Page 1

hors-série

ZERMATT


LE PREMIER MASTER CHRONOMETER AU MONDE La GLOBEMASTER s’est vu attribuer le plus haut niveau de certification de l’industrie horlogère. Cette montre a passé une multitude de tests avant d’être officiellement certifiée par l’Institut fédéral suisse de métrologie (METAS). Sans compromis sur le design, elle allie très grande précision et résistance à des champs magnétiques de 15'000 gauss, établissant ainsi un nouveau standard horloger. Pour OMEGA, ce n’est que le début. www.omegawatches.com/fr/globemaster

DISPONIBLE CHEZ:

Zermatt – Bahnhofstrasse 5


PEAK PARTNER OF THE 150 TH ANNIVERSARY OF THE FIRST ASCENT OF THE MATTERHORN

T I S S OT B O U T I Q U E , BA H N H O FPL AT Z 2 , 39 2 0 Z ER M AT T


It’s time to go higher. Tissot T-Touch Solar Zermatt Special Edition. TISSOT T-TOUCH EXPERT SOLAR . MONTRE TACTILE ALIMENTÉE PAR L’ÉNERGIE SOLAIRE OFFRANT 20 FONCTIONS DONT LE BAROMÈTRE, L’ALTIMÈTRE ET LA BOUSSOLE. UNE MONTRE POUR LES AVENTURIERS ET LES PIONNIERS .

TACTILE TECHNOLOGY

T I S S OT WATC H E S . C O M


. s t e m m o s s e d t u a s s A ur attro, po u q ie g o ro. chnol of quatt rnière te e e d m o a l H e ée d to the elcome est équip t W n . a e v m A S6 amis L’Audi R t de dyn e n io is c pré plus de

Audi RS 6 Avant 4.0 TFSI quattro, 560 ch, consommation mixte: 9,6 l/100 km, 223 g CO₂/km (moyenne de tous les véhicules neufs vendus: 139 g/km), catégorie de rendement énergétique: G.


R

éDITO

emontons le temps – destination 1865. En cette année-là, Victoria règne, Monet vient de peindre le Déjeuner sur l’herbe, la guerre de Sécession s’achève enfin aux Etats-Unis et on cherche encore à confirmer l’emplacement des sources du Nil… A Zermatt, sept hommes s’attaquent à la pyramide rocheuse qui défie la ville. Seuls trois en reviendront vivants, l’Anglais Edward Whymper et les guides Taugwalder père et fils. La mort tragique de leurs compagnons contribue à faire entrer leur conquête dans la légende. En 2015, Zermatt a célébré avec ferveur le sesquicentenaire de la première ascension du Cervin. A la mise en lumière de la crête du Hörnli, voie classique vers le sommet, est venue s’ajouter, au cœur de l’été, une sympathique série de représentations théâtrales en costumes redonnant vie aux protagonistes de l’aventure et à leur époque. Concerts, animations, ambiance chaleureuse et conviviale de rigueur. Dans la foulée, s’est inscrite la réouverture de la cabane du Hörnli, extirpée du passé et repensée pour le futur. En 150 ans, Zermatt a connu une profonde métamorphose. Le hameau de montagne d’autrefois est

devenu icône de l’alpinisme. Dans l’écrin scintillant de ses 38 sommets de plus de 4000 m, résonnent désormais anglais, russe, hindi, japonais… A la descente du train de Täsch, le visiteur découvre le cliché attendu: une calèche tirée par de fiers chevaux à la robe neige tachetée et une bourgade qui a su garder son caractère. Ajoutons quelques flocons hivernaux, une sympathique patinoire extérieure, et la carte postale est parachevée. Dans ce tableau, 30° est fier de contribuer à diffuser la belle image de Zermatt aux quatre coins de la planète. Dans ces pages, vous découvrirez quelques incontournables, à l’image du petit train du Gornergrat. Mais vous rencontrerez surtout de forts caractères qui contribuent à façonner la Zermatt d’aujourd’hui. Comme Kurt Lauber, le gardien de la Hörnlihütte. Comme le jeune guide-prodige Andreas Steindl. Comme le fantasque restaurateurchanteur Urs Biner, alias Dan Daniell, et son amie Frida, ex-star du groupe Abba. Pour eux comme pour nous, Zermatt reste et restera toujours le cœur véritable des Alpes. Joyeux Noël et bel hiver!

C h r i s t i a n b u g n o n _ Editeur & rédacteur en chef www.30degres.tv

Retrouvez-nous aussi dans notre tout nouvel univers digital PC/Mac/iPad/Portable avec beaucoup de bonus!

Tellement plus que le print… Etre abonné à 30° a de sacrés avantages. Celui de tenir chaque numéro dans ses mains ne surprendra personne, même si sa qualité ne cesse d’étonner. Non, la vraie révolution se joue dans le digital. Désormais, chaque abonné a accès, 24h/24, 7j/7, à une multitude de bonus sur tablette, Mac ou PC. Voilà un 2e voyage dans le 1er qui commence… Anciens numéros, portfolios entiers, vidéos HD, news élargissent la perspective et enrichissent le propos. Le mouvement s’ajoute à l’image. Le son au propos. La vie au papier glacé. Beaucoup plus qu’un magazine: voilà 30° multimédia. Une sacrée valeur ajoutée.


Sommaire 44 News

12

Luxe et volupté au penthouse Nabucco

18

PDG La plus mythique des courses de ski-alpinisme part de Zermatt

26

A cheval entre travail et bien-être

28

LEANDER WENGER traque inlassablement la lumière dans les montagnes

32

URS BINER alias Dan Daniell, restaurateur et chanteur

40

Salvatore Elefante Des saveurs méditerranéennes au cœur des Alpes

42

A SKI DE RANDO vers la magnifique cabane du Mont-Rose

44

Le Gornergrat Bahn Ce petit train qui s’en va dans la montagne

48

Kilian Jornet Ambassadeur de la montre des globe-trotters

53

Air Zermatt Roi du panorama

55

LA HÖRNLIHÜTTE Voie royale vers le Cervin

56

KURT LAUBER veille sur le Cervin depuis 20 ans

61

LES TRANSES d’Andreas Steindl

62

Grand ski au pied du Cervin

64

Test skis Des skis pour passer un hiver tout en glisse

66

Test Chaussures Trouver chaussure à son pied… et à son ski

68

Le pain de seigle Produit sain(t) du Valais

40

71

News

72

TRENDS SPORT

74

TRENDS HORLOGERS

76

Shops Zermatt

79

TRENDS DESIGN

82

HORS-SÉRIE LUXE ZERMATT HIVER 2015-2016 | IMPRESSUM 30° Degrés (since 2002)

45

Edition, administration et publicité: CB Communication sàrl | Rue du Simplon 20 – Case Postale 386 | 1001 Lausanne - Suisse | info@cbcommunication.com | www.cbcommunication.com | Tél: +41 21 312 41 41, Fax: +41 21 312 41 11 | Rédacteur en chef: christian.bugnon@cbcommunication.com | Secrétariat: melissa.hertzeisen@cbcommunication.com | Rédaction (par ordre d’apparition): Serge Greter, Laurent Grabet, Frédéric Rein, César Deffeyes, Christian Bugnon, Guy Michel | Photographes (par ordre d’apparition): Fredrik Schenholm, joe@rockzermatt.com, Christian Pfammatter, Hotel Zermatter­hof, Michael Portmann, matterhorn.ultraks.com / D. Lafond, Kurt Müller, Co-o-peration, Yves Garneau, François Perraudin, Zermatterhof, Leander Wenger, Marc Kronit, Mont Cervin Palace, Zermatt, Tonatiuh Ambrosetti, François Perraudin, Gornergrat Bahn, Air Zermatt, Michel Bonvin, Laurent Grabet, Michael Portmann/Adidas Outdoor, Valais/Wallis Promotion /Pascal Gertschen, Pascal Gertschen, Christian Pfammatter, Rob Lewis, Backstage Hotel, Goldbergh Luxury Sportswear, Lykke Stjernswärd | Conception graphique: florian.blanchard@cbcommunication.com | (DA) christian.bugnon@cbcommunication.com | Traduction allemande: Sabine Dröschel | Traduction anglaise: Simon Till, Paul Subrenat | Photolithographie: Images 3 | Imprimerie: PCL Presses Centrales SA | Publicité: info@cbcommunication.com | Copyright: © 2015-2016 magazine 30° degrés, Tous droits réservés. Tous les textes et visuels publiés sont soumis au droit d’auteur. Leur reproduction, en tout ou partie, est strictement prohibée, sauf autorisation expresse des ayants droit respectifs. 30° magazine est le partenaire média officiel du Club Alpin Suisse (CAS) pour les sports de compétition | Ce magazine a été entièrement imprimé en Suisse sur papier FSC | Disponible sur l’iPad et internet: www.30degres.tv | Cover: Photo Keystone | Prochaine édition juin 2016

12

81


28

76

82

18

73

60 42

SUUNTO KAILASH COPPER ADVENTURE STARTS HERE Every one of us is unique, every one born different. Yet some of us have something in common; the inexcplicable urge to explore, to know what’s around the next corner. If curiosity drives you forward and you thrive on the unknown, you might belong to the few who possess the adventure gene, 7R. Do you belong?

12

www.suunto.com


Fredrik Schenholm

NEWS

Passion freeride Zermatt est un peu l’eldorado des meilleurs skieurs et snowboarders. Au programme: 38 km de pistes jaunes qui n’en sont pas vraiment, aux tapis de neige profonde et non préparée, mais accessibles par téléski et balisés en prévision des risques d’avalanches. Au Rothorn, au Schwarzsee ou sur le domaine de Triftji/Stockhorn, se succèdent saillies et couloirs pentus réservés aux plus téméraires. Du Stockhorn, à 3405 m, les riders s’élancent avec un magnifique dénivelé de 1200 mètres face à eux. Ceux pour qui les pistes noires sont devenues ennuyeuses, mais qui n’osent pas s’attaquer aux jaunes, peuvent se faire encadrer par l’un des guides de haute montagne de l’Alpin Center Zermatt. Ils connaissent chaque bosse du domaine!

DR

www.alpincenter-zermatt.ch

Will you Saycheese? Tous les convives en ressortent le sourire aux lèvres. Pas pour la photo – quoique… –, mais pour la qualité des fromages exclusivement valaisans servis dans le nouveau restaurant Saycheese!, discrètement niché au sous-sol du grand hôtel Zermatterhof. Au menu: des viandes séchées locales, des raclettes et des fondues bien sûr, à accompagner d’un incontournable fendant. La Zermatterhof, au champagne et cèpes (ou truffes d’hiver) est déjà presque une légende. Côté cadre, le contemporain pimente le traditionnel, entre cuisine ouverte, vieux bois, pierre, touches de déco montagnarde et cheminée d’une modernité absolue. www.zermatterhof.ch/savourer/restaurants-bars/saycheese/?lang=fr


joe@rockzermatt.com

GASTRONOMIE D’ALTITUDE AU CERVO Des 17 restaurants zermattois désormais classés au Gault&Millau, le Cervo Puro (gratifié d’un joli 14 points) s’affirme comme l’un des plus alléchants. Il se présente cet hiver sous ses nouveaux atours, entre convivialité alpine et ambiance éthérée cosmopolite. Un bien bel écrin pour déguster une cuisine sobre et précise, en évolution constante au gré des saisons, appuyée sur une majorité de produits locaux issus d’exploitations durables.

Hotel Zermatterhof

Le chalet de luxe Backstage, 100% VIP A deux pas de l’hôtel Backstage, l’architecte-designer-artiste Heinz Julen a imaginé un drôle de nid d’aigle épuré: le chalet de luxe Backstage. Tout de bois de mélèze et de verre, celui-ci, doté de 5 chambres, se hisse au-dessus du village pour des vues spectaculaires à 360° sur les montagnes alentour – y compris depuis la cuisine ouverte! Les soirées cocooning s’y passent (toujours trop vite) entre cheminée, salle de cinéma et jacuzzi escamotable surgissant par le toit ouvrant! Inoubliable. Pour un séjour 100% VIP, le chef Ivo Adam cuisine sur place pour les hôtes et toute une équipe s’occupe de la gestion quotidienne. www.backstagehotel.ch

Christian Pfammatter

www.cervo.ch/fr/restaurants/cervo-puro

RENDEZ-VOUS À LA MATTERHORN PLAZA A 5 minutes à pied de la gare, la Matterhorn Plaza étale sa vaste esplanade au pied du Grand Hôtel Zermatterhof et à l’ombre de l’église paroissiale Saint-Maurice. Au centre de toutes choses, on pourra cet hiver s’y retrouver au bar de glace, faire du shopping et acheter ses forfaits au pop-up store voisin – le tout au grand air. La place est parallèlement le théâtre des dernières festivités célébrant le 150 e anniversaire de la première ascension du Cervin en 1865.


Michael Portmann

NEWS

DR

Descente à ski au clair de lune AU Rothorn et À Blauherd, dates supplémentaires En raison d’une demande accrue, les descentes à ski au clair de lune du Rothorn et de Blauherd seront organisées huit fois au total pendant la saison 2015/2016, entre le 25 décembre et le 26 mars. Les amoureux de la glisse pourront déguster une traditionnelle fondue au sommet du Rothorn ou profiter d’un menu surprise «pleine lune» à Blauherd. Toutes les infos et les dates en consultant: www.matterhornparadise.ch/fr/hiver/plaisirs-de-la-montagne/descentes-au-clair-de-lune

L’HÔTEL ALPENHOFF REVISITÉ Bois patinés, matières naturelles, élégance tendance de gris et de grèges… Les 42 chambres de l’hôtel Alpenhoff ont subi une véritable cure de jouvence sous la direction éclairée du cabinet d’architecture intérieure zurichois Cavigelli & Rinderknecht. Une jolie manière d’inviter la modernité tout en retrouvant la chaleur du style traditionnel valaisan. Symbiose réussie. www.julen.ch/fr/hotel-alpenhof


ADIEU AU TÉLÉSKI HÖRNLI Mis en service en 1962, le téléski Hörnli a pris une retraite bien méritée en avril 2015. Lors de la prochaine saison d’hiver, il sera remplacé par un télésiège à 6 places long de 2,1 km. Tracé additionnel de piste et adjonction d’un vaste système d’enneigement amélioreront en outre l’attractivité du domaine skiable du Schwarzsee.

Matterhorn Ultraks SkiAlp: déjà la 3 e édition Le défi du Matterhorn Ultraks? S’inscrire dans la légende du sport, tout en offrant la possibilité à tous de s’essayer à la compétition pour la première fois. L’épreuve se décompose en deux events, l’un de ski-alpinisme (SkiAlp), l’autre de trail. La troisième édition du SkiAlp, annoncée le 2 avril 2016, comprendra, comme lors des éditions précédentes, trois parcours: le «1K» (12,3 km) accessible au plus grand nombre, le «2K» (18 km) plus ardu et le très technique «3K» (22,5 km), entrecoupé de 5 montées et portages.

Kurt Müller

www.ultraks.com

Zermatt vue des airs Où, mieux qu’ici, réaliser ses rêves d’Icare? Quelques pas dans la neige et, hop, c’est parti! Décollant du Rothorn (3103 m), le parapente s’élève dans l’air frisquet du matin pour tournoyer avec les choucards, glisse juste au-dessus des pistes de ski, puis entame sa descente finale vers les toits nappés de blanc de Zermatt. Atterrissage en douceur (en général!) sur la neige ou... sur la glace de la patinoire, pour le fun.

Tarifs réduits pour les descentes en luge Les fans de luge ont deux fois plus de raisons de se réjouir: cet hiver, la descente en luge de Furi à Zermatt est proposée chaque mardi et jeudi entre le 15 décembre et la mi-mars 2016. Les heureux détenteurs d’un abonnement demitarif ou général, d’un Peak Pass ou d’un Swiss Travel Pass profitent du demi-tarif pour le trajet supplémentaire jusqu’à Furi. www.matterhornparadise.ch/fr/hiver/ plaisirs-de-la-montagne/descentes-en-luge

DR

www.alpine-adventures-zermatt.com

DR

matterhorn.ultraks.com / D. Lafond

www.matterhornparadise.ch

Application Skiguide Les Zermatt Bergbahnen AG lancent une nouvelle application gratuite «skiguide». Son rôle? Permettre aux vacanciers de s’orienter dans tout le domaine et les guider. En tenant compte des capacités et du niveau de chacun, l’application calcule le meilleur trajet en comptabilisant toutes les données en temps réel. Les horaires d’ouverture des remontées mécaniques et des restaurants sont ainsi pris en compte, la météo intégrée, les images des webcams disponibles et les éventuels dangers signalés. Un lien avec la boutique en ligne permet de réserver son forfait du lendemain à tout moment. L’application est disponible pour les utilisateurs d’appareils iOS et Android sur la boutique en ligne. http://app.matterhornparadise.ch/fr/

Maison Ogier Depuis 1948, la maison Ogier retrace l’aventure d’un sport chic de luxe. Le confort, le raffinement, l’élégance des formes s’expriment dans chaque pièce créée par la maison. Les différentes lignes de produits séduiront une clientèle exigeante pour qui la beauté de l’univers blanc est un véritable art de vivre. À decouvrir dans les toutes nouvelles boutiques de Zermatt, Verbier et Crans-Montana. D’autre suiveront en 2017 à Courchevel, Aspen et Tokyo. ogier-ski.com


TIMELESS

THE SMALL GRAND HOTEL Step inside the Grand Hotel Zermatterhof and be transported to a world where time takes on a whole new meaning. Here, we believe that time is the last true luxury. While you are with us, you have all the time in the world.

www.zermatterhof.ch


NEWS DR

ZERMATT A DÉSORMAIS SA BIÈRE L’icône-Cervin vient de trouver un nouvel avatar: la bière Matterhorn (5%), brassée ici-même, au pied de la montagne des montagnes. Ce breuvage doux et fruité, couleur d’ambre tirant sur le roux, n’est ni filtré ni pasteurisé. La Zermatt Bier rentre désormais dans la composition de certaines saucisses locales… Et pour chaque bouteille vendue, le brasseur reverse 2 centimes à la Compagnie des Guides. www.zermattbier.ch

RIFFELHAUS, UNE BASE AU CŒUR DU DOMAINE Tout le monde n’a pas la chance d’avoir 112 ans et une allure aussi fringante. C’est le cas de l’emblématique hôtel Riffelhaus, perché au cœur même du domaine skiable de Zermatt, à 2548 m. Le Cervin y offre une toile de fond imprenable au jacuzzi extérieur et à une partie des chambres, désormais nappées de bois de la tête aux pieds. Le Riffelhaus est le 4-étoiles (avec spa!) le plus élevé d’Europe. Idéal pour aller et venir skis aux pieds. www.riffelhaus.ch

SKI ET WIFI Toutes les stations des Zermatt Bergbahnen AG sont désormais équipées du wifi. Lors de la connexion sur la page de bienvenue, vous serez à même de consulter gratuitement divers contenus, dont les prévisions météorologiques et une carte panoramique interactive du domaine skiable – histoire de mieux planifier votre journée de glisse sur les plus belles pentes du Valais. www.matterhornparadise.ch/fr

Retrouver son âme d’enfant... en luge Les jeunes zermattois les surnomment «Doc le Bob» ou «Üz le cheval rouge». De sacrés montures! Il s’agit en fait de luges dont les patins font des étincelles sur les routes locales... La descente en luge de Rotenboden-Riffelberg dure entre cinq et dix minutes – un plaisir pour tous les âges. Pour rejoindre le départ, les trains du Gornergrat Bahn circulent toutes les dix minutes environ. Il est possible d’utiliser sa luge sur d’autres chemins, mais jamais sur les pistes de ski. Location de

Co-o-peration

DR

matériel: www.bayardzermatt.ch

Zimmerli of Switzerland – Le nec plus ultra du sous-vêtement Fondée en 1871, l’entreprise d’Aarburg a un unique mot d’ordre: réaliser les sous-vêtements les plus fins au monde. Elle s’appuie pour cela sur des fibres naturelles minutieusement sélectionnées (pure soie grège, laine mérinos, coton indien ramassé à la main) et des matériaux modernes de la plus haute qualité comme le MicroModal et le Lyocell, conçus à partir de fibres de hêtre, de pin ou d’eucalyptus. Les coupes, pensées jusque dans le moindre détail, révèlent des coutures si fines qu’elles s’en font invisibles! Le toucher est incomparable, le confort absolu, l’élégance affirmée. À découvrir dans la boutique Zimmerli de la Bahnhofstrasse: les classiques intemporels de la collection Basic et les loungewear des collections saisonnières aux couleurs trendy. www.zimmerli.com


Luxe et volupté

au penthouse Nabucco Dans ce penthouse, matériaux traditionnels se mêlent à des lignes modernes et épurées sans ostentation superflue. Visite exclusive de l’un des plus beaux chalets de Zermatt.


Débouchant de l’ascenseur dans un vaste hall d’entrée tout de bois, on devine déjà le séjour cathédrale, à la luminosité accentuée par de grandes baies vitrées.


De retour du ski, le salon, cosy, invite à se nicher dans un fauteuil, face à la cheminée traversante (ouverte aussi sur la cuisine), un œil sur le village et le Cervin en toile de fond.

A

Texte_S e r g e G r e t e r Photos_Y v e s g a r n e au

vec le penthouse Nabucco, on est à mille lieues de l’univers biblique évoqué dans le célèbre opéra de Verdi. Les portes de l’ascenseur qui mène directement dans cet appartement mansardé en duplex s’ouvrent sur un univers où tout n’est que luxe et volupté. Il s’agit de l’une des propriétés les plus exclusives de la station de Zermatt, qui se trouve précisément à ses pieds. On y pénètre par un beau hall d’entrée qui débouche sur un vaste espace dédié au salon et à la salle à manger, d’où l’on a en ligne de mire sa majesté le Cervin. L’ambiance de ce logement de 437 m 2, situé dans un quartier calme et central du village, est feutrée. Le vieux bois sur certains murs et au plancher se mêle au blanc dans une volonté affirmée d’allier modernité et tradition montagnarde. La cheminée qui trône fièrement dans le salon est traversante et permet ainsi aux personnes se trouvant en cuisine (dans laquelle se situe un second espace où manger) de profiter pleinement de sa chaleur et de ses crépitements. Près de la table de la salle à manger prend place une charmante alcôve aménagée en espace télé à la pointe de la technologie audio/vidéo. Un étage sur lequel prend également place deux chambres. Un escalier spectaculaire mène ensuite au deuxième niveau. Là, même ambiance chaleureuse. Notamment dans cette très grande chambre à coucher avec cheminée, salle d’eau privative et balcon avec vue sur le Cervin, qui fait écho à deux autres chambres qui, cette fois, se partagent une salle de bain. Les placards, systématiquement encastrés dans les murs, contribuent grandement à conférer au lieu cette dimension épurée. Enfin, un bureau en forme de balcon, situé juste au-dessus de coin télé de l’étage du dessous, s’ouvre sur le salon. Du luxe, jusque dans les moindres détails…

www.julensteigercie.ch


p  La rencontre du bois et de blancs éthérés résonne dans toute la demeure, comme ici dans la salle de bains de la chambre principale – accessible de deux côtés. s  Le Cervin s’invite à la grande table du séjour, pour un repas entre amis face à un panorama rare. a  La cuisine, aux tiroirs frigorifiques habillés de bois, se fait facilement hâvre et refuge, lorsque les éléments, au dehors, invitent à se calfeutrer chez soi. ss  Bois, blancheur, chaleur et luminosité…

la suite parentale, avec accès sur un balcon privé, semble promettre de doux après-midis à deux, loin des soucis du monde réel.


Les volumes immenses de l’appartement conjugent habilement lignes droites, ouvertures et espaces bien définis: ici le salon et sa cheminée, là le bureau et le coin télé.

Tout au long du vestibule menant au séjour, les parois de bois renferment des placards judicieusement cachés à l’œil.


Inondant la chambre, le soleil déclinant de l’après-midi met en valeur cette étonnante tête de lit ornée d’une image de la montagne des montagnes, prise par le propriétaire.

Tandis que le soleil joue à cache-cache avec le Cervin, les lumières indirectes placées sous la charpente nimbent la pièce d’une lumière chaude et agréable.


w w w. z i m m e r l i.c o m

Zimmerli Boutiques Zermatt Bahnhofstrasse

G e n eva Rue du Rhône

Basel Fr e i e S t r a s s e

I n te r l a ke n H ö h e we g

Ta i p e i B e l l av i t a

Pa r i s Rue St. Honoré


Texte_L au r e n t G r a b e t

Photos_F r a n ç o i s P e r r au d i n

Mythique». Cet adjectif revient immanquablement lorsqu’il s’agit de qualifier la Patrouille des Glaciers (PDG). La plus grande course de skialpinisme, qui se déroulera du 19 au 24 avril prochain entre Zermatt et Verbier, est devenue le baromètre d’une discipline sportive en plein boom depuis une dizaine d’années. En 2014, le record de participation a été atteint, avec quelque 1850 patrouilles alignées au départ. Pour des raisons logistiques, elles seront limitées à 1700 lors de cette nouvelle édition. Pourquoi cette épreuve extrêmement exigeante séduit-elle si massivement? En quoi est-elle tellement incontournable? Réponses en quatre points. Son grand âge «C’est l’une des plus anciennes courses de ski-alpinisme au monde (la seconde après le Trophée Mezzalama, né en 1933, ndlr). Elle s’inscrit dans la tradition et le patrimoine suisse!», souligne son grand patron, le colonel Max Contesse. L’épreuve, qui célèbre en 2016 sa 31e édition, est née lors de la Seconde Guerre mondiale, en 1943, à l’initiative de l’armée suisse. Il s’agissait alors de tester les capacités des troupes. Interrompue en 1949 pour une longue période, suite à la chute mortelle de trois patrouilleurs dans une crevasse, elle a ressuscité en 1984. Organisée depuis lors tous les deux ans, elle n’a eu de cesse d’attirer davantage de postulants – qui, désormais plus nombreux que les élus, doivent en passer parfois par un tirage au sort… Aujourd’hui comme hier, c’est toujours l’armée qui chapeaute la course, apportant son impeccable organisation. Sa difficulté Le parcours de 53 km pour près de 4000 m de dénivelé positif se traduit par un équivalent de 110 km/effort. La PDG surpasse ainsi ses deux seules véritables concurrentes: la Pierre Menta, organisée dans le Beaufortain, en Savoie (D+ 10 000 m mais sur 4 jours), et le Trophée Mezzalama (45 km et D+ 2862 m), qui se tient dans le val d’Aoste. «Techniquement, la patrouille est également difficile» relève Florent Troillet, trois fois vainqueur de l’épreuve (deux fois sur le grand parcours, une fois sur le petit). «La descente encordés sur glacier depuis Tête Blanche et les 200 m de montée skis sur le sac, vers la Rosablanche, sont notamment délicats à négocier.» Pour s’y frotter, avoir engrangé au préalable 20 000 m de dénivelé positif durant l’hive rest un strict minimum. Et pour espérer faire une place ou, mieux, battre le record de 5 h 52 établi en 2010 par la patrouille Florent Troillet/Martin Anthamatten/Yannick Ecoeur, c’est dix fois plus qu’il faut compter! A noter encore qu’un bon tiers de la course se déroule de nuit. Sa beauté alpine La patrouille serpente entre les 4000 m valaisans et les crevasses. «Le point culminant du parcours est à 3800 m. C’est de la très haute montagne, avec tout ce que cela implique en terme de panorama: des sommets, des grandes pentes enneigées, des glaciers, la cabane en nid d’aigle de Berthold, le long lac de barrage des Dix, sans compter un départ et une arrivée dans deux des stations les plus célèbres de Suisse», énumère Max Contesse. D’un côté, l’une des capitales mondiales de l’alpinisme; de l’autre l’un des plus extraordinaires domaines de freeride des Alpes… qui dit mieux? En l’espace de quelques heures, les concurrents peuvent passer du froid polaire à la douceur printanière. Son ambiance La PDG se court par équipe de trois (contre deux dans la plupart des autres épreuves). «Cela implique de connaitre parfaitement ses coéquipiers et de savoir progresser ensemble au fil des heures d’entrainement», explique Max Contesse – qui a lui-même cinq PDG à son actif en tant que participant. Malgré l’esprit de compétition, la solidarité entre patrouilles et patrouilleurs reste la norme. L’une des beautés de cette course est d’être ouverte aussi bien aux sportifs d’élite qu’aux populaires, alors même que, pour des raison philosophiques, elle ne propose pas de prize money aux vainqueurs. Tous les concurrents sont soutenus avec un égal enthousiasme par des centaines de spectateurs, qui se répartissent tout au long du parcours, en des points souvent atteints après des heures d’effort. «Cela nous aide beaucoup», explique Florent Troillet, qui apprécie tout particulièrement l’agitation du départ à Zermatt et l’arrivée survoltée à Verbier. www.pdg.ch


PATROUILLE

La 31e édition de cette célèbre compétition partira de Zermatt en avril prochain. Belle occasion de passer en revue ce qui en fait une épreuve de légende à la popularité sans cesse croissante.

DES GLACIERS LA PLUS MYTHIQUE DES COURSES DE SKI-ALPINISME part de Zermatt

Traversant des décors grandioses, la PDG relie Zermatt à Verbier en 53 km et 4000 m de dénivelé positif.


A cheval

entre travail et bien-être

A Zermatt, on croise le plus souvent les destriers du Grand Hotel Zermatterhof attelés à une calèche. En contrepartie de leurs bons et loyaux services, tout a été pensé pour leur bien-être. Ivan Buschor, responsable de l’écurie, nous conduit en coulisses.

Les trois chevaux du Grand Hotel Zermatterhof ont un cadre de vie peu banal! Pas de courses folles ici, mais de tranquilles balades en calèche.


Les équidés du Grand Hotel Zermatterhof logent dans une écurie flambant neuve, achevée en 2013.

Q

Texte_F r é d é r i c R e i n

Photos_Z e r m at t e r h o f

ui veut aller loin ménage sa monture. Le Grand Hotel Zermatter­ hof a fait sien ce proverbe. Ses trois chevaux, répondant aux doux noms d’Hidalgo (6 ans), Manuela (12 ans) et Cypria (8 ans), dévo­ lus au transport en calèche ou traineau des clients de l’établis­ sement, bénéficient d’un confort à la hauteur de la réputation de ce 5 étoiles de légende. En remerciement de leurs bons et loyaux services, ils ont droit à ce qu’il y a de mieux. A commencer par une écurie flambant neuve – achevée en 2013. Située dans le quartier de Winkelmatten, proche de l’hôtel, elle renferme une sellerie, des boxes lumineux s’ouvrant directement sur des pâturages auxquels les chevaux ont accès quotidiennement, des abreu­ voirs dont l’eau est chauffée pour ne pas descendre en dessous de 6 degrés en hiver, ainsi qu’une aire de lavage aux faux airs de spa, puisque l’on y trouve même un solarium! «Celui-ci possède une double fonction: d’une part sécher les chevaux en hiver après qu’ils aient été lavés, ce qui évite qu’ils tombent malades, et d’autre part leur permettre une détente musculaire», explique Ivan Buschor, responsable de l’écurie depuis 2013. Avec sa collègue Agnieszka, une Polonaise qui travaillait précédemment dans un élevage suisse de chevaux berbères, il est aux petits soins pour ses protégés. «On leur donne de la nourriture de premier choix, et ils ont chacun leur propre matériel d’attelage. En outre, j’habite tout près de l’écurie et je peux y être en un rien de temps si nécessaire», précise cet ancien du cirque Knie, qui y dirigeait les ateliers de serrurerie, de menuiserie et de peinture. Il n’est pas rare que les clients de l’hôtel poussent la porte de ces écuries 5 étoiles pour venir saluer les trois wielkoposki – une race robuste d’ori­ gine polonaise. Voilà l’occasion de s’approcher des chevaux, de participer à leur étrillage, ou même au nettoyage des lieux. Une expérience apaisante, si l’on en croit le site Internet de l’établissement, qui affirme que «cares­ ser les naseaux d’un cheval pendant une demi-heure est plus reposant que n’importe quel cours de yoga»! Une relation de confiance Ce n’est pas Ivan Buschor qui dira le contraire. Son amour des chevaux est né il y a bien longtemps. «J’ai commencé à monter à l’âge de 6 ans, puis appris

à conduire un attelage à 14 ans, se rappelle ce Saint-Gallois d’origine. Pour financer mes cours, j’aidais mon voisin à l’écurie après l’école et les weekends. Vers 17 ou 18 ans, j’ai commencé à prendre des clients sur l’attelage toutes les fins de semaines et durant les vacances, histoire d’améliorer mes revenus d’apprenti mécanicien sur camions.» Les promenades en calèche du Grand Hotel Zermatterhof sont disponibles­­7 jours sur 7, été comme hiver. Mais, comme Ivan Buschor, les chevaux ont droit à leurs jours de congé. «Pour assurer leur santé et leur bien-être, ils ne travaillent jamais plus de 3 jours de suite», assure-t-il. Au-delà du travail, une relation de confiance s’est nouée entre eux et le soigneur. «J’ai un rapport assez particu­ lier avec «Manu», confie-t-il. Pendant que ses camarades s’ébrouent dans les champs, elle aime rester à mes côtés. Elle comprend parfaitement mon langage corporel. C’est comme si nous étions faits pour nous rencontrer!»

Deux des chevaux du Grand Hotel Zermatterhof en compagnie d’Agnieszka, leur soigneuse.


Va l

d ’ I s è r e

C h a m o n i x M e g è v e Ve r b i e r C r a n s - M o n t a n a Z e r m a t t

o g i e r- s k i . c o m


Impassible, le lac Riffelsee tend un miroir parfait au Cervin et à ses voisins. Rien de plus simple pour s’y rendre: le plan d’eau n’est qu’à 10 min de marche de la station Rotenboden du Gornergrat Bahn.

LEANDER WENGER TRAQUE INLASSABLEMENT LA LUMIÈRE DANS LES MONTAGNES

Laissant derrière lui une carrière peu désirée de banquier, le photographe zermattois magnifie les montagnes hauts-valaisannes de sa station d’adoption. La concrétisation d’un rêve de jeunesse.

E

Texte_L au r e n t G r a b e t

Photos_L e a n d e r W e n g e r

nfant, Leander Wenger adorait la photo. C’était à la fin des années soixante et au début de la décennie suivante. Armé d’un modeste appareil à pellicule couleur dont il a étrangement oublié l’origine, le Haut-Valaisan immortalisait son village d’Ernem (dans la vallée de Conches), ses habitants et la magnifique nature qui les environnait. Mais quand le préado eut le malheur de dire tout haut, un jour, qu’il voulait devenir photographe professionnel, ses parents, constructeurs de chalets de métier, et les adultes l’entourant le ramenèrent brutalement à leur propre réalité: «Ce n’est pas un métier dont on vit!» Résultat: le Valaisan oublia peu à peu son rêve pour finalement travailler à Zurich dans la banque.

L’Himalaya le reconnecte à la photo Quarante ans plus tard, pourtant, Herr Wenger est photographe professionnel à Zermatt – l’un des huit que compte la station. L’homme, aujourd’hui âgé de 55 ans, jongle entre sa passion et les fameuses «réalités» qu’on lui rappela jadis, en officiant également comme comptable dans un hôtel 4 étoiles local. Le reste du temps, il magnifie les intérieurs de chalets, enfile ses chaussures de montagne ou de ski et part chasser les belles lumières. «Ce qui m’attire avant tout dans la photo c’est d’être au bon endroit au bon moment pour capturer des instants d’infini. Ce jeu d’ombres et de lumières, qui se déroule

souvent tôt le matin ou en fin de journée, peut me demander d’aller dix fois dans un endroit pour finalement avoir la bonne image, mais j’aime ça!» Si les paysages en général et la montagne en particulier occupent une place prépondérante dans les clichés de Leander Wenger, ce n’est pas un hasard. Car c’est finalement elle qui l’a ramené sur le tard à la photo. Passionné d’alpinisme à la trentaine, Leander Wenger part en expédition en Himalaya. A l’aéroport de Katmandou, il se fait voler le Leica M glissé dans ses bagages. C’est un mal pour un bien: au retour, il achète l’un des premiers appareils numériques disponibles sur le marché et se reconnecte véritablement à sa passion d’enfance. Timidement tout d’abord, puis de plus en plus régulièrement pour divers clients. Entre temps, notre homme, au passé chargé de globetrotteur, est venu s’installer à Zermatt «pour skier et faire de la montagne le plus possible». Les courses en altitude aiguisent son goût du beau et de la nature et titillent son déclencheur. L’obsession du Cervin l’agace et le fait vivre Le Cervin occupe évidemment une place centrale dans le travail du photographe zermattois. «Par goût, mais aussi parce que c’est immanquablement ces photos-là qui sont choisies au final par mes clients», s’amuse Leander, un brin agacé tout de même. Sa montagne à lui – à peine moins connue – est autre: le bien-nommé mont Rose. Ces prestigieux sommets entourant Zermatt, Leander Wenger les aime autant qu’il les craint. Il y a quelques années, l’un d’eux a pris sous ses yeux la vie d’un ami lors d’une chute de pierre. Délaissant depuis l’alpinisme, il pratique néanmoins encore le ski et la randonnée. Et conclut après un long silence: «Ce qui me fascine finalement dans la photo, c’est de figer un moment de grâce qui ne reviendra jamais.» Comme celui, désormais lointain, où il confia aux adultes son rêve de devenir photographe en espérant y être encouragé… www.zermattfoto.ch


Journée de bonheur pur à Zermatt: l’heure tant espérée de la rencontre de la poudreuse et du soleil a sonné.


Encore libre de glaces, le lac Riffelsee reflète l’iconique Cervin. Bientôt, les températures hivernales auront transformé sa surface en patinoire pour de longs mois de sommeil.


SituĂŠ en-dessous de la station de Sunnegga, le hameau de Findelen se love sur une terrasse surplombant le ravin de Findel.


Frôlée par la frontière italienne, la pointe Dufour est, à 4634 m, le plus haut sommet de la Suisse. A ses pieds se déroule le majestueux glacier de Grenz, qui rejoint celui du Gorner.


URS BINER ALIAS DAN DANIELL RESTAURATEUR ET CHANTEUR Ses penchants pour la fête et la chanson ont fait de son restaurant un incontour­nable de la station. Les célébrités en raffolent et l’ambiance s’envole…


A

Texte_L aurent G ra b et

Photos_M arc K r o nit

Zermatt, le fantasque restaurateur Urs Biner est connu comme le loup blanc. «Mais plutôt sous mon pseudo de Dan Daniell, confie l’intéressé, amusé. Certains ne semblent même pas se souvenir de mon véritable nom!» Le Zermattois de 54 ans, au regard doux et un peu enfantin, est en effet l’auteur de plusieurs enregistrements. Le dernier en duo avec Frida, ex-chanteuse du groupe suédois Abba et proche voisine dans la station (lire ci-dessous) – pour qui il a eu un soir un «coup de foudre amical» dans son restaurant, «Chez Heini».

Itinéraire d’un enfant du pays Artiste contrarié mais restaurateur heureux? Une chose est sûre: le parcours d’Urs Biner n’a rien de banal. Ainé d’une famille modeste de quatre enfants, le jeune Urs a fait ses armes à Genève, au gré d’un apprentissage de cuisinier. «A l’époque, je voulais entrer dans une école artistique, mais mon père disait que mon accent était un obstacle. Aujourd’hui, il regrette. A Genève, la grande ville, j’ai connu les Pâquis, les putes et l’homosexualité. Pour moi qui venais d’un univers hyper protégé et net, ce fut un choc salutaire», explique-t-il, en jetant un regard aux imposantes armoiries familiales surplombant la cheminée-grill. Suivent des emplois dans des grands hôtels de Genève, Lausanne et Londres et… un disque d’or, décroché dans le sillage d’une sorte de radio crochet, qui l’a vu repéré par des producteurs allemands. A 28 ans, l’enfant prodigue revient pourtant au bercail, reprendre le flambeau du restaurant familial. Une génération plus tard, le cuisinier, noté 13 sur 20 par le prestigieux Gault & Millau, a fait sien cet établissement en le révolutionnant entièrement. «Pour ma mère, ça n’a pas été évident. Elle a eu du mal rien qu’à me voir changer ses nappes à carreaux rouges et blancs et vient encore régulièrement en inspection!», explique le dandy quinquagénaire, en sirotant un café debout à son comptoir. Aucun regret: aujourd’hui, une table se réserve trois mois à l’avance! Du mouton et des chansons Les raisons de ce succès? Un détonnant mélange de tradition et de vision décalée. Les convives apprécient le succulent agneau zermattois élevé

par le père d’Urs sur un alpage de Furi. Mais ils aiment peut-être plus encore le décor mi-rustique mi-kitsch et l’ambiance du lieu. Le velouté à l’ail d’ours? Servi dans des escarpins rouges. L’espace VIP? Une sorte de réduit entouré de barreaux baptisé «La cage aux folles»! Les photos dûment encadrées, aux murs, témoignent de tous ceux qui y sont venus comme Robbie Williams, Sepp Blatter, Goldie Hawn, Umberto Tozzi, Luciano Pavarotti ou encore Christian Constantin. Comme d’autres, à 22h30 pétantes, ils ont profité du traditionnel récital qu’improvise Dan Daniell sur

fond de vieux films des sixties. «Si à 20 ans j’avais connu tous ces gens, j’aurais peut-être fait carrière», feint de regretter le Haut-Valaisan, soudain pris d’une sorte de nostalgie. «Quand j’ai commencé à chanter ici, c’est tout juste si on ne me jetait pas des pierres dans les rues du village, mais j’ai la tête dure et j’ai continué. Je sais que mon père est fier de cette réussite, même s’il ne m’a jamais félicité, confesse pudiquement Urs Biner. Il est d’une autre époque et, pour lui, cela n’a pas toujours été facile que je préfère le parfum et le spectacle aux moutons et aux curés…»

Frida et lui «Pour moi, Frida est presque comme une sœur», confie Urs Biner. Depuis leur rencontre voici 17 ans, le restaurateur et l’ex-chanteuse du groupe pop Abba se voient quasi quotidiennement. La Suédoise, de son vrai nom Annifrid Lyngstad, s’est installée à Zermatt à cette époque après la mort de son mari. «Depuis, je reste amoureuse de cet endroit où la nature puissante a souvent fait office pour moi de médicament dans les moments difficiles, comme lors de la disparition de ma fille.» Urs Biner et Frida sont si complices qu’ils ont même récemment enregistré «I have a dream», la chanson officielle des 150 ans de la première ascension du Cervin. «Je me suis impliquée à fond dans ce projet et cela a été très amusant», relève Frida. Quand elle ne chante pas, l’ex-star des seventies, aujourd’hui âgée de 70 ans, écrit sur sa vie ou skie. «Parfois hors-piste, comme sur la Haute Route que j’ai faite en 2001, ou en héliski. Même aujourd’hui, je ne résiste pas à l’appel d’une belle descente dans une pente de neige vierge. Pour moi, c’est comme une danse avec la nature.»


ii  Tartare de thon, cœur d’artichaut, crème de pommes de terre et poutargue. i  Pintade aux herbes, pommes de terre, cèpes et cassis.


Le chef italien et sa brigade migrent chaque hiver depuis 6 ans dans les cuisines du restaurant Le Capri, au grand hôtel Mont Cervin Palace. Leurs envolées culinaires leur valent un fulgurant 17 points au Gault&Millau 2016.

saveurs Salvatore Des méditerranéennes Elefante au cœur des Alpes

i  Salvatore Elefante dans le décor du restaurant Le Capri, au grand hôtel Mont Cervin Palace Homard, pommes de terre aux herbes, bisque crémeuse et légumes croustillants. de Zermatt. o  p  Tagliolini au citron, burrata, salicornes et crevettes rouges.

U

Texte_F r é d é r i c R e i n

Photos_M o n t C e r v i n Pa l ac e , Z e r m at t

n vent méditerranéen souffle chaque hiver au cœur des Alpes. Une conséquence peu réjouissante du réchauffement climatique? Loin de là. Il s’agit plutôt de l’effet… Salvatore Elefante! Chaque année depuis 6 ans, le chef de cuisine italien et sa brigade prennent en effet leurs quartiers au restaurant Le Capri, au grand hôtel Mont Cervin Palace de Zermatt. Une «inalpe à contre-saison» marquée par l’arrivée de produits transalpins gorgés de soleil et de notes iodées. Salvatore Elefante, qui œuvre l’été dans deux restaurants de Capri, dont le Capri Palace, a fait des produits de la mer l’une de ses spécialités. «Avec les pâtes, c’est ce que je préfère travailler, explique-t-il. Dans une station alpine où la viande se taille la part du lion, le poisson est un peu notre marque de fabrique.» Ce natif de Gragnano, une petite ville de la province de Naples, patrie des premiers fabricants artisanaux de pâtes italiens (au XVe siècle), fait sans conteste honneur à ses origines. Cette saison, la carte zermattoise propose un filet de rouget accompagné de ricotta fumée, de fenouil parfumé au safran et d’une mayonnaise à

la réglisse; une variation de crevettes crues et foie gras, pomme verte et gin; ou encore des spaghettoni à l’ail, huile d’olive extra vierge, poivrons verts, bébés calamars et olives. Au dessert, on hésite entre un ananas accompagné de sa mousse d’anis étoilé, d’une glace au lait de buffle et de cerises noires, et une crème de noisettes aromatisée au café, sauce caramel et glace au chocolat fumé. «Ma cuisine est spontanée, aussi simple que possible, insiste le trentenaire. Mes plats traquent les saveurs de l’enfance restées cachées dans un coin de ma mémoire. Ce sont parfois des aliments que je ne mangeais pas, que j’ai juste senti.» La meilleure note de Zermatt Ces saveurs et senteurs aux notes subtiles valent au signor Elefante une belle réputation: il se murmure qu’il propose la meilleure cuisine maritime d’Italie du Sud de toute la Suisse! La critique ne s’y est pas trompée… Le guide Gault&Millau 2016 pour la Suisse lui a attribué 17 points, la plus haute cotation de la station de Zermatt, pourtant réputée pour la densité de ses restaurants gastronomiques. Le Capri se place ainsi juste devant le

Mirabeau du chef Alain Kuster et l’After Seven d’Ivo Adam (16 points tous les deux) – avec lequel il partage l’honneur d’une étoile au guide Michelin Suisse 2016. Au-delà de ces reconnaissances, c’est avant tout l’expérience sensorielle qui attire les gourmets et les gourmands à la table de Salvatore Elefante. Celle-ci est d’autant plus (sur)prenante et forte qu’elle se déroule face au splendide panorama d’un Zermatt enneigé. La montagne devant les yeux, la mer en bouche: les deux univers diamétralement opposés se rencontrent, se mêlent, pour ne faire plus qu’un. Un délice! «J’ai travaillé à Courchevel, à Crans-Montana et à Marrakech, mais il règne à Zermatt une ambiance vraiment très spéciale, que je peine d’ailleurs à décrire, souligne le chef. Y compris pour quelqu’un qui ne skie pas, comme moi. J’aime prendre de l’altitude pour aller boire un verre avec ma femme dans un petit restaurant de montagne ou me balader dans le village. C’est un peu comme Capri, ici: petit et magique!» www.montcervinpalace.ch


Tonatiuh Ambrosetti

Le refuge le plus design et convoité de Suisse ne désemplit pas depuis son ouverture en 2009. Pourquoi ne pas s’y rendre à peau de phoque, le temps d’une soirée et d’une nuit forcément inoubliables?

A SKI DE RANDO VERS LA MAGNIFIQUE

CABANE DU MONT-ROSE


Posée à 2883 m d’altitude, l’octogonale cabane du Mont-Rose est entourée d’une vingtaine de sommets de plus de 4000 m. Ce «cristal de roche» haut de 18 m résiste à des rafales de 200 km/h et est labellisé Minergie-P, notamment grâce à ses 180 m 2 de cellules photovoltaïques.


François Perraudin

Bientôt à 4000 m d’altitude sur le Grenzgletscher, au pied de la Pointe Dufour, avec le Cervin, la Dent-Blanche et l’Obergabelhorn dans le lointain.

P

Texte_L auren t G ra b e t

Un bijou architectural et écologique L’approche n’a rien du parcours du combattant. Si l’itinéraire complet par le Gornergletscher depuis Zermatt demande 5h d’efforts, il n’en faut que 4h depuis Furi, 2h30 depuis l’arrêt Rotenboden du mythique Gornergrat bahn (lire page 50) et 1h30 depuis la station supérieure de la télécabine du Stockhorn. En ligne de mire, l’impressionnante cabane octogonale, posée à 2883 m d’altitude, est cernée par une ronde sublime d’une vingtaine de sommets de plus de 4000 m. Déjà mythique, ce bijou architectural, surnommé le «cristal de roche», est né d’un projet lancé en 2003 pour célébrer le 150 e anniversaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Lové au pied de la Pointe Dufour, il a été conçu pour résister à des rafales de 200 km/h. Haut de 18 m, il présente une structure écologique (labellisée Minergie-P) tout en bois recouverte d’aluminium et de 180 m 2 de cellules photovoltaïques qui lui permettent d’atteindre une autonomie énergétique de 92%. Une belle étape vers la Pointe Dufour Sur la terrasse, où le soleil semble si volontiers s’inviter, le regard accroche Castor et Pollux, Breithorn, Cervin et glaciers du Gorner et du Grenz. Certains n’y font qu’une escale diurne, le temps de s’en mettre plein les yeux. D’autres choisissent de passer la nuit sur place. Leur but? S’attaquer le lendemain à la longue bavante menant au sommet de la Pointe Dufour, qui veille sur la Suisse du haut de ses 4634 m. Mieux vaut toutefois s’y prendre à l’avance pour avoir le luxe de passer la nuit dans l’une des chambres de 3 à 8 personnes du refuge – dotées de matelas confortables de 75 cm de large. La cabane du Mont-

Rose n’est en effet ouverte que de mi-mars à mi-mai, puis de mi-juin à miseptembre, et ne désemplit guère depuis son inauguration. A mille lieux des refuges de grand-papa, loin des dortoirs exigus sentant la chaussette transpirante, on y trouve même des douches chaudes et des toilettes intérieures… Le comble du luxe dans cet univers de haute montagne. www.neuemonterosahuette.ch Plus d’informations pour préparer cette sortie ou d’autres: www.alpincenter-zermatt.ch www.meteosuisse.admin.ch http://map.geo.admin.ch (cartes topographiques) www.slf.ch (bulletins d’avalanches) François Perraudin

armi les nombreuses petites randonnées à ski de la région de Zermatt, celle montant à la nouvelle cabane du Mont-Rose occupe une place à part. Voilà un itinéraire relativement peu exigeant physiquement, et donc largement accessible, qui traverse des paysages grandioses dévoilant quantité de glaciers et de sommets mythiques. But ultime de l’opération: découvrir ce refuge high-tech construit en 2009, fleuron de l’architecture alpine. Ceux qui manquent d’expérience s’attacheront naturellement les compétences d’un guide de montagne.

L’accès à la cabane du Mont-Rose par la langue du glacier du Gorner depuis Furi réserve de belles surprises et permet une acclimatation progressive à l’altitude.


STEP FREE LA RÉFÉRENCE DANS LE MONDE DU SKI DE RANDONNÉE Les matériaux et la forme de l’ensemble solidaire formé par le collier et la coque offrent une mobilité inégalée avec un débattement de 62°, sans concessions sur le plan de la précision et de la sensibilité.

WWW.SCARPA.NET

SINCE 1978

newrocksport.ch


Chaque jour, les petits trains rouge-brun de la Gornergrat Bahn SA (GGB) passent devant le Cervin Ă une vitesse qui oscille entre 20 et 30 km/h.


Le Gornergrat Bahn Le premier train électrique à crémaillère de Suisse est également le plus haut d’Europe. Il offre à ses passagers des paysages sublimes. Terminus au Gornergrat, cerné de 29 sommets culminant à plus de 4000 m. Plus qu’un trajet ferroviaire, une expérience unique!

ce petit train qui s’en va dans la montagne


Le train atteint le terminus du Gornergrat (3089 m) après 33 minutes pour une distance parcourue de 9339 m.

I

Texte_S e r ge G r ete r

Photos_G o r n e r g r at B a h n

l se fraie un chemin dans de profondes gorges, traverse des galeries et des tunnels, transite au cœur de verdoyantes forêts d’arolles saupoudrées de neige, passe devant d’impressionnants ponts et de sublimes lacs de montagne, avec toujours en toile de fond le Cervin. Monter à bord du Gornergrat Bahn – que l’on peut combiner avec le Glacier Express – dépasse le simple trajet ferroviaire. Il s’agit d’une expérience inoubliable. Tout commence à la gare du Matterhorn Gotthard Bahn, à Zermatt. Chaque jour, les petits trains rouge-brun de la Gornergrat Bahn SA (GGB) partent à l’assaut de ces paysages alpins grandioses à une vitesse qui oscille entre 20 et 30 km/h. Inaugurée en 1898 après deux ans de travaux, la ligne est la première de Suisse à avoir vu circuler des trains à crémaillère électriques. Véritable vestige de l’histoire des pionniers des chemins de fer de montagne, elle est aussi la plus haute d’Europe. Quelque 2400 ouvriers se sont attelés à sa réalisation, qui a ouvert une nouvelle voie en milieu alpin. En été d’abord, puis en hiver jusqu’à Riffelalp à partir de 1928/29. Riffelberg fut atteint 10 ans plus tard, et finalement le sommet du Gornergrat en 1942.

Un panorama unique Gornergrat, 3089 m, terminus, tout le monde descend après 33 minutes et 9339 m parcourus! Chaque année, plus d’un million et demi de passagers découvrent le même spectacle. Ici le Cervin, là le massif du Mont Rose duquel dépasse la Pointe Dufour, plus haut sommet de Suisse (4634 m). Depuis la plateforme panoramique, sise à 3131 m, se détachent pas moins de 29 sommets de plus de 4000 m et le troisième plus long glacier des Alpes, le Gorner. Mark Twain, qui avait fait l’ascension du Gornergrat en 1878, avait apprécié: «Du haut du siège perché, j’avais une vue extraordinaire sur le Mont Rose et tout le reste du massif alpin. Une impressionnante foule de sommets enneigés se dressait à l’horizon. La beauté de la neige des Alpes éclairée par le soleil était indescriptible. Nulle part ailleurs qu’au sommet du Gornergrat on ne peut admirer une telle démonstration de grandeur et de beauté.» Dans ce décor féérique, le sens des proportions s’évanouit progressivement,

l’imagination saute d’un sommet à l’autre. Alors pourquoi ne pas s’installer au 3100 Kulmhotel Gornergrat, le plus haut hôtel de Suisse, pour que le rêve demeure un peu plus longtemps réalité? www.gornergrat.ch

Le train de Zermatt Le village de Täsch est le passage obligé pour se rendre à Zermatt. C’est là que l’on prend le train-navette rouge du Matterhorn Gotthard Bahn. Grimpant rapidement à flanc de montagne, celui-ci met 12 longues minutes pour rejoindre la station – longues, car il faut attendre l’arrivée pour, enfin, voir le Cervin se dévoiler dans toute sa puissance.


BE SMART - BOOK ONLINE. dans le boutique web de Zermatt Bergbahnen AG

 All-in Web one shop  for : faits de sk  évé i nem e nts  loc ation de sk  cou is rs de ski

matterhornparadise.ch/webshop Profitez de 360 kilometres des pistes dans un panorama féérique entre Zermatt et Breuil-Cervinia. Dans notre boutique web, réservez très facilement vos vacances à Zermatt en ligne afin de parvenir directement et sans attente sur les pistes. A titre de client en ligne, vous profitez aussi d’offres spéciales de durée limitée pour apprécier encore plus vos journées au Matterhorn ski paradise.


© Garett Grove, Patagonia Inc. 2015 | desieb.com

s’aérer. s’équiper montagne. à Lausanne, Zermatt et Vevey.

Yosemite Lausanne Bd de Grancy 12 1006 Lausanne 021 617 31 00

Yosemite Zermatt Bahnhofstrasse 20 3920 Zermatt 027 968 17 77

Yosemite Vevey Rue du Torrent 5 1800 Vevey 021 922 40 41


Kilian Jornet

ambassadeur de la montre des globe-trotters Le coureur de légende, connu pour ses ascensions express des plus beaux sommets de la planète, est par la force des choses un grand voyageur. Logique donc de le voir endosser le rôle de représentant de la Kailash de Suunto.

L

Texte_S e r g e G r e t e r

a vie de Kilian Jornet ressemble à une course contre la montre où se succèdent records et chronomètres plus incroyables les uns que les autres. Le Catalan est triple champion du monde à l’Ultra-trail du Mont-Blanc (168 km), l’une des courses les plus éprouvantes de la planète, quatre fois vainqueur de la Skyrunner world series, champion du monde de ski-alpinisme et recordman de vitesse de nombreuses ascensions, notamment au mont Blanc, au Cervin et au Denali (McKinley). Autant de records établis dans le cadre du projet «Summits of my life», qui le conduit à gravir les sommets les plus mythiques du monde le plus rapidement possible – avec en ligne de mire l’Everest. Le temps qui s’écoule a fait de lui une légende vivante des courses à pied en montagne. Rien de plus logique, donc, de le voir endosser le rôle d’ambassadeur d’une montre. Mais pas n’importe laquelle: la Kailash de Suunto, nommée ainsi par

Kilian Jornet en hommage à la plus sacrée des montagnes tibétaines. «Son ascension est interdite, et pourtant c’est le sommet qui dégage probablement le plus d’énergie, et fait naître le goût de l’aventure chez tous les alpinistes», explique le coureur espagnol, élu en 2014 aventurier de l’année par les lecteurs du National Geographic. Pour le fabricant de montres finlandais Suunto, le Kailash est le «symbole de l’instinct sacré qui nous pousse à dépasser notre potentiel humain. Un instinct incarné par des athlètes comme Kilian Jornet.» Plus de raisons de se perdre Par la force des choses et des défis qu’il se lance, l’«Ultra-terrestre», comme on le surnomme, est devenu un voyageur impénitent. Il s’identifie donc parfaitement à cette montre à la pointe de la technologie pensée et conçue pour les globe-trotters. «La Kailash est avant tout destinée aux personnes qui voyagent, car elle possède de nombreux fonctions outdoor qui s’avèrent très utiles.» Et le champion d’énumérer celles qu’il apprécie le plus: «Elle donne l’altitude et change automatiquement d’heure quand on atterrit sous d’autres latitudes. Quant à son GPS, il permet de savoir où l’on se situe, d’autant plus qu’il mémorise les endroits où l’on est déjà passé.» Une alliée de charme qui séduira autant les explorateurs que les hommes d’affaires qui sillonnent ce vaste monde.

La Suunto Kailash – La montre du voyageur Elle a l’âme et les fonctions voyageuses! La Suunto Kailash, du nom du mont sacré tibétain, propose en effet une vaste palette de données chères aux globe-trotters, comme un GPS ou un journal de bord, qui enregistre notamment le nombre de villes et pays visités ou la distance parcourue. La fonction Adventure Timeline®, elle, indique l’heure bien sûr, mais aussi diverses informations à sélectionner, comme l’altitude, l’heure du lever/coucher du soleil ou le nombre de pas parcourus. Les possesseurs d’iPhone peuvent en outre, via une application mobile, recevoir les notifications de messages et d’appels. De quoi se simplifier la vie à l’étranger. www.suunto.com


www.hamiltonwatch.com

PROUD PARTNER OF AIR ZERMATT

KHAKI TAKE OFF AIR ZERMATT AUTOMATIC SWISS MADE Limited Edition


AIR ZERMATT

La compagnie, très active dans le domaine du sauvetage, propose également des vols touristiques, devenus indispensables à son équilibre financier. Explications par son présidentdirecteur général Gerold Biner.

ROI DU PANORAMA

Q

Texte_C é s a r D e f f e y e s

Photos_A i r Z e r m at t

uel est le point commun entre le businessman Richard Branson, le chanteur Robbie Williams et le roi Juan Carlos? Tous trois ont eu la chance de découvrir le Cervin à bord d’un appareil d’Air Zermatt. En Valais, la compagnie tient de la légende, colportée au gré de ses quelque 1600 sauvetages annuels – pour lesquels elle s’est vue honorée par trois fois d’un prestigieux «Heroism award». Mais ces interventions coûtent cher et il faut désormais l’apport des vols touristiques pour les financer. Quelque 10 000 chanceux tutoient ainsi chaque année glaciers, séracs, crevasses et falaises abruptes dans des perspectives souvent inconnues des meilleurs alpinistes. En 2015, à l’occasion des 150 ans de la première ascension du Cervin, ils ont été jusqu’à 1300 à succomber à la tentation en une petite semaine! Un nouvel hélico ultraconfortable «Au fil des ans, ce type de vols est devenu indispensable pour compenser la faible rentabilité des missions de sauvetage», décode le PDG, Gerold Biner. Agé de 52 ans, l’homme en a consacré 33 à la compagnie, qu’il dirige désormais tout en continuant à piloter. Afin de renforcer encore ce créneau porteur, un EC H130 pouvant transporter six passagers est venu renforcer la flotte d’Air Zermatt en juin dernier. Cet hélicoptère ultraconfortable est doté notamment d’un système anti-vibrations et d’écouteurs isolants high-tech. Il est utilisé pour les vols estivaux autour du Cervin (avec 3 options d’itinéraires en boucle plus ou moins longs) et pour l’héliski – pratiqué au printemps sur trois déposes de la région. «Pour moi qui suis né au milieu de ces montagnes, les faire découvrir à nos visiteurs, parfois à seulement 100 m de distance des faces, est formidable, explique Gerold Biner. Certains y trouvent parfois le goût de la montagne, et on les recroise plus tard escortés d’un guide en chemin vers les sommets…» Diversité de missions Les vols touristiques constituent de «fabuleux entrainements» pour les jeunes pilotes, qui doivent accumuler des heures, mais aussi pour les anciens, qui cherchent à être toujours au top de leurs moyens en cas de nécessité. Comme ses collègues, Gerold Biner adore, dans une même journée, déposer des clients à l’aéroport de Genève, ravitailler une cabane, lâcher un groupe sur un départ d’héliski, voire enchainer sur un sauvetage. «Cette diversité fait de notre compagnie un paradis pour les pilotes», assène-t-il. Les clients ne se plaignent pas non plus… www.air-zermatt.ch

Une compagnie historique toujours à la pointe Trois bases (Zermatt, Rarogne et Gampel), neuf hélicoptères, 5000 heures de vol annuelles, 1600 missions de sauvetage et plus de 47 ans d’histoire… Il est des chiffres qui en disent long. Air Zermatt a été fondée en 1968 par Beat H. Perren, pharmacien de son état et conseiller communal, qui jugeait son village trop souvent coupé du monde par les avalanches pour se passer d’un tel service. L’homme acquit à ses frais le premier Agusta Bell 206 A! «Il reste très actif et a même récemment mis au point une benne anti-incendie adaptée à nos machines», rappelle, admiratif, le directeur de la compagnie Gerold Biner. Aujourd’hui, Air Zermatt partage son activité entre missions de sauvetage (20%), vols touristiques (30%), transports et ravitaillements (50%). Forte de 65 employés, dont dix pilotes à plein temps, elle exporte gracieusement depuis 2010 son savoir-faire au Népal, où pilotes et sauveteurs locaux sont formés par ses soins.


La célèbre cabane Hörnli s’amarre à 3260 m sur un replat rocheux, le long de l’arête du même nom.


Entièrement reconstruite, la nouvelle cabane du Hörnli prend la forme d’un cube futuriste accolé à l’historique hôtel Belvédère – dont l’intérieur a été totalement rénové.


Depuis le réfectoire, montagnes vertigineuses et glaciers s’offrent à la vue des alpinistes.

La nouvelle cabane du Hörnli a rouvert ses portes l’été passé après une année de travaux. Reportage, au pied de la voie normale du Cervin, dans l’un des refuges les plus prisés des Alpes.

E

Texte_L au r e n t G ra b e t

Photos_M i ch e l B o n v i n

tre attablé dans le réfectoire flambant neuf de la nouvelle cabane Hörnli ou sur sa terrasse ensoleillée, c’est être aux premières loges d’une pièce de théâtre fascinante. Une pièce jouée à guichets fermés, de début juillet à fin septembre, dans un décor en perpétuel mouvement. Au-dessus, le Cervin et son arête Nord-est (ou arête du Hörnli), tantôt brumeuse, ensoleillée ou ombragée, attirent les regards comme un aimant. Quelle sera la météo demain? Pour les hommes et les femmes qui, avant l’aube, partiront à l’assaut, la question est cruciale. Pour eux, la nouvelle cabane, posée à 3260 m sur un replat rocheux à même l’arête, fait en fait surtout office de coulisses. Mais quelles coulisses! Cette saison, pour sa réouverture coïncidant avec les 150 ans de la première ascension du Cervin, quelque 3000 personnes s’y sont pressées. Sobre mais confortable L’ancienne cabane a été rasée et remplacée par un cube sobre et futuriste accolé, dans une alliance très réussie, à l’historique hôtel Belvédère – luimême largement rénové. Le projet a nécessité une année de fermeture, l’ouverture d’un camp de base temporaire et a coûté la bagatelle de 8,5 millions de francs. Cette somme a été financée par la fondation «Matterhorn group», mise sur pied pour l’occasion par la bourgeoisie de Zermatt. Le résultat, à la fois sobre mais luxueux pour une cabane, est à la hauteur des espérances de Kurt Lauber, gardien des lieux depuis 1995: «N’importe où ailleurs, ce refuge aurait été un peu déplacé ou incongru, mais pas ici, où il se marie à merveille avec notre magnifique Cervin». «A Hörnli, la cabane doit se faire modeste car la star, c’est le Cervin», commente de son côté l’architecte zermattois Hans Zurniwen, qui a chapeauté le projet. Dans la spacieuse et lumineuse salle à manger tout en baies vitrées, meublée sobrement de bancs et tables en bois assez design, les neuf «gardiens assistants» servent aux clients de quoi prendre des forces pour

l’ascension à venir. Au-dessus, sur deux étages, 34 chambres proposent un total de 130 places (contre 170 auparavant), facturées 150 fr en demi-pension. Une fois n’est pas coutume, on s’y repose vraiment bien grâce à des matelas d’une largeur normale (voire même double!) et la possibilité de prendre une douche. En prime, deux espaces bibliothèque aux confortables fauteuils en cuir permettent de se relaxer mieux encore, le nez dans un beau livre consacré aux Alpes et à leur conquête. Des alpinistes conquis Sur les murs blancs, aucune décoration superflue: chacune des nombreuses fenêtres est une toile de maître ouverte sur les montagnes. Dehors, la terrasse, délimitée par d’anciennes et épaisses cordes fixes nouées en guise de rambardes, fait mieux encore avec sa vue à 180° sur le massif du Mont Rose. Les jours de grosse affluence, jusqu’à 400 promeneurs y grimpent le temps d’un déjeuner panoramique d’anthologie. Rien de plus simple : du haut des télécabines du Schwarzsee, il ne faut que deux magnifiques heures de marche (D+700m) pour rallier la Hörnlihütte. Ici et là, quelques morceaux de l’ancienne charpente ou du vieux parquet ont été recyclés en parois, mais seul un mur de pierre sèche témoigne encore de ce que furent vraiment les lieux. Tous ne le regrettent pas. A l’image de Walter, un guide de 36 ans habitué du Cervin: «Avant, on faisait la queue le matin pour aller aux toilettes. Le reste de la cabane était étroit et humide. Alors que désormais, on peut y préparer l’ascension du lendemain dans des conditions optimales!» Le livre d’or de 300 pages, déjà presque totalement rempli, témoigne du même enthousiasme. « Merci pour cette belle hospitalité suisse et pour ce confort précieux à la veille de partir à l’assaut de cette grande Dame », peut-on y lire, par exemple, sous la plume d’un alpiniste belge.


Pour des moments privilégiés. Vivez des moments uniques de pur plaisir avec les spécialités Fine Food du monde entier. Le carré d’agneau irlandais Fine Food, par exemple, provient d’un groupe de fermiers qui pratiquent l’élevage ovin selon la tradition irlandaise. Les animaux paissent par tous les temps et trouvent chaleur et protection au sein du troupeau. L’herbe juteuse et l’air marin iodé du nord-ouest de l’Irlande donnent à la viande son arôme unique. www.coop.ch/finefood


Kurt Laubert a escaladé le Cervin environ 400 fois! Mais c’est au pied de la montagne, en tant que gardien de cabane, que le Haut-Valaisan a passé le plus de temps.

KURT LAUBER

VEILLE SUR LE CERVIN DEPUIS 20 ANS

K

Le charismatique gardien de la cabane du Hörnli est aussi un guide amoureux du Cervin. Pour 30°, il revient sur cette passion minérale née le jour de son vingtième anniversaire.

Texte & Photo_L au r e n t G r a b e t

urt Lauber a escaladé le Cervin plus de 400 fois – deux fois moins que son oncle Richard Andenmatten, qui détient le record en la matière, mais tout de même! Le guide zermattois, est pourtant davantage connu pour veiller sur l’arête Nord-est du mythique sommet depuis deux décennies. C’est lui qui, lors des trois petits mois de la saison estivale, dirige la Hörnlihütte et ses neuf employés. «Je ne me voyais pas devenir gardien ailleurs qu’ici. La chance, qui m’a toujours souri, m’a accordé ce privilège en 1995 alors que je cherchais une alternative estivale à mon métier de guide», raconte le quinquagénaire, attablé à 3260 m d’altitude sur la terrasse de son refuge désormais flambant neuf. Au Cervin avec son fils de 8 ans Pour ce vétéran de l’escalade, qui a exploré Himalaya et Andes, le Matterhorn reste bien «le plus spécial». «Au sommet, on est seul au monde. Les autres montagnes se tiennent à distance respectable et, par temps clair, le panorama à 360° porte jusqu’à 200 km de distance. Le seul désavantage, en définitive, c’est qu’on n’y voit pas le Cervin!», plaisante le Zermattois. C’est en compagnie de son recordman d’oncle qu’il a escaladé le mythe pour la première fois, le jour de ses 20 ans. «C’est le plus beau cadeau d’anniversaire qu’il pouvait me faire. Ce fut une montée parfaite, en compagnie de cet homme qui en connaissait chaque caillou.» Initié à la montagne seulement l’année précédente au Mont Rose par un ami, Kurt Lauber est immédiatement tombé amoureux de ce sport, vite devenu mode de vie. «Cinq ans après, j’étais guide et dans l’intervalle, je n’avais pas fait grand-chose d’autre que de la montagne!», s’amuse-t-il. Mais l’ascension que le Zermattois affectionne le plus, c’est celle qu’il a faite en compagnie de son fiston Kevin, alors âgé de 8 ans – le plus jeune à avoir jamais vaincu le Cervin. «Depuis ses 3 ans, il regardait les alpinistes partir à l’assaut en pleine nuit et il pleurait pour les suivre. Alors, petit à petit, on

est montés, nous aussi. A chaque fois un peu plus haut jusqu’à, un jour, atteindre le sommet.» Un homme à livre ouvert Une autre ascension marquante? Kurt évoque un citadin venu en chaussures de ville et qui a, malgré tout, lui aussi, réussi son pari! «Heureusement, à cette époque, la voie n’était pas du tout enneigée», s’amuse-t-il a posteriori. Le gardien a tant d’anecdotes à raconter sur sa montagne fétiche qu’il en a tiré un livre, intitulé «Le veilleur du Cervin». L’ouvrage, qui s’est déjà vendu à 40 000 exemplaires, jusqu’au Japon, revient aussi sur quelques drames. En 150 ans d’escalade, le Matterhorn a coûté la vie à 450 à 600 personnes. Kurt Lauber, a officié 30 ans comme sauveteur dans la région, a régulièrement été témoin de chutes. «Récupérer les corps déchiquetés au pied de la face nord, au début, c’est horrible! Au final, on s’y fait et on réalise qu’en vivant au contact du risque, on profite mieux de son existence. Et aussi que la mort n’est pas mauvaise en soit – elle fait juste partie de la vie», philosophe le Haut-Valaisan. Trois mois très intenses Sur le pont trois mois durant, sept jours sur sept, de 4h du matin à 22h, Kurt Lauber et ses troupes ne chôment pas entre le ménage, la cuisine, les réservations et les ravitaillements par hélicoptère. A peine ont-ils le temps de s’offrir une douche hebdomadaire, manque d’eau oblige… «A la fin de la saison, on est finalement bien contents de redescendre!», assène-t-il, avant de rêver tout haut à de prochaines «longues vacances grimpe au sud, en bord de mer». La passion de la montagne ne l’a certes pas abandonné et l’homme continue d’officier comme guide. L’hiver, principalement, il escorte de fidèles clients lors de trips d’héliski ou de ski de randonnée au Canada, au Groenland, en Inde, mais plus encore dans la région de Zermatt – histoire de garder un œil sur son cher Matterhorn.


Il n’aura fallu que 7h45 au jeune guide zermattois Andreas Steindl pour escalader l’Alphubel, le Täschhorn, le Dom, le Lenzspitze et le Nadelhorn. Soit 30,7 km pour 4015 m de dénivelé positif!

Prodige de l’alpinisme et de l’ultra-endurance, le jeune guide zermattois, âgé de 26 ans, fait beaucoup parler de lui. Certains l’imaginent déjà en vainqueur de la Patrouille des glaciers. Le grand Ueli Steck lui-même le voit en successeur potentiel. Rencontre au sommet.


Texte_L aur e n t G r a b e t

A

Photos_M i c h a e l P o r t m a n n /A d i da s Ou t d o o r

ndreas Steindl aime «bouger vite et seul en montagne». Le guide zermattois, tout en muscles secs et à l’allure juvénile, a enchainé cet été en compagnie d’Ueli Steck les dix-huit 4000 m du massif du Mont Rose en seulement 14 heures… Un exploit? «Une transe», plutôt, ou une «méditation», affirme l’intéressé. «Là-haut, tu oublies tout le reste. Il n’y a que toi et la montagne. Tu vis le présent à fond.» Loin de se reposer sur ses lauriers, dès le mois d’août, le jeune homme a rempilé, gravissant cette fois en 7h45 l’Alphubel (4206 m), le Täschhorn (4491 m), le Dom (4545 m), le Lenzspitze (4294 m) et le Nadelhorn (4327 m). Soit 30,7 km parcourus pour 4015 m de dénivelé positif et 3900 m de descente! Explosant son propre record sur le parcours de 77 min, Andreas est ensuite passé en boucle sur CNN. «Plaisir et souffrance s’entremêlaient. Par moments, je me demandais pourquoi je faisais ça et j’ai dû serrer les dents pour finir mais, dans ma tête, je me sentais très fort». L’athlète, sponsorisé par Adidas, récupère en seulement 2 jours. Un miracle dû à un cœur surpuissant qui, au repos, affiche seulement 40 battements par minute. Ueli Steck l’adoube «Andreas est une force de la nature. Physiquement, il est plus fort que moi et, au Mont Rose, j’avais presque du mal à le suivre, précise Ueli Steck. En un sens, je le vois comme un successeur. Il peut s’améliorer techniquement dans les faces difficiles, il aime ce qu’il fait et le fait pour lui-même.» Toute la vie d’Andreas Steindl a toujours tourné autour de la montagne et du sport. Dès l’âge de 5 ans, son père, un guide de montagne autrichien expatrié à Zermatt, l’initie à l’escalade. Suivent le ski de compétition, mais surtout la cascade de glace, discipline dans laquelle le jeune garçon excelle en coupe du monde jusqu’à l’âge de 20 ans. Deux ans plus tard, en 2011, il décroche son diplôme de guide. Prodige, déjà. «Pour moi qui passais tout mon temps libre en montagne, ce métier était une évidence, surtout en habitant ce paradis de l’alpinisme qu’est Zermatt. Etre dehors sous le soleil comme dans la tempête, c’est beau et cela pousse à se dépasser.» Ces dernières années, le jeune homme a passé 300 jours par an en montagne et engrangé chaque hiver 150 000 m de dénivelé à peau de phoque! Son rêve? Remporter un jour la Patrouille des glaciers. Une «course déclic» pour lui. C’est en effet lors de l’édition 2010, en ravitaillant son ami Martin Anthamatten, Zermattois comme lui et futur vainqueur de l’édition, qu’Andreas Steindl a attrapé le virus de l’ultra-endurance. «Le voir passer si vite dans une telle ambiance et un tel cadre m’a donné envie de m’y mettre sérieusement.» Aujourd’hui, le jeune guide est membre de l’équipe suisse. Ses records de vitesse, comme celui établi en août 2011 au Cervin (2h57), ne plaisent pas à tout le monde. «Environ 5% des personnes que je croise me le font savoir. Pour eux, la montagne, ce n’est pas ça. Certains ignorent peut-être que je suis guide et que les risques pris dans ces occasions sont calculés.» Le Haut-Valaisan n’est pas de ceux qui transigent avec l’éthique alpine. «Dans la mesure du possible, je pars de la vallée à pied et transporte moi-même tout mon matériel technique». A-t-il peur parfois? «Je n’y pense pas trop, car cela me paralyserait plus qu’autre chose. Et puis, même si j’ai enterré plusieurs copains décédés en course, ma passion est la plus forte. La montagne me donne tellement!»


GRAND SKI AU PIED DU CERVIN

U

Texte_L au r e n t G r a b e t

n domaine skiable de 360 km, à cheval sur deux pays, impossible à balayer dans son intégralité en une seule journée. Des descentes totalisant jusqu’à 2000 m de dénivelé. Un enneigement permettant de skier 365 jours par an, dont 300 sous le soleil (avec encore plus de 20 km de pistes accessibles en été)… Si Zermatt est le plus haut domaine des Alpes, il est aussi, pour beaucoup, le plus beau. C’est en tout cas ce qu’a pensé la majorité des quelque 48 000 skieurs longuement sondés dans le cadre de l’étude internationale «Best Ski Resort» 2014. Ils ont placé la station haut-valaisanne sur la plus haute marche de ce classement renommé, devant 54 des stations alpines les plus prestigieuses. Au seul nom de Zermatt, l’esprit invite immanquablement le Cervin à la table… Pyramide minérale et magnétique, la plus célèbre montagne de Suisse, visible depuis nombre de pistes, attire sans coup férir le regard des skieurs. Elle semble veiller sur eux du haut de ses 4478 m. À ses côtés, une cohorte de 37 majestueux sommets de plus de 4000 m dessinent la toile de fond de ce paradis de la glisse (les Alpes en comptent au total 82, ndlr). Ils font de Zermatt la capitale mondiale de l’alpinisme avec Chamonix. Mais, question ski, la Haut-Valaisanne surpasse allégrement sa grande sœur française. Lovée dans sa vallée du Mattertal, la station, malgré ses 14 000 lits, a aussi, plus que bien d’autres, su conserver un aspect et un charme villageois. L’absence de voitures dans les rues y a grandement contribué. Plusieurs facteurs expliquent la pole position de Zermatt en matière de ski. Les 54 remontées mécaniques du «Matterhorn ski paradise» sont toutes ultra modernes et efficientes: on y fait rarement la queue. Pas moins de quatre d’entre elles montent vers les sommets directement depuis le village. Une fois là haut, rien n’empêche d’improviser une virée dans les stations italiennes du Breuil et de Valtournenche, via Testa Grigia ou en empruntant le Theodulpass. Un sacré bonus. L’occasion de découvrir que, oh surprise, le point culminant du domaine ne se trouve pas comme on le croit souvent au sommet du célébrissime téléphérique du Petit Cervin (3883 m), mais à l’arrivée du modeste téléski Gobba di Rollin (3899 m). www.zermatt.ch | www.matterhornparadise.ch


Des skis

POUR PASSER UN HIVER tout en glisse L’offre s’est tellement diversifiée ces dernières années que choisir de nouvelles lattes est bien souvent un casse-tête. 30°, aidé d’un spécialiste, a présélectionné douze paires de très bonne qualité.

A

C

E

Texte_C é s a r D e f f e y e s

L

En collaboration avec Nicolas Costanzo

es températures flirtent avec le zéro degré et la neige a fait sa réapparition. Les grosses journées dans la poudreuse se profilent. Et ce pour le plus grand plaisir des amateurs de glisse, dans la tête desquels c’est l’hiver depuis de longs mois déjà. Mais ne serait-ce pas le moment de troquer son ancienne paire de skis contre une nouvelle? Dès lors, laquelle choisir pour que le plaisir soit maximal et la sécurité optimale? La réponse dépend des envies et du niveau de chacun. Celui qui aime avaler du dénivelé en faisant monter le cardio ne choisira certainement pas les mêmes skis que celui qui préfère déflorer des neiges vierges en freeride lors d’une séance de hors-piste, ni même que celui qui privilégie la peau de phoque sur des montées isolées et calmes, loin du tumulte des remontées mécaniques encombrées. Et puis il y a aussi tous ceux, de plus en plus nombreux, qui, selon les circonstances, aiment varier ces différents plaisirs. Alors, paire polyvalente ou spécifiques? La question se pose. Ebauches de réponses grâce au vendeur spécialiste ski Nicolas Costanzo, afin de faire des choix judicieux. A – Scott Superguide 88 128/95/116 – 1330 g en 178 cm – R: 21-28-15 m Le Superguide 88 remplace le Cruz’air. La charpente elliptique à champs inclinés, propre à Scott, lui assure des performances en descente dignes d’un ski alpin. En dépit de cette bonne skiabilité, son poids ne dépasse pas les 1300 grammes en 178 cm. A essayer absolument!

B

D

www.scott-sports.com

D – Movement Black Apple 118/80/107 – 1300 g en 177 cm – R: 20.5 m Le mythique «Red Apple» n’était pas facile à remplacer. Pourtant, en testant le «Black Apple», on réalise très vite à quel point les technologies modernes permettent à un ski de 1300 grammes d’être réactif et dynamique. Il s’agit là d’un modèle très polyvalent, muni d’un rocker qui lui assure un excellent comportement dans tous les types de neige. www.movementskis.com

B – Black Diamond Carbon Convert 133/105/117 – 1450 g en 180 cm – R: 23 m Avec ses 1450 grammes, il a le poids d’un ski de randonnée classique. Bien large, le secteur de prédilection de ce ski est la poudreuse, son talon assez souple et son gros rocker procurant des sensations uniques sans pour autant être trop exigeant avec le rider. Sa construction en carbone lui offre une rigidité en torsion qui le rend stable et précis. Les férus de vitesse auront intérêt à prendre un modèle assez long. C’est le bon compromis si l’on veut un ski léger et maniable.

E – Scott Cascade 95 129/94/117 – 1350 g en 175 cm – R: 11/-/10 m Il est parfait pour les jeunes qui cherchent un ski de rando avec lequel s’amuser et sauter, et même pour les moins jeunes en quête d’un ski facile au déclenchement et un peu moins exigeant techniquement. Sa construction twin-tip à double rocker fait de lui un véritable jouet d’une stabilité épatante pour ses 1350 grammes. Sa largeur de 95 mm au patin augure d’une pratique agréable en hors-piste, sans pour autant être une contrainte dans les portions de dévers en montée.

www.blackdiamondequipment.com

www.scott-sports.com

C – Völkl VTA 88 127/88/106 – 1230 g en 170 cm – R: 18.9 m Völkl lance ce nouveau ski cet hiver. Ses 88 mm au patin (largeur très recherchée dans le milieu de la rando pour son compromis portance/déclenchement) assurent une stabilité très intéressante, en dépit de ses 1200 grammes et de son rocker, qui donne son agilité au ski et facilite le déclenchement. Le randonneur attentif au moindre gramme aura la possibilité de choisir la version light d’environ 1000 grammes.

F – K2 Pinnacle 105 137/105/121 – 1725 g en 170 cm – R: 19 m Ce nouveau ski tout-terrain apprécie tous types de neige, dans toutes les conditions. Bien qu’un peu moins léger que certains de ses concurrents lors des portions de montée, il incarne la précision, la réactivité et la stabilité en descente. Malgré son côté «fat», il est très maniable et possède un rayon de seulement 19 m. Un ski à recommander aux personnes qui ciblent la pratique occasionnelle ou intense de la freerando.

www.volkl.com

www.k2skis.com


G – Dynastar Cham 2.0 97 133/97/113 – 1710 g en 178 cm – R: 15 m Développé au pays du Mont-Blanc, ce ski, imposant par sa largeur en spatule et au talon, est certes très efficace dans la poudreuse, mais c’est surtout dans une neige moyenne ou dans des conditions difficiles qu’il surprend. Malgré sa largeur, il a un rayon de seulement 15 m en 178 cm, ce qui lui offre une distance de déclenchement très courte, et donc importante quand il est utilisé dans les couloirs. Agréable en montée, ce ski apporte une précision, une accroche et un plaisir de glisse très difficilement égalable. www.dynastar.com

H – Blackcrows Orb Freebird 123/90/114 – 1540 g en 179 cm – R: 18 m Version allégée du modèle Orb, ce ski de 90 mm au patin est un compagnon fidèle lors d’une journée dans la poudreuse comme durant une course alpine engagée. Assez exigeant au niveau technique, son cambre classique le rend très accrocheur et dynamique, donc parfait pour la descente de pentes raides, par exemple. Un excellent ski de rando, très performant, qui possède désormais un design connu comme le loup blanc. www.black-crows.com

I – Dynastar Cham Alti 85 120/85/110 – 1300 g en 170 cm – R: 20 m C’est le ski de rando des puristes, taillé sur mesure pour la haute montagne. Léger à la montée, il possède des capacités d’accroche et une grande réactivité en descente. Un léger rocker permet à ce ski assez fin de déjauger et lui offre une portance très intéressante. Un ski idéal pour le randonneur assidu comme pour la personne désireuse d’avoir un ski maniable et pas trop exigeant physiquement. Son talon à angle droit accroche bien lors des grandes traversées, que ce soit en montée ou en descente. www.dynastar.com

J – K2 Wayback 88 126/88/113 – 1350 g en 174 cm – R: 17 m Bien allégé par rapport à sa première version, ce ski tout-terrain est très stable et maniable. Malgré quelques grammes de plus que la concurrence et un rocker efficace, sa skiabilité et ses chants garantissent une bonne précision sur neige dure et lors des prises de carres. C’est un ski idéal si l’on désire une paire unique. Son grand frère, avec ses 96 mm au patin, comblera les freerandonneurs.

NO S H O R TC U T S C’est le moment ou vous réalisez que tout ce que vous avez fait en valait la peine – le lever aux aurores, le froid glacial, l’effort mis dans chacun de vos pas, dans chaque souffle – maintenant il n’y a plus que vous, la montagne, et la pente.

www.k2skis.com F

H

G

J

I

SCOTT-SPORTS.COM © SCOTT SPORTS SA 2015 | Photo: Christophe Margot


TROUVER CHAUSSURE À SON PIED… ET À SON SKI

A

B

La qualité de pilotage des skis dépend notamment de la rigidité et des dimensions des chaussures. Savoir faire son choix sur ce vaste marché est donc primordial. Voici de quoi vous y aider.

Texte_C é s a r D e f f e y e s

P

En collaboration avec Nicolas Costanzo

C

D

E

F

our profiter du mieux possible des plaisirs de la glisse, une bonne paire de skis est évidemment indispensable (lire les pages précédentes). Mais ce que certains skieurs ignorent encore, c’est que le choix de chaussures adéquates est tout aussi important. En effet, associer d’excellentes lattes à des chaussures médiocres ou non adaptées revient en quelque sorte à s’attaquer à un marathon bien entraîné, mais chaussé de tongs ou de Berluti: c’est inefficace, inadapté, inconfortable, voire dangereux. Pas de panique! En compagnie de Nicolas Costanzo, vendeur spécialiste ski à Lausanne, nous avons sélectionné huit paires de chaussures adaptées à différents types de ski. «Attention toutefois, car si certaines chaussures ont été conçues pour des skis précis, l’accord parfait n’est pas évident, car cela dépend aussi beaucoup de la morphologie de l’utilisateur», met en garde le connaisseur. Se faire conseiller par un professionnel est donc un passage obligé si l’on ne veut pas passer à côté de cette fameuse chaussure qui va à son pied. A – F1 Evo Manual de chez Scarpa A la montée, elle offre un débattement total de 62 degrés: 25 degrés vers l’avant et 37 degrés vers l’arrière. Les technologies Carbon Core et X-Cage Evo utilisées pour la coque garantissent une rigidité et un chaussant exceptionnels pour un poids minimal et une transmission précise des appuis sur les carres du ski. Le système de fermeture de la chaussure associe une large bande velcro et un mécanisme de verrouillage rotatif central Boa qui est facile à utiliser et évite tout point de pression. Le modèle F1 présente une boucle de blocage toute nouvelle et très facile à manier. Fonctionnel, pratique et léger, le F1 est une chaussure fiable en toutes circonstances et compatible avec toutes les fixations de ski de randonnée. www.scarpa.com

G

H

B – Spectre de chez La Sportiva Robuste, polyvalente et légère, cette chaussure a signé une entrée fracassante dans le monde de la randonnée et a conquis d’emblée un grand nombre de skieurs recherchant une chaussure quatre boucles pesant moins de 1500 grammes. Son chausson confortable et sa robustesse sont les atouts de ce modèle autant destiné à la pratique du ski-alpinisme qu’au freeride. www.sportiva.com


C – Backland Carbon de chez Atomic Très attendue, la Backland débarque cet hiver et va sans doute vous surprendre grâce à son système deux boucles qui offre un ratio poids-skiabilité très intéressant, puisqu’elle n’affiche que 1200 grammes sur la balance. Ce modèle devrait se tailler une place de choix dans le secteur très important des chaussures deux boucles. Entre autres car il propose une très bonne tenue malgré sa légèreté. Autre particularité: l’intéressante possibilité de changer sa rigidité via sa languette. Cette chaussure satisfera les randonneurs friands de ce type de compromis. www.atomic.com

www.scarpa.com

E – Superguide Carbon de chez Scott C’est l’ultime innovation de chez Scott. Elle a notamment été élaborée sur la base de l’expérience engrangée avec la Cosmos. Vêtue d’une coque en Powerlite Carbon, cette chaussure assure une mobilité idéale et précise des pieds dans les phases de montée, tout en garantissant une très bonne tenue en descente. Son chausson en Gore-Tex garantit en plus de garder les pieds bien au sec!

**

oggle g l l i h n w o Up and D

nte s, Julbo inve ente. r bien ventilé la montée qu’à la desc rer te on m t en ul gé à ve e ux i is ie qu l’a m à ux ur i Pour tous ce premier masque auss lement vers l’avant po nouvelle le La ci , . fa ce ns e rt io pa ascens l’Aeros i se dépo ée dans les un écran qu Son secret, iter l’apparition de la bu e ! nc év la chaleur et rando à découvrir d’urge ee référence fr

www.scott-sports.com

F – MTN Lab de chez Salomon Cela faisait plusieurs années que Salomon travaillait sur un projet de skis de randonnée. Il a aujourd’hui abouti, puisque, pour la première fois cet hiver, la marque haut-savoyarde propose une gamme spécialisée se divisant en deux catégories: celle Explore pour les randonneurs classiques et celle Lab pour les freerandonneurs. Le second modèle est adapté aux personnes en quête de bonnes sensations en descente. Son flex (rigidité) est annoncé à 120. Ces chaussures sont très faciles à enfiler et leur poids reste inférieur à 1600 grammes. www.salomon.com

G – Dy.N.A EVO de chez Dynafit Dynafit révolutionne le domaine de la chaussure de ski de randonnée depuis 2009 et la sortie de son modèle Dyna. La dernière version de cette chaussure de référence ne pèse que quelque 687 grammes, mais réunit la quintessence de la technologie actuelle. Et notamment un chausson innovant qui garantit une transmission de force optimale et des propriétés thermiques élevées malgré un poids plume. Ce modèle est adapté aux skieur-alpinistes faisant de la compétition. www.dynafit.com

H – Cosmos de chez Scott Munie d’un flex très progressif, cette chaussure a tout pour plaire aux pratiquants de freerando ou aux randonneurs qui se montrent exigeants en descente. Ses quatre boucles offrent une excellente tenue, en dépit d’un bon débattement en montée et d’un poids léger d’environ 1500 grammes. www.scott-sports.com

COL DE THORENS, FRANCE

www.julbo.com

– Photos : © Marc Daviet – *Le monde a besoin de votre regard. **Aussi à l'aise en montée qu'en descente.

D – Maestrale RS de chez Scarpa La référence absolue pour un skieur qui cherche un accord entre un bon débattement en montée et une tenue digne d’une chaussure alpine en descente. Malgré ses 1600 grammes – un poids plus élevé que certains modèles de la concurrence – son confort, sa facilité à chausser, sa boucle englobant le cou-de-pied et ses inserts Quick Step In en font un classique indéboulonnable du marché.


PCL imprimerie innovante

une technologie au sommet pour vos publications imprimées et numériques

PCL Presses Centrales SA Av. de Longemalle 9 | 1020 Renens | Tél. 021 317 51 51 | www.pcl.ch


Le pain de seigle produit sain(t) du Valais

Cet aliment, qui bénéficie d’une Appellation d’origine protégée (AOP), se consomme en Valais depuis très longtemps. Aujourd’hui, son petit goût acidulé continue à se rendre indispensable au moment de déguster une assiette valaisanne. Texte_F r é d é r i c R e i n

L

farine de seigle, un maximum de 10% de farine de froment, du levain, du sel et de l’eau. A quoi s’ajoute évidemment la touche personnelle de chaque boulanger. Et comme le pain de seigle représente environ 11% de la consommation de pain en Valais (contre 1,2% à l’échelle nationale), ils ont du pain sur la planche! «Personnellement, j’apprécie ce pain avec du beurre ou du fromage à raclette, accompagné d’un verre de Petite Arvine», précise Philipp Fuchs. Et en plus, il est pétri de fibres, de vitamines et de minéraux. Corolaire: il contribue à faire baisse le taux de cholestérol ou encore facilite la digestion. Bref, en Valais, le pain de seigle est incontestablement un produit sain(t)!

Photos_Va l a i s / Wa l l i s P r o m ot i o n / Pa s ca l G e r t s c h e n

es craquelures qui parcourent sa croûte arrondie font penser à une terre soumise aux affres du climat. La métaphore n’est pas anodine. Le seigle utilisé dans la composition du fameux pain valaisan éponyme est l’une des rares céréales à pouvoir résister aux conditions rencontrées en haute altitude – à l’époque, on en trouvait jusqu’à 2200 m, dans la région de Findelen, non loin de Zermatt. Cette miche brune alimente les images du passé. Elle a pendant très longtemps été l’indispensable pain quotidien des paysans de montagne, contraints par les aléas de la météo à une vie de nomades. Aujourd’hui, la production de cette céréale à paille a baissé. Elle a toutefois pu être préservée grâce à l’Appellation d’origine protégée (AOP) décrochée en 2004 par le pain de seigle valaisan. Cette distinction, qui a par la même occasion contribué à la sauvegarde du paysage de montagne et au maintien en activité d’anciens moulins et de fours banaux, impose que chaque étape de sa chaîne de production se fasse en Valais… La céréale doit y être récoltée, moulue, et le pain façonné. «Ce produit dépend de nombreux facteurs, comme la température, l’humidité, ou encore la qualité de la farine», explique Philipp Fuchs, patron des boulangeries Pius Fuchs, à Zermatt, qui le travaille depuis 50 ans. Mais il fait partie de la culture valaisanne et contribue à l’identité de ses habitants.» 11% de la consommation valaisanne Ce compagnon indispensable de l’assiette valaisanne possède un goût légèrement acidulé bien à lui. Celui-ci résulte de l’utilisation du levain, qui permet une longue durée de conservation. Sa composition exacte? Au moins 90% de

Soupe à la bière et au pain de seigle Ingrédients pour 4 personnes: 350 g de pain de seigle valaisan; 0,5 l de bière; 0,6 l de bouillon de bœuf; 50 g de raclette du Valais; sel et poivre. Préparation: Faire tremper le pain de seigle dans la bière durant 30 minutes, puis l’«essorer». Ajouter la bière récupérée après cette opération et le pain de seigle dans le bouillon de bœuf en ébullition. Laisser mijoter 5 minutes à feu doux, saler et poivrer. Servir avec des petits cubes de raclette et un verre de Fendant!


Pascal Gertschen

NEWS

DINING WITH THE STARS Ces étoiles-là ne sont pas filantes et tapissent soir après soir les cieux si purs de Zermatt… La tour de l’Observatoire du Gornergrat, coiffant l’hôtel du même nom, perché à 3 100 m d’altitude, offre l’occasion d’une plongée abyssale dans l’espace en compagnie d’un astronome. Pour allier plaisirs du savoir et de la chère, la soirée se poursuit avec la dégustation d’une fondue chinoise (à volonté) au restaurant du Gornergrat. www.gornergrat-kulm.ch www.gornergratbahn.ch

DR

25 e Horu Trophy Zermatt Savez-vous frapper-rouler, balayer et commander? Du 14 au 17 janvier 2016, Zermatt célèbrera le 25e anniversaire de l’un des plus grands tournois de curling à ciel ouvert de Suisse: 76 équipes, dont certaines venues de l’étranger, s’y affronteront sur 19 pistes différentes, avec vue garantie sur le Cervin! Le vainqueur sera désigné au meilleur de cinq manches. Mais au-delà de l’aspect sportif, c’est la camaraderie et la convivialité propres au curling qui s’imposent. www.cczermatt.ch


Fuchs: bientôt un demi-siècle de tradition boulangère Depuis 1965, cette petite entreprise familiale propose ses produits «maison» entièrement réalisés à la main. Du pain, oui, mais également des spécialités typiques, connues de tous: le pain aux poires zermattois, le pain du guide ou la tarte aux noix de Zermatt. L’escale vaut aussi pour son excellent «Matterhörnli Nougat», qui fait un souvenir parfait de la région… quoique éphémère!

Son pur au Zermatt Unplugged Son nom résonne désormais dans le monde entier. Du 5 au 9 avril 2016, Zermatt renouera avec la musique d’altitude du festival Zermatt Unplugged, servie par une noria de grands noms de la scène nationale et internationale venus revisiter leur répertoire dans l’optique acoustique. Au programme: 5 jours de musique nonstop, à siroter sur une douzaine de scènes indoors ou outdoors – dont 6 gratuites réservées aux nouveaux talents et une carrément perchée à 3 030 m à la Gandegghütte. Une sacrée attitude.

www.fuchs-zermatt.ch

Rob Lewis

Nouvelle piste «Howette» en direction de la vallée A compter de cet hiver, une nouvelle piste rejoindra la vallée depuis «unteren National». La Howette, c’est elle, passera sur les hauteurs de Riedweg, résolvant le conflit d’utilisation entre sports d’hiver et desserte des quartiers d’habitation. Les skieurs et snowboardeurs utiliseront ainsi la nouvelle piste pour descendre dans la vallée, tandis que les résidents prendront, eux, un tunnel piéton depuis Gryffelblatte.

Backstage Hotel

Christian Pfammatter

Michael Portmann

www.zermatt-unplugged.ch

Balade en raquettes Dès les premières grosses chutes de neige, le parcours de randonnée en raquettes reliant Täsch à Randa retrouvera ses marques. D’une durée d’environ deux heures, ce sentier de faible difficulté technique est idéal pour les familles. Il mène à travers les prairies enneigées et la forêt, avec quelques légères montées et descentes. Pour le retour, les randonneurs peuvent emprunter le Matterhorn Gotthard Bahn ou prendre le taxi.

Une soirée au Cinéma Le Vernissage Zermatt possède un cinéma, et pas n’importe lequel! Le Vernissage est une œuvre d’art à part entière, conçue par l’architecte et artiste zermattois Heinz Julen, connu notamment pour ses lustres mobiles. Dans la salle multifonction, les blockbusters du moment côtoient deux films régionalistes, «Whympers Weg auf ’s Matterhorn» et «Menschen am Matterhorn» – tournés dans les années 50 avec une caméra super 8 par August Julen, le père de Heinz. Guide de montagne et professeur de ski, celui-ci apprit les métiers du cinéma grâce à l’un de ses élèves: Walt Disney en personne! Diffusion chaque mardi et jeudi à 18h. Infos au 027 966 69 70. www.backstagehotel.ch/cinema.html

Michael Portmann

www.zermatt.ch/fr/randonnee-hivernale/Randonnees-en-raquettes


TA XI CHRISTOPHE

SCOTT – MASQUE LCG Doté du système de changement d’écran coulissant primé de Scott, le masque LCG établit une nouvelle référence en matière de performance et d’innovation. Disponible en 11 versions offrant un arc-en-ciel de couleurs, il est livré avec deux écrans de protection différents (et leur étui portable ultrafin) permettant d’adapter sa vision aux réalités du moment et de relever rapidement et efficacement tous les défis que pose la montagne. Le nouveau modèle LCG Compact offre, lui, un fit plus adapté aux petits visages. www.scott-sports.com

Votre partenaire pour le taxi, aéroport transferts, parking, transports et dépannage à Zermatt

MAMMUT ULTRALIGHT REMOVABLE AIRBAG: LA SÉCURITÉ DEVIENT UN JEU D’ENFANT Un sac à dos et son airbag pour moins de 2 kilos? Avec le nouveau Ultralight Removable Airbag, Mammut exauce le vœu de tous les fanas de randonnée à ski: légèreté et efficacité réunies. Une fois déclenché, l’airbag augmente le volume de son porteur pour lui éviter d’être complètement enseveli. Le système se retire du sac en quelques minutes et peut être installé sans problème dans d’autres modèles compatibles. Côté pratique, le sac affiche un compartiment principal à fermeture éclair aisément accessible, une fixation pour les skis en diagonale, un porte-bâtons/piolet et un rembourrage dorsal/coussin d’assise amovible.

www.darioseiler.ch

www.mammut.ch

Tél. +41 (0)27 967 3535 | info@3535.ch |www.3535.ch

Familie Leander Imesch | CH-3929 Täsch / Zermatt

KJUS - VESTE HUBLOT ÉDITION LIMITÉE La marque de sportswear Kjus et l’horloger Hublot font cause commune pour cette veste à édition limitée (200 exemplaires seulement!) hors du commun. Inspirée par l’univers de la Big Bang Unico Carbon, elle aligne son lot d’innovations techniques, dont la première fermetureéclair en carbone jamais créée et une fenêtre de montre dans la manche! L’isolation en PrimaLoft® garantit de rester bien au chaud même par temps humide. Un matériau de changement de phase intégré à la doublure capture la chaleur excessive si nécessaire, tandis qu’une membrane en carbone, permet de conserver jusqu’à 10% de chaleur en plus lorsque le froid menace. www.kjus.com


trends sport Par_C h ri stian B u g n o n

Mountain Hardwear Kelvinator® Hooded Jacket Grâce à son garnissage en duvet isolant Q.Shield®, qui repousse eau et humidité, la doudoune à capuche Kelvinator garantit volume et chaleur en toutes circonstances. Incroyablement confortable, même mouillée, elle est en plus ultra compressible: elle tient dans sa propre poche! www.newrocksport.ch

Scarpa – Primitive Souvenirs, souvenirs… La Scarpa Primitive s’inspire d’un modèle des années 1970 aujourd’hui encore porté par les bûcherons et les ouvriers des carrières. Elle revisite avec bonheur le design d’antan en l’adaptant à un usage quotidien, pour un look authentique qui séduira tous les esprits jeunes et modernes appréciant le bel ouvrage! www.newrocksport.ch

Ski Trab – Special Swiss Edition Distribués en exclusivité en Suisse par la société New Rock, les nouveaux skis de freetouring S1 et S2 de la marque lombarde Ski Trab se déclinent en couleurs et flex différents. Construits selon la technologie maison lightweight quatorze couches, pour un usage sur tous les types de neige, ils facilitent considérablement le déclenchement et la sortie des virages! Le S2, au flex plus prononcé, est un ski fun par excellence.

Julbo – AEROSPACE / UP AND DOWNHILL Goggles Julbo crée le 1er masque aussi à l’aise en montée qu’en descente! Né de l’observation des riders lors de leurs marches d’approche, il est doté du système SuperFlow, destiné à éviter l’apparition de buée lors des ascensions en déportant l’écran vers l’avant pour plus de ventilation – en restant parfaitement protégé des rayons du soleil. A cela s’ajoute le meilleur des technologies Julbo: écran sphérique et Minimalist Frame pour un champ de vision XXL.

www.newrocksport.ch

www.julbo.com


trends horlogers Par_g u y mi c h el

IWC – PORTUGIESER CALENDRIER ANNUEL Calendrier annuel et réserve de marche de 7 jours: sous ses abords aux mensurations masculines, la Portugieser Calendrier Annuel combine dans un seul boîtier élégance et prouesses techniques. Sur son cadran bleu, deux sous-compteurs au guillochage circulaire - petite seconde à 9h et indicateur de réserve de marche à 3h - équilibrent la finition soleillée. En son cœur, bat le calibre de manufacture IWC 52850. En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt. www.iwc.com VACHERON CONSTANTIN – HARMONY DUAL TIME C’est la montre des nomades. Dotée d’un double fuseau horaire, l’Harmony Dual Time se décline dans un boîtier en or blanc 18 carats au format délicat et à la lunette carrée sertie de 88 diamants totalisant 1,20 carat. Sur un cadran opalin argenté ponctué d’aiguilles feuilles en or ou bleuies, les chiffres peints en bleu offrent une lisibilité optimale. Les symboles de la lune et du soleil de l’indication jour/nuit sont réalisés en or. Prêts à partir? En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt.

HUBLOT - BIG BANG FERRARI CARBON KING GOLD L’esthétique hétérogène de sa lunette bimatière en carbone et métal interpelle. Quant au boîtier en alliage King Gold, il présente une finition spéciale aux effets métallisés: un microbillé brillant augmentant sa dureté. En série limitée à 500 exemplaires, la Big Bang Ferrari Carbon est dotée du mouvement manufacture Unico dont la platine, les ponts et la masse oscillante traités PVD noir sont visibles à travers le cadran et le fond saphir. En vente au Hublot Store – Zermatt. www.hublot.com

OMEGA - SEAMASTER AQUATERRA 150M JAMES BOND Pour la sortie sur les écrans de «Spectre», le 24e épisode de la saga James Bond, Omega dévoile un garde-temps inspiré de l’univers de l’agent secret. Les armoiries de la famille Bond s’affichent sur le cadran bleu de la montre ainsi qu’à la pointe de la trotteuse jaune, tandis que la masse oscillante prend la forme d’un canon de pistolet. En son cœur, bat le nouveau calibre Omega Master Co-Axial 8507. Attention, édition limitée à 15 007 pièces. En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt. www.omegawatches.com

www.vacheron-constantin.com

OFFICINE PANERAI – PANERAI RADIOMIR 1940 3 DAYS C’est une montre aux lignes épurées mais à la forte personnalité. D’une grande polyvalence, la Panerai Radiomir 1940 3 Days est équipée du nouveau calibre P.1000 qui, grâce à ses deux barillets en série, bénéficie d’une longue réserve de marche de 3 jours. Son boitier en or rouge 5NPT échappe à toute oxydation grâce à un alliage spécial, au pourcentage élevé de cuivre mêlé d’une touche de platine. Plus de risque au spa! En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt. www.panerai.com


ZENITH – EL PRIMERO CHRONOMASTER OPEN POWER RESERVE Alliance réussie de tradition horlogère et d’audace contemporaine, ce modèle iconique de Zenith laisse entrevoir les battements et la magie des rouages du calibre El Primero par une ouverture du cadran. Digne héritier du mouvement lancé en 1969, le modèle affiche aiguille de chronographe centrale, compteur 30 minutes à 3h et échelle tachymétrique, clin d’œil aux chronographes des premières courses automobiles. En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt. www.zenith-watches.com

TAG HEUER - AQUARACER 300 M CALIBRE 5 Un chronographe qui supporte 300 mètres de pression, on dit bravo. Performante, l’Aquaracer 300 M est aussi fiable, précise et stylée – bref, idéale pour aborder l’hiver d’une façon chic et sportive. Son boîtier en acier se marie avec un cadran sombre strié qui laisse apparaître des index luminescents aux effets d’ambiance subaquatique. Elle se porte pourtant tout aussi bien sur les skis et sur le bitume! En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt.

Tissot T-Touch Solar édition spéciale Zermatt Créée dans le cadre du 150e anniversaire de l’ascension du Cervin, la Tissot T-Touch Solar édition spéciale Zermatt rend hommage à la montagne des montagnes, dont l’emblématique profil orne le cadran tactile – enchâssé d’une rose des vents. Presque transparent, celui-ci permet d’apercevoir le panneau solaire sophistiqué qui l’alimente. L’effet «ciel de nuit» de l’affichage LCD lui permet même de disparaître dans le noir! En vente à la nouvelle boutique Tissot – Zermatt. www.tissot.ch

www.tagheuer.com

CARTIER – CLÉ DE CARTIER Serait-ce la clé du succès? Tout est ici question d’équilibre et de proportions: une forme originale entre coussin et tonneau, des lignes pures et un remontoir escamotable serti d’un saphir, inspiré des clés pour remonter les horloges anciennes. Cadran guilloché, aiguilles bleues, chiffres romains, tous les codes Cartier sont convoqués dans ce nouveau boîtier qui abrite le calibre 1847 MC (allusion à l’année de création de la marque). En vente à la bijouterie Schindler – Zermatt. www.cartier.com

ROLEX – LADY-DATEJUST 28 La nouvelle génération du modèle Oyster Perpetual Lady-Datejust se dote d’un boîtier redessiné élargi à 28 mm et d’un mouvement mécanique (le calibre 2236) équipé du spiral syloxi en silicium breveté par Rolex pour des performances chronométriques superlatives. Sa précision répond à des critères deux fois plus exigeants que ceux d’un chronomètre officiellement certifié! Bonus glamour: les chatons «étoile» des heures et le chiffre IX sertis de diamants. En vente aux bijouteries Bucherer et Chronometrie Stäuble – Zermatt. www.rolex.com


BASELWORLD.COM

Le rendez-vous mondial incontournable de l’horlogerie et de la bijouterie où les acteurs-clés de la branche dévoilent leurs dernières créations et innovations. Prenez part à cet événement majeur et laissez-vous immerger dans le monde de la passion, de la précision et de la perfection.

17 – 24 MARS 2016


Shops zermatt Un tout nouveau Hublot Store à Zermatt Le nom Hublot s’affiche désormais en lettres capitales sur la devanture en bois du n° 27 de la Bahnhofstrasse. La marque horlogère, plus que jamais à l’heure alpine, y a trouvé une adresse de choix où mettre en valeur l’artisanat de précision qui a fait sa renommée. Ce «boutique-chalet», à l’ambiance cosy, sera aussi le théâtre de divers évènements, notamment en lien avec le Zermatt Unplugged, festival dont Hublot est partenaire. www.hublot.com/fr/boutique/ suisse/zermatt

Les espaces «montagne chic» de Schindler Les marques horlogères gagnent en visibilité sur la Bahnhofstrasse: Schindler dédie deux shops spécifiques à quatre marques, dans une élégante ambiance montagne chic. D’un côté Patek Philippe partage son espace avec les bijoux Wellendorf, de l’autre Tag Heuer côtoie Zenith. «C’est une volonté des manufactures, appréciée des clients, qui y retrouvent l’univers de leur marque préférée», estime Elias Aufdenblatten, copropriétaire de ces boutiques. www.schindler-zermatt.ch

Tissot en force à Zermatt Partenaire en 2015 du 150e anniversaire de la première ascension du Cervin et de la rénovation de la mythique Hörnlihütte, Tissot renforce encore sa présence dans la station en y ouvrant sa 2e enseigne en montagne – 3 ans après celle du Jungfraujoch. On y découvre en primeur le nouveau design des Boutiques Tissot et les différentes collections, dont l’innovante T-Touch Solar, édition spéciale Zermatt – sans oublier une exposition horlogère. www.tissot.ch


NEWS Air Zermatt

Goldbergh, fonctionnel et élégant Pensée pour les femmes actives sensibles à la mode, la marque hollandaise Goldbergh met l’accent, cet hiver, sur les vêtements de ski fashion intégrant toute la technicité nécessaire pour dévaler les pistes et parer aux températures les plus rigoureuses. Fonctionnel et élégant, sportif et looké, que demander de plus? En exclusivité chez Bayard Sport – Zermatt

Lykke Stjernswärd

Prêt pour l’héliski? Les fous de ski et de snowboard n’ont que cela en tête: glisser sur des champs de poudreuse immaculée. Outre les runs accessibles par les infrastructures du domaine skiable et les longues randos d’approche, une voie royale se dessine: l’héliski. Voici l’occasion de se retrouver en un rien de temps au sommet de montagnes vierges de toute présence humaine! Zermatt offre d’excellentes possibilités pour l’héliski et l’héliboarding. Air Zermatt propose pas moins de dix courses en espaces libres, encadrées par les guides de l’Alpin Center. La plus prisée, celle du Mont-Rose, démarre à une altitude de 4200 m et descend à Furi sur un dénivelé de 2600 m. D’autres partent de l’Äschhorn, de l’Alphubeljoch, de Testa Grigia et Cervinia côté italien, du Lysjoch avec descente sur le glacier de Grenz et encore de la Tête de Valpelline. Prêt(e) pour le grand frisson? www.alpincenter-zermatt.ch

Goldbergh Luxury Sportswear

www.bayardsport.ch

Parenthèse nippone au pays du Cervin Le décor est à la fois sobre et raffiné, accueillant et décontracté. Entre baies vitrées ouvertes sur le panorama enneigé, vieux bois et affiches rétro XXL, le Fuji of Zermatt, le restaurant japonais de l’hôtel Albana Real, a opté pour le meilleur des deux mondes. On s’y attable entre amis autour de la grande plaque chauffante du teppanyaki ou en amoureux au sushi bar, pour y déguster une cuisine nippone intemporelle préparée sous vos yeux par des chefs magiciens! www.hotelalbanareal.com


trends design Par_C h ri stian B u g n o n

UGG Australia s’inspire du parc de Yosemite Pour sa collection automne/hiver, la marque de chaussures UGG Australia est allée puiser son inspiration dans les magnifiques paysages du parc national de Yosemite, aux Etats-Unis – que ce soit dans le choix des matériaux, des couleurs, des motifs, et même l’ergonomie, qui doit assurer un confort idéal lors d’une marche en pleine nature. Il en va notamment ainsi du modèle «Meadow» pour femmes, dont la version Chocolate se pare d’une fourrure touffue. Une raison de plus d’aller se balader en forêt… ou ailleurs! www.uggaustralia.com

BeoLab 90: l’avenir du son À l’occasion des 90 ans de l’entreprise, la BeoLab 90 rend hommage à la tradition d’innovation et au design intemporel de Bang & Olufsen. Petit bijou intégrant des technologies multiples, cette enceinte intelligente offre une expérience sonore incomparable en toutes circonstances. Style et acoustique haut de gamme se marient ainsi dans ce qui pourrait bien être l’enceinte numérique la plus complète et la plus puissante jamais conçue pour une utilisation domestique.

Léman Caviar: le charme de l’écriture Les artisans de la Maison Caran d’Ache, qui fêtait en 2015 son centenaire, puisent dans l’infini panel des tonalités du lac l’inspiration de leur élégante collection Léman. Couleur eaux mordorées de l’aube, le stylo Caviar se pare d’une laque brillante et translucide faisant écho à un motif guilloché évoquant les perles des œufs d’esturgeon. Un instrument d’écriture d’un rare raffinement… garanti à vie! www.carandache.com

www.bang-olufsen.com

Qlocktwo – L’heure en lettres Deux créateurs allemands, Marco Biegert et Andreas Funk, ont réinventé le temps: plus de chiffres, plus d’aiguilles, mais une horloge à lettres! Décliné en montres bracelets et horloges de table, le principe est disponible en 19 langues, français inclus – mais aussi chinois et arabe! Une monumentale Qclock de 5,50 m s’élève même désormais devant la gare de Schwäbisch Gmünd, où se trouve le siège de l’entreprise. www.qlocktwo.com Mountain Hardwear Downtown® Coat Pour l’après-ski comme en ville, cette parka à capuche garnie de duvet isolant Q.Shield®, ultra-léger et au fort pouvoir gonflant, vous gardera assurément bien au chaud: elle combine un intérieur doux en polaire avec une doublure en fourrure synthétique. Elle n’en néglige pas pour autant la coupe, stylée, à la taille joliment allégée. www.newrocksport.ch


BOUTIQUES GENEVE • GSTAAD • LUZERN ZURICH • ZERMATT

hublot.com

Big Bang Unico Full Magic Gold. Mouvement manufacture UNICO. Chronographe roue à colonnes, 72 heures de réserve de marche. Boîtier réalisé dans un alliage d’or 18K inrayable et inoxydable inventé et développé par Hublot: le Magic Gold. Bracelet interchangeable par un système d’attache unique. Série limitée à 250 pièces.


CLÉ DE CARTIER MOUVEMENT MANUFACTURE 1847 MC

NÉE EN 1847, LA MAISON CARTIER CRÉE DES MONTRES D’EXCEPTION QUI ALLIENT AUDACE DES FORMES ET SAVOIR-FAIRE HORLOGER. LA MONTRE CLÉ DE CARTIER DOIT SON NOM À LA FORME UNIQUE DE SON REMONTOIR. LIGNES PURES ET PROFIL AFFIRMÉ, TOUT EST QUESTION DE PRÉCISION ET D’ÉQUILIBRE. UNE NOUVELLE FORME EST NÉE.

Hors série 30° Luxe Zermatt 2015  

30 ° degrés, le magazine suisse de sports et loisirs, 14 ans de reportages, nouvelles, entrevues, en 2 langues F et D, également disponible...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you