Page 1

LIVRE BLANC DE LA CHATAIGNE EN EUROPE

2019


Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

1


LE LIVRE BLANC DE LA CHATAIGNE EUROPÉENNE

2019 Par le réseau EUROCASTANEA et l’AREFLH

EUROCASTANEA, un réseau, une ambition et une volonté communes : ‘’Relancer la production européenne pour répondre à la demande des marchés du frais et de la transformation, créer de la valeur ajoutée, développer la consommation’’

Les chiffres clés de la châtaigne en Europe : • 212.000 tonnes dont 150.000 tonnes pour l’UE • 180.000 hectares dont 110.000 ha pour l’UE • 90.000 producteurs dont 65.000 pour l’UE • Une production mondiale estimée à 2.250.000 tonnes

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

2


Le Livre Blanc de la Châtaigne 2019 a été écrit par : Jean-Luc Bellat et Jacques Dasque, Union Interprofessionnelle de la Châtaigne du Sud- Ouest de la France/ EUROCASTANEA) Avec la participation de : • Bertrand Guérin, Union Interprofessionnelle de la Châtaigne du Sud-Ouest, France •

José Gomes Laranjo, RefCast, Portugal, coordinateur EUROCASTANEA

Juan Fernandez, Red Estatal de la Castana, Espagne

Tatiana Castelloti, CREA-PB

Gabriele Loris Beccaro, Université de Turin, Italie

Laetitia Forget, Assemblée des Régions Européennes Fruitières Légumières et Horticoles (AREFLH), France

Et le concours de nombreux experts scientifiques, techniques et professionnels.

Le réseau EUROCASTANEA les remercie très chaleureusement

Contacts :

eurocastanea@areflh.org union.chataigne@gmail.com

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

3


LES DEFIS A RELEVER ENSEMBLE Eurocastanea met en avant une ambition, une forte volonté et des programmes d’action concertés avec comme objectifs :

1- Enrayer

le déclin de la châtaigneraie européenne par des programmes ambitieux de plantations

2- Améliorer l’état sanitaire des vergers et la qualité des fruits

3-

Créer de la valeur ajoutée à tous les niveaux par l’innovation

4- Développer la consommation sous toutes ses formes

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

4


SOMMAIRE 1-

EUROCASTANEA : UNE STRATEGIE POUR LA RELANCE EUROPEENNE EN ACTION ................................... 6 Axe 1 : enrayer le déclin de la châtaigneraie européenne ...............................................................................................................................6 Axe 2 : améliorer l’état sanitaire des vergers ............................................................................................................................................................. 7 Axe 3 : créer de la valeur ajoutée ...................................................................................................................................................................................... 7 Axe 4 : développer la consommation ..............................................................................................................................................................................8 Axe 5 : reconnaissance des vergers de châtaigniers dans les politiques européennes ...........................................................8

2-

LES PRODUCTIONS DANS LE MONDE .............................................................................................................................. 9 Les volumes mondiaux produits en 2017 .....................................................................................................................................................................9 La production en Asie ............................................................................................................................................................................................................... 12 La Chine : le leader mondial ...........................................................................................................................................................................................12 La Corée du Sud ......................................................................................................................................................................................................................13 Le Japon ....................................................................................................................................................................................................................................... 16 La production en Europe en détail ................................................................................................................................................................................. 18 Evolution de la production Européenne ............................................................................................................................................................... 20 La production en Italie ........................................................................................................................................................................................................21 La production au Portugal ............................................................................................................................................................................................... 23 La production en Espagne .............................................................................................................................................................................................. 24 La production en France .................................................................................................................................................................................................. 25 La production en Grèce .................................................................................................................................................................................................... 29 La production en Turquie ................................................................................................................................................................................................30 La production en Autriche ............................................................................................................................................................................................... 32 Les pays producteurs émergents ................................................................................................................................................................................... 34 L’Australie .................................................................................................................................................................................................................................... 34 Le Chili ........................................................................................................................................................................................................................................... 34 Les États-Unis .......................................................................................................................................................................................................................... 35

3-

LES ECHANGES COMMERCIAUX .......................................................................................................................................36 Echanges commerciaux européens ............................................................................................................................................................................. 36 Importations dans l’Union Européenne .................................................................................................................................................................36 Exportations dans l’Union Européenne .................................................................................................................................................................36 Graphiques des importations et des exportations dans l’UE ................................................................................................................ 37 Echanges commerciaux entre pays européens .................................................................................................................................................. 39 Italie .................................................................................................................................................................................................................................................. 39 Portugal .........................................................................................................................................................................................................................................40 Espagne .........................................................................................................................................................................................................................................41 France............................................................................................................................................................................................................................................. 43 Grèce ............................................................................................................................................................................................................................................... 44

4-

CONSOMMATION et TRANSFORMATION EN EUROPE ............................................................................................ 45 La consommation ....................................................................................................................................................................................................................... 45 La transformation ........................................................................................................................................................................................................................ 46

5-

ELEMENTS MICRO-ECONOMIQUES .................................................................................................................................49 Eléments économiques à la production - cas de la France ........................................................................................................................ 49

6-

PERSPECTIVES EUROPEENNES ......................................................................................................................................... 51 Les atouts...........................................................................................................................................................................................................................................51 Les contraintes .............................................................................................................................................................................................................................. 55

7-

CONCLUSION ............................................................................................................................................................................56

8-

PRÉSENTATION DU RÉSEAU EUROCASTANEA .......................................................................................................... 57

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

5


Crédit photo : www.la-ferme-du-chatenet.fr

1- EUROCASTANEA : UNE STRATEGIE POUR LA RELANCE EUROPEENNE EN ACTION Les mots clés : Investissements, plantations, recherche, innovation produits, qualité, communication, marketing

Axe 1 : enrayer le déclin de la châtaigneraie européenne L'objectif majeur pour la filière est de se donner les moyens d’inverser rapidement la tendance au déclin de la production européenne de châtaigne , afin de retrouver la production des années 2000, (soit 160.000 tonnes,) par des actions fortes, volontaristes et coordonnées entre les pays d’EUROCASTANEA. Le marché européen, fortement déficitaire, est demandeur, tant pour le marché du frais que pour celui des produits transformés en constant développement.

Pour y parvenir, les professionnels sont convaincus de la nécessité de mettre en œuvre de manière volontariste et concertée un programme de plantations de 40.000 Ha en 10 ans. Cela exige: • des dynamiques collectives professionnelles et interprofessionnelles dans les pays producteurs •

Un soutien fort des collectivités publiques nationales et régionales pour le financement des investissements des plantations et des différents maillons de la filière

Renouveler le verger par des programmes de plantations régionaux et nationaux •

Soutenir les programmes de plantation des nouveaux vergers des variétés hybrides et traditionnelles.

Soutenir les programmes de greffage des rejets de souches.

Relancer les programmes de création et de sélection variétale

Aider la rénovation des vergers : actions d'ouverture, d'élagage, de greffage de rejets de souche, plantation de remplacement, etc.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

6


Développer les dispositifs du deuxième pilier au travers des mesures agri-environnementales (MAE) adaptées à la châtaigneraie (par pays ou région) pour compenser les handicaps naturels de cette production dont la contribution à la préservation de l’environnement est incontestable.

Axe 2 : améliorer l’état sanitaire des vergers L’objectif: assurer une production de fruits de qualité La production européenne est fortement handicapée par la persistance de maladies cryptogamiques, bactériennes et par des ravageurs pour lesquels aucune méthode de lutte efficace existe à ce jour. Ce sont des défis majeurs pour l’ensemble de la châtaigneraie fruitière européenne :

Lutter contre les maladies et ravageurs et en particulier : •

Le cynips du châtaignier : poursuivre le travail de lutte contre le cynips du châtaignier (lutte biologique avec introduction de Torymus sinensis, suivi de sensibilités variétales, suivi de la progression)

Les pourritures et les vers des fruits : accentuer le travail de recherche et de lutte pour améliorer l'état sanitaire des fruits au verger. Objectif : limiter les pertes liées aux fruits véreux (carpocapse, balanin) ou touchés par la pourriture, (en particulier le Gnomoniopsis Castanea) qui peuvent représenter 30 à 40 % de la production certaines années

La maladie de l’encre (Phytophthora sp.) qui est à l’origine de nombreuses mortalités d’arbres et est en recrudescence

Amplifier le travail de recherche et d'expérimentation : •

Variétés et porte-greffes résistants aux maladies et adaptés au marché et aux différentes conditions de production, notamment en zones sèches, dans un contexte de réchauffement climatique, encore accentué sous le climat méditerranéen,

Itinéraires techniques de production respectueux de l’environnement

Techniques de récolte garantissant une qualité optimale

Techniques de conservation qualitatives des fruits

Axe 3 : créer de la valeur ajoutée Objectif : Innover, rechercher de nouveaux produits, de nouveaux packaging éco-compatibles Développer la gamme des produits de transformation fermière et industrielle L’observation des marchés asiatiques montre, à l’évidence, que la gamme des produits transformés peut être très large et comporte des produits à haute valeur ajoutée tant pour le producteur que pour le transformateur. La marge de progrès par l’innovation est très grande. Elle passe par : • les innovations produits et packaging •

les investissements matériels et immatériels

la formation

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

7


Identifier les productions des régions Européennes par les signes de qualité La demande des consommateurs est très forte pour des produits de qualité et d’origine certifiés. La châtaigne a, comme atout, une forte identité ‘’terroir’’ et une image de production traditionnelle et naturelle. De nombreuses régions de production européennes ont mis en place une IGP, AOP ou Label de qualité. Par les volumes qu’ils rassemblent leur impact à l’échelle de l’Union reste faible. Il est nécessaire d’augmenter leur visibilité et leur notoriété par des actions de communication et de promotion.

Renforcer l’organisation de la filière Les Organisations de producteurs et les Interprofessions nationales et régionales constituent la base de toute stratégie de relance et de redéploiement de la filière européenne. Elles sont partie-prenantes du Réseau Européen de la Châtaigne, EUROCASTANEA qui permet des échanges permanents et fructueux d’expériences et de bonnes pratiques. Dans ce cadre une action concertée a été possible pour le développement de la lutte biologique contre le Cynips. Elle a permis de juguler rapidement l’expansion de la maladie.

Axe 4 : développer la consommation Objectif : Faire consommer la châtaigne sous toutes ses formes Communiquer auprès des distributeurs et des consommateurs Deux axes principaux de communication peuvent être envisagés : •

Valoriser le fruit. La fonction principale d'une châtaigneraie cultivée est de produire des châtaignes destinées à l'alimentation. La châtaigne européenne dispose d’atouts remarquables. Une politique de communication adaptée doit faire les mettre en valeur auprès des consommateurs et des professionnels de l’agroalimentaire.

Valoriser la châtaigneraie fruitière et son impact socio-économique dans des territoires ruraux fragiles : actions d’information et de sensibilisation sur le caractère patrimonial des châtaigneraies, sa valorisation touristique, son impact positif pour la biodiversité,

Axe 5 : reconnaissance des vergers de châtaigniers dans les politiques européennes La châtaigneraie fruitière doit continuer d’être prise en compte par les 2 piliers (aides directes et Développement Rural de la future politique agricole commune) : Les fonds structurels de l’Union Européenne doivent également être mis en œuvre : •

Le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). Pour renforcer la cohésion économique et sociale au sein de l’Union européenne en corrigeant les déséquilibres régionaux. Les territoires sur lesquels se trouve la majeure partie des vergers de châtaigniers se situent dans des zones à forts handicaps géographiques naturels (régions insulaires, montagneuses ou peu peuplées.

Le Fonds Social Européen (FSE) Pour le soutien aux projets pour l’emploi.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

8


2- LES PRODUCTIONS DANS LE MONDE

Les volumes mondiaux produits en 2017 La production mondiale se situe majoritairement dans deux aires géographiques, l’Asie et l’Europe méditerranéenne et autour de trois espèces distinctes de châtaignier : • Castanea crenata au Japon • •

Castanea mollissima en Chine Castanea sativa en Europe

En Europe, des variétés hybrides avec les autres deux espèces ont été créées à partir de 1950 pour leur meilleure capacité de résistance aux maladies affectant le châtaignier européen (maladie de l’encre s’attaquant aux racines). Ces variétés continuent aujourd’hui leur développement.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

9


La production mondiale progresse légèrement, selon la FAO : 2.240 000 tonnes en 2017

Les principaux pays producteurs sont : • Asie : Chine, Corée du nord et du sud, Japon •

Europe méditerranéenne : Turquie, Italie, Portugal, Grèce, Espagne, France

Pays émergents : Australie, Chili, Etats-Unis

Verger de châtaigner rationnel haute densité

Remarque liminaire : Nous disposons principalement de deux sources d’information sur les volumes de production dans les différents pays : Celle, officielle de la FAO et celles des Etats membres, des Régions et des professionnels. Ces deux sources ne concordent pas toujours. Pour présenter les statistiques globales nous avons retenu les données de la FAO. S’agissant des situations par pays ce sont les informations communiquées par les Etats, Régions et les professionnels.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

10


Les productions dans les différents pays du monde 2011-17 (en tonnes) Source FAO Pays Asie

2011 1 788 188

2012 2013 1 804 894 1 816 594

2014 1 773 923

2015 1 752 888

2016 1 986 402

2017 2 023 723

Chine Corée du Nord Japon Corée du Sud

1 693 502 11 000 19 100 64 586

1 709 649 12 000 20 900 62 345

1 719 410 12 000 21 000 64 184

1 683 815 12 156 21 400 56 552

1 668 895 12 100 16 300 55 593

1 903 939 12 363 16 500 53 600

1 939 719 12 540 18 700 52 764

Amérique du Sud Chili Europe Turquie Italie Portugal Espagne Grèce France Albanie Hongrie Pologne

500 186 659 60 270 56 853 18 271 16 900 21 500 7 036 5 200 256 373

920 196 041 57 881 59 764 19 130 15 300 28 700 8 676 5 800 330 460

1 100 200 159 60 019 55 086 24 739 17 200 27 800 9 200 5 451 270 394

1 100 194 720 63 762 51 959 18 465 16 136 28 440 8 668 6 590 300 400

1 066 204 642 63 750 51 601 27 618 16 413 30 049 7 943 6 600 265 403

3 040 203 562 64 750 52 240 26 780 16 178 28 280 8 642 6 040 239 413

2 583 212 301 62 904 52 356 29 875 15 623 36 000 8 406 6 226 511 400

2015 456 50 2 44 35 200 1 788

2016 505 50 76 117 33 226 2 1009

2017 509 50 63 150 30 228 1 1 031

Les autres pays européens 2011-2017 (en tonnes) Source FAO Pays Bulgarie Lettonie Slovénie Suisse Roumanie Ukraine Slovaquie Total

2011 411 50 13 261 32 200 2 969

2012 420 50 7 263 250 2 992

2013 439 50 5 220 25 300 1 1 040

2014 410 50 17 200 26 200 1 924

NB : Les statistiques de la FAO sont les seules données officielles disponibles. Elles sont pour certaines d’entre elles sujettes à controverse. Les descriptifs par pays qui suivent prennent en compte les estimations professionnelles.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

11


La production en Asie Source : FAO

Evolution de la production en Asie (source : FAO) Echelle proportionnelle à la valeur de la courbe de la Chine (bleue)

La Chine : le leader mondial Quelques chiffres en repère : •

Sa production a été multipliée par quatre en 20 ans

1,9 millions d’hectares plantés au cours de ces 20 dernières années

La consommation nationale absorbe 90% de sa production

Premier producteur mondial, les volumes de production ne sont pas encore très surs : 1.800.000 à 2.200.000 tonnes d’après les experts chinois rencontrés lors de la mission Eurocastanea en mai 2016 et 1.940.000 tonnes d’après FAO STAT

Variété de châtaigne chinoise

Le contexte : Il y a moins de 30 ans la production a pris un tournant économique, sous l’impulsion du gouvernement qui a su en faire un secteur à part entière avec une production industrialisée pour satisfaire le marché intérieur. En effet, en 1998, le gouvernement central a décidé de lancer un programme de replantation de forêts qu’il a concédé aux agriculteurs. C’est le châtaignier qui a été choisi pour être massivement planté, car jugé résistant et s’adaptant bien aux conditions topographiques et climatiques. Il permettrait d’éviter un nouvel épisode d’inondations à grande échelle. Le châtaignier est naturellement présent dans 26 provinces chinoises du Hainan au Jilin, (23° de latitude de différence ; altitude variant de 50 m dans le Jiangsu à 2800 m dans le Yunnan). En Chine, les paysans ne sont pas propriétaires de leur terre. Elle est louée par l’État pour des périodes de 30, 50 ou 70 ans (généralement 30 ans). De 1 à quelques MU sont concédés par adulte (1 Mu = 666 m2). Les paysans peuvent la sous-louer. Ils reçoivent une compensation de l’Etat ou des entreprises de transformation.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

12


Un secteur soutenu et maîtrisé par le gouvernement Le gouvernement a réussi à mettre en place un secteur castanéicole à part entière en créant de toute pièce la production et en provoquant la consommation. Le gouvernement maîtrise le process: concession de terres, diffusion d’informations aux paysans, fourniture de plants et de matériels de traitement (les paysans n’achètent rien, ils exploitent uniquement), orientation des entreprises, centres d’expérimentation régionaux. Mais selon certains experts chinois contactés, les prix de vente ont été très bas au cours de ces dernières années. De ce fait les producteurs investissent peu dans de nouveaux vergers. De plus, du fait de l’augmentation des coûts de main d’œuvre, les jeunes se désintéressent de cette production au profit de la recherche de travail dans les villes. Des entreprises qui s’investissent dans la châtaigne Les entreprises créent un grand nombre de produits nouveaux pour satisfaire un marché́ immense qui dépasse le milliard de consommateurs (consommation individuelle, grignotage) Produits transformés à base de châtaignes.

Région de Pékin

Une consommation en hausse, à la fois traditionnelle et moderne La consommation de la châtaigne fait partie de la culture chinoise. Elle lie tradition familiale et vertus médicinales. En Chine, on conseille d’en manger 7 par jour car elle soigne les reins. Traditionnellement, la consommation de la châtaigne est saisonnière, sur 2 saisons (automne + hiver) avec un pic au moment des grandes fêtes. Pendant ces périodes, la châtaigne est consommée fraîche et de façon familiale (commercialisation en gros conditionnements) : grillée, bouillie, cuite à la vapeur, confections à base de farine (mélangées avec des farines de blé, maïs, millet), consommée crue et comme légume. Majoritairement grillée dans du sable très chaud (pour uniformiser la cuisson), avec du sucre, elle se vend dans la rue en automne et en hiver. Une part importante de la récolte est très majoritairement consommée localement (directement par les familles de paysans) et ne part donc pas dans les circuits de transformation-distribution. Grâce aux nouveaux produits transformés créés par l’industrie castanéicole, au printemps et en été, les stocks de châtaignes peuvent être écoulés sous différentes formes (avec des conditionnements adaptés). Avec une population qui s’urbanise fortement, la consommation évolue vers une forme itinérante sous forme de snacking : châtaigne pelée ou grillée avec sa peau en sachets de 100 grammes, sachets contenant des préparations et même boissons à base de purée de châtaignes. Des vues sur le grand export mais un marché interne qui reste largement dominant Quelques grandes entreprises très dynamiques visent le grand export et certaines ont commencé leur implantation en Europe, à l’image du groupe LORRAIN. Néanmoins, la majeure partie des entreprises vend sa production sur le marché́ domestique : le marché́ proche asiatique a également une forte culture de la châtaigne et reste très intéressant et accessible (Japon, Corée, Philippines, et jusqu’à la Russie)

La Corée du Sud Deuxième producteur mondial avec 82.300 tonnes en 2010 et 53 000 T en 2017. En 2005, La mission AREFLH faisait état de 70.000 tonnes. La production semble s’être stabilisée maintenant autour de 55 000 T La totalité du verger est issu du programme de développement économique du pays engagé dans les années 1970. Les fruits de gros calibres sont exportés principalement vers le Japon en frais et de plus en plus transformés. Ce marché étant fortement concurrencé par la Chine, un programme d’exportation vers l’Europe a été engagé depuis 2008. Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

13


Les vergers productifs en Corée sont généralement composés de châtaignes hybrides, japonaises et chinoises, résistantes au cynips et autres maladies. La châtaigne est considérée par les coréens comme un élément hautement nutritif, très important en cas de famine. Les châtaignes sont consommées fraiches ou bien grillées en hiver. Une nouvelle production de marrons glaces, ainsi que de gâteaux à base de châtaignes se développe. La Corée est un pays presque entièrement montagneux. On note que la SAU est rare et précieuse. La production hyper-dominante dans les terrains plats est le riz et les cultures sous serres sont surtout présentes aux abords des villes. On y voit aussi beaucoup de ginseng et de piments. La partie montagneuse non cultivable est boisée. Le châtaignier, quant à̀ lui, se trouve sur les pentes mais jamais en vallée. A cause de son relief montagneux, et de ses vergers en pente, la Corée n’a que peu recours à la mécanisation. De plus, les pesticides ont abimé la terre, changeant son pH, devenu trop acide. La Korean Forest Research promeut l’utilisation de pesticides organiques. Le plus gros problème des producteurs est de trouver de la main d’œuvre, et d’inverser la tendance au vieillissement des producteurs. Production de châtaigne entre 2014 et 2017 dans la Corée du Sud 2014

2015

2016

2017

Superficie récoltée (en ha)

33 000

30 764

30 741

30 204

Rendement (en hg/ha)

18 020

18 071

17 436

17 469

Production (en tonnes)

59 465

55 593

53 600

52 764

Source : Rapport actualisé Mission en Corée Eurocastanea / Interco

Courbe de la production, des exportations et des importations entre 1997 et 2016 :

Sur le tableau ci-dessous, des principales importations de châtaigne de la Corée du Sud, on note qu’elles ont augmenté en moyenne de 2,3% par an de 2007 à 2017.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

14


Tableau des principales importations de châtaigne de la Corée du Sud

Tableau des principaux pays destinataires pour les exportations de châtaigne de Corée du Sud :

Source des graphiques : Rapport actualisé Mission en Corée Eurocastanea / Interco

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

15


Le Japon L’analyse des statistiques de production et des surfaces plantées en châtaigniers au Japon nous montre qu’elles sont en diminution, de 20.200 ha en 2014 à 18.300 ha en 2018, surtout à cause de l’abandon des vergers. Cet abandon remonte à 1970 à cause du désintérêt des jeunes générations pour cette production. Production de châtaigne entre 1950 et 2018 dans le Japon Année

Production

Source

1950

27.000 T

Mission SNICM 1979

1970

50.000 T

‘’

‘’

1977

59.000 T

‘’

‘’

2010

23.500

FAO

2014

21.400 T

FAO

2018

18.500 T

Eurocastanea

La châtaigne occupe la 88éme place dans la liste des produits agricoles pour un CA de 60 millions d’Euros en 2017 Les régions où les cultures de châtaigniers sont les plus répandues dans le pays sont : • Ishizuchi •

Rihei

Ginyose

Tanzawa

Tsukubala

Verger de Kusawa Kurien

Verger de Kusawa Kurien

Avec la diminution de la production les prix ont augmenté. La culture la plus ancienne enregistrée au Japon, est celle de Choukouji qui date de 1590 dans le Tonba District. Le Cynips (Dryocosmus kuryphillus) est apparu en 1941. En 1958, leur diffusion couvre tout le pays. Castanea mollissima est sensible à D. kuryphillus et, à l’époque, les programmes d’hybridation de Castanea crenata avec C. molissima se sont arrêtés. Seules des auto-hybridations de C. crenata ont été faites pour produire de nouvelles variétés. En 1979, Torymus sinensis a été introduit et libèré par le NIFTS en 1981 et 1982. Le cynips est maintenant sous contrôle, le cycle d’attaque étant connu, tous les 5 à 7 ans. En 1947 la recherche s’est concentrée sur le calibre, puis en 1952 un programme de création variétale a abouti à la création de 6 variétés dont une résistante qui

s’appelle Ishishu. Une sélection sur le pelage a retenu une variété, le Porotan. Aujourd’hui la sélection porte sur les variétés tardives. Le Japon est un marché intéressant et rémunérateur pour des produits très qualitatifs.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

16


Productions artisanales de marrons transformés au Japon

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

17


La production en Europe en détail Données générales La production européenne en 2017 (hors Turquie) est de 145 000 T (source professionnelle) et de 151 000 T (source FAOSTAT*) La production encore très importante dans les pays européens au 19ème siècle, a fortement régressé par suite de maladies, pour s’effondrer à partir des années 60. Aliment de base des populations rurales jusqu’alors, la pomme de terre et les céréales lui ont été substituées. Sa régression suit l’évolution des populations rurales. Même si une part des volumes produits est consommée localement, l’essentiel des volumes récoltés est mis sur le marché. L’évaluation faite par la FAO ne prend pas en compte la chute de production constatée en Italie du fait du cynips, récolte que certains experts situent entre 25 000 et 30 000 T en 2018.

Les principales pays Européennes producteurs de châtaignes ces 20 dernières années. (Source : Eurostat)

On distingue deux usages du fruit : •

Consommation en frais : les fruits sont proposés frais aux consommateurs. Ce premier mode de consommation constitue une niche et semble régresser.

Consommation transformée : les fruits sont pelés et transformés avant d’être consommés (farine de châtaigne, purée et crèmes, châtaignes entières (pelées fraiches ou surgelées), marrons en conserve, marrons glacés et confits, etc).

Localisation C’est une production située en zone de moyenne altitude, de 200 à 1.000 mètres, à fort handicap naturel la plupart du temps. Aucune production agricole ne lui est substituable. Elle joue donc un rôle déterminant dans l’équilibre économique, social et environnenmental de ces territoires. Lorsque les châtaigneraies sont abandonnées le paysage redevient une friche, la conséquence étant alors l’abandon de toute possibilié de valorisation économique de ces terroirs difficiles.

Une économie familiale Dans la trés grande majorité des cas, cette production est basée sur une économie familiale traditionnelle. L’exode rural dans ces territoires difficiles entraine encore de nos jours l’abandon des châtaigneraies.

Les types de vergers La plupart des châtaigneraies sont anciennes et souffrent du dépérissement naturel lié à l’âge des arbres, aux maladies, en particulier la maladie de l’encre (Phytophtora cinnanomi) détruisant les racines, et depuis Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

18


2002, de l’arrivée d’un insecte originaire de Chine, le cynips (Dryocosmus kuriphilus), qui peut provoquer une baisse de la production pouvant atteindre 80%. Des programmes de restructuration de ces châtaigneraies par élagage sévère ont permis le maintien, voire leur remise en production, dans beaucoup de régions européennes. Mais globalement les arbres et les surfaces en production continuent de régresser. Plusieurs régions européennes ont engagé des programmes de plantation de nouveaux vergers de châtaigniers : • A partir des variétés locales ; c’est le cas en particulier des régions du nord du Portugal qui voit ainsi sa production nationale progresser significativement au cours des 10 dernières années. •

A partir de variétés créées en France par l’INRA dès les années 1960. Le programme de sélection se poursuit aujourd’hui (collaboration INRA, CTIFL, INVENIO). Ces variétés sont dites hybrides car elles croisent les espèces Castanea sativa (Europe), C.crenata (Japon) et C.mollissima (Chine). L’objectif recherché est l’obtention de variétés résistantes aux maladies. Il faudra désormais prendre en compte leur adaptation au changement climatique.

Un verger nouveau a été développé avec ces variétés (Marigoule et Bouche de Bétizac), principalement dans le sud-ouest de la France et plus récemment dans d’autres régions européennes.

La mécanisation (de la récolte en particulier) et l’itinéraire technique sont relativement bien maîtrisés. Les variétés actuellement cultivées produisent des fruits de gros calibre destinés au marché en frais. De nouvelles variétés sont à même d’être développées (exemple Bellefer) pour approvisionner l’industrie de la transformation.

Les plantations de nouveaux vergers à partir des variétés traditionnelles ou des nouvelles variétés, constituent, pour l’avenir de la châtaigne, une alternative importante à la chute de la production européenne.

Une volonté de renouveler les vergers en place Des programmes de recherche et d'expérimentation sont également en cours en France pour identifier des porte-greffe tolérants aux maladies et adaptés aux conditions de production en zones sèches. Ils permettront d'y développer la plantation des variétés C. sativa ou hybrides. Ils visent notamment à combler les espaces laissés vides dans les vergers anciens à la suite de mortalité d'arbres.

Un ravageur en Europe : le cynips du châtaignier (Dryocosmus kuriphilus) Sans prédateur pour le contrôler, le cynips peut être le ravageur le plus important du châtaignier. Les organes de la plante atteints ne se développent pas complètement du fait des déformations générées par les galles. La production de galles peut entraîner selon les niveaux d’infestation: • une perte de vigueur de l’arbre, •

une baisse de 50 à 80% de la production fruitière

la mortalité des rameaux touchés et des branches, en particulier les années sèches. La mortalité de l’arbre entier n’intervient que sur des sujets déjà atteints par d’autres maladies.

Jeune chataignier atteint de cynips

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

Galles sur rameaux

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

19


Ce petit insecte est originaire de Chine. Découvert en Italie en 2002, il a contaminé d'autres pays européens : France (2005), Slovénie (2005), Hongrie (2009), Suisse (2009). Les variétés C. sativa ou hybrides de châtaignes sont majoritairement sensibles selon une gamme de sensibilité. Tous les pays d’Europe sont actuellement contaminés par le Cynips et la production s’en trouve très affectée. La seule méthode de lutte en verger est biologique, par des lâchers d'un parasitoïde, le Torymus sinensis. Actuellement l’ensemble des pays touchés pratique cette lutte. Sa mise en œuvre doit être intensifiée puis maintenue car le cynips est toujours présent ou en forte progression selon les zones. La lutte biologique est longue à produire ses effets. Il faut plusieurs années pour que la population de Torymus soit suffisamment importante pour faire baisser le nombre de cynips. Une chute de la production pendant quelques années est inéluctable dans les régions atteintes. Un programme d'appui spécifique aux producteurs est indispensable pour pallier cette baisse temporaire de production, si l’on ne veut pas que de nombreuses châtaigneraies soient abandonnées, accentuant la diminution structurelle de la production européenne. Depuis 2 ans, dans certaines zones l’on observe le développement de certains champignons sur fruits, tels qu’en particulier le Gnomoniopsis Castanea, qui provoquent de lourdes pertes pour les producteurs et les opérateurs commerciaux.

Evolution de la production Européenne Tableau de l’évolution de la production de les principales pays européennes producteurs de châtaigne (en milliers de tonnes). 1961

1965

1970

1975

1980

1985

1990

1995

2005

2010

2012

2015

2016

2017

France

71,2

82,4

47,6

39,2

24,4

14,2

13,5

11,0

13,2

11,2

8,1

9,5

8,6

7,7

7,8

8,1

Grèce

12,6

14,6

17,4

16,2

14,3

10,3

10,8

12,5

13,2

12,4

12,3

11,0

11,7

12,5

12,0

12,0

Italie

123,8

86,5

66,4

69,3

63,4

38,8

49,5

71,9

50,0

54,3

52,0

42,7

34,1

25,0

30,0

45,0

Portugal

82,0

47,0

41,6

32,7

20,2

17,0

Espagn e

20,4

23,2

33,3

31,4

22,3

22,4

28,3

39,4

32,0

34,0

99,0

88,0

81,0

25,0

24,3

27,5

23,6

20,1

19,2

19,3

18,6

18,6

18,3

28,9

28,0

30,0

Turquie

38,4

33,0

48,0

47,0

58,5

59,0

80,0

77,0

50,0

47,0

50,0

59,1

58,0

56,1

55,0

56,0

388,6

318,5

304,0

182,4

146,6

107,8

117,8

138,7

128,9

128,6

113,3

108,1

101,0

116,6

140,0

155,0

Europe 427,0 351,5 352,0 229,4 205,1 166,8 197,8 215,7 178,9 175,6 163,3 Sources pour le tableau et le graphique: Commission Européenne (1961-2015) et AREFLH

163,4

159,0

175,7

03,0

212,0

U.E

2000 2002

évolution de la production européenne, en milliers de tonnes 140 120 100 80 60 40 20 0 1961

1965

1970 FRANCE

1975

1980

1985

GREECE

1990

1995

ITALY

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

2000

2002

PORTUGAL

2005

2010 SPAIN

2012

2015

2016

2017

TURKEY

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

20


La production en Italie Les principales régions de production sont la Campanie (9.517 Ha pour 3.500 fermes), la Toscane (5.675 Ha pour 2.270 entreprises), la Calabre (7.608 hectares pour 2.484 entreprises), le Piémont (7.518 Ha pour 4.289 fermes) le Latium (1.007 Ha en augmentation pour 2.407 fermes) et l'Émilie-Romagne (5.662 Ha pour 1.491 entreprises). Les parcelles de châtaigniers sont de surfaces petites et moyennes. 40% de la superficie de la châtaigneraie italienne est comprise dans la classe de SAU 0 - 5 hectares, tandis que la superficie moyenne plantée est d’environ 1 hectare. Il est à noter que certaines données statistiques font état de surfaces très importantes mais qu’une partie seulement est effectivement cultivée. Ces châtaignes plus petites en calibre, produites par la châtaigneraie forestière non greffée, sont orientées vers le produit déshydraté et la farine.

Tableau – Fermes castaneicoles , superficies par région 2016 et variations de la superficie 2010-2016 et 2000-2010 Fermes (n.)

Superficies (ha)

Variation superficie (%)

Variation fermes(%)

2016/2010

2010/2000

2016/2010

2010/2000

Campania

3 501

9 517

-33,5

-13,2

-46,8

-50,1

Calabria

2 484

7 608

-14,9

-39,5

-48,0

-61,3

Piemonte

4 289

7 518

12,7

-30,5

5,8

-42,6

Toscana

2 270

5 675

-55,4

-35,6

-57,5

-38,1

Emilia-Romagna

1 491

5 662

80,9

-35,9

-5,0

-44,7

Lazio

1 007

2 407

-40,5

-31,8

-51,2

-66,3

Liguria

532

752

-16,7

-42,5

-35,4

-48,4

Abruzzo

118

668

96,9

-31,4

-17,5

-63,3

Basilicata

201

640

-47,4

-11,8

-66,8

-65,6

Trentino-Alto Adige

511

524

62,3

-11,9

-7,4

-42,7

Marche

227

401

-54,2

-55,5

-57,9

-62,1

Veneto

260

354

-6,5

-44,0

-37,3

-52,4

Umbria

196

321

-43,2

-49,2

-40,8

-62,7

Sicilia

482

292

-38,7

-52,3

-39,3

-76,2

Lombardia

150

245

-75,7

-7,6

-80,9

-49,0

Sardegna

65

109

-82,4

-56,3

-78,6

-81,7

Friuli-Venezia Giulia

49

24

-60,2

-12,8

22,5

-66,1

Valle d'Aosta

6

2

-97,2

-80,3

-97,8

-69,2

Molise

nd

nd

nd

-67,0

nd

-61,9

Puglia

nd

nd

nd

-27,8

nd

-55,0

Italia

17 839

42 719

-24,8

-54,3

-41,0

-31,6

Source: ISTAT, Censimenti Agricoltura 2000 e 2010 et Indagine SPA 2016

La production de châtaignes en Italie au cours des 6 dernières années (en tonnes) Production (en tonnes) Années

Source univ. de Turin Source FAO

2013 2014 2015 2016 2017 2018

31 000 34 000 39 000 42 000 45 000 45 000 (estimation)

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

52 948 49 054 48 705 50 889 50 399 ….

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

21


À partir de 2009, la production a subi une réduction drastique en raison des problèmatiques sanitaires causées par les fortes attaques du Cynips (Dryocosmus kuriphilus Yasumatsu). Cela a amené en 2014 la production italienne à un minimum historique La production d’aujourd'hui est en sensible récupération, en particulier dans le nord de l'Italie, grâce aux résultats positifs obtenus en luttant contre le Cynips, avec la lutte biologique qui utilise le parasitoide Torymus sinensis. La production en 2017 a été estimée par certains experts professionnels à environ à 30.000 tonnes. Pour cette période de fortes fluctuations, les données professionnelles et institutionnelles diffèrent sensiblement. L’organisation et le soutien à la production se fait autour de Groupements d’Action Locale portant des démarches de qualité qui ont abouti à la création de 9 IGP et 5 DOP. Tableau des signes de qualité (IGP, DOP, etc) production, transformation et opérateurs- 2016 Productions PRODUITS

Castagna del Monte Amiata Castagna di Cuneo Castagna di Montella Castagna di Vallerano Marrone del Mugello Marrone della Valle di Susa Marrone di Caprese Michelangelo Marrone di Castel del Rio Marrone di Combai Marrone di Monfenera Marrone di Rocca d'Aspide Marrone di San Zeno Farina di castagne della Lunigiana Farina di Neccio della Garfagnana

Transformation

Superfici Producteur e s (nº) (ha)

entreprises

(1) (2)

Opératoires (nº) Total

Producteurs/transformateurs (nº)

82 23 26 22 117 28 29 52 79 17 28 8 5

208,4 80,5 96,7 37,2 663,4 16,9 183,8 39,7 89,7 79,6 49,3 31,8 16,9

2 5 3 1 3 2 5 54 2 6 1 2 3

84 28 29 23 118 28 33 102 81 20 29 9 7

2 2 1 4 3 1 1

Miele della Lunigiana

IGP IGP IGP DOP IGP IGP DOP IGP IGP IGP IGP DOP DOP DOP DOP

35

-

9

37

7

Miele delle Dolomiti Bellunesi

DOP

8

-

9

9

8

Source ISTAT

La distribution régionale de la production en Italie

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

22


La production au Portugal Source des informations qui suivent: RefCast-Associação Portuguesa da Castanha/José Gomes Laranjo

La production de châtaignes portugaises est supérieure à 34 000 T pour une surface totale presque 39 000 Ha (Instituto Portugais de Statistic). Le prix moyen est en croissance, ayant atteint 2,78€/kg en 2018. Chiffres de la production portugaise 2012-2018

Superficie (Ha) Rendement (T/*Ha) Production (T) Price (€/kg)

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

34.810

35.170

35.350

35.600

35.720

36.760

38.870

0,66

0,85

0,63

0,93

0,90

0,81

0,88

22.870

29.810

22.230

33.210

32.080

29.880

34.160

1,64

1,74

2,16

1,5

1,791

2,07

2,78

Les principales zones de production sont organisées autour de 4 Dénominations d’Origine Protégées, qui se situent dans les régions de l’Alto Douro, le Trás-os-montes, Beira interior et Alentejo en zone d’altitude entre 600 m et 1.200 m. Aujourd’hui, des vergers commencent a être implantés sur les terrains fertiles du Minho, au niveau de la mer. Les surfaces, après avoir beaucoup diminué à cause de la maladie de l’encre, sont en cours de replantation (10.000 ha plantés jusqu’au début du XX siècle) et la production fruitière est de plus en plus importante. Cependant, elle ne satisfait pas la demande. Dans ces régions d’agriculture de montagne, elle joue un rôle essentiel d’ordre environnemental et social par le maintien d’agro systèmes marginaux et la participation à l’entretien et la conservation du patrimoine paysager. Le Portugal est un très gros exportateur de châtaigne. Le volume a augmenté au cours des dernières années en raison des problèmes rencontrés dans d'autres pays européens avec le cynips. En 2014 le Portugal a exporté presque 20.000 t, pour presque 60 M €. Au contraire, les importations sont autour de 1.500 t, pour en valeur de 3,7M €. Chiffre des exportations importations de châtaigne.

Export (t) Export (M€) Export (€/kg) Import (t) Import (M€) Import (€/kg)

et

Les quatre denominations d’origine protégée (DOP) de la chataigne : DOP Terra Fria (chataigne), DOP Padrela (blue), DOP Soutos da Lapa (vert) et DOP Marvão/Portalegre (jeune).

2012

2013

2014

2015

2016

2017

13.820

18.992

19.459

18.186

18.041

13.757

33,488

53,443

57,175

41,210

40,575

38,821

2,42

2,81

2,94

2,27

2,25

2,82

3.129

3.483

2.866

1.832

1.766

1.500

6,711

8,440

7,188

3,627

3,050

3,653

2,14

2,42

2,51

1,98

1,73

2,44

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

23


La production en Espagne Source des informations qui suivent: Red Estatal del Catano

La production de châtaigne espagnole, après avoir très fortement baissé, connait un regain depuis quelques années. Cela est dû à la fois à une politique de rénovation et de plantations active dans les régions de Galice et de Castilla y León, et à une évolution positive des rendements moyens qui peuvent atteindre 1,5 à 3,0 tonnes à l’hectare. Les principales zones de production sont la Galice et Castilla y León, l’Andalousie et l’Estrémadure. On trouve également des châtaignes forestières dans les Asturies, la Catalogne, la Biscaye mais la production n’y est pas significative. Au total, pour l’ensemble de la Châtaigneraie (bois et fruit), c’est plus de 270 000 Ha qui lui sont consacrés.

Extrémadure •

Les volumes de production sont les suivants: entre 4000-5000 tonnes en moyenne.

Zone de Villuercas : 1.500-2.000 tonnes, le reste se situe sur le nord de Cáceres sur la Vaca et Valencia de Alcántara.

Superficie :10.000 ha.

Les principales maladies: Chancre (Cryphonectria parasítica), Encre (Phytophthora cambivora y Phytophthora Cinnamomi). Verger de Guadalupe Extremadura

Castilla y León Production de châtaigne entre les années 2015 et 2018. Production (t) Province

2015

2016

2017

2018

Ávila

920

920

700

715

León

8.000

8.100

2.289

6.838

Salamanca

190

90

40

80

Zamora

500

350

225

500

Total Castilla y León

9.610

9.460

3.254

8.133

Burgos

Les principales variétés sont: Negral – Parede – Raigona – De Presa

Superficie : 28.400 ha.

Les principales maladies sont: o

Cynips du châtaignier (Dryocosmus kuriphilus).

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

24


o

Chancre (Cryphonectria parasítica).

o

Encre (Phytophthora cambivora y Phytophthora Cinnamomi).

o

Insectes foreurs (Zeurzera pyrina y Xileborus dispar).

o

Maladies du fruit: Ciboria batschiana (Zopf) , Phomopsis castanea (Sacc) y Gnomoniopsis castanea.

Andalousie D’accord les données de 2018 : Province de Málaga 4 500 T, principales variétés: Temprana De Jubrique - Pilonga. Province de Huelva 2.000 T, principales variétés: Helechal - Comisaria. Les superficies de productin, en Andalousie sont estimées à 9.000 Ha (Málaga 3.800ha. et Huelva 5.200ha) Principales maladies: • à Málaga, le cynips et l’encre. •

à Huelva, l’encre et le chancre (qui serait en recrudescence actuellement (2019)).

Galice Production de châtaigne entre les années 2014 et 2018. Années

2014

2015

2016

2017

2018

Production (t)

18.000

21.000

17.000

10.000

15.000

Les variétés existantes en Galice sont plus de 80, les principales sont les suivantes : Negral – Famosa – Amarelante – Parede – Ventura – Raigona La superficie totale est de plus de 70.000 ha., alors que celle pour la production de fruits est de 50.000 ha et en production de plus de 40.000 ha. Les principales maladies sont : • Cynips (Dryocosmus kuriphilus). •

Chancre (Cryphonectria parasítica).

Encre (Phytophthora cambivora y Phytophthora Cinnamomi)

Insectes foreurs (Zeurzera pyrina y Xileborus dispar).

Maladies des fruits: Ciboria batschiana (Zopf) , Phomopsis castanea (Sacc) et Gnomoniopsis castanea.

Apparition du Cynips (Dk) en 2011 en Catalogne, puis en 2013 en Cantabrie et dans les Asturies, en 2014 en Galice, Andalousie et Extremadure.

La production en France Sources : Interfel/CTIFL/RMN MinAgri

Le potentiel de production est passé de 75.000t en 1961 à 12.000 t en 2010 pour 10.000 ha de vergers et 8000T en 2017 La production française est de l’ordre de 8.000 tonnes en moyenne. Elle est majoritairement consommée ou exportée en frais. Les industriels français ont le plus souvent recours à des importations de produits épluchés et surgelés en Italie, en Espagne ou au Portugal. La fabrication de la crème de marrons et des marrons au naturel absorbe ainsi une part importante des importations. Ces dernières ont atteint 6 700 tonnes en coque et 2 000 tonnes de produit décortiqué (hors produit congelé), (en moyenne depuis trois ans). Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

25


Une part non négligeable du produit étant transformée (marrons entiers au naturel, crème de marrons, marrons confits…), il est difficile d’en estimer la consommation. La consommation totale (frais et industrie) serait de l’ordre de 300 g par personne et par an.

La production est assurée par deux types de vergers ayant leurs caractéristiques propres : • Un verger ancien appelé « traditionnel ». C'est le verger actuellement majoritaire, tant en surface qu'en volume de production. Il est constitué de dizaines de variétés de l'espèce européenne Castanea sativa. Il est issu de vergers souvent plusieurs fois centenaires. Il se caractérise également par une localisation principale en montagne dans des secteurs à fort handicap naturel. Ce verger a un rôle prépondérant pour l'équilibre des systèmes d'exploitation dans les zones défavorisées. Bien souvent le châtaignier est la seule possibilité de culture dans les pentes où il se trouve. •

Un verger récent constitué de variétés hybrides ou traditionnelles. Les variétés hybrides sont généralement issues de croisements volontaires entre l'espèce européenne Castanea sativa et les espèces japonaises (Castanea crenata) ou chinoises (Castanea mollissima).

On distingue la châtaigneraie fruitière de la châtaigneraie forestière, très importante en termes de surface.

La châtaigneraie fruitière est constituée de surfaces entretenues, plantées de châtaigniers sélectionnés pour la production des fruits et issus principalement de variétés greffées et de quelques variétés productrices directes.

La châtaigneraie forestière française a une superficie estimée à 1 million d'hectares, soit 50 % de la surface européenne. C'est la 3ème essence forestière française après les chênes et les frênes. La châtaigneraie forestière française est en grande partie issue des anciens vergers, dont certains ont été coupés au XXème siècle, en particulier pour l'exploitation du tanin.

Présence du cynips depuis 2007 dans les alpes maritimes puis ensuite à partir de 2012 contamination de toute la France. L’organisation de la lutte biologique a été coordonnée à partir de 2010 avec la création d’un comité de pilotage national sous l’influence du syndicat national des producteurs français de châtaignes.

Tableau de la production française de châtaigne en 2017 et 2018 Source Agreste Ministère de l‘Agriculture 9 000 8 000

2018

2017

moyenne quinquennale

7 000

tonnes

6 000 5 000 4 000 3 000 2 000 1 000 0 Sud-Ouest

Auvergne-Rhône-Alpes

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

France

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

26


Les principaux départements producteurs 2016

Les différentes utilisations du produit en France •

Consommation en fruits frais ou fruits de bouche Les quantités mises en vente sur le marché français du frais sont estimées à quelques 5 000 t, consommées en automne, plus particulièrement en octobre et novembre où sont réalisées près des 2/3 des ventes. Châtaignes et marrons peuvent convenir pour ce type de marché sans imposition de calibre. Il est cependant d’usage de ne pas dépasser les 100 fruits au kilo. Les fruits précoces de gros calibre et surtout les lots parfaitement sains sont mieux valorisés.

La transformation Ce secteur absorbe de plus en plus des importations de produits épluchés des pays producteurs (Portugal notamment) et surgelés. o Conserverie (35 % des volumes) : marrons entiers au naturel, fabriqués en France à partir d’importations. Cela nécessite des fruits non cloisonnés, s’épluchant bien mécaniquement, ayant un calibre compris entre 85/105 fruits au kilo, à chair restant ferme et ne se délitant pas après appertisation (brisures). o

Confiturerie (55% des volumes) : les confitures ou crèmes de marron et la purée de marrons sont fabriquées à partir de châtaignes et de marrons de petits calibres (>100 fruits au kg). L’origine française, sans spécification de nom de la variété, est encore mal valorisée.

o

Confiserie (10 % des volumes) : marrons glacés, marrons confits et marrons à l’alcool exigent des fruits non cloisonnés, s’épluchant bien, d’un calibre allant de 40 à 55 fruits au kilo, une chair restant ferme tout en étant moelleuse et ne cassant pas après les passages successifs dans les bains de sirop de sucre. Une partie est fabriquée en France à partir de marrons italiens épluchés et surgelés, le reste est directement importé d’Italie.

o

Usages secs (farine) : ce type de produit est en développement. Dans une région comme la Corse, il constitue même l’un des usages principaux.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

27


Les échanges et les marchés Sans surprise les premiers fournisseurs de la France sont l’Espagne, l’Italie et le Portugal alors que notre client le plus important est l’Allemagne Importations françaises en frais (moyenne 2014-2016)

Exportations françaises en frais (moyenne 2014-2016)

Démarches de qualité Des démarches de qualité ont permis la création de 2 AOP (Corse et Ardèche). Des dossiers d'AOP (châtaigne des Cévennes) et IGP (Périgord) sont en cours d'élaboration. L’homologation du Label Rouge « Marron » a été obtenu en 2016 pour les fruits de gros calibres.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

28


La production en Grèce Sources : Association of Imathia’s Agricultural Cooperatives/ Stephanos Diamandis

La production de la châtaigneraie grecque est mal connue. On retrouve ses vergers dans la plupart des zones de montagne. Elle est estimée à 12.000 tonnes par les professionnels, sur une surface de 10.000 hectares. La Grèce importe des châtaignes fraiches de Turquie et du Portugal et des produits transformés d’Italie et de Turquie. Les plantations de châtaigniers se sont développées depuis 7 ans en raison de l’augmentation des prix (qui ont plus que doublé). Du fait de la baisse de production en Italie les exportations de Grèce vers ce pays ont fortement augmenté. Les producteurs réinvestissent dans l’amélioration de leurs vergers et de nombreuses plantations ont été réalisées. L’Institut de Recherche Forestière encourage les producteurs à planter des cultivars grecs (ex Volos, Cretan..) qui sont gustatifs et faciles à peler. L’utilisation de souches hypo-virulentes contre la maladie de Chryphonectria parasitica a permis d’améliorer l’état sanitaire des vergers Tsoureki à la châtaigne sur tout le territoire et d’augmenter la production. Le combat contre la maladie de l’encre (Phytophtora) produit des résultats prometteurs. par application du phosphite de potassium en 2018 et 2019 dans les principales régions. En 2014, le cynips s’est introduit en Grèce et s’est développé rapidement dans de nombreuses régions. L’introduction du Torymus sinensis a commencé en 2018 et le pays espère ne pas connaitre la même chute de production qu’en Italie. Néanmoins les récoltes de 2019 et 2020 seront très certainement affectées. Le changement climatique se fait aussi sentir dans la zone méditerranéenne. Les mois de juin et juillet, traditionnellement secs, connaissent des épisodes de pluie et de forts orages. On observe en conséquence un développement de l’anthrachnose. Enfin le développement de pourritures (Gnomoniopsis castanea) est très préoccupant dans de nombreuses parties du pays. Un programme de recherche s’impose. L’industrie de la châtaigne est relativement marginale en Grèce. Des ateliers familiaux proposent des produits de type sirop, purée, marrons et crèmes. Une nouvelle unité de transformation devrait démarrer en 2020 en Arcadia er Peloponese. Tableau de la production française de châtaigne Régions Macédoine Est Macédoine Centrale Macédoine Ouest Ipirus Tessalonique Iles Ionienes Grèce de l’ouest Sterea Ellada Peloponnese Nord Egée Sud Egée Crète Total

Nombre producteurs 72 325 462 80 930 120 188 302 967 113 1 377 3.937

Source : Ministère grec de l’agriculture

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

Nombre fermes 77 433 409 106 1880 178 273 424 2752 211 1 1009 7.753

Hectares 15,8 154,5 156,1 84,1 697,3 107,7 167,7 160,3 1275,1 116,8 0,25 286,9 3.054,8

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

29


Les régions : 1. Eastern Macedonia - Thrace 2. Central Macedonia 3. Western Macedonia 4. Ipirus 5. Thessaly 6. Ionian Islands 7. Western Greece 8. Sterea Ellada 9. Attiki 10. Peloponnesus 11. Northern Aegean 12. Southern Aegean 13. Kreta Island

La production en Turquie Source Chambre de Commerce Izmir/ Institut Statistique de Turquie TSI

La production turque est estimée en 2018 à 63.580 tonnes. Dans les régions de la mer Egée et de Marmara, les cultivars greffés pour les châtaignes de gros calibres sont privilégiés. Dans la région de la mer noire, les agriculteurs récoltent les châtaignes de châtaigniers forestiers qui sont plus petites mais faciles à peler. Il s’agit d’une châtaigneraie traditionnelle d’altitude (400 à 1200 m). Les zones de production principales sont situées dans les régions d’Izmir et Odemis, à l’ouest, avec 70% des volumes, soit 35.000 tonnes, ainsi que dans la région de Bursa, au sud d’Istanbul, avec 20% des volumes, soit 15.000 tonnes et enfin 6 à 10.000 tonnes dans la région nordorientale de la mer noire. Après avoir connu un pic de production à 90.000 tonnes en 1970, les volumes récoltés régressent. Des dépérissements d’arbres sont signalés par les experts, en particulier dans la région de Bursa (maladie de l’encre phytophtora). Les principales régions de production de châtaigne

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

30


En 2016, la production était de 64.750 t majoritairement dans les provinces d’Aydin (39.3%), İzmir (17.9), Sinop (6.2%), Bartın (5.1%), Kastamonu (4.8%), Manisa (3.9%), Kütahya (3.8%), Denizli (3.3%), Bursa (3.3%), Zonguldak (2.1), Balıkesir (1.9%), Çanakkale (1.8%) et autres provinces (6.6%) (TSI, 2017). Les vergers de châtaigniers ont été créés à partir des variétés forestières locales. Les plantations n’ont cessé de diminuer depuis 1961 de 48.000 à 39.000 Ha. Le rendement hectare a aussi diminué de 2 tonnes/ha à 1,7 tonne/ha. La principale cause de cette diminution est considérée comme étant liée aux maladies ( Phytophthora et Cryphonectria parisitica) Evolution de la consommation turque de châtaignes

Source : FAO 2018

Commerce et marchés La Turquie exporte sa production principalement en frais, vers l’Europe : Italie, France, Allemagne (grâce à sa forte communauté Turque), mais aussi vers le Liban, Israël et les pays arabes du Moyen Orient. Les exportations en 2018 ont atteint 9.886 T. Pour ce qui concerne le futur, les exportations pourraient baisser sensiblement. Exportations : évolution quantités et valeurs ( FAO 2018)

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

31


2000

5000 2015

2013

2011

2009

2007

2005

2003

2001

1999

1997

1995

1993

1991

Importations : quantités et valeurs (FAO 2018)

1989

1987

1985

1983

1981

1979

1977

1975

1973

1971

1969

1967

1965

1963

0 1961

0

Figure 6. Turkey’s chestnut export quantity and value (FAO, 2018) Import quantity (t)

Import value (1000 US$)

2015

2013

2011

2009

2007

2005

2003

2001

1999

1997

1995

1993

0

1991

100 1989

100 1987

200

1985

200

1983

300

1981

300

1979

400

1977

400

1975

500

1973

500

1971

600

1969

600

1967

700

1965

700

1963

800

1961

800

0

Figure 7. Turkey’s chestnut import quantity and value (FAO, 2018) Policy

practices and organic agriculture (MFAL, 2017). In Turkey, chestnut domestic markets prices are Government policy is focused on funding research Sources : Johannes ARGE Zukunft Edelkastanie determined based Schantl on the /mutual interaction between through public institutions such as the Ministry of supply and demand factors; therefore, there has not Food, Agriculture, and Livestock, Turkish Scientific La châtaigne a une signification historique dans leResearch sud de Institution, l'Autriche. Par le passé, etc. les fruits des arbres universities, been any government intervention, evenforte though dans les forêts,en particulier à la lisière des bois, étaient collectés et utilisés pour la torréfaction et il étaient farmers could benefit promoting good agricultural

La production en Autriche

consommés avec le jeune vin en fermentation (appelé tempête). Il n’existe pas de données sur le volume de récolte. D'après certaines informations et une enquête de l'association ARGE Zukunft Edelkastanie, il est connu que certaines fermes vendaient plus de 1 000 kg de châtaigniers par an. Extrapolée à partir de ces informations, la quantité récoltée dans le sud de la 23 Styrie était d'environ 100 tonnes par an. Dans certaines régions du sud de la Styrie, les châtaignes jouent également un rôle important dans la production de bois. Ici, le châtaignier est le troisième arbre à feuilles caduques le plus important après le hêtre et le chêne. Présence de châtaignier comme arbre forestier en Styrie (part du stock de bois en%)

Au cours de ces dernières années, la cueillette de fruits dans les forêts a permis de réduire la perte de vieux arbres due à la brûlure du châtaignier. De l'autre côté, la production de châtaignes plantées dans les vergers est devenue de plus en plus intéressante. En fait, l'organisation autrichienne des marchés agricoles (AMA) a enregistré 111 hectares de vergers de châtaigniers plantés au cours des 20 dernières années. La plupart d'entre eux sont situés en Styrie (92 ha), d'autres en Basse-Autriche, en Carinthie et dans le Burgenland. Pratiquement toute la récolte (jusqu'à présent sans enquête statistique officielle) est destinée au marché du frais. Il existe dans le Burgenland une organisation locale qui traite et transforme 4 à 6 tonnes de crème par an. Actuellement, la production propre ne couvre qu'une petite partie de la demande. Néanmoins, la châtaigne est un fruit intéressant à planter dans de vastes zones de prairies et comme complément de produit pour les producteurs de fruits. Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

32


Les organisations suivantes tentent de développer l’attractivité de la châtaigne : En Styrie: • College of fruit and viticulture Silberberg (www.silberberg.at) • ARGE Zukunft Edelkastanie (www.steirerkestn.at) Dans le Burgenland: • Verein D'Kaestnklauba (www.kastanienfest.at/dkaestnklauba) •

Dans Carinthia:

Interessengemeinschaft Edelkastanie Oberes Drautal (www.edelkastanieoberesdrautal.at)

Chataigneraie âgée de 10 ans (St. Johann / Sud ouest de la Styria)

Nouveau verger (Gnas /Est de la Styria)

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

33


Les pays producteurs émergents Bien que non recensées par la FAO à ce jour, nous avons connaissance de productions dans plusieurs autres régions du monde, grâce à nos échanges professionnels.

L’Australie Source : Australian Chestnuts

La production 2017 est de 1.200 tonnes de châtaignes fraiches disponibles de mi-mars à juillet. La principale région est Victoria au sud-est du pays avec des variétés italiennes et hybrides françaises La commercialisation est fraîche et transformée sur le marché intérieur Les variétés : • Buffalo Queen •

Bouche de Betizac

Red Spanish

De Coppi Marone

Purtons Pride

Verger intensif dans la région de Victoria

Le Chili Source : Vivero Austral Ltd

La production de châtaignes au Chili est une production de faible importance. Il y a une production traditionnelle de châtaignes de semis, provenant d’arbres non greffés qui ont été plantés dans un but plus ornemental que productif. Cette production provient d’arbres isolés, plantés à côté des maisons. Pour cette raison, il n’y a pas de statistiques fiables sur la surface car l’institution réalisant ce travail ne considère que les vergers de plus de ½ hectare.

Vergers Valderama Chili

De ce fait, officiellement, la surface plantée en châtaigniers traditionnels est de 305 hectares avec 353 producteurs. Cela n’est pas en cohérence avec la production commercialisée qui dépasse les 2.800 tonnes à laquelle il faut ajouter une grande quantité destinée à l’autoconsommation).

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

34


Environ 50% de la production commercialisée est destinée à l’exportation vers l’Europe.

Les exportations (en tonnes) Années 2014 2015 2016 2017 2018

Tonnes 1 875 2 836 1 423 1 179 1 731

Le plus grand volume exporté de 2014-2015 s’explique par la baisse de la production européenne pendant cette période. L’exportation de 2018 comprend quelques 400 tonnes de marrons issus des nouvelles plantations.

Les nouvelles productions Depuis 2010 a commencé la plantation de vergers intensifs en haute densité (286 arbres/ hectare) avec des variétés de marrons italiens. Ce sont des vergers de grande surface individuelle (30 à 150 hectares), avec une bonne gestion agronomique et commerciale. En 2019, on recense 1.500 hectares de vergers intensifs de 1 à 8 ans qui ont produit 800 tonnes de marrons en avril 2019 et qui devraient produire 5.000 tonnes en quelques années. Les variétés plantées sont d’origine européenne : Marrone Cuneo, Marrone di Castello Borello, Marron Morado, Marron Negro, Marrone di Citta di Castello, Marrone di Val di Susa, Marrone di Marradi, Marrone di Chiusa Pesio, Bouche Rouge, Precoce Migoule. Le Chili est le seul pays d’Amérique du Sud qui développe la châtaigne.

Les États-Unis Source

: USDA

Les USA ont une production de châtaignes qui est peu représentative à l’échèle mondiale (1% de la production mondiale). En 2018, 919 exploitations produisent de la châtaigne pour 3,700 acres (1 acre : 4046,85 M2) Les principaux états producteurs sont le Michigan, la Floride, la Californie, l’Oregon et la Virginie. La production s’élève à 3200 tonnes métriques. Les prix de gros sont en moyenne de 0,73 à 2,50 dollars et 2,00 à 5,00 dollars au stade de détail, selon les marchés en frais ou pelées.

Les valorisations possibles Une assez large gamme de marchés : les marchés de producteurs, les magasins spécialisés, les produit prêts à l’emploi, les végétariens, les marchés éthiques, les fournisseurs de restaurants, les transformateurs de produits saisonniers, l’agrotourisme et la cueillette au champ.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

35


3- LES ECHANGES COMMERCIAUX Crédit photo: Gert Jan Kole flickr.com Sources pour ce chapitre : JL Bellat/Eurostat

Echanges commerciaux européens Importations dans l’Union Européenne Les échanges européens se sont modifiés quelque peu ces 15 dernières années depuis l’arrivée en 2002 en Italie du parasite chinois Cynipidé micro-hyménoptère Dryocosmus kuriphilus. Cette situation a bouleversé la production italienne et les flux commerciaux entre les pays européens mais aussi les importations en provenance des pays hors UE. Les pays européens importent ainsi 17 176 tonnes de châtaignes en provenance de pays extracommunautaires en 2016 pour un montant de 33,81 millions d’euros alors que seulement 7300 tonnes étaient importées en 2001 pour une valeur de 10,05 millions d’euros. L’Italie importe une partie relativement importante de châtaignes de l’ordre de 11 300 tonnes en provenance de Turquie pour les gros fruits mais aussi d’Albanie, des pays de l’Europe balkanique, et du Chili. Les importations de Chine ont baissé depuis les deux dernières années. D’autres pays européens importent en 2016 des volumes hors UE comme la Hongrie (1224 tonnes importées), la Slovénie (1046 T), les Pays Bas (1944 T), la Grande Bretagne (400 T) qui étaient auparavant en partie achetées en Europe. Au sein de l’UE, les pays européens échangent entre eux des volumes de l’ordre de 70 000 T pour un montant de 190 millions d’euros. Les importations italiennes sont les plus importantes et se font surtout avec l’Espagne (12 662 T), le Portugal (9 275 T) et la Grèce (3118 T). Au 2 ème rang des importateurs, la France importe aussi 13 500 T en provenance de l’Espagne (4790 T), du Portugal (3 800 T) et de l’Italie (2 900 T) mais aussi hors UE (312 T).

Exportations dans l’Union Européenne Les exportations européennes vers les pays hors UE sont à peu près du même ordre de grandeur depuis ces 5 dernières années : 17 100 tonnes en 2016 pour une valeur de 33,8 millions d’euros. L’Italie assure le plus gros volume avec 11 269 tonnes pour 24,3 millions d’euros. Les exportations se font vers le Canada, les Etats Unis, le Brésil et les émirats arabes, le moyen orient mais aussi le Japon et Taiwan.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

36


Graphiques des importations et des exportations dans l’UE Source Eurostat/ JL bellat

Volumes des Importations hors UE - données 2016 Autriche ; 224 T; 1%

Allemagne ; 135 T; 1% Autres UE; 346 T ; 2%

Espagne ; 74 T; 0% France ; 127 T; 1%

Slovénie ; 1046 T; 6% Portugal ; 86 T; 1%

Grande Bretagne ; 400 T; 2% Grèce ; 301 T; 2%

Pays-Bas ; 1944 T; 11%

Hongrie ; 1224 T; 7%

Italie ; 11 269 T; 66%

TOTAL : 17 176 Tonnes

Valeurs des Importations hors UE - données 2016 Allemagne ; 462 K€

Autriche ; 788 K€

autres UE; 1459 K€ Slovénie ; 1672 K€

Espagne ; 104 K€ France ; 166 K€ Grande Bretagne ; 926 K€ Grèce ; 478 K€

Portugal ; 221 K€

Hongrie ; 1293 K€

Pays-Bas ; 2935 K€

Italie ; 24 231 K€

TOTAL : 34,73 millions d'euros

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

37


Valeurs des Exportations hors UE - données 2016

Portugal ; 5392 K€ ; 16%

Autres UE; 636 K€; 2%

Espagne ; 1864 K€ ; 5% France ; 3749 K€; 11% Grèce ; 289 K€; 1%

Italie ; 22659 K€; 65% TOTAL : 34,59 millions d'euros

Volumes des Exportations hors UE - données 2016 France ; 753 T; 10%

Espagne ; 463 T; 6%

Grèce ; 284 T; 4% autres UE; 281 T; 4% Portugal ; 1385 T; 19%

Italie ; 4274 T; 57% TOTAL : 7440 Tonnes

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

38


Echanges commerciaux entre pays européens Italie Volumes importés par l'Italie 2007 - 2017 en tonnes 45 000 40 000 35 000 30 000 25 000 20 000 15 000 10 000 5 000 0

39 954 32 434

38 325 32 053 21 792

18 342 7 332

6 047

6 080

6 810

9 030

Italie - Volumes Exportations vers Pays Européens 8 944 Tonnes - données 2016 Royaume-uni; 959 T

Slovaquie; 61 T Allemagne; 2 971 T

Roumanie; 34 T Hongrie; 128 T

France; 2 172 T

Espagne; 3 T

Autriche; 1 769 T Belgique; 111 T

Graphique JL BELLAT

Italie - Volumes Exportations hors UE : 4 274 Tonnes - données 2016

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

39


Italie - Volumes Importations Pays Européens 27 056 Tonnes - Données 2016

autres U.E 28; 26 T Slovenie; 595 T

Allemagne; 51 T Bulgarie; 731

Portugal; 9275 T

Chypre; 96 T Espagne; 12 662 T

Hongrie; 16 T Grèce; 3118 T France; 486 T

Graphique JL BELLAT

Italie - Volumes importés Pays hors UE : 11 269 Tonnes - données 2016

Portugal Le Portugal exporte une grande partie de sa production. • 50 à 60% exportées, soit 25.000 tonnes •

Les gros calibres sont exportés en frais, vers le Brésil (2.000 t), mais aussi vers l’Italie, la France, l’Espagne et le Royaume Uni.

Traditionnellement le Portugal (avec l’Espagne) approvisionne en petits fruits frais les industries de transformation de France et d’Italie.

Des usines de première transformation se sont développées depuis les années 1990. Les calibres moyens subissent au Portugal une phase de première transformation : fruits pelés et surgelés. Ils seront exportés vers les autres pays européens pour l’industrie du marron.

Les fruits de moindre calibre et de qualité sont exportés vers les fabricants de crème et purée de marron (en France, et Italie).

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

40


Portugal - Volumes Exportations vers pays Européens 19 374 Tonnes - données 2016 autres UE 28; 6

Allemagne; 409 Espagne; 3209

Royaume-uni; 124

France; 4 052

Italie; 11512

Portugal - Volumes Importations Pays Européens

Graphique JL BELLAT

Portugal - Volumes Exportations 1 449 Tonnes - données 2016 hors UE : 1385 Tonnes (2016)

Portugal - Volumes Importations vers pays Européens Pays Bas; 90 T

autres U.E 28; 1 T

Italie; 5 T

Grèce; 180 T France; 2 T

Graphique JL BELLAT

Espagne; 1171 T Portugal - volumes Importations Pays hors UE : 86 Tonnes - données 2016

Espagne •

La production de l’Espagne est très étalée de fin septembre à mi-novembre et propose « de gros volumes moins chers ».

Les châtaignes fraiches de calibre moyen sont exportées vers les entreprises de transformation françaises et surtout italiennes. Ces volumes ont fortement augmenté ces cinq dernières années surtout vers l’Italie, en forte demande de châtaignes.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

41


Des unités de première transformation se sont développées à partir des années 1980. Une grande partie des marrons transformés (pelés surgelés) en Espagne sont exportés vers la France, la Suisse et la Belgique, à destination d’un marché industriel et pour les grandes enseignes spécialisées dans le marché du surgelé. Espagne - Volume Exportations vers pays Européens 19 567 Tonnes - données 2016 autres UE 28; 130 T Royaume-uni; 73 T Portugal; 2426 T

Allemagne; 197 T Belgique; 20 T Danemark; 7 T France; 3 456 T Hongrie; 167 T

Pays-bas; 56 T

Italie; 13 035 T

Graphique JL BELLAT

Espagne - Volumes Exportations hors UE : 76 Tonnes - données 2016

Espagne - Volumes Importations Pays Européens 3 236 Tonnes - données 2016 autres U.E 25; 26 T Slovenie; 21 T

France; 30 T Italie; 154 T Grèce; 132 T

Portugal; 2 872 T Graphique JL BELLAT

Espagne - Volumes Importation hors UE : 74 Tonnes - données 2016

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

42


France La France exporte environ 42,5% de sa production essentiellement en frais. Au total, ce sont 3.392 tonnes qui sont exportées en 2016. Ce volume est à peu près constant ces dernières années en fonction de la production. • Les exportations se font majoritairement vers l’Europe (77,5 %) vers l’Allemagne principalement, la Belgique, le Luxembourg et le Royaume Uni mais aussi vers les pays hors UE (22,5 %) comme la Suisse (706 T) et le Japon (29 T). Au total, ce sont 3 336 tonnes qui sont exportées vers les pays européens.

France - Volumes Exportations vers Pays Européens 2630 Tonnes - données 2016 Royaume-uni; 153 T Pays-bas; 59 T

Suede; 12 T autres UE 28; 41 T

Luxembourg; 44 T Italie; 459 T

Allemagne; 1 383 T

Grèce; 23 T

Espagne; 203 T Belgique; 249 T

France - Volumes importations Pays Européens 8 756 Tonnes - données 2016 Allemagne; 173 T autres U.E 28; 28 T

Chypre; 104 T

Portugal; 1317 T Pays-bas; 197 T

Italie; 2018 T Espagne; 4792 T

Graphique JL BELLAT

France - Volumes Importation hors UE : 127 Tonnes - données 2016

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

43


Grèce La Grèce s’est spécialisée dans la production de fruits de gros calibre et devient l’un des principaux fournisseurs de l’Italie depuis 5 ans. Elle échange aussi avec des pays voisins comme la Bulgarie, la Roumanie et Chypre.

Grèce - Volumes Exportations vers Pays Européens 3258 Tonnes - données 2016 Roumanie; 38 T Portugal; 78 T Espagne; 132 T

autres UE 28; 12 T Allemagne; 136 T Bulgarie; 116 T Chypre; 72 T

Italie; 2674 T Grèce - Volumes Exportations hors UE : 284 Tonnes - données 2016

Grèce - Volumes Importations Pays Européens 261 Tonnes - données 2016

autres U.E 25; 72 T; 28% Italie; 1 T; 1%

Allemagne; 1 T; 1% Bulgarie; 113 T; 43%

France; 45 T; 17%

Chypre; 29 T; 11%

Graphique JL BELLAT

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

44


4- CONSOMMATION et TRANSFORMATION EN EUROPE La consommation Une consommation qui régresse en même temps que la production Principales caractéristiques : • Fruit traditionnel qui servait d’aliment de base des populations rurales •

Consommation ponctuelle à l’automne en fruit frais (période de récolte) et en fruit transformé, marrons glacés, marrons en conserve (dinde aux marrons) pour les fêtes de Noël.

Consommation de châtaignes grillées dans les rues pendant les mois d’hiver.

Dualité contradictoire du produit : aliment simple du pauvre (population rurale) et produit festif de luxe (marrons glacés).

Produit difficile à préparer, à l’état frais, par le consommateur. Il faut enlever les 2 peaux pour pouvoir le cuisiner.

Globalement, la consommation européenne régresse en accompagnant la baisse de la production. Le contexte général : • Manque de temps du consommateur moderne qui délaisse ces fruits car ils sont trop compliqués à éplucher. •

Recherche permanente d’arguments santé, insuffisamment mis en avant dans l’univers de la châtaigne.

Oubli du produit qui « décore » encore les étals de fruits et légumes d’automne, mais qui n’est consommé qu’à l’automne et au moment des fêtes de Noël.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

45


Il est donc nécessaire de développer une communication en direction des consommateurs et des distributeurs pour capitaliser une image du produit qui reste encore largement positive. Cette communication doit s’adresser tout spécialement aux jeunes qui sont largement sous-consommateurs de fruits et légumes et de châtaignes en particulier.

En Italie, France, Espagne et Portugal La consommation italienne est principalement orientée vers le fruit frais pour 45 à 50 %. Pour les marrons, la part des débouchés pour la transformation agroalimentaire est supérieure à la moyenne européenne, 40 % sont consommés en produits de confiserie et produits pelés surgelés, 10 % à destination de produits déshydratés et de la farine. En France, selon les années, la production nationale est principalement consommée par le marché de frais et commercialisée par les groupements organisés de producteurs mais aussi des opérateurs commerciaux. Seuls les marrons de petits calibres et les fruits cloisonnés sont exploités par l’industrie de la transformation, principalement en purée en Ardèche et en farine en Corse. Les châtaignes importées sur le territoire français sont utilisées pour 90 % pour les besoins de l’industrie agroalimentaire, transformées pour la confiserie et pour la conserve et consommées pour les fêtes de Noël. En Espagne mais aussi au Portugal, malgré des zones de production clairement identifiées, la commercialisation est très dispersée et réalisée principalement par des opérateurs commerciaux privés. Il existe très peu d’organisations de producteurs ayant un poids significatif sur le marché. La consommation se fait essentiellement en frais et à l’automne, parfois sous forme de châtaignes séchées.

La transformation La châtaigne est un fruit frais qui se consomme presque toujours cuit, grillé ou bouilli après pelage. C’est assez naturellement que ce fruit a rapidement montré un intérêt particulier pour de nouvelles transformations permettant une alternative de valorisation intéressante et ainsi accroitre la diversité de l’offre de produit auprès des consommateurs. Des transformations primaires ont permis d’améliorer la conservation par séchage des châtaignes. La première transformation connue est le confisage avec la production de marrons glacés. Elle est de loin la plus ancienne méthode utilisée pour transformer le marron par une cuisson lente dans un sirop de sucre qui diffuse dans le fruit. La France et l’Italie sont les leaders incontestés de cette transformation de confisage et ont acquis un savoirfaire précis pour la préparation de ce produit. Plus récemment dans les années 70, l’industrie du pelage s’est développée avec l’apparition de matériel pour le pelage par brûlage des châtaignes et pour répondre à de nouvelles demandes de consommation. Progressivement, les pays européens producteurs de châtaignes se sont équipés d’unités de transformation industrielle pour le pelage des marrons et châtaignes, mais aussi pour la fabrication de crème et purée de marrons. La France, à l’origine de la création de ces outils industriels, a favorisé le développement d’une vingtaine d’unités industrielles de transformation qui se sont déployées dans les deux principaux bassins de production que sont

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

46


l’Ardèche et le Périgord Limousin et l’Occitanie, avec une production annuelle de 13 900 tonnes qui génère ainsi un chiffre d’affaires de 119 millions d’euros. En Italie, dans la région d’Avellino en Campanie, dans le Piémont, le Latium et la Toscane, des usines se sont créées autour de cette production en élaborant des châtaignes pelées surgelées mais aussi des marrons confits et glacés. L’Italie est le pays européen ou la consommation de produit transformé est la plus importante et son industrie de transformation est très diversifiée. La production italienne regroupe des petites entreprises artisanales et des PME dans les régions productrices de châtaignes qui produisent 40.000 à 45.000 Tonnes et réalisent un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros. Au Nord-Ouest de l’Espagne, dans la région de Galice productrice de plus de 70 % de la production espagnole mais aussi dans le Léon, deux usines de marrons glacés et crème et trois usines de châtaignes pelées surgelées, se sont développées à partir des années 80 avec d’autres petites entreprises artisanales pour transformer 7 000 à 8 000 Tonnes, générant ainsi environ 45 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une partie de ces produits transformés est exportée dans les autres pays européens et au Japon. Au Portugal, à partir des années 90, quatre usines de transformation de châtaignes pelées surgelées se sont créées dans les régions du nord (Trás-os-Montes) qui concentrent la production de la châtaigneraie portugaise. Cette production industrielle de 15.000 à 18.000 Tonnes pour un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros est essentiellement tournée vers la transformation de châtaignes pelées surgelées qui sont exportées à 80 % vers les autres pays européens et le Brésil. Plus de la moitié de la production européenne de châtaignes cultivée et récoltée est actuellement destinée à la transformation industrielle et artisanale avec environ 68 500 tonnes de châtaignes élaborées produites. La production industrielle a pris, depuis ces dernières années, beaucoup plus d’importance car elle apporte de nouvelles possibilités de consommation pour la châtaigne, dans un monde de consommation urbaine à la recherche de produits naturels et sains, mais aussi faciles à consommer. De plus ces dernières années, l’émergence de l’intolérance au gluten (la protéine contenue dans certaines céréales, comme le blé en particulier), a vu le développement par les industriels de toute une gamme spéfique de produits sans gluten, à base de châtaigne par exemple, qui elle n’en contient pas : pâtes, biscuits, pains La châtaigne est un fruit très éclectique, de par la multiplicité d’aspects de sa consommation au cours d’un repas. Les produits transformés, élaborés sous diverses formes, facilitent l’utilisation de ce fruit naturel et sylvestre dans de nombreuses préparations culinaires. La transformation de la châtaigne est concrètement une réponse pratique aux besoins diététiques de la consommation moderne et aux équilibres nutritionnels demandés aujourd’hui par les consommateurs en quête d’une meilleure hygiène de vie.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

47


EUROPE

Quantité annuelle

Marché de distribution

C.A. en Millions d’euros

Marrons glacés et confits, confiserie dont prod. artisanale

4230 t 200 t

Gros & détail, Distribution GMS et artisanale

88,5

Crèmes et purée de marrons dont prod. artisanale

8600 t 150 t

Gros & détail, Distribution GMS et artisanale et marché bio

43

Marrons pelés surgelés dont prod. artisanale

32800 t 400 t

Gros & détail, Distribution GMS et artisanale et marché bio

135,5

Marrons pelés en conserve et sous vide dont prod. artisanale

9070 t 300 t

Gros & détail, Distribution GMS et artisanale et marché bio

105,5

Farine de châtaigne et Châtaignes séchées, produits secs dont prod. artisanale

4500 t 150 t

Gros & détail, Distribution artisanale et marché bio

45,5

Source : J L Bellat

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

48


5- ELEMENTS MICRO-ECONOMIQUES Eléments économiques à la production - cas de la France Source UICSO

Les rendements : 0.5 à 1,5 T/Ha en verger ancien et 1 à 3 T/Ha en verger récent

Les coûts de production : variables de 0,50€/kg à 1,50/kg hors coût de récolte

Les frais de récolte sont variables de 0,50€/kg (récolte mécanique avec subvention sur le matériel) à plus d'1 €/kg (récolte manuelle). La récolte est le plus souvent réalisée par l'exploitant. Ce temps de travail est généralement rémunéré en dessous du coût de la main d’œuvre salariée.

Le coût de plantation d’un verger rationnel irrigué : 10.000 €/Ha

Le coût de remise en état châtaigneraie abandonnée : très variables en fonction de l'état, de l'accessibilité et des travaux à réaliser (élagage notamment) : estimation : de 1 500 €/ha à plus de 7.000 €/Ha

Prix à la production Marché du frais : 2.60 à 3.30 €/kg Marché de la transformation : 1.80 à 2.60 €/kg pour le pelage industriel 1,20 à 1,60 €/kg pour la crème et la purée de marrons 4.00 à 5.00 €/kg pour le marron glacé

Prix à la consommation Marché du frais : Marché de la transformation : 20 à 30 €/kg (prod. artisanale) :

4,50 à 6,90 €/kg rendement moyen 2 kg de fruits frais = 1 kg de fruits pelés Châtaignes transformés bio : 4 kg de fruits frais = 1 kg de farine produite 18 à 22 €/kg (prod. Industrielle)

Prix publics moyens Marchés grand public Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

49


Production artisanale

Produits industrie

Châtaignes au naturel (épluchées, 12 à 18 €/kg cuites, en conserve)

8,5 à 15 €/kg

Farine de châtaigne 10 à 15 €/kg

8 à 12 €/kg

Crème de marron

10 à 18 €/kg

De 3 à 6 €/kg

Purée de châtaigne

10 à 15 €/kg

2,5 à 5 €/kg

Châtaignes fraîches en barquette prêtes Pas de produits 12 à 16 €/kg à consommer Les prix de vente grand public permettent aujourd’hui une rémunération intéressante pour la production.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

50


6- PERSPECTIVES EUROPEENNES La filière châtaigne possède de nombreux atouts pour se développer. Elle doit cependant surmonter plusieurs contraintes pour y parvenir.

Les atouts Le marché •

Un marché non satisfait en volume, qui doit faire appel à des fruits d’importation hors UE pour être approvisionné (Turquie, Chine, Corée)

Des prix consommateurs qui peuvent permettre de rémunérer les différents acteurs de la filière (producteurs, metteurs en marché, transformateurs).

Une augmentation régulière des ventes de produits transformés.

Les produits •

Une industrie de la transformation dynamique (première transformation et produits frais) : Italie, France, Espagne, Portugal

Une gamme très variée de produits à base de châtaignes pour des recettes salées ou sucrées : o

la châtaigne fraîche : un plaisir d'automne et d'hiver, à manger grillée ou cuite à l'eau (purée, châtaigne entière en accompagnement de plats, etc.).

o

les produits secs : farine, châtaigne entière sèche, brisures (à utiliser comme le riz), pâtes, etc.

o

les douceurs : crèmes et confitures, marrons glacés, pâtisseries, etc.

o

les boissons : sirops, liqueurs, bières, etc.

o

les soupes, terrines et autres charcuteries à la châtaigne, etc.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

51


Des conditionnements variés : fraîche, en conserve, surgelée, sous vide, etc.

Un réel atout santé : un aliment sans gluten. La maladie cœliaque ou l’intolérance au gluten est de nos jours l’une des maladies digestives les plus fréquentes. On estime qu’une personne sur 100 peut développer cette maladie en Europe. La prévalence semble identique dans le continent nord-américain. En France, seulement 10 à 20% des cas seraient aujourd’hui diagnostiqués. (Source : Association Française Des Intolérants Au Gluten - www.afdiag.fr)

Des caractéristiques diététiques favorables : o

Du tonus : La valeur énergétique de la châtaigne est comparable à celle des céréales (180 Kcal pour 100g). Par ailleurs ses sucres présentent l’intérêt de libérer progressivement leur énergie ; elle est donc idéale pour les sportifs et la résistance à l’effort.

o

De l’équilibre : Ses protéines accompagnées d’un laitage, donnent un équilibre alimentaire parfait.

o

Des minéraux : Elle est généreuse en potassium et magnésium qui aident à lutter contre le stress et la fatigue et bien pourvue en calcium, fer et oligo-éléments.

o

Des vitamines : L’apport en vitamines C de 100 g de châtaignes est équivalent à 100 g de citron.

o

Des acides gras insaturés favorables à la prévention des maladies cardio-vasculaires.

Les terroirs et les hommes •

Un lien souvent très fort à un terroir, un bassin de production : on parle parfois de « civilisation du châtaignier » : cet arbre a nourri les hommes et les animaux pendant des générations. Son bois a servi au chauffage, au charbon de bois, à fabriquer des meubles, des tonneaux, du parquet, des charpentes, le bardage des maisons, etc. Il a façonné les paysages de régions entières. Aujourd'hui, nombreux sont les femmes et les hommes passionnés par cet arbre et son fruit : o

Les producteurs de châtaigne bien sur,

o

mais aussi de nombreuses personnes qui perpétuent la connaissance du châtaignier à travers des associations, des fêtes et manifestations, des musées, des actions d’éducation en direction des enfants, des livres de cuisine, des menus « châtaigne » dans des restaurants, des spécialités culinaires..... autant d'ambassadeurs de la châtaigne.

o

La châtaigneraie apporte une contribution essentielle à l'attrait touristique des régions de production grâce à l'entretien de paysages remarquables, et au patrimoine agricole et architectural qui lui est associé.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

52


La châtaigneraie et l'environnement. •

L'entretien des vergers tient un rôle très important dans la lutte contre les incendies.

La châtaigneraie fruitière est encore majoritairement constituée de vergers anciens. Ils sont composés de grands arbres avec des sous-bois entretenus. Ils ne sont comparables qu'avec très peu d'autres habitats naturels, forestiers ou agricoles. Les peuplements forestiers exploités pour le bois sont souvent plus jeunes et les arbres de plus petite taille. Les châtaigniers anciens sont truffés de grosses cavités et d'anfractuosités dans leur écorce. Ils abritent une diversité biologique exceptionnelle, notamment : o

Oiseaux, en particulier les espèces cavicoles (pics, chouette, hibou, etc.).

o

Mammifères cavernicoles : chauve-souris (chiroptères). Au niveau européen, la directive (CEE N°92/43) « Habitats-Faune-Flore » indique que toutes les espèces doivent bénéficier d’une protection stricte.

o

Insectes saproxyliques : On parle d’insecte saproxylique pour les espèces qui dépendent pendant une partie de leur cycle de vie, du bois mort ou mourant, de champignons arboricoles ou de la présence d’autres organismes se nourrissant du bois mort. Les espèces saproxyliques appartiennent à l’une des communautés d’invertébrés les plus menacées à l'échelle européenne.

Production d'énergie renouvelable : Même si c'est un « produit secondaire » de la châtaigneraie, le bois de taille peut représenter également une source de bois-énergie non négligeable.

Contribution au stockage de carbone : Notions de « puits de carbone agricole»

L'agriculture, entre autres particularités, n'est pas seulement une source d'émissions de gaz à effet de serre (GES) comme les autres secteurs de l'économie, mais peut fournir également des « puits de carbone », c'est à dire un moyen de stockage (ou « piégeage » ou « séquestration) du principal GES anthropique, le dioxyde de carbone ou CO2, dans la biomasse (la matière Élagage de châtaignier - Photo ©Cica/Rissoan organique ) du sol et des plantes. Ce sont le plus souvent les prairies, surtout les «prairies permanentes» (prairies naturelles, landes, pelouses...), qui sont citées comme exemple agricole de puits de carbone, car elles ont généralement une activité biologique du sol (la «vie du sol») plus importante et un taux de matière organique plus élevé que la plupart des autres types d'occupation agricole . Or, la châtaigneraie traditionnelle représente un type de stockage agricole encore plus performant (ramené à l'hectare) que les prairies, en raison du rôle déterminant des châtaigniers dans la séquestration du carbone (stock et flux du carbone) dans la biomasse ligneuse.

La production Une production avec peu d'intrants favorisant le développement de la certification en agriculture biologique. •

L'agriculture à « haute valeur naturelle » (HVN)

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

53


L’Agence Européenne de l’Environnement (AEE) définit les zones à HVN comme des « zones d’Europe où l’agriculture est une forme majeure (généralement dominante) d’utilisation de l’espace et où l’agriculture est à l’origine – ou est associée à – une grande diversité d’espèces et d’habitats et/ou à la présence d’espèces d’intérêt européen » (Andersen, 2003). La majeure partie de la châtaigneraie fruitière européenne entre dans ce cadre.

Une production appuyée par des organismes de recherche et d’expérimentation performants :

Un

réseau

français

structuré :

INRA/CTFL/INVENIO/SEFRA/ARMELR/AREFLEC travaillent de manière concertée sur un programme diversifié :

Photo ©Cica/Rissoan

o

matériel végétal : sélection variétale, porte-greffes tolérants aux maladies, résistance à la sécheresse : de nouvelles variétés hybrides créées en France tolérantes aux principales maladies et ravageurs et adaptées à certaines conditions de production.

o

conduite culturale : verger moderne, amélioration du travail en verger traditionnel

o

État sanitaire des fruits : lutte en verger contre carpocapse, balanin et pourritures.

Université Trás os Montes au Portugal : développement des productions portugaises

Universités en Italie en particulier celles de Torino, Firenze, Padova,Viterbo, Italian National Research

Une concertation européenne dans la lutte contre le cynips, initiée par les castanéiculteurs et basée sur l’expérience de l'Université de Turin et l'Institut National de Recherche Agronomique (INRA) de Sophia Antipolis.

Des techniques de récolte en vergers traditionnels permettant de pallier, en partie, la baisse de la main d’œuvre familiale : mécanisation avec aspirateurs, filets, etc.

Des coûts d'installation de nouveaux exploitants, sur vergers existants, relativement faibles en comparaison d'autres productions agricoles.

La châtaigneraie traditionnelle combine souvent deux productions : la châtaigne, plus une forme de culture permanente extensive : l'herbe sous les arbres est utilisée pour le pâturage des élevages extensifs.

Une opportunité pour la diversification des agriculteurs grâce au tourisme : visites de vergers, transformation et vente de produits à la ferme, hébergement, restauration, etc.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

Photos ©Cica/Rissoan

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

54


Les contraintes Le marché : •

Diminution progressive de la consommation de fruits frais.

Un produit qui bénéficie de très peu d’efforts de promotion.

Un produit peu identifié pour l’origine de ses productions.

Une concurrence chinoise qui s’installe depuis 2005 avec des prix bas tant sur le frais que le transformé.

Une concurrence intracommunautaire du fait de coûts de production différents entre pays de l'Union Européenne.

Pas ou peu de normalisation pour le commerce du fruit frais.

La production : •

Un ravageur qui touche la quasi-totalité des variétés traditionnelles et hybrides : le cynips du châtaignier (insecte qui entraîne une forte baisse de production). Il fait craindre une accélération de l'abandon des vergers. Il perturbe également la filière pépinière.

Un verger ancien majoritaire dans tous les pays, qui est progressivement abandonné malgré les efforts de remise en production engagés dans de nombreuses régions.

Un verger principalement situé en zone à fort handicap naturel, entre 300 et 1200 m d’altitude, en zone sèche, à forte déprise agricole.

Un réseau de producteurs âgés qui diminue en même temps que disparaît l’économie familiale agricole et ces régions.

Une partie des vergers traditionnels est productive mais une autre reste inexploitée et laissée à l'abandon, notamment par manque de volonté des propriétaires.

Des variétés traditionnelles sensibles aux maladies et ravageurs : phytophthora, chancre de l’écorce, cynips, etc.

Un manque de porte-greffes adaptés à la production en zone sèche.

Des prix à la production parfois insuffisants, en particulier pour la châtaigne destinée à la transformation industrielle.

Des vergers traditionnels confrontés, dans de nombreux secteurs, à une augmentation des dégâts de la faune sauvage, en particulier le sanglier : châtaignes mangées, enfouies et salies, etc.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

55


7- CONCLUSION La châtaigne possède de nombreux atouts (naturel, bon pour une alimentation saine et équilibrée, avec une gamme très large d’utilisations en cuisine et pour le grignotage), Elle contribue très positivement à la lutte contre le réchauffement climatique. Elle est essentielle à l’activité humaine et économique de nombreux territoires ruraux. Toutefois, pour retrouver son potentiel et sa place sur la scène mondiale, elle doit parvenir à maitriser les maladies et ravageurs qui handicapent et obèrent ses récoltes et retrouver une dynamique de plantation. De plus, il est important qu’elle s’inscrive dans une politique de communication forte et continue auprès des consommateurs et des distributeurs pour s’enraciner durablement dans les nouveaux modes de consommation.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

56


8- PRÉSENTATION DU RÉSEAU EUROCASTANEA Le réseau européen de la châtaigne est composé de : • L’AREFLH (Assemblée des Régions Horticoles d’Europe) qui assure le secrétariat du réseau, Et des organisations représentatives du secteur de la châtaigne des principaux pays producteurs en Europe : •

La Red Estatal del Castano (Espagne)

Le Syndicat National des Producteurs de Châtaignes de France, SNPC

Refcast – Associação Portuguesa da Castanha (Portugal)

Le Centro di Studio e Documentazione sul Castagno, CSDC ( Italie)

Ce réseau s’est donné pour missions : •

De représenter, défendre et promouvoir les intérêts communs des producteurs, des industriels et des opérateurs commerciaux de la filière châtaigne dans l’économie européenne et mondiale.

D’organiser le dialogue, la concertation, l’étude et l’action communes entre ses membres.

De renforcer la représentation de la filière châtaigne auprès des institutions européennes et des pouvoirs publics régionaux et nationaux.

De promouvoir la relance et la rénovation de la châtaigneraie européenne.

D’organiser les Journées européennes de la châtaigne en partenariat avec l’organisation accueillante.

D’organiser toute mission d’étude, de susciter tout programme de communication, de favoriser toute coopération dans les domaines scientifiques, techniques ou économiques.

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

57


Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

58


LIVRE BLANC DE LA CHATAIGNE en EUROPE Document publié par le réseau EUROCASTANEA et l’AREFLH, l’Assemblée des Régions Européennes, Fruitières et Horticole eurocastanea@areflh.org +33 (0) 771 445 303 www.eurocastanea.org www.areflh.org

Livre blanc de la châtaigne EUROCASTANEA / AREFLH

www.eurocastanea.org / www.areflh.org

59

Livre Blanc de la Châtaigne 2019  

Enrayer le déclin de la châtaigneraie européenne pour répondre aux besoins du marché intérieur, et préserver l’équilibre économique, social...

Livre Blanc de la Châtaigne 2019  

Enrayer le déclin de la châtaigneraie européenne pour répondre aux besoins du marché intérieur, et préserver l’équilibre économique, social...

Profile for areflh
Advertisement