.okanaganbiotechnology.com Performance Plants—www.performanceplants.com Vaccine and Infectious Disease Organization— www.vido.org

insights Spring/Printemps 2007

4LA BIOTECHNOLOGIE AGRICOLE, de la page 45

agricole. Elle est réputée pour ses capacités en génomique agricole et en santé animale, de même qu’en matière de nouvelles variétés culturales et d’aliments fonctionnels. À titre d’exemple, le Centre canadien de rayonnement synchrotron à Saskatoon possède des capacités uniques pour l’identification des protéines; celles-ci donnent des résultats dans la mise au point de semences et l’évaluation de leur structure, ainsi que dans le domaine des aliments pour animaux et de la santé animale. La Vaccine and Infectious Disease Organization de l'University of Saskatchewan, quant à elle, a mis au point cinq vaccins pour animaux innovants à l’échelle mondiale. La grappe biotechnologique de Saskatoon est florissante, et le complexe industriel de biotechnologie Innovation Place accueille nombre de ses entreprises. Au complexe Innovation Place travaillent côte à côte des chefs de file du secteur agroalimentaire et des sociétés en démarrage. En outre, un des plus importants centres de recherche du Canada en biosciences végétales, l’Institut de biotechnologie des plantes du CNRC, est situé à Saskatoon. Ses principaux domaines de recherche sont la modification métabolique des graines oléagineuses afin d’en augmenter la teneur en huile, la génomique du colza canola et les mécanismes de la tolérance à la sécheresse et de la résistance aux maladies. L’industrie canadienne de la biotechnologie agricole sera bientôt à la tête de sa classe et elle s’inscrit ainsi dans le nouveau paradigme du marché mondial. Le Canada dispose d’une occasion unique de tirer profit de l’expertise et des connaissances acquises au pays. BIOGRAPHIE Helen Zeitler est la directrice des relations avec les investisseurs et des communications sur l’entreprise chez Agrisoma Biosciences Inc., une société de biotechnologie à responsabilité limitée qui a son siège à Burnaby, en Colombie-Britannique et des établissements de recherche supplémentaires à Saskatoon, en Saskatchewan. Mme Zeitler travaille dans l’industrie des biotechnologies depuis plus d’une décennie à des postes de communications, de commercialisation et de relations avec les investisseurs.

BIOTECanada

57


CALENDAR OF EVENTS / CALENDRIER May 6–9 mai

BIO International Convention, Boston, Massachusetts, www.bio2007.org

May 9–11 mai

Atlantic BIOEnergy Conference, Delta Brunswick Hotel, Saint John, New Brunswick (Nouveau-Brunswick), www.atlanticbioenergy.ca

May 28 mai

CANMEDBIO 2007, MaRS Discovery District, Toronto, www.canmedbio.com National Presidents’ Awards Celebration in partnership with MEDEC and supported by MaRS Discovery District, Toronto, www.biotech.ca

June 18–20 juin

BIO VentureForum East 2007, Marriott Chateau Champlain, Montréal http://bvf-east.bio.org

June 26–27 juin

National Summit on Biologics: Innovative Strategies to Meet the Needs of Canadian Patients, Toronto

September 22–29 septembre

National Biotechnology Week / La semaine nationale des biotechnologies www.imagenenation.ca

September 23–26 septembre

Agricultural Biotechnology International Conference (ABIC), Calgary (Alberta) www.abic.ca/abic2007

October 29–30 octobre

Agri-Food Innovation Forum, Ottawa, www.agrifoodforum.com

November 19–20 novembre

BioNorth 2007, Ottawa, www.bionorth.ca

insights Spring/Printemps 2007

TM

BIOTECanada

59


MP0035 LookOut Mycoplasma PCR Detection Kit

MP0030 LookOut Mycoplasma Elimination Kit

Pre-coated reaction vials greatly reduce prep time!

Proprietary cocktails that effectively, thoroughly but gently eliminate mycoplasma from cultures!

• Optimized for use with JumpStart Taq DNA Polymerase (Catalog Number D9307). • Cell culture supernatants can be tested directly without prior preparation. • Detects all these species: A. laidlawii

M. agalactiae

M. arginini

M. arthritidis

M. bovis

M. cloacale

M. falconis

M. faucium

M. fermentans

M. hominis

M. hyorhinis

M. hyosynoviae

M. opalescens

M. orale

M. primatum

M. pulmonis

M. salivarium

M. spermatophilum

M. timone (not suitable for detection of clinically associated species)

• Cultures are mycoplasma-free in 3 passages. • Gentle on cells with minimal cytotoxicity. • Stable components—storage at ambient temperature, effective at 37°C. • Suitable for elimination of Mollicutes and related organisms (Mycoplasma, Acholeplasma, Spiroplasma, and Entomoplasma. • Eliminates mycoplasma from mammalian and viral cultures (not suitable for Chlamydia cultures).

L8917/L9042 LookOut DNA Elimination Spray & Refill Eliminate mycoplasma from surfaces and equipment on contact! • Dramatically reduces the risk of contamination. • Preliminary studies indicate effective against RNA as well. • Suitable for hard surfaces, laboratory equipment and devices, as well as pipettors. • Fast! No longer treatment periods! • Surfaces, equipment, and devices are DNA-free on contact. • Pipettors require 2 minute immersion.

For more information on LookOut products go to sigma-aldrich.com/LookOut

sigma-aldrich.com

LEADERSHIP IN LIFE SCIENCE, HIGH TECHNOLOGY AND SERVICE S I G M A - A L D R I C H C A N A D A • 2 1 4 9 W I N S T O N PA R K D R I V E • O A K V I L L E • O N TA R I O L 6 H 6 J 8 • C A N A D A


4THE FEDERAL PERSPECTIVE, continued from page 10

BIOGRAPHY Rhowan Sivel is the Senior Manager, Communications & Marketing with BIOTECanada. BIOTECanada is the national industry-funded association representing the broad spectrum of biotech constituents including emerging, established and related service companies in the health, agricultural, and industrial sectors. 1

Member of Legislative Assembly (MLA) is a provincial government elected official. In some provinces, the elected official is a Member of Provincial Parliament (MPP).

4LE POINT DE VUE DU FÉDÉRAL, de la page 10

de réunions, de travailler de concert avec des dirigeants de sociétés de technologie émergentes dans les domaines de la santé, de l’agriculture ou de la biotechnologie industrielle! Mais il n’est pas toujours nécessaire d’aller voir le gouvernement. Parfois, il est plus agréable de vous amener vos représentants …

S’en vanter et le faire savoir Lancée pendant la SNB 2004 en Alberta, la Journée invitez votre député provincial1 à votre travail devient de plus en plus populaire. Le programme permet d’inviter des représentants élus dans des entreprises de leur comté pour rencontrer des PDG et voir la biotechnologie en action. Quelle meilleure façon de raconter votre histoire que de montrer à votre politicien local ce dont une société de biotechnologie a besoin pour réussir et les avantages que la biotechnologie apporte à ses commettants? La SNB célèbre l’imaGENEnation canadienne. Cette année, BIOTECanada lance une série de conférences ImaGENEnation pour emmener les chefs de file de l’industrie à travers le pays pour parler des développements et des possibilités que la biotechnologie offre aux Canadiens. À l’œuvre avec d’autres organismes nationaux, les participants à la série de conférences rencontreront aussi du caucus fédéral pendant toute l’année. Les programmes de BIOTECanada ont accru la visibilité de la biotechnologie au Canada. Œuvrant avec nos membres et en leur nom, notre campagne de défense des intérêts connaît une bonne croissance et notre voix s’élève. Notre rayonnement n’a jamais été aussi puissant qu’en ce moment. Pour obtenir de plus amples renseignements sur BIOTECanada, ses membres et ses campagnes de défense des intérêts, visitez notre site Web à www.biotech.ca. BIOGRAPHIE Rhowan Sivel est la Gestionnaire principal des communications et du marketing de BIOTECanada. BIOTECanada est l’association nationale financée par l’industrie. Elle représente la très grande diversité des éléments constituants de la biotechnologie, dont les entreprises émergentes, établies et de services connexes dans les secteurs de la santé, de l’agriculture et de l’industrie. 1

Un député provincial est un représentant élu à l’Assemblée législative d’une province. Au Québec, l’Assemblée législative s’appelle Assemblée nationale.

insights Spring/Printemps 2007

BIOTECanada

61


Find It Here / Trouvez ce que vous cherchez

ADVERTISERS DIRECTORY / RÉPERTOIRE DES ANNONCEURS AEterna Zentaris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59

Laval Biotechnology Development Centre . . . . . . . . .39

www.aeternazentaris.com

www.lbdc.ca

ABIC 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

Marsh Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14

www.abic.ca

www.marsh.ca

Amgen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18

Merck Frosst . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

www.amgen.com

www.merckfrosst.com

Angiotech Pharmaceuticals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 AstraZeneca . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38

NSERC (Natural Sciences and Engineering Research Council of Canada / Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada) . . . . .42

www.astrazeneca.com

www.nserc-crsng.gc.ca

BC Cancer Agency . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55

Pangaea Customized Consulting . . . . . . . . . . . . . . . .52

www.bccancer.bc.ca

www.pangaea-consultants.com

Borden Ladner Gervais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44

PBR Laboratories . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

www.blgcanada.com

www.pbr.ca

Canadian Institutes of Health Research / Instituts de recherche en santé du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . .46

QSV Biologics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34

www.cihr-irsc.gc.ca

Roche Canda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64

Cirion Central Laboratory . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2

www.rochecanada.com

www.cirion.com

Rx&D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63

City of Guelph . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50

www.canadapharma.org

www.guelph.ca

Sanofi Pasteur Limited . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24

Deeth Williams Wall . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29

www.sanofipasteur.ca

www.dww.com

Sarnia-Lambton Economic Partnership . . . . . . . . . . .58

EMD Serono . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12

www.sarnialambton.on.ca

www.emdserono.ca

Sigma-Aldrich . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60

Eppendorf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54

www.sigma-aldrich.com

www.eppendorf.ca

Sim & McBurney . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25

Genzyme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36

www.sim-mcburney.com

www.genzyme.ca

Société générale de financement du Québec . . . . . . .20

GlaxoSmithKline . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26

www.sgfqc.com

www.gsk.ca

Sound Insurance Services Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

Golden Horseshoe Biosciences Network . . . . . . . . . . .57

www.soundinsurance.ca

www.ghbn.org

UCB Pharma Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5

Gowlings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16

www.ucb-group.com

www.gowlings.com

VWR International . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8

Innomar Strategies Inc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31

www.vwr.com

www.angiotech.com

www.qsvbiologics.com

www.innomar-strategies.com 05 S 20 a TEMPiotech.c G/PRINwww.b SPRIN

, nada TECa ologie de BIO hn elle biotec officinale de tion blica n natio La pu ciatio l’asso

Official voice of BIOTECanada, Canada’s biotechnology association, insights reaches an audience of 14,000 across all biotech sectors. Access our readers! Call today for advertising information. Tel.: (613) 234-8468 ext. 245 E-mail: advertising@gordongroup.com

FALL/AUTOMNE 2005 www.biotech.ca

La publication officielle de BIOTECa l’association nationale de biotechn nada, ologie

Parlons de biotechnologlaie Cana

da Post

Publi ment n Agree

catio

av PrimRight Ho tion Cana The ersa e du rtin conv inistr ul Ma Une ier m rable Pa to China. Prem hono ion s Inc s Le trè

ne

ce en ss nadi e Mi Scien Trad he Life ale ca dian Bionic erci Inc. CanaGarland, comm ces ion Scien Gail Life miss Une Chine , Bioniche en nd

rla il Ga

er/Nu Numb

Ga

méro ntion de conve -publ de Poste

CELEBRATING

National Biotechnolo Special Section gy Week ns : icatio

4006

CÉLÉBREZ LA

4931

Number/Numéro de convention de Poste-publication s : 40064931

insights Spring/Printemps 2007

Publication Agreement

62

The official publicat the national biotechnion of BIOTECanada, ology associat ion

Talking abo biotechnologuty

Canada Post

Be seen

H TEC RICA G BIO AME WIN RTH A GRO IN NO DE L EN N IE D SIO PAN OLOG NOR L’EX TECHN UE DU n with thnaeda, n BIO MÉRIQ nversaistioter ofleCaPaul Marti A In Co e Min nourab ec le da,

, nada TECa tion of BIOassocia tion blica ology al pu techn offici l bio The nationa the

!

Semaine nation biotechnolo ale des

Consultez notre gies dossier

spécial!

Talking with the Minister of Industry, David Emerson

Parler avec de l’Industrie,le ministre David Emerson

BIOTECanada


2007 vol 1 Spring  

Insights Spring 2007

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you