Issuu on Google+

RAPPORT ANNUEL 2012

RAPPORT ANNUEL 2012

1


RELIER LES TERRITOIRES POUR L’EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT Dans le climat international actuel, les relations entre les échelles locale, nationale et mondiale revêtent une importance croissante. Il devient également évident que les défis en matière de développement local exigent désormais des réponses cohérentes et coordonnées, convenues au terme de processus de dialogue inclusif établis entre ces différents échelons. Dans un tel contexte, le PNUD a lancé un cadre multilatéral pour favoriser le dialogue par la mise en place de modalités de coopération décentralisée, triangulaire et SUD-SUD, et soutenir les stratégies de gouvernance et de développement fondées sur l’appropriation au niveau local.

ART PNUD - Rapport Annuel 2012 Relier les territoires pour l’efficacité du développement Copyright @ 2013 Programme des Nations Unies pour le développement Conception graphique : Alexander Ahnebrink Direction artistique : Luca Cipelletti Concept et coordination : Marina Ponti Traduction : Massimiliano Di Tota Relecture : Adla Kosseim Impression : Grafiche Siz

Les résultats obtenus dans le cadre de l’initiative ART en 2012 prouvent encore une fois la véracité de l’hypothèse selon laquelle des synergies renforcées et une coordination améliorée entre les diverses parties prenantes et les différents échelons sont possibles, qui peuvent accélérer la réalisation des objectifs du développement durable.

Palais de Nations CH- 1211 Genève 10, Suisse

2

RAPPORT ANNUEL 2012

RAPPORT ANNUEL 2012

3


TABLE DES MATIÈRES

5 Avant-propos 6 Relier 8 Territoires 10 Efficacité 12 Développement 14

Initiatives phares au plan international

16

Carte des Programmes ART

Programmes ART 18 Albanie 19 Bolivie 20 Amérique Centrale 21 Colombie 22 Cuba 23 République Dominicaine 24 Équateur 25 Salvador 26 Kosovo 27 Gabon 28 Indonésie 29 Mauritanie 30 Maroc 31 Mozambique 32 Sénégal 33 Sri Lanka 34 Syrie 35 Uruguay 36 Liban 37

Sigles et acronymes

38 Remerciements 40

Analyse budgétaire et financière

42 Liens

4

RAPPORT ANNUEL 2012

AVANT-PROPOS

L’initiative mondiale ART a démontré qu’il est essentiel d’impliquer les autorités locales et régionales dans les efforts visant à réaliser le développement humain durable. C’est en effet au niveau infranational que les avancées les plus remarquables sont accomplies en termes de développement, à la faveur de l’engagement et de l’action concertée des institutions et des parties prenantes à l’échelon local, et grâce au soutien et à la coordination des gouvernements nationaux et des partenaires internationaux du développement, notamment les acteurs de la coopération décentralisée. Cependant, des progrès notables enregistrés dans certains domaines passent trop souvent inaperçus, empêchant ainsi les acteurs du développement au niveau infranational d’échanger leurs connaissances et d’enrichir de leurs expériences le débat sur le développement mondial. Les résultats de l’année 2012 confortent l’hypothèse principale sur laquelle repose l’Initiative ART, qui prône le renforcement des synergies et de la coordination entre les acteurs du développement et les différents niveaux pour accélérer la réalisation des objectifs du développement durable. Le présent rapport illustre les résultats obtenus au titre de la stratégie ART, qui comporte les quatre volets suivants : 1) Relier ; 2) Territoires ; 3) Efficacité ; 4) Développement. Par exemple, le gouvernement de la Colombie a décidé d’étendre la mise en œuvre de l’initiative ART à l’ensemble du territoire national alors que cette dernière avait été initialement déployée dans la seule région de Nariño. Sur le plan mondial, ART s’emploie à promouvoir l’application des recommandations du quatrième Forum de haut niveau de Busan sur l’efficacité de l’aide à l’échelon infranational. Ainsi, les Lignes directrices stratégiques du développement local ont été adoptées au Maroc pour aligner les partenaires de développement sur les stratégies ayant fait l’objet d’une appropriation à l’échelle locale, alors que le Programme-cadre ART en Équateur a permis de renforcer l’appropriation et la coordination au niveau local. Par ailleurs, ART a consigné les meilleures pratiques ainsi que des exemples concrets portant sur les contributions significatives apportées par les parties prenantes au niveau infranational, qui ont été présentés lors du Forum bisannuel de haut niveau pour la coopération en matière de développement des Nations Unies. Les enseignements tirés des meilleures pratiques récoltées de 19 pays ont aussi servi à façonner la nouvelle stratégie de Gouvernance locale et développement local du Programme des Nations Unies pour le développement, qui souligne l’importance d’une approche multi-niveaux et multi-secteurs de la coopération décentralisée. Durant l’année 2012, ART a continué d’élargir son appui de base : 36 partenaires ont rejoint l’Initiative, dont des gouvernements locaux en Turquie et au Brésil, la ville de Stuttgart en Allemagne, la région du Nord Danemark, le réseau européen Arco Latino et l’Association des agences de la démocratie locale (AADL). De tels développements sont remarquables dans le contexte actuel d’austérité budgétaire, ce qui démontre la continuité de la pertinence de cette initiative. Sigrid A. Kaag Sous-secrétaire générale des Nations Unies et Directrice du Bureau des partenariats du Programme des Nations Unies pour le développement Olav Kjørven Sous-secrétaire général des Nations Unies et Directeur du Bureau des politiques de développement du Programme des Nations Unies pour le développement

RAPPORT ANNUEL 2012

5


POURQUOI RELIER ? Santé, chômage, pauvreté et changement climatique sont au nombre des principales préoccupations des citoyens et de leurs élus dans les pays du Nord comme du Sud. Compte tenu de leur portée et leur complexité, tous ces défis exigent des mesures cohérentes et coordonnées de la part des institutions infranationales, nationales, régionales et internationales appelées à définir une approche commune par le biais d’un processus de dialogue inclusif et d’une interaction entre les citoyens et les parties prenantes concernées (aux niveaux local, national et mondial). En outre, il existe un consensus croissant sur la nécessité d’impliquer les gouvernements locaux et infranationaux dans les débats sur le développement mondial, compte tenu de leur proximité immédiate avec les citoyens. La prise en compte des perspectives des autorités locales et régionales est un des facteurs clés du succès de la conception et la mise en œuvre de plans de développement durable respectueux des principes de transparence, de participation et de responsabilité.

RELIER > COMMENT L’une des caractéristiques les plus innovantes de l’initiative ART réside dans le dialogue réussi qu’elle établit entre les territoires du Nord et du Sud concernant des défis communs tels que le changement climatique, le chômage, la pauvreté, la migration et l’exclusion sociale. Bien que l’objectif principal de cette approche consiste à répondre aux priorités partagées liées au développement local, ces échanges améliorent également la gouvernance locale, tout en mettant à la disposition des parties prenantes sur d’autres territoires les solutions novatrices et les meilleures pratiques issues des universités, des fondations, des organismes du secteur privé et des organisations de la société civile. Il est important de souligner que ces dialogues prennent place dans le cadre d’initiatives de coopération décentralisée, triangulaire et SUD-SUD impliquant quelque 1200 autorités locales. En coordination avec l’Organisation des Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) et l’Organisation des Régions Unies (FOGAR), ART promeut activement les processus de la coopération décentralisée, triangulaire et SUD-SUD, en aidant les gouvernements infranationaux et les partenaires locaux à s’atteler à la résolution de difficultés communes sur le plan local et à débattre des stratégies susceptibles de réaliser les objectifs du développement humain durable. Cela permet aux acteurs de la coopération décentralisée de coopérer entre eux, d’échanger leurs perspectives respectives, de collaborer avec leurs partenaires et de profiter pleinement des points de vue pertinents de leurs interlocuteurs pour venir à bout de leurs propres difficultés en matière de réalisation du développement durable. La présence du PNUD sur le terrain dans 208 pays, sa neutralité et son mandat de développement durable assurent la cohérence des objectifs locaux avec les objectifs définis aux niveaux national et mondial. En outre, le PNUD contribue à établir le dialogue entre les territoires et à mettre en place des mécanismes innovants de coopération décentralisée, SUD-SUD et triangulaire.

La stratégie d’ART et ses instruments sont singulièrement portés sur un objectif unique : favoriser les interactions entre les associations de citoyens et les institutions locales/territoriales afin de les amener à s’impliquer dans les stratégies régionales, les plans nationaux et les objectifs mondiaux ; et en fin de compte, améliorer la vie des populations. En 2012, les partenaires de la coopération décentralisée (CD) ont adopté des Programmes-cadres ART/PNUD dans 19 pays, contribuant ainsi au partage des expériences, des compétences et des meilleures pratiques à l’appui du développement durable au niveau des territoires.

6

RAPPORT ANNUEL 2012

RAPPORT ANNUEL 2012

7


POURQUOI LES TERRITOIRES ? Nous sommes de plus en plus conscients de la nécessité d’une approche territoriale du développement, qui envisage les défis du développement via un « prisme territorial » multipartite, multisectoriel et multi-niveaux intégré. Cette perspective, qui récolte un soutien croissant, exige la mise en place de programmes de renforcement des capacités spécialement conçus pour aider les parties prenantes infranationales à définir convenablement leurs priorités de développement. En outre, elle appelle à une prise en compte de cette dimension dans les politiques nationales de développement et les débats mondiaux en la matière. Il s’agit d’un processus dynamique qui renforce les interactions entre les acteurs économiques, les institutions locales et la société civile au sens large en s’appuyant sur les compétences et les ressources territoriales. Les avantages potentiels de l’approche territoriale incluent la possibilité d’intégrer les trois piliers du développement durable (durabilité environnementale, croissance inclusive et cohésion sociale) au niveau local, la fourniture de services publics de qualité, adaptés aux besoins des citoyens, l’autonomisation des parties prenantes locales et l’ajustement fin des politiques nationales de décentralisation et de déconcentration.

LES TERRITOIRES > COMMENT Les Groupes de travail territoriaux (GTT) rassemblent des représentants de l’ensemble des domaines d’expertise technique intervenant aux échelons régional, provincial, de district et/ou départemental alors que les Groupes de travail locaux (GTL) opèrent au niveau municipal. Tous ces groupes s’expriment dans le cadre d’un forum d’échanges d’opinions et d’expériences, agissant comme une « courroie de transmission » entre les différents niveaux et les multiples secteurs, afin d’en améliorer la coordination, la cohérence des actions et la responsabilité. Ils offrent également aux partenaires du développement un point d’entrée pour le renforcement des capacités institutionnelles tout en favorisant l’inclusion sociale des minorités et des groupes marginalisés. Les Lignes directrices stratégiques locales sont identifiées au moyen des processus ci-dessus mentionnés. Elles reflètent les contributions et les priorités des organisations de la société civile, du secteur privé et des parties prenantes locales, et servent, de ce fait, à consolider les plans élaborés au sein du territoire et renforcer les compétences institutionnelles tout en favorisant l’inclusion sociale des minorités et des groupes marginalisés. Les Lignes directrices stratégiques locales sont également primordiales pour établir les Plans de développement local et aligner les partenaires de la coopération internationale sur les stratégies faisant l’objet d’une appropriation à l’échelon local. Les Comités nationaux de coordination (CCN) sont constitués au niveau national pour faciliter l’implication des parties prenantes territoriales dans la planification nationale et les processus législatifs. À cet effet, leurs membres œuvrent en faveur de l’intégration de la planification locale participative dans les stratégies sectorielles nationales par le renforcement du dialogue et des échanges. En outre, les CCN appuient le leadership des parties prenantes infranationales et leur appropriation des questions les concernant tout en apportant un soutien continu au dialogue et aux interactions entre les échelles territoriale, nationale et internationale.

Le terme « territoire » est souvent utilisé pour indiquer une zone géographique spécifique. Cependant, dans le contexte d’ART PNUD, il revêt une acception plus holistique et désigne le lieu dans lequel les processus économiques et sociaux se déploient (région métropolitaine, grand centre urbain, municipalité, province, région, etc.). Par extension, l’aménagement du territoire peut être considéré comme la somme de toutes les activités sociales, culturelles et économiques qui se déroulent sur un territoire donné, favorisant son développement et améliorant la qualité de vie de ses habitants.

8

RAPPORT ANNUEL 2012

RAPPORT ANNUEL 2012

9


POURQUOI L’EFFICACITÉ ? La diversification et la multiplication rapides des parties prenantes à la coopération au développement sont sources à la fois d’opportunités et de défis. Compte tenu que ces acteurs opèrent principalement au niveau local, il est nécessaire d’aligner et d’harmoniser les initiatives de développement, non seulement sur les stratégies locales, mais aussi sur les objectifs des divers acteurs concernés qui interviennent aux différents échelons. De plus, en période de crise économique et de contraintes budgétaires, il devient indispensable de faire le meilleur usage possible des ressources financières disponibles.

L’EFFICACITÉ > COMMENT ART offre une large palette de meilleures pratiques qui contribuent au débat sur l’efficacité du développement au niveau infranational. Par rapport au fonctionnement traditionnel en « silo », cloisonné par secteur ou privilégiant la mise en œuvre d’une multitude de projets à petite échelle, l’approche territoriale autorise une interaction plus efficace entre les acteurs de la coopération au développement opérant dans une même zone géographique. En conséquence, les interventions en matière de développement sont déployées dans le cadre de plans territoriaux intégrés, ce qui réduit la fragmentation des actions menées et renforce l’impact et la durabilité des efforts visant à la réalisation des objectifs du développement humain durable. Les Lignes directrices pour la coopération internationale (LDCI) jouent un rôle de passerelle entre les plans de développement ayant fait l’objet d’une appropriation à l’échelon local et les partenaires du développement soucieux d’apporter leur appui aux initiatives de développement local. Les LDCI veillent à la conformité et la coordination de toutes les interventions avec les Cycles de planification locale. En outre, elles garantissent que la planification effectuée par les gouvernements infranationaux soit alignée sur les contributions financières reçues des partenaires au développement. Les Cycles de planification locale (CPL) sont des processus participatifs ascendants par lesquels les institutions locales s’efforcent de mettre en œuvre des plans de développement local au niveau infranational dans le plein respect des trois piliers du développement humain durable, lesquels relèvent, au plan national, de la compétence de trois ministères distincts.

L’initiative ART a apporté son soutien aux gouvernements et aux partenaires engagés dans la conception et la mise en place d’un outil servant à mesurer l’efficacité du développement au niveau infranational. Cet outil de mesure de l’efficacité du développement évalue les progrès réalisés selon cinq dimensions (alignement, harmonisation, appropriation, responsabilité mutuelle et gestion axée sur les résultats) et met en évidence l’effet de levier que les processus activés par ART peuvent déclencher au niveau infranational.

10

RAPPORT ANNUEL 2012

RAPPORT ANNUEL 2012

11


POURQUOI LE DÉVELOPPEMENT ? Autoriser les collectivités locales à jouer un rôle plus conséquent dans l’élaboration des politiques de décentralisation garantit au processus un plus grand impact, une meilleure cohérence et une durabilité assurée. En outre, lorsque les communautés locales dialoguent avec les gouvernements nationaux et les partenaires internationaux et bénéficient de leur appui, elles deviennent mieux armées pour tirer parti de leurs propres ressources naturelles, historiques, culturelles, économiques et humaines, et mettre en place des politiques efficaces pour répondre aux besoins des citoyens.

DÉVELOPPEMENT > COMMENT En contribuant à la définition de la stratégie Gouvernance locale et développement local du PNUD. L’hypothèse de départ qui sous-tend cette orientation repose sur la prise de conscience du rôle clé des gouvernements et des parties prenantes sociales et économiques au niveau infranational dans l’effort de développement et de la contribution primordiale de la coopération décentralisée à cet égard. Cette stratégie vise à garantir la prise en compte des trois piliers du développement humain durable (environnement durable, croissance inclusive et cohésion sociale) de manière harmonieuse dans les stratégies conçues à l’échelon local, malgré le fait que ceux-ci relèvent de trois ministères distincts au niveau national. Elle adopte une approche multi-niveaux aussi bien dans l’analyse que dans l’élaboration, la planification et la mise en œuvre des politiques. Elle privilégie la création de liens permanents et favorise les interactions entre les acteurs locaux, nationaux et internationaux à travers des plates-formes infranationales innovantes. En soutenant les politiques de décentralisation, qui sont essentielles à l’édification de sociétés plus inclusives, durables et équitables. En renforçant la cohésion sociale, la durabilité environnementale et la croissance inclusive. Les Plans de développement local (PDL) définis et convenus au terme de processus de dialogue participatifs, multi-acteurs et multi-secteurs portent sur des domaines thématiques divers couvrant la gouvernance locale, la citoyenneté active, l’utilisation durable des ressources naturelles, l’eau et l’assainissement, la valorisation du patrimoine historique, architectural et culturel, le développement économique local, les services sociaux locaux, l’autonomisation des femmes, la formation professionnelle, la migration et les politiques concernant la jeunesse.

Les Agences de développement économique local (ADEL) constituent l’un des instruments les plus innovants pour : (i) créer des emplois ; (ii) améliorer l’accès au crédit ; (iii) évaluer l’impact économique potentiel, par exemple dans les filières de production locale ; et (iv) promouvoir les stratégies nationales et internationales de commercialisation des produits locaux. Les ADEL favorisent la croissance inclusive, l’égalité des genres et le développement des petites et moyennes entreprises. Elles visent à valoriser les ressources et les compétences endogènes par le biais de stratégies territoriales efficaces, spécialement conçues pour prendre en compte les facteurs sociaux, économiques et environnementaux. L’évaluation positive de cet instrument a donné lieu à la création d’une Instance permanente sur le développement local, qui sert de plate-forme pour le dialogue ouvert et l’échange de connaissances en continu. Les stratégies adoptées dans le cadre des ADEL sont le résultat d’un processus inclusif qui accorde une attention primordiale aux besoins et aux priorités des groupes vulnérables et marginalisés.

12

RAPPORT ANNUEL 2012

RAPPORT ANNUEL 2012

13


INITIATIVES PHARES AU PLAN INTERNATIONAL Efficacité du développement : en coopération avec l’Organisation des Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) et l’Organisation des Régions Unies (FOGAR), ART a appuyé l’inclusion du niveau infranational dans les accords post-Busan. À titre de suivi, ART et ses partenaires ont diffusé une sélection de meilleures pratiques lors de différents débats régionaux et mondiaux importants, notamment le Forum pour la coopération en matière de développement des Nations Unies à New York en juillet 2012. Plusieurs réunions ont été organisées à cet effet, dont la consultation sur la coopération décentralisée et l’efficacité de l’aide au développement, qui s’est tenue en mars 2012 à Barcelone dans le cadre des discussions sur les accords post-Busan auxquelles les acteurs de la coopération nationale et décentralisée ont activement participé.

Évaluation externe : une évaluation à mi-parcours de l’Initiative ART a été réalisée au cours du second semestre 2012. L’évaluation a permis de mettre en évidence comment les mécanismes de l’Initiative ART (notamment les Groupes de travail nationaux, territoriaux et locaux, les Lignes directrices pour la coopération internationale, les Cycles de planification locale et les Lignes directrices pour la planification locale) ont favorisé une coordination, un alignement et une harmonisation accrus parmi les partenaires du développement à l’échelle des différents niveaux (local, national et international). Le rapport concerné est disponible sur: http://erc.undp.org/ evaluationadmin/manageevaluation/ viewevaluationdetail.html?evalid=6672

Conférence des Nations Unies sur le développement durable : dans la perspective de la Conférence Rio+20, ART a engagé des consultations multipartites sur le développement humain durable au niveau infranational dans différents pays, dont le Salvador (mars 2012) et la Mauritanie (mai 2012). En collaboration avec les organisations CGLU et FOGAR, ART a également pris part aux débats et aux résolutions votées au cours de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable.

Global Water Solidarity (GWS) : cette initiative s’appuie sur les solutions et les meilleures pratiques existantes pour faciliter la participation efficace des acteurs locaux dans la planification, la fourniture et la surveillance de la gestion de l’eau et de l’assainissement aux niveaux local et national. ART et GWS ont renforcé leur coopération en 2012 comme suit : ART a mis son expertise à profit pour offrir des solutions à ses partenaires, et GWS a assuré une meilleure intégration entre les activités liées à l’eau et d’autres domaines d’intervention essentiels comme la gouvernance, le genre, la santé etc.

Initiative conjointe de la Commission européenne et des Nations Unies pour la migration et le développement (ICMD) : en 2012, ART a conclu avec l’ICMD un partenariat visant à renforcer la coopération au niveau des pays sur les politiques migratoires à l’échelon territorial, afin d’exploiter les résultats encourageants enregistrés par les deux programmes au niveau infranational. Le partenariat prévoit également des activités conjointes au plan mondial, notamment en collaboration avec les acteurs de la coopération décentralisée et en lien avec les débats mondiaux.

14

RAPPORT ANNUEL 2012

Partenariat avec les parties prenantes européennes : en 2012, l’unité ART mise en place au sein du Bureau de représentation du PNUD à Bruxelles a intensifié le dialogue avec l’Union européenne, les autorités locales et les organisations de la société civile basées à Bruxelles, en se concentrant sur la gouvernance locale, le développement local et la coopération décentralisée. Les réseaux des autorités locales ont estimé qu’il était extrêmement utile de se relier, par le biais d’ART PNUD, au système multilatéral et aux cadres existants dans les pays partenaires en vue d’accroître l’efficacité du développement, d’améliorer la coordination et l’appui aux stratégies faisant l’objet d’une appropriation locale, et surtout de garantir une plus grande durabilité et un meilleur impact.

© UN Photo

Forum pour la coopération en matière de développement (FCD) du Conseil économique et social des Nations Unies : ART a établi un partenariat avec le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (UNDESA) afin d’œuvrer en faveur de l’inscription de la coopération décentralisée à l’ordre du jour de la réu-nion du FCD, en juillet 2012 à New York. ART a également organisé une table ronde et un événement en marge de cette manifestation qui a abouti à l’inclusion officielle de la coopération décentralisée au titre de la stratégie FCD 2012-2014.

RAPPORT ANNUEL 2012

15


CARTE DES PROGRAMMES ART

Amérique Latine 1 Bolivie 2 Colombie 3 Cuba 4 Salvador 5 Amérique centrale 6 Équateur 7 République dominicaine 8 Uruguay

15

16

13

3 5

Afrique 9 Gabon 10 Mauritanie 11 Mozambique 12 Sénégal

14 7

10

4

2

Méditerranée 13 Maroc 14 Liban 15 Syrie

12

19 9 6

Balkans 16 Albanie 17 Kosovo

11

18

1

Asie 18 Indonésie 19 Sri Lanka

16

17

8

RAPPORT ANNUEL 2012

RAPPORT ANNUEL 2012

17


ALBANIE

BALKANS

BOLIVIE

AMÉRIQUE LATINE

13 3 9

14 3

2 6

15

1

1 7

5 12

3 2

15 1

14 2 11 8 9 15 3 5 3

4

1

2 3 15

10 2 1

1. Mise en œuvre de deux plans stratégiques régionaux 2. Renforcement des capacités d’unités de Gouvernement régional local (GRL) à Vlorë et Shkodra 3. Conception de deux stratégies de marketing 4. Mise en place de programmes de création d’emplois 5. Promotion et duplication des innovations locales par la création d’un catalogue des innovations 6. Installation d’illuminations architecturales extérieures sur la façade de l’Hôtel de Ville de Shkodra, classé monument historique, pour promouvoir le tourisme 7. Réhabilitation complète d’un immeuble d’habitation à Puka (région de Shkodra) pour améliorer l’accès des citoyens aux services locaux 8. Restauration du Musée d’ethnographie de Vlorë pour la promotion du tourisme 9. Restauration de la façade de la Préfecture de Vlorë, classé monument historique, pour la promotion du tourisme 10. Restauration des murs de défense du centre historique de Vlorë pour la promotion du tourisme 11. Réhabilitation d’une aire de jeux dans la ville de Himara 12. Création du Musée virtuel de Marubi pour la promotion du tourisme culturel dans la région de Shkodra 13. Création de gîtes touristiques dans les régions montagneuses de Shkodra pour la promotion du tourisme et le développement économique local 14. Mise en place d’un Fond de garantie pour aider les membres de la communauté locale à créer et développer des petites entreprises

18

RAPPORT ANNUEL 2012

L’objectif principal du programme ART dans ce cas précis était de renforcer les activités de planification locale, promouvoir l’innovation, diffuser les meilleures pratiques et les expériences de partage de connaissances et consolider les Agences de développement économique local (ADEL) existantes. Cependant, le programme a également facilité l’établissement de partenariats avec les acteurs de la coopération décentralisée en appui aux priorités nationales et infranationales. Ce faisant, il a contribué à l’agenda des réformes économiques exigées pour l’intégration de l’Albanie dans l’Union européenne tout en renforçant l’efficacité du développement. Résultats au niveau national › Conception de deux plans stratégiques régionaux pour promouvoir la gouvernance démocratique et l’autonomisation des femmes et appuyer le processus de décentralisation en cours. Le premier plan appelé « Territoire zéro émission » a été déployé dans la région de Vlorë alors que le deuxième plan, intitulé « Vers le développement durable du tourisme », a été mis en œuvre dans la région de Shkodra. › Améliorations en matière de développement économique local obtenues par des activités de renforcement des capacités spécialement conçues pour les ADEL opérant dans la ville de Vlorë et la région de Shkodra. › Mise à l’échelle des projets locaux de sorte qu’ils puissent être intégrés dans les politiques locales et nationales, y compris la duplication de l’approche adoptée par ART dans la région de Kukës. › Amélioration et renforcement de la coopération entre les organisations de la société civile et les autorités locales à l’occasion d’une série de débats intitulés « L’avenir que nous voulons », organisés en préparation de la Conférence Rio +20. Résultats au niveau mondial › Mise en place de la coopération décentralisée et des partenariats Sud-Sud. › Modification de la stratégie nationale en matière de protection maternelle et infantile pour y intégrer les meilleures pratiques identifiées dans les programmes ART (comme par exemple, la méthode dite des « soins maternels kangourou »). › Amélioration de la coopération transfrontalière entre l’Albanie et le Kosovo.

4 1

© UN Photo/Rothstein

8

2

1

© UN Photo/Geneva Report

15

5 8

4 4 6 3

Le programme avait deux priorités : le développement économique local et la gouvernance multi-niveaux. En 2012, l’exercice de mise à l’échelle avait étendu le projet à l’ensemble des départements de La Paz, Oruro et Tarija, ainsi que Santa Cruz (région de Chiquitania-Pantanal) et Potosi (région de Lipez). Résultats au niveau local › Mise en place d’un centre de formation professionnelle sur les méthodes de production du bois. › Déploiement du projet « Amélioration du bétail » dans la province d’Ingavi et à La Paz, au profit de 1,158 familles d’autochtones. › Appui à l’élaboration de stratégies de marketing territorial par l’ADEL de La Paz. › Promotion de mécanismes de coordination entre les parties prenantes des secteurs privé et public par l’instauration de Groupes de travail territoriaux (GTT) dans la province de Oruro (Projet PET-MAN). › Mise en œuvre d’un projet pilote sur la « Valorisation du patrimoine et de la citoyenneté » dans la province de Potosi, en collaboration avec le Ministère du Développement et de l’économie dans le cadre du programme national Semilla. › Définition de lignes directrices socio-économiques pour le territoire lors du Deuxième Forum sur le développement intégré de Chiquitania-Pantanal. › Conception d’un Plan départemental pour la gestion de l’eau à Tarija. › Conception de plans territoriaux dans les départements de La Paz, Oruro et Tarija.

7

9 2

1. Plan de développement départemental à La Paz 2. Stratégie de développement économique local à Tarijia 3. Plan de développement économique territorial à Oruro 4. Projets portant sur les méthodes de production du bois à La Paz 5. Stratégie de marketing territorial à Oruro 6. Projet d’intercommunalité (PET-MAN) à Oruro 7. Programme Semilla à Potosi 8. Deuxième Forum sur le développement Intégré de Chiquitania-Pantanal 9. Plan départemental pour la gestion de l’eau à Tarija

Résultats au niveau national › Compilation d’une base de données pour améliorer la coordination entre les activités de planification aux niveaux national et territorial au sein du Système de planification intégré de l’État, mis en place par le Ministère de la Planification pour le développement. › Appui institutionnel à neuf conseils sectoriels pour le développement dans le cadre de la politique nationale sur les micro et petites entreprises. › Lancement du cursus de Master à l’Université Pablo de Olavide de Séville.

RAPPORT ANNUEL 2012

19


AMÉRIQUE CENTRALE

AMÉRIQUE CENTRALE

COLOMBIE

AMÉRIQUE LATINE

2 5

4

1 5 5 5 1 1

© UN Photo/F Charton

5

5

4 3

En 2012, le programme régional ART pour l’Amérique Centrale a mis en place une large palette d’activités visant à atteindre les objectifs du développement humain durable. 1. Élaboration d’un cours de formation avancé (de niveau maîtrise) sur les questions politiques à l’intention des femmes dans les départements de Solola, San Marcos et Quetzaltenango (Guatemala) 2. Mise en place de l’équipe territoriale du Ministère de l’Économie dans le département de Chiquimula et fourniture de services d’éducation et de formation aux communautés locales (Guatemala) 3. Renforcement du Réseau des femmes citoyennes à travers des activités de renforcement des capacités en matière de sensibilisation, de leadership, de partenariat, de développement et de gestion de projet (Salvador) 4. Promotion du modèle CSEM à titre de mécanisme de référence pour les femmes entrepreneurs en coordination avec la Commission nationale pour les micro et petites entreprises de l’ADEL à Morazan (Salvador) 5. Renforcement des Comités de femmes au sein des Conseils de développement départemental (Guatemala)

Nicaragua › Obtention d’un financement de l’Union européenne pour la mise en place de plusieurs cours de formation à l’Université nationale de Leon destinés aux entreprises locales. Guatemala › Élaboration et mise en œuvre de cours de formation en administration des affaires à l’intention des femmes entrepreneurs pour favoriser les Centres de développement des petites entreprises. Honduras › Constitution du Centre de développement des micro, petites et moyennes entreprises dans le Golfe de Fonseca dans le cadre d’un partenariat avec l’ADEL du département de Valle en coordination avec CARE, Oxfam, la Banque Interaméricaine de développement (BID), SWISCONTAC et le gouvernement. Guatemala › Production d’un document de recherche intitulé « Une approche théorique et statistique des femmes entrepreneurs », en coopération avec l’Observatoire mondial de l’entrepreneuriat de la Faculté d’Économie de l’Université Francisco Marroquin. › Organisation d’un événement intitulé « L’accès des femmes aux instruments financiers : une voie royale pour favoriser le développement économique au Guatemala », une initiative conjointement organisée par ONU FEMMES, la Banque mondiale, SEPREM et BCIE. Résultats au niveau mondial › Mise en place de centres de services pour les femmes entrepreneurs dans les départements de Solola et Chiquimula (Guatemala), Morazán et Sonsonate (Salvador), Valle (Honduras) et León (Nicaragua) › Création de 9 partenariats de coopération Sud-Sud sur les droits économiques des femmes, notamment sur la politique des services de santé, sur l’entreprenariat et la microfinance.

20

RAPPORT ANNUEL 2012

© UN Photo/Jerry Frank

5

1 3 2 1

1

Selon l’évaluation externe réalisée en 2012, l’initiative ART « a mis en place des activités remarquables pour consolider la paix à travers une approche territoriale du développement ». Cette stratégie de développement territorial a été initialement déployées dans la sous-région de l’est de l’Antioquia avant d’être étendue aux départements de Meta, Huila et Cesar, puis à la région de Montes de Maria. Résultats au niveau local › Le projet « Primauté du droit dans la gestion des terres et le développement rural » a été mis en œuvre dans 10 régions, avec l’appui stratégique du Réseau colombien des Agences de développement économique local (ADELCO). › Un observatoire officiel à été mis en place pour procéder à des évaluations permanentes du processus de consolidation de la paix dans les territoires concernés. › Une stratégie électorale innovante a été mise en œuvre dans les plates-formes politiques de 80 % des municipalités de l’est de l’Antioquia. Résultats au niveau national › L’expérience de l’initiative ART à Nariño (2007-2012) a été officiellement labélisée comme une meilleure pratique dans le domaine de la gestion de la coopération internationale par l’Agence présidentielle pour la coopération internationale de la Colombie (APC). › Un protocole d’accord a été établi entre la Fédération colombienne des municipalités, l’APC et l’Université Jorge Tadeo Lozano pour la création de meilleures pratiques communes en matière de coopération décentralisée en Colombie. › Une plate-forme numérique www.cooperacioncolombia.co a été conçue, créée et déployée afin de fournir des activités de renforcement des capacités. › Les réseaux ART ont été formellement intégrés dans le Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (PNUAD).

1. Examen et approbation des cycles de programmation locale par les autorités locales et régionales dans les départements de Nariño, Antioquia et Meta 2. Inauguration d’itinéraires touristiques spécialement conçus dans la province de Ricaurte du département de Boyacá 3. Déploiement de projets dans 38 municipalités destinés à fournir des maisons et des abris aux familles déplacées et vulnérables, favoriser les activités génératrices de revenus et coordonner les initiatives de réinstallation et de restitution de terres au niveau départemental 4. Intégration des priorités liées à la dimension de genre et à l’autonomisation des femmes dans les plans de développement local de 23 municipalités à l’est de l’Antioquia

RAPPORT ANNUEL 2012

21


CUBA

AMÉRIQUE LATINE

© UN Photo

› Renforcement des capacités institutionnelles dans les domaines liés à la planification et la gestion du développement. › Réalisation de plans de développement territorial et diffusion de ces plans auprès des décideurs nationaux et des partenaires du développement intervenant à l’échelon local. › Intégration de la dimension de genre dans les Plans de développement communal. › Organisation de cours de formation pour les équipes techniques locales sur les enjeux répertoriés ci-dessus, en partenariat avec l’Université provinciale. › Réaménagement de 4 usines de transformation du sucre aux fins de les affecter à l’usage d’entreprises locales.

22

RAPPORT ANNUEL 2012

RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

1 5 5 2

5

5 3

5 1

2 5 1 3 4

4 2

3

2

2 3 4

5

1

3

4

5 © UN Photo

Le Programme de développement humain au niveau local (PDHL) a été lancé à Cuba en 1999, en appui aux efforts du gouvernement dans trois secteurs : les services sociaux, le développement économique local et la décentralisation de l’administration publique. Il apparaît clairement, à la lumière des différentes évaluations internes et externes auxquelles le programme a été soumis, que celui-ci a permis d’obtenir des résultats tangibles dans les domaines pour lesquels il a été conçu, et notamment : (i) la création en 2002 d’un fonds de crédit pour les petites et moyennes entreprises (FRIDEL), qui a servi en 2010 comme point de référence pour l’élaboration de la première politique nationale portant sur le crédit à l’échelon local ; (ii) la création de plus de 3 000 emplois grâce à des initiatives d’accès au crédit ; (iii) la réhabilitation d’anciens bâtiments dans différents centres-villes historiques et leur réaffectation à des activités sociales et commerciales ; (iv) la finalisation des plans de développement local dans 69 municipalités et 8 provinces ; (v) des solutions communautaires innovantes pour améliorer l’intégration des personnes âgées ou handicapées. Par ailleurs, bon nombre des meilleures pratiques générées par le programme dans les 8 provinces concernées ont été officiellement institutionnalisées par le gouvernement en 2011. Fin 2011, le gouvernement cubain et le PNUD ont conjointement lancé un processus visant à systématiser toutes les innovations institutionnelles, les réformes, les mécanismes et les meilleures pratiques générées à la faveur du programme au cours des années, afin de tirer parti des compétences acquises en matière de développement local. Cette « systématisation » formelle a été réalisée en 2012 par le Département du Développement Humain de l’UNESCO à l’Université de La Havane en collaboration avec le Centre de services régional du PNUD en Amérique Latine et un expert international en matière d’évaluation. Les résultats doivent être présentés à La Havane en juin 2013. Le processus de systématisation est extrêmement important pour la conception d’un nouveau programme visant à appuyer les stratégies sociale et économique du gouvernement dans les domaines de la décentralisation et du développement économique local. Plus concrètement, certains résultats obtenus correspondent aux priorités futures, notamment :

AMÉRIQUE LATINE

Lancée en 2012, la deuxième phase du programme ART a fourni un soutien essentiel aux étapes de mise en œuvre de la stratégie nationale de développement à l’échelon territorial. Le programme a été déployé en tant que joint-venture avec la Direction générale de l’aménagement du territoire au sein du Ministère de l’Économie, de la planification et du développement. Il a été hiérarchisé selon les priorités suivantes : (i) les stratégies de développement territorial ; (ii) les mécanismes de participation territoriale, y compris les conseils de développement et les comités techniques interinstitutions ; et (iii) les mécanismes de coordination visant à aligner les politiques nationales sur les politiques locales. Résultats au niveau local › Fourniture d’un appui aux Plans de développement local (PDL) élaborés par les partenaires du développement, comprenant 23 parties prenantes à la coopération décentralisée originaires d’Europe et d’Amérique latine, et 5 entités de coopération bilatérale (l’Agence danoise de coopération internationale au développement (AECID), l’Agence italienne de coopération pour le développement, l’Agence de coopération internationale du Japon (JICA), l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et l’Ambassade d’Israël). › Intégration des mécanismes de microcrédit et d’épargne dans les stratégies de développement économique local de quatre provinces.

1. Fusion des stratégies nationales et locales de développement par le renforcement des systèmes de gestion technique (Comités techniques) et des mécanismes de participation au niveau territorial (Conseil de développement) dans six provinces (Dajabón, Elías Piña, Bahoruco, Independencia, Barahona et Monte Plata). 2. Mise en place de mécanismes de microcrédit, d’épargne et d’investissement dans le cadre des stratégies de développement économique local de quatre provinces. 3. Activités liées au développement économique local (DEL) représentant 14 groupes d’épargne et d’investissement en activité, totalisant 398 membres. 4. Alignement des politiques sectorielles respectives du Ministère de l’Économie, du développement et de la planification, du Ministère de l’Agriculture et du Ministère de l’Industrie sur les priorités et les besoins locaux. 5. Mise en œuvre d’un projet pilote à Dajabon présentant les résultats obtenus par le gouvernement local dans les efforts qu’il mène pour poursuivre l’implémentation de stratégies de développement économique efficaces, en partenariat avec le secteur privé.

Résultats au niveau national › Approbation d’une stratégie d’intégration de la dimension de genre dans le développement économique local (DEL) en partenariat avec ONU FEMMES, le Ministère de la Femme et le Ministère des Petites et moyennes entreprises. › Coordination de la préparation d’un projet de loi sur la sécurité alimentaire à la suite d’un processus inclusif et participatif au niveau local, faisant appel aux parties prenantes issues de différents territoires, de diverses organisations de la société civile (en coordination avec la FAO, le PAM et l’OPS) et du Forum de l’Alliance des parlementaires contre la faim.

RAPPORT ANNUEL 2012

23


ÉQUATEUR

11 12 14

© UN Photo/Milton Grant

10

10 11 5 8 12 1 6 5 14 7 9 5 2 14

La principale réalisation du programme ART en 2012 a été l’institutionnalisation de ses processus multi-niveaux et multi-acteurs par les parties prenantes aux échelons national et territorial.

1. Mise en place de l’éco-parc agro-industriel 2. Activités de renforcement des capacités portant sur les besoins des gouvernements locaux en matière de décentralisation 3. Conception de plans de développement territorial et approbation de ces plans par les gouvernements locaux 4. Activités de renforcement des capacités spécialement adaptées aux fonctionnaires des institutions locales 5. Programme conjoint du Fonds pour la réalisation des OMD, intitulé « Jeunesse, emploi et migration » 6. Renforcement des mécanismes et des capacités en matière de gouvernance de l’eau dans les municipalités rattachées à la Mancomunidad de la Cuenca del Río Jubones 7. Renforcement des capacités institutionnelles locales concernant les problèmes d’accessibilité aux services locaux dans les centres historiques 8. Renforcement des entreprises locales dans le domaine du tourisme 9. Programme d’inclusion sociale « Travail pour tous » 10. Fourniture d’un appui pour améliorer les moyens de subsistance des communautés agricoles 11. Fourniture d’un appui socio-économique aux petites et moyennes entreprises 12. Renforcement des opportunités dans le secteur du tourisme au niveau de la communauté 13. Initiative pour la gestion des déchets 14. Institutionnalisation des Groupes de travail territoriaux

24

SALVADOR

AMÉRIQUE LATINE

RAPPORT ANNUEL 2012

Résultats au niveau local › Création d’une nouvelle gamme de services financiers destinés aux jeunes entrepreneurs, qui a donné lieu à la création de 1 134 nouvelles entreprises (dont 570 fondées par des femmes) et a fourni une aide financière à quelque 1 479 jeunes entrepreneurs. Le programme ART a contribué à ces réalisations dans les trois provinces d’Azuay, d’El Oro et de Loja, grâce au programme conjoint du Fonds pour la réalisation des OMD, intitulé « Jeunesse, emploi et migration ». › Élaboration d’un plan d’affaires destiné au lancement d’un éco-parc agro-industriel dans la province d’El Oro. Pour identifier le potentiel économique de la région, cette initiative a mobilisé un vaste réseau de compétences, afin de produire des analyses de marché, proposer des modèles d’organisation et de gestion, et déployer une stratégie de marketing susceptible d’attirer les investisseurs. › Institutionnalisation des mécanismes de gouvernance multi-niveaux et multi-acteurs dans le domaine de la planification et la gestion territoriales dans 3 provinces et 1 canton. Résultats au niveau national › Conception et réalisation d’un outil permettant de mesurer l’efficacité de la coopération au développement à l’échelon local, en partenariat avec le Secrétaire équatorien pour la coopération internationale (SETECI) et les associations nationales représentant les trois niveaux infranationaux (provincial, municipal et rural). Cet outil a été appliqué à l’ensemble des 24 provinces du pays selon les cinq principes de l’efficacité de l’aide (appropriation, alignement, harmonisation, coordination et mise à l’échelle). Il a également servi à évaluer le rôle des gouvernements décentralisés dans la gestion de la coopération internationale. › Lancement de la méthodologie ART dans le cadre de l’Initiative YasuníITT (canton d’Aguarico) à la demande expresse du gouvernement.

5

5

4 1 3 2

5 © UN Photo

7 3

AMÉRIQUE LATINE

5

Depuis son lancement en 2010, le programme ART a démontré son efficacité pour les activités de renforcement des capacités en vue de favoriser les processus multi-secteurs, multi-niveaux et multi-acteurs. Au niveau local, il a également contribué à la mise en œuvre de politiques nationales relatives aux aux investissements, au développement économique ou à la gestion de l’eau. En 2012, le Secrétariat technique de la Présidence de la République est devenu l’interlocuteur attitré du programme ART, annonçant ainsi l’institutionnalisation officielle du programme. Résultats au niveau local › La politique nationale en matière d’investissement a été mise en œuvre au niveau local et 32 projets ont été finalisés (financés conjointement par les gouvernements nationaux et locaux). › Trois ADEL ont été établies dans les départements de La Union, Morazan et Sonsonate. Ces services ont bénéficié à quelque 3 820 personnes, dont 52 % étaient des femmes. › Deux centres pour l’inclusion sociale et la parité entre les sexes ont été mis en place. Il est important de rappeler que 45 % des organisations affiliées aux ADEL sont gérées par des femmes. › Les activités de renforcement des capacités institutionnelles ont été déployées dans les départements de Morazan, d’Usulutan et de La Union.

1 5 2 4

2

1 4

3

1. Projets de développement économique local financés au titre des ressources du budget national (17 projets dans le département de Morazan couvrant 13 municipalités, 8 projets dans le département de La Union concernant 8 municipalités et 7 projets dans le département d’Usulutan appliqués à 5 municipalités) 2. Lancement d’Agences de développement économique Local 3. Activités de renforcement des capacités spécialement adaptées aux femmes entrepreneurs 4. Plates-formes pour le développement humain 5. Réplication des ADEL par le gouvernement national dans le cadre de sa stratégie nationale pour le littoral.

Résultats au niveau national › Les ADEL ont été intégrées dans la politique nationale de développement économique du Ministère de l’Économie et du Secrétariat technique de la Présidence. › Le gouvernement a lancé le processus d’institutionnalisation officielle du programme, confirmant ainsi son plein soutien à l’initiative ART. › Des activités centrées sur la gestion des connaissances ont été menées, des stratégies de développement économique local ont été élaborées et appliquées et les ADEL ont été officiellement instaurées. › Les consultations nationales et territoriales sur le débat de l’après-2015 ont démarré, et font état jusqu’à présent de la participation de 1 785 personnes et de 1 000 060 contributions en ligne (dont 43 % provenant de femmes).

RAPPORT ANNUEL 2012

25


KOSOVO

BALKANS

GABON

AFRIQUE

5 2

1 8

1 1 3

3

3 3 2 2 4 8 2 3 3 1 5 2

4

9

10

1. Restauration de la bibliothèque de Bellobrad/Belobrad 2. Construction de la route de l’école de Blaç/Bljać 3. Construction d’un terrain de sport à Bresanë/Brodosavce 4. Restauration de l’école primaire de Brod, y compris l’installation de matériel informatique et de nouveaux laboratoires de biologie/chimie 5. Construction d’un terrain de sport à Brrut/Brut 6. Construction de la route principale qui traverse le centre du village de Kuk/Kukovce 7. Cours de couture pour les femmes et les filles et construction de la route de l’école de Shajne/Šajnovce 8. Réparation du système d’approvisionnement en eau dans le village de Rapçë/Rapča 9. Dépollution du site de décharge illégal de Restelicë/Restelica et mise en place d’un service de collecte des déchets 10. Construction de serres pour la production agricole à Zlipotok

RAPPORT ANNUEL 2012

Le programme ART a travaillé de concert avec le PNUD sur le projet pour la Conservation de la biodiversité et la gestion durable de l’utilisation des sols dans la municipalité de Dragash/š (projet Dragash/š PNUD). En 2010-2011, le programme a été mis en œuvre dans cinq villages, (Bellobrad/Belobrad, Blaç/Bljać, Brod, Brrut/Brut et Restelicë/Restelica). Fin 2011/début 2012, cinq villages supplémentaires (Bresanë/Brodosavce, Kuk/Kukovce, Shajne/Šajnovce, Rapçë/Rapča et Zlipotok) ont été sélectionnés pour être inclus dans la Phase II du projet. Résultats au niveau local › Création d’un Conseil intégré formé de Groupes de travail locaux. › Élaboration des Lignes directrices pour la coopération internationale au niveau municipal (MGIC) en faveur de Dragash/š. › Approbation des MGIC par le gouvernement municipal en tant que base de référence pour l’identification des priorités et la canalisation des initiatives en matière de développement. › Les MGIC complètent le Plan de développement municipal (PDM) défini par chaque municipalité du Kosovo pour favoriser l’interaction et la coordination avec le gouvernement central et promouvoir la coopération internationale au niveau local. › Dix collectivités ont été ajoutées au programme et dix projets prioritaires ont été identifiés et approuvés par les Groupes de travail locaux avant d’être validés par le Groupe de travail municipal. Résultats au niveau national › Le gouvernement central de Pristina, par l’intermédiaire du Secrétaire général du Ministère de l’Administration locale, a exprimé sa satisfaction à l’égard de l’expérience de Dragash/š en décrivant le projet comme étant « l’un des premiers exemples de coopération participative axée sur la demande au Kosovo ». › Grâce au soutien de l’Initiative ART et de FELCOS Umbria, la municipalité de Dragash/š a effectué une visite exploratoire dans la région italienne de l’Ombrie pour une future coopération décentralisée.

© UN Photo/Gill Fickling

© UN Photo

7

26

2

4

4

2 1 3 5 8

3 3

L’année 2012 marque le passage du programme ART de la phase I à la phase II, d’où l’obligation de mener à leur terme toutes les activités planifiées. Le point d’orgue de l’année a été la mise en œuvre des principes régissant l’efficacité du développement au niveau local, et en particulier pour ce qui concerne les processus de planification participative, les consultations et les cycles de planification annuelle. Il convient toutefois de noter que ces principes avaient déjà été appliqués au niveau national uniquement, en l’absence d’une politique de décentralisation appropriée. Résultats au niveau national › Implication des directions nationales pour la planification, les gouvernements locaux, l’action locale et la décentralisation dans le processus de mise en œuvre et de suivi pour l’institutionnalisation du programme. › Délivrance de l’approbation et de l’autorisation du PNUD et du gouvernement du Gabon pour la publication du descriptif de projet de la phase II du programme (2012-2015). Il est important de souligner que le gouvernement a cofinancé le programme ART. › Élaboration de la stratégie Développement économique Local (DEL) au niveau régional dans le cadre de la stratégie économique nationale du Ministère de l’Économie. › Renforcement de la coordination avec le Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (PNUAD).

2

1

2 3

2

2 3 2

3 3 52 35 4 2 2 2 2 1 4 8 2 5 3 63 8 3 2

1. 5 nouveaux postes d’administrateurs locaux ont été créés et institutionnalisés à travers le processus de planification 2. 12 nouveaux plans de développement local ont été élaborés et approuvés 3. Organisation de processus de planification participatifs ayant impliqué plus de 300 acteurs locaux, ce qui a entraîné l’approbation de 12 lignes directrices départementales 4. Élaboration d’un document d’orientation participative 5. 15 projets mis en œuvre dans les domaines de la santé, l’éducation et la génération de revenus 6. Reconnaissance formelle (légale) de 20 associations communautaires 7. Finalisation de deux protocoles universitaires dans les domaines du renforcement des capacités et de la micro- finance et du crédit qui viennent appuyer les initiatives ayant déjà reçu un financement

Résultats au niveau mondial › Diffusion des leçons apprises et des meilleures pratiques sur l’agenda du développement post-2015 à l’occasion du Sommet AFRICITÉS au Sénégal. › Organisation d’une session de formation dans le cadre de la mise en œuvre du protocole de coopération Sud-Sud entre la Mauritanie, le Sénégal, le Maroc et le Gabon. › Coopération Sud-Sud : cours de formation dispensé à l’intention des 30 membres des Groupes de travail provinciaux (GTP) sur les processus multi-niveaux et multi-acteurs par l’équipe d’ART au Maroc.

RAPPORT ANNUEL 2012

27


INDONÉSIE

ASIE

MAURITANIE

AFRIQUE

1 2 3

© UN Photo/Ray Witlin

6

1. Relance de la mise en place du SPADUKPLI (Secrétariat intégré pour la coopération au développement) comme l’organe de coordination de l’aide au développement 2. Finalisation des Lignes directrices stratégiques du développement pour le SPADU-KPLI 3. Renforcement des capacités du SPADUKPLI et des secrétariats conjoints au niveau du district de Nusa Tenggara Timur (NTT) pour les questions administratives, comme par exemple, la gestion des financements externes ou le partage des connaissances sur les procédures de financement des partenaires au développement 4. Relance de la mise en place des Groupes de travail provinciaux (GTP) de Gorontolo comme organes de coordination de l’aide au développement 5. Désignation de la province de Gorontolo comme champion local de l’Indonésie pour les initiatives de coopération Sud-Sud et triangulaire (2011-2025) 6. Prise en compte des perspectives infranationales et territoriales dans les plans de développement national applicables aux partenariats Sud-Sud

28

RAPPORT ANNUEL 2012

Le programme ART Indonésie offre un excellent exemple de l’intégration réussie de l’approche et la méthodologie qu’il préconise dans les programmes du PNUD sur la gouvernance locale et le développement économique local. En 2012, les processus participatifs territoriaux (Groupes de travail), les mécanismes de coordination de l’aide et les instruments de développement économique local ont été entièrement intégrés aux différents programmes du PNUD en cours d’application sur le terrain. Le gouvernement a distingué la province de Gorontolo (le programme ART y assure la promotion d’une initiative de coopération Sud-Sud avec le Sri Lanka depuis 2010-11) pour son initiative pilote de coopération Sud-Sud et triangulaire (2011-2025). Cette décision devrait adjoindre une perspective infranationale et territoriale à la conception des plans de développement national et favoriser l’établissement d’un plus grand nombre de partenariats Sud-Sud. Résultats au niveau local › Renforcement des mécanismes de coordination de l’aide au développement dans les deux provinces de Nusa Tenggara – Est (NTT) et de Gorontolo, conformément à l’engagement de l’Indonésie qui a souscrit aux principes de l’efficacité de la coopération au développement. Le programme a soutenu les gouvernements locaux et leurs groupes de coordination de l’aide et appuyé la finalisation des Lignes directrices stratégiques de développement (SPADU-KPLI) à Nusa Tenggara – Est. Il a également apporté son soutien au Groupe de travail provincial à Gorontolo et assuré aux personnels de SPADUKPLI et des Secrétariats conjoints au niveau du district de NTT une formation portant sur la coordination et la gestion des financements externes. Les participants à cette formation ont aussi grandement bénéficié de l’expertise des fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur et de l’Agence nationale de planification (BAPPENAS). Ils ont ainsi acquis de nouvelles compétences en administration, tout en se familiarisant avec les procédures de financement des partenaires au développement.

© UN Photo

5 4

1 10

Le programme ART en Mauritanie a apporté son plein soutien aux efforts du gouvernement dans les domaines de la décentralisation et du développement local. Résultats au niveau local › Deux projets mis en œuvre en partenariat avec le « Programme de petites subventions » (plate-forme solaire et préservation des zones marines de Gadel et Twila). › Amélioration de l’accès aux services d’assainissement dans la région de Kiffa. › Conduite d’analyses et d’évaluations fondées sur le genre. Résultats au niveau national › Appui à la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté dans les régions du Brakna et de l’Assaba. › Lancement du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA). › Conduite de consultations territoriales pour l’élaboration du Rapport national sur le développement durable. › Appui aux efforts de modernisation de l’administration publique à travers la création des toutes premières plates-formes virtuelles, conçues pour améliorer la communication entre les fonctionnaires, les citoyens et les organisations de la société civile. › Appui à la première Foire nationale au bétail. Résultats au niveau mondial › Partenariats de coopération Sud-Sud et triangulaire (Mauritanie, Maroc et Espagne). › Organisation de formations sur le leadership local et l’efficacité de l’aide au développement. › Participation à la sixième édition du Sommet AFRICITÉS à Dakar.

2 7 4 6 53 7 2

4 3 2 9 7 8 6 5 7 2

1. Renforcement des capacités locales de gouvernance 2. Renforcement des capacités institutionnelles des régions du Brakna et de l’Assaba 3. Élaboration de Plans régionaux de lutte contre la pauvreté 4. Finalisation des Lignes directrices pour la coopération internationale 5. Projets d’évaluation de l’impact 6. Évaluations participatives sur les questions liées au genre et aux OMD dans les régions du Brakna et de l’Assaba 7. Ateliers régionaux (Brakna, Assaba, Guidimakha, Gorgol) et appui à l’élaboration de l’avant-projet du Rapport national sur le développement durable 8. Atelier régional à Kiffa et appui à l’élaboration de l’avant-projet de la Politique nationale en matière de production animale 9. Atelier sur les services de soins de santé dans la municipalité de Kiffa 10. Mise en place et lancement du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA)

RAPPORT ANNUEL 2012

29


MAROC

MÉDITERRANÉE

AFRIQUE

MOZAMBIQUE 5 9

2 5 3 1 2 6 4 1 2 8 5 8 7 1 2 2 1 8 1 8 5 58

14 6 15

1. Appui à la mise en place du Réseau de villes stratégiques 2. Appui à la mise en place du Réseau des médinas fortifiées (RMF) 3. Mise en œuvre de la Commission de la parité et de l’égalité des chances dans les communes rurales de la Région de Tanger -Tétouan (Initiative régionale) 4. Promotion de l’économie sociale locale à travers l’appui et l’assistance technique aux associations de développement local porteuses d’activités génératrices de revenus du territoire de Fahs Anjra (PESAGR) 5. Renforcement des capacités au niveau local (Berkane, Jerada, Taourirt et Figuig) 6. Modernisation de l’administration locale axée sur les TIC (Oujda et Nador) 7. Énergie renouvelable : station photovoltaïque (commune rurale d’Isly, Oujda) 8. Mise en œuvre des Plans de développement communal (35 000 habitants : Oujda, Berkane, Taourirt, El Aioun, Jerada, Beni Ensar)

En 2012, le programme ART a fourni d’importants efforts pour garantir que les gouvernements infranationaux puissent s’approprier les processus multi-niveaux et multi-secteurs de recherche de consensus, mis en place depuis 2007. Résultats au niveau local › 14 projets dans les domaines de la bonne gouvernance, la protection de l’environnement, le développement économique local, l’autonomisation des femmes et le renforcement des capacités au niveau local. › Création de la Fondation de la Région de l’Oriental pour la Coopération Décentralisée (FROCOD) visant à coordonner les partenaires de la coopération décentralisée sur le terrain et soutenir les plans de développement régional. › Lancement d’une plate-forme locale regroupant les institutions locales et les organisations de la société civile dans la municipalité de Chaouen pour aider à la conception et la mise en œuvre du plan de développement de la municipalité. Résultats au niveau national › Institutionnalisation des mécanismes de coordination et de planification multi-niveaux et multi-secteurs proposés par le programme. › Mise à l’échelle de projets locaux et leur institutionnalisation au sein des politiques locales et nationales, comme par exemple, l’École Chantier créée pour offrir aux jeunes la possibilité de se former aux techniques de restauration et aux métiers traditionnels. Cette initiative devrait être reproduite par le gouvernement national dans d’autres régions. › Organisation de la deuxième édition de la Formation nationale des formateurs sur la décentralisation et la coopération décentralisée. › Atteinte de la viabilité financière du programme ART. Résultats au niveau mondial › 35 partenariats établis dans le domaine du partage des connaissances. › Partenariats Sud-Sud (Maroc, Mauritanie, Sénégal et Gabon) sur le développement économique local, la planification locale, les métiers traditionnels et l’apiculture.

30

RAPPORT ANNUEL 2012

© UN Photo/Pernaca Sudhakaran

© UN Photo

5

19 4 10 8 20

24 7 6

17 3 22 12 1 11

2 21

Le Programme ART de Soutien au Processus de Développement Economique Local au Mozambique (ART PAPDEL) est une initiative conjointe entre le gouvernement et le PNUD Mozambique, qui a commencé en 2009 sous la responsabilité et le leadership de la Direction nationale du développement rural. Le programme ART du PNUD PAPDEL se distingue en mettant l’accent sur les stratégies de développement économique local (DEL) et des processus visant à éradiquer la pauvreté et l’autonomisation des communautés locales, en particulier les jeunes et les femmes. Le programme est un outil de travail pour le PNUD pour la coordination et la mise en œuvre du développement local à travers une approche territoriale, identifié à la fois dans l’UNDAF 2012-2015 et dans la stratégie de pays du programme du PNUD 20012-2015. Résultats au niveau local › Contribution aux observatoires du développement au niveau provincial, issus d’une initiative conjointe des organisations de la société civile et du PNUD. › Elaboration de stratégies et de méthodologies pour la promotion de l’égalité des genres et leur inclusion dans les Plans de DEL. › 35 Groupes de Travail Locaux en DEL créés et renforcés dans 7 provinces. Le principal résultat de cette planification territoriale participative a été l’élaboration de 35 documents de potentialités territoriales districtal inclus dans les Plans Stratégiques de Districts. Résultats au niveau national › Mise en place d’une plate-forme nationale de partage des connaissances entre les différentes ADEL et création d’un réseau national d’ADEL (REDEL), le seul du genre en Afrique. › Contribution financière de 200.00 dollars US du gouvernement national au Programme ART pour son action en faveur du DEL. Résultats au niveau Mondial › Partenariats de coopération Sud-Sud et Triangulaire (Italie-BulgarieMozambique-Espagne) pour soutenir les acteurs non étatiques et les organismes des autorités d’éducation et des écoles locales. › Participation à la sixième édition du Sommet AFRICITES à Dakar.

18 13 23

1. 3 chapitres sur le développement économique local intégrés pour la première fois dans les Plans de district de la Province de Maputo 2. 4 chapitres sur le développement économique local intégrés pour la première fois dans les Plans de district de la Province de Gaza 3. 10 chapitres sur le développement économique local intégrés pour la première fois dans les Plans de district de la Province d’Inhambane 4. 8 chapitres sur le développement économique local intégrés pour la première fois dans les Plans de district de la Province de Nampula 5. 4 chapitres sur le développement économique local intégrés pour la première fois dans les Plans de district de la Province de Cabo Delgado 6. 5 chapitres sur le développement économique local intégrés pour la première fois dans les Plans de district de la Province de Niassa 7. 1 chapitre sur le développement économique local intégré pour la première fois dans les Plans de district de la Province de Sofala 8. Mise en place du nouvel Office de Tourisme d’Ilha de Moçambique, inauguré par le président de la municipalité d’Ilha de Moçambique et le coordonnateur de l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement 9/10/11/12/13. Diffusion des stratégies de marketing territorial au niveau du district 4/15/16/17/18. Activités de sensibilisation sur les services sociaux de base et le développement économique local au niveau provincial (également à travers la diffusion d’un magazine) 19/20/21/22/23/24. Activités de sensibilisation sur le développement économique local et les ADEL (également à travers la diffusion d’un magazine)

RAPPORT ANNUEL 2012

31


SÉNÉGAL

2

AFRIQUE

SRI LANKA

ASIE

1

© UN Photo

4 3

1

1. Élaboration et institutionnalisation formelle d’un Plan régional de développement (PRD) dans les régions de Louga et Ziguinchor, et d’une cinquantaine de plans de développement local (PDL) 2. Création de la Maison du développement local, un forum consacré aux consultations, au dialogue et à la coopération entre les représentants des autorités locales, les services déconcentrés, les acteurs nationaux et internationaux du développement et le secteur privé 3. Création de groupes d’intérêts communautaires (GIC) par décret présidentiel 4. Dans le département du Kébémer de la région de Louga, plus de 7 000 personnes ont eu accès à l’eau potable grâce à un projet financé par les autorités régionales et provinciales de Lombardie (Italie)

32

RAPPORT ANNUEL 2012

En 2012, le Sénégal a été témoin de profondes transformations. L’élection d’un nouveau président et la nomination d’un nouveau gouvernement ont entraîné des changements politiques majeurs et une restructuration radicale du système de l’administration publique. La suppression subséquente de la Direction de la Coopération Décentralisée et la réaffectation de sa mission à un autre ministère ont eu des conséquences non seulement sur le PNUD mais aussi sur l’initiative ART SÉNÉGAL. L’équipe ART a immédiatement entamé les discussions avec ses nouveaux interlocuteurs sur la Phase II du programme et a veillé à clôturer la majorité des activités prévues pour fin 2012 en planifiant la finalisation d’autres actions début 2013. Des négociations ultérieures devraient être conclues dans le courant de l’année 2013, les gouvernements locaux et les partenaires au développement ayant donné des assurances sur leur engagement politique en faveur de l’initiative. Résultats au niveau local › Les orientations stratégiques internationales ont été finalisées pour les régions de Ziguinchor et Louga à la suite d’un processus participatif, inclusif et multipartite. Elles ont également été diffusées aux niveaux national et international, notamment lors du Sommet AFRICITÉS en novembre 2012. › Une Maison du développement local a été créée en partenariat avec le gouvernement régional des Baléares (Espagne). Elle a été spécialement conçue pour servir de forum aux consultations visant à améliorer la gouvernance territoriale et permettre aux principales parties prenantes issues des secteurs public/privé et de la société civile d’aligner leurs interventions respectives. L’initiative a également favorisé le renforcement des capacités institutionnelles des agents de l’administration locale impliqués dans les processus de décentralisation et de déconcentration. › Un système d’approvisionnement en eau potable a été instauré à Kab Guye grâce au partenariat fructueux établi entre les autorités régionales de Louga et les autorités régionales et provinciales de la Lombardie (Italie). Le projet a été achevé dans les délais prévus et des activités de renforcement des capacités ont également été mises en place en coopération avec des experts sur la gestion de l’eau au niveau territorial en Lombardie.

© UN Photo/Evan Schneider

2

Déployé en 2006, quelques mois après que le tsunami dévastateur a frappé les régions côtières, le programme ART s’est rapidement révélé être une plate-forme hautement efficace pour coordonner les interventions humanitaires des partenaires de la coopération décentralisée. Le programme a été officiellement clôturé en 2012, une fois que les processus tels que ceux des groupes de travail territoriaux et locaux ou des Agences de développement économique local et autres mécanismes ont été incorporés aux procédures gouvernementales provinciales et locales, en particulier celles qui visent à renforcer la coordination entre les partenaires du développement et les stratégies infranationales ayant fait l’objet d’une appropriation au niveau local. L’Agence de développement économique de Ruhuna (RUEDA) continue à recevoir le soutien des autorités infranationales ainsi que d’autres intervenants clés, y compris l’Université de Ruhuna, la Chambre de commerce et le PNUD. Résultats › Depuis la fin 2012, les principales parties prenantes travaillent à l’élaboration d’une stratégie globale multi-niveaux et multi-acteurs visant à étendre ces processus à l’échelle de la province méridionale du pays afin de veiller à l’intégration des trois piliers du développement durable (cohésion sociale, durabilité environnementale et croissance inclusive) au niveau infranational.

RAPPORT ANNUEL 2012

33


SYRIE

MÉDITERRANÉE

URUGUAY

AMÉRIQUE LATINE

4

2

3

4

2

© UN Photo/Milton Grant

© PNUD/Andrés Cribari

3

Le déclenchement du conflit en Syrie a eu un impact majeur sur la situation économique et sociale du pays. Par conséquent, toutes les initiatives de développement en cours y ont été remplacées par des actions humanitaires. De ce fait, le programme ART Syrie a été intégré dans la stratégie humanitaire du PNUD et du Groupe de travail sur l’aide humanitaire des Nations Unies ainsi élargi. Résultats au niveau local › Conception et déploiement d’une initiative visant à coordonner les activités humanitaires. › Fourniture d’une gamme complète de services sociaux essentiels (conformément à la stratégie globale du PNUD). › Fourniture de services psycho-sociaux aux populations locales, en accordant une attention particulière aux femmes et aux enfants. › Mise en place de cours de formation sur les soins de santé de base.

34

RAPPORT ANNUEL 2012

5 3

1

Tout au long de l’année 2012, le programme ART a concentré son attention sur les activités de développement économique local dans le but d’harmoniser et d’aligner les interventions des partenaires du développement et les priorités nationales sur les plans de développement départemental et local. Pour optimiser ses résultats, le programme a sensiblement renforcé la mise à l’échelle des processus multi-niveaux et multi-acteurs en institutionnalisant les instruments de recherche de consensus et de coordination proposés dans le cadre de l’initiative ART. Résultats au niveau local › Examen et approbation des Lignes directrices territoriales par les participants aux processus multi-niveaux et multi-acteurs proposés par ART. › Mise en œuvre réussie à Colonia de deux programmes de développement économique local intitulés respectivement « Salto Emprende» et «Casa de las Emprendedoras », axés sur la productivité, la rentabilité, la compétitivité et la durabilité des micro, petites et moyennes entreprises. › Innovation sociale dans les domaines de l’inclusion sociale en collaboration avec l’Agence nationale de la recherche et de l’innovation (ANII), l’ADEL et la municipalité de Juan Lacaze à Colonia. › Plan stratégique du département d’Artigas, en coordination avec le programme « Uruguay Integra ».

2

4

3

1. Programmes Salto Emprende et Casa de las Emprendedoras déployés dans les territoires de Colonia 2. Initiatives conjointes avec le Ministère de l’Énergie, de l’industrie et des mines, le Ministère des Affaires sociales et le Programme de microfinance visant à promouvoir la productivité et la compétitivité des micro, petites et moyennes entreprises dans les territoires d’Artigas, de Salto et de Colonia 3. Stratégie de coordination entre les 10 ADEL créées par le programme ART et le gouvernement national 4. Renforcement des capacités locales dans les domaines du développement économique local et de la compétitivité 5. Mise en œuvre réussie des Lignes directrices territoriales dans les territoires d’Artigas

Résultats au niveau national › Appui à la plate-forme interinstitutionnelle du développement local à travers des activités de renforcement des capacités, portant notamment sur la méthodologie adoptée par l’initiative ART et ses processus multiniveaux et multi-acteurs. › Inclusion, pour la première fois dans l’histoire du pays, de la perspective de genre dans la dernière étude sur le développement économique conjointement menée par le Ministère du Travail et le Ministère des Affaires sociales, en collaboration avec l’Université d’Uruguay (UDELAR). L’étude a permis notamment de cerner les politiques de l’emploi susceptibles de renforcer l’autonomisation des femmes. › Organisation d’un séminaire international intitulé « Technologie et développement local dans la société de l’information », en collaboration avec le Secrétariat général pour l’Amérique Latine.

RAPPORT ANNUEL 2012

35


LIBAN

SIGLES ET ACRONYMES

MÉDITERRANÉE

1

2 3

© UN Photo

4

5

6

7

1. Akkar/Nord-Liban : renforcement des capacités et mobilisation en faveur des jeunes Halba/Nord-Liban : rénovation du théâtre municipal 2. Btedai/Bekaa : mise en place d’un réseau d’irrigation Baalbeck/Bekaa : construction d’un parc d’enfants 3. Nabi Chit/Bekaa : construction et équipement d’un parc d’enfants 4. Banlieues sud de Beyrouth/Baabda : programme pilote mis en œuvre dans des centres de soins de santé de base Banlieues sud de Beyrouth/Baabda : approche intégrée de la santé bucco-dentaire Furn El Chebbak/Baabda : enquête auprès des ménages Banlieues sud de Beyrouth/Baabda : mise en œuvre du projet El Choir Sahel Metn Al Janoubi par des étudiants de différentes origines culturelles Banlieues sud de Beyrouth/Baabda : appui à l’ADEL 5. Nabatieh : appui à la gestion des déchets municipaux par la fourniture d’un camion de vidange de fosses septiques 6. Rachaya Al Foukhar/Nabatieh : formation professionnelle dans le domaine de la production de poterie 7. Yater/Nabatieh : création d’une bibliothèque publique

36

RAPPORT ANNUEL 2012

Le programme ART a été lancé en 2007 au Nord-Liban, au SudLiban, dans la Bekaa et les banlieues sud de Beyrouth, quatre zones géographiques caractérisées par des taux élevés de pauvreté et des problèmes socio-économiques importants. En 2012, ART a appuyé la création d’une Agence de développement économique local (ADEL) dans chacune de ces zones, assuré des cours de formation sur la gouvernance démocratique locale à plus de 900 employés au sein des autorités locales nouvellement élues, organisé des activités de renforcement des capacités pour environ 2 000 apiculteurs locaux dans le domaine du contrôle et de la gestion des maladies, et déployé une campagne de sensibilisation sur l’eau potable par voie de radio, de télévision et de presse écrite. Résultats au niveau local › Amélioration de l’accessibilité, la couverture et la qualité liées aux services sociaux locaux. › Mise en place d’installations de soins de santé de base dans les banlieues sud de Beyrouth. › Production de business plans pour les ADEL implantées au NordLiban et à Beyrouth. › Contribution à l’amélioration des mesures de contrôle de la qualité et de la sécurité des aliments en collaboration avec l’Institut de recherche agronomique libanais (IRAL). › Amélioration de l’accès aux bibliothèques publiques dans la région du Sud-Liban. Résultats au niveau national › 15 partenariats ont été établis avec les acteurs de la coopération décentralisée pour renforcer les capacités des institutions locales dans les domaines suivants : développement économique local ; soins de santé de base ; éducation ; gouvernance locale ; développement social (cours de formation en faveur des jeunes) ; agriculture.

ADEL

Agence de développement économique local

ART

Articulation de réseaux territoriaux pour le développement humain durable

BP

Bureau de pays

CD

Coopération décentralisée

CGLU

Cités et gouvernements locaux unis

CNC

Comité national de coordination

CPL

Cycle de planification locale

DEL

Développement économique local

DHD

Développement humain durable

DP

Partenaire de développement (Development Partner)

DPP

Descriptif de programme de pays

ETC

Équipe technique communale

GRL

Gouvernement régional local

GTL

Groupe de travail local

GTP

Groupe de travail provincial

GTT

Groupe de travail territorial

LDCI

Lignes directrices pour la coopération internationale

OMD

Objectif du Millénaire pour le développement

OSC

Organisation de la société civile

PAPP/CPAP

Plan d’action de programme pays (Country Programme Action Plan)

PCD

Plan communal de développement

PDHL

Programme de développement humain local

PDL

Plan de développement local

PNUAD

Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement

PNUD

Programme des Nations Unies pour le développement

RIDA

Agence régionale de développement intégré (Regional Integrated Development Agency)

TIC

Technologies de l’information et des communications

RAPPORT ANNUEL 2012

37


L’initiative ART/PNUD remercie les donateurs, les partenaires de la coopération décentralisée, les acteurs infranationaux, les bureaux de pays du PNUD, les institutions onusiennes, les organisations de la société civile et les organismes du secteur privé pour leur appui et leur assistance en matière de coordination sur le terrain tout au long de l’année 2012. Sans cette aide précieuse, ART n’aurait pas pu réaliser des résultats aussi probants partout dans le monde, tant sur le plan mondial, national qu’infranational, comme illustré dans ce rapport annuel. ART/PNUD tient tout particulièrement à exprimer sa reconnaissance aux entités suivantes :

© UN Photo/Michos Tzovara

REMERCIEMENTS

PARTENAIRES INTERNATIONAUX

PARTENAIRES NATIONAUX

Association des agences de la démocratie locale (AADL) / Arco Latino / Organisation des Régions Unies - FOGAR / Medcities - Mediterranean Coastal Cities Network / European Association of Development Agencies (EURADA) / Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) / Medina: Mediterranean Network / Commonwealth Local Government Forum (CLGF) / Local Government for Sustainability (ICLEI) / Committee of the Regions

BELGIQUE

ITALIE

I

Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles Capitale (AVCB) - Association of Flemish Cities and Municipalities (VVSG) - Commune de Forest - Municipalité de Bruxelles - Municipalité de Saint Trond (SintTruiden) - Ville d’Anvers

DONATEURS

CANADA

Associazione Nazionale Comuni d’Italia (ANCI) - ARCI International - ARCI Toscana - Armadilla Cooperativa - Associazione Comasca di Cooperazione Internazionale (ACCI) - Cittadinanzattiva - Comune di Arezzo - Comune di Bergamo - Comune di Brescia - Comune di Cecina - Comune di Como - Comune di Cremona - Comune di Firenze - Comune di Foligno- Comune di Genova - Comune di Grosseto - Comune di Lecco - Comune di Napoli - Comune di Lodi - Comune di Livorno - Comune di Mantova - Comune di Mazara del Vallo -Comune di Milano - Comune di Padova - Comune di Parma - Comune di Pavia - Comune di Prato - Comune di Siena - Comune di Spoleto - Comune di Varese - Comune di Venezia - Comune di Viareggio - Coordinamento Nazionale degli Enti Locali per la Pace e i Diritti Umani (CO.CO.PA.) - FELCOS Umbria (Fondo di Enti Locali per la Cooperazione Internazionale e lo Sviluppo Umano Sostenibile) - Fondazione Monte dei Paschi di Siena - INU (Istituto Nazionale di Urbanistica) - Fondo Provinciale Milanese per la Cooperazione Internazionale (FPMCI) - Istituto Cooperazione Universitaria - Laziosanità (Agenzia Sanità Pubblica Regione Lazio) - Medici Dirigenti/ANAAO - ONG Cospe - ONG Ricerca e Cooperazione - ONG VIS - Oxfam Italia - PEACE GAMES - UISP Cooperazione Sportiva Internazionale - Provincia di Alessandria - Provincia di Bergamo Provincia di Ferrara - Provincia di Firenze - Provincia di La Spezia - Provincia di Lecce (Management Consortium of Torre Guaceto Park - Management Consortium of Coastal Dune Reserve) - Provincia di Pavia - Provincia di Sassari - Provincia di Siena - Progetto Sviluppo Liguria (PROSVIL) - Provincia di Torino Provincia di Viterbo - Regione Abruzzo - Regione Friuli Venezia Giulia - Regione Lazio - Regione Liguria - Regione Lombardia - Regione Marche - Regione Puglia - Regione Toscana - Regione Sardegna - Regione Umbria - Regione Veneto Sudest Donne - SudgestAid - Unione Province Lombarde (UPL) - Università degli Studi di Firenze - Università degli Studi di Milano Bicocca - Università degli Studi Bocconi di Milano - Università IUVAV di Venezia - Università degli studi di Perugia - Università degli studi di Pisa - Università degli studi di Siena Università degli Studi di Urbino - Osservatorio Interregionale di Cooperazione allo Sviluppo (OICS) - Water Foundation

Ayuntamiento de Bilbao - Ayuntamiento de Córdoba - Ayuntamiento de Huelva - Ayuntamiento de Lasarte Oria - Ayuntamiento de Málaga - Ayuntamiento de Mallorca - Ayuntamiento de Prat de Llobregat - Ayuntamiento de Sabadell - Ayuntamiento de Sevilla - Ayuntamiento de Vic - Ayuntamiento de Vitoria - Gasteiz - Diputación de Huelva - Ayuntamiento de Terrassa - BEAZ Bizkaia - Centro de Estudios y Documentación Internacionales de Barcelona (CIDOB) - Centro de Estudios Rurales y de Agricultura Internacional (CERAI) - Centro Superior de Hostelería de Galicia - Centro UNESCO de Cataluña (UNESCOCAT) - Centre for Research on the Economies of the Mediterranean (CREMed) - CIC Batá - Confederación de Fondos de Cooperación y Solidaridad (CONFOCOS) - Diputación de Granada - Diputación de Córdoba - Diputación de Barcelona (DIBA) - Diputación de Cádiz - Diputación de Jaén - Diputación de Sevilla European Institute of the Mediterranean (IEMED) - Federación de Empresas Valencianas de Economía Social (FEVES) - Fondo Andaluz de Municipios para la Solidaridad Internacional (FAMSI) - Fons Català de Cooperació al Desenvolupament - Fondo Cantabria Coopera - Fondo Extremeño de Cooperación al Desarrollo (FELCODE) - Fondo Galego de Cooperación e Solidarieda - Fons Valencià per la Solidaritat - Fundación Andaluza Fondo de Formación y Empleo (FAFFE) - Fundación Centro de Iniciativas e Investigaciones Europeas en el Mediterráneo (CIREM) - Fundación CODESPA Fundación Emilio Moro - Fundación ETEA para el Desarrollo y la Cooperación - Fundación KABKUH para el Desarrollo Sostenible de la Gastronomía y Alimentación - Generalitat Valenciana - Govern de les Illes Balears - Gobierno de Murcia - Junta de Andalucía - Instituto de Estudios sobre Desarrollo y Cooperación Internacional (HEGOA) - Instituto de Empleo y Desarrollo Socioeconómico y Tecnológico (IEDT) - Ayuntamiento de Tarragona - ONG Global Humanitaria - ONG Paz y Desarrollo - Proyecto Local Barcelona Universidad Autónoma de Barcelona - Universidad de Cádiz - Universidad de Córdoba - Universidad de Granada - Universidad de Málaga - Universidad Pablo de Olavide de Sevilla - Tecnalia

GOUVERNEMENT DE LA BELGIQUE GOUVERNEMENT DU CANADA GOUVERNEMENT DE LA FRANCE GOUVERNEMENT D’ITALIE GOUVERNEMENT D’ESPAGNE GOUVERNEMENT DE SUÈDE GOVERNEMENT DE SUISSE PRINCIPAUTÉ DE MONACO

ORGANISATIONS INTERNATIONALES - COMMISSION EUROPÉENNE - FAO - OPS (ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ) - ONU HABITAT - FONDS POUR LA RÉALISATION DES OMD (F-OMD) - CAMPAGNE DU MILLÉNAIRE DES NATIONS UNIES - ONU FEMMES - UNCDF - DAES - FNUAP - HCR - UNICEF - PAM - OMS - BANQUE MONDIALE

38

RAPPORT ANNUEL 2012

BRÉSIL ITAIPU Binacional - Parque Tecnológico Itaipu - SEBRAE The Brazilian Service of support to micro and small enterprises.

Canadian Urban Institute (CUI) - CARE Canada - Confédération des Syndicats Nationaux (CSN) - Federation of Canadian Municipalities (FCM) - Fondation SOCODEVI (Société de Coopération pour le Développement International) NGO Alternatives - INSERTECH ANGUS - Municipality of Clarenville - University of Cape Breton - Suncurrent Industries - The Global Peace and Security Fund (GPSF) - York University - Université du Québec - University of Moncton

FRANCE Agence Française de Développement (AFD) - Association Cuba Coopération - Association de solidarité avec le peuple Cubain France Cuba - Association Migration Solidarité et Echange pour le Développement (AMSED) - Association Terroirs et Cultures - Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM) - Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée (CMI) - Cités Unies France - Collectif Approche et Gouvernance Territoriale, Démocratie Participative et Citoyenneté (ANECR) - Comité d’Entreprise de la RATP - Comité d’entreprise de France Telecom - Commune de Champs sur Marne - Conseil Général de l’Aude - Croix Rouge Française Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales (DAECT) du Ministère français des Affaires étrangères et européennes - Département de la Drôme - Entreprise SEMISE - Entreprise TOTAL - Fondation Air France Financière OCEOR - Fondation Mitterrand - Réseau des Amis de Cienfuegos de la Région d’Auvergne - Association Cuba Coopération France- Faculté de Droit Aix Marseille - ONG Association Ville d’Aurillac - ONG Auvergne - ONG Secours Populaire - ONG Ville in Transition - Province Pyrénées Atlantiques - Région de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) - Région de Champagne ArdennesParc Naturel Régional du Lubéron - Réseau d’amis de Cienfuegos de la Région PACA (Association Cuba Coopération France) - Région Rhône-Alpes - Servir les ambitions économiques et urbaines du Val-de-Marne - (SADEV 94) - Service de Coopération Culturelle (SCAC) - Syndicat Intercommunal d’Aménagement de Réseaux et de Cours d’Eau (SIARCE) - Ville de Fleury Merogis - Ville de Cournon d’Auvergne - Ville de Marseille - Ville de Martigues- Ville de St. Denis

PRINCIPAUTÉ DE MONACO

SUISSE Amis du Liban

Fondation Suisse Maroc pour le Développement Durable (FSMD) - University of Geneva

ESPAGNE

LES PAYS-BAS

Agencia Andaluza de Cooperación Internacional - Agència Catalana de Cooperació al Desenvolupament (ACCD) - Agencia Extremeña de Cooperación Internacional para el Desarrollo (AEXCID) - Agencia Vasca del Agua (URA) Agencia Vasca de Cooperación para el Desarrollo/Gobierno Vasco - Asociación de Entidades Locales Vascas (Euskal Fondoa) - Ayuntamiento de Barcelona -

Association of Netherlands Municipalities (VNG) - Netherlands Development Organisation (SNV)

ROYAUME-UNI Save the Children - Future in Our Hands (FIOH)

RAPPORT ANNUEL 2012

39


ANALYSE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE EFFET DE LEVIER

DISTRIBUTION DES FONDS

Entre 2006 et 2012, plus de 182 millions de dollars US ont été alloués par l’intermédiaire de l’Initiative ART du PNUD pour la promotion d’une approche territoriale dans les stratégies de développement durable. Le tableau budgétaire présente les différentes sources de contributions. Il est important de souligner que sur les 182 millions de dollars US, 98 millions ont été versés directement au Trust Fund ART/PNUD tandis que les 84 millions restants ont été mobilisés à partir des sources suivantes :

Le Trust Fund ART/PNUD soutient les stratégies de développement durable au niveau local par le biais de contributions financières allouées par les donateurs bilatéraux. Il gère également les contributions de cofinancement des partenaires et réseaux de la coopération décentralisée. Il convient de souligner que 81 % des contributions reçues au titre du Trust Fund ont été investies dans des interventions en matière de développement ayant fait l’objet d’une appropriation à l’échelle locale, et portant, par exemple, sur les questions suivantes : gouvernance locale, développement économique local (DEL), renforcement des capacités des institutions publiques, droits de l’homme, autonomisation des femmes, patrimoine culturel, protection de l’environnement, gestion des ressources naturelles, fourniture de services sociaux de base, planification urbaine, préparation aux catastrophes, création d’emplois, emploi des jeunes et opportunités de formation. Afin d’avoir plus d’impact et d’obtenir de meilleurs résultats, l’Initiative ART PNUD accorde une importance spéciale à son taux d’exécution (qui est actuellement de 93 %) et aux activités de suivi et d’évaluation en cours.

3% Secteur privé / OSC

7% Commission européenne 8% Gouvernements nationaux et locaux de pays partenaires

45% Trust Fund 10% Activités mondiales / Coopération décentralisée / Sud-Sud/triangulaire / Partenariats

20% Donateurs bilatéraux

9% Activités de renforcement des capacités / Gestion des connaissances / Suivi / Documentation

5% Synergies de l’ONU au niveau des pays

11% Partenaires et réseaux de la coopération décentralisée

Trust Fund

81 881 142 $

Partenaires et réseaux de la coopération décentralisée

20 777 757 $

Synergies de l’ONU au niveau des pays Donateurs bilatéraux

36 900 000 $

Gouvernements nationaux et locaux de pays partenaires

14 478 890 $

Commission européenne

12 110 263 $

Secteur privé/OSC

6 307 149 $

40

9 665 436 $

RAPPORT ANNUEL 2012

81% Fonds alloués aux programmes

182 120 637 $

RAPPORT ANNUEL 2012

41


LIENS https://www.facebook.com/pages/UNDP-ART-Initiative https://twitter.com/UNDP_ART http://web.undp.org/geneva/ART http://www.arturuguay.org http://www.undp.org.ec/art/frontEnd/main.php http://www.pnud.mr/artgold http://www.ilsleda.org/home http://www.undp.org http://ec.europa.eu/index_en.htm http://www.endpoverty2015.org http://www.fao.org http://www.mdgfund.org http://www.paho.org http://www.unhabitat.org http://www.uncdf.org http://www.un.org/desa http://www.unfpa.org http://www.unhcr.org http://www.unicef.org http://www.unwomen.org http://www.wfp.org http://www.who.org http://www.worldbank.org

42

RAPPORT ANNUEL 2012

RAPPORT ANNUEL 2012

43


44

RAPPORT ANNUEL 2012 http://web.undp.org/geneva/ART


Rapport Annuel 2012