Issuu on Google+

1


2


Présentation Chaque institution connaît des temps forts et des tournants décisifs dans son parcours évolutif. C’est ainsi que les accords passés entre l’Archidiocèse de Lomé et la Société de saint François de Sales, à la fin des années ’80, ont ouvert la voie à une longue aventure qui s’est renouvelée au long des trois récentes décennies. Le Noviciatscolasticat salésien s’est graduellement transformé en un Centre d’études philosophiques, avec la reconnaissance, en 2003, de notre Diplôme d’Etudes Universitaires Générales par le Conseil d’Afrique et Madagascar pour l’Enseignement Supérieur. Les étapes qui ont suivi, notamment la reconnaissance et l’équivalence de nos deux Licences (Philosophie et Sciences de l’éducation) et celle de nos deux Master en 2012, nous ont insérés de façon décisive dans les rouages de l’enseignement supérieur dans la zone CAMES. L’ISPSH fait désormais partie des institutions d’enseignement privé supérieur – peu nombreuses, à vrai dire - à avoir relevé le double défi de se convertir progressivement au système LMD et d’assurer l’équivalence de ses quatre diplômes universitaires en moins d’une décennie (2005-2012). Cette visibilité nous oblige à saluer les efforts des fondateurs, de ceux qui ont dirigé l’Institut, mais aussi de nombreux acteurs qui, de près ou de loin, ont rendu possible sa construction, les divers agréments, son ouverture et son fonctionnement selon les critères en vigueur dans la sous-région et dans la zone CAMES. Toute action de grâce entraine un devoir de mémoire, mais aussi l’engagement à rester indéfectiblement fidèles aux ambitions premières et aux rêves prophétiques qui ont inspiré notre projet institutionnel depuis sa devise même: Usque ad verticem (jusqu’au sommet). Le passage aux nouvelles structures de l’ISPSH est effectif depuis ce 02 octobre 2013. C’est un tournant historique, qui coïncide avec le ème 10 anniversaire de notre premier diplôme universitaire (DEUG). C’est aussi à cette rentrée académique que l’ISPSH concrétise les ouvertures dans ses parcours pour des UE optionnelles, en vue de mieux préparer les étudiants aux deux filières dès les semestres 5 et 6. L’aménagement d’un amphithéâtre provisoire de 200 places, de nouvelles salles de TD et d’un mini-laboratoire audio-visuel de FLE pour nos futurs étudiants non-francophones, ainsi que l’implémentation d’un logiciel d’administration universitaire LMD, sont quelques-unes de nos adéquations anticipées, d’une part, au cahier de charges promulgué par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et

3


de la Recherche et, d’autre part, aux implications de notre récente candidature auprès de l’Agence Universitaire Francophone (AUF). Une autre nouveauté, déjà annoncée, l’an dernier concerne l’exigence pour chaque étudiant d’obtenir au moins 12/20 dans les UE fondamentales, surtout pour entrer en Licence III Sciences de l’éducation ou en Master. Cette exigence restera souple pour les UE optionnelles, pour lesquelles la compensation ne s’appliquera que pour une note passable de 10/20. Ce numéro de l’annuaire reste fidèle au format adopté en octobre 2012. L’étudiant y trouve toutes les informations relatives : à l’identité et à la mission de l’ISPSH ; aux compétences qui en assurent le fonctionnement à tous les niveaux ; aux parcours, aux critères d’adhésion ; aux règlements intérieurs ; au calendrier et, pour la première fois, à une illustration des profils de sortie de notre Master professionnel en Sciences de l’éducation selon sa triple spécialité. Celle-ci, comme l’indiquent nos spécialistes en la matière, garantit à nos candidats environ 12 compétences distinctes et articulées, qui intéressent principalement trois secteurs professionnels (voir section Master ScEduc, pages 118-119). Au nom de tous les étudiants et de leurs familles, nous voulons réitérer l’expression de notre gratitude envers la Communauté salésienne de la Maison Don Bosco pour avoir initié, hébergé et soigné l’Institut pendant un quart de siècle. Merci également au Père Vicente Grupeli, qui s’est mis au service de l’ISPSH comme économe l’an dernier, et qui est retourné en Espagne au mois de Mai. Un mot de bienvenue au Père Jésus Benoit Badji, notre nouvel économe, à M. Parfait Kokou Koffi, notre stagiaire bibliothécaire, et au nouveau personnel auxiliaire de l’Institut. C’est ensemble que nous repartons au front cette année, confiants que chacun engagera ses talents dans un meilleur pari pour l’avenir de nos étudiants et de notre famille universitaire. Bonne année académique à tous.

Père Owoudou Alphonse, sdb Directeur académique

4


INSTITUT SUPERIEUR DE PHILOSOPHIE ET DE SCIENCES HUMAINES “DON BOSCO” B.P. 9141 — Avenue Mobutu Sese Seko, Lomé (Port) (00228) 22.27.01.56 / (+228) 92.16.86.98 E-mail : direction@ispshdblome.com Site internet : www.ispshdblome.com

Réception Les membres de l’Administration reçoivent selon l’horaire qui sera indiqué sur le tableau d’affichage, à la conciergerie et dans les mises à jour du site internet de l’Institut. En règle générale, les étudiants profiteront du temps libre pour tout rendez-vous ordinaire avec la Direction. Bien vouloir s’adresser aux membres de l’Administration de préférence en tenant compte de leur domaine de compétence (Direction, discipline, paiements, documentation, site internet, etc.). Secrétariat Le secrétariat est ouvert du lundi au vendredi, sauf de la mi-juillet à la mi-août (du 18/07 au 18/08/2014). La secrétaire reçoit à partir de 10h30. Prière à tous de respecter cet horaire. Bibliothèque La bibliothèque est ouverte de 8h à 13h. Eventuellement, le stagiaire documentaliste pourrait assurer une permanence en salle de consultation pendant les horaires extraordinaires autorisés sur demande écrite. L’accès à la bibliothèque, à compter de la date de clôture des inscriptions administratives, requiert la présentation de la carte d’étudiant ou d’une carte d’abonné à la bibliothèque de l’ISPSH. Horaire des cours La matinée de cours s’étend de 8h à 13h10. Certains cours et ateliers/séminaires ou TP/TD auront lieu dans l’après-midi et le samedi matin si nécessaire. Le lundi, le mot du matin a lieu à 7h45, et sera affiché et envoyé par e-mail sur demande (par ex. aux formateurs). Site internet & informations supplémentaires Page web : www.ispshdblome.com Logiciel d’administration académique : ECOLAS Interfaces e-learning : Moodle & Limesurvey (enquêtes & sondages) Gestion de la bibliothèque : Migration de WinISIS vers PMB.

5


Où sommes-nous ? Depuis le Boulevard N°2, sortir au Nord-Est de l’Hôtel Sarakawa (Mercure) et longer l’Avenue Mobutu Sese Seko, jusqu’au CAMA, adjacent à l’ISPSH Don Bosco.

CAMA I.S.P.S.H. Don Bosco

Coordonnées GSP (au portail de la Maison Don Bosco) http://www.openstreetmap.org/index.html?mlat=6.149169&mlon=1.266 833&zoom=17&layers=M

6


Administration de l’ISPSH Don Bosco PRESIDENT R.P. Faustino Garcia PEŇA Tél. : (+225) 21 28 89 63 fausgpe@gmail.com DELEGUE A LA PRESIDENCE R.P. Aurélien AHOUANGBE Tél. : (+228) 99 43 41 05 ahouangbe@ispshdblome.com DIRECTEUR ACADEMIQUE Rev. Dr. Alphonse OWOUDOU Tél. (+228) 92 16 86 98 / (+228) 97 02 80 80 direction@ispshdblome.com ADMINISTRATEUR & ECONOME R.P. Jésus Benoît BADJI Tél. : (+228) 92 39 73 38 / 98 04 77 63 econome@ispshdblome.com PREFET DES ETUDES & CHARGE DE DISCIPLINE R.P. Marius JIODIO Tél. : (+228) 92 65 72 74 / 98 00 71 35 marius@ispshdblome.com BIBLIOTHECAIRE DOCUMENTALISTE M. Kokou Parfait KOFFI Tél. : (+228) 92 44 87 46 bibliotheque@ispshdblome.com WEBMASTER RESEAU ECOLAS M. Ayao John BOBI Tél. : (+228) 91 55 77 83 / (+228) 99 48 33 08 bigjohn02tw@yahoo.fr PROGRAMMATION SITE INTERNET M. Kagni Aristide KUEVIDJIN Tél. : (+228) 91 55 77 83 geovaniaristido@yahoo.fr ASSISTANCE INFORMATIQUE & RESEAUTIQUE M. Adokoe A. AKUE-GEDU Tél. : (00228) 22 22 32 62 / (+228) 90 36 14 34 SECRETAIRE ACADEMIQUE Mme Régine APEDO-ATTI Tél. : (+228) 90 08 70 43 / (+228) 99 90 94 70 secretaire@ispshdblome.com

7


Quelques dates importantes de cette année académique Harmattan 16-20 septembre 2013.

30 septembre 2013.

Mardi 1er octobre 2013.

Lundi 07 octobre 2013. Lundi 04 Novembre 2013. Du 22 Nov. au 10 Déc. 09 Décembre 2013. 20 décembre 2013. Lundi 06 janvier 2014. Lundi 13 janvier 2014. Du 27 au 31 Février 2014. Mousson Lundi 07 février 2014. Lundi 25 février 2014. 11 Avril 2014. Lundi 28 avril 2014. Vendredi 17 Mai 2014. Lundi 26 Mai 2014. Du 05 au 06 Juin 2014. Lundi 10 Juin 2014. Vendredi 17 Juin 2014.

Session d’approfondissement en langue française (L 1 & 2) et Méthodologie (Licences 3); Célébration d’ouverture & Leçon inaugurale - invité 2013 : Dr Gatterre Francis, Anthropologue. Début des cours. Session d’Anthropologie des religions (Licence 3 philo = 40h). Rentrée Master 2. Rentrée Master 1. Foire Internationale des Grandes Ecoles. Table-ronde du prof. Kä Mana à l’ISPSH. Congés de Noël. Affichage des Examens Clôture Soutenances Master 2010-2012. Reprise des cours. Examens Semestres 1, 3 et 5. Semaine culturelle & « Portes Ouvertes » Fête de l’Institut (Vendredi 31 Janvier).

Début des cours — Stage (Master II). Examens Master Philo (du 25 au 28/02). Congés de Pâques. Reprise des cours. Fin des cours (sauf Licence ScEduc.). Examens Semestres 2, 4 et 6. Rapports de stage & synthèses philo. Jury de délibération. Clôture de l’année académique. Relevés & attestations de réussite. Du 07 au 12 Juillet 2014. Examens et délibération Master. Vendredi 03 octobre 2014. Clôture soutenances Master 2013/14.

8


ISPSH : Institution Salésienne d’Enseignement Supérieur L'identité de l’ISPSH se réfère à sa nature en tant qu’une Institution Universitaire Salésienne (IUS), actuellement l’unique de langue française dans le monde entier. Les IUS sont donc, comme leur nom l’indique, des institutions d'enseignement supérieur, (1) d’inspiration chrétienne, (2) à caractère catholique, et (3) de charisme salésien. En tant qu’institution d’enseignement supérieur, l’ISPSH est appelé à être une communauté universitaire engagée dans le développement de l’étudiant et du patrimoine culturel et scientifique de la société, à travers la recherche, l'enseignement et le service rendu à la société. Éléments de l'identité de l’ISPSH en tant que IUS Toutes ces notions confèrent à L’ISPSH Don Bosco une identité particulière face à l'Église et à la société, par rapport à l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur dont il est un nouvel interlocuteur. En même temps, cette identité se traduit par une série d'éléments qui caractérisent et définissent le caractère spécifique de chaque IUS, éléments dont la Congrégation salésienne veut s’assurer qu’ils soient présents dans chacune de ses institutions. Ces éléments sont: a) L'option pour les jeunes de la classe populaire. L'option pour l'enseignement supérieur suppose l'intention de ne pas abandonner les jeunes au moment le plus important de leur vie, de les accompagner au moment le plus décisif de leur processus de maturation, celui où ils prennent des décisionsclés: apprendre un métier, commencer à travailler, fonder une famille, etc. En correspondance avec l'ouverture de l'université aux classes moyennes et populaires, la Congrégation Salésienne a décidé d'être présente dans l'enseignement supérieur afin que les jeunes aient un accès réel à ce niveau de formation, qui n'est désormais plus le privilège d'une élite, mais un droit pour tous les jeunes et une condition préalable pour le développement des nations. Cela constitue son patrimoine éducatif et charismatique, traduit dans une manière particulière d'être présente dans l'enseignement supérieur. En conséquence, il faut des choix spécifiques (cf. Identité, §19):  Promouvoir l'accès des jeunes qui viennent des milieux populaires et du monde du travail;  Orienter la recherche, l'enseignement et les services

9


 

culturels vers la connaissance de la condition des jeunes, en particulier des moins favorisés, en vue de la transformation de cette condition; Former des personnes préposées à la justice pour participer activement, et de l’intérieur, à la construction d’une société plus solidaire et plus humaine; Promouvoir des programmes de formation qui auront un impact sur l'éducation ainsi que sur les stratégies et les politiques de la jeunesse.

b) La construction d'un projet institutionnel axé sur les valeurs chrétiennes et salésiennes (Le système éducatif).

c)

La présence d'une communauté universitaire engagée dans le projet. La communauté universitaire est le «sujet» de la mission. Cela implique que l'activité éducative soit le résultat d'efforts coordonnés et de la responsabilité conjointe de tous ceux qui sont présents, salésiens, autres consacrés et laïcs, chacun selon son rôle au sein de l'institution: Conseil de direction, personnel d’administration et de service, conseil scientifique, professeurs et étudiants. Il s’agit, en d’autres termes, de tous ceux et celles qui travaillent à la réalisation du projet institutionnel et le rendent possible. L'importance de la communauté universitaire exige un environnement dans lequel la personne humaine soit au centre, où le dialogue et la coopération soient à la base des rapports mutuels, et une méthode de travail par laquelle la présence d'éducateurs éveille chez les jeunes l'amour de la vérité et de la vie. C'est ce que, dans la tradition salésienne, nous entendons par « esprit de famille ».

d) L'intention éducative et pastorale. Objectifs du processus des IUS Les principaux objectifs de ce processus sont au nombre de deux, à savoir : a) Mettre en place l'identité de l'ensemble des IUS et fournir des directives générales qui permettent à chaque communauté universitaire de développer un projet culturel, scientifique, éducatif et pastoral clair. b) Assurer la qualité et le développement de chaque IUS en tant qu'institution d'enseignement supérieur pour qu'elle puisse répondre aux besoins et aux défis du contexte dans lequel elle se trouve.

10


Pour comprendre l'importance et l'intégration des axes stratégiques choisis pour les IUS, nous pouvons utiliser l’image d'un arbre: À la base de cette figure, il y a les personnes, représentées par les racines; au milieu se trouvent les institutions, représentées par le tronc d'arbre ; et sur la partie la plus visible se trouve le réseau, représenté par les branches et les fruits. Quelques défis Le processus ne s'arrête pas ; il continue à se développer en tant que résultat du travail et de l'engagement de toutes les institutions. Au mois de juillet 2012, la sixième Assemblée Générale des IUS s’est tenue à Rome, en Italie, réunion où ont été étudiées les « politiques » de la période 2003-2011, et de nouvelles politiques qui guideront l'ensemble des Institutions dans les quatre années à venir. Cette VIème assemblée a vu la participation, pour la toute première fois, des trois Instituts Supérieurs de la Région Afrique et Madagascar, dont deux de langue portugaise (Maputo & Luanda) et une de langue française, en l’occurrence l’ISPSH Don Bosco de Lomé. Parmi les principaux défis auxquels l'Assemblée VI a fait face, il s’agissait de: a) Poursuivre le développement du modèle de l'Université Salésienne, un processus qui implique l'adaptation du charisme salésien au niveau de l'enseignement supérieur. b) Élargir la participation des institutions dans les différents continents, en particulier l'Asie et l'Afrique. c) Promouvoir la capacité institutionnelle de chaque IUS d’élaborer un projet institutionnel qui réponde à la condition du territoire où il se situe. d) Veiller à la formation des gestionnaires et des enseignants. Reconnaissance du C.A.M.E.S. L’Institut Supérieur de Philosophie et des Sciences Humaines fait partie des œuvres de la Maison Don Bosco (MDB), fondée sur l’initiative de la Conférence ibérique (Espagne et Portugal). Conformément à l’accord du 29 octobre 1986, ratifié par le Recteur Majeur de la Congrégation des Salésiens de Don Bosco, le 2 janvier 1987 (Rome), et selon l’agrément d’accord signé entre l’Archevêque de Lomé, Mgr R. C. Tonyui Messan DOSSEH-

11


ANYRON et le Supérieur Régional des Salésiens, le 29 juin 1987. Le 9 décembre 2003, à Dakar, la Commission II « Lettres et Sciences Humaines » du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES), a donné un avis favorable pour la reconnaissance et l’équivalence du DEUG en Philosophie et Sciences Sociales. Le 07 décembre 2005, le CAMES a accordé la reconnaissance et l’équivalence des deux Licences en philosophie et sciences de l’éducation. En ce qui concerne notre demande pour la reconnaissance de l’équivalence de nos Master, voici un extrait du procès verbal des travaux de la Commission N° II.

La Commission s’est réunie du mardi 15 au mercredi 16 mai 2012 à l’Université de Parakou (…). Résultats de l’examen des dossiers : 3.1 – Le recours de l’Institut Supérieur de Philosophie et Sciences Humaines Don Bosco. L’examen de la requête introduite par l’Institut (…) a fait l’objet d’une analyse qui a nécessité des renseignements complétés par une copie de l’Arrêté n°096/MENR/SG du 10 juin 1999. Sur la base de ces nouveaux éléments, la Commission a émis un avis favorable pour la reconnaissance et l’équivalence du Master de recherche en philosophie, spécialité Philosophie du développement, et du Master professionnel en sciences de l’éducation, spécialité Conception, gestion et évaluation des projets éducatifs pour les pays en développement. Les délibérations de la Commission restent provisoires jusqu’à leur double validation par le Comité Consultatif Général (CCG), lors de sa session du 16 au 24 juillet 2012, à Abidjan, et par le Conseil des Ministres en avril 2013. Envoyé par M. Zakari LIRE, responsable du Centre d’Infos du CAMES. Visée du programme L’Institut Supérieur de Philosophie et des Sciences Humaines est un centre destiné à la formation générale en philosophie et sciences sociales (4 Semestres de tronc commun) et 2 Semestres pour obtenir la Licence en Philosophie ou en sciences de l’éducation. L’ISPSH est ouvert aux Salésiens de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Tropicale-Equatoriale, aux autres congrégations religieuses et aux laïcs, sans discrimination aucune.

12


Objectifs de l’ISPSH L’Institut propose :

a) D’aider les jeunes à réaliser une synthèse culturelle, intellectuelle et religieuse qui réponde aux exigences fondamentales de la formation académique en Afrique, et dans une visée humaniste, éthique et spirituelle ;

b) D’une part, d’harmoniser les matières philosophiques, les sciences sociales et de l’éducation, et, d’autre part, de les intégrer dans un champ d’action plus vaste et même transversal : o avec les sciences de l’homme et de la société à partir des requêtes de la culture d’aujourd’hui ; o avec les exigences de croissance dans la foi et les demandes de formation à la salésianité « centrée sur Don Bosco éducateur et sur le Système préventif » ;

c) De renforcer les fondements de jugement et d’action de celui/celle qui se prépare à être un agent créatif dans sa fonction éducative et pastorale ;

d) De former la faculté à raisonner qui aboutisse à un noyau fondamental d’affirmations, rattachées à la Révélation, et ouvertes aux problèmes de la pédagogie et de la culture actuelle ;

e) De poursuivre un parcours académique au-delà de la Licence, dans le système LMD en vigueur parmi de plus en plus d’universités civiles. Compétences des membres de l’administration élargie Tenant compte des recommandations du CAMES et de la création du Conseil Scientifique et Pédagogique sur proposition du Directeur académique, le Curatorium approuve la redéfinition des compétences des membres de l’Administration de l’ISPSH comme suit : Le Curatorium Il est composé des personnes suivantes : - Provincial de l’AFO qui préside, ou son Vicaire, en cas d’absence ou d’empêchement ; - Provincial de l’Afrique Tropicale Equatoriale, ou son délégué ;

13


-

Provincial de l’AFW (Afrique Occidentale de langue anglaise) ; Trois membres de l’Institut ; Le Directeur académique de l’Institut ; Le Directeur de la Maison Don Bosco ; L’Econome-administrateur.

Le Curatorium : - veille sur le respect des objectifs de l’Institut, à lumière des Orientations du Dicastère de la Pastorale des Jeunes en particulier des IUS, et du Dicastère pour la Formation ; - définit le plan de développement de l’Institut ; - apprécie et autorise l’exécution de nouveaux programmes et du budget annuel ; - entérine les nominations des responsables de l’Institut. Le Conseil de direction Le Conseil de Direction, qui comprend le Directeur académique, l’économe, le préfet des études et le délégué à la présidence, représente le Curatorium qui lui délègue la compétence d’entourer le Directeur académique dans l’exécution du plan de développement de l’institution et le bon déroulement des programmes autorisés par les provinciaux. Le Directeur académique consulte le Conseil de direction chaque fois qu’il le faut, sur toute question relative à la vie de l’Institut et aux décisions ayant une valeur normative. Ordinairement, le Directeur convoque une rencontre mensuelle de son Conseil. Des concertations extraordinaires peuvent être sollicitées pour délibérer sur des propositions urgentes du Conseil scientifique et pédagogique, de l’Assemblée des enseignants ou des formateurs des Instituts adhérents. Le Directeur académique Il est nommé par le Curatorium. Il est assisté dans la gestion de l’Institut par le Conseil de Direction, et plus immédiatement par l’Econome-administrateur, le Préfet des études chargé de discipline, le Conseil Scientifique et Pédagogique (CSP), et les chefs de parcours. Il gère l’Institut selon les orientations approuvées par le Dicastère salésien de la Pastorale des Jeunes - à travers les politiques promulguées par les IUS - et contextualisées par le Curatorium sousrégional. Il rend compte de la gestion et du fonctionnement de l’Institut au Curatorium.

14


De manière spécifique, le Directeur de l’Institut: - veille au bon fonctionnement des parcours ; - agit comme garant, avec les membres du Conseil de Direction, de l’harmonie et de la synergie entre l’ISPSH, les Universités d’Etat, le CAMES, les différents Instituts de vie consacrée, les laïcs et tous les partenaires de l’Institut; - facilite la convergence de toutes les compétences charismatiques, professionnelles, scientifiques et culturelles, à l’intérieur du projet commun, en vue de la réalisation des objectifs de l’ISPSH ; - vise les relevés de notes, les attestations de diplômes et les procès-verbaux des soutenances en Master ; - autorise l’élaboration et d’éventuels amendements des emplois du temps ; - approuve le budget et les orientations économiques suggérées par l’Econome administrateur au Conseil de Direction, et rend compte chaque année au Curatorium ; - est le directeur administratif de la revue scientifique « Mosaïque ». Le Préfet des Etudes et chargé de discipline Il est nommé par le Curatorium, et collabore étroitement avec la Direction académique dans le cadre du Conseil de direction, avec le Conseil scientifique, avec les chefs de parcours et le Conseil des étudiants. Le Préfet des études : - coordonne l’organisation des enseignements et des évaluations dans les divers parcours ; - vérifie la tenue des cahiers de texte par les étudiants délégués et en rend compte directement à l’Administrateur économe ; - veille à la discipline et au respect des règlements de l’Etablissement ; - facilite le fonctionnement du Conseil des étudiants et sa représentation au Conseil pédagogique et à l’Assemblée des professeurs. - supervise le Conseil des étudiants dans l’organisation des activités para-académiques, en particulier de la Foire des Grandes Ecoles, de la semaine culturelle et des fêtes de l’Institut ; - prête attention à la gestion de la bibliothèque et aux différentes activités du secteur des NTIC mis en place par l’Institut.

15


L’Econome administrateur Il est nommé par le Curatorium. - Il assure, coordonne et veille sur le budget de l’ISPSH ; - En concertation avec le Directeur académique et le Conseil de direction, il gère et administre les fonds et les sources financières attribuées au fonctionnement économique de l’ISPSH Don Bosco ; - Il fait les recettes, paie et engage les dépenses ; - Il assure les moyens matériels nécessaires au bon fonctionnement de la structure académique et de ses ressources humaines et matérielles; - Il exerce sa responsabilité au sein du Conseil d’administration de l’ISPSH Don Bosco. Le Conseil Scientifique et Pédagogique Le Conseil Scientifique et Pédagogique est composé comme suit : - Président du Conseil Scientifique et Pédagogique ; - Directeur académique ; - Préfet des études chargé de discipline ; - Les chefs de parcours Licence ; - Les chefs de parcours Master ; - Un représentant des enseignants de chaque parcours ; - Des membres invités. Le président dudit Conseil est un Professeur Titulaire ou Maître de conférences intervenant à l’ISPSH, nommé pour une période déterminée. Il peut être révoqué, soit par le Curatorium, soit par le Directeur académique, conformément aux termes de son contrat avec la Direction. A la demande du Directeur académique, le président du CSP: - convoque ledit Conseil ; - coordonne l’élaboration des nouveaux programmes à présenter au Curatorium par le Conseil de Direction ; - soumet au CSP les demandes d’inscription des étudiants pour étude ; - soumet au CSP les dossiers de recrutement des enseignants pour étude ; - présente à l’Assemblée des professeurs les délibérations soumises ou à soumettre au Conseil de Direction ; - soumet au CSP des jurys d’examen et de soutenance à la demande de la Direction académique ;

16


-

veille, en dialogue avec le Préfet des études et les chefs de parcours, sur l’harmonisation des critères d’évaluation des contrôles, des mémoires et rapports de soutenance ; vise les rapports de soutenance avant leur dépôt à la Direction académique.

Les chefs de parcours Les chefs de parcours sont nommés, et peuvent être révoqués, par le Directeur académique, après consultation du Conseil de Direction. Chaque chef de parcours : - est responsable pédagogique d’une filière académique ; - oriente et coordonne sa filière à la lumière des éclairages du CSP dont il est un membre permanent ; - veille à l’organisation des cours, des contrôles et des examens, en concertation avec le Préfet des études et le Secrétariat ; - intervient comme accompagnateur/moniteur des étudiants, en qualité de membre permanent à la fois de l’Assemblée des professeurs et du CSP ; c’est dans ce cadre qu’il vérifie leur idonéité à passer des examens, à présenter leur rapport de stage, leur synthèse ou leur mémoire de fin de cycle ; - soutient les étudiants dans la recherche et la production de leurs travaux scientifiques (articles, portefeuilles, mémoires & publications). Le Conseil de discipline 1. Le Conseil de discipline est une instance éducative et morale de l’Institut, composée de membres désignés par le Directeur académique. Sont membres permanents du Conseil de discipline : - Le préfet des études, chargé de la discipline ; - Le chef de parcours Licence Philosophie ; - Le chef de parcours Licence Sciences de l’éducation ; - Un représentant des enseignants de l’ISPSH ; - Un représentant des parents/tuteurs/formateurs, selon les cas ; - Sont invités en fonction de la gravité de la situation un supérieur religieux ou un tuteur et, si besoin est, le doyen des étudiants. 2. Le Conseil de discipline étudie les questions disciplinaires qui lui sont soumises par le chargé de discipline de l’Institut. Il est compétent pour statuer sur les fautes disciplinaires commises

17


d’une part par les personnels enseignant-chercheur, administratif et technique, et d’autre part, par les étudiants. 3. La personne en cause en cause peut se faire assister d’un tuteur, d’un formateur ou d’un enseignant de son choix, sans que cette faculté ne puisse retarder le cours de la procédure. 4. Le Conseil de discipline de l’ISPSH peut prononcer des sanctions allant de la réprimande à l’exclusion, conformément à l’article 14 du Règlement intérieur de l’Institut. En cas de cotestation, l’intéressé peut saisir le Conseil de Direction et, en dernier recours, le Curatorium. Le Directeur de la rédaction de « Mosaïque » Il est nommé et peut être révoqué par le Directeur académique. Il est chargé de veiller à la scientificité des articles et du montage technique des numéros de la Revue. Le Bibliothécaire documentaliste Il est choisi par le Conseil de Direction de l’Institut, en harmonie avec les critères de Gestion des Ressources Humaines approuvés par le Curatorium. Le bibliothécaire ou documentaliste : -

18

assure la gestion des ressources documentaires et la diffusion sélective de l’information ; s’occupe de toutes les tâches techniques liées à son domaine professionnel (acquisition, saisie et enregistrement, catalogage, estampillage des nouveaux documents) ; gère et surveille la salle informatique aux heures de consultation ; oriente et assiste les enseignants-chercheurs et les étudiants dans la recherche bibliographique et documentaire ; propose un budget pour les activités directes et virtuelles de l’apprentissage (services administratifs) ainsi que des logiciels documentaires ; contribue à la formation des étudiants dans l’utilisation des bases de données ; anticipe et analyse les besoins de l'Institut dans le domaine bibliographique et documentaire.


La Secrétaire Elle est choisie par le Conseil de Direction de l’Institut, en harmonie avec les critères de Gestion des Ressources Humaines approuvés par le Curatorium. La secrétaire de l’Institut : - gère les rendez-vous et l’emploi du temps de la Direction ; - prend en charge la correspondance professionnelle de la Direction et maintient le contact avec les partenaires de l’Etablissement ; - organise les réunions/assemblées, des tables-rondes/congrès, les examens et les soutenances dont elle fait le compte rendu ou le relevé de conclusions ; - sélectionne les informations et les documents provenant des différents services (Direction, CSP, enseignants et étudiants ou partenaires), et transmet aux services concernés les instructions émanant de la Direction ; - assure la préparation et l’archivage des dossiers, rassemble les informations nécessaires à la prise de décision et les transmet aux destinataires internes et/ou externes.

19


Conditions d’admission annuelle à l’ISPSH  Copie légalisée de l’acte de naissance ;  Copie légalisée du BAC ou autre diplôme strictement équivalent ;  Dernier relevé de notes de l’école fréquentée ;  Deux photos d’identité  Fiche d’inscription (à retirer au Secrétariat) dûment remplie ;  15.000 Fcfa de frais d’inscription annuelle non remboursables ;  5.000 Fcfa de frais de dossier à la première inscription ;  10.000 Fcfa de frais de dossier pour le Master ;  10.000 Fcfa de frais divers ;  300.000 Fcfa de scolarité en Licence 1 (Semestres 1 & 2) ;  300.000 Fcfa de scolarité en Licence 2 (Semestres 3 & 4) ;  350.000 Fcfa en Licence 3 (Semestres 5 & 6 : Philo ou ScEduc.) ;  400.000 Fcfa en Master 1 (Philosophie ou Sciences Educ.) ;  425.000 Fcfa en Master 2 (Philosophie ou Sciences Educ.) ;  Une lettre de recommandation d’un parent ou tuteur/supérieur. Ces tarifs s’appliquent aux étudiant(e)s en situation régulière. Il est possible de s’en acquitter en deux ou trois tranches semestrielles, en se souvenant que l’inscription (Septembre) et le paiement de la moitié des frais pédagogiques semestriels (ordinairement 30 Crédits) conditionnent la participation aux examens des UE sollicitées. Pour rattraper une UE, remplir les conditions ci-après:  Fiche d’inscription (à retirer au Secrétariat) dûment remplie et documents sus-cités ;  15000 Fcfa de frais d’inscription académique (ces 2 conditions ne s’appliquent guère si l’on est déjà inscrit pour l’année en cours);  Frais d’inscription pédagogique selon la valeur de l’UE sollicitée. Autrement dit :  1 crédit en Tronc Commun (Semestres 1, 2, 3 & 4) = 5.000 Fcfa  1 crédit en Licence 3 (Semestres 5 & 6) = 5.835 Fcfa  1 crédit en Master 1 = 6.670 Fcfa  1 crédit en Master 2 = 7.085 Fcfa.

20


Les mémoires de Master sont couverts par les frais ordinaires du quatrième semestre (extension jusqu’en fin septembre). Le ème prolongement sur une nouvelle année académique équivaut à un 5 semestre (i.e. non validation de l’UE de Soutenance), auquel cas les présentes conditions de réinscription académique entrent en vigueur, en sachant que l’UE EDU 650 (Rédaction et soutenance de Master professionnel) vaut 15 crédits ECTS chaque année en Sciences de l’éducation, et 25 ECTS pour l’UE PHI 421 (Soutenance de mémoire) en Philosophie. Ces mesures se fondent sur le principe de semestrialisation des Unités d’Enseignement autonomes en LMD. Les candidat(e)s en Master 2 veilleront, en norme générale, à porter leur Mémoire à terme dans les délais ordinaires (4 semestres).

Architecture générale des offres de formation à l’ISPSH

Le Premier cycle Il consiste en une formation initiale de quatre semestres en Tronc Commun, puis des semestres 5 & 6 selon les parcours de philosophie et de sciences de l’éducation. Restant sauves les normes de validation des 4 semestres d’études ecclésiastiques de philosophie pour les candidats au sacerdoce et/ou à la vie religieuse, ce cycle est

21


généralement transitoire et est sanctionné par le grade académique de Licence (ou Bachelor). La Licence tend de plus en plus à acquérir des orientations professionnelles en vue du Master Professionnel, ou une option Recherche (aussi appelée Généraliste), et dans ce cas, elle débouche sur un Master en Recherche. Le Second cycle Il conduit à un Master obtenu en 4 semestres, et comporte deux options : une option professionnelle, dirigée vers l’enseignement, ou vers des compétences professionnelles/artistiques particulières, et une option approfondie, qui prépare à la recherche scientifique. (cf. G. Gourène et al., Aperçu de la Réforme LMD, Bouaké, 2006). Volume horaire Selon les exigences du LMD en termes de volume horaire, l’ISPSH est passé récemment de 360 heures d’enseignement présentiel par semestre à 400 heures, à raison de 6 heures de cours par jour, pendant 13 semaines. Des efforts sont consentis cette année (20132014) pour atteindre un plafond de 442 heures, compte tenu de l’importance des ateliers et autres formes de Travaux pratiques et/ou dirigés. Chaque crédit ECTS capitalisé correspondra donc à environ 20 heures de travail dont 14 d’enseignement magistral et 6 de Travaux pratiques ou personnels de l’étudiant. On l’aura compris, nos volumes horaires sont modulés selon une périodicité semestrielle, soit 13 er semaines de 34h de cours pour le 1 semestre (Harmattan) et 13 semaines également pour le second (Mousson). Au cours du semestre l’Institut prévoit une semaine d’examens (mi-janvier et fin mai) et une semaine pédagogique pour les enseignants. Codes de référence Dans la liste des cours présentés dans cet annuaire, chaque matière est précédée d’un code dont voici la signification : PHSH. LPH. EDU. PHI. MEDU.

Philosophie et Sciences Humaines (L1 & L2) Philosophie (L3 Philo) Sciences de l’Education (L3 scEduc.) Master Philosophie Master Sciences de l’Education

Le chiffre N° 1 marque le niveau d’enseignement ; Le chiffre N° 2 marque le groupe auquel appartient la matière ; (1 = cours fondamental ; 2 = cours spécialisé ou optionnel ; 3 = langue, matière appliquée, séminaire) dans son groupe d’appartenance (ex. PHSH. 111 > Introduction à la Philosophie)

22


Notation 1/ Indications générales Le système d’évaluation est celui des contrôles continus sur le contenu de l’UE (Unité d’enseignement): a) Travaux Dirigés (TD), exposés, contrôles de connaissances; b) DST supervisé par le Préfet des études, et examen semestriel. 2/ Modalités de passage en cours supérieur  Avoir capitalisé le nombre de crédits (30 crédits par semestre);  Avoir réalisé ses heures de travail personnel et de recherche par semestre et de partipation assidue aux enseignements présentiels ;  Tronc commun + Licence = 6 semestres = 180 crédits;  Master I et II = 4 semestres = 120 crédits;  Rapport de synthèse et de stage (Travail de fin d’études) avec sa copie digitale, deux exemplaires imprimés et un extrait (abstract) d’une page, après corrections;  En règle générale, le jury de délibération vérifiera les dossiers des candidat(e)s ayant validé au moins la moitié des UE offertes dans le semestre; en-deçà d’un tel pourcentage, le/la candidat(e) devra répéter le semestre, en validant les UE manquantes et, si possible, d’autres UE du même cycle s’il/elle y est admis(e) selon le profil d’entrée défini par chaque enseignant. 3/ Evaluation Finale Il n’existe plus d’évaluation finale globale sur l’ensemble du Cycle (Licence ou Master) : la notation par UE correspond à 12/20 dans toutes les UE fondamentales sur les 4 ou 6 semestres de cours (devoirs, séminaires, exposés, portefeuilles, travaux de recherche et/ou examens). Une note de 10/20 ne sera acceptable que dans les UE optionnelles ou instrumentales (Outils).

23


La cotation des travaux et examens se fait en accord avec le barème international suivant :

Mention

30

Summa cum laude

30

Magna cum laude

20 18-20 Excellent

9,66

97

28

Très bien

9,33

93

9

90

26

14-15,9

8,66

87

25

Bien

8,33

83

8

80

23

12-13,9

7,66

77

22

Assez bien

7,33

73

7

70

21

Probatus

20

10-11,9

6,66

67

19

Passable

6,33

63

6

60

18

24

100

16-17,9

24

Bene probatus

10

29

27 Cum laude

Note 10 100

U.S.A. A. Excellent (4 grade points) B. Very good (3 grade points)

C. Good (2 grade points)

D. Pass (1 grade points)


Sur le suivi des activités de recherche à l’ISPSH

Décision Portant mécanismes de suivi des activités de recherche à l’ISPSH Don Bosco Le Directeur académique, après avis issu de la délibération du 24/06/2013 du Conseil Scientifique et Pédagogique. DECIDE 1. Le suivi, par la direction académique, des activités de recherche et d’encadrement de recherche se fait à l’aide de la fiche d’encadrement des travaux de recherche. 2. Les pré-projets sont déposés au secrétariat académique et transmis au chef du parcours concerné. 3. Le chef de parcours réunit un jury qui attribue à chaque préprojet un directeur de recherche. 4. Le chef de parcours propose un jury. 5. Le CSP se prononce sur le jury pour la soutenance au vu de la fiche d’encadrement remplie et dûment signée par le directeur de recherche. 6. La fiche de suivi d’encadrement des activités de recherche se présente comme suit :

25


Nom et prénoms de l’étudiant :…………………………………………….. Thème de recherche : ………………………………………………………. Type de travail de recherche : ……………………………………………... Nom, prénoms et grade du directeur de recherche : …………………….

Phases de l’encadrement Soumission du pré-projet Désignation du directeur de recherche Révision du pré-projet avec le directeur désigné Acceptation du projet de recherche par le directeur Recherche documentaire Recherche empirique Elaboration et acceptation du plan de rédaction er 1 point sur l’avancement de la rédaction 2è point sur l’avancement de la rédaction 3è point sur l’avancement de la rédaction Point global sur le travail entièrement rédigé Accord de dépôt du mémoire par le directeur Désignation du jury de soutenance

26

Période

Observations

Signature Chef du parcours Jury Directeur de recherche Directeur de recherche Directeur de recherche Directeur de recherche Directeur de recherche Directeur de recherche Directeur de recherche Directeur de recherche Directeur de recherche Directeur de recherche CSP


Critères de sélection des candidats au grade de Master

Décision Portant critères de sélection des candidats au grade de master à l’ISPSH Don Bosco Le Directeur académique, après avis issu de la délibération du 24/06/2013 du Conseil Scientifique et Pédagogique DECIDE 1. Dossier de candidature Le dossier de demande d’inscription dans les divers masters de l’ISPSH Don Bosco comprend les pièces ci-après : Une lettre de demande adressée au Directeur académique précisant le master sollicité par le candidat ; - Un pré-projet de recherche (au plus 2 pages) comportant le thème, la description de la problématique et une brève bibliographie ; - Une copie légalisée de l’attestation du diplôme de licence ou d’un titre équivalent obtenu dans une mention qui conduit au master sollicité ; - Une copie légalisée du relevé de notes du parcours licence ou du parcours équivalent - Une copie légalisée de l’acte de naissance - Une copie légalisée de nationalité - Une somme de 10.000 F CFA comptant pour frais d’étude de dossier. 2. Modalité de présélection - Sont présélectionnés au master les candidats dont les dossiers sont recevables et qui ont obtenu en Lience ou dans le parcours équivalent, au moins, 12/20 dans les 2/3 des unités d’enseignement ou des matières préparant à la spécialité demandée. - La liste des UE et matières concernées est établie par un jury de sélection proposé par le Conseil Scientifique et Pédagogique et approuvé par le Directeur académique. - Les candidats présélectionnés passent un examen oral devant le jury.

27


3. Modalité de sélection définitive - A l’issue du test oral le jury établit une liste des candidats suivant l’ordre de mérite ; - Sont définitivement sélectionnés pour s’inscrire en master les candidats ayant obtenu au moins une note supérieure ou égale à 12/20 à l’examen oral ; - Le nombre de candidats retenus par chaque jury est compris entre 10 et 20 ; - Les résultats proclamés par le jury sont transmis par le président du CSP au Directeur académique.

28


TRONC COMMUN – LICENCE 1 Semestres 1 & 2 (Tronc Commun) Harmattan 1 UE fondamentales PHSH 111. Introduction à la philosophie (5 ECTS – Ezouah) PHSH 112. Histoire de la philosophie antique I (5 ECTS – Assivon) PHSH 123. Introduction à l’anthropologie sociale et culturelle (5 ECTS – Jiodio) PHSH 120. Introduction aux sciences de l’éducation (3 ECTS – Gnansa) UE outils PHSH 121. PHSH 133. PHSH 134. PSHS 146.

Méthodologie générale (3 ECTS – Jiodio/Faly) Français (2 ECTS – Badagbor) Anglais (2 ECTS – Dossavi) Initiation à l’Informatique et aux TIC (2 ECTS – Bobi)

UE optionnelles PHSH 126. Méthodologie de la rédaction philosophique (3 ECTS – Napakou) PHSH 131. Latin I (2 ECTS – Badagbor) PHSH 132. Grec I (1 ECTS – Kisito) PHSH 144. Pédagogie générale (3 ECTS – Gnansa) PHSH 143. Introduction à la Bible (3 ECTS – Kisito) Mousson 1 UE fondamentales PHSH 113. Introduction à la philosophie morale (4 ECTS – Kouvon) PHSH 115. Logique classique (4 ECTS – Akue Adotevi) PHSH 122. Introduction à la sociologie (3 ECTS - Atchrimi) PHSH 124. Introduction à la psychologie (3 ECTS - Kpoffon) PHSH 125. Intro. sciences de la communication (2 ECTS - Lowa) PHSH 147. Histoire de la philosophie antique II (5 ECTS – Assivon) UE optionnelles PHSH 116. Système éducatif et préventif (2 ECTS – Ahouangbé) PHSH 137. Grec II (1 ECTS – Kisito) PHSH 142. Initiation à la pédagogie catéchétique (2 ECTS – Ahouangbé) PHSH 144. Pédagogie générale (3 ECTS-Gnansa) PHSH 136. Introduction à la philosophie pratique (2 ECTS - Badji)

29


PHSH 145. Introduction à l’éducation traditionnelle africaine (2 ECTS - Owoudou) DESCRIPTION DES UNITES D’ENSEIGNEMENT SEMESTRES 1 & 2 Cours de langue intens(ifs) pour les candidat(e)s non francophones Elaboré par le Dr MOLLEY L.K.M. Anatole Préambule « Il n’y a pas de solution magique pour apprendre une langue, dit-on souvent, ni de ‘‘code génétique national’’ plus apte que d’autres à l’apprentissage linguistique ». Pour mieux parler une langue, il faut tout simplement mieux apprendre cette langue, qui exige bien évidemment patience et beaucoup de pratique. Il est préférable de pratiquer la langue avec plusieurs interlocuteurs, réels ou fictifs. L’immersion obligera le cerveau à assimiler plus rapidement et durablement le VOCABULAIRE et la GRAMMAIRE afin de se faire comprendre des autres. Présentation Notre préoccupation première est de contribuer à la maîtrise de la langue française par des étudiants non francophones désireux de prendre une inscription dans notre Institut ISPSH. Un encadrement sérieux et efficace les aidera à comprendre et à se faire comprendre rapidement en français. Les cours de langue intensifs favorisent l’insertion de l’étudiant non francophone au sein de la communauté universitaire, lui assure une certaine autonomie vis-à-vis des unités d’enseignement qu’il prendra plus tard. Le CLI est une formation continue non diplomate. Sa durée est de six (6) mois répartie en 24 semaines de cours en présentiel. Selon l’assiduité de l’apprentissage du candidat, un certificat personnel de participation lui pourrait être remis à la fin de la formation Cadre légal Pour l’instant, loin de constituer un parcours distinct, le CLI s’inscrit dans la catégorie modulaire, avec une valeur académique de cours instrumental (outil) selon les catégories actuellement activées dans notre architecture LMD.

30


Public cible Les apprenants non francophones de niveaux A1, A2 ; B1, B2. (Grands débutants, débutants moyens et débutants évolués). Ils s’adonneront aux activités suivantes :  apprendre à écouter ;  apprendre à écrire toute la journée : cet exercice a l’avantage d’aider à  apprendre à se faire comprendre. Objectif global En six mois, l’apprenant « grand débutant » sera capable de s’exprimer couramment et correctement dans la langue française : comprendre et se faire comprendre à l’écrit comme à l’oral. Pour l’essentiel, il s’agit de favoriser la communication en langue française pour comprendre et parler rapidement en français. Objectifs spécifiques Au terme des trois sessions prévues à cet effet, les candidats aux cours de langue intensifs sauront développer des compétences linguistiques qui leur permettront de :  se présenter ;  s’orienter ;  traduire ses émotions ;  s’engager dans une conversation courante ;  faire une phrase française correcte ;  éviter les fautes morphosyntaxiques élémentaires en faisant correctement les accords ;  savoir exprimer un avis, un besoin, une expérience ;  faire un débat contradictoire en exprimant clairement son opinion. Les modules Une douzaine de modules structurés et adaptés aux niveaux des apprenants seront le point fort de ce programme : Mod1 : Apprendre à apprendre  Entraîner la mémoire  Apprendre à apprendre : quel est le type de mémoire de l’apprenant (mémoire visuelle, auditive ou kinesthésique) ? Développer les 7 astuces d’Alain Lieury pour mieux mémoriser : 1. Apprendre par cœur, répéter ; 2. Apprendre en plusieurs fois ; 3. Lire, pour augmenter son vocabulaire ; 4. Faire un résumé (oral ou écrit) ;

31


5. Structurer un texte ; 6. Inventer une histoire comme plan de rappel ; 7. Baser les plans sur des mots Mod2 : Civilisation et littérature Civilisation française interactive ; Pâques ; Noël ; vie culturelle ; religion ; habitat… Littérature française et étrangère : corpus d’exploitation ; francophonie. Matériel d’appoint : sons ou vidéos présentés, pour la plupart, en format MP3 et Real Media. Mod3 : Apprendre les verbes français Auxiliaire « être »/auxiliaire « avoir » ; groupes de verbes ; verbes transitifs ; verbes intransitifs ; verbes pronominaux ; verbes d’état, le passif et l’actif.

Mod4: Prononciation - Compréhension orale Apprendre à bien prononcer (les mots) à partir d’exercices de phonétique ; les consonnes/les voyelles ; exercices d’articulation ; Apprendre à compter ; Apprendre à reformuler : écouter des enregistrements, chanson, dictée et sons ; Expression de l’opinion. Mod5 : Compréhension écrite Atelier d’écriture pour débutant ; bon usage de l’accentuation et de la ponctuation ; production personnelle. Mod6 : Vocabulaire/orthographe Petites histoires ; accentuation ; homonyme/homophone ; paronymie ; liaisons ; vocabulaire des Tics ; vocabulaire par registres de langue (argot, usuel, recherché) ; Mod7 : Conjugaison Terminaison en é/er ; ez ; i/is ; identifier les groupes, accord du participe passé ; Temps et modes verbaux et leur valeur Mod8 : Grammaire des désinences Accord du pluriel, accord du féminin, les pronoms personnels ; accord du participe passé ; Test de correction grammaticale

32


Mod9 : Grammaire du sens et de l’expression Synonyme/antonymes ; discours rapporté ; expression du temps ; expression de la volonté ; expression de la pensée ; expression de la comparaison. Mod10 : Jeux fle Chansons ; sketches ; Jeux d’entraînement cérébral (Sur TV5 Monde) ; Question pour un champion (Sur TV5Monde ; Jeux pour réviser le vocabulaire ; jeux pour tester ma culture générale. Mod11 : La logique du discours Les connecteurs logiques ; argumentation Mod12 : Structure élémentaire de la phrase française Phrase simple ; phrase composée ; phrase complexe Programme Trois sessions au cours des six (6) mois de formation. ère 1 session : mois de novembre-décembre, matin et après-midi ème 2 session : mois de janvier-février, matin et après-midi ème 3 session : mois de mars-avril, matin et après-midi Les participants doivent être placés dans un environnement qui prête à étudier la langue française. Volume horaire : 720h environs Formation modulaire de 24 semaines, à raison de 120 Heures/mois ; soit au total : 240 heures/session. Méthode pédagogique Les séances théoriques alterneront des phases d’exercices pratiques Les travaux d’atelier visent à placer l’apprenant en situation d’autonomie. Modalité de validation Une évaluation sera réalisée en fin de formation. Une attestation est délivrée à l’issue de la formation. Rôle de l’encadreur Veiller à ce que les apprenants maîtrisent le vocabulaire spécifique nécessaire pour passer un test d’aptitude ; les amener à écouter et à parler ; à lire et à écrire correctement la langue française.

33


Profil et prime d’encadrement Doctorat ès lettres + formation en Fle (facultatif) Master en Fle + 5 ans d’expérience (minimum) DEA + 5 ans d’enseignement dans le secondaire. Une formation en Fle serait un atout La prime d’encadrement : Voir conditions du CAMES Ressources Fle Dictionnaires ; Weboscope (guide pour les enseignants) ; Travail de groupe, conversation, visite à Lomé, CD-Rom, sons ou vidéos en format MP3 et Real Media, ateliers. Organisation des enseignements La formation sera adaptée à chaque niveau d’apprentissage : Niveaux A0 ; A1&A2 : grand débutant Niveaux B1 & B2 : débutant de niveau intermédiaire Test de niveau de français Le test est organisé par l’ISPSH avant le début de la première session. La formation est donnée selon le niveau du candidat. Les enseignants encadrent séparément les classes de nivaux A et B. Modalité d’inscription L’inscription doit avoir lieu avant le début de l’année académique. Les cours sont dispensés après le test de niveaux à partir de 8 inscrits et avec un nombre limité à 14 personnes. Le coût des cours dépend de la structure de ceux-ci. Pour davantage de détails, se renseigner auprès du secrétariat ou de l’économat de l’Institut. ********** PHSH - 111. Introduction à la Philosophie Enseignant : Frère EZOUAH Léon Koffi Cette leçon d’introduction à la philosophie, je la considère comme la première pierre et la clef pour entrer dans le grand édifice qui est la philosophie. Cela donne à ce cours une connotation de l’initiation. Ce qui revient à dire que cet enseignement sera un lieu favorable à l’étudiant d’acquérir des attitudes, pratiques et méthodes nécessaires en vue d’asseoir progressivement un esprit ou une réflexion critique qui lui permettra de devenir le maître de sa destinée. Cette conscience critique sera reçue à travers les études des auteurs qui ont écrit sur la philosophie (sa définition, son histoire, son langage,

34


etc.), des débats et les divers exercices pendant la leçon (l’intervention de l’enseignant, la lecture personnelle, les travaux en groupe, les exposés écrits et oraux). Toutes ces activités donnent à l’étudiant des informations et des attitudes nécessaires pour amorcer la construction de ce grand édifice que nous avions appelée la philosophie. Objectif général L’objectif général du cours peut être consigné en trois points suivants : - Offrir à l’étudiant les matériels nécessaires (une méthode, un vocabulaire approprié…) dans l’art de philosopher à travers la leçon et les exposés. - Donner les grandes problématiques philosophiques d’une manière chronologique et générale. - Montrer l’importance de la philosophie dans la poursuite des études religieuses et humaines. Ces trois points mis ensemble éveillent chez l’étudiant le goût non seulement de la philosophie mais aussi la soif de la sagesse. Mode d’Evaluation - 10 % : Les interrogations (hebdomadaires ou mensuelles) - 20% : Un exposé (écrit 10% et sa présentation en classe dans un groupe 3 étudiants maximum : 10%) - 10% : La participation de l’étudiant pendant la leçon et les présentations des exposé) - 60% : Un examen final écrit Bibliographie BAUDART A. & L. AUTRES, Histoire de la Philosophie. Les pensées fondatrices, Paris: Armand Colin, 1998 ; CUVILLIES A., Cours de Philosophie, Paris: Armand Colin, 1954 ; GOLOMB A., La sagesse des Anciens, Anthologie d’auteurs grecs et latins, Paris: Arlea, 2003. PHSH - 112. Histoire de la Philosophie Antique (1 & 2) Enseignant : Sr ASSIVON Afiyo Louise J. Présentation : Ce cours est un parcours de l’histoire de la philosophie grecque et hellénique qui s’est développée dans le pourtour du bassin méditerranéen globalement du VIème siècle avant Jésus-Christ au VIème siècle après Jésus-Christ. L’objectif : L’étudiant doit savoir que pour comprendre les choses comme le disait Aristote, il faut les voir en train de se développer, il faut les prendre à leur naissance. Il s’agit donc de ressaisir le phénomène philosophique à son origine en prenant bien conscience du fait que la philosophie est un phénomène historique qui a

35


commencé dans le temps et qui évolue jusqu’à nos jours. Ainsi la création et l’usage des concepts d’un penseur à l’autre justifient de façon éloquente la naissance et le développement de la philosophie dans l’antiquité grecque. L’étudiant prendra conscience que les penseurs grecs ont préféré la rationalité aux mythes comme meilleur procédé d’explication des choses. Ce cours insistera vers la fin sur les figures emblématiques de Socrate, Platon, Aristote, Epicure et les Stoïciens. Plan du cours : Philosophie antique I) Les Présocratiques II) Les Socratiques III) L’épicurisme IV) Le Stoïcisme Mode d’évaluation : Il y aura les interrogations, un exposé, un devoir sur table considérés comme note de classe (évaluée à 40%) et un examen final (à 60%). Bibliographies : COLLET F., Histoire des idées de l’Antiquité à nos jours, Paris: Ellipses, 2009 ; GOMPERZ T., Les penseurs de la Grèce - tome 1, Paris: Payot, 1929 ; HADOT P., Philosophie antique, Paris: PUF, 1989 ; HADOT P., Philosophie antique, Paris: Gallimard, 1995 ; HADOT P., Eloge de la philosophie antique, Paris: Allia, 1998 ; LONG A. A. & D. N. SEDLEY, Les philosophes hellénistiques: Tome 1 - L’épicurisme, Paris: Flammarion, 2001a ; LONG A. A. & D. N. SEDLEY, Les philosophes hellénistiques: Tome 2 - Les Stoïciens, Paris: Flammarion, 2001b ; MORANA C. & E. OUDIN, Découvrir la philosophie antique, Paris: Eyrolles, 2009. PHSH – 113. Introduction à la philosophie morale Enseignant : KOUVON Komi Objectif général Ce cours se propose d’amener l’étudiant à comprendre ce qu’est la philosophie morale, à cerner son champ d’étude et sa spécificité par rapport aux branches de la philosophie. Objectifs spécifiques : - Définir la philosophie morale - Montrer sa spécificité par rapport aux autres branches de la philosophie - Identifier ses grands domaines - expliquer les théories qui ont marqué le début de la réflexion philosophique morale

36


Contenu du cours Ce cours porte d’abord sur la nature, l’objet et le champ d’étude de la philosophie morale ou de l’éthique. Il traite ensuite de la spécificité de la philosophie morale par rapport aux autres branches de la philosophie et par rapport aux domaines connexes tels que le droit, la déontologie, la morale. Il expose enfin ses grands domaines et les théories qui ont marqué le début de la philosophie morale ou de l’éthique. Bibliographie ARISTOTE, Ethique à Nicomaque, Paris: Garnier-Flammarion 1972; CANTO S., Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris: PUF, 1996; POLDROIT R., L’éthique expliquée à tout le monde, Paris: Seuil, 2009; WUNENBURGER J.-J., Questions d’éthique, Paris: PUF, 1993. PHSH - 115. Logique Classique Enseignant : AKUE ADOTEVI Hermann Objectif général Cet enseignement vise à donner à l’étudiant des outils élémentaires pour identifier et construire un raisonnement valide en prenant appui sur la logique aristotélicienne. Objectifs spécifiques Au terme de cet enseignement, l’étudiant sera capable de : - définir le Concept, le Jugement, le Raisonnement, le Syllogisme - énumérer les différents figures et modes du raisonnement syllogistique - identifier les différents figures et modes du raisonnement syllogistique dans un texte - utiliser les différents types de raisonnement. Contenu du cours Ce cours est une première approche descriptive de la logique formelle. Consacré essentiellement à la logique aristotélicienne, il est le lieu de la mise en relief et de la clarification des notions fondamentales de Concept, de Proposition, de Raisonnement. On y étudie surtout les différents modes de raisonnement avec des exercices à l’appui. Bibliographie sommaire ARISTOTE, Organon; ARNAUD A. & P. NICOLE, La logique ou l’art de penser; DIAGNE S. B., Logique pour philosophe.

37


PHSH - 121. Méthodologie générale Enseignant : RAMAMIARIVONY Faly / P. JIODIO Marius Public cible : Etudiant en première année de Licence Prérequis : aucun Objectif général Amener l’étudiant à adopter un nouveau comportement et une nouvelle méthode de travail basés sur une quête ordonnée de l’autonomie à travers une organisation personnelle rigoureuse. Objectifs spécifiques Cette UE doit amener l’étudiant à : - connaître ce que c’est qu’un travail intellectuel ainsi que l’environnement qu’il recommande, - comprendre les exigences d’une recherche scientifique, - maîtriser les techniques de base de l’apprentissage universitaire ainsi que les méthodes générales de la recherche, - vivre dans les conditions requises par un bon travail intellectuel, - agir de façon autonome et conduire de manière rigoureuse et méthodique sa vie estudiantine. Contenus Chapitre 1 : Les conditions de base d’un travail scientifique Chapitre 2 : Les exigences d’un bon travail intellectuel Chapitre 3 : Les techniques d’apprentissage à l’université Chapitre 4 : Méthodes et techniques de recherche Chapitre 5 : Présentation d’un travail de recherche Activités d’apprentissage Analyse documentaire, recherche personnelle, exercices d’application personnels. Evaluation Contrôle continu, travaux de groupe, DST, Examen final. Bibliographie BERE Z., Techniques et stratégies d’un travail scientifique, Abidjan: UCAO, 2006; GUIDERE M., Méthodologie de la recherche, Paris: Ellipses, 2004; GUITTON J., Le travail intellectuel. Conseils à ceux qui étudient et à ceux qui écrivent, Paris: Aubier, 1951; KOMBO K. D. & D. L. T ROMP, Proposal and Thesis Writing, Nairobi: Pauline Publications Africa, 2006; N’DA P., Méthodologie de la recherche, Abidjan: EDUCI, 2006; PRELLEZO J. M. & J. M. GARCIA, Invito alla ricerca. Metodologia del lavoro scientifico, Roma LAS, 2001; SERTILLANGES A., La vie intellectuelle. Son esprit, ses conditions, ses méthodes (62ème éd.), Paris: Cerf, 1966.

38


PHSH - 143. Introduction à la Bible Enseignant : P. KOUDOAGBO Kisito Objectif général Donner aux étudiants les bases de connaissances pour savoir interpréter la Bible à travers l’étude des différents genres littéraires, personnages et évènements qu’elle contient. Objectifs spécifiques - Découvrir dans les textes de la Bible le plan de Dieu adressé à chaque homme et à toute l’humanité, - Reconnaître comment la personne humaine et la culture contribuent à l’élaboration de la Bible. Profil de l’étudiant - A l’entrée, l’étudiant doit avoir quelques notions pratiques sur l’utilisation de la Bible - A la fin, l’étudiant doit savoir expliquer les différentes étapes de l’histoire du salut contenues dans la Bible comme le cheminement de Dieu avec son peuple, - A la fin, l’étudiant doit aussi se comprendre lui-même comme une créature humaine faisant partie du plan de Dieu. Synthèse du cours La Bible sera présentée dans ces deux grandes parties : Ancien Testament et Nouveau Testament. Les évènements, les situations et les personnages les plus importants de la Bible seront étudiés en suivant des études bibliques du peuple de Dieu. Une question fondamentale sera le fil rouge de ce cours : comment Dieu, le Transcendant, le Tout Autre, entre en dialogue avec les hommes ? Bibliographie BROWN R. E., Que sait-on du Nouveau Testament, Paris: Bayard, 2000; CHARPENTIER E., Pour lire l’Ancien et Nouveau Testament, Estella: Cerf & Verbum Bible (Manuel indispensable pour les cours), 1997; COMMISSION BIBLIQUE PONTIFICALE, L’interprétation de la Bible dans l’Eglise, Paris: Cerf, 1999; DUFOUR L., Vocabulaire de Théologie Biblique, Paris: Cerf, 1991; MARGUERAT D., Introduction au Nouveau Testament, 4è édition, Genève & Paris: Labor & Fides, 2008; RENDTORF R., Introduction à l’Ancien Testament, Paris: Cerf, 2002; RÖMER T. - J.-D. MACCHI & C. NIHAN, Introduction à l’Ancien Testament, Genève & Paris: Labor & Fides, 2009.

39


PHSH - 116. Système Educatif et Préventif Enseignant : P. AHOUANGBE Aurélien Le système préventif de Don Bosco dans l’histoire de l’éducation et de la spiritualité 1- Le système Préventif et l’histoire : le Système Préventif de Don Bosco dans l’histoire de la Pédagogie. 2- L’extension du Système Préventif de Don Bosco : discipline et gouvernement ; éducation globale et esprit salésien. 3- Le plan qualitatif de réflexion du Système Préventif : système théorique, praxis, style d’action, art pédagogique conscient. 4- Le style, la composante personnelle et institutionnelle sont inséparables : Don Bosco, le successeur, la famille salésienne. Le fondateur et son école. 5- Les écrits pédagogiques : traditions et praxis historique famille salésienne 6- Les antécédents historiques de l’éducation et de la pédagogie : l’éros éducatif de la tradition classique ; la «charitas» et l’«humanitas » chrétienne PHSH - 122. Introduction à la Sociologie Enseignant : ATCHRIMI Le but que poursuit le cours est de permettre à l’étudiant de cerner l’objet de la sociologie, ses fondements théoriques et pratiques à travers des principaux fondateurs que sont, Auguste Comte, Karl Marx, Emile Durkheim et Max Weber. Objectifs du cours Les objectifs visés par ce cours consistent à rendre l’étudiant capable de : - retracer le cadre socio-historique de la naissance de la sociologie comme une discipline autonome à fonction théorique et pratique; - définir les fondements du consensus social ; - décrire les principes de la sociologie ; - déceler la dialectique dans l’évolution de modes de production ; - définir les fondements de la cohésion sociale et retracer l’évolution des formes du lien social ; - décrire les idéaux-types d’une activité sociale Méthode pédagogique Exposés théoriques de l’enseignant appuyés sur des supports fournis aux étudiants, suivis de discussions et d’exemples concrets à titre d’illustrations des connaissances théoriques.

40


Mode d’évaluation Un devoir présenté sous forme d’un texte exposé, préparé par groupe constitué d’étudiants. Un examen écrit. PHSH - 123. Introduction à l’Anthropologie sociale et culturelle Enseignant : P. JIODIO Marius Objectif général Aujourd’hui, nous parlons de sciences humaines ou encore de sciences sociales, c’est à dire une nouvelle façon de regarder l’homme en situation singulière (psychologie), dans sa relation avec les autres hommes dans des institutions (sociologie et anthropologie), dans un processus historique (histoire) évoluant dans les écosystèmes et un environnement toujours plus fragile (géographie). Ce sont autant de domaines d’investigations qui restent étrangers à beaucoup de nos contemporains. A quoi tout cela sert-il ? A quelles réalités les sciences sociales lèvent-elles le voile de l’ignorance ? Objectifs spécifiques 1) L’Histoire de la pensée anthropologique met en jeu une réflexion sur des problématiques actuelles : - Comment définir l’altérité ? - Qu’est-ce que le croisement de cultures ? - Comment penser l’altérité ici ou ailleurs ? - Comment réfléchir sur le rapport entre le traditionnel et le moderne ? - Qu’entendre par progrès économique et changement social ? - Qu’est-ce qui fonde l’identité d’un groupe (ethnie, nation, minorités…) - Comment s’articulent les différents modes de pensées (magie, mythe, religion, science, rationalité…) - Quelle est la relation entre la réalité matérielle et la symbolique ? - Comment réfléchir sur les relations suivantes : unité et diversité, universalité et particularisme, identité et différence, développement et résistance au développement. 2) En quoi, et pour quelles raisons peut-on dire que l’anthropologie est actuelle ? - La question de l’autre, la diversité et la différence ; - L’anthropologie tente d’expliquer le fonctionnement du social et du culturel ; - La distance entre le chercheur et son objet d’étude ;

41


L’écart entre la société traditionnelle et la société technologique : d’un coté les survivances (représentations collectives et les croyances), ou des résidus (la conception de la parenté, les rapports entre pouvoir et sacré etc.) ; - L’histoire de la pensée anthropologique permet de mieux comprendre les mutations technologiques et l’avènement des nouvelles technologies, la généralisation des rapports interculturels et interethniques ; - L’enjeu de l’anthropologie permet d’approfondir les termes « local » et « global » comme une mise en relation des différents niveaux de la réalité, tels que l’économique, le politique, le sacré-symbolique, l’organisation de la parenté, l’art, l’espace territorial, etc. Bibliographie BASTIDE R., Anthropologie appliquée, Payot, 1971; BATAILLE G., La part maudite, Paris: Minuit, 1967; CRESWELL R., Eléments d’ethnologie, Coll. U, 1975; GUIART J., Clefs pour l’ethnologie, Seghers, 1971; LABURTHE T. & J. P. WARNIER, Ethnologie-Anthropologie, Paris: PUF, 1993. -

PHSH - 125. Introduction aux sciences de la communication Enseignant : LOWA Ekilou T. Ce cours familiarisera les étudiants avec la notion de communication. La structure de la communication interpersonnelle, les problèmes de communication, les mass media, l’Eglise et la communication sociale. Bibliographie BALLE F., Médias et sociétés, Paris: Montchrétienne, 1994; BALLE F. & G. EYMERY, Les nouveau média. Que sais-je ?, Paris, 1984; BERGALA A., Pour une pédagogie de l’audio-visuel, Paris: Ligue Française de l’Enseignement, 1976. PHSH - 142. Initiation à la pédagogie catéchétique Enseignant : P. AHOUANGBE Aurélien Objectif général Lié de façon étroite à la pédagogie et à la catéchétique fondamentale, ce cours a pour but de porter un nouveau regard sur la catéchèse en tenant comme source principale le Directeur Général pour la Catéchèse (DGC). Ce cours veut contribuer à faire une relecture critique de diverses approches de pédagogie catéchétique. Le parcours historique et l’analyse des modèles pédagogiques et communicatifs de la catéchèse permettront aux étudiants d’enter dans

42


un processus de changement de mentalité au regard de certaines des pratiques anciennes dont la pertinence est fortement remise en question aujourd’hui. Contenu du cours 1. Introduction 2. Modèles pédagogiques pour la catéchèse 3. La pédagogie de la foi selon le Directeur général pour la catéchèse (DGC) 4. Le mouvement catéchétique 5. Les courant catéchétiques contemporaines 6. Les modèles communicatifs dans la catéchèse Bibliographie ALBERICH E., La catéchèse dans l’Eglise, Paris: CERF, 1986; BAGOT J. P., Petit dictionnaire de la Catéchèse, Paris: DDWO, 1990. PHSH - 131. Latin I Enseignant : P. BADAGBOR Michel Objectif Le latin reste étudié comme langue de culture. Il est également utilisé dans le domaine scientifique international, en philosophie et notamment en biologie. Le cours de latin s’adresse à la fois aux étudiants qui n’ont jamais fait de latin dans leurs études secondaires et à ceux qui en arrêté l’étude pendant le collège ou le Lycée. Il est à la fois une initiation à la langue latine et la première étape d’une formation pouvant conduire les étudiants à préparer l’épreuve de version latine. Le cours est fait avec un support. Contenu Notion de morphologie et de syntaxe de base : déclinaisons (les trois premières), quelques règles grammaticales, les deux premières conjugaisons actives, les adjectifs. Des exercices de versions latines et de thèmes sont programmés pour une assimilation progressive du cours. Chaque leçon comprend un cours de grammaire, une fiche de vocabulaire et une fiche d’exercice. Ces documents ne peuvent se suffire à aux-mêmes : ils sont seulement les supports du cours donné oralement. Evaluation Contrôles continus, devoir sur table (cf programmation de l’Institut et examen semestriel.

43


Bibliographie MORISSET, R., BAUDIFFIER, E., GASON, J., & THOMAS, A. (1972). Initiation aux lettres latines, classe de sixième. Paris: Magnard ; PETITMANGIN, H. (1956a). Exercices latins, classe de cinquième. 1ère série, Paris: J. de Gigord ; PETITMANGIN, H. (1956b). Exercices latins, classe de sixième. 1ère série, Paris: J. de Gigord ; PETITMANGIN, H. (1978). Grammaire Latine Complète. Paris: J. de Gigord. PHSH - 132. Grec I Enseignant : P. KOUDOAGBO Kisito Objectif général : Initier les étudiants dans la connaissance de la langue et la civilisation grecques Objectifs spécifiques : a. Etude de quelques textes du nouveau testament et de la civilisation grecque b. Etude de la grammaire c. Connaissance de l’alphabet grec et pratique de la lecture Activités : 1- Une étude de la grammaire : les déclinaisons, le verbe « Luo », les pronoms personnels, certains pronoms, reconnaissance des temps 2- verbaux, les prépositions, les articles, les pronoms et les adjectifs irréguliers, l’étude de quelques verbes irréguliers plus employés 3- Traduction et lecture des différents textes du N.T. : Mathieu, chapitre 9 et 10 et Jean, chapitres 18,19, 20 et 21 4- Traduction de quelques textes de la civilisation grecque : Homère, Hésiode, Thalès, Pythagore, Esope… Bibliographie AMENOS J. B., Novi Testammenti. Biblia Graeca et latina, Madrid, 1959; AMENOS J. B., Gramatica griega, Barcelona, 1969; HELADE, Exercices de Grec; KO M., Lire le grec. Textes et civilisation. PHSH - 133. Français (TEEO) Enseignant : P. BADAGBOR Michel Les Techniques d’expression écrite et orale

44


I.Contexte et justification Au nombre de difficultés rencontrées par la plupart des fonctionnaires et étudiants dans l’exécution de leurs tâches figure l’expression orale et écrite. Le français étant notre langue officielle, il est, à ce titre, employé dans la presse, dans l’enseignement, dans les églises et dans l’admiration publique. Voilà pourquoi, tous se voient appelés à améliorer l’usage du français parlé et écrit. II. Objectif de la formation II.1. Objet global Cette formation vise à renforcer les capacités des étudiants en expression orale et écrite. II.2.Objectifs spécifiques A la fin de cette formation, les participants seront capables : A l’oral : - de prononcer tous les sons (vocaliques et consonantiques) dans la chaîne parlée ou dans un texte ; de présenter une synthèse orale structurée ; de soutenir une discussion (un débat). A l’écrit : - de rédiger un texte du genre mineur (une description, un portrait, etc.) ou du genre majeur (une dissertation, un procès-verbal, un compte rendu, un rapport, etc.) en respectant les règles élémentaires de sa structure ; de résumer, de façon succincte, un message. III. Méthodologie Pour une meilleure appropriation de la langue française par les participants, nous ferons usage de la méthode expositive et de la technique de Q-R (Question – Réponse). En ce qui concerne la partie EXPRESSION ECRITE, les techniques ou procédés ci-après seront utilisés : - les exercices d’orthographe à trous ; la dictée ; la composition et la rédaction de toutes les sortes de documents administratifs comme la lettre, le compte rendu, le PV, le rapport, etc. - Quant à la partie EXPRESSION ORALE, nous utiliserons : - Les exercices d’élocution ; la déclinaison ; les exercices d’orthophonie. IV. Evaluation

45


Contrôles continus, devoir sur table (cf. programmation de l’Institut) et examen semestriel. Bibliographie ABBADIE C. - B. CHOVELON & H. MORSELM, Expression française écrite et orale, 5ème édition, Paris: FLEM, 1974; B ESCHERELLE 2, L’orthographe pour tous, Paris: Hatier, 1967; CATHELAT B., Vous et les français, Paris: Flammarion, 1985; COURAULT M., Manuel pratique de l’art d’écrire, Paris: Hachette, 1987; DESSAINTES M., Recherche linguistique et Enseignement, Gembloux: Du Culot, 1971; EMILE G., Grammaire pour enseigner le français, Paris: Larousse, 1982; GREVISSE M., Le bon usage - Grammaire française avec les remarques sur la langue française d’aujourd’hui, 9è édition revue (s.a.). PHSH - 134. Anglais Enseignant : DOSSAVI Amah Bona L’étude de cette langue vivante est enrichie par l’analyse de thèmes très importants que sont : la famille, l’éducation et l’avenir, les voyages, les relations humaines, les loisirs, la santé, la sécurité, les problèmes sociaux, la science, la religion, la politique, l’économie, la communication (internet, téléphone et technique d’accueil) etc. PHSH - 126. Méthodologie de la rédaction philosophique Enseignant : NAPAKOU Bantchin Contenu : L'étudiant(e) doit non seulement savoir rendre compte des idées et pensées des auteurs ou philosophes mais aussi savoir utiliser judicieusement ses propres connaissances afin de conduire de manière ordonnée, structurée, harmonieuse et convaincante une réflexion sur les thèmes, sujets ou textes philosophiques qui lui proposés. Cet enseignement lui permet de maîtriser les méthodologies de rédaction philosophique (dissertation et commentaire philosophiques) et les techniques permettant une meilleure explication, une meilleure compréhension et une meilleure rédaction des sujets proposés dans les évaluations et examens. Objectif général : Comprendre, dégager, poser et résoudre une problématique philosophique exprimée à travers un sujet, un texte ou un extrait de textes proposés.

46


Objectifs spécifiques : - Maîtriser les techniques de dissertation, de commentaire et d'explication de sujets et textes philosophiques ; - Savoir organiser et conduire de façon cohérente sa pensée dans l'examen et la résolution d'un problème philosophique proposé ; - Savoir exploiter ses cours et connaissances dans l'analyse d'une question philosophique. Méthode d'évaluation : Contrôle continu, travaux individuels et de groupe, examen. Plan du cours Chapitre I : La méthodologie de la dissertation philosophique Chapitre II : La méthodologie du commentaire philosophique Chapitre III : L'explication de texte philosophique Bibliographie : CASSUTA F., Elément pour une lecture des textes philosophiques, Paris: Bordas, 1989; FOLSCHEID D. & J.-J. WUNENBURGER, Méthodologie philosophique, Paris: PUF, 1992; GOURINAT M., Guide de la dissertation et du commentaire en philosophie, Paris: Hachette, 1976; PENA-RUIZ H., La dissertation, Jokers philosophie. Bordas ; RUSS J., Les méthodes en philosophie, Paris: Collection Cursus, 2002; SEVE B., Exercice philosophique. Quatorze dissertations et commentaires de texte, Paris: Hachette, 1979; VIGNOLES P., Comment réussir vos dissertations, Hatier. PHSH - 120. Introduction aux sciences de l’éducation Enseignant : Fr GNANSA Gnagliga Jean Magloire Objectif général Informer et répondre aux diverses interrogations sur ce que peuvent bien êtres les sciences de l’éducation. Objectifs spécifiques 1. Grâce au résumé du cours, l’étudiant devra être capable de dire avec clarté et certitude ce qu’est l’éducation, la pédagogie, la didactique… 2. Grâce au support du cours et à la bibliographie, l’étudiant devra pouvoir dire, en toutes circonstances, le rôle incontournable et indispensable que joue l’éducation dans une société. 3. En se basant sur la bibliographie et sur le support du cours, l’étudiant devra être capable de décrire, en toutes circonstances, ce que sont les sciences de l’éducation.

47


Présentation du cours Le cours intitulé ‘’Introduction aux sciences de l’éducation’’ est une initiation à l’étude des sciences qui s’intéressent aux faits éducatifs. Il y sera alors question de donner des définitions claires des sciences qui traitent des théories et des pratiques en éducation : ce qui donnera l’impression d’une nomenclature et de suite de définitions. Mais l’étudiant ne devra faire beaucoup attention pour ne pas apprendre des mots et des expressions disparates et décousues, car chacun des termes a toujours et nécessairement un lien avec les autres. Ce cours traitera aussi des origines des sciences de l’éducation, et des différents thèmes qui constituent la dénomination ‘’Sciences de l’éducation’’. Validation du cours Chaque séance du cours se déroulera en deux étapes : 1. L’enseignement « magistral » qui est constitué de l’exposé et des explications de l’enseignant. 2. Les questions les interrogations et les diverses interventions des étudiants sur des thèmes d’approfondissement précis auront une part assez importante dans le déroulement du cours. L’évaluation de chaque étudiant suivra les critères suivants : a. La participation en classe b. Le travail dirigé (individuel ou en groupe) c. Les examens (mi-parcours et final) Bibliographie essentielle ARENILLA L., Dictionnaire de pédagogie, Paris: Larousse-Bordas, 1996; BLAY M., Larousse, Grand dictionnaire de la philosophie, Paris: CNRSéditions, 2005; CHAMPY P. & C. ETEVE, Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, Paris: Retz, 2005; CHAREIX F. & D. OTTAVIANI, Nature in Larousse Grand dictionnaire de la philosophie, Paris: CNRS, 2005; GEORGETTE & JEAN-PASTIAUX, Précis de pédagogie, Paris: Nathan, 2002; KANT E., Traité de pédagogie, Paris: Hachette, 1981; MIALARET G., les sciences de l’éducation, Paris: PUF, 1996; MORIN L. & L. BRUNET, Philosophie de l’éducation : 1. Les sciences de l’éducation, Quebec, Ottawa & Bruxelles: Presses de l’Université Laval, 1992; PASCAL G., Initiation aux Sciences de l’éducation, Paris: Vuibert, 2006; PINEAU G., Formation, in P. CHAMPY & C. ETEVE (Eds.), Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, Paris: Retz, 2005, 417; RAYNAL F. & A. RIEUNIER, Pédagogie : dictionnaire de concepts clés Paris: ESF, 2005; REBOUL O., Qu’est-ce qu’apprendre ?, Paris: PUF, 2001; REBOUL O., Philosophie de l’éducation, Paris: PUF, 2006.

48


PSHS - 124. Introduction à la psychologie Enseignant : KPOFFON Kodzo Public cible : Etudiants en première année de Psychologie Appliquée Pré-requis : Avoir été sélectionné par étude de dossier. Public cible : Etudiants inscrits au premier semestre de licence des sciences de l’éducation Objectif général Ce cours vise à amener l’apprenant à connaître : - les définitions, les domaines et les méthodes de la psychologie ; - les grandes fonctions ou conduites psychologiques Objectifs spécifiques Ce cours vise à rendre l’apprenant capable : - définir la psychologie et de préciser son origine ; - d’identifier les domaines de la psychologie ; - de décrire les méthodes de la psychologie ; - de décrire les objectifs et les orientations de la psychologie ; - de décrire les grandes fonctions psychologiques (sensations, perception, la personnalité) Contenu Chap. I : Définition et histoire de la psychologie 1- Définition et origine 2- Orientation, définition et objectifs de la psychologie contemporaine 3- Les méthodes de la psychologie 4- Les rapports de la psychologie avec les autres disciplines 5- Les branches de la psychologie Chap. II : Perception et sensation 1- La sensation 2- La perception Evaluation - Devoir sur table - Exposés - Travaux de recherche Evaluation ou examen final. Bibliographie CASTELLAN Y., Initiation à la psychologie moderne, Paris: Sedes, 1975; DE VRIES G., Psychologie générale, Bruxelles: ASBL; DROZ R. & M. RICHELLE, Manuel de psychologie, Bruxelles: Mardaga, 1976; MILLER G., Psychology, the science of mental life, London: Penguin Books, 1970; PIERON H., Vocabulaire de la psychologie, Paris: PUF; RATHUS S. A., Psychologie générale, Montréal: Etudes vivantes, 1991; REUCHLIN M., Psychologie, Paris: PUF, 1978; WITTIG A. F., Introduction à la psychologie : théorie et problèmes, Série Schaum, 1976.

49


PHSH – 144. Pédagogie générale Enseignant : Fr GNANSA Gnagliga Jean Magloire Objectif général Comme l’indique le titre, ce cours vise à donner une connaissance générale sur la pédagogie à travers la découverte de ces grands hommes et de ses doctrines. Objectifs spécifiques 1. Grâce à la bibliographie et au support du cours, l’étudiant devra être capable de faire une brève historique de la pédagogie. 2. Outre la définition des notions, le support du cours et la bibliographie permettront à l’étudiant de pouvoir décrire, aussi bien oralement que par écrit, les différentes doctrines et théories pédagogiques. Présentation du cours Le cours est une présentation générale de la pédagogie à travers les principales notions, les théories et les principaux savants du domaine. Partant des généralités où seront définies les notions liées à la pédagogie et aux sciences de l’éducation, il s’agira d’éclaircir principalement les ambiguïtés qui créent souvent des confusions. La partie historique, permettra de situer et de connaître les circonstances dans lesquelles est née la pédagogie qui a suscité tant de doctrines et de théories. Sous un autre chapitre, le cours traite des principes pédagogiques selon Gaston Mialaret. Ceci permettra alors d’aboutir à un aspect fondamental de la pédagogie d’aujourd’hui: la notion sur les méthodes pédagogiques. Validation du cours : Chaque séance de cours aura une partie théorique, présentée par le professeur lui-même et une partie d’application, ou de travail dirigé où les étudiants seront plus actifs. Chaque étudiant sera évalué suivant trois critères:  La participation en classe  Les travaux dirigés individuels ou en groupe  Les examens (mi-parcours et final) Bibliographie principale ARCAIS, G. F. (1992). La Pedagogia. In G. F. ARCAIS (Ed.), Nuovo Dizionario di Pedagogia (pp. 378-403). Torino: Paoline ; BEAUTE, J. (2005). Courants de la pédagogie. Lyon: Chronique Sociale ; CLERMONT, G., & TARDIF, M. (2004). La pédagogie : théories et pratiques de l’antiquité à nos jours. Paris:

50


Gaétan Morin ; FREINET, C. (1975). Les techniques Freinet de l’école moderne. Paris: Armand Colin ; HAMELINE, D. (2005). Pédagogie. In P. CHAMPY & C. ETEVE (Eds.), Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation. Paris: Retz ; MIALARET, G. (1970). Introduction à la pédagogie. Paris: PUF ; MICROSOFT CORPORATION. (1993-1998). Encyclopédie Microsoft Encarta 99 ; MONTESSORI, M. (2004). L’enfant. Paris: Desclée de Brouwer ; MORANDI, F. (2005). Modèles et méthodes en pédagogie. Paris: Nathan ; PALMADE, G. (1998). Les méthodes en pédagogie. Paris: PUF ; PIAGET, J. (1969). Psychologie et pédagogie. Paris: Denoël. PHSH - 136. Introduction à la philosophie pratique Enseignant : P. BADJI Jésus Benoît Présentation du cours La philosophie pratique, depuis Aristote, contrairement à la philosophie théorique qui vise à la contemplation désintéressée, s’intéresse à l’action bonne. Celle-ci est éthique lorsqu’elle s’applique à l’individu ; elle est politique lorsqu’elle fait référence à la cité et à son organisation. Objectif général Ce cours permet de comprendre la vie éthique comme marche vers le bonheur et la vie politique comme prise de conscience du bien commun. Il peut aider l’étudiant, à la suite d’Aristote, à comprendre l’éthique et la politique comme des composantes de la vie sociale et pratique de l’homme. Cette vie sociale de l’homme, si elle est régie par le politique, a aussi besoin d’une base éthique comme condition de possibilité du vivre ensemble. Objectifs spécifiques Au terme de cet enseignement, l’étudiant doit être capable de comprendre la philosophie non pas comme une discipline désincarnée mais comme une réflexion qui doit accompagner et guider l’homme aussi bien dans sa conduite et ses relations avec les autres que dans son organisation sociopolitique. A l’heure où le monde traverse une période de conflits souvent issus des querelles de valeurs, ce cours doit permettre à l’étudiant d’affirmer son individualité sans renier sa socialité. Bibliographie sommaire ARISTOTE. (1990). Ethique à Nicomaque. Paris: Vrin ; ARISTOTE. (1993). La Politique. Paris: Flammarion ; GOBRY, I. (1995). La philosophie pratique d'Aristote. Lyon: Presses Universitaires ; PLATON. (1993). La République. Paris: Gallimard ; RENAUT, A. (1996). La guerre des dieux. Essai sur la querelle des valeurs. Paris: Grasset & Fasquelle.

51


PHSH 145. Introduction à l’éducation traditionnelle africaine Enseignant : P. OWOUDOU Alphonse Public cible : Etudiants en première année de Sciences de l’éducation. Pré-requis : Avoir validé l’Introduction aux Sciences de l’Education (PHSH 120). Objectif général : Ce cours vise à familiariser l’apprenant à : - la diversité et la richesse des processus éducatifs dans les cultures africaines; - la déclinaison des nouvelles avenues à travers lesquelles devenir et façonner des hommes et femmes à la fois authentiquement africains et citoyens du troisième millénaire. Objectifs spécifiques : Au terme de cet enseignement, l’apprenant saura : - définir et caractériser l’éducation traditionnelle dans sa culture d’origine; - identifier les enjeux de l’oralité traditionnelle et du passage à l’écriture; - confronter la psychologie du développement occidental (cf. Piaget, Erikson, etc.) avec la psychologie génétique chez l’enfant et l’adolescent d’Afrique traditionnelle (cf. Moumouni); - se situer personnellement à la fois comme jeune africain et comme (futur) éducateur et/ou pasteur des nouvelles générations africaines ; - suggérer des pistes pédagogiques capables de valoriser à la fois les atouts de l’éducation traditionnelle, les instruments et les stratégies actuelles pour mieux outiller le citoyen de demain. Contenus : 1. Cours magistral sur l’éducation traditionnelle africaine (Semiprésentiel, cf. Moodle); 2. Travail de recherche personnel sur les stades de l’éducation traditionnelle. Défi à relever : « Elaborer un parallélisme entre un parcours évolutif classique et un itinéraire africain traditionnel de croissance (finalités et profil de sortie, étapes, méthodes et protagonistes) de votre culture d’origine ». 3. Etude de quelques auteurs africanistes : Comment (re)valoriser, et faire évoluer aujourd’hui, l’éducation traditionnelle africaine face à l’importation de modèles occidentaux d’éducation et de socialisation ? Evaluation - QCM (Moodle, 30%) – Participation active au cours (10%) Travail de recherche (60%) = Portefeuille final.

52


Bibliographie BENDRE, L’éducation en milieu traditionnel, in http://news.aouaga.com/h/1242.html, (06/10/2012); ERNY P., L’enfant et son milieu en Afrique noire, Paris: L’Harmattan, 1987 ; EZEMBE F., L'enfant africain et ses univers, Paris: Karthala, 2009 ; IZIA M., L’école dénaturée: quand l’école n’éduque plus, in « USAWA » 5 (1989-1990) 8, 67; KI-ZERBO J., Eduquer ou périr, Paris: L’Harmattan (UNICEF/UNESCO), 1990 ; LAYE C., L'enfant noir, New York: Cambridge University Press, 1966 ; LE THANH KHOI, Education et Civilisations. Sociétés d’hier, Paris: Nathan & BIE/UNESCO, 1995 ; MIALARET G., Introduction à la pédagogie, Paris: PUF, 1964 ; MOUMOUNI A., L’éducation en Afrique (Préface du Professeur Joseph Ki-Zerbo), Paris: Présence Africaine, 1998 ; MUKENE P., L ouverture entre l école et le milieu en Afrique noire : pour une gestion pertinente des connaissances, Fribourg: Editions Universitaires Fribourg Suisse, 1988 ; NGOMA N., Initiation dans les sociétés traditionnelles africaines, le cas de Kongo, Kinshasa: PUZ, 1981 ; PARE-KABORE A., De l’éducation traditionnelle à la scolarisation : changements de perspectives pédagogiques et problèmes d’adaptation de l’école au Burkina Faso. Les droits économiques, sociaux et culturels (DESC), Paris: Karthala, 2003, 1819-1929. NB : Ces textes et d’autres supports seront postés sur Moodle pour des lectures d’approfondissement. PHSH 146. Initiation à l’Informatique et aux TIC Enseignant : BOBI Ayao Objectifs : Le cours d’initiation à l’informatique et aux TIC permet à l’étudiant d’acquérir des notions pratiques lui permettant de manipuler et de se familiariser avec le système d’exploitation et les logiciels outils, de façon à le rendre rapidement autonome sur un poste de travail. Ce cours permettra également de familiariser les étudiants avec les réseaux et avec Internet. Contenu du programme I- Présentation générale des TIC dans l’éducation/enseignement II- Introduction aux ordinateurs 1- Le hardware 2- Le Software (Logiciels de bases / d’application, Système d’exploitation) 3- Pratique du système Windows XP III- Logiciels courants  Les traitements de texte : Word

53


 L’environnement Word  Formatage, finalisation d’un document, tableaux et graphiques 1- Etude d’un logiciel de présentation : PowerPoint IV- Introduction aux réseaux 1- Notions de base 2- Introduction à Internet (généralités, navigateur, moteur de recherche, recherche avancée) Pré requis : Ce cours est destiné à tous les étudiants sans aucun pré requis. Evaluation : Pour valider cette UE, l’étudiant composera à deux reprises (Contrôle continu et examen) où il doit obtenir une moyenne de 10 sur 20. Le devoir sera constitué des questions à choix multiples basées sur les notions abordées au cours et l’examen consistera en un développement « Power Point » autour d’un sujet lié au TIC.

54


TRONC COMMUN – LICENCE 2 Semestres 3 & 4 (Tronc Commun) Harmattan 2 UE Fondamentales: PHSH 211. Philosophie scolastique et médiévale (4 ECTS – Tossou) PHSH 213. Philosophie politique moderne (3 ECTS – Folikoue) PHSH 217. Philosophie de l’art (3 ECTS – Noussouglo) PHSH 219. Philosophie de la nature (3 ECTS - Badji) PHSH 222. Psychologie du développement (4 ECTS - Bawa) PHSH 223. Sociologie des religions (3 ECTS - Jiodio) PHSH 228. Philosophie de l’homme (3 ECTS – Kouvon) UE Outils : PHSH 221. Introduction aux méthodes des sciences sociales (3 ECTS - Bawa) UE optionnelles PHSH 225. Introduction à l’Athéisme (2 ECTS - Owoudou) PHSH 241. Etudes salésiennes (2 ECTS – Ahouangbé) PHSH 242. Courants de Spiritualité chrétienne (2 ECTS – Awunyo) PHSH 243. Ethique et Education (2 ECTS - Faly) PHSH 244. Etudes comboniennes (2 ECTS – Nordjoe) PHSH 231. Latin II (2 ECTS – Badagbor) Mousson 2 UE Fondamentales PHSH 200. Histoire de la philosophie moderne (3 ECTS- Kuakuvi) PHSH 212. Métaphysique et ontologie (3 ECTS – Tossou) PHSH 214. Philosophie africaine (3 ECTS – Akue Adotevi) PHSH 216. Epistémologie (3 ECTS – Akue Adotevi) PHSH 220. Sciences de la communication (3 ECTS – Lowa) PHSH 224. Anthropologie des cultures négro-africaine (3 ETCS – Jiodio) PHSH 227. Doctrine éthique moderne (3 ECTS – Kouvon) PHSH 230. Statistiques (initiation) (3 ECTS – Duyiboe) PHSH 215. Logique mathématique (3 ECTS – Akue Adotevi) UE optionnelles PHSH 226. Théodicée (3 ECTS – P. Tossou) PHSH 232. La relation éducative (3 ECTS – Owoudou)

55


DESCRIPTION DES UNITES D’ENSEIGNEMET SEMESTRES 3 & 4 PHSH - 211. Histoire de la Philosophie médiévale et scolastique Enseignant : P. TOSSOU Raphaël Objectifs spécifiques Ce cours vise à montrer comment après la mort d’Aristote et la fermeture de l’Ecole d’Athènes, la Grèce a subi six siècles de décadence, avant que la philosophie ne retrouve ses marques. L’étudiant doit acquérir les mécanismes qui lui permettent de voir la rencontre de la philosophie païenne avec le christianisme, le judaïsme et l’islam. L’étudiant doit être à même de faire la différence entre philosophie et théologie. A la fin de l’année, l’étudiant doit mieux comprendre la genèse de la philosophie moderne, à partir de la Renaissance. Contenus Décadence et Transition La transition morale d’Aristote à Marc-Aurèle La transition mystique de Philon d’Alexandrie à Proclus Le Néoplatonisme : Plotin Epoque patristique et médiévale La synthèse scolastique : Saint Thomas d’Aquin Modes et critères d’évaluation Une évaluation sommative permettra de mesurer la compréhension des concepts essentiels de la philosophie qui entrent en ligne de compte pendant cette période. Cette première évaluation qui doit montrer que l’étudiant s’est documenté en bibliothèque, sera suivie en fin de semestre par un examen classique, faite de deux sujets de dissertations au choix de l’étudiant. Organisation pratique Exposition des thèses des différents auteurs de la transition mystique et morale. Lecture et commentaire des différentes thèses des auteurs de la période. Il sera recommandé aux étudiants de lire un ouvrage d’histoire de la philosophie, pour compléter les informations diffusées dans le cours. Bibliographie sommaire BREHIER E., Histoire de la philosophie, Tomes 1 & 2, Paris: PUF, 1981; JEAN-PAUL II, La Foi et la Raison (Fides et Ratio), Kinshasa: Mediaspaul, 1998; THONNARD F. J., Précis d’histoire de la philosophie, Paris, Tournai & Rome: Desclée & Cie, 1963.

56


PHSH – 212. Métaphysique et ontologie Enseignant : P. TOSSOU Raphaël L’Homme, grâce à son Intellect, appréhende fondamentalement, simplici intuitu. Il saisit tout spontanément « quelque chose », en s’extasiant tout simplement devant le fait qu’il « soit » plutôt que de ne pas être… Il s’intéresse alors à cet « étant » simplement en qu’il est, « en tant qu’étant ». C’est la naissance d’une « science » ; le début « d’une science, qui selon Aristote, étudie l’étant en qu’��tant et les attributs qui lui appartiennent essentiellement ». C’est le commencement de la Métaphysique qui nécessairement se développera aussi en « science de l’être en tant qu’être. » Derrière cette différence entre l’ « étant » et l’ « être, entre « ce qui est » et « l’ « acte même d’être » se cache l’une des questions les plus fondamentales et les plus contre versées de la métaphysique de la métaphysique, à savoir, selon Heidegger, la question de la « différence ontologique », c’est-à-dire, précisément, de la différence de l’être d’avec l’étant. Objectif général : Conduire les étudiants à reconnaître que la Métaphysique est non seulement un savoir et une science, comme toute connaissance assurée, cohérente et organisée, mais aussi le couronnement du savoir humain en tant qu’elle d’intéresse aux questions ultimes, celles de l’être, de la personne humaine, du monde, de Dieu. Ils seront ainsi amenés à « goûter » (sapere en latin) le sens profond et global de l’existence humaine et du réel en totalité pour devenir des philosophes, c’est-à-dire, quodammodo sedes sapientiae philosophicae Objectifs spécifiques : La métaphysique est une science ; il faut la définir, en indiquer l’objet (ontique et ontologique), situer l’état de la question, jauger la problématicité, l’actualité, les contre verses et les contestations qui la prennent en compte et qu’elle prend en compte. Bibliographie ARISTOTE, Métaphysique, 1 & 2, (traduction et notes par J. Tricot), Paris: Vrin, 1982; AUBENQUE P., Le problème de l’être chez Aristote, Paris: PEF, 1983; LEONARD A., Métaphysique de l’être, Essai de Philosophie fondamentale, Paris: Cerf, 2006; MARCEL G., Le Monde cassé, Paris: Desclée

57


de Bouwer, 1933; MARITAIN J., Sept leçons sur l’être (1934). Œuvres complètes, Fribourg & Paris: Editions universitaires & Saint-Paul, 1982. PHSH - 213. Philosophie Politique antique et moderne Enseignant : FOLIKOUE Roger Ce cours vise deux objectifs : Objectif général : Donner aux étudiants des notions de base en philosophie politique. Objectifs spécifiques : - Définir la philosophie politique et délimiter les champs qu'elle explore. - Décrire la spécificité de la Polis grecque dans l'histoire de la philosophie politique antique. - Exposer la réflexion des philosophes (Platon et Aristote) à propos des problèmes politiques de leur temps. - Expliquer ce qui caractérise la modernité politique. Montrer, à l'aide de certains auteurs (Machiavel, Jean Bodin, Hobbes etc.), en quoi la modernité politique se distingue de la philosophie politique classique : la théorie du contrat, la liberté individuelle, la notion du droit (les droits de l'homme). Bibliographie ARISTOTE, La Politique, Paris: Flammarion, 1993; ARON R., Démocratie et totalitarisme, Paris: Gallimard, 1965; BENETON P., Introduction à la politique moderne, Paris: Hachette, 1987; GOYARD-FABRE S., Philosophie politique XVI-XX siècle, Paris: PUF, 1987; HOBBES T., Le Léviathan, Paris: Gallimard, 2000; MACHIAVEL N., Le Prince, Paris: Pocket, 1990; MANENT P., Naissances de la politique moderne, Paris: Gallimard, 2007; MOSSE C., Histoire d'une démocratie, Athènes & Paris: Seuil, 1971; NEMO P., Histoire des idées politiques dans l'antiquité et au Moyen-âge, Paris: PUF, 1998; PLATON, Apologie de Socrate, Criton & Phédon, Paris: Flammarion, 1965; PLATON, La République, Paris: Gallimard, 1993; ROMILLY J., Problèmes de la démocratie grecque, Paris: Hermann, 1975; ZARKA Y. C., Hobbes et la pensée politique moderne, Paris: PUF, 1995.

58


PHSH - 214. Philosophie Africaine Enseignant : AKUE ADOTEVI Hermann Objectif général : Cet enseignement vise à initier l’étudiant à la pensée philosophique africaine à partir du débat classique sur la question de l’existence ou non d’une philosophie africaine. Objectifs spécifiques Au terme de cet enseignement, l’étudiant sera capable de : - définir le concept d’ethnophilosophie - présenter les positions des protagonistes du débat sur l’existence ou non d’une philosophie africaine - expliquer ce que l’on doit comprendre aujourd’hui par l’expression « philosophie africaine » Contenu Le cours introduit au débat sur l’existence ou non d’une philosophie africaine à partir de la présentation de l’ethnocentrisme occidental. Il fait ensuite place au débat proprement dit en exposant les arguments des principaux protagonistes. On montre enfin que ce débat, aujourd’hui, est devenu classique, et on indique les orientations actuelles de la philosophique en Afrique. Bibliographie sommaire : HOUNTONDJI P. J., Sur la philosophie africaine combat pour le sens; KAGAME A., La philosophie bantu comparée; TEMPELS P., La philosophie bantoue; TOWA M., Essai sur la problématique philosophique dans l’Afrique actuelle. PHSH - 215. Logique mathématique : le calcul des propositions Enseignant : AKUE ADOTEVI Hermann Objectif général : Cet enseignement vise à donner à l’étudiant des aptitudes techniques élémentaires pour calculer le discours. Objectifs spécifiques : Au terme de cet enseignement, l’étudiant sera capable de : - définir la proposition - énumérer les connecteurs logiques et leurs différentes propriétés - d’évaluer les propositions complexes au moyen des tables de vérité - de traduire les énoncés de la langue ordinaire en langage symbolique - de calculer les formes normales

59


Contenu du cours : Ce cours porte sur la partie élémentaire et fondamentale de la logique qui traite des propositions inanalysées. On y étudie les connecteurs logiques, la méthode des fonctions de vérité, les formes normales et la déduction naturelle. Bibliographie sommaire BLANCHE R., Introduction à la logique contemporaine; DIAGNE S. B., Logique pour philosophe; LEPAGE F., Eléments de logique contemporaine. PHSH - 217. Philosophique de l’art Enseignant : NOUSSOUGLO Cyriaque Contenu du cours : Cet enseignement parle du contexte d'avènement de l'esthétique, de son objet, de sa méthode et de sa démarche,de l’art, du plaisir esthétique, du beau classique occidental, son évolution en Occident, de l'héritage antique et scolastique et des avatars de la mimésis. Objectif général : Dégager et poser la problématique de l'esthétique à sa naissance, indiquer les enjeux de son évolution et cerner les spécificités de l'art et du plaisir esthétique. Objectifs spécifiques : - Dégager les spécificités de l’esthétique de l’antiquité à la période moderne ; - Dégager les rapports de l’art et de la nature ; de l’art et de l’imitation; - Mieux cerner la question du beau, de l’art et du plaisir. Méthode : Cours magistraux, TD et exposés. Evaluation : Contrôle continu, travaux individuels et de groupe ; examen. Plan du cours : Chapitre I : Naissance, spécificité et objet de l'esthétique Chapitre II : Méthodes et questions de l’esthétique Chapitre III : Le plaisir esthétique Chapitre IV : Le beau classique occidental : ses origines, sa nature, ses œuvres Bibliographie : ADORNO (T.W.), Théorie esthétique, trad. Marc JIMENEZ, Paris : Klincksieck, 1976. ; BASTIDE (Roger), Art et Société, Paris : Payot, 1977. BAUMGARTEN A. G., Esthétique, précédée des Méditations philosophiques sur quelques sujets se rapportant à l'essence du poème et de la Métaphysique, (trad. prés. et notes Jean-Yves Pranchère), Paris: L'Herne, 1988; JIMENEZ M., Qu'est-ce

60


que l'esthétique ?, Paris: Gallimard, 1997; L'ATELIER D'ESTHETIQUE, Esthétique et philosophie de l'art, Repères historiques et thématiques. , Bruxelles: Ed. de Boeck Université 2002; LACOSTE J., L'idée du beau, Paris: Bordas, 1986; LACOSTE J., La philosophie de l'art, Paris: PUF, 2004; LAGOUTTE D., Introduction à l'histoire de l'art, Paris: Hachette, 2004; LONTRADE A., Le plaisir esthétique. Naissance d'une notion, Paris: L'Harmattan, 2004; SAUVAGNARGUES A., Art et philosophie, Ens. Fontenay & St Cloud, 1998. PHSH - 219. Philosophie de la nature Enseignant : P. BADJI Jésus Benoît Objectif général : Ce cours vise à aider les étudiants à établir le lien entre le monde de la science et la philosophie. Objectif spécifique : il s’agira donc d’établir la compénétration qui existe entre la philosophie de la nature et les autres sciences. Cela nous permettra de mettre la main sur les apports de Platon puis ceux d’Aristote et de St Thomas. Nous irons ensuite à la découverte des innovations scientifico–technologiques avec leurs caractéristiques en vue d’apprécier leur influence sur la nature. Mode d’évaluation : Un examen partiel sera fait pour apprécier la capacité d’assimilation des étudiants. Nous leur trouverons des thèmes de recherche qu’ils travailleront et présenteront en groupes. Enfin, ils seront soumis à un exercice de commentaire composé sur un texte tiré de l’un des livres de la bibliographie. Bibliographie sélective BIEMEL W., Le concept du monde chez Heidegger, Nauwelaerts, 1950; CHEVALLIER J., Histoire de la pensée (Tome 1), Flammarion, 1955; GASTON I., Métaphysique réflexive et philosophie de la nature, in « Revue Internationale de Philosophie » (1956); GUSDORF G., Introduction aux sciences humaines, Les Belles-Lettres, 1960; MARC L., Introduction à la cosmologie: Unité du monde physique, 1985-1986.

61


PHSH - 220. Sciences de la communication (suite) Enseignant : LOWA Ekilou Objectif Ce cours fournit à l’étudiant les instruments d’une appréhension globale des médias et de leur fonctionnement dans les sociétés modernes. Objectifs spécifiques A la fin de la session, l’étudiant sera capable de : - comprendre le fonctionnement du processus de la communication sous ses diverses formes - identifier les trois (3) familles de médias - énumérer les principales professions liées aux médias - mettre la communication au service du bon fonctionnement d’une entreprise. I) Techniques de communication Introduction générale De la nécessité des médias quelle que soit la société considérée II) Les médias de l’écrit : Livre et journaux, de Gutenberg à nos jours. III) Médias du son et de l’image au 20è siècle Le téléphone, le cinéma, la radiodiffusion et la télévision IV) Vers les réseaux multimédias V) Introduction aux métiers de la communication Méthodes pédagogiques Evaluation Bibliographie BA A., Télévision, paraboles et démocratie en Afrique Noire, Paris: l’Harmattan, 1996; BAKIS H., Géopolitique de l’information, Paris: PUF, 1987; BARRAT J., Géographie économique des médias, Paris: Litec, 1992; BOURGUES H. & J. GRITTI, L’enjeu de la communication mondiale, Dakar: Nouvelles Editions Africaines, 1986; COLOMBAIN J., Internet, Toulouse: Ed. Milan, 1996; DU CASTEL F., La révolution communicationnelle, les enjeux du multimédia, Paris: L’Harmattan, 1995; DUFOUR A., Internet, Paris: Que saisje ?; TUDESQ A.-J., La Radio en Afrique noire, Pédone, 1983.

62


PHSH – 221. Introduction aux méthodes des sciences sociales Enseignant : BAWA Ibn Habib Objectif général Ce cours vise à initier l’étudiant en philosophie et en sciences sociales à la méthodologie de la recherche en sciences sociales. Objectifs spécifiques Ce cours vise à rendre l’étudiant capable de : - définir une recherche scientifique et distinguer les différents types de recherche - analyser la spécificité des recherches en sciences sociales - distinguer un rapport et un projet de recherche - d’élaborer une problématique - formuler des hypothèses - définir les indicateurs et les variables - déterminer une population et prélever un échantillon - décrire les méthodes de collecte des données en sciences sociales Contenu Chapitre I : Notion de recherche scientifique et classification des recherches Chapitre II : Problématique de la recherche, cadres conceptuel et théorique et revue des travaux Chapitre III : Objectifs, hypothèses, variables, indicateurs Chapitre IV : Population et échantillon Chapitre V : Méthodes de collecte des données - le questionnaire - l’entretien - l’observation Evaluation - travaux de recherche individuelle ou en groupe - devoir sur table - examen final Bibliographie ARBORION A.-M. & P. FOURNIER, L’observation directe, Paris: Nathan, 1999; BARDIN L., L’analyse de contenu, Paris: PUF, 1977; BEAUD M., L’art de la thèse, Paris: La découverte, 2003; CHAUCHAT H., L’enquête en psychosociologie, Paris: PUF, 1985; DE LANDSHEERE G., Introduction à la recherche en éducation, Paris: Armand Colin & Bourrelier, 1977; D UCHESNE S. & F. HAEGEL, L’entretien collectif, Armand Colin, 2009; FORTIN M.-F., Fondements et étapes du processus de recherche Chenelière Education, 2006; GUEGUEN N., Statistique pour psychologue, cours et exercices, Dunod, 2005; KAUFMANN J.-C., L’entretien compréhensif, Armand Colin, 2007; MACE G., Guide d’élaboration d’un projet de recherche, Bruxelles: De Boeck

63


Université, 1991; MESNIER P. M. & P. MISSOTTE, La recherche action, Paris: l’Harmattan, 2003; QUIVY R. & L. VAN CAMPENHOUDT, Manuel de recherche en science sociale, Paris: Dunod, 1994; VAN DER MAREN J.-M., Méthodes de recherche pour l’éducation, Bruxelles: De Boeck Université, 1996. PHSH – 222. Psychologie du développement Enseignant : BAWA Ibn Habib Public cible : Etudiants du troisième semestre de licence de sciences de l’éducation Objectifs généraux Ce cours vise à amener l’apprenant à :  connaître l’objet, les méthodes et la définition de la psychologie du développement ;  connaître les facteurs, les lois et les stades du développement ;  connaître les théories de développement de Piaget, de Freud et de Wallon ;  connaître les caractéristiques psychologiques, affectives et sociales des adolescents. Objectifs spécifiques Ce cours vise à rendre l’apprenant capable de :  définir la psychologie du développement et préciser son objet d’étude ;  décrire les méthodes de la psychologie du développement ;  décrire les lois, les facteurs et les stades du développement ;  décrire les théories de développement de Piaget, de Freud et de Wallon ;  donner les caractéristiques psychologiques, affectives et sociales de l’adolescent. Contenu Chap1 : l’introduction à la psychologie du développement Chap2 : facteurs, lois et stades de développement Chap3 : les grandes étapes du développement : les théories de développement (Piaget, Freud et Wallon) Chap4 : la psychologie de l’adolescent Evaluation - Devoir sur table - Exposés - Travaux de recherche - Evaluation ou examen final.

64


Bibliographie BIDEAUD J., O. HOUDE & J.-L. PEDINIELLI, L’homme en développe-ment, Paris: PUF, 2004; BLAYE A. & P. LEMAIRE, Psychologie du développement cognitif de l’enfant. Ouvertures psychologiques, Bruxelles: De Boeck, 1964; CLOUTIER R., P. GOSSELIN & P. TAP, Psychologie de l’enfant, 2è édition, Montréal: Gaëtan Morin, 2005; DELAY J. & P. P ICHOT, Abrégé de psychologie, Paris: Masson & Cie, 1964; GAONAC’H D. & G. GOLDER, Manuel de psychologie pour l’enseignement, Paris: Hachette, 2002 ; LEHALLE H. & D. MELLIER, Psychologie du développement : Enfance et adolescence, Paris: Dunod, 2005; LIEURY A., Psychologie générale, Paris: PUF, 2000; REUCHLIN M., Psychologie, Paris: PUF, 1977. PHSH - 225. Introduction à l’Athéisme Enseignant : P. OWOUDOU Alphonse Objectif général : Ce cours s’appuie sur les courants philosophiques contemporains pour confronter l’étudiant, futur éducateur et/ou pasteur, aux motivations des athées, jeunes et moins jeunes, d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui. Objectifs spécifiques : Au terme de ces 20 heures de réflexion, de lecture, d’ateliers et d’exposés, à la rencontre des maîtres du soupçon (Comte, Marx, Hegel, Nietzsche, Schopenhauer, Sartre, ComteSponville, Onfray, etc.), l’étudiant se montrera capable de : 

Dialoguer avec des interlocuteurs et auteurs incroyants, agnostiques ou sceptiques ;

Purifier et justifier ses propres convictions religieuses à l’aide du défi que constitue la non-croyance, même en Afrique ;

Indiquer les pistes et les nouveaux aréopages du dialogue avec ceux et celles qui ne partagent pas la même réponse face à la question de Dieu.

Structure du cours : 1. Introduction au cours et organisation du travail (exposés, groupes, dates, comptes Moodle, etc.) ; 2. Le sécularisme et ses raisons ; 3. Le défi de l’athéisme ; 4. Comte-Sponville et la « spiritualité sans Dieu » ; 5. Agnosticisme et athéisme en Afrique : les africains sont-ils réellement « incurablement religieux » ? (cf. Messi Metogo) ; 6. L’athéisme dans l’histoire ; 7. Humanisme et athéisme moderne (+ Conclusion)

65


L’évaluation : Deux (2) modes d’évaluation : des Quiz multiformes sur l’interface Moodle (dissertations brèves, QCM), et un exposé de groupe à présenter en classe, à amender et à publier (envoi de la version numérique à l’adresse de l’enseignant owoudou@ispshdblome.com). Bibliographie COMTE-SPONVILLE A., L’esprit de l’athéisme, Paris: Albin Michel, 2006; MESSI METOGO E. M., Dieu peut-il mourir en Afrique ?, Paris: Karthala, 1997; MORIN D., L’athéisme moderne, Paris: Cerf, 1985; NEUSCH M., Aux sources de l’athéisme contemporain, Paris: Centurion, 1977. ONFRAY M., Traité d’athéologie, Paris: Grasset & Fasquelle, 2005 (ce dernier ouvrage est désormais disponible pour les étudiants inscrits au cours). PHSH – 224. Anthropologie et cultures négro-africaines Enseignant : P. JIODIO Marius Ce cours est la suite logique des notions apprises dans le cours introductif à l’anthropologie sociale et culturelle enseigné en Licence 1. L’Afrique noire surtout se présente comme un ensemble de cultures négro-africaines souvent différentes les unes des autres. Objectif général Ce cours aura le mérite d’assurer des connaissances approfondies sur différents sujets : vision du monde, secrets et interdits, symboles, mythes et rites, la notion de personne, vie-survie, etc. Objectif spécifique L’étudiant tiendra compte des rapports fondamentaux entre l’oral et l’écrit et l’interaction qui existe entre les deux pôles. Il élargira le rapport entre différentes tendances et déviances contemporaines : l’identité ethnique, le rapport entre les représentations ancestrales et l’omniprésence de l’individu autonome. L’évaluation Trois évaluations : les Travaux dirigés (TD), le Contrôle des connaissances et un travail de recherche ou l’Examen semestriel. Bibliographie BALANDIER G., Anthropo-logiques, Paris: PUF, 1975; BAMUNOBAY Y. & B. ADOUKONOU, La mort dans la vie africaine, Présence africaine, 1979; CALAME-GRIAULE G., Dieu d’Eau, Paris; HOUNWANOU R., Le Fa, une géomancie divinatoire, NEA, 1984.

66


PHSH – 223. Sociologie des religions Enseignant : P. JIODIO Marius La sociologie des religions est la partie de la sociologie dont l’objet est l’étude des formes visibles de l’activité religieuse humaine. Toutes les sociétés connues comportent dans leur organisation sociale, ce que l’on appelle une « religion », c'est-à-dire des lieux et institutions faisant référence au « sacré » et aux manifestations cultuelles, aux croyances qui s’expriment oralement, scripturairement ou gestuellement. La religion se traduit ordinairement par un ensemble de symboles et de rites ; une organisation codifiée : les prêtres, les regroupements d’adeptes et de pratiquants (secte, confrérie, église, etc.) L’objectif de ce cours prendra en considération l’outil sociologique comme un moyen d’investigation des phénomènes religieux englobant la réalité sociale, elle-même prise par le caractère « sacré » des relations humaines, et sanctionnée par des institutions spécialisées. L’étudiant devra se familiariser aux méthodes d’enquête de la sociologie religieuse (Le Bras G., Weber M., Piette A., Hervieu Léger…) Des travaux dirigés seront organisés en vue d’une meilleure connaissance des religions institutionnalisées (Islam, Bouddhisme, hindouisme, etc.). Chaque étudiant pourra opter pour un travail de recherche sur un sujet de sociologie religieuse. Références bibliographiques : BOULARD F., Premiers itinéraires en Sociologie religieuse, Paris: Ouvrières, 1954; CARRIER H. & P. E., Essais de Sociologie religieuse, Paris: Spes, 1967; DEBRAY R., Le feu sacré, fonctions du religieux, Paris: Fayard, 2003; LE BRAS G., Etudes de Sociologie religieuse, Paris: PUF, 1955; WILLAIME J. P., Sociologie des religions, Paris: PUF, 1995. PHSH – 216. Epistémologie Enseignant : AKUE ADOTEVI Hermann Objectif général : Cet enseignement vise à donner à l’étudiant quelques outils théoriques pour décrire et expliquer les conditions d’évolution des sciences. Objectifs spécifiques : Au terme de cet enseignement, l’étudiant sera capable de : - expliquer la critique humienne de la science - évaluer les conséquences de cette critique - présenter les théories épistémologiques du Cercle de Vienne, de Popper et de Kuhn - analyser les rapports entre ces théories

67


Contenu du cours : Ce cours porte sur les théories épistémologiques entendues comme réflexions sur la nature de la science ou de l’activité scientifique. Il traite essentiellement des théories épistémologiques de Popper et de Kuhn introduites par l’approche de l’empirisme logique. Bibliographie sommaire : KUHN T., Structure des révolutions scientifiques; POPPER K., Conjectures et réfutations; POPPER K., Logique de la découverte scientifique. PHSH – 227. Doctrines éthiques modernes Enseignant : KOUVON Komi Objectif général : Ce cours vise à permettre à l’étudiant de connaître les grandes doctrines éthiques modernes. Objectif spécifique : Au terme de ce cours, l’étudiant sera capable de - identifier les éléments caractéristiques de la modernité qui ont expliqué la réorientation de la réflexion éthique - présenter le déontologisme kantien et l’utilitarisme - comparer le déontologisme et l’utilitarisme Contenu du cours : ce cours traite des éléments caractéristiques de la modernité, du déontologisme kantien et de l’utilitarisme. Bibliographie BENTHAM J., Introduction aux principes de la morale et de la législation, Centre Bentham; CANTO-SPERBER M., La philosophie morale britannique, Paris: PUF, 1994; KANT E., Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris: Delagrave, 1977. PHSH - 226. Théodicée Enseignant : P. TOSSOU Raphaël Le discours métaphysique doit pouvoir aboutir naturellement à un discours sur Dieu : la Théologie naturelle signe, à la bonne heure, l’accomplissement de l’ontologie. La métaphysique de l’être annonce l’être de la métaphysique, « ce caractère inépuisablement intelligible du réel profond », cette res connue, considérée selon la richesse intarissable de son être qui réclame, pour la compréhension de son sens et sa signification, l’Etre infini, l’affirmation philosophique de Dieu. « La constitution onto-théologique de la métaphysique » doit être articulée sur le caractère onto-archéologique de son entreprise et la dimension onto-téléologique de son message.

68


Le cours prendra en compte l’affirmation de l’Etre infini par la métaphysique, ce qu’il est, qui il est et ce qu’il fait : Dieu Créateur, c’est l’Etre infini, absolu, cause non causée du monde. Bibliographie DELANGLADE J., Le Problème de Dieu, Paris: Montaigne, 1960; GISQUIERE, Deus Dominus. Praelectiones Théodiceae, Paris: Abbaye d’Auverbole, 1950; LAGRANGE G., Dieu. Son existence et sa nature, 6è éd., Paris, 1933. PHSH – 228. Philosophie de l’homme Enseignant : KOUVON Komi Objectif général : Ce cours se veut une tentative de réponse à la quatrième question de Kant : « Qu’est-ce que l’homme ? » En envisageant les réponses philosophiques possibles à cette question au cours de l’histoire, ce cours vise à faire comprendre aux étudiants que penser l’homme c’est penser la société. Objectifs spécifiques : - expliquer l’idée d’humanité ou la nature humaine - identifier l’idée d’humanité chez les anciens et les modernes - présenter l’identité humaine comme identité différenciée Contenu du cours : Ce cours traite d’abord, de l’objet de la philosophie de l’homme : l’idée de nature humaine. Il traite ensuite des réponses philosophiques que les anciens et les modernes ont apporté à la question : qu’est-ce que l’homme ? Enfin, il traite de la notion de l’identité et de la différence à travers le concept de l’identité différenciée. Bibliographie ARISTOTE, Les politiques, Paris: Flammarion, 2008; KANT E., Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique, Paris: Aubier, 1947; KANT E., Anthropologie au point de vue pragmatique, Paris: Vrin, 1970; RENAUT A., Un humanisme de la diversité. Essai sur la décolonisation des identités, Paris: Flammarion, 2009. PHSH - 200. Histoire de la philosophie moderne Enseignant : KUAKUVI Kuamvi Mawulé Objectif général Ce cours vise à faire voir le passage de la Renaissance à la modernité en Histoire de la Philosophie et comment le retour à la rationalité classique d’Aristote sera mis à rude épreuve par le criticisme d’Emmanuel Kant. Doctrines et idées de la connaissance seront ainsi modifiées, avant que l’on arrive à faire tourner l’objet autour du sujet qu’est l’être humain. Au cours de cette période riche en auteurs et en

69


doctrines, l’accent sera toutefois mis sur l’empirisme et le rationalisme. L’étudiant sera ainsi outillé pour passer de Hume au rationalisme allemand. Il pourra ainsi mieux comprendre les Maîtres du soupçon que sont Freud, Karl Marx et Nietzsche. Objectifs spécifiques - Définir la modernité - Montrer ce qui constitue la crise de la modernité - Faire voir les caractéristiques historiques Contenus - Aperçu étymologique : de modernitas à moderne - Caractéristiques historiques - Statut épistémologique - Problématiques diverses par auteurs : Hume, Descartes, Kant, Hegel, Nietzsche, etc. - L’empirisme et le Rationalisme - Perspectives Modes et critères d’évaluation L’évaluation commencera par la vérification de la compréhension des concepts essentiels de la période historique. Cette première évaluation sera suivie d’un contrôle des connaissances à la fin du semestre. Un examen final permettra par le biais d’une dissertation, de voir si l’apprenant a bien vu les interconnexions entre les auteurs, leurs doctrines et leurs impacts. Bibliographie sommaire AKOUN A., La Philosophie, in «Les Encyclopédies du Savoir Moderne», Paris: CEPL, 1977; BRÉHIER É., Histoire de la philosophie. Tome II: La philosophie moderne, Paris: Librairie Félix Alcan, 1932; CHATELET F., Histoire de la philosophie, Paris: Hachette, 1972; HEGEL F., Phénoménologie de l’Esprit, Paris: Aubier, 1989; KANT E., Critique de la raison pure, Paris: PUF, 1960.

PHSH- 230. Statistiques (Initiation en statistiques) Enseignant : DUYIBOE Abravi Objectif général : Initier aux sciences statistiques Objectif spécifique : - Montrer à l’étudiant les possibilités offertes par les statistiques appliquées dans les sciences sociales - Continuer l’étude et approfondir les analyses statistiques Activités 1. L’analyse combinatoire : arrangements, permutations, combinaisons, formule de binôme, le triangle de Pascal. 2. Lois de probabilité : loi de Poisson, la loi de Student, la loi de Pearson (hideux)

70


3. Caractéristique de valeur centrale : la moyenne géométrique, la moyenne quadratique, la moyenne harmonique, les moments 4. L’ajustement : la méthode de Mayer, la méthode des moindres carrés 5. Théorie élémentaire des sondages : théorie des sondages, distribution des échantillonnages Bibliographie GAUTIER M., Statistiques 100 exercices corrigés avec résumés de cours, Vuibert, 2005; MASIERI W., Statistiques et calcul de probabilités, Dalloz, 2001; SPIEGEL M. R., Théorie et applications de la statistique : 875 exercices résolus, Paris: McGraw-Hill, 1972. PHSH - 231. Latin II Poursuivre l’objectif fixé en Licence 1 (Harmattan 1). PHSH- 241. Etudes Salésiennes (Pastorale des jeunes) Enseignant : P. AHOUANGBE Aurélien 1- Présenter les éléments fondamentaux, les bases et la méthodologie de l’action éducative salésienne auprès des jeunes dans le domaine de l’éducation « formelle » et « non formelle », en partant du style proposé par Don Bosco et de l’analyse de la réalité des jeunes d’aujourd’hui. 2- Initier et apprendre aux étudiants les éléments nécessaires pour travailler avec une mentalité de projet et à partir du projet éducatif. Bibliographie DICASTERE POUR LA PASTORALE DES JEUNES - Projet éducatif : Méthodologie, Rome: Editrice SDB, 1978; - Eléments et lignes pour un projet éducatif dans l’oratorio et le Centre des Jeunes salésiens, Rome: Editrice SDB, 1980; - La pastorale salésienne des jeunes, Rome: Editrice SDB, 2000. PHSH- 242. Les grands courants de spiritualité chrétienne Enseignant : Fr. AWUNYO Festus Objectifs : Ce cours entend : 1. Mettre l’étudiant en contact avec la tradition spirituelle chrétienne dans sa diversité et sa richesse ; 2. Offrir une initiation à la lecture et à l’interprétation des témoignages des saints et des maîtres spirituels ; 3. Favoriser l’écoute de ces maîtres selon la pertinence et l’actualité de leur enseignement pour le contexte africain

71


aujourd’hui, « en vue d’une rénovation adaptée de la vie religieuse qui comprend à la fois le retour continu aux sources de toute vie chrétienne ainsi qu’à l’inspiration originelle des Instituts et, d’autre part, la correspondance de ceux-ci aux conditions nouvelles » (cf. Perfectae Caritatis, n°2) ; 4. Approfondir la connaissance des influences qui ont marqué chaque charisme au sein de l’Eglise et qui la nourrissent encore aujourd’hui. Contenu et méthodologie : Ce cours fera ressortir le contexte et les influences, l’expérience initiale (les débuts), la réception et la transmission de l’héritage spirituel (partie principale et développement des différentes « écoles de spiritualité »). Mode d’évaluation : Travail/thème choisi par l’étudiant, à soumettre à l’enseignant. PHSH-244. Etudes comboniennes Enseignant : P. Eugene Yao NORDJOE Objectis : Le premier objectif de cette étude est d’amener l’étudiant à comprendre la vie et l’intuition missionnaire de Saint Daniel Comboni. Pour cela, il devra connaître le contexte social, politique et religieux de l’Europe et de l’Afrique au 19è siècle. Il devra ensuite connaître les grandes étapes de la vie et de l’apostolat de Saint Daniel Comboni. Il devra aussi étudier d’une manière spéciale, trois écrits de Daniel Comboni que nous connaissons comme les textes fondateurs. Le deuxième objectif est de conduire l’étudiant à la connaissance des différentes étapes de l’histoire de l’Institut des missionnaires comboniens du cœur de jésus. Pour cela, on lui présentera l’expansion de l’Institut à travers ses différentes provinces et on analysera les différentes problématiques que cette expansion suscite. On passera un peu plus de temps sur la division de l’Institut et sa réunification. Le troisième objectif est de présenter à l’étudiant les différentes composantes de l’activité et de la spiritualité missionnaires de la famille Combonienne. Comment évangéliser aujourd’hui ? (Aller vers les plus pauvres et les plus abandonnés). Comment faire l’animation missionnaire dans l’Eglise locale aujourd’hui ? (Sauver l’Afrique par l’Afrique). Comment promouvoir les vocations et former les missionnaires aujourd’hui ? (Former des personnes Saintes et capables). Contenu :

72


L’Etude comprend trois parties : I. La vie et l’intuition missionnaire de Daniel Comboni. II. La fondation et l’expansion de l’institut des Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus. III. Les différentes composantes de l’activité missionnaire de la famille Combonienne. Evaluation Ce cours est destiné aux postulants comboniens. A la fin de chacune des trois parties, il y a une évaluation écrite. Bibliographie AGASSO, D. (1988). Daniel Comboni, propheta de Africa. Traduction : Ma Teresa Schiaffino, Madrid: Mundo Negro; AGOSTINI, T. (2003). The Combonie missionnaries. An outline History 1867-1997. Roma: Biblioteca Comboniana ; BARETUZZIO, A., CHOCCHETTA, P., & GILLI, A. (1990). Les textes fondateurs : le plan, le postulat, les règles de l’Institut. Roma: Biblioteca Comboniana ; FRANZELLI, G. (2004). Mondo Comboniano. Bologna: EMI ; GAIGA, L. (2003). Comboni e l’Istituto comboniano dalle origini alla canonizzazione del fondatore. Roma: Biblioteca comboniana ; LOZANO, J. M. (1990). Afrique, passion d’une vie. Itinéraire spirituel de Daniel Comboni. Paris-Fribourg: Saint Paul ; ROMANATO, G. (2003). L’Afrique noire entre Christianisme et Islam. L’expérience de Daniel Comboni. Traduction : Sandro Cadei & Enzo Bellucco, Milan: Corbaccio ; SORIO, E. (1983). Daniel Comboni, un prophète pour l’Afrique. Traduction : Guerrico Kergonieu, Roma: Rogate.

PHSH - 232. La relation éducative Enseignant: P. Alphonse OWOUDOU 1 - Objectif général « L’éducation est une affaire du cœur », disait saint Jean Bosco. Sentimentalisme à part, nous devons reconnaître que l’é-ducation, cet art de découvrir et déployer des ressources naguère latentes dans un(e) jeune pour les tirer (-ducere) au-dehors (ex-), requiert maintes transactions à la fois interpersonnelles et systémiques. Ce cours met en lumière l’investissement de l’éducateur et du jeune dans n’importe quel processus de socialisation et d’éducation. Ce parcours est conseillé aux étudiants ayant validé les UE de pédagogie générale (PSHS 144) et de Psychologie du développement (PHSH 222), et prépare l’étudiant(e) à s’inscrire en cinquième semestre de Licence dans les Sciences de l’éducation. Etant ouvert à des futurs parents, éducateurs et pasteurs, ce cours de 30 heures offre des contenus et des expériences qui vérifieront les théories de la communication interpersonnelle à la lumière des attitudes et aptitudes d’un éducateur

73


compétent, la question de l’autorité dans l’éducation et le processus « transféral ». 2 - Objectifs spécifiques Au terme de ce cours, l’étudiant(e) sera capable de : - maitriser quelques modèles et théories de la relation éducative ; - s’auto-évaluer (cf. tests de personnalité) en tant qu’éducateur potentiel et leader ; - discerner ses forces et ses faiblesses, en termes de personnalité et de caractère (cf. ITC) ; - choisir une position transactionnelle adéquate face aux sollicitations d’un enfant ou d’un jeune ; - orienter judicieusement sa spécialisation future et/ou sa formation permanente en tant que guide et accompagnateur. 3 - Contenu du programme : I. Les théories de la relation éducative II. Carl Rogers : relation d’aide et relation distale III. La problématique du transfert/contre-transfert : la dimension affective IV. Nature et fonction du contrat éducatif avec le jeune V. L’autorité dans la relation éducative VI. Les caractéristiques et attitudes d’un leadership éducatif. 4 - Evaluation : L’apprentissage sera évalué de façon continue, à travers un portefeuille de l’étudiant(e). Un examen oral final permettra de revenir sur le portefeuille de l’étudiant(e) et sur son évolution grâce à cette UE. (A l’occasion de certaines théories red8lationnelles, un test de personnalité facultatif sera gratuitement offert aux étudiants réguliers pour s’évaluer selon la dimension étudiée). 5-Bibliographie : CIFALI M. - M. THEBERGE & M. BOURASSA, Cliniques actuelles de l’accompagnement, Paris: L’Harmattan, 2010; GABERAN P., La relation éducative: Un outil professionnel pour un projet humaniste, Toulouse: ERES, 2007; JOVENET A.-M. - M. CIFALI - M. THEBERGE & M. BOURASSA, Cliniques actuelles de l’accompagnement, in « Recherche et formation » 67 (2011), 169-170; LERBET-SERENI F., Les régulations de la relation pédagogique, Paris: L'Harmattan; MARSOLLIER C., Créer une véritable relation pédagogique, Paris: Hachette Education, 2004; OWOUDOU A., Dinamismi psicologici dell'educazione salesiana, Laurea triennale in Facoltà di Scienze dell'Educazione - Istituto di Psicologia, Roma: Università Pontificia Salesiana (UPS), 2005; OWOUDOU A., La problématique de l’affectivité et de l’autorité dans la relation éducative: quelles perspectives africaines aujourd'hui?, in Colloque sur la Pédagogie Salésienne (Yaoundé,

74


6-12 Mai), Yaoundé: EDB Mvog-Ada, 2013, 1-25; SERMEUS C., La bonne distance dans la relation éducative: une distance dynamique, Diplôme d’État d’Éducateur Spécialisé in Pédagogie, Picardie: Institut Régional de Formation aux Fonctions Éducatives de Picardie, 2002. PHSH 243. Ethique et Education Enseignant : RAMAMIARIVONY Faly ème

Public cible : Etudiants en 3 semestre de Licence en Sciences de l’Education. Prérequis : Avoir validé l’UE : Philosophie de l’éducation. Objectif général Amener l’étudiant en Licence à prendre conscience de la nécessité et de la portée de la question éthique dans le secteur éducatif en général et de la conscience professionnelle dans l’exercice de la profession enseignante en particulier, afin de développer une façon d’agir éthique et responsable dans le domaine professionnel. Objectifs spécifiques : Cette UE doit amener les étudiants à : - acquérir et assimiler les concepts inhérents à l’éthique éducative ; - se familiariser avec les valeurs inhérentes à la pratique enseignante ; - être capable d’analyser leur propre pratique d’un point de vue éthique ; - développer leur propre identité de futur enseignant par une meilleure connaissance de leurs droits et devoirs ; - renforcer la sensibilité éthique ; - prendre conscience des enjeux et perspectives déontologiques dans le secteur éducatif actuel. Contenus CHAPITRE I : Elucidation et extensions des concepts 1. La notion des valeurs inhérentes 2. Les notions de morale et d’éthique 3. La notion de déontologie 4. La déontologie de l’enseignement 5. L’éthique ou la conscience professionnelle 6. L’éthique éducative CHAPITRE II : La question de droits et de devoirs dans la profession enseignante 1. Les droits et les devoirs des enseignants (Déclaration de l’Internationale de l’Education sur l’éthique professionnelle) 2. Les valeurs fondamentales et universelles à l’école.

75


3. La problématique de la dégradation des valeurs inhérentes à la profession enseignante. CHAPITRE III : Pour une déontologie de l’enseignement en Afrique 1. La profession : raison d’être d’un code déontologie. 2. Analyse des décrets, textes législatifs, statuts, codes de déontologie, règlement intérieur. 3. La possibilité d’une Charte éthique des enseignants et d’un code de déontologie en Afrique. Activités d’apprentissage : Recherche documentaire, analyse des documents. Evaluation Travail de recherche personnel (ou DST), travail de groupe sous forme d’exposé. Bibliographie DESAULNIERS, M. P., & JUTRAS, F. (2006). L’éthique professionnelle en enseignement - Fondements et pratiques. Québec: Presses de l’Université du Québec ; DESAULNIERS, M. P., JUTRAS, F., LEBIUS, & LEGAULT. (1998). Développer une compétence éthique pour aujourd’hui ; Les défis éthiques en éducation. Sainte-Foy: Presses de l’Université du Québec ; HANS, J. (1990). Le principe responsabilité. Paris: Cerf ; LONGHI, G. (1998). Pour une déontologie de l’enseignement. Paris: Collection pédagogies ESF ; PRAIRAT, E. (2005). De la déontologie enseignante. Paris: PUF Hors collection ; RICOEUR, P. (1990). Soi-même comme un autre. Paris: Seuil ; RICOEUR, P. (1995). Ethique et responsabilité. Paris: La Baconnière ; SIMON, R. (1993). Ethique de la responsabilité. Paris: Cerf.

76


LICENCE PHILOSOPHIE Semestres 5 & 6 (Licence Philo) Harmattan 3 UE fondamentales PHI 314. Histoire de la philosophie contemporaine (5 ECTS -Kouvon) PHI 322. Philosophie du droit (4 ECTS – Folikoue) PHI 326. Philosophie du langage (4 ECTS – Akue Adotevi) PHI 329. Philosophie de religions (4 ECTS – Kuakuvi) PHI 320. Anthropologie du développement (4 ECTS – Koudolo) PHI 335. Doctrine sociale de l’Eglise (3 ECTS – Ahouangbé) UE outil PHI 312. Méthodologie de la synthèse (6 ECTS – Akakpo/Assivon/Molley) Mousson 3 UE fondamentales PHI 321. Ethique environnementale (4 ECTS – Kouvon) PHI 323. Philosophie chrétienne (5 ECTS – Tossou) PHI 325. Philosophie africaine contemporaine (4 ECTS – Akakpo) PHI 327. Philosophie des sciences (5 ECTS – Akakpo) PHI 328. Rédaction et soutenances de la synthèse (8 ECTS) PHI 330. Anthropologie des religions (4 ECTS – Gatterre/Jiodio)

77


DESCRIPTION DES UNITES D’ENSEIGNEMENT SEMESTRES 5 & 6 PHI - 312. Méthodologie de la synthèse en philosophie Enseignants : AKAKPO / ASSIVON / MOLLEY Objectif général : Cet enseignement initie l’apprenant à l’utilisation des outils méthodologiques en vue de rédiger le mini mémoire qu’est la synthèse. Objectifs spécifiques : Au terme de cet enseignement l’apprenant sera capable de : - Dégager un problème de recherche - Formuler une problématique - Lire et expliquer un texte - Rédiger à l’aide d’un plan cohérant et progressif le travail de synthèse. Contenu du cours : L’enseignement explique aux étudiants la particularité d’un sujet de recherche et met l’accent à cet effet sur le problème et la problématique. Le cours s’attarde ensuite sur l’initiation à la lecture et le commentaire avant de passer à la présentation de la rédaction et de ses techniques. Cette année, ce cours de Méthodologie, vu son importance, est articulé selon deux angles d’étude : un angle consacré à la méthodologie telle que décrite dans les deux premiers objectifs spécifiques ci-dessus ; et, d’autre part, une analyse textuelle qui aborde explicitement toutes les exigences rédactionnelles (cf. objectifs spécifiques 3 & 4 du cours). Voici comment s’articule ce deuxième angle d’étude dont se charge le Dr Molley. Analyse textuelle et expression française, 30 heures Enseignant : MOLLEY Koffi Anatole Objectif général En année de licence, l’étudiant est confronté de façon plus intense à des pratiques rédactionnelles que sont, entre autres : - l’argumentation générale impliquant très souvent, selon les types de sujets, la dissertation générale, le commentaire composé ou comparé, l’explication de texte, le résumé ou la synthèse de textes ; - la dissertation et le commentaire philosophiques ; - la synthèse philosophique ; - l’exposé oral et l’exposé écrit sous forme de mini mémoire de master.

78


Des compétences autres que celles sollicitées par l’étudiant au cours des quatre premiers semestres de son inscription à l’université sont dorénavant exigées : il lui faut avoir une culture générale adéquate et une tension d’esprit mêlant à la fois rigueur et capacité à ‘‘Comprendre et à Restituer’’. Or les écueils les plus récurrents résistent surtout chez l’apprenant tant au niveau de la maîtrise des structures fonctionnelles de la langue qu’au niveau de la mise en route effective des techniques rédactionnelles – plus ou moins bien assimilées dans les antérieures – pour une composition personnelle efficiente. Analyse textuelle et expression française vise, pour cela, à relever le niveau linguistique de l’étudiant en grammaire du sens et de l’expression et en grammaire du discours par le biais des activités pédagogiques reposant aussi bien sur des cours théoriques que sur des exercices pratiques, afin de le rendre capable de rédiger des textes cohérents et intelligibles dépouillés allègrement de vices de style et de fautes morphosyntaxiques. Objectifs spécifiques Au terme de cet apprentissage, l’étudiant sera amené à acquérir des compétences suffisantes et nécessaires qui lui permettront de réaliser des performances telles que : - Elaborer une grille personnelle de lecture ; - Analyser la logique du discours ; - Utiliser en contexte des niveaux de langue ; - Utiliser des figures de rhétorique pour produire du sens ; - Eviter les fautes morphosyntaxiques et les vices de style ; - Utiliser des stratégies de présentation et d’enchaînement des idées et le pouvoir de l’implicite lors de la composition personnelle ; - Réaliser la dissertation et le commentaire ; - Réaliser la synthèse de textes. Contenu du programme 1. Cohérence textuelle et énonciation, 4h de théorie + 4h de pratique + 1h de travail personnel. 2. Poétique de l’argumentation, 3h de théorie + 4h de pratique + 1h de travail personnel. 4. Eléments de pragmatique pour l’analyse argumentative, 4h de théories + 4h de pratique + 1h de travail personnel. 3. Pratique de l’expression orale, Exposé de groupe et présentation personnelle de travaux de recherche, 4h. 4. Travaux pratiques de synthèse, 6h. Mode d’évaluation Compétences à évaluer :

79


Fidélité à la signification des documents ; exactitude et précision dans leur compréhension et leur mise en relation ; pertinence des choix opérés en fonction du problème posé et de la problématique identifiée ; cohérence de la production ; équilibre des parties ; densité du propos ; efficacité du message ; maîtrise des contraintes du temps ; respect des contraintes de la langue. Situation 1 : Devoirs sur table réalisé en classe : durée 1h x 3 ; moyenne sur 20. Situation 1 : Exposés de groupe présentés en classe : note sur 20 Situation 3 : Travail personnel réalisé hors groupe-classe : note sur 20. Situation 4. Examen de fin de semestre : Epreuve orale, note sur 20 + Epreuve écrite, durée 2h, note sur 20. Moyenne définitive : DST+exposés (50%) ; Partiel : écrit+oral (25%) Bibliographie sélective AKAKPO Y., La recherche en philosophie. De l’intuition du thème à la soutenance de la thèse, Paris: L’Harmattan, 2012; AMOSSY R., L’argumentation dans le discours, Paris: Armand Colin, 2010; CHAREAUDEAU P., Grammaire du sens et de l’expression, Paris: Hachette, 1992; ETERSTEIN C. & A; LESOT, Pratique du français : Analyse des textes, Techniques d’expression, Paris: Hatier, 1986; RIEGEL M. - J.-C. PELLAT & R. RIOUL, Grammaire méthodique du français, Paris: PUF, 2005. PHI - 314. Histoire de la philosophie contemporaine Enseignant : KOUVON Komi Objectif général : Ce cours se propose d’amener l’étudiant à comprendre que la philosophie contemporaine est déterminée par le double héritage kantien et hégélien. Pour le monter, le cours s’appuie sur la philosophie sociale de l’Ecole de Francfort. Objectifs spécifiques : Au terme de ce cours, l’étudiant sera capable de - identifier l’héritage kantien et hégélien dans la philosophie sociale de l’Ecole de Francfort - expliquer le changement de paradigme opéré par J. Habermas - expliquer le changement de paradigme intervenu avec A. Honneth. - évaluer l’orientation actuelle que A. Honneth donne à la philosophie sociale. Contenu du cours : Le cours traite de la théorie de l’agir communicationnel de J. Habermas et de la théorie de la

80


reconnaissance de A. Honneth pour faire voir le double héritage kantien et hégélien qui détermine la philosophie contemporaine. Bibliographie : HABERMAS J., De l’éthique de la discussion, Paris: Cerf, 1990; HONNETH A., La lutte pour la reconnaissance, Paris: Cerf, 2000. PHI - 321. Ethique environnementale Enseignant : M. KOUVON Objectif général: Ce cours vise à préciser la nature du lien entre l’homme et la nature à l’ère de la civilisation technicienne et à définir les obligations environnementales Objectifs spécifiques : A la fin de ce cours l’étudiant sera capable de - définir l’éthique environnementale - présenter les quatre approches représentatives de l’éthique environnementale - identifier les principes éthiques en rapport avec la crise environnementale Contenu du cours : Ce cours traite tout d’abord de la définition, de l’historique et des grands domaines de l’éthique appliquée. Il aborde ensuite la définition de l’éthique environnementale et présente les quatre approches qui la caractérisent. Il porte enfin sur les principes éthiques en rapport avec la crise environnementale Bibliographie BEAUCHAMP A., Introduction à l’éthique de l’environnement, Montréal: Paulines & Médiaspaul, 1983; LARRERE C., Les philoso-phies de l’environnement, Paris: PUF, 1997; LARRERE C. & R. LARRERE, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris: Aubier, 1997. PHI - 322. Philosophie du droit Enseignant : FOLIKOUE Roger Ce cours, qui est destiné aux étudiants en philosophie qui préparent la Licence, est une réflexion spéculative sur le droit. Il aborde les problématiques de base de la philosophie du droit à partir de l’expérience juridique : caractère obligatoire du droit et surtout son fondement. Par la question du droit au miroir de l’interrogation philosophique, ce cours aborde l’épineuse question de la définition du concept « droit » et il explore la complexité de l’univers juridique que la philosophie veut saisir. Il expose aussi les principales doctrines dans la philosophie du droit et les fondements des droits de l’homme et enfin à travers l’étude de ces droits avec le droit positif, il aborde la

81


relation complexe entre droit positif et droit naturel (classique ou moderne). Objectif général  Initier les étudiants à la philosophie du droit Objectifs Spécifiques A la fin du cours les étudiants seront capables de :  D’expliquer la polysémie du concept droit  Définir la philosophie du droit en indiquant sa spécificité  Présenter les différents courants de philosophie du droit  Expliciter les fondements des Droits de l’homme  (Etablir la relation entre droit naturel et droit positif) Sommaire du cours Introduction : Philosophie du droit ou science du droit ? Ch. I : Philosophie du droit, naissance et historique d’une notion. Ch. II : Le droit et l’interrogation philosophique Ch. III : Principaux courants de la philosophie du droit Ch. IV : La question des Droits de l’Homme. Bibliographie ARISTOTE, Ethique à Nicomaque, Paris: LGF (Librairie Générale Française), 1992; ATIAS C., Philosophie du droit, Paris: PUF, 1999; BARRET-KRIEGEL B., Les droits de l’homme et le droit naturel, Paris: PUF, 1980; B ILLIER J.-C. & A. MARYIOLI, Histoire de la philosophie du droit, Paris: Armand Colin, 2001; BRIMO A., Les grands courants de la philosophie du droit et de l’Etat, Paris: Pédone, 1978; DEL VECCHIO G., Philosophie du droit, Paris: Dalloz, 1953; FRYDMAN B. & G. HAARSCHER, Philosophie du droit, Paris: Dalloz, 2002; GOYARD-FABRE S., Les fondements de l’ordre juridique, Paris: PUF, 1992; GOYARD-FABRE S., Les embarras philosophiques du droit naturel, Paris: Vrin, 2002; GOYARD-FABRE S., Re-penser la pensée du droit, Paris: Vrin, 2007; GOYARD-FABRE S. & B. OPPETIT, Philosophie du droit, Paris: Dalloz, 1999; GOYARD-FABRE S. & R. SEVE, Les grandes questions de la philosophie du Droit, Paris: PUF, 1986; PLATON, La République, Paris: Flammarion, 1966; RENAUT A. & L. SOSOE, Philosophie du droit, Paris: PUF, 1991; STRAUSS L., Droit naturel et histoire, Paris: Flammarion, 1986; T ROPER M., La philosophie du droit, Paris: Flammarion, 2003; T ZITZIS S., Introduction à la philosophie du droit, Paris: Vuibert, 2011; VILLEY M., Le droit et les droits de l’homme, Paris: PUF, 1983; V ILLEY M., La formation de la pensée juridique moderne, Paris: PUF, 2006.

82


PHI – 323. Philosophie chrétienne Enseignant : P. TOSSOU Raphaël Objectif général Ce cours vise à mieux faire connaître l’être humain dans la perspective réaliste d’Aristote et de Saint Thomas d’Aquin. Au-delà de l’hylémorphisme. L’étudiant doit savoir répondre aux questions essentielles les plus poignantes du sens et de la fin de la vie, de la vie comme modalité particulière d’être. L’étudiant doit être à même de faire la distinction entre société de consommation et développement. L’économie fait partie du développement, mais il n’en est pas le seul paramètre. Il faut que l’étudiant comprenne la manière dont l’économie est devenue la réalisation de la politique (le marché et le contrat). Contenu - La pauvreté économique - La mondialisation économique - La société de marché généralisé - Production et consommation - Le nouveau commerce ou la société civile comme marché. Evaluation Devoirs sur table sur la compréhension d’un certain nombre de concepts indispensables. Evaluation sommative sur le contenu du cours et une dissertation finale. Bibliographie ARISTOTE, Métaphysique, Paris: Vrin, 2000; ARISTOTE, Traité de l’âme, (trad. J. Tricot), Paris: Vrin, 2003; CLAUDE T., Comment se pose aujourd’hui le problème de l’existence de Dieu, Paris: Seuil, 1966 ; CLAUDE T., Le problème de l’âme, Paris: Seuil, 1971; JULIEN F., Philosophies philosophique, Paris: La Découvert, 1990. PHI - 327. Philosophie des sciences Enseignant : AKAKPO Yaovi Objectif général : Cet enseignement vise à donner à l’étudiant des outils théoriques pour expliquer comment les sciences, dans leur évolution, configurent les formes que la raison prend. Objectifs spécifiques : Au terme de cet enseignement, l’étudiant sera capable de : - définir la raison - présenter les conceptions traditionnelles de la raison

83


-

expliquer le caractère plastique de la raison à partir de l’histoire des sciences présenter la modernité de la raison

Contenu du cours : Le cours traite de l’évolution de l’image de la rationalité en prenant à témoin l’histoire des sciences. Il apprécie d’abord la conception de la raison d’Aristote à Leibniz et s’appesantit ensuite sur la réforme de cette conception à partir de l’émergence de la mécanique classique. Bibliographie sommaire : ARISTOTE, Organon; BLANCHE R., La science actuelle et le rationalisme; KOYRE A., Etude d’histoire de la pensée scientifique. PHI - 329. Philosophie des Religions Enseignant : KUAKUVI Kuamvi Mawulé Magloire Objectifs spécifiques Ce cours vise à montrer que malgré l’incompatibilité apparente, philosophie et religion peuvent avoir des relations. La philosophie (raison) ne s’oppose pas nécessairement à la religion (foi). A la fin de l’année, l’étudiant doit être à même de savoir que la philosophie de la religion ne privilégie aucune religion en particulier. Elle part de la relation de transcendance qu’est la religion pour rechercher la vérité sur l’homme et sur les diverses relations de transcendance qui donnent la multiplicité des religions. Contenus - Les conditions de possibilité d’une philosophie de la religion - Philosophie, religion et théologie - Liberté du philosophe et Révélation - Polythéisme et monothéisme chez Nietzsche Modes et critères d’évaluation Une évaluation sommative permettra de mesurer la compréhension des concepts essentiels de la philosophie qui entrent en ligne de compte dans cette thématique. Cette première évaluation qui doit montrer que l’étudiant s’est documenté en bibliothèque, sera suivie en fin de semestre par un examen classique, faite de deux sujets de dissertations au choix de l’étudiant. Organisation pratique Exposition des thèses des différents auteurs de la transition mystique et morale. Lecture et commentaire des différentes thèses des auteurs de la période. Il sera recommandé aux étudiants de lire un ouvrage

84


d’histoire de la philosophie, pour compléter les informations diffusées dans le cours. Bibliographie sommaire BERGSON H., Les deux sources de la morale et de la religion, Paris: PUF, 1932; BLONDEL M., La philosophie et l’esprit chrétien, Paris: PUF, 1944; VIEILLARD-BARON J.-L. & F. KAPLAN, Introduction à la philosophie de la religion, Paris: Cerf, 1989. PHI - 330. Anthropologie des religions Enseignant : GATTERRE Francis Les faits religieux prétendent donner des clés pour comprendre le monde. Mais ce sens est produit par les hommes et les femmes, même s’ils considèrent que ce sens existait avant eux. Le fait religieux, s’il n’est pas mythique ou ésotérique, s’accorde avec des principes métaphysiques, philosophiques ou anthropologiques, qui, eux, ne peuvent pas faire l’économie de s’interroger sur l’existence d’un principe premier : idée de Bien (Platon), cause première (Aristote), l’Etre immuable (Parménide), la voie (tao te king), la pensée dialectique (Hegel), énergie vitale (Bergson), le monde créé ex nihilo (La Bible)… Le fait religieux, fondamentalement, c’est la relation de l’homme avec un environnement cosmique et ontologique. Selon l’historien des religions Mircea Eliade, la religion, c’est-à-dire le rapport de l’homme avec le sacré est relié à toute société humaine (voire laïque, athée ou agnostique). Toute religion implique donc : - Une croyance, des révélations, une doctrine. - Un culte rendu à la divinité - Une morale personnelle conforme à la foi Pré-requis : l’étudiant doit avoir étudié la sociologie religieuse et des religions, ainsi que l’athéisme. Objectif général : En anthropologie sociale, il y a différentes manières d’aborder la définition de la religion. En Occident, avant l’avènement de l’anthropologie, on avait érigé une dichotomie entre la religion véritable (monothéismes) et les religions ancestrales (représentations magico-religieuses et cosmiques). Le regard anthropologique a atténué cette dichotomie eux/nous. Avec E.B. Tylor (1871) définit la religion comme la croyance aux êtres surnaturels sans distinction que ce soit des divinités chrétiennes ou non. Augé et Geertz appuient leur

85


réflexion sur la construction du monde : la nature et la culture, l’individuel et le social se réfèrent à un ordre déjà donné. Objectif spécifique : ce cours approfondira le phénomène religieux par le biais de la question du sens, en l’abordant comme un mécanisme culturel permettant la création et le maintien du sens : pour l’individu, pour la société, servant à établir les règles de conduite entre les membres de cette société. L’étudiant devra s’interroger sur le fait qu’une religion est un mécanisme culturel dont la fonction première est de donner sens à l’existence humaine. Evaluation : travaux de groupe, examen semestriel ou travail de recherche Bibliographie AMOUZOU E., L’influence de la culture sur le développement rural en Afrique Noire, Paris: L’Harmattan, 2009; LOUVEL R., L’Afrique Noire et la différence culturelle, Paris: L’Harmattan, 1996; ROY O., La sainte ignorance, Paris: Seuil, 2008. PHI – 326. Philosophie du langage Enseignant : AKUE ADOTEVI Hermann Objectif général: Initier l'étudiant à l'analyse philosophique des problèmes relatifs au langage Objectifs spécifiques: Au terme de cet enseignement, l'étudiant sera capable de: - définir les concepts de signification, sens, référence, acte de langage, jeu de langage... - évaluer les conséquences des définitions de ces concepts - présenter les auteurs tels que Frege, Russell, Wittgenstein, Austin Contenu du cours: Le cours introduit aux concepts fondamentaux de la philosophie du langage (sens, référence, signification, etc.) à partir de l'analyse des textes des auteurs les plus importants: Frege, Russell, Wittgenstein, Austin. Bibliographie: AUSTIN, Quand dire, c'est faire; FREGE, Ecrits logiques et philosophiques; RUSSELL, Signification et vérité; WITTGENSTEIN, Investigations philosophiques; WITTGENSTEIN, Tractatus logico-philosophicus.

86


PHI – 325. Philosophie africaine contemporaine Enseignant : AKAKPO Yaovi Objectif général : Cet enseignement vise à développer chez l’étudiant l’aptitude à identifier les repères intellectuels du développement en Afrique. Objectifs spécifiques : Au terme de cet enseignement, l’étudiant sera capable de : - expliquer les différentes formes d’aliénation en Afrique - expliquer l’anthropologie de la libération de l’homme africain en prenant appui sur l’œuvre d’Eboussi Boulaga Contenu du cours : L’enseignement est d’abord une interrogation sur les grands enjeux thématiques de la philosophie africaine contemporaine. Il explore à partir de là, l’œuvre philosophique du camerounais Eboussi Boulaga, une œuvre qui a l’avantage de se construire comme une révision de l’anthropologie. Bibliographie sommaire : BOULAGA E., La crise du Muntu; N’DAW A., Pensée africaine; TEMPELS, La philosophie Bantou. PHI – 335. Doctrine sociale de l’Eglise Enseignant : P. AHOUANGBE Aurélien Objectif général : Découvrir une Eglise engagée pour la justice et la dignité de la personne humaine. Objectifs spécifiques : - Etudier les principes clés qui constituent la Doctrine sociale de l’Eglise, - Lire et approfondir les encycliques, les plus importantes, faisant référence à la Doctrine sociale de l’Eglise. Profil de l’étudiant : - Reconnaître l’Eglise comme signe de la nouvelle société voulue par Dieu, - A la fin, l’étudiant doit être capable de connaître la position de l’Eglise sur le domaine social, concernant en particulier la justice et la dignité de la personne humaine. - L’étudiant, à la fin du cours, doit être aussi dans la capacité d’expliquer avec esprit critique certaines encycliques réfléchissant sur la Doctrine sociale de l’Eglise.

87


Bibliographie : CONSEIL PONTIFICAL "JUSTICE ET PAIX", Compendium de la Doctrine Sociale de l’Eglise ; WOLFGANG F. O. & R. B. GOUDJO, La doctrine sociale catholique, une piste éthique pour l’Afrique, Cotonou: Flamboyant. PHI – 320. Anthropologie du développement Enseignant : Mme ROUBAILO-KOUDOLO Svetlana Les sociétés du Sud et particulièrement africaines sont préoccupées par les problèmes du développement qui constitue en soit un concept, un processus et un domaine des Sciences sociales. L’Anthropologie du développement, discipline qui analyse la construction des modèles progressistes à partir des rencontres de la tradition et de la modernité et du contexte du changement social. Cette discipline accorde une attention à la recomposition des logiques, économies, cultures, sociétés rurales et urbaines qui s’inscrivent désormais dans le projet de développement durable. Chaque projet de développement doit se baser sur l’analyse systématique du milieu donné d’où les approches méthodologiques de l’anthropologie contribuent à la réussite de son entreprise. Objectif général : - Présenter la problématique et les axes de la discipline qui contribuent au processus de développement. Objectifs spécifiques : - Fournir aux étudiants les outils méthodologiques nécessaires pour la construction et analyse du projet du développement. - Présenter aux étudiants les mécanismes essentiels du développement. - Initier les étudiants à la conceptualisation du projet de développement fiable. Evaluation : contrôle continu, semestriel.

recherche, exposition

et examen

Bibliographie : AMOUZOU E., Influence de la culture sur le développement, Paris: Harmattan, 2004; BOIRAL P., J.-F. LANTERI & O. DE SARDAN, Paysans, experts et chercheurs en Afrique noire, Paris: Karthala, 1985; JACOB J.-P. & P. LAVIGNE DELVILLE, Les associations paysannes en Afrique, Paris: Karthala, 1994; ROUBAILO-KOUDOLO S., L’ethnicité et son impact dans le développement urbaine (Le cas de la ville de Lomé au Togo) - Urbanisation en Afrique : permanence et rupture, Lomé: EAMAU, 2008.

88


LICENCE SCIENCES DE L’EDUCATION Semestres 5 & 6 (Licence ScEduc) Harmattan 3 UE Fondamentales EDU 405. Histoire de l’éducation (4 ECTS – Gnansa) EDU 410. Psychologie du développement et éducation (4 ECTS – Gbati) EDU 415. Education population développement (3 ECTS – Baoutou) EDU 420. Education et sociétés (4 ECTS – Gbikpi-Benissan) EDU 430. Education et cultures (3 ECTS – Koudolo) EDU 475. Méthodologie de stage (2 ECTS – Owoudou/Jiodio) STA 400. Statistiques appliquées à l’éducation : notions de base (4 ECTS – Duyiboe) UE Complémentaires EDU 435. Histoire de la philosophie contemporaine (2 ECTS – Kouvon) EDU 400. Les fondements philosophiques de l’éducation (4 ECTS – Tonyeme) UE outil EDU 475. Méthodologie de stage (2 ECTS – Owoudou/Jiodio) Mousson 3 UE Fondamentales EDU 401. Les philosophes d’éducation (3 ECTS – Tonyeme) EDU 411. Psychologie de l’apprentissage (3 ECTS – Gbati) EDU 421. Dynamique sociale de l’éducation (3 ECTS – Gbikpi-Benissan) EDU 440. L’acte pédagogique (3 ECTS – Gnansa) EDU 450. Administration scolaire (3 ECTS – Baoutou) EDU 455. Education religieuse (3 ECTS – Owoudou) EDU 460. Economie de l’Education (3 ECTS – M’Gboouna) EDU 465. Théories de la planification de l’éducation (3 ECTS – Kpeglo) EDU 470. Stage (3 ECTS) STA 401. Statistiques appliquées : notions pratiques (3 ECTS – Duyiboe)

89


DESCRIPTION DES UNITES D’ENSEIGNEMENT SEMESTRES 5 & 6

STA - 400. Statistiques appliquées à l’éducation : notions de base Enseignant : DUYIBOE Abravi Rôle et importance de la statistique Née des besoins de l’Homme, la statistique est la science la plus utilisée. Dans la vie quotidienne, chaque individu indépendamment de sa volonté, réalise une multitude d’activités qui renvoient à la notion de statistique. Le spécialiste des sciences de l’éducation calcule et manipule toute une myriade de variables et d’indicateurs (Taux brut de scolarisation, taux net de scolarisation, taux d’alphabétisation, taux de réussite, taux d’échec, taux d’abandon etc.) que l’on utilise dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des politiques éducatives. Dans toute activité humaine, l’usage des notions de base de statistique est non seulement courant mais obligatoire. C’est pour cette raison que l’enseignement de la statistique s’impose comme un minimum de connaissances professionnelles pour tout spécialiste. Objectif général de l’unité d’enseignement STA 400 est le code de l’unité d’enseignement dénommée : Statistique appliquée à l’éducation : notions de base. Son objectif général est de contribuer à la formation des spécialistes en sciences de l’éducation possédant des compétences en matière de collecte, de mise en forme, de traitement et d’analyse statistique des données d’éducation. Objectifs spécifiques de l’unité d’enseignement Dans ses objectifs spécifiques l’UE : - Définit la terminologie de base de la statistique ; - Présente brièvement les méthodes statistiques de collecte et de mise en forme des données ; - Expose les méthodes statistiques de synthèse des données ; - Initie les apprenants aux notions de base de la théorie des probabilités. Les pré-requis Pour suivre avec succès cet enseignement, il est fortement recommandé que les postulants aient une parfaite maîtrise des programmes de mathématique des séries C, D, E et F des classes de terminales. Les candidats qui ne remplissent pas cette condition devront suivre un cours de mise à niveau.

90


Déroulement du cours Il s’agit d’un cours magistral dispensé à raison de 3 heures par semaine et qui expose l’essentiel du cours à l’aide d’un vidéo projecteur. Afin de garantir une bonne maîtrise des concepts et des formules mathématiques, l’exposé est accompagné d’exercices d’application. Pour évaluer le processus d’apprentissage, des exercices et devoirs de maison sont distribués. Des supports de cours sous forme papier ou électronique sont également disponibles. Les conditions d’apprentissage Pour que le cours se déroule dans des conditions normales, l’on doit disposer : 1) d’un vidéo projecteur pour visualiser en grand format les formules, les tableaux et les graphiques contenus dans des fichiers Powerpoint ; 2) d’un tableau sur lequel l’on projette le vidéo projecteur ; 3) d’une copie (pour chaque étudiant) du fichier Powerpoint utilisé. Les travaux dirigés Les travaux dirigés sont des pratiques pédagogiques obligatoires. Ils sont destinés à aider les apprenants à mieux maîtriser le cours, d’une part et d’autre part, à les orienter dans la résolution des exercices d’application distribués à la fin de chaque chapitre. La durée de ces séances est d’une heure et demie et le nombre d’étudiants par séance est de 40 à 50 au maximum. L’évaluation Plusieurs évaluations sanctionnent les apprentissages. Elles ont lieu à mi parcours et à la fin du semestre au cours duquel l’enseignement est offert et comporte trois notes : - La note des devoirs de classes, de maison et de participation comptant pour 20% - La note d’une épreuve (à mi-parcours) d’une durée de deux heures comptant pour 40 % - La note d’une épreuve (en fin de semestre) d’une durée de deux heures comptant pour 40% Tout étudiant ayant obtenu une note générale égale ou supérieure à 10 sur 20 valide l’unité d’enseignement. Plan détaillé du cours Statistique appliquée à l’éducation : notions de base Chapitre 1 : Définition de la Statistique appliquée à l’éducation 1.1. Définition générale de la statistique 1.2. Définition de la statistique appliquée à l’éducation

91


1.3. Relation entre la statistique et les autres disciplines scientifiques Chapitre 2 : Terminologie de base Chapitre 3 : Méthodes statistiques de collecte des données d’éducation 3.1. Les recensements 3.2. Les enquêtes par sondage /Echantillonnage 3.3. Les outils de collecte des données 3.4. La saisie des données et l’élaboration des fichiers de données Chapitre 4 : Synthèse des données statistiques 4.1. Synthèse graphique 4.2. Synthèse par tableaux 4.3. Synthèse numérique 4.4. Synthèse par cartes 4.5. Synthèse par photographies Chapitre 5 : Notions de probabilités 5.1. Définition de la probabilité 5.2. Algèbre des évènements 5.2. Variables aléatoires 5.3. Les lois de probabilités STA - 401. Statistiques appliquées à l’éducation : notions pratiques Enseignant : DUYIBOE Abravi Objectif général de l’unité d’enseignement STA 401 est le code de l’unité d’enseignement dénommée : Statistique appliquée à l’éducation : notions pratiques. Son objectif général est de contribuer à la formation des spécialistes en sciences de l’éducation possédant des compétences en matière de collecte, de mise en forme, de traitement et d’analyse statistique des données d’éducation. Objectifs spécifiques de l’UE Dans ses objectifs spécifiques l’UE : - Rappelle brièvement le contenu de l’Unité d’Enseignement STA400 - Expose les méthodes statistiques d’analyse des dépendances entre les variables ; - Initie les apprenants à l’analyse des données chronologiques

92


Les pré-requis Pour suivre avec succès STA401, l’apprenant doit avoir validé STA400. L’Unité STA400 constitue un pré requis pour STA401. Déroulement du cours Il s’agit d’un cours magistral dispensé à raison de 3 heures par semaine et qui expose l’essentiel du cours à laide d’un vidéo projecteur. Afin de garantir une bonne maîtrise des concepts et des formules mathématiques, l’exposé est accompagné d’exercices d’application. Pour évaluer le processus d’apprentissage, des exercices et devoirs de maison sont distribués. Des supports de cours sous forme papier ou électronique sont également disponibles. Les conditions d’apprentissage Pour que les enseignements se déroulent dans des conditions normales de travail, l’on doit disposer : 1) d’un vidéo projecteur pour visualiser en grand format les formules, les tableaux et les graphiques contenus dans des fichiers Power Point ; 2) d’un tableau sur lequel l’on projette le vidéo projecteur ; 3) d’une copie (pour chaque étudiant) du fichier power point utilisé. Les travaux dirigés Les travaux dirigés sont des pratiques pédagogiques obligatoires et sont organisés pour aider les étudiants à mieux maîtriser le cours, d’une part et d’autre part, à les orienter dans la résolution des exercices d’application distribués à la fin de chaque chapitre. La durée de ces séances est d’une heure et demie et le nombre d’étudiants par séance est de 40 à 50 au maximum. L’évaluation Plusieurs évaluations sanctionnent les apprentissages. Elles ont lieu à mi parcours et à la fin du semestre au cours duquel l’enseignement est offert et comporte trois notes : - La note des devoirs de classes, de maison et de participation comptant pour 20% - La note d’une épreuve (à mi-parcours) d’une durée de deux heures comptant pour 40 % - La note d’une épreuve (en fin de semestre) d’une durée de deux heures comptant pour 40% Tout étudiant ayant obtenu une note générale égale ou supérieure à 10 sur 20 valide l’unité d’enseignement.

93


Plan détaillé du cours statistique appliquée à l’éducation : notions de base Chapitre 1 : Bref rappel du contenu de l’unité d’enseignement STA400 1.4. Définition de la statistique 1.5. Collecte des données d’éducation 1.6. Synthèse des données d’éducation 1.7. Notions de probabilités Chapitre 2 : Graphiques et tableaux dans l’étude des dépendances en éducation 2.1. Définition de la dépendance en statistique 2.2. Etude graphique de la dépendance 2.3. Etude de la dépendance à l’aide d’un tableau Chapitre 3 : Etude des dépendances à l’aide de la Corrélation 3.1. Définition de la corrélation 3.2. La corrélation et ses applications en sciences de l’éducation 3.3. Quelques tests statistiques usuels de corrélation Chapitre 4 : Etude des dépendances à l’aide de la Régression 4.1. Définition 4.2. La régression et ses applications en éducation 4.3. Quelques tests statistiques usuels de la régression 4.4. Les problèmes statistiques liés à la corrélation et à la régression Chapitre 5 : Etude statistiques des données chronologiques 5.1. Définition des séries chronologiques 5.2. Mise en évidence de la tendance générale d’une série chronologique 5.3. Etude des variations saisonnières 5.4. Autres composantes des séries chronologiques Chapitre 6 : Les indices 6.1. Définition 6.2. Les indices simples 6.3. Les indices synthétiques 6.4. Les indices chaînes EDU - 440. L'acte pédagogique Enseignant : Fr GNANSA Gnagliga Jean Magloire Objectif général Former et outiller les candidats à l'enseignement en leur donnant les moyens théoriques pour devenir des ''pédagogues'' aguerris et avertis.

94


Objectifs spécifiques 1. Grâce au résumé du cours, l'étudiant devra pouvoir bien définir, aussi bien oralement que par écrit, les objectifs pédagogiques d'un cours de sa spécialité. 2. A partir de ses recherches personnelles, des expériences observées sur le terrain, l'étudiant devra pouvoir préparer et conduire ses cours avec méthodes, rigueur et efficacité.

Présentation du cours Le cours intitulé l'acte pédagogique et son contexte institutionnel s'intéresse au processus d'enseignement où sont en interaction le savoir, les enseignants et les élèves. Il y sera alors question des objectifs pédagogiques, des stratégies d'enseignement et de l'évaluation de l'enseignement. Les objectifs donnent un sens à l'acte pédagogique car ils permettent aussi bien aux enseignants qu'aux élèves de savoir " où ils vont " Parlant des stratégies, il sera surtout question des différentes méthodes pédagogiques qui sont constituées des modes d'intervention, des formules et des techniques pédagogiques. Elles guident surtout les enseignants dans l'exercice de leur métier. L'évaluation est cette composante de l'acte pédagogique qui donne une sorte de valeur à tout ce qui est appris à travers un enseignement. Validation du cours Chaque séance du cours se déroulera en deux étapes : 1. L'enseignement " magistral " qui est constitué de l'exposé et des explications de l'enseignant. 2. L'exposé des étudiants sur des thèmes d'approfondissement précis. L'évaluation de chaque étudiant suivra les trois critères suivants :  La participation en classe  Le travail dirigé (individuel ou en groupe)  Les examens (mi-parcours et final) Bibliographie essentielle CHAMPY P. & C. ETEVE, Dictionnaire encyclopédique de l'éducation et de la formation, Paris: Retz, 2005; GEORGETTE & J. PASTIAUX, Précis de pédagogie, Paris: Nathan, 2002; MAGER R. F., Comment définir les objectifs pédagogiques, Paris: Dunod, 1994; MIALARET G., Pédagogie générale, Paris: PUF, 1991; PALMADE G., Les méthodes en pédagogie, Paris: PUF, 1998; PELPEL P., Se former pour enseigner, Paris: Dunod, 2002; RAYNAL F. & A. RIEUNIER, Définir des objectifs pédagogiques. Pourquoi ? Comment ?,

95


Abidjan: ipnetp-NEA, 1987; RAYNAL F. & A. RIEUNIER, Pédagogie : Dictionnaire des concepts clés, Paris ESF, 2005. EDU - 400. Fondements philosophiques de l’éducation Enseignant : TONYEME Théophile Objectif général L’objectif de ce cours est de fournir aux étudiants des savoirs pouvant leur permettre d’analyser rationnellement (objectivement) le fait éducatif dans toutes ses composantes. Cette analyse se préoccupe essentiellement des fondements et des valeurs Objectif spécifique Cette UE vise spécifiquement à rendre les étudiants capable de : 1. Définir la philosophie et l’éducation 2. Expliquer la notion de « philosophie de l’éducation » 3. Expliquer pourquoi et en quoi la philosophie doit s’intéresser à l’éducation 4. Expliquer les grands problèmes fondamentaux de l’éducation 5. Analyser les différentes théories pédagogiques et didactiques 6. Utiliser les connaissances philosophiques dans la recherche de solution aux problèmes éducatifs 7. Analyser avec réalisme les problèmes éducatifs dans le contexte africain Présentation du cours Ce cours commence par une réflexion concise et soutenue sur les termes philosophie et éducation pour dégager ensuite la notion de philosophie et l’éducation. La philosophie de l’éducation paraît alors comme une interrogation sur l’éducation. Et cette interrogation est rationnelle, critique, mais aussi totale et radicale. Elle nous permet de répondre à cette question de Kant : Si l’homme est le produit de l’éducation, « qui éduquera les éducateurs ? » Ainsi, par la réponse à cette question, nous arrivons à appréhender les caractéristiques essentielles de l’être humain et qui constituent les fondements philosophiques de l’éducation. Evaluation Contrôle continu des connaissances : - contrat de travail en cours de semestre (recherches documentaires à présenter sous forme d’exposés suivis de débats), - devoirs sur table ou entretien oral. Examen final : devoir sur table à la fin du semestre.

96


Bibliographie ALAIN, Propos sur l’éducation, (4ème édition revue et augmentée par R. Bourgne), Paris: PUF, 1998; AMEVI GBEDEFE G., Education et développement en Afrique Sub-Saharienne : le cas du Togo, Annales de l’Université du Bénin, Série Lettres. Tome XII, Lomé: Presses de l’UB, 1992, 43-60; AMEVI GBEDEFE G., Education et modernité en Afrique, in « Quest » 12 (1998) 2, 19-38; ARDOINO J., Propos actuels sur l’éducation, Paris: Gauthier-Villars, 1978; CHARBONNER N., Pour une critique de la Raison éducative, Berne: Peter Lang, 1988; DEVELAY M., Donner du sens à l’école, Berne: ESF, 1996; DEWEY J., Démocratie et éducation. Introduction à la philosophie de l’éducation, Paris: Armand Colin, 1916/1975; FABRE M., Qu’est-ce que la philosophie de l’éducation ?, in J. HOUSSAYE (Ed.), Education et philosophie. Approches contemporaines, Paris: ESF, 1999, 269298; PRAIRAT E., La sanction, petite méditation à l’usage des éducateurs, Paris: Harmattan, 1999; REBOUL O., La philosophie de l’éducation, Paris: PUF, 1994; TONYEME B., L’autorité éducative à l’épreuve de la démocratisation de la vie scolaire in « Revue de recherche en philosophie herméneutique, phénoménologique et pratique de l’U.A.I.C.» 4 (2012) 1, 106-129. EDU- 401. Les Philosophes et l’Education Enseignant : TONYEME Théophile Objectif général L’objectif général de cette UE est d’amener les apprenants à se familiariser avec la pensée éducative des fondateurs de théories éducatives. Objectifs spécifiques L’UE « Les Philosophes et l’Education » vise spécifiquement à rendre les étudiants capables de : - Expliquer la pensée éducative des philosophes, - Relever l’actualité des doctrines des philosophes en matière d’éducation, - Analyser la rationalité et la consistance des idéaux éducatifs de son pays à partir de la position doctrinale des philosophes. Présentation du cours Ce cours est une histoire de la philosophie, mais avec une spécificité : les philosophes sont étudiés à partir de leur doctrine éducative. Comme le dit REBOUL (1989, P.6) « On ne peut faire de la philosophie qu’en entrant dans son histoire, en découvrant que nos problèmes ont été déjà posés, qu’ils ont trouvé des solutions, plus ou moins valables, certes, mais qui du moins donnent une structure à nos débat. Surtout, l’histoire révèle à chacun ce qu’il pense de façon

97


confuse et parfois contradictoire ». Ici, nous allons nous mettre à l’école des philosophies. Mais l’objectif n’est pas seulement d’assimiler telle ou telle vérité, mais d’apprendre à penser, à analyser la rationalité des idéaux éducatifs, et particulièrement dans nos pays africains. Bibliographie BREHIER E., Histoire de la philosophie, Paris: PUF, 1988; LAGARDE A. & L. MICHAUD, Les grands auteurs français du programme, Paris & Montréal: Bordas, 1970; MOREAU J., Platon et l’éducation, in Les grands Pédagogues, PUF, 1956; ROUSSEAU J.-J., Emile ou de l’éducation, Paris: Flammarion, 1966. EDU - 405. Histoire de l’Education Enseignant : Fr GNANSA Gnagliga Jean Magloire Objectif général du cours Ce cours sur l’histoire de l’éducation est un parcours simple et bref qui vise à donner à l’apprenant des idées claires et bien concises sur l’évolution des différents systèmes éducatifs dans le monde et en Afrique, depuis l’antiquité jusqu’à notre ère. Objectifs spécifiques 1. Parmi toutes les propositions bibliographiques, et à l’aide du résumé du cours, l’apprenant distinguera (oralement ou par écrit) les traits communs et les spécificités des systèmes éducatifs qui ont marqué le monde depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. 2. A partir des informations du cours et de la bibliographie, l’apprenant devra être capable d’expliquer l’évolution historique de l’éducation à travers le monde et de prévoir un avenir meilleur. 3. Toujours, à partir du cours, l’apprenant pourra bien comprendre le système éducatif de son propre pays et, surtout, participer activement aux différents débats et à l’élaboration de programmes réalistes et conformes aux besoins des sociétés. Présentation (résumé) Le cours consiste en une présentation brève et générale de l’évolution de l’éducation dans le monde et en Afrique. Il commence ainsi à partir de l’éducation dans l’antiquité pour aboutir à la période e du 20 siècle. L’impressionnante étendue de la période et la diversité des thèmes, nous permet alors d’approcher les vieilles civilisations comme celle d’Egypte antique, de l’Inde, de la Chine… La période du e 20 siècle est consacrée essentiellement à l’étude de l’enseignement colonial en Afrique.

98


Validation A chaque séance correspondra un chapitre. Avant le début de chaque chapitre, (sauf le premier), il est prévu un feed-back partagé entre les étudiants qui permettra d’avoir un regard critique et un esprit averti. C’est une sorte de débat critique sanctionnée par une évaluation. La présence et la participation de tous les étudiants sont obligatoires. e La 6 séance, après le chapitre 5, il est prévu une évaluation de mi-parcours. e La 12 séance est consacrée à la conclusion et à une révision générale afin d’élucider les zones d’ombres qui auront provoqué des incompréhensions de tout genre. Bibliographie : ERNY P., L’enfant dans la pensée traditionnelle de l’Afrique noire, Paris: Harmattan, 1990; MARROU H.-I., Histoire de l’éducation dans l’antiquité, Paris: Seuil, 1985; MIALARET G. & J. VIAL, Histoire Mondiale de l’éducation, Paris: PUF, 1981; MOUMOUNI A., L’éducation en Afrique, Présence Africaine, 1998; VIAL J., Histoire de l’éducation, Paris: PUF, 2003.

EDU - 410. Psychologie du développement et éducation Enseignant : GBATI Koffiwaï Yanakou Public cible : Etudiants en Licence des Sciences de l’éducation. Objectifs Objectif général Ce cours vise à amener l’apprenant à connaître la psychologie de l’enfant, de l’adolescent, de l’adulte et leurs implications éducatives. Objectifs spécifiques Ce cours vise à rendre l’apprenant capable :  D’analyser les caractéristiques psychologiques de l’enfant et de proposer des implications éducatives ;  D’analyser les caractéristiques psychologiques de l’adolescent et d’en déduire les implications pédagogiques  De décrire les caractéristiques psychologiques des adultes et de proposer des directives pédagogiques afférentes. Contenu Chapitre 1 : La psychologie de l’enfant et implications éducatives - Développement de l’enfant du premier âge (0 à 2 ans) et les implications éducatives ;

99


-

Développement de l’enfant de deuxième âge (3 à 6 ans) et ses implications pédagogiques ; Développement de l’enfant du troisième âge (6à 12 ans) et ses implications éducatives.

Chapitre II- la psychologie de adolescent et implications éducatives - Transformations physiques, psychologiques et physiologiques de l’adolescent ; - La crise de l’adolescence ; - Les considérations éducatives. Chapitre III: La psychologie de l’adulte et andragogie - Caractéristiques psychologiques des adultes ; - Les changements à l’âge adulte ; - Andragogie. Evaluation - Enquête sur le terrain - Exposé - Devoir sur table - Etude de cas de formation d’adultes - Examen final Bibliographie BEAU D., 100 fiches de pédagogie des adultes, Paris, 1982; BIDEAUD J., O. HOUDE & J.-L. PEDINIELLI, L’homme en développement, Paris: PUF, 1993; CRUCHON G., Psychologie pédagogique – Maturations de l’adolescence, Saint-Paul & Salvator, 1971; GAONAC'H D. & C. GOLDER, Manuel de psychologie pour l’enseignement, Paris: Hachette, 1995; HOTYAT F., Psychologie de l’enfant et de l’adolescent, Paris: Fernand Nathan, 1978; KNOWLES M., L’apprenant adulte : vers un nouvel art de la formation; LEHALLE H. & D. MELLIER, Psychologie du développement, Enfance et Adolescence, Paris: Dunod, 2005; MUCCHIELLI R., Les méthodes actives dans la pédagogie des adultes, Paris: ESF; OSTERRIETH P., Introduction à la psychologie de l’enfant, Paris: PUF, 1973; PIAGET J. & B. INHELDER, La psychologie de l’enfant, Paris: PUF, 1966; WALLON H., L’éducation psychologique de l’enfant, Paris: Armand Colin, 1968. EDU – 411. Psychologie de l’apprentissage Enseignant : GBATI Koffiwaï Yanakou Public cible : Etudiants en Licence des Sciences de l’éducation Objectif général Ce cours vise à amener l’apprenant à connaître les théories, les lois, les facteurs de l’apprentissage et leurs applications pédagogiques

100


Objectifs spécifiques Ce cours vise à rendre l’apprenant capable :  D’analyser les théories et lois de l’apprentissage  De décrire les facteurs de l’apprentissage  D’appliquer les principes théoriques et les lois de l’apprentissage à la pédagogie  D’appliquer les facteurs de l’apprentissage à la pédagogie. Contenu Chapitre 1 : Types d’apprentissage, théories et lois. I- Types et théories de l’apprentissage - Conditionnement classique - Conditionnement opérant et instrumental - Apprentissage par imitation (apprentissage social) - Théories cognitives de l’apprentissage (processus cognitif) - Théorie biologique de l’apprentissage II- Les lois de l’apprentissage Chapitre 2 : la psychologie de l’apprentissage appliquée à la pédagogie. I. Les principes théoriques appliqués à la pédagogie. II. Les facteurs de l’apprentissage et leurs applications pédagogiques. Chapitre 3: Mémoire et apprentissage - Le phénomène de l’oubli - Facteurs et remèdes de l’oubli Bibliographie CORRELL W., Les troubles de l’apprentissage, Québec: Paulines; CORRELL W., La psychologie de l’apprentissage, Québec: Paulines, 1972; CRAHAY M. & D. LAFONTAINE, L’art et la science de l’enseignement, Bruxelles: Labor, 1986; DEBESSE M. & G. MIALARET, Traité des sciences pédagogiques, Paris: PUF, 1974; DELAY J. & P. P ICHOT, Abrégé de psychologie, Paris: Masson et Cie, 1971; DELDIME R. & R. DEMOULIN, Introduction à la psychopédagogie, Bruxelles: Boeck Université, 1994; GAONAC’H D. & C. GOLDER, Manuel de psychologie pour l’enseignement, Paris: Hachette, 1995; LEIF J., Problèmes de psychopédagogie, Paris: Fernand Nathan, 1980; LIEURY A., Manuel de psychologie générale, Paris: Bordas, 1990; LIEURY A., Manuel de Psychologie de l’éducation et de la formation, Paris: Dunod, 1996; RACLE G., La pédagogie interactive au croisement de la psychologie et de la pédagogie, Paris: Retz, 1983; REUCHLIN M., Psychologie, Paris: PUF, 1977; ROULIN J. L. (ed.), Psychologie cognitive, Rome: Bréal, 1998; WITTIG A., Introduction à la psychologie, Montréal: Mc Graw-Hill.

101


EDU - 415. Education, Population et développement en Afrique Enseignant : BAOUTOU A. B. Bahama Résumé L’intégration de l’individu dans la structure sociale se réalise par l’éducation. C’est par ce processus que s’opèrent les transmissions des connaissances et types de comportements qui garantissent le développement. Le concept de développement garde ainsi des liens intrinsèques avec l’éducation, la culture, la population. Tout développement devrait aboutir à une transformation qualitative des mentalités. C’est surtout par l’éducation, que passent et se réalisent les savoir, savoir-faire et savoir-être qui assurent la promotion et les transformations sociales escomptées. C’est pourquoi dans la conception actuelle de la Vie, l’Homme est l’agent et la finalité du développement. Toutes les femmes aussi bien que tous les hommes y sont donc conviés. Public-cible L’UE « Education, Population, Développement » s’adresse aux étudiants de Licence des Sciences de l’Education. Objectif général L’UE Education, Population, Développement cherche à rendre l’étudiant inscrit en licence des Sciences de l’Education capable de connaître les relations intrinsèques qui existent dans la trilogie Education-Population-Développement. Objectifs spécifiques Permettre aux étudiants des Sciences de l’Education de : - définir les concepts fondamentaux – Education - Population - Développement, - établir les relations entre Education-Population-Développement, - analyser les entraves au développement, - Relever les parts de l’éducation dans les processus de développement Plan du cours I. Définition des concepts 1) Education 2) Population 3) Développement II. Education et développement 1) Education et stratégies de développement en Afrique 2) Approches Genre et développement  Le concept « genre »

102


 Genre – éducation – développement III. Dynamique de la population, gestion des ressources et développement humain durable 1) Relation : population – ressources naturelles – développement durable ; 2) Impact de la croissance démographique sur l’environnement ; 3) Conséquences d’une mauvaise gestion de l’environnement pour la santé et la productivité ; 4) Notion de développement durable  développement durable – développement humain durable  indicateur du développement durable Activités d’apprentissage Recherches documentaires en bibliothèque et dans les institutions spécialisées Prestations écrites et orales sur des problématiques EPD. Evaluation Contrôle continu des connaissances /20 Prestation écrite Prestation orale DST fin du semestre Bibliographie BADACHE F., Le développement durable au quotidien, Collection Eyrolles Pratiques, 2006; BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL, Education et développement, Génève, 1977; FNUAP, Genre – Education et développement: Module d’auto- formation, Togo, 1998; FNUAP-TOGO, Education en Matière d’Environnement et de Population pour le Développement Humain Durable, 2001; GUICHAOUA A. & Y. GOUSSAULT, Sciences sociales et développe-ment, Paris: Armand Colin, 1993; MENR/FNUAP-TOGO, Programme d’Education et d’Information en Matière d’Environne-ment et de Population pour le Développement humain. Deuxième Degré, 1997; MIGNOT Y. L. & J. M. MIGNOT, Education en Afrique : alternatives, Projet éducatifs et Nouveaux modes de développement, Paris ACCT, 1980; PSACHAROPOULOS & M. WOODHALL, L’éducation pour le développement, Economica, Paris, 1988.

103


EDU – 420. Education et Sociétés Enseignant : GBIKPI-BENISSAN Datè Fodio François Public-cible L'UE EDU 420 « Education et Sociétés » s'adresse aux étudiants de licence du domaine « Sciences de l’Homme et de la Société » (SHS) et du domaine « Sciences de l’Education et de la Formation » (SEF). Prérequis : Avoir validé les UE fondamentales du domaine. Objectif général L'UE EDU 420 « Education et Sociétés » vise à rendre les étudiants capables d’analyser les interrelations entre une société et ses institutions éducatives. Objectifs spécifiques L'UE EDU 420 « Education et Sociétés » vise spécifiquement à rendre les étudiants capables : - de définir la sociologie, science de la société ; - d’expliquer les analyses du fait social ; - de décrire les institutions éducatives ; - d’analyser les fonctions des institutions éducatives ; - d’analyser les interrelations entre les institutions éducatives ; - d’analyser les interrelations entre une société et ses institutions éducatives. Plan du cours 1. La sociologie, science de la société 1.1. La place de la sociologie dans le corps des sciences 1.2. Sociologie et sociotechnique 1.3. Le fait social : caractéristiques, approches, analyses 2. Les institutions éducatives 2.1. L’éducation : processus d’acculturation ; processus d’enculturation 2.2. Diversité des institutions éducatives 2.2.1. Institutions éducatives traditionnelles 2.2.2. Institutions éducatives modernes 2.3. Interaction des institutions éducatives 2.3.1. Complémentarité des institutions éducatives 2.3.2. Réactivité des institutions éducatives 2.4. La société : institution éducative par excellence Activités d'apprentissage - Recherche documentaire en bibliothèque et sur internet. - Rédaction d’un devoir de maison sur les institutions éducatives.

104


Evaluation des apprentissages Contrôle continu des connaissances : o contrat de travail en cours de semestre (= 50% du contrôle continu) :  recherche documentaire (coef.3) ;  devoir de maison (coef.2). o devoir sur table de trois heures à la fin du semestre (= 50% du contrôle continu). Bibliographie DEWEY J., Democracy and Education, Paris: Inter-Nationales, 1916; DURKHEIM E., Les règles de la méthode sociologique, Paris: Alcan, 1895; DURKHEIM E., Education et Sociologie, Paris: Alcan, 1922; JAVEAU C., Comprendre la sociologie, Verviers (Belgique): Marabout Université, 1976; LAGNEAU J., «L’éducation», Education et pédagogie. Paris: Larousse, 1977, 5-34; LE THANH K., Education et civilisations, 1. Sociétés d'hier, Paris: Nathan, 1995; LE THANH K., Education et civilisations 2. Genèse du monde contemporain, Paris: UNESCO & Bruno Leprince, 2001. EDU – 421. Dynamique sociale de l’éducation Enseignant : GBIKPI-BENISSAN Datè Fodio François Public-cible L'UE EDU 421 « Dynamique sociale de l’éducation » s'adresse aux étudiants de licence du domaine « Sciences de l’Homme et de la Société » (SHS) et du domaine « Sciences de l’Education et de la Formation » (SEF). Prérequis : Avoir suivi l’UE EDU 420 « Education et sociétés ». Objectif général L'UE EDU 421 « Dynamique sociale de l’éducation » vise à rendre les étudiants capables d’analyser les interrelations entre une société et son système éducatif sous l’angle de la stratification sociale. Objectifs spécifiques L'UE EDU 421 « Dynamique sociale de l’éducation » vise spécifiquement à rendre les étudiants capables : - d’expliquer la définition durkheimienne de l’éducation ; - d’évaluer la définition durkheimienne de l’éducation ; - d’expliquer les interactions éducatives entre les classes sociales ; - d’expliquer les interactions éducatives à l’intérieur des classes sociales ; - d’expliquer l’enjeu de la dynamique sociale de l’éducation.

105


Plan du cours 1. Education et générations 1.1. La définition de l’éducation selon Emile Durkheim 1.2. Critique de la définition durkheimienne de l’éducation 2. Education et classes sociales 2.1. La dynamique éducative entre les classes sociales 2.2. La dynamique éducative à l’intérieur des classes sociales 3. Modèle théorique de la dynamique sociale de l’éducation 3.1. Le pôle dominant de la dynamique éducative 3.2. L’enjeu de la dynamique éducative : la perpétuation de la stratification sociale Activités d'apprentissage - Elaboration d’une fiche de lecture d’ouvrage. - Rédaction d’un devoir de maison sur les inégalités scolaires. Evaluation des apprentissages Contrôle continu des connaissances : o contrat de travail en cours de semestre (= 50% du contrôle continu) :  fiche de lecture (coef.1) ;  devoir de maison (coef.2). o devoir sur table de trois heures à la fin du semestre (= 50% du contrôle continu). Bibliographie BAUDELOT C. & R. ESTABLET, L'école capitaliste en France, Paris: Maspéro, 1971; BOURDIEU P. & J.-C. PASSERON, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris: Minuit, 1964; BOURDIEU P. & J.-C. PASSERON, La reproduction. Eléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris: Minuit, 1970; DURKHEIM E., Education et sociologie, Paris: PUF, 1973; DURU-BELLAT M. & A. HENRIOT-VAN ZANTEN, Sociologie de l'école, Paris: Colin, 1992; GBIKPI-BENISSAN D. F., Emile Durkheim et la définition de l’éducation. Lomé: Annales de l’Université de Lomé, série Lettres et Sciences Humaines, 2006, 3-14; GBIKPI-BENISSAN D. F., Pour un modèle théorique interprétatif de la dynamique sociale de l’éducation, in « Mosaïque, Revue interafricaine de philosophie, littérature et sciences humaines » 005 & 006 (2006) 141-163; LE THANH K., Jeunesse exploitée, jeunesse perdue ?, Paris: PUF, 1978; MEAD M., Culture and commitment. A study of the generations gap, Paris: Denoël, 1970; MERLE P., La démocratisation de l’enseignement, Paris: La Découverte, 2002; SNYDERS G., Ecole, classe et lutte des classes. Une relecture critique de Baudelot-Establet, Bourdieu-Passeron et Illich, Paris: PUF, 1976/1982.

106


EDU - 430. Education et cultures Enseignant : Mme ROUBAILO-KOUDOLO Svetlana Résumé du cours L’éducation et la culture sont deux sphères inséparables et transversales qui évoluent à travers le temps et l’espace. Ces sphères participent à la formation de l’identité culturelle de l’individu et son aptitude citoyenne. Chaque société a créé son système de socialisation constituant un carrefour spécifique de la culture et de l’éducation à travers lequel l’individu acquière des repères traditionnels et ceux de la modernité qui s’émergent dans son milieu. Multiples agents de la socialisation comme famille, société des paires, tradition orale, l’art, religion, organisation sociopolitique et juridique, école, Mass-média et d’autres transmettent leurs références à la jeune génération tout en tachant à l’intégrer dans la vie active. L’époque contemporaine a produit un contexte multiculturel et interculturel de socialisation dans lequel se baigne la jeunesse urbaine. Désormais, face aux défis de la mondialisation et de la globalisation qui touchent tous les milieux, il est indispensable de revoir à nouveaux frais les rapports de la culture et de l’éducation afin de constituer un consensus inspirant des valeurs patrimoniales et modernes, consensus capable d’assumer la formation harmonieuse de l’individu. Objectif général : -Cet enseignement vise à fournir les outils méthodologiques pour l’appréhension des interactions dialectiques de la culture et de l’éducation. Par l’approche pluridisciplinaire de l’anthropologie de l’éducation et de la sociologie de l’éducation, ce cours analyse et mette en question la formation contemporaine des jeunes. Objectifs specifiques : A l’issus de cet enseignement l’étudiant (e) sera capable de : -Analyser la dynamique de la socialisation primaire. -Connaître les racines de la socialisation traditionnelle et plus précisément, celle de la région du Golfe du Benin. -Comprendre les mutations éducatives et culturelles africaines qui agissent sur la formation et les expressions des jeunes. -S’intéresser à construire une perspective éducative répondant au contexte socioculturel contemporain dans son option du développement durable.

107


Evaluation : Prestations orales et écrites, DST à la fin du semestre. Bibliographie AGBLEMAGNON, F. (1969). Sociologie des sociétés orales d’Afrique Noire. Paris: Mouton ; BEART, C. (1960). Recherche des éléments d’une sociologie des peuples africains à partir de leurs jeux. Paris: Présence africaine ; CAMILLERI, C. (1985). Anthropologie culturelle et éducation. Paris: UNESCO ; DUBAR, C. (2000). Socialisation. Paris: Armand Colin ; DURKHEIM, E. (1922/1985). Sociologie et éducation. Paris: Quadrige/PUF ; ERNY, P. (1972). L'enfant et son milieu en Afrique Noire. Paris: Payot ; ERNY, P. (1980). Ethnologie de l’éducation. Paris: PUF ; HOUENASSOU-HOUANGBE, D. (1985). Dualisme de l’éducation dans les pays de la côte du Benin. Lomé: NEA ; KOUDOLO, S. (1987-2010). Publications relatives à la socialisation des enfants au Togo. Lomé ; LE THANH KHOI. (1995). Education et civilisation, Société d’hier. Paris: UNESCO ; MEAD, M. (1983). Education en Nouvelle Guinée. Paris: PUF ; RIVIERE, C. (1981). Anthropologie religieuse. Lomé: NEA ; TAYLOR, C. (1981). Multiculturalisme.Paris: Flammarion ; UNICEF. (1990). La charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant. Paris: UNICEF. PHI – 435. Introduction à la philosophie contemporaine Enseignant : KOUVON Komi Voir sommaire Licence 3 philosophie. EDU - 440. L’acte pédagogique Enseignant : Fr GNANSA Gnagliga Jean Magloire Objectif général Former et outiller les candidats à l’enseignement en leur donnant les moyens théoriques pour devenir des ‘’pédagogues’’ aguerris et avertis. Objectifs spécifiques 1. Grâce au résumé du cours, l’étudiant devra pouvoir bien définir, aussi bien oralement que par écrit, les objectifs pédagogiques d’un cours de sa spécialité. 2. A partir de ses recherches personnelles, des expériences observées sur le terrain, l’étudiant devra pouvoir préparer et conduire ses cours avec méthodes, rigueur et efficacité. Présentation du cours Le cours intitulé l’acte pédagogique et son contexte institutionnel s’intéresse au processus d’enseignement où sont en interaction le

108


savoir, les enseignants et les élèves. Il y sera alors question des objectifs pédagogiques, des stratégies d’enseignement et de l’évaluation de l’enseignement. Les objectifs donnent un sens à l’acte pédagogique car ils permettent aussi bien aux enseignants qu’aux élèves de savoir « où ils vont » Parlant des stratégies, il sera surtout question des différentes méthodes pédagogiques qui sont constituées des modes d’intervention, des formules et des techniques pédagogiques. Elles guident surtout les enseignants dans l’exercice de leur métier. L’évaluation est cette composante de l’acte pédagogique qui donne une sorte de valeur à tout ce qui est appris à travers un enseignement. Validation du cours Chaque séance du cours se déroulera en deux étapes : a. L’enseignement « magistral » qui est constitué de l’exposé et des explications de l’enseignant. b. L’exposé des étudiants sur des thèmes d’approfondissement précis. c. L’évaluation de chaque étudiant suivra les critères suivants : - La participation en classe - Le travail dirigé (individuel ou en groupe) - Les examens (mi-parcours et final) Bibliographie CHAMPY P. & C. ETEVE, Dictionnaire encyclopédique de l'éducation et de la formation, Paris: Retz, 2005; GEORGETTE & J. PASTIAUX, Précis de pédagogie, Paris: Nathan, 2002; MAGER R. F., Comment définir les objectifs pédagogiques, Paris: Dunod, 1994; MIALARET G., Pédagogie générale, Paris: PUF, 1991; PALMADE G., Les méthodes en pédagogie, Paris: PUF, 1998; PELPEL P., Se former pour enseigner, Paris: Dunod, 2002; RAYNAL F. & A. RIEUNIER, Définir des objectifs pédagogiques. Pourquoi ? Comment ?, Abidjan: ipnetp-NEA, 1987; RAYNAL F. & A. RIEUNIER, Pédagogie : dictionnaire des concepts clés, Paris ESF, 2005.

EDU - 450. Administration Scolaire Enseignant : BAOUTOU A. B. Bahama Résumé du cours Les institutions scolaires constituent des patrimoines à conserver et surtout à mettre en valeur. L’ensemble des actes accomplis dans ce but est l’administration. Gérer, c’est administrer des intérêts pour une entreprise. Dans les établissements scolaires, ensembles organisés, les fonctions d’administrateur se résument en trois points : planifier, organiser, contrôler ; mais nécessite aussi du

109


savoir-faire qui passe à la fois par une conciliation des objectifs individuels et organisationnels. Ce cours traite des rôles et responsabilités de l’administrateur scolaire. Public-cible L’UE s’adresse aux étudiants de Licence des Sciences de l’Education. Objectif général connaître : - les structures et fonctionnements de l’école ; - les constituantes d’un établissement scolaire ; - les principaux rôles, les principales fonctions de l’administrateur scolaire ; - les attributions des principaux organes du système éducatif ; Objectifs spécifiques Permettre aux étudiants des Sciences de l’Education de : - définir les concepts fondamentaux en administration scolaire, - analyser les rôles et fonctions d’un administrateur scolaire, - décrire les attributions des principaux organes du système éducatif. Plan du cours I) L’administrateur scolaire : définition des concepts  L’administration  L’administration scolaire  Le statut  Le rôle  La fonction II) Rôles et responsabilités de l’administrateur scolaire  L’école comme une entité organisationnelle :  Organisation administrative de l’école  Organisation pédagogique  Le système éducatif  Rôles, fonctions et responsabilités de l’administrateur scolaire  La planification  L’organisation  Le contrôle Activités d’apprentissage Recherches documentaires en bibliothèque, Recherches de terrain, Prestations écrites et orales.

110


Evaluation Contrôle continu des connaissances / sur 20 Prestation écrite Prestation orale DST fin du semestre / sur 20 Bibliographie AUBRET J. & P. GILBERT, Psychologie des ressources humaines, Paris: PUF, 2007; CHAMPAGNE P., L’organisation scolaire et universitaire, Paris: PUF, 2003; CHAPUT L., Modèles contemporains en gestion, Paris: PUF, 2007; CLAIRMON B., La gestion des ressources humaines en éducation, Montréal, Canada: Agence d’Arc, 1981; FAYOL H., Administration industrielle et générale, Paris: Bordas, 1981 ; FEREZ J. & P. SCALABRE, Le collège : guide pratique, Berger-Levrault, 1982; GAVARD J., La gestion financière des établissements scolaires Locaux du deuxième degré, Berger - Levrault, 2005; GUILLEMOTEAU, MAYEUR & IORG, Traité de législation scolaire et Universitaire, Armand Colin, 1972 ; MACAIRE F., Notre beau métierLes classiques africains, 1993; MENRS, Précis de législation scolaire, et d’administration scolaire, Lomé: NEA, Nathan Afrique, 1983; MICHAUD Y. & R. PIOTTE, La direction du personnel, Canada Agence d’Arc, 1983; M INOT J., La gestion des établissements du second degré, Berger-Levrault, 1972; TOULEMONDE B., Le système éducatif en France, in La Documentation française, 2003. EDU – 445. Introduction au développement du Curriculum Enseignant : NUAKEY Yao La vie des jeunes change rapidement et continue de changer. Si la société change, l’éducation doit aussi changer. La tâche du Curriculum est de porter l’attention aux questions posées par les jeunes en formation. Il s’agit de s’assurer que le curriculum serve au mieux les besoins des jeunes et rejoigne leur orientation future. La tâche de l’enseignant doit donc s’assouplir, changer de buts et d’itinéraires de formation, voire de méthodes pédagogiques. Ce cours devrait clarifier toutes les questions posées par les curricula. Bibliographie CENTRE D'ETUDES PEDAGOGIQUES POUR L'EXPERIMENTATION ET LE CONSEIL INTERNATIONAL (CEPEC), Ouest et Centre-Ouest africain sur les curricula de l’éducation de base. CEPEC 2001, Bamako, 2001; MARPHATA A. A., L’intégration du genre dans le développement du curricula du niveau 1 de l’enseignement fondamental dans la République du Mali, in http://www.clicmali.org/education/ edufille2.html; P ERRENOUD, Curriculum :

111


le formel, le réel, le caché, in J. HOUSSAYE (Ed.), Une encyclopédie pour aujourd’hui, Paris: ESF, 1994. EDU - 460. Economie de l’Education Enseignant : M’GBOOUNA Koudjoulma Objectif général L’UE d’Economie de l’Education vise à permettre aux étudiants d’acquérir des connaissances nécessaires à la formulation de la politique générale en matière d’éducation. Objectif spécifique L’UE d’Economie de l’Education vise spécifiquement à rendre les étudiants capables : - de maîtriser la notion de capital humain et son importance ; - d’analyser la contribution de l’éducation à la croissance et au développement économique ; - d’évaluer des politiques éducatives. Bibliographie COOMBS P., La crise mondiale de l’éducation, Bruxelles: Nouveaux Horizons, De Boeck Université, 1989; ESTABLET R., L’école est-elle rentable ?, Paris PUF, 1987; GRAVOT P., Economie de l’éducation, Paris: Economica, 1993; JAROUSSE J.-P. & A. MINGAT, L’école primaire en Afrique. Analyse pédagogique et économique. Le cas du Togo, Paris: L’Harmattan, 1993; LEGENDRE R., Dictionnaire actuel de l’éducation, Montréal: Guerin, 1993; M’GBOOUNA K., Education et Développement économique au Togo, in « Mensuel du Golfe du Bénin Lomé » (1984) 121. EDU – 455. Education Religieuse Enseignant : P. OWOUDOU Alphonse Objectif général La psychologie peut-elle vraiment étudier la foi, l’adhésion à une religion, l’action du surnaturel dans l’espace-temps et l’expérience d’une spiritualité? Ce cours devrait contribuer à formuler une réponse suffisamment solide face au positivisme et aux exigences épistémologiques d’aujourd’hui. Pré-requis et objectifs spécifiques Pour aborder ce cours, l'étudiant (habituellement de Licence ScEduc, 6ème semestre) doit avoir validé les UE de psychologie offertes par l'Institut dans le tronc commun (surtout l’Introduction à la psychologie générale et la Psychologie du développement). Au terme de ce cours, l’étudiant sera capable de:

112


1. formuler des hypothèses suffisamment élaborées sur les motivations de l’appartenance religieuse; 2. donner les grandes lignes de parallélisme entre la psychologie du développement (surtout dans l’enfance et l’adolescence) et la maturation religieuse du sujet; 3. se situer de façon scientifiquement critique, personnellement courageuse, et pédagogiquement compétente dans l’élaboration d’une phénoménologie de la conversion, du doute, des résistances et des enjeux de l’investissement de la psyché et de la liberté humaines par le « totalement Autre ». Méthode d’évaluation : Quiz par chapitre (cf. interface Moodle de l'ISPSH, 50%); et travail/exposé de groupe (50%). Bibliographie FIZZOTTI E. & M. SALUSTRI, Psicologia della religione – con antología dei testi fondamentali, Roma: Città Nuova, 2001; MAGNARD P., Pourquoi la religion ?, Paris: Armand Colin, 1992; NATHAN T., Traité d’ethnopsychiatrie clinique, Paris: Dunod, 1986; OWOUDOU A., Cours de Psychologie de la Religion – Etude de la psychologie du développement religieux chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte, Lomé : Syllabus ISPSH, 2012-2013 (Manuel obligatoire pour les étudiants inscrits au cours); VERGOTE A., Psychologie religieuse, Bruxelles: Charles Dressart, 1966. EDU - 470. Stage d’immersion en structure éducative Le stage permet à l’étudiant, au terme de l’iniatation théorique à travers de nombreuses UE et, en ce qui concerne la phase finale, après avoir validé le cours de Méthodologie du stage (EDU 475), de se confronter à la réalité éducative, de faire sa propre expérience sur le « terrain ». L’étudiant peut ainsi confronter diverses méthodes pédagogiques apprises en théorie. Cette expérience, à vrai dire, sera conçue et vécue comme une « recherche appliquée ». On dit généralement que l’étudiant, au terme des 35 heures sur le terrain, rédige un « rapport de stage ». La méthodologie de cette phase rédactionnelle porte cependant à configurer ledit travail final selon les critères d’un mini-mémoire en sciences de l’éducation (revoir les notions étudiées au semestre 5), en préparation au stage proprement dit au second cycle (Master professionnel).

113


EDU - 465. Théories de la planification de l’éducation Enseignant : KPEGLO Mayi-Mava La planification de l’éducation constitue la méthode idéale de régulation de l’offre et de la demande scolaires. Elle est aussi vieille que les autres sciences. Elle constitue de surcroit le moyen privilégié d’investigation et de diagnostic du système éducatif et de ce point de vue est un processus permanent. Il est donc important de connaitre les théories et les concepts de base qui régissent la planification de l’éducation et de maîtriser ses techniques. L’UE s’adresse aux étudiants en Sciences de l’éducation qui sont appelés à étudier les systèmes éducatifs pour déceler les goulots d’étranglements, les différents problèmes du secteur éducatif et chercher à y apporter des solutions durables. Objectifs spécifiques Permettre aux étudiants en Sciences de l’Education de : - connaitre les questions fondamentales auxquelles la planification de l’éducation doit apporter des solutions, étudier les approches utilisées actuellement dans la planification et la gestion de l’éducation et maitriser les données statistiques de l’éducation ; - familiariser les étudiants aux outils et aux techniques appropriés pour l’analyse des grandes tendances du développement de l’éducation et l’interprétation des principaux facteurs d’influence ; - contribuer à l’acquisition des compétences utilisées pour la gestion stratégique et les fonctions de direction dans le secteur et pouvoir analyser et faire intervenir, dans l’élaboration du plan, l’utilisation rationnelle et économique des ressources du pays en matière d’éducation. Activités d’apprentissage Recherches documentaires (textes, articles, ouvrages…) Analyse des documents. Evaluation Contrôle continu des connaissances/20 - Prestation écrite ; - Prestation orale ; - DST fin de semestre. Plan du cours I - Le concept de la planification ; 1.1 Définition de la planification ; 1.2 Un plan pourquoi faire ; 1.3 Diffusion de la planification dans le monde.

114


II- La planification de l’éducation et le milieu social; 2.1 Les origines de la Planification de l’Education ; 2.2 Les questions clés de la Planification de l’Education ; 2.3 Les principes de base de la théorie et de la méthodologie de la P Education ; 2.4 Définition de la planification de l’éducation ; 2.5 Les domaines de la planification de l’éducation. III- Le système statistique et les principaux indicateurs en éducation ; 3.1 Le système statistique ; 3.2 Les buts des statistiques ; 3.3 Qu’est-ce qu’un indicateur et ses qualités ; 3.4 Les indicateurs en éducation ; - Les indicateurs de besoin en éducation ; - Les indicateurs d’accès à l’éducation ; - Les indicateurs de ressources humaines ; - Les indicateurs de ressources matérielles ; - Les indicateurs de financement en éducation ; - Les indicateurs de qualité de l’éducation ; - Les indicateurs de développement quantitatif de l’éducation ; - Les indicateurs d’efficacité interne et externe de l’éducation ; IV- Le fonctionnement du secteur de l’éducation 4 La planification de l’éducation et le changement social ; 5 La gestion du secteur de l’éducation ; 6 Les différentes formes de gestion : centralisée, déconcentrée et décentralisée; V- Les rôles et les missions d’un Ministère de l’éducation nationale EDU - 475. Méthodologie de stage (recherche appliquée) Enseignant : P. OWOUDOU Alphonse / P. JIODIO Marius Ce cours, dans son acception a prioriste, consiste à étudier, avec les futurs stagiaires, le chemin et les étapes à parcourir (Meta-hodoslogia), afin qu’ils s’initient à l’observation de situations d’éducation et de socialisation. Prérequis : Avoir validé la Méthodologie Générale (PSHS 121), l’Introduction aux Méthodes des Sciences Sociales (PSHS 221) et l’Initiation aux Statistiques (PSHS 230). Compétences visées : - Collecte méthodique des faits observés pertinents quant à l’axe d’observation défini pendant la session de méthodologie et surtout à l’aube du semestre 5 ;

115


-

Transcription de ces faits pour un lecteur extérieur ; Présentation structurée des données recueillies, de leur analyse et de leur interprétation, ainsi qu’une mise en lien avec les lectures scientifiques retenues, notamment celles sur lesquelles repose le travail du semestre 5. - Evaluation de l’impact du travail d’observation sur l’observateur (évolution des représentations initiales, bilan des acquis méthodologiques, perspectives pour la pratique pédagogique). Contenus de la formation : C’est à partir de la mise en œuvre d’une démarche d’observation rigoureuse, se référant aux techniques de la sociologie, de la pédagogie, de la didactique ou de la psychologie, que seront étudiées des situations d’éducation et de socialisation se déroulant dans le cadre de structures éducatives. Après quelques principes épistémologiques et instrumentaux pour les apprentis chercheurs, ce sont les élèves et leurs manières de faire qui seront au centre de cette démarche scientifique. Cet enseignement semi-présentiel offrira justement, d’une part, des cours et des textes (en classe et sur Moodle), ainsi que des séances de travail et de partage en groupe/ateliers, et, d’autre part, un suivi individualisé du projet de stage, de l’entrainement au travail d’observation et de rédaction. A distance, une participation active et méthodique est attendue sur le compte personnel Moodle en vue de permettre un suivi judicieux de la préparation au stage et un approfondissement de certains aspects de la démarche heuristique et rédactionnelle attendue. Evaluation : Chaque étudiant sera noté en fonction de l’évolution de son avantprojet de stage. Les projets seront postés sur Moodle et commentés par l’enseignant selon l’évolution de chacun. Travail par groupe (50% de la note) et suivi personnalisé à travers les activités sur Moodle (50%). Cette ultime partie sera conclue et commentée lors d’un entretien final de 15 minutes tenant lieu d’examen oral. Bibliographie ABERNOT Y. & J. RAVESTEIN, Réussir son master en sciences humaines et sociales : problématiques, méthodes, outils, Paris: Dunod, 2009 ; AKAKPO Y., La recherche en philosophie: De l'intuition du thème à la soutenance de la thèse, Paris: L'Harmattan, 2012 ; COLES A. & J. MCGRATH, Your Education Research Project Handbook, Harlow: Longman/Pearson Education, 2010 ; DANET H. & E. ELENGABEKA, Secrets de la réussite, Yaoundé: UCAC, 2013.

116


MASTER PROFESSIONNEL EN SCIENCES DE L’EDUCATION Semestres 1 à 4 (Master ScEduc) Harmattan 1 ScEduc UE Fondamentales MEDU 500. Conception des projets éducatifs (4 ECTS – Kpeglo) MEDU 510. Projets éducatifs et développement social (3 ECTS – Baoutou) MEDU 515. Développement du curriculum (3 ECTS – Nuakey) MEDU520. Analyse des systèmes éducatifs (3ECTS – Akakpo-Numado) MEDU 525. Microplanification de l’éducation (3 ECTS – Kpeglo) MEDU 530. Elaboration des problématiques et collecte des données en éducation (4 ECTS – Gbati) MEDU 535. Ethique en éducation (2 ECTS – Gnansa) MEDU 540. Démographie et éducation (2 ECTS – Kpeglo/Kudayah) MEDU 555. Contexte socioculturel du développement (3 ECTS – Tonyeme) ANG 500. Anglais de spécialité (3 ECTS – Essizewa)

Mousson 1 ScEduc UE Fondamentales MEDU 501. Planification et Management des projets éducatifs (5 ECTS – Kpeglo) MEDU 502. Financement des projets éducatifs (3 ETCS – M’Gboouna) MEDU 505. Analyse des politiques éducatifs (4 ECTS - Gbikpi-Benissan) MEDU 516. Implantation du curriculum (3 ECTS – Nuakey) MEDU 521. Comparaison des systèmes éducatifs (3 ECTS – Akakpo-Numado) MEDU 531. Méthode d’analyse des données en éducation (4 ECTS – Gbati) MEDU 580. Education non formelle (2 ECTS – Akakpo-Numado) MGT500. Gestion des ressources humaines dans les institutions éducatives (3 ECTS – Kudayah) STA 500. Traitement informatisé des données d’éducation (3 ECTS – Baninganti)

117


Harmattan 2 ScEduc MEDU 600. MEDU605. MEDU 610. MEDU 615. MEDU 620. MEDU 625. MEDU 630. MEDU 635. MEDU 640.

Evaluation en éducation (3 ECTS – Gbati) Evaluation des politiques éducatives (3 ECTS – Gbikpi-Bénissan) Evaluation du curriculum (3 ECTS – Nuakey) Evaluation des projets éducatifs (4 ECTS – Kpeglo) Les innovations éducatives (2 ECTS – Baoutou) Elaboration des budgets en éducation (3 ECTS – Kudayah) Analyse des dispositifs d’évaluation en éducation (3 ECTS – Quashie) Méthodologie du mémoire de Master professionnel (3 ECTS – Quashie) Séminaires : mises en œuvre des outils de management des projets éducatifs (6 ECTS – Nuakey/Akakpo-Numado/Kpeglo)

Mousson 2 ScEduc MEDU 645. MEDU 650.

Stage et rapport de stage (3 mois) (15 ECTS – Nuakey/Akakpo-Numado/Kpeglo) Rédaction et soutenance d’un mémoire de Master Professionnel (15 ECTS – Gbikpi-Benissan/Quashie/Gbati)

Master Professionnel en Sciences de l’Education Option : Conception, management et évaluation des projets éducatifs Spécialité 1 : Conception et management des projets éducatifs. Spécialité 2 : Développement et évaluation du curriculum. Spécialité 3 : Analyse et gestion de systèmes éducatifs. Les trois spécialités sont complémentaires et permettent d’outiller les étudiants pour une mobilité professionnelle plus accrue dans le secteur éducatif. Compétences -

118

Concevoir et élaborer un projet éducatif ; Planifier la mise en œuvre d’un projet éducatif ; Gérer, piloter et évaluer un projet éducatif ; Evaluer l’impact d’un projet ou d’une politique éducatif ;


-

Elaborer de nouveaux programmes et des modules de formation ; Implanter, suivre et évaluer des programmes de formation ; Elaborer des guides d’exécution des programmes de formation ; Former en pédagogie par objectifs (PPO) et en approche par compétences (APC) ; Analyser des profils de compétences et des domaines de formation ; Faire des études diagnostiques sur les systèmes éducatifs et proposer des solutions aux problèmes identifiés ; Participer à l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des politiques éducatives ; Planifier et exécuter la mise en œuvre d’une politique éducative.

Postes de travail Le Master professionnel en sciences de l’éducation prépare aux principaux postes de travail suivants : 1. Cadre dans les services techniques des administrations en charge de l’éducation (ministères, directions techniques, directions régionales, etc.) 2. Responsable de programmes de formation ou de projets dans les administrations publiques, les entreprises ou les ONG intervenant dans le domaine éducatif ou ayant des volets portant sur l’éducation 3. Chargé d’études dans : - les administrations publiques et privées de l’éducation ; - les centres de formation professionnelle ; - les bureaux d’études et de consultation en éducation ; - les ONG intervenant dans le domaine éducatif ; - les organismes internationaux œuvrant pour le développement de l’éducation. La poursuite des études pour un doctorat en Sciences de l’éducation nécessite la demande d’une équivalence de diplôme et éventuellement un complément du Master professionnel par rapport au Master recherche.

119


DESCRIPTION DES UNITES D’ENSEIGNEMENT MASTER ScEduc - SEMESTRES 1 & 2 ANG 500 – Anglais de spécialité (Sciences de l’Education) Enseignant : ESSIZEWA This course is meant to give an insight to academic research and English competence to Master students in Educational Sciences with regards to their future careers in areas of education. It aims at three main objectives: 1- introduce and familiarize students with basic educational terminology in the field of educations; 2- enhance and reinforce participants’ competence and performance in daily conversations in English; 3- sensitize students on the major role of education in developing countries and problems related to its enhancement (e.g. gender gap in education). To achieve these objectives, students will deal with basic selected texts relating to concepts of education. The texts will be given to students to prepare in advance at home and discuss or present in class. Some texts related to sociology, psychology, etc.; are also chosen in order to broaden students’ knowledge in their field. The extracts can be taken from Books, Newspapers, Journals, etc. In addition, basic English grammatical rules will also be reinforced through the texts in order to enhance their competence and performance in everyday conversational English. References ABEL S. & N. G. LEDERMAN, Handbook of Research on Science Education, Lawrence Erlbaum Associations, 2007; DEWEY J., The Child and the Curriculum: The School and Society, Chicago: The University of Chicago Press, 1956; MILLER D. & K. R. ZITTLEMAN, Teachers, Schools, and Society. A Brief Introduction to Education, New York: The McGraw-Hill Companies, 2007; NOLL W. J., Taking Sides. Clashing Views on Controversial/Educational Issues, New York: The McGraw-Hill Companies & Guildford, 2004; SLAVIN E. R., Education Psychology. Theory and Practice, Boston: Pearson Education, 2006; SOME EXTRACTS FROM JOURNALS AND NEWSPAPERS, such as « The role of Higher Education in Africa » - « Closing the Gender Gap » - « Girls and women are missing from schools in Sub-Sahara Africa » - « Any form of Education other than coeducation is simply unthinkable ».

120


MEDU – 500. Conception et Elaboration des projets éducatifs Enseignant : KPEGLO Mayi-Mava Objectif général La conception et l’élaboration des projets éducatifs pour améliorer le système scolaire découlent nécessairement de l’analyse sectorielle qui constitue la méthode idéale d’investigation et de diagnostic du système éducatif. L’analyse sectorielle fait ressortir les problèmes et goulots d’étranglement du système, auxquels les projets éducatifs conçus et élaborés doivent apporter des solutions durables. L’UE s’adresse aux étudiants de Master en Sciences de l’éducation qui sont appelés à concevoir et à élaborer des projets éducatifs pour apporter des solutions durables à l’amélioration du système éducatif. Il s’agit de former des spécialistes en conception et élaboration des projets éducatifs. Objectifs spécifiques Ce cours va permettre aux étudiants en Master professionnel en Sciences de l’Education de : - savoir les liens et les rapports qui existent entre plans nationaux, programmes et projets éducatifs; - connaitre et maîtriser les étapes et méthodes nécessaires à l’identification, à la conception, à l’élaboration, à la négociation et à la mise en œuvre d’un projet éducatif ; - comprendre les méthodes d’identification et le processus de préparation d’un projet ; - être en mesure de mener les travaux préparatoires nécessaires à la négociation efficace d’un projet éducatif. Plan du cours Introduction I – Relations entre plans nationaux, programmes et projets éducatifs II – Elaboration des projets éducatifs III – Les outils d’analyse des projets éducatifs Activités d’apprentissage Recherches documentaires (textes, articles, ouvrages…) Analyse des documents. Evaluation Contrôle continu des connaissances/20 Prestation écrite ; Prestation orale ; DST fin de semestre.

121


Bibliographie HALLAK J., La mise en place des politiques éducatives : rôle et méthodologie de la carte scolaire, Paris : UNESCO, 1976; MAGNEN A., Les projets d’éducation : préparation, financement et gestion, Paris : UNESCO, 1990; MCKINNON K. R., Pour une conception réaliste de la planification de l’éducation, Paris: UNESCO; MINGAT A. & B. SUCHAUT, Les systèmes éducatifs africains : une analyse économique comparative, Bruxelles, 2000; SACK R. & M. SAÏDI, Analyse fonctionnelle de l’organisation des ministères de l’éducation : audit de la gestion des ministères de l’éducation, Paris: UNESCO, 1997. STA – 500. Traitement informatisé des données d’éducation Enseignant : BANINGANTI Kokou Objectif général EDU 491 est le code de l’unité d’enseignement dénommée : Traitement informatisé et analyse des données d’éducation. Son objectif général est de contribuer à la formation des spécialistes en sciences de l’éducation possédant des compétences en matière de collecte, de mise en forme, de traitement et d’analyse statistique des données d’éducation. Objectifs spécifiques de l’UE Dans ses objectifs spécifiques l’UE : - Rappelle brièvement le contenu de l’Unité d’Enseignement EDU491 ; - Présente les principaux logiciels de traitement des données d’éducation ; - Expose les méthodes statistiques d’analyse multidimensionnelle des données d’éducation. Les pré-requis Pour suivre avec succès STA500, l’apprenant doit avoir validé les unités STA400 et STA401. Les unités STA400 et STA401 constituent les prés requis pour STA500. Déroulement du cours Il s’agit d’un cours magistral dispensé à raison de 3 heures par semaine et qui expose l’essentiel du cours à l’aide d’un vidéo projecteur. Afin de garantir une bonne maîtrise des concepts et des formules mathématiques, l’exposé est accompagné d’exercices d’application. Les exercices d’applications sont des exercices pratiques traités sur ordinateurs à l’aide des logiciels statistiques appropriés. Pour évaluer le processus d’apprentissage, des exercices et devoirs de maison sont distribués.

122


Des supports de cours sous forme papier ou électronique sont également disponibles. Les conditions d’apprentissage Pour que les cours de statistique se déroulent dans des conditions normales de travail, l’on doit disposer : 1) d’ordinateurs équipés des logiciels statistiques présentés dans le cours ; 2) d’un vidéo projecteur pour visualiser en grand format les formules, les tableaux et les graphiques contenus dans des fichiers Power Point ; 3) d’un tableau sur lequel l’on projette le vidéo projecteur ; 4) d’une copie (pour chaque étudiant) des fichiers utilisés. Les travaux pratiques dirigés Les travaux dirigés sont des pratiques pédagogiques obligatoires qui sont destinées à aider les apprenants à mieux maîtriser le cours, d’une part et d’autre part, à les orienter dans la résolution des exercices d’application distribués à la fin de chaque chapitre. La durée de ces séances est d’une heure et demie et le nombre d’étudiants par séance est de 40 à 50 au maximum. Le ratio nombre d’élèves/nombre d’ordinateurs ne devrait pas dépasser 2. L’évaluation Plusieurs évaluations sanctionnent les apprentissages. Elles ont lieu à mi parcours et à la fin du semestre au cours duquel l’enseignement est offert et comporte trois notes : - La note des devoirs de classes, de maison et de participation comptant pour 20% - La note d’une épreuve (à mi-parcours) d’une durée de deux heures comptant pour 40 % - La note d’une épreuve (en fin de semestre) d’une durée de deux heures comptant pour 40% Tout étudiant ayant obtenu une note générale égale ou supérieure à 10 sur 20 valide l’unité d’enseignement. Plan détaillé du cours statistique appliquée à l’éducation: Notions pratiques Chapitre 1 : Bref rappel du contenu de l’unité d’enseignement EDU491 1.8. Graphiques et tableaux dans l’étude des dépendances en éducation 1.9. Etude des dépendances à l’aide de la Régression 1.10. Etude statistique des données chronologiques 1.4. Les Indices

123


Chapitre 2 : Les logiciels courants d’analyse des données d’éducation 2.1. Les logiciels payants (SPSS, STATA, SPAD, MLWin, STAEDU, STATISTICA, SYSTAT etc.) 2.2. Les logiciels gratuits (OPENSTAT, EPIDATA, EPIINFO, TANAGRA etc.) Chapitre 3 : Méthodes d’analyse des données d’éducation 3.1. Méthodes univariées 3.2. Méthodes bivariées 3.3. Méthodes multivariées : la régression multiple Chapitre 4 : Méthodes multidimensionnelles d’analyse des données d’éducation 4.1. La méthode d’analyse factorielle en composantes principales 4.2. La méthode d’analyse des correspondances simples 4.3. La méthode d’analyse des correspondances multiples 4.4. La méthode d’analyse discriminante 4.5. Les méthodes de classification automatique (Cluster Analysis) Chapitre 5 : Notion d’analyse multiniveau 5.1. Définition 5.2. Exemples d’utilisation de l’analyse multiniveau MGT – 500. Gestion des ressources humaines dans les institutions éducatives Enseignant : KUDAYAH Akoly Philippe Objectif général La gestion des Ressources Humaines dans les projets constitue la base du bon déroulement du projet éducatif. En effet, le coordonnateur d’un projet suit la même procédure de recrutement comme les autres membres de l’équipe de coordination à savoir : le gestionnaire, les comptables, les superviseurs régionaux et centraux. Cependant, chacun doit pouvoir jouer son rôle et respecter le manuel de procédure. En cas de conflit de compétences ou de disfonctionnement au sein de l’équipe de projet les objectifs risquent de ne pas être atteints. C’est pourquoi, la gestion des RH constitue la base de réussite des projets éducatifs. Ce cours s’adresse aux étudiants en Master en Sciences de l’éducation qui sont appelés à planifier des projets éducatifs, à les diriger, à les exécuter ou en faire le suivi sur le terrain.

124


Objectifs spécifiques Ce cours va permettre aux étudiants en Master professionnel en Sciences de l’Education de : - savoir gérer les RH dans les projets, les motiver pour atteindre les objectifs des projets éducatifs ; - connaitre et maîtriser les différentes formes de motivation sur les projets d’un projet éducatif ; - connaître et maîtriser les intervenants afin d’éviter les conflits et les problèmes interpersonnels qui risquent de compromettre la réalisation des objectifs du projet. Approches méthodologiques La réalisation des objectifs de ce cours exige la participation effective de l’ensemble des étudiants. A cet effet, ceux-ci doivent : 1) lire les textes qui leur seront préalablement remis dans le cadre du cours ; 2) faire des exposés sur des thèmes arrêtés de concert avec les étudiants et l’enseignant ; 3) faire les exercices qui leur seront soumis dans le cadre du cours. Activités d’apprentissage : Recherches documentaires (textes, articles, ouvrages…) Analyse des documents. Evaluation Contrôle continu des connaissances /20 Prestation écrite - Prestation orale - DST fin de semestre. Bibliographie DESTORS M. & J. LE BISSONNAIS, Le Chef de projet paresseux… mais gagnant, Paris: Microsoft Press & UNESCO; M AGNEN A., Les projets d’éducation : préparation, financement et gestion, Paris: UNESCO, 1990; MIDIER C., L’auto qui n’existait pas, Paris: Dunod, 1998. MEDU – 501. Planification et Management des projets éducatifs Enseignant : KPEGLO Mayi-Mava Objectif général Les projets éducatifs, conçus et élaborés conformément à la procédure normale d’identification en vigueur pour améliorer le système éducatif, doivent être gérés et exécutés dans le temps et dans l’espace pour atteindre les objectifs fixés. C’est la phase opérationnelle du projet, la mise en œuvre en un mot le management du projet. En effet, une fois que le projet éducatif est accepté et approuvé, les deux parties (le pays et le bailleur de fonds) se mettent d’accord pour la mise en place de l’équipe de gestion du projet et le

125


gestionnaire. C’est cette équipe qui prend en compte la gestion du projet, la réalisation des objectifs, la description des risques et le déroulement des activités du début jusqu’à la fin et enfin la maîtrise du l’enveloppe financière. Ce cours s’adresse aux étudiants en Master en Sciences de l’éducation qui sont appelés à planifier des projets éducatifs, à les gérer, à les exécuter ou en faire le suivi sur le terrain. Objectifs spécifiques Ce cours va permettre aux étudiants en Master professionnel en Sciences de l’Education de : - savoir planifier, exécuter, faire le suivi et l’évaluation des projets éducatifs ; - connaitre et maîtriser les différentes méthodes et phases de gestion d’un projet éducatif ; - connaître et maîtriser l’organisation à mettre en place pour l’exécution du projet, le planning du déroulement des activités du projet et le coût global du projet. Approches méthodologiques La réalisation des objectifs de ce cours exige la participation effective de l’ensemble des étudiants. A cet effet, ceux-ci doivent : 1. lire les textes qui leur seront préalablement remis dans le cadre du cours ; 2. faire des exposés sur des thèmes arrêtés de concert avec les étudiants et l’enseignant ; 3. faire les exercices qui leur seront soumis dans le cadre du cours. Activités d’apprentissage Recherches documentaires (textes, articles, ouvrages…) Analyse des documents. Evaluation Contrôle continu des connaissances /20 Prestation écrite ; Prestation orale ; DST fin de semestre. Bibliographie DESTORS M. & J. LE BISSONNAIS, Le Chef de projet paresseux… mais gagnant, Paris: Microsoft Press & UNESCO; MAGNEN A., Les projets d’éducation : préparation, financement et gestion, Paris: UNESCO, 1990; MIDIER C., L’auto qui n’existait pas, Paris: Dunod, 1998.

126


MEDU – 502. Financement des projets éducatifs Enseignant : M’GBOOUNA Koudjoulma La pertinence du cours L’éducation constitue un des secteurs prioritaire auquel est consacrée une part importante des ressources budgétaires. Ainsi au début des années 2000, les seules dépenses ordinaires d’éducation représentaient environ 4% du Produit national brut (PNB) du Togo. La crise financière que vivent actuellement de nombreux Etats de par le monde est venue renforcer la nécessité d’une gestion plus rigoureuse des dépenses publiques. Les projets sont un des meilleurs moyens permettant aux décideurs de maîtriser l’ensemble du processus de planification de l’éducation. En effet si les politiques demeurent le fondement de la planification, les programmes et projets, qui les mettent en œuvre bénéficient d’une plus grande attention. Présentation générale Le présent cours traite précisément et la mise en œuvre des politiques d’éducation par le moyen des projets dans le cadre du processus de planification. L’accent est mis sur les projets financés avec le concours aussi bien des sources nationales qu’extérieures. Le public cible Le cours s’adresse aux étudiants en Master I des Sciences de l’éducation. Il s’étale dur 36 heures. Objectif général L’objectif général est de faire acquérir aux apprenants les connaissances nécessaires en vue de maîtriser le concept de financement de projets éducatifs. Objectifs spécifiques A l’issue du cours, l’étudiant doit être capable : - de cerner les notions de projets, programme, cycle de projets - de comprendre les différentes sources de financement des projets d’éducation ; - de maîtriser la technique de négociation des projets d’éducation. Plan du cours Le cours s’articule autour des points suivants : Chapitre I : Définitions des concepts Chapitre II : Les sources nationales de financement Chapitre III : Les sources extérieures de financement Chapitre IV : Négociation des projets d’éducation.

127


Bibliographie ATCHOARENA D., Financement et régulation de la formation professionnelle : une analyse comparée, Paris: Institut International de Planification (UNESCO), 1994; M’GBOOUNA K., Eléments pour un programme de redynamisation des activités du Fonds national d’apprentissage, de formation et de perfectionnement professionnels, Lomé, 1994; MAGNEN A., Les projets d’éducation : préparation, financement et gestion, Paris: Institut internationale de planification de l’éducation (UNESCO), 1990 MEDU – 505. Elaboration et Analyse des politiques éducatifs Enseignant : GBIKPI-BENISSAN Datè Fodio François Objectifs généraux: Etre capable  d’analyser une politique éducative  d’élaborer une politique éducative Objectifs spécifiques: Etre capable  de distinguer les finalités, les buts et les objectifs d’une action éducative  d’analyser les options fondamentales d’une politique éducative  d’analyser les valeurs déterminantes d’une politique éducative  d’analyser les fondements culturels d’une politique éducative  d’analyser les besoins spécifiés d’une politique éducative  de choisir les options fondamentales d’une politique éducative  de choisir les valeurs déterminantes d’une politique éducative Plan 1. Les concepts de finalités - buts - objectifs (FBO) 1.1. Les FBO d’un système éducatif 1.2. Les FBO d’une action éducative 2. L’analyse d’une politique éducative (PE) 2.1. Les fonctions d’une PE 2.2. Les niveaux d’analyse d’une PE 2.3. Les options fondamentales d’une PE 2.4. Les valeurs déterminantes d’une PE 2.5. Les fondements culturels d’une PE 2.6. Les besoins spécifiés d’une PE Activités d’apprentissage Un exposé de groupe sur Les finalités du système éducatif togolais, de l’indépendance à nos jours Bibliographie D’HAINAUT L., Des fins aux objectifs de l’éducation, Bruxelles: Labor, 1988; GBIKPI-BENISSAN D. F., La politique scolaire de la France au Togo (19221956), in Université de Lomé, 2006; GBIKPI-BENISSAN D. F., Le système

128


scolaire au Togo sous mandat français, Paris: L’Harmattan, 2011; LE THANH K., L’éducation comparée, Paris: Armand Colin, 1981. MEDU – 510. Projets éducatifs et développement social Enseignant : BAOUTOU A. B. Bahama / KPEGLO Mayi-Mava Objectif général L’investissement éducatif est un facteur-clé du processus de développement économique et social. L’éducation, comme les autres formes d’investissement en capital humain, peut contribuer au développement économique et augmenter les revenus des pauvres aussi efficacement que les investissements en capital physique tels que les transports, les communications, l’énergie ou l’irrigation. Cela se reflète dans la prise de conscience de plus en plus marquée, depuis le début des années 60, du fait que les efforts de formation et d’éducation, aussi bien formels qu’informels, apportent et dynamisent le savoir-faire, les connaissances, les attitudes et les motivations qui sont nécessaires pour le développement économique et social. Les projets éducatifs viennent appuyer et renforcer les efforts déployés dans le secteur de l’éducation pour un développement social. Ce cours s’adresse aux étudiants en Master en Sciences de l’éducation qui sont appelés à planifier des projets éducatifs pour un développement social. Objectifs spécifiques Permettre aux étudiants en Master Sciences de l’Education de : analyser les projets éducatifs, relever les apports de projets éducatifs et sociaux dans les processus actuels de développement des pays en quête d’un mieux-être ; analyser ces apports ; proposer des stratégies ou des actions à mener pour une amélioration des conditions de vie dans les pays en développement, proposer des types de projet éducatifs et sociaux. Plan du cours I) SPECIFICITE DE L’EDUCATION ET DES PROJETS EDUCATIFS POUR UN DEVELOPPEMENT SOCIAL 1- Le projet éducatif : définition et caractéristiques a) Définition b) Caractéristiques 2- Diversités des orientations, des choix et des valeurs

129


■ Chapitre à développer à partir de l’analyse de documents – articles et projets éducatifs. ►Analyse de l’article : "Quelle Éducation pour quel développement ?” d’Adélie Miguel Sierra, Horizon local, Bruxelles, avril 2006. ►Analyse du document de Marc – Henry Broch et Françoise Cros, 1991 ; Francine Best (1984) - "Le projet requiert des compétences" - "Comment vous retrouver dans le labyrinthe du projet" - Le projet éducatif /pédagogique . Analyse d’un projet de formation de formateurs, . Analyse d’un projet à la fois éducatif générateur de revenus… II) PLACE DE L’EDUCATION ET DES PROJETS DANS LES POLITIQUES EDUCATIVES 1- Analyse de quelques politiques éducatives 2- Synthèse des choix et des orientations en faveur d’un développement social. ■ Chapitre à développer à partir de l’analyse de documents – articles. Activités d’apprentissage Recherches documentaires (textes, articles, ouvrages, projets divers…) Analyse de documents-projets. Evaluation Contrôle continu des connaissances / sur 20 Prestation écrite Prestation orale DST fin du semestre Bibliographie BADACHE F., Le développement durable au quotidien, Paris: Collection Eyrolles Pratiques, 2006; BROCH M. H. & F. CROS, Comment faire un projet d’établissement, Lyon: Chroniques sociales, 1991; GUICHOUA A. & Y. GOUSSAULT, Sciences sociales et développement, Paris: Armand Colin, 1993; MAGNEN A., Les projets d’éducation : préparation, financement et gestion, Paris: UNESCO, 1990; MIGNOT Y. - J. M. LEFEBRE & J. M. MIGNOT, Education en Afrique : alternatives, Projet éducatifs et Nouveaux modes de développement, Paris: ACCT, 1980; PSACHAROPOULOS & M. WOODHALL, L’éducation pour le développement, Paris: Economica, 1988.

130


MEDU – 515. Développement du curriculum Enseignant : NUAKEY Yao Justification : Les sciences de l'Education visent à apporter des fondements scientifiques et méthodologiques à l'action éducative. C'est ainsi qu'aujourd'hui, face aux grands défis à relever en termes de problématiques éducatives, les instituts de formation en Sciences de l'Education doivent contribuer à préparer les étudiants à jouer des rôles importants dans les domaines prioritaires où sévissent les problèmes cruciaux de l'éducation et de la formation : - Elaboration de politiques éducatives ; - Administration scolaire et supervision pédagogique de l'éducation ; - Analyse des systèmes éducatifs ; - Economie et planification de l'éducation ; - Didactique des disciplines de l'enseignement ; - Orientation et counseling ; - Education environnementale ; - Education à la non-violence, à la justice, et à la paix ; - Ingénierie de la formation ; - Développement du curriculum et évaluation. Dans ces domaines spécialisés des Sciences de l'Education, les étudiants en maîtrise ou en master pourront développer des compétences professionnelles bien précises intégrées dans des profils de formation établis. Compétences visées :  Compétences en élaboration/analyse de politiques éducatives, fondement du curriculum  Compétences en élaboration/analyse de profils de formation  Compétence en élaboration de curriculum  Compétences en évaluation de politiques éducatives, de curriculum des apprentissages  Compétences en :  définition des objectifs ;  approche par compétences (APC) ;  évaluation des acquis en termes de compétences ;  Elaboration des manuels scolaires Bibliographie : BARBIN J. M., L'évaluation en formation, Paris: PUF, 1985; BIRZEA C., Rendre opérationnels les objectifs pédagogiques, Paris: PUF, 1979; CARDINET J., L'évaluation scolaire et pratique, Bruxelles: de Boeck Université; DE LANDSHEERE V. & G. DE LANDSHEERE, Définir les objectifs d'éducation, Bruxelles: G. Thonc, 1975.

131


MEDU – 516. Implantation du curriculum Enseignant : NUAKEY Yao MEDU – 520. Analyse des systèmes éducatifs Enseignant : AKAKPO-NUMADO Sena Yawo Public cible : Etudiants inscrits en Master en Sciences de l’Education et de la Formation. Pré-requis : Aucun. Objectif général Cet enseignement vise à familiariser les apprenants avec la notion de système, les différentes composantes d’un système éducatif et les interactions qui les lient entre elles, puis avec la société. Objectifs spécifiques - expliquer le concept de système ; - identifier et décrire les différentes composantes d’un système éducatif ; - analyser les systèmes éducatifs dans leur contexte global, historique, socio-culturel et socio-économique ; - analyser les transformations du système éducatif ; - analyser les interactions entre le système éducatif et la société. Plan du contenu d’enseignement 1. Qu’est ce qu’un système ? 2. Le système éducatifs et ses composantes 2.1. Les finalités, buts et objectifs de l’éducation 2.2. L’organisation administrative des systèmes d’enseignement 2.3. Les structures de l’enseignement 2.4. Les contenus d’enseignement 2.5. Les méthodes et techniques pédagogiques 2.6. Les acteurs de l’enseignement 2.7. Le financement de l’éducation 3. Les interactions entre le système éducatif et la société 3.1. Action de la société sur le système éducatif 3.2. Action du système éducatif sur la société 4. Les transformations du système éducatifs et de ses composantes 5. Quelques exemples de systèmes éducatifs (exposés par les étudiants) Volume horaire : 36 heures (3 heures par semaine) Activités d’apprentissage : Les apprenants doivent : - être présents et participer aux cours et travaux dirigés ; - faire des recherches documentaires sur des thèmes définis par l’enseignant ; analyser un système d’enseignement choisi avec l’accord de l’enseignant ; - présenter un exposé oral des résultats de leurs recherches ;

132


- produire un rapport écrit des résultats des recherches. Evaluation L’évaluation comprend : - un contrôle continu des connaissances fait d’un contrat de travail de recherche (50%) composé : o d’un exposé oral de 20 mn suivi de discussion, o d’un rapport écrit de 12 pages, - un examen final écrit de deux heures (50%). Bibliographie COMBS P. & La crise mondiale de l’éducation, Bruxelles: De Boeck, 1989; CONFEMEN, in http://www.confemen.org; DÖBERT H. E. A., Die Schulsysteme Europas, Schneider Verlag: Hohengehren, 2004; ERNY P., L’enseignement dans les pays pauvres : Modèles et propositions, Paris: l’Harmattan, 1977; GARDNER J., L’éducation en régime démocratique et la promotion des élites (sur l’enseignement aux USA), Paris: CRET, 1961; GBIKPI-BENISSAN F., La politique scolaire de la France au Togo, du début du Mandat à la fin de la Tutelle (1922-1956). Thèse de doctorat d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines, Université de Lomé, 2006; LANGE M.-F., L’école au Togo, Paris: Karthala, 1998; LE MOIGNE J.-L., La théorie du système général. Théorie de la modélisation, Paris: PUF, 1984; LE THAN KHOI, L’enseignement en Afrique tropicale, Paris: PUF, 1971; LE THAN KHOI, L’éducation comparée, Paris: A. Colin, 1981; M INGAT A. & B. SUCHAUT, Les systèmes éducatifs africains. Une analyse économique comparative, Bruxelles: De Boeck Université, 2000; STATISTIQUES DE L’UNESCO, in http://www.uis.unesco.org; UNESCO, in http://www.unesco.org; UNESCO, La démocratisation de l’éducation, Paris: UNESCO, 1984 NB : Les modifications et mises à jour seront communiquées régulièrement aux étudiants MEDU – 521. Comparaison des systèmes éducatifs Enseignant : AKAKPO-NUMADO Sena Yawo Public cible : Etudiants inscrits en Master en Sciences de l’Education Pré-requis : Avoir suivi l’enseignement sur l’analyse des systèmes éducatifs (EDU 525). Objectif général : Cet enseignement vise à familiariser les apprenants avec la comparaison des systèmes éducatifs, ses fonctions, ses difficultés, les théories explicatives des différences et des similitudes relevées.

133


Objectifs spécifiques : - analyser les ressemblances et les différences entre deux ou plusieurs systèmes ou sous-systèmes éducatifs ; - analyser les ressemblances et les différences entre les interrelations de systèmes éducatifs et de leur environnement intra et extra sociétal ; - expliquer les similitudes et les différences en fonction du contexte global, historique et social. Plan du contenu d’enseignement : 1. L’éducation comparée Historique Statut scientifique 2. La comparaison en éducation et ses fonctions La comparaison comme méthode de recherche scientifique Les fonctions de la comparaison en éducation 3. La comparaison des systèmes éducatifs Les unités de comparaison Les niveaux de comparaison 4. Les problèmes de la comparaison des systèmes éducatifs ème 5. Les systèmes éducatifs dans le monde au XX siècle Les critères de classification des systèmes éducatifs (la CITE) Similitudes et différences dans le monde Les convergences et divergences intercontinentales Volume horaire : 36 heures (3 heures par semaine) Activités d’apprentissage Les apprenants doivent : - être présents et participer aux cours et travaux dirigés - lire un livre de base portant sur la comparaison des systèmes éducatifs, en faire un résumé écrit de 5 pages et exposer le contenu. - faire des recherches documentaires et comparer deux systèmes ou éléments de systèmes éducatifs choisis avec l’accord de l’enseignant. - présenter un exposé oral des résultats de leurs recherches. - produire un rapport écrit des résultats des recherches. Evaluation L’évaluation comprend : -

134

un contrôle continu des connaissances fait d’un contrat de travail de recherche (50%) composé : o d’un résumé de lecture et son exposé, o d’un exposé de résultats de comparaison de systèmes éducatifs de 20 mn suivi de discussion,


-

o d’un rapport écrit de 12 pages ; un examen final écrit de deux heures (50%).

Bibliographie CONFEMEN, in http://www.confemen.org; DEBESSE M. & G. MIALARET, Traité des sciences pédagogiques, Paris: PUF, 1972; DÖBERT H. E. A., Die Schulsysteme Europas, Schneider Verlag: Hohengehren, 2004; ERNY P., L’enseignement dans les pays pauvres : modèles et propositions (sur l’enseignement en Afrique, en Europe et en Asie), Paris: L’Harmattan, 1977; GARDNER J., L’éducation en régime démocratique et la promotion des élites (sur l’enseignement aux USA), Paris: CRET, 1961; GOLDSTEIN R., Analyser le fait éducatif. L’ethno-éducation comparée, une démarche, un outil, Lyon: Chronique Sociale, 1998; GROUX D., Dictionnaire d’éducation comparée, Paris: L’Harmattan, 2002; GROUX D. & N. TUTIAUX-GUILLON, Les échanges internationaux et la comparaison en éducation. Pratiques et enjeux, Paris: L’Harmattan, 2000; HILKER F., La pédagogie comparée. Introduction à son histoire, sa théorie et sa pratique, Paris: IPN, 1964; LE THAN KHOI, L’enseignement en Afrique tropicale, Paris: PUF, 1971; LE THAN KHOI, L’éducation comparée, Paris: Armand Colin, 1981; MARMOZ L., Education comparée, Paris: L’Harmattan, 1998; M INGAT A. & B. SUCHAUT, Les systèmes éducatifs africains. Une analyse économique comparative, Bruxelles: De Boeck Université, 2000; STATISTIQUES DE L’UNESCO, in http://www.uis.unesco.org; UNESCO, in http://www.unesco.org; UNESCO, La démocratisation de l’éducation, Paris: UNESCO, 1984; V AN DAELE H., L’Education comparée, Paris: PUF, 1993. NB : Les modifications et mises à jour seront communiquées régulièrement aux étudiants. MEDU – 525. Microplanification de l’éducation Enseignant : KPEGLO Mayi-Mava Objectif général Les projets éducatifs, conçus et élaborés conformément à la procédure normale d’identification en vigueur pour améliorer le système éducatif, doivent être planifiés, programmés et exécutés dans le temps et dans l’espace pour atteindre les objectifs fixés. En effet, une fois que le projet éducatif est accepté et approuvé par les deux parties (le pays et le bailleur) elles se mettent d’accord pour la planification du projet. Cette planification prend en compte la durée du projet, les objectifs et la portée du projet, la description des risques et le déroulement des activités du début jusqu’à la fin et enfin la maîtrise du l’enveloppe financière. Ce cours s’adresse aux étudiants en Master en Sciences de l’éducation qui sont appelés à planifier des projets éducatifs, à les diriger, à les exécuter ou en faire le suivi sur le terrain.

135


Objectifs spécifiques Ce cours va permettre aux étudiants en Master professionnel en Sciences de l’Education de : - savoir planifier, exécuter, faire le suivi et l’évaluation des projets éducatifs ; - connaitre et maîtriser les différentes méthodes et phases de planification d’un projet éducatif ; - connaître et maîtriser l’organisation à mettre en place pour l’exécution du projet, le planning du déroulement des activités du projet et le coût global du projet. Approches méthodologiques La réalisation des objectifs de ce cours exige la participation effective de l’ensemble des étudiants. A cet effet, ceux-ci doivent : - lire les textes qui leur seront préalablement remis dans le cadre du cours ; - faire des exposés sur des thèmes arrêtés de concert avec les étudiants et l’enseignant ; - faire les exercices qui leur seront soumis dans le cadre du cours. Plan du cours Introduction I –La planification de projets éducatifs 1.1 – Définition de la planification de projet ; 1.2 - Objet et domaine d’application ; 1.3 – Les principes de planification de projet. II – Les étapes de planification de projet 1. La décomposition du projet en sous projet ; 2. Le tracé du schéma de projet : 3. Le tracé du diagramme GANTT ; 4. Le graphique PERT ; 5. La validation de la planification du projet. III – Manuel d’exécution 1. Définition ; 2. Rôle du manuel d’exécution ou de procédure ; 3. Contenus d’un manuel d’exécution. IV- Suivi et évaluation 1- Suivi de l’exécution ; 2- Revue à mi-parcours ; 3- Planning de supervision du bailleur ; 4- Rapport d’achèvement d’exécution. Conclusion sur la planification de projet Activités d’apprentissage Recherches documentaires (textes, articles, ouvrages…)

136


Analyse des documents. Evaluation Contrôle continu des connaissances/20 Prestation écrite ; Prestation orale ; DST fin de semestre. Bibliographie HALLAK J., La mise en place des politiques éducatives : rôle et méthodologie de la carte scolaire, Paris: UNESCO 1976; MAGNEN A., Les projets d’éducation : préparation, financement et gestion, Paris, UNESCO, 1990; MCKINNON K. R., Pour une conception réaliste de la planification de l’éducation, Paris: UNESCO; MINGAT A. & B. SUCHAUT, Les systèmes éducatifs africains : une analyse économique comparative, Bruxelles, 2000; SACK R. & M. SAÏDI, Analyse fonctionnelle de l’organisation des ministères de l’éducation : audit de la gestion des ministères de l’éducation, Paris: UNESCO, 1997. MEDU – 530. Elaboration des problématiques et collecte des données en éducation Enseignant : GBATI Koffiwaï Yanakou Public cible : Etudiant en Master Professionnel de Sciences de l’Education Pré-requis : Néant Objectif général Ce cours vise à amener les apprenants à : - Maîtriser les démarches d’élaboration des problématiques en éducation ; - Maîtriser les méthodes et techniques de collecte des données en éducation. Objectifs spécifiques Ce cours vise à rendre les apprenants capables : - D’identifier les différents types de problématiques en éducation ; - D’identifier et appliquer les différentes démarches d’élaboration des problématiques en éducation ; - D’identifier les principales méthodes et techniques de collecte des données :  Le questionnaire ;  L’entretien ;  L’observation ;  L’expérimentation.

137


Contenu Chap. 1 : Les problématiques en éducation - Les différentes problématiques - Les démarches d’élaboration des problématiques ; - Les hypothèses et variables. Chap. 2 : les méthodes et techniques de collecte des données L’enquête - Le questionnaire ; - L’entretien ; - L’observation ; - L’expérimentation. Evaluation - Devoir sur table - Recherche personnelle ou de groupe - Examen final Bibliographie ARBORIO A.-M. & P. FOURNIER, L’observation directe, Paris: Armand Colin, 2008; DUCHESNE S. & F. HAEGEL, L’enquête et ses méthodes : l’entretien collectif, Paris: Armand Colin, 2009; KAUFMANN J.-C., L’entretien compréhensif, Paris: Armand Colin, 2007; N’DA P., La méthodologie de la recherche : de la problématique à la discussion, 2006; ROCARE, Guide pour la recherche qualitative, 2006; VAN DER MAREN J.-M., Méthodes de recherche pour l’éducation, Bruxelles: de Boeck, 1996. MEDU – 531. Méthode d’analyse des données en éducation Enseignant : GBATI Koffiwaï Yanakou Public cible : Etudiant en Master Professionnel de Sciences de l’Education Pré-requis : Avoir validé MEDU 530. Objectifs Objectif général Ce cours vise à amener les apprenants à maîtriser les méthodes et techniques d’analyse des données en éducation. Objectifs spécifiques Ce cours vise à rendre les apprenants capables : - D’identifier les différentes méthodes et techniques d’analyse des données; - Appliquer ces méthodes et techniques à des données. Contenu Chap. 1 : Les méthodes et techniques quantitatives Chap. 2 : Les méthodes et techniques qualitatives

138


Evaluation - Devoir sur table - Recherche personnelle ou de groupe - Examen final Bibliographie ARBORIO A.-M. & P. FOURNIER, L’observation directe, Paris: Armand Colin, 2008; DUCHESNE S. & F. HAEGEL, L’enquête et ses méthodes : l’entretien collectif, Paris: Armand Colin, 2009; KAUFMANN J.-C., L’entretien compréhensif, Paris: Armand Colin, 2007; N’DA P., La méthodologie de la recherche : de la problématique à la discussion, 2006; ROCARE, Guide pour la recherche qualitative, 2006; VAN DER MAREN J.-M., Méthodes de recherche pour l’éducation, Bruxelles: de Boeck, 1996. MEDU – 535. Ethique en Education Enseignant : Fr GNANSA Gnagliga Jean Magloire Objectif général Le cours « Ethique en éducation » vise à donner des informations sur les attitudes éthiques, morales ou déontologiques des éducateurs (en général) et des institutions scolaires (en particulier). Objectifs spécifiques 1. A l’aide de la bibliographie, du support et des débats en classes, l’étudiant devra être en mesure de pratiquer l’éducation avec tact, et de conseiller les éducateurs de tous ordres confondus. 2. A l’aide du cours (la bibliographie, le support et les débats en classe), l’étudiant devra être en mesure d’élaborer un règlement scolaire, afin d’aider les acteurs (les éducateurs et les éduqués) à mieux jouer leur rôle. Présentation du cours Le cours, « Ethique en éducation » est une ébauche sur les problèmes moraux et éthiques des pratiques éducatives. Tous les agents de l’éducation, surtout ceux qui œuvrent dans les écoles, sont, le plus souvent confrontés à certaines situations qui exigent d’eux des attitudes éthiquement et moralement admises. Dans ce cours, il s’agit de faire une sorte d’ébauche de tous les problèmes rencontrés dans les milieux éducatifs et scolaires, et de faire des approches de solutions, tout en étant conscient qu’en cette matière, il ne peut y avoir une solution recette ou magique. Mode d’évaluation Pour valider cette unité d’enseignement, l’étudiant devra: - Participer à toutes les séances de cours (Sans manquer aucune, sous aucun prétexte)

139


-

Choisir sur la liste proposée un thème (parmi tant d’autres) pour une recherche approfondie, seul ou en groupe de camarades.

Bibliographie BEAUTE, J. (2005). Courants de la pédagogie. Lyon: Chronique Sociale ; BONNET, Y. (2002). Les neuf fondamentaux de l’éducation. Paris: Presses de la Renaissance ; CEVEY, R. (2005). Regard éthique sur le geste éducatif. Montréal: Liber ; CHAMPY, P., & ETEVE, C. (2005). Dictionnaire encyclopédique, de l’éducation et de la formation. Paris: Retz ; MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT DES PREMIER ET DEUXIEME DEGRES DU TOGO. (1983). Précis de législation et d’administration scolaires, les nouvelles éditions africaines. Lomé & Paris: Nathan Afrique ; PRAIRAT, E. (2005). De la déontologie enseignante. Paris: PUF ; VAN ZANTEN, A. (2008). Dictionnaire de l’éducation. Paris: PUF. MEDU – 540. Démographie et éducation Enseignants : KPEGLO / KUDAYAH. MEDU 555 - Contexte socioculturel du développement Enseignant : TONYEME Théophile Le concept de développement durable se fonde actuellement sur trois dimensions essentielles à savoir la solidarité sociale, l’efficacité économique et la responsabilité écologique. Ne réaffirmant pas l’importance de la dimension culturelle, le développement durable ne se présente pas comme un processus de civilisation permettant à chacun de s’unir aux autres hommes dans une dynamique d’échanges de bonnes pratiques, de tolérance, de solidarité et de responsabilité afin de répondre aux besoins des générations actuelles sans toutefois hypothéquer ceux des générations futures. Objectif général : En partant des exemples tirés de la réalité francophone négroafricaine, les étudiants essaieront de montrer que la socialisation des communautés locales à la compréhension des problématiques de développement durable passe par une reconnaissance de leur diversité culturelle créatrice et par un processus inéluctable d’interculturalité. Objectif spécifique : L’étudiant devra prendre en compte que la question de l’environnement est reliée au développement. En effet, il ne devra pas perdre de vue qu’il existe plusieurs représentations socioculturelles de l’environnement et de la pauvreté. Sachant que les populations rurales

140


africaines dépendent directement de l’environnement, l’intérêt et les représentations locales vis-à-vis de celui-ci sont souvent d’ordre pratique et technique. Evaluation : T.D, contrôle continu, examen ou travail de recherche. Bibliographie de base : DE SARDAN O., Anthropologie et développement, Paris Karthala, 1995; FAIRHEAD J., Représentations culturelles africaines et gestion de l’environnement, 1994; LADMIRAL J. & E. D. LIPIANSKY, La communication interculturelle, Paris: Armand Colin, 1989; VERDIER R., Le pays Kabiyè, cité des dieux, cité des hommes, Paris: Karthala, 1982. MEDU – 580. Education non formelle Enseignant : AKAKPO-NUMADO Sena Yawo Public cible : Etudiants inscrits en Master en Sciences de l’Education. Pré-requis : Aucun. Objectif général Cet enseignement vise à familiariser les apprenants avec la notion d’éducation non formelle, ses différentes formes et ses interactions avec l’éducation formelle. Objectifs spécifiques - expliquer le concept d’éducation non formelle ; - identifier et décrire les différentes formes d’éducation non formelle ; - analyser l’apport de l’éduction non formelle dans le système éducatif et pour la société; - analyser les interactions entre l’éducation formelle et celle non formelle. Plan du contenu d’enseignement 1. Qu’est-ce que l’éducation non formelle ? Définition et principes 2. Les différentes formes d’éducation non formelle a. L’alphabétisation b. Le système d’apprentissage et de formation professionnelle c. La prise en charge et l’éducation des enfants de la rue d. Les formations spécialisées e. La formation sur le tas 3. Portée et limites de l’éducation non formelle a. L’éducation non formelle, une alternative à l’échec de l’école ? b. L’éducation non formelle dans les plans de l’EPT : (Cas du Togo)

141


Volume horaire : 24 heures (2 heures par semaine) Activités d’apprentissage Les apprenants doivent : - être présents et participer aux cours et travaux dirigés ; - étudier et décrire un exemple d’éducation non formelle choisi avec l’accord de l’enseignant ; - présenter un exposé oral des résultats de leurs recherches (20 mn) ; - produire un rapport écrit des résultats des recherches (12 pages). Evaluation L’évaluation comprend : - un contrôle continu des connaissances fait d’un contrat de travail de recherche (50%) composé : o d’un exposé oral de 20 mn suivi de discussion, o d’un rapport écrit de 12 pages, - un examen final écrit de deux heures (50%). Bibliographie Des copies d’articles et de documents seront mises à la disposition des étudiants. MEDU – 600. Evaluation en éducation Enseignant : GBATI Koffiwaï Yanakou Public cible : Etudiant en Master Professionnel de Sciences de l’Education Pré-requis : Néant Objectifs Objectif général Amener l’étudiant à prendre conscience de l’importance de l’évaluation et de connaître ses différents domaines Objectifs spécifiques L’apprenant doit être capable : - De définir l’évaluation - D’analyser le processus d’évaluation - D’analyser les différents domaines de l’évaluation Contenu I- L’évaluation : approche conceptuel et analyse du processus II- Les domaines de l’évaluation III- L’évaluation de l’évaluation

142


IV- La psychologie de l’évaluation Evaluation - Recherche documentaire et exposé - Recherche de terrain sur les évaluations - DST - Examen final Bibliographie BARBIER J. M., L’évaluation en formation, Paris: PUF, 1985; CARDINET J., Objectifs éducatifs et évaluation individualisée, Neuchâtel: Institut de Recherche de Documentation Pédagogique, 1979; GAONAC’H D. & C. GOLDER, Manuel de psychologie pour l’enseignement, Paris: Hachette, 1995; HADJI, L’évaluation des actions éducatives, Paris: PUF, 1992. MEDU – 605. Evaluation des politiques éducatives Enseignant : GBIKPI-BENISSAN Datè Fodio François Prérequis : Avoir validé MEDU 505 : Elaboration et analyse des politiques éducatives Objectif général: Etre capable d’évaluer une politique éducative Objectifs spécifiques: Etre capable  de définir les types d’évaluation  de construire les outils d’évaluation de politiques  de réunir les données nécessaires à l’évaluation des politiques éducatives  d’appliquer les outils d’évaluation aux politiques éducatives Plan 1. Généralités sur l’évaluation 1.1. Définitions de l’évaluation 1.2. Les types d’évaluation 1.3. Les outils d’évaluation 2. Les enjeux de l’évaluation des politiques éducatives (PE) 2.1. Amélioration des PE 2.2. Innovation des PE 2.3. Internationalisation des PE 3. L’évaluation des politiques éducatives 3.1. L’évaluation des finalités, des buts et des objectifs des PE 3.2. L’évaluation des moyens mis en œuvre par les PE 3.3. L’évaluation des résultats des PE Activités d’apprentissage Un exposé individuel d’un ouvrage sur l’évaluation des politiques éducatives Un exposé de groupe sur L’évaluation des politiques éducatives au Togo, de l’indépendance à nos jours

143


Bibliographie D’HAINAUT L., Des fins aux objectifs de l’éducation, Bruxelles: Labor, 1988; DEMAILLY L., Evaluer les politiques éducatives, Bruxelles, De Boeck Université, 2001; GBIKPI-BENISSAN D. F., La politique scolaire de la France au Togo (1922-1956), in Université de Lomé, 2006; GBIKPI-BENISSAN F., Le système scolaire au Togo sous mandat français, Paris: L’Harmattan, 2011; LANGE M.-F., L’école au Togo, Paris: Karthala, 1998; LE THANH KHOI, L’éducation comparée, Paris: Armand Colin, 1981. MEDU - 610. Evaluation du curriculum Enseignant : NUAKEY Yao MEDU – 615. Evaluation des projets éducatifs Enseignant : KPEGLO Kouami Mayi-Mava Objectif général Tous les projets éducatifs et programmes exécutés dans le secteur de l’éducation et de la formation doivent être évalués. Cette évaluation répond au souci d’assurer une information objective sur la bonne utilisation des fonds publics, le niveau d’atteinte des objectifs, l’impact du projet mais aussi la volonté de mieux jauger les résultats des opérations, d’apprécier le bon déroulement et la bonne exécution du projet et de tirer les leçons des interventions passées pour mieux préparer les projets futurs. Ce cours s’adresse aux étudiants en Master en Sciences de l’éducation qui sont appelés à évaluer des projets éducatifs ou en faire le suivi sur le terrain. Objectifs spécifiques Ce cours va permettre aux étudiants en Master professionnel en Sciences de l’Education de : - savoir de connaitre les différentes sortes d’évaluation, faire le suivi et l’évaluation des projets éducatifs ; - connaitre et maîtriser les différentes méthodes et phases d’évaluation d’un projet éducatif ; - connaître et maîtriser l’organisation à mettre en place pour l’évaluation des projets éducatifs. Approches méthodologiques La réalisation des objectifs de ce cours exige la participation effective de l’ensemble des étudiants. A cet effet, ceux-ci doivent : 1. lire les textes qui leur seront préalablement remis dans le cadre du cours ;

144


2. faire des exposés sur des thèmes arrêtés de concert avec les étudiants et l’enseignant ; 3. faire les exercices qui leur seront soumis dans le cadre du cours. Activités d’apprentissage Recherches documentaires (textes, articles, ouvrages) Analyse des documents. Evaluation Contrôle continu des connaissances /20 Prestation écrite - Prestation orale - DST fin de semestre. Bibliographie DESTORS & J. LE BISSONNAIS, Evaluation des projets éducatifs, Paris: UNESCO; MAGNEN A., Les objectifs de l’évaluation des projets, Paris: UNESCO, 1990; MIDIER C., Les secrets de l’évaluation des projets éducatif, Paris: Dunod, 1998. MEDU – 620. Les innovations en Education Enseignant : BAOUTOU A. B. Bahama Résumé Innover, c’est savoir mobiliser des savoirs d’action, des savoirs pertinents pour comprendre et agir dans un domaine. Les innovations, sont des modalités pédagogiques ou éducatives proposées pour augmenter en principe les chances de réussite des initiatives prônées dans des organisations ou institutions avec des effets bénéfiques directs ou indirects. Public-cible L’UE – Innovations éducatives s’adresse aux étudiants de Master – Sciences de l’Education. Pré requis Les étudiants doivent avoir une Licence. Objectif général Donner les informations sur les initiatives éducatives allant dans le sens d’une amélioration de l’éducation dans son ensemble. Objectifs spécifiques - Relever les initiatives et actes posés en termes d’innovations aux plans éducatifs que pédagogiques. - Analyser chacune de ces situations. - Relever des stratégies améliorant qualitativement la relation éducative et pédagogique. Contenu I – Approches de définition de l’innovation éducative/pédagogique - Etude de texte - Définition

145


II – Mise en place d’une innovation éducative/pédagogique : la démarche - Au niveau des apprenants - Au niveau de la condition d’accueil - Au niveau de la scolarité III – Domaines d’application des innovations - L’accueil - L’organisation de la classe (homogénéité, hétérogénéité) - L’organisation générale de l’établissement - L’évaluation et l’orientation - Les équipes pédagogiques - Les projets éducatifs - Les programmes - Les médias IV – Quelques expériences novatrices dans la région ouest-africaine - Innovation dans l’enseignement général - Innnovation dans l’enseignement technique - Politiques et stratégie dans le secteur de l’éducation Activités d’apprentissage Etude de documents Textes, Reforme, Politique éducative Production de prestation portant sur des expériences de terrain Evaluation Recherche, Prestation écrite/orale Examen semestriel Bibliographie AVANZINI G., Immobilisme et novation dans l’éducation scolaire, Toulouse, Prival, 1975; BROCH M.-H. & F. CROS, Comment faire un projet d’établissement, Lyon: Chronique sociale, 1991; GATHER THURLER M., Innover au cœur de l’établissement scolaire (vol. 1), ESF, 2000; HOTYAT F. & DELEPINE-MESSE, Dictionnaire Encyclopédique de pédagogie moderne, Labor, 1973; LEGRAND L., Pour un collège démocratique, Paris, 1982; SERRI J.-P., Les activités d’éveil, Paris: Delagrave, 1977; UNESCO, Forum sousrégional sur l’éducation de qualité pour tous, in « Rapport final » (2005) Novembre. MEDU – 625. Elaboration des budgets en éducation Enseignant : KUDAYAH Akoly Philippe MEDU – 630. Analyse des dispositifs d’évaluation en éducation Enseignant : AKAKPO-NUMADO Sena Yawo

146


MEDU – 635. Méthodologie du Mémoire de Master Enseignant : AKAKPO-NUMADO Sena Yawo Public-cible Cette UE s’adresse à des apprenants préparant un Master Professionnel dans le domaine de l’éducation et de la formation. Ce sont des personnes qui ont une formation fondamentale en Sciences de l’Education et qui se préparent à commencer une carrière autre que la recherche dans ce domaine. Objectifs Les enseignements de cette UE rendront les apprenants aptes à : - décrire les caractéristiques du mémoire de Master - définir les axes d’une problématique professionnelle en éducation - prévoir les principales étapes de la rédaction d’un mémoire de Master - appliquer les règles de rédaction d’un mémoire - écrire un projet de mémoire Contenus  Chapitre 1 : Pourquoi un mémoire ? Les différents types de mémoire et leurs exigences.  Chapitre 2 : Choisir un sujet : décrire une problématique professionnelle en éducation  Chapitre 3 : Piloter un mémoire : les différentes étapes de la rédaction d’un mémoire du choix du sujet à la soutenance  Chapitre 4 : Ecrire le mémoire : les règles rédactionnelles. Activités d’apprentissage L’enseignement se déroulera essentiellement sous la forme de travaux dirigés permettant aux apprenants d’appliquer au fur et à mesure les notions théoriques qui leur seront données en cours. Evaluation A la fin de l’UE, les apprenants devront rédiger un projet de mémoire qui sera évalué. Bibliographie de base CAMUS B., Rapports de stages et mémoires, Paris: Les Editions d’Organisation, 1994; KALIKA M., Le mémoire de Master, Paris: Dunod, 2008.

147


MASTER RECHERCHE EN PHILOSOPHIE Mention : Philosophie Spécialité : Philosophie du développement Responsable du Parcours : Yaovi Akakpo, Professeur titulaire Semestres 1 à 4 (Master Philo) er

1 Semestre : Harmattan 1 (Octobre 2013 – Février 2014) PHI 400. Elaboration de projet de recherche en philosophie (5 ECTS - Akakpo) PHI 401. Philosophie de la nature (3 ECTS – Kuakuvi) PHI 402. Philosophie de la technoscience (4 ECTS - Akakpo) PHI 403. Bioéthique (4 ECTS – Dikenou) PHI 404. Philosophie de l’intelligence artificielle (4 ECTS – Akue) PHI 405. Anthropologie et diversité culturelle (2 ECTS – Koudolo) PHI 406. Raison et dialogue interreligieux (4 ECTS – Kouvon) FPU 400. Initiation à la pédagogie universitaire (2 ECTS – Adani) ANG 400 Anglais de spécialité philo (2 ECTS – Pewissi) 2è Semestre : Mousson 1 (Février 2014 – Juillet 2014) PHI 407. Méthodologie : Pratique de la recherche en philosophie (5 ECTS – Akakpo) PHI 408. Problématique du lien social 1 (4 ECTS – Broohm) PHI 409. Rationalité technologique (4 ECTS – Akakpo) PHI 410. Philosophie du développement (4 ECTS – Kuakuvi) PHI 411. Productivisme et écologie (4 ECTS – Kuakuvi) PHI 412. Syndicalisme et politique contemporaine en Afrique (3 ECTS - Assima-K.) PHI 413. Anthropologie du changement (3 ECTS – Djonoukou) FPU 401. Didactique de la philosophie (2 ECTS – Adani) INF 400. Informatique (2 ECTS – Quadjovie) 3è Semestre : Harmattan 2 (Octobre 2013 – Février 2014) PHI 414. Identité et différence (3 ECTS – Goeh-Akue) PHI 415. Civilisation et développement (3 ECTS – Nubukpo) PHI 416. Ethique dans les sciences et technologie (5 ECTS – Dikenou) PHI 417. Problématique du lien social 2 (5 ECTS – Broohm)

148


PHI 418. Questions de technologies alternatives (4 ECTS – Akakpo) PHI 419. Epistémologie des sciences sociales (5 ECTS – Akakpo) FPU 402. Stage d’enseignement (5 ECTS – Kouvon) 4è Semestre : Mousson 2 (Février 2014 – Juillet 2014) PHI 420. Méthodologie : rédaction du mémoire (5 ECTS – Akakpo) PHI 421. Soutenance de mémoire (25 ECTS).

Spécialité : Philosophie du développement

DESCRIPTION DES UNITES D’ENSEIGNEMENT MASTER PHILO - SEMESTRES 1 à 4 PHI – 400. Elaboration de projet de recherche en philosophie Enseignant : AKAKPO Yaovi Objectif : cet enseignement vise à donner à l’apprenant les outils méthodologiques nécessaires à l’élaboration d’un projet de recherche en philosophie. Objectifs spécifiques : au terme de cet enseignement, l’apprenant sera capable de : - choisir un thème de recherche en philosophie - rédiger la justification du thème choisi - formuler le problème et la problématique - élaborer des orientations de la bibliographie spécifique sur le thème choisi Contenu : choix du thème, justification du thème, formulation du problème, construction de la problématique, élaboration des orientations de la bibliographie spécifique Bibliographie sommaire : BEAUD M., L’art d’écrire la thèse. PHI - 401. Philosophie de la nature et environnement (Master I) Enseignant : KUAKUVI Kuamvi Mawulé Objectifs spécifiques Le développement, ce n’est pas seulement la modernisation de la vie des hommes. Sa finalité, le progrès, n’est atteinte qu’au bout d’un processus de dépersonnalisation où l’homme risque de se perdre dans le matérialisme. L’étudiant doit connaître le rôle que l’Etat joue

149


dans le processus du développement, le rôle que les sciences y jouent, et les problèmes philosophiques que l’on peut poser à partir de ces référentiels. Contenus - Définition du sous-développement - Définition du développement - Le rôle de l’Etat - Le rôle de l’économie - L’importance d’une éthique du développement.

Modes et critères d’évaluation L’analyse et la critique des points de vue d’auteurs par les étudiants eux-mêmes seront évaluées. L’étudiant doit faire montre de réflexion autonome, et cette autonomie sera évaluée. Cette évaluation n’empêche pas la dissertation classique sur une thématique relative au développement, à la fin du séminaire. Organisation pratique Exposés suivis de débat des différentes idées relatives au développement. L’étudiant doit savoir rentrer dans la perspective d’un auteur afin d’être à même de déceler les conséquences d’une idée. Bibliographie sommaire AUSTRUY J., Le scandale du développement, Paris: Claude Rivière et Cie, 1968; DIAKITE S., Violence technologique et développement, Paris: L’Harmattan, 1985; FURTADO C., Le mythe du développement économique, Paris: Anthropos, 1984. PHI – 402. Technoscience et développement Enseignant : AKAKPO Yaovi Objectif : cet enseignement vise à donner à l’apprenant les outils conceptuels pour apprécier la place fonctionnelle de la technoscience dans le projet de développement Objectifs spécifiques : au terme de cet enseignement, l’apprenant sera capable de : - rendre compte du primat de la théoria sur la technè dans l’antiquité - rendre compte de la dialectique théoria / technè, en tant que projet de modernité - rendre compte des incarnations du projet de modernité technoscientifique Contenu : - statut de la théoria et de la technè dans la pensée antique (Platon et Aristote)

150


- problématique de l’application (F. Bacon et R. Descartes) - productivisme, technonature, développement. Bibliographie sommaire : ARISTOTE, Organon, livre V : Les Topiques, Paris: Vrin, 1950; ARISTOTE, La Politique, Paris: Vrin, 1962; ARISTOTE, Ethique de Nicomaque, Paris: Flammarion, 1965; ARISTOTE, Métaphysique livres A-Z, Paris: Vrin, 1991; BERNARD H. R. & P. J. PELTO, Le choc technologique. Quand les sociétés traditionnelles se modernisentEditions Internationales, 1975; DESCARTES R., Discours de la méthode. Suivi d’extraits de la dioptique, des météores, de la vie de Descartes par Baillet, du monde, de l’homme et des lettres, Paris: Flammarion, 1966; DIAKITE S., Violence technologique et développement. La question africaine du développement, Paris: L’Harmattan, 1985; HABERMAS J., La technique et la science comme idéologie, Paris: Gallimard, 1968; SALOMON J.-J., Promethée empêtré. La résistance au changement technique, Paris: Anthropos, 1984; SALOMON J.-J., Le destin technologique, Paris: Gallimard, 1992; SALOMON J.-J. & A. LEBEAU, L’écrivain public et l’ordinateur. Mirages du développement, Paris: Hachette, 1988; VOLKOV N. & R. ZIMENKOV, Le néocolonialisme technologique, Moscow: Ed. du Progrès, 1986. PHI – 403. Bioéthique Enseignant : DIKENOU K. Christophe Objectif Général : L’enseignement poursuit l’objectif général suivant : développer la capacité de l’apprenant à reconnaître et à analyser des problèmes de bioéthique qui se posent au niveau national et/ou global et à contribuer à leur résolution. Objectifs spécifiques : Après avoir suivi cet enseignement l’apprenant sera capable de : 1) reconnaître les problèmes bioéthiques en déterminant les secteurs dans lesquels les pratiques dans les sciences de la vie et les technologies qui leur sont associées sont en décalage avec les principes éthiques bien fondés universellement; 2) décider des valeurs et principes éthiques à appliquer en vue de résoudre ces problèmes, et contribuer à leur mise en œuvre. Contenus: 1) Ethique et bioéthique 2) Les principes universels 3) Les méthodes en bioéthique 4) Approfondissement d’un thème-source +Projet de recherche 5) Bibliographie

151


Bibliographie AZOUX BACRIE L., Vocabulaire de bioéthique, Paris: PUF, 2000; BEAUCHAMP T. L. & J. F. CHILDRESS, Principles of Biomedical Ethics, Oxford: Oxford University Press, 1969; BOURGEAULT G., L’éthique et le droit. Face aux nouvelles technologies biomédicales. Prolégomènes pour une bioéthique, Bruxelles: de Boeck & Wesmael, 1990; DURAND G., Introduction générale à la bioéthique : histoire, concepts et outils, Montréal & Paris: CerfFides, 1999; ENGELHARDT H. T. J., The Philosophy of Medecine. Framing the Field, Dordrecht: Kluwer, 2000. PHI – 410. Philosophie du développement Enseignant : KUAKUVI Kuamvi Mawulé Objectifs spécifiques Les réflexions philosophiques contemporaines sur la nature incluent, l’élément vie (biotope et bioéthique). On ne rejette pas l’ancienne notion de cosmologie que l’astrophysique nous permet de mieux apprécier. Il faut tout simplement penser à la place de l’homme dans l’univers et ne pas exagérer le rôle de l’intelligence humaine. Le développement, ce n’est pas seulement la modernisation de la vie des hommes, ou la domination de la nature environnementale. Sa finalité, le progrès, n’est atteinte qu’au bout d’un processus de dépersonnalisation où l’homme risque de se perdre dans le matérialisme. L’étudiant doit connaître le rôle que l’Etat joue dans le processus du développement, le rôle que les sciences y jouent, et les problèmes philosophiques que l’on peut poser à partir de ces référentiels. Contenus - Définition du sous-développement - Définition du développement - Le rôle de l’Etat - Le rôle de l’économie - L’importance d’une éthique du développement. Modes et critères d’évaluation L’analyse et la critique des points de vue d’auteurs par les étudiants eux-mêmes seront évaluées. L’étudiant doit faire montre de réflexion autonome, et cette autonomie sera évaluée. Cette évaluation n’empêche pas la dissertation classique sur une thématique relative au développement, à la fin du séminaire.

152


Organisation pratique Exposés suivis de débat des différentes idées relatives au développement. L’étudiant doit savoir rentrer dans la perspective d’un auteur afin d’être à même de déceler les conséquences d’une idée. Bibliographie sommaire AUSTRUY J., Le scandale du développement, Paris: Claude Rivière & Cie, 1968; DIAKITE S., Violence technologique et développement, Paris: L’Harmattan, 1985; FURTADO C., Le mythe du développement économique, Paris: Anthropos, 1984. PHI – 406. Raison et dialogue inter-religieux Enseignant : KOUVON Komi Objectif général : Identifier les enjeux actuels de la postsécularisation et proposer des conditions rationnelles du dialogue interreligieux. Objectif spécifiques : - expliquer les termes de modernisation, rationalisation, sécularisation, postsécularisation et dialogue interreligieux - identifier le statut du religieux dans le monde postséculier - définir les conditions rationnelles du dialogue interreligieux Contenu du cours Cette unité d’enseignement traite des points suivants : - De la sécularisation à la postsécularisation - Le religieux dans le monde postséculier : de la quête du sens à la violence interreligieuse - Raison et coexistence pacifique des religions dans un monde ouvert Bibliographie GAUCHET M., Le désenchantement du monde, Paris: Gallimard, 1985; HABERMAS J., Le discours philosophique de la modernité. Douze conférences, Paris: Gallimard, 1998; HEGEL G. W. F., « Foi et savoir » in Premières publications, Paris: Vrin, 1952; HEGEL G. W. F., Leçons sur la philosophie de la religion II, Paris: Vrin, 1959; HUNTINGTON S. P., Le Choc des civilisations, Paris: Odile Jacob, 1997; MESURE S. & A. RENAUT, La guerre des dieux. Essai sur la querelle des valeurs, Paris: Grasset et Fasquelle, 1996; WEBER M., L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris: Plon, 1964. PHI – 405. Anthropologie et diversité culturelle Enseignant : Mme ROUBAILO-KOUDOLO Svetlana La diversité culturelle due au rencontre des civilisations dans les régions du Nord et du Sud est au cœur de la problématique

153


contemporaine des Sciences sociales et de l’Anthropologie en particulier. A l’heure de la mondialisation, le monde se transforme en mosaïque interculturelle des races, langues, religions, cultures et identités. Leurs interactions harmonieuses pourront être garant du futur développement humanitaire. La connaissance de cette diversité mondiale s’appuie sur les méthodes de classification et de typologie culturelle qui aident les chercheurs à comprendre les spécificités culturelles de chaque région du monde et analyser leur dynamique temporaire. Tout d’abord, ce cours présente un panorama des civilisations mondiales en se basant sur l’approche diachronique et synchronique. Par la suite, il met en relief le processus d’interactions culturelles qui caractérisent le contexte interculturel contemporain. Et finalement, il expose les spécificités de la diversité culturelle sur le sol africain. En première séquence du cours, les étudiants vont faire un bref parcours culturel à travers les régions d’Australie et d’Océanie, d’Asie, d’Afrique, d’Amérique et d’Europe. En deuxième séquence du cours, les étudiants vont faire la connaissance de la dynamique contemporaine qui se trouve à la base des rencontres identitaires et de la société nouvelle marquée par la diversité culturelle. Pré-requis : l’étudiant doit être initié à l’anthropologie sociale et culturelle et à la géographie humaine. L’objectif général : Présenter la dynamique de la multitude culturelle mondiale qui engendre le nouveau contexte de diversité culturelle. Objectifs spécifiques : - Fournir aux étudiants les outils méthodologiques nécessaires pour la connaissance de la diversité culturelle. - Élargir les compétences culturelles susceptibles d’orienter les étudiants dans la diversité culturelle mondiale et les processus interculturels. Évaluation : Travaux des groupes, recherches et exposés, examen semestriel. Bibliographie : Ethnologie régionale, in Encyclopédie de la Pléiade: tome I, AfriqueOcéanie, Paris: Gallimard, 1972; Ethnologie régionale, in Encyclopédie de la Pléiade: tome II, Asie-Amérique, Paris: Gallimard, 1978; LAVALLEE M., F. OUELLET & F. LAROSE, Identité, culture et changement social, Paris: Harmattan, 1991; ROUBAILO-KOUDOLO S., L’ethnicité et son impact dans le développement urbaine (Le cas de la ville de Lomé au Togo) - Urbanisation en Afrique : Permanence et rupture, Lomé: EAMAU, 2008; ROUBAILOKOUDOLO S., La dynamique multiculturelle des jeunes : Le cas de la ville de

154


Lomé, in « Journal de la Recherche scientifique » Série B, vol. 11 (2009) 1; TYLOR C., Multiculturalisme, Paris: Flammarion, 1994. PHI – 407. Pratique de la recherche en philosophie Enseignant : AKAKPO Yaovi Objectif : cet enseignement vise à donner à l’apprenant les outils méthodologiques nécessaires à la pratique de la recherche en philosophie. Objectifs spécifiques : au terme de cet enseignement, l’apprenant sera capable de : - élaborer un chronogramme des activités de recherche - élaborer la bibliographie spécialisée détaillée - faire la lecture spécialisée des textes - interroger les faits en relation avec les textes Contenu : élaboration de chronogramme, de la bibliographie spécialisée détaillée, lecture spécialisée des textes, interrogation des faits en rapport avec les textes. Bibliographie sommaire : BEAUD M., L’art d’écrire la thèse. PHI – 408. Lien social et Modernité Politique 1 Enseignant : BROOHM Nicoué Octave Résumé : Le lien social désigne un trait essentiel de la condition humaine. Tout homme est en effet pris dans un réseau de liens qui renvoie au fait primordial d’être ensemble. La modernité recompose les liens sociaux et induit des dynamiques sociales et politiques qu’il importe de bien cerner afin de comprendre notre présent et engager lucidement l’avenir. Ce séminaire après un bref rappel de l’avènement de la modernité politique, examine quelques axes principaux de la recomposition des liens sociaux qu’entraîne la modernité politique et tente d’en montrer les enjeux contemporains, notamment pour les pays africains. Les questionnements et les recherches qui y sont liées tournent autour de trois grands axes : - L’avènement de la modernité politique : principaux repères idéologiques ; - La transformation des liens sociaux et les paradoxes de la citoyenneté démocratique ; - Questions identitaires et problématique de la démocratie en Afrique. Auteurs de référence : Aristote, John Locke, Hobbes, J.J. Rousseau, A. de Tocqueville.

155


PHI – 411. Productivisme et écologie Enseignant : KUAKUVI Kuamvi Mawulé Objectifs spécifiques Ce séminaire vise à donner aux étudiants, une vision philosophique du développement entendu non seulement comme expansion économique ou accumulation de richesses, mais aussi comme la gestion de vies d’hommes intégrés dans un biotope et dans un écosystème. Il vise à faire savoir, au-delà de la métaphysique, que le développement n’est pas le mimétisme servile d’une autre culture, mais la mise en valeur des aptitudes individuelles et collectives d’un peuple. Contenus - Définition de l’écosystème en relation avec la notion de développement - Aspects de l’économie du développement - Cultures, sciences, et biotopes Modes et critères d’évaluation Evaluation des comptes-rendus de lectures et de recherches bibliographiques. La manière dont les étudiants exposent leurs idées sera évaluée tant oralement que par écrit. Un examen écrit de fin de séminaire clôturera les évaluations. Organisation pratique - Définitions consensuelles et discutées des concepts d’écosystème et de biotope, en relation avec celui du développement. - Revue de l’Archéologie du présent et critique de la culture et du développement. - Etude des gestes par lesquels la philosophie soustrait les productions culturelles du milieu desquelles elle se déploie, à leurs historicités positives. Bibliographie sommaire ATANGANA N., Problématique du développement en Afrique tropicale, Yaoundé: CLE, 1978; AUSTRUY J., Le scandale du développement, Paris: Editions Claude Rivière & Cie, 1968; TOLBA M. K., Développer sans détruire, Dakar, 1984. PHI – 409. Rationalité technologique Enseignant : AKAKPO Yaovi Objectif : cet enseignement vise à donner à l’apprenant des aptitudes théoriques pour rendre compte de conditions d’appropriation de la rationalité technologique

156


Objectifs spécifiques : au terme de cet enseignement, l’apprenant sera capable de : - rendre compte de la désarticulation sociale comme caractéristique du sous développement - rendre compte de la manière dont la rationalité technologique assujettit les sociétés désarticulées - expliquer comment le pari d’organisation rationnelle de la société condition nécessaire à l’appropriation de la rationalité technologique Contenu : - La désarticulation de la société, une face du sousdéveloppement - La désarticulation de la rationalité technologique dans les sociétés sous-développées - La rationalité technologique, un pari d’organisation rationnelle Bibliographie sommaire : AMIN S., L’empire du chaos, Paris: L’Harmattan, 1991; AMIN S., Les défis de la mondialisation, Paris: L’Harmattan, 1996; HABERMAS J.-J., La technique et la science comme idéologie, Paris: Gallimard, 1973; S ALOMON J.-J., Prométhée empêtrée. La résistance au changement technique, Paris: Anthropos, 1984; SALOMON J.-J., Le destin technologique, Paris: Gallimard, 1992; SALOMON J.-J. & A. LEBEAU, L’écrivain public et l’ordinateur. Mirages du développement, Paris: Hachette, 1988; WEBER M., Le savant et le politique, Paris: UGE, 1959; WEBER M., L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris: Plon, 1964; WEBER M., Economie et société, Paris: Plon, 1971; WEBER M., Essai sur la théorie de la science, Paris: Plon, 1992; ZIEGLER J., Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Paris: Fayard, 2002; ZIEGLER J., L’empire de la honte, Paris: Fayard, 2005. PHI – 410. Philosophie du Développement Enseignant : KUAKUVI Kuamvi Mawulé, Maître assistant Objectif général Dans les pays développés, le but du développement est le progrès. Dans les pays africains, on a l’impression que le but visé dans le développement, c’est le libéralisme et la société de consommation. Objectifs spécifiques L’étudiant doit être à même de faire la distinction entre société de consommation et développement. L’économie fait partie du développement, mais il n’en est pas le seul paramètre. Il faut que l’étudiant comprenne la manière dont l’économie est devenue la réalisation de la politique (le marché et le contrat).

157


Contenu - La pauvreté économique - La mondialisation économique - La société de marché généralisé - Production et consommation - Le nouveau commerce ou la société civile comme marché. Evaluation L’analyse et la critique des points de vue d’auteurs choisis par l’étudiant doit être évaluées. La réflexion autonome de l’étudiant doit se dégager de ses prises de position. Une dissertation classique sera également exigée de l’étudiant. Bibliographie ARISTOTE, Les Economiques, Paris: Vrin, 1958; ARISTOTE, La Politique, Paris: Vrin, 1962; ARISTOTE, Ethnique à Nocomaque, Paris: Vrin, 1972; BIRNBAUM N., La crise de la société industrielle, Paris: Anthropos, 1972; MOREL G., Questions d’homme : conflits de la modernité, Paris: Aubier Montaigne, 1976; ROSANVALLON P., Le libéralisme économique (histoire de l’idée de marché), Paris: Seuil, 1979/1989. PHI – 412. Syndicalisme et politique contemporaine en Afrique Enseignant : Essoham ASSIMA-KPATCHA Description du cours: Ce cours répond à une interrogation principale : quelle a été la nature des relations entre les syndicats et le monde politique en Afrique contemporaine ? Pour répondre à cette question, il est d’abord présenté l’origine du syndicalisme et les formes endogènes de protestation des travailleurs sur ce continent avant l’avènement de la colonisation européenne. Il est ensuite montré le processus d’extension des formes revendicatives d’origine européenne en Afrique, entre la fin du XIXème siècle et 1946, dans un contexte d’oppression coloniale. Il est aussi décrit et analysé la maturation de ce processus qui a vu l’alliance entre le monde politique et le mouvement syndical en vue de la décolonisation du Continent entre 1946 et 1960. Il est également démontré la logique d’assujettissement du syndicalisme aux partis uniques et l’évolution de ces organisations vers le monolithisme entre 1960 et 1990. Enfin, il est abordé les nouvelles perspectives multi-syndicalistes qui se sont présentées au monde du travail à partir de 1990, dans un contexte de restauration du multipartisme dans les Etats africains.

158


Bibliographie sommaire : ALMEIDA-TOPOR H., L’Afrique au 20ème siècle, Paris: Armand Colin, 1993; ALMEIDA-TOPOR H. & M. LAKROUM, L’Europe et l’Afrique. Un siècle d’échanges économiques, Paris: Armand Colin, 1994; AMIN S., L’Afrique de l’Ouest est bloquée. L’économie politique de la colonisation 1880-1970, Paris: éditions de Minuit, 1971; ASSIMA-KPATCHA E. & K. A. SOSSOU, La mission de civilisation française au Togo : discours, imaginaire et réalité (1920-1960), in « Mosaïque » (2005) 4 & 5, 123-147; COOPER F., Décolonisation et travail en Afrique. L’Afrique britannique et française 19351960, Paris: Karthala & Sephis, 2004; COQUERY-VIDROVITCH C., L’Afrique et les Africains au XIXe siècle (Mutations, révolutions, crises), Paris: Armand Colin, 1999; COQUERY-VIDROVITCH C. & H. MONIOT, L’Afrique noire de 1800 à nos jours, Paris: PUF, 1974. PHI – 413. Anthropologie du changement Enseignant : DJONOUKOU Kossi Tata Objectif général Ce cours est destiné à édifier les apprenants sur les différentes et diverses trames problématiques qui pourraient émerger de l’approche du phénomène de changement, mieux du changement social. En effet, le changement, plutôt le changement social suggère un phénomène de transformation provoqué par un ensemble de mécanismes dans le vécu quotidien et tout ce qui constitue le bâti socioculturel des hommes et des communautés. A ce titre il y a des problématiques qui interpellent les chercheurs en sciences sociales en général et l’anthropologue en particulier. Le changement social dans sa forme particulière qu’est le « développement » apparaît comme une nécessité et une exigence de l’évolution épistémologique des sociétés (allant du mythos au logos). Cela doit intéresser l’anthropologue qui privilégie la synchronie et les permanences dans les sociétés. Malheureusement, les institutions et les acteurs sociaux qui font la promotion du changement social n’ont pas toujours les moyens scientifiques de prendre en compte les réalités sociales et la dynamique des communautés sur lesquelles ils interviennent. L’expertise anthropologique doit aider à savoir et à pouvoir trouver les éléments de réponse à la question centrale « quel changement pour quelle société » ? C’est en cela que le cours va tenter d’édifier les apprenants en les amenant à cogiter sur la problématique centrale : « Question du changement et changement en question »

159


Ces considérations dictent le plan suivant : 1. Changement comme objet anthropologique à part entière. 2. Changement social : moment et lieu de dialogue entre acteurs sociaux impliqués. 3. Réalités des faits de changement 4. Utilité de l’expertise anthropologique du changement : cas de l’Afrique 5. Malaise de l’anthropologie devant le changement 6. Discussions. PHI – 414. Identité et différence Enseignant : GOEH-AKUE N’bueke Adovi Objectif : A partir de l’analyse du concept d’identité, relever les fondements de l’identité individuelle ou groupale et montrer comment celle-ci intervient dans les rapports sociaux en tant que ferment de différenciation et les sentiments que cela engendre dans la société. Il s’agira de proposer une approche thérapeutique aux crises sociales afférentes à l’opposition permanente entre identité et altérité. L’approche adopté est essentiellement fondée sur la synthèse de Alex Mucchielli sur l’Identité cf. QSJ N°2288, PUF, sixième édition, 2007. Contenu : Introduction : L’identité en science humaine : un concept complexe I – Les fondements de l’identité psychosociologique 1) Les référents de l’identité 2) Le noyau identitaire culturel 3) Le noyau identitaire groupal 4) Le noyau identitaire individuel 5) L’identification 6) Le sentiment d’identité II- Les différentes Identités psychosociologiques 1) Points de vue sur l’identité 2) L’identité communautaire 3) La dialectique de l’identité sociale, 4) Autres identités III – Problèmes et crises de l’identité psychosociale 1) Dynamique et maturité de l’identité 2) Les problèmes de référents identitaires 3) Les aliénations de l’identité 4) Les réactions défensives Conclusion : Identité et altérité, une thérapeutique possible ?

160


Bibliographie : GOEH-AKUE N. A. & N. L. GAYIBOR, Identité ethnique et/ou histoire nationale: Un dilemme pour les Historiens africains, Paris: Harmattan, 2010; MUCCHIELLI A., L'identité, Paris: PUF, 2007. PHI – 415. Civilisation et développement Enseignant : NUBUKPO Komla Messan L’objectif général de ce cours est de poser la problématique des civilisations qui partout dans le monde naissent du dialogue entre le génie des êtres humains et l’environnement de vie de ces derniers. De là viendra le problème spécifique du développement personnel ou collectif qui ne peut se comprendre qu’en tant que suite logique ou dynamique de la civilisation des peuples. Les cours qui s’appuieront, pour l’essentiel, sur des sources littéraires se feront sous forme de conférences du professeur mais aussi d’exposés d’étudiants. Les exposés seront notés et un travail de recherche personnel de 10 pages dactylographiées sera exigé en fin de session Bibliographie BABO A., Les jeunes, la terre et les changements sociaux en pays baoulé, Paris: Karthala, 2010; BOKIBA A.-P. & A. YILA, Henri Lopès : Une écriture d’enracinement et d’universalité, Paris: Harmattan, 2002; BOURDIEU P., Ce que parler veut dire, Paris: Fayard, 1982; CULLER J., The Literary in Theory, Stanford, Ca: Stanford University Press, 2007; HORTON J. & A. T. BAUMEISTER, Literature and the Political Imagination, London, UK: Routledge, 1996. Un roman au choix de l’étudiant; un roman et/ou une collection de nouvelles d’un auteur togolais. PHI – 416. Ethique dans les Sciences et Technologies Enseignant : DIKENOU K. Christophe Face à l’avancée et à la mondialisation de la science et de la technologie, il y a un besoin accru de promouvoir des valeurs et principes éthiques universels comme guides du progrès scientifique et technologique partout. Quant aux pays en développement, ils fondent beaucoup d’espoir sur le développement de la science et de la technologie pour promouvoir et renforcer leur développement socioéconomique. Objectif Général : Développer la capacité de l’apprenant à reconnaître et à analyser des problèmes éthiques liés à la promotion et au renforcement du progrès des sciences et technologies.

161


Objectifs spécifiques : Après avoir suivi cet enseignement l’apprenant sera capable de : 1- reconnaître les problèmes éthiques liés à des pratiques scientifiques et technologiques, voire des législations en décalage avec des valeurs et principes éthiques bien fondés universellement; 2- décider des solutions à ces problèmes, en les plaçant dans un contexte élargi (culturel, économique, politique) et en évaluant leurs diverses conséquences, positives et négatives sur les populations affectées grâce à une analyse et une argumentation éthiques solides. Contenus: 1- Ethique et éthique des sciences et des technologies 2- Principes éthiques universels dans la science et la technologie 3- Ethique et politique scientifique Bibliographie HABERMAS J., La technique et la science comme idéologie, Paris: Gallimard, 1968; LADRIERE J., Les enjeux de la rationalité. Le défi de la science et de la technologie aux cultures, Paris: Aubier-Montaigne/UNESCO, 1977; UNESCO, Déclaration sur la Science et l’Usage des Connaissances Scientifiques, Paris: UNESCO, 1999; UNESCO, Un agenda pour la science : un cadre d’action, Paris: UNESCO, 1999; UNESCO, Ethique et politique des nanotechnologies, Paris: UNESCO, 2009. PHI – 417. Problématique du lien social 2 Enseignant : BROOHM Nicoué Octave Résumé : Le lien social désigne un trait essentiel de la condition humaine. Tout homme est en effet pris dans un réseau de liens qui renvoie au fait primordial d’être ensemble. La modernité recompose les liens sociaux et induit des dynamiques sociales et politiques qu’il importe de bien cerner afin de comprendre notre présent et engager lucidement l’avenir. Ce séminaire après un bref rappel de l’avènement de la modernité politique, examine quelques axes principaux de la recomposition des liens sociaux qu’entraîne la modernité politique et tente d’en montrer les enjeux contemporains, notamment pour les pays africains. Les questionnements et les recherches qui y sont liées tournent autour de trois grands axes : - L’avènement de la modernité politique : principaux repères idéologiques ; - La transformation des liens sociaux et les paradoxes de la citoyenneté démocratique ;

162


-

Questions identitaires et problématique de la démocratie en Afrique.

Auteurs de référence : Aristote, John Locke, Hobbes, J.J. Rousseau, A. de Tocqueville. PHI – 418. Questions de technologies alternatives Enseignant : AKAKPO Yaovi Objectif : cet enseignement vise à donner à l’apprenant les outils théoriques pour qu’il soit en mesure de dire à quelles conditions l’option des technologies traditionnelles peut être une alternative dans les sociétés en développement. Objectifs spécifiques : au terme de cet enseignement, l’apprenant sera capable de : - rendre compte de l’agenda de la technoscience - expliquer comment les technologies traditionnelles partagent leurs fonctions sociales avec les technologies dominantes - expliquer que l’alternative, ce n’est pas un choix exclusif entre technologies exogènes et technologies endogènes, mais c’est le choix de l’invention/innovation. Contenu : - Un agenda de développement technologique obéit à des enjeux - Les technologies traditionnelles à l’épreuve de vérité - Inventer/innover, c’est l’alternative Bibliographie sommaire : BERNARD H. R. & P. J. PELTO, Le choc technologique. Quand les sociétés traditionnelles se modernisent, Editions Internationales, 1975; DIAKITÉ S., Violence technologique et développement. La question africaine du développement, Paris: L’Harmattan, 1985; EMMANUEL A., Technologie appropriée ou Technologie sous-développée ?, Paris: PUF, 1981; HABERMAS J., La technique et la science comme idéologie, Paris: Gallimard, 1968; HOUNTONDJI P. J., Les savoirs endogènes : pistes pour une recherche, Dakar: Codesria, 1994; PERRIN J., Les Transferts de technologies, Paris: La Découverte & Maspero, 1983; SALOMON J.-J. & A. LEBEAU, L’écrivain public et l’ordinateur. Mirages du développement, Paris: Hachette, 1988. PHI – 419. Epistémologie des sciences sociales Enseignant : AKAKPO Yaovi

163


PHI – 420. Méthodologie : rédaction du mémoire Enseignant : AKAKPO Yaovi Objectif : cet enseignement vise à donner à l’apprenant les outils méthodologiques nécessaires à rédaction du mémoire de Master en philosophie. Objectifs spécifiques : au terme de cet enseignement, l’apprenant sera capable de : - élaborer un plan détaillé et structuré de rédaction - rédiger le mémoire de Master en philosophie - citer les sources bibliographiques et documentaires conformément aux normes académiques - présenter la bibliographie conformément aux normes académiques - réaliser la couverture et la page de garde conformément aux normes de l’institut Contenu : élaboration de plan détaillé et structuré de rédaction, rédaction du mémoire de Master, citation des sources bibliographiques et documentaires, présentation de la bibliographie, réalisation de la couverture et de la page de garde Bibliographie sommaire : BEAUD M., L’art d’écrire la thèse. ANG 400 – Anglais de spécialité (Master philosophie) Enseignant : PEWISSI Ataféï Course description This course is meant for the students in preparation for a Master’s Degree in Developmental Philosophy. The course introduces them to a variety of specific vocabulary in the fields of philosophy of nature and technological sciences (Ce cours est destiné aux étudiants de Master de philosophie de développement. Il les initie à un vocabulaire d’anglais de spécialité dans le grand domaine de la philosophie du développement et des sciences de la technologie.) Objectives: By the end of this course, the students should be able to: - use an average vocabulary of 200 words relating to philosophical thinking for development, concepts, and perceptions of society and - express them in a comprehensible and acceptable oral and written English language.

164


Evaluation: Students will be assessed based on: - their participation in class, take-home examination, group work - In-class test - final paper.

165


Répartition du volume horaire Licence Philo Mention : Philosophie Spécialité : Généraliste Responsable du parcours : KOUVON Komi, Maître assistant 5ème Semestre : Harmattan 3 (Octobre 2013 – Février 2014) COTE

LPH 312 LPH 314 LPH 320

Intitulé de l’UE Méthodologie de la synthèse Histoire de la philo contemporaine Anthropologie du développement

Nb de Vol crédits CM

hor

hebd

Enseignant

TD

EP

Nom

6

4

2

6

Pr. Y. AKAKPO

5

3

2

5

Dr. KOUVON

4

3

2

4

Mme KOUDOLO Dr FOLIKOUE

LPH 322

Philosophie du droit

4

3

1

4

LPH 326

Philosophie du langage

4

3

1

4

LPH 329

Philo des religions

4

3

1

4

Dr. AKUE-ADOTEVI Dr. KUAKUVI

LPH 335

Doctrine sociale de l’Eglise

3 30 crédits

2

1

3

P. AHOUANGBE

TOTAL

6ème Semestre : Mousson 3 ( Février 2014 - Juin 2014) Nb de Vol crédits CM 4 3

COTE

Intitulé de l’UE

LPH 321

Ethique environnementale

LPH 323

Philosophie chrétienne Philosophie africaine contemporaine

5

Philosophie des sciences

LPH 325 LPH 327 LPH 328 LPH 330

Rédaction et soutenance Synthèse Anthropologie des religions TOTAL

166

hor

hebd

TD 1

EP 4

Nom Dr. KOUVON

3

2

5

Pr. TOSSOU

4

3

1

4

Pr. Y. AKAKPO

5

3

2

5

Pr. Y. AKAKPO

8 4 30 crédits

Enseignant

8 3

1

4

Dr. GATTERRE


Répartition du volume horaire Licence Sciences Educ Mention : Sciences de l’Education Spécialité : Généraliste Responsable du parcours : BAOUTOU A. B. Bahama, Maître assistant 5ème Semestre : Harmattan 3 (Octobre 2013 – Février 2014) COTE

Intitulé de l’UE

Nb de crédits Vol

hor

hebd

Enseignant

CM

TD

EP

Nom

EDU 400

Les fondements philosophiques de l’éducation

4

8

40

4

Dr TONYEME

EDU 405

Histoire de l’éducation

3

6

30

3

Dr GNANSA

EDU 410

Psychologie du développement et éducation

4

8

40

4

Pr GBATI

EDU 415

Education population développement

3

6

30

3

Dr BAOUTOU

EDU 420

Education et sociétés

4

8

40

4

EDU 430

Education et cultures

3

6

30

3

LPH 435

Histoire de la philosophie contemporaine

2

4

20

2

Dr KOUVON

STA 400

Statistiques appliquées à l’éducation : notions de base

4

8

40

4

Mme DUYIBOE

EDU 475

Méthodologie de stage

2

4

20

2

Dr OWOUDOU

TOTAL

Pr GBIKPIBENISSAN Mme KOUDOLO

30 crédits

167


6ème Semestre : Mousson 3 (Février 2014 - Juin 2014) COTE

EDU 401 EDU 411 EDU 421

Intitulé de l’UE

Les philosophes d’éducation Psychologie de l’apprentissage Dynamique sociale de l’éducation

Nb de crédits Vol

hor

hebd

Enseignant

CM

TD

EP

Nom

3

2

1

3

Dr TONYEME

3

2

1

3

Pr GBATI

3

2

1

3

Pr GBIKPIBENISSAN

EDU 440

L’acte pédagogique

3

2

1

3

Dr GNANSA

EDU 450

Administration scolaire

3

2

1

3

Dr BAOUTOU

EDU 455

Education religieuse

3

2

1

3

Dr OWOUDOU

EDU 460

Economie de l’Education

3

2

1

3

Dr M’GBOOUNA

EDU 465

Théories de la planification de l’éducation

3

2

1

3

Dr KPEGLO

EDU 470

Stage

3

2

1

3

STA 401

Statistiques appliquées : notions pratiques

3

2

1

3

TOTAL

168

30 crédits

Mme DUYIBOE


Distribution des volumes horaires en Master philo SHS Mention : Philosophie Spécialité : Philosophie du développement Responsable du parcours : Yaovi AKAKPO, Professeur titulaire er

1 Semestre : Harmattan 1 (Octobre 2013 – Février 2014) COTE

PHI 400 PHI 401 PHI 402 PHI 403

Nb de Vol crédits CM

Intitulé de l’UE Elaboration de projet de recherche en philosophie Philosophie de la nature Philosophie de la technoscience Bioéthique

ANG 400

Philosophie de l’intelligence artificielle Anthropologie et diversité culturelle Raison et dialogue interreligieux Anglais de spécialité philo

FPU 400

Init. Pédagogie universitaire

PHI 404 PHI 405 PHI 406

TOTAL

hor

hebd

Enseignant

TD

EP

Nom

5

2

3

5

Pr Y. AKAKPO

3

2

1

3

Dr KUAKUVI

4

3

1

4

Pr Y. AKAKPO

4

3

1

4

Pr DIKENOU

4

3

1

4

Dr AKUE

2

1

1

2

Mme KOUDOLO

4

2

2

4

Dr KOUVON

2

1

1

2

Dr PEWISSI

2 30 crédits

1

1

2

M. ADANI

2ème Semestre : Mousson 1 (Mars 2014 - Juillet 2014) Nb de Vol hor crédits CM TD

COTE

Intitulé de l’UE

PHI 407

Méthodologie : Pratique de la recherche en philosophie

5

3

2

5

PHI 408

Problématique du lien social 1

4

3

2

5

PHI 409

Rationalité technologique

4

3

2

5

PHI 410

Philosophie du développement

4

4

1

5

Dr KUAKUVI

PHI 411

Productivisme et écologie

4

2

2

4

Dr KUAKUVI

3

2

1

3

3

2

1

3

PHI 412 PHI 413

Syndicalisme et politique contemporaine en Afrique Anthropologie du changement

hebd EP

Enseignant Nom Pr Y. AKAKPO Dr O. BROOHM Pr Y. AKAKPO

Dr ASSIMAKPATCHA Dr DJONOUKOU

FPU 401

Didactique de la philosophie

2

1

1

2

M. ADANI

INF 400

Informatique

2

1

1

2

Dr H. QUADJOVIE

TOTAL

30 crédits

169


3ème Semestre : Harmattan 2 (Octobre 2013 – Février 2014) Nb de Vol hor crédits CM TD

COTE

Intitulé de l’UE

PHI 414

Identité et différence

3

3

2

3

PHI 415

Civilisation et développement

3

3

2

3

PHI 416

Ethique dans les sciences & technologies

5

3

2

5

PHI 417

Problématique du lien social 2

5

3

2

5

4

3

2

4

Pr Y. AKAKPO

5

3

2

5

Pr Y. AKAKPO

5

1

4

5

Dr KOUVON

PHI 418 PHI 419

Questions de technologies alternatives Epistémologie des sciences sociales

FPU 402 Stage d’enseignement

heb EP

Enseignant Nom Pr GOEH-AKUE Pr K. NUBUKPO Pr C. DIKENOU Pr O. BROOHM

30 TOTAL crédits

4ème Semestre : Mousson 2 (Mars – Juillet 2014) ext. 30 Septembre Nb de crédits Vol hor CM TD

COTE

Intitulé de l’UE

PHI 420

Méthod. : Rédaction du Mémoire

5

PHI 421

Soutenance de Mémoire

25

TOTAL

170

30 crédits

3

2

hebd

Enseignant

EP

Nom

5

Pr Y. AKAKPO

25


Répartition du volume horaire Master professionnel Mention : Sciences de l’éducation Spécialité : Conception, gestion et évaluation des projets éducatifs Responsable du parcours : Y. Koffiwaï GBATI, Professeur titulaire er

1 Semestre : Harmattan 1 (Octobre 2013 – Février 2014) COTE

MEDU 500 MEDU 510 MEDU 515 MEDU 520 MEDU 525

MEDU 530

Nb de Vol crédits CM

Intitulé de l’UE Conception des projets éducatifs Projets éducatifs et développement social Développement du curriculum Analyse des systèmes éducatifs Microplanification de l’éducation Elaboration des problématiques et collecte des données en éducation

MEDU 535 Ethique en éducation Démographie et éducation Contexte socioculturel du MEDU 555 développement MEDU 540

ANG 500

Anglais de spécialité TOTAL

hor

hebd

Enseignant

TD

EP

Nom

4

3

1

4

Dr KPEGLO

3

2

1

3

Dr BAOUTOU/ Dr KPEGLO

3

2

1

3

Dr NUAKEY

3

2

1

3

Dr AKAKPONUMADO

3

2

1

3

Dr KPEGLO

4

3

1

4

Pr GBATI

2

1

1

2

Dr GNANSA

2

1

1

2

Dr KPEGLO/ Dr KUDAYAH

3

2

2

3

Dr TONYEME

2

2

1

2

Dr ESSIZEWA

30 crédits

171


2ème Semestre : Mousson 1 (Mars 2014 - Juillet 2014) COTE MEDU 501

MEDU 502 MEDU 505 MEDU 516 MEDU 521 MEDU 531 MEDU 580 MGT 500

STA 500

Nb de Vol crédits CM

Intitulé de l’UE Planification et Management (ou gestion) des projets éducatifs Financement des projets éducatifs Analyse des politiques éducatives Implantation du curriculum Comparaison des systèmes éducatifs Méthode d’analyse des données en éducation Education non formelle Gestion des Ressources Humaines dans les institutions éducatives Traitement informatisé des données d’éducation TOTAL

hor

hebd

Enseignant

TD

EP

Nom

5

4

1

5

Dr KPEGLO

3

2

1

3

Dr M’GBOOUNA

4

3

1

4

Pr GBIKPI

3

2

1

3

Dr NUAKEY

3

2

1

3

Dr AKAKPONUMADO

4

3

1

4

Pr GBATI

2

1

1

2

Dr AKAKPONUMADO

3

2

1

3

Dr KPEGLO/ Dr KUDAYAH

3

2

1

3

Dr BANINGANTI

30 crédits

3ème Semestre : Harmattan 2 (Octobre 2013 – Février 2014) Nb de crédits

COTE

Intitulé de l’UE

MEDU 600

Evaluation en éducation

3

MEDU 605

Evaluation des politiques éducatives

MEDU 610

Evaluation du curriculum

MEDU 615 MEDU 620 MEDU 625 MEDU 630 MEDU 635 MEDU 640

172

Evaluation des projets éducatifs Les innovations des budgets en éducation Elaboration des budgets en éducation Analyse des dispositifs d’évaluation en éducation Méthodologie du mémoire de Master professionnel Séminaires : mises en œuvre des outils de management des projets éducatifs TOTAL

Vol

hor

hebd

CM

TD

EP

2

1

3

Pr GBATI

3

2

1

3

Pr GBIKPIBENISSAN

3

2

1

3

Dr NUAKEY

4

2

2

4

Dr KPEGLO

2

1

1

2

Dr BAOUTOU

3

2

1

3

Dr KUDAYAH

3

2

1

3

3

2

1

3

6

2

4

6

30 cr

Enseignant Nom

Dr AKAKPONUMADO Dr AKAKPONUMADO Dr NUAKEY Pr GBATI Dr KPEGLO


4ème Semestre : Mousson 2 (Mars – Juillet 2014) ext. 30 Septembre COTE

Nb de crédits Vol hor CM TD

Intitulé de l’UE

MEDU 645

Stage + rapport (3 mois)

15

MEDU 650

Rédaction et soutenance d’un mémoire de Master Professionnel

15

TOTAL

-

15

hebd

Enseignant

EP

Nom Dr AKAKPO-N. Dr KPEGLO Dr NUAKEY Pr GBATI

15

30 crédits

173


Liste des professeurs de l’ISPSH (2013 – 2014) ADANI Ifè Université de Lomé Tél : 22 21 57 76 AHOUANGBE Aurélien Institut Supérieur de Philosophie et de Sciences Humaines Tél : 99 43 41 05 AKAKPO Yaovi Fabien, Professeur titulaire Université de Lomé Tél : 90 84 67 72 / 22 26 42 06 AKAKPO-NUMADO Séna Y. Cyriaque, Maître assistant Institut National de Sciences de l’Education Tél : 99 49 44 81 AKUE ADOTEVI Hermann, Maître Assistant Université de Lomé Tél : 90 12 62 16 ASSIMA-KPATCHA Essoham, Maître assistant Université de Lomé Tél : 90 36 44 61 ASSIVON Afiyo Louise J. Tél : 91 39 78 96 ATCHRIMI, Prof. Assistant Université de Lomé Tél : 92 48 30 01 BADAGBOR Michel Diocèse de Lomé Tél : 91 19 47 51 BANINGANTI Kokou, Maître Assistant Université de Lomé Tél : 90 34 50 43 / 23 20 83 71

174


BAOUTOU A. B. Bahama, Maître Assistant Institut National de Sciences de l’Education Tél : 90 05 43 29 / 22 43 43 90 BAWA Ibn Habib, Assistant Institut National de Sciences de l’Education Tél : 90 07 41 39 BOBI Ayao Université de Lomé Tél : 90 20 32 57 BROOHM Nicoué Octave, Maître de Conférences Université de Lomé Tél : 90 96 74 44 / 22 20 91 87 DIKENOU K. Christophe, Professeur titulaire Université de Lomé Membre du Comité International de Bioéthique de l’UNESCO Tél : 90 08 19 33 / 22 22 14 33 DJONOUKOU Kossi Tata, Maître Assistant Université de Lomé Tél : 90 02 13 30 / 22 50 52 48 DOSSAVI Amah Bona Université de Lomé Tél : 91 39 49 45 DUYIBOE Abravi Université de Lomé Tél : 92 69 52 09 ESSIZEWA, Maître de conférences Université de Lomé Tél : 91 81 99 18 EZOUAH Léon Koffi, Doctorant Institut Supérieur de Philosophie et Sciences humaines Tél : 99 31 10 65 FOLIKOUE E. Roger, Maître assistant Université de Lomé Tél : 91 88 77 31 / 22 36 20 27

175


GBATI Yanakou Koffiwaï Sylvestre, Professeur titulaire Institut National de Sciences de l’Education Tél : 90 08 72 30 / 22 34 25 16 GBIKPI-BENISSAN Datè Fodio François, Professeur titulaire Institut National de Sciences de l’Education Tél : 90 04 01 88 GNANSA Gnagliga Jean Magloire, Assistant Institut National de Sciences de l’Education (UL) Tél : 90 72 55 35 / 26 61 64 72 / 99 64 85 58 GOEH-AKUE N’bueke Adovi, Professeur Titulaire Université de Lomé Tél : 90 09 78 74 / 22 25 02 91 JIODIO Marius, Doctorant Institut Supérieur de Philosophie et de Sciences Humaines Tél : 92 65 72 74 KOUVON Komi, Maître Assistant Université de Lomé Tél : 90 92 54 82 / 22 40 67 66 KPEGLO Mayi-Mava Marcellin, Assistant 3è cycle, ENAP Economiste planificateur de l’Education Tél : 90 04 02 97 / 22 50 53 63 KPOFFON Kodzo, Assistant Université de Lomé Tél : 90 78 01 89 / 22 36 37 71 KUAKUVI Kuamvi Mawulé Marcel Magloire, Maître Assistant Universités de Lomé - Kara Tél : 90 16 94 85 / 22 26 92 30 / 99 56 51 17 e

KUDAYAH Akoly Philippe, 3 cycle Economiste de l’éducation et gestionnaire de la formation Université de Lomé Tél : 90 04 30 14

176


KOUDOAGBO Bertin Kisito Tél : 90 89 79 58 LOWA Ekilou T. Université de Lomé Tél : 90 01 50 83 M’GBOOUNA Koudjoulma Rigobert, Maître Assistant Université de Lomé Tél : 90 04 26 02 / 22 22 50 83 MOLLEY L.K.M. Anatole Université de Lomé Tél : 90 36 36 16 NAPAKOU Bantchin, Maître Assistant Université de Lomé Tél : 90 31 14 41 NUAKEY Yao, Maître Assistant Institut National de Sciences de l’Education Tél : 90 12 70 10 / 22 25 07 00 NUBUKPO Komla Messan, Professeur Titulaire Université de Lomé Tél : 90 25 70 00 / 22 26 91 51 / 99 47 14 14 NOUSSOUGLO Cyriaque Université de Lomé Tél : 90 97 44 64 OWOUDOU Alphonse, Assistant ISPSH Don Bosco Lomé & Tangaza College, Nairobi Tél : 92 16 86 98 / 99 44 31 72 PEWISSI Ataféï, Maître de Conférences Université de Lomé Tél : 90 28 48 91 / 91 30 52 31 QUADJOVIE Horacio Université de Lomé Tél : 90 10 66 88

177


QUASHIE Adjo Maryse, Maître de Conférences Institut National de Sciences de l’Education Tél : 90 01 48 40 / 22 36 20 26 RAMAMIARIVONY Faly, Doctorant ScEduc Université de Lomé (INSE) Tél : 91 29 18 88 ROUBAILO-KOUDOLO Svetlana, Maître de conférences Université de Lomé (FLESH) Tél : 90 96 95 36 / 22 21 98 02 SETODJI José Institut Supérieur de Philosophie et de Sciences Humaines Tél : 99 45 07 65 / 22 41 43 37 TCHASSI Adjendime Jeanne, Educatrice spécialisée, DESS Ecole Nationale de Formation Sociale Tél : 90 05 64 54 / 22 25 02 07 / 22 34 23 62 TITRIKOU, Maître de conférences Université de Lomé Tél : 90 14 33 30 TONYEME Théophile, Assistant Université de Lomé Tél : 90 14 22 68 / 23 36 60 02 TOSSOU Raphaël Archidiocèse de Lomé Tél : 90 01 27 98

Professeurs visiteurs Pr LLACUNA Morera Pr KOUAM Michel Pr NAKOULIMA Pr SAVADOGO Mahamadé Rd Dr CHISHUGI Apollinaire Rd Dr SANOU Rd Dr GATTERRE Francis

178

Université de Barcelone UCAC Yaoundé Université de Ouagadougou Université de Ouagadougou Missionnaire d’Afrique. RDC Grand Séminaire de Ouagadougou Don Bosco Nice


« MOSAÏQUE » : Une revue scientifique La revue MOSAÏQUE publie exclusivement des articles et travaux collectifs (actes de colloque, travaux sous direction, dossiers) de philosophie, littérature et Sciences Humaines. Les critères majeurs de sélection des articles et travaux divers demeurent leur scientificité et leur contribution à éclairer les problèmes africains. Le champ privilégié des articles et travaux est en priorité les questions africaines, avec un accent pédagogique. La revue MOSAÏQUE publie un numéro par an. Un numéro annuel peut être constitué d’un ou plusieurs volumes. La revue étant un organe de publication scientifique de l’Institut Supérieur de Philosophie et des Sciences Humaines Don Bosco, elle est sous la responsabilité administrative et éditoriale dudit Institut. Il découle de ceci que l’éditeur (Institut) désigne un directeur de publication de la Revue. Etant une revue scientifique, sa crédibilité aux yeux des instances académiques exige que les articles soient de grande qualité d’investigation. Il est attribué à la revue « Mosaïque » un numéro ISSN. Le secrétariat de la revue sous l’autorité du directeur de publication est chargé de l’organisation matérielle de la vie de la revue : appel à communication, enregistrement des articles et autres travaux, envoi des articles et travaux à des référées, correspondance avec les auteurs, supervision de la mise en page et de la distribution. Le secrétariat est organisé par un universitaire habitué à l’édition. Le comité de lecture composé essentiellement d’universitaires et de chercheurs qualifiés, est une équipe pluridisciplinaire et universitaire.

« ITINERAIRE » : La Revue des étudiants Revue des étudiants de l’Institut Supérieur de Philosophie et des Sciences Humaines. La revue « Itinéraire » reste sous la direction du Directeur de l’Institut. Elle est propriété de l’Institut Don Bosco. Encadré par un conseiller de rédaction, le comité de rédaction sera entièrement formé d’étudiants de l’Institut. La périodicité sera d’un numéro par semestre. De préférence, « Itinéraire » sera diffusé en version numérique, et archivé dans la base de données du fonds documentaire de l’Institut.

179


Règlement intérieur de l’institut Article 1 : L’Institut Don Bosco est un centre confessionnel d’études supérieures. Il est propriété des religieux salésiens. Il est de ce fait apolitique et n’admet pas de regroupements syndicaux. Article 2 : L’institut est ouvert à tout étudiant des deux sexes qui, ayant au moins son BAC II, veut poursuivre ses études universitaires dans les domaines de la philosophie et des sciences de l’éducation. Article 3 : Pour favoriser l’ambiance du travail sérieux, chaque étudiant, régulièrement inscrit à l’Institut Don Bosco, est tenu de respecter le règlement intérieur qui suit : Article 4 : Les cours débutent à 7h45 le lundi ou le premier jour de classe (par le rassemblement général au mot du matin) et les autres jours à 8h00 et se terminent à 13h10 de lundi à vendredi. Aucun étudiant ne peut sortir de l’Institut dans cet intervalle de temps sans l’autorisation écrite du Directeur ou du chargé de discipline. A cet effet, une fiche de permission sera retirée par l’Etudiant au secrétariat. Article 5 : Les retards et les absences ne sont pas tolérés, de même qu’il n’est pas permis aux étudiants de traîner dans les couloirs aux heures des cours. Article 6 : En l’absence du professeur, les étudiants s’occupent dans leur salle de cours ou dans la salle de lecture, de façon courtoise et responsable. Article 7 : Il est conseillé aux étudiants de rester dans l’enceinte de l’établissement pendant la récréation. Article 8 : Tous les étudiants sont tenus d’être présents à tous les cours, sauf accord préalable de la Direction. Article 9 : Il est strictement interdit de bavarder ou de rire aux éclats dans les couloirs ou dans le parloir durant les heures de cours. Article 10 : en cas de maladie, le délégué Préfet de discipline.

de classe informera le

Article 11 : Les problèmes survenus en classe seront réglés par le délégué de classe. Si nécessaire, il fera appel au Doyen des étudiants

180


de l’Institut. Celui-ci, avec l’aide de son conseil, jugera de la nécessité d’informer le Préfet de discipline. Article 12 : Il est strictement interdit de manger dans les salles de classe pendant ou en dehors des heures de cours. Article 13 : Les rapports avec les professeurs et les responsables de l’Institut seront simples, courtois et respectueux. Article 14 : Aucune forme de tricherie ou de plagiat ne sera admise lors d’un contrôle, d’un examen ou dans le cadre de la rédaction de synthèse ou du rapport de stage. Le conseil de discipline, le cas échéant, saisi à la lumière du procès verbal, examinera les faits et prendra les mesures disciplinaires qu’il jugera opportunes (cf. compétences du Conseil de discipline). Article 15 : Un Etudiant absent durant trois séances de cours dans une UE (Unité d’Enseignement) ne sera pas autorisé aux différentes évaluations relatives à cette UE. Article 16 : Les Etudiants en Master sont soumis au même règlement intérieur que ceux du cycle Licence. Article 17 : Pendant la durée d’un examen, l’étudiant restera en salle d’examens jusqu’à la restitution de son travail. Il n’en sortira pas sans l’avis du surveillant. Article 18 : Le vol, les querelles, toute forme de violence et le manque de respect flagrant aux professeurs et aux dirigeants de l’Institut, seront pris en compte par le Préfet de discipline qui jugera de la gravité de la situation et de l’opportunité de saisir le Conseil de discipline. Article 19 : La célébration des anniversaires et autres occasions festives se fera en dehors des heures de cours. Article 20 : Les attitudes, les remarques et les paroles intempestives d’un étudiant ne sont pas tolérées durant le déroulement du cours. En outre, le respect du professeur et le savoir-vivre seront des principes de rigueur. Article 21 : En dehors des épreuves de contrôle continu (DST, TD…), les copies des examens semestriels ne seront pas consultables (Elles appartiennent à la juridiction du jury de délibération).

181


Article 22 : L’utilisation des téléphones portables durant les cours et durant les examens est formellement interdite. Les tentatives de navigation internet pendant les cours peuvent provoquer le fermeture du crédit journalier par le serveur. Article 23 : Pour tout manquement à ce règlement, l’étudiant s’expose à des sanctions allant du simple avertissement à l’exclusion temporaire ou définitive. Il appartient au Conseil de discipline de décider des mesures à préconiser et à appliquer. Règlement de la bibliothèque 1°) Remarques générales La bibliothèque est ouverte tous les jours du lundi au vendredi de 7 h 30 à 12h30 et le samedi de 8h30 à 11h30. - Vous êtes invités à déposer mallette ou sac à la place qui vous sera indiquée. - Il est interdit de parler bruyamment, de boire ou de manger dans la bibliothèque. - Vous êtes priés de ne pas porter sur les livres, marque, trait ou inscription. - Tout lecteur sortant doit faire vérifier de bonne grâce tout ce qu’il emporte. - Tout document perdu ou détérioré doit être remboursé. - La recherche documentaire se fait à partir d’un fichier informatisé (logiciel : WINISIS de L’UNESCO). Une migration progressive vers PMB sera effective pendant l’année académique 2013-2014. 2°) Consultation sur place : Tout étudiant de Licence 1 doit déposer un carnet à la bibliothèque. Les livres en réserve, les thèses, les synthèses, les ouvrages de référence et les journaux ou revues sont uniquement consultés sur place. L’emprunt occasionnel se fait sur permission du Directeur et du bibliothécaire. 3°) Le Prêt à domicile : La durée du prêt est fixée à 15 jours au maximum. Il est possible de demander le renouvellement d’un emprunt. Tout retard dans la restitution d’un ouvrage entraîne la suspension temporaire du compte de l’étudiant, et une amende de 1000FCFA, par jour de retard. Tous les livres empruntés seront rendus avant l’échéance des examens semestriels, à la date fixée dans le calendrier académique.

182


4°) Informations diverses : Une demande d’achat peut être adressée à l’administration par le biais du chef de parcours ou de l’enseignant chargé du cours concerné. 5°) Une machine à photocopier (à 15 FCFA la page) permet de copier quelques pages de livres et documents désirés à l’intérieur de l’Institut. S’adresser à la conciergerie, de préférence en dehors des heures de cours. 6°) Pour les étudiants d’autres universités et grandes écoles, il faudrait : - 1 carte de bibliothèque. - 2.000 FCFA d’abonnement annuel. - Une photocopie de la carte d’identité nationale ou scolaire. NB: Pour les utilisateurs externes, la consultation des ouvrages se fera sur place.

183


Récapitulatif des leçons inaugurales (2003-2013)

2003-2004 2004-2005

Pr EBOUSSI Fabien

Pr NUBUKPO Komla Théories littéraires et Postcolonialité Messan

2005-2006

Pr DIBI KOUADIO

2006-2007

Pr NAKOULIMA Pierre

2007-2008

Pr KOUAM Michel

2008-2009

Pr SAVADOGO Mahamadé

2009-2010

2010-2011 2011-2012

Intellectuels, Nationalisme et Idéal Panafricain

La nuit de l’ignorance Religion et environnement La philosophie, un art de vivre Le Renouvellement de la pensée Politique

A quoi servent les études ? Dr QUASHIE Maryse Parcours et paradigmes de formation en Afrique Dr NICOUE Octave Broohm M. KODJO Edem

Le lien social et le défi démocratique en Afrique La formation de tout l’homme pour l’Afrique de demain

2012-2013

Dr OWOUDOU Alphonse

Une ontogénèse des motivations religieuses chez l’adolescent africain

2013-2014

Dr GATTERRE Francis

Une anthroplogie au défi d’une société plurielle

184


Contacts des communautés religieuses Soeurs de Sainte Cathérine

Soeurs NDA (Bè château)

91 26 43 80 22 51 07 74 90 06 88 86 23 36 21 47 22 21 55 24

Soeurs Comboniennes

22 50 58 13

Soeurs de la Sainte Famille

Soeurs salésiennes (FMA)

22 61 31 41 90 09 82 53 22 70 04 88

Soeurs de NDE

23 37 50 02

Filles de la Charité du Sacré-Cœur

95 71 46 88 90 25 61 38 22 61 00 38

Soeurs de Notre Dame de la Trinité

Frères de l’Instruction Chrétienne Frères Missionnaires de la Miséricorde Divine (FMMD)

22 21 11 13 99 46 49 49

Srs. Servantes de Marie Réparatrice

22 50 36 10

Camilliens

23 36 84 74 22 25 91 33 22 25 66 01 22 25 88 36

Comboniens Franciscains SMA (Société des Missions Africaines)

Salésiens de Don Bosco (SDB)

22 27 57 00 22 26 85 94 22 26 21 70 91 81 77 56 22 27 87 08

Carmes Déchaux

98 11 00 11

Soeurs Canossiennes

22 25 35 18

Soeurs Carmélites

22 20 66 34

SVD (Société du Verbe Divin)

185


Calendrier ANNEE ACADEMIQUE 2013-2014

186


2013 SEPTEMBRE DIM

1

LUN

2

MAR

3

MER

4

JEU

5

VEN

6

SAM

7

DIM

8

LUN

9

MAR 10 MER 11 JEU

12

VEN

13

SAM 14 DIM

15

LUN

16

MAR 17 MER 18 JEU

19

VEN

20

Session de perfectionnement en Français et en Méthodologie

SAM 21 DIM

22

LUN

23

MAR 24 MER 25 Assemblée des profs (Emplois du temps, Conseil discipline, Annuaire) JEU

26 Rencontre des Formateurs (Instituts religieux) – à 15h

VEN

27 Assemblée des étudiants [Système LMD – Moodle & Ecolas ISPSH]

SAM 28 DIM

29

LUN

30

Célébration d’ouverture – Conférence inaugurale – 8h30

187


2013 OCTOBRE MAR

1

MER

2

JEU

3

Session de Connaissance de soi (Prénovices de Bobo-Dioulasso ISPSH)

VEN

4

St François d’Assise

SAM

5

DIM

6

LUN

7

MAR

8

MER

9

JEU

10 Fête Daniel Comboni

VEN

11

Début des cours - Session Anthropologie des religions (P Gatterre F.)

Rentrée Master II (ScEduc & Philo)

SAM 12 DIM

13

LUN

14

MAR 15 Fête Carmes Déchaux, OCD (cf. Ste Thérèse d’Avila) MER 16 JEU

17

VEN

18 Fin des inscriptions - Dossiers inscriptions & équivalences (CSP 15h)

SAM 19 DIM

20

LUN

21 Début de campagne élection Doyen(ne)

MAR 22 MER 23 JEU

24

VEN

25 Election Doyen(ne) des étudiants

SAM 26 DIM

27

LUN

28

MAR 29 MER 30 JEU

188

31

Conseil de Direction


2013 NOVEMBRE VEN

1

Toussaint – Férié

SAM

2

Commémoration des défunts

DIM

3

Semaine de Session : « Connaissance de soi » & Test de personnalité

LUN

4

Début des cours en Master I (ScEduc & Philo)

MAR

5

MER

6

Conseil de Direction

JEU

7

Entrevue du Directeur avec les futurs stagiaires (ScEduc). 14h-15h

VEN

8

SAM

9

DIM

10

LUN

11

MAR 12 MER 13 JEU

14

VEN

15

SAM 16 DIM

17

LUN

18

MAR 19 MER 20 JEU

21 Conseil de Direction

VEN

22 Ouverture de la Foire Internationale des Grandes Ecoles à Lomé

SAM 23 DIM

24

LUN

25 Rencontre CIVAM à Yaoundé (Théologat salésien, du 25 au 29)

MAR 26 MER 27 JEU

28

VEN

29

Matinée de formation « Moodle » pour les enseignants (09h-12h)

SAM 30

189


2013 DECEMBRE DIM

1

LUN

2

MAR

3

MER

4

JEU

5

Conseil de Direction

VEN

6

Commémoration mariale – Immaculée Conception

SAM

7

DIM

8

Fête Fondation SMA (Mgr Melchior de Marion Bresillac)

LUN

9

Invité : Prof. Kä Mana à l’ISPSH (conférence-débat sur Paul Ricoeur).

MAR 10 MER 11 JEU

12

VEN

13

SAM 14 DIM

15

LUN

16

MAR 17 MER 18 JEU

19

Conseil de Direction

VEN

20

Congés de Noël – Affichage des examens Harmattan (Janvier 2014)

SAM 21 DIM

22

LUN

23

MAR 24 MER 25 Fête de la Nativité JEU

26

VEN

27

SAM 28 DIM

29

LUN

30

MAR 31

190

Fête Petites Sœurs de la Sainte Famille (Fondateur : Joseph Mascimbeni)


2014 JANVIER MER

1

Jour de l’an

JEU

2

VEN

3

SAM

4

DIM

5

LUN

6

MAR

7

MER

8

JEU

9

VEN

10 Fin des cours Harmattan

Conseil de Direction

Reprise des cours - Vérification Dossiers (inscription, bibliothèque, etc.)

SAM 11 DIM

12

LUN

13

MAR 14 Fête Société du Verbe Divin, SVD (St Arnold Janssen)

MER 15 Examens Harmattan JEU

16

VEN

17

SAM 18 DIM

19

Période intersemestrielle [Jusqu’au Mercredi 5 Février 2014] Retour des notes d’examens MAR 21 Harmattan LUN

20

MER 22 JEU VEN

Jury de délibération Harmattan (Licences & Master) – 15h Rencontre des Formateurs 24 Instituts religieux – 9h 23

Proposition d’un atelier de 30 heures. Trois (3) offres au choix, ouvertes à tous. Minimum 5 inscrits par atelier ; Maximum 15 inscrits.  Montage vidéo  Web design  MAO (Musique Assistée par Ordinateur) des Frais d’inscription : 15.000 FCFA Contacter P. JB Badji : (228) 98 04 77 63

SAM 25 Sœurs de la Providence DIM

26

LUN

27 Semaine culturelle ISPSH

MAR 28 Saint Thomas d’Aquin (Journée de l’étudiant – Gd Séminaire Bx JP II) MER 29 Activités para-académiques (Génie en herbe, musique, sports, etc.) JEU

30 Journée Portes Ouvertes « ISPSH Don Bosco »

VEN

31 Saint Jean Bosco – Fête de l’Institut

191


2014 FEVRIER SAM

1

DIM

2

Présentation du Seigneur – Journée de la vie Consacrée

LUN

3

Conseil scientifique & pédagogique

MAR

4

Assemblée des profs (Emplois du temps & Powerpoint Système préventif)

MER

5

Début des cours de Mousson (Licence & Master) 2014

JEU

6

VEN

7

Entrevue 2 : Direction & Etudiants Master II (stages & mémoires) – 15h

SAM

8

Ste Joséphine Bakhita

DIM

9

LUN

10

MAR 11 ND de Lourdes MER 12 JEU

13 Conseil de Direction

VEN

14 Enseignants ISPSH : « Le Système préventif de Don Bosco » - 9h – 12h

SAM 15 DIM

16

LUN

17

MAR 18 MER 19 JEU

20

VEN

21

SAM 22 DIM

23

LUN

24

MAR 25 MER 26 JEU

27 Conseil de Direction

VEN

28

192


2014 MARS SAM

1

DIM

2

LUN

3

MAR

4

MER

5

JEU

6

VEN

7

SAM

8

DIM

9

LUN

10

Mercredi des Cendres – Début du temps de Carême

Conseil des étudiants

MAR 11 MER 12 JEU

13 Conseil de Direction

VEN

14

SAM 15 DIM

16

LUN

17

MAR 18 MER 19 St Joseph, époux de la BV Marie JEU

20

VEN

21

SAM 22 DIM

23

LUN

24

MAR 25 Annonciation du Seigneur MER 26 JEU

27 Conseil de Direction

VEN

28

SAM 29 DIM

30

LUN

31

193


2014 AVRIL MAR

1

MER

2

JEU

3

VEN

4

SAM

5

DIM

6

LUN

7

MAR

8

MER

9

JEU

10 Conseil de Direction

VEN

11 Fin des cours - Congés de Pâques (Reprise le 28/04)

St Jean-Baptiste de la Salle

SAM 12 DIM

13 Dimanche des Rameaux et Passion du Seigneur

LUN

14

MAR 15 MER 16 JEU

17 Jeudi Saint

VEN

18 Vendredi Saint

SAM 19 Samedi Saint DIM

20 Solennité de Pâques – Résurrection de Notre Seigneur

LUN

21

MAR 22 MER 23 JEU

24

VEN

25

SAM 26 DIM

27 Commémoration de l’Indépendance du Togo – Miséricorde divine

LUN

28 Reprise des cours – Mousson (Semestres 2, 4 et 6 + Master)

MAR 29 Conseil de Direction MER 30

194


2014 MAI JEU

1

VEN

2

SAM

3

DIM

4

LUN

5

MAR

6

MER

7

JEU

8

VEN

9

Fête du Travail – Férié – Notre-Dame de l’inculturation

Session de « Connaissance de soi & intelligences multiples » (Yaoundé)

SAM 10 DIM

11

LUN

12

MAR 13 ND de Fatima - Sainte Marie-Dominique Mazzarello (FMA) MER 14 JEU

15 Conseil de Direction

VEN

16 Fin des cours (sauf Licence ScEduc) – Fin des emprunts de livres L1-L3

SAM 17 DIM

18

LUN

19 Vérification Dossiers (carte ID, 2ème tranche, bibliothèque, présences, etc.)

MAR 20 MER 21 JEU

22 Fête des Sœurs Carmélites de la Charité (Ste Joaquina de Vedruna)

VEN

23 Licence III : Dépôt des travaux de fin de cycle (rapports & synthèses)

SAM 24 DIM

25

LUN

26

MAR 27

Examens MER 28 Semestres 2, 4, et 6 de Licence & Master 1 JEU 29 VEN

Curatorium (Rencontre des Provinciaux Salésiens) à Gbodjomé.

Fête de l’Ascension

30

SAM 31 Visitation de la BV Marie

195


2014 JUIN DIM

1

LUN

2

MAR

3

MER

4

JEU

5

VEN

6

SAM

7

DIM

8

LUN

9

Retour des notes des examens de Mousson

Présentation des rapports de Synthèse (philo) et de Stage (scEduc)

Fête de la Pentecôte

MAR 10 Journée de délibérations (8h – 17h) MER 11 Assemblée des profs (15h) JEU

12 Conseil de Direction

VEN

13 Sortie des étudiants

SAM 14 DIM

15

LUN

16

MAR 17 Clôture de l’année académique – Remise des attestations MER 18 Conseil Scientifique et pédagogique JEU

19 Rencontre avec les Formateurs et supérieurs religieux

VEN

20 Conseil de Direction

SAM 21 DIM

22

LUN

23

MAR 24 MER 25 JEU

26

VEN

27

SAM 28 DIM

29

LUN

30

196

Journées de travail (CSP, chefs de parcours et enseignants) pour la révision des offres de formation de l’ISPSH.


2014 JUILLET MAR

1

MER

2

JEU

3

VEN

4

SAM

5

DIM

6

LUN

7

MAR

8

MER

9

JEU

10

VEN

11 Délibérations Second Cycle (Master)

SAM 12 DIM

13

LUN

14 Fête des Camilliens (St Camille)

MAR 15 MER 16 JEU

17

VEN

18 Fermeture du secrétariat (jusqu’au Lundi 18 Août 2013)

SAM 19 DIM

20

LUN

21

MAR 22 MER 23 JEU

24

VEN

25

SAM 26 DIM

27

LUN

28

MAR 29 MER 30 JEU

31

Fête Compagnie de Jésus (St Ignace de Loyola)

197


Table des matières Présentation .......................................................................................... 3 Où sommes-nous ? .............................................................................. 6 Administration de l’ISPSH Don Bosco .................................................. 7 Quelques dates importantes de cette année académique ................... 8 ISPSH : Institution Salésienne d’Enseignement Supérieur .................. 9 Objectifs du processus des IUS ......................................................... 10 Reconnaissance par le C.A.M.E.S. .................................................... 11 Visée du programme ......................................................................... 12 Objectifs de l’ISPSH ........................................................................... 13 Compétences des membres de l’administration élargie..................... 13 Le Curatorium ..................................................................................... 13 Le Conseil de direction ....................................................................... 14 Le Directeur académique.................................................................... 14 Le Préfet des Etudes et chargé de discipline ..................................... 15 L’Econome administrateur .................................................................. 16 Le Conseil Scientifique et Pédagogique ............................................. 16 Les Chefs de parcours........................................................................ 17 Le Conseil de discipline ...................................................................... 17 Le Directeur de la rédaction de « Mosaïque ».................................... 18 Le Bibliothécaire documentaliste ........................................................ 18 La Secrétaire ...................................................................................... 19 Conditions d’admission annuelle à l’ISPSH........................................ 20 Architecture générale des offres de formation à l’ISPSH ................... 21 Volume horaire ................................................................................... 22 Codes de référence ............................................................................ 22 Notation............................................................................................... 23 Sur le suivi des activités de recherche à l’ISPSH ............................... 25 Critères de sélection des candidats au grade de Master ................... 27 Semestres 1 & 2 (Tronc Commun) ..................................................... 29 Cours de langue intens(ifs) pour les non-francophones ..................... 30 Semestres 3 & 4 (Tronc Commun) ..................................................... 55 Semestres 5 & 6 (Licence Philo) ........................................................ 77

198


Semestres 5 & 6 (Licence ScEduc) .................................................... 89 Semestres 1 à 4 (Master ScEduc) .................................................... 117 Semestres 1 à 4 (Master Philo) ........................................................ 148 Répartition du volume horaire Licence Philo .................................... 166 Répartition du volume horaire Licence Sciences Educ .................... 167 Distribution des volumes horaires en Master philo SHS .................. 169 Répartition du volume horaire Master professionnel ........................ 171 Liste des professeurs de l’ISPSH (2013 – 2014) ............................. 174 Professeurs visiteurs ........................................................................ 178 « MOSAÏQUE » : Une revue scientifique.......................................... 179 « ITINERAIRE » : La Revue des étudiants....................................... 179 Règlement intérieur de l’Institut ....................................................... 180 Règlement de la bibliothèque ........................................................... 182 Récapitulatif des leçons inaugurales (2003-2013) .......................... 184 Contacts des communautés religieuses ........................................... 185 Calendrier ......................................................................................... 186 Table des matières ........................................................................... 198

199


Annuaire ISPSH Don Bosco 2013 2014