Page 1


cover : mark vos at home by christian vanhanja

6 - edito by Patrick GUImez - photo manu sanz

L’hiver se met rapidement en place et les activité en extérieur se font de plus en plus rare. Comme la coutume le veut, nous nous rapprochons des spots indoor et les park se remplissent. Bien heureusement certaines parties de l’Europe comme l’Espagne permettent de rider avec moins de contraintes et de ce fait beaucoup de personnes s’exilent tels des oiseaux migrateurs vers ces destinations épargnées afin d’échapper à cette vague de froid ne faisant que commencer. Quoi qu’il en soit le froid ne nous empêche pas de vous fournir un contenu complet issu du monde entier et qui pourra, nous en sommes sûr, vous donner des idées de voyages au soleil. Toute l’équipe de ART BMX vous souhaite de passer de bonnes fêtes de fin d’année et que 2014 soit un excellent cru pour tous !!

retour aux années 2000, la grande époque de Manu Sanz qui éblouissait le bowl de montpellier. les années où le bmx se reconstruisait, où cream et frame montraient la bonne image...


8 - programme photo Jason Halayko/Red Bull Content Pool

Yohei Uchino win the Flat Ark and the BMX Flatland World Circuit 2013 in Kobe, Japan on October 27th, 2013


10 16 18 20 24 28 36 40 44 52 56 64 68 72 76 80 88 92 98 104 106 110 112 116 128 132 142 154 160 164 172 177 186 190

shopping patocherie bike / lluis lacondeguy / spain VIP / Bart de Jong / holland photo / Rob Leos / mexico attitude / Wheels need Girls / France face / wheelz / USA photo / Leo Furmansky / USA ART / Christophe Boul / France trip / redbull BMXplore / Africa scene / Malaga / spain report / RedBull Tube check / poland oldschool / Quiet Resistant / france attitude / Kike Tattoo / spain girlz / Rebecca Pergentile / canada event / happy ride jam / spain face / Owen Bohn / argentina photo / ruben vigil / spain report / UK Vert series / UK new pusher / Adolf Silva / spain music / Pitchfork festival / France event / Flatland vibrations / France event / com’in lyon / France face / Mark Vos / holland Attitude / 24h in Paris / France photo / Roman Neimann / estonia story / Frame video / france report / redbull Quarter Master / UK new pusher / Yohan BENOIST / france photo / Tyrone Bradley / africa face / Fabien Rolland / france photo / Ride the street / france event / vibrations urbaines / france racing / trophÊe St etienne / france


10 - shopping selection by alain massabova

Eighty four A02

T1 Cyclop

Mankind Action

haro 200 autum abc

Mankind Respect

kuwahara

autum narcobar

diamondback remix 16“

odi longneck gum

DSP VERDE

S&M BTM

quiet resistant bike stand

NIKE AIR FORCE 180 MID

KHE x mark webb

pull-in markit

kuwahara E.T. replica

demolition rolls


12 - shopping selection by patrick guimez

vocal Hitchhiker

Phantom black

ford transit

Profile Camo Elite

beat

TSG slim stay strong

fox instinct reed

eastern transcend

rock the street go pro HERO3 Plus canon EOS 70D

monster

jam

harley davidson breakout

masters of dirt

nokia lumia 1520

gretsch


16 - patocherie by patrick guimez

J’ai froid !!!!! Je ne sais pas vous, mais je fais partie de ces personnes pour qui l’hiver reste une punition !! Certes les sports d’hiver sont une bonne alternative au manque de riding en extérieur mais cela ne pourra jamais remplacer les sessions en trail. Au final si on fait un rapide bilan, on passe une bonne partie du printemps à remettre en état nos spots qui pour la plupart se retrouvent inondés bien avant l’hiver... Ce n’est pas ce fichu temps qui retirera ma motivation et je continuerai toujours à creuser et créer des spots mais parfois je paierai cher pour pouvoir rouler toute l’année chez moi sans me soucier du froid. Quoi qu’il en soit j’ai une alternative à cette frustration et plus motivé que jamais, je ne cesse de partir rouler plus au sud et plus particulièrement en Espagne afin de continuer à vivre ma passion !! Tout juste rentré de Barcelone où j’ai passé une semaine de folie en compagnie des frères Lacondeguy à écumer les différents spots, je n’ai qu’une envie qui est de repartir et continuer à enchaîner les sessions. Au final, voici le résumé de ma vie et de celle de beaucoup d’entre nous qui tels des surfeurs migrent et fuient le mauvais temps à la recherche de ce spot encore ridable et nous donnant nôtre dose d‘adrénaline tant convoitée depuis des années !! Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et au plaisir de vous croiser au soleil !!!


18 - my bike - spain by Patrick guimez - photos paul

Lluis Lacondeguy Name: Lluis Lacondeguy Age: 27 Sponsors: Radio Bikes, Skullcandy, Vans, Sensus grips, Ninjaz gloves, Unit, Bern Years riding: 12 Favourite spot: La Poma Bikepark in Barcelona Your bike : I really love my set up! I’ve got a long 21“ bike with a long rear end at it feels amazing for dirt jumps. I’m pretty happy about how the new Radio Bikes Siren frame ended up. Light, strong, fast… I ve got Eclat for most of the parts, but the S&M big bars and Sensus grips are just mandatory on my bike! Big front tire, nice colors trying to look classy hell, big seat, gyro and Sensus grips! Best bike I ever had !

Frame: Radio Bikes Siren 21“ Forks: Whethepeople Bars: S&M hooder 8“7 Stem: Radio Bikes up load stem Grips: Sensus Lever: Eclat Brake: Demolition Rims: Eclat Hubs: Eclat dinamic Fron tire: Fly bikes campillera 2,25 Rear tire: Eclat Cranks: Profile racing Sproket: Renthal motocross 25t Chain: Pirate bmx Gyro: Stolen bikes Headset: Pirate bmx Seatpost: Primo Seat: BSD fat seat Pedals: DMR vault Brendog


20 - vip - Holland by alain massabova - photos de jong family

Bart DeJong Tell us about your life ? Who you was in 80ies and who are you today ? In the seventies I was heavily into motocross. Read the magazines, went to the races, had some heroes, but never had a motorcycle. What we did was imitate motocross on our normal kids bikes. Painted them yellow (Suzuki), red (Honda) or green (Kawasaki), made a numberplate and lifted up the fenders a bit. All we wanted to do is ride motocross and doing that on a bicycle was the next best thing. I have to say here that BMX bikes did not exist yet at this time. The first signs we saw of BMX bikes was around 1977/78 when the Raleigh Grifter showed up and some bikes were made with buddy seats, front suspension and fenders. It was the solution for my brother Paul and I because we were sick of breaking the normal bikes that we used to jump and too poor for the motorcycle that we would never get. 1979 is when I got my first “real” BMX bike, a CPX 100 and it was the best thing I ever got. All of a sudden I was part of something that felt like home. 33 years later and I’m still riding a BMX bike and living the life. Actually I have never done anything different than BMX. Went through the good times, the bad times and everything in between. Tell us your own history of BMX ? I race my first BMX race in 1979, on a regular BMX bike. I was 10 years old and loved my little racing machine with hand brake. I had looked up to this race in Beek en Donk for so long and then just before the race took place my bike broke. A different bike got arranged, I think it had 26 inch wheels and a coaster brake. It was way too big for me but I wanted to enter the race regardless. I won that race. From 1980 – 1988 I had a BMX race license and started to focus on freestyle more around 1985 when the racing got too serious and freestyle was more fun. Basically I never quit riding.

sidehack. bart riding, monkey is Cees Lengers. 1980. Track: Beek en Donk, NL.

What does BMX brought in your life ? BMX has shaped me into who I am today, without a doubt. It has shown me the world and has taught me about different cultures. It’s funny how you were laughed at years ago for riding a kids bike. That hasn’t changed, but inside I’m just laughing, knowing what it has brought me, the people I’ve met, the places I’ve been, all because of riding that little twenty inch bike. After school I used to work for three months and then took three months off to ride. Then worked for three months, then took three months off. It was a matter of saving up quickly and spend it on the road, riding with your friends at places all over Europe, and California in the wintertime. It was the best life. But then an offer came to work at GT Bicycles’ European Sports Marketing office in Belgium as their BMX manager and I had to take that. It was the best school I’ve ever had. Over the last 10 years I’ve been self employed and worked for many amazing people in the BMX industry, something I’d like to do for many more years. Do you have a crazy or secret stories, inside scoop ? I’ve been in situations where I need to pinch myself to make sure I’m not dreaming. Like the time I was in a taxi together with Tony Hawk and Mat Hoffman in Switzerland, or when Vic Murphy and Pete Augustin picked me up in San Diego to go street riding, or when I was on my way with Jim Ford to go interview Bob Haro at his office near the beach in California. So many heroes that you saw in the magazines growing up are now people you know, because you’ve stuck with that BMX thing for so long. You share the same passion, it’s awesome. A message to the new generation ? You get what you put in.


First BMX race BART (#54) ever rode was in Beek en Donk, NL on 30 September 1979. Winner the class. Pictured: Paul de Jong (Suzuki) and Aarle-Rixtel local Tiny van Brug (right). Photo by Theo de Jong.

bart & paul on their first BMX bikes CPX100 and first original number plates (first season 1980).

1972, bart & paul

7 years old. Number plate was of a car number plate. This was our playground. 1976. Pic: Theo de Jong

1976. Before BMX bikes had made it to Europe...

Bart de Jong framestand on Kuwahara ET (now restored in my posession). 7 July 1985, Woerden, Netherlands. Freestyle contest. Photo by Hans de Jong


24 - photo - mexico

Rob Leos My name is Rob Leos, I’m 29 years old, from Monterrey, Nuevo León, Mexico. I’ve been taking photos for about 12 years. I never really thought I would be doing BMX photos as I only used to skate and take photos of my friends skating. One day some BMXers began to ride at the spot we used to go to, so I started hanging out with them and that’s basically how I took my first BMX photos. Since then, I stopped skating and I was only focused on taking BMX photos and riding bikes. My first camera was a Minolta XG-M; I got it like 20 years ago, and then I started saving to buy a Canon Eos RebelG, which was the first camera I got with my own money, haha. I’m currently the founder/ editor of EhWeyBMX Magazine and part of a large crew of photographers called Latin American BMX Photographers. This is the website of the magazine if you want to check it out : http://ehweymag.com/


Photos : Eve Saint-Ramon Style : Ema Montès concept : sonikem, alain massabova ModÊles : Marien DL, Canelle, Charlotte, Muah, FoxyChrys assistante : Sarah Lou Marty rider : antoine mallier spot : EGP18


29 - attitude - France

Wheels need Girls


36 - face - usa by Ksenia Kozlitina - photos peka devé

wheelz It is obvious that any extreme sport requires big courage, ability to try the new things, creativity and incredible strength of mind and heart. I was lucky to meet a person who definitely wins in all those categories. A 21 years old guy kicking ass in his wheelchair, riding on a top level with great extreme riders and never being scared to try, create and develop the sport. WHEELZ told us his stories about his passion in sport, life style, inspiration and life, sharing his great vibe and a big heart. This is Aaron “Wheelz” Fotheringham ! How did it all start? My older brother is a BMXer. I really wanted to try riding like him on my chair. He helped me to get to the top of a ramp and pretty much pushed me and I crushed but it just became so much fun that I loved it. Falling down is definitely scary but it’s the part of my job. Sometimes the landing is really tricky. On a big ramp it has to be perfect. I’m working on it all the time and I guess I’m getting better in it. If u are on a big ramp and you think too much, you want know what to do, you want visualise it a couple of times, but if you keep rolling it in your mind you just might over do it. There some other guys in this sport at the moment (riding a wheel chair), but nobody got to hit the big ramp yet. Sometimes I understand why - because it’s scary. But you know it’s fun, I enjoy it. What’s nitro circus for you? It’s a group of friends trying to push ourselves to do some crazy stuff. It’s like a family. There is 40 of us. During the show we are a big family, we are supporting each other Everybody is pushing themselves to a new level. After the shows we all

hang out and it is very cool. Best part in Nitro circus thing is the crowd reaction. And the feeling when I’m on the top of the ramp and I’m about to go, the energy I feel when the whole crowd is just going nuts. What’s your life like back home? I just bought a house in Vegas. And I ride skate parks that’s my main focus and I also ride mega ramp, trying to get better in it. All I do is ride, edit videos, do some fabrications for my wheel chair with my friend… It’s pretty cool, you know if it breaks I know who to blame haha ! Which public did you enjoy most of all? The crowd was really cool in Germany, they were really into it. Australia too. People were jumping on a stage, security had to take them out. It was awesome. Everywhere we go gets pretty crazy and fun. How was the show here? Are you enjoying Paris? Well I’ve seen the Eiffel Towel. It’s was pretty cool, you can say we were riding right under it. It’s my first time here, I’ve always wanted to come. Atmosphere was cool. This is the beginning of our tour, we just flew in yesterday. We’ve got a Europe tour we are doing and then in January we’ve got North America and then next year the Australian tour so I’m pretty busy. I love travelling but towards the end I’ll be like”Ooooh I wanna go home”, I just bought a house in Vegas so it was hard to leave home at a first place. But you know.


Where do you get your inspiration from? When I ride I like to look for different BMX videos to inspire myself. And one of my friends Chad Kagy he is just so professional, so good and I just looked up for him for many years he is one of my main inspirations. I like to keep going because I got such a great support system; I got a lot of fans and my family is very supportive. That’s what I’m passionate about that’s makes me happy, so even without fans I would still be riding just coz it makes me happy. What do your parents think about riding? My dad was there the first time I dropped in and he was really pumped on it and then my mom... She was a little worried at first but than my dad talked her into this. My mom just closes her eyes when I ride haha When I did my first front flip in New Zeland I landed it the third trial. And my mom was actually at the show and she was at the bottom of the ramp and right after landing I was able to go straight to my mom and give her a hug. That’s a hightlight story of my life. What do you like doing apart from riding? I like editing my own videos, make video production. I like road trips… to go riding haha… I’m pretty boring. I also spend a lot of time making my wheel chair. Is it possible to compare your chair and BMX technically? My wheel chair has full suspension and skateboard wheels and extra cross bracing… Over the years my friend and I have worked hard together to make it better

each time it breaks. The wheel chair is pretty close to BMX in weight. But most people that jump onto my chair have a hard time riding it. When you gonna be 50, what do you think you gonna be doing? Do you have a plan? Actually I got a lot of friends approaching their 50s and still riding. So I hope I’m gonna be able to ride for quite a while. I do motivational speaking too. It’s when I speak to the groups of people and try to change their prespective, trying to teach them to see the wheel chair differently. It was a German tour I was doing. And this kid he was able to get out of rehab to come to my show. And he worked really hard to get out of the hospital. And when he showed up than news people interviewed him and he said “Now I know my life is not over” So it was very cool and pumped me up to see that I was able to change the way he sees being in a wheel chair.It’s not a dead end, it’s just the beginning, you can do so much with it. The way I see the wheel chair is that I’m ON it, I’m not in the wheel chair. Because when you say you’re on it, it’s like BMXer on a bike. I’m pretty much riding it. That’s the way I like to look at it. When you land the flip it’s the coolest feeling of happiness unlike any other. That’s why I keep riding because achieving of something feels so good. It is a life style. It’s all I really think about. Skatepark skatepark jumps jumps. Passions are temporary backing down is permanent. If you hit your head trying something, at least you tried it at least you gave it a shot. Never be scared to try.


40 - photo - usa

Leo Furmansky

My Name is Leo Furmansky. I was born in Ukraine and now I reside in Austin, Texas. I enjoy documenting photos of my friends riding. I enjoy carrying my camera everywhere I go. I’m very influenced by the East Coast lifestyle. I wish I were in New York every day I wake up. I’m stuck in Austin because I’m trying to finish school and finish up my braces while I’m here. I also love riding BMX, so I influence my friends to learn how to shoot photography so I can get good pictures too instead of treating them as human tripods. I really enjoy Black and White photography. I think it’s the essence of a photo because it’s not the colors that make a photo good, it’s the composition or I guess how you see it. My camera is broken it won’t autofocus and my light meter is fucked, so it’s a fully manual digital camera and it doesn’t help that there’s red blocks in my viewfinder, so I have to turn off and on my camera every time I shoot pictures. Time is hard right now so I’ll eventually buy a new camera, maybe something with high ISO because carrying flashes is such a buzz kill. People get so pissed how long it takes to set up. It should be about having fun and just having a camera on your back and capturing the best moments of riding with your friends. That’s what’s good! If you want to see more of my work, go to thebodega.net


This is a picture of Tony Sanchez He’s one of the best homies to have as a friend. If it weren’t for this dude, I probably would have never gotten back into riding.


This is Ralph Sinisi. If it weren’t for this dude starting Animal, I probably wouldn’t be riding right now. Animal Bikes has been the biggest influence in my life.

This is Chase Hawk doing a pocket air in one of the most difficult pools, but Chase Hawk manages to ride anything with no sweat. Me, Dean Dickinson, and Scotty Mezal came out one day and did 8 hours worth of work to this pool and didn’t get to ride it. Thanks Scotty and Dean for bringing me back here before the storm came.


On a day trip to San Antonio, Jacob Conard showed us around town and told me about this spot at the old movie theater. He told me about the top 5 spots that Bob Scerbo admired and this was one of them. Bob Scerbo is a big part of animal bikes and I looked up to his riding style along with Edwin Delarosa. I knew I had to get a picture here before the spot disappeared so later that night we got to hit it up! Thanks Wes Thompson for shooting this picture the best human tripod haha.

This is one of my favorite pictures of all time because Austin is such a tourist town that it ruins it for all the locals. This is a popular wall to get your photo taken while you visit, but I gave it the finger instead. Don’t move to Austin!


44 - art - france par Christophe Gentizon - intro seb ronjon

christophe boul Biberonné dans les années 70 à grands coups de Gotlib et de Bob Haro, le petit Christophe Boul se met rapidement à gribouiller avec classe. Plusieurs fois Champion de France, d’Europe et du Monde de BMX, entre 1985 et 2007, c’est tout naturellement vers son sport préféré qu’il se tourne pour exprimer son talent d’illustrateur. Tous les anciens connaissent ses caricatures, entre les affiches d’événements dessinées sur mesure et les nombreux clins d’œil graphiques à la grande famille du BMX, Christophe est un mec généreux, toujours de bonne humeur, à l’image de ses dessins, et incontournable dans le paysage graphico-BMX français !

1985, rougemont cycles

1989, zeronine-slagharen


Christophe Boul, c’est un nom connu dans toute la planète BMX, mais peu te connaissent réellement, alors... qui es-tu? Je suis né le 24 octobre 1967, ça commence à dater et je confirme bien que mon nom est BOUL ce n’est pas un nom de scène. J’ai des gênes normando-arméniens, ça pourrait se résumer par amoureux de la terre et sensibilité à fleurs de peau… Tout petit j’ai aimé le vélo et dessiner et ça continue encore, toujours et de plus en plus en vieillissant. Comment es-tu arrivé au BMX, et quelle fût ta carrière de racer et ton meilleur souvenir à ce sujet? Dans les années 80, je roulais souvent en vélo à suspension puis en bmx et j’ai eu la chance de croiser un jour en roulant à fond dans un bois, Bernard Arzac (futur président du club de Saint-Priest) qui m’a dit : « va voir à Manissieux, y’a une bande de jeunes comme toi qui font du bmx…j’ai découvert des bons pilotes et de futurs amis (Emmanuel Rodriguez entre autre, top pilote des années 80-90), j’ai progressé très rapidement grâce à eux et leurs conseils et pu faire une belle première année de compétition avec un titre de champion de France junior à Mably (1985) puis Jean-Pierre Rougemont me pris dans son team et ce fut le début d’une belle aventure (Team Rougemont Cycles, Zeronine, etc…) et les Guérin qui me permirent aussi de continuer en bmx et descente. Je suis accro à la bicyclette, tous les types, du vélo de course au vélo de descente et surtout au bmx, mais depuis de nombreuses années je roule surtout en cruiser. Mes meilleurs

souvenirs, mon premier titre de champion de France, mon premier titre européen et surtout le mondial en 1993. Qu’est-ce que le BMX t’a apporté dans ta vie? Enormément, j’étais presque timide et plein d’énergie, cela m’a permis de grandir et d’être plus ouvert au monde, de faire de bien belles rencontres, de rouler avec des grands pilotes, de voyager et donc de découvrir que notre planète est bien belle ! Le bmx fait partie de moi. Une question qu’on peut se poser, même si j’en connais la réponse, roules-tu encore beaucoup? Malheureusement non, c’est devenu exceptionnel et j’en suis bien triste, j’suis en manque total! Heureusement il y a les old schools pour retrouver quelques sensations! Avec toutes ces années d’expérience de racer, comment vois-tu l’évolution actuelle de ton sport, le SX, les JO, la mentalité, etc? J’ai peur d’être un peu dinosaure, mais mon dernier titre européen je l’ai eu sur des pédales plates, j’étais le seul en plate sur la finale 2007… j’ai peur que notre sport dérive trop dans le spectaculaire bmx Circus, j’adore voir les courses de haut niveau mais j’ai peur qu’il y est une catastrophe en direct ! Pour moi une course bmx doit être spectaculaire mais pas extrême et qu’il y ait 8 racers à l’arrivée en baston, c’est ça pour moi la race !


Fin des années 80, je me rappelle de tes stickers ZIB (Zeronine is beautifull), est-ce à ce moment que tu as débuté dans le dessin? Non ça doit être depuis tout jeune, je faisais de sympathiques dessins, puis à force c’est devenu un métier que j’adore! Qui furent tes maîtres à penser à ce niveau, et quel est la Boulplanet touch? Sans hésiter ce furent les Franquin, Gotlib, Echos des savanes, fluides glacials et surtout pour le bmx Yann Renault (OTB de bicross magazine) et le grand BOB HARO, designer au style épuré (je suis fan depuis le début) c’est grâce à eux que j’ai pu ressentir que le dessin c’était comme le bmx, une partie de moi… La boulplanet touch, c’est du trait simple très coloré sauf pour les bmx Legends où je m’applique pour essayer de faire ressortir les émotions que nous ont apporté nos légendes. Bob Haro justement, tu as pu le rencontrer et même dessiner pour lui cet été au trophée des Melons (ainsi que pour toutes les autres légendes présentes)... Un grand moment? L’émotion d’un jeune enfant qui se retrouve en vrai devant le père-Noël, quel moment ! Dessiner pour la fille de Bob, devant celui qui t’as inspiré lorsque tu étais un p’tit gars qui balbutiait en dessin, merci à toute l’équipe de Cavaillon et à Christophe Vico, pour nous avoir fait vivre cette immense rencontre oldschool de Cavaillon.

On a pu le vérifier à Cavaillon, grâce à internet tu as acquis une certaine notoriété et quand tu n’étais pas sur ton vélo pour gagner la course cruiser tu avais en permanence un stylo dans les mains, comment gères-tu tout ça? Le dessin et le bmx font partie de moi et tous ces gamins qui me demandaient des dessins… j’étais tout simplement heureux de voir dans leurs yeux le bonheur d’avoir un de mes dessins… le pied !!! Quand j’étais superclass, je passais plus de temps à dessiner (pour les autographes) que sur la piste. Je voudrais pouvoir faire plaisir à tout le monde et pouvoir dessiner tous ces riders d’hier comme d’aujourd’hui qui nous ont fait rêver, mais pour cela il me faudrait deux vies au minimum. Tes dessins ont même passé l’atlantique puisque certains faisaient partie de la vente aux enchères lors de l’admission des nouveaux membres du Hall of Fame BMX ou sont utilisés pour réunir des fonds sous forme de T-shirts pour des légendes telles que Scott Breithaupt ou Eddy King. Cela doit te faire plaisir? Oui quel honneur, mes illustrations au Hall of Fame BMX, j’en étais tout retourné! Je n’arrive toujours pas à la cheville de BOB HARO mais ça fait plaisir de sentir que mes dessins plaisent à la famille du bmx. Quant à la réaction de Scott et d’Eddy, ça les a énormément touchés alors que c’était un grand plaisir pour moi et en plus grâce à ça je peux les aider quelque peu en ces temps difficiles pour eux.


Je sais qu’il y a certaines personnes que tu tiens à remercier, alors lances-toi! Merci à toi et à ART bmx de me faire l’honneur d’un portrait, mes parents et mon frère qui ont été toujours présents pour que je puisse vivre ses grands moments, ma tendre Cécile, mes enfants et bien sûr tous ceux que j’ai croisé depuis 1983 sur les pistes de bmx, mais en particulier, Jean-Pierre Arzac, les Rougemont, Guérin, les amis de Manissieux et des clubs de Givors, Saint-Priest, Caluire, Beynost et Pont Evêque, mes potes vétérans (titi Minozzi et Ridha, Luc Koehler) et mentions spéciales à Michel Lalande! Je lui dois beaucoup, entre autres mes titres européen et mondial, Carmine Falco et Thomas Allier qui m’ont montré un autre bmx lors des entraînements de Rillieux (des extra-terrestres ces 2 là). Aux équipes des différents magazines passés ou actuels également pour toute leur énergie et à tous les bénévoles du BMX. MERCI A TOUS et à bientôt pour de nouvelles aventures colorées! Un petit mot pour les lecteurs? Juste pour dire que j’ai la chance d’avoir un portrait dans ce magnifique ART BMX et qu’ils ont de la chance aussi de lire un tel magazine, une vraie œuvre d’art à chaque numéro, je le déguste des yeux à chaque fois. Merci à toute l’équipe du mag. Merci Christophe et à bientôt autour d’une piste! Pour en savoir plus sur sa planète graphique, une seule adresse : www.boulplanet.com


BMXplore Tour in South Africa It was time for me to visit my 51st country! I love this number for so many reasons and fate wasn’t wrong! Going to Nelson Mandela’s (RIP) land was going to change my life forever! I was invited, by Red Bull South Africa, together with Matthias to hit 3 cities: Johannesburg, Durban and Plett. The plan was to make street shows, ride with the local BMX scene, film, photo shootings, TV interviews, Radio interviews, shows during the spring break during the “Plett Rage 2013”, and some shows in nightclubs. All this to boost and motivate the people with some BMXing. My surprise about South Africa was to see how modern some parts are of the cities we visited, and also the mix of culture between Zulu, Africans and White people made this country one of the richest, culture wise! Plus the kindness of the people was a shock; I guess that’s what happens in Africa! Everyone smiles and says hi to each other wherever you go, I wish this could actually happen everywhere in the world. But the most amazing thing was the good impression BMX had on the people! They got really crazy about Flatland! I have never experienced that before, not even in Japan, the heart of BMX Flat! People really got a shock wherever we went and the support and daily happiness pushed us to try harder everyday. Sleeping 6h average everyday wasn’t really an issue because it was compensated with new and better adventures everyday. Red Bull South Africa, the media production, and everyone who made this #BMXplore Tour possible have taken BMX Flatland to a new level and us being part of it has been a dream! It has been the best trip of my life so far!!!


53 - trip - africa by viki gomez - photos Tyrone Bradley / Red Bull Content Pool

redbull bmxplore

Viki Gomez & Matthias Dandois, Johannesburg, South Africa, November 2013


Some of the most amazing and remarkable things, during our trip, were when we made, photo shootings in front of Mandela’s statue, riding with the locals in an amazing urban spot in Johannesburg, making an interview and a show in at the news station at 7:00 am and being watched by millions of people, by later on being recognized in the supermarket after this interview few hours later, doing a spontaneous show for kids outside a school and being hugged as never before surrounded by beautiful genuine smiles, play and hold baby lions, feed giraffes and buy crazy animal t shirts at the famous “Celebrity” Lion Park, meeting skilled Street rider Ray Malinga who joined us on our tour which was so awesome to have him with us, riding in the morning while dolphins are jumping in the back, and getting some sick shots from those moments, pulling a new trick at the Durban Football Stadium (this trick is now called “The Durban Lion” cause I was wearing this crazy big Lion T-shirt) (an unforgettable moment), enjoying nice steaks of good meat and red wine from South Africa, enjoying our last 3 days of the trip in a Mansion in Plett, that Red Bull gave us and riding inside the Mansion, and made us feel like movie stars, being part of the “spring break” of Plett Rage and party with all the students who are so amazing and friendly, having made a show in the beach on a perfect stage and lastly, a “good-bye” party right after on a yacht surrounded by sharks! And the most important, the good vibes and all the good new friends I have made in South Africa. So good that we are going back to hang out and plan new projects in March 2014! I will let you know more about that later on… until then… Ride on, everyday!!! For more travel stories follow my trips on instagram @ vikigomezbmx Thank you very much!!!


56 - scene - spain by jesus / agpbmx - photos Alejandro Valencia, Yoni Cadenas, Javi Villegas, Huelvano & Little Cow

malaga

Yoni Cadenas by Little Cow


WHERE IS MALAGA? Between two oceans, Mediterranean and Atlantic, and two continents, Europe and Africa, lays the south coast of Spain. Only a few more places on earth are granted with the privileges of that kind of location, and the city of Malaga is been founded there. 40 kilometres from the north coast of Africa and 40 kilometres to the other side of the mountains that surrounds the city, that location creates the microclimate for the warmest city of the european continent, with the perfect conditions to ride bikes all year round, when the rest of the northern hemisphere is frozen, wet, and unrideable during the long winter months, Malaga enjoys a subtropical-mediterranean climate with a summer season that extends 8 months and only 50 days of rain a year. Since centuries ago, phoenicians, carthagineans, romans, muslims, visigoths, romans... and some of the most influential civilizations in human history fought by the control of this land and left behind them their legacy, just like the most influential riders and video parts of bmx did over the past few years since a local teenager called Ruben Alcantara decided to made his dream of going to made the Americas true, and discovered to the eyes of the bmx world a new paradise to be ridden.

Luis Lambo

Malaga view

Pitu


Ruben Alcantara by Javi Vilegas


As various as the mix of cultures that passed thru this land, are the spots to ride in the city and it’s surrounds, Malaga can be defined by one word: overall. The street spots are everywhere, created by that mix of old historic city centre and modern european architecture. Fullpipes, ditches, crazy and picturesque spots wait for good clips and pictures to be taken in the outskirts of the city too. The bowls and parks grew up as mushrooms thru the coast over the past few years as soon as the councils saw skateboarding and bmx as real and more respected sports, culminated by the best one and the last Ruben-designed creation, the Malaga rock skatepark. The trails scene keeps alive winter after winter (trails season here) with 5 sets of trails, 2 of them running as well in summer. And the scene and variety of riders, with years of history keeps growing and growing. The bmx industry in malaga is represented by the local shops: 4130 bike company, Nuggetes bike shop and Knox distribution, and tons of team trips and pros visit the city year after year. As well as the perfect weather and the variety of spots, there’s one more thing that made Malaga the place to be: the lifestyle. That lucky location gives to the south spanish lifestyle a great point of balance, Malaga is not the strictly organised place with rules for everything as many european cities, the cops are not going to ruin your life for riding on the street or you’re not going to be fined by riding your bike on the pavement. If you look around you see people enjoying a beer sitting outside in January and not people on suit running to work ruled by a strictly and bored lifestyle. And in the other hand, Malaga is not the madness of a non-developed and lawless place, where you wouldn’t like to be immersed in the freestyle driving, the sketchy surrounds, or find yourself in a hospital with a lack of the minimum health conditions, Spain is different but remember: at the end of the day you’re still in Europe, but cheaper, with less rules and in a more relaxed lifestyle. And if all that wasn’t enough to made the perfect place to ride bikes a reality, the Malaga airport is the third most important in the country after Madrid and Barcelona, all the mayor low-cost airlines operates here, and they can put you straight in Malaga from everywhere in Europe, in 3 hours and pretty much by the same money you would expend in 3 sessions at your packed indoor skatepark.

Ruben Alcantara by Javi Villegas


Antonio Laczco by Joni Cadenas

WHAT IS AGP BMX? AGP bmx is a project created in Malaga from the idea of bringing something new to the bmx community. As a rider, when you need parts, clothes or accessories you are plenty of brands and shops to find the stuff you need. When you want to know what’s going on in bmx, there are a lot of blogs/websites/magazines... to keep you informed. When you need motivation and inspiration to ride there’re a lot of people giving the best of themselves to produce the finest DVDs and web edits. But, as a bmx rider, what about

when you travel? I’ve been traveling the world with my bike for the last 10 years or so and I know very well what means to get to a new and unknown place where you don’t know the local language, you don’t know where to go, what to do, where the spots are, when you expend hours pedalling around lost or waste your money on the wrong place. It can sucks not making the most of your holidays or your team trip after all the effort and illusion you putted on them.


What AGP offers is to made the riders life easier; Transfers to and from the airport, accommodation, meals, guiding and shuttling to the spots by local riders... By pretty much the same money you would expend doing the trip by yourself and lost. The other main idea with this is to support the Malaga scene, helping the local trail builders, building new spots or keeping the actual ones from the money of the trips and doing anything to made and even better place to ride. It’s all a new idea connecting the locals, the visitors and the spots, creating the best scene for all of them. The shops and people representing the industry is «soud distribution». More info : www.agpbmx.com

Ale Caracol by Alejandro Valencia

Victor Martin by Yoni cadenas


Dawid Godziek, Warsaw, Poland, November 16th


65 - photo - poland par Dawid Godziek - photos Bartek Wolinski / Red Bull Content Pool

redbull Tube check


I’d already ridden in Warsaw a lot and so was a bit bored of the usual spots. I wanted to find something unusual, and the construction site for the metro has a lot of obstacles for BMX. Including stairs, walls, concrete cradle, and in the end the subway tunnel. It’s not like anywhere else here !


Dawid flair in the metro station


68 - oldschool - france

Quiet Resistant Chaque génération a son phénomène old school. Il se développe dans tous les domaines et le BMX n’échappe pas à la règle. En France, ils sont plusieurs dizaines à entretenir la flamme et à partager cette passion pour le « bicross » - comme on l’appelait à l’époque. Ils se retrouvent sur des forums comme celui du 23mag. com, précurseur en la matière créent des sites, restaurent et collectionnent des vélos, organisent expositions et réunions... Et certains l’intégrent meme à leur vie professionnelle. Mano, la quarantaine passée, fait partie de ceux-là. Atteint par le virus du 20 pouces il y a trente ans, il a connu la première vague, la naissance du freestyle et les premiers Bercy. En 1987, il est l’un des créateurs de DISCHARGE’zine (un des premiers fanzines français BMX) dont certains lecteurs de Bicross magazine doivent se souvenir.... Aujourd’hui toujours passionné, collectionneur, on le retrouve régulièrement partenaire d’évènements old school avec sa nouvelle marque « Quiet Resistant ». Il nous a raconté son histoire et dévoile une partie de son univers...

Salut, petite présentation? Mano, 43 ans, toujours vivant, entrepreneur, rider du dimanche et passionnément ferrailleur.

jus ce jour là. Deux jours inoubliables ! Et la rencontre avec Armen des Crazy Ducks (le M.C. De ce mega Free) qui changera nos vies...

Ton histoire avec le BMX commence à dater un peu, ça a commencé quand en fait ? Comme beaucoup de gosses de ma génération, j’ai commencé par trafiquer mon vélo pour aller m’amuser sur les chemins de campagne et les tas de sable de mon village... C’était le début des années 80. En 82, je tombe sur le hors-série spécial Bicross de Moto Verte... C’est le flash et Je veux absolument un BMX ! Le Père Noël m’apportera un BYZ 401 Yamaha. Et peu après, je participe à ma première course...

C’est à dire ? Ben... Comment dire ?... Euh … si je commence a te parler de ça on a pas fini, en gros je suis graffeur à mes heures... ah ah... mais si un jour tu fais un magazine sur le graffiti, je t’en parlerais plus longuement ;)

Tu as roulé longtemps ? Non pas vraiment, les courses ça a duré un an ou deux mais c’était pas mon truc. J’ai jamais trop eu l’ame d’un competiteur... Je suis tres vite passé au freestyle. Tu es donc l’un des créateurs de DISCHARGE’zine, plutôt orienté free en effet... Comment est née cette envie de créer un fanzine ? À l’époque, je roulais essentiellement avec mon pote Vincent. Le street était en pleine explosion, on était assez fan de Craig Grasso, Pete Augustin, Nick Phillips et ses potes anglais... Et la presse française était assez... euh... coincée dans son truc !?! Un jour mon pote Vincent lance l’idée de faire un fanzine... Le premier numéro sort assez rapidement, et a tout de suite son petit succès. On enchaîne le 2, le 3... On commençait à se faire bien remarquer. Par l’A.F.B. D’un côté, qui n’aimait pas notre style un peu trop rebelle (haha...), et par BXM qui accrochait bien et nous propose alors deux pages carte-blanche dans leur mag. C’était l’époque du premier Mega Free à Bercy, non ? Oui ! D’ailleurs l’équipe de BXM nous avait invité à l’évènement. On était comme des dingues à l’idée de se retrouver avec tous les riders du K.O.V. (Wilkerson, Johnson, Voelker, Blyther, Potts...). On s’était même retrouvé à faire le report de l’event pour BXM, l’equipe du mag etant un peu dans le

Ok. Aujourd’hui tu fais donc partie de ce mouvement oldschool. Quelle est la place du BMX dans ta vie ? J’ai toujours gardé mon vélo de l’époque même si je ne roule plus depuis longtemps. Puis j’ai commencé à en collectionner quelques uns depuis une dizaine d’année, essentiellement ceux qui me faisaient rêver. Je m’en suis plus ou moins remonté un récemment pour essayer de me remettre à rouler un peu. À force de voir les anciens encore s’éclater aujourd’hui, ça ma démange mais je manque un peu de motivation... Puis dans le cadre de ma marque, Quiet Resistant, je suis toujours en contact avec nombre de riders old school. De part les collab’ pour des t-shirts ou un cadre 24“ qui sortira debut 2014, et d’autres part les reunions et autres expositions OS qui s’organisent tout au long de l’année... Le bmx prend je dois l’avouer, une bonne place dans ma vie... et surtout dans mon 50m2 ! Ah ah ah Tu peux nous en dire un peu plus sur cette marque ? Tu as lancé une marque de BMX ? Non non, pas une marque de BMX en soi. Plutôt une espèce de label multi produits avec une orientation clairement old school. Mais loin d’etre enfermée dans le bmx, mes influences, mes produits et mes collaborations viennent aussi des milieux du graffiti, du tattoo, de la kustom kulture... et sont destinés à tout public. N’hesitez pas a venir faire un tour sur facebook.com/quietresistant et bientôt sur Quietresistant.com


1987

2012


Steve Broderson, Ron Wilkerson & Chris Potts

Dave Voelker

Ron Wilkerson


the americans in Paris après bercy, démo au trocadéro, 1988. BY QUIET RESISTANT

Ron Wilkerson

Joe Jonhson

bob haro


72 - attitude - spain par patrick guilmez

kike tattoo J’ai connu Kike il y a déjà pas mal d’années en tant que rider. Une personne bourrée de talent et munie d’un style naturel qui hélas s’est blessé lourdement et a du lever le pied. Mais Kike a su se reconstruire et bien que ridant toujours et notamment en Race, il exerce à présent son art via le tatouage, nouvelle discipline dans laquelle il excelle !! Venez découvrir ce personnage attachant et à qui nous souhaitons la plus grande réussite.


Shop name : Mystery Tattoo Studio Years riding bike : bikes almost since I was born, I started with the bmx at 8 or 9 more or less. Years tattooing : 4 years now. Where to find you : At the shop: Vallfogona nº10, Barcelona. Social media, website : Facebook : Kike Garcia Morales or Mystery Tattoo Studio, Instagram : kiketattoo, Twitter : mystery_studio. How you get into tattoo and what is the link for you with action sports ? I’ve been involved into drawing since I was a little kid thanks to my mother, that we use to spend hours drawing, painting and doing handcrafted stuff. That is one side of the balance. The other side could be my dad involving me into motorbikes and wheels. We use to go out to the countryside or mxtracks and teach me how to ride the bike well. I wanted to race motocross but my father didn’t, so I did BMX that was the most similar to MX. After spending years riding bmx I tried with the MTB bikes cause I had a good chance

to get a living from it, but it was too short cause I got a bad injury from a Motocros crash. A lot of broken bones and couple of surgeries made my «carreer» going to an end, and think over wich direction should I focus my life instead of riding 100% wide open (freestyle or racing). When I was injured in 2009 a good friend of mine who was tattooing propose me to try a tattoo machine and I said why not!? (I already was loving the tattoo world, beacuse I was getting lots of tattoos at that time.) So taking the time of my long recovery from the injury as an apprenticeship and already having drawing and painting skills, made my tattoos look pretty acceptable from the very beginning, and all the tattooers that I knew were encouraging me all the time. Since then I did not stopped. Now I’m running my own tattoo shop with 2 partners, and I’m trying to ride minimun once per week my BMX on the local track I have near my home, and putting some laps at the local races that we have in Catalunya, but just for fun and trying not to get hurt, haha. Also doing Mx, Mtb XC and Gym. Nowadays tattooing is my business and riding is my free time. So is perfect cause im doing what I’ve been doing since I was born and what I really love to do. Drawing and Riding.


76 - girlz - canada by Luis Elías Benavides

Rebecca Pergentile Rebecca is the girl of the year! She’s a proud mommy of 2 kids and I can say without hesitation that she’s one of the best female flatlanders in the world. Moreover, she’s one of the girls behind Magnoliabmx, a brand aimed to spread the word and motivate all the BMX girls, and she scored a full page in the flatland calendar by Fat Tony, being the first girl in this project. All of this made me think that as a true pioneer of the sport, she deserved this interview.

Hi Rebecca, would you please introduce yourself? Hey everyone! My name’s Rebecca Pergentile. I ride for Magnolia BMX and Diverse City Residents. A few things you should know about me are that I am a Lebanese/ Scottish Canadian, born and raised in Ontario Canada. Also, I am not a vegetarian. How long have you been riding for? I started riding flatland just before my 18th birthday. So it’s been ten years knowing my bike although we’ve had to have some moments of separation. I’ve had two babies! How did you get into riding flat? If it was up to me, I would have started riding flatland when I was 11 when my brother met some kids at his school who rode flatland. The first time I watched them ride I was hooked and knew what I was destined for! As younger kids we had a red GT BMX we used to take off of sick jumps like the curb. That unfortunately was stolen. My parents weren’t big on me wanting to BMX so it was not until I moved out and went to university that I could pursue flatland. I used to sit in a parking lot every week and watch people ride. Soon I contacted Chris Pergentile (my brother in-law) online and he helped me get connected and purchase my first flatland bike with my government university funds. Then I had to go out and purchase my first purse to carry around my bike tools.

You’re pretty much the first girl ever featured in the flatland calendar project by Fat Tony. How did that happen? I’m an extortionist. No, haha! Beatrice Trang the owner of Magnolia BMX and I are always looking for new ideas to promote and support the female BMX scene. Fat Tony has been supportive of the female scene and of Magnolia BMX. He let us know the qualifications and Beatrice wanted me to do it. Thanks to the time put in by our good friend Aidas Odonelis we were able to get girl representation in there. Which I believe is important. Female flatland obviously does not rise to the same skill level of male riders. However, without support and awareness of girls riding too, we won’t get there. To me this is about inspiring a new generation of female riders to come in and rise above! This calendar definitely is a big deal, and was a really humbling experience. I’m very grateful for the opportunity.

Everyone in your family rides flatland, right? How often do you ride together? My husband and kids, yes, I adore them! We do BMX demonstrations and motivational talks around Southern Ontario. My boys are four and six years old. They participated in their first demonstration this year. When free time arises, we ride. I school our kids at home and try to have them on their bikes often too. If they choose to flatland I will be excited, but I will be proud of them and support them in anything they choose to do. I’m still trying to talk my mom into riding but I don’t think she wants to.

Tell us about Magnolia BMX. What’s the goal of this project? We have a mission statement you can read on our website under the contact information : www.magnoliabmx.org In short we are a Female BMX news source with some swag. I’ve been with Magnolia since the beginning. The ‘flatland team’ started a year ago. To put it bluntly our goal is to make the presence of the female flatland scene more about recognizing the girls that love BMX, who put in the commitment to learn and choke out the vision of just a hot girl on a BMX. If you’re a hot girl and you ride more power to you, however I think it’s a shame to the BMX community when we praise the girls who simply look hot on a BMX over the woman who know how to handle one. In 2013 we spread the word that girls can ride too by featuring beginner riders sharing their stories. The number of girls who started riding exceeded our expectations. For 2014 our goal is to encourage girls to learn. We are running a contest called Flatland Forward, with about 20 girls worldwide entered. You can find more information about that on our web page too. Our team, Monika Hinz and Miyuki Dezaki are amazing riders and ladies. Beautiful too, inside and out! It’s a privilege to have them on Magnolia BMX. We chose a skilled team of mature riders to represent around the world as a connection for new girls who want to start riding. Beatrice Trang (the owner) is like sister to me and she doesn’t get half the credit she deserves for how she’s contributed to the female BMX scene. I do not have the words good enough to express my appreciation for her, so I dedicate this moment of silence to her,

Who else do you ride with? Being a family of four it is hard to get out and ride often with others. When we do, we do not take that time for granted. We compete every year in the Toronto FU competition. Our friends we ride with when the chance arises are Steve and Shaun Lapsley, Prasheel Gopal, Mark Kuhlmann, the Wright brothers, Allan Box, the Toronto guys, our brother Chris and a couple others. A highlight for my flatland experience was riding with Erin Donato back in the day. I also enjoyed and miss riding with Cris Neves who was a good friend and strong inspiration to me!

You’re truly an inspiration for many boys and girls out there. What would be your advice especially for the girls who are starting to ride? Thank you for the kind words. Many people told me I can’t ride because I’m a girl, even laughed at me. I thought «watch me...». There are a million reasons to not ride (or follow your dream in life). 1- It’s hard. There are handfuls of people who will tell you not to. Some people will have good things to say and twice as many will have only bad things to think about you. They will try to tear you down, or make it their mission to outdo you. You will likely fail a

Who do you think are the biggest influences on your riding? Everyone I’ve met through riding has brought something to me in one form or the other - what to do or what not to do. I ride to be myself and have fun. Now and then I see someone do a trick I think I would be able to learn. If I can, I will incorporate it with my current tricks. My husband Adam Pergentile, Beatrice Trang, Ed Nussbaum and Terry Adams have been a huge support to my riding. They believed in me before I believed in myself! They are great people, riders, and friends. Respect!


hundred times before you succeed. Stay true to who you were born to be. You have one life, do it right. Know who you are, what you were created for, question everything and never let go of your dreams. Don’t worry about other people and take it as a complement if they choose to wrap themselves up in worrying about you. Good things don’t come easy and things that do aren’t worth it. My doctor advised me to not ride or even pick up my 3 month old baby again because of a disorder I deal with. I could have cried about it, instead I started to weight train. Professionals told me I’ve been through more trauma in my first 18 years than the average person sees in 50. That I cry about. But you can be swallowed alive by the bad in life or you can find a healthy outlet and rise above. For me flatland is my one safe place. The place where I can be myself and work out the goings on in my life before God. I learn determination, perseverance and commitment and gained a huge family! It

doesn’t matter how hard a trick is, how long it takes or how bad it gets. The larger the obstacle you face, the bigger of a sledgehammer you bring. I tell my kids every day the only thing worse than failing is not trying. Is there anybody who you’d like to thank? Nope. Just joking. Everyone I’ve met through flatland is truly family to me. Whether we are tight or just know of each other online. I think you’re all pretty awesome, so thank you my brothers and sisters! Thanks also to Art magazine for taking the time and effort to bring awareness to female riders in the BMX scene! Magnolia BMX and Diverse City. My kids and my husband who always stand beside me and my Hope that flies high that has and will never fail me.


large view from la poma pro line


81 - event - spain par patrick guimez - photos ruben vigil

happy ride jam


eber temperan rockin the big set with this 3.6 turndown

sebas romero sending goodies to the crown


sergi valenzuela (topo) with this huge tsunami back flip


sergio layos and friends chilling before the contest

building crew at work


osman letados


Le bikepark de LA POMA est devenu en peu de temps l’un des incontournables de la scène dirt Européenne. Une fois de plus les locaux ont organisé une jam réunissant des riders du monde entier et le tout dans une ambiance plus que détendue. Si vous ne connaissez pas encore ce spot alors dépêchez vous d’y aller faire un tour et je suis sûr que vous n’en croirez pas vos yeux tellement toute la structure est entretenue et les gens accueillants. Et une fois de plus ce fut un succès sur la happy ride jam 2013 qui a permis de découvrir de nouveaux talents !! Les scènes mondiales progressent à vue d’œil mais si nous devions parler de DIRT uniquement et bien la scène espagnole est de loin l’une de celles que nous devrions surveiller de plus près. L’an prochain nous y serons, c’est une évidence !!

sergio layos


88 - face - Argentina By Luis ElĂ­as Benavides - Photos by Gabriel Higa

Owen Bohn A few months ago I was asked by a group of Argentinean riders if I wanted to be part of the crew of judges for an online flatland contest, and without hesitation I accepted. The line-up of riders included many talented people from South America, and Owen stood out because of his original and hardcore tricks. Unfortunately, Owen, as well as most Latin American pro flatlanders, doesn’t have a good sponsor that can afford plane tickets to go to international contests. One of my goals with these interviews to Latin American riders is to show the world that we also have world-class riders who, with a little help, could shred at a major contest. Watch out for this guy!


Owen, please introduce yourself. My name is Owen Halvor Bohn; I’m 21 years old, and I’m from Mendoza, Argentina. I’ve been riding for about 7 years. How did you get into BMX flatland? I started riding flat because of a friend’s brother who rode in my neighborhood. I asked him where they gathered to practice so I could go too. There I met Antonio Pagani and Diego Giménez, who were riding at the “Plaza Independencia”. After that, I started putting a bike together with parts donated by some riders. Do you have sponsors? No, I don’t have sponsors. Flatland here is not well known, but I always get help from other flatlanders, and so I help them whenever I can.

What motivates you to ride? First, there are still more tricks you can pull, and yes, you can invent them. Second, hanging out with my friends and see how they progress. And finally, being able to travel and meet more people with similar interests. What riders have been your biggest influence? Martti Kuoppa and Viki Gomez are the greatest to me, but there are others like Sam Foakes and Jean William Prevost. How do you visualize the flatland scene in Argentina? It has some moments where you can see that there are more riders and others where it seems that nobody is riding anymore. Now, at this point, the level of the riders has been increasing thanks to the Online Flatland Contest, where there were many competitors.


In the recent Online Flatland Contest you proved not only to be one of the best in Latin America, but also one of the most original. How important is the role of originality for you? Being original is very important to me. I like to see weird tricks and try to make up my own. What is your personal goal regarding flatland? I’d like to get to a level where I can think of tricks and put them in a combo improvising them with a lot of fluidity. I’d like to do this as perfect and complicated as possible.

Will we see you in the future participating in some internationally renowned contests? Of course, why not? I just have to practice a lot. Do you have a message for our readers, any comments to add or thanks? Thanks to Antonio Pagani, Diego Giménez,and German Bressia «Mr Lity». Thanks to ART magazine. Thanks to the boys of Flat+ Live; the guys of «Koty Flat», who do a very good job in Paraguay, and «Cr bikes.» For the beginners, make it fun to practice! Greetings


92 - photo - spain intro patrick guimez

ruben vigil Ruben fait parti de ces personnes qui souhaitent conserver leur passion intacte. Electricien de métier, il attribut son temps libre à la photo et laisse éclater son talent naturel. La scène espagnole grossissant à vue d’œil, Ruben a la chance de pouvoir capturer des moments privilégiés avec certains des meilleurs Européens du moment et ce pour nôtre plus grand plaisir ! Apprécier chacun des clichés de ce passionné qui nous en sommes sûr renferment de nombreuses histoires et moments forts. Merci Ruben !!


98 - report - UK by Christian Van hanja - photos Ged Mcconville

UK VERT SERIES Hi Zach, can you introduce yourself for the young fellows that are not aware of who you are? My name is Zach Shaw and I am 42 years old I started riding in 79 and I ride a BMX like most of that people that will be reading this magazine, I ride Street, Flat, Dirt, you name it I have ridden it, these days I ride Vert most of the time and have been supported by Wethepeople Bike Co for 13 years, Vans shoes for 16 years and Custom Riders for longer than Mason Smith can probably afford. How did the UK Vert series idea come together? There was a Vert Jam at Creation Skate park in Birmingham in 2012, the vibe was really good and the riders were wanting more so I talked to a few people and felt it out and there was definitely a demand for a Vert Series, I stepped up and decided to make it a reality and support the riders and the Skate parks that have kept Vert alive. Can you explain how it works regarding ranking, sanctioning body, insurance, etc? It’s fairly simple, the top ten riders can score points with their placings at each stop, the rider who has the most points at the Final of the Vert series is Champion there is Pro, Am and Vert Squirt groups (under 13’s). As we all know there is no sanctioning body that has any say in what BMX riders can and cannot do and that’s the way it should be, as for insurance all the riders pay into the skate park as normal so the Skate parks we go to are covered by their own insurance so there is no liability for us as organizers, registration for the Vert series is FREE and we take no money from riders at all. Do you plan to expand? Someone in another country want to set up a local vert contest with your support, is it possible? Or maybe could we dream to see it happening at the FISE, Simple Session, or any big European contest, or do you wish to keep it the way it is? There are plans to expand into Europe with the Vert Series, FISE has had Vert, and Simpel Session has had Vert. I think its better to have a stand-alone series at this moment in time and to do our own thing. FISE and Simpel are great without Vert, if they would like to host a round of the European Vert series in 2015 then we can always talk and it may happen. If anyone in Europe wants help setting up a Vert event then I am happy to help. I would prefer to tie events together as a series though so the riders have a goal, I am not keen on one off events it feels like BMX has become fractured and disjointed these days, I feel there may be another way that would be good for the riders and the industry. Is there a reason why UK vert riders have been such a dominating force in vert riding? I mean, starting with Ollie Mathews, Gerry Galley, Ronnie Remo, Carlo Griggs back in the days, and now Jamie and Simon, Paul, you? Is vert exceptionally on par with English mentality? Is there something the milk? Is life so boring in the UK that even falling out of a 14 feet air sounds like a enjoyable way of spending time with friend?

The English mentality is a funny old thing, I am probably not the best person to ask as I didn’t care much for self preservation and have been in the mix for as long as I can remember? I think its pure stubborn couldnt give a flying fuck not going to be beaten by anything attitude that helped Britain become a force in BMX and many other things. If you lived on an island like ours you would be mental too! You were one of the only athletes to withdraw from one of the biggest vert contest to happen in Europe (European X-games) when they where shutting down BMX on other main events. You already went thru that on other interview, my question is: Was that move easier because you actually don’t depend on BMX for a living? It was probably easier for me to make a point and take a stand against ESPN and the X-Games, I have seen this coming for a long time and started positioning myself a long time ago so that I didn’t have to rely on BMX to make a living. I didn’t want to be involved in the dilution & TV destruction of BMX Freestyle because that would have killed me inside to know I was complicit in the televised RAPE of our sport. I didn’t disappear and stop caring I just made sure that I was able to speak my mind and still support my family while doing what I hope is the right thing for BMX…people need to wake up! It looks that skaters are way smarter than we are, and apparently it is impossible to get united in BMX, anything one try to do or promote, there will always be someone to whine or complain about it. How can we work this out? I wouldn’t say its impossible, we just have a long way to go before we mature as a group and start working together for the future of BMX Freestyle, right now people are too worried about the next pay check and not about the well being of BMX. There is more money in Skateboarding so its easier for the riders to turn their backs on something like the X-Games, BMXers have it harder financially but that’s no excuse for letting a big company do whatever they want with your sport. I am not sure how we can get the right people sat down around a table and lay down the foundations to protect riders from these problems happening in the future I still have to work that one out. A lot of people in BMX are thinking that money is evil, and that if you want to stay real you have to stay underground… but on the latest 1200€ trendy bike! Back in the day when BMX was bigger than ever, but owned by big company, money was not a problem, since the beginning of the “for us by us” movement it looks like the money went away and the situation is not better for the sport... That’s a fair observation of the current state of BMX, However BMX Freestyle Bikes didn’t come from Big Bike companies back in the day they came from the garages of people like Gary Turner “GT Bikes” who made the first Cromoly BMX bike, what is happening now is just history repeating itself, its tough out there but it will eventually be positive and for the better, BMX needs to go through a slump to be re-born strong again, that


Zach Shaw


means the companies the contests the whole damn scene needs to fall on its ass, no money in BMX Bike sales? Then the big companies go away and invest in the next money-spinning fad. It’s a good thing that there are lots of little companies in BMX right because that means there is less room or incentive for big companies to flood the market with shitty products. Back to vert riding, do you think it is fading away because of the lack of equipment and infrastructure or because it is way easier to think your good on a 6 foot mini ramp? Its was fading away because in my opinion its become elitist, the top guys are asked “what do you want?” and the answer is always “bigger ramps” which is great because they are amazing to ride, but it’s a near sighted view and its helping kill off Vert riding, I progressively learnt to ride bigger and bigger ramps over the years starting at 7ft and working my way up with time as ramps got bigger, now days a rider arrives at a Vert ramp and is faced with a gigantic transition that is intimidating and difficult to ride 13.5ft is the average size. I think smaller Vert ramps would help facilitate a resurgence in Vert riding to a certain degree or Vert ramps with Midi sections on the side of them so the riders can progress from the smaller section to the big section in steps.

Jason Ellis

It sound to me that with Matt Hoffman, then with Jamie and the top 5 guys, vert riding reached such a high level that it looks almost impossible to get to that level for « the average Joe kid ». Flatland, dirt, park have seen the same gap within pro and amateur, and I believe that especially flatland take as much dedication to get a descent level, but it doesn’t look to be a problem. What does vert needs that it doesn’t have to keep kids interested in riding it? Vert needs a strong mind and time, I have footage of Steve McCann from 2000 riding a 13.5ft Vert ramp and he could barely get out of it, Steve kept at it and is now one of the top riders in Vert and it took him 10 years to achieve that, the same goes for Chad Kagy who was a street/park rider when I first met him. It just takes time, it was the same for me and it will be the same for most riders who want to be a Vert rider. Be honest, do you think that vert ramp could be rode by everyone, or will it always be a kind of « aristocracy of BMX »? Everyone should give it a go it’s a lot of fun the same as all types of riding, if you are hanging out on the ramp having a laugh with your mates and progressing then its no different from anything else in BMX.


Zach Shaw


So the answer is yes Vert can be ridden by everyone who owns a BMX, the more you put into anything the more you get out of it! What would you say to a kid who what to start riding Vert? Just get on the Vert ramp and carve around, get a bunch of your mates push each other and eventually it will click, there isn’t anything close to the feeling of going 10ft plus on a Vert ramp…it takes a while but its more than worth the effort When is next Vert UK series going to happen, and how can people help you?

Mike Mullen

There will be a 4 round UK BMX Vert Series in 2014, March May, September and November, people can help BMX by coming to ride and support the series it is FREE to enter. Exact dates will be announced shortly on the UK BMX Vert Series page on Facebook Anything else? Thanks to all the sponsors of the 2013 UK BMX Vert series, Etnies, Custom Riders, CSG Wethepeople, Total BMX, Zeal, Alone, Haro Bike Co, Asifclothing, Homebrew bmx, Pro-Tec and all the riders that took part. Don’t label yourself as a certain type of rider, try and ride everything and enjoy every moment you are on your BMX because life really is too short.


Fabian Giess


104 - new pusher - spain par patrick guimez - photos ruben vigil

adolf silva

On dit souvent que la nouvelle génération de riders progressent à vitesse grand V et bien ce jeune talent nous le prouve !! Avec seulement 2 années de riding, Adolf Silva fait déjà parler de lui et non content de réaliser déjà des double flip, il ride avec style et puissance. Une personne à suivre et de très près !!! Presenation Adolf Silva, 16 years old, 2 years of riding, sponsors: Seattle 88, Radio Bikes, Skullcandy, Ninjaz Gloves, CPGANG. My favorite disicipline it’s DIRT and no dubt on that! And favorite spot is La Poma Bikepark at my Home town in Barcelona. How did you get into bmx, could you give us some details about your first start into this sport ? Everything started when I lived in the U.S.A, I use to skate and lot’s of my friends bmx and some times they would let me try it and after that on 2012 when I came back to spain I decided to buy one and I started going to La poma ALL DAY and decided that was what I loved. Are you doing other sports ? Is that important for you to have different activities or you just want to focus on bmx later ? Yes I practice skate sometimes and I although surf when we got big waves here! I only focus on my BMX but I like to have other sports to do sometimes like surfing! What about school ? Do you have time to ride as you want ? I only go to school untill 13:30 so I got pretty much all day ti bike and thats what I do! get out of school eat and go ride! You used to live in USA, how this happened ? Did you ride there or you were too young ? Yes I used to live there, it happend becouse one day we were talking with my mom and we wanted to change of livestyle so we decided to go there, no I didnt use to

ride there I only skated. I saw you doing a double flip during the happy ride jam and this at only 16 years old !!! Are you planning to ride more comps ? Haaahaha that day was so crazy, yes I am planing to go to all of the Lords of Dirt, BMX worlds, OMarisquiño and all the comps that I know. Any new tricks in mind ? Oh yes I got many new tricks in mind but the crazyest one is this kind of 180 to backflip to another 180. Who is your riding partners ? Is that important to ride with good friends to have a great sesh ? I got lot’s of riding partners and ya for me it’s so important to ride with good friends and have a great seshion before anything. Any plans for the future ? My plans for the future are just keep riding and try to become better and better on everything. Something to say ? A last word or anybody to thank ? First of all thanks my family and the people that trusted me from the first moment I started riding bmx and all my real good friends that helped me and teach me lots of thing.


106 - culture - france par Ksenia Kozlitina - photos peka devĂŠ

pitchfork festival


It is not a secret that Pitchfork considered to be one of the main music web sites read, respected all over the world. Clearly the opinion of Pitchfork editors influences the choice of music lovers. So the festival appeared naturally. Almost for 10 years the open air Pitchfork rocks in Chicago, and from the 2011 kicked off in Paris as well. We got to enjoy three days of musical madness in Paris at one of the most popular music festivals in Europe.


For those who appreciate good line up, good organisation, amazing sounding Pitchfork is to be visited. This year were rocking: THE KNIFE, HOT CHIP, DISCLOSURE, DEERHUNTER, PANDA BEAR, YO LA TENGO, ARIEL PINK, GLASS CANDY, WARPAINT, A-TRAK, JUNIP, MAC DEMARCO, TODD TERJE, OMAR SOULEYMAN, BLOOD ORANGE, MOUNT KIMBIE, YOUTH LAGOON, SAVAGES, COLIN STETSON, BATHS, ICEAGE, JAGWAR MA, NO AGE, DEAFHEAVENTHE HAXAN CLOAK, MAJICAL CLOUDZ, ONLY REAL, EMPRESS OF. A.R.T. crew got to hang out at the festival and our pleasure to share our bright experience, and atmosphere, even if you skipped the event this year. So, guys, Pitchfork 2013 in all it’s brightness just for you.


Vibrations Urbaines flatland contest Samedi 26 novembre, Thomas Noyer et sa copine Laura passent me récuperer, direction Bordeaux pour les VU 2013. On arrive sous les coups de 13h, on entre dans la salle Bellegrave, le sol est déjà en place et quelques riders sont en train de rouler ! Didier Genet est venu spécialement de Suisse, il a beaucoup progressé cette année et envoie sur l’avant et sur l’arrière avec un bon flow ! Les Français ont aussi fait le déplacement et on compte rapidement une vingtaine de riders sur l’aire de Flat ! Un bon casse croûte plus tard et le contest peut enfin commencer ! Deux catégories, Amateur et Pro ! Pour le contest Amateur c’est Chris d’Oléron qui domine le contest avec ses gros nose wheelie, whiplash et turbine hitchiker ! A la seconde place on retrouve Paul de Montpellier qui progresse beaucoup en ce moment et rentre son tricks signature «backward steam roller sur la pédale» du premier coup. C’est Aurélien de Savoie qui termine troisième avec ses hang five to double whiplash. 4ème place pour Kevin Meyer qui maitrîse bien ses rolling et nous gratifie d’un joli combo en backpaker no hand. A noter la participation du jeune Valentin Traversa, 15 ans seulement et qui enchaine les turbines sur l’arrière en peg wheelie, continue comme ça ! Le soir on passe au pros à l’occasion de la All-In party ! Là ça chauffe avec l’arrivée de Joris Bretagnolles, Romain Georges et Jean Bulhon ! Jean prend la 5ème place avec ses barwhip to turbine crackpacker dont il a le secret ! Mais la surprise nous vient surtout de Maxime Luchetti qui, pour sa première participation en pro aux VU nous fait une belle place avec ses turbines steam roller et ses boomerangs bien maitrîsés, 4ème place pour lui ! A la 3ème place c’est Romain qui envoie du guillotine to crackpacker et autre half cab whip ! Second c’est Joris Bretagnolles avec ses pivots sur la roue arrière qu’il enchaine à deux ou trois reprises, c’est beau à voir. A la première place, c’est Thomas Noyer, sur une bonne dynamique après sa victoire en pro au King Of Concrete en Angleterre quelques semaines auparavant ! Ses turbine whiplash combinés avec boomerangs et nose wheelies ont convaincu les juges à l’unanimité ! Je connais Thomas depuis longtemps, c’est un rider exceptionnel, simple et humble, victoire amplement méritée ! Top les VU !

Thomas Noyer


111 - event - france par maxime cassagne

flatland vibrations

jean bullon


112 - event - france par maxime cassagne

com’in lyon J’y été l’édition précédente et j’en étais reparti conquis, une ville superbe, des riders sympathiques, un contest bien organisé et du beau spectacle. Cette année direction Lyon le vendredi soir avec Laetitia Volpi ou on retrouve Thomas Noyer, Charles Paty et Mathieu Bonnecuelle, petite soirée musique/vidéo au calme. Le lendemain matin réveil en douceur puis direction la salle du contest vers 11h, de nombreux riders sont déjà entrain de rouler ! ça fait plaisir de revoir les copains et en plus des Allemands, Espagnols, Suisses, Anglais et Belges on fait le déplacement, ça promet ! La journée voit défiler les qualifications en Amateur, Expert Master et Pro ! Je ne vais pas décrire tous les runs mais je retiendrai celui de Markus Schwital en Master, venu seul d’Allemagne et pas pour rien, même si il roule un peu «à la Matthias», il envoie

quentin

de gros spinnings sur les deux roues ! En pro il y a un super niveau, mais je parlerai surtout des runs de Quentin Pelorson qui en quelques années a pris un niveau énorme, sa dernière vidéo nous l’a prouvé mais en vrai ça fait vraiment mal, des jumps et pivots dans tous les sens, il roule sans pegs arrière et monte tous ses backwheels tricks sur la pédale direct ! Mais celui qui m’a mis des frissons c’est le «petit» Mathieu Bonnecuelle, je l’ai connu à ses débuts, il y à 8 ans, à peine plus haut que son vélo et il est aujourd’hui pour moi l’un des riders les plus prometteurs ! Il a trouvé son style, roule dans son coin, aucune vidéo de lui sur internet et quand il sort tous ses nouveaux tricks à base de whiplash rentrés à la perfection, tout le monde ne peut que l’ovationner, un grand moment...

Joris


mathieu


Matthias assure le spectacle et nous prouve qu’il n’est pas champion du monde pour rien, c’est la démo et tous ses signature tricks y passent ! Le soir concert dans la salle et pas des moindres, Mobb Deep, oui messieurs/dames, vous avez bien lu, il est là et avec une bière à la main c’est un moment des plus agréable pour nos tympans. On refait le monde entre riders, Alberto l’espgnol est toujours aussi drôle, aussi fort sur un vélo que ses blagues ! On va au dodo car le lendemain c’est les finales. Direction le gymnase ou les finales commencent vers 14h, en amateur plein de petits jeunes sont là et montrent que la relève est assurée, mais c’est Mickael Vest prend la première place avec ses Decades bien maîtrisés ! En expert c’est la victoire de Laurent Perrier avec ses hang five barwhip to halfpacker ! Markus Schwital prend la plus haute marche du podium avec ses spinning hitchiker enchainés avec barwhip steam roller et decades ! En pro c’est la guerre et ça roule fort ! Les Lyonnais (Kev, Rémi, Control et Romain)

alberto

envoient du Nose dans tous les sens, Jean des gros jumps sur l’avant, Josh d’angleterre des gros whips, Gilles du pedalling time machine, Romain G ses gros tricks de cascadeur et Joris passe tout près du podium avec ses pivots sans fin sur l’arrière. Parlons en du Podium, comme la veille Quentin envoie du gros avec un spinning hang five barwhip to halfpacker et un pedaling time machine monté et redescendu sur les pédales, 3 ème place pour lui. Second c’est Mat B avec entre autre whiplash no hand, bwd facing whiplash, turbine candy bar whiplash et de nombreux autres combos dont il a le secret ! Attention à lui sur les prochains contests, je sais qu’il travaille plein de trucs beaucoup plus chauds et jamais vus. La première place revient sans surprise à Matthias, qui envoie du half cab whooper to peg wheelie et sa routine habituelle de tueur ! Un super Week End, un grand merci aux Lyonnais pour ce contest que je considère comme le meilleur en France ! Et à tous les riders qui ont fait le déplacement, on se voit à l’ABC of Flatland et à l’Astrolabe l’année prochaine !

Sebastian


117 - face - holland by christian vanhanja - intro patrick guimez

mark vos I met mark years ago during a trail construction that we had to do together. There was no doubt that this strong man was one of the biggest heart I will have had the chance to cross in my life. An eternal smile and a natural happiness all day long and no matter what could happen, Mark is bringing light and positive vibes anywhere he goes. Not only being a great human, Mark is expressing himself on his bike as no one else, sending it hard each time and letting his talent talk by itself. Today this interview is for him and I’m more than proud to have him in the mag, please guys, read it and take this as a chance cause life is made of opportunities so catch this one and learn about human being. Thank you my friend for the smile you put on my face each time I see you or read you, life is beautiful !


Hi Mark, can you go through the usual presentation of yourself : age, years of ridding, how do you start ridding, what keep you ridding, etc… Heey lovely people.. my full name is Marinus Pieter Kornelis Vos listening to Mark. I was born as the first son and the second child in the family of 5 children, that was in 1984... and in 1989 my mom wrote in her diary that I had my first concussion... pedalling down the corner hitting the pedal on the curb... haha.. memories... What keeps me riding? Mitch Yeates from Simple bikes once said “having fun, faster than you can run”. I think that’s for me... I really really really enjoy cruising the streets. You are known for going big when you ride street : dangerous spots, big gaps, and a lot of risk. Do you think that bigger and dangerous is better? No brother. The most appreciation of lifes finest gifts is in the very little things. The subtile differences you notice... the slow processes... all my things I do that come out of my heart. Some look very scary maybe. But they are in my head for a while... I work on those things... I love to be scared for a long time of a spot.. and feel it getting closer to your imagination... and once you see it.. you stretch your arms to the sky and take whats yours.. write my name on walls... When I go fast... approaching something I feel so alive.... thats why I ride.. I have no interest in following whats new... but I really really appreciate everyones progression and in the meantime I feeel I only got a little smoother on doing sliders on the pedal and bar end. Haha thats the only trick I learned the last 10 years I think. Speed and

distance and style is everything. when I watch things online I look at Dan Foley my former Simple bikes teammate.. or Chase Hawk or Aitken or Stefan Lantschners wallrides.. Kevin Kalkoff.. those boys rock the way I love it.. Me myself am far from smooth haha am 90kg or pure channeled power but I do like my own riding otherwise I would try to change haha.. When you try a dangerous spot, do you always know before, if you can do it, or sometime you just say “ fuck-it, I’m going for it !!!” Fuck it is something that you say to push the fear away.. I used to say fuck it a lot.... these last years... I really take in the fear I look very good... I imagine the perfect way... am nice to myself and I find my powers.. when my video or photoboys are set up good.. I know its the day to capture and to celebrate moves... I’ll send it. I am a good crasher too.. long Judo background and I just crashed a lot in my life haha. Somedays I rather crash than leave the desired feeling untouched. Are you afraid before trying or do you know perfectly what you are doing? Afraid. yes. in my way I am. but if I dont feel the fear am just cruising and sliding a bit I like that too... but when am out there to go where nobody went before I ususally do things when I feel the time is right and I dont push myself for wrong reasons. I want to express my love thats why how and how long I will ride. Some spots they just scream my name haha and I feel very welcomed and I dont see the fear.. thats


you know I would be so scared if I had to do a tailwhip over a big jumpbox hahaha cause I never do those things you know. But a huuuge quarter to quarter wallride would not stop me from hitting it full blast first go. It’s just in which path you progress I guess... Having a child now, do you feel that you have to take less risk, or do you want to keep that freedom of being able to go “all-in”. It’s a big question. Luuk my lovely son will have the best daddy in the world if I can be so happy.. and driven by love. Risks exist... but I think the way things go now.. and please judge me on march 8 my 30th birthday when my video 2 year filming will come out... by SINCE 88 from Amsterdam. you can judge if I stopped taking risks.. It’s always scary to say but the dangerous stuff I’ve done I played them in my mind before I done them and I believe in what my eyes can imagine.. lately it feels... things are just for me. Like running with supermario jumping up to grab presents from life.. When I took the hard choice to work really hard and not have as much time to ride bmx as before I was a daddy.. I thought my level would go down... but mentally ive grown so much.. it’s a big blessing bro. Besides that theres NO point in trying to explain what its like having a son or a daughter.. Mangoose will agree.. and all my brother daddies out there haha. and sistaaa mommasss haha I always see you with a big smile on your face, and you are one of those person who always look ready to go for an adventure. What is you secret? The knowledge and the awareness that we are the lucky ones.. you reading this.. me typing this.. we have options! to express ourselves.. to love eachother.. we can eat, sleep, work, love, care, ride, “et faire du cuisineeeee”... usually when you see me.. am with some people that I love and I just really feed of the energy of people together.. ofcourse I have my troubles and it was really hard for me becoming a daddy basically out of the blue with no relation with Marieke.. Luuks mom.. but we get a long real good now and she is happy with her new boyfriend and he is great so. You know life is so full circle... ask me this 3 years ago.... and I didnt know the answer to the question lately my dreams are becoming my reality... all this fuelled by my lovely lovely son !

Somedays.. when I sleep with him in my bed.. I just cant sleep cause am so happy... I feel like a little person in a bigggg flowwww of energy... and I have the amazing feeling I can stretch my arms out to all the world. I want to ignite the world... give it all my unfiltered love... smile to 50 persons a day.. regardless of if they look angry at me. What is the perfect spot for you ? A brand new skate park, a street spot somewhere around the world, or a local ghetto spot with your lads? Riding curbs with Darryl Nau for example haha that was so much fun when he was over here for Redbulls Framed Reactions.. Syo van Vliet and me went on a cruise just to ride the curbs and what we found. Syo shot some epic pictures of that.. would love him to send them to you guys one day hahah..a brand new skatepark uhmmm.... not really... I would love to be there.. to smell the fresh wood haha and see my boys throwing it down.. and I eventually would love to ride. Cause riding is riding... My choice is a wildddd new street spot am talking serious scales... not just a ledge or a rail down.. but a fly away setup haha... and that WITH my boys.. basically thats what the future holds... by the time this gets printed am sure I can already say this. WeAreOrangeJuice x Vans... made it possible that my boyssss go on the sickest trip to Malaga to meet with Ruben... and you know Ruben... yes he is an example of how great lifes appreciation can be. Joe Rich too bro.. shout out to you for being you. We never see you on contest, your not interested? Of course im interested bro..!! But nobody pays my rent.. but me ahha.. so if I go to a contest and I end up partying hahah. Ususally I spend more money that I should.. and lately ive been making a lot of different choices for my son.. but dont get me wrong. If I get travel money and a ticket to somewhere... I’ll be there. I just never got paid for riding so I choose to invest my money in seeing my boys and living my life here and I miss and love you guys. I just got my motorcycle license... To be honest a lot of the contests I dont really care too much.. what I love is Vibration Urbaine!! That’s so crazy always.. with Olivier and John Petit. The days of weekend warriors hahah. And yeah Darryl Nau is amazing.. He usually


shows up at good things.. but oh boyyy how much I fantasized as a kid or being able to shred the old Fbm ghetto street comps THOSE am going to try to bring back this summer.. massive amount of pallets... plywood.. and fire. THAT’S bmx for me at a contest. What impress you the most : the balance of Chad Kerley doing nose wheelies or technical combos of Drew Besanson? I’m completely blown away by both guys. Drew joyride edits are way way way beyond. You can tell he has a different eye to the world. I love his view.. Chad Kerley, I met him at Simple Session.. one of his first trips out of the us I think. pfff man when I watched the Barca vid he did with all the heavy hitters.. I was so blown away by his skills.. All the best wishes to both I hope they stay healthy and very happy. Bmx is a great tool to learn by. Everybody like to travel, but BMX’rs more than everyone. What do you like the most in travel : going to new place to ride with friends, or the travel itself ? The feeling... You are about to experience more than you would normallly do. Because new places new people make you forget your standard answers and stereotypes... you really feel you need the open heart and eyes.. as soon as you walk on a different airport searching your bike. You and your boys your OUT THERE loving life... all the traveling experiences it seems like they were written on a different part of my memory.. something always accesible to make me smile.. it’s everything.. it’s seeing the people... overviewing lifes crazy beautifull path... tears of joy. you know its crazy man. I give you one example.

Talinn simple session.. am standing in front of the hotel... a skateboardguy than I never seen in my life walks towards me and I see in his eyes the same aprreciation of life... and we hugged instantly without I knew him.. we were both just so alive and happy you know that feeling... Let go all the bullshit and the drama and just send your unfiltered love into the air and you will be a great neighbor. Lately there are a couple of very good riders that have emerged from Holland, how big is the scene out there ? It’s epic. Cause the boys here they work really hard.. big shout out to all my boys rocking it.. Daniel Wedemeijer riding for Redbull now.. riding the Nitro Circus europe tour. How dope is that for the dutch scene.. Roy van Kempen and Tom Lammerse doing amazing things for the scene with WEareOrangeJuice.. all the boys involved shredding... and I got to drop one name Emile Bouwman.. this kid has the right combination of strenght balls and love ahha.. and he once had a facebook status saying “fuck it am taking the dishes with me into the shower” hahah love you bro. Both Pauls Boutique and Soulcycle do great things for the scene.. 031bmx.nl.. am leaving out a lot of people.. but you know what. They will all let you guys know... real recognises real... thats a worldwide rule. Can’t wait to see it all unfold for the young shredders. But Holland is not the easiest place to ride freestyle BMX, it is cold and rainy, but there is also a very strong BMX race scene, is that a summer occupation or do you ride all year long? To be honest am ashamed I never rode a bmx race track.. I hope I will soon... I promise I will. Bmx yeah in the rain no haha... you work hard in the winter to plan


the spring and summer thats how I roll... Taking the bmx everyday as transport. Do you take BMX as a “job” or is it just a hobby for you ? It doesn’t pay my bills its just my tool that I love. Haha, somepeople want me to take two days of to ride somewhere and they think its crazy I ask 500 euros.. I make that on two days working so yeah. Theres hasnt been much money in riding... I once got 1000 dollars just to show up at X games in dubai haha that was dope ! If you could be back when you were 15 years old, what would you say to this young guy? My lovely boy.. you go man you go out there as you go... see for yourself... learn to love... take leaps... jump swim kiss love eat sleep rave repeat hahah You are very interested in art on every form, and you do some metal sculpture, can you talk a little bit about that? Yes I realised only a year ago that everything I actually thought was build up of pictures and emotions and I visiualize a lot of my things. learning the basics of welding and sanding and grinding and polishing... creating... feels amazing.. still it’s too early to have a big mouth about it.. All the credits for my good friend Wilco Traas who teaches me the magic. Have you ever try or think about building your own BMX part? Or maybe built your own frame that would also be a sculpture? I made a headset spacer.. and Wilce made me titanium plates to slide on the ped-

al.. besides that man look at my bike.. Simple bike co makes the most beautifull rides.. I got Joe Rich his old sprocket.. and Jelske Peterson handmade my seat.. its beautifull.. What was your last 15 seconds of fame ? (party don’t count) Doing the wallride for my videopart around the corner a couple of weeks ago. I watched that since I was 10. and finally did it first go. If a sponsor would pay for a crazy project, what would you do ? You see my reality is my dream! its all happening February Malaga with the OJ X VANS brothers.. I CANNOT wait. life is great.... I have a lot of ideas. I really do but daily life keeps them in my head I should make some plans with people who can pull some other strings.. I have a dream.... Anything you would like to say? Thank you for accepting me loving me and giving me this opportunity to express myself. I am just sending out love and people be aware its great to learn to grow crops and food in your garden.. lets all think about the future and I hope Nelson Mandela’s legacy will stay and that we will all live happily in peace at one point.. keep the hope.. love eachother.. face yourself every day and ask am I really following my heart now.. stay close to the earth... Thank you my boys, thank you for the free amazing things, Pull-In underwear hehehe love it, Vans shoes love them, Simple bikes love them, Orangejuice need and love it daily haha.. my people my family my world.


128 - attitude - france photos Clara Tchekmeian

a day in paris 10h : retouche tatouage à l’Encrerie


12h : retouche coupe et barbe Ă la shaperie


14h : dĂŠmo au salon de la photo sur le stand canon


17h : rĂŠglage du bike Ă la cremerie


133 - photo - Estonia

Roman “Vanaisa” Neimann Till the age of 25 I had no idea what to do with my life. I was just working my way through the education system while trying to figure out who am I or what I’d like to become. I was snowboarding back then and as it goes with the lifestyle you go through heaps of magazines. Most of the time I was just browsing for pictures, cause that reading was just too much of an effort. One

thing lead to another and soon I was shooting photos. Skiing and snowboarding over winters and bikes or skateboarding during the summers. Not too long after that I got into filming commercials, music videos and short films/ video projects. So for now I’ve been in the business for 11 years, still loving both, taking photos and filming.

Kosmos


bob


KertPetersel


But to be honest, I prefer shooting still frames. Cause these projects are smaller scale, need less crew and I get the chance to communicate with riders more. Have good times while doing it. Shooting for videos is totally oposite to what it was with photos. Big crew and less comunication, too much noise, not enough fun. Bit about my cameras? Well one thing’s for sure. I’ve always been using canon equipment. Borrowed or bought, they work best for me. First one I had was EOS500 that I kind of took from my father. Then I borrowed some money to get my own, and that one was EOS 3. Super happy with that, still using it sometimes. And the rest of them just followed as technology in cameras went to fully digital. Hard to stay in the game these days if not operating the right machinery. As for now, I don’t know what will happen in life for next, but one Thing’s for sure I really enjoy doing what I’m doing at the moment and I know that I want to keep doing it for the rest of my life.


kosmos

KertPetersel


142 - story - france par alain massabova - photos archive manu sanz

FRAME video 1998, le bmx renait de ces cendres, c’est reparti ! Apres la période creuse, on a failli y rester mais c’est bien reparti, le bmx is back et on va le faire savoir ! Le temps est a la reconstruction du BMX même si les moyens sont faibles. On parle encore de passion et on apprend de nouveau métiers, comme celui de média. Les mots prize money, sponsor, pub... sont nouveaux. Le fanzine BMXicos donne naissance à 2 jumeaux (Soul et Cream) et un vidéo-magazine se lance : Frame ! Tout ce passe à Montpelier, alors la capitale du BMX français. Après avoir inauguré le 1er Fise comme il se doit dans cette ville du sud, un phénomène apparaît. Deux irréductibles, veilles branches du BMX, se lancent dans l’aventure Frame. Daniel Mini et Xavier Robleda se sentent envahi d’une mission, accompagné de Ben Geronimi, ils vont nous montrer la bonne image du BMX. Ce soir là, c’est l’avant-première de la première Frame, rien au monde ne pouvait nous empêcher de rater ça ! Avec mon crew Mexicos, jeunes fou de l’époque, on prend la Polo et on fonce : Paris-Montpellier- Paris en 24h. Le trip valait-il le coup ? Mais pourquoi diable avons nous fais ce périple ? Pourquoi cette envie de tout casser et voir cette fameuse vidéo ? Pourquoi et comment, alors qu’on avait pas internet, pas vraiment de téléphone, il y avait ce buzz autours de Frame ? Pourquoi ces mecs ont déplacé les foules ? Et qui sont-ils finalement ? La réponse dans cette interview exclusive et sans retenue…

1998. Xav, Ben & DD

bicross mag, x-up, dig, freedom, cream... Xavier et Daniel ont la reconaissance du milieu bmx.


Alors ça y est on reparle des videos FRAME ? En ces temps de technologie internet ou les edits se propagent si rapidement que les tricks les plus fous sont oubliés en une semaine, noyés dans la masse, et dans lesquels plus personne ne cherche à reconnaître tel ou tel rider tellement tout se ressemble, des vélos noirs avec des grands guidons, des riders sous slim et Ipod pour une profusion de whips et de bus, on y revient, on se ré-intéresse aux inoubliables videos FRAME. Traitez moi de vieux con si vous voulez, de toute facon j’ai 40 ans et je suis con c’est vrai, mais pour moi les vidéos de XAVIER ROBLEDA, DANIEL MINI et BEN GEROMINI représentent une époque vraiment plus rigolotte que maintenant... C’etait plus ou moins la version française des PROPS avec ce côté léger (la traduction de la pub ADIDAS avec Dave Mirra qui retrouve sa rate hahahaha), on y retrouvait les images des rares contests de l’époque c’était toujours terrible de voir les copains...

Quand on avait la chance d’être dedans on était content parce qu’on savait que les mecs derriere savaient de quoi ils parlaient en terme de BMX et qu’ils se donnaient du mal pour produire ces vidéos, sans espoir d’y gagner grand chose. ROOTS quoi. C’est sûr que tout ça a bien changé, mais surtout l’ambiance ou plutôt l’absence d’ambiance! Pour les tricks y’avait déja tout, flair, whip, front flip etc... J’ai même vu récemment un rider faire le hang five grind de Gougoule, c’est dire. J’espère qu’avec la crise tout va se casser la gueule et qu’on retrouvera une scène plus familiale et plus créatrice, la preuve dans la FRAME 2 on voit le Fise et ben le 4X4 avec les filles à poil c’est pas monster c’est KABAL. Hahahahaha. Cherchez pas les gosses c’est nous qu’on a tout inventé. Un énorme MERCI aux trois boss de FRAME. PS: Il serait temps de penser faire un come back bande de feignasses. Thomas Caillard

1999, double page dans Cream #1, début de la gloire....


Petite présentation de chacun d’entre vous, quel est votre parcours, que faites vous maintenant, et comment êtes vous arrivé au BMX ? Daniel Mini: aka DD, né en 1969 seize jours avant les premiers pas de l’homme sur la lune.. Originaire de Rouen, je débarque dans le Gard en 1987. Arrivé au bmx par une suite on ne peut plus logique étant donné que dès mon premier vélo de ville (en 1976 je crois), je n’ai jamais arrêté de faire l’andouille sur un bike, qu’importe la monture. J’étais tout le temps en train de faire des équilibres, des dérapages, ensuite des cabrages, ensuite des sauts d’escaliers, des jumps sur les montées en terre qui bordaient le terrain de foot de la cité, etc etc... Vélos de ville, vélo pliables, Solex sans moteurs.. Tout y est passé.. Quand sont apparus les premiers vélos à suspension j’ai pris la tête à mon père pour qu’il m’en paye un.. mais je me souviens que c’était horrible à rider avec l’amortisseur. Dégueulasse… Vilain vélo! Je préférais de loin les Solex démotorisés. Les premières cascades sur un vrai bicross ont commencé en 1981 mais avec le vélo des autres car mes parents ont dû mettre deux ans avant de lâcher les 1000 francs nécessaire à l’achat d’un MX 25 d’occase, échaudés qu’ils étaient après la dépense inutile du vélo à ressort.. L’enfer ! Donc pour patienter je piquais tout le temps le vélo des copains qui avaient la chance d’avoir de vrais bicross.. Merci à eux si ils se reconnaissent! Pour ce qui est du parcours professionnel, il est assez erratique et je ne le conseille à personne (ahah)... Mais bon à certains moments je me suis régalé et grâce au vélo j’ai fait des trucs réellement passionnants. Entre assistant de Zoobab, Frame, taffer pour Cream, les modules des premiers Fise j’ai pu m’exprimer mais ça c’était avant car dorénavrant je fais un taf des plus banal.. Xavier et Ben ont réussi à rebondir dans des secteurs qui leur va pile-poil et je suis trop content pour eux. Je suis même soulagé car la vérité c’était mal parti (rires). Travaillez à l’école les gars, et ne laissez pas ce petit vélo hanter vos jours, vos nuits, et vos heures de cours… Bon, ok je sais... c’est plus facile à dire qu’à faire… Xavier Robleda: aka l’Avalanche. Première course en 1982, dernière en 94 je crois… Y’a des potes qui essayent de me remettre derrière une grille de départ avec un casque intégral, mais je résiste encore. Pour le reste, allez jeter un œil sur 23mag.com. Il ne me reste plus rien du matériel que j’avais de l’époque, un abruti les a jeté à la poubelle. (Plaques de champion de France, maillots de bicross, archives, roues

skyway….). Mes parents ont gardés les trophées les plus importants dans leur salon, ça fait une belle décoration dans la maison et ça rappelle des souvenirs. Mon papa a d’ailleurs été champion d‘Europe cruiser en 40+. On m’a volé mon S&M (cadeau du Patoch Guimez) au printemps, mais depuis je me suis remonté un Proper (Merci Lombard@Ezco). Malheureusement, j’ai les mains pleines en ce moment entre le travail et la vie de famille et je n’ai même pas eu le temps d’étrenner mon nouveau jouet. Expatrié en Angleterre depuis 2001, je travaille dans le publishing et j’ai du créer depuis 150 couvertures pour différents magazines comme Snowboard UK, BMX Rider, Hotdog (magazine sur le cinema), Fresh (cuisine), Penthouse (oui, vous avez bien lu, le fameux Penthouse UK avec un P majuscule comme Poupoune), et depuis environ 6 ans, je me suis specialisé dans la magazine pour les femmes… sportives. Au boulot on m’appelle le Art Director, c’est un peu pompeux je sais, mais je m’occupe de la création, design, mise en page, casting, séances photos, production de Women’s Running. C’est un boulot très intéressant avec des deadlines, une bonne ambiance, un bon team… et non, je ne posterais pas de photos prises lors des castings. Ben Geronimi : Je suis né en région Parisienne et 6 ans je débarque dans le sud à Montpellier. A 7 ans àpres avoir vu E.T. mes parents m’offre un BMX peugeot blanc dont je ne peux me séparer… Jusqu’à la révélation de «retour vers le futur» avec les scènes de «cascades» sur un skateboard. Je me suis mis alors à dévorer tout ce qui parlait de petites planches à roulettes et notamment bicross and skate mag qui permettait de suivre les 2 sports. Passionné par les films super 8 de mon père, les images de synthèse fabriquées avec mon Amiga 500 et les vidéos de skate américaine, à 12 ans je réquisionne le caméscope familial, les 2 magnétos VHS de la maison et je réalise ma première vidéo de skateboard et c’est le début pour moi de ma véritable passion: l’image en mouvement. Ensuite j’ai enchainé les réalisations pour un skateshop de Montpellier: Five-O et d’autres indépendantes puis Frame est arrivée donc retour en force dans l’univers BMX grâce à Dan et Xav. Aujourd’hui je continue encore d’évoluer dans le milieu de l’audiovisuel avec la double casquette de réalisateur (de clips, de génériques de documentaires, de pubs) et de vidéographiste récurrent pour Canal+ et pour d’autres clients sur de l’habillage graphique et trucages d’images.

le yin et le yang, xavier et daniel....


Quelle est l’histoire de Frame ? Pourquoi donc cette aventure ? Xav : L’histoire de Frame c’est venue comme ça. Sans vraiment réfléchir. Sans aucune règle à la base. Avec DD on était calés sur le même beat dès le départ. C’est comme si nos cerveaux avaient fusionnés. On n’avait même pas besoin de discuter des fois, juste un regard et on se comprenait. On voulait voir jusqu’où cela allait aboutir. On était tellement fauchés que l’on était obligé de piquer les cassettes mini DV dans les magasins, on mangeait des patates bouilles, nos voitures étaient de vraies épaves. On ne savait vraiment pas comment ça allait finir cette histoire mais on y croyait. Avant de rencontrer Ben, on n’avait jamais touché un logiciel pour monter des vidéos. Maintenant, tout le monde peut faire sa petite vidéo avec sa Gopro et iMovie mais à l’époque tout cela n’existait pas. Il n’y avait même pas des emails. On avait des entorses aux pouces à force d’envoyer des textos sur nos vieux Nokia. Le refaire maintenant serait surréaliste. On a contacté Ninja Tune à Londres pour avoir l’autorisation d’utiliser des morceaux sur la première vidéo notamment pour l’intro (A Recipe for Disaster by DJ Food) et notre anglais était à chier, le gars a sans doute halluciné quand il a dû lire notre torchon. Il a dit « OK, vous pouvez utiliser les morceaux ». J’ai dû faire un trou au plafond quand j’ai sauté de joie, DD en a presque chialé. On y croyait pas. Le choix de la musique était la base même de cette vidéo. On écoutait les morceaux, on fermait les yeux et on voyait les images qui défilaient dans notre tête. Benjamin a été la clef. C’est lui qui a remis de l’ordre dans nos esprits dérangés. Il a pris le temps de nous écouter, nous comprendre et surtout déchiffrer tout ce méli-mélo. Son cerveau a dû fusionner avec le notre dès notre première rencontre. Il avait une grande maison, des parents charmants, un PC avec Premiere, des câbles pour brancher les caméras, du Coca-Cola, des feuilles OCB, des palettes de TUC, un chat et du temps, beaucoup de temps à nous consacrer. On montait la vidéo le soir à partir de 20h, on finissait à 6h du mat et après ça il partait travailler, pendant que DD et moi on allait se reposer. Chapeau Benji et encore merci. Une chose aussi que tout les lecteurs doivent savoir est que l’on avait le support de tout le monde. Je dis bien tout le monde. Les riders, les shops, les magazines. Tout le monde attendait de voir ce que l’on allait sortir. Je vous raconte même pas

la pression que l’on avait, surtout quand on a annoncé la date de l’avant première. Pour info, on a fini la vidéo une heure avant la projection… J’en ai les mains moites encore rien que d’y penser. S’il y a un Dieu sur terre, et bien il était avec nous ce soir là. Les riders sont venus des 4 coins de la France pour nous soutenir. Merci encore les mecs. DD : Tu as raison Zaza.. L’importance de la musique.. Je me souviens encore la première fois que j’ai écouté ce morceau de DJ Food. Il m’a explosé en pleine tête et je t’ai dit : « Ecoute ça ! C’est ça ! C’est ça qu’il nous faut pour l’intro de la video ! ». dans ma tête les images se calaient toute seules sur le beat et tout et tout.. C’était au moins plusieurs mois avant le début du truc, je ne sais même pas si on avait trouvé le nom Frame encore. Je me dis parfois qu’on a fait Premiere uniquement pour le plaisir de monter sur ce morceau.. Je me souviens du fax envoyé à Allistair de Ninja Tune.. Du vrai charabia : « excusez-nous monsieur le producteur, on est des pauv’ français et on veut faire des videos de box avec vos morceaux, on peut pas payer les droits et on sait pas combien de videos on va faire, etc...etc.. » un truc dans le genre.. Incroyable qu’il ait répondu le gars.. Après qu’on lui ait envoyé Premiere ensuite il nous envoyait des cd pour qu’on choisisse dans son catalogue.. à mon avis il devait être complètement fou ce gars... Ben : L’aventure Frame pour moi c’est un accident à la base. Pour la petite histoire on me convoque un jour pour assister à une réunion autour d’un projet de vidéo multisports….pfff… Je ne vous parle pas de la motivation pour y aller avec mon ouverture d’esprit de skateur, je me dis : “je suis sur qu’il va y avoir du roller et du ski“. Mais bon je réponds quand même présent à cette invitation par curiosité et puis j’avais rien d’autre à faire que de dérusher des images de skate pour ma prochaine vidéo. Je me pointe à cette réunion où il doit y avoir 8/10 personnes et là Bingo ! On me parle de roller et de ski… Youhou toute mon attention pendant cette réunion se porte donc sur un super nouveau jeu sur mon Nokia dernier cri tout neuf “le serpent“. Mais je remarque quand même 2 gars un peu louches qui n’arrêtent pas de déconner. Finalement après cette réunion on se met à se parler et là il s’avère que ces deux énergumènes sont carrément cool et on va même jusqu’à s’échanger nos


numéros de téléphones, mais on reste là c’est un peu notre première «date» quand même. Un ou deux mois plus tard je reçois un coup de fil : «Allo Ben ? C’est Daniel et Xavier, on s’est rencontré il y a quelques temps et on aimerait te revoir» je me dis pourquoi pas ils étaient sympa les bougres, en plus je n’avais rien de mieux a faire ce soir là, à part évidement finir un montage de skate. Et là c’est énorme ! Ils me parlent d’un super video magazine avec pleins de vélos partout, des tricks en folie, des voyages, du cash qui coule à flot, une voiture de luxe de fonction… en plus ils ont déjà quasiment tout filmé avec en bonus de la musique fournie par Ninja Tune…. mon cerveau ne fait qu’un tour je leur dis: «OK c’est parti alors on commence par quoi, quand, comment ?» et là c’est le drame de la réponse des deux en coeur: «-bah par monter, -oui mais comment, dans quel style, quoi comme habillage…. ? -euh...» Plein de questions qui restent en suspens. Mais en fait c’était parfait car il y avait beaucoup à construire et tous les trois ensemble. La motivation, les sponsors, le super logo fait par Eric Parlier, l’excitation et la passion étaient présents il ne restait plus qu’à canaliser le milliard d’idées que les deux compères avaient eu, les mixer avec les miennes venant du milieu du skate et de faire un video magazine. À la troisième date on concluait et on commençait à créer Frame «première». On s’est très vite bien entendu. Chacun amenait ses idées, enfin quand je dis chacun c’est moi d’un coté et de l’autre c’est le blob DD et Xav qui ne formait qu’un seul être tellement ils étaient en symbiose. On a fait les 2 premières Frame et la vidéo «Dragonfly take 2» comme ça. Xav ensuite commençait ses travaux de graphiste a fond et il préparait sa migration pour l’Angleterre. DD, ultra-motivé, mais sur Toulouse essayait de venir dès qu’il pouvait. Du coup, piqué par la passion, pour continuer j’ai créé une société de production pour sortir la troisième Frame. Bérengère est venu me rejoindre au bureau, enfin le grenier de chez mes parents transformé pour l’occaz en bureau Frame. On a fait les pubs pour Fat BMX, puis enchainé la 4 et 5 dans cette configuration et puis la dernière, la 6 je l’ai entamée avec Bérangère et terminé seul car elle est partie de son coté en Irlande et moi sur Paris. Beaucoup de boulot, de temps, d’énergie mais une sacré aventure! DD et Xavier, vous étiez en itw dans le Cream 1 (début 99), y a-t-il un rapport ? Xav : Les gens voulaient en savoir un peu plus sur Frame. A l’époque il avait Props qui sortait tout les 2 mois avec des images au fisheye et des musiques de (chiotte?)… Frame était différent : par le montage, le choix des riders, le calage des images sur le beat, tout ces petits détails qui ont accrochent le public. Quelques choses de différent et exotique à la fois. Le binôme DD/Xav fonctionnait bien, on avait une complicité naturelle avec les riders parce que l’on était nous même des riders. Nos vélos étaient toujours dans le coffre de la Mercedez ou de la Clito. On essayait d’être présent sur tous les contests en France et Europe. On a bouffé des kilomètres, nos sacs de couchage sentaient le poisson, et on ne mangeait que des conneries. Je peux t’assurer que l’on était pas gras à l’époque. DD : Ahah, cette interview, très bon souvenir. Je ne sais toujours pas comment tu avais fait pour t’en sortir Alain. Quel bordel, enregistrée dans un bar, au dictaphone, à l’ancienne. Au final elle était sympa, et vu que c’était Manu derrière l’objectif ça avait de la gueule. Je l’ai relu y’a deux semaines ça va, on n’avait pas trop dit de conneries. T’imagines la différence avec celle qu’on est en train de faire ? Xav à Londres, toi je ne sais où, Ben à Paname, moi à Toulouse… bizarre quand même. Ben : Elle avait vraiment de la gueule cette interview. Elle m’a permis d’en apprendre beaucoup plus sur les 2 personnages avec qui je passais toutes mes nuits. Le problème c’est qu’après ils ont eu tellement la grosse tête qu’ils tenaient à ce que je les appelle dès que je m’adressais à eux: Monsieur Daniel et Monseigneur Robleda. Quand vous avez lancé ce projet, vous imaginiez ce succès ? DD : On espérait que les gens apprécieraient bien-sur. On trouvait ça cool de proposer des images Françaises et de la scène Européenne, de toutes façons c’est ce que nous on avait envie de voir. Mais c’est clair qu’on ne s’attendait pas à un tel engouement. Mais soyons réalistes il n’y avait quasiment rien à cette époque chez nous c’est logique que les gens se soient un peu rués dessus. Déjà rien que pour se voir et voir les copains sur une vraie vidéo, se tenir au courant des scènes locales, des gros ou petits contests… Après on nous a souvent sorti qu’on avait de belles vidéos, «la Frame Touch», le petit truc en plus, la touche «arty», machin, truc... Bah tant mieux si on avait un petit «je-ne-sais-quoi» à proposer. Je les ai beaucoup revu ces dix dernières années. A part le côté «arty» c’est aussi au niveau du rythme qu’à mon avis on faisait la différence. Ça coulait tout seul... Avec de bonnes musiques pour la plupart du temps. Très important ça le rythme et les choix musicaux, bien plus que le

matos et les effets! Encore une fois le fait que Ben soit aux manettes nous a apporté des milliards de choses car toutes les idées un peu à part Ben savait les concrétiser et lui-même en avait des tonnes car il faisait des pures bombes de vidéos de skate. Xav : Après le lancement de la première vidéo, il était quasiment impossible d’arrêter la machine. On se serait fait désosser pas les riders. Nous étions obligés de lancer une seconde vidéo plus tard dans l’année. Je ne veux pas passer pour un prétentieux mais on a mis la barre très haute avec « Premiere » et on a eu pas mal de pression quand on a commencé à monter « El Segundo ». Je ne cache pas qu’il y a eu quelques prises de têtes sur le choix des images et de la musique mais dans l’ensemble on a réussi à garder le même esprit du début. Ben : Pour ma part ça a été une grosse surprise. Daniel et Xavier me séquestraient chez moi la nuit pour qu’on avance sur le montage en me disant tu vas voir ça va être sympa à l’avant première quelques riders vont venir et tu auras le droit à une Pinte de bière… Puis vint le soir de la projection au Zinc à Montpellier et là ce n’était pas quelques riders mais plusieurs centaines de gars qui sont venus des 4 coins de la France, certains n’ont même pas pu rentrer dans la salle où coulait à flots la bière. Du coup comme dit Xav il a fallu qu’on enchaine une fois la gueule de bois et l’euphorie passée. Dès la première vidéo, avant même l’avant-première et sans internet le buzz était fait. Comment est-ce arrivé ? DD : Facile, on avait payé tous nos copains pour qu’ils nous fassent de la promo tiens! Nan, je sais pas... Le manque de vidéos de notre scène Française peut-être. Il y avait réellement une grande attente. Que ce soit nous ou d’autres à mon avis ça aurait été pareil. On est arrivés au bon moment tout bêtement. Dommage que le milieu du bmx soit si fauché car on serait millionnaire maintenant normalement (rires). Lors du Glissexpo 98 on avait balancé des dizaines de copies d’un teaser que j’avais fait avec deux magnétoscopes. Il y avait déjà l’esprit, et le «programme» de la Première et on s’était rendu compte que tous voulaient en savoir plus et étaient bien à bloc. Ça nous a mis la pression, c’était en été 98, et on ne savait pas encore comme faire la vidéo, à quoi elle allait ressembler concrètement, ce qu’il y aurait dedans, comment on allait la dupliquer et la diffuser. Pression. A suivi la rencontre magique avec Ben.. L’avant première a eu lieu le 19 décembre 1998. Avant ce jour béni pour nous ça a été n’importe quoi pour la terminer.. Je ne sais même pas comment on a fait pour ne pas finir en maison de repos ou en hôpital psychiatrique cet hiver là… A propos de ce teaser, si il y a quelqu’un qui en possède un on aimerait vraiment le revoir car on les avait tous filé à nos copains du bmx business. Xav : Tout ça c’est la faute d’Eric Parlier, le gars qui a dessiné le logo. Un pur génie ce gars là. Il faisait partie de l’équipe designer chez Sunn à Générargues. On lui a parlé de notre projet avec DD et il nous a invité le lendemain chez lui dans son studio pour mater deux ou trois trucs sur son ordi. Et là, juste comme ça, sans même nous prévenir il ouvre un document illustrator avec le logo FRAME. Quatre couleurs. Nos mâchoires se sont décrochées avec DD. On l’a pris comme il était, brut de démoulage, et on n’a jamais touché au design depuis (à part de faire une version noir et blanc et une version avec écriture japonaise). De là, on a sorti des petits stickers papiers recouverts de vénillia (très, très petit, vu le petit budget Assedic que l’on avait) que l’on a donné à droite, à gauche. Les riders ont commencé à poser des questions, boule de neige, avalanche et voilà. Une idée de génie. Tu lances un logo avant même de produire le truc. Les gens accrochent, ça buzz, c’est secret, c’est des « on dit » et voilà ! Même Max Commencal et Zoobab on essayé de faire le même truc mais ils n’étaient pas aussi cools que nous. DD : Je voulais en parler d’Eric Parlier. Quel homme quand même, quel talent. Zoobab l’avait filmé en snowboard, sur un gap d’une dizaine de mètres en snowpark il avait fusionné avec le haut de la récep’ énorme. Une compression de César le Eric. J’avais mis l’image sur un de mes vieux montages, ça doit traîner sur le net ce truc. Il me manque Mr Susceptible... C’est vrai que c’était cool de voir tous ces gars dont certains qu’on ne connaissait même pas avec ce logo sur leur casque ou sur leur bike. Ben : Pour moi c’est une combinaison de facteurs tel que le fait que Dan et Xav, légendes de la scène française, avaient déjà tout filmé donc les riders étaient au courant que quelque chose allait arriver, le logo qui commençait à circuler, le génial teaser de DD, la curiosité des riders et aussi un vide autour de la scène européenne en vidéo. C’est quoi cette histoire de finger skate avec Ben ? Xav : Ouais Ben, c’est quoi cette histoire ? Le PC de Ben à l’époque était un monstre. 10GB hard drive, 16bit mémoire, écran de 15“ beige, un clavier rempli de mietteS et la souris qui est engluée au tapis avec cause du Coca-cola. Bref, tu vois la machine.


daniel en 2003 par maitre manu sanz Ă montpellier


Quand tu commences à compiler 25GB d’images là-dessus, tu peux commencer à aller chercher ton sac de couchage dans la voiture car la nuit va être longue. Entre deux compilations, Ben aimait bien s’amuser avec ses finger skate, histoire de passer le temps. Il connaissait aussi tous les raccourcis clavier et il tapait tellement vite (genre dactylo) que mes yeux (fatigués et enfumés) n’avaient pas le temps de mémoriser les touches. Et comme il ne voulait jamais me donner ses raccourcis clavier, et bien moi, je lui cachais ses jouets. On jouait à « chaud / froid » pendant 10 minutes. On s’amusait comme on pouvait. DD: Pendant ce temps là moi je mangeais des TUC… Ben : Ah lala mes fingers boards! La journée il fallait bien gagner sa vie et comme je ne voyais toujours pas arriver le salaire mirobolant que Dan et Xav m’avait fait miroiter je travaillais dans un skateshop et du coup j’avais récupéré des mini skates. Le grand plaisir de Xav comme il l’explique c’est qu’il me les planquait sans arrêt ce qui m’irritait car j’etais devenu accro à ce truc, c’est à dire qu’avec un ordi qui calculait des fois pendant 15 minutes pour une transition ou pour désentrelacer 15 secondes d’image, il fallait bien s’occuper. «Xav rends moi mes finger boards !!!!!!!» est peut être la phrase la plus prononcée des deux premières Frame avec «passe

moi le Coca». Je pense que Xav 15 ans plus tard a corrompu mon fils de deux ans et demi car il ne rêve que d’une chose: me voler les mêmes fingers boards qui prônent fièrement en haut de mon écran d’ordi. Vous êtes parti d’un vieux PC bricolé et d’un camescope, avez-vous suivi l’évolution numérique (VHS, DVD, internet, drone...) ? DD : Je me souviens que mon père avait souvent une camera super8 dans les années 70, j’étais vraiment petit mais il m’avait quand même appris à faire du montage réel, palpable, en coupant et en récolant les bandes magnétiques. J’étais vraiment tout gosse et il me semble que ça me saoulait un peu. Dommage je ne réalisais pas la chance que j’avais.. Ensuite milieu 80 il a investi dans une caméra JVC VHS-C et là j’ai pris le virus. Mes premiers montages étaient des petits films de snowboard shootés pendant les vacances avec un collègue, sans doute vers 90-91. Et déjà avec un fisheye bricolé avec une lentille de microscope chopée je ne sais plus où. Montage avec deux magnétoscopes. L’enfer! L’enfer pour caler le son et les images, mais une bonne école pour sûr! Le montage numérique est venu bien après. Juste avant de faire Frame on avait récupéré deux caméras, une VX 700 et une VX1000

début 2000, la grande époque du bowl de montpellier avec john petit. photo du BMX calendar par Manu sanz, édité par Xavier robleda.


que j’adorais. La révolution numérique! On s’est fait voler la VX1000 dans un bungalow lors du Fise de 99. Je rêve de savoir qui nous a fait ça. Putain il prendrait cher le gars même quinze ans après. Si par malheur ce gars est un rider et qu’il est en train de lire cette interview, saches que tu nous as fait la pire des crasses espèce de SALE PETITE MERDE!!! Sinon Pendant l’époque Frame c’est Ben qui faisait tout sur Premiere. Avant de tomber sur Ben on ne savait même pas comment on allait monter les vidéos. J’avais monté les teasers promotionnels avec deux magnétoscopes, on était tellement fauchés qu’on s’était fait à l’idée que j’allais monter moi-même avec un banc de montage analogique à deux francs, et ça aurait été l’enfer sur terre! Xav et moi on avait jamais eu d’ordi avant de rencontrer Ben. Je crois que je ne savais même pas à quel point le montage virtuel pouvait tout changer! Donc on filmait, on dérushait, on choisissait l’ordre des tricks pour la montée en puissance, etc...etc.. Au début on disait à Ben ce qu’on voulait en gros car le bmx c’était nous qui maîtrisions et lui était «seulement» un skater (ahahah), mais rapidement le petit surdoué il a tout compris au bmx donc on lui faisait de plus en plus confiance (rires). Mais bon je tiens à dire que l’interview de Patoche et son style «un peu» chargé c’est Ben qui l’a voulu de A à Z. Ils nous a dit: «celle-là laissez-la moi je fais tout comme je

veux».. Et là c’est le drame.. Fallait que ça se sache. Mais la rencontre avec Ben a été providentielle car il est extrêmement doué, et il nous a appris à cadrer, à épurer les choses, à prendre du recul, etc… Sans Ben, Frame n’aurait sans doute jamais existé, ou alors n’aurait pas été aussi «réussi»... Je le pense sincèrement. Pour ce qui est de l’évolution, je suis ça de près mais y’a pas grand chose qui me fait taper le cul par terre. Mis à part la qualité d’image des caméras et DSLR et même des smartphones, tout ce qui est steady cam, drones, etc... rien de révolutionnaire à mes yeux. Au risque de paraitre prétentieux mais en fait je m’en fous de ce qu’on pense il semble que je sois le premiers à avoir gambergé ce qu’un steady cam apporterait au filmage du street en bmx. Mon but c’était de suivre au plus près le gars, sans être obligé de s’arrêter en haut des marches. Maintenant on les voit presque tous les filmeurs avec une glidecam ou autre procédé du genre. Je trouve ça très bien car ça a amélioré la stabilité des images mais certains n’ont pas encore compris le réel intérêt d’un stabilisateur. Et pour ce qui est des drones, je rigole un peu car c’est joli mais l’idée n’est pas nouvelle. Avant même de faire Frame avec Xavier on avait cherché à faire des images de Grabels filmées d’un hélicoptère télécommandé. J’avais eu une touche dans un club d’aéromodélisme mais les gars étaient trop âgés, pas

david lombard over daniel mini dans ce fameux bowl


branchés du tout ou alors ils demandaient what millions de francs et ça ne s’était pas fait. Dommage j’avoue que c’est un gros regret. Pareil pour les GoPro. Dès 97 avec Zoobab on faisait des pures caméras embarquées avec une petite Sony grosse comme une VHS sanglée à la poitrine, et au fisheye. D’ailleurs Alain tu avais été notre cobaye en flat lors d’un Glissexpo! Xavier avait sorti de pures images dans le bowl du Prado, moi j’avais essayé de voir comment ça réagissait en gap en street, et Christophe Lévèque et Thomas Allier avaient joué le jeu en portant le bazar pendant leur qualifs lors d’un indoor de Tours.. Ça avait donné des images assez folles mais on s’était lassés assez vite finalement et on en a jamais utilisé dans Frame. Après, j’en ai un peu marre en matant les webvideos de voir tous ces plans flous-nets aux travelling super moelleux. C’est l’overdose et les gars sont un peu des moutons surover-mega équipés. Fatiguant ce filmage formaté. Une chose est sûre je kifferais toujours de bons plans brut au century en 4/3 à la VX1000... LESS IS MORE... Chez Deadline et Animal (bien avant) ils ont tout compris. Pas de fioritures, juste l’essence. Nan, finalement, ce qui m’impressionne tout compte fait ça reste et restera le riding qui est devenu totalement incroyable, et je pense que filmé à la DV ou en 4K bah j’m’en fous en fait maintenant. Le riding d’abord. Xav: Je suis en train de taper ce texte sur le dernier MacBook Pro que la boîte me prête pour monter les magazines. Si on avait eu cela à l’époque, on aurait passé plus de temps à dormir dans notre lit que sur le canapé de Ben. J’ai un pote qui monte des vidéos juste avec un iPhone. Envoyer une VHS par la poste : 4 jours. Recharger les batteries de la VX1000, priceless. Moi-même, j’ai tout le matos pour faire des vidéos. Il faut que je trouve le temps, et c’est ça le problème. Le temps, prendre le temps de faire les choses bien, avec passion. Avec l’explosion de l’internet et des web vidéos, le web est saturé d’images. Tout le monde copie tout le monde, et c’est difficile d’être original. Une de mes vidéos préférées reste la T1. C’est « random » et c’est timeless. Un que je kiffe bien aussi c’est Richard Forne. Ben : J’ai toujours aimé savoir ce qu’il se faisait en terme d’évolution de matos et bidouiller avec les moyens du bord pour obtenir le résultat voulu. À l’époque, en 98 quand on a commencé, il faillait avoir un coté Mac Gyver si tu voulais faire du montage virtuel chez toi, j’ai passé un temps fou à trifouiller mon PC et les caméras, les choses ont bien évoluées depuis. Maintenant tu prends n’importe quel ordi avec même ton smartphone et tu peux avoir une qualité d’image bien supérieure à celle que l’on avait. Si tu regardes bien les Frames on utilisait des plugs de slowmotion bien avant l’engouement, on a eu la première Panasonic qui permettait de filmer en progressif bien avant la popularisation de ce mode, on essayait d’avoir de la profondeur de champs réduite, on cherchait les plans en hauteurs… Bref on était déjà dans la recherche de ce qui est accessible maintenant au plus grand nombre. On rêvait à l’époque des drones, des sliders, de la profondeur de champs réduite, des gopro… maintenant que c’est courant, pour se démarquer il faut prendre une vielle DV voir VHS et filmer comme à l’époque. Les paramètres qui ne changent pas c’est de savoir ce que tu vas mettre à l’intérieur de ton cadre et comment tu vas le rythmer car ce sont les seules choses véritablement importantes. Pour internet c’est un peu ce qui à causé la fin de Frame car dès le lendemain de la sortie tu la retrouvait gratuite sur le net. On prenait notre temps à l’époque car on voulait vraiment construire un tout, une vidéo qui se tient du début à la fin avec différentes atmosphères, et puis déjà des gars filmaient les événements et 2 jours plus tard tu avais un report en ligne… Du coup on n’a pas su trouver un modèle économique viable avec internet, en même temps on ne l’avait déjà pas avec les vhs et les Dvd car les ventes d’une Frame ne permettait pas de financer la suivante. Si on a pu continuer et avoir cette richesse à chaque fois c’est grâce aux nombreux riders qui nous passaient leurs images, on ne les remerciera jamais assez! Merci DD c’est gentil de faire de la délation!!! Bon une chose est sûr c’est que quand je revois cette itw de Mister Guimez, ça confirme la présence de substances étranges dans le coca et les fast-food… non mais vraiment milles excuses je ne sais pas ce qu’il m’a pris à l’époque. Pas trop nostalgique des années début 2000 à Montpellier, les premiers Fise, l’engouement du BMX ? DD : Nostalgique non, mais content de l’avoir vécu oui ! C’était quasi idyllique cette période. Avec Xavier on était pauvres, limite à la rue mais on avait la sensation géniale d’être exactement à notre place dans ce monde. On faisait ce qu’on rêvait de faire, avec les bonnes personnes. Je reste persuadé que Xavier et moi ça a été le coup de foudre, un truc qui ne s’explique pas. C’est l’homme de ma vie en sorte. Je suis bien blasé qu’il habite en Angleterre depuis si longtemps cette saucisse. L’engouement du bmx, j’en ai vécu deux; celui des années 80, et celui du retour en force après les premiers Xgames et ensuite les Fise en France. Je suis content que plein de gamins aient été happés par le bmx, mais j’ai aussi beaucoup aimé les périodes

creuses, limites mortes où tu as l’impression d’être un peu seul au monde et de faire un truc unique. Ce qui fait que lorsque par miracle tu croisais un gars en bmx tu devenais fou et ça devenait automatiquement ton ami pour la vie… Xav : Parle pour toi Alain. Montpellier, le Fise, les meufs, le pastis… Pour toi et les Mexicos c’était les vacances. Pour nous autres c’était la vie au quotidien. J’avoue que la scène Montpelliéraine à l’époque était très en avant dans Cream, c’était le Austin de l’époque. Le bowl de Grammont, Palavas, Antigone, Grabels, Manu Sanz, on avait tout ce qu’il fallait. Je me souviens d’avoir accueillis pas mal de rider pendant la saison hivernale. Les mecs ils pleuraient quand il fallait qu’ils rentrent chez eux. Ben : C’était l’éclate, on ne gagnait pas de tunes mais on se marrait bien, on faisait ce qu’on voulait et surtout quand on le voulait, la vrai liberté. Voir la ville se remplir de riders au moment du Fise était dément, il se passait vraiment quelque chose d’unique. Tout comme DD Je ne suis pas nostalgique mais extrêmement content que ces moments là fasse parti de mes souvenirs. Pourquoi avez-vous arrêté en plein succès ? DD : Ah ah, en plein succès d’estime et critique oui, mais pas du tout en plein succès commercial. Bah pour moi la principale raison c’est que Xav’ soit parti vivre en Angleterre. Pour moi Frame c’était le trio. Ensuite l’autre raison c’est qu’au bout d’un moment il a bien fallu penser à manger et obligation de trouver un travail. Ensuite je suis allé vivre à Toulouse. C’est la vie. Respect à Ben qui a essayé de continuer à faire vivre le truc un certain temps mais lui aussi a été rattrapé par le système. Mais j’ose espérer que l’expérience Frame lui a servi pour son actuel boulot. Xav : L’argent. Benjamin demandait à l’époque 13000 francs + une voiture de fonction. On n’a pas pu suivre avec Daniel. J’avais déjà vendu mes petits chats à la Paillade et Daniel commençait à faire du porno pour payer les factures. On ne pouvait plus s’en sortir. Je plaisante bien-sûr. Daniel n’a jamais fait du porno. DD : Qu’est-ce que tu en sais ? Ca fait tellement longtemps que t’es parti que tu n’as pas pu me surveiller aussi bien qu’avant... Ben : Je réalisais les parties skate et BMX des vidéos du Fise pour pouvoir financer Frame, du coup ce n’était pas très rentable et puis l’avènement d’internet à mis un stop au micro système économique. Du coup il fallait bien manger et partir de chez mes parents. Je suis monté sur Paris pour bosser sur des trucages de clips et là je n’ai plus eu, malheureusement, une seconde à moi pour continuer Frame. C’est reparti ou quoi ? Quand sort la Frame Cavaillon et Béton Hurlant ? Xav : Si Ben a toujours son vieux PC, moi je dis dans 19 mois… DD : Moi je pense que le report Frame sur Cavaillon sortira au plus tôt pour les 10 ans de l’événement… Ben : Xav, J’ai changé de PC, mais j’aime bien l’idée de DD pour fêter les 10 ans… Plus sérieusement travailler dans l’audiovisuel en couple à Paris et avoir un enfant ne laisse vraiment pas beaucoup de temps libre pour s’éclater sur des projets tel que Frame. Pour Cavaillon ça va arriver prochainement, j’ai mis ma femme sur le coup mais elle bosse aussi beaucoup. Je travaille sur une idée de Frame 2.0 loin du video magazine en 2014 mais il faut voir si c’est possible, trouvez des partenaires, des riders…. bref rien de sûr pour l’instant mais en tout cas l’envie et la motivation sont bien là et je commence à tâter le terrain... Je demande à faire une version Frame «expandables» videomagazine à l’ancienne avec les 2 «vieux» dedans en maitre de cérémonie. Alors les vieux, ça ride toujours ? Pas trop mal au dos ? Vous êtes dans ce mouvement oldschool (j’en ai vu un à Cavaillon qui s’éclatait…) ? Xav : Je vais pas raconter de salades. La dernière fois que je suis allé rouler dans un park ça remonte à presque 2 ans. Et encore, c’est Lombard (qui travaillait à l’époque chez IMG en UK) qui m’a poussé dans le bowl. J’ai un pur bike dans mon garage qui m’attend depuis 4 mois. Il n’y a plus qu’à gonfler les pneus à 10 kilos et de le jeter dans le coffre du Scenic. Bad timing. On a agrandi la famille récemment et j’ai de moins en moins de temps pour moi. Je vais courir 2 fois par semaine pour rester en forme et je consacre le reste de mon temps à ma petite famille. Dans quelques années, quand le second sera un peu plus grand, je compte bien retrouver mes vieux potes de Brixton pour une session park/pub. I keep you posted. DD : Si, très... trop mal au dos depuis quatre ans. Ma crise de la quarantaine à moi ça a été une plongée en enfer dans les lumbagos, les réveils matinaux complètement bloqué, sciatiques, et tout et tout limite à se taper la tête contre les murs en criant «Mais pourquoi? Pourquoi moi ?!?»… Bref, j’ai réussi à rouler gavé de médocs cet été à la Jam OldSchool et je me suis régalé de revoir tous mes copains et refaire quelques tricks à l’ancienne. Je ne pouvais pas rater ça. Pendant un moment j’ai été


1998, Xavier et Schoum...


tenté de collectionner le vieux matos mais j’ai vite arrêté. Trop cher, trop de temps, pas assez de place. J’ai juste réussi à me monter le bike qui me faisait rêver étant gamin et ça me suffit amplement. Question riding depuis peu, la ville de Toulouse a enfin investi dans un vrai projet et a refait le park des Ponts Jumeaux. J’ai fait quelques passages dans le bowl et j’espère que je pourrais rouler tranquilou de temps en temps car ce sont de grosses courbes bien sereines. Carver, grinder, faire des petits airs, putain ça fait un bien fou même si je suis à 10% (et encore) de mes capacités. Fini les cascades! Xav : Les trucs Old School c’est pas trop mon truc. Imaginer de passer un week end avec des gars que tu n’as pas vu depuis presque 15 ans, ma tête risque d’exploser. C’est too much pour moi. Je ne suis pas un collectionneur non plus. (à part mes vieux t-shirts de bmx). Ben : Cavaillon était un grand moment, un bravo aux organisateurs, Christophe Vico, Frank Belliot et Mister Seb Ronjon. A la base je ne suis pas trop Oldschool Bmx car j’ai plus trainé dans le skate pendant ces années là mais j’adore apprendre sur l’historique des choses du coup il y a un coté passionnant à rencontrer des gars comme Eddie Fiola, Bob Haro ou Dave Nourrie et puis en voir qui replongent dans cet univers après avoir arrêté pendant des années et avoir une expression d’un enfant de 10 ans le soir de Noël sur leur visage c’est plutôt plaisant. Que pensez-vous du BMX d’aujourd’hui (matos, riders, communication…) ? DD : C’est simple j’adore comment le matos a évolué. On ridait vraiment sur des vélos saucisses à nos débuts. J’adore aussi comme le riding évolue surtout en street, en rampe et flat. Je pourrais mater Gougoule rouler pendant des heures, idem pour Coco Zurita, il carve à 10 pieds sans tricks pendant dix minutes je cligne pas des yeux... Par contre le riding playstation ça me laisse vraiment froid même si je respecte totalement. J’ai acheté les dvd Deadline et Markit et j’incite, que dis-je j’oblige tout le monde à le faire aussi. Après pour ce qui est de l’image, la com’, les contests et tout ce cirque il y des trucs qui me plaisent et d’autres nettement moins mais c’est l’évolution et je n’y pourrais rien. J’ai longtemps craché sur la mode du slim mais bon, quand je réfléchis moi aussi j’ai fait le mouton étant gamin, à rouler en pantalon JT en ville, à mettre 5 swatch comme Aparijo, etc etc... Tout ça c’est pas important en fait (même si un gars en slim ça me pourri toujours une vidéo, comme l’autre qui a des gopros partout, dégueu) ce qui est important, c’est... RIDER! Xav : Matos : c’est du costaud maintenant. Quand je vois sur quoi j’ai commencer a rouler a l’époque. Va faire un handrail avec un Raleigh Burner. Bon courage. Riders : Chase, Drew, Harry. Je ne m’en lasse pas. Communication : Odyssey, United. Good, Red Bull (font pas les choses à moitié) Ben : Je ne suis pas trop le matos, mais je matte beaucoup de vidéos en ligne et je pense qu’il y a une trop grande uniformisation du filmage du coup je décroche un peu du riding car tout ça manque un peu d’originalité. J’ai l’impression de matter des Frames bien mieux faites qu’a l’époque niveau technique mais sans âme. Tout comme DD je suis saoulé car le rythme est la plupart du temps mal travaillé et surtout sans risque. On a toujours eu un petit coté arty qui vient surement de mes influences du skate et qu’il n’y avait pas dans les vidéos de BMX à cette période et maintenant c’est monnaie courante mais sans réelle recherche ou justification. Il y a heuresement quelques exceptions. Pour les vidéos de marques de Bmx ou de

Ben, Xav & DD en 2013... frame is watching you !

boissons il y a du lourd en riding et certaines avec de vrais pures idées de réalisation à l’intérieur. J’ai l’impression que le BMX sort un peu de son coté niche qu’il a eu pendant un temps et revient dans la masse, on en voit dans les clips de Pharrell Williams ou Oxmo pour ne citer qu’eux, dans des pubs, dans des films, pour moi c’est la meilleure com possible pour un sport afin d’attirer de nouveaux pratiquants et ce même si le Bmx est bien plus qu’un sport. Un message à faire passer, un frigo à vendre, des remerciements ? DD : Le frigo c’est fait merci. Attention les gars, c’est quand on ne peut quasiment plus rider qu’on réalise à quel point c’est la chose la plus importante pour des gars comme nous. Donc un conseil, profitez de chaque seconde sur votre vélo. Pour mes remerciements, ceux qui savent savent et se reconnaîtront, ou lisez ceux de Xav c’est les mêmes. Xav : Tout d’abord, merci à toi Alain pour cette interview. Merci à tous les gens qui sont venus à l’avant-première de la Frame. Merci de nous avoir soutenu pendant ces quelques années, merci de nous avoir hébergé, nourri, chargé nos batteries, prêté vos téléphones portables, d’avoir filmé pour nous, nous avoir harcelé par texto : « Alors c’est quand quelle sort la prochaine Frame ? » Merci encore. Merci à DD. On a partagé tellement de trucs ensemble, hein DD ! Merci Ben de nous avoir accordé ta confiance et désolé de t’avoir embarqué dans cette galère. Merci à Eric Parlier pour le logo. Berengere Chabanis pour avoir contribué à la video. Alex Baret pour les images. Et Bibi, Dropsy, Pat Guimez, Gervais, Guedes, Papy, Pepe, Jean Grandy, Joe Rich, Will Smith, Ruben, Bart, Ian, Stu@seventies, Markus wilke, Jay Miron, Simon Tabron (et Pippa), Thomas Caillard, Matti Rose, Alexis Desolneux, David Lombard, Black Jack, Niels Thanild, Jerome Gauthier, Eric Rothenbusch, Seb Ronjon. Sans oublier Manu Sanz of course. Ben : Un grand Merci A Dan et Xav de m’avoir entrainé dans cette fabuleuse aventure même s’ils m’ont abandonné en cours de route : bande de roublards je vous aime quand même! Un énorme merci à tous ceux qui ont participé de prêt ou de loin à l’aventure Frame, mes parents, Eric Parlier, Bérengère pour sa précieuse aide, David Lombard, Seb Ronjon pour avoir rallumé l’étincelle, Bibi, Manu Sanz, les 3iens, alex Dropsy, Patrick Guimez, les sponsors, les labels musicaux, les potes musiciens qui nous ont passé des musiques, Jocelyn Chabanis, les booboos, Servo, les riders en général, ceux qui nous ont hébergés, envoyés leurs images, et ma femme que j’ai entrainé dans cette aventure dernièrement. Question subsidiaire de DD à Ben: Penses-tu que l’expérience frame ait pu t’apporter quelque chose pour la carrière qui allait suivre, notamment le petit journal? Ben : Ah mon avis oui dans le sens où le petit journal même si ça n’est que du graphisme tu dois aller très vite dans tes prises de décision tu n’as quelques minutes pour faire des choix avant de faire une anim qui va te prendre de 30 minutes à 4 heures max donc l’opposé de Frame où on pouvait prendre notre temps et bien se poser et surtout revenir sur ce qu’on faisait. Et meme si le l’avais déjà en moi cette volonté de faire de l’habillage graphique avant Frame, faire des choix graphique dans un milieu cibler comme le bmx avec certains codes est dans tous les cas bénéfique pour mon expérience!


154 - report - UK by Rutger Pauw / Red Bull Content Pool

redbull quarter master


Ruben Alcantara performing at Sebastian Keeps quarterpipe in Llangynog, United Kingdom on the 24th of September 2013


Lorsque Redbull décide de réaliser un projet avec un de ses athlètes, on s’attend tout naturellement à quelque chose de gros. Une fois de plus, ce fut le cas et lorsqu’on sait que l’athlète en question n’est autre que Sebastian Keep alors nous nous attendons à du haut vol. Un quarter immense réalisé par l’équipe de Kye Forte au sein du Revolution bikepark. Les premières images délivrées sont impressionnantes tellement la vitesse est importante. Et puisque jouer sur ce type de structure est bien plus motivant à plusieurs, les bons potes de Baz, Ruben Alcantara et Ben hennon se sont joints aux festivités! Les images parleront d’elles mêmes et ce genre de projet nous conforte dans l’idée que le bmx reste l’une des disciplines les plus dingues qui soient offrant des possibilités d’expression innombrables et permettants chacun d’entre nous d’entretenir le rêve.

Sebastian Keeps


Sebastian Keeps


Ben Hennon


Sebastian Keeps


160 - new pusher - france par fred mairet

Yohan BENOIST Salut Yohan, Peux-tu te présenter en quelques mots, et nous expliquer à l’occasion, ta vision en ce qui concerne le Bmx riding ? Tes années sur un BMX... Moi c’est Yohan, je vais avoir 23 ans dont 8 ans de riding il me semble ! Je fais une licence pro dans la réfrigération en alternance entre Brest et L’Île de France. J’ai commencé vraiment le bmx après avoir vu un gars faire un 180, je trouvais ça complètement fou ! Je pense que ça résume bien ma vision du bmx, pas besoin d’envoyer du lourd pour se faire plaisir sur son bike. Comment as-tu contracté le Virus du BMX ? Est ce que cette passion t’apporte quelque chose dans ton quotidien ? J’ai commencé à rouler dans mon bled, Villeneuve le Comte (77) en alternant entre le «park» et un trottoir ! Comme tous ceux qui commencent, je roulais à fond dès que je rentrais du collège ! Au lycée j’ai rencontré Renez et la tout à changé... haha en fait c’est à ce moment la que j’ai vraiment commencé le bmx, pas le sport mais la passion!! Sans le bmx et toutes les rencontres qui vont avec c’est certain que je ne serais pas comme je suis aujourd’hui ! Ça m’a énormément apporté, et ça continu aujourd’hui encore plus ! Ça me permet de voyager et faire des trucs que ceux hors du bmx ne pourraient jamais comprendre. Définirais-tu le BMX comme un art de Vivre ? Et pourquoi ? Complètement, c’est un vrai mode de vie, tu penses bmx, tu t’habilles bmx, tu

voyages bmx et tu collectionnes les blessures ! En ce moment je suis en cours à Brest, la première chose que j’ai fait c’est de faire la ville de long en large pour pister des spots et ensuite d’aller au park pour rencontrer les locaux alors que mon pote qui ne roule pas regarde les Ch’tis toute la journée hahah ! Le bmx m’a sauvé ! Apparemment, tu roules aussi en 24 Pouces, pourquoi ? Est ce que cela t’apporte quelque chose pour tes sessions en BMX ? Quels sont les différences Importantes au niveau sensation ? Ouais j’ai toujours eu envi de tester le 24 pouces, comme je suis grand je suis bien dessus ! Au final c’est exactement comme un bmx, juste faut tirer plus fort à chaque fois ! Je trouve que je roule plus propre aussi en vtt ! Ce qui est génial c’est de repasser au bmx après. T’as l’impression d’être comme Churchill, un monstre ! Tout se fait hyper facilement !  Dans quelle circonstances as-tu sorti un édit vidéo en 24 pouces ? Combien de fois a-t-elle été lu ? Le niveau en vtt street est pas hyper élevé comparé au bmx, et comme le concours Défise approchait on c’est motivé et on a fait une vidéo ! (Merci max) Au final on a fini 6ème, on a eu des bonnes critiques sur la vidéo de la part de site étranger qu’on ne connaissait pas et c’est le principal ! Je crois qu’on a fait 4500 vues, c’est pas mal pour des branleurs comme nous. Merci d’avoir à tous ceux qui ont partagé !!


Quelles orientation donnes-tu à ta pratique ? Street, Skatepark, Bowl, Trail, Flat ? Ou, un peu de polyvalence te fait du bien ? Alors c’est simple, moi je ne fais que du street, ou du street en park.. Pas pour me donner un style ou suivre une mode, tout simplement parce que je ne suis vraiment pas à l’aise en courbe hahah ! Je suis en admiration devant les vrais bowl rider et ceux qui font du trail mais je suis incapable de faire ça ! Sauter une bosse c’est une mission pour moi !! Quels sont tes spots préférés ? Et pourquoi ? Mon spot préféré, et de loin, c’est un trottoir.. Je peux me faire une session de fou

juste avec ça ! Ensuite les plans inc et petit rail ! Je préfère le riding un peu technique plutôt que les gros tricks. Après je m’en fous du spot, du moment qu’il y a les copains pour rouler tout est cool !!! Avec qui roules-tu le plus souvent ? Est ce que tu fais beaucoup de Kilomètres pour aller rider, ou tu es plutôt Casanier ? Actuellement celui avec qui je roule le plus c’est Maxime ! Ensuite y a Thibaud, Zacko, Yaya (rep), Jerem, la team de Pontault, et les Reno! Bouger en Ile de France ça me saoul à cause des bouchons, donc je reste plus dans le 77 ! Mais il me faut obligatoirement la voiture pour pas rouler seul.


Je crois savoir que tu es parti plus d’une Fois à Barcelone. Pourquoi cette destination ? Tu y vas pour L’alcool et les Femmes ? Ou alors pour les Hommes Typés Ibériques peut-être ? L’année dernière j’ai pris une année à la cool histoire de profiter du bmx parce que je revenais d’une blessure, donc je suis parti deux mois à Barcelone pour rattraper le coup ! Cette ville est top pour rouler, pour faire la fête et rigoler ! J’ai une copine donc j’ai pris sur moi et j’ai résisté aux dragueurs Barcelonais haha !! Quels sont tes prochains Trip ? Pour le riding et aussi pour le Fun... Ou pourquoi pas les deux d’ailleurs.... Nous c’est 50/50 bmx/conneries.. donc les destinations c’est en fonction de ça ! On a fait la Simple Session c’était top mais pas assez de riding, au printemps on se prépare un gros trip en Roumanie ! C’est pas chère, ça défonce, et ça roule la bas !!!! As-tu de nouveaux projets en ce qui concerne les Edits Vidéo ? Si oui, 110 % Street ? VTT ? BMX ? ou les deux, carrément ? ! Prochaine vidéo ce sera la longue vidéo, ou dvd du 77.. PERFORMANCE !! Avec tous les copains dedans, et que du street ! ! Le vtt j’en ferais plus beaucoup à l’avenir, une fois de temps en temps pour le fun ! Je m’étais mis une grosse motiv pour la vidéo mais sinon le bmx c’est loin devant !!.! Avec qui pars-tu en soirée ? Et pour quel type de soirée ? J’ai entendu parlé d’une nuit agité dans une Boite un peu louche... Que s’est il passé ? Les soirées, c’est soit avec mes potes de VLC, soit avec ceux du bmx.. Dans les deux cas c’est assez sportif, avec pas mal de conneries... Cette fameuse soirée c’était dans une boite gay.. Puis bon.. on a performé aux cotés des travestis ! Qu’est ce que le 61 ? Et qu’est ce que tu y fais ? Le 61 c’est le bar ou y’a les after des sessions à l’egp18 !! J’essaye de pas trop y aller parce que c’est un vrai traquenard.. 1 verre, puis deux etc... Tu es plutôt Soft drink, medium ou hard drink ? Un certain Max, m’a parlé d’une lunette arrière de voiture que tu as traversé en sautant dedans, lors d’une soirée qui à fini sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute... Moi je ne bois pas d’alcool ! La vitre arrière... on sortait du 61, puis grosse performance dans la voiture, et à cause de Zacko qui a perdu sa casquette sur l’autoroute à 6h (normal) on a fait une petite pause, puis emporté par la musique, et ma masse musculaire j’ai traversé la vitre de Maxime... 100€.. C’est rien pour un pro rider comme moi !! Le BMX est-il un bon truc pour draguer des femmes ? Ou est-ce que pour toi c’est plutôt le contraire ?! Visiblement ouais vu le nombre de poseurs qu’il y a dans le bmx ! Je suis pas un dragueur, c’est donc surement grâce au bmx que ma copine m’a sauté dessus au premier regard ! haha! Qu’est ce que tu souhaiterai dire de plus ? Remerciement ? ! VOYAGEZ !!! Roulez pour vous, pour vous marrez avec vos potes plutôt que pour impressionner ceux que vous ne connaissez pas ! Et mettez un putain de casque, faites pas comme moi à attendre une mauvaise chute pour vous y mettre. Ça sert à rien de faire flipper les copains et la famille. Voilà pour la morale de vieux con haha... Merci à toi pour l’opportunité ! C’était une bonne session, même si plus de photos ça aurait été cool, faut remettre ça quand je rentre de Brest !! Biz à ma famille, ma dinde, les copains du bmx aux 4 coins de la France, le 77, le 92i, VLC street, les copains de Brest, RENEZ etc...


buddy after the sun went down. Colin Loudon has the ability to wrap himself his bike like no other.


165 - photo - africa

Tyrone Bradley I was born in 1981 in Durban, South Africa and I am now at the ripe old age of 32. After failing at making a living from riding my BMX, haha, I decided to follow my second passion, photography, which I had picked up from documenting the South African BMX scene in magazine called SourceBMX that a friend and myself published. I originally studied graphic design but found my passion in photography after spending too long behind computers stuck designing all day. I am now one of two photographers in South Africa who shoot for Red Bull full time and do other work in fashion, decor, skateboarding and music. I wouldn’t say I’ve found my voice just yet but love the emotional control photography has over me. It’s the one tool that can make me feel like the happiest, most confident person in the world yet at the same time make me feel completely worthless. It’s a bi-polar relationship that has introduced me to some amazing people and taken me on the greatest adventures and one I plan to keep alive for as long as possible.

Bros at sunset in the desert


Matthias Dandois in Johannesburg. One of my favourite photos taken recently.


This spot is built by a skater in The Valley of 1000 Hills in Natal. It’s such an amazing spot. I am standing on a vert ramp.

This was taken after a Halloween BMX Jam we had in Cape Town. The sun was setting and some friends and I ran into the long grass next to the trails for some fun in their costumes. Its a skatepark literally in the hills with goats and chickens running around. Very surreal.

Pantsula dancers in Orange Grove township. Their style of dancing is unique to South Africa and worth a google search. Amazing stuff. My hard drive crashed with almost all my favourite images of them but this one survived.


Portrait of IDA, a dance crew that one Red Bull Beat Battle. I love the print on the jackets looking like something’s falling.

Portrait of a metal band called Explosions. So much going on in this photo I can look at it for hours.

The Stig gets to drive the Red Bull RB7 F1 car for TopGear Festival in South Africa


My ginger homeboy Greg Illingworth at last year’s Red Bull Rich Ditches comp. Greg and I grew up riding and gambling together. So great to see how far BMX has taken him. He’s a champ.


Nothing for miles so you just open up and go as fast as you can

Viki Gomez kick flip, Johannesburg, South Africa on November 2013


Buddy Chellan in this water canal that dries out for a few weeks a year.


172 - racing - france par alain massabova

Fabien rolland Petite présentation, quel est ton parcours, comment es-tu arrivé au BMX ? Je suis né dans une famille de motard et dès ma naissance, j’écumais les circuits car mon père était passionné et pilote de moto. Vers l’âge de 8 ans, mon père qui tenait une concession moto, me prêta un 80 YZ Yamaha, mais j’ai pas accroché tout de suite car ça me faisait un peu peur. Voyant ça, il opta pour un 50 YZ, plus adapté à mon âge. Là je pris goût au ride. Mais un an plus tard, je découvre à travers un article d’Alain Kuligowski dans Moto Verte ou Moto Journal, le « Bi-cross », un sport nouveau pratiqué par des kids en Californie… Je tombe en admiration devant ces pionniers bardés de casques Bell Moto 3 et conduisant des vélos avec fourches chromées… Je tombe tellement accro que je demande à mon père un bicross pour Noël. Par chance, il bossait avec la Sima (Seurat, importateur Ossa et HVA à l’époque) qui importait les touts premiers bicross en France ( de marque « Bicross »). Je fus donc en 1979, un des tous premiers à avoir un vélo de cross « sans suspension », du moins dans ma ville, car tous les jeunes avaient des Motobécanes fluos avec suspensions. Je me faisais bien « chambrer » d’ailleurs et rares étaient ceux qui comprenait que le « bicross » c’était l’avenir… Bref, de l’âge de 9 ans jusqu’à 16 ans j’ai pratiqué dans mon coin puis en race et freestyle (à l’époque on pratiquait le «  bicross  » sans distinction de disciplines), ce nouveau sport que j’adorais. A l’époque j’étais assez technique, mais il me manquait des jambes et du physique. J’ai pas franchement brillé en race, donc à 16 ans j’ai décidé de passer à la moto, j’ai eu raison car j’ai entamé une honorable carrière en enduro et supermotard avec un titre de champion de France, plusieurs titre de vice-champion de France, vice-champion du Monde en enduro junior, 9e à la Gilles Lalay Classic, 7e du Guidon D’Or en supermotard, etc… J’ai finis ma carrière aux USA avec une saison complète et une 11e place au championnat pro Supermoto. C’était en 2003, une sorte de « dream » (rider avec McGrath, Jeff Ward, Pastrana, etc.) et un point final en apothéose pour moi. Mais le BMX m’a toujours accompagné pendant toutes ces années de moto et j’ai toujours était en contact avec le milieu. Tu ride toujours ? Pas encore oldschool ? bosses et la création d’un bon trail près de Cahors (JLD Trail), je me suis tourné vers la race en 40 ans et plus, il y a 4 ans. J’ai la chance aussi, d’avoir un track privé chez moi, c’est une des raisons aussi qui me pousse à ne jamais m’arrêter de rouler… Et le old-school? Déjà, perso, je suis old-school… J’ai connu le tout début du bmx en France, ça marque et c’est normal que j’aime tout ce qui se rapporte à cette époque. J’ai retapé un PK Ripper et récemment un JMC, j’ai des casques Bell Moto 3 aussi. Je suis un fan des Vans de l’époque. Classique quoi… Tu as toujours fais de la race, pas de freestyle ? Du VTT aussi ? Au début, le bmx c’était de la race, le freestyle n’existait pas. Pourtant je me souviens que lorsque j’ai eu mon premier bicross en 79, j’allais dans les bois avec, et je faisais de l’enduro. Puis devant chez moi je posais un parpaing et une planche, puis je m’amusais à sauter. Il n’y avait pas encore de pistes où j’habitais, donc fallait improviser. Je me souviens aussi d’un terrain vague où il y avait un talus en terre… J’y ai passé des après-midis à essayer de décoller le plus haut possible… Sans le savoir, je faisais du dirt ! Puis il y a eu une piste dans ma ville à Cahors, c’est donc devenu race à fond. Et pourtant aux entrainements, on faisait des figures, des équilibres sur la roue avant, bref du freestyle! A l’époque on pratiquait le « Bicross » tout simplement. Et le bicross c’était de s’éclatter sur son bike, que ce soit en race, free ou dirt. On était beaucoup plus ouverts et moins « cloisonnés » que maintenant. Pour ce qui est du VTT, j’ai comme pour le bmx était un des premiers à avoir ça chez moi. C’était un Peugeot. J’ai toujours fait du VTT en loisir et pour l’entrainement moto aussi. Pense-tu que les JO sont une bonne chose pour le BMX ? Les J.O sont une formidable chose pour faire connaitre le BMX. Il n’y a pas meilleure médiatisation que ça. Personnellement, j’ai rarement autant vibré devant ma télé lorsque aux J.O de Pékin, Anne Caroline Chausson a obtenu la médaille d’Or et Laetitia Le Corguillé la médaille d’argent. C’était incroyable de vivre ça en direct. Quand

tu es un vieux comme moi, qui en 1979 à l’âge de 9 ans était un des tous premiers accro au BMX, j’ai ressenti de la fierté de voir « mon » sport aux J.O et surtout mes compatriotes briller ainsi. Les jeunes de maintenant (ça y est, je parle comme un vieux con…) ne peuvent pas s’imaginer que pour nous, les pionniers, ça a été très difficile de prouver pendant des années que notre petit vélo, n’était pas « trop petit » et que c’était un véritable sport. Quand je repense à tous ces bouffons qui se sont moqués de moi car j’avais un bicross et qui maintenant sont impressionnés par les exploit des pilotes aux J.O, je ne peux qu’exulter et me dire qu’on tiens notre revanche… Donc, oui, le BMX aux J.O c’est top ! Par contre, le track de Londres était à mon avis un peu trop « engagé » et il y a eu de trop nombreuses chutes. C’est dommage d’entendre dire par le téléspectateur de base, « c’est super dangereux ce sport », à cause de toutes ces chutes qu’il y a eu… En plus il y a un coté un peu trop aléatoire à mon goût. Et tu pense que le free en fera parti ? Le free aux J.O… Je pense que le free doit justement rester « free »… Mais il se dit que la vert un jour sera aux J.O. J’ai du mal à croire que les riders deviennent des patineurs artistiques. Ce n’est que mon avis. Pouquoi la race est entièrement géré par la FFC ? C’est une bonne chose ? La race est entièrement gérée par la FFC car cette fédération est organisée et structurée. La FFC représente le vélo en général, c’est une force indéniable pour avoir des aides de l’état et de la considération auprès du grand public et même des sponsors. On est en France, on est pas considéré en BMX. Après, la FFC, à mon avis, manque vraiment de communication et d’interactivité avec les clubs, les hommes de terrain et surtout les riders. Sans polémiquer, il y a des décisions qui vont parfois à l’encontre de l’expansion logique de notre sport. Un exemple… J’ai rarement vu un sport avec un règlement aussi compliqué, biscornu et incompréhensible. Je me mets à la place du papa qui est novice et qui veut faire faire de la race à son fils, il a intérêt de tomber sur des membres de clubs sympas et dispos, pour lui expliquer tous les championnats et qualifs… Sinon, la FFC se calque sur les règlements UCI, donc pas toujours le choix pour eux parfois d’appliquer des règles pas franchement idéales pour les riders… Par contre en SX, l’UCI ne préconise pas le port d’une protection dorsale, je trouve ça désolant, quand on sait les traumatismes que peuvent engendrer un chute à plus de 60 km/h sur du bitume… Tu peux comparer le BMX en France par rapport aux autres pays, surtout les US ? Le BMX en France est très important. Je pense que nous somme une nation en avance dans le monde. On est juste derrière les USA, mais malheureusement, je pense qu’on le restera. Les BMX aux USA c’est dans les gènes, il a été créé là-bas. La mentalité est plus ouverte en Amérique et les sportifs sont mieux considérés qu’ici. En France, à part le foot, et d’autres sports « mainstream », il n’y a pas de considération pour les riders que ce soit en moto ou en vélo. On est toujours catalogués de «  fous  » car on pratique un sport qui semble méga dangereux pour le « Jean-Claude » qui roule en BX et qui pour seul risque dans sa vie, traverse la nationale pour aller faire son PMU… Sinon, à travers le monde, il y a l’Amérique du sud qui se développe à vitesse grand V. Ils ont des fantastiques pilotes (Par exemple Mariana Pajon, la championne Olympique) déjà super performants, surtout avec des moyens ridicules et des infrastructures obsolètes… Donc, je pense que si ça continue, il faudra vraiment faire attention de ne pas se faire manger par ces pilotes d’Amérique du sud, qui ont vraiment très faim! Il faudra aussi se méfier des pays de l’est. Bon avec le Letton Maris Strombergs, double champion Olympique, on a déjà un aperçu du potentiel de ces gens là…. Comment vois-tu l’avenir du BMX ? L’avenir du bmx je le vois évoluer d’années en années. Pas de révolutions, c’est un sport qui va augmenter tranquillement. Ça fait 35 ans que je suis fan de bmx, j’ai


connu l’évolution la plus marquante… D’une « mode », d’un « hobby », le bmx est devenu aux yeux du grand public, un véritable sport, et ça ce n’est pas rien ! Par contre, l’évolution à tout prix, à ses revers… Par exemple les pédales auto, on peut nous dire ce qu’on veut, que ça améliore la performance, le pédalage, etc… Pour moi, c’est dangereux, point. Vous pensez qu’en motocross ils ont les pieds attachés? Ensuite, je trouve qu’en recherchant la performance absolue, que ce soit à haut niveau ou même dans les clubs, on oublie parfois le coté « fun » du bmx qui reste avant tout une alternative au vélo traditionnel. Je ne pense pas qu’on opte pour le bmx dans l’optique un jour de devenir un coureur cycliste… Et parfois les méthodes de travail, même le look des maillots, les chaussures pour pédales auto, on tendrait à y arriver… Honte aussi à cette nouvelle règle qui banni un rider en race qui fait un X-Up… Les arbitres qui appliquent cette règle, ont-ils un jour connu Mike Mirranda ou Toby Henderson? Quels sont les personnes qui représente le mieux la race en France, ceux qui la font avancer dans le bon sens selon toi ? Les personnes qui font évoluer la race, ce sont en premier je pense, tous ces bénévoles, ces gens de l’ombre qui oeuvrent dans tous les clubs de France. Je pense à ceux qui se lèvent le dimanche pour aller balayer un virage ou refaire une bosse afin que les « d’jeuns » puissent pratiquer dans de bonnes conditions. Ces gens là, je les remercie car c’est grâce à eux que les pistes sont belles en France et que les kids évoluent sur des tracks au top lors des entraînements ou des races. Merci aussi à nos champions qui donnent en général une image pro du BMX. Parles nous du magazine que tu dirigeais, que s’est-il passé ? Après avoir été rédacteur en chef de MiniMoto Magazine (mag de pitbike que j’ai lancé il y a 7 ans), j’ai eu envie de lancer BMX RACER car j’estimais que la race avait droit à son mag 100% race. J’ai donc demandé à mon boss de l’époque (Vt Médias) si l’idée d’un nouveau mag le motivait. La période était difficile pour l’entreprise (qui avait déjà 2 magazines papiers: Freestyle Motocross et MMM) et un nouveau mag sur le BMX pouvait donner du sang neuf… A vrai dire, BMX RACER pouvait clairement sauver l’entreprise mis à mal par la crisse de la presse, c’était un pari en sachant que j’avais l’expérience, qu’il n’y avait pas de mag de race et que le marché semblait fleurissant… Belle erreur! En effet, la famille du bmx a largement plébiscité BMX RACER et ce mag est devenu un pilier… Mais très fragile car « juste » au niveau des ventes (entre 4 et 5000 en moyenne) et surtout, trop faible au niveau des rentrées d’argent avec les annonceurs (la pub). Quand je pense que des grandes marques de bmx n’ont même pas voulu prendre de la pub à l’année ou que des gros shops ont clairement boycottés le mag, ça me laisse perplexe sur l’état du business bmx en France… Bref, après une année d’existence, le mag s’est arrêté car VT Médias a été placé en liquidation judiciaire… Grosse déception pour moi,

car et d’un j’ai perdu mon boulot et de deux, j’ai échoué avec BMX RACER. Pourtant j’ai donné corps et âme pour que ce titre tienne la route, alors que les moyens que j’avais à disposition étaient dérisoires. Je suis quand même fier de ce mag qui avait fière allure malgré nos petits moyens. Je suis aussi fier que ce mag ait plu à une grande majorité, même si des « pisses -roids » l’ont descendu complètement. C’est la France ça! Quand on a un semblant de réussite, il y a toujours des plus « intelligents » qui prennent un malin plaisir à critiquer méchamment votre travail, alors que vous oeuvrez pour l’expansion du bmx, leur passion… La presse écrite, le papier a encore un avenir ou tout sera sur le net ? La presse écrite a moins d’avenir que le net, mais je reste convaincu qu’un bon mag papier et bien plus sensuel et agréable qu’une tablette… Après, je ne suis pas devin, mais la presse papier s’est cassée la figure ces dernières années et je ne vois pas comment inverser la tendance. En plus, les jeunes n’ont plus la culture du mag papier, ils n’ont pas la même approche que nous les « vieux » qui avons connu Bicross Magazine… Les jeunes sont addicts de leurs Smartphones, Facebook et compagnie, ça devient compliqué de les intéresser avec un mag papier, qui en plus ils doivent payer. Et donc comment vois-tu ton futur ? Quels sont tes rêves ? Mon futur ? En ce moment je vis au jour le jour, je profite de ma famille et mes 2 enfants. Je travaille seul sur des projets, rien n’est encore certain, j’étudie des pistes, je me remet en question. J’ai quelques propositions aussi… Mes rêves? Disons que j’ai fais en sorte de réaliser tous mes rêves de gosses avant d’avoir 40 ans. Maintenant je n’ai plus de grands rêves… Si ce n’est de voir grandir mes enfants en bonne santé, vivre en bonne harmonie avec ma femme, profiter de tous les instants de la vie. Allez… si je gagnais au Loto, je me verrais bien créer un complexe Indoor avec une piste de race au top, un trail et un resto en hauteur avec des fêtes tous les week-end, dj, ride et good time! Un message à faire passer, des remerciements ? J’aimerais remercier ma femme qui me supporte et qui surtout m’aide à trouver un bon équilibre. Je veux remercier tous les lecteurs de BMX RACER. Les gens qui m’ont beaucoup aidé dans l’aventure BMX RACER, en particulier Claude Vuillemot qui est « ze » champion et un type génial, Laurent « Spike » Venditelli qui connait tout du bmx, une mine d’or, Axel « Stache » Surrugue un jeune sympa, respectueux et doué, Ridha Annabi le « Huggy des bons tuyaux » du bmx, Cyril « Clean » Ginesta, Thierry Minozzi le mexicain le plus sympa de la terre, Chris Boul notre « otb », les divers photographes et rédacteurs bénévoles du mag. J’en oublie forcément… Merci aussi aux gens avec qui j’ai bossé chez VT Médias. Et merci à vous ART pour cette interview, ça m’a fait plaisir.


Session estivale avec les Cool Story Bro. Il fait chaud, on est au milieu d’une cité tranquille et Maxime repére ce spot. Un mini bump, une surface verticale un peu plus loin. Il ne lui en faut pas plus pour poser un wallride.


177 - photo - france par guillaume ducreux

Ride the street

Que dire pour présenter ces photos ? Je regarde ces photos et je me dis que certaines commencent à dater. Elles sont là, stockées dans mes disques durs depuis un an ou deux pour certaines. ça m’évoque aussi que la Photographie m’est tombé dessus il y a 5 ou 6 ans. Un matin ou j’ai franchi le cap et acheté mon tout premier appareil photo. Quelle fantastique erreur. C’est devenu depuis une obsession de tous les instants. Je me suis tout naturellement tourné au début vers tous les sports à grosse décharge d’adrénaline. Le fait d’avoir navigué dedans depuis ma jeunesse n’y est pas pour rien je pense. J’ai pratiqué pas mal de choses mais jamais le BMX. C’est un sport qui me fascine depuis et que j’aime photographier. A l’inverse d’autres pratiques et même si les codes y sont bien établis, il y a cette légéreté, cette insousciance, ce sourire qu’ont tous les mecs que j’ai pu croiser. Cette absence de contraintes, je la ressens aussi bien devant que derrière l’objectif. C’est toujours un plaisir de charger la voiture et de partir shooter les potes. Voici donc quelques images faites sans but précis, si ce n’est celui d’immortaliser des sessions cools autour de chez moi.

Session sur un spot bien connu à Lyon avec Mimi. Je me souviens d’une remarque sur mon travail il y a quelques temps ou on me disait que souvent on ne voyait pas assez le rider, qu’il était trop petit dans l’image.... J’aime l’interaction entre le sujet photographié et son environnement. La projection des deux et cette sorte de fusion est un de mes moteur dans cette dscipline photographique. Il n’ya pas que le fish dans la vie bordel!


La première fois que je rencontrais Mimi Granieri. Fin d’après midi automnal à Lyon et un gap en whip.

Maxime fait partie de ces mecs discrets mais qui roulent fort mais honnêtement je ne l’attendais pas sur ce spot. Sa motivation en fin de session m’a agréablement surpris. Il pose un bon motocross sur un spot assez engagé.


On a tous en souvenir je pense une photo d’une voiture cramée ou accidentée qui se fait mettre à l’amende par un mec en skate ou en BMX. Ce jour là, sur le campus d’une université, on en a croisé une qui avait fait les frais d’un samedi soir bien animé. On ne s’est pas fait prier pour en profiter!


Lyon s’est paré d’un tout nouveau et tout beau park. Il fait depuis le bonheur des gamins à peine sevrés qui débarquent avec toute la famille pour essayer la nouvelle trotinette fluo..... Un dimanche Matin, tôt, très tôt alors que les premiers envahisseurs commencent à arriver malgré le froid et le blizzard, on fait une ou deux photo sur un module assez intéressant photographiquement parlant. Marien y rajoute sa touche perso. C’est bon on peut se barrer car déjà la police municipale nous fait un cours sur le droit à l’image tandis que les dangers publics d’à peine 1métre de haut, armés de leurs jouets coupent inconsciemment et allégrement les lignes des rares courageux en skate....

Toujpurs ces courbes un peu batardes. Ni trop ni pas assez de rayon mais qui moi m’intéressent. J’ai un peu fait chier tous mes potes que ce soit en skate ou en bmx pour qu’on fasse une photo dessus. Maxime me gratifiera d’un tobbogan fakie qui me permettra de calmer un peu cette obsession.


J’habite pas très loin de ces espèces d’alcôves. Je me disais qu’il y avait bien un truc à faire et puis j’avais laché l’affaire. En finissant une session ou Marien était allé se percher en icepick sur la fenetre du 1er étage d’une maison abandonnée, il m’y emméne et pose un petit truc dont il a le secret.

L’ami Kolly ne fait pas juste que manger des tartiflettes, il lui arrive aussi de poser des tricks dans des ditchs. Lyon et ses alentours sont plutôt riches en spots. C’est un vrai bonheur de prendre sa caisse et de se perdre avec deux trois mecs motivés pour rider.


L’ami Mimi. Toujours motivé et toujours la patate. Session hivernale dans le hangar d’un de ses amis reconverti en park et boite de nuit. Ils se réveillent d’une nuit plus qu’alcoolisée. On branche la machine à fumée, Mimi met son casque et c’est parti!


Trop rares sessions avec Flo Montanari. Il était sur Lyon pour filmer quelques trucs avec la team Cool Story Bro. Nos errions lorsqu’on tombe sur ce spot pas si évident que ça. Un bon gros turn et on repart. Fançois Toreccilla est l’un des mecs que je préfère photographier. Sous ce visage d’ange ce cache un vrai malade mental dès qu’il s’agit de bmx ou de fête. Le pont de Mâcon est devenu un lieu de passage obligé pour beaucoup de monde mais François ne le connaissait pas encore. On profite d’un après midi d’automne pour aller y faire un tour, taper une session et boire quelques bières.


Voilà donc une selection de photos de potes qui sont animés par la meme passion. Ce ne sont pas forcément des grandes stars de ce milieu ni de grandes photos d’ailleurs, juste des types qui roulent avec leur coeur et un mec qui les emmerde pour les shooter hahaha. Des sessions de tous les jours comme il y en a tout le temps aux 4 coins du monde.

Mimi Granieri

Fançois Torecilla ne se souvenait plus, mais normalement on met des craies à cet endroit, pas un bmx.


186 - event - france par patrick guimez - photos franck phung

vibrations urbaines Les vibrations urbaines de Pessac sont devenues depuis des années, l’évènement hivernal réunissant les passionnés de culture urbaine. 10 jours de festivités rythmés par des concerts et autres activités artistiques. Les VU ne sont pas moins en reste en terme de sports!

jb peytavit en route pour la victoire


jimmy van belle  inverted fast plant 


Bien que cette année le dirt a du être annulé pour raison budgétaire, les autres disciplines ont connu quant à elles un franc succès et des riders venus de toutes l’Europe se sont amassés sur le skatepark remis au goût du jour pour l’occasion. Les VU sont et resteront l’un des incontournables de nôtre sport et nous leur souhaitons encore de belles éditions futures et en espérant revoir le dirt en 2014 !

florian girard en condor

lionel de jean avec cet énorme flair !!


clicked turndown !!


190 - racing - france par fabien rolland

trophée st etienne

Race de stars… C’est dans l’habituel parc des Exposition de St-Etienne, que c’est déroulé ce 18ième Indoor. Organisé par le club de St-Etienne, drivé de main de maître par Adrien Moreira, cette course internationale particulièrement bien huilée, a comme d’habitude tenue toutes ses promesses.


DĂŠpart de la finale Elite du TrophĂŠe des Nations


Trophée des Nations et Indoor de St-Etienne les 14 et 15 décembre 2013 Cette année, un plateau de folie était offert aux très (trop même, car beaucoup de monde pour des places limités dans les gradins…) nombreux spectateurs, avec les meilleurs riders Français et Européens (Treimanis, Evans, Scherpen, Cristofoli, etc.), plus des guest-stars de choix. Mariana Pajon, la médaillée d’Or aux derniers J.O de Londres, ainsi que la légende Américaine Mike Day et son compatriote Connor Fields, le champion du monde Supercross, avaient fait le déplacement. Disponibles, professionnels et impressionnants sur la piste, ils ont littéralement donné le petit plus de magie et l’ingrédient indispensable pour une course qui restera gravé dans l’histoire et dans les mémoires… Circuit au top, très technique (même Fields nous a avoué trouver la troisième ligne particulièrement compliquée…), avec en seconde ligne un gros double suivit de la section pro et sa fameuse bosse amovible « Freegun », qui a posé bien des problèmes à une majorité d’Elites. Innovation pour cette année avec une nouvelle grille Pro-Start à impulsion électrique, qui pour une première, a était plébiscité par les pilotes et n’a révélée aucun défaut de fonctionnement, assurant un parfait timing lors de ces 2 jours de courses.

Connor «The Conman» Fields et son style nose-dive en jump

Le samedi, pour le trophée des Nations, chez les Elites hommes c’est le tonitruant Sylvain André qui s’impose magistralement, signant un pur holeshot à grands coups de manivelles « supersoniques » DXR et ne laissant personne lui contester le leadership jusqu’à la ligne d’arrivée. Pourtant, pris en chasse par le champion de France Vincent Pelluard en très grande forme et Connor « The Conman » Fields toujours aussi vif et tonique en jump. André n’a pas craqué et signe une des plus belles victoires de sa carrière, qui en appelle d’autres tant le bouillant sudiste est prometteur. Pelluard, second et qui conclue une superbe saison avant de s’envoler pour 3 mois en Colombie (dans le fief de Mariana Pajon). Fields troisième, un peu malmené par les 2 frenchies mais content de sa belle troisième place. Au sujet de ce pilote star (invité par son sponsor Chase (C.Levêque)) que les français ne connaissaient qu’à travers les écrans d’ordi ou de télé, nous avons découvert un rider particulièrement avenant, gentil avec les fans, très professionnel et show-man (il a mis le feu lors de la remise des prix en lançant son maillot au public, suivit dans la foulée par André et Pelluard.). On notera la belle quatrième place de Thomas Doucet du Stade Bordelais et la cinquième place de Romain Mahieu DN Pays de la Loire. Chez les dames, la


championne Olympique Mariana Pajon, n’a pas fait de quartier et s’impose avec une aisance impressionnante, un contrôle parfait de son bike en jump (un style d’une pureté et d’une beauté rare) et une vélocité hallucinante… Personne ne fut en mesure de contester sa suprématie. Pourtant Eva Ailloud seconde et Manon Valentino troisième, n’ont pas démérité en montant sur le podium. Pour la petite anecdote, c’est la France qui remporte le classement général du Trophée des Nations, sorte de logique au vu du prorata du nombre de pilotes tricolores engagés. Le dimanche, c’est Joris Daudet qui gagne l’Indoor en se vengeant de la veille où il se fit sortir en demi dans le second virage. Après une saison aux USA, il signe un beau retour au premier plan sur ses terres. Souvent malchanceux tout au long de la saison, cette fois-ci, il est allé chercher cette victoire avec rage et férocité. Là où justement le samedi il se fait blockpasser, il nous sort une trajectoire d’outre-tombe et il claque un inter de folie dans le second virage. Ça nous fait grand plaisir de le retrouver à son plus haut niveau et nous lui souhaitons de continuer sur cette lancée, d’autant plus qu’il vient de s’offrir les services de Thomas Allier pour sa préparation hivernale. Vincent Pelluard termine second aussi le dimanche, prouvant sa

constance et son statut mérité de numéro un Français. En pleine confiance, Vincent sera à n’en pas douter au top en 2014. La dernière marche du podium revient au vainqueur du Trophée des Nations de l’an dernier, Simon Duchene, qui excelle en Indoor. Chez les dames, Mariana Pajon remet le couvert sans trop forcer et l’emporte devant Manon Valentino nouvellement incorporé au team Haro-France et Vilma Rimsaite. Belle perf de Marine Lacoste quatrième (Evreux BMX). Lors de ce week-end, aussi on se souviendra du beau doublé de Romain Racine (un futur grand) dans la catégorie très fournie et relevée des cadets, ainsi que de l’incroyable doublé en 40+ Cruiser de Jean-Renaud Ducos De Lahitte, qui se permet même de « wheelgraber » sa roue avant sur le gros double… Assurément très en forme le « JR » ! Après 2 jours très intenses de races disputées dans toutes les catégories, ce 18ième Indoor de St-Etienne, restera un très grand cru et une immense fête du BMX. Même si on déplore comme toujours, des chutes qui laisseront des traces… Au passage on souhaite un bon rétablissement aux blessés. En résumé, pour quasiment tout le monde, cet Indoor fut un beau cadeau de Noël avant l’heure…

Mariana Pajon donne une belle image du BMX au féminin

Mariana Pajon la championne Olympique a réalisé le hold-up en catégorie fille avec 100% de manches gagnées sur les 2 jours Sylvain André gagne le Trophée des Nations, une victoire qui vient couronner une belle saison

Joris Daudet remporte la course Elite du dimanche avec style et efficacité


194 - SHOP

back issues are available on the ART BMX shop www.artbmxmag.com

Watch or download (HD) for free the Webzines ART BMX on www.issuu.com/artbmx Pour commander les anciens numéros, selectionnez votre produit (5 € par magazine) ART BMX Mag #2 #3 #5 #6 #9 #10

et adressez ce bon avec votre règlement (frais de port offert) par chèque à l’ordre de Paris BMX School à l’adresse suivante : ART BMX / Paris BMX School - 126 rue de Turenne 75003 Paris Nom……………………………………………………………………… Prénom……………………………………………………… Date de naissance…………………………………… Tél……………………………………………………………………… Adresse………………………………………………………………………………………......………………………………………………… Code postal………………………… Ville………………………………………………………… Pays……………………………………… Email:………………………………………………………………………………………………………


196 - TEAM photo guillaume ducreux

A.R.T. BMX WEBZINE #5 - December 2013 publishing Paris BMX School # Siret 535 226 401 00011

126 rue de Turenne 75003 Paris France www.artbmxmag.com info@artbmxmag.com

PUBLISHER Alain Massabova alain@artbmxmag.com Tel +33 611 171 826 EDITOR Patrick Guimez pat@artbmxmag.com

TEAM Christian VanHanja Chris Dietschy Luis Elías Benavides Manu Sanz JC Pieri Ruben Vigil Maureen Montuori Peka Devé Trevlon Hall Yasuyuki Takeo Seb Ronjon Franck Belliot Mark Gray Viki Gomez Karim Bel Bachir Fred Mairet Guillaume Ducreux Caroline Roos Ksenia Kozlitina Fabien Rolland

Guests Jason Halayko Eve Saint-Ramon Christophe Gentizon Tyrone Bradley Jesus / agpbmx Alejandro Valencia, Yoni Cadenas Javi Villegas Huelvano & Little Cow Dawid Godziek Bartek Wolinski Quiet Resistant Gabriel Higa Ged Mcconville Maxime Cassagne Clara Tchekmeian Thomas Caillard Olivier Theillaud Rutger Pauw Franck Phung

Cette photo illuste parfaitement un après midi de photos bien pourri. Une météo de merde, une motivation proche du néant.... Malgré tout ça, on se dirige vers un bowl tout nouveau et bien rad en invoquant les divinités pour que ce soit un minimum sec..... Le fond est rempli de flotte et de pollen. Malgré tout ça Mimi voit une ligne qui lui permet de curver sans meme toucher le flat du bowl pour déboucher sur le hip. On fait la photo et on est content. C’est déjà ça de pris.


ART BMX Webzine #5  

ART BMX Webzine #5 December 2013 200 pages VO (UK & FR mixed)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you