Issuu on Google+

17/09/2008

21:10

Page 1

Bulletin interne du Comité d’Entreprise

d’Union

Trait

TU98_1609.qxd

98 MAI AOÛT 2008


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:12

Page 2

2

7 octobre :

<

l’heure de la riposte

HUBERT STRAUEL

A tous les niveaux, le constat est accusateur : régression du pouvoir d'achat, nouvelle flambée du chomage, détérioration des comptes sociaux, déficit budgétaire, croissance atone. Crise économique oblige, on va encore nous expliquer qu'il va falloir se serrer la ceinture. La récession n'étant plus une menace, mais bel et bien une réalité, ce sont encore et toujours les mêmes qui vont souffrir : pression sur les salaires, plans de licenciement, restructurations, nouveaux sacrifices en matière de droit, de protection sociale, alors que les inégalités liées au chomage, à la pauvreté et à la précarité s'aggravent. Dans un <

L'impopularité des choix économiques et sociaux du gouvernement, les résultats désastreux qu'ils engendrent, n'y changeront rien: la ligne tracée par le prince-président depuis son élection reste immuablement orientée sur la boussole de l'ultra-libéralisme et des revendications patronales. Dernières victimes de la régression sociale: les 35 heures et les retraites. Ainsi, c'est en pleine période de congé, quand les Françaises et les Français aspirent au repos et à la détente, que sont votées des lois remettant les 35 heures en cause ainsi que la durée de cotisation (41 ans) ouvrant droit à la retraite. On appréciera au passage le pied-de-nez fait aux salariés.

Conseil de surveillance du 6 mai 2008

Pas de raison direct . . . ! deenpaniquer

avec nos agences

2007 ressemble à 2006... en pire! La tendance actuelle risque bien d'amplifier le mouvement. Après un résultat négatif de 720 000 euros en 2006, l'équilibre était envisagé avec la mise en œuvre du PMS, signé en septembre 2006. Pourtant, l'année 2007 se termine sur un négatif de 1,5 million d'euros. Selon notre direction, la raison majeure relève de la baisse des recettes publicitaires... qui se poursuit en 2008, malgré un regain de forme relative en matière de diffusion et de ressources nouvelles d'impression. Des mauvais résultats à pondérer, tant la rentabilité au niveau du groupe SFEJIC est confortable, et pemet à notre actionnaire de faire voter un dividende de 1,2 million d'euros, bonne santé du groupe de gratuits CIME oblige.

Situation économique : Le chiffre d'affaire de la SAP est passé de 57,56 millions d'euros en 2006 à 56,7 millions en 2007. La vente journal progresse de 29,474 M€ à 29,702 M€ du fait des hausses tarifaires. Les recettes publicitaires passent de 22,414 M€ en 2006 à 21,531 M€ en 2007. Le secteur

labeur-impression régresse, de même que le JDE. HUBERT Le STRAUEL poste consommation représente une dépense de 10 359 euros en 2007, les charges globales 45,835 M€. A noter Textefrais de personnel passent de que les 29,222 M€ en 2006 à 28,14 M€ en 2007, soit une baisse de 3,7%. Et on prétend que les salaires sont trop élevés! Le constat est identique pour les porteurs, avec une masse salariale stable, tout comme les correspondants. Par contre, les inter services externes progressent fortement, +8,5% à près de 8 M€, de même que les frais financiers, +52,5% à 514 000 euros.

La diffusion Malgré une amélioration sensible sur 2006, qui avait vu une érosion record, le chemin vers une diffusion positive est long. Sans entrer dans les détails, la diffusion globale moyenne passe de 100 422 à 98 737 exemplaires, soit -1,68%. A noter qu'après une forte progression du lundi, cette édition connait une première baisse. L'édition bilingue continue de décroître. La diffusion

moyenne représente environ 4000 exemplaires. Sur un exercice, le solde commande/décommande passe de -1593 exemplaires en 2006 à -1075 en 2007, avec une progression des commandes et une baisse des résiliations. Preuve qu'une dynamique de reconquête est possible dans un contexte dégradé.

Les effectifs Entre 2006 et 2007, le nombre de salariés passe de 502 à 480, CDI et CDD compris. La baisse des effectifs est continue et s'accélère avec les départs en PMS. Une baisse qui touche particulièrement le personnel technique, avec 14 salariés en moins. Sur une plus longue période, de 2002 à 2007, l'effectif global baisse de 85 salariés, soit l'équivalent de la seule catégorie ouvriers. On notera également, et pour la première fois, une baisse des effectifs journalistes. Prémice de ce qui nous attend avec la constitution d'Ebra?

Et 2008? Les années se suivent et se ressemblent. Et les résultats négatifs succèdent aux résultats négatifs. Si le retour à l'équilibre


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:14

Page 3

3 récent rapport, la Cour des comptes constate l'inefficacité des mesures prises en matière de financement de la Sécurité sociale, leur caractère inégalitaire, le recours croissant à des économies sur le dos des assurés sociaux, tout en fustigeant les exonérations de charges accordées aux entreprises dont l'intérêt économique n'est pas démontré. Dans un autre domaine, une étude de la CRAV relative aux réformes des retraites engagées en 1993 et poursuivies en 2003, dresse un constat critique sur l'efficacité des réformes. Ces deux rapports démontrent que la sauvegarde du pacte social ne sera en aucun cas assurée sans poser le problème de fond, qui est celui du financement.

demeure un objectif permanent de la direction, il faut bien avouer qu'en ce mois de septembre, cet objectif relève de l'utopie, et 2008 sera du même tonneau: les Danaïdes! En matière de publicité, la baisse des recettes continue. A fin août, le chiffre d'affaire pub est en régression de 800.000 euros par rapport à 2007. Et la récession économique ne va pas arranger la donne. Force est de constater que l'application du PMS ne répond pas au premier objectif auquel il était censé répondre: la relance de la diffusion. Si, à priori, la restructuration du Pays semble porter des fruits, certes encore fragiles, les derniers arbitrages en matière budgétaires pourraient bien se révéler contre-productifs. Comment peut-on mener une politique de reconquête offensive du lectorat tout en taillant dans la pagination des éditions. Livrer un journal de 36 pages à mi-septembre, c'est du jamais vu et peut être considéré comme un pied-de-nez à nos lecteurs. Une telle contradiction relève de la gageure, et pose un réel casse-tête à nos rédactions dans les choix éditoriaux. D'autre part, les perpectives de

Pourtant, les budgets en préparation, tant celui de l'Etat que de la Sécurité sociale, ne vont pas dans le sens d'une remise en cause des choix libéraux actuels, bien au contraire. De ce point de vue, il n'y a donc pas d'embellie à prévoir... Alors, que faire ? La tonalité va-t-elle changer dans les jours et semaines à venir ? Certains signes tendraient à le démontrer. En dépit du climat de récession, des plans de licenciements qui refont la une de l'actualité, il est révélateur que, pour la majorité des salariés, le pouvoir d'achat soit devenu la préoccupation majeure. Toutefois, le mécontentement ne se change pas spontanément en volonté de mobilisa-

développement de recettes nouvelles avec le Web s'avèrent plus que problématiques, et restent marginales dans le potentiel de développement, malgré une progression nette en terme de consultation. Pour autant, malgré ce tableau qui peut paraître bien sombre, nous ne pouvons nous résigner au fatalisme. L'Alsace-Le Pays a les capacités de rebondir. Il devient évident qu'une réelle amélioration de la situation passe, entre autres, par une vrai politique de relance de la diffusion. Cette exigence est au cœur des préoccupations des tous les syndicats. Les interventions, tant de la FILPACCGT que de la CFDT lors du C.E. du 11 septembre, en sont une expression objective. Espérons que l'unité de vue qui s'est exprimée se concrétise dans le futur. Cela contriburerait indéniablement à apaiser les inquiétudes des salariés et à leur ouvrir des perpectives.

tion. La prise de conscience doit grandir. Les aspirations, les revendications, ne relèvent pas du bon vouloir des uns ou des autres, mais de la capacité des salariés à se rassembler, à manifester, à s'exprimer. Bref, à bouger et agir. En lançant un appel unitaire à manifester le 7 octobre prochain, CGT, CFDT, CGC, UNSA, FSU, Solidaires donnent l'occasion à tous les salariés de se faire entendre. L'heure n'étant ni à l'attentisme, ni à la résignation, il va falloir aller au charbon pour inverser une courbe résolument défavorable au monde du travail, donner des perspectives et des raisons d'espérer. Le 7 octobre nous en donne l'opportunité.

La section Athlétisme recrute ! La section athlétisme de “L'ALSACE” repart pour une nouvelle campagne sur le challenge des cross corporatifs. L'année dernière, notre équipe a terminé 13e sur 26 équipes au challenge de la qualité et 17e sur 26 au challenge du nombre et envisage, cette année d'améliorer son classement. Mais les troupes commencent à s'user un peu, les tendinites se multiplient et de nouveaux coureurs seraient donc les bienvenus. Attention, pas la peine d'être le cousin de Baala pour prétendre faire partie de notre équipe : les cross corpos du Haut-Rhin se déroulent sur des distances de 6 à 8 km, toujours le samedi après-midi (4 ou 6 dates), les pelotons sont très fournis (+ de 200 coureurs en moyenne) et l'ambiance est très conviviale. Bref, ce sont des vraies courses populaires, gratuites, où tout le monde a sa place et ou même le dernier de chaque épreuve marque des points pour son équipe. Si vous souhaitez représenter votre journal (les conjoints et enfants des salariés mais aussi les retraités sont acceptés) il faut rapidement contacter Denis Sollier, le président de la section au 03 89 32 70 13 ou denis.sollier@alsapresse.com pour qu'il puisse vous inscrire. Plus de renseignements sur le site www.crosscorpos68.fr


TU98_1609.qxd

18/09/2008

16:43

Page 4

4 De la pluie et du brouillard en juin dernier entre Annecy et Grenoble pour les cyclos mais toujours la bonne humeur et du plaisir dans l'effort. La preuve, la section va fêter son 15e anniversaire. Qu'on se le dise. Rien n'arrête les cyclos de “ L'ALSACE-LE PAYS ”. La pluie, le froid, rien ne peut entraver le coup de pédale de ceux qui, chaque année, depuis 15 ans, début juin, font de leur rendez-vous annuel avec la petite reine, le fief de l'effort mais surtout du plaisir et de la convivialité. Certains ont maudit les dieux du ciel en posant le pied hors du bus sur les bords du lac d'Annecy. Mais fallait-il vraiment croire que leur bonne humeur allait être entamée ? Brouillard et pluie, les cyclos, “ poils aux pattes ” ou non, avaient rêvé, il est vrai, en partant de Mulhouse sur les coups de 5h du mat’, de pouvoir enfourcher leur monture dans ce superbe décor naturel en étant guidés par le soleil. Rien de tout cela, et le col de Leschaux…ne l'était pas tant que çà. Le fameux Revard, ouvert à une nature pourtant si riche lui aussi, laissait le frisson, mais pas celui attendu, gagner l'épiderme. Qu'importe, du côté de Montmélian, quelques heures plus tard, toute la troupe avait trouvé “ la clef des champs ”, celle qui ouvrait l'appétit et requinquait les corps en vue d'un lendemain plus chantant. Pierre Thirion, président retraité, mais constamment à l'affût pour tous les réglages et la préparation des courbes du parcours, dévoilait, les yeux encore embués, le tracé d'une seconde étape beaucoup plus ensoleillée mais pas moins éprouvante.

S'inscrivaient, en effet, au fil des kilomètres le col du Granier, qui a déjà mis à contribution bien des maillots jaune, le col du Cucheron, le col de Porte, et d'autres que les plus affûtés ont voulu affronter avant de rentrer à la “ maison ”, le mollet tendu et l'œil éprouvé. Grenoble en vue, le soulagement était évident pour toute la troupe toujours prompte, cependant, à recharger les accus avec vigueur. Il faut dire que Martial, le patron de l'Auberge Saint-Michel à Uriage, a vite mesuré le besoin de sa clientèle. Avait-il prévu le bougre que l'ultime journée de mercredi, conduirait les “ Alsaciens ” sur la chaîne de Belledone sans pouvoir y mesurer la beauté du paysage ? Encore une fois pluie et brouillard se joignaient

aux cyclos sans les quitter, notamment dans le col des…Mouilles. Voilà pourquoi, les costauds de la bande, eux aussi, devaient se résoudre à ne point en rajouter avec le collet d'Allevard. Ils restaient au pied pour filer sous la douche de la piscine municipale, là, où comme tout homme heureux, les cyclos se mettaient à chanter. Rien, on vous le disait, n'arrête la bande du nouveau président Eric Iselin. La preuve, le 14 octobre prochain, la section fêtera comme il se doit, la première sortie effectuée…15 ans plus tôt. Un long bail déjà que les anciens se plaisent à reconduire avec toujours le même souci celui du plaisir et de l'amitié.

les cyclos: 15ans et toutes leurs dents

Christian, un néophyte plein de promesse

Dany, stakhanoviste du vélo

GILLES SANTALUCIA

actif et retraité, l’esprit de solidarité


TU98_1609.qxd

18/09/2008

18:10

Page 5

5 l’hébergement : la classe !

Christian et Jean : facile ! le tryptique de la Chartreuse : magnifique !

Jean-Louis : un peu gêné aux entournures... Huby dans la douleur

impressionnant, le peloton... comme toujours ! Eric, le souriant président de la section

le temps : c’était pas le pied...

galère pluvieuse...


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:24

Page 6

6 Tout commença ce jour d'avril 2008 où une bande d'intrépides adultes avait décidé d'emmener 58 enfants (quoi ?? 58 ?? et oui pas mal… hein ???) pour une fabuleuse sortie. Est-ce le film “ Les chroniques de Spiderwick ” que les plus grands ont découvert cet après-midi-là qui me fait parler ainsi ? Peut-être… en tout cas c'était une sacrée aventure !

Après cette petite pause pantagruélique direction le bowling. Ce qu'il faut savoir quand on joue au bowling, c'est qu'il ne faut surtout pas avoir peur du ridicule… et je sais de quoi je parle ! Entre les chaussures qui sortent de je ne sais où, de mon pauvre score et le fait de se faire battre par plus jeune que soi, c'est assez démoralisant pour l'égo… Mais dans tout ça n'oublions pas que c'était un bon moment où tout ce petit monde s'est bien amusé ! Après ma défaite cuisante, il était temps d'aller trouver un peu de réconfort autour d'un bon repas. Et quoi de plus réconfortant qu'une énorme assiette de frites avec un méga steak haché et sans oublier l'élément essentiel pour accompagner tout ça : du ketchup ! Mais faut surtout pas oublier le dessert et pour continuer dans le diététique, place à une énorme glace.

DENISE FAVER

prêts à tout !

Avant toute chose, direction Clemessy pour y prendre le petit-déjeuner. Et oui nos parents nous ont tous, au moins une fois dans notre vie, rabâché que le “ petit déj ” est le repas le plus important de la journée ! Alors qu'il en soit ainsi… Thé, café, chocolat, petit pain au chocolat (énorme soit dit en passant), tartine, confiture, jus de fruits, bref, tout était là pour satisfaire tous les appétits.

58 mômes


17/09/2008

21:33

Page 7

7

les résultats

TU98_1609.qxd

Groupe des grands 1er : Dorian BOUAFIA 2 e : Nathan BROGLY 3e : Niphon WYBRECHT Groupe des petits 1er : Steven NICKEL Jean-Jacques DOUTEAU (hors concours)

2e : Pierre Louis GOEPFERT 3e : Trakam WYBRECHT les grands “killers”

Bon... mangée un peu rapidement certes (on était un peu en retard) mais très appréciée quand même ! La journée ne s'arrêtait pas là. Après le déjeuner, c'est au cinéma que l'on s'est rendu, histoire de digérer pour les uns ou de faire la sieste pour les autres, le tout devant un bon film. Au programme “ Horton ” pour les plus jeunes et pour les autres “ Les Chroniques de Spiderwick ”. Après s'être bien reposé, direction le Laser Game pour un peu d'exercice. Le but du jeu est simple, il faut marquer le plus de point en abattant (virtuellement bien sûr !) l'équipe adverse. Je vois déjà l'inquiétude dans les yeux de certains parents et là je vous dis : pas d'affolement, aucun enfant n'a été maltraité durant la partie. On les a juste fait courir un peu, histoire de les fatiguer, mais sur ce coup-là, je suis pas si sûre qu'on y soit arrivé. En tout cas une chose est certaine c'est que cette journée a été très appréciée par tous. Par contre l'an prochain il faudrait penser à faire une journée calme, du genre visite d'un truc ennuyeux et pas fatiguant, parce que je sais pas pour les autres, mais moi ça m'a exténuée !

les petits “killers”


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:40

Page 8

Compte rendu

8

de la commission du 5 juin

M. Descamps du CIL du Rhin présente les différents dispositifs d'aide au logement. Le 1% logement ne représente plus que 0,45 % de cotisations de la masse salariale et permettait à l'origine une aide pour l'achat d'un logement. Depuis les nouveaux décrets, le 1% a été mutualisé nationalement et de nouvelles orientations ont été définies; par une aide foncière au logement pour les logements sociaux, avec l'acquisition après 15 ans de ces logements par les locataires. Ces recettes serviront à financer les caisses de retraites complémentaires privés.

GISÈLE FAWER

logement

Les différents produits :

Devenir propriétaire ?

Réaliser des travaux ?

- Le prêt à l'acquisition du premier logement : sous conditions de ressources.

- Le Pass-Travaux au taux de 1,5% : les travaux doivent être effectués par une entreprise sauf si vous êtes adhérent des “ Castors de l'Est ”, et ne peuvent concerner que la résidence principale ou la copropriété (maximum d'emprunt plafonné à 8000 €). Les locataires peuvent également en bénéficier. Ce prêt est ouvert à tous les salariés privés, associatifs et les retraités de moins de 5 ans.

Louer un logement ? - Le prêt loca-Pass : un prêt à 0% pour le dépôt de garantie d'un logement, sans frais de dossier, sans assurance (remboursement trois ans maximum).

Difficultés financières ? - Le Cil-Pass assistance : assistance aux salariés en difficulté face aux problèmes liés au logement

Mobilité professionnelle ?

- Le loca-Pass : financement du dépôt de garantie du loyer (un mois) à 0%, ouvert à tout le monde. - Le Pass-Grl assurance : permet aux propriétaires une garantie des loyers jusqu'à 18 mois. Le CIL traite annuellement dix à douze dossiers salariés journal L'Alsace.

- Le Cil-Pass mobilité : offre d'accompagnement des salariés en cas de mobilité professionnelle, y compris pour les intérimaires.

Pour joindre les spécialistes du CIL, un seul numéro :

03 89 46 63 13 20, porte du Miroir - BP 1387 - 68070 Mulhouse Cedex Tél. 03 89 46 20 20 - Fax 03 89 45 19 15 e-mail : cildurhin@wanadoo.fr


TU98_1609.qxd

18/09/2008

21:31

Page 9

9 Décidément, le 8 Mai, est journée de la victoire pour

“ L'ALSACE ” “ L'ALSACE ” “ L'ALSACE ” “ L'ALSACE ”

-

de la bel

ouvrage

Sausheim Les Ripeurs Staff 1 Sochaux

3-0 1-3 2-0 1-1

Demi-finale “ L'ALSACE ” - La Romantica 2-1

Finale “ L'ALSACE ” - Sochaux

le sacre de Farid Bouafia, meilleur buteur du tournoi

5-2

Il faut féliciter les participants : J-F Wagner, Michel Muller, Alain Wamster, Daniel Muller, J-L Bonmalais, Stephane Weiher, Yves Rigoni, Christophe Rigoni, Farid Bouafia et Lionel Bailen

les résultats

Tournoi de Staffelfelden

lutte, nos joueurs viennent de remporter, sous un soleil éclatant, l'édition 2008 du tournoi de foot organisé par les anciens du FC Staff. Et de quelle manière, puisqu'à l'issue des tours de qualifications ils n'ont encaissé que 2 buts et en ont marqué 9 au cours des quatre rencontres de 12 minutes chacune. Après le repas, les jambes un peu lourdes, nos sportifs sont menés 1 à 0 par la Romantica et ce jusqu'à 1 minute de la fin. Ils ont réussi, en 60 secondes, à marquer deux buts dont un au coup de sifflet final. Dire que nos adversaires ont accusé le coup est un doux euphémisme. Quoi qu'il en soit il n'y a que la victoire qui est belle surtout si elle vous qualifie pour la finale. Cette finale, jouée en 2 x 12 minutes, nous a opposé, comme en 2007, à Sochaux. Et là, pas de détail: 5 à 2. De la bel ouvrage ! Et cerise sur le gâteau, Farid Bouafia a été sacré meilleur buteur du tournoi. Quant au challenge du fair-play il nous a échappé... Et pourtant notre devise est : tout sauf la défaite et ne pas chambrer nos adversaires... Quoi qu'il en soit, si nous remportons l'édition 2009, le magnifique challenge restera dans les murs du CE.

DANY MULLER

les footeux du journal “ L'ALSACE ”. Après l'édition 2007 enlevée de haute


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:45

Page 10

10 Un après-midi de novembre 80, je me trouve devant le siège de “L’ALSACE” : c'est ça, un journal ?

franzi, l’ami

HERVÉ STENGER

Un bâtiment de cinq étages avec une grande enseigne verticale ; moi qui venais d'une petite imprimerie de la banlieue mulhousienne. Mon prof à la rue du Fil m'avait téléphoné : “ On embauche à L'Alsace, ça t'intéresse ? ”. Je veux faire demi-tour. Mais bon, maintenant que je suis là, je franchis la porte d'entrée. L'ascenseur, 2e étage. La porte s'ouvre et je tombe sur une personne qui traverse le couloir. Me voyant - perdu - il me demande ce que je fais là. Faut dire qu'à l'époque, le gardiennage n'existait pas. - J'ai rendez-vous avec le responsable technique, Monsieur Joël Decock. - Suis-moi. Le monsieur est parti vers ce qui devait être l'atelier des clavistes après m'avoir laissé devant une porte orange. Je toque. - Entrez. J'entre. Je suis en face d'une personne ; il se présente : Monsieur Decock. J'explique ma venue, puis il décroche son téléphone, parle quelques mots puis raccroche. Deux minutes plus tard, la porte s'ouvre, et le monsieur qui m'avait demandé quelques instants plus tôt ce que je faisais là entre, et se présente : “ Francis Schwoerer, responsable clavistes ”. - Euh, Hervé, typographe. Je viens pour l'embauche. Après quelques mots, monsieur Schwoerer m'emmène faire le tour de l'atelier puis retour dans le bureau de Monsieur Decock. Une discussion s'ensuit puis ils me disent : “ Tu commences lundi ”. Je me souviendrais toujours de cette date

d'embauche : trente-six ans, jour pour jour, après le premier numéro de L'Alsace d'aprèsguerre : le lundi 24 novembre 1980. Les années passent. En ce temps-là, il y avait beaucoup de monde à la technique. Tout est prétexte à faire la fête : anniversaires, mariages, naissances, départs en retraite, nouvelle voiture (aussi), divorce (bien sûr), et j'en passe... et Francis est souvent de la partie. Des fêtes au journal mais aussi à l'extérieur : Rougelewert, Maria, Luxof, et d'autres endroits existants encore ou disparus. En 1992, deux gars de L'Alsace - Francis et Yves - projettent un voyage aux États-Unis : deux semaines, six personnes. Et voilà que l'année suivante, le 30 avril 1993 au soir, on se retrouve tous les six dans l'atelier claviste, avenue Kennedy, avec armes et bagages pour prendre la direction de l'ouest américain. Ça fait vingt-huit que je connais Francis, et j'ai l'impression que c'est à ce moment-là, quand nous sommes partis, qu'il a découvert les voyages et qu'il y a pris goût. Avec ce voyage aux States, j'ai appris à le connaître. On va souvent manger ensemble, avec les collègues, et j'apprends beaucoup de lui : l'histoire du journal ou la culture générale ; il est quelqu'un de cultivé, le Franzi. Il s'intéresse à tout et tout l'intéresse. Les voyages par exemple : après les États-Unis, il y a eu l'Écosse, l'Ardèche, la Thaïlande, Cuba, l'Indonésie, les Antilles françaises, le Mexique, la Chine, et j'en oublie. Et aussi la huitaine chaque année avec ses potes Théo, Raymond, Daniel, Max, pour jouer aux cartes. Un collègue m'a même dit un jour : “ Jetz géhn dia à wuchà ab én férie fér karte spiele ” (maintenant ils partent une semaine en vacances pour jouer aux cartes). Francis à chaque fois, avant de partir, se renseigne sur la région ou le pays qu'il va visiter; et au retour, il continue à s'y intéresser, avant le prochain départ. Et puis il y a aussi les soirées rami chez moi, chaque trimestre; mémorables, ces soirées. Mais Francis est aussi un fervent supporter sportif : le volley avec l'équipe féminine de

Mulhouse mais aussi les équipes du journal ou de la SHN dont une grand partie des joueurs de “ L'ALSACE ” font partie; le basket, qu'il va voir régulièrement à domicile, et quelque fois aussi le foot (du temps glorieux du FCM). Mais le sport qu'il pratique depuis sa retraite c'est les quilles, les Quilles Saint-Gall. C'est comme le bowling mais en plus compliqué : il ne s'agit pas simplement d'envoyer une boule sur des quilles, il faut aussi faire des figures. Et pour ça il était fort, tout comme ses collègues, retraités eux aussi, qui se retrouvent chaque jeudi matin à Illzach. J'en ai tellement à raconter de Francis mais la place me manque. Souvent je lui demande conseil, que ce soit d'ordre privé, mais aussi professionnel ou culturel; surtout ces deux derniers où il excelle. Mais je ne l'ai pas toujours écouté. Je ne regrette pas les décisions que j'ai pris mais c'était plus facile après lui en avoir parlé. Francis était toujours là pour nous écouter, nous conseiller, nous aider. Je n'étais pas à ses côtés dans ses derniers instants; j'ai pas osé. “ Je veux garder de toi le visage souriant que je te connais. Tu vas nous manquer Franzi. ”

pause vin chaud pour les trois mousquetaires (andré, francis et françois); le quatrième (alain) fait la photo

Début 2000, lors du départ en retraite de Francis organisé au journal, il découvre, fasciné, son "999" transformé en aquarium.

les jumeaux francis et andré. Nombre de personnes les confondent en ville quand ils ne sont pas ensemble devant un verre


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:46

Page 11

11

s); a

À l'étang du journal à Ballersdorf, un vendredi de septembre 2005. Le matin c'est pêche : silence, patience, confrontation avec le poisson. À midi, l'heure de l'apéro avant le barbecue et l'après-midi, suite au digestif, un duel à la pétanque. Mais comme la pluie tombe à torrent, une partie de cartes s'impose pour débuter la soirée. Extrait d'une partie de belote mémorable dont tous les protagonistes se souviennent. Pagnol s'en est inspiré pour sa trilogie marseillaise.

Seppi

Seppi, impatient :

À la dérobée, Marcel fait un signe que Dany ne voit pas, mais Seppi l'a surpris. Seppi, furieux

Eh bien, quoi? C'est à toi! Dany

Je le sais bien. Mais j'hésite... Marcel, à Dany.

Tu ne vas pas hésiter jusqu'à demain ! Francis

Allons, capitaine, on t'attends ! ? Dany se décide soudain. Il prend une carte, lève le bras pour la jeter sur le tapis, puis, brusquement, il la remet dans son jeu. Dany C'est que la chose est importante ! (À Marcel)

Ils ont trente-deux et nous, combien nous avons? Marcel

Trente. Francis, sarcastique.

Nous allons en trente-quatre. Seppi

C'est ce coup-ci que la partie se gagne ou se perd. Dany

C'est pour ça que je me demande si Seppi coupe à cœur. Marcel

Si tu avais surveillé le jeu, tu le saurais.

Et si c'était une partie de championnat. tu serais déjà disqualifié. Marcel, froid

J'en ai vu souvent des championnats. J'en ai vu plus de dix. Je n'ai jamais vu une figure comme la tienne. Seppi

Toi, tu es perdu. Les injures de ton agonie ne peuvent pas toucher ton vainqueur. Marcel

Tu es beau. Tu ressembles à la Statue de Victor Gelu. Dany, pensif

Oui, et je me demande toujours s'il coupe à cœur ?

Et je te prie de ne pas lui faire de signes. Marcel

Moi je lui fais des signes ? Je bats la mesure. Seppi

Tu ne dois regarder qu'une seule chose : ton jeu. (À Dany) Et toi aussi. Marcel

Bon ? Il baisse les yeux vers ses cartes. Seppi, à Dany Si tu continues à faire des grimaces, je fous les cartes en l'air et je rentre chez moi. Francis

Ne te faches pas, Seppi. Ils sont cuits. Dany

Moi, je connais très bien le jeu de la belote et je n'hésiterais pas une seconde si j'avais la certitude que Seppi coupe à cœur. Seppi

Je t'ai déjà dit qu'on ne doit pas parler, même pour dire bonjour à un ami.

Seppi, outré

Dany

Eh bien, dis donc, ne vous gênez plus ! Montre-lui ton jeu puisque tu y est !

Seppi

Marcel

Je ne lui montre pas mon jeu. Je ne lui ai donné aucun renseignement. Francis

En tout cas, nous jouons à la muette, il est défendu de parler.

Je ne dis bonjour à personne. Je réfléchis. Eh bien! Réfléchis en silence... Et ils se font encore des signes ! Monsieur Francis, surveillez Dany. Moi, je surveille Marcel. Marcel, à Seppi

Tu te rends compte comme c'est humiliant ce que tu fais là? Tu me surveilles comme un tricheur. Réellement, ce n'est pas bien de ta part. Non, ce n'est pas bien. en Ardèche, avec François, André, Alain et Hervé

les joies du mardi. On se retrouve chaque semaine autour d'une table. Francis, André, Yana, François, Hervé et les autres... Alain prend la photo et richard... travaille

“ tu me fends le coeur.” La mémorable partie de belote de pagnol, version “L'ALSACE” Seppi, presque ému

Allons, Marcel, je t'ai fait de la peine ? Marcel

Quand tu me parles sur ce ton, quand tu m'espinches comme si j'étais un scélérat, eh bien, tu me fends le cœur. Seppi

Allons, Marcel... Marcel

Oui, tu me fends le cœur. Pas vrai, Dany ? Il nous fend le cœur. Dany, ravi

Très bien !?II Jette une carte sur le tapis. Seppi la regarde, regarde Marcel, puis se lève brusquement, plein de fureur.


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:49

Page 12

12 L'intervention rapide des secours améliore les chances de survie ou de meilleure réparation d'une blessure lorsqu'un accident se produit. Le sauveteur-secouriste du travail (SST) est le premier maillon irremplaçable de la chaîne des secours dans le monde du travail, il conduira le blessé du lieu de l'accident vers les secours spécialisés. - Il joue un rôle primordial lors d'un accident. - Il est sur place ou très proche du lieu de l'accident. - Il connaît les lieux, souvent dans le détail. - Il est souvent un camarade de la victime - Il connait les risques particuliers de son atelier ou de l'entreprise. Tout cela en fait un témoin privilégié capable de faire cesser les risques ou de l'isoler pour éviter le surraccident, avant de porter secours. Son rôle est donc double : ACTION et PREVENTION Le SST devra en moins de trois minutes, protéger, examiner, faire alerter ou alerter, secourir. Pour être efficace, le SST doit connaître, les risques spécifiques à l'entreprise, les moyens et procédures d'alerte, l'emplacement des organes de sécurité, les sorties de secours et les zones de sécurité. PROTEGER Cette action primordiale consiste à éviter qu'un nouvel accident ne se produise à la suite du premier. Tant le sauveteur que les témoins pourraient en être vitimes à leur tour. EXAMINER LA VICTIME Le SST recherche dans un ordre déterminé, les signes qui indiquent que la vie de la victime est menacée. ALERTER Transmettre aux moyens et aux personnes prévus dans l'organisation des secours de l'entreprise, les informations nécessaires et sufisantes pour qu'ils puissent organiser leur intervention.

Sauveteur Secouriste du Travail

Pour suivre la formation de secouriste du travail, envoyez votre demande à : Laurence Burglen (DRH Formation) laurence.burglen@alsapresse.com ou par tél. au 7088

N'oubliez pas LE SECOURISTE DU TRAVAIL EST LE PREMIER MAILLON DE LA CHAINE DE SECOURS QUI CONDUIRA LE BLESSE DU LIEU DE L'ACCIDENT VERS LES SECOURS SPECIALISES. DE SIMPLES GESTES PEUVENT SAUVER DES VIES. QUI ALERTER Le 18 (les sapeurs-pompiers) Le 15 (le Samu qui engage le SMUR) Le 112 (numéro unique d'urgence européen)

la formation SST est dispensée dans les locaux du journal, avec des mises en situation pour entraînement

QUE PRECISER DANS LE MESSAGE D'ALERTE Le lieu de l'accident, l'adresse précise, la nature de l'accident, le nombre de victimes, l'état de la victime et surtout attendre que l'interlocuteur vous demande de raccrocher.

L p le a G à


TU98_1609.qxd

18/09/2008

16:32

Page 13

13 La fête de Noël du personnel du journal “L'ALSACE/LE PAYS” se déroulera le dimanche 14 décembre 2008, à 14 h à l'Espace 110 d'Illzach. Au programme de cette journée festive la compagnie de clowns Les Fratellis. Dans la salle les enfants pourront, comme les autres années, se faire maquiller aux couleurs de leur héros préféré. Le stand de crêpes régalera petits et grands. Cette année encore, une tombola richement garnie surprendra les petits et les grands.

Nouveautés : un stand de pop corn et un sculpteur de ballon. La comission sociale du CE vous accueillera avec grand plaisir pour partager cette journée de fête. Après le spectacle, le Père Noël ne manquera pas son rendez-vous avec les petits et les grands gourmands.

IMPORTANT Cette année l'exposition d'artistes amateurs n'aura pas lieu, cependant les personnes désireuses d’exposer leurs œuvres pourront le faire dans la salle de spectacle, le jour de la fête.

La séance de cinéma pour les enfants aura lieu le samedi 27 décembre 2008 au cinéma Gérard-Philippe à Wittenheim.

Chaque membre du personnel ayant un enfant de 0 à 18 ans recevra un bon cadeau avec sa fiche de paie (à garder précieusement), qui lui permettra de retirer son cadeau le jour de la fête. Pour le personnel dans l’incapacité d’être présent, le cadeau lui sera remis au CE en échange du bon.


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:55

Page 14

14 Bouchaïb FAÏK, aide-rotativiste de nuit, est parti à la retraite.

faik l’as du

LAURENT BELTZUNG

Apres avoir été vitrier puis électricien du côté de Reims, c'est au journal “ L'ALSACE-LEPAYS ” que Faïk est rentré comme aide-rotativiste, c'était il y a déjà 30 ans ! 30 ans au service de ses Dames au doux nom de “ Mann ”, “ Gazette ”, “ Tribune ” ou encore “ Wifag ” et toujours dans une bonne ambiance reconnaît Faïk. Calme, serein, droit, travailleur tels sont les qualificatifs de ses collègues qui ont également reconnu la qualité de son travail. Sans oublier la qualité de ses brochettes lors de son pot de départ. Une page se tourne pour notre nouveau retraité, mais à n'en pas douter, toutes ces qualités, Faïk va les utiliser à d'autres taches. S'occuper de ses petits-enfants, bénévolat pour plusieurs associations et son pêché mignon les “ Sudoku ”. Devenu expert en la matière, il avoue finir “ trop ” rapidement celui de notre journal… Bonne et agréable retraite à toi FAÏK.

sodoku

Bouchaïb FAIK lors de son pot de départ, entouré de ses collègues et de son épouse

Ne me demandez pas l'origine de son surnom, je suis en incapacité de répondre. Patrice est entré en apprentissage en qualité de compositeur-typographe en septembre 1971 à l'imprimerie Alsatia de Mulhouse. Selon une logique qui reste a éclaircir, il effectue son service militaire dans la Marine nationale, à bord du pétrolier ravitailleur “ Isère ” en tant que blanchisseur ! Peu après, l'imprimerie Alsatia subit les déboires des entreprises de labeur de l'époque et met la clé sous la porte. C'est ainsi que Patrice change d'épicerie en traversant le marché et commence une nouvelle carrière chez le voisin d'en face, au journal “L'ALSACE”, encore dans ses murs de l'avenue Aristide-Briand. Il intègre ainsi les services techniques, au mettage nuit, avec une affectation à la confection des pages locales du “ Pays de Franche-Comté ”, appellation de l'époque du “Pays”. Comme bon nombre de collègues, il a connu une trajectoire professionnelle en perpétuelle transformation. Après un passage à la saisie, retour au mettage, avant de terminer sa carrière à la rédation région en qualité de secrétaire d'édition. Patrice était reconnu pour ses qualités professionnelles. Son esprit de camaraderie, ainsi que son sens de l'humour très particulier, en faisait un collègue de travail apprécié. Syndicalement parlant, Patrice était


TU98_1609.qxd

17/09/2008

21:57

Page 15

15 Patrice Lang en charmante compagnie à l’occasion de son pot de départ

Pour un parcours atypique, Patrick aura eut un parcours

patrice lang le goupil HUBERT STRAUEL*

*avec l’aide précieuse de DANIEL SCHWARTZMANN

e bre e

patrick

s”.

mae,

elde it

un adhérent fidèle à la FFTL, puis à la FILPAC-CGT. Il savait être perfectionniste dans tous les domaines qui le branchaient : grand connaisseur de champignons, il régalait le personnel par ses livraisons de myrtilles et autres gâteaux de Noël, ainsi que de vins de cerises ou de groseilles de sa propre éllaboration. Collectionneur assidu, il est à la tête d'un véritable arsenal de chopes de bières ! Grand amoureux de la Corse, Patrice est papa de trois enfants, participants réguliers à l'exposition des artistes amateurs de notre comité d'entreprise. En adhérant au PMS, Patrice a fait valoir ses droits au départ en avril de cette année. Nous lui souhaitons de passer des années très agréables à assouvir ses nombreuses passions. Et, bien évidemment, nous saurons l'accueillir dignement si, d'aventure, nos chemins venaient à se croiser.

parard le metteur vedette

HUBERT STRAUEL

ier

es us en

vraiment atypique! Qu'on en juge. Après plusieurs années de labeur au sein de l'imprimerie Braun, Patrick est arrivé à “L'ALSACE” un beau jour de printemps 1988. Une arrivée en fanfare, suite à une grève des metteurs nuit, après une expression de colère des services techniques face à la dégradation des conditions de travail. Inutile de préciser que, sur cette base, l'adhésion à la FILPAC allait de soi. Ironie de l'histoire, c'est par une nouvelle grève que s'achevait la carrière de notre camarade, le 30 avril 2008, dernier jour de travail avant son départ en PMS. Un grève nationale coïncidant avec l'échec des négociations salariales de branche. Force est d'admettre qu'une telle trajectoire n'est pas banale! Dans l'intervalle, Patrick à mené l'ensemble de sa carrière au mettage, avant son affectation au CTP pour ses dernières années. Patrick, c'est aussi une anecdote profondément ancrée dans la mémoire collective du prépresse. Nous n'en avons pas fait le décompte global, mais Patrick devait être champion du monde, catégorie chutes de typomètre. Dans un réflexe collectif unanime, le bruit tonitruant du typomètre sur le sol de l'atelier de mettage s'accompagnait d'un monumental "PAARRRÂÂÂÂRD" se répandant tel une traînée de poudre du mettage à la photogravure, en passant par les clavistes, dans l'hilarité générale. Reconnaissons que, dans un tel contexte, Patrick eut le mérite de réagir avec humour et bonne humeur, ce qui n'allait pas de soi. Au nom de tous les collègues des plaques, des élus FILPAC-CGT et de tous ceux qui ont apprécié ta jovialité, je te souhaite des années de joie et de nombreuses satisfactions, Patrick. Nul doute que le meilleur de ta vie est encore à venir, au côté de tes enfants et de ton épouse !


Sport, loisirs, vacances, achats: le comité d’entreprise vous propose un large éventail de tarifs réduits. Certaines possibilités sont connues, d’autres moins. Voici une liste réactualisée des activités, spectacles, etc. bénéficiant d’une réduction. La billetterie marquée du signe  est accessible aux retraités.

21:58

Page 16

 CINÉMAS



 MULHOUSE Cinéma Kinépolis ...................................... 6,20  WITTENHEIM Salle Gérard-Philipe

Réduction sur présentation de la carte du CE

 EUROPAPARK

 BONS DECATHLON €



 PISCINES Adulte : carnet de 10 .......................................................................................................... 17,50€ Enfant/étudiant : carnet de 10 .................................................................... 12,50€

2 billets /an ou 20% sur présentation de l’abonnement rencontres sportives

 RIXHEIM



Tarif réduit sur présentation de la carte CE

 Pour les piscines hors de Mulhouse

Adulte ...................................................................................................................................................................... 6,80€ Enfant ........................................................................................................................................................................ 5,25€

 Adulte journée

Du lundi au vendredi .................................................................................................................. 7,70€ Samedi, dimanche ou férié .................................................................................... 8,05€

 Enfant journée

Du lundi au vendredi ............................................................................................................ 5,95€ Samedi, dimanche ou férié .................................................................................... 6,30€

 MUSCULATION €

Individuel « L’Alsace/Le Pays » à l’année..................................................60 Couple « L’Alsace/Le Pays » à l’année ......................................................105€ Extérieur à l’année ..............................................................................................................................160€

 TOURISME ANIMALIER  KINTZHEIM : Montagne des singes, Volerie des aigles; HUNAWIHR : Cigognes.

 REMBOURSEMENTS

 MULHOUSE

 Vita Impex, Devianne, Bijouterie Delatour :

Tarif réduit sur présentation de la carte du CE

10% sur présentation de la carte CE. €

Adulte ..............................................................................................................................................................................7,50 Enfant (6 à 12 ans)............................................................................................................................2,50€

 Complexe CMCAS EdF/GdF à Zimmersheim

 MOBICARTE

 Fourni Pros Plein Ciel à Wittenheim : 20% sur présentation de la carte CE, sauf promos (étiquettes vertes) et sur les toiles

 Point S : 5% sur présentation de la carte CE

Valeur 25 + 5€ ................................................................................................................................................ 24€ valable 2 mois

Horaires CE

Réservations hiver 2008-2009 pour le studio à Avoriaz Pour les réservations des vacances d’hiver à Avoriaz, les attributions sont faites le 31 octobre 2008 en fonction des demandes déposées à cette date. Au-delà du 31 octobre 2008, les attributions sont faites au fur et à mesure des demandes. Le personnel des filiales (AP, Europe 2,



Prix de groupe sur présentation de la carte du CE ou 20% sur présentation du billet d’entrée.

 ZOOS  BÂLE

Achats en gros : se renseigner au CE

 MUSÉES

Jusqu’à épuisement du budget, limité à 1 carnet/mois : valeur du chèque : 3,20€, avec participation du salarié de 50% par chèque. Conditions : uniquement personnel des agences. Cartes restaurant d’entreprise Clemessy disponibles au CE : équipes de jour, administration et personnel travaillant toute la journée.

 3 heures



 FRIBOURG (Allemagne) 

Bons à 8€ (valeur 10€) (sauf presse et promo)



 METRO

Abonnement spectacle 20% sur présentation de l’abonnement

 TICKETS RESTAURANTS

30% sur présentation du carnet ou abonnement

 €

Entrée enfant ............................................................................................................................................ 2,20€ Location patins .................................................................................................................................... 2,20€

 BILLETTERIE SPECTACLE  RUC/ALSATIA/ESPACE CULTURE

 PATINOIRE

 Autres rencontres sportives



 MULHOUSE

Bons à 9 (valeur 10 ), 13,50 (valeur 15 ), 27 (valeur 30€), 67,50€ (valeur 75€)

 FOOT MULHOUSE / STRASBOURG / SOCHAUX 2 billets/an, 15€ maxi par personne

Noël : du 15 mars au 2 novembre 2008 Tarif unique à partir de 4 ans .................................................................... 26 €

 LAGUNA

 BILLETTERIE SPORTIVE

Médiaportage) peut également déposer une demande, mais celle-ci ne sera prise en compte qu’à partir des disponibilités

au 1 décembre 2008. er

Réservations au secrétariat du CE auprès de Gisèle, poste 7034 aux heures d’ouverture.

Renseignements complémentaires : Gisèle Fawer 03 89 32 70 34 Lundi 8 h 30 à 11 h - Mardi 14 h 30 à 17 h 15 Jeudi 8 h 30 à 11 h - Vendredi 14 h 30 - 17 h

Le CE est fermé le mercredi 18, rue de Thann, TSA 68001 68945 Mulhouse Cedex 9

DEF - ABC

17/09/2008

Bulletin réalisé et confectionné par les travailleurs du Livre syndiqués du journal

TU98_1609.qxd


Trait d'Union n°98