Page 1

PORTFOLIO ARCHITECTURE

ANTOINE RICHEZ


PROJET DE DIPLÔME _Une stratégie de réecriture du paysage de Charleroi

15

_Habiter le canal Bruxelles-Charleroi

25

EXPLORATIONS _Construire une tour d’observation

33

_L’enclos du Béguinage

39

_La Ruche, cité d’artistes

47

MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDE _L’essence de l’habitat idéal

56


PROJET DE DIPLÔME 2014-15

Université Catholique de Louvain Prof L.Blankaert, A.Verschuere & C.Haubruge


6

CHARLEROI, UNE MER DE BÂTIS INDIFFÉRENCIÉS


DU TERRITOIRE À L’ARCHITECTURE

Lecture introductive, Une stratégie de réecriture du territoire de Charleroi.

Chaleroi, aujourd’hui, est devenue une ville illisible, diffuse, non structurée. Il est impossible de déterminer là ou la ville commence et là ou

elle s’arrête. Tous les élements du paysage sont fragmentés, éparses

et ne répondent à aucune logique spatiale à l’échelle du territoire. Rien ne semble offrir de résistance suffisante contre l’étalement urbain.

Pourtant, elle possède de grandes structures territoriales que sont l’hydrographie, la topographie, les infrastructures... Ces grandes figures déjà constituées ont joué un rôle structurant par le passé, mais on constate aujourd’hui un glissement entre ces éléments premiers et la structure urbaine contemporaine.

La ville et le paysage de Charleroi sont aujourd’hui déjà très présents autour de ces structures mais ne s’y rattachent pas. Ils leur sont indifférents.

(à g) La ville artificielle, masse de maisons indifferenciées, opposée à la nature, qui ne tient pas compte des données topographiques, de l’orientation des vallées, du cours de la rivière . 7


PROCESSUS DE MUTATION DES INDUSTRIES- ENTRE PARC URBAIN ET FRICHES EN DÉPOLLUTION

8


La Sambre comme nouvel espace public territorial revalorisant la ville Explorer les conséquences d’une extension de l’espace urbain à celui du canal : la Sambre est une centralité à inventer, un nouvel espace public disponible pour des activités collectives et récréatives. 9


DÉSENCLAVER CES ESPACES VERTS, OFFRIR DES RESPIRATIONS DANS LA VILLE

10


Les terrils, paysage artificiel, nouvelle structure d’espace ouvert Les terrils constituent un héritage commun et propre à tous les habitants de Charleroi. Aujourd’hui enclavés, ils méritent d’être remis à l’avant plan. La ville leur offre une façade ; Ils lui offrent des respirations. 11


REDESSINER DES CONNECTIONS ENTRE LES PLATEAUX VERTS ET LA PLAINE URBANISÉE

12


Les forêts, paysage naturel, continuité territoriale à préserver Les forêts forment une figure territoriale qui dépasse le territoire de Charleroi. Elles assurent la transition entre moyenne et basse Belgique. Aujourd’hui mises en péril par l’étalement urbain, il faut trouver un moyen de continuer à les habiter tout en préservant leur intégrité. 13


14


Le Tiers paysage

Il y a un glissement entre ces grandes structures paysagères et la ville, principalement dû à une industrialisation brutale, qui a fortement impactée le territoire. En résulte de grandes friches industrielles, des terrils, de grandes infrastructures en décalage avec l’échelle urbaine.

Ce tiers paysage articule la maille habitée et les grandes structures du territoire que nous avons identifiés. Mais il est aujourd’hui délaissé, en manque de statut, de considération. L’hypothèse prise est que vivre ensemble à Charleroi c’est être capable d’habiter ce paysage singulier. 15


LE BELVÉDÈRE

16


UNE LIGNE QUI TRAVERSE LE PAYSAGE

Ce projet s’illustre par la qualité conceptuelle et graphique des outils imaginés pour articuler l’architecture à des enjeux de grande échelle, la puissance potentielle des photomontages qui appuient une spéculation narrative sur la façon poétique et politique d’habiter le long du canal. 17


18

LE BELVÉDÈRE, UN ESPACE DE VIVRE ENSEMBLE


HABITER LE CANAL BRUXELLES-CHARLEROI Projet de diplôme, Une infrastructure territoriale- MA II.

Le projet s’inscrit dans la continuité de l’ensemble des réflexions faites sur le territoire à sa grande échelle. Il s’installe sur un segment du canal reliant Bruxelles à Charleroi : Le canal, paysage emblématique, à la fois liée à la

condition première de la ville, l’eau, et à l’industrie, particulière à Charleroi. Paysage symptomatique aussi du glissement entre l’urbain et les grandes structures territoriales ici incarnée par le canal.

L’enjeu principal du projet est de revenir Habiter au sens large ce territoire

fluvial : imager une infrastructure qui puisse être le support de nouvelles activités tout en articulant l’architecture à des enjeux de grandes échelles.

Construire une rue suspendue à 6 mètres au dessus du niveau du sol, longeant le bord du canal, traversant le quai de chargement signifie précisément mettre en relation la ville, l’eau, l’industrie, le paysage. Cette nouvelle

infrastructure laisse libre cours à la fonction du sol et confère au bord du canal une nouvelle dimension urbaine, projetée dans le paysage, prête à accueillir d’autres nouvelles activités.

Prix du projet AISBL, l’Association Internationale des Architectes Diplômés de SaintLuc Tournai 2015 1

19


20

HABITER L’ÉCLUSE, RECONQUÉRIR LES BORDS DU CANAL


UN REZ DE CHAUSSÉE ACTIF, DÉDIÉ AUX ACTIVITÉS INDUSTRIELLES

21


22

UNE INFRASTRUCTURE TERRITORIALE


HABITER UNE INFRASTRUCTURE

23


EXPLORATIONS

2011-13


26

S’ÉLEVER AU DESSUS DU CANAL DE L’ESPIERRE


CONSTRUIRE UNE TOUR D’OBSERVATION Projet de structure, Automne 2013 - BAC3.

La tour vient s’installler sur la rive nord du Canal de l’Espierre près d’Estampuis. Implantée entre deux rangées d’arbres, celle-ci vient s’élever et

surplomber le canal pour offrir une vue sur l’ensemble des paysages alentours et sur la ville d’Estampuis.

Elle est constituée d’un mât en acier retenu à l’aide de tirants par deux

pieds, formant une béquille. L’ensemble forme un système stable et articulé.

La forme de la tour est directement liée à l’ascenscion de l’escalier dans

le mât.La section du mât principal s’élargit au centre pour pouvoir résister au flambement et permet aussi d’accueillir un escalier à double volée qui dessert deux plateformes autoportantes, à 15 et 30 mètres.

27


PLAN A

28

ELEVATION


PLAN B

29

COUPE


30

HABITER L’ENCLOS DU BÉGUINAGE


L’ENCLOS DU BÉGUINAGE

Logement collectifs, Automne 2013 - BAC3.

L’Enclos du béguinage est situé non loin de la ceinture des boulevards de la ville de Tournai. Comme son nom l’indique, le site est totalement isolé. On ne trouve que deux entrées pour accéder au site.

Le programme intègre la conception de logements collectifs et d’une fonction publique, une crèche. L’essence même du projet se base sur les rapports pleins/vides. Les trois volumes viennent glisser et dialoguer entre eux, ainsi qu’avec le contexte environnant.

Hierarchisation des bâtiments du plublic au privé : crèche au niveau de la rue et logements en fond de parcelle. Le même procédé est utilisé pour hiérarchiser les espaces extérieurs : espace public au niveau de la rue, espace collectif au centre et jardin privé en fond de la parcelle.

31


32

PLAN MASSE


COUPE LONGITUDINALE

COUPE TRANSVERSALE

33


34

PLAN REZ


PLAN DÉTAILS

35


36


37


38

HABITER L’ESPACE DE LA RUCHE


LA RUCHE, CITÉ D’ARTISTES Logement collectifs, Juin 2012 - BAC2.

La Ruche est une cité d’artistes fondée en 1902. Elle est située dans

le 15ème arrondissement de Paris. Aujourd’hui, la Ruche compte une

soixantaine d’ateliers de toutes tailles, où résident encore de nombreux artistes.

Le programme intégre la conception de logements d’artistes -logement

classique équipé d’un atelier créatif, ainsi que deux salles d’expositions.

Le site offre un potentiel paysager magnifique et idéal pour la création et l’inspiration. Tout l’intérêt du projet consiste alors à concevoir un projet

qui offre un maximun de vues dégagées de terasses, de jardins profitant de cet espace.

Le projet s’organise autour d’une rue extérieure qui traverse de part en

part et permet de desservir chaque logement. Elle est située en REZ+1. Les logements viennent s’organiser perpendiculairement à cette rue extérieure. Ils sont organisés en duplex et sont traversant de manière à

entretenir une relation directe avec la Ruche. La plupart des ateliers d’ar-

tistes orientés vers la Ruche sont en double hauteur bénéficiant d’une belle lumière naturelle et d’une belle vue.

39


40

PLAN MASSE


COUPES TRANSERVALES

41


42

PLAN REZ


PLAN REZ + 1

43


44

MAQUETTES


LA RUE INTÉRIEURE

45


MÉMOIRE

2015

Université Catholique de Louvain Promoteur Q.Wilbaux / Lecteur L.Veauvy


48


L’ESSENCE DE L’HABITAT IDÉAL

Repenser une architecture en harmonie avec son environnement

Le cadre théorique de ce travail questionne l’essence de l’habitat

idéal, et plus précisément la cristallisation de la notion du vivre ensemble, en harmonie avec la nature. Il relate une vision personnelle

sur l’architecture et interroge le monde qui nous entoure ainsi que les futures directions à prendre. L’objectif n’est pas d’apporter une seule et unique réponse à un problème très complexe, mais plutôt de l’abor-

der selon un angle d’attaque précis : repenser une architecture en harmonie avec son environnement.

Le sujet se veut très vaste, c’est pourquoi les recherches se

concentrent sur une seule typologie d’habitat : la maison. D’abord,

parce que la maison porte pour moi un grand intérêt et constitue un sujet très riche, mais aussi puisque cela permet la comparaison avec des projets de maisons traditionnelles qui reposent sur les mêmes

fondements – surface, usage, programme. Parler de la maison, c’est

aborder un thème récurrent dans l’architecture et poser un regard sur notre société et l’urbanité en général.

Peut-on considérer la maison pavillonnaire comme la représentation d’une conception idéale de l’habitat du XXIème siècle ?

Ce mémoire est consultable en version numérique par demande mail à l’adresse : richez.antoine @gmail.com 49


35 chemin du bois, 62440 HARNES (+33)632658107 richez.antoine@gmail.com


AUTOMNE 2016

Porfolio Antoine Richez  

october16

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you