Issuu on Google+

TRENTE DEGRÉS N°33 HIVER 2 0 1 0 -2011

DESIGN

La nature entre dans nos intérieurs par la grande porte

SOCIÉTÉ

Lilypad, l’« Ecopolis » flottante Les engins urbains de demain SPORT

Portrait d’Aurélien Ducroz Speed riding Raquette Aventure 2011 Diablerets 3D : une course, trois disciplines MUSIQUE/CINÉMA

La soul celtique de The Script Lindsay Lohan VOYAGE

T R E N T E D E G R È S N ° 3 3 H I V E R 2 0 1 0 -2011

Thaïlande, îles du sud Hawai’i is the best


Sebastian Garhammer in Heli Alpine Jacket & Pants - www.peakperformance.com


« Je redoute l’hiver parce que c’est la saison du confort ! », disait le poète Arthur Rimbaud. Preuve qu’il ne connaissait pas le freeride, le speed riding (ski en 3D), et n’avait jamais ressenti le frisson de l’escalade sur les cascades de glace, Terrordactyl en main, vie suspendue aux pointes des crampons. Autre temps, autres mœurs. Sans doute, malgré sa passion de l’aventure, n’a-t-il même jamais imaginé pouvoir grimper des 4000 m en Suisse… Nous le pouvons tous, à condition de bien choisir notre sommet. Et si le souffle se fait un peu court – ça arrive – ce n’est pas l’asphyxie qui guette, c’est l’ampleur du bonheur qui étreint les conquérants des cimes lorsque, enfin, plus rien ne défie leur regard, au-dessus, et que le panorama se déroule, imprenable, en dessous.

,

Les Québécois, eux, posent en proverbe une question autrement plus sérieuse : « Que sert à l’homme de gagner l’univers, s’il n’a pas de culotte pour passer l’hiver ? » Une bonne raison de s’intéresser à la meilleure manière d’accommoder cette belle saison. Un ski en Suisse, l’autre en Italie, sur les hauteurs de Zermatt, dans l’ombre du Cervin. En raquettes. Ou dans un igloo, devenu camp de base, pour mieux respirer l’enivrant air glacé. Certains jouent la parenthèse tropicale, à Hawaii, en Thaïlande, se laissant dériver sur des îles aux merveilles. D’autres, déjà, pensent à modeler le printemps, le futur, comme l’architecte Vincent Callebaut. Son rêve ? Le Lilypad. Un nénuphar de béton et de vert, une île-ville, une v-île, 100% écologique, qui verra peut-être le jour au gré des révolutions climatiques. Voilà qui augure bien de cette année nouvelle infusée de projets, de défis, de rêves grandioses, d’instants de bonheur aussi intenses qu’éphémères, dans laquelle nous comptons vous entraîner. Froid, moi ? Jamais !

Christian Bugnon / Directeur de la publication

TRENTE DEGRÉS | 03


SOMMAIRE N°33 HIVER 2010-2011 SPORT

Edito

003

Le speed riding, une petite aile très tendance Portfolio Keystone hiver Le GiantXtour suit sa courbe de croissance Aurélien Ducroz, skieur expérimenté et marin débutant Le Freeride World Tour 2011 voit grand, très grand L’escalade qui ne laisse pas de glace Diablerets 3D, une course et trois disciplines Zermatt, haut lieu du freeride « Raquette Aventure » nous ramène aux plaisirs simples de la vie La raquette à neige, sur les sentiers de la gloire Montagne : comme nous, laissez-vous tenter par un 4000 mètres !

014 018 047

LIFESTYLE News

Chronique femmes : dilemmes vestimentaires hivernaux Portrait cinéma : Lindsay Lohan, l’enfant terrible d’Hollywood Cinéma : séances tout public Musique : la soul celtique de The Script Bear Grylls, gentleman de l’extrême Voyage : les îles aux trésors du sud de la Thaïlande Voyage : Hawai’i no ka ‘oi (Hawai’i is the best)

SOCIETE

Lilypad, l’« Ecopolis » flottante Design, la nature entre dans nos intérieurs par la grande porte Mobilité : les engins urbains de demain Découverte : les igloos, ces nouveaux « dômes hôteliers » Des tablettes électroniques comme s’il en pleuvait Des mini-caméras pour filmer vos exploits Les nouveautés dans l’univers des jeux Panoplies Bonnes adresses de 30° degrés

050 052 054 058 062

Vos séjours encore moins chers!

072

Réservez maintenant sur www.ebookers.ch, l’agence de voyages Internet leader en Suisse. Le code promo est valable jusqu’au 31.1.2011 et utilisable pour des combinaisons vol + hôtel ou vol + hôtel + voiture. Durée de séjour minimum 3 nuits.

006

Nous vous souhaitons un excellent voyage!

066 070

036 038 040 042 045 077 080

024 030 034 074 085 087 088 095 098

– . 0 CHF 5 oyage sv

rabaei code promo: avec l s e r g e 30d

Procédeé et conditions: www.ebookers-travel.ch/code-rabais-DP


Quiksilver/Steve Sherman

AUTOMOBILE – UNE VOITURE À AIR COMPRIMÉ MADE IN SWITZERLAND C’est une voiture à… air comprimé! Elle se nomme AirPod et sortira de son usine jurassienne de Reconvilier en mars prochain. Le bébé de la société Catecar SA coûtera entre 12500 et 13 500 francs, et possèdera une autonomie de 150 km – 400 km si l’on opte pour un moteur bi-énergie, qui utilise moins de 2 litres de carburant aux 100 km. Elle roulera à 70 km/h, mais une version intercity, pouvant atteindre les 110 km/h, est déjà en développement. Quant au prix aux 100 km, il sera de… 2 francs ! Qui dit mieux ? www.catecar.ch

FREERIDE – GLEN PLAKE EN PISTE... ET QUELLE PISTE ! Quoi de plus logique que de retrouver la légende du freeski Glen Plake dans les Alpes occidentales, considérées comme la Mecque du freeride. Organisé par Salewa et en compagnie de quelques camarades, le punk californien a laissé s’exprimer ses skis dans un couloir du glacier de la Noire. Il s’agit là d’un des plus beaux runs de toute la région du Mont-Blanc, avec une pente affichant à certains endroits 50 degrés ! Décoiffant, même quand on s’appelle Glen Plake… www.salewa.com DR

KELLY SLATER - ENTRE DANS L’HISTOIRE En décrochant son 10ème titre de Champion du Monde ASP. Il est le premier surfer à obtenir 10 titres mondiaux ASP. C’est l’accomplissement d’une carrière éblouissante inscrite sur deux décennies durant les lesquelles il a dominé le surf professionnel en devenant à la fois le plus jeune Champion du Monde ASP, mais aussi le plus âgé. Il a remporté ses précédents titres de Champion du Monde ASP en 1992, 1994, 1995,1996, 1997, 1998, 2005, 2006 et 2008. Il compte à son palmarès 45 victoires en WCT et deux médailles d’or aux ESPN XGames. www.aspworldtour.com

AVENTURE – JETMAN RÉALISE SON PREMIER LOOPING Le 5 novembre dernier, Yves Rossy, alias Jetman, a réalisé son premier looping audessus de Bercher (VD), deux ans après sa traversée de la Manche. L’homme volant a pris son envol de la nacelle d’une montgolfière pilotée par l’aéronaute britannique Brian Jones. Pour réaliser son exploit, il a utilisé une nouvelle aile. Egalement munie de quatre réacteurs, elle était en revanche légèrement plus petite que les précédentes (2 mètres au lieu de 2,5 mètres). Plus stable, ce nouveau prototype lui a donc permis d’effectuer sa première figure de voltige aérienne. Et certainement pas la dernière… www.jetman.com

ENVIRONNEMENTAL – UN CIMETIÈRE « VERT » EN AUSTRALIE Même six pieds sous terre, nous continuons à polluer la planète ! Pour réduire leur empreinte écologique, les Sydneysiders peuvent donc opter depuis l’été dernier pour le cimetière de Kemps Creek. L’enterrement se veut naturel : la concession n’est valable que 10 ans, les défunts sont mis en terre habillés de vêtements biodégradables, la préparation du corps se fait sans produits désinfectants ou chimiques, le cercueil doit être en pin ou en osier non traité, alors que les pierres tombales et les plaques commémoratives sont exclues. On retrouve son proche grâce à un… système GPS !

DR

DR

ART CONTEMPORAIN – DES LEGOS POUR COLMATER LES DOMMAGES DE GUERRE Jan Vormann aime mettre sa pierre aux édifices abîmés qu’il croise au détour de ses balades urbaines. Mais sa pierre à lui est colorée et en plastique. L’artiste allemand utilise en effet des legos, jouets chers aux enfants, pour colmater les trous et les fissures laissés dans les murs par la guerre. Lors de ses interventions destinées à mettre des touches de couleurs et de légèreté sur des bâtiments chargés d’histoire, les passants sont mis à contribution. Il a ainsi «réparé » de nombreuses villes, comme Amsterdam, Saint-Pétersbourg, Tel Aviv, Berlin ou encore Zurich. www.janvormann.com

VOYAGE – DÉCOUVRIR LA POLYNÉSIE AUTREMENT Depuis quelques années, une nouvelle forme de tourisme se développe en Polynésie : les séjours en petite hôtellerie familiale. Plus de 250 établissements – classés en quatre catégories suivant le confort – offrent en effet la possibilité de vivre la Polynésie autrement… Au rythme de ses habitants. On peut aller à la pêche avec le fils de la famille, apprendre les recettes de la cuisine locale, découvrir les plages secrètes, ou tout simplement discuter avec son hôte. Cette petite hôtellerie familiale labellisée « IA ORA, Au cœur des traditions » permet une véritable immersion dans cette culture. Avis aux amateurs d’authenticité… www.tahiti-pensions.com

André Bonnet

DR

TECHNOLOGIES – L’EVEREST EST CONNECTÉ La technologie atteint des sommets ! Depuis octobre dernier, il y a même du réseau sur l’Everest (8848 m). Ncell Nepal, un groupe de télécommunication népalais, a annoncé que les alpinistes peuvent désormais passer des appels en vidéo et surfer sur Internet depuis le camp de base de l’Everest. Et ce sera aussi le cas depuis son sommet. Jusqu’ici, il fallait se contenter d’une couverture téléphonique incertaine et coûteuse par satellite, sans possibilité d’appels par vidéo. Mais où s’arrêtera le progrès ?

08 | TRENTE DEGRÉS

Salewa Chamonix

BIODIVERSITÉ – UNE NOUVELLE ESPÈCE TROUVÉE CHAQUE TROIS JOURS EN AMAZONIE Alors que la Terre a mal à sa biodiversité, de nouvelles espèces sont tout de même découvertes chaque année à travers le monde. L’Amazonie est l’un des endroits les plus riches, puisque, selon un rapport du WWF, 1 200 espèces animales ou végétales ont été trouvées entre 1999 et 2009, soit une tous les trois jours ! Parmi elles, on trouve 637 plantes, 257 poissons, 55 reptiles, 16 oiseaux, 39 mammifères et 216 amphibiens, dont cette petite grenouille aux couleurs délirantes. Ne reste plus qu’à préserver son habitat ! Plus de clichés d’animaux sur www.divshare.com/folder/781479-8a6

TRENTE DEGRÉS | 09


Quiksilver/Steve Sherman

AUTOMOBILE – UNE VOITURE À AIR COMPRIMÉ MADE IN SWITZERLAND C’est une voiture à… air comprimé! Elle se nomme AirPod et sortira de son usine jurassienne de Reconvilier en mars prochain. Le bébé de la société Catecar SA coûtera entre 12500 et 13 500 francs, et possèdera une autonomie de 150 km – 400 km si l’on opte pour un moteur bi-énergie, qui utilise moins de 2 litres de carburant aux 100 km. Elle roulera à 70 km/h, mais une version intercity, pouvant atteindre les 110 km/h, est déjà en développement. Quant au prix aux 100 km, il sera de… 2 francs ! Qui dit mieux ? www.catecar.ch

FREERIDE – GLEN PLAKE EN PISTE... ET QUELLE PISTE ! Quoi de plus logique que de retrouver la légende du freeski Glen Plake dans les Alpes occidentales, considérées comme la Mecque du freeride. Organisé par Salewa et en compagnie de quelques camarades, le punk californien a laissé s’exprimer ses skis dans un couloir du glacier de la Noire. Il s’agit là d’un des plus beaux runs de toute la région du Mont-Blanc, avec une pente affichant à certains endroits 50 degrés ! Décoiffant, même quand on s’appelle Glen Plake… www.salewa.com DR

KELLY SLATER - ENTRE DANS L’HISTOIRE En décrochant son 10ème titre de Champion du Monde ASP. Il est le premier surfer à obtenir 10 titres mondiaux ASP. C’est l’accomplissement d’une carrière éblouissante inscrite sur deux décennies durant les lesquelles il a dominé le surf professionnel en devenant à la fois le plus jeune Champion du Monde ASP, mais aussi le plus âgé. Il a remporté ses précédents titres de Champion du Monde ASP en 1992, 1994, 1995,1996, 1997, 1998, 2005, 2006 et 2008. Il compte à son palmarès 45 victoires en WCT et deux médailles d’or aux ESPN XGames. www.aspworldtour.com

AVENTURE – JETMAN RÉALISE SON PREMIER LOOPING Le 5 novembre dernier, Yves Rossy, alias Jetman, a réalisé son premier looping audessus de Bercher (VD), deux ans après sa traversée de la Manche. L’homme volant a pris son envol de la nacelle d’une montgolfière pilotée par l’aéronaute britannique Brian Jones. Pour réaliser son exploit, il a utilisé une nouvelle aile. Egalement munie de quatre réacteurs, elle était en revanche légèrement plus petite que les précédentes (2 mètres au lieu de 2,5 mètres). Plus stable, ce nouveau prototype lui a donc permis d’effectuer sa première figure de voltige aérienne. Et certainement pas la dernière… www.jetman.com

ENVIRONNEMENTAL – UN CIMETIÈRE « VERT » EN AUSTRALIE Même six pieds sous terre, nous continuons à polluer la planète ! Pour réduire leur empreinte écologique, les Sydneysiders peuvent donc opter depuis l’été dernier pour le cimetière de Kemps Creek. L’enterrement se veut naturel : la concession n’est valable que 10 ans, les défunts sont mis en terre habillés de vêtements biodégradables, la préparation du corps se fait sans produits désinfectants ou chimiques, le cercueil doit être en pin ou en osier non traité, alors que les pierres tombales et les plaques commémoratives sont exclues. On retrouve son proche grâce à un… système GPS !

DR

DR

ART CONTEMPORAIN – DES LEGOS POUR COLMATER LES DOMMAGES DE GUERRE Jan Vormann aime mettre sa pierre aux édifices abîmés qu’il croise au détour de ses balades urbaines. Mais sa pierre à lui est colorée et en plastique. L’artiste allemand utilise en effet des legos, jouets chers aux enfants, pour colmater les trous et les fissures laissés dans les murs par la guerre. Lors de ses interventions destinées à mettre des touches de couleurs et de légèreté sur des bâtiments chargés d’histoire, les passants sont mis à contribution. Il a ainsi «réparé » de nombreuses villes, comme Amsterdam, Saint-Pétersbourg, Tel Aviv, Berlin ou encore Zurich. www.janvormann.com

VOYAGE – DÉCOUVRIR LA POLYNÉSIE AUTREMENT Depuis quelques années, une nouvelle forme de tourisme se développe en Polynésie : les séjours en petite hôtellerie familiale. Plus de 250 établissements – classés en quatre catégories suivant le confort – offrent en effet la possibilité de vivre la Polynésie autrement… Au rythme de ses habitants. On peut aller à la pêche avec le fils de la famille, apprendre les recettes de la cuisine locale, découvrir les plages secrètes, ou tout simplement discuter avec son hôte. Cette petite hôtellerie familiale labellisée « IA ORA, Au cœur des traditions » permet une véritable immersion dans cette culture. Avis aux amateurs d’authenticité… www.tahiti-pensions.com

André Bonnet

DR

TECHNOLOGIES – L’EVEREST EST CONNECTÉ La technologie atteint des sommets ! Depuis octobre dernier, il y a même du réseau sur l’Everest (8848 m). Ncell Nepal, un groupe de télécommunication népalais, a annoncé que les alpinistes peuvent désormais passer des appels en vidéo et surfer sur Internet depuis le camp de base de l’Everest. Et ce sera aussi le cas depuis son sommet. Jusqu’ici, il fallait se contenter d’une couverture téléphonique incertaine et coûteuse par satellite, sans possibilité d’appels par vidéo. Mais où s’arrêtera le progrès ?

08 | TRENTE DEGRÉS

Salewa Chamonix

BIODIVERSITÉ – UNE NOUVELLE ESPÈCE TROUVÉE CHAQUE TROIS JOURS EN AMAZONIE Alors que la Terre a mal à sa biodiversité, de nouvelles espèces sont tout de même découvertes chaque année à travers le monde. L’Amazonie est l’un des endroits les plus riches, puisque, selon un rapport du WWF, 1 200 espèces animales ou végétales ont été trouvées entre 1999 et 2009, soit une tous les trois jours ! Parmi elles, on trouve 637 plantes, 257 poissons, 55 reptiles, 16 oiseaux, 39 mammifères et 216 amphibiens, dont cette petite grenouille aux couleurs délirantes. Ne reste plus qu’à préserver son habitat ! Plus de clichés d’animaux sur www.divshare.com/folder/781479-8a6

TRENTE DEGRÉS | 09


VOYAGE – LE TOURISME SPATIAL REPRÉSENTE UNE MENACE CLIMATIQUE Aujourd’hui, le tourisme spatial est réservé à quelques milliardaires. Mais demain, sa version suborbitale – un petit tour de quelques minutes à près de 1 000 kilomètres d’altitude et retour – pourrait devenir une réalité de millionnaires. Du coup, cette activité, selon un article des Geophysical resarch letters, représenterait un facteur très important de changement climatique. Si les 1 000 vols par an visés par les industriels ont lieu, cette pratique égalera après une décennie déjà les effets néfastes de la totalité des vols d’avions actuels. Les dépôts d’une suie très fine laissés dans la stratosphère piègent en effet efficacement le rayonnement solaire. Mieux vaudrait donc se contenter de rêver d’un tel voyage !

NOCTURNE – LE FARM CLUB DE VERBIER A 40 ANS Le Farm Club de Verbier souffle ses 40 bougies. Cette boîte de nuit a en effet ouvert ses portes en 1971. Pourtant, elle reste le rendez-vous glamour et branché incontournable de la station. C’est donc là-bas qu’il faudra être le 11 décembre afin de trinquer à la santé de cet établissement mythique. Pour marquer l’occasion, un livre retraçant sa longévité sera également publié en édition limitée. On n’a pas non plus tous les soirs 40 ans ! www.kingsverbier.ch/farmclub/

INTERNET – ACHETONS GROUPÉS POUR PAYER MOINS ! Le principe est simple : se mettre à plusieurs pour obtenir un rabais. Simple, mais efficace, comme le prouve le site deindeal.ch. Plusieurs fois par semaine, ses habitués reçoivent des offres par email. Ainsi, si un quota minimum de personnes intéressées par un bien ou un service (des massages, des parfums, des offres hôtelières, des chaussettes…) est atteint, la proposition est validée. Si ce n’est pas le cas, elle est juste annulée. Avec ce système, le moitié prix n’est plus une utopie. Alors, achetons groupés pour mieux économiser ! www.deindeal.ch

Giorgio Soldi

F.one / M.Morel

CHARLOTTE CONSORTI BAT TOUS LES RECORDS FÉMININS DE VITESSE Kitesurfeuse professionnelle, Charlotte Consorti se passionne pour la vitesse en 2003. Depuis, elle chasse les records en s’entraînant sur la côte méditerranéenne à la recherche du vent qui la poussera de plus en plus vite sur une ligne droite de 500m. Premier record du monde en 2004, premier titre de championne du monde en 2007. Le 28 octobre 2010, c’est l’apothéose lorsqu’elle passe la barre mythique des 50 noeuds. Le nouveau record du monde féminin est atteint avec 50,43 noeuds (93,40 km/h). Ce qui semblait inaccessible pour les filles ne l’a pas été pour Charlotte!

ANIMAUX – UNE COMPÉTITION VACHE ! Elle a fière allure, Pépita ! Avec sa robe blanche parcimonieusement tachetée de rouge, ses tétines d’un rose pâle et ses courbes taillées à la perfection, cette vache Red Holstein qui vit en Gruyère est d’ailleurs devenue championne d’Europe, toutes catégories de cette race confondues, lors de la confrontation européenne Red Holstein et Holstein, qui réunissait 13 pays fin octobre durant la foire de Crémona, en Italie. La Suisse, représentée par 30 bêtes, remporte du même coup la coupe des nations. Un grand « meu » de félicitation à toutes nos dignes représentantes… www.swissherdbook.ch

DR

FUTURISTE – DES VAISSEAUX AÉRIENS CAPABLES DE DÉPLACER DES IMMEUBLES Ils ont un diamètre de 150 mètres! Ces vaisseaux aériens sont capables de déplacer des charges de 150 tonnes, soit un immeuble entier, sur une distance de 2000 km. Imaginé par une société australienne, leSkyLifter pourrait par exemple transporter des complexes hôteliers de luxe. Mais l’application la plus intéressante serait certainement de pouvoir installer des hôpitaux dans des zones sinistrées inaccessibles.Espérerons que ce concept trouve prochainement une place dans le monde réel! http://skylifter.com.au

010 | TRENTE DEGRÉS


SPEED

RIDING

outdoorgames.org / P.Fragnol

S P O RT

UNE PETITE AILE TRÈS TENDANCE Texte°°° VINCENT GILLIOZ

Cette pratique est en plein essor. La majorité des écoles de parapente propose désormais cette nouvelle activité. Alliant à la fois glisse et vol, ce sport offre une approche différente de la montagne, qui permet parfois d’explorer des pentes jusque-là inaccessibles à skis. Q Au milieu des séracs, dans le bassin d’Argentière.

Zvg

% Cyrilde Pinard, Vallée Blanche. Le speed riding apporte une troisième dimension au ski. Sans être extrême, cette activité ludique se pratique très bien sur des pentes moyennes.

Le speed riding, sport de glisse et d’hiver en pleine expansion, ne doit pas être confondu avec le speed flying, qui entre dans la catégorie du vol libre. Bien qu’apparemment assez proches, les deux disciplines sont en fait bien distinctes. La première se pratique exclusivement skis aux pieds, et consiste à glisser avec une voile de 8 à 13 m2 au-dessus de la tête en réalisant quelques sauts qui permettent parfois de s’affranchir des passages rocheux ou crevassés. La seconde est un dérivé du parapente, qui revient simplement à voler avec une voile plus petite (entre 15 et 20 m2) et plus rapide, mais les skis ne sont pas fondamentaux, même s’ils peuvent faciliter le décollage et l’atterrissage. Cette distinction faite, et l’hiver approchant à grands pas, nous allons bien sûr parler de speed riding. L’activité se développe de plus en plus aux abords des domaines skiables. La plupart des écoles de vol libre ont intégré des cours à leur programme. Historiquement, l’idée nous vient de quelques adeptes de parapente à la recherche de nouvelles sensations. Les expériences initiales se sont déroulées du côté de Valfréjus (France), avec de simples parachutes. Les pionniers ont alors déboulé le long des pentes sous leurs pépins, moitié en l’air, moitié en glisse. Le speed riding était né. Les parapentistes ont ensuite amené leurs connaissances des voiles, puis ont rapidement conçu un matériel spécifique. La Fédération Française de Vol Libre (FFVL) s’est impliquée dans ce développement, prenant la discipline sous son aile en codifiant sa pratique. Le sport est réellement sorti du bois en 2005, année de sa reconnaissance par la FFVL. Les premières compétitions internationales datent de 2008.

,

TRENTE DEGRÉS | 015


SPEED

RIDING

outdoorgames.org / P.Fragnol

S P O RT

UNE PETITE AILE TRÈS TENDANCE Texte°°° VINCENT GILLIOZ

Cette pratique est en plein essor. La majorité des écoles de parapente propose désormais cette nouvelle activité. Alliant à la fois glisse et vol, ce sport offre une approche différente de la montagne, qui permet parfois d’explorer des pentes jusque-là inaccessibles à skis. Q Au milieu des séracs, dans le bassin d’Argentière.

Zvg

% Cyrilde Pinard, Vallée Blanche. Le speed riding apporte une troisième dimension au ski. Sans être extrême, cette activité ludique se pratique très bien sur des pentes moyennes.

Le speed riding, sport de glisse et d’hiver en pleine expansion, ne doit pas être confondu avec le speed flying, qui entre dans la catégorie du vol libre. Bien qu’apparemment assez proches, les deux disciplines sont en fait bien distinctes. La première se pratique exclusivement skis aux pieds, et consiste à glisser avec une voile de 8 à 13 m2 au-dessus de la tête en réalisant quelques sauts qui permettent parfois de s’affranchir des passages rocheux ou crevassés. La seconde est un dérivé du parapente, qui revient simplement à voler avec une voile plus petite (entre 15 et 20 m2) et plus rapide, mais les skis ne sont pas fondamentaux, même s’ils peuvent faciliter le décollage et l’atterrissage. Cette distinction faite, et l’hiver approchant à grands pas, nous allons bien sûr parler de speed riding. L’activité se développe de plus en plus aux abords des domaines skiables. La plupart des écoles de vol libre ont intégré des cours à leur programme. Historiquement, l’idée nous vient de quelques adeptes de parapente à la recherche de nouvelles sensations. Les expériences initiales se sont déroulées du côté de Valfréjus (France), avec de simples parachutes. Les pionniers ont alors déboulé le long des pentes sous leurs pépins, moitié en l’air, moitié en glisse. Le speed riding était né. Les parapentistes ont ensuite amené leurs connaissances des voiles, puis ont rapidement conçu un matériel spécifique. La Fédération Française de Vol Libre (FFVL) s’est impliquée dans ce développement, prenant la discipline sous son aile en codifiant sa pratique. Le sport est réellement sorti du bois en 2005, année de sa reconnaissance par la FFVL. Les premières compétitions internationales datent de 2008.

,

TRENTE DEGRÉS | 015


outdoorgames.org / D.Carlier

nUne petite figure de «freestyle» importée en speed riding. %Pal Takats et Ueli Kestenholz survolent Samuel Anthamatten qui escalade la cascade de glace au pied du Glacier d’Argentière.

outdoorgames.org / D.Ravanel

riding 2009 et responsable au Centre de parapente de Verbier, espère bien la voir évoluer à moyen terme: «Beaucoup de gens participent à des journées découverte, mais ne poursuivent pas, car les contraintes sont trop grandes. Une licence de parapente exige une formation de plusieurs mois, trop lourde pour un skieur qui cherche juste à donner une nouvelle dimension à son activité.» Ce clivage entre la Suisse et la France est à l’image de ce qui se passe en matière de vol libre en général, puisqu’un brevet de pilote est exigé en Suisse pour pratiquer le parapente, alors qu’il n’est que facultatif de l’autre côté de la frontière. Les pratiquants sont simplement soumis aux règles en vigueur, qu’ils doivent connaître et respecter.

UN BREVET OBLIGATOIRE EN SUISSE Le développement en Suisse a été légèrement différent. Les premiers pratiquants ne venaient pas forcément du milieu du vol, mais plutôt des domaines de la montagne et du sport extrême. Plusieurs accidents mortels, dont celui, très médiatisé, du guide valaisan Sébastien Gay en 2003, dans la région de Verbier, ont amené les autorités à opter rapidement pour des règles très strictes, afin de ne pas laisser cette pratique se développer sauvagement. La Fédération Suisse de Vol Libre (FSVL) a alors préféré imposer un brevet aux adeptes, afin que ce sport ne quitte pas définitivement notre territoire. La situation reste cependant provisoire… Gael Ammann, champion suisse de speed

016 | TRENTE DEGRÉS

LUDIQUE ET ACCESSIBLE Cela dit, le speed riding est très ludique. Il représente, en tout cas lors des premiers pas, la manière la plus facile d’aborder le vol libre. «Une journée d’initiation apportera très vite satisfaction à un débutant, explique Cyrilde Pinard, championne de France 2010 et formatrice aux Ailes du Mont-Blanc, à Chamonix. Il ne faut toutefois pas oublier qu’il s’agit d’un sport engagé. Et même s’il est a priori très accessible, sa pratique se complexifie par la suite.» Tout le monde s’accorde par ailleurs à dire qu’un bon niveau de ski est largement plus important pour débuter que des connaissances de vol libre. Cyrilde Pinard considère le speed riding comme un sport qui apporte une troisième dimension au ski. «Nombreux sont ceux à le voir comme une activité extrême, pratiquée sur des pentes vertigineuses par des têtes brûlées, mais il n’en est rien. Les descentes sur des pentes moyennes sont vraiment intéressantes. Il s’agit d’une nouvelle approche du ski qui est vraiment géniale.» Avec un peu plus de 150 participants chaque année aux journées découverte aux Ailes du Mont-Blanc et une quarantaine du côté du Centre de parapente de Verbier, le speed riding semble avoir un avenir prometteur. Le championnat suisse 2011 va d’ailleurs compter six manches, contre seulement deux en 2010.


Nouveau Monde DDB - 344 446 810 RCS ANNECY - Photos : Christoffer Sjöström et Domino.

* Le monde a besoin de vos yeux.

Enak GAVAGGIO - Freerider - Emosson

"Dernier run. Le soleil se couche, les ombres s’allongent. Je trace à l’instinct, confiant, léger, juste pour m’amuser."

PRO MODEL DARK LORD

Ecran photochromique Zebra ventilé, protection catégorie 2 à 4, Buff assorti : une protection parfaite dans les conditions les plus extrêmes.

www.julbo-eyewear.com


Iconographie°°° CHRISTIAN BUGNON

PORTFOLIO WITH KEYSTONE

pAlpiniste sur le glacier au dessus de la vallée de l’Ishinca, au soleil couchant, dans la Cordillera Blanca, Pérou. sLe Khumbu en Himalaya


Iconographie°°° CHRISTIAN BUGNON

PORTFOLIO WITH KEYSTONE

pAlpiniste sur le glacier au dessus de la vallée de l’Ishinca, au soleil couchant, dans la Cordillera Blanca, Pérou. sLe Khumbu en Himalaya


iChiens de traîneaux. fGlaçons sur un toit à Arosa. pMontagnes du Val d’Anniviers, vue de St Luc à travers un nuage. sSnow kite, au couché du soleil.


iChiens de traîneaux. fGlaçons sur un toit à Arosa. pMontagnes du Val d’Anniviers, vue de St Luc à travers un nuage. sSnow kite, au couché du soleil.


fVent, Tirol, Autriche. Haut de 3606 mètres, le Similaun est la première grande montagne de la «Venter Skirunde». dSkieurs, Valle Enchiausa, Piedmont, Italie. sParc National du Mont Cook, Canterbury, l’île du Sud, Nouvelle-Zélande.


fVent, Tirol, Autriche. Haut de 3606 mètres, le Similaun est la première grande montagne de la «Venter Skirunde». dSkieurs, Valle Enchiausa, Piedmont, Italie. sParc National du Mont Cook, Canterbury, l’île du Sud, Nouvelle-Zélande.


LILYPAD L’« ECOPOLIS » FLOTTANTE

Et si, face à la baie de Monte-Carlo, on installait des îles flottantes écologiques Lilypad, afin d’étendre le territoire de la principauté de Monaco ?


LILYPAD L’« ECOPOLIS » FLOTTANTE

Et si, face à la baie de Monte-Carlo, on installait des îles flottantes écologiques Lilypad, afin d’étendre le territoire de la principauté de Monaco ?


C’est une ville mi-aquatique mi-terrestre qui flotte sur les eaux. Une cité autosuffisante en forme de nénuphar qui permettrait d’accueillir les réfugiés climatiques de demain ou d’étendre le territoire de certains pays. Montez à bord d’un projet futuriste chargé de bon sens et d’utopie. Texte°°° FRÉDÉRIC REIN Photos°°° VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES L’architecte franco-belge Vincent Callebaut a dragué durant des heures les fonds de son imagination afin d’en faire surgir son concept de Lilypad, une ville flottante écologique inspirée de la feuille du nénuphar géant d’Amazonie. Pendant ce temps, à Dubaï, se sont les fonds marins qui ont été dragués pour récolter les millions de mètres cubes de sable nécessaires à la construction des îles artificielles de «The World », désastre économique et surtout écologique. Alors que le projet visionnaire de Vincent Callebaut continue à flotter sur des vagues chimériques, les îlots inachevés desEmirats arabes unis s’enfoncent progressivement dans l’eau.Dure réalité, douce fiction !

,

Sur la ville mi-terrestre mi-aquatique imaginée par l’architecte franco-belge Vincent Callebaut, des champs d’aquaculture et des corridors biotiques sur et sous la coque permettraient de subvenir aux besoins alimentaires.

026 | TRENTE DEGRÉS

Rongé par l’océan Indien, l’archipel des Maldives voit près de 80% de ses terres être situées à moins d’un mètre audessus du niveau de la mer. Les îles flottantes Liypad pourraient, comme sur cette photo satellite, permettre d’accueillir les réfugiés climatiques de demain.


C’est une ville mi-aquatique mi-terrestre qui flotte sur les eaux. Une cité autosuffisante en forme de nénuphar qui permettrait d’accueillir les réfugiés climatiques de demain ou d’étendre le territoire de certains pays. Montez à bord d’un projet futuriste chargé de bon sens et d’utopie. Texte°°° FRÉDÉRIC REIN Photos°°° VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES L’architecte franco-belge Vincent Callebaut a dragué durant des heures les fonds de son imagination afin d’en faire surgir son concept de Lilypad, une ville flottante écologique inspirée de la feuille du nénuphar géant d’Amazonie. Pendant ce temps, à Dubaï, se sont les fonds marins qui ont été dragués pour récolter les millions de mètres cubes de sable nécessaires à la construction des îles artificielles de «The World », désastre économique et surtout écologique. Alors que le projet visionnaire de Vincent Callebaut continue à flotter sur des vagues chimériques, les îlots inachevés desEmirats arabes unis s’enfoncent progressivement dans l’eau.Dure réalité, douce fiction !

,

Sur la ville mi-terrestre mi-aquatique imaginée par l’architecte franco-belge Vincent Callebaut, des champs d’aquaculture et des corridors biotiques sur et sous la coque permettraient de subvenir aux besoins alimentaires.

026 | TRENTE DEGRÉS

Rongé par l’océan Indien, l’archipel des Maldives voit près de 80% de ses terres être situées à moins d’un mètre audessus du niveau de la mer. Les îles flottantes Liypad pourraient, comme sur cette photo satellite, permettre d’accueillir les réfugiés climatiques de demain.


Car le projet Lilypad porte en lui un message d’espoir et ouvre les prémices d’une réflexion sur l’avenir : comment allons-nous gérer les millions de réfugiés climatiques qui seront contraints à l’exil en raison d’une terre qui se fait petit à petit grignoter par l’eau (entre 20 et 90 cm au cours du XXIe siècle d’après le GIEC, le Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) ? Où placer cette marée humaine d’éco-réfugiés? Pourquoi pas sur une « Ecopolis » flottante…

PRÈS DE 50 000 PERSONNES La ville mi-aquatique mi-terrestre de Vincent Callebaut, qui pourrait aussi permettre d’étendre les territoires de pays très développés, comme Monaco, serait peuplée de 50 000 habitants. Elle inviterait la biodiversité à se développer autour d’un lagon central d’eau douce qui récolterait et épurerait l’eau de pluie. La vie s’articulerait autour de trois marinas et trois montagnes dévolues respectivement au travail, au commerce et aux loisirs, le tout étant recouvert d’une strate de logements végétalisés en jardins suspendus et parcouru par un réseau de rues et ruelles au tracé organique. Cette cité offshore serait portée par une double coque en fibres de polyester recouverte d’une couche de dioxyde de titane, qui, en réagissant aux rayons ultraviolets, permettrait d’absorber la pollution atmosphérique par effet photocatalytique (accélération d’une réaction chimique par l’effet de la lumière). Utilisant toutes les énergies renouvelables (le solaire, l’éolien, l’hydraulique, la marémotrice, la biomasse…), elle créerait plus d’énergie qu’elle n’en consommerait ! « La base du projet est normée, mais la volonté graphique est de sortir du langage architectural ; le projet doit pouvoir être apprécié par Monsieur et Madame Tout-le-monde, et exprimer une certaine joie de vivre. Mon métier n’est pas austère et le graphisme doit être abondant, joyeux, lyrique », explique Vincent Callebaut. Imaginez ce monument d’écologie urbaine, capable de produire de l’oxygène et de l’électricité, en recyclant le CO2 et les déchets, en épurant et en adoucissant biologiquement les eaux usées, et en intégrant des niches écologiques, des champs d’aquaculture et des corridors biotiques sur et sous sa coque pour subvenir à ses propres besoins alimentaires. Imaginez aussi qu’un investisseur daigne se pencher sur le sort des réfugiés climatiques… Quelquefois, cela ne fait pas de mal de rêver un peu ! www.vincent.callebaut.org

A Monaco comme ailleurs, 50 000 personnes pourraient vivre sur chacune de ces villes flottantes écologiques inspirées de la feuille du nénuphar géant d’Amazonie.

028 | TRENTE DEGRÉS


www.manor.ch


DR

LA NATURE ENTRE DANS

NOS INTÉRIEURS DR

DESIGN

PAR LA GRANDE PORTE Les fleurs, les animaux et les phénomènes climatiques inspirent plus que jamais les designers. Ceux-ci commencent d’ailleurs aussi à renvoyer l’ascenseur à cette nature qui stimule leur imagination en utilisant des matériaux recyclés ou labellisés. Etat des lieux. Texte°°° FRÉDÉRIC REIN Les fauteuils se font tulipes ou pivoines pour fleurir aux quatre coins du salon, le canapé prend de la hauteur en se transformant en nuage, alors que les vases immortalisent l’éphémère rosée du matin. Grâce au mobilier, la nature revient dans nos intérieurs par la grande porte. Plus que jamais, les designers puisent leur inspiration dans les végétaux, les animaux et les phénomènes météorologiques qui nous entourent. Aujourd’hui, comme au temps où elle guidait les pinceaux des grands maîtres de la peinture et la prose des poètes, la nature continue à représenter un terreau fertile dans lequel prennent racines les imaginations des créateurs les plus en vue. Tatiana Tonizzo, de la maison italienne Cappellini, confirme volontiers cet état de fait : « Le design qui s’inspire des formes de la nature est très tendance, et se développe de plus en plus. » Les avis des connaisseurs sur la question sont unanimes. Mais comment expliquer ce retour en grâce de la nature ?

,

DR

Q Le concept Cloud sofa de D.K.& Wei tient en lévitation grâce à un champ magnétique !

030 | TRENTE DEGRÉS

% La Navy Chair de chez Emeco est constituée de 111 bouteilles de PET Coca-Cola.

Interrogé par le journal Le Temps, Philip Ursprung, professeur en histoire de l’art et de l’architecture à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, parle d’une « réaction à une mondialisation très abstraite, contradictoire et difficile à comprendre ». Un phénomène similaire s’était d’ailleurs produit durant la révolution industrielle, afin de redonner un visage plus humain à la société. « La nature – ou plutôt la nature domestiquée – est un modèle rassurant, parce qu’elle donne l’illusion de cohérence dans ses phénomènes. […] La nature est donc devenue un objet de projection, aussi bien de nos désirs que de nos angoisses », précise-t-il. UNE NOUVELLE ÈRE Des changements sur la forme, qui coïncident souvent avec des changements sur le fond, puisque de plus en plus de designers y expriment aussi leur fibre écologique ou celle que l’acheteur souhaite voir. En recyclant et détournant des objets de leur usage premier, comme la Navy Chair de chez Emeco, constituée de 111 bouteilles de PET Coca-Cola. En utilisant aussi d’emblée du bois certifié. Assurer au produit une première vie respectueuse de l’environnement, c’est précisément l’objectif principal de l’eco-design. « Ce mouvement, bien plus profond qu’une

TRENTE DEGRÉS | 031


DR

LA NATURE ENTRE DANS

NOS INTÉRIEURS DR

DESIGN

PAR LA GRANDE PORTE Les fleurs, les animaux et les phénomènes climatiques inspirent plus que jamais les designers. Ceux-ci commencent d’ailleurs aussi à renvoyer l’ascenseur à cette nature qui stimule leur imagination en utilisant des matériaux recyclés ou labellisés. Etat des lieux. Texte°°° FRÉDÉRIC REIN Les fauteuils se font tulipes ou pivoines pour fleurir aux quatre coins du salon, le canapé prend de la hauteur en se transformant en nuage, alors que les vases immortalisent l’éphémère rosée du matin. Grâce au mobilier, la nature revient dans nos intérieurs par la grande porte. Plus que jamais, les designers puisent leur inspiration dans les végétaux, les animaux et les phénomènes météorologiques qui nous entourent. Aujourd’hui, comme au temps où elle guidait les pinceaux des grands maîtres de la peinture et la prose des poètes, la nature continue à représenter un terreau fertile dans lequel prennent racines les imaginations des créateurs les plus en vue. Tatiana Tonizzo, de la maison italienne Cappellini, confirme volontiers cet état de fait : « Le design qui s’inspire des formes de la nature est très tendance, et se développe de plus en plus. » Les avis des connaisseurs sur la question sont unanimes. Mais comment expliquer ce retour en grâce de la nature ?

,

DR

Q Le concept Cloud sofa de D.K.& Wei tient en lévitation grâce à un champ magnétique !

030 | TRENTE DEGRÉS

% La Navy Chair de chez Emeco est constituée de 111 bouteilles de PET Coca-Cola.

Interrogé par le journal Le Temps, Philip Ursprung, professeur en histoire de l’art et de l’architecture à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, parle d’une « réaction à une mondialisation très abstraite, contradictoire et difficile à comprendre ». Un phénomène similaire s’était d’ailleurs produit durant la révolution industrielle, afin de redonner un visage plus humain à la société. « La nature – ou plutôt la nature domestiquée – est un modèle rassurant, parce qu’elle donne l’illusion de cohérence dans ses phénomènes. […] La nature est donc devenue un objet de projection, aussi bien de nos désirs que de nos angoisses », précise-t-il. UNE NOUVELLE ÈRE Des changements sur la forme, qui coïncident souvent avec des changements sur le fond, puisque de plus en plus de designers y expriment aussi leur fibre écologique ou celle que l’acheteur souhaite voir. En recyclant et détournant des objets de leur usage premier, comme la Navy Chair de chez Emeco, constituée de 111 bouteilles de PET Coca-Cola. En utilisant aussi d’emblée du bois certifié. Assurer au produit une première vie respectueuse de l’environnement, c’est précisément l’objectif principal de l’eco-design. « Ce mouvement, bien plus profond qu’une

TRENTE DEGRÉS | 031


tendance, est en train de s’imposer, confie Céline Rousseau, de chez HoO design, en France. La question de l’objet, de son degré de nécessité, de sa place dans le quotidien, de son innocuité ou, au contraire, de sa nocivité, de son cycle de vie, des conditions de sa fabrication émergent durablement dans l’esprit des consommateurs. L’ère de l’objet plastique gadget bourré de bisphénol, jetable et fabriqué par des enfants en Chine est révolue. Les consommateurs veulent un objet qui a du sens et qui ne représente pas un danger pour eux ou leur environnement. » Certains instituts évaluent d’ailleurs à 20% le surcoût que les gens seraient prêts à accepter pour des objets éthiques et écologiques, à design et utilité égaux...

UN TAPIS DE BAIN… VÉGÉTAL !

zVg

Imaginez que l’on vous déroule le tapis vert à votre sortie de… douche (écologie oblige !). Un tapis qui permettrait de retrouver cette subtile sensation du contact des pieds nus sur du végétal. Et bien, la réalité a pris le pas sur la fiction grâce au tapis de bain Larosée – inventé par La Chanh Nguyen, une ancienne étudiante de la Haute Ecole d’art et de design de Lausanne (ECAL) – en véritable mousse des bois vosgiens (France), fixée sur des chutes recyclées de mousse en latex! L’eau qui coule de votre corps vient arroser le minuscule massif végétal qui se trouve à et sous vos pieds, alors que, pendant ce temps, vous bénéficiez d’un massage des points d’acupuncture situés sous la voûte plantaire. Dans votre salle de bains, la mousse trouvera, durant de longs mois, l’humidité et l’ombre dont elle a besoin. Ensuite, vous pouvez remplacer les alvéoles de mousse abîmées en rachetant des recharges. Quand on vous disait que la nature prend d’assaut nos intérieurs !

«ON ASSISTE À UN RETOUR EN FORCE DU BOIS ET DU LIÈGE»

zVg

Le tapis Larosée est en vente sur www.hoodesign.fr

Alexis Georgacopoulos, vous qui êtes responsable du Master en design de produit de la Haute Ecole d’art et de design de Lausanne (ECAL), et son futur directeur, estimez-vous que la fibre écologique est devenue une priorité pour les designers ? Peut-être pas une priorité, mais une préoccupation pour la plupart d’entre eux. Cela répond aussi à une demande, qui dépasse le pur cadre du design et touche l’ensemble de notre société.

zVg

Auriez-vous un exemple concret qui illustrerait vos propos ? En matière de recyclage d’objets, je pense notamment aux poteaux d’amarrage des gondoles de la ville de Venise. Comme ils menacent de céder, ils sont progressivement changés. La firme italienne Riva 1920 les utilise désormais pour réaliser du mobilier en bois brute, comme par exemple des tables.

Le fauteuil Bouquet Moroso a été dessiné par le Japonais Tokujin Yoshioka.

032 | TRENTE DEGRÉS

Le bois est-il précisément en train de revenir en force? Effectivement, et plus particulièrement le bois brut. Au chapitre des matériaux à la mode, on peut aussi citer le liège, présent dans de nombreux projets.


DR

LES ENGINS

URBAINS

DR

DE DEMAIN DR

RYNO Autonomie : 48 km. Vitesse maximale : 40 km/h. Rechargeable en : 1h30. Prix : autour de 3 500 dollars.

E-SCOOTER & MINI SCOOTER E CONCEPT Comme il s’agit encore de concepts, les constructeurs ne fournissent actuellement que peu de données. L’E-Scooter devrait avoir une autonomie de 100 km et atteindre les 45 km/h. Etant donné que le Mini Scooter E Concept fonctionne sur le même principe (batterie lithium-ion), on peut imaginer qu’il offrira les mêmes possibilités.

034 | TRENTE DEGRÉS

La mobilité citadine du futur se dessine aujourd’hui. Coup de projecteur sur trois moyens de locomotion électriques qui, grâce à leur petite empreinte écologique, devraient avoir un grand impact dans un proche avenir. Texte°°° SERGE GRETER D’un côté, le Ryno, sorte de moto qui aurait perdu sa roue avant pour n’en conserver qu’une ! De l’autre, le E-Scooter et le Mini Scooter E Concept, des deux-roues à l’aspect plus conventionnel. Tous trois tiennent le haut de l’affiche des nouveautés en matière de déplacements citadins. Tous trois mêlent fonctionnalité, plaisir de conduire et, surtout, éco-comptabilité. Car ils fonctionnent tous à l’énergie électrique, n’émettant donc pas de CO2. Comme avec le YikeBike – dont nous vous parlions dans le numéro d’automne de 30 degrés – l’avenir de notre mobilité urbaine se dessine aujourd’hui en coulisses. Les croquis des concepteurs se matérialisent petit à petit, même si ces trois engins ne sont pour l’heure pas encore commercialisés. Mais d’ici quelques mois, quelques années, se sont peut-être eux qui permettront aux villes encombrées du monde entier de retrouver de leur sérénité, ainsi qu’un air un peu moins pollué. A commencer par le Ryno, créé par la so-

,

ciété américaine Ryno Motors. Ce monocycle, dont la mise en vente est espérée pour le printemps 2011, doit le maintien de son équilibre à une série de capteurs et un complexe système électronique. Il peut ainsi se targuer d’être la moto la plus petite et la plus maniable au monde de sa catégorie. Le E-Scooter, quant à lui, est l’œuvre du fabricant allemand Smart (MercedesBenz). Il fonctionne grâce à une batterie lithium-ion et à un smartphone. Le téléphone, placé sur un socle situé sur le guidon, prend la place des instruments de bord. Il devient clé de contact, antivol, compteur de vitesse, indicateur d’autonomie et GPS, sans oublier sa fonction de géolocalisation si l’on perd son véhicule ! Son concurrent direct, le Mini Scooter E Concept, de Mini (BMW), utilise de la même manière le smartphone. En revanche, le design change beaucoup, puisque le Mini Scooter E Concept s’inspire du design old school de la quatre roues de la marque. A chacun son style…


DILEMMES VESTIMENTAIRES HIVERNAUX Malgré les piles de vêtements qui peuplent les magasins de prêt-à-porter, il est difficile de s’habiller chaudement et avec style durant les mois les plus froids. Que faire?

Texte°°° CATHERINE COCHARD C’est le haut qui ne va pas avec le bas. Ou la veste qui se refuse au tailleur. De guerre lasse, la tentation est grande de sortir sans l’aide chaleureuse de trente-six couches boudinantes, advienne que pourra… De novembre à mars, c’est comme si « élégance » rimait avec « se faire violence ». La preuve en cinq cas d’école.

,

LA JUPE COURTE En voilà une qui a le chic pour soulever plus de problèmes qu’elle n’en résout. Les jambes sont exposées, rien ne remplace l’épaisseur réchauffante d’une paire de jeans. Alors on la choisit de préférence taillée dans une matière d’hiver, comme un cuir ou un lainage. Ce qui rajoute une dimension supplémentaire à celles des hanches, des fesses et du ventre. Reste encore à trouver la veste qui va avec. La tentation est grande de s’en remettre à un long manteau. Mais du très long sur du très court – par effet d’optique – réduit la petitesse de la jupe. Quant à la veste courte, elle peut convenir si les distances parcourues sont réduites, sous peine d’attraper un gros rhume. Dans le doute se rabattre sur le modèle trois-quarts. LES ESCARPINS Très élégants, surtout lorsqu’on les porte avec le cas d’école précédent, mais à condition que les bas ou collants ne fassent pas de plis disgracieux au niveau du cou-de-pied et qu’il ne gèle pas. Avez-vous déjà essayé de marcher sur une plaque de givre avec des Louboutin d’une hauteur de 10 centimètres ? Les bottes n’ont pas été inventées uniquement pour monter à cheval.

036 | TRENTE DEGRÉS

LES COLLANTS Malgré les nombreux efforts des marques, ils posent toujours de nombreux problèmes aux utilisatrices. Trop fins, ils sont capables de se filer à la première application. Trop épais, ils ne se rompent pas, mais en général les doublures des jupes y adhèrent de manière irrésolue et surtout incontrôlable. Reste ceux en coton ou en laine… Pour le ski ? Ou alors l’aérobic ? LA CHEMISE Ou la pièce aux courants d’air. Autant dire que la chemise portée seule, si elle est raffinée, ne tient en tout cas pas chaud. Il faut l’associer à une veste fine, un chandail ou une étole. Au risque de réduire à néant son potentiel élégance. LA VESTE C’est la pièce maîtresse du vestiaire hivernal, celle dans laquelle on passe la saison. Autant donc bien la choisir. Si possible, en acquérir plusieurs variantes. D’abord parce qu’aux premiers frimas, les lainages de moins de 70% de laine ne sont plus d’aucune aide. Si on en a les moyens, on préfèrera des compositions élevées en cachemire, et si possible de couleur beige, la nuance qui donne le ton cette saison. Le synthétique, c’est-àdire les doudounes, autres manteaux ou vestes en polyester, consiste en une solution de repli pratique et en général plutôt bon marché. On dit de la fourrure que c’est ce qui tient le plus chaud en hiver. On dit aussi que des animaux sont chassés puis tués pour en faire des manteaux. A chacun de faire son choix en son âme et conscience... Et selon ses moyens! Reste le mouton retourné – ou peau lainée – qui s’invite cette année dans toutes les collections, d’entrée, milieu ou haut de gamme. De préférence, on optera pour des modèles cintrés, marqués à la taille et près du corps, de manière à donner une idée de la finesse des courbes qui se dissimulent sous les couches de vêtements...

Keystone

CHRONIC


LINDSAY

LOHAN

2010 Sony Pictures Releasing GmbH

L’ENFANT TERRIBLE D’HOLLYWOOD Après avoir défrayé la chronique, l’actrice américaine revient au grand écran dans « Machete », film d’action coréalisé par Robert Rodriguez et Ethan Maniquis, avant d’incarner la star du X Linda Lovelace dans « Inferno ». Texte°°° CATHERINE COCHARD Il y a quelque chose de résolument tragique dans la carrière de l’actrice Lindsay Lohan. Tragique, parce que très tôt la comédienne n’a plus pu échapper aux caméras. Celles devant lesquelles elle exerce son métier, mais aussi celles hors-champ qui scrutent les écarts et les sorties de route de la post-adolescente de bientôt 25 ans. Une surexposition à laquelle la comédienne participe en postant des clichés d’elle sur son compte Twitter. De toute façon, que pourrait-elle encore avoir à offrir ou cacher au public ?

,

A 3 ANS DÉJÀ Lindsay Lohan est l’aînée d’une famille new-yorkaise d’origine italo-irlandaise de quatre enfants. Dina, sa mère, est danseuse, puis s’illustre dans des feuilletons. Quant à Michael, son père, il est un habitué du petit écran, puisqu’il s’est fait connaître dans le soap opera « As The World Turns », diffusé aux Etats-Unis durant 53 ans. Enfant de la télé, Lindsay commence sa carrière à 3 ans en tournant des publicités. Suivent diverses productions Disney. Dès 2004, elle se diversifie dans la chanson ultra-formatée, puis revient au cinéma en 2006 dans des longs-métrages aux succès mitigés, avant de partager l’écran en 2006 avec Meryl Streep, sous la direction de Robert Altman, dans « The Last Show ». Le milieu de la mode s’intéresse à elle, plus pour sa capacité à créer l’émulation des adolescentes que pour son style. Elle est un temps égérie des marques italiennes Miu Miu et Fornarina,

038 | TRENTE DEGRÉS

puis crée en 2008 sa propre ligne de leggings. La même année, Ungaro fait appel à elle pour son « influence » artistique et – face aux nombreuses critiques – la vire au terme du premier défilé portant sa patte. Parallèlement, elle squatte la une des magazines à scandales, facilitant grandement le travail des paparazzis en posant un verre d’alcool à la main, l’œil hagard et la pupille dilatée. Aux photographies de boîtes de nuit suivent alors celles prises à la sortie de cures de désintoxication ou celles capturées aux abords de cliniques de chirurgie esthétique. Conduite en état d’ivresse, non respect de mesures judiciaires et autres possessions de stupéfiants font partie des termes utilisés pour évoquer la starlette. 2011 : RÉDEMPTION OU RECONVERSION ? Après un bref séjour en prison suite à un procès très médiatisé, le public a encore en tête les images de Lindsay Lohan dans le box des accusés. Ses ongles éloquents portant l’inscription «Fuck you », sa lippe tremblante et ses pleurs capricieux à l’écoute du verdict, le regard vide de son avocate qui devait penser que la célébrité de sa cliente lui rendrait la tâche plus facile… « Machete » – dans lequel l’actrice joue du gros calibre habillée en bonne soeur – pourrait bien lui permettre de retrouver la respectabilité et préparer le public à l’arrivée prochaine sur les écrans de «Inferno», le biopic dans lequel l’Américaine tient le rôle-titre de Linda Lovelace, première star du cinéma pornographique.


#$%67284&9:2;354<<<179$9:918=>

Jcb:cV\Z6igd^hb^Xgdh!YjajcY^Vj kZcYg:Y^6&+]!hjg8djaZjg(#

lll#XdjaZjg(#X]


CINEMA

SÉANCES TOUT PUBLIC

sous le pseudonyme de Moebius), également à l’œuvre dans « Alien », « Abyss » ou encore « Le Cinquième Elément »; le décorateur Syd Mears, présent au générique de « Blade Runner »; ou encore le compositeur Wendy Carlos, à qui l’on doit la bande son d’« Orange Mécanique ». Le nouvel opus n’a pas à rougir de ce casting, puisque lui aussi a fait le plein. On retrouve entre autres Jeff Bridges – qui reprend son rôle de Kevin Flynn – et surtout le duo Daft Punk côté musique, fan de la première heure, que les studios Disney n’ont sûrement pas eu de peine à convaincre. UN DERNIER POUR LA ROUTE « Takers », de John Luessenhop, s’intéresse quant à lui à un groupe de brillants criminels (Idris Elba, Paul Walker, T.I., Chris Brown, Hayden Christensen et Michael Ealy) qui se paie gentiment la tête de la police et des forces spéciales. C’est que ces gentlemen cambrioleurs sont passés maîtres dans l’art du larcin de haut vol, ne laissant jamais aucun indice, exécutant leurs plans avec une extrême précision et, surtout, menant une vie tout à fait normale en parallèle, de façon à ne soulever aucun soupçon autour d’eux. Lorsqu’un de leurs anciens collègues sort de prison et leur propose un ultime casse qui pourrait leur rapporter 20 millions de dollars, ils décident tous de se remettre une dernière fois au travail, après quoi chacun mènera la vie dont il a toujours rêvé, à l’abri du besoin, et surtout sans plus jamais se soucier ni du lendemain, ni des flics. Mais c’était sans compter sur l’assiduité d’un policier (Matt Dillon) bien décidé à les coincer…

film Tron ©Disney

OUVRIÈRES EN COLÈRE Le long-métrage « We Want Sex » relate l’histoire véridique des 183 ouvrières des usines Ford de Dagenham, à Londres, qui suivirent une grève de trois semaines en 1968 pour convaincre leurs patrons américains de leur donner des salaires égaux à ceux de leurs collègues masculins. Le titre du film évoque une manifestation au cours de laquelle la banderole des grévistes qui revendiquait « Sex equality » se plia malencontreusement, ne laissant apparaître que le mot « Sex ». Mais malgré ce couac et les pressions, les femmes ne baissèrent pas les bras et obtinrent en partie gain de cause. Drôle et émouvant, « We Want Sex » a été réalisé par Nigel Cole, à qui l’on doit également « Calendar Girls », le récit de ces femmes d’âge mûr du Yorkshire qui posèrent nues pour récolter des fonds au profit des bonnes œuvres.

film Taker © 2010 Sony Pictures Releasing GmbH

Texte°°° CATHERINE COCHARD

040 | TRENTE DEGRÉS

Attention, film culte. Après des mois de buzz, « Tron : l’héritage » arrive enfin sur les écrans romands. C’est la délivrance pour tous les fans nostalgiques du longmétrage originel, « Tron », sorti en salles en 1982 et qui – pour la première fois de toute l’histoire du cinéma – faisait usage d’images de synthèse et de codes visuels propres à l’informatique. Pour s’assurer que les geeks cinéphiles seraient bien au rendez-vous, Walt Disney a su doser les effets d’annonce et tenir en haleine son public. En octobre dernier, vingt minutes du blockbuster ont été projetées dans diverses salles choisies à travers le monde lors d’une soirée intitulée tout simplement « Nuit Tron : l’Expérience 3D ». Mais il fallut encore saliver pendant près de 4 mois pour pouvoir enfin savourer le nouveau «Tron» dans son intégralité. Au niveau du pitch, rien d’extrêmement palpitant. Sam Flynn cherche à percer le mystère de la disparition de son père, intervenue 25 ans auparavant. Expert en technologie comme lui, il se trouve alors aspiré dans un monde virtuel, un univers parallèle et dangereux dans lequel son paternel Kevin Flynn tentait justement de survivre. En plus des effets visuels exceptionnels pour l’époque, le longmétrage original avait su s’entourer de bonnes fées. Parmi lesquelles le dessinateur et scénariste Jean Giraud (plus connu

,

film we want sex ©Elite Film AG.

2011 commence sur les chapeaux de roue du côté du septième art. Entre suite mythique, film de gangsters et révolte féministe, gros plan sur trois longs-métrages qui vont marquer le début de l’année.

234 5$01(-+" 60$7)-+

!"#$%&"$'()%*+" *,)*-"./011'-

234 5$01(-+" 60$7)-+

!"#$%&"$'()%*+" *,)*-"./011'-

8"9:*'"(/;<=8"8)A,118"9:*'"(/;<=8 >>>?,)*.-*@0)A,11-?9B >>>?,)*.-*@0)A,11-?9B


CINEMA

SÉANCES TOUT PUBLIC

sous le pseudonyme de Moebius), également à l’œuvre dans « Alien », « Abyss » ou encore « Le Cinquième Elément »; le décorateur Syd Mears, présent au générique de « Blade Runner »; ou encore le compositeur Wendy Carlos, à qui l’on doit la bande son d’« Orange Mécanique ». Le nouvel opus n’a pas à rougir de ce casting, puisque lui aussi a fait le plein. On retrouve entre autres Jeff Bridges – qui reprend son rôle de Kevin Flynn – et surtout le duo Daft Punk côté musique, fan de la première heure, que les studios Disney n’ont sûrement pas eu de peine à convaincre. UN DERNIER POUR LA ROUTE « Takers », de John Luessenhop, s’intéresse quant à lui à un groupe de brillants criminels (Idris Elba, Paul Walker, T.I., Chris Brown, Hayden Christensen et Michael Ealy) qui se paie gentiment la tête de la police et des forces spéciales. C’est que ces gentlemen cambrioleurs sont passés maîtres dans l’art du larcin de haut vol, ne laissant jamais aucun indice, exécutant leurs plans avec une extrême précision et, surtout, menant une vie tout à fait normale en parallèle, de façon à ne soulever aucun soupçon autour d’eux. Lorsqu’un de leurs anciens collègues sort de prison et leur propose un ultime casse qui pourrait leur rapporter 20 millions de dollars, ils décident tous de se remettre une dernière fois au travail, après quoi chacun mènera la vie dont il a toujours rêvé, à l’abri du besoin, et surtout sans plus jamais se soucier ni du lendemain, ni des flics. Mais c’était sans compter sur l’assiduité d’un policier (Matt Dillon) bien décidé à les coincer…

film Tron ©Disney

OUVRIÈRES EN COLÈRE Le long-métrage « We Want Sex » relate l’histoire véridique des 183 ouvrières des usines Ford de Dagenham, à Londres, qui suivirent une grève de trois semaines en 1968 pour convaincre leurs patrons américains de leur donner des salaires égaux à ceux de leurs collègues masculins. Le titre du film évoque une manifestation au cours de laquelle la banderole des grévistes qui revendiquait « Sex equality » se plia malencontreusement, ne laissant apparaître que le mot « Sex ». Mais malgré ce couac et les pressions, les femmes ne baissèrent pas les bras et obtinrent en partie gain de cause. Drôle et émouvant, « We Want Sex » a été réalisé par Nigel Cole, à qui l’on doit également « Calendar Girls », le récit de ces femmes d’âge mûr du Yorkshire qui posèrent nues pour récolter des fonds au profit des bonnes œuvres.

film Taker © 2010 Sony Pictures Releasing GmbH

Texte°°° CATHERINE COCHARD

040 | TRENTE DEGRÉS

Attention, film culte. Après des mois de buzz, « Tron : l’héritage » arrive enfin sur les écrans romands. C’est la délivrance pour tous les fans nostalgiques du longmétrage originel, « Tron », sorti en salles en 1982 et qui – pour la première fois de toute l’histoire du cinéma – faisait usage d’images de synthèse et de codes visuels propres à l’informatique. Pour s’assurer que les geeks cinéphiles seraient bien au rendez-vous, Walt Disney a su doser les effets d’annonce et tenir en haleine son public. En octobre dernier, vingt minutes du blockbuster ont été projetées dans diverses salles choisies à travers le monde lors d’une soirée intitulée tout simplement « Nuit Tron : l’Expérience 3D ». Mais il fallut encore saliver pendant près de 4 mois pour pouvoir enfin savourer le nouveau «Tron» dans son intégralité. Au niveau du pitch, rien d’extrêmement palpitant. Sam Flynn cherche à percer le mystère de la disparition de son père, intervenue 25 ans auparavant. Expert en technologie comme lui, il se trouve alors aspiré dans un monde virtuel, un univers parallèle et dangereux dans lequel son paternel Kevin Flynn tentait justement de survivre. En plus des effets visuels exceptionnels pour l’époque, le longmétrage original avait su s’entourer de bonnes fées. Parmi lesquelles le dessinateur et scénariste Jean Giraud (plus connu

,

film we want sex ©Elite Film AG.

2011 commence sur les chapeaux de roue du côté du septième art. Entre suite mythique, film de gangsters et révolte féministe, gros plan sur trois longs-métrages qui vont marquer le début de l’année.

234 5$01(-+" 60$7)-+

!"#$%&"$'()%*+" *,)*-"./011'-

234 5$01(-+" 60$7)-+

!"#$%&"$'()%*+" *,)*-"./011'-

8"9:*'"(/;<=8"8)A,118"9:*'"(/;<=8 >>>?,)*.-*@0)A,11-?9B >>>?,)*.-*@0)A,11-?9B


Après un premier album à succès en 2008, le trio irlandais vient de sortir son deuxième opus, dans la même veine que le précédent, et sera en concert en février prochain à Zurich. Gros plan sur un groupe qui mélange de belle manière des flow de hip hop et une pop teintée de rock.

LA SOUL CELTIQUE DE

THE SCRIPT

Texte°°° FRÉDÉRIC REIN De la soul celtique! Le mélange peut paraître surprenant, mais le résultat est probant. Entendre des flow hip hop s’unir à des mélodies pop rock donne ce petit supplément d’âme au groupe The Script. «A l’époque, à Dublin, nous n’avions MTV qu’après minuit, alors que la chaîne était davantage tournée vers la musique noire. Nous sommes beaucoup de ma génération à avoir été fascinés par ça», justifie Mark Sheehan, le guitariste au crâne rasé. C’est précisément cette pointe d’originalité, héritée des fins de soirées devant la télé, qui a contribué à propulser, en 2008, leur premier album au sommet des classements du Royaume-Uni et d’Irlande. En prime, ils raflent le World Music Award de la meilleure vente irlandaise, notamment grâce à «The Man Who Can’t Be Moved». En tout, près de 2 millions d’exemplaires seront vendus à travers le monde, le tube «Breakeven» restant même 40 semaines dans le classement américain des chansons pop les plus diffusées à la radio. Cerise sur le gâteau, le trio irlandais a reçu en 2010 le Meteor Award (prix national musical en Irlande) de la meilleure performance live, devançant leurs mentors, U2.

,

DES CHANSONS À TEXTE Aujourd’hui, c’est avec leur deuxième opus, «Science & Faith» qu’ils rajoutent quelques lignes au script de leur carrière. «Les chansons sont venues rapidement», confient-ils. Ce nouvel album, dans la même veine que le précédent, parle des ravages que peuvent occasionner les relations humaines, de la priorité de l’amour dans l’équation universelle, ou encore de la perte de parents. «Dans nos titres, on revient sur des émotions complexes de manière simple», expliquent-ils. Un message très humble et honnête, d’après Paul McCartney, qui les a invités sur sa tournée américaine. A l’image de leurs vies, que la musique a éloignée de la délinquance des quartiers pauvres de Dublin dans lesquels ils ont grandi. Chacun d’entre nous se retrouve un peu dans leurs textes, même si l’existence de ces jeunes hommes a été émaillée d’épisodes extrêmement tristes (décès dans leur entourage). Glorieux aussi. Comme quand Danny O’Donoghue, le chanteur principal, et Mark Sheehan, le guitariste, se retrouvent invités aux Etats-Unis pour collaborer avec quelques légendes du R’n’B contemporain, à l’instar de Dallas Austin. Mais les deux producteurs à succès veulent sortir de l’ombre. Ils recrutent alors Glen Power, le batteur, avant de réaliser leur premier album. Car désormais, ils ne travaillent plus que pour eux. Et même les demandes de Beyoncé et de James Blunt ne trouveront pas grâce à leurs yeux. Ils ont encore trop de scripts à écrire pour eux, trop de pages à tourner rien qu’à trois…

P H O T O L I T H O R E T O U C H E P R É P R E S S E p o u r

l e

m a g a z i n e 3 0

d e g r é s

d e p u i s t r e n t e - t r o i s n u m é r o s

Images 3 SA Avenue de France 23bis Case postale CH-1000 Lausanne T +41 21 621 89 89 www.images3.ch

DR

www.thescriptmusic.com

042 | TRENTE DEGRÉS

En concert au Komplex 457 de Zurich, le 9 février 2011.

!


Après un premier album à succès en 2008, le trio irlandais vient de sortir son deuxième opus, dans la même veine que le précédent, et sera en concert en février prochain à Zurich. Gros plan sur un groupe qui mélange de belle manière des flow de hip hop et une pop teintée de rock.

LA SOUL CELTIQUE DE

THE SCRIPT

Texte°°° FRÉDÉRIC REIN De la soul celtique! Le mélange peut paraître surprenant, mais le résultat est probant. Entendre des flow hip hop s’unir à des mélodies pop rock donne ce petit supplément d’âme au groupe The Script. «A l’époque, à Dublin, nous n’avions MTV qu’après minuit, alors que la chaîne était davantage tournée vers la musique noire. Nous sommes beaucoup de ma génération à avoir été fascinés par ça», justifie Mark Sheehan, le guitariste au crâne rasé. C’est précisément cette pointe d’originalité, héritée des fins de soirées devant la télé, qui a contribué à propulser, en 2008, leur premier album au sommet des classements du Royaume-Uni et d’Irlande. En prime, ils raflent le World Music Award de la meilleure vente irlandaise, notamment grâce à «The Man Who Can’t Be Moved». En tout, près de 2 millions d’exemplaires seront vendus à travers le monde, le tube «Breakeven» restant même 40 semaines dans le classement américain des chansons pop les plus diffusées à la radio. Cerise sur le gâteau, le trio irlandais a reçu en 2010 le Meteor Award (prix national musical en Irlande) de la meilleure performance live, devançant leurs mentors, U2.

,

DES CHANSONS À TEXTE Aujourd’hui, c’est avec leur deuxième opus, «Science & Faith» qu’ils rajoutent quelques lignes au script de leur carrière. «Les chansons sont venues rapidement», confient-ils. Ce nouvel album, dans la même veine que le précédent, parle des ravages que peuvent occasionner les relations humaines, de la priorité de l’amour dans l’équation universelle, ou encore de la perte de parents. «Dans nos titres, on revient sur des émotions complexes de manière simple», expliquent-ils. Un message très humble et honnête, d’après Paul McCartney, qui les a invités sur sa tournée américaine. A l’image de leurs vies, que la musique a éloignée de la délinquance des quartiers pauvres de Dublin dans lesquels ils ont grandi. Chacun d’entre nous se retrouve un peu dans leurs textes, même si l’existence de ces jeunes hommes a été émaillée d’épisodes extrêmement tristes (décès dans leur entourage). Glorieux aussi. Comme quand Danny O’Donoghue, le chanteur principal, et Mark Sheehan, le guitariste, se retrouvent invités aux Etats-Unis pour collaborer avec quelques légendes du R’n’B contemporain, à l’instar de Dallas Austin. Mais les deux producteurs à succès veulent sortir de l’ombre. Ils recrutent alors Glen Power, le batteur, avant de réaliser leur premier album. Car désormais, ils ne travaillent plus que pour eux. Et même les demandes de Beyoncé et de James Blunt ne trouveront pas grâce à leurs yeux. Ils ont encore trop de scripts à écrire pour eux, trop de pages à tourner rien qu’à trois…

P H O T O L I T H O R E T O U C H E P R É P R E S S E p o u r

l e

m a g a z i n e 3 0

d e g r é s

d e p u i s t r e n t e - t r o i s n u m é r o s

Images 3 SA Avenue de France 23bis Case postale CH-1000 Lausanne T +41 21 621 89 89 www.images3.ch

DR

www.thescriptmusic.com

042 | TRENTE DEGRÉS

En concert au Komplex 457 de Zurich, le 9 février 2011.

!


www.beargrylls.com

BEAR GRYLLS GENTLEMAN DE L’EXTRÊME

Alpiniste, écrivain, aventurier et animateur de télévision, ce casse-cou de 36 ans remporte un succès planétaire avec son émission « Man vs Wild ». Portrait d’un expert de la survie en milieu hostile. Texte°°° WILLIAM TÜRLER Bear Grylls a bâti son mythe dès l’âge de 23 ans. A l’époque, il devient le plus jeune alpiniste britannique à avoir gravi l’Everest, après 90 jours d’ascension et une chute dans une crevasse qui a bien failli lui coûter la vie. Détail important : quelques années plus tôt, durant un exercice des forces spéciales britanniques (SAS 21) lors duquel il effectue un saut en parachute en Afrique, il se brise le dos en trois endroits. Il tirera de cet incroyable exploit un livre, intitulé « Facing up », qui deviendra très vite un best-seller mondial. Après un premier « éclat télévisuel » dans une publicité pour un déodorant s’inspirant de son aventure sur l’Everest, il multiplie les apparitions cathodiques (on le voit chez Oprah Winfrey ou Jay Leno), puis dans plusieurs documentaires et émissions, parmi lesquels « Escape to the Legion », qui retrace son immersion dans la Légion étrangère. C’est alors que Discovery Channel lui propose d’animer « Man vs Wild », une émission au concept simple et diablement efficace : parachuté dans les régions les plus inhospitalières de la planète (déserts, jungles, marais, haute montagne) avec

,

un équipement se limitant généralement à des habits et un couteau, Bear Grylls montre ce que l’on doit y faire pour survivre. EN SITUATION DE DANGER? Le succès ne se fait pas attendre (l’audience mondiale de la série avoisine les 1,2 milliard de téléspectateurs). Tout comme les premières critiques. Certains estiment que l’animateur – accompagné sur chaque tournage d’une équipe de 4 à 5 personnes composée d’un cameraman, d’un preneur de son, d’un réalisateur et d’une personne chargée de leur sécurité – ne se mettrait jamais réellement en situation de danger. Pour qui a suivi plus d’un épisode, il paraît cependant clair que ce casse-cou de 36 ans, père de trois garçons, se retrouve véritablement « seul face à la nature » dans de nombreuses scènes. Par exemple lorsqu’il descend une paroi rocheuse grâce à des lianes humides dans la jungle du Belize, ou lorsqu’il plonge dans un lac gelé en Sibérie. Mais aussi lors des fréquents passages où il se nourrit d’insectes, de larves ou de toute autre bestiole rencontrée au gré de ses pérégrinations… Mention spéciale à l’œil de yak, qu’il arrache d’une bête morte en Sibérie avant de le croquer à pleines dents ! Une partie de l’animal apparemment peu ragoûtante, mais pleine de protéines, précise le commentateur. Qui ajoute que lorsque l’on se bat pour survivre, il faut avoir l’estomac bien accroché… « Man vs Wild », sur NT1. « Worst case scenario » : après la survie dans la nature, Bear Grylls s’attaque à celle en milieu urbain. Actuellement sur Discovery Channel.

TRENTE DEGRÉS | 045


LE GIANTXTOUR SUIT SA COURBE DE CROISSANCE

GiantXtour

Texte°°° SERGE GRETER

GiantXtour

Cette année, la compétition nationale interscolaire de snowboard (boardercross et Big Air) et ski (skicross et Big Air) poursuit son développement en Suisse alémanique, ce qui devrait mettre un point final à son expansion. L’Open & Pro, épreuve ouverte à tous, est maintenu, alors qu’en parallèle, des efforts environnementaux sont prévus.

« Le bébé a grandi. Sa courbe de croissance a été linéaire, excluant toutes carences. Par contre, ce ne sera jamais un géant, malgré de bonnes prédispositions ! », explique Philippe Wenger, le papa du giantXtour, une compétition interscolaire dédiée aux apprentis et aux gymnasiens de Suisse qui allie snowboard (boardercross et Big Air) et ski (skicross et Big Air). Alors que se prépare sa 14e édition, le giantXtour poursuit sa croissance en Suisse alémanique… « Nous sommes très connus en Suisse romande. Mais outre-Sarine, nous avons encore une bonne marge de progression, car cela ne fait que 2 ans que nous y sommes présents. Cela marche bien dans la région bernoise, à Bâle et jusqu’à Lucerne, mais au-delà, il y a encore beaucoup de travail à faire », confie Philippe Wenger. N’est-ce pas précisément maintenant qu’il faut faire attention à ne pas se laisser griser par ce succès annoncé ? En père attentif, Philippe Wenger veille au grain : « Notre but à long terme est d’ajouter un seul site de qualification en Suisse allemande, afin d’en avoir trois, comme en Romandie. Après, on arrête définitivement notre expansion pour que cela reste gérable. » Plus de compétitions, mais pas plus de participants, car le nombre se stabilisera à 2 000, comme l’an dernier. « Chaque canton possède un répondant qui est chargé de canaliser la demande », souligne-t-il. L’étau va donc se resserrer et le niveau s’élever. Cette compétition, qui a accueilli Mellie Francon (snowboard cross) et Katrin Müller (skicross), toutes deux présentes aux Jeux olympiques de Vancouver, deviendra plus que jamais l’antichambre de l’élite helvétique de ces sports d’hiver.

,

TRENTE DEGRÉS | 47


Nendaz Wood Park - Rider: Jonathan Geiser - Photo: Sébastien Staub

I feel Wood…

2 jours de ski + 1 nuit en hôtel***

dès CHF 199.– par pers. L’offre comprend: 1 nuit en chambre double avec petit déjeuner et deux jours de ski Secteur «Printse» avec accès au Nendaz Wood Park et au Skicross Park. Validité du 08.01 au 12.02 et du 19.03 au 25.04.2011. Sous réserve de disponibilité. nendaz.ch - T 027 289 55 89


GiantXtour

OPEN&PRO Cela ne veut en revanche pas dire que la manifestation, accessible à tous, comme le prouve une finance d’inscription fixée à 10 francs, ne va pas évoluer. L’Open&Pro, sorte de petite sœur du GiantXtour, après un test l’an dernier, s’impose par exemple cette année de manière définitive. « Cette compétition de skicross et de snowboard cross, qui aura lieu le samedi, s’adresse aux jeunes (à partir de 13 ans) comme aux adultes. On sort là du cadre scolaire. De plus en plus de personnes ne veulent pas prendre de licence, mais souhaitent quand même pratiquer ces sports. Elles seront rejointes par les affiliés de la fédération qui désirent s’entraîner. Le nombre de ces étapes devrait augmenter à l’avenir, car il y a une vraie demande », note l’organisateur. Dans un même temps, Summit Foundation, spécialisée dans les problèmes environnementaux, a été mandatée pour apporter des solutions concrètes en la matière. Un système de tri des déchets sera par exemple proposé sur l’entier du tour. De vraies préoccupations d’adulte ! Plus d’informations sur www.giantxtour.ch

LE CALENDRIER 2011

Christian Bugnon

Manche qualificative à Haute-Nendaz Manche qualificative à Haute-Nendaz Manche qualificative à Grimentz Open&Pro à Grimentz Manche qualificative à Lenk Manche qualificative à Lenk Open&Pro à Lenk Manche qualificative à Melchsee-Frutt Manche qualificative à Melchsee-Frutt Manche qualificative à Leysin Manche qualificative à Leysin Finale Rivella giantXtour by DaKine à Leysin

GiantXtour

19 janvier 20 janvier 26 janvier 29 janvier 2 février 3 février 5 février 16 février 17 février 9 mars 10 mars 12 mars

TRENTE DEGRÉS | 49


AURÉLIEN DUCROZ

SKIEUR EXPÉRIMENTÉ

ET MARIN DÉBUTANT

Le champion du monde de ski freeride 2009 dans son royaume à Chamonix.

DR

Dan Ferrer

Dan Ferrer

RENAISSANCE ET CONSÉCRATION Son expérience cinématographique lui redonne rapidement le goût de l’exploit, et il se lance dans une première saison de freeride, à skis, sur les épreuves régionales. Les portes du championnat du monde s’ouvrent alors à lui, et quelques mois comme employé aux installations de l’Aiguille du Midi finissent par le convaincre que la voie à suivre ne doit pas être conventionnelle. Aurélien s’envole pour le Canada, afin de participer à sa première compétition mondiale, où il terminera 3ème. Manu Gaidet, le champion du monde en titre, le prend sous son aile et l’aide à intégrer ce nouveau milieu. En 2004, Aurélien Ducroz est qualifié pour l’X-treme de Verbier, étape qu’il considère comme déterminante pour la suite de sa carrière. «Pour la première fois de ma vie, je pouvais me mesurer aux plus grands, comme Michaud ou Zackrisson. C’était incroyable». Motivé plus qu’impressionné, il devient vice-champion du monde l’année suivante. «L’arrivée de mon fils m’a vraiment boosté. Je ne m’attendais pas à un résultat pareil, mais ma régularité a payé.» Poursuivant inlassablement sa progression, il s’impose pour la première fois sur l’X-treme de Verbier en 2006, et est consacré champion du monde en 2009.

Texte°°° VINCENT GILLIOZ

Vainqueur du Freeride World Tour 2009 et 4e la saison dernière, le Chamoniard prépare, en parallèle de sa saison de ski 2011, une transatlantique en solitaire qui doit le conduire au Brésil en septembre prochain. Le jeune homme de 28 ans est confiant pour ce nouveau défi, qu’il aborde avec une belle humilité. S P O RT

050 | TRENTE DEGRÉS

Aurélien Ducroz est tombé dans la marmite de la montagne quand il était petit. Fils d’un guide et d’une professeure de ski, le Chamoniard s’est orienté assez naturellement vers le sport dès son plus jeune âge. Comme tous les enfants de la vallée, il monte sur des lattes à peu près en même temps qu’il fait ses premiers pas, ce qui l’amène très vite à faire des compétitions, en géant et en super-géant. A l’âge de 14 ans, son 1m35 et ses 37 kilos l’incitent à trouver une activité plus appropriée à son gabarit. Ce sera le saut à ski. Il s’élance alors sur les tremplins de la région, excellant rapidement dans sa nouvelle discipline. Compétiteur dans l’âme, il franchit un à un les échelons du succès jusqu’à rejoindre l’équipe de France espoirs, et remporter plusieurs titres nationaux. Il se qualifie finalement pour les Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002. «Cette période, même si elle était passionnante d’un point de vue de la compétition, était très difficile, raconte-t-il. Le saut à ski est très contraignant au niveau du poids. On passe son temps à faire du régime pour être le plus léger possible. Je ne

,

Aurélien à bord de son monocoque Nissan 417 lors de son parcours de qualification pour la Transat 6.50. mangeais jamais avec mes parents à table, j’avais mes propres menus. Je pesais 58 kilos pour 1m80. J’ai été à deux doigts de lâcher mentalement tellement c’était rude.» DESCENTE AUX ENFERS Un accident lors d’un entraînement en Allemagne, peu avant les JO, met un terme à ses espoirs olympiques. Aurélien se retrouve chez lui, seul, blessé physiquement et psychologiquement. «C’était très dur, les gens de la fédération de saut à ski n’ont jamais pris de mes nouvelles, alors que je m’étais investi corps et âme dans mon sport. J’ai pris un très gros coup au moral.» Après son rétablissement, il hésite alors à revenir sur les tremplins. Finalement, il saisit l’opportunité que lui offre Didier Lafond, le cinéaste de glisse des années 1980. Il doit doubler un acteur sur des scènes du film «Snowboarder», réalisé dans la région. Aurélien accepte et ses prouesses sont d’un tel niveau qu’il décroche un contrat pour le reste du tournage. Il tourne définitivement la page du saut à ski pour le freeride.

RENCONTRE AVEC LA MER Sollicité pour parrainer le voilier d’Adrien Hardy, un navigateur qui prépare la Transat 6.50, il découvre les joies de la régate et de la course au large en 2006. Poussé par Yvan Bourgnon, qu’il rencontre peu de temps après, il décide de tenter l’aventure d’une transat en solitaire. Le défi est énorme, car Aurélien part de zéro. «J’ai dû apprendre en une saison ce que les autres acquièrent normalement en 10 ou 15 ans.» Après cinq mois passés en Bretagne à s’entraîner et à régater, il obtient son ticket pour la traversée de l’Atlantique en solitaire qui doit partir vers le Brésil en septembre 2011. Une nouvelle saison de voile l’attend avant le départ. De quoi parfaire sa préparation et optimiser ses chances de succès. FWT EN LIGNE DE MIRE Mais comme le bateau est remisé à terre jusqu’au printemps, Aurélien Ducroz peut aujourd’hui se consacrer au Freeride World Tour (FWT), qu’il espère bien remporter après sa 4e place en 2010. «Je ne veux pas que les gens puissent dire que j’ai gagné en 2009 sur un coup de chance. Je dois transformer l’essai pour montrer que j’ai de la constance.» Ravi d’avoir signé avec son nouveau partenaire, la manufacture horlogère Alpina, Aurélien Ducroz attend avec impatience d’en découdre chez lui, à Chamonix, le 22 janvier prochain.

TRENTE DEGRÉS | 051


Le champion du monde de ski freeride 2009 dans son royaume à Chamonix.

Dan Ferrer

Dan Ferrer

RENAISSANCE ET CONSÉCRATION Son expérience cinématographique lui redonne rapidement le goût de l’exploit, et il se lance dans une première saison de freeride, à skis, sur les épreuves régionales. Les portes du championnat du monde s’ouvrent alors à lui, et quelques mois comme employé aux installations de l’Aiguille du Midi finissent par le convaincre que la voie à suivre ne doit pas être conventionnelle. Aurélien s’envole pour le Canada, afin de participer à sa première compétition mondiale, où il terminera 3ème. Manu Gaidet, le champion du monde en titre, le prend sous son aile et l’aide à intégrer ce nouveau milieu. En 2004, Aurélien Ducroz est qualifié pour l’X-treme de Verbier, étape qu’il considère comme déterminante pour la suite de sa carrière. «Pour la première fois de ma vie, je pouvais me mesurer aux plus grands, comme Michaud ou Zackrisson. C’était incroyable». Motivé plus qu’impressionné, il devient vice-champion du monde l’année suivante. «L’arrivée de mon fils m’a vraiment boosté. Je ne m’attendais pas à un résultat pareil, mais ma régularité a payé.» Poursuivant inlassablement sa progression, il s’impose pour la première fois sur l’X-treme de Verbier en 2006, et est consacré champion du monde en 2009.

Aurélien à bord de son monocoque Nissan 417 lors de son parcours de qualification pour la Transat 6.50. mangeais jamais avec mes parents à table, j’avais mes propres menus. Je pesais 58 kilos pour 1m80. J’ai été à deux doigts de lâcher mentalement tellement c’était rude.» DESCENTE AUX ENFERS Un accident lors d’un entraînement en Allemagne, peu avant les JO, met un terme à ses espoirs olympiques. Aurélien se retrouve chez lui, seul, blessé physiquement et psychologiquement. «C’était très dur, les gens de la fédération de saut à ski n’ont jamais pris de mes nouvelles, alors que je m’étais investi corps et âme dans mon sport. J’ai pris un très gros coup au moral.» Après son rétablissement, il hésite alors à revenir sur les tremplins. Finalement, il saisit l’opportunité que lui offre Didier Lafond, le cinéaste de glisse des années 1980. Il doit doubler un acteur sur des scènes du film «Snowboarder», réalisé dans la région. Aurélien accepte et ses prouesses sont d’un tel niveau qu’il décroche un contrat pour le reste du tournage. Il tourne définitivement la page du saut à ski pour le freeride.

RENCONTRE AVEC LA MER Sollicité pour parrainer le voilier d’Adrien Hardy, un navigateur qui prépare la Transat 6.50, il découvre les joies de la régate et de la course au large en 2006. Poussé par Yvan Bourgnon, qu’il rencontre peu de temps après, il décide de tenter l’aventure d’une transat en solitaire. Le défi est énorme, car Aurélien part de zéro. «J’ai dû apprendre en une saison ce que les autres acquièrent normalement en 10 ou 15 ans.» Après cinq mois passés en Bretagne à s’entraîner et à régater, il obtient son ticket pour la traversée de l’Atlantique en solitaire qui doit partir vers le Brésil en septembre 2011. Une nouvelle saison de voile l’attend avant le départ. De quoi parfaire sa préparation et optimiser ses chances de succès. FWT EN LIGNE DE MIRE Mais comme le bateau est remisé à terre jusqu’au printemps, Aurélien Ducroz peut aujourd’hui se consacrer au Freeride World Tour (FWT), qu’il espère bien remporter après sa 4e place en 2010. «Je ne veux pas que les gens puissent dire que j’ai gagné en 2009 sur un coup de chance. Je dois transformer l’essai pour montrer que j’ai de la constance.» Ravi d’avoir signé avec son nouveau partenaire, la manufacture horlogère Alpina, Aurélien Ducroz attend avec impatience d’en découdre chez lui, à Chamonix, le 22 janvier prochain.

TRENTE DEGRÉS | 051


D.Daher

LE FREERIDE WORLD TOUR 2011 VOIT GRAND,

TRÈS GRAND La première des six rencontres majeures que compte cette compétition de freeride se déroulera en janvier à Chamonix. Parallèlement, les amateurs de sensations fortes pourront faire leurs armes lors des 30 épreuves qualifiers de la saison. Texte°°° VINCENT GILLIOZ « 30° degrés » vous l’avait déjà annoncé dans son dernier numéro: le Freeride World Tour (FWT) 2011 sera plus intense que jamais. Six épreuves vont en effet être disputées entre la France, la Suisse, la Russie, les USA et l’Autriche. En plus de ce programme déjà très riche, ce ne sont pas moins de 30 qualifiers, classés selon quatre niveaux, qui sont à l’agenda 2010/11. Ces compétitions qui se déroulent tout autour de la planète vont permettre aux jeunes freeriders de confronter leur style, et peutêtre d’obtenir un ticket pour le championnat du monde de l’an prochain. Trois rencontres ont déjà été disputées en août et en septembre de cette année enNouvelle-Zélande. Les autres doivent se dérouler de janvier à avril 2011 entre l’Europe et l’Amérique du Nord. La Clusaz, dans le massif des Aravis, en France,Roldal, en Norvège, Arcalis, dans les Pyrénées espagnoles, Kanin, enSlovénie, ou encore Elbrus, en Russie, sont notamment au programme des riders. Les classiques helvétiques comme l’Engadinsnow de Silvaplana, le First Track de Chandolin, le FreeSession de Morgins et le Nendaz Freeride prennent bien sûr place dans cette nouvelle organisation planétaire.

,

XAVIER DE LE RUE GRAND FAVORI Les forces en présence restent globalement les mêmes que l’année dernière, même si le suédois Kaj Zackrisson, deuxième skieur sur le Tour 2010, a récemment annoncé son retrait du circuit.Si le classement des skieurs reste une énigme à ce stade, celui des snowboarders ne devrait par contre pas réserver trop de surprises, tout du moins au sommet du podium. Xavier de LeRue demeure aujourd’hui le rider qui survole sa discipline, et il est peu probable qu’il soit détrôné. Les lauréats des qualifiers 2010 vont également rejoindre leTour. Certains de ces nouveaux venus pourraient d’ailleurs faire figure d’outsiders. La rencontre de Chamonix permettra probablement d’y voir un peu plus clair. Avec son énorme programme 2010/11, le FWT devient une véritable fédération. Le rapprochement avec le championnat américain évoqué par Nicolas Hale-Woods à la fin de l’été confirme encore un peu plus cet état de fait. La discipline monte en puissance dans de nombreux pays du monde, s’organisant à l’image du ski alpin. Personne ne serait même surpris d’apprendre un jour que le freeride devient sport olympique.N’anticipons toutefois pas, car la route est encore longue et les cinq anneaux ne représentent peut-être pas un objectif pour les organisateurs, qui n’ont pas besoin de ça pour développer ce sport en devenir.

h «Mister Backflip», alias Seb Michaud (FRA), dans ses œuvres... c Phil Meier dans la descente vertigineuse du Bec des Rosses. LES 6 ÉVÈNEMENTS 2011

J.Hadik

1. Nissan Freeride de Chamonix-Mont-Blanc 2011 by Swatch (FRA): 22 Janvier 2. Nissan Freeride Engadin St. Moritz 2011 by Swatch (SUI): 29 Janvier 2011 3. North American Championships Kirkwood 2011 by Swatch (USA): 26 Février et The North Face Masters Kirkwood 2011 by Swatch (USA): 5 Mars 4. Nissan Russian Adventure Sochi 2011 (RUS): 5 Mars 5. Big Mountain Fieberbrunn 2011 by Nissan (AUT): 12 Mars 6. Nissan Xtreme Verbier 2011 by Swatch (SUI): 19 Mars

052 | TRENTE DEGRÉS


L’ESCALADE QUI NE LAISSE PAS DE

GLACE S P O RT

L’hiver arrive et les cascades chantantes de l’été se métamorphosent petit à petit en stalactites, cigares ou grands murs bleutés. Les glaciéristes trépignent d’impatience, car la courte saison d’escalade de glace va commencer. Il est temps d’affûter ses crampons.

Quand l’eau qui dévale les montagnes se retrouve figée par la morsure du froid, la cascade de glace fait son apparition pour le plus grand plaisir des grimpeurs.

054 | TRENTE DEGRÉS


Texte°°° VINCENT GILLIOZ Photos°°° WWW.CHRISTOPHERACAT.COM L’escalade de glace a subi une mutation hors du commun depuis environ 40 ans. Partie intégrante de l’alpinisme jusque dans les années 1970, cette pratique s’est peu à peu spécialisée pour devenir une activité à part entière. L’Ecossais Tom Patey est probablement le précurseur reconnu de l’ice climbing. Le grimpeur – qui est également l’inventeur du premier piolet-traction, le fameux Terrordactyl – a commencé à utiliser des techniques spécifiques sur les spots très réputés de Ben Nevis (le sommet le plus haut du Royaume-Uni). Des Anglais, des Américains et bien sûr des Français, des Italiens et des Suisses lui ont ensuite emboîté le pas sur les massifs alpins, développant les spécificités de ce sport. L’appellation «escalade de glace» prend une véritable signification lorsque les alpinistes cessent de tailler des marches dans les pentes et qu’ils recourent systématiquement aux pointes avant des crampons pour progresser. Les grandes voies alpines, comme la face nord des Droites, Le Linceul aux Grandes Jorasses ou encore le couloir nord des Drus, n’auraient jamais pu être vaincues en libre sans l’apparition de ces nouvelles techniques aujourd’hui évidentes. La mise au point d’un matériel de plus en plus performant et adapté a ensuite complètement fait exploser cette discipline, et les adeptes se sont tranquillement détachés des alpinistes. Les spécialistes ont bricolé des équipements, les piolets sont devenus crochus, les lames se sont inversées, des chaussures singulières ont pris la place des souliers de montagne, et les broches ont été munies de manivelles, améliorant sensiblement la sécurité. Les vieux briscards se souviennent tous du petit piolet «Chacal » de la marque Simond, sorti en 1975, qui a représenté une véritable révolution. L’outil a été utilisé par les plus grands et fait encore référence dans le milieu.

,

L’ESCALADE QUI NE LAISSE PAS DE

GLACE S P O RT

L’hiver arrive et les cascades chantantes de l’été se métamorphosent petit à petit en stalactites, cigares ou grands murs bleutés. Les glaciéristes trépignent d’impatience, car la courte saison d’escalade de glace va commencer. Il est temps d’affûter ses crampons.

Quand l’eau qui dévale les montagnes se retrouve figée par la morsure du froid, la cascade de glace fait son apparition pour le plus grand plaisir des grimpeurs.

054 | TRENTE DEGRÉS

JUSQU’À LA COMPÉTITION La première Coupe du monde s’est déroulée aux USA, en 1999. L’Autriche, la Suisse, l’Italie, la France, la Slovénie, la Russie et le Canada ont depuis accueilli des événements d’envergure internationale. Les athlètes de ces mêmes pays se sont d’ailleurs illustrés, les Russes étant actuellement parmi les meilleurs au monde. Le guide helvétique Simon Anthamatten est aussi régulièrement classé au top. L’escalade de glace est reconnue

Malgré une gestuelle d’apparence simple, la pratique de l’escalade de glace requiert un apprentissage spécifique. par l’Union internationale des associations d’alpinisme (UIAA) depuis 2002, et est devenue la troisième discipline des compétitions d’alpinisme, aux côtés de l’escalade classique et du ski-alpinisme. Les rencontres se déroulent souvent sur des sites artificiels, l’épreuve de Saas-Fee étant l’une des plus représentatives du genre. Cette manche de Coupe du monde, qui aura lieu du 14 au 22 janvier 2011, fait en effet partie des incontournables. Depuis 2009, les éperons arrière, qui ont longtemps fait sensation et permis aux athlètes de faire des figures de style impressionnantes, sont interdits. Cet appendice ne favorisait pas forcément la technique et le placement, sans compter qu’il donnait à l’activité un caractère trop exclusif.

UN SPORT PROCHE DE LA NATURE Au-delà de son évolution sportive et très élitiste, l’escalade de glace reste avant tout une pratique ludique, qui s’exerce en milieu naturel. Une bonne faculté d’observation est nécessaire, car l’eau vive qui se métamorphose, passant de l’état liquide à celui solide lorsque les températures sont durablement basses, reste une matière éphémère. De nombreux paramètres doivent être pris en compte pour l’appréhender et mettre en œuvre les techniques les plus adaptées. Une variation de quelques degrés peut modifier considérablement la structure de la glace, qui peut être tendre ou cassante, mais surtout s’avérer dangereuse si les changements de températures sont trop importants.

TRENTE DEGRÉS | 055


La Suisse est un terrain de jeu privilégié pour les cascades de glaces. Celle du téléphérique de Zinal est un bon exemple.

Outre les sites internet de la plupart des stations, quelques autres liens proposent des topoguides : www.camptocamp.org www.icyways.ch www.ice-fall.com www.grimpe-news.fr

056 | TRENTE DEGRÉS

P. Fragnol / outdoorgames.org

De décembre à février, les vallées encaissées deviennent toutefois de véritables eldorados. Grands murs bleutés, pétales et choux-fleurs glacés, tubes, cigares ou stalactites sont les différentes configurations que le grimpeur recherchera pour exercer son art. Aujourd’hui, la plupart des bureaux de guides proposent des stages qui permettent une première prise de contact. Car si la gestuelle est apparemment simple, elle requiert un apprentissage spécifique. Alors que la fameuse cascade « Visa pour l’Amérique », à l’Oisans (France), ouverte par le spécialiste réputé François Damilano, reste pour beaucoup d’amateurs LA cascade qui a popularisé ce sport, de nombreuses autres régions alpines lui sont propices. La Suisse est d’ailleurs privilégiée. Le Val d’Anniviers, le vallon d’Arolla, celui du Trient ou encore la région de Kandersteg sont largement prisés. Plusieurs sites internet proposent des topoguides spécifiques (voir ci-dessous) à cette pratique. Affûtez donc vos crampons...

Samuel Anthamatten - Bassin d’Argentière lors des Outdoor Games d’hiver 2009.


UNE COURSE ET TROIS DISCIPLINES

Texte°°° VINCENT GILLIOZ En inscrivant une nouvelle épreuve au calendrier du ski-alpinisme, la station des Diablerets lance un remarquable défi. La course, conçue sur un format particulièrement original, pourrait bien à terme se hisser au même rang que les grandes classiques, aux côtés du Trophée du Muveran ou de la Patrouille des Glaciers. Le projet a été développé par l’UPA 10 (Union des patrouilleurs alpins), déjà initiatrice du Muveran et le comité de direction est présidé par Philippe Nicollier, ancien skieur-alpiniste et également ancien syndic d’OrmontDessus. Une marraine de choix, en la personne de Séverine Pont-Combe, multiple vainqueur de la Patrouille des Glaciers, représente par ailleurs cette nouvelle rencontre qui ne devrait pas manquer de faire du bruit chez les avaleurs de dénivelé.

DR

,

Christian Pittex de la Forclaz mène la patrouille.

Magique massif des Diablerets, au sommet duquel passe l’épreuve Reine, la Diabolique.

Adrien Croisier des Diablerets

UNE COURSE POUR LES SPECTATEURS Au vu de la difficulté de médiatiser le ski-alpinisme, le comité de direction a mis en exergue la question de la visibilité pour le public, afin de remédier à cette lacune. Le parcours de l’épreuve reine, la Diabolique, a ainsi été tracé pour que les passages clés se situent dans des endroits largement accessibles aux nonmontagnards, via les installations mécaniques. Les curieux et passionnés sont donc invités à venir encourager les sportifs durant la course qui doit représenter un événement phare pour la station. Le fait d’avoir couplé l’événement avec le salon du ski-alpinisme devrait par ailleurs drainer un public assez large. Disputée très tôt dans la saison, la Diablerets 3D constitue une des premières rencontres d’envergure du calendrier. « La date a été difficile à trouver, explique Philippe Nicollier. Nous devions tomber en dehors des relâches, période durant laquelle la station est déjà pleine, et également de ne pas concurrencer les rencontres de printemps ni les mondiaux. » Le début du mois de février est apparu comme naturel au vu des diverses contraintes. La période a l’avantage de promettre un enneigement optimal. La question de l’instabilité du manteau neigeux à cette période est par ailleurs facilement résolue puisque les coureurs évolueront essentiellement à proximité du domaine skiable, immanquablement sécurisé.

DR

MISE EN VALEUR DE TOUTES LES DISCIPLINES « À l’image du ski alpin qui comprend le slalom et la descente, le ski-alpinisme a également ses sous-disciplines, précise encore Ph. Nicollier. Il y a bien sûr la Longue distance, la catégorie reine. Mais les Verticales, pour lesquelles il n’y a ni transition ni descente, sont de plus en plus populaires. Les Relais, dernier arrivé dans ce monde sont aussi très appréciés des coureurs et du public. Nous avons voulu créer une première avec une épreuve qui regroupe les trois pratiques. » L’idée est effectivement séduisante et surtout innovante. Le format se rapproche sous certains aspects de la fameuse Pierra Menta, qui fait skier les participants pendant quatre jours dans le Beaufortain. L’épreuve savoyarde célèbre dans le monde entier ne regroupe par contre que des courses de longue distance.

www.Christophe Racat.com

S P O RT

La Diablerets 3D, nouvelle épreuve de ski-alpinisme des Alpes vaudoises, disputée sur trois jours début février, pourrait bien devenir une compétition de référence dans le milieu. Originale, elle intègre pour la première fois trois spécialités distinctes, la longue distance, la verticale et le relais.

UN SPORT ESSENTIELLEMENT ROMAND Le fait qu’un tel projet se développe dans la région des Diablerets n’est pas anodin, puisque les Alpes « francophones » constituent le berceau du ski-alpinisme. Le sport est bien sûr largement pratiqué par nos voisins italiens et français, mais son engouement est particulier en Valais, et dans les Alpes

TRENTE DEGRÉS | 059


UNE COURSE ET TROIS DISCIPLINES

Texte°°° VINCENT GILLIOZ En inscrivant une nouvelle épreuve au calendrier du ski-alpinisme, la station des Diablerets lance un remarquable défi. La course, conçue sur un format particulièrement original, pourrait bien à terme se hisser au même rang que les grandes classiques, aux côtés du Trophée du Muveran ou de la Patrouille des Glaciers. Le projet a été développé par l’UPA 10 (Union des patrouilleurs alpins), déjà initiatrice du Muveran et le comité de direction est présidé par Philippe Nicollier, ancien skieur-alpiniste et également ancien syndic d’OrmontDessus. Une marraine de choix, en la personne de Séverine Pont-Combe, multiple vainqueur de la Patrouille des Glaciers, représente par ailleurs cette nouvelle rencontre qui ne devrait pas manquer de faire du bruit chez les avaleurs de dénivelé.

DR

,

Christian Pittex de la Forclaz mène la patrouille.

Magique massif des Diablerets, au sommet duquel passe l’épreuve Reine, la Diabolique.

Adrien Croisier des Diablerets

UNE COURSE POUR LES SPECTATEURS Au vu de la difficulté de médiatiser le ski-alpinisme, le comité de direction a mis en exergue la question de la visibilité pour le public, afin de remédier à cette lacune. Le parcours de l’épreuve reine, la Diabolique, a ainsi été tracé pour que les passages clés se situent dans des endroits largement accessibles aux nonmontagnards, via les installations mécaniques. Les curieux et passionnés sont donc invités à venir encourager les sportifs durant la course qui doit représenter un événement phare pour la station. Le fait d’avoir couplé l’événement avec le salon du ski-alpinisme devrait par ailleurs drainer un public assez large. Disputée très tôt dans la saison, la Diablerets 3D constitue une des premières rencontres d’envergure du calendrier. « La date a été difficile à trouver, explique Philippe Nicollier. Nous devions tomber en dehors des relâches, période durant laquelle la station est déjà pleine, et également de ne pas concurrencer les rencontres de printemps ni les mondiaux. » Le début du mois de février est apparu comme naturel au vu des diverses contraintes. La période a l’avantage de promettre un enneigement optimal. La question de l’instabilité du manteau neigeux à cette période est par ailleurs facilement résolue puisque les coureurs évolueront essentiellement à proximité du domaine skiable, immanquablement sécurisé.

DR

MISE EN VALEUR DE TOUTES LES DISCIPLINES « À l’image du ski alpin qui comprend le slalom et la descente, le ski-alpinisme a également ses sous-disciplines, précise encore Ph. Nicollier. Il y a bien sûr la Longue distance, la catégorie reine. Mais les Verticales, pour lesquelles il n’y a ni transition ni descente, sont de plus en plus populaires. Les Relais, dernier arrivé dans ce monde sont aussi très appréciés des coureurs et du public. Nous avons voulu créer une première avec une épreuve qui regroupe les trois pratiques. » L’idée est effectivement séduisante et surtout innovante. Le format se rapproche sous certains aspects de la fameuse Pierra Menta, qui fait skier les participants pendant quatre jours dans le Beaufortain. L’épreuve savoyarde célèbre dans le monde entier ne regroupe par contre que des courses de longue distance.

www.Christophe Racat.com

S P O RT

La Diablerets 3D, nouvelle épreuve de ski-alpinisme des Alpes vaudoises, disputée sur trois jours début février, pourrait bien devenir une compétition de référence dans le milieu. Originale, elle intègre pour la première fois trois spécialités distinctes, la longue distance, la verticale et le relais.

UN SPORT ESSENTIELLEMENT ROMAND Le fait qu’un tel projet se développe dans la région des Diablerets n’est pas anodin, puisque les Alpes « francophones » constituent le berceau du ski-alpinisme. Le sport est bien sûr largement pratiqué par nos voisins italiens et français, mais son engouement est particulier en Valais, et dans les Alpes

TRENTE DEGRÉS | 059


fribourgeoises et vaudoises. Les Alémaniques, pour des raisons difficilement explicables, restent des adeptes marginaux, au même titre que les Autrichiens ou les Allemands. La Patrouille des Glaciers, rendez-vous national organisé par l’armée, ne réunit par exemple que 10% de participants d’outre-Sarine. Avec la proximité du canton de Berne, les organisateurs de la Diablerets 3D réussiront peut-être à motiver un peu plus de Suisses allemands à passer le Col du Pillon. La course pourrait alors favoriser un développement plus large du ski-alpinisme dans toute la Suisse. UN DÉFI À RELEVER Malgré tous ses atouts, la création de la Diablerets 3D va devoir faire ses preuves. Dans un contexte où la Patrouille des Glaciers et le Trophée du Muveran existent depuis une soixantaine d’années, où le Trophée des Gastlosen arrive à sa 20ème édition l’année prochaine et où la Pierra Menta fête son 25e anniversaire, s’imposer en épreuve de référence relève du véritable challenge. Sans compter que le calendrier mondial de la fédération (ISMF) regroupe 320 événements à travers le monde. La saturation en terme de concurrents des grandes classiques pourrait cependant encourager bien des coureurs à chercher un nouveau terrain d’aventure.

DIABLERETS 3D: CARTE D’IDENTITÉ Date : du 4 au 6 février 2011. Format : trois disciplines sur trois jours par équipe de deux. Épreuves : Verticale nocturne le vendredi soir, 800m de dénivelé+. Diabolique le samedi: 3000m de dénivelé+. Super relais le dimanche matin, 2x2 boucles de 300m de dénivelé+. Inscription : sur le site www.diablerets3d.ch, 230.- adultes, 130.- jeunes. Prize money : CHF 6000 au total. Animation : sur 3 jours, le village ski-alpinisme avec un salon, activités et ateliers. Catégories : cadettes + juniors filles (1996-1991), cadets + juniors garçons (1996-1991), dames (1990 et avant), espoirs (de 1990 à 1988), seniors (hommes 1987 et avant).

DR

Séverine Pont-Combe, marraine de la 3D.

DR

060 | TRENTE DEGRÉS


ZERMATT S P O RT

HAUT LIEU DU FREERIDE

Cette station du Haut-Valais, perchée à 1 620 mètres d’altitude, propose un domaine skiable incroyable, à cheval entre la Suisse et l’Italie. Et en prime, on retrouve le mythique Cervin en toile de fond. En piste. Texte°°° NICOLAS ZAMBETTI Photos°°° PATRICE SCHREYER A Zermatt, le Cervin se dresse comme un symbole. Celui d’un pays, mais aussi d’une station qui a construit sa renommée internationale autour de lui. Et c’est précisément autour de ce monument minéral que se retrouvent les skieurs de la station. Sur les pentes de ce superbe domaine qui est à ses pieds. Une fois sur les nombreuses pistes situées au cœur du massif helvétique le plus élevé, le Cervin se transforme en toile de fond, aussi magnifique soit-elle! Il faut dire que les options proposées ici, entre la Suisse et l’Italie, sont multiples et parfois très alpines, ce qui prouve la qualité des amateurs de glisse. On compte cinq secteurs facilement accessibles entre eux: Rothorn, Gornergrat et Petit Cervin côté suisse; Cervinia et Valtournenche côté italien. Et il y en a pour tous les goûts… On peut choisir de se laisser tranquillement guider par le soleil au Rothorn, à Riffelberg (Gornergrat) et au Cervinia, ou prendre l’option sportive en taquinant les flancs nord bosselés du Stockhorn (Gornergrat), ou bien se rendre à Furgg et au Schwarzsee (Petit Cervin).

,

% Belle séquence de glisse sur une neige de printemps au-dessus de Furgg, au pied du Cervin (4478m). %% Dans l’immensité du massif du Mont-Rose, le plus haut de Suisse. A l’image, le Lyskamm (4527m), le Castor (4221m) et le Pollux (4091m).

TRENTE DEGRÉS | 063


ZERMATT S P O RT

HAUT LIEU DU FREERIDE

Cette station du Haut-Valais, perchée à 1 620 mètres d’altitude, propose un domaine skiable incroyable, à cheval entre la Suisse et l’Italie. Et en prime, on retrouve le mythique Cervin en toile de fond. En piste. Texte°°° NICOLAS ZAMBETTI Photos°°° PATRICE SCHREYER A Zermatt, le Cervin se dresse comme un symbole. Celui d’un pays, mais aussi d’une station qui a construit sa renommée internationale autour de lui. Et c’est précisément autour de ce monument minéral que se retrouvent les skieurs de la station. Sur les pentes de ce superbe domaine qui est à ses pieds. Une fois sur les nombreuses pistes situées au cœur du massif helvétique le plus élevé, le Cervin se transforme en toile de fond, aussi magnifique soit-elle! Il faut dire que les options proposées ici, entre la Suisse et l’Italie, sont multiples et parfois très alpines, ce qui prouve la qualité des amateurs de glisse. On compte cinq secteurs facilement accessibles entre eux: Rothorn, Gornergrat et Petit Cervin côté suisse; Cervinia et Valtournenche côté italien. Et il y en a pour tous les goûts… On peut choisir de se laisser tranquillement guider par le soleil au Rothorn, à Riffelberg (Gornergrat) et au Cervinia, ou prendre l’option sportive en taquinant les flancs nord bosselés du Stockhorn (Gornergrat), ou bien se rendre à Furgg et au Schwarzsee (Petit Cervin).

,

% Belle séquence de glisse sur une neige de printemps au-dessus de Furgg, au pied du Cervin (4478m). %% Dans l’immensité du massif du Mont-Rose, le plus haut de Suisse. A l’image, le Lyskamm (4527m), le Castor (4221m) et le Pollux (4091m).

TRENTE DEGRÉS | 063


UN CHOIX RAISONNABLE Mais le choix de la descente n’est pas anodin. Il dépend des conditions atmosphériques et de la saison. La stabilité des pentes et la solidité des ponts de neige sur les crevasses doivent être suffisantes. De plus, les diverses orientations et altitudes peuvent donner des conditions de ski très différentes durant la même journée. Mais si la chance vous sourit, vous aurez peut-être l’occasion de profiter de LA journée à ne pas manquer au cours d’une saison. Comme quand, dans la froideur hivernale, on attaque, bien emmitouflé, les pistes noires du secteur Schwarzsee, fraîchement recouvertes de poudreuse. Au printemps, le secteur Stockhorn permet d’aligner des descentes de 1200 mètres. L’ensoleillement et la dénivellation font passer de la poudreuse au «gros sel» en quelques mètres. Et c’est avec les manches retroussées que l’on court pour ne pas rater la prochaine benne. Il est facile de combiner les secteurs. En débutant la journée au Rothorn, il est possible de se rendre jusqu’en Italie, à Cervinia et à Valtournenche, ou au pied du Cervin, au Schwarzsee, sans oublier les superbes possibilités de Furgg-Trockener Steg. A chacun de trouver la combinaison d’installations gagnante! AUX FRONTIÈRES DE L’ALPINISME Après une nuit passée au refuge des guides du Cervin, à la Testa Grigia, et moyennant une courte montée à peaux de phoque, on traverse le plateau du Breithorn pour se rendre au col dit «Schwarztor». Entre 2 et 3 heures sont nécessaires pour l’atteindre. Et l’on peut admirer au passage les sommets du Breithorn ou du Pollux. La descente, grandiose, au beau milieu des plus hauts sommets, demande toutefois beaucoup d’attention en raison des nombreuses crevasses. Ensuite, il convient de rejoindre les pistes de ski par le glacier du Gorner et son délicat goulet de sortie. Avec toujours en toile de fond le Cervin, omniprésent, inoubliable…

m La navette ferroviaire qui relie Täsch à Zermatt. ! Virage sur une cassure d'avalanche, avec en toile de fond le versant italien du Cervin. , La haute altitude permet quelques extravagances sur des séracs. A ne pas conseiller si l'on ne connaît pas bien la montagne!

064 | TRENTE DEGRÉS

EN PRATIQUE Zermatt (1 620 m) se situe dans le Haut-Valais, et s’atteint via Viège. On laisse la voiture à Täsch (parkings payants), avant de prendre le train ou le taxi pour la station. Bien entendu, elle est aussi accessible avec les transports publics. Pour se loger, il y en a pour tous les goûts, du sympathique hôtel Bahnhof (+41 27 967 24 06) aux cinq étoiles luxueux. Il y a également l’incontournable Hôtel de la Poste, avec ses différents pubs et restaurants, ainsi que le Grampi’s, juste en face. Plus d’informations sur www.zermatt.ch. On peut également dormir sur les pistes, dans certains refuges de montagne, comme par exemple celui des guides du Cervin à la Testa Grigia (3 480 m), téléphone : +39 0166 94 83 69. Le domaine skiable oscille entre 1 600 m et 3 820 m; on compte plus de 70 installations partagées entre Zermatt, Cervinia et Valtournenche. Il est possible d’acheter un seul forfait pour l’ensemble. En ce qui concerne le hors-piste, nous ne saurions trop vous conseiller d’être doté du matériel de montagne: pelle, sonde et DVA ou ARVA, en plus du matériel complet d’alpinisme nécessaire sur certains itinéraires. Vous pouvez aussi vous faire guider : bureau de guides locaux pour vous conseiller sur www.alpincenter-zermatt.ch ou www.nicolaszambetti.ch


FDE@$?<8K1 )' GCLJ :?8L; ;< HLF@ G<I;I< JFE J8E>$=IF@;% CX k\Z_efcf^`\ Fde`$?\Xk  \jk )' gclj Z_Xl[\ hlËle\ d\dYiXe\ kiX[`k`fee\cc\% <cc\i„Õ„Z_`kcXZ_Xc\li[„^X^„\gXimfki\Zfigj#\ki„^lc\cXk\dg„iXkli\%I\jg`iXek\#\cc\ Xjjli\leZfe]fikfgk`dXc[Xejkflk\jc\jZfe[`k`fej%GflicËXggiflm\i#`cjl]Ôk[\cXgfik\i% I\e[\q$mfljjli:fcldY`X%Zfd&fde`$_\Xkgfli\ejXmf`igclj%


Ce concept propose aux Helvètes de s’initier ou d’affirmer leur amour des raquettes à neige sur un parcours aménagé près de chez eux. Soit à l’heure du goûter, soit avant la fondue du soir qui est partagée par les participants. Convivialité garantie. Texte°°° SERGE GRETER Il y a ceux qui courent après le succès,et ceux qui marchent vers ces petits instants de bonheur. Les participants de « Raquette Aventure» font partie de cette seconde catégorie. Et pas seulement parce qu’il est difficile de courir avec des raquettes à neige aux pieds! Non, plutôt parce qu’ils viennent chercher dans cette manifestation des plaisirs simples de la vie: partager avec des personnes, proches ou inconnues, un vrai moment de convivialité dans un milieu naturel d’exception. C’est précisément là la force du concept «Raquette Aventure», dont la septième édition aura lieu sur 12 à 15 tracés différents deSuisse entre le 27 décembre 2010 et le 28 mars 2011. Le samedi, dès 16h30, mais de préférence quand la nuit est tombée, on se balade à son rythme sur une piste balisée de 5 ou 7,5 km (soit pendant 1h15 à 1h30 ou 2h15 à 2h30), agrémentée de points de ravitaillement où sont proposés du thé et du vin chaud, avant de se retrouver autour d’une petite fondue. «Tout a débuté quand on m’a demandé de faire venir du monde lors de compétitions de ski de fond, se souvient Patrick Christinat, créateur de «Raquette Aventure». En parallèle de ces épreuves, j’avais donc proposé des parcours en raquettes. Mais l’engouement a été tel que j’ai décidé de faire avec la raquette une manifestation à part entière.» Le présent lui donne entièrement raison. Le concept est aussi bien éprouvé qu’approuvé… Il s’agit du plus gros événement itinérant deSuisse en matière de raquettes à neige, avec une moyenne de 500 participants par soir, et des pointes qui tutoient les 1000, comme dans la Vallée de Joux (VD), à Saint-Cergue (VD) ou à Tête-de-Ran (NE). En Suisse alémanique, où le nordic walking reste plus en vogue, on tourne en revanche davantage autour des 350 à 550 personnes. « Mais cela se développe progressivement, comme le prouve l’une de nos nouvelles étapes à Engelberg », souligne l’organisateur.

RAQUETTE AVENTURE

NOUS RAMÈNE

Keystone

DE LA VIE

DR

AUX PLAISIRS SIMPLES

DR

,

DES PROFILS TRÈS DIVERS Sur ces tracés préalablement validés par le Club AlpinSuisse, on retrouve aussi bien des familles (c’est entièrement gratuit pour les enfants de moins de 10 ans), des amoureux, des retraités, ou des personnes participant à une sortie d’entreprise.Eclectique au possible. Des promeneurs qui découvriront également au village de « Raquette Aventure» des panneaux didactiques et ludiques, qui font écho à un concours, et permettent de les rendre attentifs au respect de la faune et aux dangers du hors-piste. «Nous sommes contre les interdictions, qui sont souvent appelées à être transgressées, et préférons informer et sensibiliser.D’ailleurs, la pratique de la raquette dans la haute neige ne concerne qu’une minorité de 4 à 5%, car c’est à la fois très physique et dangereux.» Toujours en quête d’innovation, « Raquette Aventure» propose cette année une autre option, à vocation très familiale: le « ChocoRaquettes ». Le samedi, à partir de midi, on se balade sur une partie ou l’entier du petit circuit de 5 km. «On peut emmener les enfants à partir de 3 ou 4 ans», précise Patrick Christinat, qui parle de 50 à 150 adeptes de ces goûters un peu particuliers. A l’arrivée, c’est brioche, chocolat et thé chaud pour tout le monde. Il y a ceux qui courent après le succès, et ceux, comme «Raquette Aventure », qui le voient les rattraper ! Plus de renseignements, inscriptions et prix sur www.raquette-aventure.ch

TRENTE DEGRÉS | 067


Ce concept propose aux Helvètes de s’initier ou d’affirmer leur amour des raquettes à neige sur un parcours aménagé près de chez eux. Soit à l’heure du goûter, soit avant la fondue du soir qui est partagée par les participants. Convivialité garantie. Texte°°° SERGE GRETER Il y a ceux qui courent après le succès,et ceux qui marchent vers ces petits instants de bonheur. Les participants de « Raquette Aventure» font partie de cette seconde catégorie. Et pas seulement parce qu’il est difficile de courir avec des raquettes à neige aux pieds! Non, plutôt parce qu’ils viennent chercher dans cette manifestation des plaisirs simples de la vie: partager avec des personnes, proches ou inconnues, un vrai moment de convivialité dans un milieu naturel d’exception. C’est précisément là la force du concept «Raquette Aventure», dont la septième édition aura lieu sur 12 à 15 tracés différents deSuisse entre le 27 décembre 2010 et le 28 mars 2011. Le samedi, dès 16h30, mais de préférence quand la nuit est tombée, on se balade à son rythme sur une piste balisée de 5 ou 7,5 km (soit pendant 1h15 à 1h30 ou 2h15 à 2h30), agrémentée de points de ravitaillement où sont proposés du thé et du vin chaud, avant de se retrouver autour d’une petite fondue. «Tout a débuté quand on m’a demandé de faire venir du monde lors de compétitions de ski de fond, se souvient Patrick Christinat, créateur de «Raquette Aventure». En parallèle de ces épreuves, j’avais donc proposé des parcours en raquettes. Mais l’engouement a été tel que j’ai décidé de faire avec la raquette une manifestation à part entière.» Le présent lui donne entièrement raison. Le concept est aussi bien éprouvé qu’approuvé… Il s’agit du plus gros événement itinérant deSuisse en matière de raquettes à neige, avec une moyenne de 500 participants par soir, et des pointes qui tutoient les 1000, comme dans la Vallée de Joux (VD), à Saint-Cergue (VD) ou à Tête-de-Ran (NE). En Suisse alémanique, où le nordic walking reste plus en vogue, on tourne en revanche davantage autour des 350 à 550 personnes. « Mais cela se développe progressivement, comme le prouve l’une de nos nouvelles étapes à Engelberg », souligne l’organisateur.

RAQUETTE AVENTURE

NOUS RAMÈNE

Keystone

DE LA VIE

DR

AUX PLAISIRS SIMPLES

DR

,

DES PROFILS TRÈS DIVERS Sur ces tracés préalablement validés par le Club AlpinSuisse, on retrouve aussi bien des familles (c’est entièrement gratuit pour les enfants de moins de 10 ans), des amoureux, des retraités, ou des personnes participant à une sortie d’entreprise.Eclectique au possible. Des promeneurs qui découvriront également au village de « Raquette Aventure» des panneaux didactiques et ludiques, qui font écho à un concours, et permettent de les rendre attentifs au respect de la faune et aux dangers du hors-piste. «Nous sommes contre les interdictions, qui sont souvent appelées à être transgressées, et préférons informer et sensibiliser.D’ailleurs, la pratique de la raquette dans la haute neige ne concerne qu’une minorité de 4 à 5%, car c’est à la fois très physique et dangereux.» Toujours en quête d’innovation, « Raquette Aventure» propose cette année une autre option, à vocation très familiale: le « ChocoRaquettes ». Le samedi, à partir de midi, on se balade sur une partie ou l’entier du petit circuit de 5 km. «On peut emmener les enfants à partir de 3 ou 4 ans», précise Patrick Christinat, qui parle de 50 à 150 adeptes de ces goûters un peu particuliers. A l’arrivée, c’est brioche, chocolat et thé chaud pour tout le monde. Il y a ceux qui courent après le succès, et ceux, comme «Raquette Aventure », qui le voient les rattraper ! Plus de renseignements, inscriptions et prix sur www.raquette-aventure.ch

TRENTE DEGRÉS | 067


DR

« RAQUETTE AVENTURE » EN QUELQUES CHIFFRES

DR

DR

DR

DR

En cette année 2011, « Raquette Aventure » fête déjà sa 7e édition. Au cours des 6 premiers épisodes hivernaux, 38 régions de Suisse ont été visitées, pour un total de 50 étapes. Et près de 15 000 personnes (6000 rien qu’en 2010 !) se sont élancées sur les parcours proposés. Chaque étape, quant à elle, est organisée en collaboration avec un club sportif ou culturel de la région visitée, qui reçoit deux tiers des recettes financières, dans la mesure où il a un mouvement juniors. Une belle manière de promouvoir cette activité de plein air…

068 | TRENTE DEGRÉS

TRENTE DEGRÉS | 069


SUR LES SENTIERS DE LA GLOIRE

LA RAQUETTE À NEIGE L’engouement pour cette pratique n’a jamais été aussi marqué. Les adeptes se multiplient, tout comme les sentiers. De nombreuses stations de ski, conscientes de la demande, se sont dotées et se dotent encore actuellement de ces chemins que beaucoup sont prêts à suivre! Texte°°° SERGE GRETER Il y a environ 12 ans, la raquette à neige laissait ses premières empreintes sur les sentiers enneigés helvétiques. Depuis, les traces se sont multipliées. Elles se perdent aujourd’hui dans la multiplicité des dizaines d’autres qui les entourent sur les chemins qui leurs sont dévolus, et parfois tout simplement sur les sentiers pédestres recouverts de neige. Les adeptes de ce loisir sont toujours plus nombreux à succomber à ses promesses de communion avec des paysages aux contours idylliques, raffinés de nature! Ils apprécient aussi de pouvoir y effectuer au grand air un sport calqué sur le mouvement naturel, donc accessible à tous. Les raquettes à neige séduisent ainsi aussi bien les enfants que les seniors, les sportifs du dimanche que les athlètes de pointe, qui peuvent par exemple combiner leur utilisation avec du ski-alpinisme. Tout simplement universel, d’autant que leur pratique n’est

,

070 | TRENTE DEGRÉS

Keystone

pas onéreuse, puisque le prix moyen d’une paire de raquettes, que l’on peut utiliser plusieurs années durant, revient à 250 francs. Il est cependant difficile de savoir combien sont les aficionados, chaque fabricant de raquettes y allant de sa propre estimation. On évaluerait à près de 75 000 le nombre de paires vendues chaque année en Suisse, à quoi s’ajoutent celles qui sont déjà en service !

DIVERSIFIER L’OFFRE HIVERNALE Finalement, le plus simple pour prendre la mesure de cet engouement, c’est peut-être de faire un détour dans les stations de ski. Beaucoup ont déjà leurs sentiers, d’autres en construisent de nouveaux. Nendaz Tourisme, à l’image des autres stations, confirme sans détour cet état de fait : « C’est une alternative au ski alpin lors des vacances d’hiver, mais souvent aussi un but en soi, car de nombreuses personnes ne skient pas du tout. Nous organisons d’ailleurs des balades guidées pour les non-initiés. » Une manière de diversifier l’offre qui est également revendiquée à Ovronnaz, où il s’agit de « répondre à la demande toujours croissante des hôtes désirant un tourisme doux hivernal ». Mais contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, cette pratique marche (et c’est le cas de le dire) encore mieux dans les Préalpes, entre Genève et Bâle, qu’en montagne, avec une mention spéciale pour Fribourg, où s’est implantée pour la première fois une marque de raquettes à neige. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est devenu très contagieux !

TRENTE DEGRÉS | 071


Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

CAS

COURSES EN RAQUETTES Les nouveaux guides de randonnée en raquettes du CAS présentent ce sport à la mode par le texte et l‘image. On peut aussi faire ses traces en dehors des itinéraires décrits, dans la neige immaculée. Chaque course est cotée selon l‘échelle de difficultés du CAS et contrôlée en fonction de son impact écologique.

DU

E. Ackermann, A. Wandfluh Courses en raquettes 1 De Montreux au lac de Thoune E. Ackermann / A. Wandfluh

Courses en raquettes 1

De Montreux au lac de Thoune Courses en raquettes Premier guide suisse systématique de courses en raquettes. Plus de 60 itinéraires simples ou plus exigeants dans les Alpes vaudoises, fribourgeoises et bernoises. Richement illustré. Grande nouveauté : le guide indique pour chaque course les coordonnées GPS. De plus, chaque itinéraire a été contrôlé en fonction de son impact écologique. Année de parution : 2007 200 pages, 4 dessins en couleur, 99 photos en couleur Prix membres du CAS

Fr. 35.–

(Prix de vente Fr. 44.–) Art. n° 262-1

P. Burnand / G. Chevalier / R. Houlmann

L’Arc jurassien en raquettes et à skis Ski- und Schneeschuhtouren im Jura Français – Deutsch Le guide décrit une grande quantité de courses qui se parcours en raquettes à neige, à skis ou skis de fond, à travers le paysage hivernal du Jura suisse. Avec « Haute Route du Jura ». Année de parution : 2009 288 pages / 103 photos en couleur Prix membres du CAS

Fr. 39.–

(Prix de vente Fr. 49.– ) Art. n° 283-6

sPO sPO

URLE

URLE

Didier Cassany

SAM

UTAN

Courses en raquettes Bas-Valais De Monthey jusqu‘à Zinal Courses en raquettes Ce nouveau topo-guide vous présente 75 randonnées d‘altitude en raquettes à neige à travers le Valais, dont une trentaine ont été spécialement sélectionnées pour les adeptes du snowboard. La grande variété et la richesse des parcours réunis dans cet ouvrage, depuis les contreforts des Préalpes, en passant par le légendaire col du Grand Saint-Bernard jusqu‘à la «grande couronne» des prestigieux 4000 du Val d‘Anniviers, vous permettrons d‘apprécier l‘élégance et la spectaculaire beauté des Alpes valaisannes! Les itinéraires, classés par secteur géographique d‘ouest en est, sont décrits de manière détaillée et complétés pour chacun d‘entre eux par un tableau de marche qui comporte les coordonnées GPS correspondantes au tracé du cheminement sur la carte topographique. Année de parution : 2009 240 pages, 102 photos en couleur, 27 illustrations Prix membres du CAS

Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

TS

BITIE UX ELLE D E D tés d u CA IFFICUL S

s%CH

Courses en raquettes «Bas-Valais» De Monthey jusqu'à Zinal Didier Cassany

SDÏB

Fr. 37.–

(Prix de vente Fr. 46.–) Art. n° 285-0

> Retrouvéz les guides du CAS dans les librairies spécialisées ou surwww.sac-verlag.ch


34)*56)&#

Zueger Erwin

7)58*$697&5:;&%)9$6<9+;'90;5=

4 000 METRES

COMME NOUS, LAISSEZ-VOUS TENTER PAR UN

Le souffle se fait court. Au sens propre, puisque nous sommes à 4 164 mètres, mais surtout au sens figuré, tant le paysage est saisissant. A 360 degrés, des cimes bleutées à perte de vue qui se fondent dans un ciel azur parsemé de quelques nuages. Ici, aux confins de la Suisse et de l’Italie, le monde semble être à nos pieds. Nous l’avons fait: nous avons atteint le sommet du Breithorn ! Crampons aux pieds, corde autour de la taille et guide en point de mire, nous avons gravi notre Everest à nous. Car il faut bien l’avouer, rien ne nous prédisposait à pareille aventure. La haute montagne, c’était d’habitude à la télé ! Pendant que l’on en est aux confidences, précisons que le téléphérique nous a déposé à 3 883 mètres ! Le Breithorn est effectivement le 4 000 mètres le plus accessible des Alpes. Mais bon, on a quand même dû en découdre avec une pente d’environ 40% pendant un peu moins de 2 heures. La cadence était constante, mais volontairement mesurée, afin que nos deux compagnons de cordée, des seniors américains, ne perdent pas le fil de cette ascension. Au sommet, nous avons aussi connu une petite montée d’adrénaline une fois sur une crête de la largeur d’un pied entourée d’un océan de vide. Arrivés sur un petit plateau, nous avons pu profiter de cette vue imprenable. Puis l’heure a été à la descente (1h30 jusqu’à la télécabine qui nous ramène à Zermatt), alors que des lignées de fourmis prenaient forme humaine au gré des mètres qui nous rapprochaient les uns des autres. Nombreux sont en effet les alpinistes d’un jour à tenter l’expérience. Ce n’est certainement pas là que nous connaîtrons vraiment ce que ressentent les vrais montagnards, qui réalisent à chaque pas un cheminement intérieur. Qu’à cela ne tienne, cette « expédition » a été belle, et se rangera à jamais dans un tiroir de notre mémoire !

Pas besoin d’être un alpiniste chevronné pour accrocher pareil sommet à son palmarès. En compagnie d’un guide, nous avons gravi le Breithorn, qui offre, été comme hiver, ses pentes enneigées aux crampons des néophytes. Inoubliable !

#*+*$,$-./012.3415+(56$,$76*31/$829.56

,

LES TROIS 4 000 M LES PLUS FACILES DES ALPES 1. Le Breithorn, 4 164 m. C’est le plus accessible. Renseignements et réservations au 027/966.24.60 ou sur www.alpincenter-zermatt.ch 2. L’Allalinhorn, 4 027 m. La montée depuis à la station supérieure du métro alpin de Saas-Fee est estimée à 2h30, la descente à 1h30. Renseignements et inscription au 027/957.44.64.

Même si le Breithorn, qui culmine à 4164 mètres d’altitude, représente le 4 000 mètres le plus accessible des Alpes, il convient pour le néophyte d’être encordé.

Kurt Müller

M O N TA G N E

Texte°°° FRÉDÉRIC REIN

3. Le Bishorn, 4 153 m. Il nécessite de dormir à la cabane Tracuit (environ 5 heures depuis Zinal). Il faut ensuite près de 3 heures pour atteindre le sommet, puis 5 heures de descente. Informations et réservation au bureau des guides au 027/475.12.00 ou sur www.anniviers-montagne.ch

+,-(.///0(12, !"#$%&'()

!!!"#$%&'(!$)#*"#*


34)*56)&#

Zueger Erwin

7)58*$697&5:;&%)9$6<9+;'90;5=

4 000 METRES

COMME NOUS, LAISSEZ-VOUS TENTER PAR UN

Le souffle se fait court. Au sens propre, puisque nous sommes à 4 164 mètres, mais surtout au sens figuré, tant le paysage est saisissant. A 360 degrés, des cimes bleutées à perte de vue qui se fondent dans un ciel azur parsemé de quelques nuages. Ici, aux confins de la Suisse et de l’Italie, le monde semble être à nos pieds. Nous l’avons fait: nous avons atteint le sommet du Breithorn ! Crampons aux pieds, corde autour de la taille et guide en point de mire, nous avons gravi notre Everest à nous. Car il faut bien l’avouer, rien ne nous prédisposait à pareille aventure. La haute montagne, c’était d’habitude à la télé ! Pendant que l’on en est aux confidences, précisons que le téléphérique nous a déposé à 3 883 mètres ! Le Breithorn est effectivement le 4 000 mètres le plus accessible des Alpes. Mais bon, on a quand même dû en découdre avec une pente d’environ 40% pendant un peu moins de 2 heures. La cadence était constante, mais volontairement mesurée, afin que nos deux compagnons de cordée, des seniors américains, ne perdent pas le fil de cette ascension. Au sommet, nous avons aussi connu une petite montée d’adrénaline une fois sur une crête de la largeur d’un pied entourée d’un océan de vide. Arrivés sur un petit plateau, nous avons pu profiter de cette vue imprenable. Puis l’heure a été à la descente (1h30 jusqu’à la télécabine qui nous ramène à Zermatt), alors que des lignées de fourmis prenaient forme humaine au gré des mètres qui nous rapprochaient les uns des autres. Nombreux sont en effet les alpinistes d’un jour à tenter l’expérience. Ce n’est certainement pas là que nous connaîtrons vraiment ce que ressentent les vrais montagnards, qui réalisent à chaque pas un cheminement intérieur. Qu’à cela ne tienne, cette « expédition » a été belle, et se rangera à jamais dans un tiroir de notre mémoire !

Pas besoin d’être un alpiniste chevronné pour accrocher pareil sommet à son palmarès. En compagnie d’un guide, nous avons gravi le Breithorn, qui offre, été comme hiver, ses pentes enneigées aux crampons des néophytes. Inoubliable !

#*+*$,$-./012.3415+(56$,$76*31/$829.56

,

LES TROIS 4 000 M LES PLUS FACILES DES ALPES 1. Le Breithorn, 4 164 m. C’est le plus accessible. Renseignements et réservations au 027/966.24.60 ou sur www.alpincenter-zermatt.ch 2. L’Allalinhorn, 4 027 m. La montée depuis à la station supérieure du métro alpin de Saas-Fee est estimée à 2h30, la descente à 1h30. Renseignements et inscription au 027/957.44.64.

Même si le Breithorn, qui culmine à 4164 mètres d’altitude, représente le 4 000 mètres le plus accessible des Alpes, il convient pour le néophyte d’être encordé.

Kurt Müller

M O N TA G N E

Texte°°° FRÉDÉRIC REIN

3. Le Bishorn, 4 153 m. Il nécessite de dormir à la cabane Tracuit (environ 5 heures depuis Zinal). Il faut ensuite près de 3 heures pour atteindre le sommet, puis 5 heures de descente. Informations et réservation au bureau des guides au 027/475.12.00 ou sur www.anniviers-montagne.ch

+,-(.///0(12, !"#$%&'()

!!!"#$%&'(!$)#*"#*


LES IGLOOS D É C O U V E RT E

CES NOUVEAUX «DÔMES HÔTELIERS» Séjourner dans ces établissements, c’est décider de vivre une expérience hors du commun. Sous ces coupoles de glace ou de verre, situées en Suisse, en Finlande, en Allemagne ou à Andorre, on vit le vrai rêve blanc. Magique ! Texte°°° SERGE GRETER

IGLOO VILLAGE KAKSLAUTTANEN Quoi de plus normal que de dormir dans un igloo quand on se trouve en Laponie. Mais même si certains sont de glace, les plus originaux sont ceux en verre. Le dôme transparent qui recouvre cette chambre avec toilettes permet d’observer, bien au chaud, le ciel étoilé, une tempête de neige ou la danse envoûtante et colorée des aurores boréales qui anime la forêt où l’on se trouve. Tout simplement féérique.

DR

Pousser la porte de ces igloos, c’est entrer, le temps d’une ou de plusieurs nuits, dans un monde patiné de magie. Ici, la fantaisie prime sur le conventionnel. On vient à la rencontre d’une nature à la blancheur immaculée, en quête de moments d’exception qui s’inscriront durablement dans nos mémoires. Car ces «dômes hôteliers», de verre ou de glace, ne sont pas juste là pour nous permettre de dormir. Ils représentent une expérience en soi, une attraction à eux seuls. On aime y passer du temps, au même titre qu’un monument ou qu’une attraction que l’on viendrait admirer. Petite visite guidée, en images, de deux villages d’igloos à l’architecture bien différente…

,

Où ? Saariselka, Finlande. Quand ? De fin août à fin avril. Combien ça coûte ? 171 euros par nuit et par personne. Site Internet www.kakslauttanen.fi

IGLU-DORF Chaque année, les villages d’igloos sont une nouvelle fois sculptés à même la glace. Ces palais éphémères, où il fait entre 0 et 5 degrés, se fondent littéralement dans les paysages enneigés qui les entourent. Et on peut même profiter d’un jacuzzi à la belle étoile !

74 | TRENTE DEGRÉS

DR

DR

Où ? Il existe sept villages igloos: Davos-Klosters, Engelberg-Titlis, Gstaad, St. Moritz et Zermatt en Suisse, ainsi qu’un en Allemagne, sur le Zugspitze, et à Andorre. Quand ? Du 25 décembre à mi-avril. Combien ça coûte ? De 149 francs par nuit et par personne dans un igloo standard en semaine à 529 francs pour une suite romantique le vendredi ou samedi soir. Site Internet www.iglu-dorf.com

TRENTE DEGRÉS | 75


LES IGLOOS D É C O U V E RT E

CES NOUVEAUX «DÔMES HÔTELIERS» Séjourner dans ces établissements, c’est décider de vivre une expérience hors du commun. Sous ces coupoles de glace ou de verre, situées en Suisse, en Finlande, en Allemagne ou à Andorre, on vit le vrai rêve blanc. Magique ! Texte°°° SERGE GRETER

IGLOO VILLAGE KAKSLAUTTANEN Quoi de plus normal que de dormir dans un igloo quand on se trouve en Laponie. Mais même si certains sont de glace, les plus originaux sont ceux en verre. Le dôme transparent qui recouvre cette chambre avec toilettes permet d’observer, bien au chaud, le ciel étoilé, une tempête de neige ou la danse envoûtante et colorée des aurores boréales qui anime la forêt où l’on se trouve. Tout simplement féérique.

DR

Pousser la porte de ces igloos, c’est entrer, le temps d’une ou de plusieurs nuits, dans un monde patiné de magie. Ici, la fantaisie prime sur le conventionnel. On vient à la rencontre d’une nature à la blancheur immaculée, en quête de moments d’exception qui s’inscriront durablement dans nos mémoires. Car ces «dômes hôteliers», de verre ou de glace, ne sont pas juste là pour nous permettre de dormir. Ils représentent une expérience en soi, une attraction à eux seuls. On aime y passer du temps, au même titre qu’un monument ou qu’une attraction que l’on viendrait admirer. Petite visite guidée, en images, de deux villages d’igloos à l’architecture bien différente…

,

Où ? Saariselka, Finlande. Quand ? De fin août à fin avril. Combien ça coûte ? 171 euros par nuit et par personne. Site Internet www.kakslauttanen.fi

IGLU-DORF Chaque année, les villages d’igloos sont une nouvelle fois sculptés à même la glace. Ces palais éphémères, où il fait entre 0 et 5 degrés, se fondent littéralement dans les paysages enneigés qui les entourent. Et on peut même profiter d’un jacuzzi à la belle étoile !

74 | TRENTE DEGRÉS

DR

DR

Où ? Il existe sept villages igloos: Davos-Klosters, Engelberg-Titlis, Gstaad, St. Moritz et Zermatt en Suisse, ainsi qu’un en Allemagne, sur le Zugspitze, et à Andorre. Quand ? Du 25 décembre à mi-avril. Combien ça coûte ? De 149 francs par nuit et par personne dans un igloo standard en semaine à 529 francs pour une suite romantique le vendredi ou samedi soir. Site Internet www.iglu-dorf.com

TRENTE DEGRÉS | 75


LES ÎLES AUX

TRÉSORS THAÏLANDE DU SUD DE LA

Texte°°° GAVIN’S CLEMENTE RUIZ

Mer d’Andaman ou Golfe de Thaïlande? Farniente ou escalade? Tongs ou chaussures de rando? Snorkeling ou plongée sous-marine? Patrimoine de l’UNESCO ou gros caillou? Ah!, les dilemmes sont nombreux lorsque l’on atterrit au sud de la Thaïlande, délimité par la Birmanie au nord et la Malaisie au sud. Découverte d’îles au caractère bien trempé.

,Kata Noi Beach, Phuket

76 | TRENTE DEGRÉS

Avouons-le tout de suite : on a un faible pour la côte ouest. Phuket est l’île la plus connue de cet archipel, avec ses plages très touristiques, porte d’entrée de ce sud-ouest thaï où l’on déniche pourtant, au détour d’un virage, quelques paysages que le sud méditerranéen ne renierait pas. Petits restos de poissons au bord de l’eau, criques sauvages et reflets dorés des flots s’offrent à nous. C’est parti pour des heures de farniente! A une heure de bateau de là, Ko Yao Noi, un gros caillou planté d’arbres, des hévéas, dont on produit encore le fameux caoutchouc à l’aide des «larmes du bois» et de machines ancestrales. Sur ce petit bout d’île, des hôtels servent de repaires pour amoureux de calme et de luxe sans ostentation. Dans son hamac, on aperçoit les pitons calcaires rocheux, où viennent nicher des espèces d’oiseaux endémiques au cœur d’une végétation verte à souhait. Mais ne serait-ce pas la baie de Phang Nga, là-bas? Autrement connue pour avoir hébergé le tournage d’un célèbre James Bond, «L’Homme au pistolet d’or», avec Roger Moore dans le rôle-titre. Moins célèbres, les îlesSimilan, à quelques encablures. Là, d’autres héros, plongeurs cette fois, ont classé le lieu parmi les dix plus beaux sites sous-marins du monde. C’est dire! Le requin-baleine vient frayer – à une profondeur oscillant entre 6 et 40 mètres – dans ces eaux cristallines, accompagné de raies manta.De quoi rincer le hublot d’émerveillement.D’autres iront vers les îles Surin, pour apercevoir de superbes tortues. Phi Phi Li, l’une des îles de Ko Phi Phi, surprend avec ses coraux, sa Maya Bay et sa grotte ornée de gravures rupestres. Les gitans de la mer y «cueillent» des nids d’hirondelles aux vertus aphrodisiaques. C’est aussi dans ce décor de rêve que Léonardo DiCaprio fit de mauvais rêves dans le film «The Beach», avec la belle Virginie Ledoyen. Là encore, à coups de palmes et de respirations dans le tuba, vous voici en têteà-tête avec des poissons-clowns, des barracudas ou quelques majestueux hippocampes.

,

UNE CABANE DANS LES ARBRES Une petite nuit dans un arbre perché, ça vous dit? C’est la spécialité de Khao Sok, sur l’île de Phuket, dans une forêt tropicale où vivent entre eux pythons, gibbons et autres léopards. La cabane nichée dans les arbres est l’outil parfait pour observer depuis la canopée la flore et surtout la faune, de nuit comme de jour. D’autres préfèrent s’exercer au canoë sur le fleuve Sok, ou même partir en trek à dos d’éléphants. La classe! La nuit, pas mal de noceurs se retrouvent sur la plage de Khlong Nin Beach, sur l’île de Ko Lanta, pour des Full Moon Parties, où l’esprit de la fête n’est pas en reste. Les plus grands DJ’s de la planète viennent y faire tourner leurs platines. La Singha, bière thaïe par excellence, coule à flots. A consommer avec modération, naturellement. De là, Ko Muk, Ko Kradan, Ko Rok, des îlots quasi-vierges, vous tendent les bras. C’est à cet endroit que l’on comprend ce qu’«île déserte» signifie. Les îles du parc maritime

Office National du tourisme Thailandais, Berne

V O YA G E


LES ÎLES AUX

TRÉSORS THAÏLANDE DU SUD DE LA

Texte°°° GAVIN’S CLEMENTE RUIZ

Mer d’Andaman ou Golfe de Thaïlande? Farniente ou escalade? Tongs ou chaussures de rando? Snorkeling ou plongée sous-marine? Patrimoine de l’UNESCO ou gros caillou? Ah!, les dilemmes sont nombreux lorsque l’on atterrit au sud de la Thaïlande, délimité par la Birmanie au nord et la Malaisie au sud. Découverte d’îles au caractère bien trempé.

,Kata Noi Beach, Phuket

76 | TRENTE DEGRÉS

Avouons-le tout de suite : on a un faible pour la côte ouest. Phuket est l’île la plus connue de cet archipel, avec ses plages très touristiques, porte d’entrée de ce sud-ouest thaï où l’on déniche pourtant, au détour d’un virage, quelques paysages que le sud méditerranéen ne renierait pas. Petits restos de poissons au bord de l’eau, criques sauvages et reflets dorés des flots s’offrent à nous. C’est parti pour des heures de farniente! A une heure de bateau de là, Ko Yao Noi, un gros caillou planté d’arbres, des hévéas, dont on produit encore le fameux caoutchouc à l’aide des «larmes du bois» et de machines ancestrales. Sur ce petit bout d’île, des hôtels servent de repaires pour amoureux de calme et de luxe sans ostentation.Dans son hamac, on aperçoit les pitons calcaires rocheux, où viennent nicher des espèces d’oiseaux endémiques au cœur d’une végétation verte à souhait. Mais ne serait-ce pas la baie de Phang Nga, là-bas? Autrement connue pour avoir hébergé le tournage d’un célèbre James Bond, «L’Homme au pistolet d’or», avec Roger Moore dans le rôle-titre. Moins célèbres, les îlesSimilan, à quelques encablures. Là, d’autres héros, plongeurs cette fois, ont classé le lieu parmi les dix plus beaux sites sous-marins du monde. C’est dire! Le requin-baleine vient frayer – à une profondeur oscillant entre 6 et 40 mètres – dans ces eaux cristallines, accompagné de raies manta.De quoi rincer le hublot d’émerveillement.D’autres iront vers les îlesSurin, pour apercevoir de superbes tortues. Phi Phi Li, l’une des îles de Ko Phi Phi, surprend avec ses coraux, sa Maya Bay et sa grotte ornée de gravures rupestres. Les gitans de la mer y «cueillent» des nids d’hirondelles aux vertus aphrodisiaques. C’est aussi dans ce décor de rêve que Léonardo DiCaprio fit de mauvais rêves dans le film «The Beach», avec la belle Virginie Ledoyen. Là encore, à coups de palmes et de respirations dans le tuba, vous voici en têteà-tête avec des poissons-clowns, des barracudas ou quelques majestueux hippocampes.

,

UNE CABANE DANS LES ARBRES Une petite nuit dans un arbre perché, ça vous dit? C’est la spécialité de Khao Sok, sur l’île de Phuket, dans une forêt tropicale où vivent entre eux pythons, gibbons et autres léopards. La cabane nichée dans les arbres est l’outil parfait pour observer depuis la canopée la flore et surtout la faune, de nuit comme de jour. D’autres préfèrent s’exercer au canoë sur le fleuve Sok, ou même partir en trek à dos d’éléphants. La classe! La nuit, pas mal de noceurs se retrouvent sur la plage de Khlong Nin Beach, sur l’île de Ko Lanta, pour des Full Moon Parties, où l’esprit de la fête n’est pas en reste. Les plus grands DJ’s de la planète viennent y faire tourner leurs platines. La Singha, bière thaïe par excellence, coule à flots. A consommer avec modération, naturellement. De là, Ko Muk, Ko Kradan, Ko Rok, des îlots quasi-vierges, vous tendent les bras. C’est à cet endroit que l’on comprend ce qu’«île déserte» signifie. Les îles du parc maritime

Office National du tourisme Thailandais, Berne

V O YA G E


de Ko Tarutao, classées au patrimoine mondial de l’Unesco, sont autant d’endroits magiques pour bivouaquer. Les tortues viennent y pondre leurs œufs de décembre à février. Les plages de sable blanc, vers Sone Bay, s’étendent à perte de vue.

%rocher de James Bond (Ko Tapu) ,Sao Kaeo Beach, Phuket. !Ko Lanta Thomas Bradford

Office National du tourisme Thailandais, Berne

A L’EST, POUR SE RESSOURCER Retour à la civilisation. De l’autre côté, sur la côte est de la Thaïlande, où l’île la plus connue reste Ko Samui. Quelques petits hôtels de luxe au charme discret occupent des plages privées, comme le Kamalaya Ko Samui (bien-être) www.kamalaya. com, le Melati Beach Resort, www.melatiresort.com, et le Napasai au nord-ouest, bijou hôtelier de la chaîne Orient-Express. Pour respecter la citation de Juvénal, «un esprit sain dans un corps sain», au choix : inclination devant Big Buddha, massages dans l’un des nombreux spas de l’île, cours de tai chi ou de boxe thaïe, l’une des autres attractions de la destination. Pour se (re)mettre au sport! Rassurez-vous, les amateurs de shopping peuvent s’adonner à quelques emplettes (t-shirts, bijoux, etc) sur les marchés à l’abord des plages. Mais on reviendra ici, à Samui, pour son approche familiale, et certaines plages que les belles de nuit ne fréquentent pas… Pour les sensations fortes de la jungle, direction Ko Pha Ngan, pour des balades à moto à l’intérieur de l’île, avec ces cascades d’eau, dont certaines auraient des vertus médicales, voire même sacrées. A découvrir, l’hôtel Rasananda www.rasananda.com. Terminons par «l’île de la Tortue», Ko Tao, qui, au risque de vous lasser, semble bel et bien être LE site de plongée de cette côte est. A moins que ce ne soit l’une des portes sous-marines du paradis...

Office National du tourisme Thailandais, Berne

COMMENT Y ALLER? Plusieurs vols chaque semaine sans escale depuis Zurich ou Genève pour Bangkok avec Swiss (www.swiss.com) et Thai Airways (www.thaiair.com). Avec escale, depuis Zurich ou Genève via Paris avec Air France (www.airfrance.com), via Istanbul avec Turkish Airlines (www.turkishairlines.com). Avec Etihad Airways (www.etihadairways.com), Genève-Bangkok via Abu Dhabi. A Bangkok, liaisons avec les principales îles comme Phuket ou Ko Samui avec Bangkok Airways (www.bangkokair.com), AirAsia (www.airasia.com) ou Thai Airways. Puis prendre des bateaux ou des ferries sur place. C‘est très bien organisé.

78 | TRENTE DEGRÉS


HAWAI’I NO KA ‘OI (HAWAI’I IS THE BEST) % Hawai’i - Ile de Kauai - Les falaises dentelées de la côte de Na Pali.

V OYA G E

Texte et images°°° CLAUDE HERVÉ-BAZIN Né de volcans sous-marins, en plein cœur du Pacifique, l’archipel d’Hawai’i en est venu à incarner les rêves de paradis terrestre — îles languissantes au sable chaud, bercées par les hulas des wahine et les notes bondissantes des ukulélés. En toile de fond, les montagnes, ciselées par l’érosion en pics improbables, y accrochent des arcs en ciel omniprésents. Des sentiers partent à leur assaut. Un éden pour aventuriers, entre averses, sueur et luxuriance.

,

Une odeur entêtante, mi-poivrée mi-sucrée, envahit les narines. Ce sont des lilikoi (fruits de la passion) qui jonchent le sol. Malgré le soleil ardent du matin, l’humidité de la nuit et les bruines régulières entretiennent un lit de boue rouge visqueuse, glissant comme un tapis de verglas. Il faut enjamber les racines omniprésentes, franchir les rus nés des cascades emplissant les fonds de chaque vallée, descendre puis remonter sans cesse. Et c’est pieds nus, finalement, que l’on avance le plus aisément, le plus agréablement. Comme un Robinson, ou presque, en contact charnel avec cette douce terre hawaïenne, si exubérante qu’elle conserve l’apparente virginité des nouveaux mondes. Lorsque la touffeur menace, il suffit de se pencher : déposées dans le creux des feuilles de ti, de grandes gouttes de pluie font comme un abreuvoir. Le Kalalau Trail épouse la côte sauvage de Na Pali (« les falaises »), dressant à l’ouest de l’île de Kaua’i une herse de montagnes infranchissables. Les panoramas y sont époustouflants. Sur la fin, le sentier, par moments juste assez large pour y poser le pied, s’incline vers le vide. La mer roule, 100 mètres plus bas, dans un fracas qui n’a rien de serein. Puis, enfin, un paysage irréel apparaît : empilement incroyable de falaises dentelées s’élevant sur 1 200 mètres de dénivelé. Le chemin plonge une dernière fois, sur une saignée de latérite, puis s’adoucit à l’approche de la verte vallée de Kalalau — où Spielberg tourna jadis

% Cascade le long de la côte de Hana, à Maui.

TRENTE DEGRÉS | 081


HAWAI’I NO KA ‘OI (HAWAI’I IS THE BEST) % Hawai’i - Ile de Kauai - Les falaises dentelées de la côte de Na Pali.

V OYA G E

Texte et images°°° CLAUDE HERVÉ-BAZIN Né de volcans sous-marins, en plein cœur du Pacifique, l’archipel d’Hawai’i en est venu à incarner les rêves de paradis terrestre — îles languissantes au sable chaud, bercées par les hulas des wahine et les notes bondissantes des ukulélés. En toile de fond, les montagnes, ciselées par l’érosion en pics improbables, y accrochent des arcs en ciel omniprésents. Des sentiers partent à leur assaut. Un éden pour aventuriers, entre averses, sueur et luxuriance.

,

Une odeur entêtante, mi-poivrée mi-sucrée, envahit les narines. Ce sont des lilikoi (fruits de la passion) qui jonchent le sol. Malgré le soleil ardent du matin, l’humidité de la nuit et les bruines régulières entretiennent un lit de boue rouge visqueuse, glissant comme un tapis de verglas. Il faut enjamber les racines omniprésentes, franchir les rus nés des cascades emplissant les fonds de chaque vallée, descendre puis remonter sans cesse. Et c’est pieds nus, finalement, que l’on avance le plus aisément, le plus agréablement. Comme un Robinson, ou presque, en contact charnel avec cette douce terre hawaïenne, si exubérante qu’elle conserve l’apparente virginité des nouveaux mondes. Lorsque la touffeur menace, il suffit de se pencher : déposées dans le creux des feuilles de ti, de grandes gouttes de pluie font comme un abreuvoir. Le Kalalau Trail épouse la côte sauvage de Na Pali (« les falaises »), dressant à l’ouest de l’île de Kaua’i une herse de montagnes infranchissables. Les panoramas y sont époustouflants. Sur la fin, le sentier, par moments juste assez large pour y poser le pied, s’incline vers le vide. La mer roule, 100 mètres plus bas, dans un fracas qui n’a rien de serein. Puis, enfin, un paysage irréel apparaît : empilement incroyable de falaises dentelées s’élevant sur 1 200 mètres de dénivelé. Le chemin plonge une dernière fois, sur une saignée de latérite, puis s’adoucit à l’approche de la verte vallée de Kalalau — où Spielberg tourna jadis

% Cascade le long de la côte de Hana, à Maui.

TRENTE DEGRÉS | 081


certaines séquences de Jurassic Park. Un petit groupe de hippies a longtemps vécu ici, loin de tout, souvent nus et hirsutes, cultivant discrètement la pakalolo (marijuana)… Aujourd’hui, ce sont surtout les amateurs de kayak qui y font escale, installant leur campement au pied d’une cascade-douche. Cinq volcans se sont unis pour bâtir la plus jeune, la plus grosse des îles — celle-là même qui a donné son nom à l’archipel, Hawai’i. Les forges terrestres y sont intarissables. Le Kilauea, qui domine la côte orientale, est le théâtre d’une éruption ininterrompue depuis bientôt 30 ans ! Guère dangereux, on le surnomme le seul volcan « drive-in » du monde… Le nez collé au pare-brise, roues avalant le goudron, on contourne un trou béant, d’où sourd une colonne blanche aux airs d’incendiaire. Sous la cocotte-minute, une réserve de magma entretient le feu. Sur Devastation Trail, des arbres soufflés par des éruptions passées s’abandonnent au temps qui passe et les dévore. Quelques mètres de plus et des îlots se forment, kipuka cernés de lave durcie, où la vie se développe en autarcie, multipliant à l’infini la biodiversité. Des forêts de fougères arborescentes foisonnent, déroulant leurs branches nouvelles comme un papillon sa trompe. Plus loin, les traînées d’a’a brune, chaotique, se mêlent à de vastes étendues de pahoehoe, lave veloutée,

craquante sous le pied, qui s’est écoulée de manière fluide en formant des vagues figées. On se gare finalement au bout de la Chain of Craters Road, avant d’enfiler ses grosses tatanes. Le soleil est écrasant, la lave à peine refroidie tranche les semelles et pave l’avancée de mille obstacles, mais le jeu en vaut la chandelle: le spectacle du magma rougissant, pénétrant l’océan dans des volutes colossales de vapeur d’eau chargées d’acide sulfurique, s’illumine à la tombée de la nuit. Retour à la frontale, façon parcours du combattant. SURF TERRESTRE Les anciens Hawaïens l’appelaient he’e holua. Le principe? Prendre son élan et se lancer tête la première sur un traîneau étroit comme un ski, pour dévaler une pente herbeuse raide, jusqu’à atteindre 60, 70, 80 km/h! Sans doute inventé pour transporter des troncs d’arbre, le he’e holua devint un sport sacré dont les participants confiaient leur destin aux dieux… La plus longue «piste» mise au jour, sur la Grande Ile, faisait 1 600 m!

La lave pahoehoe, dépourvue de gaz, s’écoule doucement, formant à l’occasion des «cordeaux» bien disposés.

Loin de l’image d’Epinal, les tiki de Pu’uhonua o Honaunau (Grande Ile) rappellent l’existence d’une société entièrement régie par les tabous avant l’arrivée des Occidentaux.

Près de Waianapanapa, les côtes de lave noires de Maui sont battues par les vagues.

FICHE PRATIQUE POUR S’Y RENDRE Vols via Los Angeles ou San Francisco avec les compagnies américaines. CLIMAT La meilleure période, la plus ensoleillée, s’étend de mai à début octobre; l’hiver est plus frais et davantage pluvieux, surtout dans les montagnes. Sur les côtes, la soleil a vite fait de repointer son nez. LIENS www.gohawaii.com www.letsgo-hawaii.com www.kauai-hawaii.com www.kalalautrail.com www.bigisland.org www.nps.gov/havo hvo.wr.usgs.gov www.hawaii.volcanoes.national-park.com

082 | TRENTE DEGRÉS


Le paradis Ă  portĂŠe de main.

<Wijd[jWffehj[Wkn[djh[fh_i[i b[c[_bb[khZ[bĂ&#x160;?dj[hd[j fhe\[ii_edd[b$9[dĂ&#x160;[ijfWifekh h_[dgk[dejh[e\\h[L:IBWÂ&#x192;jÂ&#x192; `k]Â&#x192;[bWfbkiYecfÂ&#x192;j_j_l[fWhb[ i_j[YecfWhWj_\Xedki$Y^  7YYÂ&#x201E;i?dj[hd[j 69HA!K9HA!a^\cZhadjÂ&#x201A;Zh!Ă&#x2019;WgZdei^fjZ >Â&#x192;X[h][c[dj BjijVa^hÂ&#x201A;!hZgkZjg]Â&#x201A;WZg\Â&#x201A;!k^gijVa^hVi^dc :Â&#x192;l[beff[c[djm[X 6_VmLZW'#% #CZiE=E 8BHIned( :"XdbbZgXZ

Genève, du 21 au 23 janvier 2011 GENEVA PALEXPO, Halle 7 ve 13h â&#x20AC;&#x201C; 20h sa/di 10h â&#x20AC;&#x201C; 18h www.vacances.ch

GjZYZh?dgY^ah)%Ă&#x201E;&%'*Hi"Hjae^XZ IÂ&#x201A;a# )&'&+.*'%'%Ă&#x201E;^c[d5[VhicZi#X]

mmm$\Wijd[j$Y^

6cVanhZXdbeVgVi^kZYĂ&#x2030;dXidWgZ'%%.

I[hl_Y[i IÂ&#x201A;aÂ&#x201A;e]dc^Z>E :meZgi^hZA^cjm BV^ciZcVcXZYZeVgXh HÂ&#x201A;Xjg^hVi^dcYZgÂ&#x201A;hZVjm Hdaji^dchVci^"heVb

HĂ´te dâ&#x20AC;&#x2122;honneur:

Expositions spĂŠciales avec:

Partenaires:

Partenaires mĂŠdias:


Avec son iPad, Apple a remis au goût du jour le «tablet PC». La concurrence, initialement sceptique, fait feu de tout bois pour rivaliser avec la marque à la pomme.

DES TABLETTES ÉLECTRONIQUES COMME S’IL EN PLEUVAIT

Texte°°° ERIC RIVERA Le «tablet PC» n’est pas vraiment nouveau. De nombreux fabricants s’y étaient déjà essayés, sans véritable succès. Jusqu’à ce qu’Apple trouve la formule magique. Elle réside dans l’offre du contenu, ainsi que dans une interface entièrement vouée à une utilisation tactile. Car il ne faut pas se leurrer, une tablette n’a pas de vocation productive, comme pourrait en avoir un ordinateur, qui permet la saisie de textes au kilomètre. Elle est à considérer comme un média, offrant de l’information via le web, ou interagissant par le biais de programmes plus ou moins pratiques.

,

OFFRE MASSIVE PRÉVUE EN 2011 Tous les fabricants s’y sont mis. Que ce soit Samsung, Toshiba, Archos ou encore Dell, la liste ne cesse de s’allonger. Faire son choix s’avèrera donc de plus en plus ardu. La facilité d’utilisation et la qualité des plates-formes de téléchargement d’applications feront toute la différence. Si l’iPad est roi

dans ces deux domaines, il accuse certaines lacunes techniques face à ses concurrents. Ceux-ci offrent un contenu web plus complet, grâce à un lecteur Flash intégré, des ports de connexion plus nombreux et répondant aux standards comme l’USB ou le HDMI, une fonction téléphonique, ou encore une webcam. Le système d’exploitation de Google, Android, bien implanté dans le monde du Smartphone, joue également sur le tableau des tablettes, avec comme atout une palette d’applications bien fourni. C’est d’ailleurs lui qui anime le Toshiba Folio 100, le Dell Streak ou le Galaxy Tab de Samsung, aux dimensions plus compactes. Ces ardoises, que d’autres viendront compléter dans l’offre massive prévue pour 2011, devront essentiellement leur succès à leur convivialité. L’avenir nous dira si l’engouement g��néré pour ce marché sera durable. Reste que le feeling est très important avec ces produits tactiles. Rien de tel que d’y poser ses doigts avant de passer à la caisse…

TRENTE DEGRÉS | 085


A test er

gr

www. atuitement pen d sound shack ant 7 jours: .20mi n.ch

NOUVEAU: du bon son plein les

oreilles avec des millions de titres! Soundshack, le site pour tous les fans de musique! Choisis parmi des millions de morceaux et écoute-les en streaming où et quand tu veux. Inscris-toi dès maintenant sur www.soundshack.20min.ch et teste-le gratuitement pendant 7 jours.* * A l’issue de l’abonnement test de 7 jours, l’offre sera facturée CHF 14.90 par mois.


DES MINI-CAMÉRAS POUR FILMER VOS EXPLOITS

Miniaturisation et technologies aidant, les sportifs inspirés peuvent désormais s’improviser réalisateurs avec une facilité déconcertante. Zoom sur une nouveauté bien pensée.

Texte°°° ERIC RIVERA UN TROISIÈME ŒIL COMPLICE Jusqu’ici, réaliser des prises de vues de ses derniers exploits à skis, à VTT, ou au volant d’un kart se révélait compliqué.Entre la nécessité de demander à un ami de s’improviser cameraman, les solutions ad hoc tenant du gadget au rendu douteux, ou l’investissement plus conséquent sur un éventuel coup de tête, filmer des scènes d’action n’était ni facile, ni accessible. Heureusement, grâce aux avancées technologiques, les casse-cous et les sportifs peuvent désormais s’équiper de mini-caméras au rendu HD, qui les dotent d’un troisième œil immortalisant leurs prouesses de la plus simple des manières. Légères, résistantes aux chocs, aux vibrations, ainsi qu’aux éclaboussures, elles mémorisent avec brio les performances de chacun, absorbant au passage une bonne partie des tremblements. Leurs supports sont adaptés à diverses activités… Sur un VTT, sur un casque, ou encore sur une planche de surf, tout est permis.

A VOUS DE JOUER ! A l’heure où les logiciels de montage grand public sont d’une facilité d’emploi déconcertante, il devient enfin possible d’obtenir un résultat quasi professionnel, sans pour autant se ruiner. Deux protagonistes se disputent le haut du panier. Le premier, Contour, propose deux modèles filmant en HD 1080p, avec une version incluant le GPS, histoire de «géotaguer» vos exploits. Cylindriques et légers (moins de 150 g), ils permettent plus de 8 heures de film sur microSD interchangeable, et sont livrés avec supports lunettes et surfaces lisses. GoPro, quant à lui, présente un produit proche, le GoPro HD. Il est plus anguleux, mais doté d’un boîtier qui présage d’une grande solidité, tandis qu’au niveau des accessoires de fixation, le fabriquant propose un choix essentiellement axé surf ou sports automobiles. A moins de 400 francs, l’aventure s’avère plus que tentante…

TRENTE DEGRÉS | 087


CRYSIS 2 Aliens and the City Après un premier épisode sur fond de tensions diplomatiques sur une île perdue dévoilant peu à peu ses nouveaux occupants issus d’une lointaine galaxie, Crysis 2 nous plonge en plein combat dans un New York dévasté… Plein les mirettes Depuis de nombreuses années, Crytek nous a habitué à des productions dotées d’une réalisation définissant le haut du panier pour quelques années à chaque sortie. Avec ce nouveau volet de Crysis, la licence du célèbre jeu de tir s’ouvre au monde des consoles de salon, puisque tant la PS3 que la Xbox 360 entrent dans le jeu. Avec un rendu visuel tout bonnement bluffant et une animation de haut vol, Crysis 2, en plus de son mode solo, s’offre diverses campagnes multijoueurs enfin à la hauteur. Proposant 5 classes, définies par des armes différentes ainsi que des capacités d’armures diverses, les cartes de jeu à plusieurs sont de toute beauté. De nouvelles armes, dont certaines issues de technologies extraterrestres agrémentent encore ce FPS de haut vol.

Ça ferraille dur Tant sur consoles que sur PC, Crysis 2 risque bien de se poser en référence dans le vaste monde des jeux de tir à la première personne. Les possesseurs de consoles, boudés jusqu’alors, devraient se rattraper de la plus belle des manières avec ce volet… Un jeu de tir à la première personne d’EA sur PC, PS3 et X360.

GOD OF WAR: GHOST OF SPARTA

WORLD OF WARCRAFT : CATACLYSM

Quand Kratos voulait devenir un dieu… God of War, licence emblématique du beat’em all sur les consoles de Sony s’offre un nouveau volet sur PSP. Ce dernier nous replonge à l’époque où le héros, Kratos, voulait devenir un dieu, celui de la guerre… Ares et ses potes Presque 3 ans après Chains of Olympus, ce nouveau God of War sur portable impressionne par ses qualités techniques. Le titre reste fidèle au premier volet, avec en plus une animation d’une fluidité remarquable et la résolution des textures offrant un visuel de haut vol. De nouvelles armes, à l’image d’une lance et d’un bouclier en plus des habituelles lames, ainsi que de nouveaux pouvoirs magiques viennent compléter la panoplie dévastatrice de Kratos. Une aventure titanesque dans laquelle le joueur devra batailler ferme en laissant de côté sa pitié pour revendiquer à Ares son trône de dieu de la guerre, face à une foule d’adversaires impressionnants. Techniquement hallucinant Ceux qui sont fans de la série et heureux possesseurs d’une PSP ne doivent en aucun cas faire l’impasse sur ce volet. Techniquement impressionnant, il prouve que la portable de Sony en a vraiment dans le ventre, avec des rendus et une animation parfaite. Un hit en puissance. Un jeu d’action de Sony exclusivement sur PSP.

SPLATTERHOUSE Blood and Heavy Metal L‘étudiant Rick Taylor doit se servir une nouvelle fois de son Masque Maudit pour se transformer en brute épaisse et libérer sa rage sur ses ennemis démoniaques. Après des années de silence, Splatterhouse marque ici son grand retour. Les développeurs ont visiblement voulu coller aux attentes des fans en s‘inspirant des premiers épisodes de la série et en proposant une ambiance gore à souhait saupoudrée de beaux morceaux d‘heavy metal. La narration en voix off tout au long de l’aventure apporte une touche décalée à ce titre destiné à un public averti. Un jeu d’action bien gore de Namco Bandai sur PS3 et X360.

88 | TRENTE DEGRÉS

Wow ! Oyez, Oyez, citoyens d’Azeroth ! La 3ème extension de World of Warcraft sur PC nommée Cataclysm voit le grand retour du tout puissant Deathwing qui va entraîner dans son sillage un changement radical de la topographie des continents. À vous de prendre les armes et de grimper jusqu’au niveau 85 pour lui remettre les idées en place. Deux nouvelles races font leur apparition pour aider les héros: les Gobelins pour la Horde ainsi que les Worgens pour l’Alliance ! Une bouffée de fraîcheur pour le roi des jeux de rôle en ligne massivement multijoueur, qui se voit même gratifié de montures aquatiques, histoire d’explorer les fonds marins… Une extension du jeu de rôle massivement mulijoueur WoW d’Activision, sur PC et Mac.

DRAGON AGE: RISE TO POWER Drôle de sort! À la fin de l’année 2009, Dragon Age Origins avait su rallier à sa cause une grande partie des amateurs de jeux de rôle heroïcfantasy grâce à son histoire intéressante et à son gameplay cohérent. Sa suite fait encore mieux, tout en essayant de corriger quelques lacunes du premier opus comme le système de combat des versions consoles très inférieur à celui du PC. Magie, combat au corps à corps ou avec des armes à distance, Dragon Age 2 permet toutes les fantaisies. La partie graphique reçoit une nette amélioration, alors que la gestion des personnages non jouables permet des interactions amenant à des dénouements différents. Un jeu de rôles qui vaut le détour. Un jeu de rôles EA sur PC, X360 et PS3.

À NE PAS MANQUER Donkey Kong Contry Returns sur Wii Fable III sur X360 et PC Nail‘d sur PC, PS3 et X360 Mass Effect 2 sur PS3 Patapon 3 sur PSP The Sims Medieval sur PC et Mac

TRENTE DEGRÉS | 89


CRYSIS 2 Aliens and the City Après un premier épisode sur fond de tensions diplomatiques sur une île perdue dévoilant peu à peu ses nouveaux occupants issus d’une lointaine galaxie, Crysis 2 nous plonge en plein combat dans un New York dévasté… Plein les mirettes Depuis de nombreuses années, Crytek nous a habitué à des productions dotées d’une réalisation définissant le haut du panier pour quelques années à chaque sortie. Avec ce nouveau volet de Crysis, la licence du célèbre jeu de tir s’ouvre au monde des consoles de salon, puisque tant la PS3 que la Xbox 360 entrent dans le jeu. Avec un rendu visuel tout bonnement bluffant et une animation de haut vol, Crysis 2, en plus de son mode solo, s’offre diverses campagnes multijoueurs enfin à la hauteur. Proposant 5 classes, définies par des armes différentes ainsi que des capacités d’armures diverses, les cartes de jeu à plusieurs sont de toute beauté. De nouvelles armes, dont certaines issues de technologies extraterrestres agrémentent encore ce FPS de haut vol.

Ça ferraille dur Tant sur consoles que sur PC, Crysis 2 risque bien de se poser en référence dans le vaste monde des jeux de tir à la première personne. Les possesseurs de consoles, boudés jusqu’alors, devraient se rattraper de la plus belle des manières avec ce volet… Un jeu de tir à la première personne d’EA sur PC, PS3 et X360.

GOD OF WAR: GHOST OF SPARTA

WORLD OF WARCRAFT : CATACLYSM

Quand Kratos voulait devenir un dieu… God of War, licence emblématique du beat’em all sur les consoles de Sony s’offre un nouveau volet sur PSP. Ce dernier nous replonge à l’époque où le héros, Kratos, voulait devenir un dieu, celui de la guerre… Ares et ses potes Presque 3 ans après Chains of Olympus, ce nouveau God of War sur portable impressionne par ses qualités techniques. Le titre reste fidèle au premier volet, avec en plus une animation d’une fluidité remarquable et la résolution des textures offrant un visuel de haut vol. De nouvelles armes, à l’image d’une lance et d’un bouclier en plus des habituelles lames, ainsi que de nouveaux pouvoirs magiques viennent compléter la panoplie dévastatrice de Kratos. Une aventure titanesque dans laquelle le joueur devra batailler ferme en laissant de côté sa pitié pour revendiquer à Ares son trône de dieu de la guerre, face à une foule d’adversaires impressionnants. Techniquement hallucinant Ceux qui sont fans de la série et heureux possesseurs d’une PSP ne doivent en aucun cas faire l’impasse sur ce volet. Techniquement impressionnant, il prouve que la portable de Sony en a vraiment dans le ventre, avec des rendus et une animation parfaite. Un hit en puissance. Un jeu d’action de Sony exclusivement sur PSP.

SPLATTERHOUSE Blood and Heavy Metal L‘étudiant Rick Taylor doit se servir une nouvelle fois de son Masque Maudit pour se transformer en brute épaisse et libérer sa rage sur ses ennemis démoniaques. Après des années de silence, Splatterhouse marque ici son grand retour. Les développeurs ont visiblement voulu coller aux attentes des fans en s‘inspirant des premiers épisodes de la série et en proposant une ambiance gore à souhait saupoudrée de beaux morceaux d‘heavy metal. La narration en voix off tout au long de l’aventure apporte une touche décalée à ce titre destiné à un public averti. Un jeu d’action bien gore de Namco Bandai sur PS3 et X360.

88 | TRENTE DEGRÉS

Wow ! Oyez, Oyez, citoyens d’Azeroth ! La 3ème extension de World of Warcraft sur PC nommée Cataclysm voit le grand retour du tout puissant Deathwing qui va entraîner dans son sillage un changement radical de la topographie des continents. À vous de prendre les armes et de grimper jusqu’au niveau 85 pour lui remettre les idées en place. Deux nouvelles races font leur apparition pour aider les héros: les Gobelins pour la Horde ainsi que les Worgens pour l’Alliance ! Une bouffée de fraîcheur pour le roi des jeux de rôle en ligne massivement multijoueur, qui se voit même gratifié de montures aquatiques, histoire d’explorer les fonds marins… Une extension du jeu de rôle massivement mulijoueur WoW d’Activision, sur PC et Mac.

DRAGON AGE: RISE TO POWER Drôle de sort! À la fin de l’année 2009, Dragon Age Origins avait su rallier à sa cause une grande partie des amateurs de jeux de rôle heroïcfantasy grâce à son histoire intéressante et à son gameplay cohérent. Sa suite fait encore mieux, tout en essayant de corriger quelques lacunes du premier opus comme le système de combat des versions consoles très inférieur à celui du PC. Magie, combat au corps à corps ou avec des armes à distance, Dragon Age 2 permet toutes les fantaisies. La partie graphique reçoit une nette amélioration, alors que la gestion des personnages non jouables permet des interactions amenant à des dénouements différents. Un jeu de rôles qui vaut le détour. Un jeu de rôles EA sur PC, X360 et PS3.

À NE PAS MANQUER Donkey Kong Contry Returns sur Wii Fable III sur X360 et PC Nail‘d sur PC, PS3 et X360 Mass Effect 2 sur PS3 Patapon 3 sur PSP The Sims Medieval sur PC et Mac

TRENTE DEGRÉS | 89


THE SLY TRILOGY

Une compilation de ragondins Les amateurs de ragondins et autres ratons laveurs peuvent se frotter les mains, la merveilleuse série des Sly fait son grand retour sur PS3. Compilation des trois épisodes sortis sur PS2 proposés en version HD, ils peuvent se jouer via le Playstation Move. Le troisième épisode du pack propose même une compatibilité avec la 3D, histoire de profiter au mieux de ce titre qui à fait la joie des amateurs de plates-formes aux côtés de Jack & Dexter sur PS2. Une compilation sympathique à prix modéré qui plaira aux nostalgiques. Une compilation de jeux de plates-formes de Sony sur PS3.

INVIZIMALS: SHADOW ZONE Les créatures de l’ombre Invizimals: Shadow Zone propose un jeu mettant à l’œuvre la réalité augmentée sur une PSP dotée d’une caméra. La portable de Sony devient une sorte de radar à monstres, qui s’affichent en superposition sur des environnements réels filmés en temps réel. Des combats peuvent ensuite être organisés à deux, à la façon des Pokemons, avec plus de 100 Invizimals qui sont en plus personnalisables. Que ce soit pour la chasse, seul ou à deux, ou pour des affrontements bien réalisés, le titre exploite à merveille le champ de la réalité augmentée. Un titre qui vaut le coup d’œil ! Un inclassable de Sony uniquement sur PSP.

KILLZONE 3 Un shooter taillé pour la PS3 Killzone troisième du nom, tout en reprenant la guerre sans merci contre les Helghasts, introduit les dernières nouveautés en matière de divertissement. Vous avez dit «vitrine technologique» ? Jetpack et autres délicatesses Pas de mystère, Killzone reste le jeu de tir à la troisième personne de Sony, qui en profite pour faire l’étalage de sa maîtrise technologique. Le titre dispose d’une gestion de la 3D pour ceux qui sont équipés d’un écran le permettant, alors que les contrôles peuvent se réaliser via le Playstation Move. Tout cela ne serait rien sans une action très pêchue, relevée par un arsenal fourni auquel viennent s’ajouter quelques nouveautés, comme un jetpack permettant de réaliser des sauts de cabris, histoire de varier les joies du canardage… Sony n’a rien laissé au hasard, et le rendu graphique, encore peaufiné depuis le dernier opus, place la barre très haut. L’animation sans faille ainsi qu’un mode multijoueurs convaincant en supplément à la campagne en solo finissent d’enfoncer le clou d’un titre qui pourrait bien servir d’étalon à la concurrence. I kill you ! Incontournable FPS sur PS3, Killzone 3 porte le combat dans des environnements variés et détaillés. Du pur bonheur pour les amateurs du genre. Un jeu de tir à la première personne de Sony exclusivement sur PS3.

MAJIN AND THE FORSAKEN KINGDOM

Le voleur et le génie pataud Majin and the Forsaken Kingdom sur Xbox 360 est un jeu d’action dans lequel on incarne un jeune voleur qui fait équipe avec un monstre gigantesque, le Majin. Les deux personnages doivent allier leurs capacités pour progresser dans des environnements mystiques dévorés par les ténèbres. Graphiquement enchanteur, le jeu se veut original par son avancement en nécessitant une bonne dose de réflexion en plus de phases de combats où la gestion du tandem se veut omniprésente. Une excellente surprise pleine de bonnes idées, apportant un souffle de fraîcheur dans le monde vidéoludique. Coup de cœur assuré !

Un jeu d’action aventure de Namco Bandai sur X360 et PS3.

90 | TRENTE DEGRÉS

TRENTE DEGRÉS | 91


FINAL FANTASY XIV Imagination, quand tu nous tiens…

DEAD SPACE 2 Le frisson galactique continue… Le premier opus de Dead Space avait reçu un excellent accueil chez les joueurs amateurs de frissons. Il en est toujours question dans cette suite qui ne laisse aucun répit… Un bestiaire impressionnant Plongé dans le vide interstellaire, le joueur incarne à nouveau Isaac Clarke pour de nouvelles aventures. Le titre s’ouvre sur une phase de réparation de panneaux solaires grâce aux pouvoirs télékinétiques du héros, sous l’emprise du stress généré par une faible réserve d’oxygène… Après cette phase en gravité zéro, Isaac se trouve précipité vers la surface dans une interminable chute aussi impressionnante qu’immersive. De retour sur le plancher des vaches, il aura fort à faire face à des créatures plus répugnantes les unes que les autres, qu’il s’agira d’occire dans des phases de tir bien rythmées.

Dans Final Fantasy XIV Online, jeu de rôle en ligne massivement multijoueur sur PS3, l’univers heroïc-fantasy prend place dans la région d’Eorzéa. Le joueur a le choix entre 5 races disponibles pour créer son personnage dont la progression est basée sur un système d’armement offrant une grande flexibilité au niveau des 4 disciplines du jeu: guerre, magie, terre et main, qu’il est possible de faire évoluer à sa convenance. Le joueur dispose de la liberté de créer un véritable spécialiste dans un domaine précis ou de faire de son héros un parfait touche-à-tout. Un classique dans le genre dont la licence n’est plus à présenter. Un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur de Square Enix sur PS3 et PC.

Sous tension Digne successeur de son ainé, Dead Space 2 réussit à garder le joueur sous pression, tout en lui procurant une dose d’horreur et d’adrénaline parfaitement gérée par les producteurs. Graphiquement très soigné, il apporte un côté cinématique bien pensé lors de certaines phases. Les amateurs de frissons devraient adorer. Un jeu d’action-aventure futuriste teinté d’horreur d’EA sur PS3, X360 et PC.

DRAGON BALL RAGING BLAST 2 La baston version manga Les amateurs de coupes de cheveux improbables et de combats surpuissants vont se régaler avec le nouveau Dragon Ball Raging Blast 2. Sangoku et ses petits copains s‘apprêtent à en mettre plein la vue des joueurs sur PS3 et sur Xbox 360 dans un jeu de baston respectant parfaitement l’esprit du manga original. Attendez-vous donc à des affrontements particulièrement aériens dans de très vastes arènes, vous permettant ainsi de bientôt botter les fesses de Broly ou de Freezer de façon tout à fait magistrale. Un titre très dynamique qui prend tout son sens lors de combats à plusieurs. Un jeu de combat de Namco Bandai Games sur PS3 et X360.

92 | TRENTE DEGRÉS


!!"#$%&$'("!)**"

5'..'67.89':7;9&'<29= presents

+)"#$%&$'("!)**

0"1$'23"!)**

*!"1$'23"!)**

*4"1$'23"!)**

>39;9?"@9="@$3.'" A67.'?"B$C"D$2E'6FF9%

!,"-./'&$'("!)**


Par CHRISTIAN BUGNON

PEAK PERFORMANCE SARA JACKET Un classique pour les belles journées d’hiver : la Duffel-coat ! Ses caractéristiques principales : le lourd tissu de laine, les boutons olives en corne, les patchs en cuir, les poches plaquées et le capuchon. Ce manteau sportif à la coupe droite de Peak Performance tient agréablement chaud. De plus, la couche de teflon le rend encore plus robuste. www.peakperformance.com

JULBO SUPERSTAR Les masques Julbo sont développés au coeur de la montagne avec les pros de la montagne. Démarquez-vous, partout, et à tout moment. Le Superstar élève le design et la technologie freeride à un tout autre niveau, grâce à une parfaite compatibilité avec le casque en toutes circonstances. Pour votre protection, Julbo vous laisse le choix des armes ! Toute la collection 2010 – 2011 sur www.julbo-eyewear.com

DYNAFIT - LE BON TANDEM Le Ski STOKE est incroyablement léger, grâce à sa technologie révolutionnaire associant l’hêtre et le bambou dans le noyau. Il est équipé du système breveté Dynafit de plaque à inserts pré-percée. Il se comporte aussi bien dans la poudre qu’en terrain exigeant. Chaussures TITAN TF-X. Le système TBS breveté (Triple BindingSole) permet l’utilisation de toutes les fixations du marché. Une chaussure légère appropriée à la randonnée, sans aucun compromis. Pour les freeriders et freeride tourers à la recherche d’une chaussure de ski performante en descente tout en étant confortable pour marcher. www.dynafit.com

SOREL TIVOLI HIGH Cette bottine de neige signée Sorel allie élégance et protection. Elle maintient les pieds au chaud tout en assurant un confort maximal. Caractéristique de tous les produits Sorel, l’ensemble des matériaux utilisés comme le chausson en feutre d’une pièce et l’isolation Thinsulate sont de toute première qualité. Adaptée aux conditions hivernales, la semelle extérieure en caoutchouc est spécialement formée pour la neige et pour éviter les parties de glisses indésirables. Bref: une botte de neige comme les femmes les aiment. www.sorel.com

94 | TRENTE DEGRÉS

DAKINE AVEC LEANNE PELOSI La snowboardeuse nord américaine présente son design exclusif pour le sac à dos Girls Heli Pro DLX et pour le gant Targa Glove. Le sac est conçu spécialement pour les formes féminines et son volume de 18 litres est idéal. Un câble réglable permet de fixer les skis en diagonale et des sangles sont prévues pour fixer un snowboard. www.dakine.com

TRENTE DEGRÉS | 95


Tant qu’il y aura des formes... Donnez du caractère à vos passions, de l’excellence à vos références! Découvrir aujourd’hui ce qui sera incontournable demain. Au fil des pages, déceler les tendances et se glisser dans de nouvelles ambiances. Architecture, décoration, design: Tendance Déco est le magazine de toutes vos envies. Un rendez-vous complice six fois par an pour vivre l’air du temps et partager une actualité de proximité.

Le magazine suisse de l’habitat w w w. t e n d a n c e d e c o . c h - s e r v i c e d e s a b o n n e m e n t s 0 5 8 7 8 7 4 9 1 2


Par CHRISTIAN BUGNON

BANG & OLUFSEN – LORSQUE ÉLÉGANCE RIME AVEC CONVIVIALITÉ... Le BeoSound 8 allie un rendu sonore sans pareil à un design élégant et à une interface utilisateur simplifiée. Il constitue la solution idéale pour bénéficier de la qualité sonore numérique diffusée par un iPod, un iPhone, un iPad, un PC ou encore un Mac. Disponible en noir et en blanc. Faites votre choix parmi un large éventail de couvertures d’enceinte colorées afin de l’intégrer dans son nouvel environnement. www.bangolufsen.com

COLUMBIA - GÉNÉREZ VOTRE PROPRE CHALEUR !

L’innovation a toujours été présente dans l’histoire de Columbia, la technologie Omni-Heat™ Thermal Reflective gère véritablement la chaleur corporelle pour des performances optimales en plein air. Cette technologie en attente de brevet, offre en moyenne 20% de chaleur en plus, sans augmentation de poids ni de volume, et vous permet de réguler votre température en réfléchissant et en conservant la chaleur générée par votre corps, tout en évacuant l’humidité et l’excès de chaleur pour un confort optimal. www.columbia.com

CASIO - G-SHOCK GX-56 La montre en grandeur XXL, solaire et multifonctions, résiste aux chocs et aux salissures diverses. Des cellules solaires procurent une alimentation en énergie autonome et respectueuse de l’environnement. Le surplus d’énergie solaire est stocké dans un accumulateur. Disponible en noir ou en orange.www.casio.ch

SODASTREAM – FONCTIONNALITÉ ET DESIGN Si dans les premiers temps du système à gazéifier SodaStream, la fonctionnalité de la machine était placée au premier plan, son design a peu à peu pris de plus en plus d’importance. L’assortiment comprend aujourd’hui différentes formes et couleurs, capables de s’intégrer dans les intérieurs les plus divers. En 2010 par exemple, SodaStream a présenté une édition limitée en collaboration avec le designer de renommée internationale, Karim Rashid. Disponible dans plus de 3500 points de vente répartis sur toute la Suisse. www.sodastream.ch

FREITAG REFERENCE SS 11 La vie était simple lorsque FREITAG devait juste se contenter de trouver des camions, de rechercher les découpes les plus originales et de les transformer en sacs. Voici la 2ème nouvelle collection REFERENCE « fake snake », en deux nouvelles couleurs et avec un tout nouveau savoir-faire exceptionnel ! En magasin dès janvier 2011. www.freitag.ch

TRENTE DEGRÉS | 97


IMPRESSUM

C’EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS

Créativité, originalité, ambiances uniques et concepts de bon goût ne manquent pas autour de nous. 30° vous ouvre les pages de son carnet d’adresses urbaines et vous fait partager ses coups de cœur.

DR

Texte°°° SERGE GRETER Passe-moi le sel Le décor est sobre et efficace, avec ses ardoises murales, ses longues tables où s’asseoir, ainsi que cette cuisine derrière le comptoir où l’on voit s’activer les cuisiniers à travers une vitre. Ils y préparent une cuisine en accord avec le décor: simple et inventive, et basée autant que faire se peut sur des produits de saison issus de la culture biologique ou biodynamique. Elle confronte les incontournables de la cuisine de grand-maman aux influences actuelles afin de composer des soupes, des salades, des sandwiches minute et des plats du jour aux goûts contemporains. Vous pourrez manger votre repas sur place ou, en cas de manque de place ou d’envie, aller le consommer au bar à café le Symbole, sis au numéro 10 de la place de la Riponne. Deux autres moyens de se délecter de ces savoureux mets consistent à se faire livrer au bureau ou à faire appel au service de catering. Une dernière petite précision: en dépit du nom de l’établissement, les plats sont bien assaisonnés chez Passe-moi le sel!

DR

Passe-moi le sel, rue du Tunnel 16, 1005 Lausanne. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 15h. 021/311.26.24. www.passemoilesel.ch Le bistrot de Charlotte On a beau être chez Charlotte, elle ne se montrera pas! Car Charlotte, c’est un peu de vous et de moi. C’est notre côté gourmand, qui nous renvoie à l’époque où l’on se délectait des plats mitonnés par nos grands-mères. Quand on en repartait avec un petit sac de friandises. Ce sont ces petits moments inoubliables que veut nous faire revivre Le bistrot de Charlotte, via son bistrot naturellement, mais aussi son épicerie fine. Un établissement dans la pure tradition de la bistronomie, contraction de bistrot et de gastronomie, à moins que ce ne soit bonhomie! Dans ce décor engageant composé d’un comptoir en zinc, de banquettes rouges et d’un mobilier en bois foncé, on apprécie de boire un café, de prendre un verre après le travail, un brunch le dimanche, ou, naturellement, un repas à midi ou le soir. La cuisine, simple et authen tique, propose par exemple un tartare de bœuf au couteau et des encornets à la provençale. Comme il y a un peu de nous dans ce restaurant, on ne peut que se féliciter de notre bon goût!

DR

Le bistrot de Charlotte, place des Bergues 3, 1201 Genève. Ouvert tous les jours de 7h30 à minuit, sauf le dimanche, de 10h à 16h. 022/731.81.81. www.lebistrotdecharlotte.com Le Black & White Ici, dans cet établissement situé dans la veille ville de Neuchâtel, le noir répond au blanc. Le raffinement au convivial, la terre à la mer dans les assiettes. On appréciera aussi bien un magret de canard mariné aux parfums d’Asie sur légumes à l’aigre-doux qu’un tournedos de saumon au lard et crevette géante sur risotto safrané. Les végétariens ne sont pas non plus oubliés. Ils pourront par exemple opter pour un tiramisu d’aubergines sur carpaccio de tomates à la vinaigrette balsamique. Et la présentation soignée est à la hauteur du goût. Quant aux personnes venues seules, une table leur est spécialement réservée afin de manger en bonne compagnie. Décidément, le concept de dualité a été pensé dans les moindres détails. Car ici, les détails ont leur importance. Ils multiplient le plaisir, par deux, évidemment !

Le Black & White, rue du Trésor 4, 2000 Neuchâtel. Ouvert du mardi au samedi, midi (11h30 à 14h) et soir (18h30 à 24h). 032/724.31.41. www.maisondeshalles.ch/fr/black-and-white

98 | TRENTE DEGRÉS

30° DEGRÉS N°33, HIVER 2010-2011

Photo cover : © Eric Berger/ Red Bull Illume Editeur & directeur de la rédaction christian.bugnon@cbcommunication.com Edition & administration CB Communication sàrl Rue du Tunnel 11 – 1005 Lausanne - Suisse e-mail : info@cbcommunication.com site : www.cbcommunication.com Tél : +41 21/ 312 41 41, Fax : +41 21/ 312 41 41 Publicité Suisse romande christian.bugnon@cbcommunication.com Publicité Suisse alémanique Blueorange Media GmbH Karin Witschi 076/ 379 82 07 kw@blueorange-media.ch Sonja Kupper 062/ 772 21 56 sk@blueorange-media.ch Publicité version anglaise astrid.gester@cbcommunication.com Tél : +41 79 386 87 88 Secrétariat de rédaction info@cbcommunication.com Rédaction (par ordre d’apparition) Vincent Gillioz, Frédéric Rein, Catherine Cochard, William Türler, Nicolas Zambetti, Serge Greter, Gavin’s Clemente Ruiz, Claude Hervé-Bazin, Eric Rivera, Christian Bugnon Photographes (par ordre d’apparition) Steve Sherman, Salewa, André Bonnet, relais Mahana Polynésie, M.Morel , Giorgio Soldi outdoorgames.org / P.Fragnol / D.Carlier / D.Ravanel, Keystone portfolio, Vincent Callebaut Architectures, Sony Pictures, Disney, Elite Film, Bear Grylls, GiantXtour, Dan Ferrer, Daher, J.Hadik, Christophe Racat, Patrice Schreyer, raquette aventure,Keystone, Zueger Erwin, Kurt Müller, Office National du tourisme Thailandais Berne, Thomas Bradford, Claude Hervé-Bazin Direction artistique et layout Mélanie & Nicolas Zentner, Mathieu Moret Traduction allemande : Sabine Dröschel Traduction anglaise : Simon Till Photolithographie : Images 3 SA Imprimerie : Swissprinters Lausanne SA Distribution : It’s Time To Bienne Le magazine 30° est offert aux abonné(e)s des magazines Skippers et Mountain Report Vous souhaitez recevoir 30° chez vous l’abonnement pour 4 éditions à CHF 23.avril / juin / septembre / décembre Retrouvez aussi 30° dans les kiosques en Suisse chez Naville et Valora ainsi que sur

WWW.30DEGRES.TV WWW.30GRAD.TV WWW.30DEGREES.TV

Distribué chez :

Partenaires médias :



N° 33 – Hiver 2010