Issuu on Google+

L’ABÉCÉDAIRE BAULOIS

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

26

26 e E D I T I O N


Emotion gustative et vue imprenable sur l’Océan…

HÔTEL

RESTAURANT

Michelin

www.annedebretagne.com bienvenue@annedebretagne.com Port de la gravette . 44770 La Plaine sur Mer . Tél : 02 40 21 54 72 . Fax : 02 40 21 02 33

www.thomasproust.com

Dans un décor contemporain et épuré, découvrez la cuisine iodée du chef Philippe Vételé, récompensé de deux étoiles au guide Michelin. Pour les amateurs de vins, l’exceptionnelle cave d’Anne de Bretagne regroupe plus de 25 000 références d’une diversité étonnante. Michèle Vételé partage son métier, sa curiosité et sa passion au travers de ses subtiles accords mets & vins commentés par ses sommeliers en dégustation.


ÉDITO

A

L’ Â M E B A U L O I S E

Pour son 26e numéro, « La Baule Privilège » tente l’abécédaire baulois. Vingt-six lettres caressées sur le sable de la Presqu’île, pour un kaléidoscope d’émotions et de rêves. De A à Z, c’est-à-dire le balaiement complet d’un horizon et l’épure d’une légende au fil de l’eau. La Presqu’île, comme aimait à l’écrire Julien Gracq, c’est toujours les « crêtes écumeuses transpercées par la lumière poudroyante, les diamants et les aigrettes qui voyagent sur l’embrun, l’armée des toiles de tentes rayées qui claquent sur leurs montants comme des oriflammes, le bruit de foule pareil à un bruit de forêt ». La Presqu’île est donc toujours une « fête complète, écumeuse et fouettée comme une charge de cavalerie ». La Baule-en-Presqu’île c’est une baie d’humeurs aux bonheurs partagés. Avec, en filigrane, le poids des familles qui compose et recompose sans cesse la saga de la mer, du sable et du soleil. Bon été donc, de A à Z, avec ce numéro coloré, iodé et peaufiné à l’envie. C’est une rare qualité que celui d’aimer la Presqu’île comme nous l’aimons et comme vous l’aimez ou l’aimerez... Cet abécédaire baulois, porteur de rêves, en ces moments de trêve, est à vous. Comme un Privilège. Hervé Louboutin Éditeur

« Plus que tout peut-être, il songea qu’il aimait de l’Océan en été ce que la Méditerranée n’a jamais - et que l’Atlantique n’atteint qu’à certains jours privilégiés sur les plages qui regardent vers l’Ouest - cette heure de fête rapide et menacée, aussi précieuse, aussi passagère que le rayon vert, qu’il appelait la gloire des plages. » Julien Gracq La Presqu’île

1

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


SOMMAIRE

6 12 16 20 24 28 32 35 38 48 52 54 56 60 62 66 70 74 78 82 86 88 92 94 100 110 114 118 120 122 124 126 129 130 134 140 144 148 152 155 156 159 160 164

LA BAULE PRIVILèGE Revue annuelle Directeur de la publication HERVÉ LOUBOUTIN direction@editionsduprivilege.com éditeuR LES ÉDITIONS DU PRIVILÈGE 2, RUE BERTRAND GESLIN BP 81408 - 44014 Nantes Cedex 1 TéL : 02 40 73 31 31 SAS au capital de 120  001 € ASSOciéS : HERVÉ LOUBOUTIN & FRANÇOIS BARRAULT CODE APE : 7312Z Siret : 523 585 974 00034

2

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Régie Publicitaire LES ÉDITIONS DU PRIVILÈGE 2, RUE BERTRAND GESLIN BP 81408 44014 Nantes Cedex 1 ANASTASIA GOUIN Tél : 06 08 34 29 88 publicite@editionsduprivilege.com IMPRESSION Imprimé par LABEL-PPS www.label-pps.fr Chez Pollina (Vendé) www.pollina-imp.fr

A COMME LES ALBATROS B COMME BÂTI-NANTES B COMME EMMANUEL BIRGAND C COMME LES CANETONS C COMME LE CARAMEL AU BEURRE SALÉ C COMME LA CRIÉE DE LA TURBALLE D COMME LES DERBYS D COMME DIANA BARRAULT D COMME DÉCO E COMME ÉQUITATION F COMME LE FONDANT BAULOIS F COMME FRANÇOIS DE CORNIÈRE G COMME LES PÉPINIÈRES GICQUIAUD G COMME GOLF DE GUÉRANDE H COMME HERMITAGE H COMME HÉLICOPTÈRE H COMME HUMANITAIRE (LE DÎNER ÉTOILÉ) I COMME L’ÎLE DUMET J COMME LA JETÉE DU POULIGUEN J COMME LE JUMPING INTERNATIONAL K COMME LE KITESURF L COMME FLORENCE LAUTRÉDOU L COMME FRANCK LOUVRIER m COMME le marché de la baule m COMME LA mode ! n COMME LA niniche o COMME l’océan p COMME LA presqu’île q COMME Le qg-beach q COMME quimiac r COMME Le récif r COMME Le rosé s COMME La signature du sunset s COMME Le sel de guérande

t COMME Le château des tourelles u COMME uv v COMME voile (skol ar mor) v COMME les vignerons v COMME françois verrimst wCOMME whisky x comme inox y comme yves loday z comme le Zinc du bidule LE CARNET DES BONNES ADRESSES

rédaction OLIVIER D’ARGOL Alain Danjou Nicolas Boileau MAXIME DEBLEY JEAN-OLIVIER HAUTEVILLE MARIE-LOUISE CASTEL JULIE MOYON FLORENCE LAUTRÉDOU PIERRE TUAN CHRISTOPHE TÉZIER ANN CLAIR Christophe Kertez Hélène Roulet HERVÉ LOUBOUTIN jean-luc as pierre-baptiste vanzini

PhotoGRAPHIES PASCAL KYRIAZIS CHARLES MARION hugues driancourt DERBY DE LA BAULE COLLECTION BARRIÈRE INGRID MARESLI Fabrice Rambert PIERRE TUAN CONCEPTION GRAPHIQUE DIRECTION ARTISTIQUE THOMAS PROUST www.thomasproust.com REMERCIEMENT ALEXANDRA HUBERT THOMAS POINTIÈRE


FRANCK PROVOST Galeries Lafayette Rdc environnement parfumerie 44000 Nantes Tél : 02 40 47 10 20 FRANCK PROVOST Centre Commercial Beaulieu Bd Général de Gaulle 44200 Nantes Tél : 02 40 74 12 44 FRANCK PROVOST Centre Commercial Leclerc Le Point du Jour 44600 Saint-Nazaire Tél : 02 40 01 88 28 FRANCK PROVOST Centre Commercial Auchan 44570 TRIGNAC Tél : 02 40 90 19 25 FRANCK PROVOST 10 Bd Hennecart Face océan 44500 La Baule Tél : 02 40 24 18 89

Sans rendez-vous


A COMME LES ALBATROS

L E S A L B AT R O S Quand on a beaucoup fréquenté les clubs de plage, dans son enfance, il arrive que l’on veuille s’en offrir un en guise de supplément d’âme. C’est ce qu’ont fait Florence et Éric à l’orée de la promenade Benoît. Leur club des Albatros, aurait dit Baudelaire, a des ailes de géant. PAR NICOLAS BOILEAU

Photographie CHARLES MARION

Ingénieur ESTP, 46 ans, ancien patron de Véolia Europe, d’un côté. École des cadres, 43 ans, gestionnaire de fortunes, de l’autre. Et une même passion  : celle des clubs de plage. Beach volley pour l’un, membre des Derbys  ;  équitation pour l’autre, sur le sable et dans l’eau de mer. Devant chez eux, c’est-à-dire au club des Albatros où tout se fait  : cours de natation en piscine chauffée, yoga, ayurveda, aquagym, aqua yoga, babyclub, club enfants et bar à jus de fruits, tapas et vins. Éric et Florence ou le charme absolu. De l’élégance, de la simplicité et de la bonne humeur. Une sorte d’éducation ancrée dans l’art de vivre baulois. Et une gentillesse tout sourire capable de tuer sur place plus d’un grincheux... Il y a deux ans, ils ont saisi une opportunité. Celle de racheter un club avec vue sur mer permanente créé en 1921 par un homme doué pour le soleil et les balançoires  : Yann Duval. Le vieux club périclitait. «  J’ai appris à nager ici » note Éric Albaret comme le A d’Albatros. Pour s’occuper des enfants certes, mais de leurs parents ou de leurs grands-parents aussi. « Certains sont même mes clients à Paris... je les vois ici, en tenue plus décontractée ! » ajoute Florence. Fruits frais pressés devant vous mais aussi cave à vins, composée des meilleurs crus mondiaux. À commencer par un savoureux Pessac-Léognan bien de chez nous. Et un homme à tout faire, jeune briscard des clubs de plage, Steven, capable de vous concocter sur le sable une assiette de fruits de mer ou de saumon, des rillettes de thon ou un tarama tonique et frais. Tous les produits viennent du cru et le champagne frappé en permanence coule des jours tranquilles au soleil... Sport, détente, loisir, cuisine légère sont les maîtres-mots des « Albatros », rouge et blanc, qui donnent de la couleur à l’esplanade Lucien Barrière. On pourrait ajouter aussi leur remède contre une certaine morosité ambiante soignée par leur beau sourire partagé en toutes saisons  : le fruit de leur passion commune au service des plus petits et des grands.

« Sport, détente, loisir et cuisine légère sont les maîtres-mots des Albatros . »

6

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


Éric et Florence dans leur club où ils se sentent si bien... « Les Albatros » ou l’envol balnéaire permanent !

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

7


NOUVELLE GAMME LAND ROVER

ÉDITION 2014 landrover.fr

LE MOIGNE SA : CONCESSIONNAIRE

Les Pavillons - 381, route de Vannes - 44800 SAINT-HERBLAIN Tél : 02 51 77 85 85 ZAC Océanis - route du Petit Lerioux - 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 11 30 40 ABOVE AND BEYOND : Franchir de nouveaux horizons. Consommations mixtes Norme CE 1999/94 (L/100 km) : de 4,9 à 14,9 - Rejets de CO2 (g/km) : de 129 à 348.

www.landrover.fr


B COMME BÂTI-NANTES

B

B ÂT I-N A N T E S

Promoteur immobilier à Nantes depuis 1982, François-Régis Bouyer, 58 ans, diplômé de l’ESCP, a bâti un groupe important Bâti-Nantes  qui multiplie les projets dans toute la région. Son dernier-né, à La Baule, est sans doute l’une des réalisations les plus attendues. Baptisé « Élégia », au milieu du front de mer, il mêlera les appartements de luxe à un spa-thalasso appelés à faire date... PAR NICOLAS BOILEAU

Gilles Bouyer, son père, bien connu des Nantais, avait créé  Bâti-Nantes  en 1961 pour les travaux publics. Son fils, François-Régis, la transforma en société de promotion à son arrivée dans l’entreprise. Associé avec Christophe Desfossés, 49 ans, depuis 2002, le groupe immobilier fait travailler 22 personnes à Nantes et 10 à Rennes (Bâti-Armor) pour un chiffre d’affaires consolidé de 78 millions d’euros. Ayant déjà réalisé plusieurs projets conséquents dans la baie de La Baule (l’immeuble qui abrite Manuel par exemple à l’entrée de l’avenue de Gaulle), BâtiNantes récidive cette fois avec un immeuble et un spa-thalasso en lieu et place de l’ancienne thalasso de La Baule-Les-Pins (groupe Phélippeau) et de l’ancien hôtel Bellevue où était implanté le restaurant La Véranda.

Photographies BÂTI-NANTES

portier-vidéophone électronique commandant la porte principale de l’immeuble et d’une porte palière blindée. Les boxes de stationnement seront également sécurisés pour donner à l’ensemble le maximum de tranquillité aux résidents. Bâti-Nantes est particulièrement fière de cette dernière et belle réalisation. Les Baulois l’apprécieront également. B comme Bouyer également. Toute modestie mise à part !   

Un spa-thalasso à l’eau de mer

Les négociations menées dès 2008, on aboutit à la vente de la thalasso et de l’hôtel (propriétaire  : Yves Garnier) au groupe dirigé par FrançoisRégis Bouyer. Le projet est ambitieux. Sur cinq étages d’environ 500m2 chacun avec au rez-de-chaussée un spa-thalasso alimenté en eau de mer et des appartements haut de gamme dont deux superbes entités de prestige, au dernier étage, dont l’une a déjà trouvé preneur... Les architectes du projet sont Nantais (Bureau-d’Achon et associés) et parisien (Bruno Giraud Quatre vents architecture) qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes conscients que cette réalisation était un «plus» évident pour toute la baie...

Des prestations haut de gamme

Livré fin 2015, avec un prix au m2 allant de 8  000 à 15  000 euros, l’Élégia ne passera pas inaperçu. Outre des prestations de très grande qualité il utilisera une technique de chauffage-climatisation réversible et individuelle, par le sol, conçu par le Japonais Daikin. Tous les sols, sophistiqués, seront réalisés par l’équipementier Porcelanosa. Chaque appartement sera pourvu également d’un système de

12

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

François-Régis Bouyer et Christophe Desfossés  : les deux associés partagent une même vision de l’Ouest et de la promotion immobilière. Leur dernier projet à La Baule, sur le front de mer, «Élégia», fait et fera parler de lui…


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

13


LA BAULE

Camille Albane, à La Baule, fête cette année ses 20 ans , en musique, « You Rock », rythmée par des coupes pétillantes d’énergie, une playlist de choix pour toutes les envies. dans un cadre magique face à la mer. Christelle, Laurianne, Marjorie et toute l’équipe vous attendent pour un moment de détente. Dans le cadre de leur salon où il fait toujours bon vivre...

23, boulevard Hennecart 44500 La Baule tél: 02 40 60 45 25 www.camillealbane-labaule.com Ouvert du mardi au samedi de 9h à 19h sans interruption, avec ou sans rendez-vous. Ouvert le lundi de 11h à 19h pendant les vacances scolaires.


B COMME EMMANUEL BIRGAND

B

EMMANUEL BIRGAND Une création, un choix de vie, le parti pris de tout concevoir lui-même et d’être constamment sur le terrain en profitant de son cadre de vie… L’histoire d’un enfant amoureux de la Presqu’île qui, devenu homme, voulait continuer de pouvoir créer, de pouvoir rêver… PAR Hélène Roulet

Au départ, Emmanuel Birgand c’est un scientifique. Il aime les maths et la physique, résoudre des équations. Ingénieur en aéronautique pendant de nombreuses années pour de grandes entreprises industrielles, il est même P-dg de l’une d’entre elles en région parisienne. Pas de week-end, pas de rythme de vie cohérent pour sa vie personnelle, il ne voit pas sa carrière professionnelle continuer ainsi… « La vie à 27 ans, c’est autre chose que ça… » dit-il. Natif de la Presqu’île, ses deux passions sont le tennis et la voile… Et il décide de ne plus s’en priver. Choix de vie. Il veut sortir de l’industrie et réorienter son avenir… Il cherche à combiner travail et liberté et à profiter de ses passions, avoir son indépendance et se démontrer à lui-même qu’il est capable

16

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographies JULIE MOYON

de créer quelque chose. Reprendre une entreprise, un commerce local… La démarche finalement lui apparaît assez restreinte. Créer un produit libre de s’installer partout, c’est plus dans son état d’esprit. Lors de ses recherches, il analyse différentes possibilités et observe que la France est le 1er producteur au monde de spiritueux et que le vin est reconnu comme un produit de prestige. Il optera alors pour un apéritif avec un cahier des charges bordé dès le départ. Il adapte une recette de famille pour créer les bases de la sienne entre 2003 et 2004, avec une idée assez précise de commercialisation et de distribution. Afin de tester son produit, il décide d’ouvrir un bar et rachète le Chupito au Pouliguen en juillet 2004. À l’époque, la boisson concoctée par ses soins s’appelle « Le petit godet », et seule la version au pamplemousse rose existe. Ce « petit godet » représente déjà les 2/3 de son chiffre d’affaires. Le bar prend de l’ampleur et le produit prend du retard. Il prend alors la décision de revendre le bar en 2007 pour se consacrer uniquement à la marque de boissons qu’il veut créer. Le « petit godet » s’appelle désormais la Diablotine. Pourquoi ce nom ? Il voulait un nom français, féminin et pas trop court pour répondre à un large public. Pas d’agence de communication, un concept commercial créé par lui de A à Z… en insistant sur le D. Un nom qui sonne aussi bien à l’oreille qu’à la vue. Il réalise un logo dont on puisse se souvenir facilement : un « D » rouge avec la queue d’un petit diable. Avec un entrepôt installé à Saint-Nazaire, il distribue essentiellement sa marque dans les cafés, brasseries et restaurants puis en 2008 s’oriente davantage vers les épiceries fines, caves et

magasins du terroir… oui, mais il s’éloigne du particulier. Il se lance alors vers les marchés et les salons puis instaure des ventes directes proposant des dégustations dans le but de réceptionner directement les critiques sur ses choix de saveurs et de présentations par le consommateur. Maîtrisant ainsi tous les aspects techniques de son entreprise, qui commercialise aujourd’hui plus de 100 000 bouteilles chaque année avec une force de vente composée de ses propres commerciaux sur toute la France, Emmanuel Birgand songe même maintenant à se tourner vers l’étranger. Mais son véritable épanouissement personnel, c’est la création de nouveaux « parfums ». Il compose et corrige sa copie au gré des demandes et avis, se remettant constamment en question pour ne jamais laisser faner cette liberté qu’il s’est enfin créé. Stratège commercial, chercheur d’idées, preneur de risques et créateur de liberté, derrière ce personnage simple et discret, un homme qui a osé être lui-même…

Emmanuel et ses flacons  : après la baie et la France, l’étranger...


Le bar

en croÛte de sel de

L'OcÉan

Le mystÈre reste entier la fascination aussI w w w . restaurantlocean . com


C COMME CANETONS

«  L E S C A N E T O N S   » Le 1er avril 2000, d’un club de plage de la baie, Philippe Vallée faisait un restaurant. Après avoir réussi à Nantes, « La Cantine du général » et effectué un séjour en Grande-Bretagne, il plantait sa tente entre le casino et l’avenue de Gaulle pour offrir à sa future clientèle une cuisine d’esprit lyonnais à laquelle, Bretagne oblige, il ajouta des crêpes et des moules... PAR OLIVIER D’ARGOL

Philippe Vallée, demi-centenaire, ceinture noire de judoka (son papa, rouge et blanche 6e dan), est la convivialité même. Peu enclin aux mondanités excessives. Mais féru de relations humaines pour peu qu’on y place de l’amitié et de la sincérité. Fils de piedsnoirs maltais, comme il aime à le souligner, ancien rugbyman - avec les Arlequins contre le SNUC -  classé (13) en golf, il aime le grand air, la bonne humeur et l’exercice. Comme son ami Titi Bonalair, ancien joueur du FCN, avec lequel il est associé. Aux « Canetons », Richard, Yannick, Thomas, Max, Greg et Julie constituent son équipe (avec le chef Éric Simon) et partagent ses émotions. Pas de photos people sur les murs, mais celles de ses amis de toujours. L’esprit maison. L’esprit Canetons. Comme à Nantes, la cuisine d’inspiration lyonnaise est assortie de nappes Vichy rose et blanche. Sa marque personnelle. Ses couleurs. Ici, la bise est souvent de rigueur. Pas avec tout le monde, mais avec les habitués qui en redemandent. Derrière son bar, toujours aux aguets, le «beau» Philippe veille au grain sans

20

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographie Pascal Kyriazis

emphase. Direct, précis et organisé. Désormais bien enraciné dans la baie où il respire amplement, le patron des « Canetons » attend avec jubilation le futur bébé que lui donnera bientôt sa compagne rencontrée évidemment en terres bauloises. Une jeune femme élégante et sympathique. Un nouveau challenge pour ce «jeune» papa déjà père d’une jolie fille. Des sardines grillées aux plats mijotés, les Canetons suivent les saisons avec un must absolu  : le filet au poivre accompagné d’une savoureuse purée. Certains viennent de loin pour le déguster. Un grand classique. Comme ailleurs dans la baie, Philippe Vallée et ses équipes privatisent parfois leur «  maison  » pour de grandes réceptions. Mariages, anniversaires   : avec un coin jardin, côté plage, et si besoin des tentes à disposition. Même si, c’est bien connu, il ne pleut jamais entre Pornichet et Le Pouliguen. Et quand c’est le cas malheureusement, le soleil est ici omniprésent, boosté par la bonne humeur en toutes saisons. De la Cantine aux Canetons, en filigrane, le même «  C  » d’une convivialité vraiment partagée.

« Pas de photos people sur les murs, mais celles de ses amis de toujours. L’esprit maison, l’esprit Canetons. »


Philippe Vallée et son équipe devant «Les Canetons» et sur le sable  : un petit jardin extraordinaire…

« Des sardines grillées aux plats mijotés, les Canetons suivent les saisons avec un must absolu  : le filet au poivre accompagné d’une savoureuse purée. »

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

21


Architecte passionnée, diplômée en architecture et design d’intérieur, Irina Bontemps, Bulgare d’origine, est aujourd’hui une chef de projets accomplie. Cette sportive de haut niveau en planche à voile, présente aux quatre derniers jeux olympiques, a su s’investir en parallèle dans le métier d’architecte d’intérieur en poursuivant 2 années d’études supplémentaires à la faculté d’architecture de Nantes pour obtenir une spécialisation « Architecture navale ». Ses deux passions ainsi réunies, elle exerce alors son talent dans des agences et entreprises, en France et à l’étranger, telles que Bénéteau, Navi Line Industries, Sarrazin design et PR Design Partner. Son autre regard sur l’aménagement de l’espace, né de son expérience dans la conception de bateaux de plaisance, l’amène à ouvrir son propre atelier en 2011 sur la presqu’ile guérandaise : l’Atelier Good time. Nourrie d’univers différents à travers ses nombreux voyages, Irina aime retranscrire ses richesses pour élaborer votre projet d’habitat neuf ou de rénovation. Elle vous permet de concevoir tout type de projets, particulier ou professionnel, et s’adapte à tous vos souhaits, des plus classiques aux plus atypiques et en harmonie avec votre identité et vos besoins. Maçons, charpentiers, électriciens, plombiers, plaquistes, peintres, agenceurs et décorateurs, c’est toute une équipe d’artisans locaux méticuleux qui unissent leurs talents sous l’œil attentif d’Irina qui suit chaque étape de votre projet, de la conception à la livraison du chantier. Soucis du détail, conception de mobiliers sur mesure et d’éclairage pour créer l’ambiance exacte que vous avez imaginée, cet atelier possède toutes les idées, astuces et solutions pour vous sentir bien dans votre intérieur.

RÉNOVATION I AGENCEMENT I DÉCORATION Accompagnement du conseil à la réalisation www.ateliergoodtime.com I 02 40 00 65 93 I 06 88 01 35 23 I LE POULIGUEN


C COMME LE CARAMEL AU BEURRE SALÉ

LE CARAMEL AU BEURRE SALÉ Le caramel au beurre salé et au sel de Guérande est à la Presqu’île ce que le calisson est à Aix-en-Provence et les bêtises à Cambrai. Impossible de repartir sans l’avoir goûter. Un patrimoine culinaire comme la fleur de sel, le Fondant Baulois, les huîtres de Merquel… PAR ANN CLAIR

Photographie Pascal Kyriazis

« Ce n’est qu’en 1977, qu’un chocolatier, du nom d’Henry Le Roux, mit au point ce caramel au goût unique.» On l’aime, on l’offre, on se le dispute entre frères et sœurs, on le dérobe dans la bonbonnière de la mamie, on le fauche dans le réfrigérateur familial, on l’achète dans les rues médiévales de Guérande ou dans les biscuiteries locales. Comme celle de SaintGuénolé, à Batz-sur-Mer, où il est fabriqué en douceur tous les jours. Christian Jadeau qui a repris cette entreprise familiale il y a dix ans, propose comme ses concurrents du caramel à tartiner mais il est le seul artisan de la Presqu’île à réaliser sur place des bonbons caramel : « environ 150 kilos par jour : cuisson à 119 degrés le matin, ensuite on laisse refroidir une douzaine d’heures avant l’ensachage  ». Secret bien gardé : il n’en dit pas plus sur ce petit plus qui fait la différence gustative avec les autres bonbons caramel sinon que ceux de Saint-Guénolé sont réputés plus mous.

24

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

« Ce qui plaît en général aux amateurs mais diminue leur durée de conservation d’une bonne année à quatre mois ». Vendu en sachet, au kilo, dans des bocaux… le caramel guérandais peut donc être mou, dur, en pâte à tartiner, étalé sur une crêpe, apprécié en coulis, fourré dans des chocolats, allégeant une madeleine, imaginé en sucette ou en barre glacée voire en crème dessert. Depuis peu, il se marie avec du thé. Sur les étals, on le trouve en sirop, en liqueur… Il fait le bonheur des enfants et des moins jeunes. Depuis longtemps, sa réputation a dépassé les marais de Guérande et les côtes de Bretagne du sud. Aujourd’hui, il est un goûteux passeport partout dans le monde. Les Japonais en redemandent. Chez eux, ce délice est un produit de luxe. Marché en pleine expansion, le caramel au beurre salé et au sel de Guérande est un must. Du sucre,

de la crème, du beurre salé, une pointe de fleur de sel… sans oublier le petit plus de chaque pâtissier et fabriquant, cette recette simple séduit les palais du monde entier. Impossible aujourd’hui d’imaginer une visite des marais de Guérande ou de Terre de Sel sans qu’elle ne soit évoquée. Et pourtant si la Bretagne est un pays de salines, de beurre salé, d’œillets, de sel, de paludiers, l’histoire de ce caramel au goût si particulier et à la texture si onctueuse est récente. Ce n’est ni une spécialité moyenâgeuse ni une recette découverte dans la malle d’une grand-mère. Ce n’est qu’en 1977, il n’y a pas quarante ans, qu’un chocolatier, du nom d’Henry Le Roux, ayant pignon sur rue dans le sud Bretagne, mit au point ce caramel au goût unique. Le renouveau des marais salants n’a fait qu’accélérer cette success story planétaire.


Faites-le

vous-même

Pour réussir votre caramel au beurre salé et au Sel de Guérande, il vous faut : un gros bocal, 300 g de sucre en poudre, 2 cs d’eau, 25 cl de crème fleurette ou liquide entière, 80 g de beurre salé et bien sûr du sel de Guérande (si possible de la fleur de sel). Prévoir une belle pincée. Dans une casserole, faire fondre le sucre à feu très doux avec les 2 cs d’eau. Allez-y piano piano, le caramel doit se former en douceur pour éviter qu’il ne brûle. Ainsi, lorsque le caramel brunit, remuez sans cesse avec une spatule en bois jusqu’à obtention d’un caramel fluide et lisse. Ajouter progressivement la crème (pour éviter les projections) en maintenant le feu doux. Lorsque le caramel est lisse et clair, laisser tiédir, avant d’y mettre le beurre coupé en morceaux et bien sûr le sel de Guérande. Possibilité d’y ajouter une gousse de vanille. Verser dans le bocal. Attendre que le caramel refroidisse pour le fermer. À stocker dans le réfrigérateur.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

25


C COMME LA CRIÉE CRIÉE

LA CRIÉE DE LA TURBALLE La Turballe est avec Le Croisic l’une des deux criées de la Presqu’île guérandaise. Près de trente tonnes de poissons y sont vendues chaque matin. Elle est ouverte aux lève-tôt. PAR ANN CLAIR

Photographies Pascal Kyriazis

Criée de La Turballe. Visite possible une à trois fois par semaine. RV à 5 h 45 devant l’Office de tourisme. Prévoir 1h à 1h30. Réservation impérative au Musée « Maison de la Pêche » (au-dessus du centre de marée). Tél : 02 40 11 71 31 augredesvents@wanadoo.fr http://musee-laturballe.fr

28

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


« Une flottille colorée, avec ses rites, ses coups de gueule, ses odeurs, qui s’anime dès les premières lueurs du jour. »

7 h du mat. À deux pas des bassins, le Café du Port est étonnamment l’un des rares bars de La Turballe ouvert. Accroché au zinc, encadré d’un café crème et d’un verre de blanc, Jean est plongé dans les avis d’obsèques de OuestFrance. Le tintement de la porte lui redonne la parole : « alors le maquereau, il s’est bien vendu  ? ». Yeux tirés et vareuse doublée, l’entrant acquiesce d’un oui bref avant d’attraper un tabouret et de commander un petit noir visiblement mérité. En face, les lumières de la criée de La Turballe filtrent l’aube ventée. Les manœuvres des camions des mareyeurs déchirent un silence également bousculé par les sorties et les rentrées des bateaux. À l’intérieur de ce bâtiment un peu vide, au sol jaune pâle, le maître des cérémonies orchestre les dernières ventes. Maquereaux, congres, lottes, lieus jaunes, sardines, soles, quelques bars… Pour le thon et l’anchois, il faudra attendre début juillet. Couleur vert pomme, les bacs qui les contiennent sont - traçabilité oblige - précisément étiquetés : type, qualité, origine, nom du bateau, poids moyen, date des prises… Ce vendredi de la fin avril, une vingtaine de poissonniers, revendeurs et autant… d’ordinateurs enchérissent depuis déjà deux ou trois heures sur ces poissons débarqués pour les uns il y a quelques heures

pour d’autres tout juste une vingtaine de minutes. De ce ballet sans accro et bien réglé dépend le salaire du patron-pêcheur et de son éventuel équipage. Sitôt achetés, les lots sont transportés par les employés du centre de marée. Conditionnés, ils partent illico pour les poissonneries de la région mais aussi pour Rungis, le MIN (Marché d’Intérêt National) de Nantes… Comme la corbeille du Palais Brongniart, le crieur d’autrefois avec son monologue aussi bruyant qu’incompréhensible pour le profane a vécu. Définitivement. Sacrifié sur l’autel de l’efficacité, de la concurrence et de la mondialisation. Vaincu par l’informatique, par ces clients qui, à Paris ou ailleurs, au chaud dans des bureaux tapissés d’écrans, font leur marché en consultant en direct l’évolution des cours dans les principales criées européennes.

La papamobile du crieur Le spectacle n’y est plus. Et en cette avant-veille de double canonisation papale, le grand prêtre de la criée de La Turballe - comme depuis déjà plusieurs années - est juché dans une … criomobile. Ainsi a été baptisé le véhicule bleu électrique dans lequel il se déplace sans bruit. Pêcheurs et acheteurs locaux, attachés à ses basques en procession, il officie d’un

bout à l’autre du bâtiment ; l’ordre de rentrée des bateaux le guidant immuablement. Les premiers poissons débarqués sont les premiers vendus. Deux criées fonctionnent en Presqu’île guérandaise. Elles sont uniquement réservées aux professionnels. Celle du Croisic, non ouverte à la visite, est spécialisée dans les crustacés. La langoustine notamment. À La Turballe dont la marque de fabrique reste l’anchois (1 500 tonnes par an), entre vingtcinq et trente tonnes de poissons frais (jamais congelés) sont écoulées chaque matin du lundi au vendredi. Et pour cause : ce port est le neuvième de France. Cinquante-trois bateaux y sont rattachés. Près des deux tiers font de la petite pêche - des sorties d’une journée maximum - leur pain quotidien. Les autres, d’une capacité nettement supérieure avec à bord plusieurs marins, partent plusieurs jours, parfois plus d’une semaine. Jusqu’en mer d’Irlande pour le thon. Une flottille colorée, avec ses rites, ses coups de gueule, ses odeurs, qui s’anime dès les premières lueurs du jour. En quittant la criée, les lève-tôt apprécient. Avec un peu de chance, ils pourront acheter leur poisson du jour auprès des trois derniers professionnels qui en proposent aux particuliers au cul de leur bateau.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

29


À La Baule, investissez dans une pierre précieuse. Entre ciel et mer, offrez-vous un privilège rare : une vue unique sur la baie de la Baule.

• 29 appartements de prestige

02 40 00 15 20 ocean-baule@orange.fr

- 17044 - 04/2013

Le dernier site d’exception pour l’une des plus belles baies du monde.


GODIN cHemiNées POÊle À BOis cuisiNiÈres iNserTs FOYers Fermés PrOjeTs PersONNalisés TradiTiONNel Ou desigN décOraTiON POÊle À graNulés

Dans un espace d’exposition de 185m2 sont réunis plus de trente poêles, cuisinières et cheminées signés de la légendaire marque Godin, créée en 1840. L’équipe de Guérande (une dizaine de spécialistes) mène du début à la fin du projet et sur mesure tout projet d’installation ou de rénovation. Pour un chauffage, d’appoint ou non, efficace, économique et écologique, les Cheminées Godin ont toutes les solutions personnalisées pour s’intégrer dans un intérieur. Accessoires et meubles de décoration Flamant, en exclusivité dans la presqu’île guérandaise. Accessoires de cheminées Tadé. Retrouvez également les marques MDESIGN, STORCH et RUEGG.

4 rue de l a Briquerie Parc de Villejames 44350 Guérande  0 rue des aigreTTes 1 44570 TRIGNAc tél: 02 40 66 70 90 cheminEesgodin@orange.fr www.godin44.com


D COMME LES DERBYS

D LES DERBYS

Une très belle fête le samedi 17 mai dernier au Tennis Country Club de La Baule pour le 30e anniversaire des Derbys et la sortie de  Derby Magazine en présence du « Tout - La Baule ». 1984 - 2014 : que d’événements sportifs dans toute la station partagés par des milliers de bénévoles qui animent les clubs de toute la baie dans toutes les disciplines : du beach volley au jumping, en passant par le kite, le polo, la voile, le croquet, le golf... PAR HERVÉ LOUBOUTIN

PhotographieS HUGUES DRIANCOURT & DERBYS

The Duc of the Bay Un concept conçu par Jean-Claude Driancourt et vécu dans l’amitié, la solidarité et la simplicité par les clubs associés, leurs membres et leurs présidents. Avec une pensée particulière pour les amis disparus comme Georges Forissier (voile), Guy Charloux (polo), Henri Rigaud (golf) et René Pasquier (jumping) qui donnèrent le meilleur d’eux-mêmes pour porter leur sport au plus haut niveau. Toute la baie a profité et profite encore de la magie des Derbys qui, toute l’année, animent les clubs pour les petits (mini-Derbys) et les grands (Derbys). Rouge et blanc, le pavillon des Derbys comporte aussi cinq tentes des sports fondateurs qui, avec le temps, se sont ouverts à d’autres disciplines. Pour coller à l’actualité et à la jeunesse. Que serait La Baule sans ses Derbys ? On peut se poser la question tant leur magie exerce sur chacun (participant ou non) une aura

32

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

singulière. Sur le sable, sur la terre battue, sur les greens, sur la mer, sur l’herbe  : chaque Derby excelle dans son propre univers en conjugaison d’amitié et de sportivité avec l’ensemble des disciplines qui les composent. Tout au long du boulevard de mer et dans les clubs, les couleurs des Derbys sont hissées toute l’année pour marquer un territoire et fonder une légende. Les trente ans qui viennent de passer ont été ponctués par des exploits en tous genres, vécus localement et

perçus internationalement comme le jumping toujours d’actualité ou le Derby Cadets de Tennis achevé avec ses vingt ans. Comme les marées, les Derbys vont et reviennent. Portés par les nouvelles générations qui en assurent la continuité et la modernité. Les trente clubs de plage associés voient les jeunes pousses disputer un même état d’esprit familial, convivial et social. Le grand partage de l’art de vivre baulois qui associe sans cesse toutes les générations  : grands-parents, parents, enfants et petits-enfants, fiers de se donner la main pour porter haut la spécificité de cette baie sans doute unique au monde. La dernière livraison de Derby Magazine donne toute sa place à cette saga commencée voilà trente ans et qui perdure au grand soleil de la diversité et de la complicité. Joyeux anniversaire, amis des Derbys pour ce nouvel été, en rouge et blanc...


Les présidents

des Derbys d’aujourd’hui

Éric Albaret, beach volley François-Xavier Baley, voile Rémi Cléro, jumping Jean-François Decaux, polo Benjamin English, kite Daniel Laurent, beach tennis Éric Lebreton, golf Martine Vendeuil, croquet Jean-Claude Driancourt, président

L’alliance du sport et de l’élégance

Sur un 12 mJi de légende, il y a une vingtaine d’années, les présidents des Derbys : Hervé Louboutin (tennis), Henri Rigaud (golf), René Pasquier (jumping), Jean-Claude Driancourt (Derbys), Jean-François Decaux (polo), François Baley (voile)

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

33


LEUTELLIER TESSON COUTURE PARIS - NA NTES

Une maison Haute Couture à Nantes Elégance, charme, grâce, justesse des coupes, étoffes soyeuses et délicates, soucis du détail… Voici les promesses assurées de deux créateurs passionnés par leur métier, Stéphanie Leutellier et Sébastien Tesson. Avec un parcours riche de savoir-faire et d’idées créatrices à la pointe de la mode, ces deux prestigieux professionnels savent désormais conjuguer leur talent pour créer et vous émerveiller. Lieu de rêve de toutes les futures mariées, LEUTELLIER TESSON COUTURE c’est donc la passion de la création avant tout, le plaisir de partager avec vous un moment de luxe et de raffinement dans un espace voluptueux où l’univers des blancs sur fond noir enchante votre regard. A l’image des plus grands couturiers parisiens, nos deux créateurs, mettent en lumière le naturel de votre identité. De leurs gestes précis et subtiles, ils animent vos rêves les plus précieux de robes les plus classiques romantiques aux plus contemporaines voire même complètement atypiques… Vous retrouvez également une collection d’élégantes robes de cérémonie, de cocktail ou du soir. Telle une garde-robe d’exception, où voiles, dentelles, tulles, broderies, étoffes du plus bel effet se mêlent et s’emmêlent, les plus beaux modèles se dévoilent ainsi sous vos yeux. Soucieux de faire plaisir et d’enchanter, ils mettent tout en œuvre pour que vous preniez ainsi le temps d’imaginer, d’essayer, d’ajuster… de créer avec eux la robe qui saura vous séduire et rayonner sur le plus beau jour de votre vie. Au fil des rendez-vous, Stéphanie et Sébastien prennent le temps de vous connaître, vous proposent et s’adaptent à vos envies, selon votre idée du mariage, votre style et votre silhouette afin de réaliser la plus belle robe, l’unique, c’est la vôtre...

12, rue Jean Jaurès Quartier Viarme | Talensac 44 000 NANTES

Tel : 02 40 897 854 Uniquement sur rendez-vous www.leutellier-tesson.fr

© Francis GUILLARD POUR HALL 6

LEUTELLIER TESSON COUTURE


D COMME DIANA BARRAULT

Diana Barrault PAR OLIVIER D’ARGOL

Photographie DR

Diana Barrault expose cet été au château des Tourelles à Pornichet. Une nouvelle occasion de découvrir sa peinture qui est aussi un regard saisissant sur l’au-delà des choses. Cette part de lumière et d’infini mystère qui nous entoure...

Nantes - Bruxelles - La Baule. Ou l’inverse. Pour Diana Bureau-Barrault, ces trois villes ont un sens particulier. Des lieux d’inspiration. La vive lumière qui parcourt son œuvre puise sa source dans des villégiatures organisées. Car l’artiste aime l’harmonie qui lui permet de creuser profond la transparence la plus parfaite. Il faut découvrir son atelier à Bruxelles, tapissé de livres, pour comprendre que l’on peint comme l’on vit. Par complicités naturelles, émotions modulées, entre un monde observé et un monde rêvé. Le peintre est à la fois dedans et dehors, pour mieux saisir la réalité des choses et la transmuer en éclats lumineux et parcellaires. Fille de l’architecte baulois, Lionel Bureau, Diana a côtoyé l’Art très jeune dans un univers familial porté par une sublimation de l’âme de chaque instant. Comme un supplément de vie essentiel. Ses toiles, exposées cet été au château des Tourelles, à Pornichet, représentent des instantanés de ciel, de mer, de terre et

de rêve. Transcendés par un regard saisissant sur l’audelà des choses, c’est-à-dire cette part d’infini mystère et de lumière qui nous entoure. La dimension mystique n’est jamais absente de sa création qui tend à révéler la réalité loin de ses contradictions les plus inextricables. Portée par le sentiment du Beau qui l’anime, Diana Barrault nous propose des œuvres uniques nimbées d’un certain mystère. Celui qu’elle exprime si bien en toute liberté, avec sincérité, élégance et talent. Grands et moyens formats composent une fresque éloquente des humeurs du temps et de tant de ferveurs. Son monde à elle devient vite le nôtre en transpositions poétiques des connivences essentielles. L’art et l’artiste sont au cœur de la magie du Beau qui s’attache à notre âme sans hésiter. Cette quête d’absolu est au centre du champ existentiel. Elle libère et elle adoucit le chant du monde. Comme une musique intérieure qui ne finirait pas.

Une chambre comme un salon d’exposition à Bruxelles. Des toiles montées et démontées, posées ou à même le sol. Tout un univers de connivences secrètes qui fait de l’œuvre de Diana Barrault un monde à part.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

35


HÔTEL OKKO quatre étoiles différentes

Dernier-né de l’hôtellerie nantaise, « Okko Hotels » mérite bien ses quatre étoiles tant son concept est novateur, audacieux et même, par certains côtés, « révolutionnaire » ! Une nuit suffit à s’en rendre compte…


Cette nouvelle chaîne quatre étoiles bouscule les codes traditionnels de l’hôtellerie pour mieux satisfaire une clientèle nouvelle de plus en plus désireuse de nouveauté et de confort. Le «  Okko Hotels  » Nantes possède 80 chambres à l’identique pour sa clientèle d’individuels, hors famille. Les chambres proposées sont contemporaines, accueillantes et fonctionnelles avec une harmonie de couleurs douces et lumineuses  : «Riva» (salle de bains beige et sol en chilewich (fibres pvc tissées et collées) gris anthracite et «Black Out » (salle de bains noire, et sol de la chambre en chilewich beige). Les salles de bains design et compactes sont installées à l’entrée des chambres. La vaste douche à l’italienne ainsi que le module en verre qui laisse passer la lumière, donnent beaucoup de charme à cet espace. Le lit haut de gamme, avec draps en lin froissé, est d’un confort absolu, douillet comme un petit nid au cœur de la ville... La grande originalité des hôtels Okko réside dans la partie « Club », espace à vivre, où il est possible de se restaurer (majoritairement des produits locaux), de se détendre, de s’informer sans « extras ». Tout est compris dans le prix de la chambre, ce qui constitue vraiment une « première » dans l’hôtellerie… On se croirait chez soi dans cet immense salon-salle à manger bien décoré et conçu pour la rencontre, la discussion ou le travail personnel. Avec un wifi, fibre 4G, gratuit…

On se croirait chez soi... Okko HOtels 15 bis rue de Strasbourg 02 52 20 00 70 Nanteschateau.okkohotels.com

MUSÉE DES BEAUX ARTS

GARE SNCF

CHATEAU DES DUCS DE BRETAGNE CENTRE VILLE

Tout est informatisé (facture électronique par mail) pour ne pas importuner le client. Le téléphone portable peut même servir de clef pour ouvrir ou refermer sa chambre ! L’apéritivo du soir, réservé aux résidents, offre une « Okko touch » du meilleur effet. L’ambiance y est chaude et élégante. Chacun se sert. Premier verre offert. Et les mets gratuits, à volonté… Un parking de 14 places au sous-sol complète la panoplie de cet hôtel pas comme les autres.


D COMME DÉCO

déco Une maison des années Trente proche du marché et de Sainte-Thérèse à La Baule. Entièrement rénovée, Thomas Pointière et ses équipes ont voulu lier la tradition à la modernité. Succès. Visite guidée. PAR MAXIME DEBLEY

38

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

PhotographieS PASCAL KYRIAZIS


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

39


D COMME DÉCO

«Accentuer la transparence vers l’extérieur, avec la création de grandes portesfenêtres avec accès terrasse. »

« Les combles ont eux aussi trouvé un deuxième souffle. Avec un gain de volume et de confort bienvenu. »

40

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


« Le choix des couleurs et des matériaux, comme le parquet vieilli, participe de cette vision d’ensemble. » Cette belle maison nichée sous les pins dans le quartier du marché et de Sainte-Thérèse a été entièrement rénovée (intérieur et extérieur) avec des objectifs architecturaux très précis. Tout d’abord dégager les espaces au rez-dechaussée afin de renforcer l’idée de volume, ensuite accentuer la transparence vers l’extérieur, avec la création de grandes portes-fenêtres avec accès terrasse et enfin ramener la pièce de vie sur le jardin, ce qui n’était pas le cas auparavant). Les combles ont eux aussi trouvé un deuxième souffle. Avec un gain de volume et de confort bienvenue. L’architecte a pu y créer une chambre avec sa propre salle de bains mais aussi un volume dédié aux enfants afin qu’il aient leur propre univers de détente. L’apport architectural est ainsi totalement justifié pour redonner à des volumes anciens une touche de modernité sans équivalent.

Le choix des couleurs et des matériaux, comme le parquet vieilli, participe de cette vision d’ensemble. La création d’une cheminée et d’une bibliothèque, par exemple, a permis de rendre cette maison plus chaleureuse et plus agréable à vivre aussi bien en été qu’en hiver. Ce qui est le propre des résidences bauloises aujourd’hui. Le mobilier a également été travaillé avec les propriétaires afin de trouver une harmonie dans les différents détails. Comme on le voit, seules les problématiques d’ensemble permettent d’aboutir à une unité en rassemblant autour d’un même projet des éléments parfois disparates. Le renouveau baulois est à ce prix qui redonne aux villas d’hier une patine d’aujourd’hui. C’est le pari d’une station en perpétuelle évolution avec les changements de propriétaires et les nouvelles sagas qui s’inscrivent, en filigrane, des anciennes familles et des nouveaux arrivants...

THOMAS POINTIÈRE Installé depuis maintenant 10 ans à La Baule, Thomas Pointière et son équipe proposent à leur clientèle un accompagnement global allant de la conception du projet, à la consultation des entreprises, au suivi complet des travaux, jusqu’aux conseils en décoration et même à la création de mobilier sur-mesure. Ils interviennent autant sur la rénovation que sur l’extension. Et ils réalisent également des projets de création ex nihilo. L’équipe (Thierry Guyard, Anthony Guyot) et lui-même seront heureux de vous accueillir au 2030, route de La Baule, à Guérande, ou de vous répondre au 06 07 31 88 10 ou au 02 40 45 43 37

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

41


Design d’espace et d’éclairage Toute démarche pour aménager un espace privé ou professionnel nécessite une étude approfondie pour les meubles, les sièges, l’éclairage et la décoration. Équipe forte de plusieurs années d’expériences dans l’aménagement de l’habitat et des espaces. Réalisation de projets d’ameublement et d’éclairage sur base de photos, DAO et plans d’architecture. Étude et conseils d’agencement personnalisé, de la prise en charge du projet, à sa réalisation. Service interne et externe de livraison dans toute la France. Montage du mobilier par livreur agréé. www.casaligne.fr

44350 GUERANDE 13, rue DE LA briquerie PaRc de Villejames TEL 02 40 24 32 99 contact.guerande@casaligne.fr www.casaligne.fr 44600 SAINT-NAZAIRE CENTRE-VILLE VILLE PORT 36, avenue Albert de Mun tel 02 40 22 22 40 contact.saintnazaire@casaligne.fr


D COMME DÉCO

D déco

La Compagnie des Ateliers (Nantes - Vannes - Lorient - Paris) fait du sur-mesure une sorte de viatique pour la décoration intérieure personnalisée. Ses réalisations offrent des possibilités variées pour changer de façon de vivre. C’est-à-dire d’exister ! PAR JEAN-OLIVIER HAUTEVILLE

44

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

PhotographieS PASCAL KYRIAZIS


« La Compagnie des Ateliers fait du vrai sur-mesure sa priorité et celle de ses clients. »

Quelque part dans la baie. En promontoire. Une belle villa début de siècle (l’autre) avec des aménagements intérieurs réalisés par la Compagnie des Ateliers (Nantes - Vannes - Lorient - Paris) sous la houlette de Philippe Morin, son dirigeant. Cette Compagnie spécialisée dans le rangement sur-mesure possède une palette d’activités qui lui permet de jouer sur tous les tableaux de la décoration intérieure, mêlant notions d’architecture et concepts innovants. Bibliothèques, placards, dressings, meubles tv-hifi, salles de bains, cuisines, portes, meubles surmesure   : la Compagnie sait tout faire dans ses propres ateliers et propose même des formules (éco et déco) pour tous les budgets, des plus petits aux plus aboutis. Prestation express à petit prix d’un côté, projet hyper élaboré de l’autre. Un état d’esprit très abécédaire baulois. De A à Z. Dans cette maison avec vue, et en corrélation parfaite avec son propriétaire, la Compagnie des Ateliers a réalisé plusieurs «éléments» d’intérieur qui composent une harmonie et fédèrent une ambiance. Un bel élément de bibliothèque et rangement dans une chambre, un placard conséquent dans une entrée et un dressing spacieux et structuré. La Compagnie des Ateliers affiche une volonté affirmée de jouer le sur-mesure à la perfection. L’exemple de cette belle villa sur l’eau illustre cette dimension singulière qui intègre la démarche de cette entreprise dans la refonte générale d’un projet de décoration intérieure. Ce métier d’artisan, porté vers l’excellence, permet de réaliser du sur-mesure à façon avec une «personnalisation» toujours à dimension humaine. www.compagnie-des-ateliers.fr showroom de Nantes, 235, route de Vannes - 02 28 07 32 82

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

45


À l’annonce des beaux jours, l’Hôtel Radisson Blu de Nantes vient d’ouvrir son nouveau «  patio  », véritable hAvre de paix où prône un majestueux « éléphant rose », œuvre d’art unique de la « Sauvage Compagnie ». Cet endroit séduit par sa discrétion, sa quiétude et devient idéal pour les déjeuners ou tout simplement pour y prendre un verre. La restauration se veut dynamique, créative et animée. Basées sur des produits de la région, les cartes sont changées régulièrement pour «  coller  » avec les saisons et les habitudes nantaises ou internationales. Avec des prix de départ (22 € entréeplat) particulièrement attractifs. Des brunchs thématiques sont également organisés autour de

l’art et d’un artiste pour permettre la rencontre de la convivialité et du supplément d’âme. Le cadre solennel de l’ancienne salle des pas perdus de l’expalais de justice constitue le plus beau des décors. La jeune pâtissière, Sarah Glain, passée chez Christophe Michalak et Guy Savoy, ajoute une note singulière à la réputation de l’Assise, le restaurant installé dans l’ancienne salle de justice aux boiseries solennelles... Du petit déjeuner au brunch, en passant par les déjeuners et les dîners, l’Hôtel Radisson Blu, dans la grande tradition hôtelière, joue sur tous les tableaux de la modernité et de la tradition pour composer son bel aujourd’hui.

www.radissonblu.fr


Conception & réalisation d’intérieur

NANTES – LA BAULE – PARIS Agence d’architecture d’intérieur implantée en région Nantaise, la société JV Concept réalise tous vos projets grâce à son équipe d’architecte, designer d’intérieur, peintre décorateur et menuisier agenceur et met à votre disposition son savoir-faire artisanal. Particuliers, nous réalisons votre intérieur sur mesure en fonction de vos envies et de vos besoins. Professionnels, nous agençons votre commerce pour faire de votre établissement un espace attractif et un lieu de travail optimal. Nous vous proposons également le réaménagement complet de vos appartements et maisons destinés à la location ou à la vente (Home staging) en prenant en charge les travaux et l’achat du mobilier.

JV Concept 9 bis chemin des champs 44340 Bouguenais Tel : 02 40 40 58 03 Mobile : 06 26 95 04 98 contact@jv-concept.fr


E COMME ÉQUITATION

« Angélique et Sylvain Quérard pratiquent avec leurs chevaux lusitaniens toutes les formes d’équitation, le dressage, la voltige, ainsi que des numéros plus proches du cirque. »

48

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


E É QUITATION

Avec leurs chevaux lusitaniens, ils montent fréquemment des spectacles, à Pornichet et dans toute la région. De haute et de basse école. De dressage et de voltige. En répétition sur la plage de La Baule, ils jouent avec leurs chevaux comme d’autres le font avec leurs animaux domestiques. Des instants de belle communion et de parfaite élégance… PAR ALAIN DANJOU

Photographies Pascal Kyriazis

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

49


E COMME ÉQUITATION

« La troupe qui se produit tout au long de l’année un peu partout en France sera bientôt invitée à Chambord. »

C’est avant tout une histoire de passions, passion de l’art équestre, passion des chevaux, passion du spectacle qui anime Angélique, Sophie et Sylvain. Ils sont tous les trois des passionnés, animés par la seule envie de faire partager et découvrir au plus grand nombre les différentes facettes de l’art équestre. Ils pratiquent avec leurs chevaux lusitaniens toutes les formes d’équitation, le dressage en haute et basse école, la voltige, ainsi que des numéros plus proches du cirque. Cette année une grande partie de leurs spectacles allie les figures les plus audacieuses avec le maniement du feu. Cela nécessite une réelle confiance entre le cheval et l’homme, car la fusion entre le cavalier et sa monture est telle que cela nécessite des années de travail. Pour obtenir le meilleur de leurs chevaux, Angélique et Sylvain ont décidé d’avoir leur propre élevage, à Sucé-sur-Erdre, près de Nantes, avec une souche prestigieuse puisqu’ il s’agit de l’ Alter Real, souche de l’écurie royale du Portugal, dont l’étalon de l‘élevage, Voltéo, est le digne représentant. Sophie, elle, est installée à Saint-Mars-du-Désert et son étalon Juanito est un magnifique « gris » aux allures très spectaculaires. La troupe se produit tout au long de l’année un peu partout en France et, prochainement, dans le cadre prestigieux du château de Chambord. Dans notre région il sera possible de les voir se produire à l’hippodrome de Pornichet au cours de l’été dans le cadre des animations des courses hippiques, ainsi qu’à Saint-Viaud en juin, juillet et août. Retrouvez toutes les infos de leurs spectacles sur : www.facebook.com/angeliqueetsylvainquerard.spectaclesequestres

50

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

51


F COMME FONDANT BAULOIS

FONDANT BAULOIS Le Fondant Baulois est d’abord une institution culinaire. Longtemps sa réputation n’a pas dépassé la baie. Reprise par Stéphane et Marie-Sophie Boullier il y a une dizaine d’années cette star de la gastronomie locale s’exporte désormais jusqu’au Japon. PAR ANN CLAIR

La Baule, mardi des vacances pascales. Le 131 de l’avenue de Gaulle ne désemplit pas. Charles, le gérant, conseille, propose, encaisse, indique le salon de thé. Ses parents, MarieSophie et Stéphane Boullier, débarquent. Par chance avec du réassortiment tout juste conditionné dans le laboratoire de la rue Joliot-Curie. Les joies du flux tendu ! La boutique du Fondant Baulois, aux jolies peintures blanche et pervenche, à la déco vintage et la vitrine savoureuse, tranche avec ses voisines. À son avantage. Les clients apprécient et le disent. Coïncidence, la star bauloise est née en 1981 à deux pas. M. Dautel, son génial inventeur ou plutôt créateur, était pâtissier en face. « Ce gâteau au chocolat si particulier a bercé mon enfance »,  se souvient Marie-Sophie Boullier, née Clergeau. « Chaque dimanche mon grand-père nous en achetait. Un rituel et un plaisir que je n’ai jamais oubliés ». Partie travailler en Île-de-France dans l’industrie, épouse d’un Parisien qui faisait carrière dans l’aménagement urbain, Marie-Sophie a toujours eu les yeux de Chimène pour Son Fondant Baulois : « en vacances, le week-end, je le surveillais, je le guettais… Et lorsque la personne qui avait succédé à M. Dautel a pris sa retraite au début des années 2000, j’ai décidé Stéphane. Nous avons repris l’affaire avec ce constat qui laissait augurer d’un développement prometteur : jamais il n’avait été exporté hors de sa ville ». « Nous étions tous les deux passionnés de gastronomie. De la à penser qu’un jour je ferai du chocolat », enchaîne Stéphane qui a rapidement goûté au jeu : « il y avait un challenge. Ce gâteau était confidentiel. Sa réputation ne sortait pas de la Baie. Nous avons fait un énorme travail marketing et commercial, porté par l’art de vivre baulois et également par cette passion dévorante pour les chocolats qu’ont les Français et désor-

52

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographies CHARLES MARION

mais une partie de la planète. Actuellement, nos efforts se portent sur les réseaux sociaux, la vente en ligne… ». Objectif atteint. Il s’achète désormais un million de Fondants Baulois par an ! L’équivalant de 30 tonnes de chocolat. Une croissance à deux chiffres. Lorsque Stéphane et Marie-Sophie Boullier ont relancé la recette, l’atelier artisanal ne fabriquait pas plus de 1000 kilos de gâteau et tournait deux fois par an. Pour les fêtes. « Maintenant s’il y a encore des pics à Pâques, le 14 juillet, le 15 août, pour Noël, c’est du non-stop toute l’année. Pour les portions individuelles comme pour le gâteau rectangulaire de 1,1 kilo prévu pour une bonne douzaine de convives. »

Institution culinaire

L’institution culinaire bauloise est partout. Outre la boutique de l’avenue de Gaulle, elle s’affiche chez une quinzaine de traiteurs et pâtissiers de la Presqu’île guérandaise. Plus de 300 commerces spécialisés et épiceries fines la proposent en France. Ce must, hier modeste spécialité régionale, a aujourd’hui posé le pied au Japon. En février, au Pays du Soleil levant, Saint-Valentin et chocolat font bon ménage. Les femmes aiment en offrir aux hommes de leur vie, à leur mari, à leur frère, leur patron, leur fils… « Le Fondant Baulois a été découvert par des Japonais de passage lors des salons et au Comptoir Baulois, notre boutique parisienne du quartier de la Madeleine. Nous n’avons pas eu à imaginer de campagne commerciale et publicitaire particulière pour séduire Tokyo » explique Stéphane. Il est encore absent des bonnes adresses de Shanghai mais sans doute pas pour très longtemps. « Le Fondant Baulois a un atout majeur : c’est un gâteau de conservation. S’il voyage à température ambiante, il peut être consommé trois ou quatre semaines

après avoir été produit ». Et cela sans aucun conservateur ou additif. Au fait, outre qu’il se conserve, quelle est la clef du succès de cette gourmandise dont la recette demeure secrète ? Sans aucun doute son goût si particulier lié à la qualité du cacao affiné d’une douceur « caramel » et rehaussé par une fine croute légèrement meringuée. Sans doute aussi parce qu’il est autant apprécié froid (mais pas glacé) ou tiède, en dessert ou au goûter, en solo ou en accompagnateur opportun d’une crème anglaise ou d’une boule de glace. Moulage, démoulage, beurrage, nappage, empaquetage…. dans le site de production de l’avenue Joliot-Curie où travaillent six des douze employés de la PME familiale, tout est encore « fait » à la main. Devenu trop étroit, il déménagera bientôt dans un laboratoire de 600 mètres carrés – quatre fois la surface actuelle - construit sur un terrain de 3 000 mètres carrés déniché difficilement ZI de Beslon. Mais, marque de fabrique oblige, « il était inconcevable de quitter La Baule », explique Stéphane.Une étape attendue et nécessaire. L’entreprise a ces dernières années élargie sa gamme : un cake au fruit, Le Paris-La Baule un financier framboise créé spécialement pour les Derbys de La Baule. Et le fameux gâteau nantais. « Des revendeurs de la région nous ont demandé de relancer cette recette du XVIIIe siècle. Imaginé à partir de produits antillais (citron vert, sucre, amandes, rhum blanc…), ce dessert moelleux était lui aussi un gâteau de voyage, recherché par les gens de mer pour ses vertus énergétiques et parce qu’il se conservait pendant la traversée. Ma femme a retrouvé la recette d’origine grâce à une parente elle-même alliée aux Lefèvre-Utile, pâtissiers créateurs de cette autre star régionale avant de fabriquer Le Petit Lu ». Encore une histoire de famille !


Le Fondant Baulois 131, avenue du Général de Gaulle - 44500 La Baule Tel : 02 40 23 16 05 Le Comptoir du Baulois 34, rue Godot de Mauroy - 75009 Paris Tel : 01 40 06 04 18 Vente en ligne : www.lefondantbaulois.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

53


F COMME FRANÇOIS DE CORNIÈRE

F

F R A N Ç O I S D E C O R N I È RE Quelle station balnéaire n’a pas son boulevard, sa rue, son avenue de l’Océan ? Écrivain, installé dans la Presqu’île, François de Cornière y a trouvé inspiration. Une galerie de portraits et de cartes postales d’été. Savoureux et indémodable. PAR PIERRE TUAN

Surtout ne demandez pas à François de Cornière où il réside et dans quelle station de la côte atlantique se situe son Boulevard de l’Océan. Clin d’œil d’un auteur qui aime autant la discrétion que la pêche au lancer au tombant Pointe du Castelli ou en découdre avec les mers froides des matins d’hiver, il ne vous le dira pas. Ce secret de fabrication est le fondement même de cette chronique estivale. «  Écrits sur un ou deux étés ces portraits ont d’abord été publiés séparément dans la NRF, la revue littéraire de Gallimard. Puis les éditions Seghers m’ont proposé d’en faire un livre ». Sortie des presses il ya une vingtaine d’années, cette première livraison a abondamment nourri les pages culture des quotidiens et hebdomadaires de la Manche, de Normandie, de la Bretagne et du sud-ouest. « Beaucoup de journalistes et de lecteurs ont cru pouvoir localiser Boulevard de l’Océan. Certains se le sont même appropriés. C’était très amusant ».  Un jour, il avait pour cadre Saint-Lunaire, le lendemain Trouville, la semaine suivante Piriac… Même le très sérieux et très complet Guide littéraire de la Loire-Atlantique paru en 2009 l’a situé à coup sûr à… Pornichet. Il en est ainsi et la Presqu’île ne déroge pas à la règle : chaque station balnéaire a son boulevard, sa rue, son avenue de l’Océan qui forcément tutoie la mer, la plage et ce qui s’y passe. Les cartes postales impressionnistes, pleines d’humour, de tendresse et de poésie que propose François de Cornière sont aussi universelles qu’indémodables. « Il y a encore quelques semaines une personne qui achevait la lecture de Boulevard de l’Océan m’a assuré avoir reconnu sa belle-mère dans les quelques

54

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographie Pascal Kyriazis

lignes consacrées à cette dame si élégante aux cheveux blancs partie au large dans une brasse indienne, se jouant des vagues avant de rentrer doucement et remettre son peignoir toujours élégante ». François de Cornière n’a ni infirmé ni confirmé… « Conserver cette part de mystère me convient. Je ne voulais surtout pas que ce livre fasse ouvrage local ou soit récupéré par l’office de tourisme de la station. » Croqueur d’été « En fait, j’ai écrit ces chroniques l’un des premiers étés où nous avons passé  en famille des vacances au bord de la mer. Nous avions loué par hasard une petite villa… boulevard de l’Océan. J’avais déjà publié plusieurs livres de poésies, j’ai eu l’idée de croquer l’ambiance estivale depuis ma fenêtre », raconte cet homme de théâtre qui a bâti sa carrière professionnelle à Caen avant de s’installer définitivement dans la Presqu’île guérandaise. Dans cet album de photos de vacances, ce (doux) rêveur d’océan, à la plume concise et pointilliste, dépeint ce qui fait le charme et le sel de la saison des bains de mer en Atlantique si différente de celle des plages méditerranéennes avachies dans la torpeur et submergées par l’affluence : l’annuaire des marées indispensable sésame, la maison de la presse et ses cadeaux, les feux d’artifice toujours plus beaux, l’île au large à portée de vue faute de pouvoir s’y rendre, les clubs de plage boîtes à souvenirs, les Anglais locataires de la villa d’à côté, les demoiselles à bicyclette ces héroïnes des plages, les méduses piquantes, les algues ennemies de toujours, le vent omniprésent, le marais cet autre

pays pourtant si près, le front de mer et ses promeneurs du soir, la sirène, plantée sur le clocher de la chapelle qui se met en marche au milieu de la sieste… Ce recueil de trente textes courts a été écrit il y a plus de vingt ans. Il n’a pas pris une ride tant les silhouettes évoquées, les événements de l’instant décrits se retrouvent invariablement d’un été à l’autre. Preuve en est qu’il a été avec bonheur réédité récemment. « Une seule chose a disparu : les cabines téléphoniques et les jeunes filles qui s’y enfermaient pour conter aux copines de classe restées au pays leurs amours d’été ». Le portable leur a été fatal. Moins poétique.

Boulevard de l’Océan par François de Cornière réédité chez Le Castor Astral, 134 pages, 7 euros.


QG Beach Plage du Nau I LE POULIGUEN QG BEACH Ouvert tous les jours sauf le mardi HORS VACANCES SCOLAIRES Il est conseillé de réserver 06 18 13 62 69 I qgbeach@gmail.com


G COMME GICQUIAUD

P É P I N I È RES G I C Q U I A U D Implantées à Saint-Lyphard, les Pépinières Gicquiaud reprises par Pascal Renaud, fondateur de Grandiflora, entendent garder leur esprit familial sur lequel elles ont bâti leur notoriété. Avec pour projet de se développer en se rapprochant des modèles anglais. Christophe Kertez

Les Pépinières Gicquiaud ont-elles souffert d’être nichées en Brière, au bout de nulle part ? D’être mal indiquées ? Peu probable. En tout cas, pas au point d’avoir perdu la confiance et la fidélité de leur clientèle qui depuis toujours s‘y presse en toutes périodes de l’année. Conseils, compétence, gentillesse, disponibilité, qualité et variété de l’offre ainsi qu’une politique des prix ont assuré la réputation et la marque de fabrique de cette entreprise familiale de 35 salariés, créée en 1978 à proximité de Saint-Lyphard par Henri Gicquiaud, un paysagiste guérandais, père de neuf enfants. En 2009, la famille fondatrice souhaite se désengager progressivement. Elle se tourne vers Pascal Renaud. Issu d’une lignée d’horticulteurs de la région nantaise, il a déjà derrière lui une longue expérience. En Angleterre puis en France comme responsable de plusieurs jardineries. En 2010, à Pornic, il fonde Grandiflora. Cette enseigne innovante propose à la fois des conseils en jardinage et une jardinerie en ligne. Voilà qui séduit les Gicquiaud soucieux d’assurer l’avenir de l’entreprise créée par leur père. La mise en place d’un service expédition pour les clients de la région mais aussi parisiens ou encore plus lointains est une réponse originale à la nécessité de se développer face à la concurrence. En reprenant en juillet dernier cette PME de Saint-Lyphard, Pascal Renaud a veillé à ne pas la bousculer. À conserver

56

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

PhotographiE Pascal Kyriazis

ses atouts et fondamentaux. Ainsi, Éric et Patrick Gicquiaud, les fils cadets d’Henri, respectivement responsables des productions horticoles et de la pépinière, participent à cet acte 2 de l’entreprise. Sans doute ont-ils aussi été séduits par la seconde innovation apportée par le repreneur : un concept bien dans l’air du temps, lancé il y a trois ans par Grandiflora : le JBC (comme Jardin Basse Consommation) a pour objectif de rapprocher le jardin de tout un chacun aux normes de développement durable.  À la mode anglaise Pour mener à bien son projet, Pascal Renaud dispose d’une surface de vente de 15 000 mètres carrés sur laquelle sont proposées plus de 7 000 références - un bon millier est déjà disponible sur le site Grandiflora.fr. Et surtout 20 hectares d’excellente terre répartis sur deux sites en Brière. Chaque année, y sont produits et recyclés en fin de saison, c’est-à-dire remis en production - plus de deux millions de plantes ! 80 % des clients des Pépinières Gicquiaud sont des privés. Leurs habitudes d’achat évoluent. « Nous avons élargi notre gamme de plantes vivaces qui sont de plus en plus demandées. Les acheteurs n’ont plus le temps et ne veulent plus s’ennuyer à replanter. Ils souhaitent pour leur jardin des plantes faciles à entretenir et qui durent le plus longtemps dans l’année. Et si possible qui n’ont pas besoin

d’être beaucoup arrosées  », souligne Pascal Renaud. Une préoccupation partagée par les mairies et autres collectivités : « pour réaliser des économies et se mettre en phase avec les contraintes écologiques, elles cherchent à gérer de manière toujours plus simple leurs espaces verts ». Fini (ou presque) les géraniums et autres fleurs de saison. Désormais, elles privilégient les arbustes et les plantes annuelles. Autre évolution : les jardiniers amateurs que nous sommes tous un peu ne plantent plus comme autrefois à la Sainte-Catherine. Aujourd’hui, les Pépinières Gicquiaud réalisent un tiers de leur chiffre d’affaires entre le 15 avril et le 31 mai, avec l’arrivée des beaux jours. Techniques de production et… de vente s’adaptent. Et ce n’est pas fini. Fort de son expérience londonienne, Pascal Renaud ambitionne de développer une pépinière encore plus accueillante. Comme cela se pratique depuis longtemps en Angleterre, la clientèle s’y rendrait en famille ou entre amis avec l’intention d’y passer plusieurs heures. Une promenade esthétique entre plantes et massifs avec coffee shop. Pascal Renaud dispose déjà d’une gamme sans cesse plus étendue et diversifiée, d’un personnel qualifié qui sait parler avec une passion toujours égale de la taille des rosiers, et d’un espace magnifique au cœur de la Brière très différent des jardineries franchisées qui fleurissent dans les zones commerciales. À quand, l’espace restauration ?


Pépinières Gicquiaud Trécrelin, (route de Saint-Nazaire, RD47) 44410 Saint-Lyphard Tél : 02 40 91 49 08 www.grandiflora.fr


NOVA L A

B A U L E

BAR AMBIANCE 10 Bis Avenue Pavie 44500 LA Baule TÉL : 02 40 11 06 88 www.novabarlabaule.com


Les Canetons Plage de La Baule 02 40 24 15 08


G COMME GOLF DE GUÉRANDE

GOLF DE GUÉRANDE Une grande progression en nombre de licenciés, un parcours évolutif qui ouvre de nouveaux trous, des membres qui arborent un large sourire, de nombreux jeunes qui deviennent accros, une gamme de tarifs innovante : ce n’est pas un rêve mais le golf de Guérande. PAR MAXIME DEBLEY

PhotographieS Pascal Kyriazis

« 18 trous en plein cœur de la Presqu’île guérandaise. »

60

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Éric Lebreton a créé ce parcours en 2004 et depuis il n’a cessé de grandir et de devenir, au fil des saisons, un acteur majeur au sein des Golfs des Pays de la Loire. Accessible à toutes et à tous, ce 18 trous ne manque pas de sel tant par son architecture anglaise que par son environnement boisé, le tout agrémenté de quelques pièces d’eau ! Éric est issu d’une famille de golfeurs bien connus dans la région. Il a toujours pratiqué ce sport, non pas par convention sociale mais comme un sport à part entière. Comme son père qui a dessiné le parcours, Éric est amoureux de ce jeu, et ce n’est pas par hasard si certains trous du golf de Guérande sont des répliques de trous qu’il a aimés et joués un peu partout dans le monde. Et il faut noter la belle solidarité du monde du golf car, lorsqu’il a demandé aux parcours prestigieux de pouvoir recréer à Guérande certains trous identiques, tous ont répondu favorablement fournissant même les plans pour lui faciliter la tâche. Pour autant le golf de Guérande est un parcours accessible aux golfeurs de tous niveaux et plaisant à jouer. Il est en effet agréable de pouvoir jouer son réel niveau sans que l’on soit happé par un parcours, espèce de monstre indomptable qui vous dépasse. À Guérande on prend plaisir à jouer. Merci Éric. N’est-ce pas là le principal ?


Éric Lebreton sur l’un des Greens du Golf de Guérande à La Ville Blanche, Route de Bréhadour, Guérande. Tél : 02 40 66 43 21 www.golfdeguerande.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

61


H COMME HERMITAGE

H H ERM I TA GE

Au pied de « L’Hermitage », « L’Eden beach », son restaurant de plage, offre un nouveau visage. Plus lumineux et plus seyant. Avec une belle carte sur les produits de la mer qui ont fait sa réputation. PAR MaxIME debley

Photographies Pascal Kyriazis & Fabrice Rambert

La Baule et « L’Hermitage Barrière » ne font qu’un. Une question d’Adn. Mais pas seulement. Le bel hôtel du front de mer résume à lui tout seul la saga bauloise fondée par François André et Lucien Barrière. Symbole de luxe et d’art de vivre, ce palace incarne la grande tradition de l’hôtellerie bauloise à travers le temps. Dans le monde entier, ses lettres de noblesse ont la couleur du sable fin et des pins parasol qui constituent son singulier décor. Tel un navire toujours prêt à appareiller. Rénové avec des suites nouvelles aux balcons élargis et des couloirs refaits à neuf, l’Hermitage poursuit sa mutation sans rien rogner de ses charmes passés. Une question d’éducation. Pour ne pas froisser ses fidèles clients qui tiennent à conserver une certaine atmosphère. Celle de « L’Hermitage Barrière » qui n’est pas celle de ses proches cousins  : «Le Royal » ou « Le Castel Marie-Louise » ... Cette année, outre la poursuite des rénovations intérieures, l’hôtel a décidé de transformer son restaurant de plage, « L’ Eden Beach » en lui redonnant plus de confort et plus de lumière. C’est le cabinet d’architectes nantais Bureau-d’Achon et associés qui a été chargé d’accomplir la mutation. Elle vient tout juste de s’achever. Les grandes baies sur la mer ont été changées avec un gain exceptionnel en clarté et en visibilité et un mobilier plus moderne, plus up-to-date, a remplacé les anciennes tables et chaises qui rejoindront bientôt un autre établissement. Fidèle à sa réputation, « L’ Eden Beach » conserve sa carte des produits de la mer (poissons et crustacés) en toutes saisons avec des variantes composées au gré des marchés et des demandes de ses habitués. La carte des desserts, soignée, explore tous les goûts de la station. Une cave à vins, à l’entrée, souligne la richesse des breuvages proposés de la plus transparente des manières. De visu tout simplement. La terrasse en bois, sur le sable, dispose de nombreuses tables très accueillantes, avec vue imprenable, au loin, sur l’île des Evens. La perspective bauloise par excellence. L’esprit balnéaire de «  L’  Eden Beach  » où se retrouver entre amis ou en famille semble si naturel et tellement élégant...

« L’Eden Beach, comme L’Hermitage, se refait une beauté. Plus de confort et plus de lumière. Les pieds dans l’eau... »

62

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


« L’Hermitage Barrière»  et « L’Eden Beach » majestueux, vus du ciel.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

63


painconcept designpaysage

Cédric PAIN 23, rue Pigeonnière - 44740 BATZ-SUR-MER Tél: 02 40 23 94 98 - Fax: 02 40 23 97 88 www.painpaysage.com


H COMME HÉLICOPTÈRE

H H É L I C O P T È RE

La vie ne destinait pas forcément Pierre de Brissac à devenir pilote d’hélicoptère. C’était sans compter sur une passion chevillée à l’âme depuis l’enfance et qui ne meurt jamais. PAR ALAIN DANJOU

Photographie CHARLES MARION

Diplômé d’une école de commerce, c’est chez LVMH que ses premières expériences professionnelles le conduisirent pour une existence de cadre supérieur plutôt confortable. Héritier d’une longue lignée d’aristocrates enracinée sur les bords de la Loire, avec une «maison» pas comme les autres (le château de Brissac, à Brissac, est unique en son genre), ce fils de famille, né dans l’univers de la vénerie, a décidé de faire cavalier seul en passant tous ses brevets de pilote et d’instructeur d’hélicoptère. Au plus haut niveau. Par son éducation, le gérant de « Bretagne Hélicoptères » et de « Brissac Hélicoptère » à La Baule excelle aux relations humaines et à l’art de vivre. C’est la raison pour laquelle il a peint l’une de ses machines aux couleurs des Derbys, de son ami Dridri, ambassadeur des valeurs sportives et conviviales dans toute la baie... L’entreprise de Pierre de Brissac effectue le transport de passagers, les liaisons avec les îles, les escales gastronomiques, les vols panoramiques, les prises de vue, les événements sportifs et toute destination sur demande. Elle propose aussi des initiations et des formations au pilotage sur un Robinson 44 de 3 places dédié à ce genre d’exercices. La Baule Privilège et ses photographes (Pascal Kyriazis et Charles Marion) ont eu l’occasion d’effectuer récemment un survol de la baie, de Pornichet au Croisic, pour réaliser différentes prises de vue. Habitué aux survols les plus difficiles, même lors de grosses tempêtes, Pierre de Brissac assure tranquillement avec une maîtrise de son métier qui force l’admiration. Qui n’a pas vu un jour la baie, du ciel, n’a sans doute rien vu. C’est de là-haut qu’elle est la plus belle et qu’on l’aime énormément.

« Qui n’a pas vu un jour la baie, du ciel, n’a sans doute rien vu ! »

66

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

67


Sur la plage, face au 138 bd des OcĂŠanides - 44380 PORNICHET TĂŠl : 02 40 61 29 29 - restaurant@lasignaturedusunset.com www.lasignaturedusunset.com


H COMME HUMANITAIRE

H

H U M A N I TA I RE Beau succès du 2e dîner étoilé à Atlantia le 30 mai dernier organisé par l’association La Baule Cap Cœur, présidée par Loic Pasquet au profit de La Chaîne de l’Espoir, présidée par le Pr Duveau. Cette soirée est destinée à venir en aide à un hôpital pour enfants de Bogota en Colombie. Hommage. PAR HERVÉ LOUBOUTIN

Photographie Pascal Kyriazis & DR

De nombreux partenaires concourent au succès de cette soirée à laquelle participaient 150 personnes. Parmi eux  : « La Baule Privilège », la mairie de La Baule, JV Events, Options , Le Val d’Êvre, Bellota-Bellota, le groupe Lucien Barrière, Les Vergers Saint-Eustache, Sodimapro, Flore by Benoit, Burban, Rio et Ruinart... Ces partenaires sont très importants pour la pérennité de l’opération et pour son avenir... La marque allemande « Rational » qui fabrique des fours pour les étoilés soutient la manifestation avec une grande générosité que l’on ne peut que saluer.

LES CHEFS ÉTOILÉS

Le dîner proposé aux convives est préparé par les plus grands chefs de la région  : Philippe Vételé, du restaurant Anne de Bretagne à la Plaine-sur-Mer, Éric Guérin, de la Mare aux Oiseaux à Saint-Joachim, Guillaume Brisard, du Fort de l’Océan au Croisic, Frédéric Lehuédé, du Carpe Diem à La BauleEscoublac, Éric Mignard, du Castel-Marie-Louise à La Baule. Pour les vins, Michèle Vételé, et l’alliance avec les mets, qui fut meilleure sommelière de France en 2009. Cette soirée exceptionnelle bénéficie aussi du concours de nombreuses autres personnes partageant la même ambition  : le médecin de La Chaîne de l’Espoir, Patrice Guérin, les responsables de la Hogar de Cascia à Bogota. Enfin deux artistes méritent d’être également cités pour leur grand talent et leur disponibilité  :  le mentaliste, Le Grand Larsène et le jeune artiste qui a fait le dessin aquarellé servant de menu  : Romain Figaro, galerie Outremer, avenue Pierre Lotti, à La Baule.

« Le dîner proposé aux convives est préparé par les plus grands chefs de la région. »

70

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


Ci-dessus Les nouvelles terrasses d’Atlantia étaient à la fête pour cette grande soirée humanitaire sous le patronage de « La Baule Privilège ». Ci-contre Le menu très élégant dessiné par un jeune artiste de la Région, Romain Figaro. Les chefs du « Dîner Étoilé » devant leurs fourneaux dans les nouvelles cuisines d’Atlantia.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

71


i comme île dumet

Î LE D U ME T À trois milles marins au large de Piriac, émergeant discrètement face à la sortie de la Vilaine, l’île Dumet, hier fréquentée par les flibustiers, aujourd’hui par les plaisanciers, nourrit depuis toujours l’imaginaire. PAR Pierre Tuan

74

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

PhotographieS PIERRE TUAN


Six cents mètres de long, à peine cent cinquante de large, plate ou presque, Dumet, langue de terre solitaire posée à quelques encablures de la Pointe du Castelli, aime jouer à cache-cache avec le continent. Si elle scintille sous le soleil du matin, c’est pour mieux se dissimuler dès que le vent se lève ou que l’horizon s’obscurcit. Houle et écume ont alors raison d’elle. Ne dit-on pas « Côtes de Dumet bien découpées, pluies à redouter. Brume sur l’île aux oiseaux, il va faire beau » ? Les soirs d’été, après avoir quitté l’une des deux plages, levé l’ancre et mis le cap sur Arzal, La Turballe, Le Croisic, Quimiac…, les plaisanciers abandonnent l’îlot à ses mystères et à ses silences. Protégé par son cordon de rochers et ses deux forts, témoins figés de sa longue histoire, il n’est plus, jusqu’à l’arrivée des pêcheurs de l’aube, que le paradis flottant des sternes, mouettes et goélands que vient parfois troubler un voilier à la recherche d’un abri (pas toujours sûr) pour la nuit. Dumet est depuis toujours source de fantasmes. Mythe ou réalité ? Elle abriterait le fabuleux trésor de Crassus, le complice de César qui, en 55 avant J-C, non loin de là, défit, après avoir annexé l’Armorique ces excellents navigateurs qu’étaient les Vénètes. Plus tard, son appartenance à l’Église en fait une terre de miracles et un lieu de superstitions. Après la défaite des Cardinaux en 1759 face aux Anglais, une légende court : les Français auraient abandonné sur ce caillou si convoité un trésor de pièces d’or qui attire toujours des chercheurs-rêveurs. Le plus singulier est à venir. En 1912, le professeur Alphonse Berget, de l’Institut Océanographique, place sur l’île le pôle de l’hémisphère continental. Dumet devient d’un coup le pôle des terres émergées. Rien que ça ! Piriac dont dépend l’île est informée officiellement de cette glorieuse découverte.

«  La commune a le triomphe modeste, note l’historien local Émile Letertre. Et comme l’endroit est peu propice aux inaugurations claironnantes, on en fit l’économie ». L’affaire n’en reste pas là. Cette trouvaille géniale des géographes sert ainsi de base aux travaux de la Conférence internationale de l’heure qui se tient à Paris la même année.

Un triomphe modeste

En 1938, Le Phare, journal local, affirme que l’île a été achetée pour le compte d’un armateur espagnol, autonomiste basque par… un autonomiste breton. En fait, le commerçant ibérique a simplement sollicité un intermédiaire français pour acquérir Dumet avec l’objectif d’y implanter une conserverie. Finalement, le projet n’aboutit pas en raison du coût. Pour la même raison, la Ville de Paris renonce à y aménager une colonie de vacances pour enfants déficients. La Seconde Guerre mondiale est paradoxalement plus calme pour les oiseaux de Dumet. Les Allemands ne couvrent pas l’île de blockhaus. Tout juste est-elle utilisée comme cible lors d’exercices de tirs. Et surtout, elle sert de cadre pour un film de propagande, réalisé par la Wehrmacht, censé reconstituer… un débarquement en Grande-Bretagne. Des images tournées sous les yeux des militaires affectés sur le front russe et que l’état-major allemand envoyait au repos à Quimiac et Piriac.

Reclus pendant 30 ans

En 1959, Henri Dresch, fabricant des motos éponymes, fondateur du domaine hôtelier de Rochevilaine, rachète Dumet. Il rénove le fort de Ré, plante un bois… Son amie, la chanteuse et actrice Colette Bernard, y séjourne, accompagnée de ses deux énormes chiens et surtout d’une mangouste apprivoisée qui

aime beaucoup les œufs. Conséquence : des années de reproduction sont anéanties.  En 1953 débarque un curieux couple : Robert et Madeleine Fleury de Valois. Se prétendant descendant des Capétiens, lui se dit radiesthésiste et sourcier. En 1918, il a rencontré à Paris une vedette du musichall qui deviendra sa femme. Ils passent… trente-trois ans sur l’île Dumet, sans eau, sans chauffage, sans électricité, ravitaillés en nourriture une fois toutes les deux semaines par la gendarmerie maritime… Interviewés, sollicités par les vacanciers qui s’agglutinent aux fenêtres du fort de Ré où il s’est installé, ce couple de vieux sages est officiellement chargé de surveiller le phare construit en 1950. Il finit par avouer qu’il déteste…

« L’île Dumet ne cesse d’intriguer. » la mer. Il est là parce que, comme beaucoup d’autres, il est à la recherche du trésor. Une quête vaine. À 93 et 88 ans, Robert et Madeleine quittent en hélicoptère l’île la laissant à ses mystères et à son décor hitchcockien. Retournée à sa solitude, Dumet ne cesse d’intriguer. Dans les estaminets du continent, elle est toujours suspectée d’abriter des trafics en tout genre. L’hiver, entre deux coups de vent, des bateaux l’accosteraient pour y enterrer des mallettes bourrées de produits illicites que d’autres viendraient aussitôt récupérer. L’été, des occupants des villas de la côte guettent la bonne fenêtre météo qui leur permettra de débarquer au crépuscule pour passer en famille une nuit à la belle étoile. Seuls et en toute discrétion.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

75


PGN auto

SAINT NAZAIRE océanis 02 40 00 18 18

NOUVEAU DISTRIBUTEUR


BEAULANDE IMMOBILIER L’AGENCE BAULOISE DEPUIS 1946

Beaulande Immobilier, Filiale de la SAS Hemon-Camus, constitue depuis 1965 l’un des tout premiers acteurs de l’immobilier sur la région de Nantes à La Baule. Conseillers pour les recherches de biens, experts pour les évaluations, conciliateurs pour les négociations, nous avons l’ambition d’être à votre écoute et à votre service. Mandatés, le plus souvent en exclusivité pour les propriétés exceptionnelles de La Baule et de la Presqu’île, Françoise Beaulande vous conseillera à l’occasion de votre visite à notre Agence de La Baule.

BEAULANDE IMMOBILIER - 18, avenue Marie-Louise 44500 La Baule - Tél. : 02 40 60 20 05 www.beaulande-immobilier.fr beaulande-immobilier@wanadoo.fr


J COMME LA JETÉE DU POULIGUEN

LA JETÉE DU POULIGUEN De toutes les sorties nocturnes, celle de la jetée du Pouliguen est certainement l’une des plus agréables en toutes saisons. Par le port ou par la mer. Parce que l’endroit est populaire... PAR OLIVIER D’ARGOL

Photographie CHARLES MARION

Parce que les enfants adorent s’y promener pour faire naviguer leurs bateaux en bois, déguster une glace, manger une niniche ou une gauffre, le rendez-vous est forcément convivial, décontracté et ludique. On y voit la baie, de toutes les couleurs, sous les ors contrastés de la lune et du soleil. Une jetée  c’est un ailleurs, un promontoire vers le rêve absolu. Le parapet des imaginations. Mêlant les traditions maritimes de toutes sortes (pêche, plaisance, baignades, etc.) et celles du farniente, le port du Pouliguen qui semble s’enfoncer, à marée basse, dans le sable infini de la baie immense représente une enclave exceptionnelle d’émotions partagées. Port breton, Le Pouliguen précède Batz et Le Croisic, sur le chemin de la filiation maritime. Il borde le Yatch Club (villa Mortureux) et la célèbre promenade Benoît pour faire cohabiter deux mondes qui se croisent tout l’été  : les résidents et les autres... On va à la jetée, ici, comme on se « jette » à la mer, telle une bouteille au fil de l’eau salée. Pour des consommations simples (les excellentes crêpes et galettes du Barapom) ou les rillettes de crabe du QG Beach. Pas de snobisme mais du romantisme à fleur de beau... Même si le plan de circulation de la commune est surréaliste l’été (Ubu roi y loue peut-être une villa...), il vaut mieux y venir à pied et à vélo qu’en voiture. Parfois, on a l’impression d’être dans un labyrinthe coupé du monde. Certains s’en amusent. D’autres grognent... Quoi qu’il en soit, cette jetée sublime méritait bien cette belle photo réalisée d’hélicoptère par Charles Marion pour La Baule Privilège sous la conduite inspirée de Pierre de Brissac. Jetée Privilège quand tu nous tiens....

78

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


« Une  jetée  c’est un ailleurs, un promontoire vers le rêve absolu. Le parapet des imaginations. »

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

79


J COMME JUMPING

J J U MP I N G

La foule des grands jours. Dans un cadre superbe. Le jumping baulois est vraiment le must de l’avantsaison. Guillaume Canet, Marina Hands et Julien Courbet ont même disputé une épreuve. De quoi ravir tous les amateurs de chevaux, d’obstacles et de sensations fortes.

PAR MARIE-LOUISE CASTEL

Photographies Pascal Kyriazis

Le jumping est le dernier événement baulois. Après le Festival du film européen il y a longtemps, l’arrêt du Derby Cadets international de tennis en 2008 et le départ de la WIC (World Investment Conference) l’an dernier, la capitale de la Presqu’île conserve sa grande compétition équine à la plus grande satisfaction d’un très large public qui (gratuité des places oblige) en redemande chaque année. Du 15 au 18 mai derniers, des milliers de spectateurs ont donc communié aux sauts d’obstacles sous le soleil et la ferveur équestre. Pour des compétitions de très haut niveau. Normal pour un CSIO 5 étoiles. Le seul de l’Hexagone. Dans la partie « People », on a même vu Guillaume Canet, le héros de Jappeloup et sa compagne de cinéma, la belle Marina Hands, disputer une compétition en compagnie du charmant Julien Courbet. Guillaume Canet a brillamment remporté la première épreuve du jumping international en devançant d’autres amateurs aguerris. Les bénévoles (notre photo) qui placent les barres à la bonne hauteur et les ramassent à la benne, élèves d’un lycée agricole du Maine-et-Loire ont également beaucoup apprécié ces quatre jours exceptionnels, colorés et polissés. Avec 585 000 euros de dotation globale, le jumping baulois offre la plus belle offre sur un seul terrain. Depuis plus de vingt ans (hommage à René Pasquier son ancien directeur malheureusement disparu !) La Baule est détenteur du label Officiel de France qui lui confère le statut de seul CSIO de l’Hexagone en attendant que Dinard (superbe écrin) y passe à son tour...

«  La venue de Guillaume Canet, Marina Hands et de Julien Courbet a constitué un petit événement dans ce concours 5 étoiles. »

82

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


La première épreuve du jumping international a été brillamment remportée par Guillaume Canet. Ce dernier gagne le prix Ouest-France, en devançant d’autres amateurs aguerris comme Julien Courbet, l’animateur-producteur, ou Marina Hands, l’actrice.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

83


DB7 AUTOS vous propose des véhicules rigoureusement sélectionnés. Vente, achat et dépôt de véhicules d’exceptions toutes marques. Nous serons heureux de vous accueillir et de vous faire découvrir nos occasions haut de gamme, ainsi que l’ensemble de nos services.

127 AVENUE DES ONDINES 44500 LA BAULE ESCOUBLAC Tél : 06 69 20 54 56 I Tél : 09 77 92 45 67 w w w . db 7 autos . co m


K COMME KITESURF

«  Vu du ciel, le spectacle est saisissant. Comme un ballet aérien qui viendrait ajouter une autre dimension entre l’eau et le ciel... »

86

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


K K I T ES U R F

Dans la baie, avec le vent, le Kitesurf ajoute une nouvelle dimension à la féerie maritime. Celle d’un ballet coloré qui semble échapper aux éléments. L’homme et sa « machine » se fondent dans un nuage d’illusion et de rêve... PAR ANN CLAIR

Photographies Pascal Kyriazis

Très spectaculaire, le kitesurf est l’un des dernier sport à sensation à avoir fait son apparition sur les plages de La Baule. Debout, sur une «  petite planche  » qui peut être inspirée du wakeboard, avec l’avant et l’arrière symétriques, ou proche d’un surf de taille réduite. La voile est remplacée par une aile que l’on « pilote » comme un grand cerf-volant (Kite en anglais). Le kitesurfeur accroché à l’aile par son harnais pilote à l’aide d’une barre où sont reliées les lignes de traction. Sensation de glisse et de vol libre garantie ! « Il est des sports qui font rêver. Des sports « branchés » qui nous font tout de suite passer pour des héros de films « tendance ». Beaucoup plus accessible qu’on pourrait le croire, le kitesurf associe une aile de traction (cerfvolant) à une planche légère sous les pieds. Soulevé par le vent, vous effectuez des sauts prodigieux. Tracté par votre aile, vous exécutez des « carvings » dignes des champions ! Laissezvous aller : le kite vous donne des ailes ! » Vu d’hélico, le spectacle est saisissant. Comme un ballet aérien qui viendrait ajouter une autre dimension entre l’eau et le ciel... celle d’un rêve absolu à portée de mains. 

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

87


L COMME FLORENCE LAUTRÉDOU

F L OREN C E L AUTRÉ D OU Bauloise, Normalienne et agrégée de Lettres modernes, Florence Lautrédou est psychanalyste et coach. Elle a créé The Eye Opening Projects afin de favoriser le recours à l’inspiration et aux ressources intuitives pour les dirigeants d’entreprise. Son dernier livre, Cet élan qui change nos vies  (*), est un moment de grâce absolue. PAR HERVÉ LOUBOUTIN

Photographie INGRID MARESLI

« On ne sort pas indemne d’un livre sur l’inspiration, surtout quand on l’écrit. » Avec  Vanilla en 1991, Florence Lautrédou était apparue comme une vraie romancière. Bauloise et bigoudenne, installée désormais le plus souvent possible dans sa thébaïde du Pouliguen, cette Normalienne, agrégée de Lettres modernes poursuit son cheminement personnel sur les rivages de la psychanalyse et du coaching pour redonner à ses interlocuteurs, nombreux et variés, une nouvelle envie d’exister. « Cette grâce, ces floraisons, c’est l’inspiration qui les permet » note-t-elle dans son dernier livre paru aux éditions Odile Jacob sous le titre prometteur  : Cet élan qui change nos vies. L’inspiration.

Des témoignages vivants

Après une longue réflexion sur ce don à travers les siècles, l’auteur nous propose des chemins de vie découpés en séquences singulières   : se laisser dérouter, suivre ses passions, écouter son enfant intérieur, la force des rencontres, lâcher prise, percevoir les signes, vivre en état de flux, tenir l’inspiration sur la durée. De Thelma à Ophélie en passant par Isolde et Raoul, des témoignages vivants et précis de vécus discordants, cassés ou renoués. Avec, en sortie, l’espérance nouvelle d’une vie libérée du poids des contradictions trop difficiles à assumer. L’inspiration est dans l’harmonie pas dans la destruction. Dans une deuxième partie, Florence Lautrédou nous propose ses solutions qu’une attention bienveillante auprès des personnes rencontrées favorisent. Dix chapitres bien ciselés qui nous promènent dans les champs d’une nature humaine pas suffisamment bien entre-

88

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

tenue   : prendre le temps de se connaître, délier les noeuds psychologiques et émotionnels, être disponible, faire preuve d’humilité, voir avec le cœur, travailler, s’efforcer et croire, rester en veille, se montrer présent à son époque, choisir des fréquentations inspirantes, savoir aimer.

L’amoureuse de la Presqu’île

Au final, l’amoureuse de la Presqu’île nous livre ses confidences   : « Pour en revenir à mon entorse, le choix de glisser du paradigme de performance à celui du plaisir a considérablement allégé la pression de cette année d’écriture. Au nom de cette mission qui requérait un esprit léger, ouvert et disponible, j’ai établi mes priorités en revenant sur ce que j’appelle mes essentiels... L’entorse a disparu d’ellemême, environnée qu’elle était de ce climat favorable. Et le livre s’est déployé. Merci à mon corps de m’avoir prévenue. Merci à l’inspiration de m’avoir ramenée à moi-même ».

(*) Cet élan qui change nos vies. L’inspiration de Florence Lautrédou chez Odile Jacob 258 pages - 22,90 €


Le rêve s’écrit en musique

57 rue Maréchal Joffre 44000 NANTES (parking Cathédrale) Tel : 02 40 74 37 44 www.desevedavy-musique.fr

LES GRANDES MARQUES FONT LES MEILLEURS PIANOS


L COMME Franck LOUVRIER

L

F RAN C K L OUVRIER

L’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy est un habitué du Khédive, à La Baule, où il aime lire ses journaux. Élu conseiller municipal de La Baule aux dernières élections, Franck Louvrier espère apporter son expérience à toute la station dans son domaine de prédilection qui est celui de la communication au sens le plus large du terme... PAR OLIVIER D’ARGOL

Photographie CHARLES MARION

Un café, tôt le matin, au Khédive. Pur moment de bonheur. Quasi personne avenue de Gaulle. Les premiers rayons de soleil, sur la terrasse, plein sud. Le petit kiosque à journaux tenu par une personne aimable depuis quelques années permet de découvrir la presse écrite dans tous ses éclats, quand il en reste. Habitué des longues et incessantes revues de presse élyséennes (il a été le directeur de la communication de Nicolas Sarkozy durant tout le quinquennat), Franck Louvrier est comme beaucoup d’autres un «papivore», c’est-à-dire quelqu’un qui aime la presse et qui la connaît bien. Ce matin-là, il a rendez-vous à Atlantia, le centre des congrès baulois, qui vient de se refaire une beauté. Élu récemment à La Baule, comme conseiller municipal, il profite de ses week-ends dans la Presqu’île pour mener à bien ses opérations sur le terrain en n’oubliant pas qu’il est aussi conseiller régional UMP des Pays de la Loire. Président de Publicis Events (50 collaborateurs) à Paris, et vice président de Publicis Consultants (80 collaborateurs), il a en charge notamment le pôle «Influence» qui supervise la communication financière des grandes entreprises, les affaires publiques, la e-réputation et les relations presse. Ces missions lui ont été confiées par Maurice Lévy, le patron de Publicis.

Son premier «mariage»

Toujours ami avec l’ancien Président de la République qu’il était l’un des rares à tutoyer (« une amitié de quinze ans ! » note-t-il), le nouvel élu baulois est favorable à une grande région Ouest composée des Pays de la Loire et de la Bretagne   : « Tous les dossiers, agriculture, tourisme, culture, industrie nous y portent un nouveau pont pour franchir la Loire (indispensable pour les Vendéens) et un aéroport international comme Notre-Dame-des-Landes, qui achèvera le désenclavement déjà bien engagé par les voies express, les autoroutes et le TGV... On ne peut pas laisser une minorité dite «écologiste» bloquer plus longtemps la réalisation d’un 92

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

équipement indispensable à moins de ne plus avoir aucune ambition pour ce grand Ouest qui doit poursuivre son développement pour créer de vrais emplois et donner du travail à toute sa jeunesse...» note encore l’élu baulois. Fin juin prochain, ceint de son écharpe tricolore, Franck Louvrier mariera en mairie pour la première fois un couple de ses amis. L’ancien dircom de Batz-sur-Mer, Frédéric Sauton, avec lequel il partage  le même amour de la Presqu’île : « C’est émouvant. Cela aide à rester humble. Et c’est comme cela que j’entends vivre ce mandat municipal qui commence ».

Up-grader l’image de La Baule

En 2020, espère-t-il devenir maire ? « On verra, il faudra alors que je choisisse entre la vie professionnelle et la vie politique. Il est encore trop tôt pour dire ce que seront les choses à ce moment-là. Wait and see... ». Propriétaire d’un appartement à La Baule et d’une petite maison de paludiers à Roffiat dans le marais de Guérande, l’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy s’enracine de plus en plus dans la Presqu’île avec sa femme, Céline, et sa fille, Pia, âgée de dix ans. On lui a déjà proposé de nombreuses fois d’écrire ses souvenirs politiques de la période élyséenne au cours de laquelle il a effectué plusieurs tours du monde : « Je n’ai pas voulu car ces histoires ne m’appartiennent pas. Je n’ai été qu’un spectateur au plus près des événements, certes, mais les vrais acteurs étaient les représentants de la France au plus haut niveau ! ». Bon connaisseur de la planète (politiquement et professionnellement), Franck Louvrier songe à en faire profiter ses amis baulois  : « L’image de La Baule doit gagner en qualité et en efficacité. Le futur ré-aménagement du remblai devrait nous permettre d’up-grader notre image pour en tirer les meilleurs bénéfices possibles ! ». Enjoy !


«L’image de La Baule doit gagner en qualité et en efficacité.»

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

93


M COMME LE MARCHÉ

M L E MAR C H É

Christophe et ses poissons, Fabrice et ses huîtres, Thierry et ses viandes, Françoise et ses charcuteries : la petite famille du marché de La Baule, sous son nouveau toit, joue toujours la course en tête. Un décor up-to-date pour une légende bauloise... PAR Hélène Roulet

Photographies JULIE MOYON

« C’est un peu la cohue, mais on fait la queue et on se bouscule un peu les paniers, car on l’aime ce marché ! » Un spectacle qui débute aux premières lueurs du matin avec une installation minutieuse et bien rythmée pour être prêts à accueillir les plus matinaux. Ainsi prend forme chaque matin le marché de La Baule. Un marché refait à neuf qui sublime chaque stand, améliorant

de manière conséquente la fluidité du passage des plus fidèles adeptes du lieu. Son architecture moderne et innovante fait de lui l’un des plus beaux marchés de France. Si vous arrivez côté ouest par les doubles

94

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

portes coulissantes, vous tombez nez à nez avec les plus beaux fruits de mer. Sur la droite, un peu plus loin, c’est le royaume du poisson où Christophe s’affaire à vous lever de jolis filets de sole, dorade ou cabillaud. En rebroussant chemin, vous ne pouvez pas manquer les pyramides de pots de miel dont la couleur translucide retient le regard et commence à attiser les papilles. Puis, un peu plus loin, boucheries et charcuteries nous rappellent que le petit déjeuner est déjà loin et qu’il est temps de succomber aux dégustations proposée par Françoise. L’agitation près des fruits et des légumes retient notre attention et c’est toute une palette de couleurs et de senteurs qui vient chahuter l’imagination, engrangeant ainsi de délicieuses recettes pour le déjeuner. La foule se densifiant petit à petit, on a le temps de lorgner sur l’étalage du fromager où chaque variété met encore un peu plus l’eau

à la bouche. Le bruit monte et chaque stand s’agite un peu plus… On presse le pas pour être sûre d’avoir encore de bons œufs frais. C’est un peu la cohue, mais on fait la queue et on se bouscule un peu les paniers, car on l’aime comme ça ce marché : vivant. Avec ses commerçants qui prodiguent leurs meilleurs conseils pour juger comme il se doit notre dernier achat. Le marché est avant tout ce lieu de rencontre, d’échange où l’on trouve les produits les plus frais, les plus savoureux et beaucoup d’idées que l’on est fier d’exporter en cuisine   : un homard, un brie, une palette de légumes, une cascade de cerises, un festival de fleurs, toute une fête qui nous emmène de l’un à l’autre. Brasseries, cafés, boulangerie entourent ce joli théâtre qui demeure un moment de détente apprécié, à savourer avant ou après avoir garni les cabas ou marqué une pause désaltérante. La connivence des commerçants, qui se connaissent depuis toujours, offre aussi une ambiance conviviale qui amuse et détend pour faire de cette matinée colorée le premier acte réussi d’une journée vraiment bauloise.  


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

95


URBANE

CORNELIANI PAUL SMITH PANTALONI TORINO DSQUARED2 JUST CAVALLI SERGIO ROSSI PHILIPPE DAMY ANDREA ZORI

Prêt-à-porter Homme & Femme de Luxe 51, BIS AVENUE DE GAULLE LA BAULE - 02.40.60.72.61


URBANE Prêt-à-porter Homme & Femme de Luxe

ANDREA ZORI I CORNELIANI I DSQUARED2 I JUST CAVALLI I SERGIO ROSSI I PHILLIPE DAMY I PAUL SMITH I PANTALONI TORINO

51, BIS AVENUE DE GAULLE LA BAULE - 02.40.60.72.61


M COMME LA MODE

M L A MO D E

Mannequin : Sophie www.sophie-be.book.fr Coiffure et make up : Dessange 32 Esplanade FranÇois André Merci au Musée des Ailes Anciennes de la Baule, AÉrodrome de la Baule-Escoublac - www.mapica.org

100

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


Robe Missoni JB boutique, galerie du Casino Lunettes Howkins & Kunsch, galerie du Casino

LA BAULE PRIVILĂˆGE 2014

I

101


Veste et robe Philosophy di Alberta Ferretti, Batt & Blou 20, avenue Marie Louise

102

I

LA BAULE PRIVILĂˆGE 2014


Combi short et baskets Des Petits Hauts 95, avenue de Gaulle

LA BAULE PRIVILĂˆGE 2014

I

103


Blouson cuir aviateur façon croco, jean strech clouté, JB boutique, galerie du Casino

104

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


Chemisier blanc dsquared2, parapluie canne pasottiombrelli - Urbane 51, avenue Charles de Gaulle LA BAULE PRIVILĂˆGE 2014

I

105


Prêt à Porter • Accessoires de mode

LA BAULE 20, avenue Marie Louise (Quartier Casino-Le Royal) Tél : 02 40 66 83 49 Nantes 20, rue Jean Jaurès (Proche Hôtel Radisson) Tél : 02 40 47 32 70

www.battblou.com

DIANE VON FURSTENBERG MAISON MARTIN MARGIELA PHILOSOPHY DI ALBERTA FERRETTI ROBERTO COLLINA JÉROME DREYFUSS RUPERT SANDERSON AVRIL GAU...


M COMME LA MODE

M L A MO D E

Luc Delachamade n’a pas son pareil pour mettre en valeur le prêt-à-porter féminin à La Baule et l’élégance automobile devant le casino. Rendez-vous le 18 juillet à 18h, avec la délicieuse Sandrine Ruhlmann, pour la mise en beauté des mannequins... PAR JULIE MOYON

Photographies Pascal Kyriazis

Avec Luc Delachamade et ses amis de la Galerie du Casino, La Baule redevient le centre de la jeunesse et du glamour.

5e combat de l’ÉlÉgance le 18 juillet À partir de 18 heures femmes, voitures et fleurs Luc Delachamade organise avec ses amis un grand spectacle gratuit et ouvert à tous sur le parvis de la Galerie du Casino de La Baule. Dès 15 heures, devant le Ring, vous pourrez voir l’exposition d’une vingtaine de voitures de collection. À 18 h 30, démonstration de boxe anglaise féminine et masculine. À partir de 19 heures, grand défilé avec une vingtaine de mannequins, sur des musiques choisies par Luc.

108

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


N COMME NINICHE

N NINI C H E

Pourquoi se le cacher, les niniches sont à La Baule ce que les pins sont à la station. Omniprésentes. Et sur toutes les lèvres du plus petit au plus grand. De toutes les couleurs et en toutes saisons. Depuis «Manuel» en 1937 sur le port du Pouliguen, puis à La Baule et dans toute la Presqu’île avec d’autres maisons comme «Mignon»... PAR MAXIME DEBLEY

Photographie Pascal Kyriazis

« Ce sucre battu enroulé sur un bâtonnet de hêtre ou une tige de plastique, enveloppé d’un papier transparent, est une sucette parmi d’autres, mais ici, pour nous, c’est la meilleure... »

La Baule, ses tentes et ses niniches. Colorées. Sucrées. Sensuelles et solennelles. Pour tous les goûts, tous les âges, toutes les humeurs, toutes les bourses. Kaléidoscope inspiré de l’humeur bauloise et thermomètre du moral des troupes ! Niniche est un nom générique que Manuel Ortiz ne put annexer à lui tout seul quand il inventa en 1947 la recette qui devait établir sa réputation dans le monde entier. Car le monde vient à La Baule et savoure toujours les niniches de légende qui, comme le sel, créent les mythes puissants qui ne meurent jamais... Ce sucre battu enroulé sur un bâtonnet de hêtre ou une tige de plastique, enveloppé d’un papier transparent, est une sucette parmi d’autres, mais ici, pour nous, c’est la meilleure... Dès la fin du XIXe, la niniche bordelaise (autre spécialité) apparaissait dans les guides gastronomiques. Du caramel mou au beurre. La méthode Tamisier, du nom de la famille, qui les fabriquait alors...

110

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

La niniche a beaucoup évolué à travers l’histoire. Baptisée à tort « guimauve », elle est composée de sucre, de glucose, de lait, de beurre et de parfums subtils et élégants. Ce bonbon aussi beau que bon, baulois par excellence, constitue l’arme secrète des parents et des grands-parents qui calment les ardeurs de la jeune génération en le promettant à la sortie de la plage. À la pièce ou en paquets, unicolore ou en bouquets. Les doigts légèrement sucrés et la bouche captivée par cet étrange morceau de sucre battu aux quatre vents. La Baule-les-Niniches c’est notre madeleine de Proust auréolée d’un plus puissant mystère. Car, ici, l’alchimie semble plus forte qui transmue le sucre en filets d’or éternels... Pensez donc Niniche cet été, qu’il fasse beau ou triste, pour redonner de la couleur à vos rêves et de la joie à vos cœurs. Que du bonheur !


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

111


JEAN LOUIS DAVID 279 Avenue de Lattre de Tassigny 44500 La Baule Tél : 02 40 42 77 32 Centre Commercial / Carrefour Beaulieu Bd Général de Gaulle 44200 Nantes Tél : 02 40 47 40 70

Sans rendez-vous


Bistrot maritime pieds dans l’eau

7 bd des Oceanides 44380 Pornichet TĂŠl : 02 40 00 91 91 www.nina-a-la-plage.fr


O COMME OCÉAN

O L’ O C ÉAN

La meilleure table pour les fruits de mer et le meilleur Muscadet : c’est la rencontre à «L’Océan», au Croisic, avec la famille Louis et nos vignerons. Un rendez-vous original, organisé par La Baule Privilège, pour mieux comprendre l’alliance parfaite des produits de la mer et du vin blanc. Devant les beaux rochers d’une côte sauvage qui est une fête permanente... PAR OLIVIER D’ARGOL

114

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographies Pascal Kyriazis


« L’élégant Monsieur Louis, hume le nez d’un grand muscadet, face à l’océan, sa maison. »

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

115


O COMME OCÉAN

«Le muscadet est un grand vin quand il est de qualité.»

Ils sont là ! Avec leur bonne mine et leurs divines bouteilles. Nos vignerons qui, à chaque édition, jouent le jeu de la vigne et de ses émotions. 100 hectares de vignes à eux cinq. Guy Bossard et Fred Niger du Domaine de l’Écu au Landreau, Jo Landron des domaines Landron à La Haye-Fouassière, Jérôme Bretaudeau du domaine de Bellevue à Gétigné, Vincent Perraud du domaine des Cognettes à Clisson, membres des « Vignes de Nantes », une association qui regroupe une quinzaine de vignerons indépendants portés par l’excellence. En face, dans leur belle maison, la famille Louis, propriétaire de « L’Océan » au Croisic  : Gérard Louis, Gérald Samson, son gendre, né au Landreau, chef de l’Océan et Charles Samson, son fils, en salle... Au menu   : plateaux de fruits de mer (huîtres, langoustines, palourdes, crevettes), bars en croûte de sel et soufflés au Cointreau... Tout cela agrémenté des meilleurs muscadets ! L’alliance est parfaite et nos vignerons sont sous le charme de « L’Océan ». Le déjeuner est servi dehors, sur la terrasse en bois, face à la mer et aux rochers. Devant le «Bistrot de l’Océan » qui jouxte «L’Océan » deux restaurants pour deux formules à des prix différents mais avec des produits qui se ressemblent, cuisinés différemment. « Ici, nous ne servons que des produits de petite pêche : homard, langoustine, bigorneau, sardine, bar, saintpierre, turbot, lotte, sole, rouget, barbue, coquille saint-jacques, crabe, araignée, bulot... » expliquent Gérard Louis et Gérald Samson, unis par une même passion des poissons pêchés dans la nuit et servis aussitôt. Du producteur au consommateur. Pour nos vignerons amoureux du Bio, du Beau et du

116

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


«D’un vin de bar, le muscadet est devenu, le vin du bar ! »

Terroir, spécialistes du Sèvreet-Maine, le muscadet est un « vin vrai » sans maquillage. Un vin identitaire qui n’est jamais aseptisé. Vendangés à la main, leurs muscadets aux fortes personnalités sont servis dans les restaurants deux et trois étoiles  : « Il faut en finir avec les clichés... Le muscadet est un grand vin quand il est de qualité. Ce que nous cherchons à faire aujourd’hui. » Comme des jusqu’au-boutistes, ivres de l’excellence vinicole, qui est leur pain quotidien. À la découpe des bars en croûte de sel ce jour-là, Gérard Louis et son petit-fils. Une tradition familiale exclusive, copiée ailleurs, mais lancée chez eux il y a fort longtemps. Le grand classique de « L’Océan » qui fait venir tant et tant d’étrangers attirés par leur réputation. Tradition oblige. Douze tonnes de sel sont utilisées chaque année pour les cuire. Divinement. Du sel blanc de Guérande évidemment. Beurre blanc nantais ou beurre citronné à la clef. Et pommes de terre de Noirmoutier. L’eau de là, le vin d’ici  : subtil mariage de la mer et des vignes. Comme dit avec humour l’un de nos vignerons  : «  D’un vin de bar, le muscadet est devenu le vin du bar ! ». Test réussi au grand air de l’océan, sous le soleil et la fraternité gourmande des bonnes tables. Le muscadet flatte le bar et le bar révèle le muscadet. C’est la grande leçon de «L’Océan», au Croisic, vécue collectivement. Une vraie fête. Quand deux grandes traditions se rencontrent, elles créent une nouvelle dimension supérieure  : celle du goût magnifié qui donne aux mets et aux vins cette part des anges, suc suprême de la vie...

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

117


P COMME LA PRESQU’ÎLE

P

L A P RESQU ’ Î L E La Presqu’île de Julien Gracq était le roman préféré d’Olivier Guichard, le député-maire de La Baule. Comme nous l’aimons bien aussi, nous avons décidé d’en faire un Prix. Le prix de la Presqu’île, en hommage au grand écrivain, sera décerné l’année prochaine par La Baule Privilège... PAR FLORENCE LAUTRÉDOU

Le prix de la Presqu’île s’inspire du roman éponyme de Julien Gracq, le récit d’une attente, d’une rencontre à venir entre un homme et une femme autour d’une gare improbable, peu à peu ralliée au fil des déambulations et circonvolutions routières d’un conducteur envoûté par le mystère de cette terre aux contours indéfinissables. Une asymptote de côte et de coteaux qui parleraient d’autre chose, d’une « presque- île », dont le près s’alanguit vers l’île qui pourrait se livrer à qui sait regarder. La presqu’île dont il est question ici n’est pas celle de Crozon, Giens, Rhuys ou Quiberon, pour nommer les plus connues. Il s’agit de la Presqu’île guérandaise, autrement appelée Presqu’île du Croisic. Cette presqu’île spécifique incarne la limite ou encore l’idéal suggéré par le presque qui la couronne. Elle nous parle d’hypothèses et de mystères, d’à-peu-près et d’inachevé, d’une attente qui l’habiterait au creux de ses pudeurs, terre presque bretonne ou quasi maritime sans en épouser le folklore rugueux des ports, plus au nord. Une pointe délicate lovée entre ses champs, sa lande et sa guirlande de marais salants au parfum d’iode. Car roboratif, le climat de la presqu’île l’est, presque un miracle aussi, comme une imprégnation douce, cet air indéfinissable qui crée le charme… et surtout, la littérature. C’est dans cette subtile tension de l’âme, magie des mots et d’un ailleurs suggéré que s’inscrit le prix de la Presqu’île. Fédérateur d’une terre en mouvement, myriade de microcultures, ce Prix a pour vocation de débusquer les œuvres différentes, celles qui sont rétives à l’enfermement dans un genre ou dans une écriture par trop codifiée, celles qui respirent le mystère, qui insufflent l’idéal et ouvrent

PHOTOGRAPHIE DR

sur la lumière, au-delà de toutes formes de ténèbres. Ces œuvres qui nourrissent le cœur et l’âme, qui inspirent et font grandir celui qui les appréhende…presque. Car l’essentiel, l’enjeu et le pari du prix de la Presqu’île tient dans ce « presque », son secret qui glisse entre les pages et se perpétue en nous quand nous avons fini le livre. Presque.   

Le comité de lancement du Prix  : Véronique Modicom, Florence Lautrédou, Hervé Louboutin et Pascale Albaret à la terrasse du Khédive

« Il roulait maintenant sous un ciel presque gris, qui, au milieu à peine de l’après-midi, parlait déjà de la fin de la journée. » Julien Gracq

118

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

119


Q COMME QG-BEACH

L E QG -B EA C H

Arnaud, 29 ans, a trouvé son port d’attache. Sur la plage du Pouliguen. Les pieds dans l’eau. Son « QG-Beach » est à l’image de sa personnalité : directe et inventive. Beach ô ma beach quand tu nous souris... PAR ALAIN DANJOU

« Une quatrième saison en bout de jetée... » Ouvert le 9 février 2011 sur la belle plage du Pouliguen, le « QGBeach » attaque sa 4e saison dans son décor singulier de bout de jetée. Arnaud Trouvé, son mentor, âgé de 29 ans, poursuit sa quête d’une cuisine élaborée ouverte à tous. Et 7 jours sur 7 en période de  vacances scolaires. Accompagné désormais en cuisine par un « second », John, 26 ans, et par deux serveurs en salle, le jeune chef du « QG-Beach » élabore ses plats face à la mer et avec toute l’iode nécessaire pour lui donner de l’imagination. Nouveauté cette année, des rillettes de crabe (sublimes) qui tranchent délicatement avec celles de thon ou de sardine toujours en vigueur. Autres plats « fétiches » de cet aventurier du fourneau, un mille-feuille de sardines à la crème d’anchois, une lotte au saté, un tartare César au curé nantais et une côte de bœuf à sa façon. « Je suis ici encore pour deux ou trois ans », explique Arnaud Trouvé, qui aimerait trouver un autre restaurant de plage, plus conforme à ses ambitions. Tant en capacité culinaire qu’en possibilité d’accueil plus élaborée. Aidé par sa charmante maman qui tient la compta du « QG-Beach », Arnaud a tout loisir de penser sa cuisine derrière son «piano» miniature. Comme ces jeux d’enfants qui, au dehors, semblent faits pour les tout petits... Récemment, il a eu le grand plaisir de discuter avec deux des plus grandes stars de la gastronomie française, Michel Rostang et Henri Seguin, venus déjeuner incognito en famille.. « Une belle rencontre qui m’a marqué » confesse le jeune chef qui aime la pêche en mer et le bateau et qui n’a pas cessé, lui non plus, d’étonner la baie.

120

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographie Pascal Kyriazis


Influencé par un art de vivre nord-américain très axé «outdoor» et «barbecue parties», c’est en cherchant un brasero, pour faire un feu sans brûler sa terrasse, que Pascal Monserand découvre en mars 2009, le 1er magasin Barbecue & Co à Feucherolles, dans les Yvelines. Il y découvre un univers complet autour du feu : il est séduit et se projette dans sa nouvelle vie... Fin 2011, il abandonne sa vie de cadre international et propose d’ouvrir le 1er magasin Barbecue & Co en franchise. Commence ainsi le parcours du combattant de la création d’entreprise mais surtout une aventure humaine où plaisir et travail s’accordent pour faire naître ce projet exceptionnel. Lieu de vacances pour sa famille depuis 4 générations, lieu de naissance pour sa femme, le rêve de vivre à La Baule à l’année devient désormais possible. Véritable rencontre entre un homme et un concept, c’est le plaisir de recevoir des amis, le bonheur de la vie en extérieur et la satisfaction d’avoir allier initiative professionnelle et projet personnel que Pascal veut aujourd’hui partager en vous faisant découvrir cette atmosphère unique, toute l’année, dans un magasin de 600 m2 au décor apaisant et idéalement situé à Orvault, directement accessible depuis la Presqu’île (direction périphérique nord de Nantes , 1ère sortie). N°1 de la cuisine autour du feu en Europe, Barbecue & Co a sélectionné plus de 300 modèles de planchas, barbecues, braseros, fumoirs, rôtissoires et fours à pain ainsi que tout ce dont vous avez rêvé en termes de sauces barbecue importées des USA, vins de l’hémisphère sud et de Californie, épicerie fine, ustensiles de cuisine, coutellerie, accessoires, charbons de bois, parasols chauffants et articles d’ambiance tels que les bougies Baobab Collection. Ceux qui souhaitent aménager leur terrasse y découvriront aussi la toute nouvelle gamme de modules «cuisine extérieure» développée par Forge Adour, le leader français de la plancha et des barbecuesgrilloirs inox.

Que vous soyez professionnel ou particulier à la recherche de matériels pour la saison ou un évènement d’exception, Barbecue & Co propose à la location nombre de braseros et autres machines à griller. A cours d’idées, que diriez-vous d’une soirée brochettes brésiliennes autour d’un brasero de 1,2 m de diamètre par exemple ? Pascal et son équipe ont par ailleurs prévu des prestations de montage et de livraison des articles les plus imposants. Dernières nouveautés, en partenariat avec le fournisseur de plusieurs établissements étoilés de la région, Barbecue & Co vient de lancer une offre de viandes «qualité restaurant». Et pour ceux qui souhaitent découvrir les secrets de la cuisine à la plancha ou au barbecue, Barbecue & Co proposera dès ce printemps des cours de cuisine à thème en association avec divers restaurants nantais et de la Presqu’île (avis aux partenaires intéressés). Ambiance festive garantie ! Enfin, la magie du feu ne s’arrêtant pas aux portes de la maison, vous trouverez aussi chez Barbecue & Co un énorme choix d’accessoires pour votre cheminée ou votre poêle à bois. Comme quoi les experts de Barbecue & Co ont pensé à «presque» tout et sauront vous conseiller selon vos envies. Alors, à très bientôt autour du feu…

14 rue du Commandant Charcot Le Forum (Face à Castorama) 44700 Orvault Tél: 02 40 26 88 76 contact@atlanticbbq.fr

www.barbecue-co.com


Q COMME QUIMIAC

Q QUIMIA C

Entre mer et Brière, Quimiac la discrète, version balnéaire de Mesquer la paludière, se plaît à jouer à l’anti La Baule. Une carte familiale qui a ses inconditionnels. PAR ANN CLAIR

Le vacancier quimiacais est d’une race à part. Il cultive à l’envie la tranquillité de son lieu de villégiature. Interrogez-les sur ce qui fait son charme, il n’ira pas par quatre chemins pour le résumer :  « C’est l’inverse de La Baule ! ». Il domine si bien son sujet qu’il en oublie… toute objectivité. Nantais, Angevin, Rennais… il a souvent dans son enfance fréquenté la station phare. Nostalgique de ses années vintage, il prétend avoir fui sans regret la baie. La preuve ? Tout juste consent-il à  « descendre » à La Baule le vendredi soir pour récupérer un parent à la gare et parfois à se risquer par temps pluvieux à « faire la Gégé ». Une escapade dont il revient avec l’idée toujours plus affirmée que Quimiac est décidemment The place to be. Ne vous y trompez pas. Le Quimiacais n’est pas non plus un Rétais qui s’ignore. Ici pas de people ni de paparazzis embusqués. Et le bobo parisien qui, vêtu de son uniforme de parfait marin acheté chez Cyrillus, débarque dans sa villa d’un blanc immaculé aux volets bleu pervenche et au gravier trop adroite-

amener le Quimiacais vers sa villégiature, elle dort sous les pins. Tout automobiliste surpris à chercher une place à proximité de la plage est obligatoirement «  quelqu’un d’ailleurs ». Pourquoi tourner la clef de contact ? Deux marchés hebdos colorés, quelques bars sans prétention où la jeunesse danse le rock, une supérette qui joue les prolongations, trois boulangeries qui se défient, un marchand de journaux trouve tout, les ostréiculteurs de Kercabellec, un pharmacien volubile, un médecin surbooké, des plages à deux pas, trois ports qui échouent suffisent au bonheur du Quimiacais. Si d’aventure il est pressé, il enfourche son vélo. Forcément une relique familiale ou un antique Motobécane déniché au videgreniers du début de saison.

Les charmes du bois

Le soir lorsqu’il refait la partie de pêche ou la virée du jour à l’île Dumet, autour d’un quimiacais (un rosé basique rehaussé d’un sirop de pamplemousse), le Quimiacais ne va pas chez les untels. Non, il est à la Musardière, à la Lézardière, à Sainte-Apolline, à Ker Dauphin, à Sainte-Anne… Tout le monde se connaît, cousine un peu : aux patronymes, le Quimiacais averti préfère les noms de ces villas familiales construites pour la plupart il y a cinquante ans dans le bois. Ce quartier est l’âme de la station. 13 hectares de sable entre la plage de Lanséria et le bourg de Quimiac, plantés d’oyats et de pins maritimes au XIXe siècle à la suite d’un raz de marée. Peu avant la Seconde Guerre mondiale, ce terrain est aménagé, sous réserve que les arbres soient sauvegardés. 127 grandes parcelles et bientôt… autant de propriétaires. Le Quimiacais n’étant pas bégueule, les plus belles de ces maisons sont

« Ici, chaque famille a son coin de plage. Lui faire des infidélités est une faute de goût. Le chic du chic est de s’y rendre à contre-courant. » ment ratissé, n’a pas meilleure presse. Quimiac la décontract aime la discrétion. Ses vacanciers le lui rendent bien. Ici, un monospace qui affiche 100 000 km et d’où s’extraie une horde de gamins a plus la cote qu’un cabriolet rutilant occupé par une bombas blonde. D’ailleurs, la voiture bouge peu. Véhicule d’abord utilitaire pour

122

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographie PIERRE TUAN

signées d’architectes baulois : Philippe Louis, Adrien Grave… Au fil des années, le bois n’a pas changé de physionomie. Les jardins n’ont pas été divisés ou mités. Aucune résidence clinquante n’a barré la vue imprenable sur la Presqu’île de Rhuys… Aucun bar-restaurant n’a envahi Lanséria. L’installation de feux tricolores boulevard de l’Océan n’est toujours pas inscrite au programme municipal. Un privilège. Chaque famille a son coin de plage. Lui faire des infidélités est une faute de goût. Le chic du chic est de s’y rendre à contre-courant. À l’heure du déjeuner, tard le soir… Lorsque la foule, lorsque ceux de Saint-Molf, de Guérande, des campings, « ceux qui ont fait construire de l’autre côté de la départementale », n’y sont pas encore ou l’ont déjà désertée. Certaines s’étalent depuis des décennies à gauche du Fort de Beaulieu où il arrive que s’égarent jolis bijoux et chevalières armoriées. D’autres posent leurs serviettes sous la Petite Marinière, rendez-vous des dériveurs et emplacement stratégique pour les mères qui veillent sur les amours d’été de leurs ados. La large plage de Sorloch avec son club d’enfants a ses inconditionnels. Tout comme l’intimité du Moulin, le calme du Toul Ru, l’accessibilité de Lanséria par l’avenue de la Mer. Tiens tiens, les rochers qui se découvrent lorsque la mer se retire. Voilà encore un atout auquel La Baule ne peut prétendre sérieusement. Lorsqu’il ne farniente pas sur la plage, ne tire pas un bord, ne pose pas son filet ou ne furète pas à l’aube d’une anse à l’autre avec son lancer, le Quimiacais pourchasse la crevette, guette la palourde qu’il traque forcément à la cuillère, décroche huîtres et moules. Des prises toujours uniques, parfois miraculeuses… Alors, le soir lorsqu’il s’attaque au fruit de sa pêche, le Quimiacais en oublie La Baule. Il se fait… Marseillais. Et chauvin. Forcément chauvin. 


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

123


R COMME LE RÉCIF

L E RÉ C I F La 16e saison du Récif débute à peine… Invitation au bain de soleil tout en sirotant un verre face à l’océan. Établissement complètement décalé, spot fétiche de toutes générations, « Le Récif » c’est une vraie cabane sur la plage, à ciel ouvert, où une simple bâche vient protéger cette terrasse de bois des quelques pluies orageuses ou d’un soleil trop brûlant. PAR Hélène Roulet

Lieu d’évasion et de détente, accueil chaleureux. et des idées qui sortent de l’ordinaire comme les bouillotes, les paniers, les chapeaux et les panneaux qui changent de discours aux pieds du restaurant pour annoncer la couleur du temps et de l’humeur du « Récif ». La dernière des idées en date et aussi la plus fun  : la clé des toilettes reliée à la bouée de sauvetage… on adore ! Les adeptes viennent chercher une ambiance naturelle qui respecte le côté sauvage et authentique du lieu. Le soir venu, « Le Récif » s’intègre à la dune et on se retrouve sous les étoiles dans une lumière feutrée qui ne laisse percevoir que le doux bruit des reflux de la mer. À l’origine, c’est un hangar, un club nautique, une école de voile construit par la famille Beauchêne dont leur fils Fred n’est autre qu’une des plus grandes figures emblématiques de la planche à voile. À l’époque moniteur, Xavier Mainguet, travaille un temps avec Fred Beauchêne. En 1999, Xavier

124

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographies JULIE MOYON

rachète l’école de voile à Pornichet. Exploité en structure nautique les cinq années qui suivirent, deux ou trois boissons sont proposées pour les gens du club, puis un service très succinct de restauration express le midi. Xavier et sa femme Marie analysent petit à petit l’opportunité d’un restaurant sur la plage de bonne source. Construire  ce projet, c’était s’offrir la belle vie au bord de mer, mais pas à tous les prix. Xavier sait dire non à temps pour que  « Le Récif » garde son identité, sa fonction première et ne pas devenir une pâle copie d’autres restaurants de plage où il ne se reconnaîtrait pas. Il ne se montre pas devant l’objectif, mais il est bien présent, et sur tous les fronts de son restaurant : cuisinier, bricoleur, chineur de bons produits… Derrière cet homme discret se cache un homme dynamique, sensible à la nature et investi dans son choix de vie. L’amour de la cuisine, il ne le véhiculait jusqu’alors qu’à travers ses loisirs, il en a fait son nouveau métier…

Axé sur les produits frais, bio, naturels, faits maison avec des producteurs et des éleveurs locaux, seuls les vins bio d’Olivier du Garage à Vins sont présents à la carte. Un vrai kiff, et le seul jus de fruit qu’il veut servir  : le jus de raisin d’Agnès Carroget. Amoureux du pays basque, il y ajoute aussi une touche sud-ouest que l’on retrouve autant dans sa carte des vins que dans sa cuisine. Le Récif, c’est désormais un club de plagistes, de mordus de voile et d’épicuriens qui aiment savourer le temps autrement dans un décor dépaysant à souhait lorsque le ciel est d’un bleu soutenu et qu’une légère brise se lève pour vous amener à la détente absolue. Vous redécouvrez l’instant et tout ce qu’il y a de meilleur autour. Pas d’ambiance festive jusqu’au bout de la nuit, simplement un endroit pour se retrouver, où le temps s’arrête, où le regard se pose, où l’on redécouvre ses sens et l’on se permet à nouveau de rêver…


l’atelier de la cuisine Agencement et décoration de votre intérieur CUISINES • SALLES DE BAINS • DRESSINGS...

GUÉRANDE

13, rue de Bréhany - Parc de Villejames

02 40 24 60 00

ateliercuisineouest@orange.fr

SAINT-HERBLAIN 317, route de Vannes

02 51 78 89 15

ateliercuisineouest@orange.fr

www.atelier-de-la-cuisine.fr


R COMME LE ROSÉ

L E ROSÉ Le Rosé, c’est le vin d’été par excellence. Frais, gourmand il appelle à lui seul le soleil. Il n’est pas de bon Rosé qu’en Provence : la preuve avec cette cuvée si justement baptisée Miam-Miam et qui nous vient tout droit de chez Jérome Bretaudeau, dans le vignoble nantais. Découverte désaltérante. PAR PIERRE-BAPTISTE VANZINI

Photographie Pascal Kyriazis

« Tout le monde s’attend à un vin sucré alors que pas du tout. C’est un vin vif, sec, tendu. On y trouve vraiment cette fraîcheur marine tant attendue quand il fait beau ! »  La Bretagne n’est pas forcément associée au vin Rosé et pourtant… Avec sa cuvé de Miam-Miam Rosé, Jérome Bretaudeau, installé à Gétigné, près de Clisson sur les marches de la Bretagne historique a su créer un vin à l’image de ce terroir et de cette côte. « C’est le Rosé du Sud-Bretagne, en tous cas le plus au Sud de la Bretagne », plaisante l’artisan vigneron. Ce vin a en effet toutes les caractéristiques de la côte et des falaises de granit à commencer par la fraîcheur tirée de l’océan. « Je voulais quelque chose qui soit presque iodé, frais, avec une belle couleur, une couleur qui respire le raisin. » explique le vigneron. « Ce que je voulais créer, c’est un rosé qui ai du sens, qui soit un peu à l’image de notre région et qui s’accorde vraiment avec les produits de l’océan. Mais je voulais aussi faire un vin plaisir, hyper désaltérant, sans prise de tête. On est pas là pour réfléchir, mais pour vivre l’instant, avec une cuisine sans chichi, en dégustant le produit du marché ». Ce vin, qu’il ne veut absolument pas être « intellectuel  » mais vraiment instinctif, est pourtant mûrement réfléchi. « C’est un travail qui est fait en amont dans la vigne. Le vin se fait dans la vigne et pas dans la cave. Moi j’utilise les raisins que mes ceps me donnent. Le Rosé qui en résulte

126

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

est très identitaire. La minéralité n’est pas forcément recherchée sur ce type de vin mais l’empreinte du terroir est toujours là parce que les vignes sont cultivées en bio et qu’on retrouve les caractéristiques du sol. Cette empreinte, je ne veux surtout pas l’effacer : c’est ça qui donne toute sa personnalité au vin ». Une personnalité, justement, qui l’amène bien loin des Rosé de Loire. « Il ne faut effectivement pas faire l’amalgame.  » acquiesce Jérome Bretaudeau. Tout le monde s’attend à un vin sucré alors que pas du tout. C’est un vin vif, sec, tendu. On y trouve vraiment cette fraîcheur marine tant attendue quand il fait beau ! » Du coup, ce vin de l’été, un assemblage 70 % de Merlot et 30 % de Gamay peut passer toute la belle saison sur la table. Avec sa jolie couleur rose tuile, il se mélange sans choquer avec les poissons, les grillades et même les pizzas. « C’est ce que je voulais. » sourit le vigneron. « Un vin qui soit en harmonie avec tous les moments et toutes les cuisines de l’été. Un rosé qui se marie aussi bien avec une viande qu’un beau lieu jaune ou un turbo. » Attention, il n’y a cette année sur le marché que 5 000 bouteilles de ce breuvage à consommer avec délectation et modération. Il est en vente chez les meilleurs cavistes de la côte. 


« Je voulais quelque chose qui soit presque iodé, frais, avec une belle couleur, une couleur qui respire le raisin. »

Domaine de Bellevue Jérôme Bretaudeau, artisan vigneron Recouvrance, 44 190 Gétigné

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

127


S COMME LA SIGNATURE DU SUNSET

L A SIGNATURE DU SUNSET

Laurent et Isabelle ont commencé à travailler dans la Presqu’île grâce à Diane Desseigne-Barrière. Rencontrée à Saint-Barth, elle leur avait confié le restaurant du Tennis Country Club à La Baule. Depuis, ils ont multiplié tous les succès : du « Sunset » à « La Signature ». PAR NICOLAS BOILEAU

Photographie CHARLES MARION

Pompas, sur la route de Guérande. C’est là qu’ils se sont rencontrés un soir de fête. Laurent Joneau et Isabelle Colombe, 56 ans tous les deux, se souviennent de ce 30 avril 1978 comme si c’était hier. Le Guérandais et la Nantaise tentés par le métier d’officier de marine et celui de pharmacien vont orienter leur vie différemment. En multipliant les « saisons » dans la restauration jusqu’à Saint-Barth ! C’est là aux Antilles qu’une rencontre avec Diane Desseigne-Barrière (la fille de Lucien, propriétaire du groupe Barrière) va modifier leur existence. Elle leur suggère de rencontrer Éric Le Naour, le patron de l’Hermitage à La Baule qui leur propose le bar de l’hôtel, le golf ou le Tennis Country Club. Le vieux club de terre battue sera leur promontoire et leur rampe de lancement... Bon 15/5, Laurent y restera 5 ans. Une bonne expérience pour se lancer dans l’aventure de la création de sa propre entreprise. Leur « Sunset » ouvrira sur la plage de Pornichet au printemps 1990. Pour 23 ans de grandes et belles émotions culinaires partagées par une clientèle d’habitués devenus très vite des inconditionnels. Celui qui n’a jamais dégusté le crabe farci de Laurent ne sait pas ce qu’est véritablement la gastronomie ! Désireux de changer de décor et d’ambiance, après ce long parcours haut de gamme, les propriétaires du « Sunset » décident de créer « La Signature » le 13 décembre 2013 : « Pour s’adapter à une demande qui évolue et pour que tout le monde y trouve son compte ». « La Signature du Sunset » voit donc le jour dans la baie. Au même endroit. Avec quelques plats hérités des anciennes cartes mais aussi beaucoup de nouveautés comme ces burgers-maisons cuisinés comme nulle part ailleurs. Une question de signature. Leurs deux fils y sont pour quelque chose ! Entre « Le Sunset» et « La Signature », les prix ont baissé de moitié. Le public aime cela. Une formule le midi à 15,90 euros avec trois entrées et trois plats au choix. Pour y venir en famille sans se ruiner.

Le poisson du jour est à 11 euros et le menu complet avec dessert à 21 euros. Une politique raisonnable qui colle bien avec la demande actuelle. Pour les nostalgiques du « Sunset », Laurent et Isabelle ont gardé quelques grands classiques, du bar au ris de veau, qui attirent encore nombre d’afficionados. Cette seconde vie leur va bien. Le succès est déjà là. Avec le même charme et la même exigence...

Isabelle et Laurent Joneau sont des figures de la station. Ils tenaient le barrestaurant du Tennis Country Club quand celui-ci accueillait le prestigieux Derby Cadets international.

« Cette seconde vie leur va bien. Avec le même charme et la même exigence. »   LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

129


S COMME LE SEL DE GUÉRANDE

L E SE L D E GUÉRAN D E Depuis bientôt dix ans, Françoise et Lionel Charteau bonifient 48 œillets sur le marais de Guérande. Les chefs étoilés de France et d’ailleurs se disputent leur fleur de sel exceptionnelle. PAR PIErRE TUAN

Photographies Pascal Kyriazis

Au cœur du marais de Guérande. Non loin de Saillé. C’est là que Lionel et Françoise Charteau exploitent leurs 48 œillets. Deux parcelles louées tant il est difficile désormais d’acheter. En saison, à partir d’avril, ils sont sur place au minimum deux fois par jour pour au moins régler l’eau. Parfois plus et avec du renfort aux moments forts de la récolte d’été. À chacun sa partition. Lionel ramasse le gros sel. Françoise débarque en fin de journée vers 18 heures et si possible par vent d’est, pour cueillir « en une seule fois » (la qualité est à ce prix) la fleur qui se forme à partir du début d’après-midi. Ils arrivent de Saint-Molf. C’est ici, à une dizaine de kilomètres de Saillé, que ce couple importé – une Finistérienne et un Vendéen – a choisi de s’installer. Une belle bâtisse qui domine le bout du bout du trait de Mesquer, flanquée d’un élégant hangar en bois. Leur production y est stockée, séchée (longtemps), tamisée, triée à la main, conditionnée… Un peu pour les particuliers. Essentiellement pour les boulangers en vogue, les fromagers et charcutiers inventifs, les épiceries fines et surtout les restaurateurs. Étoilés en général. De France mais aussi d’Europe de l’Est, d’Angleterre et même de Tokyo et Dubaï. Les patronymes de ces clients fleurent bon la haute gastronomie française : Alain Ducasse et Alain Passard (Paris), Michel Troisgros (Roanne), Michel Bras (Laguiole), Hélène Darroze (Londres) et, plus près de nous, Éric Guérin (La Mare aux oiseaux à Saint-Joachim en Brière). Ils sont désormais plus de 150 chefs à se fournir chez Lionel et Françoise. Dans leur cuisine, la fleur de sel des Charteau voisine avec le célèbre sel noir d’Hawaii ou celui de Maldon (sud-est de l’Angleterre) aux cristaux si caractéristiques.

Sel aromatisé

Lionel Charteau n’est pas né sur un tas de sel. Ses parents étaient éleveurs de vaches près d’Olonne-sur-Mer. À 100 kilomètres plein sud. « Non loin de la ferme familiale, il y avait deux ou trois paludiers qui vivotaient. J’étais

130

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

jeune. Pour moi, leur activité tenait d’abord du folklore et de l’animation pour touristes ». Diplôme agricole en poche, il est embauché au milieu des années 1990 par la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique. Son job : aider et former les paludiers de Guérande à entretenir leur matériel. Plus précisément leurs motopompes. « J’ai découvert une activité qui marchait. Qui redécollait. Cela m’a plu de suite. Ce serait mon métier. En 1997, j’ai suivi une formation et j’ai trouvé facilement des œillets. Aujourd’hui, c’est quasiment impossible. Le marais n’est pas extensible et, signe de bonne santé, notre profession est jeune. Les départs à la retraite sont rares ». Second tournant à l’aune du nouveau millénaire, avec l’heureux concours de son épouse qui a suivi des études commerciales : « Il y a une dizaine d’années, le marché de la fleur de sel patinait. Il était chahuté. La fleur qui était notamment proposée dans certaines grandes surfaces, souffrait d’être trop souvent de qualité inégale. Les restaurateurs doutaient. Et j’étais parfois surpris de trouver de la fleur de sel de Camargue sur les tables de Quimper. Un comble ! ». Françoise et Lionel se mettent au travail : ils élèvent leur niveau de qualité, se lancent en solo à l’image d’une quinzaine de confrères du marais de Guérande et surtout prennent leur bâton de pèlerin. Objectif : draguer, persuader, séduire les chefs étoilés. « La clientèle est venue rapidement. Le bouche à oreille a ensuite fonctionné à plein régime. Nous avons aussi été aidés par la tendance du moment : le goût retrouvé pour les produits du terroir, le succès de la cuisine dominicale, les émissions TV, l’importance des réseaux sociaux… », renchérit Françoise. Aujourd’hui, les Charteau affichent une production annuelle de 50 tonnes de gros sel de Guérande et 5 tonnes de fleur de sel. Surfant sur cette reconnaissance, ils ont lancé à la faveur d’une rencontre chez Éric Guérin avec son fournisseur d’épices, une gamme de sels aromatisés. En cette période estivale, on ne saurait vous conseiller le sel de Guérande citron-gingembre. Délicieusement exotique pour vos poissons et marinades.


Chaque année, les paludiers de Guérande produisent environ 10 000 tonnes de sel. Une production très inférieure à celle, plus industrielle, des salines de la côte méditerranéenne.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

131


SPOTS

MIAM !

Toute l’Italie au cœur de La Baule, voici ce que Romain et son équipe vous proposent depuis 1984, à La Tour de Pise . Dès le matin, savourez un premier café, et toute la journée, emportez ou dégustez en terrasse pizzas, pains romains, lasagnes et toute l’épicerie à l’italienne dans une ambiance dolce vita. Ouverture d’une boutique de vente à emporter, le 25 juin à Pornichet, place du marché ! Magasin de La Baule ouvert du mardi au dimanche midi  de 8h à 14 h, et 16h30 à 20h et tous les jours pendant les vacances scolaires au 33 avenue des Ibis à La Baule.T él : 02 40 24 61 23 - www.latourdepise.fr

PAUSE DÉTENTE Face à la mer, le salon climatisé de Sandrine Ruhlmann et son équipe vous propose des conseils sur-mesure personnalisés au 19, boulevard Hennecart (terrasse des Evens, en haut de l’avenue de Gaulle, à gauche) (02 40 01 76 82). Moment parfait de détente sur le fauteuil shiatsu de la cabine privée ou dans l’espace contemporain et lumineux. Accessoires Alexandre de Paris, colorations douces L’Oréal INOA et gamme Leonor Greyl 100% naturel, extensions «Balmain». Spécialiste du mariage. www.coiffeur-la-baule.com

EN FAMILLE OU ENTRE AMIS !

Le restaurant de cet hôtel de charme vous accueille dans un cadre agréablement chaleureux. Venez déguster une cuisine authentique et savoureuse où les produits frais et de saison sont à l’honneur. Une cuisine créative et généreuse, en harmonie avec l’esprit convivial du Relais Marine. Pour vos séminaires, une salle de réunion est à votre disposition et profitez du jardin intérieur pour un déjeuner au soleil ou sous la pergola. Rendez-vous au 276, rue Centrale à Quimiac en Mesquer. Tél : 02 40 42 51 09 www.relaismarine.fr

ENTRE LA MER ET LES PINS

BULLES

Situé dans un parc arboré, au grand calme, avec un accès direct sur le boulevard de mer, proche du centreville, L’hôtel Les Pléïades dispose d’une vue face mer, d’une piscine couverte et d’un spa avec hammam en toute saison.Retrouvez 54 chambres très confortables et profitez du bar ouvert sur la terrasse au 28, boulevard René Dubois à La Baule. Tél : 02 51 75 06 06 www.les-pleiades.com

À La Baule, cet excellent champagne de viticulteur est en vente directe. Plusieurs cuvées : Brut traditionnel, cuvée réserve, rosé, prestige, millésime 2009. Contactez Frédérique au 06 81 68 90 26 frederique.breul@orange.fr Situé à St-Martin-d’Ablois, tout près d’Epernay, fruit de plusieurs générations, le Champagne Breul est constitué de trois cépages : pinot noir, meunier et chardonnay. Patrick Breul élabore son champagne dans le respect des traditions ancestrales. Accueil des visiteurs au château de St-Martin-d’Ablois. Découverte, visite et dégustation. 132

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


oH BEAUX BIJOUX ! Présent à La Baule depuis de nombreuses années, Bijoux Sasso, 84, avenue du Général de Gaulle, est spécialisé dans la vente et le rachat de bijoux anciens, d’occasion ainsi que des bijoux signés : Cartier, Pomellato, Chanel, VCA, Boucheron, Chaumet, Poiray, Mauboussin, Messika ... Découvrez aussi, un large choix de bijoux neufs, modernes, des montres de prestige, de la maroquinerie de luxe et des carrés Hermès. Achat or - Pièces or - etc. Tél : 02 40 60 44 00 www.bijouxsasso.com

LE CHIC BAULOIS Un magasin aux allures de coulisses qui met en scène la beauté de chaque femme, du 36 au 50, à travers les marques Fuego, Fuegolita, Leslie MonteCarlo, Akhesa, Ananke et Joseph Ribkoff. Retrouvez sa collection lors du défilé « Le 5e Combat de l’élégance », sur l’esplanade François André avec pour thème cette année « Les femmes, les voitures et les fleurs ». Rendez-vous le vendredi 18 juillet à partir de 18h avec la présence du MOF fleuriste créateur, Xavier Lequerré. Luc Delachamade vous habille en toute circonstance Galerie du Casino, au rez-de-chaussée.Tél : 02 40 60 11 51 www.lucdelachamade.com

S

L ES S P OTS

L’exigence de la qualité, le choix de la différence. La galerie Espace Design présente un large choix de mobilier design - art Deco - créateurs - vintage ainsi qu’une exceptionnelle collection d’œuvres créatives exclusives peintes. Des œuvres spectaculaires comme les bouledogues multicolores, pingouins, girafes, hippopotames aux couleurs vives destinées à l’intérieur comme à l’extérieur ne manqueront pas de vous séduire. Ouvert 7j/7 de 10h30 à 12h30 et de 15h à 19h30 au 6, boulevard Darlu à La Baule, à 400 m de l’avenue de Gaulle en direction du Casino. Nouvelle galerie au 33, avenue Lajarrige à La Baule. Livraison gratuite France métropolitaine. Tél : 06 07 82 35 08 - 05 56 01 12 59 www.espace-design-bordeaux.com

BEAUTÉ Au Salon de la Plage, 136, avenue Lilas à La Baule, on vit un vrai moment de détente, d’apaisement et d’authenticité, un instant privilégié où l’on saura vous mettre en beauté. Ouvert aux hommes, femmes et enfants, ce salon au bord de la mer, à deux pas de l’Hôtel Hermitage et de l’Esplanade François André vous accueille dans un cadre apaisant et raffiné. Isabelle et son équipe prendront soin de vos cheveux avec les produits Christophe Robin, Moroccanoil, S Factor, Catwalk by Tigi, Dayna, mais également les accessoires GHD autant de marques prestigieuses pour votre bien-être et la beauté de vos cheveux. Rendez-vous du mardi au samedi toute l’année et du lundi au samedi en juillet-août. Pendant la saison, le Salon de la Plage vous propose également une beauté des mains ou des pieds du mardi au samedi avec les produits OPI. Tél : 02 40 11 98 99

COIFFEUR ATYPIQUE

Coiffeur atypique, présent dans la mode et les grands événements parisiens, nationaux et internationaux, Philippe Tapprest, Hair Designer, crée tout simplement la coiffure adaptée à chaque individu en réponse à ses envies et son mode de vie. Maître dans l’art de la coiffure sous toutes ses coutures, Philippe est avant tout un coiffeur qui aime son métier et s’accompagne de son équipe pour être à votre écoute au quotidien comme aux grandes occasions au 22, avenue Lajarrige Tél : 02 40 11 18 96 et au 41, avenue Olivier Guichard – Tél : 02 40 60 39 56. Votre rdv en ligne sur www.philippe-tapprest.fr LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

133


T COMME TOURELLES

T

L E C H ÂTEAU D ES TOURE L L ES Daniel Phélippeau a salué tout le monde il y a un an. À 83 ans pour son dernier adieu. Ses enfants, Jean-Pascal et Anne, poursuivent son rêve d’aventure entrepreneuriale dans l’univers des Relais Thalasso qui est le leur. De Bénodet, à l’île de Ré en passant par la baie de La Baule. Dernier-né : le château des Tourelles, un lieu unique, pour apprendre à donner au temps qui passe sa vraie valeur... PAR OLIVIER D’ARGOL

Photographies CHARLES MARION

Leur père, disparu en 2013, 7e d’une famille de 12, leur a légué sa passion de l’entreprise et le goût du risque intrinsèque qui l’accompagne. Originaire de Belligné en LoireAtlantique, il avait monté une belle affaire de semi-remorques dans toute la France avant de se tourner vers l’art de vivre avec ses amis Louison Bobet et Antoine Riboud à Quiberon. Deux rencontres décisives. Ce sillage, Jean-Pascal, 50 ans et Anne, 47 ans, ses enfants, le connaissent bien. Ils ont été élevés tous les deux dans le refus des fatalismes et dans l’esprit des projets à mener tambour battant. Le dernier, aux Tourelles, dans la baie de La Baule participe pleinement de cette vision familiale assumée avec détermination. Comme autrefois à Pornichet, en 1989, quand ils ouvraient aux Océanides leur premier hôtel-thalasso avec Yves Rocher ou à La Baule-lesPins, en 1991 quand ils créaient leur propre maison Phélippeau. Bénodet et l’Île de Ré ensuite, avec des associés et des financiers, et une incursion en Espagne (la thalasso de la famille royale) en 2002 et revendue en 2010.

Une colonie du 12e « Cela vous donne une vision des affaires et pas mal d’expérience » confie Jean-Pascal Phélippeau, diplômé d’une école de commerce et rôdé aux montages financiers. À cette époque, en 2007, il apprend qu’un vieux château, transformé en colonie de vacances, détenu par la mairie du 12e à Paris, pourrait être mis en vente. Une situation exceptionnelle face à la mer, avec un hectare de terrain, sur la corniche de Pornichet. Le maire de la cité balnéaire est favorable à un projet qui allie l’hôtellerie et la remise en forme. Une aubaine pour les Phélippeau qui cherchaient un nouvel endroit dans la baie pour développer leurs activités. La course au financement et aux autorisations dès lors commençait. Le premier coup de pioche aussi en octobre 2011. Entre-temps, leur thalasso de La Baule-les-Pins qui avait pris de l’âge était vendue à un promoteur désireux de construire un immeuble sur le front de mer baulois. Jean-Pascal et Anne Phélippeau s’entouraient des compétences nécessaires  : Joël Jimbert, architecte à Guérande   ; Julia Sola, architecte d’intérieur italienne et Stéphanie Phélippeau, l’épouse de Jean-Pascal, ancienne de l’école Boulle, décoratrice d’intérieur. Une belle équipe, soudée, pour un beau projet, innovant. >>>

134

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

135


T COMME TOURELLES

«Thalavie» pour vivre autrement

Ouvert le 21 juillet 2013, le château des Tourelles est une petite merveille en bord de mer. Avec trois entités différentes  : le château entièrement restauré avec ses 7 chambres et suites et deux ailes élégantes qui disposent chacune d’une cinquantaine de chambres et suites de 30 m2 minimum... Pour Anne et Jean-Pascal, leur nouvelle maison doit être un lieu de sérénité partagée où il fait bon se ressourcer. Le concept développé aux Tourelles, « Thalavie », associe l’alimentation, l’entretien physique, la lutte contre le stress et la qualité du sommeil avec un objectif précis  : optimiser la santé des hommes, des femmes et des enfants qui y séjournent de temps en temps ou régulièrement... Ouvert également aux gens de passage qui veulent prendre un verre ou déjeuner ou dîner tranquillement, le château des Tourelles est un hâvre de paix et d’élégance. Qui allie à une modernité up to date, le charme et le confort des vieilles maisons d’exception. Cas unique dans la baie, ce nouvel espace de bien-être qui personnalise au maximum la relation-client au point d’offrir des soins individualisés dans des suites-santé nominatives crée la différence. Une innovation majeure dans le domaine du bien-être. La Suite RelaisThalasso® est en effet un espace réservé au client pour qu’il réalise l’ensemble de ses soins de thalassothérapie dans un même lieu, réunissant une baignoire, une table de massage sous affusion avec matelas chauffant, un hammam personnalisé, un espace de repos… Conçu pour accueillir une personne ou un couple, la Suite RelaisThalasso® est extraordinaire et gomme toutes les contraintes connues. Le curiste n’a plus besoin de se déplacer d’une cabine à l’autre avec son planning dans la poche, c’est aussi la fin des

136

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

attentes dans les couloirs les yeux rivés sur l’horloge fixée au mur… Unité de lieu et unité de temps, c’est aussi l’unité de personne puisque c’est une seule et même thalassothérapeute qui sera dédiée au client pendant la durée de ses soins, c’est elle qui veillera en permanence à son bien-être. Vous n’entendrez plus votre nom appelé à la cantonnade avant chaque soin ! Quel que soit le format, semaine, week-end ou à la journée, la Suite RelaisThalasso® attend les passionnés de thalasso mais aussi et surtout ceux qui avaient renoncé à ses bienfaits déçus par une prestation qui manquait de glamour et d’intimité, de modernité surtout. La tradition et la modernité semblent couler de source aux Tourelles qui puisent leur énergie dans l’eau de mer qui les borde et qui leur donne une si belle et si tonique respiration.

Jean-Pascal et Anne Phélippeau aux Tourelles: le frère te la soeur, véritables entrepreneurs, gèrent le groupe familial créé par leur papa aujourd’hui disparu.


« Le château des Tourelles apporte une autre modernité à la baie de La Baule. Celle d’un projet harmonieux qui concilie le charme du passé et l’exigence des dernières nouveautés… » LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

137


Relais Gourmands

LE

FORTDE L’OCÉAN Un Relais et Châteaux face à la mer, sur la Côte Sauvage. w w w. h o t e l f o r t o c e a n . c o m

LE FORT DE L’OCEAN Côte Sauvage - 44490 Le Croisic Tél. : 02 40 15 77 77 - Fax : 02 40 15 77 80


U COMME UV

U V La Presqu’île se méfie des UV. Ces rayons pervers qui finissent par provoquer de gros dégâts. Pour le corps et pour les yeux. Il n’est donc pas anormal de voir fleurir les boutiques d’optique, ici et là, chacun cherchant la paire de lunettes de soleil idéale. Avec un choix très coloré ! PAR CHRISTOPHE KERTEZ

Photographie Pascal Kyriazis

Les deux produits phare de La Baule et de la baie sont incontestablement les fragrances solaires et les lunettes idoines. Les regards, ici, sont le plus souvent, masqués par des verres fumés qui dissimulent les sourires et les yeux. Il faut s’y faire. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, les idées ne manquent pas et les décors changent au gré des saisons. La mode « Niniche » a même cours avec des coloris très tendance qui sortent des habitudes trop convenues… Souriantes, nos jolies Bauloises, croisées sur le front de mer, semblent très à l’aise derrières leurs superbes montures rose et jaune, acidulées à souhait. Un beau présage pour un bel été ! Côté tendance, les lunettes de soleil Wayfarer et Pilote, lancées par Rayban, sont le parfait exemple d’accessoires indémodables que vous pouvez vous permettre de porter et de re-porter chaque fois que les beaux jours reviennent. Ses modèles désormais cultes sont aujourd’hui proposés par de nombreuses marques. Elles se déclinent également dans de nombreuses teintes. Les montures rétro de taille XXL ou de forme papillon sont également devenues des basiques aux rayons solaires. Au bleu et blanc du remblai, au rouge et blanc des Derbys, s’ajoutent ainsi des gammes de couleurs qui sont le sourire de la station. À noter aussi la gentillesse avec laquelle certains opticiens règlent les dites montures après « chocs » gratuitement. Comme si, cet élément de décor personnel indispensable, était un objet de première nécessité géré gratis pro deo ! Normal, la lumière ici, comme en Grèce, est le vrai visage de Dieu. Comment ne pas y penser plus souvent ! L’insouciance estivale nécessite quand même quelques précautions d’usage. Et le recours aux lunettes de soleil est indispensable ! Recommandé par les ophtalmologues qui gèrent les expositions trop fréquentes à ces maudits UV qui nous rendent pourtant la vie plus belle et l’été baulois plus opérant…

« Les montures rétro et papillon sont devenues des basiques aux rayons solaires. » 140

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

141


PARTENAIRE DE LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Champagne Breul d o m a i n e d u C H A T EAU DE S AIN T MA R T IN D ’ A B L OI S

En vente directe à La Baule

Situé à Saint Martin D’Ablois, tout près d’Epernay, fruit de plusieurs générations, le champagne Breul est constitué de trois cépages : pinot noir, meunier et chardonnay. Il est élaboré dans le respect des traditions ancestrales. Séverine et Patrick Breul accueillent les visiteurs au château de Saint-Martin d’Ablois. Découverte, visite et dégustation. A La Baule, ce champagne de viticulteur est en vente directe. Plusieurs cuvées à partir de 13,80 € ttc la bouteille. Contacter Frédérique Breul au 06 81 68 90 26. frederique.breul@orange.fr - patrick.breul@orange.fr


V COMME VOILE

V OILE À Mesquer, dans sa salorge qui jouxte le port de Kercabellec, l’Américain Mike Newmeyer forme les charpentiers de marine de demain au savoir-faire traditionnel. Skol ar Mor comme École de la Mer. PAR CHRISTOPHE KERTEZ

Ce matin, la salorge est étonnamment calme. Les stagiaires sont en vacances pour une semaine. Le soleil illumine l’intérieur du bâtiment qui borde le marais. Les planches sont sagement rangées à l’extérieur. Ici, l’acajou et le pin d’Oregon. Là, le chêne, le teck, le sapelli… Plus bas, de l’autre coté de la route de Bel Air, au débouché de l’étier de Quimiac : le port de Kercabellec. En 1950, des bateaux chargeaient encore le sel. Il accueille désormais dans ses quinze souilles des embarcations traditionnelles. Pédagogique et enthousiaste, le maître de Skol ar Mor qui rentre de chez un confrère installé au Pays basque espagnol, fait la présentation dans un français coloré de l‘accent d’outreAtlantique. Une demi-douzaine de bateaux est en chantier. Un yacht de course de 11.5 m de longueur encombre la salorge à l’évidence trop exiguë. « En (re)construction depuis plus d’un an, ce voilier a été initialement livré en 8 exemplaires pour le Royal Irish Yacht Club en 1944 ». Il avait disparu des océans. Plusieurs unités vont renaître de par le monde. Dont une à Kercabellec, France ! Le yacht domine un mixte voile-aviron prêt à prendre la mer et l’ébauche d’un petit voilier (4 mètres) utilisé par les pêcheurs de homards américains de l’Etat du Maine au début du XXè siècle. Voisine encore « un canot automobile  ».  Ce plan de 6 mètres, essentiellement en acajou, était à la mode il y a 80 ans sur la côte ouest

144

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographie Pascal Kyriazis

des États-Unis. Terminé, il rappellera le Riva italien, bateau culte de la Dolce Vita, associé pour toujours à Brigitte Bardot et Sami Frey. « Aujourd’hui, Skol ar Mor a les moyens et les compétences pour réaliser un Dragon ou un Requin», assure Mike Newmeyer. Charpentier de marine, Mike a débarqué en France en 1993 amarré à une Guérandaise. Depuis les boutes se sont rompus mais l’Américain, inconditionnel des coques qui portent haut l’histoire de la navigation, a continué à croiser dans la Presqu’île. À l’aune du nouveau millénaire, il construit avec quelques autres passionnés, une yole de Bantry, qui depuis court les grands rassemblements maritimes. Parallèlement, ce formateur averti travaille à Montoir-de-Bretagne dans un centre d’insertion.

Savoir-faire traditionnel

Mais Mike a dans son sac un chantier plus ambitieux : former les charpentiers de marine de demain au savoir-faire traditionnel. Pour lancer ce chantier école de haute qualité, restait à convaincre les décideurs et à trouver un site : « j’étais sous le charme de Kercabellec. Par chance, une salorge était à rénover à proximité. Le maire de Mesquer, la région Pays de La Loire ont cru au dossier. Des patrons de chantiers de la côte atlantique m’ont suivi ». Skol ar Mor accueille sa sixième promotion. Les six stagiaires sont formés sur deux ans.

Sélectionnés sur leurs motivations et leurs capacités à s’intégrer dans une équipe, ce ne sont pas tous des Bretons pure souche. « L’un des diplômés de l’an dernier arrivait des Alpes. Il a créé sa propre affaire à Annecy : il relance la fabrication des barques qui naviguaient sur les lacs de montagne. Dès leur rentrée, fin août, les élèves sont initiés à toutes les étapes de la construction d‘un bateau de type très divers. Les secondes années qui ont plus d’expérience aident les nouveaux. Ils affutent ainsi leur connaissance dans les techniques et l’organisation du travail. Ils apprennent la gestion », enchaîne Mike qui parie « sur le développement personnel à travers les responsabilités confiées ». Singularité : Skol ar Mor fonctionne comme un chantier naval. Proposés à la vente, les bateaux peuvent être fabriqués sur commande. Une démarche motivante pour les élèves et qui pérennise Skol ar Mor pour les années à venir. La charpenterie de marine traditionnelle a-t-elle un avenir face au tout plastique, aux bateaux modernes toujours plus sophistiqués et faciles d’entretien ? « Ce n’est pas un métier où l’on fait fortune », prévient Mike. « Mais c’est une part de notre patrimoine. Le conserver est un devoir ». Ne serait-ce que pour répondre à la renaissance du bateau en bois. Faire quelques pas sur le quai empierré du port de Kercabellec, frapper à la porte de Skol ar Mor ou écouter Mike évoquer son nouveau projet - une Maison des Traditions de la Mer - suffit à s’en persuader.


Skol ar Mor Salorge de Kercabellec 1300, route de Bel Air 44420 Mesquer Tel : 02 40 60 88 72 www.skolarmor.fr

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

145


V COMME LE GARAGE À VINS

LE S V I G NERON S Spécialiste des vins bio et naturels, « Le Garage à Vins » d’Olivier Guéret au Pouliguen est incontestablement le temple de la Vallée de la Loire, de la Bourgogne, du Bordelais, du Jura et de l’Alsace. Un haut lieu fréquenté aussi par les vignerons du muscadet qui y ont pignon sur rue parmi plus de 500 variétés de vins exposés, dégustés et achetés... PAR NICOLAS BOILEAU

Photographie Pascal Kyriazis

«Avec la biodynamie, on retrouve le vrai goût des vins dans son acception ancestrale.» Le bio est à la mode. Les vins bio aussi. Olivier Guéret, dans son garage au Pouliguen, ne transige pas avec la qualité. Mieux, il la sélectionne et en fait profiter ses clients. Pas étonnant donc que nos amis du muscadet (voir également O comme Océan) soient ses amis. Eux qui cultivent la biodynamie comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. Naturellement. Plus digeste, plus sain et moins allergisant, le bio offre une diversité et une richesse gustatives incomparables. Des qualités que le patron du «Garage à Vins » met en exergue matin, midi et soir. « Le Garage à Vins » ne vend pas de bio par effet de mode. Loin s’en faut. Mais parce que cette technique récente fait des petits miracles en termes de qualité intrinsèque. En révélant les terroirs, les climats et les savoirs-faire. Pour Olivier Guéret la liste des trois cents produits chimiques utilisés dans la vigne, si elle était connue de tous, suffirait à dégoûter un grand nombre de consommateurs non éclairés de boire des vins qu’il

faut bien, in fine, qualifier de « trafiqués ». Pour « Le  Garage à Vins », spécialiste des coffrets dégustation, la palette des breuvages conseillés est multiple et variée et elle s’accorde avec toutes les cuisines traditionnelles ou plus modernes. Le tout avant d’acheter est de comprendre pour saisir l’originalité du «  bio  » dans la consommation contemporaine. Olivier Guéret est un excellent pédagogue qui sait distiller ses conseils et prodiguer ses passions. Mercure d’or en 2013 dans la catégorie « innovation commerciale et qualité », « Le  Garage à Vins » trace sa route dans la Presqu’île avec un savoir-faire et un faire-savoir qui lui appartiennent et qu’il maîtrise parfaitement. Réputé prolixe, le maître des lieux n’a pas son pareil pour commenter ses vins. Avec la biodynamie il retrouve le vrai goût des vins dans son acception ancestrale. Son « Garage » n’est pas un cul-de-sac mais une ouverture sur la vraie vie de la vigne quand elle respire librement.

Ouvert tous les jours cet été Avec ses 500 références dont une centaine pour les vins de Nantes, « Le  Garage à Vins » est un espace convivial de dégustations en tous genres. Ouvert de 10h à 13h et de 16h à 20h tous les jours, pendant l’été, Olivier et Véronique Guéret auront à cœur de vous faire découvrir leurs sélections. « Le  Garage à Vins » est situé boulevard de l’Atlantique, à la sortie du Pouliguen sur la route de la Côte sauvage devant le camping des mouettes. Tél : 02 40 70 49 85 - legarageavins@gmail.com

148

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


De gauche à droite : Jérôme Bretaudeau (domaine de Bellevue à Gétigné), Stéphane Perraud (domaine des Cognettes à Clisson), Olivier Guéret (Le Garage à Vins), Jo Landron (domaines Landron à La Haye-Fouassière), Guy Bossard et Frédéric Niger Van Herck (domaine de l’Écu au Landreau).

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

149


V COMME FranÇois VERRIMST

V

François Verrimst

Dans son atelier guérandais, François Verrimst, peintre du quotidien de la mer, illustre les cartes marines. Celles des côtes bretonnes comme celles du bout du monde. Un voyage dans l’espace et l’Histoire. PAR CHRISTOPHE KERTEZ

Photographie Pascal Kyriazis

À deux pas de la collégiale de Guérande, son atelier jouxte celui de Frédéric Flanet, autre réputé. Jeans, marinière et visage buriné, François Verrimst est amarré à la cité médiévale depuis vingt ans. Au rez-de-chaussée d’une modeste maison de granit colorée d’une glycine, la pièce unique, ouverte sur la ruelle, est encombrée de cartes marines, de pastels, de photos, et même d’un piano, témoins des bonnes et mauvaises fortunes de mer. L’art. François Verrimst est, comme on dit, né dedans. Originaire des Flandres et de Paris, sa famille, installée à Concarneau, a donné des musiciens, des ébénistes, des stylistes et… des peintres. Un temps ingénieur, Frédéric, son père a rapidement vécu de ses toiles. La majorité accrochée, François Verrimst rejoint « par la petite porte » un atelier de restauration d’objets d’art et de tableaux à Paris. L’enseigne existe toujours. Lui a levé les voiles au bout de sept ans. « Je voulais repartir en Bretagne ». Les aléas de la vie en décident autrement. Une courte escale à Concarneau et le voilà voguant pour la Suisse. «  N’ayant plus de travail de restauration, je me suis tourné vers la peinture ». Des paysages de montagne. Des pastels. 

Sur le capot du roof

Mais l’agitation de l’Atlantique a raison de la quiétude du lac Léman. François Verrimst vire de bord et remet le cap sur le Finistère. « La Loire franchie, je me suis immédiatement senti en Bretagne. Chez moi. Inutile de remonter plus au nord. Guérande était la bonne escale. » Dès lors, croquis de bateaux, de rivages, de ciels, de phares, de voiles, de cordages, de poissons… n’ont cessé de nourrir son imagination. François peint partout. Chez lui, dans son échoppe, sur la plage, au bord des marais, et surtout sur son voilier. Cette coque bois de 7 mètres, sortie des chantiers en 1962, est son meilleur chevalet : « un après-midi de 2002, nous naviguions entre Dumet et Hoëdic. Plus de papier pour dessiner. J’ai attrapé la carte marine du coin. Je l’ai étalée sur

152

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

le capot du roof et j’ai couché dessus la côte, l’avant du bateau, le phare, le maquereau remonté du filet.  Tout de suite, les amis ont été emballés ». S’il peint parfois sur des supports modernes ou des reproductions, François Verrimst privilégie les cartes anciennes. Les fameuses Beautemps-Beaupré, souvent en NB ou à peine colorisées, au toucher si particulier et à la gravure si délicate. Pour les dénicher, l’artiste guérandais arpente les vide-greniers, court les puces nautiques, fouine sur Internet. Des collectionneurs les lui vendent. Des particuliers lui apportent directement des cartes évocatrices de souvenirs et qu’ils souhaitent illustrer. Celles de Bretagne ne sont pas les plus nombreuses. « L’an dernier, à la demande du fils d’un militaire qui avait combattu en Indochine, j’ai peint sur des relevés cartographies des côtes du Siam et du Tonkin. Nous avons réfléchi ensemble sur ce que j’allais ajouter sans toucher à l’équilibre des cartes : des jonques et des sampans couleur sépia mais aussi un tigre et des détails d’Angkor. À deux reprises, j’ai travaillé sur des cartes du Cap Horn. Un client l’avait franchi. Un autre en rêvait. Un phare du bout du monde, un énorme fou de Bassan et bien sûr le rocher mythique les ont illustrées. Plus récemment, j’ai « planché » sur la carte de la rade de Brest. Un cadeau destiné à un officier de l’aéronaval et à accrocher dans sa maison de vacances. J’y ai inclus une évocation des différents bâtiments et avions sur lesquels il avait embarqué et volé ». Peintre des océans mais aussi des rivages et des stations balnéaires, François Verrimst sait se déjouer des cartes marines pour sillonner d’autres horizons créatifs. L’été dernier, dans un vide-greniers, il a mis la main sur un lot de photos estivales de la baie de La Baule des années 1950. Des clichés en NB au format intéressant et à l’esthétisme prometteur. Il a laissé courir ses pinceaux dessus. Vintage ! À découvrir dans son atelier.


Encres marines François Verrimst 3, rue de la Psalette. Guérande. 06 63 68 30 60 - françois.verrimst.com

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

153


VICTOR HUGO AUTOMOBILES Zone de l’éspérance 11 rue émile levassor - 44700 orvault tél : 02 40 76 20 21 www.honda-nantes.com

Route du Petit Lerioux - 44600 Saint-Nazaire tél : 02 40 11 30 50 www.honda-nantes.com


W COMME WHISKY

W WHISKY

Le sous-sol de la supérette familiale est sa caverne d’Ali Baba. Le Baulois, Gilles Le Capitaine, règne sur 250 whiskys. À l’amateur éclairé, il distille ses conseils et présente ses derniers trésors. Intarissable. PAR ANN CLAIR

Avenue Lajarrige, le royaume de Gilles Le Capitaine ne s’affiche pas en vitrine. Discret, il est niché au sous-sol de l’épicerie rachetée par son père en 1978. Un repère à bouteilles - souvent ouvertes - auquel on accède par un discret escalier. Qu’importe. Les amateurs éclairés connaissent le chemin. Pour les autres, le bonheur olfactif sonne la fin de cette chasse aux trésors. Enthousiaste et intarissable, Gilles Le Capitaine s’amuse encore de l’originalité de son antre à flacons subtilement éclairée et que trois écrans télé, sur lesquels défilent des images d’Écosse, distraient : « dans les années 1990, lorsque j’ai succédé à mon père, j’ai d’abord pensé à développer la supérette. La cave ? Je rêvais d’abord d’en faire ma récréation. Je n’étais pas né dans les spiritueux pas plus que dans les vins. Je n’étais ni connaisseur ni formé dans une école. J’étais même sceptique : qui oserait s’aventurer dans ce soubassement ? ». Fortune de mer : Gilles Le Capitaine croise à la même époque un agent de la Maison du Whisky. Une rencontre décisive. Ce distributeur national recherchait un point d’ancrage solide dans l’ouest. « J’ai démarré avec une idée forte : le whisky ne devait pas être une vente accessoire des vins. Mais l’inverse ». Bingo. Les Français, premiers consommateurs de la planète, découvraient alors qu’il n’y a

Photographies Pascal Kyriazis

pas du whisky mais… des whiskys. Qu’il était temps pour eux de se faire tout un monde de cette boisson arrivée dans les valises des Américains. Ils cessaient de courir acheter une bouteille uniquement pour remplacer celle qu’ils avaient vidée. Les hôtes du soir découvraient désormais « leur bibliothèque de whiskys », écossais, irlandais, américain, japonais, plus ou moins titrés, tourbés ou non, incolores ou ambrés, légers ou charpentés…

Vente et dégustation

Surfant sur cet appel à la diversité, Gilles Le Capitaine a investi les distilleries, guetté les inédits, étalonné les valeurs sûres, s’est entiché des raretés, a su répondre à la demande féminine, a appris et encore appris… Les vingt références proposées par l’épicerie paternelle ont été balayées. Submergées. Sa caverne accueille désormais deux cent cinquante étiquettes. Une passion débordante arrosée par deux titres de Master of Whisky. Une consécration dans la profession. Dans ce royaume souterrain, les labels belge, canadien, breton… n’ont pas le droit de cité. Les bouteilles en provenance des quatre seuls pays producteurs suffisent. Des pépites comme ce Laphroaig de 35 ans d’âge à plus de 300 euros ou cette merveille dénichée

au Japon, vendue 250 euros, qui n’occultent pas la réalité du marché : son panier moyen est à 45 euros. «  Actuellement, ce sont les japonais qui ont le plus la cote. Ils interpellent, ils procurent une sensation d’exotisme  ». Miyagikyo, Yoichi, Tokinoka, ces appellations sont déjà une invitation au voyage. Cette année, Gilles le Capitaine mise également sur «  les américains  », «  souvent méconnus et aux forts pouvoirs olfactifs ». Cette adresse spiritueuse est avec bonheur complétée par des Masterclass, organisés à la demande et sans obligation d’achat. Des moments maltesques. Autour d’un Port Ellen, d’un Caperdonish, d’un Talisker…, toujours secoué pour être oxygéné avant d’être servi frais dans un verre tulipe de 13 cl, le Maître ès whiskys se fait conteur. Il parle quête aromatique, force, maturation… Le Loch Ness est bientôt au fond du verre.

La Baule La Cave, supermarché Sitis, 49, avenue Lajarrige. 44500 La Baule. 02 40 60 28 86. www.labaule-lacave.fr Gilles Le Capitaine propose également une excellente gamme de portos, sa nouvelle passion. Il organise d’ailleurs des voyages-dégustations dans la vallée du Douro.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

155


X COMME INOX

INO X Amis de toujours, coureurs des mers, Sébastien Laurent et Ludovic Roussel ont uni leurs compétences il y a deux ans pour créer Art Design Inox. Leur atelier de La Turballe conçoit et fabrique du mobilier en inox. Du haut de gamme à l’esprit yachting.

PAR PIErRE TUAN

Naviguer vers de nouveaux horizons… Le slogan d’Art Design Inox colle parfaitement aux deux fondateurs de cette entreprise de La Turballe. Avant de développer une activité de création de garde-corps escaliers et mobilier haut de gamme essentiellement en inox et à l’esprit résolument yachting, Ludovic Roussel, 40 ans, et Sébastien Laurent, 39 ans, ont vogué sur d’autres mers. Le premier a longtemps surfé sur le monde des médias et de la communication. Avant de virer de bord et de trouver un second souffle dans la Presqu’île guérandaise, il gérait une télévision locale en Normandie. Son compère est quasiment un enfant du pays. Il a des racines à Mesquer-Quimiac. S’il a grandi à Fontainebleau, les vents l’ont ramené vers la côte atlantique sitôt le cap des vingt ans franchi.  Moniteur de voile et salarié d’une entreprise de location de bateaux à Piriac ont marqué ses débuts professionnels. Mâts à réparer, haubans à entretenir… jalonnent alors son quotidien. En 1999, Sébastien Laurent crée sa propre entreprise à La Turballe : Atlantic Gréement. Il n’a pas vingt-cinq ans. Une course difficile. D’abord en double puis en solo. Combien de propriétaires du coin n’ont-ils pas fait appel à ses services en début de saison avant de mettre leur dériveur ou leur habitable à l’eau ? En 2009, second tournant. Alors que la crise est là, il reprend un sous-traitant. Un atelier de mécano-soudure. Premier bord dans un autre monde : « j’ai commencé à réorienter mes activités. Sans en prendre conscience toute de suite. À fabriquer des garde-corps dans le savoir. »

156

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Photographie Pascal Kyriazis

C’est la bonne risée. Localement, le marché de la réparation et de l’installation de gréement mollit. Au fil des années, la concurrence s’est développée. « Il était à la fois urgent d’élargir mon champs d’activités et de monter en gamme pour valoriser mon expérience  ». Heureuse fortune de mer : à la même époque, Sébastien dépanne un propriétaire d’un Dragon, originaire du Pouliguen et opportunément spécialisé dans le financement des PME : « Il a cru dans le dossier que je montais avec Ludovic ».

Le nautisme chez soi

Ludovic Roussel, l’autre clef de voute d’Art Design Inox, le pote de toujours, découvert à vingt ans sur les pontons, partenaire des régates d’entraînement, apprécié lors des soirées animées du Transat Café à Piriac. Depuis ces deux-là étaient toujours restés à portée de vue. Confrontant leurs projets, leurs idées, leurs envies, sans jamais s’associer. En 2011, la quarantaine pointant à l’horizon, ils se décident. Ils feront équipe non sans s’être d’abord assurés pendant un an qu’ils ne saborderont pas une si longue amitié sur l’autel du business.  On ne se refait pas. À Ludo, la gestion financière, la com, la lisibilité sur les réseaux sociaux. À Seb, la création, la stratégie et le repositionnement sur le haut de gamme d’Atlantic Gréement, fondu dans ADI et appelé à l’avenir à intervenir de plus en plus fréquemment sur les grosses unités. En France et ailleurs. « Notre business plan est respecté. Notre chiffre d’affaires a progressé de 50% en un an grâce à l’activité d’Art Design Inox. Contrairement aux produits positionnés

sur des marchés de qualité inférieure ou sur le low cost, nous ne souffrons pas de la morosité qui sévit dans le secteur du bâtiment », assure Ludovic Roussel. Garde-corps et escaliers en inox sur-mesure et pour les particuliers nourrissent actuellement l’essentiel du catalogue de l’entreprise de La Turballe. Mais les deux inséparables ont d’autres projets. D’une part, élargir rapidement leur réseau de distributeurs via les menuiseries et les magasins spécialisés. Noirmoutier, l’agglo nantaise, le golfe de Vannes, l’île de Ré, le nord Bretagne sont leurs prochains objectifs. D’autre part, mettre le paquet sur la création de mobilier. « Notre concept est le nautisme chez soi, sail in home. Nous souhaitons apporter notre expertise nautique dans l’habitat », résume Ludovic Roussel, confiant dans le savoirfaire, l’originalité, la noblesse des matériaux utilisés et la qualité de la production de leur atelier. Autre créneau : le mobilier urbain. Art Design Inox  qui compte huit salariés a dessiné et réalisé à l’automne dernier les longs gardecorps et les bancs confortables (un audacieux mélange bois et inox) en forme de vague du quai Saint-Pierre à La Turballe face au port. Ils comptent désormais décliner des cendriers, des poubelles, des porte-vélos. Parallèlement, Ludo et Seb misent sur la création et l’installation de voiles d’ombrage. Avec des mâts et des supports en inox bien sûr et des toiles de très bonne facture. L’esprit yachting chez soi. À l’intérieur comme sur votre terrasse. La marque de fabrique affirmée d’Art Design Inox.


«Naviguer vers de nouveaux horizons : le slogan d’Art Design Inox colle parfaitement aux deux fondateurs de cette entreprise de La Turballe.»

XXXXX XXXXXXXXXX

Art Design Inox a dessiné et réalisé à l’automne dernier les longs garde-corps et les bancs confortables du quai SaintPierre à La Turballe.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

157


Y COMME YVES LODAY

Y V E S LODAy Le champion olympique de voile reste solidement amarré à sa passion. Retiré des compétitions, résidant au Pouliguen, il conçoit toujours des catamarans, veille au développement du chantier Sirena et coache plusieurs équipages qui rêvent d’or aux prochains J.O. PAR PIErRE TUAN

Photographie Pascal Kyriazis

Yves Loday nous reçoit au bar du CNBPP (Cercle nautique La Baule Le Pouliguen Pornichet). « Monsieur Catamaran » est chez lui. Rien ne lui échappe : un mât qui vibre dans le vent, deux dériveurs qui, au large, se défient à l’approche d’une bouée, un copain de toujours qui teste un nouveau matériel… Au pied de la terrasse, sagement rangés, plusieurs des bateaux qu’il a conçus. Ses bureaux sont à moins de cinquante mètres du club présidé par son frère Nicolas. Sirena Voile n’est pas très loin non plus. Face à lui, la baie du Pouliguen-La Baule. C’est là qu’en 1966, à 11 ans, cet enfant de Pornichet a appris à régater avec Auguste Cornu pour entraîneur. Yves Loday - 59 ans en septembre - demeure ancré à sa passion. Et lorsqu’il n’est pas sur l’eau ou occupé à dessiner un cata, il n’oublie pas les vents et la toile. Il survole en pendulaire la Presqu’île guérandaise en attendant d’achever la rénovation de son Druine Turbulent. Acquis il y a quelques années, ce petit avion date de 1950. Auréolé de l’or olympique en 1992, Yves Loday s’est depuis vingt ans affirmé comme architecte naval : « je suis un autodidacte. À l’école, j’étais bon en dessin technique. Mon père m’a conseillé et j’ai commencé à Nantes dans un chantier de bateaux en bois. Je me suis ensuite perfectionné. Notamment chez Gouteron à La Baule ». En 1996, il crée ses premiers catamarans. Le début d’une série à succès. Certains sont prisés des régatiers. D’autres, plus robustes et conçus avec des matériaux recyclables, sont d’abord destinés aux écoles de voile. En 2000, il fonde avec son alter ego l’Anglais Reg White, lui-même champion olympique en Tornado, la société Loday White. Neuf ans plus tard, il redynamise le chantier Sirena qui, au Pouliguen, traverse une mauvaise passe financière. Yves Loday qui planche actuellement sur deux projets - un Classe A, un solitaire long et léger, et sur un bateau de loisirs à usage familial  parie sur l’innovation, face à la concurrence et à la morosité actuelle. Ainsi, il compte bien être au rendez-vous de la généralisation des foils.

Sur les circuits

« Monsieur Catamaran » ne régate plus si ce n’est par plaisir dans la baie de La Baule sur son Shadow. Mais la compétition le passionne toujours. Il coache les équipages de cata qui rêvent d’une perf aux J.O de 2016 au Brésil. Obligatoirement mixtes, ils se départageront sur des Nacra 17. Régulièrement, il s’envole pour Hyères, Kiel, Santander… Quatre tandems partagent ses conseils. Notamment Olivier et Ingrid Backes, mariés à la mer comme à la ville. Jeune mère de famille, Madame est à la barre. Monsieur équipe. « Ce couple de Marseillais a le potentiel pour défendre avec brio nos couleurs », estime-t-il. « Sur ces circuits, je rencontre encore des anciens, ceux contre lesquels j’ai régaté dans les années 1980. C’est très sympa. » Surtout ne lui demandez pas ce qu’ils évoquent entre eux ! LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

159


Z COMME LE ZINC DU BIDULE

Z

LE ZINC D U B ID U LE Il y a comme ça des adresses incontournables que les générations se repassent. Les parents y allaient, les enfants ont embrayé. « Le Dervin » sur la côte sauvage, « Le Transat Café » à Piriac… et bien sûr « Le Bidule » à Pornichet. PAR PIErRE TUAN

Photographies Pascal Kyriazis

« Inscrit au patrimoine des lieux de rendez-vous incontournables de la baie, « Le Bidule » c’est aussi un décor, un état d’esprit. » C’est quoi ce «  Bidule  »  ? L’interrogation est facile mais vous l’entendrez rarement dans la Presqu’île guérandaise. Qui ne connaît pas « Le Bidule » ? Ce bar atypique de Pornichet. Depuis des années, jeunes et moins jeunes, surfeurs et pêcheurs, locaux et vacanciers, s’y bousculent, s’y côtoient, s’y pressent, s’y enivrent (parfois). Les parents d’hier ont aimé ; leurs enfants adorent. Pas étonnant qu’ils se croisent régulièrement dans ce temple de Bacchus qui ignore le conflit de générations. Ici, l’on enterre sa vie de garçons comme l’on arrose une amitié de trente ans. « Le Bidule » c’est d’abord un concept unique à plus d’un titre. La boisson ? Pas chère. Forcément à la portée (répétitive) de toutes les bourses. Le bidule, nom d’artiste du Banyuls, est un vin doux naturel des Pyrénées-Orientales qui titre 17,5 degrés. Les premiers clients ne connaissaient pas cette appellation ou ne voulaient plus l’entendre après deux ou trois verres. Banyuls a tout simplement dérivé en bidule… Voilà comment naît une marque de fabrique. Proposée au même prix mais plus modeste en alcool, son unique petit frère est blanc. C’est un Muscat de Rivesaltes. Pour commander, il suffit (le mot est faible) de héler un serveur qui tente difficilement de se frayer un passage d’un groupe à l’autre, un casier à bouteilles dans la main droite, des petits verres duralex dans la gauche et s’adressant aux clients en langage binaire : « alors ce sera un Bidule rouge ou blanc ? »  L’établissement ne joue pas les prolongations. Il privilégie l’apéro sur le digestif, n’étant ouvert que le matin puis de 18h30 à 20h45. Pas après. Retardataires s’abstenir. La troisième mi-temps, s’il y en a une, se passe forcément dans les bistrots et restos voisins. Pas le

160

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

choix ! Ces horaires participent à la bonne fortune du « Bidule », installé dans un bâtiment qui existe depuis plus d’un siècle. Depuis 1905 ! Un temps, ce fut un modeste café. Un Espagnol y vendit du Porto. En 1947, la famille de Gilles Godériaux, l’actuel patron depuis les années 1980, lui rachète le fonds. La suite est affaire d’atmosphère. Affaire d’atmosphère Inscrit au patrimoine des lieux de rendez-vous incontournables de la baie, « Le Bidule » c’est aussi un décor, un état d’esprit : ambiance bon enfant, assoiffés nombreux mais toujours gais, brouhaha permanent, rencontres garanties. On débarque avec son paquet de cacahuètes acheté à l’épicerie du coin. Rapidement, on échange avec les olives vertes que vous offre un inconnu. « Le Bidule » ne fait pas dans le bling-bling. Sa façade ne paie pas de mine. Ni enseigne agressive, ni devanture tendance relookée chaque début de saison mais d’antiques portes-fenêtres couleur rouge sang de bœuf. L’intérieur est du même style. Pas de spots multicolores, pas de tables intimistes, pas de lumière feutrée… Sur la gauche, dominatrices, de vieilles cuves en ciment avec leur sas caractéristique et leur niveau d’hectolitres restant à consommer. Sur la droite, un drôle de zinc : une longue et basse desserte, en bois défraîchi, monte la garde devant des étagères tout aussi désuètes sur lesquelles sont entreposées des bouteilles et encore des bouteilles, toujours des bouteilles… Dans la salle et dans le patio situé à l’arrière, des tonneaux en guise de tables et pas de chaises. Ici, on reste debout. Agitation et convivialité assurées. C’est pour ça qu’on l’aime notre sacré « Bidule » et qu’on y revient toujours.


Le Bidule ne fait pas dans le bling-bling. Un drôle de zinc : une longue et basse desserte, en bois défraîchi ; monte la garde devant des étagères...

LE BIDULE 122, avenue de Mazy, 44380 Pornichet Tél : 02 40 61 03 54 www.lebidulepornichet.fr.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

161


Site de la manifestation www.comitedesfeteslabaule.com TĂŠl : 02 40 60 66 98


CONCOURS D’ÉLÉGANCE AUTOMOBILE LA BAULE L e 1 er c o n c o u r s d ’ é l é g a n c e e n a u t o m o b i l e d e f r a n c e

Relancé en 2009, après sept ans d’interruption, le Concours, chic et glamour, d’élégance en automobile de La Baule continue de passionner un public toujours désireux de découvrir de belles carrosseries et de beaux modèles. Le 14 août, 3500 spectateurs seront à nouveau rassemblés dans l’enclave du stade François André où le jumping vient d’avoir lieu. La marque Maserati sera cette année à l’honneur autour des quatre thèmes traditionnels  : les ancêtres, les prestigieuses, les GT et les super Cars. Des mini-voitures, pour les enfants, défileront également dans l’esprit des familles qui caracté-

rise ce rassemblement. Entre toutes les prestations automobiles, les quintuple champions du monde, dix danses, Stéphanie Godet et Gwenaël Lavigne, feront des exhibitions... Des circuits dans la Presqu’île permettront aux amateurs de voitures de collection d’admirer toute la semaine précédente les merveilleux bolides. Organisé par le Comité des Fêtes de La Baule, le Concours d’élégance automobile veut maintenir et illustrer la tradition automobile de l’une des plus belles baies du monde qui, autrefois, accueillait sur la plage, à marée basse, son célèbre Grand Prix !


shopping

Carnet d’Adresses Le plaisir du shopping, c’est de pouvoir se promener au gré des rues, le nez en l’air, au hasard, de vitrine en vitrine. Un plaisir vif à La Baule, dont la tradition est ancienne et toujours renouvelée. Les commerçants ont du talent. Ils sauront vous recevoir et vous surprendre. Nous avons sélectionné pour vous quelques-unes des meilleures adresses.


PRIEUR 1896

Horloger Joaillier fabricant

OAILLIERS CR SJ

Ba

ul

N

RT EXPE

te

e

an

ÉC IEUX •

P

R

RIEU

RS TEU ÉA

CLUB D E

1, rue d’Orléans - 44000 nantes TÉL : 02 40 48 69 95 www.bijouterie-prieur.fr

s • La SE PR NP ATRIMOINE

Maître joaillier des plus respectés et membre du Club des Joailliers Créateurs, Prieur 1896 crée et restaure dans son propre atelier nantais tous vos bijoux. Grand choix de pierres précieuses.

LANDREAU

JOAILLIER DIAMANTAIRE

10, rue d’Orléans - Nantes - Tél: 02 40 48 67 68 14, rue d’ Alsace - Angers - Tél: 02 41 87 61 79 www.landreau.fr

Rolex - Chanel - CHAUMET, Jaeger le Coultre - Tag Heuer, Fred - Hermès - Pomellato, Boucheron - Messika Dinh Van - Bell&Ross, Ginette NY - Poiray, Christofle - Pesavento Baccarat, Mauboussin, Hamilton, Redline...

BACCARAT BAUME ET MERCIER BREITLING CARTIER CHAUMET CHOPARD DINH VAN FREY WILLE HERBELIN HERMES LONGINES OMEGA RADO TAG HEUER TISSOT

PRIEUR 1896

Horloger Joaillier fabricant

OAILLIERS CR SJ

Ba

ul

N

RT EXPE

te

e

an

ÉC IEUX •

P

R

RIEU

RS TEU ÉA

CLUB D E

avenue Marie Louise - Galerie du Casino - la baule TÉL : 02 40 60 86 08 www.bijouterie-prieur.fr

s • La SE PR NP ATRIMOINE

Chanel, Chaumet, Tag Heuer, Fred, Hermès, Pomellato, Boucheron, Messika, Dinh Van, Ginette NY, Poiray, Pesavento, Baccarat, Mauboussin, Hamilton, Redline...

Apert Joaillier

Joaillier Fabricant

2, allée des Camélias 44500 La Baule Tél : 02 40 53 59 01 www.joaillier-la-baule.com

Depuis décembre 2006, exigence et qualité sont les maîtres mots de ce joaillier qui sait répondre avec précision à vos attentes. Bagues, bracelets, colliers, pendentifs et boucles d’oreilles, classiques ou contemporains, Sébastien, fils de joaillier, crée et restaure vos bijoux sur place et selon vos souhaits. Pas d’intermédiaires, un seul interlocuteur pour vous assurer un suivi de qualité. Apert Joaillier, une boutique qui vous propose l’essentiel : un bijou personnalisé et unique, le vôtre.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

165


CARNET D’ADRESSES

Bijouterie Morice

VICOMTE A

DEPUIS 25 ANS À LA BAULE

77, Avenue du Général de Gaulle - 44500 La Baule TÉl : 02 40 60 27 77 www.bijouteriemorice.com Présente depuis 25 ans avenue de Gaulle à La Baule, bénéficiez d’une équipe à votre écoute et à votre service pour la création et la réparation de vos bijoux. Des marques de prestige et plus tendances vous sont proposées telles que Longines, Patton, Herbelin, Calvin Klein, Mont Blanc, Tissot, Gucci, Michael Kors, Zadig&Voltaire, BOSS, et Pequignet offrant un large choix de montres, mais également Pandora, Ti Sento, Ginette by NY, Freywille, APM et Kenzo en bijouterie. Ouvert toute l’année du mardi au dimanche de 9h45 à 12h30 et de 14h45 à 19h, fermé le dimanche hors saison.

A COMME VICOMTE A

1, avenue Pierre Loti - 44500 La Baule TÉL : 02 40 66 86 79 WWW.vicomte-a.com

A comme Vicomte A. Rendons à César ce qui appartient à César et à Vicomte Arthur... Charles Bernard! C’est lui qui gère la belle boutique de l’avenue Pierre Lotti à La Baule. La marque au V et A entremêlés, créée par des angevins, connait un beau succès dans la baie grâce au talent marketing de ce jeune homme, élégant et sympathique. S’habiller en Vicomte A. : un privilège Comme le P de privilège...

L’OR ET L’HEURE

Optique TAILLANDIER

CHIC ET TENDANCE

73, Avenue du Général de Gaulle 44500 La Baule Tél : 02 51 75 14 04

Esthétisme et technique de pointe

69, avENUE du Général de Gaulle - 44500 La Baule TÉl : 02 40 60 28 65 www.optiquelaurencetaillandier.com

Ouverte toute l’année, de 10h à 13h et de 15h à 19h du mardi au dimanche, retrouvez une équipe qui vous accueille et vous conseille dans une boutique aux prix abordables proposant un large choix de montres et de bijoux. Swatch, Guess collection et Guess, Gaastra, Skagen, Diesel, Ted Lapidus, Emporio Armani, Kenneth Cole, Fossil, Murat, Eden Park, Lotus, Phebus, Gant, Ice Watch…

Avec plus de 4 500 modèles, Optique Taillandier vous propose un panel de marques prestigieuses telles que Tod’s, Chanel, Anne et Valentin, Théo, Olivers Peoples, Courrèges, Mykita, Barton Perreira ou encore Paul Smith. Des lunettes adaptées à la vue, au confort et à la personnalité de chacun pour que celles-ci restent avant tout un achat plaisir. Une équipe d’opticiens diplômés à l’écoute de vos besoins et de vos coups de cœur vous garantit un travail de précision optimale.

166

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


CONCIERGE PRIVILÈGES Offrez-vous du temps libre

ART DÉCO

DOMINIQUE DELATTRE, À LA MANIÈRE DE...

Tél : 06 31 44 36 13 www.concierge-privilègeS.fr

Galerie du Casino 1er étage - Esplanade François André Tél : 02 40 23 76 95 - vanrijn-labaule@orange.fr www.vanrijn-labaule.fr Depuis 2007, Concierge Privilèges assure toutes les tâches d’entretien de vos résidences secondaires, et trouve les services de qualité appropriés à vos besoins. Organisation de réceptions, préparation d’un bateau, transport vers vos lieux de loisirs, travaux dans votre résidence, en partenariat avec des entreprises qualifiées et renommées, nous vous garantissons des services sur-mesure. ÀLa Baule et dans la presqu’île, nous facilitons votre quotidien et vous délestons de toutes contraintes vous permettant ainsi de profiter au mieux de vos vacances, de votre famille ou de votre temps de travail. L’ART DÉCORATIF appartient aux styles les plus admirés par sa fascinante approche géométrique, pour son élégance et sa modernité qui caractérisent cette époque. Mes tableaux revisités avec des couleurs et des dégradés nouveaux, perpétuant la magnificence de ce style en respectant les lignes pures, sont proposés pour le plaisir des amateurs de cet Art Décoratif toujours très actuel.

VAN RIJN

De précieux trésors à La Baule….

Galerie du Casino 1er étage - Esplanade François André Tél : 02 40 23 76 95 - vanrijn-labaule@orange.fr www.vanrijn-labaule.fr Alliance parfaite de pièces contemporaines en tirage limité et de pièces uniques de tous les âges, la boutique Van Rijn déniche pour vous des merveilles… Cristal, Bronze, Céramique… les matières les plus nobles révélées avec grâce par des créateurs de tous horizons, tels que Baroteaux, Rémou, Dardek, Ruillard, Reullier Lepage et des peintres comme Laure (récemment en exposition à la chapelle Ste Anne), Pherivong, ou la jeune talentueuse Coréenne Sun Cha font de cette boutique une salle aux trésors des plus raffinée et des plus élégante. Marie-Hélène vous y accueille et vous raconte avec passion l’histoire de chaque objet, petit mobilier, luminaire et peinture, de celui qui l’a créé à celui qui l’a possédé un jour. En plus des marques Daum, L’Objet ou Émaux de Longwy, la marque Lalique, autrefois présente dans la galerie du Casino, fait son grand retour dans cet espace. Depuis peu, une galerie pour les expositions est désormais ouverte pour accueillir les créateurs toute l’année. Ne manquez pas la prochaine exposition : Dominique Delattre, passionnée d’Art Déco, du 14 juin au 6 juillet 2014. LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

167


CARNET D’ADRESSES

DOLITA

LE MEILLEUR DES TENDANCES

BREUIL OPTICIENS

44, avenue du general de gaulle 44500 La Baule TÉL : 02 40 11 38 59

Optique de précision, 7 jours sur 7

Place de la Victoire - 44500 La Baule Tél: 02 40 60 72 03 www.basse-vision-la-baule.com breuilopticiens@gmail.com

Diplômé de Eno Morez, une des meilleures écoles d’optique, JeanFrançois Breuil se définit lui-même comme un opticien à l’ancienne, attaché à l’optique de précision. Ouvert 7 jours sur 7 depuis 1979, cet opticien indépendant est un spécialiste de la basse vision et de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge). Belle gamme de matériel d’aide visuelle, électronique de pointe, pour mieux voir et mieux vivre.

Galerie du Casino

Présente sur la Baule depuis de nombreuses années, également sur Nantes, Rennes et Poitiers, Dolita présente un large choix de bijoux créateurs français en majorité, de petite maroquinerie et parfums. Une collection qui se renouvelle régulièrement, au gré des coups de cœurs de Gaëlle qui chine pour vous le meilleur des tendances : Réminiscense, Satellite, Nayades, Aya Labar, Brin d’amour, By Garance de Nîmes, Nakamol ou Jorgina, une ribambelle de marques élégantes et féminines pour vous surprendre et vous séduire.

Prêt-à-porter Bijouterie Coiffure Esthétique Restaurant Épicerie fine Librairie Journaux Pharmacie Décoration Agence immobilière Tabac Jouets Boulangerie-Pâtisserie Opticien

Esplanade Lucien Barrière 44500 La Baule Ouvert 7 Jours SUR 7, toute l’année Votre Shopping Privilège avec les boutiques JB, Escada, Les P’tits loups, Luc Delachamade, Cricket, Samanta, bijouterie Prieur, Howkins & Kunsch opticiens, Glewn Rose, Boudoir de Lili, Urbane, Dimitri & Eugénie (jouets), Têto Décoration, Agence du casino, Le Café latin, Épicerie fine, Librairie du casino, Pharmacie du Royal, Tabac « Le Havane », Boulangeriepâtisserie Martin, Institut Haute Beauté, Coiffure IW, Van Rijn, Rouge Doré.

168

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


DE VOUS À MOI

jardin de femme

Les trésors de la mode

La lingerie pour toutes les femmes

5, avenue du marché - 44500 LA BAULE TéL : 02 40 15 48 08 - PORT : 06 64 29 14 48 www.depot-vente-luxe.com

317, avenue de Lattre-de-Tassigny 44500 La Baule TÉL : 02 40 60 12 24

Très courue des modeuses à La Baule, la boutique de Cathy est une véritable scène où il n’est pas rare d’y trouver des trésors collector tels que le très mythique sac Kelly et les célèbres carrés de soie Hermes, le sac 2-55 Chanel, ou le trench Burberry’s, et une sélection pointue de vêtements et accessoires de grandes marques, comme IRO, Paule KA, Sonia Rykiel, Paul & Joe, Free Lance, Jimmy Choo et Louis Vuitton... Découvrez ces articles uniques sur le nouveau site ! À noter les dépôts se font uniquement sur rendez-vous. Intimiste et adaptée aux envies et au bienêtre de chaque femme, voici une boutique de sous-vêtements qui répond à toutes vos attentes où Nicole et Sylvie vous accueillent et vous conseillent toute l’année. Découvrez les plus beaux modèles de lingerie, de maillots de bain 1 et 2 pièces, de homewear aux matières soyeuses et confortables, du 38 au 54, du 85 au 120 bonnets A à H - avec les plus belles marques qui allient féminité, confort et élégance.

SHOES BOX La basket prestige

2, Avenue des Platanes - 44500 La Baule Tél : 02 40 11 32 47 Facebook : Shoes Box Présent sur La Baule depuis 10 ans, Shoes Box est LE spécialiste de la basket. Une gamme de produits pointus et exclusifs vous est proposée ainsi que quelques accessoires pour parfaire votre look. Adresse prisée des familles comme des sneakers adicts, une boutique référence offrant une multitude de modèles tendance homme, femme et enfant, avec des marques telles que Nike, New Balance, Converse, Addidas, Van’s, Reebook, Puma, No Name, Armistice et bien d’autres… Ouvert 7j/7 de mars à septembre, et du mardi au dimanche d’octobre à février, de 10h30 à 19h. Shoes Box, plaisir et look assurés.

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

169


CARNET D’ADRESSES

COURT CARRÉ INSTITUT Une pause bien-être

12, Manoir de Porte-Calon - Guérande Tél : 02 40 45 00 49 Sur rendez-vous du mardi au samedi de 9h à 19h

COURT CARRÉ

SALON PLAISIR

12, Manoir de Porte-Calon Guérande Tél : 02 40 45 59 37

Voilà 2 ans que l’Institut Court Carré est installé. Marie, assistée de Pauline, vous propose la Photo-Dépilation et le Photo-rajeunissement, le Vernis Semi-Permanent avec OPI, des Soins personnalisés et de qualités avec les marques Carita et Thermes Marins de Saint-Malo qui vous offriront un moment de détente et de bien-être dans un cadre exceptionnel. Un salon de coiffure où l’on a plaisir à venir prendre soin de ses cheveux avec les produits Schwarzkopf et Phyto, comme de son bien-être avec les nouveaux fauteuils massant que vous pouvez apprécier lors de votre shampooing. Cadre idéal pour s’accorder un moment pour soi, l’équipe de Frédéric vous accueille, vous chouchoute et vous sublime en toute simplicité, sur rendez-vous, du mardi au samedi de 9h à 19h toute l’année.

GRAND HÔTEL L’OCÉAN Le lieu magique du Croisic

Plage de Port-Lin - Le Croisic TÉl : 02 40 62 90 03 www.restaurantlocean.com

© ELIOPHOT

Établissement de prestige, entièrement rénové, face à la mer en version panoramique. Adresse illustre de la côte sauvage, le Grand Hôtel de l’Océan vous promet un spectacle océanique fantastique en toutes saisons. Savourez votre petit déjeuner ou une dégustation d’huîtres au Bistrot de l’Océan. Dégustez les meilleurs poissons à l’authentique finesse comme le fameux bar en croûte de sel de Guérande dans un cadre époustouflant, et profitez de chambres lumineuses et spacieuses au charme contemporain et authentique, vue sur mer et d’un service de qualité exceptionnel vous assurant un moment inoubliable.

170

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

FORT DE L’OCÉAN

Un restaurant exceptionnel au cadre prestigieux. Pointe du Croisic - 44490 Le Croisic Tél : 02 40 15 77 77 www.relaischateaux.com

Un hotel****, Relais et châteaux, vous offrant un restaurant étoilé au cœur des rochers de la côte sauvage. Savourez une cuisine à la créativité subtile, improvisée selon les saisons, les produits du jour et les envies du chef Guillaume, qui aime vous surprendre à travers des plats raffinés par leurs saveurs et leur présentation. Étonnez vos yeux et papilles à travers ses menus du marché et menus de saison, avec le meilleur de la criée, dans un cadre chaleureux et lumineux et profitez de chambres au confort et à l’intimité sans égal et d’un service optimal lors de vos escapades vers le grand large.


Carpe Diem SPA & Institut VOYAGE SENSORIEL

4, avenue du Marché à La Baule - Tél : 02 40 60 74 16 www.carpediemesthetique.fr

SALON MATILE

L’endroit inoubliable

Ouvert du lundi au SAMEDI de 9h à 19h Ouvert le dimanche matin en vacances scolaires et pendant la saison

59, avenue Lajarrige 44500 La Baule Tél : 02 40 60 28 90

Dans un cadre intimiste aux matériaux précieux, venez découvrir l’espace Spa avec hammam privatif pour un voyage sensoriel au cœur d’une île indonésienne. Rituels dépaysants, massages en duo, recettes de beauté du monde avec les marques Cinq Mondes, Esthederm et Sothys. Carpe Diem est aussi votre Centre Expert en Cellu M6 dernière génération corps et visage. Cette année vient s’ajouter au vernis semi-permanent OPI et extension de cils, le mascara semipermanent. Le centre Carpe Diem reçoit hommes et femmes du lundi matin au dimanche midi sur rendez-vous.

Depuis 25 ans, le salon Matile vous accueille pour un moment de détente. Eddie et son équipe auront le plaisir de réaliser vos coupes selon votre morphologie et vos envies. Votre coiffure pourra être sublimée par la nouvelle gamme de couleurs Schwarzkopf haute définition enrichie en huile ou la coloration INOA de l’Oréal. Nous vous attendons avec plaisir du mardi au samedi de 9 h à 19 h.

BURBAN

« Le goût en avant » Trologo - La Baule- Escoublac Tél : 02 40 61 10 67 www.lafraisedelabaule.fr

Présent sur les marchés et les plus belles tables de la presqu’île, Burban Producteur c’est une multitude de variétés de fraises et de framboises, autant de saveurs et de couleurs cueillies à la main pour satisfaire vos yeux et vos papilles. Prendre soin des fraisiers et framboisiers, les accompagner au fil des saisons, c’est depuis toujours le quotidien de Stéphane et Xavier qui conservent aujourd’hui l’esprit familial de cette entreprise créé par leur grand-père après la guerre. Burban Producteur, une gamme prestige et des agriculteurs avant tout, qui optent pour une agriculture respectueuse de l’environnement. Ils intègrent dans leurs cultures des auxiliaires qui se nourrissent d’insectes nuisibles pour les plants, afin d’assurer une production la plus naturelle possible. Pour vous surprendre, ils multiplient les essais et vous offrent cette année des variétés disparues (Anablanca, Capron Royale) mais aussi plus récentes (Mariguette). Vous pouvez aussi découvrir les confitures, coulis et sirop BURBAN Producteur sur les marchés. La libre cueillette est désormais possible depuis mai jusqu’à fin septembre du mardi au samedi, de 9h à 12h et de 15h à 18h30. Une plus grande amplitude horaire pour satisfaire toutes vos envies de fraises. À vos paniers !

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

171


CARNET D’ADRESSES

LE RÉGENT

VILLA FLORNOY

PRESTATION IRRÉPROCHABLE

CHARME, SÉRÉNITÉ ET CONFORT

150, boulevard des Océanides, Pornichet TÉl : 02 40 61 04 04 www.le-regent.fr

7, Avenue Flornoy, Pornichet TÉl : 02 40 11 60 00 www.villa-flornoy.com  Un hôtel de charme à l’ambiance cocoon, dans un quartier de villégiature historique à Pornichet, c’est La Villa Flornoy. Tout le charme d’autrefois de cette villa est préservé tout en y apportant le confort qu’il vous faut avec notamment sa piscine couverte chauffée, un restaurant aux mets délicats, des chambres chaleureuses où calme, détente et sérénité seront au rendez-vous. Pour des déplacements pro ou en séjour familial, cette Villa permet à chacun de se sentir comme chez soi. Et parce que dans cette maison, le service est présent en tous points, des vélos sont mis à disposition de la clientèle.

LE RIVA

Prenez le large…

162, Bis Boulevard des Océanides 44380 Pornichet Tél : 02 40 61 04 01 Embarquez sur le Riva ! Venez savourer des plats aux saveurs simples et authentiques, cuisinés avec des produits frais dans une ambiance à la fois chic et conviviale. Restaurant ouvert sur la mer, profitez de sa terrasse abritée quasiment les pieds dans l’eau pour vos dîners en tête à tête ou pour savourer un verre entre amis dans un cadre chaleureux axé sur un décor marin qui rappelle singulièrement le Pen Duick. Un coin ludique aménagé spécialement pour vos enfants est également à votre disposition pour profiter au mieux de vos repas de famille. Ouvert toute l’année !

172

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

Présent depuis de nombreuses années sur la baie de La Baule, Le Régent a su évoluer pour grandir. Avec des formules adaptées à vos envies et son restaurant Le Grain de Folie qui vous réserve une cuisine des plus séduisantes lors de vos déjeuners ou dîners, vous apprécierez une équipe de personnels qualifiés à l’année vous garantissant une prestation hôtelière irréprochable dès votre arrivée et jusqu’à votre départ pour votre plus grand confort. Le Régent, un établissement « Logis » qui présente l’hôtellerie à visage humain, pour faire de votre séjour un moment de liberté tout compris.


LE FONDANT BAULOIS© « la » spécialité de La Baule

MON LIT ET MOI LES PLUS GRANDES MARQUES

4, Rue de la Briquerie - 44350 Guérande Tél : 02 40 42 10 10 WWW.MONLITETMOI.FR Mon Lit et Moi vous offre un espace où sont représentées les plus grandes marques : Dunlopillo, Epeda, Simmons, Bultex, Mon Lit et Moi, Helvetica Bedding, André Renault, un espace dédié au canapé convertible de chez Diva et Treca impérial exclusive. Découvrez la nouvelle gamme hybride de Pullman Elite en exclusivité dans votre magasin. Profitez des conseils personnalisés d’une équipe à votre écoute et de la livraison offerte. Du mardi au samedi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00 et le lundi de 14h00 à 19h00.

131, avenue du Général de Gaulle - 44500 la baule Tél : 02 40 23 16 05 www.lefondantbaulois.com

Authenticité gourmande et originalité garantie. Élaboré à partir d’ingrédients frais et naturels, son procédé de fabrication fait de lui, depuis toujours, le gâteau de voyage idéal. Histoire d’une gourmandise née en 1981, restée un souvenir de bonheur partagé, Le Fondant Baulois était le gâteau du dimanche de Marie- Sophie. Depuis 2001, la famille Boullier veille sur cette authenticité gourmande, ce savoir-faire unique présent dans chacune de leurs pâtisseries comme le Paris-La Baule, créé pour un ami qui n’aimait pas le chocolat… une autre réussite à savourer avec plaisir. Bientôt un nouveau laboratoire zone de Beslon ! infos@lefondantbaulois.com

L’AUDITORIUM

« LA SEULE LIMITE, C’EST VOTRE IMAGINATION » 127, avenue des ondines, La Baule TÉl : 02 40 60 35 91 www.auditorium-nantes.com

Le magasin nantais de HiFi, référence dans l’Ouest depuis près de 40 ans, est désormais présent à la Baule toute l’année. Comme à Nantes, l’Auditorium se veut le point de rencontre aussi bien des audiophiles, chasseurs passionnés de la moindre parcelle d’émotion contenue dans la musique, que des amoureux de beaux objets, et de ceux qui veulent simplement vivre la musique avec toute la facilité que permet aujourd’hui la musique dématérialisée. Pour l’équipe de l’Auditorium le service est une priorité, presque une obsession. Ils prennent le temps d’estimer vos besoins chez vous afin de vous proposer les références et l’agencement qui vous correspondront en tous points, et ils suivront avec vous l’évolution de vos chantiers si nécessaire. Beaucoup plus qu’un magasin où vous trouverez seulement des produits, c’est un univers de solutions que ces passionnés veulent vous proposer. Les plus grandes marques mondiales de la véritable Haute Fidélité sont là, connues ou confidentielles, et vous attendent pour vous faire vivre des moments de détente et d’émotion qui vous accompagneront très longtemps. Prenez le temps de venir les écouter, les gens de l’Auditorium, eux, prendront le temps de vous écouter. LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

173


CARNET D’ADRESSES

LE CHAT À LA BAULE / LE CHAT AU MANOIR NOUVELLE BOUTIQUE

LE CHAT À LA BAULE : 8, allée des CamÉlias - La Baule TÉl : 02 52 41 00 51 lechatalabaule@gmail.com LE CHAT AU MANOIR : Manoir Porte Calon - 13, rue Porte Calon Guérande tÉl : 02 51 73 04 22 - lechataumanoir@gmail.com

Bienvenue à la petite nouvelle « Le Chat à La Baule » ! Au cœur de La Baule près de la poste, dans une ancienne banque entièrement relookée, une jolie boutique « Espace SIA » de 110 m2 est née ! Un espace lumineux, convivial et résolument plus moderne vous accueille dès son jardin et sa terrasse. Ce nouvel établissement vient compléter l’offre de la boutique «Le Chat au Manoir» présente depuis déjà 13 ans à Guérande. Désormais, deux lieux d’exception dédiés à l’univers de la décoration, du mobilier et du cadeau. Vous y trouverez une sélection de belles marques dont : SIA, Kare, Home Spirit, Farrow & Ball...

OUEST UNION DEPUIS 1966

25, boulevard Hennecart - La Baule (à CÔTÉ de l’avenue de Gaulle). TÉL : 02 40 24 12 61 www.ouestunion.com Agence immobilière spécialisée dans l’habitat secondaire depuis 1966, Ouest Union continue de vous proposer un large choix de propriétés, appartements et villas, sur toute la baie de La Baule. Dans un esprit à la fois de prestige et de qualité de vie balnéaire, elle vous offre la possibilité de découvrir également quelques biens d’exception. Estimation, mise en vente, suivi de transaction, Sébastien Jouan vous accompagne et vous assure tous les services pour mener à bien votre projet avec confidentialité et discrétion. L’agence vous accueille du lundi au samedi.

174

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


VENT D’OUEST 3 BOUTIQUES

1, place du Pilori, Guerande - TÉL : 02 40 62 12 77 68, avenue de Gaulle, La Baule - TÉL : 02 40 11 38 61 41, avenue des ibis, La Baule - TÉL : 02 40 23 29 15 Et de 3 ! Pour notre plus grand plaisir, voilà la « Suite by Vent d’Ouest » qui a ouvert récemment ses portes afin de vous offrir un magnifique loft de déco et mobilier où l’on s’invite avec plaisir. Du linge de maison, des tapis et du mobilier contemporain, des toiles et tissus, c’est une multitude d’idées cadeau et de déco qui varie au rythme des saisons à travers les marques Ethnicraft, Pomax, Côté Table, Idaho, Papelina, Linum, Au Maison, Losis et En Fil d’Indienne. L’équipe de Vent d’Ouest vous accueille toute l’année, vous conseille et vous propose également un service de confection sur-mesure de vos voilages, stores et têtes de lit. Venez vite decouvrir ce tres bel endroit

PEINTURES ET RAVALEMENTS INCONTOURNABLE

2, rue de Crucy 44000 Nantes TÉL : 02 40 69 00 81 Incontournable de Nantes à La Baule depuis plus de 15 ans, composé d’une équipe de peintres spécialisés, Peintures & Ravalements met en œuvre son savoirfaire et sa qualité à votre service, de votre intérieur à votre façade. Un conseil adapté et personnalisé, dans le respect de vos désirs et de vos besoins. À votre service du lundi au samedi. Merci de contacter Fabrice et son équipe au 02 40 69 00 81

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

I

175


CARNET D’ADRESSES

ART DESIGN INOX

Garde-corps / Escaliers / Mobiliers

Naviguez vers de nouveaux horizons Tél : 02 40 11 80 20 www.artdesigninox.fr ART DESIGN INOX, un esprit Yachting … Créateur et concepteur de produits design, de garde-corps, d’escaliers et de mobilier haut de gamme pour votre habitation. Dans un esprit résolument Yachting et moderne, avec un doux mélange de matériaux nobles, nous allions l’esthétisme, le raffinement et la qualité. Finesse, pureté et transparence sont les maîtres mots de notre concept, créer pour séduire et durer. La pureté des lignes et des finitions, alliée à la qualité des matières et la maîtrise des dernières technologies contribuent à la mise en œuvre de projets d’exception. Nous ne fabriquons pas simplement des produits design, mais nous donnons vie à une idée, un projet, à un rêve avec pour seules limites votre imagination. ART DESIGN INOX, créateur d’ambiance…

ESPACE-PORNICHET Votre base nautique

Port d’échouage de Pornichet 44380 PORNICHET TÉl : 06 23 63 55 79 www.espace-pornichet.com JET SKI Randonnée et initiation. Dédié à votre besoin de liberté... Après un briefing complet, vous allez piloter avec ou SANS PERMIS les derniers SEA-DOO de 1500 cm3. Au départ du Port d’échouage de PORNICHET entre deux échappées à haute vitesse en pleine mer, nos moniteurs vous feront découvrir la beauté et la diversité des paysages du littoral baulois. De 30 mn à la journée, vous avez le choix... Réservation et achat en ligne : www.espace-pornichet-jetski.com FLYBOARD Volez comme IRON MAN. Vous rêvez de voler, de défier les lois de la gravité ? Nous vous proposons de chausser le FLYBOARD et l’espace de 20 minutes d’être Tony STARK. Équipé d’une combinaison, d’un casque vous suivrez les conseils de notre moniteur pour découvrir cette activité hors du commun. De l’eau sous pression est envoyée sous vos pieds et aussi au niveau des mains pour vous stabiliser... Réservation et achat en ligne : www.espace-pornichet-flyboard.com

176

I

LA BAULE PRIVILÈGE 2014


Emotion gustative et vue imprenable sur l’Océan…

HÔTEL

RESTAURANT

Michelin

www.annedebretagne.com bienvenue@annedebretagne.com Port de la gravette . 44770 La Plaine sur Mer . Tél : 02 40 21 54 72 . Fax : 02 40 21 02 33

www.thomasproust.com

Dans un décor contemporain et épuré, découvrez la cuisine iodée du chef Philippe Vételé, récompensé de deux étoiles au guide Michelin. Pour les amateurs de vins, l’exceptionnelle cave d’Anne de Bretagne regroupe plus de 25 000 références d’une diversité étonnante. Michèle Vételé partage son métier, sa curiosité et sa passion au travers de ses subtiles accords mets & vins commentés par ses sommeliers en dégustation.


L’ABÉCÉDAIRE BAULOIS

LA BAULE PRIVILÈGE 2014

26

26 e E D I T I O N


La Baule Privilège #26