Page 1


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Table des matières

Introduction au diagnostic du plan paysage............................

4 Axe 5 : Définir des palettes végétales de référence

Les mots clés et les étapes du Plan Paysage.............................

5

I - Du territoire aux paysages niçois.........................................

6

A- Une approche globale des paysages de la Côte d’Azur B- Les entités paysagères C- Les fronts d’urbanisation et les dynamiques paysagères D- Mémoire et avenir de la capitale de la Côte d’Azur, les éléments identitaires des paysages niçois

Axe 7 : Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers

10 12

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics................................................................................... . . . . . . . . . .

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages nicois............

20

Axe 1 : Les entrées de ville Les enjeux et les pistes d’action Axe 2 : Valoriser les points de vue, les belvédères et les panoramas Les enjeux et les pistes d’action Axe 3 : Favoriser les promenades, les parcours de découvertes thématiques Les enjeux et les pistes d’action

22 26 27 31 32 36

Les enjeux et les pistes d’action

Les enjeux et les pistes d’action

Les enjeux et les pistes d’action

19

Axe 4 : Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme

Axe 6 : Créer de nouveaux parcs et jardins

7 8

II - Réflexion et présentation des thèmes identitaires du paysage niçois..........................................................................................

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal

Les enjeux et les pistes d’action

37 39 47

48 52 53 60 61 68

Axe 8 : Rechercher la sensorialité et le bien-être dans les espaces publics Les enjeux et les pistes d’action Axe 9 : Composer avec l’eau et les fontaines Les enjeux et les pistes d’action Axe 10 : Intégrer l’art et l’événement dans la ville Les enjeux et les pistes d’action Axe 11 : La lumière et l’ombre, rythmes, mise en scène et gestion Les enjeux et les pistes d’action Axe 12 : Définir et implanter le mobilier et la signalétique Les enjeux et les pistes d’action

69 71 72 73 74 75 76 77 78 79 81

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri- urbains.......................................................................... . . . . . . . . . . .

82

Axe 13 : Maîtriser les relations entre le paysage et la gestion des risques naturels et urbains Les enjeux et les pistes d’action Axe 14 : Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains Les enjeux et les pistes d’action

84 90 91 102

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

2


aysage

PPaysage lan

Diagnostic

III - De l’identité à la diversité des paysages niçois, une approche des entités paysagères................................... 1-La plaine du Var............................................................. ............ Les Atouts Les Faiblesses Les Dynamiques Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Les Enjeux et les pistes d’action

105 106 110 111 112 113 114

4- La vallée du Paillon................................................................ . . . . . . . . Les Atouts Les Faiblesses Les Dynamiques Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Les Enjeux et les pistes d’action

5- La plaine de Nice.................................................................... . . . . . . . . 2- Les collines et vallons............................................................... Les Atouts Les Faiblesses Les Dynamiques Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Les Enjeux et les pistes d’action

118 122 123 124 126 127

Les Atouts Les Faiblesses Les Dynamiques Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Les Enjeux et les pistes d’action

6- Le rivage, la Baie des Anges................................................... . . . . . . . . 3- Les monts. . ............................................................................... Les Atouts Les Faiblesses Les Dynamiques Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Les Enjeux et les pistes d’action

133 137 138 139 140 141

Les Atouts Les Faiblesses Les Dynamiques Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Les Enjeux et les pistes d’action

145 149 151 153 154 155 159 163 165 167 168 169 172 176 178 180 181 182

IV - Conclusion............................................................................. 186

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

3


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Introduction au diagnostic du plan paysage

Ce diagnostic se construit en trois grandes parties : • La première concerne les paysages naturels ou bâtis majeurs de la ville, c’est-à-dire les espaces emblématiques de la ville qui fondent son caractère et son identité. L’enjeu paysager sur ces espaces consiste à appréhender leur devenir dans le court / moyen terme. • La deuxième se base sur les thèmes identitaires, c’est-à-dire des éléments naturels ou construits qui structurent l’ensemble du territoire et qui sont déclinés en fonction des espaces dans lesquels ils se situent. Ces thèmes identitaires permettent de saisir, à l’échelle de la commune, les enjeux divers en actions. Ces enjeux globaux traités avec le Comité Technique permettent d’avoir une vision claire et globale sur les échelles d’interventions pour gérer le paysage niçois de manière homogène et concertée.

• La troisième se développe sur les enjeux mis en évidences dans les thèmes identitaires à l’échelle des entités paysagères. Chaque enjeu se décline en fonction de la spécificité des sites et des paysages afin de pérenniser le caractère et le « génie du lieu ». Cette partie doit mettre en évidence les orientations d’évolution sur chaque entité paysagère en fonction de ses dynamiques de développement et des projets urbains en cours, inscrits ou à venir.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

4


aysage

PPaysage lan

���

������ Les Mots-clés du Plan Paysage

������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������

���������

����������������������

���������������������������������������������������������������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������

��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� �������� ���� ������������ ��� ������� ��� ���� ��������� ������������� ��� ���������������� �������� ��� ������� �������� ��������� ����������� ���������

������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������ ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������� �������������� �����������������������������������������������

Diagnostic

���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������

���������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������� ���� ���������� �������������� ���� ���� ��������� �������������������������������������������������������������������������������������������� ��������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������������� ����������������� �������������������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������ � ��������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������������������������������

������������������������������������������������ ������������������������������������������� �� �� ����� ��� �������� �� ��������� ��� ���������� ������������������������������������������������� ������������������������������������������������ ����������������������������������������������� ��������������������������������������������� ��� ��� ������� ������ ���� �������������� ����� ��������������������������������������������� ������������������������������

������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������

������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ���������� ���������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������ ���� ������� ����� ���� ��������� ����������� ����� ��� ������������� ������ ������� ���������� ���� ���� ����������� ��� ����������� ���� ������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ��������������������� �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ���������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������

Les étapes du Plan Paysage

��������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������� �������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������� ����������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������

Phase 1 : Etat des lieux Phase2 : Diagnostic, phase en cours Phase 3 : Plan d’action 3a - Orientations et définitions des actions

�������������������

3b - Transmission des orientations aux Directions du Territoire et corrélation avec le PLU

������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������

3c - Communication et sensibilisation des enjeux paysagers au grand public

����������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������ ���������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� �������� ���� ������������ ��� ������� ��� ���� ��������� ������������� ��� ���������������� �������� ��� ������� �������� ��������� ����������� ��������� Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

5


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

I- Du territoire aux paysages niçois

A- Une approche globale des paysages de la Côte d’Azur B- Les entités paysagères C- Dynamiques paysagères et fronts d’urbanisation D- Mémoire et avenir de la capitale de la Côte d’Azur

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

6


aysage

PPaysage lan

I - Du territoire aux paysages niçois A - Une approche globale des paysages de la Côte d’Azur Quatre interfaces paysagères caractérisent le territoire niçois : 1- Le rivage : La bande littorale, la façade maritime et la Baie des Anges représentent la première entité paysagère qui a dessiné l’image de marque de la cité niçoise.

2- La plaine du Var La plaine représente une entité géographique forte qui relie St-Laurent du Var à Nice.

Cette plaine possède des caractéristiques communes

Diagnostic

sur les deux villes :

4- Les monts Le mont Boron, le mont Alban, le mont Vinaigrier, le

- le lit mineur et le lit majeur - les deux rives - les deux plaines - les deux côteaux et les deux bassins versants

mont Vinaigrier et l’Observatoire, un écrin de verdure entre Nice et Villefranche.

Cet espace boisé qui fait le lien entre Nice et

3- Les collines agricoles et boisées sur le Nord de la commune, un avant goût de l’arrière pays.

Cette entité représente un paysage de transition, entre un territoire urbain et un vaste espace naturel et cultivé qui s’est développé sur les collines et les monts. C’est le début de l’arrière pays niçois, un paysage de restanques, de nature méditerranéenne relativement sauvage et des reliefs marqués.

Villefranche est une entité paysagère majeure dans la perception qualitative de Nice, depuis le centre ville ou depuis l’arrivée d’Antibes, car elle permet de cadrer complètement la ville dans son territoire.

Ce panorama permet de lire Nice, situé à la confluence de deux entités fortes : la mer et la montagne.

De plus, cette bande boisée qui surplombe la ville joue un rôle important dans la qualité des espaces urbains qui se sont développés à ses pieds en apportant une qualité environnementale de proximité.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

7


B - Les entités paysagères de Nice

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

8


B - Les entités paysagères de Nice

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

1 La plaine du Var

4 La vallée du Paillon

Cette entité paysagère est caractérisée par un vaste couloir, dans lequel s’écoule le Var,

Cette entité paysagère est un espace complexe qui s’est développé le long des rives du

cadré par les collines de Nice et de Saint-Laurent du Var.

Paillon. Cet espace regroupe la vieille ville et les quartiers périphériques qui s’étendent entre les reliefs des collines de Cimiez, Rimiez et les coteaux des monts.

C’est un paysage en mutation forte et sensible à des transformations, car sa situation en

Cette entité réunie à la fois des quartiers «finis» et structurés tels la vieille ville et Villa-

contrebas, rend visible depuis les coteaux tout objet dont le volume ne serait pas adapté à l’échelle de ce territoire. Cette entité est aujourd’hui utilisée essentiellement à des fins, agricoles, d’entrepôts ou bâtiments de stockage, de production hydro-électrique et sur sa partie Sud de grands ensembles.

5 La plaine de Nice

L’aéroport constitue l’avancé de cette plaine sur la mer grâce à la poldérisation des

Cette entité paysagère rassemble la ville Belle Epoque et la ville moderne qui s’est

terrains sur lesquels il s’est développé.

La plaine du Var peut être considérée comme la création paysagère la plus contemporaine

Nova ainsi que des espaces contemporains mal intégrés dans la trame urbaine de Nice, comme les quartiers Est.

développée entre le rivage et le pied des collines. Cette entité urbaine est à la fois, dense, riche en patrimoine bâti, structurée tout en étant encore en évolution du côté de l’aéroport avec la construction de quartiers d’affaires, d’hôtels de luxe, etc.

de Nice avec la transformation de son embouchure par l’aéroport.

6 Le rivage, la Baie des Anges 2 Les collines et les vallons Cette entité qui se profile entre la façade bâtie de la promenade des Anglais, le port et Cette entité paysagère représente un vaste écrin qui encadre la ville. C’est un paysage traditionnel qui a évolué rapidement, avec les techniques de l’irrigation

le Cap de Nice représente l’interface avec la mer et l’horizon. Cette entité représente à la fois l’image de marque de la ville, tout en étant un lieu de plaisirs à la belle saison.

qui ont transformé les cultures du verger sec sur les restanques en horticulture.

Sa situation privilégiée, sorte de balcon s’ouvrant sur la Baie des Anges, a entraîné une révolution dans la manière d’habiter avec la villégiature qui s’est rapidement transformée en maisons individuelles ou villas et qui ont mité le paysage.

Aujourd’hui, cette entité qui est à l’origine d’une certaine culture niçoise est au centre des préoccupations à la fois urbanistiques et paysagères car ses qualités naturelles sont en passe de s’amenuiser.

3 Les monts Cette entité paysagère constitue le deuxième écrin qui se referme sur Nice. C’est un espace plutôt boisé en Pin d’Alep qui surplombe toute la ville sur sa partie Est. C’est un lieu de plaisirs et de découvertes, de promenade, car il offre de magnifiques panoramas sur Nice, la mer et Villefranche, ainsi que sur l’arrière pays. Les Monts regroupent les principaux points forts et repères visuels tel que l’observatoire qui permettent de situer Nice depuis Antibes ou l’arrière pays.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

9


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

I - Du territoire aux paysages niçois C - Les fronts d’urbanisation et les dynamiques paysagères

Différentes dynamiques d’évolution sont en cours sur la commune de Nice :

C1- L’évolution urbaine, liée au développement de l’activité économique et de l’habitat. La plaine de Nice et la vallée du Paillon représentant aujourd’hui des espaces denses à très denses. Cette expansion urbaine s’est diffusée dans les collines principalement, puis à l’ouest dans la plaine du Var. Cette plaine représente la réserve foncière disponible la plus importante pour le court et moyen terme. L’expansion de l’habitat s’est aussi développée de manière très importante le long des axes viaires dans les collines et les vallons. Ce développement de constructions neuves, mal maîtrisé se traduit aujourd’hui par un mitage fort des paysages collinaires. Ce mitage est ressenti par les niçois comme une dévalorisation de leur environnement et, par conséquent, comme une mauvaise gestion de l’évolution du cadre de vie.

C2- La déprise agricole. Cette déprise se situe essentiellement dans la plaine du Var et les collines. Les monts sont relativement moins touchés dans le sens où ceux-ci sont structurés par des massifs boisés protégés et par des espaces bâtis qui occupent presque la totalité de l’espace restant. Cette déprise agricole se traduit par des paysages de friches, de serres abandonnées et des restanques qui s’écroulent par endroits, à cause des processus d’érosion qui dégradent les terrains en pente. La végétation spontanée des collines, le pin d’Alep, le genêt, la valériane et les autres plantes pionnières, se développe principalement sur ces espaces délaissés.

C3-

Les dynamiques naturelles liées aux évolutions environnementales. Suite à l’abandon de certains espaces dans les collines et les monts, les pins d’Alep, les genêts, les ronciers, les valérianes, ainsi que toutes les plantes pionnières se sont développées, et petit à petit ferment le paysage. Les oliviers, les restanques ainsi que le petit patrimoine rural disparaîssent au fur et à mesure sous les touffes d’herbes et les bosquets.

Dans la plaine, ce sont les mauvaises herbes et les peupliers qui colonisent les terrains abandonnés, voire parfois des bosquets d’ailante au pieds des collines dans des creux façonnés par l’érosion de la pluie. L’érosion des sols est aussi une dynamique naturelle qui présente des paysages vides, si le processus n’est ni freiné, ni géré.

Le feu fait partie des dynamiques naturelles qui peuvent d’un jour à l’autre changer radicalement la vision du paysage, tout autant qu’un Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

10


C - Les fronts d’urbanisation et les dynamiques paysagères

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

4- Les dynamiques paysagères.

Diagnostic

C4a- Dans les collines : Les dynamiques paysagères à Nice

résident dans l’évolution de l’habitat des collines et le recul de parcelles ou d’espaces collinaires originels, c’est-à-dire plantés avec les essences de la colline, au profit de jardins provençaux, exotiques ou parfois de petits potagers de proximité. Cette dynamique présente un des enjeux majeurs du plan paysage, car le support collinaire et sa végétation naturelle associée ont tendance à disparaître face à des aménagements artificiels qui ne mettent pas toujours en valeur les lieux.

C4b- Dans la plaine du Var : Le paysage s’est radicalement transformé

C4c- Les monts : Cet écrin forestier est un espace paysager

C4d- La ville et les paysages urbains : La principale dynamique actuelle est liée

dans un temps réduit face à l’expansion économique et commerciale des zones en tout genre, entraînant une réduction de la qualité paysagère des sites longeant le torrent. La banalité des constructions et des propositions d’urbanisation de la plaine ont créé des espaces sans qualités et sans âmes, identiques aux espaces périphériques de n’importe quelle ville de France.

qui s’est transformé de par ses usages récents liés à la promenade dans des sousbois de pins, d’oléastres, d’eucalyptus, de caroubier. Il reste aussi un espace convoité par les promoteurs qui lorgnent sur la qualité des lieux, la situation en balcon et les panoramas uniques sur la ville, la mer et l’horizon.

au passage du tramway, qui redessine un ensemble important des espaces publics de la ville.

L’histoire des lieux s’est une nouvelle fois diluée dans le béton et dans le bitume.

Cet espace représente le deuxième

Rauba Capeu a été une réussite paysagère, car ce projet a réconcilié qualitativement une réflexion sur les espaces urbains et les qualités naturelles du site, tout en intégrant la séparation des flux entre les piétons et les voitures.

enjeu majeur pour la qualité paysagère générale de la ville et pour son cadre environnemental exceptionnel.

Cet écrin naturel, cet environnement de grande qualité perd ses qualités au profit d’une urbanisation banale et sans grands caractères.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

11


D - Mémoire et avenir de la capitale de la côte d’Azur, les éléments identitaires des paysages niçois

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

D1- Les espaces naturels et agricoles majeurs d’un site exceptionnel entre mer et montagne ������������������ �������������������

D1a- La géographie et les éléments fondateurs des

�������������������� �����������

paysages niçois

������������������� �������������������� ����������

������������������� ��������������������� �����������

���������� �����������

��������������������������������� ����������

���������

���������������� ����������� �������������������� ���������

�������������������

���������������� ���������� ���������������

�������������������������

�������������� �����������

���������������� ���������������� ���������������

�����������

�����������

Les paysages niçois sont caractérisés par la rencontre entre la mer et les reliefs plus ou moins vallonnés des collines et des monts. À cette rencontre s’ajoute la clémence du climat qui met en valeur la végétation méditerranéenne sur l’ensemble du territoire.

Ces paysages ont été construits dans le temps, par l’eau, qui a façonné les vallons obscurs dans les collines, tandis que le Var et le Paillon ont creusé leur lit dans les plaines pour se jeter dans la mer.

Ces éléments naturels ont contribué à modeler les grands traits, les grands caractères emblématiques des paysages niçois.

��������������� ������������������� �������������

����������� ��������������������������

�������������� �����������

����������� �������������

���������� ����������� �������������� ������������������������ ����������� ��������������

������������������

�����������������������

���������������������������� ���������������������������� �������������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

12


D - Mémoire et avenir de la capitale de la côte d’Azur, les éléments identitaires des paysages niçois

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

D1b- Aujourd’hui, les éléments naturels sont plus ou moins régulés, maîtrisés par l’homme.

Diagnostic

Les paysages, l’environnement en général, ont été intégrés dans des plans de gestion à plus ou moins grandes échelles. La problématique de ces éléments naturels qui ont fondé les qualités du site réside dans leur bonne gestion, leur accompagnement afin d’harmoniser les activités humaines dans un territoire fragile de grande qualité.

b1- La mer La mer, la façade littorale, constitue l’un des éléments fondateurs du site. Cette masse bleue ouverte sur l’horizon est à l’origine de la culture liée aux bains de mer et à la villégiature.

b2- L’eau Le Var et le Paillon, ces deux torrents qui traversent aujourd’hui la ville et qui prennent leur source dans les reliefs alpins, constituent des structures paysagères originales avec leurs galets et leur ripisylve. Ces deux cours d’eau fantasques, difficiles à gérer, devraient être considérés avec plus d’attention car ils sont à l’origine d’une diversité floristique et faunistique dans ce territoire.

b3- Le relief Le relief de la commune est constitué par deux types de matériaux : le poudingue et le calcaire. Le poudingue, creusé par l’érosion et l’eau, a donné naissance aux vallons, tandis que le calcaire érodé a façonné des paysages plus abrupts comme les monts, le cap de Nice.

b4- La végétation La végétation est composée par deux grands types de flore : la flore liée aux sols calcaires, et de poudingue, caractérisé par le pin d’Alep, le chêne vert, le genêt, la ciste, le figuier sauvage, le pistachier et le térébinthe. La flore des milieux humides liée au frêne, au laurier sauce, aux aulnes, noisetier, les cannes de Provence, le charme, le peuplier, le saule et le chêne blanc. b5- Les espaces agricoles d’une campagne péri-urbaine

ces espaces agricoles, hérités d’une tradition méditerranénne sont encore présents sur la commune, qualifient et caractérisent fortement les paysages collinaires ainsi que ceux de la plaine du Var. Malgré la déprise agricole, ceux-ci sont les vecteurs d’une culture locale appréciée et reconnue, tant localement qu’internationalement pour ses produits et les valeurs qu’elle véhicule.

Un environnement original, fragile et de grande qualité : • la mer • l’eau et les torrents • les collines • les vallons • les monts • un climat et une végétation exceptionnels

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

13


D - Mémoire et avenir de la capitale de la côte d’Azur, les éléments identitaires des paysages niçois

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

D2- Les espaces paysagers majeurs de la ville-parc D2a- Un mot sur les espaces majeurs paysagers Les espaces majeurs paysagers sont des lieux identitaires et emblématiques de la perception et de la culture de la ville de Nice. Ces espaces restituent une partie de l’âme de la ville.

D2b- Les problématiques liées aux espaces majeurs (transformations, disparitions, mutations, pérennisation…)

La ville évolue, ses espaces, ses architectures se transforment avec les usages et les activités

Diagnostic

par ses arcades et ses façades colorées. Ce jardin et cette place forment à la fois une porte et une entrée majestueuse dans la vieille ville et la ville constituée.

humaines. Les problématiques résident dans le devenir d’espaces identitaires liés à l’histoire de la ville à la place et aux relations que notre société entretient avec son patrimoine et son passé. Entre le désir de muséification, l’image recherchée par les touristes, la mutation, l’évolution d’un patrimoine mis au goût du jour, plusieurs perspectives s’offrent aux décideurs, qui sont « les seuls juges » à maintenir ou faire évoluer favorablement ou non des espaces plus ou moins figés dans une certaine forme de perception.

b1- La colline du château Cette colline à la fois plantée et architecturée représente le cœur de la cité avec la vieille

b5- Le canal et la cascade de Gairaut Ces deux infrastructures sont les résultats et l’aboutissement de savoirs faire, de techniques liés à l’irrigation et l’adduction d’eau. Cette irrigation est liée à l’horticulture et à une certaine forme de maraîchage dans les collines.

b6- Les grandes demeures d’Azur Les villas aristocratiques, les châteaux, les domaines sont à l’origine d’un urbanisme dans les collines, et d’une certaine manière de vivre à Nice, en utilisant la situation privilégiée en balcon, tourné vers le sud, avec la mer et l’horizon en point de vue. Ces villas, ces architectures de grande originalité sont aussi à l’origine des parcs et jardins exotiques qui ont fait la renommée de la ville.

ville. Le promontoire s’ouvrant largement sur la mer, l’horizon, la promenade des Anglais et la ville reste un espace très identitaire ancré dans le cœur des Niçois.

b2- La promenade des Anglais C’est la promenade par excellence, la plus appréciée par les touristes, et par les riverains de la façade maritime.

b3- La promenade du Paillon Cette promenade plus urbaine, résultat du recouvrement du torrent, qui associe l’art, les fontaines et l’architecture est devenue un lieu très parcouru et prisé. Ses atouts résident dans la diversité des ambiances qu’elle offre. Ses contraintes sont constituées par des volumes et des passages qui ne laissent pas toujours assez de place aux piétons et des points de vues parfois limités. Cette promenade reste sans doute à être achevée ou prolongée vers les nouveaux quartiers du Paillon.

b4- Le jardin Albert 1er et la place Masséna Ces deux espaces voisins sont issus de deux cultures différentes : la première est liée à

• originalité des situations, qualité des architectures, des couleurs et des matières • qualité des infrastructures, des œuvres d’art, des cultures et des savoirs faire • un patrimoine original et exceptionnel qui a façonné la culture, l’identité de la ville • des jardins et des parcs d’ornement renommés pour leur diversité et leur qualité paysagère

une certaine forme d’exotisme, importée par les Anglais et les aristocrates du continent européen, tandis que la deuxième s’inspire directement de la place italienne, constituée Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

14


D - Mémoire et avenir de la capitale de la côte d’Azur, les éléments identitaires des paysages niçois

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

D3- Les espaces urbains majeurs, de Nissa Bella à Nice Côte d’Azur, de la ville italienne à la cité internationale D3a- Un mot sur les mutations urbaines et paysagères (développement des territoires, développement des réseaux, etc.) La ville de Nice s’est transformée avec le développement des usages et des activités anthropiques, de manière linéaire ou diffuse en fonction des quartiers et des situations. L’évolution des paysages niçois s’est radicalisée depuis 150-100 ans avec l’arrivée de l’eau dans les collines, puis l’arrivée du chemin de fer et enfin de l’aéroport. Ces mutations ont toutes influencé l’évolution de la ville et de ses espaces publics. La ville est passée rapidement de la culture piémontaise et méditerranéenne à la cité métropole ouverte sur le monde. La transformation des espaces de la ville, entre autres avec l’arrivée du tramway, va entrainer une modification de la perception des espaces urbains. Ces mutations, nécessaires pour valoriser et requalifier les quartiers représentent des opérations importantes dans l’amélioration du cadre de vie en ville. Parfois, il arrive que ces opérations n’opèrent pas les transformations souhaitées entrainant par conséquences une fragmentation des quartiers par l’aspect social, ou autres.

Saleya et la colline du château. Ces petites maisons de pêcheurs représentent une partie de l’histoire de ce quartier et de la ville. La promenade haute semble aujourd’hui appartenir à l’histoire, car les usages ne semblent plus en corrélation avec les attentes et les possibilités offertes par ce passage en balcon sur la mer et le cours Saleya.

b4- La promenade des Anglais et les projets d’amélioration Cette promenade a subi de nombreuses transformations depuis sa création. Aujourd’hui, elle est appréciée par tous les usagers, qu’ils soient piétons, cyclistes ou en rollers. Toutefois, la densité du trafic, les projets de rétrécissement du terre plein central, sont la source de futures évolutions qui ne seront pas toutes compatibles avec la mise en avant du déplacement en mode doux sur le motorisé, et la mise en valeur du végétal.

D3b- La place Garibaldi et la rue Cassini Ces lieux aux influences italiennes profondes constituent un lien majeur entre le port, la vieille ville, la ville constituée et les nouveaux quartiers du Paillon.

Les mutations dans la plaine du Var

Les mutations dans la plaine du Paillon

Les travaux du tramway

Le port Lympia

b1- Le port Lympia et la place de l’île de beauté Les deux entités, qui furent emblématiques dans un passé proche, mériteraient une remise en valeur importante pour redynamiser le quartier. Le port représente une entrée de ville particulière, et la place de l’île de beauté, une magnifique porte d’entrée dans la découverte de la vieille ville.

b2- La vieille ville et le cours Saleya Cet espace représente le cœur, la culture et l’âme de Nice, un « morceau » de ville typiquement italienne, avec ses rues étroites, colorées et ombragées. Au contraire de la vieille ville, le cours Saleya est ouvert à la lumière, aux bruits et aux odeurs en tout genre, depuis les effluves culinaires aux parfums des fleurs coupées. Ce cours est à la fois très apprécié des Niçois et des touristes.

b3- Les ponchettes et le projet de réouverture de la promenade haute Les ponchettes constituent un lieu à part, sises entre la promenade des Anglais, le cours

• une ville de tradition et d’origine italienne, des architectures aux détails emblématiques d’une culture méridionale, des matières qui accrochent la lumière, des volumes et des ombres • des modes de vies spécifiques, une culture des espaces publics, des terrasses… • une ville d’ambiances et d’atmosphères « typées »

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

15


D - Mémoire et avenir de la capitale de la côte d’Azur, les éléments identitaires des paysages niçois

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

D3- Les espaces urbains majeurs, de Nissa Bella à Nice Côte d’Azur, de la ville italienne à la cité internationale b5- Les couleurs de la ville, depuis les origines piémontaises à nos jours

Couleurs, matières, lumière, architecture, origines italiennes. Caractère et identité

Diagnostic

d’une ville, les façades à l’italienne, baroques ou modernes, sont riche d’une diversité culturelle.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

16


D - Mémoire et avenir de la capitale de la côte d’Azur, les éléments identitaires des paysages niçois

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

D4- Vers de nouveaux espaces, nouvelles perceptions et nouveaux usages sur l’espace urbain D4a- Un mot sur les nouveaux espaces et les nouveaux usages (rollers, scooters, autres modes de déplacements, atténuation du bruit en ville, etc.) La ville s’agrandit, les distances se développent, le temps se « raccourcit », bref, nos modes de vie influent sur notre perception liée aux déplacements en ville.

En fonction de nos cultures et de nos besoins dans la journée, la voiture, le vélo, le scooter, le roller, la promenade à pied ou les transports en commun nous permettent d’aller d’un point à un autre. Toutefois, la saturation des espaces publics, la pollution liée aux gaz d’échappement, rendent la vie des citadins de plus en plus difficile, voire aberrante. Quelle place reste t-il pour les jeunes enfants, pour les adolescents, les parents, les personnes âgées, une fois que l’espace est consommé par les transports et le stationnement ? Les citadins aspirent à une réduction de la place de la voiture en ville au profit de modes de déplacements alternatifs, doux ou des transports en commun.

b2- Square Arson L’aménagement du square Arson a été vécu de manière contrastée par les riverains et les décideurs qui ont souhaité la réalisation de cet espace public. Il semble que l’expérience de ce projet a démontré que l’adhésion des riverains est nécessaire pour intégrer un nouvel espace dans son contexte afin de le faire vivre.

b3- Les espaces du Tramway Le projet de création du Tramway a été l’occasion de mener une réflexion sur l’ensemble des espaces publics connexes aux axes du Tramway et de mettre en oeuvre des chantiers de réhabilitation de places, de rues qui vont améliorer les lieux et créer une unité.

D4b- Les problématiques liées aux nouveaux espaces Les nouveaux espaces devraient répondre à la fois aux usages contemporains des citadins, à une gestion adaptée du coût et du suivi du projet, tant au niveau financier que des moyens humains.

Les espaces publics de la ville de Nice manquent aujourd’hui de caractères, de modes de gestion concertée entre les services et parfois d’adaptation aux sites et aux usages.

Malgré les difficultés liées au trafic automobile, au manque de place disponible pour les piétons, les cyclistes ainsi que les autres modes doux de déplacement, certains projets apportent des réponses originales qui s’intègrent intelligemment dans leur contexte. b1- Rauba Capeu, une réussite Cet aménagement complètement minéral joue sur la séparation des flux automobiles / piétons en mettant en scène un espace décaissé à partir duquel les promeneurs peuvent apprécier dans toute sa valeur, les vues sur l’horizon, la mer et la promenade des Anglais et le Cap de Nice. Le choix des matériaux, la construction de l’espace, la finition des détails ont rendu ce projet contemporain, déjà emblématique, qui fut primé par l’association des Maires de France.

Rauba Capeu

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

Rauba Capeu

17


D - Mémoire et avenir de la capitale de la côte d’Azur, les éléments identitaires des paysages niçois

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

I - Du territoire aux paysages niçois

D4- Vers de nouveaux espaces, nouvelles perceptions et nouveaux usages sur l’espace urbain Les prochains espaces en devenir... Projet en cours de construction, inscrit ou en cours d’étude. b4- La place de la gare Thiers. Réflexion sur une entrée au coeur de la ville, un lieu emblématique.

La gare du Sud

Projet du Conseil Général - couverture

Les travaux du tramway

Les travaux du tramway, bd Virgil Barel

b5- La place Charles de Gaulle et la gare du Sud. Réaménagement de la place devant la nouvelle mairie qui occupera l’ancienne gare du Sud.

b6- Les axes du tramway b7- La nouvelles promenade du Paillon et son prolongement b8- Le parc de 18 ha de la colline St-Philippe b9- La place Masséna

Nouveaux espaces, nouveaux usages • mieux gérer la perrenisation des espaces • qualifier les espaces publics de la ville, les quartiers • identifier les espaces et les usages • mettre en valeur l’environnement et les paysages urbains ou «naturels» de la ville

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

18


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

II- Réflexion et présentation des thèmes identitaires du paysage niçois

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics Thème 4 : Mémoire et avenir de la capitale de la Côte d’Azur (Ce thème n’ayant pas donné lieu à un débat en Comité Technique, il a été intégré au chapitre précédent, dans les pages 15 à 18.)

Thème 5: Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

19


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

lan

aysage

PPaaysage ysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

Axe 1- Les entrées de ville

��������������������������� ������������������ ������������������������ �������������������

������ ��������������������

Diagnostic

���������������� ��������������

a- Notion d’entrée de ville b- Entrer dans une ville c- Des problématiques différentes pour chaque entrée d- Les désordres urbains et les brouillages paysagers des entrées de ville de Nice

e- Les entrées particulières (gares, aéroports, port…) f- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique g- Enjeux et pistes d’action

������� ��������������� ������ ������������������� ����������������

������������������������� ����������������������� ����������������������������

���������������������������� ����������

������������� �����������������

���������� ���������������������� ������������������� ������������������ �����������

���������������������������� �����

���������������������� ���������

������������ ������������������ ����������������������� ����������� ����� ���������� ����������������

������������������������������������ ���������������������������������� ������������������������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

20


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

Axe 2- Valoriser les points de vue, les belvédères

3- Favoriser les promenades, les parcours de découvertes thématiques

a- Les balcons ou la découverte dynamique de la ville depuis

a- De la promenade « galante » à la promenade urbaine, l’idée de la

les infrastructures.

promenade urbaine.

b- Les corniches c- Les panoramas, des points de vue spectaculaire sur la

b- Les problématiques liées à la promenade et aux parcours en modes

et les panoramas

Axe

doux (piétons et vélos), les parcours alternatifs

ville

c- Les différents types de promenades à Nice (La promenade des

c1- La colline du Château

Anglais, La promenade du Paillon, les parcours dans les monts, les rigoles…).

c2- La colline de Cimiez

c1- La promenade des Anglais

c3- Les collines de Nice

c2- La promenade du Paillon

c4- La cascade de Gairaut

d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique e- Enjeux et pistes d’action

c5- Les Monts c6- L’Observatoire de Nice c7- Les forts du Mont-Alban et du Mont-Boron

d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique e- Enjeux et pistes d’action

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

21


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 1 Les entrées de ville

Du fait de l’évolution des moyens de transports, les entrées de ville se sont multipliées, elles ne sont non plus seulement à la périphérie mais aussi à l’intérieur, dans des lieux singuliers qui gomment les limites et les frontières car ils accueillent les voyageurs ayant été transportés d’un point à un autre du territoire par des voies internationales que sont l’air et les eaux.

a- La notion d’entrée de ville

Entrer quelque part, c’est commencer quelque chose. Entrer quelque part, c’est être accueilli, accepté, dans une maison ou dans un territoire. Ouvrir une porte, passer un seuil, franchir une limite, avancer vers l’intérieur, s’arrêter puis repartir. L’entrée est la frontière entre le connu et l’inconnu. Elle relie, sépare, met en relation deux espaces distincts. Le traitement de cette transition influence les espaces adjacents.

En architecture, une entrée est avant tout fonctionnelle, elle doit être impérativement «vue», repérable du premier coup d’oeil. L’entrée relie le bâtiment à son environnement, le renforce, le prolonge. Elle nous emmène vers «ce qu’il y a derrière», «ce qu’il y a après», de l’autre côté de la limite.

Dans le paysage, la ville et l’architecture, la notion de limite implique forcément la notion d’entrée, de sortie, la porte, le seuil. Au-delà de sa fonctionnalité, l’entrée dans un lieu, un site, un territoire, est l’objet de beaucoup d’attention et représente un véritable enjeu. Vecteur d’une identité par rapport au reste du monde, c’est un premier visage que l’on donne à voir.

c- Des problématiques différentes pour chaque entrée

Les entrées Nord en provenance des Alpes, de l’Arrière Pays par la basse vallée du Var, et par la vallée du Paillon, soulèvent la problématique de la transition entre un espace naturel ou agricole et l’espace construit dense de la ville. L’arrivée sur Nice se fait par des « couloirs » naturels qui relient la montagne à la mer. Ces couloirs présentent des symptômes de désordres urbains et de brouillages paysagers importants.

L’entrée Est, au pont Napoléon III qui enjambe le Var sur la RN7 et le boulevard côtier, s’inscrit dans la problématique du passage d’une ville à une autre au sein de la conurbation littorale et pose la question de l’histoire du Comté de Nice ; elle est marquée par le franchissement du Var, élément géographique et historique fort de l’identité culturelle.

Les entrées Ouest par le col du Mont Boron, par le col de Villefranche et par le col du Mont Gros ouvrent la problématique du passage entre la côte des plages et la côte rocheuse de la Côte d’Azur ; elles se déroulent le long des corniches haute, moyenne et basse qui sont en belvédère sur la mer.

b- Entrer dans une ville

La ville permet d’établir des distinctions élémentaires : par exemple entre ce qui est la ville et ce qui n’est pas la ville. S’intéresser à ce qui sépare la ville de ce qui n’est pas la ville. Regarder ce qui se passe quand la ville s’arrête. Bien noter que la ville n’a pas toujours été ce qu’elle est. Se souvenir, par exemple, que Saint-Isidore ou Saint-Pierre-de-Féric furent longtemps à la campagne et de nos jours, ces villages font partie de la commune. Aujourd’hui les distinctions ne sont plus très nettes entre la ville et la campagne. L’évolution des systèmes défensifs et des stratégies militaires a permis à la ville de s’étendre au-delà de ses limites traditionnelles qu’étaient les remparts. L’affluence de la population attirée par l’essor économique et le développement industriel a nécessité la construction permanente de nouveaux quartiers. L’urbanisation expansive des périphéries fonctionnelles, des «zones» a généré un effacement des structures territoriales anciennes, une érosion des contrastes entre la ville et la campagne.

L’entrée par le rivage le long de la promenade des Anglais est une entrée majeure qui met en scène la façade de la ville sur la mer le long de la Baie des Anges. Historique et emblématique de l’identité de Nice, elle pose la problématique plus générale de la façade littorale, de la qualité de la promenade des Anglais.

Les entrées dans la ville par les grandes infrastructures de transport sont très particulières car situées à la fin du parcours d’un voyageur, elles plongent celui-ci directement au cœur de la ville : à Saint-Isidore et à Nice Nord par l’A8, sur la promenade des Anglais par l’aéroport, sur la place de l’Ile de Beauté par le Port. Ces entrées sont caractérisées par un lieu singulier (gare, aérogare, port, péage) qui sont des destinations d’arrivée. Elles sont des portes du territoire. Se pose alors la problématique de l’accueil ou du départ du voyageur, de la qualité des espaces d’accueil, dont vont dépendre ses premières impressions.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

22


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 1 Les entrées de ville

au nord marque la limite de Nice à la porte de La Trinité et des routes de l’Arrière-pays. L’entrée dans la ville vers le sud, emprunte les voies sur berges, le parcours est rythmé par un nombre important de ponts.

d- Les désordres urbains et les brouillages paysagers des entrées de

ville de Nice

Les désordres urbains que l’on constate aujourd’hui le long des voies routières et autoroutières et notamment dans les entrées de villes sont dus à une forte pression économique, essentiellement d’ordre commercial. Pour les acteurs économiques, plusieurs critères sont privilégiés pour rechercher une implantation : l’accessibilité, les disponibilités foncières, et la visibilité qui constituent ce que l’on appelle « l’effet vitrine «. De ce fait, les acteurs économiques privilégient l’implantation le long des infrastructures à fort trafic, les sorties d’autoroutes, les intersections entre pénétrantes et rocades.

Entrée de ville - plaine du Var

Entrée de ville - le Paillon

Entrée de ville - le Paillon

Entrée de ville - le Paillon

Ce processus se traduit par la prolifération de constructions à usage de commerce, d’activité ou de service, implantées de façon linéaire en méconnaissance des préoccupations d’urbanisme, architecturales et paysagères, et en ne se préoccupant que du court terme. L’urbanisation s’organise de manière linéaire et monofonctionnelle, sans profondeur et sans structuration véritable au détriment de la cohérence et de la continuité urbaine, ainsi que des possibilités de mutations de ces zones. L’activité commerciale alliée à la fréquentation de la voie appelle souvent une excessive surenchère de la publicité et des enseignes. Les contradictions entre les deux fonctions de la voie (voie de transit et desserte locale) créent de nombreux dysfonctionnements en matière de circulation et de sécurité routière.

Dans la plaine du Var, la ville est constituée par un tissu anarchique rassemblant des bâtiments industriels, des centres commerciaux, des exploitations et des friches agricoles, des jardineries et pépinières, des immeubles de bureaux, des centres administratifs, des équipements sportifs, des ensembles d’habitat collectif. Cette juxtaposition de « boîtes », de tours et de barres, d’immeubles de verre et de béton…construits pour la plupart sans grand souci architectural, se trouve délimitée par des installations routières et des stationnements conséquents. L’implantation d’industriels et de commerçants, accompagnée d’une urbanisation tout azimut, a généré une image banale d’entrée de ville, que l’on retrouve aujourd’hui partout en France. Cette entrée est pour tous les acteurs interrogés, la plus «catastrophique».

Dans la vallée du Paillon, l’espace étant plus réduit par l’étroitesse de la vallée, l’entrée de ville se situe au niveau du nœud routier important de « la Banquière » qui regroupe autoroute, routes, voie SNCF, fleuve et plusieurs ponts juxtaposés. Le quartier de l’Ariane

LOI BARNIER : La loi Barnier date du 2 février 1995, et définit, dans son article 52 le traitement à porter aux entrées de ville afin de garantir la qualité de l’urbanisation le long des infrastructures importantes. Elle a été transposée dans l’article L.111-1-4 du code de l’urbanisme. Cet article concerne les espaces non urbanisés (définis d’après la réalité physique du terrain), le long des autoroutes, des voies expresses, des routes classées à grande circulation, et les déviations des routes à grande circulation, et les bretelles d’échangeurs et de voies expresses et non les bretelles d’échangeurs sur les routes à grande circulation.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

Afin de garantir une urbanisation de qualité, un recul de 100m est imposé le long des autoroutes et des voies expresses et un recul de 75m le long des voies à grande circulation pour l’implantation des constructions si la réglementation du document d ‘urbanisme ne permet pas la mise en œuvre d’un projet urbain de qualité. La qualité du projet urbain se définit sur la base de 5 critères : la prise en compte des nuisances, de la sécurité, et la garantie de la qualité architecturale, la qualité de l’urbanisme et la qualité paysagère.

23


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 1 Les entrées de ville

e- Les entrées particulières, les gares, aéroports et port Les lieux d’accueil des voyageurs arrivant à Nice par d’autres moyens de transport que ceux associés à la route, constituent des entrées particulières qu’il est important de soigner car elles donnent aux voyageur la première impression sur la ville, son image, ses couleurs, son accueil, ses habitants.

Gare Thiers

La qualité des espaces extérieurs de ces lieux a un impact certain sur le visiteur. Les éléments d’agrément, de confort et d’utilité (végétal, fontaine, ombre, lumière, signalétique, mobilier, sécurité, stationnement….) pour le piéton, l’automobiliste et autres usagers de ces lieux sont à prendre en compte dans tout projet de réaménagement.

Le parvis de la gare Thiers, de la gare du Sud ainsi que le port Lympia où arrivent les bateaux de croisière nécessitent un projet de redéfinition des espaces. Le port de Carras a fait l’objet de réaménagement qui le requalifie en port nautique. Aéroport Nice Côte d’Azur

Par ailleurs, l’aéroport de Nice, 2ème aéroport international de France bénéficie aujourd’hui d’aménagements extérieurs de qualité. Cependant, en dehors de son territoire, il manque de liaisons piétonnes entre la fin de la promenade des Anglais et l’entrée dans l’enceinte de l’aéroport. Tout est aménagé pour la voiture, le bus mais la place du piéton et du vélo est oubliée alors que cet aéroport a la chance d’être situé à proximité du centre ville. On observe d’ailleurs des chemins « sauvages » sur les terre-pleins latéraux engazonnés.

Port Lympia

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

24


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 1 Les entrées de ville f- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique L’entrée de ville marque tant les gens qui pratiquent la ville de Nice occasionnellement, comme les touristes, que ses usagers habituels (pendulaires par exemple). D’autre part l’appellation entrée de ville est partielle car il s’agit également de la dernière image que l’on emporte de la ville (il s’agit donc aussi d’une sortie de ville). Quatre éléments semblent contribuer à la mauvaise qualité d’une entrée de ville :

Les autres entrées de ville à prendre en considération sont celles par les routes départementales ou communales de faible largeur, qui entrent/sortent de Nice par les petites communes du nord. L’enjeu est différent, plutôt lié à celui des collines et des liens de Nice avec l’arrière-pays.

L’aéroport est très peu évoqué comme entrée de ville à proprement parler, il est toutefois considéré comme élément de caractérisation de l’entrée de ville routière.

- l’activité commerciale : elle se situe souvent en périphérie. Son intégration paysagère est souvent médiocre. Ainsi a émergé la nécessité d’établir une charte d’intégration paysagère des activités commerciales - les situations d’attente, et les incertitudes d’aménagement qui font cohabiter des bâtiments en voie de démolition avec des constructions neuves

- les pratiques « périphériques » de la ville comme les tags, contribuent à la naissance du sentiment d’insécurité pour les personnes qui entrent en ville - le « tout automobile » : le piéton doit être inséré dans la réflexion sur les entrées de ville

Les gares constituent un élément important : une forte distinction est opérée entre la voie qui dessert la gare Thiers-Malausséna et les gares de la ligne du train des Pignes. La première est considérée comme une plongée directe dans la vie locale qui n’a que peu de référence aux images symboliques de Nice. Le train des Pignes, porte au contraire bien son nom de chemin de fer de Provence, puisqu’il donne à voir l’arrière-pays provençal (collines, boisements). On parle de la gare du Sud comme d’un « sujet sensible ».Mais d’une manière générale, la qualité des espaces bordant les voies ferrées relèvent davantage de l’intervention de la SNCF que de la ville.

Dans Nice, le paysage de la voie ferrée est en cours de changement, notamment par l’élargissement de la voie Mathis.

Une hiérarchisation du traitement des entrées de ville est apparue ; les entrées de ville dont le traitement apparaît prioritaire sont :

- l’entrée de ville Nord par le RN 202 : la plus pauvre et où il y a le moins de consensus quant au point de rupture sur l’entrée de ville

- la basse vallée du Var : certains points stratégiques semblent marquer l’entrée de ville, mais qui ne font pas l’unanimité. Ainsi l’aéroport, Ferber, Nikaïa ou la zone du CADAM, ou le terre-plein central de la promenade des Anglais sont des éléments marquants de l’entrée de ville. Le Marché d’Intérêt National apparaît néfaste à l’image de la ville

- Nice-Nord, entrée, « plongée », directe dans la ville - Nice-Est (sont liées à la problématique de l’entrée de ville celles de la requalification du quartier de l’Ariane et de la valorisation des berges du Paillon)

- Haute corniche (pas de précision dans le cadre des entretiens sur les éléments particuliers de valorisation)

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

25


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 1 Les entrées de ville

g- Enjeux et pistes d’action

particularités

2- Valoriser les entrées particulières (gares, ports, aéroports) par l’aménagement paysager des espaces publics

• Mettre en scène les motifs paysagers valorisants, les points de repères et

• Aménager le parvis des gares en dégageant l’espace public pour ouvrir

1- Révéler l’identité de chaque entrée de ville en fonction de ses

les points de vue importants

• Définir la palette végétale, la palette des matériaux et des lumières selon la situation (entrée par la mer, la campagne, les vallées, les cols)

• Transformer les axes routiers en boulevards urbains avec des pistes

des perspectives (suppression des voitures particulières et réduction de circulation, mise en place de plantations, mobiliers, éclairage…)

• Donner les quais du port Lympia aux promeneurs à pied et à vélo et réaménager la place de l’Ile de Beauté

• Intégrer le port abri de Carras comme un élément majeur de l’entrée dans

cyclables dans une continuité des aménagements urbains (RN 202, RN 7, la route de Turin, la RD19)

Nice par la Promenade des Anglais

• Traiter les espaces publics à l’échelle de la ville, du piéton, du vélo, par

• Travailler la limite du territoire de l’aéroport le long de la RN 7 et de la

l’aménagement de trottoirs, la pose d’un éclairage et d’un mobilier urbain et non routier…en incitant les automobilistes à modérer la vitesse

promenade des Anglais

• Requalifier les zones péri-urbaines d’habitat, d’activités économiques pour une bonne intégration paysagère des espaces et des bâtiments dans la ville

• Redéployer la charte de l’affichage publicitaire et des enseignes

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

26


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas AXE 2 Valoriser les points de vue, les belvédères et les panoramas

elle est encore plus présente par le volume qu’elle occupe. Couplée aux voies SNCF qu’elle surplombe en cœur de ville, elle flotte au niveau des toits.

La vision que l’on a de la ville depuis cette hauteur est intéressante car inhabituelle. On

a-

Les balcons ou la découverte dynamique de la ville depuis les infrastructures.

remarque alors l’abondance des antennes « râteaux » et coupoles installées sur les toits de la ville dont l’effet est inesthétique. La voie rapide est à la fois bruyante et source de pollution. Elle est perçue par les riverains comme une nuisance olfactive, sonore et visuelle. Elle est un élément perturbateur du paysage de Nice, une cicatrice dans le tissu urbain que les habitants considèrent comme une coupure et une limite entre quartiers.

Les grandes infrastructures routières de Nice, sont des balcons qui offrent une vision sur

Son élargissement dans sa partie en déblai a occasionné des travaux d’amélioration (murs

la ville inhabituelle car ils placent le regard de l’homme dans une position décalée de l’habitude : position hors-sol depuis l’autoroute et la voie rapide, vision maritime depuis l’arrivée au port et à l’aéroport, vision enterrée ou surélevée depuis le rail. Elles offrent une perception dynamique de la ville et constituent des sortes de plateformes «flottantes» au-dessus de la ville. La vitesse transforme également la perception des lieux traversés. L’œil du voyageur est attiré par des impressions fortes, des points de repères, des masses homogènes, des grandes unités.

La promenade des Anglais est le premier de ces balcons tournés vers la mer et la plus célèbre des promenades de Nice. Elle présente un panel d’architecture balnéaire du XIXème siècle à nos jours. Le motif architectural du balcon filant en façade, et de la terrasse en « topfloor » est un leitmotiv qui exprime bien cette volonté de tourner le regard vers la mer, le soleil, l’horizon lointain.

L’Autoroute A8 est un balcon des collines. Construite par une succession de tunnels et de viaducs, elle donne une vision particulière de Nice qui se dévoile par séquences en tableaux de grands paysages de vallons étroits et larges vallées dont l’horizon lointain est la mer dans un sens, la montagne dans l’autre ils ne sont perceptible que dans un coup d’œil, à la vitesse de la voiture. L’observateur survole le paysage sans le pénétrer réellement. Sa première perçeption est une vision frontale à travers le pare-brise. La qualité de l’autoroute elle-même participe à la perception du paysage environnant et réciproquement.

Le long de l’autoroute A8, le paysage a été très perturbé par la construction des viaducs et des tunnels. Un nouveau paysage se dessine depuis l’autoroute mais il est jusqu’à aujourd’hui, dessiné de manière involontaire, rendu anarchique par tous ceux qui occupent l’espace aux alentours. Même la nature, élément vivant, occupe le terrain et participe aux transformations.

Un projet de paysagement du territoire de l’autoroute, qui est appelée à être doublée, s’avère nécessaire pour diriger les grandes lignes de mutation du paysage.

La voie Mathis est aussi un balcon sur la ville mais d’un type un peu particulier. Son altitude atteignant les égouts de toiture des immeubles de 5 ou 6 étages qui la bordent,

anti-bruit et plantations). Ce projet a fait l’objet d’un mémoire de DESS.

b- Les corniches

Mise en scène du paysage maritime et de la ville depuis les corniches. Les corniches ont une fonction paysagère ; la construction de ces routes-balcons réalisée au cours du XIXème siècle, renvoie à une sensibilité au paysage maritime : la volonté d’une mise en relation d’un espace urbain avec la mer nouvellement perçue comme nature, la mise en spectacle de la mer qui se constitue comme espace de loisirs.

Les Corniches des Monts, reliant l’Italie, entre mer et montagne, sont ponctuées de panoramas aménagés qui permettent d’embrasser du regard la ville et ses environs. La Basse corniche contourne le cap de Nice, la Moyenne corniche franchit le col de Villefranche et la Grande corniche gravit le mont Gros et contourne l’Observatoire.

Créées au début de l’avènement du tourisme automobile sur la côte d’Azur, les corniches mettent en scène le paysage maritime offrant au voyageur un point de vue exceptionnel depuis les hauteurs rocheuses qui surplombent la Méditerranée. Cette vision pittoresque est baignée de lumière, elle est pourvue de surprises et d’émotions fortes.

Les Corniches des Collines. Sur les collines qui entourent Nice, existent d’autres corniches qui n’ont pas le pittoresque des reliefs abruptes naturels mais présentent un tracé tortueux à flanc de colline, qui ménage des points de vue remarquables sur la ville et la mer ; elles traversent les espaces lotis où dominent la végétation des jardins et les pins d’Alep des vallons boisés offrant une promenade urbaine au charme des cités-jardins. Elles portent des noms évocateurs de promenades à travers des espaces plantés, fleuris, ponctués de belles vues : corniche Bellevue, corniche des Oliviers, corniche Fleurie… Le boulevard Napoléon III pourrait être considéré également comme une corniche basse de cette ville des collines jardinées. Il serpente le long des grandes propriétés, des parcs et lotissements qui ont investi les collines depuis le début du siècle dernier.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

27


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 2 Valoriser les points de vue, les belvédères et les panoramas

Les Corniches

La Moyenne Corniche :

De Nice à Menton deux voies ont porté la Nationale 7 : la Grande Corniche, aménagée à l’initiative de Napoléon 1er, et la Moyenne Corniche, construite entre les deux guerres mondiales. La Grande Corniche: A l’époque des Guerres d’Italie, sous le Consulat, seul un chemin muletier reliait Nice à Menton, suivant globalement le tracé de la Via Julia Augusta. L’essentiel du trafic se faisait par la mer. Devant ces difficultés de circulation qui avaient posé beaucoup de problèmes aux armées françaises, Bonaparte, devenu Empereur, ordonna l’aménagement d’une route carrossable. Quittant Nice en tournant autour du Mont Boron, la Grande Corniche monte très haut, puisqu’elle dépasse 500m d’altitude, en offrant un des plus beaux panoramas sur la Mer Méditerranée. Toujours sur les traces de la Voie Julia, elle passe à La Turbie, dont le célèbre Trophée d’Auguste défie le temps depuis 21 siècles. Elle frôle le surprenant Vistaero, hôtel perché au dessus du vide, avant de redescendre au niveau de Roquebrune vers Menton. La Grande Corniche était classée N7 jusqu’en 1976.

Au XXe siècle, l’arrivée de l’automobile change la situation : il faut des routes rapides. Avec ses nombreux virages, le tracé de la Grande Corniche n’est pas adapté à la vitesse. Pour cette raison, les travaux d’ une nouvelle voie démarrent après la guerre de 14-18. En deux tronçons, Nice - Monaco (1927), et Monaco - le Cap Martin (1939), la Moyenne Corniche voit le jour. La Moyenne Corniche à Eze, passant sur le viaduc. Aujourd’hui, les constructions couvrent toute la colline... Passant le long du village perché d’Eze, elle contourne la Principauté de Monaco sans y pénétrer (Il était hors de question qu’une route nationale française passe en territoire étranger), et redescend doucement pour rejoindre la Basse Corniche au niveau du Cap Martin. Sources : www.perso.wanadoo.fr/nationale7/lyon-menton.n7/nicementon7.html www.cg06.fr/tourisme/parcs-corniche.html

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

28


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 2 Valoriser les points de vue, les belvédères et les panoramas c- Les panoramas, des points de vue spectaculaires sur la ville

Diagnostic

Les panoramas sur Nice se découvrent depuis les points hauts qui entourent la ville. Ceuxci sont nombreux compte tenu de la particularité géomorphologique du site de Nice.

Bon nombre de ces points sont marqués par la présence de monuments qui ont été bâtis pour des raisons stratégiques sur les hauteurs tels les ouvrages militaires (le Château, la Tour Bellanda, les forts du Mont-Alban et du Mont-Boron, les batteries), tels les bâtiments religieux (monastères, églises, chapelles) ou encore tels des bâtiments singuliers comme l’Observatoire, la Cascade de Gairaut, le Cimetière de l’Est. Ces belvédères construits sont aussi des points de repères dans la ville.

Par ailleurs, le long des routes qui ont été tracées à flanc de collines ou de rochers, des « points de vue » ont été aménagés pour le touriste ou le promeneur qui souhaite admirer le panorama. De la même manière le long des chemins de promenade à travers les parcs sis sur les hauteurs, des belvédères ont été créés pour que le promeneur s’arrête et admire le paysage de Nice : la ville en bas sur la côte et dans la plaine, les collines et les monts et au loin, la mer d’un côté et les montagnes de l’autre.

De plus, l’architecture des belles demeures de Nice, est riche d’un vocabulaire lié au regard sur le paysage depuis les terrasses, les balcons, les loggias, les tourelles, les belvédères, les oriels…Certaines maisons et immeubles des années 50 profitent de terrains « difficilement constructibles » pour d’autres architectures, pour exploiter des vues exceptionnelles en ouvrant la construction par de grandes baies vitrées, et dessinant de grands balcons filants.

c1- La colline du Château est le premier des belvédères : sa présence au sein de la ville comme un gros rocher surmonté des ruines du vieux château, du vieux cimetière, de la Tour Bellanda en fait un monument géologique et historique, fondateur de Nice ; elle est emblématique de la vieille ville. Aménagée en jardin depuis le XIXème siècle, elle est un lieu de promenade où l’ensemble des parcours, des arbres, des éclairages, des fontaines, des mobiliers et des fabriques en font un jardin pittoresque très apprécié des niçois et des touristes. De là, le promeneur peut au cours de son parcours voir la ville sous tous ses points cardinaux.

c2- La colline de Cimiez est un second haut lieu de Nice riche d’histoire, de ruines et de monuments. Elle domine la vallée du Paillon ; cette vallée ayant été l’axe de développement de Nice avant l’avènement de l’ère touristique et industrielle la situation était idéale.

Les Romains s’y étaient installés, en témoignent les vestiges du site archéologique galloromain de Cemenelum. Les moines de l’ère chrétienne y ont bâti un monastère. Dès la fin du XVIII siècle, les notables niçois s’y installèrent suivis par les aristocrates et grands bourgeois qui en firent le lieu de leur résidence hivernale. La colline offre de très beaux points de vue sur la ville, la vieille ville et le port.

c3- Les collines de Nice constituent un balcon naturel en écrin au-dessus de la ville. Une balade à travers les chemins et routes des collines, offre l’un des plus beaux panoramas sur Nice. Grimper sur les collines et découvrir l’envers du décor de la promenade des Anglais, accéder aux premières places des « villages » de Gairaut, St-Pancrace, Colomars, St-Romande-Bellet, …voir la ville à l’ombre des oliviers, des pins d’Alep, dans les vergers de cerisiers et dans les vignes, avec une humeur champêtre.

c4- La cascade de Gairaut a été construite au XIXème siècle pour alimenter la ville en eau. Cet un ouvrage hydraulique stratégique, relié au canal de la Vésubie, a été construit avec un souci de mise en scène de la technique au profit d’une architecture pittoresque qui valorise le lieu et la vue sur la plaine de Nice. Elle est située non loin de l’église de Gairaut qui bénéficie également de ce point de vue exceptionnel tout comme l’ensemble des demeures et lotissement qui ont été bâtis au cours des siècles derniers sur les flancs de cette colline. c5- Les monts forment également un balcon linéaire sur la limite est de la ville où sont aménagés des sentiers de promenade sur la crête et les côtes boisées.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

29


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 2 Valoriser les points de vue, les belvédères et les panoramas c6- L’Observatoire de Nice est un point de repère presque constant dans le paysage de Nice vu d’en haut comme d’en bas, par sa blancheur et sa forme particulière, il rayonne vers les étoiles. C’est un haut lieu de recherche et de découverte. c7- Les forts du Mont-Alban et du Mont-Boron bénéficient d’une position stratégique entre la plaine de Nice et la rade de Villefranche. Dans le même registre d’ouvrages militaires on ne doit pas oublier les batteries, batterie russe, batterie St-Aubert qui sont aussi implantées sur des points de vue imprenables et qui pourraient être mis en valeur et ainsi découverts par le public.

d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

Demande d’un travail plus approfondi, notamment : - sur le repérage plus précis des sentiers/ escaliers des collines - la demande d’une cartographie croisée entre ces sentiers et les points de vue hauts qu’ils offrent

Les points de vue depuis l’autoroute : - préserver le défilement/ aspect dynamique de la découverte du paysage - laisser la place au hasard, pas trop d’aménagement - difficultés en termes de foncier et de topographie pour aménager des points d’arrêt Les corniches Est ne semblent pas réclamer d’évolution majeures. Le brouillage de l’horizon : les antennes sur la route de Bellet sont gênantes. L’enfouissement des lignes à haute tension, est un élément important mais qui relève surtout de l’intervention d’EDF confrontée aux difficultés techniques et financières de l’enfouissement. Enfouissement d’une ligne dans les collines en cours.

La réflexion sur les points hauts induit une interrogation sur l’horizon que l’on veut valoriser, vers la mer ou/et vers les collines.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

30


La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois

AXE 2 Valoriser les points de vue, les belvédères et les panoramas

e- Enjeux et pistes d’action

1- Préserver et mettre en valeur le grand paysage, le site de Nice entre

3- Valoriser la traversée et les perceptions de Nice par l’autoroute A8

• Protéger les franges naturelles et agricoles, les espaces boisés, les coupures

• Prendre en compte la découverte du grand paysage par ce balcon des collines

vertes qui rythment la perception des paysages de la ville pour protéger les crêtes et les coteaux boisés ou cultivés qui accompagnent l’horizon et les perceptions entre la mer et la montagne

des constructions, des plantations en préservant des cônes de vue sur la mer et la montagne

mer et montagne

• Protéger la côte « sauvage », la côte rocheuse du cap de Nice et réguler la fréquentation, pour contrer toute atteinte aux paysages escarpés de la Riviera 2- Réhabiliter des balcons et panoramas sur la ville et sur la mer depuis les collines et les monts

• Établir une carte de référence des points de vues • Valoriser les points de vue par un type de mobilier et une signalétique spécifique

• Créer un itinéraire panoramique et thématique par les collines et les monts, par les espaces récréatifs communaux, reliant les plus beaux points de vue sur la ville

• Valoriser des points de vues cachés ou oubliés tels que les points de vue de

• Mettre en œuvre un projet de paysage pour l’intégration des terrassements,

4- Qualifier et caractériser la traversée de Nice par la voie Mathis

• Prendre en compte la découverte des toits et façades arrière de la ville depuis la voie sise en aérien en traitant de manière accueillante les abords de la voie (couleurs, plantations, lumières…) • Mettre en place une gestion cohérente des réseaux aériens (antennes de toit, paraboles, réseau TV Telecom) • Améliorer les espaces intermédiaires entre la voie et les immeubles (jardins, cours, bâtis…) • Trouver un traitement particulier pour chaque sortie • Qualifier les espaces autour des piliers, par des treillages et des plantations

la batterie St Aubert et la batterie Russe par un aménagement des accès, un mobilier et une signalétique

• Enfouir les réseaux aériens dans les collines et la plaine du Var pour dégager les cônes de vue

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

31


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas AXE 3 Favoriser les promenades, les parcours de découvertes thématiques De la promenade « galante » à la promenade urbaine, l’idée de la promenade urbaine a-

L’idée de la promenade urbaine est liée à celle d’un espace de déambulation qui propose un parcours agréable, confortable, ponctué d’évènements, d’éléments à voir.

La fonction première de ce type de voie consiste à favoriser la promenade, c’est-à-dire le déplacement d’un lieu à un autre dans le but de se détendre, de prendre l’air, d’admirer la nature. Par conséquent on y retrouve de nombreux éléments naturels qui favorisent la détente : arbres, pelouses, fleurs éventuellement, cours d’eau ou pièces d’eau parfois, etc.

Bien que le promeneur à pied utilise davantage cette catégorie de voie, la notion de promeneur n’interdit pas le déplacement à l’aide d’un véhicule motorisé ou non, dans un but de détente, pour faire une balade. Cependant, comme la vocation principale de cette voie consiste à favoriser la promenade, le terme «spécialement» qui figure dans la définition élimine la possibilité d’une trop grande densité de circulation automobile. Ainsi, une voie où circulent un grand nombre de véhicules commerciaux ne saurait prétendre à l’appellation de promenade.

Les problématiques liées à la promenade et aux parcours doux (piétons et vélos)les parcours alternatifs : hors des grands axes, dans les « zones 30 ». b-

• Un contexte différent : zone urbaine peu dense, peu circulée, ou zone naturelle • Des marquages différents : sols, mobiliers, signalétiques, éclairages

Les différents types de promenades à Nice (La promenade des Anglais, La promenade du Paillon, les parcours dans les monts, les rigoles…) c-

Nice est depuis son essor balnéaire et touristique, une ville de villégiature où la promenade est une pratique qui donne sens à un certain urbanisme lié à l’idée de la ville-parc. Deux grands axes portent le nom de promenade :

c1- La promenade des Anglais, la plus ancienne et la plus célèbre, longe la baie des Anges de l’aéroport au jardin Albert 1er. L’horizon, la mer, la plage et ses occupants et activités créent un spectacle sans cesse renouvelé. Elle offre un large déambulatoire en surplomb sur la mer où se croisent les piétons, les coureurs à pied, les vélos, les rollers, les skaters et le petit train touristique. Ce grand trottoir côté mer est ponctué de pergolas pour s’asseoir à l’ombre, de portiques d’entrée des plages privées, de bancs et de chaises bleues.

LA PROMENADE DES ANGLAIS DANS LE POS : D’après le rapport de présentation la volonté de redynamisation de la promenade des Anglais est essentiellement portée par le zonage UA/h, tandis qu’un traitement spécifique du quai des Etats-Unis est inscrit dans la zone UA/aq. (CF. P.174 du rapport de présentation du POS) Sur la partie la plus à l’Ouest de la Commune, la promenade des Anglais n’est pas en bord de mer mais sépare le site de l’aéroport (intégré dans un POS partiel) et le site d’Haliotis (zone UC/v) au Sud du reste de la ville, au Nord. Sur cette partie les zones sont relativement réduites et concentrées le long de la promenade : un secteur de plan masse UP/m12 jouxtant la ZAC de l’Arénas, et les zones UA/cy, UA/cg, UA/cx , UF/x et UA/c. Le zonage UA est le zonage dominant de la promenade, surtout dans sa partie urbaine. La zone UA est la « zone urbaine dense du centre-ville ». Toutefois la promenade est souvent divisée en sous-secteurs d’Ouest en Est: UA/cy, UA/cg, UA/cx, UA/c, UA/a et UA/b, UA/h, et UA/aq. Seuls les sous-secteurs UA/cy, UA/aq et UA/h constituent des zones linéaires en front de mer. Par deux fois seulement, la promenade des Anglais forme la limite de zones naturelles : ND/b. Celles-ci correspondent, au square Marcel Kirchner, et à la promenade du Paillon. A l’extrême Est, la promenade des Anglais est intégrée dans le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Vieux-Nice.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

32


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas AXE 3 Favoriser les promenades, les parcours de découvertes thématiques Côté ville, le trottoir est moins large mais profite du recul des bâtiments qui à l’origine était planté et qui maintenant, sur une grande partie, est occupé par des terrasses de cafés, glaciers, bars et restaurants d’hôtels, de parvis.

La promenade des Anglais souffre d’une trop grande présence de la voiture qui en fait plus une « autoroute urbaine » qu’une réelle promenade comme elle l’était à l’origine. La réduction progressive du terre-plein central et l’espace gagné sur la mer pour reculer le promenoir et élargir les voies, témoignent de l’accroissement de la circulation automobile. L’agrément de ce lieu pour les promeneurs à pied ou à vélo ainsi que pour les riverains, est amoindri par la pollution de l’air, par le bruit, par la vue des voitures.

De plus, l’aménagement du port de Carras à l’extrémité ouest de la promenade, nous invite à imaginer « d’étirer » les animations, les aménagements qualitatifs (mobilier, sols, …) de la promenade jusqu’à ce nouveau pôle attractif ; et en parallèle, de requalifier toutes les rues, traverses ou passages d’accès à la promenade depuis les rues arrières de la Californie ou rue de France.

c2- La promenade du Paillon, la plus moderne, se déroule sur le Paillon couvert depuis le jardin Albert 1er jusqu’aux jardins de la bibliothèque Nucera. Le promeneur profite des jardins qui se succèdent le long de ce parcours. Déambulant dans ce large espace central, il n’est pas importuné par la circulation automobile, il traverse la place Masséna et quelques rues. Il profite de l’agrément des plantations, des fontaines, des pergolas et des bancs qui l’accueillent. Cependant, la discontinuité du parcours s’opérant à partir du parking du Paillon, n’invite pas le promeneur à poursuivre sa promenade qui ne trouve pas facilement son chemin et éprouve un sentiment de crainte sur les jardins suspendus assez peu fréquentés. De plus, l’inconfort des escaliers trop raides du jardin du théâtre et de la bibliothèque ne favorise pas la découverte. Enfin, l’axe de cette promenade ayant été bâti pour y installer de grands équipements, la place réservée à la promenade est rejetée à l’extérieur à proximité des voitures et dans un espace réduit.

Le déplacement de la gare routière est l’occasion d’imaginer un projet pour cette promenade majeure de Nice.

CIRCULATION DU «TRAMWAY» : UNE VOIE RÉSERVÉE Comment faire cohabiter voie ferrée et chaussée ? En fait, la réponse est donnée par l’objectif même d’installer un transport en commun en site propre : le tramway roulera sur un axe exclusivement dédié à sa circulation. Concrètement, cela signifie que les rames circuleront sur une plate-forme «protégée» qui sera intégrée au milieu de la chaussée. Objectif discrétion La conception de la voie a répondu à un cahier des charges précis qui exige : • des conditions optimales de roulement, de confort et de sécurité pour les rames • une réduction maximale des nuisances sonores et vibratoires pour les riverains Le projet tramway a mobilisé toutes les ressources technologiques actuelles pour satisfaire ces exigences légitimes (rails à soudure alumino-thermique, pose de voies sur dalles flottantes, système antivibratile, ancrage en façade pour les lignes d’alimentation électrique). Le message est sur le sol Enfin, pour signaler et délimiter plus ouvertement encore l’espace alloué à chaque mode de transport, le sol fera l’objet de marquages précis et de revêtements différenciés : • des surfaces traitées matérialiseront ainsi l’espace affecté à chaque moyen de déplacement : trottoirs et places pour les piétons, chaussées pour les voitures et les bus, voie ferrée pour le tramway • des lignes au sol viendront marquer les limites de ces différents espaces de circulation La gamme de matériaux choisie pour ces revêtements de sol allie esthétique et efficacité. D’une manière générale, il est prévu une couleur foncée pour la chaussée et la plate-forme tramway, et une couleur claire pour le domaine piéton. Les pistes cyclables faisant également l’objet d’un marquage spécifique.

AMÉNAGEMENT DES STATIONS DE TRAMWAY Quai central et quai latéral Les différentes stations desservant le parcours du tramway seront aménagées selon deux modèles standards : • station à quai latéral : la plate-forme tramway débouche au milieu de deux quais de 40m de long et de 3m de large. • station à quai central : le quai est au milieu des axes de circulation. De même longueur que le quai latéral, il offre toutefois une plus grande largeur de 5 m.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

33


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas AXE 3 Favoriser les promenades, les parcours de découvertes thématiques Des équipements à la pointe du progrès

Patrimoine niçois - parcours commentés

Dans tous les cas, les stations seront équipées pour le plus grand confort et pour une information optimale des voyageurs : • rampes d’accès en pente douce pour les personnes à mobilité réduite • abri protecteur • affichage : nom de la station, destination, plans de réseau, de ligne, de quartier, horaires, informations diverses • système d’information visuel ou sonore indiquant en temps réel les temps d’attente ou les horaires des prochaines rames • distributeur de titres de transport sur chaque quai (acceptant les cartes bancaires) • horloge

Le Centre du Patrimoine propose des parcours commentés de découverte dans la ville de Nice, à travers ses quartiers, ses sites et ses bâtiments emblématiques.

Pôles d’échanges : aménagement sur-mesure Toutefois, au niveau des stations jouant un rôle de pôle de correspondance, la conception des stations ne sera pas calquée sur les deux modèles standards. Leur vocation de lien entre les différents modes de transport (tramway, train, bus et voiture) exige en effet un aménagement plus complexe. Par exemple, des liaisons piétonnes seront prévues pour relier station et gare au niveau des stations Général de Gaulle et Gare Thiers. Sur les pôles d’échanges, l’arrêt de bus peut également jouxter directement le quai : ce sera le cas pour la station terminus Pont Michel. Autre cas particulier, au niveau du terminus Nice nord où se situe le dépôt, la station sera intégrée à l’intérieur de l’espace Comte de Falicon.

EMBELLISSEMENT DES QUARTIERS TRAVERSÉS

Parcours Belle-époque : De la place Masséna au Négresco. Evolution architecturale du néo-classicisme à l’éclectisme. Les communautés étrangères - anglais, russes, américaines. Parcours baroque : Circuit dans le Vieux-Nice tel que l’âge baroque l’a structuré entre le cours Saleya et la place Garibaldi. Parcours Art Déco : Du palais de la Méditerranée à l’Escurial . Commentaires sur le style Art Déco et évocation de l’entre-deux guerres à Nice. Parcours colline du Château : Evocation de la citadelle et de la ville haute disparues, grâce à un parcours promenade à travers le parc romantique jusqu’à son cimetière monumental. Parcours Néo-classique : Du port à l’église du Voeu par la place Garibaldi. Circuit dans des quartiers datant de la fin du XVIIIème siècle et de la première moitié du XIXème siècle.

Sources : www.nice.fr/mairie_nice_1898.html www.tramway-nice.org

Parcours colline de Cimiez : De l’entrée du musée Matisse (Villa). Des sites archéologiques à l’église du monastère et aux palaces Belle Epoque. Cicruit évoquant la Cemenelum romaine et le quartier à la Belle Epoque

Nice, Hier et Aujourd’hui

Eglise Saint-Barthélémy, cimetière Saint-Barthélémy, jardin Villa Arson, Prieuré du Vieux-Logis.

Le Vieux Nice Le Musée Chagall Le Musée Matisse Site Archéologique

L’opéra dans son quartier . Découverte de l’Opéra de Nice côté salle et côté coulisses, suivie d’une promenade dans le quartier de l’ancien Pré-aux-Oies

Source :

Source :

www.kameleo.com/french/PDN-Menu.htmlpalais de la Méditerranée à l’Escurial .

www.nice.fr/mairie_nice_2206.html

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

34


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas AXE 3 Favoriser les promenades, les parcours de découvertes thématiques d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

Les groupes de travail on été très favorables au développement des modes doux, mais ce développement doit se faire sur l’emprise de l’automobile et non sur l’emprise du piéton.

Les sentiers collinaires : suivre l’exemple du canal de la Vésubie. La réouverture des sentiers au public dans les collines pose plusieurs problèmes : - quelles fonctions auront ces sentiers ? Promenade hebdomadaire, déplacements quotidiens (lien avec la gare de la Madeleine important, ainsi qu’avec le futur parc St Philippe), promenade touristique ?

- comment résoudre les problèmes de stationnement et les problèmes de clôture (fermeture obligatoire) Le lien entre la terre et la mer : - étude interface terre-mer (cf. étude CLARAC) - Palais de l’Horticulture sur la promenade des Anglais, pour « raconter » les collines - travail en cours d’un DESS de gestion de la planète pour le franchissement de la voie Mathis

Les « zones 30 » ou « quartiers tranquilles », peu évoquées : - scepticisme, difficile à faire respecter - au contraire, d’autres y étaient très favorables, notamment dans le corridor du tramway et autour de l’avenue de la République

Les parcours thématiques : - renforcer la communication sur les vins de Bellet - utiliser le train des Pignes comme vecteur d’une promenade thématique - fréquemment évoquées, promenades autour des grandes demeures niçoises (notamment dans les collines sud-ouest)

- intégrer le jardin botanique de Fabron dans un parcours thématique

(comment et pourquoi franchir, définir des franchissements avec des points attractifs, des buts)

Les promenades au bord de l’eau (inclut réflexion des promenades dans le vallon de Magnan)

- est apparue à deux groupes comme une question redondante avec le thème sur l’eau - accueil très favorable au développement des modes doux : plutôt le long du Var (travail en cours à la direction de l’environnement de la CANCA sur le sentiers des anciennes carrières), perception d’une image plutôt négative du Paillon

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

35


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 1 : La perception et la découverte des paysages niçois La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas AXE 3 Favoriser les promenades, les parcours de découvertes thématiques

e- Enjeux et pistes d’action

1- Créer de nouvelles grandes promenades urbaines • Au fil de l’eau le long des berges du Paillon et des berges du Var • Au fil du rail, le long des axes du tramway • Utiliser l’eau, les fontaines, l’art, les évènements, la lumière comme éléments de mise en scène et d’attractivité qui visent à faire découvrir les sites, l’art, l’architecture, les jardins, l’histoire, la culture et qui participent au développement touristique de la ville

• Mettre en œuvre une synergie

entre les différents acteurs de l’aménagement des espaces publics, du développement touristique et culturel et du commerce liés aux loisirs, à la détente pour vitaliser de nouvelles promenades urbaines

2- Enrichir l’offre d’itinéraires thématiques sur les paysages, les jardins, l’architecture en créant de nouvelles boucles de découverte

• Relier un parcours des panoramas et points de vue sur la ville sur des thématiques diverses : le paysage agraire des collines, l’architecture des collines (Belles demeures et « Villas niçoises », villas des années 20, 30, 40, 50), du fort du Mont-Boron à la batterie Russe, une promenade sur les crêtes, un itinéraire en balcon sur la ville

• Créer des parcours reliant des points attractifs de la ville : de la colline du Château à la colline St-Philippe par la vieille ville et la ville Belle Epoque, de la colline de Cimiez à la Promenade des Anglais en passant par les collines et le vallon de Magnan.

• Mettre en place une signalétique, une documentation, des visites guidées, des évènements tels que « la nuit des galeries », « la journée porte ouverte des jardins » etc.

3- Offrir une palette de parcours alternatifs afin de favoriser les modes doux de déplacements en ville

• Signaler des parcours hors des grands axes de circulation automobile, par un marquage singulier : peinture de sol, signalétique, éclairage…

• Réaménager les passages et les ruelles du centre-ville, ainsi que les escaliers, les raccourcis et traverses des collines et des monts : les sécuriser, les signaler, les éclairer pour qu’ils soient plus empruntés • Aménager des pistes cyclables le long de tracés anciens ou nouveaux liés à l’eau dans la plaine du Var et dans la vallée du Paillon

• Modérer la vitesse dans les collines par un réaménagement des voies qui ne soit pas routier, par des dispositifs sécurisant pour les piétons et les vélos, et opter pour un partage des voies aux différents usagers : voie mixte piéton / automobile, « zone 30 » 4- Relier les deux rives du Var physiquement et symboliquement • Créer une promenade piéton vélo sur les rives est et ouest du Var en privilégiant l’intercommunalité

• Relier les deux rives par des traversées qui permettent aux piétons et aux cyclistes de traverser le fleuve en utilisant les infrastructures en place • Créer des espaces forts (avec des thématiques sportives, nature, familles) sur chaque rive qui soient complémentaires et permettent de tisser des liens entre Nice et St Laurent du Var à travers des projets culturels, par exemple des aménagements singuliers évoquant la mémoire du Var, ancienne frontière du Comté de Nice, histoire de l’annexion française, de la création du département des Alpes-Maritimes… (signalétique historique, jardins, expositions…)

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

36


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice Axe 4- Pérenniser l’esprit de la ville parc

et la place du végétal dans les plans d’urbanisme a- Présentation du concept de la ville-parc b- Les problématiques liées à la ville-parc b1- Plantation d’alignement b2- Le recul jardiné b3- Squares et jardins publics b4- Cœur d’îlot jardiné b5- Une palette végétale au fil des saisons b6- Les Espaces Boisés Classés

c- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique d- Enjeux et pistes d’action

Axe 5- Définir des palettes végétales de

référence

a- Petite histoire des plantes et des jardins de la Côte d’Azur b-Problématiques liées à la palette exotique, un mot sur l’acclimatation et le développement du palmier b1- Les premiers palmiers b2- Pourquoi y a t-il peu de palmiers sauvages en europe ? b3- Devenir du palmier à Nice face au paysandia archon b4- Le palmier, l’arbre emblématique de la Côte d’Azur b5- L’oranger, l’autre arbre emblématique de la Côte d’Azur b6- Les fleurs et le fleurissement

c- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique d- Enjeux et pistes d’action

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

37


aysage

PPaysage lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

Axe 6- Créer de nouveaux parcs et jardins

Diagnostic

a- La nature et la ville : nouvelles attentes b- Les problématiques liées à la création de nouveaux parcs et jardins b1 - réflexion sur les aires d’influences des parcs et jardins b2 – nouvelles pratiques nouveaux usages, la demande en matière d’espaces récréatifs b3 - les espaces de nature en ville

c- Créer des nouveaux parcs, des jardins et des espaces récréatifs à Nice c1- Réflexion sur l’utilisation des grandes unités foncières libérées c2- Réflexion sur l’utilisation de friches agricoles et délaissés urbains c3- Requalification des espaces ouverts des grands ensembles

Axe 7- Les jardins et les paysages, des lieux et

des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers

a- Gérer, communiquer, sensibiliser les acteurs et les usagers sur la place et le choix du végétal dans la ville et dans les jardins

b- Les problématiques liées à la gestion, la communication et la sensibilisation b1- Réfléchir sur un mode de gestion de ce patrimoine vivant b2- Sensibiliser les Niçois à la valeur de ce patrimoine b3- Gérer durablement les jardins et recenser ce patrimoine

c- Les outils pour gérer le paysage niçois c1- Le volet paysager du PC

c4- Créations de parcs de stationnements paysagers

c2- L’article 13 du PLU et la gestion des espaces plantés privés

c5- Les jardins familiaux

c3- Gestion de l’imperméabilisation des sols et des terrains

d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique e- Enjeux et pistes d’action

c4- Mise en place d’une cellule d’aide à la gestion du paysage c5- Nice sur la route des jardins de la Côte d’Azur

d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique e- Enjeux et pistes d’action

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

38


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme a- Présentation du concept de la ville-parc

La notion de ville-parc est importante et définit bien l’identité de Nice dans sa partie « ville constituée » et « ville à consolider ». Elle est perceptible par la présence des alignements d’arbres le long des principaux axes, boulevards et avenues, par les reculs jardinés, les cœurs d’îlots plantés, les parcs des grandes demeures du XIXème siècle, ainsi que les jardins publics qui ponctuent la ville.

Cette impression est aussi donnée par la diversité et la singularité de la palette végétale qui est empruntée à celle des plantes ornementales des jardins de la Côte d’Azur, des propriétés aristocratiques et bourgeoises du XIXème siècle dans lesquelles l’acclimatation de végétaux exotiques a été opérée par des amateurs éclairés qui profitant du climat exceptionnel méditerranéen, ont fait découvrir une large palette de végétaux peu habituels. La présence des ces plantes singulières que l’on trouvait fréquemment dans les jardins du XIXème (Araucaria, cyprès, cèdre…), et de ces plantes exotiques ou méditerranéennes (palmier, oranger, olivier…) qui débordent généreusement au-dessus des murs et clôtures, souligne la clémence du climat de la Côte d’Azur où les jardins prospèrent aisément. b- Les problématiques liées à la ville-parc

règlement du Consiglio d’Ornato. Ils font partie de ce décor végétal qui agrémente la ville où les déambulations principales suivent des promenoirs arborés. Certains alignements projetés en ce temps là n’ont jamais été plantés, d’autres ont vieillis et ont été remplacés par de nouvelles essences. Depuis l’époque de leur conception l’automobile a pris de plus en plus de place et le piéton a été cantonné à des trottoirs plus étroits : des arbres ont été abattus pour élargir les voies de circulation, pour aménager des tunnels.

Le patrimoine arboré de Nice, privé et public, pose un problème de gestion lié au vieillissement des arbres. Pour certains, ils sont devenus trop importants à l’échelle des rues qu’ils soulignent et au gabarit des bâtiments qu’ils jouxtent. Pour d’autres, les maladies phytosanitaires qui se généralisent sur telle ou telle essence nécessitent une intervention d’abattage. Enfin, les travaux de création du tramway ont nécessité l’abattage des alignements de platanes qui étaient en place sur les axes de ce tramway.

b2- Le recul jardiné Le recul jardiné est un héritage des plans d’urbanisme du Consiglio d’Ornato qui imposaient un retrait de la façade principale des bâtiments pour laisser un espace planté assez large. Ces jardins sur rue existent dans la « ville constituée » et la « ville à consolider » ; ils sont présents dans certaines avenues qu’ils agrémentent de leur végétation débordante, ordonnée ou spectaculaire. Etroits ou plus larges selon la largeur de la rue, ils caractérisent cet urbanisme végétal que Nice s’est dotée au cours de sa première grande période d’expansion.

Ces jardins sont visibles de l’espace public, car les îlots sont ouverts. Les bandes de jardins longent les rues orientées est-ouest, tandis que les rues orientées nord-sud sont bordées par l’alternance des petits côtés des bandes bâties et des bandes de jardin. Cette structure contribue à la forme décrite comme « ville-parc » et « très belle ville ».

Cependant, au cours des années, ces espaces plantés ont été, pour un certain nombre d’entre

b1-Plantation d’alignement Les plantations d’alignement participent au paysage urbain niçois issu des projets et

eux, en partie minéralisés ou construits pour y intégrer des garages, du stationnement, des commerces dérogeant ainsi à la règle et privant l’espace d’une « respiration verte ».

CONSIGLIO D’ORNATO Le 26 mai 1832 est une date importante pour l’agglomération niçoise, le roi Charles-Albert crée le Consiglio d’Ornato, (ou Conseil d’Ornement) institution chargée de doter Nice d’un plan régulateur qui déterminera le style et l’orientation de la ville moderne (plus de 500 plans et dessins d’architecture). Source : Histoire de Nice et son Comté / Giletta « Entre 1832 et 1860, quelques personnalités niçoises, membres du Conseil communal, animèrent une institution municipale extraordinaire, le Consiglio d’Ornato, qu’on traduit en français, non sans incertitude par Conseil d’Ornement. Du débat entre nobles cultivés comme Louis-Alexandre Sa•ssi de Châteauneuf, scientifiques comme Antoine Risso, bourgeois pragmatiques, tous soucieux de l’embellissement et du développement de Nice, naquit un plan d’urbanisme remarquable, sur lequel se calque encore Nice, aujourd’hui. De la place Masséna aux Terrasses, du Port à la Croix de Marbre, de l’église du Vœu à la promenade des Anglais, ils conçurent une ville nouvelle, harmonieuse et raisonnée, élégamment insérée dans un écrin naturel incomparable, et dans laquelle chaque détail architectural, chaque façade, chaque devanture, chaque espace public avait fait l’objet d’une longue réflexion, inspirée par l’intérêt général. C’est une œuvre architecturale et urbaine majeure, à la fois novatrice, visionnaire et équilibrée » Source : LE CONSIGLIO D’ORNATO

L’essor de Nice 1832-1860

SCOFFIER Edouard - BLANCHI Félix

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

39


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme Or, on pourrait dire que cet espace planté est une « mesure compensatoire » à la densité des constructions du centre ville et participe à la « trame verte » de la ville. La perte de cet espace vide ou son grignotage par la voiture, et son imperméabilisation progressive fait perdre la lisibilité de cette trame et étouffe la ville dans trop d’espace minéral.

Chaque année des opérations de réhabilitation des jardins publics (jardins de proximité, petits ou grands ou jardins emblématiques d’un quartier, d’une époque), sont réparties sur les Territoires et réalisées par le service des espaces verts de la ville. Ce sont très rarement des maîtres d’œuvre indépendants qui réalisent ces missions.

Aujourd’hui la gestion de ces espaces qui appartiennent au domaine privé, passe par une réglementation appropriée en regard de la situation réglementaire actuelle, des jardins existants, des activités en place, et du projet de ville. La perception de la ville-parc passe immanquablement par la présence forte d’espaces jardinés, plantés au cœur de la ville, le long de l’espace public.

De plus, ces reculs peuvent être un modèle d’urbanisme pour les projets d’extension de la ville, à renouveler ou interpréter devant les constructions contemporaines.

b3- squares et jardins publics Des plans régulateurs de la fin du XIXeme siècle persistent également un ensemble de squares et jardins publics qui ponctuent la trame construite en offrant une respiration salutaire.

Dans les quartiers de la ville constituée, on trouve un nombre important de petits espaces plantés qui ne sont pas constitués en squares mais sont des petits espaces « résiduels » d’un tracé viaire, d’un retrait de façade. Ils sont parfois seulement plantés d’un bel arbre (pin, faux poivrier, palmier…) et sont associés parfois à quelques plantations arbustives, à un banc et quelques fleurs. Malgré leur taille, ils participent au décor végétal de la ville et méritent une attention. Une vision d’ensemble du traitement de ces petits espaces serait à considérer dans le cadre de l’entretien de la trame verte de Nice.

En effet, ils participent fortement à la perception de cette ville-parc que l’on perçoit de manière tactile en se promenant dans les rues de la ville que de manière visuelle en l’observant des points hauts qui entourent la ville.

Les squares s’inscrivent dans la maille urbaine des îlots et voies, ils sont donc carrés ou rectangulaires générés par la trame cartésienne. Ils ont été créés sur le modèle de l’époque comme ceux dessinés par Alphand à Paris : jardins pittoresques où la courbe domine les tracés, où les massifs d’arbustes divisent l’espace, et les grands arbres remarquables donnent le ton. Parfois agrémentés d’un kiosque central ou d’une statue, ou d’un bassin, d’une fontaine ; ils sont parfois clos d’une grille et meublés de bancs, de corbeilles et de lampadaires. L’ensemble est conçu dans une ligne artistique cohérente qui fait référence au même style. A Nice, certains de ces squares sont des espaces significatifs qui sont aussi des points de repères urbains : square d’Alsace-Lorraine, square Normandie-Niemen…

D’autres jardins publics prennent place devant des équipements publics majeurs programmés par le Consiglio d’Ornato : jardin de l’hôpital Saint-Roch, jardin de l’Eglise du Vœu, square Wilson de l’Hôtel des Postes…

Le développement de la ville vers le nord dans les quartiers de St-Barthélémy, Le Ray, SaintMaurice, Saint-Sylvestre, inscrit aussi quelques squares mais qui sont moins significatifs, le long des grands axes.

Le Parc Chambrun, histoire d’un parc privé devenu un lieu public La propriété, achetée par le comte Joseph Pineton de Chambrun, était en 1876 à l’abandon, ce fut le coup de foudre pour le comte et sa femme. Les Chambrun firent construire une demeure style «manoir anglais» et aménagèrent le parc en un ensemble magnifique, où les soirs d’été, des réceptions somptueuses s’y déroulaient. Mais après la disparition du comte de Chambrun en 1899, les grilles de la propriété se refermèrent pour ne plus jamais s’ouvrir. A la fin de la première guerre mondiale, les promoteurs aiguisèrent leurs dents sur le parc Chambrun. En 1927, le Conseil Municipal d’Alexandre Mari mettra fin (trop tard ?) au massacre en rachetant un lot de terrain entre le temple et l’ancienne villa. La partie sauvée fut transformée en jardin public.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

40


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme Les Parcs & Jardins de la Ville de Nice source : (www.nicerendezvous.com) Sur les 1300 hectares urbanisés de la commune de Nice, 300 ha sont occupés par 150 parcs et jardins. Une étude exhaustive sur l’ensemble des espaces verts de la cité a été publiée dans le numéro 117 de la revue niçoise Lou Sourgentin (voir page 59). - jardin de Cimiez - jardins des Arènes: 34.770 m2 - jardins du Monastère : 9.550 m2 - stationnement tout autour des jardins des Arènes. Difficile le samedi après-midi. (Mariages et photos dans les jardins) - oliviers nombreux. Pelouses accessibles. Musée Matisse. Musée archéologique. Vestiges de Cemenelum - Monastère. Musée du Monastère. Jardins (superbe roseraie) - au fond des jardins du monastère, le belvédère. Le petit bois au-dessus des jardins du monastère - historique du monastère bénédictin, puis franciscain. La vie de Matisse - découvrez le petit jardin sous l’école Bellanda Le JARDIN du MONASTÈRE de CIMIEZ - la paix et l’harmonie règnent ici. Au printemps, les pergolas anciennes sont recouvertes de rosiers grimpants et une multitude de variétés de fleurs embaument l’atmosphère - ce jardin est le plus ancien de la Côte d’Azur. Son plan serait inchangé depuis 1546 PARC FLORAL PHOENIX Surface : 7 ha. - promenades à travers de somptueux jardins. La plus grande serre du monde gérant 7 climats tropicaux Animations éducatives. Expositions. Poissons, oiseaux, papillons exotiques. Événements saisonniers - la jungle des papillons en liberté - la Méditérranée présente plusieurs visages. Les retrouver dans ce parc floral - découvrir ce que l’on appelle «le jardin des succulentes»

A l’ouest de Nice, près de l’aéroport, le parc floral de la ville de Nice est entièrement consacré à la nature et aux rapports étroits que l’homme se doit d’entretenir avec elle. On y découvre la plus grande serre du monde. C’est un fantastique espace de découverte (7 hectares) pour petits et grands : 350 oiseaux en semi-liberté et en volière, tortues terrestres et aquatiques ...

Le Château Surface : 193.000 m2 - sentiers balisés. Vestiges de Notre-Dame-du-Château. Cascade. Belvédères du donjon et vers le Port. Cimetières. Tour Bellanda. Musée de la Marine - la Fontaine aux Oiseaux. Les différents sentiers d’accès à la cascade - le Château et l’histoire de Nice - essayez de déchiffrer les inscriptions des motifs réalisés en galets sur le belvédère dominant le Port La citadelle ayant été rasée entre février et juillet 1706 sur ordre de Louis XIV qui occupait le Comté de Nice, la colline reste propriété de la Couronne qui y maintient des batteries d’artillerie. Le 3 mai 1822, le roi Charles-Félix en concède la jouissance à la ville. Transformée en parc, reboisée, elle reste une zone «non ædificandi». Sur la plate forme principale (terrain de sports, puits à citerne), subsistent les soubassements des cathédrales médiévales. La première, commencée entre la fin du Xe siècle et 1018, consacrée en 1049, achevée autour de 1164, avait 34 m. de long sur 17,50 m. de large. Au XVe siècle, ce premier édifice, très délabré, est rasé : ses soubassements sont conservés comme crypte. Une nouvelle église est construite sur le même plan, rallongé de 4 m, entre 1429 et 1486. Le dédoublement des trois absides des chevets successifs est bien visible. Au centre, le jubé du premier édifice a été remis au jour lors des fouilles. Ebranlée lors du siège de 1691, la seconde cathédrale, ruinée, fut en partie rasée avec le Château en 1706 et ses vestiges aplanis. Sur l’esplanade qui précède ces ruines a été créé un musée lapidaire de plein air, dépourvu toutefois de toute notice explicative. A l’ouest domine le «donjon», rocher escarpé, occupé entre l’an mil et le XVIe siècle par le castrum médiéval. Un belvédère, sous lequel tombe une cascade artificielle, domine le Vieux-Nice et les quartiers occidentaux de la ville. Par beau temps, le panorama s’étend de l’Estérel au Massif du Mercantour (Table d’Orientation).

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

41


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme b4- cœur d’îlot jardiné Dans la trame bâtie de la « ville constituée » et de la « ville à consolider », on trouve un certain Diamétralement opposée, une terrasse domine le port, face au Mont-Boron et à l’est de Nice. Des mosaïques modernes évoquent les origines grecques de la ville, elles sont l’œuvre de Charles Catherin. Le PARC de la Colline du CHÂTEAU Jadis berceau de la cité, le château (malgré sa citadelle réputée imprenable) fut entièrement détruit par les troupes de Louis XIV en 1706. Aujourd’hui on se perd avec plaisir dans ce labyrinthe de verdure et l’on appréciera, particulièrement en été, la fraîcheur de ses sous-bois et de sa cascade. Magnifique point de vue dominant Nice et la Baie des Anges, le Port, Villefranche sur Mer.

nombre de jardins et parcs privés qui qualifient les cœurs d’îlot et les espaces publics. On perçoit une forte présence de ces jardins dans les lotissements qui regroupent des villas «début de siècle» dernier. Ces ensembles de maisons et jardins de qualité constituent des quartiers tranquilles à l’écart des grands axes de circulation. Ils sont parfois regroupés le long de voies « villa » en impasse où l’imbrication du bâti « Belle Epoque » et des jardins plantés de palmiers, d’agrumes, de grands conifères d’ornement, confère au lieu un caractère d’exception car ils sont souvent encadrés par des constructions modernes d’immeuble en barre qui referment l’îlot.

Par ailleurs, la présence d’anciens parcs des grandes demeures aristocratiques et bourgeoises de la Belle Epoque est encore perceptible sur les collines et notamment à Cimiez. Même si pour la plupart ils ont été en grande partie bâtis d’immeubles de résidence moderne, il n’en reste pas moins des traces, un patrimoine arboré. De plus, les résidences modernes des « Trente glorieuses » situées majoritairement sur les

MONT BORON - Surface : 57 ha. - 11 km de sentiers boisés. Beaux points de vue. Fort du Mont-Alban. (fermé) Végétation endémique - belvédère donnant sur la rade de Villefranche et le Cap-Ferrat (près du fort du Mont-Alban). Sentier du cap de Nice - évolution de la végétation depuis que la ville de Nice est propriétaire (1396 ). Historique du fort du Mont-Alban - repérer, sans les cueillir, œillets nains et orchidées sauvages

collines de l’Ouest sont construites au sein d’espaces verts perceptibles depuis l’espace public. Ils sont souvent agrémentés d’une piscine utilisée par les résidents.

En observant ces jardins, différentes constations s’imposent : Les parcs privés de copropriétés qui sont généralement bien entretenus, sont plus des espaces de représentation que des espaces de jeux pour les enfants. Ils ne sont pas toujours d’une grande qualité paysagère mais procurent un cadre de vie agréable pour les riverains.

LE PARC VIGIER

Les anciens parcs de belles demeures représentent un patrimoine de jardins anciens,

Situé tout près du port, Boulevard Franck Pilatte, ce jardin méditerranéen s’ouvre sur la mer. Il fut le premier lieu d’acclimatation en 1884 du fameux Phoenix Canariensis, palmier culte de la Côte d’Azur. Sur 10 000 m2, des alignements de palmiers de différentes espèces (dont le rare Livistona australis) s’offrent à vous ainsi qu’une grande variété d’arbres exceptionnels.

Les plus petits jardins privés des lotissements ou petites copropriétés, sont souvent peu

représentatifs d’un style dans l’art des jardins, d’une époque dont on perçoit les grandes lignes pour ceux qui n’ont pas été entièrement déstructurés. Généralement, ils présentent un patrimoine arboré d’une grande diversité et d’une grande qualité ornementale.

ou mal entretenus faute de moyens ou de connaissances en la matière. Des élagages ou abattages mal gérés créent quelques désordres esthétiques et écologiques.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

42


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme Ce patrimoine est vivant, il évolue, il vieillit ; se pose donc la question de son évolution et par conséquent, de son entretien et du remplacement des sujets qui viendraient à dépérir. La perte progressive de la richesse et l’abondance de ces jardins serait dommageable tant pour les résidents que pour les riverains et le paysage de ces quartiers qu’ils qualifient. En effet, ils participent fortement à la perception de cette ville-parc que l’on perçoit de manière tactile, en se promenant dans les rues de la ville, ou en l’observant depuis des points hauts.

b5- une palette végétale au fil des saisons Nice bénéficie du climat méditerranéen de la Côte d’Azur qui a contribué à l’attrait de cette

avenues sont essentiellement en essences à feuillage caducs comme le platane ou le tilleul alors que ceux du littoral de la Promenade des Anglais au boulevard Franck Pilatte sont à feuillages persistants comme le palmier, le chêne vert, le pin, le pittosporum. La teinte dominante des frondaisons est plutôt grise sous la lumière de la Côte d’Azur et les écorces chatoyantes. Elle contraste avec les teintes d’ombre des conifères.

En hiver, la ville se teinte de jaune par la floraison des mimosas, des citronniers et des orangers. Au printemps, ce sont les fleurs mauves des arbres de Judée et des glycines et les fleurs blanches des cerisiers qui colorent les jardins. Puis c’est l’explosion des couleurs qui se prolonge tout l’été. En automne, les couleurs s’estompent et disparaissent petit à petit comme tombent les feuilles.

ville pour les visiteurs qui ont fondé l’histoire balnéaire et touristique de cette ville. De fait, la palette végétale endogène du littoral (végétation thermo-méditerranéenne) s’est enrichie d’une palette « exotique » qui a été introduite par les nouveaux habitants venus d’autres pays et amateurs de jardins et de botanique. Le palmier est un des arbres emblématiques de cette palette où l’on trouve également les grands conifères ornementaux des jardins du XIXème siècle européen, ainsi que les cactées. L’art des jardins de la Côte d’Azur qui a pris son essor à la Belle Epoque et s’est perpétué jusque dans les années 30, s’est appuyé sur cette nouvelle palette composée d’essences locales et d’essences exotiques qui confèrent à ces jardins une diversité botanique, une richesse floristique et une qualité esthétique spécifique très appréciées des amateurs et professionnels des jardins.

Cette palette s’est élargie avec la reconnaissance d’une palette « agraire » essentiellement représentée par l’olivier, le palmier dattier et les agrumes qui a été détourné pour devenir ornementale. A cela s’ajoute une palette « sauvage » des arbres des monts, des vallons et des collines composés de pins d’Alep, de chênes verts, …

Les platanes, les tilleuls, les micocouliers, les cyprès, les lauriers, les arbousiers, les pittosporums, les mimosas, les arbres de Judée marquent le paysage niçois.

D’une manière générale, la palette est en majorité composée d’essences à feuillage persistant compte tenu du climat qui est un facteur déterminant. Cependant, les alignements des

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

43


aysage

PPaysage

Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme

Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal

La carte des variations saisonnières

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

44


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme b6- Les Espaces Boisés Classés Difficulté pour le service des espaces verts d’aménager les EBC actuels, demande de modification du statut de ces parcelles pour envisager des aménagements. Possibilités réduites d’intervention.

Actuellement, réflexion dans le PLU d’une hiérarchisation des niveaux de protection des zones vertes : EBC, PLAR, marges de recul pour jardins et éléments identifiés art. 123-1.7

Espace boisé classé En application du code de l’urbanisme, les POS et aujourd’hui les PLU peuvent classer les bois, forêts, parcs, arbres isolés, haies et plantations d’alignement comme espaces boisés à conserver, à protéger ou à créer. Le classement interdit tout changement d’affectation ou tout autre mode d’occupation du sol. Ce classement entraîne le rejet de droit des demandes de défrichement. Il soumet les coupes à autorisation préalable, sauf si elles sont prévues dans le cadre • d’un aménagement forestier en forêt domaniale ou communale • d’un Plan Simple de Gestion approuvé • de catégories de coupes définies par arrêté préfectoral (AP du 18 septembre 1978)

Le plan simple de gestion

• un programme d’exploitation des coupes • un programme de travaux de reconstitution des parcelles parcourues par les coupes • le cas échéant, un programme de travaux d’amélioration • la stratégie de gestion des populations de gibier objet d’un plan de chasse Le propriétaire, une fois son PSG agréé, procède aux exploitations et travaux conformément au PSG Des règles particulières sont prévues, notamment la possibilité d’avancer ou de reporter les coupes d’un maximum de 5 ans ; pour les coupes extraordinaires non prévues au PSG, le propriétaire doit présenter une demande particulière à l’accord du CRPF. En l’absence de présentation d’un PSG dans les délais fixés par le CRPF, la forêt est soumise à un régime d’autorisation administrative de coupe (les autorisations sont délivrées par l’administration). A Nice, une étude sur la trame verte réalisée par Citadia formule des propositions de hiérarchisation des niveaux de protection des espaces verts : - les EBC : réglementation de protection la plus stricte (article L.130-1 CU) - les Plantations A Réaliser (quel fondement juridique, contrairement aux EVP de Paris qui reposent sur les articles R.123-18 et L.123-1-7 du CU, les PLAR n’ont pas de référence juridique) - les marges de recul pour jardins - les éléments identifiés en vertu de l’article L.123-1-7 Certaines contradictions sont à relever entre les déclarations de la ville (4 niveaux de hiérarchie) et l’étude Citadia qui inclut dans les PLAR les marges de recul pour les jardins.

Tout propriétaire d’une forêt susceptible d’aménagement, d’exploitation régulière et non soumise au régime forestier, dont la surface est supérieure à 25 ha d’un seul tenant (possibilité de réduire à 10 ha dans le cadre de la loi d’orientation forestière de 2001) doit présenter à l’agrément du Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) un Plan Simple de Gestion (PSG). Il s’agit d’un document sommaire d’aménagement qui comprend : • une brève analyse des enjeux économiques, sociaux et environnementaux de la forêt

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

45


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme c- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

Revoir le choix des essences adaptées à l’échelle des constructions, aux problèmes

Dans la ville constituée, la création de nouveaux jardins ne se fait pas sentir comme un

d’entretien, de leur développement, et des maladies…cf l’élaboration d’une palette

besoin imminent.

En revanche, dans les quartiers en mutations comme ceux de la vallée du Paillon où de L’élaboration d’une palette végétale est partagée par une majorité des personnes du Comité technique qui la voit comme un outil, une aide à la décision, notamment pour les préconisations du permis de construire, les conseils aux particuliers, aide à la conception de projet (promoteurs ou particulier) et l’identification des territoires.

Cerner la palette exotique à certaines entités et promouvoir une palette « locale » dans les

grandes surfaces vont être libérées (abattoirs, entrepôts SNCF…) l’idée d’un grand parc urbain relié aux berges du Paillon s’esquisse. De même, dans la plaine du Var, la création d’un parc urbain récréatif germe dans l’esprit des acteurs du territoire.

A ces créations, il est suggéré d’associer la réalisation de parcs de stationnement pour favoriser la pratique des lieux par d’autres usagers que les riverains.

autres.

Valoriser les arbres à feuillage caduc, à floraison pour un marquage des saisons, un apport de couleurs. Donner des précisions sur les essences d’arbres de la palette, leur développement, leur port, leur entretien…

Cette palette devrait aussi être complétée par un cahier de prescription pour les plantations

Une autre idée a été exprimée avec force au sein du Comité Technique : la création, au cœur de la ville, dans le centre urbain, de petits espaces de détente pour les adolescents dispersés dans les quartiers : terrain de basket, terrain de skate…, qui pourraient être construits sur des espaces délaissés, sur les abords des grandes infrastructures, sur des aires de parking à remanier….

de jardins sur dalle.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

46


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 4 Pérenniser l’esprit de la ville parc et la place du végétal dans les plans d’urbanisme

d- Enjeux et pistes d’action

1- Pérenniser l’urbanisme végétal de la ville parc en donnant une place

4- Réussir le renouvellement du patrimoine arboré privé par des actions

majeure au végétal comme élément structurant de la composition urbaine

• Inventorier les arbres et boisements implantés dans le domaine privé

• Établir un cahier « atlas » ou inventaire des typologies urbaines végétales

participant fortement à la qualité des espaces publics et du paysage

utile pour la réhabilitation ou la création des espaces urbains selon les sites : vallon, plaine, colline, mont et centre-ville

• Intervenir au niveau des propriétaires pour l’aide et le conseil technique à la taille, à la plantation, au choix des essences par diverses incitations

2- Redonner une place majeure à l’arbre en ville en redéployant la

5- Privilégier la gestion intégrée des eaux de pluie par le contrôle de

charte de l’arbre à Nice

et conseils

l’imperméabilisation des sols pour limiter le risque pluvial et maintenir des espaces jardinés

• Mettre en valeur tous les arbres remarquables, d’intérêt urbain et paysager des rues de Nice

• Instaurer un minimum d’espace imperméable dans les reculs jardinés, les

• Donner l’espace vital au pied de l’arbre urbain pour son plein

intérieurs d’îlot, les parcelles à bâtir ou déjà construites

épanouissement

• Maîtriser la rétention des eaux de ruissellement par des systèmes

• Être attentif aux choix des essences (palette adaptée au site, à l’effet

hydrauliques « naturels » de type fossé, noue *, bassin enherbé…dans toutes les nouvelles zones d’expansion urbaine

recherché, …), aux modes de plantation (dimension des fosses, mélange terreux, …) et accessoires de plantation (haubans, tuteurs, corsets,…), aux soins apportés (taille, soins phytosanitaires, arrosage…)

• Inventorier les alignements, les arbres isolés, les espaces boisés de l’espace public • Établir un plan de gestion et de renouvellement des arbres de l’espace public

• Associer dans les projets des végétaux qui « pompent » naturellement l’eau ou qui sont adaptés aux terrains à la fois inondables occasionnellement, tels que les lauriers, les figuiers, les troènes, les eucalyptus * noue : fossé large et peu profond, enherbé servant de fossé de récupération et de stockage des eaux pluviales

3- Réhabiliter la trame verte existante des parcs et jardins publics • Gérer le vieillissement et le remplacement des arbres remarquables

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

47


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 5 Définir des palettes végétales de référence a- Petite histoire des plantes et des jardins de la Côte d’Azur

La Côte d’Azur lors de sa « découverte » par les Anglais suivis des aristocrates puis de tous, a attiré les amoureux de jardins, les collectionneurs de plantes, les amateurs de botanique. Le climat méditerranéen associé au socle géographique offre les conditions privilégiées pour l’acclimatation de plantes venues des autres lieux géographiques où les conditions sont similaires (Californie, Australie, Nouvelle Zélande, Chili, …). Par conséquent, la palette végétale de la Côte d’Azur s’est enrichie et diversifiée de l’acclimatation de plantes exogènes ramenées par les voyageurs du bout du monde.

Ce voyage des plantes « méditerranéennes » de la planète est évoqué au jardin du Rayol Canadel, propriété du Conservatoire du Littoral et créé par le paysagiste Gilles Clément en 1994.

La Côte d’Azur est riche en jardins d’exception présentant des collections de plantes et des aménagements de qualité. Ces jardins privés pour la plupart, constituent un patrimoine vivant que les professionnels et les amateurs éclairés d’aujourd’hui ont plaisir à découvrir, à admirer. Les belles et grandes demeures de Nice font partie de ce patrimoine.

b- Problématiques liées à la palette

exotique, un mot sur l’acclimatation et le développement du palmier b1- Les premiers palmiers La flore européenne continentale naturelle ne comporte que deux espèces de palmiers : le Chamaerops humilis (espèce la plus septentrionale au monde), présent spontanément en Espagne, et le Phœnix theophrasti, espèce récemment identifiée en Crète (1967).

De nombreuses espèces provenant d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud, d’Afrique du Sud, d’Asie et des terres australes de l’Océanie peuvent être cultivées sur le sol de France : près de 100 en Corse. 3 ou 4 résistent à tous les climats du territoire métropolitain.

Beaucoup de palmiers se trouvent dans des jardins de grandes bâtisses de la fin du XIXème, époque de la découverte et de l’introduction du palmier. La plupart des palmiers sont situés dans le sud de notre pays, ils se sont adaptés à la région mais ils n’en sont pas originaires.

Ces palmiers sont acclimatables pour plusieurs raisons : - ils résistent aux fortes gelées - ils peuvent résister à un excès d’humidité - ils ne demandent pas une terre très riche - ils sont quasiment en repos végétatif l’hiver - ils supportent la faible luminosité hivernale - ils résistent aux embruns salés b2- Pourquoi y a t-il peu de palmiers sauvages en Europe ? Avant les quatre grandes périodes de glaciations qu’a connu notre planète, de nombreuses espèces de palmiers poussaient pourtant partout en Europe, jusqu’à Londres où on a retrouvé des palmes fossiles du genre Sabal. Mais les Alpes à l’est et les Pyrénées au sud ont empêché les espèces qui se développaient dans la moitié Ouest du continent d’échapper au froid. Elles furent toutes perdues.

Au fil du temps, les explorateurs européens ont redécouvert plusieurs espèces du genre Sabal, en Amérique cette fois, où elles n’avaient pas rencontré d’obstacle dans leur combat contre la glace. Aujourd’hui, ces espèces et bien d’autres poussent de nouveau à Londres, dans les parcs et les jardins, comme elles le faisaient il y a des milliers d’années...

L’histoire du Sabal résume assez bien l’histoire des palmiers en Europe. Exception faite, donc, du Chamaerops, tous les autres palmiers que vous pourrez cultiver en Europe viennent d’ailleurs.

Sources : www.palmiers.populus.ch / www.france-palmier.com / www.palmiers.bretagne.free.fr

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

48


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 5 Définir des palettes végétales de référence b3- Devenir du palmier à Nice face au paysandia archon D’une part, le palmier est menacé par un insecte nuisible : le papillon (Paysandia archon),

b4- Le palmier, l’arbre emblématique de la Côte d’Azur Il est l’arbre emblématique de la Côte d’Azur, de la promenade des Anglais. Il est évocateur

d’autre part, il est menacé en ville, par l’asphyxie racinaire. En effet, sur la promenade des Anglais, la réduction du terre-plein central sur lequel il est implanté, constitue une menace sérieuse pour la survie de tout arbre et notamment du palmier. L’écologie des plantes et du palmier en particulier, nécessite un minimum de surface perméable au droit de sa frondaison pour permettre les échanges gazeux entre l’air et la terre qui nourrissent la plante.

du voyage, de l’exotisme, de la villégiature hivernale au XIXème siècle puis des vacances estivales au XXème siècle, des pays chauds et des destinations lointaines. On le trouve très présent dans toute la ville « Belle Epoque », dans les grands parcs publics et privés, représentés par de nombreuses variétés et d’origines différentes. Parmi les 40 espèces de palmiers implantées depuis le XIXème siècle, le Phœnix canariensis, dactylifera ou reclinata (Afrique), le Washingtonia (Amérique du Sud), le Livistona (Chine) ou encore l’Erythea (Californie), sont les plus fréquents dans les parcs et jardins.

D’autres essences exotiques ont pris place dans les jardins de Nice. On peut repérer des

La promenade des Anglais est plantée de diverses variétés de palmiers : dattiers,

bananiers, des arbres du voyageur, strelitzias, eucalyptus, acacias australiens, cactés, dasylirion, etc.

Canaries….

Le parc Phœnix, situé le long de la promenade des Anglais, présente une collection de palmiers qui rassemble de nombreuses variétés ; il est aussi un parc pédagogique avec de grandes serres tropicales.

L’espace Masséna est planté de grands palmiers africains (whashingtonia)

qui

impressionnent par leur élancement.

Le square d’Alsace-Lorraine est planté de palmiers… Paysandia archon Des dégâts irréversibles Ce lépidoptère argentin de la famille des Castniidae a été introduit dans notre pays de façon accidentelle. Il s’est acclimaté et se développe en Espagne, en France et en Italie sans qu’aucun prédateur ou parasite naturel local ne soit capable de le maîtriser. On suppose que Paysandia archon serait arrivé d’Argentine par bateau malgré les contrôles sanitaires, il y a 4 ou 5 ans, ses larves infestant discrètement des Butia et Trithrinax d’importation. En France, ce papillon a été identifié pour la première fois dans une pépinière sur la commune de Hyères (83) en juillet 2001. Papillon nuisible Paysandia archon (Burmeister, 1880), découvert en Europe (Drescher & Dufay, 2001 ; Aguilar et al, 2001). Ce ravageur est mineur dans son aire d’origine mais préoccupant en Europe occidentale. Vingt espèces de palmier attaquées ont été répertoriées en France. Le comité permanent de la protection des végétaux a été saisi dans les plus brefs délais et, suite à son avis favorable, Paysandia archon a été inscrit dans l’arrêté du 31 juillet 2000 établissant la liste des organismes nuisibles aux végétaux soumis à des mesures de lutte obligatoire, en février 2002 (J.O. du 21 février 2002).

L’activité de la chenille dans le stipe se traduit par des trous à la base du rachis, de la sciure sur le stipe et des perforations de palmes ; le dégât le plus grave étant le dépérissement du sujet infesté, dépendant vraisemblablement du nombre de larves dans le sujet, de la taille du palmier, de l’âge et de l’espèce de palmier. Les travaux catalans montrent qu’au sein des pépinières, 10 à 30 % des palmiers présentent des symptômes. Aucun insecticide adapté n’est homologué pour le moment. L’arrachage de l’individu atteint et l’incinération sont les seules réponses. Nicolas CROUZET, garde moniteur. Sources : jp.pinguet.free.fr www.questions.assemblee-nationale.fr/q12/12-16574QE.htm

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

49


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 5 Définir des palettes végétales de référence Le square de l’Indochine est un jardin de palmiers implanté dans le creux d’un vallon. Le square Arson, récemment réaménagé a été planté d’un mail de palmiers. Dans les jardins privés, il est souvent planté en isolé et émerge au-dessus des toitures comme un étendard.

Il est aussi l’arbre biblique, celui des rameaux de Pâques. On le trouve souvent planté devant les églises de Nice : celle du Vœu, celle du Port.

Il est par sa forme particulière, une couronne de palmes sur un stipe bien droit, une forme

b6- Les fleurs et le fleurissement Le fleurissement de la ville est une action importante aux yeux des habitants qui sont sensibles aux couleurs, aux fleurs qui marquent le retour des belles saisons. Même si le climat de la Côte d’Azur favorise une végétation en fleur presque tout au long de l’année, l’hiver est très peu fleuri. Les fleurs font partie du « décor végétal », elles ornent les parterres composés par les jardiniers de la ville. Remporter le concours national ou européen des villes fleuries reste une fierté municipale applaudie par les Niçois.

Les fleurs ont aussi à Nice, une place importante lors du Carnaval et de sa célèbre Bataille de fleurs qui fut depuis sa création en 1876, une vitrine du talent des horticulteurs niçois …. Les fleurs furent longtemps cultivées sur les collines de Nice et l’œillet de Nice fut une spécialité horticole : œillet, roses, gerbera iris, tulipes, renoncules. Les serres encore visibles sur les collines sont des témoins de la culture intensive des fleurs à couper autrefois florissante. La culture des roses et du jasmin était destinée aux distilleries de parfum de Grasses. La rue Alphonse Karr rappelle l’installation à Nice de ce journaliste qui fut à l’origine du commerce des fleurs. Le cours Saleya accueille tous les jours le « marché aux fleurs ».

de végétation accomplie, une plantation peu encombrante au sol, dont le volume de la frondaison est plutôt petit et la taille est peu problématique.

Histoire des plantes de la Côte d’Azur b5- L’oranger, l’autre arbre emblématique de la Côte d’Azur Cultivés depuis le Moyen-Age, les agrumes sont cultivés en pleine terre dans tout le bassin méditerranéen pour leurs fruits ou comme arbres d’ornement dans les jardins.

La variété la plus cultivée à Nice est « l’orange de Nice » à la peau jaune clair et à la pulpe de saveur délicate et parfumée. Le bigaradier (orange amer) est utilisé à Nice en alignement ou pour la décoration des jardins. Ses fruits sont utilisés pour la marmelade, le vin d’orange et les fameuses « orangettes » brindille d’orange confite enrobé dans du sucre ou du chocolat. La mandarine de Nice est très prisée pour son goût particulier. Les citrons furent également beaucoup cultivés dans le département et à Nice.

Nice est différente de Menton où les agrumes sont plantés en alignement dans une majorité des rues, où la fête du citron bat son plein en février. Mais certaines rues de Nice sont plantées d’orangers : avenue Mirabeau, boulevard Raimbaldi…et de nombreux jardins de la ville constituée sont agrémentés de beaux mandariniers, orangers ou citronniers dont le parfum des fleurs embaume l’air dès le mois de mai. Quelques jardins sur rue ont même été clôturés par des alignements d’oranger. Les jardins de belles villas datant de la Belle Epoque situés dans les quartiers au-dessus du boulevard Joseph Garnier sont généreusement plantés d’agrumes. Associés à quelques palmiers, ces plantations en nombre évoquent le souvenir des orangeraies du Maroc, et de l’Afrique du Nord.

La bougainvillée Bougainvillea spectabilis Willd. Cette plante d’origine brésilienne découverte au XVIIIe siècle n’a été introduite en Europe qu’en 1829. Il n’y a sans doute pas de jardin méditerranéen où la bougainvillée ne montre ses inflorescences violacées ou rouges, au point d’apparaître comme un des éléments les plus typiques de la flore méditerranéenne. Bien diffusée dans les régions les plus chaudes du bassin méditerranéen, sa fortune est due en grande partie à sa croissance facile, même en terrain aride, et à sa floraison exubérante et éclatante. Le datura Datura L. (lat.sc.) Le datura (Datura stramonium) ou stramoine est une plante ornementale aux grandes fleurs blanches nocturnes. Il est originaire du Mexique et de l’Amérique tropicale. Les indiens s’en servaient dans leurs rites magiques pour ses vertus très hallucinogènes. Le datura a été introduit au XVIIe siècle comme plante décorative mais, à cause du caractère vénéneux de ses parties hallucinogènes, son emploi a diminué. Le datura s’est largement répandu en Méditerranée : on le trouve dans toute l’Italie du Sud, en Sicile et dans le Sud de la France.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

50


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 5 Définir des palettes végétales de référence c- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Le jasmin Jasminum officinale L. Il existe plus de deux cents espèces de jasmin. L’espèce la plus commune est le jasmin officinal dont on tire une essence recherchée en parfumerie. Par la Perse, le jasmin a rejoint les régions méditerranéennes, mais seulement plus tard et vraisemblablement avec les conquêtes arabes. A la renaissance, il était très populaire, surtout en Italie et en Espagne, où il avait été hérité des Arabes. On installa dans les jardins des tonnelles couvertes de cette plante grimpante parfumée et les collectionneurs passionnés pour la botanique recherchèrent les nombreuses variétés de jasmin.

Concernant le palmier, le Comité Technique est unanime dans l’affirmation que celui-ci devrait être réservé à certaines parties de la ville, et par conséquent réduire voire interdire son utilisation dans certains quartiers.

Il serait nécessaire de mettre en valeur d’autres arbres emblématiques, originaires du lieu tel que l’olivier dans les collines.

La gestion du palmier sur la promenade des anglais est aussi un point important lié à Le laurier rose Nerium oleander L. Le laurier rose à la prolifique floraison, qui a été considéré par beaucoup d’auteurs comme indigène et très typique en région méditerranéenne, est certainement d’origine asiatique. Le laurier rose est probablement arrivé en Méditerranée depuis l’Inde, où il décorait habituellement les temples. Il a pu passer par la Grèce au IIe siècle avant notre ère d’où il s’est répandu en Italie. Jusqu’à aujourd’hui, on a admis que la plante avait été introduite à l’époque romaine. Le problème soulève en fait bien des interrogations et l’introduction du laurier rose pourrait être plus tardive.

l’écologie des arbres en milieu urbain. Il serait favorable d’envisager pour la survie de ces plantes, l’élargissement du terre plein central.

Le Comité Technique n’as pas exprimé de demande particulière, si ce n’est un fleurissement de la palette arborée qui apporte de la couleur dans les rues.

cf Ville de Lyon, ville de Tours, ont mené une réflexion particulière sur le fleurissement de la ville.

Le cactus Le cactus provenait du Mexique et ne s’est répandu largement en méditerranée qu’au milieu du XVIIIe siècle. On parle de plantes grasses ou succulentes (gorgées de suc) pour des plantes aux tissus charnus, gorgés d’eau. Appartenant à l’univers complexe des plantes succulentes, les cactées forment une famille botanique à part entière. Leurs tiges charnues comportent une réserve d’eau qui les met à l’abri des plus grandes sécheresses. C’est sûrement avec les plantes grasses, les espèces qui supportent le mieux l’atmosphère sèche parfois de nos intérieurs Source : Fabio Benzi, Luigi Berliocchi. L’histoire des plantes en Méditerranée. Art et botanique. Actes sud – Motta, Milan, 1999. 175 pages. www.plantes-et-jardins.com/magazine/fiches/fiche.asp?id_fiche=20 www.plantes-et-jardins.com/magazine/fiches/fiche.asp?id_fiche=19

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

51


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 5 Définir des palettes végétales de référence d- Enjeux et pistes d’action

4- Valoriser la forêt thermo méditerranéenne pour gérer durablement le

1- Valoriser la palette des palmiers, silhouettes emblématiques des jardins de

• Protéger, diversifier et pérenniser la forêt thermo méditerranéenne du mont Boron

la Côte d’Azur

• Planter des palmiers dans des lieux emblématiques des jardins de la Côte d’Azur • Compléter les collections botaniques • Tisser un lien avec la palmeraie de Bordigherra • Lutter contre les maladies phytosanitaires, contre l’asphyxie racinaire, soigner la taille, à associer avec la « Charte des palmiers » mise en place par les Espaces Verts de la ville

• Réaménager le parc Phœnix en valorisant la collection de palmiers et les jardins exotiques de plein air

• Réaménager le terre plein central de la Promenade des Anglais pour donner « plus de place » aux palmiers, satisfaire pleinement les besoins écologiques des plantations et accueillir plus de végétation

paysage des monts en contenant l’expansion du pin d’Alep au profit du caroubier, de l’oléastre, du chêne vert et de la yeuse

5- Définir des palettes végétales de référence adaptées aux entités paysagères • Une palette végétale autour du palmier, de l’oranger et des plantes exotiques pour les jardins et les promenades de la plaine de Nice et du rivage, pour les jardins du bas des collines et des monts

• Une palette végétale pour les collines centrée autour de l’olivier, du caroubier, du pin d’Alep, du pin parasol et du chêne vert

• Une palette végétale pour les monts centrée autour des associations de plantes indigènes de la forêt thermo méditerranéenne

• Une palette pour le bord des cours d’eau et des vallons, centrée autour des plantes ripicoles et caduques • Une palette des arbres d’alignement autour du platane, du tilleul, du micocoulier,

2- Valoriser les agrumes, essences emblématiques de la Méditerranée • Replanter des agrumes (orangers, citronniers, cédrats) en alignement dans les sites

du grévillea, du faux-poivrier, de l’érable de Montpellier

protégés

grands ensembles : eucalyptus, platane, pin parasol, sophora, robinier

• Mettre en valeur les alignements d’agrumes existants dans les avenues (ave Marceau)

• Créer un conservatoire d’agrumes sur la colline St Philippe 3- Valoriser l’olivier comme arbre identitaire des collines niçoises • Protéger et mettre en valeur les vieux oliviers des collines • Protéger et mettre en valeur la palette végétale associée aux oliviers et aux vergers secs (caroubier, figuier, amandier, noyer, cerisier, abricotier)

• Créer un conservatoire de l’olivier sur la colline St Philippe ou sur le mont Gros

• Une palette d’arbres de très grand développement dans les espaces collectifs des • Une palette pour les toitures et terrasses végétalisées, les aires de stationnement, les palissages des murs

6- Valoriser les fleurs comme emblème de Nice et de son Carnaval • Établir des palettes de fleurs, associations par saisons, par couleurs, par thèmes à renouveler chaque année (expériences menées par les Espaces verts des villes de Tours et de Lyon)

• Retrouver une place pour l’œillet de Nice, afin de constituer une mémoire des fleurs et de leur culture dans les collines • Inciter à la mise en valeur des bâtiments par le végétal : murs verts, terrasses et balcons fleuris

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

52


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 6 Créer de nouveaux parcs et jardins a- La nature et la ville : nouvelles attentes

La « sauvagerie urbaine » • La notion de « nature sauvage ». D’après la proposition théorique des « trois natures » développée par John Dixon-Hunt, professeur de paysage à l’université de Harvard, USA, la notion de «nature sauvage» fait référence à une première nature rattachée à l’état sauvage et idéalement vierge. Elle se pose face à la deuxième nature maîtrisée à des fins principalement pragmatiques et correspondant à ce qu’on désigne habituellement comme la campagne. Enfin, la troisième nature serait celle du jardin, nature magnifiée par l’art et liée aux deux autres par mimesis.

• La « nature sauvage » dans la ville. La nature sauvage, les grands espaces « vierges » non habités par l’homme, non construits jadis lointains, inaccessibles et mystérieux, cette « terra incognita » aujourd’hui n’existe plus sur terre, elle n’a jamais été aussi virtuellement proche de chacun tant par les moyens de transports que par les images. La nature sauvage disparue ou encore en vie est désormais accessible à la plupart des foyers par les moyens médiatiques. Sans se déplacer, les citadins peuvent aussi expérimenter physiquement l’idée de cette nature mère sans les aléas du voyage et de l’image en visitant des lieux comme le Biodôme de Montréal ou les serres du parc Phœnix à Nice qui reconstitue des morceaux de nature tropicale où flore et faune sont installées de manière plus vraie que nature dans un souci didactique. Ces exemples témoignent de la profonde mutation des rapports de l’homme à cette première nature

La « brutalité » de la ville contemporaine est perçue au travers des comportements violents, des incivilités, de la solitude et de l’isolement des individus errants dans les villes «abîmés» par les constructions discordantes, les grandes infrastructures. Le « désert des villes » ou la « jungle urbaine » est l’équivalent de l’ancienne forêt vierge des découvreurs des siècles passés. Elle est issue de la confiance excessive dans le modernisme des années 60-70 qui a généré sur son passage des « percées », des « verrues », des « points noirs » dans la ville laissant des cicatrices non refermées. Ainsi en est-il à Nice de la voie Mathis et de l’autoroute A8 qui ont laissé sur leur passage un environnement urbain « sauvage » plus ou moins hostile à l’homme, aux riverains. Ces lieux peuvent devenir le champs d’expérimentations, d’expressions intéressantes dans tous les domaines pas seulement physiques ou biologiques mais aussi dans les pratiques culturelles qui contribuent à les transformer en paysages vivants. De nouvelles formes d’art ou des usages sont directement liés à ces lieux qui sont détournés et mis à profit (graffitis, skate, escalade, danse in situ, artistes de rue…road movie, cinéma réaliste…). La sauvagerie urbaine n’est pas forcément liée l’idée de violence, elle s’exprime aussi à travers la perception d’un infiniment petit, d’une nature pionnière qui conquière les friches, les gravas, les interstices. Cette force du vivant, de la nature sur la pierre et l’inerte donne au citadin qui l’observe la notion de cette nature sauvage non maîtrisée par l’homme. Elle peut aussi faire référence à la vision romantique des ruines de Piranèse et évoque en miniature les paysages des ruines antiques ensevelies sous les sables ou les forêts tropicales tel le temple d’Angkor. La sauvagerie ne s’oppose plus à la ville, son expérimentation ramène le citadin à la rudesse lointaine de la nature sauvage. Elle n’est pas seulement la touffe d’herbe qui émerge du sol asphalté mais aussi le sol pollué dans lequel elle a pris racine, le skater qui a failli l’arracher en passant à vive allure, la chaleur du béton de l’autoroute qui passe au-dessus et les couleurs des graffitis sur les piliers. En quoi cette sauvagerie urbaine pourrait alimenter l’art des jardins, le regard sur le paysage ? Sources : extrait remanié de Luc Lévesque, « Sauvagerie urbaine et jardins; quelques hypothèses », in Art et jardins. Nature / Culture, Actes du colloque Art et Jardins, Musée d’art contemporain de Montréal, Montréal, 2000.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

53


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 6 Créer de nouveaux parcs et jardins • Le jardin et la réalité naturelle, nouvelles esthétiques Ce que nous apprend la sauvagerie urbaine, c’est un nouveau regard sur la ville, une nouveau contact avec la nature, et une redécouverte du corps et de l’effort par l’expérience d’une réalité brute. Au moment où le virtuel prend de plus en plus d’importance, le jardin peut constituer un formidable instrument pour se connecter au réel et l’explorer. La prise en compte de cette réalité implique les concepteurs de jardin a inventé une nouvelle esthétique de jardins contemporains.

Le jardin en mouvement de Gilles Clément Le jardin tout-terrain du groupe Base Le jardin interstitiel de Pierre Donnadieu Le mur vert de Patrick Blanc

Jardins de passage Créée à Lausanne en 1997, reprise en 2000, la manifestation Lausanne jardins est devenue un rendez-vous majeur du paysage culturel, national et international.

Une exposition Une exposition, qui rassemble une riche documentation photographique de Lausanne Jardins 1997 et de Lausanne Jardins 2000, circule aujourd’hui dans toute l’Europe : Porto / Lanzarote (Canaries), Fondation César Manrique / Nancy / Vienne / Huesca / Bâle.

La combe du Flon se caractérise par la succession de plusieurs plateaux ferroviaires voués à l’approvisionnement de marchandises. Ceux-ci, qui s’étagent progressivement en direction de l’Ouest, ont été réalisés dès la fin du XIXe siècle au moyen de considérables opérations de comblement. Après avoir permis l’essor industriel et commercial de la ville, ils parviennent aujourd’hui progressivement à l’état de friche.

Les objectifs de Lausanne jardins 2004 : • cheminer entre le cœur de la ville et la gare

La ville en mouvement En 1997 et en 2000, Lausanne a été le théâtre des deux premières éditions d’une manifestation consacrée à l’art des jardins dans la ville. Celles-ci ont contribué au regain d’intérêt que le paysagisme en général et l’art des jardins en particulier rencontrent aujourd’hui un peu partout en Europe.

En 2004, le projet retenu, «la ville en mouvement» a investi la vallée fossile du flon, depuis la nouvelle place de l’Europe jusqu’à la gare de renens.la rivière, qui autrefois serpentait entre des coteaux de vigne, a laissé la place à un important « fleuve ferroviaire ».

de réalisation

• la faisabilité du projet Source : www.lausannejardins.ch

Exemple de projet présenté à Lausanne Le projet «ombre et parcours», propose une réflexion sur les ombres, leurs importances, leurs rôles et leurs symboliques.

Générées et génératrices de la végétation, les ombres favorisent le développement et l’expansion des espèces végétales, elles sont aussi les témoins de la rotation de la terre.

La mise en valeur, par sur-lignage, d’ombres

de Renens

présentes tout le long du parcours, révèle et interroge le visiteur sur le caractère précieux et fondamental de ce phénomène.

• relier des lieux et des acteurs culturels déjà

Le projet s´inscrit sur l´ensemble de la plate-

installés sur le site

Les villes réfléchissent sur de nouveaux espaces jardinés, de petites dimensions Le jardin de poche de la ville de Lyon Les jardins de passage de la ville de Lausane

Lausanne jardins 2004 :

Lausanne jardins fera ressurgir, le temps d’un été, tout un monde végétal, qui permettra d’imaginer la ville de demain.

• faire refleurir des endroits délaissés • animer ceux-ci par des événements festifs Rapport du jury Organisé par l’association Jardin urbain, le concours d’idées Lausanne Jardins 2004 était destiné à préciser les potentialités végétales et d’aménagement de quatre sites lausannois : Flon, Sévelin, Sébeillon, Malley.

116 équipes candidates avaient été retenues sur les 167 inscrites; 97 projets ont été rendus et jugés.

Le jury a procédé à son choix conformément au règlement du concours, à partir des critères de jugement suivants:

• l’interprétation et la mise en valeur du lieu • la force conceptuelle du projet • l’intérêt des nouvelles solutions végétales

forme de Sébeillon, imagé comme une liaison entre les sept «jardins» présents sur ce site. Il les maille au moyen d’un ruban qui s’anime selon des rencontres et des accidents du parcours. Ce fil d’Ariane est le support qui nous permet de surligner, de révéler, les détails et les ombres du site.

La prise en considération de tous les tracés existants du domaine public a permis de définir un terrain de jeu à partir duquel ont été composés trois types d’interventions : la mise en valeur d’ombres existantes, la création de fausses ombres, la création de fausses ombres. Auteurs : kod-conceptions: Guy Corbaz, Sylvain Carera, Guy Corbaz, Frédéric Fourrichon, Sönke Christian Hutterer, Nicolas Boschetti, Michèle Rochat, Naoki Kouketsu, les jardins des pierres dorées.

proposées

• l’inventivité manifestée quant aux stratégies

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

54


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 6 Créer de nouveaux parcs et jardins b- Les problématiques liées à la création de nouveaux parcs et

jardins

b1 - réflexion sur les aires d’influences des parcs et jardins En analysant la carte des aires d’influences des parcs et jardins de Nice établie par la Direction des espaces verts, il s’avère que les Niçois se déplacent parfois assez loin de chez eux pour se rendre dans les parcs publics, notamment pour s’aérer dans les grands espaces récréatifs.

La promenade des anglais et la plage reste un lieu attractif très fréquenté par tous les Niçois et les visiteurs, et dans une moindre mesure, le jardin Albert 1er et la promenade du Paillon ainsi que le parc Phœnix. Les autres parcs et jardins existants sont fréquentés par les riverains et les gens des quartiers voisins.

Pour certaines pratiques plus sportives, les Niçois recherchent des espaces plus naturels que les jardins urbains ou que la promenade des anglais, ils se rendent au canal de Gairaut, au parc départemental du Mont Vinaigrier, dans la forêt domaniale du mont Boron voire même au parc de Vaugrenier à Villeneuve-Loubet.

b2 – nouvelles pratiques nouveaux usages, la demande en matière d’espaces récréatifs Certes, les jardins existants à Nice constituent une respiration essentielle dans la maille

Si la mutation des pratiques découle d’un nouveau rapport de l’homme à la nature, il est aussi le fait des transformations du rapport au corps. Dans ce sens, le sport tient une place importante. Les comportements dans les espaces récréatifs évoluent dans le sens d’une libération des attitudes : être allongé ou assis sur l’herbe plutôt que sur un banc, se mouiller sous l’eau des fontaines et patauger dans les bassins plutôt que de regarder l’eau couler, … autant de gestes qui mettent en avant tout le corps et non plus seulement les yeux, le nez et les oreilles. Le sens du toucher, du goût est recherché et plus encore le mouvement. Les sports de plein-air sont à la recherche des plus grands espaces, plus « naturels » ou au contraire des espaces plus urbains pour y pratiquer des sports de ville type skate, roller, basket. La course à pied est plus pratiquée sur les espaces très urbains comme la promenade des anglais que sur les chemins forestiers, il en va de même pour le vélo selon l’équipement choisi (VTT ou vélo de route). Les parcours de santé, les parcours de randonnée pédestre, équestre, VTT à travers champs, forêt ou le long de l’eau, à proximité des centres urbains, sont très appréciés par les citadins qui peuvent s’y rendre à pied, à vélo, en transport en commun. D’autres activités de loisirs plus « natures » sont aussi recherchées tels l’escalade, les jeux de grimpe dans les arbres, les parcours tout terrain. Dans ces espaces, le sport est lié au jeu pratiqué en famille, entre amis, ou en solitaire.

urbaine de la ville et offrent un espace de repos pour les personnes âgées, une halte pour les passants, les touristes, un espace pour « manger son sandwich » à la pause déjeuner des employés de bureau, un espace de jeu pour les petits enfants, un espace pour faire les photos de mariage autour de l’église, un lieu pour promener le chien etc…mais un certains nombre d’usages et d’usagers sont oubliés ou ne peuvent trouver dans ces jardins traditionnels hérités du XIXème siècle, les aménagements adéquats, pour satisfaire leur demande.

Les jardins contemporains offrent également un autre regard sur les plantes qui sont choisis

D’une manière générale, les citadins, de plus en plus oppressés ou stressés par la vie en

la ville est soumise à l’action de la nature sans que rien ne la protège définitivement. Nice est particulièrement touchée par les risques naturels (tremblement de terre, effondrement, éboulement, sécheresse, feux de forêt, inondation…) plus que la majorité des villes de France et les Niçois en sont bien conscients et avertis.

ville, le bruit, la pollution, l’affichage publicitaire… recherchent une nature différente de celle qui existe déjà dans les centres urbains sous forme de jardins, squares, alignements pour y pratiquer de nouvelles formes de loisirs et de détentes.

dans des palettes végétales très variées, renouvelées et dont l’inspiration est aussi tirée de la campagne ou de la nature « sauvage ».

b3 - les espaces de nature en ville 1- Les risques naturels et les aléas climatologiques Les catastrophes naturelles et les aléas climatologiques rappellent de temps en temps que

Les catastrophes naturelles bouleversent les paysages. la gestion de ces risques et au cœur des débats actuels ; elle participe à la préservation des paysages de Nice.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

55


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 6 Créer de nouveaux parcs et jardins 2- Les grands éléments géographiques Les cours d’eau, les vallées, les reliefs, sont le support d’extension de la ville. Jusqu’à présent les vallées du Paillon et du Var, le vallon de Magnan et les autres petits vallons ont certes été investis au fil des siècles par les cultures puis les constructions humaines. Mais la ville a considéré ces ruisseaux et torrents, plus comme des éléments fonctionnels (énergie, couloir de circulation, espace à couvrir et à bâtir que des éléments majeurs de l’écologie et du paysage urbain. C’est ainsi que Nice a nié le Paillon en le couvrant, en l’associant à la pénétrante, aux activités peu nobles et aux habitats sociaux.

Les collines et les monts ont été urbanisés toujours un peu plus loin vers l’arrière-pays et plus haut vers les crêtes au détriment des forêts, des cultures.

A Nice, la plage offre aux Niçois un vaste espace récréatif lié aux sports de glisse, aux plaisirs des bains de mer, des jeux de plage, de la « farniente », du bronzage en toute saison. Même si les galets privent les enfants des jeux de sable, la plage reste un lieu majeur pour les loisirs des Niçois et des vacanciers, durant toute l’année, à toute heure du jour et de la nuit. La côte rocheuse du Cap de Nice est aussi un espace de loisirs privilégié pour les Niçois. Plus restreinte dans son étendue, elle offre, à proximité du port, des habitations, un espace de nature brute de rochers, de vagues, de fonds marins variés qui les rapproche de l’idée de nature sauvage en ville.

Les « vallons obscurs » et les vallons non bâtis des collines de l’Ouest sont d’autres lieux de nature dans la ville. Le vallon de Magnan par exemple dans sa partie supérieure offre l’image d’un petit « canyon » de fraîcheur ; l’eau, l’ombre, les parois de pouddingue, recouvertes de plantes créent un jardin vertical « sauvage » qui contraste avec les jardins sophistiqués, exotiques des belles demeures, avec les jardins urbains ou les jardins de campagne des collines.

3 - Les boisements des monts et des collines apportent également un contre-point de nature au cœur de la ville et à proximité des jardins privés et des cultures. Le chemin du Génie et les autres chemins qui descendent des crêtes pour entrer dans les vallons non urbanisés, donnent au promeneur cette impression de pénétrer un lieu obscur, mystérieux, non civilisé et procurent le sentiment d’être ailleurs, loin de la ville et du monde. Même les

petits espaces boisés des pieds de colline traversées de grands escaliers, où poussent les oliviers, les pins d’Alep, les chênes, les érables et des plantes rudérales, sont des morceaux de cette nature « sauvage » préservée à proximité des propriétés bâties.

La réflexion se pose aujourd’hui en terme de patrimoine naturel, d’environnement, de paysage pour l’avenir d’une ville en mutation. Il ne s’agit pas de figer les espaces et de réaliser des parcs et des plantations partout mais de révéler un nouveau sens pour ces grands éléments qui sont fragiles face à la conquête humaine, sous les mains des bâtisseurs. Ces éléments naturels qui encadrent ou sillonnent la cité offrent à celle-ci une respiration, un horizon à la mesure du territoire qu’il est important de valoriser, de préserver au cœur de la ville et de définir dans une une politique de gestion.

4 - Les délaissés et les friches Les espaces industriels ou agricoles tombés en désuétude ou abandonnés pour une quelconque raison, les espaces délaissés au bords des chemins, des grandes infrastructures, les espaces non entretenus, constituent un ensemble de terres en friche où la nature reprend ses droits ; les espèces rudérales ou invasives colonisent le sol, les interstices, les talus, les fossés, les gravas, les ruines…Ces morceaux de nature « sauvage » forment un jardin discontinu et non intentionnel qui pourrait être recensé comme le suggère le paysagiste Gilles Clément.

5 - La végétation interstitielle La ville génère également des petits espaces, des interstices non maîtrisés par l’homme dans lesquels la nature s’immisce. Une graine déposée là par le vent, par les oiseaux, par la pluie vient germer dans ces fentes, ces trous qui sillonnent ou ponctuent la ville. Ne voit-on pas souvent des plantes ayant poussées dans les joints d’un mur en pierre, sur les toitures ou dans les gouttières non entretenues, sur la mousse revêtir des toits terrasses et des herbes pousser entre les dalles de pierre, dans les gravillons, dans les angles de murs…Le regard des naturalistes et des paysagistes s’est penché sur cette végétation interstitielle qui présente un certain intérêt botanique et esthétique.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

56


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 6 Créer de nouveaux parcs et jardins Créer des nouveaux parcs, des jardins et des espaces récréatifs à Nice c-

La ville de Nice est dotée d’un réseau de petits parcs et jardins reliés par quelques grands axes urbains. Ces liaisons ne sont pas forcément continues et agréables pour le promeneur. La densité du bâti, l’étalement de la maille urbaine, font percevoir Nice comme une ville pas assez verte malgré la présence des éléments de la ville parc. La demande de nouveaux espaces récréatifs est exprimée au travers du questionnaire du plan paysage.

Les jardins ne sont pas tous de la même qualité ; certains sont désuets, certains ont vieilli, ou alors ils ne répondent plus aux attentes des citadins d’aujourd’hui.

de terrains de boules, etc. Ce problème d’habillage ou de camouflage des dessous des voiries construites en encorbellement sur les reliefs ou en pont est récurrent. On peut tirer des leçons des exemples d’aménagements par la végétation, la matière, les couleurs qui existent localement.

c3- Requalification des espaces ouverts des grands ensembles Les espaces ouverts des grands ensembles (hôpitaux, université, habitat…) participent

titre de la DTA sont également à envisager comme des parcs d’un type nouveau.

pleinement à la composition du paysage de certains quartiers de Nice. La qualité de leur aménagement, les sols, les plantations, les éclairages… influe sur la perception positive que l’on peut en avoir. Que l’on s’y promène ou qu’on les aperçoive des points hauts, ces espaces jouent un rôle important dans la qualité du cadre de vie des habitants et la qualité des paysages niçois. Même s’ils sont de statut privé (promotion privée) ou para-public (OPAM, Hôpitaux, université) leur entretien et leur amélioration doivent être soutenue et encouragé par les services publics. Un certains nombre de projets de réhabilitation inscrits dans le cadre de financements et aides publics ne doivent pas négliger la dimension paysagère de ces projets et donc réserver le budget nécessaire et plus que suffisant (et non pas ce qui reste après avoir tout mis dans le bâtiment et les VRD comme c’est généralement le cas) pour réaliser des projets paysagers de qualité et ambitieux.

c2- Réflexion sur l’utilisation de friches agricoles et délaissés urbains Les friches agricoles peuvent être converties en espaces récréatifs dont l’expression

c4- Création de parcs de stationnements paysagers A Nice, comme dans beaucoup de grandes villes de France, la place de la voiture pose

c1- Réflexion sur l’utilisation des grandes unités foncières libérées Dans certains quartiers de Nice, de grandes unités foncières vont être libérées du fait du transfert des activités vers d’autres lieux. Ainsi dans la vallée du Paillon, les abattoirs, les hangars des services techniques, la prison, la gare de marchandises… sont des réserves foncières pour des projets urbains.

La question se pose de l’utilisation d’une partie de ces terrains pour la création d’un parc au cœur d’espaces urbains denses non pourvus d’espaces récréatifs de proximité.

Dans la plaine du Var, les réserves foncières que sont les parcelles agricoles protégées au

paysagère renouvellerait le vocabulaire des parcs et jardins traditionnels pour proposer une vision contemporaine du jardin public. Ces friches sont essentiellement situées dans la plaine du Var et les collines ; le projet de jardin de la colline St-Philippe est une opportunité pour créer un lieu de référence en la matière.

Les délaissés ou friches urbaines situés dans des espaces assez restreints au pied des infrastructures, entre deux parcelles, peuvent être récupérés pour des petits projets d’intégration : habillage de la voie rapide par la végétation, création de terrains de basket,

un problème de circulation mais aussi de stationnement. En effet, le stationnement en aérien des automobiles sur l’espace public mobilise de grandes surfaces qui lorsqu’elles ne sont pas aménagées de façon esthétique, paysagère sont perçues comme des surfaces fonctionnelles peu avenantes. Revêtues de bitume noir, elles ont un impact visuel fort et sont d’un inconfort pour les riverains et passants (odeurs, chaleur, éblouissement…). Ainsi de grandes places sont occupées entièrement par les véhicules à moteur : place derrière l’université de St-Jean-d’Angély, place devant le Palais des expositions…

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

57


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 6 Créer de nouveaux parcs et jardins c6- création de jardins familiaux Les jardins familiaux ont un passé à Nice, notamment dans les quartiers populaires de la vallée du Paillon, à St-Roch et à Pasteur. Sur les collines agricoles et la vallée du Var cultivée, ils n’avaient pas raison d’exister. En effet, les jardins familiaux, sont aussi appelés jardins ouvriers car ils étaient généralement destinés à ces ouvriers déracinés de leur campagne et qui retrouvaient ainsi à la ville un lopin de terre pour produire quelques vivres qui viennent compléter leurs revenus. Ils étaient aussi regroupés sous le patronage d’associations.

Aujourd’hui les jardins familiaux de Nice ont disparu, la population ouvrière ayant diminuée au profit des travailleurs du commerce, de l’artisanat, du tertiaire, du tourisme. La demande des habitants s’est orientée vers les espaces de nature plus que de campagne comme le sont les jardins familiaux.

Les travailleurs immigrés du Maghreb ou d’Afrique noire, habitants des quartiers sociaux de Pasteur, St-Roch ou de l’Ariane, pourraient être les demandeurs de ce type de jardins dans lesquels ils pourraient trouver un moment d’évasion par le biais d’un lopin de terre qu’ils cultiveraient selon leurs traditions ; loin de chez eux, déracinés, ils y retrouveraient peut-être quelques racines à transmettre à leurs enfants.

Association des jardins ouvriers familiaux ST2N (autobus niçois) Situés sur la colline de l’Abadie, commune de Saint-André de La Roche, les Jardins Ouvriers Familiaux de la ST2N comprennent 62 parcelles cultivées en majorité par le personnel actif et retraité de la société ST2N, mais également ouverte aux personnes extérieures sur demande écrite. Ils ont été crées en 1941 sur un terrain qui est propriété de la ville de Nice. L’association est adhérente à la Fédération Nationale des Jardins Familiaux-Ligue du Coin de Terre et du Foyer. Un des buts de la fédération est de créer des jardins familiaux partout où cela s’avère possible. L’association travaille à l’amélioration esthétique de ses parcelles, à la mise en œuvre d’une politique de jardinage ‘propre’ limitant au strict minimum l’emploi des produits phytosanitaires et des engrais. Elle veut ainsi contribuer à l’embellissement du site sur lequel les jardins sont installés. Elle collabore avec les municipalités du département qui ont un projet de création de jardins familiaux. A ce jour l’association coopère avec quatre communes qui ont entrepris des études. Une création de vingt parcelles en partenariat avec la municipalité de la Trinité est en cours de chantier.Ces parcelles seront réservées aux habitants de la Trinité. Un projet est à l’étude avec la municipalité de Saint-André de La Roche.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

58


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 6 Créer de nouveaux parcs et jardins

d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

Dans la ville constituée, la création de nouveaux jardins ne se fait pas sentir comme un besoin imminent. En revanche, dans les quartiers en mutations comme ceux de la vallée du Paillon où de grandes surfaces vont être libérée (abattoirs, entrepôts SNCF…) l’idée d’un grand parc urbain relié aux berges du Paillon s’esquisse. De même dans la plaine du Var, la création d’un parc urbain récréatif germe dans l’esprit des acteurs du territoire.

À ces créations il est suggéré d’associer la réalisation de parcs de stationnement pour favoriser la pratique des lieux par d’autres usagers que les riverains.

Une autre idée a été exprimée avec force au sein du Comité Technique : la création, au cœur de la ville, dans le centre urbain, de petits espaces de détente pour les adolescents dispersés dans les quartiers : terrain de basket, terrain de skate…, qui pourraient être construits sur des espaces délaissés, sur les abords des grandes infrastructures, sur des aires de parking à remanier….

À propos de la requalification des grands espaces ouverts, le Comité technique a soulevé différents problèmes :

• problème de budget d’investissement • problème de budget d’entretien • la rétrocession à la ville, alourdi le budget entretien • recherche de partenariat, l’OPAM

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

59


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 6 Créer de nouveaux parcs et jardins

e- Enjeux et pistes d’action

1- Créer de nouveaux parcs en prenant en compte la demande sociale liée aux usages et aux riverains

• Créer des skates parcs, des petits espaces récréatifs pour les adolescents (terrain de jeux sportifs) en ville

• Créer des parcours sportifs, des chemins de course à pied dans les collines • Créer un parc dans la vallée du Paillon avec des espaces thématiques • Créer un parc dans la plaine du Var associant les sports et la nature • Créer des parcs « tout terrain », inscrit dans un rapport tactile au jardin, terrain d’aventures

• Imaginer des nouveaux types de jardins tels que des « jardins de mauvaises herbes » et « d’herbes folles », des « jardins humides », des « jardins secs », des « jardins verticaux », des jardins de lianes, des jardins d’eau, des jardins « sauvages »

2- Aménager les délaissés de voirie, les îlots, les friches urbaines * • Créer des « jardins de poche » dans des dents creuses inconstructibles • Utiliser des espaces en friche pour installer des petits équipements de

• Créer des « murs verts », des « jardins verticaux » sur des pignons • Créer des jardins familiaux associés à des promenades dans les quartiers populaires en coordination avec les associations de quartier, association des jardins familiaux,

• Créer des petits espaces de détente pour les adolescents (terrain de basket, skate parc…) dans des délaissés de voirie, des terrains inconstructibles

• Créer des espaces de bricolage en plein air pour les adultes (mécanique, lavage de voiture…) dans le cadre des projets de réhabilitation des espaces extérieurs des grands ensembles d’habitat collectifs *(La création de jardins ou de friches naturelles destinées aux riverains contribue dans tous les cas à développer des surfaces non minérales qui favorisent la récupération voire l’infiltration de l’eau de pluie dans le sol)

3- Étudier et développer les toitures terrasses de qualité environnementale et paysagère dans le cadre de projets HQE

proximité

• Planter les toitures terrasses des bâtiments (habitations, entrepôts) pour l’efficacité énergétique de la construction, pour le confort thermique et l’intégration dans les sites

• Planter les petits espaces, les espaces délaissés le long de la voie rapide, de

• Utiliser les toitures terrasses pour le stockage des eaux de pluie

l’autoroute

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

60


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 7 Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers «ON NE REGARDE PAS LES ARBRES EN VILLE !» a- Gérer, communiquer, sensibiliser les acteurs et les usagers sur

la place, le choix et l’entretien du végétal dans la ville et dans les jardins La méconnaissance du monde végétal ou sa connaissance partielle, les idées fausses ou les mauvaises habitudes, ont des conséquences sur les actions sur les arbres et les plantes des jardins opérés par la population ou les employés municipaux.

Au pied de certains arbres des rues, on peut remarquer la présence d’enrobé bitumineux qui a été étalé jusqu’au pied de l’arbre, enrobant même parfois le collet. Cette pratique est nocive pour la plante tant par les produits chimiques dégagés par l’enrobé que par l’asphyxie à long terme du système racinaire qui n’a plus d’échanges gazeux possible.

Les particuliers craignent les arbres trop grands de peur qu’ils ne tombent sur leurs maisons alors que cette crainte ne se justifie que dans certains cas, selon le type d’enracinement de la plante, le contexte de plantation et le climat.

Les particuliers plantent également des arbres sans connaître l’évolution de la plante, son port, son enracinement qui peut s’avérer à long terme très gênant pour les constructions de bâtiment ou voirie.

L’arbre intervient dans l’amélioration des conditions générales de l’éco-communauté urbaine. Son rôle est multiple : social, psychologique, paysager, politique, etc. L’espace arboré des villes constitue donc un patrimoine économiquement très important. Paradoxalement, nos connaissances scientifiques sur la physiologie des végétaux ligneux restent très fragmentaires, et il ne nous est pas toujours possible de satisfaire aux questions que se posent les gestionnaires sur l’entretien des arbres (élagage, causes du dépérissement) ou sur les qualités particulières d’une espèce. Aujourd’hui, nous supposons que certaines essences sont aptes à fixer des métaux lourds, que d’autres retiennent les poussières dans leurs poils épidermiques. Mais nous sommes encore loin de pouvoir dresser un catalogue des capacités des espèces à assainir l’atmosphère urbaine. Afin de connaître les conséquences du milieu urbain sur les ligneux, notre laboratoire aborde le fonctionnement de l’arbre en tant que plante entière grâce à une méthodologie basée sur l’étude des réserves (amidon, sucres solubles). Le stockage de ces réserves est le résultat de l’équilibre entre la photosynthèse et la consommation pour les fonctions vitales (respiration, croissance, floraison). La quantité et la qualité des réserves sont donc la traduction directe de l’état physiologique de l’arbre. Celui-ci est souvent perturbé par les agressions que subissent les ligneux des villes, mais la réponse de l’arbre à ces contraintes est lente – un arbre atteint par le sel, meurt dix ans après. Il est donc impératif d’intégrer ces facteurs dans les plans de gestion d’une plantation afin de pouvoir avoir une vision à long terme. Il est aussi important de sensibiliser la population, lui apprendre à regarder – on ne regarde pas les arbres en ville ! La plupart du temps, ils font partie du mobilier urbain – qu’elle réalise que, comme tout être vivant, un arbre naît, vieillit et meurt, qu’une plantation doit être rénovée pour des raisons de sécurité et d’esthétisme et, surtout, pour offrir aux générations à venir des alignements dignes de ce nom. Gérard Bory, Directeur du laboratoire de Physiologie de l’Arbre à l’université de Paris 7. Ce laboratoire est le seul en Europe à se consacrer exclusivement à des travaux de recherches sur la biologie, la physiologie et l’écologie de l’arbre en milieu urbain.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

61


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 7 Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers

Plusieurs actions de communication pourraient être menées via la presse, le bulletin municipal, la Maison de la nature…

Les problématiques liées à la gestion, la communication et la sensibilisation

Développer la communication sur la palette végétale, au même titre que les communications

b1- Réfléchir sur un mode de gestion de ce patrimoine vivant Il ne s’agit pas de figer les jardins mais de les accompagner dans une évolution raisonnée

Incitation du particulier à utiliser la palette de référence : bons d’achat de végétaux issus de la palette, associés à des projets de constructions neuves pour une subventions pour le bon entretien des jardins au même titre que les celles données pour les opérations de ravalement

b-

pour anticiper les changements majeurs qui peuvent intervenir (perte de grands arbres par vieillissement, maladie, gel, sécheresse, feu, abattage excessif…) et qui modifieraient notablement le paysage de certains quartiers.

b2- Sensibiliser les Niçois à la valeur de ce patrimoine La pérennisation de ce patrimoine et son évolution à travers les mutations des modes de vie, du climat, passe par la préservation du patrimoine arboré, de la richesse botanique, la valorisation de l’art de la taille, de l’art du jardin, la sensibilisation aux soins phytosanitaires, aux travaux d’entretien… la communication de ces éléments sont indispensables à la sensibilisation des habitants de cette ville et des propriétaires de jardin.

sur les couleurs de façades et les subventions pour les opérations de ravalement.

Développer la pédagogie, la sensibilisation dès le plus jeune âge dans les écoles, potagers, travaux pratiques.

Expositions pédagogiques dans les lieux de la municipalité, concours de fleurissement… b3- Gérer durablement les jardins et recenser ce patrimoine Créer et développer un inventaire du patrimoine « jardins » de Nice, car les jardins publics ou privés, petits ou grands, anciens ou contemporains, sont nombreux à Nice.

Définition de la Gestion Différenciée

Sous le regard horticole.

La gestion différenciée des espaces verts propose d’intégrer dans l’effort de verdissement et de fleurissement de la ville la composante environnementale. Il est question de prendre en compte les fonctionnements naturels, faire avec et non contre la nature dans une certaine mesure, respecter les équilibres naturels en préservant la faune et la flore locales et les ressources naturelles (l’eau, l’air et les sols). C’est la contribution du service espaces verts à la politique de développement durable. Elle est systématiquement inscrite aux Agendas 21 locaux comme ceux de la ville de Grande-Synthe et de la ville de Lille. Plutôt que de vous proposer une définition unique de la Gestion Différenciée, nous vous soumettons trois points de vue qui décrivent relativement bien cette notion.

« Dans l’optique de la Gestion Différenciée, le concepteur paysagiste crée un espace adapté à son milieu (sol, climat, environnement urbain...). Il limite l’entretien et les traitements phytosanitaires, favorise le développement d’une diversité faunistique et floristique, tout en respectant le cahier des charges». Yveline Cottu, ingénieur horticole

Une définition générale « La Gestion Différenciée fait évoluer le modèle horticole standard en intégrant à la gestion des espaces verts un souci écologique. Elle permet de gérer au mieux le patrimoine vert d’une ville en intégrant des objectifs précis et en tenant compte des moyens humains. Elle crée de nouveaux types d’espaces plus libres correspondant à une utilisation contemporaine aux fonctions plus variées».

Sources : www.gestiondifferenciee.org/gd/campagne/definition.htm www.ville-meylan.org/MeylanWeb/pages/page.php?num=70&lan=1

La vision de la collectivité « La Gestion Différenciée, c’est la contribution du jardinier au Développement Durable» Ville de Grande-Synthe

www.paysage.be/telechargement/mieux%20comprendre%20gestion-dif.pdf

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

62


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 7 Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers La présence forte du végétal dans la ville qui, sous des formes différentes selon la typologie urbaine, qualifie l’espace public, dessine le paysage de Nice avec une palette variée, colorée. Elle est l’élément clef de cette « ville parc ».

Un inventaire des jardins intéressants, des arbres « remarquables », des alignements, des palettes végétales, serait à engager pour créer un premier outil de connaissance de ce patrimoine en vue d’élaborer des outils de gestion adaptés aux objectifs retenus par la ville pour mettre en valeur ce patrimoine vivant. C- Les outils pour gérer le paysage niçois

c2- L’article 13 du PLU et la gestion des espaces plantés privés La palette végétale peut prendre la forme de cahiers indépendants ou être intégrée dans l’article 13 du règlement. Celui-ci fixe les règles concernant le traitement des espaces libres et des plantations.

Dans le POS actuel, une palette végétale est déjà déterminée : « les plantations nouvelles doivent comporter, en proportion harmonieuse, des arbres à feuilles caduques, des conifères, des agrumes et des palmiers. » Cette palette est valable pour toutes les zones confondues.

L’apport du Plan Paysage consisterait à adapter les palettes végétales aux différentes entités et sous entités identifiées dans l’étude.

c1- Le volet paysager du PC Le volet paysager du permis de construire est destiné à justifier que le projet a été élaboré en tenant compte du paysage.

Selon les cas, il est constitué des 4 pièces suivantes : coupes, photos, documents graphiques, notice du volet paysage.

La notice du volet paysage permet de justifier les options retenues pour le projet architectural et les espaces extérieurs.

Description du paysage existant : nature du site, topographie, espaces publics, desserte, bâti voisin, aménagements extérieurs et plantations.

Souvent ce volet paysager est réalisé par un maître d’œuvre qui n’est pas forcément un professionnel du paysage, aussi est-il un peu négligé ou peu précis, assez succinct et le projet d’aménagement des espaces extérieurs l’est aussi par conséquent.

L’instruction du permis de construire et de la déclaration de travaux inclus un avis sur le volet paysager du PC et les permis d’abattage. Le service instructeur est aidé par le service des espaces verts de la ville. Mais les moyens humains et techniques manquent pour mener à bien cette mission de visa du dossier et de contrôle sur le terrain.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

63


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 7 Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers Les principales missions de la cellule «médiation et gestion du paysage» c3- Gestion de l’imperméabilisation des sols et des terrains Sur les terres encore plantées, boisées, cultivées ou en friche, l’urbanisation entraîne une augmentation des surfaces imperméables et par conséquent une augmentation des volumes d’eau de ruissellement que les collecteurs sont amenés à recueillir. Or la dimension de ces collecteurs dans les secteurs déjà urbanisés n’est pas toujours suffisante pour recevoir des volumes supplémentaires. Cela nécessite alors des solutions techniques de VRD pour réaliser des ouvrages tampon. Ces ouvrages sont coûteux. Des solutions paysagères existent pour le stockage de ces eaux de pluie (noue, thalweg, bassin enherbé…).

L’imperméabilisation des terres induit aussi des phénomènes d’érosion des terres par le ruissellement superficiel des eaux qui ne peuvent plus s’infiltrer dans celle-ci et qui sont envoyées à l’extérieur.

Au cœur de la ville constituée, l’imperméabilisation des jardins, des reculs jardinés ou des cœurs d’îlot, au-delà de la problématique esthétique et patrimoniale qui est posée, se pose également un problème d’environnement lié à la gestion des eaux de pluie sur le territoire de la commune.

Un contrôle de l’imperméabilisation peut être opéré au niveau du visa des permis de construire et des déclarations de travaux. Le PLU indique des pourcentages à respecter selon les secteurs de surface perméable à maintenir. c4- Mise en place d’une cellule d’aide à la gestion du paysage En parallèle avec le plan de paysage, la direction de l’environnement de Nice a étudié la question en détail et les conclusions de cette étude sont citées dans l’encadré ci-contre.

- définition et gestion d’un système global de collecte et de diffusion d’informations sur le paysage (vocation de ressources et de « mémoire ») - développement de la coordination transversale entre les services de la Ville et entre les diverses administrations sur le thème du paysage - analyse et expertise de l’impact paysager des projets d’aménagement - mise en commun de l’ensemble des savoirs relatifs au paysage et au jardin afin de générer de meilleures compétences publiques et d’élaborer une problématique plus riche des rapports habitants / territoires - mise en place d’indicateurs d’évolution du paysage - organisation d’activités de sensibilisation et de formations adaptées selon les types de public Les axes de travail : 1. Identification des caractères distinctifs des paysages niçois afin d’éclairer les meilleurs choix de pratiques et d’activités paysagères, tant en milieu rural qu’en milieu urbain, à différentes échelles. 2. Reconnaissance de la valeur multidimensionnelle des paysages avec prise en compte réelle de ce concept lors de l’arbitrage des pratiques territoriales et des choix politiques (ainsi que l’analyse des outils de gestion tels que la DTA, SCOT, PLU, PPR et tous les projets d’aménagement en général). 3 Adoption d’une approche de planification concertée qui inscrit un processus participatif, stimulant une discussion entre l’Administration, les acteurs économiques et les citoyens. Des projets de conservation et de valorisation des paysages seront élaborés naturellement par la suite. 4. Établissement et présentation des liens nécessaires entre le patrimoine, l’environnement et le paysage pour assurer la cohérence de l’action.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

64


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 7 Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers La cellule prévoit la mise en place d’un service d’aide et de conseils aux particuliers utile pour communiquer avec le public, l’aider à entretenir son jardin, à choisir les plantes, 5. Reconnaissance de la dimension intégratrice du paysage dans les outils existants, et son utilisation en matière de planification et de gestion du territoire. Cela se traduira dans les schémas d’aménagement, les plans d’urbanisme, les diverses réglementations et des plans de développement touristique. 6. Concertation des intervenants privés avec les services de la Ville, et assurance d’intégrer à leurs projets l’analyse des paysages affectés, l’identification de mesures de protection et leur implication à l’égard de projets de valorisation du paysage. 7. Sensibilisation des intervenants socio-économiques à la valeur du paysage en tant que capital à valoriser et pas seulement comme ressource à exploiter. 8. Obtention par les intervenants publics, au niveau de la ville, de la région, de l’etat et de l’union européenne de l’engagement de contribuer au respect du paysage par l’énoncé de politiques, de plans d’action et de mesures d’encadrement dans leurs propres champs d’intervention. 9. Intensification des efforts en matière d’éducation et de sensibilisation à la valeur des paysages, notamment auprès des jeunes et dans les programmes d’enseignement à tous les niveaux (primaire, secondaire, technique et universitaire). 10. Soutien aux projets susceptibles de favoriser la protection et la mise en valeur des paysages, à la diffusion des connaissances et à l’information concernant le paysage, et au développement de la coopération européenne sur ces sujets.

les matériaux, les couleurs des aménagements extérieurs.

La sensibilisation du public à la problématique du paysage et des jardins niçois passe aussi par la communication des études et projets, par la concertation avec les riverains.

Cette pratique est bien établie à Nice et complète toute autre forme de communication. Les lieux publics d’informations et d’expositions : - la Maison de l’Environnement - la Maison des projets - le Forum d’Architecture et d’Urbanisme - les concertations publiques et les médias c5- Nice sur la route des jardins de la Côte d’Azur - les routes des jardins de la Côte d’Azur - les visites guidées dans les espaces naturels du Département Le département des Alpes-Maritimes a mis en place un certain nombre de circuit dont celui des jardins de la Côte d’Azur. Nice fait partie prenante de ce circuit par la richesse de son patrimoine jardin qu’elle peut faire découvrir et mettre en valeur.

Document de travail réalisé par Aurélien Liutkus pour la DEML.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

65


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 7 Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers La route des jardins de la Côte d’Azur. Les routes à thème permettent un maillage du territoire à même de favoriser le développement local. L’élaboration et l’étude de ces routes en tant que produits touristiques a été entreprise de façon graduelle, sous la double vocation de dynamiser une offre touristique de qualité, vitrine du département et d’assurer une diversification des produits touristiques. •La route du baroque nisso-ligure, (Alpes-Maritimes et la province d’Imperia), •La route des jardins de la Riviera (Alpes-Maritimes et la province d’Imperia), La route des jardins concerne les jardins de la Belle époque des rivieras française et italienne. Sur le plan architectural, la Belle Epoque se caractérise par l’apogée de l’éclectisme qui empruntait ses éléments de décor au passé pour obtenir un style plein de dynamisme. Une soixantaine de sites sont concernés. Le plus souvent gérés par des organismes publics, beaucoup de ces jardins bénéficient d’une protection au titre des monuments historiques. Aujourd’hui, ce patrimoine est rendu accessible au public. La route des jardins de la riviera Au XVIIIe siècle les voyages à travers l’Europe parachevaient l’éducation des classes cultivées. C’est en route pour Rome ou Athènes que l’on découvrit les Rivieras française et italienne qui charmèrent les voyageurs par leur beauté et leur climat. À ces conditions géographiques exceptionnelles s’ajoutait le fait que quelques villes qui jalonnaient le littoral offraient de quoi se loger et se distraire. En 1763, le médecin et homme de lettres Tobias Smollett trouva à Nice une petite société d’hivernants anglais, suisses, allemands et français. Smollett publia alors en Angleterre des lettres sur Nice qui séduisirent ses compatriotes.

Mais le véritable tourisme s’établit avec l’arrivée du train qui marqua le coup d’envoi de la Belle Époque sur la Riviera en amplifiant considérablement le transit des hivernants. Sur le plan architectural, la Belle Époque se caractérise par l’apogée de l’éclectisme qui empruntait ses éléments de décor au passé pour obtenir un style plein de dynamisme. Sur la soixantaine de sites regroupés dans la route des jardins de la Riviera, plus d’un tiers ont été créés par des étrangers. Sur l’ensemble des créateurs, on trouve des botanistes, hommes de lettres, artistes, hommes d’affaires, tous passionnés de jardinage exotique. Le plus souvent gérés par des organismes publics, beaucoup de ces jardins bénéficient d’une protection au titre des monuments historiques. Aujourd’hui ce patrimoine de mieux en mieux sauvegardé est rendu accessible au public. ERNEST BOURSIER-MOUGENOT La route de l’art religieux dans le Comté de Nice et la Ligurie du Ponant Source : Conseil Général des Alpes Maritimes www.cg06.fr/tourisme/jardin-introduction.html

Peu avant 1789 les Anglais édifièrent des villas en lieu et place de ce qui allait devenir la promenade des Anglais. Au milieu du XIXe siècle les villes côtières d’Hyères à Imperia se dotèrent de nouveaux hôtels afin de faire face au flux des voyageurs. À ces édifices de plus en plus luxueux s’adjoignirent des jardins exotiques qui perdurent aujourd’hui.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

66


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 7 Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

Un architecte paysagiste conseil pour instruire le volet paysager des permis de construire, manque de compétence exprimé par les instructeurs actuels Mise en place d’outils de reconnaissance, de développement, de gestion du patrimoine jardins publics et privés, de l’évolution des paysages • Recensement du patrimoine jardin public et privé en relation avec le Plan Arbre • Création d’une zone EVIP (Espace Vert d’Intérêt Public) • Regard attentif sur le volet paysager du PC et DT avec suivi des réalisations, du respect des règles, contrôles et sanctions

• Gestion de l’imperméabilisation des terrains, seuils à établir et à contrôler • Mise en place d’une Cellule d’aide à la gestion du paysage • Mise en place d’un service d’aides et de conseils aux particuliers, information, cours de jardinage, taille etc…à la Maison de l’Environnement, voir collaborations possibles avec la Société Centrale d’Agriculture, d’Horticulture et d’Acclimatation de Nice et des AlpesMaritimes, avec l’association des jardins familiaux etc.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

67


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 2 : La qualification de la ville et du cadre de vie par le végétal Passé et avenir de la ville-parc du Consiglio d’Ornato à nos jours La place majeure du végétal dans l’urbanisme de Nice

AXE 7 Les jardins et les paysages, des lieux et des outils pour communiquer et sensibiliser les usagers

e- Enjeux et pistes d’action

1- Faire du volet paysager du PC un véritable outil de gestion des

3- Développer l’intérêt des particuliers pour les jardins et le paysage de

paysages

Nice en tant qu’éléments de patrimoine

• Faire intervenir un paysagiste conseil dans l’instruction des PC • Informer les professionnels et particuliers de l’importance du volet paysager

• Créer une charte-conseil pour informer les usagers sur l’importance de la bonne gestion du végétal dans l’espace privé pour maintenir un cadre de vie arboré et qualitatif

dans le dépôt des permis de construire

• Établir une liste des demandes spécifiques du volet paysager 2- Développer l’aide et le conseil aux particuliers par des cahiers de prescriptions et des actions symboliques

• Élaborer un cahier de prescriptions à l’usage des particuliers et des sociétés pour la restauration ou la construction de restanques, la création de murs de soutènement

• Mettre en place une mission photographique des jardins privés et publics de Nice

• Concevoir et diffuser une plaquette d’information et de pédagogie grand public sur le patrimoine des jardins et paysages de Nice associée à la mise en place d’une signalétique dédiée aux jardins publics pour retracer l’histoire et indiquer des noms de plantes • Sensibiliser les pépiniéristes et les jardineries sur l’identité et l’évolution des

sociétés pour le choix et l’entretien des végétaux (essences de référence, développement de la plante, risque allergène, risque incendie…)

paysages niçois par des actions de communication, sur la qualité des végétaux, la gestion et le choix, par l’information sur les palettes recommandées par la ville, par une information sur l’impact des effets de modes et de la banalisation de certains végétaux non adaptés dans des sites identitaires

• Mettre en place une cellule d’aide à la gestion des paysages, (cellule de

• Diversifier les expositions et conférences dans les différents lieux de rencontre

médiation des paysages)

du public : Maison de l’environnement, Forum d’urbanisme et d’architecture, Maison des projets

• Élaborer un cahier de prescriptions à l’usage des particuliers et des

• Mettre en place des composteurs individuels avec des conseils et suivi technique pour les particuliers

• Organiser des itinéraires et des visites guidées centrés sur la découverte des paysages et des jardins publics et privés niçois

• Inciter les propriétaires à ouvrir et faire visiter leur jardin à l’occasion des manifestations nationales ou locales liées au patrimoine, au paysage, au jardin (mois des jardins, journées du patrimoine…)

• Organiser des concours et remise de prix (Concours « balcons fleuris » « main verte », Association Vieilles Maisons Françaises, Société Nationale d’Horticulture Française…)

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

68


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

8- Rechercher la sensorialité et le bien-être dans les espaces publics Axe

a- Accessibilité b- Bien-être c- Sensorialité d- Réflexion pour une gestion raisonnée des espaces publics e- Enjeux et pistes d’action

Axe 9- Composer avec l’eau et les fontaines

a- Un mot sur l’eau et les fontaines dans la ville a1- Les problématiques liées à l’eau a2- Les fontaines, le choix et les emplacements

b- Enjeux et pistes d’action

Axe 10- Intégrer l’art et l’événement dans la ville

a- Sculpture et art évènementiel b- Les problématiques liées à l’art dans l’espace public b1- Les installations et la place de l’évènementiel

c- Enjeux et pistes d’action

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

69


aysage

PPaysage lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

Axe 11- La lumière et l’ombre, rythmes, mise

en scène et gestion

a- Un mot sur les variations lumineuses dans la ville.

Diagnostic

b- Les problématiques liées aux ombres et à la lumière dans la ville b1- La recherche de l’ombre sous le soleil b2- L’éclairage des espaces publics et l’éclairage des bâtiments b3- Le mobilier d’éclairage et les énergies renouvelables

c- Enjeux et pistes d’action

Axe 12- Définir et implanter le mobilier et la

signalétique

a- Le mobilier urbain, une identité, une image de marque b- Les problématiques liées au mobilier urbain b1- Le choix et l’adaptation des mobiliers b2 - La question du vandalisme sur le mobilier b3 - L’emplacement des bancs et des corbeilles b4 - Les autres mobiliers utiles et l’ordonnancement des mobiliers sur les trottoirs b5- La signalétique et l’affichage publicitaire dans la ville

c- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique d- Enjeux et pistes d’action

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

70


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 8 Rechercher la sensorialité et le bien-être dans les espaces publics « De l’habitat à la planète en passant par la ville, notre relation à l’environnement conditionne nos perceptions, nos évaluations, nos comportements et détermine notre bien-être quotidien » (Gabriel Moser, 2003) a- Accessiblité

Références culturelles méditerranéennes des espaces publics. Les espaces publics méditerranéen b- Bien-être

Notion d’utilité, de confort et d’agrément dans l’espace public. Utilité, confort et agrément sont les trois règles classiques de l’architecture, de la construction de la ville et donc de l’espace public, énoncé par Vitruve dans la Rome Antique puis Alberti dans l’Italie de la Renaissance...

Aujourd’hui cette règle vaut toujours, cependant elle ne suffit pas à orienter les projets d’aménagement des espaces publics. D’autres problématiques et d’autres notions entrent en jeu. c- Sensorialité

Espaces sensibles et recherche du bien-être sensoriel dans les espaces publics. Aujourd’hui, la recherche du bien-être individuel dans nos sociétés industrielles qui ont jusqu’alors nier le corps, se manifeste sous différente forme et influe sur les comportements. La ville a souvent été présentée comme le lieu de la perte du bien-être idéalisé de la vie à la campagne. Les acteurs de la ville (habitants, professionnels et autorités) sont à la recherche de la qualité de vie dans la ville, dans les espaces privés et publics. Les espaces conçus ne conviennent pas forcément aux usagers et ne sont pas toujours appropriés. Il y a parfois un décalage entre le sensible créé par les professionnels et le besoin de sensorialité et de bien-être recherché par les habitants.

les normes de confort et d’esthétique jouent un rôle essentiel. Le confort est garanti par des critères hygiénistes (lumière, eau courante, chauffage) qui guident l’urbanisme décisionnel depuis son origine et assurent aux usagers un certain silence sensoriel (en particulier en ce qui concerne les odeurs et les bruits). Les architectes fournissent l’esthétique et la qualité de l’ouvrage…. Le bien-être est une sensation et touche donc explicitement au corps. Le bien-être éprouvé dans un espace à un moment donné dépend de trois composantes : le bien-être corporel, le bien-être relationnel et le bien-être esthétique. » Lucile Grésillon de l’espace de qualité à celui du bien-être, une question d’appropriation sensorielle, extrait acte du colloque international à l’université d’Angers septembre 2004.

Dans cette réflexion, il faut aussi penser au bien-être des personnes aux capacités physiques réduites : personnes âgées, enfants, personnes handicapées. Les urbanistes, les architectes, les paysagistes et tous les acteurs techniciens et élus de l’aménagement du territoire doivent composer, dorénavant, avec la notion émergente de l’accessibilité. d- Réflexion pour une gestion raisonnée des espaces publics

L’attention à la qualité des espaces publics, à l’esthétique urbaine, révèle une mutation récente intervenue dans les politiques urbaines en France qui s’exprime en particulier à travers de nouvelles échelles d’aménagement, plus réduite. A cela s’ajoute un souci d’une gestion raisonnée qui prend en compte les diverses problématiques des espaces publics :

- la lutte contre les incivilités et le vandalisme - la sécurité dans les espaces publics - la propreté des espaces publics - le chien en ville et la propreté Cette gestion est facilitée par l’adoption et la mise en œuvre de différentes chartes sur l’espace public :

« Le sensible d’un espace est la partie perceptible par les sens de l’ensemble des objets matériels qui le composent. En milieu urbain, il s’agit des structures bâties et non bâties comprenant la totalité des objets pouvant être caractérisés par leurs propriétés physiques ou chimiques. Il comprend donc, en dehors du bâti, le vivant (végétation, animaux), les odeurs, les sons, le vent, le rayonnement du soleil. La qualité d’un espace dépend de ses composants matériels et de leur agencement. Cette qualité est mesurable par des critères objectifs où

- « Charte du mobilier » - « Charte des usagers », lutte contre les nuisances dans les zones piétonnes - « Charte des terrasses des cafetiers », harmonisation des terrasses - « Charte des travaux », confort et agrément des riverains et passants

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

71


aysage

PPaysage lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 8 Rechercher la sensorialité et le bien-être dans les espaces publics e- Enjeux et pistes d’action

Diagnostic

1- Favoriser l’embellissement et la gestion des espaces publics en concertation avec tous les acteurs

• Élaborer un « Plan d’embellissement » renouvelé chaque année qui définie un certain nombre d’espaces publics à embellir et autour duquel se rassemble tous les services municipaux 2- Améliorer l’accessibilité des lieux publics aux personnes à mobilité réduite, aux mal voyants, aux poussettes, aux vélos

• Mettre en place une démarche de généralisation des stationnements deux-roues en lien avec les pôles majeurs en ville

• Créer dans les jardins, une signalétique spécifique, et valoriser les parfums et les matières

• Développer les actions pour la propreté du chien en ville : communication sur le comportement des maîtres, multiplier les distributeurs de sacs de propreté, les poubelles et le contrôle, créer des canisettes pour les chiens

• Rendre la voie publique plus propre en prenant en compte la gestion des déchets sur la voie publique : installer un nouveau mobilier de propreté et de tri sélectif (privilégier les conteneurs enterrés en centre-ville), inciter au compostage individuel et au dépôt en déchetteries (encombrants et déchets verts) 5- Optimiser le stationnement et la place de la voiture en ville pour un partage équilibré entre les différents usagers

• Déplacer le stationnement aérien vers des silos à voiture, des parkings souterrains • Interdire le stationnement et le passage des voitures particulières sur la colline du château

3- Rechercher le bien-être et la sensorialité par un traitement paysager des espaces publics

• Interdire la circulation dans les rues étroites du vieux Nice •Développer les transports en commun et les modes de déplacement doux (introduire

• Intégrer les perceptions sonores, visuelles, olfactives, tactiles, gustatives dans le

les véhicules électriques en centre-ville)

choix des palettes de composition des espaces publics (matériaux, couleurs, végétaux, mobiliers…)

6- Lutter contre le bruit, élément de dépréciation de l’espace public et des

• Composer avec les parfums et les couleurs des plantes méditerranéennes • Rechercher le confort et la tranquillité dans les aménagements des espaces publics et des jardins (ergonomie du mobilier, détails de sols, éclairages, clôtures et portillons…)

paysages urbains

• Fermer la voie Mathis la nuit • Réduire le nombre de voies sur la Promenade des Anglais • Créer des aménagements de voiries qui incitent les conducteurs à modérer la vitesse (chicanes, changement de revêtement de sol, éclairages, plantations…)

4- Sécurité et propreté dans les espaces publics pour une cohabitation sociable • Clôturer les jardins publics • Instaurer une charte des usagers de l’espace public : charte des cafetiers, charte des

• Accentuer le contrôle les bruits intempestifs (deux roues, camions, voitures)

propriétaires de chiens, charte du stationnement…

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

72


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 9 Composer avec l’eau et les fontaines a- Un mot sur l’eau et les fontaines dans la ville

Dans les villes des pays riches, l’eau est omniprésente : dans la sphère privée, il suffit d’ouvrir le robinet pour disposer d’une eau potable et abondante; dans le domaine public, les rues, les parcs, les jardins sont jalonnés de fontaines, bassins et points d’eau divers et les piscines, bases de loisirs ne manquent pas. Cette facilité d’approvisionnement en eau potable est la marque distinctive des pays matériellement les plus développés. Il y a plusieurs siècles, ces pays se sont lancés à la conquête de l’eau, au nom du bien-être, de l’hygiène et de la santé : petit à petit, les progrès scientifiques et techniques ont permis de créer des réseaux destinés à l’alimentation en eau potable et à l’évacuation des eaux usées et pluviales. Dans les villes méditerranéennes, l’eau est présente sur les places, dans les jardins, elle apporte la fraîcheur réconfortante.

La gestion de l’eau est donc un enjeu important de la ville et de la planète. Les catastrophes naturelles, les sécheresses répétées que connaît la France et la Côte d’Azur ne font que souligner que l’eau est une ressource fragile qui nécessite une gestion soucieuse afin d’éviter le gaspillage et la pollution. L’assainissement est un point crucial de cette gestion qui passe entre autre, par la limitation de l’imperméabilisation des sols.

La richesse entraîne une surconsommation d’eau. Alors qu’on pourrait se satisfaire d’une

C’est au XIXème siècle que Nice a construit son réseau d’adduction d’eau. L’eau potable

cinquantaine de litres d’eau salubre par jour (1 à 2 litres à boire et 25 à 50 litres pour préparer les aliments et pour l’hygiène corporelle), la consommation personnelle d’un Américain est en moyenne de 400 litres, celle d’un Européen varie entre 150 et 300 litres. Dans les pays peu développés, elle n’est que de 40 litres (dans le meilleur des cas) d’une eau qui est souvent loin d’être salubre.

distribuée à Nice provient d’une part, de la Vésubie. L’eau, captée près de St-Jean-la-Rivière est amenée jusqu’à l’usine de Super-Rimiez par le canal de la Vésubie achevé en 1886 d’une longueur de 32,7km et d’autre part du Var, l’eau de la nappe phréatique est captée depuis 1935 par des puits installés au nord du pont de la voie ferrée.

a2- Les fontaines, le choix et les emplacements La maintenance des fontaines dans la ville pose un réel problème de finance. On remarque

a1- Les problématiques liées l’eau Gestion de l’eau La problématique de l’eau en général est devenue et sera de plus en plus un des thèmes importants de ce début du 21ème siècle.

L’eau est utile dans la vie quotidienne des gens. L’eau est nécessaire pour l’arrosage des cultures, des jardins et l’alimentation des fontaines.

Il s’est créé progressivement dans les pays développés une véritable industrie de l’eau : le captage, le traitement et la distribution de l’eau potable, l’assainissement et l’épuration des eaux usées domestiques et industrielles, la maîtrise du ruissellement des eaux de pluie, toutes ces activités sont aujourd’hui gérées par des institutions publiques et des sociétés privées au niveau local et/ou régional. L’eau est devenue l’affaire des spécialistes: ceux-là sont chargés d’assurer à tous un bon approvisionnement et une bonne évacuation de l’eau pour un prix modeste, d’assurer une continuité de service permettant de libérer le citadin : plus de corvée d’eau, plus de risques sanitaires, plus de vidanges, en bref, l’amélioration du bien-être et de la santé du citadin.

souvent l’arrêt de certaines fontaines et la mise à sec de certains bassins pour cause de nettoyage, réparation, économie. Les ouvrages décoratifs traditionnels sont onéreux dans leur entretien quotidien.

Nouveau rapport du citadin à l’eau et aux fontaines L’eau est un élément décoratif des espaces publics qui a pris la forme de fontaines et de bassins aux formes, aux couleurs et aux matériaux variés selon l’époque de conception. Aujourd’hui la création de nouvelles fontaines dans la ville pose le problème de la pertinence de son emplacement, de sa fonction, de sa forme. Les comportements actuels des citadins face aux bassins et fontaines ont évolué dans le sens d’une recherche du contact direct avec l’eau. Pour se rafraîchir, pour jouer, certains promeneurs trempent leurs pieds dans l’eau, se mouillent et jouent avec les jets d’eau. Dans certains parcs contemporains, sur certaines aires d’autoroute, les jets d’eau sortant directement du sol et les brumisateurs ont un franc succès auprès de la population car ces aménagements répondent à une demande. L’entretien de ce type d’aménagement est peut être aussi un peu moins coûteux que celui de bassins et fontaines plus classiques.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

73


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 9 Composer avec l’eau et les fontaines a3- L’eau sous toutes ses formes, rigoles, bassins, cascades… La construction du réseau hydraulique d’adduction d’eau a généré quelques constructions particulières qui, outre leur fonction technique, ont aussi une fonction esthétique dans le paysage la ville, de ces promenades et jardins. L’ensemble des fontaines du Vieux Nice a longtemps servi à l’approvisionnement en eau des niçois habitant la vieille ville, elles ornent les places et apportent une note fraîche dans la chaleur de l’été. Les cascades, édifiées au XIXème dans les parcs et dont il ne reste plus que celle de la colline du château et de Gairaut, sont une magnifique mise en scène de l’eau offrent à la ville un décor pittoresque monumental ; celles du Piol et du jardin Albert 1er ont été démolies. Dans les parcs et jardins de Nice, on trouve près de 150 bassins et fontaines, des plus anciennes aux plus contemporaines.

b- Enjeux et pistes d’action

L’eau est un des quatre éléments naturels ; source de vie, elle est donc pour le citadin un

3- Étudier le potentiel de récupération des eaux de pluie pour l’arrosage des espaces verts

des éléments premier pour un contact direct avec la nature en ville. Une réflexion sur les nouvelles formes que peut prendre cette eau rafraîchissante, sonante et ludique dans Nice est à mener dans le cadre des projets d’aménagements proches ou futurs d’espaces publics tels les berges du Paillon et du Var, les nouveaux jardins, nouveaux quartiers en projet.

1- Développer l’art et les fontaines dans la ville comme élément de marquage des places, des centralités dans les collines et les monts, des « portes » aux entrées de ville 2- Amener l’eau comme source de fraîcheur et de sonorité agréable qui masque les bruits de la circulation, qui désaltère les promeneurs et rafraîchit l’air et les sols chauffés par le soleil

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

74


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 10 Intégrer l’art et l’événement dans la ville

L’art dans la ville, investit de nouveaux supports, de nouvelles formes, de nouveaux matériaux. L’art n’est plus seulement un élément de marquage, un signe dans l’espace public déjà bien rempli par d’autres signes (mobiliers, publicités, enseignes….). L’espace public et les gens qui l’habitent, devient lui-même matériau de travail pour l’artiste qui investit le terrain à la recherche d’une appropriation, d’une révélation, d’une interrogation livrée au public.

a- Sculpture et art évènementiel

CHU Nice Pasteur 2 « un hôpital méditerranéen »

C’est au XIXème siècle que s’est constitué, pour une très large part, le paysage urbain sculpté des grandes villes françaises. Toutes ces statues s’intègrent à des édifices ou bien constituent elles-mêmes des monuments publics dans le sens où elles sont installées dans l’espace public pour être regardées de tous.

Une dimension artistique et paysagère Trois axes retiendront l’attention des niçois : - le premier concerne l’intégration des arts plastiques dans l’hôpital. Un jardin de sculptures peut d’abord être constitué dans les jardins de l’esplanade. Des haies végétales forment des masques successifs permettant d’intégrer des sculptures dans des écrins de verdure - le deuxième concerne la tradition piémontaise du mur peint introduisant dans l’architecture une gamme de couleurs chaudes et saturées - le troisième axe, l’hôpital peut être un lieu d’expression de la musique et de la parole avec des «concerts promenade». Un théâtre de verdure au pied de l’abbaye St-Pons peut devenir les espaces d’accueil de ces manifestations (www.chu-nice.fr)

La sculpture a deux fonctions bien différentes. La première, en liaison avec la nature du monument, est de délivrer un sens, un message, de matérialiser la mémoire collective ; elle construit un paysage idéologique. La seconde est de constituer une forme architecturale à part entière lorsqu’elle fait partie de l’édifice ; elle construit un paysage décoratif.

Aujourd’hui, l’art, installé dans la rue, peut l’être de manière « définitive » ou éphémère et revêt des formes diverses : sculpture, mur peint, installation visuelle, sonore, olfactive…la rue est une galerie, la ville est un musée ouvert qui présente sa collection permanente et renouvelle ses collections temporaires.

Qu’il soit célébratif ou critique, le regard des artistes n’a jamais manqué à la ville, ce dont les jeunes plasticiens témoignent encore aujourd’hui. Peinture, photographie, vidéo… la ville et ses représentations sont bien présentes dans l’art et s’exposent dans les musées, les galeries et la rue. La représentation de la ville, l’urbanisme, l’architecture, les paysages, est très présente dans les photographies et les peintures des derniers salons d’art contemporain. Lors du dernier Carnaval de Nice l’exposition in situ des photographies panoramiques de la promenade des Anglais, réalisées par Olivier Monge, a créé l’événement et fut apprécié des passants.

b1- Les installations et la place de l’évènementiel Le patrimoine architectural de Nice recèle une riche collection de sculptures et de peintures architecturales comprenant des édifices de différentes époques, des fresques de la Renaissance aux murs peints contemporains, des façades baroques aux façades Belle Epoque , des architectures orientalistes de belles demeures aux formes cubiques des années 30. La ville est riche d’une expression architecturale associée à l’art décoratif.

Par b- Les problématiques liées à l’art dans l’espace public

Choix des matériaux et des esthétiques. Choix des artistes, choix des emplacements, choix des matériaux, mise en place et lutte contre le vandalisme.

Le jardin a souvent été perçu comme le lieu d’accueil privilégié de l’art dans les lieux publics. Mais aujourd’hui les jeunes artistes investissent d’autres lieux et récusent l’idée d’un simple transfert des œuvres du musée au jardin, ou sur des emplacements de la cité signalés par des socles. Ils entendent apporter quelque chose de plus : une réflexion sur le site, une incitation à la réaction des passants, une animation ludique.

ailleurs, Nice est dotée d’un patrimoine important d’œuvres anciennes et contemporaines disséminées dans les rues et les places. Nice, qui a accueilli de célèbres peintres et sculpteurs attirés par la lumière et les paysages de la Côte d’Azur, qui a vu naître de grands artistes, qui possède des écoles d’art plastiques renommée (Villa Arson), est très attachée au développement de l’art moderne et soutient des artistes contemporains (exateliers SPADA). En témoignent les nombreuses sculptures installées dans les promenades (Arc de Venet, Tête de Sosno…), les évènements artistiques (les murs un autre regard 2004) et expositions temporaires d’artistes sur la promenade des Anglais (Niki de St-Phalle 2002).

Les grands travaux du tramway ont permis l’émergence d’un projet de nouvelles installations d’art contemporain le long des axes du tramway perpétuant ainsi une politique favorable à l’expression artistique dans l’espace public.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

75


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 10 Intégrer l’art et l’événement dans la ville Le Carnaval est la plus célèbre fête populaire niçoise mais également la plus importante sur le plan de son impact touristique et économique. (http://www.nicerendezvous.com) Le Carnaval de Nice, a la chance d’avoir l’un des plus riches et longs passés dans l’histoire des carnavals du monde. Il apparaît en 1294, lorsque les chroniques signalent la venue du Comte de Provence Charles II, «pour y passer les jours joyeux du carnaval». Du Moyen Age au XIXe siècle, le Carnaval se déroule dans un style différent selon l’époque. Au Moyen Age, une fête de bals et de mascarades; au siècle des Lumières, les bals masqués se déroulent à la mode vénitienne, en milieu fermé. Les festins de Carême, à Cimiez, clôturent le cycle Carnaval-Carême dans une atmosphère qui inspira le poète niçois Rancher. Le carnaval change d’aspect lors du séjour, en 1830, du roi Charles-Félix. Pour la première fois, un «corso» fut organisé sur le Cours Saleya, en hommage aux souverains. A bord de voitures et de calèches, fleuries et décorées, les notables niçois défilèrent en «riches costumes» sous le balcon du Palais Royal. Très vite, les batailles de projectiles deviennent le jeu essentiel de la fête. A partir de 1892, les confetti de papier détrônent les confetti de plâtre, réservés au Mardi-Gras jusqu’en 1955 et dont les batailles mémorables sont ancrées dans la mémoire des Niçois. En 1873, un Comité organisateur du Carnaval, composé de riches hivernants et de membres de la bourgeoisie niçoise, institua une distribution de prix lors d’un premier défilé de chars. De nombreuses initiatives sont à mettre à l’actif des Comités des Fêtes successifs : batailles de fleurs sur la promenade en 1876, trains «du plaisir» sur la ligne PLM en 1877, char de Sa Majesté en 1882, palais-loggia en 1890, Madame Carnaval en 1893, chanson officielle en 1905, illuminations électriques en 1921 Aujourd’hui, le carnaval niçois devient le terrain privilégié de la créativité des carnavaliers, qui caricaturent dans le meilleur style grotesque aussi bien les scènes de la vie niçoise que les évènements internationaux. Il nous donne ainsi un témoignage inestimable et incomparable sur la vie de nos contemporains à travers la vision humoristique des carnavaliers.

c- Enjeux et pistes d’action

1- Accompagner les nouvelles formes d’art et d’évènements dans la ville en les intégrant dans la réflexion sur les projets urbains

• Prolonger la Promenade du Paillon sur le thème des arts et des jardins en déclinant des motifs de fontaines, sculptures et autres formes d’art contemporain dans des nouveaux jardins • Introduire de l’art et de l’événement dans la plaine du Var 2- Valoriser l’identité de chaque hameau et quartier par les fêtes : fêtes traditionnelles, fêtes patronales, gastronomiques, saisonnières…

• Valorisation de la culture locale, de la petite histoire, d’une forme d’identité liée aux sites

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

76


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 11 La lumière et l’ombre, rythmes, mise en scène et gestion a- Un mot sur les variations lumineuses dans la ville

Nice bénéficie d’une lumière particulière qui n’a pas échappé aux peintres, aux écrivains. La

L’ambiance nocturne des espaces publics est un élément de confort et d’agrément du promeneur qui perçoit un espace plus lisible, plus rassurant et plus accueillant.

La vision lointaine qu’il a de la ville depuis les hauteurs est aussi plus belle et surprenante. La nuit, la ville illuminée ponctuellement par des bâtiments qui sont des points de repère, éclairée linéairement le long des infrastructures majeures, devient une autre ville.

A Nice les éclairages scénographiques sont concentrés sur la promenade des Anglais, la

lumière de la Côte d’Azur. Elle est celle d’une ville baignée de soleil 300 jours par an, ébloui par les reflets du soleil et du ciel sur la mer, éclairée par la blancheur des façades. Cette luminosité varie avec le ciel et les saisons mais garde sa blancheur dominante dans l’azur de l’horizon. La nuit, la ville s’illumine de manière identique sauf les jours de fêtes où de nouveaux éclairages font leur apparition dans le ciel, dans les arbres, dans les rues.

colline du Château et la vieille ville, le Jardin Albert 1er et la promenade du Paillon. Des lieux et des axes majeurs de l’histoire et de l’accueil touristique. Ailleurs, les éclairages sont assez homogènes et étudiés sur des principes routiers et fonctionnels.

b- Les problématiques liées à l’ombre et à la lumière dans la ville

L’éclairage des bâtiments privés, des façades, des vitrines, participe à l’ambiance lumineuse

b1- La recherche de l’ombre sous le soleil Pour se protéger d’une lumière trop forte, d’un soleil trop chaud, l’ombre d’un arbre, d’une pergola, d’un abri…est la bienvenue.

Les arbres d’alignement jouent un rôle essentiel à cet effet. Par conséquent le choix de ces arbres dans les projets de réhabilitation ou de création d’alignement dépend aussi de ce facteur. L’ombre d’un platane n’est pas la même que celle d’un marronnier ou d’un fauxpoivrier.

Les pergolas, loggias sont des éléments de jardin destinés à palisser les plantes grimpantes et offrir un passage à l’ombre.

Nice a décliné un certain nombre de modèles de pergolas : celle de la promenade des anglais à l’architecture Art Déco, celle du jardin Albert 1er au dessin rustique, support de rosiers, celles du Square Mal Juin aux formes voluptueuses, support de glycines, celle contemporaine en marbre et métal de la Place Troja, …celles de toutes factures des bâtisses anciennes et belles demeures ouvrant sur des jardins.

La voie Mathis qui traverse la ville en plein cœur pourrait faire l’objet d’une étude de mise en lumière compte tenu de sa visibilité.

de la ville. Les couleurs des enseignes, le type d’éclairage sur les façades, le choix des luminaires et des températures de couleur des lampes, contribuent à donner le ton de Nice la nuit. Aussi serait-il opportun d’élaborer un cahier de prescription à l’usage des particuliers dont l’éclairage de leur façade n’est pas anodin dans la perception globale de l’espace public. Ce cahier s’adresserait surtout aux riverains des espaces majeurs de la ville : promenade des Anglais, avenue Victor Hugo, Dubouchage, Jean Médecin…

b3- Le mobilier d’éclairage et les énergies renouvelables Dans le cadre d’une réflexion sur le développement durable et de l’éclairage de certains espaces publics, il serait utile d’envisager l’installation de mobilier d’éclairage profitant de l’énergie solaire. L’énergie solaire, peut apporter des solutions intéressantes en ce qui concerne l’éclairage urbain, l’éclairage de parcs ou jardins, abribus, ou autres lieux isolés, dans lesquels le coût d’une ligne électrique serait prohibitif. De même pour l’éclairage des panneaux publicitaires, indicateurs, bornes parlantes, etc.

Le motif de la pergola est donc récurent dans la ville et mériterait d’être décliné. b2- L’éclairage des espaces publics et l’éclairage des bâtiments L’éclairage nocturne des espaces publics est un souci d’ordre esthétique qui est certes majeur; il est aussi réfléchi en fonction de contraintes liées à la sécurité du public dans cette ville touristique qui, à la belle saison et les jours de fête, vit la nuit. Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

77


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 11 La lumière et l’ombre, rythmes, mise en scène et gestion

c- Enjeux et pistes d’action

1- Dans le cadre du plan lumière, harmoniser les illuminations, l’éclairage public et les éclairages « commerciaux »

• Mettre en valeur des axes forts ou points particuliers de la ville : les fleuves, la voie Mathis et ses entrées, les grands axes urbains boulevards et avenues, les monuments et points de repères non encore illuminés, les jardins, parcs etc.

2- Rechercher l’ombre pour les cheminements piétons, les stationnements des voitures par des mobiliers de type pergolas ou ombrières ainsi que par les frondaisons des plantations

• Lier le choix des essences plantées et les techniques de taille et de palissage des

• Intégrer des projets de scénographies nocturnes éphémères ou pérennes pour la

plantes à la recherche de l’ombre (frondaisons étalées comme le mûrier, l’albizia, le palissage des arbres en plateau, les lianes et les grimpantes sur les pergolas…)

mise en lumière des berges du Var, pour la création d’évènements sur la lumière : spectacle pyrotechnique sur le Var, le Paillon, les « nuits blanches de Nice», etc.

pérenne des lieux emblématiques comme le cours Saleya, le centre-ville…

• Définir un mobilier et des toiles pour ombrager temporairement ou de manière

• Associer au plan lumière, un plan de gestion de l’éclairage communal pour maîtriser, hiérarchiser et harmoniser l’éclairage public en fonction des lieux et des usages • Développer l’aide et le conseil aux particuliers pour l’éclairage des façades, des enseignes, vitrines

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

78


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 12 Définir et implanter le mobilier et la signalétique a- Le mobilier urbain, une identité, une image de marque

Le mobilier dans la ville participe fortement à la perception que l’on a des espaces publics, de leur accueil, de leur confort et de leur beauté. La diversité des fournisseurs européens est une ouverture qui permet de choisir dans différentes gammes et de renouveler les traditionnels bancs, corbeilles, bornes … qui n’ont pas toujours bien vieillis.

Les premiers critères de choix sont le confort, la tenue dans le temps, l’entretien puis l’esthétique. b- Les problématiques liées au mobilier urbain

Une réflexion globale au niveau du mobilier urbain à Nice est engagée. Le plan paysage émet quelques observations et se permet de proposer une piste de réflexion concernant le choix du mobilier relativement aux entités paysagères. Faut-il envisager une distinction ou lignes de mobilier, par entités paysagères ?

b1 - Le choix et l’adaptation des mobiliers Le choix du mobilier dépend des comportements des citadins dans les espaces publics, il est lié au rapport du corps à l’espace, aux objets, aux autres.

rambardes pour glisser est un exemple. Le choix du mobilier par rapport au programme d’aménagement, aux pratiques existantes sur les lieux, à l’ensemble des choix opérés est réfléchi sous cet angle.

b3 - L’emplacement des bancs et des corbeilles L’emplacement des mobiliers de confort est à choisir de manière pertinente et parfois inattendue en prenant en considération les habitudes, les lieux de passage, les observations des comportements.

Certains bancs restent toujours vides et d’autres sont très convoités. Les conditions de confort et d’agrément du contexte sont très importantes (vue, calme, passage, attrait…). Parfois il s’agit d’une demande purement fonctionnelle liée à des habitudes tel un banc sur le chemin des commissions des personnes âgées qui vont faire leurs courses à pied et souhaitent se reposer à mi-chemin.

b4 - Les autres mobiliers utiles et l’ordonnancement des mobiliers sur les trottoirs Sur les trottoirs des villes d’autres mobiliers prennent place, du mobilier utile dont la place n’est pas à négliger car ils sont nécessaires au bon fonctionnement de la propreté (corbeille, crottoir à chien…), au tri sélectif (conteneurs à verre, à papier, à vieux habits…), aux services publics (boîtes aux lettres, cabines téléphoniques, abri bus, plan de ville, sanisettes…), aux services commerciaux (kiosques à journaux, kiosques à bonbons, jouets…) ainsi que tout le mobilier de la sécurité routière (panneaux, feux…) et sécurité des piétons (barrières, poteaux, …) et stationnement des moyens de transport (barres à vélos et à motos, parc-mètres…). Les trottoirs sont ponctués d’un nombre important d’objets dont l’ordonnancement est indispensable pour « ranger » l’espace, l’ordonner, tout en étant attentif à libérer de la place pour le mouvement des passants.

positionner face à face ou dos à dos, un banc en bois plutôt qu’un banc en pierre…autant de choix qui déterminent des gestes, des rapports, des liens entre usagers.

La promenade des Anglais fait l’objet d’une attention toute particulière, l’ordonnancement y est assez strict et bien respecté; les chaises bleues étaient les seuls éléments déplacés au gré des occupants. Depuis leur regroupement en rangées, leur déplacement n’est plus possible, ni justifié.

Par ailleurs, le choix s’opère également en fonction du contexte (jardin, rue, centre-ville,

Sur les autres espaces publics majeurs remaniés à l’occasion des grands travaux du

quartier périphérique…). Le mobilier est un élément de marquage de l’identité d’un lieu, d’un quartier, d’une entité paysagère.

tramway, le mobilier est renouvelé et disposé de manière intégrée au projet global.

En effet, choisir un banc plutôt qu’une chaise, un banc très long plutôt qu’un banc cours, les

Dans les collines de Nice, le mobilier qui se fait rare car il y a peu d’espace public en dehors des placettes des centralités, n’a pas d’identité particulière. Il en est de même pour les rives du Paillon.

b2 - La question du vandalisme sur le mobilier L’utilisation décalée du mobilier peut entraîner la dégradation du mobilier autant qu’un acte volontaire. Le problème des skaters et rollers qui utilisent les angles des bancs, des

En revanche, le long des autres grands axes importants de la ville, ce travail n’a pas encore été effectué et le sera prochainement.

b5- La signalétique et l’affichage publicitaire dans la ville La signalétique est double : horizontale sur les voies et les trottoirs et verticales par les panneaux directionnels et informatifs. L’introduction des circulations douces, parcours alternatifs implique l’installation d’une signalétique spécifique, pour les vélos en particulier, pour les touristes entre autres.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

79


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 12 Définir et implanter le mobilier et la signalétique L’affichage publicitaire a un impact fort dans la perception des espaces urbains et des paysages. En effet, son abondance à l’entrée des villes brouille la lecture des paysages et transforme les bords de route en vitrine de mots et d’images. La réflexion sur les entrées de ville intègre cette donnée et tout aménagement de requalification de ces entrées a pour contrainte la maîtrise de cet affichage actuellement anarchique. Au centre ville, l’affichage a été mieux ordonnancé, regroupé (panneaux, abri bus), cadré.

c- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

Les principaux points évoqués lors de la réunion technique concernent essentiellement le mobilier urbain, la place de l’eau, de l’évènementiel dans la ville.

Le choix du mobilier urbain doit privilégier des matériaux durables, plus résistants au Gestion du coût du vandalisme L’impact du vandalisme sur l’ensemble du mobilier urbain à Nice s’éléverait autour de 30 à 50% du coût d’un projet en fonction des situations.

temps et adapter la solidité du mobilier selon les quartiers. Les modèles choisis devront être des modèles type simples et discrets à décliner dans la ville, en harmonie avec le lieu, en gardant une cohérence, une homogénéité des modèles utilisés, et une continuité dans le positionnement. L’agencement du mobilier urbain doit respecter les normes d’accessibilité des personnes à mobilité réduites (PMR) et éviter la surabondance.

Le développement des espaces publicitaires doit être freiné et leur emplacement et leur design doit être mieux contrôlé.

Sur la colline du chateau, 50% des projecteurs et du matériel sont vandalisés régulièrement.

L’utilisation des énergies renouvelables doit être valorisée (capteurs solaires), notamment pour le mobilier d’éclairage.

Ce coût est extrêmement élévé et pourrait être largement mieux pris en compte dès la conception des projets afin de réduire à la fois la maintenance et le remplacement du matériel.

Le Var et le Paillon nécessiteraient un traitement paysager, et le Magnan mérite une vraie réflexion quant à son devenir, sa couverture pour urbaniser étant à proscrire. Parmi les propositions concernant l’eau, il est fait mention du souhait de retrouver plus de fontaines dans la ville, comme autrefois, la demande concernant plutôt des petites fontaines que des éléments monumentaux.

Enfin, la place de l’art et de l’événementiel concerne deux demandes : préserver et valoriser les façades trompe l’œil, réaliser des projets éphémères avec une vraie scénographie de l’espace urbain pour conserver l’identité des lieux.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

80


aysage

PPaysage lan

Thème 3 : La recherche de la convivialité et du confort dans les espaces publics La place de l’eau, de la sculpture, de la lumière et du mobilier Vers une charte urbaine et paysagère des espaces publics

AXE 12 Définir et implanter le mobilier et la signalétique

Diagnostic

d- Enjeux et pistes d’action

1- Définir et implanter un mobilier et une signalétique adaptés selon le contexte urbain, paysager, les itinéraires de découverte et des points de vues, dans le cadre de la charte du mobilier urbain

• Pour les berges du Var et du Paillon, le long des promenades des berges et des quais

2- Définir et mettre en place une signalétique pour les parcours cyclables • Aménager les bandes cyclables dans les plaines du Paillon, du Var et de Nice • Favoriser des jours dans la semaine où le vélo et les modes de déplacements doux seraient prioritaires tel qu’à Paris sur les bords de Seine

• Pour les collines et les monts, dans les sentiers et chemins de découverte, dans les raccourcis et les escaliers, sur les belvédères et les points de vues • Pour la plaine de Nice et la vallée du Paillon, le long des grands axes de promenade, sur les petites places et dans les jardins • Pour le rivage, le long des promenades côtières urbaines et au port Lympia et Carras

• Pour le rivage marin, une promenade marine tel que le parcours proposé au jardin du Rayol ou de Port-Cros

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

81


aysage

PPaysage lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

Axe 13- Maîtriser les relations entre le paysage

et la gestion des risques naturels et urbains

a- La protection et la gestion des espaces « naturels » au regard des risques naturels a1- La protection de l’environnement a2- La protection contre les risques naturels

Diagnostic

b- Les travaux d’aménagements pour la prévention des risques dans les espaces « naturels » b1- La prévention des incendies et l’aménagement des zones forestières b2 - La prévention des inondations et l’aménagement des cours d’eau b3- La prévention des mouvements de terrain dans les zones non construites b4- La prévention des tempêtes et des séismes

c- La maîtrise de l’urbanisation et la prévention des risques dans les espaces urbanisés c1- La prévention des incendies aux abords des zones construites c2- La prévention des inondations et les constructions sur les rives c3- La prévention des mouvements de terrain et les constructions sur les reliefs c4- La prévention des tempêtes et les constructions c5- La prévention des séismes

d- Enjeux et pistes d’action

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

82


aysage

PPaysage lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

14- Valoriser les espaces naturels et agricoles périurbains Axe

a- Spécificités et évolution de la campagne niçoise a1- Fêtes, traditions, cuisine et langue de l’ancien Comté de Nice

Diagnostic

a2- Les cultures sur les restanques a3- Les forêts péri-urbaines et les vallons verts

b- Notions de patrimoine rural, tourisme culturel, agrotourisme, tourisme durable b1- Patrimoine culturel et paysage culturel b2- Le « petit patrimoine rural » b3- Les cultures, les traditions culinaires, les fêtes traditionnelles : un « patrimoine vivant » b4- Le tourisme culturel et l’agrotourisme b5- Le tourisme durable s’inscrit dans un programme d’actions pour le développement durable

c- Préservation du patrimoine rural et développement de l’agrotourisme c1- Inventaire du patrimoine rural c2- Analyse de l’offre touristique en milieu rural et contrôle de la qualité et diversité des produits c3- Conservation et mise en valeur du patrimoine rural et développement du tourisme rural

d- Protection et mise en valeur des paysages agricoles péri-urbains niçois d1- Processus de transformation de l’espace agricole péri-urbain (cultures et forêts) d2- Dynamique de l’agriculture péri-urbaine et dynamique urbaine d3- Politique agri-urbaine et projets d’agriculture urbaine d4- Les acteurs et les outils

e- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique f- Enjeux et pistes d’action

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

83


aysage

PPaysage lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 13 Maîtriser les relations entre le paysage et la gestion des risques naturels et urbains « Au delà de son espace communal, Nice bénéficie d’un environnement paysager exceptionnel, visible depuis les rues du centre urbain : la Baie des Anges, le mont Chauve, le Cap Ferrat, voire le Cap d’Antibes...

Les plages et les collines offrent de nombreux lieux de promenade, notamment grâce aux

Diagnostic

sentiers que la Ville s’emploie à mettre en valeur, telles que les anciennes rigoles CGE.

espaces disponibles pour les stratégies de localisation de l’habitat, des infrastructures et des activités secondaires et tertiaires. Leur préservation dépend surtout de leur intégration à des espaces naturels remarquables, notamment les milieux humides littoraux, ou à leur rôle dans la prévention des risques naturels (inondations ou feux de forêt). C’est donc l’environnement plus ou moins chargé de valeur patrimoniale qui permet la protection de cet espace pour le mettre au service de la société.

La Charte de l’Environnement élaboré pour Nice a mis en avant 114 actions à réaliser et affiche un taux d’avancement de 74% par rapport au programme prévisionnel.

Sur son territoire, Nice offre une large mosaïque de paysages, où la nature est toujours présente. Des espaces verts communaux (300 hectares) et privés de grande qualité renforcent cette trame verte. De nombreuses essences emblématiques (olivier, caroubier, pin d’Alep, chêne vert, végétation exotique, palmier...) constituent la végétation naturelle de Nice (plus de 600 espèces répertoriées). Le taux de boisement sur Nice est important (compris entre 16 et 19%), avec des espaces remarquables protégés (Monts Boron, Alban, Vinaigrier, Gros). La faune et la flore comprennent aussi un certain nombre d’espèces protégées au niveau du littoral : posidonies, grande nacre, mérou… » extrait nice.fr

a2- La protection contre les risques naturels

Les risques naturels sur la commune sont importants de par sa situation géographique et climatique, sa géomorphologie, son environnement boisé, ses torrents alpins.

Nice est doté d’un PPR, Plan de Prévention des Risques. L’objectif du PPR est de prendre en compte les risques naturels dans l’aménagement et le développement.

L’espace rural niçois est essentiellement concentré sur les collines, les monts et dans la plaine du Var. Il est constitué par les grandes parcelles de la plaine destinées au maraîchage, des parcelles des collines plantées d’oliviers, de vignes et de cultures horticoles ou maraîchères sous châssis et les massifs forestiers des collines arrières et des monts.

Sous la pression de l’urbanisation de la campagne proche du centre ville et du recul des activités agraires, ce petit patrimoine tend à disparaître par l’oubli et la démolition.

Si les espaces naturels les plus remarquables du littoral méditerranéens bénéficient de l’intervention de la puissance publique à travers le Conservatoire du Littoral, les Chartes d’environnement…, pour pérenniser leur maintien, il n’en n’est pas de même pour les espaces agricoles qui, en dépit des efforts consentis, restent menacés par la pression foncière et la pression économique.

La protection et la gestion des espaces « naturels » au regard des risques naturels a-

a1- La protection de l’environnement D’une manière générale, partout il apparaît que les espaces agricoles et « naturels » sont des

Le PPR permet de prendre en compte l’ensemble des risques, dont les inondations qui représentent le risque naturel le plus courant en France, mais aussi les séismes, les mouvements de terrain, les incendies de forêt, les avalanches... Le PPR relève de la responsabilité de l’État pour maîtriser les constructions dans les zones exposées à un ou plusieurs risques, mais aussi dans celles qui ne sont pas directement exposées, mais où des aménagements pourraient les aggraver. Le champ d’application du règlement couvre les projets nouveaux, et les biens existants. Le PPR peut également définir et rendre obligatoires des mesures générales de prévention, de protection et de sauvegarde.

les travaux d’aménagements pour la prévention des risques dans les espaces « naturels » b-

Avant toute chose, il faut savoir que les travaux d’aménagement, quels que soient les risques, permettent de mieux protéger les hommes et les biens mais ne l’éliminent pas. Les catastrophes peuvent tout de même se produire. Ces travaux contribuent à donner un sentiment de sécurité et à accélérer l’urbanisation de certains secteurs dont la protection n’est pas assurée pour des événements exceptionnels. Il faut donc avoir conscience de l’existence du risque même si ces aménagements peuvent atténuer et le rendre moins préjudiciable.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

84


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 13 Maîtriser les relations entre le paysage et la gestion des risques naturels et urbains b1- La prévention des incendies et l’aménagement des zones forestières « Face au risque feu de forêt, la prévention consiste en une politique globale d’aménagement et d’entretien de l’espace rural et forestier. Dans ce cadre, les plans intercommunaux de débroussaillement et d’aménagement forestier, les PIDAF, ont notamment pour but de planifier et de hiérarchiser l’aménagement (création de coupures de combustible, qui permettent de cloisonner les massifs et de réduire le risque de propagation du feu) et l’entretien des massifs forestiers. Le reboisement est envisagé dans une logique de gestion durable, car il permet de diminuer l’impact visuel et de ralentir l’érosion des sols. Il privilégie l’utilisation de peuplements moins combustibles par leur structure et leur composition. La réduction de la biomasse combustible par le pastoralisme ou l’agriculture constitue également une mesure de prévention du risque de propagation du feu »

Ces préconisations ont un impact sur la gestion des espaces ruraux et forestiers et donc forcément sur les paysages naturels et agricoles de Nice.

des habitations. Dans un souci écologique mais aussi de soutien à l’agriculture, on essaie également de développer l’élevage et l’agriculture en général (vignes pare-feux, ...) pour prévenir les incendies. Les agriculteurs qui le décident, disposent d’un terrain soumis au risque d’incendie qu’ils s’engagent à maintenir propre pour limiter les départs de feux de manière «naturelle».

Le reboisement en essences moins combustibles indique une diminution de la présence des conifères et donc des pins d’Alep au profit des chênes verts.

b2 - La prévention des inondations et l’aménagement des cours d’eau 1- Travaux réalisés sur les cours d’eau Les aménagements de protection contre les crues sont réalisés par les collectivités locales (communes ou regroupement de communes) ou les associations syndicales autorisées (ASA) et cofinancés par le Département, l’État et la Région, selon le cas.

Les travaux se sont concentrés sur la plaine du Var et la vallée du Paillon, la plus exposée en raison d’une part de la configuration de la plaine ou de la vallée traversée par un cours d’eau de caractéristique méditerranéenne et d’autre part, par l’occupation de l’espace (zones urbaines, artisanales et exploitations agricoles).

Les interventions de l’homme peuvent aggraver les dommages causés en aval par une Le débroussaillage est aussi un élément clef de la prévention des feux de forêt. Il faut donc empêcher les combustibles (broussailles, déchets...) de s’accumuler. Un débroussaillage de 50 m doit être réalisé de part et d’autres des pistes. Cet entretien est à la charge du propriétaire. Mais dans la réalité, le débroussaillage n’est quasiment jamais fait autour des pistes car il existe trop de réseaux et cet entretien régulier demande un travail permanent. Cependant, il devrait l’être plus sérieusement afin de faciliter les interventions des secours et de limiter les départs de feux. Le niveau de débroussaillage autour de la piste diffère selon 3 zones : - Zone A : bande de 20 m de part et d’autre de la piste qui doit être parfaitement entretenue et complètement propre pour faciliter les secours et limiter les départs de feux accidentels. - Zone B : bande où le troupeau va pâturer pour diminuer la masse combustible. - Zone C : bande qui est laissée à l’état initial.

La protection des forêts contre le feu passe aussi par la création de zones pare-feu et de pistes DFCI (Défense des Forêts Contre l’Incendie) ou la mise en place de points d’eau.

Des coupures de cloisonnement des forêts pourraient être des bandes agricoles alternant avec des bandes forestières. Des espaces cultivés pourraient être implantés en espaces tampons entre les zones urbanisées et les zones boisées afin de diminuer les risques autour

inondation. Par exemple, en augmentant la capacité d’écoulement, on limite la submersion d’une zone mais on risque de rendre la vitesse de l’eau plus rapide, l’érosion des berges ainsi que le transport de matériaux et donc, les dégâts plus importants. Il est donc nécessaire que les aménagements soient prévus de manière globale en tenant compte des conséquences qu’ils peuvent avoir sur l’aval.

Les aménagements perturbent aussi le milieu naturel. Certains sont très pénalisants, comme le re -calibrage ou l’endiguement qui modifient fortement la rivière ; la restauration de la ripisylve (végétation bordant un cours d’eau) ou l’entretien régulier des cours d’eau est moins traumatisant. Les aménagements ont tendance à rendre la rivière uniforme : tracé rectiligne, profil large et peu profond... et les abris disparaissent, les écarts de températures de l’eau sont plus importants, ce qui limite la diversité biologique notamment.

Néanmoins, la protection des vies humaines et des zones habitées est une priorité en matière de protection contre les inondations. Donc, parfois, l’utilisation de méthodes défavorables pour le milieu peuvent offrir un meilleur niveau de protection pour les enjeux qui seront adoptées. Pour lutter contre les dommages causés par les inondations, des opérations récentes (depuis la mise en place du plan Barnier en 1995) sont menées pour permettre l’évacuation des eaux.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

85


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 13 Maîtriser les relations entre le paysage et la gestion des risques naturels et urbains 1a - Améliorer l’écoulement pour protéger contre les submersions Deux types de travaux sont réalisés pour améliorer l’écoulement :

- l’entretien des rivières : Les dommages causés par les crues confirment l’intérêt d’un entretien régulier. Si le lit de la rivière est encombré ou si la ripisylve comporte des arbres instables, des embâcles (amas de débris emportés par l’eau) risquent de se former en cas de crue au niveau des ouvrages de franchissement, comme les ponts par exemple, aggravant l’inondation des terres riveraines, détériorant les ouvrages (pont, voies ferrées...), favorisant l’érosion des terres et entraînant des pollutions visuelles ou écologiques. L’entretien des rivières comporte plusieurs domaines : - l’essartage : l’enlèvement de la végétation présente dans le lit mineur. - le faucardage : la fauche de la végétation aquatique ou semi-aquatique. - l’enlèvement des embâcles : l’enlèvement des arbres morts ou instables.

L’entretien est la méthode la plus favorable pour le milieu naturel car il ne donne pas à rivière un cachet artificiel.

Cet entretien atteint ses limites lorsqu’il conduit à une diminution excessive de la ripisylve qui peut avoir des conséquences graves : érosion excessive des berges, accélération des vitesses d’écoulement et donc des débits de pointe et des risques, suppression du rôle de «peigne à embâcles» que peut constituer une berge bien entretenue ou un bois-taillis «traditionnel». www.risques-majeurs66.com

Les embâcles sont des obstructions du lit d’un cours d’eau. Ils sont constitués généralement par un enchevêtrement de bois mort et parfois d’objets divers entraînés par le courant. Ils sont retenus plus souvent par un arbre tombé, une clôture en travers du lit ou un ouvrage. Problématique : la présence des embâcles dans le cours d’eau est source de perturbations multiples pour le milieu et pour les usages humains. Pour le milieu : Banalisation des habitats à l’amont des embâcles par effet de « retenue » : les écoulements sont moins diversifiés Colmatage des fonds par les fines qui sédimentent à l’amont de l’embâcle : les sites de production des salmonidés disparaissent, l’habitat des invertébrés est dégradé Obstacles aux migrations des poissons Dégradation de la qualité physicochimique par réchauffement de l’eau stagnante, absence d’oxygénation et eutrophisation aggravée. Pour les usages humains : Le courant dévié par l’embâcle érode les berges : chutes d’arbres et formation de nouveaux embâcles, érosion des parcelles riveraines Les risques d’inondation sont accrus à l’amont des embâcles menacent sur les ouvrages hydrauliques (pont, barrage…)

arbre et de ses branches, ont également un rôle positif et participe à la bonne santé du cours d’eau : il diversifie les habitats Il est une zone de refuge pour la faune. L’enlèvement des embâcles ne doit jamais être systématique : chaque configuration induit un traitement particulier. Ainsi c’est sur les petits cours d’eau de moins de 3m de large que l’impact des embâcles sur le milieu est le plus perturbateur. Règles d’intervention : L’enlèvement des embâcles est recommandé seulement pour les cas suivants : L’embâcle est total il d’une berge à l’autre L’érosion des berges est incompatible avec l’utilisation du terrain Il y a un colmatage et un dépôt de sédiments trop important à l’amont La migration des poissons est perturbée L’embâcle menace un ouvrage d’art L’embâcle a une origine artificielle Dans tous les autres cas, l’enlèvement ne se justifie pas car l’embâcle contribue à la diversité du milieu. Cependant, une surveillance régulière reste nécessaire pour prévenir les désordres cités ci dessus.

Mais attention, dans une certaine mesure, les embâcles naturels liés à la chute d’un

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

86


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 13 Maîtriser les relations entre le paysage et la gestion des risques naturels et urbains - les terrassements Il s’agit essentiellement des travaux de recalibrage qui consistent à augmenter la taille du lit mineur pour améliorer l’écoulement et la rectification du lit de la rivière en supprimant ses méandres pour le rendre rectiligne.

Ces travaux ne sont aujourd’hui réalisés qu’en cas d’un fort risque pour les enjeux et lorsqu’ils présentent un des meilleurs niveaux de protection

ou de franchissement permettent à l’eau de passer d’un côté et de l’autre de la route. Elles sont recensées car elles jouent quand même un rôle important. - les digues privées construites ou gérées par des associations de riverains.

La protection peut se faire également par des ouvrages de dérivation pour éviter l’inondation de secteurs habités. Ces ouvrages, soumis à des vitesses élevées, nécessitent une remise en état après de grosses crues (érosion de berges, maçonnerie...). Ils sont en général dimensionnés pour une «crue de référence» (soit décennale, soit centennale...).

L’aménagement hydraulique de la plaine du Var a permis la réalisation de drainage et d’évacuation des crues qui limitent les submersions annuelles que connaissaient ces terres de façon naturelle et parfois sur de longues périodes.

1c- Limiter les érosions Limiter l’érosion permet d’éviter des modifications très importantes de la rivière après une crue et la création d’embâcles qui occasionnent de nombreux dégâts et favorisent l’apparition de «vagues». Plusieurs techniques sont utilisées :

1b- Réduire les débits Pour réduire les vitesses d’écoulement, des bassins de rétention sont construits autour des rivières. Il s’agit de bassins qui se remplissent quand une crue se produit. Ils stockent l’eau jusqu’à la décrue.

Protéger localement contre les inondations La protection est assurée par des digues sur de petites sections où les enjeux sont importants. Les digues permettent de rehausser les rives et d’empêcher l’érosion des berges.

On peut distinguer 3 types de digues : - les ouvrages publics construits par les collectivités locales ou les regroupements : ils sont assez récents, en bon état et gérés par une commune ou un syndicat de communes. - les ouvrages routiers et les voies sur berge : les routes qui ont été construites en remblai pour les mettre hors d’eau constituent un obstacle à l’écoulement de l’eau. Elles ne sont pas des digues de protection des lieux habités à part entière car des ouvrages de «décharge»

- les enrochements : ils sont posés ou fixés le long des berges particulièrement soumises à l’érosion. Cette méthode est couramment utilisée dans les zones urbanisées. Elle est préjudiciable pour le milieu naturel mais offre un bon niveau de protection. - les techniques végétales : elles utilisent les plantes pour stabiliser les berges. (cf. livre Daniel Lachat, techniques de végétalisation des berges)

- les palplanches : ce sont des pieux métalliques ou en bois qui sont enfoncés le long des berges pour empêcher leur érosion.

2- L’assainissement pluvial des agglomérations L’urbanisation conduit à imperméabiliser de grandes surfaces, ce qui a pour conséquence l’augmentation des débits et des risques en aval. Depuis la loi sur l’eau du 3 janvier 1992, les plus grosses opérations d’urbanisation nouvelle doivent décrire et prévoir des dispositifs vis à vis des eaux provenant de l’amont et/ou de leurs rejets en termes de quantités ou de qualité. Leurs impacts doivent être étudiés et des mesures mises en oeuvre le cas échéant. Des études d’ensemble à l’échelle communale ou intercommunale sont souvent nécessaires, conduisant à la mise en place de programmes pluriannuels de travaux.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

87


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 13 Maîtriser les relations entre le paysage et la gestion des risques naturels et urbains Des solutions alternatives aux réseaux enterrés peuvent être trouvées pour mettre en œuvre des fossés ou noues paysagères qui outre leur fonction hydraulique sont une plus value paysagère pour certains projets.

3 - Le reboisement Des actions ont concerné les reboisements de ripisylves plus ou moins généralisés du Var, en parallèle avec de petits ouvrages de correction torrentielle et de stabilisation, destinés à lutter contre l’érosion. La plantation d’arbres a permis de limiter l’érosion, de réduire la vitesse des eaux torrentielles.

b3- La prévention des mouvements de terrain dans les zones non construites Afin de protéger les secteurs soumis au risque de mouvements de terrain, il est possible d’enlever les blocs instables ou de les stabiliser, de drainer les roches, de recréer des restanques ....

b4 - La prévention des tempêtes et des séismes Impuissant face à l’occurrence du phénomène, l’Homme peut en prévenir les effets par le biais de mesures d’ordre constructif, par la surveillance météorologique (prévision), la surveillance des mouvements tectoniques, par l’information de la population et donc par l’alerte. C- La maîtrise de l’urbanisation et la prévention des risques dans les

espaces urbanisés

Le PPR de Nice reprend les règlements nationaux et s’aligne sur les recommandations concernant la maîtrise de l’urbanisation dans les zones à risques.

Ces préconisations concernent : c1 - La prévention des incendies aux abords des zones construites « La maîtrise de l’urbanisation s’exprime au travers des plans de prévention des risques naturels prescrits et élaborés par l’État. Dans les zones exposées au risque feu de forêt, le PPR peut prescrire ou recommander des dispositions constructives, telles que l’utilisation de matériaux ayant une certaine résistance au feu, des dispositions d’urbanisme, telles que

l’obligation de défrichage autour des habitations et voiries, ou des dispositions concernant l’usage du sol. Les plans locaux d’urbanisme (PLU) et les plans d’aménagement de zone (PAZ) prévus par le Code de l’urbanisme, sont des documents de synthèse en matière d’urbanisme. Ils permettent de refuser ou d’accepter sous certaines conditions un permis de construire, dans des zones pouvant être soumises aux incendies.

Un débroussaillage de 50 m doit être réalisé autour des maisons. Cet entretien est à la charge du propriétaire. »

c2 - La prévention des inondations et les constructions sur les rives « La maîtrise de l’urbanisation s’exprime au travers des plans de prévention des risques naturels prescrits et élaborés par l’État. L’objectif de cette procédure est le contrôle du développement en zone inondable jusqu’au niveau de la plus forte crue historique connue ou au moins de la crue centennale, et la préservation des champs d’expansion des crues. Dans ces zones, le PPR peut prescrire ou recommander des dispositions constructives, telles que la mise en place de systèmes d’étanchéité sur les ouvertures (batardeaux) ou des dispositions concernant l’usage du sol, telles que l’amarrage des citernes ou le stockage des flottants.

Le PPR interdit la construction dans les zones les plus exposées ou qui présentent un intérêt pour le laminage des crues. Il réglemente la construction dans les zones modérément inondables, en fixant par exemple une côte de plancher à respecter au-dessus du niveau de la crue de projet (cote de mise hors d’eau). Le batardeau permet d’assurer une étanchéité temporaire sur une ouverture (porte, fenêtre, etc.) »

c3 - La prévention des mouvements de terrain et les constructions sur les reliefs « La maîtrise de l’urbanisation s’exprime au travers des plans de prévention des risques naturels, prescrits et élaborés par l’État. Dans les zones exposées au risque de mouvements de terrain, le PPR peut prescrire ou recommander des dispositions constructives, telles que l’adaptation des projets et de leurs fondations au contexte géologique local, des dispositions d’urbanisme, telles que la maîtrise des rejets d’eaux pluviales et usées, ou des dispositions concernant l’usage du sol. »

La construction adaptée « La diversité des phénomènes de mouvements de terrains implique que des mesures très spécifiques soient mises en oeuvre à titre individuel. Certaines de ces mesures sont du ressort du bon respect des règles de l’art, d’autres, au contraire, nécessitent des investigations lourdes et onéreuses. La protection contre le retrait-gonflement des argiles nécessite des mesures relativement simples d’adaptation du bâtiment au contexte local.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

88


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 13 Maîtriser les relations entre le paysage et la gestion des risques naturels et urbains Généralement, le fait de descendre les fondations au-delà de la zone sensible à la dessiccation du sol suffit (vers 1,5 m). Le renforcement de la structure du bâtiment limite également le risque de fissuration des murs. Il est possible d’agir sur l’évaporation de l’eau du sol en aménageant un trottoir bétonné en périphérie du bâtiment ou en supprimant la végétation à proximité des fondations. La construction en zone sensible aux effondrements de cavités souterraines pose des problèmes bien plus sérieux, car ils peuvent mettre en jeu la vie des occupants. La recherche de cavités éventuelles est un préalable à l’aménagement dans ces zones sensibles. Elles pourront être mises en évidence au moyen de techniques de géophysique (migrogravimétrie, sondages sismiques, etc.), mais surtout grâce aux sondages de reconnaissance. Dès lors qu’une cavité souterraine est identifiée au droit d’un projet, on peut opter pour une solution de remplissage ou de fondations profondes descendant au-delà de la cavité. Ces mesures, les seules permettant d’assurer la pérennité du projet, grèvent fortement le coût de la réalisation. Lorsqu’une cavité souterraine est repérée sous un bâtiment existant ou projeté, on peut soit remplir la cavité, si elle est petite, soit implanter des fondations profondes si elle est trop grande. » Construction et terrassements, murs de soutènement

La construction sur les reliefs de Nice pose un problème majeur d’adaptation des bâtiments à la pente des terrains au regard des phénomènes de mouvement de terrain. Les choix d’implantation des bâtiments et des terrassements qui sont nécessaires pour la réalisation d’une villa ou d’un immeuble entraînent une modification importante du terrain naturel. Plus la pente du terrain est forte, plus les terrassements peuvent être violents par conséquent les murs de soutènement de la construction (bâtiment ou route) peuvent être imposants. L’impact paysager est à prendre en compte de manière sérieuse au niveau du Permis de Construire.

Il serait opportun de réglementer ou d’encadrer de plus près les constructions de ces murs et murets de soutènement afin d’éviter ce qui existe par séquences le long des routes sinueuses des collines et des monts, à savoir de hauts murs maçonnés ou projection de béton armé et ancrée à flanc de colline dont l’aspect est rarement heureux et l’impact visuel fort. Une végétalisation de ces murs existants pourraient être envisagée. La préconisation de terrassements doux en restanques pourrait être à l’avenir préconisée pour les constructions nouvelles en vue d’une meilleure adaptation au terrain et d’une meilleure intégration paysagère.

c4 - La prévention des tempêtes et les constructions « Les mesures d’ordre constructive : - le respect des normes de construction en vigueur prenant en compte les risques dus aux vents (Documents techniques unifiés « Règles de calcul définissant les effets de la neige et du vent sur les constructions « datant de 1965, mises à jour en 2000)

- la prise en compte (dans les zones plus particulièrement sensibles comme le littoral ou les vallées) des caractéristiques essentielles des vents régionaux, permettant une meilleure adaptation des constructions (pente du toit, orientation des ouvertures, importance des débords)

- les mesures portant sur les abords immédiats de l’édifice construit (élagage ou abattage des arbres les plus proches, suppression d’objets susceptibles d’être projetés). » Entretien des arbres autour des constructions La présence des grands arbres aux abords des maisons les plus exposées aux vents (collines, monts, rivage) est un atout majeur du cadre de vie et ambiance paysagère dans les zones habitées. Pour permettre leur conservation et éviter qu’ils ne soient un danger pour les habitants en cas de tempête, il est indispensable d’entretenir ces arbres pour alléger leur houppier, pour les haubaner si nécessaire et surveiller leur état phytosanitaire. Pour rassurer la population, prévenir des catastrophes, et éviter des abattages inutiles il est urgent d’informer les citoyens sur les actions à mener pour maintenir cette végétation arborée de grand développement (pins, cèdres, palmiers, …) sans courir de risques en cas de tempête.

c5 - La prévention des séismes « La réglementation parasismique : le zonage sismique de la France impose l’application de règles parasismiques pour les constructions neuves. Ces règles sont définies dans la norme Afnor PS 92, qui a pour but d’assurer la protection des personnes et des biens contre les effets des secousses sismiques. Elles définissent les conditions auxquelles doivent satisfaire les constructions nouvelles pour atteindre ce but. En cas de secousse «nominale», c’est-à-dire avec une intensité théorique maximale fixée selon chaque zone, la construction peut subir des dommages irréparables, mais elle ne doit pas s’effondrer sur ses occupants. En cas de secousse plus modérée, l’application des dispositions définies dans les règles parasismiques doit aussi permettre de limiter les destructions et, ainsi, les pertes économiques. Ces règles sont applicables depuis 1997 à tout type de construction, avec effet rétroactif pour les installations classées, l’industrie nucléaire et les barrages. Les grandes lignes de ces règles de construction parasismique sont la prise en compte de la nature du sol, la qualité des matériaux utilisés, la conception générale de l’ouvrage (qui doit allier résistance et déformabilité), l’assemblage des différents éléments qui composent le bâtiment (chaînages) et la bonne exécution des travaux. » www.prim.net/citoyen/definition_risque_majeur/

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

89


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 13 Maîtriser les relations entre le paysage et la gestion des risques naturels et urbains d- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

Le sujet n’a pas été abordé lors des débats en Comité Technique.

e- Enjeux et pistes d’action

2- Gérer les aménagements aux abords des constructions au regard de

1- Gérer les espaces naturels en fonction des risques naturels tout en

• Maîtriser et conseiller les particuliers pour les constructions et plantations des espaces extérieurs : murs de soutènements, voie d’accès, piscines, plantations arborées…lors de l’instruction du volet paysager des PC et DT *

préservant la mosaïque paysagère

la prévention des risques

au regard de la limitation des risques incendie :

• Établir un cahier des charges des constructions et des terrassements, murs de soutènement au regard du risque d’érosion

• Maîtriser le débroussaillage raisonné des sous-bois des parcelles publiques et privées

• Établir une palette végétale et un guide d’entretien des arbres autour des constructions au regard des risques d’incendie, d’inondation ou d’éboulement

• Créer des espaces coupe-feu par des bandes agricoles entre les bandes

* PC : permis de construire, DT : déclaration de travaux

boisées (oliveraies, vignobles, vergers secs, etc.)

• Diversifier la palette végétale de la forêt en privilégiant le développement de végétaux moins sensibles au feu que le pin d’Alep : l’olivier, le caroubier, le chêne vert, les grands arbustes de la forêt thermo méditerranéenne au regard du risque d’inondation, d’érosion et d’effondrement :

• Restaurer et entretenir les cours d’eau, replanter la ripisylve et reboiser certains versants

• Établir des règles d’intervention sur les embâcles dans les vallons • Établir les règles de terrassement, d’imperméabilisation des sols et de soutènement des terres

3- Gérer la problématique des décharges sauvages • Nettoyer et surveiller les décharges sauvages • Sensibiliser les citoyens par des campagnes d’information sur le respect des lieux

• Baliser les chemins, clôturer les espaces sensibles et les espaces en régénération • Communiquer avec les citoyens sur les risques incendie, pollution, les effets négatifs sanitaires et esthétiques qui amenuisent, voire peuvent détruire un cadre de vie de qualité • Organiser des opérations de nettoyage médiatique collectif impliquant les citoyens : distribution de sacs poubelles, journées éco citoyennes

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

90


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains a- Spécificités et évolution de la campagne niçoise

Avec 327 exploitations recensées en 2000, Nice reste la première commune agricole du département. (source : agreste-rescensement agricole 2000) 30% de la superficie communale de Nice est dédiée à l’agriculture dont certaines filières sont très dynamiques (olive AOC et le vin de Bellet AOC).

a1- Fêtes, traditions, cuisine et langue de l’ancien Comté de Nice Le Comté de Nice qui était fier de son indépendance, possède sa propre langue, le nissart, et des traditions populaires très vivaces. Ce particularisme niçois s’exprime à travers l’artisanat, la gastronomie, les groupes de danses et musiques folkloriques, à travers le théâtre et la presse d’expression niçoise. Il est né aussi des traditions ancestrales de la vie dans la campagne niçoise : des fêtes patronales de chaque ancien village maintenant inclus dans le territoire communal (St-Pancrace, St-Antoine de Ginestière…), des habitudes culturales qui ont façonnées les paysages agraires et des produits issus de ces cultures qui alimentent la cuisine locale, d’une population marquée des héritages et ces influences transfrontalières : l’Italie et la culture méditerranéenne réunissent leurs richesses.

La cuisine niçoise est connue pour sa salade, sa ratatouille, ses petits farcis, et ses poissons (loup, daurade, anchois…). Des spécialités se dégustent sur les marchés, dans les rues du Vieux Nice : la socca, la pissaladière, le pan bagnat, le mesclun, la tourte aux blettes et d’autres plats encore qui témoignent de la diversité des saveurs et des goûts culinaires.

a2- Les cultures sur les restanques Les restanques en poudingue Le relief des collines a été adapté à la culture par les paysans qui ont façonné des petites

L’olivier l’arbre emblématique des collines et par tradition de la culture antique méditerranéenne. Les légumes et les fruits. Le maraîchage est important celui-ci est plus concentré dans la vallée du Var. Les légumes cultivés sont ceux des marchés paysans de Nice qui offrent aux citadins une variété de fruits et légumes aux goûts singuliers comme la courgette de Nice, les pâtissons, les tomates cœur de bœuf, l’orange et la clémentine de Nice…

Les fleurs. L’industrie du parfum de Grasse est à l’origine d’une agriculture florale qui a pris son essor avec le tourisme de la Capitale d’hiver de la fin du XIXème siècle. En 1861, la Société Centrale d’Agriculture d’Horticulture et d’Acclimatation de Nice et des Alpes-Maritimes encourageait les agriculteurs à produire des fleurs en remplacement de cultures peu productives et peu rentables comme celles des fèves, du maïs, des haricots.

Ce sont des non Niçois qui ont créé cette richesse : les hivernants sont les premiers acheteurs et les premiers expéditeurs de fleurs. Alphonse Karr, dont une rue de Nice porte son nom, est l’initiateur de la vente de fleur par correspondance. En 1885, entre la fin des mois d’octobre et d’avril, 60 000 colis de fleurs sont expédiés par la gare de Nice. La bataille de fleurs du Carnaval a été instaurée à cette même époque.

Elles ont été cultivées sous serre, en témoignent l’abondance de ces châssis vitrés construits sur les restanques des collines. L’œillet de Nice fut célèbre et cultivé en pleins champs sous la douceur du climat niçois. Les fleurs abondent sur les marchés de Nice et notamment sur le cours Saleya où le marché aux fleurs est quotidien. La vigne Le vin de Bellet est le vin de Nice qui est à lui seul un particularisme. Il est un des vignobles

planches de cultures ou terrasses appelés aussi « restanques ». La spécificité de ces constructions est donnée par la nature du substrat des collines constitué de sable et de galets qui forment le poudingue. Contrairement aux restanques grassoises ou de l’arrièrepays niçois, qui sont construites en muret de pierres sèches, les restanques niçoises sont en poudingue.

les plus anciens de France et sa plantation remonte à l’époque gallo-romaine de la fondation phocéenne de Marseille. Classé AOC en 1941, ce micro-terroir est entièrement inclus dans le territoire communal. Les trois couleurs de la production annuelle (1 000hl=135 000 bouteilles) sont réparties en 35% blanc, 20% rouge et 45% rosé. Le vignoble de Bellet compte une vingtaine de viticulteurs, la vinification et la commercialisation sont faites par une douzaine d’entre eux parmi lesquels une majorité de noms de terroir : clos dou Baile, domaine de la Source, domaine de Font Bellet, clos Bovis, château de Crémat…

Les cultures spécifiques de Nice sont essentiellement regroupées autour de l’olivier, les

Le château de Bellet, propriété familiale depuis quatre siècles, est un joyau de l’architecture

légumes, les fleurs et la vigne.

niçoise.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

91


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains a3- Les forêts péri-urbaines et les vallons verts Les forêts et les vallons non urbanisés sont situés au confins de la ville. Ils participent à la qualité du cadre de vie des habitants en offrant des espaces « sauvages » de proximité.

Les forêts Les forêts et espaces boisés publics. « Le projet franco-suédois soutenu par Life Environnement »Urban woods for people » des forêts pour les citadins » a pour objectif de montrer de nouvelles voies pour accroître la valeur récréative des forêts urbaines et périurbaines.

Deux approches complémentaires ont été développées en parallèle. En Suède, grande surface forestière, population limitée,…En Ile-de-France, beaucoup de population, les actions tendent plutôt à réorganiser l’accueil du public et élargir la gamme des services spécifiquement forestiers déjà fréquentés. » www.svo.se/urbanwoods et www.onf.fr.

Voici un résumé de ce projet : Pour ce projet expérimental, des outils de recherche et de communication ont été mis en place, des forêts pilotes ont été installées. Le projet est orienté sur deux axes majeurs d’actions :

1- Le premier vise l’amélioration des potentialités d’accueil dans les forêts - MIEUX CONNAÎTRE LES ASPIRATIONS DES USAGERS - MIEUX RÉPONDRE AUX ASPIRATIONS EN ORGANISANT L’ACCUEIL • établir un plan de gestion multifonctionnel • magnifier la naturalité de la forêt par rapport au milieu urbain • caractériser le niveau de naturalité à l’intérieur de la forêt et chercher à le renforcer

• une forêt sans déchet : un acte d’éco-citoyenneté des usagers - ELARGISSEMENT DES POTENTIALITES D’ACCUEIL • zone de silence • des sentiers en boucle • l’arbre en forêt • élargir l’accueil à certaines forêts privées

2-Le second vise à rapprocher les usagers de leur forêt - INFORMER LE PUBLIC • les sorties guidées, un moyen d’attirer et d’éduquer le public en forêt • sites internet • valoriser le patrimoine archéologique forestier - IMPLICATION INTELLECTUELLE DES USAGERS DANS LA GESTION • gestion concertée des forêts périurbaines • intégrer les immigrés dans la forêt ou faciliter aux immigrés l’accès à la nature - RAPPROCHEMENT PHYSIQUE DES USAGERS AVEC LEUR FORÊT • faciliter l’accès aux forêts • faciliter l’accès des personnes handicapées en forêt • encourager le bénévolat Le projet Urban Woods for People est maintenant devenu un éventail proposant des outils disponibles pour d’autres forêts, destinés à préserver et valoriser les forêts urbaines et périurbaines et à renforcer leurs potentialités pour le bénéfice des citadins.

Les vallons Le même type de démarche peut être menée sur les vallons des collines niçoises en posant les problématiques supplémentaires liées à l’eau.

La naturalité des vallons niçois reste à être caractérisée et renforcée par diverses actions : suppression des déchets, suppression de constructions gênantes, protection de certains écosystèmes, replantation d’espaces dégradés…

Leur potentialité en offre récréative est forte sous réserve d’aménagements préservant le patrimoine naturel, rapprochant les citadins de la nature, en les éduquant à un respect des milieux, un apprentissage des connaissances scientifiques et un usage respectueux des lieux.

Les « vallons obscurs » au titre d’espaces naturels sensibles font l’objet d’une réflexion particulière sur leur préservation et valorisation auprès des niçois et autres visiteurs.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

92


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains La gestion des vallons ou talhwegs, espaces classés EBC, doit être soumis à la réflexion afin de mieux prendre en compte leur valeur d’usages potentiels et améliorer leur attractivité et leur image auprès des riverains. Ces espaces qui sont parfois des lieux de passages piétons (escaliers) sont souvent perçus comme des espaces d’insécurité même s’ils font l’objet d’un débroussaillage annuel. Les quelques aménagements (bancs, terrasses) qui existent sont très peu utilisés. Or, la proximité des habitations laisserai à imaginer des aménagements ludiques, pédagogiques, qui modifieraient le sentiment d’insécurité.

b2- Le « petit patrimoine rural » Les constructions liées à l’agriculture et au monde rural (serres, puits, fossés, canaux, murs, restanques, parcellaire, chemins, calvaires, chapelles …) constituent un ensemble patrimonial qui est habituellement nommé « petit patrimoine rural » et dont la présence témoigne de la mémoire d’un site, d’un lieu, d’une culture enracinée dans le sol. Les paysans niçois ont façonné des restanques contre l’érosion des sols et la création de terrasses cultivables. Ils ont creusé des canaux pour le drainage et bâtis des rigoles et des citernes pour l’irrigation des terres, etc.

Ils ont construit le paysage de la campagne niçoise. b- Notions de patrimoine rural, tourisme culturel, agrotourisme,

tourisme durable

b3- Les cultures, les traditions culinaires, les fêtes traditionnelles : un « patrimoine vivant »

b1- Patrimoine culturel et paysage culturel Le patrimoine culturel n’a pas toujours désigné les mêmes éléments et, au cours des dernières décennies, la notion de patrimoine s’est considérablement modifiée afin de mieux rendre compte d’une approche plus globale seule à même de témoigner de l’universalité du génie humain dans ses créations.

Désignant d’abord les vestiges les plus monumentaux des cultures, la notion de patrimoine s’est progressivement enrichie de nouvelles catégories issues de secteurs d’activités non artistiques, comme le patrimoine industriel ou rural, ou de contextes particuliers, comme le patrimoine subaquatique. Aujourd’hui, la notion de patrimoine est une notion ouverte, qui peut développer de nouveaux objets et de nouveaux sens car elle reflète la culture vivante plutôt qu’une image figée du passé.

Nous savons depuis une trentaine d’années que nature et culture ne peuvent être séparées dans notre approche du patrimoine. Afin de rendre compte de la diversité des formes culturelles et particulièrement de celles qui expriment un lien étroit entre l’être humain et son environnement naturel. La notion de paysage culturel, formulée dans la dernière décennie, constitue l’un des acquis de cette élaboration d’une vision plus cohérente du patrimoine culturel.

Le patrimoine culturel est donc aujourd’hui une réalité complexe d’autant plus fragile et menacée que l’on connaît désormais son rôle dans la vie et le développement des sociétés. Face aux pressions foncières, aux assauts de l’économie mondiale, la sauvegarde de ce patrimoine monumental et vivant est un engagement sur la préservation d’une identité culturelle, sur la transmission d’un savoir, d’une mémoire et les bases d’un avenir durable.

Les cultures traditionnelles de la campagne niçoise (olives, fleurs, légumes, vigne…) constituent également un patrimoine vivant lié au patrimoine bâti. Elles participent aux paysages de cette campagne et contribuent encore aujourd’hui à l’activité économique du territoire. De même les traditions culinaires de la cuisine niçoise, les nombreuses fêtes traditionnelles sont étroitement liées à ces cultures anciennes et un mode de vie rural. Issus de ces modes de vie, le petit lexique « nissard » recueille les noms de légumes, les plats traditionnels et les fêtes annuelles.

Certaines fêtes sont encore pratiquées à Nice et dans les villages voisins telles les « festins de mai » qui se déroulent tous les week-end de mai dans les jardins de Cimiez, le festin des cougourdons consacrés à la courge, plante favorite des Niçois avec la blette.

b4- Le tourisme culturel et l’agrotourisme Le tourisme culturel reste un des enjeux les plus intéressants de notre temps pour le lien qu’il tisse entre culture, loisirs, économie et construction identitaire de l’Europe, de la Région, du Département, de la ville de Nice.

Le tourisme peut constituer un important vecteur de communication et de dialogue entre les individus et les civilisations, ainsi qu’une activité économique qui permet la valorisation du patrimoine fondamentale.

Son soutien permet de promouvoir de façon durable le pluralisme culturel et préserver la diversité et l’authenticité du patrimoine vivant et monumental. Il vise également à favoriser la connaissance des cultures

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

93


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains L’agrotourisme est une activité touristique complémentaire de l’agriculture ayant lieu sur une exploitation agricole. Il met des producteurs agricoles en relation avec des touristes ou des excursionnistes, permettant à ces derniers de découvrir l’acticité et le milieu agricole, par l’accueil et l’information que leur réserve leur hôte

L’offre agrotouristique est constituée de différents produits et services : • visite et animation à la ferme • hébergement • restauration mettant en valeur les produits de la ferme et les produits agroalimentaires régionaux

• Inventaire des petites constructions agricoles • Inventaire des bâtiments d’exploitation • Inventaire des cultures, des variétés cultivées et celles oubliées • Inventaire des goûts et des saveurs de la cuisine niçoise • Inventaire des fêtes et des traditions rurales c2- Analyse de l’offre touristique en milieu rural et contrôle de la qualité et diversité des produits

Le développement touristique doit reposer sur des critères de durabilité; il doit être

Au-delà des inventaires nécessaires au recensement de l’offre existante : • Inventaire des structures d’hébergement, d’accueil, de vente des produits • Inventaire des chemins et circuits de découverte axés sur des thématiques • Inventaire de la signalétique et de la communication Se pose aussi le contrôle de la qualité et de la diversité des produits proposés aux touristes

supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales.

- qualité de l’hébergement, de l’accueil, des produits du terroir, de la signalétique…

Le développement durable est un processus encadré visant une gestion globale des

afin de garantir une haute valeur ajoutée à cette économie touristique culturelle

• promotion et vente de produits agroalimentaires b5- Le tourisme durable s’inscrit dans un programme d’actions pour le développement durable

ressources afin d’en assurer la durabilité, tout en permettant de préserver notre capital naturel et culturel, y compris les espaces protégés. Le tourisme étant un puissant instrument de développement, il peut et doit jouer un rôle actif dans la stratégie de développement durable. Une bonne gestion du tourisme doit donc garantir le caractère durable des ressources dont cette activité dépend.

c- Préservation du patrimoine rural et développement de

l’agrotourisme

c1 - Inventaire du patrimoine rural Avant toute action de conservation et de mise en valeur d’un patrimoine, il est nécessaire d’en effectuer un inventaire afin de retenir les éléments les plus significatifs ceux-ci seront préservés, restaurés, ou réhabilités. Il ne s’agit pas de conserver la totalité des traces et des monuments mais d’en maintenir l’essentiel par un acte de mémoire.

et visiteurs :

L’agriculture biologique se veut une alternative aux méthodes productivistes traditionnelles. Elle permet d’obtenir des produits de qualité tout en respectant l’environnement. Aujourd’hui l’agriculture biologique est en pleine expansion en 1991 ont comptait 0.8% de fruits et légumes bios consommés, alors que l’on en compte 5% en l’an 2000La bio permet d’obtenir avec des rendements moyens des produits d’excellente qualité, non traités chimiquement et respectueux de l’environnement. Elle se veut aussi à la base, conservatrice d’une agriculture paysanne; remède à l’exode rural par la création d’emplois quelle engendre, protectrice de l’environnement par le non emploi de produits chimiques et protectrice des hommes grâce à la production de produits de qualité (source : bio-net.fr)

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

94


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains - développer la dimension culturelle dans le cadre des contrats de pays d’accueil - favoriser, en liaison avec les collectivités locales, l’existence des musées et écomusées axés c3- Conservation et mise en valeur du patrimoine rural et développement du tourisme rural

En 1990 était signée une Convention culture/agriculture interministérielle visant un développement culturel du monde rural. Outre les actions en faveur de l’enseignement, de la sensibilisation, de l’animation à la diffusion de la culture en milieu rural, elle a pour objectif la reconnaissance du patrimoine monumental et vivant issus du monde rural. Dans cet objectif, cette convention incitait à entreprendre des actions conjointes ou coordonnées dans des démarches de développement local, particulièrement dans les secteurs d’intervention suivants : - les sites naturels, les paysages : la forêt et la filière bois, les jardins et arboretums, le patrimoine domanial, le foncier, les cours d’eau... - le patrimoine archéologique et immobilier ; édifices remarquables, bâtiments liés à l’activité agricole - les arts et traditions populaires et le patrimoine mobilier machinisme agricole, forestier, artisanal, relatif aux industries agricoles et alimentaires ; le patrimoine gastronomique

Par-delà les questions relevant du recensement, de la protection juridique, de la conservation et de la restauration du patrimoine, l’accent était mis sur deux axes de travail essentiels :

1- La valorisation culturelle et artistique du patrimoine en vue de : - privilégier des opérations de réutilisation culturelle et artistique du bâti et des édifices ruraux de qualité - restituer au public des objets et des oeuvres du patrimoine rural, à travers une politique de musées et d’écomusées, mais aussi d’expositions et d’animations - assurer la présence de la création contemporaine en milieu rural, notamment dans les monuments et les lieux patrimoniaux

2- Le développement du tourisme rural : Permettre le développement de la dimension culturelle du tourisme dans les zones rurales, en liaison avec les professionnels du tourisme, en vue de :

sur la découverte des ressources culturelles naturelles et artistiques locales; développer le tourisme de découverte du patrimoine et des savoir

- introduire la dimension culturelle dans les formations liées au tourisme en milieu rural Diverses activités peuvent être développées pour rencontrer le public. En ce qui concerne les paysages de proximité, le maraîchage et les vergers sont prisés des citadins car ils peuvent en partager le produit et le goût.

La vente à la ferme et les cueillettes répondent aux objectifs des consommateurs de recherche de qualité, de contact avec les producteurs, et de renseignements sur l’origine du produit. De plus, l’achat des produits directement à la ferme, permet aux citadins un contact avec l’activité agricole, une approche du monde agricole qui répond à une recherche d’authenticité concernant les produits consommés et qui rétablit le lien au territoire.

Dans cet objectif, quelques actions en faveur du développement du tourisme rural peuvent être données à titre d’exemple : Slow Food, le mouvement des éco-gastronomes L’association Slow Food est née en 1996 en Italie, en réaction à la “macdonalisation” du monde, et est désormais présente dans 45 pays. Son emblème est un escargot ; sa devise est : “manger moins, manger mieux”. Son objectif est de travailler à la sauvegarde et à la promotion des traditions culinaires, d’aider les producteurs artisans de l’agroalimentaire qui font des produits de qualité… Parmi les actions mises en œuvre par Slow Food, on peut citer : l’Arche du goût, le Salon du goût de Turin, ainsi qu’un projet de création d’une Académie européenne du goût. Les produits du terroir, atout touristique du Vaucluse Dans le Vaucluse, les produits du terroir attirent la clientèle française et étrangère tout au long de l’année (l’olive et le vin nouveau en novembre, la truffe en hiver, l’asperge en avril, par exemple). Pour répondre à ses attentes, les filières s’organisent en présentant une offre structurée et qualifiée (qualité de l’accueil dans les caveaux, création d’un Palais des vins à Orange, opérations festives, partenariats avec les restaurateurs…). Ces produits sont également le support d’une restauration gastronomique, elle aussi mise en avant par le CDT dans sa promotion In Vélo Veritas. Découvrir une région et son vin à vélo In Vélo Veritas est un réceptif original, qui propose la découverte d’une région et de son vin à vélo. Fruit de l’amitié et de l’expérience d’un groupe d’amis, il fait la démonstration que vélo et vin se marient parfaitement, pour la découverte d’une région. In Vélo Veritas a l’ambition de devenir une entreprise à part entière.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

95


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains Il propose quatre formules : les Millésimes (randonnées de quatre à sept jours, suivant un calendrier préétabli), les Découvertes (randonnées de trois à sept jours, suivant un calendrier pré-établi), En Liberté et Assemblages (produits sur mesure. Artabis, une agence culturelle qui joue la carte de l’œnologie Artabis est une agence de voyages spécialiste du tourisme culturel. Dans sa recherche de diversification de ses produits, Artabis s’est orientée vers les voyages œnologiques pour faire connaître le patrimoine tant œnologique et gastronomique que culturel d’une région. Mis en place récemment, ces voyages rencontrent un grand succès auprès de la clientèle. Bisons, esturgeons, autruches… gastronomie exotique de terroir Depuis une décennie environ, quelques agriculteurs se sont lancés dans des élevages originaux (esturgeons en Aquitaine, bisons dans l’Est, autruches…). Ces nouveaux élevages ont des buts similaires : gagner en valeur ajoutée, diversifier et, souvent, associer d’autres activités à l’agriculture, dans le cadre du tourisme (un bon nombre de ces élevages se visitent). Des cuisines traditionnelles du terroir à la nouvelle cuisine, la gastronomie française a très bien su intégrer ces immigrés. Paradoxalement, l’exotisme de ces nouveaux élevages revivifie la notion de terroir et l’image même de la gastronomie française. Bienvenue à la Ferme. Une marque et un réseau au service de l’agritourisme Il y a plus de trente ans que les agriculteurs développent des activités d’accueil touristique sur leur exploitation. Le réseau Bienvenue à la Ferme développe trois thématiques, développées dans neuf formules d’accueil : gastronomie (points de vente de produits de la ferme, fermes-auberges, goûters à la ferme), loisirs et découverte (fermes équestres, fermes de découverte, fermes pédagogiques, chasses), hébergement (campings en ferme d’accueil, fermes de séjour). Le réseau Bienvenue à la Ferme s’est fixé trois défis : améliorer l’offre et sa lisibilité, renforcer les actions partenariales avec tous les acteurs du tourisme vert, conforter le fonctionnement en réseau des relais départementaux et régionaux. Les vignerons du Sud-ouest organisent la visite de leurs domaines Organiser et structurer la visite dans les chais, puis la promouvoir, telle est la démarche mise en œuvre depuis trois ans par les vignerons du Sud-ouest réunis au sein du Comité interprofessionnel des vins du Sud-Ouest. Un audit précis des actions menées met en avant la nécessité de mener une action coordonnée qui se traduit notamment par la mise en place d’une charte de qualité et par une campagne de communication (auprès des professionnels du tourisme, auprès du grand public dans la région). Un guide touristique est ensuite réalisé, en partenariat avec Le Routard. Devant le succès, cette opération devrait afficher de nouvelles ambitions en 2003.

Villes du vin et terroirs, patrimoine phare de la Méditerranée. Une offre touristique AOC Les syndicats viticoles d’appellation des Corbières, du Minervois, de Saint-Chinian et de Faugères ont entrepris de qualifier les activités touristiques sur leur territoire en établissant une nouvelle offre, Tourisme de Terroir®. Forts du succès de cette opération, ils envisagent d’étendre cette démarche aux partenaires euro-méditerranéens volontaires. Une stratégie de développement touristique durable a été élaborée avec l’Arev (Assemblée des régions européennes viticoles), Acevin (association espagnole des villes du vin), Ravivin (Association française des villes du vin), Città del vino (association italienne des villes du vin). Ce projet, “Villes du vin et terroirs, patrimoine phare de la Méditerranée”, s’inscrit dans la volonté d’appliquer et d’adapter les méthodes mises en place en France à la spécificité de chaque région méditerranéenne. Cette qualification sera reconnue par un label européen, Patrimoine phare de la Méditerranée. Le projet pourrait bénéficier de soutien du programme Interreg. Cet article inclut un encadré de Juan Aguado Madeu, secrétaire général d’Avevi. La route cycliste écologique de l’EKO-Boerderijen. Commercialisation de produits biologiques en circuit court Dix producteurs biologiques du sud-ouest de la Drenthe (Pays-Bas) ont aménagé un itinéraire cycliste reliant leurs exploitations afin de favoriser la vente directe de leurs produits. Si l’opération est un succès pour les agriculteurs concernés, elle n’a pas encore permis d’induire un véritable développement touristique.

d- Protection et mise en valeur des paysages agricoles péri urbains

niçois

d1 - Processus de transformation de l’espace agricole péri urbain (cultures et forêts) Avec l’évolution et le développement urbain, les bâtis se sont rapprochés des espaces agricoles qui se sont transformés en paysages péri-urbains. Ainsi, l’espace agricole en périphérie des villes s’est vu investi par d’autres «consommateurs» de l’espace dont la majorité est d’origine urbaine. Le monde rural change donc de signification sous le regard des habitants des villes et des campagnes : on parle alors de mise en paysage de l’espace rural où de nouvelles pratiques sociales de loisirs apparaissent.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

96


aysage

PPaysage lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains La croissance urbaine s’est accompagnée d’une série de transformations des espaces péri-

La nature des pratiques des agriculteurs et la qualité du cadre de vie offert aux citadins

urbains. Confrontée à des pressions foncières et financières, l’agriculture périphérique des villes a été fragilisée, non seulement pour des raisons économiques, mais aussi parce que la valorisation d’un espace vide cultivé apparaît rarement prioritaire par rapport à d’autres destinations (la construction ou l’espace vert boisé).

peuvent permettre à l’agriculture péri- et intra-urbaine de trouver la place que lui attribuent aujourd’hui des projets sociaux et politiques d’organisation alternative du tissu urbain.

Diagnostic

Cette logique de dévalorisation et d’expulsion a en effet des conséquences connues : la compacité du tissu urbain et la construction des espaces agricoles que les planificateurs urbains essayent de compenser par la création d’espaces verts coûteux à créer comme à entretenir. Ce qu’on ignore assez souvent, c’est que l’utilité de l’espace agricole urbain ne réside pas uniquement dans sa dimension économique, mais que, en tant qu’espace ouvert, l’agriculture occupe également d’autres fonctions (urbanistiques, sociales, écologiques...) qui sont aussi importantes que la seule valeur des produits agricoles.

De nouvelles formes urbaines apparaissent sous nos yeux, dans lesquelles les vides, parties non bâties, trouvent une signification nouvelle : ce sont les lieux investis par la nature. Au sein de la grande diversité des natures de la ville, l’agriculture péri-urbaine peut jouer un grand rôle : - en elle-même, parce que l’agriculture fait profondément partie de l’histoire de nos sociétés - et parce qu’elle est capable d’associer une autonomie économique à une gestion raisonnée de l’espace

d2- Dynamique de l’agriculture péri-urbaine et dynamique urbaine La ville nouvelle, la ville émergente des urbanistes modernes, se prépare ainsi à formuler

Les enjeux liés à la conservation des espaces agricoles en milieu péri et intra –urbain sont liés à la politique agricole, au tourisme, à l’aménagement du territoire et à la politique de la ville et des paysages.

d3- Politique agri-urbaine et projets d’agriculture urbaine La mise en place d’une politique agri-urbaine et de projets d’agriculture péri-urbaine à Nice nécessite la prise de conscience des acteurs locaux de l’aménagement du territoire (élus, professionnels, techniciens), des acteurs du développement économique et touristique (agriculteurs, chambres de commerces, chambres d’agricultures, office du tourisme…), des enjeux qui se jouent autour de la conservation d’une activité agricole et de paysages identitaires afin de mettre en place les conditions sociales, juridiques, foncières et économiques nécessaires à la mise en œuvre de ce vaste projet.

Une volonté politique peut faire naître des projets et des actions en faveur de la mise en valeur des paysages agraire de la ville : Parc de campagne, nouveaux jardins familiaux, coopératives agricoles communales, mises en valeur des produits du terroir, fermes pédagogiques, plan d’action sur les paysages, balades champêtres et fêtes agricoles, etc. D’autres grandes villes (Grenoble, Rennes, Barcelone…) ont déjà réfléchi sur la question et ont choisi de fonder une association afin de débattre des questions et d’échanger des expériences en la matière. C’est ainsi que sont nées l’ADAYG et TERRES EN VILLE.

des commandes publiques pour ces espaces, enjeux à saisir par les agriculteurs. L’agriculture péri-urbaine traditionnelle, pourvoyeuse de produits frais pour la ville voisine, est remplacée dans ce rôle par des bassins de production spécialisés, du fait des choix de la grande distribution. Mais les agriculteurs réinventent de nouveaux systèmes dont le produit principal s’inscrit dans le registre de la campagne : le paysage en est la valeur cardinale. Ce sont par ces aménités que les citadins apprécient la production originale de ces espaces. De plus, les citadins sont sensibles à la qualité des produits, aux espaces traversés et cultivés.

Association pour le développement de l’agriculture dans l’Y grenoblois ADAYG L’Association pour le Développement de l’Agriculture dans l’Y Grenoblois a été créée en 1984 par les collectivités intercommunales et les organismes consulaires pour définir et mettre en œuvre la politique agricole et forestière sur l’Y grenoblois.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

L’ADAYG et ses membres mènent cette mission de développement agricole et forestier : - en développant une agriculture et une filière bois à réelle dimension économique offrant des produits de qualité pour le marché local comme pour le marché extérieur. - en gérant un environnement de qualité

97


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains combinant les besoins de la production et les autres usages de l’espace agricole et forestier. - en favorisant une agriculture et une filière bois reconnues par tous, prenant en compte les demandes des citadins. L’ADAYG intervient sur 112 communes situées dans l’Agglomération Grenobloise, le Voironnais, le Grésivaudan, le Balcon sud de Chartreuse et le secteur sud. 79 de ces communes comportent une zone de montagne. On totalise sur ce périmètre 1600 exploitations pour une surface agricole utilisée (SAU) de 31 000 hectares.

Association TERRES EN VILLE Le 15 juin 2000, des élus intercommunaux et des responsables agricoles, ayant mis en place des politiques agricoles périurbaines sur leur territoire, créent «Terres en villes». Cette association, paritaire entre élus et responsables agricoles, regroupe aujourd’hui douze aires urbaines : la Communauté d’agglomération de Perpignan, la Communauté d’Agglomération d’Aubagne, la Ceinture Verte Mancelle, la Communauté Urbaine de Nantes, la Communauté d’Agglomération Rennes Métropole, la Communauté d’agglomération d’Agen, la Communauté d’agglomération d’Amiens, la communauté d’agglomération du Grand Angers, la Communauté d’agglomération du Pays de Lorient, la Communauté d’agglomération de Toulouse, la Communauté d’agglomération de Poitiers et l’Y Grenoblois.

Ces territoires ont souhaité ainsi mettre en commun leurs expériences pour échanger leur savoir faire, pour promouvoir le rôle et l’intérêt de l’agriculture périurbaine et pour favoriser le développement de telles politiques sur les territoires français et étrangers

Une politique agri-urbaine met en place un certain nombre d’outils de conservation des cultures et des paysages, de gestion des terres, de promotion des produits du terroir, et la découverte de ce territoire. Les expériences sont multiples et les modes opératoires sont adaptés aux sites, aux traditions culturales et culturelles, aux conditions économiques et sociales du territoire.

De ces réflexions et expériences dans les campagnes urbaines françaises ou étrangères, L’association souhaite remplir trois missions : • multiplier les échanges de savoir-faire entre ses membres • favoriser l’expérimentation en commun dans les territoires d’actions • élaborer des propositions politiques visant à favoriser la prise en compte de l’agriculture et de la forêt périurbaine dans les politiques en faveur de la ville, de l’agriculture et de la forêt L’association a choisi de travailler autour de quatre thèmes : • l’agriculture et la planification urbaine pour un projet commun de territoire • la valorisation des produits de l’agriculture périurbaine pour un projet commun de territoire • les demandes urbaines et le développement des services. • la contractualisation en agriculture et le programme de Développement Rural National : quelles marges de manoeuvre pour les acteurs locaux ?

sont nés des projets et des plans d’actions intéressants et diversifiés qui ont pour objectif d’introduire les espaces naturels et agricoles péri-urbains comme composantes de la planification urbaine, comme espace de vie et de structuration de la ville et non comme simple réserve foncière pour l’extension de la ville « en tâche d’huile ».

Ce nouveau point de vue amène les décideurs à rechercher la mise en valeur des paysages « naturels » et agricoles au même titre que le patrimoine architectural et urbain.

La découverte du paysage maritime au XVIIIème siècle par les peintres paysagistes, la découverte du paysage de Nice par les Anglais qui ont commencé à mettre en valeur la Baie des Anges, fut le début d’une nouvelle ère, la création de la Côte d’Azur, de Nice Capital d’hiver…l’arrivée de nouveaux visiteurs, l’émergence de nouveaux loisirs : le tourisme balnéaire était né, Nice s’envolait dans un nouvel essor porté par le tourisme.

Aujourd’hui à Nice, la promenade des Anglais le long de la Baie des Anges est un exemple de « l’exploitation » urbaine d’un espace naturel aménagé en espace de loisirs au cœur de la ville qui a généré de nouveaux usages et qui continue d’évoluer.

Même si les espaces naturels et agricoles n’ont pas la dimension physique et symbolique de la mer, les paysages de la terre cultivée, de la forêt, des rivières… acquièrent dans l’esprit des citadins coupés de leur racine et à la recherche de « nature », une valeur paysagère certaine qu’il est urgent de considérer avec raison.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

98


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains La valorisation des espaces agricoles niçois est un enjeux important qui s’accompagne d’actions multiples tant au niveau juridique, économique, foncière…et appelle la mobilisation de tous les acteurs liés à de l’aménagement du territoire foncier.

d4 - Les acteurs et les outils L’agriculture urbaine est un projet d’intérêt public, un projet partagé pour un espace partagé.

Les problématiques sont à résoudre par un triangle d’acteurs impliqués dans ce projet : - la maîtrise du foncier, l’aménagement de l’espace et l’aide aux projets - la gestion des sols, la vente des produits - l’utilisation, le partage de ces espaces - renouer le dialogue entre les populations agricoles et urbaines Les collectivités Commune, Département, Région, Etat et Europe - projet européen sur les espaces périurbains des grandes métropoles européennes (Interreg IIIB « PULSE »)

Pérenniser le foncier pour garantir la viabilité de l’activité agricole sur le territoire et maîtriser la destination des sols par différents outils :

- ZAA Zone d’Activité Agricoles reconnaissant l’espace agricole nécessaire pour l’exercice d’une activité économique viable - ZAP Zone d’Agriculture Protégée garantissant par arrêté préfectoral la vocation agricole des terres et la viabilité des exploitations dans le temps

- PRIF maîtrise du foncier par la mise en œuvre d’un périmètre régional d’intervention foncière

- SAFER pour la maîtrise des transactions foncières et des baux à long terme - ENS et EAS Acquisition et protection d’espaces agricoles et naturels sensibles

Les agriculteurs les cultivateurs sont force de proposition, directement impliqué dans le projet, ils ne sont pas aux ordres de la collectivité mais partenaires, associés dans les décision et les choix des terres, des cultures, des aménagements pour cultiver de manière durable :

- limiter la pollution des sols, les traitements et les engrais chimiques - limiter l’érosion des sols - mettre en œuvre des techniques culturales respectueuses de l’environnement - soutenir des cultures biologiques Gérer les handicaps à l’exploitation péri-urbaine :

- améliorer les circulations agricoles, - garantir la protection et le respect des cultures - remettre en état et entretenir les chemins, les réseaux de drainage, d’assainissement d’irrigation, les restanques

valoriser la proximité urbaine : - favoriser la distribution locale - créer des labels - faire des opérations promotionnelles - diversifier les activités, les produits - favoriser les échanges - mettre en place un accueil de qualité, un environnement convivial Les associations, les particuliers Associations liées à l’environnement, au tourisme, comités de quartier etc. Pour la mise en place d’espaces de découvertes, d’échanges, de rencontres : - créer des sentiers de découverte, des itinéraires cyclables - créer des marchés, des cueillettes ou des paniers à la ferme - inscrire les espaces agricoles au cour d’un réseau d’espaces récréatifs - organiser des moments de rencontres, d’informations du public

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

99


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains e- Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

La construction est parfois vue comme une prédation de la colline, espace collinaire entaillé Préserver la diversité des paysages et valoriser l’imbrication des espaces naturels, urbains et agricoles

(lors de la construction du lotissement « A », ils ont rasé la colline…) Cette prédation est liée aux techniques du BTP, aux engins et matériaux utilisé pour construire dans la pente.

Une meilleure maîtrise et une meilleure surveillance des constructions permettraient de

• La préservation de l’agriculture périurbaine comme réserve foncière en vue d’une urbanisation future raisonnée.

Il semble que la place de l’agriculture à Nice dans les collines ne soit pas, ni une demande ni un enjeu fort. Les participants du Comité Technique ont intégré le recul et la disparition de l’activité agricole dans les collines.

Le seul point qui paraît avoir une valeur réside dans la pérennisation du petit patrimoine agraire, tel les puits, les restanques, les ruisseaux, c’est-à-dire les petites constructions.

La préservation du caractère des collines niçoises face à la demande d’urbanisation. 1-Urbaniser, oui, mais en fonction de l’urbanisation existante, dans des poches bien définies.

Le caractère niçois, la particularité des collines, la préservation des caractères reste une demande forte et un enjeu pour les résidents.

La construction dans les collines est perçue à la fois comme un enjeu économique, tout en reconnaissant que ces constructions, que cette expansion urbaine est la source de la disparition, du recul ou de l’effacement du paysage, « c’est le prix à payer ».

Il est nécessaire de mettre en place un meilleur suivi du Permis de Construire et du volet

mieux gérer et de préserver le cadre collinaire.

3- Dans cette urbanisation, il est important de mieux considérer et de mieux gérer les éléments constituant le Permis de Construire, tels les abords de la construction, son accès, les murs de soutènement, l’intégration paysagère (profils de la construction dans son environnement, volumétrie), éventuellement un aperçu sur les travaux et l’application exacte du projet.

L’expansion de la construction entraîne une expansion des voies d’accès et des réseaux d’assainissements qui sont aujourd’hui déjà obsolètes et sous dimensionnés.

4- Le problème des crêtes, génère une inégalité dans la vision générale des collines. 5- L’avenir du paysage des collines, réside dans un projet global de paysage, un projet sur la gestion de cet espace.

6- Aujourd’hui, l’espace des collines, est un espace résidentiel, parcouru par les voitures, dans le quel le piéton est absent.

paysager.

La réalisation d’un cahier de recommandations paysagères pour la construction et

7- Travailler sur la culture et la sensibilisation architecturale pour la construction dans les

l’intégration dans les collines serait souhaitable.

collines.

2- Les constructions de villas restent possibles, mais il est souhaitable d’éviter les

Le patrimoine naturel et sports-loisirs « nature ». « Développer progressivement des parcours dans la ville… » 1- Autour du Var, une promenade linéaire pourrait longer la berge, afin de créer un axe

constructions de lotissements et les immeubles à cause des problèmes d’intégration dans les collines.

La Préservation des zones sensibles et emblématiques est indispensable, pour conserver une identité par quartier, (inconstructible si l’impact visuel est dommageable).

structurant. Ce parcours en voie verte pourrait se relier à d’autres voies (Voie verte Régionale, la Vallée du Var).

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

100


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains 2- Une réserve foncière « naturelle » permettrait de préserver des espaces pour des projets futurs. 3- « L’aménagement du Paillon, un enjeu prioritaire… » Aménagement d’une coulée verte du Paillon, pour relier le jardin Albert 1er, la place Masséna, jusqu’au magasin Leclerc.

Autour du Paillon, un projet réussi du côté de l’Ariane, une promenade et une piste cyclable.

Le traitement des espaces publics permettrait de favoriser la place du piéton et du vélo en ville.

- « Les AOC de Bellet, constitue une réussite… » 1- Préserver une identité niçoise. La plaine du Var en devenir, nécessite la création d’un axe agricole Inventer une meilleure gestion des espaces agricoles et du partage des espaces. Réfléchir sur la place des agrumes et de leur culture au sein de la commune. Mener une réflexion sur les emplacements réserver. 2- La route des vins de Bellet. Valorisation de l’agriculture et des spécificités niçoises avec l’Agence Foncière Régionale.

La Promenade du Paillon pourrait être associée avec le parking du Paillon. 3- Mise en réseau avec les communes voisines. 4- Autour du Paillon, problème d’image, d’aspect, côté centre-ville. Aménager le Paillon en prenant en compte les risques d’inondation. 5- La création ou le développement de parcours « Parcours piétons ou pistes cyclables ne veut pas forcément dire aménagement végétal le long du parcours, mais plutôt une requalification de l’espace public ».

- « Favoriser des activités sports natures avec des animateurs spécialisés ». Favoriser des espaces de proximités pour limiter les déplacements. Développer les parcours autour du Canal de la Vésubie, le long du Paillon, le long du littoral , le port.

Relier Nice à Villefranche, tout en prenant en compte la Loi littoral qui verrouille l’espace. Parcours, liaisons dans les monts, en mettant en valeur les panoramas. Créer des espaces polyvalents pour répondre aux demandes diverses des résidents.

La Gestion du patrimoine naturel et agricole. « L’olivier, un arbre emblématique du paysage niçois » 1- Créer un conservatoire de l’olivier sur la colline St-Phillippe Inventer une gestion évidente des espaces agricoles dans les collines niçoises, Suivre l’exemple positif de « Concept Vert » à Levens. Les risques naturels et les éléments sauvages dans la ville. 1- Concernant les risques, il apparaît un manque d’informations et de connaissances sur les débordements du Paillon. 2- Développer le curage et gérer en amont le problème d’inondation.

Le Patrimoine agraire et tourisme culturel. - « Inventer et développer des outils de gestion et des débouchés ». - « La réserve foncière reste un problème de rentabilité et pose des difficultés de mise en oeuvre »

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

101


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains f- Enjeux et pistes d’action

• Supprimer les déchets, un acte d’éco citoyenneté des

5- Élaborer une politique agri-urbaine volontariste

usagers

et incitative pour le maintien de l’activité agraire

aux confins et aux franges de la ville pour maintenir la mosaïque paysagère

3- Affirmer le lien entre usagers et forêts pour une

• Maintenir une activité agricole à haute valeur ajoutée

meilleure gestion et un respect des sites

et des marchés paysans

• Définir un territoire composé d’espaces naturels,

• Développer l’accueil, l’information, les sorties guidées,

• Développer les cultures biologiques et mettre en valeur

agricoles pouvant créer un espace de respiration, une limite de l’expansion urbaine «en zones», une « trame verte »

un site internet

les produits du terroirs

• Maintenir inconstructibles les vallons encore presque intacts de toute construction et les gérer comme des espaces aux richesses particulières

• Faciliter l’accès aux forêts et l’accessibilité pour tous • Encourager la participation des usagers dans le

• Acquérir des terres agricoles en friche • Développer de nouvelles formes de gestion : contrat

nettoyage, la gestion, le bénévolat

annuel de culture type COMODA de Perpignan

• Rechercher les synergies entre les différents partenaires

• Installer des jeunes agriculteurs et promouvoir une charte d’aménagement type SICOVAL comme à Toulouse

4- Valoriser les traces des traditions agraires de la

• Inciter la mise en place d’une coopérative municipale

1-Préserver les espaces naturels et agricoles situés

• Préserver la couverture arborée au niveau des crêtes et les continuités paysagères des collines et des monts • Protéger les espaces agricoles, naturels et sensibles non encore inscrits comme espaces protégés dans les documents d’urbanisme

2- Améliorer les potentialités d’accueil dans les vallons, les forêts et espaces boisés publics pour répondre à une demande de tous les usagers

• Mieux connaître la demande des usagers • Établir un plan de gestion multifonctionnelle • Élargir les potentialités d’accueil, de loisirs (zone de silence, sentiers en boucle, zone d’aventure, parcours VTT, …)

• Intégrer le passage du GR5 • Ouvrir certaines forêts privées • Magnifier la naturalité de ces espaces par rapport au

campagne pour préserver la mémoire du paysage agricole niçois

• Protéger les chemins, les restanques en poudingue, les

pour la cueillette des olives dans les collines et les monts et la vente d’huile

cultures, les oliveraies, les caroubiers

6- Développer un tourisme culturel autour des

• Inventorier et protéger certaines serres et autres

espaces agricoles pour établir des échanges entre les citadins et les agriculteurs, entre les touristes et les gens du pays

éléments du petit patrimoine rural (citernes, lavoirs, murets, calvaires, chapelles…)

• Créer un conservatoire des goûts et des saveurs de la cuisine niçoise (écoles, dégustations…)

• Créer un conservatoire des légumes niçois : le « potager niçois » • Élaborer un plan de paysage agricole urbain sur l’exemple du P.A.P. pour le plateau de Saclay, une charte agricole périurbaine

• Diversifier les exploitations agricoles à des fins attractives, touristiques tels que les projets des villes de Bologne et Modène en Italie

• Développer les échanges entre agriculteurs et citadins par les « cueillettes à la ferme », visites des exploitations, fermes pédagogiques

• Créer des marchés dans les collines et dans les anciens hameaux

milieu urbain

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

102


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Thème 5 : Le développement de la ville et le devenir des paysages péri-urbains L’avenir des paysages péri-urbains à travers le développement de la ville et les risques naturels Agir entre la protection de la mosaïque paysagère et le développement urbain

AXE 14 Valoriser les espaces naturels et agricoles péri-urbains

• Multiplier l’offre d’accueil en restauration, hébergement de type Tables

• Mettre en place une signalétique touristique sur les chemins et parcours

et Chambres d’hôte

de la plaine du Var et de la vallée du Paillon vers les collines et les monts ainsi que sur les routes de St-Roman, St-Pancrace, Gairaut, Rimiez qui mènent vers l’arrière-pays

• Créer un « parc de campagne » ou la création d’itinéraires de découverte, de promenades thématiques, pédagogiques, culturelles et récréatives à travers la campagne urbaine à l’exemple des inventions du Val-de Marne

• Renforcer l’agrotourisme en liaison avec les AOC des vins de Bellet et des olives de Nice

8- Tisser des liens avec l’Italie et la côte Ligure pour des échanges culturels et commerciaux

• Créer ou s’insérer dans un réseau d’échange culturel avec des villes ou territoires

7- Créer des liens entre la campagne niçoise, la vieille ville et l’arrière-pays pour perpétuer les arts et traditions populaires et faire connaître l’histoire du Comté de Nice

• Organiser des échanges des fêtes communes, une « route des cultures en restanque »

• Mettre en valeur et développer les fêtes dans la campagne niçoise en liaison avec les fêtes de la vieille ville sur l’exemple des « fêtes de mai » à Cimiez, des fêtes de Bellet, des fêtes de St Bartomeu

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

103


aysage

PPaaysage ysage Diagnostic

lan

Synthèse de la 1ère réunion avec le comité technique, sur les thèmes identitairestransversaux de la ville : les valeurs clés à développer.

THEME 1 : Nice, une ville scénographique. • Les entrées de ville à mettre en scène et à construire pour affirmer l’image

THEME 3 : Nice et les espaces publics. • Rechercher une cohésion et une harmonisation pour la création et la

de marque de la ville

gestion des espaces publics

THEME 2 : Nice une ville-parc. • Imaginer des espaces récréatifs d’un type nouveau (espaces adolescents,

THEME 4 : Nice, mémoire et avenir d’une ville. • Le thème n’a pas été traité avec le comité technique

grands parcs urbains, promenade verte)

• Développer des outils pour l’instruction du volet paysager des PC et un suivi des chantiers pour s’assurer de la conformité des constructions

• Créer, voire développer une palette végétale et des cahiers de prescription

THEME 5 : Urbanisation et agriculture périurbaine à Nice. • Vers la préservation de l’agriculture périurbaine comme réserve foncière en vue d’une urbanisation future raisonnée

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

104


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

III- De l’identité à la diversité des paysages niçois, une approche des entités paysagères

1 : La plaine du Var

4 : La vallée du Paillon

2 : Les collines et les vallons

5 : La plaine de Nice

3 : Les monts

6 : Le rivage, la Baie des Anges

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

105


aysage

PPaysage

L a P l a i n e d u Va r

lan

1-

Situation

Diagnostic

Cette entité paysagère se situe à l’ouest de la commune de Nice entre la rive droite du Var et les collines niçoises. Elle s’étend sur toute la longueur du Var jusqu’à son embouchure au niveau de l’aéroport qui prolonge de manière artificielle cette plaine sur la mer.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

106


aysage

PPaysage

L a P l a i n e d u Va r

Présentation Cette entité est caractérisée par une plaine relativement large, délimitée par les rives du Var à l’ouest, et par les coteaux des collines à l’est. Dans sa partie nord, le paysage de la plaine est particulièrement contrasté avec ses îlots de ripisylve et ses bancs de galets dans le lit du Var tandis que les vignobles et les terrasses dessinent les paysages des coteaux. Au loin, se profilent les silhouettes des montagnes alpines qui encadrent visuellement tous les panoramas depuis la RN 202. Vers le sud, la plaine s’est urbanisée densément (administration, habitat, zones commerciale, etc.) autour et le long d’infrastructures importantes. Cette urbanisation s’est développé sur les parcelles cultivées qui, dans un passé proche, caractérisaient ce paysage agricole.

Diagnostic

lan

1-

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

107


de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur.

lan

aysage

PPaysage

Entité 1 : La Plaine du Var

C’est un paysage en mutation forte et sensible aux des transformations, car sa situation en contrebas, rend visible depuis les coteaux tout objet dont le volume ne serait pas adapté à l’échelle de ce territoire. Cette entité est aujourd’hui utilisée essentiellement à des fins agricoles, d’entrepôts ou bâtiments de stockage, de production hydro-électrique et sur sa partie Sud de grands ensembles.

Diagnostic

de Saint-Sauveur à Lingostiière

L’aéroport constitue l’avancé de cette plaine sur la mer grâce à la poldérisation des terrains sur lesquels il s’est développé.

La plaine du Var peut être considérée comme le lieu de grandes transformations récentes et de grands projets d’avenir, avec la transformation de son embouchure, l’aéroport et les projets d’extensions urbaines.

de Lingostière aux Iscles

La plaine du Var Nord

Entre l’A-8 et l’aéroport

La plaine, un paysage en mutation forte.

L’aéroport

La plaine du Var Sud Crêtes de St-Laurent du Var

��� ��� ��� ��� �� ������ �

Les collines niçoises

Vallée du Var

���

����

Pieds de côteaux

����

����

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

����

����

108


aysage

PPaysage lan

Les motifs paysagers Entité 1 : La Plaine du Var A- Liés aux éléments naturels :

Diagnostic

Les éléments naturels de la plaine du Var sont essentiellement liés à la présence de l’eau du torrent et aux feuillus se développant dans la ripisylve du lit majeur du Var. Dès que les reliefs deviennent plus caillouteux et secs, le pin d’Alep prédomine dans l’ensemble du paysage.

B- Liés à l’agriculture et aux pépinières :

C- Liés aux infrastructures :

D- Liés au bâti :

La plupart des activités agricoles se

Les infrastructures dans la plaine sont

Le bâti présent dans la plaine est peu

développent autour du maraîchage, des vergers, des serres de productions. Les pépinières représentent une autre forme de production liée aux qualités du sol.

fortement présentes, car concentrées le long des berges du Var : RN 202, une partie de l’A 8. Les transformateurs ponctuent les barrages, tandis que les ponts traversants découpent le paysage de la vallée.

qualitatif de par sa situation et son caractère périphérique. Les clôtures, les panneaux, les façades commerciales et les traitements des abords sont peu représentatifs des qualités du site.

Les bancs de galets ou de sable du Var

Les potagers

La RN 202 et son allée de Platanes

Les zones commerciales

La ripisylve en amont et en aval de l’A-8.

Les vergers

Les ponts et les échangeurs le long de la RN 202

Les parkings

Les serres

Les transformateurs et les stations électriques

Les centrales électriques

Les pépinières

Les ponts traversants le Var

Les panneaux...

Les coteaux boisés en pin d’Alep

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

109


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Atouts Entité 1 : La Plaine du Var de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur. Thème 1

Thème 3

La basse vallée du Var structure naturellement

Dans le cadre de la ville nouvelle à créer,

une grande porte du territoire niçois, voire du département car elle s’ouvre largement entre la mer et la montagne.

Entre le nord et le sud de la plaine du Var,

planifier un projet d’ensemble permettant d’intégrer l’art et un mobilier urbain adapté, voire l’intégration du petit patrimoine rural dans les espaces publics.

différentes transitions perceptibles :

Thème 4

paysagères

sont

• de Saint-Sauveur à Lingostière : un paysage relativement préservé.

• de Lingostière aux Iscles : apparition des premières « boites de stockage » et des premières zones de friches.

• entre l’A8 et l’aéroport : une mosaïque d’espaces confus, entre l’entrée de ville et un espace agricole en cours de disparition.

D’autre part, entre les coteaux et les berges, d’est en ouest, la végétation passe de la forêt en pins d’Alep à la ripisylve du Var.

• Les berges du Var présentent un fort

Valoriser la centralité et les espaces de passage de St Isidore, afin de développer un cœur de quartier. Aménager la plaine en prenant en compte ses spécificités environnementales.

Thème 5 Gérer dans un projet d’ensemble la réserve foncière inscrite dans la DTA.

Mettre en valeur les espaces naturels des berges, ainsi que les espaces forestiers en pied de coteaux.

potentiel paysager pour une promenade verte à vocation intercommunale afin de découvrir le Var et le site en général depuis les deux rives.

• Le pied des coteaux est caractérisé par des espaces de transition entre des sites naturels et des lieux urbanisés, ponctués par des petits hameaux à valoriser pour qualifier l’ensemble du territoire.

• Le réseau hydrographique agricole pourrait être utilisé dans le cadre d’un support pour un réseau viaire piéton-vélo traversant la vallée des coteaux jusqu’aux berges du Var.

Thème 2 Les pépinières implantées dans la vallée participent à l’effet de ville parc. La présence actuelle d’alignements d’arbres dans les quartiers les plus récents s’inscrit dans la continuité de la ville parc.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

110


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Faiblesses Entité 1 : La Plaine du Var de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur. Thème 1

Thème 5

Le passage en « force » de l’A8 en travers de

La forte déprise agricole en cours favorise la

la plaine pour s’élever dans les collines crée une coupure forte dans le paysage. Cette infrastructure traversante est à l’origine de la première discontinuité paysagère.

formation d’espaces délaissés, des friches, des lieux non gérés.

La deuxième est liée aux ensembles de zones commerciales dont les couleurs et les façades ne sont pas adaptées au site. La mauvaise intégration constitue des coupures, des cicatrices dans la perception générale du lieu.

La pression foncière contribue d’autre part à l’abandon d’une certaine forme d’agriculture au profit d’activités économiques plus rentables.

Thème 2 Les alignements de plantations ne sont ni homogènes, ni bien intégrés dans leur contexte. Il faudrait éviter les alignements droits de Washingtonia dans le bas de la plaine qui est caractérisée par des feuillus poussant généralement dans le lit majeur du Var.

Thème 3 Absence d’éléments urbains de caractère ou d’homogénéité dans le mobilier urbain, dans la plupart des quartiers périurbains, les zones d’activités, les zones de bureaux ou de commerces.

Thème 4 Une

forte déprise agricole, un fort développement de la ville, des espaces de friches, des transitions mal gérées, un site en devenir. Bref, l’espace périphérique reste à être caractérisé.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

111


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Dynamiques Entité 1 : La Plaine du Var de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur. au haut pays un débouché sur Nice, 500 ha de bois et de gravières soustraits aux inondations et convertis en terres fertiles, plus de 1000 ha de terres alluvionnaires préservées de l’effondrement , enfin la vallée du Var où régnait les fièvres paludiennes fut définitivement assainie.

La plaine du Var sur sa partie Nord - la RN202 longe la ripisylve du Var

Début de la mixité des activités agriculture stockage et postes électriques

Depuis la fin des années 50, Cette vaste plaine est gagnée par une intense urbanisation où subsiste sur quelques parcelles, une activité agricole de maraîchage et les fermes d’exploitation qui les accompagnent. La plaine est donc marquée par une mixité d’occupation du sol : gravières, maraîchages, pépinières et jardineries, zones commerciales, zones tertiaires et grandes infrastructures du territoire (autoroute, route nationale, ligne de chemin de fer, aéroport). Grand corridor naturel entre l’arrière-pays et le littoral, elle est un axe privilégié de circulation et d’implantation des nouvelles constructions dont Nice, 5ème ville de France, a besoin pour se développer et devenir une grande métropole. L’urbanisation de la plaine se réalise progressivement du sud vers le nord le long de la RN 202 « route de Grenoble » qui est l’axe de circulation principal. Une densification s’est opérée entre la mer et la RN 222 au lieu-dit « Les Moulins » pour s’étendre jusqu’à l’échangeur de l’autoroute à Lingostière dans une trame bâtie un peu plus lâche de part et d’autre de la route nationale. Au-delà, les constructions s’étalent en surfaces commerciales et parkings jusque vers SaintSauveur entre la route nationale qui a rejoint les berges du fleuve et les collines plus boisées de Lingostière.

L’échangeur de St-Isidore. apparition de la

L’A8, la RN7, le franchissement du Var, l’aéroport

discontinuité paysagère

Ancienne frontière du Comté de Savoie avec la France, le Var est moins présent dans l’imaginaire niçois que ne l’est le Paillon. Plus menaçant, plus fantasque, le fleuve a joué un rôle économique non négligeable dans le développement de la ville. Depuis le Moyen Age, les hommes ont gagné dans son lit très large et malgré son cours impétueux, pâturages, prairies, terres labourables, vergers et jardins, puis, terrains à urbaniser pour l’expansion de la ville.

Au XVII siècle, afin de lutter contre les défrichements excessifs qui risquaient de favoriser les crues, un arrêt des règlement du Sénat de Nice fixa une limite

au-delà de laquelle toute intervention humaine était interdite : la ligne de réserve matérialisée par une levée de terre plantée d’arbres, efficace protection contre les incursions du fleuve.

Projets inscrits ou en cours Espaces naturels : mise en valeur du Var SAGE Espaces agricoles : la DTA inscrit des espaces agricoles en réserve foncière Infrastructures : un nouveau pont sur le Var est en cours de construction, doublement de la RN 202 en cours, doublement de l’autoroute A8 d’ici 2015, ligne LGV d’ici 2020.

Constructions : équipements, logements, bureaux, activités (nouveau stade, nouvelle prison, logements, Nice Meridia…)

Au XVIII siècle furent entrepris les travaux d’endiguement. Commencés en 1837, ils furent ralentis par les difficultés techniques et les incertitudes financières et n’étaient toujours pas achevés lorsque Nice devint française. Napoléon III, venu à Nice en 1860, s’engagea à mener l’endiguement à bien ce qui fut fait en 1869.

Les résultats de ces travaux sont spectaculaires : une voie carrossable de 17km de long qui donne

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

112


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Synthèse des entretiens avec le C.T. Entité 1 : La Plaine du Var de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur.

Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

Thème 1 :

Thème 3 :

Axe 1 : Les entrées de ville

• L’eau, les canaux, les puits, des éléments identitaires à préserver et / ou à mettre en valeur dans les futurs projets liés aux nouveaux quartiers

• Le noeud situé dans le Sud de la plaine du Var est « à refaire » • L’entrée de ville liée à l’A-8 pourrait se situer à St-Isidore • L’entrée Nord de la RN 202, difficile d’intervenir, car gérée par la DDE • Trouver une liaison en harmonie avec le site entre la RN 202, la voie ferrée,

Thème 4 :

le lit du Var et l’autoroute • Gérer l’impact de la publicité et des panneaux publicitaires le long des voies

• Mettre en valeur St-Isidore en tant que centralité et « Porte d’entrée ou de sortie de Nice » par rapport à la traversée de l’A-8 • Les futurs quartiers, créer des nouveaux points de centralités avec des identités issues du site et de l’histoire de la plaine

Axes 2 & 3 : Panoramas et promenades • Favoriser l’aménagement des berges du Var en zones paysagères et sportives • Traitement paysager des zones d’activités • Réfléchir sur la voie de desserte du futur Grand Stade • Favoriser la création de voies aux pieds des collines • Mettre en valeur les canaux des arrosants (à lier avec des cheminements) • Privilégier les traversantes, préservation des vallons

Thème 5 : • Favoriser une entité homogène, pas de mitage (ne pas morceler l’espace agricole) • Enjeu fort et incontournable inscrit dans la DTA • Pour favoriser l’agriculture, créer un marché à St-Isidore ou dans les nouveaux quartiers • Valorisation des parcelles situées en contrebas de la RN 202

Thème 2 : • La ripisylve, les feuillus, les éléments identitaires dans le paysage de la plaine du Var • Favoriser cette palette dans l’accompagnement paysager des futures réalisations urbaines

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

113


aysage

PPaysage

Entité 1 : La Plaine du Var de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur. ���������������� ��������������������������������������������������

���������������� �������������������������������������������������������������

���������������� ������

���������������������������������� �������������������

�������������������������������������� ����������������������������� ���������������������������� ������������������������ ��������������������������������������� �������������������������������������� ��������������������

�������������������������������������������� ���������������������������������������������� ������������������������������������

Diagnostic

lan

Les Enjeux

����������������������������������������������� ������������������������������������������������� ��������������������������������������� ������������������������ �������������������� ���������������������������

�������������������������������������

�������������������������������������������������

���������������������������������������� ������������������������������������������ �������������������������������������� �������������������������������������������

����������������������������������� ��������������������������������������� ���������������������������������������� �����������������������������������������

���������������������������������� ������������������������������������������ �������������������������������

��

���������������������������� ���������������������������������

����

������������������������������������� �����������������������������������

��������������������������������������������������� �������������������������������� ��������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������ ��������

������������������������

�������������������� �����������

����������������

����������������

��������������������

������������ ������

��������������������������

�������������������� ��������������������������

��������

���������������

����������������

������������� ���������

�����������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

114


aysage

PPaysage

Entité 1 : La Plaine du Var de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur. ���������������� ����������������������������������������������������������������������

���������������� ��������������������������������������������������������������������

������������������������ ������������������������������������������� ����������������������������� ������������������������������������� ��������������������������������������� ������������������������������������������� ���������������������������������������������� ��������������������������������������

Diagnostic

lan

Les Enjeux

����������������������������������� ����������������������������������������� ���������������������������

��������������������������� ������������������������������

����������������������������������������� ������������������������������������ ��������������������������

�������������������������������������

�������������������������������� ��������������������������������

����������������������������

������������������������������������������������ �������������������������������������������������� ������������������������������������������ ������������������������������������ ��������������������������� �����������������������������

��������������������������������������� �������������������������������������� ����������������������������������

�������������������������������������� �����������������������������������

����������������������

���������������

��������������������

�������������������� ��������������������������

������������������

������������� ���������

���������������������

����������������

���������������� ����������������������������

������������������������� ��������������������������� ���������

����������������

��������������� ���������������������������

���������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

115


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Enjeux Entité 1 : La Plaine du Var de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur. Les enjeux et les pistes d’action THÈME 1- LA PERCEPTION & LA DECOUVERTE DES PAYSAGES NIÇOIS La découverte des paysages niçois par les entrées de villes, les parcours et les panoramas AXE 1 - LES ENTRÉES DE VILLE 1A- Requalifier les entrées de ville de la plaine du Var en révélant l’identité de chaque entrée par rapport à son contexte • entrée le long de la côte par la RN 98 dans la continuité de la promenade des Anglais • entrée par la RN7 et la voie Mathis • entrées par l’A8 : « porte des Moulins » et « porte-péage de StIsidore » • entrée par la RN 202 la « porte de l’Arrière pays », la « porte des Alpes » au lieu dit St Sauveur • entrée particulière par l’aéroport : « porte de l’international » 1B- Transformer la RN 202 en boulevard urbain et marquer les séquences paysagères dans la progression de la campagne vers le littoral • supprimer les toboggans, réaliser des trottoirs, des contre-allées pour les piétons et les vélos, implanter un mobilier urbain qualitatif et identitaire, mise en place d’un éclairage urbain, intégrer l’affichage publicitaire et les enseignes • identifier les transitions entre St Sauveur et St Isidore, entre St Isidore et les Moulins, entre les Moulins et l’aéroport 1C- Requalifier les zones d’activités économiques périurbaines • par un traitement urbain et paysager de la façade « vitrine » sur le boulevard et un traitement qualitatif des aires de parking des enseignes et des clôtures

AXE 2 - VALORISER LES POINTS DE VUE, LES BELVEDERES & LES PANORAMAS 2A- Prendre en compte la perception de la plaine du Var depuis les points hauts dans les projets d’architecture et d’aménagement

• enfouir les réseaux aériens • préconiser une végétalisation des toitures terrasses et des aires de stationnement AXE 3 - FAVORISER LES PROMENADES, LES PARCOURS DE DECOUVERTES 3A- Créer un réseau de chemins piétons et vélos à travers la plaine, relié aux chemins des collines associés à des itinéraires de découvertes thématiques • composer le réseau avec la trame viaire agricole (chemins, canaux) • élaborer une thématique axée sur la mémoire agraire et des savoirs faire locaux de la plaine 3B- Créer une promenade de découverte thématique récréative le long du Var , créer une piste cyclable et promenade piétonne en marquant des séquences de la campagne vers la mer, en reliant les deux rives par des passerelles couplées aux ouvrages d’art existants • élaborer une thématique axée sur la découverte des milieux naturels et les paysages, sur l’histoire du fleuve • associer à la promenade de découverte, des espaces ou une promenade sportive

THÈME 2 - LA QUALIFICATION DE LA VILLE ET DU CADRE DE VIE PAR LE VÉGÉTAL AXE 4 - PERENNISER L’ESPRIT DE LA VILLE PARC ET LA PLACE DU VÉGÉTAL DANS LES PLANS D’URBANISME 4A- Transformer la trame viaire et hydraulique en réseau de chemins et en trames paysagères de la ville en développement dans la plaine • associer les trames existantes avec des végétaux adaptés pour construire des cheminements et des espaces publics de qualité • intégrer la notion de retrait jardiné du Consiglio d’Ornato dans la construction de ces trames paysagères • aménager les talus, les fossés, les drains afin d’intégrer la gestion de l’eau dans les quartiers et de diminuer les surfaces minérales

4B- Créer une façade paysagère et urbaine autour des grands axes viaires de la ville en développement dans la plaine • par la création d’allées et de contre allées • par la mise en place de cheminements séparés entre les véhicules, les vélos et les piétons

AXE 5 - DEFINIR DES PALETTES VÉGÉTALES DE RÉFÉRENCE 5A- Qualifier les lieux et les sites par des palettes homogènes et lisibles • définir une palette pour les aménagements des parkings et des grandes surfaces commerciales • définir une palette pour les boulevards et les avenues urbaines • définir une palette pour l’accompagnement des cheminements, le long des talus, des fossés

AXE 6 - CREER DE NOUVEAUX PARCS ET JARDINS 6A- Créer un « parc de loisirs nature » associés aux sites d’activités économiques et tertiaires • aménager un parc polyvalent regroupant des activités tertiaires et sportives, des activités de plein air, en liaison avec la promenade sur les berges, favorisant les parcours de découvertes et le parcours sportif AXE 7 - LES JARDINS ET LES PAYSAGES, DES LIEUX ET DES OUTILS POUR COMMUNIQUER ET SENSIBILISER LES USAGERS 7A- Créer un lieu d’échange et de communication dans la plaine du Var • création de jardins thématiques autour des nouvelles constructions le long du Var, afin de mettre en place des espaces tampons naturels entre les berges et les habitats • associer un ou des jardins avec la promenade le long du Var avec des thèmes sur la friche, l’agriculture, l’eau, les jardins exotiques afin de communiquer et de sensibiliser les usagers, les pépiniéristes, les acteurs du privé sur la culture et la gestion des jardins et des paysages

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

116


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Enjeux Entité 1 : La Plaine du Var de Saint-Sauveur à l’aéroport de Nice Côte d’Azur.

THÈME 3 - LA RECHERCHE DE LA CONVIVIALITÉ ET DU CONFORT DANS LES ESPACES PUBLICS

AXE 11 - LA LUMIÈRE ET L’OMBRE, RYTHMES, MISE EN SCENE ET GESTION

AXE 8 - RECHERCHER LA SENSORIALITÉ ET LE BIEN ÊTRE DANS LES ESPACES PUBLICS

11A- Mise en scène et gestion de la lumière nocturne sur les entrées de ville et sur les nouvelles constructions emblématiques • mise en valeur nocturne des entrées de ville de la plaine • utiliser la lumière nocturne pour caractériser et mettre en valeur les nouvelles constructions dans la plaine

8A- Intégrer la place du piéton et des modes doux dans la planification de la plaine • création et qualification de lieux séparés des flux urbains pour les piétons à proximité des habitats avec des ambiances typées en relation avec l’histoire de la plaine (mélange d’essences agricoles et des essences urbaines) • utiliser les éléments naturels comme l’air, la lumière et l’eau dans la composition des espaces publics AXE 9 COMPOSER AVEC L’EAU ET LES FONTAINES 9A- Utiliser la présence de l’eau et les savoirs faire liés à la plaine du Var pour mettre en valeur des points stratégiques à venir • aménager les abords des boulevards urbains ou les nouveaux rond points ou carrefours sur le thème de l’eau • mise en valeur de petites placettes par la présence de l’eau • aménager les parcours le long du Var avec des bornes fontaines, fontaines, rivières sèches (utilisation d’un vocabulaire et de matériaux liés à l’eau)

11B- Maîtrise et gestion de la lumière nocturne entre les façades privées (façades commerciales) et les façades de la ville, des lieux publics et des boulevards urbains • définir et maîtriser la palette des couleurs nocturnes et des puissances pour harmoniser le paysage et donner du sens aux lieux • hiérarchiser et maîtriser les utilisations dans les illuminations nocturnes AXE 12 - DÉFINIR ET IMPLANTER LE MOBILIER ET LA SIGNALÉTIQUE 12A- Création d’un mobilier et d’une signalétique pour le parcours de découverte le long du Var • mise en place d’un mobilier à caractère naturel pour la promenade le long du Var • associer les galets du Var dans la signalétique

• en limitant les zones imperméables et en favorisant le retour des matériaux minéraux drainant le long du Var et le long des pieds de coteaux • en imposant des bassins de rétentions paysagers ou des systèmes hydrauliques adaptés et intégrés dans le paysage • en maîtrisant les rejets polluants 13B- Faire de la plaine une vitrine technologique et environnementale du développement durable • par le traitement et l’intégration des carrières et des sablières • par l’intégration et la valorisation des panneaux solaires • par la concertation et la création d’une charte sur l’intégration des nouvelles technologies dans le paysage urbain et naturel • par le développement des projets HQE AXE 14 - VALORISER LES ESPACES NATURELS ET AGRICOLES PÉRIURBAINS 14A- Développer un partenariat entre activités tertiaires, commerciales et agricoles (grandes surfaces, jardineries, et agriculteurs) pour un soutien de l’agriculture périurbaine de l’ensemble de la ville • création d’un projet social, culturel et économique autour de produits de haute valeur pour soutenir l’activité agricole dans la plaine • création d’un marché ou d’une association pour des paniers de produits issus du terroir

AXE 10 - INTÉGRER L’ART ET L’ÉVÉNEMENT DANS LA VILLE 10A- Accompagner de nouvelles formes d’art et d’évènements pour retrouver la mémoire des lieux et créer une nouvelle image pour l’avenir • créer de nouveaux événements liés à l’histoire agraire de la plaine du Var et à son devenir : fêtes art et traditions populaires, fêtes du Var • mettre en valeur la mémoire des studios de la Victorine par des installations, et évènements de type musée, cinéma de plein air, festival… • créer des fêtes et manifestations liées aux nouvelles technologies, à l’environnement

THÈME 5 - LE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE ET LE DEVENIR DES PAYSAGES PÉRI-URBAINS AXE 13 - MAITRISER LES RELATIONS ENTRE LE PAYSAGE ET LA GESTION DES RISQUES NATURELS ET URBAINS 13A - Gérer les risques liés au Var, inondation et pollution de la nappe phréatique • en restaurant et en entretenant les rives du Var (entretien régulier) • en restaurant et en entretenant les canaux de drainage liés à la plaine agricole (curage annuel)

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

117


aysage

PPaysage

L e s C o l l i n e s e t l e s Va l l o n s Situation Les collines niçoises se situent sur les reliefs qui encadrent Nice depuis l’ouest vers le nord-est, avec une avancée dans la plaine de Nice sur laquelle la ville antique “Nissa” s’était développée (aujourd’hui, colline de Cimiez). Le territoire des collines représente un vaste espace découpé en crêtes et en vallons sur et dans lesquels la ville s’est développée. La situation privilégiée des collines en balcon sur la ville et la vue sur la mer est une composante originale de ces paysages.

Diagnostic

lan

2-

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

118


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

2-

L e s C o l l i n e s e t l e s Va l l o n s

Présentation Les collines représentent un espace de grande qualité sur le territoire de Nice, mis à part quelques sites où l’urbanisation mal maîtrisée a entraîné une dégradation du paysage, comme sur le plateau de Caucade où visuellement la colline a disparu. Les collines niçoises sont caractérisées par la présence de ruisseaux encaissés en forme de vallons très particuliers qui dessinent un paysage urbain original, tel que le vallon de Magnan, le vallon de Terron, etc. a- Valorisation du patrimoine lié à l’agriculture. b- Découverte du terroir niçois en lien avec la cuisine, les fêtes, les

coutumes de la ville, Nissa bella, l’histoire d’une ville.

c- Développement d’un tourisme culturel en relation avec l’Arrière-

pays et la Côte Ligure.

d- Les restanques en pouddingue, une spécificité niçoise à préserver. e- Gestion des friches, des serres horticoles et maraîchères.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

119


Les collines niçoises, un paysage à la fois naturel, cultivé, jardiné et habité.

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Entité 2 : Les Collines et les Vallons L’Abadie, la Lauvette, les collines paysagères

Le paysage des collines niçoises est un paysage complexe dans lequel la nature, la main de l’homme, qu’il soit agriculteur ou simple habitant, se mélangent savamment pour produire un résultat original : des collines à la fois cultivées et jardinées dans lesquelles l’olivier, le genêt, le pin, les amandiers, le figuier, se croisent à la fois pour des usages maîtrisés ou au contraire dans des lieux de friches qui ressemblent aussi à des jardins.

Gairaut et Rimiez, un balcon privilégié sur la ville

Les collines à la campagne

Cette originalité entre le support, les collines de poudingues et les essences qui s’y développent naturellement ou cultivées est un des caractères majeurs à prendre en compte pour maîtriser la gestion et l’évolution de ce paysage.

Cimiez, la colline jardinée dans la ville Les collines et les vallons

bloc

Les collines Ouest

Le bloc représente une frontale sur les collines et les vallons

Colline St-Philippe ��� ��� ��� ��

Plaine du Var

�� ������ �

���

����

����

����

����

����

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

����

����

����

120


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les motifs paysagers Entité 2 : Les Collines et les Vallons A- Liés aux éléments naturels :

B- Liés à l’agriculture et aux pépinières :

C- Liés aux infrastructures :

D- Liés au bâti :

Les éléments naturels sont essentiellement

Les collines sont plantées en restanques sur

Les ponts aériens marquent fortement le

Le bâti ou les architectures rencontrées

liés à la nature du sol, ici, le poudingue, et le pin d’Alep qui a colonisé la plupart des espaces. Les fonds de vallées, ombragés et humides, rassemblent des feuillus.

lesquelles la vigne, l’olivier ou les essences des vergers secs sont principalement cultivés. Les serres utilisées pour l’horticulture représentent une partie non négligeable des espaces consacrés à l’agriculture.

paysage des collines. Immenses traversées reliant les reliefs très vallonnés. Plus bas, ce sont les ruisseaux, canalisés ou non, qui structurent les fonds de vallons.

dans les collines ou les vallons sont assez disparates. Les barres d’immeubles à vocation sociale côtoient les petites villas piémontaises situées à mi-pente puis ce sont parfois les grandes demeures, ou les villas contemporaines associées aux jardins d’apparat et aux piscines qui caractérisent principalement les paysages collinaires.

La morphologie de la colline

Les cultures en restanques

Les ponts sur piliers

Les nouvelles villas

Le pin d’Alep et le genêt, les essences pionnières

Les vignobles

Les ruisseaux canalisés et végétalisés

L’habitat typique des vallons et les escaliers

Un sol constitué par du poudingue

Les oliveraies

Les ruisseaux canalisés sans végétation

L’habitat social en barre

Le fond de vallon colonisé par les feuillus

Les serres et les parcelles cultivées en olivier

Les abords des ruisseaux, “notion de retrait”

Un paysage de colline jardinée

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

121


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Atouts Thème 2 • Les anciennes demeures aristocratiques entourées par les jardins ou les parcs emblématiques contribuent à l’effet de ville-parc. • Les lotissements construits au début du XXème siècle constituent des ensembles de grande qualité associant la volumétrie et le style des années 20, 30, 40 et 50, avec des petits jardins en terrasses. • Les grands arbres, les essences majestueuses, enrichissent le paysage général des lieux.

• Mettre en valeur des lieux préservés pour requalifier ou créer des parcs ou des espaces récréatifs naturels : la colline St-Philippe, la batterie Russe.

• Péreniser et mettre en valeur les espaces « sauvages» comme les vallons obscurs et les vallons étroits peu urbanisés.

Thème 3 • Mettre en valeur les petites centralités existantes autour des commerces, des chapelles et des écoles.

• Utiliser le patrimoine rural lié à l’eau, l’irrigation et l’adduction en eau dans la ville basse pour remettre en valeur les fontaines. • Profiter de l’existence d’Ateliers d’Artistes comme Sosno pour qualifier des lieux ou faire connaitre des cultures originales.

Thème 5 • Des restanques en poudingues, une spécificité niçoise. • Des oliviers sur le domaine public (colline St-Philippe). • Des serres, des citernes, des rigoles, un patrimoine agraire encore très présent .

• Le vignoble de Bellet et la route des vins. • La ferme pédagogique de l’association Capenia, l’atelier

Thème 1

de Genestière, St Roman, Bellet, la colline de St Philippe, etc.

• Les corniches constituent des entrées spectaculaires et

• Des routes existantes présentent un fort potentiel touristique entre forêt, oliveraie et vignoble (par exemple : la route de Bellet, le chemin du génie).

et vignoble de l’artiste Sosno, le Clos Hermès.

• La présence de chemins de traverse, de raccourcis, d’escaliers, de passages à travers les collines, pour les piétons, permettrait de favoriser les parcours alternatifs et la mise en valeur des espaces traversés (chemin des Séoules, chemin de Saquier, chemin de Crémat…).

• Terrain de jeux potentiels. • Des espaces identitaires : St-Roman, Bellet. • Des demeures ou bâtisses remarquables : Château de

panoramiques qui permettent de découvrir qualitativement les paysages niçois.

• L’autoroute traversante est une forme de balcon à partir duquel les paysages se déroulent tout au long de la découverte du site.

• Les anciens chemins collinaires présentent des points de vue remarquables sur Nice et la mer, en particulier depuis St Antoine

• Les vallons « obscurs » et les vallons peu urbanisés, promenade potentielles

Crémat.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

122


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

lan

aysage

PPaysage

Les Faiblesses

• L’absence de gestion du patrimoine arboré vieillissant, des abattages et des élagages sont la source de paysages jardinés hétéroclites.

• Le peu d’espaces de jeux pour les adolescents voire des espaces avec des usages adaptés pour l’ensemble des riverains.

• Les collines rassemblent une mosaïque de petits espaces naturels, cultivés ou urbains qui ne sont ni mis en valeur de manière générale, ni reliés les uns avec les autres.

Thème 3

Diagnostic

• Les espaces collinaires manquent de cohésion d’aménagement au niveau de l’espace public.

• La place de la voiture est prépondérante dans les vallons urbanisés, au détriment de la place du piéton et d’espaces qualitatifs au niveau des trottoirs. • L’eau des vallons est peu mise en valeur, peu visible et souvent recouverte. • L’absence de mobilier spécifique et homogène engendre un paysage urbain pauvre et peu qualitative.

Thème 4 • Le mitage lié à l’urbanisation entraîne une disparition progressive paysagers.

d’espaces

et

d’éléments

identitaires

• L’absence d’une réflexion forte pour l’intégration des constructions dans le paysage est la première conséquence de la dégradation des sites et des lieux collinaires.

Thème 1

Thème 2

• Les entrées de ville sont peu qualifiées. • Le paysage des abords de l’autoroute n’est pas mis en valeur. • Certains parcours panoramiques, certains paysages en

• La densification de l’habitat à tendance à miter les espaces

corniches ne sont pas suffisamment valorisés.

• Un manque d’accès pour découvrir des panoramas et des points de vue qui pourraient être originaux.

• Les cheminements piétons sont mal entretenus, pas toujours bien signalés, voire non sécurisés.

paysagers de grandes valeurs.

• Les constructions nouvelles ou modernes sont parfois mal intégrées et se trouvent dans des situations inadaptées par rapport aux reliefs et au contexte environnemental. • Le manque d’instruction du volet paysager du Permis de Construire est une des conséquences de l’impact fort de certaines constructions dans les paysages collinaires.

Thème 5 • Le patrimoine rural lié aux restanques, aux serres, aux citernes, reste à être valorisé. • Les oliviers situés sur l’espace public sont mal entretenus ou mal taillés (les enrobés des routes débordent sur les troncs, les tailles sont négligées, des oliveraies sont recouvertes par le pin d’Alep dans les restanques en friche). • Les espaces en friches appartenant à la commune sont mal perçus par les riverains.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

123


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

lan

aysage

PPaysage

Les Dynamiques

Diagnostic

Le développement linéaire, le long de de la voirie avec des immeubles qui cachent le paysage

L’urbanisation des crêtes

Les collines et les vallons forment un vaste territoire de la commune et constituent une entité paysagère où les problématiques urbaines et paysagères se croisent dans la dynamique d’évolution. En effet, c’est un paysage traditionnel de collines boisées et cultivées sises entre le rivage et l’arrière-pays qui encadrent la ville dense et constituée de la plaine de Nice. L’urbanisation croissante des collines et des vallons a transformé ce paysage en un vaste espace résidentiel d’habitats individuels et d’habitats collectifs bâtis autour de jardins, le long d’anciens chemins agricoles.

La colline de Cimiez qui s’élève entre la vallée du

Le vallon de Magnan

Le développement vertical de l’urbanisation

La disparition des restanques sous le pin d’Alep

Paillon et la plaine de Nice fut la première des collines, occupée dans l’Antiquité par la civilisation gréco-romaine, où les moines y bâtirent des monastères chrétiens et enfin où furent érigés, à la Belle Epoque, les grandes demeures et palaces de l’aristocratie européenne, de la bourgeoisie et des notables niçois. Sur la colline, des belles demeures et des jardins furent bâtis, puis des maisons, les immeubles résidences ou bureaux, les hôpitaux et les cliniques. Malgré la densification de la trame bâtie, elle reste tout de même la colline « jardinée » au cœur de la ville.

Les collines de Gairaut et Rimiez situées derrière Cimiez surplombent la ville au-dessus de Nice nord. Autrefois agricoles, elles ont été progressivement bâties en lotissements et maisons bourgeoises qui sont dispersées à flanc de coteau entre bois et oliviers.

Les collines de l’Abadie et de la Lauvette, situées en retrait du cœur de ville dominent la vallée du Paillon au niveau de l’Ariane. Jusqu’à présent, elles ont été épargnées par l’urbanisation intense et ont gardé un caractère campagnard par la présence de

restanques plantées d’oliviers. L’implantation du cimetière de l’est et du parc du tripode contribue à considérer ces collines comme « paysagères ». La raréfaction des terrains constructibles sur les autres collines amène les constructeurs à investir sur ces collines où le prix du foncier égale celui des autres collines bien que les vues maritimes soient plus lointaines et que la proximité du quartier de l’Ariane et de la Trinité soit un élément perçu négativement.

L’ensemble des collines sises à l’Ouest de la plaine de Nice et surmontant la plaine du Var constituent un vaste territoire rural qui progressivement fut loti le long des vallons et des chemins de crête.

Dans le creux des vallons proches du rivage, les constructions sont denses et organisées de manière linéaire le long de la voie principale qui suit ou recouvre le ruisseau. De part et d’autre de l’axe des vallons, les pieds des coteaux ont été d’abord lotis de petites maisons puis d’immeubles, de locaux d’activités, de commerces, d’équipement implantés le long des ces axes devenus urbains. Des petites villas « niçoises » aux maisons modernes des années 50, des belles demeures aux résidences modernes des années 70, des bâtiments modernes des universités ou hôpitaux, les collines offrent un panel d’architectures variées immergées dans les parcs et les jardins plantés de pins, de cyprès, de chênes, de palmiers … ; elles sont parcourues par des routes en lacets et routes de crêtes qui desservent les constructions accrochées à la pente. L’urbanisation est croissante, du pied des collines vers l’arrièrepays au détriment des cultures en déclin.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

124


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

lan

aysage

PPaysage

Les Dynamiques

Des secteurs encore agricoles persistent et développent une activité touristique autour du vignoble (secteur de Bellet) alors que des serres à l’abandon et des terres en friches se multiplient sur l’ensemble du territoire.

Diagnostic

La construction de l’autoroute A8 a modifié la perception du paysage des collines traversées par les tunnels et les viaducs de cette infrastructure construite en béton et passant au-dessus des vallons à une altitude qui atteint par endroits plus de 50m. Si cette autoroute marque une limite entre une partie sud plus densément urbanisée et une partie nord moins dense, l’urbanisation des collines s’est poursuivie vers le nord. A proximité du passage de l’autoroute se sont installées des zones d’activités notamment celles d’activités de transport du vallon de St-Isidore et d’autres sont en projet profitant de la proximité de cette autoroute et des terrains

délaissés par l’agriculture. Au vallon des Sablières, il est envisagé d’installer une zone d’activité qui figure dans les documents d’urbanisme. Le paysage autour de l’autoroute est un paysage mal maîtrisé étant donné qu’aucun travail de « couture » entre la route et le relief n’a été pratiqué. Ceci fait apparaître des délaissés, des talus et des parois livrés aux plantes rudérales, aux éboulis et à une végétation spontanée. Un vallon à préserver pour l’écoulement de l’eau

Des boites, un rond-point, un lotissement sans caractère... Un impact fort dans le paysage

Un urbanisme linéaire, un impact modéré dans le paysage. En revanche ce type de construction soulève le problème de la gestion des eaux de surfaces liées aux pentes et à l’accélération de l’écoulement

Un habitat diffus autour d’une route qui serpente entre les courbes de niveaux, une intégration réussie dans le paysage

Cantat Galet, Crémat

Des vallées boisées, un espace tampon dans les collines

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

125


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Synthèse des entretiens avec le C.T.

Synthèse des entretiens avec le Comité Technique • Respecter la palette végétale originale des collines, l’olivier, le pin d’Alep, le chêne ou rester dans une palette proche de la forêt collinaire méditerranéenne • Les transitions végétales entre les crêtes, les coteaux et les fonds de vallons (avec les feuillus)

Thème 1 : Axe 1 • St-Isidore, créer une porte de ville • Nice Est, à requalifier • Absence de panneaux et d’informations Axes 2&3 • Le long de l’A-8, « la voie de contournement de Nice, la déviation… », peu d’informations, voire aucune information sur la ville de Nice • Manque d’invitations dans la découverte de la ville, manque d’accueil • Nombreux balcons et panoramas mais aucune infrastructure pour découvrir Nice. (voir l’aire d’autoroute au-dessus de Monaco) • Manque de place le long de l’A-8 • Belles vues, mais pas de possibilités pour les apprécier • Aucune mise en scène de l’A-8, pas d’éclairage particulier la nuit • Au niveau des collines, absence de transversales (pourtant la demande est forte) • Développer les sentiers, les raccourcis en liaison avec les panoramas et des espaces emblématiques.« Le sentier des collines niçoises » • La place du piéton, inexistant dans les collines • Faire monter les habitants dans les collines, favoriser la découverte de ce territoire typiquement niçois • Créer des dessertes, des aires d’accueil dans les collines pour découvrir et traverser à pieds les sentiers • Favoriser le transport en commun dans les collines

Thème 2 : • Respecter l’environnement des collines (problèmes liés aux terrassements parfois démesurés par rapport à la fragilité du site)

Thème 3 : • Aucune homogénéité dans le mobilier urbain • Aucune identité forte ou particulière ne ressort dans le paysage urbain des collines et des vallons • Favoriser des identités autour des centralités historiques et des quartiers pour développer un mobilier urbain homogène • Favoriser un mobilier urbain spécifique aux vallons

Thème 4 : • Centralité à développer, à qualifier (à voir avec les études de population, pôle de centralité, pôle de marchés) • Recommandations fortes dans le PC, incitations et contrôle plus fort • Meilleur respect de l’environnement • Problèmes liés au mitage • Les enduits de façades à mieux définir et à harmoniser sur des ensembles urbains (à l’échelle d’un lotissement ou d’une rue ou d’un quartier…) • Espace public social inexistant, absence de lieu de regroupement • Éviter les aberrations du type de l’hôpital Larchet (nuisance visuelle dans le paysage) • Equipement à imaginer le long des voies, des accès pour les piétons, voir les cyclistes

Thème 5 : • Les friches liées aux serres • Mise en valeur du petit patrimoine rural, les restanques, les escaliers, etc.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

126


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

���������������� ��������������������������������������������������

����������������������������������� ������������������������������������� ���������������������������������������� ������������������������������� �����������������������

����������������������������������� ����������������� ����������������

�������������������������������������� �������������������������������������� �������������������������

������������������������������������ ������������������������������� ������������������������������������������ �������������������������������� ��������������� ���������������������������������� �������������������������

������������������������������� ����������������������������������� ������������������������������������� ��������������������������������� �������������������������������������� ��������������������������������������� ����������������������������� ���������������������������

����������������������������������� ��������������������������������������� ����������������������������������� ������������������������������������� ������������������

����������������������������� ��������������

��

����������������������� ��������

������������������������� �����������

����������������������������������� ��������������������������������� ����������

����������������������������� ������������

�������������������������� ���������������

����������������������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

127


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

���������������� �������������������������������������������������������������

����������������������������������� ����������������������� ������������������������������������� ������������������������������������� ���������������

�������������������������������������������� ��������������������������������������� ��������������������������������������� ����������������������������� ������������������������������ �������������������������������������� ����������������������������������� ��������������������������������������� �������������������������������� �������������������������������������� ��������������������������������

������������������������������������� �������������������������������� ��������������������������������

���������������������������������� ���������������������������������� ��������������������������������������������� �������������������������������������������� ������������

��������������������������������� ������������������������������������� ����������������������������������� �����������

����������������������������������������� �������������������������������������� ����������������������������������

���������������������� ����������������������

������������������������������ ����������������������������������� �������������

������������������������������� �������������������������� �����������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

128


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

���������������� ���������������������������������������������������������������������� �������������������������������� ��������������������� �������������������������������� ������������������������������������� ���������������������������������� ��������������� ������������������������������������� ���������������������������� ������������������������

������������������������������ ����������������������� ����������������������������� �������������

�������������������������������� ������������������������������������� �����������

��������������������������������� ������������������������������ ��������������������������������������

������������������������������������� ����������������������������� ����������������������������������� ��������������������������� �������������������������������� ��������������������������������

����������������������������������� ���������������������������������� ���������

���������������������������������� �������������������������

���������������������������������� �������������������������������� ����������������������������������

���������������������������������� ������������������������������ ���������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

����������������� �������������

129


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

���������������� ��������������������������������������������������������������������

��������������������������������������� ������������������������������������ ��������������������������������������� ������������������������������������� ��������������������������������������� �������������������������������������� ���������

������������������������������������������� ������������������������������������� ����������������������������������������� ���������������������������������� �������������� �������������������������������� ��������������������������������������� �������������������������������������� ������������������������������������� �������������������������

����������������������������� ���������������������������������� �������������������������������������� �������������������������������������� ����������������������������������� ���������������������������������������� ������������������������������

���������������������������������������������� ������������������������������������������� �������������������������������������

����������������������������������������� ������������������������������ ������������������������������������� ������������������������������������� ���������������������������������������� ��������������������������������������� ����������������������������������� �������������������������������������� ������������������������������������������ �������������������������������������� �������������������������������������� ������������������������������������

������������������������������ �������������

������������������������������������� ���������������������������������� ���������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

130


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

Les enjeux et les pistes d’action

3C- Aménager les routes de crêtes pour des promenades à pied ou à vélo permettant d’installer des itinéraires de découvertes thématiques liés à l’agriculture et aux paysages

THÈME 1 - LA PERCEPTION ET LA DÉCOUVERTE DES PAYSAGES NIÇOIS THÈME 2 - LA QUALIFICATION DE LA VILLE ET DU CADRE DE VIE PAR LE VÉGÉTAL

AXE 1 - LES ENTRÉES DE VILLE 1A- Requalifier les cœurs de hameaux qui sont les portes d’entrée de Nice par les collines, en réaménageant l’espace public et en valorisant leur petits monuments pour révéler leur identité • St Pierre de Féric, St Pancrace, St Antoine de Ginestière, St-Isidore, Gairaut, La Madeleine, St Roman, St Sauveur…

AXE 4 - PÉRENNISER L’ESPRIT DE LA VILLE PARC ET LA PLACE DU VÉGÉTAL DANS LES PLANS D’URBANISME

1B- Marquer les séquences dans la découverte des vallons pour révéler les transitions et les caractères urbains / mixtes / naturels et agricoles par des aménagements de l’espace public adapté au contexte • utiliser des végétaux emblématiques des cours d’eau pour marquer des seuils, des transitions • valoriser la diversité des lieux

AXE 5 - DÉFINIR DES PALETTES VÉGÉTALES DE RÉFÉRENCE

AXE 2 - VALORISER LES POINTS DE VUE, LES BELVÉDÈRES ET LES PANORAMAS 2A- Valoriser les points de vues et les panoramas sur la ville • en inventoriant et cartographiant les points de vue remarquables • en préservant les cônes de vues • en aménageant les accès à ces points de vue (chemin, balcon…) • en matérialisant ces points de vue sur le terrain (mobilier, signalétique) AXE 3 - FAVORISER LES PROMENADES, LES PARCOURS DE DÉCOUVERTES THÉMATIQUES 3A- Réhabiliter ou restaurer le réseau de chemins piétons escaliers et traverses des collines pour créer des itinéraires de découvertes thématiques axés sur la découverte du patrimoine lié à l’architecture et aux jardins 3B- Créer des promenades récréatives et pédagogiques en fond des vallons en y associant des itinéraires de découvertes thématiques axés sur la découverte des milieux naturels et des paysages

4A- Considérer les collines comme un espace d’intérêt paysager majeur afin de prendre les mesures de protection et de valorisation nécessaires

5A- Créer une palette pour les espaces publics et viaires des collines • autour de l’olivier, du caroubier, du pin parasol et du verger sec pour identifier et structurer les espaces publics dans les collines • autour du genêt, de la vigne, de l’olivier, de l’amandier, du figuier, du cerisier, de l’abricotier pour les coteaux 5B- Créer une palette pour les espaces publics des vallons • autour d’essences feuillues, aulne, peuplier, saule, figuier, micocoulier • autour de quelques essences persistantes spécifiques, laurier sauce, laurier tin, buis

AXE 7 - LES JARDINS ET LES PAYSAGES, DES LIEUX ET DES OUTILS POUR COMMUNIQUER ET SENSIBILISER LES USAGERS 7A- Contrôler et suivre l’instruction du volet paysager et de son application dans les réalisations des travaux • créer une cellule chargée de l’instruction et du suivi des travaux par des paysagistes • favoriser une mission de conseil pour communiquer et sensibiliser les privés sur les règles de construction autour des bâtis (clôture, mur, voie de desserte, piscine, garage, etc.) dans les collines et les vallons pour pérenniser la qualité paysagère des sites 7B- Créer un conservatoire de l’olivier sur la colline St Philippe • associer le conservatoire de l’olivier avec un espace « mémoire des paysages des collines », des savoirs faire, des techniques et des caractéristiques des restanques en poudingues • créer un parcours pédagogique autour des évolutions paysagères des collines, du verger sec à l’irrigation, de l’agriculture à la villégiature • profiter de la situation en balcon pour communiquer et sensibiliser les usagers sur les évolutions paysagères, les règles d’urbanismes et les bons gestes à accomplir pour pérenniser la qualité paysagère des collines et des vallons 7C- Associer une mission photographique sur les paysages au conservatoire de l’olivier • favoriser une mission photographique pour suivre l’évolution des paysages des collines et les événements liés au maintien et à la qualité des paysages et de l’environnement des lieux

AXE 6 - CRÉER DE NOUVEAUX PARCS ET JARDINS 6A- Créer des parcs linéaires le long des grands vallons ou le long des crêtes pour des usages de loisirs, de détente nature type « parcours sportif », parcours de découverte de l’environnement sur la faune et la flore, « parcours aventure » : vallon de Magnan , vallon des Sablières 6B- Réhabiliter le parc avenue du Dauphiné et des espaces verts situés dans les collines 6C- Ouvrir le parc de la Sécurité Sociale, les rigoles 1 et 2 de la CGE au public

THEME 3 - LA RECHERCHE DE LA CONVIVIALITÉ ET DU CONFORT DANS LES ESPACES PUBLICS AXE 8 - RECHERCHER LA SENSORIALITÉ ET LE BIEN-ÊTRE DANS LES ESPACES PUBLICS 8A- Créer des espaces publics avec des plantes aromatiques et parfumées liées à la culture des collines (genêts, jasmin, glycine, fruitiers, agrumes) 8B- Jouer avec les sens comme l’odorat et le gustatif en utilisant des légumes niçois dans les compositions paysagères dans les collines (de la courgette niçoise à la vigne treillée)

6D- Racheter ou utiliser les terrains municipaux en friches pour créer de nouveaux parcs publics

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

131


Entité 2 : Les Collines et les Vallons

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

THEME 5 - LE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE ET LE DEVENIR DES PAYSAGES PÉRI-URBAINS

9A- Utiliser et stocker l’eau de pluie dans l’arrosage des espaces publics/ à associer avec la gestion de l’eau et l’utilisation de végétaux nécessitant peu d’eau • création ou réutilisation de bassins, rigoles, drains, cuves

14C- Trouver des synergies entre les différents acteurs du développement agricole, commercial, touristique pour le maintien des activités agricoles dans les collines

AXE 13 - MAÎTRISER LES RELATIONS ENTRE LE PAYSAGE ET LA GESTION DES RISQUES NATURELS ET URBAINS

14D- Renforcer l’agrotourisme en liaison avec la route des vins, les AOC des vins de Bellet et AOC olives de Nice

9B- Utiliser les savoirs faire liés au stockage et au puisage de l’eau de pluie pour gérer certains espaces publics • réutiliser les bassins de récupération d’eau sur la colline St Philippe

13A- Gestion de la diminution des plantations voire de la diminution progressive du pin d’Alep au profit du pin parasol, chêne vert, caroubier à proximité des habitations et dans les espaces privatifs

AXE 10 - INTÉGRER L’ART ET L’ÉVÉNEMENT DANS LA VILLE

13B- Obliger les privés à débroussailler les espaces boisés privatifs et à curer les talus, les drains, fossés traversant leurs propriétés

14E- Créer un « parcours de campagne » par la mise en place d’itinéraires de découverte des paysages de la campagne niçoise et des produits du terroir, de rencontre des citadins et des agriculteurs (chemins, signalétiques, structures d’accueil, d’information, de rencontre, d’hébergement de restauration,...) par les chemins des collines reliant les exploitations, offrant des points de vues panoramiques, traversant les centralités villageoises

AXE 9 - COMPOSER AVEC L’EAU ET LES FONTAINES

10A- Remettre en valeur les fêtes traditionnelles dans les petites centralités (fêtes des olives, des vendanges, des saisons, des fleurs, des légumes, etc.) AXE 11 - MAÎTRISER LA LUMIÈRE ET RECHERCHER L’OMBRE 11A- Utiliser les techniques de la treille, des palissages pour ombrager les petits espaces publics dans les collines AXE 12 - DÉFINIR ET IMPLANTER LE MOBILIER ET LA SIGNALÉTIQUE 12A- Favoriser un mobilier avec des matériaux naturels pour pérenniser l’ambiance campagne des lieux

AXE 14 - VALORISER LES ESPACES NATURELS ET AGRICOLES PÉRIURBAINS 14A- Réhabiliter les crêtes boisées de St Roman et le chemin du Génie dans le cadre d’un projet de redéfinition de l’espace forestier, de ses aménagements, de sa gestion pour une meilleure ouverture aux citadins, une meilleure réponse aux attentes de la population (découvertes, loisirs, nature) 14B- Valoriser et faire découvrir les grands vallons de Magnan, des Sablières, de Terron et de la Bornala par des actions de restauration, d’entretien des cours d’eau, de protection des espaces naturels sensibles, par la création de chemins de découverte, de visites guidées

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

132


aysage

PPaysage

L e s Mo n t s

Diagnostic

lan

3-

Situation : Les monts se situent sur la partie est de la commune. Ils s’étendent entre le rivage escarpé du Cap de Nice et l’arrière pays en direction de La Trinité. Ces monts dessinent une barrière naturelle entre Nice et Villefranche. Le col de Villefranche permet de franchir ces reliefs tout en restant un espace de circulation restreint.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

133


aysage

PPaysage

L e s Mo n t s

Présentation : Les monts sont constitués par une formation géologique de type calcaire blanc, gris et marneux, ce qui les distinguent des collines plutôt constituées en poudingues. La végétation des monts est aussi différentes car ils abritent une flore thermo-méditerranéenne associant l’euphorbe arbustive et le caroubier sur les parties Sud du mont Boron jusqu’au mont Alban. Les monts sont essentiellement

boisés en pin d’Alep et en yeuse. Des restanques cultivées en oliviers persistent entre le mont Vinaigrier et l’Observatoire, ce qui enrichie qualitativement ce paysage de pinède méditerranéenne.

Diagnostic

lan

3-

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

134


Cette entité paysagère constitue

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Entité 3 : Les Monts le deuxième écrin qui se referme sur Nice. L’Observatoire

C’est un espace plutôt boisé en pin d’Alep qui surplombe toute la ville sur sa partie Est. C’est un lieu de plaisirs et de découvertes, de promenades, car il offre de magnifiques panoramas sur Nice, la mer et Villefranche, ainsi que sur l’arrière pays. Les monts regroupent les principaux forts et repères visuels tel que l’Observatoire qui permettent de situer Nice depuis Antibes ou de l’arrière pays.

Mont-Gros

Mont-Vinaigrier

Un paysage boisé, reflet d’une végétation méditerranéenne riche. Une transition paysagère importante entre Nice et Villefranche.

L’écrin boisé, qui encadre la ville sur sa partie orientale

Col de Villefranche

Mont-Alban

Mont-Boron

Les monts entre Nice et Villefranche

Mont Boron ��� ��� ��� ��� �� �� �� ������

Collines du château

���

����

����

����

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

����

����

135


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les motifs paysagers Entité 3 : Les Monts A- Liés aux éléments naturels :

B- Liés à l’agriculture et aux pépinières :

C- Liés aux infrastructures :

Les éléments naturels sont caractérisés

Les paysages en restanques rassemblent

Les infrastructures sont relativement bien

par la pinède en pin d’Alep sur l’ensemble des monts, puis en façade maritime par la végétation thermo-méditerranéenne avec l’euphorbe arborescente, et sur la partie nord par les forêts mixtes, pin d’Alep, chêne vert, chêne pédonculé et par quelques zones de friches, le sol étant essentiellement constitué par du calcaire.

l’olivier, les essences des vergers secs, et quelques serres, témoins de l’activité liée à l’horticulture.

intégrées dans la ville et les paysages. Par contre, elles ne sont pas forcément adaptées et calibrées en fonction des usages.

D- Liés au bâti : Les

architectures sont variées et emblématiques. Elles témoignent toutes de l’histoire particulière de ce site, de la culture liée à la villégiature et de la découverte de l’horizon et de la mer depuis ces balcons privilégiés.

La végétation thermo-méditeranéenne du Mont-Boron :

Des paysages qui associent le pin d’Alep sur l’ensemble des crêtes,

Des infrastructures de tailles moyennes de type rue, ou corniche relativement bien adaptées au site,

Des villas prestigieuses.

Caroubier, Chêne vert, Ciste, Eucalyptus, Pin d’Alep, Pistachier

et l’olivier sur les flancs Sud.

mais non au trafic traversant les 2 communes.

Des maisons originales.

Pistachier, Oleastre, Euphorbe arbustive, Sedum, Agave,

Les restanques

La basse corniche

Des maisons modestes implantées dans les courbes de niveaux face à la mer

et graminées diverses.

Quelques feuillus occupent les espaces de lisières.

Le sentier du Mont-Boron, un espace très apprécié par les niçois.

Le fort du Mont-Alban vue depuis la Corniche de Villefranche.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

136


aysage

PPaysage lan

Les Atouts Entité 3 : Les Monts

Thème 1 • Les corniches et les cols constituent des entrées spectaculaires et emblématiques sur la ville. • Les sommets offrent des points de vue remarquables sur Nice et la mer.

• Les chemins de traverse, les raccourcis, les escaliers, les passages, sont autant de possibilités de découvertes et de points de vue, tout en permettant aux piétons de profiter des qualités du site.

Thème 2

Diagnostic

• La présence de belles demeures aristocratiques entourées par de magnifiques parcs et folies architecturales contribuent à la valorisation des lieux.

• Les villas traditionnelles comme « Les niçoises », les petits lotissements du début du XXème siècle, ainsi que les constructions datant des années 20, 30, 40 et 50, accompagnées de leurs parcs et jardins, constituent des architectures qualitatives et emblématiques d’une culture et d’une époque. • Les grands arbres et les essences majestueuses débordant des parcs participent à la qualité des paysages urbains.

La végétation naturelle spontanée, les boisements thermo méditerranéens, viennent enrichir la palette générale des monts autour des forts.

• L’écrin forestier classé en EBC est un élément paysager fort à pérenniser car il participe à la qualité des lieux.

monts. D’autre part, ces espaces et les monuments constituent des repères remarquables : l’observatoire, les forts, le château de l’anglais, le castel des deux rois…

• Les monts sont caractérisés par des petites centralités intégrées dans un écrin naturel. Cet ensemble crée une perception homogène du territoire.

• Le cap de Nice est à la fois un repère paysager emblématique et un élément du patrimoine architectural de la ville.

Thème 3 • Les petites centralités se sont créées au niveau des points de passages stratégiques, comme la place du mont Boron, le col de Villefranche.

Thème 4 • Les monts constituent un lieu de mémoire et de patrimoine local avec une forte identité et un fort potentiel paysager. L’écrin forestier est un espace majeur des paysages niçois.

Thème 5 • La gestion et l’utilisation forte des routes et sentiers touristiques dans les forêts permet d’acquérir une bonne connaissance du milieu par les usagers. • La présence d’un certain patrimoine agricole lié aux restanques, oliveraies et rigoles permet de conserver une partie de la mémoire des lieux et de faire partager un savoir-faire local aux futures générations.

• La diversité des espaces identitaires favorise une image de marque originale au niveau des Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

137


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Faiblesses Entité 3 : Les Monts Thème 1 • Les entrées de villes sont peu qualifiées et peu emblématiques du lieu et du territoire.

• Les parcours panoramiques le long des corniches sont peu mis en valeur par rapport au potentiel qu’offre ces lieux de traversées paysagères. • Les panoramas et les points de vue ne sont pas toujours bien signalés, ni mis en valeur par rapport à leurs accès et leur sécurité • Les réseaux piétons manquent d’entretien et ne sont pas toujours traités de manière homogène.

Thème 2 • Les constructions modernes représentent des formes et des volumes inadaptés par rapport au contexte paysager.

• Le patrimoine arboré vieillissant n’est pas toujours bien géré au niveau de son remplacement. • Le mitage mal maîtrisé favorise une impression de paysages lacérés, «massacrés».

Thème 3 • Peu d’évènements et peu d’espaces sont consacrés à l’Art en général.

Thème 4 • Le mitage, le recul d’éléments paysagers de qualité contribue au recul d’un certain cadre de vie et à la destructuration du paysage.

Thème 4 • Les arbres emblématiques, comme les oliviers, les grands pins, les cèdres ne sont pas à négliger en tant qu’éléments du patrimoine vivant dans la perception générale des lieux.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

138


Entité 3 : Les Monts

lan

aysage

PPaysage

Les Dynamiques

Les monts marquent la limite est de la ville surplombant d’un côté Nice et de l’autre Villefranche. Du temps où les forts qui occupaient les sommets du mont Boron et du mont Alban servaient en défense active de la cité, les monts étaient maintenus avec une végétation rase à des fins militaires, pour assurer une meilleure visibilité.

Diagnostic

Après l’abandon de ces stratégies militaires, la végétation pionnière a reconquis les versants. Aujourd’hui elle constitue un vaste ensemble boisé du mont Gros au mont Boron qui a été classé en domaine communal et départemental pour partie. Les premières folies architecturales de la belle Epoque ont pris d’assaut les coteaux orientés à l’ouest qui regardent l’étendue maritime, la baie des Anges et Nice. Puis, le long des corniches et des rues en lacets, des lotissements de villas

« niçoises » puis d’hôtels et d’immeubles résidentiels ont été construits en montant progressivement vers les crêtes. Celles-ci ont été préservées en boisement et créent une limite verte à toute urbanisation. Des constructions ont été érigées le long des corniches basses et moyennes créant des petits pôles de centralité commerciales aux cols du mont Boron et col de Villefranche. La grande corniche a été maintenue jusqu’à présent dans son écrin de verdure ; elle est ponctuée de quelques maisons ou anciennes fermes d’exploitation d’oliveraies et mène au domaine de l’Observatoire qui domine le site.

Les monts et le cap de Nice entre mer et montagne

Les monts, un écrin naturel à préserver Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

139


Entité 3 : Les Monts

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Synthèse des entretiens avec le C.T.

Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Thème 1 :

Thème 3 :

Axes 1

• Valoriser l’accueil du public et un mobilier de type naturel pour la mise en valeur des espaces dédiés à la randonnée et à la découverte visuelle des monts et de la ville • Mise en valeur nocturne du Fort Alban (Création de jeux de lumière…)

• Elargissement prévu au niveau de la corniche inférieure entre Nice et Villefranche • Les Monts sont ressentis aussi comme une sortie de ville, une coupure, on quitte Nice…

Thème 4 :

Axe2 &3 : • Réfléchir sur un parcours botanique, améliorer la vocation pédestre-botanique des espaces naturels des monts • La batterie de St-Aubert, mise en valeur du panorama sur la ville • Valoriser les cheminements, leur qualité et leur usage • Valoriser et développer les modes doux dans les monts (parc forestier du Vinaigrier)

Thème 2 : Protection et gestion de l’écrin forestier. • Maintenir la végétation, gérer le vieillissement de la forêt, traitement forestier • Valoriser, protéger et gérer l’espace du Mont Vinaigrier, entre permanence et continuité • Valoriser ou prendre en compte les transitions paysagères entre les lisières boisées des monts et les espaces habités bordant les monts • Valoriser une palette végétale en harmonie avec l’identité des monts

• Vieillissement de la forêt, entre gestion et protection • Protection et gestion contre l’incendie (PR Incendie, Conseil Général) • Plan de gestion des monts (Conseil Général)

Thème 5 : • Valoriser des espaces homogènes dans le cas d’une pérennisation d’activités agricoles, continuité à la fois visuelle et fonctionnelle • Mise en valeur ou intégration du petit patrimoine rural dans les espaces en devenir

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

140


Entité 3 : Les Monts

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

���������������� ��������������������������������������������������

���������������� �������������������������������������������������������������

��������������� ������������������������������ �������������������������

����������������������������������� �������������������������������� ���������������������������� ������������������������������������� �����������

Diagnostic

�������������� ���������������������������� ����������������������������� ���������������������

���������������������������������� ��������������������������������������� �����������������������������

����������������� ����������������������������� ����������������������������������

����������������������� ������������������������������������� �������������������������������������� ������������������������������������ ������������������������������� ���������������� ����������������� ������������������������������ ��������������������������������������� ���������������������������������� �����������������������

���������������������������� �����������������

����������������������������� ������������������������� �

�����

���������������������������� ���������������

����������������

�����������������������

���������

������

������

���������

�����

����������������� ����������������� ��������������

������

��������������������

������������������ �������������������������

�������������������������� ������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

141


Entité 3 : Les Monts

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

���������������� ����������������������������������������������������������������������

���������������� ��������������������������������������������������������������������

������������������������������ ������������������������������������� ���������������������������������� �������������������������������������� ����������������������������� �������������

���������������������������������������� ��������������������������������������� ���������

������������������������� ���������������������������� ���������������������������� �����������������������������

Diagnostic

�������������������������������� ��������������������������������� ���������������������������������� �����������������������

��������������������������������������� ���������������������������������� �������������������������������� ������������������������������������ ���������������������������������

���������������������������������� ����������������������������������

������������������������������ ����������������������������������� �����������������������

����������������������������������� ����������������������������������������� �����������������������������������

����������������������������������� ������������������������������������ ����������

���������������������������������� ������������������������������ �

�����

������

���������

������������������

�������������������������� ����������������������� ���������������������

���������������������� ���������������������� ��������������������������

�����

������

����������������������� ����������������������������� ���������������������

�������������������������� ��������������������������������� �������������������������������

��������������������������������� ������������������������������ �������������������

������������������������������������� ������������������������������ �����������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

������������� ����������

142


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Enjeux Entité 3 : Les Monts Les enjeux et les pistes d’action THÈME 1 - LA PERCEPTION ET LA DÉCOUVERTE DES PAYSAGES NICOIS AXE 1 - LES ENTRÉES DE VILLE

• axés sur la découverte des milieux naturels, de la mémoire agraire, du patrimoine architectural et des jardins : les forts, le château de l’Anglais, le château de la Tour, la villa Beau site, l’Eglise Notre Dame du Perpétuel Secours, villa des Hautes roches, villa les Coccinelles, palais Maeterlinck

1A- Requalifier les cols comme lieu de transition et d’entrée ou sortie de Nice en réaménageant les espaces publics des petites centralités pour révéler l’identité du Col des Quatre chemins, du Col de Villefranche et Col du mont Boron

3B- Créer une promenade depuis le Cap de Nice jusqu’à l’Observatoire, en reliant les forts pour découvrir la ville et les transitions paysagères

1B- Aménager les corniches et les points de vues pour requalifier l’arrivée sur Nice de jour comme de nuit en révélant les séquences dans la découverte progressive du site • le contournement du cap de Nice par la basse corniche, du Lazaret au col du mont Boron jusqu’à la place de l’Ile de Beauté par la descente du boulevard Carnot • la moyenne corniche du boulevard de la Corne d’or, au col de Villefranche jusqu’à la place Max Barel par la descente de la corniche André Joly • la grande corniche du col des Quatre chemins, la traversée de la forêt, le contournement de l’Observatoire et la descente vers Nice par le boulevard de Bischoffsheim

THÈME 2 - LA QUALIFICATION DE LA VILLE ET DU CADRE DE VIE PAR LE VÉGÉTAL

AXE 2 - VALORISER LES POINTS DE VUE, LES BELVÉDÈRES & LES PANORAMAS 2A- Valoriser les points de vues et panoramas sur la mer et sur la ville par des aménagements spécifiques (mobilier, signalétique, point informations) repérés sur les crêtes, les corniches et les boulevards AXE 3 - FAVORISER LES PROMENADES, LES PARCOURS DE DÉCOUVERTES THÉMATIQUES 3A- Réhabiliter le réseau de chemins piétons afin de compléter l’offre d’itinéraires de découvertes thématiques dans les monts (liaisons entre sentiers forestiers et sentier littoral, Port et boulevard Franck Pilatte)

AXE 4 - PÉRENNISER L’ESPRIT DE LA VILLE PARC ET LA PLACE DU VÉGÉTAL DANS LES PLANS D’URBANISME 4A- Réhabiliter et valoriser le jardin du Castel des 2 Rois 4B- Favoriser et renouveler les plantations d’alignement le long des axes majeurs et autours des nouvelles constructions afin d’intégrer les projets dans l’écrin boisés et les paysages • les pittosporums du Bd Franck Pilatte • les palmiers des différents parcs entre les monts et le rivage • accompagner et qualifier les différentes corniches avec des essences diverses pour caractériser la basse, moyenne et haute corniche AXE 5 - DÉFINIR DES PALETTES VÉGÉTALES DE RÉFÉRENCE 5A- Une palette pour les nouvelles constructions liant des végétaux emblématiques de jardin avec les végétaux des monts pour se fondre dans le paysage 5B- Une palette forestière axée sur les strates arborée, depuis les couvres sol jusqu’aux grands sujets afin de favoriser la diversité végétale

AXE 6 - CRÉER DE NOUVEAUX PARCS ET JARDINS 6A- Accompagner, diversifier et renouveler les essences vieillissantes dans les parcs et les espaces publics existants AXE 7 - AUTOUR DU PAYSAGE ET DES JARDINS, UN LIEU DE RENCONTRE ET D’ÉCHANGE 7A- Créer un lieu didactique, d’échanges et de savoirs autour d’un fort • pour comprendre la construction et les dynamiques paysagères des monts et de la ville (utilisation du fort en tant qu’élément d’observation) • appréhender les différentes dynamiques forestières et paysagères des milieux niçois

THÈME 3 - LA RECHERCHE DE LA CONVIVIALITÉ ET DU CONFORT DANS LES ESPACES PUBLICS AXE 8 - RECHERCHER LA SENSORIALITÉ ET LE BIEN-ÊTRE DANS LES ESPACES PUBLICS 8A- Préserver et favoriser les matériaux naturels 8B- Favoriser l’accueil en accompagnant les petits espaces avec des bancs et des poubelles • pour les sentiers • les stationnements • les jeux de boules • les espaces panoramiques 8C- Mieux définir les espaces de stationnement autour des départs de sentiers et des forts pour éviter les groupements chaotiques de voitures et favoriser le stationnement des bus autour des lieux panoramiques

5C- Une palette avec des végétaux coupe feu, pour les lisières et autour des habitations

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

143


Entité 3 : Les Monts

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

AXE 9 - COMPOSER AVEC L’EAU ET LES FONTAINES

THÈME 5 - LE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE ET LE DEVENIR DES PAYSAGES PÉRI-URBAINS

Diagnostic

9A- Aménager quelques bornes d’eau le long des sentiers et des forts AXE 10 - INTÉGRER L’ART ET L’ÉVÉNEMENT DANS LA VILLE 10A- Favoriser le développement des sculptures et de l’art contemporain dans les parcs voire dans la forêt ou autour des forts (ex : Mont Alban) 10B- Créer un ou des événements estival autour ou dans les forts • la nuit des étoiles • la course ou la ballade des forts • festival de musique, de danse ou de scénographie AXE 11 - LA LUMIÈRE ET L’OMBRE, RYTHMES, MISE EN SCÈNE ET GESTION 11A- Mise en valeur des forts la nuit par des variations lumineuses en fonction des saisons pour diversifier les ambiances AXE 12 - DÉFINIR ET IMPLANTER LE MOBILIER ET LA SIGNALÉTIQUE

AXE 13 -APPRÉHENDER LE PAYSAGE ET LA GESTION DES RISQUES NATURELS ET URBAINS 13A- Gérer et maîtriser le risque incendie forestier • en privilégiant le développement d’autres végétaux moins sensibles au feu que le pin : l’olivier, le caroubier, le chêne vert, les grands arbustes de la forêt thermo méditerranéenne • en favorisant la plantation de feuillus en lisière de l’écrin forestier et autour des habitations • en obligeant les riverains à débroussailler sur le pourtour de leur propriété AXE 14 - VALORISER LES ESPACES NATURELS ET AGRICOLES PÉRI-URBAINS 14A- Trouver une synergie entre la commune et l’ONF pour la gestion des forêts et parcelles de culture des monts 14B- Créer des événements autour du paysage péri urbain pour diffuser et faire connaître les acteurs et les dynamiques liés à ces espaces de transitions entre la ville et son territoire

12 A- Favoriser un mobilier naturel et didactique pour la découverte des milieux et des paysages

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

144


aysage

PPaysage

L a Va l l é e d u Pa i l l o n Situation L’entité paysagère la vallée du Paillon s’insère entre les collines de Cimiez, Rimiez et l’Abadie d’un côté et les monts Gros, Vinaigrier, Alban et Boron de l’autre. Elle englobe la vieille ville, et la colline du Château.

Diagnostic

lan

4-

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

145


aysage

PPaysage

L a Va l l é e d u Pa i l l o n

Présentation Cette entité se perçoit comme une vallée assez étroite qui présente un pincement au passage entre l’éperon de Bon Voyage et le “col” de Cimiez et Rimiez au Cap de Croix. Ce resserement marque aussi la confluence de la rivière Banquière et les nœuds routiers et autoroutiers à l’échangeur de l’A8. Jusqu’à la pointe de la colline de Cimiez, le Paillon est à ciel ouvert. La rive droite du fleuve, bloquée par les aplombs rocheux de Cimiez, est moins étendue que la rive gauche.

Ensuite, le Paillon couvert jusqu’à son embouchure, se perçoit comme une bande verte d’équipements et de jardins publics bordés de grands boulevards qui à l’ouest desservent la ville “élégante” et à l’est la ville “populaire”. La vieille ville est située entre le fleuve, la mer et la colline du Château.

Diagnostic

lan

4-

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

146


Cette entité paysagère est un espace complexe qui s’est développé le long des rives du Paillon. Cet espace regroupe la vieille ville et les quartiers périphériques qui s’étendent entre les reliefs des collines de Cimiez, Rimiez et les coteaux des monts.

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Entité 4 : La Vallée du Paillon

Cette entité réunie à la fois des quartiers «finis» et structurés tels la vieille ville et Villa-Nova ainsi que des espaces contemporains mal intégrés dans la trame urbaine de Nice, comme les quartiers Situés au nord des voies SNCF.

Le paysage originel de la ville de Nice au Sud. Un paysage en devenir au Nord.

4a

4c

4b

4d

Les Monts Alban ��� ��� ��� ���

Cimiez

��� ��

������ �

La vallée du Paillon ���

����

����

����

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

����

����

147


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les motifs paysagers Entité 4 : La Vallée du Paillon A- Liés aux éléments naturels :

B- Liés à l’agriculture et aux pépinières :

C- Liés aux infrastructures :

D- Liés au bâti :

Un paysage contrasté entre torrent “sauvage” et une ville “patchwork”.

Des jardins et des esplanades entre deux rives.

Des espaces urbains baroques de transition entre la ville et mer.

Un paysage vertical.

Un paysage ceints de monts boisés, de falaises abruptes et de collines agricole loties.

Des fontaines et des bassins, des statues et des sculptures, des pergolas et des kiosques...

Des couleurs sur la place Masséna.

La colline du château, fond de scène de la vielle ville.

Un paysage des “ponts et chaussées”.

Une architecture “pleine” et des jardins suspendus.

La maille urbaine du Consiglio d’Ornato, un paysage de boulevards plantés et d’îlots.

Un paysage introverti.

Depuis le lit du torrent, une ouverture sur le grand paysage alpin.

Des socles et des bâtiments “silos”.

Un paysage de grandes perspectives sur des horizons lointains.

Un paysage contrasté.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

148


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Atouts Entité 4 : La Vallée du Paillon Thème 1 • La vallée du Paillon est une porte géographique et historique s’ouvrant sur les Alpes et l’Italie. La « route de Turin » qui partait de la place Garibaldi longe la rive gauche du fleuve, la « Voie romaine » le traverse.

• Le Paillon, élément fondateur du site, est un lien naturel à l’échelle communal entre les quartiers. Celui-ci peut rétablir une continuité urbaine et paysagère, une cohérence dans le parcours : des jardins Albert 1er aux portes de la ville, une nouvelle promenade urbaine potentielle reste possible. C’est un lien entre les quartiers nord et sud, un élément de repère entre les quartiers rive droite et rive gauche reliés par de nombreux ponts. • La sinuosité du fleuve crée des séquences bien marquées qui sont à exploiter dans la mise en scène d’un parcours de découverte de la vallée.

• Sur les reliefs qui encadrent la vallée, des signes naturels et des bâtiments constituent des points de repères qui balisent l’arrivée dans la ville : les falaises de Cimiez et Bon voyage, le viaduc de l’A8, l’abbaye de St-Pons, l’abbaye de Cimiez, l’Observatoire, la colline du Château. • Dans la vallée du Paillon, la colline du Château est un belvédère exceptionnel sur la ville, patrimoine paysager, construit en promenade pittoresque, elle est aussi le « fond de scène » de la vieille ville et du port : la silhouette des pins et des cyprès, les reflets de la cascade, les rampes, les escaliers, la Tour Bellanda, le cimetière, les ruines du château…autant d’éléments qui captent la lumière et l’œil attentif du peintre-paysagiste ou du photographe, touriste ou professionnel.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

149


Entité 4 : La Vallée du Paillon

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Atouts

Thème 2

Thème 3

• La colline du Château est une île de nature édifiée par l’histoire celle de la terre et celle des hommes. Elle est un parc belvédère qui fait paysage et donne à voir tout le paysage de Nice. C’est la colline-parc, isolée au cœur de la ville telle une île de verdure, un socle forestier à la fois sophistiqué et archaïque.

• La vieille ville, constitue un ensemble historique patrimonial : les couleurs du bâti et des échoppes, le labyrinthe des rues et des escaliers, le nom des rue et des églises, la multiplicité des places, des fontaines, des églises, des clochers, l’ombre et la lumière contrastées… Autant d’éléments liés à l’identité d’une ville qui fut italienne. Cet ensemble d’espaces publics parle de Nice et de l’Italie : Nissa bella est dans le cœur des vrais niçois.. Elle est le lieu d’une vie diurne et nocturne très colorée, très appréciée des niçois et des touristes ; des espaces de rencontre, des rues de commerces, des lieux de fête très fréquentés.

• Le Jardin Albert 1er, la promenade du Paillon… Le Paillon, un ruban vert au cœur de la ville, est un fil d’eau qui a généré les aménagements paysagers passés et futurs. Un torrent alpin peu impétueux, intéressant du point de vue de la faune et de la flore, au cœur de la ville ; une emprise large aux courbes généreuses, il est un espace ouvert naturel de grande dimension, une respiration « sauvage » dans la ville.

de fontaines et de bassins. Les espaces sont ponctués par de nombreuses sculptures anciennes et contemporaines. Cette promenade artistique et culturelle pourrait être prolongée au-delà de Riquier.

Thème 4 • La colline du Château possède une grande valeur paysagère, c’est un monument issu du socle géographique et un héritage des jardins pittoresques créés au XIXème siècle.

• La vieille ville et le cours Saleya, sont des lieux considérés

à fort potentiel urbain et paysager

par tous comme patrimoniaux et qui recèlent une forte capacité de vie et de transformation.

• Occupation furtive des berges par les riverains : terrain

• Une vie active très développée et vivante, s’est

• La place Garibaldi et la place de l’Île-de-Beauté (places

vague de jeux pour les enfants, aire de pique-nique et de détente pour les familles riveraines. Encaissé dans une vallée étroite au pied des Monts et des Collines, la présence de la nature est proche et accessible.

développée dans le passé dans les quartiers populaires de production (artisans, entrepôts, petits commerces…)

• Riquier, Garibaldi et le Port, sont des quartiers en devenir

• La lisibilité de la maille urbaine des places, grands axes,

et exotiques diversifiées.

repères, quelques grands alignements (avenue Riquier, bd. Delfino) et reculs jardinés sont des traces de l’héritage du Consiglio d’Ornato.

• Sa couverture a permis le regroupement de grands équipements culturels : théâtre, musée d’art moderne, bibliothèque municipale.

• Le chantier du tramway est un catalyseur de la requalification du quartier Riquier : place de l’Armée du Rhin Danube, place Garibaldi et rue de la République…

• Les grands travaux du tramway organisent la

• Le Paillon, un ruban vert, un axe majeur géographique

requalification des espaces publics le long du trajet.

et historique du développement urbain, un élément fort de l’imaginaire niçois.

• Jardins plantés d’essences botaniques méditerranéennes

• La libération de grandes friches urbaines ouvrent des perspectives de restructuration des quartiers intégrant une trame paysagère forte inscrite dans la continuité de l’urbanisme végétal de la ville constituée. • Cette dynamique urbaine permettrait d’envisager un nouveau parc accompagné par des liaisons vertes transversales.

• Le Paillon couvert constitue une succession d’espaces majeurs inscrits dans un programme de requalification qui amorce un long chapelet d’espaces publics de la mer vers les reliefs .

• Le Paillon à ciel ouvert rassemble une succession d’éléments singuliers (ponts, points de repères, monuments), et de séquences…qui se prêteraient à une mise en lumière pour le balisage d’un parcours.

ordonnancées) constituent des centralités fortes structurées support de projets urbains de mise en valeur d’un patrimoine architectural et de redéfinition des fonctionnalités de ces espaces.

• Les projets et campagnes de valorisation du port de Nice plaident pour la mise en valeur du quartier du port (square et rue Arson, bd. Stalingrad, place Max, …)

Thème 5 • La vallée du Paillon est un axe de liaison entre Nice et le pays niçois, les villages de l’arrière pays (Falicon, Contes, Drap, Sospel, Levens, Luceram…) autant de villages producteurs de fruits et légumes qui alimentent les marchés de Nice. La sortie de ville est un passage obligé pour aller vers ces villages et vers les vallées des Paillons.

• La promenade des Arts, présente une grande diversité

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

150


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Faiblesses Entité 4 : La Vallée du Paillon Thème 1 • L’entrée de ville par le Paillon est une entrée peu valorisante et confuse. Où se situe réellement l’entrée dans la ville ? À l’Ariane, au pont Anatole France ? Au carrefour de la Banquière, à la sortie de l’autoroute A8 ? Au débouché de la pénétrante ? • La confusion règne pour plusieurs raisons : Les entrées sont multiples en amont et en aval du Paillon car la perception de l’entrée est différente d’une rive à l’autre. Le resserrement géomorphologique de la vallée au lieu-dit de la Banquière crée une porte naturelle qui est soulignée par la présence du viaduc de l’autoroute qui enjambe la vallée à cet endroit. On perçoit un « avant » et un « après » : au nord, l’Ariane qui se raccroche physiquement plus facilement à la commune de la Trinité dont les limites commencent de l’autre côté du fleuve sous le pont ; au sud, les autres quartiers de Nice dans la vallée du Paillon.

• Les espaces n’ont pas de caractère urbain, ils sont plus routiers ,excepté le boulevard de l’Ariane dont les aménagements tendent à mieux qualifier le quartier.

• Le Paillon disparaît sous la ville au niveau de la ligne de chemin de fer créant une rupture dans les continuités paysagères liées à cet élément naturel fondateur du socle géographique.

• Les nouveaux quartiers populaires de la vallée du Paillon (StRoch, Pasteur, Bon Voyage, Ariane…) ont été dévalorisés par les dysfonctionnements de ces ensembles architecturaux hérités des années de l’immigration et de l’urbanisme ravageur.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

151


Entité 4 : La Vallée du Paillon

lan

aysage

PPaysage

Les Faiblesses

Thème 2 • Les jardins et les plantations sont un patrimoine fragile à surveiller, à préserver et à consolider. • On constate un vieillissement des Jardins Albert 1er et une dégradation de la promenade du Paillon implantée sur les parkings couverts et la gare routière. Les arbres de la colline du Château ont souffert des dernières sécheresses. le parc du Tripode situé au-dessus de l’Ariane est peu valorisé parce que éloigné du centre ville.

Diagnostic

• La ville est dense et peu fluide car fermée par de grands îlots fonctionnels (abattoirs, gare marchandise, casernes…) qui l’amène à tourner le dos au fleuve.

• Elle manque de liaisons vertes, d’espaces récréatifs pour les adolescents et les enfants. • Les espaces au pied des monts et des collines sont des espaces « arrières » cachés, occupation par des activités ou architectures non valorisantes qui créent une coupure entre la vallée et les reliefs.

négativement comme l’eau d’un égout. Dans l’imaginaire de chacun, l’eau souterraine en ville est une eau « sale » puisqu’elle est cachée.

• Cette perte de vue qui entraîne le « dénigrement » du Paillon est dommageable dans l’aménagement de la ville, il se poursuit au-delà de la couverture vers les quartiers nord jusqu’à l’Ariane. La dévalorisation des cours d’eau dans la ville est née au XIX ème siècle avec l’ère industrielle qui considérait l’eau utile comme énergie ou déversoir des usines.

• C’est ainsi que la vallée du Paillon est devenue progressivement un espace fonctionnel, un couloir de circulation ou s’alignent les routes, un lieu de transit délaissant le potentiel paysager du Paillon dans la construction du cadre de vie des riverains. C’est ainsi que se sont entassés au XIXème siècle les équipements peu valorisants comme l’usine à gaz, les abattoirs, la prison, la gare de marchandises…puis au XXème siècle, les ensembles d’habitats sociaux, l’usine d’incinération...

Thème 4 • La colline du château est un lieu fragile car soumis aux aléas d’une sécheresse et de la circulation automobile qui est encore permise. • La vieille ville et le cours Saleya, luttent contre une muséification des espaces et des façades. • Les automobiles envahissent les quais du bassin Lympia au port, la place de l’Ile de Beauté, produisant du bruit et de la pollution.

• Les aménagements du Paillon couvert constituent un

Thème 3 • Les aménagements contemporains de la vallée du Paillon sont la cause de la mémoire oubliée du site et le dénigrement du fleuve

• Sous les jardins et les constructions, le fleuve a été oublié, la mémoire du torrent est enterrée avec celle des lavandières qui faisaient la grande lessive hebdomadaire et de Catherine Ségurane, célèbre bugadière de l’histoire de Nice.

• Les volumes construits au-dessus du niveau des rues ont transformé le statut de cet espace autrefois vide du Paillon en espace plein, niant ainsi la présence du fleuve. Cette négation modifie par conséquent la perception du fleuve qui lorsqu’il disparaît sous le Palais des expositions et réapparaît à l’embouchure sur la plage, se perçoit

ensemble urbain disparate et vieillissant, une barrière physique et visuelle entre deux villes. Le parking du Paillon et la Gare routière sont deux constructions mal perçues et inesthétiques à proximité de belles unités architecturales de la vieille ville ou de la ville neuve. Le palais des expositions est un bâtiment vieillissant ; avec la piscine et les parkings couverts, il forme un ensemble architectural sans qualités et Acropolis semble être un « bunker » au cœur de la ville.

• On perçoit un sentiment d’insécurité, autant dans les lieux de fort passage (espace Massena, square du Maréchal Juin) que dans les lieux moins fréquentés (promenade suspendue, place du théâtre).

• La place du théâtre et les jardins de la bibliothèque Nucéra sont peu fréquentés à cause des difficultés d’accès (grands escaliers raides) et du manque de visibilité depuis la rue.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

152


Entité 4 : La Vallée du Paillon

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Dynamiques

Pourtour de la gare de marchandises

Le Paillon est l’élément naturel fondateur du site.

et lieux récréatif en cœur de ville.

Le rapport des Niçois à ce fleuve a construit le paysage de la vallée.

Une surface de liaison entre vieille ville et ville

Une eau utile dans une vallée encore agraire en limite de la vieille ville : ancienne frontière avec l’Italie, le fleuve, est proche de l’imaginaire niçois, connu pour ses colères, est un torrent, guère plus qu’un oued. Au Moyen-Age, déjà son débit intermittent répondait difficilement aux attentes des riverains pour alimenter la ville en eau, irriguer les jardins, nettoyer les rues. Les petits artisans des villes avaient besoin d’eau (bouchers, lavandières, tanneurs…). Les ressources du Paillon ne se limitaient pas à l’eau : son lit est large et offrait un espace de pâture et des surfaces cultivables. On plantait des palissades pour renforcer les berges. On gagnait quelques arpents en détournant un bras.

neuve : au XIXème siècle, la ville connaît un essor spectaculaire, il lui faut de l’espace. C’est pourquoi le Paillon est progressivement recouvert. En 1856, le projet LEMARLE propose la couverture du Paillon par les jardins Albert 1er au boulevard de Carabacel. En 1879, est réalisé le projet du Casino par LAZARD qui couvre le fleuve au niveau de la place Massena. Sur l’emplacement des anciens remparts de la vieille ville démolie, est tracé le boulevard Jean Jaurès planté de platanes qui constitue le quai rive gauche. Au XXème siècle, la couverture du Paillon se poursuit pour accueillir des équipements culturels et festifs, un parking et la gare routière. L’ensemble des aménagements construits et plantés, nommé « promenade des Arts », est ponctué de jeux d’eau, de sculptures et de jardins suspendus.

Une vallée industrieuse et populaire : dans cette vallée ont été implantés dès le début de l’essor de la ville au XIXème siècle, tous les équipements utiles de la ville, comprenant les activités artisanales et les différents types d’habitats populaires, ouvriers, sociaux qui œuvraient en coulisse pour la ville de villégiature.

Un couloir de circulation routière : les berges du

Le Paillon couvert

Paillon sont aussi longées sur la rive gauche par des infrastructures routières de type « pénétrante » et tunnel pour faciliter l’accès ou la sortie depuis le centre-ville. Plus loin, l’autoroute A8 franchit la vallée à une hauteur impressionnante de 50m sur un grand viaduc de béton qui accuse une grande courbe entre le tunnel de La Trinité. De plus, les nœuds routiers sont importants.

Une surface convoitée dans une vallée étroite : par manque de place dans la vallée, un nouveau lycée (lycée G. Apollinaire) est bâti au-dessus du fleuve. Des stations services se sont construites sur les ponts, les infrastructures grignotent sur le lit du fleuve. En aval, la couverture du Paillon permet l’installation d’un grand nombre d’équipements

La colline du Château et le front de mer Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

153


Entité 4 : La Vallée du Paillon

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Synthèse des entretiens avec le C.T.

Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Parmi les enjeux principaux qui ressortent de cette réunion sur la vallée du Paillon, on note : 1- Une réflexion sur l’entrée de ville et notamment sur la requalification des rives et le réaménagement des infrastructures routières qui bordent le fleuve 2- Le rôle fondamental des espaces verts dans le réaménagement des rives du Paillon, du quartier des Abattoirs et dans les espaces de transition avec les monts 3- Une réflexion sur le fleuve lui-même : débat sur sa couverture et proposition de mise en eaux

1 : Les rives et les infrastructures La Pénétrante est une voie routière constituant une barrière, il s’agit donc de la rendre plus urbaine en : • Engageant une réflexion générale sur le réaménagement des berges : entre le pont de la sortie de l’autoroute et l’Ariane, plus favorable à un aménagement sur les berges Ouest • Réfléchissant sur la requalification de la Pénétrante elle-même : pour une requalification de la Pénétrante, il est possible de s’appuyer sur l’exemple du boulevard JB. Vérany : amorce d’un boulevard urbain • Insérant d’autres modes de transports sur les berges : développer l’idée que l’on puisse sortir et entrer dans Nice autrement qu’en voiture • Plus de pistes cyclables et de fleurs rendraient plus accueillante les rives du Paillon. Le représentant de la direction des territoires cœur de ville souligne la caractère assez limité de la piste cyclable en cours de développement (aujourd’hui entre le lycée et l’Acropolis) • En réfléchissant sur un réaménagement des ponts : aujourd’hui ceux-ci sont aménagés selon une logique fonctionnelle, (stations services) peu valorisante, au terme des concessions, il doit être envisagé d’en finir avec la logique fonctionnelle en complétant cette démarche par l’éclairage des ponts

• Cette idée repose aussi sur un besoin d’espaces verts dans le quartier. (réflexion à mener sur le foncier disponible, et la programmation) Il apparaît nécessaire de faire le point sur les différents projets pour pouvoir faire une proposition concrète sur les Abattoirs • Cette idée s’intègre dans celle, plus générale, de travailler sur la transition entre les Monts et la vallée du Paillon. (cela peut se traduire par un taux élevé d’espaces verts au sein des constructions). Suivre l’exemple réalisé dans l’impasse des liserons. À cet endroit les rues se transformeraient en promenades

3 : Le fleuve Sur le Paillon, la gare des bus est une obstruction au paysage et les espaces verts existants, appelés « promenade du Paillon » ne présentent aucune continuité et négligent la présence de l’eau, si ce n’est par quelques fontaines. Un projet architectural et paysager cohérent s‘impose donc sur le fleuve. Celui-ci tiendrait compte du fait que les aménagements doivent se situer au niveau du sol. Si, pour certains la couverture du Paillon, au moins entre le lycée et le niveau où il est couvert actuellement apparaît comme une évidence, l’idée ne fait pas l’unanimité. En revanche, les différents interlocuteurs s’accordent sur la nécessité de poser le débat devant les élus : faut-il poursuivre encore la couverture du Paillon ? Dans une démarche de reconquête des berges, de l’eau du fleuve, ne serait-il pas préférable de changer la vision de ce quartier en devenir pour l’imaginer plus proche de l’eau, du végétal, en liaison avec les reliefs qui l’entourent. Proposer cette hypothèse de travail en l’accompagnant par d’autres propositions comme la mise en eaux du fleuve, (en s’appuyant sur des projets réalisés dans d’autres villes comme Montpellier qui cherche à mettre le port au cœur de la ville, Port Marianne et le Lèz) qui favoriseraient un aménagement de qualité des berges. La question d’usage temporaire du lit du fleuve, non remis en eaux, pose des problèmes de sécurité et favorise des usages ponctuels dans le fleuve.

2 : Le rôle des espaces verts • Idée d’un parc dans le quartier des Abattoirs, en lien avec la requalification des berges du Paillon, quelque soit la nature du projet, un aménagement très paysager peut être envisagé comme réinterprétation de Nice comme ville-parc

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

154


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Enjeux Entité 4 : La Vallée du Paillon ���������������� ��������������������������������������������������

���������������� �������������������������������������������������������������

������������������������ ����������������������������

��������������������������������������� ���������������������������

������������������������������������������� ��������������������������������������� ������

������������������ ���������������������������������������������� �������������������������

������������������������������������������ ������������������������������������� ����������������������������������������� ��������������������������������������

���������������������������������� ������������������������������

����������������������

��������������������������������������� ������������������������������������������

��������������������������������������������� ������������������������������������������������ ������������������������������������������

�������������������������������������� ���������������������������������

��������������������������������������������

���������������������������������������� ����������������������������������

����������������������������������������������� ������ ����������������������������������������� ������������������������������������������� ������������������

�������������������������������������

��������������������������������������� ���������������������������

����������������������������������������� ������������������������������������������������� ��������������������������������������

�������������������������������������������������

����������������������������������������������� �����������������������������������������

0

250 m

1000 m

������������������������������������ ������������������������������������������ ���������������������� 0

250 m

1000 m

�������������������������� ����������

�������������������������� ������������������������������� �������

����������������

����������������������� ����������������������

����������������������� ���������������������� ���������

���������������������� ����������������������

������������������������� �������������������������� ����������

����������������������� ���������������

����������������

�������������������� ����������������������������

����������������������� �������������������

������������������������

������������������������� �������������������������� ���������������������������� ��������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

155


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les Enjeux Entité 4 : La Vallée du Paillon ���������������� ����������������������������������������������������������������������

����������������������������������������� ��������������������������������������������� ����������������

��������������������������������������� �������������������� ������������������������������������������ ��������������������������������������������� ��������������������������������������������� ����������������������������������������� ������� ����������������������������������������������

��������������������������� ����������������������������������

����������������������������������������� ����������������������������������������������� ��������

���������������������������������������� ���������������������������������������

0

250 m

1000 m

����������������������������������������� �������������������������������������� ����������������������������������������������

���������������������������� ���������������

����������������������� ������������������������ �������������

������������������������������ ����������������������������� ���������

���������������������� ����������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

156


Entité 4 : La Vallée du Paillon

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

Les enjeux et les pistes d’action THÈME 1 - LA PERCEPTION ET LA DÉCOUVERTE DES PAYSAGES NICOIS AXE 1 - LES ENTRÉES DE VILLE 1A- Requalifier les différents entrées ou sorties de Nice au nord de la vallée du Paillon • par les routes de l’Arrière pays au pont Anatole France • par l’autoroute A8 au carrefour de la Banquière « porte de l’Italie » et route de Falicon 1B- Privilégier l’intercommunalité avec La Trinité pour réaménager les interfaces urbaines et paysagères • par la rive gauche du Paillon RD 2204 et la ligne de chemin de fer, les abords du pont Anatole France 1C- Requalifier les voies sur berge du Paillon en boulevards urbains dans la continuité des aménagements projetés en liaison avec les projets de réhabilitation des quartiers Pasteur, St Roch • en prolongeant le boulevard de l’Ariane le long de la RD 19 • en réaménageant la route de Turin, l’avenue Joseph Raybaud, l’avenue M. Lyautey 1D- Requalifier les différents entrées ou sorties de Nice par la vallée du Paillon au sud en prolongeant la réhabilitation des espaces publics du tramway sur des axes importants • sur l’axe de la rue Arson, bd Riquier, • bd de l’Armée des Alpes, bd St Roch au croisement du départ des corniches des monts • avenue des Diables bleus • les places de l’Ile de Beauté et Max Barel AXE 2 - VALORISER LES POINTS DE VUE, LES BELVÉDÈRES & LES PANORAMAS 2A- Faire des méandres et des ponts du Paillon, des éléments de repère dans le cheminement le long du fleuve et la découverte progressive de Nice par une scénographie lumière des boucles et des ponts, par un traitement plastique des ouvrages d’art et des sites singuliers

• mise en scène du passage entre le Paillon ouvert et le Paillon couvert • aménagement de la voie romaine • valorisation de la place Garibaldi depuis la rue de la République, ancienne route de Turin • valorisation de la place de l’Île de Beauté depuis l’axe nord-sud rue Arson, bd Riquier, bd de l’Armée des Alpes, bd St Roch

THÈME 2 - LA QUALIFICATION DE LA VILLE ET DU CADRE DE VIE PAR LE VÉGÉTAL AXE 4 - PÉRENNISER L’ESPRIT DE LA VILLE PARC ET LA PLACE DU VÉGÉTAL DANS LES PLANS D’URBANISME 4A- Réhabiliter et valoriser les reculs jardinés du boulevard Delfino

2B- Requalifier et valoriser les points de vue depuis la colline du château dans le cadre d’un projet global de restauration du parc du château

4B- Associer le principe du recul jardiné aux grands axes viaires pour séparer les flux et qualifier les abords des voies, voire recréer des façades, des continuités urbaines

AXE 3 - FAVORISER LES PROMENADES, LES PARCOURS DE DÉCOUVERTES THÉMATIQUES

AXE 5 - DÉFINIR DES PALETTES VÉGÉTALES DE RÉFÉRENCE

3A- Créer une promenade urbaine le long des rives du Paillon en valorisant les routes historiques de la vallée et en l’associant à un réseau de chemins piétons et vélos • en reliant le fleuve au pied des monts • en traversant les quartiers à l’écart des grands axes de circulation en donnant une place majeure aux modes de circulation doux, en l’inscrivant dans une continuité de cheminement avec la promenade des Arts • en offrant la découverte de la faune et de la flore du Paillon et l’histoire du fleuve, • en créant des itinéraires de découvertes thématiques axés sur l’histoire ancienne de Nice avant l’arrivée des Anglais, avant l’annexion des Français, en s’appuyant sur des sites et lieux-dits qui témoignent de cette histoire : le Paillon, la voie romaine, la route de Turin, le vieux quartier de l’Ariane et la chapelle St Pierre, le vieux Nice, la colline du Château 3B- Traiter les points noirs de la promenade du Paillon • qualifier les abords de la gare routière pour qualifier les espaces publics et les trottoirs • aérer les volumes bâtis • rénover le parking du Paillon et ses accès 3C- Requalifier les interfaces entre la vieille ville et le rivage • réaménager la rue du Parc, les terrasses des Ponchettes

5A- Une palette pour les cheminements le long des rives du Paillon ouvert 5B- Une palette pour requalifier les arrières cours au pied des monts et les espaces publics délaissés avec des végétaux peu coûteux, rustiques et nécessitant aucun entretien AXE 6 - CRÉER DE NOUVEAUX PARCS ET JARDINS 6A- Réhabiliter le square Normandie-Niemen en en redonnant de la lumière, en diversifiant les aménagements pour chaque usages et répondant à une demande dans le quartier 6B- Réhabiliter le square Général Leclerc et les jardins suspendus du Paillon dans le cadre du déplacement de la gare routière 6C- Réhabiliter le jardin Albert 1er pour l’adapter aux usages et lui redonner un caractère attractif 6D- Réhabiliter le parc du château pour restaurer sa couverture arborée, valoriser son patrimoine architectural et paysager et ornemental, en rénovant le restaurant de la cascade tout en supprimant la présence des voitures pour en faire un haut lieu touristique de qualité 6E- Créer un grand parc dans le quartier St-Roch en liaison avec la future promenade des berges du Paillon et les promenades dans les monts 6F- Créer une trame arborée autour de la gare de marchandises pour requalifier les abords et les espaces publics environnant

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

157


Entité 4 : La Vallée du Paillon

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

AXE 7 - LES JARDINS ET LES PAYSAGES, DES LIEUX ET DES OUTILS POUR COMMUNIQUER ET SENSIBILISER LES USAGERS

AXE 9 - COMPOSER AVEC L’EAU ET LES FONTAINES

7A- Créer des jardins ouvriers autour du Paillon

9A- Valoriser les anciennes fontaines, les anciens lavoirs, les bornes-fontaines de la vieille ville

7B- Aménager, qualifier les espaces délaissés, les friches par des petits espaces de proximité, même temporaire

9B- Créer un espace didactique autour du Paillon et de l’eau vive pour les enfants

7C- Imaginer un jardin parcours aventure dans le lit du Paillon avec des moniteurs encadrants

AXE 10 - INTÉGRER L’ART ET L’ÉVÉNEMENT DANS LA VILLE 10A- Prolonger le principe de la promenade des arts (parcours artistique) le long des berges du Paillon ouvert

THÈME 3 - LA RECHERCHE DE LA CONVIVIALITÉ ET DU CONFORT DANS LES ESPACES PUBLICS AXE 8 - RECHERCHER LA SENSORIALITÉ ET LE BIEN-ÊTRE DANS LES ESPACES PUBLICS 8A- Lutter contre le bruit et l’insécurité en vieille ville liés aux véhicules à moteur en réduisant la circulation des voitures et des deux roues des rues étroites de la vielle ville 8B- Réduire la vitesse (et par conséquence la pollution) le long des voies rapides et séparer les flux entre les automobiles et les cyclistes/ piétons. 8C- Redonner une vraie place au piéton par le biais de traitement des sols et la gestion de la propreté des espaces publics

AXE 11 - LA LUMIÈRE ET L’OMBRE, RYTHMES, MISE EN SCENE ET GESTION 11A- Élaborer un projet lumière pour la valorisation du Paillon et de ses ponts : « une promenade lumière au fil de l’eau » AXE 12 - DÉFINIR ET IMPLANTER LE MOBILIER ET LA SIGNALÉTIQUE 12A- Définir une signalétique urbaine simple et résistante face au vandalisme et aux tags pour les nouveaux quartiers

THÈME 5 - LE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE ET LE DEVENIR DES PAYSAGES PERI-URBAINS AXE 13 -MAÎTRISER LES RELATIONS ENTRE LE PAYSAGE ET LA GESTION DES RISQUES NATURELS ET URBAINS 13A- Informer les riverains du Paillon ouvert sur les éventuels risques liés aux inondations AXE 14 - VALORISER LES ESPACES NATURELS ET AGRICOLES PÉRIURBAINS 14A- Mettre en valeur les traces du passé agraire de la vallée • les calvaires et la chapelle St Pierre, • les lotissements et jardins des pieds de colline • l’Ariane un ancien quartier de terrains maraîchers et de vergers dont il subsiste des traces 14B- Mettre en valeur les produits agricoles en provenance de l’Arrière pays sur des marchés et des lieux d’échange • dans les divers quartiers du Paillon en complément du marché du cours Saleya • créer des synergies entre les jardins familiaux et les agriculteurs, les associations liées aux jardins et aux cultures

12B- Créer une signalétique le long du Paillon ouvert avec des informations sur l’eau vive, les milieux et les risques naturels liés aux inondations

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

158


aysage

PPaysage

L a P l a i n e d e Ni c e

Diagnostic

lan

5-

Situation L’entité paysagère la plaine de Nice est inscrite entre le rivage, et les collines. Elle est limitrophe à la vallée du Var à l’ouest et au Paillon à l’est.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

159


aysage

PPaysage

L a P l a i n e d e Ni c e

lan

5-

Présentation

Diagnostic

Cette entité se perçoit comme un vaste ensemble urbain plutôt homogène qui, vu des hauteurs apparaît telle une nappe bâtie traversée d’est en ouest par le chemin de fer et la voie rapide. Cette voie crée une coupure spatiale lorsqu’elle est au niveau du pied des collines. Dès qu’elle passe au niveau du velum des toitures, elle crée un effet de porte.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

160


Cette entité paysagère rassemble la ville Belle Epoque et la ville moderne qui se sont développées entre le rivage et le pied des collines. Cette entité urbaine est à la fois, dense, riche en patrimoine bâti, structurée tout en étant encore en évolution du côté de l’aéroport avec la construction des quartiers d’affaires, d’hôtels de luxe, etc.

lan

aysage

PPaysage

Entité 5 : La Plaine de Nice

5b

Diagnostic

Un paysage urbain tramé.

5a

Les différents quartiers de la plaine de Nice

���

Les Collines

��� ���

Cimiez

���

Place Gal

��� �� � ������

de Gaulle ���

����

����

����

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

����

����

161


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

Les motifs paysagers Entité 5 : La Plaine de Nice A- La ville Belle Epoque

B- La ville moderne des quartiers nord

Le paysage d’un urbanisme végétal.

Des avenues et des boulevards sans plantations.

Les impasses au pied des collines.

Un paysage urbain ordonné et unifié.

La voie rapide, une coupure dans le paysage urbain, une cicatrice paysagère.

Des jardins sud ouverts sur la rue.

Des jardins privés en coeur d’îlot.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

162


Entité 5 : La Plaine de Nice

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Atouts

Thème 1 • La ville offre des perspectives intéressantes dans le sens nord et sud : les reliefs du mont Chauve, des collines, et des monts d’un côté, la mer et ses reflets d’argent de l’autre.

• Une entrée de ville par l’A8 à Nice nord est en cours d’amélioration grâce au projet de la gare terminus du tramway conçu par l’architecte Marc Barani. • Une arrivée dans la ville est constituée par le chemin de fer à la gare Thiers et à la gare du Sud. Ces deux places vont faire l’objet d’une requalification ; le projet de la nouvelle mairie dans la halle des voyageurs de l’ancienne gare du Sud est un projet associé au tramway qui dynamise tout un quartier.

• La voie du chemin de fer de Provence constitue un parcours et une arrivée singulière dans la ville au pied des collines.

• Les grands travaux du tramway ont permis aux piétons de découvrir de « nouvelle rues » situées hors des sentiers battus et dont l’attractivité peut être renforcée.

• La voie Mathis offre une vision étrange et singulière de la ville perçue au-dessus des toits.

• De plus des parcours piéton jalonnent à travers la ville.

Thème 2 • Cette plaine de Nice est le lieu de création du modèle de la ville parc du Consiglio d’Ornato. Dans la ville constituée, elle présente un ensemble urbain remarquable tant d’un point de vue architectural que paysager. La notion de ville parc est directement perceptible le long des grands boulevards et avenues contre-plantés ainsi que dans les quartiers plus tranquilles des villas et immeubles bourgeois. La trame verte est composée d’alignements, de jardins sur rue, de squares mais aussi d’un ensemble de petits espaces publics plantés aux angle des rues : petits terre-plein planté ou arbre isolé qui ponctuent la maille urbaine.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

163


Entité 5 : La Plaine de Nice

lan

aysage

PPaysage

Les Atouts

C’est un morceau de ville destiné à la promenade, à la villégiature qui

Diagnostic

s’est adapté aux contraintes de la vie moderne.

• L’ensemble des jardins privés déclinent une palette végétale exotique et méditerranéenne très diversifiée et possède de beaux spécimens arborés. Cette palette identifie Nice et les jardins de la Côte d’Azur. Le palmier joue un rôle majeur associés aux autres essences (agrume, jasmin, bougainvilliers…)

Thème 4 • La ville est ponctuée de petites places reliées par des grands axes (avenue Victor Hugo, avenue Dubouchage, avenue Jean Médecin, avenue Malausséna, avenue Gambetta, boulevard de Cessole, boulevard Carabacel), qui structurent le centre urbain. • La plupart des espaces majeurs sont à l’interface entre la plaine de Nice et de la vallée du Paillon : le Paillon couvert et les boulevards qui l’encadrent, la place Massena qui réunit la vieille ville à la «ville neuve».

Thème 3 • Les espaces publics conçus par l’urbanisme végétal du Consiglio d’Ornato sont de qualité et donnent une identité forte à cette ville.

• Les travaux du tramway donnent à la plaine un nouveau visage dans les espaces publics le long du passage de la ligne du tramway.

• Les places qui font parvis devant les deux gares (Thiers et gare du Sud) sont deux clés de la maille urbaine, tout comme les grands sites squares (Alsace-Lorraine, Wilson, Vœu, Indochine) qui marquent la trame verte. • L’ensemble des anciennes belles demeures installées entre la promenade et la ville sont devenus des lieux significatifs à partir du moment ou ils ont été achetés par la collectivité, afin de les transformer en lieux de culture, d’achitectre ou de musée.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

164


Entité 5 : La Plaine de Nice

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Faiblesses

Thème 1 • La place du piéton et du vélo n’est pas encore bien acquise dans les rues de la ville trop envahie par les véhicules à moteur. La vitesse reste un souci constant, le long des grandes axes.

• Les parcours alternatifs (passages, ruelles, …) ne sont pas assez mis en valeur et signalés pour être plus fréquentés par les piétons.

Thème 2 • Le patrimoine arboré privé et public est vieillissant et parfois la proie d’attaques phytosanitaires comme le papillon sur le palmier.

• Un grand nombre de jardins privés sont mal entretenus faute de conseils, de finances ou de savoir faire et d’envies.

• Les reculs jardinés sont souvent grignotés par le minéral, parfois même inexistants car transformés en parking.

• Des cœurs d’îlot jardinés sont étouffés par trop de dalles parking, de stationnements. • Des squares désuets ou vieillissants qui n’ont pas encore été réhabilités.

• Des squares à destination des personnes âgés et des jeux pour les enfants. Absence d’activités ou de structures pour les adolescents qui n’ont pas leur place et créent des conflits avec les autres usagers.

• Manque de grands espaces récréatifs au cœur de la ville.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

165


Entité 5 : La Plaine de Nice

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Faiblesses

Thème 3

Thème 4

• La maille des quartiers nord est moins paysagère, bâtie plus tard par d’autres acteurs de la ville, elle souffre un peu d’un relâchement des règles et du tracé.

• Certains grands axes de la maille urbaine telle l’avenue Victor Hugo, ne se terminent pas ou se terminent sur « rien ». L’avenue des Fleurs qui prolonge l’avenue Victor Hugo n’a pas le même gabarit, ni la même présence végétale et aboutit sur le boulevard Grosso. On perçoit comme un manque de finition dans le tracé, un manque d’espace de transition avec des places, placettes pour joindre ou relier les intersections, place, placettes à la jonction ou l’intersection des grands axes.

• Les espaces publics pourraient être rendus plus confortables, car l’espace est envahi soit par les automobilistes soit par les mobiliers en tout genre qui gênent le piéton. La circulation et le stationnement des véhicules sur la voie publique arrivent à saturation créant des nuisances pour tous les usagers de la ville.

• L’éclairage d’une majorité des rues est en sodium orange ce qui confère à l’espace une ambiance plus routière qu’urbaine. De plus l’uniformisation de l’éclairage banalise les lieux la nuit en gommant les particularités des espaces visibles le jour.

• La voie Mathis reste une cicatrice dans le tissu urbain hérité du

• En dehors des grands axes et des grands espaces majeurs concentrés dans la ville construite à la Belle Epoque, la plaine des quartiers Nord ne présente pas de grands espaces majeurs. Les avenues et les boulevards n’ont pas été aussi rigoureusement bâtis avec les mêmes règles que celles de la ville parc.

XIXème siècle. Elle crée un nombre important de nuisances pour les riverains ainsi que des délaissés dans l’espace public.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

166


Entité 5 : La Plaine de Nice

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Dynamiques

La partie sud de la ville a été

Après la seconde guerre mondiale,

bâtie en grande partie à la Belle Epoque le long des grands axes structurants. Elle s’est densifiée et constituée selon l’urbanisme du Consiglio d’Ornato qui a mis en œuvre un urbanisme végétal qui donne à la ville son caractère de « ville parc ».

l’urbanisme fonctionnel et l’architecture rationnelle des grands ensembles marquent le paysage de ces quartiers, oubliant les jardins au profit des espaces verts, des grands espaces sur dalles.

La ville est provisoirement limitée au Nord par la nouvelle ligne de chemin de fer qui dépose les voyageurs à la Gare Thiers. La ville contemporaine s’étend au-delà des voies.

La partie nord de la ville s’est La plaine de Nice au niveau de la gare centrale

développée au XXème siècle, selon une planification qui, bien que basée sur l’idée de la trame, ne respecte plus aussi rigoureusement les règles qui avaient été appliquées systématiquement dans la partie sud de la ville. L’héritage du Consiglio d’Ornato s’effrite, la ville s’appauvrit en terme d’embellissement, d’art urbain, de valeur d’usage. L’urbanisme végétal n’est plus aussi présent.

Aujourd’hui la plaine de Nice se renouvelle sur son existant par les grands travaux (création du tramway, élargissement de la voie Mathis, réhabilitation des grands espaces publics, projet nouvelle mairie…), par les opérations de rénovation urbaine dans les grands ensembles, par des opérations d’amélioration du cadre de vie, de l’habitat et des petits espaces publics (rénovation de jardins, ravalements de façades, constructions nouvelles de logements, d’équipements ciblés par quartiers, par îlots…).

La plaine de Nice aborde les problématiques de la ville qui se reconstruit sur elle même comme dans tous les centres urbains denses, qui bâtissent leur identité entre mémoire et avenir.

Le Plan Cornudet de 1926 renoue avec l’urbanisme niçois hérité de la Renaissance pour retrouver moyennant des altérations, les concepts de la ville-jardin. Il développe les quartiers de SaintBarthélémy, Saint-Maurice, SaintSylvestre.

La plaine de Nice entre les collines, la ville moderne et les quartiers Nord

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

167


Entité 5 : La Plaine de Nice

lan

aysage

PPaysage

Synthèse des entretiens avec le C.T.

Synthèse des entretiens avec le Comité Technique Cette partie de la réunion a surtout traité du rôle paysager des voiries et des infrastructures en ville :

Diagnostic

1- Art urbain et parcours paysagers alternatifs • En zone UA les marges de recul sont imposées et leur traitement doit être à dominante de jardin • Il semble intéressant de maintenir cette marge de recul et de lui porter un intérêt particulier sur un axe Est-Ouest reliant la Colline du Château au parc SaintPhilippe en passant par Dubouchage, Victor Hugo • Or cet axe croise le U du tramway sur lequel une réflexion est déjà engagée pour intégrer l’art urbain à l’espace public • Ce croisement serait notamment l’occasion de développer un parcours paysager et culturel le long de cet axe des « jardins et musées » qui relie les monts et les collines par le cœur de ville

• De plus, la réhabilitation ou la mise en valeur de parcours nord-sud reliant le rivage et la colline de Cimiez à ce nouvel axe, permettrait de répondre à l’un des objectifs de la politique touristique et culturelle qui consiste à diffuser les flux touristiques vers d’autres zones que le vieux Nice, la promenade des Anglais et Cimiez

• De plus, aménager les carrefours avec les descentes des collines est essentiel à la création de liens entre la plaine et le rivage : Magnan, Gambetta, La Lanterne... 2- Voie ferrée et voie Mathis • L’une des idées réside en la mise en place d’une station du train des Pignes qui desservirait le parc d’Estienne d’Orves, parc St-Philippe... • Le traitement paysager de la voie Mathis (et ce, malgré l’étude paysagère dont la voie fait l’objet) est emblématique de ce qui doit être évité dans le quartier des Abattoirs : • Le traitement paysager doit faire partie intégrante de l’élaboration du projet et non venir comme correctif du paysage après coup • La réflexion sur le franchissement de la voie en question passe notamment par la possibilité de couverture de la voie ferrée lorsqu’elle est en déblai

3- Réhabilitation des espaces publics • Enfin la mise ne place d’un « plan d’embellissement » permet la coordination des services (espaces verts, voiries espaces publics, stationnement) pour le choix des espaces à réhabiliter chaque année et le choix des matériaux, mobiliers, lumières…en vue de concrétiser un projet cohérent. • Ce plan sera mis en œuvre de façon privilégiée sur Riquier, Cessole et Magnan • Le boulevard Gambetta nécessiterait un projet de réhabilitation

• Dans la même optique, la maison de l’environnement travaille en collaboration avec l’office du tourisme à des boucles de découverte de la ville, réhabilitant notamment les sentiers collinaires

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

168


aysage

PPaysage

Entité 5 : La Plaine de Nice ���������������� ��������������������������������������������������

���������������� �������������������������������������������������������������

����������������������������� �������������������������� ������������������������������� ������������������

���������������������������������� ���������������������������������� ������������������������

����������������������������� �������������� ������������������������������������ ��������������������������������� ����������������������������������� ����������������������� ������������������������������ ��������������������������

Diagnostic

lan

Les Enjeux

����������������������������� �������������������������������������� ������������������������������������� ����������������������������

������������������������� ������������������������������� ��������

������������������������������� ������������������������������������

����������������������������� ����������������������������� ���������������������������� ���������������������������� ��������������������������������

���������������������������� ���������

���������������������������� ���������������������������� ��������������������������������� ���������������

��������������������������� ���������������������������������� ���������������������������� �������������������������� �������������������������������

������������������������������� ������������������ ��������������������� �������������������������� ��������������������������� ������������������������������� ������������������������� ��������������

�������������������� �����������������

������������������������� ��������������������

����������������

������������� ����������

��������������������� �������

���������� ���������

�������������������������������� ������������������������������ ���������������������������������� �������������������������

������������������������������������ ���������������������������������

������������������������������������������������

��������������������������������� ������������������������������

��������������������������������������� ���������������������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

169


aysage

PPaysage

Entité 5 : La Plaine de Nice ���������������� ����������������������������������������������������������������������

Les enjeux et les pistes d’action ���������������������������������� ������������������������������� ��������������������������

THÈME 1 - LA PERCEPTION ET LA DÉCOUVERTE DES PAYSAGES NICOIS AXE 1 - LES ENTRÉES DE VILLE

����������������������������������� ������������������������������������ ���������������������������������� ��������������������������������� ��������������������������������������� ��������������������������������������

��������������������������������� ������������������������������ ������������������������� �����������������������������������

Diagnostic

lan

Les Enjeux

����������������������������������� �������������������������������� ����������������������������������� ���������������������������� ����������������������������������� ����������������������

������������������������������� ����������������������������������� ��������������������������������

����������������������������������� ���������������������������

������������������������������ �������������������������������� ������������

1A- Valoriser l’entrée dans la plaine de Nice entrée /sortie sur l’A8 Nice Nord en balcon sur la ville • en requalifiant les grands boulevards et avenues descendantes qui mènent à la mer : Cessole, Raynaud et Borriglione AXE 2 - VALORISER LES POINTS DE VUE, LES BELVÉDÈRES & LES PANORAMAS 2A- Valoriser la traversée de Nice par la voie Mathis qui offre un point de vue particulier sur les toits de la ville • en signalant les repères et les lieux traversés • en maîtrisant la gestion des réseaux aériens qui brouillent l’horizon AXE 3 - FAVORISER LES PROMENADES, LES PARCOURS DE DÉCOUVERTES THÉMATIQUES 3A- Requalifier les grands boulevards et avenues structurantes qui ne sont pas concernés par les travaux du tramway • Gambetta, Cessole, Raynaud, Borriglione, Garnier, Dubouchage, Victor Hugo, Carabacel 3B- Requalifier la ligne du chemin de fer de Provence comme promenade à travers la ville • en aménageant les abords, en valorisant les stations, en réhabilitant la nouvelle gare du sud 3C- Créer un réseau de chemins piétons et vélos associés à des itinéraires de découvertes thématiques des quartiers • en instaurant des « itinéraires bis » pour les vélos et les piétons hors des grands axes de circulation, à travers des rues calmes , des « zones 30 », en valorisant des pôles touristiques culturels et commerciaux des grands boulevards : Dubouchage -Victor Hugo, les beaux immeubles et les galeries d’art 3D- Requalifier les rues piétonnes de l’hyper centre • en optimisant le stationnement des deux roues place Magenta, en rénovant le revêtement de sol, le mobilier

����������������������������� ����������������������������������

����������������������������������� ����������������������������������������

������������������������ ����������

������������������������������������������ ��������������������������������������������

3E- Introduire les véhicules électriques ou des moyens de déplacement adaptés dans le centre ville avec des espaces de stationnements / d’échanges autour des gares et de points stratégiques • pour désengorger le centre ville • faciliter les déplacements privés, sans polluer et en évitant les bruits • pour diminuer la place et l’espace utilisé par des véhicules standards

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

170


Entité 5 : La Plaine de Nice

Diagnostic

lan

aysage

PPaysage

Les Enjeux

THÈME 2 - LA QUALIFICATION DE LA VILLE ET DU CADRE DE VIE PAR LE VÉGÉTAL AXE 4 - PERENNISER L’ESPRIT DE LA VILLE PARC ET LA PLACE DU VÉGÉTAL DANS LES PLANS D’URBANISME 4A- Inciter à la valorisation et la restauration des espaces jardinés privés et les alignements de la ville parc • en restaurant les jardins devant les immeubles boulevards Victor Hugo, Dubouchage, Garnier, avenue Depoilly, avenue Comba, avenue Mal Foch, avenue Mirabeau…, • les petites rues et voies villas : rue Theuriet 4B- Réhabiliter un ensemble de petits espaces jardinés résiduels de croisements de rues, de tracés viaires pour consolider la trame verte et rafraîchir des petits jardins de quartier pour faire renaître leur charme • jardins le long de la voie rapide, petits espaces du quartier Vernier, de l’avenue Thiers, les squares situés entre la voie Mathis et la Promenade des Anglais (Sq. P. Rocher, SQ. du Général Ferrié, Sq.Félix Ziem), le fauxpoivrier du jardin Jean Ibert, les palmiers du Square Colonnel Jean Pierre 4C- Réaménager certaines places oubliées ou parvis d’église de quartier • comme la place Jeanne d’Arc, parvis de St-Pierre d’Arène, la place Toseli 4D-Traiter des « points noirs » de la ville liés au passage de la voie Mathis • en aménageant des délaissés de la voie Mathis, les sous faces et abords de l’ouvrage • en rénovant les passages en tunnel pour les rendre plus accueillant et plus sécurisant pour les piétons

AXE 5 - DÉFINIR DES PALETTES VÉGÉTALES DE RÉFÉRENCE 5A- Remettre à jour la palette liée au recul et au retrait jardiné pour associer les essences aux existantes dans les espaces privés pour composer des associations végétales AXE 6 - CRÉER DE NOUVEAUX PARCS ET JARDINS 6A- Créer un jardin devant l’église russe et aménager l’allée d’accès au monument 6B- Créer des petits jardins sur des placettes, dans des cours, des « dents creuses », des espaces résiduels pour le pique-nique de midi des employés de bureaux et commerces des quartiers de l’hyper centre • place Eugène Mô, place de la Croix de Marbre, avenue Gustave V

THÈME 3 - LA RECHERCHE DE LA CONVIVIALITÉ ET DU CONFORT DANS LES ESPACES PUBLICS AXE 8 - RECHERCHER LA SENSORIALITÉ ET LE BIEN-ÊTRE DANS LES ESPACES PUBLICS 8A- Favoriser une gestion concertée de la propreté des espaces publics pour inciter leur utilisation dans les déplacements piétons 8B- Favoriser la concertation et l’adaptation des gestions concernant le mobilier urbain pour éviter la multiplication des informations et des signes et les effets catalogue de mobilier

AXE 9 - COMPOSER AVEC L’EAU ET LES FONTAINES

6C- Créer des terrains de sport de proximité dans des petits espaces résiduels • le long de la voie rapide : rue de l’abbé Grégoire, au carrefour Gambetta Garnier

9A- Mettre en valeur les fontaines situées dans les espaces stratégiques pour qualifier les espaces publics proches

AXE 7 - LES JARDINS ET LES PAYSAGES, DES LIEUX ET DES OUTILS POUR COMMUNIQUER ET SENSIBILISER LES USAGERS

10A- Créer une fresque, un événement artistique le long du mur de la SNCF avenue Thiers entre le bd Gambetta et l’hôtel Ibis

7A- Sensibiliser les riverains et les propriétaires des jardins situés en retrait jardiné sur la gestion et le suivi qualitatif des essences et des espaces

AXE 11 - LA LUMIÈRE ET L’OMBRE, RYTHMES, MISE EN SCENE ET GESTION

AXE 10 - INTÉGRER L’ART ET L’ÉVÉNEMENT DANS LA VILLE

11A- Etudier une scénographie lumière le long de la voie Mathis AXE 12 - DÉFINIR ET IMPLANTER LE MOBILIER ET LA SIGNALÉTIQUE 12A- Adopter un mobilier simple et identitaire pour la ville Belle Epoque 12B- Mettre en place un mobilier simple et résistant (vandalisme et tags) dans les quartiers des grands ensembles

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

171


aysage

PPaaysage ysage

L e R i v a g e , l a Ba i e d e s A n g e s

lan

6-

Situation L’entité paysagère du rivage s’insère entre la façade bâtie de la promenade des Anglais et la plage. Elle se prolonge le long du pied de la colline du château, en longeant Rauba Capeu. Elle se tourne en direction du Port et du Cap de Nice, puis emprunte le boulevard Materlinck/ Grace de Monaco, en contournant le flanc escarpé du mont Boron vers Villefranche.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

172


aysage

PPaaysage ysage

L e R i v a g e , l a Ba i e d e s A n g e s

lan

6-

Présentation Cette entité est caractérisée par la rencontre entre la mer et la plaine. Elle est comprise entre l’aéroport et la rade de Villefranche. Cette entité offre de magnifiques panoramas sur l’horzon marin, ainsi que sur le mont Boron, les silhouettes lointaines des monts de la Riviera, ainsi que sur la façade maritime et patrimoniale de la ville. Elle présente 3 facettes différentes qui constituent des Sous-entités : 1- La promenade des Anglais 2- Rauba Capeu, le port et le bassin Lympia 3- Le Cap de Nice.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

173


Cette entité qui se profile entre la façade bâtie de la promenade des Anglais, le port et le Cap de Nice représente l’interface avec la mer et l’horizon. Cette entité représente à la fois l’image de marque de la ville, tout en étant un lieu de plaisirs à la belle saison.

Diagnostic

lan

aysage

PPaaysage ysage

Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

2- Rauba Capeu, Le port et le bassin Lympia 1- Le rivage, la Baie des Anges 3- Le Cap de Nice

Un paysage d’horizon. Un paysage toujours en mouvement. Un lieu de plaisir.

��� ��� ��� ��� ��� ��� ��� ��� � ������

���

����

����

����

����

����

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

����

����

����

174


aysage

PPaaysage ysage lan

Les motifs paysagers Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges A- Liés aux éléments naturels

B- Liés aux éléments d’infrastructures et au bâti

La plage de galets, le contact avec la mer.

La promenade, un espace “libre” et ouvert sur l’horizon.

Le mobilier asocié à la plage, les pergolas...

La façade maritime, l’image de marque de la ville.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

La promenade plantée de palmiers, l’image paysagère de la façade maritime.

Les fanions ou les drapeaux, un jeu entre la couleur et l’air.

175


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

Diagnostic

lan

aysage

PPaaysage ysage

Les Atouts

Thème 1 • Les entrées dans Nice par le rivage constituent les plus belles entrées à la fois, les plus emblématiques, les plus spectaculaires. Elles mettent en scène le paysage maritime de la ville qui offre une façade baignée de lumières, de couleurs. L’entrée par le cap de Nice offre une vue remarquable sur la baie des Anges et la cité. L’entrée par la promenade des Anglais plonge le promeneur dans l’ambiance de la Côte d’Azur, le bleu de la mer et du ciel, les palmiers, le mobilier blanc des plages et du promenoir, les chaises bleues et les façades extravagantes, diversifiées, stylées du front de mer, l’architecture balnéaire des hôtels, des palaces, des résidences.

• Le rivage est un spectacle sur l’eau, sur la plage et sur la promenade littorale, sans cesse renouvelé au gré des saisons, des fêtes, des évènements. Il est le lieu d’attraction de tous les Niçois et des visiteurs, vacanciers, touristes. Toutes les promenades dans Nice commencent ou finissent sur le rivage. L’accès au rivage depuis les quartiers intérieurs est essentiel. • Depuis la pointe de Rauba capeu et le cap de Nice, le regard s’oriente vers les reliefs pour percevoir les Alpes au loin. Plus près, les collines et les monts encerclent la ville. Le site de Nice se découvre dans toute son ampleur. Le sentier du littoral récemment aménagé est un lieu de promenade privilégié .

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

176


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

lan

aysage

PPaaysage ysage

Les Atouts

Thème 2 : • La ville parc possède une façade maritime qui à sa naissance était moins

construite qu’aujourd’hui. Il n’en reste pas moins quelques beaux jardins qui regardent la mer derrière les grilles de belles demeures ou de parcs publics.

Diagnostic

• Les reculs jardinés sont présents le long de la promenade des Anglais, même s’ils sont moins marqué par endroits, il restent perceptibles • Les plantations de la promenade des Anglais constituent un jardin linéaire fort agréable et le palmier qui domine s’impose comme l’emblème de Nice et de la Côte d’Azur.

Thème 3 : • La vie le long du rivage est singulière faite d’un mélange de vie active et de vie contemplative, d’un mélange de Niçois et de touristes, de gens habillés et de gens en maillot de bain, de gens riches habitant dans les palaces et de gens plus pauvres venus se divertir. L’espace public est ouvert à tous, multifonctionnel.

• L’espace de la promenade des Anglais est vaste, il permet de multiples activités, la cohabitation de différents modes de transport, de différents usagers.

• En terme de mobilier, les pergolas et les chaises bleues sont les emblèmes de la promenade des Anglais. • Au niveau de l’éclairage public, les luminaires existants soulignent bien la courbe de la baie par un « collier » de boules lumineuses. Certains grands bâtiments de prestige (hôtels, palaces) ont réalisé des illumination de façade qui accompagnent l’éclairage de la voie. En période de fête, les guirlandes lumineuses qui décorent les palmiers de la promenade et les pins du jardin Albert 1er apportent une touche artistique, ludique, de paillettes à l’espace nocturne qui est complété par les enseignes lumineuses des casinos et terrasses de la promenade.

Thème 4 : • La promenade des Anglais le long de la Baie des Anges , espace majeur et emblématique de Nice, est célèbre dans le monde entier.

• La réhabilitation en cours du Port de Carras est un nouveau lieu majeur du rivage qui peut être un pôle attractif car il s’inscrit dans la continuité de la promenade.

• Le quai des Ponchettes et le quai des Etats Unis constituent la seule façade de la vieille ville sur la mer.

de mer, du soleil, les rochers ou les galets, le vent ou la pluie. L’horizon marin élargit l’espace urbain aux éléments naturels, à un infini.

• Le réaménagement récent de la pointe de Rauba capeu a fait de ce site un lieu très fréquenté et très apprécié des Niçois et des promeneurs en créant le lien entre la promenade des Anglais et le port.

• La plage de Nice est un vaste espace récréatif. Eté comme hiver, elle offre

• Le port de Nice reste un lieu emblématique de la ville, premier port de

• Dans cet espace très urbain, le contact avec la nature est direct avec l’eau

des plaisirs variés que le corps recherche pour son bien-être.

• Cet espace largement ouvert reste une attraction forte pour l’ensemble

croisière en France, il accueille de grands navires qui font escale, ainsi que les navettes quotidiennes pour la Corse et l’Italie.

des visiteurs.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

177


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

Diagnostic

lan

aysage

PPaaysage ysage

Les Faiblesses

Thème 1

Thème 2

• L’automobile est toujours trop présente sur le rivage. La promenade des

• Les reculs jardinés de la promenade ont parfois été réduits à quelques arbres

Anglais à deux fois 3 ou 4 voies est une véritable autoroute urbaine malgré la réduction de vitesse imposée.

isolés sur un dallage comme devant l’hôtel Radisson ou à un simple dallage comme devant le Palais de la Méditerranée, appauvrissant de fait, l’espace privé et l’espace public au profit d’une fonctionnalité réductrice.

• Elle est également présente en permanence sur les quais du bassin Lympia au port et le long du boulevard Franck Pilatte, privant les piétons et les vélos d’espaces pour circuler, se croiser et se promener tranquillement. • Le long du rivage constitué en vaste promenade de plus de 5 km de long, le parcours est discontinu entre le port et le sentier du littoral.

• Les plantations de la promenade des Anglais ne bénéficient pas d’un espace de plantation suffisamment généreux pour garantir une longue vie aux palmiers. Cette réduction spatiale pose un problème d’écologie urbaine.

• Les pittosporums du boulevard Franck Pilatte sont fragiles et peu mis en valeur.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

178


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

Diagnostic

lan

aysage

PPaaysage ysage

Les Faiblesses

Thème 3

Thème 4

• Le boulevard Franck Pilatte nécessiterait une mise en valeur, pour mieux apprécier la situation et les panoramas.

• Les façades de la première partie de la promenade des Anglais en venant de l’aéroport ne sont pas valorisantes, l’architecture et l’état des bâtiments ne sont pas toujours à la hauteur du lieu qu’elles bordent.

• Les mobiliers utilitaires (kiosques, abri bus) ne sont pas représentatifs de l’esprit de la promenade des Anglais.

• La nuit, la plage est laissée dans le noir ce qui peut être parfois une source d’insécurité. • La promenade des Anglais n’est pas homogène du Paillon à Carras ce qui crée des

• Les traversées ou croisements de la promenade avec les rues débouchant des sorties des vallons pourraient être mieux aménagés, comme des portes entre le rivage et les collines.

discontinuités dans l’aménagement (dimensions, sols, éclairages, mobilier…)

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

179


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

lan

aysage

PPaaysage ysage

Les Dynamiques

Le rivage est le lieu de la rencontre entre la mer et la terre, entre l’étendue maritime et le littoral. Le rivage, la Baie des Anges et symbolise le paysage emblématique de la Côte d’Azur, celui que le touriste perçoit et vient découvrir en premier. Qu’il arrive par la mer, par les airs ou par la terre, le voyageur est attiré naturellement par les reflets de la mer, le bleu de l’azur, le soleil du Midi, et par les couleurs, les lumières, les gens et les attractions de la façade maritime de Nice.

Diagnostic

Jusqu’au XVIIème siècle, Nice était murée dans ses remparts et dominait du haut de la colline du Château les terres sauvages sur le littoral et rurales dans le pays et l’arrière-pays. C’est au

XVIIIème siècle que les riches aristocrates britanniques et français qui venaient passer l’hiver sur les rivages allant de Hyères à Bordighera en Italie, ont inventé la « Côte d’Azur » et Nice « capitale d’hiver », Nice est devenue rapidement une ville de la villégiature. Après 1930 le tourisme de masse et l’urbanisation intensive vont transformer Nice en métropole, la cinquième de France. L’attrait du rivage et du climat méditerranéen sont à l’origine de la construction de la promenade des Anglais, du développement rapide de la ville et de sa vitalité constante.

Au fur et à mesure de son extension, la ville s’est étendue à l’ouest du Paillon et a grignoté de l’espace sur la mer en construisant la promenade des Anglais, puis l’aéroport. A l’Est l’espace était

plus restreint entre la pointe de Rauba Capeu et le cap de Nice. Les équipements liés au commerce (le port), au tourisme (hôtels, restaurants, résidences) et aux loisirs de la mer (club nautique, bains, sentier littoral) se sont développés et structurent aujourd’hui la façade maritime.

L’arrivée des automobiles et l’accroissement du trafic ont progressivement changé l’image de la promenade des Anglais qui du promenoir galant de la Belle Epoque, bordée de belles villas et de grands hôtels, est devenue une promenade urbaine bâtie de grands immeubles aux hôtels d’architectures balnéaires. Celieu est devenu par conséquent très prisé par la masse des touristes, des Niçois et le flot des voitures. L’espace du rivage est un espace protégé par les règlements d’urbanisme, de protection des monuments, un espace en mouvement sans cesse renouvelé par les activités, les fêtes, les divers projets. L’aménagement du port de Carras est un élément récent de redynamisation de la partie ouest de la promenade qui s’accompagne de la réhabilitation successive des belles façades.

Au niveau de l’espace public, on constate une diminution La Promenade depuis Carras vers l’avenue de Bellet

constante des terre-pleins plantés au détriment des plantes et au profit des voitures, ainsi qu’un élargissement du promenoir côté plage grâce à la diminution des espaces de stationnement.

De l’avenue de Bellet vers les jardins Albert 1er

La colline du Château, le port et le Cap de Nice

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

180


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

Diagnostic

lan

aysage

PPaaysage ysage

Synthèse des entretiens avec le C.T.

Synthèse des entretiens avec le Comité Technique

• En effet, ce nouveau pôle d’attraction permet d’envisager, d’étirer les aménagements et les animations qui sont actuellement concentrées autour du Jardin Albert 1er

1- La promenade des Anglais - plantations et animations

• D’autant que le Carnaval sera désormais installé sur la promenade pendant la construction du Tramway, dans l’ avenue Jean Médecin

• La ville-parc s’étend aussi sur la promenade des Anglais. La plantation continue

• Le quartier des Ponchettes est concerné par le réaménagement de la cité du Parc (derrière les Ponchettes)

des différentes essences végétales est un élément à préserver, malgré les difficultés rencontrées pour l’entretien des pelouses et des palmiers

(Par conséquent, il est souhaitable que les pelouses ne soient pas enlevées) On note quand même une contradiction dans la gestion concernant l’arrosage entre la pelouse nécessitant une grosse quantité d’eau et le palmier qui est adapté à la sècheresse.

• L’association végétale avec le chêne vert au niveau du quai des Etats-Unis est un

• Étudier la possibilité d’aménager les terrasses pour développer les promenades sur les toits en bord de mer, même si cela peut paraître difficile car il s’agit d’espaces privés pour la plupart des cas 2- Le port

• Le port faisant parti du domaine public de l’Etat, il semble peu probable que la

élément original et intéressant

ville puisse influencer fortement son devenir. (En particulier, concernant le projet du terminal passager)

• Pour accompagner le projet de réduction de la circulation automobile sur la

• Les projets communaux ne concernent donc que les quartiers environnants

promenade des Anglais, il est nécessaire de prévoir un élargissement du terreplein central pour des raisons écologiques concernant le maintien des arbres dans l’espace urbain

• Les animations sont trop souvent concentrées sur la promenade des Arts, ce qui

• Concernant la proposition d’enlever les platanes, sur la place de l’Île de Beauté pour les remplacer par d’autres essences végétales, l’accueil du Comité Technique reste très mitigé, car celui-ci opte plutôt en faveur de leur préservation

entraîne un manque de place pour les autres manifestations

• Le port pourrait par exemple accueillir le marché des livres, et la promenade des Arts pourrait être étendue vers la promenade des Anglais

• La mise en valeur du Port de Carras est un atout majeur dans la réflexion sur la

3- Le rivage naturel • À propos de la réflexion sur l’aménagement du sentier littoral, il est préférable de ne pas faire passer à tous prix un sentier, afin de réellement préserver l’espace naturel

valorisation de la promenade des Anglai

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

181


aysage

PPaaysage ysage Diagnostic

lan

Les Enjeux Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges ������������������������������������������������������������������� ��������� ���������������������� ����������������������

��������������������������������������������� ���������������������������������������������� �������������������������������������

���������������������������������������������� ����������������������������������������������� ��������������������������������������������� ��������������������� �������������������������������� ������������������������������������

���������������������������� ��������������������������������������

��������������������������������������������� ����������������������������������������

��������������������������������� ������������������������ ���������������������������

����������������������������������� ��������������������������������������� ���������������������

�������������� ���������

����������������� �����������������

������������������� �����������������������

����������������������������� �������������������������� ������������������������� ��������������������������������

������������������������������ ���������������������

������������������������������������������������������������������������������ �������������������������������������� �������������������������������

���������������������������������������� �������������������������������������������������

���������������������������������������� ����������������������������������� ���������������������

�������������������������������������������� ���������������������������

����������������������������������������

������������������������������������������ �����������������������������������������

�������������������������������������� ���������������������������������������������

�������������������������������������������� ����������������������������������������������� ������������������������������������������������������� �������������������������������������������������� ���������������������������������

����������������������� ���������������

�������������������������������� ����������������������������������

��������������������������� ��������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

��������������������������� ���������������������

182


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

Diagnostic

lan

aysage

PPaaysage ysage

Les Enjeux

���������������������������������������������������������������������������������������

�������������������������� ������������������������������� ��������������������������������������������������

��������������������������������������������������

������������������������������������������ �������������������� �����������������������������������������

��������������������������������

����������������������������������������� ������������������������������ �������������������

������������������������������������ ��������������������������������������

����������������������������������

������������������������������ ����������������������������

���������������������

������������ �������������

������������������������

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

�����������������

183


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

Diagnostic

lan

aysage

PPaaysage ysage

Les Enjeux

Les enjeux et les pistes d’action THÈME 1 -LA PERCEPTION & LA DECOUVERTE DES PAYSAGES NIÇOIS AXE 1 - LES ENTRÉES DE VILLE 1A- Requalifier les entrées ou sorties de Nice par le rivage • entrée sur la Promenade des Anglais par l’ouest au niveau du port de Carras • entrée sur la corniche inférieure entre la pointe Madame et le Cap de Nice

3B- Aménager la promenade de manière homogène dans toute sa longueur du Jardin Albert 1er au port de Carras • en étirant les aménagements, les plantations, les manifestations en réduisant les voies de circulation et en conservant pour chaque usage, une emprise constante 3C- Aménager les traversées et liaisons vers les quartiers • en marquant les séquences, les traversées, les perspectives sur la mer et sur la ville par des traitements de sol, de lumières, de plantations… 3D- Requalifier la promenade côtière du port au cap de Nice en accord avec les projets de rénovation des équipements portuaires

1B- Valoriser les portes maritimes de Nice • le port et le bassin Lympia en liaison avec la place de l’Île de Beauté • le port abri de Carras en liaison avec la promenade des Anglais

THÈME 2 - LA QUALIFICATION DE LA VILLE ET DU CADRE DE VIE PAR LE VÉGÉTAL

AXE 2 - VALORISER LES POINTS DE VUE, LES BELVÉDÈRES & LES PANORAMAS

AXE 4 - PERENNISER L’ESPRIT DE LA VILLE PARC ET LA PLACE DU VÉGÉTAL DANS LES PLANS D’URBANISME

2A- Valoriser les points de vue et panoramas sur la mer et sur la ville • le cap de Nice, la jetée du port, le port de Carras

4A- Protéger et valoriser les arbres de la Promenade des Anglais en leur redonnant plus d’espace vital • en agrandissant l’emprise du terre plein central et en complétant les plantations de palmiers et autres végétaux emblématiques

2B- Offrir un point de vue exceptionnel sur la baie des Anges, Nice et son écrin de montagnes depuis la mer en créant une liaison maritime estivale pour la traversée de la Baie des Anges entre le port de Carras et le bassin Lympia

4B- Maintenir et restaurer les reculs jardinés le long des façades bâties

AXE 3 - FAVORISER LES PROMENADES, LES PARCOURS DE DÉCOUVERTES THÉMATIQUES

4C- Renforcer l’idée d’une promenade plantée le long du bd Franck Pilatte autour des pittosporums existants • protéger et à associer à d’autres petits arbres des jardins méditerranéens de la Côte d’Azur, des agrumes qui évoquent déjà Menton et la Riviera

3A-Requalifier la promenade des Anglais en différenciant les deux rives • maintenir la grande largeur et améliorer les aménagements de la « rive balnéaire », côté plage dédiée à la déambulation des piétons, vélos, rollers, à la contemplation du paysage maritime, à la plage et aux badauds • réduire les voies de circulation pour élargir la « rive commerciale » côté ville dédiée à la déambulation piétonne le long des terrasses, des palaces, des anciennes demeures et villas, des résidences balnéaires

AXE 6 - CRÉER DE NOUVEAUX PARCS ET JARDINS 6A- Réhabiliter les parcs et les jardins du rivage en créant des liens avec les promenades côtières par des aménagements de voirie, de lumière • pour favoriser les traversées, les liaisons entre promenade au soleil et promenade à l’ombre dans les jardins • pour créer un contre point intéressant : Jardins Félix Raynaud et Théodore de Bainville, Parc Vigier, jardin Albert 1er, jardin du Palais Massena AXE 7 - LES JARDINS ET LES PAYSAGES, DES LIEUX ET DES OUTILS POUR COMMUNIQUER ET SENSIBILISER LES USAGERS 7A- Instaurer un lieu d’échange dans la maison de l’horticulture autour des palmiers

AXE 5 - DÉFINIR DES PALETTES VÉGÉTALES DE RÉFÉRENCE 5A- Autour de la collection du palmier, depuis les petits sujets jusqu’aux grands sujets

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

184


Entité 6 : Le Rivage, la Baie des Anges

Diagnostic

lan

aysage

PPaaysage ysage

Les Enjeux

THÈME 3 - LA RECHERCHE DU CONFORT ET DE LA CONVIVIALITÉ DANS LES ESPACES PUBLICS

THÈME 5 - LE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE ET LE DEVENIR DES PAYSAGES PÉRI URBAINS

AXE 8 - RECHERCHER LA SENSORIALITÉ ET LE BIEN-ÊTRE DANS LES ESPACES PUBLICS

AXE 13 - MAÎTRISER LES RELATIONS ENTRE LE PAYSAGE ET LA GESTION DES RISQUES NATURELS ET URBAINS

8A- Supprimer le stationnement sur les quais du bassin Lympia

13A- Protéger la corniche de la Riviera (falaises Maeterlinck) et préserver ce site naturel exceptionnel de toute dégradation

8B- Prolonger le mobilier tel que les pergolas et les chaises bleues vers Carras et le port pour favoriser la continuité paysagère du rivage AXE 9 - COMPOSER AVEC L’EAU ET LES FONTAINES Cf. enjeu transversal page 74

AXE 14 - VALORISER LES ESPACES NATURELS ET AGRICOLES PÉRI-URBAINS 14A- Utiliser la Promenade des Anglais comme « vitrine » de la campagne niçoise pour des évènements exceptionnels, lors de manifestations promotionnelles, à l’occasion des festivités Noël, Carnaval…

AXE 10 - INTEGRER L’ART ET L’ÉVÉNEMENT DANS LA VILLE 10A- Diffuser les espaces artistiques et événementiels sur l’ensemble de la façade maritime avec des points d’ancrages spécifiques en fonction des lieux (Carras, sortie du Vallon de Magnan, le port, etc.) pour animer et diversifier le rivage AXE 11 - LA LUMIÈRE ET L’OMBRE, RYTHMES, MISE EN SCENE ET GESTION 11A- Maîtriser et gérer la puissance et la consommation d’énergie au niveau de la façade 11B- Qualifier les espaces, mise en valeur scénographique des sites et des façades au lieu de surenchérir sur la puissance des lux AXE 12 - DEFINIR ET IMPLANTER LE MOBILIER ET LA SIGNALÉTIQUE 12A- Maîtriser la multiplication des signes et des informations entre le routier et le commercial (hôtellerie, restaurants, bar, etc.) pour valoriser le paysage urbain

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

185


aysage

PPaysage Diagnostic

lan

IV- Conclusion

Au terme de cette deuxième phase du plan paysage de Nice, une vision claire des dynamiques d’évolution à l’œuvre apparaît dans les paysages. Le bilan des atouts et des faiblesses de chaque entité paysagère permet de cerner les enjeux et d’esquisser les premières pistes d’actions.

En résumé, Nice possède de formidables atouts paysagers liés à sa géographie, à son histoire, à sa culture originale et à sa vitalité :

1- Le climat méditerranéen de la Côte d’Azur ; 2- Le site entre mer et montagne ; 3- La ville parc ; 4- Le flore exotique et méditerranéenne ; 5- Le patrimoine architectural ; 6- Le patrimoine agraire et culinaire ; 7- Les infrastructures de la ville métropole ; 8- La dynamique des pôles universitaires, tertiaires et hospitaliers ; 9- La force de l’économie touristique.

Les dysfonctionnements paysagers observés sont essentiellement liés aux faits suivants :

1- La densification de la ville entraînant une urbanisation croissante sur les espaces occupés traditionnellement par l’agriculture et la forêt entraînant une réduction des espaces cultivés, naturels ou boisés. Des espaces de campagne ou de nature. De plus la déprise agricole accentue les paysages de friche ;

2- L’intensification du trafic automobile occupe toujours plus de place dans la ville au détriment du piéton et des circulations douces ;

3- La voie Mathis constitue une cicatrice urbaine non encore résolue qui transperce la ville de part en part ;

4- Une banalisation des aires périurbaines le long des grands axes routiers au profit de zones d’activités et des zones commerciales brouillent visuellement les entrées de ville dans les vallées du Var et du Paillon et portent atteinte à l’image de marque de la ville ; 5- Un vieillissement du patrimoine arboré de la ville-parc qui nécéssiterait un renouvellement et une bonne gestion des plantations.

Plan Paysage de Nice | Direction de l’Environnement, Mer et Littoral | Locus-Sites Paysages, Mandataire | Août 2005

186

Plan Paysage de Nice  

Plan paysage de la ville de Nice, phase diagnostic.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you