Page 1

autom n e

NUMERO 32 | octobre ’18 | trimestriel

© Paolo Marandola

Le jour d’après, le 3 juillet 2018 au terrain de foot du FC Anniviers à Mission


3961 Grimentz 027 475 18 55

Fabrice Ganioz, cons. en Assurance et Prévoyance Anniviers - 078 602 42 32 - 027 458 14 39 Christian Vouardoux Anniviers Immobilier SA tout simplement, contactez-nous Helvetia Assurances Agence générale du Valais Romand rue de la Dent-Blanche 20 - 1951 Sion fabrice.ganioz@helvetia.ch www.helvetia.ch

- 2 -


L’invité Claude Peter

Responsable secours et sécurité pour la commune d’Anniviers

2

018 est une année dont on se souviendra au service de sécurité de la commune d’Anniviers ! La saison d’hiver a cumulé les pires conditions en même temps. Pluie, neige, vent… se sont déchaînés sur notre belle vallée. Quelques chiffres pour illustrer mes propos, près de 8m50 de cumul de neige à Sorebois, des rafales à plus de 150 km/h à la Corne de Sorebois. Ces conditions exceptionnelles ont commencé dès le 10 décembre avec de très fortes chutes de neige. Au cours de l’hiver, la route de Zinal a dû être fermée plusieurs fois et une petite partie de village brièvement évacuée. On savait que toute cette neige risquait d’entraîner des difficultés au printemps. Avec de grosses chaleurs et des orages pendant cette période, la situation s’annonçait tendue. Par chance, à part quelques éboulements, chutes de pierres et autres glissements de terrain, rien de catastrophique n’est arrivé. Mais la Nature est surprenante et, lorsqu’on se disait qu’enfin, au début de l’été, on avait fait le plus dur, le 2 juillet, un orage très violent, localisé et stationnaire a éclaté au fond du vallon de Zinal, provoquant d’énormes dégâts. Cet orage, dont les conséquences sur les bords de la Navisence ont été impressionnantes, a notamment détruit routes, ponts, chemins et bloqué l’accès aux cabanes du fond du vallon de Zinal. La planification en amont, notamment les plans d’intervention, systèmes d’alarmes et les différentes procédures ont permis d’agir préventivement et d’éviter le pire. Comme si tout cela ne suffisait pas, le danger d’incendie a atteint son maximum cet été, l’Etat a décrété l’interdiction générale

de faire du feu pour une grande partie de l’été. A ces différents épisodes, il faut ajouter la routine à gérer. Depuis le début de l’année, on compte plus de 60 interventions pompiers, 26 interventions dangers naturels, 50 interventions First (1er secours) et 8 colonnes de secours ! Cela fait beaucoup de monde mobilisé, beaucoup de travail. Heureusement que je peux compter sur une équipe formidable, composée de personnes formées et compétentes car seul, rien n’est possible. C’est la première fois que tant d’événements s’enchaînent en si

- 3 -

peu de temps et cela nous rappelle à quel point nous devons rester humbles face à la Nature. Elle sera toujours plus forte et c’est à nous de nous adapter. Cela dit, le plus important c’est qu’aucune victime n’est à déplorer. Nous avons la chance de vivre dans une vallée magnifique, un endroit formidable, l’équipe du service de sécurité travaille sans cesse pour y assurer une sécurité maximale. Claude Peter (Propos recueillis par Yanis Chauvel)


- 4 -


Sommaire 3 L’invité

28

FC Anniviers

5 Sommaire

30

La trajectoire d’un compagnon

6 Skiboy

32

Ski-Team Anniviers

8

Montagne Club Anniviers

34

Sur les bancs publics

11

Une histoire de formation

36

L’incroyable périple des géraniums

13

HC Anniviers

38

Prendre soin de nos aînés

14

Journée de rencontre

40

Anniviers Tourisme

18

Maximilien Drion

44 Enviedebouger.com

20

Rouler sa bosse entre les mots

46

23

Anniv’info

Concours

Le Concours se met en pause et reprendra ultérieurement La gagnante de l’édition n° 31 est Mme Pouget Dominique à Sierre / La réponse était: 45è édition

à l‘Eglise de St-Jean/Anniviers le 12-13-14, 19-20-21 26-27-28 octobre 2018 OUVERTURE DES CAISSES ET CANTINES 18h00 Vendredi et Samedi 11h00 Dimanche SPECTACLE 20h15 Vendredi et Samedi 13h30 Dimanche OUVERTURE CANTINES ET BAR 22h00 Vendredi et Samedi 15h15 Dimanche ambiance musicale

de Peter Shaffer mise en scène Cédric Jossen Adultes Enfants

Fr 25.Fr. 15.-

Réservations valdanniviers.ch info@sierre-anniviers.ch +41 (0)27 451 71 10

Conception Sophie Demierre

Informations & programme theatreanniviers.ch Un sculpteur et sa fiancée ont apporté des antiquités et des sculptures de chez leur voisin qui est absent afin d’embellir leur propre appartement, normalement un taudis. Ceci dans le but d’impressionner le père de la fiancée, un riche acheteur potentiel des œuvres du sculpteur. Avant que les invités n’arrivent, un fusible lâche causant une panne d’électricité...

Notre histoire.ch

- 5 -


Skiboy I

l y a quelque temps, je vous présentais une série de science-fiction tournée en partie à Grimentz (si si, rappelez-vous les Tripodes !). Il est temps de rétablir l’équilibre car l’autre versant du Val d’Anniviers a aussi servi de cadre à une série anglaise des années 70. Alors ici, pas d’extraterrestres ou d’ovnis mais les aventures d’un jeune Anglais dans les Alpes suisses. Je ne dévoilerai pas ici le scénario, on est entre le Club des cinq et un roman de Frison-Roche (oui le spectre est large… je sais…). La série compte treize épisodes. Deux sont accessibles sur Youtube, dont celui qui se passe dans une crevasse. Le jeune Bobby se retrouve à devoir désamorcer une ancienne bombe dans une crevasse. Cela paraît assez improbable dit comme cela mais je vous laisse regarder l’épisode si vous êtes curieux de savoir comment il en est arrivé là ! Cette série, tournée en 1973, a été diffusée principalement en Angleterre mais aussi en France (sur FR3), en Espagne et jusqu’en Turquie (j’ai même trouvé le titre turc : Genç Kayakçi…). Sur les forums, nombreux sont les commentaires de personnes avouant avoir commencé le ski suite au visionnage de cette série inspirante. Il faut dire que cela donne envie d’y être ! En plus des intrigues qui se déroulent à un rythme soutenu (on n’est pas loin de K2000 parfois, bon d’accord, j’exagère un peu !), les paysages sont d’une beauté à couper le souffle. On y voit des sommets (nos sommets en fait) enneigés, blancs, étincelants sous un soleil radieux. La neige est poudreuse à souhait et même la façon de skier est à la pointe du progrès - on est en 1973, ne l’oubliez pas !

Un générique mythique !

On suit donc notre héros des pistes blanches de Tignousa au chalet blanc, en passant par le village de Saint-Luc et bien sûr l’hôtel du Cervin qui accueille une grande partie de l’action. Cela permet de découvrir (pour les plus jeunes) ou de se rappeler (pour les autres !) la vie à SaintLuc il y a une grosse trentaine d’années. On y retrouve le village bien sûr mais aussi les téléskis, les pistes et même une ancienne dameuse des Remontées Mécaniques. Pendant le tournage, c’est tout le village qui a vécu au rythme de Skiboy. Des anciens ont joué les figurants pour une scène tournée devant l’hôtel du Cervin tandis que les employés des remontées mécaniques donnaient des coups de mains à la technique. L’équipe de tournage a connu pas mal de problèmes techniques, notamment avec un bus sur chenilles qu’ils comptaient utiliser et qui a dû être remplacé par l’ancienne dameuse de Saint-Luc.

- 6 -

Les profs de ski de Saint-Luc ont aussi été mis à contribution assez régulièrement. Si vous regardez la série, ayez une pensée compatissante ou amusée, selon votre humeur - pour un des cameramen de l’équipe qui, aux dires de ses collègues, était trop bavard. Alors qu’ils allaient tourner une scène au sommet de la Bella-Tola, ses collègues, pour lui jouer un tour, chargèrent à son insu son sac à dos avec une grosse barre de fer bien lourde. Le but étant de l’empêcher de parler pendant la montée…. ça n’a pas marché ! Des anecdotes comme celle-ci, il y en a beaucoup. La crevasse dont je vous parlais au début de cet article par exemple a été créée de toutes pièces derrière l’hôtel du Cervin. Il s’agissait d’un châssis en bois, gelé pendant la nuit. L’illusion n’est pas parfaite pour un montagnard mais suffit largement pour une série télévisée !


Vous l’aurez compris, je vous incite fortement donc à allumer votre ordinateur (ça marche aussi sur un smartphone…) et à regarder les deux épisodes sur Youtube. Cela vous prendra moins d’une heure et après ça, vous n’aurez qu’une envie : que l’hiver arrive vite pour remettre les lattes ! Yanis Chauvel

Des scènes authentiques

héritier & associés terrassement sa Route de Moiry CH-3961 Grimentz

Joël Bonnard

conseiller en assurances 079 690 51 34

+41 (0)27 475 18 22 info@anniviers-immobilier.ch www.anniviers-immobilier.ch

- 7 -

Terrassement Transport Anniviers Case Postale 73 / CH-3961 VISSOIE


sport

Montagne Club Anniviers Camp de randonnée du groupe des Geckos, Sylvie Peter a été l’accompagnatrice durant les deux jours sur les hauteurs de St-Luc-Chandolin.

- 8 -


Camp des Climbs dans la région de Moiry avec l’ascension des Couronnes de Breona accompagné par Pasco les deux jours.

- 9 -


AUX PORTES DE L’HIVER LIBERTÉ

GRIMENTZ-ZINAL - OUVERTURE DES PISTES Dès le 17 novembre 2018, les secteurs de Bendolla et Sorebois seront ouverts les week-ends. Ouverture officielle 7/7, du 15 décembre 2018 au 23 avril 2019.

ST-LUC/CHANDOLIN - OUVERTURE DES PISTES Ouverture anticipée les week-ends à partir du 17 novembre (en fonction des conditions d’enneigement). Ouverture officielle le 22 décembre 2018 tous les jours jusqu’au 22 avril 2019. Exclusivité St-Luc/Chandolin : carte abo-ski 4h. Notre nouveau responsable des restaurants Tignousa, Tsapé et Cabane Bella-Tola est le chef Mathieu Moreau. Qui dit nouveau chef, dit nouvelles cartes, nouvelles saveurs et papilles en alerte !!!!

VERCORIN - OUVERTURES DES PISTES Dès le 25 novembre, uniquement les week-ends (en fonction des conditions d’enneigement). Dès le 22 décembre, ouverture tous les jours. Dès cet hiver, 1.8 km d’enneigement technique supplémentaire sur les pistes Crêt et Mont Major. facebook.com/valdanniviers

twitter.com/valdanniviers

instagram.com/valdanniviers

www.rma.ch

tél. 027 475 26 22 / bouchvallee@bluewin.ch

- 10 -


éducation

Une histoire de formation qui perdure et s’étoffe !

1

965, Jean Ferrat avec sa chanson «Que la montagne est belle» donna l’envie à plus d’une personne d’aller la découvrir. Certains s’y aventurèrent et apprirent à la connaître alors que d’autres regardaient ces monstres de rochers depuis le bas de la vallée. En Anniviers, 30 ans après, Mali Wiget mise sur la formation de ces passionnés qui accompagnent des clients, sécurisent le parcours d’une randonnée et partagent leurs connaissances de la montagne. Ces prémices d’un nouveau métier vont donner naissance à l’école de St Jean au gîte de St Jean d’En Haut et la mise en place d’une formation d’accompagnateur en moyenne montagne. Une association (AFAMM) est créée pour piloter cette formation. La qualité de la formation en fait vite une école renommée dans le domaine de la montagne et les étudiants affluent de Suisse, France et d’autres pays.

Cette formation de 2 ans est validée par un apprentissage conséquent, y compris la gestion de groupe, et finalisée par un travail de mémoire. Elle donne droit à un diplôme de l’école de St Jean en cas de réussite. Le canton du Valais reconnaît celle-ci et attribue un droit de pratique à toutes personnes pouvant présenter ce précieux papier. Les compétences de ces passionnés sont officiellement reconnues, ils peuvent pratiquer un métier passionnant et transmettre leurs connaissances de l’environnement. En 2014, les associations professionnelles se mobilisent pour une reconnaissance fédérale et un brevet d’accompagnateur(trice) en montagne est mis en place. Le comité de l’AFAMM s’épuise faute de ressources, les méthodes pédagogiques se modernisent et les étudiants sont très exigeants. Le profil de ceux-ci évolue. La majorité des personnes ont une, voire deux formations universitaires, et ont besoin

- 11 -

de trouver un équilibre en pratiquant un second métier en lien avec la nature. Fin 2017, Anniviers Formation, école de St Jean, est créée pour succéder à l’association. A la formation qui prépare au brevet fédéral d’accompagnateur(trice) en montagne se rajoutent d’autres formations : • Des formations itinérantes pour découvrir le Val d’Anniviers. • De la formation continue pour les accompagnateurs en montagne. • Des micro formations. Consultez le site: www.anniviersformation.ch pour en savoir plus. Nous serions très heureux de pouvoir vous compter parmi nos étudiants! Martine Golay Ramel et Danièle Zufferey


- 12 -


HC Anniviers

sport

Papier carbone

C

omme l’indique le titre ci-dessus, la saison s’est achevée comme l’année dernière avec le titre de champion suisse romand de 3ème ligue pour notre équipe fanion. Un grand coup de chapeau à nos joueurs ainsi qu’à notre coach Jérôme Savioz qui se retire après de nombreuses années au service de l’équipe. Toutefois, Jérôme reste au sein du comité du club et je le remercie chaleureusement pour toutes ces années passées derrière le banc ainsi que pour les années futures. Contrairement à l’année dernière les playoffs ont débuté par un premier tour, pas facile à négocier, face à Crans-Montana, avec deux victoires à la clé. Puis ce fut la finale face à Sion-Nendaz 4 Vallées au meilleur des trois matchs. Il a fallu trois matchs intenses afin de ramener le titre en Anniviers. Je profite de remercier les supporters et supportrices présents à la patinoire de Graben pour le dernier match. En effet, cette finale s’est jouée devant plus de 380 personnes. Concernant les juniors L’école de hockey se porte toujours autant bien avec la participation de plus de 24 enfants. L’équipe des Bambinis a connu une bonne saison. Le championnat des Bambinis est composé de 6 équipes : Sion (1-2), Sierre (1-2), Viège (1-2) et Anniviers et se déroule sur 10 tournois. L’équipe n’a pas gagné de tournois mais s’est très bien comportée étant donné le niveau des autres équipes. L’équipe des Piccolos a vécu une saison plus délicate, car le niveau du groupe était très relevé. En effet les équipes de Viège,

Sierre 1 et 2 étaient d’un niveau supérieur. Cependant l’équipe s’est très bien comportée et a remporté quelques matchs. Les Moskitos B ont connu une superbe saison en terminant troisièmes de leur groupe derrière les grosses équipes que sont le HC Sion et le HC Sierre. Un groupe composé de six équipes dont Rarogne, Lausanne et Crans-Montana. Le traditionnel Postfinance Trophy n’a pas pu se dérouler à cause du mauvais temps. Cependant nous avons quand-même pu inscrire deux équipes pour les demi-finales à Fribourg. Je profite de l’occasion pour remercier tout le personnel du centre scolaire d’Anniviers ainsi que son directeur, Frédéric Zuber, pour le travail effectué auprès des élèves, afin de promouvoir le hockey sur glace dans nos écoles.

- 13 -

Pour terminer j’aimerais remercier, en premier lieu, tous les parents des juniors et de la première équipe qui se donnent sans compter pour le club. Je remercie également les sponsors, la commune d’Anniviers, le centre scolaire d’Anniviers, les dirigeants du HC Sierre, les maîtres de glace, les chronométreurs, le personnel de la cantine, les entraîneurs et assistants, les joueurs, les supporters ainsi que mes collègues du comité. A toutes et à tous rendez-vous la saison prochaine ! Frédéric Pellat Président du HC Anniviers


sport

Journée de rencontre des clubs sportifs d’Anniviers

L

e FC Anniviers, bien avant les problèmes rencontrés suite au débordement de la Navizence, s’était rendu compte de certaines difficultés, notamment en termes organisationnels et de ressources humaines, qui l’empêchaient de mener à bien la formation footballistique des jeunes Anniviards. Le comité a donc émis la bonne idée de réunir les différents clubs sportifs de la vallée pour que chacun puisse partager ses propres problèmes et, si faire se peut, trouver des solutions communes à ces différents groupes. C’est dans ce contexte que le FC Anniviers a décidé d’organiser cette journée de rencontre, le 5 mai dernier, à la piscine de Vissoie. Les clubs sportifs ont accueilli cette proposition avec joie et ont accepté de participer à cette réflexion commune. Etaient présents les clubs suivants : le HC Anniviers, le Ski-Team, le badminton, la danse, le basketball, le cirque, le tir à l’arc, le Montagne Club et le FC Anniviers, qui ont envoyé un ou plusieurs représentants pour participer à cette journée de rencontre. Nous pouvons également relever la présence de Mme Christiane Favre, conseillère communale en charge des sports. Déroulement de la journée Les discussions, modérées par Muriel Beaud Augier, Lucien Epiney et Célien Barmaz, se sont déroulées selon l’organisation suivante. Dans un premier temps, un représentant de chaque club prend la parole, explique les difficultés rencontrées et donne l’effectif du club, à savoir le nombre de jeunes et d’entraîneurs. Vous trouverez, en annexe, un tableau rendant compte de ces effectifs. À la suite de cet exposé, le

En grand débat

groupe décide de répartir ces problèmes sous trois thèmes principaux, qui seront discutés plus profondément : les infrastructures, les chevauchements des entraînements et le manque d’effectifs, les moniteurs. À l’issue de cette mise en commun, le groupe a pu prendre plusieurs décisions quant à la suite de la journée. Explicitation des difficultés de chaque club Lors de l’explicitation des problèmes rencontrés, le ski-team, représenté par Valentin Crettaz, Stéphanie Hannart et Maël Bürgi, a pris la parole en premier pour souligner les difficultés suivantes : le budget, le manque de disponibilité des jeunes entraîneurs, l’horaire continu de l’école de Vissoie qui prive les skieurs des mercredis après-midi de congé, l’absence de salles de forces et le sureffectif de participants. Martin Hannart, représentant le Montagne Club, a mis en évidence la nécessité de renouveler la salle de Grimentz et son mur de grimpe ainsi que le manque de disponibilité des moniteurs, qui ne sont pas tous des professionnels.

- 14 -

Stéphanie Hannart, qui représente également le cirque, s’est surtout attardée sur le fait qu’il n’y avait plus du tout d’entraîneur pour perpétuer la pratique de ce sport dans la vallée. Anne-Sophie Theytaz, pour la danse, a parlé du gros effectif de participants, entraînant des difficultés de planning, et l’absence d’une salle de représentation digne de ce nom avec des loges et une scène correcte. Samantha Moulin, pour le basket, a fait remarquer le départ du seul entraîneur de la vallée et le manque d’effectifs qui oblige deux catégories d’âge à former une seule équipe. Elle mentionne également l’absence de paniers moins élevés pour les plus jeunes. Le foot, représenté par Christian Caloz, Steve Schmidt et Marcel Barmaz, met en avant les problèmes liés au temps d’entraînement et à la formation des entraîneurs. Charles Pittet, pour le tir à l’arc, énonce le manque d’effectifs tant au niveau des


participants que du comité, le manque d’infrastructures, la faible médiatisation de la discipline dans la vallée et les problèmes de déplacement vers Chandolin pour les jeunes. Le badminton, représenté par Frédéric Cardona, donne comme problème principal l’absence d’une salle répondant aux critères en termes de dimensions pour pratiquer ce sport. Il est également fait mention du manque de communication avec la commune et le problème de la compétition au recrutement, les jeunes devant choisir entre une grande quantité de sports différents. Enfin, Frédéric Pellat et Bastien Rossi, pour le hockey, parlent du problème de la patinoire de Vissoie, qui n’est exploitable qu’entre novembre et février, de la difficulté des déplacements à l’extérieur et du manque d’effectifs dans la catégorie d’âge des 10-12 ans, pour laquelle une collaboration avec Montana et Sierre est nécessaire. Synthèse et premières réflexions autour des thèmes Pour synthétiser ces observations, le groupe décide de définir des thèmes et de séparer l’assemblée en petites équipes. Chaque groupe prépare un organigramme pour chaque thème avec des réflexions et, pourquoi pas, certaines solutions, qui seront mises en commun par la suite. Le premier thème traité est la question des infrastructures, question centrale pour une bonne partie des clubs. La création d’un établissement sportif regroupant salle de force, salle de gym fonctionnelle répondant aux critères particuliers de chacun et patinoire exploitable une plus grande

partie de l’année est rapidement mise en avant. Les participants restent conscients que ce projet est ambitieux et sera certainement coûteux. Il est décidé de se réserver du temps pour continuer à y réfléchir, établir un projet viable et entamer une discussion avec la commune. Vient ensuite la question des moniteurs, dont manquent cruellement plusieurs clubs. Tous les groupes parlent du problème de disponibilité de ceux-ci, qui pratiquent une activité professionnelle à côté. On fait également remarquer que les jeunes entraîneurs ne dispensent des entraînements que quelques années et s’éloignent ensuite des clubs pour se consacrer à leur carrière future. Les chiffres montrent également qu’une minorité d’entraîneurs est vraiment formée pour produire des séances sportives de qualité. Le débat s’arrête donc sur le sujet de la formation Jeunesse et Sport (J+S). Plusieurs participants proposent de revaloriser cette formation et d’encourager les anciens des clubs à la faire. L’idée de rémunérer les entraîneurs selon leur degré de formation est mise sur la table. Il est également fait mention de l’idée de se partager les entraîneurs J+S kids entre les clubs, voire de faire des entraînements interclubs. Cette idée de collaboration entre les clubs est à nouveau formulée dans le débat autour du troisième thème, le chevauchement des horaires. En effet, beaucoup de représentants ont parlé du problème pour les jeunes d’établir leur planning sportif. Ces jeunes font souvent partie de plusieurs clubs en même temps (par exemple le ski et le football) et ont de la peine à s’investir pleinement dans les deux activités. Très

JEUNES ENTRAÎNEURS ENTRAÎNEURS TOTAL FORMÉS HOCKEY 60 11 2 FOOTBALL 75 16 1 DANSE 120 3 1 SKI 250 50 40 ARC 10 1 1 BADMINTON 10 1 1 MONTAGNE 37 5 BASKETBALL 12 2 1 CIRQUE 15 2 1

vite, l’idée d’établir un calendrier online regroupant les activités de tous les clubs est avancée. On veut plus de coordination entre les clubs afin de trouver un partage équitable des temps d’entraînement. Cette centralisation se veut également géographique. Cela reprend l’idée du centre sportif pour que les jeunes soient tous au même endroit et ne perdent pas de temps à se déplacer d’un site à l’autre. On parle également de proposer des entraînements communs pour tous les jeunes des clubs. Le ski-team propose d’ouvrir les cours de polysport, qu’il propose déjà, à l’ensemble des clubs. Ces cours seraient organisés toute l’année et seraient fréquentés par des jeunes de certains clubs selon leurs calendriers sportifs. Décisions finales Au terme de ces discussions, l’assemblée prend un moment pour décider de la suite des opérations. Il apparaît que tous les représentants sont enthousiastes à propos des retombées de cette journée particulière. Il est rapidement décidé de continuer cette collaboration et d’organiser une nouvelle réunion dans le courant du mois de septembre prochain, sous la houlette du comité du FC Anniviers. Pendant cette conclusion, le groupe se met des objectifs et ressort les points importants de la journée, à savoir : 1. 2. 3. 4.

l’organisation du polysport la revalorisation de la formation J+S et J+S kids la réflexion autour des infrastructures le développement de la communication entre les clubs, notamment via un site internet. Célien Barmaz Liste des  participants  à  la  journée  du  5  mai  2018,  à  la     buvette  de  la  piscine  

Société sportive   HC  Anniviers   FC  Anniviers  

Danse Commune    d'Anniviers   Ski  Team  Anniviers   Cirque   Basket   Tir  à  l'arc   Badminton  

Montagne Club   Animateurs  

Représentants Pellat  Frédéric   Rossi  Bastian   Caloz  Christian   Schmidt  Steve   Barmaz  Marcel   Theytaz  Anne-­‐Sophie   Favre  Christiane   Crettaz  Valentin   Hannart  Stéphanie   Moulin    Samantha   Pittet  Charles   Cardona  Frédéric   Kämpf  Sébastien   Baeriswyl  Dominique   Hannart  Martin   Beaud  Muriel   Epiney  Lucien   Barmaz  Célien    

- 15 -


Le Grand Hôtel Chandolin MAISON DE GROUPES

________________________________________

Soirée Fondue ou Raclette Envie de venir au Grand Hôtel Chandolin pour une fondue ou raclette entre amis, collègues ou membres de club? Réservation au 027 475 35 02 ou info@legrandhotelchandolin.ch Plus d'informations sur la maison: www.legrandhotelchandolin.ch

- 16 -


Boulangerie Alcide Epiney SA Rue du Manège 26 - Zone industrielle des Iles Falcon - 3960 Sierre Tél 027 475 17 20 - Fax 027 475 32 20 - www.lepain-dalcide.ch

Alain Zuber

BUREAU D’INGÉNIEURS

chauffage sanitaire couverture ferblanterie Rue d’Ehala 36 3976 Noës Alain Zuber

José Teixeira

079 220 78 00

078 743 75 99

alain.zuber@bluewin.ch

ze3961@gmail.com

S I M O N C R E T TA Z S A

027 455 22 32 • 079 628 85 22

078 671 11 51 - Vissoie-Anniviers

- 17 -


Maximilien Drion QUADRI (%) PAPIER NON COUCHÉ

M

aximilien Drion, jeune sportif 90 0 d’élite habitant Vercorin nous 10 10 0 présente son parcours, son début de 95 0 0 carrière ainsi que son attachement au 0 0 100 village de Vercorin. 0

Présentation Né en 1997 en Belgique, c’est à l’âge de 11 ans que Maximilien et sa famille emménagent à Vercorin. En effet, c’est à peine 3 ans après l’achat d’un chalet sur le Mont que la famille prend la décision de s’y installer de manière définitive. Quand il était petit, la Suisse – et plus particulièrement Vercorin – représentait les vacances pour lui et maintenant qu’il y vit, « c’est les vacances toute l’année ! » nous confie-til avec le sourire. Sportif de haut niveau, le sport ne faisait cependant pas partie de sa vie en Belgique. C’est effectivement à son arrivée en Suisse à l’âge de 8 ans que Maximilien a démarré son activité sportive, en commençant la course notamment. Combinant actuellement le sport de haut niveau avec ses études à la HEC de Lausanne, le jeune homme vit toujours à Vercorin et ne compte pas s’en éloigner pour l’instant. Pourquoi rester à Vercorin ? En effet, au sein des étudiants de 21 ans, Vercorin ne figure pas forcément en tête d’affiche niveau destinations… Pourtant, Maximilien y trouve son compte. En y regardant de plus près, il est vrai que Vercorin lui offre de nombreux avantages tant au niveau des études qu’aux possibilités d’entraînement. La station regorge en effet de chemins et sentiers sur lesquels s’entraîner, tant en été qu’en hiver. Le jeune sportif y a même organisé un camp et convié quelques collègues rencontrés aux Championnats

d’Europe afin de leur faire découvrir la région et de s’entraîner ensemble à Vercorin. Cinq athlètes sur les neuf présents à Vercorin cet été (dont Maximilien) se retrouveront aux Championnats du Monde ce 16 septembre en Andorre. En dehors du sport, Maximilien a également voulu faire découvrir la région à ses amis. Entre deux sessions d’entraînement, ils se sont donc adonnés à plusieurs activités… du nouveau Big Air Bag aux trottinettes en passant par le vertigineux « Circuit des 3 Bisses », sans oublier un petit arrêt au Minigolf, on peut dire que les sportifs n’ont pas chômé. Vercorin est alors comparable, selon les mots de Maximilien, à «un grand terrain de jeu» qui lui offre de multiples possibilités d’activités. De plus, la région et plus particulièrement le Vallon de Réchy, lieu fétiche du jeune homme, lui concède également le calme et la tranquillité dont il a besoin pour se ressourcer lorsqu’il doit se concentrer sur ses études.

- 18 -

Un itinéraire coup de cœur ? Le parcours préféré de notre habitué de Vercorin serait un trajet au travers du Vallon du Réchy : au départ du Crêt-du-Midi, une montée par les Crêtes jusqu’au Roc d’Orzival avant de rejoindre la Cabane des Becs de Bosson, pour retrouver à nouveau le Crêt-du-Midi via le Lac du Louché. Cela serait donc le tracé favori de Maximilien, en automne plus précisément, pour avoir depuis le Roc d’Orzival, une vue imprenable sur les mélèzes et leurs belles couleurs. Sinon, il apprécie également le Tour du Mont, petit sentier qui entoure le village de Vercorin, qu’il a pour habitude d’effectuer chaque veille de course afin de se mettre en jambes. La Dérupe Traditionnelle course annuelle du village, le sentier de La Dérupe relie Chalais à Vercorin sur une montée d’environ 800 mètres de dénivelé. Nous accorderons


toutefois une attention particulière à cette course qui a en effet une valeur sentimentale et affective pour Maximilien. Cette course fait non seulement partie de ses parcours d’entraînement, mais elle est également la toute première course de montagne qu’il ait effectuée, 3 mois seulement après son arrivée à Vercorin. Ceci explique donc sa joie de l’avoir remportée l’an dernier, avec un temps de 35 minutes et 3 secondes. Nous le retrouverons d’ailleurs très certainement au départ le 4 novembre prochain !

Et pour la suite ? Au niveau personnel, malgré son bon niveau en sport et des études qui lui plaisent énormément, Maximilien ne se voit ni sportif professionnel, ni travailler à plein temps. En effet, la vie de sportif professionnel ne l’attire pour l’instant pas plus que ça, mais il ne pourrait imaginer sa vie sans le sport. C’est pourquoi un travail à mi-temps pourrait lui convenir afin de réserver du temps à sa passion. L’athlète songe également à travailler dans le monde du sport, voire même peut-être créer sa propre marque un jour.

Et où se voit-il vivre plus tard ? Dur à dire car il voyage beaucoup, mais pour l‘instant, il espère ne pas avoir à quitter Vercorin… Dans tous les cas, que cela soit à Vercorin ou ailleurs, nous lui souhaitons assurément beaucoup de succès pour l’avenir. Muriel Bornet, Vercorin Tourisme

La folle Histoire du Val d’Anniviers dans l’aventure Alpine en vente à l’Imprimerie d’Anniviers à Vissoie

- 19 -


société

Rouler sa bosse entre les mots

C

e parcours invite à l’évasion grâce à un choix de parutions de ces deux dernières années. Les thèmes sont variés, les démarches originales, les auteurs motivés, avec Anniviers en toile de fond. Quel bonheur ! Mais commençons par l’ancestrale : Une communauté dans les Alpes, la Société de Cuimey en Anniviers L’initiative de cet écrit en revient à Bernard Crettaz et au comité actuel de la Société de Cuimey, Marie-Jeanne AndenmattenEpiney, Paul Berthod et Angèle FigliozziMelly, avec la précieuse collaboration d’Elisabeth Crettaz-Stürzel. Les premiers signes écrits de la Communauté de Cuimey se retrouvent dans un registre datant de 1298 à 1314 ! Puis les 95 documents déposés aux Archives Cantonales de Sion étudiés datent de 1524 à 1976. Que de trouvailles quant à la vie paysanne d’alors, avec ses malheurs et ses bons moments. Le déroulement des travaux communautaires était strictement codifié, la survie de ce peuple en dépendait. Des conflits éclataient lorsque certains débordements du cadre portaient atteinte à l’harmonie de la communauté. On apprend beaucoup d’un tel écrit ; dans l’antique organisation de cette société, la femme faisait partie de la communauté de droit et par héritage, ce qui paraît unique à cette époque, pourtant l’accès aux fonctions dirigeantes et à certains travaux lui était refusé et son salaire était inférieur à celui d’un homme. Certaines ont parfois vivement dénoncé cette injustice, sans grand succès. Lors des assemblées, le temps de paroles dévolu aux communiers se vou-

lait précis et les débordements troublant l’ordre méritaient sérieuse punition. Tant d’autres éléments éclairent notre lanterne, qu’il faut plonger dans cet écrit sans réserve et baigner, pour un moment, dans cette difficile vie d’autrefois qui nous en apprend encore et encore. Le comité de la Société de Cuimey a trouvé des solutions de financement sans avoir

- 20 -

recours à l’emprunt pour cette publication, ce qui représente une jolie réussite. Ce témoignage reste infiniment précieux comme guide pour la transmission car «les paroles s’envolent mais les écrits restent». Merci à Marie-Jeanne pour ses conseils avisés.


Photo Yves Debraine, Lausanne

Aloys Theytaz, une écriture virgilienne

La famille d’Aloys passait chaque été ses vacances à Vissoie, louant le Vicariat car la tribu, déjà, avait définitivement déménagé à Sierre. Alodie, la maman d’Aloys était fille de Gabriel Pont, propriétaire et tenancier de l’hôtel Bella-Tola à St-Luc. L’instituteur du petit Aloys a rapidement détecté ses dons et conseillé aux parents de l’inscrire au collège à Sion. Ce qui fut fait non sans mal, tant les possibilités matérielles demeuraient restreintes à cette époque. Mais la suite a donné raison au régent Candide Massy puisqu’Aloys a fortement contribué à la culture anniviarde et valaisanne loin à la ronde. La vie familiale autour de l’artiste était compliquée, tant son implication et ses engagements professionnels et associa-

tifs l’occupaient tout entier. Son travail d’avocat-notaire se déroulait souvent au rabais, il collaborait à diverses publications, écrivait des dialogues pour jeux scéniques, des textes pour fêtes et festivals et des scénarios pour films, dont plusieurs ont été récompensés à Cannes dans les années 1950 dont « Horizons Blancs » et « Barrage » dans la catégorie film amateur. Germaine Rauch, comédienne bien connue en Valais Central, a même reçu le prix d’interprétation lors de ce même Festival en 1956 ! Alors oui, l’organisation familiale a été complexe avec un père très occupé à l’extérieur, altruiste, toujours par monts et par vaux. La récompense se trouve dans les nombreux compliments que reçoivent aujourd’hui encore ses enfants. La fouille intense de ses archives est touchante, émouvante, représentée entre autre par la défense des ouvriers en grève. Aloys ne supportait pas l’injustice et en prenant fait et cause pour les travailleurs, il allait à contre-courant de la politique de ce temps-là. Mais le débat et la polémique ne lui faisaient pas peur.

- 21 -

Le préfet-poète a disparu mais son œuvre, gigantesque, illuminera encore longtemps ce pays, grâce à ses fils Paul et Jean-Luc qui poursuivent la valorisation de son monde. « ... ce Rhodanien ne pouvait nous faire oublier sa belle culture d’homme né aux sources de la Méditerranée, un humaniste qui avait gardé aux semelles la terre de sa rude vallée. » conclut André Rougemont dans l’hommage de la Radio Suisse Romande à la mort du poète. Aloys Theytaz compose le livret de la Chanson du Rhône mis en musique par Jean Daetwyler. Terre fraîche et neuve Qu’abreuvent À son niveau Les eaux, La vallée s’étend comme un jardin Qui n’attend que le geste de la main Pour semer l’espérance. Assiette peinte d’Alfred Wicky Photo Jean-Luc Theytaz © Hoirie Aloys Theytaz

C’est dans un tout autre monde qu’on aborde la deuxième étape de cette pérégrination entre les mots, celui de la poésie d’un intellectuel aux profondes racines terriennes. Aloys Theytaz (1909-1968) a lu et traduit Virgile, le grand poète latin et s’en est imprégné pour ses propres écrits. Paul Theytaz a souhaité mettre en valeur ce lien entre les cahiers retrouvés de son père et l’œuvre. D’autre part, Paul dédie ce livre à sa grand-mère Julienne Theytaz, la seule vraie paysanne de sa famille qu’il a eu la joie de connaître.


Un air différent, roman de Camille Zufferey La troisième escale nous fait découvrir la démarche originale de Camille, qui a proposé à son prof de français d’écrire rien moins qu’un roman pour son travail de maturité gymnasiale… Une fois l’accord obtenu, il a fallu s’informer sur « comment écrire un roman ». Indispensable, a-t-elle appris, une idée de base doit guider l’avancée des mots. C’est ainsi que Camille a choisi de mettre en scène une personne autiste qui réussit à s’ouvrir au monde grâce à la musique. Il a fallu se renseigner sur cette pathologie, pour «ne pas faire faux». Elle a constaté que les textes parus à ce sujet semblaient toujours axés sur les troubles et non sur la personne. Son désir à elle a été de traiter essentiellement de l’humain justement. Camille a fonctionné sans plan programmé, parfois les idées ont surgi au milieu de la nuit, il fallait les noter de suite sur son carnet, parfois l’inspiration arrivait comme un cadeau, d’autres fois pas du tout… Une fois le roman achevé, elle l’a fait relire à son copain, aux grands-parents, à sa soeur. Ses profs de français et de théâtre ont beaucoup aimé l’histoire et ont proposé sa publication. Pas simple le chemin ! Il a fallu trouver un éditeur : la maman en a déniché un qui cherchait de nouveaux auteurs. Pour la promotion, à elle de se débrouiller: faire la tournée des commerces et déposer des exemplaires chez ceux qui le voulaient bien. En Valais, ça a bien fonctionné, dans le Val d’Anniviers encore mieux. Camille remercie chaleureusement les commerces qui ont accepté de jouer le jeu. Mais sans l’aide des proches, famille et amis, cette aventure serait particulièrement coriace à mener à terme. Grâce à son entourage, il est possible que Camille roule encore sa bosse entre les mots et nous surprenne, une fois de plus, dans pas longtemps peut-être, allez savoir… Bravo Camille pour ta ténacité « avant de lâcher, on lâche pas » ! Simone Salamin

Une Communauté dans les Alpes, la Société de Cuimey en Anniviers, Bernard Crettaz et Elisabeth Crettaz-Stürzel, éditions Edicime Aloys Theytaz, Une écriture virgilienne, Essai, Paul Theytaz, éditions à la Carte Un air différent, Camille Zufferey, Edition Bergame

3961 Chandolin

- 22 -


Aménagement du territoire Zones réservées

L

e 24 août 2018, le Conseil municipal a publié sa décision d’apposer une zone réservée sur certains secteurs de la zone à bâtir, bloquant ainsi leur éventuel développement pour les deux prochaines années. Cette décision s’est imposée car la Commune est tenue de se mettre en conformité avec la LAT (Loi fédérale sur l’Aménagement du Territoire) et surtout dans le but d’éviter un blocage complet des autorisations de construire de la part de la justice en cas de recours. Les secteurs touchés ont été déterminés en collaboration avec un bureau spécialisé indépendant et sur la base de critères objectifs tels que : la pente du terrain, les dangers naturels, la proximité des services, des accès, des transports en commun, de la zone densément bâtie, … Les zones réservées agissent comme un moratoire, à durée déterminée, sur une partie des zones à bâtir, dans l’attente de l’établissement d’un nouveau Plan d’affectation des zones pour l’ensemble de la Commune. L’administration espère présenter ce nouveau Plan à la population dans environ 3 ans.

Informations pratiques : • Les projets autorisés ou les chantiers débutés restent valables et peuvent être réalisés, pour autant que l’autorisation de construire ne soit pas échue. • Les logements existants situés en zone réservée peuvent obtenir une autorisation de construire afin de réaliser des travaux de rénovation, d’agrandissement ou d’aménagement extérieur ; pour autant que le projet ne soit pas en contradiction avec le but de la zone et respecte la Loi sur les résidences secondaires. • Les droits relatifs à la vente d’un logement ne sont pas altérés par les zones réservées. • Vu le caractère provisoire de cette décision, la valeur cadastrale du terrain n’est pas révisée. • Pour cette même raison, il n’existe aucune possibilité de dédommagement. • Les zones réservées seront abrogées, au plus tard, lors de l’entrée en force du nouveau Plan d’affectation des zones de la Commune.

Dans l’attente de cette publication, les zones réservées sont appliquées sur la base des Plans d’affectation des anciennes communes. Tous les détails se trouvent sur notre site internet www.anniviers.org (rubrique : Service technique/aménagement du territoire).

- 23 -

David Melly Président de la commune d’Anniviers


Crues de la Navizence Bilan des dégâts et état des lieux

Le 2 juillet 2018, il a plu en Anniviers l’équivalent de 20% de ce qu’il pleut en une année à Sion. De mémoire d’homme, jamais pareil déluge ne s’était abattu sur la Vallée. Terrain du FC Anniviers rayé de la carte, ponts emportés, routes détruites… Mais fort heureusement, aucune zone d’habitation n’a été touchée et par une chance inouïe, aucune victime n’est à déplorer. David Zufferey, conseiller communal en charge du dicastère « Edilité, cadastre, sécurité et dangers naturels » fait le point de la situation au 5 septembre, date de la mise sous presse de ce numéro des 4 Saisons d’Anniviers. Le coût des dégâts et de la remise en état Le montant des dégâts occasionnés par la crue et des travaux de remise en état n’est pas encore établi avec exactitude. L’état des lieux suite à cette crue extraordinaire est toujours en cours. Nous devons attendre mi-septembre pour avoir une évaluation très précise. Mais les frais devraient se situer entre 40 et 50 millions. Qui va payer ? Si la remise en état des égouts et autres infrastructures de ce type est de la responsabilité communale, la municipalité ne peut assumer l’ensemble des frais. Dès que les travaux de remise en état seront chiffrés, nous ferons des demandes de soutien au Canton et à la Confédération. Les autorités cantonales nous ont déjà assuré que des subventions seront débloquées pour nous aider à faire face aux travaux urgents. Des discussions sont en cours pour que des fonds soient débloqués pour la suite des travaux.

Nous avons également envisagé d’autres options pour compléter les contributions étatiques : l’Aide suisse aux montagnards et l’organisme Patenschaft Berggemeinden notamment pourraient entrer en discussion. De façon plus concrète, l’Office cantonal de la protection civile et l’armée pourraient mettre à disposition des hommes et des équipements pour intervenir sur le terrain. La reconstruction provisoire de la liaison entre Mission et St-Jean pourrait ainsi bénéficier de leurs services. Le planning des travaux Tous les travaux urgents (réendiguement de la rivière, stabilisation des rives, protection des pylônes de haute-tension, etc) sont terminés. Dans la mesure du possible, nous essayons de retrouver le lit initial de la Navizence. Là encore, nous nous référons aux avis des spécialistes cantonaux. Le terrain de foot du FC Anniviers La carte des dangers est analysée et sera

- 24 -

adaptée si nécessaire. Certaines zones pourraient être impactées. Le Service des forêts, des cours d’eau et du paysage a mis à disposition des spécialistes qui nous conseillent et nous suivent dans les différentes démarches. Pour le terrain de foot, des projets chiffrés seront à notre disposition cet automne. Nous saurons alors s’il est possible et sans danger de refaire le terrain au même endroit. La commune étudie également d’autres emplacements pour la mise en place du terrain de foot car il est primordial que le FC Anniviers retrouve une surface de jeu. Pour conclure, je tiens à relever que nous pouvons compter sur une excellente collaboration avec les services cantonaux, et je remercie toutes les personnes engagées dès les premières heures de cet événement et tout au long de ce processus de remise en état. David Zufferey, Conseiller municipal © photos Bureau d’ingénieurs Patrick Epiney


- 25 -


Les brèves Modifications MODIFICATIONSdes horaires du bureau de vote à l’urne DES HORAIRES L’entrée en vigueurDU de laBUREAU modification de la loi sur les droits politiques, DE VOTE A L’URNEdes horaires du bureau de vote à l’urne. permet une adaptation Dès lors, la Municipalité d’Anniviers vous remercie de prendre note L’entrée en vigueur de la modification du changement des horaires du bureau de vote à l’urne, comme suit : la loi sur les droits politiques, permet une adaptation des horaires du bureau de votede vote à l’urne le samedi. • Suppression de l’ouverture du bureau à l’urne. • Nouvel horaire du bureau de vote à l’urne le dimanche: dorénavant de 10 à 11 heures, place de la Tour, à Vissoie. Dès lors, la Municipalité d’Anniviers vous remercie de prendre note du effet changement Ces modifications prendront dès la prochaine votation fédérale du 23 septembre 2018. des horaires du bureau de vote à l’urne, comme suit : • Suppression de l’ouverture du bureau de vote à l’urne le samedi. • Nouvel horaire du bureau de vote à

Une application mobile pour payer son parking en Anniviers ! Dès cet hiver la commune, en collaboration avec la société Sepp Parking, met à disposition de ses habitants et hôtes une application mobile permettant de s’acquitter de son stationnement sur les parkings payants via son portable, sans passer par l’horodateur. 3 minutes seulement vous suffisent pour télécharger l’application et vous inscrire. Les avantages de SEPP en un coup d’œil : • • • • • • •

Plus besoin d’espèces monétaires Paiement pratique et sécurisé (Mastercard, Visa ou PostFinance Card) Pas d’enregistrement et de stockage de données 100% suisse Application simple et gratuite Message de notification avant l’échéance de la session de stationnement Infos et téléchargement application: www.sepp-parking.ch

En espérant ainsi vous faciliter la vie !

- 26 -


Le recyclage du PET en Anniviers Un effort mineur pour un bénéfice majeur !

Pourquoi la commune d’Anniviers continue à récolter le PET ? Recycler le pet, c’est protéger la nature, pour cela il faut : • Réduire les émissions de CO2 • Économiser l’énergie • Réduire le volume des déchets • Faire régner la propreté • Ménager les ressources non renouvelables • Les actions menées par PET-Recycling Schweiz permettent de fabriquer de nouvelles bouteilles à partir de bouteilles à boissons en PET usagées.

Pour que PET-Recycling accepte le PET en retour, celui-là doit être pur, c’est-à-dire exempt d’autres emballages. Si la récolte n’est pas 100% PET, la commune ne peut pas retourner les bouteilles. Les conteneurs de collecte du PET acceptent seulement les bouteilles à boissons en PET.

Réservé aux bouteilles à boissons en PET > Attention: les matières étrangères compromettent le recyclage du PET !

En cas de doute, trois questions La règle est en principe très simple: si la bouteille porte le logo PET, elle peut être collectée avec le PET. Il peut cependant arriver que le logo de PET-Recycling Schweiz ne figure pas sur une bouteille à boissons en PET. Dans cette situation, il est possible de se poser trois questions: s’agit-il d’une bouteille? La bouteille estelle en PET? Contenait-elle une boisson?

- 27 -

• Si vous répondez par l’affirmative à toutes ces questions, cette bouteille peut être éliminée avec le PET. La commune d’Anniviers met actuellement à disposition plusieurs points de collectes de PET. Mais ce service peut continuer d’être garanti uniquement dans la mesure où le tri est fait de manière sérieuse et consciencieuse de la part des usagers.

Merci de prendre en considération ces informations et de recycler sans retenue !


sport

FC Anniviers 16 juin 2018 la fête !

S

elon un tournus bien défini, un groupement des clubs du district de Sierre organise deux tournois, l’un au printemps et l’autre en automne, à l’intention des écoles de foot. Ces clubs sont Chalais, Chippis, Granges, Grône, Miège, Noble-Contrée, St-Léonard et Anniviers. Jusqu’à l’âge de 10 ans, les enfants passionnés du ballon rond ne participent pas encore à un championnat sous l’égide de l’Association Valaisanne de Football. Ils se réunissent une fois par semaine pour apprendre les bases du football. Cette journée de tournoi en est la récompense et, pour les plus jeunes, c’est l’occasion de revêtir pour la première fois l’équipement de leur club. Selon le tournus établi, l’honneur est revenu au FC Anniviers d’organiser le tournoi de printemps 2018. Il s’est déroulé à Mission sous un soleil radieux. Les équipes ont été divisées en 2 catégories: - les équipes Maxis : enfants nés en 2009 et 2010, match à 7 contre 7 - les équipes Minis : enfants nés en 2011 et plus jeunes, match à 5 contre 5 Nous avons enregistré un nombre record d’inscriptions (chaque club pouvant inscrire plusieurs équipes) : 7 équipes chez les Maxis et 15 équipes chez les Minis. Un terrain de 30 x 45 m. a été délimité pour les Maxis et deux terrains de 23 x 35 m. pour les Minis. Au total, se sont déroulés 77 matchs d’une durée de 12 minutes, sans changement de camp et sans mi-temps. Les cantines ont été posées au niveau des vestiaires et les enfants ont mangé dans la

buvette du FC Anniviers. Ce fut une journée magnifique et parfaitement réussie aussi bien pour le comité du FC Anniviers que pour tous ces enfants et les quelques 400 personnes qui se sont déplacées à Mission. à relever l’excellent résultat de nos 2 équipes anniviardes avec félicitations à leurs entraîneurs, Louis Epiney, Didier Antille, Steve Schmidt et Didac Martines ! Maxis 1. St-Léonard 2. Anniviers 3. Chalais

Minis 1. Miège 3 2. St-Léonard 1 3. Anniviers

Le mérite de cette réussite revient à mes collègues du comité (Valérie Naoux, Marcel Barmaz et Steve Schmidt), aux membres des équipes masculine et féminine pour l’aide aux cantines ainsi qu’aux

- 28 -

juniors B pour l’arbitrage des matchs. Nous avons aussi pu compter sur la Commune d’Anniviers pour les tables et bancs et sur Anniviers Tourisme pour les tentes et la sono. Un grand MERCI leur est donc adressé pour toutes ces aides, ainsi qu’aux personnes que j’ai oubliées de citer ! Que la fête fut belle ! Vive le FC Anniviers !


3 juillet 2018 l’horreur ! Le matin du mardi 3 juillet 2018, je fus réveillé à 6h26 par un WhatsApp envoyé sur le groupe de l’équipe masculine montrant une photo du débordement de la Navizence sur le terrain de foot de Mission. Le choc fut terrible ! La veille, depuis mon balcon à St-Luc, j’avais remarqué que la Navizence grondait beaucoup plus fort qu’à l’accoutumée et j’avais pensé au terrain de foot. Mais de là à imaginer une pareille catastrophe… Je ne cache pas que ce mardi-là, l’émotion était grande et des larmes ont coulé. Tout le comité du FC Anniviers s’était investi pour ce club, avec l’aide de la Commune d’Anniviers. Nous disposions de superbes infrastructures sportives avec des vestiaires et une buvette depuis 6 ans, une pelouse en parfait état et, depuis moins d’une année, l’éclairage du terrain.

Le soir du mercredi 4 juillet, le comité du FC Anniviers s’est réuni en urgence avec les entraîneurs afin de trouver des solutions pour assurer les entraînements et l’organisation de la prochaine saison. Nous avons pu compter sur la solidarité de nombreux clubs du district et même d’ailleurs. Nous avons aussi souhaité que nos équipes puissent jouer leurs matchs à domicile toujours sur le même terrain et non pas à chaque fois chez l’adversaire. Les équipes masculine et féminine s’entraînent désormais à Condémines, à Sierre. Le FC Sierre a mis à disposition un vestiaire ainsi qu’un container pour ranger le matériel. Quant aux matchs, ils se déroulent à Pont-Chalais. Un grand merci est

© Paolo Marandola

Je n’ai pas eu le courage le mardi 3 juillet de me rendre à Mission. C’est seulement le jour suivant que j’ai constaté les dégâts et… c’était pire encore que je l’imaginais puisque même les vestiaires et la cantine étaient détruits par les eaux.

adressé au FC Sierre et à la Commune de Sierre, propriétaire des infrastructures, qui a écrit ceci au responsable du FC Sierre : «Je te laisse régler les modalités d’occupation des terrains et des vestiaires, comme si c’était une équipe du FC Sierre». Les Juniors B s’entraînent une fois par semaine avec l’équipe masculine à Sierre et la 2ème séance a lieu à Vissoie. Les matchs des Juniors B ont lieu sur le terrain du FC Chalais. Avec l’accord de la Commune d’Anniviers et du centre scolaire, nous avons pu aménager le terrain sis à côté de la piscine de Vissoie (arrosage, engrais, tonte, marquage) afin que nos Juniors E et l’école de

- 29 -

foot puissent jouer et s’entraîner dans la vallée. Après cette catastrophe, nous avons reçu beaucoup d’encouragements. Toute la solidarité qui nous a été exprimée agit sur les membres du club comme un aiguillon pour reconstruire les infrastructures qui permettront à notre jeunesse de pratiquer le football dans notre vallée. Christian Caloz Président du FC Anniviers


portrait

La trajectoire d’un compagnon

C

ornelius Pistorius habite à Pinsec dans un appartement qui vient de la famille de son épouse, Marie-Hélène Zufferey. Son balcon surplombe deux lieux qui comptent beaucoup à ses yeux : son atelier de menuiserie et son rucher. Ils sont le siège principal des activités qui émaillent son quotidien un peu solitaire de veuf à la retraite. Ce balcon orienté sud-est offre une vue magnifique sur les montagnes et est un lieu où il fait bon vivre. C’est là que M. Pistorius m’a reçue bien gentiment. Si ce Hollandais (aux prénom et nom joliment évocateurs pour qui aime le latin, Babar ou Harry Potter) a établi son dernier camp dans le petit village anniviard, c’est grâce aux mystères de l’amour. Un parcours atypique Kees (prononcé Kés avec un long é), comme on le nomme communément, est né en 1933 aux Pays-Bas. Il a grandi à Dongen, petite ville du Brabant– Septentrional, et a fait des études qui l’ont mené à devenir ingénieur en physique. Son diplôme en poche, il a travaillé dans un centre d’agriculture en tant que chercheur. Assez vite il ne s’est pas senti à l’aise face à son supérieur, qui s’avéra être un petit fonctionnaire à l’esprit étroit, lui demandant de faire des choses absurdes. Il quitta donc cet emploi pour un laboratoire de recherche dans le domaine de l’aluminium. Là encore, l’ambiance étriquée, où la comparaison et la jalousie prenaient toute la place, le déçut. En 1968, il décida de quitter son pays à vélo pour s’en aller rejoindre l’abbé Pierre dans les environs de Paris.

Au soleil de Pinsec

La nécessité de trouver un sens à ce qu’il faisait était son moteur. C’est dans les bidonvilles des environs de Lima que, l’année suivante, l’abbé Pierre l’envoya en mission en tant que compagnon d’Emmaüs. Kees y travailla, avec bien d’autres, comme chiffonnier. L’argent gagné par la revente des objets récupérés et mis en valeur était destiné à financer une crèche. Kees passa deux ans au Pérou.

- 30 -

C’est là-bas qu’il a rencontré celle qui allait devenir sa femme. Assistante sociale, elle travaillait dans une crèche tenue par Emmaüs. Ensemble ils adoptèrent un petit garçon, Manuel. « Nous nous sommes mariés à trois. Il y avait d’ailleurs trois prie-Dieu à la Chapelle du château à Vissoie le jour de notre mariage. » La vie de famille Pour être à même de prendre soin de sa petite famille, c’est dans son pays d’ori-


gine que Kees a d’abord cherché et trouvé du travail. Il y a enseigné pendant treize ans. Puis son épouse, qui avait travaillé au Sanatorium valaisan avant son séjour au Pérou, a eu la joie d’être engagée comme responsable du service social de cet établissement. Kees, de son côté, a obtenu une place de professeur de physique et de mathématiques au collège de Saint-Maurice, qu’il occupa jusqu’à la retraite. La famille s’est alors installée en Valais, à Chalais plus précisément, afin que les trajets pour les deux parents soient équilibrés. La famille s’était entretemps renforcée de trois enfants de plus, deux garçons et une fille. Aujourd’hui sept petits-fils et deux petitesfilles l’ont encore agrandie. Tous vivent en Valais. Kees est donc bien entouré. Régulièrement des membres de sa famille hollandaise viennent lui rendre visite. Du bois et du miel Il fabrique pour ses proches du mobilier et des jouets en bois dans l’atelier de menuiserie qu’il a installé dès son arrivée à Pinsec. Il aime beaucoup ce matériau. Il a appris à le travailler en faisant partie, dans sa jeunesse, d’un groupe de compagnons bâtisseurs hollandais au sein duquel il a œuvré à la construction d’un centre paroissial belge et à la rénovation d’une chapelle autrichienne. Il a aussi suivi, il y a quelques années, un cours de réparation d’antiquités qui lui a donné plein d’astuces fort utiles. «On apprend vite si on est attentif». Kees s’occupe aussi d’abeilles. Il adore cela et continuera à le faire aussi longtemps qu’il s’en sentira capable. Il ne pratique pas l’apiculture sur le même niveau que son beau-père, Justin Zufferey. Celui-ci, en effet, produisit jusqu’à 3 tonnes de miel qu’il livrait par bidon de cinquante kilos à un géant orange bien connu ! Kees se contente de trois colonies, qui lui permettent de récolter quelque quarante-cinq kilos de miel et de rentrer ainsi dans ses frais. Les piqûres de ses protégées, il les endure avec philosophie, car elles sont bonnes pour soigner l’arthrose. L’homme au centre de tout L’intérêt pour l’humain est une caractéristique évidente et essentielle de cet homme outré par ce que le matérialisme induit

trop souvent. Dès sa jeunesse il s’est engagé activement à soutenir les plus faibles. S’il n’a gardé aucun contact avec la communauté fondée par l’abbé Pierre, il entretient encore des relations régulières avec ceux qui travaillaient avec lui dans les environs de Lima. Aujourd’hui il apporte une aide financière à des œuvres qui correspondent à son idéal. Cette nécessité du don lui vient sans doute de sa mère qui répétait fréquemment cette exigeante maxime « qui donne ce qu’il a est digne de vivre ». Veuf depuis douze ans, Kees vit seul. Il ne s’ennuie pourtant pas. Il croit en un Dieu de vie, à la vie après la mort. En attendant cette nouvelle vie il remplit bien son quotidien en faisant du miel et des objets en bois. Le chant est un autre de ses plaisirs. Membre de la chorale de Vissoie, il s’y sent bien et en fera partie le plus longtemps possible. En 2010, il a d’ailleurs reçu la médaille diocésaine qui récompense vingtcinq ans de service à la communauté. Quel parcours de vie hors du commun a suivi ce monsieur au grand cœur avant de s’installer définitivement en Anniviers! Nous lui souhaitons un long et agréable séjour parmi nous. photos & texte Janine Barmaz

- 31 -

Un jouet pour ses petits-enfants

L’Abbé Pierre et Emmaüs Henri Grouès, dit l’abbé Pierre, (19122007) est un prêtre catholique français, résistant, puis député, fondateur du mouvement Emmaüs. Ce mouvement est un ensemble d’associations et groupements de solidarité présents dans 39 pays, sur 4 continents. La première communauté Emmaüs a été fondée en 1949 dans la région parisienne. Le but des communautés est d’accueillir, de façon inconditionnelle, des personnes qui cherchent un lieu où vivre, travailler, se reconstruire. Ces personnes sont appelés «compagnons d’Emmaüs». Les divers groupes Emmaüs actuels sont sans attache religieuse et ont pour objet la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, par des moyens divers et adaptés au contexte des pays où ils se trouvent. La majorité d’entre eux ont une activité économique, souvent basée sur la récupération et le réemploi, mais pas exclusivement.


sport

Ski-Team Anniviers Prévention des blessures

B

eaucoup de sportifs de haut niveau pourront vous dire qu’un de leurs proverbes préférés est celui de Nietzsche : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. » Lors d’une carrière sportive, la blessure fait partie un jour ou l’autre du quotidien du sportif. Qu’il s’agisse d’un petit bobo ou d’un traumatisme plus grand, ce phénomène ralentit chaque athlète dans sa progression à un certain moment de sa vie. Malheureusement, il prend parfois le dessus et force beaucoup de personnes à devoir tirer un trait sur leurs passions et leurs rêves. Ceux qui arrivent à y faire face doivent se surpasser tous les jours et faire des sacrifices énormes pour continuer à avancer vers leurs buts. L’objectif principal de l’encadrement d’un athlète, qu’il s’agisse de ses parents, du staff technique, médical, de ses sponsors ou autres supporters est que le sportif puisse progresser de la meilleure des manières avec le minimum d’embûches sur son passage. Notre priorité est donc la prévention des blessures pour que nos athlètes puissent vivre leur sport le plus sainement possible. Pour ce faire, nous avons intégré dans notre staff un préparateur physique, Vincent Beney, titulaire d’un Master en Entraînement et Performance sportive, ainsi qu’un cabinet de physiothérapie, le cabinet du Manoir Benoît Torrent. Grâce à eux, nos athlètes effectuent 5 tests physiques durant l’année. Les capacités physiques des jeunes skieurs sont certes évaluées, mais pas seulement. Il s’agit d’examens de posture, de dysbalance, d’équilibre afin de pouvoir cibler les entraînements spécifiquement à chacun. Chaque jeune reçoit ensuite un catalogue

- 32 -


d’exercices à faire individuellement à la maison sous forme de petit devoir à travailler chaque jour. Lors des entraînements en commun, le travail se fait par groupe selon les besoins des skieurs. Après chaque test, le catalogue est remis à jour afin d’avancer dans la progression pour vivre dans un corps sain et équilibré. Nous travaillons également avec Stéphanie Hannart, psychologue FSP et intervenante en sport, afin que les athlètes puissent développer des outils favorisant la récupération et apprennent à mieux écouter leur corps. Les athlètes sont aussi informés sur les bienfaits de la nutrition et le choix des aliments pour chaque moment de la journée, avant, pendant ou après un entraînement ou une compétition. Comme vous pouvez le comprendre, la prévention des blessures est un élément essentiel pour nos futurs champions. Pour garantir le maintien de ce projet novateur en Anniviers, nous avons mis en place un crowdfunding (financement participatif ). Pour participer et soutenir la relève du ski en Anniviers, nous vous invitons à visiter sans tarder la plateforme I believe in you, première plateforme de financement participatif pour le sport en Suisse. Cette plateforme a été fondée en 2012 par deux athlètes olympiques afin de permettre aux athlètes suisses d’atteindre leurs objectifs avec l’aide financière de tout un chacun contre une petite contrepartie. Au nom des jeunes athlètes et de leurs parents d’avance nous vous remercions chaleureusement pour votre précieuse contribution sur www.skiteamanniviers.ch ou nos réseaux sociaux. Valentin Crettaz Président du Ski-Team Anniviers

- 33 -


patrimoine

Sur les bancs publics

B

rassens chantait «Les amoureux qui s‘bécotent sur les bancs publics, bancs publics, bancs publics, en s’foutant pas mal du regard oblique des passants honnêtes, les amoureux qui s’bécotent sur les bancs publics, bancs publics, bancs publics ont des p’tites gueules bien sympathiques». Sur les hauts de St-Luc, avec un peu de chance, on peut voir des amoureux qui peut-être se bécotent, des enfants la casquette de travers qui se lèchent les doigts rougis de fraises des bois, ou bleuis de myrtilles, des solitaires contemplatifs, des jeunes casqués, selon qu’ils écoutent de la musique ou qu’ils pérégrinent à vélo.

bancs disséminés depuis les hauts du village jusqu’au sommet du Toûnot. A chaque fois, on découvre quelques mots, une trace d’un moment de vie ou d’envol définitif. En allant vers Chandolin depuis le Par-diModzes on repère celui inscrit «sur les pas d’Alphonse», offert par Hélène Zufferey, l’auteure de «Simon l’Anniviard». Elle retrace le parcours de son père et voulait planter un banc en hommage à ses parents, comme on plante une graine qui chaque printemps émerge parmi les rhodos. Le lieu permet d’admirer une superbe vue sur la Noble Contrée d’où venait sa maman ainsi que sur Chandolin et l’entrée abrupte du val où les racines de son papa folâtrent pour toujours.

L’odyssée des bancs Tout a commencé à la fin des années 1990, lorsque la Société de Développement locale a lancé l’idée de permettre aux intéressés d’offrir des bancs, fabriqués par le Triage forestier ou d’autres entreprises de la région. L’ancienne commune de St-Luc se chargeait de fixer ces bancs gratuitement, sur les lieux choisis par les mécènes, à condition que l’accès soit possible et ne fasse pas obstacle aux dameuses de pistes.

Plus haut, sur la crête des Ombrintzes, un merveilleux mirador sur l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau vers le nord, le Rothorn et ses acolytes vers le sud, le Grand Combin et ses copains vers l’ouest, le Phare de Griolet et la Bella-Tola vers l’est accueille le banc-souvenir pour Yannick.

Le succès a été immédiat, le chemin des planètes a suscité l’engouement des premiers sponsors, tel le banc offert par « L’Amicale des Retraités de Swissair Romandie ». Des textes marquant les anniversaires, les mariages, les amours, les liens avec Anniviers, mais aussi les accidents ou décès sont gravés sur les dossiers. Ils marquent des étapes de la vie de ces personnes. Passe le temps, s’enrichit le récit Aujourd’hui, on dénombre quarante-cinq

- 34 -

Mais le chemin des planètes reste la star incontestée des fans de bancs. Celui de Jacqueline et Joseph trône à côté de la Comète de Halley. Les alentours de l’hôtel Weisshorn représentent le siège principal de l’assemblée des bancs semble-t-il, Pluton n’a qu’à bien se tenir, il est scruté de toutes parts. Là-bas, juste en face, au Vijivi, trône celui qui incite « J.B. prends ton temps, mais pas trop longtemps » et plus à gauche, sur l’alpage de Rouaz au pied de Saturne, on lit « S’il y a un paradis, c’est ici ». Le jeu prend forme, on marche en se demandant que dira le banc suivant, on fait des paris, les petits courent devant pour être les premiers à dévoiler le message. Du coup, la randonnée s’enrichit d’une dimension supplémentaire, on peut aimer celui-là, un peu moins tel autre, la curiosité et le débat s’invitent au voyage.


Histoire d’espoir En 2007, Nicolas Ciana découvre l’hôtel Weisshorn lors d’une traversée à ski Verbier-Zinal : grande émotion ! Dès 2008, avec des amis, il loue un chalet à St-Luc puis survient le drame de février 2013, lorsque l’ami de la famille colocataire du chalet est emporté par l’avalanche sur les flancs de la Bella-Tola. Malgré les recherches, son corps n’a été retrouvé que l’été suivant, épreuve terrible pour eux tous. Puis les séjours au chalet ont repris, en pensée avec l’ami disparu et l’amour des proches. A ce moment-là, la devise originaire de Savièse « Pa Capona » leur est apparue dans un message et sa signification a pris une énorme ampleur au chalet. Tous se sont accrochés à ces mots, « quoi qu’il arrive et quel que soit le défi, ne baisse jamais les bras et va de l’avant ». Des mots forts et positifs qui restent gravés dans les cœurs et les corps. Alors l’idée d’offrir un banc à St-Luc s’est imposée à Nicolas et à son épouse, un banc bien solide qui leur survivrait. Il est bien installé, sur le monticule en-dessus de l’hôtel Weisshorn. « Pa Capona » y est gravé sur la face principale. Il domine Anniviers, St-Luc et le chalet, on y voit l’endroit de l’avalanche, le Toûnot, le majestueux Weisshorn. L’endroit est chargé d’émotions et de souvenirs. Les mots gravés au dos du banc encouragent à profiter au mieux de la vie.

Voilà une touchante anecdote, combien d’autres pourraient être citées, certaines le seront dans la publication prévue pour l’an prochain. Comme celle de Jacques qui a choisi de faire figurer un poème de Rilke sur son banc, le long du chemin qui rejoint le village par la grange à Basile. Un livret sur les bancs « notés » Albert, hôte attaché à St-Luc depuis bien longtemps a projeté de pérenniser l’histoire des bancs de St-Luc, en préparant un livret dans lequel on trouvera une photo, une annotation et un petit historique de chacun de ces bancs. L’idée s’est fait jour comme un petit jeu dans le cœur et la tête d’Albert. Puis le projet a pris du poids, il a fallu randonner en plusieurs fois pour photographier chaque objet, en faire l’inventaire, les géolocaliser. La phase actuelle consiste à rencontrer le plus grand nombre de personnes qui ont souhaité faire poser un banc, pour comprendre leur motivation et leur lien avec St-Luc. Le processus est riche en découvertes, Albert apprécie beaucoup ces beaux moments de partage. Le livret devrait paraître en été 2019, il marquerait les vingt ans de l’histoire des bancs.

- 35 -

Sur une jolie idée de la Société de Développement qui avait observé ailleurs cette manière d’inciter les promeneurs à prendre le temps d’une pause et qui l’a proposée chez nous, le projet a rapidement rencontré un beau succès. La commune d’alors a mis gracieusement à disposition les ressources nécessaires à la pose, si le transport a nécessité l’hélicoptère, le propriétaire du banc s’en est acquitté bien sûr. La nouvelle commune s’implique dans ce même esprit. Les artisans locaux accomplissent leur travail au mieux pour obtenir le résultat souhaité par les commanditaires, hôtes et résidents. Cette fructueuse collaboration voit l’aboutissement de belles histoires individuelles qui permettent aux passants d’en profiter. Un tout grand MERCI à Nicolas, à Albert et à tous ceux qui poursuivent l’aventure. Magnifiques bancs publics, bancs publics, pour la fête et l’émotion, l’amour et les chansons ! Simone Salamin photos Simone & Gaëtan Salamin


patrimoine

L’incroyable périple des géraniums

La fleur symbole Dans ma contrée la Suisse, les géraniums titillent depuis toujours les yeux, les cœurs et subliment les traditions. Ces fleurs égayent nos villages, mettent en valeur notre patrimoine, attirent l’attention sur les lieux officiels et contribuent à la renommée de notre pays. En ce qui me concerne, j’avais le sentiment qu’il s’agissait d’une plante d’origine alpestre, bien de chez nous et tout à fait quelconque. C’est au XIXe siècle, alors qu’un sentiment de fierté nationale prend de l’ampleur dans toute l’Europe que ces fleurs défient la mode et font irruption sur les terrasses et les balcons. Le géranium devient emblème patriotique suisse, tout comme dans d’autres pays européens tels la France, l’Autriche ou l’Allemagne. Le berceau des géraniums Le géranium a été découvert par des marins hollandais lors d’un voyage à Ceylan via la Route des Epices. Vers 1678, durant une escale-ravitaillement en Afrique du Sud, juste avant de traverser le Cap de Bonne Espérance pour rejoindre l’Océan Indien, le médecin-botaniste Paul Hermann, d’origine batave, cueille quelques plants et les embarque au fond de la cale de son navire de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales. Fait incroyable, ses plantes résistent au voyage. Au retour du bateau en Europe, dans les années 1686, ces plants sont cultivés en Hollande et le constat est stupéfiant ! Les géraniums s’adaptent parfaitement au climat néerlandais. Dès lors, les jardiniers-amateurs, les botanistes et autres érudits animés d’une irrésistible curiosité à l’égard de ces fleurs robustes, se bousculent au portillon pour les observer et les étudier dans les jardins botaniques de

la ville de Leyde, aux Pays-Bas. La reine des balcons Plantes curieuses et attrayantes, ces beautés vivaces possèdent des fleurs aux pétales espacés, ce qui leur confère un aspect visuel très particulier. Elles deviennent des phénomènes pour les botanistes et les bourgeois ainsi que pour la population rurale. Des entreprises horticoles développent sa culture et créent plusieurs variétés comme le géranium-pompon ou celui à feuilles de lierre, entre autres. Mais en fait, le saviez-vous ? Si, comme moi, vous pensiez qu’il n’y ait rien de bien intéressant à découvrir sur le géranium, je vous propose de considérer encore ces quelques lignes. En réalité, l’appellation scientifique de cette plante n’est pas géranium mais pélargonium. Ce terme est peu familier et peine à se substituer à géranium. Pélargonium

- 36 -

tire son nom du grec pelargos qui signifie cigogne, du fait que ses fruits ressemblent à un bec de cigogne. C’est une plante de balcon, facile d’entretien qui a également sa place dans les intérieurs, surtout en hiver. Elle apprécie l’exposition plein soleil et se développe de manière rapide et harmonieuse contre bons soins. Les géraniums dégagent des parfums variés (menthe poivrée, citron, orange, etc.) et leurs odeurs font office de rempart contre les parasites et les insectes. Ses couleurs sont innombrables et spectaculaires de par la richesse des tons, parfois fluo : rouge impérial ou rubis, rose, fuchsia, violet, abricot, bicolore ou blanc. Ses fleurs ont également des formes et des tailles de toutes les grandeurs, elles sont comestibles et parfument d’une douce saveur les desserts, les salades, les viandes et même les limonades.


De par le monde, il existe plus de 400 espèces de géraniums qui poussent à l’état sauvage. Leurs feuilles regorgent d’huiles essentielles et procurent des pouvoirs de guérison. En Afrique du Sud, les indigènes les utilisent pour soigner les maladies respiratoires. Ce remède naturel est nommé umckaloabo en dialecte zoulou, il sert à soigner les fortes toux et soulage les états d’âme comme la dépression ou le stress. Ce médicament s’achète également dans nos pharmacies, sous la même appellation. Au final, cette plante est surprenante de par tous les trésors qu’elle procure. Elle pousse également en massifs ou sous forme de bosquets. Au Costa Rica, magnifique pays d’Amérique Centrale, lors d’une balade sur El Cerro de la Muerte, un col perché à 3451 mètres d’altitude d’où, d’un seul coup d’œil la vue s’ouvre sur deux océans, le Pacifique et l’Atlantique, j’ai été épatée par un massif de géraniums haut de plus de 5 m. Pour le plaisir des yeux Durant les longs mois de fraîcheur, lorsque notre regard se lasse de percevoir les luminosités hivernales aux couleurs blanches, grises ou bleues, les populations montagnardes se réjouissent de sortir leurs bacs de géraniums des caves où les plantes hibernent. Les villageois passionnés regorgent alors d’idées pour créer d’éblouissants contrastes entre le bois des logis bronzé par le soleil et les couleurs-pétard des géraniums. Ces artistes en herbe rivalisent d’astuces pour embellir et illuminer leur logis, les bords des chemins, et les services communaux les plantent aussi pour égayer le Val d’Anniviers.

Les géraniums d’Olga à Saint-Jean

photos & texte : Dominique©EpineyRegolatti

- 37 -


société

Prendre soin de nos aînés une volonté institutionnalisée

E

n 2011, le canton du Valais a promulgué une loi afin de favoriser la mise à disposition d’une offre complète et coordonnée de prestations de soins de longue durée répondant aux besoins de la population en général et des personnes âgées en particulier. Une instance cantonale de coordination entre fournisseurs de soins a été constituée. Elle assure l’information et l’accompagnement des patients entre les institutions de soins, en garantissant la continuité de la prise en charge. Cette instance a pour nom SECOSS, acronyme qui désigne le Service de Coordination Socio-Sanitaire. «Chaque personne, au bon endroit, au bon moment» tel est le principe de son fonctionnement. Sa mission tourne autour de trois points : informer, orienter, coordonner. Anniviers, cas particulier Fabienne Viaccoz est une des deux infirmières de liaison de ce service pour la région de Sierre. Dans le cadre d’une formation complémentaire en promotion de la santé, elle a ausculté les seniors d’Anniviers, afin de déterminer comment ils parvenaient à trouver les informations leur permettant de répondre à leurs besoins et à maintenir leur qualité de vie. Dans cette intention, elle a participé au dîner de fin de saison qui a réuni l’Association des Aînés d’Anniviers à Zinal en mars dernier. À cette occasion, elle a pu constater que les seniors anniviards sont très dynamiques, qu’ils disposent d’un bon réseau d’aide et que l’esprit communautaire est très fort dans la vallée. Cet esprit est un excellent pourvoyeur de ressources. Les gens que Fabienne côtoie quotidiennement dans son activité professionnelle sont souvent démunis et, finalement, plus

Sortie sur les rives du Léman

vraiment acteurs de ce qui est décidé pour eux, lorsque les problèmes de santé surviennent. Fabienne est persuadée qu’en Anniviers l’esprit communautaire est davantage développé qu’ailleurs. Autrefois, ce sont les communautés entières qui y pratiquaient le remuage, tandis que dans les autres vallées du Valais ces déplacements s’organisaient simplement au niveau des familles. Aujourd’hui encore, tout le monde fait partie d’au moins une société, comme une bourgeoisie, une société de village, un skiclub, un consortage, etc. et souvent même de plusieurs. Dans la vallée, il y a en fait plus de 50 sociétés pour une population d’environ 2’800 habitants ! Cela montre bien, s’il le fallait, l’intérêt de l’Anniviard pour le lien social. Certains liens sociaux durent tout au long d’une vie, ils créent la solidarité et permettent aux gens d’oser

- 38 -

demander de l’aide ou des informations quand le besoin s’en fait sentir. Chercher l’information Force est de constater que l’accès aux informations n’est pas toujours aisé. Une situation peut vite devenir complexe. Beaucoup de droits sont inconnus. La palette d’offres, vaste, est souvent méconnue. Diverses alternatives existent pour résoudre un cas difficile. Le SECOSS est là pour trouver la solution optimale pour chaque cas. Ensuite la démarche est faite par la personne concernée. Pour toute information, le numéro 027 603 75 20 permet d’atteindre l’infirmière de liaison de la région sierroise, qui saura vous aider. Janine Barmaz


L’Association des Aînés d’Anniviers est membre de la Fédération valaisanne des Retraités. Elle compte une soixantaine de membres. Elle a comme buts d’entretenir l’amitié et la forme physique par le sport (ski de fond, raquettes, marche), d’inciter à sortir de chez soi pour partager et échanger des idées. L’Association ne dispose pas de statuts, de cotisation ni de comité, mais uniquement de responsables d’activités. Elle invite toute personne de 60 ans et plus à la rejoindre, car éviter la solitude et maintenir le lien social sont essentiels au bonheur de chacun.

Contact : Amy Christiane, Zinal, 078 840 14 58 Casada Marlène, Zinal, 027 475 23 50 ou 079 775 84 22 Jacot Folly Danielle, Ayer, 027 475 14 74 ou 077 454 33 48

St-Luc

- 39 -


N O I S A V E & N ACTIO

DES NOUVELLES D’ANNIVIERS TOURISME

LE POINT SUR L’ANNIVIERS LIBERTÉ Été 2018 A l’heure de rédiger ces quelques lignes, le pass Anniviers Liberté rencontre, comme chaque année, un joli succès. Très apprécié par nos hôtes il leur permet de profiter pleinement de leurs vacances en testant les nombreuses activités et infrastructures touristiques offertes dans la vallée. Nouveauté 2018 Cet été ils ont eu l’opportunité de pouvoir ouvrir leur horizon grâce au partenariat mis en place avec la destination d’Anzère. Les pass Anniviers Liberté et Anzère Liberté étaient, et sont encore, valables dans les deux destinations.

Des activités en plaine pour Par ailleurs nous menons également une réflexion plus globale étoffer l’offre sur le pass Anniviers Liberté, noDe plus, deux activités oenotouristamment sur son fonctionnement. tiques figuraient également au proUn passage, partiel ou complet, au gramme, le « Sion Wine Tour » et le numérique est envisagé, ce qui nous musée du vin à Sierre et Salgesch. permettrait de répondre aux besoins de notre clientèle, toujours plus Ces nouveautés ont rencontré un connectée, et d’obtenir des données franc succès auprès de notre clienpertinentes et nécessaires afin d’aftèle et montrent qu’il est important finer notre promotion et nos offres. de pouvoir élargir notre offre, d’autant plus que nos hôtes se déplacent Nous vous tiendrons informés de volontiers durant la saison estivale. ces évolutions lors d’un prochain numéro du « 4 Saisons. » Ce partenariat avec Anzère est un premier pas puisqu’il existe des discussions avec d’autres destinations et il n’est pas exclu que cela débouche sur de nouvelles collaborations dès l’été prochain.

- 40 -


UNE COMMUNICATION REDYNAMISÉE Nouvelle ligne graphique et site web À partir de cet hiver, Anniviers Tourisme donne un nouvel élan à sa communication. Au programme : un nouveau visage pour tous les visuels de la destination touristique et un nouveau site web dans les mois à venir.

nalisé pour la partie « montagne » de la destination, à savoir Anniviers et Vercorin. Plans, brochures, Anniscope, site web, affiches, signalétiques : tous subiront ce lifting bienvenu dès le début de la saison d’hiver 2018-2019 puis au fil des nouvelles éditions de nos imprimés.

Une nouvelle ligne graphique Imaginée par l’entreprise de graphisme Molk & Jordan et en collaboration directe avec Sierre-Anniviers Marketing, la nouvelle ligne graphique a tout pour plaire. Novatrice et audacieuse, elle résulte de la réflexion suivante : « Les supports de communication (print ou digital) sont souvent le 1er contact avec une région. Au même titre qu’un acteur du tourisme, ils devraient donc refléter les valeurs de la région, remplir un rôle plus large qu’une reconnaissance par une ligne graphique et avoir une mission d’accompagnement ». Plus qu’une simple adaptation visuelle donc, la nouvelle identité graphique est un vrai concept qui remplit 3 missions : •

ce qu’il recherche, il est rapidement désorienté dans la masse d’information - aussi intéressante soit-elle. La future version sera beaucoup plus axée « client » et prendra l’internaute par la main pour l’aider à faire le tri parmi les nombreuses activités proposées. En 2-3 clics, le client fournira également des données précieuses sur le type de clientèle à laquelle il appartient et sur ce qu’il cherche, et on lui proposera en priorités des activités/offres qui correspondront à ses besoins et ses attentes. Ainsi, un jeune utilisateur adepte de sensations fortes se verra suggérer spontanément un détour par le pont de Niouc.

Le site web Mis en ligne fin 2011, le site valdanniviers.ch, même s’il est loin d’être démodé, fait déjà partie de l’ancienne génération. L’informatique qui évolue à grande vitesse propose de nouvelles fonctionnalités qu’il faut prendre en compte. La destination, pour rester concurrentielle et répondre aux besoins de plus en plus spécifiques de ses hôtes, a choisi le prendre le train en marche et se mettre au goût du jour.

celle d’interpeller via une prise de contact immédiate (avec l’utilisation d’interjections du type « Ho, Hé, Wow) • celle d’accueillir, en apposant le mot « bienvenue » sur différents supports. Une manière de montrer l’envie d’accueillir et de le faire de la plus belle des Le site actuel se présente encore façons sous la forme d’un inventaire de ce • celle de renseigner Ce nouveau Corporate, déjà appli- qui existe : si on cherche l’informaqué sur les supports de communica- tion, on la trouve. Mais si l’intertion de Sierre Tourisme, sera person- naute n’a pas une idée précise de - 41 -

Pour cette nouvelle version du site, nous misons également sur le côté inspirant. Partant du principe que les utilisateurs se laissent volontiers surprendre, nous nous autoriserons à mettre en avant une randonnée coup de cœur ou à booster un événement incontournable. Dans le but de faciliter la visite de l’internaute, une plateforme complète de réservation en ligne (Ingénie) sera intégrée au site web. But de l’opération : qu’en plus de réserver son logement en ligne, le client puisse dans la foulée s’inscrire aux activités, réserver son cours de ski, sa paire de raquettes à neige, organiser son vol en parapente, etc. Une manière de placer le client au centre d’une place de marché virtuelle où il peut remplir son panier avant son séjour en Anniviers. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’avancement de ce projet.


www.sivacolor.ch www.salaisons-anniviers.ch

L

es M

e nu

isie

rs -

nis Ebé

te

ha s-C

r pen

tier

s d’An niv

ier s

vo u

s so

uha

iten

Boisval SA - Mayoux tél 027 475 12 37 - fax 027 475 12 81

Melly Sarl - Ayer tél 079 434 79 73

Construction SA - Vissoie tél 027 475 11 33 - fax 027 475 20 72

Monnet SA - Mayoux tél 027 475 18 33 - fax 027 475 44 57

Créabois SA - Grimentz tél. 027 475 21 54 - fax 027 475 61 54

Salamin François SA - St-Luc tél 027 475 23 39 - fax 027 475 30 55

Massy SA - Grimentz tél 027 475 15 78 - fax 027 475 25 94

Theytaz Jean-Noël - Grimentz tél 027 475 20 70 - fax 027 475 29 70

Revey Jacky Sàrl - Mayoux tél 027 475 23 74 - fax 027 565 53 43

Viaccoz SA - Ayer/Zinal tél 027 475 17 78 - fax 027 475 37 78 Multibois-Anniviers Sàrl - Mission tél 079 277 07 68 - fax 027 475 49 54

Le BOIS met de la chaleur dans votre foyer

- 42 -

t ple

in s

uccè

s


Grimentz | Zinal

ess-grimentz.ch 027 475 50 60

3961 St-Luc Tél. 027 475 13 48

sport4000@netplus.ch www.sport4000.ch

- 43 -

ess-zinal.ch 027 475 13 73


évasion

enviedebouger.com Alexandrie

A

lexandrie… Le nom de cette cité mythique évoque à lui seul l’essence de cette ville. Alexandrie est située sur la côte méditerranéenne de l’Egypte. Fondée par Alexandre le Grand, elle est sans doute la plus spéciale des villes du pays des pharaons. Ni européenne, ni complètement egyptienne, Alexandrie porte en elle l’ADN des villes méditerranéennes.

Une ville méditerranéenne convoitée Si l’on devait choisir une ville modèle du bassin méditerranéen pour définir les autres, alors ce serait Alexandrie. Fondée en 311 av. J.C. par Alexandre le Grand, elle a été le foyer d’une des villes les plus importantes de l’Antiquité avec une population atteignant le demi-million d’habitants. Alexandrie, depuis sa création a connu bien des occupations. Capitale de la dynastie des Ptolemées, elle est prise par Jules César en 47 av. J.C. puis passe sous domination romaine. Conquise au 7ème siècle par les Arabes, elle restera par la suite sous la domination de l’empire Ottoman, puis, au rythme de l’histoire de l’Egypte, française puis anglaise jusqu’à la révolution de 1952 et l’indépendance de l’Egypte.

La baie depuis Ramleh Station

Thessalonique, la ville nous rappelle vite à l’ordre. Alexandrie est en Egypte et l’influence arabe est aussi présente que l’influence grecque. L’architecture islamique la plus belle côtoie ici les immeubles Belle Epoque et les hôtels historiques de la Corniche, vestiges d’un temps où les touristes anglais passaient à Alexandrie de longs mois de villégiature.

Une architecture unique Alexandrie porte en elle de l’ADN grec. Elle a complètement absorbé l’influence grecque. De nombreux Grecs habitaient d’ailleurs la ville jusque dans les dernières décennies et certains sont encore là. La Grèce est partout à Alexandrie. Sur les façades des cafés, dans l’architecture et surtout dans les vestiges antiques. Si dans certaines rues, on pourrait facilement se croire à Athènes ou à

Vue de la corniche à la nuit tombée

- 44 -

La corniche et le centre historique Alexandrie est construite sur le front de mer. Une corniche, longue de plusieurs kilomètres, relie les deux extrémités de la côte. C’est le cœur de la ville et le lieu de rencontre et de promenade principal. Alexandrie se définit par sa corniche. Elle commence à l’emplacement du mythique


Le palais de Montazah

phare de Pharos, aujourd’hui remplacé par la citadelle de Qaitbay, un remarquable exemple de citadelle mamelouk construite en 1477 et superbement restaurée au début des années 2000. Elle se termine avec les jardins de Montazah qui abritent une des résidences d’été du roi Farouk, un superbe palais malheureusement fermé au public. Entre ces deux points, c’est une succession de bâtiments à l’architecture 19ème qui abritent hôtels et cafés, mais aussi tous les bâtiments importants de la ville, du tribunal aux différents consulats ainsi que la nouvelle bibliothèque d’Alexandrie à l’architecture très moderne. Certains bâtiments, comme l’ancien consulat d’Italie, qui abrite aujourd’hui une banque (l’argent, toujours l’argent…), sont de

L’hôtel Metropole

véritables perles architecturales. De nombreux hôtels historiques jalonnent cette corniche parmi lesquels quelques noms sont restés célèbres, notamment le Cécil et le Métropole, proches de la gare de tramway Ramleh. Ces hôtels, s’ils ont accueilli les villégiatures des premiers touristes au début du 20ème siècle, ont aussi été les lieux emblématiques d’une époque aujourd’hui révolue, celle de la royauté, dont les Egyptiens, sublimée par le cinéma égyptien et dont on se souvient aujourd’hui avec nostalgie. Une nostalgie cultivée Le mot est lancé. Alexandrie est une ville où la nostalgie est cultivée. Les Alexandrins (rien à voir avec les poèmes !) sont très fiers de leur patrimoine et de ces lieux qui vous ramènent au siècle dernier. Du salon de thé Délices, dont les pâtisseries sont incontournables, au café Riviera qui fait encore les meilleures chichas à la pomme de la ville sur la corniche, autant de lieux, autrefois fréquentés par la haute société égyptienne qui n’ont pas changé et dont le charme un peu désuet les rend incontournables. Il faut dire que l’on s’y sent bien dans ces lieux chargés d’histoire. L’impression de nostalgie, loin d’être vécue négativement, nous ramène à une époque où la vie est perçue comme étant plus douce. Alexandrie, c’est un art de vivre, un art de prendre son temps et de profiter des petits plaisirs que la vie peut offrir. Un brin de fraîcheur venu du large quand la température ailleurs est assommante, un narghilé en terrasse en regardant l’animation de la corniche à la tombée de la nuit, des déambulations sans but au milieu des ruines qui nous rappellent que d’autres ont été là avant nous… Pour des sommes très raisonnables, il

- 45 -

est possible de pousser l’expérience encore plus loin en séjournant dans un hôtel historique de la Corniche. Une ville moderne en mouvement Alexandrie c’est aussi la deuxième ville d’Egypte et une ville de plusieurs millions d’habitants. C’est aussi une ville jeune, dynamique dans laquelle les initiatives sont nombreuses et la jeunesse cultivée s’y retrouve dans les nombreux cafés et centres culturels. Loin de s’endormir sur son riche passé, la ville et ses habitants le mettent en valeur pour aller de l’avant. L’offre culturelle est très étoffée et les musées, notamment, sont particulièrement attractifs et innovants. Depuis peu par exemple, le site de Pharos accueille le premier musée sousmarin du monde. Accessible uniquement en équipement de plongée, il met en valeur les vestiges de l’antique phare qui fut une des sept merveilles du monde avant sa destruction il y a plusieurs siècles.

Vous l’aurez compris, difficile de décrire une telle ville en si peu de lignes. A titre personnel, Alexandrie est l’une de mes villes préférées parmi toutes celles que j’ai Une capitale culturelle eu la chance de parcourir. C’est une ville dans laquelle on se Athènes sent bien. Et c’est suffine manque pas non plus de musées. Parm bien sûr le plus connu et le plus visité, mais d’au sant ! Musée Benaki qui, dans une belle villa Néoclassiq de 10'000 objets sont remarquablement mis en l’Acropole et de ses vestiges. Passionnant!

les sur www.enviedebouger.com Retrouvez-les ainsiRetrouvez que d’autres informations et activités sur Textes et Photos-Ya www.enviedebouger.com

Texte et photos Yanis Chauvel DR. Enviedebouger.com


patrimoine

notre histoire.ch par Michel Savioz de Vissoie

Les fameux «lacets» de Niouc, entre Sierre et Anniviers. Probablement dans les années 1950

Collection Georges Rossi Editions Perrochet, Lausanne

Impressum

Bienvenue aux non-résidents

Les 4 Saisons d’Anniviers

Abonnez-vous !

Comité de rédaction : Christiane Favre (Conseillère communale) Valentin Crettaz (Président Ski-Team Anniviers) Christian Caloz (Président FC Anniviers) Frédéric Pellat (Président HC Anniviers) Martin Hannart (Président Montagne-Club Anniviers) Paolo Marandola (Imprimerie d’Anniviers sàrl) Rédaction : Janine Barmaz, Simone Salamin, Yanis Chauvel Correctrice : Ursula Surber Impression : Imprimerie d’Anniviers sàrl, Vissoie Remerciements : Commune d’Anniviers et tous les annonceurs Mode de parution : trimestrielle Tirage : 2’100 exemplaires

Pour soutenir la jeunesse sportive du Val d’Anniviers

Des journaux sont à disposition dans les différents offices du tourisme d’Anniviers et de Vercorin, dans les bureaux communaux d’Anniviers ainsi que dans la caissette située sur le bâtiment de la poste à Vissoie, à côté de l’entrée d’Anniviers Tourisme.

- 46 -

Tarif : 50.-/an (4 éditions) en Suisse et 100.-/an à l’étranger. Adressez votre demande par e-mail à impa@impa.ch ou par courrier à Imprimerie d’Anniviers 4 Saisons d’Anniviers, 3961 Vissoie.


www.mellymeubles.com

Chandolin

+41 27 480 18 19 www.immobilier-vacances.ch I chandolin@immobilier-vacances.ch

Grimentz

Immobilia-Grimentz

+41 27 476 17 60 www.i-g.ch I info@i-g.ch

Grimentz-Location

+41 27 475 31 31 www.grimentz-location.ch I info@grimentz-location.ch

Afim Immobilier Vacances

+41 27 45 45 00 www.immobilier-vacances.ch I st-luc@immobilier-vacances.ch

Etoile de St-Luc

+41 27 475 57 57 www.etoile-immo.ch I info@etoile-immo.ch

Bureau d’Affaires Touristiques

+41 27 45582 82 www.batimmobilier.ch I info@batimmobilier.ch

Zinal-Chalets

+41 27 475 14 82 www.zinalchalets.ch I info@zinalchalets.ch

Zinal Vercorin

Afim Immobilier Vacances

St-Luc

Association des Agences immobilières du val d’Anniviers

w w w. a n n i v i e r s - l o c a t i o n . c h

- 47 -


E P I N E Y

A R M A N D

M E L L Y

C O N S T R U C T I O N

M

E

L

L Y

S A V I O Z

R

A

P

& H

F I L S Y

A N D R É

S A S

S A

V I S S O I E

S A

Z I N A L

A

A Y

E

R

V I S S O I E

SALAMIN CONSTRUC TION SA GRIMENTZ E P I N E Y

A R M A N D

M E L L Y

C O N S T R U C T I O N

M

E

L

L Y

S A V I O Z

R

A

P

& H

F I L S Y

A N D R É

S A S

S A

V I S S O I E

S A

Z I N A L

A

A Y

E

R

V I S S O I E

EPINEY ARMAND & FILS SA VISSOIE

SALAMIN CONSTRUC TION SA GRIMENTZ M E L LY C O N S T R U C T I O N S A Z I N A L

E P I N E Y

A R M A N D

&

F I L S

M E L LY R A P H Y S A AY E R

M E L L Y M

E

C O N S T R U C T I O N

S AV I O Z A N D R E S A V I S S O I E

L

L Y

R

A

P

H

Y

S

S A

V I S S O I E

S A

Z I N A L

A

A Y

E

R

SALAMIN CONSTRUCTION SA GRIMENTZ

S A V I O Z

A N D R É

S A

V I S S O I E

SALAMIN CONSTRUC TION SA GRIMENTZ E P I N E Y

A R M A N D

M E L L Y

C O N S T R U C T I O N

M

E

L

L Y

S A V I O Z

R

A

P

& H

F I L S Y

A N D R É

S A S

S A

S A A

V I S S O I E Z I N A L A Y

E

R

V I S S O I E

SALAMIN CONSTRUC TION SA GRIMENTZ E P I N E Y

A R M A N D

M E L L Y

C O N S T R U C T I O N

M

E

L

L Y

S A V I O Z

R

A

P

& H

A N D R É

F I L S Y

S A S

S A

S A A

V I S S O I E Z I N A L A Y

E

R

V I S S O I E

SALAMIN CONSTRUC TION SA GRIMENTZ

4 saisons 32  
4 saisons 32  
Advertisement