__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

DOSSIER

La DOmOtIquE pOuR unE habItatIOn pLuS écOnOmIquE LE pOInt SuR :

tESt DOmOtIquE :

IntERRuptEuRS Et pRISES DE cOuRant haut DE gammE

unE caméRa à REcOnnaISSancE facIaLE 3 quEStIOnS à :

ROgER LEcLERc, fOnDatEuR DE cOgELEc Retrouvez la version ebook sur www.filiere-3e.fr Une publication de 3eMédias

ISSN : 2297-098X

ELECTRICIEN+ N. 58 - SEpTEmbRE/oCTobRE 2015


David Le Souder

Une maison connectée pour un habitat plus sûr, plus confortable, plus autonome et plus économe La maison de demain sera intelligente. Cette maison allie confort maximal, économie d’énergie et sécurité. Cette maison ajuste la température pièce par pièce selon la présence des habitants. Cette maison s’adapte aux conditions climatiques. Cette maison se protège et nous protège. Eh bien, cette maison fait partie des aspirations de vos clients mais ils ne savent pas encore l’exprimer. Autrefois réserver aux acteurs de l’électricité, le smarthome fait enfin partie intégrante des gammes de Samsung, Sony, LG, Panasonic, Apple, Withings, Archos, MyFox mais aussi Somfy, et tant d’autres. Des capteurs de sons, température, humidité, présence d’eau ou de gaz, mouvements, luminosité, anémomètre, disséminés dans la maison renseigneront en temps réel des potentiels problèmes. Les freins sont levés et chacun accepte et comprend que la technologie invisible est à notre service et que nous en sommes les maîtres. Le bon vouloir de chacun prend du temps. Mais ceux qui commencent à imposer cette technologie sont les assureurs qui récompensent financièrement les bons habitants. En cas de sinistres lourds, le fait d’avoir équipé ces systèmes de préventions peut augmenter le dédommagement perçu par son assureur. Tout comme pour la caméra embarquée dans une voiture, le but est d’inciter le client à la vigilance. C’est du gagnant-gagnant puisque l’assuré est mieux protégé et l’assureur a moins de probabilité d’indemnisation. En France, Axa est pionnier sur ce secteur. De son côté, Engie, ex-GDF-Suez, dispose d’une maison smart pour tester les solutions. Outre le pilotage de la consommation d’énergie, elle produit et stocke sa propre énergie renouvelable, permettant sa revente. Au confort apporté par la programmation de l’électroménager, elle associe la maintenance de ces équipements. Elle veille à notre confort, mais aussi sur notre santé, en offrant de nombreux équipements permettant le maintien à domicile et le contrôle de l’état de santé des personnes fragiles. Enfin, grâce à ses détecteurs de fumée ou ses systèmes de fermeture des accès, elle sait se protéger elle-même contre les intrusions ou les incendies. Toutes ses solutions existent, s’installent dans les programmes neufs mais le cœur de l’activité se situe dans la rénovation. Le plus difficile pour un intégrateur est de faire prendre conscience de l’utilité d’investir dans ses systèmes. Si les assureurs ou les énergéticiens poussent ces solutions, ils œuvrent pour la domotique pour tous. Autant de solutions smart qui rendent, au quotidien, l’habitat plus sûr, plus confortable, plus autonome et plus économe. David Le Souder smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 3


SOMMAIRE © Fotolia

© DR

7 EvEnEMEnt

3e Médias, 39 Rue jean-Baptiste Pigalle - 75009 Paris - tél : + 33 (0)9 82 34 89 62 fax : + 33 (0)1 44 92 50 51 - Directeur de la publication : jean Tillinac - Rédacteur en chef : david Le Souder - Relations lecteurs : Solène Collat - Publicité : Sandrine de Montmorillon 06 51 30 28 68 - sdm@filiere-3e.fr - Conception et réalisation : Planète Graphique Studio - 95, boulevard Berthier, 75017 Paris Impression : imprimerie de Champagne, 52200 Langres - Routage : ARS © 3e Médias, Paris. Reproduction interdite. Toutefois, des photocopies peuvent être réalisées avec l’autorisation de l’éditeur. dépôt légal : octobre 2015 L'Electricien est un périodique inscrit à la Commission paritaire des publications et agences de presse sous le n° : 0617 T 92734

LISTE DES ANNONCEURS V-TAC ..................................... Cavalier SES AUTOMATION ................ 3e de couv. AGI-ROBUR ............................... 4e de couv. CASTORAMA ................................................. 6 fLUkE................................................................ 9 hAGER ........................................................... 19 SLV ................................................................... 21 dyMO ............................................................. 23 CITEL............................................................... 27 PASSI BAT .................................................... 28 SLV ................................................................... 31 MAISON dU MIEUx VIVRE .................. 32 fORUM LEd ................................................ 35 MELjAC ......................................................... 41 LEd hUT........................................................ 43 GENERAL CABLE ..................................... 54 INTERCLIMA-ELEC ................................. 56

36 S2ICF

7 Mondial du bâtiment : Grand prix smart home&building

36 La supervision d’appareils connectés Vers une offre globale, maintenance incluse

10 TEndAnCEs Et mARChés

38 InnOvAtIOns

10 Electriciens sans frontière : haïti 500 écoles Evènement : INTERCLIMA+ELEC 2015 : 400 exposants inscrits 11 Electricité : Qualifelec célèbre ses 60 ans en route vers l’e-dossier Concours Lumières 2015 : Citeos remporte les trois premiers prix 12 A LIRE 13 Tarifs réglementés : La fin le 1er janvier 2016

38 e-robur, la marque spécialisée dans l’outil professionnel pour électriciens

14 IntERvIEw

44 applICAtIOn

14 Marcel Torrents, président de delta dore

16 DOssIER

44 Electricité domotique : Rénovation de la gare de Toulon 46 Eclairage architecturale Mise en valeur d’une salle de mariage

16 Habitation : La domotique pour une habitation plus économique

48 VIE COnnECtéE

40 TRIbunE 40 Eclairage : Ampoules et luminaires LEd, halte à la désinformation !

42 LE pOInt suR 38 Appareillage électrique Interrupteurs et prises de courant haut de gamme

48 Google partout ce n’est déjà plus de la science-fiction

24 LEttRE 24 Retour sur une session d’information des nouveaux dirigeants

26 TEChnIquE 26 Foudre : Protection et prévention des installations classées 29 Détecteur de fumée DAAF Report de la date obligatoire

50 TEst DOMOtIquE 50 Netatmo Welcome : Une caméra à reconnaissance faciale

52 pROduIts 55 3 quEstIOns à 55 Roger Leclerc

33 LE pOInt suR 33 Appareils de mesure : Les bons outils pour vérifier le rendement énergétique

SmaRThomE ELECTRICIEN+ N. 58 - SEpTEmbRE/oCTobRE 2015 - 5


MonDIaL Du bâTIMEnT

Grand prix smart home&building

© DR

“ Parmi les trois projets nominés dans chaque catégorie, une réalisation domotique et une réalisation immotique ont été récompensées.

L

e 28 septembre ce sont tenus les Résultats du Concours de l’innovation du Mondial du bâtiment. L’ancien concours smarthome, créé conjointement par Electricien+ et La maison communicante, se nomme désormais Grand Prix smart home&building et s’expose au monde entier. Parmi les trois projets nominés dans chaque catégorie, une réalisation domotique et une réalisation immotique ont été récompensé. Le jury, composé de journalistes et professionnels expérimentés indépendants, s’est réuni début

Le théatre de Paris accueille la cérémonie du Concours de l’innovation du Mondial du bâtiment

juillet. Autour de François-Xavier Jeuland, Maison communicante et président de la Fédération Française de Domotique et de David Le Souder, rédacteur en chef du magazine smarthome Electricien+ se tenaient Serge Lemen de la Smart Building Alliance, Vianney Fullhardt de Eiffage, Lionnel Sherman de Henri Domotique, Patrice de Goy de Habitat&Technologies, Philippe Nunes de Xpair et Cédric Locqueneux du blog Maison et domotique. Presque 7 heures ont été nécessaires pour analyser les projets, débattre  et voter. Les critères pris en compte lors du vote étaient les suivants : • bénéfice utilisateur • efficacité énergétique • accessibilité • qualité de conception et d’installation • impact en matière de confort, de multimédia, de sécurité

SmaRThomE ELECTRICIEN+ N. 58 - SEpTEmbRE/oCTobRE 2015 - 7


Le lauréat Grand prix smarthome Grand PrixSmarthome Nicolas Barbé (entreprise EDI Barbé) accompagné de l’installateur électricien, Philippe Mousset a reçu le trophée des mains de François-Xavier Jeuland, Président de la Fédération Française de Domotique.

EDI Barbé Projet de rénovation / extension d’une maison de vacances avec d’importantes contraintes d’intégration et de simplicité d’utilisation imposées par l’architecte et le maitre d’ouvrage. Technologies principales : KNX / Jung, Hager, Control 4, Cisco, Integra, Mobotix, Schneider

© DR

© DR

© DR

Grand Prix Smartbuilding Jeremy Fleurus de Dom6 a reçu le grand prix Smartbuilding 2015 des mains de Serge Le Men, viceprésident de la Smart Building Alliance, pour son travail d’intégration dans l’Hôtel de région Auvergne

Dom6 Construction d’un immeuble de bureaux de 16.000m2 exemplaire en termes d’innovation et d’intégration smart, en particulier, les fonctions de recloisonnement graphique. Technologies principales :  KNX, Modbus, Bacnet, Kieback & Peter, Schneider, Siemens, Crestron, Dogate

© DR

Le lauréat du Grand prix smartbuilding

Techologis Projet de maison connectée intelligente et autonome avec gestion de scénarios avancés et automatiques à prix très compétitif. Technologies principales :  ZWave, Oregon, IP / Fibaro, Zibase, Qubino, Sonos, Foscam

© DR

Bluelinea Projet d’installation domotique permettant au propriétaire, lourdement handicapé, d’avoir une certaine autonomie sans être tributaire d’un tiers. Technologies principales : KNX / Hager, Theben, Crestron, Schneider, Paradox, Mobotix

Une visibilité sans précédent

Ouest Domotique Intégration domotique dans 80 logements d’un centre de vacances. Il s’agit d’un exemple intéressant d’application domotique appliquée au tertiaire pour plus d’efficacité énergétique et de productivité du personnel (supervision, contrôle à distance). Technologies principales : KNX TP/IP, Modbus RTU/IP ABB/Lifedomus/Circutor

Pour les deux lauréats, c’est une opportunité de communication sans précédent puisque les réalisations exemplaires seront visibles des 350.000 visiteurs attendus sur les tours de l’innovation disséminées dans les 8 halls du Parc des expositions de Paris Nord Villepinte : • production d’un clip de présentation du projet sur les écrans géants des Tours de l’Innovation présentes dans chaque hall (totems de 7m de haut), • organisation d’une conférence dans l’un des Forums pour présenter la réalisation avec communication dans le programme officiel, • mise à disposition du logo du Grand Prix pour utilisation dans leur communication • relais dans la presse généraliste et spécialisée.

8 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

© DR

© DR

Spie Intégration smart dans un immeuble collectif de 110 logements avec une forte convergence domotique-vidéophone-Affichage RT2012 et un soin tout particulier apporté à l’accompagnement des occupants (ergonomie des interfaces, mode d’emploi, support téléphonique…) Technologies principales : KNX / Schneider, Casanova, Urmet

© DR

Les autres projets nominés pour le Grand prix Smartbuilding

Retrouvez dans le numéro 59 de décembre 2015 et 60 de février 2016 de smarthome Electricien+, le descriptif détaillé des projets gagnants.

© DR

Les autres projets nominés pour le Grand prix Smarthome


smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 9


Jean Daniel Napar

(Siemens Building Technologies) a été élu Président de l’Association Européenne de la régulation et GTB eu.bac (European Building Automation and Control)

Denis Oustryc est nommé Directeur des Systèmes d’Information de Socoda. Il occupait les fonctions de Directeur des Systèmes d’Information pour le groupe Spie batignolles. Rexel annonce la nomination de Thierry Delarue en tant que Directeur de la Stratégie et de la Transformation

Monsieur Laurent Tardif a été élu au poste

de Président du Bureau du Sycabel, le syndicat des câbles.

Fabrice Boutet est

nommé Directeur France du Groupe Aldes, leader français de la qualité d’air intérieur et spécialiste européen du confort thermique.

Elise Feuillepain

nommée PDG de m2ocity, entreprise créée par Veolia et Orange, 1er opérateur télécom dédié aux objets connectés en France.

Richard CHERY a été

nommé Président du CLAB, le Comité de Liaison ApproBâtiment récemment créé au sein de la CGI (confédération du Commerce de Gros et International).

La Martinique à énergie positive Dans le cadre du programme Image, INGETEAM et SUNZIL ont créé Sunstockage, pour que les particuliers puissent produire leur énergie propre et stocker l’énergie non autoconsommée, en envoyant les excédents sur le réseau électrique. 65 familles test recevront leur matériel Sunstockage complet : - une centrale solaire photovoltaïque de 5 KWc intégrée à la toiture de la maison, - un stockage d’énergie Lithium Ion dernière génération de 7 KWh, - un système de gestion de l’énergie unique etintelligent, développé par SUNZIL. - un chauffe-eau solaire 200 l agréé. Le financement est porté par SUNZIL

Electriciens sans frontière

Haïti 500 écoles

E

n Haïti, l’accès durable à une électricité fiable, efficace et la plus propre possible demeure un luxe pour nombre de personnes, notamment les enfants. A ce jour, de nombreuses écoles sont encore plongées dans l’obscurité dès 18 h. Cela signifie pour les écoliers de ne pas pouvoir faire leurs devoirs dans la classe, ni recevoir des cours de soutien et encore moins utiliser des moyens de formation et d’information modernes. Pour remédier à cette situation, un programme d’électrification de 500 écoles a été initié en juin dernier. Il vise, entre autres à équiper les salles de classes de tableaux numériques. Ces outils devraient ainsi permettre aux enseignants et aux élèves d’accéder à de nouveaux contenus pédagogiques et de se familiariser avec les outils informatiques. Financée par la Banque Mondiale dans le cadre du programme PRELEN (Projet de Reconstruction de l’Infrastructure Electrique et d’Expansion de l’Accès à l’Energie), cette opération, pour sa dimension

© DR

NOMINATIONS

« électrification  » sera conduite par une trentaine de bénévoles Electriciens sans frontières sur les aspects techniques et de pérennisation. En effet, les bénévoles formeront des électriciens locaux à la maintenance des installations afin de renforcer les compétences locales.

Evènement

INTERCLIMA+ELEC 2015 : 400 exposants inscrits

A

u programme du Mondial du bâtiment, le plus grand salon sur les métiers du bâtiment, les toutes dernières technologies au service de l’efficacité énergétique et du confort dans le bâtiment. INTERCLIMA+ELEC met à l’honneur les toutes dernières technologies – dont les objets connectés et les smart

Le label « MyHOME team »

technologies – qui permettent d’optimiser la consommation énergétique et le confort dans le résidentiel, le tertiaire et l’industriel. Comment construire ou rénover différemment et durablement ? Comment mettre à niveau ses connaissances en matière de normes et de réglementations ? Interclima+Elec 2015

en matière de nouvelles technologies et 53 % des

Le réseau d’électriciens Legrand, c’est plus de 10 000 installateurs dans toute la France, parmi lesquels près de 1 000 professionnels spécialisés en domotique. Dans ce cœur de métier en pleine expansion, on retrouve les électriciens labellisés « MyHOME team », un réseau d’installateurs unique formés aux dernières innovations et produits domotiques Legrand. La garantie de bénéficier d’une expertise et de solutions sur mesure pour votre maison.

possesseurs de tablettes ou smartphones en ont

Appareils ménagers connectés Les consommateurs français sont prêts !

Ainsi, 30 % voient un frein à l’obligation de créer un

Selon une étude du Gifam en partenariat avec Toluna, 70 % déclarent se tenir au courant de l’actualité

des informations personnelles que sur des sites de

10 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

un usage intensif. Les français s’intéressent également aux propositions qui l’aideront à mieux gérer son quotidien et son budget : le réfrigérateur donnant des informations sur le stock restant et les dates de péremption (59 % y voient un bénéfice) ou encore l’application qui permettra de connaître le nombre de cycles réalisés tous les mois et sa consommation en électricité (57 % s’y intéressent). compte client et 46 % d’entre eux ne communiquent marques en lesquelles ils ont confiance


Electricité

Qualifelec célèbre ses 60 ans en route vers l’e-dossier

T

hierry Hénault a dévoilé les évolutions majeures de Qualifelec avec de nouveaux référentiels clarifiés et adaptés, un process de qualification plus rapide et homogène et un site internet modernisé avec de nouveaux services. Désormais, la qualification Installations Electriques E1, E2 et E3 est remplacée par : - La qualification Logement - commerce - petit tertiaire, soit pour les ERP de 5ème catégorie, soit pour les ERT <400m² ou <100 personnes. - La qualification Moyen - gros tertiaire - industrie, soit pour les ERP de la 1ère à la 4ème catégorie, soit pour les ERT >400m² ou >100 personnes. Au sein de cette famille, de nouvelles mentions apparaissent comme : - La mention Infrastructure de Recharge pour Véhicules Electriques. - La mention Logement connecté. La mention SPV (Solaire photovoltaïque) disparait au profit d’une qualification SPV. Voilà qui va faire parler chez les intégrateurs domotique.

Concours Lumières 2015

Citeos remporte les trois premiers prix 1er prix pour la mise en lumière du château de Chaumont-surLoire (Centre-Val de Loire), Citeos a installé un éclairage externe économe à technologie LED. Tantôt blanches, tantôt colorées, les illuminations nocturnes permettent de magnifier les volumes et détails de ce monument historique, tout en préservant son environnement naturel. 2ème prix : « Les Pissenlits », au sud de Lille, ont été conçus pour offrir un moment d’évasion poétique aux automobilistes. 3ème prix : La mise en lumière de la base sous-marine de Saint-Nazaire.

IFA 2015

Legrand connecté avec la maison Allseen Alliance

L

egrand a présenté ses solutions smart home mises en scène dans une maison connectée présentée, au sein de l’alliance AllSeen. Cette alliance internationale vise à favoriser l’adoption, au niveau mondial, de produits et de systèmes de l’Internet des Objets, en facilitant leur association, leur interaction et l’échange des données, via un langage commun et ouvert. Legrand aux cotés des plus grandes marques de High Tech (LG, Sharp, Panasonic, Electrolux, Haier, Sony, Philips, Canon, Microsoft, Qualcomm, Qeo, Silicon Image…) est pleinement impliquée dans le développement de ce langage IP appelé AllJoyn, adopté par l’ensemble de ces acteurs. Tout ceci dans la suite du lancement du Programme ELIOT, pour accélérer le développement de l’offre connectée Legrand.

Autoconsommation et renvoi sur le réseau Avec la baisse des tarifs d’achat du courant photovoltaïque et, a contrario, la hausse du prix du kWh facturé par EDF, il n’est désormais plus pertinent de revendre l’intégralité de sa production solaire. Les particuliers et exploitants disposant de petites installations de toiture ont plus intérêt à consommer leur propre production et à n’injecter que le surplus sur le réseau. La production non consommée est revendue à EDF via un contrat d’obligation d’achat, pour un tarif proche de 13 centimes d’euros du kWh (contre 10 centimes pour un kWh consommé). Le tertiaire est le plus intéressé car la production de jour est aussitôt consommée sans nécessité de stockage.

General Cable récompensé Lors de la 9e édition des Trophées des Achats, General Cable est Lauréat de la catégorie « Achats Durables et Responsables », qui récompense la politique achat qui a su le mieux intégrer la gouvernance d’entreprise, la protection de l’environnement, la sécurité des personnes, le commerce équitable et la responsabilité sociétale des entreprises. General Cable a reçu la médaille d’or pour sa démarche Achats Responsables, originale et pragmatique totalement intégrée au système de management QSE-RSE (ISO9001ISO14001- OHSAS18001) en France. Le pilotage de cette démarche s’appuie sur le développement d’outils méthodologiques.

Le marché de l’IoT Selon Orange, l’ensemble des entreprises a vu l’opportunité d’investir dans les objets connectés, 21 % sont déjà totalement équipées et 38 % le sont partiellement. Aujourd’hui, seulement 15 % des acteurs n’ont pas envisagé les possibilités offertes par l’IoT. Les mieux partis dans ce nouvel Eldorado sont les Espagnols où 30 % des entreprises ont des initiatives dans l’IoT. On aurait pu croire que l’Allemagne serait dans le peloton de tête des pays d’Europe occidentale, il n’en est rien puisqu’elle figure à la dernière place avec 23 % d’organisations connectées. Néanmoins, ses structures industrielles devraient lui permettre de rattraper son retard d’ici 2020.

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre septembre/octobre 2015 - 11


Guide éclairage Socoda

© DR

Ce nouveau catalogue de 292 pages recense et présente l’ensemble de l’offre produits des fournisseurs référencés dans la famille Eclairage. Il apporte également toutes les informations normatives.

Choisir ses bouchons d’oreille

© DR

Fix-A-Fit est un guide complet, publié par Honewell, pour bien choisir, ajuster et utiliser ses protections auditives industrielles. Le guide Fix-A-Fit est un document pédagogique gratuit de 12 pages destiné aux professionnels chargés de protéger les employés contre le risque de déficience auditive due au bruit.

© DR

Résultat enquête du bâtiment L’enquête régionale menée par le cd2e et le cluster Ekwation « les outils numériques dans le secteur du bâtiment » avait pour objectif de faire un état des lieux des connaissances et pratiques actuelles quant aux outils numériques dans le secteur du bâtiment en région Nord Pas-de-Calais, mesurer le degré d’appropriation de ces outils et cerner les attentes des acteurs du bâtiment pour en favoriser l’intégration dans leur activité.

Fédération Française de Domotique

Fibaro, 200ème membre de la FFD

© DR

L

COP21 Le Comité 21 rappelle l’importance de la mobilisation de l’ensemble des acteurs publics, associatifs et privés en faveur des solutions concrètes pour le climat. Avec le dispositif Solutions COP21, il regroupe depuis juillet 2014 des centaines d’acteurs - associations / ONG, chercheurs, collectivités territoriales, entreprises, créateurs et artistes, médias… – déjà engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique. Objectif : partager les solutions climat avec le grand public sur un hub (www.plateformesolutionsclimat.org) et lors d’une Exposition ouverte et gratuite au Grand Palais à Paris, du 4 au 10 décembre 2015.

e fait que Fibaro rejoigne la FFDomotique  montre que le marché est en train de basculer vers une domotique moderne et sans frontière. Comme ceux de Zennio ou de Delta Dore avant elle, les produits Fibaro intéressent énormément nos adhérents qu’ils soient intégrateurs pour  répondre à des projets à moindre frais   ou opérateurs pour leur design et leur simplicité de mise en œuvre.  Notre volonté de démocratiser  l’habitat connecté pour tous passe

Partenariat La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) et NICOLL, un des leaders européens des produits en matériaux de synthèse pour le Bâtiment et les travaux publics, annoncent aujourd’hui la signature d’un partenariat poursuivant deux principaux objectifs : le développement de la formation des artisans du Bâtiment ainsi que la promotion de la qualification RGE « Reconnu Garant de l’Environnement » ECO Artisan®.

Projet Confluens Entrée de nouveaux acteurs et industrialisation imminente. Les 6 industriels jusqu’alors porteurs du projet Confluens CDVI, Delta Dore, Hager, Legrand, Schneider Electric et

12 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

par ce genre de partenariat avec des entreprises agiles, réactives et pragmatiques, souligne François-Xavier Jeuland, président  de la FFD. Pour  Ewa Bujak, PR manager de Fibaro  : «  Nous sommes heureux de faire partie d’un groupe professionnel et prestigieux comme  la Fédération Française de Domotique et sommes impatients de notre future coopération. Notre société sera représentée au sein de la fédération par notre grossiste SmartHome Europe. »

Somfy - entérinaient hier leur nouvelle feuille de route. Depuis deux ans, la société développe une solution d’interopérabilité innovante permettant aux différentes marques d’équipements de collaborer ensemble. Aujourd’hui, pari relevé, Confluens annonce dès à présent l’ouverture à de nouveaux acteurs, et l’industrialisation de la solution.

KNX a 25ans A l’occasion du 25ème anniversaire du standard KNX, le lycée COLBERT à Lorient organise une journée le 20 octobre 2015 à partir de 9 h 30. Présentation de ETS5 et de réalisations. Présence de Zennio, Jung et Rexel.


Tarifs réglementés

La fin le 1er janvier 2016

L

e 31 décembre prochain, les tarifs réglementés de vente de l’électricité dont bénéficient certaines entreprises vont disparaître, dans le cadre du processus d’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité. Tous les professionnels ayant souscrit une puissance supérieure à 36 kVA sont concernés. Ils doivent s’organiser pour signer un nouveau contrat auprès du fournisseur de leur choix. Depuis le 1er juillet 2007, les marchés de l’électricité et du gaz sont ouverts à la concurrence pour l’ensemble des clients. C’est dans ce cadre que les tarifs réglementés de vente de l’électricité dont bénéficient certains professionnels vont disparaître au 31 décembre 2015. Que va-t-il se passer le 1er janvier 2016 ? Le contrat signé avec le fournisseur historique devient caduc. Si aucune démarche n’est effectuée d’ici là, le contrat basculera automatiquement sur une offre de marché par défaut, proposée par le fournisseur historique, pour une durée maximale de 6 mois. A l’issue de ces 6 mois, le client devra avoir souscrit une autre offre auprès du fournisseur de son choix. Dans le cas contraire, la fourniture d’électricité ne sera plus assurée. Il est donc préférable d’anticiper. www.findestarifsreglementes.fr/

AGENDA PRÉVENTICA LYON

Quand : DU 13 AU 15 OCTOBRE 2015 Où : Lyon Eurexpo Description : L’événement référence pour tous les acteurs de la maîtrise des risques.

SALON WORLD EFFICIENCY

Quand : DU 13 AU 15 OCTOBRE 2015 Où : Paris Expo, Porte de Versailles Description : Pour muter vers des modèles économiques moins impactants pour les ressources et le climat.

SALON ECARTEC

Quand : DU 20 AU 22 OCTOBRE 2015 Où : Messe München Description : Le plus grand salon BtoB de la mobilité électrique et hybride.

MONDIAL DU BÂTIMENT (INTERCLIMA+ELEC, BATIMAT, IDÉOBAIN)

Quand : DU 2 AU 6 NOVEMBRE 2015 Où : Paris Nord Villepinte Description : Les trois salons Interclima+elec, Batimat et Idéobain se rassemblent pour former le Mondial du Bâtiment.

JOURNÉES NATIONALES DE LA DOMOTIQUE

Quand : DU 16 AU NOVEMBRE 2015 Où : France Description : Le grand public ouvre ses portes pour présenter des projets domotiques

SILVER ECONOMY EXPO

Quand : DU 24 AU 26 NOVEMBRE 2015 Où : Paris Expo, Porte de Versailles Description : Le salon des acteurs des technologies et services pour les seniors.

ForumLED Europe 2015

Quand : DU 07 AU 08 DECEMBRE 2015 Où : Lyon - Palais des Congrès - France Description : Le plus important évènement d’Europe regroupant l’ensemble de l’écosystème de l’éclairage autour de la technologie LED

PASSI’BAT

Quand : DU 17 AU 18 DECEMBRE 2015 Où : Paris Parc Floral Description : Les journées de la construction passive.

Le tour de France et Maréchal France Télévisions a établi un protocole : « C’est tout le monde en Marechal ! » Que ce soit sur les directs sportifs (football, Rugby, 24H du Mans, Roland Garros), la messe du dimanche, les défilés mode, les journaux ou les cérémonies (Cannes, Césars), chaque couverture France ou Europe s’opère avec les prises de courant MARECHAL® 50 A, 90 A et 250 A.

4ème centre Innoval Legrand à Lyon Basé à Saint Priest et d’une superficie de 800 m2, le centre Innoval est équipé une salle technique offrant l’ensemble des solutions de Puissance et courant faible : écotransformateur sec, canalisations électriques

préfabriquées, TGBT XL³ de 125A à 4000A avec différents indices de service, mais aussi batteries de condensateurs, et des baies de brassage VDI serveur et baies avec racks haute densité, couloir froid pour data center et onduleurs. Un showroom résidentiel complète l’ensemble.

Table ronde FFIE Objets connectés La Journée des Présidents FFIE s’est tenue à Cabourg le 2 octobre. Cet atelier a regroupé une centaine d’installateurs électriciens autour des intervenants : Dimitri Carbonnelle (Livosphère), Jean-Dominique Séval (Idate), Jean-Louis Demousseau (Secrétaire Général d’IGNES). Les objets connectés doivent être l’occasion de valoriser le métier traditionnel des entreprises d’installations

électriques, à savoir disposer d’un réseau sûr et pérenne, mais aussi pour certains, d’étendre leur métier de base aux services associés, souligne le Président Emmanuel Gravier.

Co-programmation L’Université de La Rochelle, le CNRS et le CSTB s’engagent dans une co-programmation de recherche autour de 4 axes : les bâtiments durables ; les usages, la santé et le confort à l’échelle des environnements intérieurs et des modes de conception ; la maîtrise des risques ; et la simulation & outils numériques. ces travaux permettront de renforcer les connaissances essentielles pour réussir la transition énergétique, environnementale et sociétale du monde du bâtiment.

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre septembre/octobre 2015 - 13


“ © DR

Nous sommes désormais spécialistes en domotique. Aujourd’hui, le champ concurrentiel a complètement changé.

Marcel Torrents,

Président de Delta Dore

Marcel Torrents est le président de Delta Dore, pilote du projet efficacité énergétique de la Nouvelle France industrielle et est également le président de la coentreprise Confluens, née il y a deux ans du regroupement d’industriels. Electricien+ - Vous êtes président de Delta Dore depuis 2008. Avec le recul de sept ans, quelles évolutions du marché et du métier avez-vous perçues ? Marcel Torrents - Pendant trois ou quatre ans, peu de choses ont évolué, puis les tablettes, smartphones et autres outils se sont réellement développés avec des applications. Par ailleurs, la technologie de la maison était prête. Les notions de mobilité et d’autonomie ont suscité un vrai engouement, ce qui a généré de nouveaux concurrents. Nous avons vu arriver des techniciens des télécoms, des énergéticiens, puis Google, Apple, Samsung, mais aussi les banques et les compagnies d’assurance… Nous sommes bien dans la vague du numérique et des intermédiations. Les valeurs ajoutées des intermédiaires doivent être reconstruites autrement. Au départ, nous avions des métiers de base comme l’alarme, la thermique, les moteurs de volets roulants et les

commandes d’éclairage. Nous sommes désormais spécialistes en domotique. Aujourd’hui, le champ concurrentiel a complètement changé. Quand nous avons vu ces évolutions se profiler, nous nous sommes interrogés sur la définition de notre métier et sommes arrivés à la notion de pilotage du confort et des économies d’énergie dans le domaine du bâtiment. Notre cœur d’activité, c’est le pilotage. Nous intégrons aujourd’hui tous les métiers, pour traiter des surfaces de 50 m2 comme un mobile home, ou de 455 000 m2, comme le sports hub de Singapour. A REVOIR Electricien+ - Comment l’arrivée du numérique se traduit-elle ? Quels en sont les enjeux ? Marcel Torrents - Notre premier enjeu concerne la prise de conscience de notre personnel. Tout en préservant nos choix historiques et notre cœur de métier, nous devons prendre en compte les utilisateurs

14 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

qui sont devenus, avec le numérique, des interlocuteurs avertis. Jusqu’en 2013 à peu près, les clients n’avaient pas d’avis propre en discutant avec leur électricien. Les choses ont changé, grâce à Internet, aux start up qui sont de plus en plus nombreuses à s’exprimer dans la presse en matière de domotique. Tout ce foisonnement d’idées vient perturber le marché et impacter le client final qui veut avoir son mot à dire. Nous partons du principe que l’usage de la domotique se développera si elle est utilisée quotidiennement. Ce qui impliquerait par exemple d’ouvrir sa porte sans utiliser de clé, ou que la lumière ou la télévision s’allument automatiquement. Voilà la différence entre la domotique d’aujourd’hui et celle d’hier. Les entreprises pilotaient hier des éléments pour les clients sans qu’ils perçoivent forcément l’intérêt de la chose. Il faut aujourd’hui des moyens simples et adaptés, plus personnalisés. À cet égard, nous avons mis en place une interface lisible et maniable, qui utilise des photos des pièces du domicile ou du bureau pour que le client se repère facilement et puisse s’approprier l’outil. Il est ainsi possible, de manière intuitive, d’allumer une lampe à


distance, de fermer un volet, ou encore d’activer un radiateur… Pour des applications plus sophistiquées, les budgets sont plus importants. Elles donnent accès par exemple à un suivi vidéo en temps réel de vos pilotages, à la télécommande unique réunissant tous vos besoins. Electricien+ - Vous êtes très axés sur les R&D. Pouvez-vous en dire plus ? Marcel Torrents - Nous sommes une ETI familiale, notre objectif est d’investir le plus possible dans notre développement. Les technologies évoluant très rapidement, nous avons besoin de ressources pour rester innovants. Nous souhaitons investir suffisamment pour nous développer et satisfaire ce besoin. Nous sommes par exemple les seuls sur le marché à avoir une offre sur la partie alarme qui garantit votre système en termes de radiofréquence pour une durée de dix ans. Nous avons cherché à faire en sorte que les objets durent, sans changer de batterie. Si l’on considère qu’une maison contient environ 200 objets connectés, il n’est pas réaliste d’imaginer l’obligation pour l’utilisateur de changer les batteries tous les ans, ce n’est pas acceptable. Electricien+ - Qu’en est-il pour le secteur tertiaire ? Marcel Torrents - Le tertiaire n’a pas évolué à la vitesse du résidentiel, dont il ne serait pas non plus juste de dire qu’il a réellement explosé. Des acteurs comme Google ou Apple ont suscité une appétence très forte à propos du résidentiel, ce qui réveille un peu plus ce marché. Le tertiaire évolue plus lentement. Les systèmes de gestion existent depuis plus longtemps. Aujourd’hui, on pilote à distance, on donne des recommandations pour améliorer les performances énergétiques, on affine considérablement les outils. Nous atteignons un degré de sophistication qui permet d’ajuster les consommations en fonction des zones d’occupation d’un bâtiment, ou plus précisément encore, d’accorder la régulation thermique d’un bureau à l’agenda de son occupant. Nous ne sommes pas en phase de transformation fondamentale des outils à destination du tertiaire, mais plutôt dans une recherche d’amélioration et

d’évolution des systèmes, notamment vers plus de confort, plus de garanties de performances énergétiques. Electricien+ - Parlons un peu de Confluens. Quel est l’objectif de cette coentreprise qui rassemble aujourd’hui CDVI, Delta Dore, Hager, Legrand, Schneider Electric et Somfy ? Marcel Torrents - L’objectif de faire travailler ensemble des concurrents est vraiment ambitieux. Nous avons constaté que le marché du bâtiment installé est plus important que le neuf. En France, 350 000 maisons ou appartements sont construits chaque année, pour 35 millions de maisons. Pour développer la domotique, on peut se battre pour les 350 000, mais on peut aussi s’intéresser au marché existant, qui est constitué de types de réseaux variés. Les habitats sont fréquemment équipés par deux ou trois entreprises distinctes, dont les réseaux ne peuvent a priori pas être pilotés simultanément. Un client intéressé par la domotique devrait donc changer toutes ses installations… ou piloter cet ancien système grâce à un nouveau protocole, fourni par Confluens. Ce protocole ne permettra pas tout ce qui est possible avec le protocole intégré dans une application, mais il pourra commander des choses simples. C’est l’écosystème de chacun des constructeurs qui exécutera des ordres précis. La diversité des langages des constructeurs est respectée, tout en faisant comprendre à tous des demandes « basiques ». Ce procédé permet d’inciter l’utilisateur à équiper plus largement sa maison et ainsi d’augmenter le marché de la domotique. Si on laisse le marché évoluer tout seul, il y a le risque que les acteurs des télécommunications, Google, Apple et Samsung, viennent s’approprier le sujet et décréter de quelle manière ils entendent faire fonctionner la maison. Or nous connaissons bien la maison. Nous en vivons depuis longtemps. C’est pourquoi nous communiquons maintenant entre nous avec la volonté de faire entrer dans cette discussion tous les acteurs possibles. Nous les invitons à venir s’intégrer à un système, à rejoindre une communauté pour élargir leur champ d’action. C’est une opportunité pour agrandir notre marché. Le deuxième volet concerne les standards de la maison : standards européens, mondiaux, d’entreprise, dont on observe qu’ils divergent. L’utilisateur final a besoin

de pouvoir continuer à développer sa domotique, tout en utilisant et préservant sa base installée précédemment. Jusqu’à maintenant, il était inévitable de changer ses installations pour en incorporer de nouvelles, et bien évidemment peu de clients étaient prêts à de pareilles dépenses. Electricien+ - Vous dites bien que votre démarche consiste à inviter le plus d’acteurs possible à rejoindre la dynamique. Quelles réactions recevez-vous aujourd’hui ? Marcel Torrents - Les grands confrères nous sollicitent pour pouvoir entrer dans la spécification du système, ainsi que tous ceux qui sont proches : la climatisation, les pompes à chaleur, le conditionnement d’air, les réfrigérateurs, les lampes… Electricien+ - Est-ce valable également dans le tertiaire ? Marcel Torrents -Dans le petit tertiaire essentiellement : le grand tertiaire a déjà beaucoup travaillé à la normalisation de ses réseaux. Il y a des processus déjà établis. Les besoins en termes de débit et de sécurité induisent des règles du jeu spécifiques déjà bien établies. Les réseaux de communication sont ouverts. En général, ce sont de vrais standards. Il peut y en avoir par nature d’activité, des réseaux pour l’éclairage, pour les volets roulants, pour les utilités dans le bâtiment. Ce sont des réseaux connus que chacun sait utiliser. En d’autres termes, le travail est déjà fait, l’interopérabilité se fait via un ordinateur, grâce à des programmes puissants. C’est un de nos points forts : nous ne changeons pas le système du client, nous venons nous intégrer, récolter les informations là où elles sont, les traduire, les utiliser, les compacter, et renvoyer les ordres. Electricien+ - L’approche tertiaire est très intéressante, elle est plus industrielle, plus professionnelle. Marcel Torrents -Sur le thème de la rénovation, les installateurs et rénovateurs ont un marché à prendre, qui est le plus important en termes de potentiel. Le volume de travail est énorme, en France et dans le monde entier. La démarche conduite par Confluens est, elle aussi, destinée à l’international, réunissant des acteurs d’envergure internationale.

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 15


© Honda

habitation

La domotique pour une habitation plus économique Considérée il y a encore peu comme un gadget, la domotique s’est imposée depuis l’obligation de la RT2012. Car dans ce cas, outre le confort gagné au quotidien, la domotique permet de faire de réelles économies d’énergie. En ces temps de crise économique avec le prix des énergies en constante hausse, moins dépenser est un argument qui séduit de plus en plus de particuliers. L’Agence Internationale de l’énergie prévoit une augmentation de 70 % de la consommation énergétique d’ici à 2035, d’où une tension croissante sur les prix. La RT 2012 passe non seulement par l’instauration de nouvelles normes de construction et d’équipements pour la réalisation de bâtiments basse consommation mais également par le financement de vastes plans de rénovation des bâtiments existants. C’est sur ce marché que les intégrateurs domotique doivent concentrer leur énergie. David Le Souder

16 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015


A

près un échec cuisant dans les années 1980, elle connaît aujourd'hui un renouveau. La domotique n'est plus perçue comme un gadget inutile, mais comme une technologie qui rend de réels services. Rien ne sert en effet de mettre de la technique partout, si cela ne correspond pas à un besoin précis. L’approche raisonnée l’a emportée sur le tout domotique. Des packs s’adaptent avec des solutions adaptées aux différents usages. Fini aussi les usines à gaz dont la complexité rendait l'usage incompréhensible pour les non technophiles. Combien de fois a-t-on vu des interrupteurs tactiles à multiples boutons avec des étiquettes pour repérer les fonctions. L’usage l’emporte maintenant sur la technologie et l’intégrateur doit changer son discours. Communicante, interactive, multifonctionnelle, la domotique d'aujourd'hui s’adapte aux besoins de chacun et il faut le faire savoir. Les jeunes Millénaires ont l’internet dans la peau et l’envie d’être le prochain Google ou Nest. En cela, ils innovent, s’affranchissent totalement des codes historiques d’un secteur qui se transforme depuis l’arrivée du numérique. Ces jeunes start-up innovent et forcent les acteurs installés à muter et à évoluer pour ne pas mourir. Les industriels des secteurs d’activité concernés (voir la roue du secteur domotique) déploient des trésors d’ingéniosité pour trouver des solutions technologiques adaptées à leur domaine qui répondent aux préoccupations des usagers et notamment celles des économies d’énergie. Le Mondial du bâtiment est l’illustration des tendances du marché. Trop de personnes pensent que seul le bâti et l’enveloppe du bâtiment permettent de faire des économies. Même si la part de l’isolation est importante, elle ne suffit pas à maintenir une performance énergétique dans le temps. Les nouveaux matériaux utilisés par les bâtisseurs garantissent un niveau de performance énergétique élevé. Le développement des énergies renouvelables permet de baisser la facture énergétique mais également de limiter l’empreinte environnementale de chacun. A l’heure de la conférence mondiale sur le climat à Paris en décembre 2015, les gouvernements ont leur part d’engagement à respecter mais chaque personne a sa propre responsabilité. Ce n’est pas toujours l’autre qui doit montrer l’exemple. Notre empreinte sur l’environnement, rejoignant en cela l’objectif que s’est fixée la communauté internationale de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050. Les équipements et appareils installés (chauffage, ventilation, climatisation, éclairage, volets et stores roulants) et surtout leur mise en relation à travers des scénarii garantissent une non dérive des comportements. Seule l’association du passif (enveloppe) et de l’actif (capteurs) peut permettre de diminuer la facture énergétique et par la même occasion la hausse des températures.

Secteurs actifs dans la domotique

Une maison communicante Grâce à la RT2012, les constructions neuves doivent disposer de moyens de contrôle des consommations énergétiques depuis le 1er janvier 2013. Leur visualisation n’est pas obligatoire mais vivement conseillée. Le législateur s’est appuyé sur les nouvelles technologies de l’internet pour mieux contrôler l’efficacité énergétique de l’habitat. Des études montrent ainsi qu’on peut réaliser jusqu’à 12 % d’économie d’énergie par la simple remontée d’informations en temps réel sur la consommation du foyer. En effet, le développement des télécommunications et des réseaux sans fil apportent un plus dans l’optimisation de la consommation énergétique. L’installateur doit sans cesse répéter que les systèmes de contrôle permettent d’agir de manière efficace et «  jouable  » sur les différents équipements de la maison à partir de commandes centralisées. Cette Moins dépenser, c’est facile ! • Eclairer si nécessaire, • Eteindre les lampes dans les pièces vides, • Avoir une intensité lumineuse adaptée aux différentes activités, • Préférer les lampes LED, • Chauffer à 19°C pour des pièces à vivre et 15°C dans les chambres, • Avoir des volets roulants à fermeture automatique, • Avoir des appareils électriques A+++, • Avoir un commutateur central pour éteindre les appareils en veille et toutes les lampes, • Utiliser les cycles courts des machines à laver pendant les heure creuses, • Faire réviser chaque année votre chaudière, • Installer un contrôle de chauffage pièce à pièce. smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 17


centralisation permet également, grâce à l’internet, d’intervenir à distance en fonction de l’évolution des circonstances et prendre le contrôle de la chaudière.

Quelques capteurs bien réfléchis coûtent quelques centaines d’euros et, quelques adaptations simples permettent de réduire sensiblement la consommation d’énergie des bâtiments résidentiels, en plus de modifier certaines habitudes.

Prime Plus : un accompagnement pour la rénovation énergétique Le site Prime Plus vise à accompagner les particuliers souhaitant se lancer dans un projet de rénovation énergétique de leur habitat. La plateforme propose différents outils de conseil et de contact, pour trouver des aides et des professionnels proches de chez soi. Prime Plus intègre ainsi différents services et informations auparavant épars, incitant ainsi l’utilisateur à prendre l’importante décision que constitue la rénovation énergétique de son habitat. Pour ce faire, le site héberge un simulateur de diagnostic de performance énergétique : ce dernier est conçu pour suivre la méthode de l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) 3CLDPE. Pour en savoir plus : http://www.prime-plus.fr/.

En 2020, toutes les constructions devront être à énergie positive. C’est à dire que la maison consomme moins que ce qu’elle produit. On la nomme BEPos, bâtiment à énergie positive. Pour atteindre cette efficience et non efficacité, la maison devra être intelligente (smarthome). Elle renverra son électricité produite sur un réseau intelligent (smartgrid) qui ne pourra pas fonctionner de manière centralisée en étoile. Chaque bâtiment deviendra producteur, distributeur et acheteur d’énergie. Le travail est immense pour passer le cap et tout doit devenir intelligent des immeubles (smartbuilding), à l’éclairage public (smartlighting) en passant par la gestion de la ville (smartcity). Le rôle des électriciens et intégrateurs est énorme. L’objectif recherché en rendant dès aujourd’hui la maison intelligente est de tendre vers le bâtiment à énergie positive. La gestion généralisée et optimisée des consommations de l’habitat est couplée à des dispositifs de production locale type éolien ou photovoltaïque et s’appuie sur des moyens de stockage incluant notamment le véhicule électrique. L’état a validé depuis quelques mois déjà l’installation massive des compteurs électriques communicants Linky. Cette généralisation dans les installations de compteurs électriques communicants de dernière génération permettra une distribution intelligente de l’énergie sur le réseau. Selon les volontés de chacun, le responsable du réseau électrique pourra s’adapter aux contraintes de consommation en gérant les périodes d’effacement planifiées ou non. Pourquoi utiliser la domotique ? Tout d’abord parce que rénover l’enveloppe de l’habitat est certes efficace mais coûte très cher. Quelques capteurs bien réfléchis coûtent quelques centaines d’euros et, quelques adaptations simples permettent de réduire sensiblement la consommation d’énergie des bâtiments résidentiels, en plus de modifier certaines habitudes. Gérer la lumière, piloter le chauffage, automatiser le fonctionnement des volets… la domotique facilite le quotidien de la maison et apporte une réponse à un défi qui nous concerne tous : économiser l’énergie. En poussant l’intégration, certaines installations ont diminué de presque 50  % leur consommation

18 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

d’électricité. En contrôlant les prises et les éclairage, l’interrupteur central permet de couper l’énergie de la maison pendant les absences. Toutes les possibilités offertes par la domotique (veille, gestion de l’éclairage et du chauffage) permettent immédiatement de réduire la dépenses énergétique de 6 à 10 %, pour une intervention minime. Poussée par le moteur Grenelle de l’environnement, la performance thermique de la maison constitue un argument de taille en faveur de la domotique. Une installation domotique bien conçue, c’est 25 à 30 % d’économies énergétiques par an. L’obligation de maîtriser ce type de coût justifie à elle seule le recours à l’automatisation et à des scénarios de gestion domestique.  Même si la multiplication des équipements programmables et des objets interconnectés améliorent le confort et la sécurité auxquels tout un chacun aspire, cela permet de concrètement de réaliser des économies d’énergie. Des détecteurs de mouvement permettent ainsi de commander l’extinction de la lumière dans une pièce inoccupée, ce qui est intéressant à considérer quand on sait que l’éclairage représente 15 % de la consommation électrique. Le contrôle des ouvrants selon les heures, la température et l’ensoleillement participe activement au confort des habitants mais surtout à isoler du froid comme du chaud l’habitation. Les nouvelles box domotique d’aujourd’hui permettent de programmer des scenarii adaptés à chaque mode de vie de manière conviviale Domotique et pilotage du chauffage Le chauffage représente 60  % de la dépense énergétique moyenne du logement. C’est donc tout naturellement, sur ce poste, que les efforts doivent se concentrer. Il faut savoir qu’une baisse de la température d’un degré diminue la facture énergétique globale de 7 %. Pour une efficacité maximale, l’installateur doit proposer de poser une box pour gérer le chauffage en multizone. Cette version évoluée des têtes thermostatiques permet de gérer en central les températures choisies par pièce selon un agenda. De 8 h à 17 h, rien ne sert de chauffer. Mais en y ajoutant des thermostats connectés qui détectent la position des individus grâce à leur smartphone dans la maison mais également à l’extérieur du domicile, le système de chauffage se mettra en route quand il détectera que l’habitant est sur le chemin du retour. Cette simple notion signifie que la montée en température du logement s’adapte aux imprévus de la vie quotidienne. Un train raté qui oblige à rentrer 30 minutes plus tard et c’est 30 minutes de chauffage en moins. Le système de chauffage est ainsi contrôlé pour répondre aux besoins et peut différencier son action selon la pièce concernée et les heures de présence des occupants. En modulant pour avoir la bonne température au bon moment, on associe confort et économies d’énergie. Le chauffage électrique réagit très vite. Basé sur un tout ou rien, il est facile d’activer des fonctions à distance contrairement à une chaudière à gaz ou


Eco-compteur fait son apparition sur le marché. Développé par Legrand, il a pour rôle de mesurer les consommations énergétiques de l’habitat. Chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation, éclairage et circuits électriques sont les principales fonctions suivies. Ainsi informé en temps réel, chacun peut, de manière responsable, maîtriser ses coûts d’énergie.

fioul qui envoie un fluide dans une tuyauterie. Les nouveaux radiateurs électriques sont excessivement performants et totalement pilotables. Il ne semble plus concevable de ne pas associer des détecteurs d’ouverture de fenêtre qui coupent le chauffage immédiatement à l’ouverture. Dans ce cas aussi, plus aucune consommation excessive. Le chauffage se régule pièce par pièce depuis le programmateur pour une température confortable mais contrôlée. Personne ne pourra dire : je chauffe la planète. Cette logique devrait s’imposer en force dans les logements collectifs et chaque syndic devrait se poser les bonnes questions.

Alerte en cas de dépassement Le tableau de bord de suivi de la consommation électrique Domovea de Hager aide à optimiser le budget énergétique en visualisant la consommation instantanée, journalière, cumulée ou en fonction d’une période de référence ; pour l’ensemble de la maison, pièce par pièce ou même poste par poste (chauffage, éclairage, électroménager…). Et pour une maîtrise en temps réel, Domovea prévient par sms ou e-mail en cas de dépassement d’un seuil limite.

Gérer l’éclairage Lorsque vous quittez votre domicile, vous éteignez toutes les lumières et les veilles grâce à la gestion centralisée de l’éclairage. La fonction « tout allumer / tout éteindre » apporte un confort supplémentaire. On peut ainsi éteindre d’un seul geste tous les appareils électriques qui ne doivent pas fonctionner. En rentrant, une simple pression sur une touche suffit à allumer tout ce dont vous avez besoin, comme le chauffage, l’éclairage ou même la radio.  Il est impératif de généraliser les détecteurs de présence. En élaborant des « scénarios d’éclairage » en fonction des activités de chacun, notamment début septembre, quand les agendas de la famille sont connus, les économies seront spectaculaires. Ces scénarios permettent de profiter le plus possible de la présence de lumière naturelle, avec une programmation électrique qui permettra donc d’associer la présence du soleil avec l’optimisation thermique de la maison, été comme hiver. En fonction des saisons, on laissera donc les volets ouverts pour laisser la chaleur entrer, ou chasser le froid en hiver, en laissant les volets fermés. Le chauffage peut aussi être optimisé de façon globale, avec des solutions automatisées, un programmateur d’ambiance ou des systèmes de gestion d’énergie qui ajustent les températures en fonction du mode de vie. Énergie solaire et la domotique Une heure d’énergie solaire pourrait alimenter la terre en énergie pendant un an. Ne plus acheter l’énergie mais utiliser celle du soleil pour la stocker permettrait par exemple de recharger la voiture électrique et de rouler gratuitement,

20 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

si l’on ne considère que le coût d’exploitation, ou de revendre sur le réseau. La domotique permettrait de gérer entre l’autoconsommation nécessaire, conserver suffisamment d’énergie pour recharger la nuit la voiture électrique et alimenter la maison avec le minimum vital. Cette énergie sert de plus en plus à commander les automatismes de volets roulants, de portails ou certains éclairages de jardin, donc fonctionner sans dépenser. Commander stores et volets Fermer automatiquement tous les volets dès que la nuit tombe en hiver pour conserver la chaleur permet jusqu’à 10 % d’économies de chauffage. C’est encore mieux s’ils se ferment quand le soleil ne chauffe pas assez ou quand il fait trop froid et que personne n’est dans la maison. L’été, vous pouvez programmer la descente des stores extérieurs électriques dès que le soleil pointe. Le gain peut atteindre 9° C dans la maison et évitez de recourir à une éventuelle climatisation. De même, en cas d’absence et de vent fort, les stores remonteront automatiquement, ce qui est plutôt rassurant. La programmation des volets roulants à heures fixes peut être associée à celle du chauffage via un gestionnaire d’énergie. Exemple : à 22 h, la fermeture des volets pour la nuit s’accompagne d’une baisse de la température. Au contraire, à 7 h le matin, les volets roulants s’ouvrent et le chauffage reprend automatiquement, souligne-t-on chez Legrand. Piloter la maison à distance La domotique permet de piloter les différentes fonctions électriques de la maison grâce à des solutions à distance et des écrans tactiles. L’occupant peut agir du bureau pour gérer sa maison selon les conditions climatique. En cas d’imprévu, il peut décaler le point de consigne de la chaudière. Mesurer et suivre les consommations La consommation d’eau varie selon les habitudes, les équipements et les usages domestiques. Pour contrôler votre consommation en eau, demandez à votre Installateur Conseil d’équiper votre compteur d’eau d’un émetteur à impulsion qui se chargera d’enregistrer le volume réel d’eau consommée. La surveillance de ce poste de consommations grâce à un capteur relié à votre compteur gaz constitue un enjeu central du suivi de vos dépenses d’énergie. Vos consommations réelles de gaz seront affichées en direct sur l’écran votre contrôleur. Pour réaliser toujours plus d’économies, pensez à l’entretien de votre chaudière : sa révision annuelle par un professionnel permet d’économiser 8 à 12 % d’énergie par rapport à une chaudière laissée en l’état. Domotique et voiture électrique Le carburant mis dans la voiture est une énergie à part entière qui grève le budget des foyers. Installer au domicile ou dans le parking collectif une borne de recharge peut faire diminuer considérablement le poste énergétique global du foyer.


“ Mais le manque de stations de recharge est un vrai frein au développement de l’électrique, évoqué par 51 % des personnes interrogées. En France, 93 % des personnes interrogées trouvent la voiture électrique innovante, respectueuse de l’environnement (92 %), agréable à conduire et économique (81  %)*. Mais le manque de stations de recharge est un vrai frein au développement de l’électrique, évoqué par 51 % des personnes interrogées.* Cette opération ne peut se concevoir qu’au moment du renouvellement du véhicule mais avec la croissance importante des ventes de voitures électriques en France, de nouveaux enjeux apparaissent, tant en terme d’équipement que de connectivité. Les fabricants apportent chacun leurs solutions avec des bornes de recharge (DBT-CEV, Ensto, General Electric, Hager, Legrand, Saintronic, Schneider Electric, Sobem Scame…). Mais avant d’investir dans une IRVE, il est possible de se brancher sur le réseau de la maison, moyennant un ampérage adéquat avec la prise Green Up de Legrand, une prise hautement sécurisée et dotée de fonctionnalités à la pointe de la technologie.

* : étude IPSOS, 2014 22 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

Elle pourra ainsi se connecter aux contacteurs (en logement individuel) ou aux compteurs d’énergie (dans les immeubles d’habitation) et permettre de la sorte à leurs utilisateurs de recharger leur véhicule en heures creuses, pour plus d’économies. Dans les parkings, le forfait de chargement sera inclus dans le prix du stationnement, les voitures électriques étant identifiées par un capteur à l’entrée du parc ; les voitures à essence ne paieront donc aucun supplément. La réduction des factures et l’amélioration de l’impact écologique sont les bénéfices les plus flagrants des économies d’énergie. Il existe des gestes simples pour y parvenir. Le chauffage, l’éclairage, et les appareils électriques sont à surveiller. Le rôle de la domotique est donc de faire communiquer entre eux les équipements avec un objectif simple : améliorer l’efficacité énergétique de la maison en informant sur la consommation électrique globale et poste par poste. La domotique permet à chacun d'une part de prendre conscience soit de dysfonctionnements, soit de modes de vie à changer, d'autre part de disposer des moyens de piloter ses équipements, même à distance, pour optimiser son confort et réduire ses dépenses.


Conditions générales de ventes, devis, facturation…

Retour sur une session d’information des nouveaux dirigeants Au cours de leur réunion d’octobre, les membres du club des nouveaux dirigeants CSEEE ont bénéficié d’une séance d’informations interactive sur le thème des devis, conditions générales de vente et de facturation. Beaucoup de questions ont été posées par des entrepreneurs motivés pour comprendre comment et à quoi les textes les engagent. Chacun a pu faire une évaluation de ses propres pratiques et faire le point sur les évolutions récentes.

Si la réglementation peut être perçue comme une contrainte et être facteur de lourdeur administrative, elle peut également devenir une sécurité pour l’entreprise. La bonne maitrise par l’entreprise des engagements contractuels que ce soit des conditions générales, un simple devis ou un ordre de réparation est essentielle. C’est un facteur de maîtrise des retards de paiement ou d’impayés, un moyen de rassurer et de fidéliser sa clientèle en l’informant et la conseillant et, enfin, un outil permettant de limiter le nombre de contentieux. Si le principe général est la liberté notamment sur les prix, en contrepartie : les pouvoirs publics ont imposé aux professionnels de respecter un certain nombre de règles relatives à l’information notamment sur leurs prix et leurs conditions contractuelles. Récemment la loi HAMON a renforcé les obligations précontractuelles d’ordre public. L’entreprise qui n’a pas intégré ces dernières évolutions dans ces documents risque de ne pas être en conformité et s’exposer à des problèmes. Professionnel, consommateur, non-professionnel…

La distinction entre consommateur et professionnel n’est pas toujours 24

aisée. Le consommateur est une personne physique agissant à des fins qui n'entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale. Le maître d’ouvrage professionnel se définit comme « tout prestataire de services tenu à l'égard de tout destinataire de prestations de services des obligations d'information définies à l’article L. 111-2 du code de la consommation » (L.441-6 du Code de commerce). À côté de la notion de consommateur, existe également celle du non- professionnel. Cette notion permet d’étendre aux personnes morales agissant en dehors de leur activité professionnelle la protection accordée aux consommateurs. Le syndic de copropriété, représentant des consommateurs, est considéré comme un non-professionnel. Il peut bénéficier des dispositions relatives aux clauses abusives et des dispositions protectrices vis-à-vis de pratiques commerciales telles que les contrats de service de communications électroniques. Les conditions générales de vente (ou d’intervention) sont un document écrit qui formalise l’ensemble des modalités et conditions d’intervention de l’entreprise et qui doit être remis à tout client potentiel de l’entreprise.

Conditions générales… bien les adapter

Le contenu des conditions générales de vente n’est soumis à aucune réglementation globale, mais elles doivent obligatoirement préciser certains points, essentiellement en matière de conditions de règlement pour les professionnels. Compte tenu de l’ensemble des informations qui doivent être communiquées, avant la signature du contrat, par les entreprises à leurs clients, tant professionnels que particuliers, ce document devient, dans les faits, incontournable. Entre professionnels, les conditions générales doivent préciser plusieurs points que l’on peut retrouver dans l’article L441-6 du Code de Commerce. Concernant les délais de paiement, un nouveau délai est applicable depuis août 2015, soit 60 jours date d’émission de facture ou, sous réserve que ce délai soit expressément stipulé par contrat et qu'il ne constitue pas un abus manifeste à l'égard du créancier, 45 jours fin de mois à compter de la date d’émission de facture. À défaut, c’est le délai de paiement de 30 jours prévus par le Code de Commerce qui s’applique. Concernant les retards de paiement, on devra mentionner les pénalités et l’indemnité de 40 euros (non applicable à un consommateur).


Entrée en force de la médiation dès 2016

L’un des futurs grands sujets pour les professionnels est l’obligation de médiation en matière de litiges de la consommation. Une ordonnance du 20 août 2015 sera prochainement suivie d’un décret qui précisera les modalités de règlement « extrajudiciaire » des litiges de la consommation. Il s’agit de l’obligation pour le professionnel d’offrir à son client « consommateur » la possibilité de recourir à un dispositif de médiation gratuit (payé par le professionnel). Le professionnel devra informer le consommateur des coordonnées du médiateur auquel il entend recourir. Ce dispositif devrait éviter les contentieux longs, mais parait mal adapté aux petites créances. Contrat d’entretien, bien informer le client

Concernant les contrats d’entretien à tacite reconduction, la loi Hamon oblige d’informer les consommateurs et non professionnels sur leur faculté de résiliation. Ceci doit être fait par écrit au plus tôt trois mois et au plus tard un mois avant le terme de la période autorisant le rejet de la reconduction.

l'utilisation des biens sont disponibles. Concernant les factures, toutes les demandes de paiements effectuées par une entreprise donnent lieu à une facture (adressée à un professionnel) et une note (adressée à un consommateur). Les mentions légales sont semblables sauf pour les factures adressées aux professionnels (modalités de paiement). À noter que la loi Hamon de 2014 introduit un délai de paiement spécifique aux factures récapitulatives de 45 jours date d’émission de la facture.

De ce sujet très vaste, les membres du club des nouveaux dirigeants ont retenu les points de vigilance et la feuille de route pour bien maitriser les sujets. Pour les aider, un guide des conditions générales d’intervention devis-factures dans les marchés privés comportant des modèles, des courriers, des clauses types... a été mis à la disposition de tous les participants. n

LE CLUB DES NOUVEAUx DIRIGEANTS dirigeants en place ou en devenir, plus d’une quinzaine d’adhérents CSEEE suivent chaque mois les sessions d’information du club des nouveaux dirigeants. L’objectif est de développer une vision 360° de la fonction de dirigeant. Marchés, ressources humaines, gestion, communication, commercial, management… chaque réunion a pour objet un thème vu sous l'angle managérial. Les participants explorent avec des

spécialistes des domaines clés pour l'entreprise. Ils échangent autour d'approches globales et reçoivent des réponses concrètes et orientées vers l'action. Le parcours a une durée de 18 mois.

S’adapter à une réglementation qui évolue

Le devis n’est pas obligatoire (sauf décret de 1990), mais il permet au professionnel et à son client de sécuriser la transaction avant de s'engager mutuellement, à la fois en matière de la détermination des travaux à effectuer et en matière de prix. Il est important de bien connaître les éléments à mentionner, notamment depuis peu les éléments relatifs à l'assurance professionnelle dès lors qu’elle est obligatoire, notamment la garantie décennale pour les professionnels du bâtiment. Depuis 2014, existe également l’obligation d’informer le consommateur de la période pendant laquelle les pièces détachées indispensables à

Le club des nouveaux dirigeants cSEEE en action.

25


fouDrE

Protection et prévention des installations classées (ICPE)

F2C (Foudre Contrôle Certification) et Apave ont publié un guide technique d'application pour définir les attendus d'une analyse du risque foudre, ainsi qu'un cahier d'annexes. Ce guide est destiné : - aux exploitants des établissements ayant des installations classées - au corps des inspecteurs des installations classées - aux organismes et entreprises réalisant des analyses du risque foudre.

Le courant de foudre Les orages se forment lors de forts contrastes de température (orages de chaleur). De très forts courants ascendants produisent de grandes quantités d'eau et de glace. Ce brassage produit des charges électriques. Ainsi les charges positives vont en haut et les charges négatives au niveau de la terre. Quand la rigidité électrique de l'espace séparant ces deux zones n'est plus suffisante, il se crée un arc électrique identique à celui qui se produit dans le tableau électrique. Plus de 100 000 ampères sont parfois atteint en quelques microsecondes et les effets indirects peuvent se faire sentir jusqu’à 10 kilomètres du point d'impact.

26 - SmaRThomE ELECTRICIEN+ N. 58 - SEpTEmbRE/oCTobRE 2015

© Indelec

C

haque année, la France est frappée entre 1 et 2 millions de fois par la foudre en fonction des conditions météorologiques. Cette fréquence est variable d'un point à l'autre du territoire. La protection et la prévention des installations classées contre les effets de la foudre sont réalisées en référence des prescriptions publiées dans l'arrêté du 4 octobre 2010 modifié. Pour disposer d’une installation dans les règles, il est conseillé de faire une analyse de risque, surtout pour les gros bâtiments industriels et tertiaire.

L’analyse de risque foudre L’analyse du risque foudre, ARF, est basée sur l’évaluation des risques de dommage réalisée conformément à la norme NF EN 62305-2 « Protection contre la foudre- Partie 2 évaluation des risques » ou conformément au guide pratique UTE C 17-100-2. L’ARF a pour objectif de définir précisément les niveaux de protection nécessaires aux installations et à l’étude technique (ET). L’étude technique de l’analyse de risque foudre définit de façon détaillée les Installations Extérieures de Protection Foudre (IEPF) et les Installations Intérieures de Protection Foudre (IIPF) selon la norme en vigueur NF EN 62305-3 et NF EN 62305-4. L’ET doit intégrer les différents points suivants : • Les mesures de prévention • Le descriptif des équipements installés • Le lieu d’implantation des équipements de protection • Les modalités de vérification des équipements de protection • La maintenance des équipements de protection.

L’isolation des appareils sensibles Les surtensions électriques sont généralement provoquées par un impact de foudre véhiculé par le réseau électrique ou téléphonique. Un dispositif, constitué d'un ou plusieurs parafoudres raccordés à la terre, permet de réduire considérablement les risques. Cette protection se comporte comme un isolant tant que la tension à ses bornes est "normale". Dès que la tension dépasse la valeur pour laquelle le parafoudre a été réglé, ce dernier agit comme un vé-


Le paratonnerre : une protection extérieure efficace La protection extérieure est constituée d'un paratonnerre, associé à son raccordement à la terre. Son rôle consiste à capter directement l'arc de foudre et à offrir un canal privilégié d'écoulement du courant correspondant afin de protéger les bâtiments contre les coups de foudre directs. L'efficacité du paratonnerre dépend de sa taille par rapport à l'environnement immédiat. Pour être efficace, il doit dépasser de 2 mètres minimum la partie la plus haute du bâtiment à protéger, et son influence s'étend à un cercle au sol dont la taille dépend du niveau de protection choisi. Ce paratonnerre doit être relié au sol par une descente constituée d'un métal conducteur.

Le parafoudre Destinés à protéger des surtensions transitoires d’origine atmosphérique (foudre) ou industrielles (manœuvre sur le réseau, commutation…), les parafoudres ont pour rôle de : • Protéger efficacement les matériels • Protéger répétitivement et durablement • Limiter les influences sur l’installation • Assurer une fin de vie contrôlée Il existe trois types de- parafoudres : Type 1 Parafoudre installé en entrée d’une installation pouvant être frappée directement par la foudre (ex : équipée de paratonnerre). Test en onde de courant 10/350 Type 2 Parafoudre installé en entrée ou à l’intérieur d’une installation. Test en contrôle de courant 8/20 Type 3 Test avec onde différente : conduit à des parafoudres « faible énergie » (protection secondaire). Test en onde hybride 1,2/50 – 8/20 Les surtensions peuvent être générées par un coup de foudre direct sur la ligne concernée, ou par induction due aux champs électromagnétiques très intenses rayonnés par l’éclair. Pour

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 27

éviter d’endommager les matériels sensibles, il est impératif de vérifier ou installer le paratonnerre et un ou plusieurs parafoudres selon la région.

ritable court-circuit en déviant le courant vers le sol. Pour être efficace, le parafoudre est mis en place dans le tableau électrique situé en tête de l'installation, juste en sortie du disjoncteur général. Ceci permet de protéger l’installation sur une distance d'environ 30 mètres. Au-delà, un deuxième parafoudre est nécessaire.

Le Niveau kéraunique [Nk] est le nombre de jours de tonnerre (ou d'orage) sur l'année. Si Nk > 25 jours par an Parafoudre obligatoire.


Détecteur de fumée DAAF

© Audrey Magne

Report de la date obligatoire

Un incendie domestique se déclenche tous les 2 minutes en France et une personne sur trois y sera confrontée dans sa vie. C’est pour cela que l’installation d’un détecteur de fumée, officiellement appelé détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF), est obligatoire dans tous les logements d’habitation. C’est ce qui résulte de la loi n° 2010-238 du 9 mars 2010 qui avait prévu de généraliser ce type de dispositif d’alerte incendie dans un délai de cinq ans.

Report de la date limite C’est la bonne nouvelle pour beaucoup d’entreprises et de particuliers. Initialement, les détecteurs de fumée devaient être installés dans les appartements et les maisons au plus tard le 8 mars 2015. Mais devant les problèmes d’indisponibilité des appareils et des installateurs, le législateur a prévu de repousser la date-limite au 1er janvier 2016. Mais il s’agit là d’une date limite de pose ou d’installation, et non pas d’achat. Le propriétaire d’un logement devra donc avoir rempli ses obligations légales à condition d’acheter un détecteur de fumée ou de signer un contrat d’achat avant le 9 mars 2015, de l’installer avant le 1er janvier 2016. Ces règles liées au report de l’installation obligatoire ont été officialisées par la loi Macron du 6 août 2015. «  Certains propriétaires doivent faire face à une indisponibilité des détecteurs ou des entreprises d’installation, notamment les bailleurs ayant un parc im-

La loi n’impose l’installation que d’un seul détecteur de fumée par logement.

portant de logements », stipule l’exposé des motifs de l’amendement adopté, vendredi 6 février 2015, dans le cadre de l’examen de la Loi Macron. Pour cette raison, les députés ont voté un délai supplémentaire jusqu’au 1er janvier 2016 pour l’installation de ces appareils, rendue obligatoire depuis le 8 mars par la loi Alur. A la condition que les propriétaires aient « signé un contrat d’achat de détecteur » à cette date. Les obligations légales Le détecteur de fumée installé dans l’appartement ou la maison doit comporter la mention CE. Il doit respecter la norme NF EN 14604, norme qui doit être vérifiée par un laboratoire agréé. Tous les locaux à usage d’habitation sont concernés par cette nouvelle obligation, qu’il s’agisse de résidence principale ou secondaire, d’immeubles collectifs ou de maisons particulières, d’un usage exclusif ou partiel, que le logement soit vide ou occupé par le propriétaire ou un locataire. La loi n’impose l’installation que d’un seul détecteur de fumée par logement. Sauf dans les logements à plusieurs niveaux (duplex, maisons) où il en faut un par étage. Il s’agit d’une information fausse puisque la loi ne prévoit aucune visite de contrôle de ce

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 29


type. Il s’agit donc d’un démarchage abusif. La vérification de présence et du bon fonctionnement du détecteur de fumée n’est imposée qu’au moment de la mise en location du logement lors de l’état des lieux d’entrée, et ce à partir du 8 mars 2015. Emplacement Le détecteur de fumée doit de préférence être installé dans les couloirs ou le pallier desservant les chambres. Il doit être fixé le plus haut possible, de préférence au centre du plafond. Ne jamais le placer dans un coin car la fumée ne stagne pas dans les angles et un effet de ventilation se crée même par différence de chaleur ce qui peut induire le détecteur en erreur précise Paul Howley Ei Electronics France, numéro européen. Le détecteur doit être éloigné de la cuisine ou de la salle de bain qui sont des lieux sources de vapeurs. Il faut placer le DAAF à minimum 50 cm du mur et à moins de trois mètres des chambres. En effet, le détecteur n’a pas pour fonction de sauver les biens mais les personnes, surtout endormies. Dans les pièces mansardées, le détecteur devra être positionné à moins de 90 cm du point le plus haut du plafond. Enfin, il faut veiller à installer son détecteur à plus de 1,50 m d’un luminaire et à plus de 3 m d’une source de vapeur, préciset-on chez Kidde. Sanction pénale Le caractère obligatoire de l’installation doit être relativisé dans la mesure où la loi ne prévoit, pour le moment, aucune sanction en cas d’absence de détecteur de fumée. Les propriétaires-occupants sont donc libres d’installer ou pas un détecteur de fumée. Le cas des propriétaires-bailleurs est différent. Ils sont tenus au respect de la loi et leur responsabilité pénale pourrait être engagée pour les dommages matériels et surtout corporels causés par un incendie dans un logement dépourvu de détecteur de fumée.

L’interconnexion Réservé au grand espace, les détecteurs interconnectable sont reliés les uns aux autres pour créer un maillage. Ils se déclencheront tous en même temps. Selon les modèles, la liaison se fait avec ou sans fils électriques. Cette option peut avoir un intérêt dans de grands logements à plusieurs niveaux de couchage. Nous avons développé Radiolink qui permet facilement d’interconnecter les différents détecteurs de fumée d’un logement ou d’une

POURQUOI S’éQUIPER ? - 70 % des incendies mortels se déclarent la nuit pendant votre sommeil - Un incendie domestique a lieu toutes les 2 minutes - 1 personne sur 3 sera un jour victime d’un incendie domestique - Les détecteurs de fumée sont obligatoires dans tous les foyers en mars 2015 Source Kidde

Le caractère obligatoire de l’installation doit être relativisé dans la mesure où la loi ne prévoit, pour le moment, aucune sanction en cas d’absence de détecteur de fumée. usine. Basé sur un protocole unique la technologie Ei Electronics élimine les risques d’interférence avec d’autres équipements radio, et les risques d’interconnexion avec un système Ei Electronics voisin. En addition, chaque détecteur joue le rôle d’émetteur/récepteur, explique Paul Howley. Par contre, il est possible d’interconnecter que dans un même lieu. Il n’est pas possible aujourd’hui de faire de la remontée d’informations multisite. Attention, ne pas confondre À côté des détecteurs de fumée, il existe de chaleurs et des détecteur de monoxyde de carbone. Les deux appareils sont commercialisés dans les mêmes rayons en magasin et quand il s’agit de la même marque, leurs emballages se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Gare à la confusion. Les détecteurs de fumée alertent en cas d’incendie.

Les détecteurs de monoxyde de carbone alertent si un appareil à combustion (chauffage d’appoint, poêle, insert, chaudière…) refoule du monoxyde de carbone, un gaz incolore et inodore mais mortel. Attention, il existe des détecteurs double fonction, qui sont à la fois détecteur de fumée et détecteur de monoxyde de carbone. Que Choisir les déconseille, il est impossible de trouver l’emplacement idéal qui convienne aux deux détections. Le détecteur de monoxyde de carbone doit être à proximité de l’appareil à combustion pour une efficacité maximale, et le détecteur de fumée à proximité des chambres. Même si le délai de détection entre les appareils à fonction unique et ceux à double fonction est faible, l’écart existe. Le comportement du monoxyde de carbone et de la fumée ne sont pas identiques.

LA WEB SéRIE DES DAAF

30 - SmaRThomE ELECTRICIEN+ N. 58 - SEpTEmbRE/oCTobRE 2015

© DR

▼ Kidde propose une web série de 4 vidéos très fun sur le rôle des détecteurs avertisseurs autonomes de fumée.


Appareils de mesure

Les différentes applications de la RT 2012 imposent à l’électricien un nouveau rôle d’énergéticien dans ses missions : de la conception, jusqu’à la maintenance des installations, en passant par la mise en service. À cela s’ajoute un prix des énergies en constante augmentation. Contrôler sa facture énergétique est la préoccupation première des activités industrielles, tertiaire, infrastructure et collectivité. Le potentiel est énorme, car très peu d’installations ont été analysées pour mesurer leur consommation mensuelle et chercher à améliorer le rendement énergétique global.

F

© Fluke

ace à une compétitivité accrue et des coûts d’énergies élevés, les électriciens doivent prendre conscience du marché à portée de main. La France, comme la majorité des pays européens, a mis en place des procédures, normes, règlements destinés à mesurer la performance énergétique de toute installation électrique. Le respect des nouvelles normes et réglementations nécessite la mise en place de bilans énergétiques de la part des exploitants ou directeurs de production. L’électricien est le seul habilité à mesurer l’ensemble des données d’une installation. À partir des chiffres, il peut

© Formation-industries-paca.fr

Les bons outils pour vérifier le rendement énergétique

être amené à préconiser des solutions techniques d’amélioration énergétique : supervision de l’installation, rénovation d’une armoire électrique, changement de variateurs de vitesse, optimisation du réseau, installation des capteurs de mesure, contrôles des déperditions… Perte relative à l’infrastructure d’un bâtiment Les bâtiments consomment de l’énergie dans le cadre d’exploitation standard. Toutefois, quelle est la consommation nécessaire et à combien s’élève le gaspillage ? Les outils de mesure permettent d’évaluer l’efficacité énergétique dans des bâtiments, qu’il s’agisse du système de chauffage ventilation climatisation (CVC), du

système d’éclairage, des moteurs en fonctionnement ou de l’enveloppe globale du bâtiment. La mesure et le suivi de l’utilisation de l’énergie constituent les premières étapes dans la réduction des coûts énergétiques. L’électricien consulte les factures d’électricité, puis procède aux divers contrôles grâce aux outils liés à l’efficacité énergétique afin de quantifier la consommation au niveau du branchement abonné et des systèmes les plus importants. En comparant les résultats de la surveillance de l’installation électrique avec la facture d’électricité, il identifie rapidement les possibilités d’économie de coûts. Le contrôle d’installation électrique Dans le domestique, le tertiaire ou l’industrie, les contrôleurs multifonctions d’installation permettent de vérifier la conformité d’une installation électrique selon les normes en vigueur. Cette vérification est obligatoire pour obtenir l’assurance d’une installation ne présentant aucun danger. Mesure de tension, mesure de fréquence, test différentiel, mesure de terre 1P sous tension, rotation de phase. Un logiciel spécifique fourni chez tous les fabricants (Chauvin Arnoux, Fluke, Metrix, Sefram…) permet une analyse simplifiée et rapide des mesures enregistrées. Il prévoit la récupération des données, le paramétrage de l’appareil, la personnalisation des campagnes de mesure avec transfert dans l’appareil, et l’édition de rapports.

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 33


© DR

CERTIFICATION CHAUVIN ARNOUx : accompagner les professionnels de demain. Deux niveaux de certification sont proposés : Bac et BTS. Le second niveau poussant un peu plus loin les connaissances de l’étudiant sur la cohérence des mesures et les préconisations d’amélioration. Chaque année, un fil conducteur sous forme de thème est défini par Chauvin Arnoux dans les différentes applications : industrie, tertiaire, habitation, administration… Cette année, les thématiques retenues pour cette certification sont l’efficacité énergétique et la réglementation thermique. Cinq typologies d’instruments de mesure ont été également identifiées et sont à manipuler pour découvrir les points de déperdition énergétique dans le cadre de contextes de mesure différents : tertiaire, industrie, administration, hôpital… www.certification-mesure.chauvinarnoux.com

La détection des harmoniques La forte augmentation des charges non linéaires connectées au réseau électrique – ordinateurs, télécopieurs, lampes à décharge, fours à arc, chargeurs de batterie, onduleurs, alimentations électroniques – a des conséquences préoccupantes sur le système d’alimentation électrique. En effet, une charge non linéaire appelle du réseau électrique un courant déformé, lequel va modifier l’allure de la tension sinusoïdale. Les charges non linéaires génèrent des courants harmoniques qui circulent à partir de la charge vers l’alimentation en empruntant le chemin de la moindre impédance. Ces courants ont des effets négatifs sur la quasi-totalité des composantes du système électrique, en créant de nouvelles contraintes diélectriques, thermiques et/ou mécaniques. Cela se caractérise par l’échauffement du câble de neutre (valant fréquemment 120 à 130 % des courants de phase), par des disjonctions principales dues aux surintensités, des disjonctions différentielles intempestives dues aux fréquences des harmoniques, ou encore des valeurs de courants efficaces plus élevées que celles nécessaires pour les besoins énergétiques de la charge. La différence entre caméra infrarouge et thermique Les caméras infrarouges et thermiques n’ont pas le même champ d’application. En effet, les deux types de caméra fonctionnent sur l’enregistre-

© Formation-industries-paca.fr

Perte relative à l’infrastructure d’un bâtiment

34 - SmaRThomE ELECTRICIEN+ N. 58 - SEpTEmbRE/oCTobRE 2015

ment des rayonnements infrarouges émis par les corps et les objets. Cependant, une caméra infrarouge est sensible aux ondes émises avec des longueurs d’onde de l’ordre du micron (10-6), tandis qu’une caméra thermique est sensible aux ondes de chaleur émises par un corps avec des longueurs d’onde de l’ordre de la dizaine de microns (10-5). L’électricien utilisera de préférence la caméra thermique pour mesurer les émissions thermiques d’une cible et, ainsi, détecter des défaillances de température sur une installation électrique (défauts d’isolation, fuites thermiques sur un bâtiment). La caméra infrarouge est, quant à elle, principalement utilisée dans l’obscurité, accompagnée d’un éclairage additionnel. Son avantage réside avant tout dans son prix bas et elle sera privilégiée pour des applications ne nécessitant pas de détails, en particulier sur le plan thermique. Les enregistreurs d’énergie Le suivi des consommations énergétique est essentiel avec l’obligation liée à la RT 2012. Il est important de réaliser un état des lieux de son site pour cibler les économies réalisables. Bien au-delà du simple comptage d’énergie, les appareils de mesure électrique enregistrent la consommation électrique, mesure et analyse l’énergie. Les principales applications de ces enregistreurs sont la maintenance prédictive, le suivi et la cartographie des consommations d’un site, la mesure de l’économie, la gestion centralisée des consommations.


smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 35


La supervision d’appareils connectés

© DR

Vers une offre globale, maintenance incluse

Arnaud Brouquier, directeur général de Delta Sertec et adhérent au S2I Courant Faible, parle carrément d’une troisième révolution industrielle. De nouvelles perspectives d’avenir pour les installateurws intégrateurs, du fait de la convergence de l’électronique vers l’informatique. Afin de saisir les opportunités des nouveaux marchés, il témoigne des moyens que son entreprise a adoptés, notamment la solution de supervision d’appareils connectés Krika, partenaire industriel du syndicat. Un nouveau positionnement de marché

« Nous ne sommes pas des fabricants. Notre valeur ajoutée est de créer des solutions, de sélectionner des produits. On se définissait auparavant comme des spécialistes du courant faible, nous sommes à présent des intégrateurs de technologies pour le bâtiment connecté. Analyser les besoins du client, vendre notre expertise technique. Puis réaliser l’intégration et enfin, en assurer la maintenance. » C’est 36 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

sur ce dernier point qu’une solution de supervision comme celle de Krika est particulièrement intéressante. « Notre chance, c’est qu’aujourd’hui tous les produits deviennent interconnectables entre eux et supervisables à distance. L’électrotechnicien devient également informaticien réseau ». Mr Brouquier emploie alors le terme de « maintenance pro-active », désormais possible grâce à cette compatibilité des équipements et qui est au cœur du repositionnement de marché. « Ça n’a plus de sens de faire un devis sans proposer un contrat de maintenance. Tout le monde le fait, le garagiste, le plombier, le pisciniste. » Poursuit-il. Les contrats peuvent se décliner selon les besoins du client, avec une visite annuelle, la facturation du matériel uniquement, jusqu’à la supervision totale de l’installation. Une approche, qui selon lui, pérennise les entreprises et fidélise les clients. Encore faut-il avoir les outils adaptés à la maintenance des installations.

Un outil de supervision d’appareils connectés : l’exemple de Krika

Intelligent, il se branche tout simplement sur un des ports réseau de l’installation et une prise électrique. Configuré depuis le portail en ligne de Krika, il permet de superviser le bon fonctionnement de toutes les fonctionnalités d’une installation. Arnaud Brouquier témoigne : « Ce qui me plait c’est la simplicité de déploiement : pas besoin d’être informaticien pour savoir l’utiliser. Il n’y pas de serveur, c’est presque du plug and play. De plus, le coût d’achat reste faible. » Il utilise une image : « à l’hôpital, un patient est branché à des électrodes qui donnent des informations en temps réel sur son état. Grâce à des solutions comme celles de Krika ou encore de Nagios, PRTG, AppsVision, on est prévenu en direct d’un dysfonctionnement. » Un enregistreur numérique n’enregistre plus ? Le client ne s’en rend pas compte car il continue à visionner les images. Mais l’installateur est informé et peut intervenir avant


© DR

Suite à un vol, un technicien récupère les images d’un enregistreur numérique à distance : un service à valeur ajoutée à proposer aux clients.

même que cela ne devienne une nuisance pour le client. Tel un magicien du réseau, l’installateur peut même détecter de futures pannes. En étant informé de micro coupures électriques fréquentes sur un appareil par exemple, il est possible d’anticiper.

Concrètement comment ça marche ?

Un portail client centralise toutes les informations avec une vue d’ensemble sur la totalité des équipements posés chez le

client. Des notifications mail ou sms sont générées et transmettent des rapports automatiques de disponibilité du réseau et des statistiques de performance, telles que des pings ou l’espace restant sur un disque dur. Ce dernier type de rapport étant particulièrement apprécié par les clients. Delta Sertec s’est aussi restructurée en interne, avec un service d’astreinte les weekends. Enfin chaque technicien est équipé d’un PC qui peut prendre les commandes à distance pour faire un rebootage, un diagnostic. Un appareil de supervision est donc une

vraie valeur ajoutée pour la solution finale proposée au client, la garantie pour lui que cela fonctionne et ne lui cause aucun souci. Quant à l’entreprise, elle bénéficie notamment d’un gain considérable de temps.

S2I Courant Faible : accompagnateur de transition

En ces temps de transition professionnelle, le syndicat des métiers du courant faible propose des aides. Une veille technologique constante permet aux adhérents d’être informés des dernières nouveautés. En étant en lien étroit avec ses partenaires industriels tel que Krika, mais aussi en s’entourant de sociétés telles que Leasecom, service de solutions de financement. Le leasing permettant de s’adapter aux besoins du client : paiement comptant ou fractionné. Véritable boîte à outils pour les professionnels, le syndicat met aussi en place des forums de discussion en ligne, pour résoudre une panne technique par exemple.

© DR

Les coordonnées du syndicat Un technicien en action dans une baie de brassage réseau (où s’intègre le boîtier Krika).

S2I Courant Faible 1 place Uranie 94345 JOINVILLE LE PONT CEDEX TEL : 06 58 18 71 58 FAX. : 01 43 97 32 79 contact@s2icf.fr - www.s2icf.fr

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 37


e-robur, la marque spécialisée dans l’outil professionnel pour électriciens Malgré les évolutions, la société AGI reste fidèle à son principe directeur depuis 40 ans, la qualité des produits par le choix des processus de fabrication et des matériaux qui lui permettent de garantir « à vie » ses outils à mains. La vaste gamme de 9 000 références est déclinée sous 25 familles de produits et commercialisée via un réseau unique de distributeurs professionnels en Matériel électrique, Fourniture industrielle et Quincaillerie.

Attaches déverrouillables pour câbles de suspension Mise en œuvre ultra rapide (aucun perçage nécessaire). Hauteur de fixation facilement ajustable sans outil. Déverrouillage du câble sans outil. Compatible avec de nombreuses attaches de fixation (e-robur). Accepte des charges avec un angle par rapport à la verticale pouvant aller jusqu’à 60°. Idéal pour les applications en plafond suspendu, appareillage de signalisation, systèmes d’éclairage, chemins de câbles, conduits d’air, points de centre, blocs de sécurité, etc.

Installation avec une seule attache 861343

Installation classique

Fixation pour chemin de câbles Système composé d’un câble avec boucle sertie protégée par un manchon plastique et de deux mousquetons 5 x 50 mm. Un seul point de fixation par support. Chargement possible des câbles par le côté, installation possible au sol avant élévation. L’angle formé par les câbles avec mousquetons ne doit dépasser 60°.

38 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

Attache Plasti-Clip pour tube Collier à cheville intégrée. Pour matériaux pleins, fixation par simple enfoncement ou creux et friables avec une vis 3,5 4,5 mm ou un clou agissant sur la partie expansible de la cheville. Verrouillage sans outil du collier sur le tube.


Mini bloque disjoncteur universel S’utilise sur tous les disjoncteurs miniatures ISO/DIN. Un seul produit pour s’adapter à tous les types de disjoncteurs Fixation à l’aide d’une vis à molette, rapide et facile à installer sans tournevis. Vis inaccessible en position fermé. Vis en acier inoxydable et pas de vis en laiton, résistance de la vis à l’usage, le pas de vis ne se déforme pas. Construction spéciale en thermoplastique, résiste à une utilisation en environnements extrêmes Système de verrouillage ultra pratique, verrouillage vertical ou horizontal possibles selon l’espace disponible.

Dénude-câbles multifonction

Lunettes de protection

Design e ergonomique et robuste. Performances opaques et vision panoramique à 180°. Compacts, les lunettes vous accompagneront en toutes circonstances. 3 écrans interchangeables (incolore, jaune et fumé). Polyvalentes, protègent contre des projections (tous les écrans), contre les UV (écrans jaune-incolore) et améliorent la visibilité dans les endroits peu lumineux (écran jaune). Possibilité d’intervertir les branches et la tresse.

Kits de sécurité pour électricien Indispensables pour toute intervention sur chantier BT en conformité avec la norme NF C 18-510. 1 paire de lunettes, 1 paire de gants isolants T9 classe 00,1 paire de sous-gants coton T910, 1 cadenas de consignation vert anse acier, 6 étiquettes de consignation, 1 lampe frontale.

Outil à dénuder universel utilisable sur : • Câbles d’installation de Ø 4 à 15 mm, • Câbles plats jusqu’à 15 mm de large, • Câbles unipolaires souples de 4 à 50 mm², • Câbles rigides de 1.5 et 2.5 mm², • Câbles coaxiaux RG58/59 et Ø 4 à 15 mm, • Câbles de données CAT 5/6/7, • Câbles solaire, téléphone etc. Ø 4 à 15 mm

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 39


Tribune Eclairage

Ampoules et luminaires LED, halte à la désinformation ! Le FIGARO en date du 11 septembre 2015 et M6 lors de son journal du 14 septembre à 12h45 ont relayé des informations incomplètes, dramatisées et anxiogènes concernant les luminaires et les ampoules LED.

1°/

GIL, Syndicat du Luminaire : Le GIL, Syndicat du Luminaire représente les professionnels français de la filière du luminaire décoratif et architectural et a pour objet l’étude et la défense des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux, tant collectifs qu’individuels, de tous ses membres.

« Les ampoules et luminaires LED présenteraient un nouveau danger  : la lumière bleue  »  : FAUX, toutes les sources de lumière, y compris le soleil, émettent déjà des rayonnements dans le bleu, le phénomène est bien connu et fait déjà l’objet de réglementations et de normes.

2°/

« Toutes les ampoules et les luminaires LED émettent des rayonnements bleus dangereux pour la rétine  » : FAUX. Ne sont concernées que certaines sources LED de forte puissance réservées à des applications professionnelles (éclairage extérieur de grande hauteur par exemple). Elles ne sont pas disponibles à la vente pour des usages d’éclairage normal à l’intérieur des bâtiments, et des dispositions de sécurité sont prises pour leur utilisation.

3°/

« Il n’y a pas de réglementation concernant cette lumière bleue  »  : FAUX. L’ensemble des fabricants de luminaires et d’ampoules LED doit vérifier que leurs produits n’émettent pas trop de lumière bleue, pour cela ils utilisent des méthodes définies dans les normes européennes NF EN 62471, et IEC/ TR 62778 au niveau mondial. Le marquage CE apposé sur ces produits engage le fabricant dans le respect de la réglementation.

En France, la profession de l’éclairage s’est investie dans ces travaux de normalisation et s’est également dotée d’un laboratoire, PISEO, à Lyon, qui dispose des équipements nécessaires à ces mesures. L’éclairage LED offre des avantages pour les consommateurs : très faible consommation, esthétique et variété de produits, possibilité de faire varier l’intensité et les couleurs ; et pour la collectivité : économie d’énergie, très longue durée de vie. L’utilisation des ampoules et luminaires LED contribuera à la réalisation des objectifs de la France en matière de réduction de CO² et donnera aux utilisateurs une grande qualité et un nouveau confort en matière d’éclairage ; c’est une révolution ! Les signataires de ce communiqué regrettent vivement une telle désinformation qui effraie les consommateurs privés comme professionnels. GIL, Syndicat du Luminaire Syndicat de l’Eclairage • Cluster Lumière

Syndicat de l’éclairage : Le Syndicat de l’éclairage est l’organisation professionnelle qui regroupe les fabricants de lampes, de matériels d’éclairage pour l’intérieur et pour l’extérieur, luminaires, candélabres, auxiliaires électriques et électroniques, systèmes de commandes et de gestion de l’éclairage et services associés. Cluster Lumière : Le Cluster Lumière est le réseau de compétences de la filière éclairage. Créé en 2008 à Lyon, il compte 175 membres. Le Cluster mobilise et stimule le travail collaboratif pour accélérer le développement des techniques innovantes d’éclairage (dont la technologie LED), développer l’activité et la compétitivité de ses membres, promouvoir la filière française à l’international. Toutes ces actions s’inscrivent dans une perspective de développement économique et de gestion durable des ressources. PISEO : Plateforme d’Innovation et Laboratoire d’Essais Mutualisés de la Filière Eclairage Française. Sa mission est d’accompagner les acteurs de la filière dans le développement et le déploiement de systèmes d’éclairage innovants et performants.

40 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015


Appareillage électrique

Interrupteur sans contact Mysterious de Niko

Destinés à faciliter le quotidien, les commandes et les interrupteurs de lumière sont aussi capables de répondre à toutes les envies en termes de scénarii d’éclairage, allant même jusqu’à la domotique. Mais modernisme ne rime pas avec prises et interrupteurs basiques.

Fusion de Arnould Groupe Legrand

parfums, les bijoux ou encore la haute couture, est reconnu dans le monde entier pour sa qualité haut de gamme. Pour traiter un espace décoratif, il faut se rappeler que les yeux vont se fixer sur des points spécifiques. Ce sont avant tout ces points qui sont à travailler, avec notamment l’interrupteur en adéquation avec l’ambiance souhaitée. Ces interrupteurs et prises de courant doivent être esthétiques pour ne pas dénaturer la décoration intérieure. Il existe de larges collections d’interrupteurs et prises de courant haut de gamme pour tous les intérieurs : classique, contemporain ou moderne.

L

es fabricants haut de gamme ont développé des modèles technologiquement évolués qui s’adaptent sur des réseaux bus type KNX, Dali ou MyHome de Legrand. D’autres ont choisi d’adapter des plaques sur des solutions existantes pour s’installer dans tous les intérieurs. Pour obtenir une décoration harmonieuse et aboutie, il est essentiel d’intégrer l’appareillage électrique dès le début de la démarche. En tant qu’installateur ou intégrateur, il est impératif de faire prendre conscience au client que le choix d’un interrupteur décoratif s’anticipe dans une décoration globale. Cette discussion se fait en amont et bien souvent avec la propriétaire, plus sensible au critère esthétique que budgétaire. L’appareillage électrique français, comme les

Interrupteurs et prises de courant haut de gamme

Interrupteur tactile Sentido de Basalte

Contemporain La maison contemporaine associe les matériaux d’aujourd’hui avec quelques pointes vintage 1960 ou 1920. Il faut choisir les interrupteurs avec le plus grand soin : en bois, marbre, aluminium ou encore en verre. Classique C’est une maison d’antan, avec une décoration traditionnelle riche en boiseries et tapisseries. L’empreinte du passé est très présente. Les formes sobres et des couleurs argentées ou dorées sont conseillées pour apporter de la lumière à la pièce.

▼ Série Eleguante de 6ixtes

Interrupteur double commande Meljac

42 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

Moderne Maison aux grands espaces, peu de cloisons, type loft. Design épuré et minimaliste. Il est conseillé d’harmoniser l’appareillage avec les couleurs de la pièce et de ne choisir qu’un seul modèle d’interrupteurs et prises.


Electricité domotique

Rénovation de la gare de Toulon

© DR

Dans une gare le mouvement est permanent du matin au soir avec des voyageurs, des utilisateurs et des personnels techniques. Pour la rénovation de la gare de Toulon, l’installateur Locilec a dû composer avec cette contrainte et a établi en amont, avec les équipes Hager, un planning d’intervention très précis.

C

ette affaire est remontée par le travail de prescription de Jean-Yves Colin, chargé d’affaires Hager. Suite à la réalisation réussie de la gare de Cannes, le bureau d’études des Gare et connexion agence Méditerranée a de nouveau fait appel à Hager. Après plusieurs essais matériels, les produits Hager ont été validés par la SNCF. L’entreprise de BTP Leon Grosse a remporté le chantier et mandaté un de ses partenaires électriciens, Logilec dans le cas présent, pour réaliser l’installation électrique et domotique. « Mon rôle a été de rassurer la SNCF qui ne connaissait pas l’installateur désigné et de faciliter la mise en relation », précise Jean-Yves Colin De l’organisation du chantier à l’architecture électrique et les conseils énergétiques, l’installateur Logilec a tout géré. Moyennant deux journées de formation (une pour le paramétrage et une pour le logiciel Domovea), il est devenu autonome pour la configuration de l’installation et le paramétrage. Techniquement, le système Hager repose sur un tableau général de 800 A et vingt tableaux

44 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

divisionnaires répartis dans la gare, tous réalisés par l’installateur. La distribution électrique est assurée par des goulottes électriques dans lesquelles sont insérés des appareillages électriques Systo dédié à l’utilisation en goulotte. Pour la partie mural, des interrupteurs Kallysta connectés en KNX ont été implantés. Simple et modulable, la gestion de l’éclairage s’articule autour de 200 détecteurs de présence KNX TX510 et un serveur domotique KNX Tebis. Ce système prend en charge toutes les fonctionnalités électriques pour les faire interagir en fonction des besoins. Mise en valeur de la façade et du parvis, éclairage des zones d’accueil du public, des points de vente, des bureaux. Le système Hager pilote également tous les éclairages intérieurs comme extérieurs associés à un détecteur crépusculaire. Différentes sources pour un contrôle centralisé. Cette partie éclairage était dissociée du lot électrique/ domotique et c’est LM5P, signifiant Le Mouton à 5 Pattes, à Marseille qui a remporté l’étude et la prescription.


© DR

En s’appuyant sur KNX, l’objectif était d’obtenir une simplicité d’utilisation. « Une pression sur une touche de l’écran tactile suffit à réguler l’éclairage pour faire baisser la consommation. Suite aux premières expérimentations, il a été décidé d’installer un écran tactile dans le bureau de vente de la gare », comme tient à conclure Jean-Yves Colin, la SNCF est totalement satisfait de la prestation de tous les intervenants et notamment de l’installateur électrique/domotique Logilec. Caractéristiques techniques Tableau général de 800A TGBT de 400 kVA Disjoncteur ouvert 4x630A 20 tableaux divisionnaires quadro 4, vega D Coffret vega 18 600m de goulottes électriques GBD Appareillage systo spécial goulotte Interrupteurs muraux gamme Kallysta 200 détecteurs de présence KNX TX510 Serveur domotique KNX Tebis

© DR

Le système Hager repose sur un tableau général de 800 A et vingt tableaux divisionnaires répartis dans la gare, tous réalisés par l’installateur.

Les intervenants : Charles Scarpari SNCF Responsable travaux Philippe Tampon SNCF Suivi travaux Ahmed Housseni Monteur Logilec Nasser Louahche Chargé d’affaire Locilec Jean-Yves Colin Chargé de projet Hager Somaee Tableautier Léon Grosse Constructeur Gare et connexion agence Méditerranée  Bureau études smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 45


Eclairage architecturale

© DR

Mise en valeur d’une salle de mariage

Vue d’ensemble de la salle de mariage rénovée.

La mission du concepteur Lumière De cour à jardin, gérée par Valerie Lenain et Jean Pierre Maquair consistait en une mission de conception lumière et de préconisations dans le cadre de la rénovation de la salle des mariages de la ville de Champigny-sur-Marne. Et plus particulièrement sur l’éclairage intérieur et la mise en valeur architecturale.

Eclairage indirect de la voûte pour un éclairage générale de la salle

L

a salle des mariages de la ville de Champigny-sur-Marne a la particularité d’être accueillie dans une aile d’un ancien couvent. C’est en cours de rénovation des revêtements de la salle que la société De Cour a jardin a été appelée par le responsable en charge des travaux pour la ville, sur le conseil d’un fournisseur Groupe Haguenier (Tapisserie-Plafond tendu) qui considérait l’intervention d’un concepteur lumière comme une plus-value à l’embellissement de la salle. Il convenait donc d’être réactif sur le rendu d’une étude afin de s’insérer dans le calendrier de réouverture des cérémonies. Le concept d’éclairage de la salle des mariages appelait plusieurs observations. Elles ont pour points principaux, son architecture, sa dimension, son volume, ses couleurs, son utilisation comme lieu de prestige et, bien sûr, les conditions optiques et techniques des matériels. En terme conceptuel l’argument principal réside : - en une homogénéité lumière sur l’ensemble de l’espace,

46 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

- en notre volonté de respecter les courbes et les verticalités de l’architecture, - et enfin le refus de toute surexposition lumineuse qui ne pourrait que desservir le travail de rénovation de la salle. Les préconisations ont donc été menées afin d’obtenir le meilleur compromis entre résultats d’éclairement, esthétisme, contraintes de l’installation et, bien sûr, priorité aux économies d’énergie puisque l’installation vétuste était principalement constituée d’appareillages équipés de source halogène. Le concepteur lumière n’a pas affaire à l’électricien en direct, car, contrairement au privé, dans les appels d’offre publique, tout passe par le commanditaire. La relation entre l’éclairagiste et l’électricien n’a lieu que dans le cas où les instructions fournies (marque, puissance, nature, intensité, typologie de câblage) ne sont pas comprises. A partir du climat dégagé par l’architecture même de la salle, trois éléments du bâti s’imposaient. Les piliers donnant ainsi à l’espace une verticalité propice à laisser vagabonder le regard.


Eclairages latéraux et mise en valeur de la Tapisserie par l’éclairage de l’alcôve

Le plafond lui-même semblant appeler les faisceaux qu’ils soient du soleil ou des éclairages. Et enfin, les supports métalliques servant à assurer que l’ensemble résiste aux outrages du temps. C’est donc à partir tout à la fois de cet examen et de la concertation avec l’équipe municipale (techniciens et architecte), y compris sur les choix des couleurs de peinture, que les concepts ont été proposés, selon trois plans à distinguer: La salle des mariages proprement dite qui nécessitait d’être travaillée sur l’esthétisme, l’utilisation cérémoniale selon les horaires, la luminosité extérieure, mais aussi sur son utilisation fonctionnelle pour les personnels. En effet, elle est aussi un lieu de circulation pour plusieurs services municipaux, raison pour laquelle il a été proposé de distinguer les différents circuits nécessaires à ces usages multiples. En plafonnier, le design des quatre suspensions Oslo de Targetti 2 x 57W fluo compact nappent la voûte centrale par leur éclairage indirect blanc du jour. En périphérie, des appliques led 2 x 5W décli-

© DR

© DR

© DR

La salle des mariages de la ville de Champigny-sur-Marne a la particularité d’être accueillie dans une aile d’un ancien couvent.

Détail de la mise en lumière de la Tapisserie

nées en flux direct/indirect et de température blanc chaud viennent souligner les verticalités des alcôves de fenêtres tout en marquant les cheminements latéraux de la « nef ». La table des registres qui accueille les mariés et qui nécessite un éclairement plus prononcé permettant à la fois de favoriser une ambiance spécifique et unique à ce lieu. Deux projecteurs led Tibi ajustfocus On Off ciblent plus particulièrement le buste de Marianne et la table. L’alcôve en fond de salle qui réserve un écrin naturel à la tapisserie. Ainsi mise en valeur par la rénovation du revêtement mural arrière de couleur blanche, et de l’encadrement ton sur ton, l’œuvre est mise en valeur selon deux principes : le premier par un éclairage direct dissimulé à l’arrière de la voûte, comme illuminé par la lumière du jour, le second par un éclairage indirect, installé à l’arrière de la toile, sur la structure métallique lui servant de support, dans une température de couleur plus chaude ; les deux plans sont traités par des rubans led Rubilight 8W/m graduables de On Off. La

tapisserie donnera l’effet d’être comme suspendue à l’arrière de l’officier d’Etat civil. Cette réalisation valorisante pour le patrimoine municipal a permis à la ville de prendre conscience de la valeur ajoutée de la conception lumière dans le cadre d’un projet de rénovation de bâtiment ou d’embellissement du cadre de vie, tant sur le plan technique qu’esthétique. D’autres réalisations sont donc à l’étude. Concepteur lumière et scénographie De cour à Jardin 15/17 rue de la République 91800 Brunoy Tél. : 01 69 39 35 24 Installateur électrique FBI - 34 rue du bois Galon 94120 Fontenay-sous-bois Maître d’œuvre et Architecte : Ville de Champigny-sur-Marne

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 47


Google partout ce n’est déjà plus de la science-fiction Ce qui peut encore paraître pour certains comme le futur est en réalité déjà présent dans nos vies. Tout devient connecté et, au nom d’une amélioration de notre confort, le contrôle sur nos vies l’emporte. Les nouvelles générations considèrent cela comme un progrès pour le bien de la communauté, tandis que ceux nés avant 1980 estiment que c’est une atteinte à leur liberté. Les objets connectés, et par-dessus tout la voiture autonome, sont le symbole de ce choc des points de vue.

30 % des automobilistes seraient favorables au développement de la voiture autonome. une proportion qui passe à 50 % chez les jeunes conducteurs. Pour ces derniers, se déplacer est synonyme de contrainte et le plaisir de conduire est relégué au second plan. Ils préfèrent lire et s’informer plutôt que vérifier le compteur de vitesse. Tous les constructeurs d’automobiles, certains équipementiers ou encore google travaillent sur la voiture autonome. que ce soit Toyota, bosch ou google, chacun a sa vision de l’autonomie. certains, comme google, souhaitent une véritable rupture technologique. Tandis que les constructeurs automobiles et leurs équipementiers, par crainte de bouleverser totalement le marché, introduisent des évolutions progressives. ces derniers préfèrent associer différentes aides à la conduite déjà commercialisées, par exemple le régulateur de vitesse actif, le contrôle de franchissement de ligne et le freinage automatique sur détection d’obstacle, pour automatiser la conduite en ville. ainsi, Mercedes a développé le Stop & go Pilot, un véritable pilote automatique fonctionnant jusqu’à une vitesse de 30 km/h. cette technologie n’est pas autorisée en france où la législation impose au conducteur de garder en permanence les commandes. Toyota a présenté l’ahDa, pour automated highway Driving assist, qui fonctionne jusqu’à 110 km/h en autonomie assistée. De son côté, bosch mise sur la réalité assistée. Le véhicule est truffé de capteurs électroniques et la machine prend le relais en cas de défaillance humaine détectée. cette solution a le mérite de réaliser le passage à la voiture autonome de manière douce, sans rupture. google a déjà emmagasiné 480 000 kilomètres de test avec des Toyota Prius et des Lexus rX 450h, sans

© DR

LA voiTure AUTONOME

qu’aucun accident n’ait eu lieu. google a même présenté la google car sans aucune commande, ni pédales, ni volant et qui atteint 40 km/h. La révolution de l’automobile est en marche. quand 90 % des accidents sont provoqués par des erreurs humaines, les technologies d’assistance ne peuvent que se développer jusqu’à l’autonomie. Les industries de la musique, de l’énergie, ont déjà été sévèrement impactées par l’Internet des objets. c’est au tour de l’automobile et de toutes ses activités annexes (autoécoles, assurance, taxis) d’être sur le déclin. on parle d’uberisation du secteur automobile, en référence à la fameuse société de transport, uber, qui concurrence déloyalement les taxis. Mais à quoi peut bien servir le permis de conduire dans le cas de voitures autonomes qui échangent entre elles et adaptent leur vitesse aux conditions météo et de circulation ? L'Internet des objets n’a pas fini de bouleverser nos vies. retrouvez sur www.filiere-3e.fr, la vidéo de chris urmson, chef du projet qui explique sa vision de la voiture autonome et de la google car.

48 - SmaRThomE ELECTRICIEN+ N. 58 - SEpTEmbRE/oCTobRE 2015


LA musique S’ADAPTE à PRIzM

© DR

on connait les systèmes multiroom de Sonos ou consorts connectés à Spotify ou Deezer. Eh bien, une start-up parisienne présente Prizm. appuyez sur un bouton et Prizm choisit lui-même la musique à diffuser selon vos goûts et vos habitudes d’écoute. Ensuite, il analyse l’ambiance de la pièce à l’aide de capteurs sonores. Et il est capable de détecter les personnes présentes dans la pièce grâce aux smartphones et aux bracelets connectés. Il lui suffit alors de diffuser sa musique en bluetooth ou prise Jack depuis Spotify ou Soundcloud par exemple.Disponible en pré-commande à 139 $ (environ 112 €).

des NoTes mANuscriTes SUR LE CLOUD

© DR

Wacom propose Bamboo Spark, un bloc-notes papier connecté au cloud grâce à une encre à résonance magnétique. bamboo Spark combine le confort du papier et l’efficacité du stockage et du partage dans le cloud d’une manière unique. concrètement, il se présente sous la forme d’un simple porte-document, dans lequel l’utilisateur peut insérer un bloc de feuilles A5, la tablette de son choix et un stylo à bille. L’encre à résonance magnétique propre à Wacom transforme les notes et dessins en contenu digital directement exploitable par l’appareil auquel votre bloc-notes est connecté (smartphones et tablettes). ainsi, il suffit d’un clic pour numériser les notes et les envoyer vers votre tablette. 8h d’autonomie, 159 € et 9,90 € les 3 cartouches d’encre.

ANdroïd LOIN DEVANT

© DR

un smartphone est un téléphone connecté à internet. qui dit internet, dit google. Présent sur 4 smartphones sur 5 dans le monde (81,2% selon Strategy analytics), android est l’oS mobile le plus utilisé du monde. En 2014, le système de google a été vendu dans plus d’un milliard de terminaux et plus de 24 000 terminaux différents. Derrière, on trouve ioS d’apple avec 15 % de parts de marché suivi de Windows Phone avec 3 % des ventes. Microsoft a encore perdu des parts de marché par rapport à 2013, mais le lancement récent de Windows 10 pourrait créer la surprise sur smartphone. openSignal a analysé les appareils vendus sous androïd pour créer un graphique de répartition des constructeurs. Samsung est loin devant Lg, Sony, Motorola, hTc et huawei.

SmaRThomE ELECTRICIEN+ N. 58 - SEpTEmbRE/oCTobRE 2015 - 49


Une caméra à reconnaissance faciale

Caméra Welcome de Netatmo

Smarthome Electricien+ a testé au moment de sa sortie la caméra à reconnaissance faciale du fabricant français Netatmo, numéro en Europe du thermostat connecté. Que vaut ce produit ? Gadget ou réel besoin ?

Très beau design et efficace En ouvrant la boîte, on remarque immédiatement la qualité de la fabrication même si tout est en plastique. Le design est minimaliste et se fond très bien dans toutes les décorations y compris les plus classiques. A l’avant de l’appareil se trouve la lentille et le microphone pour enregistrer la bande son des vidéos. Avec un capteur 4 Mpx et une définition vidéo de 1920 x 1080 pixels, elle est identique à la Home de Withings et la Canary. Il me fallait en moyenne 1 minute pour récupérer à mon

3

▼ L’application sur iphone 5

50 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015

2

2- retourner l’appareil pour créer une connexion entre celle-ci et le smartphone/ application mobile. Le clignotement de la LED bleue valider l’appairage. 3 - Connectée la caméra à internet par câble ou wifi, une fois détectée par le smartphone. 4 - Sélectionner le réseau Wi-Fi ainsi que le mot de passe sur le smartphone.

Vision nocturne

1 travail les vidéos prises chez moi lors du retour de l’école des enfants, à partir du wifi. Le mode vision nocturne (image 3) fonctionne très bien et la reconnaissance faciale est efficace. Rien n’échappe à Welcome avec son angle de vue est de 130°. Pour la partie connectique, Welcome dispose d’une carte micro-SD de 10 Go fournie, soit environ 100 vidéos (possible 64 Go). Cela est peu car, imaginez le nombre de passages par jour dans votre entrée. L’application mobile Vous remarquerez toutefois sur toutes les photos une erreur. Netatmo se nomme Netmato. Eh oui, une erreur s’était glissée et aucun testeur sauf smarthome Electricien+ ne s’en était

4

L

ors de la présentation du produit, l’équipe Netatmo m’avait dit que tout le monde était capable d’installer cette caméra et de la paramétrer. De retour chez moi, j’ai donc demandé à mon fils de 12 ans de procéder à l’installation. Je précise qu’il n’a pas de téléphone, ni de tablette et aucune télévision ou console dans sa chambre. Ce n’est donc pas un pré-ado geek. Et honnêtement, l’installation de la caméra Welcome s’avère extrêmement simple et rapide et n’a pas pris plus de 3 minutes. Il faut avant tout télécharger l’application mobile gratuite Netatmo Welcome sur l’AppStore ou le Google Play (image 2). Il est dommage que Netatmo n’est pas une application qui rassemble les différents appareils de la marque d’autant plus dans l’optique de créer des scénarii entre le thermostat, la caméra Welcome et la station météo. 1 - brancher la caméra sur une prise avec le câble fourni,

Paramétrage des préférences


6

▼ Visages non reconnus

7

Authentification des visages

5

Notification de détection

aperçu. L’application Welcome testée sur iphone 5 est complète et intuitive. Au début, il faut procéder aux réglages et préférences d’utilisation. On peut choisir entre « être toujours alerté » ou «  seulement lors de mes absences  » (image 4). Ensuite, on procède à l’apprentissage des visages (images 5 et 6) et un minimum de 10 fois est nécessaire. Il est ensuite facile d’accéder aux évènements (image 7) et de les visionner après coup. Ensuite, Welcome envoie des notifications avec le nom de la personne vue (image 8).

8

Liste des évènements

chauffe beaucoup et on peut se demander si les composants résisteront avec le temps tant la dissipation thermique est faible. Mon avis Cette caméra à détection faciale fonctionne très bien même si des corrections doivent être apportées principalement sur la détection en contre-jour. Son esthétique est vraiment très soignée et s’adapte à toutes les décorations. Elle est surtout très abor-

9

La caméra fonctionne très bien mais… Tout pourrait être formidable mais Netatmo prodigue quelques conseils pour que la reconnaissance faciale soit optimale, comme de positionner la caméra face à l’entrée (détection des visages de face ou de trois-quarts) et ne pas mettre à contre-jour. La difficulté commence car, nécessairement, la porte d’entrée donne sur l’extérieur pendant qu’à l’intérieur, il fait sombre. Dans mon cas, mon entrée est blanche et la porte en chêne. Quand quelqu’un rentre la lumière est renvoyée par le blanc et parfois la façade du voisin étincelle littéralement surtout l’été. Au bout de deux semaines de test, Welcome ne me reconnaissait toujours pas alors que cela fonctionnait pour le reste de la famille. Pour des questions d’ondes absorbées, tous les veilles des appareils et le wifi de ma maison sont coupées entre 23h et 8h du matin (image 9). Malheureusement, n’ayant pas de prises Ethernet dans l’entrée, les détections de Welcome n’étaient plus actives la nuit. Il faut donc penser à réactiver le wifi lors des déplacements prolongés. Il est à noter que l’appareil

Avertissement de déconnexion

dable car à 189 € alors que ses concurrentes sont par abonnement mensuel pour enregistrer les vidéos (ex : 7.95 € par mois pour 7 jours de vidéo et 19.95 € par mois pour 30 jours pour la Home de Withings). Test réalisé fin juin 2015 par David Le Souder

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 51


électricité

Eaton

Schneider Electric

Flir

Coffrets de distribution compacts xComfort

Disjoncteur différentiel D’clic Vigi Type F

Caméra de sécurité économique FLIR TCX

Une gamme complète de coffrets pour la protection de l’alimentation électrique dans les bâtiments résidentiels, commerciaux, publics et industriels est à présent disponible avec la série encastré KLV améliorée et la série IKA pour montage saillie. Les coffrets KLV associent sécurité de haut niveau et design attrayant. Les coffrets IKA – à la norme IP65 – sont idéaux pour les environnements difficiles ou dangereux. Enfin, les nouvelles séries Micro et Mini viennent compléter les séries ECO et BF éprouvées. Les coffrets de distribution compacts xComfort KLV et IKA sont conformes aux normes EN 62208 et EN 60670-24 et permettent de répondre à pratiquement tous les projets résidentiels et petits tertiaire.

Duoline D’clic Vigi de type F (30 mA) sont des disjoncteurs différentiels destinée aux installations électriques dans le logement. Ils sont particulièrement conseillés pour assurer la continuité de service sur des charges sensibles : alarmes, réfrigérateurs, congélateurs… La protection Type F est adaptée aux charges comportant des variateurs de vitesse monophasés que l’on retrouve sur des appareils tels que les machines à laver, climatiseurs, pompes à chaleur, robots culinaires, etc.

A un tarif sans précédent sur le marché, la nouvelle caméra thermique FLIR TCX Mini Bullet, une caméra de sécurité associe une vidéo thermique riche en contrastes et constamment opérationnelle et une fonction hautement performante de détection de mouvements par vidéo. La FLIR TCX s’appuie sur le cœur de caméra Lepton, une technologie révolutionnaire de l’entreprise. Elle voit clairement dans l’obscurité totale, et ce sans éclairage, en plein soleil, à travers la fumée, la poussière, et même un brouillard léger – ce qui renforce la précision et réduit considérablement les fausses alarmes.

FLIR Systems

Schneider Electric

DOM

Caméra thermique petit prix

Eclairages de sécurité SATI Exiway Smart

ENIQ,contrôle d’accès électronique nouvelle génération

La FLIR FC-R est une caméra d’imagerie thermique dotée d’un détecteur microbolomètre sans entretien, non refroidi et à l’oxyde de vanadium (VOx) ciblant la sécurité industrielle. Une excellente qualité d’image et une réalisation de mesures thermiques sont des critères indispensables à la surveillance de l’état des équipements ainsi qu’à la prévention des incendies. Utile pour surveiller les équipements essentiels, la FLIR FC-R offre des mesures de températures sans contact et sur la carte ; une fonction très utile pour une surveillance 24/24 h et 7/7 j des navires stratégiques, des sous-stations électriques et des points chauds dans les silos à déchets et tas de charbon signalant la possibilité d’un incendie.

Les blocs SATI Exiway Smart sont pourvus d’un système de test autonome et d’un écran digital permettant un diagnostic plus précis et plus simple. En effet, l’écran 2 digits en face avant renseigne l’utilisateur sur les états et les défauts de chaque bloc. Un afficheur digital en face avant et une télécommande avec report de défaut pour faciliter la mise en service et la maintenance. Un design travaillé pour une installation simple, un encombrement réduit et une intégration discrète.

Ultra performant, le cylindre électronique ENIQ est un système de contrôle d’accès qui, grâce à un embrayage magnétique breveté révolutionnaire, garantit une protection optimale contre toute tentative d’intrusion. Extrêmement sécurisé, il offre une fiabilité inégalée dans le temps. Compatible avec tous les systèmes utilisant la technologie Mifare, le cylindre ENIQ dispose de nombreux atouts : gestion des autorisations d’accès pour différentes personnes, libre définition des zones temporelles (vacances, changement horaire été/hiver automatique), traçabilité des événements d’accès... L’identification s’effectue simplement au moyen d’un transpondeur.

sécurité

52 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015


éclairage

Trilux

Theben

WÜRTH

C Line LED

Projecteurs LUXA 102 avec détecteur de mouvements

Spots LED IP44

Confort et puissance caractérisent la ligne lumineuse C-Line LED de Trilux. Avec ses trois choix de flux lumineux d’une puissance allant jusqu’à 136 lm/W et ses quatre options de faisceaux, C-Line LED offre un éclairage optimal. Grâce aux lentilles optiques planes, la lumière est homogène et à faible contraste. Adapté aux halls de production, les grandes surfaces ou les entrepôts. Flux lumineux disponible : 4 000, 6 000 ou 8 000 lumens Température de couleur : blanc chaud (ww) de 3 000 K, blanc neutre (nw) de 4 000 K Jusqu’à 85 % avec un système de gestion de la mise en marche et de l’arrêt de la lumière.

La gamme de projecteurs à LED LUXA 102 avec détecteur de mouvements intégré évolue. Les modèles LED 8 watts (1 spot) et 16 watts (2 spots) sont désormais disponibles avec une température de couleur de 3000 kelvins, une lumière « blanc chaud  » qui associe douceur et clarté. Plus chaleureux, l’éclairage conserve néanmoins sa puissance avec 430 lumens (8  W) et 860 lumens (16 W) et garantit aux utilisateurs une visibilité nette sans éblouissements. Installés contre un mur (montage en saillie) et proposés en blanc et en noir, les projecteurs LUXA 102 LED 3000 K bénéficient d’un design discret qui s’adapte aux extérieurs de bâtiments résidentiels.

La gamme Würth consacrée à l›ameublement propose désormais une palette complète d'éclairage LEDS : spots, barres et rouleaux LEDS mais aussi luminaires pour applications  spécifiques (liseuses, penderie, spots de balisage). Cette gamme se décline en couleurs (chaud et froid), en formes (ronde et carrée) mais aussi en type de mise en place (encastré et en applique). Très éclairants, les spots, Ø 75 mm rond et carré 75 x 75 mm étanches aux projections d’eau avec un IP 44, offrent un excellent rapport qualité prix, sous forme carrée ou ronde, en applique ou encastré et doivent être reliés à un transformateur 12 VDC.

Havells Sylvania

Aura Light

Sammode

Spot architectural Beacon XL

Aura A-Line pour les magasins

Home&Contract pour prescripteurs et particuliers

Ce spot king-size de la gamme Concord constitue la solution idéale pour l’éclairage d’accentuation et la muséographie. Avec son corps en fonte d’aluminium au design contemporain – finition noir ou blanc – et ses hautes performances (flux lumineux jusqu’à 3.300 lm), Beacon XL est idéal pour l’éclairage d’accentuation et la mise en valeur d’œuvres d’art ou d’objets dans les musées, galeries magasins de luxe. Véritable spot architectural LED en fonte d’aluminium, Beacon XL est doté d’une forte puissance de 38W et offre un rendu des couleurs exceptionnel avec un IRC> 85 et un flux lumineux élevé jusqu’à 3289 lumens.

Le système de montage rapide Aura A-line offre une solution LED personnalisée, peu énergivore, avec la possibilité d’adapter les sources lumineuses Aura UltiLED Long Life en fonction des évolutions technologiques LED. Avec une variété de longueurs, d’options de montage et des versions avec un ou deux tubes, ce système d’éclairage est flexible. Les réflecteurs blancs apportent une distribution lumineuse douce. Avec l’ajout d’un système de gestion de la lumière de la gamme Aura IQ Sensor à l’installation Aura A-line, le système devient vraiment efficace pour l’avenir.

Une collection unique qui propose, à partir du tube lumineux emblématique de la marque, plusieurs configurations nouvelles (matières, couleurs, finitions, typologies…) qui sublimeront les espaces publics (restaurants, hôtels…) comme les intérieurs privés (salon, cuisine, chambre, terrasse…). Une gamme de seize références conçues pour aller aussi bien dedans que dehors, illustrant un retour aux sources pour le fabricant qui proposait déjà, dès sa création en 1927, une large gamme de produits destinés à un usage domestique. Une esthétique singulière qui va au-delà de l’aspect purement technique ou fonctionnel.

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 53


domotique

Comexio

Zennio

Honeywell

Contrôleur IO Server

Actionneur pour ventilo-convecteurs

Système de sécurité résidentielle

L’IO Server vous accompagne pour vos premiers pas dans des bâtiments intelligents. Il prend en charge toutes les tâches de contrôle et de réglage vous permettant de gérer de nombreuses applications : contrôle des volets roulants, du chauffage et gestion efficace de l’énergie (contrôle de l’éclairage/des appareils électriques). Compatible avec de nombreux systèmes, vous pouvez l’utiliser et le programmer comme vous le souhaitez depuis n’importe quel navigateur, vous intervenez sur le serveur et le commandez depuis votre smartphone, tablette ou ordinateur. Vous avez le contrôle !

Le MAXinBOX FANCOIL 4CH2P (Ref.  ZCL4XFC2P)  un des actionneurs KNX les plus puissant et compétitif  du marché qui permet de contrôler jusqu’à 4 unités de ventiloconvecteurs de 2 tubes avec un seul dispositif. L’actionneur inclut en plus un module de 20 fonctions logiques pour fournir au projet le maximum de fonctionnalité et versatilité. Il permet le contrôle manuel indépendant de chaque sortie avec indication des états au moyen de LEDs. Montage sur rail DIN.

Honeywell lance plusieurs nouvelles fonctionnalités du système de sécurité sans fil, Le Sucre™, utilisant les services Cloud d’Honeywell. Les nouvelles fonctionnalités comprennent les notifications par SMS, en plus des services de notification par courriel, lorsqu’une alarme se déclenche, rapports sur la température ambiante des pièces et un choix de  badges de proximité en quatre couleurs désormais disponibles. Ce service optionnel est facile à mettre en œuvre par les utilisateurs en se servant de l’appli Total Connect 2.0E. Il est disponible sur une période de deux ans et renouvelable.

54 - smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/Octobre 2015


“ Nous sommes leader sur le marché français du contrôle d’accès et n’y voyons désormais que peu de croissance potentielle à venir.

Roger Leclerc

Roger Leclerc, pur autodidacte, détonne dans la filière électrique. Il réussit tout ce qu’il entreprend et ne conçoit son métier que dans l’innovation. En 2000, en désaccord avec l’actionnaire de sa société FDI Matelec, déjà dans le contrôle d’accès, il fonde Cogelec avec 6 anciens ingénieurs associés. Aujourd’hui, le groupe compte 100 personnes. Roger Leclerc continue à défendre une fabrication 100 % Française et reste le seul concepteur et fabricant français indépendant de produits en interphonie et contrôle d’accès pour l’habitat collectif.

Intratone se développe à l’international. Vous étiez présent en Angleterre au CIH et votre présence est marquée en Belgique ? Notre stratégie est partie d’un état des lieux très pragmatique du marché et des parties en présence. Nous sommes leader sur le marché français du contrôle d’accès (statistiques LA POSTE - IGNES) et n’y voyons désormais que peu de croissance potentielle à venir. C’est donc naturellement que nous allons chercher une part de notre (nécessaire) croissance dans les pays voisins dont la Belgique ou encore l’Angleterre. Depuis 2007, 400 000 logements ont été équipés. De 7 millions d’euros en 2007, le groupe Cogelec a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros. Cette année, Intratone enregistre une croissance de 18 %. Le développement d’Intratone sur le marché français nous a permis d’envisager l’export. Nos objectifs, d’équiper 5 % des résidences du marché de chaque

pays d’ici 10 ans, sont ambitieux mais sans l’ombre d’un doute réalistes. Nous y avons trouvé des partenaires ultra motivés et commercialement très entreprenants, qui par exemple nous accompagnent sur des salons – comme le CIH. La marque Intratone se différencie sur internet avec une présence active sur Facebook et des jeux concours. Pourquoi ce positionnement ? C’est la 1ère fois que nous organisons un jeu sur Facebook. Nous venons de récompenser nos gagnants, pour la plupart des professionnels. Facebook permet, par exemple, une communication plus directe et sans forcément d’objectifs commerciaux forts. Cela permet également d’être plus facilement joignable sans pour autant se substituer à nos clients. Les questions qui nous sont posées en sont un parfait exemple. Le bonus est la satisfaction de voir notre trafic augmenter rapidement. Entre nous,

je préfère, et de loin, voir et parler avec mes interlocuteurs et suis moins sensible à ce type de media. Néanmoins, je sais maintenant que ce réseau est indispensable et c’est plutôt agréable de le voir vivre ! Pourquoi être présent sur H’Expo et non au Mondial du Bâtiment ? C’est historique. Nous avons toujours été particulièrement présents aux côtés des bailleurs sociaux. Cette proximité nous permet notamment, en tant que fabriquant, de s’assurer que nos produits répondent et suivent bien les besoins de nos « clients utilisateurs ». C’est souvent d’un échange d’expériences que nait une offre qui « tombe sous le sens ». L’idée de la boite à clés a émergé comme cela ; c’est accompagné de nos partenaires que nous l’avons affinée. Et pour finir, il reste aussi que c’est difficile d’être partout à la fois ; nous devons faire des choix.

smarthome Electricien+ n. 58 - septembre/octobre 2015 - 55


Profile for 3eMedias

Electricien + n°58 - Septembre /Octobre 2015  

Electricien + n°58 - Septembre /Octobre 2015  

Profile for 3emedias1
Advertisement