Page 1

Challenge n°3 - Juin 2005 Le palmarès du challenge 1. 2. 3. 4. 5. 6.

Courgette Antesite Atorgael Kahaan Eldrad Rogal Dorn


Courgette Embourbé jusqu’à la taille, Raclik n’arrivait pas à se dégager. Il devait pourtant faire vite car les boules de dents sur pattes n’allaient pas tarder à arriver… Et en plus c’est que ça pue la merde de Squig. Au dessus de lui, penchés au dessus de la Fosse à Squigs, les gars de Ruzluk, le big boss, prenaient les paris sur son potentiel de survie, et le pauvre gretchin constata que ceux-ci n’étaient pas vraiment encourageants, vraisemblablement à cause de quelque chose derrière lui qu’une partie des parieurs pointaient du doigt. Raclik se retourna et vit Pitié, le Squig personnel du big boss. Enfin il imagina que c’était lui : il est difficile d’identifier formellement une montagne de dents aiguisés lorsqu’un Squig montre les crocs, mais à leur longueur il imagina que c’était lui. Personne dans le clan ne savait vraiment ce que signifiait son nom, pas même Ruzluk, mais à force d’entendre les humains l’appeler ainsi, il décida de lui donner ce nom. D’ailleurs Ruzluk était penché au dessus de la Fosse également et encourageait son bébé. Raclik aurait dû se méfier aussi lorsque le boss lui avait ordonné d’aller nourrir les Squigs en ne lui donnant


qu’une gamelle ne contenant que deux mollets d’Eldars pour une douzaine d’animaux affamés. Enfin bon, à cet instant Raclik était quand même dans la merde, au propre comme au figuré, et le fait qu’il pouvait sentir l’haleine de Pitié n’était pas franchement bon signe. Le gretchin était tiraillé : il pourrait essayer de s’en sortir, mais avec l’importance que prenaient les paris, et se doutant des intentions de vote de Ruzluk, si Raclik commettait l’erreur de s’en sortir vivant, il allait prendre une sacrée baffe. Alors bon, mourir entre les dents d’un Squig ou du boss… De toute façon, Pitié fit le choix pour lui. • • • • • •

Enfin un vrai récit. C'est prometteur, le style est pas mal. Vraiment excellent… Humour, action, réalisme, style… Du très très bon boulot !!! je suis tout de même Étonné que le gretch ne se nomme pas Gavin… par contre, j'aime beaucoup Pitié ! Une histoire très originale, mais j'aurais plus vu un style plus orkoides dans la mentalité et la construction du récit. Difficile d'expliquer comme ça, mais il manque quelque chose.


Antesite Embourbé jusqu'à la taille, Cerinthus, archiviste des Soul Guardians, n'arrivait pas à se dégager. Il devait pourtant faire vite .Il sentait déjà son corps s’enfoncer inexorablement au fond de ce cratère humide. Son esprit lui fit revivre l’explosion qui l’avait projeté dans ce piège mortel. Il ne pouvait s’empêcher de penser à cet obus qui l’ avait d’abord épargné mais qui finalement allait l’entraîner dans une mort bien peu glorieuse. Les corps de ses frères d’armes gisaient autour de lui, mais déjà de certains on ne voyait plus que des bouts d’armure, dépassant à peine de la surface de cette prison de boue gluante et teintée par leur sang. Personne ne viendrait l’aider, du moins dans l’immédiat. Aussi fourni t’il un effort considérable pour se rapprocher de la terre ferme. Aidé par une volonté de fer et une haine farouche, il progressa lentement. Son but était tout proche ! Toute son énergie mobilisée, concentrée sur ce seul objectif, il ne vit pas venir ce projectile de gros calibre qui sectionna son corps au niveau de la taille. Sans le moindre cri de douleur et sans même la moindre peur il laissa les ténèbres l’envelopper… Cerinthus s’éveilla en sursaut mais garda les yeux fermés. Il venait sûrement d’expérimenter une ces visions prophétiques que les plus vieux archivistes du Chapitre avaient évoquées à maintes reprises. C’était une expérience si intense, si réelle, qu’elle aurait rendu fou n’importe quel être humain normal.


Il avait vu son destin. Mais, jamais il ne laisserai ces images le détourner de son devoir envers l’Empereur. Il savait que ce dernier veillait sur lui et que l’avertissement qu’il venait de lui envoyer l’aiderait à éviter l’issue fatale. C’est lorsqu’il ouvrit les yeux qu’il commença réellement à comprendre. Il aperçu alors des techmarines et des médics s’affairer près de lui , mais ces images semblaient presque irréelles, déformées. Comme si elles s’affichaient sur les écrans d’un auto-senseur. En levant sa main pour masser ses tempes endolories, c’est un immense poing de métal, parcouru d’éclairs bleutés, qui s ’ébranla . Il sut aussitôt que ce n’était pas de son futur qu’il avait rêvé. Mais cela n’avait plus d’importance, l’empereur avait bien veillé sur lui; il lui avait même offert une nouvelle vie de combat à son service. Bientôt, ses ennemis apprendraient à le craindre de nouveau. Bientôt ils tomberaient sous les projectiles de son canon d’assaut … • • • •

Bon récit qui ne nous laisse pas sur notre faim avec cette belle fin. En plus c'est bien écrit. Arf, désolé, j'adore… Super bien ammené, super ambiance… Terrible texte… approche classique mais propre du texte. Style propre et efficace, sur un thème que j'aime beaucoup. Encore !


Atorgael Embourbé jusqu'à la taille, R327-65M42 n'arrivait pas à se dégager. Il devait pourtant faire vite, les gardes se rapprochaient de minutes en minutes. R327 était un des rare encore en vie à avoir échappé à ses gardiens. Sa fuite n'avait pas été préméditée, l'occasion s'était présenté et il l'avait saisie, c'est tout. La navette pénitentiaire chargée de 300 prisonniers et 50 gardes s'était crashée sur la surface de P321 alors qu'elle amorçait son approche de la prison forteresse. Suite au crash, les prisonniers avaient eu l'opportunité de sortir et de prendre la poudre d'escampette, R327 avaient suivi le mouvement d'une cinquantaine de gars comme lui, ils étaient parti dans toutes les directions afin de semer un maximum de confusion parmi les gardes et ça avait réussi, en partie. R327 s'était joint à un petit groupe qui était parti vers le nord. Rapidement ils étaient tombé sur une zone marécageuse beaucoup avaient refusé d'aller plus loin, ils avaient été exécuté sur place quand les gardes les rejoignirent. R327 avait continué et s'était enfoncé dans le marais.


Encore deux ou trois cent mètres et il atteindrait une zone ou le sol s'élevait et donc serait plus stable. De plus la nuit allait bientôt tomber et il aurait alors l'opportunité de se fondre dans les ombres de la forêt qu'il distinguait. Enfin, au bout d'un moment qui lui parut une éternité, il se sortit du bourbier et se hissa sur un rocher. Il regarda autour de lui, il était seul. S'accordant quelques secondes pour reprendre son souffle, il évalua le meilleur chemin pour atteindre la forêt. Le projectile de métal l'atteint en plein milieu du front et R327 bascula dans la vase. 'Et de quinze. Le compte y est sergent. - Bien reçu, fin de l'entraînement rentrez à la base.' 'Rien de tel qu'une petit fuite organisée pour maintenir la moral et la forme des gars', se dit le sergent Barek en rejoignant la navette pénitentiaire, 'de toute façon on commence à manquer de place dans les cellules.' • • •

Une nouvelle très sympa à la 'running man' dans un style presque irréprochable… Atorgael quoi !!! je n'ai pas vu venir le rebondissement ! sadique, va… Quelques reproches au niveau de la construction des phrases (c'est que je deviens exigent en plus) … mais une bonne petite histoire que j'aime beaucoup


Kahaan Embourbé jusqu'à la taille, le sergent Evalion n'arrivait pas à se dégager. Il devait pourtant faire vite, la horde tyranide s’approchait vite, trop vite, il l’entendait venir au plus profond de la forêt. La peur montait en lui, ses mains devenaient moites, il n’arrivait pas à se concentrer et luttait tant bien que mal pour se dégager de ce bourbier dans lequel il était malencontreusement tombé… Il repensa alors à toutes ses années passées à servir l’Imperium dans son peloton des Swamprats, du XVIII de Catachan. De nombreux souvenirs remontaient en lui, la plupart étaient des restes de combats où lui et ses hommes avaient triomphés, comme cette bataille sur Koralkal VIII, les opposant à d’implacables tyranides. … Il eut un pincement au cœur en repensant à tout cela et il ne pouvait se résigner à accepter la vérité … Toute son escouade avait été massacrée par ces monstruosités en pleine nuit alors qu’ils dormaient, épuisés par de longs jours de marche au travers de la jungle , paysage typique de Catachan. Il avait réussi à s’échapper et il avait couru durant de longues heures à travers la végétation luxuriante, et avait fini sa course dans ce bourbier …


Mais ils savaient qu’il était en vie et maintenant ils le traquaient, et ils finiraient par le trouver, c’était inévitable . • • • • •

Il se passe pas grand chose et c'est un peu dommage. Un récit moyen mais dont l'auteur à le mérite d'avoir concourru… Et puis ayant lu la premiere version, il ne peut que s'améliorer s'il continue comme cela… des vétérans qui s'endorment… j'ai tout de même un doute… Quelques imperfections au niveau de la méthode et quelques abus sur le nombre de pointillés en fin de paragraphe. Un récit assez classique.


Eldrad Embourbé jusqu'à la taille, képhallos n'arrivait pas à se dégager. Il devait pourtant faire vite, très vite. .. Les monkeighs s’apprêtaient à mettre leur principal canon de défense orbital en action. Les vaisseaux de la flotte eldar risquaient d’êtres pulvérisés par la force de ses coups. C’est pour cette raison que le grand prophète thorel’maniel avait envoyer son commando détruire ce site. Les 10 eldars, dont lui-même, exarque banshee, s’étaient infiltrés dans les égouts du complexe. Arrivés en dessous de la casemate blindée, ils devaient activer un portail Warp miniaturisé qui devait les amener à l’intérieur même de la salle, alors que les plus puissants portails des vaisseaux de la flotte ne pouvait pas créer de passages, en raison du trop gros blindage de la fosse. « Préparez-vous, dit-il aux eldars. » Les 3 faucheurs noirs, les 3 dragons de feu et son petit contingent de banshees se regroupèrent autour de lui. « Nous avons 2 minutes pour agir. C’est le temps qu’il faudra au portail pour être à nouveau disponible. Il faut tenir pendant ce temps. Si’nam-riel, tu as la grenade avec toi ? » Le dragon de feu acquiesça. « Bon, parfait. Regroupez vous, eldars, nous allons frapper ! » Il enclencha le bouton du portail, sentit son coeur se révulser, et le souffle du Dévoreur d’Ame sur son échine. Il réapparut dans la seconde qui suivit dans la grande salle de tir, sous les yeux éberlués des servants, et de l’unité de protection du site. « Faucheurs couvrez-nous ! » hurla-t-il en se lançant avec


ses 3 banshees sur les soldats en armes. Le long hurlement, déchirant de désespoir, qu’il poussa lors de la charge se répercuta dans la salle entière, alors qu’il entendait dans son esprit la voix de Si’nam-riel lui indiquant que la charge était posée, détonateur réglé sur 3 minutes. Il avait 2 minutes pour réduire au silence l’ennemi qui tentait malgré tout de résister à l’appel de la voix de la mort, tel de pathétiques pantins …. • • •

• •

un exarque banshee est tjrs une femme et non un homme rahh la phrase d'intro est un peu (trop) vite éludée mais l'ensemble se tient, bien qu'un peu énumératif… Une bonne surprise… Mais néanmoins un commando mixte de guerriers aspect semble peu crédible pour le fluff… Mais c'est rattrapé par de petits détails qui nous prouvent que tu maitrise ton sujet !!! Hmm, amusant, mais peu d'originalité Récit assez classique, dans un style assez heurté. Agréable à lire.


Rogal Dorn Embourbé jusqu’à la taille, Konrad n’arrivait pas à se dégager. Il devait pourtant faire vite, il était le dernier, tous ses frères avaient déjà traversé le marais. Il devait réussir cette mission et faire ses preuves pour devenir un jour un vrai space marine. Il réprima ces rêves de gloire et se promit de s’entailler le bras pour ces pensées. Quelque chose qui lui frôla la jambe le sortie de sa torpeur. « Ca doit être un poisson » pensa-t-il. Alors la chose lui enserra les jambes et l’entraîna sous l’eau boueuse. Il ne voyait rien et frappa à l’aveuglette avec son poignard. Il réussit à le toucher, se libera et refit surface. Il mit un peu de temps pour reprendre son souffle et sentit une nouvelle foi la créature qui cette foie-ci le dépassa et surgit hors de l’eau. C’était un énorme serpent à la peau recouverte d’épaisses écailles. Il hurlait d’un cris aigu, la gueule grande ouverte. Par réflexe, Konrad leva son pistolet bolter et tira. La bête s’écroula la gueule ensanglantée.


Il flottait dans les eaux noires et le croyant mort, Konrad s’approcha. Il pus voire avec horreur, la peau de la créature se craqueler, au niveau de son cou. Une seconde tête poussa et le monstre se releva violemment, jettant Konrad à terre. « C’est donc ça les hydres des marais d’Altar ?! » Ses compagnons qui accouraient, tirèrent une rafale de bolts sur l’hydre. Mais, la bête bicéphale, ignorant les tires, bondit sur Konrad, agrippant son visage de sa tête encore valide et l’entraîna sous l’eau. Alors l’eau noirâtre se teinta de rouge… • • • • •

Un récit simple mais bien amené. Quelques fautes gachent un peu la lecture. Trop de fautes d'orthographe viennent entacher ce récit au principe plutot sympa mais tres mal exploité… bonne idée mais un peu mou dans l'action. pour l'orthographe et la grammaire, c'est pas très sérieux… Quelques belle fautes d'orthographes (et c'est moi qui dit ça) et un style pas toujours impeccable, mais de * bonnes idées. J'aime bien les histoires qui se finissent mal Désolé le premier texte sert souvent d'étalon pour les notations suivantes, ça te laisse de la marge pour progresser.

chec_03  

1. Courgette 2. Antesite 3. Atorgael 4. Kahaan 5. Eldrad 6. Rogal Dorn Le palmarès du challenge

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you