Page 1

Avant-propos

ARROSER LES FEUILLES ET AFFAMER LES RACINES L’ÉTAT DU FINANCEMENT À L’APPUI DES ORGANISATIONS DE DROITS DES FEMMES ET DE L’ÉGALITÉ DES GENRES

Par Angelika Arutyunova et Cindy Clark 2013


Avant-propos — Lydia Alpízar

L’une des transformations sociales les plus marquantes du siècle

programmes de microcrédit et de microentrepreneuriat, aux

mondiale du fait que les droits des femmes et l’égalité des

filles. Les processus essentiels à long terme pour l’organisation

dernier est liée aux changements vastes et profonds de la

condition féminine et plus particulièrement, à la reconnaissance genres sont des objectifs souhaitables. Cet incroyable

bouleversement n’ est pas survenu par hasard, mais à dessein : il résulte du travail conscient et déterminé de femmes

courageuses et des mouvements qu’elles ont créés. Leur activisme et leurs plaidoyers ont changé à jamais notre

conception de la justice sociale, tant et si bien que les formes de discrimination, de violence et d’exclusion fondées sur le genre, jadis si normales, sont désormais des problèmes reconnus, à défaut d’être résolus.

Les répercussions collectives des mouvements et des

organisations de femmes ont tracé un pont entre la théorie et la pratique, entre les sphères privées et publiques, entre les

structures de nos normes et les cadres d’orientation politique, et ce, des hameaux les plus lointains jusqu’aux institutions

internationales. Aucune autre lutte en matière de justice sociale

n’a eu tout à fait la même incidence, et la violence grandissante

des représailles contre l’égalité croissante des femmes presque partout dans le monde en est la preuve1. Pensons par exemple

aux Américaines dont les droits reproductifs font l’objet d’assauts, aux jeunes femmes subissant le fouet pour avoir porté le jeans au Soudan et en Indonésie, aux filles qui se voient interdire l’école par les talibans du nord-ouest du Pakistan ou aux activistes des droits des femmes assassinées partout en

Mésoamérique.

En ce sens, il est véritablement surprenant que les efforts

d’organisation et les mouvements de droits des femmes aient été en mesure de fonctionner, souvent avec un minimum de

financement, même alors qu’ils gagnaient en expérience et en efficacité. Pire encore, bon nombre des stratégies initialement conçues pour répondre aux besoins pratiques des femmes et défendre leur place dans la société ont été déconnectées de l’approche générale dont elles faisaient partie pour être

déclarées des « solutions miracles ». Ces solutions allaient

automatiquement autonomiser les femmes, sans aborder les

structures plus profondes du pouvoir qui sont la cause première de l’inégalité entre les genres. Pensons par exemple aux

quotas pour les femmes en politique ou aux interventions

juridiques en matière de violence à l’égard des femmes et des

et la conscientisation des femmes, ainsi que les efforts visant à les aider à analyser l’origine de leur impuissance, à construire

leur pouvoir collectif et à élaborer des stratégies collectives pour le changement, à les encourager à s’opposer aux normes culturelles et sociales qui justifient leur subordination sont

considérés trop lents et difficiles à mesurer. Ainsi, ces processus reçoivent peu de soutien, voire aucun, à l’exception de celui

d’une poignée de donateurs judicieux et expérimentés. Il s’agit

pourtant des d’éléments clés d’une lutte viable à long terme pour

la transformation des institutions et des structures qui perpétuent autant la discrimination fondée sur le genre que les autres formes de discrimination et d’exclusion.

Les initiatives de recherche interreliées de l’AWID ont toutes tenté de résoudre cette problématique centrale en adoptant

différents angles. Dans Arroser les feuilles et affamer les racines, le troisième rapport Finance-la de l’AWID, nous évaluons : les nouveaux acteurs et actrices influençant l’ensemble des programmes de développement ; les facteurs ayant une

incidence sur les sources plus traditionnelles de financement des mouvements et des organisations de femmes ; le rôle crucial des fonds des femmes dans le maintien de ce soutien ; et les

dernières données quant aux ressources des quelque 1 000

organisations de droits des femmes des quatre coins du monde ayant participé à l’édition 2011 de l’enquête Finance-la. Dans

Nouveaux acteurs et actrices, argent neuf, dialogues inédits :

Cartographie des initiatives récentes en faveur des femmes et

des filles, nous présentons les résultats de notre tour d’horizon

des nouveaux donateurs s’étant fermement engagés à travailler avec « les femmes et les filles » pour mieux comprendre cette

tendance et ses répercussions sur les organisations de femmes. Finalement, Les femmes déplacent des montagnes examine l’incidence collective des organisations ayant reçu des

subventions du Fonds OMD3 géré par le ministère néerlandais

des Affaires étrangères. Nous y démontrons, à partir de données agrégées, l’immense portée et les profondes transformations possibles quand on consent aux organisations travaillant à construire le pouvoir collectif des femmes des ressources

PAGE 10 | ARROSER LES FEUILLES ET AFFAMER LES RACINES | AWID


suffisantes et un délai adéquat. Les organisations peuvent ainsi

d’accès aux ressources, de pouvoir, de privilège, de chances

aux approches déterminées par les donateurs.

ou la tribu, ou encore par la religion, mais transmises plus

mettre en œuvre des stratégies de leur choix, peaufinées avec le

et de responsabilités. Ces normes sont enseignées

temps ou complètement novatrices, plutôt que d’avoir recours

ouvertement dans les institutions comme la famille, le clan subtilement dans les écoles, au travail ou dans d’autres

Pour comprendre les analyses et les recommandations de

arènes où l’égalité des genres peut être acceptée sur le plan

l’AWID qui figurent dans tous ces rapports, il est crucial de

considérer nos hypothèses et nos convictions sur le lien entre les droits des femmes et les ressources, mais aussi sur les éléments

qui constituent et génèrent les conditions propices à

l’avancement des droits des femmes et de l’égalité des genres. Ils prennent racine dans l’expérience et les leçons issues du

officiel, mais où les pratiques officieuses renforcent les

iii.

travail novateur et continu des activistes des droits des femmes pas de positions rigides ou immuables ou de prescriptions

uniformes et universelles. En effet, en tant qu’organisation

internationale dont les membres institutionnels et individuels sont originaires de plus de 150 pays, nous sommes très conscientes

de la nature contextuelle des dynamiques et des manifestations

d’inégalité entre les genres et de ses intersections avec plusieurs autres structures de pouvoir (fondées sur les identités, le pouvoir économique, la géographie et d’autres facteurs historiques). Vous trouverez ci-dessous les huit principales propositions

Les lois, les politiques, les structures et les allocations des ressources officielles provenant des gouvernements, des

mécanismes d’application des lois ainsi que des institutions multilatérales régionales et mondiales, où les préjugés

ainsi que des mouvements des droits des femmes au cours des cinquante dernières années, partout dans le monde. Il ne s’agit

différences entre les genres.

fondés sur le genre sont souvent subtilement ancrés ou

iv.

encore exercés officieusement.

L’accès aux ressources matérielles et au savoir, ainsi

qu’aux droits et aux possibilités, ce qui comprend non

seulement les ressources comme la terre, l’emploi ou le

crédit, mais aussi l’éducation, les soins de santé, les droits

de succession, les occasions de formation, le droit d’être là où les programmes de développement et les budgets sont façonnés, et ainsi de suite.

étayant l’analyse et formant le cadre de cette série de rapports

Nous ne croyons pas que la condition des femmes dans la

Notre première proposition met de l’avant que les structures

vertu de la loi, d’augmenter leur accès aux ressources ou leur

de recherche :

(et les sous-structures) de pouvoir en matière de genre sont mieux transformées par des interventions dans quatre domaines2 :

i.

Les attitudes et les croyances intériorisées des hommes et

des femmes (que les féministes appellent « conscience »),

issues des processus de socialisation dès la petite enfance, qui inculquent aux femmes et aux hommes certaines

croyances quant à leurs rôles dans la société, à leur pouvoir

(ou à leur impuissance), à leurs droits, à leurs privilèges et à

ii.

leurs responsabilités.

Les normes sociales et culturelles qui maintiennent et

« normalisent » les différences entre les genres en matière

société changera en concentrant nos efforts dans un seul

domaine. Il ne s’agit pas simplement de bonifier leurs droits en

revenu ou encore de changer les normes sociales, alors que les croyances intériorisées, les lois et les politiques officielles

demeurent intactes. Les interventions en faveur de l’égalité des genres et des droits des femmes doivent cibler toutes les facettes des relations de pouvoir entre les genres.

Notre deuxième proposition entend qu’un changement profond

et durable au profit des droits des femmes passe nécessairement par l’action et le pouvoir collectifs des femmes. Les approches axées sur « l’offre », telles que l’autonomisation de certaines femmes par l’emploi, l’éducation, l’accès à des prêts ou aux charges politiques, ne mèneront pas à un changement

systémique multisectoriel, bien qu’elles puissent toutefois

améliorer la qualité de vie de certaines femmes ou leur permettre

AWID | ARROSER LES FEUILLES ET AFFAMER LES RACINES | PAGE 11


d’accéder à la sphère publique. Le changement durable dans les

l’égalité des genres doivent par conséquent continuer d’être une

femmes, la sensibilisation des femmes quant à leur force et à la

Les États existent par leurs citoyen-ne-s et ils sont les premiers

relations de pouvoir entre les genres doit passer par les

approches axées sur « la demande » : la mobilisation des

possibilité du changement et la mobilisation de leur pouvoir collectif pour qu’elles dirigent et agissent ensemble afin de

concrétiser leur vision d’un ordre social plus juste. En d’autres mots, nous croyons, et nous en avons témoigné, que la clé réside dans la consolidation de mouvements de femmes pleinement conscientes des racines de l’inégalité et des

structures de pouvoir sociales et entre les genres, ainsi que des mécanismes qui perpétuent ces structures. En effet, dans un tel contexte, les femmes uniront leurs efforts pour viser une transformation sociale plus vaste, profonde et durable.

Essentiellement, voilà ce que nous entendons par « efforts

d’organisation pour les droits des femmes » et « approche axée sur les droits des femmes », qui sont des stratégies bien

distinctes des approches instrumentales axées sur l’offre.

Notre troisième proposition consiste en ce que le véritable

changement dans la vie des femmes doit se traduire par l’accès des femmes à l’ensemble complet des droits humains tels

qu’inscrits aux instruments et aux accords de droits humains

convenus à l’échelon international. Nous ne croyons pas que l’accès à un type de droits, comme l’égalité économique,

garantira ou mènera nécessairement à l’accès à d’autres droits. Nous envisageons un monde où l’ensemble complet des droits

(civils, politiques, économiques, sociaux et culturels) deviendra

une réalité concrète et vécue, plutôt que de lointaines normes ou des idéaux inaccessibles. Voilà notre vision du but ultime que vise le renforcement du pouvoir collectif des femmes et du monde meilleur qui résulterait de l’appui aux efforts d’organisation pour les droits des femmes.

Notre quatrième proposition consiste en ce que les droits des femmes et l’égalité des genres ne peuvent être laissés aux

forces du marché, non plus qu’engendrés par elles. En effet, il

n’existe aucune preuve que cela soit profitable, même dans les pays où les politiques néolibérales sont en vigueur depuis des

années et où les femmes constituent désormais une grande part de la main-d’œuvre officielle ou un segment important du

marché. La protection des droits des femmes et l’avancement de

priorité. Ils doivent faire l’objet de l’engagement des acteurs

étatiques et des organes multilatéraux à l’échelle internationale. responsables de la protection des droits de leurs citoyen-ne-s.

Quand la moitié de la population se voit essentiellement refuser l’égalité sociale, économique et politique, ou continue d’être la

cible de violence fondée sur le genre, c’est aux États que revient

l’obligation de protéger les droits des femmes et de poursuivre en justice ceux qui s’opposent à ces droits ou les enfreignent. Ainsi, nos efforts de plaidoyers doivent continuer de cibler

particulièrement les États et les institutions multilatérales. Ils

doivent rendre des comptes sur leur bilan quant à la protection de leurs citoyennes et à la défense de leurs droits.

Notre cinquième proposition énonce qu’en dépit du fait que les États et les acteurs et actrices multilatéraux soient les premiers

responsables de la protection et de l’avancement des droits des femmes et de l’égalité des genres, les nouveaux acteurs et actrices du développement, notamment le secteur privé,

influencent et façonnent l’accès des femmes à leurs droits ou la violation de leurs droits. Ces effets sont très sérieux et ne

peuvent être ignorés. Ainsi, nous estimons que la collaboration avec ces nouveaux acteurs et actrices est une stratégie

essentielle pour les organisations et les mouvements de droits

des femmes. Cependant, il faut procéder avec un esprit critique et de manière réfléchie pour éviter l’assimilation ou une

opposition mal informée. Dans cette optique, nous devons nous renseigner sur les nouvelles réalités et les différents acteurs et actrices ayant un rôle dans les processus de développement, particulièrement ceux qui ont une influence profonde sur les

femmes. Il faut analyser leurs incidences en matière de genre et adopter des positions éclairées, notamment par la participation critique, pour influencer ces processus de sorte à faire progresser notre programme à long terme.

Notre sixième proposition suggère que les fruits du

changement transformateur ne peuvent être tenus pour acquis,

mais qu’ils doivent plutôt être protégés, préservés et maintenus. L’expérience démontre que même les victoires acquises depuis des décennies font l’objet de nouvelles menaces ou risquent

d’être renversées. Pensons au choix en matière de reproduction,

PAGE 12 | ARROSER LES FEUILLES ET AFFAMER LES RACINES | AWID


à l’accès à l’éducation de base et à la liberté de mouvement. Les

Notre huitième et dernière proposition veut que la mobilisation

contrecoups envers les gains des femmes proviennent

de plus de ressources visant les efforts d’organisation pour les

groupes terroristes qui dénaturent la religion. Ainsi, les efforts

revenir entièrement aux organisations et mouvements de droits

aujourd’hui non seulement des groupes traditionnalistes, mais aussi de nouvelles entités comme les réseaux criminels et les

d’organisation en faveur des droits des femmes, associés à de solides mouvements de femmes, constituent d’essentiels

remparts contre ces forces et ils sont fréquemment les seuls à se

battre pour protéger les acquis du passé.

Notre septième proposition énonce que ces types de processus de changements collectifs menant à une transformation sociale à long terme pour l’égalité des genres ne peuvent être construits sans ressources. S’ensuit notre profonde préoccupation par

rapport à la disponibilité des ressources destinées aux efforts

d’organisation pour les droits des femmes et la consolidation de mouvements. Nous reconnaissons que bon nombre des

mouvements de femmes les plus efficaces au monde sont

largement autofinancés et indépendants financièrement. Cela dit, les organisations qui ont contribué à renforcer ces mouvements

ne le sont pas ! Les mouvements ont tous bénéficié de l’appui de donateurs, de gouvernements et de philanthropes clairvoyants, qui leur a permis de trouver les meilleures voies vers le

changement. Dans un monde où la richesse est de plus en plus concentrée et où les écarts de revenus se creusent, le fait

d’appuyer de telles initiatives est une responsabilité sociale et un impératif éthique. Ainsi, nous croyons que tous ceux et celles qui se disent concernés par le projet d’un monde plus juste, plus équitable et plus viable, notamment ceux et celles qui se

proclament en faveur d’« investir dans les femmes et les filles »,

portent la responsabilité de financer les efforts d’organisation des femmes de manière adéquate et à l’aide de fonds considérables. Ils ont la responsabilité d’investir dans les efforts d’organisation pour les droits des femmes. Nous contestons le mythe voulant

que cette approche ne mérite pas un appui financier substantiel

droits des femmes et la lutte à long terme pour l’égalité des

genres constitue une responsabilité collective. Il ne doit pas des femmes ou aux mouvements de justice sociale de

convaincre les autres d’investir et d’appuyer leur travail. La

responsabilité appartient aussi aux États, au secteur privé et aux autres acteurs et actrices de la communauté des donateurs

souhaitant faire la promotion des droits humains et de la justice sociale. Ceux-ci doivent chercher les meilleurs moyens

d’atteindre des résultats durables. Au-delà des projets à rendement rapide, ils doivent investir dans les initiatives

transformatrices plus difficiles, s’attaquant aux causes profondes de l’injustice. Nous ne croyons pas que les distorsions actuelles quant à l’accès aux ressources pour les groupes de droits des femmes résultent d’une négligence, de préjugés ou de

discrimination volontaires. Selon nous, il s’agit plutôt d’un

manque d’information et d’une mauvaise compréhension des

enjeux en cause. Nous estimons que notre rôle consiste à tenter de combler cette lacune. Nous espérons que ce rapport et ses

publications connexes y réussiront. De même, nous croyons qu’il est de notre responsabilité d’aider à déclencher des échanges

plus éclairés entre tous les acteurs et actrices concernés et nous

espérons que des publications comme celle-ci nous aideront tous et toutes à cheminer dans cette direction.

Le contexte de l’analyse est maintenant dressé. Nous vous

invitons à lire le rapport, à réfléchir à l’information, aux idées et aux analyses qu’il contient, et à les employer pour lancer de

nouvelles conversations. Nous espérons par ailleurs que vous

partagiez vos commentaires et vos idées qui sauront sans doute enrichir et étayer nos futures initiatives.

en raison de sa lenteur. En effet, si l’on considère que le patriarcat

1

de droits des femmes en seulement cinq ou dix ans se sont

2

et ses institutions sont vieux d’au moins dix mille ans, les

changements provoqués par les organisations et les mouvements produits à la vitesse de la lumière !

Phénomène analysé de façon saisissante récemment par Deniz Kandiyoti dans son article Crainte et colère : les femmes et la violence post-révolutionnaire, 14 janvier 2013, http://alencontre.org/moyenorient/egypte/crainte-et-colere-lesfemmes-et-la-violence-post-revolutionnaire.html. Adaptation de la matrice « Gender at Work », initialement présentée par Aruna Rao et David Kelleher dans « Is there life after mainstreaming? », Gender and Development: Mainstreaming A Critical Review, volume 13, numéro 2, Oxfam UKI, juillet 2005.

AWID | ARROSER LES FEUILLES ET AFFAMER LES RACINES | PAGE 13

Arroser les feuilles avant-propos  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you