Page 1

living the high life

Zermatt

Zermatt / Hiver 2017-2018

Les Alpes y triomphent. Le ski y est une ĂŠvidence. Et, sous les toits enneigĂŠs des grands chalets, le temps suspend son vol.


Living the high life


HAPPY DREAMS


HAPPY DIAMONDS


Bahnhofplatz, Zermatt


Elegance is an attitude Mikaela Shiffrin

Conquest


#ThisIsYourTime

T I S S OT B O U T I Q U E , BAH N H O FPL AT Z 2 , 39 2 0 ZER MAT T


Tissot T-Touch Solar Zermatt Special Edition.

T I S S OT WATC H E S . C O M TISSOT, INNOVATORS BY TRADITION


Edito Zermatt se niche au fond de sa vallée, entouré par la plus belle collection de sommets des Alpes. Trente-huit d’entre eux ­ (trente-huit !) y culminent à plus de 4 000 m, jusqu’à l’apothéose du Cervin et du mont Rose. Ce n’est plus un paysage, c’est une proclamation, une invitation — et, pour moi, le souvenir, tout jeune, d’un premier choc, puis d’un heureux rituel, hiver après hiver, dans l’enfièvrement des fêtes et l’appel renouvelé des montagnes. Dans l’esprit se bousculent longues balades blanches, jolies descentes poudreuses, folles batailles de boules de neige et gentilles rondes en patin au cœur du village, survols en téléphérique, rues et balcons enguirlandés de lumières. Toute une parenthèse intemporelle. Aujourd’hui, à Zermatt, jour après jour, je redécouvre tout ce que la Suisse offre de plus beau, de plus raffiné, de plus intangible. Un cadre inégalé. Des sensations. Des émotions. Des valeurs. Et lorsque les flocons emplissent le ciel et enveloppent les toits des grands chalets, lorsque le clopin-clopant des chevaux tirant leur calèche résonne seul dans la nuit tombante, loin, si loin des villes et de leurs voitures, la magie opère encore. Et encore. C’est cela, tout cela et plus encore, qu’helvet magazine s’est donné pour mission d’exprimer. Sous ce nouveau nom, ce nouveau layout, plus suisses que jamais, transparaît toute la passion réaffirmée du team 30° degrés pour la montagne, dans un hommage à la fois amoureux et vibrant à cette station d’exception, brillant au firmament de l’escalade et du ski mondial. Dans une envie constante d’esthétique et d’épure, mariant le temps présent à l’éternité, nous y avons réuni les plus belles images, les plus beaux textes, les plus beaux objets. Notre destination : l’âme de Zermatt et, à travers elle, de tout ce qui fait de la Suisse ce refuge dans le monde.

Christian Bugnon

Editeur & rédacteur en chef


Sommaire 16

86

News

Backstage Loft

Hiver 2017-2018

Le visage artistique de l’immobilier de luxe alpin

22

Sport Un domaine skiable hors pair 30

Overlook Lodge La vue en héritage 38

Portfolio Thomas Crauwels 48

Interview

92

Interview Beat H. Perren, président-fondateur d’Air Zermatt 96

La cabane du Mont-Rose à peau de phoque 102

Unplugged Festival Made in Switzerland 107

Markus Hasler, CEO de Zermatt Bergbahnen AG

Patrouille des Glaciers

52

La course de ski-alpinisme des superlatifs

Chalet McKinley Un sommet d’élégance 60

Résidence Christiania Le vieux Zermatt recomposé 68

La haute joaillerie libérée 76

Haute horlogerie Les heures précieuses des grands horlogers 82

108

Kai Lenny Les montagnes zermattoises ensorcellent le roi du surf 112

Trends Watches 119

Salons et Merveilles SIHH et Baselworld 122

Gornergrat Bahn La montagne à petit train 126

Interview

Trends

Julen Steiger & Cie

Luxe

Edition, administration et publicité CB Communication sàrl I Place de l’Hôtel de Ville 2 – 1110 Morges - Suisse I info@cbcommunication.swiss I www.cbcommunication.swiss I Tél : +41 21 312 41 41, Fax : +41 21 312 41 11 | Hors-série du magazine 30° degrés Rédacteur en chef Christian Bugnon : christian@cbcommunication.swiss Secrétariat Mélissa Hertzeisen : melissa@cbcommunication.swiss Rédaction (par ordre d’apparition) Daniel Bauchervez, Claude Hervé-Bazin, Laurent Grabet, Nathalie Cobos, Marie de Pimodan-Bugnon, Serge Greter Photographes (par ordre d’apparition) David Carlier, Michael Portmann, ­Jeremy Bernard, Thomas Crauwels, Yves Garneau, Marc Kronig, Joe Condron, Air Zermatt, Unplugged Festival, François Perraudin, Gornergrat Bahn Branding Alexandre Henriques Graphisme Sandy Chanel : sandy@cbcommunication.swiss, Sophie Cattin : sophie@cbcommunication.swiss, Christian Bugnon (DA) : christian@cbcommunication.swiss Traduction anglaise Simon Till, Paul Subrenat, Laurène Cabaret Traduction allemande Sabine Dröschel Photolithographie Images 3 Publicité info@cbcommunication.swiss Copyright © 2017-2018 helvet magazine, Tous droits réservés. Tous les textes et visuels publiés sont soumis au droit d’auteur. Leur reproduction, en tout ou partie, est strictement prohibée, sauf autorisation expresse des ayants droit respectifs. Cover : David Crauwels | Prochaine édition hiver 2018 I www.helvet.swiss Living the high life


Anniversaire

news Hiver 2017-2018

Zermatt fête ses héros du

fois très risquées, a été fondée. Un demi-siècle plus tard, devenue leader mondial dans ce

Shopping

Bucherer se refait une

ciel

domaine, elle occupe une place

C’est en 1968 que la compagnie

journées portes ouvertes. Au

toise de Bucherer, installée au

d’hélicoptères Air Zermatt, ren-

programme : vols et démons-

début de la Bahnhofstrasse (au

due célèbre pour ses opérations

trations d’hélicoptères bien sûr !

n°6), rouvre ses portes le 13 dé-

de sauvetage en montagne par-

www.air-zermatt.ch

cembre. Elle communique dé-

son offre aux particuliers. Son

beauté

50e anniversaire sera célébré les

Après trois mois et demi de

19 et 20 mai prochains par des

travaux, l’enseigne zermat-

centrale dans le paysage valaisan — et a largement diversifié

sormais avec la boutique Rolex, elle-même rénovée l’an passé. Pour le reste, l’essentiel n’a pas

Restauration

changé : les grandes marques

Heinz

horlogères et les bijoux Bucherer Fine Jewellery sont toujours au rendez-vous, dans un écrin

Rufibach de

plus étincelant que jamais.

retour au

www.bucherer.com/fr/nos_maga sins/zermatt-bahnhofstrasse

Zermatterhof

Evènement Sports d’hiver

Skier à bon compte

Party Time

Dom Pérignon

Le restaurant gastronomique

finent leurs propositions com-

du très chic hôtel Zermatterhof,

merciales avec la Easy SkiCard,

l’Alpine Gourmet Prato Boni,

une carte rechargeable en ligne

noté 15 sur 20 au Gault&Millau,

qui permet de ne payer que pour

a retrouvé le chef bernois Heinz

les remontées mécaniques uti-

Rufibach — qui y officia déjà de

lisées — idéal pour les petits

1996 à 2002. Amoureux éperdu

skieurs. Parallèlement, les en-

P2

des produits locaux de saison et

fants de moins de 9 ans, qui

Celui-ci a tous les atouts, tout le

de qualité supérieure, il remet

accèdent déjà gratuitement au

savoir-faire du monde réunis en

à l’honneur les saveurs valai-

réseau, se voient gratifier de

un flacon, un millésime : 2009.

sannes à travers une cuisine à la

la Wolli Card, qui leur donne

L’année fut éminemment solaire,

fois créative et sans complexité

droit pendant un an à la gratui-

rayonnante, livrant un breuvage

excessive. L’établissement est

té à bord du Gornergrat Bahn

aux arômes et complexité rares

ouvert tous les soirs de mi-dé-

et dans certains hôtels et loge-

— présenté dans une bouteille et

cembre à mi-avril de 19 h à 22 h,

ments de vacances de la station.

un coffret hommages du desi-

mercredi excepté.

www.matterhornparadise.ch

gner japonais Tokujin Yoshioka.

pratoborni.zermatterhof.ch

www.zermatt.ch

www.domperignon.com

Les Zermatt Bergbahnen af-

Il y a champagne et champagne.


Restauration

Restauration

Application

Un nouveau déli

Zum See :

L’App Skiguide

(cieux)

optimisée et renforcée

l’âme du Valais

L’application gratuite Skiguide

On ne vient pas chez Max et

des Zermatt Bergbahnen AG se

Le 9 décembre, l’hôtel Mirabeau

Greti Mennig par hasard. Leur

complète de nouvelles fonc-

inaugure le nouveau Marie’s

restaurant, Zum See, occupant

tions : consultation du risque

Deli en lieu et place de l’ancien

un chaleureux chalet du XVIIe

d’avalanche sur des secteurs

restaurant Corbeau. Ouvert

siècle prolongé par une ter-

donnés pour les amateurs de

tous les jours de 7 h à minuit,

rasse panoramique, s’amarre

freeride, informations préci-

il propose vente sur place et à

en contrebas de Furi, dans le

sées sur les meilleurs itiné-

pistes

emporter, plats chauds et froids,

hameau qui lui a donné son

raires à prendre pour parvenir

Pourquoi ne pas démarrer la jour-

spécialités locales (fondue, ra-

nom (1766 m). La clef du suc-

d’un point A à un point B, mas-

née de ski un peu plus tôt et pro-

clette…) et internationales, gâ-

cès : des produits locaux très

quage possible des installations

fiter des pistes en solo ? Tous les

teaux et tartes maison, sans ou-

frais pour une cuisine valai-

fermées… tout pour mieux

mercredis et vendredis, du 22 dé-

blier une belle sélection de vins.

sanne ne dédaignant pas, à

s’orienter ! Il est même possible

cembre au 20 avril, rendez-vous

www.hotel-mirabeau.ch

l’occasion, quelques incartades

de participer directement au

est donné avant l’aube à la station

méditerranéennes. Cet hiver,

concours SkiTrophy. L’interface

de départ du Matterhorn glacier

l’établissement sera ouvert de

est en outre optimisée et l’app

paradise pour une descente (ac-

mi-décembre à mi-avril, de 12 h

désormais disponible pour iOS

compagnée) entre Trockener

à 17 h.

et Android.

Steg et Furi, à l’heure du lever

www.zumsee.ch

www.matterhornparadise.ch

de soleil. Un moment empreint

Domaine skiable

Premier sur les

d’un joli sentiment de liberté ! Le forfait comprend un petit-déjeuner revigorant au restaurant Mat-

Restauration

terhorn glacier paradise.

Une nouvelle

www.matterhornparadise.ch/fr/

brasserie

webshop/event/first-track~17563

Site

Domaine skiable

au Beau

Souriez,

Le Parkhotel Beau Site, fièrement

vous êtes filmés

installé juste au-dessus du vieux

Depuis quelques hivers, la piste

centre, s’adjoint une nouvelle

65 fait son cinéma. Deux camé-

brasserie à la française. Elle pro-

ras y filment les skieurs et les

pose une cuisine largement inspirée par les produits régionaux et saisonniers, ainsi qu’un menu du jour variant quotidiennement — avec 4 plats au choix incluant systématiquement une option végétarienne et des buffets de salades et de fromages. Différents buffets à thème sont en outre à l’affiche le soir, du mercredi au vendredi et le dimanche. www.parkhotel-beausite.ch

amateurs de snowboard du dé-

Restauration

A p é ro

Cer vin

part à l’arrivée, en consignant Le grand hôtel Zermatterhof,

leur temps de descente. Quelques

fierté de la bourgeoisie zermat-

secondes plus tard, il est possible

toise, a réaménagé la terrasse

d’analyser gratuitement son par-

de la brasserie Lusi en espace

cours sur le site web Skiline et

lounge. Voici une nouvelle

de partager films et photos par

adresse pour trinquer, de midi

e-mail ou sur Facebook.

à la fin de l’après-midi, en dé-

www.matterhornparadise.ch/fr/

gustant aussi bien un petit plat

hiver/domaine-skiable/skiline/

que la vue sur le Matterhorn.

skimovie

www.zermatterhof.ch

www.skiline.cc

17


Mobilité

Un taxi Passion

news

pour Zermatt

Zermatt a la chance d’échapper aux voitures. Mais comment s’y déplacer lorsqu’on est chargé ou que l’on manque un peu de courage ? Taxi Christophe a la réponse, avec ses véhicules électriques qui glissent en si-

Restauration

Shopping

On file Chez Du nouveau

Vrony chez

free ride

lence dans les rues de la station. La compagnie transporte aussi les marchandises (pour le Festival Unplugged, par exemple) et propose des transferts de/ vers Täsch (la porte d’accès à

Schlossberg

Zermatt), de/vers les aéroports

à 2100 m, le restaurant Chez Vrony fait figure de chouchou

La collection automne-hiver

porte à porte pour les Romands !

pour de nombreux habitués de

2017-2018 du fabricant de linge

www.3535.ch

la station. Pourquoi ? Le pano-

de lit Schlossberg Switzerland,

Perché sur l’alpage de Findeln,

Sports d’hiver

de la région et même un service

rama en gros plan sur le Cervin

Living Colors, puise la richesse

depuis la terrasse de l’établisse-

de sa palette dans la splendeur

ment n’y est pas pour rien. Mais

éblouissante de la nature : flore,

on apprécie aussi la cuisine

oiseaux, empreintes… Elle com-

gourmande du terroir, qui tire

prend cinq nouveaux dessins

le meilleur parti des produits

réalisés comme toujours à la

locaux bios — sans oublier les

main, avec amour et minutie,

végétariens. Parmi les stars de

avant d’être imprimés sur des

l’assiette, la viande séchée mai-

tissus très haut de gamme. Vous

son et le burger Vrony sont inva-

pourrez les admirer dans la bou-

riablement présents, aux côtés

tique Schlossberg de Zermatt

de spécialités qui changent deux

— qui propose notamment la

Qui sont les téméraires qui

Ceux pour qui les noires sont

fois par mois.

confection d’articles sur mesure.

osent se lancer dans l’aventure

devenues ennuyeuses grimpe-

www.chezvrony.ch

www.schlossberg.ch

de la Patrouille des Glaciers ?

ront au Stockhorn, au Rothorn

Et pourquoi le font-ils ? Telles

ou au Schwarzee pour tâter

sont les questions posées par le

des tapis de neige profonde et

cinéaste sédunois Frédéric Favre,

des couloirs pentus des 36 km

qui aborde la mythique course de

de pistes jaunes de Zermatt.

ski-alpinisme à travers le regard

Le principe ? Ces itinéraires

de trois participants lambda —

ne sont pas préparés, mais ac-

une femme assimilant la mon-

cessibles par téléski et balisés

tagne à une expérience spiri-

en prévision des risques d’ava-

tuelle, un compétiteur acharné et

lanches. Ceux qui hésitent se

un personnage atypique et « bran-

feront encadrer par l’un des

quignol »… L’occasion d’une psy-

guides de haute montagne

chanalyse « tressant la réalité et

de l’Alpin Center Zermatt. Ils

la fiction », terrain de jeu favori

connaissent chaque bosse du

de l’auteur — qui a lui même par-

domaine !

ticipé trois fois à la PDG.

www.alpincenter-zermatt.ch

Cinéma

Frédéric

Favre et

ses Encordés

19


Domaine skiable

Le plus

news

haut chantier

d’Europe Les travaux avancent bien. A l’automne 2018, les Zermatt

Astronomie

Dining with the

stars

Ces étoiles là ne sont pas fi-

Bergbahnen devraient inaugurer comme prévu une seconde remontée mécanique desservant

Hôtellerie

Riffelhaus :

un hôtel

Sports d’hiver

Sortez les raquettes !

le Matterhorn glacier paradise. Ce sera le plus haut téléphérique tricâble au monde. Particulièrement stable et rapide, il reliera la station de départ du Trockener Steg (2923 m) à celle d’arrivée

Zermatt… La tour de l’Obser-

légendaire

vatoire du Gornergrat, coiffant

Tout le monde n’a pas 163 ans et

13 avril 2018, le guide de mon-

transport de 2000 personnes par

l’hôtel du même nom, perché

une allure aussi fringante. C’est

tagne zermattois Peter (Peppo)

heure — et réduisant d’autant l’at-

à 3100 m d’altitude, offre l’oc-

le cas de l’emblématique hôtel

Bittel encadre une randonnée

tente. Un investissement consi-

casion chaque jeudi soir, de

Riffelhaus, le 4-étoiles (avec

en raquettes à neige le long du

dérable de 52 millions de francs.

mi-janvier à fin mars, d’une

spa !) le plus élevé d’Europe, per-

Matterhorn glacier Trail, entre le

www.matterhornparadise.ch

plongée dans l’espace en com-

ché au cœur du domaine skiable

Trockener Steg et le Schwarzsee.

pagnie d’un astronome. Pour

de Zermatt, à 2548 m. Il est loin

L’occasion de laisser sa trace sur

allier plaisirs du savoir et de la

le temps où la première cordée à

ce haut plateau isolé et de s’aban-

chère, la soirée se poursuit au

vaincre la pointe Dufour s’élan-

donner à la beauté des sommets

restaurant du Gornergrat avec

ça d’ici… Aujourd’hui, le Cervin

avoisinants — Cervin, Dent-

la dégustation d’une fondue

offre une toile de fond impre-

Blanche, Ober Gabelhorn…

chinoise — avant de regagner la

nable au jacuzzi extérieur et à

www.peppo-trekking.ch

station par le petit train.

des chambres joliment nappées

www.gornergrat-kulm.ch

de bois de la tête aux pieds.

www.gornergratbahn.ch

www.riffelhaus.ch

lantes et tapissent les cieux de

Par beau temps, chaque ven-

(3821 m) en seulement 9 minutes,

dredi, du 15 décembre 2017 au

augmentant l’actuelle capacité de

Sports d’hiver

Skier dans toutes les

Cinéma

Une toile

au Vernis-

sage

langues

Zermatt possède un cinéma,

Face à l’engouement grandis-

à part entière, conçue par l’ar-

sant de la clientèle chinoise

chitecte et artiste zermattois

pour Zermatt, les écoles de

Heinz Julen. Les blockbusters

ski Matterhorn Diamonds et

du moment y côtoient deux

Stoked proposent désormais

films régionalistes tournés

toutes deux des cours de ski

dans les années 1950 par Julen

(privés) avec moniteur parlant

père : « Whymper’s Weg auf’s

le chinois. Mais on peut aussi

Matterhorn » et « Menschen am

s’instruire en allemand, en an-

Matterhorn » (diffusés mardi et

glais, en français, en italien,

jeudi à 18h). Guide de montagne

en russe, espagnol, portugais,

et professeur de ski, celui-ci ap-

hollandais, tchèque, slovaque…

prit le métier grâce à l’un de ses

et pas n’importe lequel ! Le Vernissage est une œuvre d’art

www.stoked.ch

élèves : Walt Disney !

www.matterhorn-diamonds.com

www.backstagehotel.ch


Zermatt Un domaine skiable hors pair Texte : Daniel Bauchervez


23


2


1

Page précédente : Vues des airs, les montagnes entourant Zermatt révèlent d’infinies crêtes, déclivités, pentes et combes neigeuses – autant d’invitations au freeride. En haut de l’image on reconnaît le Cervin, la Dent d’Hérens et la Dent Blanche. Photo : David Carlier

1. Perchés au sommet de la face, les riders des deux équipes de la Skiers Cup scrutent leur terrain de jeu du jour. Les duels peuvent commencer... Que le meilleur gagne! Photo : David Carlier 2. Le freeride à Zermatt a un argument de taille : où que l’on skie, ou presque, le profil acéré du Cervin offre sa toile de fond. Photo : Michael Portmann

25


The Ferdinand Fondue Collection 100% pure & made in Switzerland

100% valais VALAIS CHEESE BLEND

b

The Ferdinand Fondue Collection 100% pure & made in Switzerland

Ferdinand by Cervo: Après Ski, Fondue, Raclette & BBQ Riedweg 156 | 3920 Zermatt | www.ferdinand.ch | +41 27 968 12 12


Le skieur de pente raide chamoniard Sam Favret se donne à fond. Photo : Jérémy Bernard

Côté ski, Zermatt cumule les arguments : un domaine de 360 km partagé entre Suisse et Italie, le plus haut d’Europe, où l’on skie 365 jours par an. Des pistes parfaitement préparées. Le plus beau panorama du monde. Une ambiance alpine authentique. Et de superbes runs sauvages pour les fantasmes de poudreuse. Première (excellente) surprise : là où d’autres stations peinent à garantir assez de neige en ces temps troublés par le réchauffement climatique, Zermatt assure. Non sans raison. Son vaste domaine, partagé en trois secteurs reliés entre eux, culmine respectivement à 3103 m (Sunnegga-Blauherd-Rothorn), 3532 m (Riffelberg-Gornergrat-Stockhorn) et 3883 m (Trockener Steg-Matterhorn glacier paradise). Le plus haut téléski y grimpe même jusqu’à 3899 m, 15 petits mètres sous le n°1 mondial (Breckenridge au Colorado). Les débutants bénéficient ici de tout le confort: de la neige bien à soi à l’écart des grandes pistes, des tapis roulants, des jeux et… un forfait gratuit pour les enfants jusqu’à 8 ans

(et même 15 ans le samedi) ! Les grands ont droit à la part du lion, avec deux tiers de pistes rouges et d’autres tendance cramoisie tirant sur le noir… Et pourquoi ne pas explorer le versant italien ? La foule y est fort clairsemée et le décor tout aussi fabuleux. Seule contrainte : ne pas oublier l’heure de la dernière remontée pour regagner Zermatt.

Ski sauvage S’il ne fallait en citer qu’un, ce serait le Stockhorn. Passé janvier, lorsque la neige s’est assez accumulée, nappant rochers et crevasses, les skieurs chevronnés viennent déguster ses jaunes d’anthologie (hors-piste semi-sécurisé sur 36 km), parfaites après la tempête. Les amateurs de ski de bosse sont aux anges sur cette face de 1100 m dévalant jusqu’au Findelgletscher; les freeriders, eux, se laissent happer par les flancs. De l’autre côté du glacier, le Rothorn ajoute ses propres jaunes sur une face ouest griffée de ravins rocheux. Le vent y accumule par endroits de gros oreillers de poudre. On les conjugue avec la noire céleste reliant Blauherd à Patrullarve à travers la forêt — avec prolongation possible dans le rock garden situé en contrebas du télésiège. 27


Schlossberg Boutique Zermatt l Bahnhofstrasse 7a l 3920 Zermatt Mo-Sa: 9:30 – 12:30 & 14:00 – 19:00 l Sunday (high season): 15:00 - 19:00 www.schlossberg.ch


L’effet féérie Des runs mémorables, il en existe une multitude, à explorer avec un guide de l’Alpin Center et tout le matériel de sécurité adéquat. Il s’agit là de sortir les peaux de phoque et de ramer un peu… Pour ne pas trop suer, on peut mettre le cap sur le col de Schwarztor, en longeant le Breithorn depuis le Petit Cervin. Au programme : un long faux plat dans un panorama incroyable de sommets blancs, un tapis neigeux impeccable, puis un slalom entre les séracs. Le glacier du Gorner est rejoint, puis on ressort par un verrou rocheux, rejoignant Zermatt avec la sensation du devoir accompli et l’envie de remettre ça. Breithorn, Cima di Jazzi, Fluhhorn, Fillarhorn, Pfulwe… par lequel (re)commencer ? Plus fou encore? Et s’il était temps de craquer pour une sortie en héliski? En ligne de mire: le mont Rose (ski seulement), l’Alphubeljoch (snowboard également), l’Aeschihorn… Une fois l’hélicoptère reparti dans un tonnerre de flocons glacés, le silence s’impose et l’esprit s’emballe. Shoot d’adrénaline. Pentes ouatées. Fascination d’une nature redevenue vierge. Le monde des hommes semble si loin… 2500 m plus bas. La descente est une longue danse feutrée au cœur des 4000 m et des glaciers. Un rêve réalisé. La face sud-est de la Dent Blanche, recouverte de neige : une sacré belle pyramide ! Photo : David Carlier

www.zermatt.ch/fr/skier www.alpincenter-zermatt.ch

29


Overlook Lodge La vue en héritage Texte: Claude Hervé-Bazin / Photos: Cervo

Riedweg 64. Retenez bien cette adresse. C’est là, début décembre, à 300 m des six chalets de la maison mère, que l’hôtel Cervo inaugure ses nouveaux appartements. Au menu : design scandinave, touches rétro et vue panoramique sur le Cervin, naturellement. Membre le plus élégant des Design Hotels implantés à ­Zermatt, le Cervo est mené tambour battant par un homme et son ex-épouse : Daniel et Seraina Lauber. Les deux partenaires, forts du succès de leur hôtel-chalets 5 étoiles à l’esprit alpin contemporain, ont décidé de s’agrandir. Non pas sur place, pour ne pas déranger l’intimité de leurs hôtes, mais à quelque distance de là, en contrebas, sur le chemin serpentant gentiment vers le cœur de la station. Agrippé aux flancs de la vallée du Mattertal, l’Overlook Lodge se présente sous la forme d’un gros chalet au design minimaliste, zébré de baies vitrées. La vue est ici essentielle. Les 5 appartements, du studio au penthouse coiffant l’édifice (51-152 m2), jouissent tous d’un panorama imprenable sur les toits de Zermatt, le clocher de l’église et l’inévitable Cervin.


1

Page précédente : Un salon au look scandinave gentiment rétro, dont les baies vitrées ouvrent grand sur le Cervin: voilà l’âme de l’Overlook Lodge résumée en un cliché.

2

1. Cuisine américaine aux équipements de qualité, grand écran LCD et cheminée contemporaine: les appartements de l’Overlook sont assurément de leur époque. 2. Des lits Hästens, des couettes douillettes, des oreillers moelleux: le confort est assuré, avec style.


33


ARTISANAL TEA FOR MODERN LIFE

nunshen.com


1. Le Vichy bleu oversize des lits? Une note ludique pour dynamiser le bel espace épuré de la chambre.

1

2. Daniel Lauber, propriétaire de l’hôtel Cervo et de l’Overlook Lodge, dans la cave bien achalandée abreuvant les restaurants Puro et Ferdinand.

2

Pour en profiter, rien d’ostentatoire, mais un balcon, voire une loggia privative taillés en retrait, dans la ligne même de l’édifice. Parfait pour tracer le cadre de la carte postale. À l’intérieur, le ton est à l’espace, aux volumes ouverts, aux couleurs subtiles de gris perle, de taupe, de bois clair. L’œil est apaisé, navigue avec réconfort entre la cuisine américaine et le coin salon où, dans les deux plus grands appartements, se niche une cheminée contemporaine appelant à de romantiques soirées. L’inspiration des Lauber est indubitablement scandinave, saupoudrée de quelques notes rétro-chic ludiques. Ici, un néo-téléphone bleu à cadran très seventies. Là un porte-manteau d’écoliers. Dans la chambre, une enceinte portable Marshall (avec connectivité Bluetooth) au look de radio des années 1950… Sous l’écorce des souvenirs, le confort d’aujourd’hui. Les matériaux sont de qualité, les lits (Hästens) douillets, la finition parfaite. Mais ce n’est pas tout. Les riders bénéfi-

cient de leur propre local à skis chauffé et tous peuvent accéder à l’espace bien-être de l’hôtel Bellavista voisin (sauna, hammam, jacuzzi panoramique). Si l’indépendance reste le principe même de la location — et parfait en ce sens pour les familles —, un service de conciergerie est là pour pallier aux léthargies passagères et répondre à toutes les envies. Un massage ? Bien sûr. Un chef peut même se déplacer à demeure. Inutile, donc, de remonter au Cervo, à moins de vouloir expérimenter la cuisine du restaurant Puro (14/20 au Gault&Millau), de s’offrir une fondue sans façon au Ferdinand, un verre au lounge à l’heure de l’après-ski ou, en fin de semaine, de partir en quête des vins et gins de prestige du tout nouveau Grapes & Juniper Bar, bien caché aux profanes. Autant de promesses de moments savoureux. Demain, oui, il sera temps d’aller glisser sur les pentes. www.overlook.swiss 35


Architecture: Baris Kansu - Design: Olivier Rambert - Š daniela et tonatiuh

Since 1821 in Morges, www.moyard.ch


Le Cervo, cœur de Zermatt Même degré de confort abouti, même goût du design, même vue triomphale sur le Cervin. Composé de six chalets indépendants abritant 36 chambres et suites, le Cervo s’affirme aux premières loges du parc hôtelier de Zermatt. Ici, la décoration mêle aux lignes épurées l’impression familière des Alpes éternelles : une paire de skis des temps jadis, des trophées de chasse et pléthore de matériaux naturels. Le résultat est à la fois chaleureux et contemporain. Cerise sur le Kirschstreusel : un spa dans chaque chalet ! Au choix : de la « simple » cosy room à la panoramic living suite. Et le fin du fin, au firmament des adresses de Zermatt : l’owner’s lodge, 240 m2 pour une retraite très très privée. www.cervo.ch

37


Thomas Crauwels Des montagnes pour modèles Texte: Laurent Grabet / Photos: Thomas Crauwels

39


Page précédente : Du sommet du mont Blanc de Cheilon (3870 m), situé au fond du val des Dix, un paysage d’éternité permet d’embrasser du regard les géants du Valais.

A 4063 m, l’Obergabelhorn dresse sa face nord dans l’arc de la « couronne impériale » — regroupant cinq des plus beaux sommets de Suisse. Elle n’a été vaincue qu’en 1930.

41


Photographier, c’est savoir patienter. Thomas Crauwels a dû attendre deux jours dans le ­mauvais temps pour que, enfin, le ciel se déchire et laisse ­apparaître le Cervin et sa cour.


43


1

Originaire de Belgique, Thomas Crauwels a découvert la photographie en même temps que la beauté des Alpes suisses. Il conjugue désormais les deux au présent. Devenir photographe de montagne lorsqu’on est originaire du plat-pays, voilà qui ne manque pas de piquant ! Né dans un village proche de Waterloo, le Belge, aujourd’hui âgé de 34 ans, a débarqué à Genève en 2009. L’informaticien succombe alors à la beauté des paysages alpins. « Je me souviens parfaitement de mon émerveillement la première fois que j’ai emprunté la route du Valais. Moi qui n’avais connu que la mer jusqu’à mes 25 ans, j’ai été ébloui par ces montagnes qui tombent dans le lac ! » Très vite, Thomas Crauwels se met à la randonnée. Week-end après week-end, il explore le Jura, puis le Chablais avant, un jour, de s’approcher des « vraies » montagnes — selon ses mots. «  Je les voyais au loin, notamment le mont Blanc qui est bien visible depuis Genève. Le fait qu’il soit blanc toute l’année m’intriguait et m’attirait. »

Coup de foudre pour les Alpes Thomas Crauwels est fasciné par la neige, cet étrange état de l’eau qui enrobe les réalités d’une sensation ouatée et sublime le moindre arbre ou champ. Les souvenirs des rares et précieux jours blancs de sa jeunesse ressurgissent. « En Belgique, je prenais carrément congé pour aller faire les premières traces dans la forêt », se souvient le trentenaire. Un an après son arrivée en Suisse, le jeune Belge achète un reflex. Son ambition est alors toute simple : « faire des photos qui donneraient envie à mes amis restés au pays de venir se promener ici, avec moi. » Cette intention prend un tour plus artistique le jour où ­Thomas Crauwels décide de pousser jusqu’à une cabane de montagne. Là-haut, c’est le « coup de foudre », la « rencontre ». « Quand je me suis retrouvé au pied de mon premier glacier, j’ai su que c’est ce genre de paysage de haute altitude, dégageant une impression d’éternité, que je voulais photographier. » Au fil du temps, il réalise que le mauvais temps rend ces lieux encore plus beaux. Le photographe se met alors à disséquer les bulletins météo et à traquer

2


1. Une cordée, perdue dans l’immensité blanche, s’attaque au point culminant de Suisse, la pointe Dufour (4634 m) en amont de la vallée de Zermatt. 2. Entre ombres et lumière, le Cervin, vu du val d’Hérens, joue à cache-cache au-delà de la ­barrière du glacier du Mont-Miné. 3. Tranchant sur la pâleur du ciel, Cervin et Dent d’Hérens apparaissent plâtrés de poudreuse après une tempête hivernale.

3

45


L’énorme massif du Mont-Rose, ici nimbé par séracs et chutes de neige, regroupe à lui seul une dizaine de sommets de plus de 4 000 m !

perturbations et nuages. Dans la foulée, il déménage du côté de Torgon, dans le Valais, pour se rapprocher de celles qu’il considère désormais tout naturellement comme ses « modèles » : les montagnes.

La montagne reine Aujourd’hui, Thomas Crauwels peaufine ses « portraits de montagnes » comme des tableaux. Ils sont pour la plupart réalisés en noir et blanc ou en monochrome. La matière, la lumière et les contrastes y jouent un rôle prépondérant, contrairement à l’humain, qui y est peu présent — ou alors en tout petit pour rendre compte de l’immensité qui l’entoure. « J’aime les moments rares et furtifs, précise le photographe. Quand une tempête de neige vient plâtrer une face et la magnifie un court moment, avant que tout ne fonde. Ou, encore, lorsque la brume s’accroche à une arête et révèle une dentelure passée inaperçue jusque-là. » De randonneur expérimenté, le Belge devient peu à peu montagnard. Il enchaine les bivouacs pour s’immerger plusieurs jours dans les paysages qui l’inspirent, avec son fidèle Nikon. « Dans les Alpes, j’ai toujours l’impression d’être en vacances », confie-t-il. Sa photo préférée du moment ? Un cliché de la Dent d’Hérens. On y voit un nuage qui se déchire, laissant transparaître un rayon de soleil illuminant la montagne. « J’aime tout particulièrement son ambiance théâtrale, commente le jeune homme. Rentrer chez moi avec la photo espérée est illusoire, essayer de capturer une atmosphère intéressante est plus réaliste. »

De plus en plus suisse de son aveu même, Thomas Crauwels se sent investi d’une mission : « je sens au fond de moi que je ne suis pas arrivé là par hasard. Les Alpes sont en plein changement. Elles s’écroulent de toutes parts avec le réchauffement climatique. En seulement sept ans, j’ai déjà pu constater le recul des glaciers. Peut-être suis-je là pour immortaliser cette beauté qui est en train de disparaître…  » www.tcrphotos.ch

Bientôt un livre sur le Cervin Le succès est au rendez-vous. Depuis 2015, Thomas Crauwels accumule les prix et les expositions. Ses photos seront notamment visibles, cet hiver, à l’hôtel Nevai de Verbier, à l’hôtel Basecamp de Zermatt et à la galerie Regards Art Photos de Crans-Montana. En parallèle, le photographe planche sur un livre centré sur le Cervin, à paraître durant l’hiver 2018/2019 chez l’éditeur autrichien Lammerhuber. « Je travaille sur cette montagne depuis 2013 car elle me fascine. En même temps, je ne veux pas l’escalader pour l’instant, car j’aurais peur de la démystifier ! » 47


Dirigée par Markus Hasler, ­Zermatt Bergbahnen AG, la société des remontées ­mécaniques de Zermatt, investit en moyenne 25 millions de francs par année dans son développement.


Markus Hasler « Notre objectif : rester parmi les meilleurs au monde » Zermatt a enregistré la saison passée un résultat record sur un marché du ski pourtant morose à l’échelle européenne. Markus Hasler, CEO de Zermatt Bergbahnen AG, nous explique comment la station parvient à rester au top. Texte: Laurent Grabet / Photo: Thomas Crauwels 49


CERVO Mountain Boutique Resort www.cervo.ch


Le marché mondial du ski est maussade ces dernières années et la Suisse ne fait pas exception à la règle. En moyenne, 26,7 % des journées-skieurs se sont évaporées dans les stations du pays depuis 2008/2009. Certains professionnels craignent même que 30% des stations romandes ne disparaissent dans les trois ans à venir. L’âge d’or des sports d’hiver semble bel et bien révolu. Non seulement le nombre de pratiquants chute et leurs habitudes de consommation changent, mais encore les responsables doivent-ils composer avec un réchauffement des Alpes deux fois plus rapide que celui du reste du monde, dont les conséquences sont notables en termes d’enneigement réduit et de début d’hiver tardif. Malgré cela, Zermatt demeure la station la plus fréquentée du pays devant Verbier et l’une des plus connues au monde. Pour la saison 2016/2017, Zermatt Bergbahnen AG, la société locale des remontées mécaniques, a enregistré un chiffre d’affaires de près de 70 millions de francs pour 1’318’000 journées-skieurs. Quelles stratégies lui ont permis de faire mieux que bien ? Quelles perspectives se dessinnent-elles pour l’avenir ? Markus Hasler, CEO de Zermatt Bergbahnen AG, nous répond. Zermatt a enregistré un chiffre d’affaires record la saison passée. Comment expliquez-vous ce résultat surprenant vu le contexte sur le marché du ski ? En 2016/2017, le nombre de skieurs a augmenté de 44’000 par rapport à l’hiver précédent. Résultat : notre saison a été rentable malgré le manque de neige. Il faut savoir qu’une journée de ski nous coûte en moyenne 300’000 francs et qu’il nous faut 7’000 à 8’000 skieurs pour l’amortir. Nous avons enregistré 43,8% de cashflow et 49,4% d’EBITA (ndlr : bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements). C’est sans doute un peu technique, mais ce sont des chiffres remarquables pour une société de remontées mécaniques ! Il faut savoir, par ailleurs, que 75 % de nos 69,7 millions de chiffre d’affaires sont réalisés en hiver. Ce succès s’explique par le fait que nous sommes cohérents avec la philosophie de haute qualité inhérente à un domaine international et d’altitude comme le nôtre. Lorsqu’on propose ce niveau d’excellence, les clients ne rechignent pas à payer le juste prix ! Votre système d’enneigement mécanique occupe une place centrale dans cette recherche de qualité. Pourriez-vous nous en dire davantage ? A Zermatt, les skieurs sont assurés de trouver de la neige d’une certaine qualité. Non seulement parce que nous sommes un domaine de haute altitude, culminant à 3883 m, mais aussi et surtout parce que notre système d’enneigement mécanique est très performant. Malgré le manque criant de neige l’hiver passé, 100 % de nos pistes étaient ouvertes. L’enneigement mécanique est notre assurance-vie. Il nous permet de bénéficier de pré-saisons fréquentées

dès novembre. Depuis 2002, pas moins de 100 millions de francs ont été investis dans ce domaine. Notre prochain gros projet consiste à équiper de haut en bas les 2,5 km de la piste de Tufternkumme. Globalement, l’objectif est de produire partout plus de neige en moins de temps, dès que les températures le permettent. Parallèlement, nous scrutons le réchauffement climatique à travers un monitoring de nos glaciers. Quels sont les principaux gros investissements prévus au niveau des remontées mécaniques ? Une nouvelle cabine sera opérationnelle au Petit Cervin dès octobre 2018. Sa construction, qui a débuté en 2015, coûtera 55 millions de francs. Ce téléphérique trois câbles ultramoderne est très important car il valorise le point culminant de notre domaine. Dans cette même zone, nous travaillons à un second projet d’envergure : construire un téléphérique de liaison avec Cervinia, entre Testa Grigia et le Petit Cervin. La réalisation de cette installation, estimée à 25 millions, devrait commencer en 2019. Il s’agira vraiment d’une nouvelle porte, permettant de franchir les Alpes de manière rapide et panoramique, que vont pouvoir notamment emprunter les visiteurs asiatiques voyageant sur le circuit classique de 10-15 jours entre Milan et Paris. Ce sera la plus haute traversée des Alpes. Il est primordial de maintenir notre infrastructure à ce niveau si nous voulons rester parmi les meilleurs au monde. Malgré vos bons résultats, le ski est en perte de vitesse. ­Comment affrontez-vous ce phénomène ? Nos principaux marchés sont la Suisse, l’Allemagne, le Royaume-Unis et les Etats-Unis. Le franc fort n’a eu que peu d’influences négatives sur eux et ils génèrent toujours environ 65 % de nos nuitées. Mais il est vrai que, globalement, le nombre de skieurs suisses et européens stagne. A l’avenir, nous améliorerons notre offre freeride car les chiffres montrent que cette pratique, elle, est en plein boom. Il faudra en tenir compte notamment en choisissant le tracé des futures remontées mécaniques. Plus encore, nous travaillons les nouveaux marchés à très gros potentiel, notamment le Japon, la Chine, la Thaïlande, Taiwan, Hong Kong et l’Inde. Cette clientèle booste pour l’instant plutôt la saison estivale ; elle représente actuellement 25 % de notre chiffre d’affaires, mais nous aimerions atteindre 30 % d’ici à 2022. Pour cela, nous diversifions notre offre, au-delà de la randonnée et du mountain bike. Nous envisageons par exemple la construction d’un Alpine coaster, une sorte de luge fonctionnant toute l’année, et nous allons aussi étoffer encore notre offre sur le secteur du Matterhorn glacier paradise. www.matterhornparadise.ch 51


Chalet McKinley Zermatt Texte: Claude HervĂŠ-Bazin / Photos: Yves Garneau


53


1

1. Derrière le bois patiné et la pierre de toujours, l’espace s’affirme résolument contemporain, avec plafond cathédrale, grandes baies vitrées et haute cheminée de verre et d’acier. 2. Un superchalet, c’est aussi la promesse d’un super-dîner entre amis, dans un cadre privilégié. Pour mieux en profiter, Haute Montagne propose un service de chef à domicile.


Page précédente : Chez Haute Montagne, ce n’est pas seulement le chalet ni son confort qui comptent, mais ­l’esprit du chalet, dans une ­éternité conjuguée au présent.

Il en va ainsi des plus beaux lieux : leurs noms évoquent souvent d’autres horizons, encore plus lointains, encore plus improbables. Inauguré en 2016 dans le centre même de Zermatt, l’ensemble immobilier des Seven Heavens ne fait pas les choses à moitié. Sept chalets d’exception, pas un de moins, y ont été réalisés par un panel d’architectes et de designers de talent, dans des variations subtiles inspirées par une même trilogie montagnarde : bois, pierre et panoramas (sur le Cervin, naturellement). Ces sept paradis alpins font tous écho à l’un des plus hauts, des plus beaux sommets du monde. Pourquoi ? Parce qu’ils incarnent le sommet du luxe, le nec plus ultra du mountain living à l’ère numérique. Mais qu’est-ce qui se cache derrière les (nombreuses) portes du chalet McKinley ? On ne vient pas ici en amoureux — quoique… Avec près de 500 m2 répartis sur quatre niveaux, le McKinley est un grand, un très grand nid douillet. Il n’y manque rien et, si jamais il manquait quelque chose, les petites mains de Haute Montagne s’empresseraient de satisfaire les envies les plus inattendues, aussi efficacement que discrètement.

2


1

1. Déjeuner au quatrième et dernier étage du chalet, avec vue sur Zermatt, sous les grandes poutres et dos à la cheminée contemporaine: le cadre d’un séjour inoubliable est planté. 2. La cuisine, ouverte sur la salle à manger, est à l’image du chalet McKinley dans son ensemble : tout à la fois simple et sophistiquée, chaleureuse malgré les grandes proportions de l’édifice.

Chalet manager, concierge, chef personnel, femmes de chambre sont là à demeure ; masseuses, professeur de ski ou de yoga accourent à l’instant. S’il fallait nommer une pièce maîtresse, ce serait, assurément, ce grand salon cathédrale capable, à lui seul, d’engloutir une montagne. La chaleur du bois, décliné en vieilles poutres patinées comme en solides parquets, y fait écho à celle de la cheminée de verre, cœur battant la chamade au centre de la pièce. D’un côté, une longue table en attente de convives. De l’autre, un long canapé en écho moelleux. L’essence des Alpes est là, redimensionnée par un esprit volage qui court le monde. Au matin, face au vaste balcon, on inspire la carte postale des toits enneigés et du Matterhorn. Certains vont skier : le funiculaire de Sunnegga n’est qu’à quelques pas. D’autres s’y refusent : quitter un tel cocon semble sacrilège. Il y a là, dans le spa privatif, une plunge pool pour s’éveiller, un jacuzzi pour se chauffer les orteils, un sauna et un hammam pour suer, une zone de relaxation pour se laisser aller. Et si vraiment l’effort est un devoir, alors, la salle de sport des Seven Heavens est à portée de mains. Autres options : lézarder sous la couette, ignorer le soleil qui frappe derrière les rideaux occultants, ou s’offrir une longue après-midi cocooning dans la salle de cinéma et de jeux. Il neige ? Tant mieux. www.hautemontagne.com/zermatt/chalet-mckinley

2


57


UN LIT HÄSTENS VOUS PERMET DE DÉCOUVRIR UNE QUALITÉ DE SOMMEIL INÉDITE

Sixième génération d’une famille de fabriquant de lits suédois traditionnels. Un confort inégalé. Fabriqué à la main avec passion. Nous utilisons uniquement des ressources durables et des matériaux naturels d‘origine éthique pour fabriquer un lit Hästens. Le lin, la laine et le coton les plus purs, du pin suédois à la croissance lente et un véritable crin de cheval, de la laine et du coton hypoallergéniques.

N O U V E AU S H OW R O O M H Ä S T E N S À Z E R M AT T D e s t i n a t i o n H o m e , H o f m a t t s t ra s s e 7, 3 9 2 0 Z e r m a t t

B E R N | G E N È V E | G S TA A D - S A A N E N | V E R B I E R | Z E R M AT T

P o u r p l u s d ’ i n f o r m a t i o n v i s i t e z w w w. b l u e c h e c k . c h FULFILLING DREAMS HAS T E N S . COM


1

2

3

1. Les Anglais ont un mot parfait pour décrire l’atmosphère de cette chambre, à la fois luxueuse et douillette: plush. Difficile de résister à l’envie de s’y projeter. 2. Le petit déjeuner au lit ? Le personnel de Haute Montagne est là pour ça — notamment. Un massage ? Une leçon de ski ? C’est également possible. 3. L’ambiance chalet s’invite jusque dans cette salle de bains, tout de bois vêtue.

59


Résidence Christiania Le vieux Zermatt recomposé Texte : Claude Hervé-Bazin / Photos : Yves Garneau

61


1

A l’extérieur, la montagne éternelle. A l’intérieur, le présent réinventé. Si sa carapace de bois sombre signe un ancrage alpin plus que centenaire, l’essentiel du chalet Christiania se tourne vers un esprit autrement plus contemporain. C’est un grand chalet de 4 étages, enraciné dans le cœur du vieux Zermatt, à l’ombre — ou presque — de la flèche élancée de l’église paroissiale St. Mauritius. D’ici, on entend les cloches égrener discrètement le temps et, le dimanche, prendre leur envol pour glorifier l’Eternel, célébrant par leur répétition même une forme d’intemporalité. La révolution n’en est que plus grande. De la bâtisse élevée au mitant du XIXe siècle, à une époque où les premiers visiteurs britanniques se pâmaient à peine devant le Cervin, il ne reste guère que la carcasse de bois, patinée par la succession des hivers. Les fenêtres ont disparu, remplacées par des baies vitrées laissant pénétrer l’icône et tout le paysage. Des balcons courent, désormais, tout au long de la façade sud — et à l’ouest, aussi, face à ce noyau de vieilles maisons de bois qui font la fierté de la station valaisanne. Le Christiania abrite dorénavant huit appartements d’un confort, on s’en doute, parfait. Mais c’est au dernier étage que l’on s’intéresse plus spécifiquement ici, constituant

2

Page précédente : Salon cathédrale et salle à ­manger ne font qu’un sous les immenses poutres du penthouse occupant l’étage supérieur de la Résidence Christiania.

1. Au bout du salon-salle à manger: la cave à vins. Au-delà: la cuisine, dominant la ville, avec son bar américain gris acier, ses lignes tranchées et son bois clair.


2. Pas moins de 24 convives peuvent prendre place autour de la longue table de bois s’étirant confortablement sous les ­suspensions aériennes.

63


2

1

3

1. Une tête de lit massive permet-elle de mieux dormir ? Peut-être pas. Mais les lumières douces, les matelas et oreillers douillets jouent leur rôle. 2. Cette suite avec coin salon et cheminée contemporaine ne manque ni de style, ni de hauteur sous plafond! 3. Grès noir, meuble suspendu, double vasque, grand miroir à LED, baignoire et même sauna, cette salle de bains intègre tous les codes de l’architecture d’intérieur actuelle.


à lui seul un immense et unique appartement de 7 vastes chambres, aux lits grands comme des océans. Couleurs, matériaux, proportions, la décoration s’y fait résolument actuelle, jusque dans les salles de bains aux céramiques de grès noir. Ce penthouse, souvent loué à des groupes (privés ou professionnels), dispose d’une immense pièce à vivre coiffée par une charpente de pin aux poutres massives, sous laquelle peuvent s’installer jusqu’à 24 convives. Une cave à vin réfrigérée s’intègre au mur, tandis que le salon-alcôve, au quadrilatère de canapés gris, tourne le dos à la longue table pour mieux regarder vers la cheminée contemporaine. Naturellement, rien ne manque pour se divertir. Une salle de cinéma dédiée. Un sauna au 3e étage. Des salles de sport et de massage au rez-de-chaussée. Sans oublier deux jacuzzis extérieurs pour mieux profiter du spectacle des sombres nuits étoilées du Valais. www.brambleski.com/zermatt/christiania-residence 65


28e SALON I N T E R N AT I O N A L DE LA HAUTE HORLOGERIE

OUVERT AU PUBLIC VENDREDI 19 JANVIER Inscription sur sihh.org

GENÈVE, DU 15 AU 19 JANVIER 2018 A. LANGE & SÖHNE | AUDEMARS PIGUET | BAUME & MERCIER | CARTIER GIRARD-PERREGAUX | GREUBEL FORSEY | HERMÈS | IWC | JAEGER-LECOULTRE MONTBLANC | PANERAI | PARMIGIANI FLEURIER | PIAGET | RICHARD MILLE ROGER DUBUIS | ULYSSE NARDIN | VACHERON CONSTANTIN | VAN CLEEF & ARPELS CARRÉ DES HORLOGERS ARMIN STROM | CHRISTOPHE CLARET | DEWITT FERDINAND BERTHOUD | F.P. JOURNE | GRÖNEFELD | H. MOSER & CIE HAUTLENCE | HYT | KARI VOUTILAINEN | LAURENT FERRIER | MB&F | RESSENCE ROMAIN GAUTHIER | RJ-ROMAIN JEROME | SPEAKE-MARIN | URWERK


Une haute joaillerie libérée Le temps de la haute joaillerie formelle est révolu. Place à des créations qui se portent comme une seconde peau, à des bijoux ludiques qui font la part belle à la métamorphose, à des merveilles à forte valeur symbolique qui racontent un secret. Les joyaux ne restent plus dans les tiroirs en attendant la grande occasion: ils se portent et vivent au quotidien, mélangent les genres et les styles, avec audace, pour le plus grand bonheur des yeux. Texte: Nathalie Cobos


69


Page précédente : Chopard Collection Silk Road, collier Col Claudine Trait d’union entre l’univers de la haute joaillerie et celui de la haute couture, ce collier col Claudine possède la finesse de la dentelle — à ceci près que cette guipure de lumière est réalisée entièrement en diamants. Délicate et précieuse, cette création d’exception s’orne d’une émeraude taille poire détachable, au gré des envies. Avec ou sans, c’est selon !

Graff Collection Carissa, bracelet Carissa Véritable cascade florale, le bracelet Carissa tire son nom d’une fleur sauvage à cinq pétales qui pousse en Afrique du Sud. Dans un délicat entrelacs de pierres de taille poire et marquise, Carissa met en contraste la beauté éphémère et la fragilité de cette fleur avec la force du diamant et du saphir.


Cartier Collection Résonances, bracelet Eurythmie Pour ce bracelet, Cartier a choisi une esthétique graphique, dynamique, qui s’inscrit dans le mouvement. D’une caresse, le joyau se transforme : bijou de jour aux reflets azurs, il devient manchette du soir scintillant de mille feux. Eurythmie joue sur les contrastes dans une dualité fluide, alternant lapis-lazulis et diamants. Une création à la personnalité vibrante pour un porté ludique.

71


Bulgari Collection Divas’ Dream, collier Motif Paon

Van Cleef & Arpels Collection Le Secret, bague Fleur bleue

Comme un talisman précieux, cette création du joaillier italien se fait superbe porte-voix de la très glamour collection Diva’s Dream. Inspirée de l’effervescence des marbres de Caracalla et de la minutie des mosaïques antiques, le collier évoque à travers ses couleurs et la forme de ses gemmes, associés à des espaces vides, le paon et sa somptueuse queue en éventail, symbole de magnificence et d’une élégance sophistiquée.

Jamais une bague n’aura si bien porté son nom: la Fleur bleue recèle un secret, dévoilé uniquement à celle qui saura l’apprivoiser. La partie supérieure du bijou pivote et se soulève, révélant une citation d’Oscar Wilde gravée dans l’or, «Une vie sans amour est comme un jardin sans soleil». Van Cleef & Arpels a fait du mystère l’une de ses signatures: ses créations à double lecture recèlent un trésor ou une surprise que l’on ne se lasse pas de découvrir.

73


Chanel Collection Flying Cloud, collier et boucles d’oreilles Endless Knot Le nœud revêt dans de nombreuses cultures une valeur symbolique très forte, en relation avec l’attachement, les promesses, l’engagement. Chanel décline le thème avec une parure composée d’un collier et de boucles d’oreilles inspirées par les cordages souples des bateaux — univers cher à Gabrielle Chanel. Hommage à la vie à bord, mais aussi allusion à l’éternité.


Messika Collection Paris est une Fête, collier Flappers « Flappers » : le terme, popularisé par Scott Fitzgerald, désignait les garçonnes des Années Folles. À ces femmes libérées, effrontées, Messika dédie ce chocker à l’esthétique épurée, contemporaine, pour un porté sensuel au plus près du cou. Doté d’une structure très fine munie de ressorts, ce bandeau de diamants se porte comme une seconde peau, tout en légèreté et en fluidité. Un collier au caractère affirmé.

75


Les heures précieuses des grands horlogers Montres ou bijoux ? Parées des pierres les plus fines, ces créations de haute joaillerie ont toutes les audaces. Texte: Nathalie Cobos

77


Page précédente : Chopard Montre Impériale Joaillerie Evoquant les contes de fées, cette création se pare d’une robe aux couleurs de l’arcen-ciel, étoffe joaillière d’une exquise délicatesse. Cet habit de lumière est composé de 581 saphirs taille baguette, dans un dégradé multicolore. Un joyau esthétique au cœur mécanique.

Page de gauche : Cartier Collection Résonances, Montre secrète Panthère Lovée Enroulée autour d’un rubis cabochon ovale aux profondeurs ensorcelantes, la panthère de Cartier protège un secret bien gardé: le temps qui passe s’y affiche sur un cadran entièrement pavé de diamants. Le félin, revêtu de la même robe, darde ses yeux d’émeraude sur l’horizon.

Page de droite : Van Cleef & Arpels Montre Ruban Secret La tradition des montres à secret est presque centenaire chez Van Cleef & Arpels. Au carrefour de l’horlogerie et de l’univers de la couture, cette pièce rare et fluide, habillée d’or blanc et de diamants, entoure gracieusement le poignet. Le nœud scintillant qui la surmonte pivote pour révéler le cadran.

79


Qu’ elles jouent les discrètes en dissimulant leur cadran par le plus précieux des tours de passe-passe ou qu’elles affichent la couleur en jouant sur toutes les nuances, ces pièces ne laisseront personne indifférent. La magie des gemmes qui les habillent fascine et le poids des heures qui s’écoulent au poignet est transcendé par l’intemporalité de ces garde-temps — dont les aiguilles se font discrètes, très discrètes, comme pour mieux se faire oublier…

Page de droite : H. Moser & Cie. Swiss Alp Watch on the Rocks Son cadran, serti de saphirs composant un pavé au dégradé de bleu, évoque des cubes de glace. La forme du boîtier et la taille baguette mettent l’esthétique de la quadrature à l’honneur, pour un design art déco affirmé et une personnalité puissante.

Chanel Montre Première Squelette Camélia Le symbole du camélia est interprété par le mouvement à remontage manuel délicatement squelettisé, dans une géométrie aérienne des plus raffinée. Sur fond d’or blanc, boîte, lunette, aiguilles et couronne, réalisées dans le même métal, sont serties de diamants dans une mise en scène des plus élégante.


81


Julen Steiger & Cie L’écosystème immobilier haut de gamme Texte: Claude Hervé-Bazin / Photo: Marc Kronig


83


S’il ne devait y en avoir qu’une Tonda Métrographe

Entièrement manufacturée en Suisse parmigiani.com


Il y a quelques années, Florian Steiger a eu une intuition : le marché de l’immobilier de grand luxe manque cruellement de services, s’est-il dit. Partant de ce constat, il a donné vie à une compagnie protéiforme capable de gérer tous les projets de A (comme Alpes) à Z (comme Zermatt). Joignant ses forces à celles de Mario Julen, elle est aujourd’hui présente dans les trois stations phare du Valais : Zermatt, Verbier et désormais Crans-Montana. L’histoire est sympathique. Si Florian Steiger affiche aujourd’hui douze années d’une solide expérience dans le domaine de l’immobilier très haut de gamme, il évoque aussi un background plus singulier : c’est dans l’industrie de la musique qu’il a fait ses premières armes. Après s’être retiré du business, il s’est offert un peu de bon temps en montagne, avant de réaliser qu’il trouverait là le sens de sa vie future. L’entreprise immobilière qu’il crée alors est d’emblée différente. « J’avais un regard un peu décalé ; très vite l’ADN de cette société a consisté à adopter une approche atypique, plus inclusive », précise l’intéressé. Son ADN : «accompagner les clients, répondre à leurs multiples besoins avant, pendant et après leur projet immobilier». Plutôt que de se concentrer sur la seule vente, il développe toute une gamme de services à travers un vaste réseau de partenariats : information juridique et fiscale, suivi de chantier pour les projets de construction et de rénovation, coordination avec les maîtres d’œuvre et architectes, maintenance des biens, gestion locative, prestations de service de type hôtelier. Bref, tout ce qui, de près ou de loin, entre dans le cycle de vie d’un bien immobilier. En 2012, Florian Steiger, basé à Verbier, s’allie avec Mario Julen, installé à Zermatt. Ensemble, les deux hommes construisent une puissante force de frappe dans l’immobilier de luxe — de très grand luxe. De quoi se rendre indispensables auprès de la clientèle fortunée qui cherche refuge dans le sanctuaire des plus belles stations valaisannes. Florian Steiger, quelles sont vos partenaires privilégiés ? Nous travaillons avec un ensemble de professionnels constituant un véritable écosystème de l’immobilier de luxe. Pour les projets architecturaux, nous collaborons avec le Studio Comina, le plus important du Valais. Pour le catering, c’est Haute Montagne, référence en la matière, qui fournit les prestations. Quant à l’activité de courtage, nous avons développé un partenariat exclusif avec Cardis Sotheby’s International Realty à Zermatt, Verbier et désormais Crans-Montana. Sinon, nous travaillons en priorité avec des entreprises de construction locales spécialisées et tâchons

Page précédente: Florian Steiger pose aux côtés d’Oliver Herweg, diplômé de l’Ecole hôtelière de Lausanne et directeur de l’agence de Zermatt.

de promouvoir les matériaux locaux — dans un souci de cohérence et de développement durable. D’ailleurs, la quasi intégralité de nos constructions est labellisée Minergie. Pouvez-vous nous en dire plus sur vos projets ? Un projet immobilier prend généralement plusieurs années, entre l’idée et sa concrétisation. A Zermatt, nous achevons les derniers des sept chalets des 7 Heavens, un complexe idéalement situé au centre-ville, tout près du funiculaire de Sunnegga (ndlr : tous couvrent plus de 500 m2 de superficie !). Nous nous attelons maintenant à une nouvelle propriété hors du commun en plein village : le Chalet du Centre, avec piscine, spa, hammam, salle de cinéma, cave à vin et studio pour le personnel, et travaillons parallèlement avec l’architecte d’intérieur parisien Pierre Yovanovitch sur le projet Nivalia, un hameau de 9 mazots d’environ 400 m2 chacun. On peut aussi mentionner un grand projet de reconstruction totale de l’hôtel Alpina Savoy à Crans-Montana, qui devrait s’achever dans quatre à cinq ans. Qui sont vos clients ? Nous avons la chance de bénéficier d’une clientèle stable, peu sensible aux crises. Elle est en majorité européenne, mais aussi nord et sud-américaine, moyenne-orientale et asiatique. L’évolution des pratiques managériales et des communications permet à certains entrepreneurs de passer deux ou trois mois dans leur résidence, en station, en faisant quelques allers et retours pour s’assurer de la bonne marche de leurs affaires. La Suisse sécurise et ils trouvent là un véritable refuge dans la frénésie du monde, qu’ils apprécient de partager en famille. Leur motivation est donc essentiellement personnelle ? Oui, les investisseurs purs sont minoritaires. Cela étant, la plupart des propriétaires apprécient de pouvoir nous confier leurs biens en gestion lors de leurs absences. Une forte tendance à « l’hôtellerie hybride » se développe ici comme partout dans le monde. Le 7 Heavens est emblématique de ces projets mêlant plaisir et business, prodigalité et rentabilité. 85


Backstage Loft Le visage artistique de l’immobilier de luxe alpin Texte : Claude Hervé-Bazin / Photos : Joe Condron

87


Page précédente : Au Backstage Loft, la lumière est essentielle : elle baigne tout l­’appartement au gré ­d’immenses baies vitrées étirées du sol au plafond.

1. Grandes ouvertes sur Zermatt, salle à manger et cuisine ne font qu’un sous les plafonds cathédrale en béton brut. 2. En retrait des regards, un salon cosy s’offre le luxe d’une vue imprenable sur le Cervin. 3. Surmontée par un surprenant lustre-mobile mêlant fenêtres de remploi et pendeloques, la grande table de verre cache bien son jeu : pour libérer l’espace, des treuils lui permettent de se cacher au plafond !

1


2

3

89


1. Deux des cinq chambres du loft occupent un petit chalet vieux de sept siècles réapproprié à l’époque moderne : ici celle de l’étage supérieur, dans son cocon de bois patiné complètement redessiné. 2. Le jacuzzi est encadré de parois vitrées qui coulissent : on peut ainsi, selon l’envie, se baigner dans la chaleur de l’intérieur du loft, ou défier l’air frais de la montagne !

1


2

Architecte, designer, galeriste et artiste de plein droit, Heinz Julen a créé à Zermatt un univers unique bien à lui. Après le Backstage Hotel et le Luxury Chalet, il achève un nouveau projet d’envergure : le Backstage Loft. Un espace remarquable de 600 m2, faisant écho au style inclassable de cet enfant du pays, évoluant entre l’esprit chalet sublimé, la déco industrielle et le grain de folie du créateur. Un sacré cocktail. La situation entre l’église et les remontées mécaniques menant au Matterhorn glacier paradise est parfaite et les codes architecturaux de l’ultraluxe montagnard sont tous là. Les grands espaces décloisonnés. Le salon-salle à manger-cuisine cathédrale. Les extraordinaires baies vitrées sur toute la hauteur des murs, invitant le panorama et la lumière à la table et jusque dans le secret des chambres. Le bois patiné convoquant l’esprit du village de montagne. Les pelisses. Le home cinéma. Le sauna, le hammam et la salle de sports. Et puis un ski room sur le chemin de la sortie. Oui, tout est là et pourtant rien n’est pareil. Dès le premier coup d’œil, la patte d’Heinz Julen s’affirme dans ce choc voulu entre ancien et contemporain, entre utilitaire et luxe de l’inutile, entre fluidité industrielle et tempérament artistique enflammé. Il y a d’abord le petit chalet vieux de 700 ans, source d’inspiration de l’architecte-designer, abritant juste deux chambres. Celle de l’étage sommeille dans une alcôve de bois vieux entièrement revue et corrigée : la structure, explosée, laisse désormais filtrer le jour et respirer l’ancien grenier. Vu de

l’extérieur, reste le sommet du mazot, avec ses pierres plates enchâssées entre les poutres maîtresses pour empêcher les rongeurs de grimper. À côté, l’édifice principal plaqué de verre s’enrobe d’un incroyable treillis de bois clair déposé en fine carapace — comme pour mieux aspirer le soleil. Le béton brut, les colonnes et les piliers métalliques, la cheminée dans sa cage, la cuisine en acier brossé, la démesure des espaces imbriqués entrent ici en collision avec une collection d’insolences tirées de l’imagination d’Heinz Julen, de son atelier et de sa galerie d’art contemporain (installée à l’hôtel Backstage) : un vieil établi métamorphosé en meuble, une planche de surf verte, un grand mobile, un invraisemblable lustre fait de pendeloques et fenêtres du vieux chalet. Pour ceux qui voudraient libérer le plancher pour danser, la grande table de verre se retire au plafond sur simple pression d’un bouton, grâce à un treuil. Et que dire de ce jacuzzi comme suspendu entre l’appartement et le paysage ? On s’y immerge sans timidité, face au Cervin, dans une sorte de tour de verre aux allures de tour d’ivoire, dont les parois coulissent pour le placer tantôt à l’intérieur, tantôt à l’extérieur ! Chaud ou froid ? C’est selon. En prime : tous les services de l’hôtel Backstage (spa et cinéma inclus), un chef doublement étoilé à domicile et toutes les attentions du monde pour décompresser à l’abri des montagnes. www.backstagehotel.ch www.heinzjulen.com

91


Préparation en vue de l’utilisation du treuil sur le glacier de Hohliecht avec l’hélicoptère de sauvetage HB-ZSU du type Bell 429.

Beat H. Perren, président-fondateur de la mythique compagnie zermattoise d’hélicoptères et de sauvetage, se penche pour nous sur un demi-siècle d’aventures alpines et de vies sauvées. Beat H. Perren est connu comme le loup blanc à Zermatt. Non parce que ce pharmacien de métier, aujourd’hui âgé de 88 ans, commercialise un remède imparable contre l’herpès dans son échoppe de la place de la gare, mais parce qu’il a lancé la compagnie d’hélicoptères Air Zermatt dans la station à une époque où ce pari semblait perdu d’avance. Flashback. Pourriez-vous résumer Air Zermatt en quelques chiffres ? Air Zermatt, c’est aujourd’hui une grosse cinquantaine d’employés, dont une dizaine de pilotes et d’appareils répartis sur trois bases (Rarogne, Gampel et Zermatt), pour 5000 à 6000 heures de vol par an. C’est aussi un chiffre d’affaires de 18 millions, dont 25% seulement provient du sauvetage. Une grosse moitié est en effet générée par le transport (construction, cabanes, hôtels) et le reste par les activités de taxi et d’héliski. Comment est née la compagnie ? En 1968, seul le train menait à Zermatt. En cas d’avalanche, la station pouvait être coupée du monde jusqu’à une semaine. Lors des évacuations médicales nocturnes, il fallait réveiller un conducteur de train pour transporter la personne concernée dans le wagon postal ! Constant Cachin, qui était directeur de l’office du tourisme, et moi-même, qui était au Conseil communal, avons alors eu l’idée de lancer la compagnie. Que pouvez-vous nous dire des débuts ? Ils furent modestes ! Nous avions un Agusta-Bell 206A, un pilote… et moi qui jouais la bonne à tout faire (rires). La première année, on a fait moins d’une centaine de sauvetages contre 1700 en moyenne aujourd’hui ! C’était un sacré pari mais, au bout d’un an, on a pu acheter une Alouette 3 équipée d’un treuil. On était la seule compagnie à en avoir un à l’époque.


Air Zermatt « Je suis heureux de toutes ces vies sauvées ! » Texte: Laurent Grabet / Photos: Air Zermatt

93


A 88 ans, Beat H. Perren est la mémoire d’Air Zermatt. Ce pharmacien a fondé la compagnie voici 50 ans.

Air Zermatt a souvent joué les pionniers. Racontez-nous. En 1971, on a montré que l’on pouvait faire du sauvetage sur des parois difficiles en déposant cinq guides dans la face nord de l’Eiger. Cet exploit nous a valu le premier de nos trois « Heroism awards » (ndlr : sortes d’oscars de l’aviation décernés aux Etats-Unis). La même année, nous avons aussi réalisé la première intervention nocturne. En 1972, la première dans un téléphérique, en l’occurrence celui du Schilthorn où 72 personnes étaient bloquées à 240 m du sol. En 1973, nous fûmes les premiers à avoir un médecin sur la base… Et puis il y a eu les avancées techniques… Oui. Nous avons inventé les corbeilles à skis placées sous l’appareil, les portes bombées donnant une meilleure visibilité au pilote. Nous avons aussi perfectionné un système de trépied équipé de deux treuils permettant d’aller récupérer des blessés au fond de certaines crevasses profondes. Parlez-nous de l’usage insolite qu’Air Zermatt fait du marteau piqueur. Nous n’arrivions jamais à récupérer les personnes tombées dans des crevasses étroites. Avec la chaleur corporelle, elles s’enfonçaient petit à petit et décédaient. Je me souviens d’une écolière belge que nous avions essayé de sauver, sans succès, en treuillant un guide sans chaussures, la tête en bas. Le marteau-piqueur permet de creuser un canal parallèle à la victime afin de la tirer d’affaire. J’ai le souvenir d’un Italien, coincé à 42 m, que nous avons pu secourir ainsi. A son arrivée à l’hôpital, sa température corporelle n’était pourtant plus que de 17.2° C ! Vous avez vous-même officié comme sauveteur, n’est-ce-pas ? Pendant les 25 premières années, j’étais de toutes les interventions. Je me souviens en particulier d’un jour de 1974 où, n’arrivant pas à trouver de guide, tous partis en course, j’ai dû m’y coller moi-même pour aider quatre alpinistes français bloqués dans la face nord du Cervin. Je suis heureux que nous ayons pu sauver toutes ces vies !

Qu’est ce qui fait la force de votre compagnie ? L’excellence et l’ambiance familiale. On tire tous à la même corde car on sait que la mort n’est jamais loin. Depuis 1983, nos équipes comptent des médecins anesthésistes, formés au sauvetage, ayant au moins dix ans d’expérience, qui travaillent en parallèle à l’hôpital pour rester performants. Et puis nos pilotes volent entre 500 et 700 heures par année, ce qui est très au-dessus de la moyenne. Résultat : ils sont au top ! www.air-zermatt.ch

Le successeur de Bruno Jelk vise haut « Mon objectif ? Rester une référence mondiale en matière de sauvetage en montagne. » Depuis janvier 2015, le Zermattois Anjan Truffer, âgé de 43 ans et père de 3 enfants, a pris la suite du très renommé Bruno Jelk en tant que chef des secours de la région. Sa carte de visite ? Une activité de guide de montagne depuis 1996 et un Cho Oyu (8201 m) en tant que chef d’expédition à son actif. Anjan Truffer est devenu sauveteur professionnel en 1998 et a intégré la colonne de secours de Zermatt sous l’égide de Jelk. Il a aussi travaillé à l’étranger, notamment dans une grande compagnie d’héliski canadienne. « Tout cela m’a permis de tisser un réseau bien utile aujourd’hui », relève Truffer, qui est souvent amené à échanger avec ses collègues valdotains ou ceux du prestigieux Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix. Son intervention la plus marquante ? « A 1h du matin, durant l’été 2015, nous sommes allés au sommet du Cervin récupérer le compagnon de cordée d’une alpiniste foudroyée — qui a laissé deux jeunes enfants derrière elle. Cet homme, je l’avais déjà sauvé deux ans auparavant à la Dent Blanche. Une étrange coïncidence ! Mais chaque vie sauvée représente une satisfaction incroyable d’autant que, dans cette profession, il arrive trop souvent que l’on ramasse des morts… »

95


La cabane du Mont-Rose à peau de phoque Texte : Laurent Grabet

97


1

ONE LENS

1 Page précédente :

NO MATTER THE WEATHER

*

Posée à 2883 m au Plattje, sur une langue rocheuse, la nouvelle cabane du Mont-Rose (CAS) domine l’immense glacier du Gorner. Photo : Martin Ruetschi

– Photos : © Sémaphore - Shutterstock. *1 seul écran, quel que soit le temps. **Le monde a besoin de votre regard.

1. Vue du Gornergrat (3089 m), la cabane, perdue dans les immensités glacées, se devine à peine à la gauche du Grenzgletscher. Photo : Emilie Chaix

QUAND LE TEMPS CHANGE, PAS BESOIN DE CHANGER D’ÉCRAN ! Avec Reactiv Photochromic de Julbo, découvrez une technologie unique qui va changer votre façon de voir ! Grâce à un traitement photochromique haute performance, l’écran s’éclaircit et se fonce automatiquement en fonction des variations de luminosité. Résultat : une vision parfaite, quel que soit le temps !

Découvrez toutes les technologies photochromiques sur julbo.com

2. A l’intérieur de la cabane, le bois clair est omniprésent. Photo : Tonatiuh Ambrosetti

2


Inaugurée en 2009, la Nouvelle Cabane du Mont-Rose (CAS), presque autosuffisante sur le plan énergétique, attire tous les regards avec ses lignes design révolutionnaires. Elle s’impose comme une superbe destination en ski de randonnée — le temps d’une nuit inoubliable. Parmi les nombreuses petites randonnées à ski de la région de Zermatt, celle montant à la Nouvelle Cabane du MontRose occupe une place à part. L’itinéraire, relativement peu exigeant physiquement et donc largement accessible, traverse des paysages grandioses dévoilant une multitude de glaciers et de sommets mythiques. But ultime de l’opération: découvrir ce refuge high-tech construit en 2009, fleuron de l’architecture alpine. Ceux qui manquent d’expérience s’attacheront naturellement les compétences d’un guide de montagne professionnel. 99


BE SMART - BOOK ONLINE. Dans la boutique web de Zermatt Bergbahnen AG

matterhornparadise.ch/webshop

 All-in Web one shop  for : faits d e ski  évé nem ents  loc ation de sk  cou is rs de ski

Profitez de 360 kilometres des pistes dans un panorama féérique entre Zermatt et Breuil-Cervinia. Dans notre boutique web, réservez très facilement vos vacances à Zermatt en ligne afin de parvenir directement et sans attente sur les pistes. A titre de client en ligne, vous profitez aussi d’offres spéciales de durée limitée pour apprécier encore plus vos journées au Matterhorn ski paradise.


Le « cristal de roche », comme on le surnomme, s’entoure d’une vingtaine de sommets de plus de 4000 m. Résistant à des rafales de 200 km/h, l’édifice est labellisé Minergie-P, notamment grâce à ses 180 m2 de cellules photovoltaïques. Photo : Tonatiuh Ambrosetti

Refuge et objet de recherche L’approche n’a rien du parcours du combattant. Si l’itinéraire complet par le Gornergletscher demande 5 h d’efforts depuis Zermatt, il n’en faut que 4 h de Furi, 2 h 30 depuis l’arrêt Rotenboden du mythique Gornergrat Bahn et 1 h 30 seulement depuis la station supérieure de la télécabine du Stockhorn. En ligne de mire, l’impressionnante cabane octogonale, posée à 2883 m d’altitude, est cernée par une ronde sublime d’une vingtaine de sommets de plus de 4000 m. Ce bijou architectural, surnommé le « cristal de roche », est né d’un projet lancé en 2003 pour célébrer le 150e anniversaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Lové au pied de la Pointe Dufour, il a été conçu pour résister à des rafales de 200 km/h. Haut de 18 m, il présente une structure écologique (labellisée Minergie-P) tout en bois recouverte de fenêtres, d’aluminium et de 180 m2 de cellules photovoltaïques qui lui permettent d’atteindre une autonomie énergétique de 92%. Plus qu’un refuge pour les alpinistes et skieurs, c’est aussi un test grandeur nature pour les ingénieurs en énergie et technique du bâtiment.

En route vers la Pointe Dufour Sur la terrasse, où le soleil semble si volontiers s’inviter, le regard accroche Castor et Pollux, Breithorn, Cervin et glaciers du Gorner et du Grenz. Certains n’y font qu’une escale diurne, le temps de s’en mettre plein les yeux. D’autres choisissent de passer la nuit sur place. Leur but ? S’attaquer le lendemain à la longue montée vers la Pointe Dufour, qui veille sur la Suisse du haut de ses 4634 m.

Mieux vaut s’y prendre à l’avance pour avoir le luxe de passer la nuit dans l’une des chambres de 3 à 8 personnes du refuge — dotées de matelas confortables de 75 cm de large. La cabane du Mont-Rose n’est en effet ouverte que de mi-mars à mi-mai, puis de juillet à mi-septembre, et elle ne désemplit guère durant ces périodes. A mille lieux des refuges de grand papa, on y trouve même des douches chaudes et des toilettes intérieures… Le comble du luxe dans cet univers de haute montagne. www.neuemonterosahuette.ch www.section-monte-rosa.ch/fr/cabanes/monte-rosa Plus d’informations pour préparer cette sortie ou d’autres : www.alpincenter-zermatt.ch www.meteosuisse.admin.ch map.geo.admin.ch (cartes topographiques) www.slf.ch (bulletins d’avalanches) 101


Unplugged Un festival made in Switzerland Texte : Claude Hervé-Bazin / Photos : Unplugged Festival

1


2

En 2017, le Festival de musique acoustique de Zermatt célébrait sa dixième édition. Un bien bel anniversaire, au plus près des cimes, en présence de 30 000 spectateurs et de grandes pointures de la scène internationale. Cinq jours durant, le soleil fut radieux.

1. Le Tessinois Andrea Bignasca a trouvé l’inspiration au pied du Cervin lors du Festival Unplugged 2016. Photo : Joe Condron 2. La chanteuse lyonnaise Joe Bel, révélée par le film Tout pour être heureux, se produit en extérieurs sous un soleil radieux, lors du Unplugged 2017.

« C’est juste incroyable quand la musique amène à découvrir un endroit aussi splendide. Je ne m’attendais pas à l’impression que me ferait le Cervin », se souvient la compositrice et révélation américaine de l’année 2016, LP — de son nom complet Laura Pergolizzi. Ils sont nombreux, parmi la cinquantaine d’artistes et de groupes invités à célébrer le 10e anniversaire du festival Unplugged, à résonner sur le même thème. « Hallucinant », dit Graham Candy. « Très différent, unique » renchérit la Canadienne Nelly Furtado, tête d’affiche du festival aux côtés de Stephan Eicher, Paolo Nutini et Michael Bolton (« une expérience extra ! »). « Le plus bel endroit que j’ai jamais vu » ajoute la Britannique Jess Glynne… 103


#YOURMOVE


1

2

1. Sacré Révélation de l’année aux Swiss Music Awards en 2016, le Lucernois Damian Lynn a fait résonner ses balades romantiques jusque sur les sommets alpins. 2. Grand ouvert sur le paysage, le Festival Unplugged multiplie les scènes extérieures — ici avec les Australiens Jamie MacDowell et Tom Thum à l’hôtel Cervo.

Le Zermatt Unplugged, c’est un principe : des concerts de musique acoustique, exclusivement, au plus près du public. La voix dépouillée de ses fards et artifices de studio. Seuls les interprètes chevronnés s’y risquent. Le Zermatt Unplugged n’est pas une escale de plus dans leur tournée, mais un défi, qui exige souvent de réarranger leurs chansons spécialement pour l’occasion. C’est, parfois, une vraie révélation, tant professionnelle que personnelle — celle du son pur dont l’écho se propage vers les sommets alpins. Le Zermatt Unplugged, c’est aussi ce cadre unique, au pied des 38 sommets de 4 000 m servant de décor à Zermatt. Parmi la douzaine de scènes, plusieurs se disséminent dans le village, entre chapiteaux, hôtels et bars ; d’autres, plus casse-cou, sont dressées en altitude, comme celles occupant la Sunnegga Station (2 288 m) et le terre-plein neigeux étendu devant la vénérable Gandegghütte, à 3 030 m d’altitude. On top of the world. Ces lieux hors du commun, souvent de petite taille, contribuent à forger le caractère intime du festival. On y danse dans une ambiance bon enfant — avant, désormais, de converger vers les pavillons gastronomiques du nouveau Taste Village. La 11e édition d’Unplugged se tiendra comme d’habitude en fin de saison, du 10 au 14 avril 2018. Le programme sera rendu public le 11 décembre. Save the date ! www.zermatt-unplugged.ch 105


Patrouille des Glaciers La course de ski-alpinisme des superlatifs

Course de haute altitude, la PDG mène les concurrents au cœur du monde alpin.

Texte: Laurent Grabet / Photo: Francois Perraudin

«Mythique». Cet adjectif revient immanquablement lorsqu’il s’agit de qualifier la Patrouille des Glaciers (PDG). La plus grande course de ski-alpinisme de Suisse, qui se déroulera du 17 au 21 avril prochains, est devenue le baromètre d’une discipline sportive en plein boom. Mais pourquoi cette épreuve, extrêmement exigeante, séduit-elle si massivement?

Son ancienneté Née en 1943 à l’initiative de l’armée, la PDG est l’une des plus anciennes courses de ski-alpinisme au monde. Elle s’inscrit désormais dans la tradition et le patrimoine suisses! A l’origine, il s’agissait de tester les capacités des troupes. Interrompue en 1949 suite à la mort de trois patrouilleurs, elle a ressuscité en 1984. Organisée depuis lors tous les deux ans, elle n’a eu de cesse d’attirer davantage de postulants. Aujourd’hui encore, l’armée est là qui apporte son impeccable organisation.

La hauteur du défi Le grand parcours de 53 km, cumulant près de 4000 m de dénivelé positif, correspond à un équivalent de 110 km/ effort. La PDG surpasse ainsi ses deux seules véritables concurrentes: la Pierre Menta (en Savoie) et le Trophée Mezzalama (dans le val d’Aoste). «Techniquement, la patrouille est difficile» relève Florent Troillet, deux fois vainqueur de l’épreuve sur le grand parcours et une fois sur le petit. «La descente encordés sur glacier depuis Tête Blanche et les

200 m de montée skis sur le sac, vers la Rosablanche, sont délicats à négocier.» Pour espérer faire une place ou, mieux, battre le record de 5 h 52 établi en 2010 par Florent Troillet, Martin Anthamatten et Yannick Ecœur, il faut avoir cumulé au moins 200 000 m de D+ à l’entraînement!

La magie des Alpes La PDG, qui s’élance de nuit, se réveille entre les 4000 m valaisans. Le point culminant du parcours est à 3800 m. C’est de la très haute montagne, avec sa collection de sommets, de grandes pentes enneigées, de glaciers, la cabane en nid d’aigle de Berthold, le lac des Dix, sans compter un départ et une arrivée dans les stations les plus célèbres de Suisse: Zermatt et Verbier. D’un côté, l’une des capitales mondiales de l’alpinisme; de l’autre l’un des plus extraordinaires domaines de freeride des Alpes…

Une course singulière La PDG se court par équipe de trois – contre deux à l’accoutumée. Il est donc impératif de connaitre parfaitement ses coéquipiers et de savoir progresser ensemble. Malgré l’esprit de compétition acharné, la solidarité entre patrouilles et patrouilleurs reste la norme. D’ailleurs, la PDG est ouverte à tous et n’offre rien d’autre aux vainqueurs que l’honneur du podium et le respect de tous. www.pdg.ch 107


1

Kai Lenny Les montagnes zermattoises ensorcellent le roi du surf Texte: Laurent Grabet / Photos: David Carlier

2

3


1. Défiant les eaux glacées, le surfeur hawaïen Kai Lenny s’offre une première mondiale : une séance de kitesurf sur le Riffelsee, face au Cervin  ! 2. Kai Lenny et Géraldine ­Fasnacht descendent en duo la face sud du Breithorn en snowboard. 3. Quittant Zermatt, l’équipe est transférée en hélicoptère vers le barrage de Mauvoisin; l’occasion pour Kai Lenny de découvrir les glaciers depuis les airs.

109


Au sommet du Breithorn, joli moment de partage avec Géraldine Fasnacht devant le Cervin.

Les photos que nous publions en témoignent : Kai Lenny a surfé à Zermatt en juillet dernier à l’invitation de son sponsor Tag Heuer. A cette occasion, le célèbre surfeur hawaïen a aussi escaladé le Breithorn — une première pour lui. Il nous parle de la fascination qu’ont exercé sur lui les Alpes valaisannes. « Ici, je suis comme un poisson hors de l’eau ! » Même essoufflé par une altitude à laquelle il n’est pas habitué, Kai Lenny — dont le prénom signifie « océan » en hawaïen — a de l’humour. Le célèbre surfeur nous a lancé cette phrase alors qu’il atteignait péniblement le modeste sommet du Breithorn (4164 m), le 13 juillet dernier, en compagnie de la wingsuiteuse et snowboardeuse Géraldine Fasnacht. Les deux athlètes étaient à Zermatt à l’invitation de leur sponsor commun, l’horloger Tag Heuer, pour une tournée de promotion baptisée « Kai Lenny rides Switzerland ». Pour le roi du surf, c’était une première: « Je ne connaissais rien de la Suisse, où j’avais seulement passé quelques jours en famille du côté de Zurich à l’âge de 15 ans. » Les montagnes zermattoises ont fait forte impression sur le jeune homme de 24 ans. Lui qui affronte sans sourciller d’apocalyptiques vagues de 20 m sur le « Big waves tour », avec son surf pour seule arme, n’en revenait pas. Le Cervin, cette « pyramide bien plus raide qu’une vague » découverte lors de ce séjour suisse, l’a évidemment marqué plus que d’autres. « Je l’avais vu en reproduction à Disneyland, mais là c’est une tout autre histoire ! », explique l’athlète en dégustant une planchette valaisanne avec une décontraction toute américaine. Kai Lenny est formel : « tous ces paysages de montagne sont si intenses lorsqu’on les voit en réalité qu’aucune vidéo, aussi bonne soit-elle, ne rendra jamais justice à leur puissance ! » Un survol de la zone en hélicoptère a achevé de le subjuguer — jusqu’à lui donner la « chair de poule », commente-t-il. Pétri par la culture hawaïenne de son archipel natal, le surfeur évoque le « mana », l’énergie primordiale dégagée par les imposantes montagnes. « Ressentir cette

force a pour moi au moins autant d’importance que le challenge sportif en lui-même. Face à elle, que tu crois ou non en Dieu, tu ne peux que devenir plus spirituel. Cette puissance est au-dessus de notre compréhension. Elle nous dépasse de loin et nous rend insignifiants sans que ce soit un problème… » Les Alpes valaisannes ? Pohaku — la roche primitive, de laquelle le monde est façonné. Certains sites, plus que d’autres, regorgent de mana, l’étendent au monde et aux hommes qui savent transfigurer sa force. C’est le cas du sommet du volcan Hale’a’kala, sur l’île de Maui, où habite Kai. C’est, renchérit son père — qui est aussi son manager — le cas de ces fantastiques sommets alpins. Sous ses yeux, à Zermatt, Kai s’est adonné au windsurf hydrofoil et au kite-surf hydrofoil sur le lac de montagne de Riffelsee, au pied du tutélaire Cervin. Ce « ride insolite » a ravi le pro malgré des eaux plutôt frigides pour lui… Ici comme sur ses océans chéris, la nature grandiose pousse le surfeur à une touchante humilité que ses nombreux succès ne semblent pas avoir vraiment entamée jusque-là. Quid du risque ? Caressant philosophiquement du regard le massif du Mont-Rose et les nombreux 4000 m voisins, Kai dit être préparé pour le pire — sans pour autant penser qu’il pourrait y rester chaque fois qu’il sort sa planche. Chaque risque pris est savamment jaugé, dans un subtil équilibre entre expérience et intuition. En cas d’imprévu, il a tout prévu — ou presque. Il s’est ainsi entrainé dur jusqu’à être capable de tenir 4 mn 45 s en apnée ! Et le surfeur de conclure : « Je fais un peu de snowboard de temps à autre, mais je préfère pour l’instant en rester à mes “montagnes liquides” ! » www.positivelykai.com 111


watches

Piaget Limelight Gala Elle étreint le poignet, le recouvre amoureusement de ses courbes suaves, à l’aristocrate asymétrie rythmée par le flamboiement d’un dégradé de 62 diamants ronds en corolle… Cette fort belle fleur en or rose de 32 mm, aux chiffres romains surdimensionnés, s’affirme aussi sensuelle qu’originale. Féminine en diable. Son bracelet or en maille milanaise, à la souplesse extraordinaire, est travaillé à la manière d’un textile noble, soyeux et doux comme une seconde peau. Une authentique montre-bijou. www.piaget.ch En vente à la bijouterie Schindler de Zermatt.


Parmigiani Kalparisma Agenda La Kalparisma Agenda décline avec harmonie la rhétorique du précieux au fil de courbes sensuelles alliant les angles adoucis de son boîtier tonneau en or rose 18 carats à deux parenthèses de diamants convoquant la féminité. De son cadran au décor flinqué blanc, dissimulant un mouvement de manufacture, se détachent les indications essentielles : heure, minute, petite seconde et quantième de date. Une touche de pragmatisme pour cette montre gracieuse qui épouse le poignet de son élégant bracelet blanc. www.parmigiani.com En vente à la bijouterie Schindler de Zermatt.

IWC Da Vinci Calendrier Perpétuel Chronographe Complexité maximale, lisibilité exemplaire… La manufacture de Schaffhouse relève le défi en combinant pour la première fois de son histoire un chronographe et l’affichage des phases de lune du calendrier perpétuel dans un guichet à 12 h. Pour assurer la cadence du temps, la précision est de rigueur avec un nouveau calibre manufacture à remontage automatique, logé dans un boîtier de 43 mm en or rose — prolongé par un bracelet en alligator brun de Santoni. Look classique et raffinement technique. www.iwc.com En vente à la bijouterie Schindler de Zermatt.

Patek Philippe Quantième Annuel Réf. 5396

Cartier Panthère

Affirmant une élégance intemporelle forte de contrastes, ce modèle en or rose met en valeur l’art de la complication mécanique au gré d’un lumineux cadran bleu « soleil ». Au cœur du boîtier classique de 38,5 mm, le tempo est assuré par un mouvement à remontage automatique doté d’une réserve de marche de 45 h. Au menu: phases de lune, jour, date et mois autour du cadran auxiliaire des 24 h. Rarement cette pléiade de complications horlogères aura été déclinée avec autant de sobriété. www.patek.com En vente à la bijouterie Schindler de Zermatt.

Pièce culte née dans les années 1980, la montre Panthère continue d’adoucir les angles du temps en se réinventant avec style. La silhouette singulière de son petit boîtier carré en or jaune est prolongée par un bracelet dont les maillons épousent le poignet avec sensualité. Icône de mode, reine d’élégance plus contemporaine que jamais, elle bat la mesure des heures et des minutes grâce à un mouvement quartz aussi précis qu’un coup de griffe… féline. www.cartier.ch En vente à la bijouterie Schindler de Zermatt.

113


watches

3. Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Date

L’heure bleue 2. Longines The Longines Master Collection

1. Carl F. Bucherer Manero Peripheral Imaginée pour la collection Bucherer Blue Editions, la Manero Peripheral reprend à son compte les codes maison, naviguant entre tradition et innovation. Son cadran bleu pétrole, avec guichet de date à 3 h et petite seconde à 6 h, contraste élégamment avec le bleu foncé du bracelet en cuir alligator et le boîtier de 40,6 mm en acier — renfermant un mouvement de manufacture automatique. L’édition, limitée, rend hommage à la ville de Lucerne, où l’entreprise plonge ses racines, et dont le bleu est l’emblème. www.carl-f-bucherer.com En vente au magasin Bucherer de Zermatt.

Mises au point en marge de la « Longines Master Collection », dans le cadre de sa collaboration avec Bucherer, les montres anniversaire de la maison de Saint-Imier — la plus ancienne marque au monde encore en activité ! — se parent d’un bracelet et d’aiguilles d’un bleu profond, symbole d’élégance et d’intemporalité. Ces modèles Blue Editions sont disponibles pour hommes et pour femmes, en versions de 36 et de 40 mm. Dans un boîtier en acier, avec cadran serti de diamants, elles sont dotées d’un mouvement automatique. www.longines.ch En vente au magasin Bucherer de Zermatt.

5. Tudor Heritage Black Bay Bronze Blue Le partenariat semblait couler de source: le bleu est la couleur de référence des montres Tudor depuis sa première apparition en 1969 sur le cadran du modèle Oyster Prince Submariner 7021. Ce bleu d’antan a inspiré le ton de l’Heritage Black Bay Bronze Blue, dont le design, le cadran et le verre bombé font parallèlement écho aux premières montres de plongée Tudor. L’imposant boîtier de 43 mm, en alliage d’aluminium et de bronze haute performance, offre un effet de patine à la fois discret et unique. www.tudorwatch.com En vente au magasin Bucherer de Zermatt.

Vieux de cinq ans, le partenariat entre Jaeger-LeCoultre et Bucherer nous vaut deux modèles exceptionnels incarnant à merveille le savoir-faire de la manufacture du Sentier. Elancées et délicates, les Master Ultra Thin Blue Editions, en or rose, expriment toute sa philosophie horlogère: la réduction des fonctions et de leur représentation au strict nécessaire. Il en résulte une élégance simple, sans excès de fantaisie, dont la qualité manufacturière reflète néanmoins parfaitement le savoir-faire suisse. www.jaeger-lecoultre.com En vente au magasin Bucherer de Zermatt.

6. Audemars Piguet Royal Oak Offshore ­Chronograf En participant au projet Blue Editions, Audemars Piguet saisit une nouvelle occasion de proposer une montre raffinée et rare, incarnant à merveille son audace et son savoir-faire. Revisitant entièrement son iconique Royal Oak Offshore, au design robuste et sportif, la manufacture du Brassus a donné jour à un chronographe de 37 mm tout en contrastes, avec des compteurs bleus sur un cadran blanc rehaussé par une lunette sertie de 32 diamants. L’alliance d’acier et d’or rose a été créée exclusivement pour Bucherer. www.audemarspiguet.com En vente au magasin Bucherer de Zermatt.

4. Panerai Radiomir 1940 Le bleu fait à la fois écho aux racines de Bucherer dans la ville de Lucerne et aux origines de Panerai, dont le lien à la mer s’est très tôt affirmé à travers ses réalisations pour les nageurs de combat de la marine royale italienne. L’entreprise nous offre là une combinaison inédite : un cadran bleu brossé exclusif monté dans l’emblématique boîtier Radiomir 1940. Les connaisseurs apprécieront la présence du calibre P.4000, le premier mouvement automatique Panerai avec un microrotor décentré. www.panerai.com En vente au magasin Bucherer de Zermatt.

7. H. Moser & Cie. Venturer Small Seconds Ce modèle ne manque pas de caractère avec son boîtier très épuré en or blanc de 39 mm et son cadran bleu fumé, presque aérien, évoquant un ciel nocturne — sur lequel s’incrustent discrètement la litanie des heures et la petite seconde (à 6 h). Evoquant quelque chose du style Bauhaus, ce gardetemps renferme un mouvement de manufacture à remontage manuel, qui se distingue notamment par un spiral Straumann® bleui et un balancier bleu. Au fait, le saviez-vous? Le bleu symbolise la fidélité. www.h-moser.com En vente au magasin Bucherer de Zermatt.


2

3

4

5 1

6

7

115


watches

1. Hamilton Khaki X-Wind Day Date

2. Hublot Big Bang Unico Blue Sapphire

3. F.P. Journe Chronomètre Souverain

Même lorsqu’ils ont la tête dans les nuages, les héros du ciel gardent un sens inné de l’élégance. La preuve avec cette montre racée au boîtier de 45 mm en acier et revêtement PVD noir, qui tranche avec les échelles orange. Autre élément d’un caractère bien trempé : les trois boutons poussoirs virils. Côté technique, elle est équipée d’un mouvement à remontage automatique H-30 et possède une considérable réserve de marche de 80 heures. www.hamiltonwatch.com

Voici une Big Bang qui n’a rien à cacher. Toute en transparence, elle révèle le tour de force technique d’Hublot, qui a réussi, selon un procédé inédit en horlogerie, à tailler la carrure, la lunette et le fond du boîtier de 45 mm dans un saphir de couleur bleue. Ce dernier, fruit de la fusion du fer et de l’alumine, résistant aux rayures et aux chocs, habille le mouvement de chronographe flyback Unico à remontage automatique. Un condensé de technologie en édition limitée à 250 pièces. www.hublot.com En vente au Hublot Store de Zermatt.

Reconnaissable au premier coup d’œil, le modèle emblématique créé par François-Paul Journe puise son inspiration dans la chronométrie marine du début du XIXe siècle. Côté design, le boîtier en platine de 40 mm et le nouveau cadran en or massif, ponctué de chiffres en relief intégrés, oscillent entre épure et intemporalité. Le mouvement, en or comme toujours chez F.P. Journe, voit deux barillets opérer en parallèle pour une performance optimale. www.fpjourne.com En vente à la bijouterie Schindler de Zermatt.

4. TAG Heuer Carrera Heuer-01 Full Black Matt Ceramic

5. Blancpain Fifty Fathoms Bathyscaphe Flyback Chronograph BOC II

6. Tissot Heritage 1948

Look contemporain racé inspiré des codes de la course automobile et moteur mécanique d’exception animent le modèle chronographe signature de TAG Heuer, décliné dans cette nouvelle version totalement noire et mate qui ne risque pas de passer inaperçue. Toutes les parties exposées aux frottements, boîtier de 45 mm, lunette, cornes et carrure, ont été taillées dans la céramique, matériau dont la résistance aux rayures est sans égale. Le bracelet, lui aussi en céramique, est léger et doux au toucher. www.tagheuer.com En vente à la bijouterie Schindler de Zermatt.

Blancpain revisite sa fameuse Fifty Fathoms avec cette édition limitée à 250 exemplaires taillée pour explorer les profondeurs abyssales de l’océan. Son argument choc ? Un boîtier étanche à 300 m, en céramique bleue produite selon un procédé technique complexe. En coulisse, le temps est cadencé par un mouvement de chronographe à roue à colonne battant à la fréquence de 5 Hz. Une performance décuplée pour cette pièce dont une partie de la vente est reversée afin de soutenir des expéditions scientifiques. www.blancpain.com En vente à la bijouterie Schindler de Zermatt.

Comme son nom l’indique, cette montre s’inspire d’un chronographe historique conçu à l’origine pour les « ingénieurs, techniciens, médecins et sportifs » qui avaient besoin d’un instrument de précision fiable. Fidèle à cette philosophie, la Heritage 1948 conserve aussi différents éléments du style de son inspiratrice : les poussoirs, la piste des minutes, les clous et la forme particulière des tenons et des aiguilles feuilles. Au final, voilà un garde-temps arborant un délicieux côté Retour vers le Futur. www.tissotwatches.com En vente à la boutique Tissot de Zermatt.


1

2

3

4

6

5

117


22 – 27 mars 2018

BASELWORLD.COM

Découvrez en avant-première les innovations et créations des marques horlogères et bijoutières les plus réputées et les plus prestigieuses au monde. BASELWORLD: THE PREMIERE SHOW


Salons et merveilles Texte: Marie de Pimodan-Bugnon

Salon International de la Haute Horlogerie en janvier à Genève, Baselworld à Bâle en mars : ces deux rendez-vous incontournables réunissent sous un même toit professionnels et amateurs de montres et bijoux du monde entier. L’excellence et le précieux s’y dévoilent comme nulle part ailleurs… L’effervescence est palpable. Elle monte au fil de l’automne, explose en plein cœur de l’hiver et retentit à l’orée du printemps. Fiévreuse excitation des aficionados, bruissements intarissables de suppositions… Dans l’attente des deux plus importants salons d’horlogerie et de joaillerie au monde, c’est vers la Suisse que tous les regards convergent. Quelle sera la tendance qui marquera les mois à venir  ? A quel tempo le marché battra-t-il cette année  ? La créativité ­sera-t-elle à nouveau au rendez-vous  ? A Genève et à Bâle, capitales incontournables — et incontestées — de l’horlogerie et de la joaillerie, l’éclat du luxe scintille en lettres d’or à travers d’exaltantes créations propices au rêve. Dès le mois de janvier, le Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) ouvre le bal à Genève. Dans un décor raffiné ponctué d’espaces feutrés, trente-cinq maisons de haute horlogerie exposent leurs toutes dernières collections aux caméras des journalistes venus des quatre coins du monde, à l’œil averti des collectionneurs et, depuis 2016, au grand public — désormais admis au salon lors de la dernière journée d’ouverture. Au programme : l’excellence mécanique et la virtuosité du design en avant-première mondiale. « Le SIHH s’impose depuis 28 ans comme une plateforme exceptionnelle qui met en lumière ­l’extraordinaire travail de créativité et d’innovation des maisons horlogères, souligne Fabienne Lupo, Directrice générale du SIHH. Dans le berceau historique de la haute horlogerie, à Genève, c’est une référence incontournable qui donne le la des tendances et des modes à venir. » L’édition 2018, organisée du 15 au 19 janvier, devrait encore réunir quelque 15 000 visiteurs.

Deux mois plus tard, du 22 au 27 mars 2018, c’est Bâle qui déroulera le tapis rouge aux stars des planètes horlogère et joaillière. Les chiffres de Baselworld parlent d’eux-mêmes : avec plus de 100 000 acheteurs de 100 nationalités différentes et près de 4 400 représentants des médias internationaux provenant de 70 pays, Bâle se transforme pendant une semaine en véritable centre névralgique de l’industrie du luxe. Des grandes maisons de haute horlogerie, des signatures joaillières de prestige, des créateurs indépendants, des diamantaires et une pléiade de représentants de la sous-traitance sont réunis en un seul et même lieu pour une occasion unique d’admirer et de toucher du doigt la magie des créations précieuses. « C’est ici que, durant un siècle, les horlogers et les bijoutiers ont présenté leurs nouveautés aux visiteurs suisses et aux clients des autres pays, explique Sylvie Ritter, Managing director du Salon. Baselworld est une date essentielle dans le calendrier de la branche et chaque nouvelle édition est attendue avec un intérêt marqué et une vive impatience. » Fiévreuse excitation des aficionados, bruissements intarissables de suppositions… Oui, la fébrilité est bien réelle de découvrir les nouveautés qui feront briller 2018 ! Salon International de la Haute Horlogerie A Genève, du 15 au 19 janvier 2018 www.sihh.org Baselworld A Bâle, du 22 au 27 mars 2018 www.baselworld.com 119


TRIBUTE TO BLUE Depuis 1888, Bucherer propose un choix de montres parmi les plus élégantes au monde. Bucherer et ses partenaires horlogers sont fiers de vous présenter la collection Bucherer BLUE EDITIONS. Cette collaboration a permis d’atteindre de nouveaux sommets en termes de créativité et d’innovation. Découvrez les modèles bleus exclusifs : une couleur inspirée pour des montres vraiment uniques.

Disponibles exclusivement dans les boutiques Bucherer

Zermatt Bahnhofstrasse 6 | bucherer.com


Shops horlogers Zermatt Dans la collection des rues prestigieuses, la Bahnhofstrasse de Zermatt s’impose en tête d’affiche. Entre les gros chalets de bois et les hôtelsvillas, le luxe et le savoir-faire suisses s’exposent aux vitrines des plus grandes marques horlogères du pays.

Au n°

2

Au n°

Tissot à l’assaut de Zermatt www.tissotwatches.com

2

Au n° de la Bahnhofplatz viva Wega www.wega-zermatt.ch Écrin du luxe suisse et européen, la vaste boutique se partage entre espaces horloger, joaillier et maroquinerie. Ici, les garde-temps signés (notamment) Oris, Maurice Lacroix et Frédéric Constant ; là le glamour flamboyant des bijoux Gucci et Swarovski; et encore les sacs Bally et Longchamp, des couteaux suisses… Un vrai temple du shopping.

Partenaire privilégié, en 2015, du 150e anniversaire de la première ascension du Cervin, Tissot n’a eu de cesse de renforcer sa présence à Zermatt en ouvrant ce magasin aux atours résolument actuels. On y découvre le nouveau design des boutiques Tissot et les différentes collections, dont l’innovante T-Touch Solar, édition spéciale Zermatt.

Au n°

5

la Haute Horlogerie Schindler www.schindler-zermatt.ch Prête à célébrer son 40e anniversaire, la maison au logo Cervin a récemment revisité son flagship store de pied en cap, avec fauteuils crème et cheminée. Une quinzaine des plus prestigieuses marques de montres y côtoient des bijoux signés notamment Chopard, Schoeffel ou Utopia. En face, au n° 14, Tag Heuer et Zénith bénéficient de leur espace dédié.

Au n°

6

Bucherer indétrônable www.bucherer.com/fr/nos_ magasins/zermatt-bahnhofstrasse L’entreprise lucernoise, célèbre pour sa collection de montres bleues réalisées en partenariat avec de prestigieuses marques horlogères, achève tout juste la redécoration de son magasin de Zermatt — l’un des 28 qu’elle compte à travers l’Europe. Elle donne accès à une nouvelle boutique Rolex au charme alpin, fruit d’un partenariat bientôt centenaire.

15

l’espace Patek by Schindler www.patek.com A tout seigneur tout honneur. Synonyme d’horlogerie de très (très) haute qualité, la maison genevoise Patek Philippe dispose de son propre point de vente pour mettre en valeur ses créations montrant une précision et un savoir-faire tels qu’elles confinent à de vraies œuvres d’art. Elles y côtoient les bijoux originaux de la marque allemande Wellendorff.

Au n°

27

Hublot en son chalet www.hublot.com/fr/boutique/ suisse/zermatt Inaugurée en grande pompe en 2016, l’enseigne zermattoise de la compagnie nyonnaise s’est installée dans un vrai chalet — un lieu qui exprime parfaitement l’âme de la station dans sa chaleureuse alchimie de sobriété et d’élégance, de bois et de céramiques noires. Pour le clin d’œil: un discret carnotzet au sous-sol est réservé aux clients privilégiés.

121


Gornergrat Bahn La montagne Ă petit train Texte: Serge Greter / Photos: Gornergrat Bahn

123


Partenaire des e-bus de Zermatt

Aussi

pour

les alpinistes.


Page précédente: Tout le monde à bord! Le Gornergrat Bahn s’apprête à quitter la gare de Zermatt. En toile de fond, la pyramide blanche du Cervin annonce déjà la beauté des paysages à venir.

Dernière ligne droite: le train arrive en vue du 3100 Kulmhotel, le plus haut établissement hôtelier de Suisse.

Il collectionne les records et les émotions. Inauguré en 1898, le premier train électrique à crémaillère de Suisse est également le plus haut d’Europe en plein air. Partant de la place de la gare de Zermatt, il se hisse vers le Gornergrat (3 089 m), où se dresse l’hôtel le plus élevé du pays. Trente-trois minutes de bonheur dans des paysages à couper le souffle, couronnés par 29 sommets de plus de 4 000 m. Aux premières loge : le Cervin. Il se fraie un chemin dans des gorges profondes, traverse des galeries et des tunnels, transite au cœur de forêts d’arolles saupoudrées de neige, passe d’impressionnants ponts et de sublimes lacs de montagne avec, toujours, en toile de fond, Sa Majesté le Cervin. Monter à bord du Gornergrat Bahn – que l’on peut combiner avec le Glacier Express – dépasse le simple trajet ferroviaire : c’est une incursion inoubliable dans la suissitude. Tout commence à la gare du Matterhorn Gotthard Bahn, à Zermatt. Chaque jour, les petits trains bruns de la Gornergrat Bahn SA (GGB) partent à l’assaut de ces paysages alpins grandioses à une vitesse qui oscille entre 20 et 30 km/h. En prenant de la hauteur, on remonte aussi dans le temps — jusqu’en 1898, date de la mise en service de la ligne. Premier train électrique à crémaillère de Suisse, témoin de l’histoire des pionniers des chemins de fer de montagne, le Gornergrat Bahn doit d’exister à quelque 2400 ouvriers qui ont permis

de tracer cette nouvelle voie en milieu alpin en seulement deux ans. Il ne circula d’abord qu’en été, puis en hiver jusqu’à Riffelalp à partir de 1928/29, jusqu’à Riffelberg 10 ans plus tard pour finalement atteindre le sommet du Gornergrat en 1942. Le tourisme hivernal était né. Aujourd’hui, plus d’un million et demi de passagers l’empruntent chaque année.

Un belvédère sur la montagne Gornergrat, 3089 m, terminus. Tout le monde descend après 33 minutes et 9339 m d’ascension. Le spectacle, lui, se poursuit grand train : ici le Cervin, là le massif du Mont-Rose laissant échapper la Pointe Dufour, le plus haut sommet de Suisse (4634 m). Depuis la plateforme panoramique, située un peu plus haut, pas moins de 29 sommets de plus de 4000 m se déploient, sans oublier le troisième plus long glacier des Alpes, le Gorner. L’écrivain américain Mark Twain, qui fit l’ascension du Gornergrat en 1878, avait apprécié : « J’avais une vue extraordinaire sur le mont Rose et tout le reste du massif alpin. Une impressionnante foule de sommets enneigés se dressait à l’horizon. La beauté de la neige des Alpes éclairée par le soleil était indescriptible. Nulle part ailleurs qu’au sommet on ne peut admirer une telle démonstration de grandeur et de beauté. » Dans ce décor féérique, le sens des proportions s’évanouit, l’imagination cabote d’une montagne à l’autre. Alors, pour mieux en profiter, pourquoi ne pas s’installer au 3100 Kulmhotel Gornergrat, le plus haut hôtel de Suisse ? Pour que le rêve demeure un peu plus longtemps réalité. www.gornergratbahn.ch/fr 125


1. Caran d’Ache Léman Caviar

trends

Echo aux eaux mordorées du lac à l’aube, le stylo plume Léman Caviar se nimbe d’une laque fine et de motifs guillochés évoquant les œufs de caviar. www.carandache.com 2. Rolex Oyster Née en 1926, cette pionnière des montres bracelet est devenue collection. Ses 4 signatures : étanchéité, précision, fiabilité et remontage automatique. www.rolex.com 3. Matterlight A mi-chemin de l’art et du design, cette lampe en résine bio (sucre, colza et bio-adjuvants !) reproduit scrupuleusement le profil 3D du Cervin. www.matterlight.ch 4. Reuge Little Forest Cette boîte à musique au décor forestier inspiré de la tradition des papiers découpés berce petits et grands d’une douce mélodie lumineuse. www.reuge.com 5. Nunshen 89 Christmas tea L’esprit de Noël s’évapore de la tasse dans des parfums épicés de clou de girofle, de cardamome, de cannelle, d’écorce de citron, de rose, de vanille… www.nunshen.com 6. Cartier La Panthère Inspiré de l’iconique bague féline Cartier, ce flacon en édition limitée renferme une eau de parfum associant la floralité du gardénia à un musc doux. www.cartier.ch

1


2

3

4

5

6

127


Graphisme : www.cbcommunication.swiss

Chalet du Centre Plus de 1000m2 de luxe dans un chalet privé avec services hôteliers y compris piscine, spa et studio pour le personnel au cœur de Zermatt

Avec un vaste portefeuille proposant des objets allant de CHF 299’000.- à 29 millions, Julen Steiger&Cie est parfaitement positionné en tant que courtier pour l’achat et la vente de propriétés à Zermatt, notamment grâce à son partenariat exclusif avec Cardis Sotheby’s International Realty. Le Chalet du Centre, sa promotion la plus récente après le succès du célèbre 7 Heavens, sera réalisée par les mêmes architectes - Studio Comina. Suivant les pas de son prédécesseur, le Chalet du Centre est pensé et sera créé selon les standards les plus élevés. L’essence même de la conception de ce chalet est le confort. Son entrée fastueuse avec ses hauts plafonds et ses finitions modernes donne le ton de ce projet hors du commun. Le Chalet du Centre fera une fois encore référence dans l’immobilier de luxe à Zermatt.

www.julensteigercie.ch I info@julensteigercie.ch


1. Moncler Grenoble Allos

1

2

Super isolante, respirante, dotée d’une poche à portable et d’un nettoie-lunettes, la veste Allos est aussi à l’aise en ville que sur les pistes ! www.moncler.com 2. Hublot En partenariat avec AK Ski AK Ski s’allie avec l’horloger Hublot, qui signe cette paire de lattes ultra-résistantes en caoutchouc aux motifs floraux, semelles et bâtons roses. www.hublot.com 3. Swiza Allblack Les couteaux Swiza se reconnaissent à leur emblématique manche incurvé et leur bouton croix qui (dé)verrouille la lame. Voici une version 100 % noire ! www.swiza.com

3

4. Louis Vuitton Pont Neuf Lignes sophistiquées urbaines, géométrie, rigidité, épure — le Pont Neuf est un distingué descendant du classique City Steamer de Louis Vuitton. www.louisvuitton.com 5. Nobis Carla Black La Parka Carla est un incontournable de la collection Core, munie d’un coupe-vent, entièrement imperméable et d’aération révolutionnaire. Isolée grâce aux coutures étanches, recouverte d’une membrane Sympatex® et lavable à la maison. www.ch-nobis.com

4

5

129


1. Edra Pack

1

La poésie s’invite au salon avec ce large canapé du designer Francesco Binfaré évoquant une banquise sur laquelle s’allonge un ours blanc-dossier ! www.moyard.ch 2. Hästens 2000T Où dort-on mieux que dans son lit ? Dans l’apesanteur d’un lit Hästens. Fondée en 1852, l’entreprise suédoise n’utilise que des matériaux naturels. www.hastens.com

2

3. Dr Rheims Eclipsage Ce soin antioxydant et régénérateur, sans parabènes, silicone, parfums ni colorants, puise sa grande efficacité dans une espèce mexicaine de mimosa. www.eclipsage.com 4. Chopard Happy Ocean Sportive et élégante, cette montre révèle un cadran auréolé de pierres précieuses et animé par cinq diamants mobiles qui dansent avec impertinence ! www.chopard.com

3

4

130


B O U T I Q U E Z E R M AT T Bahnhofstrasse 27

hublot.com

Big Bang Unico Blue Sapphire. Boîtier en saphir bleu inrayable. Mouvement manufacture chronographe UNICO. Série limitée à 250 exemplaires.


#helvet magazine Zermatt | Hiver 2017-2018 | FR  
#helvet magazine Zermatt | Hiver 2017-2018 | FR  
Advertisement