__MAIN_TEXT__

Page 1

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

27

27 e E D I T I O N


ÉDITO

L A PRESQU’ÎLE R O YA L E , N O N ? Quand l’une des principales locomotives touristiques de toute la Presqu’île se refait une beauté on ne peut qu’applaudir et lui souhaiter « bonne chance » ! En pensant aux deux promoteurs de La Baule que furent François André et son neveu Lucien Barrière. Car, sans eux, la physionomie de cette baie magique n’aurait jamais eu l’éclat qu’on lui connaît et que l’on aime. Le Royal rénové c’est du bonheur partagé. Pour ceux qui le fréquentent et pour ceux qui le côtoient en front de mer, d’un regard ou d’un sourire. Les beaux monuments aiment qu’on leur parle. Ils savent écouter. Et parlent parfois, certains soirs, dans le murmure des vagues et des vents... La Baule et la Presqu’île ont besoin de dynamisme et de modernité. De tranquillité et de fêtes. De sable blond, de rêves et d’émotions. Avec cet été qui commence et qui ne s’achève jamais vraiment sous les pins et les parasols, même avec des météos incertaines, vous trouverez le temps de découvrir dans ces pages des instantanés de vie et des vivacités balnéaires à découvrir et à partager. Le clin d’œil amoureux de Pierre-Yves Dayot (couverture) à nos étés « glacés » est dans l’ADN d’un territoire, de mer et de terre, auquel nous rendons hommage par de splendides photos prises du ciel. Un peu de hauteur qui sied à la compréhension de cette Presqu’île si belle, si tranquille et si sereine... Du Croisic à Pornichet, en passant par Guérande et Piriac, Pen-Bron et La Baule, c’est toujours de la même élégance qu’il s’agit offerte aux vents légers des plaisirs conjugués. Vive clarté baudelairienne, de nos étés trop courts... La Baule est bien un privilège que ce 27e magazine entend bien fêter aujourd’hui et demain, dans ses pages, chaque jour ! Bel été, ici chez vous, avec nous... Hervé Louboutin Éditeur

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

1


SOMMAIRE

12 20 22 24 26 28 30 32 34 38 42 46 50 64 70 73 78 80 82 85 88 90 94 96 98 100 102 104 108 110 116 118 120 124 126 136

LA BAULE PRIVILÈGE REVUE ANNUELLE DIRECTEUR DE LA PUBLICATION HERVÉ LOUBOUTIN direction@editionsduprivilege.com ÉDITEUR LES ÉDITIONS DU PRIVILÈGE 2, RUE BERTRAND GESLIN BP 81408 - 44014 NANTES CEDEX 1 TÉL : 02 40 73 31 31 SAS AU CAPITAL DE 120 001 € ASSOCIÉS : HERVÉ LOUBOUTIN & FRANÇOIS BARRAULT CODE APE : 7312Z SIRET : 523 585 974 00034

2

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

RÉGIE PUBLICITAIRE LES ÉDITIONS DU PRIVILÈGE 2, RUE BERTRAND GESLIN BP 81408 44014 NANTES CEDEX 1 ANASTIA GOUIN AURÉLIE ADDE Tél : 06 08 34 29 88 publicite@editionsduprivilege.com MARIE-CHRISTINE PARICHI T : 06 19 46 26 18 mpc.ouest@yahoo.fr IMPRESSION TYPIA SERVICIOS INTEGRALES 28320 PINTO MADRID

ROYAL, ÉVIDEMMENT LE NOUVEAU PRIEUR LES CHAPEAUX SOWAY CASA COSY VALÉRIE DE L A PRESQU’ÎLE... L A LIBRAIRIE-CAFÉ DE BATZ L A CUISINIÈRE D’HERMÈS LE 3 e DÎNER ÉTOILÉ KER SOUVERAINE, REINE DES REINES FANFAN, NOTRE AMI LE BEAU QUARTIER VÉRONIQUE, L A PLUS BAULOISE DES PARISIENNES L A PRESQU’ÎLE VUE DU CIEL UN AIR DE PAYS BASQUE SHORE : THE PL ACE TO BE L’ÉLÉGIA ET SON NOUVEAU SPA-THAL ASSO LE MUSICIEN BRIÉRON LES SAUMONS DE YANNICK HUDAULT LE PIGEON ROI ITINÉRAIRE D’UNE SARDINE GÂTÉE DES ALGUES DANS VOTRE ASSIETTE L’AFFABLE DE L A BRIÈRE LE VERRE QUI ROULE DU GARAGE À VINS LE PAVILLON ROSE REPREND DES COULEURS FRÉDÉRIC LODÉON EN VILLÉGIATURE ECRIVAINS EN BORD DE MER PIERRE-YVES DAYOT : UN COEUR QUI BAT... CHARLES LE CHIC LES SPOTS L A MODE PRIVILÈGE UN BAULOIS TRÈS CJD LES SUITES THAL ASSO AUX TOURELLES L’ARCHITECTE DU RENOUVEAU LES BATEAUX QUI VOLENT HAROLD ET SA SUMMER CUP LE CARNET DES BONNES ADRESSES

RÉDACTION OLIVIER D’ARGOL HERVÉ LOUBOUTIN ANN CLAIR CHRISTOPHE TÉZIER NICOLAS BOILEAU MAX DEBLEY ALAIN DANJOU JEAN-OLIVIER GUILLET CHRISTOPHE KERTEZ SOLENN COSOTTI COUVERTURE PIERRE-YVES DAYOT REMERCIEMENT AURÉLIE ADDE

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS CHARLES MARION GROUPE BARRIÈRE MARGAUX CLÉMENT MARIE-VICTOIRE LOUBOUTIN VALCKE-BEAUVAIS BÂTI-NANTES CHRISTOPHE ABRAMOWITZ PHÉLIPPEAU NICOLAS DEMARE CHRISTOPHE BRESCHI / ENGIE MAXIME IMBERT CONCEPTION GRAPHIQUE DIRECTION ARTISTIQUE THOMAS PROUST www.thomasproust.com


FRANCK PROVOST Galeries Lafayette Rdc environnement parfumerie 44000 NANTES Tél : 02 40 47 10 20 FRANCK PROVOST Centre Commercial Beaulieu Bd Général de Gaulle 44200 NANTES Tél : 02 40 74 12 44 FRANCK PROVOST Centre Commercial Leclerc Le Point du Jour 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 01 88 28 FRANCK PROVOST Centre Commercial Auchan 44570 TRIGNAC Tél : 02 40 90 19 25 FRANCK PROVOST 10 Bd Hennecart Face océan 44500 LA BAULE Tél : 02 40 24 18 89


Le credo de la femme camille albane : Pas de contraintes, pas d’entraves mais de l’éclat Assurément ! Le soleil habille, sa couleur et sa coupe revèle sa féminité. Christelle, Laurianne, Steven et Marie sont là pour ensoleiller vos cheveux.


ROYAL

L E R O YA L PORTE BIEN SON NOM Que serait La Baule sans ses palaces ? C’est toute la question. Et la refonte intégrale de l’un d’entre eux, Le Royal, constitue le début de la réponse. En 1923, déjà présent à Deauville et à Biarritz, François André achète Le Royal et le casino de La Baule et y fait venir Sacha Guitry et Mistinguett. La belle époque. Depuis, le quartier Pavie ne cesse de se transformer pour épouser son temps et séduire les estivants...

PAR OLIVIER D’ARGOL

PHOTOGRAPHIES GROUPE BARRIÈRE

Avec L’Hermitage et Le Castel Marie-Louise, le groupe Lucien Barrière possède, intra-muros, les hôtels les plus luxueux de la station auquel s’ajoute bien sûr Le Royal qui vient de faire l’objet d’une totale rénovation. Ce dernier, qui possède une thalasso et un spa depuis 26 ans, occupe une place singulière dans le dispositif baulois avec un vaste parc, une piscine et des galeries marchandes alentours. Fréquenté par une clientèle de particuliers, Le Royal bénéficie d’une aura spécifique qui lui assure une grande fidélité de la part de ses habitués. Décoré par Chantal Peyrat sur la base d’un «faste simplifié», le choix de couleurs tendres colle bien avec la tonalité du pays marin où le sel n’est jamais absent. 72 chambres et 15 suites ont été savamment élaborées pour permettre des occupations multiples et variées. Les salles de bains profitent de cette métamorphose avec des équipements plus modernes et des ambiances plus feutrées. Le lobby et tous les couloirs ont été entièrement réaménagés pour mieux faire passer la lumière et redonner du «prestige» à l’établissement doté désormais d’un accueil extérieur (comme à L’Hermitage) digne de ce nom.

12

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

ILLUSTRATION AURÉLIE SARTRES

«Décoré par Chantal Peyrat sur la base d’un «faste simplifié», le choix de couleurs tendres colle bien avec la tonalité du pays marin où le sel n’est jamais absent.» Autre grand changement. L’ancien restaurant devient le 5e Fouquet’s du groupe (Paris, Toulouse, Cannes, Marrakech) avec un décor entièrement transformé dans les couleurs de la célèbre brasserie parisienne. Et une carte signée du chef triplement étoilé Pierre Gagnaire. Le groupe Lucien Barrière vient d’investir 14 millions d’euros à La Baule pour tenir son rang et rester dans le peloton de tête des équipements majeurs de la station. Une volonté réaffirmée par Dominique Desseigne, son président, lors de l’inauguration du nouveau Royal-Thalasso en présence d’un public sous le charme d’une transformation largement réussie. >>>


La façade du Royal, côté rue, s’est dotée d’un imposant auvent qui protège de la pluie...

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

13


ROYAL

14

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


EMMANUEL BÉQUET Directeur du Royal : « créer de l’enchantement ! » Diplômé de l’école hôtelière de Strasbourg, Emmanuel Béquet, 49 ans, est né à Saint-Brieuc. Il travaille à La Baule pour le groupe Lucien Barrière depuis 2002 et il a dirigé L’Hermitage avant de prendre les rênes du Royal il y a quatre ans. Le projet de refonte complète de l’hôtel l’a mobilisé pendant deux ans. Le temps nécessaire pour définir les contours exacts de la transformation : «Nous devions imaginer l’avenir de ce palace en termes de clientèles nouvelles avec des possibilités différentes. » C’est vrai que la Suisse, la Russie et le Liban apprécient beaucoup aujourd’hui l’établissement doté de sa thalasso et de son spa face à la mer. L’arrivée du Fouquet’s colle bien aussi à la nouvelle donne. Avec une notoriété internationale renforcée et la patte de Pierre Gagnaire qui ne gâche rien. Le personnel du Royal a également été formé spécialement à cette nouvelle politique qui doit créer de l’enchantement : «Nous ne pouvons plus nous contenter de clients satisfaits. Nous devons les séduire au maximum...». Heureux d’avoir mené à bien, avec ses équipes, les travaux dans le timing consenti, Emmanuel Béquet a apprécié le commentaire positif de son président, Dominique Desseigne, au soir de l’inauguration : «Cela fait plaisir évidemment à tout le personnel qui cherche en permanence à satisfaire au mieux les clients. » >>>

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

15


ROYAL

16

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


«Elle adore croquer les Chefs » Aurélie Sartres est une artiste pas comme les autres qui adore croquer les Chefs. C’est-à-dire les cuisiniers qui, des plus petits aux plus grands, sont vite devenus ses amis. Peintre, aquarelliste, pastelliste, décoratrice, illustratrice : elle joue sur une palette complète de talents et de sujets qui lui permettent d’exercer son art avec une main très sûre et très mûre. Et une émotion qui n’appartient qu’à elle faite d’un regard sur les choses et d’une complicité mordante sur les amitiés qui l’entourent. Amoureuse de La Baule où elle séjourne régulièrement avec son ami, le génial Alain Cohen du « Vieil homme et l’enfant» avec le regretté Michel Simon, elle a accepté de croquer Le Royal pour ce numéro de l’été 2015. Un beau «portrait» d’hôtel rénové, locomotive de la station, qui dans ses balcons sur la mer cachent, en filigrane, l’âme des résidents dont les regards depuis plus d’un siècle résument toute une part de la beauté du monde... Merci Aurélie pour cette belle contribution au «Privilège » baulois que nous portons comme une exigence absolue. Ce dessin est forcément «royal » comme l’est ce numéro qui l’accueille souverainement ! www.aureliesartres.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

17


ROYAL

EMMANUEL CAUX PAR HERVÉ LOUBOUTIN

PHOTOGRAPHIES CHARLES MARION

Emmanuel Caux Directeur Ouest du groupe Lucien Barrière.

Tout d’abord Barrière a, à La Baule, une offre unique : celle d’un resort très complet qui avec trois hôtels, son centre de thalassothérapie, de nombreux restaurants dont L’Eden et maintenant le Fouquet’s, un club de tennis historique et un golf exceptionnel, propose à ses client une expérience sur-mesure. De plus, La Baule par son climat, sa situation, la tonicité de l’océan est la destination bienêtre par excellence. L’investissement lourd mis dans le centre de thalasso témoigne de cette confiance dans l’intérêt de la dimension bienêtre de la destination. Nous avons travaillé sur de très nombreux nouveaux soins en ajoutant aux traitements qui ont fait la réputation de l’établissement, une dimension «corps» intégrant de nouvelles cures.

Nous avons choisi de placer ce 27e La Baule Privilège sous le signe de ce qui est «royal» dans la Presqu’Île à l’exemple de votre hôtel que vous venez de rénover du sol au plafond ! Pourquoi ce lourd investissement à un moment difficile pour toute l’économie du Resort ? Le groupe a entamé un grand programme de rénovations sur trois ans. Dominique Desseigne a souhaité repenser les établissements emblématiques du groupe, comme Le Royal et L’Hermitage à La Baule, Le Normandy et Le Royal de Deauville. Nos rénovations veulent être en harmonie avec l’histoire de ces établissements et en phase avec les nouvelles demandes des clients, tout en tenant compte du contexte environnemental. Tout a été pensé avec les architectes et les décorateurs en fonction des nouvelles attentes des clients. Ils ont d’ailleurs testé les chambres « témoin » et nous avons amélioré le produit avec leurs remarques. Le lancement d’une nouvelle image de marque avec un tout nouveau logo vient souligner cette volonté de modernisation. Le groupe est convaincu de l’immense potentiel de La Baule. 18

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

L’Hermitage connaît lui aussi des étapes de rénovation. Quand seront achevés tous les travaux engagés ces dernières années ? Nous avons refait la moitié des chambres de L’Hermitage en 2014. Nous nous apprêtons dès novembre à finaliser cette rénovation et rouvrir en mars 2016 avec un hôtel entièrement rénové. Chambres, façades et bar font partie du programme. L’empreinte laissée par François André et Lucien Barrière est indélébile du paysage baulois. Le luxe, lui, est-il soumis à des contraintes passagères ? François André, le fondateur du groupe était un visionnaire qui savait anticiper les attentes de ses hôtes et avait créé une hôtellerie où luxe rime avec art de recevoir, gastronomie, détente. Son neveu, Lucien Barrière, a développé cette hôtellerie de luxe et aujourd’hui le groupe est plus que jamais une référence dans l’hôtellerie de luxe à la française. Barrière, c’est avant tout un esprit qui s’est transmis. Cet esprit, vous le retrouverez dans nos hôtels, nos casinos, nos restaurants, nos resorts. Il renoue avec une tradition qui n’a jamais cessé de se réinventer, celle d’un charme léger fait d’élégance, de sensualité et d’impertinence qu’on appelle dans le monde entier l’art de vivre à la française.

Le Tennis Country Club vient de s’offrir une nouvelle terrasse et un nouveau club house. L’endroit est superbe. Que comptez-vous en faire ? Nous voulons créer un endroit à vivre toute la journée. Pour les joueurs d’abord auxquels seront donnés au club house plus de confort et une restauration plus festive. Mais nous avons voulu aussi créer un endroit qui accueillera tous les publics, joueur ou non. Ce nouvel espace modulable à souhait sera au fil de la journée : un restaurant pour les déjeuners en juillet et août, une terrasse lounge, un bar à vins, à champagne le soir. Il accueillera aussi de nombreuses soirées à thème avec DJ et prestations musicales en live. Proche des hôtels, et d’Atlantia, c’est un nouveau lieu événementiel. Engagerez-vous d’autres travaux importants ces prochaines années au golf de Saint-Denac ou au Castel Marie-Louise ? Nous avons refait toute la toiture du club house et de l’accueil du golf. Nous avons également entrepris de gros travaux d’irrigation des parcours et tous les ans nous allouons un budget conséquent au golf. Il faut dire que c’est le plus grand complexe golfique français qui demande beaucoup d’entretien. Comme vous le savez, les autres établissements du groupe, Le Castel MarieLouise, le casino bénéficient tous les ans de budgets de rénovation conséquents. Vous êtes résident baulois. Comment définiriezvous, en quelques mots, le charme singulier de la station ? Cette station a un charme particulier dû à cette alchimie entre sa magnifique baie, l’authenticité de son arrière-pays et le bien-être que l’on y ressent. Moi qui aime la voile et la natation que rêver de mieux. Autre point capital : les Baulois sont accueillants. Il règne dans la ville une ambiance conviviale, mêlant gentillesse et authenticité. On se sent très vite très bien à La Baule.


« Nous sommes convaincus de l’immense potentiel de La Baule ! »

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

19


PRIEUR 1896

UNE NOUVELLE JEUNESSE À L A BAULE Installée dans l’espace de la galerie commerciale du nouveau casino il y a une vingtaine d’années, la boutique « Prieur 1896 » de La Baule a profité des travaux du «Royal» pour se refaire une jeunesse. Loïc Drapeau et son épouse ont voulu donner à la boutique plus de lumière, de confort et d’élégance dans l’esprit « Passage du Royal ». PAR OLIVIER D’ARGOL

plus de lumière,

de confort et d’élégance.

20

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

Pascal Laurent, le responsable de la boutique et Nelly Bouillon, sa collaboratrice, auront ainsi un «écrin» plus cohérent pour accueillir leur clientèle et promouvoir les nombreuses marques qui y sont présentes: Chanel, Chaumet, Fred, Pomellato, Hermès, Tag, Dinh-Van, Boucheron, Hamilton, Poiray, Ginette of New York... Loïc Drapeau a fait appel au cabinet d’architectes nantais «Soon architectures» pour repenser entièrement la déco de la boutique avec ses nouveaux présentoirs et son traditionnel plafond art-déco. « Prieur 1896 » et les marques dont il est l’ambassadeur demeurent une belle adresse bauloise.


STYLE

S O WAY SI JOLI C’est le chapeau des stars. Lancée en 2011 par la Bauloise Marie-Claire Castagné, la marque Soway s’exporte aujourd’hui à l’étranger. PAR ANN CLAIR

PHOTOGRAPHIE PASCAL KYRIAZIS

Ambassadeur de l’élégance et du chic baulois, Soway rime avec fibre entrepreneuriale. À l’origine de cette aventure créative et économique, une ancienne fonctionnaire. Et oui c’est possible ! À cinquante ans, Marie-Claire Castagné, secrétaire de direction au lycée Grand-Air a quitté la fonction publique pour lancer sa PME. « L’État offrait la possibilité de partir avec une aide pour lancer sa propre activité. J’en ai profité. Depuis longtemps, j’éprouvais le besoin de faire quelque chose par moi-même. » Un esprit d’entreprise qui trouve d’abord sa source dans les gènes familiaux. Son père était artisan, sa mère une couturière réputée dans tous les environs. Son frère est entrepreneur. Sa fille donne dans la com. L’amour de l’Asie a fait le reste. « À l’été 2010, j’étais en Thaïlande avec mon époux. Moi qui portais rarement des chapeaux, j’en ai essayé un pour me protéger du soleil et de la chaleur. Surprise : je me suis de suite sentie bien avec. Je ne l’ai plus quitté du voyage. » Soway, comme si joli en thaï familier, venait de naître. Fabriqué en tyvek – un matériau synthétique alors inconnu en Europe, non tissé, à l’aspect papier froissé, mis au point pour l’isolation des bâtiments et la fabrication de combinaisons protectrices –, ce couvre-chef cumule les bons points. Léger et pliable, il offre une protection anti-UV maximale. Imperméable et aéré, il se lave en machine. Il est même recyclable à 100 %. Rentrée dans sa villa proche de la place du Marché, MarieClaire, épaulée par les siens, s’attelle au concept. Si elle

« Charlène de Monaco, Angelina Jolie le portent. Marion Bartoli, Amanda Lear et la famille royale de Belgique également. »

22

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

conserve le matériau, elle imagine des casquettes à larges bords, des chapeaux succédanés du Panama, des grandes visières. Des modèles positionnés haut de gamme et inspirés du style de la station bauloise. Une chose est de concevoir, une autre est de fabriquer à plus grande échelle pour les commercialiser à des tarifs compétitifs. Marie-Claire repart sur la piste de son premier chapeau. À Bangkok, elle déniche l’entreprise qui l’a réalisé. Affaire est faite avec ces professionnels au sérieux affirmé. Depuis, une partie des trois mille pièces qu’elle vend chaque année est fabriquée au Portugal. La première commande livrée et stockée chez elle et chez ses proches, Marie-Claude a d’abord testé la clientèle sur les marchés de la région – et en premier lieu celui de La Baule –, puis sur ceux de la Côte d’Azur. L’originalité et le renouvellement de ses créations ont également séduit des chapelleries réputées comme celle du Niçois Jean-Charles Bonneville. Infatigable, Marie-Claude a su forcer les portes de l’Eden-Roc pour placer ses couvre-chefs dans les quatre boutiques de cet établissement cinq étoiles du Cap d’Antibes fréquenté par la jet-set. Elle s’est aussi affichée dans les salons de la mode et de la santé ; les patients qui suivent une chimiothérapie appréciant ces chapeaux protecteurs du soleil et recommandés par les dermatologues. « Je suis sur une niche commerciale. En utilisant le tyvek, j’ai bien conscience que je propose un produit très différent des chapeaux de toile, de coton ou de paille. » C’est pourquoi quatre ans après sa création Soway décolle. Aujourd’hui, ses capelines sont vendues dans une cinquantaine de boutiques françaises (chez PDS, au marché, et au golf Barrière à La Baule, chez Barbara chapeaux à Guérande), suisses, libanaises, norvégiennes, aux Antilles, à la Réunion, dans les centres de thalasso, et via le site Internet. Chapeau Marie-Claire.


CHAPEAUX SOWAY PROTECTION & ÉLÉGANCE

A La Baule, les chapeaux de Marie-Claire sont en vente chez PDS avenue de Gaulle et à l’Office du Tourisme.

13, allée des Grèbes, La Baule. Tél : 02 40 60 10 60 - 06 62 55 10 60 www.soway.fr.

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

23


PAUSE

CASA COSY SI GLAMOUR Au Pouliguen, Camille et Philippe ont fait du Casa Cosy une halte élégante. Cet hôtel de charme est aussi une boutique de cadeaux. Une originalité qui mérite le détour. PAR ANN CLAIR

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

Magasin de déco ? Salon de thé ? Maison d’hôtes ? Ou tout simplement hôtel ? Casa Cosy, l’un des deux établissements étoilés du Pouliguen, est tout cela à la fois. Un mixte raffiné. Un heureux mélange. Agencée avec goût, la boutique accueille aussi les clients de l’hôtel. Discrète, la réception est sur la droite entre deux lampes modernes et un choix judicieux de linge de maison de chez Mouret. À l’arrière, face au jardin, le salon de thé s’anime le matin à l’heure du petit déjeuner servi non sur un buffet encombré de banales tasses en plastique mais à table, dans de la porcelaine blanche, avec beurrier et confitures sélectionnées chez L’Épicurien. À l’étage, dans ce qui pourrait être une villa de bord de mer, huit chambres claires dont trois suites familiales, finement décorées. Camille et Philippe ont créé Casa Cosy il y a trois ans. Le 29 février 2012. Longtemps, cette adresse, ouverte onze mois sur douze à deux pas du port du Pouliguen, fut celle du bar-hôtel Le Pesoir, le bien nommé ; la balance des douanes qui autrefois pesait le sel des marais de Guérande égayait la rue d’en face. Camille était du métier. Il a travaillé dix-huit ans à Pornichet à l’hôtel Sud Bretagne. Philippe a fait carrière dans le prêt-à-porter haut de gamme. « Nous réfléchissions à ce concept depuis plusieurs années. Nous avons songé à nous installer à Loctudy puis à Bénodet. L’occasion s’est enfin présentée au Pouliguen. » Épicerie fine au départ, la boutique a rapidement acquis sa marque de fabrique. Choisie en début d’année au Salon Maison et Objet de Paris, la faïence polonaise de chez Bunzlau Castle côtoie les sacs et coussins en jute Lilokawa, des luminaires et photophores dénichés chez Serax ou Volvair. « La boutique assure 30 % du chiffre d’affaires de l’établissement. Même si beaucoup hésitent encore à pousser la porte pensant que Casa Cosy est d’abord un hôtel, elle est fréquentée toute la journée. Ici l’atmosphère est très différente de celle d’un hôtel bureau. La réception est toujours animée », se réjouit Camille. En saison pleine, Casa Cosy accueille jusqu’à vingt-et-un clients. Au fil des étés et week-ends de printemps, les inconditionnels de cette ambiance familiale et chaleureuse se sont multipliés. Des liens d’amitié se sont tissés entre vacanciers, avec Camille et Philippe, avec les habitués de la boutique… Ainsi s’écoule la vie au Casa Cosy, double étoilé depuis deux ans et désormais labellisé Clef Verte.

« Attenant à la boutique, un salon de thé complète cette adresse pleine de saveurs. »

24

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


Camille et Philippe gèrent Casa Cosy depuis trois ans.

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

25


RENCONTRE

L A PRESQU’ÎLE AVA N T L’ Î L E-D E-F R A N C E Bauloise, Valérie Pécresse l’est assurément quand elle le peut. C’est-à-dire quand son agenda de femme politique le lui permet, elle qui brigue la présidence de la région Île-de-France à la fin de l’année. Installée depuis de nombreuses années avec sa famille près de L’Étoile, ce club de plage si sympathique du quartier du casino, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy peaufine à 47 ans son profil de femme d’État appelée aux plus hautes fonctions...

PAR OLIVIER D’ARGOL

PHOTOGRAPHIE MARIE-VICTOIRE LOUBOUTIN

Les 6 et 13 décembre prochains seront pour Valérie Pécresse, candidate aux élections régionales en Île-de-France, pour la deuxième fois, l’occasion rêvée de faire valoir ses compétences en matière de combat politique et d’alternance. Très régulièrement présente à La Baule, en famille, où elle possède une maison, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy trouve dans la station de quoi satisfaire son double besoin de repos tranquille et d’activités sportives. Avec ses enfants et son mari, Jérôme, patron des éoliennes off-shore d’Alstom, et familier de la terre battue du Tennis Country Club. Désireuse de faire l’union à droite dès le premier tour pour contrer les visées tardives du président de l’Assemblée nationale sur la région Île-de-France, Valérie Pécresse voit dans le résultat des dernières élections départementales dans la couronne parisienne des raisons d’espérer. «Si on me le propose et si l’alternance est réalisée en 2017, je refuserai un poste de ministre pour me consacrer à temps plein à la région pour laquelle je me bats depuis onze ans déjà» explique-t-elle au retour d’une courte séance de thalasso et autour d’une tasse de thé vert... Avec 11,5 milliards d’euros de budget, la région Île-de-France n’est pas une collectivité comme les autres. C’est un mastodonte qui nécessite sérieux et compétence. L’ancienne élève de HEC passée par l’ENA possède une solide expérience politique (ministères obligent)

qui devrait lui permettre de tenir fermement la barre de la plus grosse région française. Menant déjà campagne pour être la candidate des «solutions», Valérie Pécresse axe son projet autour de trois grands principes qui incarnent ses valeurs de fond : l’Autorité, la Liberté et la Justice qui, estime-t’elle, ont été quelque peu «malmenés» ces dernières années à Paris comme en France... Avec une charte d’éthique signée par tous ses co-équipiers. Soutien de Nicolas Sarkozy et de François Fillon dans la course à l’investiture des «Républicains», elle note que l’ancien président a réussi à remettre toute sa famille autour de la table et qu’il apparaît aujourd’hui comme le plus « combatif » pour mener bataille. Consciente de porter les ambitions d’une nouvelle génération de la droite et du centre, Valérie Pécresse mise sur de jeunes élus pour aller au front. À 47 ans seulement, cette Bauloise depuis l’adolescence, entourée de ses trois enfants, Baptiste (19 ans), Clément (17 ans) et Émilie (11 ans) reste connectée avec la réalité de l’époque sans tomber dans les travers de la nostalgie ou de la fuite en avant. Ses « cures de vitamines » régulières à La Baule qui lui permettent de relier parfois la plage aux Evens en paddle, sous le soleil, lui font du bien et lui permettent de repartir à la capitale gonflée à bloc. Si elle gagne cet hiver, l’air marin de la Presqu’île n’y sera pas pour rien ! Merci La Baule.

« Si on me le propose, je refuserai un poste de ministre pour me consacrer à temps plein à la région pour laquelle je me bats depuis onze ans déjà.»

26

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


Une bauloise décontractée. Les tenues de plage changent avec celles des ministères...

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

27


LETTRES

U N E PA S S I O N LIVRESQUE Longtemps professeure de lettres, Élisabeth Lesimple a jeté l’ancre à Batz-sur-Mer. Il y a deux ans, elle a ouvert une librairie-café. La Gède aux Livres. PAR CHRISTOPHE TÉZIER

Batz-sur-mer, rue principale, à deux pas de l’église Saint-Guénolé. La devanture, peinte d’un rouge souriant qui tranche avec l‘environnement, est annonciatrice d’un accueil tout aussi chaleureux. Effectivement. La boutique lumineuse joue de son charme avec élégance. Un parquet juste assez craquant. Des étagères et des tables en bois dorés. Des livres savamment répertoriés et sélectionnés. À l’arrière-plan, un comptoir où s’affichent cafés et thés du bout du monde, deux ou trois banquettes et sièges colorés. Et encore plus au fond, une jolie porte qui accède à un jardin de curé, orienté plein sud, cerné de deux rosiers grimpants et historiques, rehaussé d’une terrasse en bois qu’on imagine aisément scène théâtrale. C’est ici, dans ce qui fut la mercerie de Madeleine Peltier, Tante Madeleine pour les Batziens, qu’Élisabeth Lesimple, seize ans de professorat, trois enfants désormais adultes, un époux célibataire géographique, lassée des multiples déménagements, a réalisé son rêve : ouvrir une librairie-café. « C’était le bon moment. J’ai longuement mûri ce projet. Notamment en Allemagne où nous avons vécu. J’ai quitté l’Éducation nationale sans regret. Je finissais par me sentir à l’étroit, coincée dans ce corset qu’est le programme scolaire à respecter et cette lecture utile qu’il faut faire aimer aux élèves », souligne l’ancienne professeure de lettres. Bretonne du nord, Élisabeth Lesimple n’a pas choisi Batz comme d’autres ont voulu voir Vesoul. Plage Saint-Michel, une villa est depuis vingt ans le port d’attache de la famille. Ce qui, certes, ne suffit pas à

28

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

en faire une enfant du pays. « Le pari était risqué» concède-t’elle. Comment ne pas être cataloguée dans le rayonnage poussiéreux des douces illuminées ? Un écriteau fiché sur la vitrine le jour de l’ouverture, mettant en exergue la phrase de Balzac, tirée d’Un drame au bord de la mer, une chronique romanesque écrite lors de son séjour au Bourg-de-Batz en 1834, « ce pays n’est beau que pour les grandes âmes ; les gens sans cœur n’y vivraient pas » a rassuré les sceptiques. Tout comme l’enseigne de la librairie : La Gède aux Livres. Gède : si ce nom interpelle plus d’un estivant, dans la presqu’île guérandaise, tous connaissent cette jarre en bois, hier utilisée par les paludiers pour transporter le sel. Et puis se lancer en 2013 dans une telle aventure, alors que nombre de confrères mettent la clef sous la porte, il fallait oser. « Outre le concept de librairie-café, j’ai décidé d’être très free-lance dans les livres que je commande. Je ne prends jamais les offices des maisons d’édition. Je veux rester maître de mes choix. Lesquels sont d’abord littéraires. La presse, les newsletters, les réseaux et bien sûr la lecture m’aident à me tenir à cette ligne ambitieuse. Et ça plaît. Au fil des mois, j’ai fidélisé une clientèle. » Que serait La Gède aux Livres sans ses animations ? « Si je n’en proposais pas, on m’oublierait » sourit Élisabeth Lesimple qui a trouvé là sa signature. « Je fais un drôle de commerce. En fait, rien ne me plaît plus dans ce métier de libraire que la rencontre, le côté humain. » Toute l’année, ateliers pour tous les âges, signatures, causeries, conférences,

petits déjeuners philosophiques se succèdent à un rythme soutenu. Désormais, ils sont souvent une quarantaine à se chercher une place dans la boutique ou le jardin pour écouter l’intervenant du jour. Des partenariats se sont tissés. Avec la ferme marine du Croisic. Avec le caviste d’en face. Un matin de ce printemps, à l’heure de l’apéro, Jacques Orhon, un sommelier canadien dédicaçait ses guides. Pour acheter ses bonnes adresses, il n’y avait qu’à traverser la rue. L’encre et le vin réunis.


« Redécouvrir le plaisir de lire en terrasse, autour d’un café. »

LA GÈDE AUX LIVRES

Élisabeth Lesimple : « Les animations sont la spécialité de ma librairie. Si je n’en proposais pas, on m’oublierait. »

La Gède aux Livres. Librairie-café 22, rue Jean-XXIII, Batz-sur-Mer Tél : 09 64 25 30 11 Ouvert du mardi au samedi de 9h30 à 12h et de 15 h à 19 h. Le dimanche de 10h30 à 12h30. En soirée lors des marchés nocturnes. Animations, ateliers, conférences, signatures toute l’année, spécialement l’été. Consulter le programme sur Facebook : lagedeauxlivres.

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

29


HAUTE CUISINE

L A CUISINIÈRE D’HERMÈS R E Ç O I T A U S S I À B E L L E-Î L E-E N-M E R

Rendez-vous dans sa cuisine. Au dernier étage du siège d’Hermès à Paris. Élisabeth Larquetoux-Thiry y possède son petit royaume avec salles à manger privatives et petit jardin gazonné et fleuri. La cuisinière d’Hermès est un cas. Elle a aussi lancé un restaurant d’été (20 couverts), la Villa Simone, à Belle-Île-en-Mer. Au large de notre Presqu’île préférée... PAR OLIVIER D’ARGOL

Dans les cuisines d’Hermès à Paris : Elisabeth et son fils Léo qui lui donne un coup de main avant de partir faire un tour du monde à vélo...

30

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIE OLIVIER D’ARGOL

L’élégance même. Et la simplicité. Ancienne chasseuse de têtes, autodicacte, elle supervise les cuisines privées d’Hermès, rue du Faubourg-Saint-Honoré, depuis dix ans. Avec fougue, charme et talent : «Travailler dans cette maison est un privilège ! L’esprit de famille y est permanent ». Ses grands-parents ayant racheté la citadelle de Belle-Île-en-Mer quand elle avait douze ans, la jeune Elisabeth a passé toutes ses vacances (petites et grandes) dans l’ancien fort Vauban. Au point de ne plus pouvoir se passer de l’île située à 15 km au large de Quiberon. Avec son mari, Christophe, coach de métier, elle a ouvert l’été dernier un restaurant atypique près de Sauzon, à la pointe du Populaire, baptisé Villa Simone, du nom de la petite-fille de Sarah Bernhardt qui y séjournait régulièrement. «Notre projet n’est pas cérébral, cela nous détend» explique d’un beau sourire la cuisinière d’Hermès qui sans un retraité de La Baule n’aurait peutêtre pas pu réaliser son projet. Car sans parking, pas de restaurant. Une parcelle qui entourait la Villa Simone était inoccupée. Après maintes recherches, Elisabeth et son mari, purent négocier son utilisation lors d’une rencontre à La Baule avec son propriétaire. Occupation du site contre son entretien. Un deal élégant bien dans l’esprit des nouveaux restaurateurs de l’ile bretonne. «Notre règle de vie est simple : l’équilibre entre le plaisir et la contrainte. Si le plateau de la balance tombe du mauvais côté, nous stoppons net et nous pensons à autre chose...». Dans le cas de Belle-Île, le premier été a été positif mêlant deux clientèles contrastées : les islais enracinés et les vacanciers en villégiature. Autour d’un menu unique où le poisson est roi. Des gens simples et des P-dg. Pour un même art de vivre. Seul le prix des vins évolue avec le client : « Apporter du bonheur aux autres est plus important que gagner de l’argent !» «Ne jamais s’énerver» est le grand mot d’Élisabeth qui pratique aussi l’un des viatiques de son grand-père chercheur : «Le temps mort n’existe pas ! ». Hermès, la Villa Simone, son auto-entreprise Le festin de Babeth (repas à domicile), et ses deux grands-mères (90 et 87 ans) dont elle s’occupe à Paris comme de ses trois enfants. Tout un monde bien organisé. Harmonieusement. Un conseil. Si vous passez à Belle-Île cet été (entre le 14 juillet et le 25 août) il est très prudent de réserver...


ÉTOILES

LE GÉNÉREUX DÎNER Le 3e « dîner étoilé » organisé par l’association «La Baule Cap Cœur » a connu un grand succès dans les salons de L’Hermitage. La Parisienne Ghislaine Arabian avait rejoint ses amis Éric Guérin, Philippe Vételé, Éric Mignard et Guillaume Brisard en cuisine. Une soirée exceptionnelle en présence de 180 convives subjugués dont le profit est entièrement reversé à de belles causes humanitaires. PAR HERVÉ LOUBOUTIN

Loïc Pasquet, président de «La Baule Cap Cœur» et son épouse Sophie peuvent être satisfaits de cette troisième édition partagée avec «Les matelots de la vie». Le dîner étoilé conçu autour de Ghislaine Arabian (Les petites sorcières à Paris) avec ses amis Éric Guérin (La Mare aux Oiseaux 1*), Philippe Vételé (Anne de Bretagne 2*), Éric Mignard (Le Castel MarieLouise 1*) et Guillaume Brisard ( Le Skipper ). Un dîner somptueux accompagné de vins

PHOTOGRAPHIE MARGAUX CLÉMENT

délicieux choisis par Michèle Vételé, ancienne meilleure sommelière de France, dans le cadre emblématique de L’Hermitage à La Baule. La Baule Privilège était bien sûr partenaire de cette soirée comme les années précédentes. Les causes défendues par «La Baule Cap Cœur» et «Les matelots de la vie» sont suffisamment belles et généreuses pour entraîner l’adhésion de soutiens conséquents et fidèles. Le traiteur Le Val d’Evre, Ruinart, 40 Years Rational, Bellota-

Bellota, Sodimapro, JV Events, Bordier, Cavavin, Burban et beaucoup d’autres s’étaient associés à cette soirée de prestige qui est devenue un grand classique baulois. En tous cas l’une des soirées les plus chics de la saison estivale. L’artiste Morlaine avait offert un superbe pastel tiré au sort entre tous les participants à la fin de la soirée vers une heure du matin... L’excellence et la générosité font désormais bon ménage à La Baule.

LE COLLÈGE CULINAIRE DE FRANCE PRÉSENT EN CÔTE D’AMOUR Présidé par Alain Ducasse et Joël Robuchon, le collège culinaire de France est présent en Côte d’Amour. Il rassemble des chefs et des producteurs de qualité comme La Mare aux Oiseaux, La vieille forge, La table de Loic, Le 14 Avenue, Burban producteur et Les ruchers du pays blanc. www. restaurantdequalite.fr

En bas : Justine Vidal (JV Events), Loïc Pasquet, Éric Guérin, Ghislaine Arabian, Éric Mignard. En haut : Hervé Louboutin, Michèle Vételé, Alain Cohen, Aurélie Sartres, Jean-Louis Goube (Hermitage), Guillaume Brisard (Le Skipper).

32

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


RÊVE

LA REINE DES REINES Construite pour une demi-mondaine en 1925 par un riche industriel nommé Rosengart (associé de Citroën), la Villa Ker Souveraine à Pornichet symbolise le luxe inouï des années trente. Ses architectes (Vachon et Grave) l’ont bâtie dans un style néo-classique italien qui correspondait bien à l’époque. Aujourd’hui, elle est un lieu de réceptions en tous genres, un promontoire sur le rêve... PAR AYMAR DU PIN PHOTOGRAPHIE KER SOUVERAINE AVEC L’AIMABLE AUTORISATION DE PATRICK GÉRARD

Elle se faisait appeler la comtesse Delanoué. Normal quand on possède un château sur la mer. Ker Souveraine était sa maison avec une décoration appropriée qui vaut toujours le déplacement. Au dernier étage, un salon chinois, un magnifique salon Louis XVI et une salle de bains Art déco comme les autres salons de la Villa surplombant la majestueuse baie de La Baule qui accueillent désormais, tout au long de l’année, nombre d’événements (mariages, réceptions, cocktails, anniversaires, manifestations culturelles) sous l’œil averti de Véronique Modicom, attachée aux relations humaines, à la déco et l’art de vivre. Au cours de sa belle histoire (elle aura bientôt cent ans !) la Villa Ker Souveraine, classée Monument Historique, a accueilli des invités prestigieux comme le roi d’Espagne Alphonse XIII ou le Président du Conseil, Léon Blum. Et quantité de visiteurs restés inconnus. Rose à une époque, elle est redevenue toute blanche pour retrouver ses couleurs d’origine. Qui lui vont bien. De ses terrasses «insensées » (celle du haut avec ses sirènes gravées dans la pierre) on découvre la baie, au centre, comme nulle part ailleurs. Avec une avancée exclusive sur la promenade qui permet, en oubliant totalement le boulevard, d’avoir quasi les pieds dans l’eau. La partie Réception s’ ouvre sur trois beaux salons Art Déco en enfilade face à la mer. Le rez-de-jardin peut vous offrir un appartement et de belles chambres parfaitement aménagés. Un bel outil balnéaire qui ne laisse personne indifférent. Surtout pas les passants scotchés devant à longueur de temps ! Ker Souveraine, villa reine des reines.

34

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


Ker Souveraine, villa reine des reines

VILLA KER SOUVERAINE 202, boulevard des Océanides 44380 Pornichet 06 10 73 55 86 contact@kersouveraine.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

35


HOMMAGE

À L’ A M I FA N FA N T R O P T Ô T D I S PA R U Y.C.L.B. Après son ami Georges Forissier dit «Fofo», l’ami d’Olivier Guichard, François Baley, dit «Fanfan» avait fait siennes les quatre lettres d’or du Yacht Club de La Baule, sa deuxième famille. Expert maritime, bercé à toutes les régates, excellent navigateur, fils de pilote maritime, «Fanfan» avait le don des autres. Cette dimension singulière qui rend les hommes fréquentables et les amitiés durables. PAR HERVÉ LOUBOUTIN

En nous quittant trop jeune (57 ans) et trop brutalement, le président du Y.C.L.B. a passé la dernière bouée de la vie sans se retourner et sans se plaindre. En parfait gentleman de la mer qu’il était et qu’il restera pour tous les «voileux» au long cours qui savent mieux que les autres la fragilité du temps qui passe et trépasse. Dans le «village» comme aime à le dire son ami «Dridri», le patron des Derbys, Fanfan occupait une place de choix. Car les bateaux font rêver et l’une des plus belles baies du monde (la nôtre) constituait son terrain de jeu favori un œil sur l’annuaire des marées et l’autre sur la météo... Partir en bateau avec lui était un moment de grand bonheur partagé dans une convivialité sans fard et sans reproche. En compétition, le marin veillait au grain. Toujours disponible, toujours de belle humeur, toujours attentif à son environnement, Fanfan ne laissait personne indifférent sachant retrouver son autorité naturelle quand les événements l’exigeaient. Amoureux de la baie comme personne, organisateur hors pair de régates élégantes, François Baley veillait sur ses troupes comme un escorteur sur le navire amiral. L’œil vif et le caractère bien trempé. Avec une dose d’humour rentré qu’il distillait à façon. Fanfan a quitté ce royaume des vents et des vagues pour celui du grand large éternel. Qui lui va si bien. Partenaire fidèle et loyal des Derbys de La Baule depuis une trentaine d’années il aimait venir assister à des compétitions sur les autres terrains de ses amis au jumping, au golf, au tennis ou au polo. Les sports rois d’une baie reine. Chez lui, au Pouliguen, le dernier à Dieu avait l’allure d’un rassemblement d’amitié spirituelle dans une église pleine à craquer et débordante d’affectivité. Les marins sont solidaires et la solidarité est d’humeur marine. La Baule Privilège, très attristé, présente à sa chère maman, à sa sœur Frédérique, à son frère jumeau Hubert et à sa fille Clémence outre des condoléances les plus sincères le témoignage de son amitié et l’assurance de sa fidélité.

38

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES DR

1. Fanfan avec sa fille Clémence sur l’Île des Evens un jour de pique-nique convivial organisé par les Derbys de La Baule. 2. Fanfan (François Baley), Dridri (Jean-Claude Driancourt) , Fofo (Georges Forissier) et Pierre-Pol Heckly, président du Y.C.L.F.


ANNE DE BRETAGNE RESTAURANT

ODE À L’IODE FACE À L’OCÉAN... Membre de la prestigieuse association des Grandes Tables du Monde, et distingué de deux étoiles au guide Michelin, Anne de Bretagne est un lieu hors du temps, dédié à la gastronomie et à l’art de vivre.

PALOURDES SAUVAGES SIFFLETS DE POIREAUX, SORBET VINAIGRETTE DE MUSCAT BLANC, HUILE DE COLZA « BIO »

MARINIÈRE DE COQUILLAGES DE LA CÔTE ÉMULSION DE THYM CITRONNÉ

1/2 HOMARD BLEU RÔTI À L’AIL CONFIT ET CORAIL

BAR SAUVAGE

AVEC VUE SUR LA MER

Le Chef étoilé Philippe Vételé y fait vivre sa cuisine iodée et épurée. Véritable passionné de la mer et de ses produits, il s’attache à en sublimer les trésors dans des créations culinaires inventives et audacieuses, telles que sa désormais célèbre DéMichèle Vételé, sommelière d’exception, veille sur l’une des plus belles caves de la région, riche carte des vins, intime et personnelle. Ses remarquables accords mets & vins ont largement contribué à la renommée d’Anne de Bretagne.

CUISSON LENTE, CONCASSÉE DE SARDINES.

RELAIS & CHATEAUX ANNE DE BRETAGNE PORT DE LA GRAVETTE - 44770 LA PLAINE SUR MER – TEL : 02.40.21.54.72

www.annedebretagne.com

HÔTEL

RESTAURANT

COFFRETS CADEAUX


Le rêve s’écrit en musique

44000 NANTES (parking Cathédrale) Tel : 02 40 74 37 44 www.desevedavy-musique.fr

LES GRANDES MARQUES FONT LES MEILLEURS PIANOS


VISITE

LE BEAU QUARTIER Cette très belle villa entièrement restaurée et aménagée se situe dans le beau quartier de La Baule autour du «Royal». De belles lignes et des volumes qui assurent un confort familial et convivial exceptionnel. Tout en art de vivre, cette maison parfaitement décorée fait partie des beaux emplacements baulois où il fait bon se reposer...

PAR OLIVIER D’ARGOL

42

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIE PASCAL KYRIAZIS


Cette villa dégage une impression de calme absolu. Tout est conjugué pour lui donner une solennité qui sied à sa magie et à son élégance. LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

43


VISITE

44

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


L’esprit marin flotte dans toutes les pièces de cette villa avec de belles maquettes de bateaux placées aux bons endroits (reportage effectué avec la complicité de l’agence Péris et des occupants de la villa).

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

45


RENCONTRE

L A PLUS BAULOISE D E S PA R I S I E N N E S L’un de ses trois hôtels à Paris (Le Raphaël) est un lieu mythique. Un bel endroit pour converser et évoquer La Baule et la Presqu’île où Véronique Valcke-Beauvais revient très souvent. En TGV. Avec des «odeurs» en passant Donges qui la réveillent et la motivent. Ses trois filles, Héloïse, Éléonore et Constance, sont souvent du voyage. Pour des séjours familiaux ponctués par le farniente, le sport et le marché... PAR OLIVIER D’ARGOL

PHOTOGRAPHIE VALCKE-BEAUVAIS

Sa famille (le groupe Baverez du nom de sa maman) a acheté Le Regina en 1898, puis Le Majestic en 1904, avant de faire construire Le Raphaël en 1925. Trois petits palaces parisiens qui occupent une place de choix dans l’univers huppé des hôtels de luxe. C’est elle qui les dirige aujourd’hui après de brillantes études de Droit et de Finances effectuées à Caen et à Paris. Le challenge familial a été relevé sans problème pour garder l’indépendance du groupe et lui assurer sa pérennité. Les trois hôtels réalisent un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros et font travailler 250 personnes. Une belle entreprise dans un secteur parisien en pleine mutation. Dans l’élégante salle à manger du Raphaël, la directrice générale s’enquiert du moindre problème. Auprès de ses salariés qui l’appellent «Véronique» ou «Madame» selon l’ancienneté. Elle passe tous les jours dans chaque hôtel au gré des appels ou des rendez-vous. Un management à visage très humain. Bauloise depuis l’enfance, Véronique Valcke qui Héloïse, Éléonore, Véronique et Constance séjourne sur l’esplanade Benoît connaît le village devant une tente de plage à La Baule comme sa poche citant bistrots et restaurants, boutiques et magasins, sans jamais se tromper, avec simples et plus vraies. D’une jolie formule, elle résume d’ailleurs ses préférences : Nossy Bé, QG beach, Les Bains, le parisianisme à sa façon : «Au Raphaël, tout le monde se connaît Julo le Bulot, l’Aparté, la Tour de Pise, l’Écailleur, etc. «J’adore cuisiner et pour cela le marché de La Baule est un endroit mais personne ne se reconnaît...». Ce jour-là, Frédéric Mitterrand, rêvé. On peut y aller à pied ou en vélo. Difficile de ne pas trouver ce que tout sourire, y tournait un film. De ses parents (Christian Beauvais l’on veut..» explique cette mère de famille qui aime être entourée de et Françoise Baverez), Véronique Valcke (le nom du père de ses sa bande de copains qu’elle retrouve tout au long de l’année dans la enfants) a gardé l’âme entrepreneuriale et familiale. À la tête du station. Des habitués, comme elle, qui aiment la discrétion. Joueuse groupe hôtelier, elle continue à entretenir la flamme de cette saga de golf (elle a apprit chez Éric Lebreton), elle pratique ce sport portée par l’art de vivre et l’accueil des gens. avec son compagnon belge, gestionnaire de fortunes, qui apprécie Le ressourcement baulois (et normand entre Vernon et Évreux) comme elle la qualité des parcours dans toute la Presqu’île. Sans lui permet de garder la forme et d’entretenir son moral d’acier. oublier son bateau, ancré au Pouliguen, pour les parties de pêche Cette femme d’affaires qui est l’élégance même est une Bauloise et les balades au grand large... Contrairement à Paris, les relations accomplie. L’une de nos ambassadrices les plus convaincantes et les plus douées ! aux autres sont ici plus

46

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


VUE DU CIEL

VUE DU CIEL La Presqu’île vue du ciel possède une grâce absolue. Celle qui permet de réconcilier la terre et la mer dans un même regard de ferveurs partagées. Une expérience unique, avec la complicité de Pierre de Brissac, le pilote de la baie et l’ami du «village». De Pornichet au Croisic et de Guérande au Pouliguen, c’est la même poésie saisie au vol par nos photographes. Aimer La Baule est un privilège. L’aimer du ciel, une plénitude... PAR OLIVIER D’ARGOL

50

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS & CHARLES MARION


LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

51


VUE DU CIEL

Les eaux de la Presque...île, au large du Croisic et de Pen Bron; près des rochers ou dans les marais salants. Des couleurs contrastées, limpides et belles...

52

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

53


VUE DU CIEL

La côte sauvage, le port du Croisic, le chenal du Pouliguen et la pointe de Penchâteau: tous les mystères de la baie en quatre clichés d’exception. 54

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

55


VUE DU CIEL

56

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


Les remparts de Guérande et son abbatiale : un pied dans l’Histoire et l’autre dans le rêve. Beau témoignage d’unité et de beauté rassemblées sur un seul site connu dans le monde entier.

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

57


LE

FORTDE L’OCÉAN UN RELAIS ET CHÂTEAUX FA CE À LA ME R, SUR LA CÔTE SAUVA G E . W W W. H O T E L F O R T O C E A N . C O M

LE FORT DE L’OCEAN CÔTE SAUVAGE - 44490 LE CROISIC TÉL. : 02 40 15 77 77 - FAX : 02 40 15 77 80


CRÉATION

I TRANSFORMATION

I

RÉPARATION

2, ALLÉE DES CAMÉLIAS ENTRE L’AVENUE DE GAULLE ET LA POSTE TEL : 02 40 53 59 01 WWW.JOAILLIER-LABAULE .COM


VISITE

64

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


UN AIR D E PAY S BASQUE Située à La-Baule-les-Pins, près de l’allée cavalière, cette grande et spacieuse villa a un air de Pays basque. Entourée d’un joli parc, elle rayonne comme un témoin de la grande épopée architecturale de l’entredeux guerres. Agencée avec un goût très sûr par ses propriétaires, elle dévoile les charmes d’un luxe discret dans la grande tradition de la station... PAR OLIVIER D’ARGOL

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

65


VISITE

Rien n’a été laissé au hasard: chaque pièce possède sa magie propre dans le respect absolu d’une harmonie générale qui s’impose à tous comme une promesse de bonheur... (reportage effectué avec la complicité de l’agence de la plage Benoit et des occupants de la villa) Sculpture : Martine Kerbaol juillet août expo été à la Villa Boesh au Pouliguen. Permanence : Galerie Tony Rocfort. La Baule - Galerie de l’estuaire. Honfleur - Galerie Mickael Marciano. Paris. Lampe Waaf - structures.me 66

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

67


CHIC

SHORE UN NOUVEAU MONDE Après avoir tenu le Beach bar devant l’avenue de Gaulle, Sophie et Yves Guérin ont décidé de créer une brasserie chic au bout de l’avenue Lajarrige, face mer, baptisée : Shore. Une aubaine pour la seconde avenue bauloise toujours en quête d’une locomotive capable de lui redonner relief et dynamisme... PAR MAX DEBLEY

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS ET MAXIME IMBERT

L’ancienne librairie au pied du grand immeuble faisait un peu triste mine. Pratique, professionnelle, mais un peu désuète. L’endroit abrita aussi un temps un office de tourisme, un tabac, la Poste et une radio. Autrefois. Grâce à l’opiniâtreté d’un couple motivé, ce lieu un peu triste va retrouver une modernité et une élégance qui va modifier en profondeur l’idée que l’on se faisait de cette grande avenue centrale entre de Gaulle et Pornichet. Sophie et Yves Guérin ont lancé des travaux très importants, avec le concours de Jérémie Airiau, architecte nantais, pour permettre à leur établissement de tenir son rôle dans le paysage bien rempli des brasseries et des restaurants de la Presqu’île. « On aimerait donner au Shore une petite touche de raffinement supplémentaire pour lui permettre de tenir son rang très rapidement » expliquent ses concepteurs qui ont pensé le projet en famille après plusieurs séjours sur la côte Ouest des États-Unis... Entièrement repensé, l’ancien plateau de la librairie, sur trois niveaux, permettra de multiplier les salles et les terrasses avec leurs parquets de chêne du plus bel effet. Une déco appropriée complètera le tout pour donner au Shore ses lettres de noblesse en jouant sur plusieurs registres : les petits déjeuners, les déjeuners, les goûters, les dîners, mais aussi le salon de thé et les glaces (avec une sélection d’exception du Glacier parisien Raimo) et les fruits de mer qui bénéficieront d’emplacements privilégiés à l’intérieur comme à l’extérieur de l’établissement. Le personnel sera habillé de marinières bleue et blanche pour donner le ton chic (et pas snob) du Shore (rivage en français) qui devrait vite conquérir les esprits et les cœurs...

70

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


SHORE

BRASSERIE CHIC

35, boulevard de l’Océan 44500 La Baule Tél : 02 40 60 14 75

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

71


ARCHITECTURE

L’ É L É G I A , EN FRONT DE MER Sorti de terre l’hiver dernier au milieu du remblai (27-28 boulevard de l’Océan) le programme du groupe nantais Bâti-Nantes dirigé par François-Régis Bouyer et Christophe Desfossés est le dernier projet conséquent du front de mer en termes d’appartements et de commodités. À deux pas de l’avenue Lajarrige (le 2e centre baulois) qui va ouvrir une brasserie top, Le Shore, cet été, l’immeuble de Bâti-Nantes constitue, sur l’un des derniers sites d’exception, une référence majeure du renouveau architectural baulois. PAR NICOLAS BOILEAU

PHOTOGRAPHIES BÂTI-NANTES

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

73


ARCHITECTURE

Ses architectes inspirés ont voulu rester dans l’esprit de l’océan en créant un équilibre entre les voiles et la baie... L’immeuble de cinq étages joue avec la lumière et l’espace avec une impression de volume décuplée par une vue panoramique exceptionnelle. Balcons et terrasses ouverts sur le ciel et la mer permettent au regard de prendre le large pour des traversées immobiles... «The details are not the details. They make the design». La citation du célèbre architecte designer US résume bien la philosophie de ce dernier vaisseau du front de mer. «Les détails ne sont pas les détails. Ils font le design» et les trois bow-windows de la façade sont comme des voiles courbes qui affirment le caractère de l’immeuble tout en préservant l’intimité des balcons qu’ils encadrent, invitant le regard à s’échapper tout en prolongeant la durée de l’ensoleillement. Tout ici a été conçu pour le confort maximum des occupants avec l’utilisation des dernières technologies en matière d’équipements intérieurs, comme pour le chauffage et la climatisation. Par ailleurs, chaque appartement est pourvu d’un système de portier/vidéophone électronique commandant la porte principale de l’immeuble et d’une porte palière blindée avec cinq points de fermeture, un entrebâilleur et un viseur optique. Les promoteurs ont baptisé cela la « tranquillité d’esprit ». Cela compte aussi. Comme leur slogan choisi pour promouvoir élégamment l’Élégia : « Investissez à La Baule dans une valeur sûre. »

74

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

«The details are not the details. They make the design». La citation du célèbre architecte designer US résume bien la philosophie de ce dernier vaisseau du front de mer. «Les détails ne sont pas les détails.»


Au rez-de-chaussée de l’immeuble Élégia, en front de mer, un nouveau Spa-Thalasso ouvrira ses portes l’année prochaine avec des services appropriés pour une clientèle de proximité mais aussi de passage. Géré par Pascale Bouyer, ce nouvel équipement baulois veut concilier qualité des soins et moments de douceur. Avec une incroyable vue sur la mer... Une nouvelle thalasso à La Baule-les-Pins, au milieu de la baie, ouvrira ses portes à Pâques 2016. Elle s’inscrit dans la continuité d’une des plus anciennes thalasso de La Baule. Appelée autrefois thalasso Pajot elle vit le jour au début du XXe siècle dans une station reconnue pour ses bains de mer. Cette belle histoire est revisitée avec élégance et modernité par Pascale Bouyer et ses équipes pour répondre à une clientèle en recherche de qualité de soins et de moments de douceur. Le projet ambitieux s’articule autour de deux axes principaux : Un espace thalasso « classique » avec une piscine d’eau de mer, des jets, un courant de nage et un jacuzzi ouvert au public et des soins de bains bouillonnants, d’enveloppements d’algues, de douches à affusion. Un espace spa bien-être avec des massages, des soins du visage et une pièce dédiée à une mise en beauté avec coiffeur, maquillage, onglerie... Au rez-de-chaussée d’Élégia, immeuble de grand standing, l’architecture et la décoration raffinée et moderne se conjuguent avec des produits de qualité et des équipements de premier choix. Point fort de cette nouvelle réalisation : une vue incroyable sur la mer depuis deux terrasses extérieures qui en feront un lieu de détente et de soins, mais aussi un centre de capacité «humaine» qui sera ressourçant et paisible. Un véritable écrin de santé et de bien-être.

«Le Spa-Thalasso La Baule-les-Pins ouvrira à Pâques en 2016.»

www.batinantes.fr

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

75


DECORATION INTÉRIEURE

68 AVENUE DE GAULLE 44500 LA BAULE 02 40 11 38 61 ventdouestla@gmail.com

1 PLACE DU PILORI 44350 GUÉRANDE 02 40 62 12 77 ventdouestla@gmail.com

OUVERT 7 JOURS SUR 7


MUSIQUE

UN BALCON EN BRIÈRE Ancien élève du Conservatoire de Paris, le musicien s’est fait paysan. Dans sa ferme de Kervy, Philippe Loudière développe depuis 2002… un élevage bio. Il propose la viande en vente directe. PAR CHRISTOPHE TÉZIER

Sentinelle d’une propriété XIXe surgie de nulle part, la ferme de Philippe Loudière est en bordure d’une petite route chaotique qui, plus loin, vient mourir sur le marais. Sur la gauche, prospèrent betteraves, blé, pois... Des cultures biologiques destinées à compléter l’alimentation de son bétail qui, toute l’année, profite des prairies naturelles environnantes. Éleveur musicien, Philippe Loudière est depuis treize ans installé à Saint-Lyphard. Sur ce balcon en Brière qui aurait pu inspirer l’Éden pastoral recherché par Julien Gracq. 150 hectares, dont soixante de prairies inondables – « ce qui l’été assure de l’herbe verte » –, des vaches charolaises, des limousines, une dizaine de salers, des brebis Suffolk, une quarantaine de cochons… Et pourtant, Philippe Loudière n’est ni de la région, ni fils de paysan. Une jeunesse versaillaise, des études littéraires et de musique suffisamment abouties pour briguer une direction d’orchestre l’ont d’abord mené au Conservatoire National de Boulogne. « J’aime la musique, le milieu professionnel qui gravite autour beaucoup moins. Le jour où j’ai signé mon contrat, j’ai su… que je voulais en fait être paysan ». Un souhait d’enfant forgé à la faveur de vacances passées chez un oncle agriculteur dans la région de Fougères. Délaissant pupitre et carnets, le professeur Philippe Loudière redevient étudiant. Après un BTS décroché par correspondance tout en travaillant dans une exploitation viticole en Charente, il intègre l’école d’agronomie de Purpan à Toulouse. « Diplômé à… 34 ans, j’avais eu le temps d’arrêter mon projet :

78

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

reprendre le plus vite possible un élevage, développer le bio, miser sur la vente directe de viande. » Les fermiers de Kervy prenant leur retraite, le voilà, avec quelques aides bancaires et familiales en poche, débarquant au cœur du Parc naturel régional de la Brière : « j’ai aussitôt été conquis par ce site exceptionnel ». La maison familiale a été rafraîchie, le bio développé comme il se doit, le troupeau élevé et soigné de façon naturelle (homéopathie, huiles essentielles, plantes)… Douze ans plus tard, Kervy tourne en autonomie s’accommodant des saisons difficiles – les caprices du ciel – qui, parfois, succèdent aux années prometteuses. Trois jours tous les deux mois, Philippe Loudière abandonne sa femme et ses quatre enfants. Sa remorque frigorifique chargée d’une tonne cinq de viande, il part livrer ses clients. Un périple qui l’amène notamment en région parisienne. Boulevard Saint-Michel, quai de Grenelle, Rambouillet, au PlessisRobinson, à La Plaine Saint-Denis, … il distribue des colis de six, dix ou quinze kilos conditionnés sous vide à ce réseau éloigné qui, comme celui de la Presqu’ile guérandaise et de La Baule, lui passe commande par téléphone ou mail. Mais Philippe l’agriculteur n’a pas mis en jachère sa passion pour la musique. À la maison, la harpe de son aînée anime la salle de séjour. Co-titulaire des orgues de la collégiale, il a dirigé le chœur de l’École de musique de Guérande pendant sept ans. S’il a depuis intégré l’orchestre baroque de Saint-

Nazaire où il est au clavecin et à l’orgue, il projette de reprendre la baguette. Et pourquoi pas… la charrue : « des exploitations bio redécouvrent les avantages de la traction animale. Elle peut être plus efficace qu’un tracteur pour le maraîchage ou le sarclage. J’ai l’intention d’acquérir deux chevaux de trait ». Folklore ? Utopie ? Rêve inavoué de gamin ? Non. Philippe Loudière connaît sa partition. Il sait mettre les chevaux sur le bon pas. Dans une autre vie, ce cavalier, fan de dressage, a travaillé pendant deux ans à Saumur. Recruté pour mettre en musique les reprises des quarante-trois écuyers du Cadre noir.


« Le bétail est sensible à la musique. Mozart l’apaise. »

VENTE DIRECTE

PHILIPPE LOUDIÈRE Production de viande labellisée AB Agriculture Biologique. 44410 Saint-Lyphard (à côté des pépinières Gicquiaud) IZa/%')%.&(+,*™%+'%*)*(,) fermedekervy@orange. www.borism.fr/aschool/csweb/ploudiere

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

79


SAVOIR FAIRE

FUMÉ AV E C PA S S I O N À Piriac, on ne pêche pas le saumon, on le fume. La salaison de Yannick Hudault a ses inconditionnels. Particuliers comme restaurateurs. PAR ANN CLAIR

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

Cela fait déjà des années que la réputation du Saumon de Piriac a franchi les frontières de la Presqu’île. Pourtant rien ne destinait Yannick Hudault à prendre en main, courant 2004, les destinées de cet atelier de salaison. Avant d’en pincer pour le poisson fumé, ce natif de La Turballe a d’abord été un oiseau de nuit. Pendant vingt ans, repreneur du dancing créé par Monette et si cher au groupe de rock Elmer Food Beat, il a fait se déhancher des générations de vacanciers, Pointe du Castelli. Début 2000, lassé des tracasseries administratives, des sautes d‘humeur du voisinage et des nuits blanches Yannick Hudault songe à raccrocher et à vendre les murs. Concours de circonstance : Patrick Louvrier qui a lancé en 1986 Le saumon de Piriac, prend sa retraite. « La qualité et le sérieux de l’entreprise étaient déjà reconnus. J’ai franchi le pas. Avec prudence. Je n’ai pas tout bousculé. Ses choix étaient heureux. Je me suis contenté de procéder à quelques ajustements en introduisant le thon germon ou les filets de maquereau » souligne l’artisan. « Et si effectivement notre production ne cesse d’augmenter – une trentaine de tonnes par an – le saumon fumé au sel sec de Guérande demeure notre marque de fabrique. Il représente 70 % des ventes. » Dans l’atelier de la rue du Gué Haut, à l’exception du saumon royal d’Alaska qui, pour des raisons sanitaires, traverse l’Atlantique congelé et en container, les saumons arrivent par camion principalement d’Écosse, plus rarement d’Irlande ou de Norvège : « Lavés, conditionnés sur place… on les récupère quatre jours après à Piriac. » Le rythme de travail de Yannick Hudault et de ses trois salariés est immuable. Décembre, à l’approche des fêtes, juillet et août, saison estivale oblige, sont les plus chargés. En début de semaine, les filets sont levés puis fumés pendant seize ou dix-

« Le poisson est salé au sel de Guérande ou en saumure. »

80

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

huit heures à une température qui varie entre 22 et 24 degrés dans les deux fours. Le bois utilisé est le hêtre, « celui qui laisse le meilleur goût ». Suivent le conditionnement et l’expédition. Les jeudis et vendredis, le labo est nettoyé et désinfecté du sol au plafond. Ces salaisons haut de gamme – entre soixante et cent euros le kilo de saumon en tranches – ne souffrent pas de la concurrence. Vendues essentiellement dans les poissonneries, les épiceries, les grandes et moyennes surfaces de la région, plus rarement directement au consommateur, elles sont également au menu de nombreux restaurateurs de la place. Au plan national, notamment dans le sud de la France, elles s’affichent désormais sur les plates-formes de distribution de produits bio. On ne change pas une recette gagnante. Yannick Hudault se satisfait de sa carte qui a assis la solidarité de son entreprise : « Plutôt que de la compléter, j’aimerais – si l’administratif m’en laisse le temps – développer une véritable activité traiteur en proposant plus de verrines et autres salaisons arrangées aux épices ».


« J’aimerais développer une véritable activité traiteur en proposant plus de verrines et autres salaisons arrangées aux épices. »

CERTIFIÉ BIO

LE SAUMON DE PIRIAC

L’équipe de Yannick Hudault utilise le bois de hêtre pour sécher et fumer le saumon.

rue du Gué Haut 44420 Piriac-sur-Mer Tél : 02 40 23 59 57 Tél : 06 88 03 79 79 www.saumon-piriac.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

81


GOURMET

«Le pigeon n’est ni une volaille, ni un gibier, c’est un oiseau. »

Rémy Anezo, désormais associé à son fils Matthieu : « Pour être bon dans l’assiette, le pigeon doit être bien dans ses plumes ».

82

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


ICI LE PIGEON EST ROI Hier plat de la cour de France, le pigeon reste un mets de choix pour les gourmets. Éleveur à Mesquer, Rémy Anezo fournit les meilleures tables bauloises et de Paris. PAR ANN CLAIR

Dans une autre vie, Rémy Anezo a travaillé pour Aérospatiale. Il participait à la conception des tableaux de bord des premiers Airbus. Mais ne lui dites pas que cet intermède est à l’origine de sa passion pour les pigeons, associés à jamais à l’épopée de l’Aéropostale. « Gamin, je grimpais déjà dans les arbres pour découvrir ce qui se cachait dans les nids. J’élevais tout un tas d’oiseaux, des pies, des chouettes… et des ramiers », corrige l’enfant de Mesquer. Non, c’est une réunion d’information tenue par des professionnels à Redon qui lui a fait changer de voie. Fini Saint-Nazaire, retour au bercail. Trente ans après, deux mille cinq cents couples (bientôt plus de trois mille), d’une dizaine de races différentes, se reproduisent chez lui toute l’année sur des nids de paille dans des vastes cages exposées à la lumière du jour. Si Rémy Anezo est l’un des deux cents producteurs de pigeons de chair installés en France, il est loin des pratiques intensives qui ont fait de notre pays l’un des leaders mondiaux. « Le pigeon n’est pas une volaille. C’est un oiseau », répète-t-il à l’envie aux visiteurs et chefs qui découvrent son élevage. Ici pas de batteries glauques. Couvés pendant deux semaines, les pigeonneaux sont d’abord nourris avec « le lait de jabot » puis au blé et au maïs auxquels s’ajoute un complément

PHOTOGRAPHIE PASCAL KYRIAZIS

protéiné à base de tournesol, pois, graines de lin et soja, sans OGM. Lorsqu’ils ont entre trente et trente-quatre jours et qu’ils pèsent environ sept cents grammes, ils sont abattus sur place par étouffement (et non saignés). Sa proximité avec La Baule et son implantation dans l’ouest – une région où ce lointain cousin qu’est le biset des villes fait rarement le trottoir – ont aidé Rémy Anezo à se faire un nom mais également à redonner au pigeon ses quartiers de noblesse dans les bottins gourmands. Car, paradoxe, ce volatile a trop souvent mauvaise réputation alors qu’il est sur la carte des meilleurs étoilés. « Symbole de la gastronomie française, il est depuis toujours un plat de choix », souligne-til. « Sa viande rouge est tout à la fois tendre et ferme. Son goût n’a rien à voir avec celui d‘un poulet, d’une dinde ou d‘une caille. Et comme le disait Bernard Loiseau il y a mille façons de le cuisiner. » Le pigeon d’élevage peut être servi rôti, grillé, en ragoût, farci… Multiples, ses accompagnements varient selon les régions, les traditions, les saisons, les pays. À ceux qui pensent encore qu’il ne peut y avoir dans l’assiette un pigeon sans petits pois, on ne saurait leur conseiller de l’associer à une purée de céleri ou, comme dans la pastilla marocaine, à des amandes et des épices.

Les pigeonneaux de Rémy Anezo qui n’aime jamais tant parler de sa passion qu’avec Jean-Pierre Coffe, ont d’abord fait le bonheur gustatif des convives de Jacques Thorel (L’Auberge Bretonne, La Roche-Bernard), d’Éric Guérin (La Mare aux Oiseaux, SaintLyphard), d’Éric Mignard (Le Castel MarieLouise, La Baule) et plus largement les tables de la chaîne Barrière… Ils ont depuis dépassé les limites de la Presqu’île. Épaulé depuis peu par son fils Matthieu, le Mesquerais livre chaque semaine deux cent cinquante pigeonneaux à une quarantaine d’adresses. En Suisse, au Luxembourg, à Marseille sur le Vieux-Port (Une Table au Sud)... À Paris, le Pigeon de Mesquer est l’une des spécialités de La Fontaine Gaillon, l’établissement proche de l’Opéra, propriété de Gérard Depardieu et de Carole Bouquet. Inscrit au menu du restaurant de l’Assemblée nationale, il est aussi proposé chez Cachette le bistrot ouvert dans le VIe arrondissement par le complice sur M6 d’Omar Sy, Fred Testot qui a des attaches familiales dans la Presqu’île. Il y a quelque temps, Rémy Anezo y a croisé Mazarine Pingeot. Il lui a confié combien autrefois son père avait apprécié le Pigeon de Mesquer que lui avait préparé Éric Mignard. Le pigeon, un plat pour les monarques !

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

83


NOS AMIS

L’ I T I N É R A I R E D’UNE SARDINE G ÂT É E Gérard Louis et ses équipes ont accueilli dans leur restaurant du Croisic, les amis vignerons de La Baule Privilège pour un déjeuner autour de la sardine, poisson-roi de la côte atlantique. Une dégustation haute en couleurs autour des meilleurs muscadets de la région. Avec un expert approprié : Olivier Guéret, l’original et compétent patron du Garage à Vins au Pouliguen... PAR NICOLAS BOILEAU

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

« Monsieur Louis » en compagnie des vignerons à L’Océan au Croisic pour un repas convivial autour de la sardine de La Turballe.

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

85


NOS AMIS

De gauche à droite, Fred Niger, Vincent Perraud, Olivier Guéret et Jo Landron

Rendez-vous à midi devant les rochers du Croisic. Pour une dégustation. Comme chaque année avant la sortie de La Baule Privilège, les vignerons de Loire-Atlantique sont présents avec leurs meilleures bouteilles. Et leurs bonnes mines ensoleillées : Jo Landron, 56 ans, producteur du Domaine de la Louvetrie à La Haye-Fouassière ; Fred Niger, 43 ans, producteur au Landreau du Domaine de l’Écu et Vincent Perraud, 49 ans, de Clisson, producteur du Domaine des Cognettes et Jérome Bretaudeau, Domaine de Bellevue. Quatre amis qui pratiquent une viticulture soucieuse de l’environnement et qui redonnent au muscadet ses lettres de noblesse. En tirant vers le haut. Vers l’excellence. Gérald Samson, le chef de L’Océan (restaurant et bistrot), gendre de «Monsieur Louis» et père de Charles et d’Emmanuelle (la nouvelle génération en marche) a préparé autour de la sardine pêchée dans la nuit au large de La Turballe, le port voisin, plusieurs plats dignes de tous éloges : rillettes de sardine, sardines marinées à l’huile d’olive, beignets de sardine,

86

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

tarte fine à la sardine et sardines grillées avec des «Bonnottes», la célébrissime pomme de terre de Noirmoutier, élevée dans des sables d’or, et que l’on déguste avec la peau... Chaque plat est servi avec un vin différent afin d’obtenir l’accord parfait. La fraîcheur de la sardine va de pair avec celle du muscadet qui se boit toujours à la bonne température. Subtilement refroidi mais pas trop ! Face à la mer, dans ce décor de rêve que constitue L’Océan revisité par l’architecte nantais François Bureau, il y a quelques années, l’alliance mets-vins est un moment de bonheur, tous les éléments alentours favorisant le recueillement nécessaire à ce genre de poésie. Car la gastronomie pratiquée à ce bon niveau d’exigences partagées recèle de l’émotion, du plaisir et de la volupté. On est loin des fastfoods et des restaurants insipides du laisseraller français. Heureusement. L’itinéraire de notre sardine gâtée est un viatique obligé pour tous les amoureux de ce poisson découvert aux temps anciens par les Grecs au large de la

Sardaigne et cousin du hareng et de l’alose. Un grand poisson malgré sa petit taille. Que l’une des tables les plus prestigieuses de la région où l’on sert d’excellents poissons (le bar en croûte de sel par exemple) accorde encore à la Sardina pilchardus une place de choix montre qu’il ne faut encore totalement désespérer de notre modernité en matière gastronomique. La famille Louis a bien compris, depuis plusieurs décennies, que seule la qualité intrinsèque de la chose pêchée comptait in fine dans l’assiette et pas autre chose. Si vous passez cet été sur la côte sauvage, (magnifique balade à vélo par la côte sauvage), arrêtez-vous au Bistrot de L’Océan près des rochers pour y déguster une demi-douzaine (ou plus) de cet excellent poisson pêché dans la nuit et pas toujours apprécié à sa juste valeur (la conserve l’emprisonne injustement) ou très mal «préparé»... Prenez avec un verre de muscadet nantais pour rester dans la note (au sens propre comme au sens figuré) et ne pas verser dans un «exotisme» qui n’a pas lieu d’être...


GRAND HÔTEL

LE DE

L'OCEAN UNE INVITATION À TOUS LES VOYAGES

WWW.R E STAU RANTLO C EAN .COM


DU VERT

DES ALGUES DANS VOTRE ASSIETTE Les Japonais en raffolent. Les Français les (re) découvrent. Au Croisic, Jean-Marie et Valérie Pédron ramassent et conditionnent les algues. Les bonnes tables en redemandent. PAR ANN CLAIR

Comme d’autres cherchent les champignons, Jean-Marie Pédron cueille les algues. Trois fois par semaine, équipé d’un râteau, il parcourt la côte sauvage. La laitue de mer, la nori, la dulse, le haricot de mer remplissent son panier. À la ferme marine, elles sont aussitôt triées, sélectionnées, coupées aux ciseaux, ou encore séchées, conditionnées en sachet ou en bocaux, proposées en tartare, en confit… Les bonnes tables de la région – à commencer par le Ty Mad et le Fort de l’Océan au Croisic – comme celles de Paris les apprécient. « Pour démocratiser les algues, les amener dans les assiettes, nous nous sommes appuyés sur le savoir-faire et la réputation de leurs chefs », observe Jean-Marie. Effectivement, s’ils n’en consomment pas encore autant que les Japonais, les Français sont chaque année plus nombreux à découvrir les qualités nutritionnelles et gustatives de cette nourriture végétale sortie des océans. Riche en oligo-éléments et en minéraux, elle accommode avec autant de finesse une viande grillée qu’elle se déguste sur un toast grillé, assaisonne des noix de Saint-Jacques, relève un potage ou s’incorpore… dans des nougatines. Ainsi va le quotidien de Jean-Marie Pédron. Depuis dix ans, avec son épouse Valérie et leurs enfants, il s’est amarré à la saline Saint-Goustan. Un espace naturel de sept hectares au cœur du Croisic, épargné – non sans vigilance – de la pression immobilière. Pendant cinq siècles, des générations de

88

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

paludiers ont produit l’or blanc sur ces œillets reliés à la mer par un bief en partie souterrain. Dans les années 1960, l’exploitation étant tombée en désuétude, son père Joseph y développe un des premiers spots aquacoles de France avec le concours de la Compagnie Générale Transatlantique alors en quête de diversification. Quatre décennies plus tard, Jean-Marie, licencié en Droit et Valérie, une Nazairienne passée par les Beaux-arts et l’IUT de Tech de co, ont repris le flambeau avec un projet professionnel bien établi. « Après avoir géré et animé les aquariums de Saint-Malo et de la Mulatière près de Lyon, nous avons sauté dans un autre bocal », résume Jean-Marie dont la volubilité et la précision de ses explications trahissent une passion gourmande pour son métier.. « Faire revivre la saline était un retour aux sources. J’y ai grandi et j’ai passé mon enfance à courir sur les rochers du Croisic. C’est sur le terrain que j’ai appris ce nouveau métier avec toute sa dimension écologique et scientifique. D’autant que nous n’en sommes qu’au début. Si l’algue a toute sa place dans la cuisine, elle va sans doute être de plus en plus utilisée dans la pharmacologie et la cosmétologie.» « Aujourd’hui, nous sommes 24 heures sur 24 les deux mains dans l’eau. Mais loin de nous l’idée de faire du militantisme. Nous nous efforçons simplement de développer une activité raisonnée sur cet espace. Ce qu’on a perdu en

niveau de vie, on l’a gagné en qualité », ajoute Valérie qui propose sur place ateliers culinaires et visites pédagogiques. Un parcours guidé qui permet d’approcher l’autre activité de la ferme marine : l’élevage des naissains de palourdes en liaison avec le laboratoire Mer, Molécules Santé de l’Université de Nantes. Une gigantesque nurserie nourrie avec quoi ? Des micro-algues invisibles à l’œil nu, développées et chouchoutées sur place bien évidemment. Le premier maillon de notre chaîne alimentaire.

En chaud et en froid, les recettes à base d’algues sont multiples.


Valérie et Jean-Marie Pédron sont installés au cœur du Croisic.

« Si l’algue a toute sa place dans la cuisine, elle va sans doute être de plus en plus utilisée dans la pharmacologie et la cosmétologie. »

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

89


PORTRAIT

L’ A F FA B L E D E L A B R I È R E OU LE CARACTÈRE D’ÉRIC GUÉRIN Rencontrer Éric Guérin, au calme, dans ses pénates insulaires est un véritable régal. Car l’homme n’est pas banal. Avec ses boucles d’oreille de pirate ou de corsaire ramenées de Grèce, le «Chef» du marais de Brière, à Fédrun, ne fait qu’un avec sa maison de pierres, d’eaux et de vents, qu’il a bâtie depuis vingt ans avec un soin particulier. PAR HERVÉ LOUBOUTIN

L’enfant de Giverny, puiset impressioniste s’il en est, a gardé de ses passées de canards ici bas, un vrai goût pour la diversité. Cuisinier dès l’âge de quinze ans (un chiffre clef dans son itinéraire) passé par la Tour d’Argent ou Taillevent à Paris (nobles institutions) et la Tour Eiffel (Le Jules Verne), Éric Guérin a toujours pratiqué la double culture de l’inné et de l’acquis. Comme ses boucles singulières qui lui vont bien. Identité. Pour fêter les vingt ans de la Mare aux Oiseaux le 13 avril dernier, au cœeur de la Brière, ce poète de la gastronomie avait à gérer un « raz de marée de sympathie » avec ses deux cent vingt invités de toutes conditions et de toutes opinions. Notables et Briérons compris. Le « coup de foudre » du 1er avril 1995, à 25 ans, s’est métamorphosé en une belle histoire d’amour pour la région, ses produits et ses saisons. Marais d’eau douce, marais salant et eau de mer ont porté le jeune créateur vers une quête d’excellence et d’originalité qui n’est pas prête de se terminer ! « Ici, c’est un peu l’Asie et l’Afrique chaque jour recommencées », explique Éric Guérin qui adore voyager. Le lendemain de notre entretien il partait au Japon avec une quinzaine de Chefs réputés. L’établissement n’a cessé depuis ces vingt dernières années de se transformer abritant aujourd’hui, en plus d’un restaurant étoilé au Guide Michelin, un espace bien-êre, et quinze de chambres, faisant travailler entre 35 et 45 personnes selon le calendrier. « Je suis arrivé ici pour un moment de vie et même si ce n’est pas un long fleuve tranquille, je poursuis mon parcours enrichi par l’environnement » explique Eric Guérin avec un beau sourire qui tranche avec les tracasseries administratives que les créateurs subissent, en France, à tout bout de champ ! Soucieux de pratiquer le

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

mimétisme, il se réjouit de voir aujourd’hui son ancien bras droit, le Catalan Albert Riera, tenir les fourneaux de sa deuxième affaire à Giverny. Deux étoiles pour deux maisons. Chacune la sienne. L’expérience et les années, lui ont permis de relativiser les choses et de trouver un équilibre conséquent : « On ne peut pas toujours être à la pointe, il faut aussi savoir repenser ses certitudes. Evoluer. Jouer toujours sur l’exceptionnelle qualité des produits qui nous entourent et modifier les goûts par petites touches...». Originaire de Toulouse, une enfance à Giverny (où ses parents vivent toujours), l’adolescence en Brière et en Presqu’île : des chemins enjambés à grands pas et sans états d’âme négatifs pour laisser passer la passion, l’émotion et le rêve. Très présent sur les réseaux sociaux, Éric Guérin y bénéficie d’un véritable capital sympathie, grâce au travail de communication d’une équipe soudée et déterminée. Même si une seconde étoile à la Mare aux Oiseaux lui ferait plaisir, il n’aimerait pas qu’elle atteigne à son immense besoin de liberté et de contacts tous azimuts. Soucieux de préserver une sérenité d’entrepreneur souvent compromise. Le Chef qui élabore la carte et les menus et conseille le Seasons à La Baule prépare également la sortie d’un livre, qui regroupe des textes et des photos prises aux quatre coins du monde lors de ses voyages, évoquant entre les lignes et à l’aide de recettes un côté plus personnel de sa vie. Vingt ans après le « coup de foudre », la belle rencontre du marais et du cuisinier perdure. Pour le plus grand bonheur des inconditionnels de sa cuisine qui ne ressemble, vraiment, à aucune autre.

«même si ce n’est pas un long fleuve tranquille, je poursuis mon parcours enrichi par l’environnement.» Eric Guérin sans ses boucles d’oreille, tantôt pirate, tantôt corsaire, ne serait pas le Chef qu’il est devenu aujourd’hui...

90

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


C arte signée par le Che f é to i lé er i C gu é r i n terra sse panor amiq u e av eC v ue s u r la bai e d e la baule et la po i nt e d e pe n Chât eau. menu de 29,50€ à 59€ i ou v e rt mi d i & s o i r

esplanade benoît, avenue du Jardin public, 44500 la baule tél : 02 40 60 71 68 www.seasons-labaule.com

En 2015 la mare aux oiseaux fêtes 20 ans de passion au coeur de la Brière.

223 rue du chef de l’île, fédrun 44720 saint Joachim tél : 2 40 88 53 01 www.mareauxoiseaux.fr


BEAULANDE IMMOBILIER L’AGENCE BAULOISE DEPUIS 1946

Beaulande Immobilier, Filiale de la SAS Hemon-Camus, constitue depuis 1965 l’un des tout premiers acteurs de l’immobilier sur la région de Nantes à La Baule. Conseillers pour les recherches de biens, experts pour les évaluations, conciliateurs pour les négociations, nous avons l’ambition d’être à votre écoute et à votre service. Mandatés, le plus souvent en exclusivité pour les propriétés exceptionnelles de La Baule et de la Presqu’île, Françoise Beaulande vous conseillera à l’occasion de votre visite à notre Agence de La Baule.

BEAULANDE IMMOBILIER - 18, avenue Marie-Louise 44500 La Baule - Tél. : 02 40 60 20 05 www.beaulande-immobilier.fr beaulande-immobilier@wanadoo.fr


NOUVEAU

LE GARAGE À VINS AU POULIGUEN Une nouveauté pour cet été, les dégustations se feront dans une Estafette Renault : Le Verre qui roule PAR ALAIN DANJOU

PHOTOGRAPHIE PASCAL KYRIAZIS

Ancien garagiste, Olivier Guéret, a ouvert Le Garage à Vins il y a huit ans dans son ancien garage du Pouliguen, 20 bd de l’Atlantique. Totalement béotien en matière de viticulture et de vins, il a appris par deux amis (l’un restaurateur, l’autre vigneron) à goûter le vin naturel, sans chimie, et à l’aimer. Au point d’en faire sa nouvelle passion (après les voitures anciennes) et d’en faire, avec son épouse, son nouveau métier. Cet été, les gens de passage pourront déguster ses meilleures bouteilles dans une Estafette spécialement aménagée et baptisée «Le Verre qui roule» . Une sorte de bistrot à l’air libre qui permettra aussi de visiter sa très belle cave avec 600 références de vins bios et naturels. Car le propriétaire de cette cave pas comme les autres ne vend que des vins exempts de toute chimie. Une conviction qu’il partage avec ses amis vignerons de Nantes avec lesquels il promeut sans cesse les meilleurs Muscadets. Au printemps dernier, à Atlantia, il a organisé le premièr festival du vignoble Nantais, le MOB (melon of Bourgogne) à laquelle ont participé plus de 150 personnes. Plus qu’une cave, l’établissement du Pouliguen est désormais une plate -forme logistique pour promouvoir les meilleurs crus bios destinés à la restauration. Particuliers, internautes et professionnels peuvent contacter Olivier Guéret, en lui rendant visite soit, dans son Estafette Renault, en lui téléphonant au 02 40 70 49 85 ou encore en visitant son site Internet : www.legarageavins.com. La convivialité dans cette ancienne station n’est pas un vain mot. On peut encore y faire le plein ! www.legarageavins.com

94

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

« Cet été, les gens de passage pourront déguster ses meilleures bouteilles dans une Estafette Renault spécialement aménagée et baptisée Le verre qui roule ».


BISTROT MARITIME PIEDS DANS L’EAU

7 bd des Oceanides 44380 Pornichet Tél : 02 40 00 91 91 www.nina-a-la-plage.fr


NOUVEAU

L E PAV I L L O N R O S E REPREND DE L A COULEUR Associés dans une nouvelle aventure, Manu De Magalhaes et Richard Vinçon et, amis dans la vie comme en affaires, ont décidé de refaire du Pavillon Rose, avenue de Gaulle, à La Baule, l’une des belles adresses de la Presqu’île. PAR VIRGINY CODET

Associés dans une nouvelle aventure, Manu De Magalhaes et Richard Vinçon ont décidé de refaire du Pavillon Rose, avenue de Gaulle, à La Baule, l’une des belles adresses de la presqu’île. Personne n’a oublié le Pavillon Rose créer en 1926. Véritable institution bauloise, elle s’offre une nouvelle jeunesse avec un banc d’écailler, une carte brasserie et un bar lounge à l’étage idéale pour les moments détente autour de l’apéritif avec des assiettes à partager. Le nouveau Pav’ reprend sa place au cœur de la station dans son nouvel écrin.

96

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS


«Une grande terrasse remaniée et agrandie sur l’avenue et une autre à l’étage...»

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

97


VACANCES

L’ I N T E R M È D E E S T I VA L DE FRÉDÉRIC LODÉON Chaque été, Frédéric Lodéon quitte les studios de Radio France pour Piriac. Au programme du présentateur des Victoires de la Musique Classique : famille, copains, marchés et… fruits de mer. PAR ANN CLAIR

PHOTOGRAPHIE CHRISTOPHE ABRAMOWITZ

D’abord, il y a eu Pornichet. Puis Piriac. Trois semaines en août. Une jolie villa louée face à l’océan à deux pas de Port au loup et qui abrita un temps une crêperie. « C’est un ami nantais qui me l’a trouvée il y a quinze ans. » Depuis, elle est le rendez-vous estival de la famille de Frédéric Lodéon. Sa fille débarque de la Martinique, son fils de l’île Maurice. Aux festivals de musique et aux stations branchées, l’animateur de Carrefour de Lodéon, passé en septembre 2014 de France Inter à France Musique avec mission « de faire grimper l’audience » préfère la tranquillité et le charme de la Bretagne sud : « J’aime cette région, voir, écouter la mer ». Les fausses notes d’une météo parfois capricieuse ne le gênent pas. « Moi qui ait des racines antillaises (il est le lointain descendant d’un des cinq cents enfants naturels d’Alexandre Dumas père, fruit d’une liaison avec une comédienne du théâtre l’Odéon en tournée dans la colonie), il se peut d’ailleurs que plus tard, je m’installe ici à l’année. Ces vacances à Piriac dans cette maison à la vue exceptionnelle sont ma récompense de l’année. Je l’attends pendant onze mois dans mon bureau de Radio France entouré de mes quinze mille disques ». Passionné de pêche – il a publié son premier article à douze ans dans la revue La pêche et les poissons –, le vacancier Lodéon a ses habitudes. À marée basse, il se risque parfois à guetter la palourde. Lorsque le flux s’inverse,

98

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

il est sur la jetée de Piriac avec les traqueurs d’éperlans et leurs carrelets. Les mardis et vendredis matin, il court au marché de Quimiac. Jamais très loin des trois poissonneries. Il file ensuite à Kerkabellec acheter ses moules et sacrifier au rituel de l’apéro au Café du Port. Le soir, poissons du large et coquillages du traict de Mesquer sont au menu. Des plats que cet œnologue averti accompagne d’un Muscadet-sur-lie ou d’un vin de Loire frais, un Saumur ou un Sancerre rouge. À la table familiale, se joignent un ami, journaliste au service étranger de France Inter qui prend ses quartiers d’été à deux maisons de chez lui ou encore Hélène Cardin, spécialiste de la santé sur les ondes nationales, qui farniente du côté de La Turballe. Et la musique ? « Je l’écoute essentiellement en voiture, France Musique bien sûr mais aussi Nostalgie, France Bleue Loire-Océan, lorsqu’une ou deux fois l’été, je m’évade de la Presqu’île ». Direction la poésie de la Brière ou, « via cet incroyable belvédère qu’est le pont de Saint-Nazaire », Les Moutiers-en-Retz chez un ami sculpteur. Pas de repos bien sûr sans devoirs de… vacances. Face à l’île Dumet, le chef d’orchestre qu’il est également révise ses partitions pour « être prêt pour mon premier concert de la rentrée ». Cette année, c’est le 18 septembre à Toulon.


Frédéric Lodéon. Cet amoureux de la langue française est un inconditionnel de la Presqu’île guérandaise.

« J’aime voir et entendre la mer. »

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

99


LITTÉRATURE

L E S É C R I VA I N S EN BORD DE MER Pour la 19e fois, les écrivains en bord de mer donnent rendez-vous aux amoureux de la littérature contemporaine à la Chapelle Sainte Anne de La Baule du 15 au 19 juillet. Un hommage sera rendu à James Joyce. Marie Nimier ( la fille du Hussard) est attendue. Un festival organisé par Bernard Martin et son épouse. A découvrir.

PAR NICOLAS BOILEAU

Écrivains en bord de mer est un festival de littérature contemporaine durant cinq jours à La Baule. Les invités sont romanciers, poètes, essayistes, éditeurs, critiques, traducteurs, universitaires. Il s’agit d’une vingtaine d’écrivains du monde entier pour certains d’entre eux remarqués au cours de l’année littéraire qui s’achève ou pépites de la rentrée littéraire. Lectures par les auteurs eux-mêmes ou par des comédiens, entretiens, tables rondes, conférences, projections de films documentaires ou fictions tel est l’essence des rencontres Écrivains en bord de mer depuis 18 ans maintenant. Un libraire de la région, présent sur place, propose tous les livres des auteurs invités ainsi que ceux dont il sera question lors des conférences. L’entrée est libre et gratuite, le festival s’adresse donc à tous. Pour cette 19e édition, les Rencontres ont décidé de rendre un hommage particulier à l’un des plus grands auteurs du XXe siècle : James Joyce. Il se trouve que James Joyce et Nora son épouse passèrent quelques jours en septembre 1939 à La Baule et plus précisément à l’hôtel Saint-Christophe (l’hôtel dans lequel sont reçus les auteurs), afin de se rapprocher de leur fille Lucia qui séjournait dans une clinique psychiatrique qui, du fait de la guerre, avait fui la région parisienne pour s’installer à Pornichet. Aujourd’hui, plus de 60 ans après sa mort, James Joyce est toujours considéré par bon nombre d’écrivains comme l’un des plus grands. Philippe Forest, a consacré à son plus célèbre roman, Ulysse, un très brillant essai paru récemment aux éditions Cécile Defaut sous le titre : Beaucoup de jours. Outre Philippe Forest, nous invitons des auteurs français qui ont témoigné de leur profond attachement à Joyce tels. Yannick Haenel qui a donné une postface au Giacomo Joyce publié aux éditions Multiple, Thiphaine Samoyault qui a participé à la nouvelle traduction d’Ulysse parue chez Gallimard en 2004 en compagnie de Bernard Hoepffner également présent à La Baule. Daniel Ferrer à l’origine de la réunion des textes qui constituent Brouillons d’un baiser (Premiers pas vers Finnegans Wake publié chez Gallimard) traduits par Marie Darrieussecq. Rodolphe Barry a consacré un livre d’entretiens avec Charles Juliet publié chez Flohic éditeurs : Charles Juliet en son parcours et un film Libre le chemin. Marie Nimier qui présente un texte à paraître chez Gallimard qui s’appelle La Plage.

100

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

19e édition des écrivains en bord de mer du 15 au 19 juillet 2015 à la Chapelle Sainte-Anne.


PLAGE DU NAU I LE POULIGUEN QG BEACH OUVERT TOUS LES JOURS SAUF LE MARDI HORS VACANCES SCOLAIRES IL EST CONSEILLÉ DE RÉSERVER 06 18 13 62 69 I QGBEACH@GMAIL.COM


ART

UN CŒUR Q U I B AT DANS L’ AV E N U E PAR HERVÉ LOUBOUTIN

PHOTOGRAPHIE PASCAL KYRIAZIS

Nantais de la butte (Sainte-Anne) par ses origines familiales, Pierre-Yves Dayot a été habitué très jeune à prendre de la hauteur sur les choses. À 47 ans, il a déjà derrière lui un beau parcours d’artiste, même s’il déteste le mot, lui préférant celui de « clown qui joue avec les couleurs !» C’est sur une autre butte, celle de Montmartre à Paris, que lui est apparu à l’âge de dix-sept ans la petite étoile du supplément d’âme dont il a fait ses lendemains. Autodidacte au parcours scolaire chaotique, il a rencontré, dans un moment de fugue, le petit monde de l’art, lui qui avait déjà la passion du théâtre et du cinéma italien. La peinture sera son destin. « Je suis un cœur qui bat dans l’avenue ! » dit Pierre-Yves dont l’atelier avenue Pierre Lotti, à La Baule, est devenu un lieu d’échanges et de création. Adepte du pochoir et de la bombe, il excelle à mélanger les couleurs sur un dessin très sûr. Toutes ses réalisations (notre «Une» en est un bel exemple) portent, en filigrane, un humour distingué et un sens très prononcé des relations humaines. Avec sa chienne, Marie-Cécile, il déambule souvent dans les allées boisées de ce quartier enjoué où l’inspiration, depuis onze ans, ne le quitte jamais. Toute l’équipe de La Baule Privilège, saison 27, tient à lui redire, ici, son amitié et toute son admiration. Merci Pierre-Yves. Excellent été sucré et coloré...

102

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

103


CHIC

LE RENOUVEAU BAULOIS Changement de génération. À La Baule, l’homme qui monte a 30 ans. Grand, mince et sportif. Il porte deux prénoms, Charles et Bernard, en guise de nom. Diplomate et offensif, il dessine les contours du nouveau quartier Pavie derrière le casino et Le Royal, avec une minutie d’orfèvre. PAR OLIVIER D’ARGOL

PHOTOGRAPHIE PASCAL KYRIAZIS

Avec Vicomte Arthur en 2011, il ouvrait le bal du renouveau. Puis, avec La Réserve en 2013, il enfonçait le clou d’argent de l’excellence bauloise avec de nouvelles marques haut de gamme comme Ralph Lauren, Moncler, Paule Ka, Carven, Burberry... Dans sa belle boutique de l’avenue Pavie (180 m2), il accueille le premier corner officiel de la célèbre marque US logotée de son célèbre joueur de polo en toutes couleurs. Une locomotive pour la station. Sa famille possède de nombreux magasins de vêtements dont Amazone à Nantes, rue Crébillon, depuis 1977 sur 650 m2. Blandine Bernard sa maman, tout sourire, est toujours aux côtés de son fils pour le conseiller, l’aider et l’encourager. Son papa aussi, plus dans l’ombre. Soucieux de participer à tous les grands événements, Charles Bernard multiplie les partenariats pour asseoir la notoriété de ses marques dans le creuset profond de l’art de vivre baulois. Il habille déjà les « serveurs » de l’Eden-Beach (groupe Barrière) et songe à sponsorer des rallyes automobiles comme celui des «Gentlemen drivers» qui partira à l’automne de La Baule avec des chefs étoilés au volant... L’Homme de La Réserve se voit aussi se développer dans les proshop français. Comme dans d’autres parcours français. Autre projet, l’ouverture d’une boutique Henry Cotton’s à La Baule et à Deauville. La célèbre marque organisera une compétition à Saint-Denac le 9 août prochain.

« Charles Bernard n’est pas du genre à rester les deux mocassins cloués au sol sur le sable baulois. »

104

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

Petit coup de cœur également pour les montres Briston vendues dans ses boutiques. Elles ont été créées par un Nanto-baulois, Brice Jaunet, avec le succès que l’on connaît. Mérité. Comme on le voit, Charles Bernard n’est pas du genre à rester les deux mocassins cloués au sol sur le sable baulois. Il rêve à haute voix de belles aventures et de beaux challenges et envisage de créer une marque made in La Baule !


M AG A SIN PRÊT-À-PORTER S PORTS WEA R ET URBAIN DI ST R IBU TE UR OF F IC I E L R A L PH L AURE N POLO

13 AV PIERRE LOTI - LA BAULE TEL : 02.40.60.84.55

LARESERVE-LABAULE.COM


SPOTS

VIVA ITALIA

L’Italie en plein cœur de La Baule : voilà la promesse de Romain et son équipe qui proposent à La Tour de Pise, une cuisine joyeuse et généreuse depuis 1984. Dès le matin, l’adresse s’ouvre sur les arômes du café servi en magasin, et reste ouverte toute la journée afin de pouvoir emporter ou déguster en terrasse pizzas, pains romains, lasagnes et toutes autres spécialités italiennes. Une ambiance dolce vita, à deux pas de l’océan ! Découvrez également la boutique de vente à emporter de Pornichet, place du marché. Magasin de La Baule ouvert du mardi au dimanche midi de 8h à 14h, et de 16h30 à 20h. Ouvert tous les jours pendant les vacances scolaires au 33, avenue des Ibis à La Baule. Tél : 02 40 24 61 23 – www.latourdepise.fr

PAUSE DÉTENTE Face à la mer, le salon climatisé de Sandrine Ruhlmann et son équipe vous propose des conseils sur-mesure personnalisés au 19, boulevard Hennecart (terrasse des Evens, en haut de l’avenue de Gaulle, à gauche) (02 40 01 76 82). Moment parfait de détente sur le fauteuil shiatsu de la cabine privée ou dans l’espace contemporain et lumineux. Accessoires Alexandre de Paris, colorations douces L’Oréal INOA et gamme Leonor Greyl 100% naturel, extensions «Balmain». Spécialiste du mariage. www.coiffeur-la-baule.com

POUR LA DÉCORATION ET L’AMEUBLEMENT En plein cœur du marché dans un ancien atelier de 350 m2, vous trouverez un magasin réaménagé pour vous proposer du mobilier intérieur et extérieur mais aussi de la décoration pour tous les styles de maison, ainsi que de la confection sur-mesure pour vos rideaux, stores, têtes de lits et tapis… Durant la saison, l’équipe de La Suite vous accueille et vous conseille chaleureusement du lundi au dimanche, de 10h à 13h et de 15h à 19h. Pomax, Ethnicraft, Lissoy, Idaho, B-Leck, Redecker... 41, avenue des ibis - Tél : 02 40 23 29 15 lasuite.labaule@gmail.com

UN VOYAGE DANS LE TEMPS

BIEN PLUS QU’UN BAR Les pieds dans le sable, Le Punch In Baule propose une carte variée pour un snack en bord de mer. Au menu de ce bar à l’ambiance décontractée : salades composées, tartare de tomates, aiguillettes de poulet marinées, croque-monsieur, sandwichs et paninis salés ou sucrés, sans oublier le seul bar à huîtres de la baie. Le soir, profitez de l’ambiance festive en dégustant des tapas, charcuteries, rillettes de poisson au rythme des concerts, et laissez vous tenter par la fameuse sangria blanche de Doudou et son équipe. Ouvert de 10h à 2h, tous les soirs pendant les vacances. Avenue de la Plage, 44500 La Baule Escoublac Tél : 02 20 60 06 96

108

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

Installé depuis 2 ans à La Baule, au 2, boulevard Hennecard Boccara Galery propose une sélection d’antiquités en provenance de toutes les époques : du mobilier Louis XV et Louis XVI à l’Art Déco et à l’Art Nouveau, il y en a pour tous les goûts. Présentant du linge de maison et de la vaisselle, des petits meubles aux proportions idéales pour les appartements baulois et des objets de décoration (en pâte de verre, porcelaine ou pierres dures), l’adresse est une véritable caverne aux merveilles. Son plus ? Un rayon d’accessoires de mode signés Hermès. Ouvert tous les jours de 10h à 13h et de 15h à 19h. Tél : 06 50 64 61 03


APERO-DROME En quête d’un moment de plaisir et d’une échappée hors des turbulences de la vie ? Venez prendre un verre entre amis ou en famille en regardant avions et hélicoptères se poser sous vos yeux ! Voilà ce que propose le bar Le Jazz Volant, adresse unique aux allures de pub anglais situé à l’aérodrome de La Baule, près du centre-ville et de la mer. Pilote ou non, appréciez son cadre atypique, sa terrasse ensoleillée et son ambiance détendue. Possibilité de privatiser le lieu. Ouvert toute l’année, tous les jours sauf le mardi et tous les jours en juillet et août. Tél : 02 40 60 41 80 www.bar-jazzvolant.com

BEAUTÉ Le Salon de la Plage, 136 avenue des Lilas à La Baule, est un véritable havre de paix au bord de la mer, une adresse emblématique du triangle d’ôr baulois, entre l’hotel Hermitage et l’esplanade François André, ce salon de coiffure accueille hommes, femmes et enfants à venir savourer un moment unique de detente absolue. Dans ce lieu d’exception, Isabelle et son équipe chouchouteront vos cheveux avec les produits Christophe Robin, Moroccanoil, S Factor, Catwalk by Tigi, Dayna et sublimeront vos coiffures grâce aux accessoires GHD. Pour un moment hors du temps, de la tête aux pieds. Outre la couleur et la coupe, pendant la saison, un service de manucure vient parfaire cette expérience absolue. Rendez-vous du mardi au samedi toute l’année et du lundi au samedi en juillet-août. Tél 02 40 11 98 99 www.facebook.com/lesalondelaplage

DANS UN PARC FACE À LA PLAGE Hôtel Les Pléïades *** au 28, boulevard René Dubois , à La Baule. 54 chambres, Piscine, Spa, Hammam. Profitez de notre formule club pour un séjour à la semaine tout compris ou de nos chambres plein Sud pour quelques nuitées. Tél : 02 51 75 06 06 www.les-pleiades.com

LA COIFFURE AUTREMENT

Coiffeur atypique, présent dans la mode et les grands événements parisiens, nationaux et internationaux, Philippe Tapprest, Hair Designer, crée tout simplement la coiffure adaptée à chaque individu en réponse à vos envies et votre mode de vie. Maître dans l’art de la coiffure sous toutes ses coutures, Philippe est avant tout un coiffeur qui aime son métier et s’accompagne de son équipe pour être à votre écoute au quotidien comme aux grandes occasions au 22, avenue Lajarrige Tél : 02 40 11 18 96 Votre rendez-vous en ligne sur www.philippe-tapprest.fr

PASSION MER Chantier naval de référence à Noirmoutier depuis 1998, Charles Marine vient d’inaugurer sa boutique sur le port de Pornichet en avril 2015. A la barre, Jean Charles Martineau a eu la brillante idée de concilier son expérience dans la distribution de marques prestigieuses avec son expertise et son savoir-faire en menuiserie navale. Le résultat ? Une adresse unique où il est possible d’acquérir aussi bien un Boston Whaler qu’un bel objet de décoration ou une table réalisée par les ateliers de l’entreprise. Ouvert du mardi au samedi, de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. Port de Pornichet - Tél : 02 51 16 57 13 - www.charles-marine.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

109


LA MODE

LA MODE PRIVILÈGE PHOTOGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS

110

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

STYLISME AXELLE ROSTAND


(À gauche) Chemises en lin, Escales Paris Lunettes de soleil en acétate et métal, Persol, chez Howkins&Kunsch Chapeaux Panama véritables en fibre naturelle de palmier, Ken, sur Le marché de La Baule Panier en jute tressée, Leon&Harper, chez Lili au Soleil

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

111


LA MODE

Montre «Arceau» en acier et bracelet en veau lisse, Hermès, chez Prieur

112

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


Pull en maille irlandaise de coton, Polo Ralph Lauren, à La Réserve Bracelets joncs en plaqué or et nacre, Sucre d’Or Sandales en cuir et boucles métal, Ralph Lauren, à La Réserve Jean «garçon droit», Iro, chez Lili au Soleil LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

113


LA MODE

Montre en métal et bracelet coton et cuir, Daniel Wellington, chez L’Or et l’Heure Chemise en jean, Polo Ralph Lauren, à La Réserve Pantalons chino en toile de coton, Polo Ralph Lauren, à La Réserve Ceintures en coton mélangé, cuir et boucles métal, Vicomte Arthur 114

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


Derbys en veau velours, Church’s, à La Réserve

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

115


PORTRAIT

RICHARD THIRIET À 44 ans, le Baulois Richard Thiriet mène une vie bien remplie. Industriel à Montoir, il passe trois jours à Paris et en province chaque semaine pour fédérer les 4 500 «JD» de France en tant que président du Centre des jeunes dirigeants d’entreprise. Portrait d’un battant, père de famille, excellent golfeur en sommeil. PAR HERVÉ LOUBOUTIN

PHOTOGRAPHIES THIRIET

En 1989, il assistait au British Open au Royal Troon Golf Club. Il venait de gagner le premier Derby Cadets de golf organisé à Saint-Denac par Presse-Océan. Né à La Baule-les-Pins en 1971, son grand-père avait fondé une société à Saint-Nazaire en 1924 et il vécut à la villa Blanche et à la villa Cantarella. Enracinement. Son père, Jean-Claude, qui fut conseiller municipal de La Baule, réside à La Clotière. De vrais Baulois. Diplômé de l’ESTP et de HEC, après des prépas à Saint-Louis, Richard Thiriet a travaillé pour Bouygues à Paris, à Lisbonne et à Lyon. Il a épousé une parisienne, Vanina, et est le père de trois enfants (Camille, Théophile et Félicie). Installé à Nantes aujourd’hui, il retrouve sa maison de Pornichet le week-end pour « s’aérer » et se ressourcer familialement. En 2003, il a racheté l’entreprise familiale basée à Montoir qui travaille dans la sous-traitance pour STX et Airbus et créé deux autres unités. L’ensemble emploie une centaine de salariés et réalise un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros. L’année suivante, il lançait à SaintNazaire, avec quelques amis, la section de CJD de SaintNazaire. Il prenait la présidence régionale en 2012 et la présidence nationale, pour deux ans, l’année dernière. La philosophie des «Jeunes Dirigeants» est fondée sur le territoire et l’emploi. Avec deux promesses : améliorer les bonnes pratiques du management et définir les contours de la société entrepreneuriale de demain. Le CJD pour les tenir, organise chaque année, 10 000 journées de formation pour ses membres. Une sorte de laboratoire à ciel ouvert. Très tournés vers le tissu des TPE/PME (moyenne 100 salariés), les jeunes dirigeants veulent être exemplaires et jugent que les vieux comportements d’entreprise liés au paritarisme ne coïncident plus avec les réalités d’aujourd’hui. Apolitique, le mouvement veut garder sa liberté de penser et d’action qui scelle son unité et préfigure son devenir. Troon est loin. Le golf en sommeil faute de temps. Mais l’idée de refouler les greens un jour, après la présidence du CJD, fait son chemin. Jogging et tennis, entre temps, pour l’«entretien». «J’ai besoin de projets pour évoluer ! » note ce quadra qui demeure fidèle en amitié. Avec Mathieu, Didier ou Guillaume, ses amis d’enfance, élevés comme lui près des châteaux de sable baulois, porteurs de rêves et d’espérance...

116

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


BIEN-ÊTRE

E S PA C E S P R I VAT I S É S CONFORT MAXIMAL Le château des Tourelles, en baie de La Baule (maison Phélippeau), constitue une étape de choix pour les amateurs de thalasso et de bien-être. La « suite Relais Thalasso » est même une spécialité de cet établissement, héritière des bains de mer, avec une eau salée puisée à la source, pour un confort maximal. PAR JEAN-OLIVIER GUILLET

Cette suite conçue comme un mini-centre de thalasso permet de bénéficier sur place dans un espace dédié (seul ou en couple) des bains moussants, des enveloppements d’algues et des massages sans attente dans des couloirs au milieu d’une foule de curistes en attente de créneaux horaires disponibles. Accueilli par un thalassothérapeute dédié, vous bénéficiez de son expérience et de ses conseils tout au long de la prise en mains qui peut durer deux heures au même endroit. Les « belles journées » des Tourelles sont conçues pour le confort exclusif de ses hôtes dès l’arrivée avec un voiturier qui ne se force pas à sourire et des équipements intérieurs organisés pour le repos tranquille du corps et de l’esprit. Les deux piscines (intérieure et extérieure) sont là pour le

118

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES PHÉLIPPEAU

fun et le vaste jardin sur la mer ajoute sa touche balnéaire indispensable et conviviale. Après un enveloppement reminéralisant dans un hammam privé ou un jet massant d’eau de mer sous douche sensorielle et une heure de massage tonique des deux côtés : les Tourelles assurent le repos immédiat avec tact et bonheur. Des formules bien étudiées permettent de répondre à tous les besoins comme les week-ends thalasso (sans hébergement) sur deux jours avec six soins en suite relais thalasso ou les escapades organisées autour d’une nuit en demi-pension avec deux soins dédiés et personnalisés. Comme le disent les concepteurs de ces programmes harmonieux, les soins prodigués au château des Tourelles permettent d’obtenir sept bénéfices majeurs scientifiquement

prouvés sur une semaine : une remise en forme optimale, une amélioration de la fonction sanguine, une élimination favorisée, une respiration optimisée, une action positive sur les muscles et les articulations, un éclat de la peau et un amincissement, un effet régulateur sur le sommeil. Depuis vingt ans, la famille Phélippeau développe une expertise de bienfaits marins qui change la face du métier. Une sorte de laboratoire à idées dont on ne se lasse jamais ! Comme le dit son président, Jean-Pascal Phélippeau, la prévention santé « entraîne des modifications des habitudes de vie qui vont avoir un impact considérablement positif sur le bienêtre ! Grâce à ses changements, nous allons entre autres être moins fatigués, plus performants, en fait plus jeunes plus longtemps ! »


RESTAURANT GOURMAND ET BAR DE PLAGE LES PIEDS DANS L’EAU, AV E C U N E V U E I M P R E N A B L E D E L A B A I E D E L A BAULE

EN FACE DU 130 BOULEVARD DES OCÉANIDES 44380 PORNICHET 02 40 61 86 99 W W W . P O L O B E A C H - P O R N I C H E T. F R


ARCHITECTE

L A MÉMOIRE DES LIEUX E T L’ E X I G E N C E DE LA MODERNITÉ Architecte DPLG, formé à Nantes, Pierre Vincent a toujours eu pour La Baule une sorte d’engouement juvénile. Au point d’y construire sa première maison «moderne» dans un joli espace bordé par les pins et proche de la mer. Cette réalisation lui fera remporter le Prix du grand public de l’architecture en 2014. PAR ALAIN DANJOU

PHOTOGRAPHIES CHARLES MARION

Il ne craint pas de dire qu’il a marché dans les pas d’Adrien Grave («Ar Goed» à côté) et de Philippe Louis («Ti Ma Zad» en face), architectes baulois des années 30 et qui ont marqué l’histoire architecturale de la baie dans un style Art Déco. La démarche n’était pas des plus aisée, même si le passé architectural historique de cette station balnéaire est encore omniprésent. «Mon intervention sur ces villas en termes de rénovation est un exercice que j’affectionne tout particulièrement. En ce sens, le regard de l’architecte départemental des Bâtiments de France est capital pour moi afin de rester dans le droit chemin. » Marqué par l’architecture plus moderne d’un Franck Lloyd Wright ou d’un Mallet Stevens, Pierre Vincent se glisse, à sa façon et avec précaution, dans un style qui lui parle et le porte. Entouré de deux collaboratrices, l’une architecte DPLG et l’autre architecte d’intérieur, son cabinet n’a de cesse de placer le respect de la mémoire des lieux dans une démarche identique aux projets neufs ou anciens.

« Marqué par l’architecture plus moderne d’un Franck Lloyd Wright ou d’un Mallet Stevens, Pierre Vincent se glisse, à sa façon et avec précaution, dans un style qui lui parle et le porte.» 120

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


Un Bistrot les pieds dans l’eau Dominant la plage de Port-Lin, le Bistrot de l’Océan vous offre une vue à couper le souffle. Charles et son équipe vous offrent un service souriant, dans un décor moderne et une ambiance décontractée. Le Chef Anne-Sophie vous propose une cuisine simple au parfum iodée, où fruits de mer, coquillages et poissons sont à l’honneur. Le tout à déguster sans modération et pourquoi pas «les pieds dans l’eau.»

le BISTROT de

L’OCEAN Plage de Port Lin 44490 Le Croisic Tél : 02 40 62 90 03 restaurantlocean.com


GLISSE

U N PA L M A R È S DE PREMIER DE CLASSE Courses au large, match racing, en solitaire ou en équipage… À bientôt trente ans, Sébastien Rogues surfe sur les victoires. Le skipperbauloisachoisideseconsacrerdésormaisauxmulticoques. Notamment aux catamarans «volants» équipés de foils. PAR CHRISTOPHE KERTEZ

« Je suis en pleine reconversion professionnelle. J’ai abandonné le monocoque et les courses au large en solitaire pour passer sur multi et disputer en équipage des manches qui n’excèdent pas une vingtaine de minutes. » En début de saison, Sébastien Rogues, 29 ans depuis avril, a changé de format. Si courant juillet, il dispute le Tour de France à la Voile face aux meilleurs Français sur un trimaran classique (un Diam 24), il est surtout engagé depuis ce printemps sur la troisième édition du Bullitt GC Racing Tour GS. En mai, il était en Autriche, en juin en Angleterre. Ce circuit oppose jusqu’en septembre l’élite européenne sur un GC 32, un catamaran «volant» de dix mètres de long capable de décoller de l’eau dès huit nœuds de vent (force 2). « C’est l’avenir de la voile de compétition, souligne le skipper. Les foils qui les équipent permettent de naviguer toujours plus vite, procurent des sensations incroyables et spectaculaires. Si vous recherchez des poussées d’adrénaline, il faut régater sur ces bateaux ! C’est tout à la fois plus stratégique et plus technologique qu’auparavant. Mon ambition est d’être dans quelques années le premier à remporter une transat à bord d’un de ces engins lorsqu’ils seront suffisamment fiables pour traverser l’océan. La Bullitt m’y prépare ». Père d’un petit Victor, Sébastien Rogues est Baulois depuis trois ans. Un choix familial. « Je m’entraînais alors à Lorient. Laure, mon épouse, qui travaillait à Paris est originaire de La Baule. Nous avons décidé de nous y installer. Acquéreurs d’un Dragon

124

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

PHOTOGRAPHIES CHRISTOPHE BRESCHI / ENGIE

«Les bateaux qui volent sont l’avenir de la voile de compétition. »

Sébastien Rogues était l’un des cinq membres du Yacht Club de La Baule engagés dans la dernière Route du Rhum à l’automne 2014, remportée par Loïc Peyron.

et tous deux inconditionnels de cette série, nous avons naturellement rejoint le Yatch Club. » Plusieurs membres de son team naviguent d’ailleurs depuis toujours dans la baie. Propriétaire des « Voiles Royales », Christophe Carbonnières est premier équipier. Mathieu Ricard, licencié de l’APCC Voile Sportive de Pornichet, est un spécialiste de match racing (course opposant deux bateaux). Sur son CV, Sébastien Rogues n’affiche qu’un seul métier depuis le bac – skipper professionnel – et déjà un palmarès conséquent : la Transat Jacques Vabre, la Fastnet Race, Les Sables-Horta-Les Sables (en duo)… des places d’honneur dans de nombreuses autres courses. En novembre dernier, pour sa première Route du Rhum, alors qu’il était dans le peloton de tête, il a été contraint d’abandonner pour cause d’avarie après avoir porté assistance à un concurrent. « J’ai jusque là eu beaucoup de chance », reconnaît-il. Né à Paris, il a grandi dans une famille où le sport est roi. Capitaine de l’équipe de France de hockey sur gazon, son père a été sélectionné trois fois aux Jeux Olympiques. Initié à la voile à Urrugne au Pays basque dès l’âge de six ans, Sébastien a fait des premières armes sur Optimist puis Laser et 420. Deux ans seulement après avoir goûté à la course au large à bord d’un Mini 6,50 de série, il est parrainé par École Génération GDF-Suez (aujourd’hui Engie) pour sa première transatlantique en solitaire. Depuis ce partenaire lui a toujours renouvelé sa confiance.


Pour suivre Sébastien Rogues www.sebastienrogues.com Le Tour de France à la Voile 2015 fait étape à Pornichet les 9 et 10 juillet.

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

125


GLISSE

SEA, SUN A N D... S U P En baie de La Baule, la Summer Cup associe depuis quatre ans l’élite et les passionnés de paddle. Ce rendez-vous est organisé par Harold Quinquis et sa société Riders Match, une plate-forme vidéo de sports extrêmes et de glisse. Un marché en pleine expansion. PAR ANN CLAIR

PHOTOGRAPHIES NICOLAS DEMARE

Sun comme Stand up paddle. Début juillet, les meilleurs européens de cette discipline née du surf et du windsurf sont attendus en baie de La Baule. Riders Match, la société du Baulois Harold Quinquis organise la cinquième édition de la Summer Cup. Dans cette ambiance à la fois sportive, festive, musicale et décalée qu’est la griffe à succès de tous les événements liés à la glisse, ce rendez-vous annuel mêle pendant trois jours l’élite du paddle – notamment cette année le Morbihannais Gaétan Séné –, des centaines de passionnés, des people ; dont les deux ex-Miss France Alexandra Rosenfeld et Flora Coquerel et des animateurs du petit écran. Spectacle et animations garantis. Le dimanche, le parcours de 15 kilomètres – un quadrilatère entre La Baule, Pornichet, les Evens et Le Pouliguen – qui départage en moins de deux heures les champions est le point d’orgue de ce long week-end. Plus tôt dans la journée, il est précédé d’un circuit de cinq kilomètres réservé aux amateurs. Séances d’initiation ouvertes à tous, courses associant célébrités, néophytes et enfants, relais de trois concurrents déguisés, projections de films de sports extrêmes et plus sérieusement un colloque – et oui ! – qui réunit les acteurs majeurs du digital sur l’influence des nouvelles technologies dans le monde sportif… assurent le menu de la veille. « Si nous sommes partenaires d’une trentaine d’événements sportifs, la Summer Cup est le seul que nous organisons en direct », souligne Harold Quinquis. L’ancien élève de la section sport étude du lycée Grand-Air, 39 ans cette année, est avec Florent Julien et Aymeric Gélineau l’un des trois fondateurs de Riders Match. « C’est pour nous l’occasion de réunir l’ensemble

« L’édition 2015 de la Summer Cup se déroule début juillet. »

126

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

de notre communauté, les internautes, les champions, nos partenaires, les réalisateurs de films… ». Fils d’un moniteur de tennis un temps entraîneur de Julie Allard, frère d’Antoine, préparateur physique à La Baule, repreneur du minigolf, Harold a d’abord été enseignant d’EPS aux Antilles et l’un des tout premiers professionnels de kite-surf avant de bifurquer et de créer en 2007 cette plate-forme de vidéos de sports extrêmes : « c’est un marché en pleine explosion. Les concurrents ne sont pas encore très nombreux. Riders Match présente et regroupe des disciplines très tendances avec des moyens techniques de plus en plus sophistiqués qui assurent des images spectaculaires. Sur notre site, nous présentons plus de 70 de ces sports qui comptent 850 millions de pratiquants : le snowboard, la plongée, le base jump, le trekking, le bmx… ». Cette start-up a connu un développement exponentiel. Elle revendique désormais deux millions de vidéos vues chaque mois, 40 000 membres, 350 000 fans… Bénéficiant de l’appui technique de Dailymotion, elle tourne financièrement en proposant des concours vidéo, en réalisant des articles sur Yahoo sport ou encore en nouant des partenariats avec les marques leaders sur le créneau du sport extrême (Yahoo !, Red Bull, Orange, GoPro, RipCurl…). L’objectif d’Harold Quinquis et de ses associés est d’asseoir leur agence de communication à l’international afin de diffuser toujours plus d’images, d’attirer encore plus d’internautes afin de s’imposer au top de la profession. Pour lever les 300 000 euros dont il a besoin, Harold Quinquis table sur des partenaires financiers – plusieurs l’ont déjà rejoint – mais aussi sur des investisseurs locaux via le crowdfunding, le financement participatif. Une association de professionnels et de passionnés pour surfer sur le succès : la même recette que pour la Summer Cup.


SUMMER CUP 2015

Pendant ce long week-end, le spectacle sera sur l’eau mais aussi à terre. Laury Thilleman et Flora Coquerel,ex-Miss France, assureront l’ambiance sur la plage, elles feront également étalage de leur talent sur un paddle.

Un événement Riders Match, les 3, 4 et 5 juillet précédé le 1er juillet de la Summer Cup Kid’z à la piscine AquaBaule. Village sur la plage face à la mairie. Inscriptions et renseignements : www.summer-cup.net Site de Riders Match : www.ridersmatch.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

127


atelier de la cuisine

Concepteur & Décorateur d’intérieur www.atelier-de-la-cuisine.fr

A Saint-Herblain 317 route de Vannes Tel : 02 51 78 89 15 atelierdelacuisine@orange.fr

A Guérande 13 rue de Bréhany (derrière Casaligne) Tel : 02 40 24 60 00 ateliercuisineouest@orange.fr


Brûlerie d’Alré Torréfacteur en Bretagne depuis 1971 Z AC D U KE NYAH - 5 6 4 0 0 PLO U G O U ME LE N TÉL : 02 97 56 31 35 W W W .BR U LE R IE -DALR E .CO M


SHOPPING

Carnet d’Adresses Le pLaisir du shopping, c’est de pouvoir se promener au gré des rues, Le nez en L’air, au hasard, de vitrine en vitrine. un pLaisir vif à La BauLe, dont La tradition est ancienne et toujours renouveLée. Les commerçants ont du taLent. iLs sauront vous recevoir et vous surprendre. nous avons séLectionné pour vous queLques-unes des meiLLeures adresses.

136

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015


PRIEUR 1896

HORLOGER JOAILLIER DIAMANTAIRE PASSAGE DU ROYAL - 44500 LA BAULE TÉL : 02 40 60 86 08 WWW.BIJOUTERIE-PRIEUR.FR

LANDREAU JOAILLIER-DIAMANTAIRE

10, RUE D’ ORLÉANS - NANTES - TÉL : 02 40 48 67 68 14, RUE D’ ALSACE - ANGERS - TÉL : 02 41 87 61 79 WWW.LANDREAU.FR

CARTIER BREITLING CHAUMET CHOPARD BAUME ET MERCIER OMEGA TAG HEUER RADO LONGINES BACCARAT DINH VAN

Chanel, Chaumet, Tag Heuer, Fred, Hermès, Pomellato, Boucheron, Messika, Dinh Van, Ginette of New York, Poiray, Pesavento, Baccarat, Mauboussin, Hamilton, Redline...

PRIEUR 1896

APERT

HORLOGER JOAILLIER DIAMANTAIRE

JOAILLIER FABRICANT

1, RUE D’ORLÉANS - 44000 NANTES TÉL : 02 40 48 69 95 WWW.BIJOUTERIE-PRIEUR.FR

2, ALLÉE DES CAMÉLIAS TEL : 02 40 53 59 01 WWW.JOAILLIER-LABAULE.COM

Maître joaillier des plus respectés et membre du Club des Joailliers Créateurs, Prieur 1896 crée et restaure dans son propre atelier nantais tous vos bijoux. Rolex - Chanel - Chaumet, Jaeger le Coultre - Tag Heuer, Fred, Hermès - Pomellato, Boucheron, Messika- Dinh Van - Bell&Ross, Ginette OF New York - Poiray, Christofle, Pesavento - Baccarat Mauboussin, Hamilton, Redline...

Sébastien Apert, Joaillier, mais aussi distributeur exclusif de la marque Speedometer vous accueille pour vous présenter également ses accessoires plutôt branchés : bracelets, ceintures avec boucles interchangeables et bien d’autres produits pour parfaire votre élégance en détail. www.joaillier-labaule.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

137


LE RIVA

ENVIES D’AILLEURS 162, BIS BOULEVARD DES OCÉANIDES 44380 PORNICHET TÉL : 02 40 61 04 01

Prenez le large à bord du Riva et savourez une cuisine aux saveurs simples et authentiques, réalisée à partir de produits frais et de saison. Son ambiance chic et conviviale, sa terrasse chauffée offrant une vue exceptionnelle sur la baie de La Baule sauront vous enchanter, durant toute l’année. Pour vos dîners à deux, pour un cocktail entre amis ou un déjeuner d’affaires, le restaurant, ouvert sur la mer, est l’adresse gourmande incontournable pour tous les moments de la journée. Un espace aménagé pour les enfants est également à disposition pour permettre aux familles de profiter de leur repas. Le Riva est ouvert toute l’année !

VILLA FLORNOY

INSTITUTION EN MOUVEMENT

7, AVENUE FLORNOY - 44380 PORNICHET TÉL : 02 40 11 60 00 WWW.VILLA-FLORNOY.COM

150, BOULEVARD DES OCÉANIDES - 44380 PORNICHET TÉL : 02 40 61 04 04 WWW.LE-REGENT.FR

Un esprit contemporain au cœur du patrimoine : bienvenue à la Villa Flornoy, un hôtel de charme dans le quartier historique de Pornichet où la décoration en bois et toile de Jouy est en harmonie avec les tendances actuelles. Piscine couverte chauffée, mets délicats et saveurs inédites du restaurant Le Secret, chambres chaleureuses pour une escale détente et vélos à disposition : l’adresse vous promet un confort sans pareil. Pour des vacances ou des déplacements professionnels, cette villa «Logis» est un havre de paix, vous permettant de vous sentir chez vous. 138

I

LE RÉGENT

COMME CHEZ SOI

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

Face à la baie de La Baule, l’hôtel le Régent est une institution depuis 1924. Les années passent, mais la vue magnifique et le professionnalisme sont toujours au rendez-vous. Les changements ? Des chambres relookées régulièrement pour un plaisir renouvelé et la carte du restaurant Le Grain de Folie, toujours plus créative et surprenante. Ici, on ne s’endort pas sur ses lauriers ! Avec l’espace bien-être et un Service Plus pour les enfants, chaque séjour est un vrai bonheur


VICOMTE A A COMME VICOMTE A.

1, AVENUE PIERRE LOTI - 44500 LA BAULE TÉL : 02 40 66 86 79 WWW.VICOMTE-A.COM

Rendons à César ce qui appartient à César et à Vicomte Arthur... Charles Bernard ! C’est lui qui gère la belle boutique de l’avenue Pierre Loti à La Baule. La marque au V et A entremêlés, créée par des nivernais, connait un beau succès dans la baie grâce au talent marketing de ce jeune homme, élégant et sympathique. S’habiller en Vicomte A. : un privilège Comme le P de privilège...

www.vicomte-a.com

L’OR ET L’HEURE

JARDIN DE FEMME LA LINGERIE POUR TOUTES LES FEMMES 317, AVENUE DE LATTRE-DE-TASSIGNY 44500 LA BAULE TÉL : 02 40 60 12 24

Intimiste et adaptée au bien être de chacune voici un magasin de lingerie qui répond aux attentes de chaque femme par ses choix, ses modèles et ses tailles. Nicole et Sylvie vous accueillent et vous donnent des conseils personnalisés. Découvrez leurs belles collections de lingerie, de maillots de bain et de Homewear du 85 au 120 bonnets A à H et du 38 au 54. Féminité - Confort - Élégance

MORICE

CHIC ET TENDANCE

DEPUIS 25 ANS À LA BAULE

73, AVENUE DU GÉNÉRAL DE GAULLE 44500 LA BAULE TÉL : 02 51 75 14 04

77, AVENUE DU GÉNÉRAL DE GAULLE - LA BAULE TÉL : 02 40 60 27 77 WWW.BIJOUTERIEMORICE.COM

Ouverte toute l’année, du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 15h à 19h, la boutique L’Or et l’heure vous invite à rencontrer une équipe qui vous accueille et vous conseille pour trouver votre bonheur parmi un large choix de montres et de bijoux, aux prix abordables. Swatch, Guess Collection, Guess, Gaastra, Skagen, Diesel, Ted Lapidus, Emporio Armani, Kenneth Cole, Fossil, Murat, Eden Park, Lotus, Phebus, Gant, Ice Watch…

Présente depuis 25 ans avenue de Gaulle à La Baule, la bijouterie Morice est à votre écoute et à votre service pour la création et la réparation de vos bijoux. Des marques tendances et de prestige sont proposées : Longines, Patton, Herbelin, Calvin Klein, Montblanc, Tissot, Gucci, Michael Kors, Zadig & Voltaire, BOSS et Pequignet pour un large choix de montres ; Pandora, Ti Sento, Ginette by NY, Freywille, APM et Kenzo pour une belle sélection de bijoux. Ouvert toute l’année du mardi au dimanche de 9h45 à 12h30 et de 14h45 à 19h. Fermé le dimanche hors saison. LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

139


BURBAN

AMOUR ET RESPECT DE LA NATURE TROLOGO – LA BAULE –ESCOUBLAC TÉL : 02 40 61 10 67 WWW.LAFRAISEDELABAULE.FR

Burban Producteur c’est une multitude de variétés de fraises et de framboises cueillies chaque jour à la main. Autant de nuances de couleurs et de subtilités de saveurs à retrouver sur les marchés locaux mais aussi sur les plus belles tables de la Presqu’île. Les fraises et framboises de Burban Producteur sont également distribuées dans les plus prestigieux établissements parisiens ce qui lui a valu d’être reconnu cette année « Producteur Artisan de Qualité » par le collège culinaire de France présidé par Alain Ducasse et Joël Robuchon. Prendre soin des fraisiers et framboisiers, c’est le quotidien de Stéphane et Xavier qui conservent l’esprit familial de cette entreprise créée par leur grand-père et optent pour une agriculture respectueuse de l’environnement. Vous pouvez aussi découvrir les confitures, coulis et sirop Burban Producteur sur les marchés, ainsi qu’une sélection d’asperges blanches et vertes haut de gamme et de petits fruits rouges (myrtilles, groseilles et mûres). La libre cueillette est possible de mai à fin septembre du mardi au samedi, de 9h à 12h et de 15h à 18h30.

LIBRAIRIE DU CASINO CONSEILS 7 JOURS SUR 7

PASSAGE DU ROYAL 44500 LA BAULE – ESCOUBLAC 02 40 60 86 60

Librairie généraliste située au sein du nouveau Passage du Royal entièrement rénové, la Librairie du Casino se distingue par les conseils avisés de Pascale Albaret, libraire depuis 7 ans, et de son équipe. De la politique à la santé, de l’histoire au régionalisme en passant par les sorties littéraires, les Livres de Poche et la littérature jeunesse, il y en a pour tous les goûts à cette adresse ouverte 7 jours sur 7 toute l’année. Son plus ? Un rayon de presse, de papeterie et carterie. 140

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

CHRISTOPHE DROUILLET UN CHEF POUR TOUTES VOS ENVIES TÉL : 06 10 62 42 84 WWW.TRAITEUR-LABAULE.COM WWW.LECHEFADOMICILE.COM

Christophe Drouillet est un ancien élève de Gaston Lenôtre, Henri Séguin et Michel Rostang qui a dirigé les cuisines d’établissements prestigieux en Asie, en Californie, à Dubaï, au Koweït… Fort de cette expérience où il a servi une cuisine exigeante mêlant les saveurs et les spécialités locales, il a souhaité être moins sédentaire et s’est lancé dans l’activité de traiteur et d’organisateur d’évènements. Avec sa brigade de seconds et des partenaires de qualité, il répond à toutes les demandes pour les particuliers et professionnels, de 10 à 800 personnes.


VENDIRECT’IMMO NOUVEAU CONCEPT IMMOBILIER ENTRE PARTICULIERS 3 BIS RUE DE L’HÔTELLERIE 44470 CARQUEFOU TÉL : 02 40 49 31 63 WWW.VENDIRECTIMMO.FR

Convaincu qu’immobilier et Internet sont indissociables, le jeune entrepreneur et ancien négociateur Bruno Rigout réinvente les codes de la transaction immobilière ! VENDirect’Immo met en relation vendeurs et acquéreurs sans commission, grâce à une palette de services optimisant l’image et la visibilité des biens immobiliers. Réalisant des photos en haute définition et des Visites Virtuelles en vidéo HD, l’équipe de professionnels propose aussi une géolocalisation, coache ses clients et prodigue au besoin des conseils Home Staging. La jeune start-up gère la communication et la diffusion de l’annonce sur son site web, sur une trentaine de sites d’annonces en ligne et sur les réseaux sociaux, aujourd’hui incontournables dans la recherche immobilière ! VENDirect’Immo se félicite d’avoir vendu un bien en seulement 24h ! Grâce à sa visibilité, l’entreprise a pour objectif de devenir une référence de la vente entre particuliers sur Nantes et la presqu’île Guérandaise !

OUEST UNION CLÉS EN MAIN

25 BOULEVARD HENNECART - LA BAULE TÉL : 02 40 24 12 61 WWW.OUESTUNION.COM

En quête d’une propriété, d’un appartement ou d’une villa sur la baie de La Baule ? L’agence immobilière Ouest Union met son expertise à votre disposition pour vous aider à trouver votre perle rare. Spécialisée dans l’habitat secondaire depuis 1966, l’agence immobilière bauloise propose un choix de résidences riche et varié, dont certains biens d’exception. La signature de Ouest Union ? Un esprit de prestige, l’assurance de biens singuliers offrant une qualité de vie balnéaire sans pareil, et l’accompagnement en toute confidentialité et discrétion de Sébastien Jouan. De l’estimation au suivi de la transaction et à la mise en vente, il promet d’assurer tous les services pour mener à bien votre projet L’agence vous accueille du lundi au samedi.

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

141


HÔTEL OKKO

PIERRE VINCENT

15 BIS RUE DE STRASBOURG - NANTES TÉL : 02 52 20 00 70 WWW.OKKOHOTELS.COM

43, RUE CHARLES MONSELET 44000 NANTES TÉL : 02 40 47 00 03 / 06 10 78 60 01 WWW.PIERRE-VINCENT-ARCHITECTE.COM

QUATRE ÉTOILES À NANTES

Au cœur de Nantes, Avec ses 80 chambres. l’hôtel OKKO promet un séjour convivial et moderne. Véritables cocons urbains mis en valeur par Patrick Norguet, équipés d’une douche à l’italienne, d’un lit haut de gamme, d’une Nespresso et d’un dock iPhone. Comme dans chaque hôtel OKKO, le « Club » propose un lieu exclusif où il est possible de se restaurer, se détendre et de travailler en toute liberté et à toute heure. L’hôtel sert également chaque moment de partage et de gourmandise.

construction. Spécialiste du style moderne, il s’applique à exercer son métier avec passion le design du nouveau lieu. Les maîtres mots de l’agence ? Écoute, attention, compétences et disponibilité. Quatre valeurs nécessaires au développement du lien de l’agence Pierre Vincent sont réalisés sur ordinateur, à l’aide d’un matériel présent !

LE FONDANT BAULOIS®

59, AVENUE LAJARRIGE 44500 LA BAULE TÉL : 02 40 60 28 90

131 AVENUE DU GÉNÉRAL DE GAULLE 44500 LA BAULE – TEL. 02 40 23 16 05 WWW.LEFONDANTBAULOIS.COM

Depuis 25 ans, le salon Matile vous promet un moment de détente inoubliable. Eddie et son équipe s’adaptent à vos envies pour réaliser une coupe en accord avec votre morphologie. Votre coiffure pourra être sublimée par la nouvelle gamme de couleurs Schwarzkopf haute définition, enrichie en huile ou la coloration INOA de L’Oréal. Nouveauté cet été : l’équipe vous présentera les dernières tendances découvertes lors de sa formation « Toni&Guy » à Paris. Le salon vous accueille du mardi au samedi, de 9h à 19h.

I

Pierre Vincent, Architecte Diplômé Par Le Gouvernement (DPLG) est à

SALON MATILE UNE EXPÉRIENCE UNIQUE

142

ARCHITECTE DE A À Z

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

POUR FONDRE DE PLAISIR !

Depuis plus de 30 ans, sa simple évocation nous met l’eau à la bouche : le Fondant Baulois ® régale les petits et les grands de sa douceur chocolatée relevée d’une pointe de caramel au beurre salé. Exclusivement produit à La Baule depuis toujours, ce fondant au chocolat est réalisé avec des produits 100% naturels : cacao et œufs frais, beurre à la fleur de sel de Guérande, farine de froment et sucre de canne. Son plus ? Une conservation de plusieurs semaines qui fait de cette icône bauloise le parfait souvenir à ramener dans ses valises !


GRAND HÔTEL L’OCÉAN

FORT DE L’OCÉAN

PLAGE DE PORT-LIN - LE CROISIC TÉL : 02 40 62 90 03 WWW.RESTAURANTLOCEAN.COM

POINTE DU CROISIC - 44490 LE CROISIC TÉL : 02 40 15 77 77 WWW.RELAISCHATEAUX.COM

© ELIOPHOT

LE LIEU MAGIQUE DU CROISIC

Établissement de prestige face à la mer en version panoramique. Adresse illustre de la côte sauvage, le Grand Hôtel de l’Océan vous promet un spectacle océanique fantastique en toutes saisons. Savourez votre petit déjeuner ou une dégustation d’huîtres au Bistrot de l’Océan. Dégustez les meilleurs poissons à l’authentique finesse comme le fameux bar en croûte de sel de Guérande et profitez de chambres lumineuses et spacieuses au charme contemporain et authentique, vue sur mer et d’un service de qualité exceptionnel vous assurant un moment inoubliable.

UN MONDE À PART

C’est un univers en soi, en plein cœur de la Côte Sauvage : le Fort de l’Océan a une histoire unique qui a fait de lui aujourd’hui, une adresse incontournable de la région. Cet hôtel Relais & Châteaux offre un cadre chaleureux et lumineux avec ses chambres personnalisées aménagées au sein d’une bâtisse à l’architecture unique. A l’heure du thé, savourez un moment hors du temps sur la terrasse extérieure avec vue sur la mer ou au cœur de la verrière donnant sur le jardin.

CONCIERGE PRIVILÈGES

BISTROT DE L’OCÉAN

TÉL : 06 31 44 36 13 WWW.CONCIERGE-PRIVILEGES.FR

PLAGE DE PORT-LIN - 44490 LE CROISIC TÉL : 02 40 62 90 03 WWW.RESTAURANTLOCEAN.COM

OFFREZ VOUS DU TEMPS LIBRE

Depuis 2007, Concierge Privilèges assure toutes les tâches d’entretien de vos résidences secondaires et trouve les services de qualité appropriés à vos besoins. Organisation de réceptions, préparation d’un bateau, transport vers vos lieux de loisirs, travaux dans votre résidence : en partenariat avec des entreprises qualifiées et renommées, nous vous garantissons des services surmesure. À La Baule et dans la presqu’île, nous facilitons votre quotidien et vous délestons de toutes contraintes vous permettant ainsi de profiter au mieux de vos vacances, de votre famille ou de votre temps de travail.

UN BISTROT LES PIEDS DANS L’EAU

Sur les rochers de la côte sauvage au Croisic, Charles vous accueille au Bistrot de l’Océan dans une ambiance décontractée et souriante pour un moment de détente. Le Chef, Anne-Sophie, vous propose une carte variée, déclinant fruits de mer, coquillages, poissons et desserts gourmands. Les plats du jour mettent à l’honneur des coquillages, un poisson ou une viande variant selon les arrivages tel que ce risotto de coquillages et crustacés (coques et langoustines). Ajoutez à cela une belle carte des vins.

LA BAULE PRIVILÈGE 2015

I

143


LA BAULE PRIVILÈGE 2015

27

27 e E D I T I O N

Profile for Privilège Media

La Baule Privilege  

La Baule Privilege

La Baule Privilege  

La Baule Privilege

Profile for acanthe