Issuu on Google+

NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page1

REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple – Un But – Une Foi MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES LOCALES

LIGNES DIRECTRICE POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE

REGION DE ZIGUINCHOR CONSEIL REGIONAL

PROGRAMME D’APPUI AUX RÉSEAUX TERRITERIAUX ET THÉMATIQUES POUR UNE GOUVERNANCE LOCALE DE DÉVELOPPEMENT ART GOLDSÉNÉGAL

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

LE JOOLA

ANNEE 2012


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page2

2


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page3

LIGNES DIRECTRICE POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE

REGION DE ZIGUINCHOR


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page4

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Carte n°1 : Région de Ziguinchor à l’intérieur du pays

Source : Programme ART GOLD 2010

4


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page5

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

SOMMAIRE SIGLES, ACRONYMES ET ABREVIATIONS……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..8 PREAMBULE………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…10 INTRODUCTION…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………13 CHAPITRE I/PRESENTATION GENERALE DE LA REGION………………………………………………………………………………………………………………………………………………15 CHAPITRE II/ BILAN DIAGNOSTIC DE LA REGION DE ZIGUINCHOR………………………………………………………………………………………………………………………….…17 2.1. L’ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES………………………………………………………………………………………………17 2.1.1. Foresterie………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………17 2.2. LES SERVICES SOCIAUX DE BASE…………………………………………………………………………………………………………………………………….………19 2.2.1. Santé et nutrition………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………19 2.2.2. Education et formation………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………21 2.2.3. Hydraulique et assainissement……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………23 2.2.3. Habitat et cadre de vie………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………25 2.2.4. Sports…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………26 2.2.5. Culture………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………27 2.2.6. Pauvreté………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………28 2.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL……………………………………………………………………………………………………………………………30 2.3.1. L’agriculture……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..…30 2.3.2. Elevage………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………31 2.3.3. Pêche…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………32 2.3.4. Tourisme……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………33 2.3.5. Artisanat :……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………34 2.3.6. Industrie………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………35 2.3.6. Mines…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………37 2.3.7. Emploi et entreprenariat……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………37 2.3.8. Les secteurs d’appui à la production……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………38 2.4. DECENTRALISATION ET GOUVERNANCE LOCALE…………………………………………………………………………………………………………47 2.4.1. DECENTRALISATION ET DECONCENTRATION………………………………………………………………………………………………………………………………………………47 2.4.2. Justice……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…50

2.5.

JEUNESSE……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………51 CHAPITRE III/ VISION DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION…………………………………………………………………………………………………………………………………….…55 CHAPITRE IV/ THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION……………………………………………………………………………………………………………………………55 BILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR……………………………………………………………………………………………………………74 CHAPITRE I/ PRESENTATION DU DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR………………………………………………………………………………………………………………………….…74 CHAPITRE II/ BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR…………………………………………………………………………………………………………………75 2.1. ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES…………………………………………………………………………………………………75 2.1.1. Foresterie……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………75 2.2. SERVICES SOCIAUX…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………75 2.2.1. Santé………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….75 2.2.2. Education et Formation………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………76 2.2.3. Hydraulique…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………76 2.2.4. Assainissement……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………76 2.2.5. Sports…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………77 5


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page6

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.2.6. 2.2.7.

2.3. 2.3.1. 2.3.2. 2.3.3. 2.3.4. 2.3.5. 2.3.6. 2.3.7. 2.3.8.

2.4. 2.4.1. 2.4.2.

2.5. 2.5.1.

2.6. 2.7.

Culture…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…77 Pauvreté………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………77 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL…………………………………………………………………………………………………………………………….77 Agriculture…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………77 Elevage………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………77 Pêche…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………78 Tourisme……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………78 Artisanat……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………78 Industrie………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………78 Mines et géologie………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………78 Secteurs d’Appui à la Production…………………………………………………………………………………………………………………………………………………..……………78 GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION……………………………………………………………………………………………………………………………80 Décentralisation…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………80 Justice…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………80 JEUNESSE……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………80 Promotion de l’Emploi des jeunes………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………80 DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE………………………………………………………………………………………………………………………………………81

LE DEVELOPPEMENT SOCIAL…………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 81 2.7.1. La prise en charge des personnes vulnérables……………………………………………………………………………………………………………………………………………81 CHAPITRE III/ LA SITUATION DU PARTENARIAT…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………81 CHAPITRE IV/ THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DU DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR…………………………………………………………………………………………x BILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE BIGNONA………………………………………………………………………………………………………………92 CHAPITRE I/ PRESENTATION DU DEPARTEMENT DE BIGNONA…………………………………………………………………………………………………………………………………92 CHAPITRE II/ BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT DE BIGNONA………………………………………………………………………………………………………………………92 2.1. ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES…………………………………………………………………………………………………92 2.1.1. Le milieu physique………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………92 2.1.2. Les ressources naturelles………………………………………………���…………………………………………………………………………………………………………………………93 2.2. SERVICES SOCIAUX…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…94 2.2.1. Santé…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………94 2.2.2. Education et Formation………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………95 2.2.3. Hydraulique…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………95 2.2.4. Le cadre de vie……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………96 2.2.5. Assainissement……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………96 2.2.6. Sports…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………97 2.2.7. Culture……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 97 2.2.8. Pauvreté…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 97 2.3. 2.3.1. 2.3.2. 2.3.3. 2.3.4. 2.3.5. 2.3.6. 2.3.7.

6

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL………………………………………………………………………………………………………………………… 97 Agriculture…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………97 Elevage………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………98 Pêche…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………98 Tourisme……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………98 Artisanat…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 99 Industrie…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 99 Mines et géologie………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………99


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page7

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.3.8.

2.4. 2.4.1. 2.4.2.

2.5. 2.6.

Secteurs d’Appui à la Production…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………99 GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION……………………………………………………………………………………………………………………………101 Décentralisation…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………101 Justice………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………101 DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE………………………………………………………………………………………………………………………………….101

JEUNESSE…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………101 Promotion de l’Emploi des jeunes………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………102 2.7. DEVELOPPEMENT SOCIAL…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………102 2.7.1. La prise en charge des personnes vulnérables…………………………………………………………………………………………………………………………………………102 CHAPITRE III/ LE PARTENARIAT DANS LE DEPARTEMENT…………………………………………………………………………………………………………………………………………103 CHAPITRE IV/ THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DU DEPARTEMENT DE BIGNONA………………………………………………………………………………………………103 BILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT D’OUSSOUYE………………………………………………………………………………………………………………111 CHAPITRE I/ PRESENTATION DU DEPARTEMENT D’OUSSOUYE…………………………………………………………………………………………………………………………………111 CHAPITRE II/ BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT D’OUSSOUYE……………………………………………………………………………………………………………………112 2.1. ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES………………………………………………………………………………………………112 2.1.1. Foresterie…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………112 2.2. SERVICES SOCIAUX……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..112 2.2.1. Santé…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………112 2.2.2. Education et Formation……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………112 2.2.3. Hydraulique………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………113 2.2.4. Le cadre de vie……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………113 2.3.5. Sports………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………113 2.3.6. Culture………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………113 2.3.7. Pauvreté……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………114 2.4. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL………………………………………………………………………………………………………………………..114 2.4.1. Agriculture…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………114 2.4.2. Elevage………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………115 2.4.3. Pêche…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………115 2.4.4. Tourisme……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………116 2.4.5. Artisanat……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………116 2.4.6. Industrie……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………116 2.4.7. Mines et géologie………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………116 2.4.8. Secteurs d’Appui à la Production………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………117 2.6.1.

2.5. 2.5.1. 2.5.2.

2.6. 2.7. 2.8.

GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION……………………………………………………………………………………………………………………………118 Décentralisation…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………118 Justice………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………118 DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE………………………………………………………………………………………………………………………………….118 JEUNESSE……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………118 DEVELOPPEMENT SOCIAL…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………119

CHAPITRE III/ PARTENARIAT……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………119 CHAPITRE IV/ THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DU DEPARTEMENT D’OUSSOUYE………………………………………………………………………………………………119 CHAPITRE V/ MODALITES DE MISE EN ŒUVRE…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………128

7


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page8

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

SIGLES, ACRONYMES ET ABREVIATIONS ART GOLD : Programme d’Appui aux Réseaux Territoriaux et thématiques pour une Gouvernance Locale de Développement AGP : Association des Groupement des Pêcheurs AJAC : Association des Jeunes Agriculteurs de Casamance APE : Association des Parents d’Elèves APROSEN: Agence pour la Propreté du Sénégal AMA: Agence des Musulmans d’Afrique ANRAC : Agence Nationale pour la Reconstruction de la Casamance ANEJ : Agence Nationale pour l’Emploi des Jeunes ARD : Agence Régionale de Développement ARSD : Agence Régionale de la Statistique et de la Démographie ASUFOR: Association des Usagers de Forages ANCAR: Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural ASC : Association Sportive et Culturelle ASER : Agence Sénégalaise d’Electrification Rurale BCEAO : Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest BHS : Banque de l’Habitat du Sénégal CADL : Centre d’Appui au Développement Local CCA : Centre Conseil pour Adolescent CEDEAO : Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest CNAMS : Centre National d’Action Antimines CAPE : Cellule d’Appui à la Promotion des Jeunes CBAO : Compagnie Bancaire de l’Afrique de l’Ouest CDEPS : Centre Départemental d’Education Populaire et Sportive CEM : Collège d’Enseignement Moyen CFA : Communauté Financière d’Afrique CTR : Comité Technique Restreint CL : Collectivités Locales CLCOP : Comité Local de Concertation des Organisations de Producteurs CNCAS : Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal CPR : Centre Régional de Planification CTP : Comité Technique de Pilotage CR : Communauté Rurale CRZ : Conseil Régional de Ziguinchor

8

DERBAC : Développement Rural en Basse Casamance DIPE : Développement Intégré de la Petite Enfance DIREL : Direction de l’Elevage DLD : Document des Lignes Directrices DRDR : Direction Régionale du Développement Rural EFI : Ecole de Formation des Instituteurs ENDA : Environnement et Développement en Afrique FAFS: Fédération des Associations Féminines du Sénégal FNPJ : Fonds National pour la Promotion de la Jeunesse GIC : Groupement d’Intérêt Communautaire GIE : Groupement d’Intérêt Economique GOANA : Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance GTR : Groupe de Travail Régional GTD : Groupe de Travail Départemental HI: Handicap International IA : Inspection d’Académie IDEN : Inspection Départementale de l’Education Nationale IDSV : Inspection Départementale des Services Vétérinaires IEC : Information Education Communication IRPA : Inspection Régionale de la Protection Animale IREF : Inspection régionale des Eaux et Forêts ISRA : Institut Sénégalais de Recherches Agricoles LD: Lignes Directrices MFDC : Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance MUPROEL : Mutuelle des Professionnels de l’Elevage MUPROP : Mutuelle des Professionnels de la Pêche N.D : Non Disponible OCB: Organisation Communautaire de Base OF: Organisation Féminine ONG : Organisation Non Gouvernementale PLD : Plan Local de Développement PIC : Plan Investissement Communal PRDI : Plan Régional de Développement Intégré PTF: Partenaires Techniques et Financiers PROGES : Projet de Gestion des Eaux du Sud PROCAS : Programme Casamance PNDL: Programme National de Développement Local


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page9

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

PIADESPC : Programme Intégré d’Appui au Développement Economique et Social PADERCA: Projet d’Appui au Développement Rural en Casamance PDMAS: Programme de Développement des Marches Agricoles du Sénégal PME : Petite et Moyenne Entreprise PMI : Petite et Moyenne Industrie PMIA: Projet de Modernisation et d’Intensification Agricole PEPAM/USAID: Programme d’Eau Potable et d’Assainissement du Millénaire appuyé par l’Agence Américaine pour le Développement International PAM: Programme Alimentaire Mondial PDU : Plan Directeur d’Urbanisme PLAN REVA : Plan Retour Vers l’Agriculture SDE : Sénégalaise des Eaux SONES : Société Nationale des Eaux du Sénégal SRPS : Service Régional de la Prévision et de la Statistique

SENELEC : Sénégalaise de l’Electricité SIL: Société Internationale de Linguistique SONATEL : Société Nationale des Télécommunications SODIZI : Société de Domaine Industriel de Ziguinchor SONACOS : Société Nationale de Commercialisation des Oléagineux du Sénégal STD : Services Techniques Déconcentrés SGBS : Société Générale de Banques au Sénégal SRDC : Service Régional du Développement Communautaire SRP : Service Régional de la Planification TBS : Taux Brut de Scolarisation UNESCO: Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture UNICEF: Fonds des Nations Unies pour l’Enfance USAID : Agence des Etats­Unis pour le Développement International

9


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page10

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

PREAMBULE Le processus de Décentralisation mené au Sénégal a connu un véritable tournant en 1996 avec l’érection de la région en collectivité locale, la création de l’Agence Régionale de Développement comme bras technique de cette dernière et le transfert de neuf domaines de compétence de l’Etat aux pouvoirs publics locaux. Selon l’article 3 du code des Collectivités Locales (CCL), celles ci (443 en 2009) ont pour missions la conception, la programmation et la mise en œuvre des actions de développement afin de sortir leurs populations des viscères de la pauvreté. L’insuffisante capacité de ces entités à faire face à leurs missions pose le débat sur la pertinence du cadre juridique de la Décentralisation, sur la capacité des administrations locales à relever les défis d’un sous développement chronique par une bonne gouvernance locale, sur l’utilisation efficace de l’aide comme facteur de lutte contre la pauvreté des ménages. La Décentralisation au Sénégal a toujours souffert de ce juridisme ambiant dû à l’ambigüité des textes. Les fonds de concours, de dotation et les retombées fiscales distribués par l’Etat aux Collectivités locales en plus d’être insuffisants, sont alloués de manière discriminatoire. Aussi, l’insuffisance d’une vision et des stratégies économiques performantes dans la définition des politiques publiques locales, la faible pratique de l’intercommunalité et la non exploitation de toutes les opportunités qu’offre la Coopération décentralisée (article 17 du Code des Collectivités locales) ne militent pas en faveur d’une autonomie financière des Collectivités locales. De grands programmes de Développement ont été initiés pour soutenir le développement régional. Mais le problème de transferts de ressources aux collectivités locales, les difficultés de portage politique et technique qui pose la problématique de la participation effective des acteurs, demeure le principal obstacle à une décentralisation opérationnelle. L’implication des acteurs à la base au processus de développement est encore timide. Le processus de Décentralisation est certes irréversible, mais risque de demeurer dormante, et détourné de ses objectifs initiaux si elle n’est pas appuyée par la mise à disposition des Collectivités locales d’outils pertinents pour bien gérer leurs territoires. Le programme ART GOLD voudrait par conséquent venir en appui aux Collectivités Locales du Sénégal, en proposant un modèle, une vision, une démarche et des outils novateurs, évolutionnistes qui prônent la participation de tous les acteurs, l’articulation des territoires, le partenariat, la conceptualisation, la capitalisation et la réplication des expériences développées. La promotion de l’approche territoriale, avec les groupements d’intérêt communautaire (GIC) et les Maisons du Développement local (MDL) est l’une des démarches novatrices et exploratoires du Programme ART GOLD. Le GIC est un regroupement de toutes les collectivités locales d’un département autour d’objectifs précis, pour promouvoir l’intercommunalité, la solidarité et la péréquation entre les collectivités locales. A travers la mise en place de ces entités, l’ambition du programme ART GOLD est de créer des pôles de développement stratégiques, bien articulés territorialement à la région et aux collectivités de base, et aptes à négocier avec les partenaires à la Coopération décentralisée, des projets structurants et à les exécuter avec succès. Le programme ART GOLD Sénégal, peut donc être considéré comme le laboratoire de la décentralisation et du développement Local. Nous souhaitons vivement que ce document constitue à la fois le socle et le vivier de la Coopération Décentralisée au Sénégal.

10


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page11

Document des lignes directrices de la RĂŠgion de Ziguinchor

11


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page12

Document des lignes directrices de la RĂŠgion de Ziguinchor

12


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page13

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

INTRODUCTION Le Programme ART GOLD Sénégal fait partie du réseau international ART. En ancrage à la Direction de la Coopération Décentralisée, du Ministère des Collectivités Locales, il a effectivement démarré ses activités en 2009 et est exécuté dans deux régions pilotes : la région de Louga et celle de Ziguinchor. ART GOLD Sénégal est proposé comme un cadre opérationnel mis à la disposition des réseaux de la Coopération Décentralisée. Il constitue une plateforme pour les acteurs et les initiatives de coopération. C’est un mécanisme intersectoriel, porté par le Système des Nations Unies, qui repose sur un mode de gestion administrative plus agile. Il vise à articuler, sur les territoires et dans le cadre du processus de décentralisation et de gouvernance locale, les initiatives politiques et opérationnelles des différents acteurs internationaux, régionaux et locaux. Comme mécanismes développés, le Programme a initié les Lignes Directrices, la mise en place de Groupements d’intérêt Communautaire et les Maisons de Développement local. Les Lignes Directrices sont des documents de planification issus d’un long processus de planification harmonisée du point de vue de la démarche et du contenu, articulé à toutes les échelles du territoire régional et élaboré dans un fort contexte participatif. Elles constituent les fondamentaux même de l’intervention du Programme car devant baliser la voie à suivre par la Région et ses départements pour financer, par le biais de l’intercommunalité et de la Coopération Décentralisée des projets structurants, des projets d’impacts, respectant les principes de cohérence territoriale, de solidarité et de péréquation entre les CL, cela dans le but d’éradiquer la pauvreté et de promouvoir le développement économique et social de nos populations. Ces documents de Lignes Directrices, sont portés politiquement par le Conseil Régional de Ziguinchor et techniquement par les groupes de travail. Ils ont été élaborés dans un processus ascendant qui part du niveau départemental à la synthèse régionale. A cet effet, les organes ci–après ont été mis en place pour chaque département par arrêté Préfectoral: • un Groupe de Travail Départemental (GTD), présidé provisoirement par le Préfet, en attendant la mise en place du GIC avec un Secrétaire et un Secrétaire adjoint. Ce GTD est composé des chefs de services techniques départementaux, des élus des CL du département, de la Société civile et du Secteur privé (niveau départemental); • un Groupe de Travail Régional (GTR), mis en place par arrêté du Président du Conseil Régional, est présidé par celui­ci ou par son représentant, le secrétariat étant confié à l’ARD, avec comme membres les chefs de Services techniques régionaux, les Conseillers régionaux, la Société civile et le secteur privé (niveau régional) ; • un Comité Technique Restreint émanation du (GTR) comme bras technique de celui­ci. Les organes ci­dessus ont eu à mettre en œuvre le plan de travail ci­après pour chaque département : • un atelier de deux journées pour la validation du bilan diagnostic et des LD élaborées par chacun des chefs de Service technique sectoriel départemental et par les CL sous la coordination du CADL, qui, avec le CTR, a préalablement fait la synthèse des différentes contributions sus évoquées. Concernant la Région, ces deux parties, en l’occurrence, le bilan diagnostic et les LD élaborés par chacun des chefs de service technique sectoriel régional ont été validé au cours d’un atelier d’une seule journée sous la coordination technique de l’ARD et en présence du GTR.

13


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page14

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Au cours de ces ateliers, les quatre (4) commissions techniques ci­après ont eu à effectuer le travail suivant, les quatre thématiques proposées par le Programme ART­GOLD sont validés par les CL de la région. Toutefois, la commission Développement Economique Local a été scindée en deux sous commissions compte tenu du nombre important des secteurs concernés Ainsi, les commissions se présentent comme suit : • Commission Gouvernance et Décentralisation • Commission Services Sociaux • Commission Développement Economique Local subdivisé en deux sous commissions : o Sous commission Secteurs Productifs o Sous commission Secteurs d’Appui à la Production o Commission Environnement Les travaux des différentes commissions ont été à chaque fois restitués et validés par le GTD ou le GTR selon le cas après que le CTR ait pris en compte les observations et suggestions formulées par la plénière de l’atelier considéré. Le document des LD régional a par la suite fait l’objet d’une validation au cours d’une session du Conseil Régional et d’un visa d’approbation par le Gouverneur à postériori. Quatre résultats sont attendus à travers ce processus d’élaboration des LD. R1 : Un cadre organisationnel d’élaboration des LD est défini ; R2 : Une méthodologique optimale d’élaboration du DLD régionales et départementales est définie ; R3 : Un bilan diagnostic succinct et claire des différents secteurs économiques et sociaux départementaux et régionaux est établi ; R4 : Les LD départementales et régionales des différents secteurs économiques et sociaux sont clairement définies.

14


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page15

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

CHAPITRE I : PRESENTATION GENERALE DE LA REGION La région de Ziguinchor se situe à 12°33’ latitude Nord, 16°16’ longitude Ouest, déclinaison magnétique 13°05 et à 19,30 m d’altitude au sud­ ouest du pays dans la zone sud guinéenne. Elle est une région chaude et humide, qui peut recevoir en moyenne 1200 mm de pluie par an. La région de Ziguinchor couvre une superficie de 7339 km2, qui en fait l'une des régions les moins étendues du pays. Elle est limitée à l'Est par la Région de Sédhiou, à l'Ouest par l'Océan Atlantique sur 86 km de côte, au Nord par la République de Gambie et au Sud par la République de Guinée Bissau. On y distingue trois (3) zones : • la zone Nord qui correspond à une partie du département de Bignona, zone moins arrosée avec un climat soudano – guinéen. Deux types de sols rencontrés : des sols ferrugineux et des sols ferralitiques sur lesquels pousse la savane boisée. • la zone Ouest qui regroupe une autre partie du département de Bignona et tout le département d’Oussouye. Cette zone est bien arrosée et les sols hydro morphes rencontrés favorisent une végétation de mangrove. • la zone Sud – Ouest correspond au département de Ziguinchor et connaît des précipitations très abondantes. On y trouve une forêt avec des espèces très variées, des fromagers et une multitude d’arbres fruitiers. Le climat de type tropical, subguinéen se caractérise par une longue saison sèche (d'octobre à mai) et un hivernage sur quatre mois et demie. La tendance à la baisse de la pluviométrie (1065mm) en 1997 semble maintenant retrouver son niveau normal avec une tendance croissante mais en dents de scie. En 2009, la moyenne pluviométrique était de 1309,94 mm avec une hauteur d'eau moyenne obtenue en 74 jours. La moyenne annuelle des températures se situe à environ 27°C avec une amplitude thermique de 22°C (avril : 37°C – janvier : 20°C).

Carte n°1 : Situation administrative de la Région de Ziguinchor

La géomorphologie présente des sols de plateaux et de terrasses (ferralitiques, ferrugineux) des rizières près des estuaires et le long des cours d'eau caractérisés par des sols hydro morphes riches, propices à la riziculture et des sols halomorphes (salins).

15


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page16

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

La population de la Région de Ziguinchor se caractérise par une grande diversité d’ethnies qui y vivent de façon harmonieuse. Plus de la moitié de la population est constituée par l'ethnie Diola (61%), viennent ensuite le groupe Mandingue (9%), le groupe Poular (9%), les Ouolofs (5%), les Manjaques (4%), les Mancagnes (3%), les Balantes (2,5%), les Sérères (2,4%) et les autres ethnies (5,18%). Cette population, estimée en 2009 à six cent quatre vingt quatre mille quatre cent soixante (694.460) hts, est inégalement répartie entre les trois (3) départements de la Région. Un peu moins de la moitié soit environ 46,3% (321.330 hts) se trouve concentrée sur les 15,75 % de la superficie que constitue le département de Ziguinchor, avec une densité allant jusqu'à deux cent soixante dix huit (278) habitants au km2. Le département de Bignona, pourtant le plus vaste (72,15 % de la superficie régionale), soit 5295 km2, a une densité de seulement 59 habitants au km2 avec une population de trois cent dix milles six (310.006) habitants. Concernant le Département d’Oussouye, la densité est de 71 habitants au km2 pour une superficie de 891 km2 et une population de soixante trois mille cent vingt quatre (63.124) habitants. La répartition par sexe laisse apparaître un certain équilibre entre les hommes et les femmes avec toutefois une légère domination des femmes. Cet équilibre s'observe à tous les âges, sauf pour la tranche d'âge 10­19 ans pour laquelle les hommes sont plus nombreux que les femmes. La répartition selon les grands groupes d'âges confirme la jeunesse de la population avec environ 52 % qui ont moins de 20 ans. Les populations de la Région de Ziguinchor sont dans leur écrasante majorité fortement croyante. L'Islam est la religion la plus pratiquée avec environ cinq cent dix sept mille deux cent trente trois (517.233) adeptes soit 74,48 % en 2009. Pour cette même année : • les catholiques sont estimés à environ 121.113, soit 17, 44 % ; • les autres chrétiens sont estimés à 3.195 adeptes, soit 0,46 % ; • les animistes, quant à eux, sont au nombre de 53.265 adeptes, soit 7,67%. Ils sont surtout localisés dans l’arrondissement de Nyassia et dans le département d’Oussouye où, ils représentent environ 45% de la population. Le taux d'accroissement moyen naturel de la population au niveau de la région (3,2%) entre 2003 et 2009 est relativement élevé par rapport à la moyenne nationale (2,6 %). Le niveau élevé de ce taux est sans doute dû à la paix progressivement recouvrée tout au long de la période considérée. Cet état de fait a, non seulement, favorisé le retour dans leurs localités des personnes jadis déplacées vers les pays limitrophes, mais a également encouragé la reprise des activités de la plupart des projets et programmes qui avaient ralenti, voire stoppé leurs actions.

16


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page17

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

CHAPITRE II : BILAN DIAGNOSTIC DE LA REGION DE ZIGUINCHOR 2.1.

L’ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES

2.1.1. Foresterie Les formations forestières sont constituées de forêts classées et de nombreuses forêts naturelles non classées, appelées forêts de terroir. L’ensemble de ces formations forestières joue un rôle important pour l’économie régionale. Son potentiel riche et varié sert à l’alimentation des populations, à la fourniture de matériaux de construction, de bois d’énergie, de services et de matières d’œuvre pour l’artisanat. Il existe deux sous zones éco géographiques : v La sous zone forestière sud­ouest à Mangrove (S.O.M.) Cette sous zone est fortement influencée par l’estuaire fluviomaritime de la Casamance. Elle couvre les départements d’Oussouye et de Ziguinchor, l’Arrondissement de Tendouck et la communauté rurale de Kafountine, soit environ 3.505 km2, ce qui représente 48 % de la superficie totale de la région. Les formations du domaine forestier sont constituées par des forêts denses sèches et des «forêts­galeries» localisées principalement dans la partie sud, par de la mangrove et des palmeraies qui colonisent la zone fluviomaritime. On note également la présence du rônier dans cette sous zone. Divers produits forestiers (bois d’œuvre, de service, de chauffe, charbon de bois, fruits forestiers, huile de palme,…) tirés de ces formations végétales contribuent à satisfaire les besoins des populations, et à améliorer les conditions de vie en milieu rural. Mais durant les deux dernières décennies, l’évolution de ces formations forestières est globalement marquée par la dégradation des forêts de palmeraie, de mangrove, de rôneraie et d’autres essences. v La sous zone forestière Sud Ouest Continentale (S.O.C) Elle couvre l’Arrondissement de Sindian et l’Arrondissement de Tenghory dans le Département de Bignona. On note que les formations du domaine forestier (forêts classées et forêts de terroirs) de la sous­zone peuvent être réparties en deux grands groupes : • les forêts denses sèches localisées dans la portion sud de la sous­zone, • les forêts sèches claires et savanes (arborées ou arbustives) prédominantes dans le reste de la sous zone. A ces deux groupes s’ajoutent la rôneraie essentiellement rencontrée dans cette sous zone, la palmeraie et quelques peuplements de palétuviers. Toutes ces formations forestières sont éprouvées en l’état actuel. Tableau n°1 : Situation des forêts classées en 2009 Départements

Superficie (ha)

Massifs classés

Superficies classées (ha)

Taux classement

Bignona

529 500

20

100 434,3

19%

Oussouye

89 100

06

6 469

07%

Ziguinchor

115 300

04

9 902

08%

Total

733 900

30

116 805,3

16%

Source : Statistiques IREF

17


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page18

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Carte n°2 : répartition des ressources naturelles de la Région

v Situation des forêts communautaires : Les formations naturelles du domaine protégé dont la gestion relève de la responsabilité des CL couvrent une superficie totale de 346 359,6 ha. Actuellement, on compte une seule forêt à statut communautaire : à savoir la forêt des Kalounayes (située dans le département de Bignona) qui couvre une superficie de 1 773 hectares. Les atouts : • L’existence d’un potentiel ligneux riche et varié avec des écosystèmes particuliers et caractéristiques de la région (mangrove, palmeraie, rôneraie) ; • le retour des partenaires au développement avec des projets et programmes orientés dans la gestion des ressources forestières ; • l’existence d’OCB de plus en plus actives dans la gestion des ressources forestières ; l’amélioration observée ces dernières années de la pluviosité ; • la relance du centre de recherche et développement (DRPF/ISRA) et l’existence d’un centre de formation technique forestier ; • les conditions climatiques des plus favorables du pays (en moyenne 1200 mm par an) ; des sols riches et favorables au développement des formations végétales ; • un réseau hydrographique riche, varié et très structuré ; • des considérations socio­culturelles favorables.

18


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page19

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Forêts de Palétuviers et de Man­groves

Forêts dense, Arbres Géants

Verdure de la Région

Les contraintes : • Les mauvaises pratiques d'exploitation des ressources forestières ; • l’exploitation illicite des produits forestiers ; • les feux de brousse ; les défrichements inconsidérés pour la recherche de terres cultivables; la faible implication des CL dans la gestion des ressources forestières ; • l’insuffisance de coordination et d’intégration des interventions des différents acteurs intéressés par la GRN ; • l’insuffisance du personnel technique, des moyens logistiques et financiers mis à la disposition du Service Régional des Eaux et Forêts ; • l’insuffisance des capacités techniques des populations locales pour une gestion durable des ressources forestières ; • l’insuffisance de la maîtrise des textes législatifs et réglementaires en matière de GRN ; • la remontée de la langue salée. Les solutions : • Promouvoir l’élaboration et la mise en œuvre de plans d’aménagement et de gestion rationnelle et participative des massifs forestiers ; • Promouvoir la valorisation des produits forestiers ligneux et non ligneux par une meilleure maîtrise des filières ; • Renforcer et élargir le partenariat entre les services étatiques, les partenaires institutionnels ; • Renforcer les capacités techniques, organisationnelles et financières des acteurs impliqués dans la GRN, notamment les services techniques, les CL et les OCB. v Les dynamiques organisationnelles du secteur Par le biais du Service des Eaux et Forêts, des projets et programmes intervenant dans la région, les populations, sous l’égide des CL, élaborent des plans d’aménagement et de gestion forestiers (GRN) pour avoir la pleine responsabilité des forêts.

2.2.

LES SERVICES SOCIAUX DE BASE

2.2.1. Santé et nutrition Le Sénégal s'est engagé à développer son système de santé en se fondant sur la stratégie des soins de santé primaires. Il a en outre, entrepris des réformes visant essentiellement la rationalisation et le développement harmonieux des structures en vue d'améliorer qualitativement et quantitativement les services. Dans la région, malgré les efforts consentis et les progrès réalisés, le secteur est toujours caractérisé par une prise en charge sanitaire insuffisante de sa population. La région est divisée en cinq districts (Ziguinchor, Oussouye, Bignona, Diouloulou, Thionck Essyl).

19


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page20

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Tableau n°2 : Répartition des infrastructures socio­sanitaires par statut et par département en 2009 Infrastructures

Public 0 3 56 101 157 0 3 3 3 0

Hôpitaux Centre de santé Postes de santé Cases de santé Maternités rurales Pharmacies Sous brigades d’hygiène S.E.P.S. Centre PMI Cabinet médical

Bignona Privé 0 0 5 0 5 5 0 0 0 0

Total 0 3 61 101 162 5 3 3 3 0

Oussouye Public Privé Total 0 0 0 1 0 1 12 1 13 13 0 13 11 3 14 0 3 3 1 0 1 1 0 1 1 0 1 0 1 1

Ziguinchor Public Privé 1 0 1 0 25 7 6 0 28 2 2 17 1 0 1 0 2 0 0 5

Total 0 1 32 6 30 19 1 1 2 5

Région Public Privé Total 1 0 1 5 0 5 93 13 106 120 0 120 196 10 206 2 25 27 5 0 5 5 0 5 6 0 6 0 6 6

Source: Région Médicale Ziguinchor

Tableau n°3 : Nombre de cas enregistrés en 2009 des 10 premières maladies cause de morbidité Types de Maladie Accès Toux­rhume Bronchite maladies peau palustre

Plaies

Diarrhée

Grippe

HTA

IRA basse

Pneumo­ pathie

Autres à préciser

Nombre de cas (Région)

4747

4386

4266

3527

3400

3022

10412

9602

7699

6648

5827

Source: Région Médicale Ziguinchor

Tableau n°4 : Présentation des atouts, contraintes, solutions et dynamiques organisationnelles du secteur Atouts

Contraintes

Solutions

Renforcer le dispositif sécuritaire Couverture sanitaire relativement Inaccessibilité de certaines zones de Recruter un personnel qualifié / satis­faisante (la zone nord de la la région liée au contexte d’insécurité communautaire issu de la zone région reste à compléter)

Existence d’un CHR au niveau de la région

Vétusté des services au niveau de l’hôpital régional ­Déficit en ressources humaines qualifiées (spécialistes) ­Vétusté de la logistique

Réhabiliter les services de l’hôpital régional Mettre à disposition des ressources humaines de qualité Renouveler la logistique du CHR

Dynamique communautaire forte ­La pauvreté autour de la résolution des ­La crise problèmes de santé

Renforcer le dispositif sécuritaire Création d’activités génératrices de revenus

­Vétusté de la logistique Adhésion des populations à la ­La pauvreté politique de contribution à l’effort ­La crise de santé

Création de mutuelles de santé par les populations pour améliorer l’accessibilité financière aux soins de santé

20

Dynamiques organisationnelles Niveau technique • Existence des équipes cadres de région et de districts • Organisation régulière des réunions de coordi­nation régionales et de districts • Existence des comités de santé qui sont des cadres d’expression de la communauté à la gestion des problèmes de santé • Existence des comités de gestion conformément aux dispositions des textes relatifs au transfert de compétence


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:25 Page21

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.2.2. Education et formation En matière d'éducation, la région de Ziguinchor est la plus scolarisée du pays. Le TBS est passé de 100,9% en 2003 à 110,30% en 2010. Ces chiffres montrent que dans la région, il s’agit moins de convaincre les populations de la nécessité de scolariser les enfants, que de satisfaire toutes les zones où les besoins d'éducation sont présents, en améliorant surtout la qualité des enseignements. Le réseau scolaire en 2010 comprenait cent soixante dix huit (178) structures de Développement Intégré de la Petite Enfance, quatre cent treize (413) écoles élémentaires, cent treize (113) CEM, vingt cinq (25) lycées et deux cent cinquante trois (253) Daaras. Ce réseau scolaire est caractérisé par une grande disparité entre les départements : • l’IDEN de Bignona avec 55,3% des structures du formel et 47,53% des effectifs d’élèves • l’IDEN de Ziguinchor avec 31,7% des structures du formel et 42,09% des effectifs d’élèves • l’IDEN d’Oussouye avec 13,03% des structures du formel et 10,36% des effectifs d’élèves. L’enseignement privé est assez dynamique avec cent neuf (109) structures sur un total de sept cent vingt neuf (729), soit 15% du réseau. A cela, il faut ajouter l’engouement et l’engagement des communautés pour l’école, malgré le contexte de crise. Ces caractéristiques et ces spécificités ont bien entendu un impact sur les performances et les contre performances du système éducatif régional. Le système éducatif régional est organisé à l’instar du système éducatif national. Il couvre toutes les sections tant de l’enseignement général que de l’enseignement technique et professionnel public et privé. v Développement intégré de la Petite Enfance Les structures du DIPE composées des cases des tout­petits, des écoles maternelles et des écoles communautaires connaissent au niveau régional une progression régulière. L’analyse des statistiques des effectifs par sexe révèle une croissance d’environ 15% de l’effectif des élèves entre 2008 et 2010 et une croissance régulière du Taux Brut de Préscolarisation de 2006 à 2010 , avec cependant une légère baisse de l’indice de parité F/G passant de 1,01 à 0, 99 entre 2009 et 2010. Les contraintes au DIPE : • La région ne compte qu’un seul inspecteur du Préscolaire pour l’ensemble des structures de ce système ; l’insuffisance des cantines scolaires ; • les difficultés de prise en charge financière des enseignants par les communautés (conditions sociales très différentes d’une localité à une autre) ; • la plupart des structures sont encore des abris provisoires ; • les constructions ne correspondent pas toujours aux besoins exprimés par les communautés. Les solutions pour le DIPE : • Renforcer le Personnel d’encadrement de la Petite Enfance ; • Renforcer les cantines scolaires ; • Impliquer l’Etat, les CL et les PTF à la prise en charge financière des enseignants ; Remplacer les abris provisoires par des constructions fonctionnelles ; • Renforcer les moyens logistiques du personnel d’encadrement ; • Rationaliser la création des écoles. v Enseignement élémentaire Au niveau régional, entre 2009 et 2010, le pourcentage de classes à double flux a baissé de 5,13% à 3,15% par rapport au nombre global de classes de la région. Concernant les classes multigrades, le pourcentage s’est accru passant de 2,5% à 3,6% entre 2009 et 2010. Aussi, le nombre de daaras est passé de deux cent sept (207) en 2009 à deux cent cinquante trois (253) en 2010. Cette hausse s’explique d’une part par l’augmentation du quota des volontaires en langue arabe, d’autre part par l’organisation des responsables de daaras en collectif régional.

21


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page22

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Les contraintes à l’Enseignement élémentaire : • Des retards dans la dotation en manuels de calcul, de lecture pour le CM1, le CM2 ; • l’insuffisance des supports et autres auxiliaires pédagogiques ; • l’inadéquation des choix linguistiques ; • le déficit du suivi/encadrement et du renforcement des capacités des acteurs; • la faible implication des communautés. Quelques recommandations: • Une bonne sensibilisation et une bonne communication avec toute la communauté éducative ; • une motivation des enseignants expérimentateurs ; • un programme de formation continue des maîtres et directeurs ; • une implication plus nette des membres des corps de contrôle ; • une bonne stratégie de mise en place des manuels et autres intrants ; • Mettre en place un cadre de concertation avec les CL (abris provisoires, langues nationales,…). • Enseignement moyen et secondaire général Au niveau de l’enseignement moyen, secondaire général, le TBS en 2010 est de 77,2% contre 75,8% en 2009, avec un indice de parité F/G de 0,6 et 0,8 entre 2009 et 2010. Ceci fait que la région se situe largement au dessus de la moyenne nationale. Années Diplômés

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

G

F

G

F

G

F

G

F

G

F

G

F

G

F

CFEE

56,86

49,17

57,88

51,59

83

78

76,01

69,93

82,44

78,62

67,70

63,58

67,56

64,50

entrée en 6e

38,72

31,31

51, 32

44,21

­

­

74,64

69,04

71,84

66,35

75,72

78,08

95,88

95,35

BFEM

65,48

63,93

44,86

38,79

­

­

61,92

60,21

65,93

65,86

61,18

59,71

74,61

71,38

BAC

46,09

42,01

49,56

45,12

35,54

32,05

24,09

20,42

­

­

TOTAL

207,15 186,42 203,62 179,71

83,0

78,0

212,57 199,18 255,75 242,88 228,69 221,79 238,05 231,23

v Enseignement Supérieur Au niveau de l’enseignement Supérieur, on peut noter l’existence de quatre structures d’enseignement supérieur. Il s’agit de : • L’Université publique de Ziguinchor • L’Université Catholique de l ’Afrique de l’Ouest – UCAO (Privé) • L’Institut Supérieur de Management – ISM (Privé) • L’Institut Supérieur d’Ingénierie territoriale en Afrique ­ ISIT/A (privé) v Enseignement technique et formation professionnelle Les établissements d’enseignement technique et de formation professionnelle de la région se présentent comme suit par département : Département de Bignona : deux centres de formation professionnelle, deux centres d’enseignement technique féminin et un lycée agricole ; Celui d’Oussouye ne compte qu’une seule structure : le centre d’enseignement technique féminin dans la commune d’Oussouye, et enfin, Celui de Ziguinchor abrite le centre régional de formation professionnel (CRFP), le centre régional d’enseignement technique féminin (CRETF) et un centre d’enseignement technique à Fanda.

22


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page23

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Les principales filières qui sont enseignées dans ces centres sont : Dans les CFP : menuiserie métallique, menuiserie bois, électricité, mécanique auto ; Au CRFP : les mêmes filières que ci­dessus plus la mécanique générale, la maçonnerie et le dessin bâtiment; Dans les CETF : la couture et la restauration ; Au CRETF : la couture, la restauration, la coiffure et le social. v Promotion des langues nationales Les programmes d’alphabétisation dans la région se font à travers neuf (09) langues ( joola, mandinka, mankagne, wolof, pulaar, soninké, manjaku, balante, sérère). Cela atteste de l’implication des populations dans la promotion de leurs langues. Des associations comme Pkumel (mankagne) se distinguent par leur dynamisme. Aussi, des variantes de la langue Diola non codifiées comme le Bandial, le Kassa, le Kwataye, le Karone se développent et s’organisent avec l’accompagnement linguistique de la SIL. En outre, l’édition en langues nationales qui est sensée faire la promotion de ces langues n’est pas développée. C’est pourquoi, il urge aujourd’hui de créer des bibliothèques et des centres de documentation en langues nationales. Car sans une politique adéquate de post­ alphabétisation, tous les efforts consentis risquent d’être vains, entrainant le retour à l’analphabétisme des bénéficiaires restés longtemps coupés de la lecture. v Ecoles Communautaires de Base (ECB) Elles accueillent les enfants de 9 à 14 ans qui n’ont jamais fréquenté l’école formelle ou qui l’ont quittée très tôt. Depuis 2005, ces écoles n’existent plus dans la région. Aujourd’hui, avec le retour des populations déplacées et le processus d’installation d’une paix définitive, ce modèle alternatif pourrait prendre en charge les enfants qui n’ont jamais fréquenté l’école formelle ou qui l’ont abandonnée pour des raisons diverses. Recommandations • Réfléchir sur des stratégies et moyens pour la résorption du gap lié à la baisse du nombre d’apprenants et la promotion des langues nationales ; • Relancer les écoles communautaires de base.

2.2.3. Hydraulique et assainissement La région de Ziguinchor a pendant longtemps bénéficié de sa bonne pluviosité et de ses nombreux cours d’eau ou bolongs, affluents du fleuve Casamance, qui la parcourent sur toute son étendue. Avec les périodes de sécheresse, notamment au cours des années 1970, le phénomène de l’exode rural et la crise armée intervenue au début des années 1980, on a noté : • Une baisse de la pluviosité ; • Un assèchement progressif des mares naturelles ; • Un non entretien des digues et diguettes anti­sel ; • Une avancée de la langue salée dans les vallées rizicultivables. Autant de difficultés qui endommagent sérieusement le potentiel hydrographique de la région et détei­gnent sur les secteurs agricoles et de l’environnement. v Hydraulique Urbaine Le réseau hydraulique urbain de la région est estimé en 2009 à 472 700 m. Il est réparti entre les trois départements comme suit: Ziguinchor 338 553 m, Bignona 110 337 m et Oussouye 23 810 m. La variation du réseau d’une année à l’autre est faible, elle est en moyenne de 1,76% par an sur la période avec une amplitude plus forte entre 2006 et 2007 soit 4,52%.

23


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page24

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Tableau n°6 : Couverture en valeur absolue et en valeur relative des besoins en eau des populations en 2009 Désignation

Ziguinchor

Bignona

Oussouye

Région

Population

269 002

51 345

7 149

327 496

Consommation

1 775 163

314 217

75 419

2 164 799

Taux couverture

18%

17%

29%

18%

Source : SDE Ziguinchor

v Hydraulique Rural • Les forages La région de Ziguinchor compte quarante quatre (44) forages répartis comme suit : Tableau n°7 : Evolution du nombre de forages de 2003 à 2009 Forages avec moteurs thermiques

Forages avec groupes électrogène

Forages avec branchement SENELEC

Forages avec équipements solaires

2003

23

9

0

0

2004

20

13

1

0

2005

19

14

1

0

2006

15

18

3

0

2007

15

18

3

0

2008

12

21

6

1

2009

12

24

6

2

Types Années

Ces forages ont tous une vocation pastorale et domestique pour la consommation humaine. Ils fonctionnent presque toute à 20% de leur capacité parce que encore très peu utilisées dans la petite irrigation agricole. • Puits : Tableau n°8 : L’évolution du nombre de puits réalisés de 2003 à 2009 se présente comme suit : Puits modernes hydrauliques Années

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Nombre de puits

156

177

192

203

248

298

314

24


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page25

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Ces puits ont été pour l’essentiel réalisés par les programmes suivants : DERBAC, UNICEF, AMA, AJAC, PEPAM/USAID, Programme de l’Etat en cours. Les contraintes : En matière de forage, la préoccupation réside dans l’organisation des usagers et dans la prise en charge des actions visant le fonctionnement correct des installations. Pour les puits, les sollicitations sont nombreuses malheureusement les programmes de l’Etat mettent du temps à se concrétiser surtout dans les zones insulaires. Les solutions : Poursuivre l’installation et le renforcement des capacités des ASUFOR ; Procéder à l’extension des réseaux d’adduction d’eau pour polariser les villages environnants ; Renforcer l’utilisation des forages pour développer la petite irrigation horticole ; Accélérer le fonçage de puits modernes au niveau des îles et villages du littoral, parfois y installer en même temps des bassins de rétention des eaux de pluies pour les besoins domestiques ; S’atteler les services techniques et de l’Université (utilisation des innovations) pour résoudre les problèmes de salinité des eaux dans les îles et des villages insulaires ; Poursuivre l’installation des points d’eau motorisés au niveau des villages de plus 1000 hts conformément au cahier de charge du ministère de l’hydraulique.

2.2.3. Habitat et cadre de vie L'habitat dans la région est principalement caractérisé par la prédominance de maisons en banco, couvertes de tôles ondulées surtout en milieu rural. S’agissant du cadre de vie en milieu rural, il s’améliore de plus en plus, notamment du fait de la réalisation de latrines traditionnelles réduisant ainsi les défécations faites dans la nature. En milieu urbain, les maisons sont essentiellement constituées de villas en dur, également couvertes de tôles ondulées, pour la plupart d’entre elles. Ces maisons sont pour l’essentiel dotées de latrines modernes à fosse sceptique étanche nécessitant des vidanges régulières. Malheureusement, pour l’instant, ces vidanges sont déversées dans la nature par des camions polluant ainsi les environs. Un programme de réalisation de système « tout à l’égout » dans les communes s’avèrent par conséquent indispensable avec bien entendu des stations d’épurations pour limiter les risques de pollution. Le système de collecte des ordures ménagères est très peu performant, les décharges secondaires ne sont pas régulièrement évacuées vers les décharges finales souvent inexistantes ou mal aménagées. Les jardins publics ou places publiques existent mais sont très peu aménagés alors que les routes, avec un faible assainissement sont forts heureusement souvent bordées d’arbres des deux côtés. Par ailleurs il faut souligner l’espoir suscité par la présence d’APROSEN dans la commune de Ziguinchor dans la prise en charge de la gestion des ordures ménagères. Les facteurs de blocages : • Les faibles moyens dont disposent les CL ; • Le manque de logistiques et l'insuffisance de l'effectif du service régional de l’urbanisme; • Les difficultés d'accès aux zones d'extension pour les communes dotées de PDU. Solutions : • Mieux exploiter les partenariats, notamment la Coopération Décentralisée ; • Décentraliser et renforcer l’effectif et les moyens logistiques et techniques du Service Régional de l’urbanisme et de l’habitat ; • Asseoir une gestion intercommunale des déchets solides

25


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page26

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Carte n°3 : répartition du taux d’urbanisation par département

2.2.4. Sports Le sport dans la région, à l’instar du reste du Sénégal, se pratique essentiellement à deux niveaux : le sport de compétition, pratiqué dans presque toutes les disciplines, est organisé en fédérations affiliées aux mêmes structures du niveau international; le sport de masse est pratiqué par tous un peu partout à travers la région. Tableau n°9 : Répartition du nombre d’infrastructures par département en 2009 Infrastructures Département

Stades et terrains clôtu­rés Plateaux multi­fonctionnel

Piscines Privé Salles Multifonc­tionnelles privées.

BIGNONA

01

04

00

00

OUSSOUYE

02

03

00

00

ZIGUINCHOR TOTAL

04 07

07 14

01 01

02 02

Problèmes et contraintes du secteur • L’insuffisance d’infrastructures sportives, d’équipements techniques et logistiques ; • la faiblesse du suivi et de l’entretien des infrastructures sportives ; • l’insuffisance de personnel administratif et technique d’encadrement; • l’insuffisance de formation technique ; • l’insuffisance de moyens financiers ; • le manque de dynamisme du comité de gestion du stade.

26


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page27

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Les solutions du secteur : • Renforcer les infrastructures sportives, les équipements techniques et les moyens logistiques et financiers ; • Mettre en œuvre une stratégie d’identification de sponsors ; • Former les agents administratifs et techniques d’encadrement ; • Redynamiser le comité de gestion du stade.

2.2.5. Culture Le patrimoine culturel comprend deux divisions : Le patrimoine matériel (sites et monuments historiques) ; Le patrimoine immatériel (contes, légendes et mythes) ; v Le patrimoine matériel La région recèle de nombreux sites et monuments historiques dont la plupart ont été classés. On peut citer en substance : le bâtiment abritant le Conseil Régional, la Cathédrale Saint Antoine de Padoue, le Mausolée Ahoune SANE, et sans doute plusieurs autres à rechercher. La réalisation d’un écomusée régional permettrait la collecte et le traitement d’objets ethnographiques témoins du passé des différents groupes ethniques de la région, le recensement des personnalités historiques et la création d’un répertoire des sites traditionnels des ethnies locales.

Cérémonie de lutte tradi­tionnelle

Tombeau d’un colon Français face à la résistance locale

Sites issus de la colonisation

v Le patrimoine immatériel Les contes, mythes et légendes constituent des sources pour l’étude ethnographique des nombreuses ethnies qui vivent dans cette région. Leur exploitation reste très complexe car exigeant un travail de collecte, de conservation et de diffusion, ainsi que la mise en place d’une équipe d’enquêteurs et de moniteurs en alphabétisation et d’une équipe de chercheurs. L’action culturelle dans la région comprend le théâtre, les ballets, la musique moderne, les arts plastiques, la musique traditionnelle.

27


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page28

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Tableau n° 10 : répartition des groupes culturels de la région Groupes culturels

Département de Ziguinchor

Département de Bignona

Département d’Oussouye

Les troupes théâtrales

02 Troupes semi­professionnelles : Compagnie La troupe de Thionck Essyl ; Boussana et Compagnie Kareng La troupe de Bailla ; D’autres troupes : les jeunes talents ; la compagnie des Furim ; Relais de Handicap International ; la troupe de Banéto et la troupe de Kadior Des troupes scolaires : la troupe du CEM Tété Diadhiou ; la troupe du CEM Malick FALL et de nombreuses autres troupes au niveau des ASC de quartier

La troupe Ufulal

Les groupes de ballets

Black Soofa ; B. Bougheur ; Baadya ; Alamouta RFI ; ACAD ; Forêt sacrée ; Doman­doman ; B. Africain ; Empire Manding ; Accrobates Peulh ; Taling­dimanche leuden ; Diaslor Bionken ; Kougnalène ; Kareng ; Ndiathiar ; La troupe de Soucoupapaye et la troupe de Tilène

La musique moderne

Il existe plusieurs groupes professionnels : Casamance ; Fogny ; VAP’S ; Beteya band; AMALA; Kougnil kassa; Bandjikaki; Black african positive; Assoukatène ; Gui guitar ; Kambeng Kafo ; Béteya ; Kougnil Kassa ; Jêf­Jêl ; Océan ; Djinabantang; Tigro; Salam

La musique traditionnelle

La musique traditionnelle est très développée et variée. Chaque groupe ethnique à plusieurs sortes de musiques, variées en fonction de l’activité, selon qu’ils s’agissent de festivités, de funérailles, d’activités économiques, de rites (exemple : circoncision, etc.). Le Centre Culturel s’attache à vaincre l’amateurisme qui caractérise ce genre en apportant aux troupes un appui­conseil dans l’élaboration de projets, dans la formation, la recherche de partenaires, la détermination des sites, etc.

Badjoute tate ; Thionck­Essyl ; Djiguinoume ; Baïla ;

Contraintes : • Inexistence de comité de gestion ; • Manque de vulgarisation des sites culturels de la région (musées...). Solutions : • Mettre sur place un comité de gestion ; • Rendre plus dynamique le centre culturel de Ziguinchor.

2.2.6. Pauvreté La région de Ziguinchor se caractérise présentement par une précarité sans précédent. De statut de « grenier du Sénégal », elle est passée à l’état d’indigence au point de recourir à l’aide alimentaire pour la couverture des besoins en la matière. Cette situation est essentiellement

28


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page29

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

due à la crise sociopolitique, survenue au début des années 80, et qui n’est jusqu’à présent pas entièrement résolue. Cependant il faut noter que, depuis quelques temps, une relative paix s’opère dans la région. Ainsi, on constate une réduction sensible du taux de pauvreté du fait de l’arrêt des hostilités. Cet état de fait a favorisé le retour et l’intervention des projets et programmes, au sein des différentes communautés locales de la région. Dans la région de Ziguinchor, près de 63% des ménages et 73,3% des individus sont pauvres. Au niveau de la population, l’incidence de la pauvreté dépasse de près de 23 points le niveau national (73,3% contre 50,8%). Contre toute attente, le niveau de la pauvreté a connu une légère baisse dans la région de Ziguinchor : • moins 4,2 points au niveau ménage (passant de 67,1% en 2001 à 62,9% en 2005) et • moins 1,2 point au niveau individuel (passant de 74,5% à 73,3% entre 2001 et 2005). Le département d’Oussouye détient le plus important pourcentage de ménages pauvres au niveau régional avec près de 76 % ; il est suivi des départements de Bignona (68,7%) et de Ziguinchor (54%). Ce qui montre que la pauvreté est plus marquée dans les départements que dans la capitale régionale malgré la forte concentration des populations issues des zones de conflit. Au niveau individuel, les mêmes tendances se dessinent : • Bignona : 75,6% • Oussouye : 79,8% • Ziguinchor : 69,7%. Tableau n°11 : Variation des indicateurs de pauvreté de la région de Ziguinchor entre 2005­2007) Nature des indicateurs

Cibles

Pourcentage de ménages vivant en dessous du seuil de pauvreté (ESAMII 2001­2002)

2005

2006

2007

67,1 Global

103,5

142,9

131,3

Fille

100,0

140,6

129,1

Garçon

106,8

145,0

133,3

Global

89,9

95,3

56,0

Fille

77,4

94,6

99,4

Garçon

90,7

88,3

96,1

Global

57,7

ND

ND

Fille

41,3

ND

ND

Garçon

77,5

ND

ND

Taux de couverture vaccinale

74,0

75,0

74,2

Proportion d’accouchements assistés par personne formée

72,0

79,4

75,5

Taux de prévalence du VIH (SIDA) dans la population générale

2,2

2,2

2,2

Taux de prévalence de l’insuffisance pondérale (ratio poids/âge) chez les enfants de 0 à 5 ans source EDSIV 2005

10,4

11,0

Taux brut de scolarisation

Taux d’admission au CI

Taux d’achèvement pour l’élémentaire

Taux d’accès à l’eau potable % de la population urbaine ayant accès à l’assainissement

Urbain Rural

0,6 0,2 8,7

Source: ESAM II, 2001, 2002, IA/MEN, EDSIV

29


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page30

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL 2.3.1. L’agriculture Les Potentialités : Elles peuvent être résumées en : une pluviométrie abondante par rapport au reste du pays 1200 mm en moyenne par an ; un capital terre exploitable estimé à 2 100 000 hectares constitués de sols riches et variés ; des ressources humaines de qualité et majoritairement jeunes (plus de 60 % de la population active). Brève analyse : On note un faible taux d’exploitation des terres (27,70 %). La moyenne (2003 – 2009) des superfi­cies cultivées est de 83 110 ha dont 64 888 ha de céréales soit 77,83 % (riz, mais, sorgho) ; 16 588 ha d’arachide soit 19,95 % et 1,96 % pour les autres cultures.

Plantations de Banane

Production fruitières

Légumes

Production maraichères

Vallées Rizicoles de la Région de Ziguinchor Les contraintes au développement de l’agriculture sont principalement : • la lourdeur administrative dans la mise en œuvre des mesures d’accompagnement ; • la dégradation et la baisse de fertilité des sols ; • le faible niveau d’équipement ; • la micro­ parcellisation dans les vallées ; • le déficit en main d’œuvre lié à l’exode et au retour tardif des élèves ; • les difficultés de commercialisation de produits agricoles liées à l’inexistence ou à l’insuffisance de moyens de conservation et de transformation ; • l’inaccessibilité de certaines zones de production ; • le faible niveau de technicité des producteurs. Les solutions : • Impliquer davantage les acteurs dans la définition et la mise en œuvre des mesures d’accompagnement; • Aménager et remembrer certains espaces ; • Lutter contre l’ensablement des sols ; • Intensifier l’agriculture ; • développer les filières (existantes et nouvelles) ; • Renforcer les capacités des acteurs ; • Favoriser l’implantation d’unités de conditionnement et de transformation ; • Poursuivre les programmes de déminage ; • Réaliser l’aéroport de Tobor.

30


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page31

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

v Etudes et recherches dans le domaine de l’agriculture • Aperçu des acquis et perspectives de développement du Centre de Recherches Agricoles (CRA) de Djibélor C’est en 1967 que la Station de Recherche sur le riz submergé de Djibélor, à 3 km de Ziguinchor commune fut créée. Avec la création de l’ISRA en 1974, Djibélor a été érigé en Centre de Recherches Agricoles, avec le mandat de mener des recherches sur toutes les spéculations agricoles susceptibles de contribuer au développement économique et social de la Casamance. Le succès le plus palpable du centre a été incontestablement la diffusion de variétés améliorées de riz chez les femmes, principales actrices de la riziculture en Casamance. Des itinéraires techniques accompagnant ces variétés ont également été développées et vulgarisées. A côté de cela, la connaissance des mécanismes de genèse des sols sulfatés acides a permis d’orienter les nouveaux aménagements de rizières vers les sites les plus appropriés. Le gel des activités de recherches du centre du fait de l’insécurité (et le redéploiement des chercheurs), à la fin des années 90, s’est donc fait ressentir à tous les niveaux de la vie locale, créant un vide territorial et économique pour les populations, ainsi que pour la recherche agricole nationale qui se retrouve privée de résultats d’une zone aussi riche que la Casamance. Du fait de la demande insistante des populations pour le retour de l’équipe de chercheur et de la volonté marquée des pouvoirs publics, le Centre de Recherches Agricoles (CRA) de Djibélor a été réouvert en novembre 2008. • Perspectives du CRA de Djibélor o Réévaluation du référentiel technique compte tenu des changements climatiques ; o Reconstitution du capital semencier ; o Mises à disposition des producteurs des technologies existantes ; o Investigation de toutes les composantes du développement agricole ; o Constitution d’une équipe pluridisciplinaire forte du CRA de Djibélor pour prendre en charge, de manière rapprochée, la diversité de la demande de recherche.

2.3.2. Elevage L’élevage joue un rôle important dans l’économie régionale mais souffre encore de son caractère traditionnel et extensif. La production de viande (bovine, ovine, caprine et porcine) est passée de 909,71 tonnes à 1238,87 tonnes entre 2003 et 2009 avec un taux d’accroissement moyen annuel de 8 %. Par ailleurs, le recours des populations aux différentes poudres de lait pour satisfaire de façon relative leurs besoins s’explique par la faible performance des vaches locales. Les sous produits notamment cuirs et peaux ont été respectivement évalués en 2009 à 7909 unités et 4304 unités (répartis à 1429 pour les ovins et 2875 pour les caprins). La production de miel pour sa part, a été évaluée en 2009 à 5973 litres. Les potentialités : • Une bonne pluviométrie ; • des pâturages abondants ; • toutes les filières de l’élevage peuvent être développées ; • la demande des produits de l’élevage est très importante par les populations, les hôtels, les campements, les pays limitrophes (Guinée Bissau) ; • la flore mellifère est très riche et confère à la région une vocation apicole ; • les producteurs sont regroupés en organisations professionnelles (MUPROEL). Les contraintes : Elles sont d’ordre structurel, sanitaire, nutritionnel, organisationnel et sécuritaire : • Le manque de formation des producteurs ; • les difficultés d’accès au crédit ; • les difficultés d’alimentation et d’abreuvement par moment et par endroit ; • l’insécurité, le vol de bétail, l’abattage clandestin et l’absence d’abattoirs modernes • la fréquence des feux de brousse ; • l’apiculture reste confrontée au caractère traditionnel de son exploitation.

31


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page32

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Les solutions : • Mettre en place un Programme intensif intégrant davantage l’agriculture et l’élevage ; • Renforcer la capacité des auxiliaires vétérinaires et des éleveurs par des formations et voyages de découverte ; • Renforcer la mutuelle des professionnels du secteur ; • Développer la filière apicole.

2.3.3. Pêche Elle constitue une des grandes potentialités de la région, disposant de 86 km de côte. L’écosystème marin de la Région offre des potentialités aquacoles importantes. Les plans d’eau de la région se caractérisent par une importante diversité biologique. La façade maritime marquée par un vaste plateau continental regorge d’importants stocks de poissons, crustacés et de mollusques. Les espèces lagunaires sont essentiellement composées d’ethmaloses, de brochets, de tilapias, de mulets, de capitaines, d’otolithes, de mâchoirons, de crevettes et huîtres de palétuviers. Dans les plans d’eau continentaux estuaires compris, le potentiel exploitable est estimé à environ 25 000 tonnes. L’équipement de pêche est assez diversifié avec des pirogues à moteur au niveau de la pêche artisanale et de petits chalutiers au niveau de la pêche industrielle. Le milieu de la pêche compte un effectif d’environ 8000 acteurs. Tableau n°12 : Evolution des données de la pêche de 2003 à 2009 Désignation

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Mise à terre de poissons

13 719

12331,1

18489,3

14812,6

19284,9

25736,6

27959,8

Mise à terre de crevettes

888,2

852,3

1 087,4

817,5

671,1

420,2

563,2

Transformation artisanale

3 974,1

3 702,1

5 093,9

5 101,4

5 739,3

7 255,2

7 908,8

Transformation industrielle expédiée

255,6

232,2

581 100,8

1 310,6

1 216,5

873,4

1 506,3

Les contraintes La raréfaction de la ressource due à la forte pression, au peu de respect de la réglementation et à la dégradation de l’écosystème ; L’insuffisance de l’encadrement ; L’insuffisance des infrastructures et moyens de conservation ; L’insuffisance des IMF pour le crédit ; La non maitrise de la chaine de valeur dans la filière. Les solutions Créer des aires marines protégées et aires de patrimoine communautaire ; Instaurer et faire respecter le repos biologique ; Améliorer les types d’embarcation et d’armement de pêche ; Renforcer le personnel technique et les moyens des services des pêches ; Vulgariser les textes législatifs et réglementaires ; Renforcer les infrastructures et les moyens de conservation. Moderniser les embarcations ; Renforcer les dispositifs de sécurité ; Développer la pisciculture ; Faciliter l’accès au crédit.

32


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page33

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.3.4. Tourisme La région de Ziguinchor a une vocation touristique grâce à ses sites pittoresques, son riche patrimoine historique et culturel et sa végétation luxuriante. Les importantes potentialités sont les suivantes : • un climat doux et agréable avec une façade maritime de 86 kilomètres de côtes ensoleillées, de très belles plages aux sables fins ; un paysage insulaire sur le fleuve Casamance ; • un parc national (Basse Casamance) et une réserve des oiseaux à Kalissaye ; • une originalité architecturale de l'habitat traditionnel (cases à impluvium); • une mosaïque d’ethnies source d’une très riche diversité culturelle ; • l’existence de zones touristiques plus ou moins vierges susceptibles d'être aménagées (Kafountine ) ; • l’existence d’un office régional du tourisme. C’est ainsi que plusieurs types de tourisme cohabitent (tourisme de grand standing, tourisme de standing moyen, tourisme rural intégré). La région est divisée en quatre (04) principales zones touristiques : • Kafountine – Abéné (dans le département de Bignona) • Cap Skirring (dans le département d’Oussouye) • Ziguinchor (dans le département de Ziguinchor) • Zone continentale. Tableau n°13: Evolution des réceptifs de la région par type de 2003 à 2009 ANNEES Nombre de Réceptifs Hôtels et villages de vacances

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

22

21

21

25

27

32

34

Campements privés

46

26

26

57

62

65

69

Campements villageois

5

9

9

10

10

10

10

Campements d’Etat Total

0 73

2 56

2 56

0 92

0 99

0 104

0 113

Tableau n°14 : Evolution des variables du tourisme de 2003 à 2009 ANNEES Nombre de Réceptifs Nombre d’arrivées

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

17 903

26 291

26 941

25 899

28 270

21 208

13 886

Durée de séjour

5,5

4,2

4,6

4,7

4,7

4,7

­

Nombre de nuitées

98 080

110 948

125 156

121 028

132 012

99 583

115.516

Les contraintes au développement du tourisme • La crise dans la région; • l'enclavement interne et externe de la région (instabilité de la desserte aérienne, dégradation des certaines routes) ; • l'insuffisance de la promotion de la destination "Basse Casamance" ; • la fiscalité lourde pour les opérateurs du secteur ; • le manque de personnels qualifiés dans le secteur ; les difficultés d’accès au crédit ; • l’absence de cuves d’approvisionnement pour la desserte d’avions gros porteurs. Les solutions au développement du tourisme: • Désenclaver la région; • Accompagner le processus de la paix ;

33


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page34

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Mettre en place un fonds touristique; • Alléger sensiblement la fiscalité ; • Renforcer les moyens humains et techniques du service régional ; • Installer des cuves d’approvisionnement en kérosène; • Délocaliser l’aéroport de Ziguinchor ; • Renforcer les moyens de l’office régional du tourisme.

Hôtels, Campements, Auberges, Restaurants, Bars

Hôtels, Campements, Auberges, Restaurants, Bars

Ecotourisme dans les Bolongs et Fôrets danses de la Casamance

2.3.5. Artisanat : Il joue un rôle très important dans l'économie de la région. Il crée des emplois et génère des biens et service à moindre coût (environ 20000 artisans et 8450 entreprises dans les trois catégories que sont: l’artisanat d’art, l’artisanat de production et l’artisanat de service). L'artisanat d'art contribue à l'essor du tourisme et au rayonnement culturel. L’artisanat est articulé à différents secteurs de l'économie dont le secteur primaire auquel il fournit les matériels et petits biens d'équipement. L'artisanat d'art contribue à l'essor du tourisme et au rayonnement culturel. Tableau n°15 : Evolution du nombre d’entreprises répertoriées et de leurs effectifs par catégorie de 2003 à 2009 ANNEES

2003

DESIGN

Nbre effect Entrep

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Nbre Entrep

effect

Nbre Entrep

effect

Nbre Entrep

effect

Nbre Entrep

effect

Nbre Entrep

effect

Nbre Entrep

effect

ART

158

579

168

609

183

654

208

729

224

777

242

831

270

915

SERVICE

462

2317

483

2401

509

2505

528

2581

553

2681

567

2737

588

2800

PRODUCT 493

3113

517

3209

533

3273

556

3342

583

3423

600

3491

623

3560

TOTAL

6009

1168

6219

1225

6432

1292

6652

1360

6881

1409

7059

1481

7275

1113

Source : Chambre des métiers

34


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page35

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Les contraintes du secteur : • Le manque d'organisation des artisans par corps de métier ; • le manque de formation et l’insuffisance de culture entrepreneuriale ; • l’inexistence de zones artisanales; l’exigüité des villages artisanaux ; • les difficultés d'accès au crédit malgré l'existence de mutuelle ; • les difficultés d’écoulement de la production ; • l’absence d’appui à la formation ; • la baisse de la ressource en bois d’œuvre et de services. Les solutions du secteur : • Renforcer les capacités techniques et organisationnelles des artisans ; • Réaliser des zones artisanales et des villages artisanaux, notamment dans les départements ; • Renforcer la mutuelle des artisans ; • Faciliter la participation aux foires d’exposition ; • Faire la promotion de la qualité des produits ; • Faire de l’appui institutionnel.

Artisanat, Galeries, masques, sculptures, statues, animaux

Constructions locales en « Banko »

2.3.6. Industrie Les industries sont très peu développées au niveau de la Région. Elles sont pour l’essentiel, en dehors de la SUNEOR et des quelques entreprises installées dans le Domaine Industriel, confinées dans le sous secteur de la conservation et de la transformation des produits halieutiques. Implantée le long du littoral du fleuve Casamance, la SODIZI a été créée en 1973. A part, l’équipement de l’atelier de mécanique générale financé par l’ONUDI (1978 et 1980), la SODIZI n’a jamais bénéficié d’une subvention étatique pour améliorer son capital. Une étude de réhabilitation et d’extension du Domaine industriel (SODIZI) est déjà disponible. Les principales contraintes de la SODIZI sont : • Les difficultés d’accès au financement pour l’extension du domaine et la réalisation d’antennes départementales ; • les difficultés d’acquisition dans les départements de terrains pour les antennes du domaine ; • les difficultés de fonctionnement de la SODIZI depuis l’arrêt de la contrepartie financière de l’Etat. Les solutions pour la SODIZI : • Préparer et envoyer des requêtes de financements à l’Etat et aux PTF ; • Préparer, envoyer et suivre auprès des CL des demandes d’affectations de terrain ; • Démultiplier l’installation de PME pour accroître leur contribution au fonctionnement du domaine. u

Les industries de transformation des produits halieutiques : • La SOSECHAL, située en face de l’entrée principale du port de Ziguinchor, est une industrie de production de glace et de traitement de produits halieutiques surtout de la crevette destinée à l’exportation. Elle est actuellement en arrêt de production. • IKAGEL, située en face du marché du port de Ziguinchor, est une industrie de traitement et de conditionnement des produits

35


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page36

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

halieutiques. Elle aussi est en arrêt de production. • les complexes frigorifiques de production de glace et de conservation de produits halieutiques qui sont au nombre de deux, situés au quai de pêche de Boudody et au port de Ziguinchor ; u La SUNEOR Elle est le principal établissement industriel de la région. Son activité première est la trituration d’arachides pour la production d’huile d’arachide brute raffinée par les autres usines du pays. La SUNEOR produit également de l’huile de palmiste qu’elle commercialise à l’extérieur, mais également aux associations de femmes pour la production de savon. Elle produit, aussi, du tourteau d’arachides et du tourteau de palmistes pour l’essentiel exportée par bateau à partir du port de Ziguinchor. Les coques d’arachides tout comme celles des palmistes sont également valorisées pour la production surtout d’énergie électrique autoconsommée et parfois vendue à la SENELEC. Tableau n°16 : Données de base des entreprises du Domaine Industriel ENTREPRISES ATELIER MECANIQUE GENERALE

INVESTIS DATE SUPERFCIE EFFECTIFS CUMULE CREATION (m2) EN F CFA 1978 02 Permanents (2003 nouvelle 274,5 35.014.063 04 Apprentis gérance)

ACTIVITES

OBSERVATIONS

Tous travaux de : tour, frisage, En activité rectification et surfaçage de culasses

Formation professionnelle : Mécanique auto, Mécanique générale, Menuiserie bois, construction métallique, Bâtiment et électricité bâtiment Production d’huile d’amendes de 10 Permanents 150.000.000 palmistes et de savon ordinaire 150 Journaliers Production de glace et transformation 08 Permanents 350.000.000 de pro­duits halieutiques 225 Journaliers Production de glace et transformation 11 Permanents 1.168.186.055 de produits halieutiques 230 Journaliers

CENTRE REGIONAL DE FORMA­TION PROFESSIONNELLE

1991

1 225

GIE­GUIRASSY

1994

3 163

COMPLEXE­FRIGORIFIQUE

01­01­2000 3 579

SOFRIKAF

01­06­2002 663

GIE­GET

01­10­2004 174

CASA­AUTO­SERVICES

01­2005

1 500

MARVAL (S.A.R.L.)

2008

561

02 Permanents 84.000.000

MENUISERIE MODERNE

2008

1 500

07 Permanents 41.955.697

Menuiserie – ébénisterie bois

En activité

JUS DE FRUITS : SINEZIG ALIMENTAIRE

2008

1 856

05 Permanents 228.874.400

Transformation de fruits en jus et nectar

En activité

BREZIG­AVICULTURE

2000

752

05 Permanents 40.851.110

Production de poussins d’un jour En activité

O.N.G. LEAD INTERNATIONAL MINISTRY NETWORK

01­06 2007 338,26

05 Ouvriers

Fabrication d’emballages

SAP­SA

1996

287

05 Permanents 25.000.000

Aliment de bétail et volaille

SOSECHAL

2002

3 680

15 Permanents 350.000.000 60 Journaliers

Produits halieutiques et fabrique de glace

36

28 Permanents 250 Elèves

02 Permanents 130.000.000 15 Journaliers 02 Permanents 9.000.000 10 Apprentis

60.000.000

Production de glace

En activité

En activité En activité En activité En activité

Mécanique auto – tôlerie En activité peinture – location véhicules Menuiserie – ébénisterie : travail En activité de mobiliers en bois lamellé

En activité Suspension d’activité Suspension d’activité


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page37

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.3.6. Mines La région de Ziguinchor est dotée de potentialités minières non négligeables qui restent peu explorées et sous exploitées. Il y a les argiles céramiques et les argiles pour la poterie, le calcaire et les amas de coquillages du quaternaire, les sables titanifères des plages, les tourbes, les lignites, les hydrocarbures (pétrole et gaz). Les contraintes • Taux de salinité élevé des zones à potentiel tourbier ; • insuffisance d’exploration pour l’identification et l’évaluation des ressources minières ; • insuffisance de moyens humains et matériels au niveau des services ; • prélèvements anarchiques de sable de plage, de carrière et d’argile latéritique ; • l’insécurité. Les solutions • Lutter contre l’avancée de la langue salée ; • Plaidoyer auprès de l’Etat et des PTF pour des moyens techniques et financiers; • Renforcer les capacités techniques, financières et organisationnelles des services techniques ; Vulgariser les textes législatifs et réglementaires notamment le code minier ; • Renforcer le contrôle de l’exploitation des ressources ; • Favoriser les concertations pour la paix

2.3.7. Emploi et entreprenariat La politique de l’Etat en matière d’emploi a connu des situations diverses depuis l’indépendance. Premier pourvoyeur d'emplois, l’Etat est venu se substituer depuis 2000 à travers le FNPJ au « Programme d’insertion des maîtrisards » en prenant en compte cette fois, l’ensemble des jeunes diplômés ou non, disposant d’un projet bancable sans exigence, ni de fonds propre, ni de garantie. Ainsi de 2001 à 2005, le FNPJ a permis la création de neuf cent un (901) emplois. De 2006 à 2009, il a connu une léthargie, ne reprenant ses activités qu’en 2010 avec cent quinze (115) emplois créés. A côté de ce programme, pour consolider et développer l’emploi, l’Etat a mis en œuvre d’autres programmes tels que la GOANA, le PMIA, le PDEMAS, le PADERCA, etc. Le Conseil Régional, pour sa part, a appuyé la création de mutuelles sectorielles d’épargne, de garantie et de crédit notamment dans l’artisanat, l’élevage et la pêche pour favoriser la création d’emplois salariés et non salariés. Dans le même sens, il a placé auprès d’une institution de financement dénommée ASACASE, un fonds de crédit sans apport personnel ni garantie pour promouvoir les initiatives économiques locales (IEL). Par ailleurs, pour renforcer la promotion de l’emploi salarié et non salarié, le Conseil Régional a en projet la mise en place d’un cadre de facilitation d’accès aux crédits fondé sur le schéma ci –après : Les caisses d’épargne et de crédit et les groupements d’épargne et de crédit en milieu urbain et rural vont être mis en réseau avec les mutuelles sectorielles d’épargne, de garantie et de crédit. Ces dernières, elles mêmes, seront reliées à une fondation d’utilité publique qui, accordant des services financiers et non financiers, octroiera avec les banques des crédits pour contribuer à la densification du tissu de la PME. Avec la reprise progressive des activités économiques et sociales au niveau de la région de Ziguinchor, les professions libérales, malgré l’enclavement encore perceptible de cette région, sont représentées en nombre relativement satisfaisant. Elles participent ainsi au développement de l’entreprenariat dans la Région. Celle­ci compte : • Quatre cabinets d’avocats ; • Trois cabinets d’huissiers ; • Une étude Notariée ; • Dix bureaux de représentation d’agences d’assurance ; • Quatre bureaux de transit Toutes ces professions libérales sont installées dans la capitale régionale Ziguinchor à l’exception de l’un des trois huissiers qui est installé à Bignona. Les contraintes du secteur de l’entreprenariat : • L’accès difficile au crédit ; • les difficultés de gestion du crédit ;

37


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page38

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• l’insuffisance de la formation et du suivi ; • l’exiguïté des marchés ; • l’insuffisance des unités de conservation et de transformation ; • l’insécurité ; • l’insuffisance du nombre de centres de métiers créés ; • l’insuffisance de l’organisation des producteurs.

2.3.8. Les secteurs d’appui à la production v Transport Le transport de personnes et de marchandises dans la région se fait en utilisant les quatre modes suivants : terrestre, aérien, maritime et fluvial. v Transport par voie terrestre Le réseau routier, long de 1091,28 km, est composé comme suit : • 192,25 Km de routes nationales entièrement bitumées dont sept (07) en pavés ; • 126 Km de routes régionales avec 71,35 Km bitumées ; • 518,33 Km de routes départementales avec 44,33 Km bitumées ; • 23,7 Km de voiries urbaines avec 16 km bitumées. Les routes départementales représentent plus de la moitié du réseau routier régional. Elles sont suivies de très loin par les pistes répertoriées. Les routes bitumées de la région ont été pour l’essentiel réhabilités et / ou construites entre 2006 et 2009. Malheureusement, elles ont été faites en simple bicouche parfois même en monocouche au lieu de l’enrobé dance qui les auraient rendues durables surtout dans une région aussi pluvieuse que celle de Ziguinchor. En outre, de grands chantiers ont été ouverts depuis 2009 au niveau de la commune de Ziguinchor pour renforcer et améliorer l’état de la voirie urbaine, construites en grande partie en style pavé. Le réseau routier est enjambé par des ponts. Ces ouvrages se justifient par la présence de nombreux marigots ou « bolongs » dans la région. A l’instar du réseau routier, certains ponts sont dans un état de dégradation avancée surtout le pont Emile BADIANE sur le fleuve Casamance, qui nécessite une réhabilitation compte tenu de son importance pour le trafic régional. Tableau n° 17 : Répartition des ponts selon les départements Départements Bignona Oussouye Ziguinchor Région

Nombre 15 11 15 41

% 36,59 26,83 36,59 100,00

Source: Agence Autonome des Travaux Routiers Ziguinchor

Les contraintes du transport terrestre : • La dégradation des infrastructures routières et des ouvrages d’arts ; • la mauvaise qualité des routes récemment construites en bitume (route Ziguinchor­Oussouye et la Boucle du Blouf) ; • l’insuffisance ou l’inexistence de trottoirs le long des routes urbaines souvent construites sans assainissement ; les difficultés de traversée de la trans­Gambienne ; • la vétusté et l’insuffisance du parc automobile ; • les difficultés d’accès au crédit pour le renouvellement du parc automobile ; • l’insuffisance des services offerts en matière d’entretien et de réparation du parc automobile. Les solutions du transport terrestre: • Réhabiliter et construire des infrastructures routières en enrobé dance ; • Réhabiliter les ouvrages d’art ; • Construire des routes urbaines avec assainissement et avec des trottoirs ;

38


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page39

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Construire un pont sur la trans­Gambienne (bac de Farra fégny); • Renouveler le parc automobile ; • Mettre en œuvre un programme de renforcement de capacités en maintenance et réparation mécanique (automobile) ; • Réhabiliter et construire les routes secondaires pour désenclaver certaines zones de production. v Transport aérien. La Région dispose de deux aéroports, celui de Ziguinchor et celui du Cap Skirring. Ces deux infrastructures sont gérées par les Agences Aéronautiques Nationales du Sénégal (A.A.N.S.). Dans la région, le trafic commercial constitue la composante essentielle du transport aérien. L’analyse de ce type de transport porte par conséquent sur les deux aéroports ci­ dessus évoqués. v

Aéroport de Ziguinchor

Tableau n°18 : Evolution du trafic commercial de l’aéroport de Ziguinchor de 2004 à 2009 Année 2004 2005 2006 2007 2008 2009 % Variation 09/08

Mouvement Aéronefs Départ Arrivée 651 650 308 308 328 329 344 344 592 590 586 589 ­1,0 ­0,2

Total 1 301 616 657 688 1 182 1 175 ­0,6

Mouvement Passagers Embarquement Débarquement 23 495 21 916 12 813 12 071 13 442 12 722 14 348 14 164 17 094 16 921 9 084 8 805 ­46,9 ­48

Transit 1 226 0 0 20 44 0 ­

Total 46 637 24 884 26 164 28 532 34 059 17 889 ­47,5

Source : ASECNA (Délégation régionale de Ziguinchor)

On peut noter, qu’en plus du trafic commercial en 2009, les autres composantes du trafic que sont les vols militaires, privés et aéro­club, ont représenté 76% du mouvement total des aéronefs au niveau de l’aéroport de Ziguinchor. Ces mouvements d’aéronefs bien que plus importants ne représentent cette année là que 41% du mouvement de passagers. v Aéroport du Cap Skirring La baisse du trafic au niveau de cet aéroport peu aisément s’expliquer avec l’arrêt des activités de la compagnie «Air Sénégal International» qui a fortement handicapé le fonctionnement des structures d’hébergement du Cap Skirring en particulier et de la Région en général. Les contraintes au transport aérien • La localisation de l’aéroport de Ziguinchor au milieu des habitations, dans un périmètre qui ne permet pas son extension ; • l’arrêt des vols intérieurs (Air Sénégal international, Sunu Air, etc.) ; • le coût élevé du transport fret et passager ; • l’exiguïté des aérogares ; • l’insuffisance des équipements au niveau des aérogares ; • l’insuffisance de sécurité au niveau des pistes d’envol ; • l’absence de cuves à kérosène. Les solutions au transport aérien : • Délocaliser l’aéroport de Ziguinchor sur le site de Tobor; • Déployer dans les meilleurs délais des vols intérieurs concurrents pour améliorer les conditions d’accès ; Procéder à l’extension et à la modernisation des aérogares ;

39


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page40

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Renforcer et moderniser les équipements des aérogares (cuve à kérosène) ; • Eloigner des aéroports les décharges d’ordures ménagères ; • Renforcer les clôtures de protection des aéroports ; • Renforcer les patrouilles de sécurisation des aéroports. v Transport maritime et fluvial • Transport maritime La région de Ziguinchor possède un port dans la commune du même nom, situé à 63 km de l'embou­chure du fleuve Casamance. La navigation sur ce fleuve s'arrête à Ziguinchor pour les bateaux en raison du pont «Emile Badiane» qui en barre le passage, et à Sédhiou pour les chalands qui peuvent passer sous ce pont. Ce port a été entièrement réhabilité en 2008, à la demande du Conseil Régional, et sur financement de la Coopération Française (AFD). Un programme ORIO, financé par les Pays Bas, a pour objectif de faire du port de Ziguinchor un pôle de développement pour toute la région naturelle de Casamance et des pays limitrophes. Ce programme prévoit notamment le dragage du fleuve à une profondeur de 7 m depuis l’embouchure jusqu’au­delà du pont « EMILE BADIANE». Il est sur le point de démarrer avec l’appui de la coopération internationale Par ailleurs, un projet de modernisation des moyens de desserte des îles et des villages en bordure des bolongs est envisagé. Il prévoit de substituer les pirogues motorisées actuelles en bois par des embarcations plus modernes. Pour ce faire un mini chantier naval est prévu à Elinkine dans le département d’Oussouye pour la construction et l’entretien de ces embarcations dont la nature des matériaux de construction reste à définir. Tableau n°19 : Evolution du trafic du port secondaire de Ziguinchor : 2003 ­ 2009 Désignation Nbre de voiliers Nbre de Navires marchands Nbre de Navires militaires Jauges brutes Jauges Nettes Passagers

2003 36 72 36 42 476 25 954 0

2004 40 88 20 48 472 28 616 0

Débarquement Embarquement Ensemble

42 161 3 168 45 329

38 929 26 438 65 367

2005 2006 45 47 180 314 20 21 114 054 404 929 49 429 151 770 5 058 54 130 FRET (en tonne) 82 152 89 803 16 399 61 590 98 551 151 393

2007 60 180 27 349 482 131 790 51 710

2008 28 198 15 328 085 130 545 61 234

2009 09 197 ­ 412 958 133 514 85 844

% Variation 09/08 ­67,9 ­0,09 ­ 25,8 2,3 40,2

67 670 56 025 123 695

58 545 20 747 80 241

62 299 21 310 83 602

6,4 2,7 4,2

Source : Capitainerie du port de Ziguinchor

v Transport fluvial En plus du transport maritime on note l’existence d’un transport fluvial de personnes et de biens qui s’effectue dans les bolongs et en mer, entre les îles, et entre ces dernières et le continent. Le trajet commence par le débarcadère de Boudody (à Ziguinchor). Le rapide développement des services communautaires de transport par pirogues artisanales motorisées, même s’il permet le désenclavement des îles de la Basse Casamance a cependant besoin d’être mieux organisé et sécurisé. Les contraintes du transport fluviomaritime • L’ensablement du chenal du fleuve à hauteur de certains villages et à Ziguinchor; • le non balisage des zones dangereuses au niveau des bolongs ; • le faible niveau organisationnel des piroguiers ; • la faible hauteur d’eau au niveau de la passe à l’embouchure qui ne permet pas à des bateaux de plus de 4 000 tonnes d’accéder au fleuve ;

40


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page41

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• l’inexistence de pontons de débarquement au niveau des villages en bordure des bolongs et au niveau des iles ; • l’insuffisance de la capacité en fret des pirogues actuelles ; • l’insuffisance de la sécurité et du confort des pirogues actuelles ; • l’exigüité du port de Ziguinchor, insuffisamment équipé ; • l’insuffisance de la capacité en fret du bateau Aline Sitoe Diatta. • Les solutions du transport fluviomaritime • Draguer le fleuve depuis le chenal ; • Baliser les zones dangereuses des bolongs ; • Renforcer les capacités des piroguiers ; • Construire des pontons de débarquement au niveau des villages en bordure des bolongs ; • Moderniser en accroissant la capacité en fret des moyens de transport dans le fleuve et dans les bolongs ; • Renforcer l’équipement du port de Ziguinchor et réaliser son extension ; • Mettre en service d’autres bateaux de transport de personnes et de fret ; • Réaliser un mini chantier naval ; • Installer une puissance électrique adéquate au fonctionnement d’une unité de froid dans l’enceinte du port. • Commerce Malgré un rayonnement pour l’essentiel encore limité aux allochtones, le commerce tient un rôle majeur dans l’économie régionale. En effet, le commerce permet à la région de satisfaire ses besoins en produits manufacturés importés. Il est noté par ailleurs que des possibilités de marché existent pour les productions locales vers les autres régions du pays et vers l’extérieur. Il en est de même pour les produits manufacturés dont la forte demande de la région est satisfaite par les commerçants importateurs, le plus souvent installés à Dakar. En outre, le projet de plateforme commerciale de la commune de Bignona et le projet de complexe commercial de la Chambre de Commerce de Ziguinchor prévu à l’intérieur du port, faciliteront l’exportation des productions locales et l’entrée des produits manufacturés et alimentaires vers l’intérieur de la région. Tableau n°20 : Evolution du nombre de marchés NOMBRE DE MARCHES DEPARTEMENTS

2003

2008

2009

ZIGUINCHOR

07

07

07

OUSSOUYE

02

06

05

BIGNONA

7

09

09

TOTAL

16

22

21

Source : Service Régional du Commerce Intérieur

Les potentialités de la région : Elles sont nombreuses, elles peuvent se résumer ainsi qu’il suit : • sa position géographique qui fait d’elle l’une des portes ouvertes du Sénégal aux marchés de la CEDEAO ; • l’existence d’un port entièrement réhabilité en 2008 pouvant servir de port de transit sous régional ; • l’existence de deux aéroports capables de recevoir de gros porteurs ; • l’existence de deux frontières avec la Gambie d’une part et la Guinée Bissau d’autre part ; la disponibilité en abondance de produits agricoles, halieutiques et forestiers ; • l’existence de potentialités touristiques riches et diversifiées qui peuvent favoriser le développement d’un marché porteur d’écoulement des produits artisanaux, agricoles et forestiers. Les contraintes et facteurs de blocages

41


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page42

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• La question récurrente de l’insécurité aujourd’hui en voie d’être solutionné; • l’enclavement de la région exacerbé par les difficultés d’accès dans les zones de production et de traversée de la Gambie, qui expose les produits frais à des risques d’avaries ; • l’insuffisance de la capacité en fret du bateau Aline Sitoé Diatta, et l’absence d’autres bateaux de transport réguliers de marchandises ; • la cherté des produits manufacturés et alimentaires importés du fait des frais d’approche accrus par l’enclavement ; • la proximité de la Gambie qui est pratiquement une zone franche et qui facilite l’entrée frauduleuse de marchandises ; Ces facteurs combinés font de Ziguinchor, l’une des régions les plus chères du pays alors qu’elle n’est pas la plus distante de Dakar. Les solutions : • Poursuivre les efforts de consolidation de la paix ; • Construire un pont sur le fleuve Gambie et poursuivre la réhabilitation des routes principales et secondaires ; • Mettre en service en plus du bateau Aline Sitoé Diatta, deux autres bateaux de capacité plus importante; • Faire un plaidoyer pour le respect aux frontières des accords prévus par les organisations sous­régionales (CEDEAO) ; • Renforcer les capacités des acteurs du commerce ; • Réaliser l’aéroport économique de Tobor pour favoriser l’exportation des produits frais. v Energie La production de biens et de services dans les différentes branches de l'économie de la région fait appel à des sources d'énergie variées. Cela va du combustible domestique aux énergies électriques renouvelables et celles fossile (produits pétroliers). On estime en 2009, la production annuelle de charbon de bois et de bois de chauffe respectivement à quatre cent cinquante (450) quintaux et à deux mille cinq cent quatre vingt quatre (2594) stères destinés à la consommation locale de quelques communautés de l’arrondissement de Tenghory ainsi que des communes de Bignona et de Ziguinchor. v Source d’énergie électrique fossile Concernant l'électrification à partir de l’énergie fossile, la production, le transport et la distribution dans la région sont assurés par la centrale SENELEC de Boutoute. Toutefois, le monopôle de la production électrique, longtemps détenu par la SENELEC est aujourd’hui levé d’où l’ambitieux projet de centrale solaire du Conseil Régional de Ziguinchor, toujours en promotion. Concernant le transport et la distribution de l’énergie électrique, le monopôle est de fait détenu par la SENELEC qui en est la propriétaire. Tableau n°21: Evolution du nombre d’abonnés par commune de 2003 à 2009 Années

Abonnés

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Bignona

3314

3927

4315

4930

5772

6318

7961

Oussouye

974

1206

1438

1630

1959

2343

2794

Ziguinchor

11550

13352

14233

15610

17367

18620

19190

TOTAL

15838

18485

19986

22170

25098

27281

29945

On distingue quatre categories d’abonnés repartis comme suit : • les résidentiels ; • les professionnels (entreprises) ; • les administrations ; • les télécentres ; • ceux­ci sont en voie de disparition depuis l’avènement du téléphone céllulaire et son expansion très rapide sur le marché national . • Sources d’énergie électrique renouvelable

42


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page43

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

L’Agence Sénégalaise d’Electrification Rurale (ASER) est chargée de l’amélioration de la couverture des zones rurales en énergie électrique solaire. Elle a déjà permis l’électrification d’un certain nombre de villages de la région à partir des ERIL (Electrification Rurale­Initiative Locale). En outre, il y a d’autres opérateurs étrangers, représentants des ONG, qui s’intéressent à la production d’énergie électrique à partir de la biomasse pour le développement notamment de la petite irrigation au niveau de l’horticulture. v Produits pétroliers L'approvisionnement en produits pétroliers est généralement assuré, à travers la région, par dix sept (17) stations d'essence dont sept (07) hors­bord. Ces combustibles arrivent dans la région par camions citernes, qui du fait des difficultés de passage par l’enclave de la Gambie, provoquent très souvent des ruptures de stock au niveau de la région. On pourrait par conséquent envisager un mode de transport par voie maritime pour mieux sécuriser et stabiliser l’approvisionnement de la région en produits pétroliers. Les contraintes • Le coût élevé du raccordement au réseau électrique de la SENELEC; • le taux de desserte de la SENELEC faible ; • la fourniture de l’énergie électrique SENELEC très insuffisante et très irrégulière; • les fréquentes interruptions de la fourniture de l’énergie électrique SENELEC en hivernage du fait d’accidents sur le réseau de transport entièrement aérien ; • la vétusté du matériel de production et d’une partie du réseau de transport • les énergies renouvelables insuffisamment développées ; • l’insuffisance de la disponibilité du charbon de bois ; • les difficultés d’approvisionnement en gaz butane ; • l’approvisionnement en produits pétroliers (essence, gaz oïl) pas assez régulier ; • le coût élevé du gaz butane ; • l’enclavement de certaines zones rurales. Les solutions • Réhabiliter et moderniser le matériel de production et le réseau de transport de l’énergie électrique de la SENELEC; • Prévoir une capacité de stockage suffisante des combustibles, du carburant et du gaz butane ; • Assurer une meilleure gestion de la fourniture de l’énergie électrique de la SENELEC; • Faire la promotion des énergies renouvelables en facilitant l’implantation des différents projets qui s’annoncent (ERIL) ; • Favoriser l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’aménagement et de gestion forestiers pour légaliser et accroître la production du charbon de bois et autres produits forestiers ; • Installer une unité de remplissage de bonbonnes de gaz butane. v Information et télécommunication • Technologie de l’information et de la Communication Les télécommunications sont d'une importance capitale surtout pour notre région très enclavée où elles pallient les insuffisances des autres voies de communication (terrestre, fluviomaritime et aérienne). Aujourd’hui, en plus du réseau Orange de la SONATEL, sont présents deux autres opérateurs avec les réseaux TIGO et EXPRESSO dans les trois départements de la région.

43


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page44

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Tableau n°22 : Evolution des équipements du téléphone dans la région de Ziguinchor de 2003 à 2009 Désignation Capacités équipées Capacités raccordées Transfert Nouvelles installations

2003 6497 5452 48 568

2004 6497 5638 57 640

2005 9042 7181 71 1742

2006 9042 7420 19 301

2007 6 269 5 769 10 481

2008 11 088 9 519 3 883

2009 16 413 12 087 101 2367

Les contraintes : Le développement des moyens de l’information et de la communication dans la région de Ziguinchor rencontre un certain nombre de contraintes dont : • L'éloignement et/ou l’enclavement de certaines zones ; • l’impraticabilité de certaines routes, surtout en période d’hivernage pour aller effectuer les entretiens des raccordements; • un pouvoir d’achat relativement faible de la clientèle, surtout en milieu rural par rapport au coût de raccordement ; • l’insuffisance des moyens d’accès à certaines zones, surtout celles insulaires (véhicules, embarcations). Les solutions • Construire et/ou réhabiliter les routes et pistes, surtout en milieu rural ; • Adapter le coût des technologies proposées aux possibilités financières des populations ; • Démultiplier la mutualisation de l’usage des technologies de l’information et de la communication; • Moderniser et sécuriser davantage les moyens d’accès aux zones enclavées notamment les zones insulaires. v La poste La région de Ziguinchor compte un certain nombre de bureaux de poste répartis par département tel que présenté dans le tableau ci­dessous de 2004 à 2009 : Tableau n°23 : Evolution par département du nombre de bureaux de poste de 2004 à 2009 Désignation Bignona Oussouye Ziguinchor Total Région

2004 02 02 02 06

2005 02 02 02 06

2006 02 02 02 06

2007 03 02 02 07

2008 03 02 02 07

2009 03 02 02 07

Source : Poste de Ziguinchor

Les contraintes : • L’insuffisance de bureaux de postes, de guichets et du personnel; • l’exiguïté des bureaux de poste; • l’insuffisance du confort dans les bureaux de poste ; • les difficultés pour l’acheminement du courrier vers certaines localités de la région du fait de l’insécurité et de l’enclavement ; • l’insuffisance des provisions (finance) pour le payement des mandats ; • l’insuffisance du parc automobile. Les solutions • Densifier le nombre de bureaux de poste et le nombre de guichets ; • Renforcer le personnel; • Augmenter la capacité d’accueil des bureaux de poste et améliorer leur confort;

44


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page45

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Plaidoyer auprès des autorités publiques pour le désenclavement des localités ; • Améliorer la gestion des mandats pour un meilleur service rendu à la clientèle du point de vue notamment de la disponibilité des fonds nécessaires à cet effet ; • Renforcer le parc automobile en nombre et en qualité ; • Résoudre les problèmes de connexion internet de la poste. v La presse En plus de la radio d’Etat, la chaîne IV, première installée dans la région au lendemain des indépen­dances, on compte de plus en plus d’autres radios privés à audience nationale voire internationale, des radios communautaires, des antennes de télévision, des correspondants de presse écrite et d’agences de presse. C’est ainsi qu’on note les organes suivants : • Radios à Audience Nationale voire Internationale : ­ radio publique : Chaine IV (RTS) ­ radios privés : Sud FM, Zig FM, Dunya FM, Walf, RFM (Radio Futur Média). ­ Radios Internationales disposant d’une fréquence au niveau de la région : ­ RFI, Radio Chinoise. • Radios Communautaires : ­ département de Bignona : Awagna FM, Bluff FM, Fogny FM, Kaïraba FM, Kalounayes FM. ­ département d’Oussouye : Kabisseu FM ­ département de Ziguinchor : Kasumaye FM • Antennes de Télévisions Privées : ­ Walf TV, 2STV, Rdv. ­ Correspondants ­ radio privée Radio Futur Média (RFM) ; • presse écrite : le Soleil , le Matin , Sud Quotidien , l’Expresse New, l’Observateur , le Populaire, le Messager , la Sentinelle, Choc , Kotch , Stade Quotidien , Walf Grand Place, Walf Quotidien , l’Office , scoops de Ziguinchor , Rewmi Quotidien, le Quotidien. • agences de presse : Agence de Presse Sénégalaise (APS), Agence France Presse (AFP). Les contraintes : • Plus de 90% du personnel des médias au niveau de la région n’ont pas fréquenté les écoles de formation en journalisme ; • la plupart des journalistes de la région ne sont pas dotés de matériel informatique ; • la maison de la presse est sous équipé avec du matériel vétuste et reste très éloignée des lieux de travail ou de résidence des journalistes ; • dans les stations radio, non seulement le matériel de production est très insuffisant, mais l’existant est très obsolète. Les solutions : • Ouvrir une filière communication et journalisme à l’université de Ziguinchor et y parrainé chaque année deux journalistes pour leur formation; • Organiser des voyages annuels d’échange à l’étranger pour les journalistes ; • Impliquer les journalistes dans les voyages à l’étranger des CL dans le cadre de la coopération décentralisée ; • Equiper les journalistes de la presse écrite en matériel informatique; • Renforcer les stations radio en matériel de production, d’archivages, etc. ; • Renforcer les journalistes de la presse écrite en moyens logistiques ; • Renforcer les stations radios en logistiques (véhicules) ; • Acquérir un camion de reportage audiovisuel; • Renforcer les correspondants de télévision en caméras, en matériel de reproduction etc… • Moderniser la maison de la presse.

45


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page46

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

v Banques et le système financier décentralisé • Etat des lieux La région compte une agence auxiliaire de la banque émettrice (Agence de la BCEAO) et cinq banques commerciales (CBAO, CNCAS, SGBS, BHS et ECOBANK). Les performances du secteur bancaire peuvent être perçues par les ressources générées et les emplois. ­ Etat des ressources des agences bancaires de la région Tableau n°24: Evolution des ressources de 1992 à 2002 (en millions CFA)

Année 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 TOTAL

Dépôts à vue 63 80 133 218 1.732 988 971 693 15.791 10.412 18.338 49.419

Dépôts Dépôts à moyen terme ­ ­ ­ ­ 400 414 450 491 11.146 11.269 11.731 35.901

Dépôts à long terme 1 4 4 10 35 59 61 117 533 640 662 2.126

Totaux 64 84 137 228 2.167 1.461 1.482 1.301 27.470 22.321 30.731 87.446

Source : BCEAO

­ Evolution des mis en place L’évolution des mises en place dénote une prépondérance du crédit à court terme consécutif à la prédominance du financement de l’activité commerciale sur les projets d’investissements. A ce système de financement classique, s’ajoute une multitude de mutuelles de crédit, de caisses rurales de crédit, de caisses villageoises d’épargne et de crédit, du groupe Mutualité et Développement. Contraintes et facteurs de blocage Le contexte particulier de la région a fortement fragilisé l’activité économique de la région. Les facteurs de blocage identifiés se résument : • Pour les banques o À la faible bancarisation du monde rural entraînant une rareté de projets bancables ; o Au régime domanial qui ne permet pas de prendre des garanties et surtout de les réaliser en cas de contentieux ; o À la nature et à la typologie des exploitations agricoles (petites exploitations familiales). • Pour le système de financement décentralisé : o À la difficulté d’identification des besoins de financement o À l’inorganisation du système qui gagnerait à évoluer vers un réseautage. Les solutions préconisées : En vue de pallier les contraintes ci­dessus énumérées, les objectifs suivants devraient être poursuivis : • Organiser le monde rural sous forme de groupements pour accroître leur surface financière et leur solvabilité ;

46


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page47

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Faciliter le passage des permis d’occuper et des baux en titre foncier ; • Prendre en compte de façon plus accrue et plus soutenue les promoteurs qui sollicitent les fonds de refinancement placés par l’Etat dans les banques ; • Renforcer les capacités des opérateurs économiques, notamment les membres des IMF; Favoriser le réseautage au niveau des IMF ; • Moduler les conditions de financement en fonction de la nature de l’activité ; • Accorder la priorité au développement rural pour lutter contre la pauvreté qui rétrécit la demande globale ; • Promouvoir la bancarisation ; • Fédérer certains SFD ; • Faire la cartographie des SFD de la région ; • Inviter les banques et les SFD à respect la règlementation mise en place par la BCEAO.

2.4. DECENTRALISATION ET GOUVERNANCE LOCALE 2.4.1. Décentralisation et déconcentration La loi n° 96­06 du 22 mars 1996, portant Code des Collectivités Locales est venue renforcer la décentralisation en consacrant la région comme CL. La dernière réforme intervenue en 2009, a créé la nouvelle commune de Diouloulou portant ainsi le nombre des CL de la région à trente et une (31) réparties comme suit : • La région, en tant que collectivité locale ; • Cinq (5) communes ; • Vingt cinq (25) communautés rurales. Ces Collectivités locales sont administrées et animées par huit cent trente quatre (834) conseillers élus qui ont pour mission de répondre aux attentes de leurs mandants dans des cadres organisés. La répartition par ordre de collectivité est la suivante : • le conseil régional : cinquante (50) élus • les conseils municipaux : deux cent quarante quatre (244) élus ; • les conseils ruraux : cinq cent quarante (540) élus. La loi 96­07 du 22 mars 1996, portant transfert de neuf compétences suivantes aux CL en plus des compétences générales n’a pas encore varié depuis sa promulgation. Ce sont précisément: • Aménagement du territoire ; • Planification ; • Domaine ; • Santé, population et action sociale ; • Education, alphabétisation, langues nationales, et Formation ; • Jeunesse, sports et loisirs ; • Culture ; • Urbanisme et habitat ; • Environnement et gestion des ressources naturelles. Avec de faibles ressources financières pour l’essentiel transférées par l’Etat auxquelles s’ajoutent pour les communes et les CR les taxes communales et les taxes rurales, les CL n’ont injecté en 2010 que 1.803.765.949 FCFA pour leur fonctionnement, la réalisation d’infrastructures socio­économiques et l’appui à la promotion des projets et programmes. Il faut noter que la Région pour l’instant, à la différence des autres niveaux de CL, ne dispose comme ressources financières que des fonds de dotation et fonds de concours alloués par l’Etat. Créée par la loi 84­22 du 22 Février 1984, la région de Ziguinchor est issue de la division de la région naturelle de la Casamance. L’actuel territoire est subdivisé en trois départements : Ziguinchor (1153 km²), Bignona (5295 km²) et Oussouye (891 km²), subdivisés en huit arrondissements. Elle abrite trente et une (31) CL, réparties comme suit

47


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page48

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Tableau n°25 : Présentation de la déconcentration par rapport à la décentralisation Départements Bignona

Oussouye Ziguinchor

Arrondissements Kataba1 Sindian Tendouck Tenghory Cabrousse Loudia Ouolof Niaguis Nyassia

Communautés Rurales Kataba1 – Djinaky – Kafountine Djibidione – Oulampane – Sindian – Suelle Balingore – Diégoune – Kartiack – Mangagoulack – Mlomp Coubalan – Niamone – Ouonck – Tenghory Diémbéring – Santhiaba Manjaque Mlomp ­ Oukout Adéane ­ Niaguis Boutoupa Camaracounda Enampore ­ Nyassia

Communes Bignona Thionk Essyl Diouloulou

Oussouye Ziguinchor

Source : SRP

Le Gouverneur, représentant du Chef de l’Etat et de l’ensemble des ministères techniques au niveau de la région, effectue le contrôle à postériori de la légalité des actes du Conseil Régional. Le Préfet, au niveau départemental, joue le même rôle que le Gouverneur auprès des Communes, alors que le Sous­préfet en fait de même au niveau des Communautés Rurales de sa circonscription territoriale. v Intercommunalité et GIC En fonction des affinités géographiques et économiques, culturelles et historiques, des regroupements de collectivités locales doivent être encouragés. Ceci pour plus d’efficacité dans la gestion et la résolution de certaines questions de développement qui leurs sont communes et qui dépassent leurs capacités individuelles. Ainsi l’intercommunalité peut être un moyen efficace et efficient de régler les conflits fonciers qui surviennent souvent entre collectivités limitrophes et de parer aux difficultés de recouvrement des taxes par l’harmoniser du régime fiscal local. La région de Ziguinchor a eu à capitaliser des expériences fort enrichissantes dans le domaine de l’intercommunalité à Bignona, à Oussouye, et à Sanaga Maritime où neuf communes ont eu à adopter depuis 96 cette approche pour aborder ensemble certaines questions liées à leur développement économique et social, à travers la mise en place d’un Organisme public de coopération intercommunale (OPCI). v Cadres de concertation Les cadres de concertation des CL sont mis en place avec l’appui technique et financier de l’ARD et de l’ANRAC. Ils ont pour rôle de permettre une plus grande synergie dans les actions à mener pour un développement harmonieux de la région. Ainsi, ils appuient l’élaboration de la planification locale de manière participative, suivent l’exécution des opérations et activités programmées ; aident à l’animation du développement local et à la diffusion de l’information. Ainsi, dans la région de Ziguinchor, on note l’existence des Cadres de Concertation suivants : • Un cadre de concertation au niveau de chaque CR ; • Un cadre de concertation au niveau de chaque arrondissement ; • Un cadre de concertation au niveau de chaque département ; • Un cadre de concertation au niveau régional. Ces différents cadres de concertation ont en leur sein, six principaux comités : • Accès aux Services Sociaux de Base ; • Filières et Activités Génératrices de Revenus ; • Environnement et Gestion des Ressources Naturelles ; • Communication, Animation et Formation ; • Paix et Gestion des Conflits ;

48


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page49

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Coopération Décentralisée. A ces Cadres intra­régional, il faut ajouter le cadre de concertation au niveau inter­régions, avec les deux autres régions naturelles de la Casamance : Sédhiou et Kolda. Les contraintes de la décentralisation / déconcentration : • Les difficultés de recouvrement des taxes rurales et communales ; • le non transfert concomitant des ressources avec les compétences; • la non application de la fiscalité des régions ; • l’insuffisance de la formation des élus et du personnel de l’administration territoriale ; • les difficultés de mise en œuvre correcte de la convention signée par les CL avec l’administration territoriale pour l’utilisation des services techniques déconcentrés et décentralisés ; • l’unicité de caisse au niveau de la paierie régionale qui gêne l’exécution correcte des budgets; • l’absence d’implication des CL pour l’allocation des ressources de transfert; • l’absence d’organigramme précis fonctionnel au niveau de certaines collectivités locales ; • l’insuffisance de communication des collectivités locales ; • l’insuffisance de contrôle de la gestion communautaire (compte administratif produit souvent avec retard) ; • la méconnaissance des interventions des partenaires et la faible maîtrise du volume financier injecté ; • la faible formalisation des rapports entre collectivités locales ; • Les difficultés du fonctionnement des cadres de concertation après l’appui des partenaires. Les recommandations de la décentralisation / déconcentration : • Rendre effective la concomitance de transfert des ressources à celui des compétences; • Accroître les moyens financiers notamment budgétaires des collectivités locales ; • Harmoniser au mieux les rapports entre les perceptions municipales et la paierie régionale ; • Ouvrir à la paierie régionale des comptes spécifiques pour la région, les communes et les communautés rurales; • Organiser des séminaires conjoints administration territoriale et collectivités locales sur les textes de la décentralisation ; • Demander le visa préalable de la collectivité locale avant l’approbation du plan d’actions des projets/programmes ; Promouvoir l’intercommunalité entre les collectivités locales ; • Définir des stratégies de redynamisation des cadres de concertation ; • Revoir les fonds de contre parties qui ne sont pas à la portée de certaines collectivités locales ; • Poursuivre et amplifier l’implication des populations à l’élaboration du budget et à la validation des états financiers des collectivités locales.

2.4.2. Prise en compte de la dimension Genre dans les politiques Locales Le Conseil Régional de Ziguinchor, dans ses différentes activités, donne une place capitale à l’option d’égalité entre les citoyens. Celle­ci s’inscrit dans le cadre global de la Nouvelle Politique de pacification et de développement durable en Casamance, initiée par le Gouvernement du Sénégal et appuyé par la communauté des Partenaires Techniques et Financiers. La place des femmes dans le secteur productif local est telle, qu’il est impensable de les laisser en marge d’un processus de développement économique et social durable. Considérant le secteur agricole qui constitue l’essentiel des activités des populations de la région, la modernisation des systèmes d’exhaure au niveau des périmètres maraîchers des femmes allègera la pénibilité du travail de ces dernières par l’irrigation. Au nombre des avantages socioéconomiques dont ont bénéficié plus de trente mille (30.000) femmes, on peut citer : • l’amélioration du niveau d’organisation, de formation et de productivité ; • l’introduction et la distribution de lots technologiques, traitant notamment de la conservation et du conditionnement des cultures maraîchères et fruitières ; • l’intensification de la sensibilisation des populations rurales à la prévention du paludisme et du VIH/SIDA. La politique de genre de la Région n’est pas limitée à la seule promotion des intérêts des femmes. Elle concerne tous les groupes vulnérables

49


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page50

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

et met l’accent sur le contrôle pour une répartition équitable des ressources. En effet, le conflit armée qui sévit dans la région depuis bientôt trois décennies a créé de nouvelles formes de vulnérabilité qu’il est nécessaire de prendre en compte dans la distribution des ressources pour un développement économique et social harmonieux. Il s’agit des personnes déplacées ou refugiées, des veuves chefs de familles, des femmes enceintes sans soutien, des victimes de mines, des orphelins de la guerre, des jeunes ruraux inactifs, des handicapés, des personnes âgées sans soutien, etc. Pour lutter efficacement contre la pauvreté et assurer les bases d’un développement économique et social durable, la question de l’équité de genre devient une question centrale incontournable pour induire des changements qualitatifs dans les modes de distribution et de gestion de ressources publiques. La mise en œuvre de programmes spécifiques pour la prise en charge de ces groupes vulnérables devient un impératif absolu dans le processus de consolidation de la paix pour un développement harmonieux durable.

2.4.2. Justice La région de Ziguinchor à l’instar des autres régions du pays, compte un tribunal régional et des tribunaux départementaux (un dans chacun des trois départements de la région). De la même manière, on note une maison d’arrêt dans chaque département pour recevoir les différentes catégories de détenus (détenus provisoires et détenus condamnés). On peut noter en examinant les statistiques du secteur que la population carcérale est en constante évolution sur la période 2003­2009, à l’exception de l’année 2006, où elle avait connu une baisse d’environ 51%. Cette baisse est observée pour l’ensemble des classes d’âge surtout au niveau du département de Bignona où elle est d’environ 90% et dans une moindre mesure dans celui de Ziguinchor où elle est d’environ 65%. v Cas particulier de l’assistance et de l’éducation en milieu ouvert La politique de prise en charge des enfants en conflit avec la loi (communément appelés délinquants), et ceux en danger (dont la moralité, l’éducation, la santé sont compromises ou insuffisamment sauvegardées) est confiée à la Direction de l’Education Surveillée et de la Protection Sociale (Ministère de la Justice). Cette Direction dispose de services extérieurs qui appliquent cette politique de prise en charge. Il s’agit de : • l’AEMO qui est une structure d’activité éducative en milieu ouvert, • un Centre de Sauvegarde, • un Centre Polyvalent, • un Centre d’Adaptation Social. Aujourd’hui, des milliers de jeunes sont dans les rues de nos grandes villes, contraints de développer des mécanismes de survie. C’est ce qui explique le nombre important de cas de vol rencontrés par nos services. L’analyse du point de vue genre montre la prédominance des garçons par rapport aux filles avec 76,64 % contre 23,36 % de l’effectif. Cet écart pourrait s’expliquer du point de vue sociologique par le fait que la fille est souvent beaucoup plus protégée, et elle est contrainte à rester à la maison contrairement au garçon qui est acculé à aller chercher du travail quand la famille vit dans la précarité. Les contraintes du secteur de la justice • L’exigüité et la vétusté des locaux ; • l’insuffisance du confort des locaux ; • l’insuffisance en quantité et en qualité du matériel et mobilier de bureau ; • l’insuffisance du personnel ; • la décentralisation encore limitée ; • la recrudescence de la violence et de la délinquance liée à la drogue et à l’éclatement des familles. Les solutions du secteur de la justice • Reconstruire et/ou réhabiliter les locaux ; • Renforcer et moderniser le matériel d’équipement ; • Renforcer le personnel en quantité et en qualité ; • Poursuivre l’installation des maisons de justice notamment dans les CR ; • Prendre en charge les détenus en vue de leur réinsertion sociale ;

50


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page51

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Sensibiliser les autorités des pays frontaliers à accompagner les initiatives locales prises dans le cadre de la coopération transfrontalière ; • Renforcer et/ou construire les infrastructures d’encadrement dans chaque chef lieu de département.

2.5. JEUNESSE La région de Ziguinchor, pour l’instant ne dispose que d’un seul espace jeune à Tendouck, dans le département de Bignona, réalisé par l’Etat, conformément aux normes et répondant aux aspirations des bénéficiaires. Les mouvements associatifs dans la région sont bien organisés à tous les niveaux, et les jeunes, avec un niveau d’étude scolaire appréciable, sont malgré tout disposés à travailler les terres encore disponibles si ont leur en donne les moyens. Malgré les financements accordés par le Ministère de la jeunesse à travers le FNPJ, l’ASC Emploi et l’ANEJ, la gestion des quelques projets réalisés s’est avérée très difficile. Les principales activités des jeunes, menées surtout pendant les vacances scolaires en hivernage, en dehors des activités sportives, sont: • le nettoiement des lieux publics ; • l’organisation des camps de vacances comprenant des activités de reboisement, de production agricole, de réhabilitation ou de construction d’infrastructures sociales etc. ; • la sensibilisation en matière de prévention sanitaire (lutte contre le paludisme, les IST/SIDA, les maladies diarrhéiques etc.) ; • les cours de vacances et d’alphabétisation ; • le théâtre, la danse moderne et traditionnelle, etc. Les contraintes du secteur de la jeunesse : • La faible considération accordée par la jeunesse et les parents d’élèves aux différents centres d’enseignement technique et de formation professionnelle; • les difficultés d’accéder à du matériel d’exploitation agricole performant décourage les jeunes agriculteurs et accélère le phénomène de l’exode rurale ; • l’insuffisance d’unités de transformation et de conservation pour la création d‘emplois ; • les conditions rigoureuses d’accès au crédit dans certains établissements (apport personnel, expériences,…). Les solutions du secteur de la jeunesse • Relever le niveau de formation et de qualification des jeunes en encourageant les formations par alternance au niveau des centres de formation professionnelle ; • Renforcer le fonds de formation agricole et rurale ; • Renforcer les structures de formation agricole et rurale dans les localités ; • Renforcer les mutuelles de crédit des jeunes ; • dynamiser le FNPJ, le projet ASC Emploi, et l’ANEJ ; • Développer les unités de service, de production, de conservation et de transformation ; • S’approprier et mettre en application la charte africaine de la jeunesse ; • Renforcer et équiper les espaces jeunes ; • Organiser des camps chantiers hydro agricoles ; • Renforcer les fermes agricoles dans la région.

51


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page52

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Tableau n°26 : Répartition des infrastructures de jeunesse par département en 2009 Année DEPT BIGNONA OUSSOUYE ZIGUINCHOR TOTAL

CDEPS

ESPACES JEUNES

MAISONS A OUTIL

FOYER DES JEUNES

CCA

01 01 01 3

01 00 00 1

00

136 33 18 187

01

00

v Cas Particulier du Centre Conseil pour Adolescent Le projet de promotion des jeunes (PPJ) œuvre à promouvoir chez les adolescents et les jeunes, l’adoption de comportements responsables en matière de santé de la reproduction. Dans cette démarche, le PPJ à mis un vaste réseau de CCA où se développent conjointement des actions curatives, à travers l’offre de service et préventives en terme de sensibilisation. Les CCA interviennent par conséquent dans le domaine de la santé et de la reproduction et disposent d’un personnel qualifié pour l’offre de service dans l’accueil, l’information, l’accompagnement pour la prévention des IST/SIDA, des viols et sévices sexuels, des grossesses précoces ou indésirées, et la lutte contre la drogue, etc. Les contraintes et difficultés du CCA : • L’insuffisance et la vétusté du matériel de mobilisation (chaises­sonorisation­retro projec­teur etc.); • la faiblesse du budget de fonctionnement ; • l’insuffisance du matériel technique, logistique et de communication ; • l’insuffisance du personnel spécialisé permanent; • la vétusté et l’exigüité du Centre. Les solutions pour le CCA • Réhabiliter le centre dans les meilleurs délais; • Renforcer le personnel qualifié permanent du Centre ; • Renouveler et renforcer l’équipement du Centre ; • Doter le Centre en moyen logistique (véhicule, motos) ; • Décentraliser les CCA au niveau des départements.

2.6.

DEVELOPPEMENT SOCIAL

2.6.1. Action sociale/la prise en charge des personnes vulnérables Le secteur de l’Action Sociale prend en compte les catégories sociales démunies, ou se trouvant dans une situation de détresse ou d’urgence. Cette situation peut concerner les problèmes aussi divers que ceux de la santé, de l’éducation, de l’emploi et de la famille entre autres ce qui lui confère la dénomination de secteur transversal. En ce qui concerne, l’action d’assistance, elle peut concerner un individu ou un groupe de personnes confrontées à des difficultés. S’agissant des consultations et demandes, il faut comprendre par ces concepts, les personnes qui viennent se confier au service pour un problème ou une situation donnée. Tableau n°27 : Evolution du nombre de dossiers et d’enquêtes Années

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Nombre de dossiers

52

61

70

47

39

64

Nombre enquêtes

26

20

32

25

19

31

Désignation

52


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page53

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Assistance aux personnes déplacées : Le service régional a exécuté de juin 2009 à Décembre 2009 un projet facilitant le retour des personnes RBC et PAPA respectivement destinés aux personnes handicapées et aux personnes âgées. • Cas particulier des Villages de reclassement social des lépreux La région de Ziguinchor compte deux villages de reclassement social des lépreux, celui de Teubi dans le département de Bignona, et celui de Djibélor dans le département de Ziguinchor. Tableau n°28: Situation des villages de reclassement social des lépreux Nombre d’habitants

Nombre de Chambres

Ratio

TEUBI

120

32

4 personnes par chambre

DJIBELOR

232

Villages

39

Observations

Disponibilité de périmètre maraîcher et possibilité de pratiquer l’élevage. 6 personnes par chambre Disponibilité de périmètre maraîcher et possibilité de pratiquer l’élevage.

Les contraintes • L’insuffisance criarde de personnel au niveau du service régional; • l’absence de Centre de promotion et de Réinsertion sociale dans le département d’Oussouye et de locaux pour le service départemental d’Oussouye; • l’absence d’antennes dans les départements; • l’inexistence de moyen de déplacement; • les difficultés d’accès aux moyens destinés à la satisfaction des demandes surtout des urgences en particulier ; • l’insuffisance de la capacité d’accueil des logements dans les villages de reclassement ; • la difficulté d’extension des deux villages de reclassement des lépreux ; • le manque de moyens financiers pour la promotion des activités maraichères dans les deux villages de reclassement des lépreux. Les solutions • Recruter des agents au niveau des services régionaux ; • Ouvrir des antennes départementales; Affecter des moyens de déplacement aux structures de l’Action Sociale ; • Décentraliser les fonds logés au Ministère ; • Transférer aux CL les ressources destinées au fonctionnement des services à compétences transférées ; • Mettre en place un fonds d’appui à l’insertion sociale des groupes vulnérables du secteur ; • Octroyer des terres supplémentaires pour les villages de reclassement. v Développement Communautaire Le Ministère de la Famille et des OF est représenté dans la région de Ziguinchor au niveau régional par le SRDC et dans les départements par les Services Départementaux du Développement Communautaire de Ziguinchor, Bignona et Oussouye. Il existe également dans le Département d’Oussouye un Centre Départemental pour l’Assistance à la Femme (CEDAF), quoi que non fonctionnel. Ces différents services ont la charge de contribuer à l’amélioration des conditions féminines et des conditions de vie des familles. Par ailleurs, ils veillent à ce que les projets de développement profitent à l’ensemble des catégories sociales de la population des catégories sociales de la population, et notamment aux plus démunis. Les organisations féminines sont très dynamiques dans la région de Ziguinchor, et elles sont très importantes neuf cent soixante cinq (965) au total, réparties comme suit au niveau des trois départements : Département de Ziguinchor : trois cent seize (316) Organisations Féminines (O.F.) Département de Bignona : quatre cent soixante dix (470) O.F.; Département d’Oussouye : cent soixante dix neuf (179) O.F.;

53


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page54

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Dans leur structuration, ces organisations féminines se sont regroupées en Comités au niveau des communes et des arrondissements. Aussi, dans chaque département, il y a un Comité Départemental de Concertation des O.F., et au niveau régional, il y a le Comité Régional de Concertation des Organisations Féminines (CRCOF).Les activités menées par les femmes au niveau de la région sont les suivantes : • Transformation des produits halieutiques ; • transformation des fruits et légumes ; • maraichage et arboriculture ; • allégement des travaux de la femme ; • aviculture et apiculture ; • embouche bovine, ovine et caprine ; • garderies d’enfants ; • couture, teinture, batick, broderie ; • épargne et crédit ; • commerce ; • extraction huile de palme ; • fabrication de savon, alphabétisation ; artisanat d’art. Contraintes • Les locaux des services du Développement Communautaire dans un état de vétusté très avancé ; • travaux de construction du CEDAF d’Oussouye en arrêt ; • manque de moyen de déplacement des SDDC ; • insuffisance des équipements d’allégement des travaux des femmes; disparition de beaucoup d’équipements d’allégement des travaux des femmes d’avant 2000 avec le déplacement des populations à cause du conflit surtout au niveau des zones frontalières ; • insuffisance de matériel de transformation des produits (fruits, légumes, produits halieu­tiques) ; problème d'harmonisation dans les procédures d'acquisition et de remboursement du crédit ; • garantie, apport personnel et taux d'intérêt élevés ; • exploitation des femmes par certaines structures mutualistes ; • méconnaissance des procédures de financement des structures de financement décentralisées par les femmes. Solutions • Doter de nouveaux mobiliers et des équipements de bureau au SDDC et au CEDAF d’Oussouye ; • Assurer au SRDC la connexion au réseau Internet ; • Doter les services départementaux de véhicules de déplacement; • Doter les villages et organisations de femmes d’équipements d’allégement des travaux des femmes ; • Aider les femmes transformatrices à s’équiper en matériel de transformation ; • Encourager et promouvoir la diffusion de l'information relative aux produits et services des SFD au niveau des OF ; • Plaidoyer auprès des autorités pour une application des taux d'intérêt à un chiffre dans toutes les institutions de micro finance ; • Encourager la mise en place de caisses de solidarité par et pour les femmes dans les CL; • Systématiser la formation, • le suivi et l'encadrement des femmes bénéficiaires de financement au niveau des structures de micro finance pour sécuriser le crédit et rentabiliser l'activité ; • Encourager le partenariat entre les structures de financement du ministère de la famille et les structures de financement décentralisées pour une meilleure garantie du remboursement.

54


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page55

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

CHAPITRE III : VISION DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION La vision de développement socio­économique de la région peut être résumée tel que suit : Conduire le développement socio­économique de la région grâce au retour d’une paix durable, à une gouvernance locale optimale, à un renforcement des capacités techniques, organisationnelles et de gestion des acteurs, à une exploitation optimale de ses ressources naturelles pour un meilleur bien être de ses populations. Cette vision ne peut être envisagée sans l’identification d’un mécanisme approprié de mise en œuvre, sans la disponibilité des moyens humains, techniques et financiers nécessaires et la formulation de mesures d’accompagnement idoines dans une démarche sismique mettant en œuvre les principes directeurs que sont la participation, la responsabilisation, la célérité, la transparence, l’équité, etc.

3.1. PRINCIPALES THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION Le programme ART GOLD, qui a permis la réalisation du présent document a défini, en rapport avec le Conseil Régional, appuyé de l’ARD, les quatre (04) grandes thématiques suivantes pour le développement socioéconomique de la Région. • Thématique I : Bonne Gouvernance Locale et Décentralisation ; • Thématique II : Accélération de l’Accès aux Services Sociaux de Base ; • Thématique III : Accélération du Développement Economique Local ; • Thématique IV : Conservation de l’Environnement. Chacune de ces thématiques comprend des secteurs avec pour chacun des lignes directrices (ou orientations stratégiques spécifiques). Ces lignes directrices ont été déterminées de façon participative par les collectivités locales, les services techniques de l’Etat, la société civile, le secteur privé et les partenaires techniques et financiers.

CHAPITRE IV : THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION Lignes directrices

Contribuer à la consolidation de la paix

CL porteuses de la stratégie Région et autres CL

Promouvoir l’accès Région aux terres polluées (présence de mines et de factions armées dans certaines zones)

OMD

Organisations travaillant dans ce domaine

Situation de base

DECENTRALISATION ET GOUVERNANCE 1­2­7­8 Les CL, administration ­ Accalmie généralisée ­ situation géopolitique déconcentrée, les PIF, les projets et programmes, ONG, favorable associations, MFDC et pays ­ région d’activités économiques et sociales limitrophes, ARD. ­ actions de déminage en cours ­ volonté des acteurs affichée 1­7­8

CNAMS, ANRAC, Armée du Sénégal, MFDC, CEDEAO, HI, Agences des Nations Unies, Projets et programmes, ONG, Associations, Services techniques, Collectivités locales, Société civile, Secteur Privé, PTF

Dépollution inachevée Beaucoup d’actions entreprises mais pas suffisamment coordonnées

Partenariat envisagé

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capacités

Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capacités

55


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page56

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Contribuer à La région et les l’amélioration des autres CL procédures de passa­ tions de marché

1­2­7­8

Promouvoir des méca­nismes pour un partenariat durable

1­2­7­8

La région et les autres CL

Faciliter l’accès aux La région et les terres surtout pour autres CL les femmes et les groupes vulnérables

1­3­4

Promouvoir une fiscalité régionale adaptée

La région et les autres CL

1­2­7­8

Améliorer le cadre institu­tionnel et organisationnel des collectivités locales et des acteurs

La région et les autres CL

1­2­3­7­8

Augmenter les Région et autres CL 1­2­7­8 capacités d’investissement des col­lectivités locales

56

Toutes les CL, le contrôleur ­ Le code de passation des marchés des finances, le trésorier payant, les PIF, administration ­ fonds de dotation et fonds de concours déconcentrée, ARD ­ coopération décentralisée Les CL, l’administration ­ coopération décentralisée (Région Alsace, Meurthe déconcentrée, les PIF, les projets et programmes, ONG, et Moselle en France, la Lombardie et la Région de les organisations la Sienne en Italie), professionnelles, ARD Fondation SOTEC et la Fondation GO FOR AFRICA en Hollande, la Coop. Française, Espagnole, Allemande, Italienne

­ Appui technique ­ Appui financier ­ renforcement des capacités

Les CL, STD, Coopération Espagnole

­ Absence de Cadastre rural ­ Problème d’accès à la terre ­ Beaucoup de conflits fonciers ­ Maîtrise insuffisante des lois et règle­ments en vigueur ­ Difficultés d’application des textes ­ Survivance des pratiques tradition­nelles ­ Imprécision des limites des CL

­ Généralisation des études socio­ foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Les CL, services des impôts et domaines, le trésorier régional, le service financier régional, le gou­verneur, l’ARD.

­ Etude sur la fiscalité régionale dis­ponible ­ Paierie régionale ­ contrôle de la région financière

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capacités

Les CL, administrations ­ Insuffisance de ressources Généralisation des déconcentrées, projets et humaines de qualité études socio­foncières programmes, communau­tés ­ Faible fonctionnalité des ­ Réalisation d’un cadres sectoriels existants cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier CL, administrations ­ Insuffisance de fonds de dotation et de concours déconcentrées (trésorier payeur région, contrôleur des ­ Non concomitance des transferts des ressources finances, Ministre pour la plupart des décentralisation) ARD. compétences transférées

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page57

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Contribuer à l’amélioration du système judiciaire

Région et autres CL 1­2­7­8

Promouvoir l’intercommunalité

Région et autres CL 1­2­7­8

Améliorer la fonctionnalité des cadres de concertation et des Groupes de Travail

Région et autres CL 1­2­7­8

Renforcer les Toutes les CL capacités de tous les acteurs locaux

1­3­4­5­7

CL, administration déconcentrée (structures judiciaires, gouvernance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

­ Tribunal régional ­ Tribunaux départementaux ­ Maisons de justice ­ Cabinets d’avocats, huissiers, AEMO, auxiliaires, police, gendarmerie, douane, eaux et forets, pêche CL, administration ­ Cadres de concertation, GTR ­ Volonté communautaire déconcentrée (structures judiciaires, gouvernance), PIF, affichée projets et programmes, ONG, communauté

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

CL, administration déconcentrée (structures judiciaires, gouvernance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

Cadres de concertation, GTR Généralisation des ­ Volonté communautaire études socio­foncières affichée ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique et financier

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

­ Maitrise insuffisante des ­ Appui financier techniques de gestion et ­ Appui technique de valorisation des RNE ­ Maitrise insuffisante des textes relatifs à la G.R.N.E ­ Manque de moyens technique, logistique et financier

Promouvoir Toutes les CL l’approfondissement de la décentralisation

1­3­4­5­7

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

­ Seulement neuf Généralisation des compétences trans­férées études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­Appui financier

Contribuer à la prévention et à la gestion des risques et catastrophes

1­3­4­5­7

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

­ Comité régional, prévention des risques et catastrophes ­ le DSRP/Régional ­ DRDI

Toutes les CL

Améliorer le service Région des administrations locales

7­8

Service régional démographique et statistique ­ Services déconcentrés ­ CL, OSC, Privé

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation

57


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page58

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

SERVICES SOCIAUX DE BASE Améliorer le plateau Région technique des structures de santé

4­5­6­8

Santé et nutrition District sanitaire, Conseil régional, Africare, HI, USAID, Intra health, Croix Rouge, Caritas, UNICEF

Personnel qualifié insuffisant Structures de santé peu dotées en groupes électrogènes Présence de partenaires (USAID, AFRICARE, etc.) Existence de structures de santé District sanitaire, Conseil Personnel qualifié insuffisant régional, Africare, HI, USAID, Structures de santé peu Intra health, Croix Rouge, dotées en groupes Caritas, UNICEF électrogènes Présence de partenaires (USAID, AFRICARE, etc.) Existence de structures de santé

­Appui technique ­Appui financier ­Formation ­Equipement

Personnel qualifié insuffisant Structures de santé peu dotées en groupes électrogènes Présence de partenaires (USAID, AFRICARE, etc.) Existence de structures de santé Présence de partenaires (USAID, AFRICARE, etc.) Personnes qualifiées Existences de structures de santé

­Appui technique ­Appui financier ­Formation ­Equipement

Personnel qualifié insuffisant Présence de partenaires (USAID, AFRICARE, etc.) Existence de structures de santé Personnel qualifié insuffisant Présence de partenaires (USAID, AFRICARE, etc.) Existence de structures de santé

­Appui technique ­Appui financier ­Formation ­Equipement

Améliorer l’offre de Région services de santé aux populations

4­5­6­8

Développer la santé Région communautaire

4­5­6­8

District sanitaire, Conseil régional, Caritas, UNICEF, Africare, HI, USAID, Intra health, Croix Rouge

Faciliter l’accès aux services de santé

Région

4­5­6­8

District sanitaire, Conseil régional Caritas, UNICEF, Africare, HI, USAID Intra health ,Croix Rouge

Améliorer le système Région d’information sanitaire

4­5­6­8

District sanitaire, Conseil régional Caritas UNICEF, Africare HI USAID, Intra health Croix Rouge

Promouvoir l’IEC pour un changement de comportement

4­5­6­8

District sanitaire, Conseil régional, Caritas, UNICEF, Africare, HI USAID, Intra health, Croix Rouge

58

Région

­Appui technique ­Appui financier ­Formation ­Equipement

­Appui technique ­Appui financier ­Formation ­Equipement

­Appui technique ­Appui financier ­Formation ­Equipement


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page59

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Contribuer à la lutte Région contre le paludisme et les IST SIDA

Renforcer l’état nutri­ Région tionnel des groupes vulnérables

4­5­8

4­5­6­8

District sanitaire, Conseil régional, Caritas, UNICEF, Africare, HI USAID, Intra health, Croix Rouge, Uni­ versité de Ziguinchor

Personnel qualifié insuffisant ­ Présence de partenaires (USAID, AFRICARE, etc.) ­ Existence de structures de santé

District sanitaire, Conseil ­ Présence de partenaires régional, Africare, HI, USAID, (USAID, AFRICARE, etc.) Intra health, Croix Rouge, ­ Personnes qualifiées Caritas, UNICEF ­ Existences de structures de santé

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Equipement

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Equipement

Education Maintenir les enfants Région à l’école plus particulièrement les filles et les personnes en situation de handicap

Améliorer la qualité des enseignements et ap­prentissage

2­7­3

Région

Renforcer les Région établisse­ments d’enseignement technique et profes­ sionnel (organisationnel­ institutionnel)

2­7­3

2­7­3

Conseil régional, IA/IDEN, UNICEF TOSTAN, USAID, PAM, PNDL, APE, SCOFI

Existence d’établissement (Pu­blics/Privés), Appui documentation et matériel didactique, Existence de test de niveau, Progression harmonisée, Evaluation standard Existence d’organisation de promotion des filles (SCOFI, FAWE), Zone touristique

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation / sensibilisation ­ Construction de rampes d’accès ­ Equipements adéquats

­ Conseil régional IA/IDEN, UNICEF, TOS­TAN, USAID PAM, PNDL, APE, SCOFI

Existence d’établissement (Pu­blics/Privés) ­ Appui documentation et matériel didactique ­ Existence de test de niveau ­ Progression harmonisée ­ Evaluation standard ­ Existence d’organisation de promo­tion des filles (SCOFI, FAWE) ­ Forte réceptivité des parents pour la scolarisation des enfants ­ Existence d’établissement ­ Appui documentation et matériel didactique ­ Existence de test de niveau ­ Progression harmonisée ­ Evaluation standard ­ Existence d’organisation de promo­tion des filles (SCOFI, FAWE)

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Construction ­ Equipement

­ Conseil régional, IA/IDEN, UNICEF, TOSTAN, USAID, PAM, PNDL APE, SCOFI

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Construction ­ Equipement

59


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page60

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Renforcer l’alphabétisation fonc­tionnelle

Région

Améliorer l’accès à l’eau potable

Région

1­2­3­ 4­5­7­8

Améliorer la gestion Région durable de l’eau potable

1­2­3­ 4­5­7­8

Améliorer l’encadrement socioéducatif des jeunes

2­7­3

Région

Assurer l’insertion et Région la réinsertion socioéco­nomique des jeunes

60

7

1­7

Conseil régional, IA/IDEN, UNICEF TOSTAN, USAID, PAM, PNDL, APE SCOFI

Hydraulique CL, UNICEF, PADERCA, PROCAS, ACRA (Coop italienne), SDE, SONEES, SRH, entreprises de BTP

CL, UNICEF, PADERCA, PROCAS, ACRA (Coop italienne), SDE, SONEES, SRH, entreprises de BTP

­Existence d’établissement ­Appui documentation et matériel didactique ­Existence de test de niveau ­Progression harmonisée ­Evaluation standard ­Existence d’organisation de promo­tion des filles (SCOFI, FAWE)

­Appui technique ­Appui financier ­Formation ­Construction ­Equipement

­Existence d’ASUFOR ­infrastructures hydrauliques insuffi­santes (forages et puits) ­ Disponibilité d’eau souterraine

­Appui financier ­Appui technique ­Appui technique

­ Existence d’ASUFOR ­Appui financier ­infrastructures ­Appui technique hydrauliques insuffi­santes (forages et puits) ­ Disponibilité d’eau souterraine

Jeunesse Centre ADO, Service régional Existence de quelques Jeunesse, MJ, ASC, CRJ foyers de jeunes Déficit de RH

­Appui technique ­Appui financier ­Formation

ETAT, SRDC, SRAS, CRCOF, FRGPF ARPH, ONG, Pro­jets/Programmes Agences NU, ANCAR

­Appui technique ­Appui financier ­Appui conseil ­Formation ­Equipement

­Existence de quelques foyers de jeunes ­ Déficit de RH


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page61

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Sport Améliorer la pratique Région du sport de masse et de compétition

7

Services des sports ­ ORCAV ­ Coopération chinoise ­ ASC / ­COSPEX / ­HI

Insuffisance d’infrastructures sportives Faible couverture de la cible Déficit de ressources humaines

­Construction et équipement d’infrastructure ­Appui technique ­Appui financier ­Formation

Culture Valoriser le patrimoine culturel matériel et immatériel

Région

8

­ Centre culturel ­ Acteurs culturels ­ ASC ­ UNESCO ­ CRJ

Existence de sites et de monuments historiques Centres culturels Riche Patrimoine immatériel peu valorisé

Appui technique ­ Appui financier ­ Appui conseil ­ Formation ­ Equipement

Promouvoir les acteurs culturels

Région

8

Centre culturel ­ Acteurs culturels ­ ASC ­ UNESCO ­ CRJ

Existence de sites et de monuments historiques Centres culturels Riche Patrimoine immatériel peu valorisé

Appui technique ­ Appui financier ­ Appui conseil ­ Formation ­ Equipement

Développement social Améliorer l’assistance des groupes cibles vulnérables

Région

1­7

ETAT, SRDC , SRAS CRCOF, FRGPF, ARPH ONG, Pro­jets/Programmes Agences NU, ANCAR

Encadrement insuffisant

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui conseil ­ Formation ­ Equipement

Promouvoir les struc­ Région tures d’accueil

1­7

ETAT, SRDC, SRAS CRCOF, FRGPF, ARPH ONG, Pro­jets/Programmes Agences NU, ANCAR

Insuffisance de structures sociales

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui conseil ­ Formation ­Equipement

61


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page62

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL Promouvoir une Région vision de développement éco­ nomique local

1­2­3­4­5­6­ Services techniques, Col­ 7­8 lectivités locales, Société civile, Secteur Privé, PTF

­ Beaucoup d’acteurs Appui organisationnel ­ Beaucoup de structures et institutionnel financières décentralisées ­ Existence d’initiatives économiques locales ­ Manque de coordination du système financier décentralisé ­ Vision pas clairement définie ­ Insuffisance de concertation entre les acteurs

SECTEURS PRODUCTIFS Agriculture Accroître la productivité de l’agriculture

Région

1­3­7­8

DRDR, ANCAR, PROCAS, PADERCA, PAM GRDR, CL, GPF, SYNAEP, CLCOP, CF, STD,SEDAB OP, FADDO, ASAEDO, PIADESPC, CRCR,DP/SDON, AGENCES CNAMS, coopération Allemande ,française, Espagnole, USAID ,Italienne, Sine Négoce alimentaire, USOFORAL, ARD, ANRAC

­ Existence de terres cultivables ­ Appui financier ­ Existence de ressources ­ Appui technique humaines ­ Appui de formation ­ Erosions ­ Ensablement des vallées ­ Matériels agricoles vétustes ­ salinisation et acidification des sols ­ barrages anti sel peu fonctionnels ­ digues insuffisants ­ Comité de pilotage, semences ­ ISRA, Lycée agricole, Centre de formation agricole, Centre d’Initiation Horticole (CIH)

Valoriser les Région productions agricoles

1­3­7­8

DRDR, ANCAR, PROCAS, PADERCA, PAM GRDR, CL, GPF, SYNAEP, CLCOP, CF, STD,SEDAB OP, FADDO, ASAEDO, PIADESPC, CRCR,DP/SDON, AGENCES CNAMS, coopération Allemande ,française, Espagnole, USAID ,Italienne, Sine Négoce alimentaire, USOFORAL, ARD, ANRAC

­ Existence de terres cultivables ­ Appui financier ­ Existence de ressources ­ Appui technique humaines ­ Appui de formation ­Erosions ­ Ensablement des vallées ­ Matériels agricoles vétustes ­ salinisation et acidification des sols ­ barrages anti sel peu fonctionnels ­ digues insuffisants ­ Comité de pilotage, semences ­ ISRA, Lycée agricole, Centre de for­mation agricole, Centre d’Initiation Horticole (CIH)

62


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page63

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Développer les filières agricoles

Région

1­3­7­8

DRDR, ANCAR, PROCAS, PADERCA, PAM GRDR, CL, GPF, SYNAEP, CLCOP, CF, STD,SEDAB OP, FADDO, ASAEDO, PIADESPC, CRCR,DP/SDON, AGENCES CNAMS, coopération Allemande ,française, Espagnole, USAID ,Italienne, Sine Négoce alimentaire, USOFORAL, ARD, ANRAC

­ Existence de terres cultivables ­ Appui financier ­ Existence de ressources humaines ­ Appui ­ Erosions technique ­ Ensablement des vallées ­ ­ Appui de Matériels agricoles vétustes formation ­ salinisation et acidification des sols ­ barrages anti sel peu fonctionnels ­ digues insuffisants ­ Comité de pilotage, semences ­ ISRA, Lycée agricole, Centre de formation agricole, Centre d’Initiation Horticole (CIH)

Renforcer le rôle des Région organisations paysannes

1­3­7­8

DRDR, ANCAR, PROCAS, PADERCA, PAM GRDR, CL, GPF, SYNAEP, CLCOP, CF, STD,SEDAB OP, FADDO, ASAEDO, PIADESPC, CRCR,DP/SDON, AGENCES CNAMS, coopération Allemande ,française, Espagnole, USAID ,Italienne, Sine Négoce alimentaire, USOFORAL, ARD, ANRAC

­ Existence de terres cultivables Appui financier ­ Existence de ressources humaines ­ Appui ­ Erosions technique ­ Ensablement des vallées ­ ­ Appui en Matériels agricoles vétustes formations ­ salinisation et acidification des sols ­ barrages anti sel peu fonctionnels ­ digues insuffisants ­ Comité de pilotage, semences ­ ISRA, Lycée agricole, Centre de formation agricole, Centre d’Initiation Horticole (CIH)

Lutter contre l’avancée de la langue salée

Région

1­3­7­8

DRDR, ANCAR, PROCAS, PADERCA, PAM, GRDR, CL, GPF, CLCOP, STD, FADDO, ASAEDO, PIADESPC, CRCR, DP/SDON, AGENCES, FAFS, ARD, ANRAC, Coopération Allemande, Française, Espagnole, Italienne USAID , etc.

­ Existence encore de terres envahies par le sel ­ Régression de la mangrove ­ Déficit de la production agricole ­ Lutte contre l’avancée du sel en cours

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui organisationnel ­ Appui en formations ­ Sensibilisation

Promouvoir la petite Région irrigation

1­3­7­8

STD, Collectivités locales, CARITAS, DRDR, UNICEF, Coopération Italienne, etc.

­ Disponibilité d’eau souterraine ­ Existence de blocs maraîchers de femmes, ­ Existence de coopératives agricoles ­ Insuffisance d’ouvrages hydrauliques ­ Réseau hydraulique faible

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui organisationnel ­ Appui en formations

63


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page64

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Accroître la productivité de l’élevage

Région

1­3­7­8

Améliorer la santé ani­male

Elevage IRSV, CL, Maison des éleveurs, Organisation de producteurs, CEPAS PROGRAMMES, AGENCES, PADERCA, ANRAC, Fonds stab, fonds sociale de développement en Casamance (Coop française), coopération espagnole, gendarmerie, vétérinaires privés

­ Existence de cheptel (bovins, caprins, asins volailles etc.) ­ Elevage extensif de bovins, caprins, volailles etc.) ­ existence de cadres de concertation ­Conflits entre agriculteurs et éleveurs ­ Existence de foyers de maladies contagieuses ­ Abattoir de Boutoute IRSV, CL, Maison des éleveurs, ­ Existence de cheptel ­ Elevage extensif Organisation de producteurs, ­ existence de cadres de CEPAS PROGRAMMES, concertation AGENCES, PADERCA, ANRA, ­ Conflits entre agriculteurs et Fonds stab, fonds sociale de éleveurs développement en Casamance ­ Existence de foyers de maladies (Coop française), coopération contagieuses espagnole, gendarmerie, vétérinaires privés

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation

Améliorer la sécurité Région animale

1­3­7­8

IRSV, CL, Maison des éleveurs, Organisation de producteurs, CEPAS PRO­GRAMMES, AGENCES, PADERCA, ANRAC, Fonds stab, coopération espa­ gnole, gendarmerie, vété­rinaires privés, etc.

­ Existence de cheptel ­ Elevage extensif ­ existence de cadres de concertation ­ Conflits entre agriculteurs et éleveurs ­ Existence de foyers de maladies contagieuses

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation

Valoriser les produits Région de l’élevage

1­3­7­8

IRSV, CL, Maison des éleveurs, Organisation de producteurs, CEPAS PRO­GRAMMES, AGENCES, PADERCA, ANRAC Fonds stab, Coop Fran­çaise, Coop Espagnole, gendarmerie, vétérinaires privés

­Existence de cheptel ­Elevage extensif ­existence de cadres de concertation ­ Conflits entre agriculteurs et éleveurs ­Existence de foyers de maladies contagieuses ­ Abattoir de Boutoute

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation

Renforcer le cadre insti­tutionnel pour une meil­leure gestion du secteur

1­3­7­8

IRSV, CL, Maison des éleveurs, Organisation de producteurs, CEPAS PROGRAMMES, AGENCES.PADERCA, ANRAC Fonds stab, fonds sociale de développement en Casamance (Coop française), coopération espagnole, gendarmerie, vétérinaires privés

­ Existence de cheptel (bovins, ­ Appui financier caprins, asins volailles etc.) ­ Appui technique ­ Elevage extensif de bovins, caprins, ­ Appui de volailles etc...) ­ Existence d’organisations d’éleveurs formation ­ Existence de cadres de concertation ­ Conflits entre agriculteurs et éleveurs ­ Existence de foyers de maladies contagieuses ­Abattoir de Boutoute

64

Région


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page65

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Pêche Améliorer la gestion Région des ressources halieutiques

1­3­7­8

CL, OPROF, Service régio­nal de la pêche et de la surveillance, ONG et PROGRAMMES, CONIPAS régional, IDEE Casamance, UR santa yalla, SOCAFMER, SOSECHAL, SOFRICAF, SONATRAMS, usine OMAÏS, Agence Nationale de l’Aquaculture (Bureau régional), AZOHS, OCEANIUM, Fédération nationale des GIE du Sénégal (FENAGIE), Fédé­ration des femmes trans­formatrices du Sénégal (FENATRAMS), Conseil National Interprofessionnel de la pêche Artisanale au Sénégal (CONIPAS) , Fédération Nationales des Mareyeurs du Sénégal (FENAMS), Union Natio­nales des Groupements d’Intérêt Economique du Mareyeurs du Sénégal (UNAGIEMS), Collectif National des Pêcheurs du Sénégal (CNPS)

­ Installation récente de APIX Existence de littoral, fleuves et bo­longs ­ Besoin de formation des acteurs ­ Insuffisance de contrôle et de respect de la réglementation, ­ Insuffisance de moyens de produc­tion et de transport

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Surveillance

Accroître la productivité de la pêche

1­3­7­8

CL, OPROF, Service régio­nal de la pêche et de la surveillance, ONG et PROGRAMMES, CONIPAS régional, IDEE Casamance, UR santa yalla, SOCAFMER, SOSECHAL, SOFRICAF, SONATRAMS, usine OMAÏS, ANA, AZOHS, OCEANIUM ­ FENAGIE, FENATRAMS, CONIPAS, FENAMS, UNA­ GIEMS, CNPS

­ Existence de littoral, fleuves et bo­longs ­ Besoin de formation des acteurs ­ Insuffisance de contrôle et de respect de la réglementation, ­ Insuffisance de moyens de produc­tion et de transport

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Surveillance

Région

65


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page66

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Valoriser la production halieutique

Région

1­3­7­8

Développer l’aquaculture

Région

1­3­7­8

Promouvoir la Région profes­sionnalisation et la qua­lification des acteurs des secteurs de la pêche et de l’aquaculture

1­3­7­8

Développer les produits touristiques

66

CL, OPROF, Service régional de la pêche et de la surveillance, ONG et PROGRAMMES, CONIPAS régional, IDEE Casamance, UR santa yalla, SOCAFMER, SOSECHAL, SOFRICAF, SONATRAMS, usine OMAÏS, ANA, AZOHS, OCEANIUM ­ FENAGIE, FENATRAMS, CONIPAS, FENAMS, UNAGIEMS, CNPS CL, OPROF, Service régio­nal de la pêche et de la surveillance, ONG et PROGRAMMES, CONIPAS régional, IDEE Casamance, UR santa yalla, SOCAFMER, SOSECHAL, SOFRICAF, SONATRAMS, usine OMAÏS, ANA, AZOHS, OCEANIUM ­ FENAGIE, FENATRAMS, CONIPAS, FENAMS, UNA­GIEMS, CNPS

­ Existence de littoral, fleuves et bolongs ­ Besoin de formation des acteurs ­ Insuffisance de contrôle et de respect de la réglementation, ­ Insuffisance de moyens de production et de transport

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Surveillance

­ Existence de littoral, fleuves et bo­longs ­ Besoin de formation des acteurs ­ Insuffisance de contrôle et de respect de la réglementation, ­ Insuffisance de moyens de produc­tion et de transport

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Surveillance

CL, OPROF, Service régio­nal de la pêche et de la surveillance, ONG et PROGRAMMES, CONIPAS régional, IDEE Casamance, UR santa Yalla, SOCAFMER, SOSECHAL, SOFRICAF, SONATRAMS, usine OMAÏS, ANA, AZOHS, OCEANIUM ­ FENAGIE, FENATRAMS, CONIPAS, FENAMS, UNA­GIEMS, CNPS

­ Existence de littoral, fleuves et bo­longs ­ Besoin de formation des acteurs ­ Insuffisance de contrôle et de respect de la réglementation, ­ Insuffisance de moyens de produc­tion et de transport

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Surveillance

SR Tourisme, CL, OP, Office régional du Tourisme, syndicat d’initiative des hôteliers, fédérations des campements villageois, fédération des transporteurs, agences de voyage, association des artistes et artisans, association des guides touristiques, Coop française, coopération décentralisée région d’Alsace

­ Existence de zones et sites touris­tiques ­ Existence de flore et faune riches et diversifiées ­ Existence de fleuves et bolongs ­ Culture riche et variée ­ Très belles plages ­ Présence des plaisanciers ­ Infrastructures et équipements deux aérodromes et un port ­ Difficulté de desserte aérienne ­ Enclavement

Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation ­ Appui financier


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page67

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Promouvoir les diffé­ Région rentes corporations du secteur

Promouvoir la destina­tion Ziguinchor région

Région

1­3­7­8

1­3­7­8

SR Tourisme, CL, OP, Office régional du Tou­risme, syndicat d’initiative des hôteliers, fédérations des campements villa­geois, fédération des transporteurs, agences de voyage, association des artistes et artisans, asso­ciation des guides touris­tiques, Coop française, coopération décentralisée région d’Alsace SR Tourisme, CL, OP, Office régional du Tou­risme, syndicat d’initiative des hôteliers, fédérations des campements villa­geois, fédération des transporteurs, agences de voyage, association des artistes et artisans, asso­ciation des guides touris­tiques, Coop française, coopération décentralisée région d’Alsace

­ Existence de zones et sites touris­tiques ­ Existence de flore et faune riches et diversifiées ­ Existence de fleuves et bolongs cul­ture riche et variée ­ Très belles plages ­ Présence des plaisanciers ­ Infrastructures et équipements deux aérodromes et un port ­ Difficulté de desserte aérienne ­ Enclavement ­ Existence de zones et sites touris­ tiques ­ Existence de flore et faune riches et diversifiées Existence de fleuves et bolongs ­ culture riche et variée ­ Très belles plages ­ Présence des plaisanciers ­ Infrastructures et équipements ­ deux aérodromes et un port ­ Difficulté de desserte aérienne ­ Enclavement

­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation ­ Appui financier

­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation ­ Appui financier

Artisanat Chambre des métiers, Etat, ­ Existence d’artisans sous ­ Appui technique Organisations d’Artisans(FNPS) équipés et pas assez formés ­ Appui de ONG, programmes, CL, mutuel ­ Difficultés d’accès aux matières formation de crédit d’épargne et de pre­mières ­ Sensibilisation garantie des artisans ­ Existence de villages artisanaux ­ Installation récente de APIX

Améliorer l’accès aux Région sources de financement

1­3­7­8

Valoriser les produits Région de l’artisanat

1­3­7­8

Chambre des métiers, Etat, Organisations d’Artisans(FNPS) ONG, programmes, CL, mutuel de crédit d’épargne et de garantie des artisans

Renforcer les différentes organisations du secteur

Région

1­3­7­8

Chambre des métiers, Etat, ­ Existence d’artisans sous ­ Appui technique Organisations d’Artisans(FNPS) équipés et pas assez formés ­ Appui de ONG, programmes, CL, mutuel ­ Difficultés d’accès aux matières formation pre­mières de crédit d’épargne et de ­ Sensibilisation ­ Existence de villages artisanaux garantie des artisans

Promouvoir les zones Région et villages artisanaux

1­3­7­8

Chambre des métiers, Etat, ­ Existence d’artisans sous équipés ­ Appui technique Organisations d’Artisans (FNPS) et pas assez formés ­ Appui de ONG, programmes, CL, mutuel ­ Difficultés d’accès aux matières formation pre­mières de crédit d’épargne et de ­ Sensibilisation ­Existence de villages artisanaux garantie des artisans

­ Existence d’artisans sous ­ Appui technique équipés et pas assez formés ­ Appui de ­ Difficultés d’accès aux matières formation pre­mières ­ Sensibilisation ­ Existence de villages artisanaux

67


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page68

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Industrie Région

1­7­8­3

Etat, CL, SRIMG, Chambre de commerce et d’industrie, société du domaine industriel de Ziguinchor, Sunéor, Sine négoce alimentaire, Uso­foral, SOCAFMER, SOSE­CHAL, SOFRICAF, SONA­ TRAMS, usine OMAÏS, SOCAFMER, SOSECHAL, SOFRICAF, SONATRAMS, usine OMAÏS,

Promouvoir la Région profes­sionnalisation et la qua­lification des acteurs

1­7­8­3

Etat, CL, SRIMG, Chambre de ­ Difficultés d’accès aux matières pre­mières commerce et d’industrie, société ­ Existence d’unités de du domaine industriel de transformation de produits Ziguinchor, Sunéor, Sine négoce alimentaire, Uso­foral, SOCAFMER, ­ Installation récente de APIX SOSE­CHAL, SOFRICAF, SONA­ TRAMS, usine OMAÏS, SOCAFMER, SOSECHAL, SOFRICAF, SONATRAMS, usine OMAÏS,

Promouvoir l’industrie locale

Favoriser la prospection des ressources minières

Région

1­7­8­3

Valoriser les ressources minières

Région

1­7­8­3

Développer les Région infras­tructures et les équipe­ments de transport

Mines et géologie SR Mines, CL, Exploitants, Areski entreprises, DAGHER, association des transporteurs, les entreprises de BTP

SR Mines, CL, Exploitants, Areski entreprises, DAG­HER, association des transporteurs, les entre­prises de BTP

­ Difficultés d’accès aux matières pre­mières ­ Existence d’unités de transformation de produits ­ Installation récente de APIX

­ Existence de carrières de ­ Sensibilisation, latérite Information ­ existence d’argile blanche, ­ Appui tourbe, sable titanifère, ilmilite organisationnel (non encore exploité), zircon ­ respect insuffisant de la réglemen­tation ­ Existence de carrières de ­ Sensibilisation, latérite Information ­ existence d’argile blanche, ­ Appui tourbe, sable titanifère, ilmilite organisationnel (non encore exploité), zircon ­ respect insuffisant de la réglemen­tation

SECTEURS D’APPUI A LA PRODUCTION Transport 1­3­7­8 SRTT, AATR, TP, Agences des ­ Existence de routes butinées en Appui technique routes, Bailleurs, CL, UR des état de dégradation ­ Appui de ­ Existence de pistes latéritiques transporteurs formation mal entretenues ­ Sensibilisation ­ Parc automobile vétuste ­ Appui financier ­ Insuffisance de signalisation ­ Insuffisance de desserte maritime et aérienne ­ Embouchure, chenal et passe du fleuve mal entretenus ­ Existence de balises lumineuses ­ Port entièrement reconstruit mais insuffisamment équipé ­ Coût du transport très cher

68

­Appui financier ­Appui technique ­Appui de formation ­Appui organisationnel


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page69

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Renforcer les Région organisa­tions des acteurs du transport

1­3­7­8

SRTT, AATR, TP, Agences des ­ Existence de routes butinées en routes, Bailleurs, CL, UR des état de dégradation ­ Existence de pistes latéritiques transporteurs

mal entretenues ­ Parc automobile vétuste ­ Insuffisance de signalisation ­ Insuffisance de desserte maritime et aérienne ­ Embouchure, chenal et passe du fleuve mal entretenus ­ Existence de balises lumineuses ­ Port entièrement reconstruit mais insuffisamment équipé ­ Coût du transport très cher

Promouvoir les circuits de commercialisation des produits

Région

1­7­8­3

Développer des infras­tructures de commerce

Région

1­7­8­3

Promouvoir les énergies renouvelables

Région

1­3­7­8

Faciliter l’accès à l’électricité

Région

1­3­7­8

Faciliter l’accès aux hydrocarbures

Région

Commerce SR Commerce, Chambre de commerce d’agriculture et d’industrie, Unacois

Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation ­ Appui financier

­ Existence de matières premières ­ Existence d’unités de conservation à développer ­ Existence de marchés permanents à modernisés ­ Existence d’un marché hebdomadaire à redynamiser ­ Existence de matières premières ­ Existence d’unités de conservation à développer ­ Existence de marchés permanents à modernisés ­ Existence d’un marché hebdomadaire à redynamiser

­Appui technique ­Appui de formation ­Appui logistique ­Appui financier

ASER, SENELEC, SIGGER, Sociétés privées, Bailleurs, CL, ERIL, FONDEM

­ Existence de centrale thermique fossile à Boutoute (SENELEC) ­ Réseau de transport aérien à moderniser ­ Electrification solaire rurale insuffisante ­ Existence de ressources naturelles peu exploitées

­ Appui financier ­ Appui technique

ASER, SENELEC, SIGGER, Sociétés privées, Bailleurs, CL, ERIL, FONDEM

­ Existence de centrale thermique fossile à Boutoute (SENELEC) ­ Réseau de transport aérien à mo­ derniser ­ Electrification solaire rurale insuffi­sante ­ Existence de ressources naturelles peu exploitées ­ Existence de centrale thermique fos­sile à Boutoute (SENELEC) ­ Réseau de transport aérien à mo­ derniser ­ Electrification solaire rurale insuffi­ sante ­ Existence de ressources naturelles peu exploitées

­ Appui financier ­ Appui technique

SR Commerce, Chambre de commerce d’agriculture et d’industrie, Unacois

­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Appui logistique ­ Appui financier

Energie

1­3­7­8

ASER, SENELEC, SIGGER, Sociétés privées, Bailleurs, CL, ERIL, FONDEM

­ Appui financier ­ Appui technique

69


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page70

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Télécommunications Développer les infras­tructures et structures de communication

Région

1­2­3­4­ 5­8­7

SONATEL, POSTE, TIGO, EXPRESSO, ETAT, DHL, RTS, SUD FM, WALFADJI­RI, DOUNIA, RFM, RFI, les radios commu­ nautaires, 2STV, RDV

­ Existence d’unités de télécommuni­cations ­ Existence de radios ­ Existence d’équipe de reportage télévisuelle ­ Existence d’infrastructures techniques ­ Existence de presse écrite ­ Existence de bureaux de poste ­ Offre diversifiée de produits de communication ­ Insuffisance de la couverture des réseaux

Améliorer les services de communication

Région

1­2­3­4­ 5­8­7

SONATEL, POSTE, TIGO, EXPRESSO, ETAT, DHL, RTS, SUD FM, WALFADJI­RI, DOUNIA, RFM, RFI, les radios commu­ nautaires, 2STV, RDV

­ Existence d’unités de Appui financier télécommunications ­ Appui technique ­ Existence de radios ­ Appui formation ­ Existence d’équipe de reportage télévisuelle ­ Existence d’infrastructures techniques ­ Existence de presse écrite ­ Existence de bureaux de poste ­ Offre diversifiée de produits de communication ­ Insuffisance de la couverture des réseaux

Renforcer les Région capacités des acteurs de la com­ munication

1­2­3­4­ 5­8­7

SONATEL, POSTE, TIGO, EXPRESSO, ETAT, DHL, RTS, SUD FM, WALFADJI­RI, DOUNIA, RFM, RFI, les radios commu­ nautaires, 2STV, RDV

­ Existence d’unités de Appui financier télécommuni­cations ­Appui technique ­ Existence de radios ­Appui formation ­ Existence d’équipe de reportage télévisuelle ­ Existence d’infrastructures techniques ­ Existence de presse écrite ­ Existence de bureaux de poste ­ Offre diversifiée de produits de communication ­ Insuffisance de la couverture des réseaux

70

Appui financier ­ Appui technique ­ Appui formation


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page71

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Système de financement et assurance 1­7­8 BCEAO, SGBS, BHS, CBEAO , ­ Problèmes de recouvrement ECOBANK, CNCAS, CMS, IMF, ­ Absence de synergie dans Poste, ASSURANCES l’intervention ­ Existence d’institutions financières

Développer les structures de financement

Région

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui formation

Faciliter l’accès aux sources de financement

Région

1­7­8

BCEAO, SGBS, BHS, CBEAO, ECOBANK, CNCAS, CMS, IMF, ASSURANCES

­ Problèmes de recouvrement ­ Absence de synergie dans l’intervention ­ Existence d’institutions financières

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui formation

Promouvoir l’accès aux services des assurances

Région

1­7­8

BCEAO, SGBS, BHS, CBEAO, ECOBANK, CNCAS, CMS, IMF, ASSURANCES

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui formation

Renforcer le système Région de financement décentralisé pour promouvoir l’auto emploi

1­7­8

Structures de micro finance ONG, Projets

­ Problèmes de recouvrement ­ Absence de synergie dans l’intervention ­ Existence d’institutions financières Faible couverture Absence de synergie dans l’intervention

­ Renforcer la création de structure de micro finance ­ Rendre accessible le crédit

Professions libérales Promouvoir l’implantation de pro­fessions libérales

Région

1­3­7­8

Tribunal, les cabinets d’avocats, maisons de justice

Faciliter l’accès aux Région services des professions libérales

1­3­7­8

Tribunal, les cabinets ­Nombre de cabinets d’avocats d’avocats, maisons de justice insuf­fisant ­ recours au service des professions libérales limitées ­ Coût des services élevés

Appui financier ­ Appui technique ­ Appui formation

Tribunal, les cabinets Nombre de cabinets d’avocats d’avocats, maisons de justice insuf­fisant ­ recours au service des professions libérales limitées ­ Coût des services élevés

Appui financier ­ Appui technique ­ Appui formation

Promouvoir les échanges dans le cadre de la coopération dé­ centralisée

Région

1­3­7­8

­ Nombre de cabinets d’avocats Appui financier insuf­fisant ­Appui technique ­ recours au service des ­Appui formation professions libérales limitées ­ Coût des services élevés

71


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page72

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Améliorer la gestion Région durable des forêts

Valoriser les ressources forestières

ENVIRONNEMENT Foresterie 1­3­7­8 ETAT, CL, GPF, CRCR, WULA NAFA /USAID, KARONGEN (coop espagnole), BOIS ENERGIE SENEGAL, les amis de la nature, agada, IREF, PERACOD (coop allemande), DREEC, DRDR, IRSV, Services de la Planification et de l’Aménagement territoire, ANCAR, ARD, ISRA, Parcs Nationaux, PADERCA, PGRALOD, PAGEF, PADEC, Arbres, Karonghen, Justice & Développement, OCEANIUM, PAM, ONG

Région

1­3­7­8

Assurer une Région conservation durable de la mangrove, de la rôneraie et de la palmeraie

1­3­7­8

72

Existence de forêts dégradées ­ Existence d’exploitants ­ Exploitation abusive ­ Feux de brousse ­ Existence de campagne de reboi­ sement ­ Existence de programme et d’aménagement de gestion forestiers ­ Existence de restauration de la mangrove ­ Existence d’un programme de pal­mier hybride ­ Centre régional de formation des agents des eaux et forêts ­ Existence d’un potentiel ligneux riche et varié avec des écos.stér. ­ Particuliers (mangrove, palmeraie) ­ Dynamisme des OCB dans la GRN ETAT, CL, GPF, CRCR, WULA NAFA /USAID, ­ Existence de forets dégradés ­ Existence d’exploitants KARONGEN (coop espagnole), BOIS ENERGIE SENEGAL, les amis de la nature, ­ Exploitation abusive Agada, IREF, PERACOD (coop allemande) ­ Feux de brousse ­ Existence de campagne de reboisement ­ Existence de programme et d’aménagement de gestion forestiers ­ Existence de restauration de la mangrove ­ Existence d’un programme de palmier hybride ­ Centre régional de formation des agents des eaux et forêts ETAT, CL, GPF, CRCR, WULA NAFA /USAID, ­ Existence de forets dégradés ­ Existence d’exploitants KARONGEN (Coop espagnole), BOIS ENERGIE SENEGAL, les amis de la nature, ­ Exploitation abusive Feux de brousse Agada, IREF, PERACOD (Coop allemande) ­ Existence de campagne de reboise­ment ­ Existence de programme et d’aménagement de gestion forestiers ­ Existence de restauration de la man­grove ­ Existence d’un programme de pal­mier hybride ­ Centre régional de formation des agents des eaux et forêts

­Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de fo rmation ­ Sensibilisation

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page73

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Assurer une Région conservation durable de la faune

Lutter contre la dégra­dation des vallées

1­3­7­8 ETAT, CL, GPF, CRCR, WULA NAFA /USAID, KARONGEN (coop espagnole), BOIS ENERGIE SENEGAL, les amis de la nature, Agada, IREF, PERACOD (coop allemande)

Toutes les CL 1­7

­ Existence de forets dégradés ­ Existence d’exploitants ­ Exploitation abusive Feux de brousse ­ Existence de campagne de reboise­ment Existence de programme et d’aménagement de gestion forestiers ­ Existence de restauration de la mangrove ­ Existence d’un programme de pal­mier hybride ­ Centre régional de formation des agents des eaux et forêts

DRDR, IREF, DREEC, ANCAR, PADERCA, ­Existence de nombreuses vallées ­Avancée de la langue sa­ PROCAS, ANRAC, GRDR, OCB, PAM lée+ensablement ­Barrage +réseau peu fonctionnel

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation

Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation

Revitaliser les mares Toutes les CL 1­7 naturelles asséchées

DRDR, IREF, DREEC, ANCAR, PADERCA, PROCAS, ANRAC, GRDR, OCB, PAM

­ Existence de nombreuses vallées Appui financier ­ Avancée de la langue salée, ­ Appui technique ensa­blement ­ Appui de ­ Barrage et réseau peu formation fonctionnel ­ Sensibilisation

Promouvoir l’éducation environnementale

IREF, IA, DREEC, Service d’Hygiène, Service de Pêche, Région Médicale, PADERCA, PADEC

­ Gestion irrationnelle des RNE

Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation

­ Maitrise insuffisante des techniques de gestion et de valorisation des RNE ­ Maitrise insuffisante des textes relatifs à la G.R.N.E ­ Manque de moyens technique, logistique et financier

Appui financier ­ Appui technique ­ Appui de formation ­ Sensibilisation

Toutes les CL

7

Renforcer les Toutes les CL 1­3­4­5­ STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB capacités des acteurs 7

73


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page74

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Cadre de vie Préserver le cadre de vie Région

7

SRH, ANRAC, ONG, Cadastre, Service Domaine SN HLM, Banques, Entreprises BTP

Existence de plans

Améliorer le cadre de vie Région

7

SRH, ANRAC, ONG, Cadastre, Service Domaine SN HLM, Banques, Entreprises BTP

Existence de plans

­ Appui organisationnel ­ Equipement ­ Construction ­ Sensibilisation ­ Appui organisationnel ­ Equipement ­ Construction ­ Sensibilisation

Assainissement Faciliter l’accès des Région établissements humains à un assainissement adéquat

7

PEPAM, UNICEF, PNDL , APROSE, PADERCA, SRH, SRA

Réseau insuffisant

Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Equipement

Promouvoir des initia­ tives de gestion des déchets solides et liquides

7

PEPAM, UNICEF, PNDL , APROSENPADERCA , SRH, SRA, ISRA, Universités

Réseau insuffisant

Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Equipement

Région

BILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR CHAPITRE I : PRESENTATION DU DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR Le département de Ziguinchor a une superficie de 1153 km². Il est limité au Nord par le département de Bignona, à l’Est par le département de Sédhiou, à l’Ouest par le département d’Oussouye et au Sud par la République de Guinée Bissau. Le relief est plat, tandis que les sols, selon les zones phytomorphes sont latéritiques et ferrugineux. Le climat est continental et subit quelquefois l’influence maritime. Les différents vents qui soufflent sont la mousson, les alizés maritimes Nord Est – Sud­ouest. La végétation est de type Sud guinéen (palmiers à huile, fromages, ca cédrats, baobabs, graminées et légumineuses diverses). Le réseau hydrographique est constitué par le fleuve Casamance au nord , les marigots de Guidel, de Sindone, de Diagnon , le Kamobeul Bolong, la Rizière de Baraf Tenne dite de Djibonker , le Bo Sumblo ou cours d’eau d’Etomé , le Boha­Idreyo ou cours d’eau de Bafican Nyassia. Il existe également des cours d’eau temporaires. Sur le plan de l’administration territoriale, le département est divisé en deux (2) arrondissements (Niaguis et Nyassia). Chaque arrondissement est divisé en CR. Les communes sont scindées en quartiers et les CR en villages. Sur le plan de l’administration décentralisée, le département de Ziguinchor est constitué de six (6) CL dont une (1) commune et cinq (5) CR. Elles sont administrées par un organe délibérant, le conseil municipal ou rural, et par un organe exécutif, le Maire ou le Président du Conseil rural.

74


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page75

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR 1 Commune

2 Arrondissement NIAGUIS

NYASSIA

3 Communautés Rurales

2 Communautés Rurales

Ziguinchor Niaguis Nyassia Adéane Enampore Boutoupa Camaracounda La population du département de Ziguinchor a été estimée à environ 321.330 habitants en 2009. Sa répartition par entité administrative est la suivante : Commune de Ziguinchor 269 003 hbts, arrondissement de Niaguis 39.132 hbts et arrondissement de Nyassia 13.195 hbts. Au plan ethnique, les Diolas sont majoritaires avec près de 61%, puis suivent respectivement les Mandingues, les Pulars, les Wolofs, les Manjacques, les Bainoucks, les Mankagnes, les Balantes. Toutes les religions se trouvent représentées : Musulmans 69, 50% ; Catholiques 17, 30% et Animistes 13, 20%.

CHAPITRE II : BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT DE ZIGUINCHOR 2.1.

ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES

2.1.1. Foresterie Dans le département de Ziguinchor, la forêt est constituée de forêts classées et de formations naturelles non classées. Sur les 733.900ha de superficie des forêts de la région, les 115.300ha se trouvent dans le département de Ziguinchor, avec 4 massifs classés. Ainsi 9.902 ha de forêt sont classés. L’ensemble de ces formations forestières joue un rôle économique important. Son potentiel riche et varié sert à l’alimentation des populations, à la construction, à la fourniture d’énergie, à l’artisanat etc. Il alimente aussi le commerce dans la commune. Les formations forestières contribuent à la protection des sols contre l’érosion. Elles constituent également le refuge et le lieu de développement de plusieurs espèces animales. La mangrove ou forêt de palétuviers offre aux populations des produits halieutiques et divers gibiers tandis que les espèces végétales développées aux alentours du réseau hydrographique favorisent l’installation d’oiseaux.

2.2.

SERVICES SOCIAUX

2.2.1. Santé Les infrastructures sanitaires dans le district de Ziguinchor sont composées pour l’essentiel du Centre de santé, de trente deux (32) postes de santé, de sept (7) maternités rurales, de neuf (9) cases de santé. La situation des infrastructures de santé rapportée au niveau local révèlent des insuffisances pour des localités comme la CR Boutoupa Camaracounda du fait de la crise. Le personnel du district est constitué essentiellement d’infirmiers, de sages­femmes, d’agents de santé communautaire et de matrones. On note un médecin, ce qui est insuffisant pour un district qui couvre tout le département. Il existe aussi un dentiste au Centre de santé. Par ailleurs, il est noté un besoin de recyclage du personnel sanitaire, en particulier communautaire (agents de santé communautaire et matrones). En outre, il faut signaler l’existence du Centre Hospitalier Régional, qui constitue l’établissement de référence en matière de santé au niveau de la région.

75


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page76

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.2.2. Education et Formation Le département compte cent quatre (104) écoles élémentaires, quatre vingt un (81) dans le préscolaire, vingt huit (28) CEM public et quatre (4) lycées publics. Il faut noter par ailleurs, l’existence de nombreux établissements privés d’enseignement moyen secondaire. Ainsi l’IDEN de Ziguinchor regroupe les 31,7% des structures d’enseignement du formel. Cependant, il faut dire qu’à l’image de la région, le département de Ziguinchor compte beaucoup de classes en abris provisoires et de classes à double flux (CDF). Au niveau de la commune de Ziguinchor, le nombre important de CDF est dû au manque de sites pour de nouvelles créations. Tout compte fait, le département rassemble les 42,09% des effectifs d’élèves de la région. Avec un TBS de 92.25%, le département.de Ziguinchor est le département qui a le plus faible TBS de la région. Par ailleurs, le TBS des filles du département est de 96.22%. C’est ainsi qu’on note des zones à faible taux de couverture comme la CR de Boutoupa Camaracounda, du fait que c’est une des zones qui ont été les plus affectés par le conflit dans le département. Les structures d’enseignement techniques et professionnel sont au nombre de treize (13). Malgré le bon taux de scolarisation que connait le département, le secteur rencontre des difficultés dont l’amélioration passera par : • La construction et l’équipement de salles de classe ; • la construction d’ouvrages annexes (blocs sanitaires et puits) dans les établissements scolaires ; • le relèvement du taux d’alphabétisation ; • l’harmonisation des interventions au niveau sectoriel ; • la promotion de l’éducation des filles par la lutte contre les mariages précoces et les vio­lences physiques ; • la formation professionnelle des jeunes qui quittent l’école ; • la formation initiale et pédagogique des enseignants ; Par ailleurs, à Ziguinchor, existe une Université avec plusieurs UFR (Unités de Formations et de Recherches).

2.2.3. Hydraulique La desserte en eau potable est assurée en zone urbaine par la SDE et en zone rurale à partir des forages et puits modernes ou traditionnels. A travers des programmes tels que le PEPAM et le PNDL entre autres, des efforts sont entrain d’être fournis pour améliorer l’approvisionnement en eau potable des populations et du cheptel. Cependant, en matière de forage la préoccupation réside dans l’organisation des usagers, à la prise en charge des actions visant le fonctionnement correct des installations. Le département de Ziguinchor concentre la quasi­totalité du réseau hydraulique urbain. En effet, en 2009, sur les 472.700 m du réseau régional, son réseau était long de 338.553 m. Dans les îles et presqu’îles (CR Enampore), où la nappe est affleurante mais en osmose avec les eaux salées des bolongs, de la Casamance, l’eau potable est un véritable casse­tête pour les populations des villages de Séléky, Etama, Bandial et Batiguère 1. La solution des Citernes mise en œuvre contribue fortement à la résolution de ce problème, mais reste insuffisante du fait du développement de la population et du coût élevé de l’entretien et de la réparation. Aujourd’hui, la situation de délabrement des citernes étant très avancée, il est difficile de poursuivre l’utilisation de celles­ci.

2.2.4. Assainissement La commune de Ziguinchor est dotée d'un plan directeur de l'urbanisme approuvé depuis 1982. Ce plan couvre tout le périmètre communal et une partie de la CR de Niaguis. Depuis l'approbation de ce PDU, une vaste opération de restructuration est entreprise dans la ville. C'est ainsi que des quartiers ont été restructurés (Kandé, Belfort, Kadior, Djibock, Colobane…). En 1988, la commune de Ziguinchor a réalisé un programme de 1 600 parcelles assainies à Goumel. La viabilisation des quartiers restructurés est en cours mais il se trouve que l'assainissement de la commune reste le gros problème. Il est noté à Ziguinchor, un faible taux d’accès à l’assainissement adéquat. Cette situation a comme conséquence entre autres, la contamination des puits par les latrines et le taux élevé des maladies hydriques. Pour lever ces contraintes consécutives au manque d’assainissement, il faut :

76


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page77

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• améliorer le niveau de l’assainissement dans les différents quartiers de Ziguinchor ; • résoudre les problèmes environnementaux provenant du rejet des eaux usées non traitées dans les alentours des zones habitées ; • supprimer la sévérité et la durée des inondations provoquées par la stagnation ou le ruissellement des eaux pluviales ; • plaidoyer pour les technologies d’assainissement innovatrices en favorisant la fabrication et la diffusion locale de technologie.

2.2.5. Sports Plusieurs disciplines sportives sont pratiquées dans le département. On peut noter : la lutte, le judo, le kung fu, le taekwondo, le football, le basketball, le handball, le volleyball, l’athlétisme. Cependant, beaucoup d’entre elles souffrent du manque d’infrastructures sportives modernes, de techniciens, voire soutien financier. Même si le département de Ziguinchor est mieux loti en termes d’infrastructures sportives, avec 04 stades/terrains clôturés, que Bignona et Oussouye, il demeure qu’y a un réel déficit d’infrastructures et d’équipements sportifs.

2.2.6. Culture Dans le département, on retrouve des sites et monuments historiques classés : bâtiment abritant le Conseil Régional, la Cathédrale Saint Antoine de Padoue. L’action culturelle comprend le théâtre, les ballets, la musique moderne, les arts plastiques, la musique traditionnelle. Dans le théâtre, deux troupes émergent : Bussana et la Compagnie Kareng. Par ailleurs, on note une multitude de ballets qui malheureusement opèrent dans l’amateurisme. Le Centre Culturel Régional de Ziguinchor aide au regroupement des acteurs sous la forme d’associations formelles ou de GIE pour le montage de projets, de formation, l’acquisition de matériel et l’obtention de subventions.

2.2.7. Pauvreté La région de Ziguinchor se caractérise présentement par une précarité sans précédent. Le pourcentage de ménages pauvres du département de Ziguinchor est de 54%. Alors que pour la pauvreté au niveau individuel, le pourcentage est 69,7%. Malgré ces forts taux de pauvreté, Ziguinchor est le département (au niveau régional) qui a le meilleur pourcentage.

2.3.

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL

2.3.1. Agriculture L’agriculture demeure la principale activité dans le département de Ziguinchor. Trois types d’exploitation sont recensés : • les cultures de plateaux : elles concernent l’arachide, le mil, le maïs, les cultures maraîchères et les plantations d’anacardiers, les vergers de manguiers et d’agrumes ; • les cultures de bas fonds : les principales cultures sont le riz et les légumes ; • Certaines cultures de rente, telles que l’anacardier, le bananier, le sésame et le manguier connaissent un développement important au détriment de l’arachide du fait de leur rentabilité. L’agriculture en général se heurte à des contraintes : la salinisation progressives des terres, l’acidification et l’érosion, la micro­parcellarisation, le sous équipement agricole, l’écoulement de certains produits, la divagation des animaux, l’exode rural, le rétrécissement des superficies cultivables, etc.

2.3.2. Elevage Dans le département de Ziguinchor, l’élevage est une activité complémentaire à l’agriculture. Les ressources en eau et en pâturage donnent à cette zone une vocation agro­sylvo­pastorale certaine. Toutes les filières peuvent y être développées : de l’intensification bovine, ovine, caprine, jusqu’au développement de l’apiculture en passant par l’aviculture moderne. Le développement de l’élevage souffre quand même des pratiques traditionnelles, des vols et de son caractère extensifs. Aujourd’hui la possibilité de mettre en place, grâce au programme d’amélioration génétique, des bassins laitiers autour de la commune de Ziguinchor est une grande opportunité pour l’élevage dans le département.

77


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page78

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.3.3. Pêche Après l’agriculture, la pêche est la seconde grande activité à Ziguinchor ville et département. L’inaccessibilité des terres de culture, des pâturages et des vergers du fait de l’insécurité a engendré la reconversion d’agriculteurs et éleveurs en pêcheurs, augmentant significativement la pression sur la ressource halieutique. La part la plus importante de la production est destinée à l’exportation. On distingue deux types de pêche : la pêche artisanale et la pêche industrielle. La pêche artisanale se singularise par son parc rudimentaire traduisant un retard de modernisation et son caractère traditionnel d’activité de subsistance. Quant à la pêche industrielle, elle se caractérise par l’existence du port. Pour ce qui est de la pisciculture et de l’ostréiculture, des essais sont en cours dans le département mais les résultats demeurent encore faibles. Concernant les centres de débarquement, le département en compte deux grands : à Ziguinchor commune et dans l’arrondissement de Niaguis.

2.3.4. Tourisme Ziguinchor est un département à vocation touristique constitué de sites pittoresques, d’une végétation luxuriante et d’un riche folklore. Le tourisme d’affaires y est bien présent avec ses hôtels de grand standing (Aubert, Kadiandoumagne, Néma Kadior et le Flamboyant). Sur les cent quatre (104) réceptifs hôteliers que comptait la région en 2008, le département de Ziguinchor en totalise vingt cinq (25). Cependant, après Oussouye, les plus grands hôtels se trouvent à Ziguinchor. La crise sociale que traverse la région a beaucoup influé sur le développement de ce secteur fort porteur, surtout au niveau des campements villageois.

2.3.5. Artisanat Il joue un rôle très important dans l'économie du département aussi bien du point de vue des emplois qu'il génère que des biens et services qu'il fournit. Il est articulé à différents secteurs de l'économie dont le secteur primaire, auquel il fournit les matériels et petits biens d'équipement. L'artisanat d'art contribue à l'essor du tourisme et au rayonnement culturel. Cependant, il souffre d’un manque d’organisation, d’infrastructures adéquates, de formation, d’équipements et de difficultés d’accès au crédit malgré l’existence d’une mutuelle des artisans.

2.3.6. Industrie SUNEOR, principal établissement industriel dans le département intervient dans la trituration de l’arachide. L’usine a une autonomie énergétique grâce à la valorisation des coques d’arachides tout comme celles des palmistes. A côté, il y a la SODIZI (zone industrielle), qui renferme des PME et PMI parmi lesquelles on peut citer des unités de fabriques de glace, de traitement de produits halieutiques, de mécanique générale entre autres. Les difficultés d’accès au crédit de même que l’enclavement constituent des contraintes au développement du secteur.

2.3.7. Mines et géologie Les ressources minières sont constituées principalement de : • argiles céramiques et argiles pour la poterie ; • calcaire et d’amas de coquillage du quaternaire ; • lignites utilisés comme combustibles. Toutefois, il faut noter l’insuffisance de la recherche pour une évaluation des ressources minières aux fins d’exploitation industrielle

2.3.8. Secteurs d’Appui à la Production v Transport Le transport maritime revêt une importance particulière pour le désenclavement de la Région. Au­jourd’hui la région est desservie par le bateau ALINE SITOE DIATTA (passagers) et d’autres navires fret (SOCOCIM et SUNEOR). L’aéroport de Ziguinchor permet de développer le transport aérien dans le département, grâce aux rotations journalières. Sur le plan routier, le besoin de désenclavement de certaines localités surtout celles frontalières à la Guinée Bissau est un impératif pour palier aux difficultés des populations de s’approvisionner en produits manufacturés et d’écouler les nombreuses productions agricoles et halieutiques

78


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page79

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

du département. Le réseau routier du département est enjambé par 15 ponts. Ces ouvrages se justifient par la présence de nombreux marigots ou « bolongs » dans la zone. A l’instar du réseau routier, certains ponts sont dans un état de dégradation avancée surtout le pont Emile BADIANE sur le fleuve Casamance, qui nécessite une réhabilitation compte tenu de son importance pour le trafic régional. v Commerce Le commerce évolue dans un cadre caractérisé par la libéralisation de l'économie sous­tendue par la concurrence. Les commerçants sont grossistes, demi­grossistes et détaillants. Leurs secteurs d'activités tournent autour de la boulangerie, de la quincaillerie, du textile et de l'alimentation. Les commerçants de détail, au nombre de sept cent trente deux (732) et de micro détail composés en majorité de Guinéens sont implantés dans toute la région. Les sept (7) commerçants grossistes sont installés le plus souvent au niveau des centres ville, et sont pour l’essentiel des baol – baol, Peulhs et libano ­ syriens disposant d'une surface financière confortable. Par ailleurs, l’enclavement de Ziguinchor du fait de l’épineux problème d’accès aux zones de production et de la traversée de la Transgambienne fait renchérir les coûts des marchandises, en rendant en même temps aléatoire l’approvisionnement en produits de consommation courante, et exposant ainsi les produits à des avaries. v Energie (fossile et renouvelable) Malgré l’interdiction par les autorités de l’exploitation de bois, on assiste à la production de charbon de bois et de bois de chauffe, destinée à la consommation locale mais aussi à l’exportation vers d’autres régions. Pour ce qui concerne l'électrification, la production, le transport et la distribution sont assurés à partir de la centrale de Boutoute. En 2009, la longueur du réseau électrique (SENELEC) du département était de 340.934 km, avec une production de 24.550.000 kWh (soit plus de la moitié de la production régionale). Pour la même année, le nombre d’abonnés était de (19 190). De plus en plus, dans certaines infrastructures sociales de base, ont fait recours à l’énergie solaire. v Télécommunications Les trois réseaux GSM sont présents dans le département (Orange, Tigo et Expresso). Ziguinchor bénéficie du réseau ADSL (internet) de la SONATEL. Avec l’avènement d’Expresso, l’internet est devenu accessible pour tous. La répartition des lignes par catégorie d’abonnés en 2009 montre que les résidentiels occupent les plus grandes proportions dans la région soit 87,2%. Cette tendance est également observée au niveau des départements où les abonnés résidentiels représentent 85,2% à Ziguinchor. Les résidentiels sont suivis de loin par les professionnels. v Poste Il existe deux (02) bureaux de poste dans le département de Ziguinchor, tous situés dans la commune de Ziguinchor, qui en plus de l’expédition du courrier et l’épargne, font du transfert d’argent par Western Union et Orange money. Les recettes budgétaires de ces bureaux constituent les ressources propres de LA POSTE. Le service financier est caractérisé par les émissions de mandats, les paiements auxquels il faut ajouter les versements de caisse d’épargne et les remboursements. Quant au service postal, il est marqué par les taxes de correspondance postale représentées par les ventes de figurines postales, les colis postaux et les produits d’abonnement aux boites postales. v Presse A Ziguinchor, on note la présence de plusieurs groupes de communication : RTS, Walfadjri, Sud, Futurs Médias. A côté de ces groupes qui s’activent dans la presse écrite, parlée et télévisée (à l’exception de Sud), on enregistre d’autres organes comme ZIG FM, Dunya et Kassoumaye FM, qui émettent sur les ondes FM. L’essentiel des journaux du Sénégal sont quotidiennement disponibles à Ziguinchor. v Banques et Systèmes Financiers Décentralisés Le département compte plusieurs banques (CBAO, BHS, SGBS, CNCAS, BCEAO, ECOBANK) et pLusieurs institutions de micro financE (CMS, ACEP, IMCEC, MECAP, etc.). Ces institutions financières hormis la BCEAO, contribuent de manière remarquable au Développ%ment du départeMent en accordant du CRédit à la population.

79


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page80

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.4.

GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION

2.4.1. Décentralisation Les six (6) CL du département sOnt gérées et animées par des conseillers élus qui s’évertuent à rÉpondre aux atteNtes de leurs mandataireS dans un cadre organisé autour du conseil municipal ou rural avec des ressources financières, humaines et matérielles, et l’appui/conseil de la tutelle. Les ressources financières des CL proviennent principalement de l’Etat à travers le FDD et le Fonds de concours. Avec les nouveaux programmes comme le PNDL faisant la promotion de l’appui budgétaire directe aux CL, les recettes de ces dernières ont connu des évolutions très intéressantes ces dernières années. Ce qui a permis à beaucoup de CL du département de réaliser beaucoup d’investissements dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’hydraulique. Certaines CL du département, bénéficient de l’appui de la Coopération Décentralisée. Par ailleurs, toutes les CR disposent de documents de planification (PLD) actualisés. Cependant, le PIC de la commune de Ziguinchor a atteint son horizon temporel. Compte tenu de la faiblesse des moyens financiers de ces CL, le niveau d’exécution de ces plans restent encore faible.

2.4.2. Justice Le département de Ziguinchor, à l’instar des autres départements de la région, compte un tribunal départemental et une maison d’arrêt pour recevoir les détenus. Les statistiques du secteur nous apprennent que la population carcérale est en constante évolution sur la période 2003­ 2009, à l’exception de l’année 2006, où elle a connue une baisse d’environ 51%. En plus de ceux sus mentionnés, le département dispose d’un centre de Sauvegarde à Kandé, dans la commune de Ziguinchor. Ce centre accueille les jeunes enfants délinquants en conflit avec la loi, en rupture familiale ou abandonnés dans la rue, bref en danger moral. Il dispose de quatre sections : Apprentissage professionnel, Enseignement technique professionnel, Scolaire et Agricole.

2.5.

JEUNESSE

La jeunesse est organisée généralement autour d’ASC. Sa principale activité se résume au football à travers les « navétanes ». Elle mène aussi des activités culturelles et de loisirs autour de ses dix huit (18) foyers des jeunes et des quelques centres socioculturels. Cependant, cette jeunesse souffre de manque de moyens financiers et de formation pour initier des activités de développement économique.

2.5.1. Promotion de l’Emploi des jeunes On note de plus en plus de jeunes en situation de chômage dans le département malgré les initiatives de l’Etat à travers le FNPJ et le Service Civique National. De 2001 à 2010, le FNPJ a financé soixante dix sept (77) projets dans le département pour un montant global de 346.834.601 FCFA soit quatre cent vingt six (426) emplois créés. Les principales contraintes à l’emploi de la jeunesse sont entre autres entre autres : • L’insuffisance de compétences techniques et professionnelles ; • l’absence de revenus ; • le faible accès aux lignes de crédit ; • la faible prise en compte des besoins des jeunes en matière d’insertion et de réinsertion. La promotion de l’emploi des jeunes passera par : • Le renforcement des compétences techniques et professionnelles des jeunes ; • la création d’emplois durables ; la mise en avant de l’investissement privé ; • la facilitation de l’accès aux crédits à faible taux d’intérêts.

80


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page81

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.6.

DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE

De nombreuses OCB sont identifiées dans le département, elles vont des organisations villageoises aux organisations religieuses, en passant par les GIE, les GPF, les ASC, les Comités de santé, les APE, les ASUFOR. Elles s’activent essentiellement dans les secteurs économiques et socioprofessionnels. Malgré leur dynamique et leur motivation, elles sont confrontées à des difficultés relatives à : • un manque de formation ; • un accès difficile au crédit ; • un manque d’appui ; • une non formalisation de l’organisation.

2.7.

LE DEVELOPPEMENT SOCIAL

2.7.1. La prise en charge des personnes vulnérables La promotion de la femme, de l’enfant, des personnes en situation d’handicap, des personnes déplacées et des organisations de développement reste la clé du développement social dans le département de Ziguinchor. Le tissu social est caractérisé par l’existence d’OCB intervenant dans tous les secteurs de la vie économique et culturelle (transformation de produits halieutiques, maraîchage, transformation de fruits et légumes, commerce, artisanat d’art,…). Des organisations féminines ont bénéficiée de la part de l’Etat et de partenaires au développement, d’équipements d’allègement des travaux des femmes (décortiqueuses, moulins,…). Par ailleurs, on note l’intervention d’ONG dans des secteurs aussi divers que la recherche de la paix, la lutte contre la pauvreté, le système d’épargne et de crédit, la survie de l’enfant, la conservation de l’environnement, les actions caritatives, la mise en place d’infrastructures socio­éducatives, l’assistance aux populations en situation difficile, les cantines scolaires, la sensibilisation, la gestion des ressources naturelles, l’assainissement, l’alphabétisation, l’éducation, la santé et la nutrition, etc. Le département abrite, également, un des deux villages de reclassement social des lépreux de la région : il s’agit notamment du village de Djibélor.

CHAPITRE III : LA SITUATION DU PARTENARIAT Plusieurs partenaires constitués de Projets/Programmes, d’ONG, de la Coopération Décentralisée, d’organismes internationaux interviennent dans l’espace départemental. Parmi lesquels, on peu citer : PNDL, Procas, PADERCA, PADAC, CICR, ANRAC, UNICEF, ANCAR, PAM, PEPAM/BAD, Afrique Enjeux, CCF, ACPP, PAEM/Classe, AFDS, ENDA, IDEE Casamance, USOFORAL, YMCA, USAID PEPAM, World Education, AJAC Lukaal, AMA, CNAMS, AFRICARE, APRAN, Coopération Française, Espagnole et Italienne. Ces partenariats bénéficient surtout aux enfants, aux jeunes, aux femmes et aux couches vulnérables. D’autant plus qu’ils concernent les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’hydraulique, de l’agriculture, du social avec la construction d’équipements et/ou d’ouvrages, l’équipement de ces équipements, mais aussi le secteur de la formation avec des séances de renforcement des capacités de certaines acteurs locaux (élus, les OCB).

81


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page82

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Lignes directrices

Collectivités locales (CL) porteuses de la stratégie

Organisations travaillant dans ce domaine

OMD

Situation de base

Partenariat envisagé

DECENTRALISATION ET GOUVERNANCE LOCAL Contribuer à la consolida­tion de la paix

Toutes les CL

1­2­7­8

Promouvoir l’accès aux terres polluées

Toutes les CL 1­7­8

Contribuer à l’amélioration des procédures de passations de marché Promouvoir des méca­nismes pour un partena­riat durable

Toutes les CL 1­2­7­8

Toutes les CL 1­2­7­8

Privilégier l’approche Toutes les CL 1­7­8­3 participative des actes de gestion

Faciliter l’accès aux Toutes les CL 1­3­4 terres surtout pour les femmes et les groupes vulnérables

82

Les CL, administration déconcentrée, les PIF, les projets et programmes, ONG, associations, MFDC et pays limitrophes, ARD.

­ Accalmie généralisée ­ situation géopolitique favorable ­ région d’activités économiques et sociales ­ actions de déminage en cours ­ volonté des acteurs affichée

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capa­cités

CNAMS, ANRAC, Armée du Sénégal, MFDC, CEDEAO, HI, Agences des Nations Unies, Projets et programmes, ONG, Associations, Services techniques, Collectivités locales, Société civile, Secteur Privé, PTF Toutes les CL, le contrôleur des finances, le trésorier payant, les PIF, administration déconcentrée, ARD

Dépollution inachevée Beaucoup d’actions entreprises mais pas suffisamment coordonnées

Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capa­cités

­ Le code de passation des marchés ­ fonds de dotation et fonds de concours ­ coopération décentralisée

­ Appui technique ­ Appui financier ­ renforcement des capaci­tés

Les CL, l’administration ­ coopération déc. (Région Alsace, Meurthe et Moselle en France, la déconcentrée, les PIF, les projets et programmes, ONG, Lombardie et la Région de la Sienne en Italie), Fondation les organisations SOTEC et la Fondation GO FOR professionnelles, ARD AFRICA en Hol­lande, la coop. Française, Espa­gnole, Allemande, Italienne Collectivités locales, Cadre de Niveau moyen Concertation, ARD, OCB ? Administration déconcentrée, ONG, projet / programme, PTF

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capa­cités

Les CL, STD, Coopération Espagnole

­ Généralisation des études socio­ foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Absence de Cadastre rural Problème d’accès à la terre Beaucoup de conflits fonciers Maîtrise insuffisante des lois et règlements en vigueur Difficultés d’application des textes Survivance des pratiques tradition­nelles Imprécision des limites des CL

­ Technique & Financier ­ Renforcement de capaci­tés


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page83

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Promouvoir une fiscalité régionale adaptée

Toutes les CL

1­2­7­8

Les CL, services des impôts et domaines, le trésorier régional, le service financier régional, le gouverneur, l’ARD.

Etude sur la fiscalité régionale disponible ­ Paierie régionale ­ contrôle de la région financière

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Améliorer le cadre Toutes les CL 1­2­3­7­8 insti­tutionnel et organisa­tionnel des collectivités locales et des acteurs

Les CL, administrations ­Insuffisance de ressources hu­ déconcentrées, projets et maines de qualité programmes, communautés. ­ Faible fonctionnalité des cadres sectoriels existants

Augmenter les Toutes les CL 1­2­7­8 capacités d’investissement des collectivités locales

CL, administrations déconcentrées (tré­sorier payeur région, contrôleur des finances, Ministre décentralisation) ARD.

­Insuffisance de fonds de dotation et de concours ­Non concomitance des transferts des ressources pour la plupart des compétences transférées

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Contribuer à l’amélioration du système judiciaire

Toutes les CL 1­2­7­8

CL, administration déconcentrée (structures judiciaires, gouvernance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Promouvoir l’intercommunalité

Toutes les CL 1­2­7­8

CL, administration déconcentrée (structures judiciaires, gouvernance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

Tribunal régional ­ Tribunaux départementaux ­ Maisons de justice ­ Cabinets d’avocats, huissiers, AE­ MO, auxiliaires, police, gendarme­rie, douane, eaux et forets, pêche ­ Cadres de concertation, GTR ­ Volonté communautaire affichée

Améliorer la fonctionnalité des cadres de concertation et des Groupes de Travail

Toutes les CL 1­2­7­8

CL, administration déconcentrée (struc­tures judiciaires, gouvernance), PIF, projets et programmes, ONG, commu­nauté

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Cadres de concertation, GTR Généralisation des ­ Volonté communautaire affichée études socio­ foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

83


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page84

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Renforcer les Toutes les CL capacités de tous les acteurs locaux

1­3­4­5­7 STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

­ Maitrise insuffisante des techniques de gestion et de valorisation des RNE ­ Maitrise insuffisante des textes relatifs à la G.R.N.E ­ Manque de moyens technique, logistique et financier

­ Appui financier ­ Appui technique

­ Seulement neuf compétences transférées

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Promouvoir Toutes les CL 1­3­4­5­7 l’approfondissement de la décentralisation

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

Diversifier les sources de financements des collectivités locales Contribuer à la prévention et à la gestion des risques et catastrophes

Collectivités locales, Projets / Moyenne Programme, PTF, ONG, Administration déconcentrée, ARD STD, ARD, Programmes, ­ Comité régional, prévention des risques et catastrophes Projets, ONG, OCB ­ le DSRP/Régional ­ DRDI

Toutes les CL 1­7­8­3

Toutes les CL 1­3­4­5­7

Améliorer le service Toutes les CL 7­8 des administrations locales

Améliorer la qualité des soins de santé

Toutes les CL

4, 5, 6

Développer les Toutes les CL 4, 5, 6 formations sanitaires de base dans les zones d’accès difficiles Améliorer le système Toutes les CL 4, 5,6 d’information sanitaire du département

84

­ Service régional démographique et statistique ­ Services déconcentrés ­ CL , OSC, Privés SERVICES SOCIAUX DE BASE Santé et nutrition District Sanitaire, USAID, ­ Faible prise en charge médicale et psychosociale AfriCare, Centre Ado, Croix ­ Insuffisance de l’offre de service Rouge ­ Faible plateau technique ­RH in­ suffisantes ­ Difficultés liées au coût des soins de santé District Sanitaire, USAID, ­ Existence de Postes de Santé & AfriCare, Centre Ado, Croix Cases de Santé sous équipés Rouge ­ Insuffisance de personnel de santé District Sanitaire, USAID, AfriCare, Centre Ado, Croix Rouge

­ Manque de maîtrise de la situation sanitaire réelle du département ­ indicateurs locaux insuffisants pour apprécier la situation du dé­ partement par rapport aux OMD

Technique & financière ­ Renforcement de capaci­tés ­ Généralisation des études socio­ foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation

­ Equipement ­ Formation ­ Appui financier

­ Equipement ­ Construction ­ Réhabilitation ­ Formation ­ Appui financier ­ Appui en équipement ­ Assistance technique ­ Renforcement de ca­ pacité


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page85

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Développer l’éducation sanitaire

Toutes les CL

4,5,6

Toutes les structures en charge ­ Faible taux de prévention de ­ Appui organisationnel des questions de santé, cer­taines maladies ­ Appui en d’hygiène et d’environnement ­ Comportement de certaines renforcement de po­pulations par rapport à leur capacité cadre de vie ­ Appui matériel

Renforcer l’état nutri­ tionnel des groupes vul­nérables

Toutes les CL

4,5,6

PAM, CRS, CARITAS

Garantir l’accès et le maintien des enfants à l’école plus particulière­ ment les filles et les personnes en situation de handicap

Toutes les CL

2,3

Améliorer la qualité des enseignements et ap­ prentissage

Toutes les CL

2,3

­ Existence de cantines scolaires ­ Renforcer et généraliser les ­ Appui aux PV VIH cantines scolaires

Education SCOFI, UNICEF, ONG, APE, CGE ­ Sensibilisation ­ Appui documentaire et en matériel didactique ­ Appui technique

IA/IDEN, UNICEF, Autres ­ Bonne réceptivité des partenaires, CL, UNICEF, Projets populations à l’école française ­ Existence de beaucoup / Programmes d’établissements publics et privés ­ Niveau d’enseignement assez faible

­ Construction/ Réhabilita­tion ­ Equipement d’infrastructures scolaires ­ Appui financier et forma­tion ­ Appui pédagogique des enseignants ­ Appui didactique ­ Appui matériel

Hydraulique Améliorer l’accès et la gestion de l’eau potable

Revaloriser les vallées

Communes et CR

Assurer la réinsertion Toutes les CL socio­économique des jeunes et des femmes par la mise en œuvre d’un programme de formation professionnelle approprié

7

7,6

UNICEF, ACRA, C.L , ASUFOR, SDE­HY PEPAM, ENDA, PADERCA

­ 1 village desservi (CR Nyassia) ­ 1 village desservi (CR Niaguis) ­ 2 villages desservis (CR Adéane) ­ 10 villages desservis (CR Enampore)

ANA, OCB, Hydraulique, Programme , SDDR, Elevage

Ensablement des mares

Jeunesse CDEPS , CENTRE Ado, ONG, CRFP, CRETF, CDEPS

Appui technique ­ Appui financier ­ Extension du Réseau ­ Amélioration de la qualité d’eau Appui technique ­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Renforcement des capa­cités

­ Faible couverture de la cible ­ Appui financier, ­ Déficit de ressources humaines technique et matériel ­ Insuffisance de structures ­ Renforcer la d’accueil et manque de moyen création et l’équipement des struc­tures d’accueil ­ Appui financier

85


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page86

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Sport Améliorer la pratique Toutes les CL sportive par la mise en place d’infrastructures adéquates et adaptés aux différentes cibles

4, 7

­Services des sports ­ODCAV ­District sportif

­ Insuffisance d’infrastructures sportive

­ Construction et équipement d’infrastructures sportives adéquates ­ Appui technique et financier ­ Formation

­Existences de sites et monuments historiques ­Riche patrimoine immatériel peu valorisé

Appui financier, technique et matériel

Culture Valoriser le patrimoine Toutes les CL culturel et local matériel et immatériel

Promouvoir l’accès aux crédits

Promouvoir les structures sociales (Organisations de Femmes, Enfants, Per­sonnes âgées, handicapés

8

Centre culturel, CDEPS, ASC, UDTPM

Développement Social et Genre SDDC, SDAS, CL, ONG, Déficit de ressources humaines, matérielles, financières pour la Partenaires au développement, Programmes prise en charge des besoins sociaux et Projets ­ Problème de coordination des organisations sociales Toutes les CL 1, 2, 3, 4, SDDC , SDAS, CL, ONG, Déficit de ressources humaines, Partenaires au 5, 6 matérielles, financières pour la développement, Programmes prise en charge des besoins sociaux et Projets ­ Problème de coordination des organisations sociales Toutes les CL

Améliorer le système Toutes les CL 1,7 d’information sanitaire du département

1 ,8

SDDC , SDAS, CL, ONG, Partenaires au développement, Programmes et Projets

Déficit de ressources humaines, matérielles, financières pour la prise en charge des besoins sociaux ­ Problème de coordination des organisations sociales

­ Appui financier ­ Formation

Appui financier, technique, logistique ­ Renforcement de capaci­tés ­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Appui technique ­ Formation

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL Promotion d’une vision économique locale

86

Toutes les CL

1­2­3­4­ CL, Acteurs économiques, OCB, ­ Beaucoup d’initiatives ­ Appui institutionnel 5­6­7­8 SFD économiques locales ­ Appui technique ­ manque de coordination du ­ Appui financier sys­tème financier, vison pas clairement définie, insuffisance de la concertation avec les acteurs


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page87

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

1,7

Secteurs productifs Agriculture SDDR, ANCAR, Procas, PADERCA, PAM, GRDR, Collectivités locales, Fédération GPF, SYNAEP, CLCOP, Coopération fran­ çaise

Accroitre la productivité de l’agriculture

Toutes les CL

Promouvoir l’accès aux terres polluées

Toutes les CL 1,7

Etat, CNAMS, Handicap Certaines terres polluées (mines, International, Collectivités insécurités) locales Agences Nations Unies, Familles déplacées MFDC, STD, CEDEAO, projets et programmes, Asso­ciations

Promouvoir les techniques de désalinisation et d’acidification

CL

Etat CL, organisations paysannes, partenaires techniques projets et programmes,

1,7

1,7

Elevage IDSV, CL, MDE, OP

­Existence de vergers ­Existences de terres cultivables ­Existence de producteurs ­Potagers ­ Aménagements de vallées

­ Appui financier ­ Appui technique ­ Formation ­ Protection des sols (désa­linisation, dessablement, lutte contre l’érosion) ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Equipement agricole

­Beaucoup de terres agricoles ga­ gnées par la salinisation ­Sécurité vivrière menacée

­ Appui technique ­ Assistance financière ­ Formation

Elevage extensif Divagation des animaux

Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Organisation du circuit (commercialisation, pro­duction animale

Intensifier l’élevage

Toutes les CL

Améliorer génétiquement les races

Toutes les CL 1

IDSV, CL, MDE, Privés, OP

Races locales (ndama et dialon RC) ­ Appui technique ­ Appui financier Insémination artificielle ­ Formation ­ Organisation du circuit (commercialisation, pro­duction animale

Améliorer la santé ani­male

Toutes les CL 1,7

IDSV, CL, MDE, Privés, OP

Existence de foyers de maladies contagieuses

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation

87


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page88

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Pêche Accroître la productivité la pêche

Toutes les CL

1,7

IDEE CASAMANCE, SDP, OP, Pêche traditionnelle SYNAEP, ANA, CLCOP, COLUPAS Existence de la ressource Inexistence de zones aménagées communautaires

Développer l’aquaculture Toutes les CL

1,7

ANA, SDP, O.P, SYNAEP, GPF, CICOP, COLUPAS, IDEE CASAMANCE

Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Equipement

­ Potentialités physiques ­ Appui technique ­ Appui financier existence de bolongs, ­ Formation de man­groves, ­ Ensablement des côtes ­ Echec des premières tentatives

Tourisme Développer l’écotourisme Toutes les CL

1,7

Etat CL, organisations villageoises et associatives, Coopération française

­ Projet de l’écoport ­ Présence de plaisanciers ­ Potentialités du département Présence de l’Apix

­ Appui financier ­ Encadrement ­ Formation

Développer le secteur de Toutes les CL l’artisanat

1,7

Chambre des métiers, Chambre des commerces, CL, Organisation des arti­sans, Mutuelles

­ Existence d’artisans sous équipés et pas assez formés ­ Manque de créativité ­ Existence de cadre institutionnel ­ Existence matières premières (poterie, bois) ­ difficultés d’accès aux matières 1ères. ­ Agrément au FPE des mutuelles ­ Présence de l’APIX

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ renforcement de l’appui organisationnel

Développer les Petites et Toutes les CL Moyennes Industries

1,7

­ Etat, CL, GPF, Partenaires ­ Existence d’unités de extérieurs transforma­tion ­ Coopération française, belge, ­ Existence de la matière 1ère allemande ­ Existence du cadre institutionnel, juridique et fiscal

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Formation

Promouvoir l’innovation dans la productivité

1,2,5

ANCAB, SYNAEP, PADERCA, SDDR CADL, CLCOP

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Formation

Artisanat

Industrie

88

­ 2 C.F (CR Niaguis) ­ 1 C.F (CR Adéane) ­ 1 C.F (CR Boutoupa Camaracounda) ­ 5 C.F (Ziguinchor Commune)


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page89

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Mines et Géologie Contrôler l’exploitation des carrières

Toutes les CL

1,7

Etat, CL, populations

­ Existence de carrières non autori­sées ­ Exploitation anarchique

­Appui technique ­Appui financier ­Formation

Secteurs d’appui à la production Transport Développer le réseau Toutes les CL 1, 4, 7 de transport routier et fluvial

Etat, AGEROUTE, PTF

­ Pistes de production et voies de désenclavement inter collectivités ­ Routes nationales ­ Routes en pavé dans la commune de Ziguinchor ­ Aménagement de débarcadères ­ Transport par voie fluviale de passagers et de marchandises

­ Ressources matérielles et financières ­ Renforcement de capaci­tés

Commerce Désenclaver le départe­ CR du ment département

1

ANRAC, CL

­ 2 pistes (CR Nyassia) ­ Appui financier ­ 4pistes (CR Niaguis) ­ Entretien ­ 2 pistes (CR Boutoupa Camara­ ­ Réhabilitation counda) ­ 5 pistes (CR Adéane) ­ 1 piste (CR Enampore)

Faciliter la conservation Toutes les CL des produits et leur écou­ lement

1 ,4, 4,7 O.C.B, USOFORAL, PNDL KABONKETOOR, A.C.C.P, PROCAS

Faciliter l’accès à l’électricité

1, 5, 4

­ 1 Marché (CR Nyassia) ­ 2 Marchés (CR Niaguis) ­ 1 Marché (CR Adéane) ­ 2 Marchés (CR Boutoupa Camara­counda)

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Logistique ­ Formation

­Réseau électrique insuffisant

­ Ressources matérielles et financières

Energie Toutes les CL

Promouvoir l’accès aux Toutes les CL TIC dans les zones rurales et établissements scolaires et universitaires.

8

Promouvoir la Toutes les CL communi­cation dans les Commu­nautés rurales

2

Collectivités locales, ANRAC, ASER SENELEC

TIC et Télécommunications Orange, Tigo, Expresso ­ 3 antennes (CR Nyassia) ­ 4 antennes (CR Niaguis) ­ 4 antennes (CR Adéane) ­ 3 antennes (CR Boutoupa Camaracounda) / 3 antennes (CR Enampore)

­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Formation

Appui financier ­ Formation ­ Création de radio com­munautaire

89


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page90

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Systèmes de financement et Assurance CBAO, CMS, CREC, MEC, ­ Existence d’institutions de UMEC, UME­CAS , ACEP micro finance ­ Comité de pilotage de la MI

Faciliter l’accès aux insti­ Toutes les CL tutions financières

1, 3

Renforcer les capacités des acteurs locaux au sein des collectivités locales

1, 2, 3, 4, CL, ARD, Conseil Régional 5, 6, 7, 8 Programme Karonghen , ART GOLD PIADESPC, GRDR, PADERCA , AN­RAC,Handicap International

Toutes les CL

­ Existence d’ONG ­ Structures de développement et cadres de concertation des acteurs locaux ­ Outils de planification

­ Ressources matérielles et financières ­ Renforcement de capaci­tés des IMF (lignes de crédit) ­ Ressources matérielles et financières ­ Renforcement de capaci­tés

ENVIRONNEMENT Valoriser les produits de Toutes les CL cueillette

7,8

Foresterie SDEF, CL, fédération des GPF, OP, mé­nages, UE

Existence de forêts et d’Exploitants

Organiser l’exploitation de la ressource

Toutes les CL 7

SDP, OP, SYNAEP, ANA, CLCOP, COLUPAS

Exploitation anarchique des ressources forestières

Organiser la gestion communautaire des forêts

Toutes les CL 7

SDEF, CL, fédération des GPF, OP, ménages, UE

Existence de politique de reboisement mais à améliorer

Limiter les dégâts liés à Commune l’érosion hydrique

7­8

Urbanisme, DREEC, SP, Eaux et ­ Existence de ravins ­ Routes et pistes dégradées Forêts

Assurer une gestion du­ Toutes les CL 1­7 rable des forêts

Eaux et forêt, SP OCB, ONG

Protéger les ressources halieutiques

SP, ONG, Programmes, OCB

90

Toutes les CL 1­7

­ Déforestation due aux coupes abusives ­ Feux de brousse ­ Chasse clandestine Non respect de la règlementation

Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Organisation des acteurs ­ Sensibilisation ­ Appui financier ­ Formation ­ Amélioration de la sur­veillance ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Lutte contre les feux ­ Sensibilisation ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Sensibilisation ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Renforcement des capa­cités ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui matériel


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page91

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Promouvoir l’éducation Toutes les CL environnementale

1­7­2

Eaux et forêt, DREEC, S.Hydro., Mauvaise gestion de SP, Dis­trict sanitaire, l’environnement Inspection de l’Education

­ Sensibilisation ­ formation­ vulgarisation des différents codes

Toutes les CL

7­1­8

Eaux et forêt ­ DREEC ­ ONG & Programme – OCB

Avancée de la langue salée + ensablement

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Renforcement des capa­cités ­ Sensibilisation

S.Hydro., DREEC, Industriels

Pollution de l’environnement

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Sensibiliser les industriels

Faciliter la conservation Commune 7­8 des produits et leur écou­ ­ CR Niaguis lement CR Boutoupa Camaracounda

Améliorer le cadre de vie

Toutes les CL

4, 5, 6

Promouvoir l’habitat rural au profit des PDI (personnes déplacées à l’intérieur de leur pays)

CR Boutoupa 7, 1 Camaracounda­ CR Niaguis­CR Nyassia­CR Adéane

Promouvoir un type Toutes les CL 1,7 d’habitat conforme aux conditions climatiques

cadre de vie SRH, SRA, Urbanisme, DREEC ­ Prolifération des ordures non biodégradables APROSEN ­ Déversement des déchets solides et liquides dans les canaux et voies publiques

­ Ressources financières ­ Appui technique ­ Renforcement de capaci­tés

Autorité administratives, ANRAC, ONG, CL, Bureaux système des NU

­ Forte demande des PDI pour la ­ Appui financier, tech­nique, matériel, reconstruction des habitats ­ Appui multiforme des partenaires logistique et organisationnel au développement ­ Interventions pas toujours harmo­nisées

Urbanisme, Architectes, Cadastre

Existence de foyers de maladies contagieuses

­ Appui financier, technique et matériel ­ Formation

Assainissement Mettre en place un sys­ tème d’assainissement adéquat

Toutes les CL

7

PEPAM, UNICEF ACPP, PNDL, APROSEN

­Quasi inexistence d’un réseau d’assainissement fonctionnel

Appui technique et finan­cier

91


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page92

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

BILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE BIGNONA CHAPITRE I : PRESENTATION DU DEPARTEMENT DE BIGNONA Situé dans la partie Nord de la région de Ziguinchor, le département de Bignona est limité au Nord par la République de Gambie, au Sud par le département de Ziguinchor, à l’Est par la région de Sédhiou et à l’Ouest par l’Océan Atlantique. Le département de Bignona couvre une superficie de 5.295 km2. C’est le plus grand département de la région de Ziguinchor du point de vue de sa superficie. Sur le plan de l’administration territoriale, le département de Bignona est divisé en quatre (4) arrondissements. A la tête du département est nommé un Préfet. L’arrondissement est dirigé par un Sous Préfet qui répond directement du Préfet. Chaque arrondissement est divisé en CR. Cependant les arrondissements de Tendouck et Kataba 1 abritent respectivement les communes de Thionck Essyl et Diouloulou et celle de Bignona est abritée par le département. Il faut noter que le département compte quatorze (14) villages insulaires tous situés dans l’arrondissement de Kataba 1 et d’une presqu’île (Djilapao) dans la communauté rurale de Mangagoulack. Sur le plan de l’administration décentralisée, le département de Bignona est constitué de dix neuf (19) CL dont trois (3) communes et seize (16) communautés rurales. DEPARTEMENT DE BIGNONA 3 COMMUNES Bignona, Thionck­Essyl et Diouloulou

4 ARRONDISSEMENTS Tendouck

Kataba 1

Sindian

Tenghory

CR Mlomp, Kartiack, Mangagoulack, Diégoune, Balingore

3 CR Diouloulou Djinaky Kafountine

4 CR Sindian Suelle Djibidione Oulampane

4 CR Tenghory Niamone Ouonck Coubalan

D’après l’ARSD, la population du département de Bignona est estimée à 310.006 habitants en 2009 soit une densité moyenne de 58 hts/km². Elle se caractérise par sa jeunesse. En effet plus de 50 % de la population sont jeunes. Cependant la plupart des jeunes empruntent les chemins de l’exode rural pour se rendre dans les grandes métropoles à la recherche de travail. La répartition de la population par sexe montre une prédominance des femmes qui constituent plus de 50 % aussi de la population totale. La population est composée essentiellement de Diolas. On y retrouve les autres ethnies du Sénégal, voire de la sous­région, à savoir les Mandingues, les Peuls, les Ouolofs, les Sérères, les Balantes, les Mankagnes et les Manjaques entre autres.

CHAPITRE II : BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT DE BIGNONA 2.1.

ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES

2.1.1. Le milieu physique v Le relief Il est plat et, est constitué de vastes plaines et de grandes vallées qui facilitent l’agriculture et l’élevage. La géomorphologie présente des sols de plateaux, des terrasses (sols ferralitiques, ferrugineux) et des rizières près des estuaires et le long des cours d’eau. Les sols argileux représentent 40 % alors que les sols sablo argileux avec 60 % constituent la partie dominante réservée à la culture

92


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page93

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

de l’arachide, du mil, du maïs etc. Les sols de type Deck­Dior (65%), Dior (20%) et Deck (15%) sont très propices aux différentes sortes de cultures pratiquées par les populations. La prédominance des terres sablo ­ argileuses (Deck­Dior) explique l’importance accordée par les populations aux cultures d’arachide et de mil. La forme du relief conjuguée à l’importance de la pluviométrie favorise une végétation dense et diversifiée par endroits et clairsemée dans d’autres. Elle se compose d’espèces d’arbres divers avec une dominance des palmiers à huile, des cailcédrats et des rôniers. v La pluviométrie La tendance de la pluviométrie qui était à la baisse dans les années 1997 a amorcé une ascendance ces dernières années avec une moyenne annuelle de 1.000 mm.

2.1.2. Les ressources naturelles v La végétation La végétation du département est dense et variée : forêt claire à fermée dont le palmier à huile occupe une place prépondérante malgré l’abondance et la variété d’essences comme le prosopis, le khaya senegalensis, le deterium senegalensis, le saba senegalensis, le daniellia oliverii. La mangrove, constituée de palétuviers, qui bordait les marigots et cours, a pratiquement disparu en raison notamment de l’élévation du gradient de salinité des terres alluviales. Entre les bordures des cours d’eau et les plateaux se rencontrent des peuplements importants de palmiers : élaeis guinéensis (palmier à huile) et borassus aéthiopium (rônier) dominants une savane arbustive où se rencontrent des épineux et des combretum. Sur les terres hautes du plateau se rencontrent des formations forestières importantes constituées d’arbres de grande taille des régions guinéennes : Tomboiro, Caïlcédrat, Néré, Santan, fromagers, prosopis, etc. L’activité de cueillette représente une source importante de revenus monétaires pour les populations : «Madd», «Toll», Néré, Pin de singe, Djitakh, Solom, Palmiers, combretum, etc. v La faune La faune est constituée essentiellement de diverses espèces d’antilopes, de singes, de phacochères, de rongeurs et une avifaune assez variée. Cette faune se trouve sous la menace constante des braconniers. La faune sauvage est composée de rats palmistes ou écureuils fouisseurs, de civettes, de singes patas et cynocéphales, de plusieurs espèces de gazelles et céphalophes, de phacochères, de nombreux petits rongeurs et reptiles divers. Néanmoins, on observe un net recul de ces espèces (les crocodiles, les grands herbivores et leurs prédateurs), en raison de la forte pression exercée par l’homme (circulation importante d'armes à feu) et de la dégradation des habitats sauvages (en partie liée à l’extension des vergers d'anacardiers). Le fleuve et les marigots constituent un biotope favorable à l'installation d'une avifaune relativement riche, composée de nombreux migrateurs. Ils sont également pourvoyeurs d'importantes ressources halieutiques qui ont fait la richesse d’une partie des habitants. v L’Hydrographie Le réseau hydrographique est constitué principalement par des marigots. A cet effet, il est noté la présence du marigot de Diouloulou qui prend embranchement à partir du fleuve Casamance. Le marigot de Baïla traverse les CR de Sindian, Diégoune, Djinaky. Toute la façade Ouest et Sud de la CR de Niamone est bordée de cours d’eau. Ces cours d’eau constituent les limites naturelles avec l’arrondissement de Tendouck et le Département de Ziguinchor. Il s’agit des marigots de Bignona, de Baghagha, de Tobor et du fleuve Casamance. Le marigot de Bignona avait de nombreuses ramifications. L’édification d’un barrage anti–sel sur son cours principal, en amont (Affiniam) a grandement modifié l’allure de propagation des eaux dont certains petits bras traversaient le territoire de la CR de Niamone. Le réseau hydrographique est aussi marqué par la présence du Soungrougou situé à l’est de la CR de Oulampane, servant de frontière naturelle entre les régions de Kolda et de Ziguinchor et le fleuve Casamance. La nappe phréatique est peu profonde. Elle se situe entre 10 et 15m de profondeur. v Les ressources Forestières Le domaine forestier du département se caractérise par sa richesse et sa biodiversité. La répartition départementale des massifs forestiers montre que le département de Bignona en détient 20 sur les 30 que compte la région de Ziguinchor. Le département de Bignona, à l’image

93


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page94

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

de toute la région de Ziguinchor renferme d’énormes potentialités forestières. Cependant, l’exploitation forestière reste fermée. La répartition départementale des quotas alloués selon l’espèce montre que le Ven mort détient le plus grand suivi des palmiers et rôniers morts et des pirogues artisanales. Les comités de lutte sont à l’avant­garde des actions de prévention et d’extinction des feux. Dans le département, on remarque que l’essentiel des quatre un (41) comités est équipé. Les équipements des comités sont constitués essentiellement de battoirs, de râteaux, de coupe­coupe, de pelles et de seaux. La gestion forestière génère d’importantes recettes financières qui sont essentiellement de deux ordres : les recettes domaniales et celles contentieuses. Toutefois, les importantes ressources souffrent des contraintes suivantes : • les coupes abusives de la forêt pour la satisfaction des besoins énergétiques des populations et pour l’utilisation comme bois d’œuvre ; • les feux de brousse qui provoquent des dégâts non négligeables sur le potentiel végétal du département. En plus de l’exploitation anarchique de bois d’œuvre, la commercialisation de charbon de bois est devenue une activité soutenue par les jeunes et parfois même par les femmes notamment le long de l’axe Bignona ­ Diouloulou. Par ailleurs, les populations des quatre (4) CR de l’arrondissement de Tenghory, pour parer à la surexploitation excessive de la forêt classée des Kalounayes ont demandé et obtenu de l’Etat la gestion de cette forêt.

2.2.

SERVICES SOCIAUX

2.2.1. Santé Le département est constitué de trois districts sanitaires que sont le district de Bignona, celui de Thionck Essyl et celui de Diouloulou. Tableau n°2 : répartition des infrastructures sanitaires dans le département de Bignona Aspects de la santé Infrastructures de Santé

Personnel de Santé

Maladies les plus Récurrentes

Caractéristiques ­ 03 Districts sanitaires ­ 02 Dispensaires municipaux ­ 101 Cases de Santé ­ 03 Sous­brigades d’hygiène (2 Fonct.)

­ ­ ­ ­

­ 05 Médecins ­ 11 Sages femmes ­ 03 Ophtalmologues ­ Des Agents de santé communautaire ­ Paludisme ­ Toux ­ Conjonctivite ­ Maladies de la peau

­ 56 Infirmiers ­ 01 Dentiste ­ Des Matrones ­ ­ ­ ­

03 centres de santé 61 Postes de santé 162 Maternités rurales 05 Pharmacies

Maladies diarrhéiques Tuberculose IST/SIDA Maladies parasitaires

Dans chaque structure sanitaire, il y a des comités de santé qui arrivent difficilement à satisfaire même le renouvellement du stock de médicament et le paiement des allocations des Assistants Sociaux Communautaires et matrones. L’une de leurs principales préoccupations est la mobili­sation de moyens nécessaires aux investissements. Des cotisations sont initiées dans les vil­lages, pour la réalisation de certains investissements comme ce fut le cas de la case de santé de Diaboudior financée intégralement par les villageois. Certains comités de santé

94


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page95

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

entretiennent des relations de partenariat avec des villes Européennes et des ONG. Les ratios des infrastruc­tures sanitaires, par rapport à la population, restent globalement en deçà des normes de l’OMS. Aussi, cette situation est beaucoup plus marquée dans les CR de Djibidione, Oulampane et Ouonck, qui faisaient parties des zones étaient les plus affectés par le conflit. Les principaux problèmes de santé qu’on retrouve dans le département, sont liés à : • La difficulté d’évacuation des malades; • la difficulté de travailler la nuit du fait du non­éclairage des dispensaires (les panneaux solaires étant en pannes ou inexistants) ; • au déficit de matériel de diagnostic comme : tensiomètre, pèse adulte, pèse­bébé ; • au déficit d’infrastructures ; • au déficit d’équipements et de matériel de soins ; • à l’insuffisance de personnel qualifié ; • à l’accès aux médicaments ; • à l’enclavement

2.2.2. Education et Formation Le département de Bignona compte soixante treize (73) structures du préscolaire, deux cent cin­quante neuf (259) à l’élémentaire, cinquante neuf (59) collèges, quatorze (14) lycées dont un (1) lycée Privé Franco­arabe et un (1) lycée Technique agricole. L'enseignement secondaire est structuré autour de deux composantes : l’enseignement secondaire général composé de lycées, de cours privés et de structures d'entraide et l’enseignement technique. Pour l’alphabétisation, la répartition des auditeurs selon la langue fait apparaître la prédominance du Joola suivi du Mandinka et dans une moindre mesure du Mankagne et du Pulaar. L’accès à l’éducation dans le département est aujourd’hui ancré dans les mœurs avec un niveau de scolarisation supérieur à la moyenne nationale et l’existence d’écoles dans presque tous les villages d’où la forte densité de la carte scolaire. La scolarisation des filles s’est améliorée dans tous les ordres d’enseignement malgré un indice de parité toujours en leur défaveur. Cependant, le secteur est confronté à certaines contraintes comme : • Le début précoce et l’arrêt tardif de la saison des pluies avec les travaux champêtres ; déficit en tables bancs ; • importance des abris provisoires ; • faible niveau de qualification des enseignants (majoritairement des maitres et professeurs contractuels) ; • inaccessibilité des zones d’insécurité ; • déficit des moyens logistiques et du personnel de l’IDEN ; • attractivité des écoles gambiennes de la frontière par rapport à la vétusté de celles sénégalaises. Pour lever les contraintes et améliorer le secteur, les actions ci­après s’imposent : • Améliorer l’environnement scolaire en résorbant progressivement les abris provisoires ; • Relever le taux de couverture en intrants comme les tables bancs et les manuels ; • Faire démarrer les cours dès le mois d’octobre et bancariser les enseignants percevant au billetage; • Améliorer et redynamiser les cadres de concertation et les comités de gestion ; • Rouvrir les écoles gelées à la frontière et systématisation des cantines scolaires ; • Octroyer des appuis aux élèves en situation de vulnérabilité ; • Réhabiliter ou construire de nouveaux locaux avec clôture pour l’inspection départementale.

2.2.3. Hydraulique Le département de Bignona compte plus de deux milles (2.000) puits traditionnels, trente trois (33) forages dont la plupart sont non fonctionnels, un (01) barrage hydro­agricole non fonctionnel faute d’aménagement, plusieurs digues anti­sel et de retenue d’eau, des centaines de puits modernes et pastoraux. Pour la plupart des CR disposant de réseau AEP, la gestion de l’eau pose problème. La plupart des branchements particuliers et bornes fontaines ne disposent pas de compteurs.

95


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page96

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Par ailleurs, dans le domaine de l’hydraulique, il faut signaler l’expérience vécue dans la CR de Coubalan. Dans cette CR, 5 ASUFOR, se sont regroupées pour former la Fédération des ASUFOR des Kalounayes (FAK). Avec 17.339 habitants, la CR de Coubalan assure, à travers la FAK, la gestion de l’eau de ses cinq (5) forages dont certains sont interconnectés. Cette interconnexion, réduit les risques de coupures d’eau du fait d’une éventuelle panne d’un des forages. Le regroupement des ASUFOR permet de prendre en charge tout le personnel d’appoint. Dans les centres urbains, la SDE en rapport avec la SONES, assure la distribution et la vente de l’eau. L’amélioration de la gestion des forages ruraux motorisés, passera par : • la généralisation de la pose de compteurs au niveau de tous les points d’eau ; • la généralisation de la vente de l’eau au volume ; • l’information – sensibilisation sur l’importance de l’eau potable pour la santé et l’hygiène dans les familles.

2.2.4. Le cadre de vie L'habitat est caractérisé par des maisons en dur, banco et sémi banco. Quant à l'urbanisme, elle est perceptible dans les trois communes mais aussi dans la zone touristique de Kafountine. La commune de Bignona Elle est dotée d'un Plan Directeur approuvé depuis 1988. Ce PDU a trois phases : Phase une : Densification de l'habitat existant. Cette densification a permis le morcellement de certaines réserves et le redimensionnement d'autres équipements. Phase deux : L'aménagement de la première zone d'extension a accueilli le projet de restructuration et de régularisation de l'habitat spontané initié par la Direction de l'Urbanisme et de l'Architecture (DUA) et la Coopération allemande (GTZ). Cette opération a débuté depuis 1991. Elle n'est pas encore terminée mais elle est bloquée par le manque de financement ce qui explique les occupations irrégulières. Phase trois : Elle concerne la zone de Tenghory et n'a pas encore connu un début d'aménagement. La Commune de Thionck­Essyl Elle ne dispose pas d’un PDU approuvé par les autorités administratives. Une régularisation foncière s'impose pour permettre aux bénéficiaires de lots d'accéder à la propriété privée. Cette commune a une importante zone d'extension qui doit être judicieusement gérée. La Commune de Diouloulou Cette dernière née des communes, n'est pas dotée d'un plan directeur d’urbanisme. La zone touristique La zone touristique de la Basse Casamance couvre les sites du Cap Skirring et de Kafountine. Elle est dotée d'un PDU approuvé en 1984. A côté de l'aménagement de la zone devant abriter des infrastructures hôtelières, il y a la zone balnéaire où sont édifiés les campements. Les contraintes du secteur • Les faibles moyens dont disposent les collectivités locales ; • Le manque de logistiques et l'insuffisance de l'effectif du service régional ; • Les difficultés d'accès aux zones d'extension pour les communes dotées de PDU.

2.2.5. Assainissement Le sous­secteur de l’assainissement n’a jamais fait objet d’intervention pour sa modernisation. En l’absence d’équipements de réception, les eaux usées sont versées au niveau des concessions. A l’instar des eaux usées, les ordures ménagères sont déposées auprès des maisons. Ces dépôts d’ordures constituent toutefois des lieux de compostage, un composte utilisé en agriculture. Ce compost est utilisé par les femmes pour la fertilisation des cultures. Ces dépôts d’ordure sont considérés comme des composterais importants, mais la difficulté demeure le transport de ce terreau jusqu’aux champs de culture. Par ailleurs, il faut noter les efforts entrepris dans la CR de Coubalan avec la construction de latrines modernes au niveau de chaque concession.

96


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page97

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.2.6. Sports Les principales activités sportives pratiquées sont : le football, le basketball, le handball, l’athlétisme, le volleyball, les navétanes et la lutte traditionnelle. Cependant, il faut noter que le département ne dispose que d’un seul terrain de football, ce qui cause le grand problème du déficit des infrastructures sportives. Problèmes et contraintes du secteur • Manque d’infrastructures et d’équipements sportifs ; • Manque de centre de formation ; • Manque de Moyens et de Sponsors. Solutions pour améliorer le secteur • Multiplier les infrastructures à tous les niveaux pouvant permettre les jeunes de pratiquer le sport voulu ; • Equiper les structures (écoles de football…) qui encadrent les jeunes ; • Créer des centres de Formation pouvant accueillir des jeunes talents détectés au niveau local ; • Appuyer financièrement ou en matériel les encadreurs des écoles de sports ; • Organiser des compétitions pour les écoles de sports.

2.2.7. Culture Le département révèle de nombreux sites et monuments historiques dont le Mausolée Ahoune SANE et le Musé Bara GOUDIABY. Par ailleurs, le carnaval de Kafountine et le Festival d’Abéné, constituent des moments forts dans les activités culturelles du département. Les contes, mythes et légendes, qui caractérisent le patrimoine immatériel, constituent des sources pour l’étude ethnographique des différentes entités du département. Leur exploitation reste très complexe car exigeant un travail de collecte, de conservation et de diffusion, la mise en place d’une équipe d’enquêteurs et de moniteurs en alphabétisation et une équipe de chercheurs. L’action culturelle dans le département comprend le théâtre, les ballets, la musique moderne, la musique traditionnelle.

2.2.8. Pauvreté La région de Ziguinchor se caractérise présentement par une précarité sans précédent. De statut de « grenier du Sénégal », elle est passée à l’état d’indigence au point de recourir à l’aide alimentaire pour la couverture des besoins en la matière. Cette situation est essentiellement due à la crise socio politique survenue au début des années 1980. Le pourcentage de ménages pauvres du département de Bignona est de 68,7%. Et en ce qui concerne, la pauvreté au niveau individuel, le pourcentage est de 75,6%.

2.3.

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL

2.3.1. Agriculture C’est la principale activité des habitants du département. C’est essentiellement une agriculture sous pluie axée sur la culture vivrière et la culture de rente en saison des pluies, l’arboriculture et le maraîchage en saison sèche. Les cultures céréalières, les plus développées sont le riz, le mil, le sorgho, le fonio, etc. L’arachide demeure la principale culture de rente dans le département. On a noté une nette diminution des superficies cultivables pour cette spéculation. Par ailleurs, d’autres types de cultures se développent de plus en plus telles que le sésame, le tabac et la pastèque. L’enclavement de beaucoup de villages pose un véritable problème d’écoulement des produits horticoles. Aussi, l’agriculture reste confrontée à l’avancée de la langue salée dans les rizières ce qui réduit considérablement les superficies cultivables. Par ailleurs, l’accès aux matériels et intrants agricoles de qualité, en quantité et à temps à cause de la cherté et de la difficulté d’accès au crédit. Le matériel de travail existant est très vétuste et souffre de l’absence de pièces de rechange. Comme autre contrainte, il y a la réduction des superficies emblavées en raison de l’exode des jeunes. Et le type d’agriculture pratiquée est à forte intensité de main d’œuvre. L’interaction de tous ces facteurs exerce aujourd’hui une influence négative sur les rendements agricoles.

97


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page98

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.3.2. Elevage Les conditions climatiques de la région de Ziguinchor lui confèrent une vocation agro­sylvo pastorale certaine. Cependant, son organisation reste encore traditionnelle; En dehors de l’hivernage, les animaux sont laissés en divagation; L’élevage pratiqué est extensif. Les statistiques de 2009 révèlent que, le cheptel du département est estimé à : Tableau n° 3: répartition des effectifs du cheptel dans le département de Bignona Bovins

Ovins

Asins

Porcins

Caprins

92 900

90 200

26 970

31 400

113 900

Equins 2 005

Volaille 1 089 500

Le tarissement précoce des mares crée d’énormes problèmes d’abreuvement au bétail. Le développement du sous secteur passe par la résolution des principales contraintes que sont : • l’absence de personnel vétérinaire qualifié dans le département; • les épidémies ; • l’inexistence d’infrastructures pastorales ; • la faible productivité de la race locale ; • la circulation limitée du bétail surtout en hivernage ; • la sous­alimentation en saison sèche, etc.

2.3.3. Pêche La pêche fluviale et la pêche continentale sont les deux types de pêche les plus couramment pratiqués. Le département recèle d’importantes ressources halieutiques : poissons, huîtres, crevettes, crabes, etc. L'armement piroguier est en majorité composé de petites pirogues à rames tandis que le matériel de pêche le plus fréquemment utilisé est constitué de filets éperviers, de lignes, de palangres et de pièges. Des projets d'ostréiculture appuyés par des partenaires extérieurs sont en cours de réalisation. Depuis quelques années, les populations ont noté une forte pression sur la crevette Les principaux problèmes liés à la pêche sont : • la forte pression exercée sur la ressource ; • les difficultés d'accès au crédit ; • l'état défectueux des pistes d'accès aux différents quais de pêche ; • la construction du barrage d'Affiniam qui a occasionné la raréfaction du poisson dans certaines zones de pêche ; • l’envasement des débarcadères et des marigots ; • l’insuffisance de matériels de pêche et d’embarquements motorisés ; • le manque d’organisation des pêcheurs ; • la difficulté de conserver les produits halieutiques dans certaines zones de pêche ; • l’absence de contrôle de la pêche crevettière et le non respect du repos biologique des es­pèces ; • la rareté des poissons à certaines périodes de l’année, due à la destruction de la mangrove.

2.3.4. Tourisme En 2009, le département de Bignona abritait trente huit (38) établissements d’hébergements dont quatre (4) hôtels, vingt sept (27) auberges et sept (7) campements villageois pour trois cent soixante huit (368) chambres et cinq cent quatre vingt sept (597) lits. L’analyse de l’intensité du flux touristique au sein de la région permet d’identifier deux périodes : la haute saison touristique et la basse saison touristique ou période morte. Le département de Bignona recèle beaucoup de potentialités naturelles et culturelles mais également d’atouts dont environ 20 km de plage, un potentiel infrastructurel très important la proximité de la Gambie, un tourisme culturel développé, une piste d’atterrissage à Abéné. Cependant, le secteur reste confronté à quelques contraintes : zone non aménagée, route Diouloulou­Kafountine impraticable, l’insécurité, la fermeture de la piste d’Abéné.

98


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page99

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.3.5. Artisanat Dans le secteur de l’artisanat, diverses activités sont pratiquées. L’activité artisanale est plus marquée en saison sèche. L’artisanat souffre d’un manque d’infrastructures et surtout de l’absence d’organisation de ses différentes filières,

2.3.6. Industrie Au plan industriel, il existe quelques unités de transformation, elles concernent surtout la savonnerie, les fruits et légumes. La transformation est très peu développée dans le département malgré les potentialités Par ailleurs, il faut noter la présence de scieries dans le département à l’image de celle de Teubi et Diango.

2.3.7. Mines et géologie Les principales ressources minières sont entre autres : • les argiles céramiques et les argiles pour la poterie à Djimakakor, Baïla ; • les carrières de sable et de gravillon ; • les lignites; les hydrocarbures (pétrole et gaz) : des indices de pétrole off­shore ont été découverts au large de Kafountine. L’exploitation minière consiste principalement à des prélèvements opérés au niveau des carrières (sable, gravillon). Les principales contraintes du secteur sont : • Le taux de salinité élevé des zones à potentiel tourbier ; • l’insuffisance de la recherche pour une évaluation des ressources minières aux fins d’exploitation industrielle ; • l’insuffisance de moyens humains et matériels au niveau des services prélèvements anar­chiques de sable, terre, latérite ; • l’insécurité qui règne dans la région

2.3.8. Secteurs d’Appui à la Production v Transport Trois routes importantes traversent Bignona. Il s’agit : • de la route nationale n°4 (RN4) qui part de Ziguinchor (capitale régionale) en passant par Bignona vers Dakar ; • de la route nationale n° 5 (RN5) qui relie Bignona ­ Diouloulou et la Gambie. Cette route traverse beaucoup de villages du département. La route secondaire qui part de Bignona vers l’arrondissement de Sindian permet à bon nombre de villages (Nialor, Boutolate, Piran, Soutou, etc.) de rallier rapidement la Gambie. A cela, il faut noter la réalisation du premier tronçon de la boucle du Blouf qui permet de désenclaver une importante partie de l’arrondissement de Tendouck. A coté du transport terrestre, il faut signaler le transport fluvial qui se fait à travers des pirogues pour désenclaver les iles mais aussi relier certains villages à Ziguinchor. Les principaux problèmes liés aux voies de communication sont : • Le manque d’entretien des pistes ; • le manque de moyens pour renforcer le parc des pirogues ; • la faiblesse de la fréquence des rotations des voies de transport ; l’impraticabilité des pistes. v Commerce Les produits commercialisés en milieu rural, en dehors des boutiques détenues par les peuls, proviennent tous des activités agricoles, de la cueillette et de l’arboriculture fruitière est monopolisé par des personnes qui n’habitent pas souvent le département (des « bana­banas »). Au plan infrastructurel, l’activité commerciale repose sur l’existence de marchés permanents, notamment à Bignona, Thionck Essyl et Diouloulou, caractérisés par les échanges qu’ils permettent et de boutiques au niveau desquels s’approvisionnent les populations en denrées alimentaires. Les marchés hebdomadaires, qui constituent en milieu rural des moments privilégiés d’échanges, sont pratiquement inexistants. Toutefois, le développement du commerce demeure entravé par l’insécurité et l’enclavement. La transformation, quant à elle, bénéficie d’importantes ressources de base (produits de cueillette, etc.). Son développement reste entravé par l’absence d’infrastructures et d’équipements.

99


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page100

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

v Energie (fossile et renouvelable) Le secteur de l’énergie dans le département de Bignona comprend deux sous­secteurs qui coexistent avec un minimum de lien structurel ou fonctionnel: le sous­secteur de l’énergie traditionnelle et le sous secteur de l’énergie moderne. Le sous secteur de l’énergie traditionnelle est très largement dominé par le bois et le charbon de bois, tandis que le sous­secteur des énergies modernes comprend les combustibles pétroliers et l’électricité, principalement d'origine thermique. En 2009, la longueur du réseau électrique départemental de la SENELEC était de 503.028 km, avec une production annuelle de 12.967.400 kWh. Le département de Bignona dispose de ressources énergétiques diversifiées dont la mobilisation nécessite une stratégie globale coordonnée, notamment au regard de préoccupation de développement durable et de lutte contre la pauvreté. Les ressources forestières permettent aujourd'hui d'assurer l'approvisionnement énergétique des populations du département de Bignona, pour satisfaire des besoins fondamentaux, tels que la cuisson des aliments. De nombreux villages sont raccordés à l’électricité mais des efforts sensibles sont à entreprendre dans le cadre de l’électrification rurale en cours avec l’ASER. Par ailleurs des efforts doivent être entrepris dans l’électrification des villages insulaires. v Télécommunications Le réseau de téléphone mobile est présent dans le département, avec tous les trois (3) opérateurs (Orange, Expresso et Tigo). Il faut noter que d’importants progrès ont été notés avec surtout l’installation d’antennes pour le mobile mais des contraintes subsistent dans certaines zones où le réseau n’est pas encore installé. L'éloignement de certaines zones constitue souvent des barrières qui freinent l'exploitation du réseau de télécommunication. En période d'hivernage, certaines zones rurales rattachées à l'agence sont enclavées et inaccessibles et les agents rencontrent d'énormes difficultés pour raccorder une ligne ou relever un dérangement. Les charges sont très élevées car le raccordement des abonnés est souvent hors norme. En ville, certains abonnés sont raccordés jusqu’à 300 à 400m des PC. En zone rurale, d’autres abonnés sont à deux kilomètres des stations, ce qui alourdit considérablement les charges. v Poste Le département de Bignona compte deux bureaux de postes ouverts (communes de Bignona et Diouloulou). La réouverture du poste de Baïla est souhaitée. Le service financier est caractérisé par les émissions de mandats, les paiements auxquels il faut ajouter les versements de caisse d’épargne et les remboursements. Quant au service postal, il est marqué par les taxes de correspondance postale représentées par les ventes de figurines postales, les colis postaux et les produits d’abonnement aux boites postales. v Presse Dans le département de Bignona, on note la présence de plusieurs groupes de communication : RTS, Walfadjri, Sud, Futurs médias. A côté de ces groupes qui s’activent dans la presse écrite, parlée et télévisée (à l’exception de Sud), on enregistre d’autres organes communautaires comme FM Awagna, Kaïraba FM, Fogny FM, Blouf FM et Kalounaye FM, qui émettent sur les ondes FM. Aussi, l’essentiel des journaux du Sénégal sont quotidiennement disponibles. v Banques et Systèmes Financiers Décentralisés En ce qui concerne l’accès à l’épargne et au crédit, on note que le département compte plusieurs institutions financières telles que : • la CBAO ; • le Crédit Mutuel Sénégalais (CMS) implanté dans tout le département ; • la Caisse Rurale d’Epargne et de Crédit (CREC) qui dispose de points service dans beaucoup de villages du département ; • l’Inter CREC ; • la Caisse Villageoise d’Epargne et de Crédit (CVEC) à Diouloulou. Le développement de ce secteur d’activité reste néanmoins entravé par : • Le manque d’organisation des différents corps de métiers existants ;

100


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page101

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• La difficulté d’accès au crédit pour l’achat de matériel ; • La difficulté d’accès au crédit pour l’achat de matières premières pour certains artisans avec la crise qui sévit dans cette zone depuis plusieurs années.

2.4.

GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION

2.4.1. Décentralisation Le département de Bignona abrite le plus nombre de CL de la région. En effet, elle compte 19 CL (3 communes et 16 CR). Les communautés rurales du département de Bignona se sont constituées en GIC. Sa création est prévue par le code des CL, et le PSIDEL a aidé à sa mise ne place. Chaque communauté rurale est représentée dans le conseil du GIC par son président et un conseiller rural. Le conseil du GIC est présidé par un bureau composé du président et de 2 vices présidents. Cependant, force est de constater que depuis sa création, le GIC n’a pas fonctionné. Il est inconnu du grand public et sa mission reste inconnue de ses membres. La redynamisation du GIC passera entre autres par : • Le renforcement des capacités des membres du GIC ; • l’élaboration d’un plan d’actions budgétisé et d’un règlement intérieur ; • le développement de partenariat dans le cadre de la coopération décentralisée ; • l’intégration des communes au GIC ;

2.4.2. Justice Le département de Bignona, à l’instar des autres départements de la région, compte un tribunal départemental et une maison d’arrêt pour recevoir les détenus. Les statistiques du secteur nous apprennent que la population carcérale est en constante évolution sur la période 2003­ 2009, à l’exception de l’année 2006.

2.5.

DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE

Les OCB jouent un rôle important dans le département. Deux grandes associations d’envergure régionale (APAD, Entente de Diouloulou et COLUPAS) sont bien implantées dans le département et ont à leur actif de nombreuses réalisations. La Coordination des Organisation Rurales du Département de Bignona (CORB) qui a comme siège la Maison du Paysan, regroupe 11 Organisations Paysannes dont l’APAD et l’Entente de Diouloulou. Par ailleurs, les GPF et les GIE constituent les principales entités œuvrant pour le bien­être de la femme par le biais d’activités productives. Plusieurs ASC sont présentes sur l’étendue du département, et les principales activités qu’elles mènent tournent autour du sport, du théâtre, de l’organisation de soirées dansantes lucratives et de semaines ou journées culturelles. Il existe aussi des APE dans les établissements scolaires. Ce type d’association est le tampon entre les parents d’élèves et les enseignants, tout en épaulant ces derniers dans leur rôle d’éducateur. Depuis l’avènement de l’initiative de Bamako, il est mis en place des comités de santé, autour des postes et centres de santé. Toutefois, en dépit de leur dynamisme et du rôle important qu’elles jouent, ces OCB connaissent des difficultés qui limitent considérablement leurs activités comme le manque de moyens financiers et matériels.

2.6.

JEUNESSE

Le département compte plusieurs foyers de jeunes, un (01) espace de jeunes, et trois (03) cases foyers de la femme. La majorité des infrastructures de jeunesse sont construites par les jeunes ou avec l’appui des ONG. Cependant, seul l’espace Jeune de Tendouck répond aux aspirations de la jeunesse dans le département. Des actions d’intérêt communautaire, de cours de vacances, de camps chantiers, de reboisement, de colonies de vacances, de sports scolaires et de compétitions théâtrales sont entreprises par la jeunesse. Néanmoins, elle reste confrontée à certaines contraintes :

101


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page102

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Le manque de centre de formation professionnelle ; • le manque d’équipements agricoles modernes poussant les jeunes à l’exode ; • le manque d’usines pouvant créer des emplois pour les jeunes ; • les difficultés d’obtention de financement. L’amélioration de la situation de la jeunesse, passera par la: • La création de structures de formations professionnelles ; • la modernisation du matériel agricole ; • l’organisation des jeunes autour de projets collectifs (fermes agricoles…) ; l’installation et le financement d’unités de transformation.

2.6.1. Promotion de l’Emploi des jeunes Les problèmes de l'emploi des jeunes ne cessent de s'exacerber au fil des années dans le département. Cependant, l’existence de corps de métiers (menuiserie, mécanique,…), du FNPJ, constituent des opportunités d’emplois pour les jeunes. Ainsi de 2001 à 2010, le FNPJ a financé 50 projets de jeunes du département pour un investissement global de 189.630.164 FCFA, soit 260 emplois créés. Toutefois, il faut noter que des contraintes à la promotion de l’emploi subsistent. Il s’agit de : • L’accès difficile au crédit ; • l’insuffisance de la formation ; • l’exiguïté des marchés ; • l’insuffisance des unités de conservation ; • l’insécurité.

2.7.

DEVELOPPEMENT SOCIAL

2.7.1. La prise en charge des personnes vulnérables Au niveau de l’action sociale, la prise en charge des cas sociaux d’une manière générale est un véritable défi. En effet, la prise en charge des sinistrés tout comme les indigents, demeure un problème non résolu pour la plupart. La satisfaction de ces cas réside dans une prise en charge concertée entre les STD et les CL. Les personnes du troisième âge, malgré leur dynamisme à travers des associations rencontrent d’énormes difficultés dans la prise en charge de leur préoccupation. S’agissant des enfants orphelins, leur prise en charge pose également des problèmes dans la mesure où les structures d’accueil sont insuffisantes. Les lépreux constituent aussi un maillon non négligeable dans la catégorie des groupes vulnérables. Le village de reclassement social de Teubi, abrite certains d’entre eux. Ce village se caractérise essentiellement par l’exiguïté des locaux et l’impérieuse nécessité de faire une extension du village et de construire des habitations sociales. Les personnes handicapées (moteur et visuel) rencontrent aussi des problèmes ayant pour noms : problèmes d’appareillage, financement de projets, formation, marginalisation, stigmatisation. Quant au développement économique et social des femmes, il est relativement lié à la mise en valeur de leur potentiel et à l’exploitation rationnelle de leur temps de travail. Malheureusement, les femmes ne disposant pas d’équipements et de matériels de travail adé­quat en vue d’alléger leurs travaux champêtres et domestiques éprouvent beaucoup de peine à mener certaines activités quotidiennes tout en s’occupant de leurs foyers

102


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page103

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

CHAPITRE III : LE PARTENARIAT DANS LE DEPARTEMENT Plusieurs partenaires constitués de Projets/Programmes, d’ONG, de la Coopération Décentralisée, d’organismes internationaux interviennent dans l’espace départemental. Parmi eux, on peut citer principalement : Coopération Française et Espagnole, PDMAS, UE­AESN, Enda­Rup, Paderca, DISC, AS2Keur, Barcelona SIDA 2002, UNICEF, PEPAM, USAID, KFW, Pays De Savoie Solidaires, ADM, Enda Ecopope, Pacte, CCFD, AFDS, PNDL, CRS, Tostane, PADDEL, ANRAC/PARC, ARBRES, Handicap International, AMA. Ces différents partenaires interviennent dans les secteurs clés du développement que sont la santé, l’éducation, l’hydraulique, l’agriculture, la préservation de l’environnement, le social avec la construction d’équipements et/ou d’ouvrages, l’équipement de ces équipements. Ils soutiennent également la population locale (élus, OCB) à travers des séances de renforcement des capacités.

CHAPITRE IV: THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DU DEPARTEMENT DE BIGNONA Lignes directrices

CL porteuses de la stratégie

Contribuer à la consoli­dation de la paix

Toutes les CL

Promouvoir l’accès aux terres polluées

Toutes les CL 1­7­8

Contribuer à l’amélioration des pro­cédures de passations de marché Promouvoir des méca­nismes pour un parte­nariat durable

OMD

Organisations travaillant Situation de base dans ce domaine BONNE GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION

Toutes les Les CL, administration CL déconcentrée, les PIF, les projets et programmes, ONG, associations, MFDC et pays limitrophes, ARD.

Partenariat envisagé

­ Accalmie généralisée ­ situation géopolitique favorable ­ région d’activités économiques et sociales ­ actions de déminage en cours ­ volonté des acteurs affichée CNAMS, ANRAC, Armée du Dépollution inachevée Séné­gal, MFDC, CEDEAO, HI, Beaucoup d’actions entreprises Agences des Nations Unies, mais pas suffisamment Projets et pro­grammes, coordonnées ONG, Associations, Services techniques, Collectivités locales, Société civile, Secteur Privé, PTF

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capacités Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capacités

Toutes les CL 1­2­7­8

Toutes les CL, le contrôleur ­ Le code de passation des marchés ­ fonds de dotation et fonds de des finances, le trésorier payant, les PIF, administration con­cours ­ coopération décentralisée déconcentrée, ARD

­ Appui technique ­ Appui financier ­ renforcement des capacités

Toutes les CL 1­2­7­8

Les CL, l’administration déconcen­trée, les PIF, les projets et pro­grammes, ONG, les organisations professionnelles, ARD

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capacités

­ coopération déc. (Région Alsace, Meurthe et Moselle en France, la Lombardie et la Région de la Sienne en Italie), Fondation SOTEC et la Fondation GO FOR AFRICA en Hol­lande, la coop. Française, Espagnole, Allemande, Italienne

103


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page104

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Faciliter l’accès aux Toutes les CL terres surtout pour les femmes et les groupes vulnérables

Absence de Cadastre rural Problème d’accès à la terre Beaucoup de conflits fonciers Maîtrise insuffisante des lois et rè­ glements en vigueur Difficultés d’application des textes Survivance des pratiques tradition­nelles Imprécision des limites des CL Les CL, services des impôts et ­ Etude sur la fiscalité régionale dis­ do­maines, le trésorier ponible régional, le service financier ­ Paierie régionale régional, le gou­verneur, ­ contrôle de la région financière l’ARD.

­ Généralisation des études socio­ foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Améliorer le cadre Toutes les CL 1­2­3­7­8 insti­tutionnel et organisa­tionnel des collectivités locales et des acteurs

Les CL, administrations déconcen­trées, projets et programmes, communautés.

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Augmenter les Toutes les CL 1­2­7­8 capacités d’investissement des collectivités locales

CL, administrations ­ Insuffisance de fonds de dotation et de concours déconcentrées (trésorier payeur région, contrôleur des ­ Non concomitance des transferts des ressources pour la plupart finances, Ministre des compétences transférées décentralisa­tion) ARD.

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­Appui financier

Contribuer à l’amélioration du sys­tème judiciaire

Toutes les CL 1­2­7­8

CL, administration déconcentrée (structures judiciaires, gouver­nance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Promouvoir l’intercommunalité

Toutes les CL 1­2­7­8

CL, administration déconcentrée (structures judiciaires, gouver­nance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

Promouvoir une fiscalité régionale adaptée

104

1­3­4

Toutes les CL 1­2­7­8

Les CL, STD, Coopération Espagnole

­ Insuffisance de ressources humaines de qualité ­ Faible fonctionnalité des cadres sectoriels existants

­ Tribunal régional ­ Tribunaux départementaux ­ Maisons de justice ­ Cabinets d’avocats, huissiers, AEMO, auxiliaires, police, gendarmerie, douane, eaux et forets, pêche ­ Cadres de concertation, GTR ­ Volonté communautaire affichée

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Généralisation des études socio­ foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page105

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Améliorer la fonction­nalité des cadres de concertation et des Groupes de Travail

Toutes les CL

1­2­7­8

CL, administration déconcentrée (structures judiciaires, gouver­nance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

Cadres de concertation, GTR Généralisation des ­Volonté communautaire affichée études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Renforcer les Toutes les CL 1­3­4­5­7 capacités de tous les acteurs lo­caux

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

Promouvoir Toutes les CL 1­3­4­5­7 l’approfondissement de la décentralisation

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

­ Maitrise insuffisante des techniques de gestion et de valorisation des RNE ­ Maitrise insuffisante des textes relatifs à la G.R.N.E ­ Manque de moyens technique, logistique et financier ­ Seulement neuf compétences trans­férées

Contribuer à la préven­tion et à la gestion des risques et catastrophes

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

Toutes les CL 1­3­4­5­7

Améliorer le service Toutes les CL 7­8 des administrations locales

­ Appui financier ­ Appui technique

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

­ Comité régional, prévention des Généralisation des risques et catastrophes études socio­foncières ­ le DSRP/Régional ­ Réalisation d’un ­ DRDI cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Service régional démographique ­ Appui technique et statistique ­ Appui financier ­ Services déconcentrés ­ Formation ­ CL, OSC, Privés

105


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page106

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Améliorer la couverture Toutes les CL sanitaire des populations

Améliorer le niveau d’instruction des popu­ lations

4, 5, 6

Toutes les CL 1, 2, 3

Augmenter le paquet de Toutes les CL 2 services dans les établissements scolaires (enseignants, tables bancs, ordinateurs, points d’eau, latrines, clôtures et matériels didactiques)

Faciliter l’accès à l’eau potable

Toutes les CL sauf la CR de Coubalan

1, 4, 5

Promouvoir l’insertion et Toutes les CL 1­7 la réinsertion socio économique des jeunes

Développer les disci­ plines sportives au niveau de toutes les catégories

106

Toutes les CL 3

SERVICES SOCIAUX DE BASE Santé et nutrition Collectivités locales, UNICEF, ­ District sanitaire ­ Centre de récupération USAID, INTRAHEALTH, PNLP, nutrition­nelle PNT, CNLS, PNDL, Africare, ­ Association des PVVIH Handicap International ­ Réseau d’Appui Communautaire (RAC) Education Collectivités locales, UNICEF, ­ Etablissements scolaires publics et privés USAID, UNESCO, Procas, Services déconcentrés de l’Etat, ­ Structures communautaires Partenaires au développement d’entre aide scolaire Collectivités locales, TOSTAN, ­ Etablissements scolaires publics et privés Procas, USAID, UNICEF, ­ Associations des Parents UNESCO, Services d’élèves (APE) déconcentrés de l’Etat ­ Collectif des Directeurs d’Ecoles (CODEC) ­ Comité de gestion des écoles ­ Congrès de villages ou Associations de développement des villages Hydraulique Collectivités locales, SONES­ SDE, CICR, PADERCA, PEPAM UNICEF, Procas

Jeunesse ETAT, SRDC, SRAS, CRCOF, FRGPF, ARPH, ONG, Projets/Programmes, Agences NU, ANCAR

­ Formation ­ Equipement ­ Financement ­ Appui technique

­ Formation ­ Equipement ­ Financement ­ Appui technique ­ Formation ­ Equipement ­ Financement ­ Appui technique

­ Insuffisance de Forages et de ­ Mini forages ­ Insuffisance de Puits modernes ­ ASUFOR

Ressources matérielles et fi­nancières Renforcement de capacités

Déficit de RH et de centres de jeunes

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Appui conseil ­ Formation ­ Equipement

Sport Collectivités locales, Handicap ­ Structures sportives (ASC, Ecoles International, Services de sport) étatiques (CDEPS), PNDL, ­ Mouvements sportifs Partenaires au développement ­ Existence d’aires de jeux ­ Insuffisance d’infrastructures sportives et d’encadreurs

­ Formation ­ Equipement ­ Financement ­ Appui technique


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page107

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Valoriser le patrimoine Toutes les CL culturel local (matériel et immatériel)

3, 7, 8

Culture Etat, Collectivités locales, Unesco

­ Centres culturels / ASCD ­ Centre d’Education et d’Action Culturelle (CEDAC) de Bignona ­ Foyers des jeunes (espaces jeunes) ­ Existence de sites et monuments historiques

­ Formation ­ Equipement ­ Financement ­ Appui technique

Développement Social et Genre 1, 3, 5, 7, 8 Collectivités locales, PNDL, Etat ­ Organisations féminines ­ Equipement ­ Engagement et disponibilité des ­ Formation (Développement femmes (initiatives développées ­ Appui conseil Communautaire), Partenaires par les femmes) au développement

Améliorer les conditions de vie et de travail des femmes

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL Toutes les CL 1 ­2 ­3 ­ 4 ­ Services techniques ­ Beaucoup d’acteurs ; beaucoup de structures finan­cières 5 ­ 6 ­ 7 ­ 8 Collectivités locales, société décentralisées ; civile PTF ­ existence d‘initiatives écono­ miques locales ; ­ manque de coordination du sys­ tème financier décentralisé ­ Vision pas clairement définie ; ­ Concertation insuffisante pour tous les acteurs Secteurs productifs Agriculture Assurer l’autosuffisance Toutes les CL 1 Services de l’Etat (Agriculture, ­ Existence de vallées, digues, pla­ teaux, de barrages alimentaire Elevage, Pêche…), ANCAR, PADER­CA, SDDR, GRDR, PAM, ­ Matériels agricoles vétustes ­ Existence de structures locales Procas, Fédération des GPF, OP, de concertation et de SEDAB développement peu fonctionnelles. ­ Comité de Pilotage de la Maison de l’Innovation (MI) Intensifier la production Toutes les CL 1 ANCAR, PADERCA, SDDR, ­ Technique traditionnelle ­ Vergers et champs agricole GRDR, PAM, ProCas, ANA ­ Associations des producteurs (Agence Natio­nale de l’Aquaculture), Fédération des GPF, OP, SEDAB, Partenaires au développement Promouvoir une vision de développement économique local

Développer les diffé­ rentes filières de l’élevage

Toutes les CL

1

Intensifier l’élevage

Toutes les CL

1

Elevage Service de l’élevage, PADERCA, ANCAR, UNICEF, Programme Ka­ronghen, Partenaires au dévelop­pement Service de l’élevage, CICR, Partenaires au développement

Appui organisationnel et institutionnel

­ Aménagement de vallées ­ Equipement ­ Formation ­ Appui financier

­ Appui matériel ­ Appui financier ­ Appui formation

­ Cheptel existant insuffisant ­ Faible Production laitière ­ Structure de concertation des éleveurs

­ Appui matériel ­ Appui financier ­ Formation

­ Elevage extensif et de prestige ­ Divagation des animaux

­ Formation ­ Appui financier

107


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page108

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Toutes les CL

Toutes les CL 1 ­ 7

Services des Pêches, Wula Nafaa, Océanium, FENAGIE

Développer l’aquaculture

Toutes les CL 1 ­ 7

Redynamiser le secteur du tourisme

Toutes les CL

Services des Pêches, Wula Nafaa, Océanium, FENAGIE, ANA, Partenaires au développement Tourisme Etat, Office régional du tourisme, syndicat d’initiatives et autres associations, Collectivités locales, Populations

Redynamiser le secteur de l’artisanat

Toutes les CL

1­7

Pêche Services des Pêches, Wula Nafaa, Océanium, FENAGIE

Améliorer le cadre or­ ganisationnel des acteurs Protéger les zones de reproduction des es­pèces halieutiques

1, 8

1, 7, 8

Créer les conditions Toutes les CL favorables d’installation de PMI et d’industries

1

Organiser et surveiller Toutes les CL l’exploitation des mines

1, 7

Développer le réseau de Toutes les CL transport routier et fluvial

108

1, 4, 7

Acteurs peu organisés

­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Formation ­ Existence de nombreux bolongs ­ Appui financier et de littorales ­ Appui matériel ­ Quai pas suffisamment équipés ­ Formation et points débarquement non aménagés centres de pêche ­ Existence de nombreux bolongs et de littorales

­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Formation

­ Hôtels / Campements ­ Auberges / Espaces verts ­ Plages / Sites culturels ­ Spectacles ou événements cultu­rels

­ Appui financier ­ Formation

Artisanat Etat, Collectivités locales, Chambre de métier, Populations, Partenaires au développement

­ Existence d’artisans locaux ­ Appui financier ­ FENAS ­ Appui matériel ­ Existence de centres artisanaux ­ Formation

Industrie Etat, Collectivités locales, Plate­ forme économique de Bignona, GIE, Organisations Paysannes, Privés, Fédération des GP, Parte­naires au développement

­ Existence d’unités de transforma­tion, de PME Importance du potentiel de produc­tions économiques du département

Mines et Géologie Services de l’Etat, Collectivités ­ Existences de carrières non auto­risées (latérites, sable) et locales, Organisations d’argiles céramiques Paysannes, Populations

­ Appui financier ­ Appui organisationnel Formation

­ Appui financier ­ Appui matériel ­ Formation

Secteurs d’appui à la production Transport Etat, AGEROUTE, Bailleurs ­ Pistes de production et voies de ­ Ressources désenclavement inter matérielles et collectivités (ex : Boucle du financières Blouf, Kalounayes, autres) ­ Renforcement de ­ Routes nationales (RN 5, RN 4) capacités ­ Aménagement de débarcadères ­ Transport par voie fluviale de passagers et de marchandises


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page109

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Toutes les CL 1, 3, 7, 8 Promouvoir les marchés hebdomadaires Développer les struc­tures commerciales

Toutes les CL

1, 3, 7

Faciliter l’accès à l’électricité

Toutes les CL

1, 5, 4

Améliorer la Communi­cation en milieu rural

Toutes les CL

Commerce PIADESPC, Plate forme économique de Bignona, Chambre de commerce, MI, Organisations professionnelles, GPF, PADAC Collectivités locales, Chambre de commerce, Plate forme écono­mique de Bignona, MI, PADAC, PIADESPC, Institutions de Micro Finance, Partenaires au dévelop­pement Energie Collectivités locales, ANRAC, ASER, SENELEC

Communication 8, 4, 5, 2 SONATEL, TIGO, Expresso

­ Marchés ­ Foires ­ Comité de pilotage de la MI

­ Ressources matérielles et financières

­ Marchés ­ Foires ­ Comité de pilotage de la MI

­ Ressources matérielles et financières ­ Renforcement de capacités

­ Réseau électrique insuffisant ­ Ressources en énergie solaire insuffisant

­ Ressources matérielles et financières

­ Existence de quelques réseaux de communications téléphoniques ­ Défaillance de réseau dans cer­taines localités

­ Ressources matérielles et financières

Systèmes de financement et Assurance CBAO, CMS, CREC, MEC, UMEC, ­ Existence d’institutions de micro Ressources matérielles et UMECAS, ACEP finance finan­cières ­ Comité de pilotage de la MI Renforcement de capacités des IMF (lignes de crédit) 1, 2, 3, 4, CL, ARD, Conseil Régional, ­ Existence d’ONG Ressources 5, 6, 7, 8 Pro­gramme Karonghen, ART ­ Structures de développement et matérielles et cadres de concertation des GOLD, PIADESPC, GRDR, fi­nancières acteurs locaux PADERCA, AN­RAC, Handicap Renforcement de ­ Outils de planification International capacités

Toutes les CL 1, 3 Faciliter l’accès aux institutions financières

Renforcer les capacités des acteurs locaux au sein des collectivités locales

Lutter contre la dégra­dation des forêts

Toutes les CL

Toutes les CL

7

ENVIRONNEMENT Foresterie Eaux et forêts, Collectivités locales, Organisations paysannes, Wula Nafaa, ARBRES, Les Amis de la Nature, Océanium, GIE, Fédération des GPF, Partenaires au dévelop­pement

­ Existence de forêts naturelles et ­ Renforcement des de bois sacrés moyens d’action ­ Exploitation abusive de la forêt ­ Formation (scieries, ménages, produits de ­ Appui financier cueillette…) ­ Campagnes de reboisement ­ Feux de brousse

109


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page110

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Valoriser les produits Toutes les CL de cueillette

Lutter contre la dégra­dation des vallées

1

Eaux et forêts, Collectivités locales, Organisations paysannes, Wula Nafaa, ARBRES, Les Amis de la Nature, Océanium, GIE, Fédéra­tion des GPF, Partenaires au déve­loppement

­ Existence de forêts naturelles ­ Renforcement des ­ Produits de cueillette générateurs moyens d’action de revenus mais menacés par le ­ Formation déboisement ­ Appui financier ­ Existence d’unités de transforma­tion des produits locaux

Toutes les CL 1, 7

Collectivités locales, PIADESPC, ANCAR, PAM

­ Existence de vallées ­ Cadres de concertation

Toutes les CL 1, 7

Collectivités locales, Service Eaux et forêts, PERACOD, Programme Karonghen, KDES, ARBRES, Vil­lages, Wula Nafaa, Océanium

Toutes les CL 1, 3 Améliorer l’habitat dans les milieux ruraux et périurbains Promouvoir l’emploi non Toutes les CL salarié notamment chez les groupes vulnérables

1, 3

Améliorer les conditions Toutes les CL d’accès à l’hygiène et à l’assainissement

4, 5, 7

110

Ressources matérielles et financières / Transfert de technologie ­ Existence de forêts ­ Ressources ­ Commissions Environnement matérielles, ­ Présence et appui de partenaires finan­cières et ­ Dynamisme des organisations de techniques base ­ Renforcement de capacités des projets et programmes de préservation des forêts et de reforestation

habitat et cadre de vie CL, Structures étatiques (Services domaines et urbanisme), Chambre de métiers, ANRAC, Promoteurs privés, PADERCA CL, Centre de Promotion et de Réinsertion Sociale (CPRS) ; Déve­loppement Communautaire, Chambres consulaires, TOSTAN ­ Handicap International, Partenaires au développement

Assainissement Collectivités locales, PEPAM, ACRA, UNICEF, PNDL, PADERCA, CICR, ENDA­RUP, Programme Karonghen

­ Plans Directeurs d’Urbanisme ­ Commissions domaniales ­ Lotissements ­ Alignements

­ Appui technique ­ Financement

­ Potentiel important mais peu exploité ­ entre de formation professionnelle ­ CETEF ­ Association des personnes à Handicap ­ MI de Bignona ­ Lycée Agricole de Bignona

­ Formation ­ Equipement ­ Financement ­ Appui technique

­ Sous Brigade d’hygiène ­ Latrines traditionnelles et améliorée ­ OCB ­ Comités de salubrité et d’hygiène

­ Formation ­Equipement ­ Financement ­ Appui technique


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page111

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

BILAN DIAGNOSTIC ET LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT D’OUSSOUYE CHAPITRE I : PRESENTATION DU DEPARTEMENT D’OUSSOUYE Le département d’Oussouye par ailleurs, province de la royauté du Kassa est situé à l’extrême Sud­ouest et couvre 891 km² soit 12.14% de la superficie de la région de Ziguinchor. C’est la zone de la royauté ou le roi veille à la stabilité et à la paix sociale. Il est limité : • au nord par le fleuve Casamance ; • au sud par la République sœur de Guinée Bissau ; • à l’est par l’Arrondissement de Nyassia (Département de Ziguinchor) ; • et à l’ouest par l’Océan Atlantique. Le régime pluviométrique est relativement abondant (1200 à 2000mm) selon les années et son réseau hydrographique très développé. La température est généralement modérée avec des minis en période fraiche de 15 à 18° et des maxi en période chaude de 27 à 30°. L’insolation est de 09 à 10 heures selon les périodes. Il a un relief relativement plat (l’altitude par rapport à la mer ne dépasse pas 40 mètres), légèrement inclinée vers les bas­fonds ou rizières avec de petites élévations de dunes de sable le long du littoral. Cette configuration du terrain permet de définir la nature des sols, de la végétation et les types de cultures qui y sont propices. Le département d’Oussouye est caractérisé par son paysage assez homogène, faisant du département la partie la plus verdoyante de la région avec sa palmeraie encore vivante et les grands fromagers qui longent les villages. Sur le plan de l’administration territoriale, le département d’Oussouye est divisé en deux (2) arrondissements (Cabrousse et Loudia Ouolof). Sur le plan de l’administration décentralisée, le département d’Oussouye est constitué de cinq (5) CL dont un (1) commune et quatre (4) CR. Elles sont administrées par un organe délibérant, le conseil municipal ou rural, et par un organe exécutif, le Maire ou le Président du Conseil rural. Tableau n° 1: découpage administratif du département DEPARTEMENT D’OUSSOUYE 1 COMMUNE

Oussouye

2 ARRONDISSEMENTS CABROUSSE

LOUDIA OUOLOFF

2 Communautés Rurales

2 Communautés Rurales Mlomp Oukout

Diembéring Santhiaba Mandjacque

La population, estimée à soixante trois mille cent vingt quatre (63.124) habitants en 2009, est essentiellement rurale avec une bonne partie constituée de jeunes. Il existe un flux migratoire très important affectant surtout les jeunes et les femmes. Il est beaucoup plus important pendant la saison touristique de l’extérieur vers l’intérieur et de l’intérieur vers l’extérieur en saison basse. Les religions sont l’animisme 71,4%, le christianisme 19,2% et l’islam 9,4 % environ.

111


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page112

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

CHAPITRE II: BILAN DIAGNOSTIQUE DU DEPARTEMENT D’OUSSOUYE 2.1.

ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES

2.1.1. Foresterie La végétation est très abondante, et est composée de grandes espèces : fromagers, caïlcédrats, tombereaux blancs, palmiers à huiles etc. Le tapis herbacé est bien garni et varié et sert de pâture au cheptel. Le département d’Oussouye compte cinq forêts classées et un parc national (le parc de la Basse Casamance) situé dans la CR de Santhiaba Manjaque et plusieurs bosquets sacrés jonchant les zones d’habitation. Les forêts classées sont les suivantes : • la forêt classée de Oukout : 360 ha • la forêt classée de Boukitingho : 700 ha • la forêt classée de Djimoune : 80 ha • la forêt classée de Kahème : 94 ha • la forêt classée de Diantène : 285 ha • le parc national de basse Casamance : 5 000ha Les produits de cueillette sont très importants dans le département (madd, toll, solom, nété, etc.) et contribuent considérablement à la vie économique du département. L’écosystème, à travers la mangrove, la palmeraie et la rôneraie reste menacé par l’action anthropique.

2.2.

SERVICES SOCIAUX

2.2.1. Santé Le département compte un centre de santé, treize (13) postes de santé dont douze (12) fonctionnels, onze (11) cases de santé dont neuf (9) fonctionnelles, vingt huit (28) maternités rurales dont vingt cinq (25) fonctionnelles, quatre (4) pharmacies privées et des dépôts pharmaceutiques au niveau du centre et des postes de santé. Si le département est assez bien fourni en infrastructures médicales, il faut noter que ces dernières souffrent d’un manque d’équipements, de personnel et de moyens d’évacuation plus senti dans les villages insulaires. Au niveau local, la CR de Santhiaba Manjaque fait partie des zones les plus affectées, à cause de la crise. Outre l’insuffisance des infrastructures et des personnels de santé, se pose aussi le problème de l’accès aux soins de santé du point de vue surtout financier. En effet, les populations démunies s’orientent d’abord vers les tradi­thérapeutes plus accessibles avant d’arriver souvent tardivement au niveau des structures de santé où elles ont du reste des difficultés à payer la totalité des ordonnances délivrées. Les maladies qui causent plus de morbidité dans le département sont entre autres les diarrhées et le rhume à cause de son caractère marécageux, les IST/SIDA et les IRA avec le développement du tourisme.

2.2.2. Education et Formation Le département compte 46 écoles élémentaires, dix (10) cases des Touts Petits, quatorze (14) écoles maternelles, quinze (15) CEM et trois (3) lycées. Depuis 2004, les effectifs sont en régulière augmentation avec une bonne présence des filles surtout dans l’élémentaire et le moyen. L’encadrement des enseignants est jugé satisfaisant avec un ratio de quatre vingt deux (82) enseignants pour un inspecteur. Le TBS départemental est très intéressant, il se situe à hauteur de 112.5%. Le nombre de salles de classe s’accroit d’année en année avec parfois des abris provisoires. Le nombre moyen d’élèves par classe varie entre cinquante cinq (55) et soixante (60). Cela montre qu’en dépit des progrès réalisés dans la construction, les effectifs restent encore pléthoriques ce qui justifie par endroits l’existence d’abris provisoires. Par ailleurs, il faut signaler la vétusté du mobilier au niveau des écoles. La formation professionnelle est aussi présente dans le département à travers :

112


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page113

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• le Centre de Promotion Agricole et Sociale de Diembéring (CPAS) : formation axée dans l’agriculture et l’élevage ; • le Centre Technique de Formation Féminines (CTFF) : cuisine, teinture, couture, coiffure,… ; • le Centre de Promotion Agricole de Mlomp (CPA) : maraîchage, arboriculture.

2.2.3. Hydraulique Le département d’Oussouye compte six (6) forages dont un dans la CR de Santhiaba Manjaque non encore fonctionnel et un privé à Boucotte Diembéring. Tous ces Forages souffrent d’une mauvaise gestion. Il existe plusieurs puits modernes et traditionnels. Les mares sont nombreuses, retenant de l’eau pendant une bonne partie de l’année servant d’abreuvement aux animaux. Dans les villages insulaires, l’eau est saumâtre d’où l’urgence de les desservir en eau potable. Cependant, une alternative a été trouvée avec la construction des citernes à impluvium.

2.2.4. Le cadre de vie v Habitat La construction de l’habitat bien que traditionnel, se modernise de plus en plus. 80 à 90% des maisons sont en banco et la couverture en tôles. L’absence de lotissement a favorisé l’occupation irrationnelle de l’espace habité. Cependant, le long du littoral, on rencontre de belles résidences appartenant aux Européens, des campements, motels et hôtels. Il faut signaler que c’est seul dans le département d’Oussouye où l’on retrouve des étages en banco, construits avec des matériaux locaux. La commune d'Oussouye étouffe dans ses limites : l'existence d'un bois sacré et de forêts classées de villages environnant bloque l'extension spatiale de cette commune. Par contre, la zone touristique de la Basse Casamance qui couvre les sites du Cap Skirring et de Kafountine est dotée d'un PDU approuvé en 1984. A côté de l'aménagement de la zone devant abriter des infrastructures hôtelières il y a la zone balnéaire où sont édifiés les campements. Les contraintes du secteur se résument : • aux faibles moyens dont disposent les CL ; • au manque de logistiques et à l'insuffisance de l'effectif du service régional ; • aux difficultés d'accès aux zones d'extension pour les communes dotées de PDU. v Assainissement Le département d’Oussouye souffre de l’absence d’un réseau d’assainissement adéquat des eaux usées et pluviales qui est favorisée par le non lotissement/alignement des villages et d’une partie de la commune. Par ailleurs certains villages, tout comme les îles, ont bénéficié de latrines communautaires dont la gestion pose problème. L’utilisation des latrines n’est pas effective pour tout le monde. Il est prévu dans le cadre du PEPAM, de doter des villages d’infrastructures d’assainissement en fonction de la demande et de la mobilisation de l’apport. Il existe cependant une unité de traitement des déchets ménagers à Cabrousse qui joue un rôle important dans la gestion des ordures.

2.3.5. Sports Le sport le plus développé dans le département est la lutte. Cela s’explique par le fait qu’elle fait partie intégrante de la culture du département. Des écuries de lutte commencent à se former dans la CR de Diembéring. Par ailleurs, à l’instar des autres départements de la région, Oussouye organise des navétanes. Cependant, il souffre d’infrastructures sportives (trois terrains non aménagés pour tout le département) alors que tous les mouvements de jeunesse sont représentés.

2.3.6. Culture Le Roi d’Oussouye contribue de manière significative à la promotion et à la revalorisation de la culture Kassa à travers la cérémonie annuelle : le « Houmabeul ». L’animisme, la royauté et la création de l’Union Départementale de Théâtre Populaire et de musique favorisent le maintien et la pratique des coutumes et mœurs Traditionnelles. Comme principales activités culturelles pratiquées dans le département on retrouve : • Les funérailles traditionnelles avec la danse funèbre ; • l’organisation de compétitions théâtrales ; • les journées culturelles villageoises et/ou communautaires ; • les cérémonies de lutte traditionnelle des rois toujours accompagnée de la danse du « Eko­kone » ;

113


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page114

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• les cérémonies d’initiation des jeunes. Cependant les acteurs culturels restent confrontés : • à une insuffisance d’encadrement technique ; • au manque de financement ; • à une absence de formation. L’organisation d’activités culturelles, le financement et la formation des acteurs culturels contribueront à la promotion de la culture Kassa.

2.3.7. Pauvreté La région de Ziguinchor se caractérise présentement par une précarité sans précédent. De statut de « grenier du Sénégal », elle est passée à l’état d’indigence au point de recourir à l’aide alimentaire pour la couverture des besoins en la matière. Cette situation est essentiellement due à la crise socio politique survenue au début des années 80, et qui n’est jusqu’à présent pas entièrement résolue. Le département d’Oussouye détient le plus important pourcentage de ménages pauvres avec près de 76 %. Au niveau individuel, la même tendance est notée avec un taux de 79,8%.

2.4.

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL

2.4.1. Agriculture Le département d’Oussouye a une vocation céréalière. La culture du riz, essentiellement sous pluie occupe la première place. Il faut signaler que la baisse de la pluviométrie a réduit considérablement les surfaces cultivables consécutives entre autres, par la remonté de la langue salée et l’ensablement des rizières dus d’une part à la déforestation, à l’érosion et à l’acidité des sols et par la présence de mines due au conflit d’autre part. Cependant, le PIADESPC par le canal du GRDR a fourni beaucoup d’efforts dans la récupération des sols par la construction de digues avec ouvrages dans beaucoup de vallées. La production du riz de 2003 à 2006 est restée quasiment stable. Elle a chuté en 2007 à cause du retard de l’installation de l’hivernage et de la faible pluviométrie. La production a considérablement augmenté de 2008 à 2009, correspondant au lancement de la GOANA. Il en est de même pour les autres spéculations. Les méthodes culturales restent traditionnelles. Celles inculquées par les techniciens de l’Agriculture sont restées vaines. Malgré la subvention de l’Etat sur le matériel agricole et les semences, leur utilisation bute d’une part sur des considérations socioculturelles mais d’autre part à la mise en place toujours tardive des intrants agricole. Le mil et le maïs restent encore marginalisés ce qui s’explique par une habi­tude alimentaire des populations basées sur le riz. L’arachide, à côté du manioc est la seule culture de rente mais la production reste encore faible. L’arboriculture se développe de manière timide : on rencontre des vergers avec les avocatiers, les colatiers, les agrumes, les manguiers, etc. Le maraîchage se pratique pendant la saison sèche après la récolte du riz, les femmes dans les blocs maraîchers. Les contraintes qui entravent le développement de l’agriculture dans le département sont : • salinité et acidité des terres ; faible niveau technique des producteurs ; • retard dans la mise en place des intrants ; • non utilisation des semences améliorées ; • divagation des animaux ; manque d’unité de transformation ; • insuffisance des pistes de production ; l’exode rural ; • insécurité due à la pollution des mines ; • écoulement des produits agricoles. Cependant, pour arriver à bout de ces difficultés, certaines actions méritent d’être entreprises, à savoir : • une sensibilisation des Producteurs à l’utilisation du matériel adéquat ; • un renforcement de capacités des producteurs aux différentes techniques de production ; • une mécanisation de l’agriculture ; une organisation des producteurs ; • l’installation d’unités de transformation des produits agricoles ;

114


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page115

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• la construction et la réhabilitation de pistes de production ; • l’introduction de variétés adaptées et à haut rendement ; • l’installation d’ouvrages hydro agricoles.

2.4.2. Elevage Tableau n°3 : Le cheptel du département d’Oussouye Bovins

Ovins

Asins

Porcins

Caprins

Volaille

13 500

4 800

25

22 500

17 200

84 000

Cet élevage est caractérisé par un système sédentaire, confiné dans le terroir villageois. Il est tributaire des contraintes du milieu qui sous l’effet conjugué d’une démographie galopante et d’une forte pression de l’agriculture sur le foncier, se matérialise par une réduction drastique de l’espace pastoral. L’utilisation des jachères pâturables reste la principale ressource pour l’alimentation des animaux. A ces plantes herbacées se joignent des arbrisseaux et des arbustes. La valeur nutritive de ces pâturages est en général assez faible : il faut 05 à 06 hectares de jachère pour nourrir un bœuf de 300 kg de poids moyen par mois. Il faut donc autant d’hectares qu’il y a de mois de saison sèche dans l’année pour nourrir un bœuf de 300 kg avec le système extensif actuel. Il apparaît ainsi que la zone est surchargée, d’où la nécessité de créer une dynamique d’intensification des productions animales si on veut limiter la péjoration déjà sensible du milieu naturel. L’insuffisance de l’alimentation animale sur pâturages naturels crée des pertes de poids importantes durant la saison sèche et fragilise le cheptel qui paie un lourd tribut suite aux diverses pathologies que sont : la peste et la pasteurellose des petits ruminants, la pasteurellose bovine, la peste porcine africaine, la trypanosomiase, les parasitoses gastro­intestinales et les parasitoses externes. Depuis 1996, il a été mis en place une association des éleveurs de porcs, une maison des éleveurs et un directoire des femmes en élevage en 1998, une association des professionnels de la viande et du bétail en 2006, une association des apiculteurs du département d’Oussouye en 2008, et enfin un syndicat des producteurs en 2010. En vue d’une meilleure gestion des exploitations, le service technique encadre les producteurs qui servent de relais dans la vulgarisation des thèmes techniques.

2.4.3. Pêche La pêche occupe une place très importante dans l’économie du département compte tenu du développement de ses activités dans nos eaux. Dans le cadre de l’amélioration des conditions de travail des acteurs, des quais de pêche ont été construits à Elinkine, au Cap Skirring et à Diembéring. Ils sont gérés par un GIE interprofessionnel à travers un contrat avec la CL. De nombreux points de débarquement dont Boudiédiète, Niambalang, et le point saint Georges existent dans le département. L’aménagement à Elinkine et à Niambalang d’infrastructures (plate forme de débarquement, ponton, toilettes et abris) entre autres permettra de sécuriser le transport des personnes et des biens. La transformation artisanale des produits halieutiques absorbe une part très importante des mises à terre du département. Les besoins en poisson frais n'étant encore pas satisfaits il est inadmissible que des produits de valeur soient pêchés exclusivement pour la transformation artisanale. Contraintes du secteur • Absence d’électricité à Elinkine ; • Difficulté d’accès à l’eau potable à Elinkine ; • Sous équipement des pêcheurs continentaux autochtones ; • Climat conflictuel latant des pêcheurs autochtones face aux allogènes bien équipés ; • Rareté des ressources halieutiques dans les eaux sous juridiction nationales ; • Absence d’infrastructures de conservation des produits frais ; • Occupation anarchique du littoral au principal centre de production ne permettant pas la réalisation d’infrastructure de pêche à Elinkine ;

115


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page116

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

• Insuffisance des moyens humains et matériels du service Départemental des pêches. Pour lever les contraintes et valoriser les atouts, certaines actions mériteraient d’être envisagées : • Réalisation d’infrastructures de pêche (conservation) ; • Sensibilisation des acteurs sur les bonnes pratiques de pêche ; • Organisation de séminaires de formation sur la gestion durable des ressources, la sécurité etc. ; Instauration et exigence du permis de pêche ; • Révision du code de la pêche en cours ; • Prise de textes réglementaires en vue d’une meilleure gestion des ressources halieutiques.

2.4.4. Tourisme Le tourisme balnéaire ainsi que celui de découverte connaissent une expansion certaine avec les complexes touristiques au Cap Skirring. En effet, le département compte aujourd’hui, une quinzaine d’hôtels (de 2 à 4 étoiles), et plus d’une vingtaine de campements, qui constituent un parc réceptif important, principalement axé autour des villages de Cap Skirring, Diembéring, Cabrousse, les îles voisines, Elinkine Djiromaïte, Oussouye favorisant ainsi le tourisme de découverte. Nombres de résidences secondaires et principales ont proliféré ces dernières années au Cap Skirring, accueillant des touristes au détriment des hôteliers. L’année 2008/2009 a connu une baisse de la fréquentation touristique due d’une part à la crise économique mondiale, à la suppression de certains vols internationaux (les directs Dakar depuis l’Italie, par exemple), et au raccourcissement de la saison suite à l’arrêt des vols d'Air Sénégal International, au mois de mai 2010. Le manque d’organisation et de formation d’acteurs du secteur et la vétusté de nombreux réceptifs ont contribué aussi à la baisse de la fréquentation.

2.4.5. Artisanat Il joue un rôle très important dans l'économie du département du point de vue des emplois qu'il génère. Plus de cent vingt (120) boutiques au village artisanal de Cap Skirring et de nombreuses autres à l’intérieur du village et dans les hôtels. On note une diversité des métiers d’artisanat et d’art : sculpture, peinture, vannerie, maroquinerie, musique, teinture, tissage, bijouterie, poterie, ébénisterie, ferronnerie, photographie entre autres. De nombreux objets utilisés au quotidien sont artisanaux. Cependant, les artisans, souffrent d’un manque d’organisation, d’infrastructures adéquates, de formation, d’équipement et de financement.

2.4.6. Industrie Il n’existe pas d’industries dans le département, seule une unité de fabrique de glace à Elinkine. Cependant, nous pouvons noter des unités de transformation artisanales de fruits et légumes. Outre ces unités, on rencontre à travers le département des ateliers artisanaux de menuiserie, de mécanique, de couture etc.

2.4.7. Mines et géologie Les principales ressources minières sont entre autres : • les carrières de sable ; • les lignites utilisés comme combustibles ; • les hydrocarbures (pétrole et gaz) (des indices de pétrole off­shore ont été découverts au large du Cap Skirring). Le long du littoral, sous l’effet de l’érosion, les rochets lessivés par l’eau se dressent par endroit rendant du cout les plages impraticables. L’exploitation minière consiste principalement à des prélèvements opérés au niveau des carrières de sable pour la construction d’habitats, de routes, de digues, etc. A cause de l’insécurité et du manque de moyens, des statistiques fiables n’ont pu être établies sur l’exploitation des ressources minières. Les principales contraintes du secteur sont : • l’insuffisance de la recherche pour une évaluation des ressources minières aux fins d’exploitation industrielle ; • l’Insuffisance de moyens humains et moyens matériels au niveau des services de l’Etat chargés de gérer le secteur ; • le caractère anarchique des prélèvements de sable ; • l’insécurité qui règne dans la région.

116


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page117

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.4.8. Secteurs d’Appui à la Production v Transport Le Département d’Oussouye est accessible par la route bitumée Ziguinchor­Cabrousse longue de 71 Km, par le fleuve Casamance, les marigots et par la voie aérienne (aéroport international du Cap Skirring). Il compte deux autres routes bitumées : la route Oussouye – Elinkine en passant par Mlomp­ Cagnoute (21 km) et la route Mlomp­ Djiromaït reconstruite en 2009­2010. A cela, s’ajoute plusieurs pistes de production. Cependant, il est à certains endroits très enclavée. En effet, la route Cap Skirring­Diembéring malgré sa tentative de construction reste impraticable pendant l’hivernage et les moyens navigants pour l’accès aux îles sont insuffisants et peu adaptés. La piste de la CR de Santhiaba Manjaque, par le parc, est fermée par moment à cause de l’insécurité. v Commerce Oussouye est un département qui regorge d’énormes potentialités économiques. Cependant cette situation contraste fondamentalement avec une certaine réalité marquée par un énorme retard du département sur les activités à caractère commercial comparé aux autres départements du Sénégal. L’analyse d’une telle situation laisse entrevoir deux éléments explicatifs : le comportement culturel d’une population hautement conservatrice et l’absence d’un pouvoir d’achat important de la population qui pourrait pousser les opérateurs économiques à se déployer dans le département. En plus de cette situation, le développement du commerce dans le département se heurte profondément à la crise casamançaise. Néanmoins, on compte deux marchés permanents à Oussouye et au Cap Skirring et des points d’étale à Elinkine, Mlomp, Cabrousse et Diembéring. Les grands magasins sont localisés entre Cap Skirring, Oussouye et Elinkine. Les produits rencontrés sur le marché sont : les produits agricoles, halieutiques, de cueillette, artisanaux, industriels, etc. Cependant, le marché du département est le plus cher de la région de Ziguinchor. v Energie (fossile et renouvelable) Les énergies renouvelables ne sont pas valorisées, alors qu’elles sont suffisamment disponibles. L’insolation est de neuf à dix heures par jour selon les périodes et le vent souffle constamment surtout le long du littoral. Cependant, certaines iles bénéficient de l’électrification solaire. Les ressources forestières permettent d'assurer l'approvisionnement énergétique des populations du département pour satisfaire des besoins fondamentaux, tels que la cuisson des aliments. Une station d’essence vient d’être ouverte à Oussouye. v Poste et Télécommunications Le département est couvert par les trois réseaux GSM avec l’installation d’antennes un peu partout. Cependant, seul le village de Cap Skirring et la commune d’Oussouye bénéficient du réseau ADSL (internet) de la SONATEL. Avec l’avènement d’Expresso, l’internet est devenu accessible partout. Il y a deux bureaux de postes dans le département (Oussouye et Cabrousse) qui en plus de l’expédition du courrier et l’épargne, font du transfert d’argent par Western Union et Orange money. v Presse Le département compte une radio communautaire qui émet sur les ondes de FM. Les différentes radios représentées au niveau régional sont captées en claire dans le département. La presse écrite est représentée par une antenne au Cap Skirring. v Banques et Systèmes Financiers Décentralisés Le département compte une seule banque commerciale, la CBAO et plusieurs institutions de micro finance (CMS, GEC Kadiokor Cap Skirring, CREC Mlomp et Oussouye, ASACASE, le fonds rotatif du GRDR, ACDI). Ces institutions financières contribuent de manière remarquable au développement du département en accordant des crédits à la population et en participant au développement social par des actions de soutien.

117


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page118

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.5.

GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION

2.5.1. Décentralisation Le département compte cinq (5) CL (1 commune et 4 CR). Avec les nouveaux programmes comme le (PNDL) faisant la promotion de l’appui budgétaire directe aux CL, les recettes de ces dernières ont connu des évolutions très intéressantes ces dernières années. Ce qui a permis à beaucoup de CL du département d’Oussouye de réaliser beaucoup d’investissements dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’hydraulique. Certaines CL du département, bénéficient de l’appui de la Coopération Décentralisée. Par ailleurs, toutes les CR disposent de documents de planification (PLD) actualisés. Cependant le PIC de la commune d’Oussouye a atteint son horizon temporel. Compte tenu de la faiblesse des moyens financiers de ces CL, le niveau d’exécution de ces plans restent encore faible.

2.5.2. Justice Le département d’Oussouye, à l’instar des autres départements de la région, compte un tribunal départemental et une maison d’arrêt pour recevoir les détenus. Les statistiques du secteur nous apprennent que la population carcérale est en constante évolution sur la période 2003­ 2009, à l’exception de l’année 2006.

2.6.

DYNAMIQUE ORGANISATIONNELLE

Plusieurs OCB existent dans le département d’Oussouye et jouent un rôle important dans les activités économiques et socioprofessionnelles. On rencontre principalement : • les GPF : elles s’activent dans la production maraîchère, l’exploitation de moulins à mil et décortiqueuses à riz, les spectacles dans les hôtels, la transformation de produits fruitiers, l’élevage, le commerce. • Les GIE : ils interviennent dans plusieurs secteurs d’activités comme la production maraîchère, l’arboriculture. • Le Comité de Gestion de Forage/ASUFOR : chargé d’assurer le fonctionnement et la gestion du forage. • Le Comité de santé : chargé d’assurer la gestion des finances et investissements, des médica­ments et des ressources de la structure sanitaire. • Les ASC : des regroupements de jeunes pour participer au développement socio­économique de leur communauté et à l’animation des activités de vacances scolaires à travers des activités sportives et culturelles. • Les APE : chargées, en collaboration avec les responsables des établissements et les ensei­gnants, d’œuvrer à l’entretien de l’école pour une meilleure qualité des enseignements.

2.7.

JEUNESSE

Dans tous les villages, les jeunes sont organisés au tour d’une ASC et participent au développement économique, social et culturel du département. Quelque part cette organisation des jeunes a permis la création des centres de couture et la construction des foyers des jeunes utilisés uniquement pour des activités lucratives dont les fonds sont utilisés pour les investissements dans les villages. Cependant beaucoup de ces ASC ne sont pas officiellement reconnues. Un centre multisports de formation est en construction à Cabrousse (lutte traditionnelle et gréco romaine…). Aussi, cette jeunesse est confrontée à certaines contraintes : • absence d’un espace jeune ; • appui financier et matériel des structures (association et foyer) ; • absence de programme de développement. L’amélioration de la situation de la jeunesse passera par : • Construire un cadre d’épanouissement moderne pour les jeunes (espace jeune) ; • Créer un centre adolescent pour la promotion de la santé de la reproduction des adolescents ; • Organiser des sessions de formation pour les jeunes ; • Financer les programmes des jeunes dans le domaine du reboisement, de l’agriculture et du commerce.

118


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page119

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

2.8.

DEVELOPPEMENT SOCIAL

Le développement social doit nécessairement passer par l’amélioration de l’accès au service sanitaire, l’éducation de la population, la sensibilisation des jeunes sur les MST et les grossesses précoces et l’allègement des travaux des femmes. Le changement de comportement de la population afin d’intégrer les innovations s’avère impératif. Elle doit suivre les mutations sociales tout en gardant sa culture. Il faut noter une dynamique organisationnelle à travers les OCB qui interviennent dans tous les secteurs d’activités. Par ailleurs, ces organisations restent confrontées à un manque de financement et de formation. Les personnes en situation d’handicap physique font face à des difficultés d’accès aux infrastructures sociaux de base et d’appareillage pour leur mobilité. Les services en charge de l’encadrement manque de moyens pour l’encadrement des couches vulnérables. Le soutien aux indigents n’est pas visible alors qu’une bonne partie de la population est nécessiteuse. Lors des calamités les secours ne suivent pas, l’accès aux services sociaux de base n’est pas facile. Le volet médical surtout pose problème et les moyens ne sont pas mis à la disposition du service social pour satisfaire les demandes de secours, les évacuations sanitaires entre autres.

CHAPITRE III: PARTENARIAT Plusieurs partenaires constitués de Projets/Programmes, d’ONG, de la Coopération Décentralisée, d’organismes internationaux interviennent dans l’espace départemental. Parmi lesquels, on peu citer : PNDL, Paderca, PIADESPC, PADAC, CICR, ANRAC, FADDO/CPAS, HI, UNICEF, ANCAR, PAM, GRDR, Commune de Bonne Encompte (France), Ajaedo, CRS, ACDI, World Education, YMCA, AMA Sénégal. Ces partenariats bénéficient surtout aux enfants, aux jeunes, aux femmes et aux couches vulnérables comme les handicapés. D’autant plus qu’ils concernent les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’hydraulique, de l’agriculture, du social avec la construction d’équipements et/ou d’ouvrages, l’équipement de ces équipements, mais aussi le secteur de la formation avec des séances de renforcement des capacités de certaines acteurs locaux (élus, les OCB).

CHAPITRE IV: THEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT DU DEPARTEMENT D’OUSSOUYE Organisations travaillant Situation de base dans ce domaine BONNE GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION

CL porteuses de la stratégie

OMD

Contribuer à la consolidation de la paix

Toutes les CL

1­2­7­8

Promouvoir l’accès aux terres polluées

Toutes les CL 1­7­8

Contribuer à l’amélioration des procédures de passa­tions de marché

Toutes les CL 1­2­7­8

Lignes directrices

Les CL, administration déconcentrée, les PIF, les projets et programmes, ONG, associations, MFDC et pays limitrophes, ARD.

Accalmie généralisée ­ Situation géopolitique favorable ­ Région d’activités économiques et sociales ­ Actions de déminage en cours ­ Volonté des acteurs affichée CNAMS, ANRAC, Armée du ­ Dépollution inachevée Sénégal, MFDC, CEDEAO, HI, ­ Beaucoup d’actions entreprises Agences des Nations Unies, mais pas suffisamment Projets et programmes, ONG, coordon­nées Associations, Services techniques, Collectivités locales, Société civile, Secteur Privé, PTF Toutes les CL, le contrôleur ­ Le code de passation des marchés ­ Fonds de dotation et fonds de des fi­nances, le trésorier payant, les PIF, administration concours ­ Coopération décentralisée déconcentrée, ARD

Partenariat envisagé

Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capacités Appui technique ­ Appui financier ­ Appui organisationnel ­ Renforcement des capacités

­ Appui technique ­ Appui financier ­ renforcement des capacités

119


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page120

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Promouvoir des Toutes les CL 1­2­7­8 mécanismes pour un partenariat durable

Faciliter l’accès aux Toutes les CL 1­3­4 terres surtout pour les femmes et les groupes vulnérables

Appui technique ­Appui financier ­Appui organisationnel ­Renforcement des capacités

Les CL, services des impôts et domaines, le Trésorier régional, le service financier régional, le gouverneur, l’ARD.

­ Etude sur la fiscalité régionale disponible ­ Paierie régionale ­ contrôle de la région financière

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastRe rural ­Appui technique ­ Appui financier

Généralisation des étud%s socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural Appui technique ­ Appui financier

Promouvoir une fiscalité réGionale adaptée

Toutes les CL

Améliorer le cadre institu­tionNel et organisationnel des collectivités locales et des acteurs

Toutes les CL 1­2­3­7­8

Les CL, administrations ­ Insu&fisance de ressources hu­ déco.centrées, projets et maines de qualité programmes, communautés. ­ Faible fonctionnalité des cadres sectoriels existants

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation D’un cadastre rural ­ Appui technique ­ AppuI financier

Augmenter les capacités $’investissement deS col­lectivités locales

Toutes les CL 1­2­7­8

CL, admINistraTions déconcentrées (trésorier payeur région, contrôleur des finances, Ministre décentralisation) ARD.

­Insuffisance de fonds de dotation et de concours ­Non concomiTance de3 TrAnsferts des ressources po5r la plupart des compétences TranSférées

Généralisation de{ études socio­foncIères Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­Appui financier

Contribuer à l’amélioration du système judiciaire

Toutes les CL

CL, administration déconcentrée (structures judiciaires, gouvernance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

­ Tribunal régional ­ Tribunaux départementaux ­ Maisons de justice ­ Cabinets d’avocats, huissiers, AEMO, auxiliaires, police, gendarmerie, douane, eaux et forets, pêche

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

120

1­2­7­8

Les CL, l’administration ­ Coopération déc. (Région Alsace, déconcentrée, les PIF, les Meurthe et Moselle en France, la projets et programmes, ONG, Lombardie et la Région de la les organisations Sienne en Italie), professionnelles, ARD ­ Fondation SOTEC et la Fondation GO FOR AFRICA en Hollande, la coop. Française, Espagnole, Alle­mande, Italienne Les CL, STD, Coopération ­ Absence de Cadastre rural Espagnole ­ Problème d’accès à la terre ­ Beaucoup de conflits fonciers ­ Maîtrise insuffisante des lois et règlements en vigueur ­ Difficultés d’application des textes ­ Survivance des pratiques traditionnelles ­ Imprécision des limites des CL

1­2­7­8


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page121

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Promouvoir l’intercommunalité

Toutes les CL 1­2­7­8

CL, administration Cadres de concertation, GTR Généralisation des déconcentrée (structures ­ Volonté communautaire affichée études socio­foncières judiciaires, gouvernance), PIF, ­ Réalisation d’un projets et programmes, ONG, cadastre rural ­ communauté Appui technique ­ Appui financier

Améliorer la fonctionnalité des cadres de concertation et des Groupes de Travail

Toutes les CL 1­2­7­8

CL, administration Cadres de concertation, GTR déconcentrée (structures Volonté communautaire affichée judiciaires, gouvernance), PIF, projets et programmes, ONG, communauté

Renforcer les Toutes les CL capacités de tous les acteurs locaux

1­3­4­5­7 STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

­ Maitrise insuffisante des ­ Appui financier techniques de gestion et de ­ Appui technique valorisation des RNE ­ Maitrise insuffisante des textes relatifs à la G.R.N.E Manque de moyens technique, logistique et financier

Promouvoir Toutes les CL 1­3­4­5­7 l’approfondissement de la décentralisation

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

­ Seulement neuf compétences transférées

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural ­ Appui technique ­ Appui financier

Contribuer à la prévention et à la gestion des risques et catastrophes

STD, ARD, Programmes, Projets, ONG, OCB

Comité régional, prévention des risques et catastrophes ­ le DSRP/Régional ­ DRDI

Généralisation des études socio­foncières ­ Réalisation d’un cadastre rural Appui technique ­ Appui financier

­ Service régional démographique et statistique ­ Services déconcentrés ­ CL, OSC, Privés

­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation

Toutes les CL 1­3­4­5­7

Améliorer le service Toutes les CL des administrations locales

7­8

121


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page122

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

SERVICES SOCIAUX DE BASE Santé et nutrition Améliorer l’offre et la qualité des soins de santé

Toutes les CL

4­5­6

C.L, District sanitaire, Mutuelles de santé, FADDO, USAID, AFRICARE

Améliorer l’accès aux struc­tures de santé

Toutes les CL

4­5­6

C.L, District sanitaire, Mutuelles de santé, FADDO, USAID, AFRICARE

Education CL, IDEN, APE, CGE, USAID­PAEM, UNICEF

Améliorer la qualité des Toutes les CL enseignements

2

Améliorer le taux d’achèvement scolaire notamment chez les filles

Toutes les CL

2

CL, IDEN, APE, CGE, USAID­PAEM, UNICEF

Améliorer l’accès surtout CR dans les iles et les zones Diémbéring frontalières CR Oukout CR Santhiaba Manjaque

2

FADDO­PNDL C.R. ESPAGNOL

Améliorer l’accès et la ges­tion de l’eau

Toutes les C.R

Améliorer l’encadrement Toutes les CL socioéconomique des jeunes Améliorer les conditions Toutes les CL d’éducation physique et sportive

122

5­7­1

2

2

Hydraulique ­Service de l’Hydraulique ­SDE ­ASUFOR, USAID ­CL ­ProCas ­FADDO – AJAEDO

Présence de partenaires (FADDO, ­ Formation USAID, AFRICARE ­ Elargissement de ­ Structures sanitaires la maternité du insuffi­santes ; centre de santé ­ Faible plateau technique ­ Appui financier Présence de partenaires (FADDO, ­ Formation USAID, AFRICARE ­ Elargissement de la maternité du centre de santé ­ Appui financier

­Existence du test de niveau ­Evaluation standard. ­Progression harmonisée

­Formation ­Appui Financier

­ Forte déperdition scolaire liée au tourisme ; ­ Forte réceptivité des parents pour la scolarisation de leurs enfants ­ Déficit en infrastructures sco­laires ; ­ Enclavement

­Formation ­Appui Financier

­ 1 sur 5 forages fonctionne ­ ASUFOR non fonctionnelle

Appui technique et équipement

Jeunesse Etat­PNDL­Collectivités locales Existence de quelques foyers de jeunes Sport Etat, Collectivités locales

­ Existences de quelques infras­tructures vétustes ­ Existence de nombreux prati­quants du sport ­ Faible encadrement

Construction de salle de classes

Appui financier

Appui financier


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page123

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Culture Valoriser le patrimoine Toutes les CL culturel local pour promou­voir les acteurs culturels Améliorer l’urbanisation et l’habitat à travers le lotis­sement et l’alignement

Promouvoir les personnes déplacées

Favoriser l’accès des groupes vulnérables aux activités génératrices de revenues

Promouvoir une vision économique locale

1­3

7

Toutes les CL

1­3

1 et 3

ASC

Existence de sites et monuments Appui financier historiques

Services techniques de l’Etat

Lotissement presqu’inexistant

Développement Social et Genre ASDI ­ FADDO – AJAEDO ­ Précarité de leurs conditions de vie Services techniques ­ ONFP

Handicape International­ASDI

Existence de financement

Appui financier

Formation, Appui financier, Appui techniques et matériels Appui financier, Formation

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL Département 1­2­3­4­5­ STD, CL, Sté Civile, PTF Plusieurs acteurs, plusieurs SFD, Appui existence d’initiatives 6­7 organisationnel et économiques locales, manque de institutionnel coordination du SFD, vision pas clairement définie, insuffisance de concertation entre les acteurs

123


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page124

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Secteurs productifs Améliorer la production Toutes les CL agricole

1

Valoriser les productions Toutes les CL agricoles

1

Développer les filières agri­coles

1, 7

Agriculture PAM, GRDR, PIADESPC, DP, ­ Erosion, Ensablement SDON, CL, PROCAS, FADDO, OP, ­ Insuffisance d’intrants ­ Equipement vétuste et AJAEDO, CADL,ANCAR insuffisant ­ Existence de nombreuses vallées ­ Existence de blocs maraichers, de verger ­ Salinisation ­ acidification des sols ­ Existence de piste de production

Appui Financier ­ Appui Technique ­ Appui en Formation ­ Appui matériel

OP, GPF, GIE, Privés

Existences d’organisations pay­ sannes, Niveau faible de valorisation des produits locaux

Appui Financier ­Appui Technique ­Appui en Formation

ANCAR, SDDR, CL, PROCAS, GRDR, PIADESPC, PADERCA, Coopération Française, OP, PADAC, CABAC

Existences d’organisations pay­sannes, ­ Absence d’approche filière

­Appui Financier ­Appui Technique ­Appui en Formation

Elevage Accroitre la productivité Toutes les CL de l’élevage

Améliorer la santé animale

124

Toutes les CL

1

1,7

IDSV , Programmes, ONGS, CL, ­ cheptel existant insuffisant ­Existences des organisations Orga­nisation des éleveurs d’éleveurs à appuyer ­ fréquents vols de bétail ­ Existence de ressources fourra­ gères à protéger

­Appui Financier ­Appui Technique ­Appui en Formation

IDSV, CL, ONG, Privés, Programmes

­Appui Financier ­Appui Technique ­Appui en Formation

­Existences de Cheptel ­Existence d’élevage intensif ­Divagation des animaux ­Manque de concertation entre éleveurs et Agriculteurs


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page125

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Développer la pêche conti­nentale et maritime

Toutes les CL

1

Pêche SDP , OP,, Programmes, Coopération Française

­ Existence de cours d’eau ­ Appui Financier ­ Existence de pécheurs avec des ­ Appui Technique moyens rudimentaire, ­ Appui en ­ Existence d’une ichtyo faune Formation Etat, CL, OP,SDP , Organisation ­ Exploitation anarchique des ­ Appui Financier ressources de pécheurs, Programmes, ­ Appui Technique ­ Existence de conseils locaux de ­ Appui en ONG pêche en léthargie ­ Existence de services des pêches Formation sans moyens ­ Difficulté d’application des textes législatifs

Améliorer la gestion des Toutes les CL ressources halieutiques

1­7

Valoriser les produits ha­ Toutes les CL lieutiques (conservation, transformation et commer­cialisation)

1­7

Etat, CL, OP,, Organisation de pé­cheurs, Programmes, ONG

­ Existences de points de débar­ quements dont certains sont aménagés ­ Absence de chaine de froid

Améliorer le cadre organi­sationnel des acteurs de la pêche

1, 7

Etat, CL, OP, Organisation de pé­cheurs, Programmes, ONG

Existence d’organisation de pêche ­ Appui Financier ­ Appui Technique ­ Appui en Formation

Toutes les CL

Valoriser les Toutes les CL potentialités touristiques

1­7

Accroitre la productivité Toutes les CL de l’artisanat

1­7

Favoriser le Toutes les CL développement des PMI

1

Tourisme SRTt, CL, POP, Organisation villa­geoise, campement, Office du tou­risme, syndicat d’initiative

­ Existence d’établissements d’hébergement s en difficulté ­ Existence de beaucoup de circuits touristiques ­ Existence d’organisation de professionnels du secteur

Artisanat Etat, CL, Artisans, Organisation ­ Existence d’artisans sous­ équi­ pés et pas assez formés ; d’artisans, ONG, Programmes ­ Existence d’organisations d’artisans ; ­ Existence d’un village artisanal ; ­ Inexistence de zones artisanales.

­ Appui Financier ­ Appui Technique ­ Appui en Formation

­ Renforcer l’organisation du secteur ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation et sensibilisation Renforcer l’organisation du secteur ­ Appui technique ­ Appui financier ­ Formation et sensibilisation

Industrie Etat, CL, Organisations paysaes, ­ Existence de petites unités de ­ Appui financier transformation de produits agri­ ­ Appui technique Fé­dération GPF coles en difficultés ­Difficultés ­ formations d’accès aux moyens de condi­ tionnement ­ existence d’organisations dans lle secteurs

125


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page126

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Améliorer l’exploitation des carrières

Développer le réseau des transports

Toutes les CL

7

Toutes les CL

1, 4, 7

Améliorer le système de Toutes les CL commercialisation des produits et services locaux

1­2­3

Développer les énergies Toutes les C.R renouvelables

1­5­2­7

126

Mines et Géologie Etat, CL, Population, Programmes

­ Existence de carrières non auto­ ­ Appui technique risées ­ Appui financier Exploitation non réglementée des ­ Formation et carrières sensibilisation

Secteurs d’appui à la production Transport Etat, AGEROUTE, Bailleurs ­ Pistes de production et voies de ­ Ressources désenclavement inter matérielles et collectivités Routes nationales finan­cières ­ Aménagement de débarcadères ­ Renforcement de ­ Transport par voie fluviale de capacités passagers et de marchandises Commerce GPF ­ G.I.E

Energie ASER, SENELEC, CL

Existence de boutiques dans les cites touristiques

­ Renforcement de capacité ­ Echange d’expérience ­ Renforcement des réseaux de communication entre producteurs et consommateurs

Faible électrification en énergie solaire Faible électrification des E.H

Equipement et renforcement de capacité


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page127

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Systèmes de financement et Assurance Améliorer l’accès au crédit

Toutes les CL

8­1­7­5

CMS, ASDI, CREC, ASACASE , Karembénor, CAJIOKOR

Valoriser les ressources forestières

Toutes les CL

7­1

Eaux et forêts, F.G.P.F, G.I.E, Parcs

­ Faibles accès ­ Réticences culturelles

­ Sensibilisation ­ Renforcement de capacité ­ Appui financier Existence des fruits forestiers ­ Forum sur la ­ Existence des unités artisanales foresterie ­ Equipement des de transformation unités de transformation ­ Appui à la commercialisatio n des ressources forestières

ENVIRONNEMENT Foresterie Renforcer le réseau des Oukout aires protégées ­Mlomp ­Santhiaba. Manjaque ­Diembéring

1­7

Améliorer la gestion Toutes les parti­cipative des forets Communautés et des parcs Rurales

Lutter contre la dégradation de l’environnement fluviomarine

Oukout ­Diembéring ­Mlomp ­Santhiaba Manjaque

Lutter contre la Toutes les C.L dégradation des vallées

­ Santhiaba Manjaque ­ Oukout

Parcs, Eaux et forêts, Eco ­ Existence de parcs, forêts clas­ gardes, ONG (océanium, WWF, sées, bolongs, océan, mangrove, espèces menacées Westland, etc.)

­ Appui financier et matériel ­ Renforcement de capacité

1­3­7

Parcs, Services forestiers

­ Parcs ­ Forêts

1­7­8

Eaux et forêts, Service des pêches,ONG (Océanium), Procas

­ Avancement des eaux ­ Erosion des côtes ­ Pollution ­ Déforestation ­ Extraction des sols

­ Appui technique, financier et matériel ­ Renforcement de capacité. Appui technique, financier ­ Renforcement de capacité

1­7

PADERCA, ANRAC, Procas, GRDR

Existence de nombreuses vallées Appui financier, matériel et technique ­ Renforcement de capacité

Parcs et eaux et forêts, Handicap International, CNAMS

Existence de zones polluées (mines…)

1­7­8

­ Appui matériel, financier et tech­nique ­ Renforcement de capacité

127


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page128

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Valoriser les produits de Toutes les CL 1 cueil­lette

Protéger et Restaurer la Toutes les CL man­grove, la rôneraie et la palme­raie

Etat, CL, OP, Wula Nafaa, Arbres, Amis de la nature, Océanium, Fédération des GPF 1­7

Assainir le cadre de vie Toutes les C.L

5­6­7­8

Faciliter l’accès à un Toutes les C.L assainis­sement adéquat (latrines­canalisation­ bac à ordures) Promouvoir un type Toutes les C.L d’habitat conforme au climat

7

Existence de forêts naturelles

Etat, CL, OP, Wula Nafaa, Exploitation abusive de la mangrove Arbres, Amis de la nature, Océanium, Fédération des GPF Cadre de vie Service d’hygiène, Urbanisme, ­Existence d’ordures ménagères ­Pollution des plages D.R.E.E.C, Eaux et forêts

Service hygiène et ­Latrines traditionnelles assainissement, UNI­CEF, PNDL, C.R. ESPAGNOL

1­7

Urbanisme, architectes, cadastre

Toutes les C.L

1­7­8

Service de l’Hydraulique, CADL, ­ Existence de marées et de Parcs, Eaux et forêts, Elevage, vallées Agriculture, Aménagement du ­ Bonne pluviométrie territoire

Améliorer les conditions Toutes les C.R d’accès à l’hygiène et à l’assainissement

4, 5, 7

Améliorer l’exploitation des eaux de pluies

Assainissement Collectivités locales, PEPAM, ACRA, UNICEF, PNDL, PADERCA, CICR, ENDA­RUP, Programme Karonghen

­ Appui Financier ­ Appui Technique ­ Appui en Formation ­ Appui Financier ­ Appui Technique ­ Appui en Formation ­ Appui matériel, financier et tech­ nique ­ Renforcement de capacité ­ Appui financier

Précarité de l’habitat dans une Appui matériel zone à forte pluviosité, existence Appui financier de matériaux locaux

­ Sous Brigade d’hygiène ­ Latrines traditionnelles et amé­liorée, OCB ­ Comités de salubrité et d’hygiène

­ Appui matériel, financier et tech­ nique ­ Renforcement de capacité Formation ­ Equipement ­ Financement ­ Appui technique

CHAPITRE V : MODALITES DE MISE EN ŒUVRE La mise œuvre des documents de Lignes Directrices de la région de Ziguinchor requiert un certain nombre de stratégies opérationnelles déclinées comme suit : ­ Une large vulgarisation des documents ­ Une définition claire des rôles et responsabilités des parties prenantes ­ Des conditions de financement adapté ­ Un cadre de suivi évaluation

128


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page129

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

La vulgarisation des documents Pour une meilleure appropriation des Lignes Directrices, la région, en rapport avec le Comité national, les Groupes de Travail doivent partager et dérouler un plan de vulgarisation de ces outils auprès des pouvoirs publics nationaux, du patronat sénégalais, des partenaires à la coopération décentralisée et de l’ensemble des acteurs intervenant dans la région. En direction de l’Etat, l’objectif visé est la sensibilisation et la préparation des autorités à soutenir la mise en œuvre des projets d’impact par une contribution financière effective à travers le BCI, les fonds de concours et l’allègement des procédures administratives et financières. En direction du patronat, de l’organisation des émigrés, et des acteurs régionaux, il est recherché une prise de participation de ceux ci pour le Co financement des projets à plus value. Quant aux partenaires de la Coopération bilatérale et décentralisée, leur mobilisation se fera principalement par les Collectivités Locales avec l’appui du Gouvernement, du PNUD et du Hub de Genève sous la coordination d’ART GOLD. Cette phase de vulgarisation est prévue dans le plan de communication du Programme. Rôles et responsabilité des parties prenantes dans la mise en œuvre des documents de LD Les Collectivités Locales La région La région portera politiquement la mise en œuvre de tous les projets d’impact à cheval sur au moins deux départements. Le portage politique signifie qu’elle sera l’intermédiaire directe chargée de négocier avec les partenaires intéressés pour le compte des collectivités bénéficiaires. Elle sera responsable de l’exécution des travaux, assurera le suivi évaluation et rendra compte aux partenaires par le biais de l’ARD et de l’UGP. Les Groupements d’intérêt communautaire Ils seront responsables des projets intercommunautaires exécutés dans leur département. Les Lignes Directrices départementales faisant partie de leurs instruments d’exécution budgétaire ; Ils conduiront avec l’appui de la région toutes les négociations avec les partenaires et participeront selon des critères bien définis au financement des projets retenus. Ils seront appuyés dans l’identification et le montage des projets par les MDL et les services techniques ou une expertise extérieure en cas de besoin. Les collectivités locales bénéficiaires Elles assureront le portage politique des projets ne dépassant pas leurs limites territoriales. Cependant, pour une coordination régionale de l’intervention des partenaires, le Conseil régional et le GIC seront invités à la négociation et à l’évaluation des projets exécutés dans leurs territoires. L’ARD et les Groupes de Travail Le portage technique de la mise en œuvre de ces documents revient au groupe de travail régional qui est piloté par l’ARD (voir mission des GT). En clair ce sont les Groupes de Travail et plus spécifiquement les comités techniques restreints qui auront la responsabilité d’élaborer les plans d’actions, de faire la priorisation, et d’appuyer le montage financier et technique des projets. Ils seront aussi chargés de la coordination de la gestion des ouvrages produits et organise le suivi évaluation. Conditions de financement des Projets Le financement des projets issus des documents de Lignes Directrices est entièrement soumis aux partenaires à la Coopération Décentralisée. L’appui souhaité peut revêtir la forme ­ d’une assistance technique quand le partenaire met à la disposition du projet du personnel d’assistance soit dans le cadre d’échanges d’expériences soit pour satisfaire une demande en expertise insuffisante ou inexistante. ­ d’un appui logistique et matériel ­ de financement d’activités à caractère social ou économique. ➢ Critères d’éligibilité des projets Pour les projets d’impact, la contribution de l’Etat et des collectivités locales sera garantie. Le cadre de suivi En effet, avec le transfert de la compétence « planification » aux collectivités locales, les instances les plus habilitées de suivi de la promotion du DLD sont le conseil régional, les conseils municipaux et les conseils ruraux (plus particulièrement leurs commissions du Plan), sans occulter pour autant les autres élus de la Région, que sont les députés, les sénateurs et les membres du Conseil Economique et Social.

129


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page130

Document des lignes directrices de la Région de Ziguinchor

Les résultats obtenus par les commissions du Plan seront portés à la connaissance des différents cadres de concertation pour un bon partage de l’information. Le GTR et les GTD consacreront des réunions périodiques au suivi de la promotion du DLD régional et départemental au niveau des partenaires, et rendront compte régulièrement au Cadre de Concertation Régional (CCR), et ceux du niveau des départements, des arrondissements et des communautés rurales et même inter régional (Ziguinchor, Sédhiou et Kolda). A cet effet, le Cadre de Concertation Régional (CCR), dans le cadre de l’approfondissement de la politique de décentralisation, devra de plus en plus se structurer afin de se substituer progressivement au Comité Régional de Développement (CRD). Ce CCR, comme déjà dit, est une instance de coordination des actions de développement. ➢ Indicateurs de suivi des performances de l’économie régionale L’obligation de résultats suppose de se doter d’indicateurs pour mesurer le degré de réalisation des lignes directrices et l’impact des politiques mises en œuvre. Parfois, la multiplicité des secteurs et la diversité des indicateurs (lignes directrices) rendent difficile leur suivi et leur interprétation. Face à cela, nous avons entrepris un travail de définition d’un nombre réduit d’indicateurs synthétiques pertinents qui permettront de réaliser d’une manière rigoureuse et permanente le suivi évaluation du PRDI. Infrastructures villageoises 1. Rayon d’accès à une infrastructure communautaire. Cet indice s’intéresse à l’accès à l’école primaire, un forage, un lieu de commerce, un lieu de santé (poste de santé ou maternité rurale), une infrastructure de stockage, une route et au téléphone. Un indice com­posite est construit à partir des données sur l’accès aux services sociaux de base. 2. Nombre de ménages ruraux branchés au réseau électrique EDUCATION 1.Taux brut de scolarisation 2.Taux d’alphabétisation 3.Taux d’achèvement à l’école primaire 4.Taux de réussite aux examens SANTE 1.Taux de couverture vaccinale (DTC3) 2.Taux de couverture des consultations prénatales 3.Nombre d’habitants pour un personnel de santé et une infrastructure médicale déterminé 4.Taux de fréquentation des structures de santé 5.Taux de prévalence au VIH SIDA ENVIRONNEMENT ET ROUTES 1. Taux de déboisement 2. Proportion de routes en bon état EAU ET ASSAINISSEMENT 1. Taux d’accès à l’eau potable 2. Pourcentage de la population ayant accès à l’assainissement en milieu urbain 3. Pourcentage de la population ayant accès à l’assainissement en milieu rural ENFANCE ET NUTRITION 1. Production céréalière par tête en milieu rural 2. Proportion d’enfants souffrant de malnutrition SECTEUR REEL (ECONOMIE) 1. Taux de croissance des productions agricoles (agriculture, élevage, pêche, etc.) 2. Taux de croissance de l’industrie régionale 3. Taux de croissance du commerce régional BONNE GOUVERNANCE – DECENTRALISATION – EMPLOI 1. Taux d’exécution des dépenses de décentralisation par domaine à compétence transférée 2. Délai de création d’entreprise 3. Taux de chômage urbain (s’il y a la possibilité de réaliser des études périodiques).

130


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page131


NEAS1 BROCHURE Ziguinchor (240 x240mm)_Mise en page 1 24/08/12 09:26 Page132

PARTENAIRES GOUVERNEMENTAUX REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple – Un But – Une Foi

MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES LOCALES MINISTRE DE L’ ECONOMIE ET DES FINANCES

AGENCES DES NATIONS UNIES

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

PARTENAIRE BILATÉRAL

PARTENAIRES DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE

Ajuntament de Vic

PARTENAIRES NATIONAUX


SENEGAL - Ziguinchor