Issuu on Google+

Chapitre 9 – Apprentissage

… précédemment.


Le lendemain matin il commença par semer la graine qu’il avait trouvée ainsi que quelque graines des pommes qu’il avait récoltées, à tout hasard car il ne savait pas si cela pousserait. C’était une grande nouveauté pour lui que d’essayer de faire sortir de terre quelque végétal que ce soit. Il finit par la même occasion de récolter celles qui étaient déjà mures.

Quand il eut fini, il se sentit brusquement un peu seul et se dit qu’il aimerait bien un peu de compagnie. Il décida qu’il était temps qu’il invite Salma Cocker pour faire un peu plus connaissance.


Il eut de la chance, elle était disponible et acceptait de venir lui rendre visite.

En l’attendant, il observa un bel animal qui vint le renifler et qui semblait tout à fait familier avec les gens.

Elle arriva, majestueuse, dans un joli vêtement de couleur rouge. Elle était resplendissante. Il entreprit de lui raconter les diverses expériences qu’il avait vécues ces derniers jours, le jeu d’échec, les graines qu’il avait plantées, la viande qu’il avait mangée et le dégoût qui s’en était ensuivi. Enfin il lui parla du bon conseil qu’elle lui avait donné de se rendre au dépôt-vente et où il avait trouvé les vêtements qu’il portait.


C’est formidable, je vois que vous vous faites petit à petit à notre ville.

Avez-vous l’intention de rester longtemps parmi nous ?

A vrai dire, je n’en sais rien. Je ne connais pas moyen de repartir et je ne sais d’où je viens.

Oh, mais, dans ce cas, vous allez rester ! J’en suis bien contente ! Il est bon que des étrangers viennent un peu bousculer les habitudes des gens d’ici.

Il lui demanda si elle voulait bien encore la renseigner sur le mode de vie des gens d’ici. Il l’invita à venir s’assoir à la table et n’ayant pas d’autre chaise, il s’installa tout naturellement par terre, à ses pieds pour l’écouter. Elle parut un peut gênée, mais n’en dit rien.

Elle lui parla de l’enseignement proposé aux enfants de Riverview, des métiers qu’il choisissaient une fois adulte et il se passionna pour celui d’éleveur de cyborgs. Il apprit qu’elle-même était médecin spécialisée dans la chirurgie esthétique.


Il lui demanda comment cela se passait en matière de sélection génétique. Elle ne comprit pas bien sa question. Qui décide quelles personnes sont compatibles ? J’ai vu des personnes main dans la main. Comment sont sélectionnés les concepteurs ? J’ai vu des enfants. Et les vieux, comment ce fait-il qu’ils soient encore vivants ?

Hé bien, il semble que nous ayons des usages bien différents des vôtres. Chez nous, personne ne fait cette sélection pour nous et chacun peut concevoir un enfant. Quant aux vieux, nous nous en occupons jusqu’à ce qu’ils meurent de mort naturelle.

???

Pas de sélection génétique, pas de restriction quantitative ?

Heu, non. Heureusement d’ailleurs.

Seulement une sélection naturelle par affection, et désir.

Aloÿs restait songeur. Comment ce faisait-il que ces termes lui fussent si incongrus ? Voyant qu’il était si dubitatif Salma se lança dans une explication.


On appelle ça l’Amour ! Cette attraction inconditionnelle pour l’autre, qui vous donne envie d’être toujours ensemble et même de se « voir ensemble » dans un enfant.

Ah l’amour qui vous déstabilise et vous rend stupide mais sans lequel, pourtant, la vie ne vaut d’être vécue !


Et vous Salma, êtes vous en amour ?

Etrangement, à ces paroles, Aloÿs ressenti comme un grand coup dans la poitrine mais il ne laissa rien paraître.

Amoureuse ?

Hé bien, je ne sais pas trop Aloÿs, disons… qu’il y a un homme dans ma vie, oui.

Mais, parlons d’autre chose, voulez-vous ?

Très bien ! Voudriez-vous me dire ce que je devrais faire maintenant pour mieux m’intégrer à votre ville ?

A suivre...


L'Eternel ! - Tome 1 - Chapitre 9 Apprentissage.