Page 1


1

Vous tenez entre les mains un recueil éclectique de propositions de lectures concocté par vos dévoués bibliothécaires. Vous y trouverez aussi bien des nouveautés que des classiques, des essais que des bandes dessinées ou des romans, sans oublier la science-fiction ou les polars, bref, tout ce qui fait la diversité des collections que les bibliothèques municipales mettent à votre disposition. Nous, bibliothécaires passionnés de lecture, partageons avec vous nos coups de cœur dans ces petits textes que nous vous laissons découvrir et dont nous espérons qu’ils vous donneront envie de lire.


2

ABDOLAH Kader La maison de la mosquée Paris, Gallimard, 2008 (Du monde entier). 475 p. Disponibilité CEN • EVI • MIN • PAQ • SER • STA cote R ABDO

Au cœur de l’Iran et ses mystères ancestraux, l’auteur nous raconte une riche histoire familiale. Le roman débute comme un conte oriental avec une douce ambiance au cœur de cet oasis qu’est la demeure partagée par trois cousins. Les coutumes sont présentes sans être oppressantes même si une pointe d’archaïsme fait parfois obstacle à certaines esquisses de progrès, la notion de progrès demeurant un vaste débat. C’est l’époque du Shah, d’un islam tolérant et d’Américains trop présents. Mais une ombre plane et c’est sous l’aspect d’un reportage journalistique que le débarquement de Khomeiny et ses tragiques conséquences nous sont dévoilés. Ce roman condamne le fanatisme et son triste résultat mais il démontre subtilement que nous ne pouvons associer tout un pays à ses égarements, tant l’histoire d’un peuple est multiple. C’est surtout une démonstration où le temps est le grand balai de l’univers et où rien ne dure vraiment. Une ode à l’humilité sans doute. PC

AÏTMATOV Tchinguiz Le léopard des neiges Pantin, le Temps des Cerises, 2008. 300 p. Disponibilité EVI • JON cote R AITM

Dans les lointaines montagnes du Kirghistan se meurt Jaarbarss, le plus grand et le plus valeureux des grands léopards des neiges. Arsène Samanchine, génial journaliste fantasque au goût immodéré pour les grandes phrases est embarqué à son corps défendant dans une drôle d’affaire. Il connaît les langues étrangères, il sera donc le guide-interprète des deux princes arabes venus chasser le grand gibier des Monts de l’Ouzenguilesh de l’Asie profonde et abandonnée des oligarques russes. Mais rien ne se passera comme prévu: attentat à demi-manqué, enrichissement espéré en vain, amours contrariées sont les ingrédients burlesques de ce roman magnifique, drôle et grave en même temps, et peinture naturiste des grands espaces et des grands espoirs. Un très bon moment de lecture. MCM


3

ATKINSON Kate Les choses s’arrangent mais ça ne va pas mieux Paris, Fallois, 2006. 410 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • SER cote R ATKI

Tout commence lors d’un banal accrochage entre deux voitures en plein centre d’Edimbourg. Mais de banalité, il n’en est point question dans ce roman construit comme une toile d’araignée où tous les témoins sont liés de façon obscure et bien malgré eux! Piégé au milieu de cette toile, nous avons le plaisir de retrouver Jackson Brodie, le détective privé de la Souris Bleue, un précédent roman de Kate Atkinson. Ne reste plus qu’à tirer le fil de ce roman jusqu’au dénouement qui apportera enfin les réponses… Plus qu’un polar, une comédie de mœurs servie par un humour féroce sans concession. JM

ATTALI Jacques Une brève histoire de l’avenir Paris, Fayard, 2006. 422 p. Disponibilité BUS • CIT • JON • MIN • PAQ • SER cote 303.4 ATT

Jacques Attali commence par brosser un tableau très clair de l’histoire de l’humanité pour ensuite imaginer l’avenir : «Selon la façon dont nous agirons, nos enfants et petits-enfants habiteront un monde vivable ou traverseront un enfer en nous haïssant »... Voici une citation qui situe bien ce brillant essai sur tous nos possibles à partir d’une analyse ancrée dans le passé. Il existe peut-être une structure de l’Histoire permettant de prévoir l’organisation des décennies à venir. Ainsi l’histoire ne serait pas une fatalité, il serait même possible de la penser pour mieux la prévoir. Un livre intelligent qui devrait nous aider à grandir ! CD


4

BARLOW Toby Crocs Paris, Grasset, 2008. 374 p. Disponibilité EVI • JON • STA cote R BARL

Crocs est un ovni, un roman hors du commun. C’est à la fois un polar, une fantaisie gore, un conte érotique, une tragédie shakespearienne, mais surtout une épopée intégralement écrite en vers libres, mêlant l’argot et le lyrisme sur un rythme effréné. Tout se passe dans un Los Angeles crépusculaire. Il y a d’abord Anthony Silvo, un jeune chômeur au passé douloureux, qui trouve un travail comme attrapeur de chiens dans un dispensaire pour animaux, remplaçant un collègue mystérieusement disparu. Mais il y a surtout des gangs mafieux qui se disputent le partage des différents commerces illégaux. Derrière ces gangs se cache un secret bien plus lourd: les différents membres sont des descendants d’anciennes lignées de chiens-loups garous sanguinaires. Ils se sont tous adaptés et vivent maintenant au cœur de la ville, semant la terreur. Quand Anthony tombe amoureux de l’ancienne maîtresse de Lark, leur chef charismatique, la guerre éclate. Au milieu de tout ce beau monde, l’inspecteur Peabody, un flic solitaire, arrive toujours avec un temps de retard, mais assistera néanmoins au spectacle final. Premier livre de cet auteur américain, Crocs ne lâche pas le lecteur qui s’aventure dans ses pages violentes, baignées de descriptions parfois sanguinolentes ou érotiques. PB

BASHO Le chemin étroit vers les contrées du Nord Genève, Héros-Limite, 2006. 77 p. Disponibilité EVI cote 895.6 BAS

Après une vie citadine, le poète Basho décide de s’exiler à la campagne, dans l’isolement et la tranquillité. Suite à cette expérience personnelle, il partira sur les routes japonaises : quatre récits ponctueront ses errances poétiques. Comme ultime voyage, il décidera de s’aventurer dans les contrées du nord, encore peu connues et dangereuses, face à la mer du Japon et environnée d’une nature sauvage. Accompagné de Sora, un ami poète, ils mettront cinq mois, en partant de Tokyo pour atteindre le point le plus septentrional. C’est ce récit de voyage, entrecoupé de haïkus, qui est retranscrit ici. Magnifiquement traduit par Nicolas Bouvier, Le chemin étroit vers les contrées du Nord est un recueil d’une très grande originalité et d’une incroyable modernité, surtout lorsque l’on sait qu’il a été écrit en 1689. PB


5

BAXTER Stephen Evolution Paris, Pocket, 2008 (Pocket. Science-fiction). 2 vol. Disponibilité CIT • PAQ cote R BAXT

La Terre, 65 millions d’années avant notre ère. Les dinosaures règnent en maîtres et Purga, un petit mammifère qui vit la nuit, tente de survivre en nourrissant et protégeant ses petits tant bien que mal. La chute d’une comète va bouleverser l’équilibre des choses et permettre aux mammifères d’évoluer, puis aux hominidés de devenir les maîtres de la planète avant de passer le relais à leurs descendants. En 19 chapitres, Stephen Baxter nous fait voyager de 65 millions d’années avant notre ère, à 500 millions d’années après. Les descendants du petit mammifère originel revêtent toutes sortes de formes en fonction des changements climatiques auxquels doivent s’adapter les différentes créatures issues du lent cheminement de l’évolution et des caprices de Dame Nature, sous peine d’extinction pure et simple. FG

BEHRENS Peter La loi des rêves Paris, Bourgois, 2008. 568 p. Disponibilité CIT cote R BEHR

Irlande, 1846. La famine jette sur les routes des milliers d’ouvriers agricoles chassés de la ferme qu’ils exploitaient par leur propriétaire qui n’ont plus de quoi les nourrir. La famille du jeune Fergus, épuisée par la faim, ne sortira pas vivante de l’incendie qui ravagera sa masure. Avec l’énergie du désespoir et une volonté farouche de survivre, Fergus se mettra en route lui aussi, tâchant de trouver de quoi gagner un peu d’argent pour réaliser le rêve qu’il partage avec ses frères de misère : l’Amérique… C’est après bien des péripéties, des crève-cœur, des pertes et des deuils qu’il embarquera enfin pour le Canada. A travers l’histoire de Fergus, accablé par le destin mais d’une résilience extraordinaire, on assiste à la naissance de l’Amérique du Nord telle qu’on la connaît aujourd’hui. Cette épopée tragique racontée sans pathos nous rappelle la terrible destinée de l’Irlande, terre accablée par les fléaux. DM


6

BIGGERT Doug Hitch-hikers Bruxelles, Husson, 2007. Non paginé. Disponibilité STA cote 779 BIG

Doug Biggert est né dans les années 40, quelque part dans le Midwest américain. Quand il était étudiant à la fac, il a traversé les cinquante états d’Amérique au volant de sa VW coccinelle toute pourrie. C’était en 73. En chemin, il croise de nombreux auto-stoppeurs qu’il emmène avec lui pour quelques kilomètres ou pour quelques heures de route, histoire de bavarder un peu. A chaque fois, il les photographie et récolte ainsi presque 500 clichés. Dans ces portraits pris «à l’arrache», une collection improbable de gueules saisissantes. Il croise des gens ordinaires qui relient de courtes distances, ceux qui font la route, des voyageurs du bout du monde, des laissés pour compte, des gens en quête d’une autre vie, épris d’une liberté absolue. Trente ans après, Doug Biggert se souvient de la plupart d’entre eux. Il dit que, souvent, ce furent de belles rencontres. CL

BOLANO Roberto Les détectives sauvages Paris, Bourgois, 2006. 875 p. Disponibilité CIT • JON cote R BOLA Titre original en espagnol: Los detectives salvajes Disponibilité CIT • JON • PAQ cote R6 BOLA

Savez-vous ce qu’est le réalisme viscéral? Moi non plus! et après lecture des 875 pages, je ne le sais toujours pas! mais j’ai été emportée par le tourbillon foisonnant du roman de Roberto Bolaño. Qui sont les héros du livre? les poètes du réalisme viscéral Arturo Belano (double de Roberto Bolano) et Ulisès Lima? tous les protagonistes du livre les ont rencontrés, aimés, détestés, à un moment ou à un autre de leur vie… ou bien, est-ce la mystérieuse Césaréa Tinajero qui a disparu dans les années 20? Entre le Mexique, Israël, Barcelone, le Chilien nous entraîne dans des histoires hallucinantes de sexe et de poésie où l’on ne sait plus très bien ce qui est réel et ce qui est inventé. Au fil des pages, je me suis souvent demandé si les écrivains cités dans la quête des mystérieux Belano et Lima existaient vraiment. Mais à chaque fois que je doutais, je découvrais un écrivain bien réel, comme par exemple Théodore Sturgeon, dont Bolaño retranscrit presque intégralement une nouvelle. L’adage qui prétend que tout le reste est littérature se révèle mal choisi pour l’œuvre de Bolano, il faudrait plutôt proclamer que tout est littérature et le reste n’est rien. FA


7

BOUILLIER Grégoire Cap canaveral Paris, Allia, 2008. 45 p. Disponibilité EVI cote R BOUI

Dans cette courte nouvelle, Grégoire Bouillier raconte «une anecdote intime» assez surprenante. Il ressuscite le souvenir vibrant de l’aventure d’une nuit avec une jeune lolita. Ce qui pourrait n’être qu’une furtive aventure entre un écrivain et une groupie va prendre une tout autre direction, basculant dans un registre différent. Alors qu’elle l’emmène chez elle, qu’ils traversent l’appartement, surexcités, le narrateur pense se rendre dans la chambre de la jeune femme, mais celle-ci l’attire dans celle de sa mère. Avec des phrases courtes, heurtées, rapides, qui appuient l’urgence du propos, Grégoire Bouillier tient le lecteur en haleine. Un récit plein d’émotion qui aborde, avec finesse et pudeur, mais aussi avec une grande franchise, les marges de la sexualité. PB

BREWER Art, STECYK Craig Bunker Spreckels, surfeur et divin prince de la décadence Köln, Taschen, 2007. 215 p. Disponibilité STA cote 305.52 SPR

Issu d’une très riche famille d’entrepreneurs, beau-fils de l’acteur Clark Gable, Adolph « Bunker » Spreckels mène une existence confortable, protégée, et semble promis à un brillant avenir. Dans les années 60, il découvre le surf à Hawaï et décide d’y consacrer désormais tout son temps. Il passe de plage en plage, mène une vie itinérante, marginale, trépidante dans laquelle il incarne un idéal libertaire. Beau, doué, passionné, il contribue à l’évolution de cette discipline, crée des planches novatrices et s’impose sur les vagues parmi les meilleurs. Une légende du surf est née. A la mort de sa grand-mère, il empoche un héritage colossal. L’ascétisme de son existence antérieure est remplacé par des excès en tous genres: alcool, sexe, drogue et rock’n’roll sont quelques-uns des ingrédients d’un cocktail ravageur qui le consume à petit feu. Insidieusement, il glisse de sa planche, s’enfonce dans le creux de la vague et se noie à 27 ans, fauché en plein vol, dans la dissidence, l’excès et la provocation. CL


8

BRICOLA Michel, POTARD Dominique Berhault Chamonix, Guérin, 2008. 284 p. Disponibilité STA cote 796.522 BER

Un corps qui tombe sans un bruit et disparaît dans les nuages. C’est la dernière image de Patrick Berhault qui restera gravée dans les souvenirs de Philippe Magnin. Ce matin du 28 avril 2004, les deux alpinistes viennent d’ajouter un 65e sommet à leur projet démesuré: l’enchaînement des 82 sommets de plus de 4000 mètres des Alpes. Ils évoluent sur une arête enneigée quand soudain… C’est ainsi que disparaît Patrick Berhault, sans doute l’alpiniste le plus emblématique de ces vingt dernières années. Des premiers pas sur les falaises de Monaco jusqu’au sommet de l’Everest, il aura marqué les esprits par un style et des réalisations hors du commun, alliant simplicité, légèreté, vitesse, endurance et engagement. Une approche pure, totale, sans artifices qui aura, sinon révolutionné l’alpinisme, du moins contribué fortement à son évolution. Au-delà de la performance on trouve aussi l’homme: une personnalité humble, passionnée, enthousiaste, une éthique. A travers ce magnifique hommage, on prend la mesure de ce personnage exceptionnel dont l’aura, encore bien présente aujourd’hui, n’a pas fini d’influencer les amoureux des hauts sommets. CL

CALLE Sophie Prenez soin de vous Arles, Actes Sud, 2007. Non paginé Disponibilité STA cote 709.2 CAL

Quand Sophie Calle reçoit une lettre de rupture, elle ne va pas réagir comme vous et moi. Non. Il faut qu’elle extériorise, qu’elle affiche, qu’elle dissèque ses amours en public, jusqu’à faire de cet épisode de sa vie une œuvre d’art. Elle demande alors à 107 femmes de toutes professions, de l’avocate à la psychologue en passant par l’actrice ou la diplomate, leur propre interprétation de cette lettre de rupture. Ce travail aboutit à une exposition à la Biennale de Venise en 2007 puis à un ouvrage, recueil de tous ces témoignages. Prenez soin de vous est un livre à butiner, fascinant par la diversité des analyses et des points de vue. L’ouvrage est accompagné de 4 DVD. JM


9

CHALANDON Sorj Mon traître Paris, Grasset, 2007. 275 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R CHAL

Antoine, luthier parisien d’une trentaine d’années, se prend d’une affection profonde pour l’Irlande du Nord, ses habitants et ses causes indépendantistes. Ses nombreux voyages à Belfast, où il est logé par des activistes de l’IRA, deviennent sa raison de vivre, au point d’en oublier ses propres amis. Témoin de la misère des Irlandais, de la peur, de la grisaille, de la violence dans les rues, il cherche à prêter main forte à ses compagnons, même si son statut d’étranger lui confère une position particulière. Et pourtant, une énorme déconvenue l’attend : de maître, un de ses grands amis irlandais devient traître… Ce roman est un document fort sur le combat politique de l’Irlande du Nord pour son indépendance. Le thème de l’amitié y tient aussi une part primordiale. Mon traître se lit d’une seule traite, grâce à la plume de Chalandon et peut-être aussi grâce à un fort goût d’authenticité… Toute coïncidence n’est en effet pas fortuite dans cette histoire. Sorj Chalandon a été grand reporter en Irlande du Nord. Il a obtenu le prix Albert-Londres en 1988. Mon traître fait partie de la sélection Lettres frontière 2008. FB

CHESSEX Jacques Pardon mère Paris, Grasset, 2008. 218 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote 848.03 CH CHE

Jacques Chessex signe un récit poétique qui s’adresse à sa mère, Lucienne, née Vallotton à Vallorbe le 9 mai 1910 et disparue le 5 février 2001. Dans cette longue lettre d’amour posthume, il évoque ses souvenirs, ses regrets et disserte sur le temps. C’est probablement le plus beau portrait de femme qu’il ait écrit. Par une succession de courts textes au style impeccable, fluide et brillant, qui sont à la fois des souvenirs ou des images et des réflexions ou des pensées, il dresse le portrait de celle qu’il a toujours aimée, mais à qui il a eu tant de peine à transmettre son amour. Une femme protestante, pudique, digne et simple qui n’aimait pas les romans de son fils qu’elle jugeait «trop sexuel». Au fil des pages, le lecteur découvre un Jacques Chessex touchant, moins angoissé, plus serein, cherchant à affronter la vérité en face. PB


10

CHEYNET Vincent Le choc de la décroissance Paris, Seuil, 2008 (L’histoire immédiate). 213 p. Disponibilité CEN • EVI • JON cote 338.92 CHE

Voici une réflexion très intéressante sur le thème de la décroissance. Pourquoi vouloir toujours plus: plus de croissance, plus d’argent, plus de confort, plus d’objets, de loisirs, de voyages? Et jusqu’à quand? L’économie de marché nous aliène en nous faisant oublier les valeurs essentielles, en nous emprisonnant dans des schémas réducteurs: alors inventons une autre vie, changeons nos modes de pensée, que nos priorités s’affranchissent des pressions financières de nos sociétés ultralibérales, oublions les mondes virtuels superflus et revenons à nous. Sans faire du surplace ou même revenir en arrière, comme l’accusent ses détracteurs, Vincent Cheynet nous apporte ici un regard nouveau et plein d’espoir pour nous et notre civilisation dépensière, égoïste, à bout de souffle. Et écoutons le philosophe André Gorz qui nous affirme que «la sortie du capitalisme aura lieu d’une façon ou d’une autre, civilisée ou barbare»… MCM

CATHRINE Arnaud La disparition de Richard Taylor Paris, Verticales, 2007. 194 p. Disponibilité CIT • EVI • PAQ • STA cote R CATH

Qui est vraiment Richard Taylor? Pourquoi cet homme qui menait une vie paisible de petit-bourgeois dans un quartier tranquille de Londres a-t-il décidé de tout quitter en abandonnant son épouse Susan et sa petite fille qui venait de naître? En apparence tout allait bien, mais le 16 mai 1998, il a décidé de disparaître. Il a été aperçu dans un bar, le Madame Jojo’s, au milieu de la nuit, puis à la station Brixton, dans la matinée. Les motifs de son départ ne seront élucidés que partiellement et progressivement, au fil des récits, de 1998 à nos jours. Le lecteur va découvrir l’histoire de cet homme par l’intermédiaire de dix voix féminines, dont sa femme, sa mère, mais aussi une collègue de bureau ou sa voisine. Roman polyphonique et choral, à la fois sombre et cruel, qui passe très subtilement du mode burlesque au dramatique. PB


11

CULICCHIA Giuseppe Le pays des merveilles Paris, Albin Michel, 2006. 382 p. Disponibilité CIT • EVI • MIN • PAQ cote R CULI

Zazzi est un drôle de zozo. A peine 16 ans, il détonne dans les escaliers du lycée technique où lui sont inculqués des rudiments de comptabilité. Zazzi le zazou se dit fasciste, puis punk puis «extrême du centre» et pour ça il conteste, il crie, se bat et assène ses convictions avec force démonstration dans les cours d’italien, dans les couloirs, entre deux bagarres à gauche, à droite. Qu’il est beau ce Zazzi délinquant flamboyant, armé de ses bombes de peinture mauve, enfumé, extravagant, difficile à suivre par son pote Attilio né Atilla, nostalgique, lui de Alice Tresses rousses yeux bleus , sa sœur adorée partie étudier, apprendre la vie et les bombes à Milan. Un livre drôle, frappant et tendre. Cela se passe en 1977, l’année des attentats, de la lutte contre la capitalisme. Zazzi est un drôle de coco. MCM

DAENINCKX Didier Camarades de classe Paris, Gallimard, 2008 (Blanche). 167 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • MIN • SER • STA cote R DAEN

Cette année, les événements de 68 ont été largement débattus et ont fait l’objet de nombreux ouvrages documentés dont beaucoup se trouvent dans les bibliothèques municipales. Parfois aussi, ils ont été source d’inspiration pour des ouvrages de fiction, comme ici. Dominique tombe sur un courriel destiné à François, son mari; il provient de Denis qui désire reprendre contact avec ses anciens camarades de classe. Elle va répondre en se faisant passer pour son époux. Plongée dans l’Aubervilliers d’alors, «la banlieue rouge», marquée par la culture communiste puis retour dans le présent hanté par la peur de François de perdre son travail en raison d’une délocalisation. Que sont devenus les enfants de la photo de classe prise lors de la visite de l’usine Arthur Martin à Reims? L’un est chimiste, un autre SDF, un troisième est décédé, un prof a été dans les prisons de Franco… Daeninckx, le spécialiste du polar, nous captive quand il décortique une société, des gens aux trajectoires si différentes, jusqu’à nous concocter une chute des plus surprenantes… RL


12

DESCHAVANNE Eric, TAVOILLET Pierre-Henri Philosophie des âges de la vie Paris, Hachette, 2007. 540 p. Disponibilité CIT • EVI cote 128 DES

Le phénomène du jeunisme est présent partout dans nos sociétés occidentales. Au fil de l’histoire, la vieillesse a toujours été valorisée (théâtres antique puis classique, figures du patriarche ou de la vieille femme sage et bienveillante) car elle était un aboutissement logique et souhaité. Maintenant, il serait interdit de vieillir, de paraître vieux, de penser vieux, d’ETRE vieux et la négation de la vieillesse s’inscrit toujours plus dans notre mode de vie et nos pensées: fuir l’immobilisme, être performant, avoir des projets d’avenir et le plus aliénant, obéir aux diktats de la beauté, de l’apparence et de l’éternelle santé. Alors que l’espérance de vie n’a jamais été aussi longue, nous refusons l’âge mature, l’expérience et la sagesse n’ont plus la cote. Ce brouillage des âges est un phénomène récent: loin des rythmes saisonniers et du labeur répétitif de nos ancêtres paysans, nous avons perdu les repères et le lent déroulement des cycles de l’existence. Le monde de l’entreprise ne célèbre que la vitesse, les performances, l’argent et… le recyclage rapide. Les deux auteurs de cette étude nous engagent à assumer notre âge, à retrouver nos passions premières et à accepter le temps qui passe, les rides et autres outrages, accepter de grandir et mûrir pour mieux vivre. MCM

DIVAKARUNI Chitra Banerjee Les erreurs inconnues de nos vies Arles, Picquier, 2002. 227 p. Disponibilité CIT • SER cote R DIVA

Ces neuf nouvelles mettent en scène des femmes indiennes émigrées aux Etats-Unis, lestées du poids de leurs traditions qui se confrontent au mode de vie occidental. Dans Mrs. Dutta écrit une lettre, une mère qui vient vivre chez son fils et sa belle-fille en Californie se montre serviable en effectuant diverses tâches comme la lessive et la cuisine, jusqu’à ce qu’elle surprenne une conversation où sa belle-fille se plaint de la lourdeur des plats indiens, et des impairs commis par sa belle-mère par rapport aux voisins. Dans L’intuition des bêtes sauvages, une sœur retrouve son frère Tarun et réalise que son ancien compagnon de jeux est devenu un étranger, qu’il sort avec des femmes blanches et que le sort de leur mère lui importe aussi peu que l’Inde dont il semble avoir tout renié depuis son arrivée aux Etats-Unis. L’auteur traite avec subtilité d’un sujet qu’elle connaît bien puisqu’elle a elle-même émigré en Californie à l’âge de 19 ans. DM


13

DJAVANN Chahdortt La muette Paris, Flammarion, 2008. 116 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • MIN • PAQ • SER cote R DJAV

La muette conte l’histoire de deux femmes victimes de l’intolérance dans l’Iran des mollahs. La première est condamnée à être pendue. C’est une muette de 29 ans, qui ne cache pas ses opinions. Elle vit tête nue et ose dévoiler ses sentiments à l’homme qu’elle aime, sans se soucier de celui à qui elle est promise à son insu. La seconde, Fatemeh sa nièce de 15 ans, connaîtra le même sort pour avoir vengé cette tante qu’elle aime et qu’elle admire pour son indépendance, et son esprit de résistance. Cette dernière livre, depuis sa petite cellule, des instants de vie, d’amour et d’horreur. CB

DUBOIS Jean-Paul Les accommodements raisonnables Paris, Olivier, 2008. 260 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • PAQ • SER • STA cote R DUBO

Paul est un homme qui a exercé dans sa vie plusieurs métiers, dont celui de peintre, qui lui permit de rencontrer son épouse, la belle Anna, la fille de son patron. Aujourd’hui, ce père de 3 enfants et grand-père de 2 petits-enfants gagne sa vie dans l’audiovisuel. Et justement, on lui propose d’adapter le scénario d’un film français, «Le désarticulé», à la sauce américaine. Pour cela, il doit laisser Anna à sa grave dépression et s’exiler pour plusieurs mois à Los Angeles auprès de la Paramount. Là, une grosse surprise l’attend, en la personne de Selma, sosie d’Anna… en 30 ans plus jeune… vous devinez la suite ? Paul résistera-t-il à la beauté incandescente du double de son épouse ? Se mêlent à cette histoire les relations difficiles de Paul avec son père Alexandre, qui semble avoir absorbé la personnalité de son frère Charles récemment décédé. Dans ce roman, le héros, comme souvent chez Jean-Paul Dubois, est un être sensible et attachant. Cet auteur possède une façon d’écrire pleine de verve et d’humour. En matière de description de scènes cocasses, il n’a pas son pareil… il y en a plusieurs dans Les accommodements raisonnables et juste pour cela, ce livre mérite d’être lu! FB


14

FIELDING Joy Si tu reviens Paris, Laffont, 2008 (Best-sellers). 361 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R FIEL

«Ta mère est en prison. Elle est inculpée de meurtre». Ces deux phrases terrifiantes que lui apprend Ben, son ex-mari, par téléphone vont bouleverser la nouvelle vie que s’est faite à Miami Amanda Travis. Brillante avocate, elle refuse tout d’abord de s’impliquer. Sa dernière entrevue avec sa mère, Gwen Price, remonte à dix ans auparavant aux funérailles de son père à Toronto, leur relation a toujours été tendue et elle ne veut plus remuer le passé. Mais les liens du sang et le besoin de comprendre finissent par la faire changer d’avis. Qui est cet inconnu que sa mère a abattu de sangfroid ? Pourquoi refuse-t-elle obstinément d’expliquer son geste et pourquoi est-elle résolue à dissimuler ce douloureux secret ? Elle décide d’aider cette mère qui s’est murée dans le silence, et de tout faire pour trouver les réponses aux questions qui la rongent. Au cours de son enquête mouvementée, secrets de famille et fantômes du passé vont resurgir. CB

FONTENAILLE Elise Unica Paris, Librairie générale française, 2008 (Le livre de poche; 27065. Science-fiction). 158 p. Disponibilité PAQ cote R FONT

A mon avis, ce roman, qui a reçu le grand prix de la science-fiction, n’est pas abouti au sens où le démarrage laissait présager le meilleur et où, au final, le résultat est un peu décevant. Il n’empêche, cette écrivaine a une imagination fertile et son roman est intéressant à plus d’un titre. La sœur du héros a mystérieusement disparu à l’adolescence et Herb ne s’en est jamais remis. Il est devenu chasseur de pédophiles sur le net. Tout va relativement bien jusqu’au jour où il s’aperçoit que ses «proies» sont traquées et décelées avant son service par une mystérieuse cyber-unité conduite par une mystérieuse Unica… qui punit les coupables en adulte tout en gardant un corps d’enfant. FA


15

FOURNIER Jean-Louis Mon dernier cheveu noir: avec quelques conseils aux anciens jeunes Paris, Carrière, 2006. 203 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote 848.03 FOU

Un jour, vous n’êtes plus le fringant retraité aux cheveux cendrés, au teint hâlé et aux rides séduisantes sur qui se retournent les élégantes quinquagénaires dans la rue. On ne se retourne plus. Les gens se mettent à vous parler plus fort, c’est énervant. Vous n’êtes pourtant pas sourd. Dans les transports publics, on se lève pour vous céder la place. Avez-vous l’air si mal en point? Et quand on vous invite, c’est en plein après-midi, de préférence un jour de pluie, pour aller enterrer une connaissance. Décidément, il y a vraiment quelque chose qui cloche. Seriez-vous devenu vieux? La soixantaine bien sonnée, Jean-Louis Fournier s’interroge. Homme de télévision, écrivain et humoriste, il fut notamment le complice de Pierre Desproges dont il réalisa les épisodes de La Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède et le créateur d’Antivol, l’oiseau au sol qui fit le bonheur des téléspectateurs de l’Île aux enfants. CL

FRAZIER Charles Treize lunes Paris, Olivier, 2008. 521 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R FRAZ

A douze ans Will Cooper est vendu par son oncle. Acheté par un marchand, il doit rejoindre seul un des comptoirs de celui-ci en plein pays cherokee. Will sera adopté par Bear, un chef indien qui en fera son fils spirituel. Mais en ce début de 19e siècle les blancs envahissent les territoires indiens, chassant ceux-ci vers l’ouest. Will devenu un riche marchand se battra pour la cause de ses frères indiens, luttant pour que ceux-ci conservent leurs terres et leurs droits. Il découvrira aussi l’amour et l’absence dans les bras de Claire, jeune fille mystérieuse et insaisissable… Treize lunes mêle le destin exceptionnel de son héros, autodidacte passionné de littérature, à la grande épopée de l’Amérique dans son voyage vers le 20e siècle. Cette grande fresque aussi rude et mouvementée que mélancolique est d’une beauté à couper le souffle. L’écriture de Charles Frazier déjà auteur de Retour à Cold Mountain magnifie les grands espaces et la nature ainsi que les destins de ses personnages. CLR


16

GUILLAUME DE RUBROUCK Voyage dans l’empire mongol Paris, Impr. nationale, 2007 (Voyages et découvertes). 300 p. Disponibilité PAQ • SER cote 951.7 GUI

En 1236, les troupes mongoles entreprennent la conquête de l’occident sous le règne de Genghis Khan et de ses successeurs, écrasant tout ce qui se dresse contre eux. En juillet 1241, ils atteignent Neustadt, près de Vienne. L’empire mongol va alors de la mer de Chine à l’Autriche, et constitue encore aujourd’hui le plus grand empire jamais érigé sur un seul continent. En décembre 1241, la mort du grand khan Oegödaï met un terme à l’invasion car tous les chefs mongols doivent assister à l’élection du nouveau grand khan. Les souverains occidentaux envoient alors des émissaires auprès des Mongols pour mieux connaître cette culture et parmi eux, Guillaume de Rubrouck, moine franciscain qui part en 1253 sur l’ordre de Saint Louis pour rejoindre Karakorum, capitale des grands khans. Son voyage durera 2 ans durant lesquels il parcourra 16’000 kilomètres. Guillaume de Rubrouck est considéré aujourd’hui comme un ethnologue avant la lettre, il passe en revue tous les aspects de la vie quotidienne chez les Mongols et est très attentif aux lieux, distances et climats qu’il rencontre, contrairement aux autres voyageurs de son époque. Son témoignage reste un des textes fondamentaux sur lesquels s’appuie la connaissance de l’empire mongol. FG

HARRISON Jim Légendes d’automne Paris, Laffont, 1981 (Pavillons). 286 p. Disponibilité CIT • EVI • PAQ • SER • STA cote R HARR

Il y a peu de temps j’ai remarqué que Légendes d’automne n’avait jamais été présenté dans «Envie de lire». Voici donc cette injustice réparée! Ce classique de Jim Harrison est composé de trois courts romans: Une vengeance, L’homme qui abandonna son nom (à mon avis le moins intéressant des trois) et Légendes d’automne dont a été tiré en 1995 le film éponyme d’Edward Zwick avec Brad Pitt et Anthony Hopkins. Jim Harrison est un conteur hors pair. En quelques phrases il embarque le lecteur dans son univers, le Montana, le Wisconsin et le Mexique. Son écriture est très visuelle et bien que bizarrement construite, sa prose nous agrippe très vite. Il excelle tout autant dans la description des lieux, de la nature que dans celle de ses personnages. Vengeance, femmes, guerre, relations père /fils, les histoires que raconte Jim Harrison dans ce livre sont aussi rudes que belles, aussi brutales qu’intenses! Ces Légendes d’automne sont une belle leçon de littérature et d’humanité! CLR


17

HIGSON Charles L’encombrant Mister Kitchen Monaco, Rocher, 2008 (Thriller). 246 p. Disponibilité BUS • CIT • STA cote R HIGS

Un jeune designer londonien surfe sur la vague du succès, cet après-midi il va même recevoir une équipe de journalistes venu l’interviewer pour la plus célèbre revue de décoration intérieure de Grande-Bretagne. Mais avant ça, il doit recevoir Mister Kitchen, qui a répondu à son annonce pour l’achat de sa voiture. Mister Kitchen, pathétique représentant de la classe moyenne qui commence à l’ennuyer ferme avec ses discours sur le fric et les bourgeois. La situation se gâte, le narrateur envoie Kitchen au ciel d’un coup d’une de ses œuvres d’art en fer forgé… Il va maintenant falloir se débarrasser du corps de cet emmerdeur, pas de souci, on l’enroule dans un tapis, on le flanque dans le coffre de sa voiture et on part en campagne. Sauf que… Le héros se fait faucher son portefeuille, n’a plus un rond sur lui, se retrouve à l’accouchement de son ex-copine, perd ses clés, bref, illustre à merveille la loi de l’embêtement maximal… A tel point que ses aventures deviennent hautement improbables (essayez donc de porter un cadavre sur l’épaule sur une échelle alors que vous avez une entorse), mais peu importe, on suit sans les lâcher les tribulations de ce personnage insupportable d’arrogance qui en devient pitoyable… DM

HIRSHI ALI Ayaan Ma vie rebelle Paris, Nil, 2006. p. 519 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER cote 297.5 HIR

Fille d’un opposant célèbre à la dictature de Siyad Barré en Somalie, Ayaan Hirsi Ali prend, à contre-courant de sa culture, sa vie en main. Après avoir connu l’exil très jeune, la détresse d’une vie de réfugiée, la difficulté de grandir et de se construire en tant que femme, la mutilation et les coups elle rebondit en choisissant un destin diamétralement éloigné de celui auquel elle était vouée. Elle deviendra une femme libre, défiant, en même temps que les lois de son clan, les menaces d’islamistes fondamentalistes. Un itinéraire extraordinaire, à la fois intime et intellectuel, d’une jeune rebelle qui se lit, inutile de le préciser, d’un souffle. CD


18

HONORE Christophe La douceur Paris, Olivier, 1999. 155 p. Disponibilité CEN • EVI • MIN • PAQ • SER cote R HONO

Dans une colonie de vacances en Bretagne, le corps d’un enfant, Antoine, est retrouvé mutilé et brûlé. On découvre que les criminels sont deux enfants de onze ans. L’auteur nous raconte ainsi les vacances de Steven qui très vite s’éprend d’un de ses jeunes camarades, Jérémy, avec qui il vit un amour passionnel. Une nuit, ce dernier emmène Steven dans la forêt et là il découvre le corps inanimé d’Antoine et devient malgré lui complice de l’horreur en le violant, le mutilant et le brûlant au nom de cet amour absolu qui fait que Steven suit aveuglement les ordres de son ami jusqu’au bout du mal. A la voix de Steven qui, des années plus tard, se souvient, se mêlent celles de son frère aîné Baptiste et de son amie, Aude, la directrice du centre de vacances où a eu lieu le drame. Chacun cherche à saisir les responsabilités des enfants, une raison au déclenchement de la violence. Mais peut-on vraiment expliquer la docilité avec laquelle Steven s’est prêté au jeu macabre de Jérémy ? CB

HOSPITAL Janet Turner Comme un tigre en cage Paris, Serpent à plumes, 1994. 374 p. Disponibilité BUS • CIT • PAQ cote R HOSP

«Il se demanda si Emily lui amènerait Adam ce dimanche. Quel âge avait l’enfant? Huit ans. Il avait un petit-fils de huit ans qu’il n’avait jamais vu et dont il ignorait jusqu’à l’existence trois ans plus tôt. Il sentit monter en lui la rage de toute une vie, tel un caillot, elle s’enflait, fleurissait, déployait ses pétales agglutinés.» Cette rage emprisonne Edward, le tigre déchu. Depuis que sa femme Bessie s’est mis en tête de réunir toute la famille pour leurs cinquante ans de mariage, Edward rumine ses rancœurs, l’ingratitude de ses enfants, et surtout le renoncement à son grand amour, Marta. Puis Janet Turner Hospital donne tour à tour la parole à tous les membres de cette famille et l’on s’aperçoit que le patriarche qui croyait tenir en main les destins de tous est encore bien plus déchu qu’il ne l’imaginait… FA


19

HUTH Angela De toutes les couleurs Paris, Quai Voltaire, 2005. 268 p. Disponibilité JON • PAQ • SER • STA cote R HUTH

C’est autour d’un repas que Dan et Isabel, couple marié depuis quinze ans et parents d’une ado, fêtent le retour à Londres de leur ami Bert. Isabel y convie également Carlotta, sa vieille amie, une célibataire volontiers allumeuse. Bert tombe amoureux d’Isabel et celle-ci, troublée, tente de résister. De son côté, Carlotta n’est pas insensible au charme de Bert et Dan succombe à celui de Carlotta… Petits mensonges, secrets, jalousie: le lecteur se délectera des tourments et des contradictions des personnages qui expriment à tour de rôle leur point de vue et leurs sentiments intimes. Habilement construit, De toutes les couleurs traite du thème de la séduction avec beaucoup d’ironie. Un roman aussi plaisant que pertinent pour les amateurs de marivaudage. CLR

HUTH Angela Un fils exemplaire Paris, Quai Voltaire, 2006. 282 p. Disponibilité CEN • SER cote R HUTH

Belle est mariée avec Barney, le maréchal-ferrant du village. Un petit Timothy naît et Belle est comblée. Sa vie s’écoule, sans histoires, entre son mari et son fils et même si Barney n’est pas un époux très démonstratif, le couple est heureux. Un jour Barney quitte Belle sans crier gare: il est amoureux d’une autre. Belle encaisse le coup et se réfugie dans l’amour et l’éducation de son fils. Grâce à sa mère dévouée et aimante, Tim devient un jeune homme équilibré. Belle s’autorise une aventure avec un homme plus jeune qu’elle et découvre la passion. C’est alors que Tim tombe amoureux à son tour. Désormais plus rien ne sera pareil entre la mère et le fils. Mais l’irréparable pourra-t-il être évité? Angela Huth explore avec talent et finesse le cœur de ses personnages, où se terrent des rancœurs et des non-dits prêts à exploser sous l’effet de la passion. CLR


20

IKONNIKOV Alexandre Dernières nouvelles du bourbier Paris, Olivier, 2003. 183 p. Disponibilité CIT • EVI • STA ccote R IKON

«En fait, la prétendue âme russe se réduit à quatre composantes: la croix russe, la langue, la vodka et le bonheur dans la souffrance». En prêtant ces paroles à l’un de ses personnages, Alexandre Ikonnikov donne le ton des 43 nouvelles qui composent ce recueil. Drôle, déroutant, parfois tragique, il met en scène la vie de tous les jours de gens simples dans un empire post-soviétique sclérosé et corrompu, aussi vaste que dépassé. Dans ces petites villes et ces villages de campagne, la vodka règle beaucoup de problèmes et la débrouille est le seul moyen de s’en sortir, la population supportant tout cela avec le fatalisme des gens qui savent qu’ils ne sortiront pas de ce «bourbier». FG

ISKANDER Fazil Le buffle Front large Bruxelles, Complexe, 1990. 121 p. Disponibilité CIT cote R ISKA

Front large est un brave buffle qui, à tort, accorde sa confiance à l’homme. Ce dernier va pourtant le trahir en l’emmenant à l’abattoir, «là où les chevaux pleurent». Tout le texte part du point de vue du buffle qui se raconte, qui s’épanche. Evidemment il s’agit également d’une allégorie face à l’obscurantisme de la bureaucratie, soviétique en l’occurrence, mais la satire pourrait s’appliquer à toute bureaucratie! Vous l’aurez compris, il est question ici de trahison, le pauvre buffle «Front large» va très vite le comprendre. Là aussi il y a allégorie face à l’idéal trahi! CD


21

JAUFFRET Régis Lacrimosa Paris, Gallimard, 2008. (Blanche) Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • STA cote R JAUF

Après Microfictions et ses 500 courtes nouvelles, il était difficile d’imaginer ce que Régis Jauffret pourrait écrire pour se renouveler. Avec le roman Lacrimosa, il parvient, une fois encore, à surprendre le lecteur. Le livre se présente comme un échange épistolaire entre deux personnes. Lui, le romancier et narrateur qui écrit à la deuxième personne du pluriel, à celle qu’il aimait mais qui n’est plus. Elle, Charlotte, qui s’est suicidée et lui répond post mortem. Au fil des pages, les deux voix vont se répondre, se faire écho. Et peu à peu le récit bascule, l’auteur se mettant en scène dans une situation instable, s’interrogeant sur l’écriture, sur son pouvoir d’aborder des sujets comme la mort ou le suicide. En jouant sur l’opposition entre le vrai et le faux et avec une fin inattendue et forte, Régis Jauffret signe un très beau roman d’amour, entre cruauté et tendresse. PB

JIANG Rong Le totem du loup Paris, Bourin, 2008. 565 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • PAQ • SER • STA cote R JIAN

En 1965, en pleine révolution culturelle, Chen Zhen fait partie des jeunes instruits chinois envoyés de Pékin dans la steppe de Mongolie intérieure pour encadrer les populations rurales. Au contact des nomades, il va découvrir la vénération que les Mongols vouent au loup dont ils se prétendent les descendants et comment les loups régulent la vie de la steppe en chassant les animaux nuisibles et en faisant disparaître les carcasses des animaux morts. Les Chinois, eux, veulent exterminer le loup qu’ils considèrent comme un frein au développement de l’élevage et donc contre-productif, malgré les mises en garde des populations nomades qui tentent vainement de les en dissuader. Chen Zhen se passionne pour le loup, mais plus il en apprend, plus il se rend compte du décalage entre l’enseignement qu’il a suivi et le mode de vie des Mongols, ainsi que de l’antagonisme entre les Chinois, peuple de sédentaires cultivateurs dont le principal souci est de survenir aux besoins immédiats en nourriture et qui n’ont pas de vision à plus long terme, et les Mongols, peuple de chasseurs-éleveurs nomades, qui vivent en harmonie avec la nature et qui font très attention à ne pas épuiser les ressources qui les entourent. Cet ouvrage, d’une étonnante actualité en regard des problématiques environnemen-


22

tales, s’est vendu à plus vingt millions d’exemplaires en Chine quand bien même le message véhiculé peut être compris comme extrêmement critique vis-à-vis de la politique chinoise. FG

JOUNDI Darina alLe jour où Nina Simone a cessé de chanter Paris, Actes Sud, 2008 (Bleu). 157 p. Disponibilité CIT • EVI • JON cote 305.420.956.92 JOU

A travers la plume de Mohamed Kacimi, c’est la voix de Darina Al-Joundi que nous entendons, celle d’une femme née en 1968 qui a vécu sa jeunesse dans un Liban en guerre. Le récit commence à la mort du père par cette phrase hurlée par la narratrice: «Arrêtez ce Coran de malheur». Contre tous, bravant les insultes, les coups, elle passe du Nina Simone sur le magnétophone afin de respecter les dernières volontés de son père. Il adorait le jazz et Fairuz, détestait la religion, ou plutôt ceux qui la brandissent comme arme, prônait la liberté et l’égalité des races et sexes. Marquée par la peur et la violence au quotidien, la jeune Darina va tenter de survivre en profitant de la vie comme si elle devait mourir à chaque instant. Sexe, drogue, alcool, roulette russe, l’aideront à se croire immortelle et libre, ce mot que son père adoré lui avait transmis. Jusqu’au jour où la société se chargera de la museler pour l’obliger à rentrer dans le rang. Même sa famille la laissera tomber et l’exil sera son seul salut. RL

JOSEPHE Pascal La société immédiate Paris, Calmann-Lévy, 2008. 247 p. Disponibilité CIT • STA cote 303.483 JOS

La communication a connu deux révolutions: celle née de l’invention de l’imprimerie par Gutenberg en 1456 et qui a permis la diffusion de l’écrit à grande échelle et la révolution numérique que nous vivons aujourd’hui, foudroyante, sans contrôle, immédiate. La révolution numérique substitue le culte de l’instant à la notion de projet. La technologie raccourcit le délai entre l’expression des besoins et leur satisfaction. Il en résulte une discordance des temps, une désynchronisation entre le temps individuel et le temps social qui font exploser les rythmes fondant la vie en collectivité. Soumis au bombardement incessant des sollicitations externes, nous ne


23

disposons plus du recul nécessaire à la réflexion et à la prise de décision. Gavés d’informations et affamés de sens, comment pouvons-nous résister dès lors aux tentations égoïstes, futiles et creuses de l’instant ? CL

KEHLMANN Daniel Moi et Kaminski Arles, Actes sud, 2004 (Lettres allemandes). 175 p. Disponibilité BUS • CIT • SER • STA cote R KEHL Titre original allemand: Ich und Kaminski Disponibilité BUS • CIT • SER cote R3 KEHL

Sebastian Zöllner est un jeune journaliste arrogant et arriviste, en deux mots, qui se la raconte. Flairant le bon coup qui lui assurera succès et notoriété, il décide d’écrire la biographie de Manuel Kaminski, un peintre très âgé et pratiquement aveugle qui vit reclus dans un village difficilement inaccessible avec sa fille, qui lui sert à la fois d’agent et de garde du corps. Le culot sans limite de Zöllner lui permettra d’embarquer le vieil homme dans un road movie jusqu’à celle qui fut son premier amour… Mais le peintre est un dur à cuire et le pathétique journaliste s’enlise dans une enquête qui ne fera finalement que lui apprendre que son ambition personnelle se heurte à un mur, peu importe la volonté qu’il met à le détruire… Daniel Kehlmann est considéré comme l’un des meilleurs écrivains allemands actuels et son roman vaut le détour pour la psychologie de ses personnages et son écriture fluide. DM

LAO She Gens de Pékin Paris, Gallimard, 2000 (Folio; 2473). 333 p. Disponibilité CIT • EVI • PAQ cote R LAO

Ce recueil d’admirables nouvelles évoque la vie au quotidien des «petites gens» de Pékin durant la chute de l’Empire et les premières années de la République. Artisans, policiers, petits fonctionnaires, commerçants, prostituées, sans oublier les tireurs de pousse-pousse, tous prennent tour à tour la parole pour témoigner de leurs misères. Le langage parlé, ainsi que leurs propos souvent fatalistes, nous rendent les personnages très proches et paradoxalement, l’humour est souvent au rendez-vous. La plus


24

longue nouvelle de l’ouvrage Histoire de ma vie ne manque pas de nous rappeler son chef d’œuvre Le pousse-pousse. Ecrivain de renommée internationale, Lao She dévoile ici une grande sensibilité et une profonde humanité. TLa

LAO She Le pousse-pousse Arles, Picquier, 1995 (Picquier poche ; 21). 221 p. Disponibilité CIT • EVI • PAQ cote R LAO

Lao She nous conte les péripéties de Siang-tse le Chameau, solide paysan, honnête et travailleur, devenu tireur de pousse-pousse dans un Pékin des années 20, magnifiquement évoqué. Persuadé que sa constance et son acharnement au travail lui permettront d’acquérir son propre véhicule et de vivre enfin une vie décente, il ira de désillusion en désillusion, pour finir écrasé par une société impitoyable où seul l’argent compte. C’est sans doute le roman de Lao She le plus célèbre, à juste titre, tant il est vrai qu’on suit avec passion les aventures de son héros si attachant. TLa

LE BRUN Dominique Histoires de vieux gréements Bagneux, Sélection du Reader’s Digest, 2008. 159 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • SER cote 623.82 LEB

Gréement, voilà bien un joli mot qu’on déguste les yeux pointés vers le large, le nez aux vents d’ouest. Que dire de ces noms : la Recouvrance, le Sedov, l’Etoile ou le Belem? On frémit au vocable: ris, sloop, goélette, espar, morte-eau, bateau-phare… laissons-nous embarquer dans ce patrimoine unique aux saveurs de sel, écoutons claquer les grands-voiles et huniers, vibrons aux cris des marins, des terre-neuvas et autres capitaines. Voici un beau livre, de magnifiques illustrations, que l’on parcourt, ouvre et ré-ouvre sans cesse: un très bon moment de lecture, promesses de voyages entre coups de vent et coups du sort. MCM


25

LEHANE Dennis Gone, baby, gone Paris, Rivages, 2003 (Rivages /thriller). 387 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • MIN • PAQ • SER • STA cote R LEHA Titre original anglais: Gone, baby, gone Disponibilité CIT cote R2 LEHA

La petite Amanda MacCreary, 4 ans, a disparu un soir de chez sa mère, une marginale qui passe son temps devant la télé ou dans un bar louche en compagnie de gens peu fréquentables. Patrick Kenzie et Angela Gennaro, les deux détectives privés mis sur le coup, réalisent que, le soir de la disparition de l’enfant, sa mère, qui reste curieusement peu concernée par l’affaire, était dans le pire bouge de la ville. Trempaitelle dans des affaires d’escroquerie? S’agit-il d’un règlement de compte? Kenzie et Gennaro suivent la piste d’un gros trafiquant à qui Helene MacCreary n’a pas livré deux cent mille dollars… Cette plongée dans le monde sans pitié de la drogue et des truands ne se fera pas sans adrénaline et sang, mais, hélas, ne permettra pas de retrouver la petite Amanda… Je ne vous en dirai pas plus, mais sachez que, au-delà de l’intrigue, ce livre de Lehane pose la question du bien-fondé de la justice, et de son application qui va parfois à l’encontre du bon sens… DM

LEPRONT Catherine Esther Mésopotamie Paris, Seuil, 2007. 212 p. Disponibilité BUS EVI cote R LEPR

Deux femmes gravitent autour de leur soleil, Osias Lorentz, un spécialiste de la statuaire sumérienne, un homme souvent absent qui parcourt la Mésopotamie en chasse de «bimbeloterie», terme qu’Ana, sa gouvernante capverdienne utilise pour nommer ses pièces d’antiquités de collection. La deuxième soupirante est la narratrice qui elle aussi a été hébergée au «161» par le charismatique archéologue pour le seconder comme rédactrice et documentaliste. Pourtant il ne semble pas prêter attention à l’admiration amoureuse de ses colocataires. Il se marie, a des liaisons, divorce, mais surtout laisse entendre que son cœur est pris par une mystérieuse femme à qui il ne se serait pas déclaré. S’appelle-t-elle vraiment Esther? L’attendelle quelque part en Mésopotamie? Pendant vingt ans, ces deux femmes vont se raconter une histoire autour de cette liaison. La narratrice prend lentement


26

conscience que la douleur d’un amour caché la rend, en fin de compte, heureuse. Un roman qui parle d’amour avec humour dans une langue très maîtrisée. RL

LOE Erlend Muléum Larbey, Gaïa, 2008. 217 p. Disponibilité CIT • JON • STA cote R LOE

Julie a 18 ans et alors que sa famille est partie faire un voyage en avion elle reçoit un sms: «ON VA S’ECRASER ON T’AIME FAIS CE QUE TU VEUX». Du jour au lendemain elle se retrouve orpheline, à la tête d’une colossale fortune et propriétaire d’une belle et grande maison. Mais sans sa famille, Julie n’a plus envie de vivre et décide de mettre fin à ses jours. Pourtant, se suicider n’est pas à la portée de tous et pour Julie rien n’est simple, elle refuse de souffrir et veut planifier son suicide dans les moindres détails. Elle recherche donc les moyens les plus sûrs pour mourir et surtout les plus prévisibles. C’est à dire prendre l’avion, déclencher une fatwa, attraper la grippe aviaire, etc. Mais le sort s’acharne contre Julie et elle échappe toujours à la mort. Heureusement il lui reste son humour et son journal intime auquel elle se confie et qu’elle nous offre à lire. TLe

LOURIE Richard La haine des tulipes Montricher, Noir sur blanc, 2008. 163 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • PAQ • STA cote R LOUR

Comment peut-on détester les tulipes, ces inoffensives fleurs qui à chaque printemps sortent leurs magnifiques corolles de couleurs vives? On le peut si l’on s’appelle Joop, que l’on doit manger ses bulbes parce que l’on crève de faim en cet hiver 1944 à Amsterdam, et que l’on est encore en vie alors qu’un de ses petits frères est mort. En se demandant qui a pu trahir la famille d’Anne, Richard Lourie nous livre une hypothèse terrible et banale, comment un enfant mal aimé a tout fait pour conquérir l’amour de ses parents, y compris vendre des adresses de Juifs. Joop aurait peut-être réussi à tout oublier si la famille en question ne s’appelait pas Frank... FA


27

MacCARTHY Cormac La route Paris, Olivier, 2008. 244 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R MACC Titre original anglais: The road Disponibilité BUS • CIT • EVI • PAQ • STA cote R2 MACC Existe aussi en grands caractères Disponibilité BUS cote R MACC

Le dernier roman de Cormac MacCarthy est aussi dépouillé que son titre. La route, c’est tout ce qui reste de la civilisation après une catastrophe dont on ne saura que peu de chose, si ce n’est qu’elle a tout brûlé sur son passage et a laissé la plupart des rares survivants retourner à la barbarie. Sur cette route, nous suivons l’homme et le petit, un père et son fils dont nous ne saurons pas beaucoup plus. Ils fuient vers le Sud, car il faut bien aller quelque part et espérer encore, même s’ils voyagent dans la peur – celle des bandes de méchants et celle de ne rien trouver à manger. La question du livre est là. Au-delà de la problématique de la survie, dans un monde où l’apocalypse à déjà eu lieu, peut-on encore rester un gentil? Au-delà de l’espoir, impossible, peut-on représenter la dernière trace d’humanité, aux yeux de qui ? Une méditation à la fois brutale et poétique sur la transmission des valeurs. FD

MacDONALD Ann-Marie Le vol du corbeau Paris, Flammarion, 2005. 792 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • STA cote R MACD

Madeleine a 8 ans au début de l’histoire. S’inspirant apparemment largement de sa vie, Ann-Marie MacDonald a su retrouver les mots, le regard, les sensations de l’enfant qu’elle était. En 1962, la famille MacCarthy vient de quitter l’Allemagne pour venir s’établir dans le sud de l’Ontario. Le père, militaire de carrière dans l’aviation canadienne, retrouve la base aérienne où il a fait ses classes. Sa famille paraît idéale: une belle épouse aimante, un fils normalement tourmenté par des crises d’adolescence et une fille qui admire son frère et plus encore son père. Pendant que les hommes travaillent, les femmes se font les ongles, préparent des tartes pour les barbecues du soir


28

pendant que les enfants vont sagement à l’école. Et puis, lentement l’atmosphère s’alourdit. L’instituteur s’avère être un pervers mais le père est trop préoccupé par l’arrivée d’un ancien officier nazi - qu’il a ordre de protéger secrètement - pour se rendre compte que sa fille ment pour ne pas «faire de la peine». Madeleine va alors grandir, devenir comédienne pour faire rire et ainsi réaliser son rêve d’enfant. Mais un jour elle s’effondre de trop avoir tu son secret. Il faut qu’elle se souvienne… RL

MAUMEJEAN Xavier Gotham Paris, Baleine, 2007 (Baleine noire). 266 p. Disponibilité CIT • PAQ cote R MAUM

Un publicitaire new-yorkais, écrasé par la pression, se suicide de façon particulièrement explicite : il se fait éclater la tête dans un écrou. Cependant, personne ne semble particulièrement affecté, et surtout pas Jonathan Pyke, la vedette de la prestigieuse agence de publicité MacManus. Par contre, lorsque Jonathan rentre chez lui et découvre une rayure sur un mur de sa salle de bain, le monde s’écroule. Il ne conçoit pas la vie avec une telle rayure, et va donc s’attacher à la faire disparaître par tous les moyens. Il va alors commencer une étonnante métamorphose qui va complètement le transformer et le faire revenir à ses instincts les plus primaux. FG

MEIZOZ Jérôme Père et passe Genève, En bas, 2008. 77 p. Disponibilité JON • PAQ • STA cote R MEIZ

«Et puis d’un coup, on roulait paisiblement dans la campagne, j’ai éprouvé pour la première fois que père était mortel. On ne le savait pas, et voilà, cela s’impose. Tout est changé». A partir de cet événement, le narrateur va prendre des notes, se remémorer des souvenirs, en pensant «tant que j’écrirais, père resterait en vie». En 40 courts textes, avec une écriture épurée qui cherche sans cesse l’essentiel et l’émotion, Jérôme Meizoz dresse le portrait de son père, cet homme de la terre, à la stature «colossale», qui n’a pas appris à montrer ses sentiments, mais qui montre son amour par les actes, qui a élevé seul ses cinq enfants à la mort de sa femme et qui a tout fait pour leur offrir un avenir meilleur. Il signe une véritable lettre d’amour, une déclaration à la fois pudique et poétique. PB


29

MUNRO Alice Fugitive Paris, Olivier, 2008. 340 p. Disponibilité EVI • JON cote R MUNR Titre original en anglais: Runaway Disponibilité BUS cote R2 MUNR

Alice Munro est une très grande conteuse. Il n’est pas mince affaire que de rendre incroyables et si beaux ces destins de femmes qui fuient, s’enfuient. L’auteure canadienne offre dans chacune de ces huit nouvelles une narration franche, épurée mais enchantante. Le suspense est omniprésent: qui y aura-t-il au bout de la route? une nouvelle vie, un nouveau gris, une autre terre ou rien. Paris réussis: enchantement du verbe pour des désenchantements bien familiers. Munro est une très grande dame que l’on a envie de suivre… MCM

NELSCOTT Kris Blanc sur noir: une nouvelle enquête de Smokey Dalton La Tour d’Aigues, Aube, 2008 (Aube poche). 469 p. Disponibilité PAQ cote R NELS

Je viens de découvrir un peu par hasard cette auteure de romans policiers. Les héros forment un drôle de couple. Il y a Smokey Dalton, un détective noir et pauvre, et Jimmy, enfant de la rue, noir et pauvre aussi. Tous deux ont dû fuir Memphis car le FBI les recherche, ou plus exactement recherche Jimmy. Il faut dire que nous sommes en 1968, que Martin Luther King a été assassiné, et que Jimmy a vu l’assassin du pasteur. Dans cet épisode, Smokey et Jimmy se sont réfugiés à Chicago. Smokey a beau avoir changé de nom, le bouche à oreille fait que, très vite, la communauté noire sait qu’il aide les gens et « fait » le détective. Une dame vient le trouver et lui demande de trouver l’assassin de son mari, retrouvé mort dans un parc. Le meurtre date de plusieurs semaines et Madame Foster a l’impression que la police se désintéresse de l’histoire: un Noir assassiné, même dentiste, n’a guère d’importance. Seule piste, quelques clichés pris par un jeune photographe free-lance, Saul Epstein… Ce polar en noir et blanc nous plonge dans la pesanteur des rapports sociaux de l’Amérique de la fin des années 60, et l’affection réciproque de Jimmy et Smokey ne le rend que plus attachant. FA


30

NICOLINO Fabrice La faim, la bagnole, le blé et nous Paris, Fayard, 2007. 178 p. Disponibilités BUS • CIT • EVI • JON • PAQ • SER • STA cote 621.4 NIC

Les biocarburants, promesse de progrès, se dévoilent comme une bombe à retardement à la lecture de ce pamphlet. Et pourtant, nombre de pays ont misé avec entrain sur ce nouvel or vert, souvent sous l’impulsion programmée des lobbies de l’agriculture industrielle. Le constat découlant du développement actuel des cultures destinées à nos moteurs est alarmant. Sur le plan humain tout d’abord. Le prix de la nourriture de base, les céréales, augmente, rallongeant ainsi la liste des affamés. Le massacre programmé des ultimes forêts tropicales ou des terres en jachère, pour accueillir ces nouvelles cultures vient ensuite. Ceci annonce une nouvelle catastrophe environnementale. Pour couronner le tout, il semblerait que les biocarburants, ironie du sort, ne soient pas écologiques… Un polluant de plus en devenir, puisqu’il faut bien que nos voitures continuent de rouler si le pétrole venait à disparaître. Car, malgré tout, ces constats n’entameront certainement pas notre attachement viscéral au véhicule privé. PC

O’FARRELL Maggie L’étrange disparition d’Esme Lennox Paris, Belfond, 2008 (Littérature étrangère). 231 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • STA cote R OFAR Existe en grands caractères Disponibilité BUS

A 76 ans, Esme Lennox sort de l’asile psychiatrique de Caulstone à Edimbourg. Esme retrouve le monde extérieur après 60 ans d’internement et son seul soutien est Iris, sa petite-nièce qui n’avait jamais entendu parler de cette grand-tante auparavant... Comment une jeune fille de seize ans parfaitement saine d’esprit a pu être internée pendant si longtemps et disparaître ainsi de la mémoire familiale ? Peu à peu des liens vont se tisser entre les deux femmes et Iris va découvrir qui est Esme. Dans les années 30 la famille Lennox vit aux Indes. Les deux sœurs, Kitty et Esme, connaissent la vie dorée des riches colons. Suite à un drame, la famille quitte les Indes et retourne en Ecosse. Très vite Esme, jeune fille pleine de vie, détonne au milieu de la bourgeoisie d’Edimbourg. D’Inde à l’Ecosse, des années 30 à nos jours ce roman dépeint à travers la destinée des sœurs Lennox celle de toutes les femmes alors: l’enfermement dans une vie régie par les conventions sociales… ou l’asile. Ce récit fort


31

habilement construit révèle, par petites touches, celles de la mémoire (péniblement) retrouvée le secret d’Esme. La machination dont elle a été victime est si terrible qu’elle risque de vous hanter encore quelque temps après avoir refermé ce livre! CLR

O’NEILL Heather La ballade de Baby Paris, 10/18, 2008 (Littérature étrangère XXIe). 378 p. Disponibilité CIT cote R ONEI

Baby, douze ans, vit à Montréal avec son père Jules, un héroïnomane fauché et immature. Follement attachée à ce père irresponsable, Baby raconte son quotidien avec naïveté et fraîcheur, même si celui-ci ne ressemble pas vraiment à celui de ses camarades de classe. Pas d’argent, pas de logement fixe, pas de repères, l’horizon de Baby se limite aux quartiers glauques de Montréal entre toxicos et prostituées. Lorsque Jules est hospitalisé, le quotidien fragile de Baby bascule. Foyers, familles d’accueil, la fillette confrontée bien trop tôt à la violence des adultes sombre à son tour… Un récit fort empreint d’espoir et d’optimisme sur la capacité de chacun à rebondir et à transformer sa vie. Premier roman de la canadienne Heather O’Neill, La ballade de Baby est inspiré de sa propre enfance. CLR

PADGETT Abigail Petite tortue Paris, Rivages, 2006. (Rivages /Noir). 387 p. Disponibilité PAQ cote R PADG

Singulière héroïne que cette assistante sociale américaine d’origine irlandaise aux services de l’enfance à San Diego, non loin de la frontière mexicaine! Bo souffre de troubles bipolaires. Chaque jour, elle avale consciencieusement des petites pilules censées stabiliser son humeur. Malgré tout, l’empoisonnement d’un bébé dont la mère est une chanteuse d’origine guatémaltèque la bouleverse. Heureusement ledit bébé, qui se prénomme «Petite Tortue» selon les Mayas, s’en sort, mais ce n’est pas le cas de sa chanteuse de mère qui elle, ne résiste pas à une injonction de cyanure… Entre réflexion sur la maladie mentale et sur la culture des Mayas, Abigail Padgett livre une enquête originale, fine et prenante. A découvrir! FA


32

PADGETT Abigail Le visage de paille Paris, Rivages, 1997. 362 p. Disponibilité CIT • EVI • MIN • PAQ • STA cote R PADG

Bo Bradgett, représentante des Services de la Protection de l’enfance de San Diego, est chargée de s’occuper de la sœur d’une enfant de trois ans victime d’un viol barbare qui n’a pas survécu à ses horribles blessures. Décidée à mener sa propre enquête, la jeune femme qui souffre par ailleurs d’une maladie psychique se sert des phases euphoriques de son humeur pour aller encore plus loin dans la recherche du coupable, un pédophile féroce et sanguinaire, en détectant des indices imperceptibles pour les autres. Rien ne lui échappe, ni les odeurs, ni les textures, ni les mimiques des protagonistes de cette histoire haletante, écrite sur un rythme vif et très efficace. Ce polar terrifiant se dévore néanmoins avec grand plaisir grâce à un style et un vocabulaire riches décrivant avec aisance les émotions des personnages. MCM

PARKS Tim Le silence de Cleaver Arles, Actes sud, 2007. 381 p. Disponibilité BUS • CIT • SER • STA cote R PARK

La publication d’un roman signé par son fils provoque un choc chez son illustre père. Celui-ci, grande figure des médias anglais, se retrouve en filigrane dans cette pseudo fiction, sous un jour peu flatteur. Il perçoit dans cette rédaction un règlement de compte familial. L’émotion brutale qui le taraude dès lors pousse notre homme à prendre la décision de tout quitter au plus vite. Il fuit dans le sud Tyrol afin de se couper de son univers habituel, son projet essentiel étant d’arriver à se libérer de ce qui l’oppresse où qu’il soit; le moindre son de la civilisation, la télévision, l’ordinateur et le natel. Trouvant refuge dans une vieille cabane et vivant un quotidien archaïque, il se dépouille du superflu. Il peut ainsi se retrouver totalement seul, espérant détenir au fond de lui la solution à sa crise existentielle. Mais son nouvel environnement spartiate ne lui permet pas forcément de faire abstraction de ces regrets lancinants. Loin de la société du spectacle, qui le faisait briller, il se découvre terne et fait un bilan sans fard de sa vie. PC


33

PESKOV Vassili Ermites dans la taïga Arles, Actes Sud, 1992 (Terres d’aventure). 237 p. Disponibilité CIT • EVI • JON cote 915.7 PES

Grand reporter à la Komsomolskaïa Pravda, Vassili Peskov nous conte l’incroyable découverte par des géologues durant l’été 1978 d’une famille de «vieux-croyants», les Lykov, réfugiés au plus profond de la taïga depuis plus de 40 ans afin de perpétuer leurs rites et vivre leur religion à l’abri du monde moderne et de ses lois, «ce siècle plein de tentations, de péchés et d’outrages à Dieu». On découvre avec stupéfaction leur vie au quotidien, cloîtrés dans une cabane misérable durant les interminables hivers sibériens et l’on suit avec émotion la tentative de la plus jeune d’entre eux, Agafia, de se réadapter au monde, elle qui n’a jamais connu d’autres humains que ses parents. Ce minutieux compte rendu, extrêmement bien écrit et agrémenté de nombreuses photographies ainsi que des croquis, captive et bouleverse. TLa

POLIDORI Robert Après le déluge Göttingen, Steidl, 2006. 333 p. Disponibilité STA cote 779 POL

En août 2005, l’ouragan Katrina s’abat sur l’Est des Etats-Unis et provoque des destructions extrêmes principalement en Alabama, en Louisiane et dans le Mississippi. Certains secteurs de la ville de La Nouvelle-Orléans construits dans une zone dépressionnaire située jusqu’à 6 mètres au-dessous du niveau de la mer et protégés par des digues sont envahis par les flots. Plus de 160’000 maisons sont inondées, abandonnées dans la précipitation, livrées à l’humidité et aux moisissures. Les ravages sont d’une telle ampleur qu’il n’y a, dit-on, sans doute que des anciens combattants pour avoir déjà assisté à pareille destruction. Le photographe Robert Polidori arrive à La NouvelleOrléans le 20 septembre et se met immédiatement au travail. Son attention est retenue par l’absence totale de présence humaine dans les quartiers évacués. Des câbles électriques jonchent les rues et les trottoirs. Des meubles, des voitures, des débris de toutes sortes s’entremêlent, noyés dans la boue, les gravats et la végétation. Ses clichés créent un malaise oppressant. Ils frappent par leur beauté surréaliste, intemporelle, leur dimension artistique alors qu’ils illustrent en réalité l’apocalypse et le déluge. Un témoignage d’une rare dimension, magnifique, essentiel. CL


34

POWERS Richard La chambre aux échos Paris, Cherche-midi, 2008, 470 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • PAQ • STA cote R POWE

Après un terrible accident de la route Mark Schluchter se retrouve victime du syndrome de Capgras, une lésion du cerveau et de la mémoire qui fait que ceux qui en sont victimes reconnaissent les visages familiers mais sont persuadés qu’il s’agit de sosies. Mark reconnaît ceux qui s’occupent de lui, sa sœur en particulier, mais est certain qu’il s’agit d’une autre personne qui essaye de le tromper. Le cerveau, son mécanisme et sa relation avec la mémoire, est omniprésent dans ce roman. Le cerveau, cette «chambre aux échos», est aussi étudié à travers le vol migratoire des grues. Ces grues qui, année après année, reviennent toujours vers le même lac pour se reposer entre deux étapes. Pourtant cette halte est menacée par de futures constructions sur l’emplacement du lac. Comment les grues vontelle faire face à ce changement ? Comment Mark va-t-il surmonter le traumatisme de son accident ? Est-ce qu’après un choc affectant la mémoire l’identité reste la même ? Comme à son habitude, Powers mélange habilement plusieurs histoires à priori indépendantes, comme à son habitude, il est extrêmement bien documenté sur son sujet, ici la neurologie, et comme à son habitude, il arrive même à nous le rendre compréhensible. TLe

PROSE Francine Un homme changé Paris, Métailié, 2008. 428 p. Disponibilité CIT • EVI cote R PROS

Vincent Nogan vient de prendre une décision: quitter l’ARM, l’Aryan Resistance Movement, faucher le pick-up de son chef, son propre cousin Raymond et toutes ses économies de dealer raciste, débile, violent et enfin trouver une planque et sauver sa peau de renégat. La seconde mesure urgente est de contacter les «autres», donc trouver un refuge de première main et dans sa tête, ça veut dire frapper à la porte de la fondation philanthropique «Brotherhood Watch Rights», créée par le charismatique et richissime Meyer Maslow, juif sorti par miracle des rafles nazies, qui traque les injustices, le mal que des hommes font à d’autres hommes pour des broutilles: positions politiques divergentes, religions qui ne relient plus rien mais attisent les extrémismes de tout poil. Le premier contact est rude: si deux poignets se tendent, on ne s’attend pas forcément à ce que l’un, à la peau usée et marquée d’une chaîne indélébile de chiffres macabres et maudits, doive serrer le poignet tatoué de croix gammées d’un skinhead repenti… MCM


35

PROULX Annie C’est très bien comme ça Paris, Grasset, 2008. 315 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • MIN • PAQ • SER • STA cote R PROU

Quel bonheur d’ouvrir un livre d’Annie Proulx : toujours le même sens aigu des rapports humains, les descriptions des paysages nord-américains si évocatrices et cette touche particulière alliant les précisions du propos à l’élégance de l’écriture. Dans cet ouvrage composé de neuf nouvelles, nous passons de l’incroyable histoire racontée par l’un des fils maintenant centenaire de plusieurs familles ayant toutes le même père, à la vie dure et tragique d’un jeune couple de pionniers, puis au récit d’une chasse aux bisons censée mettre fin à la misère d’une tribu indienne et enfin la vie triste et maudite de Dakota, une petite fille abandonnée par sa mère et confiée à ses grands-parents brutaux et indifférents à son sort. Ces différentes narrations sont un régal, leur humanité déborde du cadre de l’écriture pour se graver dans nos mémoires. MCM

RAHIMI Atiq Syngué sabour, pierre de patience Paris, POL, 2008. 154 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • STA cote R RAHI

Le troisième roman d’Atiq Rahimi (le premier écrit en français), est un huis clos qui se passe en Afghanistan, mais qui pourrait tout aussi bien se passer ailleurs, partout où la guerre fait rage. Une femme veille sur son mari taliban qui est dans le coma depuis qu’il a reçu une balle dans la nuque. Elle le soigne, jour après jour, même s’il n’est plus qu’un cadavre à peine vivant. Peu à peu, elle va se mettre à lui parler, persuadée qu’il l’entend. Elle va enfin pouvoir lui dire tout ce qu’elle n’a jamais réussi à lui dire: la révolte contre son père, contre lui, son mariage forcé, la guerre, les talibans, mais aussi ses désirs les plus intimes, son amour pour lui. Son mari agonisant devient alors sa syngué sabour, sa pierre de patience, qui selon la mythologie perse, détient le pouvoir d’absorber les malheurs et les souffrances, les secrets les plus enfouis, avant d’éclater, libérant celui qui a pris la parole. Ce huis clos brûlant est écrit au présent, dans une langue précise et explicite, qui permet à la voix de cette femme de résonner entre les bombes. PB


36

RAVALEC Vincent Treize contes étranges Paris, J’ai lu, 2005. 215 p. Disponibilité CIT • JON • PAQ cote R RAVA

Treize petites nouvelles, du rire à la galère, qui grâce au style mordant de Vincent Ravalec, dressent un portrait de la société occidentale de la fin du dernier millénaire. Dans la première de ces nouvelles, le narrateur, un jeune auteur, part en tournée promotionnelle dans les FNAC de France avec un écrivain considéré comme génial qui devrait bientôt se retrouver dans les manuels scolaires. Tout à sa joie de faire partie de ce voyage, il va découvrir un être abject à moitié fou (voire plus) et vivre un voyage assez pénible. Y a-t-il du vécu là-derrière? FG

SANSAL Boualem Le village de l’Allemand ou Le journal des frères Schiller Paris, Gallimard, 2008 (Blanche). 263 p. Disponibilité CIT • EVI cote R SANS

Les frères Schiller vivent en France depuis leur enfance. Ils ont très peu de contact avec leurs parents restés en Algérie. La mère est algérienne, le père est allemand. En 1994, Rachel, le frère aîné, lit dans le journal qu’un massacre a eu lieu là-bas, dans son village. Ses parents font partie des villageois exterminés par le GIA. Il ne dit rien à son frère Malrich et part en Algérie. En triant les papiers, il apprend que son père était un SS et qu’il a fui l’Allemagne pour sauver sa peau. Il a alors formé des combattants du FLN, s’est converti à l’islam et était un homme respecté et adulé dans le bled. Malrich prend connaissance de ces faits et du désespoir de son frère en lisant son journal qu’il lui a légué après son suicide. Rachel n’a pas supporté l’héritage sulfureux du père. Malrich se débat pour résister au choc. Il peine à contenir la violence qui l’habite. Il hait l’imam, les fanatiques de sa banlieue qu’il compare aux officiers nazis. Un acte d’écriture courageux qui fait débat. RL


37

SARAMAGO José L’autre comme moi Paris, Seuil, 2005 Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R SARA Titre original portugais: O homem duplicado Disponibilité CIT • JON • MIN cote R69 SARA

Tertuliano Maximo Afonso, 38 ans, est un sombre professeur d’histoire, menant une vie monotone entre son travail, une maîtresse avec qui il refuse de s’engager et une dépression latente qui ne demande qu’à exploser… Un jour, cependant, sa vie va basculer lorsqu’il aperçoit dans un film loué au vidéo club son double parfait. La ressemblance est si frappante qu’il a l’impression de voir un autre lui-même. Troublé au plus haut point, il visionne tous les films du même producteur qu’il arrive à emprunter afin de découvrir l’identité de ce jumeau, dont il découvrira le nom, Daniel Della Santa, et dans la vie de laquelle il s’immiscera. L’écriture très particulière de Saramago, très compacte, peut parfois rebuter mais cela vaut la peine de se plonger dans ses histoires d’une originalité unique, surtout, quand, comme ici, la chute est particulièrement inattendue… DM

SAUL Jamie M Les leçons des ténèbres Paris, Calmann-Lévy, 2007. 331 p. Disponibilité BUS • CIT • JON • PAQ • STA cote R SAUL

Qu’est-ce qui a bien pu conduire un adolescent à se suicider? Lorsqu’il apprend la mort de son fils à quelques jours des grandes vacances, Jack, professeur de cinéma à l’université, sent son univers chavirer. Il aurait dû s’alerter du manque d’appétit soudain de Danny, de la question qu’il lui a posée quelques jours avant sa mort et à laquelle il n’a pas su répondre «Papa, qu’est-ce qui est le plus important, la loyauté ou la sincérité?». Plus ses amis lui disent que ce n’est pas sa faute, qu’il a été un père admirable, et plus les amis de son fils lui disent qu’ils auraient bien aimé avoir un père comme lui, et plus il s’effondre. Terré dans sa maison, il cherche un message que Danny aurait pu lui laisser, mais rien, sauf une petite boîte à pastels cachée sous le lit, qui contient des photos de Danny bébé avec Anne, sa mère, des petites silhouettes en papier fabriquées par elle, et le bouton orange arrachée à la cape qu’elle portait lorsqu’elle est partie pour toujours vivre sa vie d’artiste. Dans cet effondrement total, Jack reçoit le soutien silencieux d’un inspecteur chargé d’enquêter sur le suicide apparent d’un autre garçon. FA


38

SCEPANOVIC Branimir La bouche pleine de terre Paris, Privat, 2008. 94 p. Disponibilité CIT cote R SCEP

La bouche pleine de terre raconte la double fuite à travers une vaste forêt du Monténégro d’un homme chassé par ses propres peurs et par des poursuivants improvisés. La course haletante devient très vite symbolique. Un homme donc apprend incidemment qu’il est condamné par une maladie et décide de se fuir. Durant sa course en pleine forêt il rencontre deux chasseurs qui, surpris, entament une poursuite à laquelle viendront se joindre d’autres poursuivants. Tout ne devient plus qu’un immense malentendu, une farce totalement surréaliste où l’auteur excelle à dépeindre les mécanismes de la peur et de la haine qui en découlent. CD

SIRKIS Nicola Les mauvaises nouvelles Paris, J’ai lu, 2007 (J’ai lu; 8430. Nouvelle génération). 152 p. Disponibilité JON • PAQ cote R SIRK

Nicola Sirkis, fondateur et chanteur du groupe de rock français Indochine, livre ici treize nouvelles qui reprennent les thèmes qui lui tiennent à cœur et que l’on retrouve d’ailleurs assez fréquemment dans les textes de ses chansons: le suicide chez les adolescents, l’Asie, le fantastique. FG


39

SPITZER Walter Sauvé par le dessin: Buchenwald Lausanne, Favre, 2004. 207 p. Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ cote 940.547 SPI

Walter n’a que 16 ans lorsqu’il doit quitter sa ville natale de Cieszyn à la frontière de la Pologne et de la Tchécoslovaquie pour le camp de Blechhammer, rattaché à Auschwitz en 1944. Walter a le tort d’être orphelin d’une famille aisée et surtout juif. Ce qui va le sauver, et l’amener à témoigner jusqu’à aujourd’hui, c’est son talent d’artiste. Quelles que soient les conditions, il ne peut s’empêcher de dessiner. Il n’a pas de crayon, pas de papier à disposition: aucune importance, un morceau de bois calciné sur un sac de ciment fera l’affaire. Il est tellement doué que la résistance anti-nazie du camp de Buchenwald le convoque et le sauve d’un transport voué à la mort contre la promesse de témoigner de ce qu’il voit. Promesse tenue, et par ses dessins et sculptures, (on lui doit le monument commémoratif de la rafle du Vel d’Hiv), et par le récit qu’il nous livre à présent: celui d’un adolescent précipité dans l’horreur, et qui pourtant arrive jusqu’au bout à garder son appétit de vivre et ses amis. Malgré l’imminence de la mort dans les camps et dans les marches forcées, que les nazis, paniqués par l’arrivée de l’armée rouge, imposent, il dessine et témoigne encore et encore. FA

STABENRATH Bruno de Le dictionnaire des destins brisés du rock Paris, Scali, 2006. 153 p. Disponibilité CIT cote 781.66 STA

Quel point commun y a-t-il entre Janis Joplin, Kurt Cobain et Jimi Hendrix? Tous les trois sont morts avant 30 ans à l’apogée d’une carrière musicale prometteuse, la première par overdose d’héroïne, le deuxième d’une balle dans la tête et le dernier étouffé dans son vomi… Ce dictionnaire morbide passe en revue de nombreux autres artistes morts trop jeunes, et l’auteur a rédigé pour chacun une notice biographique plus ou moins longue. Et l’on constate ici deux choses. La première est, si l’on en doutait encore, que la grande faucheuse fait parfois preuve d’une imagination débordante pour emporter les humains. La deuxième c’est qu’il vaut mieux ne pas se lancer dans une carrière rock si on a envie d’atteindre l’âge légal de la retraite. Assassinats (comme John Lennon, bien sûr mais aussi Tupac Shakur), accidents d’avion (Otis Redding, par exemple), noyade (Jeff Buckley, bien sûr), embolie pulmonaire (comme Andy Gibb, des Bee Gees)… ajoutés aux overdoses et autres suicides composent un panel de morts violentes dont ont été victimes ces jeunes rockers, certains maintenant oubliés, d’autres adulés à jamais. DM


40

TANASE Virgil Tchekhov Paris, Gallimard, 2008 (Folio biographies; 36). 403 p. Disponibilité EVI • JON • SER cote 891.7 TCH

Ecrivain et homme de théâtre, Tchekhov (1860-1904) est universellement connu pour ses pièces dramatiques (Oncle Vania, Les trois sœurs, La cerisaie) et ses contes et nouvelles. Sa dramaturgie révèle un auteur soucieux de coller à son époque, qui dépeint les relations de ses nombreux personnages enlisés dans des compromis ou des ambitions illusoires, des antihéros au langage familier dans des situations ordinaires. Mais sous l’aspect de ses textes se cachent la vraie nature du docteur Tchekhov: un homme simple, toujours généreux envers les plus humbles, sensible aux peines des siens et aux malheurs et souffrances de ses contemporains. Les thèmes choisis, son style naturel et accessible détaillant les réalités de son temps, font de ce théâtre énigmatique et évanescent les prémices du théâtre moderne. Tendre et humaniste: voici Tchekhov… MCM

TCHEKHOV Anton Récit d’un inconnu et autres nouvelles Paris, Gallimard, 2008 (Folio classique ; 4692). 296 p. Disponibilité CIT • EVI cote R TCHE

Les nouvelles qui composent cet ouvrage ont été écrites entre 1891 et 1898. Tchekhov est alors au sommet de son art. La première, au titre énigmatique de Récit d’un inconnu, nous conte l’histoire d’un socialiste qui se fait engager comme domestique chez le fils d’un homme d’Etat afin de percer quelque secret. Il rencontre son épouse, s’en éprend et tout deux prennent la fuite. Le périple s’achèvera tragiquement. Les autres nouvelles, brèves, moins romanesques, nous sont plus familières de l’univers de l’auteur: scènes du quotidien, monotonie, provinces mornes... Que ceux qui rechignent à lire les nouvelles découvrent la perfection narrative de Tchekhov! TLa


41

TEMPLETON Edith Gordon Paris, Laffont, 2004 (Pavillons). 244 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • STA cote R TEMP

Louisa, 28 ans, qui se targue d’être une femme libre avant l’heure (on est juste après la seconde guerre mondiale), rencontre dans un pub un inconnu qu’elle suit sans trop savoir pourquoi et qui, d’emblée, sur le banc de pierre de son jardin, la viole avec son consentement, lui faisant découvrir une jouissance jusque-là inconnue. Avec une froideur presque clinique, Louisa raconte l’étrange relation qui s’instaure entre ce psychiatre dominateur et dénué de sentiments et la jeune femme qui se découvre un incompréhensible goût pour la soumission et l’humiliation. Le lecteur partage avec l’héroïne la même perplexité, la même interrogation: pourquoi ne parvient-elle pas à se libérer de l’attache qui la lie à cet homme pour lequel elle n’éprouve qu’une fascination malsaine? A travers ce roman, qui fut interdit lors de sa publication en 1966, se pose la question de la découverte de ses propres pulsions. DM

TEULE Jean O Verlaine Paris, Pocket, 2007 (Pocket; 12827). 337 p. Disponibilité CIT • EVI cote R TEUL

On est en 1895 et le livre raconte les trois derniers mois de la vie de Verlaine. Mêlant l’invention, propre au romancier, à un travail très documenté, Jean Teulé écrit là un texte jubilatoire. Le lecteur est embarqué avec Verlaine et ses quelques admirateurs à travers un Quartier Latin bruyant, malodorant et malfamé. On va le suivre dans les bistrots, ses lieux de prédilection où il aligne les absinthes plus vite que les vers. On le retrouve ensuite à l’hôpital où un médecin fanatique de son œuvre est aux petits soins pour ce malade atteint de syphilis, diabète, cirrhose, altération sanguine, souffle au cœur, pneumonie… la liste complète de ses maux ne rentrant pas sur la pancarte au pied du lit. Le préfet Lépine, lui aussi adorateur du poète, interdit à ses gendarmes de l’arrêter même quand il fait du tapage nocturne ou quand, trop aviné, il dégaine son couteau. Ses amours sont aussi désordonnées que sa vie; il passe de ses deux « régulières » aux prostituées, tout en tâtant quelques jeunes garçons au passage. Ce Verlaine-là, on n’est pas près de l’oublier! RL


42

VARGAS Fred Un lieu incertain Paris, Hamy, 2008 (Chemins nocturnes). 383 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R VARG

Un horrible massacre a eu lieu dans un pavillon de la banlieue parisienne. L’enquête démarre et tout conduit à penser que l’assassin est le fils du commissaire. Bien embêté, Adamsberg! Cette fois l’inspecteur de police va devoir arrêter son propre fils! Ca lui fait quand même un peu bizarre puisqu’il n’était même pas au courant qu’il avait un fils. Ou alors Adamsberg se fait manipuler. Adamsberg ne sent pas ce fils supposé et, comme chez lui tout marche à l’intuition, il commence à se méfier. C’est alors que l’enquête va redémarrer et qu’Adamsberg va se retrouver au fond de la Roumanie dans un petit village où depuis toujours on est terrorisé par des vampires. TLe

VARGAS LLOSA Mario La tante Julia et le scribouillard Paris, Gallimard, 1979 (Du monde entier). 396 p. Disponibilité CIT • SER cote R VARG Titre original espagnol: La tia Julia y el escribidor Disponibilité CIT cote R6 VARG

Dans le Lima des années 50, les feuilletons radiophoniques sont les précurseurs de ce qui deviendra ensuite les séries télévisées, on en parle à l’épicerie, avec ses voisins, etc. L’auteur haut en couleur des scénarios de ces feuilletons, Pedro Camacho, est un collègue du héros, Mario, qui passe quelques heures par jour à la radio locale à côté de ses études de droit. Des études qui ne le motivent pas vraiment, mais il faut bien faire plaisir à papa! Non, lui, Mario, ce qu’il veut c’est devenir écrivain. Et puis surgit dans la vie bien huilée de la famille, la tante Julia, fraîchement arrivée de Bolivie, jeune divorcée à la recherche d’un nouveau mari. Mario va vite s’amouracher de cette femme «mûre» de 15 ans son aînée, créant un scandale sans précédent! Un chapitre sur deux nous raconte leur histoire, notamment l’épopée grandguignolesque de la recherche d’un maire pour les marier, l’autre nous fait vivre les feuilletons de plus en plus farfelus de Camacho… Un vrai régal d’exubérance typiquement sud-américain, pétillant drôle et (partiellement?) autobiographique. DM


43

VERONESI Sandro Chaos calme Paris, Grasset, 2008. 504 p. Disponibilité CIT • EVI • MIN STA cote R VERO

Un titre qui interpelle: chaos, calme, deux mots qui semblent antagonistes. Et pourtant pour Pietro, le héros quadragénaire de cette histoire, cet état est bien celui dans lequel il se sent après la mort accidentelle de sa femme. Le roman commence quand Pietro et son frère sauvent deux femmes de la noyade. Au même moment, mauvaise farce du destin, Lara, son épouse, meurt toute seule. Pietro souhaite que sa fille de 10 ans ne souffre pas. Il décide de l’accompagner à l’école et de l’attendre dans sa voiture. Jour après jour, il passera ses journées ainsi et quand on lui demande jusqu’à quand, il ne peut répondre. Haut placé dans une boîte d’audiovisuel, il peut se permettre de se mettre entre parenthèses. Défilent alors sa secrétaire, ses collègues, sa belle-sœur, son frère, ses chefs et même la femme qu’il a sauvée… Sa voiture se transforme en un lieu de thérapie où tantôt lui, tantôt les autres s’assoient sur le divan. Ce livre écrit à la première personne embarque d’emblée le lecteur dans cette vie en équilibre sur des points de suspension, dans un entre-deux où rien n’est plus vraiment «normal». RL

WERBER Bernard L’ultime secret Paris, Albin Michel, 2001. 409 p. Disponibilité BUS • CIT • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote R WERB

Samuel Fincher, neuropsychiatre mondialement connu et reconnu, affronte Deep blue IV, l’ordinateur le plus puissant jamais construit, dans une partie d’échecs qui doit prouver qui, de l’humain ou de la machine, est le plus intelligent. Le docteur Fincher sort vainqueur de cette confrontation, mais est retrouvé mort le soir même dans sa villa du Cap-d’Antibes, de mort naturelle selon les conclusions de la police. Isidore Katzenberg et la journaliste Lucrèce Nemrod, les deux enquêteurs déjà rencontrés dans Le père de nos pères s’intéressent de près à cette affaire qui leur semble plus compliquée que l’on veut bien le dire. A travers leur recherches, ils découvrent que le docteur Fincher s’intéressait de très près à l’intelligence artificielle qui lui permettait de redonner un semblant de vie normale à ses patients très gravement atteints et lourdement handicapés. Il se livrait à des expériences poussées dans l’asile où il travaillait, situé sur une île très peu habitée, et dans lequel se passaient des choses assez particulières.... FG


44

WIERINGA Tommy Joe Speedboot Arles, Actes sud, 2008 (Lettres néerlandaises). 397 p. Disponibilité BUS • CIT • EVI • PAQ • SER • STA cote R WIER

Joe Speedboot est apparu dans la vie du petit Frans et de tout le village de manière fracassante. Son père s’est tué au volant de son camion en entrant sans prévenir dans le salon d’une bonne famille huppée! Le fameux Joe est resté en vie, de même que sa mère et sa sœur India. Le petit Frans est fasciné, il n’est pas le seul, ses copains aussi; il faut dire que Joe n’a peur de rien ni de personne, d’abord Joe, ce n’est pas son vrai prénom, pas plus que Speedboot son vrai nom, mais il refuse obstinément de révéler son nom et prénom d’origine. De plus, Joe est un chercheur, un inventeur, un expérimentateur. Il se lance même dans la construction d’un avion, tout ça pour observer la mère de P.J. quand elle fait du nudisme: ça en jette et ça fait rêver tous ses copains. Il faut dire que Frans ne parle plus, ne marche plus depuis qu’il s’est malencontreusement endormi dans un champ. La faucheuse l’a tellement abîmé qu’il en est resté handicapé à vie. Frans ne parle plus, mais il observe et décrit la vie de son petit village de Hollande, de ses potes «notables» ou «non-notables», et surtout celle de Joe Speedboot. Son ambition est de faire de l’histoire «horizontale», contrairement aux historiens qui en restent à la «verticale»… Si vous voulez comprendre la métaphore de Frans, plongez-vous dans ce magnifique roman d’apprentissage sur l’adolescence et l’amitié. L’écriture jubilatoire de Tommy Wierenga réjouit les tripes! FA

WOLNIEWICZ Claire Le temps d’une chute Paris, Hamy, 2008. 262 p. Disponibilité CIT • EVI cote R WOLN

En 1932, Madelaine a 11 ans quand sa mère meurt d’avoir trop attendu son homme coureur de jupons et de bistrots. A l’orphelinat, les religieuses lui apprennent la couture. Très vite, elle se passionne pour l’harmonie des couleurs, la texture des étoffes. Le sens de sa vie, c’est le plaisir qu’elle lit dans les yeux de ses camarades (plus tard de ses clientes) quand elle les habille, les rend belles. A 14 ans, elle est placée dans une maison de confection à Limoges. Sa patronne, pourtant acariâtre, l’apprécie jusqu’au jour où l’élève, trop douée, lui fait de l’ombre. Elle monte alors à Paris et on suit son ascension dans ce monde de la mode. Elle veut sortir la femme de l’engoncement et libérer ses mouvements: allier le pratique à l’esthétique. Sa deuxième pas-


45

sion, ce sera Tadeusz, un rescapé des camps de concentration, tantôt gai, tantôt traînant ses angoisses de survivant. De cet amour naît Lucie. Sa mère lui confectionne des habits magnifiques… mais jamais elle ne la serrera dans ses bras... RL


46

BANDES DESSINÉES

BRAVO Emile Le journal d’un ingénu Marcinelle, Dupuis, 2008 (Une aventure de Spirou et Fantasio par…) Disponibilité CIT cote BD BRAV

Dans cette série parallèle, les éditions Dupuis proposent à des auteurs d’exprimer leur vision du groom aventurier dans un album indépendant. Emile Bravo a choisi de se pencher sur les origines de la série et sur la rencontre entre ses deux protagonistes. Les premières aventures de Spirou, dessinées par Jijé, datent de 1938. Emile Bravo situe donc son histoire dans la Belgique de la fin des années 30. Spirou, encore au sortir de l’adolescence, est employé dans un grand hôtel de Bruxelles. L’établissement accueille les réunions secrètes entre diplomates polonais et allemands qui tentent une dernière fois de s’entendre autour de la question de Dantzig. Le jeune homme va bien malgré lui être pris dans le jeu des intrigues, de même que Fantasio, jeune journaliste arriviste pas très futé… et même Spip l’écureuil. En ancrant son histoire dans un contexte historique, tout en gardant un certain humour, Emile Bravo donne une épaisseur rare à ses personnages. Une lecture moderne de ce mythe de la BD que Franquin, auteur de l’âge d’or de la série, n’aurait certainement pas reniée. FD

DUCHAZEAU Franz Le rêve de Meteor Slim Paris, Sarbacane, 2008 Disponibilité BUS • CIT • JON • STA cote BD DUCH

En 1935, dans un coin paumé du Mississipi, Edward Ray Cochran marche le long d’un chemin de campagne en chantant et en jouant de la guitare. Il vient de tout abandonner, sa maison, sa femme enceinte et son travail, pour vivre son rêve, être musicien. En chemin, il rencontre Robert Johnson, la légende du blues qui l’aidera à devenir «Meteor Slim». Mais la route sera longue. Il devra jouer dans des clubs miteux, dans des cabarets crasseux, dormir dans des chambres sordides, boire du whiskey au goulot, se bagarrer dans des bars pour enfin rencontrer des producteurs pourris. Son seul instant de gloire sera l’enregistrement de son 78 tours intitulé «Devil’s got my


47

mind». Avec un dessin en noir et blanc charbonneux et tourmenté, Franz Duchazeau nous plonge dans une vraie fausse histoire d’un bluesman qui cherche à échapper à sa condition grâce à la musique. PB

FERLUT Nathalie Lettres d’Agathe Paris, Delcourt, 2008 (Mirages) Disponibilité CIT • STA cote BD FERL

Alors qu’elle va devenir mère elle-même, Agathe se penche sur son passé. Pourquoi sa mère ne l’a-t-elle jamais aimée? Ses deux frères pourtant ont eu toute l’attention et l’amour maternels qui lui ont été refusés. Elle n’apprendra que bien trop tard le poids du secret qui pèse sur sa famille et décide d’écrire cette lettre à sa mère qui, malheureusement, ne pourra jamais la lire… Le récit poignant d’une enfance ratée. DM

KIM Dong-Hwa Les nourritures de l’âme Bruxelles, Casterman, 2008 (Hanguk) Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote BD KIM

Les nourritures de l’âme est un recueil de courtes histoires qui mettent en avant la bonté, les nobles sentiments et les pensées positives, d’un optimisme qui réchauffe le cœur. Un magazine coréen avait demandé à ses lecteurs de raconter les plus belles histoires qu’ils avaient vécues et qui dégageaient des sentiments positifs. Le célèbre dessinateur de manhwa Dong-Hwa Kim les a ensuite mises en images. L’ensemble, homogène, est très largement constitué d’histoires de familles, de relations de grande tendresse, le plus souvent émouvantes, de la nostalgie d’un geste ou d’une parole, bref d’un instant d’humanité. Sous l’aspect d’une grande simplicité, ce recueil véhicule, avec des dessins épurés et très colorés, proches d’un style enfantin, des sentiments nobles, avec tendresse, pudeur et sérénité. PB


48

LEPAGE Catherine 12 mois sans intérêt, journal d’une dépression Montréal, Mécanique générale, 2007. Disponibilité STA cote BD LEPA

Cette bande dessinée québécoise aborde le sujet encore sensible de la dépression. Pour ce faire, l’auteure choisit d’illustrer cette période sombre en évitant un récit linéaire classique. C’est plutôt une compilation d’impressions et de sensations qui, à chaque page, touchent, émeuvent ou font réfléchir le lecteur. Pour mieux faire passer son message, elle déploie une grande inventivité stylistique, avec des lettrages, des polices ou des calligraphies différentes, mêlant subtilement des dessins ou des photos par exemple. Catherine Lepage parvient à transformer cette expérience pénible en un projet artistique réussi. La lecture est à la fois divertissante, stimulante et touchante. PB

MODAN Rutu Exit wounds Arles, Actes sud, 2007 (Actes sud BD) Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote BD MODA

Nous sommes en Israël. Le héros de l’histoire gagne sa vie comme chauffeur de taxi à Tel Aviv et est très proche de son oncle et sa tante. Sa mère est morte, son père l’a mis à la porte il y a quelques années et sa sœur vit à New York. Aussi lorsqu’une jeune soldate demande à lui parler en privé et lui explique que son père fait peutêtre partie des gens tués dans un attentat dans une gare routière, Kobi refuse de se sentir concerné. Mais la soldate Nomi, la «girafe» comme elle est surnommée, insiste. Kobi découvre que son Gabriel de père a été aimé par la «Girafe» mais aussi par bien d’autres femmes. L’affection de la «Girafe» atténuera-t-elle son ressentiment envers ce père volatile? FA


49

OTT Thomas 73304-23-4153-6-96-8 Paris, Association, 2008 Disponibilité CIT • JON • SER • STA cote BD OTT

Le personnage principal, un bourreau, découvre un bout de papier sur lequel est inscrite une succession de chiffres, 73304-23-4153-6-96-8, au pied de la chaise électrique sur laquelle un détenu vient d’être exécuté. Ce nombre lui apportera tout d’abord une chance démesurée en étant associé au tatouage d’un chien perdu, au téléphone d’une femme au cœur solitaire, puis la disgrâce qui le mènera à la folie, à la malédiction. Dans ce polar poisseux, tous les protagonistes ont de la terreur dans les yeux. Le lecteur, lui, ne peut s’empêcher, après sa lecture, de reprendre l’histoire au début. Cette histoire, tout comme les autres albums de cet auteur suisse, est plus noire que noir, avec cette fois une nouvelle gradation, le noir total : tout espoir semble définitivement perdu. PB

PEDROSA Cyril Trois ombres Paris, Delcourt, 2007. Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • PAQ • SER • STA cote BD PEDR

Le petit Joachim vit retiré du monde dans une petite ferme avec ses parents. Une vie simple pleine de petits bonheurs et de rires pour cette famille unie jusqu’au jour où… Trois ombres apparaissent à l’horizon, montées sur des chevaux. Trois ombres menaçantes qui vont se rapprocher de jour en jour de la ferme, jetant sur la famille une angoisse sourde. Comprenant que ces ombres sont venues chercher leur fils, le père décide de fuir au-delà de l’océan dans l’espoir de soustraire Joachim à cette menace. S’ensuit un long voyage, désespéré, puisque les ombres finiront par les rattraper... Maladie infantile? Puissances occultes destructrices? A chacun son interprétation sur ce que sont ces trois ombres. Un conte métaphorique sublimé par un coup de crayon magnifique. Un vrai coup de cœur! JM


50

PEETERS Frederik Ruminations Genève, Atrabile, 2008 Disponibilité CIT • EVI • JON • PAQ • SER • STA cote BD PEET

Sur 180 pages, Frederik Peeters a décidé de compiler une vingtaine d’histoires courtes parues dans différents magazines, mais principalement dans la revue Bile noire, éditée par Atrabile. A part certaines histoires mises en couleur pour l’occasion, les autres apparaissent tel quel. Au fil de ces nouvelles, qui sont des coups d’essais, des expérimentations ou de petits chefs-d’œuvre, le lecteur se trouve en face d’un panorama global, livré avec franchise, qui lui permettra de mieux comprendre la personnalité de l’auteur et de saisir comment celui-ci est devenu incontournable, en signant par exemple Pilule bleue ou Lupus. PB

PEKAR Harvey The quitter: le dégonflé St-Laurent-du-Var, Panini, 2007 Disponibilité STA cote BD HASP

Harvey Pekar est un monument de la bande dessinée américaine. Scénariste uniquement, il produit depuis 1976, à un rythme annuel, un comics intitulé American splendor. Il y relate sa routine d’employé administratif à l’hôpital public de Cleveland et ses angoisses existentielles. Si le propos est banal, l’écriture d’Harvey Peakar magnifie ce quotidien, car comme le proclame le sous-titre : « ordinary life is pretty complex stuff » - la vie de tous les jours est quelque chose de bien compliqué. Curieusement, ses albums n’étaient pour l’instant pas encore traduits en français. Quitter est un «hors série» dans lequel l’auteur raconte son enfance et ses débuts dans la BD, notamment sa rencontre avec Robert Crumb, son premier illustrateur. FD


51

RUTH Greg, NILES Steve Freaks of the heartland Paris, Semic, 2007 Disponibilité BUS • CIT • EVI • JON • PAQ • STA cote BD RUTH

A Gristlewood valley, une petite communauté rurale dans le centre des Etats-Unis, un étrange secret unit toutes les familles du village. Certains enfants sont tués à leur naissance et d’autres cachés durant toute leur vie car dans chaque famille naissent des monstres. Les survivants sont nourris par leurs frères et sœurs qui ont eu la chance de naître «normaux», mais traités pire que des bêtes par leurs propres parents. Or, un jour, Trevor se révolte et libère son frère Will. Les deux enfants vont alors chercher à libérer les autres «monstres» et s’enfuir ensemble, monstres et enfants normaux, en s’opposant aux adultes qui veulent les éliminer. FG

TIRABOSCO Tom, WAZEM Pierre La fin du monde Paris, Futuropolis, 2008. Disponibilité CIT • EVI • JON • MIN • SER • STA cote BD TIRA

Le personnage principal est une jeune femme que le lecteur découvre étendue sur le sol, les bras en croix, perdue, ne comprenant ni les autres, ni elle-même, blessée de n’avoir pas connu sa mère qui l’a abandonnée à la naissance. Son père étant hospitalisé suite à un infarctus, elle retourne dans la maison familiale pour nourrir son chat. La pluie ne cessant de tomber, elle se cloître dans cette maison, se réfugiant, faisant le point sur sa vie, sur elle-même. Mais qui est cette vieille femme au chignon qui s’incruste dans la cuisine? Et comment fait-elle pour parler avec le chat? Avec des dessins en noir et blanc, rehaussés de bleu ajouté à l’ordinateur, Tirabosco crée un univers onirique et déroutant, baigné d’une ambiance crépusculaire et pluvieuse, qui se marie magnifiquement avec le récit de Wazem qui plonge dans les profondeurs des secrets familiaux. PB


VOS BIBLIOTHÈQUES MUNICIPALES: CIT

bibliothèque de la Cité 5 place des Trois-Perdrix 1204 Genève tél. 022 418 32 22

SER • bibliothèque de la Servette 9 rue Veyrassat 1202 Genève tél. 022 733 79 20

EVI

bibliothèque des Eaux-Vives 2 rue Sillem 1207 Genève tél. 022 786 93 00

STA • bibliothèque de Saint-Jean 19 av. des Tilleuls (entrée rue Miléant) 1203 Genève tél. 022 418 92 01

JON • bibliothèque de la Jonction 22 bd Carl-Vogt 1205 Genève tél. 022 800 13 61 MIN • bibliothèque des Minoteries 3-5 rue des Minoteries 1205 Genève tél. 022 800 01 31

BUS • service du Bibliobus 40 points de stationnement dans tout le canton, renseignements auprès de votre commune ou au 022 418 92 70 SPO • bibliothèque des sports 4 ch. du Plonjon parc des Eaux-Vives 1207 Genève

PAQ • bibliothèque des Pâquis 15-17 rue du Môle 1201 Genève tél. 022 900 05 81

Ces résumés vous ont été proposés par Françoise Aellen • Cyrielle Bayard • Françoise Bonvin • Philippe Bonvin • Philippe Cosandey • Catherine Demolis • Florent Dufaux • François Gerber • Caroline Langendorf Richard • Tony Larsen • Roane Leschot • Thierry Leu • Christian Liechti • Marie-Claude Martin • Dominique Monnot • Joëlle Muster


Envie_de_lire_27  

Les coups de coeur des bibliothécaires des Bibliothèques municipales de la Ville de Genève

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you