Issuu on Google+


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:36

Page 1

A tous ces peuples victimes de génocide pour que jamais on ne les oublie.

For all the people, victims of genocide, so that we may never forget them

André Malraux aimait à dire “ qu’il ne fallait pas parler d’arts primitifs, mais d’arts primordiaux ”.

André Malraux used to say one " shouldn't speak of primitive art but of essential art ".


maquette taino:Mise en page 1

Spatules vomitives Os

Vomit sticks Bone

18/11/07

15:36

Page 2


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:36

Page 3

Les Editions Cruchet Bernard Michaut Mercure Galerie - Village Suisse 3 bis, Avenue de Champaubert 75015 Paris Photos Benjamin Courcot Textes Bernard Michaut Jean-Charles Courcot Traduction Lorna Tilley Dessin Caroline Gauguery Conception graphique Benjamin Courcot Imprimerie Imprimeries de Champagne


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:36

Page 4

4

Pectoral (idem couverture) Coquillage (Lambi) H. / 6,5 cm

Pectoral (idem cover) Shell (Conk)


bernard michaut

expert art taïno

maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:17

Page 5

CELA FAIT 516 ANNÉES QUE L’AMÉRIQUE FUT DÉCOUVERTE, LES AMÉRINDIENS QUI LA PEUPLAIENT, ASSERVIS ET EXTERMINÉS, LES CULTURES ARAWAKS, CARIBES, CIBONEYS, ET TAÏNOS, ANÉANTIES. C’ÉTAIENT NOUS AUTRES, PEUPLES CIVILISÉS QUI, SOUS LE COUVERT D’APPORTER NOTRE CULTURE, ÉTIONS LES EXÉCUTEURS DE CES BASSES ŒUVRES ! CELA FAIT QUELQUES DIZAINES D’ANNÉES QUE DES CHERCHEURS, DES COLLECTIONNEURS, DES PASSIONNÉS, SENSIBILISÉS PAR CE GÉNOCIDE ET LA RICHESSE ARTISTIQUE DES PIÈCES RETROUVÉES SE SONT MOBILISÉS ET ORGANISÉS POUR FAIRE RESURGIR CETTE CIVILISATION OUBLIÉE ET ENSEVELIE SOUS LE POIDS D’UNE MAUVAISE CONSCIENCE EUROPÉENNE… GRÂCE LEUR SOIT RENDUE ! QUARANTE ANNÉES DE COLLECTIONS PRÉCOLOMBIENNES ONT FAIT DE MOI UN INCONDITIONNEL DE LA RECHERCHE AU POINT DE DEVENIR UNE PRIORITÉ. TOUT FUT BON POUR ACQUÉRIR PLUS PROFONDÉMENT LES CONNAISSANCES RELATIVES À LA CULTURE TAÏNO - GALERIE, MUSÉES, VENTES PUBLIQUES, COLLECTIONNEURS – ET, AUJOURD’HUI, GRÂCE À LA DÉCOUVERTE DE CES COLLECTIONS PRIVÉES ET PRIMORDIALES, LA RECHERCHE VA FRANCHIR UNE ÉTAPE IMPORTANTE DANS LA CONNAISSANCE DE CE QUI MÉRITE D’ÊTRE APPRÉCIÉ COMME L’UN DES CHEFS-D’ŒUVRE DE L’HUMANITÉ.

IT HAS BEEN 516 YEARS SINCE AMERICA WAS FIRST DISCOVERED WITH ITS INHABITANTS THE AMERINDIANS WHO WERE ENSLAVED AND EXTERMINATED, AS WELL AS THE ARAWAKS, THE CARIBS, THE CIBONEYS AND THE TAÏNOS, ALL ANNIHILATED. IT WAS US, THE CIVILISED PEOPLE, WHO CAME WITH THE EXCUSE OF OUR CULTURE, WHO EXECUTED THEM! FOR SEVERAL DECADES NOW, THE RESEARCHERS, THE COLLECTORS AND THE ENTHUSIASTS HAVE BEEN MADE AWARE OF THIS GENOCIDE AND THE ARTISTIC WEALTH OF THIS FORGOTTEN CIVILISATION BURIED UNDER THE WEIGHT OF THE GUILTY EUROPEAN CONSCIENCE… HAVE MERCY ON THEM! FORTY YEARS OF COLLECTING PRE-COLUMBIAN OBJECTS HAVE MADE THE RESEARCH OF THESE ITEMS, A PRIORITY FOR ME. ACQUIRING A DEEPER KNOWLEDGE OF THE TAÏNO CULTURE BECAME ESSENTIAL – MUSEUMS, GALLERIES, AUCTIONS, COLLECTORS… AND TODAY, THANKS TO THE DISCOVERY OF PRIVATE COLLECTIONS, THIS RESEARCH WILL TAKE A GREAT STEP FORWARD IN THE KNOWLEDGE OF WHAT SHOULD BE APPRECIATED AS ONE OF THE WORKS OF ART OF HUMANITY.

DIRECTEUR DE LA GALERIE D’ART PRÉCOLOMBIEN PARISIENNE, MERCURE. ANCIEN DIRECTEUR ET PROFESSEUR DE L’INSTITUT DE FORMATION PROFESSIONNELLE D’ART (IFPA) FONDATEUR ET PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE LA CHAMBRE EUROPÉENNE DES EXPERT-CONSEILS EN ŒUVRES D’ART (CECOA)

DIRECTOR OF THE PRE-COLUMBIAN PARISIAN ART GALLERY, MERCURE. EX DIRECTOR OF THE INSTITUTE OF PROFESSIONAL ART TRAINING (IFPA) AND FOUNDER AND PRESIDENT OF THE EUROPEAN CHAMBER OF EXPERT SPECIALISTS OF WORKS OF ART (CECOA)

5


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:12

Page 6

Le mot ta誰no veut dire dans la langue arawak : Homme prudent, noble et bon.

In the Arawak language, Taino means : a prudent, noble, good man.


maquette taino:Mise en page 1

24/11/07

13:32

Page 7

collectionneur

terry crucker

Devoir de mémoire Lorsque j’ai vu, au hasard d’un voyage sur la Côte d’Azur, ma première sculpture Taïno, il s’agissait de ces étranges Trigonolithes, chargées de spiritualité, je n’eus de cesse que de l’acquérir… puis très rapidement, grâce à des recherches sur cette civilisation amérindienne, de créer une collection. Plus j’avançais dans mes recherches et plus mon émoi atteint son apogée quand j’appris de quelle façon atroce ce peuple qui vivait en bonne intelligence fut décimé, anéanti, supplicié par des colons cupides, bornés et assassins. Pourtant dieu sait que leur art ne reflétait que joie de vivre, bonheur et envie de partage. Nulle jalousie n’effleurait jamais leur sentiment ! Ils vivaient dégagés de toute matérialité, sans convoitise… Une grande bonté les habitait. Une immense douceur de vivre régnait à Hispaniola lorsque les Colons retranchés derrière la Croix du Christ vinrent tout perturber. Que de massacres a-t-on pu perpétrer sous la bannière d’une quelconque religion ! Et encore aujourd’hui ! Faire revivre d’une façon ou d’une autre un peu de cet art de vivre, cette culture, cet art poussé à son paroxysme, est dorénavant une mission que je me suis fixé très modestement afin de tenter de démontrer ce que notre civilisation a perdu en éliminant cette civilisation taïno. Pourquoi diable, l’homme est-il le pire ennemi de l’homme ? Je rêve dans mes nuits sans sommeil à ce qu’aurait pu être notre civilisation si, touché par la grâce, les Conquistadors s’étaient intimement mêlé aux Taïnos, pour ne rapporter vers leur mère patrie que ces préceptes de douceur et de non-convoitise, plutôt que ces quelques kilogrammes d’or extirpés des entrailles de la terre et de ce peuple poussé au suicide… Vivre libre était la rengaine qui psalmodiait leurs danses et leurs jeux. Ils ont préféré mourir plutôt que de vivre en esclaves ! C’est un devoir de mémoire pour nous que de leur rendre hommage et c’est un devoir de vous présenter les quelques vestiges de ce passé glorieux pour que jamais nous ne les oubliions !

Final tribute When I saw my first Taino sculpture during a trip on the French Riviera, it was a strange three pointer, full of spirituality, I felt that I had to acquire it… then very rapidly, after having researched this Amerindian civilization, I wanted to begin a collection. The further I advanced in my research, the more emotion I felt when I learned how atrociously these peaceful people were decimated, destroyed by the greedy, stubborn colonists, assassins. Goodness knows that their art reflects happiness and the desire to share. Jealousy was not a part of their feelings ! They were far from materialists, without envy… they were good people. An immensely peaceful life was present in Hispaniola when the colonists, hidden behind the Cross of God arrived to disrupt everything. So many massacres have existed in the name of religion ! It still happens today ! Bringing back this way of life, this culture, this art, has become a mission for me, in all modesty, to try and show how our civilization has lost and not gained anything by eliminating the Taino population. Why on earth is man his worst enemy ? I dream of what could have been if our civilization, the Conquistadors, had brought back to their Mother land, only the sweetness of the Tainos and not just a few kilos of gold torn from the earth of these people they pushed to suicide… To live free was the theme of their dances and games. They preferred to die rather than live as slaves ! It is a tribute to their memory and we owe them to present these few traces of the glorious past so that we may never forget them !

7


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:36

Page 8

1

1- Pectoral Coquillage H. / 11 cm 2- Zémi Pierre H. / 43 cm 3- Inhalateur Bois H. / 11 cm

3

4- Inhalateurs & récipients à stupéfiants Os de manati H. / 9-10 cm 1- Pectoral Shell H. / 11 cm 2- Cemi Stone H. / 43 cm 3- Inhaler Wood H. / 11 cm 4- Inhalers and Drug recipient manatee bone H. / 9-10 cm

4 2


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:36

Page 9

p r é f a c e

Les Taïnos, un “ peuple d’amour ” Dans son Journal, Colomb décrit les habitants d’Hispaniola, dénommée “ La perle des Antilles ” - aujourd’hui Haïti et Saint-Domingue - comme des êtres aimables et hospitaliers : “ Ce sont des gens d’amour et ils ne sont pas envieux et ils sont serviables pour toute chose, et je certifie à Vos Altesses que dans le monde, je crois qu’il n’y a ni meilleure personne ni meilleure terre et ils aiment leur prochain comme eux-mêmes, et ils ont un parler le plus doux et le plus calme du monde, et toujours souriants. ” Colomb écrira ceci : “ Ils nous apportèrent des perroquets, des ballots de coton, des javelots et bien d'autres choses, qu'ils échangèrent contre des perles de verre et des grelots. Ils échangèrent de bon cœur tout ce qu'ils possédaient. Ils étaient bien bâtis, avec des corps harmonieux et des visages gracieux [...] Ils ne portent pas d'armes - et ne les connaissent d'ailleurs pas, car lorsque je leur ai montré une épée, ils la prirent par la lame et se coupèrent, par ignorance. Ils ne connaissent pas le fer. Leurs javelots sont faits de roseaux. ” Mais Colomb écrira aussi ceci : “ Ils feraient de bons serviteurs. Avec cinquante hommes, on pourrait les asservir tous et leur faire faire tout ce que l'on veut. ” Et, fasciné par ces gens si hospitaliers, Colomb n’y voit qu’un intérêt mercantile… “ Dès que j'arrivai aux Indes sur la première île que je rencontrai, je m'emparai par la force de quelques indigènes, afin qu'ils apprennent et puissent me donner des renseignements sur tout ce qu'on pouvait trouver dans ces régions. ”

A loving people In his diary, Columbus described the inhabitants of Hispaniola called “ The Pearl of the Caribbean ”, today Haiti and Dominican Republic, as friendly and welcoming : “ They are loving people, they don’t seem envious, there are very helpful in every way, and I certify to Your Highnesses throughout the world that they are no better people or better land, they love their neighbours as they love themselves, they speak softly and quietly, they smile all the time ”. “ They bring us parrots, bales of cotton, javelins and other items that they exchange for glass beads and baubles. They happily exchange everything they possess. They are well built with harmonious bodies and faces. They carry no weapons, they don’t know of them, when I showed them my sword, they caught hold of it by the blade and cut themselves. They don’t know about iron blades. Their javelins are made with reeds. ” But Columbus also wrote this : “ They would make good servants, with fifty men, we could enslave them and make them do whatever we want. ” And fascinated by such welcoming people, he saw only a merchant interest… “ When I arrive on the first island of the Indies, I will catch a few natives so that they may teach us about everything we can come upon in these regions. ”

9


maquette taino:Mise en page 1

10

18/11/07

15:36

Page 10


15:36

Page 11

prélude

18/11/07

peuple immolé / Sacrificed people

maquette taino:Mise en page 1

Les colons espagnols torturent et massacrent les insoumis Taïnos rejetant le Christianisme et refusant les travaux forcés. Gravure du XVe siècle The Spanish colonists tortured and massacred the rebellious Tainos who rejected Christianity and refused the hard work. XVth century engraving

11


maquette taino:Mise en page 1

19/11/07

9:43

Page 12

Tandis que le Conquistador espagnol, encadré par ses sbires, trône sur son estrade, les Indiens taïnos, asservis, grattent le sol pauvre en or et présentent leur maigre récolte à leur nouveau maître. Gravure de Pieter Van der Aa, 1706 While the Spanish Conquistador, surrounded by his henchmen, enthroned on his platform, the enslaved Tainos would scratch the soil that was poor in gold and present their new master with their meager pickings. Pieter Van der Aa engraving 1706

La Civilisation Taïno se situe en 5 phases : Phase 1 : Phase 2 : Phase 3 : Phase 4 : Phase 5 :

................ ................ ................ ................ ................

2000 - 1000 avant J-C 1000 - 0 0 - 600 après J-C 600 - 1000 1000 - 1500


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:36

Page 13

Sacrificed people peuple immolé

Une civilisation de 4000 ans anéantie L’ensemble des Antilles semble avoir été peuplé par voie maritime à partir du Venezuela. La première trace de l’Homme apparaît sur la côte sud de Trinidad entre 5500 et 3500 avant J-C. Puis une population de chasseurs, pêcheurs, cueilleurs appelée Ciboneys se met en place vers 2500 avant J-C ; ce qui prouve déjà une bonne maîtrise de la navigation hauturière dès cette époque. La vie des Sociétés insulaires reste Paléolithique jusqu’au premier siècle avant J-C. Puis successivement arrivent les Arawaks qui colonisaient les Petites Antilles refoulant petit à petit les Ciboneys vers le Nord (Iles Vierges) puis vers l’Ouest (Grandes Antilles). Ces premiers Arawaks sont présents dans les Antilles par vagues, de l’an 0 jusqu’au IXe siècle. La vie sédentaire et agricole des Arawaks remplace petit à petit celle des Ciboneys. Puis au IXe siècle, on assiste à une nouvelle immigration en provenance des Guyanes, celle des Caraïbes qui vont débarquer sur les Petites Antilles et repousser les Arawaks vers les Grandes Antilles. Ces fameux Arawaks se mêlent aux habitants de Porto Rico, Saint-Domingue et Cuba réalisant le peuple taïno qui colonise également la Jamaïque. Cette culture sub-taïno va de 850 à 1250, et enfin celle des Taïnos de 1250 à l’arrivée des Européens. En 1492, Christophe Colomb entre en contact avec les Indiens taïnos lorsqu’il foule pour la première fois les terres des Grandes Antilles (Saint-Domingue, Haïti, Porto Rico, Cuba et la Jamaïque). Les Taïnos avaient constitué une société de loisirs, sans état, mais structurée, vivant de l’agriculture, de la pêche et de la chasse. Diego Velázquez de Cuellar et ses hommes se lancent dans la conquête et le pillage du territoire. Ils s’approprient les terres, réduisent les indigènes en esclavage et s’emparent de leur or.

A 4000 year old civilization annihilated The entire Caribbean seems to have been populated by people in boats from Venezuela. The first trace of man appears on the southern coast of Trinidad between 5500 and 3500 BC. Then a population of hunters, fishermen and harvesters called the Ciboneys appeared around 2500 BC, which proves that people already had a good knowledge of the sea. The islanders were Paleolithic until the first century BC. Then the Arawaks were occasionally present in the Caribbean, from the year 0 until the IXth century. The sedentary and farming life of the Arawaks was gradually replaced by the Ciboneys. Then during the IXth century, there was new immigration from Guyana, the Carib Indians invested the Lesser Antilles and pushed the Arawaks further north. The famous Arawaks blended in with the inhabitants of Puerto Rico, Santo Domingo and Cuba, forming the Tainos who also colonized Jamaica. This Taino sub-culture lasted from 850 to 1250 and the Tainos from 1250 until the arrival of the Europeans. In 1492, Christopher Columbus was in contact with the Taino Indians when he fist set foot on land in Santo Domingo, Haiti, Puerto Rico, Cuba and Jamaica. The Tainos had formed a well structured leisurely life, living by hunting, fishing and agriculture. Diego Velazquez de Cuellar and his men looted the territory, they took over the land and reduced the natives to slaves while stealing their gold.

13


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:36

Page 14

14

Sacrificed people peuple immolé

Pour mourir libre … En moins de dix ans, de 1511 à 1520, la population autochtone est pratiquement décimée, résistant mal aux nouvelles maladies, à de considérables suicides collectifs et au travail imposé par les Conquistadors espagnols. En un temps très court, ceux-ci ont procédé à l’anéantissement quasi total de cette civilisation précolombienne des Grandes Antilles. Chronologie de la conquête 1492 : Arrivée de Christophe Colomb 1494 : Début de l’exploitation des mines aurifères à Saint-Domingue. Exploration de Cuba. Une guerre se déclenche. 1499 : Révocation de Christophe Colomb par les rois catholiques Espagnols. Arrestation et rapatriement de Christophe Colomb. 1502 : Nomination d’un nouveau gouverneur à Saint-Domingue. La destruction des Taïnos se poursuit. 1511 : 90% de la population d’Hispaniola est exterminée. 1533 : Le Cacique (Chef Taïno) Enriquillo est baptisé et hispanisé. Il se révolte et se rend à la tête d’une poignée de Taïnos qui disparaîtront avec le monde précolombien. 1541 : Le dernier Taïno d’Hispaniola meurt. On assiste au même scénario à Cuba et Porto Rico. Il est certain que la cupidité et l’aveuglement de Christophe Colomb et de ses successeurs munis des pleins pouvoirs seront la cause directe du processus de destruction des Indiens Taïnos. Des trois millions d’individus que l’on compte à l’origine, il ne restera plus que 13 survivants en 1568. Pour mourir libre, il faut monter - Très haut, plus haut encore, toujours, O mère sacrée, ô montagne sainte - Qui osera nous chercher dans tes bras Et dans ta chevelure. Cacique Henri

To die free … In less than ten years, from 1511 to 1520, the native population was practically decimated, they died from the new illnesses, collective suicides and the work that was forced upon them by the Spanish Conquistadors. In a very short time they annihilated almost all of this pre-Columbian civilization of the Greater Antilles. Sequence of the conquest 1492: Arrival of Christopher Columbus 1494: Beginning of the exploitation of the gold mines in Santo Domingo 1499: Dismissal of Christopher Columbus by the Spanish Catholic kings. Arrest and repatriation of Christopher Columbus 1502: Nomination of a new Governor for Santo Domingo. The destruction of the Tainos continues 1511: 90% of the population of Hispaniola is exterminated 1533: The Cacique (Chief Taino) Enriquillo is baptized and Hispanized. He rebelled and headed a few Tainos who disappeared with the pre-Columbian world 1541: The last Taino of Hispaniola dies, as in Cuba and Puerto Rico It is certain that the greediness and shortsightedness of Christopher Columbus and his successors, are a direct cause of the process of destruction of the Taino Indians. Of the three million original individuals, there were only 13 survivors in 1568. To die free, you must climb - Higher and higher, forever, Oh sacred mother, oh sacred mountain Who would dare look for us in your arms - And in your hair. Cacique Henri


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 15

15

Zémi (divinité taïno, en haut) Pierre H. / 43 cm

Cemi (Taino divinity, top) Stone H. / 43 cm

Pendentifs & outils (en bas à gauche) Coquillage H. / 6-17 cm

Pendants & tools (down-left) Shell H. / 6-17 cm

Os de poissons, chauve-souris & manati (en bas à droite) H. / 4-7 cm

Fish-bat-manatee bones (down-right) H. / 4-7 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 16

1

1- Spatules vomitives Os H. / 17-20 cm 2- Zémi - Tête de mort Pierre H. / 23 cm

2

3- Amulette Os H. / 8 cm 4- Amulettes & trigonolithes (pierres à trois pointes)

Pierre, corail, coquillage H. / 1-3 cm 1- Vomit stick Shell H. / 17-20 cm 2- Cemi - Stone head H. / 23 cm

3

3- Amulet Shell H. / 8 cm

4

4- Amulets & Three pointer stone Stone, coral, shell H. / 1-3 cm


Sacrificed people peuple immolé

ne

maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:00

Page 17

Des Caraïbes, des Arawaks et des Taïnos… Il était jusqu'à très récemment, couramment admis que les Arawaks et Taïnos avaient été exterminés par les Caraïbes. Cependant il semblerait que cette affirmation ne soit plus aussi nettement acceptée. Les enjeux économiques de la colonisation expliquent en grande partie que se soit forgée une légende où des populations "caraïbes" - terme qui pourrait venir de l'espagnol et ayant donné lieu à notre mot cannibale, sauvages mangeurs d'hommes - auraient exterminé d'hypothétiques populations pacifiques, arawaks/taïnos enlevant et réduisant en esclavage leurs femmes. De nombreux travaux récents tendent à démontrer que ce schéma a souvent été évoqué dans l'histoire pour justifier l'extermination d'une population par une autre. Il s'agirait en quelque sorte d'une auto-justification. À vérifier !

17

The Caribs, the Arawaks and the Tainos Until recently, it was commonly agreed that the Arawaks and the Tainos had been exterminated by the Caribs. However, it now seems that this is not so widely accepted. It seems that the stakes of colonization explain what may be a legend, that the Carib population – a term which could come from Spanish meaning cannibal or savage man eaters – exterminated the peaceful Arawak/Taino populations and enslaved their women. Many recent studies have shown that this pattern often repeats itself in history so as to justify the extermination of one population by another. To be verified!


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 18

18

Sacrificed people peuple immolé

Un jardin d’eden Jacques Kerchache, commissaire de l’exposition l’Art Taïno, auteur du catalogue “ Petit Palais à Paris “ en 1994, écrit à ce sujet : De nature conviviale, les Taïnos ont en effet des largesses qui étonnent les Espagnols. Ils leur offrent leurs sœurs ou leurs filles, les comblent de présents, leur prêtent leurs noms respectifs en signe d’affection. Colomb signale aussi leur grande pureté de mœurs. Ils ont notamment une aversion pour l’inceste. En revanche, ils ont le sens de la liberté et du respect de chacun. Un simple symbole comme le roseau, placé sur une porte, suffit pour interdire l’entrée d’une maison. Les Taïnos, en vérité, sont de profonds idéalistes. Ils prennent le temps de penser et de rêver. Ainsi, ils croient à la résurrection des morts et les voient vivre, jouissant d’un printemps éternel, dans un pays délicieux avec des bocages remplis de gibier de toutes espèces et des rivières pleines de poisson. Pour avoir imaginé ce “ jardin d’Eden “, ils soignent leur propre jardin avec une attention qui remplit Christophe Colomb d’admiration : “ On ne saurait en trouver de si beaux en Castille au mois de mai ”. Ils accordent également beaucoup d’importance à leur corps qu’ils peignent et décorent pour ces fêtes appelées areito, célébrant aussi bien des moments heureux que des événements fâcheux. Ces cérémonies, qui accordent une place de choix à la danse et au chant, ont un rôle prépondérant pour les Taïnos, réputés pour avoir la parole facile. Et puis on y boit la chicha rituelle, eau de vie de maïs qui était considérée comme l’ambroisie des dieux péruviens.

A GARDEN OF EDEN Jacques Kerchache, commissioner of the Taino Art exhibition and author of the “Petit Palais à Paris” in 1994, wrote this on the subject : Of a friendly nature, the Tainos surprised the Spanish with their generosity. They offered them their sisters and their daughters, covered them with gifts and even lent them their names as a sign of affection. Columbus also noted the pureness of their way of life. They were against incest but enjoyed freedom and held each other in high respect. A plain symbol such as a reed on the door of their homes, was sufficient to forbid entry. In fact, the Tainos were idealists, they took time to meditate and day dream. They believed in the resurrection of the dead and imagined them living an eternal spring time in a wonderful country with hills full of game and rivers full of fish. Their garden of Eden was imagined when seeing how they tended their own gardens, Christopher Columbus was full of admiration: “We couldn’t find more beautiful gardens in Castile during the month of May.” They painted and decorated their bodies for occasions called “areito” , which celebrated both happy moments and sad events. The ceremonies which included much dancing and singing, played an important role for the Tainos who spoke readily. They drank the ritual “chicha”, a corn liqueur considered to be the ambrosia of the Peruvian Gods.

Zémi / Cemi Pierre / Stone H. / 35 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 19


maquette taino:Mise en page 1

24/11/07

13:42

Page 20

Comment ne pas être séduit par la richesse de cette culture à travers l’habileté, la créativité de ces artistes qui ont réalisé ces chefs-d’œuvre de pierre, de bois de coquillages et d’os ? En effet, l’art taïno, c’est le concept, le symbolisme, l’art de ce qui est dégagé de toute matérialité, empreint en permanence de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré, très habilement interprété dans le quotidien de ce peuple, ce qui contribue à lui donner une richesse artistique incontestable. Les moindres outils ou objets de culte sont sculptés, mêlant à la fois mythologie, esthétisme, force et beauté - représentations des dieux, pierre à trois pointes, objets pour la Cohoba – cérémonie religieuse - ou même le batey – jeu de balle - avec ses collars – trophées - et duhos – sièges de dignitaires - (voir pages 76) Cet art puissant et magique était omni présent dans le cadre de vie de ces Indiens qui préféraient les pierres les plus dures pour sculpter leurs objets funéraires, leur garantissant la durabilité, une meilleure finition, et qui symbolisaient l’éternité. Ils portaient des amulettes, protecteurs ressemblant à des spectres, autour de leur front lorsqu’ils partaient à la guerre, et des colliers en perles de pierre. Ils réalisaient également des objets en coquillage d’une telle texture et d’une telle qualité qu’ils font penser à des statuettes en ivoire. Les Taïnos ont réussi à sculpter des visages anthropomorphes, solennels et dramatiques, sur des surfaces aussi petites qu’une canine de chien ou de phoque tropical, véritables pièces “ d’orfèvrerie ”. Longtemps considérés comme sauvages et primitifs, les Taïnos ont prouvé dans leur art qu’ils étaient des êtres exceptionnels, capables de réaliser des chefs-d’œuvre parmi les plus beaux du monde. Ces oeuvres présentées dans ce livre témoignent d’une intensité et d’une qualité rare de l’art des Indiens Taïnos. Elles démontrent le sens artistique de ce peuple, la similitude avec les grandes œuvres Mayas, Olmèques ou encore avec celles d’autres pays d’Amérique latine, les plaçant ainsi au premier rang du patrimoine mondial.

How can one not be seduced by the wealth of this culture and the creativity of these artists who created works of art in stone, shell and bone? Taino art is a concept, symbolic, an art which is devoid of material interest but rich in the rapport of man and his beliefs. This was well interpreted in the every day life of these people which contributed to their undeniable artistic wealth. The least of their tools or religious objects were sculpted, blending together mythology, beauty and strength. Representations of the Gods, three pointer stones, objects for the “Cohoba” – a religious ceremony, the “batey” – a ball game, with its “collars” – trophies and “duhos” – dignitaries seats (see pages 76). This powerful, magic form of art was ever present in the life of these Indians who preferred the very hard stone for sculpting their burial objects which would last longer and gave them a sense of eternity. They wore amulets representing ghostly figures on their foreheads when they went to war and stone bead necklaces. They also sculpted objects in shell that are of such a wonderful texture and quality that they resemble ivory. The Tainos managed to sculpt dramatic, anthropomorphic faces on surfaces as small as a dog’s canine. They were considered primitive and wild for a long time but the Tainos proved, through their art, that they were exceptional beings, capable of creating some of the most beautiful works of art in the world. The works presented in this book are proof of the rare intensity and qualities of the Taino Indians. They show the artistic talent of the people, the similarity with the Mayan and Latin American works of art, place them as one of the first in world patrimony.


15:37

Page 21

Amulette / Amulet Os / Bone H. / 10 cm

L’art Taïno

18/11/07

esthétisme & sens du détail / Beauty and sense of detail

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 22

les zémis

Divinités Taïnos

22

Dans la structure politico sociale, de caractère théocratique et guerrier, le Cacique (Chef de tribu ou Roi) et le Bohique (le chaman) représentent les pouvoirs surnaturels du dieu de la nuit. Cependant, le trait le plus caractéristique de la mythologie taino fut de comparer les esprits aux hommes, animaux, plantes et aux êtres inanimés. À cette fin, il confectionnait des idoles en coton, pierre, os, coquillages… qui recevaient le nom de Zémis. Ces Zémis possédaient des pouvoirs sur l'Homme dans la mesure où ils contenaient les esprits régissant les activités humaines. En 1907, Fewkes étudia les idoles tainos et abouti à la conclusion suivante : “ les tainos croyaient en deux êtres surnaturels appelés Zémis qui étaient les géniteurs des autres. Ces deux pères créateurs étaient symbolisés par des idoles en pierre, en bois ou en argile, auxquelles les Indiens adressaient leurs prières, et en présence desquelles ils célébraient les rites visant à implorer l'abondance de fruits et le bonheur de l'espèce humaine. Un groupe de ces êtres surnaturels, les Zémis, représentaient les ancêtres du clan. Le culte de ces idoles était soumis aux familles et leurs images étaient gardées dans la maison temple du cacique ”. Ces représentations anthropomorphiques ou zoomorphiques décoraient beaucoup d’objets utilitaires, outils rituels - pour la pratique de la Cohoba. Ces images fétichistes sont souvent associées aux dieux animaliers : la Chauve-souris (l’Esprit des Morts), la grenouille, la tortue, la chouette, le crocodile, le serpent, le Lézard, le Pivert (Inriri), le Lamantin… Certains de ces Zémis en pierre ou en bois servaient d’urnes funéraires pour les hauts dignitaires (Caciques, Bohiques et Nitaïnos). On y conservait les os des ancêtres. Ils pouvaient aussi servir de tablette cérémonielle ou de tablette à priser pour la Cohoba. Dans les musées portoricains, on peut admirer une grande quantité de ces étranges idoles, les Zémis, dont la forme a suscité parmi les "ovniologues" les croyances et spéculations les plus folles.

cemis

TAINO DIVINITIES In the social, political structure of a theocratic and warrior type, the Cacique (tribal chief or king) and the Bohique (the shaman) represent the super natural powers of the night God. However, the most characteristic trait of the Taino mythology was to compare the spirits of men, animals, plants and inanimate beings. With this in mind they created idols in cotton, stone, bone and shell… which were called Zemis or Cemis. These Zemis possessed a power over men because they contained the spirits that control human activities. In 1907, Fewkes studied the Taino idols and came to the following conclusion: “ The Tainos believed in two supernatural beings called Zemis who were the fathers of others. These two fathers were symbolized by idols in stone, wood or clay, to whom the Indians prayed, they were also present when the Tainos celebrated rites for an abundance of fruit or happiness for mankind. A group of Zemis represented the ancestors of the clan. The cult of these idols was submitted to the families and their images were kept in the temple house of the Cacique.” These anthropomorphic or zoomorphic representations decorated a multitude of ritual or useful objects – for the Cohoba. These images were soon associated with animal Gods; bats (the spirits of the dead), frogs, turtles, owls, crocodiles, lizards, woodpeckers… Some of these Zemis in stone or wood were used as burial urns for the dignitaries (Caciques, Bohiques and Nataïnos), their ancestors bones were kept in them. They could also be used as ceremonial trays or snuffing tables for the Cohoba. In the Puerto Rican museums, one can admire a great quantity of these idols, the Zemis, whose shape has inspired many UFO believers with unbelievable speculations. Zémi / CemI Pierre / Stone H. / 32 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 23


maquette taino:Mise en page 1

24

18/11/07

15:37

Page 24


18/11/07

15:37

Page 25

zĂŠmis

maquette taino:Mise en page 1

cemis

25

ZĂŠmi / CemI Pierre / Stone (idem page 19) H. / 35 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 26

26

ZĂŠmi / CemI Pierre / Stone H. / 32 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 27

27

ZĂŠmi / CemI Pierre / Stone H. / 32 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

ZĂŠmi / CemI Pierre / Stone (idem page 15) H. / 62 cm

15:37

Page 28


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 29


maquette taino:Mise en page 1

30

18/11/07

15:37

Page 30


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:37

Page 31

ZĂŠmi / Cemi Os de manati / Manatee bone H. / 17 cm

31


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:38

Page 32

2

1


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:38

Page 33

3

ZÊmi / Cemi 1- Pierre stalactite / Stone stalactit H. / 52 cm 2- Crâne humain / Human skull D. / 10 cm 3- Pierre / Stone (idem page 8) H. / 43 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:38

Page 34

34

Pendants les pendentifs

Raffinement Les matières utilisées pour la représentation des Zémis sont très variables. Le bois qui généralement était réservé aux Caciques. La terre cuite également pour les Caciques et les Bohiques et qui servait souvent pour les offrandes. Les coquillages qu’ils utilisaient pour les pendentifs, les amulettes, les outils coutumiers très souvent décorés de Zémis ou des parures pectorales des Caciques. Le coton tissé ou tressé qui constituait de très élégantes ceintures. Les perles de verre quand les Taïnos furent traqués sous l’occupation hispanique. L’Espagnol échangeait sa verroterie contre de l’or. Les os marins, humains, - têtes de Caciques - ou d’animaux divers comme la chauve-souris, l’ivoire marin ou en dents-de-chien qui révéla leur art d’une grande préciosité. Les Indiens avaient de grandes compétences pour sculpter sur des surfaces aussi petites. Enfin, la pierre dont ils utilisaient de préférence les plus dures afin d’assurer une longévité et une finition (symbole d’éternité). Les pendentifs étaient portés exclusivement par les hommes. Certaines parures étaient réservées aux Caciques, ils se composaient de pectoraux en coquillage, ou en os de manati (lamantin) ou en pierre. Ils portaient également des bagues et des colliers constitués d’os de chauve-souris, os de lamantin, os humain, coquillage ou pierre. Certains pendentifs pouvaient être porté fixé sur un ruban qui entourait leur tête ou sur une ceinture en coton tressé. Selon la fonction de ceux qui portaient ces bijoux, la qualité des matériaux différait. Ils pouvaient par exemple porter des disques en cuivre ou en or (symbole du soleil) ainsi que des boucles d’oreilles en ambre, en bois ou de l’os. Dans le trésor des Taïnos “offert“ aux Espagnols, Colomb rapporta plusieurs disques d’or que seuls les Caciques employaient comme insigne de commandement – symboles d’autorité -. Le chroniqueur Oviedo rapporte : Et il portait sur sa poitrine un guanin ou pièce d’or comme celle que les Indiens plus importants suspendent d’habitude à leur cou. Ces formes de disques d’or ou disques solaires sont repris très souvent contenant des sigles à l’aspect énigmatique dans les sculptures taïno.

REFINEMENT The raw materials that are used to represent the Zemis vary. Wood is usually reserved for the Caciques. Earthenware is also reserved for the Caciques and the Bohiques, it was often used for offerings. Shells were often used for the pendants, the amulets, everyday tools and the pectoral jewels for the Caciques, often decorated with Zemis. The woven or braided cotton was made into elegant belts. Glass beads when the Tainos were hunted by the Spanish. The Spaniards exchanged their glass for gold. Marine bones, human bones – Cacique heads – or various animals such as bats, sea ivory or dog’s teeth which revealed the preciousness of their art. The Indians were very competent at sculpting small surfaces. And finally, stone, as hard as possible so as to ensure that they would last (symbol of eternity). The pendants were worn exclusively by the men. Some of the jewels were reserved for the Caciques, they were made of shell, manatee bone or stone. They also wore rings and necklaces made of bat bones, manatee bones, human bones or shells. Some pendants could be worn on a ribbon around their head or on a braided cotton belt. Depending on the function of those who wore these jewels, the quality of the raw materials was different. For example, they could wear bronze or gold discs (symbols of the sun), or earrings in amber, wood or bone. Included in the treasure that the Tainos “gave” to the Spanish, Columbus brought back gold discs that only the Caciques could wear (symbols of authority). The chronicler Oveido reported: And they wore a piece of gold on their chests, like the most important of the Indians wore around their necks. These gold or solar discs are often to be found in Taino sculptures.


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:38

Page 35

Collier Pierre & os

Necklace Stone & bone

Amulette Pierre H. / 5 cm

Amulet Stone


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:38

Page 36

36

Colliers Pierre, os & coquillage

Necklaces Stone, bone & shell


15:38

Page 37

colliers

18/11/07

37

necklaces

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

15:39

Page 38

Pectoral / Pectoral Os de manati / Manatee bone H. / 13 cm


15:39

Page 39

Pectoral / Pectoral Os de manati / Manatee bone H. / 10 cm

amulettes

18/11/07

amulets

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

40

18/11/07

15:39

Page 40


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:31

Page 41

41

Pectoraux / Pectorals Os / Bone H. / 11-10 cm


maquette taino:Mise en page 1

42

18/11/07

16:32

Page 42


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:32

Page 43

43

Pectoraux / Pectorals Os / Bone H. / 8-11 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:32

Page 44


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:32

Page 45

45

Amulettes Os H. / 8-10 cm

Amulets Bone


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:48

Page 46


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:48

Page 47

47

Amulettes / Amulets Os / Bone H. / 7-10 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:50

Page 48

48

Amulette / Amulet Os / Bone H. / 13 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:50

Page 49


maquette taino:Mise en page 1

50

18/11/07

16:50

Page 50


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:50

Page 51

51

Amulettes / Amulets Os / Bone (en haut Ă  gauche / top left) H. / 9 cm Pierre / Stone H. / 5-10 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 52


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 53


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 54

54

Os sculpté / Sculpted bones H. / 17 cm

Vertèbres sculptées / Sculpted vertebrae (page précédente / previous page) Os de manati / Manatee bone L. / 10-13 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Pectoral / Pectoral Os / Bone H. / 10 cm

Page 55


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 56

Le trigonolithe n’est pas un objet usuel mais un objet abstrait dont on ne connaît pas d’équivalence dans le monde. Il s’agit-là vraiment d’un objet d’une grande spiritualité “ made in taïno ”. Ces Pierres à trois Pointes symbolisent avant tout la fertilité de la terre et de la femme, la fécondité mais aussi le couple (l’homme et la femme). La partie supérieure d’un trigonolithe fait penser au téton de la femme. Chaque Cacique détenait trois pierres à trois pointes : la première pour les récoltes, une pour la fertilité et pour l’accouchement sans douleur des femmes, et enfin, une pour l’eau, le soleil et la réussite de leurs entreprises belliqueuses. Les décors de ces trigonolithes ont une connotation mythologique. Par exemple, le décor du serpent peut avoir un sens imaginaire en rapport avec le rituel de la Cohoba. Comme l’écrivait Jacques Kerchache : “ les pierres à trois pointes sont des œuvres pleines d’amour ”. Ces trigonolithes étaient réalisés en os de manati (Lamantin), en os de baleine, en os humains, en coquillage, en bois et en pierre.


16:51

Page 57

Trigonolithes / Three pointers Pierre & os / Stone & bone H. / 2-15 cm

The three pointer is not an ordinary object, it is an abstract object of which there is no equivalent in the world. It is a very spiritual object “made in Taino”. These stones with three points are above all a symbol of fertility of the soil and of women, but also of couples (men and women). The top part of the three pointer resembles a woman’s nipple. Every Cacique owned three of these stones: the first for harvests, the second for fertility and painless childbirth for the women and lastly for water, sun and the success of their various enterprises. The decorations on these three pointers have a mythological connotation. For example the design of a snake can have an imaginary sense for the Cohoba ritual. Jacques Kerchache wrote : “ the three pointers are works of art, full of love ”. Three pointers were sculpted in manatee bones, human bones, whale bones, shell, wood or stone.

Les trigonolithes

18/11/07

Les pierres à trois pointes / Three Pointer stones

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 58


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 59


maquette taino:Mise en page 1

60

18/11/07

16:51

Page 60


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 61

61

Trigonolithes / Three pointers Pierre / Stone H. / 18 cm, L. / 34 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 62


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 63

Trigonolithes / Three pointers Pierre / Stone H. / 21 cm, L. / 33 cm Os / Bone (en bas / down) H. / 5 cm, L. / 6 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 64

64

Trigonolithes / Three pointers Pierre / Stone H. / 17 cm, L. / 24 cm H. / 13 cm, L. / 29 cm (Ă  droite / right)


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

16:51

Page 65

65


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:00

Page 66

Trigonolithes / Three pointers Pierre / Stone H. / 18 cm, L. / 31 cm H. / 21 cm, L. / 23 cm (page de droite / right)


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:00

Page 67


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:00

Page 68


17:00

Page 69

La société taïno était régie par la référence permanente aux mythes qui expliquaient l'univers, l'origine des humains … C'est pourquoi, à l'arrivée des Espagnols, ces Taïnos ont cherché à savoir d'où venaient ces étrangers curieux et amicaux qui offraient des cadeaux jamais vus comme des perles de verre. Ils savaient qu’ils ne venaient d'aucune île des alentours puisque à force de les parcourir avec leurs pirogues sans voiles, ils les connaissaient toutes. Les problèmes de communication causèrent un malentendu qui poussa les Taïnos à prendre les Espagnols pour des revenants sortis de "Coaïbai", le pays des morts. Un chroniqueur explique ainsi la mésaventure survenue à un Espagnol que les Taïnos ont noyé pour savoir s'il était vraiment immortel : " ils le veillèrent pendant trois jours et lorsqu'il se mit à sentir, ils comprirent qu'il était réellement mort. " (…)

The Taino people’s lives were ruled by a permanent reference to myths that explained the origins of the universe and humanity… This is why, when the Spanish arrived, the Tainos wanted to know where these curious and friendly strangers, who gave gifts never seen before, such as glass beads, came from. They knew that they had not come from a nearby island because they knew them all from sailing around in their pirogues. Because of communication problems, the Tainos believed that the Spaniards had come back from “Coaïbaï”, the country of the dead. A chronicler told the story of when the Tainos drowned a Spaniard believing that he was immortal, “ they watched over his body for three days and only when he began to smell did they understand that he really was dead ”. (…)

Tête de mort / Head Os / Bone H. / 7 cm

La spiritualité

18/11/07

rites funéraires & culte des morts / Burial rites and cult of the dead

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:00

Page 70

spiritualité

rites funéraires & culte des morts Ils considéraient que la partie principale d’un être était la tête et pour cela ils décapitaient les cadavres et conservaient celles-ci à des fins culturelles et ensevelissaient le reste du corps. Ce thème se retrouve dans toutes les créations artistiques des Taïnos. Le rapport entre l’animal et l’Homme est également souvent présent dans la mythologie Taïno. Dans les légendes ancestrales des Taïnos, d’autres animaux sont intervenus dans la formation du genre humain : tels le “ Pic ” qui serait à l’origine du sexe des femmes et la grenouille dont le coassement rappelle le cri des enfants abandonnés. Une légende raconte même que l’Indien Yahubaba, surpris par le soleil, fut transformé en oiseau. La manifestation artistique des Taïnos se traduit par un profond symbolisme mythique, influencé par la vision du surnaturel, engendrée par les substances hallucinogènes utilisées lors du rite de la “ Cohoba ”. Les Taïnos ne sont pas morts sans avoir laissé dans notre mémoire collective une empreinte profonde pour avoir été les premiers amérindiens découverts. Ils ont tout naturellement servi de modèles à la représentation de l’Indianité. C’est à partir de leur société que l’Occident s’est forgé une image de l’Indien. Premiers disparus, les Taïnos ont d’autre part été mythifiés par les humanistes européens. Qui étaient donc ces Indiens qui, sous les traits du “ Bon sauvage ”, habitent encore notre imaginaire ainsi que notre mauvaise conscience ?

spirituality

70

Burial rites and cult of the dead They considered that the most important part of the body was the head, that’s why they cut the dead person’s head off and buried the rest of the body. This theme can be found throughout the artistic Taino creations. The rapport between man and animals is also often present in Taino mythology. In the ancestral Taino legends, certain animals were responsible for the formation of human beings, such as the “Pic” which would be at the origin of the female sex organs and the frog whose croak reminded them of that of an abandoned child. The legend even says that the Indian Yahubaba was surprised by the sun and turned into a bird. The artistic representations of the Tainos is full of symbolic mythology, influenced by their vision of the supernatural, caused by hallucinogenic substances used during the Cohoba rituals.” The Tainos have left a deep imprint on our collective memory as being the first Amerindians to be discovered. It is from their society that the western world has forged an image of the Indians. Being the first ones to have disappeared, the Tainos have become a myth for European humanists. Who were these “good, wild” Indians who live on in our imagination and guilty conscience?


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:00

Page 71

Tablette à priser (tablette à stupéfiant) Snuffing table (a tray for taking drugs) Chauve-souris en os / bone bat H. / 11 cm


maquette taino:Mise en page 1

72

18/11/07

17:00

Page 72


18/11/07

17:00

Page 73

têtes de mort

maquette taino:Mise en page 1

Têtes de mort / Heads Pierre / Stone H. / 17 cm (à gauche / left) H. / 12 cm, L. / 20 cm

stone heads

73


maquette taino:Mise en page 1

74

19/11/07

13:10

Page 74


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:01

Page 75

TĂŞtes de mort / Heads Pierre / Stone H. / 12 cm, L. / 16 cm (gauche / left) H. / 27 cm, L. / 15 cm


76

the cohoba la cohoba

maquette taino:Mise en page 1

24/11/07

13:57

Page 76

Cérémonie religieuse La Cohoba est une cérémonie religieuse réservée aux seuls hauts dignitaires. On broyait à l’aide d’un pilon (pierre, bois, os), diverses graines renfermant des alcaloïdes toxiques et enivrants. Des herbes et champignons séchés pour obtenir une poudre hallucinogène qui était alors déposée dans un plat de terre cuite (ou pierre ou bois) à l’aide d’une cuillère en os de manati. Puis ce plat (ou tablette) était posé sur un plateau qui surmontait la tête d’un Zémi sensé représenter le contact de l’homme avec les Opias (Esprits des morts). Après avoir fait un jeûne de plusieurs jours, les Taïnos se purifiaient en se faisant vomir avec des spatules vomitives en bois ou os. Après cette purification, ils employaient des inhalateurs en bois (réservés aux Caciques) et en os de manati. Il existait également des récipients en os dans lesquels ils transportaient la poudre hallucinogène (comme les « poporos » d’Amérique du sud) et quelquefois ceux-ci étaient constitués d’un inhalateur. Le rituel de la Cohoba qui est la plus importante cérémonie religieuse réservée aux dignitaires se déroulait dans une maison retirée du village appelée maison des morts ou sacrée : Coaybay. Les objets d’art retrouvés sont : des cuillères, des récipients à poudre hallucinogène, des inhalateurs, des tablettes à priser, des spatules vomitives, des pilons, mais aussi des pectoraux, des pendentifs et des colliers…

RELIGIOUS CEREMONY The Cohoba is a religious ceremony reserved for the dignitaries. Different intoxicating grains were crushed with a pestle (stone, wood or bone). Dried herbs and mushrooms to obtain a hallucinogenic powder were laid in an earthenware plate (or stone or bone) with a spoon in manatee bone. Then this plate was laid on a tray on a Zemi head which was supposed to represent the contact between man and the Opias (spirits of the dead). After having fasted for several days, the Tainos purified their bodies by making themselves vomit with the help of a spatula in wood or bone. After this purification, they used wooden inhalers (reserved for the Cacique) and in manatee bone. They also used recipients in bone to transport the hallucinogenic powder (like the “porporos” from South America), some of them contained an inhaler. The Cohoba ritual, which was the most important religious ceremony, was held in a house outside the village called the house of the dead or the sacred house : Coaybay. The objects of art that have been found are, spoons, hallucinogenic powder recipients, inhalers and snuffing tables, vomitive spatulas, pestles as well as pectoral jewels, pendants and necklaces.


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:01

Page 77

77

Zémi Pierre H. / 32 cm

Cueillère Os H. / 15 cm

Pilon Pierre H. / 22 cm

Tablette à priser

Cemi Stone

Spoon Bone

Pestle Stone

Snuffing table

(tablette à stupéfiant)

Os - H. / 17 cm

(a tray for taking drugs)

Bone

Spatule vomitive Os H. / 22 cm

Inhalateur Os H. / 8 cm

Vomit stick Bone

Inhaler Bone


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:01

Page 78


18/11/07

17:01

Page 79

cemi zĂŠmi

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

80

18/11/07

17:01

Page 80


17:01

Page 81

cuillères

18/11/07

81

spoons

maquette taino:Mise en page 1

Cuillères / Spoons Os / Bone H. / 15-23 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:01

Page 82

Pilons / Pestle Os / Bone H. / 12 cm Pierre / Stone (Ă  droite / right) H. / 22 cm


18/11/07

17:01

Page 83

pestles pilons

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

84

18/11/07

17:01

Page 84


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:01

Page 85

85

Pilon / Pestle Os / Bone H. / 11 cm


maquette taino:Mise en page 1

86

18/11/07

17:01

Page 86


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:01

Page 87

87

Pilons / Pestle Pierre / Stone H. / 20 cm H. / 21 cm (en haut Ă  droite / top right) D. / 14 cm (Ă  gauche / left)


maquette taino:Mise en page 1

88

18/11/07

17:01

Page 88


18/11/07

17:01

Page 89

tablettes à priser

maquette taino:Mise en page 1

Tablette à priser (tablette à stupéfiant) Snuffing table (a tray for taking drugs) Os / Bone H. / 17 cm

snuffing tables

89


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:01

Page 90


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:25

Tablette à priser (tablette à stupéfiant) Snuffing table (a tray for taking drugs) Os / Bone H. / 23 cm

Page 91


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:25

Page 92

92

Tablette à priser (tablette à stupéfiant) Snuffing table (a tray for taking drugs) Os / Bone H. / 12 cm Inhalateur / Inhaler H. / 21 cm (page de droite / right)


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:25

Page 93

93


maquette taino:Mise en page 1

94

18/11/07

17:25

Page 94


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:25

Page 95

95

Récipients à stupéfiant Drug recipients Os / Bone H. / 11 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:25

Page 96

1

2


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:25

Page 97

3

Tablette à priser (tablette à stupéfiant) Snuffing table (a tray for taking drugs) 1- Os / Bone H. / 13 cm 2- Pierre / Stone L. / 20 cm 3- Os / Bone L. / 22 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:26

Page 98


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:26

Table cĂŠrĂŠmonielle pour la Cohoba Cohoba tray Pierre / Stone L. / 44 cm l. / 28 cm H. / 12 cm

Page 99


maquette taino:Mise en page 1

100

18/11/07

17:26

Page 100


17:26

Page 101

Spatules vomitives / Vomit sticks Os / Bone H. / 14-26 cm C么te de manati / Manatee rib L. / 40 cm

spatules vomitives

18/11/07

101

vomit sticks

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

1

17:26

Page 102

2

3


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:26

Page 103

103

Spatules vomitives Vomit sticks Os / Bone 1- H. / 25 cm 2- H. / 24 cm 3- H. / 26 cm 4- H. / 19 cm

4


maquette taino:Mise en page 1

104

18/11/07

17:26

Page 104


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:26

Page 105

105


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:35

Page 106

106

2

3


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:35

Page 107

1

107

4

Spatules vomitives Vomit sticks Os / Bone 1- L. / 16 cm 2- H. / 21 cm 3- H. / 31 cm 4- H. / 20 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

108

Spatules vomitives Vomit sticks Os / Bone H. / 21 cm H. / 24 cm (Ă  droite / right)

17:35

Page 108


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:35

Page 109

109


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:35

Page 110

1

2

Spatules vomitives Vomit sticks Os / Bone 1- L. / 14 cm 2- H. / 20 cm 3- H. / 21 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:36

Page 111

3


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:36

Page 112

Spatules vomitives Vomit sticks Os de baleine / Whale bone H. / 28 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:36

Page 113


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:36

Page 114

1

3 2


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:37

Page 115

4

Spatules vomitives Vomit sticks Os / bone 1 - H. / 17-22 cm 2 - H. / 14 cm 3 - H. / 12 cm 4 - H. / 17 cm


maquette taino:Mise en page 1

116

18/11/07

17:37

Page 116


17:37

Page 117

Inhalateurs

18/11/07

117

Inhalers

maquette taino:Mise en page 1

Inhalateurs / Inhalers Os / Bone (Ă  gauche / left) H. / 8 cm Bois / Wood H. / 16 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:37

Page 118


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:37

Page 119

Inhalateurs / Inhalers Os / Bone H. / 10 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:37

Page 120


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:37

Page 121

Inhalateurs / Inhalers Os / Bone (à gauche / left) H. / 9 cm Inhalateurs & récipients à stupéfiants Inhalers and Drug recipient Os de manati / manatee bone H. / 9-10 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:56

Page 122

Hache cĂŠrĂŠmonielle / Hacha Pierre / Stone H. / 24 cm


17:56

Page 123

petalo誰des

18/11/07

hachas

maquette taino:Mise en page 1


maquette taino:Mise en page 1

124

18/11/07

17:37

Page 124


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:37

Page 125

125

PĂŠtaloĂŻde / Hacha Pierre / Stone H. / 32 cm (page de gauche / left) H. / 31 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 126


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 127

Pierre à yuca / Grinding stone (à gauche / left) H. / 32 cm, L. / 30 cm Petaloïde / Hacha Coquillage (Bénitier) / Shell (giant clam) H. / 20 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 128

le batey

jeu de balle, les collars et les duhos

128

Les Taïnos se distrayaient de diverses manières : danse, musique et jeu de pelote. Ce dernier appelé batu se jouait dans les bateys. Dans chaque village (Yucayeques) qui comptait environ 2000 habitants, il y avait devant la maison du Cacique un terrain de 80m x 40m. (On comptait trois ou quatre autres bateys dans le même village). Le jeu éveilla l'intérêt des colonisateurs espagnols : la pelote utilisée était rebondissante, faite de caoutchouc issu de l’arbre, le copey, matière alors inconnue en occident, ainsi que de résine et de feuilles. Les deux équipes comptaient jusqu'à 30 personnes (hommes et femmes), le but du jeu étant de garder la balle en l'air à l'aide des épaules, des coudes, des hanches et de n'importe quelle autre partie du corps à l'exception des mains. La balle ne devait jamais sortir du terrain et ne jamais cesser de rebondir. Une diète était observée par les joueurs. Les vainqueurs considérés comme élus des dieux reçoivent en récompense un trophée en pierre appelé collar, en forme de disque qui symbolise celui que les joueurs portent mais qui sont en bois et cuirs. Les paris sont très importants chez les Taïnos. Quant aux perdants, la coutume peut aller jusqu’au sacrifice. Cette pratique du jeu de balle peut être rapprochée de celle des Olmèques-MayasAztèques. Les Nitaïnos, les Béhiques et les Caciques, les plus hauts dignitaires, assistaient à ces jeux de batu, assis sur des duhos, petits sièges en pierre ou en bois dur taillés d’une seule pièce, symboles de pouvoir qui leurs servaient principalement pour assister aux cérémonies rituelles telle la cohoba. Le décor était souvent zoomorphe et comportait aussi des incrustations d’or et de coquillage. Tandis que les personnes de notoriété inférieure (Naborias) s’asseyaient sur des pierres. Quelques fois, selon le chroniqueur Oviedo, le cacique à son décès était recouvert de bandelettes de la tête aux pieds et déposé sur son duho. Son fils, héritier de son rang recevait un nouveau duho. Un certain nombre de ces petits sièges furent offerts à Christophe Colomb et à ses successeurs. C’est dans le travail du bois, à la fois riche et varié, que la culture taïno a atteint son plus haut niveau de création artistique.

the batey

THE BATEY OR BALL GAME, COLLARS AND DUHOS The Tainos had many distractions: dancing, music and pelota which they called batu and was played in the bateys. In every village (Yucayeques), which housed approximately 2000 inhabitants, there was a sports ground measuring 80m x 40m in front of the Cacique’s house (sometimes there were three or four of these sports grounds in the same village). The game interested the Spanish colonists : the pelota that they used was springy, made of rubber from the copey tree, a raw material that was then unknown in the western world, as well as resin and leaves. The two teams counted up to thirty players (men and women) and the aim of the game was to keep the ball in the air with the help of their shoulders, elbows, hips or any other part of their body except their hands. The ball should never overpass the limits of the sports ground and never stop bouncing. The players followed a special diet. The winners, considered as chosen by the Gods, received a disc shaped trophy in stone called a collar which symbolised those worn by the players but which were in wood or leather. The bets were very important and the losers could even be sacrificed. This ball game is similar to that of the Olmèques-Mayas-Aztèques. The Nitaïnos, the Behiques and the Caciques, the most important dignitaries, watched these batu games while sitting on their duhos, small seats in stone or hard wood, carved from a single piece, symbols of their power which they used for ritual ceremonies such as the Cohoba. The design was often zoomorphic encrusted with gold and shells, while the less notorious people (Naborias) sat on stones. Sometimes, according to Oveido the chronicler, when the Cacique died he was bandaged from head to foot and set upon his duho. His son, the heir, was then presented with a new duho. Many of these seats were given to Christopher Columbus and his successors. It is in the detail of the wood work, both rich and varied, that the Taino culture attains its highest level in artistic creation.


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 129

129

Collar Pierre H. / 37 cm L. / 29 cm

Collar Stone

Balle Caoutchouc D. / 7 cm

Ball Rubber

Duho Pierre L. / 31 cm H. / 18 cm

Duho Stone


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 130


17:59

Page 131

collar

18/11/07

collar

maquette taino:Mise en page 1

Collar / Collar Pierre / Stone H. / 37 cm L. / 29 cm


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 132

132

“ La balle est le soleil qui en s’élevant et retombant au cours du feu reproduit le cycle solaire, archétype de l’alternance des contraires qui rythme l’univers.” Baudez, 1984

“ The ball is the sun, which by going up and down during the fire, reproduces the solar cycle, the prototype of opposites that rhythm the universe. ” Baudez, 1984


17:59

Page 133

balle

18/11/07

133

ball

maquette taino:Mise en page 1

Balle en caoutchouc D. / 7 cm

Rubber ball


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 134


17:59

Page 135

duhos

18/11/07

135

Duhos / Duho Bois / Wood L. / 31 cm, H. / 18 cm (page de gauche / left) L. / 33 cm, H. / 12 cm

duhos

maquette taino:Mise en page 1


136

scientific analysis analyse scientifique

maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 136

L’analyse des os Les collections présentées ici ont fait l’objet d’observation et d’expertises minutieuses, notamment certaines en matière d’analyses scientifiques. Leur époque se situe du VIIIe au XVe siècle. Il est à préciser par ailleurs, que les objets en os (zoomorphes, os humains) ne peuvent en aucun cas être de fabrication récente, pour la bonne raison qu’à l’époque ils étaient gravés et sculptés à partir d’os frais. Or, la fragilité due à la déshydratation des os anciens, rend impossible toute sculpture sur cette matière car celle-ci se briserait et se réduirait en poussière ce qui repousse techniquement et de façon indéniable leur fabrication récente.

L’analyse de la pierre L’objectif de l’étude d’une pierre est de déterminer sa provenance et l’époque supposée Taïno, à partir de la caractérisation du matériau constitutif de l’objet, de son altération et des éventuels dépôts superficiels, afin de déterminer si l’objet a subi un vieillissement naturel de longue durée postérieurement à la phase de sculpture. Les moyens mis en œuvre : La stéréo microscopie, la microscopie électronique à balayage (MEB) avec imagerie en mode électrons rétro diffusée (ERD, contrastes chimiques) et électrons secondaires (ES, contrastes topographiques) couplée à une analyse élémentaire en dispersion d’énergie de rayons X (EDX) ont été mis en œuvre pour parfaire l’étude sur des prélèvements effectués en différentes parties bien distinctes de chaque objet. Des prélèvements ont été métallisés à l’or pour l’étude par MEB.

Analysis of the bone The collections presented here have been the object of methodical investigations especially in the matter of scientific analysis. Their era is situated between the 8 th and the 15 th century. It is best to specify that the objects in bone (zoomorphic or human) can under no circumstances be of recent fabrication, the reason being that at the time, the bone was sculpted when fresh. The brittleness, due to the dehydration of ancient bones, would make sculpting impossible and reduce them to powder.

Analysis of the stone The aim of studying stone is to determine its origin and the supposed Taino era from the material used for the object, weathering and deposits on the surface, to determine whether the object has been subjected to long-term natural weathering since it was carved. Systems used : Stereomicroscope, scanning electron microscope (SEM) with back-scattered electron imaging (BSE) coupled with energy-dispersive X-ray element analysis (EDX) were used on different parts of each object. The replicas were coated with gold for the SEM examination.


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 137

137


138

scientific analysis analyse scientifique

maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 138

Paroles d’expert Olivier Langevin Membre de la Chambre Européenne des Experts Conseil en œuvres d’art Archéolabs Nous avons hérité de la culture taïno d’un nombre important de sculptures qui font aujourd’hui la fierté et la joie de musées et de collectionneurs du monde entier. La terre cuite, le bois, l’os ou encore la pierre ont été façonnés avec une grande dextérité et nous offrent une large palette d’objets de tailles variables mais toujours aussi précieux. L’engouement actuel, engendré par la redécouverte de la civilisation taïno, n’inspire malheureusement pas les seuls amateurs d’art. Les faussaires sont également à l’affût. Les analyses scientifiques et plus particulièrement les méthodes de datation sont susceptibles d’apporter une réponse définitive aux problèmes récurrents d’authenticité.

Datation par la thermoluminescence La thermoluminescence est une méthode de datation applicable sur les matériaux contenant certaines structures cristallines, en particulier le quartz, ayant subi une chauffe, le plus souvent lors de leur fabrication. Suivant la composition de la terre cuite et les conditions d’enfouissement, l’incertitude d’une datation par thermoluminescence est, pour une terre cuite appartenant à la culture Taïno, comprise entre 200 et 400 ans. (…)

The expert’s word From the Taino culture, we have inherited numerous sculptures which are the pride and joy of museums and collectors around the world. The earthenware, the wood, the bone and stone were carved with great dexterity and give us a wide range of different sized, precious objects. The enthusiasm engendered by the re-discovery of the Taino civilization does not, unfortunately, inspire only the art lovers. Forgers are also interested. The scientific analysis and especially the methods of dating are capable of giving us a sure answer to the recurrent problems of authenticity.

Dating by thermo-luminescence Thermo-luminescence is a dating method applicable to materials containing certain crystalline structures, and especially quartz, which have undergone heating, usually during its fabrication. Depending on the composition of the earthenware and the burial conditions, the thermo-luminescence method of dating a Taino earthenware object can vary from 200 to 400 years. (…)


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 139

139


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 140

Paroles d’expert

olivier langevin

Datation par le radiocarbone

140

L’ensemble des organismes végétaux, bois, charbons…. et leurs dérivés, textiles, papiers… ainsi que l’ensemble des organismes animaux, os, ivoire, dents, coquillages… contiennent du carbone. Le spectre d’application de la méthode de datation par le radiocarbone est donc extrêmement large et en fait la méthode de datation la plus utilisée. Son application lors de problématiques d’authentification est primordiale et permet de remonter jusqu’à pratiquement 35.000 ans. Un objet taillé dans un matériau moderne (postérieur à 1950) fournit une date radiocarbone négative. Les sculptures modernes sont donc rapidement et systématiquement repérées. La civilisation Taïno étant antérieure au XVe siècle, les échantillons étudiés seront systématiquement âgés de plus de 350 ans, ce qui permet d’obtenir une datation radiocarbone avec une grande fiabilité et généralement un unique intervalle de dates s’étendant de 200 à 300 ans... Enfin, notons que l’utilisation d’un matériau ancien entraîne une surestimation systématique de l’âge de la sculpture et peut donc fausser le résultat d’une datation radiocarbone. Heureusement, du moins en ce qui concerne la culture taïno, il ne reste aucun bois de charpente ou de mine qui puisse être retaillé et l’utilisation d’éléments en os anciens paraît, pour des raisons de fragilité, fortement compromis. En outre le nombre d’objets étudiés par les méthodes de datation restant faible, vis-à-vis du nombre de sculptures en circulation, un faussaire utilisera préférentiellement un matériau moderne détectable lors de l’analyse. Affirmer, quelquefois de manière systématique, lorsqu’un résultat d’une datation est compatible avec la chronologie Taïno, qu’il s’agit bien d’un matériau ancien ayant été retravaillé à une époque moderne, n’est donc pas sérieux… (…)

Dating by radiocarbon All plant, wood and coal organisms and products derived from them such as textiles, paper… as well as all the animal organisms bone, ivory, teeth, shells… contain carbon. The range of the application of dating by radiocarbon is thus extremely wide and is the method the most widely used. Its application for problematic authentications is essential and enables us to go back 35,000 years. An object carved in modern material (after 1950) gives us a negative radiocarbon date. Modern sculptures are easily and instantly recognized. The Taino civilization dates back to before the fifteenth century, the samples studied will systematically be aged by 350 years, which gives us a dependable radiocarbon reading within 200 to 300 years… Finally we note that the utilization of old materials leads us to an overestimation of the age of the sculpture and can distort the result of radiocarbon dating. Luckily, at least in what concerns the Taino culture, there are no pieces of wood or mine wood left that can be carved and old bones, for fragility reasons, cannot be sculpted. Concerning the number of objects studied by dependable methods, a forger is more likely to use modern materials which are easily detected during an analysis. To affirm, sometimes systematically when the result of a dating is compatible with the Taino chronology, that it is old material that has been carved during a modern era, is not very serious… (…)


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 141

Conclusion Les méthodes de datation que sont la thermoluminescence ou le radiocarbone sont tout à fait appropriées pour l’étude de la plupart des objets taïno. L’étude d’une sculpture en pierre s’avère plus délicate car il n’existe aucune méthode de datation appropriée. Comme toute autre analyse scientifique, le résultat d’une méthode de datation ne doit pas être pris pour une preuve absolue d’authenticité. Il s’agit d’un élément de réflexion faisant partie d’un ensemble de faisceaux de présomption, au même titre que la provenance ou que l’étude stylistique. Lorsque l’ensemble de ces conditions est rempli, l’expert, et seulement lui, peut authentifier la pièce étudiée et rédiger un certificat d’expertise. Olivier Langevin Membre de la Chambre Européenne des Experts Conseil en œuvres d’art Archéolabs

141

Conclusion The dating methods which are thermo-luminescence or radiocarbon are perfectly appropriate for studying most of the Taino objects. The study of a stone sculpture however, is more delicate, there is no appropriate dating method. As with all other scientific analysis, the method of dating cannot be taken as absolute proof of authenticity. It is an element of reflection and part of a whole. When all of the conditions are present, the expert, and only the expert, may authenticate the object with a certification of authenticity.

Olivier Langevin Expert at the European Chamber of Experts in works of art Archéolabs


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 142

Analyse de quelques pièces en os par le bureau d’étude Archéolabs Certaines œuvres présentées on été analysées au carbone 14 par Olivier Langevin du bureau d’étude Archéolabs. La datation au carbone 14 est une méthode de datation radio métrique basée sur la mesure de l'activité radiologique du carbone 14 contenu dans de la matière organique dont on souhaite connaître l'âge absolu, à savoir le temps écoulé depuis sa mort. Le domaine d'utilisation de cette méthode correspond à des âges absolus de quelques centaines d'années jusqu'à environ 50 000 ans. L'application de cette méthode a apporté un progrès significatif en archéologie et en paléoanthropologie.

Datation radiocarbone par AMS Accelerator Mass Spectrometry

Description : Palette zoomorphe, os, 11 cm Culture et époque présumées : République Dominicaine (1000 - 1500 après JC)

142 Prélèvement : Echantillon d’os prélevé à l’arrière de la palette Résultat d’analyse : Datation ETH-33015 Age 14C conventionnel : 1170 +/- 65 BP Date calibrée : 692 cal AD - 996 cal AD La probabilité que la date calibrée soit située : - entre 692 cal AD et 702 cal AD est de 1,4 % - entre 711 cal AD et 751 cal AD est de 7,4 % - entre 761 cal AD et 996 cal AD est de 91,2 % Conclusion de l’analyse : L’échantillon daté par la radiocarbone donne un résultat compatible avec l’époque présumée. L’analyse par radiocarbone confirme l’authenticité de la palette


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 143

Datation radiocarbone par AMS Accelerator Mass Spectrometry

Description : Tablette à priser en forme de duho, os, 23 cm Culture et époque présumées : République Dominicaine (1000 - 1500 après JC) Prélèvement : Echantillon d’os prélevé dans le pied avant gauche Résultat d’analyse : Datation ETH-33943 Age 14C conventionnel : 650 +/- 160 BP Date calibrée : 1027 cal AD - 1628 cal AD La probabilité que la date calibrée soit située : - entre 1027 cal AD et 1523 cal AD est de 96,3 % - entre 1565 cal AD et 1628 cal AD est de 3,7 % Conclusion de l’analyse : L’échantillon daté par la radiocarbone donne un résultat compatible avec l’époque présumée. L’analyse par radiocarbone confirme l’authenticité de la palette

143 Datation radiocarbone par AMS Accelerator Mass Spectrometry

Description : Inhalateur anthropomorphe, os, 21 cm Culture et époque présumées : République Dominicaine (1000 - 1500 après JC) Prélèvement : Echantillon d’os prélevé à l’arrière Résultat d’analyse : Datation ETH-33014 Age 14C conventionnel : 1125 +/- 50 BP Date calibrée : 780 cal AD - 1016 cal AD La probabilité que la date calibrée soit située : - entre 780 cal AD et 794 cal AD est de 3,7 % - entre 799 cal AD et 1002 cal AD est de 95,8 % - entre 1012 cal AD et 1016 cal AD est de 0,5 % Conclusion de l’analyse : L’échantillon daté par la radiocarbone donne un résultat compatible avec l’époque présumée. L’analyse par radiocarbone confirme l’authenticité de la palette


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 144

Analyse d’un trigonolithe en pierre par le laboratoire MSMAP Microanalyse Sciences de Matériaux Anciens et du Patrimoine L’objectif de l’étude est de déterminer la caractérisation du matériau constitutif de l’objet, de son altération et des éventuels dépôts superficiels, afin de savoir si l’objet a subi un vieillissement naturel de longue durée postérieurement à la phase de sculpture. Les moyens mis en œuvre sont la stéréomicroscopie, la microscopie électronique à balayage (MEB) avec imagerie en mode électrons rétrodiffusés (ERD, contrastes chimiques) et électrons secondaires (ES, contrastes topographiques) couplée à une analyse élémentaire en dispersion d’énergie de rayons X (EDX).

Résultats de l’analyse Nous avons envisagé successivement dans cette étude la nature de la roche, les traces d’outils observées en surface, l’état d’altération du matériau et les dépôts observés à la surface de la pierre. Les observations et les analyses ont mis en évidence que : - La sculpture a été réalisée dans une serpentinite associant des serpentines (antigorite, chrysotile) et des veines de magnatite.

144

- Aucun indice d’un façonnage de l’objet à l’aide d’outils métalliques ou abrasifs modernes n’a été mis en évidence. Les traces d’outil apparaissent conformes à l’utilisation d’outils traditionnels, en pierre. - Les phases minérales constitutives de la pierre montrent des phénomènes spécifiques (dissolution, apparition de phases minérales néoformées, enrichissement localisé en fer, en manganèse et en nickel) qui sont l’indication d’une altération naturelle de longue durée. - Ces processus d’altération sont en grande partie corrélés à l’activité de microorganismes et se sont développés postérieurement à la phase de sculpture. - Cette altération est survenue en milieu sédimentaire enfoui, riche en éléments organiques, en fer et en manganèse qui sont à l’origine des dépôts bruns à noirs observés sur l’objet. Ces différentes caractéristiques sont en accord avec l’ancienneté de l’objet. Dr Bertrand Duboscq

Dr Marie-Pierre Etcheverry

Docteur en géologie du quaternaire et Préhistoire Ingénieur en microanalyse

Docteur en physique appliquée à l’archéologie Ingénieur en archéomètre

laboratoire MSMAP - 218-228 av. du Haut-Lévèque - F. 33600 Pessac


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 145

Trigonolithe en pierre - Provenance et période présumée : Caraïbes, TAïNO L. / 35 cm, l. / 15,5 cm, H. / 17,5 cm

145


maquette taino:Mise en page 1

146

18/11/07

17:59

Page 146


b i b l i og r ap hie

maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 147

ART AND MUTHOLOGY OF THE TAÏNO INDIANS OF THE GREATER WEST INDIES par Eugenio Fernandes Mendez, 1972 DESSINS PITTORESQUES SUR LA CÉRAMIQUE TAÏNO 14e Congrès International d’Archéologie Caribéenne par Manuel Garcia Arévalo La Barbade, 21/27 juillet 1991. Document dactylographié L’ART TAÏNO Exposition du Petit Palais à Paris par Jacques Kerchache, 24 février/29 mai 1994 L’ART TAÏNO DE LA RÉPUBLIQUE DOMINICAINE par Manuel Garcia Arévalo Edition Musée de l’Homme Dominicain, Saint-Domingue. 1977 LES MAYAS par P. Becquelin Albin Michel Histoire, Paris 1984, 1987, 2002 « LE ROI DE LA BALLE ET LE MAÏS », IMAGE DU JEU DE LA BALLE MAYA par C.F. Baudez Journal de la société des Américanistes, 70, Paris 1984 LES SIGNES DE L’ART TAÏNO par Manuel Garcia Arévalo Fondation Garcia Arévalo, Saint Domingue. 1989 RÉCIT DES ANTIQUITÉS INDIENNES par Fray Ramon Pané, annotations de José Juan Arrom Editions XXIe siècle, ville de Mexico, 1974 TAÏNO PRÉCOLOMBIEN ART AND CULTURE FROM THE CARIBBEAN par Fatima Bercht, Estrellita Brodsky, John Alan Farer, Dicey Taylor The Monacelli Press UNE HISTOIRE DE LA RELIGION DES MAYAS par Claude-François Baudez, directeur de recherche honoraire au CNRS Archéologue et iconologue, Mexique 25TH ANNUAL REPORT OF THE BUREAU OF AMERICAN ETHNOLOGY 1903-04 Secretary of the Smithsonian Institution Government Printing Office, 1907, Washington ZÉMIS À TROIS POINTES OU IDOLES DES ANTILLES : INTERPRÉTATION par Adolfo Hostos Anthropologue Américain NC vol. XXV, N2, Menasha, Wisconsin, 1923

147


maquette taino:Mise en page 1

18/11/07

17:59

Page 148

Toute reproduction, même partielle des textes ou des images de cet ouvrage est interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur selon la loi 1957 sur la propriété littéraire et artistique.

© Les Editions Cruchet Bernard Michaut - Mercure Galerie - Village Suisse 3 bis, Avenue de Champaubert - 75015 Paris

Dépôt légal : décembre 2007 N° ISBN 978-2-9530936-0-5

Imprimé en France Imprimeries de Champagne à Landres - 52206



Livre d'art, TAINOS peuple d'amour