Page 1

Les Français accros aux sites médicaux SANTE12

Sayyed Fadlallah : «L’Iran ne représente pas tous les chiites» INTERNATIONAL10

Le FC Bâle propulsé par son coach turc SPORT16

WWW.ZAMANFRANCE.FR

Bülent Arinç : «L’UE n’a plus d’excuses» Le vice-Premier ministre turc, de passage à Paris, a donné une conférence au Ceri-Sciences Po mardi 15 avril sur la question des droits de l’Homme en Turquie. L’occasion pour le responsable turc de rappeler que son pays a bien rempli ses obligations européennes et que la balle est dans le camp de Bruxelles. EDITO

En attendant la visite de Hollande en Turquie, ce sont les Turcs qui ont fait le déplacement. Le 15 avril dernier, le vice-Premier ministre Bülent Arinç donnait une conférence au Ceri-Sciences Po sur un sujet majeur en Turquie : la question des droits de l’Homme. Au lendemain du processus de paix ouvert avec le PKK et au moment où l’on reparle de plus en plus d’adhésion dans les couloirs diplomatiques turcs, la réaction d’un haut représentant du gouvernement était donc appréciable. RFRANCE 03

19 - 25 AVRIL 2013 N° 261

06

DEUX TURQUES DANS LE CLASSEMENT DES FEMMES LES PLUS INFLUENTES

La célèbre femme d’affaires Serpil Timuray et la conservatrice de musée Oya Eczacibasi font partie des «125 femmes les plus influentes du monde», d’après un classement effectué par l’hebdomadaire américain Newsweek. 1TURQUIE

Les relations franco-turques sous la menace de l’indécision EMRE DEMIR r02

02

«LA FRANCE N’EST PLUS UN GRAND PAYS D’IMMIGRATION»

C’est ce que conclut le rapport du gouvernement publié le 9 avril qui a précédé l’ouverture de débats parlementaires sur l’immigration professionnelle et étudiante. 1FRANCE

«Le pragmatisme est la grande force des Turcs» Démographe et spécialiste de l’immigration turque, Stéphane de Tapia co-publie avec Marcel Bazin un ouvrage intitulé La Turquie. Géographie d’une puissance émergente chez Armand Colin et qui fera date. Au cours d’une présentation à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), Zaman France l’a rencontré pour évoquer les caractéristiques du dynamisme turc. RTURQUIE 07

me d’un mal-vivre Le suicide des jeunes, symptôdivers, le suicide des jeunes reste un phénomène

Malgré des chiffres en baisse et une forte médiatisation de faits France, l’atmosphère psychologique et choquant. Pour les professionnels de la santé, interrogés par Zaman non à l’acte suicidaire. 1SOCIETE 05 familiale des adolescents demeure l’élément déterminant du passage ou

r

09

ERDOGAN SE RENDRA À GAZA FIN MAI Le Premier ministre turc a annoncé qu’il se rendrait fin mai à Gaza, après une visite officielle aux Etats-Unis au milieu du mois prochain. 1INTERNATIONAL


02 FRANCE «La France n’est plus un Les relations francogrand pays d’immigration» turques sous la menace

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

EDITO EMRE DEMIR

de l’indécision

Les relations franco turques ont été relancées dès le premier entretien entre Recep Tayyip Erdogan et le président François Hollande en juin 2012. Ankara et Paris semblent depuis déterminés à dynamiser les relations bilatérales après une période sous tension pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Les dernières visites du ministre turc des Affaires européennes, Egemen Bagis et du vice-Premier ministre turc Bülent Arinç avaient permis de mesurer l’ampleur du changement. On assiste aussi à une reprise des activités des groupes d’amitié TurquieFrance des deux côtés. Même si le gouvernement français fait des gestes pour relancer les négociations d’adhésion turque à l’UE, la question arménienne reste l’obstacle le plus difficile à surmonter dans les relations entre Paris et Ankara. Malgré toutes ces initiatives pour dynamiser les relations, l’indécision de François Hollande sur le sujet de la pénalisation du génocide arménien précarise ce processus de réchauffement. Le président Hollande avait promis aux Français d’origine arménienne de faire voter une nouvelle loi pendant sa campagne. Dans les prochains mois, une nouvelle proposition de loi dans le cadre de la transposition d’une directive européenne du 6 décembre 2008 sur la «lutte contre le racisme et la xénophobie» pourrait revenir dans l’agenda législatif. Ces sujets ont été évoqués mardi dernier lors de la rencontre entre Bülent Arinç et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Arinç a exprimé la position du gouvernement turc : «Nous savons que cette loi peut revenir à l’ordre du jour… Il faudrait que François Hollande explique très clairement quelle est son attitude.» Il ne s’agit pas seulement d’un choix politique pour M. Hollande mais aussi économique. Exceptés les pays membres de l’UE, la Turquie reste le 4e client de la France après les États-Unis, la Chine et la Russie. Dernier exemple en date, la France est en pôle position pour un contrat de 17 milliards d’euros pour la centrale nucléaire à Sinop. Les industriels français sont très actifs aussi dans le domaine de l’énergie renouvelable, les transports publics et le secteur de l’automobile. Aussi, les entreprises françaises comme Ankara attendent une décision définitive de la part de l’Élysée sur cette question. e.demir@zamanfrance.fr

SOPHIE SOUCHARD PARIS «La France n’est plus un très grand pays d’immigration.» C’est ce que conclut le rapport du gouvernement publié le 9 avril qui a précédé l’ouverture de débats parlemen-

taires sur l’immigration professionnelle et étudiante. Les députés ont en effet discuté de cette question le 16 avril, avant que les sénateurs ne s’emparent du débat le 24. Le document préparatoire rendu par le Secré-

tariat général à l’immigration et à l’intégration (SGII) part d’un constat simple : «La réalité des flux migratoires est trop souvent méconnue ou présentée à des fins polémiques.» Ces débats serviront à l’élaboration d’un projet de loi sur l’immigration d’ici l’été.

Des migrations professionnelles modérées

Le rapport constate que «le solde migratoire global apparaît, du fait de la relative faiblesse des flux entrants, comme modéré en France».

Contrairement à l’ancien président Nicolas Sarkozy qui affirmait en mai 2012 qu’il y avait «trop d’étrangers sur notre territoire», le rapport constate que «le solde migratoire global apparaît, du fait de la relative faiblesse des flux entrants, comme modéré en France : 110.000 «entrées -sorties, alors qu’il atteint 200.000 au Royaume-Uni et 400.000 en Espagne et en Italie». L’immigration économique

Les étudiants étrangers attirés

Concernant l’immigration étudiante, le document rapporte que «le nombre d’étudiants admis en France n’a cessé de croître d’année en année depuis la fin des années 1990», malgré une légère baisse en 2012 où près de 60.000 étudiants étrangers ont été accueillis. Le SGII propose quelques propositions sur lesquelles pourront s’appuyer les parlementaires lors des prochains débats.

Le double attentat près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston a fait trois morts, dont un enfant de huit ans et une jeune femme de 29 ans, ainsi que 176 blessés, dont 17 sont dans un état grave.

...ET UNE MAUVAISE

UNE BONNE...

sur la création d’un «vrai» rein, biologique, en laboratoire. Une découverte qui ouvre de nombreux espoirs. Dans cette expérience, un rein de rat a été recrée de toute pièce avant d’être transplanté avec succès sur l’animal. L’équipe de scientifiques envisage déjà une expérimentation sur l’homme.

Prélèvements obligatoires : hausse de 6 milliards d’euros en 2014 Les prélèvements obligatoires en France augmenteront en 2014 d’environ six milliards d’euros, a annoncé lundi le ministre de l’Economie Pierre Moscovici. Selon le journal Les Echos, le taux de prélèvements obligatoires devrait atteindre en 2014 un niveau record de 46,5% du PIB. «Ce

n’est pas une surprise, cette hausse des prélèvements obligatoires, c’est le résultat des politiques de réduction des déficits qui ont été menées depuis plusieurs années», a expliqué Pierre Moscovici. «Il n’y aura pas d’autres impôts en 2014 sur les ménages que l’augmentation annoncée de la TVA», a assuré le ministre de l’Economie.

NOUVELLE

Des scientifiques ont réussi à créer un «vrai» rein en laboratoire C’est une prouesse qui pourrait avoir des répercussions énormes dans les années qui viennent, dans le domaine du don d’organe et notamment pour les nombreuses personnes en attente d’un rein. Des chercheurs américains de l’hôpital de Boston ont publié dans la revue Nature Medicine leurs travaux

est la première touchée. Ainsi, seuls 9 % des 193.000 premiers titres de séjour délivrés en 2012 répondent à un motif professionnel. «La politique migratoire française a tenté de favoriser le recrutement de travailleurs qualifiés, sans toutefois connaître d’inflexion majeure», résume le SGII.


03 FRANCE

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

Bülent Arinç : «Nous avons goûté à la vraie laïcité» Le vice-Premier ministre turc, de passage à Paris cette semaine, a donné une conférence au Ceri-Sciences Po mardi 15 avril sur la question des droits de l’Homme dans le processus de transformation de la Turquie. L’occasion pour le responsable turc de rappeler que son pays a bien rempli ses obligations européennes et que la balle est dans le camp de Bruxelles. En attendant la visite de Hollande en Turquie, ce sont les Turcs qui ont fait le déplacement. Le 15 avril dernier, le vicePremier ministre Bülent Arinç donnait une conférence au Ceri-Sciences Po sur un sujet majeur en Turquie : la question des droits de l’Homme. Au lendemain du processus de paix ouvert avec le PKK et au moment où l’on reparle de plus en plus d’adhésion dans les couloirs diplomatiques turcs, la réaction d’un haut représentant du gouvernement était donc appréciable. Sur la démilitarisation du conflit kurde, le responsable turc a mis en avant les résultats concrets des accords de paix qui ont entraîné une diminution des actes de terrorisme mais rappelle que le dépôt définitif des armes n’a pas été réalisé.

La hausse de l’euroscepticisme turc

Concernant le processus d’adhésion à l’UE, Bülent Arinç a été plus offensif et a rappelé le chemin parcouru par Ankara. «La Turquie a fait son devoir. L’UE n’a plus d’excuses»,

a-t-il déclaré en soulignant que son pays ne sera pas un problème pour la communauté européenne mais plutôt la solution à ses problèmes. Arinç a par ailleurs attribué la responsabilité de l’actuel euroscepticisme turc à la politique menée par Bruxelles ces dernières années. «A cause des obstacles européens, seul 40 % des Turcs sont favorables à l’adhésion contre 70 % en 2005», a poursuivi le vice-Premier ministre turc. Enfin, la laïcité, valeur partagée entre Paris et Ankara, a été également abordée.

Bülent Arinç, le vice-Premier ministre turc, en conférence à Sciences Po sur les droits de l’Homme en Turquie.

Plus de lois mémorielles

Pour Bülent Arinç, l’application de la laïcité dans son pays est en train d’évoluer dans un sens plus démocratique. «La laïcité turque se rapproche de plus en plus de la laïcité française qu’on admirait depuis longtemps. La laïcité turque limitait le quotidien des Turcs. Ces derniers n’étaient pas contents de ce modèle. Nous avons goûté à la vraie laïcité depuis deux-trois ans», a-t-il ajouté. Pour autant, Paris devra montrer des signes

plus visibles d’ouverture estime le vice-Premier ministre. Dans un entretien rapporté par Le Figaro, le responsable turc espère une clarification française sur les projets de

loi concernant le «génocide» arménien. «Il faudrait que François Hollande explique très clairement quelle est son attitude», at-il conclu.


05 SOCIETE

‘‘

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

«Il y avait un côté un peu pathétique de quelqu’un qui a confirmé qu’il avait menti» Propos du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, mercredi sur France Inter, à la suite de la confession télévisée de Jérôme Cahuzac, mardi sur BFMTV, dans laquelle il a confirmé avoir détenu un compte bancaire non déclaré en Suisse.

La fureur de mourir : ce qui pousse les jeunes au suicide

Malgré des chiffres en baisse et une forte médiatisation des faits divers, le suicide des jeunes reste un phénomène choquant. Pour les professionnels de la santé, interrogés par Zaman France, l’atmosphère psychologique et familiale des adolescents demeure l’élément déterminant du passage ou non à l’acte suicidaire. FOUAD BAHRI PARIS A Toulouse, le lycée Pierre-de-Fermat est en deuil. La semaine dernière, en l’espace de cinq jours, une étudiante de 19 ans et un lycéen de 17 ans ont mis fin tragiquement à leurs jours. Comment expliquer la persistance du suicide des jeunes en France, alors même qu’il n’est pas en augmentation et que les chiffres tendent même à baisser (voir repères) ? Pour Marc Fillatre, psychiatre et thérapeute familial à l’unité des adolescents du CHU de Tours, «le suicide est une interaction entre des caractéristiques individuelles et des conditions contextuelles qui vont faire qu’il y a passage à l’acte ou non». Le thérapeute détecte notamment deux facteurs importants dans ce processus : le premier est un sentiment de désappartenance au groupe social et familial. Les jeunes vont considérer que leur identité n’a plus d’importance et se sentent exclus. «La personne devient étrangère à tout y compris à soi-même et ne se sent plus intégrée à son environnement», commente le docteur Fillatre. Le deuxième

Repères :

Le suicide des jeunes en chiffres

Entre 30 et 100 su (jusqu’à 13 ans) icides d’enfants pa cides de jeunes r an sur 700 sui(e cents). Un chiff nfants et adolesre y a 20 à 30.000 global en baisse. Il te dans cette caté ntatives de suicide go France se retrou rie d’âge. La ve tiers des pays eu dans le premier ropéens où le su cide des jeunes iest le plus élev é. D’après l’Institut national de prév tion et d’éducat enion pour la sant é, il y a plus de garçon s leurs jours que qui mettent fin à de filles. Chez le s 16 à 25 ans, c’est la de mor t. Les tentat uxième cause de ives de suicide so plus tardives (e ntre 20 et 25 an nt s) chez les garçon s que chez les filles (entre 15 et 19 ans).

facteur est le désespoir : «La personne n’a plus le sentiment que sa situation peut s’arranger, (et) se dit : il ne me reste qu’une seule chose à faire c’est de mourir», ajoute-t-il.

Les adolescents sont particulièrement un public à risque en raison de la fragilité de cette période.

La solitude familiale au cœur du malaise

Les jeunes sont particulièrement un public à risque en raison de la fragilité de cette période (l’adolescence, NDLR) caractérisée par le fait qu’ils se construisent psychologiquement. La question sexuelle peut alors devenir problématique. «L’identité sexuelle devient un problème chez les garçons et crée un sentiment de marginalisation lorsqu’ils se découvrent des penchants pour leur sexe», explique Marc Fillatre, en allusion à l’homosexualité. «Cette situation est responsable d’énormément de suicides chez les jeunes», précise-t-il d’ailleurs. Pour le psychiatre du CHU de Tours, le milieu familial et les conditions psychologiques d’épanouissement du jeune restent essentiels. «Ce n’est pas la classe sociale ou l’appartenance sexuelle en soi qui pose problème, dit-il, mais les conditions environnantes qui facilitent une fragilité (chez l’ado).» Les cas de maltraitance par exemple sont l’une des causes de suicide des jeunes, et les abus sexuels représentent jusqu’à un cas sur deux de ces décès.

Les enfants ne se représentent pas la mort

Il convient également de distinguer le suicide des enfants de celui des adolescents. Pour les premiers, «les passages à l’acte sont moins liés à l’environnement et plus à des troubles psychiatriques ou à des situations psychosociales très difficiles», analyse Marc Fillatre. La différence étant que les enfants ne conceptualisent pas la mort. Ils ne se la représentent pas comme une disparition définitive. A la Fédération SOS Suicide Phénix de Villeurbanne, spécialisée dans la prévention du suicide, on est aussi

Les facteurs de risque

Les facteurs déclenchants

Mode opératoire des ados

- les troubles psychiatriques

- le chagrin amoureux - l’échec scolaire - le suicide d’un proche ou d’une star adulée - la vulnérabilité familiale - les abus sexuels - l’abandon familial - la maltraitance

- la défenestration - les médicaments - la pendaison - les conduites à risque (consommation de stupéfiants et d’alcool suivie d’une prise du volant, NDLR)

(la dépression multiplie par 20)

- l’anorexie - les troubles bipolaires - les produits narcotiques - l’alcool - les troubles somatiques (handicaps) - le regard sur l’homosexualité

persuadé du rôle déterminant joué par le cadre familial sur l’adolescent. «Soit le jeune a reçu de ses parents l’amour et la preuve qu’il avait de la valeur, soit il est dans un environnement néfaste qui ne lui a pas donné les outils pour dépasser ce moment-là», affirme Magalie Gavend, secrétaire générale de SOS Suicide Phénix. Mais d’autres éléments peuvent aussi alimenter ce mécanisme funeste. Le suicide des jeunes «est fortement médiatisé», or «l’inconvénient d’une médiatisation est qu’elle produit un effet d’imitation et de contagion chez l’adolescent car il peut y avoir des détails sur la mise en scène», explique cette professionnelle de la prévention.

La religion, meilleure défense contre le suicide ?

Comment remédier alors au mal et endiguer ce phénomène ? D’après le docteur Fillatre, il faut généraliser la prévention dès la petite enfance et «apprendre aux jeunes à s’aimer», ce qui est la meilleure protection contre le suicide. Développer

une action de soutien et d’aide auprès des parents ou encourager les formations de détection précoce des suicidants potentiels sont aussi des pistes à envisager. La transmission des valeurs religieuses aux jeunes peut également les préserver d’une issue fatale. «La religion est un facteur de protection et empêche de se suicider. Elle est un élément positif qui fait qu’une personne est moins exposée qu’une autre. La croyance en autre chose protège du désespoir», souligne Magalie Gavend.


06 TURQUIE Ankara modifie sa loi antiterroriste

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

Le Parlement turc a adopté tard jeudi 11 avril une nouvelle législation antiterroriste qui restreint la définition de la «propagande terroriste», répondant ainsi au souhait de l’Union européenne de voir Ankara renforcer la liberté d’expression. Cette réforme intervient après le cessez-le-feu décrété par le PKK. Le ministère turc de la Justice a toutefois exclu que la nouvelle loi permette la libération anticipée de prisonniers liés au PKK. La Turquie a eu recours à la loi antiterroriste jusqu’alors en vigueur pour traduire en justice des milliers de personnalités politiques, de militants d’opposition et de journalistes, souvent pour des propos tenus ou écrits par ces derniers.

Seule l’incitation à la violence constituera un crime

Ankara pointe régulièrement en tête des pays qui violent la Convention européenne des droits de l’Homme. L’UE avait par conséquent demandé à la Turquie d’amender sa législation pour établir une distinction entre incitation

à la violence et expression d’idées non violentes. Au terme de la nouvelle loi, seule l’incitation à la violence constituera désormais un crime, conformément, disent les autorités turques, aux critères de la Cour européenne des droits de l’Homme.

Les nouvelles mesures

Première greffe réussie d’utérus en Turquie Agée de 22 ans, la Turque Derya Sert née sans utérus, a bénéficié en 2011 d’une greffe de cet organe provenant d’une femme décédée. Cette opération, réalisée par le professeur

Le Parlement turc a adopté une nouvelle législation antiterroriste, plus conforme au droit européen.

D’après cette nouvelle loi, toute personne qui publie des articles et des communiqués de presse, qui fait de la propagande et participe à des réunions et manifestations illégales ne subira pas de condamnation. Toutefois, celle-ci sera effective si l’infraction concerne la possession d’explosifs, la destruction de biens et des coups et blessures volontaires. La loi sanctionnera également les actes impliquant la force et la violence compromettant délibérément la sécurité publique. Par ailleurs, les crimes commis au nom d’une organisation terroriste, même quand l’auteur n’en sera pas membre, seront condamnés par le motif «d’appartenance à une organisation».

Ömer Özkan au centre hospitalier universitaire d’Akdeniz à Antalya, était une première mondiale puisque les greffes précédentes provenaient de donneuses vivantes. L’opération avait nécessité 7

Derya Sert, première femme au monde à avoir bénéficié d’une transplantation d’utérus d’une donneuse décédée, avec son médecin Ömer Özkan.

DEUX TURQUES DANS LE CLASSEMENT DES FEMMES LES PLUS INFLUENTES

heures d’intervention. Le couple espéré avoir un enfant grâce à cette greffe.

Une grossesse surprenante

La grossesse de Derya Sert est également une première mondiale. Les médecins sont parvenus à lui implanter plusieurs embryons fécondés in vitro à partir de ses ovules et de spermatozoïdes de son mari. Le médecin chef de l’hôpital universitaire Akdeniz, Mustafa Ünal, a annoncé que «deux semaines après l’implantation, les résultats des tests préliminaires sont compatibles avec les signes d’une grossesse». Il a également souligné que la jeune femme est aujourd’hui en bonne santé. Il s’agit d’un grand pas pour la médecine dont le succès redonne espoir aux femmes privées d’utérus. Une malformation congénitale qui affecte une fillette sur 5.000 environ dans le monde.

Serpil Timuray, la célèbre femme d’affaires et la conservatrice de musée Oya Eczacibasi font partie des «125 femmes les plus influentes du monde», selon Newsweek.

La célèbre femme d’affaires Serpil Timuray et la conservatrice de musée Oya Eczacibasi font partie des «125 femmes les plus influentes du monde», d’après un classement effectué par l’hebdomadaire américain Newsweek. Le magazine a salué les actions de femmes du monde entier dans différentes catégories dont la politique, le business et les droits de l’Homme. Serpil Timuray est à la 79e position pour son travail au service du groupe de télé-

communications Vodafone. Le journal salue en particulier la création de TecSOS, un numéro gratuit sur les portables pour les femmes battues afin d’avertir les autorités en cas de violences domestiques. A noter également que Serpil Timuray siège à l’Association des investisseurs étrangers de Turquie (YASED), grand groupe d’affaires turc. Quant à la conservatrice du musée d’art moderne d’Istanbul, Oya Eczacibasi, elle a été choisie par Newsweek

pour l’agrandissement des collections de son musée. Elle figure dans le classement à la 114 e place aux côtés d’Ann Temkin, conservatrice du musée d’art moderne et contemporain de New York (MoMA) et de Sheena Wagstaff, présidente du Metropolitan Museum of Art de New York. «Eczacibasi se situe au croisement artistique entre l’Orient et l’Occident», a déclaré le magazine à propos du travail de la conservatrice.


07 TURQUIE

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

«Les Turcs n’ont pas de liaison avec un territoire précis» Démographe et spécialiste de l’immigration turque, Stéphane de Tapia co-publie avec Marcel Bazin un ouvrage intitulé La Turquie. Géographie d’une puissance émergente chez Armand Colin et qui fera date. Au cours d’une présentation à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), Zaman France l’a rencontré pour évoquer les caractéristiques du dynamisme turc.

La Turquie continue d’augmenter d’un million de personnes par an. Même si sa transition démographique est déjà réalisée, ce pays deviendra dans quelques années le plus peuplé d’Europe et dépassera même l’Allemagne. Il y a certes des fragilités avec le gouvernement et l’environnement régional est extrêmement complexe à gérer. Mais la Turquie a l’avantage d’être l’élément le plus stable dans cette région et le plus ancien, excepté l’Iran. Elle est une ancienne puissance qui est en train de se reconstruire. En ce sens, c’est un pays émergent.

Votre ouvrage parle également d’une instabilité économique régionale propre à la Turquie et qui l’aurait paradoxalement rendue plus compétitive que ses voisins…

Cette instabilité turque est presque congénitale. L’Etat est extrêmement puissant et peut se permettre de changer la donne du

Repères :

La géographie, clé du mystère turc

La Turquie, puiss ance démographique et économ iq fluence ne fait qu ue dont l’ine s’accroître dans le paysage internat iona blement partie au l, fait indéniajourd’hui des «pay s émergents». L’ouv rage La Turquie. Géographie d’une pu gente chez Arman issance émerd Colin de Marce l Bazin et Stéphane de Tapia nous en restitue toute la com est notamment m plexité. Celle-ci ar triple contraste en quée par un tre maritimes du pour les régions to semi-aride ; entre ur et l’intérieur l’Ouest industrialisé et l’Est en reta rd pagnes et les ville et entre les cams désormais majoritaires et fortem ent hiérarchisées . Au final, un territo ire d’émigration, d’im à la fois pays m tenses migrations igration et d’ininternes.

15

%

‘‘

Quel est donc le ciment fédérateur ?

L’héritage historique joue beaucoup. Cela se voit très bien chez les immigrés. La fierté d’être Turc sans trop savoir le

Pour Stéphane de Tapia, démographe et spécialiste de l’immigration turque, «l ’Etat-nation n’est toujours pas créé en Turquie ».

BREVES ECO

EUROPE

Vous parlez de la Turquie comme d’une puissance émergente. Qu’entendez-vous précisément par là ?

jour au lendemain. Cela a été fait avec le congrès d’Izmir en 1923 quand on a éradiqué tous les entrepreneurs chrétiens et toutes les entreprises étrangères. On a créé alors une puissance étatique presque soviétique. Avec Turgut Özal, on revient là-dessus et on libéralise complètement. Du coup, des conditions intéressantes pour les entrepreneurs sont créées. Ajoutons à cela le côté Italie du sud, avec un peu de corruption, de clientélisme. N’oublions pas que les entreprises turques sont des entreprises avant tout familiales et d’affiliation (sunnites, alévis). On a eu des coups d’Etat réguliers définir. Les Turcs n’ont pas tous les dix ans. Quelque part, de liaison avec un territoire les entrepreneurs turcs sont précis. Ils ont des liaisons des personnes très adaptées à avec un groupe d’origine, l’instabilité régionale, russe, iraune appartenance. C’est nienne, centrasiatique, chinoise, le modèle d’Etat impérial et peuvent se permettre de faire «L’Etat-nation n’est ottoman. Il y a au niveau des choses car ils sont très supérieur une dynastie, un toujours pas créé souples, ce qu’aucun Européen empire qui a réussi pour des en Turquie» ne pourra faire. Ce pragmatisme raisons historiques à gagner est la grande force des Turcs. toutes les batailles et a pris le pouvoir. L’Etat-nation n’est toujours pas créé Autre paradoxe turc : l’extrême diversité de sa en Turquie. Il existe sur le papier, politiquepopulation qui aurait pu constituer un facteur ment mais pas dans la tête des habitants. Les Turcs sont les champions du multiculturel d’effondrement de la Turquie… Oui. Les anthropologues soulignent le rôle par définition parce que c’est ancré dans leur du mariage et font une différence notam- système depuis des centaines d’années. ment entre le mariage arabe, quand on épouse son cousin patrilinéaire, du mariage exogame conforme au système asiatique, quand on épouse sa cousine matrilinéaire ce qui explique que tout Turc normalement constitué a un sens politique affirmé, puisqu’il baigne dedans tout petit. Le résultat est quelque chose d’extrêmement instable, dynamique, et parfaitement incompréhensible vu de l’extérieur. Les Turcs savent très bien jouer de ces ressorts familiaux et culturels au niveau économique et politique. Il existe donc des variables anthropologiques extrêmement anciennes qui font que nous avons un pays avec les Turcs, les Kurdes, les alévis, les sunnites, fait d’une multiplicité infernale de contradictions et pourtant ça tient.

1 voiture sur 7 est importée de Turquie

FRANCE

FOUAD BAHRI PARIS

Dans quelques années, la Turquie deviendra le pays le plus peuplé d’Europe et dépassera même l’Allemagne.

Hausse des créations d’entreprises en mars

Au 1er trimestre de l’année, l’exportation dans le secteur automobile a apporté 5,1 milliards de dollars à la Turquie. 2,9 milliards de dollars proviennent de l’industrie automobile et 2,2 milliards du secteur de l’approvisionnement. L’une des raisons principales de cette croissance turque est la crise économique qui se poursuit en Europe. De nombreux marchés tels que le Nord et le Sud de l’Amérique ainsi que l’Extrême-Orient ont été pris en charge par la Turquie. Il est prévu une croissance de 2,6 % d’ici 2015 dans l’industrie de l’automobile turque. Actuellement, la Turquie occupe la quatrième place (13,9 %) du secteur.

Le nombre de créations d’entreprises a augmenté globalement de 3,1 % en mars en France, à 47.639, et reculé de 0,7 % hors auto-entrepreneurs (22.155), a annoncé l’Insee vendredi dernier. Cette hausse fait suite à une baisse de 2,7 % des créations en février (+ 4,2 % hors auto-entrepreneurs). En glissement annuel sur les trois derniers mois, le nombre cumulé de créations est en baisse de 4,9 % par rapport aux trois mêmes mois un an plus tôt, les secteurs de la construction et du soutien aux entreprises contribuant le plus à cette baisse. Sur un an, le nombre de créations baisse de 2,5 %.

C’est le pourcentage des familles les plus aisées qui seront touchées par la baisse des allocations familiales en France.


09 INTERNATIONAL

Erdogan se rendra à Gaza fin mai

Le Premier ministre palestinien démissionne Le président palestinien Mahmoud Abbas a accepté samedi la démission de son Premier ministre Salam Fayyad, rapporte l’agence de presse officielle palestinienne Wafa. Il lui a demandé d’expédier les affaires courantes dans l’attente de la formation d’un nouveau gouvernement. Le président a deux semaines pour désigner un nouveau Premier ministre. Ancien responsable de la Banque mondiale, Salam Fayyad a présenté mercredi dernier sa démission au président de l’Autorité palestinienne après un désaccord politique entre les deux hommes, sur fond de crise économique persistante. L’ancien Premier ministre avait réussi dans un premier temps à relancer l’économie palestinienne, mais sa tâche s’était sérieusement compliquée lorsqu’Israël et les Etats-Unis avaient bloqué des fonds par mesure de rétorsion à la tentative des Palestiniens d’obtenir une reconnaissance à l’ONU. Le Fatah, parti d’Abbas, a accusé Fayyad de ne pas avoir anticipé les problèmes et a estimé que la politique du gouvernement était «improvisée et confuse sur les questions financières et économiques». Quant au Hamas, il s’est réjoui du départ de Salam Fayyad, lui reprochant sa «connivence» avec les Israéliens afin de maintenir le blocus de Gaza.

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

rapprochement, suscité par Washington, entre la Turquie et Israël. Les relations entre les deux pays s’étaient fortement détériorées en 2011 à la suite de la mort de neuf Turcs l’année précédente dans l’assaut par les forces israéliennes d’une flottille à destination de la bande de Gaza.

L’un des dirigeants de l’organisation palestinienne Hamas, Ismaël Haniyeh, avec le Premier ministre turc.

Un ambassadeur turc en Palestine

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé dimanche qu’il se rendrait fin mai à Gaza, après une visite officielle aux Etats-Unis au milieu du mois prochain. Dans un discours télévisé, le chef du gouvernement n’a pas précisé la date exacte de ce déplacement, se contentant de parler de «fin mai». Il est attendu le 16

mai à Washington. Erdogan a depuis longtemps exprimé le souhait de se rendre dans le territoire palestinien. Le déplacement était prévu pour ce mois d’avril, mais le Premier ministre turc l’a repoussé à la demande de Washington, rapportent les médias locaux. Les Etats-Unis ne souhaitaient pas qu’un tel voyage puisse nuire au

A l’initiative du président américain Barack Obama, Israël a accepté le mois dernier d’adresser des excuses officielles à la Turquie et de négocier des indemnités. La Turquie et Israël ont convenu d’un retour en poste des ambassadeurs des deux pays. Selon le journal turc Hürriyet, la Turquie est devenue le premier pays à mandater un ambassadeur auprès de l’Autorité palestinienne. Ainsi, l’ambassadeur Sakir Özkan Torunlar, ex-consul turc à Jérusalem, a présenté ses lettres de créance au chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à la Mouqataa de Ramallah.


10 INTERNATIONAL

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

Sayyed Fadlallah : «L’Iran ne représente pas tous les chiites» Dans une interview exclusive à Zaman, le leader chiite libanais Sayyed Ali Fadlallah souligne que l’Iran souhaite utiliser les chiites sur le plan politique et économique dans son propre intérêt.

Sayyed Ali Fadlallah pense que les chiites et les sunnites devraient se focaliser sur leurs points communs plutôt que sur leurs différences. Projet1_260 06/12/12 10:54 Page1

SERKAN SAGLAM BEYROUTH Sayyed Ali Fadlallah, fils du défunt ayatollah chiite libanais Mohammed Hussein Fadlallah, déclare que l’Iran, soutien le plus important du régime syrien, souhaite utiliser les chiites sur le plan politique et économique dans son propre intérêt. Selon Fadlallah, l’idée que l’Iran représente l’ensemble des chiites est incorrecte : «Il existe différents groupes chiites en Iran, en Irak et au Liban et chacun d’eux a des idées

différentes. Il serait faux de dire que l’Iran représente la totalité des chiites». Dans une interview exclusive à Zaman, Fadlallah souligne également qu’il y a des malentendus entre les chiites et les sunnites et que ces deux branches devraient se focaliser sur leurs points communs plutôt que sur leurs différences. «Malheureusement, les deux groupes ont des idées et des préjugés erronés l’un par rapport à l’autre. Les représentants sunnites et chiites

devraient se rencontrer et parler régulièrement. Toutefois, ces différences devraient ouvrir la voie à la paix et non pas au conflit», déclare Fadlallah.

La Turquie pourrait jouer un rôle majeur

Ce dernier pense également que la Turquie pourrait jouer un rôle majeur dans la résolution des problèmes existant entre les deux mouvements : «La Turquie est neutre et constitue un bon équilibre entre les chiites et les sunnites du monde islamique. Nous attendons beaucoup de la Turquie et nous voulons qu’elle parvienne à unir musulmans et nonmusulmans». Fadlallah indique que la Syrie a traversé une période de lutte pour les droits et la liberté.

Les pays voisins, et en particulier le Liban, instable sur le plan politique, sont eux aussi concernés par l’émergence de divisions religieuses en Syrie, dues aux deux années de guerre qui menace de s’étendre au-delà des frontières.

Une relative stabilité au Liban

Le leader chiite souligne que le plus gros danger pour la Syrie est d’être entraînée dans une guerre communautaire et qu’il est nécessaire que le monde musulman s’unisse contre cette éventualité. Le Liban, malgré ses mouvements religieux rivaux et son histoire marquée par les conflits civils, a toutefois réussi à préserver calme et stabilité pendant les deux années de crise syrienne.

Destruction d’une mosquée historique au sud de la Syrie

La mosquée d’Omar, située au sud de la Syrie et construite au VIIe siècle pendant le règne d’Omar Ibn alKhattab, compagnon du Prophète Muhammad, a été victime des dernières attaques perpétrées contre les sites historiques. Ces attaques sont liées à la guerre civile qui dure maintenant depuis deux ans, opposant les forces fidèles à Bachar-el-Assad aux rebelles qui cherchent à renverser le régime syrien. Les forces de

l’opposition accusent le gouvernement d’utiliser des tanks et de l’artillerie lourde pour écraser la rébellion. Une vidéo montrant la destruction du minaret de la mosquée d’Omar a été postée sur un site dont les idées sont proches de celles des forces de l’opposition. Les organisations internationales appellent les deux parties à prêter une attention particulière aux sites historiques du pays pour éviter endommagements et destructions.

Le plus fort séisme depuis un demi-siècle en Iran Un violent tremblement de terre a frappé mardi le sud-est de l’Iran, près de la frontière avec le Pakistan, sans qu’il soit possible de dresser un bilan en raison des difficultés de communication avec les zones touchées. «C’est le plus fort tremblement de terre en Iran depuis quarante ans et nous nous attendons à des centaines de morts», a déclaré un responsable iranien. La télévision iranienne a fait état d’au moins 40 morts, mais reconnaît que ce bilan n’est

pas officiellement confirmé. Il s’agit du second gros tremblement de terre en Iran en une semaine. Au Pakistan voisin, 35 personnes au moins ont été tuées et des centaines de maisons détruites. L’armée pakistanaise a envoyé des soldats et des hélicoptères pour acheminer de l’aide dans les zones touchées. Les secousses provoquées par le séisme, de magnitude 7,8, ont été ressenties jusqu’à New Delhi, la capitale indienne, et dans les Etats du Golfe.


KONFOR MEUBLES

650 bmle2 s

de

meu

SALONS - CHAMBRES - SALLE À MANGER …

ET AUSSI VOTRE CUISINE SUR MESURE NOUVEAU Salon marocain sur mesure. Large choix

Salon KELEBEK 3 + 2 + 1

806 E 701 E 303 E Le salon complet 1 5 3 0 E

3 places H.77, L. 250, P. 80 2 places H.77, L. 190, P. 80 1 place H.98, L. 75, P. 70

1850E

Salon KARYA 3 + 2 + 1

982 E 818 E 491 E Le salon complet 1 8 0 0 E

3 places H.82, L. 230, P. 96 2 places H.82, L. 177, P. 96 1 place H.82, L. 111, P. 92

Chambre à coucher FIESTA Armoire H.220, L. 240, P. 65 Commode H.141, L. 115, P. 45 Commodine H.34, L. 60, P. 45 Lit H.113, L. 226, P. 215

D’autres modèles en magasin

SADEM MARKET

350 hme2rie

de bouc

BOUCHERIE HALLAL / EPICERIE 5,90E

Merguez

le kg

Côte d’agneau

E Viande hâchée 5,90 le kg

8,90E le kg

Zahra Salam

Côte de bœuf

1,20E 450g

KONFOR MEUBLES

03 85 41 48 29

Mirinda icecek

12,90E le kg

1,50E 2L

et market

Bricks JR

Filet de boeuf

2E

les 2 sachets

14,90E le kg

Plat de côte avec os

5,50 E ou 3 kg 15E

SADEM MARKET

09 67 12 48 29

06.26.73.42.78

lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h30 à 19h30 - samedi au dimanche de 9h à 19h30 NON STOP

250 places de parking

2, av. JF Kennedy / Chalon à côté de l’ancien Lidl la ZUP / les près St Jean


12 FAMILLE & SANTE

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

Les Français accros aux sites de santé Un Français sur deux consulterait régulièrement des sites internet consacrés à la santé. Des recherches qui ont pour objectifs de trouver des compléments d’information sur des maladies ou simplement de se renseigner sur des symptômes, selon une étude TNS Sofres publiée le 10 avril. Très nombreux sur internet, les sites spécialisés sur la santé sont particulièrement appréciés par les Français. 92 % des internautes recherchant des informations sur une maladie ou sur la santé le font via la Toile, d’après un sondage TNS Sofres. En cause, le besoin d’avoir un diagnostic express. «Le web permet d’obtenir instantanément une réponse à n’importe quelle question, 24 h sur 24 et gratuitement», analyse Cédric Tournay, directeur du site spécialisé sur la santé Doctissimo.

cas des consultations virtuelles», insiste Philippe Lorenzo, directeur du Comité régional d’éducation et de promotion de la santé Picardie dans le magazine Avantages. Ces autotests ne remplacent en aucun cas un véritable diagnostic du patient à partir de son passé médical, son âge, son mode de vie, ses dernières analyses, etc.

Les tests santé en ligne

Un label officiel pour les sites

Les médecins voient de plus en plus de patients débarquer dans leur cabinet avec la certitude d’avoir une maladie grave après la lecture d’articles sur internet. Les autotests en pharmacies ou en ligne en sont les parfaits exemples. Ils mesurent des paramètres biologiques spécifiques qui renseignent sur l’évolution d’une maladie : glycémie, hypertension... Des services qui collent à notre mode de vie, mais pas forcément à la réalité scientifique. «Il faut les prendre pour ce qu’ils sont, des jeux, mais en aucun

Les sites éditoriaux français, proposant de l’information sur la santé, bénéficient d’un label officiel qui garantit le sérieux de leurs contenus. C’est la Haute Autorité de santé qui est à l’origine de cette initiative. Néanmoins, les Français restent fidèles à leur docteur. La plupart du temps, les internautes cherchent des infos, avant ou après une consultation, mais ne zappent pas la case médecin pour autant.


14 CULTURE

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

Azur, le blond, et Asmar, l’Arabe, sont frères de lait. Séparés par la méchanceté des hommes, une quête commune les réunira. Un hymne à la splendeur de la civilisation musulmane. Un film d’animation de Michel Ocelot (France, 2006, 1h39). Le 21 avril à 14:15 L’Ecran 14, passage de l’Aqueduc 93200 Saint-Denis

une stricte discipline était exigée du public : quiconque se permettait de parler était immédiatement rappelé à l’ordre. L’affluence était grande lors de ces manifestations où étaient parfois interprétées des chansons à danser. Mais si Azza Maïla était réputée émouvoir jusqu’aux larmes deux des plus grands poètes de l’époque, Omar Ibn Abi Rabi‘a et Hassan Ibn Thabit, si elle a été formée par les maîtres persans Sa’ib Khatir et Nashit, elle ne créera pas, contrairement à sa contemporaine et rivale Jamila, une véritable école de chant. Elle formera néanmoins quelques-uns des plus grands chanteurs de la génération suivante, dont notamment Ibn Muhriz et Ibn Surayj. A côté de ces divertissements proprement artistiques, les formes simplement ludiques n’étaient pas absentes, loin s’en faut : dans les faubourgs de la Mecque, les gens se réunissaient dans une sorte de club, où l’on trouvait des jeux d’échecs, de tric-trac et de dames, et où chacun pouvait à loisir inviter un partenaire à jouer.

CONCERT

Au Ier siècle de l’Hégire, en Arabie, le divertissement, quand il ne prenait pas la forme du jeu, prenait celle, artistique, du chant, de la poésie, de la musique ou de la littérature.

Le rire et l’islam

Par Pierre Lory, spécialiste de mystique musulmane (EPHE). Le 23 avril à 18:00 Ecole normale supérieure 45, rue d’Ulm 75005 Paris

Les musulmans des Balkans : quel passage au politique ?

Avec l’effondrement du communisme, le passage au politique des musulmans balkaniques s’est traduit par des formes variées d’organisation partisane et de mobilisation nationaliste, et par la formation de deux nouveaux Etats à majorité musulmane : la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo. Par Xavier Bougarel (CNRS).

FESTIVAL

Ensuite, que, comme l’expliquent les femmes voilées engagées à gauche, la soumission à Dieu n’implique pas une soumission aux hommes, bien au contraire. Enfin, que ceux qui, à gauche, les dénoncent aujourd’hui, se fondent sur une lecture idéaliste, et non factuelle, de Marx. Dogmatiques, leur combat antireligieux est devenu, de fait, l’opium du peuple… de gauche.

De la musique savante arabe et turque, avec l’ensemble Al-Kindi et les voix de Dogan Dikmen et Omar Sarmini.

Le 23 avril à 18:00 EHESS 105, boulevard Raspail 75006 Paris

Quand l’islamophobie instrumentalise Marx les textes de Marx comme des principaux penseurs marxistes, l’auteur montre plusieurs choses. Tout d’abord, «qu’il est fort difficile d’enrôler post mortem [Marx] dans la cabale éradicatrice de nos chasseurs de voile», d’autant «qu’un des grands apports» du marxisme est précisément d’avoir dénoncé «comme un écueil» «le combat antireligieux issu de la tradition des Lumières».

Parfum ottoman : d’Istanbul à Alep Les 19 et 20 avril à 20:30 Institut du monde arabe Place Mohammed V 75005 Paris

& à voir...

En 2010, la candidate NPA Ilham Moussaïd avait déclenché un tollé médiatique en se présentant voilée aux élections régionales. Le Nouveau parti anticapitaliste avait été alors renvoyé à ses classiques, en l’occurrence à la fameuse formule de Marx «la religion est l’opium du peuple». Pierre Tevanian a décidé de prendre au mot les détracteurs de la jeune musulmane. Relisant

Etudiants en imamat à la Grande mosquée de Paris, ils suivent également, conformément à la nouvelle législation, une formation en laïcité à… l’Institut catholique de Paris. Un documentaire de Kaouther Ben Hania (France, 2010, 1h15).

Azur et Asmar

avant la lettre. Deux grands noms se détachent ici : celui de Sukayna, fille de Hussein (et arrière-petite-fille du Prophète) et Aïcha, fille de Talha Ibn Ubayd Allah, un des compagnons de Muhammad. Trônant dans son salon, à Médine, au milieu de plantes odoriférantes, de fleurs, de fruits et de parfums, Aïcha recueillait les hommages des poètes. A la fois critique et mécène, elle jugeait leurs productions les plus récentes et leur faisait bénéficier de ses largesses. Si la poésie, art majeur de la Jahiliyya (époque antéislamique), n’était pas une nouveauté dans la péninsule, ce rapport à la création littéraire, Des femmes tenaient d’un raffinement tout urbain, l’est des cénacles littéraires Le divertissement, en effet, quand assurément. il ne prenait pas la forme du jeu, ‒ des jeux de société, notamment ‒, pre- Les concours de chant d’Azza Maïla nait celle, artistique, du chant, de Ainsi la vogue des concerts, inaula poésie, de la musique ou de la gurée par la grande chanteuse et littérature. Comme dans l’aristo- luthiste Azza Maïla (VII e siècle). cratie française du Grand siècle, des Louée tant pour son art que pour sa femmes tenaient des cénacles litté- grande moralité, Azza, Médinoise raires où des personnes de qualité rattachée aux Ansars, organisait de venaient écouter des poèmes, avant véritables concours, ‒ avec distride se livrer à une critique littéraire butions de prix ‒, au cours desquels

A lire

Les imams vont à l’école

Le 20 avril à 15:45 L’Ecran 14, passage de l’Aqueduc 93200 Saint-Denis

CONFÉRENCE

Islam des mondes

SEYFEDDINE BEN MANSOUR LILLE En Arabie saoudite, il est désormais légal pour les femmes de faire du vélo. C’est ce qu’a décidé la «Commission de la commanderie du Bien et du pourchas du Mal» du pays, selon une information rapportée par l’agence américaine United Press International le 1er avril dernier. Pour autant, il s’agit d’une liberté sous conditions. Dont notamment celle de ne se servir du vélo que pour faire du sport ou pour se divertir. Il s’agit néanmoins d’une avancée sociale, dans un pays où le cinéma et le théâtre n’ont été ré-autorisés qu’en 2009, après quelques trois décennies d’interdiction. Plus généralement, ce sont les diverses formes de divertissement d’essence artistique qui sont frappées de suspicion, sinon d’interdiction, dans un pays dominé depuis le XVIIIe siècle par le wahhabisme, une idéologie politico-religieuse qui impose une lecture étriquée, littérale du Coran et de la Tradition. Pourtant, sur cette même terre du Hedjaz, ‒ et, plus précisément dans ces deux cités berceaux de l’islam que sont La Mecque et Médine ‒, à peine un siècle après l’Hégire (VIIe siècle de l’ère chrétienne), une telle austérité n’était pas de mise. Les musulmans d’alors se divertissaient, et leur goût pour les arts gagnait en délicatesse à mesure qu’il s’affirmait.

CINÉMA

Se divertir au I siècle de l’islam er

AGENDA CULTUREL

La haine de la religion. Comment l’athéisme est devenu l’opium du peuple de gauche, de Pierre Tevanian, La Découverte, 128 pages, 10 €.

La petite Istanbul en fête

Tombola, stands associatifs, spectacles enfants, musiques traditionnelles turque et kurde, rock et hip-hop turcs, danses indienne et ouest-africaine, le quartier de la porte Saint-Denis, «la petite Istanbul», rend un hommage festif aux cultures du 10e arrondissement. Le 20 avril de 14:00 à 19:00 Rue de Metz / rue du Faubourg-SaintHonoré 75010 Paris


OPINION15

19 - 25 AVRIL 2013 ZAMAN FRANCE

Edité par : Source SARL 2, boulevard Saint Martin 75010 PARIS Directeur de la publication : HÜSEYİN KARAKUŞ Rédacteur en chef : EMRE DEMİR e.demir@zamanfrance.fr Gestionnaire administratif : FAHRETTİN TEKİN f.tekin@zamanfrance.fr Rédacteur en chef adjoint : FOUAD BAHRI f.bahri@zamanfrance.fr Secrétaires de rédaction : BAYRAM ŞEN b.sen@zamanfrance.fr

Responsable commercial : MEHMET SELVI m.selvi@zamanfrance.fr

DALILA BOUAZIZ d.bouaziz@zamanfrance.fr

Directeur artistique : EVREN AYAZ e.ayaz@zamanfrance.fr

Relations publiques : SIDDIK İLHAN Paris s.ilhan@zamanfrance.fr MEHMET DİNÇ Strasbourg m.dinç@zamanfrance.fr

OSMAN USTA Orleans o.usta@zamanfrance.fr İSMAİL ÇITAK Lyon i.citak@zamanfrance.fr

Imprimerie : ROTOCENTRE 348, rue Marcel Paul 45770 SARAN Adresse : 2 Boulevard Saint-Martin 75010 PARIS Tel : 01 42 00 19 36 Faks : 01 42 00 19 58 info@zamanfrance.fr www.zamanfrance.fr - www.zamanfransa.com no CPPAP 112U90032 - ISSN 1869-5795 Tarif abonnement annuel France : 120€

L’effondrement des trois puissances du Proche-Orient Les trois puissances traditionnelles majeures du Proche-Orient, l’Irak, la Syrie et l’Egypte,

sont en pleine crise. Pour le chroniqueur, Gökhan Bacik, il est probable que la région soit bientôt dominée par des groupes ethniques et religieux.

Depuis leur création, les de s’effondrer et de facto, de se pays du Proche-Orient diviser. L’Egypte, elle, connaît une sont des versions troubles des importante crise économique qui, Etats modernes. Même s’ils sont inévitablement, finira par devenir organisés comme un problème d’Etat. des Etats modernes et qu’ils Perte d’influence sont reconnus à des trois grands Etats arabes l’échelle internaIroniquement, les trois gros GÖKHAN BACIK tionale en tant Etats arabes du Proche-Orient que tels, ils n’ont sont dans une telle crise que la jamais eu d’institutions propres région est en train de perdre comme la nationalité. Il faut voir son influence et laisse peu à peu que même certaines nations relasa place à d’autres petites puistivement avancées sances comme le comme la Turquie Qatar. L’Egypte, la ont fait face à des Syrie et l’Irak ont été problèmes de soules sources de toutes veraineté dans des les tendances arabes villes à majorité majeures, dont le «L’Egypte, la Syrie nationalisme arabe, le kurde. Les régimes des pays du et l’Irak ont été les leadership politique Proche-Orient sources de toutes les et même le conflit perpétuent certendances arabes avec Israël. Leur retains schémas trait de la scène polimajeures» traditionnels, tique peut expliquer comme le tribalisme ou le sectala croissance «exceptionnelle» de risme, en vue de leur propre surpetits pays comme le Qatar. En vie. moins de 20 ans, les trois acteurs influents traditionnels du système d’Etat du Proche-Orient se sont Faiblesse de l’Etat moderne Cette attitude explique parfaiteeffondrés. Quelles pourraient en ment la faiblesse de l’Etat moêtre les conséquences ? Premièrederne au Proche-Orient et celle de ment, l’effondrement de ces Etats régimes qui ont choisi de déployer entraînera la montée d’acteurs une stratégie de tribalisme pour infra-étatiques. Il est probable édifier leurs Etats modernes. Nous sommes aujourd’hui face à une situation complètement nouvelle concernant cet Etat dans cette région du monde : les trois puissances traditionnelles majeures, l’Irak, la Syrie et l’Egypte, sont en pleine crise. L’Irak est presque divisée, la Syrie est sur le point

‘‘

que le Proche-Orient soit bientôt dominé par des groupes ethniques et religieux. En effet, le rôle de ces groupes a toujours été important, mais aujourd’hui, leurs voix vont se faire davantage entendre. Deuxièmement, une vague de fédéralisme prédominera au ProcheOrient. Les modèles unitaires n’ont plus la capacité de réunir des sociétés divisées. Comme en Irak, d’autres modèles similaires ou différents du style administratif fédéral verront le jour dans certains Etats régionaux. Mais, pour des raisons économiques et géopolitiques, il s’agira d’une forme injuste de fédéralisme. Les unités politiques possédant des ressources énergétiques ou les Etats entretenant un lien fort avec l’Occident auront plus de succès que les autres Etats moins chanceux.

Des systèmes de défense aérienne cruciaux

Troisièmement, les systèmes de défense aérienne, surtout pour l’Occident, deviendront de plus en plus cruciaux. Aucun Etat ne voudra plus envoyer ses troupes dans un Proche-Orient aussi divisé. La notion de territoire devient presque post-moderne : qui dirige Alep ? Etant donné

toute cette ambiguïté, envoyer des troupes est dénué de sens. Par conséquent, la sécurité se fera par voie aérienne. En effet, l’utilisation actuelle de frappes aériennes par Bachar-el-Assad devrait être analysée avec attention. Dans une région aussi divisée ayant autant de problèmes, la Turquie, 17e économie mondiale, aura beaucoup plus de poids pour influencer les acteurs régionaux. En attendant, l’effondrement des gouvernements centraux pourrait entraîner des risques pour Israël. Toutefois, l’Etat hébreu ne fera pas face à des ennemis aussi durs que l’étaient l’Egypte et la Syrie.

Emergence d’un réseau d’intérêt transnational dans la région

Paradoxalement, le prestige de l’Iran diminuera mais trouvera de meilleures conditions pour agir par le biais d’intermédiaires. A l’heure des sociétés divisées, il ne sera pas difficile pour l’Iran de trouver des groupes loyaux un peu partout, même en Turquie. On assiste là à l’émergence d’un réseau d’intérêt transnational dans la région. Enfin, l’idée d’«opinion publique» changera. Etant donné qu’il n’y a plus d’Irak ou de Syrie unis, il existera des opinions divergentes sur ces territoires, et non pas seulement irakiennes ou syriennes. Cette nouveauté est très importante pour la Turquie, qui, traditionnellement, prête une attention particulière à sa politique étrangère dans le domaine de l’opinion publique. g.bacik@todayzaman.com


Murat Yakin écrit l’histoire du FC Bâle L’ancien international suisse Murat Yakin, d’origine turque, occupe le poste d’entraîneur du FC Bâle depuis octobre dernier. A 38 ans, il a créé la sensation en qualifiant son équipe pour les demifinales de la Ligue Europa aux dépends de Tottenham.

Il a encore l’allure d’un joueur affûté mais c’est bien depuis le banc de touche que Murat Yakin vit désormais les matches du FC Bâle. Désigné au poste d’entraîneur après le licenciement de l’Allemand Heiko Vogel en octobre dernier, l’ancien international défenseur de Fenerbahçe (1998-2000) vit, à 38 ans, sa cinquième expérience en dehors du rectangle vert. En éliminant Tottenham jeudi dernier en quarts de finale retour de la Ligue Europa, le Suisse d’origine turque a mené son club à un niveau encore jamais atteint sur la scène continentale. Murat Yakin, l’entraîneur suisse d’origine turque, a mené son club le FC Bâle en demi-finale de Ligue Europa.

Ancien défenseur de Fenerbahçe

Leader du championnat suisse, le FC Bâle est à la lutte avec le Grasshop-

per Zurich pour le sacre final. Triple tenant du titre, le club d’Alexander Frei a donc passé un cap à l’échelle européenne. Pour cela, l’expérience de Murat Yakin peut être un réel atout pour les Helvètes. Passé par le Grasshopper Zurich, Stuttgart, Fenerbahçe ou encore Kaiserslautern, le joueur connaît également la maison bâloise pour avoir porté ses couleurs, remportant trois titres de champion de Suisse (2002, 2004 et 2005) et deux coupes nationales (2002 et 2003).

Exploits face au Zénith puis face à Tottenham

Après sa retraite sportive en 2005, Murat Yakin s’est tourné vers le métier d’entraîneur. L’ancien défenseur central peut se satisfaire du joli parcours de ses protégés dans la compétition européenne. En élimi-

nant Dnipropetrovsk en seizièmes, puis le Zénith Saint-Pétersbourg, Bâle a surtout surpris lors des quarts de finale face à Tottenham, favori de la compétition avec Chelsea.

«On aurait préféré Fenerbahçe en demi»

Et c’est justement Chelsea que Murat Yakin retrouvera pour les demi-finales, soit le pire tirage possible, du moins sur papier. L’entraîneur ne cache pas qu’il aurait préféré croiser le chemin de son ancien club, Fenerbahçe. «On aurait préféré Fenerbahçe en demi, et garder Chelsea pour la finale», regrettait-il ainsi amèrement après le tirage. En cas de nouvel exploit dans deux semaines, Murat Yakin pourra peut-être croiser le chemin des Stambouliotes, mais en finale de la compétition. En partenariat avec Turcofoot

Zaman France N° 261 - FR  

Zaman France est le premier hebdomadaire franco-turc. Fondé en septembre 2005, c'est d'abord un mensuel qui devient hebdomadaire en février...