Page 1

PORTFOLIO Anaïs LE BONNIEC

1


Anaïs LE BONNIEC, 25 ans 31, rue des bouchers, 59 800 LILLE lebonniecanais@gmail.com +33 (0)6 58 06 79 24 Instagram : anaislebon

FORMATIONS 2018

Master 2, Projet de Fin d’Étude, domaine d’étude Matérialité, pensée et culture constructives (59)

2017 à 2018

Master 2, domaine d’étude Histoire, théorie et projet (59)

2017

Master 1, domaine d’étude Matérialité, pensée et culture constructives (59)

2016 à 2017

Initiation au mémoire de recherche, domaine Matérialité et Tectonique (59)

2016 à 2017

Master 1, domaine d’étude Matérialité, pensée et culture constructives (59)

2014 à 2016

Licence à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille (59)

2012 à 2014

BTS Design d’Espace à l’École de Design de Bretagne de Rennes (22)

Préparation à la participation de la compétition du Solar Decathlon Europe 2019

Rénovation énergétique de la façade de la tour des Compagnons du Devoir et du Tour de France de Villeneuve d’Ascq, conception du projet en collaboration avec les Compagnons du Devoir et du Tour de France

« Matérialité de l’architecture vernaculaire. Conservation de l’identité bretonne »

Suivi de chantier, résidence Saint-Hélène à Saint-André-lez-Lille avec l’entreprise de construction Eiffage

Bénévole auprès de l’association étudiante Archistock

Responsable du Bureau Des Étudiants en 2012-2013

2011 à 2012

Mise À Niveau en Arts Appliqués à l’École de Design de Bretagne de Rennes (22)

2011

Obtention du Baccalauréat Économie et Social au Lycée Félix Le Dantec de Lannion (22)

2


EXPÉRIENCES 2018

Présentation d’un « Archétype analogue » des maisons lilloises dites « 1930 » pour l’exposition Habitarum à la Condition Publique de Roubaix (59) Construction du projet en collaboration avec les Compagnons du Devoir et du Tour de France de Villeneuve-d’Ascq

2018

Chantier participatif pour l’exposition Habitarium à la Condition Publique de Roubaix (59)

2017

Workshop « Collective Housing » au FRAC à Dunkerque (59)

2015

Stage ouvrier de 2 semaines dans l’entreprise de construction bois Koateco Construction à Ploubezre (22)

2013

Stage de 6 semaines dans l’agence d’architecture ANarchitecte à Perros-Guirec (22)

2012

Stage de 3 semaines dans l’agence de maîtrise d’œuvre AD maître d’œuvre à Perros-Guirec (22)

La Grotte de Xavier VEILHAN (1998)

Dirigé par l’architecte Anne LACATON et ses élèves de l’Universidad Politéchnica de Madrid

Participation à la rénovation de l’isolation d’une maison de 1960

Participation en phase d’esquisse, APS, APD, PC, PRO APD et DCE

Réalisation de plans de maisons à la main

COMPÉTENCES LOGICIELS

Autocad, Sketchup, Artlantis, Archicad, Revit, Rhinocéros (Grasshopper et Kangaroo plug-in) Photoshop, Illustrator, InDesign, Imovie Maîtrise de l’environnement Mac et PC

LANGUES

Français Maternelle Anglais Fluide

3


4


SOMMAIRE 6.

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE - Tour 1970

16.

MATÉRIALITÉ 1930 - Épaisseur des nuages

22.

MATÉRIALITÉ 1930 - Modes Opératoires

30.

HABITER - TRAVAILLER - TRAVERSER

34.

PROJET URBAIN À SAINT-OMER

38.

RÉHABILITATION D’UNE MAISON DE 1960

44.

AMÉNAGEMENT INTÉRIEUR D’UN ÉTAGE

48.

EXTENSION D’UNE MAISON OUVRIÈRE

52.

MARCHE - Le gravier jamais foulé

58.

PERCÉES

62.

ÉMERGENCES de la matérialité invisible

66.

CROQUIS

5


RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE - Tour 1970 Co-conception avec les acteurs du bâtiment : les Compagnons du Devoir Janvier 2018

De cette manière, la stratégie commune est : - Façade sud-est : + 0,75 m à l’intérieur des chambres et + 0,75 m en loggia. - Façade sud-ouest : + 1,50 m en loggia. - Façade nord-ouest : + 1,50 m à l’intérieur des chambres. Les grandes intentions thermiques sont d’ouvrir les façades au sud-ouest et au sud-est afin de capter un apport solaire maximum et de venir stocker ces calories captées dans les façades de 50 cm au nord-ouest et au nord-est. Les chambres sont pensées par deux. Ainsi, d’un côté de la chambre, nous trouvons l’espace de nuit et de l’autre, nous trouvons l’espace de circulation, permettant donc, une circulation, autour du voile en béton non-porteur existant. Ces doubles-enveloppes sont en réalité des espaces « tampons » ayant un rôle de transition et de protection thermique. C’est un lieu capteur de calories qui peut également être habité temporairement, notamment en été.

6

Pour cette rénovation-extension, le choix de la structure s’est penché sur le métal comme structure légère première. Ainsi, pour 2 chambres, nous avons 2 poutres métalliques parallèles qui viennent s’ancrer dans le nez de la dalle porteuse existante en béton. À cela s’ajoute 5 poutres métalliques perpendiculaires à la façade, ancrées dans les premières, et qui vont elles-mêmes inclure un plancher en bois pour des questions acoustiques. Nous avons également un système d’accroche au niveau du voile existant porteur en béton jusqu’à la poutre parallèle à la façade, à 75 cm ou à 1,50 m. C’est une bielle métallique qui permet le contre-ventement en empêchant le soulèvement de l’ensemble. Pour la façade sudouest, cette structure n’est pas isolée puisqu’il s’agit d’un jardin d’hiver. Enfin, le parement utilisé est du zinc à joint debout, en pose verticale. Il rappelle la plasticité des ardoises existantes, notamment dans leur aspect changeant en fonction de la météo. L’idée est également de conserver l’image d’origine du bâtiment.


PLAN DES ÉTAGES PAIRS : R+2, R+4 ET R+6 AVEC LES SALLES COMMUNES 7


CAPTER DES CALORIES AU SUD ET LES STOCKER AU NORD

ESPACE INTÉRIEUR AJOUTÉ JARDIN D’HIVER AJOUTÉ

SCHÉMAS DE PRINCIPE 8


PERSPECTIVE, VUE DE LA RUE 9


PLAN DE LA FAÇADE SUD-OUEST - PRINCIPE DE CHAMBRES DEUX À DEUX 10


11


DÉTAIL EN COUPE DE LA FAÇADE SUD-OUEST

12

ENSEMBLE DE LA FAÇADE SUD-OUEST


PERSPECTIVE D’AMBIANCE INTÉRIEURE D’UNE CHAMBRE AU SUD-OUEST - JARDIN D’HIVER 13


PHOTOGRAPHIE MAQUETTE STRUCTURELLE - E: 1/50 14


PHOTOGRAPHIE MAQUETTE STRUCTURELLE - E: 1/20 DÉTAILS EN PLAN DE LA STRUCTURE DE LA NOUVELLE FAÇADE

15


MATÉRIALITÉ 1930 - Épaisseur des nuages Entre matérialité visible, invisible et nouvelle matérialité Juin 2017

Collaborateur(s) : Geoffroy BRACQ, Domenico FERRONI, Antoine GAFFEZ et Clara MARTEL

Après avoir évalué les déperditions de chaleur à travers l’enveloppe de la maison du 5 rue de l’Espérance à Lille (59) et étudié son ensoleillement, la démarche de projet se focalise sur la substitution de sa toiture. La nouvelle toiture vient capter à la fois l’éclairement (lux, ou Lx) et l’énergie (photons ou W/m2). De plus, sa matérialité est questionnée. La nouvelle partie sommitale se plie et se penche alors pour capter la lumière naturelle de manière optimale : une orientation sud, un angle de 20° et une surface de 30 m2 lui permettront d’accueillir les dispositifs d’énergies renouvelables du solaire thermique et/ou photovoltaïque, au choix de l’habitant. Sa forme, inspirée du shed typique des usines de la région, autorise les maisons mitoyennes voisines à accueillir une toiture de même type. Le projet développe deux interventions complémentaires : - La partie basse de l’existant est rénovée et permet la restitution du patrimoine existant. - Et la partie haute, considérée comme un bâtiment neuf par la Réglementation Thermique est apposée et permet une massification à plus grande échelle.

16


MATÉRIALITÉ URBAINE 17


CLARA ANAIS CLARA ANAIS 1.1

2.4

2.4

2.1

2.1 1.1

CLARA ANAIS Mezzanine - Ech 1:100

1.1

2.4

1.1 2.1

2.4

2.1

1.10

2.4 1.1

2.7

CLARA ANAIS 2.4

Mezzanine - Ech 1:100 2.2

1.1

1.1

2.4

2.4

2.1

R+2 - Ech 1:100

1.1 2.1

1.5

2.4

2.5

2.6 1.1 1.4 2.4

1.10

2.4 2.7

1.1

2.2 Mezzanine - Ech 1:100 1.1

2.1

2.2

1.10

2.7

3.2

2.4 2.8 1.10- Ech 1:100 3.2 1.3 R+2

1.1 2.1

2.4 R+1 - Ech 1:100 1.1

1.5

2.4

2.2 Mezzanine 1.9 - Ech 1:100 1.1

2.6 2.9

3.2

1.4

2.51.10

2.2

2.8 3.2 1.33.2 1.10 R+2 - Ech 1:100

3.1

2.8

2.81.1 1.10

2.4

3.2

2.7 R+1 - Ech 1:100

1.5 2.4 2.6 1.10 2.5

2.9

Rez-de-chaussée - Ech 1:100 2.2 1.9

3.2 1.1

1.4 2.2

1.10

2.8

3.2 3.2 1.3

R+2 -2.8 Ech 1:100

3.1 2.8

3.2 R+1 - Ech 1:100

1.5

Rez-de-chaussée - Ech 1:100

2.9

3.2

1.9

2.6 1.10

1.4

2.5

2.2

3.1 2.8

1.10 2.8

2.8

3.2 3.2 1.3 3.2

R+1 - Ech 1:100 Rez-de-chaussée - Ech 1:100 1.9 1.10

2.9

3.2

3.1 2.8

2.8 3.2

Rez-de-chaussée - Ech 1:100

USAGES 18

INTERVENTIONS


AMBIANCES INTÉRIEURES 19


MODE OPÉRATOIRE - PHASES D’ASSEMBLAGE DE LA TOITURE EN CAISSONS 20


MASSIFICATION DU PROJET DE TOITURE 21


MATÉRIALITÉ 1930 - Modes Opératoires « Art et manière de faire » / Pratiques collectives en cœur d’îlot / Formes de l’énergie Décembre 2016 Collaborateur(s) : Sabrina CHENAFI et Téva COLONNEAU

Nous remarquons que les interfaces en périphérie des maisons dites « 1930 » de Lille (59) sont davantage un lieu contrôlé par les spécialistes et contraint par la norme, plutôt qu’un réel lieu d’échange et de contrôle pour l’habitant. La multiplication de ces équipements en façade est la résultante de la gestion individualisée de l’énergie dont la forme se réduit à l’échelle du dispositif. Comme aujourd’hui on ne sait pas faire, comment faire autrement ? Malgré toutes les tentatives innovantes jusqu’à ce jour, de réseaux intelligents, de compteurs Linky, la dimension humaine et sociale n’est pas exploitée. Aujourd’hui, on l’a compris, en périphérie, c’est impossible ! On s’est demandé : « Peut-on renverser ça en cœur d’îlot ? »

22

Faire autrement et introduire la dimension humaine et sociale, nous permet de tendre vers une gestion collective de l’énergie plutôt qu’individuelle. L’idée de la collectivisation de la gestion énergétique en cœur d’îlot favorise l’émergence de nouvelles formes et de nouvelles pratiques. Le mur de fond de parcelle est alors mis à nu par la déconstruction d’extensions. Ce mur devient le point de départ de l’opération, ayant pour objectif de produire et de générer des énergies, de les conduire et de les aduire chez les particuliers. Il est un artefact énergétique et architectural qui dessine un nouveau paysage urbain.


DISPOSITIFS INTRUSIFS D’ADDUCTION EN ÉLECTRICITÉ QUI PONCTUENT ALÉATOIREMENT LA FAÇADE SUR RUE 23


NOUVELLE ORGANISATION À L’ÉCHELLE DE L’ÎLOT

PRODUIRE CONDUIRE

ADUIRE

24


PRODUIRE - CONDUIRE - ADUIRE

/

RUE BOÉTIE ET RUE TRAVERSIÈRE

/

PLAN DE RDC 25


COUPE GÉNÉRALE D’UN ÎLOT ET DE SON ORGANISATION 26


VERS UNE GESTION COLLECTIVE DES ÉNERGIES CITOYENNES ! 27


PHOTOMONTAGE : CRÉATION DE LIEN SOCIAL EN CŒUR D’ÎLOT, AUTOUR D’UN MUR COMMUN 28


COUPE DANS L’ENTRÉE DANS LE CAS D’UNE EXTENSION EN FOND DE PARCELLE 29


HABITER - TRAVAILLER - TRAVERSER Logement et activité commerciale Juin 2016

Pour ce projet de réhabilitation / extension à Saint-Omer (62), il s’agit de conserver le bâti existant au nord de la parcelle afin de réutiliser la cave existante pour l’activité du caviste. L’implantation se fait d’une part contre le pignon des maisons avoisinantes, à l’ouest, au niveau de la panne sablière pour des questions de politesse. D’autre part, l’angle de rue se reconstitue, à l’est, en association avec un porte-à-faux au premier étage. Entre le bâtiment réservé à l’activité du caviste et la salle de chant pour les cours particuliers, se trouve l’extension de la boutique, pour des dégustations en extérieur par exemple.

30


bordeaux Caviste

PHOTOMONTAGE DE L’INSERTION DU PROJET NEUF AU BÂTIMENT EXISTANT 31


PLAN DE RDC ET INSERTION DANS LE SITE 32


DÉTAIL DE COUPE ET ENSEMBLE DE LA COUPE ENTRE LE NEUF ET L’EXISTANT 33


PROJET URBAIN À SAINT-OMER Logements et espaces publics Décembre 2015

Pour ce projet urbain, il s’agit d’implanter 200 logements et un équipement public sur une friche ERDF de la ville de Saint-Omer (62). Ici, le choix se porte sur un fond d’îlots linéaires et un front bâti sur la rue, sous forme de plots afin d’établir des connexions transversales avec les ruines de l’abbaye Saint-Bertin. La circulation à sens unique se développe entre les logements et le jardin des ruines, en contrebas, près des commerces en RDC. Le parvis n’est plus un parking mais il est pensé comme une introduction au jardin de l’abbaye, qui est lui-même retravaillé. La frontière entre la rue et le parvis est renforcée grâce à un bassin d’eau et à la présence d’arbres servant de lieu de pause.

34


INSERTION DE LA MAQUETTE DU PROJET DANS LA MAQUETTE DE SITE 35


PLAN DE REZ-DE-CHAUSSÉE 36


COUPE SUR LES LOGEMENTS FAISANT FACE AUX CASERNES ET À LA NOUVELLE PLACETTE

COUPE SUR LES LOGEMENTS DONNANT SUR LA RUE CRÉÉE ET VUE SUR LE PORCHE PRINCIPAL D’ENTRÉE DANS L’ÎLOT COLLECTIF 37


RÉHABILITATION D’UNE MAISON DE 1960 Mission de stage ouvrier Juillet 2015

Collaborateur(s) : KOATECO Construction

Cette habitation se trouve au point culminant d’une vallée dans les Côtes d’Armor (22). Malgré sa vue mer agréable, cette maison de famille construite selon les techniques des années 1960, est soumise à des vents qui sont à l’origine d’une grande déperdition thermique. L’absence d’isolation en fait un gouffre thermique induisant une totale absence de confort pour un coût énergétique très élevé. Ce projet consiste donc en la réinterprétation du bâtiment existant en ce qui concerne la charpente et l’Isolation Thermique par l’Extérieur (ITE). Cette dernière permet de supprimer les ponts thermiques et les infiltrations d’air, tout en conservant des parois perspirantes, perméables à la vapeur d’eau interne. Il en résulte aussi une amélioration acoustique.

38


PHOTOGRAPHIE DE LA MAISON AVEC LA NOUVELLE CHARPENTE POSÉE 39


PHOTOGRAPHIE DU PIGNON NORD AVEC LA STRUCTURE BOIS ITE POSÉE 40


67

805

1300

1325

67

40 1345

40

1100

1220

1340

DÉCOUPE FINALE DU PANNEAU À INSÉRER AU NIVEAU DU PIGNON NORD DANS LA PENTE DU TOIT

41


MUR EXISTANT EN PARPAING PLEIN ISOLANT : FIBRE DE BOIS 140 MM

ISOLANT : FIBRE DE BOIS 100 MM MONTANT VERTICAL BARDAGE EXTÉRIEUR À FAUX CLAIRE-VOIE EN PIN DOUGLAS NON TRAITÉ AVEC POSE HORIZONTALE

PARE-PLUIE

LITEAU OU TASSEAU CLOUÉ CHEVILLE MÉTALLIQUE OU GOUJON

TABLETTE DFP

ÉQUERRE MÉTALLIQUE

LISSE BASSE GOUTTE ANTI-REJET SOL

ISOLANT : LIÈGE 2 X 100 MM

42

30 MM 200 MM


PHOTOGRAPHIE DE LA STRUCTURE BOIS INTÉGRANT DEUX ÉPAISSEURS D’ISOLANT EN LAINE DE BOIS 43


AMÉNAGEMENT INTÉRIEUR D’UN ÉTAGE Mission de stage en agence d’architecture Juin 2013 Collaborateur(s) : Anaïs NICOLAS

Pour ce projet, il s’agit d’aménager l’étage d’une résidence récente en bord de mer, en Bretagne (22). Les diagonales de l’espace sont préservées pour une vue d’ensemble. Il est important de conserver un maximum de lumière naturelle dans les différentes pièces et que la mer reste visible de certains points de l’espace. Les clients optent pour une pièce fermée en tant que chambre principale et pour un espace ouvert, modulable, pouvant se fermer grâce à des parois coulissantes.

44


PHOTOGRAPHIE DE L’ÉTAGE, AVANT LE PROJET 45


1

2

3

46

1

OUVERTURE DANS CLOISON

3

PAROIS AMOVIBLES

Largeur : 1800 mm Hauteur : similaire à celle de la fenêtre nord

Largeur : 1000 mm / élément Hauteur : similaire à la hauteur sous plafond Fixation : rail bas, encastré dans le plancher

2

OUVERTURE DANS CLOISON Largeur : 1600 / 650 mm Hauteur : 900 mm

ÉLÉMENTS COLORÉS

Couleur : doré (ou jaune d’or) Localisation : au niveau des tranches (encadrement, bureau, étagère, garde-corps, extrémité de cloison, encadrement de porte)


PERSPECTIVE D’AMBIANCE INTÉRIEURE, DIAGONALE DE L’ÉTAGE, VUE MER 47


EXTENSION D’UNE MAISON OUVRIÈRE Mission de stage en agence d’architecture Juin 2013 Collaborateur(s) : Anaïs NICOLAS

Ce projet consiste en l’extension d’une ancienne résidence ouvrière en bord de mer, à Perros-Guirec (22). L’extension comporte un RDC et un R+1. Il s’agit principalement de créer un grand espace de vie au RDC. Le but est également de pouvoir y intégrer une suite parentale avec salle de bain, une arrière-cuisine en lien avec la cuisine existante, une buanderie, un atelier, un grand garage et une seconde chambre pour l’aîné de la famille. De plus, l’existant est repensé pour une meilleure utilisation de chaque espace. Au niveau de l’existant, nous déposons la véranda, les menuiseries extérieures de la façade sud et les balcons de l’étage. Nous agrandissons également les ouvertures du rez-de-jardin afin d’obtenir davantage de fluidité entre l’existant et l’extension. L’extension étant orientée plein sud, elle ne doit pas faire de l’ombre à l’existant. Les grandes ouvertures créées permettent à la lumière de traverser la pièce pour atteindre le bâtiment existant.

48


LA FUTURE EXTENSION, VUE DEPUIS LA RUE 49


PERSPECTIVE D’AMBIANCE INTÉRIEURE, GRANDE PIÈCE À VIVRE 50


REZ-DE-JARDIN

ÉTAGE

SÉQUENCES, LOGIQUE SPATIALE ET ORGANISATION : PLANS 51


MARCHE - Le gravier jamais foulé

Marche n.f : Action de marcher considérée comme une activité physique, un exercice sportif. Mai 2014 Collaborateur(s) : Clara MANIVEL et Tristan SALIOU

L’idée est de faire la symbolique du gravier qui pourrait ne jamais avoir été foulé. Ainsi, un gravier se pose sur un coussin, sur une stèle en hauteur. Nous faisons de ce caillou une véritable œuvre d’art, comme une pièce de musée. Pour cela, nous inscrivons au dessous du caillou : « Ce gravier n’a jamais été foulé. 1726 - 2013 Artiste inconnu » Parmi les milliards de graviers de la place du Parlement de Rennes, nous nous disons qu’au moins un n’avait jamais été touché par un pied. Grâce à la mise en valeur de ce simple gravier, nous attirons l’attention des passants, comme nous le recherchions.

52


PHOTOGRAPHIE D’UN PASSANT INTRIGUÉ PAR LE GRAVIER SUR LE COUSSIN 53


PHOTOGRAPHIE DU GRAVIER SUR LE COUSSIN 54


DESSINS DES RÉACTIONS DES PASSANTS FACE À L’ŒUVRE 55


De la même manière, dans une recherche parallèle, nous avons voulu faire comprendre aux passants que même dans les lieux de passage, au moins une petite partie du sol n’a jamais été exploitée. Ainsi la couleur rouge attire leur attention par son contraste avec le sol et se voit de loin. Le message montre que l’homme a voulu explorer des endroits improbables, parfois à des milliers de kilomètres de la Terre alors que dans les rues, sur les côtés en général, les personnes ne marchent pas. Lieux de passage : - Les Lices - St Anne - Place Hoche - Place de Bretagne - République - Charles de Gaulle

POCHOIR RÉALISÉ POUR LE TAG 56


TAG RÉALISÉ SUR LA PLACE DE LA RÉPUBLIQUE À RENNES 57


PERCÉES

Percée n.f : Ouverture naturelle ou pratiquée dans une forêt, dans un ensemble compact pour y ouvrir un chemin ou une perspective. Mars 2015

Cette série photographique part du constat des grandes percées de Lille et qui constitue les « remparts » de la vieille ville. Ils sont formés de quatre boulevards formant un quadrilatère : le boulevard de la Liberté, le boulevard Vauban, le boulevard Montebello et le boulevard Victor Hugo. Ces photographies, fonctionnant en diptyque, représentent les entrées et les sorties des boulevards. Le choix du noir et blanc permet de renforcer les grandes lignes des photos afin de trouver des éléments de comparaison pour chacune d’entre elles.

58


BOULEVARD DE LA LIBERTÉ 59


BOULEVARD MONTEBELLO 60


BOULEVARD VAUBAN 61


ÉMERGENCES de la matérialité invisible

Émergence n.f : Sortie d’un système, d’un liquide, d’un fluide, d’une onde, d’une particule. Avril 2017

Cette série photographique montre les émergences de la matérialité invisible. En effet, suite aux projets réalisés dans le cadre de l’atelier Matérialité, culture et pensée constructives (p. 28 et p. 36) je me suis rendu compte de l’importance du sous-sol de la ville, notamment par les réseaux et de sa manière d’émerger à la surface par endroit. Ces photographies fonctionnent deux à deux, avec respectivement l’élévation et le plan. Elles permettent de se rendre compte de l’épaisseur et de l’ampleur de la faille.

62


ÉLÉVATION 1

PLAN 1 63


ÉLÉVATION 2

PLAN 2 64


ÉLÉVATION 3

PLAN 3 65


66


AnaĂŻs LE BONNIEC 31, rue des bouchers, 59 800 LILLE lebonniecanais@gmail.com +33 (0)6 58 06 79 24 Instagram : anaislebon

Anaïs Le Bonniec Portfolio 2018  
Anaïs Le Bonniec Portfolio 2018  
Advertisement