Page 1

EXPOSITION

de la renaissance Laurence Baudoux-Rousseau Rémy Cordonnier Samantha Heringuez Annie Regond

BIBLIOTHÈQUE D’AGGLOMÉRATION DU PAYS DE SAINT-OMER 40 Rue Gambetta - 62500 Saint-Omer tél : 03.74.18.21.00

dans les livres anciens


L’ARCHITECTURE DE LA RENAISSANCE DANS LES LIVRES ANCIENS Catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque d’Agglomération du Pays de Saint-Omer De juin à août 2019 COMMISSARIAT Laurence Baudoux-Rousseau, maître de conférences hdr (histoire de l’art moderne), université d’Artois Rémy Cordonnier, responsable des fonds anciens de la Bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer (BAPSO) Samantha Heringuez, docteur en histoire de l’art moderne, chercheur associé au Centre d’études supérieures de la Renaissance, université de Tours Annie Regond, maître de conférences (histoire de l’art moderne), université de Clermont Auvergne, ancien Inspecteur des Monuments historiques DIRECTEUR DE LA PUBLICATION François Decoster, Président de la Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO) COORDINATION ET MÉDIATION Françoise Ducroquet, directrice de la BAPSO TEXTES ET CHOIX DES ILLUSTRATIONS RELECTURE ET CORRECTIONS Rémy Cordonnier Laurence Baudoux-Rousseau Samantha Heringuez Annie Regond NOTICES CATALOGRAPHIQUES Samantha Heringuez CONCEPTION GRAPHIQUE ET MISE EN PAGE Florian Duponchelle, service communication de la CAPSO CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES BAPSO et Wikimedia Commons Archives Départementales du Nord Bibliothèque municipale de Lille Musée de la Tour Abbatiale, Saint-Amand-les-Eaux Laurence Baudoux-Rousseau IMPRESSION Nord Imprim REMERCIEMENTS Archives Départementales du Nord Bibliothèque municipale de Lille Musée de la Tour, Saint-Amand-les-Eaux École d’art de Saint-Omer ISBN : 978-2-491054-00-7


TABLE DES MATIÈRES PENSER L’ARCHITECTURE ................................................................................................................................................... p.5 Le livre d’architecture ............................................................................................................................................................ p.6 Les livres d’architecture dans les collections audomaroises .................................................................................................. p.6 Les spécificités techniques des livres d’architecture ............................................................................................................. p.8 L’architecture des idées .......................................................................................................................................................... p.10 La théorie de l’architecture : élaboration et diffusion ........................................................................................................... p.10 Le langage de l’architecture classique ...................................................................................................................................... p.13 L’art de bâtir ......................................................................................................................................................................... p.15 Maître d’œuvre et maître d’ouvrage ................................................................................................................................... p.15 Maçons et architectes ....................................................................................................................................................... p.17 RÉALISER L’ARCHITECTURE ................................................................................................................................................. p.21 L’architecture classique dans la peinture .................................................................................................................................. p.22 Les Pays-Bas : l’enracinement gothique .............................................................................................................................. p.20 Vers l’italianisme ............................................................................................................................................................. p.20 Les artistes flamands et la référence à l’Antiquité ................................................................................................................ p.20 Pieter Coecke Van Aelst et la traduction des traités en néerlandais ........................................................................................ p.20 Hans Vredeman de Vries et la théorie architecturale ............................................................................................................ p.23 L’architecture éphémère ........................................................................................................................................................ p.25 La joyeuse entrée : un rituel politique et religieux................................................................................................................ p.25 La référence à l’Antiquité : l’arc de triomphe et le renouvellement du répertoire décoratif ....................................................... p.25 Les grandes entrées (milieu du XVIe siècle-début XVIIe siècle) ............................................................................................. p.25 Artisans, artistes et architectes .......................................................................................................................................... p.26 L’architecture militaire ........................................................................................................................................................... p.27 Une invention italienne : le bastion .................................................................................................................................... p.27 La frontière entre France et Pays-Bas, terrain d’élection du bastion ....................................................................................... p.27 L’architecture publique .......................................................................................................................................................... p.29 Diversité de l’architecture publique ................................................................................................................................... p.29 Hôpitaux et thermes ......................................................................................................................................................... p.30 L’arc de triomphe............................................................................................................................................................. p.30 L’architecture privée .............................................................................................................................................................. p.31 Importance de l’ornementation ......................................................................................................................................... p.31 La cheminée et l’escalier ................................................................................................................................................... p.31 Les Pays-Bas et l’architecture palatiale ............................................................................................................................... p.32 Les Pays-Bas et l’architecture domestique .......................................................................................................................... p.32 L’architecture religieuse ......................................................................................................................................................... p.35 Le plan : le modèle du Gesù à Rome (1568-1584)................................................................................................................ p.36 Le portail : le modèle de l’arc de triomphe............................................................................................................................ p.36 BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE ................................................................................................................................................ p.38


4


Penser l’Architecture

5


LE LIVRE D’ARCHITECTURE Rémy Cordonnier

Les livres d’architecture dans les collections audomaroises Le catalogage scientifique des ouvrages du XVIe siècle présents dans nos collections a permis de mettre en lumière plusieurs traités emblématiques de la redécouverte de l’architecture de l’Antiquité à l’époque moderne (XVIe- XVIIIe siècle). L’influence de ce que l’on appelle par la suite « le langage classique de l’architecture » sur l’architecture occidentale est fondamentale, chacun des auteurs a contribué à sa manière au développement et à la diffusion de cette esthétique, dont nous proposons de redécouvrir l’héritage illustré par les témoins conservés à la bibliothèque. Parmi les volumes exposés, plusieurs d’entre eux présentent des provenances communes qui mettent en lumière des centres d’intérêt personnels ou communautaires locaux pour l’architecture classique. Six de ces livres proviennent de la bibliothèque du chapitre cathédral, fondée par testament en 1618 par Jacques Blase (1540?-1618), évêque de Saint-Omer de 1601 à 1618. Quatre de ces livres ont pu appartenir en propre à Blaseus : les Régles generales d’Architecture de Serlio (Anvers, 1550) relié avec Vande vijf colomnen van architecture te weten d’Hans Blum (Anvers, 1572), le De architectura de Vitruve (Genève, 1586), la Perspective de Vredeman de Vries (Leyde, 1604) et Les Quatre livres de la proportion des parties et pourtraicts des corps humains de Dürer (Amsterdam, 1613). Mention d’entrée dans la bibliothèque Blazéenne (St-Omer, BA, inv. 1466)

Deux autres ouvrages sont arrivés plus tard : Le Muet en 1690 et Blondel en 1710. À ces volumes s’ajoute le Livre de toutes sortes de fortifications du maréchal d’Audrignac (Paris, 1670), qui appartenait à Louis-Alphonse de Valbelle (1641-1708) évêque de Saint-Omer de 1684 à 1708, constructeur de l’aile sur cour du palais épiscopal (1701-1702). L’abbaye de Saint-Bertin possédait les deux volumes de Bochius relatifs aux grandes entrées des archiducs, qui témoignent des relations étroites entre l’abbaye audomaroise et la puissance séculière.

Louis Alphonse de Valbelle

L’architecture et art de bien bastir d’Alberti (Paris, 1553) vient d’une figure locale intéressante : Michel de Roberti, natif d’Anvers, échevin de Saint-Omer de 1624 à 1658, anobli en 1652 en devenant seigneur d’Ocoche. De sa bibliothèque sont conservés au moins quatre volumes, l’un contenant des textes alchimiques, deux autres consacrés à des traités sur l’art de la guerre et le traité d’architecture ici présenté. Ses livres passent ensuite à son fils Charles-Philippe, qui augmente la collection d’ouvrages traitant de sciences naturelles, d’histoire et de philosophie.

Ex-Libris de Roberti

Enfin, signalons trois ouvrages (Vitruve, Vignole, du Pérac), qui viennent de Louis-Eugène d’Herbécourt (1815-1884), architecte d’origine audomaroise, qui, après ses études à Louvain, poursuit sa carrière à Paris comme professeur de dessin au Collège Chaptal et comme sous-inspecteur des travaux publics à la Préfecture du département de la Seine, attaché à la construction du Palais de Justice de Paris.

Blason des Roberti d’Ocoche : d’azur, à deux chevrons d’argent, accompagnés en chef de deux étoiles d’or, et en pointe d’une tête de lion d’argent, armée et lampassée de gueules (Un autre auteur donne les deux chevrons d’or et en pointe une tête de griffon d’argent, armée et lampassée de gueules)

6


Hans Vredeman de Vries, Perspective : C’est à dire, le tresrenommé art du point oculaire d’vne veuë dedans où travers regardante... Leyde, Henry Hondius, 1604. (Saint-Omer, BA, inv. 1450) Peintre de formation, le Frison Hans Vredeman de Vries s’initie très tôt à l’architecture par la lecture du Vitruve et des livres de Sebastiano Serlio traduits en néerlandais par Pieter Coecke van Aelst. Fasciné par la perspective linéaire qu’il découvre dans le Livre II de Serlio, publié en flamand à Anvers par la veuve de Coecke en 1553 et en 1558, Vredeman de Vries perfectionne d’abord sa technique dans l’atelier de peinture de Claude Dorici à Malines qu’il fréquente vers 1553, avant de se lancer dans la publication de séries de gravures dans lesquelles il s’affirme comme un perspectiviste accompli. Son recueil, Perspective : C’est à dire, le tresrenommé art du point oculaire d’une veuë dedans où travers regardante..., n’est autre que l’aboutissement de toutes ces années de travail. Il y révèle toute l’étendue de son art à travers des vues urbaines, des intérieurs domestiques, des colonnades, des édifices sacrés (encore gothiques), des plans, des vues da sotto in sù, etc., autant de modèles de décors construits selon les lois de la perspective (point de fuite unique ou multiple), dont il se sert pour composer ses propres tableaux. SH

Étienne Dupérac, I Vestigi dell’antichita di Roma raccolti et ritratti in perspettiva con ogni diligentia da Stefano du Perac Parisino, Rome, Giombatist de Rossi, 1653. (Saint-Omer, BA, inv. 7719-1) Peintre, graveur et architecte français, Étienne Dupérac séjourne près de vingt ans en Italie, de 1560 environ à 1578, où il acquiert une certaine notoriété grâce à ses vues de ruines et ses restitutions antiques qui lui valent d’être qualifié de « peintre-antiquaire ». Après avoir publié des vues à vol d’oiseau de la Rome antique et de la Rome moderne, il fait paraître en 1575 une série de vues de ruines, intitulée I Vestigi dell’antichità di Roma, qui connaît une immense fortune au point d’être l’objet de nombreuses rééditions. Les représentations assez pittoresques qui composent l’ouvrage (Forum romain, Palatin, temple de Nerva, pyramide de Cestius, etc.) étaient avant tout destinées aux touristes étrangers de passage à Rome. Loin d’être un traité d’architecture, il se présente davantage comme un guide ou un album-souvenir. D’ailleurs, si les paysages de ruines ont été dessinés avec une grande précision architecturale, la mise en page est celle d’un peintre, et non d’un théoricien. SH

François Blondel, Cours d’architecture enseigné dans l’Academie royale d architecture. Ou sont expliquez les termes, l’origine & les principes d’architecture, & les pratiques des cinq ordres suivant la doctrine de Vitruve & de ses principaux sectateurs, & suivant celle des trois plus habiles architectes qui ayent écrit entre les modernes, qui sont Vignole, Palladio & Scamozzi] Dedié au Roy. Par M. Francois Blondel de l’Academie royale des sciences, conseiller leceur & professeur du Roy en mathematique, professeur & directeur de l’Academie royale darchitecture, mareschal de camp aux armées du Roy, & maistre de mathematique de Monseigneur le Dauphin, Paris, Pierre Auboin & François Clouzier : chez l’auteur : Nicolas Langlois, MDC.LXXV-MDC.LXXXIII [1675-1683].(Saint-Omer, BA, inv. 1466) Depuis sa nomination en tant que professeur à l’Académie royale d’architecture créée par Colbert en 1671, François Blondel dispense deux sortes de cours. Le premier consiste à faire des « conférences » ou à mener des discussions en présence des académiciens chaque lundi. Le second, destiné aux jeunes gens qui souhaitent embrasser la carrière d’architecte, se tient le mardi et le vendredi après-midi et porte certes sur l’architecture, mais plus précisément sur le langage des ordres et les différentes lectures qui ont été faites du Vitruve depuis la Renaissance. Ce sont ces cours que François Blondel publie à partir de 1675 en trois volumes. Plus qu’une encyclopédie destinée aux architectes en devenir, le Cours de Blondel participe par son discours à l’élaboration d’une architecture académique et officielle telle que le souhaitait Colbert. SH

7


Les spécificités techniques des livres d’architecture 1 Rémy Cordonnier

Le livre d’architecture est un objet de bibliophile à part entière. Son attrait principal se trouve essentiellement dans son illustration, qui comprend très souvent un nombre important de grandes planches en pleine page, parfois sur double page, voire hors-texte. Ainsi, par exemple, Les dix livres d’architecture de Vitruve corrigés et traduits nouvellement en français, par Claude Perrault, comptent – outre le frontispice, deux bandeaux, deux lettrines et une vignette – plus de quatre-vingts petites gravures sur bois dans le texte, et pas moins de soixante-quatre grandes planches sur cuivre pleine page, dont six en double page. Ces grandes planches sont souvent l’œuvre de plusieurs graveurs des Gobelins, en l’occurrence l’académicien et professeur de perspective Sébastien Leclerc (1637-1714), mais aussi Estienne Gantrel (1646-1706), Pierre Lepautre (1660-1744), Gérard Edelinck (1640-1707), ou encore Nicolas II Pitau (1670-1724).

Sebastiano Serlio, Reigles generales d’Architecture… translaté et imprimé en Anvers par Pierre van Aelst, 1550. (St-Omer, BA, inv. 1462-1)

Le rôle et l’importance des illustrations ne sont pas anodins car, comme l’explique très bien l’historien suisse de l’architecture Georg Germann : « la division du travail dans la production et l’édition d’un livre d’architecture amène, dans la création et la diffusion des images, à des solutions qui peuvent s’éloigner des intentions du rédacteur du texte ou, dans le sens inverse, inspirer à leur tour des légendes, voire des commentaires indépendants de l’origine de l’image. Ainsi, l’image n’est pas toujours l’illustration fidèle du texte, et l’auteur se voit trahi parfois jusque dans les contraintes banales de la mise en pages. »

François Blondel, Cours d’architecture enseigné dans l’Académie royale d’architecture, Paris : Pierre Auboin & François Clouzier : chez l’auteur : Nicolas Langlois , 1675-1783 (St-Omer, BA, inv. 1466)

Les contraintes techniques liées à l’illustration des livres d’architecture découlent très souvent du fait qu’elles font souvent appel à deux techniques différentes de gravures : le bois et le cuivre. La gravure sur bois étant en relief, comme les caractères typographiques, elle peut s’intégrer assez facilement au texte. Les gravures sur cuivre s’imprimant en creux exigent l’utilisation d’une presse différente de celle du texte, et les planches obtenues sont nécessairement hors-texte. Le choix de recourir au cuivre plutôt qu’au bois est motivé par la plus grande finesse de trait possible, qui permet, outre une grande précision de détails, de mieux rendre les effets d’ombre et de lumière. Vignole fut le pionnier de la gravure sur cuivre dans la production du livre d’architecture, avec La Regola delli cinque ordini publiée en 1562. L’autre problème posé par les illustrations d’architecture est la taille. En effet, le format de l’illustration est avant tout en rapport avec le contenu de l’image : plus il y a de détails, plus le format tend à être grand. Le souhait d’éviter les formats encombrants conduit à inventer le dépliant, que les ingénieurs militaires utilisent très tôt, comme Albrecht Dürer dans son ouvrage sur la fortification, publié à Nuremberg en 1527. Pour les traités d’architecture, c’est dans l’ouvrage de Hans Blum Quinque columnarum exacta descriptio (Zurich, 1550) que l’on trouve les premiers dépliants. Hans Blum, Vande vijf colomnen van architecture te weten, Tuscana, Dorica, Jonica, Corinthia ende Composita. Anvers, Hans Liefrinck, 1572 (St-Omer, BA, inv. 1462-2)

1 Ce chapitre est largement tributaire de l’article de Georg GERMANN « Les contraintes techniques dans l’illustration des livres d’architecture du XVe au XVIIIe siècle » In : Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle : Édition, représentations et bibliothèques [en ligne]. Paris : Publications de l’École nationale des Chartes, 2002 (généré le 20 novembre 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/enc/1127>. ISBN : 9782357231405. DOI : 10.4000/ books.enc.1127.

8


Hans Blum, Vande vijf colomnen van architecture te weten, Tuscana, Dorica, Jonica, Corinthia ende Composita. Anvers, Hans Liefrinck, 1572. (Saint-Omer, BA, inv. 1462-2) Fortement inspiré des Regole generali de Sebastiano Serlio, le traité sur les cinq colonnes de Hans Blum (vers 1520-vers 1560), un graveur allemand actif à Zurich, s’inscrit également dans la lignée de l’Inventie der colommen publié par Pieter Coecke van Aelst à Anvers en 1539, puisque destiné à tous les amateurs d’architecture, qu’ils soient architectes, sculpteurs, peintres, ouvriers ou artisans. Pourtant méconnu, l’ouvrage publié pour la première fois en latin en 1550 et traduit immédiatement après en allemand, rencontre un vif succès dès sa sortie des presses zurichoises, au point d’être réimprimé et édité en plusieurs langues (français, néerlandais et anglais) tout au long des XVIe et XVIIe siècles. Également amateur d’architecture, Hans Liefrinck (vers 1515-1573), un graveur d’origine allemande établi à Anvers, se charge de faire paraître le traité en français en 1551, avant d’en proposer la première traduction néerlandaise en 1572. Celle-ci, parue sous le titre de Vande vijf colomnen van architecture, est très proche de l’édition française, elle-même très respectueuse des versions d’origine. Dans les éditions dues à Liefrinck, seule la page de titre change au profit d’un décor de grotesques et de cuirs dans l’esprit des éditions anversoises des livres de Serlio. SH

Samuel Marolois, Opera mathematica ou Oeuvres de mathématiques… La Haye, Henricus Hondius, 1614. (Saint-Omer, BA, inv. 1425 De format oblong, les Opera mathematica ou Œuvres mathématiques regroupent trois écrits du mathématicien et ingénieur Samuel Marolois, à savoir ceux sur la géométrie, la perspective et la fortification. À ces trois parties s’ajoutent curieusement deux traités du peintre Hans Vredeman de Vries, celui sur la perspective, publié en deux parties entre 1604 et 1605, et celui sur l’architecture, la Haulte & fameuse science consistante, en cincq manieres d’edifices ou fabriques (1606) réédité dès 1617 sous le titre des Cinq rangs de l’architecture (voir Saint-Omer, BA, inv. 1465bis-8). Publié pour la première fois par Hendrick Hondius à La Haye en 1614, l’ouvrage assez luxueux fut l’objet de nombreux retirages à Amsterdam par Johannes Janssonius qui avait racheté à l’imprimeur les planches et les textes des différents livres qui composent les Opera Mathematica. SH

9


L’ARCHITECTURE DES IDÉES Annie Regond

La théorie de l’architecture : élaboration et diffusion Comme toutes les autres formes d’art, l’architecture constitue un objet de réflexion de la part de diverses catégories de personnes concernées. En tant qu’élaboration d’un système théorique, il est normal que certains philosophes se soient intéressés à cette activité, qui met en jeu plusieurs disciplines savantes possédant leur propre épistémologie comme l’astronomie, les mathématiques (en particulier la géométrie), la physique, la géologie, l’hydraulique, la médecine, la politique, et, en ce qui concerne les monuments religieux, la théologie.

Les auteurs Pourtant, on ne rencontre pas de véritables écrits théoriques élaborés par des philosophes de l’Antiquité, le seul traité qui nous soit parvenu, De Architectura de Vitruve, étant l’œuvre d’un architecte en même temps ingénieur militaire. Leon Battista Alberti (1404-1472), avant tout humaniste, est le premier penseur à élaborer, pendant de longues années, un traité complet d’architecture, De re aedificatoria, terminé en 1452, imprégné des écrits des auteurs grecs et latins, et marqué par de minutieuses observations de monuments antiques. Il propose pour la première fois une vision complète de l’art d’édifier, de la conception à la construction et même la restauration. L’ouvrage du grand auteur florentin est écrit en latin et dépourvu d’illustrations. Il est donc peu abordable par les hommes de l’art, ne pouvant être apprécié que par les humanistes ou certains commanditaires et mécènes cultivés. Malgré tout, la date précoce de sa première version imprimée, 1485, presque en même temps que celle du traité de Vitruve, (1490) montre toute sa force inaugurale. Après Alberti, d’autres auteurs, bénéficiant de la généralisation de l’imprimerie, livrent, aussi bien à destination des commanditaires que des artistes, des traités où ceux-ci trouvent l’ensemble des indications nécessaires à l’élaboration et à l’exécution des projets, illustrés de gravures parfois nombreuses et de qualité. Tous ces auteurs sont des architectes qui ont eux-mêmes, à des degrés divers, pratiqué les différentes phases de leur art. Alors qu’Alberti était venu très tard à la pratique de l’art de bâtir (1446, palais Rucellai de Florence) Francesco di Giorgio (14391502), Serlio (1475-1554), Vignole (1507-1773), Palladio (1508-1580), Pietro Cattaneo (1510-1569), ont tous été confrontés aux maîtres d’ouvrage comme aux ouvriers du chantier (voir panneaux 5 et 6). En effet, dans ces livres, se rencontrent souvent les mêmes rubriques, plus ou moins développées suivant les auteurs, et d’abord des éléments de géométrie, pour lesquels les mathématiciens de l’Antiquité Euclide et Thalès sont invoqués.

Leon Baptista Alberti (St-Omer, BA, inv. 1463)

10

Hans Vredeman de Vries


La perspective, les ordres et les modèles antiques La représentation de la perspective linéaire, discipline inconnue au Moyen Âge, à laquelle Alberti avait déjà consacré en 1435 une grande part dans son traité De Pictura, est ensuite traitée en tant que moyen indispensable pour la représentation du projet. Puis viennent les cinq ordres (voir panneau 4), base de l’architecture classique et qui ont presque force de loi jusqu’au XIXe siècle, et les recueils de modèles antiques : temples romains (les temples grecs ne sont représentés en tant que tels qu’à partir du XVIIIe siècle), arcs de triomphe et portes de ville souvent confondus, aqueducs, tombeaux, colonnes commémoratives, thermes, fontaines, bassins, soigneusement relevés avec leurs dimensions (dont la métrologie varie suivant l’origine de l’architecte qui a effectué le relevé) et bien sûr leurs ornements. Les monuments objets de ces relevés destinés à devenir des modèles se trouvent tant à Rome qu’à Tivoli, mais aussi Ancône, Vérone, Spalato (aujourd’hui Split sur la côte dalmate en Croatie) et en Provence. Des modèles d’édifices contemporains peuvent être ensuite proposés : églises, palais, châteaux, villas, jardins, et des détails : boiseries, plafonds, portes, cheminées, ornements… Souvent, il est fait un sort particulier aux ouvrages d’art comme les ponts et les fortifications, qui, d’inspiration antique aussi, nécessitent des connaissances en poliorcétique et doivent s’adapter à l’utilisation de l’artillerie. Les modèles proposés peuvent être purement imaginaires, ou des reprises d’œuvres déjà exécutées comme chez Palladio.

Philibert De l’Orme

Jacques Androuet du Cerceau

La diffusion de la théorie de l’architecture On aura donc compris que la théorie de l’architecture, qui, depuis l’Italie devient un sujet de réflexion et de publication en Espagne (Vandelvira), en France (Philibert De l’Orme,1514-1570 et Jacques Androuet du Cerceau, 1510-1584), et en Flandres (Hans/Jan Vredemann de Vries 1526-1607), embrasse un vaste champ disciplinaire et nécessite des compétences variées. On rencontre également des traités techniques où savoir et savoir-faire, parfois issus de recettes ancestrales, concernent les matériaux et leur mise en œuvre, au besoin grâce à la représentation de machines de chantier. Il est primordial de noter que les principes élaborés à l’occasion de la rédaction de ces traités restent en usage pendant plusieurs siècles, Cette tendance à la théorisation de l’architecture prend place dans un mouvement plus vaste. Après avoir découvert les œuvres antiques encore en place et les avoir rapprochées des textes des Anciens, et après avoir pendant leur apprentissage assimilé le métier de leurs prédécesseurs du Moyen Âge, certains artistes consignent leur expérience et leurs idées dans des écrits destinés à leurs élèves ou à leurs disciples. En peinture, après Alberti déjà cité, Piero della Francesca (vers 1410-1492) rédige plusieurs manuels dont le De Prospectiva pigendi (vers 1475), Léonard de Vinci (1452-1519) commence un Traité de la Peinture qu’il ne mènera pas à bien, tandis qu’Albrecht Dürer publie un traité sur la géométrie et un autre sur les proportions du corps humain. En sculpture, Benevenuto Cellini (1500-1571) compose, outre un Discours sur l’architecture, les Traités de l’Orfèvrerie et de la Sculpture édités en 1568, éclairants sur les aspects techniques et sur les relations parfois difficiles entre artiste et commanditaire. L’art de la céramique trouve ses théoriciens en Cipriano Piccolpasso, (1524-1579 qui, outre un ouvrage sur les fortifications de l’Ombrie, écrit en 1548 I tre libri dell’arte del vasoio, et Bernard Palissy (1510-1589), lui aussi praticien de diverses techniques et formes d’art, auteur de l’Art de la terre où il veut démarquer la pratique française des modèles italiens.

11


Bartolomeo Mariani, Urbis Romae topographia…, Rome, Valerio & Luigi Dorico, MD.XLIIII [1544]. (Saint-Omer, BA, inv. 3118) L’ouvrage de Bartolomeo Mariani s’inscrit dans la volonté des hommes de la Renaissance de faire revivre la Rome antique dans toute sa splendeur et sa grandeur. Tel était en effet le dessein des humanistes italiens, qui depuis Alberti, Francesco di Giorgio et tant d’autres, cherchaient à reconstituer la Caput Mundi, en réalisant de nombreux relevés archéologiques afin de proposer une topographie scientifique de la ville. Publiée pour la première fois en 1534, puis quelques mois plus tard à Lyon dans une édition non autorisée par l’auteur et révisée par Rabelais, la Topographia paraît à nouveau à Rome en septembre 1544 chez les frères Dorici. Entièrement réécrit par Marliani qui avouait les faiblesses de la première édition, le livre est cette fois-ci illustré. Plus qu’un guide de la ville, l’Urbis Romae Topographiae couronne un siècle de recherches sur la Rome antique. SH Leon Battista Alberti, L’architecture et art de bien bastir, Paris, Jacques Kerver, 1553. (Saint-Omer, BA, inv. 1463) C’est à Jean Martin (vers 1507-1553), traducteur parisien de renom, que revient la première édition française du De re ædificatoria de Leon Battista Alberti (1404-1472). Publié à Florence en 1485, le texte original écrit en latin se compose de dix livres consacrés aux différentes questions que pose l’architecture des temps modernes, des matériaux au travail de la mise en œuvre, de la typologie des édifices à leur esthétique et leur restauration. Voulu sans illustrations par l’auteur italien, le traité est réimprimé à deux reprises, à Paris en 1512 et à Strasbourg en 1541, avant que la première traduction italienne ne voie le jour en 1546 grâce au travail de Pietro Lauro, suivie quatre ans plus tard de la première édition italienne illustrée de Cosimo Bartoli, puis de la version française sortie des presses de Jacques Kerver en 1553. Ayant traduit l’Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna et le De Architectura de Vitruve, puis travaillé en collaboration avec Sebastiano Serlio sur les Livres I, II et V, Jean Martin n’a pu que constater l’approche quelque peu désuète de l’ouvrage d’Alberti. Jamais réimprimé faute d’avoir rencontré le succès escompté, cet ouvrage resta jusqu’à récemment la seule édition française du traité d’architecture d’Alberti. SH

Juste Lipse, De Amphitheatro liber / De amphitheatris quae extra Romam libellus, Anvers, Plantin (officine), 1604. (Saint-Omer, BA, inv. 3862-4-5) De son voyage à Rome où il séjourne pendant deux ans après l’obtention en 1568 de son baccalauréat en droit, Juste Lipse (1547-1606), philologue et humaniste flamand, revient avec une réelle fascination pour le monde antique qu’il vient de découvrir en compagnie de son ami Marc-Antoine Muret. Établi à Leyde où il enseigne le latin et l’histoire de l’Antiquité, il écrit alors des petits traités qui explorent toutes les coutumes et les rites des Anciens. Après les Saturnalia publiées en 1582, qui étudient les jeux des gladiateurs, paraît en 1584 De Amphitheatro liber, un ouvrage consacré aux bâtiments où se déroulaient ces combats. L’amphithéâtre flavien, plus connu sous le nom de Colisée, tient une place majeure car l’auteur se livre à sa description sous une forme dialoguée, telle une visite guidée. Cette première partie est suivie d’une brève description de quelques amphithéâtres italiens, français et croates (Vérone, Nîmes, Ponts-de-Cé, Pula). De par son sujet et ses illustrations, le livre rencontre un vif succès avec près d’une cinquantaine d’éditions publiées entre 1584 et 1783, dont de nombreuses traductions en français, hollandais, allemand, espagnol. SH Albrecht Dürer, Les Quatre livres : de la proportion des parties et pourtraicts des corps humains, Amsterdam : Jean Jeansson, 1613. (Saint-Omer, BA, inv. 1460) Né à Nuremberg en 1471, le peintre et graveur allemand Albrecht Dürer s’initie à la perspective et aux proportions du corps humain lors de son séjour en Italie en 1494. Intéressé par ces questions, il se plonge alors dans la lecture d’Euclide, de Vitruve, d’Alberti et de Pacioli. En 1525, il publie son propre traité de géométrie, Underweisung der Messung mit dem Zirkel und Richtscheit (Instructions pour la mesure à la règle et au compas), qui est suivi deux ans plus tard d’un autre sur les fortifications. Publié en 1528 à titre posthume, son livre sur les proportions humaines, Hierinn sind begriffen vier bücher von menschlicher Proportion, est un traité d’esthétique à l’usage des peintres et des graveurs. Divisé en quatre livres et richement illustré, il délivre non seulement les rapports de proportions du corps humain, mais aussi ceux des membres dans le mouvement. L’édition française de 1613 reproduit la traduction du lyonnais Louis Maigret parue en 1557. SH

12


LE LANGAGE DE L’ARCHITECTURE CLASSIQUE Rémy Cordonnier et Samantha Heringuez

La redécouverte de l’Antiquité à la Renaissance crée l’engouement des architectes italiens pour le répertoire architectural des Anciens. C’est avec enthousiasme qu’ils s’emparent des éléments du décor de l’architecture antique (médaillons, etc.), avant même d’en comprendre toute la « grammaire ». Le langage de l’architecture classique est loin d’être simple, car régi par des préceptes. Sa compréhension est l’une des principales préoccupations des théoriciens dès la Renaissance, et cela bien avant les techniques de construction ou de restauration. Par ce terme de « langage » ou de « grammaire », on entend surtout l’utilisation des cinq ordres, à savoir le toscan, le dorique, l’ionique, le corinthien et le composite. Employé durant l’Antiquité, chacun de ces ordres répond à des règles précises et correspond à des proportions et à des ornements spécifiques qu’il est parfois difficile de saisir par l’étude seule des vestiges antiques. Claude Perrault, Les dix livres d’architecture : corrigez et traduits nouvellement en français avec des notes et des figures Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1673 (St-Omer, BA, inv. 7522)

La plus ancienne description écrite des ordres se trouve dans le De architectura de l’architecte romain Vitruve (Ier siècle). Vitruve est loin d’être un architecte hors du commun, mais son œuvre est le seul traité d’architecture antique conservé, d’où son importance dans l’histoire de l’art. Il y décrit les ordres dorique, ionique et corinthien, et donne quelques mots sur le toscan mais sans établir pour autant un ensemble de formules canoniques. Aussi fondamental soit le texte de Vitruve, certains passages manquent de clarté et les règles sont parfois en contradiction avec ce que révèlent les monuments de l’Antiquité. C’est donc pour pallier ces incompréhensions et ces incohérences que les hommes de la Renaissance se mettent à proposer des traductions et des relectures du Vitruve, dans l’intention de délivrer les « bonnes » règles des Anciens et de pouvoir l’adapter à l’architecture de leur époque. Ces recherches donnent lieu à la publication de nombreux traités et livres d’architecture qui déterminent le langage de l’art monumental occidental jusqu’au XIXe siècle. Sebastiano Serlio, Reigles generales d’Architecture … translaté et imprimé en Anvers par Pierre van Aelst, 1550 (St-Omer, BA, inv. 1462-1)

À la Renaissance, le premier théoricien de l’architecture à reprendre le travail de Vitruve et à l’enrichir est Leon Battista Alberti (1404-1472). Dans De re aedificatoria, il décrit les ordres d’après Vitruve, qu’il enrichit de ses observations directes des vestiges antiques, ce qui l’amène à ajouter l’ordre composite, combinant des éléments de l’ionique et du corinthien. Vitruve/Guillaume Philandrier, De architectura libri decem, s.l. [Genève] : Jean II de Tournes, 1586 (St-Omer, BA, inv. 1770)

L’édition de Fra Giovanni Giocondo en 1511 et celle de Cesare Cesariano en 1521 apportent quelques éclairages supplémentaires au texte de Vitruve, mais c’est à Sebastiano Serlio (1475-1552) que l’on doit la première expression satisfaisante des ordres. Avec ses Regole generali di Architettura publiées à Venise en 1537, il établit pour longtemps l’usage canonique et symbolique des cinq ordres, dans ce qui constitue la première grammaire architecturale complète et illustrée de la Renaissance. Il ouvre d’ailleurs le volume par une planche qui devient un véritable leitmotiv pour les ouvrages consacrés à l’architecture classique car les cinq ordres sont présentés côte à côte, ce qui permet de prendre acte de leur morphologie comme de leur vocabulaire propre. L’autre nouveauté réside dans le fait que chacun des cinq ordres est une tête de chapitre, ce qui permet de classer enfin la diversité antique. Après Sebastiano Serlio viendront Andrea Palladio, Vignole, Daniele Barbaro, Guillaume Philandrier, Vincenzo Scamozzi, Claude Perrault et bien d’autres, chacun apportant sa part à la Vincenzo Scamozzi, compréhension des ordres de l’architecture classique. L’Idea della architettura universale Venise, 1615 (St-Omer, BA, inv. 1464)

13


Vitruve/Guillaume Philandrier, M. Vitruvii Pollionis De architectura libri decem, s.l. [Genève], Jean II de Tournes, 1586. (Saint-Omer, BA, inv. 1770) Cet ouvrage a la particularité de réunir le De Architectura de Vitruve et les commentaires, ou plutôt les Annotationes, apportés au texte par l’humaniste français Guillaume Philandrier. Proche ami de Georges d’Armagnac, alors évêque de Rodez, qu’il accompagne lors de ses ambassades à Venise et à Rome, Philandrier fait partie des rares théoriciens à avoir été initié à l’architecture par Sebastiano Serlio en personne. Brillant et savant, l’élève de Serlio n’hésite pas à publier en 1544 son propre commentaire du Vitruve, sous forme de petites annotations et corrections. Après son retour en France en 1550, les Annotationes sont rééditées en 1552 dans une version augmentée chez le libraire lyonnais Jean de Tournes. Le livre ici présenté est la version augmentée que le fils de Jean de Tournes, Jean II, publie à nouveau en 1586 à Genève, où il s’est exilé comme de nombreux réformés de France. SH

Vincenzo Scamozzi, L’Idea della architettura universale : divisa in X libri... di Vincenzo Scamozzi, Venise, Vincenzo Scamozzi, MDC.XV [1615]. (Saint-Omer, BA, inv. 1464) Formé à l’architecture par son père, le Vicentin Vincenzo Scamozzi œuvre dans l’ombre de son illustre prédécesseur, Andrea Palladio. Voulant rivaliser avec les plus grands théoriciens, il travaille pendant vingt-cinq ans à l’écriture de son traité qu’il publie seulement un an avant sa mort. Le résultat est colossal : l’Idea della architettura universale ne compte pas moins de 824 pages, mais est incomplet car, des dix volumes prévus, seulement six furent publiés. Nourri de ses lectures, de ses études in sitù et de ses voyages en Italie et en Europe, Scamozzi livre un ouvrage qui met en exergue le fait que l’architecture est une véritable science, basée à la fois sur les connaissances théoriques et la pratique de la discipline. Bien que critiqué en Italie comme en France, le traité de Scamozzi rencontre un vif succès dans le Nord de l’Europe, au point d’être réédité dans les Pays-Bas, en Allemagne et en Angleterre tout au long du XVIIe siècle. SH

Claude Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve : corrigez et traduits nouvellement en françois avec des notes et des figures, Paris, Jean-Baptiste Coignard, MDC.LXXIII [1673]. (Saint-Omer, BA, inv. 7522) Frère aîné de l’écrivain Charles Perrault, Claude, savant polygraphe, se voit confier par Colbert la traduction et le commentaire du De Architectura de Vitruve. Sa connaissance théorique de l’architecture et sa maîtrise du latin le désignent très clairement aux yeux du ministre de Louis XIV. Cette commande émanant du pouvoir consiste à rendre plus accessible le Vitruve car, si Jean Martin s’était déjà chargé de sa traduction française en 1547, le texte demeurait obscur. Face à l’ampleur de la tâche, Claude Perrault concentre ses efforts pour faciliter la lecture en proposant un texte limpide, richement illustré et actualisé, notamment sur les questions techniques et hydrauliques. Réédité à de nombreuses reprises et traduit dans presque toutes les langues européennes, Les Dix Livres d’architecture connaissent dès leur sortie une fortune immense, de sorte que l’auteur en publie une version augmentée dès 1684. SH

Vignole, Nouveau livre des cinq ordres d’Architecture : Enrichi de differents Cartels, et Morceaux d’Architecture, Portails, Fontaines, Baldaquins, &c. / par Jacques Barozzio Vignole..., Paris, Daumont, [c.1760-1775]. (Saint-Omer, BA, inv. 7559) Dès sa sortie en 1562, la Regola delli cinque ordini dell’architettura de Jacopo Barozzi da Vignola dit Vignole rencontre un succès planétaire qui tient surtout à la composition du livre fait exclusivement de planches de grand format aux représentations claires, dans lesquelles le texte explicatif est directement inséré. En France, le traité de Vignole est l’objet de relectures et d’adaptations très augmentées dues notamment à Pierre Le Muet, Charles-Augustin d’Aviler et Jacques-François Blondel, qui orientent progressivement le discours vers l’architecture française. Cette édition tardive, composée de quarante-cinq planches gravées par Poulleau et Jean-Dominique Etienne Le Canu, est d’ailleurs enrichie de projets français contemporains à la date de parution, tels que la fontaine de la rue de Grenelle à Paris construite entre 1739 et 1745 par Edmé Bouchardon (pl. 41). SH

14


L’ART DE BÂTIR Annie Regond

Maître d’œuvre et maître d’ouvrage Culture du commanditaire ou maître d’ouvrage À la différence d’autres formes d’art moins onéreuses, l’architecture, qui mobilise d’importants moyens financiers, est toujours l’objet d’une commande préalable. Le commanditaire, ou maître d’ouvrage, est forcément un riche personnage : pour l’époque de la Renaissance, un souverain, un prince, un aristocrate, un riche marchand, un prélat, l’abbé ou l’abbesse d’un monastère, un capitaine chargé de défendre des fortifications. Quelquefois c’est l’épouse du mari parti en guerre qui tient ce rôle. Ces décideurs ne possèdent pas toujours une culture aussi vaste que celle de leur interlocuteur rompu aux nouvelles modes. Ils peuvent cependant avoir voyagé et vouloir s’inspirer de monuments rencontrés hors de leur région, ou, simplement, désirer imiter, voire surpasser, un voisin ou un parent plus riche et mieux au fait de l’actualité. En ce domaine, les notables ayant séjourné à la cour au Louvre ou à Fontainebleau, les militaires ayant participé aux campagnes d’Italie, se démarquent de ceux qui n’ont jamais quitté leur environnement habituel. Quelquefois, ils fréquentent un humaniste connaisseur des modes de l’Antiquité et de leur résurgence. C’est à l’occasion de commandes effectuées par ces personnes éclairées que les livres offrant de nouveaux modèles architecturaux passent de main en main : il existe par exemple dans le Bourbonnais deux Commissaires ordinaires des guerres de François 1er et de Henri II, amis de la famille de Blaise de Vigenère (1523-1596), qui utilisent le même Livre IV de Serlio pour modifier et décorer leur château vers 1550-1560.

François 1er

Sens de l’adaptation de l’architecte maître d’œuvre L’architecte ou maître d’œuvre, pour peu qu’il se soit imprégné des théories publiées dans les traités, qu’il ait lui aussi voyagé et sache faire travailler les artisans idoines, est en mesure d’offrir à son commanditaire un ou des projets répondant à ses attentes. Mais les relations entre ces deux personnages-clé de la création architecturale sont loin d’être toujours faciles et sereines. Alberti insiste à de nombreuses reprises sur la nécessité d’entretenir un dialogue permanent au cours du chantier. En effet, deux points, qui doivent être toujours être éclaircis avant le lancement des travaux, sont source de conflit : les délais d’exécution et le montant exact des sommes à débourser avant, pendant et à la fin du chantier. Il arrive aussi souvent que le commanditaire soit mécontent de l’aspect final de la construction dont il rêvait : en ce cas, il n’a pas su faire le lien entre la représentation montrée par l’architecte sous forme d’un dessin, ou plus rarement d’une maquette, même détaillés et à l’échelle, et l’édifice une fois réalisé. Ces difficultés de communication se compliquent encore lorsque le maître d’ouvrage change d’avis en cours de chantier (Catherine de Médicis est redoutée pour ce travers), ou que d’autres personnes comme le conjoint, les enfants – voire les domestiques – donnent de nouvelles instructions au maître d’œuvre ou aux ouvriers. L’architecte ne devrait accepter de dialoguer qu’avec une seule personne, et s’en tenir strictement au projet une fois approuvé. Catherine de Médicis

15


Des tergiversations et injonctions contradictoires, il résulte toujours des malfaçons, des retards et des surcoûts préjudiciables aux bonnes relations entre maître d’ouvrage et maître d’œuvre. De nombreux procès découlent de ces conflits, qui témoignent de la difficulté de compréhension entre le commanditaire et l’architecte. Quand elles sont conservées, les minutes de ces procès, parfois accompagnées de croquis, sont de précieuses sources pour les historiens. Un traité, édité seulement en 1894, fait une large place à la relation entre le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre : il s’agit du Trattato d’architettura (vers 1465) d’Antonio di Pietro Averulino dit Filarète (1470-1469), compatriote et contemporain d’Alberti, qui passe une grande partie de sa vie professionnelle à la cour de Milan auprès du duc Francesco Sforza. L’ouvrage en vingt-cinq volumes se présente sous forme d’un dialogue entre l’architecte et son commanditaire. Filarète explique comment il veut faire exprimer exactement par le duc ses souhaits pour sa ville idéale de Sforzinda.

Antonio di Pietro Averlino dit le Filarète

Francesco Sforza

Pieter Post, Les ouvrages d’architecture ordonnez par Pierre Post… Leyde, Pierre Van der Aa, MDCC.VI [1715]. (Saint-Omer, BA, inv. 1468) Artiste pluridisciplinaire originaire d’Haarlem, Pieter Post (1608-1669) est surtout connu pour avoir été au service des princes d’Orange. Ses œuvres sont rassemblées dans l’ouvrage ici présenté, publié à Leyde en 1715. Les huit parties qui composent le volume mettent en exergue autant de chantiers conduits par l’architecte : la maison du prince Jean-Maurice de Nassau, la célèbre Mauritshuis, bâtie à partir de 1640, et la salle d’Orange de la Huis den Bosch, toutes deux à La Haye. Viennent ensuite la maison Swanenburg, la maison Ryxdorp, l’hôtel de ville de Maastricht, la maison du poids public de la ville de Gouda et la maison Vredenburg. Le dernier livre est quant à lui consacré aux cheminées construites dans les divers palais et cours. Les illustrations qui accompagnent chaque description permettent de mesurer le style de Post, austère mais fortement influencé par l’œuvre d’Andrea Palladio. Ce sont toutes ces réalisations qui en font l’un des principaux représentants du classicisme néerlandais du XVIIe siècle. SH

16


Maçons et architectes Le poids de la tradition médiévale À l’époque médiévale, le maître-maçon tenait approximativement le rôle d’architecte. Détenteur d’une technique difficile, il devait savoir tailler la pierre et l’appareiller de manière à la fois solide et esthétique : c’est l’art de la stéréotomie, qui est brillamment illustré par les ouvriers français et espagnols depuis l’époque romane. Ne travaillant jamais seul, le maître-maçon commandait à une équipe d’ouvriers strictement hiérarchisée, et, de plus, devait coordonner les interventions de divers corps d’état. Le maître d’œuvre médiéval dialoguait avec le maître d’ouvrage, s’accordait avec lui sur un projet de construction, qu’il pouvait parfois préfigurer par une maquette en bois ou en terre. Et sans vraiment mettre au point un plan de financement à long terme comme nous le faisons de nos jours, il commençait les travaux quand une somme suffisante lui était fournie pour approvisionner le chantier en matériaux et rémunérer les ouvriers. À l’épuisement du budget, le chantier s’arrêtait et ne reprenait qu’avec l’obtention de nouveaux crédits. Avant l’usage du papier, les dessins d’architecture, sur parchemin, sur des ais de bois, ou sur épures gravées dans la pierre étaient rares, mais quelques-uns de ces dessins, de qualité, nous sont parvenus. Augustin d’Hippone, Cité de Dieu : construction de la tour de Babel (détail), enluminure sur parchemin, troisième quart du XVe s.(Paris, BnF, Manuscrits occidentaux, Français 27, f. 122)

Matériaux Les principaux matériaux sont de préférence la pierre ou la brique suivant les régions, la chaux issue des carrières de calcaire cuit dans des fours et le sable souvent extrait des rivières, voire des carrières. Le bois des forêts si possible voisines sert aux charpentes, aux huisseries, et aux échafaudages et aux cintres qui doivent, en resservant plusieurs fois, permettre l’édification des arcs et des voûtes aux volumes homogènes. Les briques, les tuiles, les carreaux de terre cuite, parfois vernissés, sont fabriqués par les tuileries généralement assez proches. Le plâtre n’est pas utilisé partout. Dans quelques cas assez rares de construction de grand luxe, on peut faire venir des marbres de loin, de Gênes ou des Pyrénées. Il arrive en revanche que les matériaux locaux bruts soient fournis par le maître d’ouvrage, laïc ou religieux, propriétaire de forêts, de carrières, de gisements d’argile, etc. ce qui diminue le coût, à une époque où la main d’œuvre est relativement moins onéreuse que de nos jours. Les canalisations, en plomb ou en cuivre, n’étaient pas très nombreuses. Après l’achèvement du gros-œuvre, l’intervention des artistes maîtres verriers, sculpteurs, stucateurs et peintres pouvait coûter plus cher.

Apparition de l’architecte À partir de la fin de l’époque médiévale et surtout de la Renaissance, l’apparition de l’architecte oblige le maître-maçon à rentrer dans le rang, tout en conservant un certain prestige et certaines prérogatives. Plusieurs architectes, comme les Mansart et les Gabriel, sont issus de lignées de maîtres-maçons. L’architecte, ayant élaboré son projet en accord avec maître d’ouvrage, conçoit le bâtiment à édifier. Après avoir choisi le terrain ou l’avoir fait libérer de constructions antérieures (sauf les caves), il fournit à chaque corps d’état un plan précis du travail à effectuer, et coordonne les interventions de chacun. Mais là encore, de nombreuses difficultés peuvent survenir, en plus des intempéries hivernales : terrain plus meuble ou plus résistant que prévu, présence d’une nappe phréatique non décelée auparavant, difficultés d’approvisionnements en matériaux dues à des gisements moins riches qu’espérés, transport retardé par manque d’animaux de trait ou difficultés de navigation, rareté d’ouvriers qualifiés pour certaines tâches complexes notamment en couvertures (tours et clochers). Il arrive aussi que l’architecte et le maître-maçon n’utilisent pas le même système métrologique, ce qui occasionne les erreurs de dimensions, et même qu’ils ne parlent pas la même langue. Les ouvriers et les manœuvres ne parlent que la langue vernaculaire... les causes d’incompréhension et d’encombres sont aussi innombrables que fréquentes. Mais en ce cas l’architecte doit toujours rendre des comptes au maître d’ouvrage ou à son représentant, et ceci en l’absence de tout système d’assurance.

Le cas de Philibert De l’Orme Ces contingences matérielles n’apparaissent pas toujours très clairement dans la littérature théorique, mais il est au moins un théoricien qui en a une pleine conscience : Philibert De l’Orme. Il est en effet est l’un des rares théoriciens de la Renaissance à connaître l’expérience concrète du chantier : son père était à la tête d’une importante entreprise de construction lyonnaise, et, ainsi, tout en ayant été initié à la culture humaniste, il a eu l’occasion de diriger des équipes d’ouvriers. En outre, cette expérience lui permit, raconte-t-il dans son traité, de faire procéder à de fouilles archéologiques pendant son séjour à Rome. Ce parcours professionnel, à la fois pratique et théorique, fait qu’il embrasse l’ensemble de l’activité architecturale de son temps – connaissance de l’Antique comme modèle, conception du projet, réalisation de la construction – et reste tout à fait exceptionnel. Malheureusement, très peu des œuvres qu’il a conçues sont parvenues jusqu’à nous, puisque les Tuileries et le château d’Anet ont été les victimes des péripéties de l’Histoire. 17


Les traités techniques Certains traités pratiques abordent des techniques spécifiques : l’art du trait concerne aussi bien la taille de pierre que la charpente, mettant en application à la fois la tradition des chantiers et les règles de mathématiques. L’un des auteurs les plus représentatifs de cette démarche plus pratique que théorique est Mathurin Jousse (vers 1575-1645), maître-serrurier à La Flèche (Sarthe), qui publie en 1627 La fidelle ouverture de l’art de serrurier et Le théâtre de l’art de charpentier, et, en 1642, Le Secret de l’architecture, premier ouvrage théorique consacré uniquement à la stéréotomie, bien qu’avant lui Philibert De l’Orme ait traité maints exemples de voûtes appareillées très complexes.

Mathurin Jousse, Le Secret d’architecture, [...] coupiet par Jean-Louis Arnaud, tailleur de pierre de la ville Daix l’année [le 16 du mois de mars] 1733. (Saint-Omer, BA, ms. 918)

Philibert De l’Orme, Œuvres, Paris, Regnauld Chaudière, 1626. (Saint-Omer, BA, inv. 7503) C’est à Regnauld II Chaudière que revient l’idée de réunir en un seul et même volume les deux traités de l’architecture français Philibert De l’Orme, sous le titre d’Architecture... Œuvre entière la première édition réunissant les deux traités de l’architecte français Philibert De l’Orme. Si la réunion du Premier tome de l’architecture (1567-1568) et les Nouvelles inventions pour bien bastir (1567) est réalisée en 1626 par l’éditeur bien après la mort de l’auteur, il semblerait que Philibert De l’Orme l’ait lui-même envisagée. Pour rendre l’ensemble cohérent, Chaudière n’hésite pas à faire de nombreuses coupures et à ajouter librement des planches, dont certaines auraient dû sans doute illustrer le Second tome de De l’Orme qui ne fut jamais publié. Cet ouvrage composé par l’éditeur parisien à partir des traités de l’architecte est réédité à Rouen en 1648 par David Ferrand, non sans quelques remaniements. SH

Mathurin Jousse, Le Secret d’architecture, découvrant fidèlement les traits géométriques, couppes et dérobemens nécessaires dans les bastimens : Enrichi d’un grand nombre de figures adjoustées sur chaque discours pour l’explication d’iceux invanté par Mathurin Jousse de la ville de Flêche ; et coupiet par JeanLouis Arnaud, tailleur de pierre de la ville Daix l’année [le 16 du mois de mars] 1733, , La Flèche, impr. de G. Griveau, MDC.XLII [1642]. (Saint-Omer, BA, ms. 918) Dès sa sortie des presses de Griveau à La Flèche en 1642, le Secret d’architecture de Mathurin Jousse (vers 1575-1645) connaît un certain succès auprès des praticiens car il est le premier traité entièrement consacré à la stéréotomie. En témoigne ce manuscrit, achevé le 16 mars 1733, qui reproduit l’ouvrage dans son intégralité. L’auteur, un certain Jean-Louis Arnaud d’Aix, tailleur de pierre de métier, a recopié chaque ligne et chaque illustration du traité avec soin et précision. Il ajoute à la fin du manuscrit quelques croquis personnels (trompe en tour ronde en niche par devant, p. 231 ; arrière voussure de Saint-Antoine, p. 233), preuve que le Secret d’architecture de Jousse a eu une incidence dans l’exercice de son métier. SH

18


19


20


Realiser lâ&#x20AC;&#x2122;architecture

21


L’ARCHITECTURE CLASSIQUE DANS LA PEINTURE Samantha Heringuez

Les Pays-Bas : l’enracinement gothique À l’heure où en Italie se multiplient les différentes éditions commentées et illustrées du De Architectura de Vitruve (Sulpizio, Fra Giocondo, etc.), les anciens Pays-Bas ignorent encore tout de ce langage all’antica que les théoriciens de la Péninsule essaient de faire revivre en délivrant les « bonnes règles » de l’architecture des Anciens. En ce début du XVIe siècle, la Renaissance n’a toujours pas opéré en ces terres gothiques, restées étrangères aux grandes innovations architecturales de l’Italie du Quattrocento ainsi qu’aux différentes lectures du Vitruve dont il n’existe aucune traduction néerlandaise. Il faut attendre le voyage à Rome du peintre Jean Gossart en 1509, puis l’arrivée à Bruxelles des cartons des Actes des Apôtres de Raphaël en 1517, pour voir les peintres des anciens Pays-Bas s’ouvrir progressivement aux idéaux de la Renaissance italienne.

Vers l’italianisme Cette nouvelle orientation des peintres flamands vers l’italianisme fait naître chez eux l’envie de dessiner dans leurs œuvres des architectures à l’antique (Jean Gossart, Bernard van Orley, Jean Bellegambe, etc.). C’est avec enthousiasme qu’ils s’emparent alors de ce vocabulaire classique encore inexploré par les maîtres d’œuvre de leur pays, en puisant ici et là leur inspiration, notamment dans les illustrations des traités d’architecture. Utilisés comme des recueils de modèles, ces livres leur offrent tout un répertoire de formes antiques et renaissantes inédites qu’ils se plaisent à reproduire plus ou moins fidèlement, mais dont l’emploi va parfois à l’encontre des normes vitruviennes.

Les artistes flamands et la référence à l’Antiquité Pour concevoir les décors de ses tableaux, Jean Gossart se nourrit autant des édifices découverts lors de son séjour à Rome que des différentes éditions et lectures du De Architectura, qu’elles soient latines (Fra Giovanni Giocondo, 1511), italienne (Cesare Cesariano, 1521) ou même espagnole (Diego de Sagredo, 1526). C’est en combinant ces différentes sources qu’il parvient à réaliser la cella dorique du Neptune et Amphitrite (1516), dont le langage exceptionnellement classique pour l’époque présente néanmoins quelques hérésies. C’est dans le roman de Francesco Colonna, l’Hypnerotomachia Polifili, que le peintre bruxellois Bernard van Orley trouve quant à lui ses modèles, comme la Porta Magna ou le temple de Vénus Physizoé, qu’il réinterprète assez naïvement (voir le panneau central du Triptyque des apôtres Thomas et Matthias et la Madone de Louvain).

Bernard van Orley. Retable de Saint Thomas et saint Matthieu, v. 1515 (Vienne, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie). Jean Gossart, Neptune et Amphitrite, 1516 (Gemäldegalerie der Staatlichen Museen zu Berlin)

22


Pieter Coecke Van Aelst et la traduction des traités en néerlandais Bien qu’exceptionnelles, ces premières manifestations de l’architecture classique dans les anciens Pays-Bas laissent transparaître la difficulté que rencontrent les Flamands dans la compréhension du De Architectura et la nécessité de voir enfin paraître une édition néerlandaise de ce texte fondateur. Ce travail de traduction est entrepris par un peintre actif à Anvers, Pieter Coecke van Aelst, qui publie en 1539 l’Inventie der colommen, sorte de synthèse des règles du Vitruve, avant de se lancer la même année dans la traduction des livres d’architecture de Sebastiano Serlio (15391550). Pourtant destinés à tous les « amateurs d’architecture », ces livres nourrissent davantage le répertoire des peintres que celui des maîtres d’œuvre, comme en témoignent les tableaux de Pieter Aertsen et de son neveu Joachim Beuckelaer qui sont truffés de citations serliennes précises.

Hans Vredeman de Vries et la théorie architecturale À la suite de Coecke, d’autres peintres se lancent dans la voie de la théorie architecturale. C’est le cas de Hans Vredeman de Vries, qui après avoir publié des séries de gravures consacrées à la perspective et à l’architecture, fait paraître deux traités, Architectura (1577) et la Haulte & fameuse science consistante en cincq manieres d’edifices ou fabriques (1606), dans lesquels il créé un nouveau langage qui, bien qu’adapté aux préceptes classiques des Italiens, répond davantage au goût ornemental des Flamands. Accordant peu de place aux textes, il apporte un soin particulier à la réalisation de ses planches. Destinées à servir de modèles aux peintres, Vredeman de Vries les transpose lui-même dans ses œuvres, créant un genre nouveau où le cadre architectural devient le sujet principal de l’œuvre, la scène biblique ou mythologique à laquelle il sert de décor n’étant plus qu’un prétexte. L’influence exercée par ses traités et recueils de gravures sur la conception des décors dans la peinture flamande fut considérable (Paul Vredeman de Vries, Peeter Neefs le Vieux, etc.). Hans Vredeman de Vries, Caprice architectural avec figures, huile sur panneaux, 1568 (Musées des beaux-arts de Bilbao)

Le développement du style classique en architecture dans les anciens Pays-Bas étant le fait des peintres, et non celui des maîtres d’œuvre, c’est naturellement dans la peinture que l’on peut suivre toutes les étapes de son évolution, de ses premières manifestations jusqu’à l’affirmation d’un classicisme proprement flamand.

Sebastiano Serlio, Reigles generales d’Architecture…, Anvers : Pierre Coecke van Aelst, 1550. (Saint-Omer, BA, inv. 1462-1) Également connu sous le nom des Regole generali di architectura, le Quarto Libro occupe une place majeure dans l’histoire de la théorie architecturale à l’époque moderne, en proposant une nouvelle approche des cinq ordres de l’architecture, à la fois nourrie de l’héritage antique et des inventions de la Renaissance. Si, au moment de sa parution en 1537, Sebastiano Serlio (1475/1490 et1553/1557) prévoit déjà la publication des six autres livres qui composeront son traité d’architecture, peut-être envisage-t-il la traduction de l’ouvrage en français ? Cette initiative ne sera pas de son fait, mais celle de Pieter Coecke van Aelst (1502-1550), un peintre flamand actif à Anvers, qui, après avoir publié la traduction néerlandaise du Quarto Libro en 1539, fait paraître l’ouvrage en français en 1542, avant de se charger de la version allemande (1542/1543). Malgré la colère que provoque chez Serlio la parution de ces éditions pirates, le Flamand poursuit la vaste entreprise dans laquelle il s’est lancé. En 1545, la version française des Regole generali di architetura est réimprimée à Anvers, suivie en 1546 de la première traduction néerlandaise du Terzo libro dont c’est la troisième parution, après les publications originales de Serlio en 1540 et 1545. Avant que la mort ne l’emporte et ne vienne interrompre son ambitieux projet, Pieter Coecke fait paraître en 1549 la deuxième édition flamande du Quarto libro, la première traduction française du Terzo libro ainsi que la troisième publication en français revue et corrigée des Reigles generales en 1550 qui est ici exposée. SH Hans Vredeman de Vries, Den Eersten Boeck, Ghemaect Opde Twee Colomnen Dorica En Ionica. Anvers, Veuve Hieronymus Cock. 1565. (Saint-Omer, BA, inv. 1465bis-2) Originaire de Frise, le peintre Hans Vredeman de Vries se forme en autodidacte aux techniques de la perspective et à la théorie de l’architecture, autant de connaissances qui lui permettent de prendre part aux Joyeuses Entrées de Charles Quint et Philippe II qui ont lieu à Malines et Anvers en 1549. C’est d’ailleurs dès son installation dans la cité scaldienne que l’artiste commence à participer activement au marché de l’imprimerie en publiant des recueils de gravures consacrés aux sujets qui le passionnent, de la perspective à l’architecture, en passant par les ornements et les jardins. Dès 1565, le Frison fait paraître chez Hieronymus Cock des séries sur les ordres. Consacrée au dorique et à l’ionique, la première paraît en 1565 en allemand et en néerlandais comme l’exemplaire de Saint-Omer. La deuxième, éditée en allemand la même année, met à l’honneur le corinthien et le composite. Celle sur l’ordre toscan ne viendra que plus tard, en 1578, pour compléter l’ensemble. Bien que livrées sans texte explicatif, ces planches préfigurent son traité sur les ordres, Architectura, publié pour la première fois en néerlandais en 1577. SH 23


Hans Vredeman de Vries, Architectura : De oorden Tuschana…. Anvers, Veuve Hieronymus Cock, 1578. (Saint-Omer, BA, inv. 1465bis-1) Aux séries sur les ordres dorique, ionique, corinthien et composite déjà publiées en 1565, vient s’ajouter en 1578 une troisième partie consacrée à l’ordre toscan qui n’avait jusqu’alors pas été traité. Sa publication a lieu une année après la parution de son traité sur les ordres de l’architecture, Architectura. SH Hans Vredeman de Vries, Das ander Buech, gemacht auff die zway Colonnen, Corinthia und Composita. Anvers, Veuve Hieronymus Cock. 1581. (Saint-Omer, BA, inv. 1465bis-3) Publiée pour la première fois en allemand en 1565, cette série de gravures consacrée aux ordres corinthien et composite est la deuxième partie d’un ensemble plus vaste sur les ordres. Ce recueil est réédité à Anvers à deux reprises, en 1578, puis en 1581 comme en témoigne la présente édition. SH Hans Vredeman de Vries, Variae Architecturae formae, Anvers, Theodor Galle 1601. (Saint-Omer, BA, inv. 1465bis-6) Les Variae Architecturae formae sont la première série de gravures qu’Hans Vredeman de Vries fait paraître à Anvers. Publiées pour la première fois par Hieronymus Cock en 1562, elles sont rééditées par Theodore Galle en 1601. Les planches gravées qui composent le recueil mettent en exergue les talents de perspectiviste de l’artiste ainsi que son goût affirmé pour l’architecture de la Renaissance. Au fil des gravures, portiques, galeries, rotondes, arcs triomphaux, palais grandioses et rues se succèdent, s’ouvrant de toutes parts sur une ville imaginaire et idéale peuplée de quelques personnages. Destinés à servir de modèles, notamment pour les peintres et les dessinateurs, cette série est à nouveau éditée par Jan, le fils de Théodore Galle. SH

24


L’ARCHITECTURE ÉPHÉMÈRE L’ART DE BÂTIR Laurence Baudoux et Samantha Heuringez Alors que l’habitat et l’architecture publique civile et religieuse restent tributaires des modes traditionnels de construction et de décor, l’architecture éphémère (ou feinte), en usage dans des circonstances exceptionnelles, offre aux artisans et aux artistes l’occasion d’expérimenter un nouveau langage, souvent directement emprunté aux traités d’architecture.

La joyeuse entrée : un rituel politique et religieux L’entrée solennelle ou « entrée joyeuse » des souverains est, particulièrement depuis le XIVe siècle, un moment fort de la vie de leurs « bonnes villes ». Elle obéit à un protocole qui s’est rôdé au fil des ans, inchangé jusqu’à la fin du XVIe siècle : accueil de souverain à la porte de la ville, où, après une harangue du Magistrat, lui sont remises les clefs de la cité, et parcours selon un itinéraire soigneusement étudié, au long de rues pavoisées, jonchées de fleurs, qui conduit à l’hôtel de ville et à l’église principale. L’itinéraire est interrompu de haltes devant des échafauds où sont jouées ou peintes de courtes saynètes mettant en scène des allégories, des personnages mythologiques ou bibliques glorifiant les vertus et les bienfaits du monarque, censés susciter l’adhésion sans réserve des habitants. Le moment le plus important est la prestation de serment par lequel le souverain, souvent sous un dais, s’engage à respecter et protéger leurs droits et leurs libertés. Des présents (vins, fruits, etc.) lui sont offerts. Progressivement associée à des « machines » (tonnerre, feux, etc.), l’entée devient un spectacle et une fête.

La référence à l’Antiquité : l’arc de triomphe et le renouvellement du répertoire décoratif La Renaissance ne rompt pas avec la tradition, mais elle s’empare du modèle antique apparu en Italie dès le Quattrocento (XVe siècle) en Italie : l’arc de triomphe romain, qui permet d’ancrer le souverain dans l’histoire, devient une image du pouvoir et mérite toutes les attentions. Des arcs de triomphe en bois ou en carton peint imitant le marbre sont érigés aux endroits les plus stratégiques de l’itinéraire du cortège somptueux, et financés par les corporations ou les confréries, qui rivalisent d’ingéniosité. Renouvelant le répertoire décoratif, les entrées évoluent vers toujours plus de splendeur : colonnes, ordres, frontons, obélisques, médaillons, trophées, allégories, termes et caryatides engainés (statues masculines et féminines supportant des architectures, et dont le bas du corps se noie dans une gaine) requièrent le talent et l’imagination des artistes, les inscriptions et les chronogrammes ceux des humanistes.

Les grandes entrées (milieu du XVIe siècle - début XVIIe siècle) Les descriptions, et parfois le dessin aquarellé ou la gravure pour les plus importantes, conservent le souvenir des entrées les plus remarquables et de leurs architectures feintes. En France, citons les entrées de Henri II à Paris (1549) et à Rouen (1550), ou encore de Henri IV à Lyon (1595). Dans les Pays-Bas, celle de Charles Quint et de son fils – le futur Philippe II – à Valenciennes (1540) est la première à bénéficier d’une « couverture » illustrée en 1553 par une série de dessins aquarellés dus à Hubert Cailleau (1526-1590), quoique l’on puisse s’interroger leur authenticité (Douai, BM, ms 1183 : Louis de Le Fontaine, dit Wicart, Les antiquités de Valenciennes, t. III). Le Triumphe d’Anvers faict en la susception du prince Philippe, prince d’Espaigne en 1549, célèbre par sa somptuosité, a fait l’objet d’une publication illustrée dès 1550, qui permet de mesurer l’influence des livres d’architecture de Sebastiano Serlio parus en néerlandais à partir de 1539. En 1591, l’entrée des archiducs Albert et Isabelle à Lille n’échappe pas à la mode antique (Lille, BM Jean Lévy, ms 678), comme celle d’Arras, superbement illustrée par l’ingénieur Matthieu Baulin (Lille, Arch. dép. Nord, Musée 410). La Descriptio Triumphi et spectaculorum Serenissimis Principibus. Alberto et Isabellae... (Saint-Omer, BA, inv. 3194) est un ouvrage de l’historien valenciennois Henri d’Oultreman (1546-1605), imprimé à Anvers, chez Plantin en 1602. Il relate en latin la réception des archiducs dans plusieurs villes des Pays-Bas, dont Anvers, Arras (p. 390-404) où Saint-Omer avait envoyé une délégation, Cambrai (p. 404-407), Valenciennes (p. 408-464) ; les arcs de triomphe et autres architectures feintes y sont décrits avec précision, sans omettre la transcription des éloges et des chronogrammes qui les accompagnent. 25


Artisans, artistes et architectes L’enjeu politique de ces démonstrations publiques suscite une véritable émulation entre les cités, qui entretiennent une correspondance à ce sujet. Il est aussi déterminant pour les auteurs des décors, qu’ils soient artisans (charpentiers et peintres au service des villes) ou artistes confirmés (en France Serlio, pour l’entrée de Henri II à Paris ; dans les Pays-Bas, Lambert van Noort (1520-1571), Hieronymus Cock (1518-1570) et peut-être Pieter Coecke van Aelst (1502-1550) pour l’entrée de Philippe II à Anvers en 1549).

Entrée des archiducs Albert et Isabelle à Lille (Lille, BM, Jean Lévy, ms. 678)

Louis de Le Fontaine, dit Wicart, Les antiquités de Valenciennes, t. III (Douai, BM, ms 1183, f.242v.)

Joannes Bochius, Descriptio publicae gratulationis, spectaculorum et ludorum, in adventu Ernesti archiducis Austriae anno 1594, Anvers, Plantin, 1602 (St-Omer, BA, inv. 3192)

Joannes Bochius, Descriptio publicae gratulationis…, Anvers, Christophe Plantin officine, MD.XCV [1595]. (Saint-Omer, BA, inv. 3192)

Après quelques tentatives restées vaines pour faire couronner sa fille reine de France, le roi Philippe II d’Espagne destine enfin la main d’Isabelle au fils de Maximilien II d’Autriche, l’archiduc Ernest, nommé gouverneur des provinces méridionales des Pays-Bas. Cette nomination est suivie de près de ses entrées triomphantes, d’abord à Bruxelles le 30 janvier 1594, puis à Anvers le 18 juillet de la même année. C’est au maître de Rubens, Otto Vaenius, installé à Anvers depuis la mort de son ancien protecteur Alexandre Farnèse, que le magistrat de la ville confie la tâche de dessiner l’ensemble des décors éphémères. L’arrivée d’Ernest d’Autriche se fait par la Porte Césarienne bâtie à l’occasion de l’entrée solennelle de Philippe II à Anvers en 1549 ; son parcours est scandé d’arcs triomphaux et d’échafauds réalisés spécialement pour l’événement. D’après les images dessinées par Cornelis Floris, Joos de Momper et Maarten de Vos, puis gravées par Pieter van der Borcht, le répertoire de ces architectures éphémères doit beaucoup aux éditions coeckiennes des livres de Sebastiano Serlio, même si l’Hypnerotomachia Polifili de Colonna a inspiré le décor de l’éléphant surmonté d’une colonne. Si le récit que fait Jean Bochius de cette majestueuse entrée laisse augurer un règne éclatant, l’action du jeune gouverneur est de courte durée. Emporté par la maladie l’année suivante, le mariage avec la fille de Philippe II n’a jamais eu lieu. Bochius conclut d’ailleurs l’ouvrage par une oraison funèbre. SH Joannes Bochius, Historica Narratio profectionis… Anvers, Christophe Plantin officine, MDC.II [1602]. (Saint-Omer, BA, inv. 3192-2)

Son frère Ernest étant décédé en 1595, c’est à Albert d’Autriche que revient non seulement la gouvernance des Pays-Bas, mais aussi la main d’Isabelle d’Espagne qu’il épouse en 1598. En ces temps troublés, le jeune couple archiducal perpétue la tradition des joyeuses entrées pour consolider son pouvoir. De grand format, ce livre narre tour à tour les festivités organisées en son honneur dans les provinces méridionales, à Bruxelles d’abord, où les archiducs installeront leur cour, puis à Anvers, à Gand et enfin à Valenciennes. L’ouvrage, richement illustré, comprend de nombreuses gravures dont quinze sur doubles pages. Toutefois, celles-ci ne concernent que les entrées à Bruxelles et particulièrement à Anvers, alors que les descriptions des processions à Gand et à Valenciennes en sont totalement dépourvues. Pour ces deux dernières entrées solennelles, seul le texte permet de prendre acte des décors éphémères élevés sur le parcours d’Albert et Isabelle. SH

26


L’ARCHITECTURE MILITAIRE L’ART DE BÂTIR Laurence Baudoux Domaine d’activité majeur des architectes à la Renaissance, la fortification n’est en rien redevable à l’Antiquité. Elle connaît au XVe et au XVIe siècles, d’abord en Italie puis dans toute l’Europe, des progrès considérables, dus à l’adaptation progressive à l’évolution de l’artillerie et notamment à une innovation technique : le boulet métallique, apparu vers 1450. D’abord affaire de maçons et de charpentiers, l’art de la fortification devient le domaine des hommes de guerre.

Une invention italienne : le bastion Le bastion, qui se substitue à la tour, est une construction basse le plus souvent en brique (qui encaisse mieux les tirs) et à parois inclinées, placée à l’avant de l’angle formé par deux courtines (pans de murs droits) auxquelles elle est reliée par une gorge. D’abord en forme de pique, puis polygonal avec le saillant aigu dirigé vers l’assaillant, le bastion permet de couvrir efficacement la défense de la place ou de la ville, en ne laissant aucun angle mort ; mais, et c’est une nouveauté, il joue aussi un rôle actif dans l’attaque en permettant le tir croisé de projectiles. La multiplication des bastions donne naissance au plan en étoile. Son invention revient aux ingénieurs italiens : Francesco di Giorgio Martini (1439-1502), Giuliano da Sangallo (1445-1516), son frère Antonio da Sangallo l’Ancien (1455-1534) ou Baldassare Peruzzi (1481-1537) entre autres, l’expérimentent dès la fin du XVe siècle, avant que son utilisation ne se répande vers 1530. Léonard de Vinci et Michel-Ange lui ont consacré une large part de leur activité.

Antoine Deville, Les fortifications du chevalier tholosain, Lyon, Irénée Barlet, 1628 (St-Omer, BA, inv. 1469) François d’Aurignac, Livre de toutes sortes de fortifications…, Paris, Chez l’Auteur, 1670 (St-Omer, BA, inv. 1774)

La frontière entre France et Pays-Bas, terrain d’élection du bastion

La porte de la citadelle de Cambrais

Les anciens Pays-Bas, ravagés par les guerres incessantes entre les grandes puissances (France, Angleterre, Espagne), constituent un champ idéal d’application des nouvelles techniques de fortification, comme en témoignent les plans des villes que le cartographe Jacques de Deventer (1500/1505-1575) lève à partir de 1559. Ingénieurs italiens, ou issus des Pays-Bas mais formés en Italie ou auprès de maîtres italiens, se partagent la paternité des nouvelles constructions. Parmi les premiers, Donato di Boni (vers 1500-1556) contribue à répandre la formule du bastion ; il est en 1543 à Cambrai où il projette une citadelle à quatre bastions, et élève les bastions Robert et Saint27


Georges sur l’enceinte urbaine, avant de construire les fortifications du château de Renty, au duc de Croÿ (1545). À Aire-sur-laLys, où passe Jacopo Seghizzi, dit Le Frère de Modène (1485-1565), le bastion apparaît en 1533, construit par Jean l’Artésien. Au rang des seconds, il convient de citer deux ingénieurs « flamands » : Sébastien Van Noyen ou van Oye (1523-1557) « architecte generael » des fortifications de Charles Quint, puis de Philippe II, rentré récemment d’Italie, et Jacques de Flotris ou de Fleters, originaire de Saint-Omer (1554-1555). Leur présence est attestée à Hesdin que caractérise sa ceinture fortifiée à quatre bastions (1554), portés à cinq (1572) puis à six lors de l’agrandissement de la ville en 1593. Saint-Omer voit ses fortifications améliorées par Sylvain Boullain ou Boullin (1607-1612) et par Pierre de Coeulre (1610), auteur de projets pour celles d’Aire-sur-la-Lys, Béthune et Lens. À proximité, le long de la frontière septentrionale du royaume de France, les villes voient aussi le renforcement de leurs défenses, à la demande de François 1er puis de Henri II : à Ardres se succèdent en 1520 Dominique de Cortone, dit Le Boccador (14651549) – dont la présence et attestée au Mont-Hulin, près de Menneville – et en 1529 le condottiere et expert en fortification, Antonio da Castello (1499-1549). Ce dernier est aussi à l’œuvre à Thérouanne.

Antoine Deville, Les fortifications du chevalier Antoine de Ville...- Lyon : Irenée Barlet, MDC.XXVIII [1629]. (Saint-Omer, BA, inv. 1469)

Malgré une carrière brillante, l’ingénieur militaire Antoine Deville, originaire de Toulouse, est surtout connu pour ses Fortifications. Actif lors des campagnes contre les protestants et présent lors des sièges de Montauban en 1621 et de La Rochelle en 1624, il part aux Pays-Bas pour rejoindre les bataillons du duc de Savoie, avant de s’engager au service de la République de Venise à partir de 1630. Nourri de ses nombreuses expériences en France comme à l’étranger, Deville publie un ouvrage qui a l’avantage de proposer les différents systèmes de fortifications en citant des exemples précis. Divisé en trois livres, Les Fortifications traitent successivement de la construction des fortifications, qu’elles soient régulières ou irrégulières, de leurs attaques par la ruse, la surprise ou la force, et enfin de leurs défenses. Pratique mais pas très novateur sur le fond, le traité est réédité cinq fois tout au long du XVIIe siècle. La connaissance du terrain de l’auteur, comme les planches de sa main, expliquent sans doute la bonne réception de l’ouvrage. SH

François d’Aurignac, Livre de toutes sortes de fortifications... Paris, Chez l’auteur, MDC. LXX [1670]. (Saint-Omer, BA, inv. 1774)

De l’auteur, on sait peu de choses si ce n’est qu’il se présente lui-même comme un praticien, ayant passé vingt ans aux armées. Avec son Livre de toutes sortes de fortifications, François d’Aurignac n’en est pas à son premier coup d’essai en tant que théoricien de l’architecture militaire. Il fait paraître en 1650 son Abrégé de toutes sortes de fortifications, ouvrage de trente-six folios, qui précède et préfigure le livre ici présenté, publié pour la première fois en 1664 et réédité en 1670. SH

28


L’ARCHITECTURE PUBLIQUE L’ART DE BÂTIR Laurence Baudoux et Annie Regond La fascination des architectes de la Renaissance et de leurs maîtres d’ouvrage pour les monuments et les écrits de l’Antiquité les conduit à imiter les modèles romains. Les édifices qui fascinent le plus sont les témoignages grandioses de la Rome impériale ; mais thermes, arcs de triomphe, portes de ville ou basiliques (monuments civils) trouvent rarement leur équivalent dans les équipements publics de l’époque de la Renaissance : on ne construit ni thermes ni arcs de triomphe en Europe avant le XVIIIe siècle.

Diversité de l’architecture publique Lorsque le Toscan Domenico da Cortona, dit Le Boccador (v. 1465-1549), construit en 1533 l’hôtel de ville à Paris, il ne s’inspire pas des palais impériaux ou des basiliques, mais plutôt des châteaux d’Île-de-France contemporains comme celui de Fontainebleau où il a travaillé. Les bâtiments abritant les marchés s’apparentent encore pour longtemps à l’architecture vernaculaire. Pourtant Palladio, appelé dans sa ville de Vicence à transformer trois anciens bâtiments médiévaux en un nouvel espace public accueillant le marché au rez-de-chaussée et une grande salle de justice à l’étage, essaye de reproduire une basilique antique. La réussite est telle que ce bâtiment, toujours existant, nommé par lui-même « la basilique », a conservé cette dénomination.

Basilique de Vicence Andrea Palladio, I quattro libri dell’architettura, Venise, Dominico de Franceschi, 1570 cap. X, f. 41v : la basilique de Vicence (Zürich, BM, RAR 439 q)

29


Les Pays-Bas adoptent le nouveau langage. L’hôtel de ville d’Anvers (1561-1564 ; Cornelis Floris,) est une réalisation exceptionnelle, qui conserve la verticalité flamande de ses travées centrales, associée aux éléments antiques : bossage rustique, superposition des ordres. À Cassel, l’hôtel de la Noble Cour (entre 1580 et 1611, auj. musée départemental des Flandres), la succession des frontons curvilignes et triangulaires, les faux pilastres qui les soutiennent reposant sur des masques trahissent une nouvelle approche de l’architecture. Contemporain, le bailliage d’Aire-sur-la Lys, où domine la brique, interprète l’ordre dorique ; à la galerie au rez-de-chaussée répond l’iconographie inhabituelle du couronnement : dans des niches allongées, traitées en perspective, se succèdent les figures accoudées des allégories des saisons et des vertus théologales et cardinales. À Lille, la Bourse des marchands (1651-1653 ; Julien Destrée) est une réalisation remarquable mi-publique (cour réservée aux transactions), mi-privée (vingt-quatre logements constituent les quatre ailes) : superposition des ordres sur un soubassement à refends, introduction de caryatides et de termes engainés, monumentalité des portails enrichis de cornes d’abondance et de frontons échancrés.

Lille, La Bourse des marchands. La cour intérieure, bordée d’une galerie.

Cassel, Hôtel de la Noble Cour

Hôpitaux et thermes Les hôpitaux n’ont pas d’équivalents dans les institutions de l’Antiquité, donc pas de bâtiments aptes à servir de modèles. À l’époque médiévale, dirigés par des religieux et proches des églises, ils ne se distinguent guère des constructions courantes. Pendant la Renaissance, un vaste projet est commandé et mis en œuvre par Filarète, l’Hôpital Majeur ou Ca’grande de Milan : séparant les différentes catégories d’occupants, il s’organise symétriquement autour de dix cours, le centre de cet ensemble étant occupé par la chapelle, plan proche de celui du palais de Dioclétien à Spolète (Split). Transformé au cours des siècles, cet ensemble monumental encore en place, que Filarète mentionne dans son traité, fut probablement connu de Juan Bautista de Toledo (v. 1515-1567), auteur du projet de palais-monastère de l’Escorial en 1563. Lorsque le thermalisme revient timidement à la mode au début du XVIIe siècle, en référence aux habitudes des Romains, l’édification d’établissements de bains est très modeste : à Bourbon-Larchambault, Plombière, Vichy, ce sont de petits bâtiments appelés « Logis du roi » qui ressemblent à une maison particulière par leurs dimensions et leur volumétrie similaire à celles des habitations de la ville. Mais à partir du XVIIIe siècle, on se réfère aux modèles romains. Au siècle suivant l’architecture des premières gares s’inspire des thermes de Dioclétien ou de Caracalla à Rome, monuments grandioses ayant marqué les esprits et figurant en bonne place dans les traités.

L’arc de triomphe Les organisateurs d’entrées royales et princières dans les villes conçoivent des décors éphémères où le thème de l’arc de triomphe ressurgit en toute légitimité. Les modèles antiques s’imposent ensuite et durablement dans les dessins des portes de ville, ainsi à Paris les portes Saint-Bernard (1670, disparue en 1797) et Saint-Denis (1672), toutes deux par François Blondel (1618-1686) et la porte Saint-Martin (1674, par Pierre Bullet (1639-1717) encore debout. En Flandre, la porte fait partie du système défensif (Dunkerque, Bergues, etc.) ; la porte de Paris à Lille (1685-1692 ; Simon Vollant) est l’exemple le plus remarquable. Les modèles fournis par le répertoire de l’Antiquité ne trouvent finalement de larges échos dans l’architecture publique qu’à partir des XVIIIe et XIXe siècles. Hans Vredeman de Vries, Artis perspectivae plurium generum elegantissimae formulae, Anvers, Theodor Galle, 1568. (Saint-Omer, BA, inv. 1465bis-8)

Ce recueil de gravures propose différents modèles de fontaines mises en scène dans des villes imaginaires aux architectures majestueuses. SH 30


L’ARCHITECTURE PRIVÉE L’ART DE BÂTIR Laurence Baudoux et Annie Regond Les monuments privés n’ignorent pas l’architecture antique, sans renoncer aux traditions locales. Il s’agit surtout de modèles de palais et de villas en Italie, en France et dans les pays du Nord d’hôtels particuliers et de châteaux.

Importance de l’ornementation En France, les traditions médiévales marquent durablement les projets de construction destinés à l’aristocratie ou aux riches marchands : la volumétrie d’ensemble, la hauteur des toits, la distribution de l’étage noble sont encore celles de la fin du Moyen Âge (Rouen, hôtel de Bourgtheroulde, 1501-1532). En revanche, le décor à l’antique remplace les ornements gothiques là où ils étaient déjà concentrés : les encadrements de portes, de fenêtres et des lucarnes visibles de loin, et, surtout dans deux éléments ignorés de l’Antiquité : les cheminées et les escaliers.

La cheminée et l’escalier À cet égard les traités de Serlio sont particulièrement riches. Dans son traité initial, devenu le Livre IV, l’auteur propose plusieurs modèles de cheminées, dont certains sont réalisés. Son Livre Extraordinaire (1551) offre une suite de trente portes ornées de la manière la plus sage à la plus exubérante, qui ont connu d’innombrables applications, y compris en peinture et en ébénisterie. L’escalier, composante indispensable de l’architecture privée, connaît désormais des formes variées et prend place dans la littérature théorique. Son emplacement dans le corps de logis, qui influe sur la distribution des appartements, et sa forme – circulaire, droite, tournante ou semi-tournante – excitent l’imagination des maîtres d’œuvre, secondés en France et en Espagne par des tailleurs de pierre capables de relever de redoutables défis de stéréotomie. À leurs prouesses se joignent celles des sculpteurs et parfois des peintres. Dans les Pays-Bas, l’escalier continue de loger dans une tourelle hexagonale ou carrée, dans l’angle interne de deux ailes. Le fronton, triangulaire ou curviligne, apparaît à Douai (hôtels d’Anneux et d’Abancourt, auj. musée de la Chartreuse). La cheminée connaît-elle plus de succès ? Les exemples manquent : celle du château d’Ourton (dans le Béthunois, près d’Auchel ; Arras, musée des Beaux-Arts) qui repose sur deux statues engainées, est une réalisation intéressante de ce temps, à peu près unique dans l’état actuel des connaissances. La porte retient l’attention : ainsi les projets, vers 1630, établis lors de la reconstruction de l’abbaye de Saint-Amand.

Cheminée du château d’Ourton (Béthunois, près d’Auchel), détail, Arras, Musée des Beaux-Arts

Élévations de deux portiques du cloître de l’abbaye de SaintAmand-les-Eaux v.1640, Encre et lavis sur papier (Saint-Amand-lesEaux, musée de la Tour Abbatiale, inv. 983.4.15) © Musée de la Tour Abbatiale, Saint-Amand-les-Eaux

31


Les Pays-Bas et l’architecture palatiale Dans les Pays-Bas comme ailleurs, la Renaissance se manifeste d’abord dans les lieux proches des centres du pouvoir politique, économique et religieux : les gouvernantes Marguerite d’Autriche (1507-1530) et Marie de Hongrie (1531-1555), tante et sœur de l’empereur Charles Quint, se montrent sensibles au courant antique : outre Bruxelles, elles font, l’une de Malines, l’autre des châteaux de Binche (1545) et de Mariemont (1546), – confiés à Jacques du Broeucq (1505-1584) – des foyers de l’humanisme et de l’art de la Renaissance. Les hauts dignitaires de leur cour et de l’Église font de même : Robert de Croÿ (v. 1500-1556), évêque de Cambrai, fait construire au Cateau un palais d’un nouveau genre, avec quatre bâtiments à portiques, une galerie de portraits et de beaux jardins (v. 1530-1540) ; à Bruxelles, la première importation romaine est la palais (1550, détruit) qu’élève le cardinal de Granvelle (1517-1586), évêque d’Arras puis archevêque de Malines. À Audenarde, la résidence épiscopale de l’hôpital NotreDame (1623-1626), quoique tardive mais encore en place, est une construction classique, faisant usage de la symétrie et de l’ordre dorique.

Les Pays-Bas et l’architecture domestique En ville, l’architecture domestique en bois reste la plus fréquente, d’autant plus que l’état quasi permanent de guerre et les conflits religieux ne favorisent pas la construction. Toutefois, quelques tentatives apparaissent ici ou là, dans les villes importantes : le nouveau langage est le fait de bourgeois ou de corporations ; la façade concentre les nouveautés : baies plus larges et plus hautes, régulièrement réparties autour d’une travée centrale faisant axe de symétrie, apparition d’un décor de coquilles, introduction des ordres. À Douai, la maison des Rémy (détruite) rappelle celle du Saumon à Malines (1539) ; l’hôtel de Beaurepaire à Lille s’ouvre par une galerie à colonnes, dont les écoinçons sont ornés de figures en médaillons. LB & AR

L’hôtel de Beaurepaire (Lille).

La maison des Rémy à Douai (carte postale)

32


Giovanni Giacomo Rossi, Palazzi di Roma de’ più celebri architetti…, Rome, Giovanni Giacomo [e Domenico] de Rossi, s.d. [1655?]. (Saint-Omer, BA, inv. 1465-1 à 6)

Sorti probablement en 1655 des presses de Giovanni Giacomo de Rossi (1627-1691), ce recueil de gravures se compose de quarante et une planches illustrant les palais romains des architectes les plus célèbres. Si l’ouvrage présente une grande majorité d’élévations, on compte néanmoins cinq plans, parmi lesquels celui du palais Madame de Guiliano da Sangallo, de la villa Médicis de Giovanni et Annibale Lippi et du palais Poli de Martino Longhi l’Ancien contre lequel est adossée la célèbre fontaine de Trevi. Réalisées d’après les dessins de l’architecte Pietro Ferrerio (1600 ?-1654), les gravures se succèdent les unes à la suite des autres, sans suivre, semble t-il, un classement particulier, ni même un ordre chronologique. Sous chacune d’entre elle, on peut lire un petit texte d’une à quatre lignes qui identifie clairement l’édifice représenté, l’auteur, le commanditaire et la date de réalisation. Malgré un classement aléatoire, le recueil fournit la représentation exacte des palais édifiés dans la Ville Éternelle durant les XVe (palais Corsini), XVIe (palais de la Chancellerie, palais Farnèse, palais Massimo alle colonne, etc.) et XVIIe siècle (palais Pamphili, palais Borghèse, palais Barberini, etc.) par les plus grands architectes de leur temps (Bramante, Peruzzi, Michel-Ange, Raphaël, Bernin, etc.), constituant ainsi une typologie de l’habitat palatial romain. Après ce volume dédicacé au cardinal Antonio Barberini dont les fameuses abeilles apparaissent sur le frontispice, paraît le second tome entre 1670 et 1678, dédié cette fois-ci au cardinal Camillo Massimi. L’ouvrage a ici été relié de manière factice avec d’autres recueils issus des presses romaines de Giovanni Giacomo de Rossi – celui sur les fontaines de Rome, Tivoli et Frascati (1678), celui sur les obélisques et les colonnes antiques (1655), etc. –, formant ainsi un ensemble cohérent et entièrement dédié aux merveilles de Rome et de ses alentours, qu’elles soient antiques ou modernes. SH Relié avec : Nuova racolta di fontane che si vedano nel alma citta di Roma, Tivoli e Frascati, Rome, Giovanni Giacomo [e Domenico] de Rossi, s.d. [1678?]. Nova racolta degl’obelischi et colonne antiche con le sue dichiarazione, Rome, Giovanni Giacomo [e Domenico] de Rossi . s.d. [1655?]. Vestigi delle antichita di Roma, Tivoli, Pozzuolo et altri luochi, Rome, Giovanni Giacomo [e Domenico] de Rossi . 1660. Antiquarum statuarum urbis Romae, Rome, Giovanni Giacomo [e Domenico] de Rossi, s.d. [1655?]. [Bassi rilievi antichi nell’Arco di Constantino, e in Campidoglio]. Rome, Giovanni Giacomo [e Domenico] de Rossi . s.d. [1655?]. Abraham Bosse, Traité des manières de dessiner les ordres de l’architecture antique en toutes leurs parties…, Paris, Abraham Bosse, MVIC.LXIIII [1664]. (Saint-Omer, BA, inv. 28335)

Le Traité des manières de dessiner les ordres de l’architecture antique en toutes leurs parties constitue le premier volet du traité sur les ordres d’Abraham Bosse ; le second intitulé Des ordres de colonnes paraît la même année. Illustré de quarante-quatre planches, il comprend seulement quelques pages de texte car l’ouvrage se veut avant tout didactique. Du fait de son métier de graveur, il croit surtout au pouvoir des images et à leur impact immédiat sur le lecteur. Divisé en quatre parties, le recueil traite de l’entablement, puis des ornements avant de s’intéresser aux représentations de l’architecture et aux corps et objets géométraux. Si pour l’essentiel, il puise son inspiration ici et là dans l’œuvre de ses prédécesseurs, Bosse innove en abordant le thème des escaliers et celui des voûtes, jusque-là peu traités par les théoriciens. SH

33


Pierre Le Muet, Manière de bien bastir pour toutes sortes de personnes..., Paris, François Jollain, MDC.LXXXI [1681]. (Saint-Omer, BA, inv. 1467) Publiée pour la première fois en 1623, puis rééditée et augmentée en 1647, La Manière de bâtir pour toutes personnes de Pierre Le Muet (1591-1669) se présente comme un recueil de modèles de maisons urbaines qui, selon la taille de la parcelle, vont de la simple habitation à pièce unique jusqu’au type de l’hôtel particulier parisien, entre cour et jardin. Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité du Livre VI de Sebastiano Serlio, jamais publié mais connu par des manuscrits, qui traite également delle habitationi de tutti li gradi degli huomini, en ville et à la campagne. En revanche, Le Muet concentre son discours sur ce qu’il connaît le mieux, à savoir les maisons de ville en France, et plus précisément celles de Paris et de ses alentours. Comme l’édition augmentée par François Langlois en 1647 et sa réimpression en 1663, la réédition de 1681 ici même exposée comprend une seconde partie consacrée aux plus belles réalisations de Pierre Le Muet, de l’hôtel d’Avaux au château de Chavigny à Lerné, en passant par la Maison Tubeuf, l’hôtel Coquet, etc. Exécutées par Jean Marot d’après les dessins originaux de Le Muet, et non pas d’après les relevés, les gravures présentent donc naturellement quelques décalages avec les édifices bâtis. SH

34


L’ARCHITECTURE RELIGIEUSE L’ART DE BÂTIR Laurence Baudoux et Annie Regond Dès la fin du Quattrocento (XVe siècle), l’architecture de l’église connaît en Italie de profondes transformations, influencées par l’Antiquité et la lecture du Vitruve. Déterminantes pour l’avenir, ces expériences architecturales touchent d’abord la façade, conçue à l’imitation d’un temple (Leon Battista Alberti : « temple » de Malatesta à Rimini, 1446, et façade de Santa Maria Novella à Florence, 1458) ou d’un arc de triomphe (Leon Battista Alberti : façade de Sant’Andrea à Mantoue, 1472). Le plan de l’église fait lui aussi l’objet d’expérimentations : tantôt simple nef suivant le modèle de la basilique antique (Filippo Brunelleschi : San Lorenzo à Florence, 1419), il adopte volontiers un plan centré pour les églises votives. Celui-ci peut être circulaire, à l’image du Panthéon : à Rome, San Pietro in Montorio (Donato Bramante, 1502), ou en croix grecque – un carré ou un cercle sur lequel se greffent quatre bras identiques au sol et en élévation – : Saint-Pierre (Bramante, 1506-1514 ; Sangallo, 1546 ; Michel-Ange, 1547-1564).

Leon Battista Alberti, Temple de Malatesta à Rimini, 1446

Donato Bramante, Rome, San Pietro in Montorio 1502

La construction d’une coupole est aussi le moyen de rivaliser avec les Anciens (Filippo Brunelleschi : coupole de Santa Maria del Fiore à Florence, 1418-1436 ; Bramante, Michel-Ange : coupole de Saint-Pierre de Rome). En France, Philibert De l’Orme (1514-1570), qui est allé en Italie, retient le plan centré à coupole pour la chapelle du château d’Anet (1549-1550) ; dans les Pays-Bas espagnols, Wenzel Coeberger (1557 ou 1561-1634) construit l’église Notre-Dame de Montaigu (à partir de 1605, consacrée en 1627) sur un plan heptagonal.

Le plan : le modèle du Gesù à Rome (1568-1584) Les exigences liturgiques de la Contre-Réforme catholique, formulées lors du concile de Trente (1545-1563), incitent les architectes à repenser le plan des églises. À Rome, l’église des jésuites, le Gesù – plan de Giacomo Barozzi dit Vignola (15071573) – inaugure une nouvelle formule qui sert de modèle pour deux siècles aux églises de leur ordre et à toute la chrétienté. Le chœur large et peu profond est précédé d’un transept peu saillant, la nef large est, à l’origine, recouverte d’un enduit blanc, une succession de chapelles adossées au mur gouttereau remplace les bas-côtés. Désormais, le sanctuaire – lieu du sacrifice eucharistique et de la lecture des textes sacrés – devient visible par tous, en tout point de l’église. À la croisée, une coupole diffuse 35


une lumière zénithale, dont les architectes baroques tireront les plus grands effets. La façade conçue Giacomo della Porta (1532-1602) s’inspire de celle de Santa Maria Novella d’Alberti à Florence, qu’elle développe et magnifie. Ce plan novateur est adopté précocement par les jésuites de Douai pour l’église de leur collège d’Anchin (1583-1591, détruite en 1772 ; frère Hoeymacker). Le frère Jean Du Blocq le retient pour celle des jésuites wallons de Saint-Omer (1615-1629) : l’intérieur se distingue par la largeur de la nef lumineuse à trois niveaux égaux, bordée de deux bascôtés étroits avec lesquels elle communique par des arcs en plein-cintre sur piliers. Le chœur un peu plus long que large est éclairé par les baies des deuxièmes et troisièmes niveaux ; la frise dorique continue qui fait le tour de l’édifice au-dessus des grandes arcades est un facteur d’unification de l’espace.

Elévation de la facade du Gesù à Rome, tirée des Varie bella inventioni de tempio […] de pieu celebri architecti di Roma, Paris, Van Lochom, 1631 (St-Omer, BA, inv. 1465bis-5)

Le portail : le modèle de l’arc de triomphe L’arc de triomphe, élément constitutif des entrées solennelles des souverains, s’invite dans l’architecture religieuse : selon les Instructions de Charles Borromée (1570), qui exercent une influence déterminante sur l’architecture de la Contre-Réforme, la somptuosité du portail doit inviter le passant à pénétrer dans l’église. Quelques rares exemples régionaux s’inspirent directement des traités d’architecture, celui de Serlio en particulier. Tandis que l’église Notre-Dame de Hesdin, construite dès 1565 par des artisans locaux, reste fidèle au Moyen Âge, son portail daté de 1583 rompt avec la tradition. Les pilastres cannelés, la présence de deux victoires – femmes ailées brandissant une couronne –, l’arc profond en plein-cintre et sa voûte à caissons illustrent bien la diffusion de la Renaissance : en pierre calcaire sur soubassement de craie, il se présente comme un arc de triomphe, proche de celui dressé par Serlio devant Saint-Jacques de l’Hôpital à Paris, lors de l’entrée solennelle du roi Henri II en 1549. À Gravelines, la façade en brique sur soubassement de grès de l’église Saint-Willibrord est enrichie d’un beau portail dorique érigé en 1598 sous la grande baie centrale à fenestrage gothique. À Saint-Omer, celui de l’église des jésuites wallons, achevée en 1629, s’inspire précisément de l’art Sebastiano Serlio (Libro Quarto des Regole generali di Architectura (1544), pl. XIX et XXVII) à qui il emprunte l’ordre dorique et les colonnes jumelées au socle orné de mufles de lion. S’y ajoute à l’étage, entre les volutes rentrantes d’un fronton interrompu, un édicule accosté d’ailerons échancrés qui abrite une niche ouverte entre deux colonnettes ioniques.

Eglise Saint-Willibrord de Gravelines. Portail, 1598

Église Notre-Dame de Hesdin.

Portail, 1583.

36


Girolamo Franzini, Le cose maravigliose dell’alma città di Roma, Venise, Girolamo Franzini,1588. (Saint-Omer, BA, inv. 3987-2) Publié à Venise en 1588, les Cose maravigliose dell’alma città di Roma n’est à première vue qu’un guide destiné aux pèlerins en visite dans la Cité éternelle. Après la dédicace au pape Sixte V, le livre débute par une description des sept basiliques, avant de s’intéresser aux nombreux autres sanctuaires religieux de la ville, classés par quartiers. S’ensuivent un calendrier des stations organisées dans les églises de Rome, et un traité expliquant comment y gagner des indulgences. Jusque-là assez orienté, l’ouvrage se transforme au dernier chapitre en un guide de la Rome antique, avec des propositions de circuits permettant aux étrangers de passage dans la ville de découvrir toutes les splendeurs de ce passé glorieux. Girolamo Franzini n’hésite d’ailleurs pas à relier son édition des Cose maravigliose à l’Antichità di Roma d’Andrea Palladio (1554), éminent architecte et auteur également d’une Descritione delle chiese, storioni, indulgenze & reliquie de corpi soncti (1554). Dès sa sortie des presses vénitiennes, la version de Franzini connaît un succès immédiat. Sa structure est certes en partie semblable aux éditions précédentes mais elle est la première illustrée et son format de poche est idéal pour le pèlerin comme pour le passionné d’antiquités. SH

Varie bella inventioni de tempio e depositi ornamenta di altari. Paris, Michel van Lochom. 1631. (Saint-Omer, BA, inv. 1465bis-5) Publiées en 1631 par Michel van Lochom à Paris, les Varie bella inventioni de tempio e depositi ornamenta di altari sont un recueil de gravures consacré aux églises. Parmi les « temples » représentés figure le projet d’église circulaire proposé par Michel-Ange pour l’église San Giovanni dei Fiorentini à Rome qui ne fut jamais réalisé. Mais on compte surtout de nombreuses façades d’églises romaines de la fin du XVIe et du XVIIe siècle, à commencer par le Gesù de Giacomo della Porta, San Girolamo dei Croati de Martino Longhi, Santa Susanna et San Giacomo degli Incurabili de Carlo Maderno, Chiesa Nuova et bien d’autres exemples qui permettent de mesurer les différentes solutions apportées sur ce thème à l’époque du maniérisme et du baroque. SH

37


BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE BAUDOUX-ROUSSEAU, Laurence, « Cassel, hôtel de la Noble Cour », Congrès archéologique de France, 169e session, 2011, Nord, Lille, Tournai, Paris, Société française d’archéologie, 2013, pp. 53-56. BAUDOUX-ROUSSEAU, Laurence, L’architecture et l’art monumental. Artois, Flandre, Hainaut, XVIe-XVIIIe siècle. Sous presse. BORSI, Franco et Stefano, Alberti, une biographie intellectuelle, Paris, Hazan, 2006. CHOAY, Françoise, La règle et le modèle, sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, Editions du Seuil, 1980. FICHET, Françoise, La théorie de l’architecture à l’âge classique, Essai d’anthologie critique, Bruxelles, Margada, 1995. FROMMEL, Sabine, Sebastiano Serlio, architecte de la Renaissance, traduit de l’allemand par Yves Pauwels, Paris, Gallimard, 2002. GERMANN, Georg, « Les contraintes techniques dans l’illustration des livres d’architecture du XVe au XVIIIe siècle », dans Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle : Édition, représentations et bibliothèques [en ligne]. Paris : Publications de l’École nationale des Chartes, 2002 HERINGUEZ, Samantha, Entre gothique et antique : l’architecture dans la peinture flamande du XVIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2019 (sous presse). LEMERLE, Frédérique, PAUWELS, Yves, Architectures de papier. La France et l’Europe (XVIe-XVIIe siècles), suivi d’une bibliographie des livres d’architecture (XVIe-XVIIe siècles), Turnhout, Brepols, 2013. LEMERLE, Frédérique, PAUWELS, Yves, L’architecture à la Renaissance, Paris, Flammarion, 1998. PAUWELS, Yves, Aux marges de la règle : Essai sur les ordres d’architecture à la Renaissance, Wavre, Mardaga, 2008. PAUWELS, Yves, L’architecture et le livre en France à la Renaissance : « Une magnifique décadence » ?, Paris, Classiques Garnier, 2013. PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie, L’architecture à la française, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Paris, Picard, 1982, [réed. 2001]. PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie, Philibert De l’Orme architecte du roi (1514-1570), Paris, Mengès, 2000. SUMMERSON, John, Le langage classique de l’architecture, Paris, Thames & Hudson, 1991.

BASES DE DONNÉES & SITES INTERNET Architectura, les livres d’architectures, sous la direction de Frédérique Lemerle et Yves Pauwels. http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/index.asp

38


Profile for Bibliothèque d'agglomération de saint-omer

L'architecture de la Renaissance à travers les livres anciens  

Catalogue de l'exposition :"L'architecture de la Renaissance à travers les livres anciens" Exposition réalisée par l'équipe du fonds ancien...

L'architecture de la Renaissance à travers les livres anciens  

Catalogue de l'exposition :"L'architecture de la Renaissance à travers les livres anciens" Exposition réalisée par l'équipe du fonds ancien...

Advertisement