Issuu on Google+

INFO – PLONGEE n° 95

Commission Plongée – Ecole Française de Plongée Souterraine Fédération Française de Spéléologie 28, rue Delandine, 69002 Lyon tel : 04 72 56 09 63 - fax : 04 78 42 15 98 - lyon@ffspeleo.fr - www.ffspeleo.fr Site web de la Commission : http://efps.ffspeleo.fr/

Bulletin de liaison de la Commission Plongée de la Fédération Française de Spéléologie N°95 2ème semestre 2007

Photo de couverture : Event du Mas Neuf (Hérault) (Photo : Frank Vasseur, assistance : Cédrik Bancarel)

Synthèse et mise en page : Stéphane Lips Maquette couverture : Brice Maestracci Relecture : Josiane Lips et Pauline Evrard Tirage pages intérieures : Laurent Mangel et Monique Rouchon au pôle de la FFS Couverture et reliure : Atelier Jivaro Publication tirée à 350 exemplaires (Décembre 2007)

page 1


page 2

INFO – PLONGEE n° 95


INFO – PLONGEE n° 95

page 3

Sommaire SOMMAIRE...............................................................................................................................................................................3 EDITORIAL...............................................................................................................................................................................4 EXPLORATIONS DANS L’AIN..............................................................................................................................................5 GROTTE DU PERTHUIS – MARCHAMP (01)................................................................................................................................5 EXPLORATIONS EN ARDECHE ..........................................................................................................................................7 GROTTE DE LA PASCALOUNE – BOURG SAINT ANDEOL (07)....................................................................................................7 GROTTE DE SAINT-MARCEL – SAINT-MARCEL (07).................................................................................................................7 EXPLORATIONS DANS LE GARD .......................................................................................................................................8 AVEN GREGOIRE – THARAUX (30)...........................................................................................................................................8 EXPLORATIONS DANS L’HERAULT ...............................................................................................................................11 EVENT DU MAS NEUF – GORNIES (34) ...................................................................................................................................11 EXPLORATIONS DANS LA DROME .................................................................................................................................15 SCIALET DES ANCIENS – BOUVANTE (26) ..............................................................................................................................15 EXPLORATIONS EN ISERE ................................................................................................................................................15 TROU DU COEUR – VILLARD DE LANS (38) ............................................................................................................................15 CUVE DE SASSENAGE – SASSENAGE (38) ...............................................................................................................................15 EXPLORATIONS DANS LE LOT ........................................................................................................................................16 EMERGENCE DU BAIREAU – LANZAC (46)..............................................................................................................................16 EXPLORATIONS EN SAVOIE .............................................................................................................................................17 GROTTE DE PREROUGE – ARITH (73) .....................................................................................................................................17 EXPLORATIONS EN HAUTE-SAVOIE..............................................................................................................................22 GOUFFRE CRISTAL– FLAINE (74) ...........................................................................................................................................22 CARNETS D’EXPEDITIONS ................................................................................................................................................25 VANUATU : EXPEDITION SANTO 2006....................................................................................................................................25 BOSNIE AOUT 2007................................................................................................................................................................32 PICOS 2007.............................................................................................................................................................................35 LA PAROLE AUX PLONGEURS .........................................................................................................................................40 PLONGER SOUS TERRE ............................................................................................................................................................40 RENCONTRE ENTRE DEUX HOMMES ........................................................................................................................................41 SEULE LA VICTOIRE EST JOLIE ................................................................................................................................................44 PHILOSOPHIE AU NIVEAU DES BREVETS DE PRATIQUE ............................................................................................................45 UN PERMIS DE PLONGEUR SPELEO ?........................................................................................................................................47 LA PLONGEE SPELEO : UN ESPACE DE LIBERTE........................................................................................................................48 VIE DE LA COMMISSION....................................................................................................................................................49 L’ARRETE DE PLONGEE AUX MELANGES 2006........................................................................................................................49 LA CONVENTION FFESSM-FFS 2007 ....................................................................................................................................54 LE 3EME CONGRES INTERNATIONAL DE PLONGEE SOUTERRAINE ............................................................................................57 SSF PLONGEE : INTERVIEW DES TRSP...................................................................................................................................60 CALENDRIER DES STAGES EFPS 2008 ....................................................................................................................................63


page 4

INFO – PLONGEE n° 95

Editorial Par Joëlle Locatelli Cette année 2007 se termine et cela est l’occasion d’en faire le bilan. Les stages régionaux se sont déroulés suivant le calendrier et nous constatons enfin une recrudescence de stagiaires. Le stage national a également bien fonctionné et cette année les filles étaient en nombre. Trois moniteurs et deux initiateurs sont également sortis de cette promotion. Une fois de plus, il faut constater que l’enseignement est le fer de lance de cette commission et que malheureusement les autres actions ont du mal à voir le jour. Malgré la bonne volonté du secrétaire, de la présidente-adjointe et de tous ceux qui s’impliquent, nous manquons tous de temps pour travailler sur des sujets de fond, qui pourtant sont nombreux. Notre vie professionnelle et familiale est souvent perturbée par nos responsabilités et il y a quelquefois des choix un peu difficiles. Pour ma part, en lançant une nouvelle activité en septembre, j’ai été peu disponible, ce que je déplore. Les choses s’arrangent, le nouveau rythme est pris, et l’année 2008 sera beaucoup plus facile. Sachant qu’il s’agit de la dernière année de mandat, les dossiers seront bouclés de manière à passer un flambeau « propre ». A propos de cette dernière année, je tiens à préciser que je ne démissionnerai pas, je finirai mon mandat, ainsi que les dossiers en cours. Pour cette dernière année, un remaniement du bureau semble nécessaire pour travailler sereinement et préparer l’avenir. Des dossiers importants sont en cours, et notamment la CIPS, qui doit nous rapprocher de la FFESSM. Malgré tout ce qui se fait d’efficace sur le terrain, il faut savoir que officiellement les relations ne sont pas renouées et qu’il faut remédier à cet état. Notre référentiel mélange est pour l’instant perdu dans les limbes du ministère, (changement de gouvernement oblige) et j’espère que notre DTN fera tout son possible pour qu’il en sorte très rapidement. Le référentiel enseignement nouvelle version et quand à lui, prêt et a déjà été utilisé cet été. Nous avons pu vérifier son efficacité et sa justesse. Le site de la commission semble toujours en panne, puisque personne ne s’en occupe réellement et que le secrétaire, qui assume déjà beaucoup de missions, n’a pas le temps de le faire vivre. Heureusement le remplacement va être assuré par une nouvelle bonne volonté. Cette année a malheureusement été aussi endeuillée par le départ de Jean-Jacques Bolanz. Je ne veux rien en dire ici, sauf que …. A une époque de notre vie, nous avons été très proches, et même si les circonstances de la vie séparent souvent, nous éprouvions toujours beaucoup de tendresse l’un pour l’autre, et de bonheur à se voir. C’était un être précieux en toutes circonstances et le vide qu’il laisse ne se refermera jamais, en ce qui me concerne. Cet éditorial est un peu court, je le terminerai en vous souhaitant de très bonnes fêtes de fin d’année et surtout une excellente année 2008 à tous. Je laisse également ce message aux impatients de me voir partir : Courage, octobre 2008 est proche, la relève arrive et le suivant sera bien meilleur, bien plus efficace, bien plus… Mais je fais confiance aux éternels insatisfaits, ils trouveront forcément quelques choses à dire…


INFO – PLONGEE n° 95

page 5

Explorations dans l’Ain

Grotte du Perthuis – Marchamp (01) Par Laurent Tarazona

Historique Cette résurgence majeure du massif du Bugey voit une première série d’explorations à la fin des années 70 par une équipe de plongeurs suisses. Ces derniers franchissent les trois premiers siphons, réalisent les escalades à la sortie du S3, plongent le S4 (réalisent la jonction entre la sortie du S4 et la galerie supérieure menant au S5) et le S5 (arrêt vers 180 m, -32). Ils réalisent la topographie de la cavité. Le réseau est repris dans les années 90 mais, en 1993, Christian Roy, de retour d’une pointe dans le S5, décède à 150 m de l’entrée de ce siphon.

galerie menant au S5 (2 relais nitrox 35% de 7 L et un relais nitrox 80% de 6 L pour la décompression).

Explorations 2006 – 2007 Voilà déjà plusieurs années que le Perthuis me tente. Finalement, au printemps 2006, je reconnais les trois premiers siphons et m’arrête en haut de l’escalade menant au S4. En parallèle, Stéphane Lips et Renaud Locatelli rééquipent l’escalade menant au S5. A l’automne 2006, malgré des conditions de visibilité déplorables, je fais une plongée de reconnaissance dans le S5 afin de vérifier l’état du fil d’Ariane et de prendre contact avec le siphon (bi 10 L, 1 relais nitrox 35% de 7 L et un relais nitrox 70% de 4 L en décompression). Lors de cette plongée, j’atteins le terminus de Christian Roy à 250 m, -42 m. La suite est devant moi dans une galerie large (à priori, car ce jour-là, je n’ai que 1 m de visibilité !) mais je sais que si ça continue à plonger il faudra envisager plus de matériel.

La sortie du S3 (photo : Vincent Lignier) Le 7 avril 2007, après 4 mois d’attente liés à des conditions météorologiques défavorables, nous voici réunis pour la pointe. Sont présents Michel Guis, Stéphane Lips (qui en profitera pour plonger le S4), Jérôme Perrin, Vincent Lignier. JeanMichel Vallon, malade, viendra également nous aider à sortir le matériel.

La galerie d’accès au S5 (photo : Vincent Lignier)

Laurent sort du S5 (photo : Vincent Lignier) Le 23/12/2006, aidé de Michel Guis et JeanMichel Vallon, je dépose 3 bouteilles dans la

Vers 10h00, nous partons dans le S1. Derrière le S3, nous hissons mes deux bouteilles de 10 L dans le P10, puis prenons le chemin du S5 en prenant au passage les relais déposés en décembre. Vers 12h30, je m’engage dans le S5 équipé de 5 bouteilles (mon bi 10 L, deux relais de 7 L en nitrox 35% pour la progression et un relais de 6 L


page 6

INFO – PLONGEE n° 95

en nitrox 80% pour la décompression). La visibilité est correcte et la progression agréable. Je passe le point bas à -32 m, remonte et dépose mon premier relais vers 150 m. Vers 200 m, je dépose le deuxième relais, attache mon fil d’Ariane (cela m’évitera de le faire au terminus à -42 m et me permettra de gagner quelques minutes de paliers) et poursuis avec mon bi 10 L. La galerie est effectivement large (environ 3 m de large sur 2 m de haut). Elle est rectiligne et descend en pente douce. Je passe le terminus et continue l’exploration : la galerie est toujours rectiligne mais descend toujours. Je reste au plafond et déroule 70 m de fil depuis le terminus. Arrivé à -52 m (profondeur limite que j’avais fixée), j’attache mon fil et fais demi-tour.

plongée. Au retour, Vincent et Michel en profitent pour prendre de nombreuses photos. Nous ressortons tout le matériel et regagnons l’air libre vers 17h30. La prochaine plongée se fera au trimix (hélium, oxygène, azote) et nécessitera une logistique bien plus lourde mais permettra de pousser l’exploration plus loin avec des conditions de sécurité optimales. Pour leur aide, un immense merci à : Michel Guis, Jean-Michel Vallon, Stéphane Lips, Vincent Lignier, Renaud Locatelli, Jerôme Perrin

La galerie continue toujours avec la même section, mais à cette profondeur les paliers de décompression défilent vite… Il faudra revenir avec du trimix. Le retour se passe bien et je commence mes paliers à -6 m (42 min au total dont 8 à 6 m). Ayant opté pour une combinaison « humide », je passe mon temps à palmer pour retarder l’arrivée du froid (eau à 10°C) et apprécie le sentiment de sécurité apporté par mon nitrox 80% ! Sortie du S5 après 85 min de Profil de plongée dans le S5

Topographie de l'équipe suisse en 1977


INFO – PLONGEE n° 95

page 7

Explorations en Ardèche

Grotte de la Pascaloune – Bourg Saint Andéol (07) par Fredo Poggia Située dans le vallon de Rimourain, la grotte de la Pascalaoune est une cavité typique de l’Ardèche. Une ravissante galerie fossile débouche, en son sommet, sur une série de puits qui permet d’atteindre la profondeur de -100 m. Un réseau boueux aux dimensions variées aboutit à 160 m sur une rivière souterraine qui échoue sur un siphon aval. Il a été plongé en 1979 et 1980 par P. Penez et F. Verger, sur 230 m à -32 m. En 1987, P. Lapierre explore, avant le puits terminal, une branche remontante sur une centaine de mètres : arrêt à -12 m. En 1999, grâce à l’impulsion d’A. et A. Wadel, et après quelques aménagements pour franchir une voûte rasante argileuse située à -135 m, je visite et rééquipe le siphon, mais le vol de l’ensemble des cordes interrompt l’aventure. J-P. Baudu descend le puits terminal jusqu’à -52 m, et parcourt une dizaine de mètres dans une

galerie légèrement remontante. En hiver 2006, le débit trop important de la rivière avorte toutes nos explorations. En mai 2006, au-delà de l’exploration de JeanPierre, je remonte au sein d’une large faille jusqu’à -40 m. Avec un peu de temps, la suite doit être facile à trouver. Une coloration à la fluorescéine est apparue à la résurgence de la Tourne à Bourg-Saint-Andéol, trois jours plus tard… peut-être qu’au recycleur ? En revanche ni J-P. Baudu ni moi-même n’avons trouvé la galerie remontante découverte par P. Lapierre. Il reste aussi à explorer une galerie horizontale à -45 m avant le point bas de -52 m. Le siphon mesure 280 m. Merci aux valeureux porteurs pour des portages pas toujours propres.

Grotte de Saint-Marcel – Saint-Marcel (07) par Fredo Poggia

Réseau N6 : -170 m Poursuite de l’exploration citée dans le précédent Info-Plongée. L’étiage, tant attendu, de la fin de l’été a permis au niveau de l’eau de baisser de 4 m par rapport à ma dernière pointe, lors de laquelle je m’étais arrêté à -39 m pour un développement de 480 m. Le siphon mesure maintenant 555 m arrêt à -34 m. Les 200 derniers mètres se développent au-delà de -30 m. C’est dans ce réseau, où la qualité de l’air rend ce type de plongée plus difficile, qu’en octobre 1996, un exercice spéléo secours régional a été réalisé, et au cours duquel une civière plongée dirigée par 5 plongeurs, a été testée. A l’époque, le S.S.F. voulait connaître les contraintes liées à son transport.

J’ai exploré ce siphon sur 290 m (-10 m), et poursuivi la branche aval du S1 jusqu’à -51 m. Arrêt devant un laminoir à franchir à l’anglaise. Le premier siphon, au total, mesure 250 m.

Réseau N15 BIS : -130 m

Ces plongées dans la grotte de Saint-Marcel sont associées aux spéléologues qui ont vigoureusement porté, et sans qui rien n’aurait été exploré : Bernard Baudet, Frédéric Bedon, Gabriel et JeanJacques Dejon, Marie Hernequet, Jacky Laverdure, Magalie Pataine, Patrick Perez, Audric Poggia, Thierry Rique, Christian Sabatier, Françoise Simonon, Michel Tarze, Alain et Arlette Wadel.

Il est situé en rive gauche, à 1 km en amont après la jonction Despeysse - St Marcel. 750 m de galeries aquatiques, où il faut souvent progresser à genoux, conduisent au siphon terminal plus vaste que le reste du réseau. Dans les années 1990, P. Lapierre l’a plongé sur une centaine de mètres (point bas -31 m). Une branche remontante l’a conduit sur un réseau fossile long de 250 m avant de s’arrêter sur un S2.

Cet été, après de nombreux portages et une météorologie sans nom, avec mon fils Audric, nous avons réalisé une pointe dans le S2. Il mesure 405 m (-10 m). Au-delà, la galerie fossile reprend mais plus petite qu’avant le S2. D’importants dépôts argileux rendent aussi la progression moins sympathique. Arrêt devant un S3. Le réseau N15 bis approche au total les deux kilomètres de développement.


page 8

INFO – PLONGEE n° 95

Explorations dans le Gard

Aven Grégoire – Tharaux (30) par Frank Vasseur

« Mise à l’eau pour balèze dans la vallée de la Cèze » L’aven Grégoire est l’entrée amont du système « Grégoire-Fées », dans la vallée de la Cèze (30). C’est une traversée spéléologique qui totalise 2000 m, doublée d’un étage inférieur noyé, exploré entre 1978 et 1981 par Christian Bagarre, Philippe Nouza et Gil Veyssière. Le siphon amont du système, situé à –120 m à la base des puits d’entrée de l’aven Grégoire, est franchi (425 m ; -52 m) en 1982 par Jean-Charles Chouquet, Patrick Penez et Fred Vergier. Ils parcourent ensuite 150 m de galeries exondées pour buter sur un étroit siphon reconnu en décapelé sur une trentaine de mètres. L’actif est là, mais impénétrable. En 2005 et 2006, dans le cadre d’une étude approfondie du fonctionnement hydrogéologique du système menée par Joël Jolivet, Régis Brahic entreprend plusieurs plongées pour rééquiper et étudier le siphon amont. Il progresse jusqu’à 180 m de l’entrée (-52 m) et effectue les premiers relevés topographiques. En 2005, dans le cadre d’une « expédition régionale FFESSM » du comité PyrénéesMéditerranée, les trois premiers siphons de la grotte des Fées (Source des Castors, Lac Lombard et Lac du Naufrage) sont topographiés (Pierre Berard, Frank Vasseur, Damien Vignoles, Michel Wienin). Samedi 12 mai 2007, Régis et son équipe « Exploreurs » équipent le Grégoire jusqu’au siphon. Ils ont préalablement aménagé la plateforme sur laquelle on s’équipe, perchée 6 m audessus de la vasque. En effet, l’ultime toboggan dégringole directement dans une fracture noyée. Pas de plage, pas de berge. La meilleure solution fut de creuser (Exploreurs), à même la pente d’argile, un replat de 2 x 1,4 m, 6 m au-dessus du plan d’eau. Dimanche 13 mai, le siphon amont est intégralement topographié au cours d’une plongée au trimix en recycleur Megalodon. Après une convergence chez Joël, à Tharaux, nous répartissons les charges et attaquons la montée. A 9 pour 13 sacs, ça monte tranquille à flanc de colline, jusqu’à l’entrée. Puis ça « file » bien à la descente. La série de puits, équipée la veille par Régis et ses exploreurs, s’enchaîne et en moins d’une heure, toutes les charges sont à bon port, 6 m au-dessus du siphon. C’est là, dans une promiscuité digne des bivouacs

d’alpinistes en paroi, que nous équipons le «bazar». A cinq avec les charges, l’espace est rapidement saturé. Le reste de l’équipe reste quelques mètres au-dessus, longé sur les derniers fractionnements doublés à cet effet. Quichou et Jean-Louis se relaient pour descendre jusqu’à l’eau trois bouteilles de sécurité, les palmes, les dévidoirs et tout le petit matériel. Sur la plate-forme, je bénéficie de trois paires de mains, fort bienvenues pour tenir le matériel et lui éviter de me précéder dans l’onde… plus trop pure, étant donné les blocs d’argile que nous décrochons depuis notre arrivée. Arrive enfin le moment où tout est prêt. Il ne « reste » plus qu’à descendre. Une descente au descendeur, avec passage d’un fractionnement, avec un recycleur sur le dos, doit constituer une véritable « première » en la matière. Une fois dans la vasque, Quichou et Jean-Louis me bichonnent et me passent tout ce que j’ai à emporter.

La descente vers le siphon (Photo : J.L. Galera) Enfin arrive le moment où le changement d’élément, le passage en apesanteur, libère le plongeur des dures lois de la physique… pour le soumettre à d’autres. La fracture est juste assez large pour être confortable. Le plan d’eau s’étire sur une vingtaine de mètres, interrompu par un gros bloc coincé. Le fil d’Ariane, installé par Régis l’an dernier, évolue en oblique dans la fracture, à l’endroit le plus large, le seul pénétrable. L’argile décrochée lors de la descente depuis la plate-forme a réduit


INFO – PLONGEE n° 95

la visibilité à peu de choses, et je progresse lentement, en Braille, les mains sur les parois. Après avoir dépassé le bloc coincé, la largeur augmente. A –10 m, le conduit se « verticalise ». Vers le nord-est, un vide augure le départ vers l’aval du système. Les amarrages du fil ont sauté lors des crues, il faut les replacer. -18 m, bas de la verticale. Un sol de galets est partiellement recouvert de blocs d’argile, de branchages, et de matériel divers (poignée jumar, mousquetons, pédales). Vers le sud-est, un talus de galets glisse sous le plafond : il faut se faire « maigre ». Quelques blocs roulent, ça racle un peu, mais ça passe. Le nuage de touille est enfin doublé, l’eau est claire (6 m de visibilité), mais tout de même en deçà de l’exceptionnelle translucidité habituelle. Les orages d’un printemps agité en sont la cause.

Mise à l’eau (photo : jean-Louis Galera) Là, commence le domaine des hautes fractures cupulées, sur lit de galets d’albâtre roulés. A l’ouest, une galerie plus étroite dédouble la première partie de la galerie : c’est le shunt. L’eau a l’air plus claire, mais peut-être n’est ce qu’une illusion du fait de la réduction de la largeur du conduit. J’avance jusqu’à une première remontée en fracture, mais ça coince. N’ayant pas l’ardeur belliqueuse, retour dans la galerie principale. A 45 m du départ (-21 m), une lame d’érosion partage la galerie dans la hauteur. Ca passe par-dessus, moyennant une douce négociation. Le talus plonge toujours, et à –33 m, on recoupe une nouvelle fracture aux voûtes élevées. De l’ouest, un fil rejoint le cheminement principal :

page 9

c’est l’embranchement pour le shunt. Un regard dans ce qui n’est qu’une alcôve, puis la galerie, entre 4 et 6 m de large, pour 2 de haut, file le long du talus de galets. A 131 m du départ, la pente s’annule. La partie profonde du siphon, une splendide galerie (7 x 3 m) est engluée de remplissages d’argile surcreusés, mettant en évidence leur stratification. Le point bas est à -52 m, au niveau de l’amarrage terminal du fil de Régis. J’amarre le mien afin de lever une topographie potable, au retour. 204 m : les parois se resserrent brusquement. Le conduit amorce une brutale remontée, par une fracture réduite (3 m de large) dans un puissant volume. Le fil des premiers plongeurs s’élève en rive gauche, à mi-hauteur. Rapidement, dès –42 m, la paroi de droite s’éloigne, parfois hors de portée des phares. Le plafond est invisible, le faisceau du phare, pourtant un K15 Barbolight (équivalent 50 watts) se perd dans ce vide intérieur. J’attaque tranquillement les paliers en superposant mon fil métré à celui en place, qui ne semble pas avoir souffert depuis 25 ans. A –6 m, pause la plus longue. Le vieux fil est rompu. Le brin libre a coulé au fond du conduit. La suite évidente semble être dans le prolongement de la paroi, vers le sud-est. J’en profite pour aller me balader un peu, histoire de fouiner cette imposante salle noyée (87 x 12 x 30 m). Sur ce qui semble être la paroi opposée, une lame d’érosion massive s’avance en proue sur un fond obscur. Sa pointe est exactement à la profondeur du palier. Effectivement, derrière la lame, une extension de la salle se prolonge en hauteur. Des cannelures d’érosion sont en évidence sur les parois. Vers le haut, un reflet argenté caractéristique : une surface. Quelques minutes de station à profondeur imposée, puis le signal libérateur s’affiche sur l’écran de l’ordinateur. Remontée lente et émersion dans une belle vasque (6 x 5 m), à 276 m du départ. Sous mes palmes, le sol est à –25 m au moins. Pas le moment d’échapper quoi que ce soit ! De l’autre côté du « miroir », les parois s’élèvent verticalement de 7 m, avec une section similaire à celle de la vasque. Au plafond, une puissant emarmite augure un prolongement horizontal, par une galerie probable. Je m’éloigne de la base de l’escalade pour essayer d’en voir plus depuis la berge opposée de la vasque. Il semble bien qu’une jolie galerie s’engage au sommet de le remontée. Prometteuse mais fort difficilement accessible. En effet, rien, pas un replat, pas une berge pour se désharnacher du recycleur. Et quand bien même ce serait possible, il resterait à grimper sur une paroi verticale, qui n’offre pas de prises évidentes, en vêtement de plongée. Dommage. Retour à


page 10

INFO – PLONGEE n° 95

l’amarrage de la lame à –6 m et poursuite vers le conduit qui, à –6 m se restreint brusquement en une galerie de section oblongue (3 x 6 m) dont le plafond jouxte la cote 0. On enchaîne pour 134 m de vaste galerie, parfois circulaire, mais majoritairement étirée dans la hauteur. Un brusque redan ramène à la surface, à 425 m du départ. Là, un lac est alimenté par une arrivée d’eau impénétrable au niveau de l’eau. Nous savons que la galerie se prolonge par 150 m de conduits terminés par un siphon étroit, reconnu sur 30 m en décapelé en 1982. Sans sortir de l’eau, j’amarre le fil et entame le chemin du retour en topographiant. J’en profite pour fureter, mais rien ne semble avoir été oublié. Je retrouve l’eau troublée dans la fracture d’entrée, où s’égrène la demi-heure de paliers, rafraîchis par un trou dans la combinaison qui remplit, lentement mais sûrement, feu la combinaison étanche. A cette occasion, un appareil enregistreur destiné à mémoriser les variations de niveau, a été installé dans la vasque du siphon. Il sera retiré pour collecte des données dans un an. Une installation similaire est installée dans la résurgence (grotte des Fées). Je retrouve Quichou et Jean-Louis au bord de l’eau. Ils m’allègent de tout le bazar « connexe », puis j’attaque la remontée au jumar, recycleur toujours sur le dos, en respirant de l’O2 pur sur le recycleur.

En moins de deux heures, tout le matériel sera rangé et rapatrié à la sortie, avec deux allersretour en surface pour Nicolas, Quichou et JeanLouis. Un grand merci à toute l’équipe ! Société Cévenole de Spéléologie et de Préhistoire (Alès-30) : Christian Bagarre, Jean-Pierre Buch, Jean-Louis Galera, Anne Johannet, Luc Lebé, Nicolas Villar, Michel Wienin ; Individuel : Joël Jolivet ; Equipe Plongeesout : Frank Vasseur. Equipement de la cavité et aménagement de la plate-forme : Exploreurs (30) : Régis Brahic, Richard Koudlanski, Thierry Baudewyns .

Toute l’équipe (photo : Frank Vasseur)


INFO – PLONGEE n° 95

page 11

Explorations dans l’Hérault

Event du Mas Neuf – Gorniès (34) par Frank Vasseur

« Mega-teuf au Mas Neuf ou l’inconnu du Causse de Blandas. » X=701,02 Y=174,98 Z=225m Carte IGN 1/25000 2642 EST "Blandas" Commune de Gorniès (34) Développement : 706 m Dénivellation : -56 m

Historique L'évent est découvert et exploré jusqu'au siphon par le Spéléo-Club de Montpellier en 1949, puis revisité par le Groupe Spéléologique Gangeois en 1950. En 1968, Georges Bernieu, Angel Camus et Robert Lienhardt (Association Spélélogique Nîmoise) franchissent le passage noyé (145 m ; -9 m). Georges Bernieu explorera plus tard la galerie exondée menant au S2, reconnu dans la foulée jusqu'à -40 m. Le 24/10/1982, Daniel et Patrick Baraille (Groupe Cabus) désobstruent une trémie exondée en sortie du S1 suivie d'une salle borgne de 10 x 5 x 5 m. Sur leurs indications, leur cousin Patrick Penez accompagné de Jean-Charles Chouquet (1983) porte le S2 à 150 m (-45), arrêt à -27 m sur diaclase impénétrable. Le 07/05/1990, Christian Bagarre et Alain Spenle découvrent un départ à -40 m, après le point bas du second siphon, et remontent à -30 m. L'année suivante, avec Frank Vasseur, la suite est découverte et 160 m sont explorés, arrêt sur autonomie à -51 m. Le 11/11/1992, une courte galerie jonctionnant avec le nouveau réseau est découverte au terminus de Chouquet-Penez par Frank Vasseur qui prolonge, avec le soutien de Bruno Naranjo, de 45 m (11/08/1993) la galerie principale. Arrêt sur autonomie à la cote -46 m, à 520 m de l'entrée. Malgré trois sorties de nettoyage et de rééquipement au printemps 97 (association Céladon), le fil est à nouveau totalement arraché dans les siphons. Deux sorties de rééquipement et de nettoyage dans le S1 et les 160 premiers mètres du S2, où une corde est installée jusqu'à -9 m pour fixation des blocs de décompression, sont nécessaires en janvier 98. Début février 98, une nouvelle pointe rapporte 60 m supplémentaires, dans une fracture qui

remonte graduellement à -36 m avant de plonger à -43 m dans une diaclase étroite (comme dans la première partie du S1). Celle-ci revient sous la galerie, par une zone étroite fracturée. Arrêt à 385 m. du départ, après deux points bas à -48 m et -51 m. A cette occasion, d'autres secteurs de l'évent sont fouillés. François Tourtellier remonte l'affluent exondé entre le S1 et le S2 sur une vingtaine de mètres, ainsi qu'une cheminée située à l'aplomb du S2 sur 5 m. Ces deux conduits butent sur des rétrécissements impénétrables. Régis Brahic explore 20 m de boyau latéral dans le S1, pour rejoindre finalement la galerie principale. Dans le S2, un départ en plafond à -21 m est exploré jusqu'à une alcôve argileuse sans prolongement, à -14 m. (Christian Bagarre, Luc Barral, Aurélien et Claude Etienne, William Martin, Michel Melhac, Xavier Meillac, Claude Pieyre, Cathy Vacquer, Richard Villemejeanne. Sous l’eau : Régis Brahic, Richard Huttler, Patrick Labadie, Gilles Lorente, Jérôme Martin, Philippe Moya, Patrick Mugnier, Alain Spenle, François Tourtelier, Frank Vasseur). Les 21 et 22 avril 2007, l’exploration progresse de 20 m du fait de l’étroitesse de la fracture terminale (Hervé et Antoine Blois, Michel Meilhac, Xavier Meillac, Richard et Benoit Villemejeanne du Groupe de recherches Spéléologiques du Vigan – 30, Laurent Vasseur. Aquaphiles : Cédrik Bancarel, Romuald Barré, Jérôme Martin, Frank Vasseur).

Sortie de la diaclase dans le S1 (photo : Frank Vasseur, assistance Cédrik Bancarel)


page 12

INFO – PLONGEE n° 95

Récit

l’empressement des jeunes loups à filer droit sans trop prendre la pause.

Cet évent est un vieil amour (de jeunesse) que nous ne pouvions résolument pas laisser tomber. Avec le temps vint l’expérience et l’équipement, il était temps de jouer les revenants. Dans une remake de « la Belle et la Bête », le S1 et le début du S2 (jusqu’au premier point bas de -47 m) a été reéquipés dans le courant du mois de mars avec Cédrik Bancarel. Samedi (21/04/2007), une équipe familiale (Richard et Benoit Villemejeanne, Frank et Laurent Vasseur) a acheminé une partie du matériel dans la cavité, via l’étroiture d’entrée.

Cédrik dans le S1 (photo : Frank Vasseur ; assistance : Cédrik Bancarel) Je ferme la marche, en négociant en douceur l’étroite fracture qui amorce le S1. C’est que c’est ma première plongée en « fond de trou » (certes fort modeste, mais bon, il faut tout de même dépiauter la machine pour l’acheminer devant le siphon), et le prix du jouet incite à la modération.

Le début du S1 (photo : Frank Vasseur ; assistance : Cédrik Bancarel) Dimanche (22/04/2007), Richard attaque de bonne heure en rectifiant à la hausse la section de l’étroiture d’entrée. Tout le monde arrive, après avoir accompli son devoir de citoyen. On s’active, on fait la chaîne et rapidement les charges sont acheminées jusqu’au siphon. Le recycleur est assemblé. Tout fonctionne, il a bien supporté le transport en kit via les étroitures. Rapidement Cédrik, Romuald et Jérôme s’immergent pour transporter les bouteilles nécessaires à la pointe et tirer quelques clichés. Derrière l’objectif, Jérôme mitraille, malgré

Mauvaise surprise : mon VR3 flambant neuf s’éteint à la mise à l’eau. J’ai beau le solliciter via les commandes, rien n’y fait, la pile doit être âgée et le choc thermique a porté l’estocade. La redondance est assurée par un Vyper (air) et surtout les tables VPM concoctées au cas où.... En sortant du premier siphon, trois des quatre bouteilles sont déjà au S2. Les copains n’ont pas chômé. J’essaie de franchir l’étroiture qui sépare la vasque de la galerie, mais rien à faire ! Jérôme a beau jouer du chausse-pied, ça passe en 2 x 9 L mais pas avec le Megalodon. La machine est décapelée. Jérôme pousse, je tire, c’est passé. Puis illico rechaussée derrière le rétrécissement. Dans la vasque du S2 Cédrik se prépare à la dépose des deux 6 L de sécurité pour la décompression : une d’O2 à –6 m, l’autre de


INFO – PLONGEE n° 95

40/40 à –25 m. Romuald m’assiste (avec l’âge on est moins autonome) puis je glisse dans l’élément liquide. Vérification de l’étanchéité de la machine, du bon fonctionnement des détendeurs des deux 10 L de trimix que je conserve sur moi, puis j’emboîte la palme à Cédrik, qui m’a distancé. Il va vraiment falloir que je reprenne la course à pied, car ces jeunes pleins de sang deviennent agaçants. A –22 m, la portion étroite qui amorce la fracture impose une négociation, conclue par un franchissement à l’égyptienne. Typiquement le genre de problème à ne pas aborder de front, « bille en tête ». Ca cogne un peu, les sons semblent amplifiés en recycleur avec l’absence de bulles émises. Puis ça va mieux. –47 m, terminus du rééquipement. La galerie amorce une remontée et déjà il faut « pétasser » le fil d’Ariane qui n’a pas bonifié depuis 1998. A –40 m, un lambeau de fil encore en place indique la modeste galerie qui rejoint la fracture ascendante qui livra l’accès à la « suite ». Point haut à –30 m, tricotage, puis descente à –42 m dans le collecteur. Là, tout change, la galerie prend ses aises : 3 à 4 m de large pour autant de haut. Roche claire, sol à nu, poli. Des marmites agrémentent le sol. Par endroit, le conduit est cintré en son milieu, avec de puissantes lames d’érosion saillantes. Ailleurs, il s’évase à la faveur d’un recoupement de fracture pour atteindre 5 m de large. Le paysage est assez proche des souvenirs, demeurés vivaces malgré les années et la narcose à l’époque. Aujourd’hui, au sec dans l’étanche, bien clair avec un trimix et confortablement installé dans le recycleur, la donne est sensiblement différente. A une époque pas si lointaine, l’exploration de cette portion de la cavité fut réalisée à l’air, en combinaison humide, avec des bouées-collerettes Fenzy. C’était le temps où les plongeurs tentaient de se réchauffer durant les paliers en buvant beaucoup, pour uriner plus….

page 13

Une suite serait possible en sinuant dans la fracture (exempte de points d’amarrages pour le fil d’Ariane) sur 5 m vers –36 m. Au-delà, le conduit amorce un virage et semble s’élargir. Après 5 min à tenter de composer avec l’exiguïté du passage, il faut se rendre à l’évidence, ce n’est pas avec cette configuration que ça passera (ou alors avec un plongeur vraiment plus maigre). Demi-tour après 50 min de plongée. J’attaque le premier palier, à –24, 18 min plus tard, et inaugure ainsi une longue série de stations semimobiles. Avec un manchon qui prend l’eau, l’aventure se « pimente » à la sauce fraîcheur. Romuald me rend une visite de courtoisie avant la fin de la décompression. Il se charge des deux bouteilles de trimix et les ramène jusqu’à la sortie. Finalement, j’émerge et retrouve mon Cédrik en solitaire, affamé et refroidi aussi. Retour sans tarder au S1, gymnastique décapelatoire en sens inverse, puis retour tranquille en profitant du paysage particulier de cette magnifique cavité. Le terminus du S2 est à présent à 405 m (-51 m) de sa vasque d’entrée.

Le point bas, -51 m, a été fatal à la ligne, qui jusque-là avait mieux supporté le poids des ans. Après le terminus de 1993, j’attaque la fracture ascendante en tricotant toujours avec les vétustés arianesques. Point haut –36 m, puis descente à -42 m. Au précédent terminus (fracture étroite à 385 m de l’entrée et par -43 m), la suite se trouve à 2 m en hauteur, par une jolie galerie de 3 x 3 m. Elle bute rapidement sur une fracture perpendiculaire (N330°) remontée de –42 à –36,5 m. Vue sur le plafond à –32 m.

Cédrik, dans la fracture avant la baïonnette (photo : Frank Vasseur, assistance Cédrik Bancarel)


page 14

INFO – PLONGEE n° 95

Merci aux copains du GRESV, à Jérôme, Romuald et Cédrik pour leur précieux coup de main. -La société Barbolight pour son soutien et ses éclairages de qualité, notamment les verts, parfaitement adaptés aux mauvaises conditions de visibilité (http://www.barbolight.com) ; - La société Pgaz de Juvignac (34) pour ses facilités et ses tarifs sur les gaz ; - Aldo Ferrucci (http://www.bubnotbub.com) pour ses conseils et son soutien technique en matière de recycleurs ; - Bruno Bardes (bardes.b@wanadoo.fr) pour ses dévidoirs ; - Innerspace pour le recycleur Megalodon (http://www.customrebreathers.com) ; - Bernard Trouvé et la société Résurgence pour la robustesse de ses sacs de portage et la confection de sacs customisés (http://www.resurgence.fr/) ; - Sylvie Graia de « Sylvie couture » (serge.graia@orange.fr) pour ses combinaisons de spéléologie renforcées. Vasque de sortie du s1 (photo : Richard Villemejeanne)


INFO – PLONGEE n° 95

page 15

Explorations dans la Drôme

Scialet des Anciens – Bouvante (26) par Fredo Poggia Affluent à -250 m : Dans le précédent Info-Plongée, j’ai décrit quelques plongées que j’avais réalisées le long de cette magnifique traversée. Récemment, j’ai plongé un petit affluent à -250 m

situé en rive gauche en hauteur. Le départ du siphon paraît très prometteur, mais il devient trop étroit à -16 m, vue à -20 m. Participants : F. Bedon, M. Pataine, A. Poggia, T. Rique, M. Tarze.

Passage de vire dans la traversée des Anciens (photo : Fred Bedon)

Fredo se prépare à plonger (photo : Fred Bedon)

Explorations en Isère

Trou du coeur – Villard de Lans (38) par Fredo Poggia Cette cavité, magnifique et sportive, débute par un méandre conduisant à -100 m sur une succession de puits aisés. A -250 m la progression se poursuit au cœur d’un joli réseau fossile un peu complexe. Il débouche à -350 m sur une belle rivière souterraine creusée dans le calcaire urgonien. A -460 m le siphon terminal, aux abords prometteurs, débute par un étroit laminoir incliné,

long d’une vingtaine de mètres et facile à franchir à l’anglaise. Arrêt à -6 m dans une faille transversale impénétrable, mais qui permet de faire aisément demi-tour. Participants : F. Bedon, S. Caillault, J-J. Dejong, J-N. Delaty, J. Laverdure, A. Poggia, T. Rique, C. Sabatier, M. Tarze, A et A. Wadel

Cuve de Sassenage – Sassenage (38) par Fredo Poggia Suite à la plongée que j’ai réalisée en juillet 2003 dans le siphon terminal du gouffre Berger (arrêt dans le S5 à -52 sur colmatage de galets), et grâce à la nouvelle génération de phares de plongée, je souhaitais explorer à nouveau, aux Cuves de Sassenage, le siphon terminal de la galerie Ouest (S1 : 70 m ; -10 m, S2 : 405 m ; -45 m). Il est situé à moins d’un kilomètre du gouffre Berger. En mars 1987 je m’arrêtais sur une diaclase plongeante impénétrable. Un éventuel départ

aurait pu se cacher au cœur de l’un des nombreux décrochements de faille, surtout en zone profonde. Cependant, aucune suite ne m’est apparue lors de ma dernière pointe. Mon fils Audric a entrepris, en m’attendant, une escalade en oppo dans une diaclase qui sépare le S1 du S2. Il a entrevu une large cheminée remontante, que nous avons atteinte en artif lors de notre dernière exploration ; mais elle devient impénétrable au sommet.


page 16

INFO – PLONGEE n° 95

Explorations dans le Lot

Emergence du Baireau – Lanzac (46) par Nadir Lasson Cette petite émergence temporaire se situe en rive gauche de la Dordogne sur la commune de Lanzac. Elle fut indiquée par Jean-Pierre Bourdarie à JeanClaude Collette qui y fit 2 tentatives en plongée, infructueuses suite à des problèmes techniques. Il y a une dizaine d’années, sur indication de Jean-Claude Colette, Bernard Gauche réussit à

passer l’étroiture d’entrée, mais ne parvint pas à négocier le virage suivant à 90°. Le 25 août 2007, je plonge accompagné par JeanClaude Colette en 2*4 L à l’anglaise sans palmes. Nous progressons de quelques mètres supplémentairesv en nous faufilant au fond de la diaclase. Une pente sableuse mène à -4 m sur une nouvelle étroiture sévère.


INFO – PLONGEE n° 95

page 17

Explorations en Savoie

Grotte de Prérouge – Arith (73) Par Stéphane Lips

Historique L’exploration du système Litorne / Pic Noir / Prérouge jusqu’au S6 est décrite en détail dans le « Spéléo » n°28. En 2003, Patrick Menier et Manu Tessane (CAF Albertville) prennent conctact avec la grotte pour reconnaître le chemin jusqu’au S5 à partir de l’entrée de Prérouge. Après plusieurs sorties de préparation, Manu Tessane, aidé par Pascal Guinard, franchit enfin le S6 fin décembre 2005 et pousse jusqu’au S8 dans la foulée (voir « Le Fil » n°16).

Explorations 2006-2007 Juste avant les vacances de Noël 2006, Emmanuel Tessane, du Caf Albertville me propose une reconnaissance à la grotte de Prérouge. J'accepte volontiers et nous faisons une belle sortie dans ce fabuleux réseau que je découvre. Nous mettons en place une main-courante en vire entre le S5 et le S6 pour aider au portage du matos. TPST : 12 h.

un seul sherpa par personne que nous pénétrons sous terre vers 10 h 30. La tension se dissipe au fur et à mesure que nous pénétrons plus profondément dans la grotte. On y est, on y va, c'est parti ! Après les quatre pattes et ramping traditionnels, nous retrouvons l'ensemble du matériel au premier siphon. Nous sommes deux. Quatre bouteilles de 9 L, trois de 4 L, et deux bouteilles de 2,5 L nous attendent sagement. Trois autres bouteilles de 4 L sont déjà devant le S5. Nous nous préparons tranquillement et c'est chargés comme des mulets (pauvres mulets !) que nous franchissons le S1, les 200 m de galeries entre le S1 et le S2, puis le S2. Les siphons sont encore plus translucides que la dernière fois !

Les palmes : l’ennemi ultime du plongeur ? (photo : Stéphane Lips)

La vire après le S5 (photo : Manu Tessane) Nous programons plusieurs fois une nouvelle expédition en janvier, mais le mauvais temps joue contre nous. Manu y retourne tout de même seul, en semaine. Il franchit le S8, puis le S9 et découvre 400 m de galeries. Arrêt sur S10. Samedi 3 février : Les conditions météo sont bonnes pour que nous y retournions à deux... Nous nous retrouvons samedi matin sur le parking devant la grotte. Nous nous sommes préparés psychologiquement à cette exploration toute la semaine et le moment est enfin venu de nous lancer réellement dans l'aventure. La veille, Manu, aidé par des amis, a amené une bonne partie du matériel devant le S1 et c'est donc "légers" avec

Nous abandonnons le Bi 9 L à la sortie du S2 et continuons à pied. Deux kilomètres de galeries, avec une petite « pause siphon » due au S3 nous amène devant le S5. Après un petit casse-croûte, la véritable préparation à la pointe commence. Il est 15 h quand nous pénétrons dans le S5 (120 m). L'inter-siphon, que nous avons équipé lors de la dernière sortie, nous amène au S6. L'inconnu pour moi débute à ce point-là. L'eau est cristalline et le siphon, sans être immense, possède de belles dimensions. 160 m plus loin, nous refaisons surface. Nous en profitons pour refaire la topo des inter-siphons entre le S6 et le S7, puis entre le S7 et le S8. Enfin, nous plongeons le S9 qui nous amène à notre véritable objectif : topographier l'ensemble de la zone entrevue lors de la dernières explo de Manu. Nous laissons les bouteilles et sortons la boite topo. Nous évoluons dans de belles galeries qui forment un labyrinthe complexe sur plusieurs étages. La rivière est magnifique et coule dans une


page 18

INFO – PLONGEE n° 95

succession de cascades que nous remontons sur 60 m de dénivelé. Environ 200 m plus loin, nous débouchons dans une énorme conduite forcée et butons sur le S10, magnifique et tentateur. Nous sommes à plus de 5 km de l'entrée dont 800 m de siphon... nous nous sentons loin, tout d'un coup ! Mais d'abord, il nous faut finir la topo. Nous nous engageons dans des diverticules concrétionnés (de 2 m de diamètre), dans des grosses conduites forcées fossiles, tentant de repérer les départs et les jonctions... Un vrai labyrinthe ! Mais la bobine de fil diminue à vue d'oeil. La première de 500 m rend l'âme. Nous la remplaçons. Nous croyons avoir presque terminé, mais finalement, la seconde bobine diminue aussi rapidement... Finalement, elle rend l’âme à 15 m du point final de jonction d'un diverticule et nous finissons la topo en récupérant le fil déjà utilisé...

Les cascades nous font gagner près de 60 m de dénivelé ! (photo : Manu Tessane)

Le S10 est une vaste conduite forcée noyée ponctuée de concrétion (photo : Manu Tessane) Chaque pas nous rapproche de chez nous et d'une bonne couette bien chaude ! Nous retrouvons le S2 et nous nous rééquipons en plongeurs une fois de plus. Nous en bavons encore un peu entre le S2 et le S1 et nous remettons pour la seizième et dernière fois le masque sur la tête et le détendeur en bouche. Le S1 est gigantesque, la galerie fait plus de dix mètres de large et c'est dans un état de semi-somnolence que je suis tranquillement le fil en regardant les cailloux défiler... avant de m'échouer sur la plage du S1. Dernier ré-empaquetage des sacs et direction la sortie ! En mettant un pied devant l'autre, ou plutôt un genou devant l'autre, nous finissons par atteindre le porche d'entrée. Dehors, le soleil se lève, il est 7 h 30 et nous avons passé près de 21 h sous terre... Ca, c'est de la belle sortie ! Au final : 1118 m de galeries topographiées dans cette seule séance. Ca vaut le détour ! Et le S10 qui nous nargue...

Ouf, c'est terminé ! Nous regardons l'heure : 1 h du matin... La topo aura été plus longue que prévue... Au lieu des 400 m de topo escomptés, nous topographions 944 m derrière le S9 ! Belle séance ! Tant pis pour le S10, ce sera pour la prochaine fois ! Nous trouvons tout de même le courage de topographier encore le S8 et le S9 sur le fil d'Ariane avant de rentrer à la maison... Les siphons se succèdent et nous arrivons à 3 h du matin au bivouac devant le S5. Cela fait plus de 15 h que nous sommes sous terre en néoprène et la fatigue commence à se faire sentir. Nous cassecroûtons une seconde fois et reconditionnons le matériel. Nous laissons sur place quatre 4 L dont nous ne nous sommes finalement pas servi et deux 2,5 L qui serviront une nouvelle fois de relais pour la prochaine fois. C'est donc un peu moins lourd sque nous entamons le chemin du retour.

Les passages des siphons sont des moments de détente appréciés (photo : Stéphane Lips) Lundi 30 avril : La météo est avec nous, nous y retournons ! Xavier Robert, Carlos Placido, Laurent Bron, Gilbert Yoccoz, Pascale Bottazi,


INFO – PLONGEE n° 95

Patrick Meynier et sa fille nous aident à porter le matériel jusqu’au S1. Un grand merci à eux ! Nous rentrons sous terre à 10 h et Manu et moi nous immergeons enfin dans le premier siphon vers midi. L'eau est un peu moins claire que d'habitude, mais on ne va se plaindre ! Nous sommes plus légers que la fois précédente et ça se sent ! La belle galerie entre le S1 et le S2 est un vrai bonheur et nous arrivons rapidement de l'autre côté du S2 ou nous posons notre Bi 7,5 L. C'est la troisième fois que je fais le chemin (et la XXXième pour Manu) et nous avançons rapidement, seulement interrompus par le court S3 qui n'est en fait qu'une voûte mouillante suite à l'étiage de ce mois d'avril. Nous arrivons au point chaud du S5 vers 13 h 30, seulement 3 h 30 après être rentrés sous terre !

page 19

Nous déposons nos blocs et commençons l'explo par la petite galerie. Elle n'est pas large et est entrecoupée de voûtes mouillantes, mais ça continue et on finit par retrouver la rivière au bout de 50 m. La galerie fait 2 à 3 m de large pour environ 2 m de hauteur. Elle est en partie noyée et certaines portions doivent se faire à la nage. Mais au bout d'une centaine de mètres, nous retrouvons une nouvelle salle et le siphon qui va avec. Ce sera le S11. L'eau est toujours aussi cristalline et un coup d'oeil avec le masque montre un siphon encore plus large que le S10. D'environ 4 m de large, il plonge directement dans la zone des -10 m... La décision est prise de faire la topo de l'intersiphon avant d'éventuellement plonger ce S11.

Nous nous restaurons un peu, récupérons les 4 bouteilles de 4 L et les deux bouteilles de 2,5 L que nous avions laisséess la dernière fois et enchainons la suite de la cavité : S5 (120 m), S6 (170 m), S7 (50 m), S8 (15 m) et enfin S9 (60 m). Le portage entre le S9 et le S10 est plus pénible que prévu : il faut remonter les 60 m de cascades. Ca glisse et on n’a pas le droit à l'erreur ! Nous n'avons plus qu'un Bi 4L sur le dos, mais ça se sent tout de même. Nous arrivons enfin devant le S10 vers 16 h 30. L'explo commence ! Manu tire le fil dans une superbe conduite forcée de 4 à 5 m de large par 2 à 3 m de haut. Elle oscille entre -7 m et -5 m et est ponctuée de concrétions. Une magnifique stalagmite de 1 m 50 de haut est plantée en plein milieu de la galerie lisse : drôle de paysage en siphon, mais c'est super pratique pour amarrer son fil ! Au bout de 130 m, le siphon débouche dans une belle salle en partie noyée. C'est l'euphorie et l'ambiance vaut le détour ! La rivière arrive d'une cascade un peu en hauteur. Une autre galerie de petites dimensions part de l'autre côté de la salle.

La salle de la Cascade, de l’autre côté du S10 ! (photo : Stéphane Lips)

Les galeries sont ponctuées de voûtes mouillantes (photo : Stéphane Lips) Une conduite forcée fossile de belle dimension arrive aussi dans la salle du S11. Nous commençons la topo par là. Au bout de 50 m, une arrivée d'eau sur le côté nous interpelle. Un passage étroit défend l'accès à un méandre. Nous nous engageons dedans et sommes surpris par la taille de cet affluent. C'est un magnifique méandre de 1 m à 1 m 50 de large pour 4 à 5 m de haut qui remonte doucement en suivant le pendage. Au bout de 150 m environ, nous franchissons deux ressauts de 5 et 2 m et nous nous arrêtons à la base d'un puits remontant d'une dizaine de mètres... Le méandre continue toujours aussi large à son sommet. Nous continuons la topographie de l'intersiphon. Les galeries forment un petit labyrinthe et plusieurs diverticules étroits nous font un peu nous demander ce que nous faisons là ! L'actif est entrecoupé de voûtes mouillantes qui nous rafraîchissent bien et, finalement, nous retrouvons nos bouteilles après avoir retrouvé la salle du S10 par la cascade.


page 20

INFO – PLONGEE n° 95

Les 2 km de galeries nous paraissent longs... très longs... Nous avons plus de 35 kg sur le dos et ça glisse parfois, les courts passages étroits paraissent beaucoup plus longs que d'habitude. Nous parlons peu, posons un pied devant l'autre, assurant chaque pas, et nous arrivons finalement devant le S2... Il est 7 h du matin... La récompense ? Une deuxième sieste d’une demi-heure avant de se retransformer en plongeurs. En plongeurs ? Non, en baleines obèses, vu la quantité de matériel que nous charrions dans les siphons ! L'aérodynamisme sera à revoir mais au combien nous bénissons cette poussée d'Archimède, tant appréciée en ces temps où la gravité nous fait tant souffrir !

L’affluent de l’Espoir… Peut-être un jour arriverons nous par là ! (photo : Stéphane Lips) Au total, nous topographions ainsi 738 m de galeries. Il est presque minuit et nous décidons donc de ne pas plonger le S11. Une longue route nous attend jusqu'à la sortie ! Manu topographie le S10 en passant.

Nous faisons deux voyages entre le S2 et le S1 et remettons notre masque pour la dernière fois. Nous débouchons enfin du S1 et avons l'heureuse surprise de retrouver Gilbert avec sa chaleureuse acéto. Ca fait plaisir de ne plus se sentir seuls au monde ! Quelques instants plus tard arrivent Carlos et Pascale. Ca, c'est du timing ! Nous rangeons l'ensemble de notre matos... Ca fait une sacrée montagne et nous décidons de ressortir le maximum de choses. finalement, en prenant deux kits bien chargés chacun il ne restera plus qu'un seul bi 4 L à ressortir... L'ambiance est bonne et les quatres-pattes se font dans la bonne humeur ! Nous ressortons enfin de la cavité un peu après 10 h 30... En tout cas, un grand merci à tout ceux qui nous ont aidés à porter les bouteilles, sans qui ce genre de sortie ne serait possible ! TPST : 24 h et des brouettes...

Conclusions

Le bout de la galerie des trois Limaces… (photo : Stéphane Lips) Le retour par les cascades est délicat mais l'ambiance Walibi est garantie ! Les siphons s'enchaînent rapidement et nous débouchons enfin du S5. C'est le moment que nous redoutons depuis que nous sommes rentrés sous terre : le retour du S5 jusqu'au S2 avec l'ensemble de notre matériel, soit 3 bouteilles de 4 L et une bouteille de 2,5 L chacun en plus de notre matériel de plongée... Nous nous offrons tout de même une petite sieste d’une demi-heure avant d'attaquer le retour... Mais il faut bien se résigner à rentrer à la maison à un moment ou à un autre...

Ces quelques sorties ont permis d’explorer et de topographier environ 2000 m de nouvelles galeries. Le S11 est là, il nous attend. Le report de la topo nous montre qu’il est extrêmement proche de la faille de Prépoulain, qui marque une rupture géologique nette du massif. Au delà de cette faille, ce sera l’inconnu. Les siphons plongeront-ils ou quitterons nous au contraire la zone noyée pour nous retrouver dans des galeries similaires à la faille Fitoja ? Seul l’avenir nous le dira ! Dernière minute : En novembre 2007, la jonction tant attendue entre le système Litorne / Pic Noir / Prérouge et le Système Creux de la Benoîte / Gouffre des Campagnols / Belzebuth a enfin été réalisée par Maud Simonet-Bee, Dany Betz, Pascal Guinard (GUCEM), Martin Gerbaux (SGCAF) ! Cet immense réseau sous les montagnes de Banges et de Prépoulain développe ainsi près de 48 km pour 857 m de dénivelé ! Et ce n’est pas fini !


INFO – PLONGEE n° 95

page 21


page 22

INFO – PLONGEE n° 95

Explorations en Haute-Savoie

Gouffre Cristal– Flaine (74) Par Olivier Lanet, SCMB, http://scmb.free.fr Le gouffre Cristal a été découvert en octobre 2001 par le Spéléo Club du Mont – Blanc, lors d’une séance de prospection sur la lapiaz de Platé. La cavité est principalement verticale. Des successions de puits traversent les différentes couches géologiques sans obstacle majeur, pour venir buter sur les marnes de l’Hauterivien, qui ont la particularité d’être imperméables. La cavité se développe alors au contact de l’Urgonien et de ces marnes à la faveur d’une faille. Au bout de 200 m de développement, celle-ci se referme obligeant la rivière à emprunter une conduite forcée de 3 m de diamètre qui plonge plein pendage (une trentaine de degrés à cet endroit). C’est lors de l’exploration du 2 mars 2002 que nous découvrons cette conduite forcée, ainsi que le siphon qui l’obstrue rapidement, à -600 m de la surface.

Repérage en apnée Le 25 janvier 2003, alors que David, Charlot et Benjamin tentent des escalades dans les hauteurs de la faille pour chercher un shunt au siphon, je descends la néoprène 5 mm pour repérer en apnée le départ du siphon. Aidé de Sandrine, je me change rapidement. L’entrée du trou est à 2200 m d’altitude et il ne fait que 3 °C dans la cavité qui est alimentée par l’eau de fonte des neiges. Mais une fois le masque sous l’eau, la pureté de l’eau me fait vite oublier le froid : l’eau est cristalline et la lumière de mes phares éclaire la roche sans aucune déperdition. Hélas, pas de miroir de surface en vue. Ce n'est donc pas une simple voûte mouillante mais bien un vrai siphon, qui descend pour l'instant à 3 m, et qui semble prendre ensuite une tournure plus horizontale... L'apnée ne suffit pas, il faudra y revenir avec des bouteilles ! C'est à regret que je sors de l'eau sans avoir pu franchir l'obstacle. Mais ce n'est que partie remise ! Les collègues nous rejoignent : ce n’est pas la joie non plus de leur côté. La faille va en se rétrécissant, même en hauteur.

1ère plongée La plongée est prévue le 1er mars 2003. La sortie est préparée depuis plusieurs jours déjà. Descendre le matériel de plongée à -600 m nécessite un peu d'organisation pour notre petite infrastructure. Nous sommes 9 à sortir en même temps, ce qui est du jamais vu dans ce trou ! Nous chaussons les skis de bonne heure pour nous laisser glisser jusqu’à l’entrée de gouffre, entre deux pistes du domaine skiable de Flaine. Nous organisons deux équipes : * Gus, Manu et Mathieu, qui ne peuvent sortir que samedi, changeront des cordes qui commencent à

être grasses par endroit et descendront jusqu'au bivouac pour déposer du matériel. Ils remonteront dans la foulée. * Les autres m'aideront à porter le matériel de plongée : Charlot et Patrick auront chacun une bouteille de 4 litres à 300 bar, Jean-Claude portera le dévidoir de fil d'Ariane, Benjamin aura les détendeurs et je porterai la combi, les lampes et des vêtements chauds. Sandrine aura à sa charge de porter le matériel personnel de tout le monde (bouffe + vêtements). La descente se fait rapidement. Une fois au bord du siphon, la séance d’équipement commence. J'ai opté pour une combinaison étanche en toile pour son faible volume une fois pliée au fond du sac. En contrepartie, je dois enfiler en plus de ma sous combinaison spéléo un sous - pantalon polaire et une veste en polaire afin d'avoir une couche d'air pour m'isoler du froid. Je remercie au passage Olivier Rodel (spéléo - plongeur genevois) pour m'avoir prêté sa combinaison.

Les lampes sont fixées sur mon casque. J’ai noué ma pédale de pied autour de la taille pour y fixer la batterie ainsi que deux pierres trouvées sur place pour mon lestage. Charlot m'ouvre les bouteilles que j’ai réussi à mettre dans un kit. En le mettant sur le dos un détendeur cogne la roche et se met à fuser laissant échapper le précieux gaz. Avec ces 2 * 4 litres je devais pouvoir tenir une vingtaine de minutes. Suite à la montée en altitude, l’ordinateur de plongée m’indique déjà qu’il va me pénaliser. Le masque de secours est mousquetonné à la sangle de portage du kit. La tablette pour la topo est fixée à mon avant-bras. J'ajuste mon casque, qui commence à se faire lourd hors de l'eau. Je vérifie que le fil d'Ariane est bien attaché avant de me saisir du dévidoir. Je recule jusqu'à ne plus avoir pied pour vérifier mon


INFO – PLONGEE n° 95 équilibrage, puis je me laisse aspirer par le siphon... L'attente commence alors pour les collègues. Il est 19 h 10. La galerie continue avec les mêmes dimensions (environ 3 m de large pour 2 m de haut). Arrivé au virage que j'ai repéré en apnée la fois d'avant, la galerie part à droite et me conduit dans une petite rotonde, ceinturée par la roche. Je lève les yeux en espérant découvrir la galerie ascendante qui me mènera de l'autre côté du siphon, mais le plafond est là. En fait la suite repart sur la gauche derrière une lame rocheuse. Je passe la tête et voit la galerie continuer à descendre, toujours en suivant le pendage. Soupir, le siphon ne sera pas aussi court que ce l'on souhaitait. Un rapide coup d'oeil en arrière me permet de me rendre compte que l'eau se trouble à mon passage : je n'y voit pas à 30 cm. Il faudra que je sois vigilant au placement du fil pour sécuriser le retour. La galerie devient un peu plus étroite et plus haute : un canyon commence à se dessiner à mes yeux et je décide d'évoluer en hauteur. La roche d'Hautérivien est vraiment pourrie et l'écaille que j'avais choisie pour fixer mon fil se désagrège quand je place l'élastique en même temps que se forme un épais nuage. J'avance de quelques mètres pour retrouver de l'eau claire et fixe de nouveau mon fil, plus délicatement. Plus loin, j'arrive à un carrefour. A ma droite un conduit tout juste pénétrable part vers l'amont. Je le laisse de côté en préférant la galerie principale. Celle-ci continue vers la gauche, toujours descendante. Je profite d'un gros champignon en roche massive au milieu de la galerie pour fixer solidement mon fil avec deux élastiques. Ouf de soulagement, ce point là au moins ne risquera pas de lâcher ! Je fais le bilan sur mes manomètres. J'ai déjà consommé un tiers sur un bloc et il ne me reste plus que 10 bars à consommer sur l'autre. Je me fais à l'idée que la traversée du siphon ne sera pas pour aujourd'hui. J'avance toujours dans la galerie. Me voilà maintenant à 14 m de profondeur. Je pose un nouvel élastique pour fixer le fil à la paroi. Alors que je reprends en main le dévidoir je me rends compte qu'une boucle de fil s'est prise dans l'axe ! J'essaie de la dégager avec mes doigts qui commencent à être engourdis dans cette eau à 3 °C, mais sans succès. Je sais que je suis au tiers sur mes deux bouteilles et, qui plus est, au point le plus éloigné : il s'agit de ne pas perdre de temps ici. Aussi je n'hésite pas à sortir le sécateur et je tranche le fil. Je refais un noeud avec le brin libre sur l'élastique. Devant moi, la galerie continue toujours à plonger en suivant le pendage, tout en gardant ses bonnes dimensions. L'eau est restée limpide et mes lampes éclairent jusqu'au prochain virage, une dizaine de mètres plus loin. Je prends une profonde inspiration devant ce spectacle, puis donne un coup de palme pour faire demi-tour et me prépare à traverser cette eau

page 23

maintenant touillée qui me sépare des copains. Dès que ma main sur le fil croise un point d'attache j'essaie de me souvenir comment était la galerie à cet endroit à l'aller, quand l'eau était claire. Je recroise l'étiquette 30 m. Je sais que c'est elle, mais prends le temps de la lire avec attention. Ca me fait penser que je dois faire la topo sur le retour. Je note donc sur ma tablette la distance, la profondeur et l'azimut du fil. A chaque changement de direction j’inscris ces informations. Le froid m'a maintenant complètement envahi. Mon écriture n'est plus précise, et je fais des efforts pour écrire. Revoilà l'étiquette 10 m, je suis à -6 m de profondeur. Un coup d'oeil sur l'ordinateur pour me confirmer que je n'ai pas de palier, puis je me dirige doucement vers la surface. Je suis resté 18 min sous l'eau. Je suis complètement frigorifié à tel point que je me demande si je n'ai pas déchiré ma combinaison. Le temps de retirer le détendeur, je raconte aux collègues que le siphon est plus long que prévu et que je n'ai pu le franchir. J'ai déroulé 40 m de fil pour atteindre la profondeur de -14m. Je sors de l'eau avec peine avec ce lourd équipement et le froid qui me paralyse.

Jean-Claude m'aide à me déséquiper, tandis que les collègues font chauffer de l'eau et rangent mes affaires. Ils sont vraiment super ! Pour ne pas trop attendre à la base des grands puits, les collègues commencent à partir au fur et à mesure que leurs sacs sont pleins. Sandrine et Patrick restent les derniers avec moi, puis nous commençons la longue remontée. Le mot est donné : les sacs sont lourds, donc on prend son temps ! Nous arrivons au bivouac à 1 h 30 du matin. L'ambiance est bonne, les chants font vibrer les stalactites ! Après s'être enfilés plusieurs soupes et cafés, nous rejoignons les duvets vers 3 h du matin ! Sylvain n'est pas là pour sonner le réveil, tant et si bien que nous ouvrons l'oeil vers 10 h 30 ! Nous prenons le petit déjeuner en vitesse et commençons la remontée. Celle-ce sera interrompue au puits Vienneta lorsqu’une pierre se décroche et vient blesser Benjamin à la jambe, mettant en action le


page 24

INFO – PLONGEE n° 95

spéléo secours de la Haute-Savoie. Mais c’est là une autre histoire…

2nde plongée L’accident nous ayant un peu refroidis, 2004 et 2005 nous reverront essayer de désobstruer le boyau ventilé en espérant court-circuiter le siphon, mais sans succès. Ce n’est que le 21 janvier 2006 que je retente une plongée, ce coup-ci en bi 7 et relais 6. Aidé de Manu Tessane et de son équipe d’étudiants, nous descendons le matériel au siphon. Il est 19 h 20 quand je m'engage dans le siphon. Le siphon continue de descendre avec les mêmes caractéristiques de pente et de dimension que la partie exondée. Le fil et les amarrages n'ont pas souffert des crues. Je rejoins rapidement l'ancien terminus de 2003. Le temps de nouer le fil de mon dévidoir sur l'ancien fil et je continue la progression, en ondulant régulièrement un virage à droite, un virage à gauche. Arrivé à -24 m (le point bas du siphon), je m'attends à retrouver un virage à gauche, mais je viens buter contre un mur. C’est bouché à gauche comme à droite ; le sol est constitué de gros graviers ronds. Je ne vois pas le plafond et me fait à l'idée que je viens de rencontrer la faille. Je remonte le long du mur sans pouvoir arrimer mon fil d'ariane, tant le mur est lisse et dépourvu d'aspérités. Arrivé à la surface, je fixe le fil sur une petite écaille d'argile bien faible, mais hors d’eau. J’ai déroulé 80 m de fil depuis l'ancien terminus, et j'ai passé 15 min dans le siphon. Je suis dans un lac de 3 m de large pour 6 m de long. L’eau s’écoule par un orifice à l’extrémité nordouest de la faille. Je traverse le lac pour m’y rendre et arrime solidement le fil sur un rognon rocheux avant de le couper. Le passage est très étroit, le rocher est tranchant et les dimensions m’obligeraient à un ramping sans être sûr que je puisse passer avec la combinaison étanche. Je vois l’eau s’écouler d’abord par un petit lac (1 m de long, 30 cm de large), puis un petit seuil rocheux et un nouveau plan d’eau. Ensuite, la galerie tourne à droite et je ne vois plus. J’entends simplement un bruit de rivière et de cascade alors qu’il n’y a pas de débit qui sort du siphon pour s’enfiler dans le conduit... Au dessus de moi la faille est ouverte sur bien 15 ou 20 m de haut. Le mur est lisse ; je ne peux pas monter. En haut cela s’élargit bien mais je n’arrive pas à distinguer l'arrivée d’une galerie. Il n'y a aucune marche où poser le pied pour prendre appui. Il est envisageable que le boyasson de la désob arrive dans les plafonds. Comme je ne retrouve pas le courant d’air dans le passage où s’en va l’eau, il est probable qu’il chemine en haut de la faille ; dans ce cas il y aurait une galerie ? J'ai du mal à admettre qu'il faille se résigner à faire demi-tour. Un dernier coup d'oeil en haut de la faille,

et je me prépare au demi-tour. Je suis à la moitié (150 bars) sur mon relais de 6 litres; je n'ai pas touché au bi dorsal qui était prévu pour une seconde plongée qui n'a plus lieu d'être. Je sais que la fin du siphon est mal équipée car je n'ai pas pu fixer le fil comme je l'aurais voulu et il a pu se déplacer. Bref, la plongée ne sera réellement terminée qu'une fois de l'autre côté. Le froid commence à se faire sentir, aussi je décide de ne pas m'attarder trop longtemps ici ; je n'ai plus rien à y faire. L'eau s'est bien troublée à mon passage et la visibilité n'est que de 30 cm aux endroits où j'ai accroché le fil. Le retour se fait toutefois sans difficulté, et je rejoins les copains un peu plus d'une heure après mon départ.. Continuer par le siphon imposerait de revenir à 2 avec du matos d’escalade, ce qui n’est pas des plus simple à -600 m. La suite serait de continuer à batailler dans le boyau ventilé qui court-circuiterait le siphon. Maintenant qu’on connaît sa longueur on a une idée de l’ampleur du travail qui nous attend. A suivre...

Croquis d’exploration du siphon terminal, par Olivier Lanet


INFO – PLONGEE n° 95

page 25

Carnets d’expéditions

Vanuatu : Expédition Santo 2006 par Nadir Lasson et Frank Brehier Au sein d’une vaste expédition scientifique « SANTO 2006 », une équipe de 3 plongeurs spéléo ont exploré, topographié et échantillonné les réseaux noyés de l’île de Santo, au Vanuata. En un mois, plus d’un kilomètre de siphons et 2 km de réseaux exondés post-siphon. De partout, « arrêt sur rien ». Le potentiel de l’île n’à été qu’entrevu. Prochainement une nouvelle expédition à Santo ?

mètres de lac, et d’explorer un 2ème siphon sur 120 m ; -5 m. En 2006, nous avions devant nous un mois pour explorer, topographier et surtout échantillonner le maximum de siphons. Comme toujours, lors d’expéditions, les premiers jours furent consacrés à rassembler le matériel. Nous avions hâte d’accéder à notre objectif principal, mais il nous a fallu obtenir l’autorisation des chefs coutumiers et du propriétaire. Nous avons également consacré une soirée à présenter un diaporama au village.

La grotte de Loren Plonger à la grotte de Loren c’est s’immerger dans une eau limpide (visibilité d’environ 50 m), une température de 25°C … la vie dure ! ! La profondeur n’est jamais importante (-28 m maximum) et c’est tant mieux car l’étroiture du siphon 1 nous limite dans le volume des blocs. Stefan dans la grotte de Loren (photo : Frank Bréhier) De août à novembre 2006 s’est déroulée sur l’île de Santo au Vanuata, une expédition scientifique sans précédent ayant pour mission l’inventaire de la biodiversité de l’île (pour plus d’infos : www.santo2006.org). Au sein de cette vaste organisation, une équipe de chercheurs et de spéléologues, regroupés dans le « module kart », ont arpenté pendant tout le mois de septembre les cavités de Santo. Nous étions trois plongeurs souterrains, Stefan Ebehard, de Perth (Australie), Nadir Lasson du Lot, et Franck Bréhier de l’Ariège, à constituer l’équipe « plongée ». L’objectif principal était bien la collecte de la faune souterraine. Nous avons néanmoins réalisé des explos bien sympa, et révélé un potentiel important. Une première mission de reconnaissance en novembre 2005 avait permis à l’un de nous (FB) de repérer un certain nombre d’objectifs et de réaliser quelques plongées de reco (5 au total). Parmi les cavités visitées, l’une sortait du lot : la grotte de Loren. Il s’agit d’une grotte anchialine, c’est-à-dire une grotte en bordure de l’océan contenant à la fois de l’eau douce et de l’eau de mer. Ce type de cavité est particulièrement intéressant pour la biologie souterraine. Deux plongées avaient permis en 2005, après avoir cherché le passage dans un dédale de diaclases et passé une étroiture, de franchir un premier siphon de 60 m suivi d’une centaine de

Grotte de Loren (photo : Frank Bréhier) Exploration * La grotte est connue de longue date par Rufino Pineda. Le 19 octobre 2005, Franck Bréhier visite la cavité jusqu’au siphon. * Le 26 octobre 2005, Franck Bréhier plonge le siphon jusqu’à une étroiture à 50 m de l’entrée du siphon. * Le 30 octobre 2005, il franchit l’étroiture et le premier siphon (60 m et -5,5 m). Une galerie exondée de 123 m mène à un deuxième siphon. Arrêt à 120 m et -5 m. * Les explorations sont reprises en septembre 2006 par Franck Bréhier, Nadir Lasson et Stefan Eberhard, ils portent le développement à 1013 m dont 650 m noyés.


page 26

INFO – PLONGEE n° 95

Grotte de Loren (photo : Frank Bréhier) Description Un toboggan terreux fait suite à la petite entrée (1,5 m x 1 m) et permet de rejoindre une salle avec une première vasque d’eau. L’écoulement se perd dans un siphon étroit pour ressortir au bord de l’océan situé à 40 m. On atteint la vasque du premier siphon (S1) en faisant le tour de la salle par la gauche. Le S1 fait 60 m de long avec un point bas à -5,5 m. Il est de faible dimension et présente une étroiture 10 m avant la sortie. On retrouve, derrière, une galerie en partie exondée. Deux gros blocs effondrés, coincés dans la faille, obligent à sortir de l’eau. La progression se fait dans une galerie haute de 5 m pour 1 m d’eau. Le deuxième siphon (S2) se trouve à 110 m de la sortie du S1. Peu avant, une branche latérale à gauche amène au S2b. Toujours sur la gauche et peu

avant, une galerie exondée a été explorée sur 155 m et se divise en deux conduits. Le premier revient vers l’entrée mais se termine sur un passage trop étroit. Le deuxième se termine sur un nouveau siphon qui retombe, au bout de 25 m dans le S2b. Le S2b jonctionne lui-même avec le S2 à 70 m du départ. Plusieurs diverticules ont été explorés dans la première partie du S2. Les dimensions du S2 sont d’environ 8 m de haut pour 3 à 4 m de large. Il présente deux cloches d’air, respectivement à 155 m et à 210 m du départ. Peu après la deuxième cloche d’air, qui est le sommet d’un chaos, la galerie, de 5 à 6 m de large, plonge rapidement. Le sol est constitué d’un éboulis de gros blocs recouverts d’une fine couche d’argile réduisant rapidement toute visibilité. On peut noter la présence de l’halocline vers -20 m. On atteint rapidement -28 m dans un laminoir de 5 m de large pour 1 m de haut à 293 m de l’entrée du S2. Les galeries sont creusées sur de grandes diaclases se recoupant à angle droit. Les galeries ont une largeur moyenne de 1 à 2 m, pour une hauteur d’une douzaine de mètres. Elles sont rectilignes. En règle générale, les galeries sont plus larges à quelques mètres sous la surface, peut-être de par le pouvoir de dissolution supérieur de l’eau holigohaline. Les parois sont très corrodées. Le concrétionnement est rare, se limitant à quelques maigres stalactites dans les parties exondées.


INFO – PLONGEE n° 95

Gouffre Tarius Historique * Le gouffre Tarius a été topographié le 15 août 2005 par Josiane et Bernard Lips jusqu’à un siphon aval et vers l’amont jusqu’à la perte. Le 17 septembre 2006, Franck Bréhier plonge le siphon aval. Il passe deux siphons et parcourt environ 600 m de galeries post-siphon. * Le 20 septembre 2006, Franck Bréhier, Nadir Lasson et Stefan Eberhard refranchissent les siphons et topographient environ 1000 m de galeries jusqu’à un nouveau siphon. Enfin le 26 septembre 2006, Franck Bréhier effectue une dernière plongée pour relever les pièges. Il en profite pour explorer environ 150 m de galeries annexes et pour plonger le siphon amont du collecteur sur 140 m ; -22 m. La perte du crayon l’empêche de lever la topographie.

page 27

9 m précède un lac de 50 m, puis nouvelle cascade de 2 m dans laquelle s’est coincé un tronc d’arbre d’une dizaine de mètres de long pour 80 cm de diamètre. Une paisible rivière s’écoule ensuite jusqu’au S3 situé à la cote –88 m. Peu avant ce siphon, une escalade de 5m permet d’atteindre une petite galerie servant de trop plein de crue. Elle permet de shunter le S3, mais le S4 s’amorce 20 m plus loin, 860 m après la sortie du S2. Le plan d’ensemble des réseaux montre que le siphon aval du gouffre Kafae (gouffre proche de Tarius) est à une centaine de mètres, tandis que le siphon amont de la doline de Patunar se trouve à environ 600 m.

Gouffre Tarius : en amont du S1 (photo : B. lips)

Doline de Patunar Mise à l’eau dans le S1 de Tarius (photo : B. Lips) Description Jusqu’au siphon, la cavité se résume en une belle galerie de 862 m de développement.. La progression ne présente pas d’obstacles particuliers. La galerie est sèche en période d’étiage, l’actif coulant dans des fissures impénétrables un peu plus bas. En fortes eaux, un siphon temporaire s’amorce à environ 200 m en aval de la perte. En milieu de parcours un superbe puits d’effondrement de 34 m débouche en surface. La rivière sort d’une fissure 30 m avant le S1. Une première voûte siphonnante de 10 m précède une salle d’une quinzaine de mètres de long , qui aboutit sur un S2 (110 m ;-10 m). Une belle rivière de section moyenne (6*2 m) fait suite. Au bout de 200 m, un carrefour permet d’explorer une galerie sur 40 m en rive droite, arrêt sur colmatage, en rive gauche une autre galerie queute au bout de 150 m sur une trémie. A 480 m après le S2 on débouche sur un collecteur bien plus vaste (20 m*10 m). En amont arrêt sur siphon au bout d’une centaine de mètres. Ce dernier est plongée sur 140 m ;-22 m. En aval, 30 m après la confluence une cascade de

La doline ainsi que la résurgence de Patunar sont connues depuis plusieurs années par des plongeurs australiens. Un plongeur traverse le premier siphon dans la résurgence de Patunar, s’arrêtant sur le deuxième siphon. Le 26 août 2005, Bernard et Josiane visitent et topographient la galerie d’entrée de la résurgence de Patunar (113 m) et s’arrêtent sur un siphon. Le 23 octobre 2005, Franck Bréhier, équipé de 2 blocs de 5,7 L, franchit le court siphon, long de 22 m. Derrière, il parcourt une simple galerie de 112 m de long, pour un diamètre moyen de 8 m. Un second siphon, terminus australien, (45 m de long, profondeur 5 m) le mène dans la galerie aval de la grande doline de Patunar. Le 25 novembre 2005, Franck Bréhier plonge le siphon amont de la grande doline. Suite à des précipitations intenses dans la nuit du 23 au 24 octobre, l’eau est laiteuse. Il déroule 65 m de fil quasiment plein nord dans une vaste galerie sans voir la paroi opposée, à une profondeur maximale de –15 m. Il débouche, par une vasque de 10 m de diamètre, dans une grande salle en cloche sans continuation. Il replonge pour tenter de trouver la suite, sans succès. En décembre 2005, Rufino retourne à la grande doline de Patunar avec Richard Harris. Harris a


page 28

INFO – PLONGEE n° 95

effectué de multiples plongées au Vanuatu et repris les explorations de la Sarakata. Malgré un important matériel acheminé sur place, Harris bute sur la salle exondée et ne trouve pas la suite du siphon. Il est fort probable que tous deux aient loupé la galerie active. Le 14 septembre 2006, Nadir Lasson replonge le siphon amont de la grande doline. Il tire 65 m de fil en suivant la paroi gauche, aboutissant dans la salle exondée. Puis il explore la paroi droite, tirant 75 m de fil en s’arrêtant sur un passage « touillé » la suite semble être part là. Profitant du fond de bouteille, Stefan Eberhard plonge le siphon aval de la grande doline pour mettre en place des pièges dans la galerie entre les deux siphons.

En aval après 145 m de traversée dans la doline, la rivière se jette par un petit ressaut dans un vaste porche. Le siphon aval n’est qu’à une soixantaine de mètres plus loin. Ce siphon est très court (22 m). La vaste galerie qui fait suite amène à un deuxième siphon tout aussi court (45 m). L’eau résurge soixante mètres plus loin. Une galerie en rive droite amène à une autre sortie plus haut. Conclusion L’ensemble exploré représente 778 m, dont 220 m en conduits noyés.

Gouffre Amarur Exploration La grotte Amarur a été topographiée le 1er août 2005 par Bernard et Josiane Lips (voir rapport Santo 2005). Le 6 septembre 2006, Nadir Lasson, Vincent Prié, Cahyo Rahmadi et Marc Pouilly retournent dans la cavité. Vincent y étudie la population de chauvessouris. Nadir plonge le siphon amont et y progresse de 150 m.

Siphon amont de la doline de Patunar (photo Stephan Eberhard) Description La doline de Patunar, à défaut de faire partie véritablement du monde souterrain, représente certainement le phénomène karstique le plus imposant connu actuellement sur Santo. Il s’agit d’une vaste doline aux parois abruptes sur trois côtés, de 100 m de profondeur pour environ 100 à 150 m de diamètre. Un sentier raide mais facile permet de descendre sans difficulté. Une rivière coule au fond de la doline. Elle sort d’un siphon à la base d’une belle et haute falaise bordant le nord de la doline. Le siphon a été plongé sur environ 75 m de distance. Il s’agit d’un siphon de grande dimension dans lequel la visibilité ne dépasse pas deux mètres. En suivant la paroi de gauche, on émerge, après un point bas à 15,6 m, dans un lac de 10 m de diamètre, suivi d’une courte galerie exondée, agrémentée par quelques belles concrétions. En suivant la paroi droite, on franchit le même point bas puis le siphon remonte à -5 m pour redescendre à -9 m. Arrêt à 75 m de l’entrée dans une galerie qui semble se poursuivre mais avec une visibilité réduite à 0,5 m le jour de la plongée. La température de l’eau est à 23°C. Les siphons aval du gouffre de Kafae et du gouffre de Tarius sont respectivement à environ 470 et 600 m à vol d’oiseau plus à l’est.

Grotte Amarur (photo : Bernard Lips) Description Une rivière en provenance d’un siphon amont s’écoule dans une galerie de taille confortable. Un effondrement permet un accès facile à mi-parcours. En aval de cet effondrement la galerie se poursuit jusqu’à la résurgence. L’eau rejoint une autre petite rivière coulant dans un canyon joliment encaissé. La vasque d’entrée du siphon fait 3 m de large pour 1,5 m de profondeur. Le siphon présente une profondeur maximale de 4 m. La section moyenne est de 2 m de large pour 0,8 à 2 m de haut, avec une visibilité de l’ordre de 1 m. Il est entrecoupé de plusieurs cloches d’air et renferme de nombreux débris végétaux. Le siphon semble se poursuivre avec le même gabarit.


INFO – PLONGEE n° 95

page 29


page 30

INFO – PLONGEE n° 95

Grotte Fapon Historique La rivière souterraine de Fapon est explorée par Rufino Pineda, Bernard et Josiane Lips le 12 août 2005 lors de la pré-expédition de reconnaissance. En 6 h, l’équipe topographie 888 m de galeries entre la perte amont et la troisième doline. Le 28 octobre 2005, Franck Bréhier retourne dans la cavité avec Rufino Pineda. Franck explore 300 m dans l’affluent de la deuxième doline, s’arrêtant sur un siphon amont. Le 5 septembre 2006, Louis Deharveng, Anne Bedos, Eric Queinnec, Anne-Laure Bouchet, Cahyo Rahmadi, Josiane et Bernard Lips retournent dans la cavité pour faire des prélèvements. Bernard et Josiane explorent et topographient le boyau des Fakirs. Le 8 septembre 2006, Louis Deharveng, Eric Queinnec, Marc Pouilly, Damià Jaume et Cahyo Rahmadi font une nouvelle visite. Tandis que le reste de l’équipe s’intéresse à la faune souterraine, Eric et Marc descendent le ressaut dans la troisième doline… mais ils butent immédiatement sur un vaste siphon. Enfin le 25 septembre 2006, Nadir Lasson profite d’une nouvelle visite avec les cinéastes pour plonger le siphon aval. Le siphon ne fait que 40 m de long et Nadir explore environ 450 m de grandes galeries (10*8m), s’arrêtant faute de temps. Description A partir de la perte, la progression se fait dans un méandre de un à deux mètres de large. L’actif se perd dans des fissures à environ 200 m de la perte. On entend la rivière, sans réussir à l’atteindre, au fond de la branche gauche du boyau des Fakirs, particulièrement pénible à parcourir. Un autre petit actif impénétrable s’observe avant la Grande salle. Celle-ci sert de gîte à une colonie de martinets. En aval, après la Grande salle, il faut passer une vasque assez profonde avant de déboucher dans la première doline. Un tunnel fossile très court amène à la deuxième doline. Un affluent arrive de la droite. Il faut passer un lac à la nage pour explorer la suite : - d’une part une galerie sèche abritant une importante colonie de martinets et aboutissant dans une salle ébouleuse dont le plafond est percé par un puits débouchant au jour, - d’autre part une galerie particulièrement belle et aquatique qui s’arrête sur un siphon, probablement facilement plongeable, dû à une coulée stalagmitique L’affluent traverse la deuxième doline, pénètre dans une vaste galerie mais emprunte un petit

boyau pour se perdre dans un siphon. La vaste galerie fossile débouche dans la troisième doline, la plus grande, d’environ 60 m de long. Un premier ressaut défend l’accès à la paroi nord dans laquelle s’ouvre le porche aval. Un deuxième ressaut de 4 m donne accès à une salle au bord d’une vasque profonde siphonnant vers l’aval. La rivière provient d’une galerie basse avec un siphon amont 20 m plus loin. Le siphon aval ne mesure que 42 m de long pour 4 m de profondeur. Le 25 septembre 2006, Nadir traverse seul l’obstacle. Il explore une galerie sèche d’une centaine de mètres de long, laissant de côté deux départs vers la gauche avant d’aboutir dans une galerie beaucoup plus vaste et active, obliquant nettement vers le nord. Il s’arrête, faute de temps, au terme de 400 m de progression facile. La galerie se poursuit vers l’aval et sera également à explorer en direction de l’amont. La présence de chauves-souris laisse penser qu’il existe un accès évitant la plongée du siphon. Il semble que les habitants de la région aient une idée du lieu de résurgence, probablement à plusieurs kilomètres de distance. La grotte Fapon est une des cavités majeures de la région de Boutmas et son exploration réservera probablement encore quelques belles surprises.


INFO – PLONGEE n° 95

Trou bleu du Cirad Ce trou bleu est situé à 50 m du CTRAV, notre camp de base lors de notre séjour. Il s’agit d’une très belle vasque de 40 m de long sur 20 m de large. Un petit départ à 3 m de profondeur sur la paroi nord est reconnu le 3 septembre 2006 par Franck Bréhier et Nadir Lasson sur 8 m jusqu’à une fissure impénétrable à la profondeur de -6,5 m.

page 31

Le trou bleu de Nanda est une magnifique vasque d’environ 45 m de long pour 20 m de large dans un très beau cadre. La profondeur maximale (juste sous le plongeoir) est de -13 m. Aucun départ n’est entrevu. L’eau sort directement des éboulis. La visibilité est de plus de 50 m et la température de l’eau est de 23°C. L’eau s’écoule dans une belle rivière. Une deuxième vasque d’environ 8 m de profondeur est située à l’est de la première et communique avec le même cours d’eau. La rivière coule vers le sud, parallèlement au rivage de l’océan. Une reconnaissance en PMT a permis de repérer plusieurs arrivées d’eau dans le lit de la rivière.

Trou bleu de Nanda n°2

Trou bleu du Cirad (photo : Bernard Lips)

Trou bleu n°1 de Matévulu

A une cinquantaine de mètres à l’ouest, un deuxième trou bleu ne présente aucun exutoire. Il s’agit d’un vaste effondrement d’une quinzaine de mètres de diamètre. L’eau est quelques mètres en contrebas et le lac accuse environ 5 m de profondeur. Il est encombré par des troncs d’arbres morts. De nombreuses et belles écrevisses et quelques poissons y ont élu domicile.

Il s’agit d’une superbe vasque de 50 m par 20 m, servant de vaste piscine naturelle. Frank Bréhier y fait une plongée de reconnaissance en octobre 2005 et constate l’absence d’exutoire pénétrable. Le 23 septembre 2006, Nadir Lasson effectue une topographie du fond de la vasque. La profondeur maximale est de 18,7 m, la visibilité est de l’ordre de 80 m…

Trou bleu de Nanda n°1

Trou bleu de Nanda n°2 (photo Bernard Lips)

Source de Porpor Explorée par Stefan Eberhard sur quelques mètres avant de devenir trop étroit.

Trou du Coolidge Trou situé au bord de l’océan sur le terrain d’un des club de plongée de Luganville, permettant l’accés à la fabuleuse épave du Coolidge. Effondrement de 2 m de diamètre avec plan d’eau 1 m en dessous. Ce dernier est plongé le 28/09/06 par Nadir, impénétrable à –2 m. Trou bleu de Nanda n°1 (photo : Nadir Lasson)


page 32

INFO – PLONGEE n° 95

Bosnie Aout 2007 par Laurent Tarazona Participants : Michel Guis (CRPS, BCT), Laurent Tarazona (GS Vulcain)

Michel, par un pas d’escalade, rejoint le départ d’un puits au-dessus de cette lucarne.

Notre expédition en Bosnie avait pour objectif de poursuivre les explorations dans deux cavités explorées les années précédentes : le ponor de Biograd et Crno Oko.

A cet endroit, nous remarquons un violent courant d’air soufflant. Après avoir planté plusieurs spits, nous descendons de 37 m et atteignons une pente de boue très raide dans une grande faille. Au bout de cette pente, un ressaut de 5 m semble conduire dans une galerie, mais nous n’avons pas suffisamment de corde pour descendre. Il faut donc se résigner.

Ponor de Biograd Dans cette énorme perte s’engouffrent les eaux de la rivière Zalomka (à sec en été heureusement). La résurgence de ce réseau est la source de Bunica située à proximité de Mostar et distante de 17 km pour environ 700 m de dénivelée. Lors des précédentes explorations, Michel et moi avions réussi à franchir le siphon terminal et à progresser de 250 m dans de vastes galeries remontantes avant de nous arrêter sur un puits de 10 m à équiper. Disposant d’une perfo cette année, nous avons équipé le P60 dans les règles de l’art et notamment le plus loin possible des goulottes pleines de graviers et de branchages divers (c’est le problème des pertes !). Après avoir passé les deux premiers jours à équiper la cavité et à porter notre matériel de plongée, nous envisageons la pointe. Vu le profil de la cavité, nous emportons avec nous 50 m de cordes, le matériel à spiter et un topofil Vulcain pour lever la topo de manière précise. Nous franchissons le S1 avec un bi 3 litres et un relais de 2 litres en sécu, puis filons vers le fond. Le P10 du terminus est finalement un puit borgne, la suite est en face dans une lucarne.

Vire d’entrée du Ponor (photo : Michel Guis) Retour au siphon en levant la topo précise du trou dans l’espoir de pouvoir trouver une nouvelle entrée qui éviterait le S1. TPST : 12 h dont 6 h 30 en post siphon Le lendemain, nous ressortons le matériel et déséquipons la cavité.

Entrée du Ponor de Biograd (photo : Laurent Tarazona)


INFO – PLONGEE n° 95

page 33


page 34

INFO – PLONGEE n° 95

Crno Oko Cette cavité est une superbe résurgence située en rive droite de la Neretva à 40 km au nord de Mostar. Le S1 livre accès à une galerie remontante de 500 m très agréable à parcourir (pas de boue, quelques concrétions, jolis gours, lac…). Au bout de cette galerie, un superbe P30 et un éboulis pentu amènent sur le S2 qui est une vasque de 5 m de diamètre. Nous décidons de tenter notre chance dans le S2 avec un bi 3 litres, tout en craignant, vu le profil de la cavité, que ce siphon ne plonge profond. Nous faisons l’explo en deux jours : le premier, nous rééquipons le S1, les escalades dans la galerie et le P30. Le deuxième nous effectuons la plongée et déséquipons la cavité. Finalement, nos craintes étaient fondées : après une pente inclinée jusqu’à -6 m, je plonge dans un large puits jusqu’à -35 m. Ne distinguant toujours pas le fond, je décide de faire demi-tour. Les explorations dans cette cavité nécessiteront une logistique bien plus importante (combi sèche, décompression à envisager…).

Le verre de l’amitié avec notre ami Ratko (photo : Laurent Tarazona) Le troisième jour, nous amenons plonger notre ami bosniaque Esad Humo et un autre de ses compagnons. Nous allons jusqu’à la première escalade après le lac en leur faisant ainsi découvrir les beautés de la spéléo. Ils en sont ravis et nous également.


INFO – PLONGEE n° 95

page 35

Picos 2007 Par Damien Vignoles, Spéléo Club des Taupes Palmées 2007

Fuente de Obar Conceyu de Cabrales Asturies Massif occidental des Picos de Europa X=351.45 Y=4798.5 Z=190 m Développement topographié : 3068 m Dénivelé : 159 m

fossile de l'affluent. La topographie est portée à son développement actuel.

Situation Sur la route de Arenas de Cabrales à Poncebos, dans le défilé de «canal negra», près de la confluence entre le Rio Cares et la Riega de las caldas, sur la rive opposée à la cabane de Obar. Parquer les véhicules au bord de la route, 1000 m avant le barrage et traverser le rio pour trouver l’entrée, en rive gauche. Denis en portage dans le S1, visibilité de rêve. (photo : Richard Huttler)

Karstologie L’arrivée d’eau chaude provient de remontées d’eau profonde facilitées par les discontinuités tectoniques. Un beau faisceau de failles en éventail est d’ailleurs bien visible dans la falaise à droite de l’entrée. Débit d’étiage : 20 litres / seconde. Température : 14°C. Par sa situation, la Fuente de Obar pourrait être la résurgence du secteur E du massif de Llorosos, mais aucune coloration ne l’a confirmé. L’équipe se prépare sur la rive opposée à l’entrée, (photo : Marilyn Hanin)

Historique Cette cavité est connue de longue date par les autochtones pour ses eaux chaudes (température supérieure à celle du Rio Cares). Trois expéditions de la S.S.S. Genève (Cathy Loumont, André Pahud) et du G.S.Doubs (Dominique Bertin,Gérard Chorvot) de 1978 à 1980 permettent de prolonger l’exploration jusqu’au S4. Le dernier jour de l’expédition «Picos 2004 », Eric Julien, Kino Passevant et Damien Vignoles escaladent une cheminée au-dessus du S2 et explorent 600 m de grosses galeries. L’expédition « Picos 2005 » (Grammont Denis, Passevant Kino, Vasseur Frank, Hanin Marilyn, Wienin Michel, Julien Eric, Dighouth Medhi, Vignoles Damien, Xesus Manteca), lève l’intégralité de la topographie et porte le développement à 2488 m. Juillet 2007 : Spéléo Club des Taupes Palmées ; Romuald Barré, Kino Passevant, Michaël Bappel et Damien Vignoles découvrent la suite dans le réseau

Entrée de la fuente de Obar (photo Marilyn Hanin)

Description Siphon 1 L’entrée de la cavité est sise entre deux blocs que seule la couleur légèrement plus claire des galets permet de repérer. Les dimensions n’inspirent guère et pourtant après


page 36

INFO – PLONGEE n° 95

3 m la galerie virant à droite dévoile sa splendeur. L’eau y est cristalline. En partie gauche on peut même s’offrir le luxe d’une eau à 23°C. Après 80 m le conduit remonte brusquement des -8 m de profondeur moyenne. On émerge dans un lac en forme de diaclase. A l’est une coulée de calcite permet de se hisser tant bien que mal dans une partie fossile.

principale mais qui se terminent rapidement sur des coulées de calcite. Cette salle témoigne d’une grande section de galerie fossile (environ 8 m). Située dans un étage fossile, elle est colmatée à ses deux extrémités par des coulées de calcite. La galerie continue dans des dimensions confortables. En divers endroits, de petites escalades permettent d’aller admirer quelques formes de concrétionnement. Après le franchissement de deux lacs, nous arrivons à un ressaut de 4 m, où une corde de 8 m est indispensable.

Grande Salle (photo : Xesus Manteca)

Sortie du S1 (photo : Richard Huttler) Début de l’exondé On quitte momentanément l’actif. La progression se fait entre de gros blocs parfois bien concrétionnés. Un petit ressaut de 3 m redonne sur l’actif, mais hélas nous perdons presque immédiatement celui-ci à la base du grand toboggan, l’eau surgissant d’un boyau impénétrable d’environ 40 cm de diamètre. La remontée de ce grand plan incliné peut se faire en libre pour le premier ; délicate elle nécessite l’installation d’une corde de 50 m pour les suivants. En s’insinuant entre des lames de marbre noir on accède à une jolie galerie au parcours chaotique. Un passage enchaîne E3 puis R3. Il peut être sécurisé avec un bout de corde de 10 m. Cette galerie donne dans la salle de l’échelle anglaise. En fixe depuis pas mal de temps, nous l’avons doublée d’une corde neuve en août 2005. Cette E10 étant absolument verticale, elle a dû être réalisée au mât. Encore deux petits plans inclinés à gravir puis nous arrivons à une succession de lacs peu profonds. La Grande Salle : Dans celle-ci, au-dessus d‘une grande stalagmite écroulée, un balcon livre l’accès à quelques dizaines de mètres de galeries situées au-dessus de la galerie

Puits Domino A la base du ressaut, un départ sur la droite donne sur le puits Domino. Nous n’y sommes pas descendu, mais les expéditions précédentes y mentionnent un regard sur l’actif ainsi qu’un siphon non plongé. Galerie de la Baignoire Revenu à la base du ressaut, un toboggan peu incliné enchaîne avec un conduit descendant avant et après la baignoire jusqu'à rejoindre l’actif. Le siphon amont a été plongé et franchi par les expés précédentes, apparemment c’est très étroit. La voûte mouillante aval a été franchie également mais la suite étroite ne donne guère envie de faire le bouchon. L’escalade de 20 m Equipée en fixe, elle a été réalisée en artif sur une bonne partie. La galerie est par la suite de dimension correcte (3x4 m), toujours remontante, il faut là encore une corde (40 m). Un lac s’équipe en vire sur la gauche, une petite escalade de 2 m puis le conduit redescend jusqu’au point bas de +60 m. Suit une série de 2 escalades de 5 m, une descente jusqu’au grand lac où il faut choisir entre la nage et grattonner sur les bords pour éviter de se mouiller jusqu’au cou. En sortie de lac une galerie non topotée jonctionne avec le point bas de la Grande Salle.


INFO – PLONGEE n° 95

Salle à Manger Carrefour de ce réseau, lieu de restauration pour l’équipe, vestiaire également car à partir de ce point la suite se fait au sec.

En progression, (photo : Richard Huttler)

page 37

droite permet la suite de l’exploration. En rive droite un départ siphonne rapidement. La galerie devient ensuite étroite et débouche au bout de quelques mètres sur la cascade de 6 m remontée en artif. Passé cette difficulté l’ambiance est au rendez-vous, petite cascade de 2 m, lac à traverser à la nage ; encore une belle cascade puis… siphon. Magnifique certes, mais terminus des explos de cette année 2005. En revenant nous tentons une escalade au dessus de la cascade de 6 mais nous ne découvrons que quelques dizaines de mètres de galeries supérieures jonctionnées par des jets de cailloux avec la galerie principale. La galerie aval de la base de la C6 siphonne au bout d’une vingtaine de mètres. Réseau de l’affluent Affluent que nous ne voyons guère dans cette partie de la cavité, en effet s’agissant d’une zone largement sur-creusée, seul le bruit lointain nous accompagne pendant l’exploration. Nous avons tenté d’en suivre le cours dans le bas du méandre mais le cheminement trop étroit nous a rebutés.

Réseau fossile boueux La première corde rencontrée dans la salle y mène par une escalade de 9 m déversante réalisée en artif. En haut de celle-ci, nous avons escaladé une succession de toboggans qui butent sur des coulées de calcite sans espoir de suite. Comme son nom l’indique, boueuse mais confortable au début, la galerie est parfois semicolmatée par des coulées de calcite qui obligent à la reptation. En plusieurs endroits on peut entrevoir des départs en hauteur que nous n’avons pas explorés. Au bout de 200 m environ, le conduit s’abaisse en une voûte mouillante de boue liquide, mais nous stoppons l’exploration pour cette année. Il faut avouer que ce passage n’est guère engageant malgré un léger courant d’air.

En progression (photo Richard Huttler)

En progression (photo Romuald Barré)

Salle du Bitos En sortant de cette galerie sur-creusée, nous arrivons à la salle dite du « Bitos ». Un passage sur rive droite permet de rejoindre l’actif, mais le cheminement y est peu aisé, nous n’en avons pas poursuivi l’explo au delà du terminus topo. De cette salle donc, c’est la corde qui pend sur une coulée qu’il faut emprunter. Par la suite le méandre atteint 23 m de haut pendant une centaine de mètres, puis la voûte s’abaisse. A cet endroit il vaut mieux passer par une galerie remontante sur la droite pour éviter l’actif étroit. En plafond le haut du méandre rejoint le réseau fossile de l’affluent.

Réseau principal Conduit de section moyenne apparemment semiactif, il bute rapidement sur un beau siphon. Revenons en arrière ; un passage remontant sur la

Carrefour des Rhomboèdres Nous arrivons au carrefour du réseau fossile. Une corde de 10 m est nécessaire dans le plan incliné. Entre les blocs un départ sur la gauche rejoint le méandre précédemment délaissé.


page 38

INFO – PLONGEE n° 95

Vers le point 1393 m A la base de ce plan incliné la suite est dans l’actif. En effet la grosse conduite remontante s’achève sur une étroiture et une escalade facile au point 1225 m. Le cheminement devient pénible, la roche est ici largement plus déchiquetée. Un bruit sourd se fait entendre, le plafond se relève brusquement. Un enchaînement de cascades dont une de 12 m permettent de se déplier un peu, puis c’est reparti dans l’étroitesse d’un bas de méandre. A plusieurs reprise nous avons tenté d’atteindre des niveaux plus larges en hauteur. Mais ces galeries larges et fortement concrétionnées sont régulièrement colmatées. Le retour dans le bas du méandre s’impose systématiquement jusqu’à la trémie terminale. Très instable, elle est due au contact avec les lignites et nous laisse sans grand espoir.

pour atteindre l’entrée de la galerie. Après un porche de 10 par 20, la suite se présente sous forme d’un méandre fossile jusqu’à la salle du point X où un des départs nous ramène vers la salle Yohanne. Nous continuons de topographier ce méandre dont les dimensions plus qu’honorables ne rivalisent pas avec la diversité et la beauté du décor. Nous rencontrons le long de notre progression des colonnes, des méduses, des cierges, des concrétions de gypse, des aragonites et des excentriques… Au sommet d’un éboulis, la suite parait évidente.

Galerie Zoé (photo : Romuald Barré)

Carrefour des Rhomboèdres (photo : Romuald Barré) Réseau fossile de l’affluent Revenu au carrefour précédemment cité, une belle galerie « cristalline » parsemée de rhomboèdres remonte par une succession de petites escalades. Dans une petite salle de 10 m de diamètre, une courte escalade de 6 m permet d’accéder à la galerie Zoé magnifiquement concrétionnée. Après une progression de 60 m nous arrivons dans la salle Yohanne, un pissadou de 30 m semble indiquer une suite. Deux grands porches sont visibles de part et d’autre à environ 25 m de hauteur. A l’est de la salle une escalade entre les lames permet d’accéder à un grand balcon. De cet endroit, de nombreux départs volumineux s’offrent à nous. Nous décidons de topographier la galerie la plus proche et la plus accessible. Le début de la suite amont a été reconnu en contournant la salle par des concrétions. Galerie du 14 juillet C’est gros ! Il faut crapahuter entre de gros blocs

Cette exploration s'est faite dans le cadre des expéditions Picos 2003, 2004, 2005 et 2007 où ont participé : Espagne: Ramon Obeso Amado, JuanJosé Aalonso, Isidro Baides, Irène Barajas Eberle, Juan José Barajas Eberle, Martin Burgui, Christina et Oscar Cuadrado Mendez, Xosé Lluis Del Rio Fernandez, Javier Lusarreta, Josep Guaro, Xesus Manteca, Francisco Solis Gonzales. France: Medhi Digjout, Delphine et Christian Deit, Denis Grammont, Marilyn Hanin, Richard Huttler, Eric Julien, Nadir Lasson, Laurent Mestre, Kino Passevant, Mathias Rosello, Guillaume Tixier, Frank Vasseur, Damien Vignoles. Michel Wienin Belgique: André-Marie Dawagne, Jean-François Manil, Marc Vandermeulen. Remerciements : Le Beluga, Les Taupes Palmées, Spéléo Club des Causses, Club Subaquatique Sud Aveyron, Société Cévenole de Spéléologie et de Préhistoire, Ensame Aguaron, Grupo d’espeleoloxia Gorfoli, Commission régionale de plongée souterraine Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées (FFESSM), Commission Relation et Expédition Internationale (FFS), Camping "Picos De Europa". L'ensemble des résultats ont étés déposés auprès de la CREI sous les numéros: 14/2003 ; 22/2004 ; 32/2005 ; 33/2007.


Fluente Obar

INFO – PLONGEE n° 95

page 39


page 40

INFO – PLONGEE n° 95

La parole aux plongeurs

Plonger sous terre Par Philippe Brunet La plongée spéléo vient tout naturellement à qui veut explorer et comprendre. Quête infinie d’espace, de connaissances, besoin de savoir, activité qui mobilise le corps et la tête, mais activité qui peut également se faire à travers et par d’autres. Activité qui ne se peut faire seul, même si l’acte fondateur terminal est solitaire. Je ne suis, nous les spéléonautes, ne sommes rien sans les autres. Je ne plonge rien de bien sans quelqu’un avant. Je suis d’ailleurs seul trop longtemps, pour ne pas apprécier la chaleur d’une présence, de la vie au sortir de l’eau. Vous, mes amis, m’importez et j’ai le temps d’y penser, et même si cette présence est parfois maladroite puis boudeuse pendant le retour, je ne suis pas du style à m’en souvenir, enfin, quoique… ;-) ! Mon hypothèse ardéchoise, sur un sous écoulement de la rivière est en fait une réalité non encore sue par tous. Voilà du virtuel, en devenir factuel. Il ne peut en être autrement, cela est donc. Croyance ou déduction, qu’importe puisque la réalité sera connue bientôt. Mais perte de temps pour le montrer aux autres. Et oui, encore les autres, toujours trop présents dans ma tête. Consolation, le spectacle risque d’être grandiose, une véritable naissance. De plus, un nouvel accès, j’espère, se dévoilera à l’occasion. Donc de nouvelles galeries à placer sur le puzzle, à parcourir, à découvrir et d’autres chemins encore vers le cœur de la montagne. Ici, dessous, dans notre monde intérieur, au fond du

tréfonds des terres, parfois des mers oubliées d’ailleurs, on circule dans une sculpture aérienne quoique aquatique, arachnéenne et c’est le moins, dans ces lieux hypogés labyrinthiques où Ariane nous guide. Mieux, mes explorations dictent, modèlent le futur par la grâce de bulles évanescentes bien plus palpables qu’un battement d’ailes d’un papillon hypothétique. Les plafonds s’ébrouent, secouant une poussière millénaire cotonneuse qui épaissit la vision. Parfois des cailloutis, voir des rochers dégringolent en une accélération séculaire de l’évolution. Au retour des plongées, il me reste dans la tête des images minérales de la roche ciselée par l’eau, libérée de la fange omniprésente dans le monde marin. Cette boue océane qui marque, qui masque toute vie marine. Cette boue, que je n’arrive pourtant pas à voir comme indice d’un monde futur, comme élément d’un autre paysage encore imaginaire à naitre, mais seulement comme un cancer, une lèpre qui ronge le présent. Mais attention, le milieu souterrain mord, mord durement celui qui veut le fréquenter sans en payer le prix. La plongée spéléo est une maîtresse jalouse qui laisse bien mal vivre ses amants. Il faut prendre garde à soi, et en attendant rêver sur ces quelques images. La plongée spéléo n’est pas un simple parcours dans un cadre étonnant. Il y a un but. Variable selon les adeptes. Philippe Brunet Paris, 21 novembre 1997.

Exercice de recherche de fil lors d’un stage (photo : Robert Lepennec)


INFO – PLONGEE n° 95

page 41

Rencontre entre deux hommes Par Joël Enndewell Rencontre de deux hommes complètement mûrs ! voir fous…

mûrs

:

oui,

Un jour des Russes venus au congrès 2006 me disent : « Joël, on voudrait venir en France pour plonger avec toi et en plus on voudrait rencontrer des plongeurs connus (ou pas) pour faire des articles et une synthèse sur la philosophie et la manière dont plongent les Français sous terre ». Vaste sujet ! Je sors mon carnet d’adresses et commence à voir qui serait disponible en semaine, et qui accepterait de répondre à mes potes journalistes. Et éventuellement, qui pourrait aller faire un plouf avec nous. J’arrive à réunir quelques objectifs bien sympathiques, mais un me manquait : leur faire rencontrer Michel Letrône ! Pour moi cela semblait inaccessible, le truc irréalisable : je ne le connaissais pas et, de plus, vu la notoriété du personnage, je me suis dit que j’allais me faire bouler. J’arrive tout de même à avoir son téléphone et je prends alors mon courage à deux mains. « Allô M. Letrône, je suis Joël Enndewell, j’aurais un truc à vous proposer… » Là je tente d’être bref et circonspect (pas comme d’habitude) pour faire comprendre à mon interlocuteur le plus rapidement possible ce que je désirais. Pour réponse, il me tutoie et m’invite à faire de même et me dit : « ok on se rencontre à la FFS et on mange ensemble quant tu veux. » J’allais enfin rencontre une de mes idoles ! Dans les quinze minutes qui suivent, il me rappelle. Je me dis que cela va capoter ! Mais non pas du tout, il me propose plutôt de venir manger chez lui. Je raccroche et n’en reviens pas, je me dis : « super ce mec, il est comme moi, il se lève le matin, va pisser et prend sont déjeuner : un mec normal quoi !! » Quelques temps passent, nos Russes arrivent en France et hop, direction Lyon : un des grand Fief de Michel, comme son perchoir de Saint Hilaire. Nous sommes reçus par Sylvana et Michel comme des hôtes de marque. Andray fait sont interview et Sacha les photos, on passe à table, les Russes apprécient le vin de Michel. A un moment, je vois les yeux de Michel s'illuminer et me dire : « Si un jour vous avez une occasion les gars, je serais bien preneur de refaire un petit plouf avec vous… » Ceux qui me connaissent comprendront que ce genre de bêtises, il ne faut pas me le dire deux fois et je propose sans hésitation à Michel de venir au congrès, de le remettre à niveau et… de lui faire plonger son siphon de Thaïs (le S1) pour les 50 ans.

Joël Enndewell, à gauche et Michel Letrône, à droite (photo : Catherine Enndewell) Et ce petit bonhomme de 74 ans (montagne de muscle quand même) a revu en une seule fois toute sa vie de plongeur défiler en caléidoscope. Cela faisait plaisir à voir ! Rendez-vous est pris à SaintNazaire en Royans, mais pas pour plonger Thaïs tout de suite : Jérôme Egret nous propose de nous prêter du matos et de faire un petit tour dans la Bourne dans le cadre magnifique de Pont en Royans. Première expérience pas très heureuse car la combinaison strangule littéralement Michel. En plus, il ne retrouve pas son équilibre dans l’eau et peste contre la modernité envahissante du matos d’aujourd’hui. (D’ailleurs il pestera à toutes les plongées après ce foutu matos trop encombrant). Je peux vous garantir que l’on avait fait au plus juste pour que son équipement soit le plus light possible, mais les vieux, il faut que ça râle : je connais ! Nous referons une autre plongée au même endroit et le lendemain nous partons à Bourg-Saint-Andéol pour plonger la goule de la Tannerie. Michel a des problèmes de fuites dans le masque. Nous avons beaucoup de mal à les endiguer car l’âge a fait ses méfaits et Michel a deux belles rides bien profondes qui posent problème. A BSA, la première plongée se passe bien ; Michel commence à reprendre ses marques, mais j’ai beaucoup de mal à trouver une astuce pour son équilibrage. Dès qu’il a des blocs plus gros que des 7 L, il se retourne comme une tortue. On tente de mettre les plombs le plus bas possible sous le ventre, mais malgré cela, ce n’est pas facile. Bref après quelques aller-retour dans l’entrée de la cavité, je le sens mûr et nous poussons sur 60 mètres sans encombre. La deuxième plongée a été beaucoup plus Rock’n Roll. Là, Michel repart avec un Bi 9 L, donc je lui retire du plomb. Comme la cavité se fait un peu en reptation, Michel garde un bon équilibre et nous


page 42

INFO – PLONGEE n° 95

poussons jusqu'au canyon. Nous faisons demi-tour et je m’aperçois alors que Michel a perdu une palme… Je me retourne et vois effectivement la palme tomber dans le canyon. Pour moi, pas question de filer la récupérer, ça serait laisser Michel seul et là, c’est hors de question. La loi de Murphy veille et Michel commence à se bagarrer avec son bloc, car déséquilibré avec sa palme unique. Il part sur un léger essoufflement. Je le calme et grâce à son expérience (ancienne mais immense), il se reprend et endigue son début d'essoufflement. Je lui donne une de mes palmes et je défais ma ceinture pour y extraire un plomb de 2 kg que je lui accroche sous le ventre pour faire un effet de quille. Nous rentrons ainsi tranquillement.

Arrive le moment tant attendu par Michel et moimême. La veille, nous avions fait une ultime répétition dans le lac face à Thaïs, avec un nouveau système d’équilibrage bricolé pour la circonstance : J’ai emprisonné une stab dans un Kit et l’ai fixée entre les deux bouteilles sur le dessus de celle-ci. Reste à moi de m’occuper de l’équilibrage de Michel : le léger en haut (la stab), le lourd en bas (Michel). Aïe, Michel pas sur la tète ça fais mal ! La veille, nous avons emmené pratiquement tout notre matériel à la plate-forme au fond de la grotte, afin de s’économiser le lendemain. Dans l’enceinte du congrès, je rencontre Michel un peu avant l’heure prévue, et il me dit : « Alors, on y va ? ».

Je suis content de mon élève il a très bien réagi, mais la patience n’est pas sont fort, et à son âge la cause est perdue… il faudra faire avec ! Je peux vous dire que des stagiaires, à une époque, j’en ai passé, aussi bien en mer qu’en grotte, mais là on est tombé sur un cas irrécupérable… (Michel, je t’aime comme tu es : reste comme ça !). Juste avant le congrès, nous allons dans le Lot avec des Russes : rendez-vous est pris pour la finition. Nous plongeons l’entrée du Ressel. Michel a un masque tout neuf mais qui prend l’eau d’entrée. A la sortie, il peste qu’il abandonne tout, que c’est un vieux con, que ce n’est pas de son âge et que dorénavant, il va faire télé-canapé !!! Bon, il m’aurait dit calmement à la sortie : « Joël, j’arrête ce n’est pas pour moi ». Là, je l’aurai cru, mais un mec qui peste de la sorte, c’est un mec frustré qui en veut et qui refuse l’échec. Moi j’aime ça. C’est à moi de le calmer et de le résonner, mais comme dit plus haut, la bête est coriace et le lendemain, nous nous dirigeons vers le trou Madame. Cette fois, c’est une entré en grotte, le lieu est plus convivial (spéléo oblige). Je vois que ça plait bien à Michel : ce coup ci, je n’ai pas le droit à l'erreur ! Sylvana et ma femme nous aident à porter le matos à l’entrée du trou, on s’équipe et on commence tout de suite les essais de masque (Michel en vieux briscard appel ça la « lunette »). Et merde ça fuit ! Je propose à Michel mon masque plus petit et prends le sien. Nous trouvons enfin un emplacement sur le visage qui fait que « basta la fuite maous crapotau » (comme dirait la pub). Nous faisons 150 m dans une sérénité parfaite. Michel a un sourire à la sortie qui fait plaisir. Nous quittons le Lot pour le Congrès et là, changement de décor pour moi : il faut orchestrer tout le bazar. Mais bon, toute l’équipe sait ce qu’elle a à faire et comme on est que quatre à organiser, ça se passe bien.

Séance d’habillage… Ca rentre ! (photo : Michel Raymond) A l’heure dite, j’abandonne mes fonctions d’organisateur de congrès et je fonce au fond de la grotte pour retrouver Michel et me préparer. Il y a un de ces mondes ! La presse, les copains, des congressistes... Il reste peu de place sur la plateforme et il se dégage un brouhaha infernal, qui, lié à la résonance de la grotte, est trop perturbant pour une bonne concentration. Je propose à Michel de s’isoler pour mieux se préparer. Une fois habillés, nous descendons l’échelle et retrouvons Jérôme Egret et Olivier Lanet qui se chargeront de notre sécurité. Était aussi présent Yves Billaud, qui devait faire des photos sous-marines. J’ai bien dit devait : vous lirez plus loin pourquoi ! Nous finissons de nous équiper dans l’eau, car une crue récente a fait monter l’eau jusqu’au 5ème barreau de l’échelle. On révise une dernière fois avec Michel pour la bonne position de son masque et au moment de partir, Michel me dit : « je ne sais pas où est mon casque, je l’ai posé là, il n’y est plus ! » Un rapide tour d’horizon et un coup d’oeil d’Olivier nous fait croire que le courant l’a emmené dans la diaclase. Je décapèle et file dans le passage pour effectivement retrouver le fuyard.


INFO – PLONGEE n° 95 Nous sommes prêts et Yves donne ses recommandations à Michel pour pouvoir faire les photos dans l’eau.

Les dernières recommandations avant la plongée (photo : Michel Raymond) Nous partons et entamons le S1. Michel a un coup de palme raisonnable, je le sens comme d’habitude : pressé mais très concentré sur son sujet. Il est régulier et n’est pas en vrac. Nous passons le premier siphon à la vitesse du TGV et Michel enchaîne le S2 sans s’en apercevoir car le niveau avec la crue est tellement haut qu’il n’aperçoit pas la cloche au-dessus de sa tête. Il enquille joyeusement celui-ci. Etant un peu plus profond que le S1, je vois Michel qui commence à palmer avec un léger angle et je me dirige ver lui pour remplir un peu la stab. Au moment où j’actionne ce bouton de merde, l’inflateur se met en débit constant et gonfle la stab à en faire craquer le kit ! Michel monte irrémédiablement vers le plafond, heureusement pas trop haut à cet endroit, et se bloque contre celui-ci, il cogne dans la roche avec les caches robinetteries. Michel, tel un automate, continue à palmer comme un malade… (Vous voyez ces jouets d’enfants qui se cognent contre un mur et qui continuent malgré tout : Et bien là, c’est pareil !) Ayant été toujours au plus près de Michel pour sa sécurité, je fonce sur l’indigent direct system, le débranche, purge la stab et pousse Michel ver le bas. Je me colle au-dessus de lui et vide définitivement la stab. A partir de là c’est moi qui, dans les passages bas, équilibrerai Michel en le tenant par ses blocs, assurant ainsi son équilibrage. Nous remontons pour terminer le S2 quand Michel, toujours comme hypnotisé, allait se présenter devant le S3. Là, je me mets devant lui et lui fais signe que l’on devrait en rester là. Pourtant il avait l’air bien, mais je ne sais pas, je le trouvais totalement détaché du truc comme s’il avait une mission à remplir. Et c’est là que j’ai compris que ça ne lui profiterait pas plus que l’on fasse un siphon de plus ou de moins … Je me suis dis : « T’inquiète Michel on reviendra le faire au calme et sans pression, ce siphon. »

page 43

De retour en direction de la sortie, je découvre qu’il y a du monde derrière nous. Je les avais complètement oubliés ces deux là (Jérôme et Olivier), tellement concentré sur la sécurité de Michel. En progressant un peu plus vers la sortie, je vois Yves, bien posté pour la fameuse photo. Je vois alors Michel regarder Yves une fraction de seconde, et continuer sa progression… Yves avait bien briffé Michel et lui avait expliqué que s’il pouvait se poser quelques instant, ça permettait de faire une photo et si on laissait le temps au flash de se recharger, on pouvait en faire peut-être une deuxième… Hé bien, même pas une, que Le Billaud il a eu le temps de faire ! La fusée Letrône avait encore sévi. Nous, nous arrêtons dans la première cloche pour tenter de montrer à Michel ce qu’il avait découvert il y a 50 ans, mais là je vois vite que même accroché au bras d’Olivier, qui le maintient en dehors de l’eau, Michel en à marre : il est temps de rentrer. Le dernier siphon se passe nickel, nous ressortons sous la plate-forme du public où une salve d’applaudissements résonne dans la petite salle terminale de cette grotte. On se congratule avec Michel, on est comme des mômes qui viennent de faire une grosse connerie et qui en plus sont fiers de l’avoir faite. Michel remonte fièrement l’échelle avec son bi sur le dos. Tout c’est bien passé !

Michel et Jérôme, l’un de ses anges gardiens (photo : Michel Raymond) Merci à tous d’avoir cru en notre projet et d’y avoir participé. Merci à Sylvana d’avoir donné un chèque en blanc à Michel pour cette équipée un peu folle (avais-tu le choix ?). Et merci à toi Michel pour ces moments très forts, riches en amitiés et en confiance. Il a fallu que l’on attende toi 74 ans et moi 61 ans pour faire encore les mômes pas sages. Chiche, on recommence pour les 60 ans de Thaïs et on fait -100 m dans le S6 au recycleur !


page 44

INFO – PLONGEE n° 95

Seule la victoire est jolie Par Philippe Brunet Des divergences existent quant à l’exploration en plongée souterraine. Le droit d’inventeur est une notion ancienne chère aux spéléologues. Parfois, plusieurs se succèdent, s’emmêlent, se heurtent. Puis les autres s’en mêlent, usant de maints arguments plus ou moins pertinents. Cette réflexion fait suite à quelques échanges sur un forum de plongée souterraine. "Nous devons rester libres d'explorer", pour un esprit ouvert, la langue française est riche de métaphores aptes à déguiser la vérité. Plaisir des mots confusion des sens (voir l'inverse!). Ici le mot liberté est lâché, qui ira contre ce noble vocable? Mais la réalité est-elle libertaire ou libérale? « Seule la victoire est jolie", "Mac Arthur gueuler après Kersauzon", pour les adeptes du résultat. Là, nous sommes dans de la pure compétition avec sponsor, dopage (mais si, comment font-ils pour tenir sans dormir?). La mer n'est en aucun cas respectée, ils la traversent, la labourent le plus vite possible, sauvagement. Un viol! Bien sur ils disent tous qu'ils l'aiment. A quoi bon les croire ? La compétition, la course ont montré leurs limites. Il suffit déjà d'être son propre compétiteur, de vouloir repousser ses limites. La compétition est source de joie pour certains mais également de risques. Un ancien compétiteur de side-car, qui devint plongeur spéléo enchaîna les plongées avec cette philosophie du risque. L’inévitable vint au petit matin. Heureusement, il est encore là aujourd’hui malgré quelques soucis majeurs. "L’étude de la cavité est le but de notre activité". Voir, utopie, pour noble qu’elle soit l'étude n'est certes pas le but de tous. Mais c'est bien naturel, il est d'autre objectifs, d'autres moteurs d'autres plaisirs. La philosophie libérale, mondialiste, pur jus éclot dans d'autre milieu avec son cortège de ruines, de faillites de dégâts collatéraux. Est-il utile de l'importer en plongée? Même habillée de liberté? La philosophie communautaire, c’est à dire tous unis vers un objectif plus important que l'individu a également montré ses défauts.

RESPECT de l'autre, des autres peut garder toute sa valeur. Bien sur, il y a peu de cavité et les nouvelles techniques ont besoin de lieu pour s'exprimer. Le recycleur est adapté à certaines plongées. Bien sur ces lieux ne doivent pas devenir des chasses gardées exclusives. Bien sur c'est souvent le cas, et de façons variées. D'abord, ne pas diffuser la connaissance, ensuite ne pas diffuser les moyens, enfin ne pas permettre d'utiliser. Mais un délai raisonnable peut être compté. Un contact peut être noué. Il n'est pas question de capturer à vie un lieu (et pourtant il y en a!) mais de mettre son accès pour exploration en parenthèse durant un temps limité. Tous les cas de figure sont possibles, et il est loisible de trouver tous les contre exemples possibles pour contredire quelque idée qu'il soit. D'ailleurs la reprise de « posts anciens » disent totalement le contraire de ce fil. Une plongée n'entraîne pas propriété, mais une série d'explos, diffusées (donc partagées) et continues méritent le respect. Cette philosophie a été depuis longtemps formalisée par les spéléos de quasi tous les pays sous le nom de droit d'inventeur. Partageons cette idée simple! Autre interrogation pour moi, c'est la non réciprocité des explorations à l’étranger. J’admire les réalisations de certains, leur pugnacité, leur énergie à venir de si loin pour être si efficaces. Mais pourquoi ne puis-je pas faire de même là d'où ils viennent. C'est une chance pour tous qu'en France une liberté et une philosophie permettent par exemple d'explorer chez les autres (propriété privé), grâce au droit de divaguer inscrit dans notre constitution. Je n'ai sans doute rien apporté avec cette réflexion, et on peut considérer que c'est de la politique mais non, définitivement non, je crois qu'il faut croire à quelques valeurs de respect et de partage, entre les individus mais ne pas revenir à une ère d'individualisme pur. Cela s'appelait la barbarie, la loi du plus fort et cela existe encore. La démocratie est lourde, imparfaite, voir corrompue, elle reste pourtant un lieu privilégié qui mérite d’être défendu. Utopiste transparent

Je pense qu'il existe une voie médiane, où le


INFO – PLONGEE n° 95

page 45

Philosophie au niveau des brevets de pratique Par Philippe Brunet Aujourd’hui la plongée souterraine a changé d’image, cette activité confidentielle et un peu sulfureuse est devenue un « must » exotique pour de nombreux nouveaux pratiquants. Leur but n’est pas de devenir des plongeurs spéléos mais de découvrir l’activité au même titre qu’une plongée sous glace ou en Mer Rouge. Le matériel a lui aussi évolué et des commerçants ont investi le créneau pour fournir des artéfacts plus ou moins utiles. D’autres innovations comme les combinaisons étanches ou l’éclairage (LED et HMI) ont progressé, sont adoptés par le milieu spéléologique et améliorent sensiblement le confort lorsque l’eau est claire. Les grottes par contre, n’ont pas changé. Ce milieu est toujours « extrême » et quoiqu’on dise restera toujours fermé au plus grand nombre des plongeurs et des spéléologues. Immédiatement la contradiction entre la politique clairement affichée par les plongeurs spéléos, d’ouverture à tous et cette limitation de fait de l’accès, apparaît. Pourquoi n’existe t il pas en France de brevets de pratique à la plongée souterraine, alors que notre société est de plus en plus encadrée ? Pourquoi n’existe t il pas des conventions régissant les accès ? Pourquoi autant de liberté alors que la discipline est très spécifique et que des règles strictes sont érigées pour la pratique en milieu ouvert ? Pour répondre simplement à cette question, je vais m’appuyer sur l’analyse d’autres disciplines ou de la plongée souterraine dans d’autres pays. La haute montagne En haute montagne, malgré les difficultés et les dangers du milieu, il n’existe pas de brevet de pratique mais seulement des brevets d’enseignement (guide de haute montagne). Chacun est libre de partir affronter l’Everest ou l’Annapurna. Personne n’est obligé de passer par ces guides pour apprendre à gravir les montagnes. Par contre, lorsque la pression devient trop forte, lorsque la pratique devient de masse, cela devient difficile. C’est le cas autours du mont Blanc où chacun veux atteindre le sommet nonobstant les conditions du moment. Les pères partent avec leur fils sur les épaules, les athlètes d’une journée partent en baskett,… L’automobile. La voiture fait partie de la vie de tous les jours. Tous ou presque, aujourd’hui conduisent ou conduiront un véhicule. Pourtant à ses débuts les conducteurs étaient rares, quelques initiés, souvent passionnés, expérimentaient les voyages mécanisés. A cette

époque, pas de règlements ni de loi, c’était inutile pour si peu de pratiquants. Pourtant des règles existaient déjà et facilitaient la circulation sur les routes. Pour savoir conduire une voiture, Il est indispensable d’apprendre la pratique avec un proche ou un professionnel, rarement seul. Il faut aussi connaître les règles qui régissent la circulation routière. L’apprentissage dans les livres est alors possible mais la pratique améliorera grandement le résultat. Un diplôme : le permis de conduire, sanctionne la capacité à restituer ce qui a été enseigné. En aucun cas, il n’est demandé de penser. Ensuite, il faut appliquer, respecter les règles au risque d’être puni, voir de se voir supprimer son permis de conduire ! Et pourtant, dés que la police s’éloigne, les infractions augmentent. On trouve pèle mêle dans les contrevenants ceux qui ne savent pas, ceux qui oublient et surtout tout ceux qui ne sont pas convaincus et donc ne respectent pas toujours les règles !. Une pratique reste libre, mais elle se passe sur circuit ou lors de rallyes ! La plongée spéléo aux USA Pour accueillir ces nouveaux pratiquants, la plongée souterraine loisir s’est organisée dans certains pays (Yucatan, Florides) autours de sites et de structures. Ces structures commerciales (PADI, TDI, IANTD) vendent l’enseignement, qui permet d’obtenir les brevets de pratique nécessaires pour plonger sous terre. Bien sur, il est toujours possible de visiter certains siphons sous réserve d’être guidé par les moniteurs de ces mêmes structures. Une autre réponse, très judicieuse, a été de séparer la plongée souterraine en zone éclairée par la lumière du jour et zone au delà de la lumière du jour. Le premier domaine est celui du cavern diving où il est possible d’utiliser le matériel et les techniques classiques de la plongée, sous réserve de les compléter par quelques techniques particulières, de connaître les particularités du milieu souterrain et surtout, de connaître les limite de progression avec ces techniques. Pour lever toute ambiguïté, cette limite est matérialisée dans les siphons les plus fréquentés, par un panneau portant une tête de mort et invitant explicitement à faire demi-tour. Au delà de cette limite, il s’agit du domaine du cave diving, où les techniques sont celles spécifiques de la plongée souterraine. Cette segmentation du milieu est intéressante mais est limitée en Europe par l’absence de véritables « day light zone » restreintes le plus souvent aux


page 46

INFO – PLONGEE n° 95

quelques mètres cubes de la vasque d’entrée, plus apparentée à une plongée en lac qu’à de la plongée souterraine. En fait cette philosophie de la plongée souterraine est née de l’existence de galeries vastes, peu profondes où l’eau reste souvent claire malgré la fréquentation. Souvent, des parcours largement éclairée par la lumière du jour, grâce à des effondrements titanesques permettent des promenades subaquatiques magnifiques. Ce sont les fameux cénotes qui totalisent en 2004, 600 km découverts au Yucatan (Mexique). En France cette distinction pourrait exister en mer pour les porches, les cavernes et autres entrées de grottes noyées. Là, des espèces animales et végétales tout à la fois abondantes, variées et belles incitent le plongeur mer à pénétrer sous les voûtes, là où les techniques de plongée en eau libre ne sont plus suffisantes. Ce serait le moyen de limiter les accidents malheureusement trop fréquentes dans ces cavités et d’informer tous les pratiquants de l’existence d’un autre monde au delà, celui de la plongée spéléologique où l’usage de matériels et de règles spécifiques devient obligatoire. La plongée spéléo en Europe En plongée souterraine des règles existent. Elles étaient au départ non formalisées. Il s’agit des règles de l’art chères à la philosophie anglo saxonne et opposées à notre Code Napoléon. Lors d’accident, le juge nous demandait si les bonnes pratiques avaient été respectées. Ces règles peu à peu ont été écrites, d’abord dans les documents pédagogiques de stages (ceux de la commission nationale de plongée souterraine de la FFS depuis 1977, puis dans le fascicule théorique du stage ile de France à partir de 87, puis repris largement partout ensuite). Info plongée et Sifon Ile de France ont largement contribué à répandre les techniques les plus adéquates. En 2002, la FFS a communiqué au ministère de la Jeunesse et des Sports des « recommandations pour la pratique de la plongée souterraine » qui furent diffusées dans tous les services déconcentrés de l’état (DDJS). Des règles existent donc, mais le plongeur doit toujours être capable de les adapter aux conditions de l’instant. Car le plus important est là : la plongée souterraine est une activité de pleine nature et à ce titre totalement dépendante de la nature. Le pratiquant doit donc développer avant tout ses compétences d’analyse, et de prise de décision. L’autonomie et l’adaptabilité doivent totalement supplanter la restitution servile de dogmes mal compris (règle des tiers,…). Les règles doivent être connues (d’où l’existence de stages) comprises et acceptées (d’où une pédagogie très pratique de mise en situation) librement et pleinement. Le parchemin authentifiant le suivi d’un stage ou le passage d’un examen ne suffit pas. Bien au contraire il enferme

son détenteur dans la douce illusion de ce monde de papier ! Pourquoi respecter d’ailleurs quand la norme des « bons » et des « anciens » est de ne pas respecter (voir le culte de la plongée profonde à l’air chez les vieux marsouins FFESSM). Le nombre de pratiquants de la plongée souterraine véritable, ne justifie pas de brevet de pratique. Nous sommes peu et nous nous connaissons. Savoir avec qui Untel ou Untel a plongé ou appris nous informe valablement de son niveau. La liste des sites plongée et du terminus atteint font le reste. Les plongeurs spéléologues adhérant à la FFS ont choisi : - d’informer largement, mais sans faire de promotion de l’activité, - de ne pas créer d’accro consommateurs en orientant les formations vers l’autonomie, et non pas vers des clubs spécialisés qui feraient du guidage. - de ne pas faire d’ostracisme, en accueillant les plongeurs issus de tout milieu, quelque soit leurs titres sous réserve d’une compétence pré existante à la pratique de la plongée. D’autre ont préféré le guidage et la diffusion sur Internet de manuel de théorie propre à ramener des clients ! Ils ont également diffusé les topographies que les plongeurs souterrains ont réalisé. Ce n’est pas là mon idéologie (voir ci après un exemple de pub, il en existe d’autres plus techniques). En Belgique, une après midi d’information est faite aux candidats plongeurs souterrains sur les particularités de la plongée souterraine. Cette information est volontairement dépourvue de toute pratique afin de ne pas être confondue avec un apprentissage de la plongée souterraine qui ne pourrait être faite en si peu de temps ! Conclusions Oui, aujourd’hui il est possible d’emmener un niveau 1 FFESSM à 100 mètres sans commettre d’infraction. Car les brevets de pratiques sont liés à une autre activité et ne s’appliquent pas à la plongée souterraine. Ce que nous ne pouvons pas, c’est d’emmener un débutant à 30 mètres ! Car les règles de responsabilité existent toujours et le juge s’entourera de conseils pour dire la règle. En plongée souterraine aussi, un jour, nous serons contraints de nous adapter, cette fois ci aux pratiquant. Attendons encore ! Aujourd’hui des sites ferment car des maires ont peur des accidents. La même logique conduit à poser des grillages en bord de falaise, puis à limiter la vitesse à 30 km en ville, à interdire le sucre, le sel et le gras…. Pour atteindre le bout de cette logique, c’est la naissance qu’il faudra un jour supprimer pour être sur de ne plus mourir. La dénatalité des pays dit développés est pour une grande part l’aboutissement de ces craintes !.


INFO – PLONGEE n° 95

Face aux interdictions, la FFS privilégie le dialogue avec le propriétaire, puis une convention est signée avec celui ci et le comité spéléologique local. A la Mescla (06) les plongeurs spéléos fédérés peuvent plonger, les autres plongeurs demandent l’accord du CDS 06. Les autres passent la grille de façons variées et remettent ainsi en cause les accords toujours fragiles. A la Douix de Châtillon sur Seine, la mairie ne demande qu’une inscription en liste d’attente afin de ne plus voir se reproduire les

page 47

batailles que des clubs subaquatiques se sont livrées il y a quelques années, pour être les premiers dans l’eau. Puis les accidents aidant, les causes principales de décès ont été évacuées (perte et rupture fil Ariane Æ chaîne de l’entrée à la fin), difficultés au franchissement d’étroitures (calibrage de la source avec des tirs d’explosifs pour mette la cavité au profil d’un plongeur imposant avec un bi peu pratique ?)

Un permis de plongeur spéléo ? Par Sébastien Le stage d’initiation à la Douix m’a permis de répondre à certaines questions à propos de la plongée spéléo. J’étais persuadé avant, que la plongée spéléo et la plongée mer présentaient des similitudes. Aujourd’hui, mis à part le fait que l’on soit dans de l’eau, elles ne présentent plus pour moi aucun point commun. Le plus déroutant est sans doute la notion d’autonomie totale qui s’oppose à la notion de palanquée, si chère aux plongeurs mer. Que dire alors du matériel spécifique à la spéléologie ??? Doubles bouteilles, doubles détendeurs, casque, lampes, dévidoir… Une fois équipé et immergé, encore faut-il passer le Venturi et le trou du Hibou avec ce barda ! Les différences du milieu en spéléo présentent des dangers dont les risques doivent être maîtrisés par des techniques adaptées. Il est évident alors que les diplômes délivrés pour la plongée mer ne sont pas adaptés à la plongée spéléo. Mais sachant que les dangers sont plus nombreux en spéléo, pourquoi n’existe-t-il pas de diplômes spécifiques ? En mer, les dangers sont liés, pour la plus part, à la profondeur. Il est donc assez aisé de les classer et de les hiérarchiser en fonction de ce paramètre. En spéléo, il apparaît évident qu’un découpage ne peut pas se faire en fonction de ce seul paramètre. L’environnement présente des dangers et cela indépendamment de la profondeur. Un passage étroit peut être à -5 m comme à -35 m. De plus, chaque difficulté est unique, car située dans un milieu

naturel. Dès lors, il est impossible de ranger un parcours spéléo dans une catégorie particulière, il faudrait alors juger la difficulté de chaque cavité, chaque boyau, tache impossible !. La multiplication de diplômes d’aptitudes à gérer des risques, n’est donc pas envisageable. Par contre, pratiquer la plongée spéléo me semble nécessiter des compétences liées à la plongée (par exemple l’équilibrage en immersion). Ces compétences minimales (essentiellement la bonne utilisation du matériel) pourraient être regroupées dans un brevet d’aptitude. Pour avoir discuté longuement avec Philippe Brunet lors du retour, il semble que les spéléologues soient très attachés à la notion de liberté. Mais attention, liberté ne signifie pas absence de règles, notamment règles de sécurité… Je suis surpris que n’importe qui (qui ne soit ni spéléologue, ni même plongeur) puisse obtenir l’accès à la Douix sans prouver qu’il a un minimum de connaissance du milieu, des dangers et des règles élémentaires à la pratique de cette discipline. Aucune formation spécifique, aucun diplôme, aucune expérience n’est demandée pour l’exploration de ce site. Je reste convaincu que la Fédération française de spéléologie (ou un autre organisme) doit délivrer, au minimum, un certificat, non pas de compétence technique, mais de connaissances aux règles et aux dangers de cette activité.


page 48

INFO – PLONGEE n° 95

La plongée spéléo : un espace de liberté Par Philippe Imbert Je fais de la plongée spéléo depuis 15 ans pour une seule et bonne raison : j'aime ça ! J'aime cette sensation de glisser en apesanteur dans un monde minéral unique, j'aime ces mises à l'eau dans des endroits uniques et, j'aime par dessus tout le sentiment de liberté qui caractérise cette activité. Cette liberté à un prix, elle demande au pratiquant d'assumer les risques liée à l'activité. Il ne faut pas se voiler la face : c'est une activité dangereuse. Elle a tué , tue et continuera à le faire. Le travail de formation sur les plongeurs non spéléo commence à payer. Il y a des articles dans les journaux de plongée, l'arrivé du « Tek » et de la plongée loisir en France participent à la prise de conscience du caractère particulier de l'activité. L'offre de stages d'initiation et de perfectionnement permet de mettre en garde les plongeurs loisirs et de former les plus motivés. Les plongeurs qui découvrent la plongée spéléo lors des stages vont être confrontés à un problème imprévu : la formation est axé sur le concept d’autonomie. On est seul, on prend ses décisions tout seul et on assume ses choix et leurs conséquences: la liberté totale. Etre seul et assumer ces choix ne veut pas dire pour autant être « nu ». Le chemin a déjà été en partie balisé, des standards ont été établis, des formations existent mais la décision finale de plonger ou pas n'appartient qu'à l'individu. Ce n'est pas un sport d'homme, c'est un sport d'adulte. C'est comme dans la vie, il ne faut pas de brevet pour élever des enfants. On a une « formation initiale », quand on se sent capable, on en fait un et après ... Mais la plongée spéléo n'est pas un cas unique en France parmi les activités sportives. En parapente le brevet de pilote n'est nullement obligatoire pour voler et accéder au site géré par la fédération. Il existe une formation et des écoles que je conseille

vivement à tout novice car comme en plongée spéléo la possibilité d'apprentissage par l'échec est relativement limitée. Mais une fois que l'on a acquis suffisamment de pratique et un certain nombre de connaissances, rien n'empêche de voler en totale autonomie. En vol libre ou les conditions de vol sur le même site évolue en fonction des saisons et de l'heure de la journée, l'important est de connaître ses limites. Quand on commence a voler seul on repart d'un niveau en dessous de sa pratique école : les thermiques sont moins violents, on doute beaucoup plus des conditions, on prend une marge de sécurité plus grande mais on vole seul : on assume ses choix on est libre. Ce type de pratique recommandé par la FFVL n'est pas incompatible avec une poursuite de la formation. Comme en plongée spéléo un retour en stage perf permet de recadrer certaines pratiques déviantes, de découvrir dans un environnement sécurisé des techniques nouvelles ou de passer des seuils psychologiques. Cette analogie pour ses deux activités considérées comme dangereuses par le grand public ne s'arrête pas la. En vol libre comme en plongée souterraine les sites sont libres d'accès : On ne demande ni brevet, ni certificat d'aucune sorte pour pouvoir pratiquer, on demande juste de respecter les règles du site et les riverains pour garantir la pérennité de l'activité. Ce système basé sur l'éducation des pratiquants fonctionne pas trop mal depuis des années et satisfait nos autorités de tutelle (ce qui n'est pas rien). En plongée spéléo, les vrais enjeux de l'avenir pour pouvoir maintenir cette pratique libre va être de savoir gérer la pression du nombre sans cesse croissant de pratiquants sur un nombre réduit de site et pas de mettre en oeuvre un cursus avec des brevets de plongeurs qui n'apporterons aucune garantie de sécurité.

Exercice de désemmélage de fil lors d’un stage (photo : Robert Lepennec)


INFO – PLONGEE n° 95

page 49

Vie de la commission

L’arrêté de plongée aux mélanges 2006 Par Philippe Brunet L’arrêté du 9 juillet 2004 relatif aux règles techniques et de sécurité dans les établissements organisant la pratique et l’enseignement des activités sportives et de loisir en plongée autonome aux mélanges autres que l’air. (NOR : MJSK0470137A) dispose dans son article 27 que « Les dispositions du présent arrêté sont applicables à la plongée souterraine uniquement en ce qui concerne les qualifications requises pour l’utilisation de mélanges en plongée. » Cette terminologie reste vague et n’indique pas les articles qui ne s’appliquent pas à la plongée souterraine. En première lecture, l’article 1 s’applique en définissant les structures concernées = tous les clubs ; l’article 2 s’applique et défini les mélanges respiratoires visés par le présent arrêté. L’article 3 spécifie que les qualifications et conditions de pratique de la plongée, sont précisées par les annexes I à III de l’arrêté. Ces annexes reprennent les notions d’espaces proches, médian et lointain de l’arrêté de 98, ainsi que la notion de palanquée, d’enseignement ou d’exploration (comprendre visite) qui ne concernaient pourtant pas la plongée souterraine puisque le même arrêté excluait la plongée souterraine. L’article 15 précise les espaces d’évolution autorisés aux plongeurs, « en fonction de leur niveau de plongeur à l’air et de leurs qualifications de plongeurs aux mélanges. » Ainsi « Les plongeurs sont titulaires au minimum du niveau 1, 2, 3 ou 4 de plongeur à l’air correspondant à leur zone d’évolution conformément à l’arrêté du 22 juin 1998 modifié susvisé. » qui pourtant exclu de son champ la plongée souterraine. L’article 17 définit les niveaux de qualifications pour l’usage du nitrox et pour l’usage du trimix ainsi que les niveaux de plongeur (air) nécessaire en pré requis. Ces exigences rendaient de facto impossible la poursuite des explorations pour la plupart des plongeurs spéléologues de la FFS.

Aussi la commission plongée souterraine a rencontré le représentant du Ministère en novembre 2005. En réponse aux attentes du coordinateur plongée du MJSVA concernant la structuration de notre activité Plongée Souterraine aux Mélanges, un groupe de travail a été constitué au sein de l’Ecole Française de Plongée Souterraine de la FFS. La philosophie était : 1) de permettre la poursuite de l’exploration pour tout ceux qui utilisaient déjà la plongée aux mélanges 2) d’être le plus souple et le plus simple possible. A l’issue des travaux de ce groupe, l’EFPS a décidé la mise en place d’habilitations à l’enseignement ou à la pratique de la plongée souterraine aux mélanges suroxygénés et de la plongée souterraine aux mélanges ternaires. Ces habilitations seront délivrées par l’EFPS aux plongeurs ayant une expérience de la plongée aux mélanges (mélanges suroxygénés ou ternaires) ou aux plongeurs spéléologues qui auront suivi les stages spécifiques de la FFS. Ces habilitations seront également délivrées par l’EFPS aux plongeurs affiliés à l’une des organisations membre de l’UIS, titulaires d’une qualification en plongée aux mélanges, de toute école de plongée française ou internationale, qui en ont feront la demande. Conformément aux attentes du ministère, la fédération a demandé lors d’une réunion entre le coordinateur plongée du MJSVA et le DTN de la FFS, Joëlle Locatelli et Philippe brunet, de bien vouloir modifier la rédaction de l’article 27 de l’arrêté du 9 juillet 2004, en faisant référence à ces habilitations de la FFS. L’accord oral a été donné, nous sommes dans l’attente de la modification de l’arrêté. Ceci se fera sans doute en même temps que la révision de l’arrêté sur la plongée à l’air, lui aussi en cours de révision. Nous reproduisons ici le texte de l’arrêté de plongée aux mélanges de 2006 :


page 50

INFO – PLONGEE n° 95

J.O n° 175 du 30 juillet 2004 page 13597 texte n° 50 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative Arrêté du 9 juillet 2004 relatif aux règles techniques et de sécurité dans les établissements organisant la pratique et l'enseignement des activités sportives et de loisir en plongée autonome aux mélanges autres que l'air NOR: MJSK0470137A Le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative, Vu le code de l'éducation, notamment son article L. 463-3 ; Vu le décret n° 93-1101 du 3 septembre 1993 concernant la déclaration des établissements dans lesquels sont pratiquées des activités physiques et sportives et la sécurité de ces activités ; Vu l'arrêté du 23 novembre 1987 modifié relatif à la sécurité des navires ; Vu l'arrêté du 13 janvier 1994 relatif à la déclaration d'ouverture prévue aux articles 1er et 2 du décret n° 931101 du 3 septembre 1993 concernant la déclaration des établissements dans lesquels sont pratiquées des activités physiques et sportives et la sécurité de ces activités ; Vu l'arrêté du 22 juin 1998 relatif aux règles techniques et de sécurité dans les établissements organisant la pratique et l'enseignement des activités sportives et de loisir en plongée autonome ; Vu l'avis de la section permanente du comité consultatif de l'enseignement sportif de la plongée subaquatique en date du 9 février 2004 ; Vu l'avis du secrétaire d'Etat aux transports et à la mer en date du 28 juin 2004,

Arrête : Article 1 Les établissements mentionnés à l'article L. 463-3 du code de l'éducation, qui, quel que soit l'équipement utilisé, y compris les recycleurs, organisent la pratique ou dispensent l'enseignement de la plongée subaquatique aux mélanges respiratoires autres que l'air énoncés à l'article 2 ci-après, ou qui organisent la pratique ou dispensent l'enseignement de la plongée subaquatique conjointement à l'air et avec ces mélanges respiratoires sont soumis aux règles de technique et de sécurité définies par le présent arrêté. Article 2 Les mélanges respiratoires visés par le présent arrêté sont les suivants : Mélanges binaires : Nitrox, mélange respiratoire composé d'oxygène et d'azote dans des proportions différentes de celle de l'air ; Héliox, mélange respiratoire composé d'oxygène et d'hélium. Mélanges ternaires : Trimix, mélange respiratoire composé d'oxygène et d'azote et d'hélium. Article 3 Les qualifications et conditions de pratique de la plongée, telles que définies aux articles 1er et 2 ci-dessus, sont précisées par les annexes I à III du présent arrêté.

TITRE Ier : Limites d’utilisation des mélanges Article 4 La valeur de la pression partielle minimale d'oxygène inspiré par le plongeur est limitée à 160 hPa (0,16 bar). La valeur de la pression partielle maximale d'oxygène inspiré par le plongeur en immersion est limitée à 1 600 hPa (1,6 bar). La profondeur maximale d'utilisation du mélange est calculée en fonction de la pression partielle d'oxygène maximale admissible définie ci-dessus.

TITRE II : Confection et analyse des mélanges Article 5 Sans préjudice des autres dispositions réglementaires applicables en la matière, lorsque la fabrication des mélanges entraîne une circulation de gaz comprimés avec des taux supérieurs à 40 % d'oxygène, les bouteilles de plongée et les robinetteries doivent être compatibles pour une utilisation en oxygène pur. Article 6 Sans préjudice des autres dispositions réglementaires applicables en la matière, la personne fabriquant un mélange respiratoire autre que l'air doit porter sur le fût de chaque bouteille distribuée contenant ce mélange les informations suivantes : - le résultat de l'analyse d'oxygène réalisée ; - la date de l'analyse ; - son nom de fabricant. L'utilisateur final complète ces informations par : - le résultat de l'analyse d'oxygène réalisée par ses soins avant la plongée ; - la profondeur maximale d'utilisation du mélange ; - la date de l'analyse ; - son nom ou ses initiales. Article 7 La personne fabriquant un mélange respiratoire autre que l'air ou la personne qui le distribue est tenue par ailleurs de consigner sur un registre l'identification de chaque bouteille distribuée, sa pression, le résultat de l'analyse de l'oxygène, son nom, la date de l'analyse et sa signature. Si le distributeur n'est pas le fabricant, le distributeur indique sur le fût de chaque bouteille distribuée son nom de distributeur, en complément du nom du fabricant. Article 8


INFO – PLONGEE n° 95 Les bouteilles contenant des mélanges respiratoires différents ne doivent pas pouvoir être mises en communication de façon accidentelle. Article 9 Chaque bouteille de mélange respirable ou ensemble de bouteilles reliées entre elles devra être muni d'un manomètre permettant d'en mesurer la pression au cours de la plongée. Article 10 Les embouts de détendeurs montés sur les bouteilles contenant des mélanges différents doivent pouvoir être identifiés facilement en immersion et munis de systèmes détrompeurs destinés à prévenir le risque de confusion de mélange. Article 11 Le directeur de plongée adapte les paramètres de la plongée en fonction des résultats des vérifications des mélanges des plongeurs concernés.

TITRE III : Usage des recycleurs Article 12 Lorsque la plongée est réalisée avec des recycleurs, ceuxci font l'objet d'une certification aux normes en vigueur. Outre les dispositions relatives au matériel, définies au titre II, le recycleur est muni d'un dispositif permettant de renseigner le plongeur lorsque la pression partielle d'oxygène inspiré n'est pas comprise entre les valeurs minimales et maximales définies à l'article 4 ci-dessus. Les recycleurs fonctionnant exclusivement à l'oxygène pur ne sont pas soumis à cette obligation. Lors des plongées organisées au-delà de l'espace proche, le recycleur doit être muni d'une sortie de secours en circuit ouvert, la composition de son mélange devant être respirable dans la zone d'évolution. En milieu naturel, le guide de palanquée qui utilise un recycleur doit disposer d'un équipement de plongée muni en complément d'une source de mélange de secours indépendante et dotée d'au moins un détendeur en circuit ouvert. Un plongeur peut utiliser un recycleur commercialisé avant 1990 dans le respect de la réglementation en vigueur à sa date de commercialisation sous réserve qu'il n'ait pas été modifié et d'être accompagné par un équipier utilisant un matériel respectant les conditions du présent arrêté.

TITRE IV : décompression

Procédures

de

Article 13 La décompression d'une plongée aux mélanges peut être conduite soit à l'aide de tables spécifiques, soit à l'aide d'un ordinateur conçu pour la plongée aux mélanges.

TITRE V : Espaces et conditions d’évolution Article 14 Plusieurs plongeurs qui effectuent ensemble une plongée

page 51

présentant les mêmes caractéristiques de durée, de profondeur et de trajet et dont l'un d'entre eux au moins respire un mélange différent de l'air, au fond ou durant la décompression, constituent une palanquée au sens du présent arrêté. Une équipe est une palanquée réduite à deux plongeurs. Article 15 Les plongeurs accèdent, en fonction de leur niveau de plongeur à l'air et de leurs qualifications de plongeurs aux mélanges, à différents espaces d'évolution définis aux annexes II et III. Espace proche : de 0 mètre à 6 mètres ; Espace médian : de 6 mètres à 20 mètres ; Espace lointain : de 20 mètres à 40 mètres ; Au-delà de l'espace lointain : plus de 40 mètres. Les plongeurs sont titulaires au minimum du niveau 1, 2, 3 ou 4 de plongeur à l'air correspondant à leur zone d'évolution conformément à l'arrêté du 22 juin 1998 modifié susvisé. Dans des conditions matérielles et techniques favorables, l'espace médian et l'espace lointain peuvent être étendus dans la limite de 5 mètres. L'enseignement de la plongée subaquatique autonome au mélange trimix ou héliox est limité à 80 mètres. Un dépassement accidentel de cette profondeur est toléré dans la limite de 5 mètres. Article 16 En cas de réimmersion, tout plongeur en difficulté doit être accompagné d'un plongeur chargé de l'assister. Article 17 Il est créé deux qualifications pour l'usage du nitrox, « qualification nitrox » et « qualification nitrox confirmé » et deux qualifications pour l'usage du trimix, « qualification trimix élémentaire » et « qualification trimix ». La « qualification trimix » donne compétences pour plonger à l'héliox dans les mêmes limites de profondeur que le trimix. La « qualification nitrox » ne peut être délivrée qu'à partir du niveau 1 de plongeur. La « qualification nitrox confirmé » ne peut être délivrée qu'à partir du niveau 2 de plongeur. Les « qualification trimix élémentaire » et « qualification trimix » ne peuvent être délivrées qu'à partir du niveau 3 de plongeur. Les plongeurs majeurs de niveau égal ou supérieur au niveau 2 de plongeur, titulaires de la « qualification nitrox » ou de la « qualification nitrox confirmé », sont, sur autorisation du directeur de plongée, autorisés à plonger en autonomie dans l'espace médian. En l'absence du directeur de plongée, les plongeurs titulaires du niveau 3 ou supérieur de plongeur ainsi que d'une « qualification nitrox », « qualification nitrox confirmé », « qualification trimix élémentaire » ou « qualification trimix », peuvent plonger en autonomie entre eux et choisir le lieu, l'organisation et les paramètres de


page 52

INFO – PLONGEE n° 95

leur plongée, dans les conditions prévues par les annexes II et III. Après avoir suivi une formation adaptée, les utilisateurs de recycleurs peuvent accéder aux prérogatives définies par le présent arrêté, en fonction de leur niveau et du mélange utilisé. Ils doivent être titulaires au moins du niveau 1 de plongeur s'il s'agit d'un appareil semi-fermé au nitrox, du niveau 3 de plongeur dans tous les autres cas, et des qualifications correspondant aux mélanges respirés.

TITRE VI : Le directeur de plongée Article 18 La pratique de la plongée est placée sous la responsabilité d'un directeur de plongée présent sur le site qui fixe les caractéristiques de la plongée et organise l'activité. Il s'assure de l'application des règles définies par le présent arrêté. Article 19 Le directeur de plongée en milieu naturel et artificiel est titulaire au minimum : - du niveau 3 d'encadrement pour l'enseignement et l'exploration en plongée avec les mélanges respiratoires visés à l'article 2 du présent arrêté dans les espaces de 0 à 40 mètres, sous réserve qu'il dispose de la qualification afférente au mélange respiratoire utilisé ; - du niveau 3 d'encadrement pour l'exploration en plongée avec ces mélanges respiratoires dans la zone de 40 à 70 mètres, sous réserve qu'il dispose de la qualification afférente au mélange respiratoire utilisé ; - du niveau 4 d'encadrement pour l'exploration en plongée avec ces mélanges respiratoires au-delà de 70 mètres, sous réserve qu'il dispose de la qualification afférente au mélange respiratoire utilisé ; - du niveau 4 d'encadrement pour l'enseignement en plongée avec ces mélanges respiratoires au-delà de 40 mètres, sous réserve qu'il dispose de la qualification afférente au mélange respiratoire utilisé.

TITRE VII : Le guide de palanquée Article 20 Le guide de palanquée dirige la palanquée en immersion. Il est responsable du déroulement de la plongée et s'assure que les caractéristiques de celles-ci sont adaptées aux circonstances et aux compétences des participants. Article 21 Le guide de palanquée est titulaire au minimum d'un niveau 4 de plongeur et des qualifications afférentes aux mélanges respirés par les membres de sa palanquée. Ces qualifications sont délivrées dans les conditions définies en annexe I. Les qualifications minimales requises pour l'enseignement et l'exploration sont définies dans les annexes II et III du présent arrêté. En milieu naturel, le guide de palanquée utilise un

équipement de plongée muni de deux sorties indépendantes et de deux détendeurs complets. Article 22 Le guide d'une palanquée composée de plongeurs respirant de l'air est autorisé à respirer un mélange nitrox, sous réserve qu'il ait la qualification nécessaire, et que les conditions de la plongée planifiée sous sa responsabilité lui permettent de plonger au nitrox et d'intervenir à tout moment en toute sécurité, que ce soit en situation d'enseignement ou d'exploration. Les dispositions relatives aux espaces d'évolution, niveau de pratique des plongeurs, compétence minimum du guide de palanquée et effectif de la palanquée prévues pour la plongée autonome à l'air dans les annexes III a et III b de l'arrêté du 22 juin 1998 susvisé s'appliquent à cette palanquée en immersion.

TITRE VIII : plongeurs

Équipement

des

Article 23 Sauf dans les piscines ou fosses de plongée dont la profondeur n'excède pas 6 mètres, les plongeurs évoluant en autonomie et les guides de palanquée sont équipés chacun d'un système gonflable au moyen de gaz comprimé leur permettant de regagner la surface et de s'y maintenir, ainsi que des moyens de contrôler personnellement les caractéristiques de la plongée et de la remontée de leur palanquée. En plongée, avec des appareils à circuit ouvert, les plongeurs en autonomie doivent être munis d'un équipement de plongée permettant d'alimenter un équipier sans partage d'embout.

TITRE IX : Matériel d’assistance et de secours Article 24 Les pratiquants ont à leur disposition sur les lieux de plongée le matériel de secours suivant : - un moyen de communication permettant de prévenir les secours ; - une trousse de premiers secours dont le contenu minimum est identique à celui fixé pour la plongée à l'air ; - de l'eau douce potable non gazeuse ; - un ballon autoremplisseur à valve unidirectionnelle (BAVU) avec sac de réserve d'oxygène et masque d'inhalation ; - une bouteille d'oxygène gonflée, d'une capacité suffisante pour permettre, en cas d'accident, un traitement adapté à la plongée, avec mano-détendeur et tuyau de raccordement au BAVU ; - une bouteille de secours équipée de son détendeur et contenant un mélange adapté à la plongée organisée ; - une couverture isothermique ; - un moyen de rappeler un plongeur en immersion depuis la surface, lorsque la plongée se déroule en milieu naturel, au départ d'une embarcation, ainsi que, éventuellement, un aspirateur de mucosités. Ils ont en outre le matériel d'assistance suivant : - une tablette de notation ; - un jeu de tables permettant de vérifier ou recalculer les


INFO – PLONGEE n° 95 procédures de remontée des plongées réalisées au-delà de l'espace proche. Les matériels et équipements nautiques des plongeurs sont conformes à la réglementation en vigueur et correctement entretenus. Article 25 En complément du matériel énoncé à l'article 24, l'organisation d'une plongée au mélange trimix ou héliox impose la présence sur les lieux de plongée des équipements suivants : - une ligne lestée de descente et de remontée en l'absence d'autre ligne de repère ; - une ou plusieurs bouteilles de secours équipées de détendeurs et contenant un mélange adapté à la plongée organisée ; - une ligne de décompression adaptée à la plongée organisée, déployée ou prête à être déployée à partir d'une embarcation ou d'un point fixe ; - une copie de la ou des planifications de plongées prévues ; - un support logistique ou une embarcation support de pratique avec une personne en surface habilitée pour la manoeuvrer. Article 26 L'activité de plongée est réglementation en vigueur.

matérialisée

selon

la

TITRE X : Dispositions générales Article 27 Les dispositions du présent arrêté sont applicables à la plongée souterraine uniquement en ce qui concerne les qualifications requises pour l'utilisation de mélanges en plongée. Les dispositions du présent arrêté ne sont pas applicables à la plongée archéologique, qui dispose d'une réglementation spécifique. Article 28 L'arrêté du 28 août 2000 relatif aux règles techniques et de sécurité dans les établissements organisant la pratique et l'enseignement des activités sportives et de loisir en plongée autonome aux mélanges autres que l'air est abrogé. Article 29 La directrice des sports est chargée de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française. Fait à Paris, le 9 juillet 2004. Pour le ministre et par délégation : La directrice des sports, D. Laurent

ANNEXE I : Conditions de délivrance des qualifications Nitrox et Trimix Les « qualification nitrox », « qualification nitrox confirmé », « qualification trimix élémentaire », « qualification trimix » sont délivrées pour les plongeurs par les membres de droit du comité consultatif de l'enseignement sportif de la plongée subaquatique et par la CMAS (Confédération mondiale des activités subaquatiques).

page 53

Ces qualifications, qui doivent justifier d'un niveau de compétence au moins égal à celles définies par la fédération délégataire, la Fédération française d'étude et de sports sous-marins (FFESSM), sont délivrées dans des conditions de certification et de jury similaires à celles en vigueur au sein de cette fédération. Elles sont équivalentes en prérogatives, conformément aux annexes II et III ciaprès. Les moniteurs titulaires du niveau 3 d'encadrement et de la « qualification nitrox confirmé », adhérents d'un des organismes membres de droit du comité consultatif, peuvent obtenir de celui-ci l'autorisation de délivrer, dans le respect de leur cursus de formation, les « qualification nitrox » et « qualification nitrox confirmé ». Les moniteurs titulaires du niveau 4 d'encadrement et de la « qualification trimix » adhérents d'un des organismes membres de droit du comité consultatif peuvent obtenir de celui-ci l'autorisation de délivrer, dans le respect de leur cursus de formation, la « qualification trimix élémentaire » et la « qualification trimix ». En outre, ces moniteurs peuvent établir un certificat de compétence aux mélanges à des plongeurs qualifiés et formés à l'usage de mélanges autres que l'air, qui ne sont pas titulaires d'une qualification visée au présent arrêté, et sous réserve qu'ils soient titulaires au préalable de la qualification de plongeur à l'air correspondante, à l'issue d'une ou plusieurs plongées d'évaluation organisées dans le respect du présent arrêté. Ces certificats restent la propriété du moniteur ; ils ne sont pas remis au plongeur et ne sont valables que dans le cadre de l'établissement qui l'a délivré. Les plongeurs bénéficiaires de ces certificats obtiennent des prérogatives identiques à celles qui sont référencées dans les tableaux figurant en annexe II et III au présent arrêté.

ANNEXE IIa : Conditions de pratique de la plongée au Nitrox en enseignement Vous pouvez consulter le tableau dans le JO n° 175 du 30/07/2004 texte numéro 50

ANNEXE IIb : Conditions de pratique de la plongée Nitrox en exploration Vous pouvez consulter le tableau dans le JO n° 175 du 30/07/2004 texte numéro 50

ANNEXE IIIa : Conditions de pratique de la plongée au Trimix ou à l’Heliox en enseignement Vous pouvez consulter le tableau dans le JO n° 175 du 30/07/2004 texte numéro 50

ANNEXE IIIb : Conditions de pratique de la plongée au Trimix ou à l’Heliox en exploration Vous pouvez consulter le tableau dans le JO n° 175 du

30/07/2004 texte numéro 50


page 54

INFO – PLONGEE n° 95

La convention FFESSM-FFS 2007 Par Jean-Pierre Stefanato et Joëlle Locatelli

Compte-rendu Résumé de rencontre du 28 février 2007

la

Participants FFS : -Bernard LIPS, président -Joëlle LOCATELLI, commission plongée (EFPS) -Claude ROCHE, DTN Participants FFESSM : -Roland BLANC, président -Jean-Pierre STEFANATO, commission plongée souterraine (CNPS) -Xavier SENDRA, DTN Claude ROCHE ouvre les échanges en rappelant que l’initiative de cette réunion résulte d’un échange informel entre les 2 DTN. Il demande à JPS de rappeler le contexte de la dissolution de la Commission Interfédérale en 2003. JPS explique que cette décision résulte d’un faisceau de plusieurs sujets de désaccord entre les deux commissions plongée souterraine des fédérations : - La création de l’Ecole Française de Plongée Souterraine en 1999, en remplacement de la Commission plongée souterraine de la FFS, alors que l’appellation « Ecole Française de Plongée » est en principe réservé à la fédération délégataire pour l’enseignement de la plongée, à savoir la FFESSM. - Le dépôt unilatéral par l’EFPS en 2000 auprès du MJS des référentiels d’enseignement de la plongée souterraine établis conjointement par les deux fédérations. - La non prise en compte par le SSF (commission secours de la FFS) des aménagements au protocole secours exprimés par les plongeurs souterrains. - Enfin, le souhait du Comité Directeur de la FFESSM de différencier clairement les actions relevant de la FFESSM et bénéficiant à ses licenciés, des actions bénéficiant aux licenciés de la FFS. La FFS rappelle que le dossier enseignement plongée souterraine déposé au MJSVA, comprenait dans sa deuxième partie, l’intégralité des brevets d’enseignement élaborés en commun avec la FFESSM, et ceci sans aucune modification. La première partie a été rédigée par les enseignants de la FFS, lors de la semaine pédagogique d’août 1999. Les échanges portent ensuite sur l’activité proprement dite. Avec une approche historique différente pour les spéléos et pour les plongeurs. Dans le cas des spéléos le siphon était vu comme un obstacle à franchir pour poursuivre l’exploration de la cavité alors que les plongeurs mettaient en œuvre leurs acquis techniques dans les grosses résurgences faciles d’accès. Les deux approches ont très vite convergé avec la

mise en œuvre de techniques similaires dans le but d’explorer toujours plus avant les systèmes noyés. Toutefois, si l’exploration scientifique représente l’essentiel de l’activité des plongeurs de la FFS, elle constitue pour la FFESSM l’équivalent du sport de haut niveau alors que se développe une forte activité de plongée souterraine de loisir parmi les licenciés des clubs. Cette pratique de loisir est sécurisée (ou en partie induite ?) par les stages de découverte et de formation qui concernent entre 100 et 150 licenciés tous les ans (126 en 2006). Les recommandations pratiques et la formation des plongeurs souterrains reposent sur les mêmes référentiels dans les deux fédérations. L’activité et les stages de formations sont accessibles aux plongeurs déjà autonomes en plongée. A la FFESSM cette autonomie est attestée par un brevet de niveau 2 au minimum alors que la FFS n’exige pas de brevets pour la pratique de ses activités, conformément aux traditions des sports de montagne qui misent sur la responsabilisation des pratiquants. En cela, l’arrêté de 2004 sur la pratique de la plongée aux mélanges pose problème à la FFS puisqu’il exige des brevets pour l’utilisation des mélanges en plongée souterraine. A propos de l’organisation des secours le président LIPS rappelle l’agrément de sécurité civile obtenu par la commission secours de la FFS pour l’organisation des secours en milieu souterrain, y compris noyé. Nous confirmons qu’il n’est pas dans l’intention de la FFESSM de demander pour ellemême un tel agrément. Toutefois la FFESSM souhaite que les spécificités de ses pratiquants soient prises en compte par le protocole d’intervention ainsi que les moyens humains et matériels dont elle dispose. Bernard LIPS n’y voit pas d’objection et recommande à JP STEFANATO de prendre contact avec le référant plongée du SSF, ce qui sera fait le soir même. Sur une question de Xavier SENDRA, Claude ROCHE confirme que l’encadrement de la plongée souterraine n’entre pas dans le champ de compétence des moniteurs BE de spéléologie. Suite à ces échanges, les participants concluent unanimement que les points de convergence sont à la fois plus nombreux et plus fondamentaux que les points de désaccord et qu’une nouvelle « commission interfédérale » doit voir le jour dans l’intérêt sportif des pratiquants des deux fédérations. Le champ de compétences et le mode de fonctionnement de cette commission devront être définis sous le patronage des deux DTN pour fin mars 2007.


INFO – PLONGEE n° 95

La réunion se termine par une visite des locaux et des archives de la FFS où sont répertoriés les résultats des explorations spéléologiques.

page 55

CR approuvé par Joëlle LOCATELLI, Claude ROCHE, Xavier SENDRA et Jean-Pierre STEFANATO le 28 février 2007.

Convention FFS/FFESSM : Commission Interfédrale de Plongée Souterraine Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins Fédération Française de Spéléologie - Vu la délégation confiée par le Ministère chargé des sports à la Fédération Française d’Etudes et de Sports SousMarins ainsi qu’à la Fédération Française de Spéléologie pour la gestion de la plongée souterraine en France métropolitaine et Outre-mer, - Vu la volonté des deux fédérations de développer une collaboration pour la gestion de l’activité plongée souterraine, - Vu la volonté partagée d'affirmer une spécificité propre à ces deux fédérations, - La FFESSM et la FFS décident de mettre en commun leur expérience et leurs compétences pour mener conjointement une politique de développement concertée, respectueuse de l'environnement et soucieuse de la qualité des sites de pratique et de la sécurité des usagers. - D'un commun accord entre les deux fédérations représentées par: * Monsieur Roland BLANC, Président de la Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous marins, * Monsieur Bernard LIPS, Président de la Fédération Française de Spéléologie, Il a été convenu ce qui suit : Article 1: Objet La présente convention a pour objet de définir le champ d'attribution des compétences et les règles de fonctionnement de la Commission Interfédérale plongée souterraine – Cips.

deux de ses membres experts qui siègeront au sein de cette instance. Le Conseil Technique nomme parmi ses membres un secrétaire pour une durée d'un an renouvelable. Article 3: Domaines de compétences

Article 2: Composition de la commission La commission est constituée d'un Conseil Technique composé de huit membres, quatre membres de droit, quatre membres désignés, représentants chacune des fédérations signataires. - Les membres de droit: Le président de la FFESSM, ou son représentant, Le Président de la FFS, ou son représentant, Le Directeur Technique National de la FFESSM, ou son représentant, Le Directeur Technique National de la FFS, ou son représentant, - Les membres désignés: Chaque fédération signataire désigne en son sein

La présente convention confère à la Commission Interfédérale plongée souterraine – Cips les attributions suivantes: • Définir et Proposer les orientations de développement et de promotion de l'activité plongée souterraine en France, • Définir les objectifs opérationnels annuels, les projets d'actions et les échéanciers en lien avec ceux-ci, • Communiquer en accord avec les structures de communication de chacune des fédérations, sur le contenu, le déroulement et le résultat de ces actions. Seuls les projets d'actions validés à l’unanimité des membres présents du Conseil Technique peuvent


page 56

INFO – PLONGEE n° 95

être engagés dans le cadre de la Commission Interfédérale plongée souterraine – Cips.

accompagné du logo des deux fédérations. 4.5. Financement et règles budgétaires.

Article 4: Fonctionnement de la commission 4.1. Convocation. Le secrétaire en concertation avec les directeurs technique nationaux fixe l'ordre du jour des réunions. Le secrétaire a en charge l’envoi des convocations aux membres de la Commission Interfédérale plongée souterraine - Cips ainsi que la rédaction puis la transmission des comptes-rendus qui doivent être préalablement approuvés par le Conseil Technique.

L’ensemble des frais de fonctionnement du Conseil Technique seront pris en charge a parité par les deux fédérations. Il est convenu que chacune des fédérations signataires prend en charge les frais de mission et de représentation de ses membres. Les budgets des projets d’actions conjointes devront être présentés dans des délais leur permettant d’être pris en compte dans le budget prévisionnel de la commission plongée souterraine de la FFESSM et de la commission plongée souterraine de la FFS.

4.2. Réunions obligatoires. 4.6. Relation avec les Régions et les Départements. Deux réunions obligatoires assurent le fonctionnement annuel de la Commission Interfédérale plongée souterraine - Cips, l'une programmée en début d’année civile (1er trimestre), l'autre en fin d’année (3ème ou 4ème trimestre). Des réunions convoquées.

supplémentaires

peuvent

Les structures déconcentrées de chaque fédération seront encouragées à reprendre tout ou partie de la présente convention comme modèle pour la mise en place de conventions interfédérales locales qui devront recevoir l’aval des deux fédérations.

être

Le fonctionnement quotidien de la Commission Interfédérale plongée souterraine - Cips est assuré par le moyen d'une liste de diffusion Internet animée par le secrétaire du Conseil Technique. 4.3. Groupes de travail. En fonction des objectifs opérationnels annuels et des projets d'actions, le Conseil Technique de la Commission Interfédérale plongée souterraine - Cips constitue un ou plusieurs groupes de travail composés de ses membres, potentiellement élargis à des personnes appartenant soit à l'une et/ou l'autre des fédérations signataires ou à toute autre structure dont la présence dans ce/ces groupes de travail aura été jugée utile par le Conseil Technique. 4.4. Communication. Les travaux issus de la Commission Interfédérale plongée souterraine - Cips validés par son Conseil Technique afficheront systématiquement en entête : "Document réalisé par la Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous Marins, (FFESSM) et la Fédération Française de Spéléologie (FFS)",

Article 5: Durée, suivi et dissolution La présente convention est signée pour une durée indéterminée. Les deux fédérations signataires feront un bilan à la fin de chaque année civile sur le fonctionnement et les apports de la Commission Interfédérale plongée souterraine - Cips dans la gestion de l'activité. En fonction de cette évaluation, toute modification des termes de la présente convention pourra être envisagée. A tout moment, cette convention peut être dénoncée et la Commission Interfédérale plongée souterraine Cips dissoute, par le Comité Directeur de l’une ou l’autre des fédérations signataires, la prise d’effet de cette dissolution ne pouvant intervenir qu’à l’issue de l’année en cours. La Fédération Française d’Etudes et de Sports SousMarins, représentée par M. Roland BLANC La Fédération Française de Spéléologie, représentée par M. Bernard LIPS


INFO – PLONGEE n° 95

page 57

Le 3ème Congrès International de Plongée Souterraine Par Joël Enndewell Le 3ème congrès international de plongée souterraine a été organisé par les Plongeurs Spéléologues de Paris (PSP).

santé l’ancien ! Chapeau bas : je souhaite être encore comme lui dans 13 ans ! Il faut savoir que légèrement décalé derrière nous Yves Roy a fait l’expérience inverse. C'est-à-dire, une plongé à l’ancienne pratiquement comme Michel Letrône il y a 50 ans. Il était équipé d'un vieux détendeur Mistral, d’un vieux masque, d’une combinaison humide et comme éclairage une seule aquaflash… Le tout sans casque ! Il a donc lui aussi franchi les premiers siphons accoutré de la sorte. Rassurez-vous sa redondance était prévue et son poisson pilote (plongeur) veillait sur lui.

Le site magnifique de Saint-Nazaire en Royans (photo : Catherine Enndewell)

Compte-rendu détaillé : Jeudi 17/05/2007 : la journée est consacrée à l’installation du congrès : La salle commune, la salle de projections, les stands, les vitrines pour les expos sont mises en place. La prise de contact avec Christine BILLAUD (grotte de Thaïs) a permis d’harmoniser nos événements communs sur le Cinquantenaire et de peaufiner les derniers détails. Nous faisons un dernier briefing avec Michel Letrône pour sa plongée du lendemain et le soir avec les copains on va mettre en place, au fond de la grotte de Thaïs, le matériel de plongée pour le jubilé historique de Michel. vendredi 18/05/2007 : A 8 h00 toute l’équipe est sur le pont.. Le petit déjeuner est servi gratuitement aux congressistes. Michel Letrône arrive. Il doit réciter déjà par cœur sa plongée à venir. A 10 heures je fais l’ouverture du congrès avec notre Président. Les congressistes arrivent au compte gouttes et je reçois les journalistes. Michel Letrône me demande quand on va plonger !!! (l’impatient !) A 10h30, c’est l’heure de la plongée. J’arrive à la plate forme qui surplombe le siphon, "il y a un monde..." Journalistes, copains, photographes, congressistes… Tout le monde est là ! Cette plongée mémorable est décrite en détails dans l’article « rencontre entre deux hommes ». L’équipe ressort des siphons à 12h10 sous des applaudissements nourris. Michel dans la foulée monte l’échelle et ressort tout équipé, il a encore la

Yves Billaud essaye une «plongée à l’ancienne » (photo : Michel Raymond) 12h30 : retour à la vie civile dans la salle du congrès, le bar se remplit timidement. Les assiettes salades garnies, de notre traiteur sont toujours aussi bonnes et nous prenons le temps avec Michel et Sylvana, de faire le point de cette plongée en grignotant un morceau. Je pense que Michel a dû mettre un moment à réaliser ce qui lui était arrivé. A 14h00, Michel Letrône nous présente un montage audiovisuel qu'il a fait sur l’entraînement que nous lui avons fait subir pour que sa plongée historique soit une réussite. Yves Roy nous ayant rejoint, j’anime une sorte d’interview entre Michel, qui a fait une plongée « moderne », et Yves qui a fait une plongée «vintage». Si Yves fut très loquace, Michel, pas encore sorti de sa plongée du matin le fut moins. Et tout le monde a salué la performance des deux protagonistes qui nous ont régalés. Merci à vous les gars ! Le reste de l’après-midi est consacré à la porojection de films : - « First Cavediving in Russia » (1961) par les Russes - « Etres légendaires des eaux souterraines» par le Gruppo speleologico triestino del CAI (Italie). Ce


page 58

INFO – PLONGEE n° 95

film parle des croyances anciennes et des êtres merveilleux liés aux grottes. - Patrick Serret (France) nous présente ses explos dans la Douce, vaste réseau qu'il a mis à jour dernièrement en Ardèche, -"Diving in deep caves continuation of Arabika diving expeditions, in Abkhazia". Film extraordinaire présenté par les Russes.

Claudia Milz (USA). Sujet insolite, mais intéréssant. Il traitait de la dynamique de la gestion des ressources techniques et humaines d’équipes d'une certaine importance lors d’explorations à l’étranger. - Andrzej Szerszen (Pologne) nous présente un sujet sur les différents spots de plongée en Pologne avec topo et photos. - Andrey Bizyukin (Russie) nous présente un film sur le siphon le plus long de Russie. - Jean-Pierre Baudu et Fred Martin, du SSF (France) nous présentent un film et une conférence sur "Les Secours en Plongée Souterraine". -Encore un sujet Russe: New discoveries in Mchishta, Abkhazia, -Fred Poggia nous présente un film de FR3 fait sur le gouffre Berger et ses mystères. Il y sera évoqué aussi la dépose dans le gouffre des cendres de Mr Berger, l'inventeur de la cavité. Il est à noter que chaque film était suivi d’un débat ou d’une conférence en fonction du public ou du sujet

Présentation des combinaisons étanches russes (photo : Catherine Enndewell) Puis vient l’apéritif, offert par la mairie de SaintNazaire en Royans, en présence du Maire et de ses adjoints. A 20h00 débute le repas en commun (82 personnes) qui se termine très tard avec des échanges de boissons entre Russes, Italiens, Français et tous les autres. Le réveil sera dur pour certain le lendemain matin…

Bruno Bardes présente ses dévidoirs (photo : Michel Raymond) A 18h00 à lieu une démonstration de la civière Secours Plongée par les membres du Spéléo Secours Français (plongée) dans le lac qui fait face à la salle du congrès. Deux personnes complètement étrangères à la mise au point de la civière y seront immergées : notre fidèle Margrit, plongeuse spéléologue venue de suisse. Et Génia, un des membres de la délégation russe qui a bien apprécié son transport sous-marin en civière. Cette manipulation a été d’un grand intérêt pour toutes et tous et a été aussi une formidable promotion ainsi qu’une belle récompense pour tout le travail fait par le SSF ces dernières années.

Un repas dans on se rappellera ! (photo : Catherine Enndewell)

La soirée se termine par le traditionnel apéritif, offert par l’organisation du congrès et par le repas commun (75 personnes).

Samedi 19/05/2007 : Petit déjeuner à 9h00, puis, place aux conférences : - «Travail d’équipe autour du monde », par le Dr.

Et une très bonne nouvelle : Sylvain Redouteey arrive de la "Baume de Notre-Dame des Anges" dans le Vaucluse où, soutenu par toute son équipe, il vient


INFO – PLONGEE n° 95 de repousser les limites connues de la cavité en effectuant une exploration de 17h accompagné d'Eric Establie. Après s'être restauré avec nous, Sylvain et Eric nous présenteront avec beaucoup de simplicité leur exploration et répondront abondement aux nombreuses questions du public. Ce récit nous laissa tous bouche bée. Fin de ce congrès 2007 tard dans la nuit. Et oui les spéléo sont des gens de l’ombre !

Bilan du congrès Il est à noter que si le vendredi il y a eut un peu moins de fréquentation que les années précédentes, le nombre total des participants est égal à celui de 2006 soit 109 personnes. Comme en 2006 les noms des participants sont inscrits sur un registre et ce dernier est rempli par les congressistes eux-mêmes. A noter que certains ont oublié de s’enregistrer, et que ceux qui viennent avec femme et enfant n’inscrivent pas forcement toute leur famille Il y a eu ainsi environ 130 personnes qui ont transité sur le site du congrès. À cela il faut rajouter quelques personnes étrangères à la spéléo sont venues voir ce qui se passait chez ces gens bizarres, qui s’habillent en caoutchouc ! De plus, la grotte de Thaïs a organisé, avec l’aide de quelques plongeurs (FFESSM) et sous l’égide d’Aurélie, un point rencontre pour les enfants sous forme d’ateliers. Enfin signalons que l'aspect international du congrès a été confirmé par la venue de plusieurs délégations nationales et de spéléo venus des pays suivants : Pays Allemand Belgique Danemark Espagne France Italie Mexique Pologne Russie Suisse Etats-Unis Total Dont étranger

Congrès 2006 5 4 2 2 62 3 0 0 23 7 1 109 47

Congrés 2007 0 3 0 2 63 6 1 4 19 9 2 109 46

Tout ce monde a contribué à faire vivre ce congrès par des échanges amicaux et fructueux. Je veux ici remercier :

page 59

- Monsieur Yves Jouffray maire de Saint Nazaire en Royans et ses adjoints ainsi que tout le village pour la confiance renouvelée. Qu’ils sachent que nous organisateurs sommes heureux d’avoir travaillé avec eux sur un tel évènement ! - monsieur Michel Letrône et sa femme de m’avoir fait confiance pour les différentes plongées que nous avons réalisées avec Michel en préparation de sa plongé mémorable, - madame Christine Billaud et toute son équipe, qui anime la grotte de Thaïs, votre collaboration fut exemplaire, ainsi que mademoiselle Aurélie Janin qui a parfaitement géré l’harmonie entre nos deux groupes de travail, - Roy allias : Robert-Andre Jean et son frère Gilbert pour leur fidélité et leur aide, - monsieur Bernard Lips note président de la Fédération française de spéléologie (FFS) qui croit en notre projet, - la commission plongée souterraine de la FFS, -la FSUE (notre fédération européenne) qui par l’intermédiaire de Olivier Vidal (organisateur de Vercors 2008) nous a permis d’avoir une dotation financière non négligeable au bon déroulement de notre manifestation - le SSF plongée et toute son équipe qui on pris le temps de venir faire une démonstration dynamique de la civière plongée, - à tous les intervenants étrangers et Français qui ont animé ce congrès, soit en présentant un film ! soit une conférence ! - les exposants bobinoirs Bardes et Diving Equipement (Joël Prax) . Je remercie aussi toutes les personnes qui ont participés de près ou de loin à l’organisation du congrès : Chris Jones, Maxime de Gianpietro, Jerôme Egret, Olivier Lanet, Yves Billaud, Michel ribera, Pierre Morel, Yves Roy, Michel raymond, Annie Raymond, Ghislaine Glon. Chacun se reconnaitra dans l’aide et le soutient qu’il a apporté. Pour finir, je remercie grandement ma femme qui donne sans compter et qui supporte mes humeurs, ainsi que tous ceux que j’aurai pu oublier de citer et qui l’auraient mérité. Une pensée aussi à tous les anonymes qui pensent que nous devons continuer et qui tous les ans nous encouragent à recommencer Jean Luc Armengaud toute l’équipe te remercie d’avoir lancé cette idée de congrès On te promet de tenir le cap du navire correctement et de sauvegarder l’idée de départ que tu t’en étais faite. Salut a toi mon ami ! Rendez-vous l’année prochaine pour le 4ème congrès international de plongée souterraine qui aura lieu le 30 mai et le 1er juin 2008 à Saint-Nazaire en Royan !


page 60

INFO – PLONGEE n° 95

SSF Plongée : Interview des TRSP Par Sandrine Lanet JPB : Jean-Pierre Baudu ; OL : Olivier Lanet ; EJ : Eric Julien ; SL : Sandrine Lanet ; FM : Fred Martin SL: Jean-Pierre peux-tu présenter le SSF et le secours en spéléo plongée... JPB: Le SSF (Secours Spéléo Français) existe depuis 30 ans, nous avons fêté cet anniversaire au mois de juin 2007. C’est aujourd’hui la seule structure habilitée à faire du secours dans le milieu souterrain français. Nous avons obtenu l’agrément sécurité civile dans le cadre de la loi de modernisation et nous venons de signer une nouvelle convention nationale qui correspond à la philosophie du SSF. La spéléo-plongée est une des spécialités du SSF. Eric ZIPPER, depuis qu’il est président en a fait un de ses objectifs prioritaires, et considère les sauveteurs plongeurs comme les autres spécialistes du SSF. En arrivant comme chargé de mission pour le SSF et la Commission plongée FFS, j’ai essayé de mettre en place une équipe de copains pour m’aider dans toute cette organisation. Le dossier spéléo-secours plongée a pris du retard ces dernières années et c’est une équipe d’une quinzaine de personnes qui se charge de rattraper le temps perdu. Aujourd’hui nous touchons au but et nous sommes sur les détails. Dans cette équipe, 4 personnes ont un rôle plus important nous les appelons les Techniciens Référents SpéléoPlongée (TRSP). Mais tout le reste de l’équipe travaille aussi bien sur les civières, l’ASV (Assistance aux Victimes), la communication, la plongée complexe… SL: Tu peux nous en dire un peu plus sur ces « TRSP » (Techniciens Référent en SpéléoPlongée)...Quel est leur rôle ? JPB : Les TRSP ont en charge un dossier (recherche, référentiel, formation…), et, hors opération, un secteur géographique sur lequel leur objectif est d’instaurer des relations privilégiées avec les CTDS, mais aussi de les aider dans les démarches liées au secours spéléo-plongée. En outre, ils ont un rôle opérationnel : sur un secours, ils viennent assister le CTDS et c’est eux qui vont gérer toute la partie liée à la plongée. Pour cette partie opérationnelle ils reçoivent une formation spécifique à la gestion de sauvetage. Enfin, ils assurent la formation et l’évaluation de spécialistes du secours en siphon : les sauveteurs engagés doivent avoir des compétences en plongée mais également en techniques d’évacuation de civière (sur corde et dans un siphon). Ils doivent aussi être sensibilisés aux gestes de secourisme, à la réalisation d’un point chaud et aux techniques de communication par radio.

La civière et sa victime lors d’un stage (photo : SSF) SL: Comment s’intègrent-ils au sein de la structure du Spéléo-Secours Français ? JPB : les TRSP sont des personnes ressources au niveau national. Lors d’un secours leur mission est d’assister le CTDS. Ils interviennent dès qu’une alerte concernant la plongée est réceptionnée, qu’il s’agisse d’une résurgence, ou que la cavité comporte des zones noyées. (L’information arrive au National via le N° vert. L’OpNat mettra alors en route le TRSP approprié). En réalité, suivant la difficulté, si c’est une résurgence ou un fond de trou, le CTDS va se décharger d’une partie de son travail. Les spéléoplongeurs interviennent au même titre qu’une spécialité comme les Médecins ou les artificiers. Mais par soucis d’efficacité, le TRSP est là pour faire le lien. Le CTDS reste le chef des opérations.

Evacuation sur agrès (photo : SSF) SL: C’est donc le TRSP qui va coordonner toute la partie plongée d’un secours souterrain. Même s’il reste sous l’autorité du CTDS, c’est tout de même une lourde responsabilité...


INFO – PLONGEE n° 95 EJ : La mission de TRSP présente un très grand intérêt pour l’ensemble de la communauté du secours en France et à l’étranger car le CTDS, s’il n'est pas plongeur, se trouve face à une situation en cas d' accident de plongée, pour laquelle il n' a pas forcément toutes les compétences techniques. Il n’est pas forcément en mesure d’en assurer les choix techniques: choix des plongeurs à engager en fonction du type de cavité, choix des mélanges à utiliser, choix sur l’évacuation du blessé sous l’eau, choix sur la médicalisation post siphon, etc... Comme celle du CTDS, la responsabilité du TRSP est grande. Le CTDS prend les décisions après avis du TRSP. L’un a une vision global du secours, l’autre une compétence parfaite de son domaine : il n' y a pas de place pour les erreurs, tout doit être savamment étudier pour sortir la victime et éviter le sur-accident.

Evacuation en siphon (photo : SSF) SL: Quels sont les scénarios de secours que vous avez envisagés ? OL : Grâce à la base de données du SSF, nous avons une idée précise de la typologie des accidents survenus. Nous pouvons rencontrer le cas de plongeurs « inexpérimentés » qui viendraient découvrir par euxmêmes des cavités noyées sans être formé aux techniques particulières de la plongée spéléo. Le scénario type d’un tel accident serait dans la zone d’entrée d’une résurgence médiatique où le plongeur perdrait le fil ou le suivrait dans le mauvais sens. Nous craignons également le plongeur « spéléo », qui pour mener plus loin les explorations n’hésite plus à se munir d’outils de plus en plus performants pour aller chercher la première de plus en plus loin. Parmi les scénarii envisageables : une victime qui aurait chuté en réalisant une escalade derrière plusieurs siphons en fond de trou, ou un plongeur équipé d’un recycleur qui ne serait pas ressorti d’une plongée profonde Dans tous les cas de figure, nous considérons la victime vivante jusqu’à preuve du contraire et nous devons intervenir très rapidement pour la secourir.

page 61

SL: Comment va s’organiser le secours ? EJ : Comme le dit Olivier, la victime est présumée vivante. On lancera au minimum 2 équipes de plongeurs différents pour la rechercher. Pour cela, un outil, que l'on appelle lot de recherche, a été mis en place avec le matériel d'agrès, le point chaud, et la médicalisation de premier secours avec oxygène. Dès que la victime est localisée, on envoie une équipe de plongeurs formés ASV pour compléter sa prise en charge. Enfin, lorsque tout sera prêt, il faut envisager sa sortie pour l'évacuer vers l’extérieur sans temps mort. SL: Votre mission première est donc la recherche et la mise en sécurité de la victime. Mais ensuite, comment va s’effectuer son évacuation, si elle ne peut franchir les zones noyées par ses propres moyens ? JPB : Pour répondre à cette problématique, nous disposons de deux civières : la civière médicalisée à Dijon et la civière light à St Etienne. La civière médicalisée est constituée d’une structure rigide qui est prévu pour un polytraumatisé, elle est utilisée avec des accessoires de surveillance médicale, de communication… C’est un outil entre autre, de recherche et développement…Nous travaillons aussi sur la transmission d’image dynamique vers la surface pour d’éventuelles médicalisations lourdes. Son utilisation est actuellement limitée à 300m de l’entrée et à 30m de profondeur. La civière light est un outil destiné aux conditions étroites, aériennes ou d’environnement agressif. Elle a une orientation plus spéléologique. Par ailleurs, la civière est équipée d’un système qui permet d’ajouter autant de gaz que nécessaire. Sa limite est liée à l’équipe qui la manipule. Elle est prévue pour l’utilisation du Nitrox et Trimix : lors d’une opération les gaz sont disposés le long du trajet par paire. Seul un Bi 7 litres reste solidaire de la civière pour la sécurité. Certains éléments sont adaptables d’une civière à l’autre.. Les civières ne sont pas les seuls outils pour l’évacuation, nous pouvons utiliser des moyens d’immobilisation des membres et assister la victime. SL: Les interventions en siphons exigent un matériel spécifique. Comment est-il géré ? OL : Nous souhaitons que chaque plongeur utilise son propre matériel qu’il connaît bien. Le matériel collectif (civière, compresseur...) est stocké chez le chef de mission. En cas de besoin urgent et massif de matériel, nous pouvons en faire réquisitionner. SL: Quelles sont les cas limites où vous ne pourrez intervenir ?


page 62

INFO – PLONGEE n° 95

OL : Nous ne sommes pas des surhommes et nous nous imposons en secours, des limites en deçà de nos possibilités en exploration. Aussi si certains d’entres nous sont habitués à plonger régulièrement des résurgence sur plus d’un kilomètre, ces mêmes personnes n’utiliserons pas la civière sur la même distance. Il nous faudra trouver les personnes « ressources » les plus en phase avec la mission à accomplir.

de mission qui a apporté à cela, une dose de bonne humeur. Plus sérieusement, il est nécessaire d’être fédéré (agrément de sécurité civile ), de se faire connaître auprès des cadres départementaux du SSF puis avec eux, d’avoir une démarche vers le niveau national qui organise actuellement la formation. C’est pourquoi, s’il est nécessaire d’être un plongeur confirmé, nous demandons également à nos sauveteurs, d’être des spéléos autonomes sur corde et d’avoir des connaissances en spéléo secours ou tout au moins, une forte envie de les acquérir.

L’ASV : un élément clef lors d’un secours (photo : SSF)

Tout le matériel est conditionné dans des caissons étanches (photo : SSF)

SL: Justement, sur un secours réel, comment s’effectue le choix des sauveteurs réquisitionnés ?

SL: Le secours en spéléo-plongée fait appel à des techniques particulières qui nécessitent un apprentissage : comment les sauveteurs sont-ils formés ?

FM : Au déclenchement d’une intervention, soit le CTDS possède suffisamment de plongeurs locaux pour constituer une équipe, soit il demande au SSF national cette compétence. A cette demande le SSF national va répondre par l’intermédiaire des TRSP qui vont aider les CTDS à constituer des équipes « avec plongeurs » sur le modèle des équipes SSF : avec des équipiers et un chef d’équipe. Pour ce faire ils disposent d’un « fichier plongeur ». En effet, les plongeurs ayant signifié leur volonté de s’impliquer dans les opérations de secours remplissent une fiche sur laquelle ils mentionnent leurs compétences propres (aisance en eau trouble, en étroiture ; habitude des plongées profondes...), le matériel dont ils disposent (bi 4 pour fond de trou, ou recycleur pour résurgence), leurs connaissances en secourisme et en spéléo. Ces fiches sont réactualisées tous les ans. En outre, les stages plongée-secours (module 1 et 2) permettent au TRSP de se faire une idée des compétences de chacun et de leur complémentarité. C’est avec ces éléments connus et selon la forme du moment que les équipes seront constituées. SL: Et par quel biais intègre-t-on ces équipes ? FM : On intègre ces équipes par volontariat et l’on participe aux stages par envie. Voilà le mélange de la réussite initié par Jean-Pierre Baudu, notre chargé

FM : En fait, le secours en plongée souterraine ne fait pas appel à autant de techniques particulières que l’on pourrait le croire. L’idée est de changer cette image du plongeur « homme à part » et d’en faire une spécialité au même titre que les autres spécialités du SSF : ASV, communication, désobstruction par exemple. S’il est vrai que les techniques d’évacuation en réseau noyé ne peuvent s’apprendre que lors de stage, par la manipulation de la civière plongée, pour tout le reste nous faisons appel à toutes les compétences terrestres du SSF. Les stages nationaux, régionaux ou départementaux sont donc l’apanage normal de la formation du sauveteur. A titre de sensibilisation et de formation le SSF plongée organise 2 modules de stages qui permettent à la fois une pratique des particularités mais aussi une révision de toutes les autres compétences. SL: Un dernier mot Jean-Pierre ? JPB : Le secours n’est pas une activité en soi : nous plongeons pour le plaisir et notre implication se fait dans le sérieux certes, mais avant tout dans la bonne humeur et sans prise de tête. Alors si vous sentez que vos compétences peuvent être utiles, n’hésitez pas à nous le faire savoir...


INFO – PLONGEE n° 95

Calendrier des stages EFPS 2008 Formations personnelles INITIATION & PERFECTIONNEMENT Organisation : E.F.P.S. : Stage International Du 03 au 10 août 2008 - Cabreret (Lot) Responsable : Joëlle LOCATELLI 29 Route de Saint Claude 39360 CHASSAL Tel : 03 84 42 46 12 – 06 80 08 16 74 Email : joelle.locatelli@orange.fr PERFECTIONNEMENT Organisation : U.I.S. Du 16 au 23 mai 2008 - Vercors Responsable : Philippe BRUNET 21, rue Louis Fablet 94200 IVRY sur SEINE Tel : 01 46 72 03 62 Email : ph.brunet@free.fr Réservé aux adhérents des structures membres de l’UIS Organisation : CoSIF Du 1 au 4 mai 2008 - Ardèche Responsable : Philippe BRUNET 21, rue Louis Fablet 94200 IVRY sur SEINE Tel : 06 83 22 25 37 Email : ph.brunet@free.fr INITIATION Organisation : CoSIF 26 et 27 avril 2008 - Cote d’Or Responsable : Christophe DEPIN 35 rue Michelet 92370 CHAVILLE

09 50 30 37 44 Email : cdepin@free.fr Organisation : CoSIF 14 et 15 juin 2008 - Côte d’Or Responsable : Philippe BRUNET 21, rue Louis Fablet 94200 IVRY sur SEINE Tel : 06 83 22 25 37 Email : ph.brunet@free.fr Organisation : Région Normandie Du 1er au 4 mai 2008 - Cabreret (Lot ) Responsable : Nelly BOUCHER 16 résidence de la mare aux chevaux Fumeçon - 27930 GUICHAINVILLE Tel : 06-14-82-85-38 - 02-32-28-17-38 Email : nelly-boucher@orange.fr Organisation : Rhône – Alpes Mai ou juin 2008 - Ain ou Jura Responsable : Joëlle LOCATELLI 29 Route de Saint Claude 39360 CHASSAL Tel : 03 84 42 46 12 – 06 80 08 16 74 Email : joelle.locatelli@orange.fr Organisation : CSR Bourgogne 21 et 22 juin 2008 - Chatillon sur Seine Responsable : Alain Bellini 10 rue du Docteur Hutinel 21400 CHATILLON SUR SEINE Tel : 06 79 57 24 37 Email : alain.bellini@club-internet.fr

Formation de cadres MONITEURS & INITIATEURS Organisation : E.F.P.S. Du 31 juillet au 10 août 2008 inclus A Cabreret – Lot Responsable : Nelly BOUCHER 16 résidence de la mare aux chevaux Fumeçon - 27930 GUICHAINVILLE Tel : 06-14-82-85-38 - 02-32-28-17-38 Email : nelly-boucher@orange.fr

Mises à jour : http://efps.ffspeleo.fr/ ; Rubrique EFPS / Calendrier des stages

page 63


page 64

INFO – PLONGEE n° 95

Commission plongée Souterraine de la FFS Ecole Française de plongée Souterraine Direction Nationale - Décembre 2007 Présidente Présidente-adjointe Secrétaire Trésorier

Joëlle Locatelli Nelly Boucher Stéphane Lips Bruno Maurice

Responsable de l'Enseignement Responsable Documentation - Info-plongée Chargé de mission Communication Chargé de mission de Secours Plongée

Nelly Boucher Christian Locatelli Jean- Pierre Baudu

Correspondant plongée CD FFS

Delphine Molas

Les comptes-rendus des réunions du conseil techniques sont disponibles sur le site : http://efps.ffspeleo.fr/ dans la rubrique Commission Plongée / Actualités


IP95