Issuu on Google+


cover : Guillaume Kolly downside whip by guillaume ducreux

6 - edito by Patrick GUImez - photo Chris Dietschy

Bien que nous ayons mis l’accent sur la version web de votre magazine, la version “print“ n’a pas pour autant été mise de côté. Après 15 ans d’expérience dans le milieu de la presse spécialisée, nous avons souhaité apporter une valeur ajoutée à nôtre projet et ainsi proposer un contenu mensuel en adéquation avec l’évolution du sport. Cependant et aussi parce que nous tenons à conserver notre version papier, voici donc le numéro 10 de ART BMX !! Vous y retrouvez les meilleurs articles et portfolios sélectionnés par nos soins des 4 webzines que nous avons édités en 2013. Vous souhaitant bonne lecture, nous vous remercions une fois de plus de rendre l’aventure possible et ce grâce à vôtre soutien.

Aurelien Tellier, pelissanne

Even if we focused the last months on the web version of your magazine, the “print“ edition is still on. After 15 years of experience in the press business, we had to bring some fresh air to our project and decided to organize a monthly content fitting with the sport evolution. But and because we wanted to keep out print version, here is the 10th issue of ART BMX !! You will find the best reports and portfolios selected by us from the 4 webzines published in 2013. Wishing you a good time discovering it, we wanted one more time to thank you all for your support and to make this adventure still possible.


8 - programme photo christian vanhanja

10 - shopping 12 - photo / Windy Osborn / USA 25 - PhotO / Maxime Cassagne / France 28 - Photo / Celso Galeano / Paraguay 35 - photo / Guillaume Ducreux / France 43 - LEGEND / Bob Haro / USA 52 - tricks / Ucchie flip / japan 55 - photo / Peka Devé / France 62 - legend / Eddie Fiola / usa 70 - photo / Davis James / USA

Jean François Boulianne

76 - photo / Juan Páez / Colombia 86 - face / Sifiso Nhlapo / South Africa 92 - photo / Fred Mairet / France 98 - photo / David Nemcsik / HuNGary 104 - girlz / Johanna Marmont / France 108 - Face / Julian David Molina / cOlombia 121 - event / Monster BMX Exams / trinidad 127 - face / Drew Bezanson / usa 134 - ART / Chad Powell / uk 140 - photo / Marcelo Lopes / brazil


10 - shopping selection by alain massabova

markit Premium bike Slim body PROPER Acala Wedge DELUXE Superlight Premium bike profile

ares solid rocker mini bmx

teva the link box bmx

g-shock

moto bicycle

stay strong

Subrosa Combat Lock

MUTANT OIL SLICK STEMS

haro freestyler 1982 replica

DEMOLITION Rotator freecaoster

S&M Source ATFids

ares APLUS PRO Armourdillo

Madera Mast

fluide pulse total bmx

wrung polar 34R TSG

Martin Margiela

motel works 12�


12 - photo - USA by seb ronjon

Windy Osborn Born in California during the sixties, Windy published her first bmx photo when she was only 14 years old in the Bicycle Motocross News magazine.Then in 1976, while his brother RL started to be famous into the bmx community, her dad Bob created the BMX Action mag, followed in 1984 by Freestylin’ , two international references for the BMX world. Due to her passionate eye, Windy contributed to the success of both magazines and became essential. She’s known as one of the biggest BMX photographer from the oldschool time and her talent just received the honors by entering the famous BMX Hall Of Fame !

Dino

Née en Californie dans les années 60, Windy publie sa première photo de BMX à l’âge de 14 ans dans le journal «Bicycle Motocross News». Puis en 1976, alors que son frère RL commence déjà à faire parler de lui sur son BMX, son père Bob crée le magazine «BMX Action», suivi de «Freestylin» en 1984, deux références internationales dans le monde du BMX. Grâce à son œil passionné, Windy contribue activement à la réussite de ces deux magazines et devient très rapidement incontournable. Elle est aujourd’hui reconnue comme l’un des plus grands photographes de BMX de la période oldschool et son talent vient tout juste d’être récompensé par son entrée au fameux «BMX Hall Of Fame» !


Martin


Tell us briefly the incredible adventure of the Osborn family in BMX world? After my parents divorce in 1968, my father fought in court for 5 years to gain custody of RL and I, and when he finally did, he suddenly became a single father of a 10 and 13 year old... and what to do? As a fireman on the Torrance Fire Department, he worked 3 out of 9 days, which allowed lots of time to have extracurricular hobbies, as well as spend time with his kids. Wanting mostly to keep us involved in something constructive, my father and brother all ready raced motocross, so we would go to the dirt bike races... mostly I would watch and they raced. Of course, we also attended the pro races at the Coliseum in LA, Saddleback and other great events. My father also worked on his own motorcycles, and taught RL how to maintain is motorcycle too... they were always in the garage working on their machines. My father welded, built cabinets, gardened, and was into photography. As it wasn’t always convenient to drive all the way out to the races, the kids in the neighborhoods began treating their Schwinn’s like motorcycles, by stripping down their bikes: changing the handlebars to a lower profile or motocross style with appropriate grips, swap out the seats, strip the bike of fenders and chain guards and all the pansy-garb, and of course, change to knobby tires. Then they could ride their bikes in the dirt fields and so they built little motocross tracks and jumps and wood ramps in the front yard with concrete blocks and plywood. ALL the kids in our neighborhood hung out at our house... of course, I had big interest in the scenery for most of those kids were BOYS. Anyways, as things progressed, there was a track up in Redondo that held BMX races, so we began going. My father contributed time by being the race starter, RL would race, and so I wouldn’t feel left out, my father let me shoot with his Minolta SLR. My father and RL actually tried to get me to race a couple times, so I tried racing on a sidehack with my trusty girlfriend Theresa Geenke... scared the shit out me, and I realized, being behind the camera was a perfectly safe place to stay!! After the first roll of tri-x I shot, my father said I had a good eye, and of course, I thought he was pulling my leg and trying to make me feel good. My dad was pretty serious about photography, so we had a darkroom in the house. He taught me everything, shooting, developing, printing B&W... and he made me read Ansel Adams’ Zone System... which for a 13-14-15 year old, is no easy read... but extremely scientific about working with black & white images. So we began attending the races on a regular basis. RL shares an early story about how the kids kept breaking the motocross bars they had on their bikes. There was a local Schwinn shop in Redondo Beach (California), owned by Pauline, and every time RL would bring in his broken bars she would complain and argue as to what “these kids were doing” and why they kept breaking their bars... it frustrated her and she fought the kids’ attempts in mimicking the motocross motorcycle racers... she saw no future in BMX. A year later, she ended up sponsoring RL and actually sending to the Schwinn factor where he had the pick of his choice in equipment, and where they picked his brain for information and advice about how to build better BMX bikes. RL was 9-10 at the time! As things progressed and we were attending races on a regular basis in Redondo, out in Sylmar with the NBA and at Yarnell... and there was Bicycle Motocross News, owned by Elaine Holt. My father and I contributed to the paper, my father writing and shooting, and me just shooting. As I took my first pics at 13, I was first published at 14, and became staff photographer soon after that. In 1976, Elaine offered to sell the newspaper, and my father was interested in buying it for her asking price of $7000, at the time of closing the purchase, she tripled the price to $21,000, and my father replied with “Well, for that price, I could start a magazine!” And literally, the rest is history! So in 1976, my father borrowed $10,000 from his sister, and launched Bicycle Motocross Action Magazine with the panning shot of Brian Lewis at Corona, on the cover... shot by myself. The magazine began as a bi-monthly publication and soon ended up monthly. At age 11 your brother was racing BMX, with Greg Hill I believe, and he was part of the first ever “BMX test team” for “Bicycle Motocross News”. Do you have memories of that time? RL says that at age 12, he and Greg Hill owned their age group class, always one and two. RL says that he was racing like seven events a week, and after a year of that, burned out and quit. At around 13, when Bob Haro came to live with us, Bob knew how to do a curb endo, and RL and Haro began riding together. RL also says that some guy out of San Diego, John Swanigan knew a lot of tricks, he was like one of the original freestylers, but RL and Haro started riding together and making up new tricks and then started doing shows. I think one of their first shows was for the Bicycle Source, in Torrance.

Raconte-nous brièvement l’incroyable aventure de la famille Osborn dans le monde du BMX? Après le divorce de mes parents en 1968, mon père s’est battu en justice pendant 5 ans pour obtenir notre garde, à RL et moi, et quand il a enfin réussi, il est devenu un père célibataire de deux enfants de 10 et 13 ans… Que faire? En tant que pompier au “Torrance Fire Department”, il travaillait 3 jours sur 9, ce qui lui laissait beaucoup de temps pour ses loisirs et pour être avec ses enfants. Il souhaitait qu’on s’implique dans des choses constructives, donc mon père et mon frère participaient déjà à des courses de motocross... Moi je regardais et eux participaient. Evidemment nous assistions aussi aux plus grandes courses professionnelles, au Coliseum à Los Angeles, à Saddleback et à d’autres grands événements. Mon père bricolait aussi sur ses propres motos et il apprenait à RL comment entretenir la sienne… Ils étaient toujours dans le garage en train de bidouiller leurs engins. Mon père faisait de la soudure, fabriquait des meubles, jardinait et pratiquait la photographie. Comme ce n’était pas toujours facile de faire la route pour aller sur les courses, les gamins du quartier ont commencé à bricoler leurs vélos Schwinn comme des motos, en les démontant, en changeant le guidon pour leur donner un look plus motocross avec des poignées appropriées, en changeant leur selle, en retirant les garde-boues, les protège-chaîne et tous ses trucs inutiles, et bien sûr, en mettant des pneus à crampons. Du coup ils pouvaient rouler avec leur vélo dans les champs boueux, puis dans le jardin ils ont rapidement construit une petite piste façon motocross, avec des bosses, des tremplins en bois avec des parpaings et du contre-plaqué. Tous les gosses du quartier traînaient chez nous… Evidemment, j’étais très intéressée par le spectacle vu que la plupart de ces gamins étaient des garçons. Puis les choses ont progressé, il y avait une piste à Redondo qui accueillait des courses de BMX, donc on a commencé à y aller. Mon père s’est investi en devenant le starter officiel, RL concourait et comme je ne voulais pas être inutile, mon père me laissait prendre des photos avec son Reflex Minolta. En fait mon père et RL m’ont souvent encouragé à courir, j’ai fini par essayer de piloter un side avec ma fidèle amie Theresa Geenke… j’ai eu super peur et je me suis rendue compte que je préférais rester dans un endroit sans danger : derrière l’objectif ! A la fin de ma première pellicule Tri-X, mon père m’a dit que j’avais l’œil pour la photo et bien sûr j’ai pensé qu’il se moquait de moi et qu’il essayait de me faire plaisir. Mon père prenait la photographie très au sérieux, on avait donc une chambre noire à la maison. Il m’a tout appris, comment photographier, développer, imprimer en noir et blanc… Et il m’a fait étudier le “Zone System” de Ansel Adams ce qui, pour une gamine de 13-14-15 ans, n’était pas très facile à comprendre, un bouquin extrêmement scientifique sur la façon de travailler les photos en noir et blanc. Puis nous avons commencé à assister aux courses régulièrement. RL raconte souvent une vieille histoire au sujet des mômes qui n’arrêtaient pas de casser leurs guidons sur leur vélo. Il y avait une boutique locale Schwinn à Redondo Beach (Californie), tenue par Pauline, et chaque fois que RL y apportait ses guidons cassés, elle râlait et se demandait ce que ces mômes faisaient pour casser autant de guidons… Ca la frustrait et elle se battait pour que les gamins arrêtent d’imiter les pilotes de motocross. Elle ne voyait aucun futur pour le BMX. Un an plus tard, elle sponsorisait RL ! Elle l’a envoyé à l’usine Schwinn où il a pu choisir son équipement, ils en ont profité pour lui poser des questions et demander des conseils pour fabriquer des meilleurs BMX. RL n’avait que 9-10 ans à cette époque ! Les choses avançaient, nous assistions régulièrement aux courses à Redondo, à Sylmar avec la NBA (NDLR : National Bike Association) et à Yarnell… Et il y avait le magazine “Bicycle Motocross News”, détenu par Elaine Holt. Mon père et moi contribuions au journal, mon père écrivait et prenait des photos, et moi, je prenais juste des photos. J’ai commencé à prendre mes premières photos à 13 ans, j’avais 14 ans lors de ma première publication et je suis vite devenue membre de l’équipe photo du magazine après ça. En 1976, Elaine a voulu vendre le magazine, mon père était intéressé pour l’acheter au prix qu’elle demandait, 7000$, mais au moment de conclure la vente, elle a triplé son prix en le portant à 21000$, mon père lui a alors répondu : “Eh ben... A ce prix-là, je pourrais lancer mon propre magazine !” Puis le reste fait partie de l’histoire ! En 1976, mon père a donc emprunté 10000$ à sa sœur et il a lancé le magazine “Bicycle Motocross Action” avec une photo panoramique de Brian Lewis à Corona en couverture… prise par mes soins. Le magazine a d’abord existé en format bimensuel puis est très rapidement devenu un mensuel. A l’âge de 11 ans, ton frère participait à des compétitions de BMX, avec Greg Hill je crois, et il faisait partie du premier team de “testeurs” pour “Bicycle Motocross News”. As-tu des souvenirs de cette époque ? RL raconte qu’à l’âge de 12 ans, lui et Greg Hill dominaient leur catégorie d’âge, toujours premier et deuxième. RL raconte qu’il participait à quelque chose comme sept événements par semaine, et qu’après une année à ce rythme, il était épuisé et il a arrêté. Autour de ses 13 ans, quand Bob Haro est venu vivre avec nous, Bob savait faire des “endos” (NDLR : “équilibre sur la roue avant”), alors RL et Haro ont commencé à faire du BMX ensemble. RL raconte aussi que John Swanigan, un mec qui n’était


josh


With your photos, many riders have become heroes and stars in the world. And you have inspired people like Spike Jonze, successful in the film industry. What is your feeling on that? The realization of affect of my photos didn’t hit me until many, many years later... like after Joe Kid on a Stingray came out. I went to the preview in Hollywood, and everybody just kept thanking me. Today on Facebook, I continue to get thank-yous. When I first began shooting, it took a long time to establish a credibility to be out on the tracks or on the ramps, for all the track officials looked at me as “some girl” out there in the way. Of course, I was never in the way... I was extremely intuitive to the g-forces of the guys racing a downhill track and then coming into a big-ass berm, which could easily be overshot. I was also very aware of the ebb and flow of the freestylers on the ramps, and the last thing I wanted was to get my camera or face smashed in. Of course, the only time I did get hit... someone caught it on film. After the magazines became more popular and powerful, I began throwing a little attitude with officials who still didn’t know who I was... “don’t you know, I’m with BMX Action!”. In those days, I enjoyed being able to be where ever I wanted to get the shot I wanted. I hated having to climb up on top of those huge ramps though... where everyone could look up my shorts, and most of the ramps didn’t have ladders to climb up the sides on. I also remember some of the illegal places the editors would take me for shoots... someone would have some hidden drainage pipe back in some field behind fence and I would have to climb fences, and go places where we could get caught or busted... the job had its hazards, but always with great entertainment along the ways. Back in the day, I did have the sense to appreciate my situation having my own luxury darkroom and endlessly funded budgets for darkroom and photographic equipment... I was no dummy. I also loved wearing shorts and t-shirts to work every day. But it wasn’t until after Joe Kid that I began to realize who much of an impact I had with my photography... and how it changed people’s lives for the better in many, many ways. And, is my honor, something I am very grateful for. You were the only female photographer in the industry of BMX, freestyle and skateboarding, a very masculine environment, and in 2012 you are inducted into the Hall Of Fame as “BMX Woman”. How did you manage to gain recognition and respect? And how do you live this wonderful reward after all these years? WINDY : It was most challenging being the only woman photographer in the industry, which of course, only drove me more to be the very best... I wanted to be better than everyone, and to prove that it was NOT a man’s world... it was MY world. And I wanted to prove that a woman could do just as good AND better... and honestly, at the time, I was just having a really good time. Traveling and watching these young boys do such incredible things... I wanted to communicate their talents and skills to the extreme, to show people how truly incredible they really were. The things I saw in my time, were incredible. Being inducted into Hall Of Fame is frosting on the cake, and an honor. I appreciate the acknowledgement and gratitude from those who I’ve photographed... and hope to NOT be a boring recipient of the award. While shooting, I don’t get a lot of flirtation for I think most of the boys were either afraid or intimidated by me... or maybe they just weren’t into me... who knows. Eddie Fiola and I were together for 3 years in the mid 80’s... so, of course, that kept me out of circulation. I feel like I was more of one of the guys, at the time. And over time, it just took my shooting great shots, to where people began to see that I was worthy. And in order to get those great shots, I had to step way outside my comfort zone as a girl... and I was extremely competitive, so I would do whatever it took to get that great shot. Today most of your magazines are easily downloadable on the web, what do you think of this perpetuation of the memory? I’m not surprised... the world of technology is incredible... the desire for people to remember this far beyond the past, is somewhat sensible, for we were the pioneers of the sport. We created the magazines that changed the industry... made it big, put it on the international map. Everything about the sport today, stems from our beginning creation. RL being the first freestyler or one of them... him and Bob Haro. I’m sure there were others, we just had the vehicle to get the word out and show others what we were discovering first hand. Early 2012 Osborn family was very “existing” in the French exhibition Beton Hurlant at National Sports Museum in Paris. What is your feeling on that?

pas de San Diego, connaissait un paquet de figures, il était genre l’un des premiers à l’origine du freestyle, mais RL et Haro ont commencé à faire du BMX ensemble et à inventer des nouvelles figures, puis ils ont commencé à faire des shows. Je pense que l’un de leur premier show était pour la boutique “Bicycle Source” à Torrance. Avec tes photos, de nombreux riders sont devenus des héros et des stars dans le monde. Et tu as inspiré des gens comme Spike Jonze, qui a réussi dans le cinéma. Quel est ton sentiment là-dessus ? Je n’ai pris conscience de l’incidence de mes photos que beaucoup, beaucoup d’années plus tard, genre après la sortie du docu “Joe Kid on a Stingray”. Je suis allée à la première à Hollywood et tout le monde n’arrêtait pas de me remercier. Aujourd’hui encore sur Facebook, je continue à recevoir des “merci”. Quand j’ai commencé à prendre des photos, cela m’a pris du temps pour devenir suffisamment crédible pour être sur les pistes ou sur les rampes ; sur les pistes, tous les officiels me regardaient juste comme “une nana” au milieu. Evidemment, je n’étais jamais au milieu… J’étais extrêmement intuitive sur la vitesse et la puissance des mecs qui dévalaient les pistes avant d’arriver sur les bosses. J’étais aussi super lucide des allers et venues des freestylers sur les rampes, et la dernière chose que je voulais était de fracasser mon appareil photo ou mon visage. Evidemment, la seule fois que ça m’est arrivé, quelqu’un l’a filmé... Puis dès que le magazine est devenu plus populaire et plus important, j’ai commencé à être un peu plus directe avec les officiels qui ne savaient toujours pas qui j’étais : “Vous ne savez pas ? Je suis de BMX Action !” A cette époque, j’ai adoré pouvoir aller où je voulais pour prendre les photos que je voulais. J’ai parfois détesté devoir grimper en haut de ces immenses rampes… d’où tout le monde pouvait mater mes shorts. En plus la majorité des rampes n’avaient pas d’échelle pour escalader les côtés. Je me souviens aussi des endroits interdits où les rédacteurs en chef m’envoyaient prendre des photos, comme cet énorme tuyau d’évacuation caché dans un champ derrière une clôture ; je devais alors grimper par-dessus le grillage et me rendre dans des endroits où on pouvait se faire prendre la main dans le sac… Le boulot comportait des risques mais toujours avec des grands moments de plaisir. A cette époque, j’étais consciente de la chance que j’avais de vivre ainsi, j’avais ma propre chambre noire de luxe et un budget illimité pour mes équipements photos et aussi pour ceux de la chambre noire… Je n’étais pas idiote. J’adorais aussi pouvoir porter des shorts et des tee-shirts pour travailler tous les jours. Mais ce n’est qu’après le docu “Joe Kid” que je me suis rendue compte de l’impact de mes photos, et à quel point cela avait eu un impact dans la vie des gens, dans de nombreux domaine. Et c’est un honneur pour moi, quelque chose dont je suis très heureuse. Tu étais la seule femme photographe dans l’industrie du BMX, du freestyle et du skateboard, un milieu très masculin et en 2012, tu es intronisée dans le “Hall of Fame” en tant que “BMX Woman”. Comment es-tu parvenue à une telle reconnaissance et un tel respect ? Et comment vis-tu cette merveilleuse récompense après toutes ces années ? Cela a été très difficile d’être la seule femme photographe dans ce milieu, ce qui m’a évidemment incité encore plus à être la meilleure… Je voulais être meilleure que tout le monde et prouver que ce n’était pas un monde d’hommes… C’était mon monde ! Et je voulais prouver qu’une femme pouvait faire tout aussi bien, voire même mieux… Et honnêtement, à l’époque, je me suis vraiment bien amusée. Voyager et regarder ces mecs faire des choses si incroyables… Je voulais transmettre leur talent et leur aptitude au maximum, montrer aux gens à quel point ils étaient réellement fantastiques. Avoir été intronisée au “Hall of Fame” est la cerise sur le gâteau, un grand honneur ! J’apprécie la reconnaissance et la gratitude de ceux que j’ai photographié et j’espère ne pas avoir été une lauréate ennuyeuse. Pendant que je photographiais, je n’ai pas été beaucoup draguée car je pense que la majorité des mecs, soit me craignaient, soit étaient intimidés par moi… Ou peut-être qu’ils n’étaient juste pas intéressés… Qui sait !? Eddie Fiola et moi sommes restés ensemble pendant 3 ans au milieu des années 1980… Donc évidemment, à ce momentlà j’étais hors compét’. J’ai l’impression qu’à l’époque j’étais moi aussi l’un de ces types. Avec le temps, il a juste fallu que mes photos soient excellentes pour que les gens commencent à voir que j’étais à la hauteur. Mais pour prendre ces belles photos, j’ai dû repousser mes limites en tant que fille… j’avais un esprit de compétition très prononcé donc je faisais tout ce qui était possible pour avoir une photo sensationnelle. Aujourd’hui, la plupart de vos magazines sont facilement téléchargeables sur le web, que penses-tu de cette pérennisation de la mémoire? Je ne suis pas surprise, le monde de la technologie est incroyable. Le fait que les gens aient envie de se souvenir de ça bien au-delà du passé est assez dingue pour nous qui avons été les pionniers de ce sport. Nous avons créé les magazines qui ont transformé l’industrie, nous avons fait grossir ce sport, nous avons participé à sa renommée internationale. Tout ce qui a trait à ce sport aujourd’hui découle de ce que nous avons créé au début. RL a été le premier freestyler, en tous cas l’un des premiers, avec Bob Haro. Je suis persuadée qu’il y en avait d’autres, nous avions juste les moyens d’en parler et de montrer aux autres ce que nous avions découvert.


Ceppie Maes

RON wilkerson, venice


Did you keep objects from this period? While we were in the midst of the industry establishment and growth, I know I didn’t really think much of what was happening on the level of how the magazines would end up impacting kids worldwide. I knew the magazines had clout, and I knew that we were respected for the product we put out, however, I had no idea of the depth of life-changing power the magazines would have 20-30 years down the road. So, items saved from that period of time that I saved, I managed to stash a small amount of slides of my work, only because they were my fave images, covers and published work. I probably have several hundred slides, no where near what I shot throughout the life of the magazines. And if I hadn’t taken those, there would be no trace of my work. I never got a straight answer as to what happened to all the images from the magazines, I was in Carmel by then, when GO! shut down... was a new single mother and very distracted with my new life in Northern California, so I never found out about the details of that process. I know RL doesn’t have any of his historical belongings for he moved on with his life and family, raising two boys as well. I think my father got rid of whatever photography he had. When Joe Kid on a Sting-Ray came out, I think that was the beginning or realization that there were kids who did want to know about the history of the sport... and I think ever since, has become a craze, where all of us pioneers have a small window of opportunity to live out our recognition for contributing to the sport, what we did. My father and brother by far, had a much more valuable impact on the development of the sport, I just documented it, in my more creative fashion. The Beton Hurlant in Paris, is amazing... I am honored to get to be a part of that, and more important, I am thrilled that the sport gets that kind of recognition... pat yourself on the back for putting that thing together, I’m sure that was feat to accomplish. It’s very rewarding to know that BMX finally got into the Olympics... I remember the first time I saw an X Games on TV... I KNEW that that happened because of my family... not solely, but, if we hadn’t pushed BMX to the level we did, and if we hadn’t given freestyling it’s own magazine, who knows what could have happened. If the motorcycle guys hadn’t seen what the freestylers were doing, or the extreme BMX riders, like Mad Dog, in jumping, they never would be riding and tricking like they do in X Games today. This is a funny note, back to the beginning... when my father had wanted to do a BMX magazine, he initially didn’t consider doing a BMX magazine himself, except that he went to Hi-Torque Publications and pitched it to them. They published Motocross Action and Dirt Bike Magazines, way back in the 70’s. I actually got a few of my ancient images published in Dirt Bike in 1978, of Thom Lund on the monoshock, and I think Billy Wouda and maybe Clinton... I don’t have a copy of that mag, so it’s a weak memory thing. Anyways, we were excited to show them that 20 inch bicycles were being treated like motorcycles, and kids were getting rad just like the big motocross stars. I think, at the time, they found it a novelty. So anyways, my father was at that point where he KNEW there needed to be a BMX magazine, and Hi-Torque had no interest whatsoever... so with Elaine Holt in offering to sell her paper... that’s why my father decided to do it himself. He knew nothing about publishing magazines... my father can do anything he wants... he’ll study and figure it out himself. He is a self-made success, truly. What are your thoughts on the amazing new school scene? From the videos I’ve seen of kids freestyling, I am blown away. They took what riders like RL and Fiola and Blyther and Hoffman and all those guys, who executed their tricks and style with vigor and skill, they took it to a level of ballet and ease... I cannot believe they way kids move with their bikes today. When you saw my brother do his tricks, you knew they were difficult and that it took hours and hours of practice to accomplish what they did. The new generation started with where the pioneers left off. I think it’s amazing and simply beautiful to watch. I know I’ve seen a couple videos that gave me that yearning to shoot the new generation, except, I am moving forward in a new direction. To go back and shoot like I did 30 years ago, would be kind of silly... except, I know in my heart, I could still get into it, and be really good. It’s the young-en’s time now.. mine has past. What are you doing these days I am sure everyone wants to know? I have to be honest and share that when Mike Carruth invited me to Rockford, IL to do the interview at the BMX Collector’s Gathering June 2010, and they asked detailed questions about my life... the reviews were shitty. None of those guys want to hear about a life of single mother, after being a famous industry photog... so I’ll cut to the exciting part, which was January this year, where I up and left California to rejoin with my father, to open a fine art photographic

Début 2012, la famille Osborn était très “présente” dans le cadre de l’exposition française “Béton Hurlant” au Musée National du Sport à Paris. Que penses-tu de tout ça? As-tu conservé des objets de cette période ? Lorsque ce sport était en pleine création, en plein développement, je sais que je ne pensais pas vraiment à ce qui se passerait, à l’impact que les magazines finiraient par avoir sur les kids à travers le monde. Je savais que les magazines avaient de l’influence et que nous étions respectés pour le journal que nous avions lancé. Cependant, je n’avais aucune idée à quel point les magazines pouvaient changer des vies encore 20 à 30 ans plus tard. Alors, concernant les objets de cette période que j’ai conservés, j’ai réussi à cacher une petite quantité de diapositives de mon travail, uniquement parce qu’elles étaient mes photos, mes couvertures ou publications préférées. J’ai probablement plusieurs centaines de diapositives, ce qui est très loin de toutes les photos que j’ai prises au cours de l’existence des différents magazines. Et si je n’avais pas conservé ces photos, il n’y aurait pas de traces de mon travail. Je n’ai jamais obtenu une réponse claire sur ce qui est arrivé à toutes les autres photos des magazines. J’étais à Carmel au moment où le magazine “Go!” s’est arrêté… Je venais de devenir une mère célibataire et j’étais absorbée par ma nouvelle vie dans le nord de la Californie, donc à l’époque je ne me suis pas renseignée sur les détails du processus de cessation. Je sais que RL n’a plus aucune de ces affaires de l’époque car il est passé à autre chose dans sa vie, avec sa famille, en élevant deux garçons aussi. Je pense que mon père s’est débarrassé de toutes les photos qu’il avait. Quand “Joe Kid on a Sting-Ray” est sorti, je pense que ça a été le début ou plutôt la prise de conscience, du fait qu’il y avait des enfants qui voulaient connaître l’histoire de ce sport. Je pense qu’à partir de ce moment et de l’engouement que cela a suscité, quand nous, les pionniers, avons eu une occasion de vivre cette reconnaissance pour avoir contribuer à ce sport, nous l’avons fait. Mon père et mon frère ont eu, de loin, une influence beaucoup plus importante sur le développement du sport, moi, j’ai juste témoigné avec ma créativité. “Béton Hurlant” à Paris était extraordinaire… Je suis honorée d’en avoir fait partie, et surtout, je suis extrêmement heureuse que ce sport reçoive ce type de reconnaissance… Bravo à vous pour avoir réuni tout ça, je suis sûre que cela a été un véritable tour de force. C’est une grande récompense de savoir que le BMX est enfin aux Jeux Olympiques… Je me souviens de la première fois que j’ai vu les X-Games à la télé, je savais que cela arrivait grâce à ma famille, quelque part ! Pas seulement, mais si nous n’avions pas porté le BMX au niveau où nous l’avons fait, et si nous n’avions pas offert son propre magazine au freestyle, qui sait ce qui serait arrivé. Si les pilotes de FMX n’avaient pas vu ce que les freestylers accomplissaient ou les sauts que les riders, comme par exemple Mad Dog, réalisaient en dirt, ils n’auraient jamais ridé ou exécuté des figures comme ils le font aujourd’hui aux X-Games. C’est amusant avec le recul... Mais revenons au début de l’aventure... Quand mon père a voulu lancer un magazine de BMX, au départ, il ne pensait pas faire un magazine de BMX tout seul, sauf qu’il est allé rencontrer les responsables de Hi-Torque Publications et qu’il leur a fait une présentation. Ils publiaient les magazines “Motocross Action” et “Dirt Bike”, dans les années 70. En fait, quelques-unes de mes anciennes photos ont été publiées dans “Dirt Bike” en 1978, une de Thom Lund sur une monoshock et une de Billy Wouda je pense, et peut-être une de Clinton. Je n’ai pas de copie de ce mag, donc je n’en ai qu’un léger souvenir. Bref, nous étions excités de leur montrer que des vélos avec des roues de 50 cm étaient préparés comme des motos et que les jeunes “déchiraient” autant que les grandes stars du motocross. Je pense qu’à l’époque, ils ont trouvé ça trop novateur. Donc bref, mon père était à un point où il savait que la création d’un magazine de BMX était indispensable et au départ Hi-Torque n’avait pas le moindre intérêt pour ça… Puis il y a eu l’histoire de l’offre d’Elaine Holt pour vendre son journal… C’est pourquoi mon père a décidé de le faire tout seul. Il ne connaissait rien concernant la publication de magazines mais mon père peut faire tout ce qu’il décide de faire ! Il étudie et apprend par lui-même. Il doit son succès à sa propre réussite, réellement. Quels sont tes sentiments sur l’extraordinaire scène new school? Des vidéos que j’ai pu voir des jeunes faisant du free, je peux dire que je suis scotchée. Ils se sont inspirés des riders comme RL, Fiola, Blyther, Hoffman et tous ces gars qui exécutaient leurs tricks avec énergie et talent, et l’ont porté à un niveau qui relève maintenant de la chorégraphie et qui semble facile. Je n’arrive pas à croire à la façon dont les jeunes évoluent avec leur vélo aujourd’hui. Quand tu regardais mon frère faire ses figures, tu savais qu’elles étaient difficiles et que cela prenait des heures et des heures de pratique pour accomplir ce qu’il faisait. La nouvelle génération a débuté là où les pionniers se sont arrêtés. Je pense que c’est incroyable et simplement merveilleux à regarder. Je sais que j’ai vu quelques vidéos qui m’ont donné une envie folle de photographier la nouvelle génération, sauf que j’ai pris une nouvelle direction dans mon travail. Retourner en arrière et photographier comme je l’ai fait il y a 30 ans serait un peu bête… Sauf que je sais, au fond de mon cœur, que je pourrais y revenir et ne pas être trop mauvaise. Place aux jeunes maintenant ! Mon temps est révolu...


Matthew


Todd Anderson

Joe Johnson

Joe Johnson


All the greats


gallery. And you can leave it at that... the rest is left to destiny and hushed commentary. My brother owns his own carpet cleaning business and is very successful with that. He has two boys, Dylan and Cody, Dylan is 21 this year and Cody 18. Both will be attending USC this fall, in Southern California. RL maintains his beautiful family with wife Jenna of some 25 years plus of marriage. I am extremely proud of RL. I know he had a HUGE positive affect on kids worldwide, which he is extremely humble about. The beautiful thing is, in life we have opportunities. If one choses to seize the chance of a great opportunity, in that moment we can change our life, and very possibly, many others’ too, by working very hard at doing the very best we can. If that opportunity comes your way, do not pass it up... take it and do it the very best possible... you may be surprised as to what you leave behind. I myself, and I think I can speak for my brother as well... we had a lot of fun in those days, and we worked REALLY HARD TOO... I know my brother, very much more than myself. But today, as simple people, we still hold those accomplishments in our heart and soul and to know that we changed the world, a little tiny bit, for the better, is something we can take to the grave, and know we did good. Now that’s a life worth living, and I am grateful to hear from kids everyday, through Facebook, how they appreciated our efforts.

Que fais-tu maintenant ? Je suis sûr que tout le monde veut le savoir. Je dois être honnête et partager le fait que quand Mike Carruth (NDLR : organisateur du “Vintage BMX Rockford”) m’a invité à Rockford dans l’Illinois pour faire une interview lors du rassemblement “Vintage BMX” en Juin 2010, et que les journalistes me posaient des questions détaillées au sujet de ma vie privée, les retombées médiatiques qui ont suivi ont été nazes. Ca n’intéresse personne d’entendre parler de la vie d’une mère célibataire, après qu’elle ait été une célèbre photographe de BMX… Donc je vais abréger et juste évoquer l’épisode excitant qui a eu lieu dans ma vie en janvier 2012, quand j’ai quitté la Californie pour rejoindre mon père Bob pour ouvrir une galerie de photographies d’art. Et on peut s’arrêter là, le reste appartient au destin et à la vie privée. Mon frère tient sa propre entreprise de nettoyage de moquette et c’est une entreprise très prospère. Il a deux garçons, Dylan et Cody, Dylan va avoir 21 ans cette année et Cody, 18 ans. Tous les deux rentreront à l’USC (NDLR : University of Southern California) cet automne en Californie du Sud. Cela fait un peu plus de 25 ans que RL est marié à sa femme Jenna. Je suis extrêmement fière de RL. Je sais qu’il a eu une influence positive sur les jeunes à travers le monde, ce à propos de quoi il est extrêmement humble. Le truc merveilleux c’est que dans la vie nous avons des opportunités. Si quelqu’un choisi de saisir sa chance et profiter de cette grande opportunité, au bon moment, nous pouvons changer notre vie, et très probablement, celle d’autres personnes aussi, en travaillant très dur et en faisant de notre mieux. Si cette opportunité passe sur votre chemin, ne la laissez pas passer, saisissez-là et faites le mieux possible, vous pourrez être surpris de ce que vous laisserez derrière vous. Pour ma part, et je pense que je peux parler pour mon frère aussi, nous avons eu beaucoup de plaisir à cette époque mais nous avons également travaillé vraiment dur. Je connais mon frère, beaucoup mieux que moi-même. Mais aujourd’hui, alors que nous sommes des personnes ordinaires, nous portons encore ces réussites dans notre cœur et le fait de savoir que nous avons changé le monde, ne serait-ce qu’un tout petit peu, de façon positive, est quelque chose que rien n’y personne ne pourra jamais nous enlever. C’est une vie qui vaut la peine d’être vécue et je suis reconnaissante d’entendre des jeunes d’aujourd’hui, à travers Facebook notamment, dire à quel point ils apprécient nos efforts.

Thank you very much Windy !

Merci beaucoup Windy !

Pete Augustin


Christ Rio


25 - PhotO - france

Maxime Cassagne Maxime Cassagne, from Toulouse, I’m 24 years old and currently completing my Master at Montpellier’s Business School. As it’s a work and study programme, I work as an industrial buyer in RTE. Bmx has always been a part of my life since I’m a flat rider for 10 years now, with several cuts related to my life. It was during a one-year trip in Argentina that I started in photography, learning by myself. Being a keen amateur 2 years ago, I moved recently a step further becoming a freelancer thanks to some interesting proposals. Since the virus has bitten me, my view of the world completely changed and I used photography as a real outlet.

Maxime Cassagne, toulousain d’origine, j’ai 24 ans et termine actuellement mon Master 2 à l’école supérieure de commerce de Montpellier. Je suis en alternance en tant qu’acheteur industriel chez RTE. Le BMX a toujours fait partie de ma vie puisque je roule en flat depuis 10 ans, avec plusieurs coupures liées à mon parcours. C’est pendant un voyage d’un an en Argentine que je me suis lancé dans la photographie en autodidacte. D’amateur passionné à mes débuts, il y a maintenant deux ans, je suis passé à une étape supérieure il y a peu. Je me suis installé comme auto-entrepreneur après avoir eu quelques propositions intéressantes. Depuis que le virus m’a piqué, mon regard sur le monde a complètement changé et la photographie est devenu un véritable exutoire.

Matthieu, Toulouse


L’homme à la mobylette

TOULOUSE

Loulou smoking


Joris on pedals


28 - Photo - Paraguay

Celso Galeano Hello, my name is Celso Galeano, I’m a flatlander, 25 years old, and I live in Asuncion, Paraguay. I started in the world of photography two years ago. To me, this is a way to combine the art of photography with BMX, capturing the best tricks that the riders get in the most suitable places for a good picture. It is a way to support the riders that are in the environment of BMX, who see their years of effort reflected in a good photo. The BMX environment in Paraguay is what I aim more personally with my blog Koty Flat. I hope you like the pictures of the riders in our country.

Edgard Illanes


Cristian de Maya

Josue Guzman


Erwin Perez

Richard Ojeda


Salut, mon nom est Celso Galeano, je suis flatlander, j’ai 25 ans et je vis à Asuncion au Paraguay. J’ai commencé dans le monde de la photo il y a 2 ans. Pour moi, c’est le moyen de mélanger l’art de la photographie avec le BMX. Saisissant les meilleurs tricks que les riders arrivent à faire dans les spots les plus appropriés, c’est ce qui fait la bonne photo. C’est aussi un bon moyen de soutenir les riders dans leur milieu. Leur montrer toutes leurs années d’effort dans un bonne image. C’est l’environnement du BMX au Paraguay que je vise plus personnellement avec mon blog Koty Flat. J’espère vous aimez les photos des riders de notre pays !

Lucas Hermosilla


Jazz

Walter Cardales

Celso is one of the riders from South America who really loves BMX. He organizes events, takes good photos of the riders, and he even made a flatland calendar with some of his best shots. When you meet a guy like him, the best thing you can do is give credit for his enormous contribution to the sport... Luis Elias


Walter Cardales

Josue Guzman 2


Guillaume Kolly


35 - photo - france

Guillaume Ducreux “Guillaume Ducreux, 33. I live in Lyon. I started photography 5 years ago. I work in two main fields of photography. First, the extreme sports, a sphere that I’ve grown up with. That’s what motivated me to go for photography 5 years ago. Lyon is a very active city, and then my growing desire to shoot some sessions prompted me to buy a camera. Besides I quickly opted for photojournalism. This practice is becoming increasingly important in my life and in my photography approach.”

“Guillaume Ducreux 33 ans. Je vis à Lyon. Je me suis mis à la photo il y a 5 ans. Je travaille sur deux axes principaux. D’un côté il y a les sports extrêmes. C’est un milieu dans lequel je baigne depuis tout petit. C’est ce qui m’a fait franchir le cap il y a 5 ans. Lyon est une ville très active et l’envie grandissante de fixer des sessions m’a poussé à acheter un boitier. D’autre part je me suis assez vite tourné vers le photo-reportage. Cette pratique devient de plus en plus importante dans ma vie et dans mon approche de la photographie.“


Maxime Noen


Hugo Dadou


Chris Gallo


mimi granieri

I love dealing with topics that embrace, in one way or another, the human being and his environment. The interaction with the milieu and the understanding of the other are powerful driving forces that lead me to travel around the country as soon as a topic sparks my interest. In 2011, I co-founded the photojournalism collective named C2X, an entity allowing us to bring together our worlds and our skills. As a self-taught man in sports as well as in photography, I’ve always been curious, then I work on different formats: from DSLR camera to pinhole camera to medium or large format silver process. I tend to be a frenzied photographer.

J’aime aborder des sujets qui touchent de près ou de loin à l’humain et à son environnement. L’interaction du milieu et la compréhension de l’autre sont des moteurs puissants qui me conduisent à sillonner les routes dès qu’un sujet m’interpelle. J’ai co-fondé en 2011 le collectif de photo-reportage C2X, entité permettant de réunir nos univers et nos compétences. Je travaille sur différents supports. Autodidacte dans les différents sports ainsi que dans la photographie, j’ai toujours été curieux et je travaille sur différents supports: du reflex numérique au sténopé en passant par le moyen ou grand format argentique. J’ai tendance à être un boulimique photographique.


43 - LEGEND - USA by SEB RONJON - PHOTOS JAMES CASSIMUS AND DEAN BRADLEY

Bob Haro

For oldschoolers, this name sounds legendary, one of the first rider who took our little bike out of BMX tracks, in the late 70s, introducing a more urban art form. Bob invented the Freestyle ! In 1982, he was the first to create a BMX bike totally dedicated to this new discipline, the “Haro Freestyler”. But for youngers Haro is first of all a brand associated, among other things, to the exploits of Dave Mirra at the X-Games. Thirty years after the creation of the first freestyle BMX, it is time to review the situation with “The Father of Freestyle”...

Pour les anciens, ce nom résonne comme une légende, celle du premier rider qui a sorti le BMX des pistes en terre battue, à la fin des années 70, pour en faire une forme d’art plus urbaine. Bob a inventé le Freestyle ! En 1982, il est le premier a avoir créé un vélo totalement dédié à la discipline, le “Haro Freestyler”. Mais pour les plus jeunes, Haro est avant tout une marque associée, entre autre, aux exploits de Dave Mirra aux X-Games. Trente ans après la création du premier BMX de free, il est temps de refaire le point avec “The Father of Freestyle”…


Today all young BMXers know the “Haro Bikes” brand, thanks to Dave Mirra at the X-Games, but most of them don’t know its history. Please, can you sum up your career in BMX? My career in BMX has been one of passion for BMX bikes, action sports and its culture and art. I’ve been fortunate to be involved since the beginning of the sport and have had an opportunity to contribute to the sport in many ways… Not only as a rider but as a designer, a business man, and ambassador for the sport I love and am proud to be a part of.

Aujourd’hui, tous les jeunes BMXers connaissent la marque “Haro Bikes”, notamment grâce à Dave Mirra aux X-Games, mais les plus jeunes ne connaissent pas son histoire. Peux-tu nous résumer ton parcours dans le BMX dans ses grandes lignes ? Ma carrière dans ce sport vient de ma passion pour le BMX, pour les sports extrêmes, leur culture et leur art. J’ai eu la chance d’être impliqué dès le début du BMX et j’ai eu l’opportunité de contribuer à ce sport de beaucoup de manières… Pas seulement comme un rider, mais aussi comme un designer, un homme d’affaires et un ambassadeur, pour ce sport que j’aime et dont je suis fier de faire partie.

You are the founding father of BMX freestyle! What would have become of BMX without Bob Haro? And what was the influence of Bob Osborn (NDLR : founder of “BMX Action” and “Freestylin” magazines)? I think that there would have been another Bob Haro if I didn’t come along. I happened to be at the right place at the right time with all of the right needs for the sport. I could ride. I could design products. I could draw and illustrate the sport from a rider’s perspective and viewpoint. It was all fun. BMX is filled with many talented and creative people, so if I didn’t come around, someone else would have filled my shoes. Regarding Bob Osborn – we BMXers all owe a lot to this man as he gave BMX a foundation that still lives today. He had a vision of what the sport could be, and also how it looked graphically in photos and in images. Osborn’s photos set the tone and are still iconic today.

On te considère comme le pionnier du BMX freestyle, que serait devenu ce sport sans Bob Haro ? Et quelle a été l’influence de Bob Osborn ? (NDLR : fondateur des mythiques magazines “BMX Action” et “Freestylin”)? Je pense qu’il y aurait eu un autre Bob Haro si ça n’avait pas été moi. Il se trouve juste que j’étais au bon endroit au bon moment avec tout ce qu’il fallait pour ce sport. Je pouvais rider. Je pouvais créer des produits, je pouvais dessiner et illustrer le sport avec ma vision de rider. C’était top. Le BMX fourmille de personnes talentueuses et créatives, donc si ça n’avait pas été moi, quelqu’un d’autre aurait pris ma place. Pour ce qui est de Bob Osborn, nous, les BMXers, lui devons beaucoup puisqu’il a donné au BMX une base qui existe toujours. Il avait une vision de ce que pourrait être le sport, et aussi à quoi il ressemblait graphiquement en photos et images. Les photos d’Osborn ont donné le ton et sont toujours emblématiques.

What is the detail that made you think of “freestyle”? Skateboarding absolutely influenced me as I used to skate like many kids that grew up in Southern California. One mile away from my home was a skatepark where we used to ride – after hours, when the park closed, we’d throw our bikes over the fence and ride our bikes there. Eventually the park allowed bikers in, but at that time skaters and bikers didn’t mesh very well. For me, freestyle was a natural progression. I was a so-so BMX racer but a much better trick rider or show-off since freestyle was yet to be coined as a name. Between motos, I’d ride in the parking lot showing off for all the other riders and in practice at the track I would do tricks on the dirt jumps. I guess it was inevitable. The game changer for me and the sport was moving to LA after high-school. Bob Osborn took me in as a roommate and I became the staff artist at BMX Action Magazine. It was there that I introduced him and RL to trick riding and Osborn shot and published the first ever photos of me doing tricks. The rest is history. The actual term of “Freestyle” came from my writer friend D. David Morin. David helped me write my Freestyle Moves handbook and the term I believe was formalized then. You have invented many tricks as aerial, 360, fackie, roll back... How do you feel to know that 30 years later they are still basic tricks for thousands of kids? I’m very proud of my contribution to the sport and the many fundamental moves I came up with that are still used today. I’ve always thought that while the sport has greatly evolved, many of the foundation tricks are still in use. I even think some of the original moves look cool today when new-school riders pull them off. Was it easy for you to do tricks? Back then the tricks looked easier but were harder as we were inventing everything at that time. There were no tricks at that time like there are now, where riders can watch videos and learn. We were making them up as we rode each day competeing against each other to out-do one another. Always fun… Did you need to practice a lot? How did the public react? We practiced a lot as riding our BMX bikes is what we did. We were super passionate about what we were doing. All my friends rode bikes or skateboards, so we’d street ride, or at that time ride at skate parks, like Marina Del Ray in LA or Del Mar Skateranch in San Diego. I had built my own ramps as well, so I would take my ramps to the park or beach and set them up and ride for hours in front of people who would trip-out on what they were seeing – it was amazing and really fun! Were you a “BMX alien”? Did you quickly convert many racers? BMX racers in the beginning were really supportive of Freestyle at that time and I think it only became more competitive between the two disciplines when Freestyle blew-up and became a bigger sport than BMX racing. Overall I think BMX’ers are BMX’ers so I think both sides respect each other and what they can do on a bike.

Quel est le détail qui a fait qu’un jour tu as pensé “freestyle”? Le skateboard m’a complètement influencé, car comme tout enfant ayant grandi en Californie du Sud, j’ai skaté. A un kilomètre de chez moi il y avait un skatepark où j’allais rouler. Quand le park était fermé, on balançait nos bikes par-dessus le grillage et on y ridait. Il arrivait que des parks autorisent les bikes, mais à cette époque skaters et BMXers ne s’appréciaient pas trop. Pour moi, le freestyle a été une progression naturelle. Je n’étais pas vraiment un racer, j’étais bien meilleur pour faire des figures et les montrer, avant que ceci ne devienne un sport, le freestyle. Entre les manches, je faisais des démos sur les parkings pour les autres riders et durant les entraînements sur piste, je faisais des figures en sauts. Je pense que c’était inévitable. Ce qui a changé la donne pour moi a été de déménager à Los Angeles après le collège. Bob Osborn m’a pris comme coloc et je suis devenu le dessinateur de “BMX Action Magazine”. C’est là que j’ai montré à Bob et à RL mes premiers tricks. Bob Osborn a shooté et publié les premières photos de moi faisant des figures. Le reste fait partie de l’histoire. Le terme actuel de “Freestyle” vint de mon ami D. David Morin. Il m’aidait à écrire mon bouquin “Freestyle Moves” et le mot a été officialisé à ce moment-là. Tu as inventé de nombreuses figures comme l’aerial, le 360, le fackie, le roll back… Qu’est ce que ça te fait de savoir que 30 ans après ce sont encore des tricks de base pour des milliers de kids ? Je suis très fier de ma contribution à ce sport et de voir que tous les tricks de base que j’ai amené sont toujours utilisés aujourd’hui. J’ai toujours pensé, alors que le sport évoluait, que bon nombre des tricks fondamentaux seraient toujours utilisés. Je pense même que ces tricks originels sont encore plus chouettes quand des riders newschool les rentrent. Etait-ce facile pour toi d’inventer des tricks ? Si on revient en arrière, les tricks avaient l’air plus facile, mais ils étaient plus durs car on inventait tout à ce moment-là. Il n’existait rien à cette époque, pas comme maintenant où les riders peuvent regarder des vidéos et apprendre. Nous les améliorions constamment puisque nous ridions tous les jours, en concourant les uns contre les autres pour se surpasser. On s’éclatait... T’entrainais-tu beaucoup ? Comment le public te percevait-il ? On s’entraînait beaucoup puisque nous ne faisions que rider nos BMX. Nous étions super passionnés par ce que nous faisions. Tous mes amis faisaient du bike ou du skate alors on ridait dans la rue ou, en ce temps-là, dans les skateparks comme Marina Del Ray à L.A. ou Del Mar Skateranch à San Diego. J’ai aussi construits mes propres rampes, je les amenais et les installais au park ou à la plage et ridais durant des heures en face de gens qui n’en croyaient pas leurs yeux. C’était excellent et vraiment cool ! Etais-tu un extra-terrestre du BMX ? As-tu converti de nombreux racers ? Au départ, les racers étaient de grands supporters du freestyle et je pense que c’est juste devenu plus une compétition entre les deux quand le freestyle a explosé et est devenu plus gros que la race. De toutes façons, je pense que les BMXers sont des BMXers et que chacun respecte l’autre et ce qu’il peut faire sur un bike. Le film “E.T.” a été un tremplin médiatique mondial pour le BMX. Je me souviens de ton article dans BMX Plus de Octobre 1982… Peux-tu nous résumer cette folle


“E.T.” movie was a springboard for BMX in the world. I remember your article in “BMX Plus” from October 1982... Can you sum up this crazy adventure and what it has changed for you and our sport? “E.T. “ was a turning point for BMX because the sport was introduced to a world audience through the film. While the riding was nothing spectacular, the fact that BMX was featured as what kids do and was the epic chase scene in the film still resonates today. Even today when I mention to people that I was in the film most people have a story of how they love this film and know the BMX scene – truly classic. And why are you not in the film’s credits ? I was not mentioned in the films credits because I was not part of the Screen Actors Guild. It was by total luck that I was in the film and thank whoever mentioned my name for the director to call me and see if I would like to be in the movie. I reluctantly called them back and showed-up for the audition in Porter Ranch, North of Los Angeles. After some test riding down the jumps and some back and forth on what they would pay for doing stunts each day, we had a deal. I’m so glad I took the offer, as I would hate to say “Oh yeah… I was almost in the movie ET!” When did you stop riding? Why? I stopped riding around 1988 as I kept injuring my left knee. It became my Achilles heel and would fail very easily. I would get back in shape, practice and bam – it would blow-out and I’d be done for another couple of months, trying to get back into shape again. I was 27 and was starting to realize that younger riders like Mike Dominguez and Mat Hoffman were coming. I transitioned deeper into my business and built my company and the epic team we had in the ‘80s. Did you ride on a BMX since? No, just mountain bikes for fitness. My knee is too sketchy for BMX bikes. During the 80’s excellent riders quickly became part of your team, McCoy, Wilkerson, Blyther or Hoffman, and the progression of freestyle was spectacular. Did you get the feeling of being quickly surpassed by the level and success of the sport? Were you not afraid of having created something dangerous out of control? Not really. I knew what I contributed and also knew it was time to make room for the next generation in the sport. It was a strategic move to stop riding like I did as I didn’t want to get worse and worse and have people know me and

tournage du film E.T.

aventure et ce qu’elle a changé pour toi et notre sport ? “E.T.” a été un grand tournant pour le BMX, car notre sport a été présenté au monde entier à travers ce film. Ce qui est montré n’est pas très spectaculaire, mais le fait que le film présente le BMX comme un truc de kids, ajouté à la mythique scène de poursuite, en font un truc qui résonne encore aujourd’hui. Même maintenant, quand je dis aux gens que j’ai participé au film, beaucoup d’entre eux me racontent comment ils aiment ce film et connaissent la scène du BMX. Un vrai classique. Et pourquoi n’es-tu pas crédité au générique de fin du film ? Je n’ai pas été mentionné au générique parce que je n’étais pas membre du Screen Actors Guild (NDLR : association professionnelle des acteurs de cinéma). C’est complètement par chance que j’ai été pris et merci encore à celui qui a soufflé mon nom au réalisateur pour qu’il m’appelle et me demande si je voulais faire partie du film. J’ai rappelé à contre cœur et je me suis présenté aux auditions à Porter Ranch, au nord de Los Angeles. Après quelques tests en passant sur des jumps et après d’âpres négociations sur le salaire pour faire des cascades chaque jour, on a trouvé un deal. Je suis tellement heureux d’avoir répondu à cette offre ! Comme je détesterais dire “Hé ouaih… J’ai failli participer au film E.T.!” Quand as-tu arrêté de rouler ? Pour quelle raison ? J’ai arrêté en 1988 quand je me suis blessé au genou gauche. Il est devenu mon talon d’Achille et lâchait facilement. J’ai voulu revenir en forme, m’entraîner et bam,… il a lâché à nouveau et j’étais bon pour m’arrêter 2 mois, à essayer de me remettre en forme à nouveau. J’avais 27 ans et je commençais à réaliser que des riders plus jeunes comme Mike Dominguez et Mat Hoffman arrivaient. Je me suis investi plus dans mon business et j’ai créé mon entreprise et le team emblématique qu’on a eu dans les années 80. Es-tu remonté sur un BMX depuis ? Non, juste du VTT pour le fitness. Mon genou est trop fragile pour le BMX. Durant les années 80, d’excellents riders ont rapidement fait partie de ton team, les Mc Coy, Wilkerson, Blyther ou encore Hoffman, et la progression a été fulgurante. N’as-tu pas eu le sentiment d’avoir été rapidement dépassé par le niveau et le succès du sport ? N’as-tu pas eu peur d’avoir créé un truc hyper dangereux devenu incontrôlable ? Pas vraiment. Je connaissais ma contribution et aussi je savais qu’il était temps de laisser la place à la nouvelle génération de ce sport. C’était stratégique d’arrêter comme je l’ai fait car je ne voulais pas devenir de plus en plus mauvais et que les gens ne retiennent que ça de moi et de mon riding. Tous ces riders font partie de l’héritage Haro des années 80. C’est quelque chose que nous avons construit avec mon frère Ron et Bill


my riding like that. All of the riders were part of the ‘80’s Haro Bikes legacy. It was something that I built with my brother Ron and Bill Hawkins, our team managers at that time. I laid the foundation and the new riders build it even bigger and better from there. What is your best memory of all that “oldschool” time? My best memory is the innocence of the time and how fun it was to be a part of something that was much bigger than we were. Spreading the sport of freestyle around the world was incredible and I was given that chance to be that person and to change youth culture in a good way. I receive emails from around the world from old and new school riders that say great things to me about this contribution and I am blessed to be the right guy at the right time to do what I have done. And if you could go back in time, what would you change? Nothing really. Maybe I would have taken more video of me riding to share and show others what the sport looked like back in the beginning as it progressed. In 1988, you sold “Haro Bikes” to “Derby”. Have you stayed in touch with “Haro Bicycle Corporation” today? What’s your personal thoughts on that ? I am still very good friends with the current president Joe Hawk and others at Haro Bikes. While I don’t always agree with what they do with the brand today, it is not mine to judge as I sold the company and finished my duties in 1993. The good news is they are still the #1 brand in sales and while they are less innovative than when I was driving the creative direction, the staff there has done a good job of maintaining the name that I am dear to… 2012 was a prolific year... You created Ikonix, your new BMX brand. Can you tell us more? Ikonix is a new BMX brand that I am creating and developing at this time. It will encompass both freestyle and racing products. No complete bikes at this time just pro-level components like frames, forks, handlebars and related parts and accessories. The products will be high-design and high-quality with most items made exclusively in the USA! I am still very passionate about BMX and feel as a former rider and current designer I still have much to contribute to the sport. My approach is to collaborate with talented people that can help me to elevate the cause and the

bob and the new concept ikonix

Hawkins, notre team manager à cette époque. J’ai jeté les bases et les nouveaux riders les ont amenées de plus en plus haut depuis lors. Quel est ton meilleur souvenir de toute cette époque “oldschool” ? Mon meilleur souvenir est l’innocence du moment et comme c’était cool de faire partie d’un truc qui était beaucoup plus grand que nous l’étions. Faire connaître le freestyle autour du monde était incroyable et j’ai eu la chance d’être cette personne et de changer l’attitude des jeunes dans le bon sens. Je reçois des mails de riders du monde entier, oldschool et newschool, qui me disent de grandes choses au sujet de cette contribution et je suis heureux d’avoir été la bonne personne au bon moment et d’avoir fait ce que j’ai fait. Et si tu pouvais retourner dans le passé, que changerais-tu ? Rien, réellement. Peut-être aurais-je pris plus de vidéos de moi ridant pour les partager et montrer aux autres ce à quoi le sport ressemblait à ses débuts et comme il a progressé. En 1988, tu as vendu “Haro Bikes” à la société “Derby”. As-tu gardé des liens avec la société Haro aujourd’hui ? Quel est ton regard là-dessus ? Je suis très ami avec Joe Hawk, l’actuel PDG, et les autres chez Haro Bikes. Je ne suis pas toujours d’accord de ce qu’ils font avec la firme aujourd’hui, mais ce n’est pas à moi de juger puisque j’ai vendu la compagnie et fini d’y travailler en 1993. La bonne chose, c’est que c’est toujours la marque n°1 des ventes et bien qu’ils soient moins novateurs que quand j’en avais la direction créative, l’équipe en place a fait un bon boulot en maintenant ce nom qui m’est cher. 2012 a été une année prolifique... Tu as créé Ikonix, ta nouvelle marque de BMX. Peux-tu nous en dire plus ? Ikonix est une nouvelle marque que j’ai créé et que je suis entrain de développer en ce moment. Cela englobera à la fois du matériel de free et de race. Pas de vélo complet pour l’instant, juste des pièces très haut de gamme comme des cadres, des fourches, des guidons et d’autres pièces et accessoires. Les produits seront ultra-design et de grande qualité, et la plupart seront fabriqués exclusivement aux Etats-Unis ! Je suis toujours super passionné par le BMX et me sentir à la fois ancien rider et designer me motive à m’investir encore plus dans le sport. Mon approche consiste à collaborer avec d’autres talents qui peuvent m’aider à faire avancer la cause et les produits que nous développons. Le sport et le riding ont tellement évolué depuis mon époque à la fin des années 70 que


products we will develop. The sport and the riding has advanced a lot since my time in the late 70’s and 80’s so collaborating with todays riders will be key to Ikonix success in the future. For me too I love both sides of BMX – for sure my roots are in Freestyle but I used to race BMX as well and I still enjoy racing today. Also, how cool is it that BMX racing is now an Olympic sport with the IOC (NDLR : International Olympic Committee) considering freestyle BMX in the Olympic for 2016! I really hope this will come true! Early 2012 the “Béton Hurlant” exhibition at National Sports Museum in Paris gave great importance to you, as pioneer of BMX freestyle, and invited you to tell your history during an exciting conference. How did you live this moment? The “Béton Hurlant” was a great event and I was honored to be a part of this exhibition and I believe it was the best BMX and skate exhibition ever made or that I have ever seen! Congratulations to Seb Ronjon, Alain Massabova and Franck Belliot for putting this together with the Paris Sport Museum and special thanks to all that contributed to making it happen. For me as well, the experience was fantastic as I got to hang-out with the French BMX heroes of the sport that I had only seen or heard about in some US and Bicross Magazines. All of us OS riders connected like time never passed – again such a great time and experience! During 2012 you were very present in Europe with Béton Hurlant, Olympic Games, Redbull Revolution, BMX Worlds, Shokomonk chocolate bar... Do you plan an installation in Europe? I think 2012 will be hard to beat as far as how involved I was in the BMX scene from design, art, sport and events. I very excited and blessed to be invited and participate in all of the projects and hopefully to doing more in the near future. You have all known in the BMX freestyle, how do you see the future? I believe that freestyle BMX will continue to evolve and grow as it has to date. The tricks are so amazing to me and what the riders of today do. I’ve often thought how hard it would be to be a top rider today as the moves are so big and technical today. I believe you will one day soon see Freestyle in the Olympics. I personally feel that freestyle BMX is the most progressive and exciting of all of the action sports in X Games and Dew Tour events. I say this because of the technical aspects of the riding and complexity and variations of tricks the riders perform. It really blows my mind!

Bob Haro @ Béton Hurlant, the movie here : https://vimeo.com/55226610

collaborer avec des riders actuels sera la clé du succès futur de Ikonix. Et perso, j’aime les deux aspects du BMX. Bien sûr mes racines sont dans le free mais j’ai également eu l’habitude de faire de la race, et je prends toujours plaisir à assister à des courses aujourd’hui. C’est super cool que le BMX soit sport Olympique, et que le CIO (NDLR : Comité International Olympique) envisage que le free soit également Olympique en 2016 ! J’espère vraiment que ça va se réaliser ! Courant 2012, l’exposition “Béton Hurlant” au Musée National du Sport à Paris t’a largement mis en avant, en tant que pionnier du BMX freestyle, et tu as été invité à venir raconter ton histoire dans le cadre d’une conférence formidable et hors du temps. Comment as-tu vécu ce moment ? “Béton Hurlant” a été un grand événement et j’ai été très honoré de faire partie de l’exposition. Je pense que cela a été la meilleure exposition BMX et skate jamais réalisée, ou que j’ai jamais vu ! Félicitations à Seb Ronjon, Alain Massabova et Franck Belliot d’avoir organisé tout cela avec le Musée National du Sport et à tous ceux qui ont rendu cela possible. Pour moi également, l’expérience a été fantastique car j’ai pu passer du temps avec les héros du BMX français que je ne connaissais qu’à travers les magazines américains ou Bicross Mag. Tous ces riders oldschool réunis comme si le temps n’avait pas avancé... Encore une fois un excellent moment et une très chouette expérience ! En 2012, tu as été très présent en Europe avec Béton Hurlant, les Jeux Olympiques, le Redbull Revolution, les BMX Worlds, la barre chocolatée Shokomonk... Parles-nous de cette aventure... Je pense que 2012 sera difficile à battre au niveau de ma participation dans la scène BMX, tant au niveau du design, de l’art, du sport que des événement. J’ai été très heureux et honoré d’avoir été invité à participer à tous ces projets et j’espère faire plus dans un futur proche. Toi qui a tout connu dans le BMX freestyle, comment vois-tu son avenir aujourd’hui? Je pense que le BMX freestyle va continuer à évoluer et grandir, comme jusqu’à maintenant. Ce que font les riders actuels, leurs tricks sont tellement incroyables. J’ai souvent pensé comme il doit être difficile d’être un top rider aujourd’hui, tellement les tricks sont énormes et techniques. Je crois qu’on verra bientôt le freestyle BMX aux JO. Personnellement, je trouve que le BMX est le sport le plus progressif et le plus excitant de tous les sports extrêmes présents aux X Games et sur le Dew Tour. Je le dis à cause de l’aspect technique du riding, de la complexité et des variations des tricks que les riders envoient. J’en suis époustouflé.


52 - tricks - japan par Alain massabova & yasuyuki takeo - photo Saioh

The Ucchie Flip After being crowned the 2012 World Champion, how did it affect your life or change your point of view? The title used to be my goal, but now I’m more focusing on pushing my limits rather than contest results. I’m always trying to stay as a challenger.

Après avoir remporté le titre de champion du monde 2012, est-ce ta vie a changé ? Le titre a été mon but mais maintenant je me concentre plus à repousser mes limites plutôt que le résultat des contests. J’essai toujours d’être comme un challenger.

Let me know more details about the half bike flip. Did you try a new way of riding? I was so scared, it was tough and so painful! (laughs). The bike flip itself isn’t something new. I just brought flip tricks of skateboarding to BMX. I was rather surprised from the feedback even though it was just half way of what it actually is. I’m excited for the feedback when I pull the full combo.

Parles nous de ton nouveau tricks, ce fameux half bike flip? Tu veux lancer un nouveau style ? J’avais peur, c’était vraiment dur et dangereux ! Le bike flip n’est pas vraiment nouveau. Je voulais juste apporter des tricks de skate vers le bmx. J’ai été très surpris du retour, de l’importance que ça prend, on est juste à la moitié ce que ça doit être. J’ai hâte de voir ce que ça donnera quand je ferais le tour complet.

How do you see the future of Flatland as a top rider? Regarding the Japanese scene, it looks like the riders are increasing and the industry is growing. We have some major contests and the presence of BMX has definitely been improved. As to Flatland, many flatland riders try street, dirt and park riding as well. Having the categorizing of riding style such as “Flatland” may restrict riders imagination. I hope that they would be more “Freestyle”, to be more creative and not be caught up with the name of categories. Last words? Thank you for giving me this opportunity on A.R.T. I’m looking forward to seeing this interview on A.R.T. Thank you to the riders getting through to the end of this interview! Hope to see you guys at somewhere on the globe! Thank you!

Comment tu vois le futur du flat ? Pour la scène japonaise, il y a de plus en plus de riders et le le business grossi. Nous avons des gros contests et le BMX a vraiment sa place. Mais pour le flat, beaucoup de riders vont essayer le street, park, dirt. Le fait de ranger le flat dans une catégorie peut limiter l’imagination des riders. J’espère que ça devienne plus “freestyle“, pour être plus créatif et surtout ne plus être mis de côté dans une catégorie. Dernier mot ? Merci pour me donner l’opportunité de m’exprimer. Merci aux riders qui liront cette interview. À bientôt quelque part sur Terre ! Merci ! La vidéo du half bike flip ici : https://vimeo.com/59671875


From the right school, Peka DevĂŠ made his debut as an assistant photographer. From the province of Toulouse, he moved to Paris to give a hand to BMX. Today, fashion photography, music, cars or action, his talent was recognized in the press universe. A part of his work is presented in this portfolio. Enjoy!


55 - photo - france

Peka DevĂŠ

edouard martin - egp 18 Paris


Claire


moto - barcelona

kotaro - barcelona


isaac

Issue de la bonne école, Peka Devé a fait ses armes en tant qu’assistant photographe. Depuis sa province toulousaine, il monte à Paris donner un coup de main au BMX. Aujourd’hui photographe de mode, de musique, de voiture ou d’action, son talent est reconnu dans le monde de la presse. Une partie de son œuvre vous est présentée dans ce portfolio.

izia


Marie Laetitia

Gonzalo


Coco & Breezy - courchevel

jb & bibi


62 - legend - usa by seb ronjon, Franck belliot, alain massabova & oldschoolbmx france - intro seb ronjon photos james casimus, mark gray, Tony Donaldson & windy osborn - thanks to Jeremy Moser

eddie fiola

1982 - photos james casimus


2013, the EF, photo Tony Donaldson

Sunday, December 2, 1984, double-locked home, I religiously turn the TV to watch live  the event that will change the lives of a bunch of French kids on TF1, the first BMX International Paris-Bercy ! No website at this time, very few VCRs, this was live or nothing, the first time we saw BMX on TV, a crazy thing, some animated «Bicross Magazine» ! Once the races with the pros Americans have finished, the ultimate shock: a Californian superhero, dressed all in yellow, literally blew the place up with his aerials! His name, Eddie Fiola, «The King of the Skateparks», the symbol of an entire generation! He was the first U.S. freestyler to put France on fire. He’s the symbol of the eighties, the best times of freestyle, pulling the best airs in concrete parks far from being perfect at this time. And in addition from being the source of the legendary GT Pro Performer bike, he is the rider who has accumulated the highest number of magazine covers around the world! Well, a legend! He returns to the spotlight with his own BMX brand as an achievement of a career that is not ready to finish... Dimanche 2 Décembre 1984, enfermé à double tour chez moi, j’allume religieusement la télé pour assister en direct sur TF1 à l’événement qui va bouleverser l’existence d’un paquet de kids français, le 1er «Bicross International de Paris-Bercy» ! Pas de web à l’époque, très peu de magnétoscopes, bref c’était le direct ou rien du tout, la première fois qu’on voyait du BMX à la télé, un truc de dingue, du «Bicross Magazine» en images qui bougent !... Une fois les races avec les pros ricains passées, le choc ultime : un super héros californien, tout de jaune vêtu, a littéralement retourné le POPB à grands coups d’aérials ! Son nom, Eddie Fiola, «The King of the Skateparks», le symbole de toute une génération ! Il est le premier freestyler US à avoir enflammé la France. Il incarne les années 80, les années folles du freestyle, avec les plus gros aérials du moment dans des parks en béton loin d’être à la pointe. Et en plus d’être à l’origine du mythique GT Pro Performer, il reste le rider qui a cumulé le plus grand nombre de couvertures de magazines à travers le monde ! Bref, une légende ! Il revient au devant de la scène avec sa propre marque de BMX comme un aboutissement d’une carrière qui n’est pas prêt de finir…


Between the 80ies and now, what did you do ? Well I got married, had a little girl and have been working as a stuntman, stunt coordinator for movies, commercials, and TV shows. Most recently I started my own bike company.

Que s’est-il passé pour toi depuis les années 80 ? Et bien je me suis marié, j’ai eu une petite fille et j’ai travaillé comme cascadeur, et coordinateur de cascades pour le cinéma, la pub et la télé. Et plus récemment j’ai créé ma propre marque de bikes.

Are you a nostalgic of the 80ies, the golden age of BMX ? If you were writing a history book, I guess I would be in it, but for me it was just a way of life and I could not have predicted the impact on peoples lives this sport would have thirty years later.

Es-tu nostalgique des années 80, l’âge d’or du BMX ? Si tu écris un livre sur l’histoire du BMX, il y a des chances que j’y sois mentionné, mais pour moi c’était juste un style de vie. Je n’aurais jamais pu prédire l’impact que ce sport aurait sur les riders 30 ans plus tard.

What do you think about the BMX today, the new school ? It has lost the professionalism that we had. Back in our day, you were judged by your performance and your appearance. Nobody cares about a uniform or shoe color which I think is sad. It is also funny that there are so many different types of riding. In our day you were either a Racer or Freestyler, and with the addition of jumping and street the sport does become a lot more appealing to a wider group of riders.

Que penses-tu du BMX aujourd’hui ? Je trouve que le BMX a perdu de son professionnalisme. A l’époque on était jugé sur nos performances et sur notre apparence. De nos jours personne ne s’intéresse à tes fringues ou à la couleur de tes chaussures, je trouve ça triste. Mais en même temps c’est marrant parce que maintenant il y a tellement de façons de rider. A notre époque, on était soit un Racer soit un Freestyler, et avec l’apparition du dirt et du street, ce sport est devenu attrayant pour un plus large public de riders.

What’s your best memories in Bercy (1984, Paris, France) ? What do you think of French people ? It was a huge crowd that was really overwhelming… The French people were amazing and Bercy remains one of my favorite events ever. I can’t wait to be back to France this August. I wish I had more photos and really spent time understanding the amazing culture. I was young and all I did was ride.

Quels sont tes meilleurs souvenirs à Bercy (1984, Paris, France) ? Bercy ? Il y avait une foule énorme et c’était vraiment dingue. Le public français était extraordinaire et Bercy reste un des meilleurs événements sportifs auxquels j’ai participé. Je suis impatient de retourner en France au mois d’Août (NDLR: “Oldschool Reunion” à Cavaillon - 23 & 24 Août 2013). J’aurais aimé avoir plus de

Long Beach 1984 - photos james casimus

Upland 1984 - photos james casimus


photo Windy osborn


In your BMX life, what are you the most proud of? Good question… I am proud that I stayed focused on the bike and made it my mission to be the best I could be. What would be your life if you had not signed to GT ? Definitely not the same. GT was my soul mate and the partnership was incredible. How was Gary Turner with you ? Did you design the Pro Performer ? Gary is a dear friend of mine even today. The collaboration on the Performer was kinda like this… “Gary, I want to spin my bars, can you bend this tube so the brake will clear? Then he would do it. The final platform design was collaboration with Bob Morales after we were riding on Gary’s race bikes and needed a place to stand on the frame. Where did you find the idea to ride BMX in a skate park ? I was always riding quarter pipes and I remember seeing photos of Tinker Juarez in a magazine riding the pools. So my first pool experience was in Lakewood, CA

Lakewood 1982 - photos james casimus

amongst all the skaters of the day. With your impressive career, what didn’t you do yet ? So, what’s your dream ? I have been very fortunate to have no regrets, and I am living my dream with the launch of my first bike, the EF|PROFORMER. Do you regret something in your BMX life ? Would you change something if it was possible ? No regrets… I live life to the fullest everyday. How do you see the revival of oldschool BMX ? The passion of the forty something for their first BMX bike ? Would you have imagined that? No one can take away the feeling of being a kid with a bike… As we become older and watch our kids grow up it is important to have that feeling resurface. I get on a bike and forget about all the problems in my life. I think this is true with everyone who rides. It is exciting that the revival is so strong, but it doesn’t surprise me.


photos de cette époque et vraiment passer plus de temps pour comprendre votre incroyable culture. J’étais jeune et tout ce que je faisais c’était rider.

Bob Morales après une session de riding sur la piste de race de Gary ; on avait besoin d’un espace pour poser nos pieds sur le cadre, tout simplement...

Dans ta vie de BMXer, quelle est ta plus grande fierté ? Bonne question… Je suis fier d’être resté focalisé sur le BMX et d’en avoir fait ma priorité afin de donner le meilleur de moi-même.

A l’époque, comment t’es venu l’idée de faire du BMX dans un skatepark ? Je ridais toujours dans des halfpipes et je me rappelle avoir vu des photos de Tinker Juarez dans un magazine en train de rider dans une piscine vide. Alors ma première expérience dans une piscine a eu lieu à Lakewood en Californie, devant tout un groupe de skaters.

Qu’aurait été ta vie si tu n’avais pas signé chez GT ? C’est sûr qu’elle aurait été tout à fait différente. GT était comme mon âme-sœur et notre collaboration était parfaite. Comment a été Gary Turner (NDLR: le boss de GT) à ton égard ? As-tu vraiment réalisé le design du GT Pro Performer ? Gary est l’un de mes meilleurs amis, encore aujourd’hui. Notre collaboration était du genre : “Hey Gary, je veux pouvoir faire tourner mon guidon, peux-tu courber ce tube pour que le frein avant puisse passer ?” Et il le faisait de suite. Le design final de la plateforme du Pro Perf est le fruit d’une collaboration avec

Comment vois-tu le retour du BMX oldschool ? La passion des quadras pour leur premier bike ? Personne ne peut oublier la sensation d’être un enfant sur un bike. Quand on vieillit et qu’on voit nos enfants grandir, c’est important de toujours garder ça en mémoire. Quand je fais du vélo, j’oublie tous les problèmes de la vie. Je pense que c’est la même chose pour tous ceux qui rident. C’est incroyable comme ces souvenirs sont ancrés, et cette passion ne me surprend pas. Malgré ton impressionnante carrière, qu’est-ce que tu n’as pas eu le temps de faire ? Quel est ton rêve aujourd’hui ? J’ai vraiment la chance de faire partie des gens qui n’ont pas de regret, et je vis mon rêve avec la création de mon premier vélo, l’EF/Proformer. Je n’ai aucun regret… Je profite pleinement de la vie. Quel est le trick le plus difficile pour un “vieux” rider de 50 ans ? Je n’en ai que 48, mais je dirais que l’important surtout, c’est de se relever après un trick raté. Tu es impliqué dans le monde du cinéma, quels sont tes meilleurs films ? Il y en a tellement… Je pense que “Rad” doit être le meilleur, parce que j’ai joué mon propre rôle, en plus de doubler Cru Jones et Christian. Et pour les nombreux autres films dans lesquels j’ai joué, je n’ai fait que de la doublure sans jamais jouer moi-même. Revenons à ton nouveau bike, le EF/Proformer. Pourquoi jaune ? Ma carrière était à son apogée lorsque j’étais vêtu de jaune de la tête aux pieds. C’est ce à quoi pensent les gens lorsqu’ils se rappellent de moi. Pourquoi ce nom “Proformer” ? Il me plaisait. Quelle est l’histoire de ta société “EF Bike” ? Pourquoi maintenant ? C’est un rêve que j’ai toujours eu. J’ai trouvé quelqu’un pour m’aider à réaliser cela et je pense que nous sommes entrain de créer un créneau pour des BMX “multi-usage” made in US, comme on avait à l’époque. Tout est devenu tellement homogénéisé qu’il était temps de tout mixer. Aujourd’hui, on ne peut pas différencier une marque d’une autre à la télé. Je pense que c’est dommage, alors j’offre une alternative avec le EF/Proformer. Pourquoi est-ce que ça ressemble au GT Pro Performer ? Est-ce un Pro Performer parfait ? Parce que j’ai créé les deux… et le design est très reconnaissable. C’est le meilleur vélo que j’ai jamais eu, parce que j’ai décidé chaque détail moi-même au lieu d’avoir quelqu’un qui interprète à sa façon ce que je veux. Il y a toujours des critiques, et si j’avais splité le top tube, on m’aurait accusé de copier Haro, alors je me contente de ce que je connais et de ce qui fonctionne. Pourquoi seulement une série limitée ? Ce vélo peut être configuré pour toute sorte de rider, oldschool ou newschool. J’ai toujours soutenu l’individualité, et cette série limitée vous permet de construire le bike qui vous plait. Le rider qui achète mon bike a assez de bon sens pour prendre ses propres décisions, je n’ai pas envie de lui dire ce qu’il doit faire. Que pensent GT et Gary Turner au sujet d’EF BIKE ? Gary aime ça et il m’a toujours soutenu tout au long de la création. Quelque chose à ajouter avant de terminer, des remerciements ? Je veux vous remercier de me faire participer à ce numéro. C’est vraiment un honneur pour moi et je prends ça très au sérieux. Je veux également remercier tous ceux qui ont lu cette interview. C’est grâce à vous tous que je reste motivé et que je continue à vivre mes rêves. J’ai parfois la sensation que je reçois plus de mes fans que ce que je peux leur donner... C’est une période très excitante de ma vie avec ce lancement d’EF, un autre rêve qui devient réalité. Hey la France ! En Août je débarque à Cavaillon, pour la “Oldschool Reunion”, et j’espère vous y retrouver tous. Ce voyage m’inspire, et j’ai vraiment envie de consacrer du temps à découvrir la beauté de ce pays et ses habitants.


What’s the hardest tricks for a 50 years old man ? I am only 48, but the answer is getting up off the ground from a missed trick. You are in the movie business, what are your best movies ? There are so many…. I think RAD might be the best, because I played myself, doubled for Cru Jones, and Christian. The dozens of other movies I have been in are only support positions and I never get to play myself. About EF bike co, Why Yellow ? My career exploded at the same time I was head to toe in yellow. It is what people think of when they remember me. Why the name “Proformer” ? I liked it. What’s the story of EF bike company? Why now? This is one of the dreams I have always had. I found someone to help me get it done and I think we are filling a niche for American made multi-use BMX bikes like we had back in the day. Everything has become so homogenized that it was time to mix it up. You can’t tell one brand from another on the TV. I think that’s sad, so I am offering an alternative in the EF|PROFORMER. Why does it look like the GT Pro Performer ? Is it a perfect Pro Perfomer ? Because I designed both… and the design is recognizable across the room. It is

2013, the birth of EF bike co... photos mark gray

the most perfect bike I have ever had, because I decided every detail instead of someone interpreting what I wanted. There is always a critic and if I did a split top tube, people would say I copied Haro, so stick to what I know and what works. Why a limited serie, there is no complete collection ? This bike can be setup for any kind of rider… old school, to modern school. I have always supported individuality and this collection lets you build it any way you want. The rider buying my bike is savvy enough to make their own decisions, I don’t have any desire to be saying they have to do it a certain way. And what think GT and Gary Turner about EF ? Gary loves it and has been very supportive through the development. Last word and thanks ? I want to thank you for the effort to include me in the issue. This is truly an honor that I take seriously. I also want to thank every person who reads this interview. You are the reason I stay so motivated to keep living my dreams. Sometimes I feel like I get more from the fans than I can give… It is very exciting time of life with the launch and another dream come true. Hey France… This August I am visiting Cavaillon Old School reunion and hope to meet all of you. This trip I want to really take some time and enjoy the beauty of the country and its people.


70 - photo - USA

davis James


Diego Tejada

My name is Davis Finn James, and I am 27 years young from Houston, Texas. I have been riding BMX since 1997 and shooting photos for about 11 years. I began shooting in High School when they began to offer a 35mm B/W darkroom class. I had fun with it and made a few memorable images; mostly of my BMX in random places. Coincidentally, soon after I began that class I got a job working in the photo-lab at a CVS pharmacy near my parent house. I have been shooting photos ever since. The best advice I could ever give an aspiring photographer is to do the best with what you have. Whether it’s a DSLR with 3 flashes or a Polaroid camera with none; get the shot! Finnfotography.com


Je m’appelle Davis Finn James, j’ai 27 ans, et je suis de Houston, au Texas. Je ride depuis 1997 et je fais des photos depuis près de 11 ans. J’ai commencé à faire des photos au lycée quand on a commencé à offrir des 35mm B/W dans les classes. Je me suis beaucoup amusé avec ça et j’ai pris beaucoup de photos mémorables. La plupart proviennent de mes trips en BMX. Par coïncidence, peu de temps après que j’ai terminé cette classe on m’a proposé un travail dans un laboratoire photo à CVS

Pharmacy, non loin de la maison de mes parents. Depuis je n’ai jamais arrêté de faire des photos. Le meilleur conseil que je peux donner à un photographe c’est d’essayer de faire de son mieux avec ce qu’on a. Même si on possède un Polaroïd ou un DSLR, faites tout de même des photos. Finnfotography.com


76 - photo - Colombia By Luis Elías Benavides

Juan Páez


I was introduced to Juan through a flatland friend from Colombia. I was told Juan is a great guy who is truly involved in the world of BMX not only because he rides, but because he takes awesome photos of what he loves to do. Without thinking twice, Juan and I began exchanging ideas, and the result is this beautiful portfolio. I hope you enjoy. Present you and your art ? My name is Juan Påez. I live in the city of Bogota; I’m 30 years old. I started riding BMX when I was 18. I like riding street and park. I first started shooting photos in 2010. Initially motivated by Ride BMX Magazine and BMX Plus!, I wondered how it was possible to make pictures look that good and what was necessary to achieve them. At that time, I used to go out with my friends to ride in many places in Bogota, and I photographed any good trick or cool situation. But my concern was still, so I decided to buy my first Nikon and began to study at home. I devote most of my work to shoot portraits and spotlights in the city, magical places that turn into something completely different when you see a rider doing something new.

As for the relationship between BMX and my photos... Because of the passion I have for riding, I decided to reflect that in my photos. When you grow up you cannot only ride; you have to work, study, and take care of your family. So now I spend more time shooting than riding. The level of riding is very high and I consider important to record part of the history that we all make when we go riding down the city. My purpose is to tell a story with every shoot I do; the essential part of BMX is to have fun with friends, have a good time no matter if we crash, no matter the weather, and no matter if we did not have a good day. In my pictures I like to portray the city and its thousand atmospheres, in some cases transformed. Our environment is always changing, colorful, and full of contrast and new forms. The vision we have as riders is different from the average citizen. If you want to see more about my work, go to Flickr: http://www.flickr.com/photos/juandavidpaezbmx/


J’ai été présenté à Juan grâce à un ami qui pratiquait le flat en Colombie. J’ai entendu dire qu’il était un brave garçon qui était vraiment impliqué dans le monde du BMX non seulement parce qu’il en fait, mais aussi parce qu’il prend de magnifique photos et qu’il aime ce qu’il fait. Sans hésiter un seul instant nous avons commencé à échanger nos idées, et le résultat est cet portfolio. J’espère que ça vous plaira. Juan, présente toi et ton eouvre ? Je m’appelle Juan Pàez. J’habite à Bogota, et j’ai 30 ans. J’ai commencé à faire du BMX quand j’ai eu 18 ans. J’aime en faire dans les parcs et dans la rue. J’ai commencé à faire de la photo en 2010. A la base je m’étais inspiré de BMX Magazine et de BMX Plus ! Je me suis demandé comment on pouvait prendre de si belles photos et ce qu’il fallait faire pour les réussir. A l’époque, j’avais l’habitude de sortir faire du BMX avec mes amis dans différents endroits de Bogota, et je photographiais tout bon trick ou toute situation intéressante. Mais je n’étais pas satisfait, alors j’ai décidé d’acheter mon premier Nikon et j’ai commencé à étudier la photographie à la maison. Je consacrais la plupart de mon temps à faire des portraits, à mettre la ville en avant, des endroits magiques qui changeaient complétement d’aspect quand on voyait un rider faire quelque chose de tout nouveau. Voilà pour ce qui est de ma relation avec le BMX et la photographie… Vu la passion que j’ai pour le BMX, j’ai décidé de l’illustrer par des photos. Quand on grandit on ne peut plus se contenter de rider. On doit travailler, étudier et s’occuper de sa famille. Alors, maintenant de je passe plus de temps à prendre des photos qu’à rider. Le niveau est très élevé et je pense que c’est important d’enregistrer ce qui forme l’histoire du BMX quand on sort rider dans la rue. Mon but est de raconter une histoire à travers chaque photo que je prends, l’essentiel quand on fait du BMX est de s’amuser avec ses amis, passer du bon temps, peu importe si on se fait mal, peu importe le temps, et peu importe si on a passé une mauvaise journée. à travers mes photos je veux décrire la ville et toutes ses différentes ambiances, transformées dans certains cas. Notre environnement change continuellement, que ce soit les couleurs, les contrastes ou encore de nouvelles formes. La vision du monde que nous avons en tant que riders est différente de celle de la plupart des gens.


Si vous voulez en voir plus : www.flickr.com/photos/juandavidpaezbmx


84 - SHOP

les anciens numéros de ART BMX sont aussi disponibles sur www.artbmxmag.com back issues are available on the ART BMX shop : www.artbmxmag.com

à lire ou télécharger (HD) gratuitement les webzines ART BMX sur www.issuu.com/artbmx Watch or download (HD) for free the webzines ART BMX on www.issuu.com/artbmx

Pour commander les anciens numéros, selectionnez votre produit (5 € par magazine) ART BMX Magazine #2

#3

#5

#6

#9

#10

et adressez ce bon avec votre règlement (frais de port offert) par chèque à l’ordre de Paris BMX School à l’adresse suivante : ART BMX / Paris BMX School - 126 rue de Turenne 75003 Paris Nom……………………………………………………………………… Prénom……………………………………………………… Date de naissance……………………………………

Tél………………………………………………………………………

Adresse………………………………………………………………………………………......………………………………………………… Code postal………………………… Ville………………………………………………………… Pays……………………………………… Email:………………………………………………………………………………………………………


86 - face - South Africa by moana moo caille - photos Kolesky / Red Bull Content Pool

Sifiso Nhlapo Sifiso is for most of us one of the fastest riders in the world. South african, expatriate in the USA after some years spent in Europe for training and racing, his path is really atypical. We wanted to learn more about Skizo, and we are very happy to share with you his story.

Sifiso Nhlapo est aux yeux de tous un des meilleurs pilotes au monde. Sud Africain expatrié aux Etats-Unis après avoir passé quelques années en Europe, son parcours est un des plus atypiques. Nous avons donc souhaité vous faire partager l’histoire de Skizo.


Sifiso in action at Stellenbosch, Cape Town, South Africa, January 2013.


Your BMX BACKGROUND... My Bmx background is pretty simple. I always rode bikes as a kid growing up in South Africa as a form of transport to get to school and see my friends in the neighborhood. I did alot of team sport in school so I was have always been a sporty guy from a you age. I had a friend that used to race bmx and I used to go watch him race on weekends and one time I asked my parents if I could try bmx racing. They made me promise that I would at leats try for a year and see how I did before they bought me all the equipment. In South Africa bmx racing is not a cheap sport but regardless my parents gave me a chance. I raced my first race at the age of 13 in 2000 and I have never looked back. I won a few national titles and was selected to represent South Africa at the world championships 2 years later in Sa Paulo Brazil in 2002 where I raced 15 boys and came 5 in semis. Since then I have been attending the world championships and have had some ok results I guess. In South Africa at the time there were not any pros racing over seas so all I had to look up to was magazines and pros from Europe and the USA. And I knew from a young age that if I wanted to be a pro one day I would have to leave my native South Africa to develop my skills and learn more about the sport I love. The UCI Center... In 2005 I was selected by my federation to attend a development training camp at the world cycling center in Aigle Switzerland that would run for 3 month until the world championships in France. This training camp was very colorful with athletes from all over South America, China, East Europe and Africa. The camp was a great success as my results at races improved every weekend. I won the Junior men Cruiser World Championship title in France that year which was a big deal for me. That race changed my life because after that I knew I could pursue a professional career one day. I returned to the UCI WCC a few years after that to further more develop my skills as an athlete and prepare for the Olympic games to be held in China in 2008. I had a few good results leading up to Beijing. I was leading the European championship that year and had a crash on the last day of the European championship finals in Germany. I also finished 3rd at the world Championships in China before the Olympics and this was great momentum moving into the games in a few months. Beijing 2008... The Olympics in 2008 was a great experience for me I was 21 and had a lead up to the games and knew I could do good if everything went ok. I felt awsome all day and was in lane 2 in the main event. I remember walking up the stairs before the main and thinking in my head « The next 36sec can change the rest of my life» Well it didn’t go like I planned. I had a great start and was out front until the first jump and cased it a little and lost some speed down the first straight. I was still in the hunt for a medal going down the second straight but ended up crashing in the turn. I learnt a lot that year as a rider and I worked hard to improve all round every off season since that year. Your bad crash in 2009... The following year I did my off season prep in Australia where I lived at my buddy Sam Willobougys house for 3 months with Anders Gronsund. This was one of the best off seasons I have had. The weather was awesome that time of year as its summer in Australia and the tracks near by Sams house made it easy to train all week. His parents were really good to me and always have been and I can’t thank them enough to this day for letting me live with them. Anders and I returned to Norway where I would be based for the 2009 Euro season. We went to race the first Euro round in Zwolle where I didn’t do as good as I had hoped. I knew I had put the work in off season so it was frustrating when I didn’t get the result I wanted. I returned to Norway and worked on a few things and won three weekends back to back which had never been done at the time. We had 2 weekends to go for the season to be. I was training with the Norwegian team getting ready to go to the UK and I had a nasty get off and broke my neck. This was a very scary moment for all my friends and family because it happened where I was so far a way from home. But all went well I had a good surgeon who knew what he was doing and took good care of me. The Gronsund family also helped me out with staying over there that year and treating me like one of their sons. The 2010 World Championship in Pietermaritzburg... I had a long recover time before I started riding my bike again after surgery. I had 9months off the bike. It was very hard getting back to where I wanted to be but

Tes débuts en BMX J’ai commencé à faire du vélo comme tout gamin grandissant en Afrique du Sud, c’était mon moyen de transport pour aller à l’école et voir mes potes dans mon quartier. J’ai fait beaucoup de sport co° pendant ma scolarité et j’ai donc été sportif depuis mon plus jeune âge. J’avais un pote qui roulait en BMX et j’avais pour habitude d’aller le voir lorsqu’il avait des compétitions jusqu’au jours où j’ai demandé à mes parents si je pouvais essayer. Ils m’ont alors fait promettre d’attendre une année et voir ce que j’allais donner avant de m’acheter mon propre équipement. En Afrique du Sud le BMX n’est pas un sport des plus accessibles mais mes parents m’ont donné ma chance. J’ai fait ma première course à 13 ans ! J’ai gagné quelques titres nationaux et j’ai été sélectionné en 2002 pour représenter l’Afrique du Sud aux Championnats du Monde qui se déroulait au Brésil. Je roulais en boys 15 ans et j’ai terminé 5ème en demi-finale. Depuis, j’ai eu, selon moi, de bons résultats. En Afrique du Sud, il n’y avait aucun pro à cette époque qui participait aux compétitions internationales, du coup je m’inspirais des pros européens et américains. J’étais déjà conscient à ce moment là que si je voulais devenir pro un jour, il me faudrait quitter l’Afrique du Sud pour progresser et atteindre un excellent niveau. Le centre mondial du cyclisme En 2005, j’ai été sélectionné par ma fédération pour participer à un camp de 3 mois mis en place par l’UCI en vu des Championnats du Monde de Bercy. Il y avait des riders du monde entier: Amérique Latine, Chine, Europe de l’Est, Afrique... Le camp a été un grand succès pour moi et mes résultats se sont améliorés chaque week-end. J’ai été sacré Champion du Monde Junior en cruiser et c’était quelque chose d’énorme pour moi. Cette course a changé ma vie parce que j’ai réalisé qu’il me serait possible de poursuivre une carrière professionnelle. Je suis retourné au CMC quelques années après ça pour m’entraîner pour les Jeux Olympiques de Pékin. J’ai eu quelques bons résultats avant les JO. J’étais en tête du Championnat d’Europe avant une chute lors de la dernière manche en Allemagne et j’ai également terminé 3ème aux Championnats du Monde ce qui fut une bonne entrée en matière avant les Jeux. Pékin 2008... Les Jeux de Pékin ont été pour moi une expérience extraordinaire. J’avais 21 ans et je savais que j’étais capable de ramener une médaille si tout se passait bien. Je me sentais vraiment bien le jour de la finale. J’étais au couloir 2 en finale et je me rappel m’être dit que les 36 prochaines secondes pouvaient changer ma vie. Malheureusement les choses ne se sont pas déroulées comme je l’avais pensé. J’ai eu un très bon départ et je me suis même retrouvé en tête à la première bosse mais j’ai légèrement accroché à la réception et cela m’a fait perdre ma vitesse. J’étais toujours en position de décrocher une médaille en deuxième ligne mais j’ai malheureusement chuté dans le second virage. J’ai beaucoup appris cette année là et depuis je travaille énormément durant la saison off. Ta chute en 2009... L’année suivante je me suis préparé en Australie où j’ai vécu chez Sam Willoughby pendant 3 mois accompagné de mon pote Anders Gronsund. Ce fut la meilleure saison off ! Le temps était parfait à cette époque de l’année. Les pistes aux alentours de la maison de Sam étaient vraiment top à rider. Ses parents ont été géniaux avec nous et je ne pourrais jamais assez les remercier pour ces moments passés chez eux. Anders et moi même sommes rentrés en Norvège où j’avais décidé de m’installer pour faire le Championnat d’Europe dans sa totalité. La première course à Zwolle ne s’est pas déroulée comme je l’espérais. J’ai donc travaillé certains points importants pour être encore plus fort et j’ai remporté par la suite 3 week-ends de course d’affilé ce qui n’avait encore jamais été fait à cette époque. Nous avons eu un break de 2 week-ends et j’en ai profité pour m’entrainer techniquement avant d’aller en Angleterre et j’ai chuté lourdement. Je me suis cassé le cou. Ce fut terrible car j’étais tellement loin de chez moi, j’étais effrayé. Heureusement, tout s’est très bien passé pendant mon opération et on s’est très bien occupé de moi. La famille Gronsund m’ont considéré comme leur propre fils. Les Championnats du Monde de Pietermaritzburg... J’ai eu une très longue convalescence après ces opérations avant de pouvoir remonter sur mon BMX. J’ai passé 9 mois hors du bike. C’était très dur à supporter mais je savais qu’il fallait être patient. Une fois remonté sur mon BMX, j’ai réalisé une saison 2010 correcte avant les Championnats du Monde qui allaient se dérouler chez moi. Je me suis senti bien tout au long du week-end. Toute ma famille et mes amis étaient présents pour me supporter, la foule m’acclamait et cela m’a énormément aidé. J’ai été sacré vice-champion du Monde grâce à eux.


I knew I had to be patient. In 2010 the season went along ok before the world championships in South Africa. I felt good going into that weekend. A lot of family and friends came to watch me race so I knew I had the home country Advantage. The crowd was awesome all day and I was able to finish 2nd. Your brand... My brand was something I always wanted to do as a kid. I got a few samples made in China and I really like the bikes. Its something I did to possibly do closer to my retirement just as a hobby because I love the sport. I will only do a full scale production of the bikes when I have more time on my hands to do it 100%. The american dream... Being in the USA has been great. It’s such a big change to racing in Europe and I hope to spend more time here over the coarse of my career. People are good to me here and I enjoy the tuff racing. I think its the best place to be if you wanna be the best. In the area where I stay we have at least 5 AA pros so its awsome to ride the track together. Kinda makes it less tense at the races on the weekend. Your goals... My goals for 2013 is to be healthy because if your healthy you can have other goals like doing good at races and being consistent all your round. Special thanks... Special thanks to all my fans around the world. They motivate me to better at what I do everyday. My lovely wife and family. My sponsors MTN QHUBEKA, REDBULL, OAKLEY FAITH RACEWEAR, LEATT, PROFILE RACING, TIOGA, SINZ ELITE, ALIENATION, TANGENT. And ART BMX for giving me this opportunity to tell my story.

Ta marque... Créer ma propre marque est une idée que j’ai en tête depuis mon plus jeune âge. J’ai eu quelques échantillons à tester et j’ai vraiment aimé le cadre. C’est quelque chose que j’aimerais faire une fois ma retraite sportive prise. J’adore ce sport et je développerai ma marque lorsque que je pourrai y consacrer 100% de mon temps. Le rêve américain... Etre aux Etats-Unis est quelques chose d’énorme ! Les courses sont tellement différentes des compétitions européennes. Les gens sont vraiment cool et j’apprécie la difficulté des courses. Je pense que c’est le meilleur endroit au monde si vous voulez être le meilleur rider au monde. Là où j’habite, il y a 5/6 AA pros avec qui je peux rider. Tes objectifs pour 2013... Le plus important pour moi est d’être en bonne santé parce que lorsque vous êtes en bonne santé vous pouvez avoir d’autres objectifs comme gagner des courses et être consistant toute la saison. Remerciements... Je tiens à remercier tous mes fans autour du monde ! Ils me motivent à être meilleur dans ce que je fais. Ma tendre femme et ma famille. Mes partenaires: MTN QHUBEKA, REDBULL, OAKLEY, FAITH RACEWEAR, LEATT, PROFILE RACING, TIOGA, SINZ ELITE, ALIENATION, TANGENT. Et pour finir ART BMX pour m’avoir donné la possibilité de raconter mon histoire.

UCI BMX World Championship silver medallist and Grand National champion, Sifiso Nhlapo hosted the Red Bull Under My Wings workshop for up and coming BMX hopefuls aimed at educating the young BMX talent in South Africa on what the formula is for a successful BMX career from an athlete who is on his way to the top.


92 - photo - france

fred mairet

carcassone citĂŠ sombre


Brice


Raconte nous ton parcours ? Je m’appelle Fred Mairet, mais pour la plupart des riders, on me surnomme 2fré. J’ai commencé le Bmx vers 15 ou 16 ans, et en Juillet prochain, je soufflerai ma trente-deuxième Bougie ! J’ai découvert le milieu du Freestyle alors que je roulais seul depuis une bonne année et ce fut franchement une surprise de voir qu’il existait toute une culture et un vrai Lifestyle autour du BMX. J’ai donc rejoint Dimitri Ivanov en Bmx ainsi que les Skaters et rollers du Skateboard Club de Paris à Balard ! Ensuite sont arrivés les Liteuls Bikes !!! C’est de là que j’ai vraiment brodé ma vie autour de ma passion. Travaillant de petits boulots en métiers un peu plus motivants mais aussi en traversant des périodes de RMI ou RSA, je me suis formé sur pas mal de disciplines. Comme les métiers du graphisme, le management ou encore la pédagogie avec mon poste à la mairie de Paris.

Tell us about your background ? My name is Fred Mairet but most Riders call me 2Fré I Started BMX at the age of 12 or 16 et next July, I’ll Be thirty-two ! I entered Freestyle biking after having riding alone a full year and I was surprised to see it was a real culture and a true way of life. I met with Dimitri Ivanov from BMX and also the skaters and rollers from the Paris Skateboard Club. Then came Little Bikes and from this time on, my passion flared up! Working from bits and ends more or less interesting and being sometimes «on the dole», I managed to get acquainted with these disciplines anyway… along with arts trades, management or my teaching at the Paris Town Hall.


ghislain Fremont VS bowl


With what are you shooting ? What king of style are you looking for ? I take pictures with a D5100 Nikon, 18 - 55 mm / 55 - 200 mm / a fixed. I try to find an angle, a light or a visual idea that i could find again if I choose to take a picture. I’m doing a lot of dynamics around BMX, Skate or roller and it’s frankly difficult to do something extra-ordinary because there is so many talented photographers in this field. Personally, I’ve no pretention to be good. My pleasure reside in this obsession I have when I photograph a rider : “Am I representing well that tricks as I should ? Do we really see the impressive side of this course ?”

hugo lemaigat


GHETTO vs KID

Avec quoi tu shoot et quel style tu recherche ? Je Shoot avec un Nikon D5100, 18 - 55 mm / 55 - 200 mm / un fixe. J’essaye de trouver un angle ou une lumière ou une idée visuelle que je pourrais retrouvé si je décide de prendre une photo. C’est sur que je fais beaucoup de dynamique autour du bmx, skate ou roller et c est franchement difficile de faire quelque chose qui sortent de l’ordinaire tant il existe des photographe talentueux dans ce domaine. Mais personnellement je n’ai pas la prétention d’être bon. Mon plaisir premier réside dans cette obsession que j ai quand je shoot un rider : «Est ce que je rend le trick réalisé comme il se doit ? Est-ce qu’on voit bien le coté impressionnant du module ?»

nico cremerie


98 - photo - HuNGary

david nemcsik


« My name is David Nemcsik. I’m 21 years old from Budapest, Hungary. I started riding bmx when I was 13. Unfortunately my legs hurt and I cannot really ride more. When I was 14 I started to bring out our camera from home to the streets. Soon I realized I’ve started sport photography. By that time I made a decision: I want to be a photographer. After high school I started BA photography in Budapest. I just finished my second year. When I finish the university I’d like to go to the USA. I’ve been there and I loved it. As for photos I prefer experimental photography. Right now, I’m experimenting with the edges of the sport photography. I’m experimenting with analogue photography such as glass plates, polaroids, color films and also I’m doing things in digital photography too like slit-scan, etc. I’d like to find out what can I do with unusual way of sport photography. »


« Mon nom est David Nemcsik. J’ai 21 ans et je viens de Budapest en Hongrie. J’ai commencé à rider en bmx quand j’avais 13ans. Malheureusement mes jambes me font mal et je ne peut plus vraiment rider. A 14ans j’ai commencé à emmener notre appareil photo dans la rue. J’ai réalisé rapidement que j’avais commencé la photo sportive. Un peu plus tard je pris ma décision: Je voudrais être photographe. Après le lycée, j’ai commencé à suivre des études de photographie à Budapest. Je viens de finir ma deuxième année. Après l’université j’aimerais aller aux USA. J’y ai déjà été et j’ai adoré. Concernant la photo je préfère la photographie expérimentale. En ce moment, j’expérimente avec les bordures du sport. J’expérimente avec la photographie analogue avec plaques de verre, polaroids, films colorés et je fais également des choses en photographie digitale comme des slit-scan, etc. J’aimerais découvrir ce que je peux faire avec des manières nouvelles dans la photographie du sport. »


104 - girlz - france by Chris Dietschy

Johanna Marmont


Presentation ? Hi, my name is Johanna, I’m 17 years old and I live in a small village called Cuers, not far from Toulouse in the south of France. I have also lived in Florida for a couple of years and on 25th December it will be 2 years since I started riding.

Présentation ? Salut, je m’appelle Johanna, j’ai 17ans, j’habite dans le sud de la France dans un petit village à Cuers pas très loin de Toulon. J’ai aussi vécue au U.S en Floride plusieurs années. Et oui! Le 25 décembre cela fera 2 ans que je roule.

Why did you start to ride BMX ? Nothing exciting actually. I was watching a movie one day «Stickit» and during the first 20mins you see a girl doing big 360 whips and backflips. I always loved extreme sports and when I saw that I knew that I wanted to be the one doing those tricks! I wanted to know how to do them.

Comment as tu commencé le BMX ? J’ai commencé le BMX vraiment de rien d’extraodinaire, un jour je regardais un film «Stickit» et les 20 premières minutes on y voit une nana qui enchaîne de gros 360 whip et backflip, moi qui adore les sports extrêmes quand j’ai vue ça, je me suis dit «Je veux que ça soit moi! Je veux savoir en faire !».

We start seeing more and more girls in skate parks. How is your experience with other riders? I think it’s great that more and more girls are staring to ride. Sometimes it’s pretty hard as a girl, we get judged a lot and are often more criticized than supported which really demoralizes the few girls there are. But luckily most riders tell us that it makes them happy to see more girls pursuing a sport like BMX. And they motivate us by pushing us to do tricks we would have never thought about doing. And that’s when we show them that we are as capable of doing them as anyone else is.

On commence à voir des filles dans les skateparks, comment ça ce passe avec les autres riders ? Je trouve ça super que de plus en plus de filles roulent, c’est dure en tant que fille, les jugements, les critiquent des autres au lieu de nous soutenir, vue que l’on est peut nombreuse, ils nous démoralisent. Mais après une bonne majorité des autres riders nous disent que ça fait plaisir de voir des filles faire un sport tel que le BMX. Puis ils nous motivent, nous poussent à faire des trucs que jamais on penserait faire, et là on leur prouve que l’on est autant capable que n’importe qui d’autre.

What do you think of contests and do you take part? Yes, I have already taken part in the BBC contest in Fréjus, France in 2012 as well as the Roc d’Azur 2012, a small contest at the Palais de la Glisse in Marseille (?). I would have loved to ride Fise in Montpelier, but due to a torn ligament in my ankle which hasn’t perfectly healed yet I rather wait till next year so as to not risk tearing it again, but then I plan to take part. I really like contests, they are events made to have as much fun as possible, meet new people and hang out with old friends.

Que penses tu des contests, est ce que tu en fais? Oui, j’ai déjà participé au BBC de Fréjus au Roc d’Azur 2012 et un petit contest au Palais de la Glisse. J’aurais tant aimer participer au Fise à Montpelier, mais à cause d’une déchirure des ligaments à la cheville pas toute à fait remise, je préférerais attendre l’année prochaine, pour éviter de me refaire mal. Mais je compte bien y participer. Les contests, je trouve ça génial, c’est un événement et les événements sont fait pour prendre un max de plaisir en s’amusant, rencontrer des gents ou se retrouver entre amis.

Which spot would you love to ride? Wow! That’s a difficult question. I would love to ride every spot on earth but the one I am really dreaming of is Woodward. It’s not for nothing that the whole world knows about that place. Who is your favourite rider? I don’t really have a favourite rider but there are plenty who I admire. There is for example Maxime Bonfil. I really like following what he does, he has everything, a great riding style and he surfs and makes music as well. He’s not arrogant and he just tries to have as much fun as possible doing different things. That’s what I really admire him for. Tricks that you dream of doing There are so many! I really don’t know where to start.. I think that the better you get, the more difficult the tricks get you dream of doing. But right now I’m sticking to Turn / 360Condor / Motocross. For me those are the most beautiful tricks I’m dreaming of pulling. Road trip: where? A road trip! Where? Hahaaa! Well, everywhere! Around the whole world! Even the moon if needs to be. For me a road trip means being free and freedom is really what is most important. Best BMX event? SKYLINES! For me this is one of the best BMX events ever organized until now. The best riders of the world took part, an extraordinary location, awesome atmosphere and everything was just huge, especially the park. Tricks you want to learn in the near future At the moment there are a few tricks I really wanna pull to then be able to have even more fun in varying those tricks and adding new things. I really want to learn how to do a backflip, I think it’s a really good way to get over your own psychological barrier and give you more confidence in yourself. Truck, and as well tabletops , I guess that will work well. With persistence you can achieve anything. Thanks ? I would like to thank Cédrine Tretout who got me this interview. My family for driving me around all the time, my dad who stands by me whenever things get difficult and for allowing me to do what I love most: ride. Thanks to the guys from Palais de La Glisse and to my friends who support me and believe in me. And of course thanks to Chris for putting up with me for a whole day. And a very big thanks to ART BMX for this interview. Thanks!

Le spot de que tu rêves de rouler ? Waww! C’est dure comme question, j’aimerais rouler tous les spots du monde entier, mais celui qui me fait vraiment rêver restera Woodward, il n’est pas mondialement connu pour rien. Rider préféré ? Je n’ais pas forcement de rider préféré mais, il y en a beaucoup que j’admire vraiment. Un rider dont j’aime vraiment suivre ce qu’il fait c’est Maxime Bonfil, pour moi il est complet, il a un bon riding, il surf, fait de la musique. Il se prend pas la tête, prend un maximum de plaisir, en fessant plusieurs choses, et c’est ce que j’adore chez lui. Tricks que tu rêves de rentrer ? Il y a tellement de tricks ! Je sais pas vraiment où commencer, je pense que plus on prend du niveau, plus le tricks que l’on rêve de rentrer change et se complexifie. Mais pour le moment ça reste Turndown / 360 / Condor / Motocross. Après voila, pour moi ce sont les plus beaux tricks que je révérais de rentrer. Road trip: ou? Un road trip ! Ou ?! Hahaaa ! Mais de partout. Le tour du monde entier ! Même sur la Lune s’il le faut ! Un road trip pour moi c’est être libre ! Et la liberté, faut en profiter à fond ! Meilleurs evénement BMX ? Le SKYLINES ! Ça restera pour moi un des meilleurs événements BMX organisé jusque là. Tous les meilleurs des meilleurs s’y sont retrouvés, dans un décors et une ambiance de folie, tout était démesuré, tout autant que le park. Les tricks que tu veut apprendre dans un futur proche ? En ce moment je suis sur plusieurs tricks que je veux vraiment rentrer pour pouvoir par la suite prendre encore plus de plaisir en variant les figures, et me permettre de nouvelle choses. Je veux vraiment rentrer le backflip, je pense que c’est un bon déblocage psychologique qui permet par la suite d’être plus sur de soi. Truck, mais encore Table, je compte bien les rentrer. Avec la persévérance, on peut arriver à tout. Remerciements Je voudrais remercier Cédrine Tretout qui m’a permis de faire cette parue. Ma famille pour les déplacements, mon père qui ma soutenue dans les moments difficiles et m’a permis de faire ce que j’aime le plus au monde «rouler». Remercier tout ceux du Palais de La Glisse mais encore à tous mes amis qui me soutiennent et croient en moi. Et bien sur à Chris qui ma supporté toute une journée. Et un énorme remerciement à ART BMX pour cette interview !


A chronicle of perseverance... Chronique de la Persévérance. Conociendo a Julián David Molina


110 - Face - cOlombia By Juan Pรกez

Julian David Molina


A normal day like any other, Luis Elías asks me if I knew Julian David Molina. My answer was no. He sends me a link of one of his videos and I notice that he only has one leg and pulls a no-hander on a dirt jump. Surprised by who the person that touches the hearts of many people in the social networks is, I decided to travel to Antioquía to meet him. Un día normal, como cualquier otro me pregunta Luis Elías si yo conocía a Julián David Molina. MI respuesta fue no! Y me comparte un video donde detallo que el sólo tiene una pierna mientras hace un No-hander en un salto en tierra. Sorprendido por quien es el personaje que conmueve a muchos en las redes sociales, decido viajar a Antioquia a conocerlo.


Two weeks later I came to town. The first thing I saw was a street with 30° of inclination and 60 meters long. Quite agitated by the exercise of walking uphill, he was waiting for me with a big smile, and while he was approaching me, he said, «This town is a hole in the mountain». The municipality of Andes Antioquía is considered an important local trade point. It is a mountainous area full of unusually steep streets. As we walked up the hill toward home, I saw something special in this boy. Supported by his crutch in one arm, the other one pushes the bike without a problem. We climbed the stairs in front of his house; he lifts his bike as any rider and greets his sister. Julian was born there; he is 14 years old. He was born on November 24th, 1995. He lives with his family, being the youngest child. He has two sisters and is currently

in 8th grade. He has the dream of being one of the greatest in BMX, but he also wants to be a civil engineer and manage his own business. For him everything is difficult but not impossible. While he answers my questions, he smiles watching a commercial on TV. Rubén, his father, who is repairing a shoe, points out with his mouth and asks with surprise and admiration, «How do you see my boy? Is it true that he’s good? He learns to struggle his way in life; I don’t know, but that’s hard.” He is a noble father who pleases his son in everything he can, and his smile denotes it. Particularly, my photographic record begins with his bike, as it is easier to get to know a rider from his own things. I met his technique through his videos. However, he explains that he only uses a pedal and a short crank set. «To turn corners and not hit the ground since my leg is always down». His current bike is a gift


Un jour normal, comme les autres, Luis Elías me demande si je connais Julian David Molina. Ma réponse fut non. Il m’envois alors un lien vers une de ses vidéos et je remarque qu’il n’a qu’une jambe et rentre un no-hander sur une bosse de dirt. Surpris par la personne qui touche le cœur de beaucoup de gens sur les réseaux sociaux, je décide de me rendre à Antioquia pour le rencontrer. Deux semaines plus tard m’y voilà. La première chose que je vois est une rue de 60m de long inclinée à 30°. un peu essoufflé par la marche en montée, il m’attend avec un grand sourire, en m’approchant il dit «cette ville est un trou dans la montagne». La municipalité de Andes Antioquia est considérée comme un point important du commerce local. C’est une zone montagneuse pleine de rues anormalement pentues. Alors que nous marchions vers sa maison en haut de la colline, je remarquais

quelque chose de spécial dans ce garçon. Soutenu par une béquille au bout d’un bras, l’autre pousse le vélo sans problème. Nous montons les marches devant sa maison, il lève son vélo comme n’importe quel rider et salue sa sœur. Julian est né ici (en Colombie), il y a 14 an, le 24 Novembre 1995. Il vit avec sa famille dont il est le plus jeune enfant. Il a deux sœur et est actuellement en 3ème. Il a le rêve d’être un des meilleurs en BMX, mais il veut aussi être un ingénieur civil et diriger son propre business. Pour lui tout est difficile mais pas impossible. Pendant qu’il répond à mes questions, il sourit regardant une pub à la télé. Rubén, son père, qui répare une chaussure, demande avec surprise et admiration, «comment voyez vous mon fils? Es-ce vrai qu’il est bon? I fais son chemin à travers la vie à sa manière. Je ne sais pas, mais c’est dur.» C’est un père noble qui aide son fils tant qu’il le peut, et cela se voit à son sourire.


from his friend Pollo Restrepo. He says that in the village it is difficult to repair or change something on the bike because they charge you between $2 and $3 to get something done. The average wage of a person per day is $8 so it is quite expensive to get your bike dialed. Of course, he does not work because of his age, and his parents work hard, but they only get to buy the basic things for their home. They are a poor family so they cannot support Julian with the expenses of the sport. It was difficult for me to address to the issue of his condition, but fortunately, it was normal for him. He has had this disability for 7 years. His accident was traumatic for the whole family. He was playing with inline skates, as the town where he lives has many steep streets. He was playing to descend from them because he has been addicted to speed since his childhood. When he got to an intersection, he was hit by a bus. Julian’s family had the hope that it was only a simple fracture with fast recovery. After negligence and delay in the hospital where he was treated, he was referred to Medellin. Unfortunately, the doctors there decided to amputate his leg, as the gangrene took advantage of the delay in his care. Julian was immersed in a constant depression because football was his passion. He did not find any hobby so he used to stay all day at his house. While he was

Mes archives photographique commencent par son bike, c’est plus facile d’apprendre à connaitre un rider à partir des chose qui lui sont chères. J’ai pris connaissance de sa technique au travers de ses vidéos. Cependant, il explique qu’il utilise seulement une pédale et un pédalier court. «Pour les virages et ne pas toucher le sol vu que ma jambe est toujours en bas». Son vélo actuel est un cadeau de son ami Pollo Restrepo. Il explique que dans le village c’est difficile de réparer ou changer quelque chose sur le vélo parce que cela coute entre $2 et $3 pour la moindre chose. Le revenu moyen d’une personne par jour est $8 c’est donc assez cher d’avoir un vélo en bon état de marche. Bien sur, il ne travaille pas à son âge et ses parents travaillent dur, mais ils arrivent tout juste à acheter le basique pour leur maison. Ils sont une famille pauvre qui ne peut pas supporter Julian avec le cout de son sport. Ce fut difficile pour moi d’aborder sa condition, mais aujourd’hui c’est normal pour lui. Il a ce handicap depuis 7 ans. Son accident fut un traumatisme pour toute la famille. Il s’amusait avec des patins à roulettes, la ville où il vit à plusieurs rues à forte pente. Il s’amusait à les descendre parce qu’il est accros a la vitesse depuis son enfance. A une intersection, il fut percuté par un bus. La famille de Julian


telling me his story, he put his head down and his eyes sparkled more than usual. There were tears of rage, of helplessness in his face. Then he put his head up again and we continued talking about his nephew, who was running and playing around the house.

«You must go ahead, and you need to focus on something. This must be done regardless of the obstacles», the young rider continued. Julian said he got into

BMX when there was a fair in which there was a show of BMX riders from nearby villages. From that moment on, Julian was motivated to have his own bike to learn to fly. He started saving money, and bought his first second hand 16-inch bike with $20. After some time learning basic tricks and breaking things on his bike, he realized that dirt jumping was what he liked. So he began riding small jumps and sometimes he was pushed by his friends in order to gain speed. Also, he rode at the foam pit of his friend Pollo Restrepo, where he gained confidence with new tricks. He does not wear the prosthesis when he rides because it is heavy, it creates blisters and it hurts to use it. For this reason, he got used to not wear it and uses a crutch that was manufactured by a carpenter of the village. He longs to buy a lighter prosthesis that allows him to walk and ride normally. From the beginning, his idols have been Daniel Dhers, Travis Pastrana, and his friend Andres Valencia, who helps him with everything he can. Julian goes riding every afternoon; some of the tricks he has learned are: not hander, wheelgrab, x-up, and several tricks more. Now he is working on 180’s and 360’s. The desire he has for learning new tricks never ceases to amaze me. During that Saturday afternoon, we went to the place where he spends time with friends, BMX riders, and skateboarders. We visited the village’s highest point, a structure in the form of a cross

eu l’espoir que ce fut seulement une fracture simple avec guérison rapide. Après négligence et attente à l’hôpital où il était soigné, il fut transporté à Medellin, la capitale d’Antioquia. Malheureusement les docteurs décidèrent là bas de l’amputer, la gangrène ayant pris place dans sa jambe. Julian fut immergé dans une dépression constante, car le football était sa passion. Il ne trouvait rien à faire et se pris pour habitude de passer ses journées enfermé à la maison. Pendant qu’il me raconte cette histoire, il baisse sa tête et ses yeux brillent plus qu’à l’accoutumé. Il y avait des larmes de rage, d’appel au secours dans son visage. Il releva ensuite la tête et nous avons continuer à parler de son neveu qui courrait et jouait autour de la maison.

«Tu dois aller de l’avant, et tu dois te concentrer sur quelque chose. Cela doit être fait en dépit des obstacles», continua le jeune rider. Julian dit qu’il a com-

mencé le BMX suite à un salon dans lequel il y avait un show de BMX par des riders des alentours. Depuis ce moment là, Julian fut décidé à acquérir son propre vélo pour apprendre à s’envoler. Il commença à économiser et acheta son premier bike d’occasion 16 pouces avec 20$. Après un peu de temps à apprendre des tricks basiques et casser des pièces sur son vélo, il réalisa que le Dirt est ce qu’il aime le plus. Il commença à rider de petits jumps et ses amis le poussèrent de temps en temps à prendre de la vitesse. Il roule aussi de temps en temps au bac à mousse de son ami Pollo Restrepo, où il a pris confiance avec de nouveaux tricks. Il ne porte pas la prothèse quand il ride, car c’est lourd, provoque des ampoules et c’est douloureux de l’utiliser. Pour cette raison, il s’est habitué à ne pas l’utiliser et utilise une béquille fabriquée par un artisan du village. Il aimerait beaucoup acheter une prothèse plus légère, qui lui permette de marcher et rider normalement.


that is 15 meters high. He climbed up with great ease, but I almost shit my pants trying to get there with a large suitcase. We could shot this great photo where he laughs as he usually does when he rides or lands a trick well. It must be the thirst for adrenaline what keeps him alive and ready for the next challenge. Julian is considered a celebrity in his hometown as well as in social networks because they admire his courage and perseverance to ride, even though he does not have places nearby to do it. Because of this, his curiosity led him to learn tricks on the street. I cannot find an adjective that fits his personality more than “passionate” about what he does. His strength, undoubtedly, is provided by his family with their unconditional support. Simple, unpretentious, and without prejudice for his particular condition, he wants to pursue many dreams that he does not see distant or impossible. It was a pleasure to meet a rider that puts so much enthusiasm not only in having tricks up his sleeve, but in the process itself. Riding every evening is something that gives him pleasure, makes him unique yet part of all. He does not feel less of a person, but with a different style. I truly hope you can acknowledge the talent and the potential that Julian has got not only for BMX, but for facing life and make the best of it.

Depuis le début, ses idoles sont Daniel Dhers, Travis Pastrana, et son ami Andres Valencia, qui l’aide avec tout ce qu’il peut. Julian ride tous les après midi; certain des tricks qu’il a appris: no hander, wheelgrab, x-up, et plusieurs autres tricks. Maintenant il travaille sur les 180 et 360. Le désir qui l’anime d’apprendre de nouveau tricks ne cesse de m’impressionner. Lors de ce samedi après midi, nous avons été à l’endroit où il passe du temps avec ses amis, BMX riders et skateboarders. Nous avons visité le plus haut point du village, une structure en forme de croix qui fait 15 mètres de haut. Il escalada avec facilité, mais j’étais moi effrayé essayant de monter avec mon gros sac. Nous avons pu prendre cette photo où il rigole, comme il le fait d’habitude quand il ride ou rentre parfaitement un trick. Cela doit être la soif d’adrénaline qui le tient éveiller et prêt pour le prochain challenge. Julian est considéré comme un célébrité dans son village natal tout comme sur les réseaux sociaux car les gens admirent son courage et sa persévérance envers le riding, bien qu’il n’est pas d’endroit proche pour cela. A cause de cela, sa curiosité l’a poussé à apprendre des tricks dans la rue. Je ne peux trouver d’adjectifs qui décrive sa personnalité mieux que «passionné» par ce qu’il fait. Sa force, sans aucun doute, lui est apporté par sa famille et leur soutien inconditionnel. Simple, sans prétentions et sans préjudice pour sa condition particulière, il veut poursuivre plein de ses rêves qu’il ne voit pas comme distant ou impossible. Ce fut un plaisir de rencontrer un rider aussi enthousiaste. Tout rider est quelque chose qui lui donne du plaisir, qui le rend unique au milieu de tous. Il ne se sent pas moins quelqu’un, mais avec un style différent. J’espère que vous pouvez voir et ressentir le talent et le potentiel que Julian a, pas seulement pour le BMX, mais pour faire face à la vie, et en tirer le meilleur.


Nicholi Rogatkin


121 - event - trinidad by alain massabova - photos se visual, alain massabova & Allan V. Crane

monster bmx freestyle exams Crappy weather in Paris, winter persists, it’s a hassle... And if I go to the Caribbean with the best riders in the world ? My friend Trevlon Hall sent me an invitation to the event in the island now known for his BMX scene. So let’s go to Trinidad where I’ll find Pat Casey, Adam Kun, Nicholi Rogatkin, David Peraza, Jesse Puente, Tom (SeVisual) and all the local riders. Crazy people in da place, the trip sounds epic!

Temps de merde à Paris, l’hiver persiste, c’est la galère... Et si je partais dans les Caraïbes avec les meilleurs riders du monde ? Mon ami Trevlon Hall m’envoie une invitation pour son évènement dans son île maintenant connue du BMX. Départ donc pour Trinidad où je retrouve Pat Casey, Nicholi Rogatkin, David Peraza, Jesse Puente, Adam Kun accompagné de Tom (SeVisual) et de tous les riders locaux. Y’a du beau monde, le trip s’annonce epic !


Let’s go for the Monster Energy BMX Freestyle Exams starting with the school tour with a flat frenzied demo and park. The Monster crew has prepared everything, riders no longer have to swing. For a simple demo, the craziest tricks are sent, double flip whip on the box or Halfcab whip ground, college students have taken it on the chin! Followed by an autograph session for 2 hours just like rock star do. It’s hot in the Caribbean! We are in, the tour bus stops us in front of a local TV (Synergy) for a live interview, we go to kiss the minister of sports and we go for a demo in a mall that sends fire! The floor is slippery but Jesse made an amazing run after few beers. I try to ride but is not really easy alongside the world champ. The guys are real pros. We finished the day with in the evening with a pool sesh with some of the best riders in the world. We also made a quick stop on a beach postcard style with free wifi in the water, that serious bump... Then comes the long awaited day by Trevlon and all Trinidadians, with an amateur contests for which we came to judge. It’s raining but it does not bother anyone, the staff is ready and riders train on a wet floor without any problem. I can see for the second time the top local riders with a great pleasure because they ride for real, they do not cheat. As elsewhere in Latin America and tropical islands, the level is excellent. Jesse, Adam and I judge the flat contest whereas Pat, David and Nicholi do the park. Trevlon at the microphone is on fire. The Monster girls are also part of the party, the sun is shinning as hell and it goes in all directions! It is a treat to see Kestrel and Keegan cause they are so strong. The others are not far behind and park riders sent it in all directions. They are fearless and do their best to impress Pat Casey. The contest is like a party, this is BMX in Trinidad! Then, when the pros are doing their show, this is the apotheosis with triple whip, decade, bus to whip, flip superman, frontflip...

C’est parti pour le Monster Energy Bmx Freestyle Exams en commençant par la tournée des écoles avec un démo endiablée flat et park. Le staff de Monster a tout préparé, les riders n’ont plus qu’à se balancer. Pour une simple démo, les tricks les plus fous sont envoyés, du flip double whip sur la box ou du halfcab whip au sol, les collégiens en ont pris plein la gueule ! Suivit d’une séance de dédicaces pendant 2 heures telle une rock star. C’est chaud dans les Caraïbes ! On est lancé, le tour bus nous arrête devant la TV locale (Synergy) pour une interview en direct, on passe faire la bise au ministre des sports et c’est reparti pour une démo dans un centre commercial qui envoie le feu ! Le sol est glissant mais Jesse nous fait un run de compette après quelques bières dans la tronche. Je tente de rider aussi mais pas facile aux côtés du champion et du vice-champion du monde. Les mecs sont de vrais pros. On fini tous le soir tranquille dans la piscine de l’hôtel avec la crème de BMX mondiale. On fait quand même une escale à la plage style carte postale avec wifi gratuit dans l’eau, ça bosse grave... Puis arrive le jour tant attendu par Trevlon et tous les Trinidadiens, les contests amateur pour lequel nous sommes venu juger. Il pleut mais ça ne dérange personne, le staff est à fond et les riders s’entrainent sur un sol mouillé, aucun problème. Je retrouve les top riders locaux avec un réel plaisir car ils rident pour de vrai, ils ne trichent pas. Comme partout dans l’Amerique Latine et les îles tropicales, le niveau est excellent. Jesse, Adam et moi jugeons le flat. Pat, Nicholi et David jugent le park. Trevlon met le feu au micro. Les Monster girls sont aussi de la partie, le soleil met le paquet et ça part dans tous les sens ! C’est un régal de voir Kestrel et Keegan qui sont si forts. Les autres ne sont pas en reste et les park riders se balancent dans tous les sens. Ils ont peur de rien et sont prêt à tout pour impressionner le juge Pat Casey. Le contest est comme une fête, celle du BMX à Trinidad ! Puis quand vient la démo des pros, c’est l’apothéose avec du triple whip, du decade, bus to whip, du flip superman, du front, de la boucherie dans cette petite île !

david peraza

tom & pat

Peter Gonzales

the team and the minister

thanks monster !

jesse again and forever


Adam Kun


A crazy trip, a dream that Trevlon has put in place to provide BMX in Trinidad. We will never thank you enough, and sponsors who made this dream possible. Do not miss the trip’s video by SeVisual. A crasy level and dreamy landscapes await you. See you next year Trinidad, I miss you already! Nicholi Rogatkin

Un trip de fou, un rêve que Trevlon a su mettre en œuvre pour offrir du BMX à tous. On ne le remerciera jamais assez, ainsi que les sponsors qui ont rendu ce rêve possible. Ne manquez pas la vidéo de SeVisual de ce trip car le niveau de dingue avec des paysages de rêve sont au rendez-vous. See you next year Trinidad, vous me manquez déjà ! pat casey

david peraza

Thiery Parotte


david peraza


127 - face - usa by christian vanhanja

Drew Bezanson I has been quite a long time that we wanted to do a feature with Drew, but he is more the “catch me if you can” type of guy than a reclusive underground hero. But this time we were fast enough to grab him and he kindly accepted to talk a little bit about his life and BMX. Cela fessait longtemps que nous voulions faire un sujet sur Drew, mais avec lui c’est plus « attrape moi si tu peux », qu’un héro underground reclus. Cette fois-ci on a été assez rapide pour mettre la main sur lui, et il nous parle un peu de sa vie et du BMX.


You are originaly from Canada, why did you move to So Cal? Well, I made the move last April, I was coming here during winter time, and a couple of my friend were moving out, Half of my sponsors are based here and there is always good weather. It is really convenient because on a day that I don’t feel like riding I can go visit one of my sponsor and work on a product or give them inputs. It is just like it is so beneficial for my carrier. You could go riding everywhere around here but you go to Ben’s Backyard quite often, is there a reason for that? Well, I ride in a lot of different place but Ben’s place is the closest ramp setup to my house, and it is a backyard setup exactly like the thing I use to ride back home in Nova Scotia. Also even if I love riding with everyone one a public skatepark, it’s true that sometime you want to pull a new trick and you just want to be able to focus on that without having to deal with the crowd and having to let go other people when you feel you want to go. It is sometime cool to just be able to ride for fun with a minimal amount of close friends and get the things done. Ben’s backyard is a lot of fun, there is a resi-ramp, a foam pit, and they keep changing the setup all the time, so there is always something new to ride there. Do you have plan to built your own backyard setup soon? The thing is that around here in southern California there is not a lot of space around my house to built such a place… I’ll probably stick to Ben’s place until it’s not there anymore or if he moves out… A lot of Kids would just love to have your life, with all the cool freebies and rock star life, what would you tell them if they would get this life? My “advice” to kids that want to make it to a professional level, like we do, is probably to never force it! Do it because you love it! Because if you do something because you are loving it, and because you are truly passionate about it, you will put way more effort and dedication to it without even noticing it, whether if you force it or if you HAVE to do it, you are not going to put any effort on it. It may sound funny but it is like going to a 9 to 5 job, if you don’t like your job you are not going to do very well, and you’re not going to put enough effort on it. But it’s something you are genuinely passionate about and want to have the best final outcome, it just about that: enjoying what you are doing… and keep it fun, never force it… But it is also a fair amount of work right? True it doesn’t happened overnight you know…and it is a long process… I’ve been riding for half of my life now, and I probably have spent hundred of thousands of hours just riding my bicycle…Especial back home in Canada, I had a mini ram in my garage and coming back from school, I would spend hours each night in there. I can’t even imagine how much time I’ve been going back and forward on that little ramp. It’s probably in the million range because I loved it so much and I loved learning new tricks, I love progressing, I love ridding with my friends, I just never stopped! I ended up here and it is pretty rad! Is there stuff in your life, as a pro rider, that you would like to avoid, or try to get around having to deal with? There are some up and down to every thing, and with BMX being my job now, sometimes it’s tuff… Because there are moments where you would just want to stay home and you have to flight to a foreign country for a contest or something like that, I mean it is not a bad thing, but being stuck at an airport traveling alone, and stuff like that, I’ve been doing that for the last six or seven years of my life, pretty much non stop for the whole year, so if I get a delayed flight or a canceled flight, I’m like “man ! I whish I could be Home now!” It’s like I still love BMX so much that if I got stuck in a place for TWO days that is Two days that you are off your bike! I want to spend more time at home to be at a place were I can ride my bike more often… It weird because the better I got, the less I got time to just ride my bike. It’s just a lot of travel and a lot of obligations that goes with this. When you are travelling a lot your always fighting the jetlag but you have to do good even for a small contest where you are probably going to ride less that an hour. That is a lot of time not on the bike, but hey, I’m not complaining at all, it is the way it is. It’s just that now I sometime appreciate when I know I’m going to be home for more than a weekend! You take training really seriously, I mean you ride a road bike for cardio, you pump iron, you eat smart, do you think that the age where pro’s where just talented punk kid eating junk food and partying every night is over and now you can do good if you are not a true athlete? I think that body preparation and training is getting more serious now in BMX, because dude, just see how beneficial it is: You can ride longer, it make some tricks easier, It just keep you on your bike longer because you are preventing injuries, it

à la base tu es Canadien, qu’est-ce qui t’as poussé à t‘expatrier en Californie ? J’ai déménagé en avril. Je venais déjà en hiver, et il s’est trouvé que des potes ont déménagé, laissant une place libre dans la maison ou je suis. Vu que la moitié de mes sponsors sont basé dans le coin, et que le climat est toujours bon, j’ai franchit le cap. C’est top parce que les jours ou je n’ai pas envie de rouler, je peux en cinq minutes être chez un sponsor pour travailler sur un produit ou leur donner un retour sur les produits que j’utilise au quotidien. C’est pratique et c’est un vrai plus pour ma carrière. Tu as des tonnes de parks ou de champs de bosse ou tu peux rouler autour de chez toi, pourquoi rouler très souvent au backyard de Ben Snowden ? Et bien en fait, même si je ne roule pas que la, c’est vrai que j’y suis souvent ! C’est en partie parce que c’est vraiment près de chez moi, et que c’est exactement le style de park que j’ai l’habitude de rouler chez moi en Nouvelle Ecosse. Même si je ne suis pas contre une session dans un park ouvert à tous de temps en temps, c’est quand même plus pratique de rouler dans un park privé quand tu veux vraiment t’entrainer sérieusement. C’est cool de rouler dans un park ouverts à tous pour s’amuser, mais la on peut rouler en petit comité, donc on roule plus et tu peux enchainer 10 runs sans avoir à attendre ton tour. Le backyard de Ben est très fun, ça change tout le temps, il y a toujours un truc nouveau à rouler, il y a le resi, le bac à mousse, et en plus il y a une bonne ambiance. Et ça ne te tente pas de construire des rampes dans ton jardin ? Le truc c’est que dans le coin, il n’y a pas vraiment de place nul part pour construire un tel park… Donc pour l’instant je pense que je vais juste continuer à aller chez Ben tant que le park sera là ou tant qu’il ne déménage pas. Beaucoup de mômes aimeraient avoir ton style de vie, avec les produits gratos, et la vie de rock-star, que leur dirait-tu pour qu’ils y arrivent ? Mon « conseil » aux jeunes riders qui voudraient devenir pro, c’est avant tout de ne pas forcer les choses. Faites du vélo parce que vous aimez ça, car si vous le faite par plaisir et par passion, vous ferrez vraiment tout ce qui est en votre pouvoir pour progresser et vous améliorer sans même vous en rendre compte, alors que si vous forcer les choses, ou si vous vous mettez dans un état d’esprit ou vous DEVEZ faire les choses, vous ne mettrez pas autant de passion et d’effort a rouler. Si vous êtes vraiment passionnés et que vous voulez vraiment que les choses tourne a votre avantage, il est vraiment question de ça : faites-vous plaisir et surtout amusez-vous, ne vous forcez jamais. Oui mais on arrive à rien sans travail non ? Bien sûr, je veux dire, tu ne te réveille pas un matin en te disant ça y est je suis pro, comme ça par magie… ça prend du temps et des efforts… ça fait maintenant plus de la moitié de ma vie passée sur un vélo, et j’ai probablement passé des centaines de millier d’heures à m’entrainer… en particulier au début chez moi au Canada, j’avais une mini dans mon garage, et tout les soir en rentrant du bahut, je roulais pendant des heures. Je ne peux même pas imaginer le nombre d’aller-retour que j’ai fait sur cette rampe, c’est de l’ordre du million, parce que je m’éclatais tellement, et j’adorais apprendre des nouveaux tricks, les sessions avec mes potes, depuis je ne me suis jamais arrêté et ça m’a conduit là où je suis aujourd’hui. Ça c’est le tableau idyllique, mais le revers d’être un pro rider fait bien apparaître des contraintes non ? Il y a t-il des cotés pénibles de ta vie que tu aimerais esquiver ou ne pas avoir à faire ? C’est comme dans tout : il y a des bon et des mauvais cotés… Et maintenant que le BMX est mon « travail » parfois c’est pas facile… Il y a des moments ou j’aimerais bien me poser un peu à la maison, mais je dois me rendre à l’autre bout de la terre pour pour un contest ou une démo, ce qui est cool, mais quand le trip foire et que tu te retrouve bloqué, tout seul, dans la salle d’attente de l’aéroport à cause d’un vol retardé ou annulé, ç’est pas hyper drôle… Je fais ça depuis 6 ou 7 ans tous les jours sans m’arrêter, presque toute l’année, donc au bout d’un moment quand ça t’arrive une fois de plus tu te dis « Mec, je pourrais être chez moi en train de rouler avec mes potes » ! Le truc c’est que j’aime tellement le BMX que si je me retrouve coincé quelque part sans pouvoir rouler pendant deux jours, c’est deux jours de moins sur mon vélo. Et je préfère être à la maison et pouvoir rouler tout le temps. C’est paradoxal car plus je progresse, moins j’ai de temps pour rouler… Avec le statut de pro, il y a des obligations et des contreparties, et ça en fait partie. Quand tu voyage non stop, tu es en permanence en train de te battre avec le décalage horaire, mais tu dois quand même être au top, même pour un petit contest ou tu vas probablement rouler moins d’une heure, et ça fait beaucoup d’heure ou tu n’est pas sur ton vélo ! Mais bon, je ne me plaint pas non plus, c’est juste que maintenant, j’apprécie parfois de rester à la maison plus de deux jours.


helps when you come back from injuries quicker ! We just happened to love BMX so much that we don’t want to spend more time off the bike than on the bike. It definitively helps you during a contest run because if you are in shape you can pack more tricks into one run, and have more fun with the course and do the trick you want to do at the end of your run instead of having to throw a small trick just to get to the end of the run. I don’t do that only for BMX, I mean it is so beneficial on your life from day to day because it helps you to wake up feeling better… In the past years the injury rate went skyrocket, specially with the urge of web edit that pushes the guy to do new every week to stay in the light, how do you deal with that? Do you sometime push yourself a little step more than you will? Sometime when there is a new edit with a lot of new trick, you definitively feel like there is a little bit of pressure. On the other hand when I was a kid I would strive to try to do those new trick to keep up, but then when I started doing better, I realized that I was over it and thought to myself that I’m just going to ride my bike the way I want and do my own things and that is when I started doing really well… Like I said, it is because you put more effort in doing something you really want to do. The good thing with BMX is that there is no right or wrong way to do it. I feel like if you ride the way you want I feel that you can go further with what ever

you want to get out of BMX better than trying to be a carbon copy or trying to do everybody’s else tricks, and true that is the rad thing about BMX, it is all about being an individual sport where everyone is different. To my opinion, you look to be one of the rider that have the biggest “comfort zone “ when it comes to go big. It looks like you are very aware of what you are able to achieve with walking away just fine, and having a big smile on your face proving that your enjoying it. Do you always keep a safety margin? There is always a good proportion of risk but on the other hand I feel like I’ve never went out saying “all right I’m going to send that trick but I totally don’t know what the outcome is going to be like…” I like to analyze, any trick that I’ve done, or anything I’m going to do, like a transfer or anything like that. It’s always like I analyze the things to the point I can visualize myself doing it, and if I can visualize myself doing it, there is a good chance that it’s going to happened. And usually if something goes wrong, and then you get out of it, or if could have been wrong, it happened so fast that you don’t really have the time to realize what happened and don’t really get the chance to scare your self. You’re like “it could have gone bad but it hasn’t! Lets go do it again !“.


Tu prends ta préparation physique très au sérieux, tu fais du vélo de route pour le cardio, tu fais de la muscu, tu fais attention à ta nourriture… Tu pense que l’époque ou les rider étaient juste des punks alcolos tournant au mac do, c’est fini et que c’est impossible d’atteindre le niveau des pros sans être un vrai athlète ? C’est vrai que ces dernier temps, la prépa physique et l’entrainement deviennent plus sérieux en BMX parce qu’il suffit de voir à quel point c’est bénéfique : tu peux rouler plus longtemps, certain tricks deviennent plus faciles, et tu passe plus de temps sur ton vélo parce que tu évites certaine blessures, ou tu récupère d’autre blessure plus vite ! Encore une fois on aime tellement être sur notre vélo que l’on fait tout ce qui permet de passer plus de temps a rouler a fond ! Et en contest ça aide vraiment parce que tu peux placer plus de trick au cour d’un run, prendre plus de plaisir sur le park, ou bien placer les tricks que tu veux à la fin de ton run au lieu de meubler avec des tricks pourris parce que tu n’as plus le jus. Au final je ne le fais pas juste pour le BMX mais parce que ça me permet de me réveiller en te sentant bien dans ta peau au quotidien. Ces dernières années le nombre de gars qui se sont fait vraiment mal a explosé, surtout depuis le développement des web édits qui poussent les gars à tout le temps aller plus loin pour rester dans la lumière, tu te sens concerné ? Comment est-ce que tu gères la pression ? Est-ce que tu te forces un peu plus parfois à cause de ça ? On ne va pas se mentir quand tu es pro et que tu vois un édit d’un gars qui déchire tout, ça te mets la pres-

sion! Mais à la fois quand j’étais môme, je bataillais pour suivre le wagon des nouveau tricks, mais quand j’ai commencé à bien rouler, j’ai réalisé que ça me saoulait un peu, et j’ai décider de rouler à ma façon, de faire mon propre truc, et à partir de ce moment là ça a été de mieux en mieux pour moi. Là encore je vais me répéter mais c’est parce que si tu fais un truc que tu aimes, et de la façon don tu a envie, tu le fais mieux, c’est tout. C’est ça qui est bien avec le BMX, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire, tu fais à ta sauce et de la façon qui te convient le mieux. Mon sentiment, c’est que si tu roules à ta façon, tu as plus de chances d’y arriver, et ce, quelque soit le but à atteindre, que si tu essayes de plaquer tout les tricks des autres ou si tu est une photocopie d’un autre rider. C’est ça que j’aime vraiment avec le BMX : c’est juste un sport ou être à part et faire les chose à ta façon est dans l’esprit même du sport. Tu fais parti des mecs qui gardent toujours une marge de sécurité. Il semblerait que tu soit assez lucide sur ce que tu peux tenter ou pas, et que quoi qu’il arrive tu puisse rattraper pas mal de chose avec le sourire qui prouve que tu t’éclates. C’est une apparence ou tu gardes toujours une marge de sécurité ? Il y a toujours une bonne part de risque en BMX, mais à la fois je ne me souvient pas m’être balancé une seule fois en me disant «je ne sais pas du tout comment ça va se passer, mais j’y vais». Pour moi c’est important d’analyser les tricks que je rentre et ceux que je vais essayer, comme un transfert ou un truc du genre. En général je l’analyse jusqu’au point ou je peux me visualiser en train de le faire.


I hear that but you can’t hide the fact that some guys went down really bad lately, and it’s not something you could ever get used to? I mean seeing a good friend going down is always affecting you… How do you deal with that? With the growing number of injuries these days, I definitively wear a certified helmet all the time and do all the small things that help, because it is not only my own life that I threaten, you know… I’ve got my family and friends back home, and it would affect them also if I got a gnarly injury… so I definitively go out on my way with stuff like that, and for rider that have got hurt, those riders got hurt doing something that they love… so it’s not like they would want you to stop doing what you love… Even if they are down, they want to see you do what you want to do. So it’s not like you try to slow down your riding when you heard about someone getting hurt, it almost motivate you to progress more because that is what they’d like you to do. Your also a consistent dirt motorbike racer/rider, does it help for BMX or is it just for you own leisure? I grow up racing motocross, and I think it definitively help with the transition over BMX because of the size factor. I mean, a dirt bike is a lot bigger and it is a lot faster, and when you hop on a bicycle it is only as fast as you could make it go, you have no engine propelling you so you basically know where and how fast you are going to go, because you are the one propelling it… so it might help a little bit but it is just like BMX something I just love so much in life… if I can ride my BMX and my dirt bike on the same day, I’m just a happy kid!

Can you picture yourself having the “average Joe” 9 to 5 life with the suburb house, wife, kids and a dog? Being a professional athlete is not for everyone, some people are just content with their same as yesterday, everyday life, and if they are happy with that, I am happy for them, there is nothing wrong with that. On the other end, I never wanted to work from 9 to 5, I always wanted to be doing something I love and that’s what BMX is for me. I persuade in it and I was fortunate enough that it worked out for me. Like I said, I know it is not for everyone, and I know that it’s just something you challenge your self to do, you always try to better yourself, and it just happened to be BMX for me. So basically, you’re telling me that you are living “your own average Joe life” just in a different way than what normal people do? Like I said, I’m definitively content with what I have right now, even if in the I would like to keep better my self and see how far I can take it, but I wouldn’t change my life for anything, all the injuries, all the time I spent away from my family, was tuff, but now they are proud of what I’m doing, and how I accomplish my goals and my dreams. I don’t know, I wouldn’t change it because this is just what I love to do… I might go home and get a better job and better money on my bank account, but all the experiences and life experiences I’ve got from BMX, you cant put a dollar sign on that you know… You cant buy that experience, All the flight I’ve been on and all the countries I’ve been trough, just because I kept ridding a BMX bike… you cant buy that, therefore wouldn’t change my life for anything.

Et si j’arrive à me visualiser en train de le rentrer, c’est qu’il y a de fortes chances que je le rentre. De toutes façon, honnêtement ça va tellement vite que, le temps que tu te rendes compte que tu as faillit t’encadrer, c’est déjà passé, et tu n’as même pas eut l’occasion de te faire peur. Du coup c’est plus genre «j’ai faillit m’en mettre une, mais c’est passé, cool, j’y retourne !». Bon ok mais tu ne peux pas nier qu’il y a des gars qui se sont démonté récemment, et quoi qu’il arrive ce n’est pas quelque chose auquel on s’habitue. Quand tu as un pote qui se blesse gravement, fatalement ça te touche… Tu le gère comment ? Avec le nombre croissant de blessure grave qui se produise, c’est sur que je ne porte que des casques certifiés, et je fais tout ce que je peux pour me protéger correctement parce que ce n’est pas juste ma vie que je mets en jeux, tu sais… J’ai aussi mes proches et ma famille qui peuvent se retrouver impacté si je me blesse gravement… Alors c’est sur que je fais gaffe. Il faut quand même penser que les gars qui se sont blessés en BMX, se sont blessés en faisant ce qu’il aimaient… alors ce n’est pas comme s’ils aimerais que toi tu arrête de faire ce que tu aimes parce qu’ils se sont blessés… Même s’ils en souffrent aujourd’hui, ils veulent nous voir continuer à faire ce que nous aimons. Alors ce n’est pas ça qui va te faire lever le pied, au contraire, ça te motive à progresser parce que c’est ce qu’ils voudrait te voir faire. Tu es aussi un redoutable pilote de motocross, est-ce que ça t’aide pour le BMX, ou est-ce que tu fais juste pour le plaisir ? J’ai grandi en faisant de la course en motocross, donc ça m’a sans doute aidé pour le BMX à cause du facteur de taille, je veux dire, une bécane de cross, c’est plus lourd, plus rapide et quand tu passe sur un vélo, il va rarement plus vite que tu peux le faire aller… Donc sur un vélo, tu vas où tu veux à la vitesse que tu veux parce que c’est toi qui le propulse. Alors peut être que ça m’a aidé… Je ne sais pas c’est juste un truc que j’aime sans doute autant dans la vie… Si dans la même journée je peux rouler sur le vélo et sur la moto, je suis garçon heureux. Tu te verrais avoir une vie rangée avec un boulot de 9 à 17h et avec le pavillon de banlieue, la femme, les mômes et un chien ? C’est sur qu’être un athlète professionnel, ce n’est pas pour tout le monde, il y a des gens qui sont satisfait avec une vie « normale », et il n’y a rien de mal à ça. S’ils sont contents, je suis content pour eux. D’un autre coté, je n’ai jamais eut envie de bosser de 9 à 17h dans un bureau. J’ai toujours voulu faire quelque chose qui me plaisait pour vivre, et il se trouve que pour moi c’est le BMX. Je me suis obstiné, j’ai travaillé, et j’ai eut la chance que ça fonctionne ! Mais encore une fois je sais que ma vie pourrait ne pas convenir a tout le monde, et c’est juste un défit permanent que tu t’impose à toi même pour essayer de t’améliorer, il se trouve que pour moi ça a été le BMX ! Donc en fait tu est en train de me dire que c’est ta façon à toi d’avoir « une vie normale » mais juste d’une façon différente de la plus part des gens « normaux » ? Comme je te disais, je suis vraiment heureux avec ma vie maintenant, et même si je voudrais encore m’améliorer pour voir jusqu’où je peux pousser les choses, mais je ne changerais rien à ma vie pour rien au monde, même avec les blessures, tout les moments que je passe loin des miens, c’est dur, mais maintenant ils sont fiers de moi, de ce que je fais et de la façon dont j’ai réalisé mes rêves… Je ne sais pas, je ne changerais pour rien au monde parce que je fais ce que j’aime. Je pourrais rentrer au Canada et sans doute trouver un job ou je pourrais faire plus d’argent mais toutes les expériences, les voyages, les gens que j’ai rencontrés grâce au BMX, tu ne peux pas mettre un single dollar en face. Tu ne peux pas acheter cela avec de l’argent, tous les vols, et tout les pays que j’ai découverts, juste parce que je roule sur un vélo… Tout ça ne s’achète pas tu vois, alors non je ne changerais rien de ma vie !


134 - ART - uk by alain massabova

chad powell

Present yourself, where you come from, how did you come to BMX ? I’m a 21 year old Freelance Graphic Designer on the Isle of Wight, an island just off the south coast of the UK. I got into BMX in my mid teens, like most 15 year olds, I played a lot of computer games and was saving for a new computer, then I realized it would be much more productive to use the money saved on something that would get me out of the house, that’s when I decided hit my local bike store and spend the money on a bike, the rest is history. What’s your story with Total BMX ? I was studying Graphic Design at the end of my course and was given my final brief, this was a ‘self directed’ Final Major Project brief. I decided to create a BMX magazine from the ground up, logo/articles and of course, advertisements. Total BMX had just released their first set of frames, I thought this was a great opportunity to base one of the advertisements to be in my magazine on Total BMX. After designing it, I emailed Total BMX to show them that I had implemented them within one of my projects in which I received an email in return thanking me for including them. Almost a year later I receive a Facebook message from them telling me that whilst Googling ‘Total BMX’ my advertisement came up on the first page several times, they went on to say that this reminded them that I design, resulting in being asked to come up with a T-Shirt design. From then on, I’ve created all of the design work for them.

Présentes toi, d’où viens-tu, comment es tu venu au BMX? Je suis un Graphic Designer Freelance de 21 ans sur l’île de Wight, une île de la cote sud de l’Angleterre. J’ai commencé le BMX au milieu de mon adolescence, comme la plupart des gamins de 15 ans, Je jouais beaucoup au jeux vidéos et économisais pour m’acheter un nouvel ordinateur, j’ai ensuite réalisé que ça serait beaucoup plus productif d’utiliser cet argent pour quelque chose qui me sortirait de la maison, c’est alors que je suis aller à mon bike shop local et est dépensé cet argent pour un vélo, le reste appartient à l’histoire. Quelle est ton histoire avec Total BMX ? J’étudiais le Graphic Design, à la fin de mon cursus j’avais un gros projet final. J’ai décidé de créer un magazine de BMX depuis le début, logo/articles et bien sur, publicités. Total BMX venaient de sortir leur premiers cadres, j’ai pensé que c’était une bonne opportunité pour baser une des publicité de mon magazine sur Total BMX. Après avoir mis en forme, J’ai envoyé un email à Total pour leur montrer que je les avaient inclus dans l’un de mes projets, ils m’en ont alors remercier. Presque un an après j’ai reçu un message Facebook de leur part pour me dire quand ils «googler» Total BMX, ma publicité apparaissait sur la première page plusieurs fois, ça leur rappelaient mon métier, et résultat, ils m’ont demandé de leur fournir un design de T-shirt. Depuis ce moment là, je suis en charge de tout le travail de design pour eux.


What’s you tools, your camera ? Just an iMac and a Canon 6D, although that doesn’t really matter, as long as it’s a computer/camera that works, I’m all set.

Quels sont tes outils, appareil photo ? Juste un iMac et un Canon 6D, bien que cela n’est pas vraiment d’importance, tant que c’est une combinaison ordinateur/appareil photo qui marche, c’est tout bon.

Your best photo/artwork ? The Total 2014 Completes coming out around Christmas time for sure! Really pleased with the overall diversity of the artwork I created for them, there’s a fair bit of hand drawn letter work incorporated too. Remo worked on the spec for each bike as well as the colour schemes, whilst I gave my opinion also. Overall we’ve produced a really solid range of Bikes for 2014, I think people will be impressed.

Ton meilleur photo/artwork ? La ligne de vélos complets Total 2014 qui sortira autour de décembre pour sur! Je suis vraiment content de la diversité globale du artwork que j’ai créé pour eux. Remo a travaillé sur les spécifications pour chaque bike ainsi que sur les couleurs, tout en me demandant mon opinion. Au final on a produit une gamme vraiment solide de vélos pour 2014 et je pense que les gens seront impressionnés.

What has Total got going for the future, any new products lined up? Yeh definitely! I’m just about to start working on Kyle Baldock’s signature ‘KillaBee’ frame that should be out around the end of the year.

Qu’y a t-il de prévu pour Total dans le futur, de nouveaux produits ? Oui bien sur! Je commence à travailler sur le cadre Kyle Baldock’s signature ‘KillaBee’ qui devrait sortir vers la fin de l’année.

Tell us about your Milky Way photography? I see you’re getting quite a bit of attention on Facebook about it? Well I take pictures of anything and everything and seeing as where I live has quite dark skies in places I thought I’d try capturing the Milky Way, I then posted the shot up on Facebook and overnight it had over 3000 likes and 1000 shares, MAD! I then had lots of people asking me if they can purchase a canvas, so I made a Facebook page, so a month on with 1000 page likes, I’m pretty stoked! For anyone that’s interested, you can check it out at www.facebook.com/ IsleofWightMilkyWay

Parles nous de ta photo de la voie lactée? J’ai vu que tu avais beaucoup d’attention sur Facebook à ce sujet? Ben je prends un peu des photos de tout et n’importe quoi et vu que là où je vis nous avons un ciel très sombre à certains endroits j’ai essayé de prendre en photo la voie lactée. J’ai ensuite postée la photo sur Facebook et pendant la nuit elle a eu plus de 3000 likes et 1000 shares, MAD! J’ai eu ensuite beaucoup de gens qui m’ont demander si ils pouvaient acheter un fond, j’ai donc fait une page Facebook, ça fait un mois et j’ai 1000 likes sur cette page, c’est dingue! Pour les intéressés vous pouvez voir la page sur www. facebook.com/IsleofWightMilkyWay

Anything you would like to say before we wrap this up? I’m super stoked you guys approached me to do this interview, it’s kind of been a dream of mine to think someone someday will actually think I’m interesting enough to fill a page in their magazine, so thanks!

Voudrais tu dire quelque chose pour terminer? Je suis super content d’avoir eu cette interview, ce fut un peu un rêve pour moi de penser qu’un jour je pourrais être assez intéressant pour remplir une page de magazine, donc un grand merci!


Mark Webb

Any social networks you would like people to check out? For sure yeh! https://www.facebook.com/ChadPowellDesign @ChadPowellDesign for Instagram
 @ChadBMXDesign for Twitter! Des réseaux sociaux à partager ? Oui bien sur! www.facebook.com/ChadPowellDesign @ChadPowellDesign for Instagram
 @ChadBMXDesign for Twitter!


140 - photo - brazil by Marcelo Lopes

Marcelo Lopes


Rider : My name is Bruno Crespo, A.K.A Dogão. I live in Rio de Janeiro - Brasil. I’m twenty seven years old and I’m bmx rider about twelve years. I’m sponsored by Bmxpride (bmx shop) and Dirty Money (clothes). I like to ride in SkateParks and at the street. I’m begining in Dirt Jump and Vert. I’m always traveling to ride a bike and to meet another riders finding new parks around my country. Mon nom est Bruno Crespo, surnomé Dogão. J’habites à Rio de Janeiro, Bresil. J’ai 27 ans et cela fait environ douze ans que je suis un bmx rider. Je voyage en permanence pour rider et rencontrer d’autres riders et aussi trouver des nouveau parks tout autour de mon. Je suis sponsorisé par Bmxpride (bmx shop) et Dirty Money (wear). J’aime rouler les SkateParks et faire du street. Je suis débutant en Dirt Jump et en Vert.


Photographer : My name is Marcelo Lopes. I’m 31 years old and live in Rio de Janeiro, I am involved in the sport since my 5 years old when I won my first skateboard. Was through the skateboard that i began to admire the pictures that i watched in the magazine and videos. I’m working as a photographer in the Market for 5 years doing sports photos. Mon nom est Marcelo Lopes. J’ai 31 ans et j’habites à Rio de Janeiro, je suis dans le milieu depuis que j’ai gagné mon premier skateboard à 5 ans. Cest au travers du skate que j’ai commencé à admirer les photos que je voyais dans les magazines et les vidéos. Je travaille comme photographe dans le milieu depuis 5 ans.


146 - TEAM A.R.T. BMX magazine #10 - Juillet 2013

EDITEUR / PUBLISHER Alain Massabova alain@artbmxmag.com Tel +33 611 171 826

Edition / publishing Paris BMX School # Siret 535 226 401 00011

126 rue de Turenne 75003 Paris France www.artbmxmag.com info@artbmxmag.com Traduction Caroline Roos Jb Peytavit Christophe Gentizon Ksenia Kozlitina

PHOTO EDITOR Christian VanHanja photo@artbmxmag.com

REDACTEUR EN CHEF / EDITOR Patrick Guimez pat@artbmxmag.com worldwide Luis Elías Benavides luis@artbmxmag.com

Racing staff Moana Moo Caille moana@artbmxmag.com

TEAM Chris Dietschy Manu Sanz JC Pieri Peka Devé Trevlon Hall Chase Gouin Yasuyuki Takeo Seb Ronjon Maureen Montuori Franck Belliot Mark Gray Viki Gomez Karim Bel Bachir Jesse Puente Fred Mairet Guillaume Ducreux

Nico badet by Manu Sanz

distribution Ezco / France Bicycle Source / USA Flatlandfuel / USA Fingerprint / UK Kunstform / Germany Jykk / Japan KIOSques Presstalis

IMPRESSION Imprimerie Indice Printed in Spain, Barcelona ISSN 2115-5763 COMMISSION PARITAIRE 0916G90971

PUB / Advertising pub@artbmxmag.com Guests Fabio Piva Xabi Barreneche Rutger Pauw Tom SeVisual Maxime Cassagne Allan V. Crane Santiago Leonardo Pablo Delgado Juan Páez Martín Inda Marcelo Lopes Gecko Terry Berentsen Antony Magne Will Lemay Fernando Marmolejo Jason Halayko Devyn Griffith Eli Horn Trish Bare Grounds Ruben Vigil James Cassimus Paco Images Tony Donaldson Windy Osborn Chris Mannion Selector Marx Dean Bradley Saioh Tony Donaldson Jeremy Moser Kolesky



ART BMX magazine #10