Page 1

DANS CE NUMÉRO : Edito

1

Médicament, pas un

2

produit comme les Le Tarn sous la menace

2 0 1 2 - N ° 1 1

2

P4P pour 3 les pharmaciens?

3

La règle- 3 mentatio n du préparateur

tielles

née?

6

2 0 1 2

Edito La course aux présidentielles est désormais lancée, il était temps pour les candidats de présenter leur programme. Rendez-vous donc page 4 et 5 pour découvrir un résumé des propositions de chacun des partis dans le domaine de la Santé. Vous retrouverez bien entendu les actualités du mois, avec la campagne sur le bon usage du médicament page 2. En page 3, un article sur le projet de P4P (payment for performance) qui devrait rentrer dans le cadre de la

Les élec- 4tions 5 présidenLa France détrô-

M A R S

Bonjour à tous,

des génériques

Le DP à l’hôpital

Revue de presse de l’anepf convention pharmaceutique. Sur cette même page, vous trouverez deux articles supplémentaires, l’un sur la mise en place du Dossier Pharmaceutique (DP) dans les PUI, l’autre sur les règles du préparateur en officine. Enfin, page 6, retrouvez une actualité sur le thème de l’industrie où la France est en passe de ne plus être le premier consommateur mondial de médicaments. Je vous souhaite une très bonne lecture ! Charles DEGUARA VP Relations l’ANEPF

Professionnelles

de

Le bon usage du médicament en campagne Le mois de Mars a vu apparaitre sur les écrans de télévision et la presse nationale une énorme gélule rouge et blanche. Cette nouvelle star est le symbole de la première campagne lancée

par le ministère de la Cette campagne a pour Santé sur le bon usage du but principal de modifier médicament. le comportement des Ainsi, 125 000 affichettes patients et valoriser le ont été adressées aux rôle du médecin et du médecins libéraux, géné- pharmacien. ralistes et spécialistes, (suite page 2) ainsi qu’aux officines.


PAGE

2

« Le médicament n’est pas un produit comme les autres » C’est avec ce slogan que le vendredi 2 mars , le ministère de la Santé a lancé une campane d’information sur le bon usage du médicament. Cette campagne se décline en multiples outils de promotion: un spot TV de 30 secondes passant sur plusieurs chaines, des annonces presses pleine page, des bannières de sites internet, ainsi que de témoignages sonores, le tout représentant 2,2 millions d’euros de dépenses.

Mireille Saleille,

Pour Xavier Bertrand, ministre de la santé : « Cette campagne d’information et de sensibilisation est très importante car un certain nombre de français se pose des questions sur le médicament ».

pharmacienne titulaire dans le Gard est à l’honneur dans cette campagne

En effet, la France est le premier consommateur européen de médicaments, avec une consommation en unités

avec son témoignage.

standardisées de 40% supérieure à celle de nos voisins espagnols, allemands, anglais, italiens et suisses. Cette démarche de campagne a pour but de réduire la consommation de médicaments des Français en ayant une approche thérapeutique qualitative, ainsi que de faire prendre conscience aux patients la dangerosité de chaque médicament et des risques de polymédication non encadrés.

En effet, la prescription est les conseils associés vont de pair.

« Redonner aux Français confiance dans leur système de santé »

Après l’affaire Médiator et le rapport sur les génériques, il est du devoir du pharmacien de s’impliquer dans cette campagne afin de redorer l’image du pharmacien.

Cette phrase phare demeure au centre de la campagne. Un autre objectif de cette campagne est de réaffirmer le rôle des professionnels de santé, soulignant particulièrement le rôle des médecins et pharmaciens, au centre du médicament.

Selon Dominique Maraninchi, directeur général de l’Agence Sanitaire des Produits de Santé, « il est important d’insister et de faire comprendre au patient que le rôle du pharmacien est fondamental par la sécurité de la délivrance et l’offre de dialogue au patient après la prescription médicale ou en libre accès »

Source: le moniteur du pharmacien du 3 mars 2012

Campagne de promotion du générique dans le Tarn « Les médicaments génériques: on a tous à y gagner » Le mot d’ordre est donné pour cette nouvelle campagne des génériques dans le Tarn. En effet, le taux de substitution a diminué de 6,5% en 2 ans dans le département et ar-

REVUE

DE

PRESSE

DE

rive à 77%.

un

chiffre

de

La campagne fut mise en œuvre début février, avec obligation pour les patient refusant la substitution de régler leurs médicaments. Dans bien d’autres départements cette baisse de substitution se fait

L’ANEPF

sentir, due à la fois à la mauvaise médiatisation des génériques, mais aussi à une augmentation du « nonsubstituable » par les prescripteurs, et cette rigueur pourrait s’appliquer à d’autres départements dans les mois à venir. Source: wk-pharma


2012-N°11

PAGE

3

P4P, après les médecins, les pharmaciens ? Le P4P (pay for performance) est un concept venu d’outre-manche, ayant pour but d’inclure un paiement à la performance. Ce système est déjà dans la convention des médecins signée en 2011 (CAPI: contrats d’amélioration des pratiques individuelles), et pourrait s’insérer dans la convention des officinaux surtout dans le cadre de la revalorisation de la substitution.

L’objectif de départ serait d’atteindre un taux global de substitution de plus de 72%. En plus de cette incitation en fonction du nombre de génériques délivrés, il pourrait y avoir un objectif de qualité de substitution, par exemple en « fidélisant » un patient à une marque générique donnée, notamment pour les personnes âgées et les patients chroniques.

Mais ce n’est pas tout, le principe du P4P pourrait aussi être appliqué au suivi des maladies chroniques, comme les patients traités par anticoagulants ou les asthmatiques. Le cadre est en train de se définir, réponse le 28 mars pour la dernière séance de négociation de la convention. « Soigner mieux pour gagner plus »? Source: l’hebdo du pharmacien

Le DP arrive dans les hôpitaux La loi de renforcement de sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé a reconnu l’utilité du Dossier Pharmaceutique (DP), comme une base de données utiles aux autorités (ANSM, InVS, ministère de la Santé) dans le domaine de vigilance sanitaire, en raison de ses spé-

cificités. Plus de 90% des officines en sont équipées, et c’est maintenant au tour des PUI de l’hôpital de généraliser ce dispositif. Les PUI peuvent dorénavant, consulter et alimenter le DP des patients des établissements où ils exercent dans les mêmes conditions

Vous êtes prêt à devenir

que les pharmaciens d’officine.

réserviste sanitaire?

Tout cela devient possible grâce à la création de carte CPS 3 pour les professionnels hospitaliers Source: Le l’Ordre des Mars 2012

journal de pharmaciens

L’EPRUS recrute. Plus d’informations

Les limites règlementaires des préparateurs Le préparateur tient une place importante et essentielle dans l’officine, ayant une certaine autonomie. Mais où sont les limites de cette dernière? En effet, dans la loi, le préparateur exerce sous la responsabilité et le contrôle effectif d’un pharmacien, et est autorisé à seconder le titulaire de l’officine et les pharmaciens qui

l’assistent dans la préparation et la délivrance au public des médicaments destinés à la médecine humaine et à la médecine vétérinaire. Le pharmacien titulaire est tenu de contrôler les actes pharmaceutiques réalisés par le préparateur (délivrance de médicaments, préparation magistrale…). Le préparateur ne peut pas être seul dans

l’officine, ni travailler en l’absence d’un pharmacien. Si tel était le cas, le préparateur pourrait être accusé d’exercice illégal de la pharmacie, voire d’usurpation du titre de pharmacien . En cas d’infraction, la responsabilité pénale des préparateurs est engagée. Source: journal de l’Ordre Mars 2012

ICI


PAGE

4

Les élections approchent, les candidats s’expriment sur la santé La santé reste une des principales préoccupations des Français, mais pour les candidats à la présidence celleci n’apparait que tardivement dans leur campagne. A moins de deux mois des présidentielles, il est temps de faire le point.

a une position ambiguë en déclarant: « nous n’avons rien contre une ouverture des missions des pharmaciens mais que chaque professionnel de santé retourne à son travail initial et les patients seront bien soignés ».

Voyons en quatre sujets Déremboursement et comment chaque porte pa- prix des médicaments role conçoit le futur de la Tous les candidats sont santé. d’accord sur un point: la Coordination et transfert société n’a plus les moyens des tâches de tout rembourser, le retour en arrière est inenvisaPour le Parti Socialiste (PS), geable. « un patient doit être soigné au bon moment, au bon Pour le MoDem, il faut s’atendroit, par la bonne per- tendre à une régulation des sonne ». Le PS estime que prix sur le marché de ces l’officinal doit être position- derniers. né en acteur de premier recours et de prévention, et Le FN s’engage à rembourpar la même être rémunéré ser à nouveau certains mépour les missions de santé dicaments ayant fait preuve publique que la loi lui a at- de leur efficacité mais qui ne sont plus remboursés. tribuées.

« Le 22 avril, j’irais voter, et toi? »

L’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) rappelle l’esprit de la loi HPST et les vertus du dossier pharmaceutique, mais aussi que l’officinal fait partie des professions médicales, et doit donc, à ce titre, devenir un praticien d’actes. Europe Ecologie Les Verts (EELV) insiste sur la mise en place de la coordination des soins avec le médecin comme référent. Le pharmacien contribuerait à l’éducation dans les maisons de santé, ainsi qu’au travail de veille environnementale, d’analyse des toxiques et de pharmacovigilance.

DE

PRESSE

DE

Le FN et le MoDem plébiscitent, comme piste d’économie le conditionnement à l’unité, alors que le PS et l’UMP contestent cette idée. Le FN propose en ce sens de mettre en place une industrie pharmaceutique française fournissant le matériel des préparations de doses administrer et l’encouragement des pharmacies à s’équiper de ces machines. Le FN rajoute que les ALD qu’elles devraient être plus, et que les « abus » doivent cesser. La lutte conte les déficits Pour l’UMP, les économies sont à réaliser sur l’hôpital, qui est un système trop coûteux et sollicité.

Le FN veut réformer les niches fiscales et revoir les contrôles sur l’inaptitude et EELV veut diminuer le prix l’invalidité. des médicaments et supprimer la visite médicale afin EELV veut freiner la surconmédicamende créer un « service public sommation teuse en cessant le paied’information médicale ». ment à l’acte pour une réLe PS se positionne sur un munération à la fonction. prix flexible du médicament valorisant les stratégies thé- Le PS assure que les coptes rapeutiques réellement effi- de la Sécurité Sociale secaces. Il défend aussi la raient équilibrés mais ne pratique de l’automédication sait pas encore par quels mais uniquement à l’officine moyens. Il en est de même avec des pharmaciens per- pour le MoDem. formants, mais n’est pas Source: le moniteur des favorable au libre accès. pharmacies du 10 mars

L’UMP s’attend à un déremboursement des médicaments à SMR faible, mais ne conteste pas la différence de prix par rapport à nos Enfin le Front national (FN) voisins européens.

REVUE

Conditionnement

L’ANEPF


2012-N°11

PAGE

La vision de la pharmacie pour les cinq prochaines années, parti par parti Le moniteur a organisé une journée «officine 2012 : nouveaux métiers et nouveau modèle ». Au cours de celle-ci, le premier débat fut animé par les responsables de la santé des différents partis en lice pour les présidentielles. Résumé de ce débat. Les représentants du MoDem, de l’UMP, du PS et Europe Ecologie Les Verts (EELV) furent présents. Leurs programmes restent discrets sur le pharmacien mais les quatre intervenants ont promis que les fondamentaux de la profession ne seraient pas touchés. Ils ont aussi rappelé le rôle prépondérant du pharmacien dans le soutien du patient, et disent tous « non » à la vente du médicament par internet. Philippe Juvin, représentant UMP promet que « le pharmacien sera utilisé dans le parcours de soin, l’éducation thérapeutique, la prévention et les soins de premiers recours », ainsi que « donner une sécurité juridique et fiscale à l’officine pour fluidifier les transmissions et garantir le capital ».

Catherine Lemorton (PS), a résumé en une phrase le programme du Parti socialiste : « tout patient doit être soigné au bon endroit par la bonne personne, au bon moment ». Elle souligne aussi que la prise en charge de pathologies légères et courantes doit revenir au pharmacien, permettant un désengorgement des cabinets médicaux. Elle rajoute que les pharmaciens auront pour mission de prendre en charge des tâches dans des endroits où les médecins ne sont plus présents, ainsi qu’une place réelle et un rôle primordial dans les maisons pluridisciplinaires de santé. Pour David Beillard (EELV) « Nous avançons vers une démarche envers une automédication forcée » , mais il prône aussi de rétablir l’égalité de l’accès aux soins, ainsi que d’augmenter le remboursement des médicaments réellement utiles et de dérembourser ceux sans intérêts thérapeutiques. Enfin, Geneviève Darrieusacq (MoDem) plaide pour la mise en pace de réseaux entre partenaires de santé

et une répartition démographique des cabinets calquée sur le modèle des officines. Elle ajoute « le pharmacien ne doit pas être considéré comme un prestataire mais comme un partenaire du système de soins », et souhaite que les ARS soient mieux valorisée et que chacune aient un objectif régional des dépenses de santé. Deux sujets importants d’actualité pour notre profession ont été abordés : - les PUI en EHPAD : Philippe Juvin se positionne contre en affirmant qu’il ne faut pas créer de « microhôpitaux » dans les EHPAD. Pour Catherine Lemorton, il faut »adapter ces établissements au territoire où ils se trouvent » - Les baisses du prix des médicaments: Philippe Juvin annonce que l’on a atteint la limite sur les princeps, et que la diminution des remboursements se ferait sur les génériques. Catherine Lemorton se positionne sur une hausse des forfaits sociaux à hauteur des cotisations. Source: le moniteur

5


2012-N°11

PAGE

La France en passe de perdre sa place de 1er consommateur de médicaments? La France a beau rester le premier consommateur mondial de médicaments par habitant, en volume total, elle est en train de se faire évincer du trio de tête des grands marchés par la Chine. Alors que l'Hexagone figurait encore en troisième position en 2004, cette place sera occupée par l'empire du Milieu en 2014, selon les prévisions des consultants IMS Health. A cet horizon, les Etats-Unis resteront le numéro un du secteur, avec 30 % d'un marché estimé à 1.058 millions de dollars (747 millions d'euros). Les raisons de cette remontée dans le classement ? Le vieillissement accéléré de la population et la réforme du système de santé, qui vise à donner un accès aux soins à

la totalité du 1,3 milliard d'habitants, contre 400 millions seulement aujourd'hui. Evolution tions

des

prescrip-

Cette année, le marché mondial des médicaments devrait progresser de 4,8 % mais la distinction est nette entre les pays matures, dont la croissance ne dépasse pas 5 %, et les économies émergentes, dont les progressions peuvent culminer à 20 % dans le cas de la Chine. Au sein même des pays matures, on observe des distinctions par catégories de produits. La progression des médicaments de spécialité sera par exemple supérieure aux produits dits « de ville », prescrits par les médecins généralistes. Les premiers doivent ainsi augmenter de 6

% par an d'ici à 2020, contre une hausse de 4 % pour les seconds. Un phénomène lié aux évolutions en matière de prescription. Dans ce contexte, les produits les plus innovants, souvent issus des biotechnologies, font figure d'eldorado. D'autant que les revenus n'égalent pas ceux des grands « blockbusters » de la pharmacie. Aucun produit de spécialité ne dépasse aujourd'hui la moitié des ventes de l'hypocholestérolémiant. Source: pharmanetwork

Seule organisation représentative des étudiants

en

pharmacie,

l’ANEPF

(Association Nationale des Etudiants en Pharmacie) a pour objectifs de :

 Adresse postale : ANEPF 4 avenue Ruysdaël 75008 PARIS Responsable de la publication : Charles DEGUARA relations.profession@anepf.org

Retrouvez-nous en ligne sur www.anepf-online.com

Représenter les 82 000 étudiants en pharmacie d'une voie unique, apolitique et asyndicale auprès des Instances Universitaires et des Organismes de tutelle.  Promouvoir des liens entre les étudiants afin de créer une unité nationale.  Informer les étudiants sur l'actualité universitaire et professionnelle.  Favoriser les échanges internationaux, notamment par le biais des Associations EPSA (European Pharmaceutical Student Association) et IPSF (International Pharmaceutical Student Federation) Pour plus d’informations, info@anepf.org

contactez-nous

à:

6

Revue de Presse de l'ANEPF n°11  

Revue de Presse de l'ANEPF n°11

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you