Four a pain dembella

Scroll for more

Page 1

ARCADE Mission Janv. Fév. 2009 Base de Dembella - Mali Rédacteur : Jo Vicier

Réalisation d’un four à pain en terre crue Motivations Au Mali, en brousse le pain reste une denrée aléatoire à trouver, et la qualité est aussi très discutable car la farine abrite parfois des petites bestioles comme par ex les charançons. L’aspect diversité de la cuisine est aussi un élément qui nous pousse : réaliser une tarte avec des fruits locaux (mangue, goyave, banane, …) une quiche ou une pizza, ou encore faire mijoter une viande, rien que l’idée nous fait déjà saliver ! Utilisations des matériaux locaux Nous ne perdons pas de vue les aspects environnementaux et écologiques : faire avec la terre du marigot situé à 50m de notre base à Dembella est simple et ne coûte rien, et cette terre est un argile de très bonne qualité. Dans ce milieu rural la paille est facile à trouver, le sable a été apporté lors de la construction de la clôture de la base, sa provenance est proche et la terre est facile à travailler ; beaucoup plus facile et beaucoup plus agréable que le ciment ! Nous sommes aussi animé par un aspect pédagogique : et si les Maliens décidaient de le copier pour en fabriquer un d’usage personnel … ? Principe Le principe est de faire le feu à l’intérieur jusqu’à ce qu’il soit suffisamment chaud, de retirer alors les braises, d’enfourner, de fermer et de laisser cuire. Le four est constitué d’une coque en mélange terre – sable, et terre – paille jouant le rôle de stockage de chaleur, et d’une couche isolante paille – terre. Le tout est recouvert d’un enduit pour la protection aux intempéries. Séchage Il doit être le plus long possible. Au Mali 2 semaines doivent suffire en période de chaleur et sécheresse. Si on utilise le four alors qu’il n’est pas sec, l’eau qu’il reste dans la terre va se transformer en vapeur et la pression de la vapeur va faire éclater le four. On peut aider le séchage en effectuant de petits feux courts et pas trop chauds tous les 2 jours par exemple.


Premières chauffes Les premières chauffes doivent être progressives dans la durée et dans l’intensité, c’est ce qu’on appelle le dérhumage. Il est recommandé aussi après chaque longue période d’inactivité du four. En pratique on procède tous les jours et durant une semaine à des feux de plus en plus forts, jusqu’à arriver à une première mise en température de fonctionnement, reconnaissable lorsque la voûte est devenue blanche ou lorsqu’une pincée de farine jetée sur le sol s’enflamme rapidement. Réalisation par étape Préparation des mélanges : terre, paille, sable, eau Mélange sable – terre 3 parts de sable, 1 part de terre L’aspect est celui d’un béton maigre. Plus il y a de sable, meilleure est la résistance à la chaleur, mais moins c’est facile à modeler. Mettre le moins d’eau possible pour éviter tout affaissement pendant la construction et faciliter le séchage. Tasser à la main et la truelle le plus possible pour avoir une couche homogène. Mélange terre – paille 1 part de terre, 1 part de paille coupée à 15cm environ Mettre peu d’eau. C’est difficile à mélanger, c’est difficile de diviser une boule de mélange. Une fois sec ce n’est pas facile de le casser, c’est réellement de la terre armée ! Cette couche assure la solidité du four. Mélange paille – terre 5 parts de paille, 1 part de terre On peut faire une barbotine avec la terre et l’eau. On humidifie la paille puis on fait le mélange mais c’est difficile à mélanger. Plus il y a de paille, plus ça isole et évite que le four ne refroidisse trop vite, moins c’est facile à travailler et moins c’est résistant. Ce mélange est surprenant : il est bien isolant tout en gardant une certaine inertie thermique, il reste respirant et ça ne coûte vraiment rien. Mélange enduit (sable – terre – ciment) 1 part de sable, 1 part de paille coupée à 2cm, 1 part de terre, ½ part de ciment. On rajoute un peu plus d’eau que dans les couches précédentes pour avoir une bonne accroche et pour pouvoir projeter l’enduit à la truelle ou à la main. Remarque : J’ai rajouté ½ part de ciment qui n’était pas dans la proposition de Nicolas Moussu. C’est la peur de l’hivernage Malien qui m’a poussé à le faire, avec ses trombes d’eau risquant de dégrader le four à une période ou les toubabs ne sont généralement pas présents sur le site. Avec du recul je pense qu’il eut été préférable de pas mettre le ciment au moment de la construction, mais rajouter après un an de fonctionnement une couche de crépi étanche à base de chaux …


Proportions Comme tous les appareils de chauffage au bois il faut respecter des proportions entre l’arrivée d’air et la sortie des fumées pour permettre un bon tirage. Ici l’orifice est le même. Il faut respecter un rapport de 63% environ entre la hauteur de la porte et la hauteur maxi de la voûte. Si on est plus bas à l’entrée le tirage n’est pas bon, et si on est plus haut, la chaleur s’en va trop rapidement, ça chauffe mal et consomme plus de bois. Nous avons choisi un porte de 20cm de haut (référence à la taille de notre grand plat), la hauteur de four sera donc de 33cm. La taille du four est de 40cm de diamètre (un peu trop grand par rapport à l’info de Nicolas Moussu, 30cm eut été suffisante …). Reste à voir le comportement après plusieurs utilisations !


Réalisation du socle

1

2

Fabrication du socle sur une chape de béton, 2 rangées de moellons, le tout rempli de Cailloux et gravier, et pour finir une autre Chape de béton. Dimensions : 1.25m x 1.25m x 0.70m

3

Remarques : 20cm plus haut eut été mieux, et les matériaux employés auraient pu être des briques maliennes en argile local.


Préparation des matériaux Le sable est tamisé. L’argile est séché et tamisé. Une boite de lait concentré (env. 3litres) sert de mesure pour effectuer les « parts » de paille, de terre, de sable en bonne proportion.

4

Préparation, découpe de la paille, longueur : . 1 à 2cm pour l’enduit . 10 à 15cm pour le mélange paille - terre Ce mélange servira à faire une couche isolation thermique et une couche assurant la solidité. 5

Finition du socle (briques en terre 12x15x22cm et joints en terre)

6

. Mise en place des briques et joints. . Mise en place d’une couche sable – terre sur un cercle de 90cm de diamètre, centré, épaisseur 4cm. Laisser sécher. . mise en place d’un plastique de protection diamètre 80cm . Découpe et pose de la porte en bois sur le plastique l=35cm, h=20cm. . Dépose du sable humide pour créer le volume intérieur du four.


Réalisation du four Réalisation du dôme avec du sable humide, bien tasser. Une aide précieuse le soir, pour finir le dôme, alors que Badio a déjà signalé que la table était mise et l’igname prêt …

7

Couverture du dôme avec du papier pour éviter le mélange des couches. Bien mouiller le papier avant de déposer la couche sable – terre.

8

9 1ère couche : sable – terre (ep. 6cm env)

10 quelques stries pour l’accroche


12 11 2em couche : terre – paille (ep. env. 8cm) 3em couche : paille – terre (ep. env. 10cm)

13 3em couche paille – terre finie

Enduit terminé

14 Enduit : sable – terre – paille - ciment

15 Ouverture de la porte après séchage

16


Evacuation du dôme de sable

17 Après quelques jours de séchage

18

Ont participé à la réalisation du four à pain : Idée Arcade : Bernard, Valérie, … Réalisation : Joseph assisté de 4 manœuvres de Dembella : Adama et Amidou Mariko, Ablaye et Soulémane Fané (socle, et fabrication de belles briques fumées), de Bernard (aide, conseils) et Gwen (qq. photos), … sur l’inspiration d’une publication sur le Web faite par Nicolas Moussu (nico.moussu@free.fr).