Page 1

t r e n t e

d e g r ĂŠ s

luxury maga zine

Zermat t


AIR-KING Un hommage à l’âge d’or de l’aviation dans les années 1930, avec un affichage des minutes au premier plan pour la lecture des temps de navigation. Bien plus qu’une montre, un témoin de son temps.

OYSTER PERPETUAL AIR-KING

Zermatt Bahnhofstrasse 4 | bucherer.com


t r e n t e

d e g r é s

luxury maga zine


é di to A

u rayon des icônes, la tour Eiffel (324 m) et la tour de Pise (56 m) lui arrivent à la cheville. Louvoyant avec superbe au-dessus de la vallée de Zermatt, le Cervin (4478 m) imprime sa pyramide de roc et de neige sur plus de cartes postales et de posters que tout l’Himalaya réuni. S’il ne culmine pas physiquement sur les Alpes, il en est bien plus que tout autre le Graal : vaincre son sommet est un défi qui vous classe parmi les alpinistes véritables. A son pied, le village de Zermatt vit et vibre à son diapason, nimbé dans l’aura de son décor intemporel. Dans la lumière violacée des cieux crépusculaires de janvier ou la vigueur du soleil à son apogée, le tintinabulement des traîneaux à chevaux et le souffle léger des véhicules électriques (seuls autorisés) font écho au craquement des fières bâtisses de bois – prélude aux vénérables hameaux des alpages, à l’aventure aisée des trains de montagne et aux points de vue imprenables sur la couronne de 38 sommets de plus de 4000 m encerclant la station. Le mythe est établi, Zermatt condamné à plaire pour l’éternité.

panorama prend des allures de Grand Nord. Et l’écrin devient coffret précieux. C’est à ce lieu et à ce moment emprunts de magies, à ce summum alpin, couronné à nouveau Best Ski Resort en 2016 par une grande étude internationale, que 30° degrés dédie ce numéro horssérie de prestige – fidèle, espérons-nous, à ses beautés intérieures comme extérieures. Vous y rencontrerez des images intemporelles et tous ceux qui peuplent ces lieux et leur donnent chair : hôteliers et restaurateurs virtuoses (récompensés par un blizzard d’étoiles), vitrines d’un luxe aussi authentique que discret, festivals, plus belles balades à ski de randonnée et autres instants précieux arrachés au train-train par la douce parenthèse de Noël. Toute l’équipe de 30° degrés luxury magazine se joint à moi pour vous souhaiter de joyeuses fêtes. Christian Bugnon Editeur & rédacteur en chef w w w. 3 0 d e g r e s . s w i s s

L’hiver, lorsque les frimas enveloppent les Alpes valaisannes de leur ouate neigeuse, le


Sommaire News 14

Ch a lets d’exception L’apogée secrète du luxe zermattois 19

Interv iew Jean-Claude Biver 30

H aute joa iller ie Au pays des merveilles 34

Tr ends Horlogers 40

Cervo Le chalet réinventé 46

Shops Horlogerie 50

portfolio David Carlier 52

Le r estaur a nt the omni a Une étoile et la nature comme source d’inspiration 62

fr eer ide Autour du Cervin 64

Unplugged Un festival avec vue 69

Zer m att Randonnée à ski 70

Av ec schlossberg Faites de beaux rêves ! 73

L a v i a nde séchée du Va l a is Une grande séductrice 75

Tr ends Sport 77

News 80

chez v ron y La simplicité comme recette gagnante

Tr ends Design

60

82

Lu xury m aga zine Zer m att Hiv er 2016-2017 I IMPRESSUM 30° Degr és (since 2002) Edition, administration et publicité CB Communication sàrl I Rue du Simplon 20 – Case Postale 386 I 1001 Lausanne - Suisse I info@cbcommunication.swiss I www.cbcommunication.swiss I Tél: +41 21 312 41 41, Fax: +41 21 312 41 11 Rédacteur en chef Christian Bugnon: christian@cbcommunication.swiss Secrétariat Mélissa Hertzeisen: melissa@cbcommunication.swiss Rédaction (par ordre d’apparition) Claude Hervé-Bazin, Nathalie Cobos, Guy Michel, Laurent Grabet, Sophie Dorsaz, Frédéric Rein, Christian Bugnon Photographes (par ordre d’apparition) David Carlier, joe@rockzermatt.com, Michael Portmann, Yves Garneau, Daniel Lopez-Paullada, Fred Merz, Diode SA, Marian Gerard, Christian Pfammatter, Michaël Portmann, Bruno Augsburger, Jeremy Bernard/swatchskierscup.com, Leander Wenger, Rob Lewis, Stefan Schlumpf, Denis Emery Graphisme Florian Blanchard: florian@cbcommunication.swiss I Sophie Cattin: sophie@cbcommunication.swiss I Christian Bugnon (DA): christian@cbcommunication.swiss I Johann Terrettaz Traduction anglaise Simon Till, Paul Subrenat, Laurène Cabaret Traduction allemande Sabine Dröschel Photolithographie Images 3 Publicité Ralph Elkhuizen: ralph@cbcommunication.swiss I info@cbcommunication.swiss Copyright © 2014-2017 magazine 30° degrés, Tous droits réservés. Tous les textes et visuels publiés sont soumis au droit d’auteur. Leur reproduction, en tout ou partie, est strictement prohibée, sauf autorisation expresse des ayants droit respectifs. 30° magazine est le partenaire média officiel du Club Alpin Suisse (CAS) pour les sports de compétition I Ce magazine a été entièrement imprimé en papier FSC I Disponible sur l’iPad et internet: www.30degres.swiss I Cover: David Carlier I Prochaine édition juin 2017


n e ws David Carlier

hiver 2016

Passion freeride w w w.alpincenter-zermatt.ch

Will you Saycheese ?

w w w.zermatterhof.ch/savourer/restaurants-bars/saycheese/?lang=fr

Tous les convives en ressortent le sourire aux lèvres. Pas pour la photo – quoique… –, mais pour la qualité des fromages exclusivement valaisans servis au restaurant Saycheese !, discrètement niché au sous-sol du grand hôtel Zermatterhof. Au menu : des viandes séchées locales, des raclettes et des fondues bien sûr, à accompagner d’un incontournable fendant. La Zermatterhof, au champagne et cèpes (ou truffes d’hiver) est déjà presque une légende. Côté cadre, le contemporain pimente le traditionnel, entre cuisine ouverte, vieux bois, pierre, touches de déco montagnarde et cheminée d’une modernité absolue.

LDD

Zermatt est un peu l’eldorado des meilleurs skieurs et snowboarders. Au programme : 38 km de pistes jaunes qui n’en sont pas vraiment, aux tapis de neige profonde et non préparée, mais accessibles par téléski et balisés en prévision des risques d’avalanches. Au Rothorn, au Schwarzsee ou sur le domaine de Triftji/Stockhorn, se succèdent saillies et couloirs pentus réservés aux plus téméraires. Du Stockhorn, à 3405 m, les riders s’élancent avec un magnifique dénivelé de 1200 mètres face à eux. Ceux pour qui les pistes noires sont devenues ennuyeuses, mais qui n’osent pas s’attaquer aux jaunes, peuvent se faire encadrer par l’un des guides de haute montagne de l’Alpin Center Zermatt. Ils connaissent chaque bosse du domaine !


Le chalet de luxe Backstage, 100% V IP

w w w.backstagehotel.ch

joe@rockzermatt.com

LDD

A deux pas de l’hôtel Backstage, l’architecte-designer-artiste Heinz Julen a imaginé un drôle de nid d’aigle épuré : le chalet de luxe Backstage. Tout de bois, de mélèze et de verre, celuici, doté de 5 chambres, se hisse au-dessus du village pour des vues spectaculaires à 360° sur les montagnes alentour – y compris depuis la cuisine ouverte! Les soirées cocooning s’y passent (toujours trop vite) entre cheminée, salle de cinéma et jacuzzi escamotable surgissant par le toit ouvrant ! Inoubliable. Pour un séjour 100 % VIP, le chef Ivo Adam cuisine sur place pour les hôtes et toute une équipe s’occupe de la gestion quotidienne.

RIFFELHAUS,

UNE BASE AU CŒUR DU DOMAINE w w w.rif felhaus.ch

À L’HEURE DES FÊTES Dom Pérignon P2 w w w.domperignon.com

Rare singularité, le processus de vieillissement des vintages Dom Pérignon n’est pas linéaire, mais se fait par métamorphoses successives, appelées « plénitudes ». Dans ces instants privilégiés, le vin atteint l’apogée de sa maturation. La deuxième plénitude d’un Dom Pérignon se produit après pas moins de seize années de vieillissement : l’assurance de déguster un nectar aux arômes d’une incroyable intensité. Reposant dans sa bouteille ton sur ton, le P2 est présenté dans une boîte minimaliste en aluminium mat brossé.

LDD

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir 112 ans et une allure aussi fringante. C’est le cas de l’emblématique hôtel Riffelhaus, perché au cœur même du domaine skiable de Zermatt, à 2548 m. Le Cervin y offre une toile de fond imprenable au jacuzzi extérieur et à une partie des chambres, désormais nappées de bois de la tête aux pieds. Le Riffelhaus est le 4-étoiles (avec spa !) le plus élevé d’Europe. Idéal pour aller et venir skis aux pieds.


n e ws hiver 2016

NOUVEAU CIRCUIT DE RANDONNÉE EN RAQUETTES

w w w.zermatt.ch/fr/randonnee-hivernale/ Randonnees-en-raquettes

Michael Portmann

Dès les premières grosses chutes de neige, le parcours de randonnée en raquettes reliant Täsch à Randa sera balisé. D’une durée d’environ deux heures, ce sentier de faible difficulté technique est idéal pour les familles. Il mène à travers les prairies enneigées et la forêt, avec quelques légères montées et descentes. Pour le retour, les randonneurs peuvent emprunter le Matterhorn Gotthard Bahn ou prendre le taxi.

L’App Skiguide

optimisée et r enforcée http://app.matterhornparadise.ch

L’application gratuite Skiguide des Zermatt Bergbahnen AG se complète de nouvelles fonctions : consultation du risque d’avalanche sur des secteurs donnés pour les amateurs de freeride, informations précisées sur les meilleurs itinéraires à prendre pour parvenir d’un point A à un point B, masquage possible des installations fermées… tout pour mieux s’orienter ! Il est même possible de participer directement au concours SkiTrophy. L’interface est en outre optimisée et l’app désormais disponible pour iOS et Android.

Un nouveau télésiège

L’hôtel Walliserhof

w w w.matterhornparadise.ch

w w w.walliserhof-zermatt.ch

Pour améliorer l’efficacité des liaisons entre les secteurs du Gornergrat et du Rothorn, la vieille télécabine reliant Gant à Blauherd cède la place à un télésiège 6-places dernier cri, qui relie désormais les deux points, distants de 2 km, en à pleine plus de 3 minutes 30 secondes. La capacité de transport passe ainsi de 1000 à 1800 personnes par heure. Les vieilles cabines ont, elles, toutes été vendues en moins de 5 jours dès l’hiver dernier: deux sont notamment visibles à l’hôtel Cervo et au Mont Cervin Palace.

Fondé en 1896 sur la Bahnhofstrasse, en plein village, l’hôtel Walliserhof fait partie de ces incontournables de la station valaisanne. Passé à la nouvelle génération, il a reouvert ses portes ce 1er décembre après une complète rénovation. Ses 23 chambres et suites affirment désormais un style bien dans l’air du temps, notamment dans les Family et Village Suites, revêtues de bois clair de pied en cap. Un nouveau restaurant s’ajoute : Theodors Stuba, où sont servis les indémodables de la gastronomie de montagne suisse.

LDD

r a pide entr e Ga nt et Bl auher d

fait peau neu v e

Les moniteurs de ski de Zermatt se mettent au chinois! w w w.matterhorn-diamonds.com w w w.stoked.ch

Non, non, ce n’est pas une blague ! Face à l’engouement grandissant de la clientèle chinoise pour Zermatt, les écoles de ski Matterhorn Diamonds et Stoked proposent désormais toutes deux des cours de ski (privés) avec moniteur parlant le chinois.


C h a l ets d ’ e xc e p t ion L’a p ogée secrè t e du luxe zermattois

Voilà longtemps que Zermatt n’avait pas connu un projet d’une telle envergure. Au cœur même de la station, un complexe de sept chalets, Seven Heavens, redéfinit la nature même du luxe. Aux manettes : un Julen bien sûr (Mario en l’occurrence). Judicieusement tournés vers le phare du Cervin, tous offrent la même unité magistrale de pierre, de bois et de lumière, tout en affirmant un style propre. Chacun, baptisé du nom de l’un des sept plus hauts sommets du monde, a été imaginé par un designer différent. En ligne de mire : l’Elbrus (Elbrouz) et l’Aconcagua.

I 19 I


Difficile d’imaginer nid plus douillet que le large balcon du chalet Elbrus pour s’imprégner de la vue nocturne sur la ville et le roi Cervin en toile de fond.


E Chalet E L B RUS

T e xte Claude Hervé-Bazin l P hotos Yves Garneau

D

es sept chalets composant la collection des Seven Heavens, ancrés à flanc de rivière tout près du funiculaire de Sunnegga, l’Elbrus n’est pas le plus grand : il étend ses 4 étages sur la modeste superficie de 565 m2 ! Ce lieu au raffinement suprême et aux prestations d’une qualité rare affirme un style alpin bien à lui. La décoration, ici, a été confiée aux designers valaisans du cabinet Comina. Leur volonté ? Ancrer l’Elbrus dans le XXIIe siècle, tout en laissant souffler à travers ses pièces l’âme résolument alpine de la station. Résultat ? Beaucoup de bois, récent ou patiné, des images de montagnes et d’ours attendrissants, des coussins poilus, des cintres gravés du profil du Cervin, un (faux) massacre de renne en peluche dans la chambre des enfants… Du rez-de-chaussée, partagé entre ski room et cuisines professionnelles, un ascenseur fuse vers les chambres des premier et deuxième étages. Tout ici parle de confort, de délicatesse : les matelas et leurs nombreux oreillers, les serviettes épaisses, les plaids, les (fausses) fourrures aux longs poils nappant jusqu’aux chaises longues alanguies sur les larges balcons privés. Au niveau supérieur, les parquets soyeux font écho aux poutres maitresses du grand salon, centré autour d’une cheminée contemporaine chantant dans sa cage de verre. Son socle ? Une simple dalle de pierre brute. Au mur, un grand tirage noir et blanc de l’incontournable Matterhorn semble toiser deux grands profils alpins, l’un photographique, l’autre simple tracé d’électrocardiogramme. Ils épousent par leur longueur la grande table où se retrouvent les résidents à l’heure des repas, sous un gracieux ciel lumineux. En contrepoint : une terrasse panoramique pour mieux s’imprégner du froid vespéral et des étoiles. Contraste. Le coin spa abrite le nec plus ultra : un jacuzzi géant sur fond anthracite et un adorable sauna à la paroi vitrée. Là, le troisième étage touche véritablement au septième ciel. www.7heavens.ch


1

2

1. Quelques touches de rouge invitent Noël dans le sérail très privé des chambres, doucement infusées de lumière et de vieux bois. 2. L’ampleur du lit, la richesse des tissus et le confort des fauteuils surallongés donnent le ton d’après-midis de sieste et de nuits câlines.


Sous les voûtes en bois patiné du grand salon cathédrale, tout évoque la montagne: les œuvres d’art, le socle de pierre brute de la cheminée contemporaine comme le feu qui y crépite.

A droite l’espace salle à manger pour réunir les amis, au fond le bar et ses statues sculptées par les lumières pour commencer et terminer la soirée.


Les luminaires, les rideaux, le tapis même semblent s’animer du mouvement léger des flocons zébrant l’espace de leur danse – luxe suprême dans une chambre aux tonalités si chaleureuses.


A

Chalet Aconcagua

T e xte Claude Hervé-Bazin l P hotos Yves Garneau

O

ubliez le luxe et même l’ultra-luxe. Au sommet de l’Aconcagua, on parlera plutôt d’art. L’espace se fait ici vitrine d’une pensée qui transcende le temps et les lieux pour définir une identité nouvelle, une manière de faire différente. On pourrait évoquer une rencontre des plus beaux matériaux indémodables (bois, pierre) et de la pensée contemporaine. Mais il y a davantage. L’architecture, c’est formuler les problèmes avec clarté, avait coutume de dire Le Corbusier. Au Chalet Aconcagua, l’architecture est non seulement pensée avec précision, mais s’inscrit aussi et avant tout dans une quête constante du beau, de l’équilibre, de l’harmonie. Des bruns de terre, des blancs joliment cassés font écho aux boiseries anciennes, à des touches argent, à des céramiques et des pans de mur d’un noir mat profond, que mettent en valeur des lumières d’une densité rare. Plus qu’utilitaire, l’éclairage sculpte ici l’espace, anime ses œuvres d’art et son mobilier choisi – à l’image de ces fantasques suspensions italiennes en pendeloques ornant la salle à manger à la manière d’un bouquet de stalactites. On ne parlera pas de souci du détail. Chaque élément est un détail. Chaque pièce est choisie, chaque mur, chaque baie vitrée répond à un schéma longuement mûri, intégrant une vision globale dédiée à la meilleure manière de sublimer les 550 m2 du chalet et sa douillette opulence. Les savoir-faire technique et technologique sont eux aussi époustouflants. Ont-ils seulement leur égal sur cette planète ? On peut en douter à voir les cuisines, si bien conçues que les chefs étoilés (invités à demeure par les gestionnaires de Haute Montagne) se bousculent pour y faire montre de leurs talents ! Salle de télévision, salle de sport, rien ne manque. Et surtout pas le spa, perché au sommet de l’édifice, avec son large jacuzzi en mosaïques et son hammam d’un jais intense. Au final, la mission assignée au cabinet allemand Diesigner semble plus que réussie : donner le ton d’une nouvelle manière de concevoir les grands chalets de luxe alpins. www.7heavens.ch


Si l’espace se fait habituellement rare en montagne, ici, il ne manque pas. Du salon à la salle à manger, l‘œil se perd sur une infinité de détails.

Dîner sous l’extravagance des pendeloques italiennes, c’est un peu se préparer aux balades le long des toits bardés de stalactites de glace.


1

2

1. Une chambre (cosy). Un (vaste) balcon. Le Cervin. La trilogie du luxe abouti. 2. Les jeux d’ombres et de matières créent un espace sensuel, adouci encore par la luxuriance des étoffes et des tissus.

I 27 I


1

2

1. L’espace wellness du chalet Aconcagua marie le bois des Alpes à des tentures et des panneaux de métal travaillé aux relents orientaux. Repos et calme assurés. 2. Un frisson parcours l’échine: ah, plonger dans l’eau chaude de ce vaste jacuzzi aux douces noirceurs et attendrir les muscles endoloris par une journée de ski.


TRIBUTE TO BLUE Depuis 1888, Bucherer propose un choix de montres parmi les plus élégantes au monde. Bucherer et ses partenaires horlogers sont fiers de vous présenter la collection Bucherer BLUE EDITIONS. Cette collaboration a permis d’atteindre de nouveaux sommets en termes de créativité et d’innovation. Découvrez les modèles bleus exclusifs : une couleur inspirée pour des montres vraiment uniques.

Disponibles exclusivement dans les boutiques Bucherer

BUCHERER.COM


Daniel Lopez-Paullada

Jean-Claude Biver apprécie beaucoup la station de Zermatt, où il se rend en hiver comme en été pour faire du sport, se ressourcer ou admirer le Cervin. C’est là qu’il se ressource, loin des contraintes de son quotidien d’entrepreneur très occupé.


V

Bi

ER

Interview

Homme d’affaires et entrepreneur infatigable, Jean- Claude Biver est un personnage incontournable de la scène horlogère et l’un des ambassadeurs les plus en vue de la culture et de la tradition suisses. À la direction de la division Montres du groupe LVMH, pré sident de Hublot depuis 2004 et CEO de TAG Heuer depuis fin 2014, Jean- Claude Biver est un homme constamment en mouvement. Pour se ressourcer, il se réfugie volontiers à Zermatt, station qu’il affectionne tout particulièrement et où il a ses habitudes. Entretien avec un passionné.


BASELWORLD.COM

Le rendez-vous mondial incontournable de l’horlogerie et de la bijouterie où les acteurs-clés de la branche dévoilent leurs dernières créations et innovations. Prenez part à cet événement majeur et laissez-vous immerger dans le monde de la passion, de la précision et de la perfection.

23 – 30 MARS 2017


T e x t e Nathalie Cobos

A titre personnel, vous avez une relation particulière avec Zermatt. Pouvez-vous nous en dire davantage et nous expliquer pourquoi ? Pour les raisons que j’ai évoquées, j’ai toujours eu énormément d’admiration, de respect et d’amour pour la station de Zermatt. En conséquence de quoi j’y ai passé de très nombreuses heures à ski, à peau de phoque, en course à pied ou simplement en promenade.

course à pied tôt le matin qu’en été. C’est un endroit tellement typique avec énormément d’authenticité, de charme et de tradition. Et cerise sur le gâteau, la vue sur le Cervin tout au long de la montée est magnifique, magique. Par le biais de Hublot, vous soutenez les Zermatt Bergbahnen. Pourquoi ? Les Bergbahnen font partie de l’histoire de Zermatt et permettent à des millions de visiteurs de découvrir la montagne, notamment ses endroits et points de vue les plus magiques. Tag Heuer est partenaire de la Patrouille des Glaciers pour 3 ans. Des details sur ce projet qui relie Zermatt à une autre station avec laquelle vous entretenez des liens privilégiés, à savoir Verbier ? Verbier est une station fréquentée par une clientèle jeune, connectée et branchée, donc parfaitement réceptive à la marque Hublot. La Patrouille des Glaciers, elle, exprime à merveille la notion de « Don’t crack under Pressure » qui est le slogan de la marque TAG Heuer.

Zermatt est-il lié à des souvenirs d’enfance ? Non, mais à des souvenirs d’adolescence, lorsque nous rêvions de montagne et que le Cervin et Zermatt étaient nos références et faisaient partie de nos rêves – ce qu’ils demeurent pour moi. Sur votre compte Instagram, vous postez souvent des références à Zermatt, où vous êtes fréquemment en vacances. Qu’est-ce qui vous séduit dans cette station ? J’aime profondément Zermatt, sa nature, son accueil et j’y ai de nombreux amis. Ce sont toutes ces raisons et celles déjà évoquées plus haut qui me font venir aussi souvent que possible à Zermatt. Quel est votre endroit favori à Zermatt ? J’aime énormément le hameau de Findeln et j’adore y monter aussi bien en hiver en

I 33 I

Fred Merz

Monsieur Biver, les liens entre Zermatt et les marques que vous presidez (Hublot, Tag Heuer) sont nombreux. Pourquoi Zermatt ? Zermatt est la station de montagne référence de la Suisse et certainement de toute la chaîne des Alpes. Zermatt, c’est le respect de la nature, de la tradition et de l’authenticité. Mais Zermatt, c’est aussi l’adaptation aux besoins du tourisme au X XI e siècle. La station possède en outre le plus iconique design que la nature nous ait donné : le Cervin. Toutes ces raisons expliquent aisément pourquoi nos marques de montres font à ce point écho au site sublime de Zermatt.


H aute Joa iller ie AU PAYS DES MERVEILLES

« Notre monde ne manque pas de merveilles, mais seulement du désir d’être émerveillé », écrivait il y a un siècle le poète anglais Gilbert Keith Chesterton. La haute joaillerie abonde et renchérit, faisant profession de foi d’instiller le désir et l’émerveillement au premier coup d’œil… C’est à un voyage dans l’univers feutré des pièces uniques, de l’artisanat de haut vol, que nous vous convions avec cette nouvelle rubrique, initiation au rêve et à la beauté. Peu de maisons possèdent le savoir-faire nécessaire à la conception, au développement et à la création de pièces de haute joaillerie. Dans ce monde, chaque pierre, de par sa nature même, chaque design, confèrent son unicité à chaque bijou. Les créations de haute joaillerie ont toutes une histoire. Elles parlent à nos sens et font vibrer nos émotions. Prêtons l’oreille…

CARTIER

COLLECTION CA RTIER M AGICIEN, COLLIER QUETZA L Cartier est passé maître dans l’art de jouer avec la lumière. Pour le collier Quetzal, la maison parisienne s’approprie la longue traîne caudale de l’oiseau mythique, si cher aux civilisations précolombiennes. Les minuscules maillons pavés de diamants enserrent le cou tout en souplesse. Éveillées par les éclats de lumière, les ombres de laque noire semblent vibrer, onduler. Et le quetzal prend vie, comme par magie.


CARTIER

Chanel

Chanel

COLLECTION CA RTIER M AGICIEN, BR ACELET QUETZA L

COLLECTION LES BLÉS DE CH A NEL, COLLIER FÊTE DES MOISSONS

COLLECTION LES BLÉS DE CH A NEL, BAGUE FÊTE DES MOISSONS

La lumière jaillit et étincelle, faisant danser la couleur des deux rubellites pain de sucre qui ornent le bracelet Quetzal. Les ondulations reptiliennes des diamants et le relief créé par la laque noire réveillent l’inanimé, voient les dessins et les couleurs flamboyer. Et l’art opère : voilà le génie de la collection Cartier Magicien.

Gabrielle Chanel avait fait des blés l’un de ses porte-bonheurs. Aujourd’hui, Chanel redonne vie à ce symbole à travers une collection de haute joaillerie qui célèbre la prospérité et la créativité sans cesse renouvelée. Le collier Fête des Moissons évoque les couronnes d’épis tressés s’animant au gré du vent.

Ode vibrante au soleil, la bague Fête des Moissons scintille de reflets chauds. Les épis sertis entourent joliment un diamant jaune de taille rectangulaire, sur fond de diamants jaunes et multicolores. Symbole d’abondance, cette création rend hommage à ce que l’été offre de plus précieux.

I 35 I


VAN CLEEF & ARPELS

BULGARI

BULGARI

COLLECTION ÉMER AUDE EN M AJESTÉ, BR ACELET TWIST ÉMER AUDE

COLLECTION SER PENTI, COLLIER SER PENTI

COLLECTION SER PENTI, BR ACELET SER PENTI

Couleur intense et reflets profonds : Van Cleef & Arpels met à l’honneur la mystérieuse et fascinante émeraude. Inspiré des bracelets torques, le Twist Emeraude emprunte leur esthétique audacieuse en mariant les lignes et les couleurs dans une torsade de diamants et de saphirs violets. Ponctuant cette création, deux émeraudes taille cabochon se répondent dans un têteà-tête précieux.

Objet de culte ou véhicule de la peur, le serpent envoûte et séduit. Bulgari lui livre un vibrant hommage, mettant à l’honneur la puissance de son regard, à travers des émeraudes qui scintillent tels des iris aux mille facettes. Motif présent chez Bulgari depuis les années 1960-70, le serpent se fait ici ensorceleur, décliné pour la première fois en pendentif. Serti de diamants, le motif écailles hexagonal évoque la peau du reptile.

Dans une étreinte hypnotique, le bracelet Serpenti s’enroule autour du poignet. Telle une délicate ossature, le maillage orné de diamants est réalisé selon une architecture modulaire, qui lui confère une extrême fluidité et une élégance intemporelle. Les émeraudes, envoûtantes, subliment cette création, soulignant le regard de l’animal, véritable miroir de l’âme. Difficile d’en détacher les yeux.


H aute Hor loger ie L ’ ar t de marier le t emps e t la b eau t é

Cette page vous emmène au pays merveilleux de la haute horlo gerie lorsqu’elle revêt ses plus beaux atours. Aux rouages ingénieux, elle associe les pierres les plus précieuses, donnant vie à des créations à la fois montre et bijou. Hier, aujourd’hui, demain : qu’importent les secondes qui s’égrènent, devant tant de beauté, le temps suspend son vol. Pour le bonheur des yeux…

OMEGA

VOUTILAINEN

Immédiatement reconnaissable à l’étoile qui orne son cadran et aux griffes de sa lunette, ce modèle exclusif fait partie de la collection Omega Constellation. Cette petite étoile se fait l’épicentre d’un motif en nacre et diamants, qui dessine la possibilité d’une supernova. C’est une création poétique tout en finesse que nous propose Omega, avec une esthétique intemporelle. Un peu plus près des étoiles…

Mariage de haute joaillerie et de grande tradition horlogère, la Scintillante s’habille des teintes chaudes de l’automne pour une promenade au cœur du savoir-faire et de la délicatesse. Les flancs de la boîte sont ornés de pierres, dans un camaïeu de couleurs jaune, orange et rouge. Les rubis subliment les courbes de la couronne, de la lunette et des cornes. Un mouvement manufacture anime le cœur de cette pièce unique.

CONSTELL ATION

SCINTILL A NTE


AUDEMARS PIGUET

Hublot

GR AFF

DI A MOND FURY

BIG BA NG IMPACT BA NG

PRINCESS BUTTER FLY

Rebelle, puissante, provocante : la Diamond Fury a un caractère de guerrière. Telle une carapace de diamants, elle orne le poignet en un talisman protecteur. Dans la plus pure tradition des montres mystérieuses, la structure dissimule un panneau secret qui se soulève pour dévoiler son cadran. Tour à tour manchette ou montre, toujours éblouissante, elle ne laisse personne indifférent.

La Big Bang Tourbillon Power Reserve 5 Days High Jewellery Impact Bang adopte un design en rupture évocateur du big bang. De la cage du tourbillon naît et se propage une explosion de diamants composant une mosaïque de pierres de formes différentes, s’imbriquant les uns aux autres à la perfection, pour un rendu audacieux. Vous avez dit anticonformiste ? Assurément.

Le délicat papillon de la Princess Butterfly ne révèle son secret qu’aux initiés. De bracelet, il devient montre sur une simple pression, dévoilant son cadran en nacre. Encerclant le poignet, les nervures de diamants s’entrelacent, scintillant de mille feux. On se surprend à retenir son souffle par peur d’effaroucher ce joli insecte. Une création captivante qui ne manque pas de poésie.


Schlossberg Boutique Zermatt l Bahnhofstrasse 7a l 3920 Zermatt Lu - Sa: 9:30 – 12:30 & 14:00 – 19:00 l www.schlossberg.ch


H

T R e n ds hor l oge r s par guy michel

Cartier Drive

VACHERON CONSTANTIN

PIAGET

LIMELIGHT STELL A

w w w.cartier.com

OV ERSEAS HEUR ES DU MONDE w w w.vacheron-constantin.com

Quelle belle mécanique ! Le boîtier en or de forme coussin, légèrement anguleux, avec lunette polie et flancs satinés, enserre un cadran guilloché blanc reprenant les motifs d’une calandre. Bombé du verre, compteur à 6 heures, remontoir au profil de boulon s’inspirent eux aussi du monde automobile. Son moteur ? Un mouvement mécanique à remontage automatique, le calibre 1904-PS MC, avec petite seconde et date. En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt.

Compagne du voyageur, l’Overseas abrite un calibre automatique qui indique l’heure dans 37 fuseaux horaires. Son boitier en acier de 43,5 mm (étanche à 150 m) est complété par un cercle d’emboitage en fer doux qui permet de protéger la montre des champs magnétiques. Un détail qui a son importance pour ceux qui sont appelés à passer régulièrement les contrôles de sécurité dans les aéroports. Alors, on embarque quand ? En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt.

Piaget opère une plongée dans les années 1970 en revisitant les lignes d’une star : la Limelight. La Stella est la première pièce à complication de la marque à être exclusivement destinée à la gent féminine. Son mouvement mécanique à remontage automatique tictaque avec élégance en toutes circonstances et, sur son cadran, une complication phases de lune flirte avec les étoiles sous un halo de diamants qui illumine le poignet. En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt.

w w w.piaget.com


Rolex

Panerai radiomir 1940 gmt 3 days

oyster perpetual air-king acier

w w w.panerai.com

w w w.rolex.com

Pourquoi faire compliqué si l’on peut faire simple ? C’est ainsi que Panerai a imaginé sa Radiomir 1940 GMT 3 Days, dotée d’un second fuseau horaire, de la date et d’une réserve de marche de 3 jours. Son cadran est remarquable par son extrême lisibilité, notamment dans l’obscurité grâce à ses chiffres luminescents. En prime, pour la beauté du geste et la délicatesse de l’intention: un cadran au motif clous de Paris. En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt.

Aussi actuelle qu’intemporelle, avec son look rappelant le modèle des années 1950, la nouvelle Oyster Perpetual AirKing rend hommage aux pionniers de l’aviation et au rôle de l’Oyster dans l’épopée aérienne. Dotée d’un bracelet Oyster à maillons massifs, elle présente un boîtier de 40 mm en acier et un cadran noir caractéristique, combinant de grands repères 3, 6, 9 pour les heures et une échelle des minutes intercalée. En vente aux bijouteries Bucherer – Zermatt.

PATEK PHILIPPE R EFER ENCE 5327

M A RINE CHRONOMETER A NNUA L CA LENDA R

ULYSSE NARDIN

HERITAGE BL ACK BAY

Tudor

ANONIMO

w w w.patek.com

w w w.ulysse-nardin.com

w w w.tudorwatch.com

w w w.anonimo.com

Que les fans de Calatrava se réjouissent ! Un nouveau quantième perpétuel automatique, hautement désirable, fait son entrée dans la collection Patek Philippe. Son boîtier en or gris aux attaches finement creusées révèle des chiffres Breguet en applique sur un cadran bleu soleil profond du plus bel effet. Au dos de la pièce, le possesseur de la montre peut choisir l’option fond saphir ou fond plein, les deux étant interchangeables. En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt.

C’est une montre qui sent bon les embruns. Sa lunette cannelée, sa couronne vissée garantissant une parfaite étanchéité, son entre-corne plein assurant une admirable stabilité au poignet reprennent les codes éminemment classiques des instruments de marine. Côté mécanique, le boîtier généreux de 43 mm affiche calendrier annuel, date et chronographe, d’une rare lisibilité. Idéal pour compter les jours avant de rentrer au port. En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt.

Avec sa glace bombée, sa couronne de remontoir proéminente, sa matière luminescente et sa couronne en acier laquée noire, l’Heritage Black Bay booste le capital sympathie des modèles destinés à tutoyer les abysses (jusqu’à 200 m). La montre est livrée avec un bracelet en acier inspiré des modèles fabriqués par la marque dans les années 1950/1960. Elle offre une réserve de marche de 70 h : tout un week-end sans avoir à la remonter ! En vente aux bijouteries Bucherer – Zermatt.

Porter une montre en bronze est aujourd’hui synonyme de bon goût. La preuve par Anonimo, qui détient en la matière une indéniable légitimité historique. La Militare Chrono conjugue à la perfection le style italien sportchic avec la précision suisse, dans un boitier en bronze, avec cadran noir aux chiffres 4, 8, 12 surdimensionnés et bracelet en cuir de veau noir. Ajouté au caractère bien trempé de cette montre de référence, le succès est assuré.

I 41 I

MILITA R E CHRONO


2 7 e S A L O N I N T E R N AT I O N A L DE LA HAUTE HORLOGERIE GENÈVE DU 16 AU 20 JANVIER 2017 OUVERT AU PUBLIC VENDREDI 20 JANVIER Inscription préalable sur sihh.org

sihh.org

MAISONS EXPOSANTES | A. LANGE & SÖHNE | AUDEMARS PIGUET | BAUME & MERCIER | CARTIER | GIRARD-PERREGAUX GREUBEL FORSEY | IWC | JAEGER-LECOULTRE | MONTBLANC | PANERAI | PARMIGIANI FLEURIER | PIAGET | RICHARD MILLE ROGER DUBUIS | ULYSSE NARDIN | VACHERON CONSTANTIN | VAN CLEEF & ARPELS CARRÉ DES HORLOGERS | CHRISTOPHE CLARET | GRÖNEFELD | H. MOSER & CIE | HAUTLENCE | HYT | KARI VOUTILAINEN LAURENT FERRIER | MB&F | MCT | RESSENCE | RJ-ROMAIN JEROME | SPEAKE-MARIN | URWERK


T R e n ds hor l oge r s par guy michel

Hublot

BIG BA NG ZER M ATT w w w.hublot.com

OMEGA

Seamaster Planet Ocean 600M Co-A xial M aster Chronometer w w w.omegawatches.com

L’esprit du plus célèbre sommet de Suisse vit dans ce modèle Big Bang qui tutoie les sommets. A 9 heures, dans un guichet circulaire, le Cervin apparaît sous forme d’une gravure délicate mais très présente, comme pour délivrer un message à tous les amoureux de la marque et de la célèbre montagne : le mythe est à portée de main. En vente au Hublot Store – Zermatt.

Etanche à 600 m, cette montre de plongée bénéficie de la certification Master Chronometer, décernée par le très rigoureux Institut fédéral suisse de métrologie. Equipée d’une valve à hélium, elle bat au rythme du calibre 9900, visible à travers le fond du boîtier transparent. La lunette de plongée tournante unidirectionnelle en céramique, avec échelle de plongée en Liquidmetal©, est montée sur un boîtier de 45,5 mm en acier inoxydable. En vente à la boutique Omega – Zermatt.

AUDEMARS PIGUET

Tag Heuer MONZA w w w.tagheuer.com

T-Touch Ex pert Solar NBA Édition spéciale w w w.tissotwatches.com

En explorant sans cesse de nouvelles voies horlogères, Audemars Piguet donne naissance à des créations uniques, tournées vers le futur. La Royal Oak Concept Carbone, première montre au monde dotée d’un boîtier et d’un mouvement en carbone, ne faillit pas à la règle. Ses tourbillon et chronographe préfigurent l’horlogerie de demain. La devise de la marque ? L’excellence pour horizon, la passion à hauteur d’homme.

Un circuit de F1 peut-il donner son nom à une montre ? Et cette montre peut-elle devenir aussi mythique que la course elle-même ? C’est le cas avec la Monza, chronographe légendaire de TAG Heuer, dont la réédition 2016 bat tous les temps de référence. Son boîtier de forme coussin abrite un pulsomètre et une échelle tachymètre, tandis que son bracelet en veau perforé est à la fois rétro et chic. Succès à l’horizon !

Ce garde-temps au design sportif et audacieux rend hommage au plus grand partenaire de l’histoire de Tissot : la NBA américaine. La T-Touch Expert Solar NBA Édition spéciale offre un aperçu des technologies innovantes que Tissot apportera sur les parquets de basket-ball, avec notamment un chronométrage novateur ultra-précis, mais aussi d’impressionnantes fonctions tactiles (boussole, altimètre et même prévisions météorologiques). En vente à la boutique Tissot – Zermatt.

COLLECTION ROYA L OA K CONCEPT CA R BONE w w w.audemarspiguet.com

I 43 I

Tissot


T R e n ds hor l oge r s par guy michel

IWC

PORTUGIESER CHRONOGR A PHE BLUE EDITION

Depuis 1914, sans exception, toutes les enquêtes en Europe et aux Etats-Unis citent le bleu comme couleur préférée. C’est aussi la couleur fétiche de la maison Bucherer, qui a demandé à des marques horlogères de réaliser pour elle des séries limitées avec un air de blues au poignet ! En vente aux bijouteries Bucherer – Zermatt.

JAEGERLECOULTRE

M ASTER ULTR A THIN DATE BLUE EDITION

w w w.iwc.com

w w w.jaeger-lecoultre.com

Conçue en 1938 pour deux hommes d’affaires lusitaniens, l’emblématique collection La Portugaise d’IWC nous plonge dans l’histoire des instruments nautiques de précision utilisés par les marins lors de leurs explorations du monde. Le modèle imaginé pour Bucherer ajoute encore à l’esprit d’aventure avec un cadran bleu inspiré par l’univers de la mer. Son boîtier en or rose joue les contrastes avec les compteurs blancs du chronographe.

La course à l’extra plat est à l’horlogerie ce que la conquête de l’espace est à l’aéronautique: la quête du Graal. Jaeger-LeCoultre, associé à Bucherer, frappe un grand coup avec cette Master Ultra Thin Date au boîtier de 7,45 mm d’épaisseur. Sa philosophie ? Réduire les fonctions et leur représentation au strict nécessaire. On relève le sublime cadran bleu nuit, la sobriété et la pureté absolues de cette pièce, véritable poésie mécanique.

AUDEMARS PIGUET

CARL F. BUCHERER M A NERO PERIPHER A L BLUE EDITION

H A PPY SPORT BLUE EDITION

w w w.audemarspig uet.com

w w w.carl-f-bucherer.com

w w w.chopard.com

Qu’est-ce qui rend cette Royal Oak édition spéciale Bucherer si exceptionnelle ? Toute la sémantique virile ne suffirait pas à décrire cette montre qui jongle avec les superlatifs esthétiques et mécaniques. Son cadran au motif bleu profond de « petite tapisserie » attire les regards, qui convergent à 6 heures vers une complication suprême : le tourbillon. Son boîtier alliance d’acier et d’or rose remet les codes masculins au centre.

Couleur de la ville de Lucerne – berceau de la marque –, ce bleu pétrole lui va si bien. Sous ses atours classiques aux contours nets et courbes douces, alternant surfaces polies et mates du boîtier en acier, la Manero Peripheral cache une ingénierie moderne : elle tire son énergie d’un remontoir automatique fonctionnant dans les deux sens, équipé d’une masse oscillante périphérique. Elle s’enchâsse sur un bracelet bleu en alligator.

Elégance et audace : voilà les deux maîtresmots pour plaire aux femmes. Creusant cette veine, Chopard a imaginé dès 1994 un diamant qui se promène en toute liberté sur le cadran d’une montre. L’idée de laisser courir une pierre a donné naissance à la collection Happy Sport. La Blue Edition, signée Bucherer, revisite le modèle iconique dans un boîtier de 30 mm avec mouvement automatique, saphirs mobiles et bracelet bleu. So chic !

ROYA L OA K TOUR BILLON ULTR A THIN BLUE EDITION

CHOPARD


Christian Pfammatter

Si la décoration intérieure de l‘hôtel Cervo se fait éminemment contemporaine, les bois de cerfs fixés aux murs rappellent le nom de l‘hôtel et son concept inspiré de l‘esprit des cabanes de chasse.


E V C RO Le chalet réinventé

Cet hôtel 5 étoiles, réinterprétation contemporaine du chalet alpin, revendique avec justesse un luxe teinté de charme familial. Il peut également se prévaloir d’une vue à couper le souffle sur le Cervin. Divin!

T e x t e Claude Hervé-Bazin

L

es skis sont encore aux pieds quand s’ouvre la petite porte de ce grand chalet adossé à la forêt, sur les hauteurs de Zermatt. En y pénétrant, l’odeur du bois qui crépite dans la cheminée et la chaleur qui s’en dégage se font immédiatement promesses de bien-être. Bientôt révélée, la large terrasse regarde avec insistance vers l’emblème de la station et de la nation tout entière : le Cervin. Réinventé en complexe hôtelier 5 étoiles, le Cervo (cerf en italien), élu en 2014 meilleur établissement toutes catégories par le Sonntags Zeitung, entretient l’esprit chalet dans lequel il puise ses origines. Il met en valeur les matériaux locaux traditionnels (feutre, pierre, bois, loden, etc.), des objets vintage et piquète ses murs de bois et trophées de cervidés. « La cabane du chasseur est notre fil conducteur. L’idée était de conserver l’ambiance d’une maison plutôt que d’un hôtel, mais en offrant

une qualité de service de standing international. Du luxe avec un charme familial », résume Daniel F. Lauber, propriétaire avec sa femme Seraina du Cervo – et lui-même chasseur à ses heures. Voilà un côté traditionnel qui fusionne admirablement bien avec les lignes plus contemporaines du lieu. Un lu x e cosy et ch a leur eu x

Autour du chalet origi nel, siège de la réception, s’articulent 6 autres chalets conçus par l’architecte local Roman Mooser et son collègue Roger Bächtold. Construits entre 2009 et 2013, ils abritent en tout 36 chambres et suites, d’une taille oscillant entre 22 et 82 m2 – auxquelles s’ajoute une immense suite de 240 m2, la plus grande de Zermatt ! Petites ou grandes, avec ou sans cheminée, toutes ont en commun ce petit je-ne-saisquoi de cosy qui invite à la détente dans la


Christian Pfammatter

Christian Pfammatter

Christian Pfammatter

Michaël Portmann

De la plus petite chambre au salon de la plus grande suite, le caractère chaleureux du Cervo transparaît à chaque image. Exit l‘anonymat des grandes structures : plus qu‘un hôtel, on est bien là dans un chalet, aux ambiances personnelles marquées.


Christian Pfammatter Christian Pfammatter

Christian Pfammatter

Lorsque la faim s‘affirme, le choix se fait cornélien : raclette ou fondue au Ferdinand, dans une ambiance de brasserie revisitée, ou cuisine gastronomique du Cervo Puro – récompensée d‘une jolie note de 14 sur 20 par Gault&MIllau ?

cordialité d’un intérieur élégant. « Il s’agissait vraiment de réinterpréter le chalet alpin de manière contemporaine, poursuit Daniel F. Lauber. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons fait en sorte que nos hôtes doivent sortir de leur chalet pour accéder au bâtiment principal. » En revanche, chacun possède son propre spa, avec sauna, sanarium (sauna humide), espaces de soins et de massages. Parfait pour se détendre au retour du ski sans avoir à faire la queue comme dans les grands établissements ! On en viendrait presque à hésiter à retourner sur les pistes. Mais le jacuzzi extérieur pousse à franchir à nouveau le miroir et replonger dans la carte postale. Le Cervo Puro, signature restaur a nt de l a m a ison

Des rideaux s’ouvrent comme au théâtre sur une salle claire, aux tables en bois illuminées par des lampes à l’ancienne fixées au mur en batterie. L’année passée, le Puro s’est réinventé dans l’esprit de l’hôtel, adoptant une décoration oscillant entre convivialité alpine et ambiance cosmopolite éthérée. Mais l’essentiel n’est pas là. Au hasard d’un menu, une citation du critique Hugh Johnson court sur le papier : les amoureux du vin sont beaux, intelligents, sexy et en bonne santé… Les grands verres bombés tintent, les jolies assiettes creuses et les

planchettes en bois colonisent peu à peu les tables. La qualité, la fraîcheur des ingrédients sautent aux yeux, puis aux papilles. La cuisine, sobre mais précise, recherchée mais pas alambiquée, sublime ici l’essence des produits de saison, en majorité locaux et issus d’exploitations durables. Le chou frisé, le fenouil et l’ail sauvages, le miel de montagne de Zermatt, les noix et parmesan piémontais, les airelles rouges embaument déjà le jeune hiver. Le flair est local, teinté d’une pointe d’influence trans­alpine – touches discrètes d’Italie du Nord. Le verdict est tombé : le Cervo Puro s’est vu décerner une note plus que satisfaisante de 14 par l’incontournable Gault&Millau. Le Fer dina nd, tout jeune et déjà gr a nd

En 2014, le Ferdinand quittait l’éphémère chalet en bois qu’il occupait sur le site du festival Zermatt Unplugged pour s’installer au pied du Cervo à l’invitation de Herr Lauber. Les fumets qui s’en dégagent aux heures des repas ne trompent pas: la carte, très terroir, fait la part belle aux raclettes et aux fondues. « Il y a celle au vacherin et la presque moitiémoitié (60%-40%), qui peuvent être déclinées suivant les saisons (truffe, tomates et thym, etc.), la spéciale Ferdinand ou encore celle

aux oignons, lard et bière ! » Sans oublier les raclettes (fromages AOP), les charbonnades et les viandes froides. « Nous avons voulu mettre les produits valaisans à l’honneur, vins compris », poursuit Daniel Lauber. Le grand tableau noir, résumant l’offre gastronomique, retranscrit d’ailleurs fort bien le credo de la maison : 100% pure, made in Switzerland. Le Ferdinand est plus informel que le Puro. « Il transpose le style d’une brasserie newyorkaise sur un concept élargi de restaurant de fondue, synonymes de cadre et d’ambiance relax. Nous avons utilisé des matériaux chaleureux, déclinés dans une interprétation très épurée, contemporaine, plus jeune », détaille Daniel Lauber. Résultat : aux parquets en chêne massif et plafonds hauts en bois blanc répondent une cheminée en fer forgé, des gravures et portraits de drôles d’animaux, l’inox du bar et, à 180°, des fenêtres largement ouvertes sur le panorama. « Souvent, les restaurants à fondue sont rustiques, perdus dans une cave sans vue, explique Daniel Lauber. Pas ici ! En prolongement : une séduisante terrasse après-ski, aux coussins moelleux semés sur les gradins de bois, où des musiciens se produisent régulièrement. www.cervo.ch www.ferdinand.ch


Shops Horlogerie

La Bahnhofstrasse est à Zermatt ce que les Champs-Elysées sont à Paris: la vitrine du luxe et du savoir-faire. On ne s’étonnera donc pas que les plus importantes marques horlogères suisses aient élu domicile dans la principale rue de la station.

Omega emménage à Zer m att w w w.omegawatches.com

Décidément, la Bahnhofstrasse a toutes les vertus. Au n° 30a, Omega installe en ce mois de décembre son nouvel espace de vente – le 8e en Suisse. Dans un cocon serein et luxueux de 70 m2, les quatre collections de montres Omega éblouissent dans leurs écrins élégamment mises en lumière, entre vitres champagne, tabourets et chaises en cuir rouge, comptoirs, colonnes et murs habillés de bois de zingana reconstitué. A leurs côtés : bijoux et maroquinerie. Naturellement, une équipe d’employés multilingues se tient prête à répondre aux demandes d’une clientèle éminemment internationale.

Schindler, plutôt trois fois qu’une w w w.schindler-zermatt.ch

Inaugurée en 1978 par l’horloger-rhabilleur Kurt Schindler, la maison au logo Cervin se veut l’écrin des plus beaux garde-temps et joyaux sous nos latitudes. A son flagship store du n° 5, récemment refait à neuf sur des tonalités lumineuses et accueillantes, avec fauteuils et cheminée, font écho deux emplacements complémentaires. Au n° 14 prennent place les créations des marques TAG Heuer et Zénith, tandis que, au n° 15, s’exposent les prestigieuses montres Patek Philippe et les œuvres du joailler allemand Wellendorff – rendu célèbre à la fin du XIXe siècle par ses colliers « cordes » et ses bagues anneaux colorées.

Au n° 27, Hublot en son ch a let w w w.hublot.com/fr/ boutique/suisse/zermatt

Gstaad, Lucerne, Genève… les boutiques Hublot ont le chic pour s’installer là où l’on a envie d’aller. Inaugurée en grande pompe l’an passé sous le patronage de la triple championne du monde de ski alpin Maria Höfl-Riesch et du patineur Stéphane Lambiel, celle de Zermatt est bien plus qu’une belle vitrine. Installée dans un chalet – avec géraniums aux fenêtres en été –, elle saisit l’âme de la station dans sa chaleureuse alchimie de sobriété et d’élégance, de bois et de céramiques noires. Pour le clin d’œil : une vache blanche sur le comptoir et un discret carnotzet au sous-sol pour accueillir les clients privilégiés.


JOIN THE MECHANICAL REVOLUTION DISCOVER #SISTEM51 IRONY


C

Dav i d Ca r l i e r portfolio

clics et dĂŠclics


Le Cervin, vu de la base de l’arrête du Hörnli, se révèle imposant, majestueux, juste auréolé de quelques fumerolles de neige s’envolant de sa face nord. 


3

1. Cervin et massif du Mont Rose se dégagent au loin, depuis les contreforts de la Dent Blanche, par un petit matin d’hiver – une vue inhabituelle. 2. Chambre avec vue pour ce bivouac à 3800 m dans la face est de la Dent Blanche. Le soleil se couche sur le Cervin à gauche et la Dent d’Herens à droite. 3. Le massif du Mont Rose, véritable forteresse, sous un ciel de foehn caractéristique. 

1

2


Un superbe drapé de rayons enrobe le Cervin d’un voile mystérieux. 

Comme sortis des nuages par magie, les 4000 m entourant Zermatt prennent le soleil en cette fin de journée hivernale. A l’image : le Rimpfischhorn (4199 m), le Strahlhorn (4190 m) et, au premier plan, l’Obergabelhorn (4063 m).


Ce petit Cervin émergeant des champs de neige résume bien, à lui seul, l’œil malicieux de David Carlier...

Valaisan de coeur, David Carlier a accepté sa vocation de photographe sur le tard. Pour 30° Degrés, cet amoureux de Zermatt et du Cervin revient sur l’atypique trajectoire qui l’a vu passer du statut d’aspirant guide à celui de spécialiste reconnu de l’image et de l’aventure.

T e x t e Laurent Grabet

«

Il y a 10 ans encore, être photographe professionnel me semblait un rêve inaccessible ! » affirme David Carlier, qui enchaîne désormais les shootings non-stop… Faux timide mais vrai gentil, aux airs d’éternel ado (il est venu au rendez-vous en longboard!), le valaisan d’adoption, aujourd’hui âgé de 44 ans, identifie a posteriori cinq « gros déclics » qui lui ont permis d’en arriver là. De l a Route de l a Soie au x Outdoor Ga mes

Chez les Carlier, la photo est une affaire de famille. « A 8 ans, j’avais déjà mon premier petit appareil. A 14, mon père m’a autorisé à utiliser son réflex lors d’une visite au musée des Transports, puis mon grand-père m’a donné le sien. Ce Nikkormat et son objectif 50 mm, je les utilise encore ! J’adore regarder la vie dans son viseur », raconte le photographe. Ce cadeau, c’est le premier déclic. A 18 ans, une rencontre impromptue avec l’écrivaine-aventurière Ella Maillart le voit caracoler sur la Route de la soie. C’est le second déclic. « Mon goût du reportage et de la photo qui raconte une histoire est né lors de ce voyage », confesse l’intéressé, qui rêve alors de se consacrer pleinement au photojournalisme. Clin d’œil du destin, lors de ce périple en Chine, le jour de son anniversaire, au sortir d’une gare routière, il tombe nez à nez avec son parrain. « C’est un bourlin-

P hotos David Carlier

gueur qui, aujourd’hui encore, à plus de 80 ans, continue de parcourir le globe avec son épouse, leur chien et… son appareil photo. Ado, ses diaporamas, son Nikon FM et sa Land Rover type safari me fascinaient. » Inscrit à l’université en sciences éco, David découvre l’alpinisme avec des camarades. Troisième déclic. « On séchait souvent les cours pour aller en montagne ! » En 1997, après deux années passées à gagner sa vie comme trader, la passion reprend le dessus : il abandonne le costume cravate pour s’installer à Zermatt, où il s’occupe de l’hôtel Bahnhof avec la famille Lauber, tout en suivant les cours d’aspirant guide. Il ne passera jamais son diplôme, mais commence à tisser son réseau dans le monde de la montagne et à aiguiser les compétences techniques qui lui permettent, aujourd’hui, d’escorter des sportifs de la trempe de Géraldine Fasnacht et Gilles Sierro dans leurs exploits. Début 1999, David lance successivement une société de conception de sites web avec un ami, puis de communication avec son épouse. En 2004, il co-fonde les Outdoor Games avec Nicolas Hale-Woods. Cet évènement, c’est le 4 e déclic, qui achève de le convaincre qu’il est fait pour produire de l’image. L a consécr ation

Freeride World Tour, David Carlier officie de plus en plus souvent comme photographe. En 2010, lors d’un workshop aux Etats-Unis, il prend une photo qui, quatre ans plus tard, lance véritablement sa carrière en atteignant les finales du prestigieux concours photo Red Bull Illume – celle d’un minuscule kayakiste dévalant une chute dantesque dans l’Idaho. C’est le cinquième déclic. Aujourd’hui soutenu par Nikon, David Carlier enchaine les publications et les mandats pour de grandes marques horlogères ou des destinations comme le Valais. En 2015, il réalise à la demande du canton le documentaire « 13 faces du Valais ». Et, la même année, voit une centaine de ses images présentées à l’exposition universelle de Milan autour du thème de l’eau dans les vallées valaisannes. « Parfois, je regrette de m’être lancé dans la photo si tardivement, lâche le quadragénaire. J’ai mis du temps à m’avouer que mon rêve d’être photographe pouvait être viable. Pourtant, j’ai toujours adoré raconter des histoires avec la lumière, l’image, la nature. J’aime l’impact qu’une simple photo sans artifice peut avoir. Aujourd’hui, je me destine de plus en plus au reportage et à sortir du microcosme des sports d’aventure pour m’exprimer sur d’autres sujets qui me tiennent à cœur. »

En marge de sa mission de directeur de la communication des Outdoor Games, puis du

www.davidcarlierphotography.com


La cabane du Mont Rose (2883 m) se dĂŠcoupe dans la vertigineuse paroi nord du Liskam, aux allures presque himalayennes.


– Photos : © Jérémy Bernard - Semaphore. *Le masque pour la montée et la descente. **Le monde a besoin de votre regard.

UP AND DOWNHILL GOGGLE*

AEROSPACE LE 1ER MASQUE AUSSI CONFORTABLE EN MONTÉE QU’EN DESCENTE.

SuperFlow System pour déporter l’écran vers l’avant et offrir un maximum d’aération à la montée, et le refermer pour une protection parfaite à la descente. Écran photochromique sphérique et Minimalist Frame pour une vision XXL la plus parfaite : la nouvelle référence freerando, à découvrir d’urgence.

Sam ANTHAMATTEN Freerider / Mountain guide

julbo.com

**


Ch ez V ron y LA SIMPLICITÉ COMME RECETTE GAGNANTE

Avec le retour de la neige, Zermatt entre dans une nouvelle saison. Vrony et Max Julen, les patrons du célèbre restaurant Chez Vrony, perché sur l’alpage de Findeln, à 2100 m, ont rouvert leurs portes. Les visiteurs, venus du monde entier, s’y pressent déjà pour admirer le Cervin depuis leur terrasse et goûter à leur cuisine gourmande du terroir.

T e x t e Nathalie Cobos

Vrony Julen, comment se présente la saison 2016-2017 ? Les choses se présentent très bien. La neige a fait son apparition tôt cette année. Nous avons pu ouvrir dès le 26 novembre, dans un décor féérique. Mon mari et moi sommes très motivés, de même que toute l’équipe, composée de 30 employés. Parmi ces collaborateurs, certains sont nouveaux et nous avons dû les former. Ça représente du travail mais c’est excitant ! Y a-t-il du nouveau Chez Vrony ? Nous avons changé un peu la décoration, fait du « facelifting » comme on dit, avec des nouveaux coussins, des couleurs différentes. Nous avons aussi modifié un peu l’organisation. Nous avons remplacé les tables hautes par des tables d’angle pour les groupes. Nous avons aussi, bien sûr, profité de la fermeture annuelle pour effectuer les réparations nécessaires. La carte a, elle aussi, légèrement évolué. Nous proposons davantage de plats végétariens et avons intégré plusieurs nouveautés, dont une assiette mettant le foie gras à l’honneur et une souris d’agneau valaisanne braisée au Merlot avec une polenta au parmesan. Cela étant, je vous rassure, nos best-sellers, burger Vrony et viande séchée maison, figurent toujours en bonne place sur la carte ! Nous avons aussi

P ho tos LDD

une carte des spécialités, qui change toutes les deux semaines et sur laquelle on peut par exemple trouver notre tartare. Pour le reste, nous restons fidèles à notre credo : cuisiner des recettes traditionnelles transmises de génération en génération en déclinant des mets régionaux relevés d’influences internationales. Le tout avec des produits bio issus du terroir. En quelques mots : une cuisine simple, traditionnelle mais gourmande. Voilà des années que vous êtes dans le métier. Qu’est-ce qui vous motive le matin au réveil ? Ça fait trente ans que je travaille dans le domaine de la restauration. J’ai commencé avec mes parents, quand j’avais 21 ans. À la base, je pensais les aider juste une saison, mais j’ai adoré l’ambiance, l’endroit, les gens, et j’ai décidé de rester. En 1997, j’ai repris le restaurant avec mon mari, Max, et nous avons refait les choses à nos goûts, en réaménageant les lieux, en changeant la cuisine, la carte. Je n’ai jamais regretté mon choix. Oh, il y a certainement eu des moments où je me suis demandée pourquoi je n’avais pas fait ceci ou cela, mais dans mon cœur, je sais que je suis à ma place. J’ai un lien très émotionnel avec le restaurant. C’est un endroit magnifique, à la situation exceptionnelle, où chaque jour est différent du précédent, tant

au niveau des paysages que des tâches à accomplir. Il se passe tous les jours quelque chose de spécial. Ici, je suis à la maison. Avez-vous une anecdote à nous raconter ? Nous avons la chance d’avoir vécu et de vivre beaucoup de moments forts. Il y a des gens qui ont fait connaissance au restaurant, sont devenus amis et se retrouvent chaque année chez nous. Ce sont des moments très spéciaux, forts en émotions. De très belles récompenses sont parallèlement venues saluer notre cuisine. De décembre 2013 à février 2014, nous avons eu la chance d’être choisis par Swiss pour participer au programme culinaire Swiss Taste of Switzerland. Les passagers qui voyageaient en Business Class mangeaient des plats de Chez Vrony ! Puis, pendant tout le mois de novembre 2015, nous avons été invités par Jelmoli à venir cuisiner dans le restaurant du magasin de Zurich. Cette année, nous y avons pris part à l’Excellence Gourmetfestival et avons fait la cuisine pour 120 personnes à bord de l’Excellence Queen, aux côtés de cuisiniers prestigieux comme Andreas Caminada. Ces expériences sont autant de moments exceptionnels, qui nous motivent. Vrony et Max Cotting-Julen, Findeln, Zermatt Tel. +41 27 967 25 52, info@chezvrony.ch


Puisant ses ingrédients et son inspiration dans la nature proche, la cuisine de Klemens Schraml fait la part belle au dressage : chaque assiette est une petite œuvre d‘art, arc-en-ciel de couleurs faisant écho à l‘explosion des goûts.


UNE ÉTOILE ET LA NATURE COMME SOURCE D’INSPIRATION

L E R E STAU R A N T

T H E OM N I A

Désormais haut- lieu de la gastronomie, Zermatt attire un nombre sans cesse croissant de fins gourmets. Le restaurant The Omnia, hébergé dans l’hôtel du même nom, s’est vu décerner une étoile par le Guide Michelin en octobre. Il rejoint ainsi le Capri et l’After Seven, deux des établissements les plus prestigieux de la station, déjà étoilés. T e x te Nathalie Cobos

P

erché sur son flanc de montagne, 45 mètres au-dessus des toits de Zermatt, entre les plumets enneigés de hauts sapins, l’hôtel The Omnia semble veiller sur la station, prêt à s’élancer vers le Cervin. On y accède d’une manière bien particulière : par un tunnel menant à un ascenseur qui conduit directement dans le hall ! Réputé pour son emplacement idyllique et la qualité de son accueil, l’établissement abrite un restaurant nouvellement étoilé. Aux commandes, le jeune chef Klemens Schraml, âgé de 25 ans, distille une gastronomie raffinée aux accents poétiques. Son inspiration : la nature. Son terrain de jeu : les champs et les forêts avoisinants, où il se rend chaque jour pour puiser les ingrédients de ses recettes. Herbes alpines, aiguilles de pin, capucines, roses des pâturages… voilà les petits plus qui vont faire toute la différence dans l’assiette. Conçu comme une œuvre d’art, chaque plat est un enchantement pour les yeux, une mise en scène mêlant finesse de la composition et harmonie des couleurs. Et les papilles ne sont pas en reste, avec une justesse des saveurs autour de produits d’exception, toujours de saison et le plus souvent régionaux. La philosophie de The Omnia s’inscrit dans une réflexion axée sur le développement durable. « Pour l’architecture de notre bâtiment, nous avons fait appel à des menuisiers de la région. Le bois quant à lui provient des forêts proches », explique Philippe Clarinval, directeur général de l’établissement. « Nous appliquons le même principe au restaurant, en mettant à l’honneur ce que la nature nous offre ». Klemens Schraml, passionné de nature, est comme un poisson dans l’eau à The Omnia, dont il partage les valeurs. Originaire d’Autriche, le jeune chef possède une grande maturité, acquise très tôt auprès de ses parents restaurateurs, qui l’ont élevé dans le respect des traditions culinaires autrichiennes. Comptant agriculteurs et distillateurs dans sa famille, il a le goût des produits du terroir et aime se livrer à des expériences inédites, toujours à la recherche de saveurs nouvelles. À la carte de The Omnia, on découvre par exemple la truite cuite en croûte de sable des glaciers. Klemens Schraml, qui l’a lui-

P ho to s Bruno Augsburger

même ramassé, l’utilise en substitut du sel, pour la minéralité et la note de terre que cela apporte au plat. Sous ses mains, les aiguilles de pin se transforment en huile pour agrémenter une salade, lui donnant une touche boisée. L’étoile décernée par le Guide Michelin à The Omnia est la deuxième obtenue par l’établissement, déjà récompensé en 2015 quand le chef Stephan Kriegelstein était aux commandes. Klemens Schraml occupait alors la place de sous-chef. Passé au grade supérieur à la fin du mois d’octobre 2015, il décroche cette étoile tant convoitée en son nom. Deux autres restaurants zermattois brillent également d’une étoile : le Capri, basé au Mont Cervin Palace, et l’After Seven du Backstage Hotel Vernissage. Véritable eldorado culinaire, Zermatt renforce chaque année sa position au firmament de la gastronomie : au dernier compte, ses 19 restaurants obtiennent ensemble un total de 254 points au Gault&Millau 2017. Une autre excellente raison d’apprécier la station valaisanne.

Parmi les surprenantes spécialités imaginées par le jeune chef Klemens Schraml : une truite en croûte de sable des glaciers.


F r e e r i de Autour du cervin

La mythique pyramide du Matterhorn a parfois tendance à faire écran. Zermatt possède pourtant bien d’autres atouts, à commencer par de superbes excursions hors-piste : n’estelle pas la station la plus haute des Alpes pour le freeride ? De la neige fraiche loin des foules – une expérience unique à expérimenter en compagnie des guides du coin.

Le freeride à Zermatt a un argument de taille : où que l’on skie, ou presque, le profil acéré du Cervin offre sa toile de fond.


Michael Portmann


Jeremy Bernard/swatchskierscup.com

Des faces tapissées de poudreuse et une envie féroce d’en découdre : voilà tout ce qu’il faut pour profiter pleinement du domaine freeride de Zermatt.

T e x t e Sophie Dorsaz

S

tation emblématique des Alpes, Zermatt offre un panorama alpin hors du commun avec ses 38 sommets de plus de 4000 mètres, Cervin inclus. Zigzaguant entre les sommets et les glaciers, 360 kilomètres de pistes balisées se déroulent. Génial, mais encore? Zermatt, on ne le sait peut-être pas assez, est aussi un terrain de jeu grandiose pour les amateurs de freeride. Les skieurs y évoluent dans un environnement non-sécurisé, dicté par les lois de la montagne. Il est donc naturellement conseillé de s’y aventurer en compagnie de guides professionnels, avec tout le matériel de sécurité adéquat (DVA, pelle, sonde, sans oublier le nécessaire de sauvetage en crevasse). A l’est de la station, plusieurs options se découvrent aux abords du Stockhorn. De l’arrivée de la télécabine, à 3405 mètres, sous l’imposante face du pic rocheux, un premier run est facilement accessible après une courte traversée sur le flanc nord. Plus loin, en continuant jusqu’au Stockhornpass, une deuxième descente se dessine sous le massif du Mont-Rose; elle passe sur le glacier de Findel, aux pentes plus douces que celles de la variante précédente. Les deux itinéraires ramènent à Gant, offrant au final 1200 mètres de ski dans un terrain sauvage.

De l’autre côté du domaine, le téléphérique du Petit Cervin (Matterhorn glacier paradise), arrivant à 3883 mètres, mène le freerider jusqu’à la vaste parenthèse blanche du glacier Theodul, qui s’écoule au pied même de la pyramide du Cervin. La première partie de la descente se fait sur un itinéraire pisté, jusqu’à la frontière italienne, à Testa Grigia, puis rejoint le Theodulpass. La variante classique suit la rive gauche du glacier, mais un itinéraire alternatif plus athlétique et plus raide, sur le glacier du Triftji, séduira les freerideurs chevronnés. Les deux runs débouchent dans une gorge bien enneigée en pleine saison, mais dont il faut se dégager à pied quand la poudreuse vient à manquer… Loin des pistes et des remontées mécaniques, ces hors-pistes plongent le skieur dans l’ambiance de la haute-montagne, sous l’œil attentif du maître des lieux. Pour ceux qu’une heure de traversée à peau de phoque ne décourage pas, l’itinéraire du Schwarztor garantit une autre expérience sensationnelle. Depuis le Petit Cervin, en longeant le glacier sous le Breithorn, cette descente n’est pas sans rappeler le fameuse Vallée Blanche de Chamonix. Jusqu’à Furi, ce sont 2000 mètres de dénivelé qui se déroulent sous les lattes! L’orientation des runs et leur altitude sont la garantie d’un enneigement bien souvent exceptionnel. De l’est à l’ouest de la station, sous le massif du Mont-Rose et jusqu’au pied du Cervin, Zermatt offre des espaces de liberté à couper le souffle. www.alpincenter-zermatt.ch (le bureau des guides de Zermatt) www.meteosuisse.admin.ch http://map.geo.admin.ch (cartes topographiques) www.slf.ch (bulletins d’avalanches)


CERVO Mountain Boutique Resort www.cervo.ch


Leander Wenger

U n plug ge d Un festival avec vue

Fondé en 2007, le festival Zermatt Unplugged est le seul de son genre, en Europe, à se consacrer à la musique acoustique. Pas de moyens électroniques ni d’artifices, ici, rien que le son pur des instruments. et des voix, pour faire écho à l’air limpide des cimes valaisannes. T e x t e Claude Hervé-bazin

uzanne Vega, Chris de Burgh, Alanis Morissette, Billy Idol, Lionel Richie, Jason Mraz, Stephan Eicher, Katie Melua, Marianne Faithfull, Simple Minds… La liste des artistes qui se sont produits au Unplugged Festival au fil des ans est impressionnante de renommée internationale. Mais qu’est-ce qui les attire donc en ces lieux ? Unplugged est un festival entièrement différent. Par le cadre déjà: les artistes se produisent aussi bien indoors qu’outdoors, dans plusieurs chapiteaux, dans les bars, les hôtels et sur 6 new talent stages accueillant les groupes européens émergeants (concerts gratuits, accessibles selon le principe du 1er arrivé 1er servi). Mieux encore: parmi les 13 scènes réparties dans tout le village et au-delà, une est installée à la Sunnegga Station, à 2’288 m et une autre à la cabane Gandegg, à… 3’030 m! «C’est un autre monde !», se souvient la chanteuse Polly Gibbons, qui s’y est produite quotidiennement durant cinq jours aux côtés des jazzmen du Ronnie Scott’s All Stars lors de l’édition 2014. A cadre exceptionnel, conditions exceptionnelles: le piano du quintet avait été hissé jusque-là en hélicoptère. Une autre caractéristique semble résonner auprès des musiciens du monde entier amoureux de la scène. Tous se produisent

live, en acoustique. La quintessence des paroles et des mélodies, sous le soleil comme sous les flocons. Unplugged n’est pas un festival édulcoré, aseptisé. Pas de grosses batailles techniques ici, peu de stress induit par un public pléthorique et impatient. Les artistes se détendent, font durer la musique pour le seul plaisir du partage avec leurs auditeurs. L’envergure réduite des scènes, la proximité physique, la petite taille même de Zermatt, tout concours à une intimité inhabituelle, à une relation au public différente. «La connexion est plus profonde» affirme Katie Melua. La 10e édition du Unplugged Festival se tiendra comme à l’accoutumée en fin de saison, sous le soleil printanier, du 4 au 8 avril 2017. Au pro gramme : 5 journées, une cinquantaine de concerts servis de midi à minuit et une grande nouba le

dernier soir. Le programme sera annoncé le 14 décembre 2016 et la vente des billets débutera 5 jours plus tard. Les membres du Zermatt Unplugged Club (cotisation : 100 francs/personne ou 185 francs pour un couple) auront droit à une vente anticipée la veille, histoire de pouvoir choisir les meilleures places! Quelques autres bénéficies leur sont aussi accordés, notamment celui d’accéder à la tente du foyer et aux aftershow parties. www.zermatt-unplugged.ch

Les Simple Minds ont passé des semaines a travailler aux arrangements de leur concert du festival Unplugged 2016. Succès assuré !

Rob Lewis

S


Z e r m at t randonnée

Vous connaissez déjà le domaine skiable ? Osez l’échappée belle autour du Cervin pour découvrir Zermatt côté nature, en compagnie de professionnels de la montagne. Une paire de peaux de phoque et un peu d’effort physique vous feront ressentir les 4000 m de près.

T e x te SOPHIE DORSAZ

P ho t o David Carlier

E

ntourée de 38 sommets dépassant les 4000 mètres d’altitude, la station de Zermatt a de quoi séduire. Les amateurs de ski d’abord, avec ses 360 kilomètres de pistes balisées, mais aussi les amoureux des sommets à l’état brut. Sécurité oblige, explorer la région en ski de randonnée requiert de solides compétences ou l’encadrement d’un professionnel de la montagne. Voici un avant-goût de ce que la station la plus haute des Alpes peut vous offrir.

l’est de la station. Immergé dans le massif du Mont-Rose, ce sommet séduit par son panorama à couper le souffle sur la vallée de Zermatt et celle d’Anzasca, côté italien. Et si les 200 mètres de dénivelé qui séparent la fin des installations du sommet ne suffisent pas, la course peut se coupler avec l’ascension de la pointe voisine, la Cima di Jazzi. L’énorme plateau glaciaire de Findel ramène ensuite le skieur à Fluhalp, puis sur les pistes.

Trônant aux abords du domaine skiable, à 4164 mètres, le Breithorn offre une course idéale pour débuter la randonnée à Zermatt. Cela dit, malgré sa réputation de « 4000 m facile » et sa proximité avec les pistes, son ascension reste une course de haute-montagne, qui se déroule sur terrain glaciaire. Au départ du Petit Cervin, atteignable en remontées mécaniques, il reste 300 mètres de dénivelé à parcourir avant de pouvoir fouler son sommet – où se déroule le tableau des 4000 m de l’arc zermattois. De là, deux possibilités de descente s’offrent aux skieurs. Le retour au Petit Cervin pour rejoindre le domaine skiable, ou la descente jusqu’à Furi par l’imposant glacier Schwärzegletscher. Au programme: 2000 mètres de ski, jamais très raides mais dans une ambiance alpine imposante, qui ne manque pas de rappeler la fameuse Vallée Blanche de Chamonix.

Entouré de deux majestueux 4000 m (le Rimpfischhorn et le Stralhorn), l’Adlerpass, perché à presque 3800 mètres, se gravit dans la journée. En partant des installations du Stockhorn ( 3400 m) ou de l’Unterrothorn (3104m), les plus entrainés peuvent même titiller la barre des 4000 m en prolongeant la course jusqu’au Stralhorn. Du col, en skiant sur les traces de montée, le retour à Zermatt est évident. Mais il est également possible de basculer sur la vallée de Saas-Fee pour rejoindre la cabane Britannia, quelque 800 mètres plus bas. Belle et sauvage, cette variante se combine naturellement avec l’ascension de l’Allalinhorn au petit matin suivant.

Plus basse en altitude et moins fréquentée, la Torre di Castelfranco est accessible depuis les installations du Stockhorn, à

Pour préparer vos sorties : www.alpincenter-zermatt.ch (le bureau des guides de Zermatt) www.meteosuisse.admin.ch http://map.geo.admin.ch/ (cartes topographiques) www.slf.ch (bulletins d’avalanches)


La montée sur le Hohlichtgletscher offre un panorama magnifique sur la vallée de Zermatt et le mont Rose au loin. Au premier plan, l‘Äschhorn, bien connu des amateurs de poudreuse pour ses déposes en hélicoptère.


Militare Chrono Chronograph Bronze case Automatic movement 43.4 mm diameter Swiss Made

www.anonimo.com/store-locator

W Hotel Verbier Rue de MĂŠdran 70 1936 Verbier

Alpine Ski School Zermatt Metzggasse 9 3920 Zermatt

Saegesser Bijoux Rue Centrale 60 3963 Crans-Montana


Av ec Sch lossbe rg faites de beaux rêves!

Luxe, tradition, savoir-faire et touche d’innovation: Schlossberg et Zermatt partagent les mêmes valeurs. L’entreprise familiale suisse, implantée près de Zurich, s’est fait une spécialité du linge de lit et de toilette haut de gamme, imprimé de motifs dessinés par ses propres designers textile. T e x te Claude Hervé-Bazin

D

e délicates fleurs printanières courent sur un peignoir neigeux. Des plumes d’oiseaux exotiques volettent sur une couette en satin. Des agapanthes et des boutons d’or foisonnent en pleine verdure, de jolies gueules-de-loup, des bougainvillées, des roses et des marguerites prospèrent sur les tissus signés Schlossberg. D’autres arborent des lianes entrelacées aux subtils estompages, ton-sur-ton, des feuilles de ginkgo automnales, des motifs géométriques, des mosaïques, des carreaux à la tweed, des volutes en mouvement… Tantôt pimpants, tantôt poétiques, tantôt design, les modèles imaginés par les cinq peintres et dessinateurs travaillant à temps plein pour Schlossberg éveillent tous un même sentiment de précision et de finition remarquable. Parfois, la maison fait même appel à des artistes extérieurs, certains célèbres. Ce fut notamment le cas, au début des années 1990, de Jean Tinguely et, plus récemment, de l’écrivain Peter Stamm, auteur d’une bedtime story imprimée sur housse de couette… A l’or igine éta it l a rose

« Nous passons presque un tiers de notre vie au lit » rappelle le PDG de l’entreprise, Thomas Boller. Autant le faire en beauté ! Voilà plus d’un demi-siècle que la vénérable entreprise Schlossberg, fondée en 1833 sur le site qu’elle occupe encore à Turbenthal (ZH), s’est fait une spécialité du linge de lit et de toilette imprimé.

P ho t os Stefan Schlumpf

Tout a commencé avec une timide petite rose, apparue sur des draps en coton légers et souples – qui eurent tôt fait de chasser ceux, lourds et rigides, que nos grands-mères amidonnaient… Le satin noblesse, le jersey, l’éponge au toucher cachemire des serviettes de bain maison, les cotons extra-fins et/ou bio, le Micro Modal (une fibre tirée du bouleau) ont peu à peu fait leur entrée dans le vocabulaire Schlossberg. Progrès techniques aidant, la gamme ne cesse de s’enrichir de textures, de moirures, de tonalités.

étape manuellement, les unes après les autres, sur d’immenses tables de travail ! Plus tard, enfin sorti des presses digitales, le tissu est vérifié par le dessinateur, puis chaque mètre carré scruté pour s’assurer qu’aucun défaut ne s’y est glissé… Schlossberg à Zer m att

A chaque saison sa collection, ses motifs réinventés, ses rêveries du moment. L’automne-hiver 2016-2017 est, lui, placé sous le thème ludique du Pays des merveilles. On le découvre au magasin Schlossberg de la Bahnhofstrasse (n° 7a), aux côtés d’une incroyable innovation : la première parure de lit illuminée, en satin et LED discrètement intégrés dans des broderies de St Gall !

Les dessins, réalisés à l’aquarelle, déclinent toute la richesse de la palette. Mais comment retranscrire précisément sur les tissus les teintes originelles et leurs infinies nuances ? C’est là qu’intervient le savoir-faire des techniciens Schlossberg, passés maîtres dans www.schlossberg.ch l’art de la sérigraphie – un procédé réputé pour l’intensité des couleurs qu’il permet d’obtenir. Il leur faut pourtant souvent de longues semaines pour parvenir à composer avec exactitude les bons mélanges d’encres. Pensez : un motif peut être constitué d’un maximum de 14 couleurs, La boutique Schlossberg de Zermatt présente l‘intégralité de la collection de linge déposées à cette de lit, peignoirs et serviettes, déclinés dans une vingtaine de coloris.


Pour des moments privilégiés. Vivez des moments uniques de pur plaisir avec les spécialités Fine Food du monde entier. Par exemple, avec le Pavé du Parc Fine Food, un fromage à pâte molle fondant et délicat, produit avec le plus grand soin dans la pittoresque commune de Rougemont. Il doit sa saveur inimitable au lait des vaches qui pâturent tout l’été dans les riches prairies des Préalpes vaudoises et fribourgeoises.

coop.ch/finefood


L a v i a n de séch é e du Va l a i s une grande séductrice

T e x t e Frédéric rein

La viande séchée valaisanne annonce d’emblée la couleur : le rouge passion. Une fois que l’on y a goûté, on peine à lui résister. Avant- goût d’un produit de tradition et de tentation.

S

es courbes, nettement plus élancées et calibrées qu’à l’origine, laissent imaginer des efforts draconiens. Une supposition qui se confirme au moment de passer sur la balance, lorsqu’elle a perdu 40 à 50 % de son poids initial. La voilà (r)affinée comme jamais, ses goûts concentrés au possible. Prête à nous conduire vers la quintessence de ses saveurs. Le rouge passion de sa chair annonce d’ailleurs la couleur. La viande séchée du Valais est une grande séductrice, à laquelle ne résistent que les végétariens ! A l’origine de cette belle des caves, des cuisses de bovidés suisses. Celles-ci sont d’abord enduites d’un mélange de sel et d’épices, qui exprime le savoir-faire de chaque producteur, transmis de génération en génération, et permet d’obtenir des produits spécifiques. Ensuite, la viande est suspendue et séchée durant 5 à 16 semaines, en fonction de la taille de la pièce. Mais n’allez pas croire qu’elle est abandonnée à son triste sort ! Le producteur vient chaque jour vérifier que le processus de maturation se passe bien, que les arômes se développent correctement. Vient finalement le temps du pressage, qui a deux vertus : permettre aux pores de la viande de respirer et lui conférer sa forme rectangulaire, que l’on retrouvera sur la trancheuse. Depuis le X IV e siècle

Ce processus de confection nous ramène loin dans le passé. Les recherches historiques ont trouvé trace de viande séchée en Valais au XIVe siècle. Elle permettait alors aux autochtones de constituer des réserves durables, afin de faire face aux conditions difficiles de la mauvaise saison. Le soleil, le climat sec et le vent de la vallée du Rhône permettaient de conserver la viande dans les raccards ou

P ho tos Denis Emery

les greniers, sans avoir besoin de la fumer, comme ce qui se fait traditionnellement ailleurs. Cet héritage du passé vaut aujourd’hui à la viande séchée du Valais son indication géographique protégée (IGP): la garantie qu’au moins une étape du processus de production de cette spécialité suisse de qualité a été effectuée dans sa zone d’origine. Drapée dans cette certification comme dans une belle robe, la viande séchée, condensé d’un terroir et d’un canton, fait tourner les têtes et chavirer les cœurs !

L’indispensable de l’assiette valaisanne La viande séchée du Valais IGP fait partie de l’assortiment des produits qui se doivent impérativement d’être présents sur la planche de l’assiette valaisanne. A ses côtés se pressent le jambon cru du Valais, les rondelles de saucisse sèche et les tranches de lard sec. Outre ces différentes viandes, on retrouve le fromage, tout particulièrement la raclette du Valais AOP, et du pain de seigle valaisan AOP. Enfin, cerise sur l’assiette : du beurre, des cornichons et des petits oignons.


Wine | Dine | View

TO ENJOY DAY AND NIGHT —

Pure Swissness | 20 steps from Sunnegga


T R e n ds Sports hiver par christian bugnon

POC

SKULL LIGHT WO w w w.pocsports.com Pensé pour l’anatomie féminine, le casque Skull Light WO (comme women) pèse tout juste 500 g. Inspiré des casques de course Poc, il intègre coque semi-rigide et mousse EPP, conçus pour résister aux plus forts impacts. Ajoutons des protège-oreilles détachables confortables, une sangle de cou elle aussi détachable, un système d’ajustement pour s’assurer que le casque tient bien sur la tête et… une bien jolie couleur rose bonbon ! Alors, prête à vous mettre au ski de pente raide ?

JULBO

EL A R A w w w.julbo.com Soucieuse de votre look on et off-piste ? Julbo a pensé à vous avec ce masque alliant design œil-de-chat et performances. Il peut être équipé au choix de quatre écrans techniques différents, tous sphériques, ventilés et traités anti-buée, s’adaptant à l’intensité lumineuse : Cameleon (polarisant), Zebra (ultra-réactif aux changements de luminosité), Snow Tiger (anti-éblouissement) ou Zebra Light (basse luminosité). Le confort est excellent grâce à la monture anatomique et la mousse double densité.

Dakine

Poacher 36L w w w.dak ine.ch Ce sac à dos compact et stylé est 100 % prêt à affronter une grosse journée outdoor. Les skis peuvent y être accrochés en diagonale ou latéralement en « A », tandis que snowboard et raquettes se fixent en vertical. On y place aussi son casque et on y range ses lunettes dans une poche fourrée. Le Poacher 36L est compatible avec la protection dorsale DK Impact, vendue séparément. Il est aussi disponible en plus petite taille (26L) et avec système Airbag amovible (Poacher RAS).

PEAK PERFORMANCE SUPR EME MEGEV E BR ASS w w w.peakperformance.com

Brass comme le cuivre, qui lui donne sa couleur – très trendy cet hiver. Cette veste de ski pour femmes adopte une coupe sportive aux atours douillets, une isolation en duvet d’oie et une couche extérieure en laine mélangée, garanties de chaleur et de confort incomparables. En prime : un col extra large ajustable (avec capuche d’urgence), deux poches zippées, plus une pour le forfait sur la manche et une autre intérieure, des épaulettes en laine pour repousser l’assaut des flocons et une jupe pare-neige extensible. Vous voilà parées !


T R e n ds Sports hiver par christian bugnon

ELAN

RIPSTICK 96 w w w.elansports.com A peine sorti, le Ripstick 96 était déjà couronné d’un ISPO Award ! Remplaçant le modèle Spectrum, il s’affirme aux avant-postes des trends dans la gamme freeride-rando. Il partage avec son prédécesseur une rare particularité : les skis ne sont pas interchangeables, mais profilés spécifiquement pour chaque pied (gauche/ droit) – on parle de concept Amphibio. Tout le reste est différent : son shape et sa nouvelle construction ultralight en bois et carbone (technologie TNT).

K ARI TR A A

w w w.chrissports.ch Encore assez confidentielle sous nos latitudes et pourtant déjà célèbre en Scandinavie, Kari Traa s’affirme comme l’une des plus grandes marques de vêtements de sports pour femmes à l’approche du cercle Polaire arctique… Elle porte le nom de la championne olympique de bosses aux JO de Salt Lake City, sacrée sexiest woman in Norway en 2002 ! Ses crédos: un design conçu par des femmes, pour des femmes (actives !), alliant fonctionnalité et efficacité, sans rien négliger du style et de la féminité.

scarpa

ARC’TERY X

freedom sl w w w.new rocksport.ch

CERIUM LT JACK ET w w w.arctery x.com

Destinée au freeride, mais tout aussi à l’aise en ski de randonnée ou sur piste, la Freedom SL se distingue par sa construction en portefeuille, ses deux jeux de semelles interchangeables et son spoiler asymétrique. Sa technologie « Carbon Core », basée sur un noyau en carbone qui rigidifie la coque inférieure, empêche toute torsion et garantit une transmission inégalée de la force. Son chausson « Thermo Intuition Liner » lui vaut un excellent confort à la montée.

Les vestes Cerium LT Jacket et Cerium Hoody, pour hommes et femmes, sont à la fois plus résistantes, plus chaudes et 10 % plus légères que celles de la concurrence ! Par quel miracle ? Celui d’une coupe ergonomique qui garantit une excellente mobilité, de manches au volume réduit et d’une répartition stratégique du duvet aux endroits les plus sensibles au froid et de l’isolation synthétique là où l’humidité s’accumule.


Limited Edition

Exclusively available in our shop Bahnhofstrasse 5 - 3920 Zermatt zermatt@atelier-shopping.com


n e ws hiver 2016

LDD

MOBILITÉ

Ta xi Christophe, le roi de l’électrique w w w.3535.ch

Zermatt a la chance d’échapper à la présence des voitures. Mais comment s’y déplacer lorsqu’on est chargé ou que l’on manque un peu de courage pour affronter le froid vespéral ? Taxi Christophe a la réponse, avec ses 2 taxis électriques qui glissent en silence dans les rues engourdies de la station. La compagnie propose aussi des transferts de/ vers Täsch, porte d’accès à Zermatt, de/vers les aéroports de la région (notamment en Mercédès limousine) et même un service porte à porte pour les Romands !

Skier

en toute assur a nce w w w.matterhornparadise.ch

SUR LES PISTES

Ca lida Daily Function w w w.calida.com

LDD

LDD

Leader suisse de la lingerie et de l’outdoor, Calida fait d’une pierre deux coups avec la collection Daily Function, destinée à vous suivre dans tous les instants de vos journées. Sa réussite ? Avoir développé des sous-vêtements seconde peau, aussi fonctionnels que confortables, conçus pour assurer une régulation optimale de l’humidité et de la température. Les séries Daily Function font notamment appel à la laine mérinos et la soie, idéales pour rester bien au chaud lors des longues heures de ski et les randonnées.

A compter de cet hiver, les Zermatt Bergbahnen AG proposent deux nouveaux types d’assurance, en coopération avec la compagnie Solid. PassProtect permet aux skieurs suisses de se faire rembourser forfait, location et cours de skis en cas d’accident, maladie ou même de simples mauvaises conditions météo ! SkiCare, destiné aux skieurs étrangers, couvre notamment les frais de sauvetage, de transport et médicaux en cas d’accident.

HÔTELLERIE

Le Schönegg et le Nationa l se r a pprochent w w w.schonegg.ch w w w.hotelnationalzermatt.ch

Une 2 e étoile

pour l’After Sev en w w w.seven.ch/af ter

Le restaurant star de l’hôtel Backstage, implanté au 4 de la Hofmattstrasse, s’adjuge une seconde étoile au Michelin ! « Cool, moderne, trendy », voilà comment les plumes du célèbre guide gastronomique résument l’ambiance du lieu, renforcée par la cuisine ouverte au centre et le décor alpin-urbain conçu par Heinz Julen. Chaque hiver, le chef Ivo Adam débarque d’Ascona pour sublimer les saveurs valaisannes du marché dans ses menus à quatre ou sept plats. En prime : des touches volontiers exotiques et une modernité assumée.

A partir de cet hiver, la famille Julen-Metry gérera conjointement ses deux hôtels 4*S, le National et le Chalet Hotel Schönegg. Un trio de jeunes hôteliers suisses y apporte son savoir-faire sur fond de fraîcheur et de touches locales. Nouveauté : avec l’adoption du concept « dine around », leurs clients pourront, selon l’humeur du moment, choisir parmi un plus large éventail d’options culinaires : haut-de-gamme, bar à vins, terrasse panoramique, Stübli (cuisine traditionnelle suisse) ou bar chaleureux avec feu de cheminée.


Partenaire des e-bus de Zermatt

Aussi

pour

les alpinistes.


T R e n ds de sign hiver par christian bugnon

La Pr airie

Car an d’Ache

Cellul air e R a di a nce

Édition limitée Astrogr a ph

www.la-prairie.fr

www.carandache.com

Depuis la nuit des temps, de nombreuses cultures ont prêté à l‘or des vertus médicinales. Il y a plus de 5000 ans, les Égyptiens en avalaient déjà dans un rituel destiné à purifier l’esprit, le corps et l’âme. Réincarnant la tradition, les chercheurs de La Prairie – opulence suprême ! – ont instillé le précieux métal dans les produits aux textures soyeuses de la collection Radiance. Leur rôle : rendre au teint l’éclat de la jeunesse, revitaliser la peau et perfectionner son aspect.

La plus que centenaire « maison de haute écriture » s’aventure sur un terrain vierge: l’espace. En collaboration avec le laboratoire horloger MB&F, réputé pour ses créations ludiques en appelant aux rêves d’enfant, elle a développé un surprenant stylo-plume logé dans le fuselage d’une mini-fusée spatiale ! Un véritable bijou de technologie, fruit de plus de 500 opérations manuelles. Un mécanisme inspiré des couteaux à cran d’arrêt permet de faire surgir les trois pieds stabilisateurs et une figurine aimantée incarne l’astronaute !

Moncler Grenoble High Performance

MODE

Hennessy Pa r a dis Impéri a l

Hennessy

Cartier

w w w.moncler.com

w w w.hennessy.com

w w w.cartier.ch

La marque italienne Moncler a un ADN : la montagne et deux chevaux de bataille : la technicité et l’esthétique. Parmi ses modèles innovants aussi à l’aise sur les pistes qu’en ville, cette veste ultra-féminine au col détachable en marmotte embarque poches et fermetures Eclair imperméables et anti-vent, jupes anti-froid à la taille et aux poignets, poches internes pour téléphone et pour lunettes, sans oublier un détecteur de victime d’avalanche!

Ce cognac de prestige, à la robe d‘un ambre intense, rassemble seulement les eaux-de-vie les plus remarquables – celles dont la texture est la plus fine. Sur 10 000 eaux-de-vie considérées par le comité de dégustation chaque année, seules 10 sont finalement adoptées pour donner corps au Hennessy Paradis Imperial. Un breuvage d‘une complexité, d‘une intensité et d‘un équilibre peu communs.

Parmi les animaux fétiches de Cartier, la panthère, devenue symbole, a notamment inspiré bagues, bracelets, boucles d’oreille et colliers maison. Une tête du félin aux yeux mi-clos orne également cette pochette allongée en cuir de crocodile du Nil teint en noir (dimensions : 12 x 24 cm) – contrastant avec le fermoir gravé doré et la longue chaîne de 55 cm permettant un double porté. L’intérieur est, lui, en cuir de veau noir.

Pochette Pa nthèr e


B O U T I Q U E Z E R M AT T Bahnhofstrasse 27

BIG BANG ZERMATT GOLD


# W H ATD R I V E SYO U

DRIVE DE CARTIER G R A N D E D AT E , S E C O N D F U S E A U R É T R O G R A D E E T I N D I C AT E U R J O U R / N U I T 1 9 0 4 - F U M C LA COLLECTION DRIVE DE CARTIER EST UN NOUVEAU MANIFESTE D’ÉLÉGANCE. VÉRITABLE OBJET DE STYLE, CETTE MONTRE À L’ESTHÉTIQUE COUSSIN AUX LIGNES RACÉES EST ANIMÉE PAR LE MOUVEMENT MANUFACTURE MAISON 1904-FU MC. SES TROIS COMPLICATIONS SONT COORDONNÉES DIRECTEMENT PAR LA COURONNE. NÉE EN 1847, LA MAISON CARTIER CRÉE DES MONTRES D’EXCEPTION QUI ALLIENT L’AUDACE DES FORMES ET LE SAVOIR-FAIRE HORLOGER.

Hors série 30° Luxe Zermatt 2016-2017  

30 ° degrés, le magazine suisse de sports et loisirs, 14 ans de reportages, nouvelles, entrevues, en 3 langues F, E et D, également disponib...

Hors série 30° Luxe Zermatt 2016-2017  

30 ° degrés, le magazine suisse de sports et loisirs, 14 ans de reportages, nouvelles, entrevues, en 3 langues F, E et D, également disponib...

Advertisement