Page 1

#

49 30 ao没t - 5 septembre 2013

Une semaine


2


La vie des autres. Au premier jour de leur visite en Syrie, les enquêteurs chargés de faire la lumière sur l’attaque chimique du 21 août, se sont rendus à Mouadamiyat al-Cham, au sud-ouest de Damas. Ce jour-là, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) dénombrait sur la ville, pas moins de onze raids aériens, ainsi que des centaines de missiles et de roquettes. À peine ces enquêteurs partis, les faubourgs de Damas, la ville d’Alep, celle de Daraya, etc. ont été le théâtre de nouveaux affrontements et de bombardements intenses. Selon les rebelles, l’armée syrienne — qui a tout de même perdu 45 000 soldats — aurait déjà acheminé des renforts en hommes et des chars en nombre. Sur place, la situation humanitaire s’est bien évidemment considérablement dégradée ces derniers mois, et les organisations humanitaires — dont les véhicules sont systématiquement attaqués — ne peuvent pas travailler. Le Croissant rouge syrien déplore la mort de vingt de ses volontaires et onze membres des Nations unies ont perdu la vie.

3


La vie des autres

Ce ne sont pas juste des faits ou des chiffres. Ce sont des femmes, des enfants, des hommes. Ce sont des soldats et ce sont des civils. Ils meurent plombés, ils meurent par manque de soin et ils meurent gazés. Pas seulement le 21 août où une « erreur de dosage » aurait considérablement fait grimper le nombre de victimes. En Syrie, on gaze, on pilonne, on exécute, on viole, on torture, et cela quotidiennement… des combattants et des civils, des hommes, des femmes et des gosses. Là-bas, l’humanité agonise. Ailleurs, elle bredouille et s’embrouille, tergiverse et atermoie. « Il faut des preuves ! », hurle-t-on. 110 000 morts selon l’OSDH. 110 000 dont plus de 40 000 civils… et Poutine en chef d’orchestre d’une partition que pas un seul musicien ne joue correctement. La honte ! Des morts par dizaine de milliers donc, et l’on s’offusque à peine, ici, de voir l’opposition, de droite comme de gauche, instrumentaliser “ la plus grave crise humanitaire ” pour avancer des pions, placer des hommes, régler des comptes, jouer les chefs de guerre ou les pacifistes de circonstance. Les mêmes, pourtant, prennent des airs ahuris quand un voyou flingue pour un regard déplacé et s’exclament, grands moralistes devant l’éternel : “mais rendez-vous compte, ces jeunes ont perdu jusqu’à la valeur de la vie !”. Je sais, je mélange tout, mais avouons qu’ils sont à bonne école : la vie des autres, manifestement, tout le monde s’en fout !

.

4


5


Alors, au G20 — où l’on craignait que la Syrie ne vienne gâcher les discussions sur la situation économique de la planète — Vladimir ajouta les 110 000 morts au menu du dîner de gala. D’après Francisco Goya  6


7


Il y a deux mois Le 4 juillet, la Cour d’appel de Versailles ordonnait au Point et à Médiapart de supprimer toutes citations des enregistrements de l’affaire Bettencourt. Vendredi dernier, l’ex-majordome et cinq journalistes qui avaient révélé l’affaire, ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel pour atteinte à l’intimité de la vie privée.

Tous les numéros d’Une Semaine ARySQUE sont sur

www.arysque.blogspot.fr

Une Semaine ARySQUE n°49  

Chaque vendredi l'actualité de la semaine passée à l'encre et au vernis à ongles. N°49 : 30 août - 30 septembre 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you