Page 1

ROCKLA LAKASBAH KASBAH ROCK

05 FRANÇAIS/ANGLAIS


5 ROCK LA KASBAH

SEMESTRIEL - AVRIL 2012

ROCKLA LAKASBAH KASBAH ROCK

MAROC 100 DHS - FRANCE 25 € - GBR 23 £

Couverture : Photographe Hans Withoos Stylisme Alesandra Lippini Coiffure et maquillage Giusi Ferrato Modèle Ellen en robe Haute Couture chez Flèche d’or pour Fernando Silva

05 FRANÇAIS/ANGLAIS


002/EDITO

édito mouna

anajjar

Photo : Othman Zine

Journey to the heart of number 5… All aboard !

To celebrate its 5th opus, Marrakech Mag is taking you to the other side of the mirror, on a magical tour full of discoveries at the heart of the 5 elements, between sky and earth, fire and water, heart and spirit… 5 is the number of harmony and balance: a promising voyage indeed… All aboard! Onwards through ‘murky’ waters… which we believe to be creative and salutary… “Clean Culture” ? Is that so!!! You said it… Mr Clean will never “bleach” our medium of expression and creation: a “Killer question”, borne by the Othman Zine images and those of his “ass and proud of it” artists… The concept is indeed making a brilliant comeback with “Hmar ou bikheer” T-shirts from a creative pair, Fadila El Gadi and Mohamed Smyej, brandishing humour like a weapon of massive destruction… Fashion again, this time with a winning trio, Art/C, Amal Atrach and Lamia Naji, who are set to give us an exclusive glimpse of their glamorous and arty shoot… Are you ready for a vibrant journey to depths of the world of letters? Let us for the workshops of virtuoso calligraphist Boustane… Same story but different element with Philippe Forrestier, going beyond what can be seen on a search for his own light… The very same light that certain committed individuals in the fight for “A different kind of education” are buffing to a shine so that our children can enjoy a Pour célébrer son 5ème opus, le Marrakech Mag vous entraîne de l’autre sunshiny future… God rest his soul, he too sang the joys and sorrows côté du miroir, une tournée pleine de découvertes au cœur des 5 of the Moroccan people: a flashback tribute to the late Rouicha, the éléments, entre ciel et terre, feu et eau, cœur et esprit… 5 serait le free Amazigh voice of the Berber… nombre de l’harmonie et de l’équilibre, un voyage de bon augure, donc… Combing back down to earth and into modern times with a few dream Embarquez ! builders, visionary architect Imaad Rahmouni offers us a private tour Dans les eaux qu’ils disent polluées… Que l’on croit créatives et of the fabulous Palais Namaskar on the eve of its inauguration, for a salvatrices… “Culture Propre” ? Ah bon !!! C’est vous qui l’avez dit… car pure Namaste, Feng Shui moment... whilst the distinguished luxury Mr Propre ne “javelisera” pas nos espaces d’expression et de création : hotel Selman has Arab thoroughbreds galloping to the soundtrack of une “Question qui tue”, portée par les images killeuses d’Othman Zine et human adventure… ses artistes “sales ou bikheeer”… Le concept signe d’ailleurs son revival This journey, marked by travel, heads out on the road again, in en beauté : “Hmar ou bikheer”, T-shirts d’un duo créatif, Fadila El Gadi “Gipsy dream” mode, a glam and sexy parade in clouds of dust… et Mohamed Smyej, brandissant l’humour comme arme de dissuasion And despite our fierce longing for travel - we still as happy as ever massive… Mode toujours, avec cette fois un trio gagnant : Art/C, Amal revealing new talents, such Tata Milouda, Malika Zarra, Yacout Atrach et Lamia Naji, qui nous livrent ici en exclusivité les coulisses de leur Kabbaj… and giving you ideas for an escape to Casablanca for a shooting glamour et arty… relaxing 48 hours, or a Safari in African territory - arrival time is drawing near! I shall therefore leave you to climb on board, drift Prêt pour un voyage intérieur et vibrant au firmament de la lettre ? along, delight in our offerings and enjoy a smooth landing… I, in turn, Direction les ateliers de Boustane, le virtuose calligraphe… Autre am off to explore new expanses, in order to come back among you élément, même quête, Philippe Forrestier, part au-delà du visible relaxed and inspired!!! chercher sa propre lumière… Celle-là même que certains engagés pour une “Education autrement” s’attèlent à faire briller pour que nos enfants goûtent à des lendemains qui chantent… Paix à son âme, lui aussi a chanté, Happy reading and many thanks for your trust and loyalty.

Voyage au cœur du 5…

Embarquez

les petites joies et grandes peines du peuple marocain, il s’est éteint, flashback hommage à Rouicha, l’Amazigh à la voix libre…

Retour à la terre à présent, avec des bâtisseurs de rêves : Imaad Rahmouni, architecte visionnaire, nous offre une visite privée au cœur du fabuleux Palais Namaskar à la veille de son inauguration, un pur moment Feng Shui, Namasté... Tandis que le Selman, palace racé, fait galoper le pur sang arabe sur fond d’aventure humaine… Ce parcours, sous le signe du voyage, se prolonge on the road again, en mode “Gipsy dream”, parade glam et sexy dans les éclats de poussières… Bien que l’envie de l’aventure férocement subsiste, car nous prenons toujours autant de plaisir à vous révéler des talents : Tata Milouda, Malika Zarra, Yacout Kabbaj… et à vous proposer des idées d’évasion, à Casa, en 48 heures chrono, ou le temps d’un Safari en terre africaine…, l’heure de l’arrivée pourtant sonne ! Je vous laisse donc embarquer, voguer, vous délecter, puis atterrir en douceur… Et m’en vais à mon tour explorer de nouvelles étendues pour vous revenir ressourcée et inspirée !!! A très vite, et merci pour votre confiance et votre fidélité.


004/SOMMAIRE

MSAE R O I U D O YRHAN L G A ION EW REVDIIT

E TE NN I S U : S R : R X U R TTEEU RIIX P U P U D B I D B N RI TTR AN UE R N RA G N O G O H C UE EN S CH QUUI ITT 66// C EW EEC NTT S W E K M K A Q N M RA STTIO ION UTTR REE 88// N MA RR AR U A E S M A / UE IO N QU 1166/ LA Q ION T IIN NEE NEE T A A / A A A C N C T C C A 2200/ ED U O ST CII DU D IIC RO A AR M BOOUUS M 2288// ECQF E D B FD S RE RR EER EES IVRREESS HAAMMEEDA T 3322// LIIVVR T R N L O ICAH V EE EEN J UXX LI IITT :MMOH H IQ U U 3344// LBEA AU U IILLEE C O I A A Q O RU ISSTTI AA B A ER: O O R V / B J R V T / 6 E T 336 PO R AAG GE MO RI UTAK BB OUUDDAA TT LLE OR OR N M M N K E U L M O E U I V T 3388// PHOM O H M GEE H YAOCU AMMIL RA LLEEV G ITY:AC TATTA M A R M A A Y 4422// VO A A A Y L ZR L’’IISSL OR AIT EE :TA KAAR O TR Z R I L DCEOCR R T RAN 4466// VPOR R T L R A R T AIK TSS D AR SSA DEE DU E N E I O R M L K / O D T : K E A C / A 8 I T C S A R 448 REEN U T M T S M N RAAIIT A RD AR VR RES AM N NA E E ESEFFOORRREGE N TTR E :: LLEESSL’N E 5500// RPOR D V E R D IIR RE LISIS, ,L’E ILIP REE TOU VVR IPPPE PASYASGAE A 5522// LO U A N U L N R O WIILL : PHHIL ENPAY N FOTUOU ON P REEN SSIIO 5566// LBILLLL W I T I I T V I A V IS OUR A TUURE L EE R O F T R T T C T S C R 6622// PO OI AL A OR HIITTEECCT MEETTA IITTEEC-FAR CN H N H C M CH D 6666// PARC Y C E R N R JENA-F DE AARRTTY NII,, A AR R 7700// REEVVEESS IN G N U IIEER JEALM AR NG MO U A P R O P I M R / S L P P M A P H E A 8708/ SHOP R H P N A ERMM ES D U RA U PGERNEE D D D R A E H I LNEN UX VS E A 8842// IMA E E I L V H S A N I R E V I E M RIINNES LLLLEE EN LL ETA INTGRD HIH 8864// IVIT NE EE T I L TR U D E V G T N A V R N A E I R D O DA E MAA OUAITTV:AVL TEEN RT TEE : VE N 9920// LA N N M I A TR T UT T/C AU T RAT EEN 9942// LPOR EEA N EE VIIEESSDDE B R IO B NV E LLA A RT 1 E EN E ARART/C UE&BE & 9964// T--SSH HIIR D E 0 D 1 O D ! E E ETHITQHIQU S 11000IG IIN OD NEE T EN M M 9986// T/ LES S G I N R E OR GNANNOTUETNO NO LL’’O SC! AINAM 110020// A NOEUR I A A R O A X TA RG U G AG OLCA S M OEUM 110042/ ETRRAIO EN L A TO F Y G M I F M S I N / RC I A EGSR IF:FGEIP RACE AEMVIGA M L 10I 4 // TMREIO : L AOGDRE LACE D RRER E DINA TO RC E A 110182 / M E I O Y A L B AIE : M N P IAPNS-P RAAC ME VIGA CONIA 111164// B G R U L O E E : LI C INEA N, REE J LA SE A NS IERRE ECDH A D A 111186/ SELMA MNOTD PS A V ONI M E P E C E N S I I O N A E L L IO C NH 2/ SEERNIC NO SIC NA : U ,U JE SA NO C HEL B 14 O C P A A R E R / M D / A 0 M TTRS ISLETR EH 11246 / S S CHICAALVE ENLE J O I N A U L A U 8 NE USNC4 U TR PIQ N CSHTRRONO OU RC 114468// R E E TR A O A A … M N P A J H E / C… EUE AIATNSC U AL IE DE 115500 / U N ALG 48H E R Q Y I T D L E V R P O T AB ND R QEUV A ENNVIE E AUS E : EN RNET I S 115524// P O A C UNEET NEC: E YASG ES UID 6/ CA Q A 115546// P S R D I I O L E A 17 V U YG B R C SYAG D’E T D / 8 I 0 A 5 C 116 / C IT NEETT D 170/ CA RN 116606// CAR / 116742


VIN SUR VIN - IMPORTATEUR EXCLUSIF - TEL 05 24 33 59 03 - MARRAKECH


006/CONTRIBUTEURS

Née en Italie, Alessandra est entrée dans le monde de la mode à l’âge de 20 ans, d’abord en tant que styliste freelance pour Elle, Uomo, Vogue, Glamour, GQ… puis en tant que coordinatrice Mode pour La Perla et d’autres grands noms italiens, avant de travailler pour Vogue Italie, aux côtés des plus illustres photographes de mode tels Helmut Newton ou Peter Lindberg. Passionnée de musique, photo, cinéma -cuisine italienne aussi !- et de voyages, elle parcourt le monde entier, vit 6 ans au Mexique, puis s’installe à Marrakech en 1995, où elle crée, avec Fabrizio Bizzarri, le Ministero del Gusto, une galerie dédiée au design et à la décoration d’intérieur. 17 ans plus tard, la mode la rattrape, pour ce numéro 5 du Marrakech Mag, elle imagine le scénario “Gypsie Dream” dont elle signe brillamment le stylisme (P.118).

En 20 ans, ce photographe hollandais a su se construire une carrière prolifique dans le monde de la mode, tout en développant un travail artistique très personnel, dont “Nocturnal delight”, véritable éloge à la magie de Marrakech. Ses photos ont été publiées dans les plus prestigieuses revues de mode, du Brésil à l’Italie, en passant par Les Etats-Unis, la Belgique, l’Espagne ou le Maroc. Il a à son actif l’édition de très beaux ouvrages de photos, représentant notamment les grandes villes du monde d’un point de vue très onirique… Son univers est marqué par de l’esthétisme superficiel, de la décadence, de la sensualité, de la souffrance et, même, de l’aliénation. Pour sa première collaboration au Marrakech Mag, il a réalisé en tandem avec Alessandra Lippini, la série “Gypsie Dream”, un univers à la Kusturica à découvrir p.118.

Des rives du Tibre à Rome, où il a étudié l’Architecture, aux berges de la Vltava, où il découvre le cinéma dans la fameuse école praguoise, ce jeune homme, aussi humble que talentueux, est passionné par le monde de l’image où il se nourrit et aiguise sans cesse sa sensibilité. Appareil ou caméra au poing, l’artiste aux multiples facettes mène de front sa passion pour la photo et ses projets de réalisations de films. Othman a présenté ses travaux vidéo au Festival du Monde Arabe à Montréal et au Maroc. Dernièrement, sa série photo “Rites de passage” (parue dans le MM4) a été exposée au Bab hôtel, à Marrakech, elle se prolonge actuellement à la galerie Shart de Casablanca. Pour ce numéro, il nous dévoile, en images, un portefolio qui accompagne la “Question qui tue”, sur le thème “Culture propre”, avec, pour modèles, des artistes “sales” et fiers de l’être… (P.20)

Jean-Jacques Fourny

MARRAKECH MAGAZINE : Publication éditiée par la Sarl Another éditions Maroc - R.C. : 26 171 Patente: 45191132 - I.F. : 06520612 - CNSS : 7399464 Bureaux : 194-197, rue Mohamed El Beqal, résidence Firdaous, Guéliz, 40.000 Marrakech, Maroc. E.mail : info@anothereditions.com Tél : 05 24 44 97 09 - Fax : 05 24 42 21 28 - Membres Fondateurs : Mouna Anajjar, Jean-Jacques Fourny - Directeur de la Publication : Jean-Jacques Fourny. E-mail : jjf@anothereditions.com - Directrice Générale Associée et Rédactrice en Chef : Mouna Anajjar. Tél : 05 24 44 97 09. E-mail : mouna@anothereditions.com - Rédactrice en Chef adjointe : Mélanie Polatova. E-mail : melanie@anothereditions.com - Assistante DG : Nadia Ouazahrou. Tél : 05 24 42 02 49. E-mail : assistante@ anothereditions.com - Rédaction : Jean Berry, Sylvie Gassot, Marie Le Fort, Nathalie Rigoulet, Stéphane Roux, Faten Safieddine, Katia Sahli, Yasmin Verdès - Publicité : Amel Alla Tél : 06 61 52 43 46, E-mail : commercial@anothereditions.com. - Direction artistique : Mathieu Pasques pour Another Editions E-mail : crocodilerouge@gmail.com Graphistes : Habiba Machrouh E-mail : da@anothereditions.com - Photographes : Bénédicte Labatut, Hans Withoos, Othman Zine - Traductions anglaises: AZ Traductions - Ont collaboré à ce numéro : Samuel Anajjar, Claire Fouilleul, Alessandra Lippini - Impression : Direct Print, Casablanca - Dépôt légal : 2010PE0088, ISSN 2028-4772.Tous droits de reproduction réservés (titres, textes et photos).


W E N 008/WASSUP?

S W

E NEWS N

MARRAKECH ECO-FRIENDS !

Aventure écolo, c’est ainsi que Saif décrit sa passion pour le Biking, qui lui a inspiré Argan Xtrem Sport, nouvelle boutique de location de VTT et organisateur d’éco Tours à Marrakech. Il nous emmène en balade dans le Haut Atlas et la Palmeraie, sur des deux roues tous terrains high tech de la marque Giant… Eco-friends only ! www.argansports.com

INKUBIA : BELLE ET BIO

Marque de cosmétiques bio, Inkubia est à la page, puisque disponible sur son site marchand et livrable partout au Maroc en 48h. A nous l’huile de figue de barbarie, huiles d’avocat, d’argan, de pépins de raisin, de bourrache… et leurs vertus antioxydantes, hydratantes, protectrices et adoucissantes reconnues. www.inkubia.com

SOFITEL AGADIR THALASSA SEA & SPA

Dernier fleuron de la chaîne, avec ses 173 chambres et suites, ses restaurants healthy et océaniques, sa thalassothérapie logée dans une rotonde de verre face à l’océan… Le Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa est l’étape iodée du printemps ! www.sofitel.com

LAREDOUTE.MA

Eh oui, La Redoute débarque au Maroc ! Le 1er site d’achat de prêt-à-porter et décoration en France nous proposera très bientôt l’ensemble des collections La Redoute (mode femme, homme, enfant, lingerie, linge de maison, déco) et livrera sur tout le Maroc. Outre le site marchand, la version papier du célèbre catalogue sera également disponible… www.laredoute.ma

YTO BARRADA CHEZ VUITTON

BAAN THAI

Massage aux huiles ou compresses chaudes, réflexologie plantaire, shiatsu, massage ayurvédique ou massage traditionnel thaïlandais… Le Baan Thaï est la nouvelle adresse marrakchie des amateurs de toucher asiatique, ici incarnée par des thérapeutes thaïlandaises… Tel : +212 5 24 43 33 04

SPA ROMANCE AU FOUR SEASONS

Deux suites luxueuses, la “Néroli” et la “Rose marocaine”, ont été conçues, non pas pour abriter le sommeil des amoureux, mais pour leur prodiguer des soins inspirés de remèdes anciens, dans un cocon de lumière rafraîchi de verdure… Le Four Seasons vient d’ouvrir un Spa réservé aux couples, un havre de paix disposant de jardins privés, bassin Watsu et Rhassoul… Tel : +212 5 24 35 92 00

Pour sa première collaboration artistique au Maroc, Louis Vuitton a choisi l’artiste tangéroise Yto Barrada, à laquelle a été commandée une œuvre spécialement conçue pour être intégrée dans la vitrine de la toute nouvelle boutique du Morocco Mall. Ainsi que l’a déclaré le PDG de Louis Vuitton, Yves Carcelle, "L’art et le luxe visent tous deux la recherche de l’exceptionnel et tendent à nous donner une vision alternative du monde"… Découvrez donc "Twin Palm Island" jusqu’en octobre 2012. www.louisvuitton.com


Le Spa Bien-être du corps et de l’esprit Face aux Jardins de la Ménara - Tel : +212 (0) 524 359 240 - www.fourseasons.com/marrakech


W E N 010/WASSUP?

S W

E NEWS N

NOTRE AVENUE MONTAIGNE

Après Louis Vuitton et La Perla, c’est au tour du bijoutier Tamengo de s’installer en devanture du Pearl, nouvel hôtel de l’Hivernage. L’enseigne multimarques de joaillerie réunit une sélection de bijoux signés Dinh Van, Messika, Giovanni Ferraris et DBA Jewels. Le prochain voisin annoncé n’est autre que la marque italienne Missoni… Un quartier qui prend des airs d’avenue Montaigne marrakchie. Tel : +212 5 24 42 06 42

OH… MICELLAIRE !

ON VOUS PARLE D’AGRICULTURE

La 7ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc, emboîtant le pas à l’édition qui avait mis l’accent sur "l’agriculture solidaire", sera organisée autour du thème "recherche et innovation". Du 25 au 29 avril, à Meknès, des questions brûlantes vont être soulevées comme la problématique des changements climatiques, de l’approvisionnement des populations en perpétuelle augmentation, ou encore des considérations écologiques… www.salon-agriculture.ma

Les Sens de Marrakech nous a fait craquer avec sa toute nouvelle eau démaquillante Oh Micellaire à l’huile de pépins de figue de Barbarie, Aloé Vera et eau de rose. Un parfait équilibre entre eau et huile qui nettoie délicatement et laisse la peau fraîche et douce… Un vrai coup de cœur ! www.lessensdemarrakech.com

MOROCCAN TOUCH DEMENAGE

Moroccan Touch joue la carte du “in and out” en alliant allure et confort, dans des tenues qui synthétisent à merveille le savoir-faire artisanal marocain à une mode urbaine… C’est certainement ce qui fait le succès de la marque, et qui lui vaut un corner aux Galeries Lafayette du Morocco Mall… rien que ça ! On note aussi une boutique flambant neuve à Guéliz. Avis aux fashionistas. Tel : +212 5 24 43 84 63 33

MAROCAINS MILLIARDAIRES

Pour la première fois, trois milliardaires marocains figurent au palmarès Forbes, qui recense cette année une population de 1.226 milliardaires au niveau mondial ! Miloud Chaäbi (Ynna Holding) arrive en 401ème position, Othman Benjelloun (BMCE), en 546ème, et Anas Sefrioui (Addoha) en 804ème.

PIPPA SE GUCCI… CHEESE !

Pippa, découverte au mariage de sa sœur avec le Prince William l’année dernière, est désormais sur le podium des peoples les plus éclairés en matière de mode. Preuve en image avec ce sac Gucci 1970’s : un must have ! www.gucci.com


PRESTATIONS AERIENNES PERSONNALISEES UNE EqUIPE dE 45 PROfESIONNELS à vOTRE SERvIcE Flotte de 8 Hélicoptères, atelier maintenance Part 145, handling, baptêmes de l’air, voyages d’exception, travail aérien, photos-vidéos, repérages, assistance rallyes, héliski, évasan... 250 points de posé et hélisurfaces dans tout le Royaume. Hotline 24/7 : +212 (0) 80 200 65 65 - Office: +212 (0) 80 200 61 61 - www.heliconia-aero.com - contact@heliconia-aero.com Aéroport Marrakech Ménara


W E N 012/WASSUP?

S W

E NEWS N

LES SOMMELIERS DU MAROC A LA MAMOUNIA

La Mamounia, qui a eu le plaisir de former la première équipe de sommeliers marocains, a accueilli en mars, la naissance de l’Association des Sommeliers du Maroc (ASMA). Première du genre en Afrique, l’ASMA rejoint le cercle très fermé des autres associations à travers 55 pays du monde. L’équipe des sommeliers de La Mamounia y est bien représentée puisque deux de ses membres font partie du bureau q: le Chef Sommelier Manuel Schott en est le Secrétaire Général, et Anas Lmimouni, Sommelier, le Trésorier Adjoint.

MASSAGE SPORTIF

BRUNCHEZ FAÇON PARK HYATT Le fameux brunch dominical du Park Hyatt s’installe au Café M. C’est donc dans un nouveau décor agrémenté d’un jardin verdoyant, et d’une terrasse ensoleillée en plein centre ville, que les Casablancais retrouvent leur buffet du dimanche généreusement garni… Tel : +212 5 22 43 12 34

LE RETOUR DE L’ESPA’ !

Cet été, c’est le grand retour de l’espadrille avec Origine, la dernière création du Brésilien Havaianas… Semelle en caoutchouc et couleurs vives pour un été confort, un brin Vieille France. www.memostyle.ma

MUST HAVE REAL ESTATE

Le groupe immobilier Alliances prépare deux programmes résidentiels de très haut standing dans les plus beaux quartiers de Rabat : le Haut Agdal et Dar Essalam. A l’empreinte architecturale forte du Groupe s’ajoute une panoplie de caractéristiques exclusives, comme la conciergerie de luxe, des espaces bien-être, des parcs paysagés et toits végétalisés… www.alliances.co.ma

LE PLASTIQUE, C’EST FANTASTIQUE !

Voilà un concept intelligent comme on les aime. Mar-eco Recyclage collecte le plastique -matière la plus difficile à recycler- dans les différentes entreprises de Marrakech, pour le compresser et le revendre à des sociétés de recyclage. Ce projet pilote, mis en place fin 2011, connaît un succès fulgurant grâce à son efficacité : des cuves sont installées dans votre société, il vous suffit de bien trier votre plastique (bouteilles et bouchons, mais aussi canettes) qui est collecté tous les jours pour ne jamais rejoindre la déchetterie à ciel ouvert de Marrakech, mais connaître une seconde vie… www.mar-eco-recyclage.com

Avis aux sportifs ! Le Spa du Palace Es Saadi met en place un nouveau massage Signature dédié aux sportifs. Gil Amsalem, le consultant kinésithérapeute et osthéopathe su Spa, a mis au point un massage fait d’étirements et de points d’acupression pour dénouer les tensions musculaires et articulaires, avant ou après l’effort… Enfin une bonne raison de se mettre au sport ! Tel : +212 5 24 33 74 00

NEW SHOWROOM TASSI

C’est désormais au Guéliz que l’on retrouvera les collections de Karim Tassi. Le styliste s’installe dans un showroom résolument avant-gardiste, dissimulé derrière une porte en bois, où il déploie toute sa créativité : Haute Couture, prêtporter, jeans et accessoires dans un style reconnaissable grâce à sa Moroccan Touch si urbaine et contemporaine… www.karimtassi.com


344, ZI de Sidi Ghanem tĂŠl. +212 5 24 33 52 11 karimtassi@yahoo.fr - www.karimtassi.com


W E N 014/WASSUP?

S W

E NEWS N

FENYADI A CASABLANCA

Le concept store marrakchi dédié à l’art de vivre, Fenyadi, a ouvert son showroom à Casablanca. Un très bel espace de 400m2 réunit des créations et collections Design pour la maison : linge de maison, bougies, céramique, maroquinerie, cosmétique… www.fenyadi.com

HE DID IT !

Saïd Ben Amar est le premier Marocain (et Africain !) à tenter et réussir la traversée de l’Atlantique à la rame ! 51 jours pour relier 4.700km, entre Dakar et Cayenne, à la seule force des bras… Chapeau bas, d’autant que Saïd n’est pas un athlète professionnel, ni sportif de haut niveau… c’est un ingénieur !

EXPERTS CAFE

Premier centre de formation en Afrique dédié aux professionnels de la restauration et aux amoureux de café, Lavazza Training Center ambitionne de diffuser la culture de l’authentique espresso italien au Maroc… Cette véritable académie forme les futurs experts du café, diplôme à la clé. Espresso Ristretto, Macchiato, Cappucino… mais aussi recettes de cuisine à base de café ! Tel : +212 5 22 94 60 41

AND THE WINNER IS… L’ODYSSEE DE CARTIER

PALESTYLE AU ROYAL MANSOUR

A partir du 22 avril, Remp’Art Galerie s’associe au Royal Mansour pour présenter les bijoux et accessoires Palestyle lors d’une exposition et vente dans les salons privés du Palace. Des pièces uniques brodées par des réfugiées palestiniennes, un hymne à la beauté de la culture arabe et un hommage aux femmes… www.royalmansour.com

Il aura fallu deux années pour donner vie à la très belle fresque cinématographique de Cartier, qui suit les pérégrinations de sa mythique panthère à travers le monde, de Paris à Saint-Petersbourg, en passant par Prague et la grande muraille de Chine. Des images hautement esthétiques qui racontent l’histoire, les inspirations et la dimension artistique de la maison… Diffusées depuis mars 2012. www.cartier.fr

Le Morroco Mall de Casablanca a remporté, en mars, au Marché International des Professionnels de l’Immobilier de Cannes, le MIPIM Award du meilleur centre commercial de l’année, pourtant en lice avec deux concurrents de taille : Cubus de Hong Kong et le D-Cube City de Séoul… www.moroccomall.net


GRAND CAFE DE LA POSTE Restaurant Bar Salon Angle boulevard El Mansour Eddahbi et avenue Iman Malik GuĂŠliz Marrakech +212 (0) 524 43 30 38 resa@grandcafedelaposte.com grandcafedelaposte.com


016/ACTU

Par : Stéphane Roux

Marrakech Grand Prix

Une édition grandiose

De retour sur la scène sportive internationale, après une année d’éclipse, le Grand Prix de Marrakech se tient les 13, 14 et 15 avril sur le circuit urbain de Marrakech. Promoteur associé avec le groupe Ménara Préfa et la famille Zahid, Aly Horma a réussi l’exploit de se poser quelques minutes à son bureau pour se prêter au jeu des questions du Marrakech Mag, à quelques jours de l’événement.


Marrakech Mag : L’édition 2012 s’annonce grandiose. Quelles en sont les principales nouveautés ? Aly Horma : Tout d’abord, il faut souligner que sa Majesté le Roi Mohamed VI a renouvelé son Haut Patronage à l’événement unique manche FIA en Afrique du Championnat du Monde des Voitures de Tourisme. Sa Majesté leur a accordé également l’honneur de faire rentrer dans la légende du Royaume le Circuit International de Marrakech qui devient désormais le Circuit International Moulay El Hassan. Cela récompense nos nombreux efforts et notre volonté farouche depuis des mois, et ce malgré la crise économique, d’organiser un événement d’une dimension internationale, ici au Maroc. Nous sommes très fiers de cette confiance. MM : Peut-on parler de fête populaire ? AH : Si l’on se réfère à la popularité du sport automobile au Maroc, il reste évidemment un gros travail de fond pour que cela devienne aussi prisé que le football ! Mais cette année, nous avons voulu rendre accessible au plus grand nombre cette fête à l’aide d’un partenaire qui va animer et dynamiser l’enceinte générale au milieu du circuit. De nombreuses activités seront proposées au public, avec une priorité faite aux enfants : trampoline, manèges, démonstrations de VTT, écrans géants, mais aussi de la restauration très bon marché. Marrakech va revivre, comme les deux précédentes années, une vraie semaine de fête. Au cœur de la Ville Rouge, de nombreuses animations seront ouvertes à tous. L’après-midi du jeudi 12 avril sera organisée une parade avec une surpuissante monoplace de l’Auto GP et une voiture du Championnat du Monde WTCC, mais également une séance de signatures de tous les pilotes réunis sur la Place du 16 novembre, au cœur de Marrakech. Suivi d’un concert animé par plusieurs Djs… Le paddock du circuit International Moulay El Hassan sera également le théatre d’une foule d’animations, avec, entre autres, des simulateurs de pilotage ou encore des démonstrations très

spectaculaires de Stund, avec les meilleurs motard nationaux ! C’est aussi sur le paddock que vous pourrez croiser les meilleurs pilotes du monde, et gagner de nombreux lots, comme des scooters et même une voiture ! MM : Sur le plan économique, que représente cet événement pour Marrakech ? AH : Race Of Morocco est inscrit au calendrier FIA du Championnat du Monde des Voitures de Tourisme. C’est l’unique course sur le continent africain et c’est un honneur pour le Maroc de recevoir un tel championnat. Tous les grands constructeurs participent -Chevrolet, Seat, Ford, BMW, Volvo…- et les enjeux commerciaux sont très importants. Eurosport diffuse l’événement en direct sur son antenne à travers 75 chaînes de télévision dans plus de 100 pays. Cela représente la bagatelle de 81 millions de téléspectateurs ! C’est énorme et les retombées pour la ville et le pays sont considérables en termes de notorité. La ville de Marrakech demeure le partenaire privilégié de cette manifestation, mettant en place un dispositif conséquent pour accompagner l’organisateur. Pour la ville, ce sont aussi de très nombreuses entreprises marrakchies qui se joignent à l’organisation, et pour les seuls hôteliers, on chiffre l’évènement à 31.640 nuitées ! Encore un chiffre significatif, pas moins de 220 millions DH de dépenses directes lors de cette semaine ! MM : Que peut-on vous souhaiter pour cette 3ème édition ? AH : Un vrai succès populaire et l’installation définitive au cœur de la ville, qui, plus que jamais, sera sous le feu des projecteurs du monde entier, avec un événement sportif, glamour, et on l’espère, apprécié par les Marocains dans leur ensemble, passionnés de sport auto ou pas… www.raceofmorocco.com


ENGLISH 018/ACTU

Marrakech Grand Prix A grand year

Back on the international sports scene after a year off, the Marrakech Grand Prix is being held on the Marrakech city circuit on 13, 14 and 15 April. A sponsor working with the Ménara Préfa group and the Zahid family, Aly Horma has succeeded in settling down in his office a few minutes to answer Marrakech Mag’s questions a few days from the event. Marrakech Mag : The 2012 edition is set to be grandiose. What major new additions have been made? Aly Horma : First of all, I would like to underline that His Majesty King Mohamed VI has renewed his High Patronage of the event and organisers for this unique FIA African leg of the World Touring Car Championship. His Majesty has also granted us the honour of making the International Marrakech Circuit, now the International Moulay El Hassan Circuit, legendary for the Kingdom. This rewards our great efforts and unshakeable will the past few months to organise an international event here in Morocco despite the economic crisis. We are very proud of this vote of confidence. MM : Can this be described as a popular celebration? AH : If you are referring to the popularity of motorsport in Morocco, there is still a long way to go for it to become as valued as football! However, this year, we wanted to make these festivities accessible to the greatest number with sponsors organising and livening up the general area in the middle of the circuit. A number of activities will be offered to the public and children as a priority: trampolines, fairground attractions, mountain bike demonstrations, giant screens as well as very affordable catering. Marrakech will come alive again, like the two previous years, for a true week of festivities. At the heart of the Red City, a number of events will be open to all. A parade will be organised on the afternoon of Thursday 12 April with an ultra-powerful single-seater from the Auto GP World Series and a car from the WTCC, as well as an autograph session with all drivers gathered on the Place du 16 November at the heart of Marrakech. A concert organised by various DJs will follow… The paddock of the International Moulay El Hassan circuit will also be the scene of a host of activities, with, amongst other things, driving simulators and highly spectacular Stund demonstrations with the very best national motorcyclists! You will also be able to rub shoulders with the best International drivers and win a number of prizes such as scooters and even a car! MM : What does this event represent for Marrakech on a financial level?

AH : Race Of Morocco is listed in the WTCC FIA calendar. It is the only race on the African continent and Morocco is honoured to host such a championship. All of the major manufacturers are taking part -Chevrolet, Seat, Ford, BMW, Volvo…- and the potential commercial implications are very important. Eurosport is broadcasting the event live on air via 75 television channels in more than 100 countries. This represents almost 81 million viewers! That is amazing and the knockon effects for the city and the country are significant in terms of notoriety. The city of Marrakech remains the event’s main partner, setting up major operations to accompany the organiser. A great number of Marrakech companies are also taking part in the organisation, with 31,640 hotel nights to be had alone! Another significant figure: no less than 220 Million DH will be spent directly during the event week! MM : What are your hopes for this 3rd edition? AH : For it to be a true popular success and for this event to be permanent introduced into the heart of the city, which will be, now more than ever, in the spotlight of the entire world thanks to a glamorous sports event, which we hope will be enjoyed by the entire Moroccan population, whether or not motorsport fans… www.raceofmorocco.com


Cu re

re

P

e ropr

Culture

Cu

ltu

re

re

Prop

Propr

re

Prop

r u lt u C

e

Culture

Culture

op

P

re

r

o

e

Pr

e u t i u q n o i La quest “Culture Propre” p

r

e

pre Pro

Cu

Culture

ltu

lt u

re

pre C

u

re

p

ro

P

Cul

tur

p

re

ure

Pr

op

Propre

e

Cult

ur lt

Cu

e

pr

o Pr

Cu

lt

ur

e

Culture

pre

Cu

ltu

pre

Pro

re

Culture

u

Propre

r

op

Pr

e

Culture

r

o c a s é Qu

Propre

Cu lt

ur e

Propre

Pro

Pro

? ? ?

Pro

!!!

re

C

u

lt

Prop

ltu

Cultu

Culture

r

e pr

ro

P

r

Cultu

re

Cultu

Pr

op

Cu

re

ltu

re

u lt u C

op

r

e

Cu

Pr

Culture

re

re

p

ro

P

ltu

re

tur e

C u lt

020/ACTU

u r

e

pre

Cul

Pro

re

p

ro

P

re

P

p ro

Propre


O

n se rappelle, interloqués, les propos de Mustapha Ramid (alors député PJD, aujourd’hui ministre de la Justice et des libertés), monté au créneau pour empêcher la venue du roi de la pop, Elton John, au Festival Mawazine l’année dernière : “Nous refusons catégoriquement la participation de ce chanteur car cela risque d’encourager l’homosexualité au Maroc”… On se pince encore lorsqu’on se remémore Bassima Hakkaoui qualifier les chorégraphies de Shakira de “shows pornographiques”… On est consternés quand Najib Boulif vocifère : “Nous n’acceptons pas que Latifa Ahrar se déshabille sur scène au nom de l’art”, en référence à la pièce de théâtre “Capharnaüm” où l’actrice apparaissait en tenue légère… Plus récemment, on a eu du mal à y croire lorsqu’on apprend le retrait de deux photographies d’art d’Othman Zine du Bab hotel (expo “Rites de passage”), jugées non compatibles aux bonnes mœurs (sans toutefois comprendre en quoi une mère allaitant son bébé, un acte maternel, naturel, inné… puisse nous choquer, nous autres humains !!!). De ces propos, un terme, inquiétant, est né : “culture propre” (ou “art propre”), infectant nos oreilles, souillant nos valeurs de liberté, polluant nos perspectives d’évolution… En réaction, un collectif d’artistes et intellectuels marocains s’est érigé, armé d’une pétition, “La culture est libre et doit le rester” (visible sur www.culturelibre.ma), martelant : “Il n’est pas question, sous quelque prétexte que ce soit, d’envisager une quelconque restriction de nos espaces de liberté. [...] Il n’y a pas et il ne peut y avoir de culture “propre”, ni d’art “propre””. De notre côté, pour ce numéro 5 du Marrakech Mag, nous avons interrogé un groupuscule de jeunes artistes marocains, ici dénommés «Hizbicule», sur ce que le concept «culture propre» leur évoque… tout comme nous avons laissé carte blanche à Othman Zine pour shooter ces artistes «sales ou bikheeer»…

re

Réponse collective d’une voix qui scande en cœur que Mr Propre ne “javelisera” pas les cellules, même les plus infimes, de nos espaces d’expression et de création… Touches pas à ma liberté !

pre

e s n o p é R

Propre

e

tur Cul e lt u r C

u

pre

Pro

op

lt

re

u r

op

e

re

Pr

e

op

r op

e r p o

r Cu

e r

u

re

re

p

pre

Pro

ro

P

P

re

p

ro

Voici quelques questions qui se répandent dans la poussière du demi-cercle : • L’art propre est-il de bonne famille ? • L’art propre, plumeau ou aspirateur ? • L’art propre, d’accord, mais à qui, au juste ?   Nous sommes le “Hizbicule” et nous sommes de la région. Celle des danses en demicercle, des dos d’âne de l’âme et des pierres mal polies, de celles qui ne s’offrent pas en dot mais qui narrent la vie. Nous ne recouvrons pas nos fissures de mensonges cimentés et refusons de recoudre nos chagrins d’amour. Apposé au vôtre, notre art vous est sale. KHIKHI. Les microbes que porte à sa bouche la main de l’enfant que vous brimez, par peur de la maladie et autres formes de malheurs digestifs. KHIKHI. Est-ce cela ? Qu’importe ! Voyez-vous, nous n’avons pas peur de la boue, ni des émois, ni même de vous.” Signé : Le Hizbicule

ltu

lt

re u

p

pre

o

r

Pro

P Pr

op

re

pre

Pro

lt

P

re

re

ltu

Cu

re

pre

ltu

e

e

C

Cu

r

ur

ltu

u

p

Cu

Pro

o

lt

pre

r

Cu

re

Pro

re

p

ro

P

re

P

re

ltu

Cu

re

Culture

op

C

Pr

re

Culture

u

Pr

re

e

o

Pr

u

Pr

e

r

p

r

P

C

re Culture

re

“L’art ne peut être qualifié. L’art ne doit pas être défini. L’art existe. Il peut être apprécié, critiqué, jugé. Il doit exister. Même si aux yeux de certains il est sale, surtout si aux yeux de certains il dérange. Pour refuser les carcans. Pour interroger l’existant. Pour ne pas dire oui avant d’avoir interrogé le non. Les artistes doivent créer. Sans jamais baisser les yeux. Sans jamais avoir honte. En étant libres. Face à ceux qui appellent à une expression de l’art propre, nous nous constituons en demi cercle des artistes sales. Avec foi, conviction, viscéralité et une bonne dose de provocation, ne serait ce que pour refuser les classifications, forcément réductrices. Pour s’ériger contre les soi-disant gardiens d’une morale achetée en kit au nom d’une identité préfabriquée… Ce n’est qu’un demi cercle. Car un cercle, c’est fermé, ça englobe, c’est parfait. Or aucun artiste ne saurait être parfait. Il doit être plein de failles, de fissures, de brèches, qui, selon certains sages et poètes, laisseraient justement entrer la lumière. Les failles rendent humains. Les failles rendent perfectibles. Jamais nous ne serons parfaits. Nous créerons. Librement. Et nous veillerons à ce que rien n’entrave cette liberté.

re p o r P

e u r lt u Culture

C

op Pr

e

Par : Mouna Anajjar Photos : Othman Zine


030/LIFESTYLE

Leila Alaoui Photograve


Bouchra Ouizguen Gorégraphe


030/LIFESTYLE

Mohamed Mourabiti Artiste plastirien


Oum Chanteuse saliste


Mohamed Achaour CinĂŠfaste

030/LIFESTYLE


Fatym Layachi saletimbanque


028/ACTU

Par : Katia Sahli

Les enfants sont le socle sur lequel se bâtit l’avenir. Il existe fort heureusement des personnes qui ont compris que, plus que des paroles, il faut des actes pour consolider cette base indispensable à tout développement humain. Par des chemins de traverse, de façon différente, mais toujours avec passion et dévouement, ceux que nous avons rencontrés ici ont réussi à redonner à l’éducation tout son sens, et à inculquer aux enfants le goût d’apprendre et l’espoir en des lendemains qui chantent. LES AMIS DU LYCEE SALAH EDDINE EL AYOUBI :

“Allumons une bougie plutôt que de maudire l’obscurité” Professeur de français depuis 1989, Laila Bensliman se définit très modestement comme “un professeur ordinaire dans un lycée ordinaire”. Mais en réalité, “ordinaire“ est loin d’être l’adjectif que j’aurais choisi pour qualifier Mme Bensliman -et son lycée. Cette passionnée de l’école publique menait une carrière toute tracée, sans vagues : elle remplissait sa fonction, sans tricher et avec motivation, mais comme elle le dit si bien : “Je donnais le mieux, mais pas plus”. Et voilà qu’en 2008, elle se retrouve face à une classe extraordinaire, des jeunes tellement motivés, si assoiffés de savoir, que cela l’ébranle… Et elle se dit qu’elle doit faire quelque chose pour leur permettre de révéler et d’exalter leur potentiel. L’Association des Amis du lycée Salah Eddine El Ayoubi voit alors le jour, elle s’appuie sur un système de parrainage pour développer des actions culturelles au sein du lycée. Cette initiative a agi comme un catalyseur, et a apporté bien plus que prévu. Au-delà de l’aspect culturel, c’est l’ensemble des locaux qui a été restauré. Les arbres, les espaces verts, la propreté… Tout a été repris en main et réaménagé. Les élèves sont maintenant fiers de leur établissement, comme flambant neuf, et tout le corps enseignant a trouvé une cohésion autour de ce projet. A présent, les idées, envies et réalisations fusent : construction d’un centre sportif, invitation d’artistes et de bénévoles à participer aux ateliers, création d’une fresque murale pour embellir le lycée, de poadcasts… De véritables talents artistiques émergent parmi les élèves. Laila Bensliman leur a tout simplement montré que chacun d’entre eux était important, et que l’expression de leurs désirs n’était pas vaine. Elle aime leur répéter cette phrase de Margaret Mead : “Ne doutez pas qu’un petit nombre de personnes déterminées puisse changer le monde. En fait, c’est toujours comme cela que ça a fonctionné.” Maintenant, ce credo, ils y croient, et leurs cursus universitaire et professionnel témoignent de leurs réussites. Lorsque l’on fait un tour de table et que l’on demande aux élèves ce que cette association leur a apportés ? Leurs réponses nous révèlent l’importance de “ce professeur ordinaire, dans un lycée ordinaire”. Mme Bensliman est “le jardinier par qui nos âmes sont fleuries, elle nous a fait naître une seconde fois, c’est une seconde mère, qui nous a montré que nos rêves peuvent nous amener vers un avenir prometteur… Et, sans exagération, ses capacités valent celles de plusieurs hommes réunis !” Alors, vive l’école publique, et vive les révélateurs de destins !


MAGHREB BIO :

“Mens sana in corpore sano” (“Un esprit sain dans un corps sain”) Maghreb bio, c’est avant tout un joyeux tandem, deux femmes de cran et de cœur. Il y a Khadija Jaouane, naturopathe, membre fondateur de l’association. Depuis toujours concernée par la place de la nutrition dans la vie de chacun, elle a fait de la santé par la nutrition saine son métier et sa passion. Et il y a son alter ego, Khadija Belkziz, docteur en pharmacie, co-fondatrice et présidente de l’association, qui se bat depuis de nombreuses années pour défendre la santé et le bien-être pour tous. Difficile de rester indifférent à leur générosité naturelle, à leur belle dose de détermination. Leur idée de départ, développer la production bio, protéger l’environnement. En 2005, elles entament alors un projet de taille, animé par cette même vision : en plein cœur de la Médina, dans une école primaire, elles donnent vie à un jardin biologique. Pensé et cultivé pour fournir la cantine scolaire, il sert aussi de cadre à l’enseignement des enfants : chacune des matières intègre le jardin pour un apprentissage pratique. Bien entendu, nos deux dames ont rencontré bien des défaitistes pour condamner le projet dans l’œuf, le taxant d’utopiste, car pour beaucoup “le bio, c’est pour les riches”, quand il n’est “pas assez productif…” Mais le bilan, après 6 ans, chasse les ombres pessimistes. Non seulement les enfants mangent sainement toute l’année, mais le surplus est distribué aux familles. Côté enseignement, l’impact du jardin est tout aussi bluffant, les enfants sont plus performants, ont développé une meilleure mémorisation, plus de concentration, leur absentéisme a régressé, leur santé est meilleure, et, surtout, tous ces résultats se maintiennent plus tard, lorsqu’ils intègrent le collège. Ce jardin devient le témoin éloquent du lien indissociable qui unit l’homme à son environnement, et du cercle vertueux que peut déclencher la sensibilisation au respect de la Terre… N’est-ce pas là le réel enjeu du XXIe siècle ?

FONDATION JANELLY ET JEAN-RENE FOURTOU :

L’Humanit’Art

La Fondation Janelly et Jean-René Fourtou, depuis 2002, vient en aide aux femmes et enfants nécessiteux, avec l’art contemporain comme outil en toile de fond. A Dar Tifl, l’orphelinat de Marrakech, des ateliers sont organisés pour que chacun des 350 orphelins participe en moyenne à un ou deux ateliers par semaine : théâtre, musique, expression corporelle et arts plastiques… Une dynamique rendue possible grâce au dévouement d’une équipe soudée, complice, passionnée et volontaire, pilotée par Nicole Mehri et Marie Fouilleul. Grâce aussi à une énergie positive folle, patiemment déployée pour réaliser un projet impensable il y a encore quelques années : offrir, à travers l’Art, de l’espoir, de la vie… et des yeux qui brillent aux orphelins. Depuis, l’expérience a été dupliquée dans d’autres centres, celui de Tamsloht, Fier et Fort, et à Tifrit en collaboration avec l’éducation nationale. Plus de doute, le modèle est viable, dès lors qu’il rencontre des volontés favorables à son développement. Autre impact tangible : au contact des artistes, les éducateurs évoluent à leur tour vers une meilleure communication avec les enfants, parce qu’ils comprennent qu’une alternative existe et qu’elle fonctionne mieux. Au final, ces jeunes, assaillis par la honte, d’eux même, de leurs corps, hantés par des passés de violence, de manque d’amour, ont peu à peu repris confiance en eux et en les autres. Leur rencontre avec des artistes passionnés, confirmés, ce partage autour de l’Art, basé sur l’écoute et la transmission, leur a ouvert des portes d’issue, de nouvelles voies : celles de pouvoir se projeter dans le futur, parce qu’ils ont été valorisés et encouragés.


ENGLISH 030/ACTU

A different kind of education Children are the foundations on which the future is built. Thankfully, some have understood that actions rather than words are needed to consolidate this essential grounding of human development. Out of the mainstream, using a rather different approach full of passion and devotion, the people we met here have succeeded in giving back meaning to education, instilling into children a taste for learning and hope for a brighter future. FRIENDS OF THE LYCEE SALAH EDDINE EL AYOUBI:

“It’s better to light a candle than curse the darkness.”

Teaching French since 1989, Laila Bensliman defines herself with great modesty as “an ordinary teacher in an ordinary school”. Actually, “ordinary” is far from being the adjective I would have chosen to describe Mrs Bensliman… and her school. This passionate lover of state schools was plain sailing along the path of a career set out for her, carrying out her duties, honestly and with motivation, but as she put it so well: “I gave the best of myself, but not my all”. In 2008, she found herself in front of an extraordinary class of young people, so motivated and hungry for knowledge that she was shaken to the very core… She resolved to do something to help them reveal and extol their potential. The Association ‘Les Amis du lycée Salah Eddine El Ayoubi’ was thus created, backing her up with a system of sponsors to develop cultural events at the heart of the school. This initiative acted as a catalyst and brought far more than was planned. Aside from the cultural aspect, all of the school premises were restored, and the trees, green spaces, cleanliness… dealt with and reorganised. The pupils are now proud of their ‘brand new’ school and the entire teaching body has found cohesion in this project. Now, ideas, desires and projects come in thick and fast: building a sports centre, inviting artists and volunteers to take part in workshops, creating a wall fresco to embellish the school, podcasts… True artistic talents are also emerging amongst the pupils. Laila Bensliman simply showed them they were all important and that expressing their desires was not in vain. She likes to repeat this sentence from Margaret Mead: “Never doubt that a small group of thoughtful, committed citizens can change the world. Indeed, it is the only thing that ever has.” They now believe in this motto and their university and professional career paths stand as proof. When seeking the views of and asking pupils what this association has brought them, their answers reveal the pivotal role of “this ordinary teacher, in an ordinary school”. Mrs Bensliman is “the gardener who made our souls blossom, she brought us into this world a second time, she is a second mother, who showed us that our dreams can take us towards a promising future… And one can say without any exaggeration that her skills are worth more than those of a number of individuals combined!” So, long live state schools, and long live those who reveal destinies!

MAGHREB BIO:

“Mens sana in corpore sano” (“A sound mind in a healthy body”)

‘Maghreb bio’ is a happy duo of women with a lot of guts and a lot of heart. Khadija Jaouane is a naturopath and founding member of the association. She has always been interested in the place nutrition in people’s lives, and has made health through a healthy diet her work and passion. Her alter ego, Khadija Belkziz, a pharmacist and cofounder and president of the association, has been fighting for years now to ensure health and wellbeing for all. How can one remain indifferent to their natural generosity and huge dose of determination? Their idea at the start was to develop organic farming and protect the environment. In 2005, they started on a major project with this same vision in mind: they created an organic garden in a primary school at the heart of the Medina. Designed and grown to supply the school canteen, it is also used a teaching tool for the children: every subject integrates the garden for hands-on learning. Of course, these ladies have crossed paths with many a defeatist looking to nip the project in the bud, accusing it of being utopian. Indeed, many people believe that “organic food is for the rich”, and “not productive enough…” However, results after 6 years have chased away these dark, pessimistic clouds. Not only do the children eat healthily all year round, but the surplus is distributed among the families. As far as learning is concerned, the garden’s impact is just as impressive: the children are more successful, they have developed a better memory, greater concentration, their absenteeism has fallen, they are in better health and, most importantly, these results continue on into secondary school. This garden speaks volumes on the indissociable link that binds man to his environment and of the virtuous circle an awareness of and respect for the planet can trigger… Is this not where the real issue of the 21st century lies?

FONDATION JANELLY ET JEAN-RENE FOURTOU :

Humanit’Art

Since 2002, the Fondation Janelly et JeanRené Fourtou has been helping needy women and children, with Modern art as an underlying tool. In Dar Tifl, Marrakech’s orphanage, workshops are organised so that each of the 35O orphans can take part in an average of one or two of these a week, including theatre, music, music and movement and visual arts… This project has seen the light thanks to the devotion of a closely-knit, passionate and proactive team, led by Nicole Mehri and Marie Fouilleul. Thanks also to a very positive energy, patiently deployed to fulfil a project that would have been unthinkable only a few years ago: giving hope and life through Art… and adding sparkle to orphan eyes. Since, the experience has been duplicated in other centres in Tamsloht, Fier and Fort, and in Tifrit in collaboration with the state education system. There is no longer any doubt that the model viable as long as it meets the path of people willing to develop it. Another tangible impact lies in the fact that in contact with the artists, educators develop in turn better communication with the children, since they understand there is a much more effective alternative. In the end, young people weighed down by shame of themselves and of their bodies, haunted by violent pasts and lack of love, have gradually regained confidence in themselves and others. Meeting passionate, experienced artists, sharing around Art, in a process of listening and passing on, has opened up doors and new paths for these children, with the power of thinking to the future, because they have been valued and encouraged.


032/AGENDA

CQFD Ici

ÇA SE PASSE PRES DE CHEZ VOUS... Par : Claire Fouilleul

MARRAKECH DU 30 MAI AU 2 JUIN : “LA

DU 6 AU 10 JUIN : MARRAKECH DU RIRE

POESIE, UN PONT UNIVERSEL ENTRE LES CULTURES”

lieux, comme le Bastion du port et le musée d’Essaouira. Des ateliers d’écriture pour tous âges, baptisés “Ecrire la mer”, sont également proposés dans le cadre du festival. www.ambafrance-ma.org

CASABLANCA/RABAT

Le Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour à Marrakech organise la 7ème édition des Rencontres Internationales de la Poésie, sous le signe de “La poésie, un pont universel entre les cultures”. Nouveauté cette année, un volet «rétrospective» mettra l’accent sur des voix de femmes qui ont su porter leurs convictions à travers leur poésie : la poétesse et cinéaste iranienne Forough Farrokhzad, la poètesse Andrée Chédid et enfin Rosa Parks, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Trois voix d’hommes feront revivre celles de ces femmes, respectivement les poètes Stéphane Chaumet, Jean-Pierre Siméon et Nimrod. En parallèle, un concours de poésie ouvert aux jeunes Marocains de 16 à 25 ans, est également organisé. Le jury attribuera un prix aux trois meilleurs poèmes. L’occasion de découvrir de nouveaux talents nationaux… www.riadsaharanour-marrakech.com

JUSQU’AU 3 JUIN : HIGHER ATLAS

Le Marrakech Du Rire revient remuer les zygomatiques des Marrakchis, avec toujours Jamel Debbouze aux commandes. De nombreuses célébrités de l’humour sont attendues à ses côtés, comme François-Xavier Demaison, Omar Sy ou encore Franck Dubosc. Les nouveaux talents de la troupe du Jamel Comedy Club seront également au rendezvous, notamment lors de représentations à l’Institut Français de Marrakech… http://marrakechdurire.com

FES DU 12 AU 14 AVRIL :

LA CULTURE SOUFIE A L’HONNEUR

Dabateatr, c’est le nom qu’a choisi un ensemble de jeunes artistes pour promouvoir une action culturelle artistique libre depuis 2004, tentant de créer des passerelles autant entre les hommes qu’entre les disciplines et les cultures. Un rendez-vous mensuel offrant théâtre, conférences et débats : le “Dabateatr Citoyen”. Puis, un week-end sur quatre, en association avec L’EAC-L’Boulvart, les artistes musiciens se réunissent pour une série de concerts à Casablanca lors du projet “Daba 36”. www.dabateatr.com

TOURNEE DES INSTITUTS FRANCAIS JUSQU’AU 30 MAI : LE GRENIER DE JEAN DE LA FONTAINE

Pour sa 6ème édition, le Festival de la culture soufie de Fès rend un hommage tout particulier à Muhammed Iqbal, penseur soufi pakistanais mort en 1938. Les “Sapiences soufies” (phrases de sagesse) seront représentées à travers la littérature, mais aussi via le travail d’artistes peintres ou calligraphes, chanteurs… www.festivalculturesoufie.com

ESSAOUIRA DU 7 AVRIL AU 19 MAI : CHOUF LA MER… Le titre de l’exposition suggère une cartographie de l’au-delà… Les artistes et architectes internationaux participants ont fait en sorte de mettre en valeur le lieu qui les entoure : le Théâtre Royal et les citernes de la Koutoubia. Plus de 25 artistes de renommée internationale, architectes, écrivains, musiciens et compositeurs participent à l’exposition majeure de la 4ème Biennale de Marrakech. www.higheratlas.org

JUSQU’AU 9 JUIN : DABATEATR !

Proposée par l’AFME (Alliance FrancoMarocaine d’Essaouira), cette nouvelle édition du Festival Chouf la mer promet un temps de productions pour des artistes souiris, marocains et européens, associant toutes catégories d’expression sur le thème… de la mer bien sûr ! Ce rendez-vous culturel se déroule cette année dans plusieurs

Et si Jean de la Fontaine pouvait, depuis son grenier, traverser les siècles pour s’adresser aux spectateurs jeunes, ou moins jeunes, du XXIe siècle ? La compagnie de L’Aparté a imaginé cette folle aventure sous forme de pièce de théâtre. Reprenant ses fables les plus célèbres, la pièce met en scène les personnages dans un style totalement modernisé. Après 3 semaines de représentations à Casablanca, le spectacle part en tournée dans les Instituts Français du Maroc : Meknès le 2 avril, Tétouan le 4, Tanger le 6, El Jadida le 13 et le 14 avril et, enfin, Oujda le 30 mai pour sa dernière date. www.institut-francais-casablanca.ma


CQFD Ici

QUAND LA MUSIQUE SONNE… Par : Claire Fouilleul

CASABLANCA DU 21 AU 26 AVRIL :

RABAT DU 18 AVRIL AU 26 MAI : MAWAZINE

JAZZABLANCA

FÈS DU 8 AU 16 JUIN : FESTIVAL DES MUSIQUES SACREES DE FES

Jazzablanca organise sa 7ème édition à l’Hippodrome de Casa-Anfa. Connu pour sa beauté naturelle, le site accueillera des expositions d’art dédiées au jazz et des concerts durant toute la période de l’événement. Cette année encore, le Festival vise à maintenir le cap de l’initiation au jazz pour une trentaine d’élèves musiciens. Du jazz, certes, mais pas uniquement ! Les concerts allient différents genres musicaux : de la soul au funk, en passant par le rock et le rap. Parmi les têtes d’affiche, l’artiste marocaine Oum, mais aussi Olivia Ruiz, Marcus Miller, Aloe Blacc… www.jazzablanca.com

Ré-enchanter le monde, tel est le challenge que s’est fixé le 18ème Festival des musiques sacrées de Fès, avec un hommage particulier au grand poète perse Omar Khayyam. Le Festival de Fès parcourt les vastes espaces des chants et des rythmes que les cultures du monde ont créé depuis la nuit des temps. Un programme riche en découvertes, où des artistes des quatre coins du monde se partageront la scène, des USA à l’Inde en passant par l’Islande ou le Pakistan et le Maroc bien sûr… Les musiques sacrées ne sont-elles pas internationales ! www.fesfestival.com

La 11ème édition du Festival Mawazine fera défiler des stars internationales sur différentes scènes pour le plus grand plaisir du public. C’est le duo LMFAO qui ouvre le bal cette année. Suivront, parmi les plus connus, Pitbull, Jimmy Cliff, Gloria Gaynor, le légendaire Lenny Kravitz, ou encore, le groupe de rock mythique Scorpions, en pleine tournée d’adieu. Côté musique arabe, on attend sur scène le prince du raï Khaled et les deux stars libanaises Wael Kfoury et Nancy Ajram. Le tout se termine en beauté par un concert de clôture de Mariah Carey… Rien que ça ! www.festivalmawazine.ma

ESSAOUIRA DU 21 AU 24 JUIN : FESTIVAL GNAOUA

LE 21 AVRIL, PUIS UNE FOIS PAR MOIS : OPEN MIC POUR RAPPEURS

Une nouvelle actu musique pour l’association EAC-L’Boulvart ! Chaque mois, le centre de musique actuelle le Boultek, lui ouvre ses portes… et ses micros ! Avis à tous les amateurs, Block 10 Open Mic, scène libre réservée aux rappeurs, promet de devenir votre rendez-vous mensuel préféré entre découvertes de jeunes talents, guests et freestyle. Invités de cette cinquième édition: Hablo et Saber. Tout savoir sur la programmation et plus encore sur www.boulevard.ma.

15 ans déjà que le Festival Gnaoua d’Essaouira démontre la vitalité de cette musique traditionnelle dans le paysage culturel marocain et international. Métissage entre tradition et modernité, ce rendezvous culturel, à travers ses différentes éditions, a su prouver que la tradition gnaouie était plus que jamais vivante. Dans un cadre majestueux, sa version 2012 promet concerts populaires, fusions inédites, résidences originales et espaces de débats. Essaouira célébrera donc la fête de la musique avec les plus grands mâalmines gnaoua du Maroc et leurs invités venus d’horizons multiples. www.festival-gnaoua.net


034/CULTURE

Par : Sylvie Gassot

LIVRES

Une sélection de bonnes feuilles pour voyager dans l’imaginaire de belles plumes !

maladif, jaloux, spirituel, cruel et préoccupé. Il bâcle ses films pour réussir ses sentiments et parfois l’inverse ! Des défauts à la ville qui tissent à l’écran des dialogues belliqueux. “A bout de souffle”, Godard offre sa vie et la retire en même temps à l’irrésistible Lolita. Parfois Godard ne comprend rien à l’amour puisqu’il est amoureux, méprise quand sa présence est vitale, aliène quand il faudrait s’effacer… Un sale gosse qui casse son jouet comme il a cassé le cinéma. De ce portrait, l’ombrageux “intranquille” sort humanisé, le temps cisèle la délicatesse. Aujourd’hui la page est tournée, la Nouvelle Vague engloutie, mais le livre est là, nostalgique. Rédempteur ? “Une année studieuse” d’Anne Wiazemsky - Gallimard

CLAUSTRIA

Comme l’auteur, on tourne autour du pot avant d’oser descendre dans la cave de la maison d’Amstetten où Joseph Fritzl a détenu sa fille pendant 24 ans. Sept enfants reclus plus tard, alors qu’il vit au rez-dechaussée avec sa femme, elle s’échappe et livre au monde horrifié en 2004 un récit inconcevable. Après “Microfiction”, Jauffret plonge dans cette microréalité et offre au fait divers un tremplin en littérature. Voyeur, chacun y vérifie qu’il a une vie bien meilleure que cette sous vie. Le lecteur se cogne au bourreau comme aux victimes. “Claustria” est un roman obsédé par la véracité, un film en puissance dont le titre s’impose : European psycho ! “Claustria” de Régis Jauffret - Le Seuil

MUFLE

Lui : deux fois divorcé, de grands enfants. A cinquante ans, il croyait avoir enfin trouvé la femme de sa vie. Elle, c’est Charlotte. Elle se sera bien foutue de lui en prenant un amant. Mais se trouve des circonstances atténuantes : “J’ai fait ça par mégarde”. L’insouciance en fait une imprudente : textos qui traînent, preuves comme des aveux. Le problème, c’est qu’une fois la chose dite, flotte l’âcre odeur de l’adultère… Place aux nuits illimitées d’insomnie où le non-dit est un poignard et l’aveu tresse les tripes. Elle n’a pas envie de parler de “ça”. Autopsie d’un mensonge, ce capharnaüm sentimental décrypte les affres de l’homme trahi. Ce tour du monde d’une blonde en 80 pages, écrit au fil de la passion et de ses miasmes, a une sensibilité à fleur de haine et touche sa cible : en plein cœur ! “Mufle” d’Eric Neuhoff Albin Michel

BRIGITTE BARDOT PLEIN LA VUE

Après Gainsbourg, Sagan et Saint Laurent, Marie Dominique Lelièvre dissèque le petit fauve sexy devenu la plus belle femme du monde. Brigitte Bardot, beauté culottée et désinvolte, gazelle au pied félin et yeux basilique, dévoile l’âme d’une époque. Cœur d’artichaut, elle s’affiche avec une liberté dévolue aux hommes avant de fuir, à la Madrague, le soleil médiatique. Est-ce parce qu’elle est quasiment aveugle de l’œil gauche ? La star porte un regard décalé sur le feu du désir qu’elle suscite. Elle casse les codes en Harley Davidson, offre à la caméra un sex appeal sain et s’autorise tout. Mariée à 18 ans, elle réitère l’aventure quatre fois, dont une à Las Vegas, un 14 juillet. Enregistre “Je t’aime moi non plus” pour attiser la jalousie de Gunther Sachs,

quitte un amant célèbre parce qu’elle en a trouvé un autre… Piètre mère, celle dont le plus beau jour de sa vie est une nuit… réjouit par son sens de la répartie. Passionnant ce BB forever ajoute au mythe. “Brigitte Bardot plein la vue” de Marie-Dominique Lelièvre - Flammarion

L’ECLAIRCIE

Du pur Sollers, érudit et grincheux, brillant ou irritant, toujours intelligent ! Dans ce roman familial, le narrateur, qui ne peut plus voir sa famille en peinture, écrit au pinceau avec des fulgurances providentielles. Il sort l’épuisette à papillon et part à la chasse aux souvenirs. Dans son rétroviseur, place aux émotions à fleur de peau, critiques ou émerveillées. Avec Sollers, il faut aimer pour émouvoir, admirer pour transcender et saigner pour toucher. Par le biais de l’art, celui

des frères adoptés : Baudelaire, Stendhal, Haydn, Manet… il décrypte, à l’aune de l’amour, sa carte du tendre. Casanova en plume, le facétieux se compare et s’en amuse. Plus amoureux sans doute de l’idée qu’il se fait de la représentation de l’amour que de l’amour lui-même. Qu’importe… Vive le parti pris “quand l’interdit dit oui” ! “L’éclaircie” de Philippe Sollers - Gallimard

UNE ANNEE STUDIEUSE

Sa vie est un roman. Alors sans faire de cinéma, l’héroïne de la “Chinoise” livre son Godard et moi. Un portrait Masculin Féminin par l’ex-étudiante qui, à 19 ans, écrivit au réalisateur de 36 ans. Godardisée, la petite fille de François Mauriac casse les codes de sa caste, s’affranchit façon Sagan et épouse l’arrogant génie. Elle découvre un romantique, amoureux

LES MERVEILLES

Elle se disait femme de ménage pour mystifier son job d’escort girl. Dans la famille d’Evelyne, papa est représentant, maman vendeuse, le petit frère amorphe et le chien un trésor. A 13 ans, tout bascule : papa punit atrocement le chien et l’héroïne grandit par vengeance. Elle frappe sa mère à coup de marteau, devient zinzin, brade sa virginité à un copain du père, zappe le lycée et finit strip-teaseuse. L’amour de Luiggi et de leur fille aurait pu la remettre sur le droit chemin, mais la haine est gluante quand on grandit avec un tournevis dans le coeur. Abusant du sexe comme une arme en puissance, elle aboie à la place du chien et tue furieusement l’amant. Un livre cru, intransigeant, au style assassin. “Les Merveilles” de Claire Castillon -Grasset


036/CULTURE

Par : Sylvie Gassot

BEAUX LIVRES

Des livres grand format pour se laisser envoûter par l’image et captiver par le texte... DIOR COUTURE

Chic et glam’ comme un défilé de rêve, ce très beau livre, préfacé par l’artiste Jeff Koons, met en scène le symbole de la haute couture d’hier et d’aujourd’hui. Pendant deux ans et demi, la star des photographes, Patrick Demarchelier, a traqué tout le gotha de la fashion pour offrir à l’emblématique maison Dior un éternel podium. Le texte, signé Ingrid Sischy, incontournable chroniqueuse américaine de l’art contemporain, nous entraîne des shootings aux salons ultra-privés de l’avenue Montaigne. Directeur artistique, Fabien Baron, a su créer un écrin clair et rigoureux à cet inventaire enchanteur de mousseline et de mannequins sorties des archives New Look des années 50. Au fil des pages, on découvre Christian Dior par luimême mais également par ses successeurs : Yves Saint Laurent, Marc Bohan et John Galliano. Sacré générique ! “Dior Couture”de Patrick Demarchelier Editions Rizzoli

PARIS PORTRAIT D’UNE VILLE

Amoureux de Paris et de la photo, ce livre est pour vous. Conçue comme un hymne à la capitale, cette chronique d’un siècle et demi d’histoire est haute en couleur. L’œil charmé des meilleurs photographes du monde -d’ailleurs, c’est sur les berges de la Seine que Niepce et Daguerre inventèrent ce nouvel art- côtoie, en 600 pages et 500 photos, des talents anonymes. Le monumental croise l’intime et le passé tutoie le présent… La

poésie de Lartigue, Brassaï, Cartier-Bresson, Ronis, Horvat… tisse un Patchwork passionnant formidablement décrypté par l’historien JeanClaude Gautran. Véritable album de famille, il nous embarque pour un voyage où l’air de Paris swingue une mélodie vivifiante. Elle résonne entre belles pierres et habitants en mue constante. Entrez dans la danse… “Paris portrait d’une ville” de Jean Claude Gautrand – Taschen

MODERNIST CUISINE

La révolution de l’art culinaire est en marche ! Tout comme les impressionnistes ont bouleversé la tradition, la cuisine moderniste repousse les limites de la gastronomie. Des chefs novateurs à la réputation internationale, comme el Bulli, The Fat Duck, Alinea et wd~50, s’inspirent des techniques de laboratoires de recherche pour intégrer à leur pratique les avancées de la science et de la technologie. Cette bible de 2.440 pages en 6 volumes livre un ensemble de secrets et recettes pour préparer,

pas à pas, des plats confinant au sublime. Vous saurez tout sur les astuces du bain-marie, des centrifugeuses ou des émulsifiants et enzymes grâce auxquels les auteurs et leur équipe du Cooking Lab sont parvenus à créer des saveurs et des textures nouvelles. Illustrés de milliers de photos et schémas, on y apprend à réussir un beurre soyeux et onctueux uniquement à partir de pistaches ou des frites mousseuses dedans, craquantes dehors ! Avec “Modernist Cuisine”, la gastronomie se réinvente… “Modernist cuisine, art et science culinaire” de Nathan Myhrvold, Chris Young et Maxime Bilet Taschen

ONCE IN A LIFETIME

“Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage” Joachim du Bellay. Si le Voyage était un pays, il ne pourrait, à l’instar des Amériques ou des Indes, qu’être multiple. Tel un kaléidoscope, le voyage est artistique, littéraire, sensuel, musical, gastronomique, cinématographique, imaginaire, poétique et,

bien sûr, géographique. Mélange des genres, symphonie de rencontres, découvertes en cascade ou arrêt sur image, chaque voyage a une personnalité qui lui est propre. Dans cet ouvrage, il est question, à travers cinq chapitres, de ces voyages qui nous transportent. Au fil des pages, on y découvre tour à tour, une définition du voyage en mouvement de caravane en croisière sur le Zambèze (On the Move), celle du voyage “grand angle” face à des paysages ou géographies qui forment un tout (Eyes Wide Open). Du voyage catalyseur d’une “paix intérieure“ (Peace of Mind), aussi avant d’embarquer pour un voyage à la recherche des grands hôtels et palaces (The Grand Hotel). Enfin, un voyage intellectuel nous propulse à la découverte de nouvelles esthétiques et modes de vie (Getting Wiser). Autant de voyages d’une vie. “Once in a Lifetime, Travel & Leisure redefined” Editions Gestalten

LES BAISERS

Evocateur et analytique, Serge Bramly -romancier, critique

d’art, photographe et scénariste-, embrasse les siècles et les cultures pour décrypter la signification des lèvres qui s’unissent. Confrontant les amours d’Eros et de Psyché aux mythes de l’Inde et du Japon, il redessine une carte du tendre de ce symbole de la passion amoureuse ou de l’amour maternel mais aussi de la transgression de la mort. De l’Antiquité à aujourd’hui, il rassemble plus de 150 chefs d’œuvre, d’Hokusai à Cindy Sherman, de Jérôme Bosch à Picasso, de Roy Lichtenstein à Brancusi, qu’il nourrit d’anecdotes poétiques. Torride et troublant. “Les baisers” de Serge Bramly et Jean Coulon Flammarion

CO-MIX

Pape de la bande dessinée, Art Spiegelman, dessinateur vedette au New York Times et Prix Pulitzer en 1992, est devenu célèbre grâce à “Maus”. Son chef d’œuvre traitant de la Shoah a contribué à la reconnaissance du 9ème art. Pour cette monographie qui sort alors qu’il préside le Festival d’Angoulême et que le Centre Pompidou expose ses dessins, il a réunit une foule de planches originales et spectaculaires. Audelà des nombreuses Unes de magazines, on y découvre son jardin secret et son travail sur la danse, l’opéra et les vitraux, publiés pour la première fois et décodés par Robert Storr, conservateur au Moma. Classe et léger comme une bulle qui klaxonne d’intelligence ! “Co-Mix” de Art Spiegelman Skira Flammarion


038/PORTRAITDARTISTE

Mohammed Boustane De la lettre à la vibration

Dans son atelier niché sur les toits d’un riad confidentiel de la Médina de Marrakech, Mohammed Boustane nous embarque dans son voyage intérieur à travers la calligraphie.


Par : Katia Sahli Photos : Othman Zine

Ce virtuose de la lettre, autodidacte, aime laisser son art s’épanouir et grandir au gré des rencontres que le destin place sur son chemin, “car la vie se fait doucement, il faut l’accueillir et l’accepter”. Il n’y a rien de précipité, de torturé, chez Boustane, tout est calme et tempérance. Il vit dans l’assurance que son Art le guide. Indépendant depuis ses débuts, seule la lettre a su l’apprivoiser, elle l’a transcendé en même temps qu’il la façonnait. Comme il le dit si joliment : “La lettre a commencé petite, elle a grandit et j’ai grandi avec elle.” Inspiré par la mouvance lettriste de la calligraphie, qui s’attache à la poésie cachée derrière la lettre, se suffisant à elle-même dans la forme et le contenu et ne nécessitant plus le sens des mots, l’artiste entreprend son apprentissage seul, avec détermination. Il s’isole, mais est néanmoins très tôt remarqué et encouragé par des maîtres qui ont décelé son talent… Peut-être avant lui ? C’est en 2008 qu’arrive sa première grande consécration : il est reçu comme invité d’honneur à Abu Dhabi, dans une exposition qui rassemble les plus grands maîtres de la calligraphie arabe. Boustane reçoit en 2009, puis en 2010, le 2ème prix à la Foire d’Alger. Il est de nouveau mis à l’honneur lors de la Biennale de Sharjah en 2010. C’est à ce moment que son art prend une autre tournure. Dans l’univers très structuré et ordonné de la calligraphie, le lettriste va libérer la lettre, il la brise, la “désarabise”, jusqu’à la rendre vibration : “Je brise la ligne, c’est la non-acceptation, tout le monde connaît la lettre, il faut la dévoiler.” Il est comme ça Mohammed Boustane, à la fois guide et passager. Aujourd’hui, il contemple et attend, détaché et confiant, de voir dans quelle nouvelle dimension ce nouveau souffle va le conduire. Et, le temps d’un instant de poésie, il reprend, pour nous, ses outils qui sont “la dernière terminaison nerveuse” de son corps : le calame, la plume sergent major, un bout de palmier, et, doucement, il trace les lignes parfaites des lettres, en répétant “Je m’amuse, je m’amuse”… Et nous, on se régale, nourris de la délicatesse de cet artiste hors sentiers-battus. boustane10009@gmail.com Tel : +212 6 63 69 19 20


040/PORTRAITDARTISTE

Mohammed Boustane Letters turned into vibration In his studio nestled on the rooftop of an exceptional private riad in Marrakech’s Medina, Mohammed Boustane takes us on a journey into the depths of calligraphy.

T

his self-taught virtuoso of letters likes to let his art blossom and grow with the encounters destiny has placed in his path, “As life gently unfurls, you have to welcome and accept it”. Nothing is hurried or tortured with Boustane, all is calm and temperance. He lives in the certainty that his Art guides him. Independent from the start, letters alone have successfully tamed him, simultaneously transcending and shaping him. As he so aptly puts it “Letters started small and as they grew, I grew with them.” Inspired by the lettrist calligraphy movement looking for poetry in letters, self-sufficient in terms of shape and content and no longer set on the meaning of words, the artist serves his own apprenticeship with great determination. He cuts himself off from the rest, but is nevertheless very quickly noticed and encouraged by masters who detected his talent perhaps even before his discovered it himself… His talent is first truly recognised in 2008: he is invited as guest of honour of an exhibition in Abu Dhabi bringing together the greatest masters of Arabic calligraphy. Boustane also received the 2nd prize of the Foire d’Alger in 2009, then again in 2010. He is once again put to the fore during the Sharjah Biennial in 2010. That is when his art takes on another form. In the very structured and well-ordered world of calligraphy, the lettrist releases the letter, breaks it up, “un-arabises” it, turning it into vibration: “I break up the line, showing nonacceptance; everyone knows letters, you have to reveal them.” This sums up the guide and passenger Mohammed Boustane perfectly. Nowadays, he contemplates and waits, detached and confident, to see in which new dimension this new inspiration will lead him forward. And, during a poetic moment, he picks up his tools – especially for us - that are his body’s “very last nerve endings” - the reed pen, the pen nib, a bit of palm tree - and slowly draws the perfect lines of letters, whilst repeatedly and quietly asserting his enjoyment… And we too sit there happy, nourished by the refinement of an artist that treads off the beaten path. boustane10009@gmail.com Tel : +212 6 63 69 19 20


042/HOMMAGE

Par : Jean Berry

Adieu


Le chanteur populaire et virtuose du lotar marocain, Mohamed Rouicha, a succombé à la maladie en début d’année. Hommage à ce monument du patrimoine amazigh, qui a su conquérir le cœur de tous les Marocains.

U

n oiseau s’est envolé. A jamais. Un rossignol du Moyen-Atlas, un Amazigh à la voix libre qui a chanté, accompagné de son lotar, les petites joies et les grandes peines du peuple. Mohamed Rouicha tenait une place spéciale dans le cœur des Marocains. Il venait de Khénifra, de ce MoyenAtlas beau et sauvage qui a su conserver sa ruralité humble et son rapport à la nature, et les ériger en mode de vie sans tourner le dos à la modernité, à la force de sa culture poétique et nostalgique, à son sens de la fête. Parce qu’il a dû affronter les préjugés, aussi, en tant que représentant d’une région fragilisée par l’isolement et la misère. Parce qu’au fil d’une carrière exemplaire de plus de 40 ans, surtout, il a su dépasser le communautarisme, notamment en utilisant le tamazight, sa langue maternelle, mais aussi le darija (arabe dialectal), la langue de la rue. Enfin, parce qu’en tant qu’homme et en tant qu’artiste, il sut rester accessible et authentique, et révéler les grands talents de sa région, comme la chanteuse Cherifa. Chapeau bas ! Orphelin de père, Rouicha fut élevé par sa mère Lalla Aïcha, connue comme une résistante. Quittant l’école très tôt, il fit ses premières apparitions à la radio marocaine à l’âge de 14 ans. Dans sa dernière interview, donnée au quotidien marocain Libération fin décembre, il résumait ainsi sa carrière, évoquant ses débuts comme “une période d’amateurisme où l’on chantait la joie et la liesse populaire après l’Indépendance. Durant les années 70, les choses ont changé. J’ai puisé dans la poésie amazighe, riche en sensibilité qui reflète les soucis de la société et les sentiments humains. C’est l’époque des enregistrements des 33 tours, des soirées publiques… Après, c’est normal, c’est la maturité, la recherche, le professionnalisme“. Les années 80 le consacrent parmi les grands noms de la chanson marocaine, lui, le virtuose, avec une musique acoustique basée sur les instruments traditionnels, proche de celle de Nass El Ghiwane. Ses chansons les plus connues, comme le tube “Ya lahbiba”, “Bini w’binek darou lehdouden”, font partie intégrante de la culture populaire. Un répertoire essentiellement nostalgique... “Dans un sens, c’est vrai, répondait-il, ma situation d’orphelin précoce a eu peut-être un impact sur le choix des paroles et des mélodies. Mais ce n’est pas toujours vrai. J’ai chanté aussi la gaieté, la joie, l’amour et le bonheur. De plus, je crois

que l’artiste doit exprimer les soucis et les souffrances de la société où il vit. Et ma foi, les gens aiment qu’on chante leur douleur. D’ailleurs, mes tubes qui ont eu le plus de succès véhiculent un air mélancolique. J’aime chanter les préoccupations profondes, et de l’individu et de la société. Pour ce faire, la poésie amazighe est un support adéquat”. “Il a su fédérer le public de tout le pays autour de la diversité marocaine en restant dans sa ville de Khénifra”, note Brahim El Mazned, fondateur du Festival Timitar, qui lui rend hommage cet été en invitant sa famille et les musiciens qui l’ont côtoyé... “Et il a été la locomotive de la musique du Moyen-Atlas : la plupart des grandes figures féminines et masculines sont passées par son groupe. C’est une région qui a longtemps été lointaine et enclavée, mais que cet éloignement a protégé d’une certaine forme d’urbanisation vulgaire, même si elle a subi les conséquences de l’éloignement, du mépris des paysans, du rejet... Face aux difficultés, à la pauvreté, à la misère et au froid, la musique et la culture sont des forces pour ces gens. Rouicha chantait avec poésie et beauté la vie, les femmes, la fête. Il défendait le patrimoine, et une ruralité moderne qui n’a pas fait le choix de la facilité, de l’exode ou de l’émigration, n’a pas rejeté sa culture”. Le jour de ses funérailles, toute la ville de Khénifra est sortie dans la rue pour dire sa douleur, et lancer un dernier au revoir à son enfant chéri. “Il a dépassé la simple portée communautaire en chantant en amazigh mais aussi en darija, poursuit Hicham Bahou du Festival L’Boulevard, et a su garder un son très pur, acoustique... L’essentiel de la culture populaire marocaine est amazigh, et plus que les autres, Rouicha a touché toutes les générations, comme Nass El Ghiwane d’ailleurs. Mais c’était aussi un contestataire, un rebelle dans sa manière d’être”. Quelques semaines avant son décès, Reda Allali et le groupe Hoba Hoba Spirit lui avaient rendu visite chez lui, à Khénifra, pour enregistrer un morceau. “Sa musique a un son que tous les Marocains connaissent, avec lequel on a grandi, explique le chanteur, et il a su garder une certaine intégrité. C’était un grand bonhomme”. On connait l’amour des Marocains, et celui des musiciens, pour les blagues... “Quand on est arrivé chez lui, Rouicha nous a dit deux choses. Il nous a dit : j’ai 120 ans, parce que je compte les jours et les nuits. Et il nous a dit : quand ton pays ne te rend pas hommage, ce sont tes amis qui le font”. Une allégorie pour évoquer le non-

statut de l’artiste au Maroc –pour beaucoup, l’hommage qui lui a été rendu n’a pas été, malgré un communiqué du Roi, à sa hauteur. “Alors on a fait un morceau sur son combat, poursuit Reda Allali, lui et son instrument qu’il a réhabilité, dont il a étendu les possibilités, comme un symbole de sa culture berbère du Moyen-Atlas, pas dans une logique agressive ou exclusive, mais pour son développement et sa reconnaissance”. Fils d’une terre rebelle, celle des Zayan, fiers cavaliers et résistants, Rouicha portait en lui toute la fierté mais aussi l’ouverture, la tolérance et le sens de la fête de ce peuple. Il est parti quelques mois après la reconnaissance de sa langue comme officielle par la Constitution. Etrangement, malgré sa popularité au Maroc, seule une partie infime de son travail a été distribuée à l’étranger. Il conviendra d’archiver, promouvoir, distribuer son héritage dans le respect de ses droits, de ceux de ses proches. Musicien virtuose, il a revalorisé son instrument et le patrimoine amazigh, qu’il a inscrit dans la culture populaire marocaine. C’est aujourd’hui son fils qui reprend le flambeau. L’histoire continue.


044/HOMMAGE

Goodbye Rouicha !

The popular virtuoso Moroccan lotar singer, Mohamed Rouicha, succumbed to his illness at the beginning of the year. We wish to honour this monument to Amazigh heritage who conquered the hearts of the entire Moroccan population.

A

bird has flown into eternity. The nightingale of the Middle Atlas was an Amazigh with a free voice who sang, accompanied by his lotar, the small joys and great sorrows of the people. Mohamed Rouicha held a special place in Moroccan hearts. He came from Khenifra, in the beautiful, wild Middle Atlas that has kept its humble country life and its relationship with nature, turning them into a lifestyle choice without turning its back on modernity, using only poetic and nostalgic culture, and a sense of occasion. He had to face prejudices, representing a region made vulnerable by isolation and destitution. Over his exemplary career lasting more than 40 years, he has especially successful in going beyond communitarianism, notably using Tamazight, his mother tongue, but also the language of the streets, Darija (Arab dialect). Finally, as a man and an artist, he remained accessible and authentic, and discovered the great talents of his region, such as singer Cherifa. Hats off to him! Having lost his father young, Rouicha was brought up by his mother Lalla Aïcha, known as a member of the resistance. Leaving school at a very early age, he was first heard on Moroccan radio aged 14. In his last interview, given for the Moroccan daily paper Libération at the end of December, he summed up his career thus, evoking his beginnings as “an amateur period during which we sang about joy and the people’s jubilation following the Independence. During the 1970s, things changed. I drew inspiration from Amazigh poetry, so sensitive and reflecting society’s worries and feelings. That was the time of LPs records and public gatherings… After that, came normality, maturity, research, and professionalism”. The 1980s made this virtuoso one of the greatest names on the Moroccan music scene, with acoustic music made using traditional instruments, similar to that of Nass El Ghiwane. His most famous songs, such as the hit “Ya lahbiba”, “Bini w’binek darou lehdouden”, are an integral part of popular culture, with an essentially nostalgic repertoire… “In a sense, it’s true, he answered, and my being made an orphan at such an early age may have had an impact on the choice of lyrics and melodies. But that has not always been the case. I have also sung of cheerfulness, joy, love and happiness. In addition, I believe that an artist must give expression to the worries and suffering of the society in which he lives. And

it has to be said that people like to hear their pain being sung. In fact, my greatest hits have a melancholic feel to them. I like to sing of deep-seated preoccupations, of the individual and society. In order to do so, Amazigh poetry is the ideal medium”. “He succeeded in federating the country’s entire population around Moroccan diversity whilst remaining in his town of Khenifra”, noted Brahim El Mazned, founder of the Festival Timitar, which will pay tribute to the singer this summer by inviting his family and the musicians with whom he worked... “And he was the driving force of Middle Atlas music: most of the greatest female and male figureheads had a stint in his group. This is a region that had long been remote and enclosed, but this distance protected it from a certain form of vulgar urbanisation, even if it did suffer from the consequences of this remoteness, the contempt of small farmers, and rejection… Faced with difficulties, poverty, destitution and the cold, music and culture give these people strength. Rouicha sang about life, women and festivities with poetry and beauty. He defended heritage and a form of modern rurality that did not choose ease, exodus or emigration, and did not reject its culture”. The day of his funeral, the entire town of Khenifra was in the streets to express its grief and send out a first goodbye to its lost dear one. “He reached beyond his own community by singing not only in Amazigh but in Darija, continued Hicham Bahou from the Festival L’Boulevard, and conserved his very pure acoustics… The foundations of Moroccan popular culture are Amazigh, and more than others, Rouicha touched all generations, much like Nass El Ghiwane in fact. But he was also anti-establishment, a rebel at heart”. A few weeks before he passed away, Reda Allali and the group Hoba Hoba Spirit visited him in Khenifra to record a track. “His music has a sound that all Moroccans recognise and grew up with, explained the singer, and he kept his integrity. He was a great man”. We are aware than Moroccans, and musicians, love to joke… “When we got to his house, Rouicha said two things. He said: I am 120 years old, because I count the days and nights. And he said: when your country does not pay tribute to you, your friends will”. An allegory to evoke the artist’s lack of status in Morocco – for many, the tribute paid to him was not, despite the King’s official communiqué, worthy of him. “So we wrote a piece on his actions”, continued Reda Allali,

him and his instrument he brought back into favour, widening its possibilities, like a symbol of his Middle-Atlas Berber culture, not in an aggressive or exclusive approach, but for its development and recognition”. The son of a rebellious land, that of the Zayan, proud horsemen and members resistance fighters, Rouicha carried in him the pride as well as the open-mindedness, tolerance and sense of occasion of this population. He passed away a few months after his language was recognised as official by the Constitution. Strangely, despite his popularity in Morocco, only an infinite part of his work has been distributed abroad. His legacy must therefore be archived, promoted and distributed in respect of his rights and those of his close ones. This virtuoso musician has reasserted the value of his instrument and Amazigh heritage, which he inscribed into Moroccan popular culture. His son is now taking up the torch. And so the story continues…


046/DECOUVERTE

Par : Nathalie Rigoulet

VOYAGE HUMORISTIQUE EN TERRE MAROCAINE

Le hasard des rencontres est toujours le meilleur... et découvrir une artiste est toujours un grand moment. En naviguant sur le net, je découvre les œuvres de Marine Faure, et là, bingo ! J’ai ri et je me suis délectée de ses dessins à l’encre et à l’aquarelle made in Morocco. Croquis et peintures pétillantes de malice qui s’inspirent habilement de la vie quotidienne des Marocains, un coup de crayon incroyable et sensible, spontané, des scènes de vie croquées sur le vif que nous souhaitions vous faire partager.

R

ien ne destinait à priori Marine Faure à venir s’installer dans la campagne, à 20 km d’Essaouira. Diplômée de l’Ecole des Arts Appliqués de Paris en 2002, avec une spécialité en céramique, cette jeune femme originaire de Chambéry anime pendant quatre ans des ateliers créatifs en milieux associatifs : créations en volume, décors de théâtre, marionnettes… Marine touche à tout. Elle décide un jour de prendre le temps de voyager et de se poser quelque part. Elle rejoint le Maroc en 2006 et se dirige vers Ouarzazate où elle pourrait peutêtre approcher les studios de cinéma. Au final, elle ne voit jamais les studios, mais elle tombe sous le charme de cette ville et de ses habitants, droits et chaleureux. Elle commence doucement à crayonner sur des petits bouts de papier de récup (journaux, sacs papier), puis à l’encre de chine, à l’aquarelle, se laisse surprendre et s’imprègne à souhait des scènes de vie du quotidien qui la touchent, la font rire, avec toujours un immense respect des personnes et de ce pays qu’elle a adopté. A l’occasion d’une exposition collective à Ouarzazate en 2007, elle dévoile ses premiers travaux, et le public est séduit. L’année d’après, elle expose de nouveau, un travail plus abouti, et se prend au jeu, pourquoi ne pas essayer de pousser un peu plus la roue... En 2008, elle décide de faire un tour au Festival Gnaoua d’Essouira, elle emmène quelques croquis et les dépose ça et là dans des boutiques de la ville, et évidemment, ça plaît ! Comment ne pas craquer devant ses papis en djellaba, ses animaux charmants, chèvres dans les arganiers, mules et dromadaires, chameliers, serveurs de thé, étalages de boucherie, vendeurs de jus d’orange, femmes au hammam... Ses portraits décalés, ses scènes de vie savoureuses, petites saynètes typiques, fraîches et sensibles. De retour à Ouarzazate, elle imagine qu’il serait sans doute plus simple pour elle de travailler dans la cité des alizés, on lui propose plusieurs expos et quelques chantiers de déco qui lui vaudront de franchir le pas en 2009. Et depuis, elle enchaîne les expositions à l’Alliance Française d’Essaouira, à la galerie Empreinte, à l’Océan Vagabond, puis à Casa Del Arte à Casablanca et à la Villa Houda de Mohammedia. De son petit coin de campagne où elle s’est installée avec son mari, Marine se sent bien, elle mûrit son travail, l’affine, diversifie les supports, peint à l’acrylique sur des portes, des fenêtres, des tables, peint sur papier des grands formats, prépare les illustrations d’un livre pour enfants… Et parmi ses projets, le retour au travail des volumes et des idées de BD. On suivra ça de près ! Du 10 avril au 2 mai : exposition à la Galerie Empreinte d’Essouira. Marine Faure : Tel : +212 6 11 57 98 24 - marinefaure.canalblog.com


ENGLISH

An humourous voyage in moroccan lands Chance meetings are always the best… and discovering an artist is always a great moment. I discovered the work of Marine Faure surfing on the internet : I was tickled and delighted with her ink and watercolour drawings made in Morocco. Her bubbly and mischievous sketches and paintings take clever inspiration from the daily life of Moroccans, and incredible, spontaneous and sensitive drawings depict everyday scenes taken from real life. These we would like to share with our readers.

M

arine Faure was not in any way destined to come and live in the countryside 20km from Essaouira. This young woman from Chambéry graduated from the Ecole des Arts Appliqués de Paris in 2002, having chosen ceramics as her special field, and ran creative workshops in associations for four years, creating pots, theatre sets, and puppets… Marine tried her hand at everything. One day, she decided to take the time to travel and settle elsewhere. She headed for Morocco in 2006 and planned to work for the film studios in Ouarzazate. She never saw the studios but fell in love with the charm of this city and its friendly, upright citizens. She gradually started to sketch on small scraps of paper (newspaper, paper bags), then in Indian ink and watercolours. Her amazement grew and she became imbued with scenes of everyday life that touched her, made her laugh, always with a great sense of respect for the people and land of adoption. In 2007, she unveiled her first pieces of work at a collective exhibition in Ouarzazate, and took visitors by storm. The

following year, she exhibited her work again, now more highly polished, and getting a taste for it, decided to take things further. In 2008, she visited the Gnaoua Festival in Essaouira, bringing a few sketches with her: these she entrusted to a few of the city’s boutiques, which soon sold out! How could you resist her jellaba-clad grandpas, charming animals, goats in Argan trees, mules and dromedaries, camel drivers, tea pourers, butchers’ displays, orange juice sellers, women at the hammam... Her portraits are quirky, her scenes from real life delightful, typical, fresh and sensitive. On return to Ouarzazate, she imagined it would make life undoubtedly simpler for her to work in Essaouira, and having been offered a number of exhibitions and interior decoration projects, she took the plunge in 2009. She has since been busy with exhibitions at the Alliance Française d’Essaouira, in the Empreinte gallery, Océan Vagabond, Casa del Arte in Casablanca and Villa Houda in Mohammedia. From her countryside home where she now loves with her husband, Marine feels happy, developing her work, refining it, diversifying the media used, painting

on doors, windows and tables in acrylic, painting larger pictures on paper, preparing illustrations for a children’s book… and among her many projects, getting back to ceramics and ideas for comics. One to follow closely! 10 April to 2 May: exhibition at the Galerie Empreinte in Essaouira. Marine Faure : Tel : +212 6 11 57 98 24 marinefaure.canalblog.com


048/RENCONTRE

Par : Faten Safieddine

YACOUT KABBAJ ou l'art de dompter le chaos

Yacout Kabbaj se définit comme une artiste autodidacte. Pourtant, l’œuvre surprenante de maturité et d’originalité de cette jeune femme de 28 ans, l’inscrit parmi les talents les plus prometteurs de la nouvelle génération d’artistes marocains.

T

out prédestinait Yacout Kabbaj à l’art. Son père, architecte, était peintre à temps perdu. Sa mère exerçait de multiples talents : poupées de chiffons, modélisme, prêt-à-porter. On croit en l’art et on respecte les artistes en famille.

“Du plus loin que je m’en souvienne, j’ai toujours peint. Ma voie m’a toujours semblé tracée”. A l’âge de 10 ans, Yacout découvre les possibilités plastiques de la résine et s’en empare. Elle en aime la brillance, la malléabilité, les transparences. Elle y mêlera par la suite pigments et collages jusqu’à en faire une seconde peau, un sismographe qui enregistre les moindres secousses de son âme. Yacout Kabbaj eût aimé avoir l’avis de son père mais ne lui montra jamais ses œuvres. Il perdit la vue avant qu’elle n’ose lui présenter son travail. C’est Alexandre Gerbi, dramaturge, peintre et professeur d’arts plastiques au Lycée Lyautey de Casablanca, qui fut son mentor. Elle a 12 ans, rentrée scolaire, Alexandre Gerbi laisse 15 jours aux élèves pour exécuter chez eux une œuvre sur le thème du citronnier. Yacout peint une cinquantaine de toiles dont une, immense, qu’elle emporte fièrement à l’école. Doutant qu’elle en fût l’auteur, le professeur l’accuse de tricherie. Outrée, l’élève l’invite à venir voir ses œuvres. Le professeur est subjugué et prend la jeune prodige sous son aile. “C’est grâce à lui que j’ai vraiment pris conscience de ma vocation”. A 17 ans, elle est admise à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts à Paris. Mais la veille de son départ, son père meurt et elle doit rester au Maroc. Elle s’inscrit à la section de graphisme du Collège Lasalle. Les connaissances techniques qu’elle y acquiert n’effacent pas l’amertume d’avoir du renoncer aux BeauxArts. «On a pris mon rêve de petite fille», confie-elle. A 20 ans, diplôme en poche, elle

intègre une agence de communication. Vie trépidante et passionnante. Peu de temps à consacrer à l’art. “Au bout de quatre ans de ce rythme infernal, un jour, le choix s’est imposé tout seul. J’ai donné ma démission”. L’artiste est née. Elle prend possession de l’atelier de son père et, sous le regard symbolique de l’absent, se consacre à son art. Elle macule de formes organiques aux couleurs vives de grandes toiles, explore les ressources de la résine époxy. Retour aux sources d’un malêtre qu’elle jugule d’œuvre en œuvre par un corps à corps fiévreux avec la toile. En naîtront des lavis poétiques, des bas reliefs mouvants et de houleux paysages intérieurs. En 2009, résidente à la Cité des Arts à Paris, Yacout étanche enfin sa soif culturelle. Visites de musées, rencontres avec des artistes de tous horizons et participations à des expositions collectives internationales la comblent. La même année, elle participe au Festival Culturel International d’Assilah et fréquente les ateliers de gravure de David Almeida. Les œuvres nées de cette période de foisonnement sont puissantes et résolument abstraites. Les couleurs, vives et franches, jetées d’un geste ample et sans repentir sur la surface de grandes toiles, impriment sur la résine des coulées chromatiques où transparaissent des mondes organiques ou des paysages abstraits empreints de poésie et de violence. En 2010, de retour au Maroc, subissant une série de deuils, assaillie de doutes, Yacout vit une profonde remise en question personnelle et artistique. Ce passage à vide lui fait délaisser pour un moment toiles et couleurs pour relever un nouveau défi : une vidéo-art sur le thème de “L’agression verbale” que subissent les femmes au Maroc. Talent à suivre ! Tel : +212 6 63 49 74 23 yacoutkabbaj@gmail.com


ENGLISH

THE ART OF TAMING CHAOS Yacout Kabbaj defines herself as a self-taught artist. However, this young 28-year-old woman’s mature and original work makes her one of the most promising of a new generation of Moroccan artists.

Y

acout Kabbaj was predestined for a life of art. Her architect father painted in his spare time. Her mother had multiple talents: rag dolls, model-making, and sewing clothes. The family believes in art and respects artists. “I have always painted; as far back as I can remember. My future always seemed mapped out”. At 10 years of age, Yacout discovered the artistic possibilities of resin and made the most of them. She liked its sheen, malleability, and transparency. She then started combining it with pigments and collages, turning it into a second skin, a seismograph recording the least tremor in her soul. Yacout Kabbaj liked to have her father’s opinion but never showed him her work; he lost his sight before she ever dared do so. Alexandre Gerbi, playwright, painter and visual arts teacher at the Lycée Lyautey in Casablanca, became her mentor. When Yacout was 12 and at the start of a new term, Alexandre Gerbi gave his pupils 15 days to create a piece on lemon trees at home. Yacout painted dozens paintings, including a huge canvas, which she proudly took to school. Doubting her craftsmanship, the teacher accused her of cheating. The outraged pupil invited him to come and see her work: the teacher was captivated and took the young prodigy under his wing. “It was thanks to him I truly became aware of my vocation”. At 17 years of age, she was admitted at the Ecole Nationale des Beaux-arts in Paris. However, the day before leaving for France, her father dies and she has to stay in Morocco. She signed up for graphic arts classes at the Collège Lasalle but the technical knowledge she acquired did nothing to erase the bitterness of having to give up the Beaux-Arts. “My childhood dream was taken away from me”, she entrusts. At 20 years of age, armed with her diploma, she was hired by a communications agency. Her life was busy and exciting, but included little time to spend on art. “After four years of this crazy life, I woke up one day and my choice was made. I handed in my notice”. An artist was born. She took possession of her father’s workshop and, under the symbolic

and watchful eye of the departed, she devoted herself to art. She started covering large canvases with bright-coloured organic shapes, exploring the resources of epoxy resin. A return to the origins of disquiet she quells from painting to painting in a feverish clinch with the canvas, resulting in poetic wash drawings, shifting bas reliefs and turbulent inner landscapes. In 2009, as resident of the Cité des Arts in Paris, Yacout finally quenches her thirst for culture. Visiting museums, meeting artists from all backgrounds and taking part in collective international exhibitions fulfil her needs. That same year, she took part in the Assilah International Cultural Festival and spent time in David Almeida’s engraving workshop. The pieces born of this period of profusion are powerful and resolutely abstract. The pure, vivid colours thrown in sweeping, conscious movements on the surface of large canvases make chromatic paint runs on the resin, in which organic worlds and abstract landscapes full of poetry and violence unfurl. Back in Morocco in 2010, following a series of bereavements and full of doubt, Yacout thoroughly brought into question her life and art. This bad patch meant putting aside canvas and paint to take up a new challenge, video-art on the theme of “Verbal aggression” suffered by Moroccan women. Another talent in the making! Tel : +212 6 63 49 74 23 yacoutkabbaj@gmail.com


050/RENCONTRE

Par : Sylvie Gassot

© Ngilozi

TATA MILOU DA A 61 ans,

elle slamme sa liberté ! Attention phénomène ! Parrainée par Grand Corps Malade et Jamel Debbouze, ex-femme de ménage sans-papiers, elle slamme sa life. Gros ramdam sur scène…

U

n chouia atypique, l’ovni Tata Milouda et son sourire enchanteur font un tabac. Un film est en cours, un livre en projet, un disque se prépare… Marocaine, originaire de Settat près de Casablanca, elle chante et danse sa vie avec une explosion de bonheur pour aider ses camarades d’alphabétisation à gagner leur liberté et à combattre la violence conjugale. Dans un français de son cru, ourlé d’expressions imagées, réchauffé d’espoir, elle slamme ses rêves, l’amour et la paix, avec un optimisme inébranlable et un réel impact sur les mentalités. Dans son spectacle cousu main, en rodage depuis 2008, “Et vive la liberté !”, on croise ses 6 enfants, 8 petits-enfants, des sans-papiers, ses professeurs d’alphabétisation et parfois la police… Arrivée seule en France en 1989, avec 3 mots -bonjour, merci, au revoir- et 100 francs en poche, elle fuit un ex-mari violent et lâche : ”J’avais soif d’apprendre et lorsqu’à 5 ans, je pleurais pour suivre mon frère à l’école, mon père m’a giflée et dit que c’était

pour les garçons. Il m’a mariée contre mon gré à 14 ans.” En région parisienne, Tata Milouda a “survécu” 5 ans sans papiers : ménages au noir, plongeuse, garde d’enfants… Libre, mais perdue et seule jusqu’à ce qu’elle suive un cours d’alphabétisation. Le déclic ! “Ça a libéré ma parole, j’avais tellement de choses à dire… et à apprendre !” Mieux : en lien avec le théâtre de Seine-Saint-Denis, l’atelier la mène au slam. Coqueluche du public En écumant plus de 180 scènes ouvertes, elle rencontre Grand Corps Malade qui, par tendre respect, la baptise Tata. Coqueluche du public, Jamel Debbouze lui ouvre grand les portes du Comedy Club et elle cartonne au Cabaret Sauvage. “Désormais, tout est possible”, s’amuse Milouda Chaqiq, qui vit modestement dans une tour d’Epinay, en Seine-Saint-Denis, avec ses 3 filles. “Les garçons sont restés au Maroc, j’ai mon cœur ici et ma tête là !” Elle garde souvent ses petits-enfants et exhibe la première fiche de

paye de sa vie ! “Ça y est, je suis intermittente du spectacle.” Avec un adorable accent, elle enveloppe sa joie de chansons et de pas de danse et rêve de participer au “Plus grand cabaret du monde” de Patrick Sébastien sur France 2. Milouda “toujours femme de ménage” fait, grâce à son succès, rayonner le cœur de sa famille et de ses copines d’alphabétisation pour qui elle est un diamant ! Elle demande, “Inchallah”, au préfet de SeineSaint-Denis la nationalité française. “Ma façon de remercier ce pays.” Et termine le scénario de “Ma liberté”, le film de sa vie dont le casting peut faire rêver les producteurs : “Ma petitefille jouera mon rôle quand, enfant, je pleurais beaucoup devant l’école interdite. Ma cousine prendra le relais avant que je n’apparaisse avec Grand Corps Malade, Jamel Debbouze et Jean Dujardin, rencontré à la sortie du Point Virgule avec Alexandra Lamy !” Aujourd’hui marraine de plusieurs festivals et demain… Reine ? www.cafeculturel.org


ENGLISH

and her poetic slam to freedom ! Phenomenon alert ! Supported by slam poet Grand Corps Malade and comedian Jamel Debbouze, this 61-year-old ex-cleaning lady and illegal immigrant declaims her life, causing a stir on stage…

The darling of the audience By scouring more than 180 open stages, she met Grand Corps Malade who, out of tender respect, nicknamed her Tata. Jamel Debbouze opens up the doors of his Comedy Club wide to the darling of the audience and she brought the house down at the Cabaret Sauvage. “Now, everything is possible”, laughs Milouda Chaqiq, who lives modestly in a tower block in Epinay, Seine-Saint-Denis, with her 3 daughters. “The boys stayed in Morocco, my heart is here and my head there!” She often looks after her grandchildren and shows them her first ever pay slip! “That’s it; I work in the entertainment industry now.” With an adorable accent, she wraps her joy in songs and dance steps and dreams of taking part in Patrick Sébastien’s “Plus Grand Cabaret du Monde” on French television channel France 2. Thanks to her success, “still a cleaning lady” Milouda gets her family and literacy friends’ hearts to shine for they

www.cafeculturel.org

© Café Culturel S. Campanella

A

tad original, the atypical Tata Milouda and her enchanting smile are nothing but a big hit. A film is currently in the works, a book project under way, and a record being prepared… Originally from Settat near Casablanca, she sang and danced her life in bursts of happiness to help her literacy classmates win their freedom and fight domestic violence. In her own special French, woven with colourful expressions and warmed by hope, she unveils her dreams, love and peace in poetry slams, with unwavering optimism and a true impact on mentalities. Her hand-stitched show “Et vive la liberté!”, performed since 2008, includes no less than 6 children, 8 grandchildren, illegal immigrants, literacy teachers and sometimes even the police… She arrived in France on her own in 1989, with 3 words of French – Bonjour, Merci and Au revoir – and 100 francs in pocket, running away from a violent and cowardly ex-

husband: “I had a thirst for knowledge and when, at 5 years of age, I pleaded to follow my brother to school, my father slapped me and said that was for boys. He married me off against my will at 14 years of age.” In the Paris region, Tata Milouda “survived” 5 years without documents, working illegally as a cleaner, dishwasher and nanny… Free but lost and alone, until she started going to a literacy class. This triggered something in her mind! “It gave me freedom of speech, I had so many things to say… and learn!” Better still: hand in hand with the Théâtre de Seine-SaintDenis, a workshop led her to poetry slam.

see her as a true star! “Inch Allah”, she asked the prefect of Seine-Saint-Denis for French nationality: “My way of giving thanks to this country.” She is putting the finishing touches to the scenario of “Ma liberté”, a film about her life and whose casting is enough to make producers dream: “My granddaughter will play my role when, as a child, I cried so many tears in front of the forbidden school. My cousin will then take over before I appear with Grand Corps Malade, Jamel Debbouze and Jean Dujardin, whom I met coming out from the Point Virgule with Alexandra Lamy!” Now: guest of honour at various festivals; tomorrow… Queen?


052/MUSIQUE

Par : Sylvie Gassot

Malika

ZARRA JAZZE LE

K R O Y W E N MAROC A

Née dans le Sud marocain, artiste engagée élevée en France, c’est à New York qu’elle trouve sa couleur musicale. Une ivresse de l’âme qui mixe au tempo World Music un timbre de voix vibrant d’émotions chaâbi, berbères et gnawa…

A

uteur, compositeur et interprète, Malika Zarra s’impose dans le milieu du jazz en s’inspirant de l’héritage de sa culture marocaine. Talent original, elle tisse d’authenticité une rencontre symbolique entre l’Orient et l’Occident. De cette fusion, chantée en anglais, arabe et français, naît sa forte identité qui la propulse sur de nombreuses scènes internationales. Du mythique Carnagie hall à New York au London Jazz Festival, en passant par l’Esprit jazz à Saint Germain des Prés, sensuelle, la ravissante artiste élève son âme soul. Musicienne diplômée du conservatoire, elle enchaîne les performances jazzy du Canada au Sénégal, d’Autriche en Allemagne ou en Suisse. Nourrie de liberté, son identité artistique se révèle quand elle opte pour sa langue maternelle, l’arabe. En 1996, sa rencontre choc avec New York -étape décisive de sa carrière- libère une source d’inspiration qui ne se tarit pas. En 2004, elle s’y installe et collabore avec d’excellents artistes américains : Makoto Ozone, John Zorn, Tommy Campbell (Dizzy Gillespie), Will Calhoun des Living Colour, Lonnie Plaxico (Cassandra Wilson), Michael Cain (Jack Dejohnette),

Brad Jones (Ornette Coleman), Jacques Schwarz-Bart (Roy Hargrove), David Gilmore et Gretchen Parlato. Elle enregistre alors son premier album, “On The Ebony Road”, une musique à l’horizon vaste, ourlée de paysages mystiques. Et nous transporte dans la transe d’un rythme gnawa au risque d’émotions qui désorientent. D’une voix envoûtante où soufflent des intonations berbères, elle charme de sonorités nouvelles. Au-delà de son style original, sa musique nomade puise dans la soif du désert une quête exigeante et intime de la richesse du cœur des hommes. Confidences…


MARRAKECH MAG : New York est un tremplin pour votre carrière, quelle liberté ou énergie créative y puisez-vous ? MALIKA ZARRA : Tout d’abord, j’apprécie chaque pays où j’ai pu me rendre et qui m’apporte quelque chose d’unique. Mais New York est la ville qui m’a permise de prendre conscience que ma double culture est un atout, non un fardeau. J’ai donc ressenti que je pouvais prendre plus de libertés pour exploiter mon patrimoine nord-africain/ marocain. Je m’y suis sentie très bien grâce à la simplicité et l’accessibilité des gens, en particulier des musiciens. C’est une ville de challenges permanents où rien n’est jamais acquis quel que soit le niveau. On doit toujours s’améliorer sinon on est vite mis au placard. L’absence de motivation ne pardonne pas, j’aime cette sincérité. De plus, c’est une plaque tournante où l’on rencontre un nombre de musiciens impressionnants. Cela oblige à relativiser et développe l’humilité. Tout cela me nourrit. MM : Que gardez-vous du Moroccan way of life dans votre vie aux Etats-Unis ? MZ : Même si c’est une ville-jungle où on fini par ne penser qu’à travailler pour survivre, j’essaye de ne pas faire de compromis. Et j’accorde des moments pour mes amis, pour cuisiner et bien sûr pour la spiritualité. Ce qui est un luxe ici !!! MM : Composer, chanter dans votre langue maternelle signe votre identité musicale. Sincère, cette démarche a-t-elle la force du gospel ? MZ : C’est le propre de l’artiste de rechercher l’authenticité dans son travail et c’est, à mes yeux, sacré. J’essaie de toujours rester fidèle à moi-même. MM : Vous venez souvent au Maroc… Pour vous ressourcer ?  MZ : J’y ai de la famille partout… Mais en général, je passe pas mal de temps à Taroudant. J’adore cette ville qui demeure authentique et m’arrête à Agadir où mon père réside. Enfin, j’essaie de me ressourcer à M’tougga, mon village maternel, toujours difficile d’accès ! Je suis contente d’y être l’été pour y écouter de la musique live et me connecter d’avantage avec les musiciens locaux.

MM : Quelle place occupe Marrakech dans votre cœur ? MZ : Ah c’est la ville de passage obligé où je me reconnecte avec MON SUD ! Même si elle a énormément changé ces dernières années : un bouleversement à très grande vitesse... MM : Et quels sont vos projets ? MZ : J’ai commencé à travailler sur mon nouvel album, forte du Prix de la Société des auteurs compositeurs dans la catégorie “Top 10 Jazz Album”, que j’ai reçu le 8 mars à New York… Et côté concert, la liste est très longue* : Prague le 11 avril, un festival à Paris le 13, le Washington DC Festival le 8 juin, mais surtout rendez-vous le 29 juin à Agadir ! * dates de concerts sur www.malikazarra.com


054/MUSIQUE

MALIKA

ZARRA

JAZZES UP MOROCCO IN NEW YORK Born in Southern Morocco, this committed artist brought up in France found her musical hue in New York. This exhilarated soul combines World Music tempo with a tone of voice that vibrates with chaâbi, berber and gnawa emotion …

A

uthor and singer-songwriter Malika Zarra is making a name for herself in the jazz world, inspired by the heritage of her Moroccan culture. This original talent weaves a symbolic meeting between East and West with authenticity. A strong identity comes forth from this fusion sung in English, Arabic and French, one that has pushed her to the forefront of various international scenes. Indeed, this sensual, beautiful artist elevates her soul from the mythical Carnegie Hall in New York to the London Jazz Festival, not forgetting the Esprit Jazz in Paris’ Saint Germain des Prés. The classically trained musician goes from jazzy performances in Canada to ones in Senegal, Austria, Germany and Switzerland. Nourished by freedom, her artistic identity is unveiled when she chooses to sing in her mother tongue, Arabic. In 1996, her shock meeting with the city of New York – a decisive stage in her career – freed up a never-ending source of inspiration. In 2004, she moved there and started working with excellent American artists such as Makoto Ozone, John Zorn, Tommy Campbell (Dizzy Gillespie), Will Calhoun from the Living Colour, Lonnie Plaxico (Cassandra Wilson), Michael Cain (Jack Dejohnette), Brad

Jones (Ornette Coleman), Jacques SchwarzBart (Roy Hargrove), David Gilmore and Gretchen Parlato. She then recorded her first album, “On The Ebony Road”, offering music from wide-ranging backgrounds threaded with mystic landscapes and taking us into a trance-like Gnawa beat, full of bewildering emotions. She charms her audience with new sounds and her bewitching voice with Berber intonations. Beyond her original style, her nomadic music draws from the desert thirst in a demanding and intimate quest for the riches of the human heart. Here are a few of her secrets…


ENGLISH Marrakech Mag: New York is a springboard for your career; what freedom or creative energy do you draw from it? Malika Zarra: I would first like to say that I have appreciated all the countries I have visited, as they have brought me something unique. But New York is the city that enabled me to become aware of the fact that my double culture is an asset and not a burden. I therefore felt that I could be freer in exploiting my North-African/Moroccan heritage. I felt at ease there thanks to the simplicity and accessibility of the people, in particular musicians. This city makes for constant challenges and nothing is ever established, whatever the level. You always have to improve or you’re soon shelved. The lack of motivation is fatal and I like this honesty. In addition, it’s a hub where you meet a number of impressive musicians. This forces you to put things in perspective and develop a sense of humility. All of this nurtures me. MM: What have you kept of the Moroccan way of life in the United States? MZ: Even if New York is a jungle city where you end up only thinking about work to survive, I try not to make any compromises. I set aside moments for my friends, for cooking, and of course spirituality. It’s a luxury here!!! MM: Composing and singing in your mother tongue has created your musical identity. Does this genuine approach have the power of gospel?

MZ: Looking for authenticity in your work is a distinctive feature of an artist’s work and that, in my eyes, is sacred. I always try to remain true to who I am. MM: You visit Morocco regularly. Do you come to recharge your batteries? MZ: I have family everywhere in this country… But generally, I spend a lot of time in Taroudant. I love this town, which has remained authentic, and stop off in Agadir where my father lives. Finally, I try to go back to my roots in M’tougga, my mother’s village, so difficult of access! I like going there in the summer to listen to live music and spend more time with the local musicians.

MM: How close is Marrakech to your heart? MZ: Ah, that is the obligatory pit stop where reconnecting with MY SOUTH! Even if it has changed greatly these past few years: highspeed drastic transformation… MM: And what are your projects? MZ: After winning the Songwriter and Composers Award in the “Top 10 Jazz Album” category on 8 March in New York, I started working on my new album… And the list of concerts is long*: Prague on 11 April, a festival in Paris on 13, the Washington DC Festival on 8 June, not forgetting Agadir on 29 June! * concert dates sur www.malikazarra.com


056/ARTISLAMIQUE

Par : Sylvie Gassot


Les arts de l’Islam lèvent le voile ! Après cinq ans de chantier pharaonique porté par l’architecte Rudy Ricciotti, la cour Visconti accueille au Louvre, à Paris, le Pavillon des Arts de l’Islam… Spectaculaire !


058/ARTISLAMIQUE

I

nitié par Jacques Chirac en 2002, désireux de “conforter la vocation universelle” du musée le plus fréquenté au monde, c’est Nicolas Sarkozy qui posa la première pierre du nouveau pavillon inauguré cet été. Installé dans l’écrin de la cour Visconti entièrement restaurée, il accueille une collection riche de 18.000 pièces sur 2.800 m² étagés en 2 niveaux. Ce trésor de 15.000 pièces provient du musée, dont la collection est l’une des plus belles au monde, et comprend un très large éventail de techniques : architecture, arts du livre, céramique, tapis, métal, ivoire… Il est complété par l’important dépôt de 3.400 œuvres du musée des Arts Décoratifs. Unique au monde, cet ensemble compte de véritables chefs-d’œuvres couvrant avec éclat le champ culturel –du VIIe au XIXe siècles- du monde de l’Islam dans toute son ampleur géographique, de l’Espagne à l’Inde. Des pièces, dont la majorité présentée pour la première fois, ont fait l’objet d’un extraordinaire chantier de restauration. Quant à l’intégration du Pavillon dans ce site classé, l’aventure relève du défi architectural et esthétique… Spectaculaire aile de libellule ! A la manoeuvre, le Marseillais Rudy Ricciotti (Mucem à Marseille, musée des Arts Premiers à Paris, tour Vuitton au Japon...), né à Alger, et le célèbre designer milanais Mario Bellini. L’architecte a opté pour une verrière avant-gardiste et sophistiquée, clou d’un spectacle préservant l’équilibre subtil et élégant entre le néoclacissisme de la cour Visconti et l’évocation des arts de l’Islam. Le vitrage -1.600 triangles légèrement différents les uns des autrescrée les ondulations d’un voile épousant

une “peau” en aluminium irradiant de tons chauds, vert et rouge, surplombé d’un fin repli doré. Réalisation délicate, ce voile d’1,20 m d’épaisseur flotte avec la légèreté d’une aile de libellule sur une charpente fixée à 7 piliers fins. “Elle ouvre des vues changeantes sur les façades de la cour et le mouvement sensuel de la couverture”, souligne Rudy Ricciotti. Couvrant en transparence l’espace muséographique, cette maille métallique en nid d’abeilles tamise l’intensité lumineuse et respecte la conservation des œuvres comme le confort des visiteurs dans ce lieu chargé d’histoire. Vingt ans après l’installation de l’audacieuse pyramide de Ieoh Ming Pei, le Louvre ose à nouveau le spectaculaire ! Un projet ambitieux, né d’un constat, explique Henri Loyrette, patron du Louvre depuis onze ans : “Trop longtemps marginalisés, les Arts de l’Islam étaient présentés dans une simple section du département des antiquités orientales sans disposer de salles propres à valoriser l’une des plus importantes collections de ce type au monde.” Un budget de 100 millions d’euros ! D’un coût global de 100 millions d’euros, ce vaste projet a été financé à hauteur de 30% par le Louvre et l’Etat français. Au rang des donateurs, l’Arabie Saoudite (17 millions d’euros) côtoie le Maroc, le Koweït, l’Azerbaïdjan, le Sultanat d’Oman et le mécénat des fondations Bouygues Construction, Lafarge, Orange, Total… Pour présenter la face lumineuse de cette civilisation qui engloba en son sein une humanité infiniment variée et riche, le Louvre accueille le visiteur avec une approche riche, stimulante et interactive des collections.

Voyage sensible au cœur des arts Pour parcourir les œuvres, le visiteur reçoit des outils de compréhension sous forme d’un cabinet des clés, conçu comme une introduction aux grands principes qui définissent les arts et la culture de l’Islam : figuration, phénomène urbain, variété des langues parlées sur les territoires rattachés à cette culture. Au fil d’une scénographie chronologique, des installations multimédias en sept langues invitent à se repérer géographiquement et historiquement pour contextualiser les œuvres, écouter des textes en arabe, persan ou turc, décrypter les formes, explorer des lieux ou écouter l’avis de spécialistes. Une offre dédiée à tous publics, touristiques ou scolaires, pour décoder graduellement, dans un esprit de partage, la face lumineuse de mondes aussi riches que divers : andalou, mamelouk, ottoman... qui trouvent un écrin à la hauteur de leur splendeur !


060/ARTISLAMIQUE

LOU VRE

Islamic arts unveiled !

After a five-year building site of mammoth proportions led by architect Rudy Ricciotti, the Louvre’s Cour Visconti now houses the department of Islamic Arts… Spectacular!


ENGLISH

I

nitiated by Jacques Chirac in 2002, so eager to “reinforce the universal vocation” of the most visited museum in the world, Nicolas Sarkozy laid the first stone of the new pavilion inaugurated this summer. Set in the wonderful surroundings of the fully-restored Cour Visconti, the 2,800 m² now house a rich collection of 18,000 pieces over 2 floors. 15,000 come from the museum itself - one of the most beautiful collections in the world - and include a very wide range of techniques such as architecture, books, ceramics, rugs, metal, and ivory… An additional 3,400 items from the Musée des Arts Décoratifs swell the ranks. This unique collection is made up of true masterpieces, which cover the cultural field from 7th to 19th centuries of the geographically extensive Islamic world, reaching from Spain to India. The majority of pieces are on show for the first time and were part of an extraordinary restoration project. The integration of the department in this listed site was also a true architectural and aesthetic challenge… A spectacular dragonfly wing! Marseille resident but Algiers-born Rudy Ricciotti (Mucem in Marseille, Musée des Arts Premiers in Paris, Vuitton tower in Japan) and famous Milanese designer Mario Bellini were at the helm. The architect opted for an avant-garde and sophisticated glass roof, the show-stopper that safeguards the subtle and elegant balance between the neoclassic Cour Visconti and the evocation of Islamic arts. The glazing – 1,600 triangles, all slightly different from each other – creates the effect of an undulating veil hugging a radiant aluminium “skin” in warm green and red hues, overhung by a thin golden layer. This intricate design is 1.20m thick and floats like a delicate dragonfly wing over a structure attached to 7 streamlined pillars. “It opens up everchanging views of the courtyard’s facades and the sensual movement of the roofing”, underlines Rudy Ricciotti. Covering the museum space in transparency, this metallic honeycomb filters intense light, protecting items on show and user comfort in this historic place. Twenty years after Ieoh Ming Pei’s daring pyramid, the Louvre is once again choosing the spectacular! This ambitious project was born of a statement, explained Henri Loyrette, Louvre director for the past eleven years. “Marginalised for such a long time, Islamic Arts were simply presented

as a section of classical oriental art without benefiting from its own galleries highlighting one of the most important collection of its kind in the world.” A 100 million euro budget! Of a total cost of 100 million euros, 30% of this vast project was funded by the Louvre and the French state. Donors include Saudi Arabia (17 million euros), Morocco, Kuwait, Azerbaijan, the Sultan of Oman and sponsorship came from the Bouygues Construction, Lafarge, Orange, and Total foundations… In order to present the radiant facet of the civilisation that brought together an infinite variety of humanity, the Louvre is set to welcome visitors in this rich, stimulating and interactive approach to its collections. A sensitive journey to the heart of the arts To peruse the works on show, visitors are given the tools to understand the pieces on display in the shape of a key cabinet, designed as an introduction to the major principles that define Islamic arts and culture: representation, urban phenomena, and range of languages spoke on the territories linked to this culture. Following a chronological display, multimedia installations in seven languages invite you to get your geographic and historical bearings in order to contextualise the pieces, listen to texts in Arabic, Persian or Turkish, decrypt shapes, explore places or listen to experts’ commentaries. This offer is aimed at varied audiences, from tourists to school parties, to gradually understand - in a spirit of sharing - the radiant facets of worlds as rich as they are varied (Andalusian, Mameluke, Ottoman...), housed in a showcase equal to their splendour!


062/HOMMAGE

Par : Sylvie Gassot

BILL Wl’ ILLIS du décor La star des architectes d’intérieur a fait de Marrakech son paradis, et de l’espace, le théâtre de sa vie. Ciselant les arts de l’Islam en un nouvel alphabet où tadelakt, zelliges, fontaines et marbre trônent en majuscule. Hommage…

envers


E

n ouverture du premier et somptueux livre consacré au génie de Bill Willis, Marian McEvoy a choisi une photo de l’artiste qui date -presque- de leur rencontre dans la Ville Rouge en 1975. Sépia, tirage et beauté du héros semblent échappés d’un film de Pasolini. L’œil vif, toujours souligné d’un trait de khôl, est masqué de lunettes noires pour se protéger des volutes d’une cigarette sur laquelle il tire avec énergie et concentration. Sauvage, la silhouette souple évoque Mick Jagger avec qui il se liera d’amitié, et le cheveu en bataille, l’urgence de Jim Morrison. La sandalette de cuir made in médina où il vécut (Dar Noujoum) jusqu’à sa mort, en 2009, annonce une démarche authentique et tranche avec la rigueur d’un attaché case de businessman. Ce que Bill Willis fut aussi, à sa manière, en inventant palais et demeures des mille et une nuits pour Paul et Thalita Getty (Palais Getthy) qui l’embarquèrent au Maroc lors de leur voyage de noces. Et pour une pléiade d’amis, clients fortunés, raffinés et exigeants : Yves Saint Laurent et Pierre Bergé (Dar Es Saada, villa Oasis, jardin Majorelle), Marie-Hélène de Rothschild (Dar Zuylen dans la Palmeraie), Christopher Gibbs et Marella Agnelli (Aïn Kassimou à Marrakech)… REBELLE ET MAGNETIQUE Esthète dandy à la sensibilité rebelle, extrêmement cultivé et magnétique, l’exétudiant de Columbia, né à Memphis, a toujours capté l’amour, la beauté, l’épanouissement sexuel et la reconnaissance sociale, en se consacrant à la création et à l’art. En Europe, ses amis ont, comme lui, le talent d’être uniques : Maria Callas, qu’il écoutera chaque jour, et de plus en plus fort, jusqu’à la fin de sa vie ; Rudolf Noureev, Gore Vidal, Cy Twombly, l’actrice Linda Christian, l’aristocrate play-boy Alessandro “Dado” Ruspoli, l’antiquaire Christopher Gibbs et la multimilliardaire Flora Gould. A Marrakech, à la fin des années 60, Bill Willis, brillant trentenaire aventurier -déjà fort d’une expérience d’antiquaire à Rome-, découvre la magie excentrique d’une des villes les plus permissives et romantiques au monde. Sa vision du chic s’épanouit ici de tous les possibles. Immédiat, son coup de foudre pour la Ville Rouge imprime un tournant radical à son destin, bien qu’il garde de son Tennessee natal une rigueur monacale quant à son alimentation :

soupe de maïs, lait de poule, cheddar et flot de bourbon Maker’s Mark on the rocks sur laquelle veillera sa fidèle cuisinière Habiba, seule habilitée à le régaler de couscous. UN PAYSAGE DONT LE DECOR EST LE HEROS Du Maroc, cet Américain nourri de culture européenne, reçoit comme une révélation les récits de Paul Bowles, Kerouac, Edith Wharton et la peinture de Matisse et Géricault. Mais c’est la tradition des arts de l’Islam qui le fascine. Il adore la gaîté, le glamour, les paillettes, tout ce qui étincelle, et la fantaisie. Son talent ? Une certaine audace du vintage avant l’heure : mixer les années 30, esprit colonial, au meilleur du travail artisanal ancestral. D’un palais, d’un café (Rick’s à Casablanca), d’un restaurant (la Trattoria au Guéliz), d’un hôtel (Tichka à Marrakech), Bill Willis invente un paysage comme un roman dont le décor est le héros. Son génie artistique architecture l’espace et met en scène, du sol au plafond. Un flamboyant art de vivre dont l’intrigue mêle une folie chatoyante à une palette couleur aquarelle de matériaux précieux et authentiques. L’EFFET SIMPLICITE Abondance de cèdre teinté et lustré avec son menuiser favori Dominique Courchinoux. Authenticité des étoffes, pureté des lignes, simplicité des mosaïques, mais toujours taillées sur-mesure pour chacun des projets à partir d’une palette personnelle de 25 teintes, voilà qui signe son credo : “La vraie simplicité fait toujours plus d’effet qu’une décoration chargée.” Côté jardins extraordinaires, c’est avec Madison Cox, directeur artistique de ce livre, qu’il collabore. Et exprime son impérieuse exigence d’excellence quasi muséale avec Yves Saint Laurent dont il habilla les demeures et réalisa cet étonnant sofa vert d’eau d’après un détail d’un chef d’œuvre de Delacroix. Aussi laisserons-nous à Pierre Bergé, auteur de l’émouvante préface, le mot de la fin : “La parfaite justesse de chaque détail, l’invention permanente, la manière de résoudre les problèmes, tout nous a prouvé que Bill Willis est un des plus grands décorateurs de notre temps. En fait, on peut dire qu’il y a un avant et un après Bill Willis.” Aujourd’hui copié, jamais égalé…


064/HOMMAGE

Behind the scenes with

BILL WILLIS

The famous interior architect made Marrakech his paradise and space his life stage, intricately forming Islamic arts into a new language for which tadelakt, zellige, fountains and marble form key words. A tribute…

F

or the opening pages of the sumptuous first book dedicated to the genius Bill Willis, Marian McEvoy chose a photo of the artist that approximately dates from their first meeting in the red city in 1975. The beautiful sepia protagonist looks straight out of a Pasolini film. With a lively expression, his kohl-lined eyes are masked by a pair of sunglasses screening him from the curls of smoke from a cigarette on which he draws with energy and concentration. The wild, supple figure brings to mind his friend Mick Jagger and the messy hair the urgency of Jim Morrison. The leather sandals made in the medina, where he lived (Dar Noujoum) right up to his death in 2009, tells of an authentic approach and contrasts strongly with the rigour of a businessman’s briefcase. Which Bill Willis was too, in his own way, inventing luxury hotels and Arabian Night homes for Paul and Thalita Getty (Palais Getthy), who took him with them on their honeymoon to Morocco, and for a host of friends and wealthy, refined and demanding customers: Yves Saint Laurent and Pierre Bergé (Dar es Saada, Villa Oasis, Majorelle gardens), Marie-Hélène de Rothschild (Dar Zuylen in the Palmeraie), Christopher Gibbs and Marella Agnelli (Aïn Kassimou in Marrakech)… REBELLIOUS AND MAGNETIC The dandy aesthete was rebellious in nature, highly cultivated and magnetic; the ex-Columbia student born in Memphis had always attracted love, beauty, sexual fulfilment and social recognition, whilst dedicating his life to design and art. In Europe, his friends had, like him, the talent of being unique: Maria Callas, to whom he listened every day and at an ever increasing volume up to the end of his life; Rudolf Noureev, Gore Vidal, Cy Twombly, actress Linda Christian, aristocrat play-boy Alessandro “Dado” Ruspoli, antique dealer Christopher Gibbs and multibillionaire Flora Gould. In Marrakech at the end of the 1960s, Bill Willis, a brilliant thirty-year-old adventurer – having worked as an antique dealer in Rome – discovered the eccentric magic of one of the most permissive and romantic cities in the world. His chic vision blossomed here thanks to the multitude of possibilities. He fell instantly in love with the Red City and his destiny took a radical turn, even though keeping from his native Tennessee a monastic strictness to his diet: sweet corn soup, eggnog, cheddar and a flow of Maker’s Mark bourbon on the rocks, over which his loyal cook Habiba, the only person authorised to make him couscous, kept a watchful eye. A LANDSCAPE STARRING INTERIOR DECORATION In Morocco, this American living off European culture welcomed the stories of Paul Bowles, Kerouac, Edith Wharton and the painting of

Matisse and Gericault as a revelation. This said he was fascinated by the tradition of Islamic Arts. He loved cheerfulness, glamour, glitter, all that sparkled and fantasy. His talent lay in a certain daring use of vintage before its time, combining the 1930s, a colonial style and the best of ancestral craftsmanship. For a luxury hotel, a café (Rick’s in Casablanca), a restaurant (la Trattoria in Guéliz), a hotel (Tichka in Marrakech), Bill Willis invents a scene from a novel starring interior decoration. His artistic genius structured the space, staging it from floor to ceiling, his flamboyant lifestyle blending colourful eccentricity and a pastel palette of colours linked to precious and authentic materials.

THE IMPACT OF SIMPLICITY An abundance of cedar tinted and polished with his favourite cabinet-maker Dominique Courchinoux; authentic materials, pure lines, simple mosaics always made-to-measure for every project and based on a personal palette of 25 hues, thus made up his creed: “Real simplicity always makes for a stronger impact than overloaded interior decoration.” For his gardens extraordinaire, he worked alongside Madison Cox, the artistic director of this book. He expressed his imperious demands for museum-like excellence with Yves Saint Laurent, whose homes he decorated, designing an incredible aqua green sofa inspired by a detail in a Delacroix masterpiece. The last word goes to Pierre Bergé, author of the book’s moving preface: “The perfect accuracy of every detail, the permanent state of invention, the way in which problems are solved, everything proves that Bill Willis is one of the greatest decorators of our time. In fact, we can even go as far as saying that there is a before and an after Bill Willis.” Sometimes copied but never equalled…


ENGLISH


066/LUMIERE

Par : Faten Safieddine

PHILIPPE FORRESTIER

C’est en “éclaireur” que cet artiste concepteur autodidacte capte et restitue avec éclat les sources de lumière disponibles autour de lui. Lumières naturelles et artificielles, bougies, ampoules, miroirs, tissus luminescents, matières phosphorescentes, sont les matériaux qui nourrissent sa créativité. Il en crée des œuvres lumineuses sous forme de tableaux fixes ou mouvants. Grâce à un savant jeu d’éclairage et de projection d’images fixes ou filmées sur des surfaces réfléchissantes ou translucides, la lumière se démultiplie à l’infini en plans évanescents, se fragmente en milliers de points étincelants aux mouvements variables, ou métamorphose l’espace en un monde organique en mutation permanente. Je ne suis pas un créateur de lustres et de luminaires. Je suis un chercheur en quête de ma propre lumière : aller au-delà du visible, lever voile après voile les couches qui assombrissent notre vision du monde, précise l’artiste, la lumière me touche en tant qu’énergie et qu’expression d’un autre état de la matière. La lumière exprime ce qu’aucune matière ne peut dire. Elle met en évidence l’existence, rend l’invisible visible, dévoile les faces cachées du monde. Avec la lumière, je renais chaque jour. Ne dit-on pas “voir le jour” lorsque l’on parle de naissance ?” Et au mélomane d’ajouter : ”La lumière est aussi évanescente et insaisissable que la musique. J’aimerais créer des œuvres lumineuses qui pourraient illustrer des sons, de la musique. J’aimerais pouvoir traduire des émotions avec de la lumière !”. Cette aventure lumineuse commence en 2008. Créateur de mode internationale, las d’une vie cosmopolite trépidante, il délaisse l’Italie pour s’installer dans un modeste riad au cœur de la Médina de Marrakech et s’adonner à plein temps à sa passion pour la lumière. “Cette rupture avec le passé fut un dur mais salutaire apprentissage de renoncement et de lâcher prise.” Trop de lumière ne risque-t-elle pas d’aveugler et de faire sombrer dans les ténèbres ? Dans cette maison simple, chaque objet, chaque mur est un support mouvant de la lumière. C’est en sculpteur qu’il en façonne les contours, les volumes et les éclats ; c’est en peintre qu’il la colore et la module ; c’est en couturier qu’il tisse et superpose les couches lumineuses

immatérielles dont il habille l’espace ; c’est en joaillier qu’il en sertit les formes qui l’environnent ; c’est en alchimiste qu’il la métamorphose. Dans cette quête presque mystique du sens de la vie, il interroge l’insaisissable et le fugace que la moindre ombre peut voiler ou faire disparaître. Le créateur n’a aucun regret d’avoir rompu avec son ancienne vie. Il nous en raconte les épisodes qui le menèrent, jeune adolescent issu d’un milieu modeste, sous les feux de la rampe. Son récit est émaillé du souvenir de ces temps de jeunesse folle où, faute de moyens, avec des coupons achetés à deux sous aux puces, il s’amuse à dessiner et coudre lui-même ses propres tenues. Il a 17 ans à peine, un talent fou et un appétit à dévorer le monde. Certaines rencontres décisives le propulsèrent aux devants de la scène du prêt-à-porter en France, en Italie, à New York et à Tokyo. A 21 ans, grâce au soutien de France Gall pour qui il avait créé les costumes de son spectacle au Palais des Congrès en 1981, il lance sa propre marque, Philippe Forrestier, diffusée en Europe, au Japon, au Moyen-Orient, au Canada et aux Etats-Unis. Une grave maladie vient alors briser cette fulgurante ascension et l’oblige à fermer son entreprise. Après une période sombre, un grand tisseur lyonnais lui confie la conception des tissus de ses collections pour le prêt-à-porter. C’est là qu’il rencontre les créateurs Marithé et François Girbaud qui lui confient le lancement de leur département Recherches de matières… C’est alors le début d’une autre carrière de concepteur et de consultant pour d’importantes


industries textiles internationales avec Armani, Gucci, Gil Sander, Dona Karan, Calvin Klein…

De cet épisode de sa vie, il garde cet amour des lumières qui métamorphosent de simples mortels en stars. Mais à fréquenter tant d’étoiles filantes, il aura appris aussi, au prix de grandes souffrances et de durs renoncements, que rien ne dure, ni les succès éclatants, ni la gloire. Car il a fallu à Philippe Forrestier se frayer un long chemin dans l’ombre et les ténèbres pour y trouver la Lumière. Aujourd’hui, il sait que “l’instant prime sur la gloire” et cette philosophie imprègne ses œuvres lumineuses. “L’éclaireur” maîtrise également un autre métier de la lumière : celui, plus technique et plus conventionnel, d’éclairagiste, grâce auquel il a réalisé l’illumination créative de différents hôtels, restaurants et résidences privées au Maroc et ailleurs. Sa dernière création est l’habillage lumineux des vitrines

que l’artiste Jean-François Fourtou a conçues pour la boutique Hermès, rue de Sèvres. A Paris toujours, il assurera l’hiver prochain les lumières d’un spectacle chorégraphique qui sera présenté au théâtre de Chaillot. De sa rencontre avec certains architectes, tels que Lorenzo Buscaglia à Marrakech et Arnaud Gilles à Casablanca, est né un vrai travail de mise en espace de la lumière qui devient un élément architectural à part entière. Celle-ci joue avec les reliefs et sculpte l’espace grâce à de savantes découpes et ouvertures dans murs, plafonds et parois. Soucieux d’intimité, amoureux de la nature, Philippe Forrestier a aussi signé l’illumination de nombreux jardins privés. Les végétaux y sont mis en scène comme de véritables sculptures. Leurs reflets dans les bassins aquatiques semblent leur rendre hommage. Les perspectives lumineuses sollicitent le regard. Tout concourt à conférer aux lieux la magie et la poésie des jardins secrets. Tel : +212 6 62 48 73 85


068/LUMIERE

PHILIPPE FORRESTIER

“the light artist” Lighting the way, this self-taught designer-artist brilliantly captures and renders available sources of light around him. Natural and artificial light, candles, light bulbs, mirrors, luminescent fabrics, and phosphorescent materials all feed into his creativity. He uses them to create light art in the form of fixed or moving pictures. Thanks to a clever use of lighting and projection of stills or films on reflective or translucent surfaces, light radiates ad infinitum in evanescent layers, fragments into thousands of sparkling dots with varying movements, or transforms the space into a permanently mutating organic world. I do not design chandeliers and lamps. I am in search of my own light, going beyond the visible, revealing layer upon layer darkening our vision of the world”, detailed the artist. “I am influenced by light as energy and the expression of another state of matter. Light expresses what no other material can say. It highlights life, makes the invisible visible, and uncovers the hidden facets of the world. With light, I come back to life every day. Indeed, does the expression “to see the light” not convey the notion of something coming into being?” The music lover in him also added: “Light is as evanescent and elusive as music. I would like to create light art that could illustrate sounds and music. I would like to be able to translate emotions with light!”. This luminous adventure began in 2008. Then an international fashion designer weary of his hectic cosmopolitan life, he abandoned his life in Italy to move to a modest riad at the heart of Marrakech’s Medina and devote himself fully to his passion for light. “This break with the past was hard but beneficial in terms of learning to renounce and let go”. However, there may be a risk of being blinded by too much light and slipping into the darkness. Every object and wall in this modest house is a shifting medium for light. The sculptor in him forms contours, volumes and brightness; the painter colours and adjusts it; the fashion designer weaves and superimposes immaterial layers of light, dressing the space; the jeweller sets the shapes that surround him; and the alchemist transforms it. In this near-mystical search for the meaning in life, he questions the imperceptible and transient that the least shadow can shield or make disappear.

The artist has no regrets about having left his old life behind and told us about the different chapters that led the young teenager from a modest background that he was into the limelight. His account is peppered with memories of a crazy youth when, due to lack of funds and with cheap remnants bought at the flee market, he had fun designing and sewing up his own outfits. At barely 17 years of age, he already had amazing talent and a tremendous appetite for the world. Some decisive encounters propelled him to the front of the ready-to-wear industry in France, Italy, New York and Tokyo. At 21, thanks to the support of French singer France Gall for whom he created costumes for her show at the Palais des Congrès in 1981, he launched his own brand, Philippe Forrestier, distributed throughout Europe, Japan, the Middle East, Canada and the United States. A serious illness then came to ground to halt this meteoric rise and forced him to close down his company. After a dark period in the artist’s life, a famous Lyon weaver entrusted him with the design of fabrics for his ready-to-wear collections. This is where he


ENGLISH met designers Marithé and François Girbaud who worked with him on the launch of their Material research department… The start of another career as designer and consultant for important international textile industries with Armani, Gucci, Gil Sander, Dona Karan, and Calvin Klein began… In this stage in his life, he kept his love for lights that transform mere mortals into stars alive. From spending so much time with so many fleeting stars, he also learnt with much suffering and hard sacrifices that nothing lasts, least of all dazzling success and glory. Indeed, Philippe Forrestier had to clear a path through the shadows and darkness to reach the Light. Today, he knows that “the present time prevails over glory” and his light art is imbued with this philosophy. “The light artist” also mastered another light-related profession, the more technical and conventional job of lighting engineer, designing creative lighting for various hotels, restaurants and private homes in Morocco and abroad. His latest project involved lighting the shop window dressings created by artist Jean-François Fourtou for the Hermès store on Rue de Sèvres. Still in Paris, he is set to direct the lighting for a choreographed show presented at the Théâtre de Chaillot next winter. His meeting with certain architects such as Lorenzo Buscaglia in Marrakech and Arnaud Gilles in Casablanca has resulted in work on lighting as an architectural element in its own right. Light plays with contours and sculpts the space thanks to skilful cuts and openings in walls, ceiling and partitions. Searching for a little more intimacy and with his love of nature, Philippe Forrestier has also designed the lighting for a number of private gardens. Plants are presented like true sculptures and their reflection in ornamental pools seems to pay tribute to them. Their lit perspectives attract our attention and everything contributes to turning these spaces into magical and poetic secret gardens. Tel : +212 6 62 48 73 85


070/ARCHITECTURE

Par : Marie Le Fort

En immersion totale avec le paysage, l’architecture contemporaine rivalise d’ingéniosité pour se fondre et révéler le site naturel dans lequel elle s’inscrit. Une force tranquille qui pourrait bien définir l’architecture de demain. La preuve en Norvège et Uruguay.


© Ketil Jacobsen

Vues extérieure du Reindeer Pavillon imaginé par l’agence norvégienne Snøhetta au cœur de la nature scandinave.


072/ARCHITECTURE

L

A la fois protecteur et ouvert sur le paysage environnant, le complexe de Trollstigen érigé par RRA Architects est respectueux de la topographie du site.

© Courtesy of RRA Architects.

a nature en Norvège se révèle extrême, hostile. Aussi, construire dans un tel environnement, tout en le magnifiant, relève du tour de force. Une problématique qui est familière à Reiulf Ramstad -fondateur de l’agence norvégienne Reiulf Ramstad Arkitekter- : "Le plateau de Trollstigen sur la National Tourist Road est exceptionnel. Déporté sur le vide de la vallée en contrebas, et inscrit dans un cirque naturel de toute beauté, il accueille depuis toujours de nombreux touristes. Aussi, quand nous avons répondu à la compétition lancée en 2004, le site était totalement dévoyé : un parking d’une étonnante brutalité et des bâtiments de pauvre qualité, en préfabriqué pour la plupart, dont la seule raison d’être était commerciale. Je suis toujours estomaqué de voir comment les plus beaux endroits sont détruits par la pression touristique… J’avais une seule idée en tête : rétablir une relation consciente entre la nature et les visiteurs, entre l’architecture et l’environnement.” Des belvédères en acier Corten et garde-corps en acier et verre qui se confondent avec les tonalités minérales du paysage, des passerelles surélevées qui enjambent le terrain rocheux et une série de bâtiments géométriques enveloppés de plaques de ciment brutes –qui regroupent un refuge, un restaurant et poste d’observation protégé des intempéries– composent, avec brio, l’ensemble des constructions du site naturel classé. Ainsi, logiquement, l’autre contrainte nécessaire à la résurrection de Trollstigen était de repenser le déploiement des bâtiments dans l’espace,


d’arriver à intégrer l’architecture dans le prolongement vertical et horizontal du paysage. "Je souhaitais "alléger" et clarifier la présence des édifices, qu’on ait l’impression qu’il y en a moins. Réduire la part ou la présence du "construit" au contact de la nature sera le challenge des architectes de demain. Bien que la solution semble évidente : l’architecture doit découler de manière logique du paysage, être intégrée de manière croissante dans l’environnement naturel. Comme si le bâtiment se résumait à l’essence même de l’architecture", explique Reiulf Ramstad. Par comparaison, il tisse un parallèle entre sa vision d’une architecture intégrée et celle d’un créateur de mode qui dissimule les doublures, efface les coutures et minimise les découpes pour revenir à l’essence du vêtement. En filant la métaphore, on réalise d’ailleurs que RRA a créé un patron précis du plateau afin que l’architecture colle parfaitement à la topographie du site. "Face à cette nature brutale et extrême, il était primordial de collaborer avec d’autres experts pour donner au schéma directeur une vraie légitimité et de la force dans le temps : ingénieurs hydromécaniques, limnologues, biologistes, nous avons travaillé avec tout un panel de spécialistes pour découper, avec une incroyable précision, le terrain par strates de dix centimètres. L’eau, qu’elle soit vive ou sous forme de glace, crée ici de considérables dégâts : les bâtiments passent l’hiver sous sept mètres de

neige, des portions de routes sont arrachées par des glissements de terrain ou des éboulements, etc. Il nous fallait anticiper : le plan d’eau et les pontons devaient pouvoir survivre aux longues périodes de gel. Notre stratégie est donc tout naturellement née du paysage, nous sommes partis sans idée préconçue de forme pour imaginer un édifice qui s’appuie, se dissimule et se révèle avec le paysage.” Car construire à Trollstigen est, en soi, un oxymore : lutter contre la nature et s’y intégrer. Ancrer solidement l’architecture dans le sol et en même temps donner l’impression qu’elle y est juste posée. Créer un sentiment urbain tout en respectant l’environnement au plus près. Epouser les courbes du sol tout en le laissant respirer : le recouvrir et pourtant laisser à la végétation la possibilité de pousser. Une fois à l’intérieur de l’édifice, l’architecture poursuit ce même dialogue : protectrice, elle s’efface néanmoins pour laisser place, de manière kaléidoscopique, à la contemplation du paysage. Et Reiulf Ramstad de conclure : “Nous ne voulions pas plus d’une structure éphémère que d’un bunker, nous voulions que l’édifice devienne une partie intégrante du paysage. Qu’il en soit


074/ARCHITECTURE

expressif tout en s’y dissimulant.” Suivant le même principe, le Norwegian Wild Reindeer Centre Pavilion, imaginé par le cabinet norvégien SnØhetta, est lui aussi exemplaire. Point de vue idéal pour observer la nature norvégienne tout en s’en préservant, le pavillon d’observation habite un plateau esseulé à 1.200 mètres d’altitude. A la fois géométrique et souple, sa structure combine la lisibilité et transparence du verre avec le confort d’un immense banc en bois sculpté à la main. Si le refuge apparaît comme habité par une forme organique en bois quand on est à proximité, il devient totalement impénétrable à distance, ses façades en verre reflétant entièrement le paysage alentour. Un beau tour de force architectural qui compose une double mise en abîme. Plus amont, si les parois vitrées renvoient l’impression d’être froides, la chaleur d’une cheminée suspendue à l’intérieur vient contrecarrer la rigueur du climat et offrir un refuge sur-mesure aux randonneurs de passage. Intégrant architecture et paysage en un seul et même élément, le pavillon se double d’une terrasse extérieure en bois. De là à vouloir s’absoudre au contact du paysage environnant, il n’y a qu’un pas. Même principe pour le dernier-né de la dynastie des hôtels brésiliens Fasano : Fasano Las Piedras en Uruguay. Plus calme et réservé, il s’égraine en toute discrétion, près de Punta Del Este, au fil de 32 bungalows imaginés par Isay Weinfeld. “Je déteste me répéter”, affirme d’emblée d’une voix aussi calme que déterminée celui qui incarne le meilleur de l’architecture moderniste brésilienne contemporaine. “Ce qui m’intéresse est de matérialiser ce que chaque client veut exactement, mais en passant ce désir à travers mon propre filtre esthétique”, explique Isay Weinfeld. Sur fond d’espaces rétro-modernes, Fasano Las Piedras marie murs en pierres et nobles essences de bois non sans un air “rustic-chic”. Sobriété absolue des espaces, mélange de béton gardé volontairement brut, et de bois Cumaru –une essence exotique sud-américaine jaune-brun-, Issay Weinfield signe ici un repère sans fioritures ni circonvolutions architecturales. A l’aide d’espaces aérés et de volumes forts, il va à l’essentiel, sans pointillés ni détours. Place à la ligne, à l’espace, à une communion architecturale avec l’extérieur.

Vues du Fasano Las Piedras imaginé par Isay Weinfield en Uruguay.

Vue vertigineuse du ‘look out’ de Trollstigen - imaginé par RRA Architects – qui, avec ses garde-corps rouillés, surplombe la vallée.


Š Courtesy of Fasano Hotels.


ENGLISH 076/ARCHITECTURE

In total immersion with the landscape, modern architecture vies with ingenuity to merge with, and reveal, the natural site on which it lies. A quiet force that could indeed define the architecture of tomorrow… The proof is found in Norway and Uruguay.

N

ature in Norway is extreme, hostile even. Thus, building in such an environment, whilst simultaneously glorifying it, is nothing short of a true exploit. This issue is familiar to Reiulf Ramstad – founder of the Norwegian agency Reiulf Ramstad Arkitekter -: “The Trollstigen plateau on the National Tourist Road is exceptional. Carried into the void of the valley below, and lying at the heart of a beautiful natural cirque, it has always welcomed many a tourist. When we answered the call to tender in 2004, the site had been totally corrupted, with a car park of astonishing brutality and poor-quality buildings, prefabricated for the most part, whose only reason for even being there was commercial. I am always flabbergasted to see how the most beautiful sites can be destroyed under the pressure of tourism… I had only one thing in mind: re-establishing a conscious relation between nature and visitors, as well as architecture and the environment”. Corten steel belvederes and steel and glass railings melt into the landscape’s mineral hues, raised footbridges stretch across the rocky terrain and a series of geometric buildings wrapped in raw cement panels – bringing together shelter, restaurant and observation post protected from the weather – brilliantly compose the buildings on this listed natural site. Logically, the other necessary constraint of Trollstigen’s revival was to rethink the deployment of buildings in space, to succeed in integrating architecture in a

vertical and horizontal extension of the landscape. “I was looking to “lighten” the load and clarify the presence of buildings, to give the impression there were fewer. Reducing the share or the presence of buildings in contact with nature will be the challenge facing architects of tomorrow. Even though the solution seems obvious: architecture must logically flow from the landscape, and be increasingly integrated into the natural environment. As if buildings came down to the very essence of architecture”, explained Reiulf Ramstad. In comparison, he draws a parallel between his vision of integrated architecture and a fashion designer hiding linings, erasing seams and minimising cuts to get back to the essence of the item of clothing. Taking that metaphor yet further, RRA has created a precise pattern of the plateau so that the architecture fits the site’s topography to perfection. “Faced with brutal, extreme nature, it seemed vital to work with other experts to give the development plan true legitimacy and strength over time: we worked with hydromechanical engineers, limnologists, biologists, and an entire panel of specialists to divide up the site into incredibly precise ten centimetre strata. Water, in flowing or ice form, creates significant damage here: the buildings spend the winter under seven meters of snow; stretches of roads are torn away in landslides, etc. We had to anticipate: the stretch of water and pontoons had to be able to survive long periods of frost. Our strategy was therefore quite naturally born of the landscape. We started out without any preconceived ideas of shape to imagine a building that is based on, concealed in and revealed within the landscape.” Indeed, building in Trollstigen is, in itself, an oxymoron: fighting against nature and integrating it, solidly anchoring architecture in the ground whilst giving the impression that it is just resting upon it. Creating an urban feel whilst respecting the environment to the utmost; hugging the ground’s contours whilst letting it breathe; covering and yet giving vegetation a chance to grow. Once inside the building, the architecture continues this same dialogue: the protective edifice nevertheless makes way for a kaleidoscopic overview of the landscape. Reiulf Ramstad concluded: “We did not want an ephemeral structure but neither did we want a bunker, we wanted our building to become an integral part of the landscape. Expressing whilst concealing itself.” Following the same principal, the Norwegian Wild Reindeer Centre Pavilion, designed by the Norwegian agency SnØhetta, is also exemplary. An ideal viewpoint to observe Norwegian nature with a minimum impact, the observation pavilion lies on a lonely plateau 1,200 meters above sea level. Both geometric and flexible, its structure combines the legibility and transparency of glass with the comfort of a huge hand-sculpted wooden bench. If the refuge seems imbued with an organic wooden shape at close quarters, it becomes impenetrable from afar, its glass facades fully reflecting the


© diephotodesign.de

surrounding landscape. This wonderful architectural exploit offers a double ‘dream within a dream’. If the glass partitions give the impression of being cold outside, the heat of the suspended fireplace inside thwarts the rigorous weather and offers a made-to-measure shelter to passing hikers. Integrating architecture and landscape in a single element, the pavilion also has an outdoor wooden terrace. One step is all that is needed to blend into the surrounding landscape. The same principle goes for the latest creation in the dynasty of Brazilian hotels Fasano, Fasano Las Piedras in Uruguay. Quieter and more reserved, 32 bungalows designed by Isay Weinfeld are discreetly dotted around near Punta Del Este. “I hate repeating myself”, asserted the calm and determined voice of a person who embodies the best of modern Brazilian architecture. “What I enjoy is bringing about the customer’s exact requests, but putting these wishes through my own aesthetic filter”, explained Isay Weinfeld. On a backdrop of retro-modern spaces, Fasano Las Piedras blends stone walls and noble species of wood in a rustic-chic style. With understated spaces, the blend of voluntarily unpolished concrete, and Cumaru – a yellow-brown South-American exotic wood -, Issay Weinfield has created a reference point devoid of any embellishments of style or architectural twists. With airy spaces and strong volumes, he has gone straight to the point, without stops or starts. Pure lines and space. Long live architectural communion with nature. www.reiulframstadarkitekter.no www.snohetta.com www.laspiedrasfasano.com


078/DESIGN

Par : Marie Le Fort

Epuré, perforé, ajouré, le métal fait son grand come back. Doré ou cuivré, mat ou poli, versatile et argenté, il joue les élégants, non les nouveaux riches, pour révéler les plus belles pièces design.

T

rublion du design espagnol, Jaime Hayon n’a pas son pareil pour préempter les nouveaux champs créatifs. Si le design filaire était au goût du jour dans les années 50, avec les assises d’Harry Bertoïa, voici que Jaime Hayon réinterprète cet usage pour Gaia & Gino avec une collection de Grid Vases. Réalisés à la main par des artisans turcs qui maîtrisent l’art de sculpter et manier le cuivre, ces contenants évoquent armures et masques d’escrime tout en faisant écho aux traditions géométriques islamiques. Pari réussi. Après le quadrillage, place aux perforations avec les bijoux Voids signés India Mahdavi pour JEM (Jewellery Ethically Minded). Esthète dans l’âme, India Mahdavi est une géniale touche-à-tout créative qui, depuis une dizaine d’années, tutoie design et décoration d’intérieur, scénographie et architecture. Du bar du Connaught à Londres, à l’hôtel mexicain Condesa DF, en passant par le restaurant Thoumieux de Jean–François Piège et le cinéma Germain Paradisio, India conjugue élégance contemporaine et références rétro. Et, histoire de relever un nouveau défi, la voici qui imagine une collection de bijoux en Or pour JEM, première marque de joaillerie éthique. Appelée Voids, elle se décline de manière épurée: “Pour cette collection, j’ai emprunté au bâtiment

ce matériau brut et graphique qu’est la tôle perforée, pour proposer une architecture qui soit à l’échelle du corps, inscrite dans un rapport de vides et de pleins.” Jeux d’échelle, de taille et de densité, bagues, manchettes et bracelets se répondent comme autant d’archétypes modernistes. Même envolée joaillière chez le géant brésilien H. Stern qui collaborait cette année avec l’infatigable Oscar Niemeyer. “L’architecture est sans intérêt. Ce qui a de l’intérêt, c’est la vie”, affirme le père de Brasilia. Des courbes inspirées des montagnes, des lignes ondulantes symbolisant l’océan, les formes insaisissables des nuages : on ne s’attend pas forcément à de telles références visuelles pour constituer l’imaginaire d’un architecte ! C’est donc en suivant cette logique -celle des courbes féminines- qu’il accepta de signer une collection de bijoux. Les croquis d’Oscar Niemeyer réalisés à main levée ont dès lors inspiré le joaillier qui transposa les courbes irrégulières sur de l’or blanc et jaune pour composer six parures différentes nommées d’après certaines de ses œuvres. Le résultat ? Des manchettes brutes, des bracelets aux lignes sinueuses et étonnamment souples, comme si la monture était aussi légère qu’un trait de fusain. Prenant la suite de l’univers de la joaillerie, les créations lumineuses explorent, à leur tour,

Ensemble de Buoy Lamps imaginées par PostlerFerguson, designers suédois. © Courtesy of PostlerFerguson


tous les champs des possibles, à l’instar du Reconstruction chandelier de Kyouei Design qui clipse des lampes entre elles pour composer un heureux enchevêtrement métallique postindustriel. Chez les grands éditeurs, ensuite, à l’instar de Flos qui signait cette année une première collaboration avec l’artiste de lumière Thierry Dreyfus : appelée Wall Rupture, ce luminaire invisible s’intègre à l’architecture en déchirant la surface du mur d’une cicatrice dorée ou argentée. Laquée de rouge avant d’être recouverte à la feuille d’or suivant un minutieux procédé japonais, cette “déchirure lumineuse” a été calquée, à l’échelle, sur les cimes de l’Himalaya. “L’endroit d’où on peut toucher le ciel”, ponctue l’artiste. Quant à Piero Gandini, directeur de Flos, il se dit lui-même étonné : “Quand j’ai vu sa tablesculpture à Bâle, je lui ai demandé s’il serait possible de transposer le concept, à la verticale d’un mur. Fondre la lumière dans l’architecture ? Il fallait une vision pour l’imaginer… le résultat est superbe ; la lumière de Thierry Dreyfus purement émotionnelle”. Comme quoi métal et reflets métallisés véhiculent, eux aussi, une part de rêve.

1- Saucepan en cuivre extrait de la Copper Collection d’ Aldo Bakker. © Courtesy of Aldo Bakker 2- Suspension perforée Echt en laiton dessinée par Tom Dixon. © Courtesy of Tom Dixon 3- Bague ‘Curves’ en or dessinée par Oscar Niemeyer pour le bijoutier brésilien H. Stern. 4- Guéridon ‘Campagnolo’ en bronze patiné noir et marbre et tabouret ‘Thanatos et Hypnos’ en bronze poli miroir sculptés en édition limitée par Pucci de Rossi. © Courtesy Galerie Downtown, François Laffanour. 5- Ensemble de bracelets et manchette perforés de la collection Voids, imaginée par India Mahdavi pour JEM.

1

2

4 3

5


080/DESIGN

1 3

METAL DREAMS Pure lines, perforations, openwork: metal is making a comeback. Golden or coppery, mat or polished, versatile and silver, it adds an elegant rather than a garish touch to the most beautiful designer items.

2 1- Trio de Blow Light en cuivre de Tom Dixon. © Courtesy of Tom Dixon Reconstruction chandelier (2011) imaginé par Kouichi Okamoto de l’agence Kyouei design © Kyouei design. 2- Copper Stool, tabouret sculpté par le designer néerlandais Aldo Bakker. © Courtesy of Aldo Bakker 3- Reconstruction chandelier (2011) imaginé par Kouichi Okamoto de l’agence Kyouei design © Kyouei design.


Collection de Grid Vases de Jaime Hayon pour Gaia & Gino © Courtesy of Jaime Hayon Studio

S

panish design agitator Jaime Hayon is second to none when pre-empting new creative fields. If wire design was all the rage in the 1950s, with Harry Bertoïa’s chairs for example, Jaime Hayon is giving a new take on this particular style with a collection of Grid Vases for Gaia & Gino. Handmade by Turkish artisans and masters in the art of sculpting and working with copper, these containers evoke armour and fencing masks whilst suggesting traditional Islamic geometric patterns. A true success! Grid patterns then make way for perforations with the jewellery collection Voids created by India Mahdavi for JEM (Jewellery Ethically Minded). An aesthete through and through, India Mahdavi is a creative genius who dabbles in everything and, for the past ten years, has rubbed shoulders with design, interior decoration, stage design and architecture. From the Connaught bar in London to the Mexican hotel Condesa DF, not forgetting Jean–François Piège Thoumieux’s restaurant and the cinema Germain Paradisio, India combines modern elegance and retro references. Taking up the latest challenge, she has imagined a collection of Gold jewellery for JEM, the leading ethical jewellery brand. Voids offers the purest of lines: “For this collection, I borrowed the raw and graphic material that is perforated sheet metal from the construction world, offering architecture on a human scale and looking at the relation between empty and solid”. In a play on scale, size and density, rings, cufflinks and bracelets enter into a dialogue of modernist archetypes. A similar flight of jewellery design can be seen in the latest offerings from the Brazilian giant H. Stern, which has been collaborating this past year with the indefatigable Oscar Niemeyer. “Architecture is of minor importance. What is important is life”, asserted the father of Brasilia. Curves inspired by mountains, undulating lines symbolising the ocean, the elusive shapes of clouds: rarely does one expect such visual references to make up the imagination of an architect! Following this reasoning – one of feminine curves – he agreed to create a collection of jewellery with undulating contours. Oscar Niemeyer’s freehand drawings inspired the jeweller to transpose the irregular curves onto white and yellow gold, making up

six different sets of jewellery named after his designs. The result is raw cufflinks and astonishingly flexible bracelets with sinuous lines, and settings as light as charcoal sketches. In the steps of the world of jewellery, lamp design explores in turn all possible fields, much like Kyouei Design’s Reconstruction chandelier that clips lamps together to make up a cheerful postindustrial metallic tangle. Then, leading design companies come onto the scene, much like Flos that set up a first project with lighting artist Thierry Dreyfus: this invisible light, Wall Rupture, is integrated into architecture by tearing into the surface of a wall with a golden or silver scar. Lacquered in red before being covered in gold leaf using an intricate Japanese technique, this “light tear” is an exact copy, to scale, of the Himalayan summits. “Where you can touch the sky”, added the artist. Flos director Piero Gandini was himself amazed: “When I saw his sculpture-table in Basel, I asked him if it were possible to transpose the concept vertically onto a wall. Melting light into architecture: you had to have vision to imagine it and the result is superb. Thierry Dreyfus’s light is pure emotion”. The proof that metal and metallic reflexions can also convey their share of dreams…

‘Wall Rupture’ verticale dorée de Thierry Dreyfus pour Flos (2011) © Atelier Thierry Dreyfus


O H S N I P 082/SHOPPING

Par : Sylvie Gassot

3

1

2

3

2

4

6

5

5

6

7


P O G N 7

4

1


084/ARCHITECTE

Par : Sylvie Gassot Photo : J.J. Fourny


Architecte visionnaire du Palais Namaskar Inspiré et généreux, célébré sur la scène internationale, ce bâtisseur de rêves nous offre le privilège d’une visite privée au cœur du fabuleux Palais pur Feng Shui, dédié à l’élégance, l’énergie, l’équilibre et au bien-être…


086/ARCHITECTE


A

la veille de son inauguration (le 6 avril 2012), nous pénétrons ce somptueux domaine de 5 hectares -Leading hotels of the world- au travers du regard de son architecte. L’espace, aussi préservé que raffiné, offre 41 clefs, soit une collection exceptionnelle de villas, en symbiose avec un décor végétal et, surtout, aquatique d’1,5 hectares de bassins, lac et piscines. A Bab Atlas, dans la Palmeraie, l’arrivée à Namaskar -nom d’une salutation indienne qui signifie : “l’esprit qui m’anime respecte l’esprit qui vous anime”- est parfumée d’orangers dont l’éclat tranche sur l’azur ouaté du ciel. Ponctuel, face à l’immense mur d’eau apaisant qui indique l’accueil, Imaad Rahmouni a le sourire en partage. Avec une énergie de warrior et un physique félin, ce jeune quadra semble caresser le sol d’où il a fait jaillir, en complicité avec Philippe Soulier -propriétaire à la personnalité rare -, ce voluptueux domaine. Unique par la force de son design épuré teinté d’influences asiatico-marocaines, à nul autre pareil, Namaskar invite à une expérience d’excellence, un mode de vie qui déconnecte du quotidien. Palais idéal, monumental comme en témoigne son beffroi à l’entrée, sobre dans sa conception et formidablement luxueux, ce joyau de sérénité rejoint le groupe Oetker, aux côtés du Palace le Bristol à Paris et de l’hôtel du Cap, Eden-Roc ! Pragmatique, Imaad Rahmouni, doublement diplômé de l’école polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger, comme de celle de Paris Belleville, a commencé par travailler avec Philippe Starck. Aujourd’hui, passionné, il saute d’un avion à l’autre pour créer une foultitude d’hôtels et de restaurants de luxe, de Pékin (le G) à Abu Dhabi, de Paris (la Maison Blanche) à Tokyo ou Casablanca (le Cabestan), avec une science inouïe, le geste sûr et une vision cohérente. Décryptage. Marrakech Mag : Quelle a été votre démarche pour appréhender ce projet, un chantier pharaonique qui a duré 6 ans ? Imaad Rahmouni : C’est une juxtaposition d’idées qui a guidé l’ensemble, car ce projet a évolué en 3 phases compliquées qui correspondent à l’annexion successive de terrains alentour, après l’acquisition du Palais principal, transformé aujourd’hui en l’un des 2 restaurants. Cette hauteur de plafond de 8m50, que nous observons, ajoute pourtant à l’intimité du lieu grâce aux immenses baies vitrées en acier dont la finesse dévoile des tableaux de végétation. Les cascades de lustres en verre de Murano transparent, dessinées sur-mesure, comme les tombées de tissu Deddar, l’épaisseur XXL de cette moquette allemande et la multiplication des miroirs, scénarisent l’espace en démultipliant la sensation de confort. Cette cheminée, créée entre deux poteaux de tadelakt, s’habille de plâtre sculpté, en correspondance avec le motif des tissus, comme une photo se jouerait du positif et du négatif. Là, un parterre de pierre d’alun -comme en utilisait ma grand-mère- invite à grimper l’escalier pour découvrir le sky bar. La vue panoramique à 360° sur l’Atlas enneigé, d’une part, et les mystérieuses collines Djebilet de Marrakech et l’anti-Atlas aux rondeurs émouvantes, d’autre part, offrent un équilibre parfait. La ligne directrice était de garder et de créer ce sentiment de Palais, mot galvaudé, mais dont Philippe Soulier a une vision très précise… MM : D’où cette puissante révélation que le Palais Namaskar offre une expérience à part entière, tissée de moments parfaits… IR : Notre plus grande satisfaction est d’avoir réussi, et c’est très rare, à maîtriser une échelle parfaite ! On a énormément travaillé sur les lignes et les perspectives, qui prennent ici des libertés. Cette colonne existait dans le bâtiment initial, nous l’avons démultipliée avec démesure en nous interdisant tout détail inutile. L’échelle est résolument humaine dans les espaces privés, avec un esprit Feng Shui qui m’échappe en tant que musulman ! Mais qui crée une circulation épanouie et tout à fait monumentale sur les espaces publics. Avec un zoom permanent sur un environnement magique, comme ce bassin de 120 m2. Ou l’agencement inédit de la multiplication des

points d’eau qui s’imbriquent en un équilibre harmonieux. MM : On se sent résolument au Maroc et, en même temps, le Palais Namaskar ouvre des fenêtres sur d’autres mondes… IR : C’est exactement cette sensation de “Waouh !” qui se dégage. Pour la capter, je dois rendre hommage à l’intelligence sensible de Philippe Soulier qui n’a jamais fait intervenir la notion de budget comme frein à la créativité. La logique du Petit Poucet aurait été de dispatcher les villas sur l’ensemble du terrain, or nous avons densifié le premier tiers en constructions pour offrir au domaine végétal et au silence, particulièrement lourd ici, un rôle de premier plan. Le Spa (Guerlain et Ila) ouvre un monde à part, avec une expérience très asiatique. Et, pour rejoindre sa villa de plain-pied, l’hôte traverse un sas Feng Shui de bassins et papyrus. Chaque détail a été réfléchi : fauteuils vintage chinés à Stockholm, beds XXL des piscines en ardoise inspirés de décors balinais, aménagement ultra-contemporain des salles de bain, avec baignoires ovales en résine Agape, choix premium de télévisions Bang & Olufsen… voire dessiné sur-mesure : de l’inclinaison des abats jour dans les chambres au raffinement du mobilier édité spécialement, des cabochons en marbre au sol à l’arrondi des plans vasques… hommage -comme la courbe de la façade extérieure de la salle de sport- à la modernité d’Oscar Niemeyer. Il fût mon professeur à Alger ! MM : La réalisation de cet idyllique masterpiece hotel a-t-elle, à titre personnel, influé sur votre conception de maison idéale ? IR : Mais j’habite déjà dans la maison de mes rêves ! Elle se situe dans la Palmeraie, entièrement blanche à l’extérieure, de plainpied bien sûr, et sans aucune porte, marche ni entrave, pour être entièrement dédiée à la joyeuse circulation de mes 5 enfants ! Palais Namaskar : Route de Bab Atlas, No.88/69, Province Syba, Marrakech Tel : +212 5 24 29 98 00 www.palaisnamaskar.com www.imaadrahmouni.com


© J.J. Fourny

088/ARCHITECTE


O

Rahmouni

the visionary architect of the Palais Namaskar Inspired, generous, and celebrated on the international scene, this dream builder has offered us the privilege of a private visit of this fabulous pure Feng Shui Luxury hotel dedicated to elegance, energy, balance and wellbeing…

n the eve of its inauguration (6 April 2012), we made our way around this sumptuous 5-hectare estate – part of the Leading hotels of the world selection – through the eyes of its architect. The space, as preserved as it is refined, offers 41 rooms or should we say an exceptional collection of villas, in symbiosis with the natural and, more specifically, aquatic décor of 1.5 hectares of pools, lakes and swimming pools. At Bab Atlas, in the heart of the Palmeraie, the arrival of Namaskar – name of an Indian greeting meaning “the spirit in me respects the spirit in you”- is scented with orange trees that stand out on the cottonwool and azure sky. Right on time and facing the huge, calming wall of water at reception, Imaad Rahmouni gives a communicative smile. With warrior energy and a feline physique, this young forty-something seems to glide over the floor from which he raised this sumptuous estate, with the help of Philippe Soulier, the owner with a rare personality. Unique due to the strength of its pure lines tinged with an Asian-Moroccan influence, Namaskar invites guests on a journey of excellence, a lifestyle that makes a clean break with everyday life. This ideal luxury hotel is also monumental, as shown by its belfry at the entrance, of a simple and amazingly luxurious design. Indeed, this jewel of serenity is the new member of the Oetker group, rubbing shoulders with Le Bristol in Paris and the Hôtel du Cap, EdenRoc! The pragmatic Imaad Rahmouni, a graduate of both the Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme in Algiers and Paris Belleville, started working with Philippe Starck. Now, this passionate architect hops from one plane to the other, designing a host of luxury hotels and restaurants, from Peking (the G) to Abu Dhabi, Paris (La Maison Blanche) Tokyo and Casablanca (the Cabestan), with incredible expertise, a confident attitude and coherent vision. We found out more. Marrakech Mag: What was your approach when taking on this mammoth project that lasted 6 years? Imaad Rahmouni: A juxtaposition of ideas guided the whole: this project evolved in 3 complicated stages corresponding to the successive annexing of surrounding plots of land, after the acquisition of the main Luxury hotel, now transformed into one of 2 restaurants. The 8m50-high ceiling, which we can see here, nevertheless adds intimacy to the space thanks to the huge steel plate glass windows, unobtrusive enough to unveil entire landscapes of vegetation. The cascades of transparent made-to-measure Murano glass chandeliers, much like the drapes of Dedar fabric, the XXL thickness of this German carpet and the multitude of mirrors set the scene by greatly increasing the feeling of comfort. This chimney, created between two tadelakt pillars, is adorned with sculpted plaster recalling the fabric’s pattern, like a photo playing on positives and negatives. There, an alum stone floor – much like my grandmother once had – is an invitation to climb the stairs and discover the Sky Bar. The 360° panoramic view over the snow-covered Atlas Mountains on the one hand, and the mysterious rounded

Djebilet hills of Marrakech and anti-Atlas on the other, offers the perfect balance. The guideline was to retain and create the feeling of a Luxury hotel - an overused expression - but of which Philippe Soulier has a very precise vision… MM: Hence this powerful revelation that the Palais Namaskar offers an experience in its own right, built with perfect moments… IR: Our greatest satisfaction is to have succeeded in mastering the perfect scale, and that is most rare! We worked very hard on lines and perspectives, which are in this instance quite free. This column existed in the original building; we reproduced it on a large scale whilst refraining from adding useless details. The scale is resolutely human in the private spaces, with a Feng Shui spirit I fail to grasp as a Muslim (!) but that creates an open and resolutely monumental circulation in the communal areas, permanently focussed on their magical surroundings, such as this 120 m² pool. Or the unique layout of a multitude of harmonious interlocking water features. MM: You really feel like you are in Morocco and yet, simultaneously, the Palais Namaskar opens its doors onto other worlds… IR: You really get that “Wow!” factor. To capture it, I must pay tribute to Philippe Soulier’s sensitive intelligence, who never spoke of the notion of money as an obstacle to creativity. The “Tom Thumb” approach would have been to distribute the villas over the entire plot; however we built the first third of it up in a denser way in order to place plants and silence, particularly present here, in the foreground. The Spa (Guerlain and Ila) opens a world of its own, offering a very Asian experience. And to get to their singlestorey villa, guests walk through a Feng Shui screen of pools and papyrus. Every detail has been carefully thought out: vintage chairs found in Stockholm, XXL daybeds around slate swimming pools inspired by Balinese interiors, ultra-modern bathroom fittings with oval Agape resin baths, the prime choice of Bang & Olufsen televisions… Some are even made to measure, from the slant of the lampshades in the rooms to the specially designed refined furniture, the marble studs on the floor and the rounded washbasins… a tribute – much like the curve on the outside façade of the gym – to Oscar Niemeyer’s modernity. He was my lecturer in Algiers! MM: Has designing this idyllic masterpiece hotel influenced your conception of the ideal home on a more personal level? IR: I already live in the home of my dreams! It is located in the Palmeraie, entirely white on the outside, with only one storey, of course, and without any doors, steps or other obstacles, thus entirely dedicated to my 5 children’s joyous circulation! Palais Namaskar : Route de Bab Atlas, No.88/69, Province Syba, Marrakech Tel : +212 5 24 29 98 00 www.palaisnamaskar.com Imaad Rahmouni : www.imaadrahmouni.com


090/DESIGN

Par : Sylvie Gassot

Jean-François Fourtou

L’art des vitrines Hermès

E

ntre la maison de luxe et le talent onirique du plasticien, la rencontre tient du coup de foudre ! Hermès donne à Jean-François Fourtou carte blanche sur un an pour imaginer ses vitrines de la Rive Gauche. Au fil des saisons, il réalisera quatre décors : “Pour le premier, j’ai choisi de représenter une salle de bains dans laquelle des animaux géants parasitent la pièce. Le prochain sera une chambre, ensuite un salon...
Pour cet opus, le cheval porte une selle de la maison.” Ce que cherche l’artiste ? ”Une interaction avec le public, le magasin et la rue. Ce dialogue avec le tissu urbain, nous l’avons initié en 2003, sous la verrière Hermès à Bruxelles, avec une cabane de géant, qui invitait les visiteurs à retrouver leurs sensations d’enfants.” En métamorphosant ses vitrines en musée éphémère, Hermès gagne un bénéfice d’image international ; et le créateur, une formidable opportunité de toucher d’autres publics. “A ce titre, Hermès est une maison très particulière, souligne Jean-François Fourtou. Elle est dotée d’un esprit de famille et d’attention à l’autre qu’on ne retrouve pas ailleurs. Cette ouverture d’esprit et de contact est une chance !” Un défi artistique aussi, une démarche, qui, loin d’être une tendance, remonte à une tradition comme une signature historique…

chef étalagiste, des vitrines conçues comme des scènes de théâtre. Habile mise en scène qui pallie par un jeu d’éclairage la pénurie de produits sous l’occupation. On vient alors voir les vitrines-tableaux du Faubourg Saint Honoré, signées Christian Bérard, Sacha Guitry, Jean Cocteau, Marie Laurencin, Léonor Fini… comme on va au musée. Tradition qui se perpétue en intégrant les objets manufacturés aux décors où les œuvres dialoguent avec des matériaux inattendus : paille, journaux, sable, crottin de cheval, moineaux vivants. Dès 1978, Leila Menchari crée en magicienne des parenthèses enchantées aux luxuriants décors saisonniers. Elle propulse les passants de sous-bois en savane africaine, d’un appartement de Maharaja à une jungle peuplée de perroquets et papillons multicolores. Entre conte et exotisme, elle intègre un fabuleux casting d’artistes. A Tokyo, en 2009, la maison expose le carré de soie gonflé d’air et sa vidéo du designer Tokujin Yashioka, puis les spectaculaires effets de loupe d’Haruka Kojin. En 2012, après Christian Astuguevielle, place donc à Jean-François Fourtou et son bestiaire magique façon Lewis Caroll. Un excellent cru ! Pour susciter le désir, les marques hors du cadre traditionnel des galeries, présentent des scénographies abouties…

Vitrine tableau Précurseur, réputé pour son imaginaire poétique, Emile Hermès aménage, dès les années 20, sous l’impulsion d’Annie Beaumel,

Jean-François Fourtou : Dar El Sadaka, Bab Atlas, Marrakech. Hermès : 17, rue de Sèvres, Paris

Buzz chez Vuitton. Attroupement à Londres face à la girafe de Bond street en 2010, et à Paris où une cohorte de zèbres au réalisme saisissant fait écho à la collection Marc Jacobs, puis aux motifs exclusifs de Stephan Sprouse. Cinq fois par an, les boutiques arborent un nouveau décor qui vole de New York à Hong Kong. Tradition initiée par le fondateur Gaston Louis Dreyfus, passionné d’art, qui, chaque semaine, peignait son univers en aquarelle. Depuis, les créateurs insufflent leur magie dans les décors de Noël : Bob Wilson, Ugo Rondinone, Olafur Eliasson et son cercle lumineux -en forme de pupilleexposé, comble du luxe, sans aucun produit ! Ou Rajeev Sethi et son décor Diwali éclairant des malles en papier comme des lanternes. Lanvin provoque l’imaginaire pour créer une émotion, éveiller le désir d’entrer… et plus si affinités ! Pensées par Albert Elbaz comme un univers parallèle, les vitrines s’accordent aux défilés. Si chacun est le point de départ d’un scénario, les décors du Faubourg Saint Honoré en sont l’écho à coup de slogan : Veux tu m’épouser ? Le banquet libertin, Echec et mat… En situation décalée, les mannequins prennent parfois l’allure d’un miroir grinçant, tendu vers les passants. Humour théâtral chic et choc. Dior adore l’art ! Et a ouvert en l’honneur de l’artiste allemand Anselm Reyle, qui électrise le sac Lady Dior ainsi qu’une ligne d’accessoires et de maquillage, un pop up store à Miami Art Basel. L’art, un petit luxe dans le monde du grand luxe ?


Vuitton buzz. A gathering in London in front of the Bond Street giraffe in 2010, and in Paris where a herd of very realistic zebras echoes the Marc Jacobs collection, then Stephan Sprouse’s exclusive patterns. Five times a year, stores from New York to Hong Kong unveil a new décor. This tradition was initiated by founder Gaston Louis Dreyfus, a true art lover, who painted his world in watercolours on a weekly basis. Since, designers such as Bob Wilson and Ugo Rondinone have added their magic touch to Christmas displays. Olafur Eliasson even displayed his pupil-shaped circle of light devoid of any products: the height of luxury! Not forgetting Rajeev Sethi and his Diwali paper trunk lanterns.

and human contact is a great advantage!” This is also an artistic challenge, a particular approach, which, far from being fashionable, harks back to the traditional aspects of a historic brand…

Jean-François Fourtou

Window scene A forerunner known for his poetic imagination, Emile Hermès started dressing shop windows like theatre decors from the 1920s, spurred on by head window dresser Annie Beaumel. This clever stage production compensated the shortage of products under the occupation with lighting effects. Parisians then started to visit these Faubourg Saint Honoré picturewindows, created by Christian Bérard,Sacha Guitry,Jean Cocteau,Marie Laurencin,Léonor Fini… like museums. This tradition has

The art of Hermès window dressings

Lanvin stirs the imagination to create emotion and the desire to enter the shop… and possibly more! Designed by Albert Elbaz as a parallel world, the shop windows match the fashion show. Each is the start of a scenario and the Faubourg Saint Honoré décor mirrors this through slogans such as Will you marry me? The libertine banquet, Check mate… In this quirky world, window dummies sometimes make for a grating reflection, aimed at passers-by. Smart and stylish theatrical humour. Dior loves art! It even opened a pop up store at Miami Art Basel in honour of German artist Anselm Reyle, who electrified the Lady Dior bag and a range of accessories and makeup. Art: a small luxury in a high-end luxury world?

The artist, whose studio is located in the Palmeraie, crossed paths with the world of Hermès and is now enchanting its Parisian shop windows… The meeting between the luxury brand and dreamlike talent of the visual artist was like love at first sight! Hermès gave JeanFrançois Fourtou carte blanche for a year to imagine its shop windows on the left bank. Each season brings a new decor: “For the first, I chose to represent a bathroom taken over by giant animals. The next design is a bedroom, followed by a sitting room… This horse in this opus will be wearing the brand’s emblematic saddle.” What is this artist looking for? “Interaction with the public, the shop and the street. This dialogue with the fabric of the city started in 2003, under the Hermès glass roof in Brussels, with a giant hideaway, which invited visitors to rekindle childhood memories.” By transforming its shop windows into ephemeral museums, Hermès is developing its international image; the designer is given a wonderful opportunity to reach other audiences. “On this account, Hermès is very different as a company, highlights JeanFrançois Fourtou. It has great family spirit and attentiveness towards others that cannot be found elsewhere. This open-mindedness

been perpetuated by adding manufactured items to the decors, in which masterpieces sit alongside unexpected materials such as straw, newspaper, sand, horse manure, and live sparrows. From 1978, Leila Menchari began weaving her magic in enchanting scenes and luxuriant seasonal decors. She transports passers-by into woodland and African savannah, a Maharaja’s living quarters, a jungle filled with parrots and multicoloured butterflies. Into this blend of fairy tales and exoticism, she integrates a fabulous cast of artists. In Tokyo, in 2009, the brand exhibited an air-filled silk scarf and video by designer Tokujin Yashioka, followed by Haruka Kojin’s spectacular magnifying glass effects. In 2012, Jean-François Fourtou and his Lewis Carolllike magical menagerie have taken over from Christian Astuguevielle. Excellence indeed! To create desire, brands outside the traditional framework of galleries are now presenting highly polished stage designs… Jean-François Fourtou: Dar El Sadaka, Bab Atlas, Marrakech. Hermès: 17, rue de Sèvres, Paris


092/ARTVEGETAL

Par : Nathalie Rigoulet

La nouvelle vie du…

palmier Q

uelle belle idée d’utiliser les palmiers pour créer des lampes et du mobilier ! Le jeune Marrakchi Noureddine Rejraji n’avait pas vraiment les moyens d’acheter du matériel pour mettre en forme ses idées, alors il a commencé à récupérer les troncs et fibres des palmiers qu’il trouvait à côté de chez lui, dans la Palmeraie. Quand un palmier meurt, la logique veut qu’on récupère le bois pour se chauffer ou alimenter les fours des hammams… Noureddine a imaginé tout autre chose : il coupe les troncs et les utilise pour faire des pieds de lampes, tabourets, petites tables basses, miroirs ; il sectionne ensuite délicatement les fibres, les nettoie, les presse et les met en forme sur des gabarits pour créer des abat-jours originaux. Ses créations, 100% récup, lui ont valu l’année dernière une place de finaliste dans la catégorie Innovation de l’émission Sanaat Bladi (les métiers de mon pays) sur 2M télévision. Cette reconnaissance lui a ouvert les portes de la formation Concepteur d’Art, organisée à Marrakech, où chaque créateur en herbe apprend à exploiter au mieux son savoir-faire pour plus de justesse et d’innovation. Avec son ami Lahcen Inwi, qui maîtrise les chutes de pneus comme personne, et dont nous vous avions parlé dans notre précédent numéro, Noureddine a créé à quatre mains de jolies tables basses en bois de palmier recouvert de pneu, avec plateau en fibres de palmier sur lequel est déposé du verre. Bravo messieurs ! Les créations de Noureddine sont actuellement exposées à la Galerie Design & Cook à Sidi Ghanem. Tel : +212 6 42 48 60 75 www.rj-designe.com

A new lease of life for palm trees What a wonderful idea using palm trees to create lamps and furniture! The young Marrakech-born Noureddine Rejraji did not have the means to buy materials to satisfy his creative mind, so he started collecting trunks and fibres of palm trees found near his home in the Palmeraie. When a palm tree dies, logic has it that its wood is used to heat or feed local hammam ovens… Noureddine thought up quite another use for them: he cuts up the trunks and uses them to make lamp bases, stools, small coffee tables, and mirrors. He then delicately sections fibres, which he cleans, presses and shapes on moulds to create original lampshades. His 100% recycled creations got to the finals of the Innovation category on Sanaat Bladi’s show (my country’s trades) on television channel 2M. This recognition gave him the opportunity to go on an Art Designer course organised in Marrakech, during which each budding designer learns to use his or her expertise in the best possible way for accurate and innovative results. With his friend Lahcen Inwi, who works tyre scraps like no one else and who we mentioned in our previous edition, Noureddine created pretty tyrecovered palm wood coffee tables, with a palmfibre top holding a glass. Hats off to them! Noureddine’s designs are currently on show in the Galerie Design & Cook in Sidi Ghanem.


094/PAYSAGES

Par : Sylvie Gassot

VALENTIN GREEN L’âme verte d’un prince jardinier !

Paysagiste installé à Marrakech depuis deux ans, il signe les jardins enchanteurs du Fellah hôtel qui abrite la résidence d’artiste de Dar-Al Ma’mun et fourmille de projets. Confidences d’un poète…

R

endez-vous sur la route de l’Ourika au km 13. Dès l’arrivée au Fellah hôtel, la somptuosité de la nature guide le visiteur. Paysage envoûtant où un âne braie en guise d’accueil, alors que l’œil glisse sur un décor fier de cactus, oliviers taillés en nuages, palmiers washingtoniens, céréales et graminées… Végétal et minéral déroulent un film hollywoodien, style “Arizona dream” sur fond d’Atlas, dont on devient le héros au bord d’une piscine en brunchant. Paysage signé Valentin Green. Un pseudo choisi pour ses émissions de télévision en France par ce Catalan d’origine, né à Neuillysur-Seine, au-dessus d’un fleuriste, et qui a changé de cap pour embrasser cette aventure. La dégaine juvénile, mais musclée, sourire large, il zoome d’un regard aigu qui mêle le vert au bleu sur chaque détail. Exigeant, volubile, passionné, cet amateur de défis, diplômé de l’Ecole Supérieure Nationale de Paysagiste de Versailles, travaille comme un aquarelliste, avec l’alphabet du jardin pour croisade ! Marrakech Mag : après 2 ans de travail sur ce décor de 11 hectares, amoureux fou de Marrakech, vous poursuivez l’aventure avec quels projets ? Valentin Green : J’ai mis à profit mon séjour pour observer mes collègues et me suis rendu compte de la réelle opportunité d’ouvrir un bureau de paysagiste dédié à l’environnement. Dans cette région gavée de soleil, peu importe le projet : terrasses, jardins en ville ou domaines, on peut prendre en considération panneaux solaires, géothermie et traitement de l’eau. Il suffit de bâcher les traditionnels séguias -canaux d’irrigation- en argile pour assurer leur pérennité. Il n’y a pas d’école de paysagistes au Maroc, nombreux sont les autodidactes, j’ai envie de transmettre et redonner un peu de ce que j’ai reçu…

MM : Vous innovez en proposant une mission d’audit et un concept de garden staging ? VG : Prenons l’exemple de la Palmeraie : nombre de jardins ont un beau gazon et de magnifiques sujets, mais ne racontent pas d’histoire. En donnant d’autres volumes scénarisés par un jeu de lumière, en coupant et changeant le mobilier, on personnalise les lieux. Sur un énorme tapis de gazon, un poinçonnage de dattiers, un salon décaissé, une véranda coupée ou l’intégration, comme ici, de sculptures en bois flotté de Bali, évite ce copier coller dont nous inonde la presse déco. En enlevant le filet d’un terrain de tennis, pour y placer des boîtes à la Mondrian, on envole l’espace. Tous les palaces et hôtels ont leurs équipes de jardiniers avec des fiches de plantations et d’entretien. Je propose de rebooster l’endroit au plus près de sa vérité en le personnalisant à l’image des propriétaires et en travaillant avec les équipes en place. MM : Poète du jardin, vous enchantez plusieurs résidences privées, quels signaux vous indiquent que le projet est une réussite ? VG : Je finalise un projet dans la Palmeraie, avec l’architecte Imaad Rahmouni, et un autre avec le studio KO. Je viens aussi de signer la terrasse du restaurant Loft au Guéliz. L’essentiel pour réussir un jardin est de ne pas percevoir la main de l’homme. Si vous vous dites : “Comment ont-ils fait pour placer la maison ?”, c’est bon signe ! J’ai aussi quelques gimmicks plus sensuels. Si, dès la livraison des plantes, un papillon butine où un oiseau s’installe, c’est qu’il viendra se nicher. Je sais alors que mon travail est pérenne, ce n’est pas anodin, la nature, ça se respecte ! MM : Pour arriver à cette perfection, vous vous entourez des meilleurs fournisseurs… VG : Je sous-traite les cactus avec Fatima Thiemann, beaucoup de sujets avec Sadek

Tazi (Palm orchids) et graminées et plantes de qualité avec Casa Botanica. J’aime aussi cette culture de l’art du potager : verveine de Buenos Aires, fleurs d’halium et plans de safran. Enfin, une piscine n’est pas forcément un carré bleu. Vive la magie du Diamond brite, matériau innovant qui mélange cristaux de quartz et résine dans une palette de 17 couleurs ! Et l’électrolyse au sel, avec filtres solaires et éclairage leds (CEA), qui s’intègre pour dessiner une parallèle entre lumière et ligne d’eau. MM : Vous éditez votre première collection de mobilier outdoor… VG : Cette ligne propose quelques pièces essentielles : le bon fauteuil, le joli bain de soleil, un bed ludique, une table... Pour les piètements, j’opte pour du bois de récupération dans un esprit années 30/40 ; et pour les assises, pour un travail artisanal très haut de gamme. MM : Vous avez appris à parler l’arabe et choisi à 39 ans de vivre à Marrakech, quelle serait la maison de vos rêves ? VG : Fan de Frank Lloyd Wright et de la maison de Malaparte, je rêve d’une maison en croix, au toit plat, avec une circulation en couloir et d’immenses baies vitrées. Très attentif aux ombres portées sur les murs, mes fenêtres tableaux dévoileraient une collection de céréales : épeautre, blé, millet, graine de moutarde… Verveine de Buenos Aires, artichaut, chardon et fleurs d’ail compléteraient ce dreamland avec un très vieil olivier. De ma cabane dans un arbre, j’admirerais la vue sur Marrakech, ville sensible où la nature donne énormément et où j’espère voir proliférer les jardins… A quand un Ministère Vert ? le-petit-jardinier@yahoo.fr


030/ART&DESIGN

avoiding the copy and paste picture postcards that fills interior decoration magazines. By removing the net from a tennis court and adding Mondrian-like boxes, the space soars. All luxury hotels and hotels have their teams of gardeners with planting and maintenance instructions. My I propose giving a new lease of life to a space, as sincerely as possible, by customising it to resemble its owners and working with existing teams.

A

s soon as you arrive at the Fellah hotel, 13km out on the Ourika road, nature’s magnificence takes the visitor by the hand. This bewitching landscape, in which donkeys bray as a sign of welcome, has your eyes slipping over a proud background of cacti, cloud-shaped olive trees, Washingtonia palm trees, cereals and grasses… Plants and minerals make for a Hollywood, ‘Arizona dream’-like film with the Atlas Mountains as the background and in which visitors turn into protagonists eating brunch by the swimming pool. This landscape was created by Valentin Green, a pseudonym chosen for his television shows in France. Of Catalan origins, he was born above a florist’s shop in Neuilly-surSeine and changed course to embrace this adventure. With a juvenile but muscular look and a big smile, this man’s greenishblue hawks’ eyes focus on every detail. This demanding, voluble and passionate amateur of challenges graduated from the Ecole Supérieure Nationale de Paysagiste in Versailles, and works like a watercolourist, using the language of gardens on his crusade! Marrakech Mag: You spent 2 years working on this 11-hectar décor, falling in love with the city of Marrakech; which projects have you now taken on to continue on this adventure? Valentin Green: I spent time observing colleagues and became aware of the true opportunity that lies in opening a landscaping consultancy dedicated to the environment. In this sun-drenched region, every project, whether terraces, town gardens or estates, can make room for solar panels, geothermal science and water treatment. Traditional Sequias – irrigation channels – only need to be covered with clay to ensure their durability. There are no landscaping schools in Morocco but it does have a host of self-taught individuals, and I want to pass on and give back a little of what I received… MM: Do you intend to innovate by offering audit assignments and a garden staging concept? VG: Take the example of the Palmeraie: so many gardens have beautiful lawns and magnificent plants but don’t tell a story. You can customise a space by adding other volumes with play on light, by doing away with and changing the furniture. On an enormous carpet of grass can be added a scattering of date palms, a sunken lounge, a veranda or can be integrated, as is the case here, Balinese driftwood sculptures, thus

MM: As a garden poet, you weave your magic in a number of private homes; what signs tell you that the project is a success? VG: I am finalising a project in the Palmeraie, with architect Imaad Rahmouni, and another with agency Studio KO. I recently created the terrace of the Loft restaurant in Gueliz. A successful garden is one that shows no traces of man’s intervention. A great sign is if you end up thinking: “How did they manage to fit the house in?!” I also use a few more gimmicks linked to the senses. If, as soon as the plants have been delivered, a butterfly settles or a bird takes up residence, then they will no doubt nest. This tells me that my work is perennial, not trivial, and nature demands respect! MM: To reach this level of perfection, you must call upon the best of suppliers… VG: I subcontract cacti to Fatima Thiemann, a great many plants to Sadek Tazi (Palm orchids) and grasses and quality plants to Casa Botanica. I also like the art of the kitchen garden: verbena bonariensis, allium flowers and saffron beds. Finally, a swimming pool is not necessarily just a blue rectangle. The magical Diamondbrite is an innovative material that blends quartz and resin in a palette of 17 colours! And electrolysis of salt water, solar filters and led lighting (CEA) draw a parallel between light and water.

The green mind of a gardening prince ! This landscape gardener moved to Marrakech two years ago and has not only created the enchanting gardens of the Fellah hotel, which harbours artists’ residence Dar-Al Ma’mun, but is teeming with ideas. Here are the secrets of a poet…

MM: You have even created your first outdoor furniture collection… VG: This range offers a number of basic items: a comfortable chair, a pretty lounger, a fun sun-bed, a table… I chose salvaged wood for the bases to add a 1930s or 40s look, and a very high-standard of craftsmanship for the seating.

MM: You learnt Arabic and have chosen to live in Marrakech at 39 years of age; what would your dream house be? VG: I love Frank Lloyd Wright and the Casa Malaparte, so I dream of a cross-shaped house, with a flat roof, corridors and large plate glass windows. I pay a lot of attention to shadows cast on walls and my picture windows would unveil a collection of cereals, including spelt, wheat, millet and mustard grains… verbena bonariensis, artichokes, thistles and allium flowers would complete this dreamland alongside a very old olive tree. I would have a tree house, from which I could admire views over Marrakech, a sensitive city where nature gives so much and where I hope to see gardens proliferate… So how about a Green Ministry ? le-petit-jardinier@yahoo.fr


096/BUZZ

Par : Sylvie Gassot

a l i d i a F Gad l E a h o M ed j m ye m S t

r i h s T d r e L ĂŠtenda en


Quand un créatif marrakchi, qui revendique l’humour en arme de dissuasion massive, rencontre la star de la couture, originaire de Salé, ils se racontent… des histoires de T-shirts ! Et lancent en partenariat une collection qui va faire fureur…

C

omme toutes les belles histoires, l’aventure commence autour d’une rencontre fortuite chez des amis communs, avec un zeste d’humour en bandoulière et la spontanéité d’un fou rire. C’est sur le slogan ravageur “Hmar ou bikheer” (“Ane et fier de l’être”), que les deux compères unissent leurs talents. “Bourriquet, moche, stupide… Si une femme dit ça à un homme, il est mort !”, constate Mohamed Smyej. Séduisant trentenaire, ingénieur de formation, il a renoncé à son job costume cravate pour tenter de “changer le monde”, avec une philosophie tissée de fils noir et blanc sur un rythme 6/8 -le nom de la marque- dédié à la musique marocaine. “En s’appropriant l’insulte, on lutte contre le fatalisme. C’est un philtre d’ouverture d’esprit qui permet de transgresser les lois écrites mais n’alimente pas le conflit de génération. Ce T-shirt, je peux le porter devant mes parents sans avoir honte, il suggère un modèle de comportement motivé par l’espoir. Par nature, je suis anti-conformiste et lutte contre les conventions sociales. Mais je défends un monde où chacun a la liberté de faire ce qu’il veut en respectant la liberté de l’autre.”

“BAISSE LE NIVEAU, ÇA TE REMONTERA LE MORAL !” Alors, faut-il être fier d’être con, ou oser l’avouer est-il un signe d’intelligence ? Sa réflexion se base sur 3 principes, comme autant de slogans en faveur d’un bien-vivre que nous vous invitons à adopter. Règle N°1 : “Baisse le niveau, ça te remontera le moral !”. Règle N°2 : “Mieux vaut avoir des remords que des regrets.” Et enfin, “Sois toi-même, tu ignoreras le sentiment d’échec”, d’où la règle N°3 : “Sois fier et assume-le !”. Autant de préceptes qui, de Platon à Socrate, nous consolent d’être toujours “le con de quelqu’un”… Parole d’or d’un ancien meilleur

élève de la classe à qui l’on a fait ressentir ses succès comme une arrogance et qui s’impose de ne jamais indiquer le chemin à suivre mais plutôt celui à fuir…

“PLUS BESOIN DE DIRE “HMAR OU BIKHEER”, JE LE PORTE !” Evidemment, la ravissante Fadila El Gadi, qui a passé son temps à répondre aux agressions verbales des hommes dans la rue, est bien heureuse d’arborer le “Hmar ou bikheer” et “de ne plus jamais avoir à le dire puisque maintenant je le porte !”. Sur sa chemise en coton blanc, elle porte un sweat-shirt en coton gris -coupe loose parfaite au style charmeur, avec 2 poches pour souligner une forme d’assurance-, siglé de l’âne dont le design parodie le fameux logo Puma. “Nous produisons une ligne complète de T-shirts glamourisés pour hommes et pour femmes : débardeur, manche courte, sweat-shirt en gris, blanc ou noir. Et finalisons un cabas ainsi qu’une robe.” Tout le travail d’atelier, Fadila El Gadi -qui adore s’associer pour “s’oxygéner” , comme elle l’a fait avec l’artiste Mohamed El Baz, qui a qualifié leur collaboration “d’œuvre pop art”, et s’apprête à renouveler l’expérience avec Chourouk Hriech- l’effectue à Salé. Là où naît la magie de ses collections, dont celles que l’on trouve dans l’épatante boutique du jardin Majorelle et dans ses propres showroom à Marrakech, Paris et Tanger. “Pour être les meilleurs, il fallait travailler avec la meilleure”, conclut Mohamed Smyej ! Et l’âne, que gagne-t-il ? : “Enfin un peu de respect…” Showroom Fadila El Gadi Marrakech : +212 5 37 81 16 29 ou +212 6 13 07 86 68 Paris : 8 bis, avenue Percier Tel : +33 6 15 45 66 30 www.fadilaelgadi.com


98/BUZZ

When a creative Marrakech inhabitant, who claims humour as his arm of massive dissuasion, meets a star of fashion design from Salé, the talk is of… T-shirts! And of joining forces to launch a collection set to be all the rage…

Fadila El Gadi + Mohamed Smyej

flying their T-shirts high

L

ike many a wonderful story, the adventure started with a chance meeting through mutual friends, with a zest of humour in tow and general spontaneous hilarity. It is under the scathing slogan “Hmar ou bikheer” (“I’m a donkey but proud of it”) that the two cronies joined forces and talents. “Ass, ugly, stupid… If a woman says that to a man, he’s a goner!” notes Mohamed Smyej. This attractive thirty-year-old engineer gave up suit and tie to try to “change the world”, with a philosophy woven from black and white thread on a 6/8 (name of the brand) rhythm dedicated to Moroccan music. “You fight against fatalism by making the insult your own. It is a potion for open-mindedness that helps to transgress written laws without feeding into a generational conflict. I can wear this T-shirt in front of my parents without shame, since it suggests an example of behaviour motivated by hope. I am anticonformist by nature and fight against

social conventions. But I defend a world in which everyone has the freedom to do what they want whilst respecting the freedom of others.” “Take it down a level and raise your spirits!” So, should you be proud to be stupid, or is daring to admit it a sign of intelligence? This reflection is based on 3 principles, slogans in favour of wellbeing we believe everyone should adopt. Rule No.1: “Take it down a level and raise your spirits!”. Rule No.2: “Remorse is better than regrets.” And finally, “being yourself will help you ignore the feeling of failure”, hence rule No.3: “Be proud and accept it!”. Precepts that, from Plato to Socrates, give us comfort in always being “somebody’s fool”… Golden words from an ex-best pupil in class who was made to feel that his successes were arrogance and who started pointing out the path to avoid rather than the path to be followed…


“I no longer need to say “Hmar ou bikheer”, I just wear it!” The beautiful Fadila El Gadi used to spend a lot of time answering back to men’s verbal assaults in the street and is now more than happy to sport “Hmar ou bikheer” and “never have to say it again since I can just wear it!”. Over her white cotton blouse, she wears a grey cotton sweatshirt – in a perfect loose cut for a charming style and with 2 pockets to underline a form of self-assurance, picturing the logo of a donkey whose design parodies the famous Puma logo. “We make a full range of glamorous t-shirts for men and women: singlets, shortsleeved tops, sweatshirts in grey, white or black. And we are putting the finishing touches to a shopping bag and a dress.” All of the studio work is carried out in Salé: Fadila El Gadi loves to go into partnerships for “a breath of fresh air”, much like her work with artist Mohamed El Baz, who described their collaboration as a “pop art masterpiece”, and is about to renew the experience with Chourouk Hriech. Thus the magic of her collections is born, including those found in the Majorelle gardens shop and in her own showrooms in Marrakech, Paris and Tangiers. “To be the best, you have to work with the best”, concludes Mohamed Smyej! And what does the donkey get out of all of this: “Finally a little respect…” Showroom Fadila El Gadi Marrakech : +212 5 37 81 16 29 ou +212 6 13 07 86 68 Paris : 8 bis, avenue Percier Tel : +33 6 15 45 66 30 www.fadilaelgadi.com


100/MODE

Par : Nathalie Rigoulet

Les 1001 envies de

MARTINE HILLEN On pourrait tout simplement parler des magnifiques sacs de Martine Hillen, mais encore faudrait-il pouvoir les toucher, les porter... Oui, ils sont beaux ! Mais ils sont surtout légers, raffinés, pratiques, simples ; et à l’image d’une femme pleine de vie et drôle, dont l’histoire mérite un beau détour qui en dit long sur l’esprit de ses créations.

C

urieusement, le temps n’a pas d’emprise sur certaines personnes : il passe tout simplement. Une légère empreinte en guise de marquepage pour passer d’une vie à l’autre. Martine Hillen, que nous avons rencontrée à Marrakech, nous retrace avec humour et bonne humeur ses tranches de vie aux saveurs multiples. Avec un clin d’œil malicieux, elle me dit que sa vie est une succession de cycles de 10 ans dont elle aime parler avec philosophie. L’histoire commence en Belgique. Etudes en photographie et cinéma à Bruxelles, dix années de reportages photos de mode et autres soirées de mariages… et une lassitude que Martine n’est pas du genre à laisser s’installer. Avec une de ses amies, elles se lancent un défi et toutes deux créent la marque Anvers, une ligne de tee-shirts, des basics (unis, rayés, etc.), dix modèles seulement (un hasard ?) et, à leur grande surprise, ça marche illico ! Les pièces s’arrachent dans les boutiques des stylistes Olivier Strelli et Jean-Paul Barriol ; le début d’une success story qui ne se dément pas. Une véritable frénésie démarre alors : lancement de boutiques à New York, Londres, Tokyo, Bruxelles et Anvers bien sûr. Dix années de folie, qui épuisent aussi... Besoin de se ressourcer, de passer à autre chose, Martine lâche sa marque et se réfugie en France dans son Mas de Camargue. Le Mas du Pont de Laute, perdu dans la campagne, était lié depuis fort longtemps à l’élevage des taureaux et se prêtait à merveille à l’accueil des voyageurs. Avec Renaud, un ami manadier, elle s’épanouit dans l’élevage des chevaux et des taureaux et ouvre sa maison d’hôtes en 1996, qui devient vite une adresse sûre de la région. Mais en 2005, le choc, de terribles inondations frappent la Camargue, le Mas est bien touché ainsi que les animaux, un déchirement dont ne peut se relever Martine. Elle rejoint sa fille au Maroc et s’installe à Marrakech en 2007, à la campagne bien sûr, pour débuter une nouvelle “tranche de vie”. Son esprit créatif aiguisé par

la mode ne s’est pas éteint, bien au contraire, elle s’intéresse de près au travail du cuir et dessine ses premiers prototypes de sacs en cuir végétal. C’est la naissance de la marque MH. Des peaux admirablement travaillées, naturelles, fines, doublées de tafta moiré, un style simple et épuré que Martine décline dans les tons écru, marron, noir, grenadine, rouge, mastic et bleu grisé. Ses sacs se complètent de porte-monnaie, pochettes, trousses de toilettes et ceintures, pour combler de plaisir ces dames qui passent par le concept store 33 Majorelle ou la boutique Intensité Nomade à Marrakech, et Les Planches à Casablanca. Depuis début mars, Martine possède aussi sa propre enseigne au premier étage de La Manufacture, à Sidi Ghanem, avec une flopée de nouveaux modèles. 369, Q.I. Sidi Ghanem, Marrakech Tel : +212 6 51 68 91 69


ENGLISH

The one thousand and one lives We could simply tell you of Martine Hillen’s amazing bags, but you would also have to be able to touch them and wear them… They are not only beautiful : they are light, refined, practical, and simple, much like their lively, funny designer, whose story is worth sharing and speaks volumes about her creative spirit.

S

trangely enough, time has no hold over certain individuals: it quite simply passes by, with a slight bookmark-shaped imprint when passing from one life to another. We met Martine Hillen in Marrakech, where she recounted with great humour and cheer the very different slices of her life. With a mischievous wink, she told me that her life was a succession of 10-year cycles which she loves to relate philosophically. Her story started in Belgium with photography and cinema studies in Brussels, ten years of illustrated reports on fashion and other wedding events… and weariness that Martine was not likely letting take hold. With one of her friends, she took up the next challenge of creating the brand Anvers, a range of t-shirts and basics (plain, striped, etc.) with only ten models (pure chance?), which to their great surprise was a nothing short of a hit! Their items of clothing were snapped up in boutiques belonging to fashion designers Olivier Strelli and Jean-Paul Barriol; this was the start of a true success story. The frenzy then started, with the launch of stores in New York, London, Tokyo, Brussels and Anvers, of course. Ten amazing but exhausting years later, she needed to recharge her batteries and move on to something else: Martine let go of her brand and took refuge in her home in the French region of Camargue. The ‘Mas du Pont de Laute’, lost in the countryside,

was for a long time a bull-breeding farm and was perfect for welcoming travellers. With Renaud, a ranch-owning friend, she found another calling in breeding horses and bulls and opened her guest house in 1996, soon to become a popular address in the area. However, in 2005, terrible floods hit Camargue, the farm and animals, a heartbreak from which Martine has trouble recovering. She decided to join her daughter in Morocco and moved to Marrakech in 2007, settling in the countryside of course, in order to embark upon a new “slice of life”. Her creative spirit has far from extinguished; on the contrary, she is taking a great interest in leatherwork and designing her first prototypes of bags made from vegetable-tanned leather. Thus was born the MH brand. Beautifully worked, natural, fine leather, lined with moiré taffeta, and simple, clean lines available in ecru, brown, black, grenadine, red, putty and greyish blue hues. Her collections also include purses, clutches, wash bags and belts, giving women who visit concept store 33 Majorelle or shop Intensité Nomade in Marrakech, as well as Les Planches in Casablanca, plenty to smile about. At the start of March, Martine opened her own space on the first floor of La Manufacture in Sidi Ghanem, with many new items. 369, Q.I. Sidi Ghanem, Marrakech Tel : +212 6 51 68 91 69


102/COSMETIQUES

Par : Mélanie Polatova

A l’origine de la beauté... Deux femmes, deux philosophies, deux manières de concevoir la beauté et de puiser à sa source. Les fondatrices respectives de Gemology et Delarom, dont les marques ont récemment été implantées au Maroc, étanchent notre curiosité. Rencontre.

Christelle Lannoy

… LES MINERAUX

Christelle Lannoy, fondatrice de Gemology, a travaillé une dizaine d’années pour la Maison Clarins à Paris, avant de s’intéresser au concept du spa, à l’époque de son apogée -dans les années 2000- aux Etats-Unis. Puis, nouveau challenge : s’immerger dans l’univers passionnant de la formulation. Amoureuse de pierres précieuses, elle a voulu extraire l’essence de leur beauté au service de celle de notre peau. Et c’est suite à sa rencontre avec Mohamed Hila, passionné et collectionneur de minéraux et pierres précieuses, qu’elle a tout naturellement choisi le complexe de l’Atlas Golf Marrakech pour installer le premier Spa Gemology du Maroc. Marrakech Mag : Comment avez-vous pris conscience du pouvoir des minéraux ? Christelle Lannoy : Les minéraux étaient déjà exploités dans la fabrication du maquillage, pour leur aspect réflecteur incomparable. Mes recherches, purement scientifiques et dénuées de toute connotation ésotérique, ont duré deux années pendant lesquelles je me suis penchée sur leur richesse en oligo-éléments. C’est cet unique critère qui m’a permis de sélectionner 16 pierres précieuses

et semi-précieuses. A l’instar des végétaux et des actifs marins qui étaient exploités à l’époque, les minéraux sont reconnus aujourd’hui comme une véritable source de matière première pour l’industrie cosmétique. MM : Comment ça marche ? CL : Les pierres sont broyées pendant 2 à 3 jours jusqu’à l’obtention d’un talc impalpable. Elles sont micronisées et intégrées dans la formule, ayant pour effet une légère augmentation de la température de la peau ; en stimulant la microcirculation, on hydrate en profondeur pour une meilleure régénération des cellules. La poudre peut aussi être liquéfiée pour mieux exploiter les oligo-éléments présents, comme le zinc, le magnésium, le cuivre… L’apport d’oligoéléments dans notre alimentation est préconisé, mais pour que notre peau en bénéficie réellement, l’application topique est indispensable. MM : Les minéraux ont donc une réelle plus value pour notre capital beauté ? CL : Evidemment, mais leur efficacité n’est pas ma seule obsession, la texture est tout aussi fondamentale. Nous apportons une attention particulière aux formulations pour obtenir des textures modernes et agréables qui allient les notions de plaisir et de bien-être, aujourd’hui indissociables de l’univers du luxe. Il nous a fallu deux ans et demi de recherches pour concevoir notre première gamme, que nous avons voulue aussi pointue sur le fond que sur la forme. C’est pourquoi nous associons les vertus des minéraux à ceux des végétaux, qui sont des valeurs sûres. MM : Pour bien comprendre, pouvez-vous illustrer le principe par un exemple de pierre ? CL : Prenons le diamant, emblématique, qui compose notre crème anti-âge. Sous la forme de micro-particules, nous pouvons exploiter ses vertus de réflecteur : il se glisse dans le sillon des rides pour un effet optique immédiat. Mais comme le diamant ne contient pas d’oligo-éléments, nous l’associons à d’autres pierres et obtenons une action à long terme. Chaque minéral déploie ses qualités intrinsèques, pendant que nous travaillons à des parfums et des sensations les plus agréables possible… www.gemology.fr


… ET LES VEGETAUX Pour Christine Benet, l’aromathérapie est l’histoire de toute une vie, une passion qu’elle partage avec son mari depuis 30 ans, et aujourd’hui, avec ses enfants. Après Darphin et Decléor, deux marques cosmétiques phares basées sur l’aromathérapie, elle lance Delarom, allant encore plus loin dans son projet de cosmétologie naturelle. Les secrets de beauté sont puisés au cœur de la nature : dans les huiles essentielles, extraits purs de végétaux. Delarom est née il y a deux ans en France et est enfin distribuée au Maroc, dans les pharmacies et para pharmacies. Marrakech Mag : Racontez-nous votre parcours. Christine Benet : J’ai toujours travaillé dans le domaine médical et dans la dermatologie en particulier. Puis j’ai suivi des cours d’esthétique, et un de mes professeurs m’a fait découvrir les soins d’aromathérapie, j’ai alors eu un coup de foudre pour les huiles essentielles, les extraits végétaux qui drainent les toxines, oxygènent la circulation… Pour moi, cette découverte apportait une dimension supplémentaire à la cosmétologie. Lorsque j’ai rencontré mon mari qui avait une société de cosmétique, j’ai continué avec lui. Nous avons racheté la société Decléor, puis Darphin, avant de nous lancer en famille dans l’aventure Delarom, avec mes trois enfants -Estelle, Eric et Jean-Marc- qui ont baigné dans cet univers depuis leur plus tendre enfance ! MM : Vous allez plus loin avec Delarom, en développant le concept d’aromacologie. En quoi cela consiste t-il ? CB : L’aromacologie démontre un nouvel aspect lié à l’aromathérapie, que représentent aujourd’hui les senteurs des huiles essentielles face à la santé. L’aromacologie, association des mots d’arôme et psychologie, est l’étude scientifique des substances aromatiques prouvant leurs influences sur l’humeur et le comportement. Dans sa gamme, Delarom utilise des senteurs équilibrantes et antistress de certaines huiles essentielles, qui ont pour but de stimuler les énergies, elles contribuent à purifier, calmer, revitaliser, détoxifier, équilibrer et relaxer.

MM : La charte 100% naturelle que vous prônez est-elle davantage éthique ou liée aux résultats scientifiques ? CB : C’est un tout : une recherche d’authenticité, de naturel et de respect de l’environnement, l’objectif de cette nouvelle ligne de cosmétiques étant de conjuguer les principes d’efficacité, d’harmonie, d’équilibre et de plaisir. A l’origine, les hommes se sont tournés instinctivement vers les plantes pour se nourrir, se guérir et y trouver des essences de beauté. Dès 4.000 ans avant J.C., les Chinois et les Egyptiens utilisaient l’aromathérapie et la phytothérapie pour la santé, le bien-être, la beauté et les parfums. C’est dans cette logique que nos formules contiennent un maximum d’extraits végétaux naturels. Et pour encore plus d’efficacité “active”, 50% des produits Delarom contiennent aujourd’hui des ingrédients issus de l’agriculture biologique. www.delarom.fr

Christine Benet


TRIO GAGNANT EN MODE ART/C, AVEC AMAL ATRACH ET LAMIA NAJI 104/TRIOMODE

Par : Sylvie Gassot Photos : Lamia Naji

L’audacieux couturier israélien d’origine marocaine offre à la star du fameux sitcom “Lalla Fatima”, Amal Atrach, un rôle de mannequin, et invite la célèbre photographe d’art Lamia Naji derrière l’objectif. Un shooting glamour et arty, signé d’une dream team. Coulisses…

Amal Atrach

Art/C

Lamia Naji


106/TRIOMODE

A

la sortie de l’aéroport de Marrakech, l’étrange poésie d’une zone industrielle s’est immédiatement imposée comme décor. Art/C défile à Paris pendant la semaine de la Haute-Couture, mais vit dans la Médina, et s’interroge alors sur la nécessité de créer une collection d’été. Il rêve d’une aventure moins fashion, teintée d’une touche arty, malicieusement cinématographique. Il rencontre Amal Atrach, ignore sa popularité, mais est aussitôt séduit par sa forte personnalité, sa sincérité et sa puissance théâtrale comique. Créant des vêtements uniques pour femmes de tempérament, avec un effet podium Vavavoum, il l’adopte pour muse ! “Je me suis demandé comment serait Amal si je l’habillais ? L’élégance est une question d’attitude, elle est comique, énergique, fatale.” L’idée de travailler ensemble se scelle autour de la sensibilité de Lamia Naji : “Ses photos d’art vous ouvrent les yeux, note Art/C. Elle capte un arrière-plan à ce qui existe et voit ce qui nous échappe. Je lui ai donc laissé carte blanche et chacun de nous a fait ce qu’il fait de mieux !”. Si l’union fait la force de cette séance photo inédite, l’objectif d’Art/C est aussi d’inscrire cette journée de prise de vue dans la continuité d’un travail pérenne : “Je voulais pouvoir me dire que, dans 10 ans, je revendiquerai cette aventure.” Mission parfaitement accomplie pour l’exigeant styliste qui habille Beth Ditto, Kelly Rowland, Isabelle Huppert… et garde de cette rencontre le parfum heureux d’un moment de grâce, dans une ambiance drôle et légère ! De “The Artist” à Almodovar, Amal Atrach joue tous les rôles ! Avec son impétueuse joie de vivre, Amal Atrach appréhende ce shooting en s’interrogeant : “Art/C a-t-il remarqué que je suis petite ? Ses collections s’adressent à des top models…” Mais dès le premier essayage, rassurée par sa silhouette, flattée par les doigts d’or du styliste qui travaille sur-mesure… et par la magie de Mustapha, le coiffeur maquilleur, elle reprend son évidente légitimité. “J’avoue aimer sincèrement le côté mystérieux de ses vêtements qui, tout en étant couvrants, favorisent le mouvement et la séduction. Art/C crée des tenues de scène, il prend des risques et chaque vêtement m’inspire l’univers particulier d’un réalisateur.” Aussi, en une journée, a-t-elle multiplié les rôles ! “Cette robe rouge, courte et dorée, dont chaque morceau de tissu s’imbrique par des crochets en métal, est pour Fellini ! La spectaculaire robe longue noire, esprit Dior, est “asiatisante”, elle serait idéale pour jouer “La Dernière impératrice de Chine” de Chen Jilin.” Et la courte robe en cuir noir qu’elle porte avec une dégaine à la Charlot ? “C’est ma tenue The Artist !”. Prête

pour les Oscars, extrêmement généreuse dans la palette de ses attitudes pour nourrir l’imaginaire de la photographe qu’elle admire, Amal enchaîne… La voici héroïne d’un film d’Almodovar, en audacieux costume de cuir coloré. Métamorphosée par une longue robe de coton blanc et son chapeau noir, elle donne l’impression de s’échapper d’un Jim Jarmusch. Enfin, spectaculaire, enveloppée d’une robe en tissu imprimé africain, qui se détache d’un improbable mur de brique, elle semble sortir du générique de “La Séparation”, le chef d’œuvre de l’Iranien Asghar Farhadi. Ovationnée pour ce casting express, Amal, passionnée à titre personnel de photo depuis 4 ans, en profite pour zoomer sur l’art de Lamia Naji. Car si, entre deux tournages, elle coache nombre d’acteurs, là, elle a bénéficié du plus inspiré des profs ! La poésie vertigineuse de Lamia Naji “Mais je n’ai même pas eu besoin de la diriger, témoigne l’artiste photographe, elle est très pro !”. Heureusement, car la photo de mode, par nature très codifiée, impliquant une prise en charge totale du modèle, n’est pas son alphabet intime ni poétique. Sa force réside dans son extrême sensibilité, internationalement célébrée. Lamia Naji, père marocain et mère française, expose dans de très nombreux musées et biennales, d’Abu Dhabi à Tunis, de Paris à New York, de Barcelone à Mexico ou Oslo… Sa signature ? Une musicalité, comme un silence, une présence au milieu du vide, un espoir dans un champ de ruine. Un art du contraste vertigineux qui favorise différents niveaux de lecture, avec une émotion qui touche droit au cœur. “Je savais ce que je voulais obtenir. Comme par magie, nous étions tous sur la même longueur d’onde. Il a donc été facile de repérer trois lieux différents dans cette périphérie industrielle de Marrakech et de s’accorder sur le stylisme. Ce climat de confiance et de grande liberté nous a permis en un temps record de finaliser l’intégralité du shooting.” D’autant plus que Lamia Naji a une solide expérience et une forte intuition pour décider quand la photo est bonne : “C’est une question de feeling mais aussi d’autorité. A un moment, il faut décider qu’on la tient !”. La preuve, en exclusivité, dans le Marrakech Mag… Art/C : sur rendez-vous au +212 6 60 03 62 46 et en vente au 33 rue Majorelle, Marrakech Lamia Naji : Galerie Shart, Casablanca www.galerie-shart.ma


108/TRIOMODE


110/TRIOMODE

A WINNING TRIO IN ART/C FASHION, WITH AMAL ATRACH AND LAMIA NAJI The daring Israeli fashion designer of Moroccan origins is offering the star of famous sitcom “Lalla Fatima”, Amal Atrach, a role as model and has invited famous art photographer Lamia Naji to work on this project. A glamorous, arty shoot run by a dream team. Here is what happened…


ENGLISH

J

ust outside Marrakech airport, the strange poetry of an industrial zone emerged from the outset as the perfect backdrop. Art/C works in Paris during the Haute-Couture fashion week but lives in the Medina, and questions the need to create a summer collection. He dreams of a less ‘trendy’, more arty and mischievously cinematographic adventure. When he met Amal Atrach, he was not aware of her popularity, but was immediately charmed by her strong personality, sincerity and comic theatrical power. As a designer of unique clothing for women of character, with a Va-va-voom podium effect, he soon adopted her as his muse! “I wondered what Amal would look like if I dressed her? Elegance is a question of attitude, and she’s a funny, energetic femme fatale.” The idea of working together was sealed thanks to their common interest in the sensitive work of Lamia Naji: “Her art photos open up your eyes, notes Art/C. She captures a living background and sees what escapes our attention. I therefore gave her carte blanche and each one of us did what we do best!”. If strength through unity guided this unique photo shoot, Art/C’s objective was also to make this session fall in line with the continuity of perennial work: “I wanted to be sure that, in 10 years time, I would be proud of this adventure.” Mission perfectly accomplished for the demanding fashion designer who dresses Beth Ditto, Kelly Rowland, and Isabelle Huppert… and who will take away from this meeting the happy memory of a charming, funny, light-hearted moment! From “The Artist” to Almodovar, Amal Atrach tackles every role! With her impetuous joie de vivre, Amal Atrach was apprehensive about this shooting, wondering: “Did Art/C notice that I was small? His collections are made for top models…” However, from the very first fitting, reassured by her figure, flattered by the designer’s nimble fingers who only work tailor made… and not forgetting the magic woven by Mustapha, the hair and makeup artist, she started feeling in her rightful place again. “I must admit that I sincerely love the mysterious nature of clothes which, though they cover the body up, encourage movement and seduction. Art/C creates stage costumes, takes risks, and every item of clothing reminds me of a particular director’s unique world.” Thus, in one day, she tackled a multitude of roles! “This red, short, and golden dress, whose every piece of fabric is linked with metal hooks, is for Fellini! The spectacular long black dress, that looks like Dior, has an Asian feel and would be ideal for playing Chen Jialin’s The Last Empress.” And what about the short black leather dress she is

wearing with a Charlie Chaplin attitude? “This is my “The Artist” outfit!”. Ready for the Oscars, and extremely generous in her range of poses, feeding the imagination of the photographer she admires so, Amal works the shoot… Here she is as the heroine of an Almodovar film, in a daring costume of coloured leather. Transformed in a long white cotton dress and black hat, she looks straight out of a Jim Jarmusch movie. Finally, spectacularly enveloped in an African print dress that stands out from the improbable brick wall, she could be listed in the credits of “Nader and Simin, a Separation”, masterpiece by Iranian director Asghar Farhadi. Given an ovation for this express casting and passionate about photography for the past 4 years, Amal made the most of it to focus on Lamia Naji’s art. Indeed, even if between two shoots she coaches a number of actors, she benefited here from the most inspired of teachers! Lamia Naji’s breathtaking poetry “I didn’t even need to direct her, said the artist photographer, she is highly professional!” Lucky, since the very codes of fashion photography - and having to direct the model’s every move - is not part of her own poetic language. Her strength lies in her extreme, internationally celebrated sensitivity. Lamia Naji, born of a Moroccan father and a French mother, has exhibited her work in many museums and biennials, from Abu Dhabi to Tunis, Paris, New York, Barcelona, Mexico and Oslo… Her signature is a true musicality, a silence, a presence in the middle of emptiness, and hope in a head of ruins. An art of breathtaking contrast that encourages different levels of interpretation, with an emotion that goes straight to the heart… “I knew what I wanted to obtain. As if by magic, we were all on the same wavelength. It was therefore easy to find three different spots in these industrial outskirts of Marrakech and agree on a style. This trust and great freedom enabled us to finish the entire shoot in record time.” Not least because Lamia Naji has a solid experience and strong intuition when deciding if the photo is the right one: “It’s a question of feeling but also of authority. At one point, you have to decide that that’s the one!” The exclusive proof, in Marrakech Mag… Art/C : Appointment at +212 6 60 03 62 46 and in 33 rue Majorelle, Marrakech Lamia Naji : Galerie Shart, Casablanca www.galerie-shart.ma


112/MODE

Par : Nathalie Rigoulet

MERCI LES MOUTONS !

Qui n’a pas croisé dans le souk quelques artisans travaillant la laine bouillie  : colliers, chapeaux, sacs, chaussons...? Oui, mais la laine bouillie peut aussi être une excellente matière première, chaleureuse et malléable, qui laisse une belle part de créativité. Nina Larrazabal, que nous avons découverte au 33 rue Majorelle, a imaginé de belles pièces, originales et poétiques, avec cette matière, dans des tons naturels incrustés de laine de couleur ou brodés de symboles berbères ou de petits motifs naïfs : tapis tableau, guirlandes de fleurs, chapeaux, pots fourre-tout, sacs tous aussi mignons les uns que les autres.

N

ina a retrouvé son pays d’enfance en 2010 : gamine, elle vivait avec sa famille à Casablanca. A Paris, elle était styliste chez Mc Douglas, Blanc Bleu, Vesperini, puis architecte d’intérieur chez Mobilis Déco. Ont suivi ses dix ans à Ibiza où elle tenait une boutique de déco. Arrivée à l’âge de la retraite, pas question pour Nina de se tourner les pouces, le Maroc, elle le sait, lui donnera des idées pour continuer de créer, une manière douce de se ressourcer et de passer à autre chose. Après un petit passage par Essaouira, elle se pose à Marrakech et cherche de quoi nourrir son imagination. La laine retient son attention, “je trouve la laine très sensuelle”, elle découvre tous les secrets de fabrication et part en quête d’une laine d’excellente qualité. “Quand on tond le mouton, la couche de laine du dessus est impure, je n’utilise que la couche de dessous que l’on nettoie et nettoie encore... Dans un deuxième temps, un long travail commence puisqu’il faut frotter des heures et des heures au savon noir liquide. Il faut tout de même quatre jours de boulot pour faire une pièce, sans compter le temps ensuite nécessaire pour les incrustations et la broderie”. Nina a su s’entourer des meilleurs artisans pour ce travail de longue haleine. De son côté, elle fait les patrons, dessine les modèles et apporte sa petite touche finale aux créations. Seulement quatre mois que Nina vend ses créations, et déjà plusieurs points de vente : 33 rue Majorelle, Jamad, MH et Héritage Berbère Casablanca. Kamal Laftimi, lui aussi charmé, lui confie la déco et le choix des artistes et artisans de la boutique de son nouveau restaurant Le Jardin, en Médina. Bien vu ! Tel : +212 6 19 44 74 60 ninaletrangere@yahoo.fr


GIVE THANKS TO THE SHEEP ! Who hasn’t come across a few craftsmen in the souk working boiled wool into necklaces, hats, bags, and slippers…? Indeed, boiled wool also represents an excellent raw material, warm and malleable, and a great creative outlet. Nina Larrazabal, who we first discovered at 33 rue Majorelle, has imagined original and poetic items made from this material, in natural hues incrusted with colourful wool or embroidered with Berber symbols or small naïve art patterns: picture rugs, flower garlands, hats, hold-all pots, and bags, each as pretty as the next.

I

n 2010, Nina rediscovered her childhood world: as a child she lived with her family in Casablanca. Prior to that, she had worked in Paris as a designer for Mc Douglas, Blanc Bleu, Vesperini, then as an interior architect for Mobilis Déco. She then spent ten years in Ibiza where she opened her own interior decoration shop. Once at retirement age, Nina refused to sit and twiddle her thumbs and she knew that Morocco would give her the ideas she needed to continue to create, a gentle transition to get back to her roots and move on to another stage in her life. After a short stay in Essaouira, she settled in Marrakech and started looking for inspiration to feed her imagination. Wool held her attention; “I find wool very sensual” and after having discovered all of its manufacturing secrets, she headed on a quest for wool of the best possible quality. “When you shear a sheep, the top layer of wool is soiled; I only use the lower layer that is washed again and again… then starts a long process of scrubbing for hours with liquid black soap. Four days of work are needed for one pelt, not counting the time needed for inlays and embroidery”. Nina was careful to work with the best craftsmen for this lengthy work. She is in charge of creating patterns, drawing models and bringing her final added touch to designs. Nina started selling her pieces only four months ago and is already working with a number of sales outlets: 33 rue Majorelle, Jamad, MH and Héritage Berbère Casablanca. Kamal Laftimi was also charmed and entrusted her with the decoration and choice of artists and artisans for the shop linked to his new restaurant Le Jardin, in the Médina. A great move! Tel : +212 6 19 44 74 60 ninaletrangere@yahoo.fr


114/MODEBIO

Par : Mélanie Polatova

LA GRIFFE MAROCAINE ETHIQUE ET BIO Marrakech Mag : Votre philosophie ? Cristina de Perfetti : Comme pour tout le reste, les décisions que nous prenons en achetant nos vêtements auront un impact sur le monde d’une manière ou d’une autre. Chaque partie de l’écosystème est, de façon complexe, attachée aux autres, et la célèbre analogie de l’Effet Papillon illustre très bien l’importance de choisir du coton biologique. Ajoutez à cela le désir de créer des vêtements cosy, tels que nous les apprécions, mais que nous ne trouvions que difficilement. Des pièces faciles à porter, aussi bien au boulot, au cours de Yoga, pour un dîner ou un voyage confort… Une seule contrainte : allier style et respect de l’environnement. MM : Votre style ? CDP : Le design Boa résulte d’un mélange d’influences de styles et de couleurs, une marque au style italien, tamponnée “made in Morocco”. Une mode Casual, rehaussée de détails artisanaux : coupes basiques, belles matières et authenticité. La collection “Cosy with Style” est tout aussi féminine que fonctionnelle, grâce à des matières fluides -comme le jersey- qui inspirent la décontraction, alliées à l’élégance de coupes stylées. Boutons en soie marocains, organza, tissus tribaux, gamme de couleurs riche et naturelle… On aime les sarouels et jupes longues fluides, les blouses en coton organique, les grands cols, les basiques de qualité à décliner à l’envie… MM : Votre éthique ? CDP : Notre volonté est de promouvoir le

Et si faire le choix de ses vêtements était aussi une manière concrète de s’engager pour un monde meilleur, en respectant autant l’Homme que la nature… C’est ce dont Cristina et Sara, mère et fille fondatrices de la marque Boa, sont persuadées. Ces Italiennes installées à Casablanca depuis 20 ans ont imaginé une mode biologique qui ne fait aucun compromis entre style et éthique. Rencontre.

développement durable au Maroc, c’est pourquoi nous avons choisi pour tous nos produits une filière textile éthique et équitable, en sponsorisant la création de la coopérative de femmes Bourgeons de Coton, ici à Casablanca, dans une zone de réhabilitation des habitations insalubres, à Ahl Loghlam. Toute notre production se fait dans cet atelier dans une relation d’amitié, de respect et de collaboration réciproques. La coopérative a été fondée par 9 femmes ayant une longue expérience dans le textile, et elle leur permet aujourd’hui de développer leur autonomie et indépendance. Nous avons réussi à créer une synergie toutes ensemble, travaillant dans le même but de produire des pièces de qualité par des femmes, pour les femmes. MM : Votre engagement écologique ? CDP : Notre coton, certifié GOTS (Global Organic Textile Standard), est importé de Turquie. La culture du coton a un fort impact environnemental, il est souvent cultivé dans des pays pauvres où les travailleurs ne sont pas protégés contre les pesticides. D’autre part, le coton bio est beaucoup plus doux et résistant que le coton normal, et il y a moins de risques d’allergies, car pas de contacts avec des produits nocifs. Notre coton est tricoté ici au Maroc et la maille est naturellement élastique, sans l’utilisation d’autres fibres synthétiques. Enfin, le coton est une fibre naturelle qui permet à notre peau de respirer librement… En vente au Sofitel Marrakech et sur le site www.myboastyle.com


ENGLISH

THE ETHICAL, ORGANIC MOROCCAN BRAND What if choosing clothes was also a concrete way of committing to a better world, respecting man as well as nature…? This is what Cristina and Sara, a mother and daughter team who created the Boa brand, believe. These Italian women living in Casablanca for the past 20 years imagined an organic fashion collection that does not compromise between style and ethics. We met up with them.

Marrakech Mag: What is your philosophy? Cristina de Perfetti: As for all the rest, the decision we take when buying our clothes has an impact on the world in one way or another. Every part of the ecosystem is, in a complex way, attached to others, and the famous Butterfly Effect analogy is the perfect illustration of how important it is to choose organic cotton. This can be added to a desire to create cosy clothing, which we love but have trouble finding. Easy items to wear, at work, Yoga class, for a dinner out or a comfortable journey… The only constraint is combining style and respect for the environment. MM: What is your style? CDP: Boa designs results from a mix of influences of style and colour, a “made in Morocco” brand with Italian style. Casual fashion, enhanced with traditional details: basic cuts, beautiful fabrics and authenticity. The “Cosy with Style” collection is as feminine as it is functional thanks to flowing materials – such as jersey – that inspire relaxation, combined with elegantly styled cuts. Moroccan silk buttons, organza, tribal fabrics, a range of rich and natural colours… We love sarouels and long flowing skirts, organic cotton blouses, large collars, quality basic models to be mixed and matched at will… MM: What are your ethics? CDP: We look to promote sustainable development in Morocco, that is why we

have chosen an ethical and fair-trade textile industry for all of our products, sponsoring the creation of a women’s cooperative Bourgeons de Coton, here in Casablanca, in an area of Ahl Loghlam, once unfit for habitation but now being restored. Our entire production is made in this workshop in a relationship based on mutual friendship, respect and collaboration. The cooperative was founded by 9 women with longstanding experience in textile, and it now enables them to develop their autonomy and independence. We have succeeded in creating a synergy together, working in the same direction, producing quality items by women for women. MM: What is your ecological commitment? CDP: Our cotton is certified GOTS (Global Organic Textile Standard) and is imported from Turkey. The culture of cotton has a strong environmental impact and is often cultivated in poor countries where workers are not protected against pesticides. On the other hand, organic cotton is a lot softer and more resistant than normal cotton, and there is less risk of allergies, since it is not in contact with harmful products. Our cotton is woven here in Morocco and is naturally elastic, without the use of other synthetic fibres. Finally, cotton is a natural fibre that lets our skin breathe… On sale at the Sofitel Marrakech and on the website www.myboastyle.com


116/MODE

Photographe : Hans Withoos Modèles : Ellen Scholten (De Boekers), Ineke Floor, Pascal Gaona Stylisme : Alessandra Lippini Coiffure et maquillage : Giusi Ferrato Assistante styliste : Anna Mietta Remerciements : Camp Lodge Terre des Etoiles d’Agafay (www.terredesetoiles.com) - Isabelle Topolina, Pierre-Henry Ramaget et Rebecca Zafrani - Mohammed Bachir (pour la caravane) - Hicham Bnoussina (www.deco-events.com) - Daniel Oiknine (Métiers d’hier : mdhfer@iam.net.ma) ELLEN : Robe couture brodée 1960 Dior chez MD Gusto, sac Louis Vuitton, chaussures dorées Prada, boucles d’oreille Chanel Couture, Bracelet KJ Lane PASCAL : Lunettes Ray-Ban, sac Louis Vuitton


Chemisier à volants en lin blanc chez Flèche d’or pour Fernando Silva, manteau noir en gabardine de laine Art/C, gaine en soie noire Dolce&Gabbana, anneaux dorés K. J. Lane (New York) de la collection vintage MD Gusto, ceinture rouge avec grosse boucle en corail Riad Dama chez M. Grazia Pattavina


ISABELLE (femme assise sur la chaise) : Haut mexicain brodé 1930 collection vintage MD Gusto Gallery, boucles d’oreilles noires en cristal Butler&Wilson (London), robe antique en velours noir 1930 (coll. privée), chaussures haute couture en velours Prada ELLEN (à côté de la caravane) : Cardigan beige en laine tricotée Topolina, robe haute couture à volants en mousseline marron chez Flèche d’or pour Fernando Silva, chapeau à corne de cerf avec une broche en argent Art/C REBECCA (jeune fille sur la chaise) : Chemisier en soie rose Marni, robe à bretelles en dentelle de soie (coll. privée), manteau de laine en crochet vert Topolina PASCAL : Chemise en coton blanc H&M, jeans Diesel PIERRE-HENRY : Jeans Levi’s original 1960 (coll. privée), chemise bleue H&M, foulard Topolina Couvertures antiques et en fourrure Topolina INEKE (fille à l’intérieur de la caravane) : Chemisier chez Flèche d’Or pour Fernando Silva, chaussures en velours noir Manolo Blahnik


ELLEN : Bague en diamant 1920 Tiffany (coll. privée), chapeau à cornes avec décoration en argent Art/C, manteau noir en laine tricotée Art/C PASCAL : Pull en cachemire gris Valentino Garavani


Page de gauche : Chapeau mexicain original 1950 Western Store (Soho - New York), boucles d’oreilles roses Eric Beamon (New York), colliers de corail (coll. privée), bracelets en bakélite originaux 1940 (coll. privée), chemisier en mousseline noir Christian Dior Page de droite : N°1 : Jupe en laine Topolina, boucles d’oreilles plume 1970 Western Store (Soho - New York) N°2 : Veste en soie beige brodée Fadila El Gadi, cravate en soie Armani, broche Chanel 1980 de la collection vintage de MD Gusto Gallery N°3 (avec le chien) : Bague en améthyste dorée 1960 David Webb collection privée (New York) N°4 : Jupe gitane rouge originale Topolina, chaise léopard Topolina


INEKEÂ : Jupe en velours jaune Art/C, cardigan en dentelle et cachemire D&G, chaussures Manolo Blahnik, sac en raphia noir I love vintage


INEKE : Chemisier blanc Armani, robe noire D&G PASCAL : Chemise en dentelle verte chez Golyester, jeans Armani Jeans ELLEN : Robe à fleurs en coton Art/C, boots Ralph Lauren, lingerie chez Sous Entendu


PASCAL : Chemise en dentelle verte originale 1950 Golyester (L.A.) INEKE : Costume de soubrette original Broadway 1930 chez MD Gusto (coll. vintage), manteau noir tricoté Art/C, boucles d’oreilles en diamant 1930 MD Gusto (coll. vintage), anneaux dorés KJ Lane (New York)


Robe Ă fleurs en coton Art/C, bonnet en crochet Armani, broche antique (coll. privĂŠe)


INEKE : Robe à franges en soie Dolce&Gabbana 1980 ELLEN : Mini cardigan en cachemire Blumarine, robe antique à bretelles 1930 (coll. privée), boucles d’oreilles en perles 1930 (coll. privée)


En bas : Soutien-gorge à fleurs en soie D&G chez Sous Entendu, collier à breloques doré 1940 (coll. vintage privée) A droite : Kimono en soie brodée 1930 Textil London (coll. vintage), sac crochet MD Gusto (coll. vintage)


INEKE : Robe du soir imprimée velours 1940 (coll. vintage privée), sac raphia noir I love vintage, bracelet à breloques original 1950 (coll. privée) PASCAL : Chemise blanche G. Armani, veston Dolce & Gabbana, bague argent massive Western Store (NY)


INEKE : Robe en mousseline de soie de 1940 Topolina, collier cœur rouge Moschino de 1980 (coll. privée) PASCAL : T-shirt gris Serafino chez H&M


ELLEN : Sac Speedy Louis Vuitton, robe de salon noire en soie de 1950 collection vintage MD Gusto PASCALÂ : T-shirt homme H&M


142/SAGA

Par : Mélanie Polatova

Selman

un Palace racé

S

Saïda et Abdeslam Bennani Smires

elman, un hôtel inclassable en hommage à l’art de vivre arabomauresque, a mis 5 ans pour sortir de terre. A l’origine, une famille unie au service d’un rêve commun : les parents et la sœur d’Abdeslam Bennani Smires se sont impliqués dans une réalisation magistrale où le pur sang arabe tient le premier rôle. Rencontre avec le tandem gagnant, Abdeslam et sa sœur Saïda, qui nous racontent ici l’aventure humaine du Selman, en attendant son ouverture imminente, le 1er mai 2012. “Je suivais mes études d’hôtellerie à Lausanne, à l’époque où Marrakech était en plein âge d’or (2004 ndlr). Cavalier passionné, je regardais une émission sur le Salon du Cheval à Paris où le pur sang arabe attirait les foules. J’ai alors eu l’idée de l’associer à un projet hôtelier inédit qui ferait le parallèle entre les notions d’élégance et de luxe propres à ce cheval impérial et au concept de palace... Et j’ai imaginé un Palais qui rendrait hommage à la civilisation arabo-mauresque, symbolisée par le pur sang, mais aussi caractérisée par un art de vivre exceptionnel. Car cette civilisation est représentée au Selman par son architecture, son artisanat, son hospitalité… L’idée n’était donc pas de construire un hôtel de plus à Marrakech, mais de proposer aux voyageurs de vivre une expérience. Selman devient une destination à part entière.” Ainsi, on peut admirer les majestueuses montures en liberté dans les cinq paddocks de l’hôtel, parmi les paysages dessinés par Jean-Charles Mazet. Et bientôt, on pourra

participer à des Garden Parties et des concours de beauté équine… Chaque jour, un temps est donné aux résidents de l’hôtel pour visiter les écuries, inspirées à Jacques Garcia par celles de Meknès, les plus anciennes du Royaume. L’architecture, le travail artisanal, la gastronomie et l’hospitalité de Selman retranscrivent cet art de vivre, fil conducteur du projet. 61 chambres sur 6 hectares, dont quelques fastueux riads aux jardins et piscines privés, un hôtel atypique à l’image d’une famille qui a une idée certaine du luxe : l’espace est primordial pour que, dans chaque unité de logement on se sente seul et privilégié.

LE PARCOURS INITIATIQUE DE SAIDA ET ABDESLAM BENNANI SMIRES “Selman est avant tout une aventure humaine, incarnée par des rencontres décisives qui nous ont nourris, dans des relations sincères d’écoute et d’échanges.” Saïda et Abdeslam Bennani Smires -respectivement aux commandes de la partie financière (Saïda est diplômée de Dauphine) et hôtelière- ont pu mener à bien ce magnifique projet, grâce aux encouragements et conseils avisés de leurs parents. Un parcours initiatique de 5 années, ponctué de belles rencontres, les a accompagnés jusqu’à l’âge de la maturité, comme un Candide des temps modernes…


Jacques Garcia, “le paternaliste” Architecture et décoration “Ayant fait le choix de ne pas appartenir à un grand groupe hôtelier, et ayant tout à prouver, nous sommes allés chercher les meilleurs dans chaque domaine. Il nous fallait, pour commencer, une identité forte au niveau de la décoration. Nous avons pensé à Jacques Garcia qui décorait La Mamounia à l’époque, sans vraiment croire qu’il accepterait de travailler pour nous... Il a d’abord été très surpris par notre jeune âge ! Cela a développé chez lui une forme de paternalisme, il nous a pris sous son aile et, étant amoureux de la culture marocaine, il a été séduit par l’idée des chevaux… A tel point qu’il a dessiné luimême les façades et l’architecture générale de l’hôtel. Il a le don de créer des ambiances.” L’atmosphère feutrée des lieux porte en effet l’empreinte Garcia. Les meubles, issus de sa collection, sont mêlés à des pièces d’antiquité de la famille Bennani Smires, le tout dans des tonalités violettes et anthracites. Les salles communes et les chambres ont été pensées à l’image d’une résidence secondaire, on circule avec fluidité entre les salons et les espaces de restauration sans sentir que l’on passe du lobby au bar ou au restaurant. On aime la bibliothèque à laquelle on accède par un escalier dissimulé derrière la cheminée d’un petit salon ouaté… Le luxe a pris un véritable coup de jeune dans cet hôtel qui a l’âme d’une grande maison de famille.

Henri Chenot, “une valeur sûre” Espace Vitalité “Une fois de plus, la dimension humaine est primordiale, c’est grâce à mes parents que nous avons découvert et choisi d’intégrer un Espace Vitalité Chenot au sein de l’hôtel. Ils fréquentaient l’Espace Henri Chenot de Mérano, le sanctuaire italien du Bien-être, bien connu des personnalités internationales… A Mérano, les curistes se refont une santé à l’espace médical ou une beauté esthétique. Ici, au Selman, comme dans seulement trois autres hôtels au monde, on retrouve dans notre Espace Vitalité Chenot les principes de la biontologie, version spa oriental. Un concept basé sur la compréhension des ressources vitales de l’organisme humain aux différents âges de la vie… Méthode exclusive dédiée au bien-être et à la beauté, qui confère une vraie identité à notre établissement.”

Les Mazet, “de vrais Marrakchis” Paysagistes “Nous avons commencé les études paysagères de l’hôtel avec l’architecte paysagiste Isabelle Linski, mais nous nous sommes séparés car nous ne partagions pas la même vision... C’est alors que j’ai rencontré Jean-Charles et Isabelle Mazet. Le courant est très bien passé dès le départ, j’ai été très sensible à leur histoire et séduit par leurs réalisations. J’ai aussi aimé le fait qu’ils soient devenus de “vrais” Marrakchis, depuis le temps qu’ils vivent au Maroc… Selman est avant tout une histoire d’hommes, réunis autour d’une vision claire, que chacun dans son domaine a su s’approprier pour un rendu cohérent. Et j’ai très vite senti l’engouement des Mazet pour ce qui allait devenir l’une de leur plus importante réalisation ! JeanCharles a entièrement repensé le jardin, avec, comme principale réflexion, la perspective de la piscine. Il a proposé de creuser cet énorme “trou”, afin de créer un espace complètement protégé du reste de l’hôtel, un décalage de niveaux qui a donné tout son sens à cette perspective. Pour le reste, il a composé dans la simplicité, avec des végétaux locaux (palmiers, oliviers, agrumes…), ce qui confère encore plus d’authenticité à ce lieu qui semble exister depuis toujours”.

Ludovic Gomiero, “une grande éducation” Chef exécutif “Il a été le Chef de l’Amanjena de 2002 à 2006. Son expérience marocaine, alliée à son talent, faisait de lui la personne idéale pour diriger notre projet gastronomique. Mais c’est surtout quelqu’un d’humainement formidable et, étant une entreprise familiale, notre philosophie de recrutement est avant tout d’élargir la famille… Nous avons mené une réflexion, tous ensemble, pour que la simplicité et la qualité priment dans la carte où chacun va trouver son bonheur parmi les plats asiatiques, français, marocains…” Le restaurant est un salon-cheminée dans lequel clients extérieurs et résidents peuvent s’installer en toute décontraction. La journée, on picore de la finger food autour de la piscine, ou on déjeune au Pavillon Assil, restaurant ouvert sur les paddocks où les purs sangs s’ébrouent. Dans un deuxième temps, le Marocain ouvrira ses portes, ainsi que La Tour, un restaurant d’une seule table…

Grégoire Gardette, “l’ami” Directeur artistique “C’est lui qui a mené les recherches pour trouver le nom de l’hôtel. Selman est celui du premier pur sang introduit au Maroc. Symbole de la civilisation arabo-mauresque, âge d’or de l’Histoire du Maroc auquel nous rendons hommage. Grégoire travaille avec nous depuis 4 ans, il est devenu un véritable ami. Il a mis en place la communication visuelle, son dada, et comme il est aussi photographe, il sait nous conseiller sur toutes les décisions propres à l’image que doit véhiculer notre hôtel…”


144/SAGA

Selman a Luxury hotel with pedigree S

elman, an unclassifiable hotel and a tribute to Arab-Moorish way of life, took 5 years to be built. This project is the brain-child of a family united by a common dream; indeed, Abdeslam Bennani Smires’ parents and sister have had their part to play in this brilliant creation starring Arab thoroughbreds. We met with the winning duo, Abdeslam and his sister Saïda, who told us of the Selman’s amazing human adventure, on the run-up to its imminent opening on 1st May 2012. “I was studying hotel management in Lausanne during Marrakech’s golden age (2004 ed.). I am a passionate rider and was watching a television show on the Salon du Cheval in Paris where Arab thoroughbreds were drawing in the crowds. I gave me the idea of combining it with an original hotel project that would draw a parallel between the notions of elegance and luxury linked to this imperial horse and the luxury hotel

concept… I imagined a Palace that would pay tribute to the Arab and Moorish civilisation, symbolised by the thoroughbred, but also characterised by an exceptional art de vivre. Indeed, this civilisation is represented in the Selman via its architecture, craftsmanship and hospitality… The idea was therefore not to build yet another hotel in Marrakech, but to offer travellers a special experience, the Selman becoming a destination in its own right.” Thus can be admired majestic mounts roaming free in the hotel’s 5 paddocks, among landscapes designed by Jean-Charles Mazet. You will soon be able to attend garden parties and horse shows… Every day, time is set aside for hotel residents to visit the stables, thought up by Jacques Garcia and inspired by those in Meknes, the oldest in the Kingdom. The Selman’s architecture, craftsmanship, gastronomy and hospitality re-transcribe this lifestyle, as a vital lead in the project. With 61 rooms over 6 hectares,

including a few sumptuous Riads with private gardens and swimming pools, this atypical hotel is not unlike the family and their certain idea of luxury: space is of the utmost importance so that, in every accommodation unit, we feel alone and privileged. SAIDA AND ABDESLAM BENNANI SMIRES’ INITIATORY JOURNEY “Selman is first and foremost a human adventure, embodied by decisive meetings that inspired us and genuine relationships full of listening and communication.” Saïda and Abdeslam Bennani Smires – respectively at the helm of financial (Saïda is a graduate of Dauphine University in Paris) and hotel management issues – have brought this magnificent project to a successful conclusion, thanks to encouragement and expert advice from their parents. The 5-year initiatory journey, punctuated by wonderful encounters, can be likened to a ‘coming-ofage’ of modern-day Candides…


Jacques Garcia, “father figure” Architecture and decoration “Choosing not to belong to a large hotel group, with everything to prove, we started looking for the best in every area. To start with, we needed a strong identity in terms of interior decoration. We thought of Jacques Garcia, who was decorating La Mamounia at the time and without truly believing he would agree to work for us… He was first very surprised by our young age! This developed a kind of paternalism in him, he took us under his wing and, as a lover of Moroccan culture, he was delighted by the idea of horses… To the extent that he drew the façade himself as well as the hotel’s general architecture. He has a gift for creating atmospheres.”

The hotel’s cosy atmosphere is indeed the Garcia touch. The furniture from his collection sits alongside antique pieces from the Bennani Smires family, all in hues of violet and anthracite. The communal areas and rooms have been designed like a second home, allowing you to move freely from lounge and to catering area without feeling like you are going from a lobby to a bar or restaurant. We fell in love with the library, accessed from a staircase hidden behind the fireplace of a small comfortable lounge… Luxury has been given a true new lease of life in this hotel that feels like a large family home.

The Mazets, “true Marrakchis” Landscapists “We started the hotel’s landscape study with landscape architect Isabelle Linski, but went our different ways since we did not share the same vision… That is when I met JeanCharles and Isabelle Mazet. We got on really well from the start and I was very touched by their story and charmed by their designs. I also liked the fact that they had become “true” Marrakech inhabitants since living in Morocco… Selman is first and foremost a human experience, bringing together individuals around a clear vision, each of making it their own in their area of expertise

for a more coherent result. I soon felt the Mazets’ fascination for what was to become one of their most important projects! JeanCharles redesigned the garden entirely, with the view out on the swimming pool as a main focal point. He proposed to dig this enormous “hole” in order to create a space fully protected from the rest of the hotel, the difference in levels making the view come into its own. The rest is a very sober design, using local plants (palm, olive and citrus trees…), giving an ever greater sense of authenticity to a place that looks as if it has always existed”.

Ludovic Gomiero, “a great education” Executive director “He directed the Amanjena resort from 2002 to 2006. His Moroccan experience and talent made him the ideal person to direct our gastronomic project. Most importantly, he is a wonderful person and our recruitment philosophy as a family company is firstly to extend the family… We brainstormed together, thinking about how simplicity and quality could the prime features on the menu, offering something for everyone including Asian,

French and Moroccan dishes…” The restaurant is a fireplace lounge where outside guests and residents can spend a relaxing meal. During the day, you can nibble on finger food by the pool, or have lunch in the Pavillon Assil, a restaurant looking out on the paddocks and the majestic thoroughbreds. Le Marocain is scheduled to open at a later date, not forgetting La Tour, a restaurant with a single table…

Henri Chenot, “bankable” Spa “The human dimension is again essential; thanks to my parents, we discovered and chose to include a Henry Chenot spa within the hotel. They were once regular visitors to the Italian wellbeing sanctuary in Merano, popular with international personalities… Guests in Merano attend the spa for health or beauty reasons. The Selman is one of only three other hotels

in the world to offer, in an Oriental version of the Chenot spa, the principles of biontology, a concept based the study of the human body’s vital resources and its evolution… An exclusive method dedicated to wellbeing and beauty that gives our hotel true identity.”

Grégoire Gardette, “the friend” Artistic director “He is the one who researched a name for the hotel. Selman was the first thoroughbred horse introduced into Morocco and a symbol of Arab-Moorish civilisation, the golden age in Morocco’s History, to which we pay tribute. Grégoire has been working with us for the past www.selman-marrakech.com

4 years, and has become a real friend. He set up the hotel’s visual communication - his area of expertise - and as he is also a photographer, he gives us advice on all decisions related to the image our hotel needs to convey…”


146/GASTRONOMIE

Par : Mélanie Polatova

Jean-Pierre Vigato “C’est dans les yeux de mes clients que je vois les étoiles…”

Jean-Pierre Vigato

Nous avons rencontré JeanPierre Vigato à l’occasion du lancement de la carte “bistronomique” du Restaurant Français de la Mamounia. Avec ses 2 étoiles Michelin acquises en 1986, l’heureux chef du restaurant Apicius de la rue d’Artois à Paris est aussi consultant pour le palace mythique de la Ville Rouge depuis sa réouverture en 2009. Rencontre.

MARRAKECH MAG : “Gastronomique” est un adjectif de plus en plus galvaudé. Quelle en est votre définition, vous dont la cuisine est souvent qualifiée de “rustique” ? JEAN-PIERRE VIGATO : La gastronomie commence bien avant les restaurants étoilés. Dans les maisons, les bistrots, elle naît avec les fondamentaux de la cuisine française. Pour moi, un vrai bon pot-au-feu, c’est déjà de la gastronomie, la recherche du produit étant à la base de tout, il faut ensuite savoir frapper au coin de la sincérité et de la simplicité. MM : Deux étoiles Michelin depuis 26 ans. Qu’est-ce que cela vous inspire : fierté, plaisir ou sacrifice ? JPV : Certainement pas le sacrifice ! Certes, ce métier demande beaucoup d’investissement personnel, beaucoup de temps et de travail, mais ce n’est que du bonheur ! C’est dans les yeux de mes clients que je vois les étoiles… Je ne me bats pas pour les conserver, je cherche juste à progresser et à transmettre. Je n’ai d’ailleurs jamais cherché à suivre les modes, je suis plus proche des gens que des tendances, c’est ma brigade qui m’intéresse. MM : En parlant de brigade, comment fonctionnez-vous avec celle de la Mamounia pour garantir le niveau de cuisine du Restaurant Français ?

JPV : J’ai placé deux seconds français qui gèrent la brigade, marocaine. Je viens régulièrement, et avec beaucoup de plaisir, puisque j’adore Marrakech. Ici, je transmets un savoir-faire, tout en travaillant avec des produits locaux, souvent exceptionnels, comme les extraordinaires langoustines que nous avons reçues ce matin ! Bien sûr, on ne trouve pas les mêmes produits qu’en France, le challenge consiste donc à s’adapter aux aléas des livraisons, tout en inventant une cuisine franco-française. J’ai la chance d’avoir une équipe pleine de gentillesse, d’ouverture et de considération pour mon travail. Et de naviguer entre deux noms de maisons inclassables : l’Apicius et la Mamounia… MM : La carte bistronomique est elle une façon de démocratiser la gastronomie ? JPV : En quelques sortes, oui. Je trouvais le Restaurant Français trop solennel. Pour créer de la vie, il fallait une carte plus abordable au déjeuner, plus facile, tout en restant gourmande. Dans un hôtel de loisirs comme celui-ci, le déjeuner doit être simple et allégé, il doit correspondre au mode de vie de ses clients, qui prennent le temps de bien manger le matin et le soir, mais ont une multitude de choses à faire pendant la journée… Découvrez la carte bistronomique du jeudi au dimanche midi.


ENGLISH

“I see stars in my customers’ eyes…” We met Jean-Pierre Vigato for the launch of the “bistronomic” menu at La Mamounia’s Le Français restaurant. With his 2 Michelin stars awarded in 1986, the happy chef of the Apicius restaurant on Rue d’Artois in Paris is also a consultant for the mythic luxury hotel in the Red City since its reopening in 2009. MARRAKECH MAG: The term “gastronomic” is increasingly overused. How would someone whose cooking is often referred to as “rustic” describe it? JEAN-PIERRE VIGATO: Gastronomy begins well before Michelin star restaurants. In homes and bistrots, it comes to light with the basics of French cooking. In my opinion, a really good pot-au-feu stew is gastronomy, the search for quality products being at the root of everything; all you then have to do is add a touch of sincerity and simplicity. MM: Two Michelin stars for the past 26 years. What does that inspire you: pride, pleasure or sacrifice? JPV: Certainly not sacrifice! This profession may require a lot of personal investment, a lot of time and work, but it’s also a great joy! I see stars in my customers’ eyes… I don’t have to fight to keep them, I just strive to make progress and pass on knowledge. Indeed, I have never been interested in following fashions, I feel closer to people than trends, and my team is my primary interest. MM: Talking of teams, how do you work with the one at La Mamounia in order to guarantee the high standards of cooking at the restaurant Le Français? JPV: I have two French sous-chefs at the head of a Moroccan team. I make the trip to Morocco regularly and with great pleasure since I love Marrakech. Here, I pass on expertise, whilst working with local produce that is often of exceptional quality, such as the amazing langoustines we received this morning! Of course, you can’t find the same products as in France; the challenge therefore consists in adapting to the ingredients

delivered, whilst creating a Franco-French cuisine. I am lucky enough to have a team that is full of kindness, open-mindedness and esteem for my work. And to sail between two unique ports: the Apicius and La Mamounia… MM: Is the ‘bistronomic’ menu a way of bringing gastronomy to a greater number? JPV: In a way, yes. I found the restaurant Le Français too formal. What was needed to liven things up was a more accessible, easier but tasty lunch menu. In a leisure hotel such as this one, lunch must be simple and light, and correspond to its customers’ lifestyle, customers who take the time to eat properly mornings and evenings but who have a vast number of things to do during the day… Discover the ‘bistronomic’ menu available at lunch, Thursdays to Sundays.


148/COUPDECŒUR

Par : Mélanie Polatova

Une Japonaise dans la Médina

U

n de ces quatre matins, si vous passez faire vos emplettes au marché du Mellah, ne vous étonnez pas de voir une Japonaise, armée de son couteau, se glisser derrière l’étal du poissonnier, sélectionnant elle-même sa pêche du jour, qu’elle découpe savamment dans de grands gestes, cris et éclats de rire. Elle se fâche tendrement avec les vendeurs qui la connaissent bien, habitués à la voir faire son “cinéma”, servant parfois les clients entre deux onomatopées… Petite-fille d’un pêcheur de poissons et d’une pêcheuse de perles d’Osaka, Yumiko a vécu à Bali, avant de faire partie de la communauté des 35 Japonais résidant à Marrakech. Cette femme chaleureuse et charismatique vit dans la Médina depuis 12 ans, dans un vaste riad meublé avec goût par son mari Etienne, décorateur. En pénétrant dans leur maison, nous sommes invités à nous déchausser et enfiler des babouches prévues pour les invités… Ces derniers étant parfois nombreux puisque Yumiko a commencé à recevoir dans son salon depuis deux ans, une table d’hôtes pas comme les autres, où la cuisine traditionnelle japonaise livre toutes ses confidences. “Recevoir est un art au Japon, ainsi que je l’ai appris en collaborant avec les Ryotei, ces maisons privées japonaises où seuls les privilégiés ont l’honneur de pouvoir dîner, une fois recommandés et prêts

à s’acquitter de sommes importantes. C’est dans ce même esprit que je reçois (mais à un moindre prix, NDRL), à la maison, dans mon salon, préparant la cuisine moi-même, que ce soit pour deux ou dix personnes”. Que mange t-on dans le salon de Yumiko ? “La cuisine japonaise ne s’arrête pas aux sushis et sashimis ! Je les prépare uniquement les mardis et samedis, car ce sont les seuls jours où les arrivages de poissons permettent de le manger cru. Pour le reste, beaucoup de poisson, bien sûr, mais cuit au bouillon, des tempura, de la soupe Miso… Des accompagnements de légumes. Tout ceci dans la pure tradition japonaise, sauf certains plats qui ne plairaient pas aux Européens ou aux Marocains, et que je rends plus accessibles. Sinon, je peux aussi préparer des menus français, une cuisine que j’adore, comme les soufflés : ma spécialité !” Dans une petite pièce adjacente au salon, une boutique présente quelques kimonos… L’atmosphère qui se dégage dans le Riad Zourouni (“Visitez-moi” en arabe) est empreinte de sérénité, comme un temple zen dédié à la gastronomie. Une cuisine sans fards, à l’image d’une maîtresse de maison généreuse et rieuse, qui fait la conversation en français, anglais et arabe dialectal. Un pur moment de plaisir à vivre au détour d’une ruelle de la Médina, derrière une porte marquée d’un Yumi discret, qui tient toutes ses promesses… Table d’hôtes Zourouni : 14, derb Jdid Riad Zitoun Kdim, Médina, Marrakech Yumiko Tachikawa : +212 6 66 74 67 28 et +212 5 27 79 57 78

One fine morning when doing a spot of food shopping at the Mellah market, do not be surprised to a see a Japanese lady, armed with her knife, slip behind the fishmongers’ stall and, select her own freshly-caught fish, which she then proceeds to skilfully cut with large gestures, shouts and laughs. She lovingly tells off the stall holders who know her well, used to seeing her “put on a show” and sometimes serving customers between two onomatopoeias… Granddaughter of a fishermen and a pearl diver from Osaka, Yumiko lived in Bali before becoming part of the community of 35 Japanese people living in Marrakech. This warm, charismatic woman has been living in the Medina for the past 12 years, in a vast Riad tastefully furnished by her interior decorator husband, Etienne. When entering their home, you are invited to take off your shoes and slip on a pair of guest babouches… And guests are sometimes in force since, for the past two years, Yumiko has being organising ‘table d’hôte’ unlike any other in her living room, where traditional Japanese cooking shares all of its secrets. “Entertaining is an art in Japan, an art which I learnt by working in Ryotei, private Japanese houses where only the privileged have the honour of being able to dine, once recommended and ready to part with important sums of money. It is in this same spirit (but at a lesser cost, ed) that I welcome two to ten guests into my home and sitting room, preparing the food myself”. So what does one eat in Yumiko’s sitting room? “Japanese cooking covers far more than sushi and sashimi! I only prepare those Tuesdays and Saturdays since these are the only days when fresh fish is delivered, enabling them to be eaten raw. The rest involves a lot of fish, of course, but cooked in stock, tempura, Miso soup… Side dishes of vegetables… All of this in the purest Japanese tradition, except certain dishes that would not appeal to Europeans or Moroccans and that I adapt. Otherwise, I also prepare French recipes, a style of cooking I love, such as soufflés, my specialty!” In a small room adjacent to the sitting room, a boutique offers a few kimonos. The atmosphere of the Riad Zourouni (“Visit-me” in Arabic) is full of serenity, much like a Zen temple dedicated to gastronomy, simple cooking, much like the generous and cheerful lady of the house, who converses in French, English and dialectal Arabic. A pure moment of pleasure to be experienced down a little alley in the Medina, behind a door marked by a discreet Yumi, that keeps all of its promises…


150/FORME

Par : Mélanie Polatova Photos : bndct photography

Portraits

musclés

Métier passion, le coaching sportif apporte de nouvelles réponses à nos besoins de dépense physique, couplés à un quasi-systématique manque de temps. A Marrakech, la profession est plébiscitée, apportant des solutions sur-mesure à une clientèle locale -et de passage- ayant besoin de se remettre en forme, de s’entretenir ou de se dépasser... Nous avons choisi 4 coachs, pour leur capacité à nous réconcilier avec le sport, voire avec nous-même... A vous de choisir le vôtre !

Karim

“Le bien-être est entre mes mains”

”Wellbeing at my fingertips”

Diplômé de l’Institut Royal du Sport de Rabat (bac +4), Karim est coach depuis plus de 10 ans à Marrakech. Il allie le sport aux massages dont il s’est fait une spécialité, et répond aux demandes d’une clientèle internationale, résidente ou en vacances. Natation, aquagym, ski, fitness, stretching, préparation aux marathons… Ses domaines de compétence lui permettent de s’adapter à tous les profils, après une première évaluation. “La plupart de mes clients sont des femmes, je les suis 2 à 3 fois par semaine, pour des séances d’une heure : échauffement, abdos-fessiers et stretching leur permettent d’obtenir des résultats assez rapidement.” SON SECRET ? “Plus qu’un coach sportif, je suis coach de vie, certaines de mes clientes ont, certains jours, juste envie de marcher et de parler… Je suis à leur écoute, c’est là le secret d’un vrai coach, savoir varier le rythme des séances, divertir et plaisanter pour que la pratique sportive ne leur laisse pas une impression d’effort ou de lassitude. Je veux qu’ils passent un bon moment pour ne jamais se démotiver, car mon plus grand bonheur, c’est de transformer leur corps et faire en sorte que le sport fasse partie intégrante de leur vie.” POUR QUI ? Ceux qui ont du mal à se motiver… Karim saura s’adapter à l’humeur et l’envie du jour, histoire de tenir sur le long terme. Séance d’1h : 150 DH, à domicile ou en club Massage : 300 DH. Tel : +212 6 61 61 03 63

A graduate of the Institut Royal du Sport in Rabat (4 years of studies), Karim has been coaching for the past 10 years in Marrakech. He combines sport with massages, his other area of expertise, and answers the needs of an international, resident or holiday-making customer base. Swimming, aquaerobics, skiing, fitness, stretching, marathon training… His remit enables him to adapt to all profiles, after a first evaluation. “Most of my customers are women and I see them 2 to 3 times a weeks for hour-long sessions - warm-up, abs and buttocks and stretching -, helping them get results fairly quickly.” HIS SECRET? “More than a personal trainer, I life coach some of my customers who, some days, just feel like walking and talking… I listen to them, which is the secret of a real trainer, knowing how to vary the rhythm of sessions, entertaining and lightening the atmosphere so that exercising doesn’t just leave you with the impression of effort or weariness. I want my customers to have a good time so that they keep up their level of motivation, because my greatest joy is to transform their bodies and ensure that sport becomes an integral part of their life.” FOR WHOM? Those who have trouble with motivation… Karim adapts to the day’s moods and desires, so that you hold out long-term. 1h session: 150 DH, at home or at the gym Massage: 300 DH. Tel : +212 6 61 61 03 63


Energy and determination

Carine marche au challenge depuis son plus jeune âge, ce qui fait de son CV une longue énumération de prouesses sportives... “J’ai commencé par la danse à l’âge de 5 ans, puis je me suis intéressée à la natation et au basket avant de découvrir la boxe française. Cela a été un tel coup de foudre que j’ai très vite progressé jusqu’à la Coupe de France ! J’ai raflé tous les Prix pendant 4 ans, puis, ayant besoin de nouveaux challenges, j’ai passé différents Brevets d’Etat dans le domaine sportif pour pouvoir enseigner.” Mais ça ne s’arrête pas là : Carine s’est aussi lancée dans le triathlon et le marathon, puis spécialisée dans le coaching individuel… SON SECRET ? En excellente pédagogue, elle sait cibler le programme qu’il faut à chacun, selon le niveau et les attentes : “D’ailleurs, réfléchissez bien à vos objectifs avant de me rencontrer, car une fois que je vous tiens, je ne vous lâche plus !” Cardio training, renforcement musculaire, stretching, Aqua fit, Fit diet, initiation à la Boxe Française Savate... Carine reçoit chez elle dans une salle qu’elle a spécialement aménagée dans sa maison, ou se déplace à domicile, une “positive attitude” hautement communicative qui garantit les résultats ! POUR QUI ? Que vous ayez envie de vous déchaîner et vous muscler avec la boxe française, ou vous galber avec la barre au sol ou le Pilates, Carine vous apporte force, courage et détermination. A partir de 250 DH. Tel : +212 6 48 45 25 61 

Carine has been living off challenges since her childhood, making of her CV a long list of sporting feats… “I started dancing at 5 years of age, and then took an interest in swimming and basketball before discovering French kickboxing. That was such a thunderbolt that I very quickly progressed to the French Cup! I scooped every Prize going over the following 4 years, then, needing to find new challenges, took a number of National coaching certifications to be able to teach.” But it doesn’t stop there: Carine also took up triathlon and marathon running, then specialised in personal training… HER SECRET? This excellent teacher knows how to adapt the programme to each person’s needs, depending on their level or expectations: “In fact, you need to have really thought hard about your objectives before meeting me, since once I get my hands on you, I don’t let go!” Cardio training, muscle development, stretching, Aqua fitness, Fit diet, initiation to Savate French kickboxing... Carine teaches in a specially equipped room in her home, or comes to your own, with a highly infectious positive attitude that guarantees results! FOR WHOM? Whether you are looking to let off steam and develop your muscles with kickboxing, or shape your body with barre exercises or Pilates, Carine will bring you strength, courage and determination. From 250 DH. Tel : +212 6 48 45 25 61 

Carine

Energie et détermination


152/FORME

Energetic portraits

Personal training is for passionate professionals who bring new answers to our physical exercise needs combined with a near-systematic lack of time. In Marrakech, the profession has proved a tremendous success, bringing customised solutions to local – and passing – customers looking to get back in shape, stay fit or surpass themselves… We have chosen 4 personal trainers for their capacity to help us not only make peace with exercising but also with ourselves… The choice is yours!

Cor

A la recherche de votre motivation émotionnelle

Searching for emotional motivation

Parallèlement à son rôle de professeur et de conseiller en développement chez Canal Forme, Cor consacre une bonne partie de son temps au coaching privé. Sa formation de physiothérapeute et son parcours international dans l’industrie du fitness, de Hollande (d’où il est originaire) en passant par la Floride, font de Cor un coach particulier qui puise dans le yoga, le Pilates et la physiothérapie, des exercices sur-mesure, ciblés selon les profils de ses clients. Le sport selon lui se pratique donc en douceur, et peut s’accompagner de massages toniques ou relaxants, dont il a appris à maîtriser les fondements. SON SECRET ? Dès le premier rendez-vous, Cor part à la recherche des raisons émotionnelles qui motivent ses clients… “Derrière l’objectif sportif qui, selon les gens, varie entre la perte de poids, la tonification musculaire ou l’amélioration de l’endurance, il y a toujours une raison plus profonde, un but à atteindre… Une fois que j’arrive à déterminer quelles sont ces raisons émotionnelles, je mets en place un programme complet –ou extra pour ceux qui pratiquent déjà un sport régulièrement- et on va ensuite tenter d’atteindre ces objectifs à travers des séances personnalisées.” POUR QUI ? Pour ceux qui ont une douleur physique ciblée ou besoin de renforcement musculaire, Cor apporte des bases solides et concrètes dans la pratique du sport, toujours en douceur. Tarifs sur devis, à domicile ou en club. Tel : +212 6 50 07 97 58

Alongside his role as teacher and development adviser for Canal Forme, Cor dedicates a fair share of his time to private coaching. His training as a physiotherapist and international career in the fitness industry, from Holland (his country of birth) to Florida, make Cor a unique personal trainer who draws from yoga, Pilates and physiotherapy, and made-to-measure exercises targeted at his customers’ profiles. In his opinion, exercise should therefore be gentle and can be accompanied with invigorating or relaxing massages, which he also masters. HIS SECRET? From the first meeting, Cor searches for the emotional reasons that motivate his customers… “Behind the sporting aim that, depending on the person, varies from weight loss, muscle toning to improved stamina, there is always a deeper reason, a goal to reach… Once I have successfully pinpointed these emotional reasons, I set up a full programme – or extra set for those already playing exercising – and we then try to reach these objectives through customised sessions. FOR WHOM? For those with a specific physical pain or needing to strengthen their muscles, Cor brings solid, concrete bases to exercising, in a gentle way. Rates on quote, at home or at the gym. Tel : +212 6 50 07 97 58


Brice “J’entretiens de vraies relations de confiance avec mes clients”

“I build true relationships with my custo-mers based on trust”

Après une carrière d’officier Para pour l’armée française, puis développeur pour Gymnasium et Physiomins, Brice s’est installé dans un riad de Marrakech voilà 6 ans, et retourne à ses premiers amours : le sport. Pour lui, pas de solution miracle, mais des objectifs à moyen/ long terme, beaucoup de psychologie et de pédagogie, grâce à une relation qui se crée dans le temps, et qui aide à booster, remotiver sans cesse. Ses 20 années d’expérience lui permettent de déployer plusieurs programmes : préparation physique, musculation, coaching Senior, amincissement, accompagnement en club… Des séances d’1h à 1h30 aussi ludiques que musclées ! SON SECRET ? “Pour moi, le coaching est une balade à deux qui va durer dans le temps, je préfère limiter le nombre de mes clients pour être disponible au maximum, car quand on s’engage à coacher quelqu’un, cela implique que l’on entre dans son organisation de vie, dans sa famille et son intimité. Ne faisant pas ce métier de manière superficielle, je rentre en relation avec les thérapeutes de mes clients : diététicienne, ostéopathe, kiné, etc. Ainsi, j’offre une approche globale tout en instaurant une vraie relation de confiance.” POUR QUI ? Pour ceux qui ont pris de bonnes résolutions et attendent une prise en charge globale. Brice est parfait dans l’accompagnement d’un régime ou la reprise du sport. A partir de 250 DH la séance, à domicile ou en Club. Tel : +212 6 78 97 36 22

After a career as a Para officer in the French army, then as a developer for Gymnasium et Physiomins, Brice set up home in a Marrakech riad 6 years ago and came back to his first love: sport. He does not believe in miracle solutions but medium- to long-term objectives and a good dose of psychology and education, thanks to a relationship built over time, which acts as a constant boost and motivation. His 20 years of experience allow him to offer a number of programmes: physical preparation, bodybuilding, senior coaching, weight loss, gym accompaniment… for 1h to 1h 30min fun and energetic sessions! HIS SECRET? “I see personal training as a longstanding journey for two and I prefer to limit the number of customers I take on in order to be available as much as possible. Indeed, coaching someone implies entering into his or her life schedule, family and private sphere. I don’t carry out this work superficially; I contact my customer’s therapists, dieticians, osteopaths, physiotherapists, etc… Thus, I offer an overall approach whilst establishing a true relationship based on trust.” FOR WHOM? For those who have taken good resolutions and are looking for full personal training. Brice is perfect for accompanying you during a diet or to help you get back into exercising. From 250 DH per session, at home or at the gym. Tel: +212 6 78 97 36 22


154/ECHAPPEEBELLE

Par : Mélanie Polatova

Fly me to… an ultra-chic picnic

I Envole-moi…

…pour un pique-nique hypra chic

J

’avais envie de vivre une expérience unique, envie de m’évader, respirer le grand air… Alors, quand on m’a proposé une balade en hélicoptère qui me transporterait au bord du lac Lalla Takerkoust pour un pique-nique chic… j’ai trouvé mon sujet ! Rendez-vous pris sur le tarmac de l’aéroport Marrakech Ménara avec Héliconia. Le pilote m’expose les grandes lignes sécuritaires, avant de m’inviter à m’asseoir à ses côtés, dans un appareil qui m’impressionne beaucoup plus de l’intérieur… On s’équipe de casques et micros pour communiquer, car quand les moteurs sont en marche, le vrombissement de l’appareil décoiffe ! Mais grâce au casque, place au silence qui s’impose au décollage, petite appréhension je dois l’avouer… Les hélices s’activent, nous quittons le sol, nous nous élevons très vite… En quelques secondes, nous voilà en apesanteur. Les vingt minutes de vol qui nous séparent du lac sont l’occasion de découvrir de somptueux paysages, l’Atlas enneigé en ligne de mire. Le bleu du lac, le blanc de la montagne, le sable du désert d’Agafay, le vert de la vallée de l’Oliveraie… Y a-t-il plus beau spectacle que celui de la Terre vue d’en haut ? Un déjeuner bucolique me laissera le temps de méditer sur la question, installée sous les arbres, dans l’herbe de la Kasbah Beldi, un jardin plongeant dans le lac. Ce nouveau site (annexe du Beldi Country Club), qui surplombe le lac de Lalla Takerkoust, est un endroit idyllique, vue à 300° sur l’Atlas... On peut s’installer où bon nous semble dans ses très grands jardins, sous les arbres, au bord du lac, à côté d’une des deux piscines ou sur l’une des terrasses… Pique-nique hypra chic sur les tapis berbères, ou déjeuner au restaurant (salades et tajines composés des légumes du potager). J’opte pour le piquenique, bien sûr, avant de m’offrir une marche contemplative dans les jardins… Retour sur l’hélipad privé de la Kasbah Beldi pour une seconde visite des cieux, autre lumière, autres couleurs, nouvelle séance de contemplation, détente en prime… Une journée magique, faite de rêves et de flânerie. Un de ces moments rares qui ne s’oublie pas.

• 40 minutes d’hélicoptère aller-retour au départ de l’aéroport Marrakech Ménara. Temps libre pour le déjeuner-piscine à la Kasbah Beldi. Forfait journée : 6.500 DH pour 2 personnes, 7.000 DH pour 3 personnes. • Beldi Country Club : +212 5 24 38 39 50 • Héliconia : +212 80 200 61 61 • Possibilité de faire son baptême de l’air en hélicoptère au barrage, transfert en 4x4, déjeuner sous tente au camp Terre des étoiles dans le désert d’Agafay… Organisateur : Destination Evasion +212 5 24 44 73 75

wanted to experience something unique and had a desire to escape, to breathe in the fresh air… So when I was offered a helicopter trip to the shores of Lake Lalla Takerkoust for a chic picnic… I had found the perfect topic! On the tarmac of Marrakech Ménara airport, the pilot from Héliconia explained the main safety guidelines, before inviting me to sit beside him in a aircraft that seemed much more impressive from the inside… We donned headphones and microphones to communicate (the motors running make for a truly mind-numbing roar!) and thanks to these, silence reigned during takeoff, accompanied with – it has to be said - a hint of apprehension… The propellers speeding up, we lifted from the ground, rising into the sky at quite rate… In a few seconds, we were up in the air. The twenty minutes flight that separated us from the lake was the occasion to discover magnificent landscapes, the snowy Atlas in line of sight. The blue lake, white mountains, Agafay desert sands, and the green valley of the olive grove… What greater sight that the Earth seen from above? A pastoral lunch gave me the time to ponder this question, sat under the trees and on the grass of Kasbah Beldi, a garden that plunges into the lake. This new site (an annexe of the Beldi Country Club) overlooks Lake Lalla Takerkoust and is an idyllic place with a 300° view of the Atlas… You can settle wherever you like in these vast gardens, under the trees, near the lake, by one of the two swimming pools or on one of the terraces… Between an ultra-chic picnic on Berber rugs and lunch at the restaurant (salads and tajines made from vegetables from the garden), I choose the picnic, of course, before treating myself to a contemplative walk in the gardens… Back at Kasbah Beldi’s private helipad for a second heavenly trip, different light and colours beckon a new more relaxed meditative session… A magical day full of dreams and relaxation for one of these rare unforgettable moments… • 40-minute return helicopter ride from Marrakech Ménara airport. Free time for lunch-swimming pool at Kasbah Beldi. Daily rate: 6,500DH for 2 guests, 7,000DH for 3. • Beldi Country Club: +212 (0)5 24 38 39 50 • Héliconia: +212 (0)80 200 61 61 • Possibility of first helicopter flight to the barrage, four-wheel drive transfer, lunch under canvas at the Terre des Etoiles camp in the Agafay desert… Organiser: Destination Evasion: +212 (0)5 24 44 73 75


ABONNEMENT

ROCK LA KASBAH

2 NUMEROS ANNUELS POUR 150 DH Bon d’abonnement a renvoyer à : Anothereditions 194-197, rue Mohamed El Beqal, résidence Firdaous, Guéliz, 40 000 Marrakech, Maroc Chèque bancaire à l’ordre de Anothereditions Date : _________________________________

Signature : __________________________________________

Coordonnées de l’abonné(e) Nom : _________________________________

Prénom : ___________________________________________

Adresse : __________________________________________________________ Ville : ________________________

Téléphone : ______________________

Code Postal : ____________ Email : ____________________

TELECHARGEZ GRATUITEMENT LES ANCIENS NUMÉROS AU FORMAT PDF SUR : ANOTHEREDITIONS.COM


156/LIFESTYLE

Par : Sylvie Gassot

CASABLANCA EN

Escapade à Casablanca pour humer l’air de la mer et celui des nouveautés, histoire de faire le plein de sensations, happé par la bouillonnante City…

D

u Guéliz au Hyatt Regency de Casa, l’autoroute déroule son ruban d’asphalte et de collines en une parenthèse de 2 heures 30. Boubka, enfant, jouait au foot sur cet ancien terrain vague, aujourd’hui hôtel de luxe rénové avec élégance par l’architecte Pascal Desprez. En charge de la restauration du Hyatt depuis 28 ans, il nous reçoit avec la même attention que s’il nous ouvrait sa propre maison : macarons aux amandes, expresso fumant, sourire large… Une hospitalité commune à tous les employés de cet hôtel où le service est roi. On pose ses bagages dans une vaste chambre au confort moelleux, on profitera de la piscine demain… direction lèche-vitrines. Ecrins de luxe au Morocco Mall Objectif shopping, via la corniche qui prend des allures de croisette, bordée de palmiers washingtoniens, où des trouées laissent entrevoir des rouleaux de mer sur nappe de sable. La ville s’est agrandie jusqu’au tout nouveau shopping center, le plus hollywoodien du Maroc, le plus grand d’Afrique. Place à la culture, en guise d’accueil, avec un somptueux complexe cinématographique Imax 3D et une Fnac flambant neufs ! Elle pratique le bookcrossing : vous déposez un livre que vous affectionnez et repartez avec le

coup de cœur d’un autre lecteur… Direction les Galeries Lafayette, halte au Starbucks, émerveillement devant l’Aquadream, aquarium cylindrique géant où 3.000 espèces exotiques (raies-guitares et requins zèbres !) offrent une échappée rafraîchissante inoubliable. Peugeot 508 et Citroën C4 font leur show. A l’étage, parcours d’excellence au sein des prestigieuses maisons de luxe : Fendi, Vuitton, Gucci, Dior… qui rivalisent de créativité. Eblouissante façade Vuitton de 60 mètres de large et 6 mètres de haut, magie du verre chez Dior et des alcôves parées de tissu dans un esprit parisien. Dolce Vita chez Gucci, voyage en classe premium chez Fendi… Chacun propose les joyaux de ses griffes dans une scénographie éblouissante. Mais la particularité du lieu tient dans la diversité des offres. H&M côtoie une Médina de 48 artisans triés sur le volet. A l’extérieur, la troisième plus grande fontaine au monde -250 mètres de long- offre la féerie d’un spectacle musical rythmé par une centaine de jets d’eau multicolores. Par grappes, familles, bandes de copines, serial shoppeuses, s’approprient la magnificence du mall en fonction de leurs désirs : halte dans l’un des 50 restaurants, tour de patinoire, détour à Adventureland. Guidé par la mascotte Aychour, le visiteur glisse dans un rêve avec l’embarras d’un choix royal !

Pause arty à la Galerie Shart Retour à l’air libre, pause arty dans ce vaste loft qui expose un vaste choix d’artistes, photographes et plasticiens, avec un succès fou. Car Hassan Sefrioui a l’œil sûr et la passion de l’œuvre chevillée au cœur. Il mécène ses talents, les expose à l’international -de New York à Beaubourg- et déchiffre les parcours avec une belle âme. L’espace, esprit Soho dans l’âme, suscite la curiosité et invite comme il se doit pour un talent à réfléchir et à rêver… Non loin de là, séduisant, Yassine Morabite et ses 25 printemps -sosie de Johnny Deppnous montre sur son Iphone ses dernières créations. Passionné d’art et de mode, il détourne les portraits de Kate Moss à Karl Lagerfeld. Il préfère la sérénité de son atelier à la lumière des accrochages, mais lance une ligne de T-shirts qu’il illustre et commercialise en complicité avec Mehdi Laraki, fils de la propriétaire d’Amadeus Art Gallery. D’ailleurs, il vient d’en offrir à Britney Spears et Kayne West… Le succès le guette, talent à suivre ! Gastronomie et fiesta design au Cabestan Dîner au Cabestan avec Myriam Sif, une artiste qui module sa voix comme un pinceau, notamment sur la vidéo d’art “La Chrysalide” de Faten Safieddine et Othman Zine, présentée lors de la Biennale de Marrakech. Guidés par la lumière du phare


d’El Hank, les rochers dentelés cisèlent un décor romantique et puissant. De ce lieu chic réputé des Casaouis de longue date, le nouveau propriétaire a fait un endroit chaleureux et design, où, pour paraphraser Andy Warhol, chacun a droit à son quart d’heure de célébrité ! Pour preuve : la table d’hôte centrale surplombée des photos des visiteurs : Jennifer Lopez, Frédéric Begbeider, Stéphane Bern, Julien Clerc, Thomas Langmann…“The Artist” ici, c’est l’architecte Imaad Rahmouni ! Il signe un décor grandiose et souple qui épouse l’océan jusque dans les toilettes dont la vue imprenable impose la visite. Dès l’arrivée, le jardin dévoile une brigade de 40 cuisiniers derrière d’immenses baies vitrées. L’écailler ouvre un banc d’huîtres de Dakhla en préambule au dîner gastronomique. Truffe de Tifzouine, Epaule d’agneau Makfoul  cuite 15 heures, Loup en croûte de sel et ses légumes tournés ou Risotto de fenouil et zeste de citron… signés Fabien Caboy, précédemment en charge du restaurant marocain du Palace Royal Mansour à Marrakech. Magique, le confort raffiné -moquette aussi moelleuse que le tiramisu Florentin, nappes blanches et convivialité du service, rythmés par Abdel, le directeur- présage d’une soirée inoubliable. Vers 23h30, on émigre au son de la compil “Cabestan volume II - mixed by Paul Cayrol” vers le Club Rose : le plus excitant de Casa, où la nuit s’égrène joyeusement face au clapotis des vagues. Luxe et volupté au Hyatt Regency Réveil de princesse au Hyatt. Spacieuse, la chambre inspire la détente : lit XXL moelleux et service tip top. Rêve de petit-déjeuner au copieux buffet où gaufres et crêpes sont préparées à la minute avec une cascade de jus de fruit frais, viennoiseries et gourmandises

pour appétit robuste, décomplexé par la proximité de l’épatante salle de sport. Séquence beauté et massage chez Hairmania Place à une séquence beauté dans ce ravissant hôtel particulier où le sourire de l’accueil rivalise avec le professionnalisme des coiffeurs, esthéticiennes et masseuses. En un temps record, le cheveu est bichonné alors qu’une manucure ressuscite la beauté des mains et qu’une pédicure entreprend la chasse aux callosités. A l’étage, des thérapeutes thaïs vous évitent de faire le voyage à Bangkok avec une panoplie de massages et de soins qui équilibrent l’énergie du corps et de l’esprit. Parenthèse enchantée… Pause shopping, puis déjeuner de soleil au Tahiti Beach Club Escapade au centre de Casa. Au cœur du Triangle d’or, niché entre Cartier, Chopard et Fendi, la très jolie boutique Cachou by Rose offre une vraie sélection de griffes européennes : Pinko, Manousch, American Vintage, Notify, Ventcouvert Virginie Castaway, chaussures Castaner, Michel Vivien et Free Lance. Séances d’essayage face à un épisode de “Sex in the city” entrecoupé des conseils avisés des vendeuses, intelligemment fashion addicts. Il est temps de retrouver la ravissante styliste Fadila El Gadi et son acolyte Simo Smyej à la Terraza, au Tahiti Beach Club, pour un grand bol d’air, de plage et de spécialités italiennes : Linguine au crabe et artichauts,

Risotto aux asperges et Moelleux au chocolat. Ils portent leur dernière création : un sweatshirt logotisé «Hmar ou bekher». Avec un grand sourire, notre serveur se dit prêt à le porter aussi ! Mission accomplie, il est l’heure de faire ses adieux à l’océan. L’écume des vagues ajoute son fracas à l’urgence du retour. Marrakech, Yallah ! • Hyatt Regency Casablanca : Place des Nations Unies Tel : +212 5 22 43 12 34 • Morocco Mall et Aquadream 0801 001 230 • Galerie Shart : 12, rue El Jihani Tel : +212 05 22 39 49 80 • Ocean view Cabestan : 90, boulevard de la Corniche. Phare d’El Hank Tel : + 212 5 22 39 11 90 - www.le-cabestan.com • Hairmania Thai Spa : 9, boulevard de la Libye, Anfa Supérieur - Tel : +212 22 39 90 40 www.hairmania.ma • Cachou by Rose : +212 5 22 48 77 55 • Tahiti Beach Club : Boulevard de la Corniche Tel : +212 5 22 79 80 25

Galerie Shart

Tahiti Beach Club

Morocco Mall


158/LIFESTYLE

IN CASABLANCA Escape to Casablanca to breathe in the sea air, discover new trends, and get a good dose of sensations, caught up in the bustle of the City…

F

rom Gueliz to the Hyatt Regency in Casablanca, the motorway unfurls its asphalt ribbon through the surrounding hills in a 2 and a half hour digression. A child called Boubka once played football on this old waste ground, now a luxury hotel elegantly renovated by architect Pascal Desprez. In charge of Hyatt’s restorations for the past 28 years, he makes us feel as welcome as if he were inviting us into his home: almond macaroons, steaming espresso, and a big smile… This hospitality proves common to all employees of this hotel where service prevails. Having dropped off our luggage in a large, comfortable room, and deciding to take advantage of the pool the next day… head for a spot of window shopping. Luxury showcases at the Morocco Mall Objective shopping, via the coastal road that could be mistaken for the French Croisette, lined with Washingtonia palm trees in between which you can catch glimpses of waves washing onto blankets of sand. The city has extended out to the brand new shopping centre, the most Hollywood-like in Morocco and the biggest in Africa. Culture opens the way with a sumptuous Imax 3D cinema complex and a brand new Fnac store at the entrance! There you can ‘bookcross’, dropping off a book you particularly liked and leaving with another reader’s favourite… Then, head for the Galeries Lafayette, stopping off at Starbucks, and prepare to wonder in front of the Aquadream, a giant cylindrical aquarium where 3,000 exotic species (including guitarfish and zebra sharks!) offer an unforgettable refreshing vista, whilst Peugeot 508 and Citroën C4 put on their show.

On the first floor, take the path of excellence in amongst the most prestigious luxury brands - Fendi, Vuitton, Gucci, Dior… - vying with creativity. The dazzling 60m-wide and 6m-high Vuitton façade, Dior glass magic and alcoves bedecked with fabric in Parisian style. Not forgetting La Dolce Vita at Gucci and a first class trip with Fendi… Each offers the gems of its maker’s label in a dazzling stage design. However, the specificity of this mall lies in the diversity of its offers. H&M sits alongside a Medina housing 48 hand-picked artisans, and Marjane invites you to “stylise” your fridge in its 8,000m² store. Outside, the third largest fountain in the world – 250 meters long – offers a enchanting musical show punctuated by a hundred multicoloured water sprays. Groups of family members, friends and serial shoppers make the magnificent mall their own and according to their desires, with a stopover in one of the 50 restaurants, a skate around the rink, or a detour via Adventureland. Guided by the mascot Aychour, visitors slip into a dream, spoilt for royal choice! Arty break at the Shart Gallery Back in the open, break into this vast arty loft which makes a wide range of artists, photographers and artists with a hit. Hassan Sefrioui has since the sure eye and a passion for the work deep in the heart. He patron talents, exposing them to international New York-to-Beaubourg and decrypts the course with a beautiful soul. Space, Soho spirit in the soul, arouses curiosity and prompt as it should for a talent to think and dream ... Not far from there, attractive, and Yassine Morabite 25 spring-Johnny Depp-lookalike shows on his Iphone her latest creations. Passion for art

and fashion, it diverts portraits of Kate Moss to Karl Lagerfeld. He prefers the serenity of his studio in light skirmishes, but launched a line of T-shirts that shows and sells in complicity with Mehdi Laraki, son of the owner of Amadeus Art Gallery. Moreover, it has to offer to Britney Spears and Kanye West ... The success lies in wait, talent to watch! Gastronomy and design fiesta at Cabestan Dine at the Cabestan with Myriam Sif, an artist that modulates her voice as you would a paint brush, notably on the Art Video “The Chrysalis” by Faten Safieddine and Othman Zine, presented during the Marrakech Biennial. Guided by the beam of the El Hank lighthouse, the jagged rocks chisel a romantic and powerful décor. In this chic venue and a long-standing favourite with Casablanca residents, the new owner has turned it into a warm, designer space, where, to paraphrase Andy Warhol, everyone can get their moment in the spotlight! Indeed, the central table is overhung with a gallery of famous faces, including Jennifer Lopez, Frédéric Begbeider, Stéphane Bern, Julien Clerc, Thomas Langmann…”The Artist” in this case is architect Imaad Rahmouni! He has created a grandiose and flexible décor that embraces the sea, right into the toilets whose unrestricted view is worth a gander. On arrival, the garden unveils a team of 40 chefs behind huge picture windows. The oyster expert opens a bed of oysters from Dakhla as a prelude to a gastronomic dinner. Truffles from Tifzouine, Shoulder of lamb from Makfoul cooked for no less than 15 hours, Bass baked in salt and carved vegetables or a Fennel and lemon zest risotto… created by Fabien Caboy, previously in charge of the Moroccan restaurant at the


ENGLISH Palace Royal Mansour in Marrakech. The magical, refined comfort – carpets are mellow as Florentine tiramisu, white tablecloths and friendly service directed by Abdel – promise an unforgettable evening. At around 11.30pm, everyone migrates towards the Club Rose to the sound of the “Cabestan volume II - mixed by Paul Cayrol” compilation: in the most exciting nightclub in Casablanca, the night is happily spent facing the lapping waves.

La Cabestan

Luxury and sensual delight at the Hyatt Regency What a wakeup at the Hyatt! The spacious room inspires relaxation: soft XXL bed and tiptop service, followed by a dreamy breakfast at the copious buffet with freshly-made waffles and pancakes, a cascade of freshly-squeezed fruit juice, cakes and delights for a robust appetite, somewhat less guiltily indulged in thanks to the nearby impressive gym. Beauty and massage session at Hairmania Now for a beauty session in this delightful townhouse where the welcoming smiles vies with the professionalism of the hairdressers, beauticians and masseuses. In record time, your hair is pampered, a manicure is reviving the beauty of your hands whilst a pedicure is chasing away that hard skin. Upstairs, Thai beauty therapists save you from the long trip to Bangkok with a range of massages and treatments that harmonise the energies in your body and mind. An enchanting break… A spot of shopping then lunch in the sun at the Tahiti Beach Club A little trip to the centre of Casablanca and the golden triangle… Nestled between Cartier, Chopard and Fendi, the very pretty boutique Cachou by Rose offers a great selection of European brands: Pinko, Manousch, American Vintage, Notify, Ventcouvert Virginie Castaway, and, Castaner, Michel Vivien and Free Lance for shoes. Clothes are tried on facing an episode of “Sex in the city” and interspersed with expert advice from the sales assistants, in true intelligent fashion addict style. It is now time to meet beautiful stylist Fadila El Gadi and her sidekick Simo Smyej at the Terraza, at Tahiti Beach Club, for a breath of fresh air, the beach and Italians specialities: Crab and artichoke linguine, Asparagus risotto and Rich chocolate cake. They are wearing their latest creation, a sweatshirt with a “Hmar oubikheer” logo. And with a great big smile, the waiter says he would be happy to wear one too! Mission accomplished! It is now time to say goodbye to the ocean, the crashing waves adding an extra urgency to the return journey. Marrakech Yallah! • Hyatt Regency Casablanca : Place des Nations Unies Tel : +212 5 22 43 12 34 • Morocco Mall et Aquadream 0801 001 230 • Galerie Shart : 12, rue El Jihani Tel : +212 05 22 39 49 80 • Ocean view Cabestan : 90, boulevard de la Corniche. Phare d’El Hank Tel : + 212 5 22 39 11 90 - www.le-cabestan.com • Hairmania Thai Spa : 9, boulevard de la Libye, Anfa Supérieur - Tel : +212 22 39 90 40 www.hairmania.ma • Cachou by Rose : +212 5 22 48 77 55 • Tahiti Beach Club : Boulevard de la Corniche Tel : +212 5 22 79 80 25

Cachou

Hair Mania

Casablanca vue d’en haut


160/AILLEURS

Par : Marie Le Fort


Zambezi Queen Boat


162/AILLEURS

Royal Chundu

ueen

ezi Q Zamb ation s une végét i. Ancré dan n u fi d n n l’i u h à C l re Roya s’étend tre rie xueux lodge le lu en el e le , ôt èz te b l’h e an am d ri luxu r le Z fleuron le e m m aviguant su cs co ar re e ectu ibiens et p se découvr d’une archit rivages nam ne : au sein bezi Queen n s en paille et m ie re a b u Z m it le to za s, e d ée s m th u botswanai le ry atea paces aéré traditionnel élégance. B taillé, les es s oi b à flotte avec r en es n su rs porai larges pilie ain, il glisse ces contem contempor uis Cape t de référen ep en e coquille, d u d é iq ts p os la sp se éc . stres en un loft tran lu om e s ro m ce zèbre et g m e n d co vi li u l’eau l’instar en pea de un grand es e u iq m h m p co er ra t g oy se n posants lits Town, se vi de ces tapis mble même ochées à d’im ayant se cr il , à ac ts s s, n re en io ai ités Par mom es réfect moustiqu , des antiqu sage de calm icolas de Staël. uin. Ici et là toient des aq d cô al aï dans un pay b N à as e d M s x tribu encées au d’une toile ag re es u iè es souvenir n in an te le b m t ar ca la app ent des e, évoquan ri em g te n le, re en lo u g ro at ar p n Dans le ine. Immuab randeur pièces en odésie vois s spectacle g h et R lu n e p u e , ou n te b in ic en la d so ci avec de l’an le privée lent dans l’î u ro le e rc se ce ts au  : t en i journée un sèchen : les éléphan la rivière qu mme d’une ocodiles se ra is cr g d on s n ti ro le p ta ca t, , le ar ve en b s e em sur la ri s’asperg que jamai à bord d’un ui troncs posés ssonnés sur leurs e tranquille villageois q èr si es ci oi d soleil tel des u e cr sa vi , la es à . o am s h ts ot sé éc en op eu p fait oro cr rognem que les hip à fond plat canoës Mok ssent des g rs ou u p le s, re is te ée u ra at m e urnom courtes p pêchent dep fauves d’un e Manketi (s es , antilopes agilité es troncs d d nverse”). D e n s re u Les impalas an se d ec il av ancent, te quand nts él ot fa s’ fl , i en u ce q es d an re , élég aies “l’arb ups de pag u iée. r des babs, des co r les rives d chorégraph sèchent su ao i su b u q ée s n e on èr t ss li u oi u p g to ntes… n t es si ya an d , re eo av Aventu een est intrigués ces roug tern. e, des écor S Zambezi Qu y m le n e al g p e, To sa  : èz en vi b ap s n Zam nu du C natte revêt soudai n passionné en vie du fleuve tion, plus ri l’histoire d’u la ca ar b m l’e à droit heta s planchers atique, file Quand il ac humain. rtout pas le bèze, emph su on l , si am ia le Z n ca ab lo le oc , vi co e st it t n E n’éta Plein assait ! U Là, l’espri p . ls on al s F el a ce u ri en to d ntact travers lesq vers les Vic mer en rési temps au co r le transfor supérieur, ue renaît un acide, t iq rt n on n ve p ta s le unique pou ri r se b u goût. S s et pelou on le el b e ôt e ar n h d x on te d it eu n flotta chetée constru e p e de luxu voie ferrée te beige mou lanc et canapés X et et X u a u Te d oq t h m u ig e éb n H u de es au d en cuir b od s h il R u il te e se u ec i st C fa u q s ce va mées ton : des l’invincible fond, les fu t la suite dan croire e d en n ssure n ile ca re to p la n t E es t grèg siècle. pourrai rappellen n l’o on iz e s u or q se e l’h r en vr eur, on s imm espace à vi détachent su d d’une barque à mot tait pour le ’é e n d c ce n si or la b b e g A Livin stone noir et scandinav du fleuve. arque sur la s, ou clichés s éb n re d b se e, zè s ch e le née quand d r ro p photos s’en ap n luxe pou artie de l’an U p e s. n re u iè ele al ib m r se ss scènes anim ne fois n’est pas coutu Island acce hautes, pou e –u sont pas trop utes. 108 mètres de bois e x n u x ea u n ea an s qui échapp p , le es ch s de chasse ts en au milieu d ambèze aux trophée retrouver… uils imposan e large, le Z d te u m fa 0 es 70 tr 1. t au r, racte e se vi sombres et de profondeu plement dans la cata . Ici l’Afriqu és rn u to e m s L si oi t e. s de litres t entièr corne et b se jette tou e 500 million e vivre à par d d t on au des ar is e n n ra u li à e leil déc comm de la saison sombre de dis que le so te au cœur s n u es ie ta d in h , t p m u n n ra ar ée ve p og cr soir d’eau s phot bruns n ouvert, le de deaux d’em ri à leur e t rc n es fo L se la s. ra e ie b u bout du salo plu tandis q lanc s’em , l, b ie in et -c r ca aysage n ri oi p n -e af n t u rc safari en murs d’a compose u continen , d le e b m en ra l’â ie su t lo an men comprend il se dép tour. Réveill l’eau, incom frayant. On ef cher de sole ue Trinity. u et co se n io ’u d d n sgtone ait e bag l’intensité à la fois gra e David Livin , comme un u q re t iv en cu m et le sé sa vie à rose, or alors faci gers et pas an d e s d r le s se connues… u as to bravé au pour p squ’alors in ju l’e s e e n d l èr io fi ti g ré le on s Reprenant vue de la fr explorer ce Botswana en fient : étal, si en d Namibie au se les paysages t une zambienne, rps. Dictan prend du co e mble èz se b il , am es Z le aux rivag le ta fa té li horizonta

N

Cruise


Autre rég ion inconn ue, autres désertiqu immensit es. Autres és hab confins de campeme la Namibie itants aussi. Aux nts Himba , le lodge Cafema a , nomades d’Afrique Serra un goût d arrivés à d e l’ ’i nfi sable et d pied leurs chèvr Est ; ici, ils vivent d e couleurs ni. Un goût de u lait de es. Enduit érodées. D chaud et c s b d ri ’u q e vent n onguent ue qui les am protège d rouge d’atterriss pements nomades des tradit u soleil, il . De piste age sablo io s perpétu n s vi nneuse et e camouflé il le s ent c femmes p de Land R es aux cou ortent des omme l’histoire. Le over leurs du d l’extrême s b ra e n c é métal pou elets de c sert. Situé nord de la hevilles r se proté à Namibie, Kunene q serpents, ger des m sur la rivi ui délimit c orsures d o è m re e p la frontière o Serra Cafe s e n es t e de boue q ntre elles avec l’Ang ma dissim ui leur do des coiffu ola, ule ses su néocolonia n re n e s’ s u e n air de g nveloppen ites de sty l dans de uerrières t fièremen le pu fleur d’ea e de peaux t t à u, elles dic issants acacias : à la tail de chèvre tent une vi la présen . Autour d le de pagnes habillés d e adoucie ce du fleu ’e lle des en e rien, glo par ve. Un quo par des ch fants, uto du lait à p tidien arro aises plia eine caillé nnent du porridge ndi ntes en cu coussins et . Ton sur to étendues ir, de profo beiges, de n avec les qui nds s robinets miroirs po ici chez eu les accueillent, les en cuivre rtatifs, de H x, attaché et s portes c malles de s à cette te imba sont qui leur o oulissante jeux, des rre hostile ffre du so s et moustiqu tempête. leil e à profusio aires et la Sinon, aux n. Leur plu t des herbes sèch mpes alentours que contr es s grand lu perpétuer , tout n’es aste et op xe : pouvo leurs trad t position : schistes n ir it io J o d ns et leur uir de la p ’austères oir-argen h lus grand tés côtoie rougissan e liberté d istoire. En bas, da nt des dun tes dans l’ e mouvem n s e s la aube et le va longs rose ll é ent. e , le camp Cafema s’ couchant. au de Serra assure qu De à des imm x agités par le vent e le va ur avenir ste que le réponden ensités ja soit aussi s terres q t une paille orangé. D u’ils tutoie , rose d’or es crocod nt. et iles et héro l’eau dans ns flirtent la avec -antilopes vallée tandis que le s Gemsbo des sable s striées d k rayures n e magnifi oire ques la moindre s et cornes vertica les- piste brise en h nt aut des co rocailleus llines es. Terre de contra Cafema in dictions, S carne la re erra nc et le dése rt, entre la ontre entre le fleu ve vie et l’ari verts tend dité. Entre res et des des gris essou bruns bou fflés. Entr eux et ocre e des -violacés. Tremblan te, la jeep surfe sur avale les e les dunes scarpeme et nts roche des nuage ux, déploie s de pous sière et ca les pistes hote . Va l’explorate ste, la vallée décou sur verte par ur Hartma nn au sièc prolonge le dernier jusqu’à l’h se oriz y respire c omme si le on : sans repère, o n s sens n’a de limite. vaient plu Ap s Au loin, on leine gorgée, à ple ins poumo distingue ns. la forme a rchaïque des

CARNET D’ADRESSES : Zambezi Queen : www.zambeziqueen.com Royal Chundu : www.royalchundu.com Serra Cafema : www.wildernesssafaris.com/namibia_kunene/ serra_cafema/introduction

ndu

Royal Chu


164/AILLEURS

Africa can only be discovered through a Travel Journal‌ not forgetting a picture album. Eluding time and points of reference, this vast, arid continent plays with horizons and contrasts to compose unique scenes. With its energetic rivers and dry sandy landscapes, discovering Africa is like watching a great film. This is the account of a faraway journey, along the Zambezi River at the heart of the red desert, a lost land where the Himba tribes live.


Serra Cafema

N

avigating the Zambezi between Namibian shores and Botswana parks, the Zambezi Queen elegantly floats by. This modern ship glides on water like a loft transposed from Cape Town, and has the feel of a large living room. At times, it even seems to blend into the peaceful landscape, much like a painting by Nicolas de Staël. The tastefully decorated cabins offer a full-scale show: elephants rolling in the mud and spraying each other, crocodiles drying in the sun like tree trunks on the shore, hippopotamuses trussed up on their short legs making grunting noises. In complete contrast, impalas - elegant fawn-coloured antelope - bound with choreographed dexterity. A unique adventure born on the shores of the Zambezi, the Zambezi Queen is first and foremost the story of Tony Stern, a Cape enthusiast. The boat he bought was far from viable, not least the crumbling floorboards, and turned into a once-in-a-lifetime occasion to transform it into a luxury floating hotel. On the upper deck, beige flecked carpet sets the tone: white leather chairs and dove-coloured sofas stand out in this vast living space, which could be mistaken for a Scandinavian touch were it not for the huge photos of zebras and black and white pictures of animal scenes. This luxury for the senses has for once escaped from the usual hunting trophies, dark wooden panels and other imposing horn and wooden chairs. Here, Africa is experienced as an art de vivre in its own right. In the evening, as the sun sets at the far end of the open lounge, the black and white safari photographs are in turn set ablaze. Reawakening the soul of the African continent, the intense sunset unfurls its pink, gold and copper hues, not unlike a Trinity ring. Floating along with the current from Namibia to Botswana in view of the Zambian border, the landscapes start to get denser and the Zambezi starts to fill out. Imposing its fatal horizontality on the shores, it seems to stretch out endlessly. Anchored in lush vegetation, the luxurious Royal Chundu lodge is the jewel of Zambian hotels: at the heart of traditional architecture punctuated by thatched roves and large carved wooden pillars, the airy spaces are strewn with modern references such

as shell chandeliers, graphic zebra-stripe rugs and mosquito nets hung above imposing canopy beds. Here and there, antiques once owned by Masaï tribes sit alongside silverware items, bringing to mind the ex neighbouring Rhodesia. This unchanging river surrounds the private island and dictates more than ever the day’s programme: a pleasant cruise on board a flat-bottomed boat, echoing the life of the villagers fishing from their Mokoro canoes, dug out of the trunks of Manketi trees (known as “the tree that floats when it falls “). Baobabs, paddling, intrigued children, fish drying on palm leaf mats, red bark… the life of the river suddenly takes on a human face. To the east, the energetic Zambezi heads straight for the Victoria Falls. There, the British colonial spirit momentarily came back to life again with luxurious hotels and acid green lawns, High Tea and the railroad built by the invincible Cecil Rhodes at the start of the 20th century. As a backdrop, haze and steam stands out from the horizon and reminds you of the break in the river. A motorboat takes you nearer, landing on Livingstone Island accessible part of the year when the water level is not too high, and located… in the middle of the waterfalls. 108 meters deep, 1,700m wide, the Zambezi quite simply throws itself into the dark cataract at a rate of 500 million litres of water per minute in the rainy season. The curtains of spindrift create a wall of rainbows, where the immeasurable force of the water makes for both a grandiose and frightening sight. Then how easy it is to understand David Livinsgtone braving all dangers and spending his life exploring these hitherto unknown regions… Another unknown region, more desert immensities and other inhabitants as well. In the furthermost reaches of Namibia, the Serra Cafema lodge has a taste of eternity. A taste of sand and eroded colours. Warm winds and nomadic camps. Sandy landing strips and Land Rovers camouflaged by the colours of the desert. Located to the far north of Namibia, on the Kunene River that delimits the border with Angola, Serra Cafema conceals its neo-colonial style suites in powerful acacia trees: breaking the surface of the water, they dictate a

life mellowed by the presence of the river. Everyday life made more agreeable with leather folding chairs, deep beige cushions, copper taps and portable mirrors, sliding doors and games to play, mosquito nets and hurricane lamps. The surroundings are nothing but contrast and opposition: austere black-silvery schist lies alongside reddening dunes at sunrise and sunset. Long reeds waving in the wind answer to the immensity of straw, pink, golden and orangey-coloured sky. Crocodiles and herons skim the water in the valley whereas Gemsbok –sand antelope with magnificent black stripes and vertical horns – track the slightest breeze on top of the rocky hills. In a land of contradictions, Serra Cafema embodies the meeting of river and desert, life and aridity. In tender greens and worn-out greys, muddy browns and purplish-ochre. The jittering jeep surfs on the dunes and climbs steep rocky slopes, creating clouds of dust whilst trundling along the tracks. The far-stretching valley discovered last century by explorer George Hartmann reaches out to the horizon: having lost all bearings, you start breathing freely, deeply, in great gulps. Far off, can be seen the archaic form of Himba camps, nomads having travelled on foot from Eastern Africa and living off goats’ milk. Covered in a brick red ointment that screens them from the sun, they perpetuate traditions as old as time. The women wear metal bracelets around their ankles to protect themselves from snake bites, create each others’ hairstyles with mud, giving them the appearance of warriors, and proudly wrap goatskin loincloths around their waist. All around them, naked children greedily eat porridge and barely curdled milk. Tone on tone with the expanses that are home to them, the Himbas are attached to this hostile land that offers a profusion of sun and dried grasses. Their greatest luxury is to be able to perpetuate their traditions and history, enjoying the greatest freedom of movement. Below in the valley, the Serra Cafema camp ensures their future will be as vast as the land they live on. Address book: Zambezi Queen : www.zambeziqueen.com Royal Chundu : www.royalchundu.com Serra Cafema : www.wildernesssafaris.com/ namibia_kunene/serra_cafema/introduction


166/CITYGUIDE

ENVIE DE…

Par : Mélanie Polatova

… Un café sur le pouce, un dîner romantique, un after work, un déjeuner d’affaire, un assortiment de tapas…? A chaque heure son endroit, surtout à Marrakech où les envies du moment s’assouvissent allègrement !

... UNE BRASSERIE, UNE VRAIE !

… UN RENDEZ-VOUS DE TOUS LES JOURS

LE CAFE DE LA POSTE Brasserie chic aux airs d’antan, décor chaleureux et raffiné, un rendez-vous central à toute heure : du petit-déjeuner au dîner, et même en fin de soirée dans les salons à l’étage. Incontournable ! Guéliz - Tel : +212 5 24 43 30 38

KECHMARA LE rendez-vous incontournable du Guéliz, café-croissants au comptoir, burger maison sur le toit terrasse calme et ensoleillé, apéro sur des notes Live... Valeur sûre ! Guéliz - Tel : +212 5 24 42 25 32

LE FOUQUET’S Un cadre et une carte fidèles à la réputation de son adresse parisienne. Spéciale mention pour le Steak tartare ! Médina - Tel : +212 5 24 45 90 00

AMAIA Restaurant-traiteur, bar à vin, quiches gourmandes et recettes goûteuses, plats du jour aux saveurs du marché, et le sourire des patrons en prime ! Guéliz - Tel : +212 5 24 45 71 81

LA RENAISSANCE Lieu mythique faisant partie intégrante de l’histoire du Guéliz. Décor rétro à la brasserie, immaculé au dernier étage au restaurant italien... Guéliz - Tel : +212 5 24 33 77 77 LE FLORE Une immense terrasse au cœur du Marrakech Plaza, un décor rétro qui rappelle la Coupole parisienne et des plats typiquement “brasserie”. Guéliz - Tel : +212 5 24 45 80 00 L’AVENUE Une adresse très raffinée de par son cadre et sa carte aux notes gastronomiques méditerranéennes… Guéliz - Tel : +212 5 24 45 89 01

... UN BISTRO SANS CHICHI LE BAGATELLE Le Guéliz d’autrefois a été reconstitué dans une salle tapissée de photos anciennes. Terrasse brumisée, carte franchouillarde. Guéliz – Tel : +212 5 24 43 02 74

LE 16 Un café-snack-traiteur-pâtissier aux couleurs acidulées, et à l’emplacement stratégique. Salade César, Club sandwich, café gourmand… et Smoothies en tous genre. Guéliz - Tel : +212 5 24 33 96 70 L’APERO Un bar contemporain comme on les aime, avec une grande ardoise de tapas et une belle terrasse en prime. Avis aux “after work addicts” ! Semlalia - Tel : +212 6 13 44 05 72 CHEZ PAUL Le boulanger français bénéficie d’une belle terrasse ombragée. Petits déjeuners copieux, service le midi et gourmandises à toutes heures. Semlalia - Tel : +212 5 24 45 84 74 LES MAITRES DU PAIN Le café du matin s’accompagne d’un bon croissant au beurre… Guéliz - Tel : +212 5 24 42 23 67

...UNE BELLE TERRASSE

LE CHAT QUI RIT Une adresse sans chichi, déco kitch, carte aussi alléchante qu’humoristique et l’assurance de se régaler les papilles. Les pâtes aux langoustes sont à tomber ! Guéliz - Tel : +212 5 24 43 43 11

KAROBASE Un restaurant tout blanc et une terrasse abritée en centreville. Grosses salades fraîcheur sous le soleil exactement. Guéliz - Tel : +212 5 24 42 28 08

L’ATELIER CUISINE La cuisine est plus grande que la salle d’où on voit Patricia s’activer aux fourneaux dans une ambiance “à l’ancienne”. Marché et marmitons du jour… Guéliz - Tel : +212 6 61 94 33 73

KAOWA Un snack chic et bio, avec une grande terrasse, idéalement situé en face du Jardin Majorelle, pour le plein de jus vitaminés, salades santé ou cornets de briouates... Majorelle - Tel : +212 5 24 33 00 72

LE STUDIO Un resto-bar à vin confidentiel, et ultra apprécié, dont l’ardoise réveille les envies les plus folles. Foie gras maison irrésistible. Réservation conseillée ! Guéliz - Tel : +212 6 61 24 78 25

LA TERRASSE DES EPICES Une vaste terrasse ensoleillée, à la croisée des souks. On y fait une pause gourmande ou fraîcheur, sous les brumisateurs... Médina - Tel : +212 5 24 37 59 04

KANZAMANE Bienvenus “Chez Pascal”, un bistrot où les plus grands classiques de la cuisine française sont servis avec générosité. Guéliz - Tel : +212 5 24 44 74 15 LE ZINC  Le Bistro des copains est l’adresse d’un maestro, Xavier Durand, qui a réuni tout ce qui manque aux Parisiens. Sidi Ghanem - Tel : +212 5 24 33 59 69

EXTRABLATT Très belle terrasse pour prendre un café ou manger sur le pouce. Hivernage - Tel : +212 5 24 43 48 43 CAFE DES EPICES Une pause pratique et sympathique sur la fameuse Place des Epices. Authentique ! Médina - Tel : +212 5 24 39 17 70


Kechmara

Jo’s Le Fouquet’s

La Renaissance

L’Avenue

Grand Café de la Poste


168/CITYGUIDE 030/LIFESTYLE

Riad El Fenn

Salama Murano

Le Matisse

Le Loft


... NOUVEAUTES JO’S Malik a dressé une table élégante et sert une cuisine raffinée d’inspiration provençale, ponctué de Live. Guéliz - Tel : +212 5 24 44 98 53 LA VILLA Hassan nous reçoit dans un cadre résolument chic. Cuisine aux notes gastro, service attentionné et discret. L’été, voûte étoilée en prime ! Hivernage - Tel : +212 5 24 42 19 69 LE LOFT Murs de briques et mobilier Vintage, esprit loft new-yorkais, au cœur de la rue de la Liberté. Certainement la nouvelle cantine du centre ville… Guéliz - Tel : +212 6 50 11 69 59

CATANZARO Les mêmes serveurs depuis 20 ans, un cadre délicieusement suranné et une cuisine constante à un excellent rapport qualité/prix. Guéliz - Tel : +212 5 24 43 37 37 CASANOVA Autre cantine italienne du Guéliz, dans une villa cette fois. Ambiance et cuisine familiales. Guéliz - Tel : +212 5 24 42 37 35

...MANIPULER DES BAGUETTES MAI THAI Un restaurant élégant et une cuisine habitée par des chefs venus tout droit de Bangkok. Régularité dans l’assiette et le service ! Hivernage - Tel : +212 5 24 45 73 01

LE MOOI Un hôtel-restaurant qui intrigue. Très belles assiettes à l’excellent rapport qualité/prix… et la terrasse en prime ! Hivernage - Tel : +212 5 24 43 43 06

KATSURA Cantine asiatique dans un cube vitré, un menu où sushis flirtent avec cuisine Thaï pour varier les plaisirs. Guéliz - Tel : +212 5 24 43 43 58

LE MATISSE Un univers futuriste et technologique où on peut dîner ou boire un verre, dans un esprit très urbain et éclectique. Guéliz - Tel : +212 5 24 43 00 39

ZOUROUNI Une table d’hôtes confidentielle, en pleine Médina, pour déguster une cuisine japonaise authentique. Médina - Tel : +212 6 66 74 67 28

LE BACI Belle adresse à la cuisine raffinée, spécialités poissons à déguster dans sa grande villa ou son jardin. Route de l’Ourika - Tel +212 5 24 38 00 36

RED SUN Décor de temple asiatique, carte japonaise, thaïlandaise, vietnamienne… Un vrai voyage au pays du soleil levant ! Aguedal - Tel : +212 (0)5 24 37 79 79

... BRUNCHER

OCHA SUSHI Un décor tout blanc et des sushis remarquables. Mention spéciale pour le salon japonais où l’on mange à genou après s’être déchaussé. Guéliz - Tel : +212 5 24 42 00 88

LES JARDINS DE LA MEDINA Un brunch d’ici et d’ailleurs sous l’immense jacaranda de l’un des plus grands jardins privés de la Médina. Médina - Tel : +212 5 24 38 18 51 LA TERRASSE DE L’ATLAS GOLF Une vaste terrasse ouverte sur un superbe golf 9 trous à 5mn du centre-ville. Carte et prix légers pour une pause toute verte. Route d’Amizmiz - Tel : +212 5 24 37 66 66 LE CESAR Un skybar vue sur l’Atlas et les remparts, un brunch imbattable et de douces soirées en perspective… Zone Aguedal - Tel : +212 5 24 36 99 00

ANNAM CAFE La déco nous plonge dans la grande époque des colonies asiatiques, cuisine 100% vietnamienne… Sidi Ghanem - Tel : +212 5 24 33 55 76 BISTROT THAI Des sushis et des spécialités thaïlandaises préparés dans une cuisine ouverte. Déco urbaine et ambiance Lounge. Guéliz - Tel : +212 5 24 45 73 11

... UN BON TAGINE

MURANO Le Brunch Mix’n Cook, un concept de show cooking et Dj set, autour de la grande piscine rouge. Palmeraie - Tel : +212 5 24 32 70 00

TANGIA Une brasserie orientale à la déco néo-coloniale qui inspire un beau voyage dans le temps. Médina - Tel : +212 5 24 42 04 02

CRYSTAL Brunch branché version plein volume autour de la piscine du Pacha. Aguedal - Tel : +212 5 24 38 84 00

SALAMA Une nouvelle adresse dans un joli riad, ambiance tamisée, toits-terrasses et carte orientale alléchante. Médina - Tel : +212 5 24 39 13 00

... MANGIARE ITALIANO ULTIMO BACIO Une adresse actuelle dont l’assiette regorge de délicieuses recettes napolitaines. Guéliz - Tel : +212 5 24 45 89 13 LA TRATTORIA DE GIANCARLO Une villa et un jardin romantiques pour une clientèle hétéroclite, depuis plus de 20 ans… Guéliz - Tel : +212 5 24 43 26 41

DAR RHIZLANE Une cuisine marocaine revisitée en finesse, à déguster dans la fraîcheur d’un jardin d’Eden. Hivernage - Tel : +212 5 24 42 13 03 AL FASSIA Restaurant marocain où on peut manger à la carte, tenu exclusivement par des femmes. Sa réputation n’est plus à faire... Guéliz et Zone Aguedal - Tel : +212 5 24 43 40 60


170/CITYGUIDE

DAR MOHA Le riad d’un grand Chef qui a su moderniser la cuisine marocaine à travers des recettes devenues mythiques. Médina – Tel : +212 5 24 38 64 00 KOSYBAR Un riad authentique du Mellah dont le cadre vaut à lui seul le détour : bar à vin ou toit terrasse ? Mais aussi musique Live et carte de sushis… Médina - Tel : +212 5 24 38 03 24 AZAR Une brasserie orientale chic qui sert de délicieux mezzés libanais ainsi qu’une excellente cuisine marocaine. Le Hanoot, son club situé au sous-sol, vaut le détour… Guéliz -Tel : +212 5 24 43 09 20 Mais aussi les incontournables : le Yacout, le Stylia, le Palais Souleïman, Riad Monceau, Dar Zellij, Tobsil…

... LUXE, CALME ET VOLUPTE LA MAMOUNIA Un palace, un mythe, trois restaurants exceptionnels : le Français et son déjeuner bistronomique signé Jean-Pierre Vigato, mais aussi l’Italien et le Marocain... Les yeux fermés ! Bab Jdid - Tel : +212 5 24 38 86 00 AMANJENA Un palace presque monacal où le silence et la beauté règnent en maîtres. On y mange divinement, français, thaï ou espagnol. Amelkis - Tel : +212 5 24 40 33 53 ROYAL MANSOUR L’ultime palace de la Ville Rouge, une architecture magnifiée par les splendeurs de l’artisanat marocain. On y va pour la cuisine étoilée de Yannick Alléno. Hivernage - Tel : +212 5 29 80 80 80 LA COUR DES LIONS Le restaurant gastronomique du Palace Es Saadi, piloté par le talentueux Sébastien Bontour. Majestueuse architecture arabo-andalouse, vue panoramique. Hivernage - Tel : +212 5 24 44 88 11 LE FOUR SEASONS Le Bleu d’Orange sert une cuisine provençale revisitée, tandis que le Solano mêle les saveurs du Maroc, de l’Andalousie et de l’Italie. Ménara - Tel : +212 5 24 35 92 00

... PRENDRE DE LA HAUTEUR MYSKY (HOTEL HIVERNAGE) Un toit terrasse qui ressemble à un pont de bateau, pour prendre l’apéritif à l’heure du coucher du soleil, panorama à perte de vue… Hivernage – Tel : +212 5 24 42 41 00 SKYBAB (BAB HOTEL) Brunch, apéro ou pause café dans un esprit cool et ludique en plein centre ville. Guéliz – Tel : +212 5 24 43 52 50 SKY BAR (HOTEL LA RENAISSANCE) Le bar d’une adresse mythique de la Ville Rouge, en suspens au-dessus du Guéliz. Tel : +212 5 24 33 77 77 RIAD EL FENN Pour un jus d’oranges dans la matinée ou prendre un verre au coucher du soleil, son toit-terrasse est un pur délice. Médina – Tel : +212 5 24 44 12 10 LE BED Piscine et Beds sur le toit d’un hôtel. Ambiance farniente le jour et musicale la nuit. Aguedal – Tel : +212 6 77 86 40 10

... PARTIR EN LIVE SO NIGHT LOUNGE Un restaurant-bar-lounge-live-night club, le tout dans un même espace aux effets sons et lumières bluffants ! Concerts et Guest stars en pagaille. Hivernage - Tel : +212 5 24 42 56 01 LE JAD MAHAL Véritable temple de la nuit où l’on dîne avant de se défouler devant la scène du Mahal’s Band. Hivernage - Tel : +212 5 24 43 77 02 FOGO DE CHAO Envie de partir en voyage ? Rôtisserie à volonté, danseuses sexy, musiciens latinos... Tous les ingrédients sont réunis pour une soirée “caliente”. Palmeraie - Tel : +212 6 19 27 29 45 LOTUS CLUB Restaurant et bar très couru où les shows men (& women) se relaient pour une ambiance Live distillée dans un esprit baroque. Hivernage - Tel : +212 5 24 42 17 36 AFRICAN CHIC Un cabaret latino bondé toute la semaine, dont l’excellent Live fait danser et voyager… Guéliz – Tel : +212 5 24 43 14 24 LE BLOKK Un dîner spectacle efficace où les chanteurs se relaient dans un décor très Belle époque. Palmeraie - Tel : +212 6 74 33 43 34

... LIEUX DE FETE BO-ZIN Un jardin enchanteur, des soirées select, une cuisine aux accents asiatiques et une musique sans aucune fausse note. The place to be ! Route de l’Ourika - Tel : +212 5 24 38 80 12 DJELLABAR L’adresse décalée de Stéphane Atlas et Claude Challe, un lieu Maroc’n Roll où la cuisine est aussi pepsy que les Dj sets. Sympathique ! Hivernage - Tel +212 5 24 42 12 42 LE COMPTOIR DARNA Une institution à mi-chemin entre cabaret oriental et lounge occidental. Belly Dance à l’honneur sur la piste, Tigre qui pleure dans l’assiette… Hivernage - Tel : +212 5 24 43 77 02 NIKKI BEACH La plage privée la plus glam’ de la planète, comme à SaintTropez, Miami et Koh Samui. On y va pour faire la fête sans attendre que le soleil se couche. Palmeraie - Tel : +212 5 24 44 90 41 LA PLAGE ROUGE  Jour et nuit, l’ambiance est à son comble autour de son immense piscine. Journées rythmées, soirées à thème. Route de l’Ourika – Tel : +212 5 24 37 80 86 PACHA Le temple de la nuit façon Ibiza. Mais aussi le Crystal, cuisine signée par les Frères Pourcel, et un lounge, le Rose Bar… Aguedal - Tel : +212 5 24 38 84 00 THEATRO Un ancien théâtre transformé en night club. Clientèle jeune et jolie toute la semaine, sons enflammés. Incontournable ! Hivernage – Tel : +212 5 24 44 88 11


Djellabar

So Night Lounge Le Four Seasons

B么-Zin

MySky (H么tel Hivernage)


172/CARNETD’ADRESSES

Série mode “GISPY DREAM” ART/C Showroom de Marrakech sur rendez-vous au +212 6 60 03 62 46 DIOR  Boutique à la Mamounia, Marrakech, et au Morocco Mall, Casablanca Tel : +212 5 24 43 10 08 DIESEL Boulevard Mohamed V angle Mohamed El Beqal, Marrakech Tel : +212 5 24 43 68 55

H&M Morocco Mall : Angle boulevard de l’Océan et
boulevard de la Corniche, Casablanca Tel : +212 8 01 00 12 30

MINISTERO DEL GUSTO GALLERY 22, Derb Azzouz, El Mouassine, Marrakech Tel : +212 5 24 42 64 55

ISABELLE TOPOLINA 436, Q.I. Sidi Ghanem / 134, rue Dar El Bacha, Marrakech Médina Tel : +212 6 51 34 57 95

RALPH LAUREN Morocco Mall : Angle boulevard de l’Océan et
boulevard de la Corniche, Casablanca Tel : +212 8 01 00 12 30

LEVI’S Place 16 Novembre, Marrakech Plaza – Tel : +212 5 24 45 82 56

FADILA EL GADI Showroom de Marrakech sur rendez-vous : +212 5 37 81 16 29 +212 6 13 07 86 68

LOUIS VUITTON Angle rue Haroun Rachid et rue du Temple, Hivernage, Marrakech Tel : +212 5 24 43 25 92

SOUS-ENTENDU 89, rue Mohamed El Beqal Guéliz, Marrakech Tel : +212 5 24 43 61 21

Annonceurs BDP CONCEPT Immeuble Jakar, 55, boulevard Mohamed V, Guéliz, Marrakech Tel : +212 5 24 43 34 94

FOUR SEASONS 1 boulevard de la Ménara, Marrakech Tel : +212 5 24 35 92 00

BO-ZIN Douar Lahna, route de l’Ourika, km 3.5, Marrakech Tel : +212 5 24 38 80 12

GRAND CAFE DE LA POSTE Angle boulevard El Mansour Eddahbi et avenue Iman Malik, Guéliz, Marrakech Tel : +212 5 24 43 30 38

DIOR Boutique à la Mamounia, Marrakech, et au Morocco Mall, Casablanca Tel : +212 5 24 43 10 08 DAVID BLOCH GALLERY 8, bis rue des vieux Marrakchis, Guéliz, Marrakech Tel : +212 6 13 65 85 71

HELICONIA Aéroport Marrakech Ménara, Marrakech Tel : +212 8 02 00 61 61 HYATT REGENCY Place des Nations Unies, Casablanca Tel : +212 5 22 43 12 34 JARDIN DE LA MEDINA 21, Derb Chtouka, Kasbah, Marrakech Tel : +212 5 24 38 18 51

KARIM TASSI 344, ZI de Sidi Ghanem, Marrakech Tel : +212 5 24 33 52 11 NESPRESSO Boulevard Abdelkrim Khattabi, Maarif, Casablanca Tel : +212 8 01 00 77 02 PALAIS NAMASKAR Route de Bab Atlas, 88/69, Province Syba, Marrakech Tel : + 212 5 24 29 98 00 SOFITEL AGADIR Cité Founty, baie des palmiers, commune de Bensergao, Agadir Tel : +212 5 28 38 80 00 SOFITEL MARRAKECH Rue Haroun Errachid, Hivernage, Marrakech Tel : +212 5 24 42 56 01


JE LIS

La Tribune DE MARRAKECH

… ET J’AIME CA !

Gratuitement dans plus de 300 points de distribution à Marrakech. Egalement en vente dans les meilleurs kiosques de Casablanca, Rabat, Agadir et Essaouira.


MM5  

Marrakech Mag numéro 5

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you