Page 1

envie de lire les coups de cœur des bibliothécaires

n° 24

été 2007


1

AGUS Milena Mal de pierres Paris, Fayard, 2006. 123 p. Disponibilité CEN • EVI • JON • STA cote R AGUS

«Grand-mère connut le Rescapé à l’automne 50. C’était la première fois qu’elle quittait Cagliari pour aller sur le Continent». Ainsi débute le roman raconté par la petite-fille de l’héroïne qui a alors 40 ans et va donc quitter la Sardaigne pour aller en cure thermale tenter de guérir de son «mal de pierres», ses coliques néphrétiques qui l’empêcheraient d’avoir des enfants. Lors de ce séjour elle rencontrera celui qu’elle appelle le Rescapé (de la guerre). Il deviendra très vite l’homme de sa vie que son mari n’a jamais pu être. Ce grand-père a pourtant toujours été un époux gentil, attentionné et amoureux. Mais elle, l’amour, elle ne l’avait jamais éprouvé jusque là. Lorsque la petite-fille retrouvera les écrits et les lettres à la mort de sa grand-mère et que, par-dessus son épaule on lira le dernier mot de la lettre du Rescapé «Ecrivez», il sera hélas déjà temps de fermer ce magnifique petit livre… RL

ALLGÖWER Erik Le tigre et le lama Arles, Picquier, 1995. (Picquier poche; 36). 357 p. Disponibilité CIT • PAQ cote R ALLG

Une lettre gardée dans le coffre-fort personnel du pape depuis des siècles et connue sous le nom de la «lettre de soie de l’impératrice Ming» sème un grand trouble au sein de certaines puissances du 20e siècle. Des hommes des services secrets indiens et chinois, des tibétologues français, des jésuites et de faux diplomates vont suivre une piste qui va les mener au plus profond du royaume du Bhoutan. Certaines révélations jalousement gardées depuis des centaines d’années vont enfin être révélées, malgré tout ce qu’elles peuvent engendrer pour le futur de l’humanité. FG


2

AMMON Peter Schweizer Bergleben um 1950 Lucerne, Aura, 2006. 200 p. Disponibilité STA cote 779 AMM

Peter Ammon est l’un des premiers photographes suisses à avoir travaillé en couleur et en grand format. Dans les années 50, il parcourt les vallées alpines à moto puis en Coccinelle à la recherche d’une Suisse authentique qu’il immortalise à la manière de fresques intemporelles. Il a alors 25 ans et il réalise plus d’un millier de clichés de scènes du quotidien montagnard, figeant sur la pellicule des intérieurs fermiers, des paysages bucoliques et des métiers artisanaux aujourd’hui disparus. A l’époque, ce travail n’avait suscité que peu d’intérêt dans une Suisse qui se modernisait chaque jour un peu plus, le regard tourné vers le futur et le progrès. De nombreux clichés ont été égarés. Certains furent publiés isolément, leur grande majorité dormant dans des cartons à l’abri des regards. Il faudra plus d’un demi-siècle pour qu’ils fassent l’objet d’une publication et qu’ils prennent enfin toute leur valeur ethnographique et patrimoniale. Aujourd’hui tirées de l’oubli, ces savoureuses images aux coloris délavés nous confrontent au quotidien de nos ancêtres, à cette société frugale, dépouillée et sans artifices qui parait n’avoir jamais existé tant elle semble relever du mythe. Bienvenue dans le Heidiland helvétique. CL

ASWANY Alaa alL’immeuble Yacoubian Arles, Actes sud, 2006 (Bleu). 326 p. Disponibilité CEN • EVI • JON • MIN • PAQ cote R ASWA

Dans cet immeuble Yacoubian (du nom d’un Arménien qui l’a construit dans les années 30) situé au cœur du Caire, des gens différents se côtoient. C’est toute la société contemporaine égyptienne que l’auteur nous révèle, osant dire souvent ce que les politiciens au pouvoir cachent. Il parle de jeunes filles harcelées par leurs patrons qui les menacent de les renvoyer si elles ne cèdent pas; il aborde le thème de l’homosexualité, de la mafia des affaires, du pouvoir corrompu. Il va même jusqu’à nous montrer comment un jeune homme, refusé à l’examen de police à cause de ses origines trop modestes, glisse alors dans l’islamisme où il trouve de l’écoute, de la compréhension. Pourchassé, violé, il finira par commettre l’irréparable: un acte terroriste. Un grand livre qui a rencontré un succès si rapide dans son pays qu’il n’était plus possible de le censurer. RL


3

AUBERT Brigitte Le chant des sables Paris, Seuil, 2005. 340 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER cote R AUBE

Une petite équipe de scientifiques qui effectue des recherches archéologiques en Asie centrale découvre d’étranges pierres gravées dans le désert iranien. Dès lors, les événements se précipitent: sabotages, apparitions de personnages vêtus de façon anachronique, faux militaires qui les suivent et les menacent. Roman, le guide de l’expédition se retrouve embarqué dans une aventure qui peu à peu remet toutes ses certitudes en doute, tant au niveau de la connaissance qu’il pensait avoir de ses compagnons d’aventure que sur la nature même de l’évolution humaine puisque ces péripéties puisent leur origine des millions d’années plus tôt, lorsque se déclenchât une guerre farouche entre deux espèces. FG

AUDEGUY Stéphane Fils unique Paris, Gallimard, 2006 (Blanche). 262 p. Disponibilité BUS • CEN • EVI • JON • MIN STA cote R AUDE

Jean-Jacques Rousseau avait un frère qu’il ne cite que trois fois dans ses Confessions: « Enfin mon frère tourna si mal qu’il disparut tout-à-fait ». Stéphane Audeguy s’amuse à écrire les confessions imaginaires de ce François Rousseau qui, à plus de 90, ans regarde passer les restes de son frère transportés au Panthéon. Il se souvient de son enfance à Genève, choyé par une mère quasi incestueuse qui peut-être éveilla en lui une sexualité quelque peu débridée. Ces mémoires imaginaires sont drôles, coquines, écrites d’une plume qu’on dirait trempée dans l’encre pur 19ème avec un zeste de contemporain, ce qui rend la lecture fort agréable. Lorsque l’Histoire rencontre l’imagination d’un excellent auteur, le résultat vaut le détour… RL


4

BARBERY Muriel Une gourmandise Paris, Gallimard, 2000. 145 p. Disponibilités STA cote R BARB

Le titre enchanteur de ce roman semble être une promesse de délectation. Cependant la lecture sera souvent rude et âpre. Muriel Barbery nous peint un portrait complexe du personnage central. Ce dernier nous est présenté comme le plus grand critique culinaire mondial, aujourd’hui au terme de sa vie. Sa dernière obsession avant l’ultime voyage est de retrouver une saveur d’enfance. Cet homme reflète le titre du livre, charismatique et envoûtant, quand ses pensées décrivent son parcours à travers l’art de la table. Mais c’est tout en contraste qu’il apparaît sous l’évocation de ses proches. C’est dans ces moments que le texte nous maltraite, l’aigredoux de la narration passant de la finesse à l’amertume brute. Retrouvant cette saveur oubliée avant de mourir, ce gourmet nous livrera le secret de cette dualité, échec en soi, le génie ayant porté loin des siens un homme qui avait perdu les bienfaits de la simplicité. Lorsque votre acuité dans un domaine vous porte au firmament, d’autres sentiments occultés vous traînent au plus bas. PC

BARLOW Maude L’or bleu: l’eau, le grand enjeu du 21e siècle Paris, Fayard, 2002. 390 p. Disponibilités CIT • EVI • MIN • SER • STA cote 551.48 BAR

Tout est dit dans le titre, l’allusion au métal précieux mettant en exergue la préciosité du liquide et cette plus-value imposée par sa rareté. Cependant il ne faut pas s’arrêter à cet apparat, car la lecture, sinistre et lourde, sera plus proche du plomb. En effet nous ne ressortons pas indemne d’une telle lecture annonçant simplement une pénurie toujours plus vaste de l’eau potable. L’écologie commence à prendre un peu de place dans nos sociétés. Ce livre nous indique pourtant que l’urgence doit exacerber cette prise de conscience «verte». Le liquide vital disparaît chaque jour un peu plus. Dans de trop nombreuses régions les gens meurent, tombent malade et souffrent de ce manque d’eau ou de sa mauvaise qualité. L’autre point sensible dans cet ouvrage c’est l’aspect vénal qui rampe derrière tous les besoins humains. A considérer toute chose comme une marchandise l’économie spolie chaque jour un peu plus des vies humaines. PC


5

BAUDE Jeanine Le chant de Manhattan Paris, Seghers, 2006 (Poésie Seghers) Disponibilité STA cote 841 BAU

Ce recueil de prose poétique, publié dans le cadre du printemps de poètes, est construit en trois parties: L’avancée dans le texte, Le chant de Manhattan et Piano words. Ces trois parties sont des invitations au voyage dans New York où tout est contraste, mouvements, bruits et promiscuité humaine. Ce sont de courts textes qui restituent la pluralité des gens et des cultures, mais aussi le mouvement des vagues, de la rue, du jazz, des corps qui se frôlent, des vapeurs qui s’échappent des trottoirs, etc. Poème après poème, c’est la dualité de cette ville qui surgit; alors que l’architecture et la promiscuité semblent étouffantes, un autre visage apparaît pour celui qui sait regarder: le mouvement perpétuel et mécanique devient gracieux, les frôlements érotiques, les mélanges et les couleurs d’une incroyable richesse. PB

BOISSON Jean Le triangle rose Paris, Laffont, 1988. 247 p. Disponibilité CIT • JON • SER cote 940.547 BOI

Parfois, on préfère oublier certains faits historiques parce qu’ils dérangent. Cet ouvrage n’est pas une réponse au silence mais une explication de l’extermination des homosexuels sous le régime nazi. Pourquoi donc les chemises brunes ont-elles décidé de réduire à néant cette population, en les enfermant dans des camps, là où elle allait endurer des souffrances indescriptibles et indicibles? Peut-être parce que l’homosexualité représentait une atteinte d’ordre moral et était considérée comme une aversion? Eh bien pas du tout! Jean Boisson, passionné d’histoire, mène une investigation surprenante, rendant justice en cassant les préjugés parfois même enracinés jusque dans les plus hautes sphères de nos sociétés démocratiques. JB


6

BOUVIER Nicolas Le poisson-scorpion Paris, Gallimard, 2001. 172 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote 848.03 CH BOU

Au terme d’un voyage de deux ans à travers les Balkans, la Turquie, l’Iran et la moitié de l’Asie, Nicolas Bouvier arrive en 1955 à Ceylan, ou plutôt échoue dans une ville fantôme, peuplée de démons, de musique et d’insectes. A bout de force, rongé par la maladie, il achèvera le voyage intérieur au bout de lui-même. Enfermé durant 9 mois, dans sa chambre de la pension du 22, Hospital street, l’auteur reconstruit un monde luxuriant et poétique, sous les yeux des insectes qui rôdent autour de lui. «Un jeune scorpion rouge vient d’entrer chez moi, ivre d’humide, trempé jusqu’au venin, s’époumonant en circuits inutiles. Mousson du Nord-Ouest. Tout mon bestiaire est saisi d’ébriété: ce ne sont que pinces et dards qui s’ébrouent dans les crevasses et les fissures de ma chambre ». Pour prolonger la lecture ou mettre des images sur les lieux cités, l’excellent documentaire de Christoph Kühn, Nicolas Bouvier, 22 Hospital Street, est disponible, sous forme de DVD sur le réseau des bibliothèques municipales. PB

BURROUGHS Augusten Courir avec des ciseaux Paris, 10-18, 2006 (10/18; 3955. Domaine étranger). 317 p. Disponibilité CIT cote R BURR

Voici l’autobiographie délirante d’un Américain né en 1965 sur la côte Est. On a peine à croire que ce qu’on lit s’est réellement passé: Augusten est le fils d’un professeur alcoolique et d’une poétesse psychotique qui le confiera très tôt à la garde du Dr. Finch, son atypique psychiatre, jusqu’à ce qu’il fasse vraiment partie de sa famille au même titre que Natalie et Hope, les deux filles qui vivent encore là. A treize ans, Augusten n’est pas scolarisé, il fume, boit et entretient une relation avec Neil Bookman, un autre «enfant adoptif» de la famille âgé de 33 ans. Le tout avec la complicité de sa mère et du docteur. Ce récit emporte le lecteur qui n’a pas froid aux yeux (les autres sont priés de s’abstenir…) avec un langage cru et des scènes trash. Vous êtes prévenu! DM


7

CASTELLANOS MOYA Horacio Déraison Montréal, Les allusifs, 2006. 140 p. Disponibilité CIT cote R CAST

Un journaliste salvadorien exilé au Guatemala est recruté par l’Eglise catholique pour réviser un rapport de mille cent feuillets dénonçant les atrocités commises par l’armée sur la population indigène pendant la guerre civile entre 1960 et 1966. A la lecture de ce compte-rendu méthodique, à la perfection parfois poétique, il va peu à peu perdre la raison et ni l’alcool, ni l’amour frénétique ne l’empêcheront de sombrer dans la paranoïa. Rires et larmes se mêlent à la lecture de ce roman fascinant. TLa

CASTILLON Claire Insecte: nouvelles Paris, Fayard, 2006. 160 p. Disponibilité BUS • CEN • EVI cote R CAST

Le titre évoque la façon dont Claire Castillon dissèque les rapports mère-fille, telle une entomologiste soucieuse du détail, de la précision, voire de l’acharnement. Ce recueil de nouvelles est dédié à sa mère qu’on espère plutôt ouverte car l’auteure ose aller très loin, à la limite de l’exagération, de la caricature. Ici une mère qui pète les plombs et qui balance l’une de ses filles hors de la voiture, là une fille qui brutalise sa mère parce qu’elle montre des signes de vieillesse: «Elle faisait exprès de trembler, d’écrire de façon illisible. D’ailleurs je lui ai fait refaire. Deux fois». Cruelles, dérangeantes, même si de temps à autre on devine de la tendresse, ces nouvelles taillées d’une écriture affûtée font mouche… peut-être, surtout chez celles qui, si elles ne sont pas mères, sont toutes au moins filles… RL


8

CERCAS Javier A la vitesse de la lumière Arles, Actes sud, 2006 (Lettres hispaniques). 285 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI cote R CERC

Un écrivain espagnol à succès revient sur sa jeunesse et son séjour aux Etats-Unis où il passa une année à enseigner l’espagnol. C’est là qu’il rencontra Rodney Falk, un de ses collègues plutôt étrange et solitaire, vétéran du Vietnam, rongé par un passé dont il refuse de parler. Après avoir connu le succès, la gloire et les plaisirs aussi faciles qu’éphémères qu’offre le statut de star, notre héros, maintenant quadragénaire, se retrouve subitement dans une situation tragique. Il éprouvera à ce moment-là le besoin de retrouver son ami Rodney, auquel il se sent lié par un fil invisible, et il comprendra que c’est à lui de raconter ce que Rodney ne peut pas dire. Un beau roman, sur la guerre et son cortège d’horreurs, sur la gloire et ses conséquences, sur l’amitié et la littérature. DM

CHIANG Ted La tour de Babylone Paris, Denoël, 2006 (Lunes d’encre). 341 p. Disponibilité PAQ cote R CHIA

Il m’est impossible de vous retranscrire dans le détail toutes les nouvelles de ce recueil. Le thème commun pourrait en être les difficiles rapports entre sciences et mythologie, et encore, cela serait réducteur par rapport au talent certain de Ted Chiang, informaticien américain d’origine chinoise. Tous ses récits relèvent avant tout de la poésie. Que peut-il bien arriver si l’on perce la voûte du ciel, s’interroge-t-il dans La tour de Babylone? Que se passe-t-il lorsqu’un patient qui a subi un coma dépassé prend de l’hormone K et devient «trop» intelligent? Vous le saurez en lisant la nouvelle Comprends. Mon récit préféré s’intitule L’histoire de ta vie où une linguiste spécialiste des langues extra-terrestres est chargée d’entrer en contact avec des entités débarquées virtuellement sur Terre dont on ignore tout. Elle nous raconte comment elle arrive petit à petit à décrypter le langage de ces créatures heptapodes tout en s’adressant à sa fille bien terrienne qui n’est peut-être pas encore née? FA


9

CHIFLET Jean-Loup Wit spirit Paris, Mots et Cie, 2000. 127 p. Disponibilité CIT cote 808.87 CHI

«J’adore la nourriture chinoise. Mon plat préféré est le numéro 27.» «Je ne danse pas mais je suis tout à fait d’accord pour vous tenir pendant que vous le faites.» «Je me souviens très bien de la première fois où j’ai fait l’amour. J’ai encore le reçu.» On se régale à la lecture de cet opuscule, florilège de citations anglo-saxonnes et mots d’esprits politiquement fort incorrects. Woody Allen, Groucho Marx et Mark Twain, pour ne citer qu’eux, y côtoient des auteurs moins connus mais tout aussi mordants. TLa

CHOUINARD Yvon Homme d’affaires malgré moi Paris, Vuibert, 2006. 284 p. Disponibilité STA cote 658 CHO

A l’aube des années 60, Yvon Chouinard consacre tout son temps au surf, à l’escalade et à l’alpinisme. Il vit au jour le jour et fabrique des planches, des pitons et des mousquetons pour subsister. La qualité de ses produits est telle qu’en à peine une décennie, il passe de l’artisanat à la production en série. Lorsqu’il ajoute une gamme d’habits à son catalogue, le succès dépasse toutes les attentes. La firme Patagonia est née et s’impose parmi les leaders du vêtement technique dans le monde. Aujourd’hui, la société Patagonia est devenue l’archétype de l’alter-entreprise. En plaçant le développement durable, le respect de l’homme et la protection de l’environnement au cœur de toutes ses démarches de production, elle rompt systématiquement avec le modèle capitalistique. Avec vingt ans d’avance, Yvon Chouinard a inventé l’entreprise de la post-modernité où s’interconnectent travail, loisir, engagement physique et militant, respect des salariés, responsabilité citoyenne et écologique. CL


10

CILAURO Santo, GLEISNER Tom, SITCH Rob La Molvanie: le pays que s’il existait pas, faudrait l’inventer Paris, Flammarion, 2006 (Jetlag travel guide). 176 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote 808.87 CIL

Trois jeunes Australiens ont inventé un pays, l’ont nommé la Molvanie, l’ont situé du côté de la Roumanie et de la Hongrie et en ont fait un guide de voyage qui ressemble trait pour trait à un vrai. Nous découvrons un pays extrêmement pauvre, gouverné par la mafia, aux paysages désolés, aux villes en ruine, tout comme ses habitants, obèses, couperosés et/ou édentés… La Molvanie, premier producteur mondial de betteraves et berceau de la coqueluche, est sans doute le seul endroit au monde où l'on peut visiter une ville à dos de mendiant, qui possède une centrale nucléaire dont certaines fissures ont plus de trente ans et où le lac le plus bucolique où vont se baigner les indigènes sert de lieu de vidange pour les toilettes des cars touristiques... Nul doute que vous souhaitiez en connaître davantage, précipitez-vous, chaque page est plus hilarante que la précédente! DM

DAVIDSON Craig Un goût de rouille et d’os: nouvelles Paris, Albin Michel, 2006 (Terres d’Amérique). 291 p. Disponibilité CIT • EVI cote R DAVI

Voilà un moment que la collection Terres d’Amérique nous a habitués à de très bons voire d’excellents recueils de nouvelles. Celui-ci, non seulement ne fait pas exception à la règle, mais est sans doute l’un des meilleurs que j’ai lus. Dans le genre noir, on peut dire que le lecteur est gâté: la première nouvelle s’ouvre sur la terrible histoire d’un jeune boxeur qui voit sa vie détruite par un accident dont il se sent responsable et qui, de plus, brisera la plupart des os de son outil de travail: sa main. Le ton est donné: vous ne trouverez rien de plus gai dans ce livre! Vies brisées par l’alcoolisme, la maladie ou un mauvais coup du sort, voilà le lot de la plupart des personnages mis en scène par Craig Davidson. Mais quel talent d’écrivain, l’écriture est remarquable, on se souviendra de quelques phrases qui font mouche. DM


11

DEXTER Pete Train Paris, Olivier, 2005. 345 p. Disponibilité BUS • CEN • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R DEXT

Train, c’est le surnom de Lionel Walk, un jeune noir de 18 ans, caddy dans un golf huppé de Californie. Servile, docile et discret comme se doit d’être un Noir acceptable dans l’Amérique des années 50 qui se complait encore dans un racisme tangible, Train n’en est pas moins un excellent golfeur qui sait bien le cacher. Jusqu’au jour où Miller Packard, un flic froid et violent, ayant reconnu son talent, le prend son sous aile. On pourrait dès lors imaginer que la vie de Train va ressembler à celle de Tiger Woods, mais non… Car le propos de l’auteur est résolument pessimiste, nous décrivant l’esclavage de toute une population, le racisme et la violence… Bref, amateurs de jolies histoires qui finissent bien, passez votre chemin… DM

DJAIDANI Rachid Viscéral Paris, Seuil, 2007. 184 p. Disponibilité EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R DJAI

Lies est un jeune beur qui vit dans la Cité, la tess dans son verlan. Pour gagner sa vie, il s’occupe d’un taxiphone, mais ce qui l’anime par-dessus tout, c’est de transmettre sa passion de la boxe aux adolescents en quête de reconnaissance. Comme eux il a choisi ce sport d’abord pour régler des comptes, pour frapper, pour évacuer la haine acquise à coup de «lepenistes» et d’injustices et puis, quand il est devenu un champion, il a décidé de pardonner et d’aider ses potes à trouver une issue. Rachid Djaïdani a écrit ici un roman rare, important, sans complaisance, hors du «clicheton» habituel, ceci avec beaucoup de sensibilité et d’amour. «La caillera, c’est pas pour moi. J’ai pas envie de donner une mauvaise image de moi ou de ma communauté», une de ces phrases coup de poing qui nous emporte dans un vrai coup de cœur. RL


12

DOMONT Philippe, MONTELLE Edith Histoires d’arbres: des sciences aux contes Lonay, Delachaux et Niestlé, 2003. 256 p. Disponibilité BUS • CIT • PAQ • STA cote 582.16 DOM

Lorsqu’un ingénieur et une conteuse commettent un livre à quatre mains, lecteurs et lectrices, curieuses et curieux de toutes espèces ne peuvent que se réjouir et se plonger dans la fabuleuse aventure des chênes, sapins, et autres arbres de bonne compagnie… Ils découvriront avec bonheur combien nos histoires et nos destins sont liés. Même si vous êtes certain que votre patronyme n’a rien à voir avec les arbres, vous aurez peut-être quelque doute après avoir fait la connaissance de l’arbre d’or, ou de l’arbre aux pinsons… Au fait, savez-vous pourquoi les aiguilles de l’if sont un violent poison, et les faînes des hêtres en forme de cages? FA

Doués de folie : récits à bascule sous la dir. de Nathalie Narbel et Samia Richle Genève, Labor et Fidès, 2006. 193 p. Disponibilité CIT • JON • PAQ cote 616.858 DOU

Il s’appellent Camille, Jacques, Caroline, Diana, Jacques, Eugène, Isabelle, Patrick, Jean et Alain. Tous ont accepté de raconter comment un jour leur raison s’est égarée, au prix de quelles souffrances, mais aussi de quelle jubilation par moments. Nathalie Narbel, une des coordinatrices de cet ouvrage initié par Pro Mente Sana, nous rappelle que «nous frôlons tous, à un moment ou à un autre, la frontière qui délimite le territoire que nous arpentons quotidiennement de celui où l’on bascule». Les nouvelles de ce livre témoignent avec beaucoup de lucidité et d’humour combien le glissement peut vite se produire. Toutes sont remarquables, celle du preux chevalier Alain m’a particulièrement touchée. « La société normative dans laquelle nous vivons se refuse, le plus souvent, à entendre ces paroles. La folie a été longtemps associée à la vérité, ce que Michel Foucault appelait la «raison éblouie». Or, aujourd’hui, la réduction de cet état à un handicap… nous fait oublier ce que la déraison peut formuler sur l’être humain et sur le monde.» FA


13

FERMINE Maxence Le tombeau d’étoiles Paris, Albin Michel, 2007. 219 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • SER cote R FERM

Au soir de sa vie, le narrateur retrace le chemin de son existence et fait le point. Il parle de sa famille, de sa jeunesse mais surtout de la période de l’Occupation, de la vie dans un village de Savoie et du jour où il a perdu son meilleur ami, Julien Roche, et la femme qu’il aimait en secret, Eléonore Verdussen, qui s’occupait du bistrot du village. En été 1944, dans le petit village dans lequel il habite, la vie est plutôt paisible : le point de rencontre de tout ce petit monde est le bistrot tenu par Eléonore. Mais le 11 août, cette vie faite de simplicité et de bonheur va être bouleversée. Des maquisards commandés par Beaufort ont attaqué des Allemands, mais ont réussi à prendre la fuite. En représailles, les soldats allemands arrêtent les quatre premiers hommes qu’ils trouvent. Quatre villageois, dont les frères Roche. Maxence Fermine signe un très beau roman sur la période trouble de l’Occupation, inspiré de faits réels. PB

FLYNN Nick Encore une nuit de merde dans cette ville pourrie Paris, Gallimard, 2006 (Du monde entier). 349 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • STA cote 828.03 FLY

Cette autobiographie poignante au titre un brin racoleur met en scène Nick Flynn, né en 1960 à Sciutate, «nommé à deux reprises dans les années 70 au second rang du palmarès de consommation d’alcool en Amérique» d’une mère trop jeune et d’un père irresponsable et trop prompt à faire la fête. Il se fait d’ailleurs jeter par sa femme peu après la naissance de son second fils, Nick. Celui-ci, après une adolescence difficile faite de drogues, d’alcools et de petits boulots et ponctuée par le suicide de sa mère, deviendra assistant social dans un centre pour SDF à Boston. C’est là qu’il retombe nez à nez avec son père, un vagabond imbibé d’alcool, qui a déjà fait de la prison et rêve d’une improbable carrière d’écrivain majeur. Les sentiments sont mêlés chez Nick mais il retrace son parcours et celui de son père sans aucun pathos, sans jamais s’apitoyer sur son sort, dans ce récit qui est aussi un questionnement sur la filiation. DM


14

FOER Jonathan Safran Extrêmement fort et incroyablement près Paris, Olivier, 2006. 424 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • STA cote R FOER Titre original en anglais: Extremely loud and incredibly close Disponibilité STA cote R2 FOER

Oskar Schell est un petit gars de neuf ans pas comme les autres. Collectionneur de toutes sortes de choses (papillons morts de mort naturelle, souvenirs des Beatles, etc.), il est surtout un inventeur de génie: il a inventé une sorte de téléphone qui lui permet d’entendre sa grand-mère s’endormir alors qu’elle habite la rue d’en face. Mais Oskar a un problème depuis que son père a disparu dans les tours jumelles de New York en 2001: il veut savoir comment il est mort. Son enquête commencera lorsqu’il découvrira une clé cachée dans la chambre de son père. Il tentera alors de trouver la porte qu’ouvre cette clé avec l’espoir de savoir qui il était vraiment. Mais d’autres narrateurs vont également intervenir dans le récit: les grands-parents et même le père d’Oskar pour nous permettre de découvrir l’histoire de la famille Schell et, parfois, de nous faire vivre de grands moments romanesques. TLe

GARCIA MARQUEZ Gabriel Vivre pour la raconter Paris, Grasset, 2003. 602 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote 868.03 GAR

Garcia Marquez, auteur de plusieurs romans remarquables, nous livre le premier tome de son autobiographie. Les lecteurs habituels de Garcia Marquez s’y retrouveront complètement, tellement les personnes et les situations qu’il décrit semblent sortir directement de ses romans. Ce premier volume couvre les années de jeunesse jusqu’à l’âge de trente ans. C’est à dire les années où le futur écrivain affirme sa passion dévorante pour la lecture et sa fascination pour le métier de journalisme. Il écrira quantité de chroniques et de reportages, sur tous les sujets (sociaux, politiques, sportifs) pour différents journaux. On découvre aussi toutes les implications de l’auteur dans la vie bien réelle de la Colombie des années 50, ce qui nous permet d’apprendre une foule d’anecdotes extraordinaires sur la vie des Caraïbes et ainsi de ne plus vraiment savoir si on est en train de lire une biographie ou un roman. TLe


15

GIACCOBE Gulio Cesare Comment arrêter de se prendre la tête et profiter enfin de la vie Paris, First, 2004. 126 p. Disponibilité CIT • JON • PAQ cote 616.85 GIA

En lisant ce livre on s’amuse bien et on se dit que ce monsieur a raison car on passe tellement de temps à se prendre le chou pour rien. Ce livre marche pour ceux qui veulent maîtriser leurs pensées néfastes et asphyxiantes afin de pouvoir s’ancrer dans la réalité et se concentrer sur l’action. Par moment ses commentaires sont un peu tirés par les cheveux mais néanmoins il offre de réelles techniques basées sur la philosophie orientale. Finalement, cet ouvrage n’empêche pas les prises de têtes toujours présentes mais offre des possibilités de les contrecarrer. JB

GRUENIG Christoph, KOCH Klaus Alles Bahnhof: le livre des gares suisses Bienne, Ed. Bellevues, 2005. 288 p. Disponibilité STA cote 725 GRU

La Suisse peut s’enorgueillir de posséder le réseau de chemin de fer le plus dense du monde. Entièrement électrifié, il compte plus de 10’000 kilomètres de rails reliant les localités du pays. En comparaison, le réseau autoroutier ne s’étend que sur 1700 kilomètres. Les dernières estimations disponibles chiffrent à 254 millions le nombre annuel de passagers qui ont voyagé en train. Au départ comme à l’arrivée, ces voyageurs ont transité l’espace d’un moment dans une gare ou une station, points de passages obligés qui jalonnent le voyage. Mais combien la Suisse compte-t-elle de gares? La Confédération et l’Office fédéral de la statistique ne s’accordent pas sur leur nombre, on avance des chiffres qui s’étalent entre 1886 et 2125 arrêts. Voilà de quoi susciter quelques interrogations au pays de la précision. Klaus Koch et le photographe Christoph Grünig relèvent le défi et se lancent dans un nouveau comptage qui aboutit au chiffre de 1806 gares. Un abonnement général en poche, ils parcourent le pays à la rencontre de ces bâtiments à l’architecture parfois surprenante et rentrent au bercail avec plus de 12’000 clichés en poche. Si la lumière n’est pas encore faite sur le nombre exact de gares que compte la Suisse, leur ouvrage a le mérite de relever l’incroyable diversité de ces lieux anonymes que nous traversons trop souvent sans vraiment nous y arrêter. CL


16

HARUF Kent Les gens de Holt County Paris, Laffont, 2006 (Pavillons) 408 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • SER • STA cote R HARU

Nous retrouvons ici avec bonheur et émotion les personnages bourrés d’humanité du Chant des plaines (voir Envie de Lire no 16, automne 2003). Quelques années ont passé. Les frères Mac Pheron, deux vieux garçons éleveurs de taureaux, aux mains calleuses et au cœur d’or, veillent toujours sur Victoria Roubideaux, jeune mère célibataire, et sa petite fille… Une fois encore on vibre pour les destins croisés de plusieurs des habitants de la ville perdue de Holt, Colorado. Un livre simple et beau qui prend le lecteur au cœur. CLR

HOGARTH Burne Le dessin anatomique facile Berlin, Taschen, 1992. 222 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • PAQ cote 741.2 HOG

Burne Hogarth est peu connu du grand public, mais il a été un de ces illustrateurs fondateurs de la bande dessinée américaine. Sorti de ses études aux beaux-arts il a été un des premiers à dessiner avec un sens de l’anatomie humaine très poussé. Plus tard, il enseigne à son tour et son premier livre, Le dessin anatomique facile, est un des plus grands livres en anatomique graphique. Il ne s’agit pas ici d’un cours de fonctionnement du corps humain, mais de la transmission d’un savoir-faire rare. Richement illustré, le texte délivre avec beaucoup de simplicité les «trucs» que certains dessinateurs confirmés mettent des années à comprendre. Le dessin anatomique reste depuis plus de cinquante ans la référence incontournable. KP


17

HONORE Carl Eloge de la lenteur Paris, Marabout, 2005. 288 p. Disponibilité CIT • PAQ • SER • STA cote 128.4 HON

La vitesse et l’accélération constituent sans aucun doute la caractéristique la plus évidente des sociétés modernes. La technologie au service de l’homme permet aujourd’hui d’effectuer en quelques instants des tâches qui autrefois n’étaient réalisables qu’en plusieurs heures ou en plusieurs jours. Cette victoire sur le temps aurait dû permettre à l’humanité de se soustraire de l’asservissement provoqué par le travail et de gagner du temps libre à des fins de loisirs ou de repos. Force est de constater qu’il n’en est rien et qu’au contraire, à vouloir aller plus vite, on se retrouve avec toujours plus de choses à faire sans en avoir vraiment le temps! Chez beaucoup, il en résulte du stress, de la fatigue et une désagréable sensation de marasme. Depuis quelques années, un nouveau courant d’opinion remet en question le culte de la vitesse et réaffirme les vertus de la lenteur. Baptisé «Slow», il ne fait pas l’éloge de la paresse ni ne prétend qu’il faille tout faire à une allure d’escargot, mais souligne que la qualité de vie passe par un meilleur équilibre entre la rapidité et la lenteur. Notre salut viendrait-il d’un mode de vie plus méditerranéen dans lequel le temps retrouverait sa juste place? A en croire Carl Honoré et les partisans du mouvement «Slow», cela ne fait pas l’ombre d’un doute… CL

Hontes: confessions impudiques mises en scène par les auteurs, éd. par Robin Robertson Paris, Losfeld, 2006. 294 p. Disponibilité CIT • EVI • STA cote 828.008 HON

Le poète anglais Robin Robertson a demandé à une soixantaine d’écrivains anglosaxons de lui livrer le témoignage mortifiant d’une honte publique. De André Brink à Margaret Atwood, en passant par Rick Moody ou Julian Barnes, on lit ces tranches de rouge au front avec autant d’embarras que de compassion… La plupart des auteurs relatent une apparition publique dont ils étaient l’invité, conférence, lecture, etc… et qui sont, à les en croire, source inépuisable de gêne. On écorche votre nom, ou alors il a été rajouté à la va-vite au bas d’une affiche mentionnant des auteurs plus prestigieux, personne ne s’est déplacé pour vous écouter, quelqu’un dans le public vous insulte… les motifs ne manquent pas d’être humiliés en public. Et cela ne nous rend que plus proches ces écrivains inaccessibles pour qui on éprouve la plus profonde sympathie. Ce livre drôle et dynamique contient également une courte notice biographique de chaque auteur, et nous donne vraiment envie de lire ou relire son œuvre. DM


18

HUSTON Nancy Lignes de faille Arles, Actes sud, 2006 (Un endroit où aller; 169). 487 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R HUST

Lignes de faille de Nancy Houston a reçu un Prix Femina 2006 amplement mérité! Quatre enfants qui, l’année de leurs 6 ans, vont vivre un traumatisme qui marquera leur vie à jamais, nous racontent leur quotidien. En remontant ces quatre générations de 2003 à 1944, la faille se creuse, de plus en plus profonde… Avec une très grande maîtrise, Nancy Huston nous raconte comment des enfants victimes peuvent se transformer à leur tour en bourreaux, souvent inconscients, de leurs propres enfants. A travers ces enfances brisées c’est aussi une page sombre et peu connue de l’histoire du 20e siècle qui sera révélée au lecteur à la fin du livre, comme un abcès qui se crève enfin! Si on rentre immédiatement dans ce roman admirablement construit, au style direct et efficace, l’on met par contre plus de temps à en sortir… CLR

Imagier du musée du quai Branly Paris, Musée du quai Branly, 2006. 216 p. Disponibilité STA cote 708.44 IMA

Cet imagier poétique nous plonge d’une très belle manière dans les collections du musée du quai Branly, fraîchement ouvert et dédié aux arts premiers. Il permet de découvrir les œuvres d’une très grande qualité, de manière ludique, sans être confronté à de longs commentaires, souvent superflus, et sans règles muséographiques précises. Les œuvres sont présentées suivant leurs matériaux, lignes ou motifs, avec, en regard, une citation, une courte phrase poétique, un aphorisme ou un haïku. En favorisant l’intuition, l’imagination et le contact direct avec les objets, cet imagier suggère différentes approches possibles au lecteur, l’invitant à faire l’expérience de l’observation. Surprenant et poétique. PB


19

JAKOB Michael, AUDEOUD William Guide des barrages suisses: 50 itinéraires alpins Gollion, Infolio, 2006. 216 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote 914.94 JAK

Qualifiée à raison de château d’eau de l’Europe, la Suisse a su tirer parti de son fantastique potentiel hydroélectrique par la construction de plusieurs centaines de barrages au cours du 20e siècle. Retenues en terre, en pierre ou en béton, les barrages helvétiques se caractérisent par une diversité exceptionnelle qui allie des styles architecturaux parfois audacieux aux accidents et aux contraintes du terrain. Symboliquement, le barrage a toujours constitué une frontière entre la civilisation et le domaine de la haute montagne. Il marque la limite entre deux mondes. Fin de parcours pour certains, porte d’entrée vers les hauts sommets pour d’autres, il constitue à la fois un but d’excursion très prisé et un lieu de passage obligé. A travers ce guide, nous découvrons 50 ouvrages de forces représentatifs du patrimoine industriel helvétique et présentés pour leur originalité. Chaque notice décrit les aspects techniques, l’accès, les parcours pédestres, les excursions culturelles et les accommodements à proximité. Un guide original pour sortir des sentiers battus le temps d’une journée de vacances ou d’un week-end. CL

JAUFFRET Régis Microfictions Paris, Gallimard, 2007 (Blanche). 1024 p. Disponibilité CIT cote R JAUF

Il faut du courage pour se plonger dans cet ouvrage un peu fou. En mille pages et cinq cents courtes histoires – des microfictions comme les nomme l’auteur – Régis Jauffret dresse un tableau monumental de la condition humaine. Le lecteur doit être prêt à plonger au cœur du désarroi existentiel et social des individus, représentés ici par les différents narrateurs qui se succèdent; des hommes, des femmes, des enfants, des couples qui s’aiment parfois, mais se détestent le plus souvent, bref des gens de tout horizon qui se déchirent, se haïssent, se meurent d’ennui ou portent un regard cynique sur la vie, le monde et les autres. Heureusement qu’il y a toujours une touche d’humour car le menu de ces textes est des plus coriaces: lâchetés, crimes, meurtres, viols, incestes ou autres peuplent ce livre. En utilisant la forme courte (une page et demi par texte) et avec un style percutant, Régis Jauffret prouve une fois de plus son incroyable imagination et sa capacité à plonger dans la peau d’autrui. Un condensé de noirceur par une des grandes voix de la littérature française contemporaine. PB


20

KAY Guy Gavriel Le dernier rayon du soleil Paris, Pré-aux-clercs. 2006. (Fantasy). 487 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • PAQ • SER • STA cote R KAY

Dans une île au nord du continent, les Anglcyns et les Cyngaëls, ennemis de toujours, doivent s’allier pour contrer les raids dévastateurs des Erlings venus de la mer dans leurs vaisseaux-dragons. Thorkell le Rouge, Aëldred et Alun que tout oppose vont devoir allier leur force bien que leurs peuples respectifs se fassent la guerre depuis des siècles. Leur survie ainsi que celle de leur peuple dépend de cette alliance fragile qui seule peut leur permettre de mettre fin à cette époque de guerre incessante. Cet roman de fantasy historique revisite l’époque des raids vikings sur l’Angleterre, alors qu’à la même période, la foi chrétienne s’imposait au détriment des anciennes croyances celtiques, faisant du même coup disparaître les personnages merveilleux qui peuplaient la nature. FG

KRAUSS Nicole L’histoire de l’amour Paris, Gallimard, 2006 (Du monde entier). 356 p. Disponibilité CEN • EVI • JON • STA cote R KRAU

Nicole Krauss n’a rien à envier à son mari Jonathan Safran Foer, l’écrivain américain très médiatisé, car son roman est, lui aussi, très intéressant. Trois personnages principaux prennent tour à tour la parole: un vieux Juif rescapé de la Shoah émigré à New York qui vit sa vieillesse dans la peur de mourir sans que personne ne s’en aperçoive, l’adolescente prénommée Alma comme l’héroïne d’un roman que ses parents avaient tant aimé et pour finir, un troisième personnage qui vit en Argentine et qui a publié sous son nom le livre d’un ami qu’il croyait mort; cet ami qui n’est autre que notre vieux Juif solitaire et le livre adoré des parents d’Alma qui s’avérera être… Mais chut! Destins mêlés, boucles bouclées. Un livre qui nous interroge sur la perte, l’oubli, le deuil. Un livre à lire, évidemment! RL


21

LACARRIERE Jacques La poussière du monde Paris, Nil, 1997. 184 p. Disponibilité BUS • CIT • PAQ • SER cote R LACA Existe aussi en grands caractères

C’est grâce à une conteuse qui officie au marché de Plainpalais que j’ai fait la connaissance du pauvre Yunus et je l’en remercie de tout cœur. Ce troubadour errant du 13e siècle est arrivé un jour dans un monastère perdu d’Anatolie. Le maître soufi lui a confié la tâche ingrate de balayer quotidiennement la cour et toute la poussière du monde. Des années plus tard, révolté par le travail ingrat qui lui avait été assigné, Yunus s’enfuit et découvre, émerveillé, que tous les paysans d’Anatolie ont entendu et retenu les chants qu’il déclamait en maniant de mauvais gré son balai… Jacques Lacarrière, qui s’est éteint en 2005, a repris à son compte la légende du pauvre Yunus et nous en livre un récit passionnant, éclairé par les textes du premier poète turc à avoir composé dans la langue du peuple. «Venez que l’on fasse connaissance Rendons aisé le malaisé Aimons et tâchons d’être aimé Le monde n’appartient à personne» Yunus Emre FA

Vous trouverez d’autres poèmes de Yunus Emre dans l’Anthologie de la poésie turque (13e-20e s.): textes choisis, présentés et trad. du turc par Nimet Arzik. Paris, Gallimard, 1994 (Connaissance de l’orient. Série turque). 166 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER cote 894.35 ANT


22

LASH Jennifer Cruels silences Paris, Autrement, 2004 (Littératures). 433 p. Disponibilité CIT • EVI cote R LASH

Quand Violet épouse Cécil Farr leur mariage est immédiatement un fiasco. Lui, timide et plutôt efféminé se réfugie dans sa bibliothèque, tandis qu’elle passe toutes ses journées à parcourir la lande irlandaise qu’elle aime tant en compagnie de son chien, seul véritable compagnon de sa morne existence. Un fils, Lumsden, naît quand même de cette triste union. Violet est incapable de donner de l’amour à cet enfant qu’elle juge mauvais. Lumsden est élevé en pensionnat et, devenu adulte, engrosse une pauvre fille qu’il abandonne ensuite. Spencer, leur fils, est confié dès l’âge de quatre ans à Violet qui le déteste immédiatement, retrouvant en lui le côté maléfique qu’elle avait vu en son propre fils… Jennifer Lash (mère du célèbre acteur Ralph Fiennes) est décédée en 1993. Ce beau roman largement autobiographique, porteur d’espoir grâce au pouvoir rédempteur de l’amour, est écrit dans un style très riche et décrit avec une même intensité les paysages d’Irlande et les émotions des personnages. Une émouvante postface dédiée à la vie de l’auteure rend le propos du livre plus fort encore. CLR

LEVISON Iain Un petit boulot Paris, Liana Levi, 2003. 211 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • SER • STA cote R LEVI

Ceux qui ont apprécié l’indispensable roman de Donald Westlake, Le couperet, retrouveront dans ce polar cynique et désabusé le même bonheur de lecture. Jack, victime d’une délocalisation, se retrouve au chômage. Seul, endetté, il est prêt à accepter n’importe quel boulot y compris celui de tueur à gages. Partiellement autobiographique, ce premier roman est un saisissant portrait de l’Amérique des laissés pour compte. TLa


23

MaCLEOD Ian R. Les îles du soleil Paris, Gallimard, 2006 ( Folio SF; 222). 412 p. Disponibilité PAQ cote R MACL

Un vieux professeur d’histoire d’Oxford apprend qu’il est atteint d’un cancer du poumon et qu’il n’a plus que quelques mois à vivre. Sa «relation», comme il l’appelle pudiquement, disparaît du jour au lendemain car l’homme en question avait eu la malencontreuse idée d’épouser une Juive. Il faut vous dire que l’Angleterre a perdu la première guerre mondiale et est devenue la fascisante Très-Grande-Bretagne, sous la houlette d’un certain John Arthur. Des trains emportent juifs, gitans, homosexuels vers la Nouvelle-Ecosse et les îles du soleil. Le relatif confort oxfordien du vieux professeur, à savoir domestique, tasses de thé, cigarettes et whisky, va se trouver fortement remis en question, car son grand amour de jeunesse n’est autre que le fameux John Arthur. Au-delà de l’intrigue tout à fait passionnante et qui dépasse largement les frontières de la SF « traditionnelle », ce livre nous interroge aussi sur quel sens donner à l’histoire, si tant est qu’elle en ait un, et sur la manière dont elle s’écrit toujours en fonction du présent. FA

MAHFOUZ Naguib La belle du Caire Paris, Denoël, 2000 (Denoël et d’ailleurs). 311 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN cote R MAHF

Le Caire, 1930. Mahgoub abd al-Dayim est un jeune étudiant sans le sou, surtout depuis que son père est tombé malade: il a dû déménager dans une chambre encore plus miteuse et mange à peine une fois par jour. Submergé par la honte il s’éloigne insensiblement de ses deux meilleurs amis, étudiants eux aussi. Une fois leur diplôme en poche, l’affaire n’est pas gagnée: il faut un réel coup de chance ou, plus prosaïquement, un piston en béton pour décrocher un poste. Aussi, quand on propose à Mahgoub de se marier avec la maîtresse d’un riche aristocrate en échange d’un travail dans l’administration, il n’hésite pas une seconde. D’autant plus que la jeune fille n’est autre qu’Ihsane, une beauté, mais aussi l’ex-fiancée de son meilleur ami. Voilà une situation aussi confortable qu’embarrassante pour le jeune homme pour qui le ménage à trois tourne rapidement au vinaigre… DM


24

MAHFOUZ Naguib Chimères Paris, Denoël 1992 (Folio; 2586). 378 p. Disponibilité CIT • EVI • SER cote R MAHF

A la manière d’une confession, Kamel nous conte l’histoire de sa propre vie, sa petite enfance d’abord, surprotégée entre une mère abusive et culpabilisatrice et son grand-père. Mal adapté à la vie en société, pétri d’angoisses et d’inhibitions, il gravira avec difficulté les différentes étapes de la vie, constamment handicapé par ses craintes et ses renoncements. Jusqu’à son mariage, porteur de tant de promesses, qui s’avérera être un échec et se terminera de la façon la plus tragique. Seul l’alcool lui procurera de furtifs instants d’apaisement et de sérénité. Conteur exceptionnel, Naguib Mahfouz brosse avec finesse la psychologie de son personnage confronté à la société cairote d’autrefois. TLa

MAHFOUZ Naguib La quête Paris, Denoël, 1997. 220 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • SER cote R MAHF

A la mort de sa mère, une prostituée, son fils Sabir rêve de respectabilité. Il quitte Alexandrie pour se rendre au Caire à la recherche de son père, un prétendu notable qu’il n’a jamais connu. Durant sa quête, il rencontrera deux femmes : l’ange et le diable. Tiraillé entre l’amour vertueux et la passion charnelle, il choisira Karima, qui le poussera au meurtre de son mari. Condamné à la pendaison, il ne connaîtra jamais son père. Fondateur du roman arabe moderne, romancier de l’urbain, Mahfouz le Cairote nous fait vivre intensément le bruissement de sa ville et de son peuple. TLa


25

MAHFOUZ Naguib Vienne la nuit Paris, Denoël, 1996. 458 p. Disponibilité BUS • CIT • JON • SER cote R MAHF

Sans ressources à la mort du père, la famille Kamel Ali se trouve confrontée aux pires difficultés. La mère et ses quatre enfants luttent pour leur survie mais le sort s’acharne. Dans un style sobre et limpide, Naguib Mahfouz nous fait vivre intensément le combat de cette famille décidée à sortir de l’ornière par tous les moyens. Ce magnifique roman a rencontré dès sa parution en Egypte un immense succès et connaît à ce jour 21 rééditions, record absolu dans toute l’œuvre de celui qu’on appelle parfois le Balzac arabe. TLa

MARSE Juan Chansons d’amour au Lolita’s Club Paris, Bourgois, 2006. 303 p. Disponibilité CEN • EVI • STA cote R MARS Titre original espagnol: Canciones de amor en Lolita’s Club Disponibilité PAQ cote R6 MARS

Raul est un flic violent, impulsif et alcoolique, ses dérapages lui valent une mise à pied. Il décide alors de rentrer chez lui, retrouver son frère jumeau qu’il aime profondément. Valentin ressemble physiquement à son frère, mais une naissance difficile l’a laissé légèrement handicapé mental. C’est ce frère docile, tranquille, que Raul croit rejoindre mais ce dernier travaille depuis quelque temps au Lolita’s club, un bar glauque de la banlieue de Barcelone où les filles s’offrent pour la nuit. Valentin est amoureux de l’une d’elles, Milena, une jeune Colombienne qui ne rêve que d’éponger ses dettes pour pouvoir rentrer chez elle. Valentin et Milena, un couple improbable qu’une infinie tendresse traverse. Raul va tout faire pour séparer ce Pierrot lunaire et cette exilée de la nuit. Au nom de ce que Raul estime être son devoir de frère responsable, il va commettre l’irréparable… RL


26

MARTIN George R. R. Riverdream Paris, Mnémos, 2005 (Icares). 439 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R MART

1857, sud des Etats-Unis. Le capitaine Abner Marsh, autrefois à la tête d’une florissante compagnie de navigation, contemple son dernier bateau à vapeur. Un soir, à Saint-Louis, un homme l’aborde et lui propose un bien étrange marché: il lui donnera les fonds nécessaires à la construction du plus beau vapeur jamais vu sur le Mississippi, à la condition de le prendre comme associé, d’accepter ses amis à bord et de ne jamais poser de questions sur son comportement. Dès le premier voyage du majestueux Rêve de Fèvre, les rumeurs se répandent sur ces mystérieux passagers qui ne semblent vivre que la nuit… FG

MOON Elizabeth Héroïne d’un jour Paris, Bragelonne, 2005 (SF). 367 p. Disponibilité PAQ cote R MOON

Esmay Suiza a quitté sa planète perdue de l’Altiplano réfractaire à la Réjuv pour s’engager dans la flotte interplanétaire. Au début du récit, elle est convoquée par une cour martiale. Ses supérieurs se demandent comment une jeune femme apparemment aussi terne d’après les tests de recrutement, a réussi à juguler une mutinerie et à s’emparer d’un vaisseau ennemi. Elle-même l’ignore, elle sait juste qu’elle n’a jamais cherché à dissimuler quoi que ce soit, mis à part les terribles cauchemars qu’elle subit depuis des années, et son refus viscéral de retourner vivre sur son lieu de naissance… FA


27

O’FAOLAIN Nuala Chimères Paris, Wespieser, 2004. 727 p. Disponibilité CIT • EVI • JON cote R OFAO Titre original anglais: My dream of you Disponibilité CIT cote R2 OFAO

Après avoir lu l’autobiographie de Nuala O’Faolain, On s’est déjà vus quelque part?, on ne doute pas que Kathleen De Burca, la narratrice de Chimères, est le double de l’auteure. Rédactrice d’une collection de guides de voyages, cette célibataire de 50 ans voit sa vie bouleversée par la mort de son collègue et meilleur ami. Elle décide d’enquêter sur l’affaire Talbot, l’histoire d’une aristocrate irlandaise qui fut arrêtée pour avoir eu des relations avec son palefrenier. C’est l’occasion pour elle de retrouver l’Irlande qu’elle a quittée à 20 ans sans se retourner. L’occasion de renouer avec un pays qui broie les femmes, et de se pencher sur son propre passé… Si la passion est la grande histoire de sa vie, pourquoi Kathleen est-elle seule, à 50 ans ? Aimera-t-elle encore? Sera-t-elle encore aimée? Ce roman à la construction complexe, où l’on passe du présent au passé de Kathleen en s’arrêtant sur l’affaire Talbot et sur l’histoire de l’Irlande, est d’une richesse rare et une merveille d’introspection et de psychologie féminine. Emouvant, sensible et profond, il est hautement recommandable. DM

OLLIVRO Jean Quand la vitesse change le monde Rennes, Apogée, 2006. 255 p. Disponibilité CIT • STA cote 303.1 OLL

L’essor de la vitesse est sans doute l’élément qui a le plus modifié la vie des gens. Durant des millénaires, l’être humain a vécu et s’est déplacé à la vitesse du pas. Puis, à partir de 1850, les temps de transport ont été successivement bouleversés par l’essor des vitesses mécaniques et des télécommunications, puis par le développement des vitesses interactives et de la mobilité cumulée. Aujourd’hui, un pas supplémentaire a encore été franchi grâce à l’Internet et aux moyens issus de la technologie numérique. L’homme dominé par les nouvelles technologies d’information et de communication subit une «accélération de l’accélération». Pourquoi la vitesse est-elle devenue si impérative dans notre société? Quelle est son origine et son histoire? Comment mieux comprendre les enjeux de la «civilisation de


28

la vitesse » dans laquelle nous sommes plongés au quotidien ? Faut-il finalement faire l’éloge de la lenteur au risque d’être désynchronisé? Face à ces questions très actuelles, Jean Ollivro apporte des clés de compréhension majeures en mettant à jour les effets économiques, sociaux et culturels de ce qui s’apparente parfois à une réelle dictature du temps. CL

PARKER Dorothy La vie à deux: nouvelles Paris, UGE, 1994. (10/18; 1599. Domaine étranger) 252 p. Disponibilité CEN • EVI cote R PARK

Voici un ouvrage qui n’est pas à offrir à de jeunes mariés! Dorothy Parker, célèbre dans les années 30 pour son esprit caustique, son sens aigu de l’observation et son humour ravageur n’épargne personne dans ce recueil de nouvelles. Attentes déçues, mensonges, tromperies, bonnes manières qui dissimulent les sentiments de haine, La vie à deux, publié dans les années 30, reste cruellement d’actualité. Ces nouvelles grinçantes où l’on rit souvent jaune sont l’occasion de (re)découvrir la plume assassine et le grand talent de Dorothy Parker, morte seule et injustement oubliée de tous à New York en 1967. CLR

PARR Martin La tendre Albion Paris, Phaidon, 2000. 133 p. Disponibilité CIT cote 779 PAR

Martin Parr, photographe anglais né en 1952, nous offre ici sa propre vision de son pays, mettant en valeur ses particularités culturelles avec un œil aussi tendre que moqueur et cruel. De l’Angleterre des stations balnéaires aux champs de courses, des célèbres «fantaisies alimentaires» anglaises au sachet de thé so british, on fait un tour d’horizon de ce qui symbolise l’Angleterre d’aujourd’hui. C’est toujours bien vu et très drôle, on se sent parfois un peu voyeur, mais c’est pour la bonne cause! Ce recueil de photographies, comme d’ailleurs les autres du même auteur, notamment Signes des temps, est à feuilleter sans modération. DM


29

PAVLOFF Franck Le pont de Ran-Mositar Paris, Albin Michel, 2005. 264 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R PAVL

«Illisible». Voilà le mot que le mystérieux Schwara laisse sur les figurines qu’il sculpte au hasard de sa quête dans un pays qui ressemble fort à l’ex-Yougoslavie. Est-il bûcheron, charpentier? Nul ne le sait. Il vient du Nord et cherche à retrouver un jeune homme qu’il avait soigné pendant la guerre et qui s’est enfui. Ses pas le portent jusqu’à Ran-Mositar dont le magnifique pont du 16ème siècle doit être reconstruit pour que l’est et l’ouest de la ville puissent à nouveau se rejoindre. Sur le chantier, beaucoup de monde, et beaucoup de femmes dont le mari a disparu. Parmi elles, Irini. Elle et sa fille se sont réfugiées à Ran-Mositar après la destruction de leur village et le viol de Luria. Il y a aussi Djon, accro au baladeur et à la musique de Charlie Parker. Au fil des pages, on se prend à espérer pour tous ces personnages que Frank Pavloff nous a fait aimer. Mais le cœur des humains est beaucoup plus complexe que la plus complexe des clefs de voûte d’un pont, fût-t-il celui de la réconciliation. FA

PICCIRILLI Tom Un chœur d’enfants maudits Paris, Gallimard, 2006 (Folio science-fiction ;). 296 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • PAQ cote R PICC

Thomas est le seul entrepreneur de Kingdom Come, une petite ville perdue dans les marais de la Louisiane. Il n’aspire qu’à ce qu’on lui fiche la paix, mais son statut et les lourds secrets de cette ville l’en empêchent. Oui, il cache ses frères siamois, trois corps partageant la même tête, et se pose plein de questions: qui est cette jeune fille muette retrouvée dans les marais? Qui a brûlé vif son seul ami? Qui mutile les gens de la région? Que veulent de lui les sorcières? Ce roman suit le quotidien étrange de cette petite ville, à la fois crédible et surnaturelle. Un chœur d’enfant malade est un récit d’atmosphère, une visite dans un coin oublié de tous et que ses habitants aimeraient bien oublier aussi. KP


30

POP Iggy I need more Paris, Serpent à plumes, 2000. 167 p. Disponibilité CIT • EVI • MIN • SER • STA cote 781.66 POP

Il existe deux démarches bien distinctes pour entrer dans cet univers «white trash». La première: vous ne connaissez pas les Stooges et vous décidez de lire cet ouvrage parce que vous avez envie de combler une petite lacune niveau rock‘n roll. La deuxième : vous découvrez l’univers musical « stoogien », qui révolutionna votre humble existence, et vous en voulez davantage! Une petite citation pour vous mettre dans l’ambiance: «Il ramenait ses six poulets vivants, dans un sac en grosse toile, et il appelait David, son fils, pour qu’il maintienne l’ouverture du sac sur le pot d’échappement de sa caisse. Et puis, il démarrait, pour gazer les poulets. Il disait que la viande était meilleure si on les tuait comme ça…». JB

POWELL Dawn L’éperon doré Paris, Quai Voltaire, 2003. 314 p. Disponibilité CIT cote R POWE

Guidé par le journal de sa défunte mère, le jeune Jonathan Jaimison quitte son Middle West natal pour New York où il espère retrouver son père. Sa mère, Connie Birch, y a en effet passé une année comme secrétaire d’une écrivaine, elle y a rencontré nombres d’artistes, et fréquenté le célèbre bar L’éperon doré. C’est de là que partiront donc les recherches de Jonathan, qui va faire la connaissance de nombreux personnages, devenir la coqueluche de la plupart d’entre eux et se voir adopté par plusieurs hommes dont la paternité de Jonathan arrangerait bien leurs affaires pour diverses raisons. Ce roman montre surtout des femmes frivoles et des hommes qui fuient l’engagement. Dorothy Parker n’est pas loin… DM


31

ROUGHAN Howard Infidèle Paris, Belfond, 2002. 309 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIS • PAQ • STA cote R ROUG

Philip Randall, un brillant avocat trentenaire, vit dans un somptueux loft à Manhattan et est marié avec Tracy, une jeune femme riche et futile… Le monde lui appartient… Pour ce jeune homme cynique et présomptueux, rien donc de plus normal que de pimenter son excitante existence par une liaison avec la meilleure amie de sa femme, Jessica. Mais voici que surgit du néant un certain Tyler, ancien camarade d’études, double antithétique de Randall, un pathétique loser qui n’a rien réussi de sa vie. Ayant découvert la vie secrète de Randall, il ne résiste pas à la tentation de le faire chanter, photos à l’appui. Le jeune avocat se voit poussé à la capitulation ou au meurtre… Ce thriller palpitant rappelle un peu Le bûcher des vanités – pas seulement pour son héros antipathique pour qui on finit par éprouver un brin de compassion – et est pareillement mené tambour battant. Très bien construit, il tient son lecteur en haleine jusqu’à son terrible dénouement. DM

SA MOREIRA Régis de Le libraire Paris, Librairie générale française, 2006 (Le livre de poche; 30619). 189 p. Disponibilité EVI cote R SAMO

Ce libraire-là aime que ses clients ne voient que les livres lorsqu’ils entrent dans sa librairie. C’est pourquoi il se cache derrière le comptoir, cherchant à se faire oublier. Les livres qu’il vend sont ceux qu’il aime. Aucun n’est de trop, tous font partie de lui, ils sont le reflet de ses propres passions. Il n’aime pas les couples car ils sabotent la relation privilégiée libraire-client. Si ses livres sont classés alphabétiquement c’est parce qu’il a constaté que les couples n’aiment pas ce type de classement. Ainsi, ils ne viendront plus, espère-t-il. Un florilège de questions de clients: «Auriez-vous un livre avec deux femmes, quatre hommes, et trois enfants?...» «Auriez-vous un livre où tout se passe dans un bois ?... » « Auriez-vous un livre dont l’héroïne s’appelle Teresa ?... » Après avoir lu cet ouvrage, vous n’entrerez plus dans un librairie de la même façon… Et dans une bibliothèque? RL


32

SHRIVER Lionel Il faut qu’on parle de Kevin Paris, Belfond, 2006. (Littérature étrangère). 485 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • STA cote R SHRI

Ce roman est constitué des lettres qu’Eva Khatchadourian envoie à son mari, Franklin, dont elle est séparée. Leur fils est en train de purger une peine de prison pour avoir commis un massacre savamment orchestré dans son école, tuant neuf personnes, quelques jours avant son dix-huitième anniversaire. Comment cela a-til pu arriver?... Eva se voyait bien vieillir sans enfant, mais a cédé à la pression de son mari. Lorsque Kevin est né, elle n’a pas ressenti la moindre vague d’émotion maternelle la submerger… Est-ce que Kevin est devenu un monstre parce que sa mère ne l’aimait pas? Ou est-ce plutôt Eva qui était incapable d’amour pour cet petit être difficile qui a toujours incarné le mal? Ces 500 pages intelligentes et très bien écrites font la part belle à l’introspection et à la psychologie de la mère. Le lecteur s’aperçoit que cela est nécessaire pour appréhender toute l’horreur du dénouement final. Un livre violent autant qu’effrayant, qui aurait dissuadé l’auteure elle-même de devenir mère… DM

SINGER Isaac Bashevis Un jour de plaisir Paris, Stock, 1979. 199 p. Disponibilité CIT • SER cote R SING

Isaac Bashevis Singer a passé la majeure partie de son enfance à la rue Krochmalna, dans le quartier juif de Varsovie où son père exerçait la fonction de rabbin. A la manière d’un conteur populaire, il fait revivre avec bonheur les joies et les peines de ce petit monde qui n’est plus, anéanti par la barbarie nazie. D’autres souvenirs d’enfances tout aussi indispensables sont évoqués dans l’ouvrage De nouveau au tribunal de mon père. Prix Nobel de littérature, cet immense écrivain est à découvrir ou à redécouvrir d’urgence. TLa


33

SLIM Iceberg Mam black widow Paris, Olivier, 2000 (Soul fiction). 295 p. Disponibilité CIT • EVI • MIN • PAQ • STA cote R SLIM

Iceberg Slim nous conte ici l’histoire d’Otis Tilson, un «travesti incroyablement beau et tragique» qu’il lui a été donné de rencontrer maintes fois durant les 25 ans où il était maquereau à Chicago. Arrivé du Mississippi avec sa famille alors qu’il n’était qu’un enfant, Otis voit peu à peu sa famille partir à vau l’eau. Après quelques temps relativement sereins, le père perd son emploi et devient un pauvre type, méprisé et humilié par sa femme qui finira par le mettre à la porte. Les deux sœurs d’Otis connaîtront une fin des plus sordides et son frère aîné, à force de frayer avec la racaille de Chicago, finira mal. Ne reste qu’Otis, qui voudrait aimer une femme mais ne peut s’empêcher de désirer des hommes, manipulé par une Mama autoritaire, violente, étouffante et théâtrale, une Mama qui n’hésite pas à vendre ses propres enfants pour des nouveaux meubles, et à tuer de ses propres mains s’il le faut. Ce n’est que très tard, trop tard, qu’Otis échappera au chantage affectif dont il est le constant objet de la part de sa mère pour commencer, enfin, une nouvelle vie. Un roman violent et puissant écrit dans une langue crue, qui laisse un sentiment de dégoût et de profonde compassion pour ses personnages sans espoir. DM

SOMOZA José Carlos Clara et la pénombre Arles, Actes Sud, 2005. 549 p. Disponibilité CIT • EVI • PAQ • STA cote R SOMO

Dans un futur imminent, l’« hyperdramatisme » est la dernière tendance artistique. Il s’agit d’un sombre mélange d’art classique ou des modèles humains deviennent la toile ultime de toutes œuvres artistiques. Tout art qui se respecte connaissant aussi ses déviances, la limite entre l’art et l’esclavagisme reste plus ambigu que jamais. Clara est un de ces modèles et rêve de devenir une toile de maître. Lorsque les portes de la consécration s’ouvrent, elle ignore qu’un assassin s’applique à massacrer soigneusement les œuvres hyperdramatiques les plus célèbres. Dans ce livre qui tient autant de l’enquête policière que de la critique d’une société obsédée par l’apparence, Somoza réussit à tenir son lecteur en haleine à l’aide d’une plume aussi exigente que les thèmes abordés par son roman. Il n’en oublie pas pour autant que l’art est aussi une expression des parties obscures de la nature humaine. KP


34

STEFFEN Mimi Dictionnaire français - suisse-allemand Lucerne, Arslinguis, 2006. 237 p. Disponibilité CIT • EVI • PAQ • SER • STA cote 437.949.4 STE

Au contraire du romanche qui n’est parlé que par 0,5% de la population helvétique, le suisse-allemand n’a pas le statut de langue nationale bien qu’il permette à plus de 63% de nos compatriotes de communiquer entre eux au quotidien. Les raisons sont diverses. On cite principalement le fait qu’il ne s’agit pas d’une langue écrite mais d’une constellation de dialectes régionaux aux sonorités divergentes dont la caractéristique principale est l’absence de règles orthographiques et grammaticales fixes. L’apprentissage du schwiizertüütsch ne pourrait-t-il donc se faire que par la pratique et sans l’aide de matériel didactique? Cela a longtemps été le cas. Les rares méthodes de langue disponibles sur le marché sont le reflet de cette réalité et ne comblent aujourd’hui que partiellement cette lacune. Ce dictionnaire français suisse-allemand est le premier véritable ouvrage du genre. Avec plus de 7000 mots et 1500 locutions courantes, il constitue l’indispensable outil de communication avec la Suisse allemande pour toutes les situations de la vie courante. Gageons qu’il permettra aux romands et aux latins de dépasser certains préjugés, de mieux aborder la richesse et les subtilités de cette langue et de favoriser l’entente réciproque. En schwiizertüütsch, cela pourrait se traduire par dr rööschtigrabbe verschtopfe. CL

TRAN-NHUT. L’ombre du prince: une enquête du mandarin Tân Arles, Picquier, 2003 (Picquier poche; 203). 380 p. Disponibilité BUS • CIT • PAQ • STA cote R TRAN

Ils étaient quatre amis étudiants, le prince Hung, les fils de paysans Kiên et Tân, le fils de grande famille, Sen. Des années plus tard, Kiên est devenu chef de quartier dans la capitale, Tân mandarin dans une province reculée, Sen ermite. Hung est mort de façon très mystérieuse, empalé par un éléphant. En ce Viet-Nam du 17e siècle, les temps sont durs, le père du prince a dû mater une jacquerie. Il veut à titre d’exemple exécuter toute la famille de Sen, soupçonnée d’avoir poussé les paysans à la révolte. Le mandarin Tân, venu simplement à la capitale chercher des livres en compagnie du lettré Dinh et du docteur Porc, va devoir élucider toute une série de meurtres et d’intrigues qui le ramèneront, bien malgré lui, à se replonger dans le passé. FA


35

TRAVEN, B. Le chagrin de Saint-Antoine et autres nouvelles mexicaines: nouvelles inédites Paris, Découverte, 2006 (Culte fictions). 110 p. Disponibilité CIT • EVI • JON cote R TRAV

On ne sait pas vraiment qui est B. Traven, qui a écrit sous divers pseudonymes, mais on sait avec certitude qu’il est mort à Mexico en mars 1969, après avoir vraisemblablement passé une cinquantaine d’années au Mexique, lieu où se déroulent la plupart de ses récits. Ce recueil de nouvelles est une illustration du talent de l’auteur en huit tableaux mexicains d’une lecture des plus réjouissantes. Les rapports entre les hommes et les femmes y sont abordés plus d’une fois, ainsi que la condition des Indiens, la religion et la superstition. L’écriture aussi simple qu’efficace et l’humour toujours présent rendent ces textes captivants. DM

TROPPER Jonathan Le livre de Joe Paris, 10-18, 2007 (10/18; 3995. Domain étranger). 411 p. Disponibilité CIT • EVI • PAQ cote R TROP

Joe Goffman, écrivain à succès, a quitté son bled de Bush Falls dans le Connecticut sans se retourner pour vivre à New York dans un somptueux appartement plus adapté à sa réussite… Celle-ci se manifeste également par de nombreuses conquêtes féminines et l’achat des droits de son livre Bush Falls pour en faire un film promis à un incontestable succès… Cependant lorsque Joe retourne dans sa petite ville auprès de son père mourant, il est loin d’être le bienvenu: ses habitants sont les personnages de son best-seller, avec leurs petites mesquineries, leur hypocrisie, mis en scène dans les situations les plus ridicules, avec le basket comme seule religion… Bref, le tableau, même s’il est réaliste, n’est pas flatteur et les héros provinciaux de Bush Falls le savent et ne rateront pas l’occasion de régler son compte au pauvre Joe dépassé par les événements… Un roman dynamique et plein d’humour dont le seul bémol est un «happy end» à l’américaine qu’on voit venir de trop loin… DM


36

TUIL Karine Douce France Paris, Grasset, 2007. 174 p. Disponibilité BUS • CEN • EVI • JON • MIN • SER • STA cote R TUIL

Est-ce parce les parents de Claire sont des Juifs d’Afrique du Nord, émigrés et naturalisés dans les années 60 qui ont élevé leur fille dans la crainte de se faire remarquer que la jeune fille a toujours eu peur de la police, se sentant en situation irrégulière ? Les sans-papiers, les clandestins, elle a souvent voulu connaître leur parcours, leurs errances. Ce jour-là, elle sait que certains attendent du travail devant un magasin d’outillage et elle a un meuble à monter pour son nouveau studio. Mais la police est là aussi et la jeune fille mi-terrorisée, mi-fascinée, se laisse arrêter avec toute la bande. Quand on l’interrogera, elle prétendra s’appeler Ana et être une Roumaine sans papiers. Envoyée dans un camp de rétention de la région parisienne, elle va vivre l’attente, les absurdités du système et la peur. Trop tard pour reculer. On ne la croit plus et on va l’expulser comme tous les autres… RL

VALLEJO François Ouest Paris, Hamy, 2006. 266 p. Disponibilité CEN • EVI • JON • MIN cote R VALL

Quelque part dans l’Ouest, où les forêts, les étangs, le brouillard, l’humus, les chiens de chasse et le gibier imprègnent les hommes d’une certaine sauvagerie, le vieux baron de l’Aubépine meurt, laissant son château en héritage à son fils avec lequel il est brouillé depuis quinze ans. En effet le fils n’a jamais aimé la vie de ce père pétrie dans la noblesse et le conformisme. Il préfère se battre aux côtés des révolutionnaires, entrevoir avec eux quelques idées socialistes et rêver de rencontrer Victor Hugo. Pourtant il revient au pays et est confronté à son garde-chasse, Lambert, qui servait déjà son père avec beaucoup de dévotion et d’admiration. Les rapports entre ce nouveau maître et le valet sont crispés car leurs mondes sont opposés. L’un vit encore sur les bases fiables du passé, l’autre veut tout changer, ce qui bouscule les valeurs de Lambert. Lorsque Mlle Berthe, la nouvelle conquête du maître, disparaîtra mystérieusement, Lambert hésitera à dénoncer le baron… RL


37

WALSER Robert Les enfants Tanner Paris, Gallimard, 1985. 293 p. Disponibilité CIT • EVI • MIN • PAQ • SER cote R WALS

Ecrit en 1907, ce texte retrace l’itinéraire erratique d’un jeune homme qui court après sa vie. Simon travaille, démissionne, retrouve un emploi en convainquant un libraire de sa bonne volonté. On l’embauche mais, déçu, il repart, choisit la verte et naïve campagne pour mieux retourner à la ville qu’il n’aurait jamais dû quitter. Il y rencontre Klara, dame magnifique qui l’accueille, mais il repartira rejoindre sa sœur régente dans un petit village, merveilleuse villégiature jusqu’à son retour à la ville. On l’aura compris: ses vagabondages, fruits de ses humeurs capricieuses se reflètent dans l’écriture fiévreuse de Robert Walser qui dissèque, commente à l’envi les va et vient de son héros, son double, son ombre et partage sa recherche interminable d’un ailleurs improbable… Ses mots appliqués cisèlent une écriture minutieuse, méticuleuse, resserrée. MCM

WIESENTHAL Simon Les fleurs de soleil Paris, Albin Michel, 2004 (Espaces libres; 140). 259 p. Disponibilité EVI • SER cote 940.54 WIE

Simon Wiesenthal (1908-2005) est arrêté en 1941 par la Gestapo et passe d’un camp de travail à l’autre, 12 au total! En 1945, lorsqu’il est libéré, il ne pèse plus que 45 kilos… Quelques semaines plus tard, il s’engage à retrouver les nazis en fuite pour les faire juger. Dans ce petit livre, il raconte un épisode qui l’a interpellé. Un jour dans un camp, une infirmière l’emmène au chevet d’un jeune SS grièvement blessé. Ce dernier veut voir «un Juif» pour lui demander pardon. Il aimerait mourir «en paix», lavé de ses crimes affreux qui le hantent, dit-il. Simon l’écoute mais ne peut/veut pas pardonner. Quand il écrit la première édition de ce texte à la fin des années 60, il demande à des auteurs de l’époque de donner leur avis sur son comportement. En 1999, il décide de rééditer ce texte en proposant cette fois à Simone Veil, Lytta Basset, Matthieu Ricard et d’autres historiens, théologiens, philosophes ou écrivains d’aujourd’hui de s’exprimer sur le pardon individuel, collectif, sur la culpabilité, sur Dieu avec toujours la même question: «Et vous, qu’auriez-vous fait?». RL


38

WILGUS Nick Meurtre et méditation Arles, Picquier, 2006. 281 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • MIN • PAQ cote R WILG

Le titre annonce la couleur: un jeune novice apparemment drogué est retrouvé mort dans un temple bouddhiste de Bangkok. Les choses se compliquent avec un deuxième cadavre, l’apparente mauvaise volonté du supérieur, et la présence de policiers imposés par une instance supérieure au sein du monastère… Celui qui se retrouve chargé de l’enquête n’est autre qu’un ancien flic, devenu moine après l’assassinat de sa femme et de son fils, suite à une enquête fructueuse sur les liens corrompus entre certains policiers thaïs et des trafiquants de drogue… L’auteur a un parcours semblable mais inversé par rapport à son héros. Lui est Américain, ancien moine franciscain, devenu journaliste à Bangkok. Ce livre est son premier roman. FA

WILSON Robert Charles Blind Lake Paris, Denoël, 2005 (Lunes d’encre). 415 p. Disponibilité BUS • CIT • PAQ • STA cote R WILS

Blind Lake est un observatoire astronomique bien particulier. Ses ordinateurs quantiques observent les planètes extrasolaires avec une précision telle que l’on peut en suivre les habitants. L’auteur commence donc par nous faire partager la fascination des scientifiques pour ce nouveau type de recherche. Mais, un jour, l’armée instaure le blocus complet de Blind Lake. Les personnages, comme le lecteur, sont privés de toute information du monde extérieur. Le huis clos est donc parfaitement angoissant, d’autant plus que l’extra-terrestre observé commence à avoir un étrange comportement… Une science-fiction originale et intelligente. FD


39

YAHIA Mona Les coccinelles grises Paris, Archipel, 2006. 393 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • PAQ cote R YAHI

Les coccinelles grises, ce sont les voitures de la police secrète qui sillonnent Bagdad en 1967. Israël vient de gagner la guerre des six jours, et il ne fait pas bon être Juif en Irak comme c’est le cas de Lina et de sa famille. Des gens disparaissent, son frère est arrêté, son père perd son travail. Même là, son récit n’est jamais larmoyant. Elle raconte aussi avec humour son passage de l’enfance à l’adolescence, les surpriseparties, les tapis de sa mère, les romans photos qu’elle dévore, les copines, l’arrivée du jeune Anglais d’à côté… la beauté du Tigre et les senteurs de Bagdad. FA


40

BANDES DESSINÉES

ADAM Peggy Luchadoras Genève, Atrabile, 2006 (Bile blanche) Disponibilité CIT • PAQ • SER • STA cote BD ADAM

La ville mexicaine de Ciudad Juarez est, depuis quelques années, tristement célèbre. Des centaines de femmes y ont été assassinées ou restent portées disparues. Peggy Adam se fait la porte-parole de ces femmes en inventant l’histoire d’Alma, jeune femme battue par son compagnon. Pour l’auteure, l’histoire de l’héroïne semble être à l’image du destin des femmes de Ciudad Juarez: toujours seules face à un mélange explosif de pauvreté, de bêtise masculine, de crime, de corruption et d’indifférence. Une bande dessinée forte et sans concessions. FD

ALFRED KA Olivier Pourquoi j’ai tué Pierre Paris, Delcourt, 2006 Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • STA cote BD ALFR

A 35 ans, Olivier se retrouve dans une église et sa poitrine est incompréhensiblement oppressée… Il a vécu avec des parents baba cool, côtoyé des grands-parents hyper religieux et a été très proche de Pierre. Pierre, un curé de gauche, gentil, doux avec les enfants, un nouveau tonton pour Olivier… Tous les étés, il emmène en camp une dizaine d’enfants et Olivier est son préféré. Jusqu’au jour où… Une autobiographie thérapeutique poignante qui emmène le lecteur dans le cœur du petit garçon que fut l’auteur et de l’adulte qu’il est maintenant, un adulte qui se disait «Ce n’est pas grave» jusqu’au jour où le passé l’a rattrapé. Indispensable. DM


41

BECHDEL Alison Fun home : une tragicomédie familiale Paris, Denoël, 2006 Disponibilité CIT • EVI • PAQ • SER • STA cote BD BECH

Fun home, c’est le surnom donné par une jeune fille, Alison, à l’entreprise familiale, un home funéraire. Ce lieu représente l’austérité de sa vie familiale et exprime les rapports difficiles avec un père gay resté trop longtemps dans le placard. Quête identitaire aussi, au collège, Alison s’affirme lesbienne et à l’occasion d’une visite familiale, elle pourra un peu lever le rideau sur les secrets familiaux. Alison Bechdel revisite en bande dessinée le journal intime de son enfance avec une grande sincérité et une discrète provocation. KP

BLANCHET Pascal La fugue Montréal, Pastèque, 2005 Disponibilité STA cote BD BLAN

Après 416 leçons de piano, un homme part à la ville pour devenir pianiste de jazz. Il rencontrera une femme, aura un enfant, mais ne profitera que peu de ce bonheur naissant, devant rapidement partir à la guerre. A son retour, la vie continue, avec ses joies et ses peines. Le lecteur suit cet homme attachant, de son enfance à sa mort. Hommage au jazz, ce petit livre muet ou presque retrace l’histoire de toute une génération avec un sens du rythme remarquable. Superbe. PB

COCK Elvire de L’exode Genève, Humanoïdes associés, 2006. (Tir nan og; 1). Disponibilité CIT • PAQ cote BD COCK

Au 19e siècle, la famine qui sévit en Irlande pousse des centaines de milliers d’hommes et de femmes à émigrer en Amérique. Dans leurs bagages, ces pauvres gens emmènent leurs biens les plus précieux, dont font partie leurs croyances et coutumes. Un jeune garçon qui porte un étrange tatouage dans le dos survit grâce à de menus larcins perpétrés avec sa bande lorsqu’il devient le centre d’intérêt de deux groupes


42

d’hommes très étranges. Cela aurait-il un rapport avec les rêves qu’il fait depuis qu’il a touché un mystérieux objet trouvé dans les tunnels du métro en construction? FG

DAVODEAU Etienne, KRIS Un homme est mort Paris, Futuropolis, 2006 Disponibilité CIT • PAQ • SER • STA cote BD DAVO

En 1950, un mouvement de grève secoue les énormes chantiers de reconstruction de la ville de Brest, totalement dévastée par les bombardements de la deuxième guerre mondiale. Les syndicalistes appellent leur camarade documentariste René Vautier pour réaliser un film destiné à «motiver les troupes». Lorsque le cinéaste arrive, un drame a eu lieu: un ouvrier a été tué par la police lors d’une manifestation. Il va donc filmer les funérailles et, en l’absence de prise de son directe, illustrer le résultat par le poème d’Eluard Au rendez-vous allemand. Le résultat de cet alliage se révèle saisissant. Le film lui-même monté et développé dans l’urgence en une seule copie, disparaîtra à jamais, usé par de nombreuses projections sur les chantiers. FD

L’éprouvette Paris, Association, 2006 Disponibilité PAQ • STA cote 809.36 EPR

L’Eprouvette, collection lancée par l’éditeur l’Association, se propose de donner un éclairage critique sur la bande dessinée. La revue éponyme, qui ne connaîtra que 3 livraisons, constitue un prolongement au premier texte de la collection, Platesbandes, signé Jean-Christophe Menu, auteur mais aussi éditeur à l’Association. Il s’agit de défendre une avant-garde de la bande dessinée. Le ton est volontairement polémique, certains le jugeront même agressif. La démarche semble toutefois salutaire face à la véritable inflation que connaît l’édition de bande dessinée. Le discours de l’Eprouvette ne se résume toutefois pas à quelques attaques contre l’industrie culturelle, les contributions interrogent en profondeur les codes et l’évolution du medium donnant une véritable épaisseur à la publication. FD


43

GERNER Jochen Courts-circuits géographiques Paris, Association, 1997 Disponibilité SER • STA cote BD GERN

Suite à plusieurs voyages en Europe et un séjour de plusieurs mois à New York, Jochen Gerner nous livre sous la forme de cases diapositives toutes sortes d’impressions sur les gens rencontrés, les situations vécues ou les lieux visités. Malgré un dessin que certains trouveront peut-être minimaliste, son récit fourmille de détails amusants qui révèlent chez l’auteur un sens aigu de l’observation et de la description. CA

GIPI S. Paris, Vertige graphic, 2006 (Moby Duck) Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote BD GIPI

Gipi est un auteur particulièrement présent depuis deux ans. Entre 2005 et 2006, six de ses livres ont été traduits en français. Nous ne nous en plaindrons pas, puisque chaque livraison constitue un nouveau choc! S. dégage une émotion rare. Gipi nous parle ici d’un père récemment disparu. Ce n’est pas son histoire qu’il va nous conter, mais toutes les histoires que tissent les souvenirs, en passant d’une personne à l’autre, ou en évoluant avec le temps qui passe. Et, comme toujours, son magnifique dessin à l’aquarelle fait merveille. En complément, et en attendant le prochain chef d’œuvre, on pourra avoir un aperçu de ses travaux sur son blog: http://gipifrance.blogspot.com/ FD

GONZALEZ Jorge Hate jazz Bruxelles, Caravelle, 2006 (Urbaine). Disponibilité CIT • STA cote BD GONZ

Clarence T, noir new yorkais, est un saxophoniste de jazz surdoué mais aussi un junkie en manque. Un soir, il fait irruption dans le club dans lequel il a l’habitude de jouer pour demander au patron de lui donner l’argent qu’il lui doit afin d’acheter sa dose. Il le menace avant de partir bredouille. L’incident se clôt et les musiciens montent sur scène. C’est un quartette formé de Chester au saxophone, Cecil au piano et deux frères, Net et Emet, à la basse et la batterie, tous deux amoureux de la même femme, une cer-


44

taine Velma, une habituée. A la fin de la soirée, Clarence menace avec une batte de base-ball le patron du club, qui s’écroule de peur. Il lui prend ce qu’il lui doit, mais Cecil, qui a assisté à la scène, vide le porte-monnaie et frappe le patron. Ce sont ces personnages que nous suivrons durant cette nuit et la journée suivante. Avec un dessin magnifique et des couleurs éclatantes, l’auteur nous plonge dans un univers de violence. Dans l’ombre de ce milieu véreux se trame un acte de barbarie bien plus odieux. PB

JUILLARD André, CHRISTIN Pierre Le long voyage de Léna Paris, Dargaud, 2006. (Long courrier) Disponibilité CIT • EVI • JON • PAQ • SER cote BD JUIL

Elle s’appelle Léna. C’est une jeune femme, grande, élégante et énigmatique. Mais qui est-elle vraiment et pourquoi sillonne-t-elle l’Europe, en prenant soin de ne laisser aucune trace de son passage? Elle commence son périple à Berlin, où elle rencontre un homme, peut-être ancien dignitaire du régime déchu, qui lui remet une liste de noms et de numéros de téléphone qu’elle s’empresse de mémoriser. A chaque étape, à Budapest, en Roumanie, à Kiev, Odessa ou en Turquie, elle offre un cadeau à son «contact»: une eau de toilette, un plan, des pâtes d’amande, ou un nécessaire pour diabétique. Ce n’est que dans les dernières pages, alors que la concrétisation de ce plan est imminente, que le lecteur comprendra mieux cette femme. La première collaboration de ces deux auteurs se solde par un récit fort, entre nostalgie et mélancolie, avec comme toile de fond, le terrorisme international. PB

KATIN Miriam Seules contre tous Paris, Seuil, 2006 Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • PAQ • SER • STA cote BD KATI

Seules contre tous est un magnifique roman graphique autobiographique dans lequel Miriam Katin retrace l’histoire de sa famille durant la seconde guerre mondiale. En 1944, à Budapest, alors qu’elle a 3 ans, son père se fait enrôler dans l’armée hongroise. Pour fuir les persécutions nazies et pour ne pas être parquée comme les autres juifs promis à la déportation, sa mère décide de fuir la ville avec sa fille. Grâce à l’aide d’une amie, elle se procurera de faux papiers faisant d’elle une servante russe accompagnée de sa fille illégitime. S’enfuyant dans la campagne, elles souffrent du


45

froid et de la faim, mais trouvent néanmoins la force de continuer. Elles trouveront refuge chez des paysans. Elles croiseront des soldats allemands, des Russes, des collaborateurs, des traîtres, mais aussi des gens prêts à les aider. Un récit bouleversant en noir et blanc, d’une très belle qualité graphique. PB

LAPHAM David Tue-moi à en crever Paris, Delcourt , 2006 Disponibilité BUS • CIT • JON • PAQ • STA cote BD LAPH

Voilà une bande dessinée bien noire: Steven et Eve vivent apparemment une vie confortable, il est un pianiste de jazz reconnu, elle est la riche patronne du club où il joue. Les affaires marchent bien et ils ont une belle et grande maison. En fait, il n’y a qu’un problème: ils se détestent! Le jour où Steven rentre chez lui et découvre Eve pendue au plafond tous les soupçons se porteront sur lui. D’autant plus que Steven, désorienté, va se faire réconforter chez une de ses ex, Tara, et va passer quelques jours paisibles en sa compagnie aux Bahamas, ce qui va le rendre encore plus populaire. Mais Steven s’accroche à l’amour qu’il porte à Tara à tel point qu’il ne verra pas le jeu trouble que celle-ci joue... TLe

LOUSTAL Jacques de Le sang des voyous Bruxelles, Casterman, 2006 Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • STA cote BD LOUS

Louis est un tueur, un voyou, qui tue des gens, souvent sur commande, pour les besoins de ses activités. Il opère en métropole, mais aussi dans les colonies indochinoises de la France. Le récit s’ouvre d’ailleurs sur son dernier «contrat». Mais Louis est malade. C’est un tueur à l’agonie, touché par une maladie qui ne le laissera pas et qui ronge ses dernières forces. Avant de disparaître, titubant, il entreprend de repartir sur les traces de sa propre histoire, pour régler ses comptes les armes à la main, à la recherche de sa fille perdue de vue quelques années plus tôt. Le sang des voyous retrace cette dérive sanglante que rien ne semble arrêter. Avec son trait fin et épuré, une riche palette de couleurs et en utilisant le texte en voix off, Loustal parvient, mieux que personne, à restituer des atmosphères particulières. PB


46

MACOLA Pierre Aller simple Paris, Vertige Graphic, 2006 Disponibilité CIT • JON • MIN • SER • STA cote BD MACO

Giorgio Chiesura, lieutenant de l’armée italienne durant la deuxième guerre mondiale, commence l’écriture d’un journal en juin 1943. Il y raconte son périple pour rejoindre les troupes engagées en Sicile en prise avec les armées alliées et la lente et inexorable déroute de l’Italie fasciste. Loin d’être un fanatique du Duce, Giorgio s’interroge avec beaucoup de lucidité, et un certain sens de l’humour, sur l’absurdité de la guerre, ses effets étonnants sur les hommes et les mensonges de la propagande fasciste et ceux de l’amitié italo-germanique. CA

MADDEN Matt 99 exercices de style Paris, Association, 2006 (Ciboulette; 52) Disponibilité CIT • SER • SET cote BD MADD

Matt est assis devant son bureau, il se lève et, au moment où il traverse le salon, son amie Jessica, qui est au premier étage, lui demande l’heure. Matt lui répond qu’il est 1 heure 15, il arrive ensuite devant le frigo, l’ouvre et ne se souvient plus de ce qu’il était venu chercher. Cette minuscule tranche de vie est déclinée de 99 manières différentes, comme son modèle, le chef d’œuvre de Raymond Queneau. C’est drôle, original, inventif et finalement plus passionnant qu’on pourrait le croire. DM

MAHLER L’art selon Mme Goldgruber: insulte Paris, Association, 2005 (Eprouvette) Disponibilité STA cote BD MAHL

Comment démontrer à sa contrôleuse fiscale que la bande dessinée est bien un art et non un travail artisanal, a fortiori lorsque, comme Mahler, on est un auteur «minimaliste» dont l’humour flirte avec l’absurde? La question n’a pas qu’un intérêt rhétorique, la réponse retenue par la fonctionnaire influera directement sur son taux d’imposition, plus bas pour l’artiste que pour l’artisan! C’est ce débat, agrémenté de


47

quelques digressions, que l’auteur choisit d’illustrer pour répondre à la demande d’une galerie lui consacrant une exposition: réaliser une contribution au catalogue avec pour thème l’Art. Juste retour des choses et comble de l’ironie «mahlerienne». FD

MARDON Gregory Leçon de choses Marcinelle, Dupuis, 2006 (Expresso) Disponibilité CIT • JON • STA cote BD MARD

Le petit Jean-Pierre vit à la campagne, il est amoureux de la jolie Sophie, et fait des tours à vélo avec son meilleur copain. Comme tous les petits garçons, ils s’inventent des histoires, et imaginent des biographies non autorisées aux paysans du coin. En arrière-fond, on voit un papa peu présent et une maman qui s’ennuie ferme. La situation se dégrade à tel point qu’ils se séparent, et le petit Jean-Pierre doit déménager avec sa maman. Cette magnifique BD colorée nous plonge dans l’enfance avec tout ce qu’elle contient d’innocence et d’insouciance, malgré quelques crève-cœur et autres humiliations. Mais c’est aussi la période des doutes et des questionnements et le divorce des parents suivi du déménagement met plutôt en exergue une mélancolie inhérente à l’enfance et à sa fragilité. Cette BD très sensible est aussi belle que triste. DM

MOYNOT Pourquoi les baleines bleues viennent-elles s’échouer sur nos rivages? Marcinelle, Dupuis, 2006 (Aire libre) Disponibilité BUS • CIT • EVI • PAQ • SER • STA cote BD MOYN

La fameuse baleine bleue du titre existe bel et bien. C’est un certain James Whales, romancier américain, énigmatique et sulfureux, inspiré par James Ellroy, qui s’échoue à Paris, entre alcools et palace, tant que son éditeur lui donne de l’argent. Il renie tout ce qu’il a écrit et promet un livre magnifique, le roman total de l’Amérique, mais en réalité il n’a plus écrit une seule ligne depuis longtemps. Face à lui, le jeune auteur Simon Breuil, qui déborde d’égoïsme et doit sa notoriété à son éditrice-amante, fait presque figure de garçon de chœur. Dominé par des couleurs sombres, le lecteur est plongé dans les nuits parisiennes, dans une ambiance lourde et tendue, où se vit une étrange relation entre ces deux auteurs, entre fascination et exaspération. Un grand roman noir. PB


48

NICOBY Chronique layette Frontignan, 6 pieds sous terre, 2006. (Monotrème) Disponibilité BUS • JON • PAQ cote BD NICO

Deux jeunes parents font la découverte de la vie à trois avec la naissance de leur fils. Des grandes questions existentielles aux petits tracas de tous les jours, Nicoby raconte à travers sa BD les premiers mois de cette nouvelle famille avec nombre d’épisodes qui sentent bon le vécu. Une franche partie de rigolade qui rappellera des souvenirs à tous ceux qui sont déjà passé par là… et qui ne risque pas de laisser les autres de marbre. FG

Paroles de poilus: lettres et carnets du front, 1914-1918 Toulon, Soleil, 2006 Disponibilité BUS • CEN • EVI • JON • PAQ • SER cote BD PARO

En 1996, sur les ondes de Radio France, on demanda aux auditeurs d’envoyer les lettres ou les journaux intimes de soldats de la première guerre mondiale qu’ils auraient dans leurs archives privées. Sur les 8000 réponses, 100 témoignages furent retenus et rassemblés dans un livre qui connut un énorme succès. Pour toucher un public encore plus large, on a fait ici appel à 20 dessinateurs qui ont chacun illustré une lettre de l’un de ces Poilus. Les textes sont tous déjà très poignants, mais l’illustration ajoute encore une dimension plus dramatique à cette guerre qui mobilisa 8 millions de Français et qui fit 2 millions de morts et 4 millions de blessés. Ce sont principalement des gens simples qui écrivent, souvent issus des classes sociales défavorisées, ces «petites gens» qui n’avaient pas de pistons pour échapper aux horreurs du Front. Difficile d’oublier cette lettre retournée à l’amoureuse: «Le destinataire n’a pas pu être atteint en temps utile. Retour à l’envoyeur». La Guerre allait finir quelques jours plus tard… RL


49

TAN Shaun Là où vont nos pères Paris, Dargaud, 2007 (Long courrier). Disponibilité BUS • CIT • EVI • MIN • PAQ • STA cote BD TAN

Dans un intérieur modeste, un père de famille fait sa valise, prenant soin d’emballer un cadre, qui contient une photo de sa femme, de son fils et de lui. Il lui faut partir en éclaireur, dans le but de trouver une meilleure conjoncture politique. Les adieux se font sur le quai d’une gare et c’est le départ. Il embarque ensuite sur un navire à destination de la terre promise. Ils sont nombreux, comme lui, à faire ce long voyage dans des conditions pénibles. Enfin la terre d’accueil est en vue, mais dès la sortie du paquebot, il doit, comme tous les autres migrants, subir de nombreux tests, éprouvants. Une fois reçu le papier officiel dûment tamponné, il traverse des paysages urbains dantesques et énigmatiques avant d’arriver à sa zone d’affectation. Dès lors, il doit tout apprendre des rouages de cette société, réapprendre à communiquer pour acquérir son autonomie, pour vivre. Ce récit sans parole est une pure merveille, graphiquement superbe, avec des dessins en noir, blanc et sépia. La mise en page, qui alterne des petites cases et des dessins en pleines pages, donne un rythme très particulier, un souffle. PB

TOFFOLO Davide Le roi blanc Paris, Casterman, 2005 Disponibilité BUS • CEN • JON • STA cote BD TOFF

La légende raconte qu’il y a très longtemps, un gorille blanc sauva la peuplade des Fangs de la famine. L’apparition de cet étrange animal, perçue comme une manifestation divine, constitua un des mythes fondateurs de cette ethnie africaine. Quelques siècles plus tard, les temps ont changé. L’Afrique s’est heurtée à la brutale réalité du monde moderne et la magie de son univers animiste a cédé la place à d’autres considérations. Il reste encore quelques anciens pour transmettre aux plus jeunes des bribes de sagesse d’un monde définitivement perdu et qui relèvent aujourd’hui de la tradition folklorique. Un jour de l’année 1966, le gorille blanc réapparaît. Il ne suscite plus le respect qui lui est dû. Capturé, vendu, et acheminé au zoo de Barcelone, il sera exhibé comme un phénomène de foire et vivra en cage jusqu’à sa mort survenue en novembre 2004. Le dieu est en prison. Symbole de la confrontation entre deux mondes que tout sépare, il continuera pourtant à exercer une profonde fascination sur ses visiteurs. CL


50

URASAWA Naoki Monster Bruxelles, Dargaud Benelux, 2001-2005. 18 vol. (Big Kana) Disponibilité EVI • STA cote BD URAS

Kenzo Tenma est un jeune neurochirurgien japonais qui jouit déjà d’une fameuse réputation dans un grand hôpital de Düsseldorf. Un jour, il choisit de sauver la vie de Johann, un garçon de 10 ans atteint à la tête par une balle, plutôt que celle du maire qui vient aussi d’être admis aux urgences. Sa carrière va basculer à cause de ce choix éthique et aussi parce que ses supérieurs vont tous mourir de façon suspecte. Soupçonné de ces meurtres, il va fuir et rechercher l’enfant qu’il a sauvé. Mais ce garçon est devenu un tueur en série, un monstre. Un manga haletant du début à la fin, où l’histoire des deux Allemagne va avoir son importance. RL

WATSON Andi Ruptures Bussy-Saint-Georges, Ça et là, 2006. Disponibilité CIT • JON • PAQ • SER • STA cote BD WATS

Binny et Debby passent la nuit ensemble après une soirée bien arrosée chez un ami commun. Ces deux jeunes gens vont apprendre à se connaître avec leurs petits défauts, leur caractère, les malentendus de la vie de tous les jours et les mensonges par-dessus lesquels il faut passer pour vivre ensemble. FG


51

WINICK Judd Pedro et moi Bussy-Saint-Georges, Cà et là, 2006 Disponibilité CEN • EVI • PAQ • SER • STA cote BD WINI

Cette BD autobiographique retrace un moment de la vie de l’auteur. Judd Winick a 23 ans lorsqu’il se présente au casting d’une émission de téléréalité à MTV. Il est sélectionné et on lui annonce qu’il va devoir partager sa chambre avec une personne atteinte du SIDA. Bien que nous soyons aux USA en 1993, il est évident que Judd ne sait rien de cette maladie. Il va alors apprendre à connaître Pedro Zamora qui se sait malade depuis 6 ans. Il avait 17 ans lorsqu’il a appris la nouvelle. Passé le moment où tout lui a paru inutile, absurde, Pedro a ensuite décidé de se battre, de lutter, et surtout d’informer, la TV étant l’ultime cri qu’il lancera. Ces deux jeunes qui ne se seraient jamais rencontrés sans l’émission vont développer une vraie amitié, ceci jusqu’à la mort annoncée de Pedro. Le dessin en noir et blanc donne au témoignage une force et une intensité qui bouleversera quiconque lira ce livre. RL


52

VOS BIBLIOTHÈQUES MUNICIPALES: CIT

bibliothèque de la Cité 5 place des Trois-Perdrix 1204 Genève tél. 022 418 32 22

SER • bibliothèque de la Servette 9 rue Veyrassat 1202 Genève tél. 022 733 79 20

EVI

bibliothèque des Eaux-Vives 2 rue Sillem 1207 Genève tél. 022 786 93 00

STA • bibliothèque de Saint-Jean 19 av. des Tilleuls (entrée rue Miléant) 1203 Genève tél. 022 418 92 01

JON • bibliothèque de la Jonction 22 bd Carl-Vogt 1205 Genève tél. 022 800 13 61 MIN • bibliothèque des Minoteries 3-5 rue des Minoteries 1205 Genève tél. 022 800 01 31

BUS • service du Bibliobus 40 points de stationnement dans tout le canton, renseignements auprès de votre commune ou au 022 418 92 70 SPO • bibliothèque des sports 4 ch. du Plonjon parc des Eaux-Vives 1207 Genève

PAQ • bibliothèque des Pâquis 15-17 rue du Môle 1201 Genève tél. 022 900 05 81

Ces résumés vous ont été proposés par Françoise Aellen • Josse Bailly • Philippe Bonvin • Philippe Cosandey • Florent Dufaux • François Gerber • Caroline Langendorf Richard • Tony Larsen • Roane Leschot • Thierry Leu • Christian Liechti • Marie-Claude Martin • Dominique Monnot • Kieran Pavel


Il en est des livres comme du feu dans le foyer. On va le prendre chez le voisin, on l’allume chez soi, on le communique à d’autres et il appartient à tous.

Voltaire

envie_de_lire_24  

Les coups de coeur des bibliothécaires des Bibliothèques municipales de la Ville de Genève