Page 1

mars 2010

| n°205

Chaperon-Vert,

nouvelle formule

|7

Auteurs du Val-de-Bièvre

|9

MiLibris :

la nouvelle méthode de lecture

| 21

Régionales : 

quiz et mode d’emploi

| 28

|18 | Découvertes|

L’école Tous les rendez-vous de mars

Olympe de Gouges se dévoile Le 8 mars, les élèves de Joliot-Curie feront leur rentrée dans la toute nouvelle école Olympe de Gouges, 54/56 avenue Lénine. Un bâtiment particulièrement à la pointe en matière d’économies d’énergie.


mars 2009 Carnet de route du maire 22 000 Arcueillais en 2014

|5

3D, le retour « Dulcie » bien dans son basket Chaperon-Vert new-look Observatoire de la propreté

| | | |

6 6 7 8

DR

Actualités

Dossier |9

L’interview du mois Jean-Pierre Raffaëlli, responsable du Resto du Cœur du Kremlin-Bicêtre | 13

Vues - In situ Écoles en vues Expositions en vues Chorale en vues

Le nouveau visage du Chaperon-Vert | 7 | Actualités |

Un nouveau programme d’habitat privé et social va permettre la construction de près de cinq cents logements en lieu et place de l’ancienne école Joliot–Curie. Livraison prévue fin 2012.

| 14 | 15 | 15

Auteurs et vallée | 9 à 12 | Dossier |

Centrale Nouveau : la braderie carnaval

Être, ou ne pas être à la page : telle est la question. Vendredi 26 et samedi 27 mars, la médiathèque Louis Pergaud accueillera les 1ères Rencontres des auteurs du Val-de-Bièvre. Au programme : débat, présentations d’ouvrages, lectures, dédicaces… Le 30e Salon du livre de Paris n’a qu’à bien se tenir !

| 16

Olympe de Gouges : vraiment révolutionnaire ! Nouveaux commerces Sport express Lecture selon MiLibris Jeux

| | | | |

18 20 20 21 22

Expression des groupes Textes des groupes politiques municipaux

| 24

C’est vous qui le dites Chronique de l’Université populaire | 27 L’Arac communique | 27 Que savez-vous… des élections régionales ? | 28

DR

Découvertes

Jean-Pierre Raffaëlli,

responsable du Resto du Cœur du Kremlin-Bicêtre | 13 | L’interview du mois | C’est parfois difficile, mais il aime ça : « rester en prise avec la réalité » et se « sentir utile », même si la situation sociale se dégrade.

TG

Auteurs et vallée

Que savez-vous…

des élections régionales ?

Pratique Élections régionales, mode d’emploi | 29

mensuel d’informations locales et municipales Rédaction : 10, avenue Paul Doumer 94114 Arcueil cedex Tél. : 01 46 15 09 56 Télécopie : 01 46 15 09 51 Courriel : communication@mairiearcueil.fr Directeur de la publication : Daniel Breuiller, maire d’Arcueil  Adjointe au maire,   chargée de l’information : Marie-Pierre Reynaud Rédacteur en chef : Laurent de Villepin Rédaction et secrétariat de rédaction : Philippe Lorette (journaliste territorial)

Ont collaboré à ce numéro : Colline Gori, Sandra Deruère, Tristan Gaguèche et Kevin Gouttegata Graphisme : Gilles Vérant (avec Adèle Haller) Photos : la rédaction, German Guzman N et Eric Demare (responsable photo : Philippe Lorette) Une : Gilles Vérant (d’après une photo de S. Deruère) Secrétariat : Christine Penchemel Régie publicitaire : Echom – regie@lecho.com Impression : Alliages C.I., Gentilly (13 000 exemplaires) Distribution : Proximes communication

4 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

L’école Olympe de Gouges se dévoile

Dur dur d’être un citoyen ! ANC vous met en condition pour le double rendez-vous électoral des 14 et 21 mars. Que fait la Région ? Quel est le mode de scrutin ? Combien de conseillers régionaux ? Combien de capitaines ?

| 18 et 19 | Découvertes | Le 8 mars, près de quatre cents élèves de maternelle et d’élémentaire feront leur rentrée dans cette nouvelle école, qui porte le nom d’une féministe française guillotinée en 1793. Ce bâtiment à « énergie zéro » est à la pointe des énergies renouvelables et conçu pour durer plusieurs décennies (voir aussi l’inauguration, en « Vues – In situ », p. 14).

PhL, TG

Arcueil notre cité

PhL

| 28 | C’est vous qui le dites |


« La construction de nouveaux logements diversifiés à Arcueil est   un choix raisonné »

carnet de route

Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, conseiller général

26 janvier | En compagnie d’Arcueillais, je retrouve de nom-

breux collègues maires et élus du département qui participent au rassemblement organisé par le Conseil général devant la préfecture du Val-de-Marne pour dire non à la réforme territoriale. Malgré le froid, 1 200 personnes sont présentes, signe d’une inquiétude justifiée car quand un ministre du gouvernement souligne que la suppression de la taxe professionnelle signifie un allégement des charges de 12 milliards d’euros pour les entreprises, on se demande : qui payera à leur place, et que deviendront les capacités des collectivités ?

28 janvier |

Je préside le conseil des crèches du canton d’Arcueil-Gentilly : les sujets abordés - information et participation des familles, projets pédagogiques, etc. - donnent lieu à un débat vivifiant et constructif entre parents et professionnels.

1er février |

Plus d’une centaine d’habitants du voisinage assistent à la présentation par les architectes des projets de nouvelles constructions sociales et privées au Chaperon-Vert. Je suis heureux de constater que le sentiment général ressemble au mien : il s’agit d’un programme de qualité qui participera du renouveau de ce quartier.

3 février |

environnementale, deux jours avant le spectacle, comme toujours haut en couleur, offert par l’Association générale des Vietnamiens de France pour fêter la nouvelle année asiatique sous le signe du tigre.

11 février |

Je rejoins une cinquantaine de parents d’élèves, enseignants et élus de la Ville venus au siège de l’Inspection académique pour contester la fermeture prévue à la rentrée prochaine de deux classes de maternelle (à Kergomard et Casanova) et réclamer l’ouverture de deux classes d’élémentaire (à Jean Macé et Laplace). Premier succès : la fermeture de la classe de maternelle de Kergormard est annulée, et l’ouverture d’une classe d’élémentaire à Jean Macé est bien envisagée. Très motivés, les parents et enseignants n’entendent pas en rester là. Je prends rendez-vous avec M. l’Inspecteur pour lui expliquer l’importance de ne pas fermer de classe à Casanova et l’utilité d’en ouvrir une à Laplace, dans ce quartier en pleine mutation qu’est la Vache-Noire, ainsi que la nécessité de scolariser les enfants de plus de deux ans dont les parents le souhaitent.

13 février |

Ce n’est pas tous les jours qu’on inaugure une école ! Le froid glacial n’a pas découragé des centaines de parents et d’enfants du quartier venus découvrir Olympe de Gouges, un bâtiment intelligent et durable, qui est aussi la première réalisation de l’opération de rénovation menée au Chaperon-Vert. L’après-midi, je participe aux Rencontres sur l’économie sociale et solidaire organisées par le Conseil général : voilà un secteur qui crée de l’emploi et fournit des prestations utiles, mais que le gouvernement n’aide guère ! La journée se finit autour d’un repas en compagnie des membres de l’association culturelle Erik Satie qui tient son assemblée générale.

à la demande de Christiane Ransay, adjointe chargée du cadre de vie, et de Francine Kefti, conseillère pour le quartier, le responsable de la Direction régionale de l’équipement vient présenter aux riverains du Plateau les détails du chantier de couverture de l’autoroute A6 B. Certes, il va falloir en passer par des travaux importants et perturbants (finalement réduits à 19 mois), mais la plus-value pour le quartier est évidente. Il était temps que ce projet se réalise : d’abord, parce que nous l’attendons depuis une bonne dizaine d’années. Et ensuite parce que, à supposer qu’il ait encore tardé à Dites-nous monsieur le maire*… se boucler, il n’est pas du tout certain que les collectivités qui y participent financièrement Combien y aura-t-il d’Arcueillais (le Département et l’Agglomération) puissent DB – Environ 22 000, en fonction des demain souscrire les mêmes engagements, au nouveaux programmes en cours ou en vu des incertitudes que fait peser la réforme projet (au Chaperon-Vert, au Coteau, territoriale. dans le secteur Jaurès/Laplace, rue de Stalingrad, etc.) qui doivent être Malgré un agenda chargé, j’ai le réalisés d’ici là. Cela signifie qu’en temps de faire un saut à l’assemblée générale une dizaine d’années (2005/2015), la de l’association des coteaux pour en saluer les population arcueillaise va progresser animateurs et les remercier des activités qu’ils d’environ 3  000 personnes (+ 15%). mènent dans leur quartier. Mais cet accroissement fait suite à une longue stagnation, et même une Double satisfaction : je découdiminution, depuis la fin des années vre en activité le site d’Anis-Gras agrandi et 80 jusqu’au début des années 2000. rénové, où je me régale d’une représentation Ce développement me paraît raisondonnée par un artiste arcueillais, Pierre Lericq, nable, puisque nous bâtissons sur dont l’inventivité remplie de «  folie douce  » des terrains en friche, sans exprome rappelle celle de Boris Vian. priation et sans atteindre une densité excessive, des programmes diversifiés J’assiste à l’Espace Jean Vilar et de qualité : l’objectif étant qu’Arà une conférence sur le problème crucial des cueil conserve son côté «petite ville» risques d’inondation au Viêtnam sur fond de crise

7 février |

9 février |

10 février |

dans quatre ans ? humaine et agréable à vivre. Mais tout le monde peut aussi comprendre qu’il est souhaitable, et même impératif, d’accroître l’offre de logements pour faire face aux besoins criants en la matière. Je pense aux jeunes et moins jeunes Arcueillais qui attendent un logement social ou voudraient bien trouver quelque chose d’abordable dans le privé, et plus généralement à tous les ménages des catégories moyennes et modestes qui, à cause de la pénurie qui pousse à la hausse le prix des logements en proche banlieue parisienne, sont obligés de s’expatrier au fin fond de l’Ile-de-France, au détriment de leur qualité de vie et du bon sens écologique, puisqu’on sait les problèmes de transport que cela entraîne.

(*) Question de la rédaction

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 5


Actualités

en court

Un rendez-vous

DR

sport national. Sa vie va être bouleversée par sa rencontre avec un dragon qui va peu à peu amener Harold et les siens à voir le monde d’un point de vue totalement différent… Il s’agit d’un film pour tout public. Comme le sera dès le 14 avril (toujours au cinéma Jean Vilar) Alice au pays des merveilles, le film très attendu de Tim Burton. ■ PhL

Une photographie

Championnes du Val-de-Marne Le 10 février, à Arcueil, au gymnase Jean-Pierre Ducasse, les minimes filles du collège Dulcie September ont remporté la finale départementale UNSS (Union nationale du sport scolaire) de basket-ball. « Dominé » serait un mot plus juste au vu des matches et des scores : 28 - 8 à l’issue de la demi-finale contre le collège Camille Pissarro de Saint-Maur-des-Fossés ; 38 à 6 au terme de la finale face au collège François Rabelais de Vitry-sur-Seine. Les Arcueillaises poursuivront leur aventure sportive en championnat d’académie (Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne) les 17 et 24 mars. ■ PhL Le collège d’Arcueil est bien dans son basket, grâce à : Alexia Serhane, Léina M’Pondo Akwa, Océane Boisseau, Laurent Schilis – entraîneur – (debout de g. à dr.), Asmaa Ghiat, Fiona N’Gouama, Déborah Gatignol et Clémence Queval (accroupies de g. à dr.).

PhL

3D : le retour

Le cinéma Jean Vilar (1 rue Paul Signac) vous invite à rechausser les lunettes magiques de la troisième dimension, à partir du 31 mars, à l’occasion de la sortie nationale de Dragons, le film américain d’animation en 3D relief signé Chris Sanders et Dean DeBlois. Le héros s’appelle Harold, jeune Viking peu à son aise dans sa tribu, où combattre les dragons est le

Tout sur l’apprentissage aux « Mercredis de l’information jeunesse » Qu’est-ce qu’un contrat d’apprentissage ? Comment trouver un Centre de formation et d’apprentissage (CFA) ? Le PIJ d’Arcueil, celui du Kremlin-Bicêtre, de Gentilly, ainsi que la mission locale Innovam de Cachan vous invitent à découvrir et rencontrer des représentants de CFA, les 24 et 31 mars et le 7 avril, de 14h30 à 18h. Mercredi 24 mars, au PIJ d’Arcueil, 8 avenue Paul Doumer (tél. 01 46 15 08 59) : préparateur en pharmacie et métallier serrurier. Mercredi 31 mars, au PIJ du Kremlin-Bicêtre, 40 avenue Charles Gide (tél. 01 49 60 55 72) : transport et tri/acheminement. Mercredi 7 avril, au stand du PIJ de Gentilly (Forum Jeunes et Entreprises), au gymnase Baquet, 76 avenue Raspail (tél. 01 49 86 07 76) : boulangerie/pâtisserie et restauration.

Lancez-vous  avec Envie d’agir

Vous avez une idée de projet (culturel, solidaire, écologique...). Mais la développer par écrit, c’est un peu compliqué. Pour vous aider, le PIJ propose un atelier de méthodologie le mercredi 28 avril de 16h à 18h au PIJ (8 avenue Paul Doumer – tél. 01 46 15 08 59). Il est nécessaire de s’inscrire préalablement, l’atelier ne pouvant accueillir plus de 12 participants.

Jobs d’été : déjà !

PhL

Les dates des forums jobs d’été sont déjà à noter : mardi 23 et mercredi 24 mars (CIDJ) au Parc des Expositions de la Villette et le mercredi 7 avril (CADRIJ) à la Maison des syndicats à Créteil. Ces forums s’adressent aux 18/25 ans. Avec ou sans rendez-vous, le PIJ (8 avenue Paul Doumer – tél. 01 46 15 08 59) accueille les jeunes pour les aider à rédiger CV et lettres de motivation, et à organiser leurs recherches.

6 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010


Grands chantiers

Actualités

Le nouveau visage du Chaperon-Vert

Sidev 94

Sidev 94

DR

Un nouveau programme d’habitat privé et social de près de cinq cents logements va se construire en lieu et place de l’ancienne école Joliot-Curie.

D

ans quelques semaines, les bulldozers auront démoli le groupe scolaire JoliotCurie, libérant un vaste terrain où vont être construits une dizaine de petits immeubles d’habitation. Au total, ce sont 470 nouveaux logements (1) qui seront livrés fin 2012, la moitié environ par des bailleurs sociaux, et l’autre par des promoteurs privés. Les résidents du quartier étaient invités le 1er février à découvrir les esquisses de ces immeubles dessinées par les architectes choisis par la Sadev 94, la société d’aménagement elle-même mandatée par la Mairie pour conduire ce programme (voir les illustrations ci-dessus). Le maire d’Arcueil, Daniel Breuiller, a expliqué à la centaine de personnes présentes qu’il avait donné pour feuille de route « d’appliquer le même traitement aux constructions privées et sociales, afin qu’on ne puisse pas les distinguer a priori, comme c’est le cas rue Antoine Marin et avenue de la Division du Général Leclerc (Ndlr – Les deux programmes comparables liés à la démolition de la grande barre HLM de la Vache-Noire) ».

Visuel de gauche : le nouveau quartier du Chaperon-Vert en 2013 (en blanc : les nouvelles constructions). Visuel de droite : vue d’un nouvel immeuble du parc social (à droite) jouxtant un immeuble privé (à gauche).

Il a également précisé que l’objectif recherché de mixité du quartier ne se fera pas au détriment du logement social, puisque dans le cadre de l’opération de rénovation urbaine menée au ChaperonVert, « au final, on aura construit plus de logements sociaux à Arcueil qu’on en aura démoli, mais avec un meilleur équilibre social/privé ». S’agissant des logements en accession privée construits sur cet îlot, le maire a indiqué que le cahier des charges établi avec les promoteurs devrait aboutir à « un prix de vente “serré” d’environ 3 700 €/m2, à comparer au prix du marché du neuf aujourd’hui à Arcueil qui est autour de 4 300 €/m2  ».

Densité ressentie et densité réelle Reste que ce programme signifie aussi « une densification peut-être exagérée du quartier », s’est inquiété un résident présent. Ce à quoi l’architecte Pierre-Alain Trévelo a répondu que la densité n’est pas qu’une question d’arithmétique mais aussi de ressenti. Il a fait remarquer que la diversité des formes et des gabarits des nouvelles constructions rompra avantageusement avec l’uniformité actuelle des immeubles

qui accentue justement ce ressenti, parfois trompeur. « Il faut savoir que la densité actuelle du Chaperon-Vert n’est pas plus élevée que celle de la cité-jardin située près de l’aqueduc », a insisté le maire. Et ce dernier de conclure : « Nous avons donc de la marge et il n’est pas question de “bétonnage à tout crin” ! Mais je veux dire aussi que tout le monde connaît la gravité de la crise du logement que nous vivons en région parisienne ; alors, oui, j’estime qu’il est de notre devoir et de notre responsabilité d’en construire quand nous avons la possibilité de le faire. Comme c’est le cas avec ce programme, qui est partie prenante d’une opération de rénovation urbaine, porteuse d’une amélioration de la qualité de vie et d’un regain de dynamisme pour ce quartier. » ■ Laurent de Villepin (1) Les 471 nouveaux logements construits sur cet îlot se répartissent comme suit : 144 pour le parc social (dont 50 prévus pour l’accession sociale) et 279 pour le parc privé (dont 50 en location et le reste en accession à la propriété).

Couverture de l’autoroute A6b : dix-neuf mois de travaux (seulement) Venu présenter aux riverains le détail de la couverture de l’autoroute A6b (voir les numéros 198 et 204 d’ANC-Arcueil notre cité), le 3 février à l’hôtel de ville, M. Dupond, responsable de la Direction régionale de l’équipement, a apporté une bonne nouvelle : les travaux ne prendront que dix-neuf mois, au lieu des trente initialement prévus. Et puisqu’ils ont commencé, ils devraient donc être achevés avant la fin 2012. En attendant, dès ce printemps et jusqu’à l’automne, la passerelle

piétons entre l’école Kergomard et la rue du Ricardo sera impraticable. à compter du 30 mars, et jusqu’en novembre prochain, la bretelle d’autoroute dans le sens Paris-province sera fermée. Bref, des nuisances et des perturbations à prévoir. Mais le jeu en vaut la chandelle, a garanti le maire d’Arcueil, en assurant que même si cette couverture n’était que partielle sur le territoire arcueillais, « l’ambiance dans le quartier va changer du tout au tout ». ■ Ldv

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 7


Actualités

en très court

Cadre de vie

PhL

Les tags sont malheureusement partout, même sur les arcs de l’aqueduc, monument historique et emblématique. Et le nettoyage devient de plus en plus ardu.

Observatoire de la propreté :

le quartier de la gare d’abord sieurs endroits du quartier, éloignés des habitations et placés dans des endroits souvent utilisés pour les dépôts sauvages, comme l’entrée d’EDF, rue Berthollet, ou encore à l’entrée de la rue de Ridder.

Faire les murs Autre proposition : l’installation de plusieurs distributeurs de sacs pour le ramassage des déjections, avec une distribution à l’unité, pour éviter qu’ils ne soient vidés trop vite. Quelques habitants se sont également portés volontaires pour faire le tour du quartier, afin de répertorier et quantifier l’état de saleté des rues. « Nous espérons que les actions menées par les habitants dans le quartier de la gare aboutissent à des résultats probants, pour servir d’exemple aux autres quartiers», confie Christiane Ransay, adjointe au maire chargée du Cadre de vie. En ce qui concerne les tags, la municipalité procède actuellement au nettoyage des bâti-

8 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

PhL

M

égots, tags, papiers, déjections canines, décharges sauvages sont sources de nuisances pour les riverains. En mars 2009, la municipalité a invité les habitants à participer à un observatoire de la propreté, afin de trouver des solutions pour lutter contre ces incivilités. Les membres de l’observatoire ont décidé de se consacrer dans un premier temps au problème des déjections canines. « Nos enfants ne peuvent jouer sur aucune des pelouses de la ville, parce qu’elles sont envahies de crottes de chiens, sans parler des trottoirs », se plaint Patricia Letort, une habitante du quartier Joliot-Curie. Après plusieurs réunions, il a été décidé de conduire une expérience pilote dans le quartier de la gare, et mener différentes actions visant à y améliorer la propreté. Il a notamment été proposé de mettre en place des espaces canisettes, dans plu-

PhL

Répondant à l’appel de la municipalité, des habitants se mobilisent pour la propreté des rues et ont décidé de mener une expérience pilote.

ments communaux, de l’Office public de l’habitat et du mobilier urbain. Suite à la signature d’une convention l’année dernière, les bâtiments privés seront également traités, une prestation gratuite, mais soumise à certaines conditions, comme la surface à traiter et le type de support. ■ Sandra Deruère

Vide-grenier   avenue Laplace « Laplace en fête », le traditionnel vide-grenier organisé par l’Association des commerçants et artisans de Laplace centre ville d’Arcueil (Acalcva), se déroulera samedi 10 avril, de 6h à 18h, avenue Laplace, du carrefour Barbusse au carrefour Lénine. Les réservations des emplacements s’effectuent jusqu’à la veille de la brocante, auprès de Sylvie Rodrigues – Salon de coiffure « Sylvie Style », 18 avenue Laplace, tél. 01 45 46 20 66 – ou de Charles Di Gennaro – Presse-PMU « Au lapin doré », 4 avenue Laplace, tél. 01 45 47 01 30. Tarif de base : 18 euros les deux mètres linéaires. Théâtre et vidéo   à l’Association loisirs Emile Zola L’association de loisirs de la résidence Emile Zola propose une nouvelle activité, « Théâtre et vidéo ». Vous aimeriez fouler les planches ou frôler la caméra, développer votre voix, votre présence et votre courage en public… Renseignements : Association loisirs Emile Zola (à côté du RER Laplace), tél. 06 61 38 46 99 szakow@gmail.com. Héberjeunes Depuis une vingtaine d’années, l’association Héberjeunes met en relation les propriétaires de logement et les étudiants, stagiaires et jeunes travailleurs souhaitant se loger dans la région sud du RER B. En 2009, plus de 1200 étudiants ont pu ainsi être logés par Héberjeunes. www.heberjeunes.fr Tél. : 01 69 15 52 52 / 65 44 heberjeunes.asso@ u-psud.fr


Dossier

et vallée

■ Dossier réalisé

par Philippe Lorette et Colline Gori

Vendredi 26 et samedi 27 mars, la médiathèque Louis Pergaud accueillera les 1ères Rencontres des auteurs du Val-de-Bièvre. Au programme : débat, présentations d’ouvrages, lectures, dédicaces… Le dernier week-end de mars constituera une occasion immanquable de se mettre à la page, depuis Arcueil jusqu’à… Paris 15e. Du 26 au 31 mars, le 30e Salon du livre de Paris aimantera certes une bonne partie des rédactions parisiennes, qui n’auront pas à aller plus loin que la porte de Versailles. Mais à cinq kilomètres de là, de l’autre côté du périph’, la médiathèque Louis Pergaud fera aussi l’actualité littéraire. Elle misera également sur les livres et surtout sur les auteurs, leurs sources d’inspiration, leurs motivations… Pour bien faire, réservez donc votre dimanche 28 pour l’incontournable rendezvous du parc des expos, et votre samedi et votre vendredi soir aux 1ères Rencontres des auteurs du Val-de-Bièvre.

La bonne idée de Colline (Gori), journaliste, à ANC-Arcueil note cité notamment, et par ailleurs auteur du recueil de nouvelles Rencontre d’âmes, idée développée par toute l’équipe de la médiathèque d’Arcueil, trouve sa concrétisation ces deux jours grâce à la venue d’une quinzaine d’auteurs. La fiction est à l’honneur, qu’il s’agisse de romans, de nouvelles, de théâtre, poésie, contes... Ce dossier d’ANC, quant à lui, n’a cependant pas voulu oublier la partie documentaire, deux ouvrages de ce genre écrits par des Arcueillais venant de sortir (lire p. 12). La machine semble ainsi bien lancée, puisque les médiathèques voisines scrutent maintenant avec insistance la préparation de ces premières rencontres pleines d’espoirs. Sous les pavés du Val-de-Bièvre : les (bonnes) pages  ! ■ PhL

■ Dossier réalisé par Philippe Lorette

Vendredi 26 mars à 19h Débat sur les sources d’inspiration de l’auteur, animé par Olivier Salon L’ouverture des 1ères Rencontres des auteurs (jeunesse et adulte) du Val-de-Bièvre se fera autour d’un débat animé par Olivier Salon, auteur arcueillais. Le débat portera notamment sur les sources d’inspiration de l’auteur, les motivations de l’écriture, les rapports intimes à l’envie d’écrire et les différentes formes d’écriture. Concrètement, qu’est-ce qui fait écrire et comment l’écrire ? Des questions qui susciteront les réactions des auteurs présents à cette rencontre.

Samedi 27 mars de 10h à 13h et de 14h30 à 21h Rencontres avec les auteurs participants autour de stands dédicace, de présentations d’œuvres et de lectures de textes par les auteurs eux-mêmes (romans, nouvelles, théâtre, poésie, contes…) : Jamila Abitar, Michel Besnier, Antoine Billot, Colline, Alain Créhange, Amina Danton, Cécilia Dutter, Marie-Félicité Ebokéa, Catherine Gendrin, Christophe Lambert, Lenon, Sylvie Nordheim, Pic, Oliver Salon, Mahmoud Shahali, Colette Touillier.

Médiathèque Louis Pergaud 1 rue Frébault 94110 Arcueil Tél. 01 49 08 51 70 Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 9


Dossier

et pures fictions

Homme d’esprit s’il en fut, Olivier Salon est né à Paris en 1955. Arcueillais depuis 1989, ce professeur agrégé de mathématiques est aussi comédien et membre de l’Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle) depuis dix ans. Depuis 2004, le spectacle Pièces détachées, compilation de textes oulipiens dont il est co-auteur, ne cesse de tourner dans toute la France. En juin prochain, il créera L’Augmentation de Georges Perec qui sera jouée au Guichet Montparnasse à la fin de l’année. 2006 La Pelle (les mille univers) 2007 El Capitan (Guérin), récit poétique d’une escalade californienne Des gens guidés dégingandés

(les mille univers) Pièces détachées (mille et une nuits) 2008 Sardinosaures & compagnie avec Jacques Roubaud   (les mille univers) 2009 Les Gens de légende (Le Castor Astral) Anthologie de l’Oulipo (Poésie Gallimard)

10 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

DR

Olivier Salon

DR DR

Poètes, hommes d’esprit, de théâtre, nouvellistes, romanciers… Le Val-de-Bièvre est une pépinière de talents en tout genre à lire et à relire. Pour mieux s’en rendre compte, rencontres, dédicaces  et lectures par les auteurs se dérouleront à la médiathèque Louis Pergaud vendredi 26 et samedi 27 mars, avec en ouverture une table ronde pour tout savoir sur ce qui  les pousse à écrire et les inspire.

Cécilia Dutter

Mahmoud Shahali

Née à Paris en 1968, Cécilia Dutter vit à L’Haÿ-les-Roses depuis dix ans. Elle est critique littéraire à La Revue Littéraire publiée par les éditions Léo Scheer, écrit des biographies et des piges philosophiques pour la revue Réflexions Chrétiennes. « C’est bien de mettre à l’honneur la ville et les gens d’ailleurs. Petit ou grand salon, l’important ce sont les manifestations culturelles autour du livre. Ça nous fait connaître dans les localités voisines. » Elle a en projet la parution d’une biographie de Etty Hillesum chez Robert Laffont à l’automne prochain, un essai, une adaptation théâtrale de son dernier roman et un nouveau roman. 2005 Une présence incertaine (Thélès), roman sur le handicap 2006 Des échappées belles (éditions du cercle), recueil de nouvelles, réédité   au cercle poche en 2007 2008 La dame de ses pensées (Ramsay), roman épistolaire empreint de sensualité

Né en Iran en 1953, Mahmoud Shahali est metteur en scène, comédien et dramaturge. Co-fondateur du Théâtre Parth en Iran, il poursuit ses études universitaires sur les sciences et techniques du théâtre à son arrivée en France en 1977, travaille sur les théâtres traditionnels (Kathakali, Kabuki, Commedia dell’arte) et comme comédien avec Ariane Mnouchkine. Arcueillais depuis 1980, il fonde le Théâtre de l’épopée avec Claire-Lise Charbonnier en 1991 et travaille avec elle pendant près de trente ans à une adaptation théâtrale de l’épopée persane du poète Ferdowski, Shâhnâmeh. Une œuvre magistrale hors du temps qui leur vaut le prix Beaumarchais en 1993. 2000 Le maître du jeu, les rives de sable (théâtre) avec Claire-Lise Charbonnier (Le jardin d’essai) 2009 Shâhnâmeh (Lettres persanes)


auteurs et vallée

whisky. « Promeneur autodidacte et vélodidacte quand le temps le permet, je dors et j’écris près du boulevard périphérique, le cerceau noir de la poésie urbaine. J’écris des romans noirs. Parce qu’ils sont le reflet de la modernité. » 2004 Une arrière-saison en enfer (Gallimard, série noire) 2007 Larmes blanches (Buchet-Chastel) 2008 La sieste des hippocampes (Le Rocher), prix Prométhée   de la nouvelle

Christophe Lambert Christophe Lambert est né à Châtenay-Malabry en 1969. Cet Arcueillais est l’auteur d’une trentaine de romans policiers, d’aventure, de science-fiction ou fantasy, de contes et de récits pour la jeunesse et pour adultes. Après des études de cinéma, il travaille pour la télévision et dirige des ateliers vidéos dans les collèges. Entré en littérature à 27 ans avec un roman policier, sa première œuvre de science-fiction, publiée l’année suivante, est couronnée par le prix Ozone. Il vit de sa plume depuis

Jamila Abitar Née à Marrakech en 1969, Jamila Abitar est capacitaire en Droit. Après avoir travaillé dans les services administratifs universitaires et à l’Unesco, elle est actuellement chargée de la gestion administrative des bibliothèques de Cachan où elle réside depuis 1997. Invitée à de nombreuses lectures à voix haute en France et à l’étranger, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes sensibles marqués par son sentiment d’exil. « Je viens pour offrir quelque chose. J’espère que chacun va se l’approprier et en faire ce qu’il veut. » 2000 L’oracle des fellahs (L’Harmattan) 2001 L’aube sous les dunes (L’Harmattan) 2009 Le bleu infini (L’Harmattan)

DR

DR

quelques années et publie en moyenne trois romans par an. 2000 Les Étoiles meurent aussi (Flammarion) 2005 La Brèche (Fleuve Noir) 2006 Zoulou Kingdom (Fleuve Noir) 2008 Le Dos au mur (Intervista) Le Commando des Immortels (Fleuve Noir), prix Bob Morane à paraître en avril : Vegas mytho (Fleuve Noir)

DR

Né à Paris en 1952, Gilles Verdet habite dans le quartier de Frileuse à Gentilly depuis plus de vingt ans. Avant de devenir auteur de polars, il a fait tous les métiers, de photographe à dialoguiste pour la télévision en passant par disquaire ou marchand de bière et de

DR

Gilles Verdet

Sylvie Nordheim

Alain Créhange

Née à Paris en 1958, Sylvie Nordheim réside à L’Haÿles-Roses depuis seize ans. Comédienne au théâtre, au cinéma et à la télévision pendant une quinzaine d’années, elle a ensuite repris des études et enseigné les lettres modernes pendant dix ans. Après avoir écrit des sketches, pubs, sitcoms et un long métrage, elle se consacre aujourd’hui exclusivement à l’écriture de son quatrième roman pour un nouvel éditeur parisien et s’apprête à animer des ateliers d’écriture à la prison de Fleury-Mérogis. 2007 Maisons amères (Lucien Souny) 2008 Promesse perdue (Lucien Souny) 2009 La vie en douce (Lucien Souny)

Né à Nancy il y a 46 ans, Alain Créhange vit à Gentilly depuis 1990. Consultant en marketing direct et communication rédactionnelle, il écrit dans un style humoristique avec un goût prononcé pour les détournements sous toutes les formes. Il a publié deux dictionnaires de mots-valises aux définitions surprenantes, coquines ou poétiques dont une réédition illustrée paraîtra en octobre. En chantier : un recueil de pastiches et nouvelles et un ouvrage de photomontage de couples illégitimes dans l’histoire de la peinture. « Rencontrer ses lecteurs, d’autres auteurs, est un aboutissement, une récompense… Et ça permet aussi, quelquefois, de faire naître de nouveaux projets. » 2004 Le Pornythorinque est une salopare (mille et une nuits) 2006 L’Anarchiviste et le Biblioteckel (mille et une nuits) 2007 En peinture, Simone ! Petite anthologie illustrée de la 2CV dans l’histoire de l’art occidental (Fage)

`

■ Textes CG

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 11


Dossier

dans les bas-fonds des prisons françaises L’autobiographie de Saïd André Remli, incarcéré durant vingt ans, vient de paraître. Un document exceptionnel qui décrit les conditions de détention… à la française. aphorisme signé Dostoïevski siège en exergue du livre de Saïd André Remli. Pas belle la France alors ! Et que dire des quartiers d’isolement, du mitard, des représailles des surveillants décrites au cœur de l’ouvrage ?

L’article contre la mort Remli ne s’est pas laissé abattre, aux sens propre et figuré. Mieux, en étudiant le droit international, il a fait en sorte de modifier, pour lui et pour les autres, le désolant cours des choses : « C’est en 1994, à la centrale de Clairvaux, que je découvre l’article 55 de la Constitution française de 1958 qui prévoit la primauté du droit international sur le droit interne. Cela change tout ! » Un vrai moyen de survie, parce que « le code pénal n’est pas

respecté dans nos prisons, zones de nondroit ». Il se plongera dans la documentation adressée par le Centre des droits de l’homme de Genève. Remli obtiendra notamment une révision de son procès, la Cour européenne des droits de l’homme estimant que le procès a été entaché de racisme et donc de partialité. Les trois cents pages filent à grande vitesse, même si c’est souvent dans un grand effroi. Grâce à la collaboration de Sylvette Desmeuzes-Balland, le récit ne cesse de pénétrer la conscience du lecteur et d’alerter celui-ci, obsédé par la sentence de Dostoïevski. n PhL (1) Voir aussi Arcueil notre cité n° 198 juin 2009, p. 15.

PhL

« Ce que j’apprécie le plus depuis ma sortie de prison ? Voir du monde, comme ici ! » L’Arcueillais Saïd André Remli (1) (53 ans) goûte désormais aux joies simples du « monde », sur lequel il sait aussi s’appuyer. Remli témoigne. Condamné à perpétuité pour meurtre, après le décès d’un surveillant blessé au cours d’une tentative d’évasion, il a « connu le pire de ce que savent offrir les prisons françaises ». Vingt ans durant, dont neuf en isolement. Là, dans une librairie parisienne, à deux pas de la prestigieuse Bibliothèque nationale de France, il vient présenter un récit, un document poignant : son livre, sorti le 11 janvier, intitulé Je ne souhaite cela à personne (2). Les questions fusent. Comme missionné, Remli répond au plus près des interrogations, factuellement, sans circonvolution et sans lassitude. Et ainsi on se rend sans doute un peu mieux compte des conditions déplorables de détention dans les prisons françaises, des conditions qui effarent tous les observateurs indépendants, surtout étrangers. « Nous ne pouvons juger du degré de civilisation d’une nation qu’en visitant ses prisons. » Cet

(2) Je ne souhaite cela à personne, par Saïd André Remli, éditions du Seuil, 312 pages, 19,50 €.

Déclic : un journal, un ressort et une aventure ■ Josiane Valin, professeure

de technologie au collège Dulcie September depuis 1972, a fait valoir ses précieux droits à la retraite en juillet dernier. En septembre, elle n’a pourtant pas manqué la rentrée… des livres. Dans son cartable, un ouvrage, le sien, Les Coulisses d’un journal collégien (1). Celui-ci se nomme Déclic – et s’écrit DECL!C. 12 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

Il a été créé par Josiane Valin en 1990 et honoré par le premier prix des journaux collégiens de l’académie de Créteil en 2005. La densité ininterrompue du contenu et de la participation pertinente, voire impertinente, des élèves rédacteurs a donné et donne toujours à ce sympathique périodique une dimension d’ « aventure collective », chère à Mme Valin.

Coordinatrice départementale des journaux scolaires et de la presse écrite, l’auteure donne dans ces Coulisses une foultitude de conseils pratiques pour lancer, organiser et faire vivre un journal scolaire. Elle met aussi l’accent sur « une vraie mixité sociale » arcueillaise, creuset de cette « aventure » réussie. n PhL (1) Aux éditions Fabert.


L’interview Jean-Pierre Raffaëlli, responsable du Resto du Cœur du Kremlin-Bicêtre

« 509 familles inscrites : la situation s’aggrave ! »

J’ai toujours eu envie de m’engager dans une association utile à la fin de ma carrière professionnelle. J’ai toujours apprécié Coluche pour son franc-parler, sa générosité. Derrière sa dérision, il y avait beaucoup de vérité. Et puis j’avais déjà pu vérifier mon goût pour le bénévolat, quand j’encadrais les jeunes footeux du Kremlin-Bicêtre. J’ai donc intégré le resto du KB en 2005, avant d’en devenir responsable en 2008. à l’époque, celui qui en avait la charge souhaitait arrêter et personne n’était là pour prendre la relève. J’ai donc décidé de m’engager davantage, au grand dam de ma femme – qui est pourtant aussi bénévole dans l’association –, car cela prend beaucoup de temps.

2 | Concrètement, c’est un engagement de tous les instants ?

Je dois dire que je ne compte pas mes heures. Entre la préparation de la campagne, la participation à divers événements comme la fête de la ville, la gestion du planning des bénévoles – une soixantaine au KB – ou des inscriptions des bénéficiaires, il y a toujours quelque chose à faire. C’est un vrai job à temps plein ! En plus, je suis élu au conseil d’administration des Restos du Cœur du Val-de-Marne. J’ai donc des semaines très chargées, le local étant ouvert, durant la campagne qui va de novembre à mars, tous les matins du mardi au vendredi.

3 | Quel est le public qui vient aux Restos ?

Cette année, nous avons 509 familles inscrites, venues du Kremlin-Bicêtre, de Gentilly et d’Arcueil. Nous avons beaucoup de femmes seules avec enfant(s), des chômeurs, des personnes sans papiers et, nouveauté, quelques retraités. Nous leur proposons des fruits et des légumes frais, des conserves, de la viande, des produits pour bébé… Les bénéficiaires sont admis sous condition de ressources, selon un barème défini par les Restos, et après avoir présenté les justificatifs nécessaires.

4 | Les inscriptions augmentent-elles ?

Hélas oui ! En cinq années, j’ai vu les choses s’aggraver, avec notamment un bond de 30 % des inscriptions l’année dernière, sans doute un effet de la crise. Ceci dit, le Resto du KB, qui a tout de même servi 126 000 repas l’an passé,

reste une aide temporaire, ce qui est un point très important. Certains pensent toutefois que c’est un du, ce qui rend quelques situations difficiles à gérer.

5 | Les conflits sont nombreux ?

Nombreux non, mais ils existent. Il est parfois compliqué pour certaines personnes de comprendre pourquoi ils n’ont plus le droit d’être bénéficiaire, quand par exemple leurs ressources ont augmenté. D’autres ne font pas réellement d’efforts pour sortir de leur situation. Je crois que c’est l’un des effets pervers du système. C’est pour cette raison que le système d’épicerie sociale, en cours d’étude à Arcueil et au KremlinBicêtre, est intéressant : en payant 10 % de la valeur de ce qu’ils prennent, les gens sont responsabilisés.

6 | Au 3 rue Itzhak Rabin, il s’agit en fait

TG

aux Restos du Cœur ?

Une fois n’est pas coutume, c’est un habitant du KremlinBicêtre qui est le sujet de l’interview du mois. Habitué du bénévolat, Jean-Pierre Raffaëlli a rejoint l’association « Les Restaurants du Cœur – Les Relais du Cœur » dès l’heure de la retraite venue. Depuis, son engagement n’a fait que se renforcer, à tel point qu’il est aujourd’hui responsable du Resto du « KB » (1). Depuis cinq ans, il voit « les choses se dégrader ».

d’un centre de distribution alimentaire…

Le Resto du KB ne se limite pas à donner de la nourriture. Nous avons un espace d’écoute et tentons d’orienter les bénéficiaires vers les structures et associations sociales adaptées. Le Resto du Cœur du KB est un lieu d’échange et de partage.

7 | Ce n’est pas trop usant ? Vous avez toujours envie de continuer ?

Nerveusement, c’est parfois difficile. Mais j’aime ça et je sais que je continuerai tant que j’aurai le courage moral et physique pour le faire. Travailler aux Restos du Cœur me permet de rester en prise avec la réalité et de me sentir utile. ■ Tristan Gaguèche (1) Le Resto du Cœur le plus proche d’Arcueil se situe au Kremlin-Bicêtre, 3 rue Itzhak Rabin, à cinq cents mètres de la station de métro « Le Kremlin-Bicêtre » (ligne 7). Les frais de mise à disposition du local sont pris en charge par la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre.

Appel aux bénévoles Le Resto du Cœur du Kremlin-Bicêtre recherche activement des bénévoles pour la prochaine campagne, qui démarrera à l’automne 2010. Profil : actif ou retraité, motivé et ayant un bon sens de l’écoute, disponible une à deux matinées par semaine.

BIOEXPRESS

1 | Comment devient-on bénévole

du mois

Né en juin 1945 en Mayenne d’un père militaire et d’une mère couturière, Jean-Pierre Raffaëlli arrive à Paris à l’âge de 2 ans et grandit dans le Val-de-Marne, du côté de Fontenay-sous-Bois et de Bry-surMarne, avant de rejoindre, à 13 ans, son père en Algérie. De retour en France deux années plus tard, il est d’abord apprenti menuisier, point de départ d’une carrière professionnelle très dense durant laquelle il exercera mille métiers. Militaire, en tant que mécanicien sur des engins blindés, en France et en Guyane, puis fraiseuroutilleur, représentant, technicien SAV, gardien de la paix, surveillant dans une école et enfin employé à la Mairie du Kremlin-Bicêtre, il prend sa retraite en 2005. Habitant du Kremlin-Bicêtre depuis plus de vingt ans, cet homme marié sans enfant y a notamment découvert le bénévolat, encadrant les jeunes du club de foot de la ville pendant dix ans. Un goût du don de soi et un sens de la générosité qui ne l’ont jamais quitté. TG

Contacts : tél. 01 45 21 86 80 / raffaelli2@orange.fr.

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 13


Vues

In situ

École maternelle Kergomard

PhL

22/01 Agrandie

École Olympe de Gouges

L’inauguration officielle et festive de l’extension de l’école maternelle Pauline Kergomard a eu lieu le 22 janvier en présence de nombreux élus dont Jean-Yves Le Bouillonnec, député et maire de Cachan, de l’inspectrice d’académie Odile Samaniego, de l’équipe enseignante dirigée par Eugénie Souyris-Bonnecase, des responsables du centre de loisirs et d’une large centaine de parents et enfants. L’école, qui a failli fermer naguère, accueille à présent cent vingt enfants, et grâce à ses 46 m² supplémentaires, elle a ouvert une cinquième classe. Subventionnés par la région Ile-deFrance, les travaux se sont élevés à deux millions d’euros. « L’école dans un quartier, c’est la vie », rappelait Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, lors de son allocution, précisant que c’était la première des trois écoles nouvelles de la ville à voir le jour en 2010. Le buffet, on ne peut plus copieux, s’est achevé sur une galette des rois offerte par l’assemblée de quartier qui dispose d’une salle de réunion autonome dans l’enceinte de l’école. ■ CG

13/02 écologique (et révolutionnaire)

Les Arcueillais étaient particulièrement nombreux à se rendre à l’inauguration de l’école Olympe de Gouges, le samedi 13 février, pour visiter cet établissement qui produira autant d’énergie qu’il en dépensera (voir p. 18). Parents et enfants ont pu découvrir les nouvelles classes, mais aussi les équipements permettant de réaliser de telles performances énergétiques. « C’est vraiment un beau bâtiment, spacieux, écologique en plus, les enfants ont beaucoup de chance », appréciait Céline Barrier, mère de deux garçons, qui feront leur entrée à l’école le 8 mars, comme tous les élèves de l’école Joliot-Curie, bientôt détruite dans le cadre de la rénovation urbaine du Chaperon-Vert. Après le discours du maire et la découverte de la plaque commémorative en hommage à la féministe Olympe de Gouges (1) (1748 – 1793), les enfants ont procédé à deux lâchers de ballons depuis la cour de l’école, avant d’aller faire honneur au buffet. ■ SD

SD

14 Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

SD

SD

(1) Lire Arcueil notre cité n° 197 mai 2009, p. 7.


Exposition Modèles vivants (3 A)

Du 4 au 20 février, le centre Marius Sidobre accueillait l’exposition Modèles vivants présentée par l’Association d’animation artistique (3 A), fruit des ateliers du mercredi soir. Parmi sa cinquantaine de membres âgés de 17 à 83 ans, douze s’étaient prêtés au jeu. Employant la technique de leur choix, crayon, fusain, pastel, aquarelle, gouache ou sculpture, ils ont offert aux visiteurs séduits une quarantaine de nus, essentiellement féminins. Présidée par Georges Noell, l’association a été créée en 1970 par Michèle et Roger Trystram. « à l’époque, il n’y avait aucune animation culturelle dans la ville », confiait la doyenne des 3 A. Installée au « Bahut », 18 avenue du Président Salvador Allende, depuis 1999, l’association, qui propose des cours d’arts plastiques dès 12 ans, fêtera ses quarante ans de bons et loyaux services, à Anis-Gras, le 18 juin prochain. ■ CG

CG

04/02 Polytechnique

Chorale russe

08/02 Vibrante

L’année de la Russie en France a vu naître une chorale (1) à Arcueil. En effet, depuis le 25 janvier, une association regroupe des passionnés désirant améliorer leurs connaissances de la culture, de la langue et de la musique russe. Ils se retrouvent pour répéter à Arcueil, chez une des choristes, en attendant une salle. La séance se déroule sous la direction du professeur et chef de chœur, très porté sur la technique vocale, Olga Roussakova. La répétition est conduite essentiellement en langue russe, le plus souvent a cappella, au gré des chants classiques, folkloriques ou encore sacrés qui composent le répertoire de cette chorale. ■ KG

D’origine chilienne, la plasticienne Emma Malig vit et travaille à Paris depuis 1994. Jusqu’au 13 mars, à la galerie municipale Julio Gonzalez, elle expose, sur le thème de l’exil, une partie de son œuvre faite de cartes dessinées, tracées, marquées, pliées… La poésie, liée à l’imaginaire du voyage et substrat d’Emma Malig elle-même, parcourt cette exposition. Elle domine aussi le joli catalogue Tierra-Bruna et enfin la vidéo projetée dans la galerie. Une rencontre avec l’artiste est programmée le samedi 13 mars, de 16h à 19h, sur le lieu de l’exposition. ■ PhL

PhL

Exposition Tierra-bruna par Emma Malig

12/02 Insolite

KG

(1) http://chorale.russe.free.fr/

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 15


Soutenus par les autres parents, les enfants et quelques enseignants, une dizaine de parents d’élèves FCPE du groupe scolaire Henri Barbusse ont organisé une braderie d’hiver dans le préau de l’école élémentaire, samedi 13 février. Les bénéfices (1290 euros) de cette vente de livres, jouets, vêtements et crêpes sont destinés à financer des projets pédagogiques, tels que la classe poney et autres sorties à La Villette. D’anciens élèves, désormais collégiens, n’ont pas hésité à prêter main forte pour la chasse au trésor ou l’atelier maquillage. Un moment convivial dans une ambiance de carnaval. ■ CG Photographies Colline Gori 16 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010


Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 17


Découvertes

Économies d’énergie

École Olympe de Gouges : 



vraiment révolutionnaire

Le 8 mars, près de quatre cents élèves de maternelle et d’élémentaire feront leur rentrée dans cette nouvelle école, qui porte le nom d’une féministe française guillotinée en 1793. à la pointe des énergies renouvelables, ce bâtiment est conçu pour durer plusieurs décennies.

L

e concept de l’école Olympe de Gouges est aussi révolutionnaire que le nom qu’elle porte(1). Il s’agit d’un bâtiment à « énergie zéro », ce qui signifie que la somme des énergies produites et des énergies dépensées est quasiment nulle. Mais comment est-ce possible ? Tout d’abord, l’implantation du bâtiment a été réalisée en fonction de l’ensoleillement, pour bénéficier d’un maximum de lumière naturelle. Ensuite, le bâtiment, d’une surface de 4800 m² SHON(2), est très compact, doté d’une enveloppe très épaisse et de fenêtres à double ou triple vitrage pour limiter les déperditions de chaleur. Sans oublier des équipements à faible consommation d’énergie pour les luminaires, le système de ventilation, et les équipements de cuisine et de sanitaire. Mais également des panneaux thermiques solaires pour chauffer l’eau, et des panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité. ■ Textes et photographies Sandra Deruère (1) Lire Arcueil notre cité n° 197 mai 2009, p. 7. (2) Surface hors œuvre nette

Luminaires Tous les luminaires des salles de classe, des réfectoires et des cuisines sont équipés de tubes fluorescents basse consommation. La rangée de luminaires située près des fenêtres est en plus équipée de sondes, mesurant la luminosité des tables de classe et adapte son intensité, pour qu’il y ait une homogénéité d’éclairage dans la pièce. Plus il y a de lumière à l’extérieur, et moins ces luminaires éclaireront, réduisant ainsi la consommation d’électricité (ci-contre :  le détecteur de luminosité).

18 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

Panneaux photovoltaïques 620 m² de panneaux photovoltaïques (ci-dessus) ont été placés sur le toit de l’édifice pour produire de l’électricité. Cette électricité n’est pas utilisée pour alimenter directement le bâtiment mais elle est revendue à ERDF, grâce à un contrat passé pour vingt ans avec l’entreprise. Il faut savoir que le kilowatt heure produit par les panneaux est vendu plus cher à ERDF, que le kilowatt heure acheté par l’école à ERDF. à terme, l’école pourrait s’équiper en batteries pour stocker cette électricité. En revanche, les 15 m² de panneaux solaires (ci-contre) composés de tubes, sont utilisés directement pour alimenter en eau chaude les sanitaires et les cuisines du bâtiment.

Chauffage En plus du soufflage d’air chaud, le chauffage du bâtiment est assuré par des radiateurs alimentés en eau chaude par des pompes à chaleur de 75 kilowatts chacune, complétées par deux chaudières à condensation de 150 kilowatts, lorsque la température extérieure est très basse. D’ici trois ou quatre ans, c’est la géothermie qui sera prioritairement utilisée pour chauffer le bâtiment, tous les équipements pour pouvoir l’utiliser ont déjà été installés.


Découvertes

Triple vitrage Afin de pouvoir bénéficier d’un maximum de lumière naturelle, le bâtiment est doté de nombreuses fenêtres. Pour limiter la perte de chaleur, très importante à ce niveau, le tour des fenêtres a été réalisé en bois à l’intérieur et en aluminium à l’extérieur, les joints entre la fenêtre et son encadrement sont très épais,   et du triple vitrage a été installé sur 80 % du bâtiment. Les 20 % restants sont du double vitrage (lorsqu’il y a un triple vitrage, une flamme se reflète six fois, contre quatre fois pour un double vitrage).

Détecteurs

Isolants Le bâtiment a été conçu pour limiter au maximum la déperdition de chaleur, grâce à des parois très épaisses, composées de trois couches. De l’intérieur vers l’extérieur on trouve : un mur de béton de 25 cm d’épaisseur, des plaques d’isolants de 24 cm d’épaisseur en laine de roche, et une façade en verre. Les pertes de chaleur sont ainsi deux fois plus faibles que dans une école classique.

Des détecteurs de mouvement ont été fixés au plafond des couloirs et des cages d’escalier de l’école, afin que les lumières ne restent pas allumées inutilement. Au bout de quelques minutes sans mouvement, la lumière s’éteint automatiquement.

Roue à nid d’abeille Le renouvellement de l’air à l’intérieur de l’école est réalisé par un système de soufflage à double flux, produit par deux centrales. De l’air extérieur est capté et réchauffé à la température voulue, circule dans l’école avant d’être rejeté à l’extérieur. L’air entrant et l’air sortant passent par deux conduites contiguës, mais avant que l’air intérieur ne soit rejeté, 78 % de sa chaleur est récupérée par une roue composée de nid d’abeilles, qui capte l’énergie calorifique de l’air chaud pour le transmettre à l’air froid et ainsi le réchauffer. Au démarrage, le système fonctionne à 100 %, mais par la suite, à peine plus de 20 % de chaleur doivent être produits pour assurer une température d’air constante à l’intérieur de l’établissement.

Matériel Le matériel de cuisson, de conservation et de lavage dans la cuisine a été choisi pour allier confort et une consommation d’énergie faible. Tous les appareils ont une consommation équivalente à la catégorie A (la plus basse) dans le grand commerce.

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 19


Découvertes

Sport express

Commerces

SARL Fanche :

Après avoir travaillé durant plusieurs années sur les marchés, Roger Fanche, le gérant, a eu envie de se sédentariser un peu. « Nous proposons toute sorte de vêtements, pour tous les âges, et aussi quelques modèles de chaussures de sport », indique-t-il.

SD

L e s f a n s d ’A d i d a s vont être comblés. Un magasin, entièrement dédié aux produits de la fameuse marque allemande aux trois bandes, a ouvert ses portes fin décembre, rue Emile Raspail, en lieu et place du magasin Fashion et Urbaine.

SD

sportwear à moitié prix

Ces produits sont vendus à moins 50 %, qu’ils soient de l’ancienne collection, de la nouvelle, des prototypes ou des produits « originals ». Mais comment est-ce possible ? « Je suis un soldeur, je revends tout ce qui a été présenté en show room par les commerciaux. Je n’ai donc pas toutes les tailles dans tous les modèles  », explique Roger Fanche.

Rose Forever :

shampoing, coupe et bien-être

Rose Forever 18, rue Cauchy 01 46 65 90 86 Du mardi au samedi de 9h30 à 19h30

20 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

SARL Fanche 37 rue Emile Raspail 06 98 02 73 26 Du mardi au samedi de 10h30 à 19h

> Taekwondo

Arcueil Taekwondo Club continue de former des champions. à Orléans, les 19 et 20 décembre, Marie Rivière est devenue vicechampionne de France cadette et Gabriel Collot a remporté la troisième place chez les juniors. Le club arcueillais a également participé à l’open d’Aixen-Provence les 23 et 24 janvier, et a récolté deux médailles d’or et une médaille de bronze. Puis les 13 et 14 février, il s’est hissé à la deuxième place du classement par équipe de l’open du Luxembourg, en remportant quatre médailles d’or, quatre d’argent et une de bronze.

> Athlétisme

SD

misateur stimulant la mélanine de la peau, pour donner un effet bonne mine au visage, un hâle discret. « Le brumisateur diffuse des produits naturels à base de plantes, l’objectif étant de n’utiliser que des produits bio pour la coiffure également dans un avenir proche », précise-elle. Une fois par mois, Rosa organise des soirées à thème, pour le moment consacrées à la voyance, mais bientôt aussi au tatouage au henné naturel. ■ SD

SD

Quand on entre dans le salon de coiffure de Rosa, Rose Forever, rue Cauchy, c’est pour en ressortir totalement métamorphosée ! Elle, qui travaillait dans ce salon depuis 2004, a décidé de le reprendre en septembre pour développer ses nombreuses idées. « Côté coiffure, nous proposons des conseils en relooking, nous réalisons des coiffures pour les mariages et les cocktails, expliquet-elle. Mais nous proposons aussi quelques soins esthétiques de base, comme la manucure ou les soins du visage. » Le salon est notamment doté d’un bru-

Le discounteur de la rue Raspail réfléchit à élargir son stock à d’autres marques de sportwear, mais toujours à des prix défiant toute concurrence. ■ SD

> Futsal Après seize journées (sur vingt-deux) de championnat, Vision Nova Arcueil affiche un total de quarante-trois points, qui lui vaut une belle cinquième place du groupe A du championnat de France de futsal. Les deux premières places, qualificatives pour les demi-finales, semblent cependant inaccessibles. Paris Sporting Club et Gargeoise ASC sont en effet nettement détachés, avec cinquante-cinq points tous deux.

Le Cosma-Athlétisme n’est pas en reste, avec une championne départementale poussine de cross-country, Marion Griffaton. Il remporte également deux titres départementaux par équipe, d’une part chez les cadettes grâce à Fanny Deblond-Pouvreau, Sakina Kandouz, Flora Orusco et Pauline Pharipou, et d’autre part chez les juniors filles grâce à Charlotte Barromes, Chloé Canal, Julia Damas et Maud Vienney. Le club arcueillais termine par ailleurs deuxième sur quatorze du challenge Equip’athlé hivernal, une compétition par équipe. ■ KG


Entreprise

Découvertes

Lecture selon

MiLibris CG

Comment donner à la lecture numérique le même plaisir et le même confort que ceux de la lecture sur support papier ? Tel est le défi de la start-up parisiano-arcueillaise MiLibris, qui se propose de conduire l’industrie du livre et de la presse vers sa maturité numérique.

Présentation sur Ipod et ordinateur portable du journal L’Equipe, sur fond de terrain de foot et zone de corner.

Une aisance étonnante Si le siège social de MiLibris se situe à Paris, son centre technique est installé à Arcueil, rue Cauchy, par la grâce de l’Incubateur de Télécom SudParis qui sélectionne des sociétés innovantes pour les aider. « Nous y avons été très bien accueillis et les locaux ne sont pas chers, se réjouit M. Monteux. Avec le journal L’Equipe, Orange est un de nos principaux clients, et comme il est installé à Arcueil, c’est pratique.»

CG

I

ngénieur en télécommunication et en informatique pendant quinze ans et passionné de lecture, Guillaume Monteux a créé son entreprise d’outils logiciels de lecture numérique, MiLibris, début 2009. « Avec une équipe de choc » : Raphaël Monrouzeau, le directeur technique, Luc Vauvillier, le directeur produit, Nicolas Rucine, le directeur création. Des gens qu’il considère comme hors normes. «  J’ai combiné ma passion avec mes compétences professionnelles  », confie M. Monteux. La même année, la jeune entreprise de douze employés remporte le Prix du meilleur logiciel de lecture de Montréal, le label Scientipôle Initiative et devient partenaire de la Bibliothèque nationale de France.

Une partie de l’équipe arcueillaise : (de g. à dr.) Eric Denechaud (responsable communication), Luc Vauvillier (directeur produit), Pierre de la Morinerie (ingénieur produit), Guillaume Monteux (fondateur).

Quels que soient le texte, le livre, l’article de presse ou autre document écrit, une fois traités par la plateforme et les logiciels MiLibris, ils sont adaptés au mieux à chaque écran, ordinateur ou téléphone mobile. Le résultat est étonnant. Sur fond d’image fixe en rapport avec le sujet, on feuillette, on tourne les pages avec une rapidité incroyable, on passe d’un chapitre à l’autre d’un seul clic ou d’un seul glissement de doigt. On lit avec

la même aisance que sur le papier. Il suffit de faire rouler la molette de la souris d’avant en arrière, pour voir un magazine dans sa totalité, ou bien pour zoomer à loisir sur les textes et les photos, et sans que la netteté en pâtisse. Une innovation unique au monde qui n’a sans doute pas fini de stimuler une économie numérique qui mise beaucoup sur le pouvoir d’attraction des liseuses électroniques. ■ Colline Gori

Emissions de mars sur

L’équipe d’otoradio, Sylvie Rasolondraibé, Eric Appollinaire, Alexis Raposo, directeur de la radio, Nader Assi, Samir Seldaji et Céline Périquet (de g. à dr.), dans leurs nouveaux locaux de l’avenue Jean Jaurès.

www.otoradio.com

Culture & Découverte - en direct, chaque mercredi à 19h / Olivier Garnier, auteur arcueillais du Derrière des okapis (10 mars) ; le journal du futur (magazine satirique à chaque émission) ; reportage autour de Josiane Valin (24 mars), ancienne professeure au collège Dulcie September, et auteur des Coulisses d’un journal collégien n Cuture locale - les lundis 8 et 29 mars : Série de reportages pour le 100e anniversaire de la Journée de la femme n Tous Euro - mi-mars / Retour avec Adrien Blayac, jeune Arcueillais, après son long séjour en Allemagne n Artiste, association ou citoyen du monde : soyez le guide d’un jour de l’émission Destination Soleil Rubrique contact sur www.otoradio.com

O u v r e T e s O r e i l l e s

Prêt à changer vos repères ?   Ecoutez la radio sur Internet OTORADIO 24 heures /24     

l a 1 ère R a d i o w e b d e P a r i s - B a n l i e u e S u d Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 21


Jeux Mots croisés Horizontalement 1. Vers à pieds 2. Père de Caligula – Ah la vache ! 3. Plus ou moins riche – Va avec Sainte 4. Coquin – Comprime 5. Strophe 6. En spirale 7. Adéquat – Ni lu ni approuvé 8. Pied – Pois de senteur 9. Poème inversé – Conjonction 10. Plus ou moins heureux. Verticalement A. Initialement poétique B. Poèmes – Poème C. Bonne vue D. Pronom à l’envers – Sortie par le bas – Révolution E. Sacré numéro – Support F. Négligée G. Moteur – Retenue H. Roupettes peu poétiques I. Attire l’attention – Réfutent J. Sans protection – Mal assise. ■ CG A

B

C

D

E

F

G

H

I

1 2 3

DR

4

Arcueil d’hier et d’aujourd’hui

D’un lieu-dit dont l’origine remonte à 1577.

co nc o ur s ph o to

6 CG

L’avenue du Général Malleret-Joinville commence 17 avenue Paul Vaillant-Couturier et se termine avenue Gabriel Péri, à la limite de Gentilly et du Kremlin-Bicêtre. Anciennement dénommée « chemin du Moulin à Vent » puis « chemin de Cherchefeuille » jusqu’en 1960, elle porte le nom d’un héros de la Résistance (1911-1960), à la tête de l’état-major des FFI (Forces française de l’intérieur). Député communiste de la Seine de 1945 à 1958 et membre de la commission de la Défense nationale, il a vécu à Arcueil, HLM Paul Vaillant-Couturier, de 1951 à sa mort. Question : D’où vient le nom de Cherchefeuille ? Réponse : Source : Arcueil, rues d’hier et d’aujourd’hui, par Robert Touchet (éd. Centre culturel communal Erik Satie)

5

7 8 9 10

Solutions des mots croisés du numéro précédent Horizontalement : 1. Sambodrome 2. Eclats – Ban 3. Nc – Té – Aveu 4. Sécurité 5. Un – Ce – Hrie (hier) 6. Etranges 7. Luedtne (Eludent) – Se 8. Leda – Osier 9. Eri (Ire) – Au – INA 10. Satisfaits Verticalement : A. Sensuelles B. Accentuera C. Ml – Redit D. Batucada E. Otèrent – As F. Ds – Gnouf G. Athées H. Obvers – III I. Mae – Sent J. Enumèreras.

Que représente cette photo ?   Où a-t-elle été prise ?

Retourner votre réponse en mentionnant vos nom et adresse, y compris pour les internautes, avant   le 10 mars à ANC-Arcueil notre cité, hôtel de ville, Concours photo « Qu’est-ce que c’est ? »,   10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil, ou   à communication@mairie-arcueil.fr, ou encore à l’accueil de la mairie. Seules les dix premières bonnes réponses seront retenues. Les gagnants recevront des places de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar.

La photo a été prise 38 avenue Ronsard. Bravo aux nombreux lecteurs perspicaces : Lydia Danglot, Michelle Chenier, Nathalie Haas, Catherine Frelat, Nicole Le Nedellec, Anna Deltour, Adelaïde Caurette, Laurette Miagoux, Agnès Rabeux, France Grossin, Jean Bourbonneux et Alain Chaumeil. Chacun gagne deux places   de cinéma valables à l’Espace Jean Vilar. CG

CG

SOLUTION DU CONCOURS DU N°204

22 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

j


Vos élus État civil Ils sont arrivés

Yossel-Ishaï Boury • Alexandre Trebuchet • Belle-Fleur Kimbadi • Janna N’Diaye • Léa Bazin • Alex Tchakarov • Yanis Dhouib • Berry Marseille • Paul-Ephraïm Sioto • Chiara Setbon - Viginier • Guillaume Rudant • Nacer Choubani • Enzo Floraud • Rayan Mathieu- - Goncalves • Rayan Haouari • Tiago Gaspar • Ousmane Doucoure • Eva Coman • Rémi Signoret • Pauline Vieule • Zeni Barros de Pina • Juliette Martinez • Pénélope Durand - - Roguet • Sacha Vernier - - Ridonat

Ils se sont dit oui

Ils sont partis

Il incarnait à Arcueil l’éducation populaire. André Crapez avait assuré la direction du centre de loisirs local, qui n’était déjà plus le patronage d’antan, puis celle de l’OMJA, l’Office municipal de la jeunesse arcueillaise, qui avait mis notamment en place les stages d’insertion professionnelle. Véritable personnalité locale empreinte d’une grande humanité, « Dédé » Crapez, né le 13 juin 1929, est décédé le 13 février, à l’âge de 80 ans. Il participait encore en 2009, à la mairie d’Arcueil, aux travaux de la commission handicap instituée par le Centre communal d’action sociale. Le prochain numéro d’ANC-Arcueil note cité rassemblera des témoignages d’Arcueillais sur « Dédé » l’honnête homme et reviendra de façon plus complète sur ses nombreuses actions. ■ PhL DR

Abdoulahi Choudjay et Nadhrati Youssouf • André Valette et Andrée Sforzini • Manohisoa Rasoanaivo et Solonirina Ramanoelinanahar

André Crapez nous a quittés

Jeanne Mougenot veuve Varichon, 91 ans • Olga Rolland épouse Haimovici, 86 ans • Claude Kohler, 76 ans • Ginette Dupré, 84 ans • Clémence Hérembert veuve Durand, 100 ans • Andrée Joly, 69 ans • Marie Thabore veuve Drouet, 97 ans • Germaine Bonnet, 74 ans • Gabrielle Royer veuve Fournaiseau, 85 ans • Jacques Bedrossian, 76 ans

Infos pratiques Pharmacies de garde 7 mars – Tran Van Thoan 75 avenue Aristide Briand Arcueil – 01 45 46 04 50 14 mars – Denis Chaperon vert 1ère avenue Arcueil – 01 47 35 11 45 21 mars – Talbot 4 rue Galliéni Cachan 01 46 64 09 36 28 mars – Moricet&Kerveillant 13 avenue de la Div. Leclerc Cachan – 01 46 64 05 46 4 avril – Huynh 18 rue Pasteur Arcueil 01 45 47 05 99 5 avril – Hassid 10 rue Guichard Cachan 01 46 65 64 57

centre de santé Centre Municipal de Santé Maï Politzer 3, rue du 8 mai 1945 01 46 15 08 09

URGENCES

En cas d’urgence médicale grave :

SAMU : 15 Pompiers : 18

CADRE DE VIE

Numéro vert pour les urgences :

SVP Cadre de Vie 01 46 15 08 35

SOS Médecins :

Collecte sélective des déchets 01 41 24 22 80

0 825 00 15 25 01 47 07 77 77 Pharmacies ouvertes 24h/24h :

01 45 62 02 41

MAIRIE

01 46 15 08 80 10, av. Paul Doumer. Ouverte le lundi et le mercredi de 9h à 12h, de 13h30 à 17h30, le mardi de 9h à 17h, le jeudi de 13h30 à 19h et le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30. Fermeture le jeudi matin.

OFfice HLM

arcueil-gentilly

01 46 15 32 00

51, rue de Stalingrad

Centre communal D’ACTION SOCIALE Dominique Raynaud (vice-président) : 01 46 15 09 23

Pour rencontrer vos élus,  prenez rendez-vous en appelant au numéro indiqué pour chacun.

Maire

Vice-président du conseil général du Val-de-Marne Daniel Breuiller 01 46 15 09 00

Adjoints Christian Métairie Premier adjoint 01 46 15 09 24 Développement durable – Démocratie – Affaires générales Vice-président de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, délégué à la mise en valeur et à la protection de l’environnement Denis Weisser 01 46 15 08 96 Développement urbain – Finances Max Staat 01 46 15 09 21 Personnel – Services publics locaux Anne-Marie Gilger-Trigon 01 46 15 09 23 Action sociale – Prévention / sécurité Sylvie Sapoval 01 46 15 09 23 Solidarité (petite enfance, intégration, handicap) Carine Delahaie 01 46 15 09 24 Santé – Travail de mémoire Lutte contre la discrimination – Anciens combattants Marie-Pierre Reynaud 01 46 15 09 24 Logement – Communication Patrick Mirville 01 46 15 08 96 Culture – Vie associative Commerce Christiane Ransay 01 46 15 09 21 Cadre de vie / travaux Espaces verts – Artisanat

Conseillers délégués Patrice Deveaux 01 46 15 09 24 Education et enseignement Amigo Yonkeu 01 46 15 09 23 Jeunesse Francine Ketfi 01 46 15 09 24 Temps du repas – Restauration scolaire Antoine Pelhuche 01 46 15 09 21 Retraités – Personnes âgées Anne Rajchman 01 46 15 09 23 Enfance Sophie Labrousse 01 46 15 09 24 Transports – Déplacement Stationnement /énergie (Plan-action climat) Jean-Michel Arberet 01 46 15 08 96 Sport – Nouvelles technologies de l’information et de la communication Emmanuel Blum 01 46 15 08 96 Accès à l’emploi, à la formation et à la citoyenneté des jeunes Jean-François Marguerin 01 46 15 08 96 Education populaire / Anis Gras Guy Bacheley 01 46 15 09 24 Assemblées de quartier – Politique de la ville

Député Jean-Yves Le Bouillonnec 01 49 69 69 57 2e lundi de chaque mois de 16h30 à 18h30 à l’hôtel de ville d’Arcueil

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 23


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

groupe Gauche citoyenne

Priorité au logement, de la parole aux actes La question du logement reste au cœur des préoccupations de nos concitoyens. Inquiétude, colère, déception, incompréhension… tels étaient les termes utilisés par le président de l’union sociale pour l’habitat (USH), Thierry Repentin. Et on comprend bien cette réaction ! Le fameux grand emprunt qui a fait l’objet de tous les débats ne fait aucune place au logement social. Alors même que dans les propositions soumises au gouvernement apparaissait celle de la création d’un fonds de 2 milliards d’euros destinés à accélérer la rénovation thermique des logements sociaux, cette disposition a disparu lors de la présentation des décisions du chef de l’Etat sur le grand emprunt. Ou plutôt, l’enveloppe a été réduite à 500 millions d’euros, et elle ne concerne plus le logement social.

groupe Parti socialiste

Raison invoquée : « les organismes HLM sont à même de faire face à leurs obligations sans recours à un financement exceptionnel » Tant mieux pour les propriétaires occupants modestes qui trouveront peut être là une possibilité d’améliorer l’isolation thermique de leur logement. Déception très grande pour les organismes HLM qui accueillent tout de même plus de 11 millions d’habitants dans les logements ! Dans le même temps, les subventions baissent, l’Etat demande le regroupement des organismes HLM, parlant de taille critique, et incite les organismes HLM à trouver de l’argent ailleurs en vendant leur patrimoine ! Le besoin en construction de logements sociaux est criant et, nous ne redirons pas assez la nécessité de condamner

Entente Citoyenne, Arcueil Alternative, des Citoyens

lourdement les villes qui sont hors la loi en refusant le seuil minimum de 20% de logements sociaux sur leur territoire. La nécessité de réhabiliter avec des exigences de qualité environnementale ne l’est pas moins. Isoler les logements, c’est permettre qu’ils soient moins énergétivores, c’est une diminution attendue des charges. C’est pourquoi, nous proposons d’accompagner financièrement les réhabilitations de l’OPIHLM, comme celle qui va se faire aux Irlandais, pour permettre d’en améliorer la qualité environnementale. Porter une priorité au logement, c’est aussi associer les actes aux propos. Le groupe Gauche citoyenne

http://psarcueil.net

Juste un moment de paix Dans les frimas de ce samedi 13 février, je remonte l’avenue Lénine pour me rendre à l’inauguration de l’école Olympe de Gouges. J’ai dans la tête sa phrase célèbre « Une femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit également avoir celui de monter à la tribune ». Par ces mots, proclamés dans sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Olympe de Gouges nous traçait la voie. Une route qui fut longue puisqu’il a fallu près de deux siècles pour que le droit de vote des femmes soit reconnu en 1945..... de la parole aux actes. Les enfants, petits et grands, auront à se rappeler de ses paroles et de ses actes. Samedi 13 février, 10 heures devant le bâtiment de l’école Olympes de Gouges déjà quelques mamans, quelques papas et quelques enfants attendent… L’impatience se lit sur les visages. Premier acte de la re-configuration d’un quartier, premier acte que nous adressons aux arcueillais du Chaperon Vert. Une école zéro énergie, c’est aussi un signe que nous envoyons aux générations futures : la prise en compte de l’environnement, au

24 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

cœur de la cité. Une action concrète, au delà des paroles, c’est la proximité écologique qui s’emboite, en acte, dans le tissu urbain dense de l’agglomération parisienne. Cette inauguration marque l’aboutissement d’un projet où toutes les énergies humaines ont été mises à contribution trois années durant. Cette école inédite marque la réussite d’une co-élaboration entre riverains, parents d’élèves, équipes enseignantes, architectes, urbanistes, bâtisseurs, services municipaux et l’ensemble de élus de l’équipe municipale sans oublier les collectivités locales qui ont participé au financement.  Une appropriation généreuse et collective que nous avons tous ressentis ce samedi. Oublier les inquiétudes des habitants de la rue Voltaire, il sont bien là, plus intéressés encore que les autres. Oui, nous sommes tous là ce matin du 13 février et au bruit des tambours, de la samba nous entrons dans cette nouvelle école. Parents, enfants, habitants du quartier découvrent alors leur école : les nouvelles classes, les espaces collectifs, la cours,

le préau... Ici, un ingénieur explique les prouesses techniques du bâtiment, là un architecte disserte sur l’implantation de l’école dans l’espace urbain, là encore l’agent du patrimoine de la ville interpelle les visiteurs et leur raconte l’histoire de la belle Olympe de Gouges... le lâché de ballons dans la cour de l’école, les gâteaux, les verres d’apéro… c’est du Tati que l’on vit ou du Doisneau… tout le monde aux photos. C’est en toute sympathie qu’en tant qu’élu à l’urbanisme mais avant tout Arcueillais j’ai pu apprécier ce moment de paix où nous nous sommes tous appropriés cette école. Vrai plaisir d’assister à la découverte avec les parents et les enfants de ce nouvel espace de vie, d’apprentissage et de partage des connaissances. De la parole aux actes, l’engagement politique tel que je le conçois et tel qu’il doit être. Denis Weisser, adjoint au développement urbain et aux finances


groupe des Élu(e)s communistes, partenaires et citoyen(ne)s

Arcueillaises, faites-vous entendre ! La journée internationale des femmes est née en 1910. Clara Zetkin – enseignante, journaliste et femme politique marxiste allemande, figure historique du féminisme en fit la proposition, lors d’une   réunion de la Conférence des femmes qui avait lieu en marge de  l’Internationale Socialiste à Copenhague, regroupant une centaine de  femmes de tous pays. Leurs revendications étaient simples et d’une actualité criante, le droit  de vote pour toutes et l’égalité entre les sexes. Cette journée est restée depuis lors un moment où les femmes tentent de faire le point sur les droits encore à gagner et surtout ceux qu’il faut défendre. Cette année les femmes

auront encore une fois payé un lourd tribu à la férocité du système capitaliste et du gouvernement Sarkozy. Dans notre pays comme dans le monde, 80 % des pauvres sont des femmes. Quand l’analyse des besoins sociaux nous apprend que sur notre ville 1000 enfants vivent en dessous du seuil de pauvreté, et que la grande majorité de ces enfants vivent dans une famille mono parentale dont le parent est une maman, force est de constater qu’à Arcueil, elles n’ont pas été épargnées par la crise. Enfin lorsqu’elles travaillent, les femmes gagnent 27 % de moins que les hommes en termes de rémunération brute totale dans les entreprises de 10 salariés et plus. Le changement de notre société encore par trop sexiste ne se fera pas seulement par des lois et des directives nationales, il résultera d’un sursaut de la conscience citoyenne. L’égalité s’est

toujours construite dans un mélange d’avancées juridiques et sociales. À Arcueil nous partagerons deux moments autour des droits des femmes le 11 mars à 19 h lors de l’inauguration de l’exposition « Rendons nos droits universels » à l’Hôtel de Ville et le 20 mars lors d’un tournoi de foot féminin au stade Louis Frébault. Cette dernière initiative sportive sera l’occasion de revenir sur la nécessité d’une réelle mixité dans le sport et d’une meilleure visibilité des pratiques féminines. Combien d’entre nous sont capables de donner le nom de la capitaine de l’équipe de France de football, quart de finaliste de la coupe du monde 2009 ?

entation

e prés Forum d

Jean-Michel Arberet,

conseiller délégué au sport et Carine Delahaie, adjointe au maire chargée de la lutte contre les discriminations.

cances

urs va des séjo

s r a m 7 2 amedi

S

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 25


Expression

des groupes

La responsabilité des textes des groupes politiques municipaux incombe à leurs auteurs.

Charles Di Gennaro,

Nathalie Auchapt,

Karim Makouf,

conseiller municipal et communautaire

conseillère municipale

conseiller municipal

Plan de déplacement et questionnement Nous nous félicitons de ne pas avoir participé à l’étude et au questionnaire sur le plan de circulation entrepris par la municipalité. Celui-ci se révèle être, encore, une dépense inutile et inadaptée. Les questions posées relèvent du bon sens. Quel Arcueillais pourrait en effet s’opposer à des aménagements pour les handicapés ? Quel Arcueillais trouverait normal l’encombrement des trottoirs ?

Qui souhaite une diminution des transports en commun, des pistes cyclables ou une augmentation de la pollution ? Pourquoi ne pas poser les bonnes questions ? Pouvez-vous vous rendre de l’avenue Laplace à La Poste en voiture ? Le stationnement, place Poensin, est-il adapté, sécurisé et pratique ? Souvenonsnous qu’il s’agit d’un aménagement fait il y a moins de cinq ans. Pensez-vous que

la réouverture de la rue Marius Sidobre serait souhaitable pour lui rendre son rôle de lien entre le bas d’Arcueil et le quartier Laplace ? Bien entendu, tous se réjouissent des améliorations. L’intérêt du questionnaire n’était-il que celui de l’autocongratulation ? Des questions visant à améliorer davantage le confort de tous étaient attendues. Nous les attendons encore.

Opposition et conseil municipal Nous sommes heureux de voir que le du groupe Arcueil autrement et pour tous consacrée à l’explication de nos intervendébat au conseil municipal a enfin pris fait tellement réagir la majorité qu’une tions (voir ANC février 2010, p. 10 et 11). forme. La nouvelle équipe de conseillers double page de ANC-Arcueil notre cité est Nous contacter : Email : charlesdigennaro@yahoo.fr - Téléphone : 06.09.14.24.81 - Blog : arcueil-autrement.blogspot.com Adresse postal : Charles di Gennaro – Mairie d’Arcueil - 10, Avenue Paul Doumer – 94114 Arcueil cedex

Les Verts

Sarah Ganne-Levy

helene.peccolo@cegetel.net

QUEL PROJET D’URBANISME POUR NOTRE VILLE ?

Dominique Jacquin

Plus d’Infos avec le MoDem arcueillais http://modem-arcueil.blogspot.com et http://modem.arcueil.free.fr/

Suite à nos visites de quartiers nous publions ici un compte rendu des questions abordées avec les habitants. Avenue Laplace (Vache Noire - partie en travaux) Les piétons malgré l’interdiction empruntent la chaussée pour éviter un détour très long par la rue Jean Jaurès. Sans éclairage et sans protection un accident est à craindre. Il est nécessaire de créer une allée piétonnière réservée. Rue de Stalingrad L’inquiétude des riverains est compréhensible à la vue du projet de constructions à 3 ou 4 étages sur l’ancien terrain des Daltons. Le stationnement, la circulation seront compliqués. Le projet présenté à l’origine comprenait des petites maisons de ville et s’intégrait au quartier, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Une vraie concertation doit avoir lieu pour trouver des équilibres acceptables. Les Irlandais Les habitants ont insisté sur la détérioration des espaces communs (halls, boites aux lettres) et sur l’insécurité et le bruit en soirée – et au delà – notamment au pied de la tour. Ils attendent les médiateurs de nuit avec intérêt. Rue de la Convention Les habitants découvrent l’étendue des périmètres de préemption au fur et à mesure qu’ils souhaitent faire des travaux ou vendre leur maison. Les propositions d’achat par la ville (qui se réfèrent à des estimations très basses) sont vécues comme des “spoliations”. Nous re-demandons un débat sur les projets d’urbanisme et nous souhaitons un traitement respectueux d’une vie de travail (et de travaux) pour celles et ceux qui vendent. Notre prochain tour des quartiers est prévu en avril. Vous pouvez déjà nous proposer des rendez-vous en laissant un message par mail : modem.arcueil@free.fr Consultez notre blog pour plus d’infos.

le tour des quartiers

26 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

Notre ville est un chantier; programme de nombreuses ZAC, nous sommes aujourd’hui à plus de 20 000 habitants. Il est incontournable de mener une réflexion sur les questions de la qualité de vie, dont un des critères incontournable à prendre en compte, notamment dans les zones à forte densité comme la proche Région Parisienne, est le nombre d’habitants. Sur ce point, la majorité doit afficher clairement sa volonté car à ce jour nous ignorons l’objectif qu’elle s’est fixé, et notamment quelle réflexion sur la qualité de vie guide ces différents projets. De même nous regrettons que notre patrimoine urbain soit régulièrement mis à mal. Nous avons la chance d’avoir différentes constructions classées « remarquables ». Notre ville mérite que ces bâtiments soient préservés, valorisés et entretenus. Que constatons-nous? La maison SOULAS est mal intégrée et aucunement mise en valeur dans le projet de la Vache Noire. Aujourd’hui, elle est « écrasée » entre les différentes constructions. De même, le projet de la maison DESPRES, laissée à l’abandon des décennies durant, devait être intégrée au projet de la Maison de l’Environnement... aujourd’hui, un avis d’expert à rendu son verdict, il n’est pas possible de la maintenir, il faut la raser. Nous demandons que d’autres expertises soient réalisées. L’histoire d’Arcueil, sa personnalité doivent être protégées. Nous ne voulons pas d’une ville anonyme, laissant indifférent; mais bel et bien une ville préservée, que l’on choisit pour y vivre.

Hélène Peccolo, conseillère municipale Les Verts


carte UPA

10/02/09

15:56

C’est vous

Page 1

qui le dites

Chronique de l’université populaire

Lettre à mon voisin Bonjour voisin, Le 4 janvier – nous avons le cœur plein de vœux –, la journaliste Marie-Monique Robin expose les méfaits provoqués par les produits de la firme Monsanto sur la santé des êtres vivants. Agent orange, PCB, hormone de croissance bovine, herbicide Roundup, OGM, etc. : les faits sont graves. Très graves. Cette multinationale, le plus grand pollueur industriel, est responsable dans le monde entier de la présence de dioxine dans le sang et de l’augmentation épidémique des cancers. La science et le progrès sont des pistes tentantes quand il faut nourrir les milliards d’habitants de la planète. Si Monsanto met cet argument en avant, son but réel, c’est le profit, et la fin justifie les moyens ! Un livre et un DVD de Marie-Monique Robin, disponibles à la médiathèque de la Ville, détaillent cette enquête. Le 11 janvier, Saül Karsz, sociologue et philosophe, s’interroge sur les valeurs. Famille, école, société : les valeurs sont toujours là – pas forcément celles auxquelles on pense, d’ailleurs. L’individualisme culpabilise l’action collective, serions-nous dans une société sans liens ? Oh oui, les classes sociales existent encore et la lutte de classes aussi ; l’exploitation est plus éhontée que jamais. La crise financière a une fonction de leurre efficace, mais la crise des représentations est bien réelle et, comme dans un divorce, c’est l’heure de vérité. Il peut y avoir du grabuge… Sujet ardu, car avec quoi en effet analyser ce qui nous arrive ? Nous sommes dedans, tête incluse. Mais, comme le dit Gramsci : « Aucune domination ne tient sans la résignation des dominés. » Une des meilleures façons de commencer à résister est de réfléchir (ce que permet l’UPA), mais la gamberge n’est pas forcément la tranquillité. Faut choisir ! Ta voisine, Charlotte Voir programme au verso

Prochains rendez-vous > Lundi 8 mars, 20h, à Anis-Gras Conférence : Laïcité et fait religieux, avec Jean Baubérot, professeur émérite de la chaire Histoire et sociologie de la laïcité à l’Ecole pratique des hautes études Sorbonne, auteur de La laïcité expliquée à M. Sarkozy… et à ceux qui écrivent ses discours (éd. Albin Michel, 2008). > Lundi 15 mars, 20h, à Anis-Gras Conférence : Ecologie : que fait et que pourrait faire l’Europe ?, avec Pascal Canfin, journaliste et député européen, auteur du Contrat écologique pour l’Europe (éd. Petits Matins, 2009).

48e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie Nous commémorerons, ce 19 mars 2010, le 48e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie. Les Accords d’Evian, signés le 18 mars 1962 par le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République Algérienne, furent approuvés par 91 % des citoyens français lors du référendum le 8 avril 1962. Le 19 mars 1962 a permis la fin de cette guerre qui fit près de 30 000 morts et plus de 300 000 blessés, mutilés et psycho-traumatisés du côté français. Le peuple algérien pleurait plus de 800 000 tués. Cette date est pour l’ARAC la seule date historique et officielle de commémoration de la fin de la guerre d’Algérie. Aujourd’hui, nous associons dans un même hommage toutes les victimes d’une guerre qui aurait pu être évitée si le gouvernement de l’époque avait compris que l’ère du colonialisme était terminée et qu’était venue l’ère de l’indépendance de tous les peuples de la terre. La mémoire de toutes les victimes de la guerre d’Algérie doit nourrir la volonté de paix et de solidarité des citoyens de notre pays. Elle doit aussi éclairer la coopération et l’amitié entre les peuples algériens et français. Nous vous invitons à venir nombreux à la cérémonie qui aura lieu le vendredi 19 mars, à 18h15, au Monument aux morts, place de la République.

Association républicaine des anciens combattants et victimes de guerre (Arac)

Epis et trou noirs Je viens de lire le numéro de février d’ANC et je suis très en colère. Il est regrettable que lorsqu’une page est consacrée à AnisGras, lieu très fermé et très « in » ou qui se veut ainsi, il ne soit fait aucune mention des Epis noirs, qui sont régulièrement en résidence dans ce lieu et, qui plus est, sont programmés du 9 au 13 février 2010. Jamais dans ANC on n’en parle et pourtant Pierre Lericq, créateur de cette troupe, compositeur, chanteur, metteur en scène, écrivain, habite depuis longtemps à Arcueil. Calat Bravo pour le programme de 2010 où leur spectacle n’est même pas mentionné ! Les Epis noirs ont du succès, ont à plusieurs reprises été à l’affiche du Théâtre de la Gaité Montparnasse à Paris, et à Arcueil on n’en parle pas. Pour rappel, ils ont déjà été en résidence à Anis-Gras durant le dernier trimestre 2009 et ont fait plusieurs représentations. Conclusion, lorsque j’en parle aux artistes arcueillais, à mes voisins, […] personne n’est au courant ! Si on ne défend pas les artistes d’Arcueil à Arcueil, qui le fera ? J’espère que cet oubli sera, un jour, réparé par votre comité de rédaction. Une interview du mois devrait lui être consacrée ; ce serait la moindre des choses ! Cordialement.

« c’est vous qui le dites », c’est votre page ! Pour y prendre place, deux adresses : ANC-Arcueil notre cité, hôtel de ville, 10 avenue Paul Doumer, 94110 Arcueil et communication@mairie-arcueil.fr.

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 27


C’est vous

TG

qui le dites

TG

Claude Normand

Jean-Pierre Granier

TG

Camille Veron

Geneviève Mendy

PhL

PhL

PhL

Tahar Boukhtouche

Chantal Birolini

Que savez-vous… des élections régionales ? Les prochaines élections régionales, permettant d’élire les conseillers régionaux siégeant au conseil régional, se dérouleront les 14 et 21 mars. Le mode de scrutin est particulier et quelque peu complexe. Créé par la loi du 11 avril 2003, il pourrait bientôt disparaître, au profit d’un autre applicable à l’élection des conseillers territoriaux (1), ces derniers remplaçant à la fois les conseillers régionaux et les conseillers généraux. 1) Quel mode de scrutin est utilisé ? a) Un scrutin uninominal majoritaire à un tour ? b) Un scrutin de liste proportionnel à un tour ? c) Un scrutin de liste mixte (proportionnel avec « prime majoritaire ») à deux tours ?

2) Quelle est la durée du mandat   des conseillers régionaux ?

4) Citez une compétence de la Région.

3) Combien de conseillers régionaux composent   le conseil régional d’Ile-de-France ?

Les réponses sont à découvrir dans la page ci-contre.

Q+) Question subsidiaire : irez-vous voter ?

Jean-Pierre Granier, 62 ans, retraité (ancien professeur), habitant du quartier Laplace :

« [1] C. [2] Six ans. [3] Environ soixante. [4] Les transports, les lycées, l’aide économique aux entreprises... Ce n’est pas tout, mais ce sont les

principales. [Q+] Je vais voter lors de chaque élection. Par civisme. Je suis convaincu que la démocratie appelle nécessairement au vote. »

Camille Veron, 19 ans, étudiante, habitante du quartier Jules Ferry :

« [1] B. [2] Cinq ans. [3] Cent... Non, plus que ça, environ deux cents  ! [4] Je n’en sais rien. [Q+] Oui, bien sûr  ! En France, on peut

voter, alors il faut profiter de cette chance. Sinon, à quoi servirait la démocratie ? »

Chantal Birolini, 50 ans, gérante de société, habitante du quartier Jean Macé :

« [1] B. [2] Quatre ans. Au-delà, ce serait trop long, surtout quand ils sont mauvais ! [3] Cinquante ? Plus ? C’est trop ! Ce n’est pas la quantité qui fait la qualité. Je vote en Corse, qui est un cas particulier [Ndlr – La Collectivité territoriale de Corse a effectivement un statut particulier, lui conférant des

pouvoirs plus importants que le simple conseil régional.]. Là-bas, il n’y a qu’une cinquantaine d’élus. [4] Les travaux, l’équipement… Je parle de ce que je connais, c’est-à-dire la Corse. [Q+] Oui, bien sûr ! Par devoir, je voterai… au moins par procuration. »

Claude Normand, 53 ans, retraité de la RATP, habitant du quartier Barbusse :

« [1] B. [2] Quatre ans. [3] Une vingtaine. [4] Je sais que la région gère notamment les transports. [Q+] Bien sûr que je vais aller voter ! Ce geste citoyen fait partie de mon éducation. Je sais que beaucoup de gens se sont

battus pour que nous ayons le droit de vote. Le moins que l’on puisse faire c’est de l’exercer, particulièrement à notre époque ! »

Geneviève Mendy, 22 ans, agent immobilier en recherche d’emploi, habitante du quartier Jean Macé :

« [1] C. [2] Six ans. [3] Quarante-cinq. [4] La gestion des lycées. [Q+] Je ne sais pas encore si je vais aller voter. Comme je viens d’arriver dans la commune d’Arcueil, je ne connais pas encore les candidats. Or, je préfère

avoir des informations sur les programmes et sur ceux qui les proposent avant de me décider. »

Tahar Boukhtouche, 19 ans, employé dans la restauration rapide, habitant du quartier Jules Ferry :

« [1] C. [2] Quatre ans. [3] Quatre-vingts. [4] Le social. [Q+] Oui, je vais aller voter, car c’est un droit et cela me semble évident d’en profiter.

Surtout en ce moment où je trouve que l’on en a de moins en moins. Une voix c’est important, en tout cas toujours plus qu’une abstention. »

(1) Le projet de loi réformant les collectivités territoriales a été examiné en conseil des ministres le 21 octobre 2009. Il est en cours d’examen au Parlement. Si cette réforme est votée par l’Assemblée nationale et par le Sénat, elle s’appliquera pour les élections de 2014.

Propos recueillis par Philippe Lorette et Tristan Gaguèche - Interviews réalisées le 15 février, rues Marius Sidobre, Emile Raspail et Berthollet

28 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010


élections

Pratique

Régionales, mode d’emploi Quand ont lieu les élections régionales ? Les élections régionales ont lieu les 14 et 21 mars 2010.

Qui peut voter ? Comme pour les scrutins nationaux, peuvent voter aux élections régionales les Françaises et les Français âgés de dix-huit ans accomplis, jouissant de leurs droits civils et politiques, inscrits sur les listes électorales. Le scrutin régional n’est pas ouvert aux ressortissants des pays membres de l’Union européenne.

Pour quelle durée sont élus   les conseillers régionaux ? Les conseillers régionaux sont en principe élus pour six ans. Cependant, un projet de loi, en cours d’examen au Parlement, envisage la création des conseillers territoriaux qui siègeront à la fois au niveau régional et au niveau départemental à partir de 2014. Le mandat des conseillers régionaux élus en 2010 sera ainsi ramené à une durée de quatre ans.

Quel est le mode de scrutin ? Le mode de scrutin pour les élections régionales est un scrutin, de liste, proportionnel à deux tours, avec prime majoritaire de 25 %. Au premier tour, les sièges sont attribués à chaque liste en fonction du nombre de voix obtenues par chacune d’entre elles à l’échelon régional. Si une liste recueille la majorité absolue des suffrages exprimés, elle se voit d’abord attribuée le quart des sièges à pourvoir (prime de 25 %). Les autres sièges sont attribués à la représentation proportionnelle à toutes les listes qui ont obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés. Si aucune liste n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, il est procédé à un second tour de scrutin. Seules peuvent se présenter les listes qui ont obtenu 10 % des suffrages exprimés. Au second tour, la liste qui a obtenu le plus grand nombre de voix obtient

une prime majoritaire de 25% du nombre de sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis à la proportionnelle entre toutes les listes qui ont obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés. La liste arrivée en tête reçoit donc le plus grand nombre de sièges qu’elle ajoute à ceux obtenus par la prime majoritaire. Elle est ainsi quasiment assurée de détenir la majorité au sein du conseil régional.

Comment les listes sont-elles constituées ? Les élections des 14 et 21 mars permettront d’élire les 209 conseillers régionaux d’Ile-de-France. Les listes sont déposées au niveau régional, mais les candidats sont répartis entre les départements (on parle de sections départementales constituant la région). Le nombre de sièges à attribuer pour chaque liste est calculé globalement au niveau régional, puis réparti entre les sections départementales en fonction du nombre de suffrages obtenus dans chaque section. Les listes sont bien régionales dans la mesure où est désigné la candidate ou le candidat tête de liste régionale et où le bulletin de vote d’une liste est identique dans tous les départements d’une même région. Les listes doivent également respecter l’obligation de parité : chaque liste est composée alternativement d’un candidat de chaque sexe.

Quel est le rôle des conseillers régionaux ? Les conseillers régionaux composent le conseil régional, assemblée délibérante de la région. Le conseil régional règle les affaires de la région en assemblées plénières ou en commission permanente. Les principaux domaines d’intervention de la région sont le développement économique, les lycées, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur, l’aménagement du territoire et les transports. ■ PhL

Les bureaux     de vote

4*. Maternelle Olympe de Gouges. 54 avenue Vladimir Ilitch Lénine

1. Hôtel de ville. 10 avenue Paul Doumer

5. Espace Jean Jaurès. 20 avenue du Président Salvador Allende

2. Groupe scolaire Henri Barbusse. 10/14 rue Henri Barbusse 3*. Primaire Olympe de Gouges. 56 avenue Vladimir Ilitch Lénine

8. Primaire Jules Ferry. 1 rue Paul Signac 9. Centre Marius Sidobre. 26 rue Emile Raspail 10. Maternelle Louise Michel. 62 avenue de la Convention

6. Primaire Laplace (préau) 68 avenue Laplace

11. Primaire Jean Macé B. 2 rue Fernand Forest

7. Maternelle Danielle Casanova. 26 rue du Général de Gaulle

12. Maternelle Pauline Kergomard. 49 avenue Gabriel Péri

* Ces bureaux remplacent ceux de l’école Joliot-Curie

12 listes pour   le 1er tour des élections régionales   du 14 mars   en Ile-de-France Présentées dans l’ordre officiel avec, en gras, le candidat tête de liste. 1. Changer pour mieux vivre en Île-de-France. Valérie Pécresse 2. Liste Lutte Ouvrière soutenue par Arlette Laguiller. Jean-Pierre Mercier 3. Liste Front national avec Le Pen pour l’Île-de-France. Marie-Christine Arnautu 4. Europe Écologie Région Île-de-France, avec Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly. Cécile Duflot 5. Liste démocrate et centriste conduite par Alain Dolium soutenue par François Bayrou. Alain Dolium 6. Alliance écologiste indépendante soutenue par Patrice Drevet et Antoine Waechter. Jean-Marc Governatori 7. Ensemble pour des régions à gauche solidaires, écologiques et citoyennes, présentée par Front de gauche (Parti communiste français, parti de gauche, gauche unitaire), et les alternatifs, Alternative citoyenne, le mouvement politique d’éducation populaire, le parti communiste ouvrier de France et république et socialisme. Pierre Laurent 8. La liste Chrétienne. Axel de Boer 9. Huchon 2010 - la gauche pour l’Île-de-France. Jean-Paul Huchon 10. Rassemblement gaulliste, 100% indépendant, Debout la République. Nicolas Dupont-Aignan 11. Tout changer, rien lâcher ! Liste présentée par le NPA et conduite par Olivier Besancenot. Olivier Besancenot 12. Émergence. Almamy Kanouté

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 29


Les d onné es infrar recueillie ouge s par mosa ab c ïque qui r outissen apteur é t à ce c lame fine b tte un âtime nt pa e lecture r bât imen t.

Une n et d’e uit de la fin du ssais ( L N E) pr mois de Obje oc m 30 % ctif : diagn édera à unaers *, sur com th m de ce o s dép stiquer le e r m o garnde de la M a a s erditi ons v déperdit p h i e a éirrie d’Arcueil, ie ienne ions d le nt de e cha n n e au-deLsaboratoire s n s toit ures leur des b us du territoaitrional de mé et 20 e de âtime la co trologie En p   % n r a mmu t cett du re ts, sac e nu ique, ne. un it

nouv h ellem ant que ent d e l’ai r.

-là, avi vola mèt nt à on bim Cett d’un r o es d 200 eé t capt ’alti km/ eur le ci eur uniq tude d t u h el a d es d i n à u e f eme 5 et é épe d u m rcueilla raroug ce q nt p quip 00 r e i u o s s a é i ur le ditions illon ent r tin. e l’en p L r s n é e r e b tend s s E ente ra d âtim d’énerg don ra fo n tend e 2 3 H onc née en ie p tout quo a e r s ar le n c i em t 2h de m ts ne d t l’o recu st pêch ément, reill é e ê M p i m l a l a i m e s e e er p is, s ,o sant oitures s se ais, une u etits est r r prom n p o t b pren out, as d nt m onn pert et g is, p eux dre les p em ises inen rand a o c é s de ropr en l onn i lors t te t a s de i é g es, igne aiss du b iéta d’un dorm ance ires âti a sur e jo en s ir. i l rcue e sit u r n des ré ntéres epte ew mbr é e d sultat sés po pou eb d illais. eà r s a e la urro e re la m naly Att port Ville nt (s ser airie ant e s : arc a d t n s ans en p bâti i t u t ur leu ns obl ueil le d men t i o n r é i r .fr. g s i m o e a é   : la pe nce t pa tion tail aiso n qu sur r bâ l ) d ’ n i l’am e m i r o t s t a i t u e e n i g m c éna ence peti tien e de h ent l’int gem t dra la m niciens en dép de c ent, prob immeu end e f o o t s la n sité du t r a e l b m able ïque auss ana é uit d chau ’occup s men le par lyse i d’i d’en atio u vo ffag pren l t e n sem form n ef LNE l ; i e de dre ble. fect chac note l est do ive e ations * u O n et d n de t utr e s’e c recom vol e e une au n so man ces bât n to Le b i uve men dé d la da cours d’ risation ut nir. o te d ts ’en opér exacte btention e un d est évid , de ce ation emm iagn t c te dépe ondi ostic ent si ce n t d le pl la adéq ions atm d de us p ’établir osph uate néce s’avère récis s (te clair né ss mp érique ,f poss d’én aires po cessaire de ve aible hu s froid, s i b l m ci e po , env ergie ur ré n du v t). La nu idité et p el ur is d par sero ol ne Répa it eff eu le to uire la d ager les , nt a rtitio e p f c i ourr xée e tive it : uss ép trava resti a de la n moyen ux quel t confirm donc êt tutio i présen des con erdition ne  dépe q re u é s n e e t e s lor s jou dan rdit pou con rs au que s de illers sp s ce d’én ion  p tte d r guider s é a l c u a r ergie avan ialis lt jour Inte éma l t : és né rne er le rche es prop la site t de riéta e de . V i l ires l à e la

30 | Arcueil notre cité n° 205 mars 2010

arc com ue p mi-m ter de il.fr, ars .


,50%

Par exemple, pour 7 000 euros empruntés en crédit auto, vous remboursez 380 euros par mois (dont 77,77 euros épargnés) pendant 24 mois au TEG annuel fixe de 3,50 %. Et en fin de prêt, vous disposez d’une épargne constituée de 1 866,48 euros. Ouverture de crédit renouvelable, offre valable jusqu’au 10 avril 2010. Coût total du crédit 253,61 euros, hors assurances facultatives. Ce taux est proposé exclusivement dans le cadre de Passeport Crédit, pour la souscription conjointe du crédit avec option épargne et de l’assurance auto. La mensualité du crédit comprend l’épargne volontaire de 77,77 euros. Capital restitué en fin de prêt : 1 866,48 euros (si les modalités de versement sont respectées). Offre valable pour un montant minimum de 5 000 euros sur une durée maximum de 24 mois, sous réserve d’acceptation du dossier.

243_112a 180x130 arcueil.indd 1

– Crédit photo : Photononstop LD

3

Jusqu’au 10 avril

TEG ANNUEL FIXE

Votre nouvelle auto

parlons-en !

Crédit Mutuel Arcueil 25, av. du Président Salvador Allende 94110 Arcueil Tél. : 0 820 32 02 59 (0,12 € TTC/Min) Courriel : 06079@cmidf.creditmutuel.fr

ami fenêtres conseille, isole, rénove www.ami-fenetres.com

11/02/10 16:01

       

Portes Fenêtres Volets Stores intérieurs Pose sur mesure Isolation thermique Protection solaire Bois, alu, pvc

Contactez J. Marc Pernot au 06 10 28 74 28 e Une équip ls n io s ne de profes ans depuis 10 ueillais e des Arc au servic

Devis gratuit sous 48 h   Garantie 10 ans   Crédit personnalisé   Exécution rapide  

 71, avenue Jean Jaurès 94110 Arcueil

tél. : 01 49 85 92 92  fax : 01 49 85 17 18 ami.fenetres@wanadoo.fr Pour annoncer dans Arcueil notre cité, contacter Echom. [email : regie@lecho.com ; fax : 01 45 96 07 43 ; tél. : 06 62 50 28 29]

Arcueil notre cité n° 205 mars 2010 | 31


la-vache-noire.net

Ma petite robe ? Souvenir d’un bon moment entre filles.

ootin Relooking, sh mode, défilé, … customisation

La Vache Noire

Que des bons moments GRATUIT - 120 boutiques *

RCS Nanterre B429 775 315 - Crédit Photo : Henk Callens *Voir conditions dans le centre commercial.

rs Du 24 au 27 ma Animationsde : et ateliers mo g

ANC - Arcueil notre Cité  

Mensuel d'informations de la Ville d'Arcueil : mars 2010

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you