Page 1


Lille, la tropicale ! Sommaire 02/03 Le mot du président ....................................................................3

Le mot du président de l’Association de la Communauté Noire

Édito : parfum troublant de bissap ...................................5 Histoire : Léopold S. Senghor................................................7 Itinéraire d’artiste : B. Bachiri ................................................8 Alimentation.....................................................................................9

V

ie culturelle, lieux de rencontre et de convivialité, cadres de discussions, réseaux associatifs et récréatifs, adresses pratiques : ce sont, entre autres, quelques-uns des ingrédients qui composent cette nouvelle édition 2002-2003 de La Tribu - étoffée de 16 pages supplémentaires -.

Art et Artisanat ............................................................................13 Associations....................................................................................14 Bars.......................................................................................................26 Coiffure – Cosmétiques...........................................................36 A détacher : l’agenda annuel des festivals de musique .......................................................39 Discothèques .................................................................................43

A sa parution, le premier numéro a été salué par les professionnels de l’information au Club de la Presse du NordPas-de-Calais, par les médias de l’hexagone et hors de nos frontières, par de très nombreux amis et partenaires lors d’une soirée dansante promotionnelle. Présentée lors de manifestations africaines, antillaises, latines, diffusée par ses membres-partenaires, La Tribu gagne en notoriété et trace sa voie. Elle est aussi très présente sur Internet avec son site actualisé et relooké : www.latribudelille.org

Haute couture : Alphonse Sène ........................................44 Groupes musicaux ......................................................................48 Médias : radio et télévision .................................................51 Cours de danses latines ..........................................................55 Bars et restaurants latinos ..................................................60 Restaurants africains–antillais............................................64 Services ..............................................................................................71

Suivez les itinéraires de ces femmes, de ces hommes qui participent à la vie de la cité. La Tribu symbolise l’expression d’une communion, d’une raison de vivre ensemble, d’une volonté d’agir en commun et surtout d’ouverture vers l’autre. La capitale des Flandres s’y révèle sous un jour inattendu, ensoleillée, chaleureuse en son cœur, au point qu’elle mériterait bien de s’appeler aussi « Lille, la tropicale ».

Sports..................................................................................................72 Voyages .............................................................................................74 La Tribu » est le bulletin culturel annuel de l’Association de la Communauté Noire de Lille Métropole et environs. Loi 1901. JO 61-2-09092000-635. 19, rue Henri-Kolb. 59000 Lille. Tél. 03 20 57 86 46 ou 06 73 18 52 92.

Louis VARDON

Responsable de la publication : Louis Vardon Membres du conseil d’administration de l’ACNLME ! Elhadji Fall, Djiby Ngom Sub.Edit. : Ada Bessomo, Ella Wanda Page de couverture : Claire de Montardy. Illustrations : Merry Viersac. Secrétariat de rédaction : MEW Rédaction : ont apporté leur précieuse collaboration, Stéphanie Beaupère, Tijane Bal, Ada Bessomo, Sylvie Detoc, Nathalie Lamour, Allison Maigret, Karine Ngango, Julie Mendy, Ella Wanda, ainsi que tous les membres-partenaires et amis de « La Tribu ». Site Internet : Serge Mbarga, Hamdiatou Dia www.latribudelille.org E-mail : latribudelille@hotmail.com Conception graphique des pages intérieures et impression : www.losfeld.be Dépôt légal : 3ème trimestre 2002.

3


Paroles d’auteur

Paroles d’auteur Frantz FANON (1925-1961)

’ouvrage d’Alice CHERKI « Frantz Fanon, portrait » (Seuil) vient assurément à son heure. Il a pour double mérite de proposer un aperçu d’une œuvre foisonnante dont on ne parle pas assez au regard de son importance et de faire revivre un homme pluriel. Frantz FANON était psychiatre. A ce titre, il était particulièrement outillé pour scruter des thématiques telles que le racisme et ses ressorts, le complexe et l’aliénation. Martiniquais d’origine, il appliqua ses théories à une société où la relation à la couleur (avec le Blanc, pour référentiel) est génératrice de bien des destructurations. « Peaux noires, masques blancs » (1952), son livre le plus connu, est en la matière une référence. Pourtant, FANON tenait la Négritude de SENGHOR et de CESAIRE à distance (FANON a été l’élève de CESAIRE. Il en a été aussi le procureur bien avant le mouvement de la « créolité », reprochant au maître ses positions intégrationnistes timorées sur l’indépendance des Antilles). « Eloigné des idéologies identitaires », mais surtout militant plutôt soucieux du rôle des classes sociales, il ne voulait pas être confiné dans un statut unidimensionnel. Alice CHERKI prend même le pari que, pour ces raisons précisément, il n’aurait pas adhéré à l’ethnopsychiatrie.

L

4

L’homme qui se définissait Africain- Antillais et disait suivre avec intérêt les travaux de Cheikh Anta DIOP, a été l’ambassadeur du FLN en Afrique noire et l’ami de Kwamé N’KRUMAH. Animateur du premier congrès des étudiants et artistes noirs de 1956, FANON revendiquait son appartenance raciale. Simplement, il n’en faisait pas un étendard et à fortiori ne se définissait pas uniquement par rapport à elle. L’intellectuel pouvait aussi se doubler d’un homme de combat. C’est ainsi qu’à 18 ans, le Martiniquais s’engagea dans la Résistance au sein des FFL (Forces Françaises Libres). Paradoxe des paradoxes, le combattant antinazi y subit l’épreuve du racisme dont sont l’objet les « soldats » noirs venus des Antilles. Mais c’est aussi et peut-être surtout son engagement entier aux côtés du FLN algérien qui caractérise la vie de FANON. Son enterrement dans son pays d’adoption en est une illustration. Ce choix et sa théorisation ne lui vaudront pas que sympathies. Il s’en faut. La publication, quelques mois seulement avant sa mort, des « Damnés de la terre » avec une préface de Jean-Paul SARTRE cristallisera les inimitiés et sera prétexte à un anti-tiers-mondisme virulent. « Les sanglots de l’homme blanc », écrira Pascal BRUCKNER. Apologie de la violence, « chouannerie rouge », préfiguration de Pol Pot, racisme à rebours, il faut croire que FANON a « chagriné des générations de tiers-mondistes européens ». De là date ce qui ressemble sinon à une conspiration du moins à une relativisation de son œuvre. La même conspiration que d’aucuns croient avoir constatée à propos de l’œuvre de Cheikh Anta DIOP. On peut toutefois douter que la pensée de FANON soit devenue « lointaine et déphasée ». Elle est au contraire plus que jamais actuelle. A un moment où, pour des raisons exécrables, bon nombre de Noirs se plaisent à jouer voire à surjouer aux « Noirs », à endosser les pires stéréotypes et clichés, donc à les perpétuer, on gagnerait à relire FANON et à ressusciter un homme disparu à un « âge où la plupart en sont encore aux fondations d’une œuvre ».

Tijane BAL « Frantz Fanon, portrait », par Alice CHERKI. Editions du Seuil. 315 pages. 19,82 €.


par Ada Bessomo i le paradis existe, il doit avoir le velouté et la fraîcheur d’une salade de fruits. Mais cela est une autre histoire. L’écrivain djiboutien Waberi est à coup sûr rêveur de haut vol. Oui, le bonheur se consomme comme un mélange de belles primeurs. Prenez une pleine louche de candeur. Ajoutez-y le cran de croire ceci : tant que vivent les hommes, l’espoir respire. Secouez l’ensemble avec les énergies amies, les secours bienveillants, et obtenez votre velouté de fruits ! Obtenez la deuxième livraison du guide La Tribu. Guide concocté par l’Association de la communauté noire en métropole lilloise. Affaire de crédibilité, de longévité, de fruité. Nombreux sont celles et ceux qui ont partagé les délices de sa confection. Plus nombreux les acteurs commerçants, les acteurs culturels soucieux de confier leur image à La Tribu, cette année. Merci à tous. L’œuvre de mémoire s’érige aussi par les égards donnés aux souffles des musiques, de l’écriture, des autres arts qui parfument si bien le quotidien. Le chevalier Saint Georges commence d’être réhabilité en France : il recommence d’être donné aux plaisirs des oreilles et des concertistes. Madagascar, comme la France n’oublieront pas cette année. Ni d’autres, dont 1947 à l’île rouge. Les écrivains Rakotoson et Raharimanana disent le relief de leur Madagascar, racontent les écueils de notre mémoire. N’oublions pas ! N’oublions pas que tout est affaire de conviction, d’autres diraient d’inspiration, quand il faut donner une âme à l’action. L’enthousiasme, cette fois, plus franc des uns et des autres ne sera jamais insignifiant. Les contributions spontanées de divers acteurs nourrissent la qualité de ce guide. C’est si bon de savoir qu’il y a tous ces parfums, tant d’âme dans la salade d’une tribu.

S

Le paradis n’arrive jamais seul. Avec lui tous les arômes prennent le goût de l’enfance, du bonheur originel pour lequel nous luttons le temps de la vie restante afin de le retenir auprès de nous. Un peu comme cette feuille-là qui se cueille à l’arbuste, sèche un moment, puis, mise

à infuser dans de l’eau chaude, rougit pour le bonheur du palais. On l’appelle “bissap” en wolof. Elle combat les fatigues, récompense les efforts. C’est qu’il s’agit de rendre sucré son goût originel acidulé. Cette oseille tropicale garde le parfum troublant de la main qui l’a cueillie, ou préparée. C’est ce que disent tous ceux qui aiment à penser que ce monde est leur paradis, malgré tout. Ils disent même, tous ces gens, que le paradis aurait des fois le parfum troublant du bissap. Mais ceci est une autre affaire, sans doute.

Sites incontournables sur Internet www.latribudelille.org A l’occasion de la parution de cette édition 2002-2003, le site internet de « LA TRIBU » vient de subir une cure de remise en forme. Plus dynamique et informatif, il est le complément idéal de ce guide papier. A consulter, sans modération ! Webmaster : Serge Mbarga. Home page : Hamdiatou Dia. e-mail : latribudelille@hotmail.com

www.multimania.com/mbarga

Le Songo, jeu stratégique issu de la culture Ekang - l’Awalé en est une variante – est, aujourd’hui, sur Internet, grâce à Serge Mbarga. On peut y jouer « on line » et apprendre aussi ses subtilités.

5

EDITO

Un parfum troublant de Bissap !


Parlez-nous de vous

Michèle Clotilde nseigner dans le

E Nord-Pas-de-

Calais, pour moi, est une longue histoire que je pourrais écrire. Je me revois en Guyane « jouer à la maîtresse à l’âge de 4 ans, me faire des sous pendant les vacances à occuper les enfants du quartier en dictée et calcul à l’adolescence et décider de faire des études de psychologie pour former les enseignants à organiser leurs enseignements en respectant la personnalité des élèves ». Je n’ai jamais pensé que j’enseignerais en France, ayant fait mes études pour servir dans les pays où la demande est forte (élèves et étudiants de pays sous – développes avec lesquels j’ai des similitudes de couleur, d’histoire, de culture). C’est vrai que c’est plus facile d’enseigner à qui on ressemble. Mais ce n’est pas l’enseignant qui décide à qui il ressemble, ce sont les autres qui le regardent et qui décident pour lui. J’aurais pu quitter cette région et cette population dont la majorité à l’époque, n’était guère accueillante. Non, du moins, les gens de ma référence socio-professionnelle n’étaient pas ceux qui me faisaient le meilleur accueil. Je me souviens avoir écrit, alors, à un haut responsable de mon administration, vu tous les problèmes que je vivais dans l’établissement où j’exerçais : « Mettez – moi là où on a l’habitude de voir les gens comme moi : femme de ménage à un étage, ou dans une guérite à l’entrée d’un parking ». Quinze jours après, j’ai eu la visite d’un inspecteur. Je suis restée dans la région par entêtement ! J’ai essayé de comprendre ! De toute façon, seule et mère de 8 enfants, je ne devais pas baisser les bras. La seule référence africaine, noire, culturelle de mes enfants, c’était moi. Et être faible, subir, fuir, c’était leur faire intérioriser l’incompétence du noir par rapport au blanc décideur, les éduquer à accepter l’infériorité.

6

Eduquée dans la lutte et le respect des droits de tout homme quelle que soit sa couleur et sa condition sociale, j’ai toujours su classer mes interlocuteurs européens entre Humain et Animal à quatre pattes. Aujourd’hui, j’enseigne avec ma philosophie afro-caribéenne et africaine la philosophie occidentale que j’apprends en même temps que mes élèves. Et j’enseigne à l’Université la psychologie que je connais en vue de l’appliquer à des réalités locales qui sont bien proches des réalités des pays sous-développés. Les problèmes que je vis sont partagés par beaucoup d’autres. Je sais qu’en éliminant certains de mes principes, je gagnerais vite et beaucoup, mais je sais que je perdrais beaucoup de ma liberté de paroles et d’actions. Les difficultés que je ressens dans mon travail ont trait à des questions de gestion du temps et des activités. J’aurais aimé bénéficier de temps pour faire bien, pour faire mieux. Autre difficulté à signaler aux jeunes, en France, on ne considère que l’activité visible du travail et de la renommée sociale, le pouvoir de l’image. C’est ce qui expliquerait qu’une personne en présence de ses supérieurs parle beaucoup, bouge beaucoup pour être jugée positivement en fonction de ses « mostrations ». Si vous avez été éduqué dans la modestie et l’humilité, vous avez intérêt à travailler aux USA, sinon à laisser faire le temps comme en Afrique, en gardant les principes qui garantissent votre intégrité morale et surtout votre dignité. Michèle Clotilde est l’heureuse maman d’une jeune femme, pleine de talent, Mariocta Dengbana Clotilde, une grande voix du blues et du gospel, à Lille, que « LA TRIBU » vous a présentée, dans son premier numéro de 2001-2002.


ui aurait pu prédire

Q le fabuleux destin

de Léopold Sédar Senghor? En plein cœur de la communauté Sérère du sud du Sénégal, en 1906, Léopold fait ses premiers pas, partagé entre la plantation familiale de Joal et la maison maternelle de Djilor. Les va-et-vient incessants des saisonniers aux origines diverses bercent son enfance aux rythmes des valeurs de tolérance et d’opulence principalement incarnées par son père, Diogoye Basile. «Servante fidèle de mon enfance, voici mes pieds où colle la boue de la civilisation ». Fort de ses racines et après de brillantes études aux missions catholiques de Djilor, Ngasobil ainsi qu’au collège-séminaire de Dakar, il émigre en France en 1927 afin de préparer l’Ecole Normale Supérieure. Enrichi par la rencontre d’Aimé Césaire et Léon Damas, il fonde le courant de la négritude, porte-parole des valeurs propres à «l’homme noir», acteur du métissage culturel. A 29 ans, il devient le premier étudiant noir agrégé de grammaire et enseigne au lycée Descartes de Tours tout en militant pour les socialistes. La guerre va bousculer ces certitudes et alors qu’il est fait prisonnier de guerre par les Allemands, il écrit sur la souffrance des noirs devant la « barbarie des civilisés » (Hosties noires). La cause est entendue. Dès sa libération, il «tombe en politique» pour dénoncer le fait colonial. « Si l’on veut nous trouver des maîtres, il serait plus sage de les chercher du côté de l’Afrique (1)». En 1951, son mouvement, le Bloc Démocratique Sénégalais, socialiste mais aussi représentant de la ruralité sénégalaise, remporte largement les élections législatives et marque le retour de l’enfant Senghor au pays natal. Dès lors, au prix de

négociations laborieuses, il lance le Sénégal sur le chemin de l’indépendance avec l’espoir d’un développement fondé sur la culture. Une autre page se tourne. Désormais, Senghor, élu président de la République du Sénégal, s’attache à hisser son pays sur la voie démocratique, employant parfois des méthodes qui laissent peu de place à ses adversaires. En 1980, après 20 ans de pouvoir, il choisit de démissionner de la présidence et transmet à son dauphin, Abdou Diouf, un bilan certes mitigé sur le plan économique, mais qui a le mérite d’être reconnu sur la scène internationale comme un exemple de transition démocratique. Senghor, le poète, reprend ses droits sur l’homme politique. Au côté de sa deuxième épouse, Colette, Française d’origine normande, il s’exile à nouveau en France. Son œuvre poétique rassemble toutes les facettes de sa vie. Evocation de l’Afrique ancestrale, des beautés des femmes couleur ébène, poésie combattante à ses heures ou intimiste dans ses dernières années, Senghor raconte dans un style rythmé évoquant les tam-tams de sa terre natale. Membre de l’Académie Française, il reflète le mélange de la culture occidentale et de la culture africaine, «parce que nous sommes des métis culturels, parce que si nous sentons en nègres nous nous exprimons en français(1)». Lorsqu’il nous quitte le 20 décembre 2001, l’Afrique pleure son enfant de France et s’interroge sur l’indifférence manifeste de nos Chirac, Jospin et autres qui ont oublié si vite leur prestigieux fils d’adoption.

Julie MENDY (1) Léopold Sédar Senghor, Œuvre poétique, Ethiopiques, éd. du Seuil.

7

Histoire

Senghor, ce fils prodige du « Lion »


Itinéraires d’artistes

Itinéraire d’artiste Avancer dans le paysage avec Brahim Bachiri C’est bien la question du seuil, du passage, de l’accès à un «entre-deux», dans leur négociation subjective et complexe que traite l’œuvre de l’artiste marocain Brahim Bachiri. u’il s’agisse de vidéo, outil par essence apte à traiter de migrations, concrètes ou psychiques, ou du croisement de ce même médium avec l’installation, le travail de Bachiri atteste de la question – aujourd’hui inachevable – des cultures transnationales (Ella Shoat). Mais si le terme «émigration» peut suffire à une ordinaire taxinomie, celle-ci ne saurait épuiser la réalité d’un monde mouvant, comme l’indique l’anthropologue algérienne Tassadit Yacine. Bachiri s’attelle précisément à ce qui, trop souvent, relève d’une évidence déictique, d’une pure énonciation, pour sonder plutôt «l’impensé» du trauma qu’implique toute migration. Car en déplaçant notre corps, c’est aussi un «corpus» de mémoire que nous déplaçons avec lui, d’un lieu à l’autre, de territoires en frontières.

Q

« Avancer dans le paysage » est bien cette expérience dont il est question en tout voyage. C’est aussi, par là, en voir émerger d’autres paysages, multiples et inattendus : de celui créé par l’expectative à celui du réel, de celui imaginaire à celui intérieur, parfois plus résistant, plus dialectique. Tout devient aléatoire, impondérable dans le déplacement. Tout aussi, plus que jamais, nous y « fait signe ». Des objets familiers, autrefois immergés dans l’évidence d’une quotidienneté, considérés comme décor invisible parce que permanent et n’offrant nul contrepoint à une perte annoncée, passent ainsi de « l’a-perception » à une intense revalorisation. Dans l’œuvre de Bachiri, les objets jouent un rôle majeur. Des problématiques quotidiennes plus universelles – ou problématiquement globales – travaillent également l’œuvre de l’artiste. Ainsi, celle d’un rapport quotidien, quasi orwellien, aux médias, à travers une vidéo filmant le feuilleton américain «Les Feux de l’Amour», massivement importé en Europe ; véritable martèlement d’un «American way of life» , sans doute divergent d’une réalité américaine empirique, mais qui néanmoins, tente

8

Les objets jouent un rôle majeur dans l’œuvre de Brahim Bachiri. d’inculquer l’inlassable projet de son idéologie puritaine et normative. Autre geste polémique de l’artiste : ces écrans de télévision brisés au sol, à l’égal de pots d’argile (« Installation éphémère » - 1997). Si les migrations sont une réalité en acte en Occident, si elles ont fait l’objet de décrets juridiques plus ou moins discutables selon les pays, si elles furent trop souvent associées aux symptômes de malaise, de violences, il fallait qu’un artiste marocain nous en donnât sa version intériorisée, afin d’en déjouer les abstraites statistiques médiatiques et les tenaces stéréotypes, pour nous restituer la réalité d’un vécu, de mémoires en quête d’elles-mêmes, d’instabilités et de brèches culturelles causées par les représentations de l’Autre, si brillamment déconstruites par Edward Saïd.

(Extraits « Des Relativités de l’Horizon » ).

Venez « cheminer » avec Brahim Bachiri, du 28 septembre au 21 décembre 2002, Bureau d’Art et de Recherche, 11, rue du Grand-Chemin, à Roubaix, du mercredi au samedi, de 17 h à 19 h, et sur rendez-vous. (Métro : Grand-Place)


A LILLE

Le bonheur « Sous les tropiques »

“NOUVEAU”

Ouvert du mardi au samedi, de 10 h à 20 h. Fermé dimanche et lundi. 139, rue des Postes (Métro : Wazemmes). Tél. 03 28 82 06 14. • Fax. 03 20 57 38 06.

“BELLE ÉTOILE” Cosmétiques ; alimentation ; Tissus ; cassettes, CDs… Ouvert du lundi au samedi de 9 h 30 à 20 h. 96, rue Jules-Guesde. Tél. 03 20 15 87 89. (Métro : Wazemmes). “ALIMENTATION BALIAN” Cosmétiques et alimentation. 24, rue d’Iéna. Ouvert le lundi de 14 h à 19 h ; du mardi au samedi de 10 h à 20 h ; dimanche de 10 h à 19 h.

L’adresse idéale pour une escale ensoleillée: «Sous les Tropiques» a jeté l’ancre au 139, rue des Postes, à Lille. La façade, aux couleurs gaies, invite à découvrir le lieu. L’établissement dispose, en rez-de-chaussée, d’un riche éventail de denrées et épices africaines. L’étal des poissons surgelés vous transporte à des milliers de kilomètres de la capitale des Flandres. Les connaisseurs savent y trouver leur bonheur entre les capitaines, machoirons, tilapias, chinchards ou maceros, poissonschats, thiofs, ombrines vidées ou entières, dorades vidées - la ménagère les préfère de plus en plus vidées pour gagner du temps. Au rayon légumes, le choix est tout aussi large, avec ndolé, poudou, pwen, okok, foumboua, folon, bitehuteku, bananes plantains, ignames, etc. Les compléments sont aussi présents sur les étagères avec les bâtons de manioc, le miondo, l’attieké du Cameroun, le gari du Togo, le mitoumba, le chikwang. Du côté des liquides, une large gamme de boissons, bières, limonades africaines, rhums antillais, sirops. Et pour les personnes coquettes, des mètres de rayonnages sont emplis de produits cosmétiques. Pendant qu’à votre guise, vous emplissez votre panier, vous êtes bercé par les musiques africaines et antillaises du moment. Vos hôtes, M. et Mme Oba’a, ont pensé à tout, même à la sonorisation impeccable du magasin, qui transforme les courses en moment de détente. Ils n’ont pas oublié le kaolin et la kola, symbôle de partage dont les connaisseurs raffolent. L’accueil y est tout simplement royal ! Le bonheur, simplement, «Sous les tropiques », c’est un accueil chaleureux, et surtout des produits de qualité. Ella WANDA

9

Alimentation

Alimentation


LE MONDE EN WORLD PHONIE « Allô ! Kinshasa ? Ici Lagos ! Allô Yaoundé ? Rio de Janeiro, j’écoute ! ». La véritable révolution du siècle qui vient de finir est celle des communications. Demandez à la Sierra-Léonaise qui passe du “pidgin” au “krôh” en cabine numéro huit de vous démentir. Elle sortira son regard apitoyé sans un mot et vous plantera là, pour aller continuer sa journée, l’esprit plus gai. Ouvert dimanche midi et soir

Jean-Robert Nzali est de ceux qui savent que parler à son cousin d’Afrique comme à l’ami de Roubaix n’a pas de prix. Garder le contact avec son entourage américain, africain, australien, brésilien, antillais appartient à ces bonheurs qu’on célébrera encore.

12, place Sébastopol - Lille Tél. 03 20 40 24 80 ou 06 64 97 02 54 www.a-sebastopol.com

Chez World Phonie, l’espace est celui des communications. Une dizaine de cabines téléphoniques, de très bon confort, attendent les clients ainsi que près d’une douzaine de postes internet à haut débit permanent. C’est la possibilité donnée de télécharger et de graver à grande vitesse son et image. World Phonie propose des abonnements sur le “net” à des prix très compétitifs. Ouvert à la mi-janvier 2002, World Phonie assure aussi l’envoi et la réception du courrier par fax, les photocopies, ainsi que, dans un proche avenir, la vente de produits cosmétiques.

LE VA-ZEN – CAFÉ-BRASSERIE 108, rue du Marché.

Ada BESSOMO

59000 Lille-Wazemmes. Tél. 03 20 06 96 31.

WORLD PHONIE

Ouvert de 10 h à 21 h

161, rue de Wazemmes. 59000 Lille. Ouvert tous les jours de 10 h à 22 h. Tél. 03 20 74 04 03. Fax : 03 20 74 04 41. e-mail : worldphonie@freesurf.fr

et le vendredi de 10 h à minuit. Fermé le mercredi.

10


Le CH’TI CREUX

MASSENA PRIMEURS : A TOUTE HEURE ! Massena Primeurs, situé rue du même nom, est l’endroit qui permet de combler le petit creux, quand le reste des lieux de vente a déjà fermé. Saïd Bagheza ouvre tous les jours pour dépanner tous ceux qui ont oublié de se procurer de quoi se sustenter : le dimanche, de 11 h à minuit; du lundi au jeudi, entre 17 h et minuit ; le vendredi, de 17 h à 1 h ; le samedi de 17 h à 2 h du matin. Cadre chaleureux, où sont exposées des peintures d’un peintre régional. Saïd a choisi Massena Primeurs pour l’excellente situation de cette rue, proche de tout, et pour le soulagement de tous ceux, pour qui des primeurs à toute heure, du jour et de la nuit, sont une belle aubaine.

104, rue Masséna 59000 Lille. Tél. 03 20 57 39 12.

Le CH’Ti Creux est l’histoire d’une rencontre entre un torréfacteur, les Cafés Ram de la Madeleine, et Yves Fombasso. De cette rencontre est né un concept de restauration “rapide”. « Notre objectif était de faire cohabiter face à face la viennoiserie et la vente et dégustation de café. Puis l’idée d’une restauration du boulanger s’est installée. En 1998, un an après l’ouverture, j’ai développé une restauration autour du pain », précise Yves Fombasso, qui dirige l’établissement lillois avec sa femme, MarieClaude. Du sucré au salé, la boutique, scindée en deux, offre d’un côté une large palette de viennoiseries, pâtisseries et toute une gamme de faluches, tartiflettes, croque-monsieur, pizzas et autres tartes salées à consommer sur place ou à emporter. A découvrir notamment la Ch’Ti Creux, une tartine à base de maroilles, d’emmenthal rapé et de crème fraîche. Pour ceux qui souhaitent faire une pause déjeuner, la formule se décline en trois menus à 5,95 €, 7,47 €, et 9,15 €, composés d’une tartine chaude et d’une salade complète. « Notre clientèle étant à 33% constituée de femmes, nous avons voulu leur offrir la possibilité de manger à midi comme on mange chez soi, aussi rapidement et pour pas cher », souligne Yves, qui, parallèlement, concocte chaque jour un plat du jour à déguster pour 6,90 €. L’autre partie de l’établissement situé rue Gambetta est entièrement consacrée à la vente de café en vrac et à sa dégustation. Noir du Brésil, Suprême de Colombie, Moka d’Ethiopie, Santos du Costa Rica, Yves et Marie-Claude Fombasso proposent une rigoureuse sélection de cafés parmi laquelle le « Cafram », un café doux et tonique au goût du Nord, à base de 85 % d’arabica du Brésil et de 15 % de robusta d’Afrique, dont ils ont l’exclusivité. Fort du succès que connaît son concept, Yves Fombasso multiplie les projets.

153, rue Léon-Gambetta à Lille ; ouvert de 8 h à 19 h 30, du lundi au samedi. TR. e-mail : yves.fombasso@wanadoo.fr

11


Alimentation

Alimentation A LILLE

eau ! Nouv “LE SANDAGA”

“LA PLANTATION” Traiteur de produits antillais Vente à emporter - Organisation de réception. Ouvert de mardi à vendredi de 10h à 14h30 et de 18h à 21h ; samedi de 10h à 20h ; dimanche de 9h à 14h30. 4, rue du Marché. Tél. et Fax. 03 20 40 09 63. (Métro : Gambetta). CB.

Tous produits africains. 44, rue Bernos. Tél. 06 68 43 04 83. (Métro : Fives).

A ROUBAIX “AFRICA” Alimentation, cosmétiques (mèches, perruques, défrisant) ; CD et cassettes… 141, rue de l’Alma. 59100 Roubaix. Ouvert tous les jours de9 h à 19h, fermé les jeudi et dimanche. Tél. 03 20 27 42 10.

eau ! Nouv “MAMIWATA” Traiteur de spécialités africaines et créoles. 14, rue de l’Hôpital-Militaire. (Métro : République ou Rihour). Tél. 03 20 54 31 88.

A LILLE-FIVES “LA SAVANE” Produits français et exotiques. 280, rue Pierre-Legrand. Tél. 03 20 04 08 83. (Métro : Marbrerie).

ET ENCORE… “GRANDES SURFACES” Quelques produits tropicaux, fruits, épices, boissons sont en vente dans les rayons des Carrefour Euralille, Lomme et Wasquehal ; Cora ; Super M au Croisé-Laroche. On n’y trouve pas, en général, de spécialités et de produits africains, sauf opérations promotionnelles. * L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

12


“AUTOCHTONE INTERNATIONAL”

FORMATION JEAN YENOTH F.J.Y. F.J.Y. est une structure tridimensionnelle fondée sur les dimensions corporelle, intellectuelle, spirituelle et proposant des stages, cours, conférences, séminaires, colloques en France, DOM, TOM et à l’étranger, tous niveaux.  DIMENSION CORPORELLE / SPIRITUELLE • Danse africaine « Ivanga ». • Fit Dance. • Massages gabonais traditionnels. • Gymnastique défensive Ivanga-Gediva. • Percussions gabonnaises. • Ken’Budo : self défense intégrale féminine et masculine.  DIMENSION SPIRITUELLE • Chorale gabonaise : chants gabonais en musique / percussions. • Relaxation dynamique autogène.  DIMENSION INTELLECTUELLE • Philosophie. • Histoire. • Sciences de l’Education, communication et pratiques de formations. • Culture générale. • Techniques d’expression : écrite, orale, communication et relations humaines. • Conférences, séminaires, colloques sur les cultures gabonaises et africaines. • Ethnologie critique. • Etc.

Tous les instruments de musique africains : djembés de toutes tailles, balafons, coras, sabars, etc… Textiles et accessoires : tissus africains (lagos, wax) pantalons, tuniques, boubous, sacs, bijoux, chaussures, batiks muraux, bogolans… Tout pour décorer la maison : paniers traditionnels de Thies, nattes, poteries, coffres, sculptures, chaises croisées, tables unions… Jeux de société traditionnels en bois (awalés, yotés, kissoros). Objets originaux en calebasse, cuir, vannerie… 2, Centre artisanal Bernard-Palissy, rue de l’Egalité - 59160 Lomme. Ouvert le mercredi et le samedi de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h. Tél. / Fax. 03 20 00 84 55. Tél. 03 20 00 84 21. e-mail : autochtone@wanadoo.fr

“MISS ÉBÈNE” Objets d’art importés d’Afrique de l’Ouest Ouvert du mardi au samedi de 10 h à 19 h. 37, rue Saint-Nicolas 59000 Lille. Tél. 03 20 30 01 03.

“BEKANTIE” Contact : 06 80 20 03 94. Tél./Fax. : 03 20 75 60 06. 03 20 22 25 78.

96, rue Esquermoise. 59800 Lille

13

Art et Artisanat

Art et Artisanat


Associations

Associations Près d’une centaine d’associations d’Afrique et des Antilles existent dans la métropole lilloise. Cela témoigne de la vitalité de la communauté noire dans notre région. Pour figurer dans cette présentation des associations métropolitaines et régionales, il appartient aux responsables de nous communiquer leur adresse et un résumé de leurs activités. Merci d’écrire à : « La Tribu » ACNLME, (Mise à jour des associations) 19, rue Henri-Kolb, 59000 Lille - e-mail : latribudelille@hotmail.com ASSOCIATION DE LA COMMUNAUTÉ NOIRE DE LILLE-MÉTROPOLE ET ENVIRONS L’Association de la Communauté Noire (ACNLME) s’est donné pour but de promouvoir la culture et les activités du monde noir. Elle édite, à Lille, ce premier guide thématique régional « La Tribu » regroupant les chefs d’entreprise, artistes, écrivains, associations et autres membres de l’Afrique noire, de sa diaspora et de ses sympathisants qui participent à la vie de la cité. 19, rue Henri-Kolb 59000 Lille. Tél. 03 20 57 86 46 (après 17 h). ou le président de l’Association au 06 73 18 52 92. Site internet : www.latribudelille.org e-mail : latribudelille@hotmail.com ASSOCIATION SOCIALE CULTURELLE ET SPORTIVE LE SALSERO LILLE-WAZEMMES Les « Salseros » organisent des manifestations festives, sportives et culturelles où la convivialité règne et où l’on prend plaisir à s’amuser utilement. Les actions ponctuelles font aussi partie de la vie de l’association, comme les envois vers le Sénégal de livres et matériels scolaires. Grâce aux tournois, aux soirées dansantes, aux concerts, aux repas, aux ventes d’art, les rêves deviennent peu à peu des réalités, telle la bibliothèque inaugurée en janvier 2001 au Salsero. La fête reste au cœur des préoccupations : les «10 heures de Wazemmes» avec des

14

rencontres sportives, une kermesse, un festival de musique, sont organisées chaque année, au mois de juin, par les membres bénévoles. 19, rue Henri-Kolb. 59000 Lille. Tél. 03 20 57 86 46. ASSOCIATION AFRICAINE POUR LE DÉVELOPPEMENT DES ÉCHANGES ÉCONOMIQUES ET CULTURELS Développer les relations économiques et culturelles entre la France et l’Afrique. 19/11,rue Ogier-de-Bousbecque. 59200 Tourcoing. AFKA L’Association de Femmes Kasaïennes veut œuvrer pour établir d’un assistanat socioéducatif aux femmes déshéritées dans les régions du Kasaï, en République Démocratique du Congo ; récolter des fournitures scolaires, pour les envoyer dans les régions du Kasaï, en faveur des écoliers nécessiteux ; consolider la solidarité entre les membres de l’association. 15/014, allée des Métiers. 59260 Hellemmes. Tél. 03 20 04 67 80.


AFRO ART L’association Afro Art a été créée en 1991. Son objectif est de produire et de réaliser des films audiovisuels et cinématographiques. En 1991, l’association a produit un documentaire de 26 minutes sur les jeunes demandeurs d’asile politique zaïrois, «L’Exil de la Rumba Rock», primé au festival de l’Acharnière. Ensuite, attirée par la musique traditionnelle du nord de la France, l’association a coproduit deux vidéos de chansons picardes avec des artistes comme Simon Colliez. En 1994, Afro Art a produit « SiGUI », documentaire de 52 minutes qui aborde les conditions de création et de production de la world music par les musiciens africains. Le film a été diffusé sur Planète France et internationale. Actuellement, l’association produit et réalise un magazine culturel africain, «SANGO», diffusé sur Canal 9 Télévision. 301, avenue des Nations-Unies. 59100 Roubaix. Tél. 06 65 04 23 86. Fax 03 20 45 06 17. e-mail : bakonga@altavista.fr ARTS ET MEDIAS D’AFRIQUE En 1992, l’association «Arts et médias d’Afrique» voit le jour, à l’initiative d’un Tchadien, Nocky Djedamoun, et d’une Ivoirienne, Maïmouna Coulibaly, installés à Lille et soutenus par un petit groupe d’amis africains et français. Leur objectif : créer un festival consacré à toutes les facettes de la créativité négro-africaine, avec une prédominance marquée pour la littérature. La préoccupation de ces rencontres sera de contribuer à une large diffusion des œuvres de ces artistes, mais aussi de susciter une réflexion sur le développement de l’Afrique. Ce sera Fest’Africa, qui deviendra très vite, loin de tout folklore, l’un des carrefours entre la vie culturelle du Nord-Pas-de-Calais et les créateurs africains.

9 / 2, Petite rue de l’Alma Rés. Alma-Jacquet. 59800 Lille. Tél. 03 20 06 21 59. Fax. 03 20 06 21 45. e-mail : festafrica@nordnet.fr Internet : www.nordnet.fr/festafrica ASSOCIATION INTERCULTURELLE ET D’ENTRAIDE DE LILLE 321 / 104, rue de l’Arbrisseau. 59000 Lille Tél. 03 20 96 22 42. ACAM ASSOCIATION CULTURELLE DES AFRICAINS DE MONS Solidarité, entraide et culture sont les buts de l’ACAM, l’Association Culturelle des Africains de Mons. L’objet de l’association est, entre autres, d’organiser des opérations promouvant la rencontre et la connaissance des cultures traditionnelles africaines, amérindiennes, aborigènes, par le biais d’échanges de personnes, d’animations musicales ou théâtrales, de conférences, d’expositions, de soirées tropicales. Ces activités nombreuses et régulières tout au long de l’année serviront également à financer les activités d’aide au développement. 9/8, avenue René-Coty. 59370 Mons-en-Barœul. Tél. 03 20 47 60 99. ASSOCIATION PAS ET RYTHMES DE LA SAVANE Créée en 1991, l’Association dirigée par Olivier Ruguduka, percussionniste, danseur de valeur internationale, vise la prormotion de la culture africaine grâce à la danse et aux percussions de la forêt et de la savane. L’association comprend un orchestre de musique moderne d’Afrique centrale : soukous, rumba, zouk… Le groupe a pour nom «Savannah sounds». L’association œuvre aussi à la pédagogie des danses d’Afrique

15

Associations

Associations


Associations

Associations centrale en dispensant des cours à Lens, Béthune, Calais, Dunkerque ainsi qu’en milieux scolaires et universitaires. Elle anime enfin toute manifestation, africaine ou autre.

Contact : Tijane 03 20 05 30 05 AWANA AFRICA, Radio Campus 106.6FM, samedi de 15 h à 16 h e-mail : awana.africa@free.fr CLUB D’ANIMATION CULTUREL FRANCO-AFRICAIN

14, rue de Picardie 59760 Grande-Synthe Tél. 03 28 21 99 58 ASFAN Association de Solidarité des Femmes Africaines du Nord. L’association veut élaborer des liens entre les femmes africaines. 6 / 10, rue F.-Coppée 59000 Lille. ATELIER POPULAIRE D’URBANISME DE WAZEMMES Permanences tous les premier et troisième samedis du mois, de 10 h à 12 h. 90, rue Racine. 59000 Lille Tél. 03 20 15 89 37 AWANA AFRICA Il faut rendre à César ce qui est à César. AWANA AFRICA (Les enfants d’Afrique), c’est d’abord un hymne à la diaspora composé par le très connu chanteur et musicien gabonais Pierre AKENDENGUE. Puis la chanson a servi de support à une émission de radio hebdomadaire consacrée à l’Afrique et à sa diaspora. L’émission s’est doublée d’une association aux objectifs similaires. Le but de cette association est principalement l’organisation de débats ou la participation à des manifestations culturelles relatives au monde noir. Les habitués du café « Le Salsero » sont bien placés pour le savoir, puisque cet endroit a abrité quelques-uns de ces débats. La dernière initiative en date a été un double hommage à Mongo BETI et à Léopold Sédar SENGHOR.

16

Animations récréatives 2, place Jean-Moulin 59650 Villeneuve-d’Ascq COLLÈGE DES SAGES « Le Collège des sages » s’est donné pour mission de faire mieux connaître la culture africaine et de venir en aide à ses membres en respectant leur identité et leur culture. Le « Collège des sages » a pour but d’intervenir auprès des familles africaines par des rencontres et des échanges, en permettant aux parents de parler des difficultés rencontrées dans l’éducation de leurs enfants sous le regard de spécialistes. 9 / 97, rue du Vivat 59650 Villeneuve-d’Ascq Tél. 03 20 61 19 42 CRAFF Le CRAFF (Conseil Représentatif des Africains Français de France) s’adresse aux 200 000 familles d’Africains-Français installées sur le territoire national ; à toutes les femmes et à tous les hommes de bonne volonté, qu’ils soient étrangers ou français, préoccupés par les inégalités et les injustices, le racisme ou la xénophobie dont sont victimes les Africains ; à tous ceux qui souhaitent développer une autre image, plus positive, de l’Afrique et des Africains ; à tous ceux qui sont attachés à perpétuer les liens entre la France et l’Afrique et à leur


donner un nouveau sens ; à tous ceux qui œuvrent au développement de l’Afrique. Le CRAFF est ainsi ouvert à tous sans considération ethnique ou religieuse, politique ou culturelle de ses adhérents. 99, rue Balzac. BP 1360 59015 Lille Cedex Tél. 03 20 53 71 91 Fax : 03 20 53 71 94 e-mail : craff@wanadoo.fr CRAO COMMUNAUTÉ DES RESSORTISSANTS DE L’AFRIQUE DE L’OUEST L’association CRAO a été créée en 1979. Elle regroupe en particulier des Sénégalais, des Mauritaniens, des Gambiens et de plus en plus de jeunes Français issus le l’immigration noire africaine. Elle entend contribuer à l’évolution harmonieuse des ressortissants de l’Afrique de l’Ouest dans la vie de la cité et favoriser l’accès de son public à la citoyenneté. La CRAO met en avant des activités culturelles dans le but de mieux conduire ses orientations d’intervention telles que la médiation sociale, l’accompagnement scolaire, l’accès au logement ou encore l’aide dans les démarches administratives. La CRAO, c’est aussi une troupe de danse, «M’balax», qui se produit lors de soirées, concerts, décoration et animation de soirées africaines, organisation de repas africains, conseils aux organismes socio-professionnels, cours de danse adultes, cours d’arabe et de sensibilisation sur l’islam, sorties… 20, rue Lille. 59100 Roubaix Tél. 03 20 73 46 81 Fax. 03 20 73 19 11. Internet : www.fraternet.org/crao e-mail : crao@fraternet.org CULTURES ET SOLIDARITÉ Association laïque pour la reconnaissance des droits des minorités culturelles issues de

l’immigration. Découvrir, partager les richesses de la diversité culturelle de la métropole lilloise, favoriser les rencontres interculturelles et l’émergence du multiculturalisme ; combattre les discriminations, la xénophobie et l’antisémitisme ; lutter pour une réelle visibilité des minorités dans l’espace public et une participation effective dans la sphère politique sont des principes fondateurs de l’association. 26 / 1, rue Eugène-Jacquet 59800 Lille. Tél. 06 71 78 11 67 e-mail : culturesolidarite@hotmail.com DANSES ET CULTURES D’AFRIQUE « MÉTIS » Promotion de la culture Soninké. Danse et action humanitaire. David Cissokho, chorégraphe, musicien, danseur anime cette association dont les cours sont dispensés, salle Brossolette, rue Chaplin aux BoisBlancs à Lille. Tél. 03 20 09 23 05 ou 06 80 33 04 18 e-mail : associationmetis@aol.com ENFANTS DE LA BROUSSE Association airoise ayant pour objet l’amélioration des conditions scolaires (hygiène, constructions, fournitures, santé) des enfants dépendant des écoles de brousse (environ 1000 enfants par école) de la région du Siné Saloum, au Sénégal. Différentes manifestations régionales sont organisées afin d’aider ces écoles dans leurs projets : vente d’objets du pays, journées africaines dans les écoles du Nord-Pas-deCalais, spectacles. Aujourd’hui, le but de l’association est de permettre le déplacement d’infirmiers dans ces écoles afin de procéder à des visites médicales régulières, d’où un besoin évident en médicaments et matériels. 52, Grand-Place 62120 Aire-sur-la-Lys Tél. 03 21 88 39 20

17

Associations

Associations


Associations

Associations FÉDÉRATION DES ASSOCIATIONS AFRICAINES DE FRANCE Permanences : Maison de la Solidarité, 68, rue du Marché à Lille (métro : Gambetta) Tél. 03 20 42 98 21 Fax. 03 20 57 82 76. Adresse postale : FAAF. BP 8 59651 Villeneuve-d’Ascq Cedex

l’Esplanade à Lille), le 3ème mercredi du mois, vers 20 h et le 2ème vendredi de chaque mois, de 20 h à 22 h, au Salséro, 19, rue Henri-Kolb. Tous renseignements à l’association : « La SCRIBANDE », centre social de Flers-Sart, boulevard Albert 1er 59491 Villeneuve-d’Ascq Tél. 03 20 81 27 83.

KARIBOU AFRICA Association axée sur les arts et cultures d’Afrique. Des expositions thématiques, des ateliers pédagogiques sont régulièrement organisés. Une galerie artisanale existe aussi. 120 bis, rue Pierre-Legrand. 59800 Lille Tél. 03 20 04 35 54 ou 06 61 91 04 35 e-mail : karibou.africa@wanadoo.fr PANKULTURA 8, boulevard de Verdun. Appt. 5 59000 Lille. Tél. 06 19 42 23 73 e-mail : pankultura@voilà.fr LA SCRIBANDE L’association a pour but de développer les ateliers de cré-écriture. Cré-écrire, c’est écrire pour le plaisir de créer. Un jaillissement spontané. On jette un mot sur le papier comme on jetterait une tache de couleur sur une toile vierge… et le reste vient. On y découvre par le jeu des auteurs, et puis on lit, on partage les textes produits par les participants. Claude Marie-Magdelaine, d’origine guyanaise, a en projet un atelier d’écriture et de lecture publique pour faire découvrir la culture africaine et latino. Deux lieux de rencontre : la Casa del Sol, 22, Square Ramponneau (façade de

18

TAM-TAM Edition d’un mensuel du peuple noir de la région Nord-Pas-de-Calais. Promotion de la culture noire par diverses actions (interventions en milieu scolaire). 122, rue de Gand - 59200 Tourcoing e-mail : tamtam59@free.fr TOSANGANA Fondée en novembre 2001, l’association TOSANGANA, «Rassemblons-nous tous ensemble» (en lingala) veut développer un élan d’échanges et de solidarité, dans un monde où se côtoient avancées technologiques et enfants qui meurent de faim. L’objectif premier est de promouvoir la culture africaine dans le Nord-Pas-de-Calais par l’organisation d’événements artistiques et culturels, dans un but humanitaire et de solidarité internationale. TOSANGANA propose des stages d’initiation de percussions, des interventions de danse et de percussions, dans des écoles ou centres spécialisés. Le second objectif est humanitaire : lutter contre le «noma», cette terrible sorte de gangrène qui s’attaque au visage des enfants de moins de six ans, les défigurant et les empêchant de s’alimenter correctement, au risque d’entraîner, dans les semaines qui suivent les premiers symptômes, la mort de l’enfant. Seuls des antibiotiques, bains de bouche et soins préventifs sont


susceptibles d’éviter ce fléau. TOSANGANA récolte des médicaments, des dons et tente par des interventions dans les médias et par des spectacles de révéler l’existence de cette maladie très peu connue en France. Regroupant des jeunes de tout âge et de toute culture, TOSANGANA essaie de prouver que, malgré de faibles moyens, chaque personne est capable d’agir à son échelle, mais qu’il est plus facile d’avancer, tous ensemble. 24/45, rue des Vergers 59680 Villeneuve-d’Ascq Antonio : 06 61 56 20 59 Nathalie : 06 64 17 87 77.

chants gabonais pour enfants, ados, adultes et seniors ; l’apprentissage d’une langue africaine : omyènè ; l’animation de soirées et spectacles par la compagnie de ballet « Nyno » (le rêve) ; une émission « Elombé Sika » (ou de la discussion jaillit la lumière) sur Radio Pastel (99,4 FM), le samedi de 10 h à 12 h. L’école Izuwa déploie enfin ses énergies dans un projet humanitaire d’action scolaire pour l’école du village de Yombe II , au Gabon. Elle compte y effectuer un voyage pour acheminer un container de livres et de matériel scolaire grâce à votre aide, votre soutien et votre générosité. Contact : 06 08 36 46 93 ou 06 63 84 05 46.

TUTTI FRUTTI Promotion des cultures étrangères, de l’intégration et des animations éducatives dans les écoles.

IVANGA

41, rue de Valenciennes - 59000 Lille. Tél. 06 61 10 42 09. CENTRE-AFRIQUE CŒUR D’AFRIQUE 53/513, Boulevard Van-Gogh 59650 Villeneuve-d’Ascq. GABON IZUWA L’école IZUWA de danse africaine, de percussion et d’action humanitaire sous la direction de Jean Yenoth, professeur, chorégraphe, vous propose son programme de cours, de stages et de formation d’animateurs, de moniteurs et de professeurs ou de danse africaine «Ivanga» et de percussions gabonaises. Ces cours et formations sont ouverts aux enfants dès 5 ans, aux ados, adultes et seniors. L’école vous propose aussi une chorale de

L’Association pérenchinoise IVANGA-A.P.I. vous invite à suivre, dans un esprit familial, convivial, de partage et de solidarité, ses cours, stages et séances d’atelier chorégraphique de spectacles en danse africaine «IVANGA», sous la direction de Jean Yennoth, danseur, percussionniste, professeur pluridisciplinaire et chorégraphe déclaré à la société d’auteurs compositeurs d’art

19

Associations

Associations


Associations

Associations dramatique de Paris. Cette association œuvre aussi ardemment pour un projet humanitaire d’action sanitaire pour le dispensaire du village de Yombe II, au Gabon, et fait appel à votre générosité et à votre bonne volonté pour sa réussite. Contact : 03 20 22 25 78 ou 06 08 14 76 55. GUINÉE ASSAF Action scolaire et sanitaire pour l’Afrique francophone. Président : Siradiou Bah 41, rue Molière 59650 Villeneuve d’Ascq Tél. 03 20 47 31 57 MALI ENTRAIDE FRANCE-MALI L’association « Entraide France-Mali » a été créée en juin 1995 à l’initiative d’un groupe de bénévoles, Français et Maliens, motivés pour l’échange culturel et technique entre les deux pays. L’objectif principal de l’association est de promouvoir le développement de l’éducation, de la santé, des initiatives locales (associations de femmes, de jeunes, de services…) au Mali. «Entraide France-Mali» est une association apolitique à but non lucratif. 42 / 46, rue des Victoires 59650 Villeneuve-d’Ascq Tél. 03 20 05 35 81. Contact : M. Sékou PLEA Site internet : www.fraternet.org/entraide e-mail : entraidefrancemali@fraternet.org.

BP 607. 24, rue Martin-Luther-King. 59650 Villeneuve-d’Ascq. Tél. 06 88 13 77 57. E-mail : diarra.david@wanaddo.fr MAURITANIE ADECA Association pour le Développement Economique et Culturel d’Abdallah Diéry. Abdallah Diéry est un village du Sud mauritanien de mille habitants. C’est pour venir en aide à ce village dans les domaines de la santé (collecte et envoi de médicaments et de matériel médical), de l’éducation (construction de salles de classe, envoi de fournitures scolaires), des initiatives économiques (accompagnement de projets) que cette association s’est constituée le 4 octobre 1997, à l’initiative de ressortissants mauritaniens et d’adhérents français. Contact : 03 20 33 30 65 e-mail : adeca@free.fr MIMADES Migrants Mauritaniens pour le développement de Selibaby L’association a vu le jour en août 2001 à l’initiative de ressortissants du village mauritanien de Windé et d’autres compatriotes africains. Son objectif principal est d’apporter une solution au problème crucial de l’eau que rencontre ce village. Outre cette question, l’association entend également promouvoir les actions visant à la scolarisation des enfants du village ainsi qu’au développement de la santé. Contact : 03 20 56 15 42. SÉNÉGAL

AMARENOR Association des Maliens de la Région NordPas-de-Calais.

20

NATANGUÉ L’association a un but humanitaire. Natangué signifie en wolof : prospérité, fécondité, bonheur. Elle s’était fixé pour


objectif la construction d’une maternité à Diacouma, au Sénégal. Ce projet a abouti. Natangué veut poursuivre en prévoyant d’autres constructions. 138, boulevard Montebello 59000 Lille - Tél. 03 20 54 52 69. Site internet : perso.wanadoo.fr/natangue/natangue e-mail : natangue@wanadoo.fr PARTENARIAT LILLE-SAINT-LOUIS DU SÉNÉGAL Aide au développement de Saint-Louis. Echanges culturels. 1, place Georges-Lyon - 59800 Lille. ASSOCIATION SÉNÉGAMBIE « DEGGO » Créée en décembre 1993, « DEGGO » est une association pour la solidarité, la fraternité et l’entraide. Siège social : Consulat du Sénégal 1, place Georges-Lyon - 59000 Lille Tél. 06 03 94 94 91 (M. Niang), ou 06 75 96 41 07 (M. Lô). ASSOCIATION FRANÇAISE POUR LA PROMOTION DE L’ENTREPRISE AU SÉNÉGAL (AFPES) L’association apporte, à ses membres, son concours dans un esprit d’entraide, de camaraderie, voire de famille , afin de mieux faire connaître les qualités intellectuelles, professionnelles et le savoir-faire des ressortissants sénégalais. Elle met en contact les jeunes Sénégalais diplômés avec les entreprises sénégalaises qui proposent des offres de stages et d’emplois. 5 / 21, Petite rue de l’Alma - 59800 Lille Tél. 03 20 31 42 09.

TOGO MASMA L’association MASMA (être conscient, en kabyé), réalité et développement FranceTogo, a pour objet le développement des relations franco-togolaises, la recherche de partenariat social, sportif et culturel, la création d’événements ayant pour but une meilleure connaissance réciproque des deux pays et toute action favorisant le développement des relations entre les deux pays. 7, place Félix-Clouet. 59130 Lambersart. Tél. 03 20 38 09 06 - Fax. 03 20 93 55 57 www.masma.org e-mail : nrobert@nordnet.fr ASSOCIATION DES JEUNES TOGOLAIS L’association veut organiser des rencontres, des manifestations culturelles entre les jeunes Togolais et d’autres jeunes de nationalité autre que togolaise, afin de mieux faire connaître la culture togolaise. Elle a pour objectif l’amélioration des conditions d’études des jeunes Togolais adhérents se trouvant en France et des jeunes Togolais résidant au Togo. 6, avenue Adenauer - Tour America 1 Appt. 157. - 59370 Mons-en-Barœul. SOLIDARITÉ ENFANTS DU TOGO L’association a pour objet l’hébergement et l’éducation des enfants orphelins et déshérités vivant dans la rue au Togo. 205, boulevard de la Liberté 59800 Lille. CAMEROUN

UNION DES TRAVAILLEURS SÉNÉGALAIS-ACTION REVENDICATIVE 125, rue du Printemps. BP 43. 59651 Villeneuve-d’Ascq.

DIASPORA AFRICA Association à but humanitaire.

ASSEME Association pour le développement et la promotion de la SEME. 1, place Georges-Lyon. - 59000 Lille.

Tél. 03 20 51 06 33.

3 / 32, Rés. Citeaux. Parc Saint-Maur. Saint-Maurice-Pellevoisin.

21

Associations

Associations


Associations

Associations ANTILLES – MARTINIQUE GUADELOUPE - GUYANE

RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

MAISON AFRIQUE-ANTILLES 56, rue d’Eylau. 59000 Lille. Tél. 03 20 54 05 75. BRÉSIL LE BRÉSIL A LILLE Accueillir les Brésiliens arrivant dans le Nord et les aider dans leur installation. Etre un pôle de rencontre pour tous ceux que le Brésil intéresse, ceux qui y partent, en reviennent ou rêvent d’y aller. 292, rue Solférino - 59000 Lille Tél. 03 28 36 25 61 ou 03 20 52 33 66 http://bresilalille.free.fr e-mail : bresilalille@free.fr CUBA SABOR LATINO Danses cubaines et afro-cubaines. Démonstrations et animations pour spectacles. Cours tous les jours. 26, rue de Bapaume. 59000 Lille. Tél. et Fax : 03 20 52 64 57 ou 06 09 49 17 19. www.multimania.com/saborlatino e-mail : saborlatino@wanadoo.fr

CORAZON-CORAZON Association humanitaire créée il y a 4 ans. Elle veut tisser des liens étroits et privilégiés entre les jeunes de la République Dominicaine et les jeunes Français du NordPas-de-Calais. 22, quai du Wault. 59000 Lille. Tél. 06 13 61 72 52. Tél/Fax. 03 20 13 96 64 www.tierras-latinas.com e-mail : EsBonito@wanadoo.fr ES BONITO Créée en 1998, l’association a pour objectif de faire connaître la culture et l’esprit des Caraïbes et des pays d’Amérique latine. L’association propose différents ateliers, de peinture (expression libre), sculpture (expression libre), musique (percussions afrolatines) et danse (salsa, merengue, rueda). 22, quai du Wault. 59000 Lille Tél. 06 13 61 72 52 Tél/Fax. 03 20 13 96 64 www.tierras-latinas.com e-mail : EsBonito@wanadoo.fr

L’ASSOCIATION CRAO - COMMUNAUTÉ DES RESSORTISSANTS DE L’AFRIQUE DE L’OUEST PRÉSENTE

LA TROUPE DE DANSE M’BALAX L’Association CRAO a contribué, en 1990, à la création de la troupe de danse M’BALAX. La musique et la danse font partie de la vie quotidienne sénégalaise. Elles expriment un retour aux sources. La troupe offre aux enfants une possibilité d’affirmer leur identité culturelle et de s’ouvrir aux autres. Elle existe depuis 1990. En juillet 1999, les jeunes filles de M’BALAX (âgées de 6 à 25 ans) sont revenues fortes d’expériences acquises au cours d’un séjour dans leur pays d’origine, le Sénégal. Là-bas, elles ont pu s’exercer, sous l’œil attentif d’une prestigieuse chorégraphe. Elles ont eu le privilège de danser sur les rythmes du sabar du grand Doudou N’diaye Rose. Le spectacle que présente M’BALAX retrace l’histoire et l’âme de l’Afrique, à travers la musique de chanteurs modernes et traditionnels. Les danseuses issues de plusieurs ethnies du Sénégal proposent ainsi un voyage sur les rives africaines à la découverte des danses wolofs, toucouleurs, sérères, mandingues, etc. CRAO - 20, rue de Lille - 59100 ROUBAIX - Tél. 03 20 73 46 81 - Fax. 03 20 73 19 11 e-mail : crao@fraternet.org

22


Parlez-nous de vous

Roger Oba’a Abena,

Officier de marine marchande

ù allez-vous ?

O Les matelots

c’est en bas ! » Plus tard, l’homme qui avait obtenu qu’on le laisse aller voir le commandant du bateau revenait. Il était habillé d’un uniforme très distinct de celui des matelots. Peut-être a-t-il pardonné à celui qui l’avait si vite classé parmi les matelots. Très peu d’officiers de marine en France ont la peau noire. “Roger Oba’a Abena. Je suis Camerounais. Je suis officier de la marine marchande. La marine marchande est le corps qui permet de transporter par mer marchandise, personnes et pétrole. Il existe trois types de navigation en marine marchande : le long cours pour les grandes traversées, le cabotage pour desservir les ports très proches, les croisières pour le transport des personnes. Naviguer par l’un de ces trois modes de circulation demande d’acquérir au préalable une formation. En France, cette formation est dispensée par l’Ecole Nationale de la Marine Marchande, à Nantes, Le Havre et Marseille. Ces écoles forment aussi bien des matelots que des officiers. L’entrée se fait pour les officiers à partir du baccalauréat scientifique, C et D lorsque je le passais, S aujourd’hui. Il faut alors cinq années d’études et trois de stage embarqué à bord d’un navire. Vous obtenez alors le Brevet d’Officier Supérieur de la Marine marchande. C’est à Nantes que, Prix d’excellence au baccalauréat au Cameroun, j’ai été formé. Depuis 1987, année de ma sortie d’école, j’ai d’abord navigué à la Cameroon Shipping Lines, sur des cargos traditionnels, au long cours donc, assurant la ligne régulière Afrique-Europe. J’ai par la suite navigué sur un pétrolier aux Antilles, Brésil, Guyane, Trinidad, Vénézuéla ; j’ai pêché

24

ensuite, avec des chalutiers, en Mer du Nord notamment. Enfin j’ai travaillé sur les ferries et les paquebots. Quel que soit le type de navigation, le personnel obéit à une certaine hiérarchie et comporte certains services. A bord d’un bateau, se trouve un commandant, «seul maître à bord». Il a sous son commandement quatre services en fonction du type de navire. J’ai été chef radio sur le “Daniel Casanova”. Je le suis maintenant sur le “Napoléon Bonaparte”. Ce sont les deux plus grands bateaux de la SCNM. J’assure donc la communication radiophonique par moyens satellites et systèmes hertziens. Je m’occupe également de la maintenance électronique, des radars, de la radio-navigation, des systèmes de positionnement, des systèmes de direction, de tout l’équipement électronique de navigation. Je suis aussi responsable de tout le système vidéo à bord du bateau. Certains points à bord sont l’objet de surveillance par réseau de vidéo communication dirigé depuis un P.C. comme le système des fermetures des portes, qui consiste à allouer chaque jour des codes électroniques aux quelque deux mille cinq cents passagers du bateau. Je dirige aussi l’équipe de maintenance de ces équipements. Il existe aujourd’hui en France trois officiers noirs parmi près de 2000 au total. La tendance, par bonheur, connaîtra un revirement, puisque un officier a choisi de travailler à la formation et à la vulgarisation de ce métier à la Guadeloupe. C’est le goût du voyage qui en fin de compte m’aura attiré le plus dans cette aventure d’officier de marine.» D’autres se frotteront à l’aventure, et l’on dira à première vue lors de l’embarquement : «Les officiers, c’est en haut !», même aux matelots. Propos recueillis par Ada BESSOMO


Café LES TILLEULS Brasserie Du lundi au vendredi midi, venez découvrir une cuisine traditionnelle. La terrasse ensoleillée vous attend… Cet endroit situé au cœur du marché de Wazemmes est très convivial… Les habitués de la semaine « tapent le carton ». Tous et toutes se côtoient. A bientôt !

32, rue Saint-Pierre-Saint-Paul. 59000 Lille. Tél. 03 20 54 49 67. Du lundi au samedi : 10 h 30 – 22 h. Dimanche : 7 h 30 – 17 h.

Maître Georges est l’un des derniers grossistes indépendants de la région de Lille ! Depuis trois générations, il propose ses 1200 références de vins, alcools, bières et softs à ses clients avec un système ingénieux : vous rentrez avec votre voiture dans le magasin et vous vous servez en libre-service. Très commode, et plus de mal de dos à porter caisses et fûts de bière jusqu’à votre véhicule. Ouvert du lundi au samedi de 9 h à 12 h 30 et de 15 h à 19 h.

25


Parlez-nous de vous

Le monde magique de Ndiogou on souhait le plus M ardent est de voir les gens s’unir, se donner la main, avoir la paix et surtout savoir se pardonner. Oui, savoir se pardonner les uns les autres ! » Ndiogou Wack Ba est un pilier des nuits lilloises. Par le simple fait qu’il finit chaque jour son travail à l’heure où le rêve emporte tant d’autres. Ndiogou travaille au café Le Salsero, depuis onze ans déjà. Lorsqu’il arrête le football - la grande passion de sa vie - en décembre 1989, écœuré par des injustices, il rencontre celui qui, à l’époque, tient le café la Pirogue, Elhadji Fall, avec qui, depuis treize ans, il chemine avec enthousiasme. Il n’oubliera pas son premier soir au café Le Salsero, le 22 octobre 1991, dit-il avec fierté. Elhadji,qui l’a affecté là, le rejoindra trois ans plus tard. «Le Salsero n’est pas un café ! C’est une famille !» Voilà qui embrase encore le

regard de l’ancien meilleur buteur sénégalais. Celui qui parle toujours du ballon rond comme d’un sauveur - «J’ai rencontré des amis, appris le sens de la défaite, appris à relativiser… grâce au foot.» - sait trop combien le fait de discuter, de proposer un terrain d’entente à l’autre est primordial dans l’existence. C’est ce qui singularise pour lui Le Salsero. Il parle alors, simplement, de magie. Grand voyageur devant l’Éternel, l’ancienne idole de Saint-Louis du Sénégal évoque la sagesse de son aïeule lui demandant de chercher l’être humain par préférence à l’argent. Ce sens de l’union, du regroupement, il l’a en lui. La magie du Salsero, pour Ndiogou, vient du je ne sais quoi que chacun ressent une fois franchi le seuil du café. Une magie qu’il a encore goûtée, voici peu. Un jeune homme lui racontait qu’il fit le mur du stade un jour pour le voir, le toucher, se jurer qu’il ferait une carrière comme lui. Le jeune homme est devenu depuis un joueur de football internationalement reconnu. Ada BESSOMO

Bars à Lille “Le Salsero” Un bar-rhumerie depuis 10 ans ; une bibliothèque unique dans la région sur l’Afrique et sa diaspora ; et aussi, le siège de deux associations : l’une, de multiactivités, à laquelle on doit des envois de livres et de matériels scolaires vers le Sénégal et la fête de quartier en juin les «10 heures de Wazemmes» ; l’autre qui édite ce guide, «La Tribu», créée pour promouvoir les membres et les activités de la communauté noire installée dans la région. Elle dispose d’un site internet : www.latribudelille.com «Le Salsero», c’est surtout la réussite de Elhadji

26

Fall, l’homme qui le dirige et qui a foi dans les capacités et l’unité de la communauté noire, à Lille et dans le Nord-Pas-de-Calais.

19, rue Henri-Kolb, à Lille - Tél. 03 20 57 86 46. Ouvert de 17 h à 2 h, sauf le dimanche.


“Bananas Pub”

“La Clave”

26, rue Masséna. Ouvert du mardi au samedi, de 20 h à 2 h. Fermé les dimanche et lundi. Tél. 03 20 15 16 60.

31, rue Masséna. Ouvert tous les jours de 18 h à 2 h. Tél. 03 20 30 09 61.

“Le Bangoman” Ambiance afro-jamaïcaine. 85, rue des Postes. Ouvert le lundi, de 15 h 30 à minuit ; du mardi au jeudi de 14 h à minuit ; le vendredi de 14 h à 1 h ; le samedi de 15 h à 2 h. Tél. 03 20 13 97 61.

“Le Djoloff” 37, rue des Postes. Ouvert tous les jours de 17 h 30 à 2 h. Tél. 03 20 30 84 23. “Le Farafina”

“Chez Béart” 43, rue de Wazemmes. Ouvert du mardi au dimanche, de 18 h à 2 h ; dimanche de 20 h à 2 h. Fermé le lundi. Tél. 03 20 88 10 58.

165 bis, rue Solférino. Ouvert tous les jours à partir de 15 h, de mardi à jeudi jusqu’à minuit ; vendredi jusqu’à 1 h, samedi jusqu’à 2 h, dimanche jusqu’à 1 h. Fermé le lundi. Tél. 03 20 54 72 24.

“Le Boundou” 159, rue d’Artois. Ouvert de 15 h à 2 h. Fermé le dimanche. Tél. 03 20 85 20 79.

Tout les deux mois chez votre marchand de journaux FOM : 36 bis, bd de Picpus – 75012 Paris e-mail : fomedia@wanadoo.fr - ww.franceoutremer.com

27

Bars

Bars à Lille


Bars

Le Farafina De Lille… …au paradis !

oici bientôt un an que les Lillois ont pris leurs habitudes au Farafina. Ils savent V depuis un moment que, du lundi au dimanche du côté du Sébastopol, 165 bis, rue Solférino, se trouve un coin de paradis ouvert de 15 h à 2 h du matin. Quand la brume recouvre les nuits lilloises, le phare à Barou, lui, continue de briller. C’est une façade riche en couleurs qui vous arrêtera. Entrez en même temps que les habitués un soir où le vent du nord gèle les arbres ! Il fait délicieusement chaud, vous êtes en terre d’Afrique et le clan de Barou vous reçoit. A peine êtes-vous installé sur les chaises à palabre, qu’une assiette de douceurs apparaît comme par magie sur votre table. C’est qu’ici, point de palabre, juste le plaisir de partager avec des amis ou les habitués du Fara’ un peu d’amour et d’amitié. Au menu, faits maison : de la bière burkinabé (Diapolo, Dolo), des cocktails à base de bon rhum La Mauny*, les bières régionales*, des liqueurs*, des jus de fruits. Quelques exemples de cocktails créés par la maison et qui vous grisent l’esprit de mille parfums : Le Farafina, Punch-qui-m’a-poussé, Punch dogon, Punch Lafia, Punch Bolomakoto, Le Benkadi, Le Wassa à la Burkinabé. A l’arrivée, de divines boissons. Avec ou sans alcool ? Il faudra préciser dans la commande que vous rédigez vous-même. Au Farafina, vous êtes à la maison.

28

C’est pourquoi, dès 15 h, il est courant de trouver parents et enfants fous de joie, venus, le dimanche, savourer un cocktail de fruits généreusement servi par Lasso ou Barou. L’escale est inévitable quand on recherche le dépaysement raffiné, et la bonne humeur. Farafina signifie l’Afrique sans frontières. En plus des toiles et des batiks artistiquement disposés, des bananiers et des palmiers nains se côtoient sous le regard d’une magnifique collection de sculptures en bronze et de masques d’essences rares. Ajoutant à ce décor envoûtant, la musique du Fara’ dit l’esprit d’ouverture culturelle et de tolérance qui règne en ce lieu. Du reggae à la musique traditionnelle africaine : percussions, balafon, flûte… le clan de Barou vous propose le meilleur. Une grande cave est aujourd’hui à la disposition des clients qui désirent organiser des anniversaires ou des soirées entre amis. Des musiciens de kora sont déjà venus en représentation au Farafina. De nombreux projets culturels sont en germe au Farafina… Motus ! Bouche cousue pour l’instant… Le Farafina, au bout d’un an, fait déjà partie des lieux incontournables de l’Afrique comme nous l’aimons : perfectionniste et désirable. Ella WANDA “Le Farafina” 165 bis, rue Solférino. 59000 Lille. Ouvert du mardi au dimanche à partir de 15 h. Fermé le lundi. CB. MC. Tél. 03 20 54 72 24.

• L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.


Le Farafina

LE FARAFINA 165 bis, rue Solférino 59000 Lille.

Lasso

Ouvert du mardi au dimanche à partir de 15 h. Fermé le lundi. Tél. 03 20 54 72 24.

29

Barou


La pirogue

A La Pirogue : Lucien et son staff, souriants et chaleureusement accueillants. 16, rue Jean-Jacques Rousseau Ouvert du lundi au jeudi à partir de 17 h vendredi et samedi à partir de 15 h Fermé le dimanche Tél. 03 20 31 70 82 L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

30


Bars

La Pirogue porter par les Laissez-vous jusqu’au cœur du Vieux-Lille.

alizés

Laissez-vous aller sur les airs du zouk et le son du gros-ka (tambour antillais) qui animent la rue Jean-Jacques Rousseau. Embarquez sur "La Pirogue", c’est une autre manière d’aborder l’Afrique, de découvrir son charme, ses mystères et la magie qu’elle dégage. Place à l’exotisme, à la joie de vivre, à l’amitié et au bon rhum. Finalement, le bonheur tient à peu de chose. Quoi de plus plaisant, en effet, que d’être accueilli avec le sourire et un de ces cocktails qui ont donné à "La Pirogue" ses titres de noblesse ? Ce n’est certes pas un hasard si cette “drôle d’embarcation” est devenue le fief de nombreux épicuriens lillois. Je ne connais pas de meilleure thérapie que ce petit bar en cas de "coup de blues". A chaque fois que l’on y fait escale, on recharge ses batteries dans le quart d’heure qui suit. C’est incroyable tout de même que Christophe et Michaël aient toujours autant la pêche ! N’importe quel prétexte est bon pour déclencher un fou rire collectif. C’est grave, docteur ? Pas vraiment, non. Si tout le monde avait la même philosophie de la vie, celle-ci serait, sans doute, moins triste ! Qu’est-ce qu’il y fait chaud ! Et ce, dans tous les sens du terme. La température doit frôler celle que l’on côtoie en terre antillaise ou africaine, tant les adeptes sont nombreux et tant ils continuent d’affluer. Mais trêve de plaisanterie, on ne peut pas dire qu’il y fasse soif ! Au contraire, on ne sait qu’y choisir. Vous vous laisseriez bien tenter par l’incontournable et désormais célébrissime "zazou", par le "swing", ou plutôt par un petit "mojito cubain" ! Vous pouvez également innover car la maison a concocté d’autres potions magiques toutes aussi séduisantes que les précédentes. Entendez par là que la liste s’est agrandie grâce au "maracudja", au "sapote", au "shrubb" (rhum avec des écorces de mandarines et d’orange), mais aussi grâce au rhum pastèque, melon, cerise…

Lucien tient bon la barre de "La Pirogue". Mieux vaut s’arrêter là, car on commence à avoir le vertige. Ne vous y méprenez surtout pas, ceci n’est pas une invitation à la débauche, mais il faut néanmoins avouer qu’il est difficile de résister à la tentation de dévoiler les trésors que renferme cette caverne d’Ali Baba. C’est à la fois un délice pour les yeux et les papilles, car les couleurs acidulées des cocktails invitent à y tremper les lèvres. On est détendu ici. Tout le monde baisse la garde et apprend à se connaître. Envolés les soucis que l’on avait en tête avant de se joindre à cette joyeuse foule de noctambules. "La Pirogue" peut continuer de voguer tranquillement, imperturbable, tant qu’elle aura pour maîtres mots la joie de vivre et la gaieté. Allison MAIGRET

“La Pirogue” 16, rue Jean-Jacques Rousseau. Ouvert du lundi au jeudi à partir de 17 h vendredi et samedi à partir de 15 h Fermé le dimanche. Tél. 03 20 31 70 82.

31


Bars

Bars à Lille

“Chez Paulo” 24, boulevard Victor-Hugo. Ouvert du mardi au jeudi de 11 h à 14 h 30 et de 18 h à 24 h, vendredi jusqu’à 1 h 30, samedi de 18 h à 2 h, dimanche de 18 h à 24 h. Tél. 03 20 52 79 68.

“Le Melting” Lieu incontournable, scène de référence pour les artistes, ouvert à la diversité : le Melting vous accueille pour vous faire découvrir d’autres horizons musicaux, dans un cadre original, où se mêlent une ambiance de fête à tendance rock, pop, blues, afro-latino et autres. Plus de 300 artistes à ce jour se sont produits au siège du Melting Potes, association qui gère les activités culturelles : concert, lieu de répétition, expositions et réunions associatives… Voilà près de 2 ans que Gonzague et son équipe vous reçoivent chaque jour à partir de 17 heures au MELTING pour vous faire partager leur bonne humeur. On gagne toujours à y prendre un instant de mélange humain. Histoire de melting, certainement.

“La Pirogue” 16, rue Jean-Jacques Rousseau. Ouvert du lundi au jeudi à partir de 17 h, vendredi et samedi, à partir de 15 h. Fermé le dimanche. Tél. 03 20 31 70 82.

à Lille-Fives “Le Tabou” 191, rue du Long-Pot. Ouvert du mardi au jeudi de 16 h à 24 h, le vendredi jusqu’à 1 h, le samedi jusqu’à 2 h. Tél. 03 20 04 00 10.

à Lambersart “M’Ozaic”

93 / 95, boulevard Montebello. Tél. 03 20 15 01 87 - 06 30 13 17 88. www.lemelting.com

69, rue de l’Abbé-Desplanques. Tél. 03 20 22 95 33.

32


Anne-Béatrice FRINZI, Écrivaine Publique Itinérante " Ecrivaine Publique Itinérante (j’ose “féminiser” ce métier peu connu) depuis 3 ans au sein de Quoi de Neuf Docteur (association dont les principaux champs d’actions sont l’accueil, l’insertion, la formation), j’aide tout public (jeunes, adultes, demandeurs d’emploi, salariés, étudiants, retraités), sans limite d’âge (la doyenne a 87 ans !) à trouver les mots (peut-être les maux) justes. Je prête une oreille attentive et une plume avisée (cursus universitaire en Lettres Modernes oblige) à tous ceux et celles qui se doivent de rédiger un incontournable et nécessaire courrier (destiné aux employeurs, aux administrations, aux proches…) pour faire valoir leurs droits. J’arpente Villeneuve-d’Ascq (Annappes, Poste, Pont-de-Bois, Résidence), Hellemmes, et j’y assure des permanences. Je vous accueille sans rendez-vous, en toute discrétion (je ne vois rien, je ne dis rien, je n’entends rien, mais j’écris!) en toute gratuité, avec le sourire, autant de fois que vous le jugez utile ! Ce service de proximité s’adresse à tous ". Si vous souhaitez la rencontrer, contactez l’association QND (de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30) au 03

20 91 48 29 qui se fera un plaisir de vous indiquer où se trouve Anne-Béatrice FRINZI.

33


La Clave “La Rumba est tout simplement un divertissement de l’âme” “La Clave” remercie profondément le peu (hélas!) de personnes qui, à Lille, contribuent à l’essor et à la survie de la musique afro-cubaine. Aussi, un salut fraternel aux Rumberos de tous les horizons. Que demain ils soient plus nombreux à nous faire partager cette musique si généreuse, cette musique si contagieuse.

“La Clave” est ouverte tous les jours de 18 h à 2 h. Tél. 03 20 30 09 61.

34


Bars

L’autrement dit

e Vieux-Lille est en effervescence. "L’Autrement Dit" vous y propose les bières de la région et la spécialité maison "l’Aquarium", un cocktail* à déguster à deux ou à plusieurs… Selon les désirs. Au menu musical : pop, rock, reggae, hip-hop, etc. Un éclectisme bienvenu qui ravit une clientèle toujours prête à s’abandonner aux sons d’un groupe à la mode… ainsi qu’aux bières* et whiskys* sélectionnés par le tenancier dit "papa Guy". D’ailleurs, un club de dégustation de whisky* se réuni chaque premier lundi du mois. Téléphoner au 03 20 51 02 22 pour réserver. Nos collègues, tel Elhadji, vous feront un cours sur le rhum* ou le "safari"*. "Papa Guy", lui, se fera un réel plaisir de vous indiquer l’historique de ses whiskys*. D’autres palabreront sur la vodka*… D’où une variété dans les boissons, les gens, les discussions…

L

Bref, un vrai échange se fait dans la métropole lilloise.

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

"L’Autrement dit" est ouvert chaque jour : la semaine de 8 h 30 à 2 h, le samedi de 15 h à 2 h, le dimanche de 16 h à 2 h. Le midi, en semaine, une restauration de type brasserie vous est proposée (un plat du jour + carte).

35


Coiffure & Cosmétiques

Coiffure & Cosmétiques A LILLE BLACK BEAUTY 4, rue Saint-Genois

NOUVEAU BLACK BEAUTY Salon de coiffure mixte afro-européen et maghrébin. Ouvert du mardi au samedi de 9 h à 19 h. 4, rue Saint-Genois Près de l’église Saint-Maurice (métro et bus : Gare de Lille Flandres). Tél. 03 20 06 37 73.

Ruffine et son équipe vous accueillent avec le sourire au Salon de coiffure mixte afro-européen et maghrébin Black Beauty .

AMERICAN BEAUTY CENTER 242, rue des Postes (métro : Porte des Postes). Tél. 03 20 54 72 72.

Leur expérience professionnelle et leur compétence sont à votre service, du mardi au samedi, de 9 h à 19 h.

BEA BEAUTÉ 145, rue Léon-Gambetta. Tél. 03 28 82 08 56. CHACHA BEAUTY Maquillage et tatou semi-permanent, maquillage jour, soir et mariée ; beauté des pieds, pose d’ongles en gel hollywoodien ; manucure ; nouveauté : pose de bijoux dentaires. Chacha se déplace aussi chez vous. 63 bis, rue d’Artois. Tél. 03 20 57 88 50 ou 06 64 92 97 47. INTERNATIONALE COIFFURE 227, rue des Postes. Tél. 03 20 54 77 07. KEUNY CENTER 28, rue Saint-Genois Tél. 03 20 39 55 64.

36

4, rue Saint-Genois, à Lille (près de l’église Saint-Maurice). Métro-Bus : Gare de Lille Flandres. Tél. 03 20 06 37 73.


Nails’ center Le rêve à portée de main

Francis Goris. La beauté du corps jusqu’au bout des doigts y est accessible à tous et à toutes. Nails’ Center, à Lille. 163, rue Léon-Gambetta. 03 20 30 08 07. i d’humeur coquette vous désirez le meilleur pour vos mains, direction Nails’ Center !

S

C’est une équipe de professionnels qui prendra soin de vous. L’accueil y est chaleureux, le cadre relaxant. Les dernières techniques américaines et asiatiques de la "prothésie ongulaire" améliorées par la maison rien que pour vous. Une heure leur suffit pour donner aux ongles les plus abîmés l’élégance et le glamour des mains soignées. Résultat : des ongles en résine d’une finesse incomparable, insoupçonnables à l’œil nu.

La prothésie ongulaire est en progression en France, (80% d’Américaines portent déjà des ongles en résine). Pour satisfaire cette demande croissante, Nails’ Center prépare l’ouverture prochaine dans la région, d’un centre de formation agréé ouvert à tous et à toutes, douze franchises Nails’ Center à travers le Nord-Picardie pour que le rêve soit enfin à portée de main”. E.W.

La tenue du vernis est exceptionnelle d’une à deux semaines ! L’entretien des ongles encore plus : une fois tous les 15 jours, voire un mois ! Cette technique unique de "prothésie ongulaire" fait de Nails’ Center le meilleur professionnel des ongles en France. L’affluence dans ce centre de beauté confirme son sérieux et sa grande expérience dans les soins esthétiques. Nails’ Center offre aussi bien la manucure que la beauté du pied, les épilations spéciales pour peaux sensibles avec les cires à l’azulaine. Essayez donc les U.V.A., nouvelle génération, pour un bronzage extra, sans transpirer.

Nails’ Center - Ouvert du mardi au samedi, de 10h à 19h, sur rendez-vous.

37


Parlez-nous de vous

Jean Bagarilla

Métreur–économiste, Société d’Économie du Bâtiment e suis Congolais de naissance. Mon métier est celui de métreur- économiste de la Jconstruction. Notre société, la SEB , existe depuis 1988. L’immobilier peut être regardé comme un orchestre dans lequel plusieurs instrumentistes apportent leur passion, leur savoir-faire. L’architecte conçoit les plans, l’ingénieur effectuera toutes les études techniques que nécessite l’opération, et le métreur-économiste aura encadré toutes les questions financières, de la conception à la réalisation du projet. Plusieurs disciplines sont donc liées à la pleine réussite d’une opération immobilière. C’est à chaque étape que les créateurs doivent mesurer les capacités financières de leur mission. Concevoir au vu des coûts est ainsi parmi les besoins que nous pouvons satisfaire. La confiance de nombreuses collectivités locales à Lille, lycée Montebello, Armentières, organismes, administrations, architectes et maîtres d’ouvrages nous permet de penser que nous sommes compétents. Ceci grâce à nos hommes, nos moyens, nos méthodes. A la S.E.B., notre savoir-faire est éloquent : évaluer, estimer, conseiller, décrire, analyser. Le maître d’ouvrage et le constructeur doivent définir toutes les conditions techniques, administratives et économiques de l’opération. Il leur faut pour cela être le plus précis dans leurs programmes, réaliser des études de qualité. Pour cela, notre société, la S.E.B., assure toutes les missions liées à l’économie et à l’ingénierie financière de la Construction. C’est depuis mai 1988 que nous confortons nos acquis et notre expérience dans les missions d’études de faisabilité technico-économiques

38

(bâtiments neufs et existants), d’assistance à la maîtrise d’ouvrage (AMO), toutes missions économiques au sein d’une équipe pluridisciplinaire : estimation des coûts, rédaction des pièces administratives et pièces écrites CCTP, gestion financière. JEAN BAGARILLA Métreur-économiste Gérant de société. Société d’Economie du Bâtiment. Le Conseil et l’Assistance technique dans l’action de bâtir. 177 bis, rue des Stations. 59000 Lille. Qualifié OPQTECC sous le n° 2 ND 02617 (EI+CC+AMO). Tél. 03 20 54 42 04. Fax : 03 20 40 06 86.


le Mali, le Cap Vert, Madagascar jusqu’à la Colombie, le Mexique ou l’Asie Centrale. www.voixdefemme.bel Avril

Chaque année, le dernier week-end d’août, à Londres, le plus important carnaval antillais, avec plus de deux millions de participants.

Fin février à mi-mai • Festival Jazz en Artois à Arras, France Une palette de styles de jazz alliant des formations nationales aussi bien qu’internationales.

• Noche de la Pasion, Gand, Belgique A la mi-avril, une nuit au cours de laquelle toutes les danses latines sont à l’honneur : tango, salsa, milonga, merengue, flamenco, valse, son. Plusieurs tribunes, trois salles, 4 000 m2 de piste de danse. www.nochedelapasion.org Mi-mai • Brussels Jazz Marathon, Bruxelles, Belgique Partout dans Bruxelles, ce sont plus de 300 musiciens sur la cinquantaine de podiums montés dans les cafés, sur les places, dans les ruelles … www.brusselsjazzmarathon.be

Assoc-wanadoo.fr/jam.festival/jam. festival@wanadoo.fr Mars • Indoor Caribbean Festival, Anvers, Belgique Un samedi soir à la mi-mars, grande fête antillaise au Palais des Sports, où vont se succéder durant la nuit le mérengué, la salsa, la plena… www.antilliaansefeesten.be • Festival OFF d’Amiens, France Les deux dernières semaines de mars. Quelque 40 concerts au rythme du jazz sur 10 jours. www.bleulune.org • Festival International Voix de Femmes, Bruxelles, Belgique Rencontre des cultures portées par les femmes à travers le monde, depuis la Mauritanie, le Sahara Occidental, le Niger,

• A la mi-mars, temps fort, à Anvers, avec l’Indoor Caribbean Festival. www.antilliaansefeesten.be lo@antilliaansefeesten.be

39

Agenda

Agenda annuel des festivals de musique


Agenda

Juin • Noche Latina, Lille, France Première semaine de juin. Bal tango, fiesta salsa, steel band, drum’n bossa, latin jazz et latin groove, latin house, danses latines… Des concerts sous deux chapiteaux, des expositions, un village associatif, un espace bar et restauration. Nombreux DJ’s. Infos : RIF 03 28 52 33 96. rifassociation@wanadoo.fr • Festival International des Arts de la Rue, Amiens, France Deux jours où la musique, des structures étonnantes, des parades, avec l’accent mis sur les Arts de la Rue prennent possession de la ville. • Festival Couleur Café à Bruxelles, Belgique Dernier week-end de juin. Le site Tour&Taxis reçoit plusieurs chapiteaux, où se font entendre des musiciens venant d’Afrique, d’Amérique latine, des Antilles, faisant la part belle à une atmosphère conviviale puisque des villages y sont élevés (village de la percussion, village de l’Okoumé), des ambiances tissées (souks, dégustations des cuisines du monde). www.couleurcafé.org • Festival Latina de Disney Village à Marne-la-Vallée, France Fin juin, trois jours de concerts avec les meilleures formations salsa mondiales ; concours de danse, à Disney Village, en face du parc Disneyland.

• Tropical Carnaval de Paris Fin juin, L’Association des ressortissants des DOM-TOM et d’Afrique, en accord avec la mairie du XIIe arrondissement, organise le Tropical Carnaval de Paris, de la gare de Bercy à la Pelouse de Reuilly. Chars, défilés et concerts. Juillet • Festival de la Côte d’Opale de Dunkerque à Berck Des concerts sur l’ensemble de ce mois d’été. www.festopale.cx • Dour Festival, Dour, Belgique Premier week-end du mois de juillet, deux scènes, trois chapiteaux, un marché et toutes les convenances pour se régaler de musique tendances rock (Iggy Pop …), DJ, rap (Massilia Sound System …). www.dourfestival.be • Pole Pole Festival, Gand Oostakker, Belgique Premier week-end de juillet, trois soirées. Des chapiteaux où les musiques des Caraïbes, du Cap-Vert et d’Afrique, répondent aux parades. Le tout sur fond champêtre, avec restaurations et bars exotiques. Un marché y est dressé aussi pour la circonstance, avec des hamacs pour humer l’air… et une ambiance bon enfant. www.polepole.be • Global Bandstand, Canterbury, Angleterre Premier samedi de juillet. Musiques et activités du Monde, depuis l’apprentissage de la Salsa jusqu’à l’initiation aux percussions africaines sur fond de carnaval. www.musicforchange.org • Cactus Festival, Bruges, Belgique Premier ou deuxième week-end de juillet. Du rock allant des USA jusqu’au Brésil, avec un détour par la Belgique, l’Angleterre, la Jamaïque…

Infos : 3615 Disney Village Ou 01 60 30 20 20. www.disneylandparis.com

40


www.northseajazz.nl • Klinkende Munt Festival, Bruxelles, Belgique Des concerts gratuits la première quinzaine de juillet sur un panorama allant de l’Afrique du Sud au USA en passant par le Bénin, le Sénégal voire Cuba… beursschouwburg.vgc.be/klinkendemunt • Sfinks Festival, Boechout, Anvers, Belgique Dernier week-end de juillet, du jeudi au dimanche. Ce sont 50 concerts émanant des 5 continents sur 6 scènes, des ateliers de danse, des rencontres organisées avec des musiciens, des animations, un marché, des restaurants et bars exotiques et même le camping …Les musiciens viennent de Guadeloupe (Akiyo), de Puerto Rico (Jimmy Bosch), du Mozambique (Mabulu), mais aussi bien de Côte d’Ivoire, du Mali, d’Algérie que de l’Inde ou de Hawaï pour les destinations les plus lointaines. www.sfinks.be • Festival d’Eté de Bruxelles, Belgique Sur les deux mois d’été, des concerts dans des lieux les plus divers. Un bon moyen de s’approprier des quartiers de la ville en se régalant les oreilles.

• Tempo Latino , Vic Fezensac (Gers) France Dernier week-end de juillet. Le festival latino incontournable des musiques latines. Stages de danse, d’instruments, percussions enfants, ateliers d’arts plastiques. Minitel : 3615 Infoconcert Informations hébergement auprès de l’Office du Tourisme, tél. 05 62 06 34 90. S’y prendre très tôt. www.vic-fezensac.com Informations sur la programmation et les réservations du festival : www.tempo-latino.com e-mail :tempo.resa@wanadoo.fr Août • Festival d’Eté de Bruxelles, Belgique Le festival se poursuit en août. De nouvelles opportunités d’investir des lieux variés. • Antilliaansefeesten - Festival Antillais, Hoogstraten, Belgique Deuxième week-end d’août.

Oscar D’Leon, le salsero venézuélien, en vedette à Hoogstraten. Des concerts jusqu’au bout de la nuit, sur plusieurs scènes : ambiance au rythme de la salsa de Curaçao, Surinam, Colombie, Cuba, du mérengué de Saint-Domingue, avec un réveil champêtre, si vous optez pour le camping sur place. www.antilliaansefeesten.be

41

Agenda

• North Sea Jazz Festival à La Haye , Pays-Bas Deuxième week-end de juillet, 3 soirées. Un grand moment pour le plus important festival de Jazz en Europe attirant les aficionados des 4 coins de l’Europe et de l’Amérique. Au sein du centre des congrès, pas moins de 1200 artistes vont se succéder sur 15 scènes simultanément. Tous les jazz y sont représentés ainsi que les musiques cousines et latino-jazz. Stands multiples, expositions, CD… Quelque 23 000 visiteurs journaliers sont au rendez-vous chaque année, avec une sérénité qui est de mise. L’organisation y est impeccable.


Agenda

• Pole Pole Beach, Strand Duinbergen, Belgique Le pendant de "Pole Pole" de juillet, mais sur les plages du Nord ... L’ambiance y est tout autant enfiévrée avec les mêmes prestations musicales de qualité, la cantina, le bar, le village pour les enfants… www.polepole.be • Carnaval de Notting Hill, Londres (G-B) Le dernier week-end du mois d’août, les parades costumées et musicales prennent possession des rues du quartier de Notting Hill. Ce carnaval des Caraïbes, qui accueille près de deux millions de participants et spectateurs venus de toute l’Europe et du monde, est aux couleurs de Trinidad et de la Jamaïque. C’est un ravissement pour les yeux. En effet, l’inventivité des costumes n’y a d’égales que les couleurs qui se répondent, avec une journée dédiée aux enfants et une autre aux plus grands. Le spectacle est aussi à chaque coin des rues. Expo, concerts, restauration…

Fin août, déferlement de couleurs et de musiques, au carnaval de Notting Hill.

Octobre • Festival Jazz N’ Jazz, Marcq-en-Barœul, France Un festival sur un ensemble de villes de la Métropole qui débute en octobre et s’étend jusqu’en juin de l’année suivante sur une gamme de jazz passant par le blues, le gospel, les fusions et autres tendances du monde. jazznjazz@free.fr

• Tourcoing Jazz Festival, Tourcoing, France Sur Tourcoing, Lille, Lomme, Roubaix, Mouscron … Du jazz à voyager en ville, en Magic Mirrors… www.tourcoing-jazz-festival.com

Chaque année, Eurolines et la SNCF proposent des départs et séjours pendant ce carnaval, au départ de Lille, Paris, Bruxelles et Amsterdam. www.carnivalnet.org.uk www.weecheng.com/uk/carnival www.socanews.com

Novembre-Décembre • Festival "Les Transculturelles", Roubaix et Métropole lilloise, France Musique, danse, théâtre, expositions. www.transculturelles.com Pages agenda préparées par Sylvie DETOC

42


A Lille

“Le Calypso”

“LA SCALA” Une cave voutée de plus de 300m2 en plein cœur du Vieux-Lille. Une musique de qualité, une ambiance chaleureuse… Anne-Laure et Marco ainsi que toute l’équipe de la Scala ont le plaisir de vous accueillir chaque jour, du lundi au samedi, à partir de 22 h. 32, place Louise-de-Bettignies 59800 Lille Tél. 03 20 42 10 60. Fax. 03 20 55 83 94.

188, boulevard Victor-Hugo. Du lundi au samedi, de 23 h jusqu’à 5 heures. Entrée 8 euros (1 conso), les vendredis et samedis. Tél. 03 20 57 04 41.

A Faches-Thumesnil “Le Savana” 105, route d’Arras. Ouvert le jeudi de 22 h à 4 h; le vendredi de 22 h à 5 h; le samedi de 22 h à 6 h. Tél. 03 20 52 48 20. e-mail : savana@geocities.com

Une cave voûtée de plus de 300m2 en plein cœur du Vieux-Lille. Une musique de qualité, une ambiance chaleureuse… Anne-Laure et Marco ainsi que toute l’équipe de la Scala ont le plaisir de vous accueillir chaque jour, du lundi au samedi, à partir de 22 h.

LA SCALA. 32, place Louise-de-Bettignies. 59800 Lille Tél : 03 20 42 10 60 – Fax : 03 20 55 83 94

43

Discothèq ues

Discothèques


Parlez-nous de vous

Alphonse Sène Création rime avec passion e rencontre Alphonse chez lui, dans son appartement du VieuxLille. Nous n’avons pu prendre rendez-vous qu’un samedi matin, car le jeune styliste sénégalais est désormais très demandé. Obtenir un entretien avec lui relève de l’exploit. C’est sans doute ça, la rançon de la gloire… Il a les traits tirés, car sa prochaine collection sera présentée dans quelques jours, mais il affiche néanmoins un sourire radieux. Très rapidement, Alphonse Sène laisse soupçonner des dons particuliers pour la couture ou plutôt pour le dessin. A peine âgé de quatorze ans, il conçoit son premier modèle à Dakar, sa ville natale. Puis, silence radio… Issu, en effet, d’une famille assez aisée, il abandonne même l’idée de réaliser, un jour, son rêve. Il se doit d’exercer un métier respectable, ou tout au moins honorifique. Mais dans l’esprit de ses proches, celui de styliste n’en fait pas partie. Il suit ses études en France et décroche un Bac de gestion. On est encore bien loin des flashs des photographes, de la dentelle fine et des tapis rouges des podiums. Après avoir travaillé en tant que gestionnaire à l’hôpital militaire de Dakar, puis comme attaché de presse, en passant par la case de chef de publicité et technicien de sécurité dans l’ aéronautique, il devient steward pour Air France. C’est d’ailleurs dans le cadre d’un stage pour Boeing qu’Alphonse prend un billet pour San Francisco. Et là, c’est le déclic ! Il fait la connaissance d’une jeune styliste qui lui transmet sa passion ou plutôt lui fait prendre conscience que leurs voies sont concourantes. Coup de folie ou coup de génie ? "Le soir de mes trente ans, je démissionne", confiet-il. Alphonse Sène revend tout ce qu’il possède malgré la stupéfaction et la réticence de son entourage. Il ouvre son propre magasin dans le quartier du Marais à Paris. Au rez-de-chaussée, il ouvre un magasin de décoration d’intérieur et à l’étage il propose ses modèles. Il s’applique à montrer "l’art nègre" sous toutes les

J

44

coutures, car il est "beaucoup plus riche que ce que les gens se plaisent à croire". Tout va pour le mieux, mais comme Alphonse est plutôt du genre perfectionniste, il ferme boutique et reprend le chemin de l’école… Osé ! Mais l’avenir lui donnera raison. Il peut désormais ajouter à son curriculum vitae : modéliste, technicien de bureau d’études de stylisme et coordinateur de collections, grâce à la formation qu’il a suivie au Greta de la mode à Paris. Fort de son expérience et s’étant constitué un carnet d’adresses des plus prestigieux, Alphonse Sène décide de quitter définitivement les bancs de l’école, mais celle-ci, pour son image de marque, ne veut évidemment pas le laisser partir. Peu importe, tout s’enchaîne alors très rapidement. Le personnage qui lui aura, avec du recul, mis le plus le pied à l’étrier, n’est autre que Déborah Milner : "Cette dame m’a tout apporté", confie-t-il avec émotion. Il est, à l’époque, stagiaire chez cette grande dame de la mode, qui compte parmi ses amis John Galliano et Alexander McQueen. De fil en aiguille, Alphonse côtoie lui aussi ces pointures dans leur domaine en préparant la "London fashion week" (l’équivalent de la semaine de la mode à Paris). Notons, pour l’anecdote, que c’est durant son séjour londonien qu’Alphonse a réalisé le kimono que porte Bjork sur la pochette de son album "Hegemonic", sorti en 1997, et il n’en est pas peu fier ! Glamour toujours Après ces débuts prometteurs, Alphonse Sène décide de faire cavalier seul et d’imposer sa propre griffe. Ce qui frappe au premier coup d’œil quand on découvre ses créations, d’un point de vue typiquement féminin, c’est qu’elles donnent envie d’être portées (il faut bien avouer que ce n’est pas le cas pour tous les modèles de haute couture). Elles sont un hymne à la féminité : des fendus des plus inattendus voire suggestifs, qui rendraient n’importe quelle femme désirable, de la dentelle de Calais brodée d’or, des coupes incroyablement sexy et près du corps, des robes de soirée extravagantes (juste ce qu’il faut), modernes et élégantes. Avis aux amatrices… Allison MAIGRET

Créations Alphonse Sène 24 bis, rue Jean-Moulin. 59800 Lille. Tél. 03 59 20 47 76 ou 06 60 77 47 76. e-mail : alphonse.sene@club-internet.fr


uvert depuis 12 ans, LE CALYPSO s’affirme comme un lieu incontournable des nuits lilloises.

O

LE CALYPSO est à peu de choses près la seule discothèque de la ville de Lille qui vous offre, le temps d’une soirée, une évasion sur les rythmes carnavalesques des tropiques. Notre accueil chaleureux et l’ambiance envoûtante des lieux feront que vous

vous laisserez emporter lentement mais sûrement par une large gamme des musiques du soleil (makossa, ndombolo, mbalax, mapouka, zouk, bikutsi, reggae, salsa, assiko) agrémentées d’une pincée de musique afro-américaine. LE CALYPSO est un concentré des fleurs musicales africaines au cœur de l’Europe. Un petit creux ? CHAUD-CHAUD, illustre ambassadeur de la bonne humeur revenu au bercail, se fera un plaisir de vous satisfaire avec un SAF-SAP dont il garde jalousement le secret. Alors pour terminer votre soirée, une seule adresse : LE CALYPSO. Ensuite, comme le dit le slogan, "VOUS NE VIENDREZ PLUS CHEZ NOUS PAR HASARD !"

Ouvert du lundi au samedi de 23h à 5 h. Vendredi et samedi : entrée 8 euros (1 conso).

45

Discothèq ues

LE CALYPSO


Parlez-nous de vous

“MANDOU” de Maxime Diagne

Balades d’un passionné de musique e chant chez Maxime Diagne est empreint d’une touche de nostalgie. L Autant dans le propos que dans l’intonation. Les vrais musiciens sénégalais, ce ne sont pas seulement ceux qui sont restés au pays ou qui y ont leurs attaches. Ils sont ailleurs, en France, dans le Nord, par exemple, maîtrisant à merveille le chant wolof qui fait la fierté de toute une communauté. à l’image de Maxime, ce Lébou, passionné de musique et dont le premier Copus,’est "Mandou" (l’honnêteté), est d’une signature remarquable. Un CD estampillé “world music” dont le raffinement prédestine ce que sera la musique sénégalaise de demain : une musique faite de métissage, tout le contraire du mélange rythmique qui caractérise certains genres hybrides. C’est toute la passion d’un homme qui a décidé de réussir dans cette musique tout au long des cinq titres de ce disque. Il pousse même le bouchon jusqu’à déclamer, et en toute liberté, "Musique sama xol" (La musique, ma passion). Même après vingt-sept ans passés en France, Maxime Diagne est toujours attaché à ses racines. Un élan de patriotisme qu’il clame dans "Mandou", titre éponyme de l’album, et qui est loin de traduire un cri du cœur désespéré. Juste une invite à la sauce salsa. La preuve d’une vaste culture musicale. D’autant plus qu’il se plaît à changer de registre musical en passant de la salsa à un savant dosage de mbalakh proche de la variété. Sans doute, un souvenir du Dakar des années 60-70, marqué par les sonorités “latino”. Il faut d’ailleurs écouter “M’Beuguel” (L’amour) pour être convaincu de la pertinence des choix musicaux de Maxime. Ses envolées mélodiques s’inscrivent dans une perspective proche des grandes formations cubaines que sont Aragon et Compay Secundo. Sans oublier les petits clins d’œil aux aficionados de la salsambalakh, un genre qui marche très fort au Sénégal et qui est porté par Pape Fall de l’African Salsa et le Super Cayor de Thiès. Pour 27 minutes 18 secondes, Maxime Diagne, guitare en bandoulière, accompagné

46

de Pierrick Viard au lead piano et Nourdine Bouali aux percussions, s’est laissé bercer par une musique enchanteresse, à l’image de “Musique sama xol” chanté sur un registre reggae presque langoureux. Ce musicien s’est fixé pour ambition de conquérir le cœur de ses compatriotes qui ne l’avaient plus vu sur scène depuis le temps de “MG Expérience”, une formation mythique du Thiaroye, dans les années 70. Extrait du quotidien sénégalais LE SOLEIL DE DAKAR Auteur-compositeur-arrangeurinterprète-membre de la Sacem. Création sur Cubasis. Maxime Diagne est prêt à vous aider pour vos compositions et vos arrangements. Contact : 03 20 85 23 68. LA TRIBU 2002-2003 80 pages d’infos, d’interviews Un site Internet : www.latribudelille.org e-mail : latribudelille@hotmail.com


our faire le tour du monde en dansant, une seule adresse : le SAVANA ! C’est la plus grande "boîte" afro-antillaise dans la région lilloise. L’adresse fétiche des fêtards qui aiment la nuit longue et raffinée. Au programme, l’actualité musicale de la Caraïbe et de l’Afrique en passant par le meilleur R & B, zouk, salsa, reggae, etc. Bref, de quoi oublier que nous sommes dans le Nord ! Y aller une fois, c’est déjà prendre le pari d’y retourner. Invitation au voyage, des carrés VIP aux couleurs de Ouagadougou, Cotonou, Yaoundé, Abidjan… Une grande salle où très vite on se laisse aller sur la piste de danse, entraîné par la musique qui enchante le corps et l’esprit. Une petite soif ? L’équipe du Savana, en un tour de main, vous offre ce qu’il faut. Si jamais l’envie vous vient de grignoter un bout, au choix : des amuse-gueule en un clin d’œil ou, pour les plus gourmands, des grillades de poulet… Petite fatigue? Vous pouvez faire une escale au bar ou vous glisser dans un fauteuil moelleux. L’esprit du Savana : la nuit au service du client. Ceci dès l’entrée, où il faudra montrer patte blanche, tenue correcte exigée. Le test réussi, vous n’avez plus qu’à vous laisser ensorceler par l’ambiance torride de la

P

boîte. Les soirs de concert, d’un mois à l’autre, ce sont toujours des artistes de renommée internationale qui sont là : Jocelyne Labyle, Keisha, Petit-Pays, Awilo… Quand c’est soirée-spectacle au Savana, l’affluence confirme la qualité de la programmation assurée par "Bougnat, le grand Mopao" et "Frère Chambo". Du jeudi au dimanche, l’équipe du Savana vous attend. Elle prête parfois ses locaux pour l’organisation de soirées diverses. L’ambiance change alors, mais l’esprit d’accueil reste le même, dans le souci d’offrir aux Lillois et aux visiteurs d’ailleurs un lieu de confort et d’élégance. La fête, comme on la rêve, règne au Savana, de 22 h à l’aube. Au petit matin, détendu et ravi, vous retrouvez votre voiture dans le parking surveillé toute la soirée par un service de gardiennage. Ils pensent à tout au Savana. Merci et à bientôt ! Ella WANDA SAVANA : 105, route d’Arras à Faches-Thumesnil. Renseignements et réservations : Tél. 03 20 52 48 20.

47

Discothèq ues

SAVANA


Musique

Groupes musicaux “Les Bougainvilliers”

“Les Alizés” L’orchestre de steel band Les Alizés de Port-Louis (Guadeloupe) propose l’une des musiques les plus originales des Antilles.

C’est une fleur qui donna l’idée du nom du groupe à quatre jeunes filles venues des Antilles françaises. C’est aussi en faisant une démonstration de biguine pour un groupe d’amis jouant du steel band (Les Alizés) que Nella, MarieAnge, Huguette et Maryse décidèrent de créer, en 1973, "Les Bougainvilliers". Elles furent alors rejointes par leur frère Hébert, par le plus jeune garçon de la famille, Joseph, et par trois amis, Léon, Gilbert et Alain. Le groupe des Bougainvilliers se veut avant tout, dans la région, le promoteur du folklore des Antilles. Il interprète des danses comme le "gros ka", les biguines traditionnelles, la mazurka, le Bel Air, la danse des coupeurs de cannes intitulée "Mabello", la "Kalenda" (danse des esclaves longtemps interdite par les colons blancs), etc. Les Bougainvilliers furent l’un des premiers ensembles folkloriques des Antilles françaises à participer au carnaval de Notting Hill à Londres. Ils ont fait des tournées dans le Nord-Pas-de-Calais ainsi que dans la plupart des régions de France métropolitaine ainsi qu’en Hollande et en Belgique. Association "LES BOUGAINVILLIERS" Centre social des Vétérans 59650 VILLENEUVE-D’ASCQ Contact : 03 20 17 17 17 (Nella) ou 06 85 15 89 11 (Joseph).“Le Calypso”

48

Les sonorités rendues par les bidons d’acier vont du classique au rythmes les plus dansants. Les Alizés sont constitués en association qui propose des prestations pour des spectacles clés en main. Celle-ci possède aussi sa propre école de steel band, ouverte à tous, au 56 rue de Bradford, à Tourcoing. Steel Band LES ALIZÉS 45 rue d’Angleterre. 59200 Tourcoing. Tél.- fax : 03 20 27 68 65 ou 06 80 61 67 70. e-mail : alizes sun pan@aol.com.


“Majaal Musique” Bayla Diop, “vocal” et acoustique guitare

“M70” Le nouveau talent R’n’B Un trio artistique doté d’un excellent talent, tant au niveau du chant qu’a celui de la danse.

ieuppeul, où est né et a grandi Bayla, est l’un des quartiers de Dakar les plus branD chés si l’on parle de musique. Dès sa tendre enfance, la musique a pris une place importante dans sa vie. Tout jeune, il aimait déjà écouter les disques de jazz de son frère aîné et on le trouvait souvent près des hangars où répétaient les bandes de quartier. Diop aimait surtout la musique de Fela Kuti et de Xalam 2 et il écoutait souvent du reggae. A 21 ans, son copain Laye Bâ lui a laissé une guitare, mais comme personne ne pouvait lui apprendre à jouer, il s’y est mis tout seul. A partir de ce moment, il a acquis son propre style, influencé aussi par la "zikroula", musique spirituelle de la communauté Baay Fall. Paroles et musique : les textes poétiques de Diop, chantés en wolof, évoquant les souvenirs de l’humanité. Sa musique est un mélange de beats traditionnels et modernes, allégés par une sensibilité toute spirituelle. Concept : Diop qualifie sa musique Majaal Musique. Spectacles : Bayla Diop se produit en solo, il chante et s’accompagne à la guitare acoustique.

"Come into my room", nouveau single de M70. Le groupe M70, constitué de 3 frères, Pascal, Jack et Andy, connaît un parcours original. Leur solide culture musicale ainsi que le nombre important de scènes qu’ils effectuent depuis quelques années font d’eux des professionnels. Ils affectionnent "l’American" black music des années 60, 70 et 80. Cette influence se ressent dans leur musique. Ils ont à leur actif plus d’une trentaine de titres et l’album de 10 titres dont la sortie est prévue pour le mois de septembre 2002 s’annonce prometteur ! Le single "Noir & Blanc", reprise de Bernard Lavilliers, connaît déjà un large succès auprès du public. Contact : 44, rue de Valenciennes 59800 Lille. Tél. 06 75 37 05 53. Fax. 03 20 04 55 92. e-mail : sylviane.gania@free.fr

Contact : Bayla Diop s/c Elhadji Fall, "Le Salsero", 19, rue Henri-Kolb. 59000 Lille. Tél. 03 20 57 86 46, à partir de 17 h.

49

Musique

Musique


Musique

Musique “REINE JACK” C’est une fleur qui donna l’idée du nom du groupe à quatre jeunes filles venues des Antilles françaises.

Reine Jack est une chanteuse antillaise née en Guadeloupe, métissée indienne par sa mère. Adolescente, elle danse au son du "gwo ka" (tambour traditionnel). Remarquée, très jeune, par un acteur antillais, elle débarque à Orly-Sud et fait la rencontre de Benjamin Jules Rosette, le directeur du Théâtre Noir. Darling Legitimus lui fait travailler sa voix, tandis que Theo Legitimus l’initie au jeu d’acteur. La famille Legitimus fait référence dans la communauté afro-antillaise. S’ouvre ensuite pour elle une carrière de danseuse/choriste. On la retrouve sur tous les plateaux de télévision, les scènes ou les festivals en France mais surtout en Italie au côté des Hot Chocolates de Bobby Solo et comme danseuse pour Tina Turner quand celle-ci vient en Italie. Maintenant basée à Lille et s’orientant vers le chant, elle participe au Festival de Franconville et termine deuxième au Festival européen de la chanson francophone à

Bruxelles avec sa chanson "Liaison cachée". Les contacts et les contrats ne tardent pas, mais très mal entourée, elle reprend tout à zéro et se forme une nouvelle équipe chargée de travailler sur son projet d’album. Arrivent Ulys alias Renaud Bierent, musicien multi-instrumentiste arrangeur surdoué (basé à Lille), Jean-Yves Martin, guitariste, conseiller artistique exigeant, choisissant toujours les bonnes orientations. Mary et Mickael, respectivement danseuse-choriste et percussionniste. La musique zouk a été surexploitée (ce qui est normal et logique) surtout dans sa formule zouk love. Reine Jack, en laissant s’exprimer naturellement diverses influences sans s’imposer de clichés, sans à priori, a su conserver ce qui a toujours été la force de cette musique, son rythme envoûtant et la fraîcheur de la culture créole. Ses textes expriment le quotidien sans l’embellir, simplement, honnêtement et sincèrement. Il est vrai que les auteurs créoles n’aiment pas tricher et ne s’embarrassent pas d’histoires improbables. Reine Jack ne déroge pas à la règle. “REINE JACK” auteur-compositeur-interprète. Album 10 titres : "MON ROI SOLEIL" (new zouk sound) en vente à la FNAC Lille, VIRGIN Dunkerque, FNAC Forum des Halles à Paris et FNAC Créteil. Le crew : ULYS, guitare synthés chœurs arrangements ; JEAN YVES (mister) MARTIN, conception artistique guitares ; MICKAEL, percussions ; MARY, danse chœurs. Contact : HORN PRODMISIC Tél. 06 74 42 12 84.

AL BONA’N Depuis sa création, en 1995, AL BONA’N prône l’abolition des frontières musicales. Le duo est formé de Bob SENE, membre fondateur du groupe Super Diamano de Dakar, à la guitare classique, et de Fernando Martil, à la guitare folk. Ils se produisent régulièrement lors de manifestations humanitaires et sur les scènes de la région. Ils connaissent, d’ores et déjà, un large succès de reconnaissance pour leurs compositions. Leur premier album, "Travelands", est sorti en 1999, le deuxième en 2000 avec "Pays zzaj". Contact : AL BONA’N Tél. 03 20 07 19 77. - Fax. 03 20 17 20 09.

50


RADIO CAMPUS (106.6 FM) USTL 59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex Tél. 03 20 91 28 75. - Fax : 03 20 43 45 97 radio-campus.univ-lille1.fr e-mail campus@univ-lille1.fr • CULTURES ET SOLIDARITÉ • YARD SPIRIT Reggae dancehall Jeudi, de 15 h à 16 h. Animateur : Renaud. • OLÉ Littérature, musique, infos… Le plongeon d’Olé ! - Une heure suffit pour plonger en eaux profondes d’Olé. Vite, un zeste de poésie, des brins de musique, trois larmes de rire, une tranche d’infos choisies d’Afrique, et voilà que vous ressortez des eaux, belle et gaie. Prête pour un autre "Olé", un autre plongeon ! Vendredi, de 16 à 17 h.

Animateur : Noureddine. Lundi, de 15 h à 16 h. Noureddine Imad produit et anime CULTURES ET SOLIDARITÉ. C’est l’une des activités de l’association qui porte le même nom. Tribune libre et espace de parole, l’émission est engagée dans la lutte contre le racisme et les extrémismes. La reconnaissance des minorités culturelles de la France ainsi que le respect du droit à la différence sont une ligne principale de l’esprit de l’émission, ouverte à tous, particuliers, associations, acteurs culturels et sociaux. • 100% LOCALE Reggae, jazz jamaïcain, ska, rock steady… Mardi, de 20 h à 21 h. Animateurs : Antoine et Thierry.

Animatrice : Ella Wanda.

51

Médias

Radio


Médias

Radio • MUSIQUE SANS FRONTIÈRE

AWANA AFRICA Le magazine de l’Afrique et de sa diaspora. Samedi, de 15 h à 16 h.

Tropicalement vôtre. Samedi, de 20 h 30 à 22 h. Animateur : Basile. • L’ÉCHO DES TROPIQUES Les Antilles et l’Afrique en musique Dimanche, de 15 h à 16 h 30.

Animateur : Tijane Bal. Il faut rendre à César ce qui est à César. AWANA AFRICA (Les enfants d’Afrique), c’est d’abord un hymne à la diaspora composé par le chanteur et musicien gabonais Pierre AKENDENGUE. Puis la chanson a servi de support à une émission de radio hebdomadaire consacrée à l’Afrique et à sa diaspora. L’émission s’est doublée d’une association aux objectifs similaires. Le but de cette association est principalement l’organisation de débats ou la participation à des manifestations culturelles relatives au monde noir. Les habitués du café "Le Salsero" sont bien placés pour le savoir, puisque cet endroit a abrité quelques-uns de ces débats. La dernière initiative en date a été un double hommage à Mongo BETI et à Léopold Sédar SENGHOR. Contact : Tijane 03 20 05 30 05. e-mail : awana.africa@free.fr • PELE-MELE AFRO-VARIÉTÉS L’Afrique d’hier et d’aujourd’hui. Samedi, de 17 h 30 à 19 h. Animateur : David.

52

Animateur : Albert. • SOUL REBEL De la musique, des interviews, des infos, des "lives"… tout sur la black music. Dimanche, de 22 h à 23 h 30. Animateur : Aymeric RADIO CITE VAUBAN (RCV) – 99 FM • BOULEVARD DES TROPIQUES Dimanche, de 13 h à 14 h. Animatrice : Marie-Pierre Winkel. 41, boulevard Vauban. 59046 Lille Cedex. Tél. 03 20 54 54 00 (studios) ou 03 20 54 12 11 (bureau). Fax. 03 20 30 40 51. e-mail : rcv@multimania.com


RADIO PASTEL - 99.4 FM • AKIBA Jeudi, de 22 h à 24 h. e-mail : bessomo@hotmail.com

Animateur : Ada Bessomo. Emission culturelle (littérature, humour, musiques…) des mondes noirs et d’ailleurs. Présente les arts noirs et les autres sur le tempo ludique des conteurs, humoristes, poètes, écrivains, musiques atypiques… à bord de la pirogue de la nuit.

• AFRIKADANSE Mardi, de 18 h à 20 h. Animateur : Jean-Pierre Zoa. Je m’appelle Jean-Pierre Zoa . Originaire du Cameroun, je vis à Lille depuis une dizaine d’années, et j’y poursuis des études en pharmacie. Basile Ngangué Ebellé est celui qui m’a introduit dans l’univers des radios libres, à Radio Campus. Je suis ensuite passé à Pastel F.M, où j’anime depuis janvier 2002 une émission exclusivement musicale : Afrikadanse. Afrikadanse est un programme unique, tant

dans sa conception que dans sa réalisation. Evasion musicale dans le monde tropical, prédominance donnée aux musiques et rythmes d’Afrique et de la Caraïbe. Des rythmes endiablés du Congo à la mode, jusqu’au Zouk, Kompas haïtien, passant par les rythmes afrocubains, de Cuba et d’Amérique latine. C’est une invitation constante au voyage. Le mérite d’Afrikadanse est de servir. Servir la communauté afro-caribéenne (et les amateurs des rythmes afro-caribéens) en lui proposant un programme varié où chacun trouve son compte. Servir les artistes (musiciens, chanteurs…) en diffusant leurs productions. La musique tropicale est très riche de sonorités diverses et variées. La force d’Afrikadanse est de proposer aux auditeurs cette diversité sur un tempo ludique et dans une ambiance de fête. • ELOMBÉ SIKA Samedi, de 10 h à 12 h.

Animateur : Jean Yenoth. Jean Yenoth, est un professeur pluridisciplinaire en philosophie, histoire, sciences de l’éducation, commmunication et pratiques de formation, techniques d’expression écrite et orale à HEI-ISEN-Ecole de Journalisme de Lille, de 1979 à 1987. Responsable de plateau, animateur et cofondateur de Pastel FM 99,4. J’ai repris le titre de l’émission Elombé Sika (de la discussion jaillit la lumière) que j’animais à Radio Gabon, dans les années 60, afin de faire partager à un large public les cultures gabonaises et africaines, dans leur intégralité, avec leurs aspects positifs et négatifs.

53

Médias

Radio


Médias

Radio C’est avant tout, une émission critique, de large diffusion autour des thèmes anciens, modernes et contemporains africains, avec la participation des Africains et non-Africains intéressés par les progrès du continent africain dans son ensemble. 211, rue de Lannoy. 59100 Roubaix. Tél. 03 20 73 59 00 (studios) ou 06 80 20 03 94. RADIO RENCONTRE 93,3 FM

66, avenue des Champs-Elysées. 75008 Paris. Tél. 01 44 35 70 26. Internet : www.mediatropical.com RFI (Radio France Internationale) De très nombreux programmes musicaux africains, mais aussi beaucoup de politique française pour les pays extérieurs. Reçue dans la région Nord-Pas-de-Calais par le bouquet radio de Canalsatellite. 116, avenue du Président-Kennedy. 75016 Paris.Tél. 01 42 30 12 12. Programmes : Tél. 01 44 30 89 69.

à Dunkerque. Radio associative interculturelle de proximité. Rédacteur en chef : Daouda Coulibaly 36, rue Thiers. 59140 Dunkerque. Tél. 03 28 63 71 87. Fax. 03 28 63 71 69. e-mail : radiorencontre@wanadoo.fr RADIO 21 – RTBF 104.6 FM à Lille.

Télévision

• CADENCE Chaque samedi, de 20 h à 22 h. Musiques d’Afrique et des Antilles. Agenda des soirées et événements culturels en Belgique. Productrice-réalisatrice : Brigitte Grafé. Animatrice : Elisabeth Mickalakoudis. 52, Boulevard Reyers. 1044 Bruxelles (Belgique). Tél. 00 32 2 737 27 72. e-mail : bgra@rtbf.be

C9 TÉLÉVISION Sur le Câble. Reçue dans la Métropole lilloise et une partie du bassin minier. 37, avenue du Maréchal-Delattre-de-Tassigny. 59350 Saint-André. Tél. 03 20 63 41 92.

AFRICA N°1 - 107.5 FM

RFO SAT

à Paris. Radio panafricaine basée à Libreville au Gabon. Reçue dans la région par le bouquet radio de Canalsatellite. 27, rue Guersant. 75017 Paris. Tél. 01 45 74 83 83.

Informations et documentaires sur les DOMTOM. Sur Canalsatellite, TPS et le Câble. 35 – 37, rue Danton. 92240 Malakoff. Tél. 01 55 22 71 00. Fax : 01 55 22 74 46. Site internet : http://www.rfo.fr I TELEVISION

MÉDIA TROPICAL - 92.6 FM à Paris. Principale radio antillaise de Paris, elle est reprise dans 19 pays d’Afrique grâce au satellite Intelsat 803. Elle est reçue dans la région par le bouquet radio de Canalsatellite.

54

Emission d’informations sur le continent africain, le mardi. Sur Canalsatellite, TPS et le Câble. 6, allée de la 2ème DB. 75015 Paris. Tél. 01 53 91 50 00.


Association - Loi 1901 Siège social : 26, rue de Bapaume 59000 Lille Président : Bernard Duribreux abor Latino, association lilloise (loi 1901) créée en 1995, fondatrice de la danse latine dans le Nord, a pour but de promouvoir la culture latine, la pratique de la danse et de la musique latine et afro-cubaine, dans un souci d’authenticité. Activités de Sabor Latino : l’essentiel de l’activité de Sabor Latino est de dispenser des cours de danses latines, salsa, mérengué, mambo, chacha-cha, son, rumba, pilon, casino, rueda de casino et afro-cubain (orishas), tous les soirs de la semaine, à des niveaux différents. Elle assure des spectacles et démonstrations de danses, ainsi que l’organisation de soirées et concerts latinos. • L’association organise régulièrement des stages de perfectionnement ou de découverte, sur un week-end (samedi et dimanche). • Afin de pratiquer ces danses et de faire se rencontrer les élèves des différents cours et niveaux, Sabor Latino organise des soirées dansantes où chacun peut se perfectionner tout en passant une soirée agréable.

S

• Sabor Latino établit des contacts avec les organisateurs de concerts latinos de la région pour obtenir des entrées à tarifs préférentiels. • Ardélis FONT CABRERA, danseur chorégraphe professionnel cubain, diplômé de l’Ecole Nationale d’Art de la Havane, assure l’ensemble de la formation des élèves dans l’apprentissage de ces danses. Sabor Latino propose des cours tous les jours de la semaine et 5 niveaux différents. Plus de 7 000 personnes ont suivi des cours avec Sabor Latino et une grande partie des personnes qui animent, aujourd’hui, des cours, à Lille, ont appris à danser avec l’association Sabor Latino. C’est la seule association dans le Nord qui compte sur un professionnel cubain diplômé de la plus grande école de danse de Cuba (E.N.A). Elle est la fondatrice de la danse latine dans le nord de la France. Sabor Latino est reconnue dans toute la France pour sa qualité et son professionnalisme. Animée par Ardelis Font, elle a voyagé dans toute la France et l’Europe. Sabor Latino dispose d’une troupe de 15 danseuses et danseurs qui font rêver à chacune de leur représentation. Les salles, où sont dispensés les cours, se trouvent dans le Vieux-Lille ( Maison de quartier Godeleine-Petit ), 24, rue des Archives. Informations : SABOR LATINO Tél/Fax : 03 20 52 64 57 ou 06 09 49 17 19.

E-mail : saborlatino@wanadoo.fr http://www.multimania.com/saborlatino

La magie de faire danser 55

Cours de danses latines

"Sabor Latino"


Cours d e Danse

Cours de Danse

Infos latines

“SALSA PICANTE” Salsa Picante est une association “loi 1901”, à but non lucratif. Créée en début d’année 2001, son objectif, tel qu’il est défini dans les statuts déposés en préfecture, est de "promouvoir la culture latine" en animant principalement des ateliers de danses. Salsa Picante se veut être un acteur de plus dans le milieu de la salsa, qui prend d’une année à l’autre toujours plus d’importance dans notre région. L’association souhaite se joindre aux énergies déjà existantes pour que la salsa et la culture latine trouvent leur place dans le Nord, dans de bonnes conditions. Salsa Picante veut donner, aux passionnés de salsa comme aux curieux, l’occasion de s’amuser et d’acquérir le niveau et le style recherchés. Enfin, Salsa Picante travaille à ce que la salsa reste un prétexte à l’évasion et non un outil commercial. Salsa Picante intervient au sein de l’Association Salsa con Swing, encadre régulièrement des semaines de stage à l’école de danse Christina Crasto et anime des ateliers au Cuba Bar de Valenciennes et à l’Ecole Centrale de Villeneuve-d’Ascq. Salsa Picante propose également des stages pour groupes privés, des démonstrations et initiations pour toutes soirées (gratuites pour les manifestations humanitaires). Les encadrants de Salsa Picante ont été formés par des professionnels de la danse cubaine diplômés de l’Ecole Nationale des Arts de la Havane et notamment au sein de la plus prestigieuse des associations de danse latine du Nord. Salsa Picante n’a pas la prétention de former des danseurs d’élite, mais peut garantir l’acquisition des pas de base et de figures simples qui permettront rapidement à chacun de s’amuser sur les rythmes latinos. Les accros trouveront également leur compte dans la grande variété de figures plus ou moins complexes, dans les nombreuses variations des pas de base, dans le travail sur le style et le mouvement du corps et enfin dans la participation active à la "rueda de casino".

Le bulletin mensuel gratuit "¿ Salsa Que pasa ?" donne toutes les infos sur les stages, cours, soirées, manifestations latines dans la région et en Belgique. pageperso.aol.fr/latinodanse/accueil.html ou http://pageperso.aol.fr/salsanord Contacts-infos : Marco 2000 ; tél. 03 20 06 92 16. Infos-rédaction : salsanord@aol.com Site Internet mondial d’information sur la salsa : www.salsaweb.com Infos de tous les pays, videos, etc. La rubrique Belgique est bien actualisée. Cours Associations dispensant des cours : • AZUCENA 14 bis, rue Henri-Kolb. Tél. 03 20 54 41 40. e-mail : debby.vigneau@free.fr • CUERPO Y ALMA 89, rue d’Artois. Tél. 03 20 52 32 98. Organisation d’événements culturels latinos, cours de danse. e-mail : cuerpo_y_alma59@latinmail.com • CSE WATTRELOS 10, rue G.-Delory. - 59150 Wattrelos. Stages réguliers de salsa cubaine. http://home.tiscalinet.be/folkwattrelos. • ES BONITO 22, quai du Wault. - 59000 Lille Tél. /Fax. 03 20 13 96 64. site internet : www.tierra-latinas.com e-mail : EsBonito@wanadoo.fr • SABOR LATINO Tél./Fax. 03 20 52 64 57. et 06 09 49 17 19. www.multimania.com/saborlatino e-mail : saborlatino@wanadoo.fr • SALSA CON SWING 26, rue Manuel, (derrière le théâtre Sébastopol) Tél. 03 20 30 99 78 • SALSA PICANTE 455, rue Gambetta à Lille. Tél. 03 20 44 47 70 ou 06 16 59 37 38. Danse brésilienne : • BRÉSIL ET TROPIQUES EXPRESSION : cours de samba, percussions brésiliennes, caopeira. Tél. 03 20 60 17 64 ou 06 03 33 17 23.

Contact : Salsa Picante 455, rue Gambetta. - 59000 Lille. Tél. 06 16 59 37 38. ou 03 20 44 47 70.

58


59


Bars latinos

Bars Latinos “GRANJA CASA LATINA” 16 bis, rue Royale Tél. 03 20 21 16 13. Ouvert du lundi au vendredi de 12 h à 2 h et le wek-end de 15 h à 2 h.

A Lille “LE BACILON” 23, rue Léonard-Danel Tél. 03 20 39 17 22. Lundi au jeudi, de 16 h à 1 h; vendredi, samedi et dimanche, jusqu’à 2 h. “CASA DEL SOL” “GUAPA BAR”

22, Square Ramponneau (Façade de l’Esplanade). Tél. 03 20 06 01 88.

32, rue des Sarrasins. Tél 03 20 54 82 55.

Ouvert du lundi au vendredi, de 11 h 30 à 2 h ; samedi et dimanche, de 13 h à 2 h.

Ouvert du mardi au dimanche, de 9 h à 2 h. Fermé le lundi. “LE SALSERO” 19, rue Henri-Kolb Tél. 03 20 57 86 46. Ouvert du lundi au samedi, de 17 h à 2 h.

“LA CLAVE” 31, rue Masséna Tél 03 20 30 09 61. Ouvert tous les jours, de 18 h à 2 h.

A Tournai, Belgique “EL CORRIENTES” El bar de Cuba 7, rue des Maux (Grand-Place) Tél. 00 32 4 75 25 07 50 Bar cubain ouvert du mercredi au dimanche, à partir de 19 h.

60


Restaurants Latinos

Restaurants Latinos A Lille

“L’INCA”

“CASA DEL SOL”

Spécialités péruviennes et sud-américaines.

Cuisine exotique du monde. Cave à rhum : plus de 120 rhums.

42 bis, rue des Trois-Molettes. Tél. 03 20 55 48 28.

22, square Ramponneau. (Façade de l’Esplanade). Tél. 03 20 06 01 88.

Ouvert du mardi au samedi, le soir jusqu’à 22 h 30 ( 23 h, les vendredi et samedi). CB. “ESPACE MERCOSUR

Ouvert du lundi au vendredi de 11 h 30 à 2 h ; samedi et dimanche de 13 h à 2 h.

IPANEMA / EL GAUCHO” Spécialités brésiliennes et argentines. 36, rue de Gand. Tél. 03 20 55 97 51. Ouvert jusqu’à 14 h et 23 h 30. Fermé les samedi midi et dimanche.

CB. TR.

“LAS TAPAS” Spécialités espagnoles. 116, rue de Saint-André. Tél. 03 20 06 96 59. Service jusqu’à 14 h et 23 h (minuit le week-end). Fermé samedi midi et dimanche. CB. TR. “CHIQUITA BACANA” Spécialités brésiliennes.

A Loos-Lez-Lille

42, rue Saint-Sébastien. Tél. 03 20 51 12 90.

“O’BRASIL”

Ouvert jusqu’à 14 h et 23 h (minuit le week-end). Fermé dimanche, lundi et samedi midi. AE. CB. DC. TR. “GRANJA CASA LATINA”

Spécialités brésiliennes et portugaises. 174, rue Clémenceau. Tél.et Fax : 03 20 50 56 07. e-mail : obrasil@ifrance.com

Tapas. 16 bis, rue Royale. Tél. 03 20 21 16 13. Ouvert du lundi au vendredi de 12 h à 2 h et de 15 h à 2 h. le week-end. “GUAPA” Spécialités espagnoles - Tapas 32, rue des Sarrasins. Tél. 03 20 54 82 55. Ouvert du mardi au dimanche de 9 h à 2 h. Fermé le lundi. Fermé dimanche et lundi. Service jusqu’à 13 h 30, le soir jusqu’à 22 h 30, les vendredi et samedi jusqu’à 23 h 30. CB.TR.

62


Re s ta u ra n t s

Restaurants Une île, à Lille “CHEZ CHRISTIAN”

“L’Africana”

"C’est ici que je retrouve La Réunion. La nourriture, la musique, les odeurs : tout me rappelle l’île ici". Chez Christian, le temps qu’il fait dehors est vite hors-jeu. La chaleur qui décrit très souvent les îles est une réalité qu’on remarque bien vite ici. La chaleur Chez Christian, ce sont tout d’abord les photos, sur les murs, de la luxuriante flore réunionnaise. Ce sont les rythmes musicaux vous saisissant à l’entrée, quand Christian, lui, vous emballe déjà dans son sourire et sa gouaille insulaire. Ce sont les plats que vous dégusterez avec une gourmandise n’étonnant que vous seul. Le poisson est un délice chez lui : exigez toujours qu’il vous en serve beaucoup! Poisson ou viande d’ailleurs, le Réunionnais est si fin cordon que son sourire, et l’humour qui vous aident à attendre votre régal, prouvent qu’il ne doute jamais de l’effet de sa cuisine. L’attente est même plutôt brève, entre la causerie avec ce joyeux drille et la belle musique de l’île - le maloya, vous connaissez ? - qui emballe, qui envoûte. Certains lieux pourraient vous perdre. Chez Christian, prenez plutôt tous les risques. Comme le client plus haut, à son île le plaisir seul vous menacera. Ada BESSOMO 10, rue Saint-Genois – Lille. Tél 03 20 51 62 30. TR.

Au hasard d’un passage sur le boulevard Montebello, prenez le temps de découvrir L’Africana, qui vient tout juste d’ouvrir ses portes. Dans un décor tribal, branché et soigné vous tomberez amoureux d’un pays : le Cameroun! Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle aussi : l’Afrique en miniature. La cuisine de l’Africana vous mettra d’accord. Goûtez à tout prix le poisson braisé à la camerounaise, unique en Afrique et dans le monde. Vous chanterez sans savoir comment le makossa, le bikutsi, le mangambe’ l’assiko’ (rythmes musicaux camerounais), tellement c’est délicieux! L’Africana, plus qu’un restaurant, c’est un plongeon dans les eaux de Kribi, une randonnée dans les montagnes de l’Ouest, un songe dans la forêt dense, un safari dans le parc de Waza, une baignade dans les chutes de la Lobé. Visiter le Cameroun d’une des plus belles façons, en savourant des mets exquis, n’est-ce pas du pur bonheur ? Pour ne rien gâcher, le rapport qualité-prix y est largement raisonnable, de quoi décoincer les budgets les plus modestes. Plus d’excuse pour se refuser ce petit voyage qui ne fera que du bien au ventre et à l’esprit. L’Africana offre, en plus, une superbe cave immense et féerique, aux clients qui souhaitent prolonger la nuit entre amis ou célébrer un événement. L’accueil y est chaleureux et festif à la manière des "Lions indomptables" : ambitieux et généreux dans l’effort. Un seul mot : Continuez ! Pas de doute, L’Africana a des débuts plus que prometteurs ! Parions que l’été venu, les Lillois se mettent tous à chanter Zangaléwa en sortant de l’Africana ou mieux à danser "Sag’Africana ambiance du Cameroun, Sag’Africana…", le long du boulevard Montebello.

Ella WANDA

78, boulevard Montebello - Lille. Tél. 03 20 00 77 13. TR.

64


Bar-Restaurant-Rhumerie

Des soirées à thème vous sont proposées : R&B, tous les mercredis ; salsa, tous les jeudis; afro-antillaises, les vendredis et samedis, à partir de 21 h ; etc. N’oubliez pas le "décollage" de 18 h à 20 h 30 avec ti-punch,* planteur*, pastel, accras de morue, boudin : le tout à 5€. "Ça ka maché!"

D

epuis que Ibou est là, Le Bal Masqué est devenu un endroit incontournable de la nuit lilloise. Bar, restaurant et piste de danse, un des hauts lieux de la gastronomie africaine. Le Bal Masqué a su se déterminer grâce à son ambiance, son cadre typique et sa bonne cuisine. Il a fallu pour cela créer deux salles de restaurant : une salle pour les couples et les petits groupes et une autre salle pour les groupes plus importants où on peut passer des soirées inoubliables (anniversaires, enterrements de vies de jeune fille et de garçon, comités d’entreprises…).

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Une équipe très qualifiée est à votre écoute.

198, boulevard Victor-Hugo. 59000 Lille. CB. AE. TR.

Renseignements et réservations : 03 20 57 04 41 ou 06 17 94 91 13. • LE BAL MASQUÉ

Espace Caraïbes à LA MADELEINE Restaurant de fêtes - Piste de danse 184, rue Roger-Salengro - 59110 La Madeleine - Tél. 03 20 31 70 94 – Fax : 03 20 31 66 80 L’Espace Caraïbes n’est pas uniquement un restaurant, c’est aussi un dancing et un lieu de spectacles. Il y a un karaoké, si vous voulez chanter. La piste de danse est ouverte, si vous souhaitez danser. Le chef vous concoctera des menus du soleil si vous aimez la bonne chère. C’est vraiment toute une équipe qui se bouge pour vous créer une ambiance sur un thème à chaque fois différent. Qu’il s’agisse des anniversaires, enterrements de vie de jeune fille ou de garçon, de soirées privées ou pour des comités d’entreprise, l’Espace Caraïbes propose des animations sur mesure et pour tous les goûts. Vous y ferez la fête jusqu’au bout de la nuit sur les rythmes chauds des Antilles, et bien d’autres.

65

Re s ta u ra n t s

Le bal masqué


Re s ta u ra n t s

Restaurants A Lille “L’Africana”

eau ! v u o N

Spécialités camerounaises et africaines. Piste de danse en cave.

68, boulevard Victor-Hugo. Tél. 03 20 52 29 00. Service le midi jusqu’à 14 h et le soir jusqu’à minuit. Fermé samedi midi et dimanche. CB. DC. AE. TR. Internet : www.lacanneasucre.com e-mail : lacanneasucre@wanadoo.fr

78, boulevard Montebello. Tél. 03 20 00 77 13. Ouvert de 12 h à 14 h et de 17 h à minuit, du lundi au jeudi ; vendredi et samedi, de 12 h à 14h et de 17 h à 1 h ; dimanche matin, de 6 h à 11h (bouillon chaud) et de 18 h à minuit. “Le Bal Masqué”

eau ! Nouv

Restaurant-dancing-karaoké Spécialités afro-antillaises 198, boulevard Victor-Hugo. Tél. 03 20 57 04 41 ou 06 17 94 91 13. “La Casamance” (Sénégal) Spécialités sénégalaises Buffets-traiteur : se déplace à domicile avec sono. 35 bis, rue de Gand. Tél. 03 20 31 79 92. Service le midi jusqu’à 14 h. Le soir jusqu’à 23 h. Fermé les dimanche, lundi midi, samedi midi. CB. TR. Ouvert du lundi au samedi à partir de 19 h. Fermé le dimanche. CB. AE. TR. “La Canne à Sucre” Bar-rhumerie Restaurant antillais Repas dansant tous les week-ends (Piste de danse – 2 salles)

66


e mon arrivée à Lille à nos jours, la mission que je me suis fixée est de faire connaître la cuisine d’Afrique et surtout du Sénégal, mon pays d’origine. Les clients ont une idée préconçue et assez défavorable de la cuisine africaine, estimant qu’elle est très lourde et très épicée. J’aime leur faire la démonstration du contraire. Une cuisine régionale repose tout d’abord sur un bon choix de produits de "terroir", une transformation sûre et entraînée de ces produits, en tenant compte des différents apports des éléments nutritionnels de ces produits, de leur équilibre et de leurs qualités olfactives et gustatives, à la lumière d’ une maîtrise culinaire sûre. L’Afrique regorge de fruits, de légumes et d’épices qui ne demandent qu’à être transformés. Mon expérience, mes connaissances culinaires et mon entregent ont fait pour moi de la cuisine une passion plus qu’un métier. Et je m’efforce de faire apprécier à sa juste valeur la cuisine africaine. Je me réjouis de la situation de mon

D

établissement au milieu de l’artère la plus cotée pour ses restaurants à Lille. Je déplore cependant d’être le seul Africain parce que j’adore la concurrence. J’ai confiance en ce que je fais. Après 16 ans jour pour jour, chemin faisant, j’ai choisi Lille. J’aime cette ville au point que lorsque je retourne au Sénégal, Lille me manque. A Lille, je me trouve chez moi, et je trouve les gens du Nord extraordinaires. Je rêve, s’il m’est permis de rêver, de créer, à Lille, une vraie case africaine. En attendant que mon rêve se réalise, au restaurant La Casamance, tout le monde est traité sur pied d’égalité, que ce soit l’employé de bureau qui vient le midi pour la formule à 10,52 € (apéritif+plat+dessert+1/4 boisson) ou le convive du soir qui vient découvrir nos viandes et nos poissons exotiques à la carte. Au restaurant La Casamance vous êtes venus, soyez les bienvenus. Que La Casamance vous amène la chance et que ces mets du Sénégal soient pour vous un vrai régal, un dépaysement total. Pour vos buffets, communions, baptêmes, enterrements de vie de jeune fillejeune garçon, anniversaire, mariage et soirée à thème, nous nous déplaçons avec sono. Restaurant “La Casamance” 35 bis, rue de Gand. - 59800 LILLE Tél. et Fax. 03 20 31 79 92. Ouvert : du lundi soir au samedi soir. Formule du midi à 10,52 euros (69F) : apéritif+plat+dessert+1/4 boisson. Le soir : service à la carte. Capacité : 30 couverts.

67

Re s ta u ra n t s

La Casamance


Re s ta u ra n t s

Restaurants A Lille “Chez Christian”

“Le Paille en Queue”

eau ! Nouv

(Île de La Réunion) Spécialités réunionnaises

Spécialités de l’île de la Réunion. 12, rue du Curé-Saint-Etienne. Tél. 03 20 13 89 49. Service jusqu’à 14 h et 22 h 30 ( 23 h 30, le samedi). Fermé dimanche et lundi. “Luda”

eau ! Nouv

Spécialités russes et antillaises.

10, rue Saint-Genois. Tél. 03 20 51 62 30. Ouvert le midi de 12 h à 15 h ; le soir à partir de 19 h. Fermé le dimanche, mais possibilité de repas de famille ou événementiel, sur réservation. TR.

“Mamiwata”

eau ! Nouv

129, rue d’Artois. Tél. 03 20 53 33 30. Ouvert tous les jours midi et soir. “Le Toucouleur”

14, rue de l’Hôpital-Militaire. A deux pas du Centre-Ville, dans la rue de l’Hôpital Militaire, MAMIWATA vaut le détour ! Le pas franchi, vous découvrirez une petite salle conviviale pleine de soleil. Vous y mangerez super bien, plus qu’à votre faim avec un rapport qualité prix imbattable !

eau ! Nouv

Spécialités afro-antillaises

Le seul problème avec MAMIWATA, c’est qu’on est vite "accro" de ses columbo, matété de crabes, achards de légumes, rougail-saucisse, tourment d’amour ! Sur place ou à emporter, le service reste le même : plein d’attention avec le touché unique de Monsieur de Souza. E.W. “Le Faso” (Burkina Faso)

146, rue du Molinel. www.letoucouleur.com Tél. 03 20 48 23 33. Service du lundi au samedi, de 11 h 45 à 13 h 45 et de 19 h 45 à 22 h 30. Fermé le samedi midi et le dimanche. CB. TR.

Spécialités africaines 44, rue d’Angleterre.

68


enseigne du 146 rue du Molinel vous donne tout de go l’envie d’entrer. De dehors vous apercevez déjà la voûte brodée de motifs ensoleillés qui partage les deux salles. Les murs ocre relèvent avec distinction les tableaux des peintres sénégalais. Abdoulaye Mané, original et prometteur , a obtenu le Prix du Président de la République dans son pays. Moustafa Diallo, lui, est un autre artiste contemporain aux qualités aussi remarquables. Jimi Hope, musicien-plasticien togolais, vit dans la région. Il a commis une fresque belle et discrète qui éclaire la salle de ses lumières. L’ensemble du décor se parsème de sculptures qui donnent au restaurant Le Toucouleur le grain de différence et de l’originalité. Le Toucouleur a ouvert le 19 janvier 2002. La clientèle a vite apprécié l’accueil souriant de l’équipe de Medoune. C’est que le service est professionnel ici. Une fleur du Sahel élégante, démarche ondulante, regard hiératique, le sourire enivrant, vous offre une carte riche d’une variété saisissante de plats, de boissons et de desserts. Le Toucouleur ouvre à midi et en soirée. Sa cuisine afro-antillaise est irréprochable : simplement excellente ! L’équipe dirigeante possède en la matière une expérience bien éprouvée. Elle a pour cela les moyens de vous servir, en très peu de temps, le plat choisi parmi les très nombreux de la carte. La rapidité et la haute qualité du service sont la règle de la maison.

L’

Vous aurez eu le temps de livrer votre gourmandise à un "accra", à un "ti’ punch", ou même à un de ces secrets de restaurateur nommés ici Yaoundé, Dakar, Kinshasa… dans la douceur d’une sono discrète donnant une musique racée. Lors des soirées exceptionnelles (un anniversaire à ne pas oublier, un enterrement de vie de jeune fille, par exemple), Le Toucouleur sait encore trouver le ton parfait pour vous offrir un joli présent. Les cinquante convives réunis pourront donner libre cours à leur joie parmi des danseuses et des musiciens maîtres des chaleurs festives. Le Toucouleur opère un peu comme un enchanteur. Jugez-en au temps que vous passerez à discuter entre amis après le repas. Vous verrez peu passer la soirée, charmé par les musiques et les attentions discrètes du personnel. Vous saurez, seulement à la sortie, que vous aviez succombé à l’élégance du Toucouleur. Ada BESSOMO

“Le Toucouleur” 146, rue du Molinel, à Lille. Service du lundi au samedi, de 11 h 45 à 13 h 45 et de 19 h 45 à 22 h 30, Fermé le samedi midi et le dimanche. Site Internet : www.letoucouleur.com Tél. 03 20 48 23 33. CB. TR.

69

Re s ta u ra n t s

L’élégance chez Le Toucouleur


Re s ta u ra n t s

Restaurants “La Tour d’Ivoire” (Côte d’Ivoire) Spécialités ivoiriennes 236, rue des Postes. Tél. 03 20 57 71 64. Service le midi de 11 h 45 à 15 h et le soir de 19 h 30 à 23 h 30. Fermé le lundi. CB. AE. TR.

A Croix

A Villeneuve-d’Ascq eau ! Nouv

“L’Auberge créole” (Île Maurice) Spécialités mauriciennes et cuisine française

“La Maison du Cap-Vert” Spécialités culinaires des îles du Cap-Vert. Plats à emporter.

73, avenue de Flandres. Tél. 03 20 72 01 07. Service jusqu’à 13 h et le soir jusqu’à 21 h 30. Fermé dimanche et lundi. CB. TR.

A Dunkerque “La Martinique” 54, place du Minck. Tél. 03 28 66 66 25.

ET ENCORE… A Hyon, Belgique

47, rue Holden. Tél. 03 20 75 04 98. Fermé le mercredi et le dimanche soir.

“La Perle Noire”

A La Madeleine

Spécialités africaines Soirées à thèmes 225, chaussée de Maubeuge. Tél. 00 32 65 34 77 52.

“Espace Caraïbes”

Ouvert tous les jours, sauf le lundi. CB. AE. DC.

Restaurant d’ambiance – Lieu de spectacles – Karaoké. Piste de danse 184, rue Roger-Salengro. Tél. 03 20 31 70 94. Fax. 03 20 31 66 80. Service jusqu’à 14 h et le soir jusqu’à minuit. Fermé dimanche et lundi.

70


La cordonnerie, c’est la rénovation du cuir, de tout ce qui est maroquinerie. Très jeune, je me suis vite pris de passion pour ce métier. J’ai commencé à l’âge de 16 ans comme apprenti. Deux ans après, j’entrais dans la vie active. Je suis longtemps resté chez le même patron jusqu’à mon installation en 1997. Aux Halles dans la galerie Match, j’ai ajouté d’autres activités annexes, telles que les plaques d’immatriculation (automoto), les tampons-gravures et un point service (photos-faxphotocopies-point phone). Avec le recul, je ne regrette pas d’avoir créé ma propre affaire. Rien de plus agréable que d’être artisan à son compte et de travailler seul. Cela me permet d‘avoir un contact direct avec ma clientèle. Depuis mars 2001, j’ai transféré mon magasin au 178 rue Nationale (à côté de l’église du Sacré-Cœur). Ce local était une opportunité par son emplacement, mais, gros problème, sa surface était inférieure à celle de mon précédent local ; il me fallait donc arrêter certaines activités. La plupart de mes clients se sont montrés attristés de ne plus avoir leur point service. Vu la demande, je me suis alors mis en quête d’un second local afin d’y installer un nouveau point service. C’est là qu’est intervenue ma Geneviève (ma future épouse en juin prochain !) Lundi au samedi 6 h 30 à 12 h 45 / 14 h à 19 h 30 Tél / Fax : 03 20 57 29 94

L

GENEVIÈVE rrivée en France en 1973, je n’ai jamais quitté le Nord, même pas pour retourner au Congo-Kinshasa, mon pays natal. Aujourd’hui, je tiens un point multiservices grâce à l’appui de Philippe (mon futur époux en juin prochain !). Quand il a transféré son magasin vers la rue Nationale, Philippe a par là même voulu se recentrer sur ses métiers de base : la cordonnerie et les clés. Pour ses activités de service, le concept était de les réunir en un seul espace. J’ai donc eu carte blanche pour mettre en place un nouveau magasin. Cela a tout de suite bien marché, notamment grâce à la bienveillance des commerçants du coin qui n’hésitent pas à orienter celui ou celle qui cherche à faire des photos ou des photocopies. La clientèle est variée, comprenant tant les personnes fréquentant les proches consulats du Maroc et de l’Algérie que les gens du quartier. Un petit regret, je ne vois que trop rarement les compatriotes d’Afrique Noire, ne serait-ce que pour se fournir en cartes téléphoniques dont ils sont si friands pour prendre des nouvelles du pays. Dommage, car quiconque vient est reçu par l’accueil ensoleillé de Tata Jacqueline ! Lundi au vendredi 8h30 à 18h - Samedi de 8h30 à 13h Tél / Fax : 03 20 40 24 98

A

71

Services

PHILIPPE


Parlez-nous de vous

Joseph Chastas Nom : Joseph Chastas Métier : Dirige VITA FORM

on amour du sport a grandi à la Guadeloupe, où je suis né en 1952. Après l’école, la seule façon de se défouler était de jouer au foot. J’ai donc continué à cultiver et à diversifier cette passion, alors que j’exerçais le métier de cuisinier. Dès que s’annonçait la pause, entre le repas et le dessert, je filais pour m’entraîner aux arts martiaux, dans les couloirs des cuisines. J’ai débarqué, à Lille, en 1972. J’y poursuivis ma carrière sportive en remportant le titre de vice-champion de France de kungfu et en atteignant le niveau de ceinture noire de karaté. Après une reconversion comme formateur d’expression rythmique pour la jeunesse et les sports, je m’épanouis dans le milieu du fitness depuis maintenant 19 ans. J’ai d’ailleurs eu l’opportunité de travailler avec Véronique et Davina, que je considère véritablement comme les fondatrices de la discipline.

M

En effet, elles ont réussi à susciter chez beaucoup de gens cette envie de s’entretenir et de faire du sport. J’ai également participé à de nombreuses démonstrations d’arts martiaux et d’expression rythmique, notamment avec Michel Drucker, au Palais des Congrès. Il y a un an, j’ai eu la chance de créer mon propre club de remise en forme, mettant ainsi à profit mes diverses expériences. Aujourd’hui, j’emploie sept personnes dynamiques et passionnées, mon fils de 21 ans s’occupant de l’accueil et du marketing. Nous sommes en pleine expansion, malgré une concurrence féroce, passant de 300 à 700 membres. Nous proposons une gamme de cours variée allant du renforcement musculaire à la danse africaine dont je m’occupe personnellement. L’originalité repose également sur la "boxe power", qui associe gym tonique et mouvements d’arts martiaux, très en vogue actuellement. Notre recette repose sur un mélange d’accueil chaleureux, d’écoute, de suivi personnalisé mis en place par des professeurs diplômés d’Etat ainsi que grâce à des appareils performants. Tout au long de ma carrière, l’occasion m’a été donnée de rencontrer et d’entraîner des personnes aussi différentes qu’intéressantes, tant au sein du club qu‘en tant que formateur d’expression rythmique.

Au menu de demain, créer une deuxième salle de sports, aux Antilles, avec la même recette. Ma devise : "Tout le monde peut y arriver, il ne faut pas baisser les bras". Julie MENDY

72


Step, Abdo-fessiers, Taille, Hilo, Pump… Nouveaux cours : Salsa, Hip-Hop, Street Dance, Danse africaine, Boxe Power, Cardio-Training. 315, rue Léon-Gambetta à Lille (métro : Gambetta). Tél. 03 20 15 25 20. Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 21 h 30, le mercredi de 10 h à 21 h 30, le samedi de 10 h à 17 h.

Deux salles pour le fitness et la danse. La plus importante salle de musculation de Lille, avec près de 50 appareils et programme personnalisé avec suivi par un professeur. Joseph Chastas vous accueille avec sourire et chaleur C’est lui qui s’occupe des cours de danse africaine.

Sur présentation de "La Tribu“, vous bénéficierez de conditions exceptionnelles d’inscription et de larges facilités de paiement. De plus, un mois gratuit pour tout abonnement de 12 mois et un essai gratuit.

73

Sports

Vita form


Le Brésil autrement…

A

ncien président du “Brésil à Lille”, maintenant installé à Varzea Grande dans l’Etat du Mato Grosso, le Nordiste Pascal Crépin vous accueille pour vous faire découvrir cette région du Brésil, nouvelle terre de découvertes.

74


Voyages

Merry Viersac storyboardeur

e suis originaire de la Martinique et je suis passionné de dessin depuis ma plus tendre enfance. Mon rêve était d’être un jour dessinateur de bande dessinée. A 21 ans, je quitte mon île pour la France et y poursuis des études techniques. Dès l’obtention de mon diplôme technique, je me lance enfin dans la bande dessinée, en autodidacte. Plus tard, je dessine pour des magazines antillais et africains. Après trois années passées dans l’univers de la bande dessinée, je découvre le cinéma et le storyboard (c’est la bande dessinée d’un film). Depuis, j’ai délaissé l’édition pour le milieu cinématographique. J’ai storyboardé plusieurs clips, entre autres pour les groupes Organiz, Poétie Lover, 113, Nèg Marron(…), pour des artistes comme Passi, Sully Séfil, Stomy Bugsy(…). J’ai aussi travaillé sur des courts métrages, quelques spots publicitaires, un long métrage et un téléfilm de et avec Pascal Légitimus. Ponctuellement, j’effectue des interventions en tant que storyboardeur en milieu scolaire et lors de manifestations audiovisuelles. Tél. 06 80 43 68 23. e-mail : merryviersac@yahoo.fr NDLR. - Nous tenons à remercier Merry Viersac de sa sympathique et excellente contribution par son illustration des rubriques à cette édition de "La Tribu".

J

Cette année, "LA TRIBU", vous suggère de partir chez nos membres partenaires pour des vacances différentes. Au Sénégal, une grande maison d’hôte, à quelques kilomètres de Dakar, vous offre des formules en bed & breakfast ou en demi-pension avec une visite guidée par semaine. Pour plus de détails consultez le site Internet : www.locahome.com A la Martinique, c’est un autre type d’hébergement que propose, à Sainte-Anne, la résidence "Les Bougainvilliers". Vous trouverez, dans les pages suivantes, un descriptif du futur lieu de vos vacances, cette fois en location meublée, sans restauration. Au Brésil, un Chtimi, Pascal Crépin, vous fera découvrir les beautés et les richesses naturelles du Mato Grosso, région dont il est tombé amoureux. C’est vraiment l’occasion de vivre le Brésil différemment. Son agence, BushmasterS, à Vierza Grande vous fournira, sur simple demande, toute information en français.

LES SPÉCIALISTES DE L’AFRIQUE AUSTRALE

21, rue des Ponts-de-Comines Lille tél. 03 20 06 33 77 www.aventuria.com

75

Voyages

Parlez-nous de vous


Voyages

Les Bougainvilliers Sainte Anne - Martinique French West-Indies l’extrême sud de l’île, dans la commune de Sainte-Anne, pour vos vacances, la résidence “Les Bougainvilliers” met à votre disposition son cadre agréable, ses meublés à des prix raisonnables et dégressifs. Vous y serez toujours bien acceuillis. A quelques minutes de la résidence, vous profiterez de plages de sable fin et de petites anses sauvages, face à une mer chaude et limpide.

A

Bienvenue - Welcome Hébergement en meublés (Studios, duplex et petits appartements)

- 3 duplex ; - 3 studios spacieux ; -1 appartement de trois chambres; - 1 appartement de deux chambres; tous avec climatisation. Ces logements en location meublée, sans restauration, ni produits d’entretien présentent des caractères compatibles avec toutes les demandes : single, couple, famille. Prix très raisonnables, modulés selon les saisons locatives, le nombre de personnes, la durée du séjour. Toutes précisions fournies sur demande par courrier ou par e-mail à :

sully-smith@wanadoo.fr D – Une taxe municipale de séjour par nuitée/persone s‘ajoute au montant total de la location. E - Mode de paiement : chèque bancaire, traveller’s chèque, chèque vacances ANCV, mandat, mandat postal cash urgent et Western union, espèces.

76


Voyages Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Réservation et tarifs par personne Code : CAE validité : 31-12-2002 Inscription à : Prix en € .................................................  Une nuitée 22,87 .................................................  Un séjour de 7 jours 159,87 .................................................  Un séjour de 10 jours 227,87 Email : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  Un séjour de 15 jours 341,87 Téléphone : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nombre de personnes : Jour et heure d’arrivée à l’aéroport de Dakar* : Modes de payement :  Par chèque bancaire à l'ordre de Locahome s.a.r.l.  Par virement bancaire à l'ordre de Locahome s.a.r.l. Compte N° 1600154494/4 SGBS 19, Avenue du Président Léopold Senghor B.P. 323 Dakar Sénégal.

77


Parlez-nous de vous

Passion : basket-ball Rachel Coumba

Nyedzi Kpokpoya

achel Coumba, jeune femme dynamique de 24 ans, née d’un père guyanais et d’une mère mi-polonaise mi-arménienne, a, comme Nyedzi Kpokpoya, une véritable passion pour le basket-ball de haut niveau.

yedzi Kpokpoya, née d’une mère bretonne et d’un père togolais, réussit, avec talent, à 25 ans, à concilier sport de haut niveau et études supérieures.

R

Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas joué au basket ? - Un autre sport collectif, je pense. Peut-être du hand. J’aime aussi la danse (sous toutes ses formes). Vous êtes très sportive, pourquoi le basket ? - J’ai baigné très tôt dans le sport. Depuis que je suis toute petite, nous allions régulièrement faire du sport en famille. Quand j’ai eu sept ans, mes parents (mon père a fait du basket à un haut niveau) nous ont inscrites, ma sœur et moi, dans le club de basket de notre ville. Quel a été votre parcours sportif ? - J’ai joué sept saisons à Chalon-sur-Saône en Nationale 1 (de 16 à 23 ans), où nous avons souvent joué les play-off d’accession à la ligue professionnelle. Mais, c’est avec Villeneuve-d’Ascq, avec l’équipe féminine de l’ESBA, que j’ai pu vivre l’expérience du haut niveau et du sport professionnel. Comment aimez-vous occuper votre temps libre ? - J’aime écouter de la musique, lire, regarder la télévision, sortir entre amis et surtout, quand j’en ai la possibilité, j’adore voyager (avec une préférence pour l’Italie). Vos objectifs ? - Au niveau sportif, continuer à me faire plaisir en jouant au basket ; au niveau personnel : continuer à enseigner (je suis professeur d’EPS dans un collège de la région) et préparer le concours de l’agrégation d’EPS.

78

N

Dans le domaine sportif, elle évolue comme "intérieure" dans la formation de basketball de l’ESB Villeneuve-d’Ascq. Dans celui des études, elle entend finir sa maîtrise de droit des affaires. Parallèlement, elle postule pour des formations en "Master business administration" auprès des écoles de commerce. Elle sait qu’en cas d’admission, elle pourra demander une ou deux années de dérogation, et ainsi faire des saisons sportives pleines, sans le stress des études, pendant ces périodes. Quel joueur ou joueuse admirez-vous le plus ? - Vedrana Grgin, pour son talent, sa simplicité et son humanité. (Ndlr. : Vedrana Grgin, d’origine croate, est l’une des arrières de l’ESBVA). Quel est votre meilleur souvenir de basket ? - Le cinq majeur européen, lors du championnat d’Europe cadettes en République Tchèque. Quelle est votre plus grosse performance lors d’un match ? - 31 points contre l’Espagne, en équipe de France cadettes. Quel est votre pire souvenir ? - La défaite de 55 points contre Aix, en 2001, un vrai cauchemar ! Comment occupez-vous votre temps libre ? Avec la salsa, l’apprentissage de langues étrangères, notamment l’espagnol, pour comprendre les paroles de salsa, le théâtre, la lecture. J’adore voyager lorsque mon emploi du temps me le permet. J’aime surtout les plaisirs simples, tels que recevoir des amis.


Brochure la tribu 02 - 2002-2003  

Magazine la Tribu de Lille de 2002 à 2003

Brochure la tribu 02 - 2002-2003  

Magazine la Tribu de Lille de 2002 à 2003

Advertisement