Issuu on Google+

DESTINATION N° 21 • HIVER 2013-2014 / / / LE MAGAZINE

P 20-21 • CULTURE Dans les coulisses du film Belle & Sébastien

D’INFORMATION DE LA MAURIENNE

P 8-13 • DOSSIER Écoles de ski de Maurienne : sur la piste des étoiles maurienne-tourisme.com

P 18-19 • PORTRAIT Laissez-vous conter


SOMMAIRE

© Alban PERNET

DONT 5 DOMAINES RELIÉS SKIS AUX PIEDS

Portfolio .................................... 4 Brèves d’ici et là ...................... 6

Le Grand Domaine (150 km de pistes) Les Sybelles (310 km de pistes) Galibier Thabor (150 km de pistes) Orelle — 3 Vallées (600 km de pistes) Val Cenis Vanoise (125 km de pistes)

Bonneval sur Arc

Val Cenis Vanoise

SollièresSardières

Aiguebelle Val Thorens

Le Grand Domaine St-François Longchamp

La Chambre

La Toussuire Les Bottières

St-Colomban des Villards

St-Jean-de-Maurienne

St-Michel de Maurienne

Termignon Bramans-Val d'Ambin La Norma

Modane Orelle

Idée rando ............................. 14

Randonnée familiale au cœur de la Maurienne

Gastronomie .......................... 16

Le pain de Modane : spécialité sucrée sacrée

Valfréjus

Portrait .................................. 18

Valmeinier

Laissez-vous conter…

Galibier Thabor Le Corbier

Valloire

Albiez-Montrond

Culture ................................... 20

3

Dans les coulisses du film Belle & Sébastien !

St Jean d'Arves

Stations de ski alpin

Écoles de ski de Maurienne : sur la piste des étoiles

Les Karellis

Les Sybelles St Sorlin d'Arves

Dossier ...................................... 8

Val Cenis

Aussois

Les 3 vallées

Domaine nordique du Grand coin

Bessans

SOMMAIRE

© Alban PERNET

15 DOMAINES ALPINS ET NORDIQUES

Stations de ski nordique

ski-maurienne.fr

Domaines reliés

Histoire .................................. 22 Saint-Colomban-des-Villards et La Norma

Agenda .................................. 24 Offices de tourisme en Maurienne

10 ans .................................... 26

Canton d’Aiguebelle

www.ot-aiguebelle.fr

04 79 36 29 24

Canton de Saint-Michel-de-Maurienne

www.maurienne-galibier.com

04 79 56 52 54

Saint-François-Longchamp

www.saintfrançoislongchamp.com

04 79 59 10 56

Valloire

www.valloire.net

04 79 59 03 96

Canton de La Chambre

www.tourisme-la-chambre.com

04 79 56 33 58

Valmeinier

www.valmeinier.com

04 79 59 53 69

Montaimont

www.montaimont.com

04 79 56 35 45

Orelle

www.orelle.net

04 79 56 87 22

Saint-Jean-de-Maurienne

www.saintjeandemaurienne.com

04 79 83 51 51

Aussois

www.aussois.com

04 79 20 30 80

Les Bottières

www.bottieres-jarrier.com

04 79 83 27 09

La Norma

www.la-norma.com

04 79 20 31 46

Le Corbier

www.le-corbier.com

04 79 83 04 04

Valfréjus

www.valfrejus.com

04 79 05 33 83

La Toussuire

www.la-toussuire.com

04 79 83 06 06

Canton de Modane

www.terramodana.com

04 79 05 28 58

Saint-Colomban-des-Villards

www.saint-colomban.com

04 79 56 24 53

Bramans

www.bramans.fr

04 79 05 03 45

Saint-Jean-d’Arves

www.sja73.com

04 79 59 73 30

Sollières-Sardières

www.sollieres-sardieres.com

04 79 20 52 45

Saint-Sorlin-d’Arves

www.saintsorlindarves.com

04 79 59 71 77

Termignon

www.termignon-la-vanoise.com

04 79 20 51 67

Les Albiez

www.albiez-montrond.com

04 79 59 30 48

Val Cenis Vanoise

www.valcenis.com

04 79 05 23 66

Les Karellis

www.karellis.com

04 79 59 50 36

Bessans

www.bessans.com

04 79 05 96 52

Bonneval-sur-Arc

www.bonneval-sur-arc.com

04 79 05 95 95

Haute Maurienne Vanoise

www.haute-maurienne-vanoise.com 04 79 05 99 06

Jeu concours ...........................27

Direction de la publication : Maurienne Tourisme Direction de la rédaction : Jean-Pierre Jorcin Coordination éditoriale : ALTAL Communication Conception graphique/Réalisation fabrication : ALTAL Communication Photos de couverture : Coco Photos, D. Doyen Rédaction : ALTAL Communication Diffusion : 30 000 exemplaires Impression : Imprimé en UE en novembre 2013


PORTFOLIO

PORTFOLIO

Chiens de traîneaux à Val Cenis

Cascade de glace à Bonneval-sur-Arc

Télémark à La Norma

Snake-gliss à Aussois

Flashez ce code ou rendez-vous sur

ski-maurienne.fr pour découvrir, tout au long de la saison, des vidéos d’activités à tester en Maurienne…

4

5

© Jeudi15 Films-Alban Pernet

Faites le plein de sensations !

Ski nordique au Grand Coin

Parapente à Valmeinier

Plongée sous glace à Bessans

Ski alpin à Orelle


BULLEZ À 1 750 M D’ALTITUDE… Unique en Haute-Maurienne Vanoise, le sauna… cosmic ! Installé au bord du lac gelé de Bessans, ce sauna est composé d’un cylindre de bois terminé par une demi-sphère transparente et chauffé à 80 °C au poêle à bois. Détente et ambiance nordique garanties face au Parc national de la Vanoise ! Les plus courageux pourront poursuivre dans une baignoire taillée à même la neige ou par un bain en eau glaciale !

version hivernale. Cette saison, soyez les premiers à en faire l’expérience sur neige ! Contact : Office de tourisme de La Norma : 04 79 20 31 46

www.la-norma.com

INTUITIF ET ORIGINAL : LE GYROPODE SEGWAY Rien de plus facile que de s’initier au pilotage de ce véhicule électrique ! Auto-stabilisé et doté de deux roues parallèles, le gyropode calque son fonctionnement sur le mouvement de la marche en réagissant instantanément à l’inclinaison du corps. Ses pneus tous terrains permettent de parcourir les chemins de montagne. Ne reste plus alors qu’à partir à la découverte d’Albiez ou des Karellis, et de leurs paysages enchanteurs, en accord avec la nature, puisque le gyropode ne produit aucune nuisance sonore. Dès 14 ans.

Tarifs : 12 € les 30 min et 18 €/h en journée ; 15 € les 30 min et 21 €/h de nuit. Tous les jours de 10 h à 20 h sur réservation, à partir du 9 décembre 2013. Contact : Centre de plongée sous glace de Bessans.

Tarif : 30 €/pers. (trottinette et matériel de protection fournis) + forfait ski ou montée piéton. Renseignements et inscriptions : 06 64 28 97 19

www.aussois.com

04 79 59 30 48/www.lesalbiez.com

EN SELLE ! Dévaler une des plus longues descentes d’Europe de VTT sur neige à la nuit tombée, ça vous dit ? Ludovic Gaboriaud, moniteur de VTT et pisteur secouriste, vous emmène les jeudis et vendredis soirs sur la piste verte « Boulevard » du domaine skiable de Saint-Sorlin-d’Arves. Une descente de VTT sur neige de plus de 600 m de dénivelé, soit 7 km et 1 h 30 de pur bonheur !

Office de tourisme des Karellis : 04 79 59 50 36

Tarif : 35 €/pers. incluant le prêt du VTT sur neige

www.karellis.com

et des protections.

Renseignements et inscriptions : Office de tourisme d’Albiez :

Contact : Office de tourisme de Saint-Sorlin-d’Arves : © Mathieu Blin

L’atelier est ouvert tous les jours de 10 h à 19 h 30 et propose des objets d’arts de la table ainsi que des œuvres sur mesure. Mathieu Blin organise aussi sur rdv des démonstrations (participation 4 €/pers.). Contact : 04 79 36 24 31 ou www.tribalglass-site.com

UN FIDÈLE COMPAGNON DE MARCHE À Valmeinier et Valloire, Run Artic propose, outre les traditionnelles sorties en traîneau, du « cani-raquettes » : relié à un chien de traîneau par une longe et chaussé de raquettes à neige, vous pourrez randonner dans les forêts et les combes enneigées. Cette activité est encadrée par un musher professionnel.

TYROLIENNE DE L’EXTRÊME À plus de 3 000 m d’altitude, Orelle dévoile cette année une tyrolienne géante ! Quelques minutes de pure émotion et de survol unique le long d’un câble… C’est en toute sécurité que vous découvrirez pour le première fois les joies du vide et de la vitesse ! La haute montagne telle que vous l’aurez rarement ressentie…

Initiations à l’heure : 35 €/adulte et 25 €/enfant de 8 à 11 ans. Contact : 06 19 52 11 19/www.runartic.fr

Contact : Office de tourisme d’Orelle : 04 79 56 87 22

www.orelle.net

BULLES GÉANTES La Norma Sphère est une course ludique un peu particulière… car chacun entre dans une Sphère à taille humaine et tente de progresser ainsi. Testée pour la première fois sur l’herbe l’été dernier, elle promet de garantir de joyeux moments dans sa

© Aurélien Le Métayer

UN NOUVEAU VERRIER À SAINT-GEORGES-D’HURTIÈRES Depuis qu’il a 5 ans, Mathieu Blin est fasciné par le verre… Après l’obtention de ses diplômes, il entame un tour de France pour se perfectionner dans de grandes cristallerie et effectue de nombreux séjours à l’étranger. C’est à Saint-Georges-d’Hurtières qu’il a décidé de poser ses lourdes valises : un four de fusion (1 130 °C) actif 24 h/24, un four de réchauffe (1 200 °C) et un four de recuisson (pour un passage progressif de 500 °C à 40 °C en une douzaine d’heures).

04 79 59 71 77/www.saintsorlindarves.com

© AL-OT Karellis

6

© Plongée en Vanoise

Fabrice Huteau : 06 45 49 45 66/www.plongee-vanoise.fr

TROTTINETTE EN FAMILLE L’office de tourisme d’Aussois propose de la trottinette sur neige pour petits (à partir de 7 ans) et grands ! Activité encadrée, cette balade originale (fous rires garantis !) se déroule en fin de journée car elle emprunte la dernière montée en télésiège.

BRÈVES

BRÈVES

BRÈVES D’ICI ET LÀ…

7


DOSSIER

© Bernard Grange Éditions

DOSSIER

Valloire, ses pistes bordées de sapins, sa clientèle décontractée et son emblématique télébenne — première parmi les remontées mécaniques de la station — inventé par Gabriel Julliard et resté en usage jusqu’au début des années 1990. © Coco Photos

8

Bercés par les enseignements de leur maître, petits écoliers deviendront grands prodiges.

ÉCOLES DE SKI DE MAURIENNE : SUR LA PISTE DES ÉTOILES VÊTUS DE COULEURS VIVES, LES MONITEURS ET MONITRICES DE SKI MÈNENT LA DANSE SUR LES PISTES. À LEUR SUITE, DANS LA JOIE ET LA BONNE HUMEUR, PETITS ET GRANDS SE VOLENT LA VEDETTE DU MEILLEUR GLISSEUR. DEPUIS LEUR APPARITION AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE, LES ÉCOLES DE SKI DE MAURIENNE FONT CLASSE PLEINE ! PAS DE TABLEAU NOIR, ICI LES COURS S’ÉCRIVENT SUR FOND BLANC : APPRENDRE TOUT EN SE DIVERTISSANT !

« La Maurienne, contrairement à ce que l’on pourrait penser, s’est constituée comme l’un des premiers domaines skiables où ont coexisté le ski et les écoles de ski en Savoie », raconte Christian Grange, maire de Valloire et directeur de l’École du Ski Français (ESF) locale. En 1934, la première station de Maurienne à être lancée est précisément celle de Valloire.

Glissement de culture La pratique du ski, découverte 56 ans plus tôt en France par l’alpiniste Henri Duhamel à l’Exposition universelle de Paris, commence alors à se répandre. Grâce aux recherches entreprises par ses soins pour améliorer l’invention utilisée depuis quelque 4 000 ans dans toute la Scandinavie, est créé en 1895 le premier ski-club français, nommé

« Ski Club des Alpes ». Il faut néanmoins attendre le début du XXe siècle et l’intervention du capitaine François Clerc, rattaché au 159e régiment d’infanterie alpine de Briançon pour assister au véritable essor de l’activité dans les Alpes. Tirant son inspiration d’une initiative italienne, ce dernier a l’idée de délaisser les raquettes pour former ses troupes au plus pratique « patin à neige ». Après quelques raids menés avec le concours d’instructeurs norvégiens, la première école de ski française voit le jour à Briançon en 1904 ; elle est destinée à diffuser la pratique du ski aux autres unités alpines ainsi qu’à la population civile préalpine. C’est à l’occasion d’une de ces démonstrations prenant pour arrivée la station de Valloire, que va se transmettre le virus des planches en bois en Maurienne. Les Valloirins, subjugués par la prestation militaire haut-alpine, vont se lancer dans la production de skis identiques en faisant appel à leurs ateliers de menuiserie. Grâce aux hébergements d’ores et déjà implantés au

9


DOSSIER

© Bernard Grange Éditions

© Lycée des Métiers de la Montagne Saint-Michel-de-Maurienne

DOSSIER

Sur slalom et border-cross, le lycée professionnel des métiers de la montagne de Saint-Michel-de-Maurienne forme les compétiteurs de haut niveau.

Le loisir du ski, dans les années cinquante.

col du Galibier et au dynamisme du Club Alpin Français (CAF), les sports d’hiver se démocratisent. En 1936, ouvre la première école de ski au sein de la station (troisième en France), laquelle accueillera également les toutes premières remontées mécaniques inventées par Gabriel Julliard, un jeune entrepreneur du cru local. Comme SaintFrançois-Lonchamp, vers 1950, d’autres stations feront progressivement leur apparition sur le sol mauriennais, induisant le développement du tourisme et l’évolution du ski dont l’apprentissage tendra à s’uniformiser dès les années 30 autour d’initiés instruits par le CAF et la Fédération Française de Ski (FFS) inaugurée en 1924.

À l’école de l’excellence L’ « arlberg » – première méthode enseignée  mélangeant une série de mouvements empruntés aux techniques du télémark et du christiania1 – standardise entre autres les fameux virages et arrêts sautés, selon la codification élaborée en 1920 1. Technique basée sur la réalisation de virages souples, les skis parallèles.

© Bernard Grange Éditions

10

L’école du ski français se démocratise dès 1945.

par son fondateur autrichien Hannes Schneider. L’évolution technique se poursuit grâce aux compétitions organisées dans les massifs montagneux par la FFS et aux exploits de son champion, Émile Allais (médaillé d’or au championnat du monde de ski de 1937 à Chamonix). Avec la collaboration de Paul Gignoux, capitaine de l’équipe de France, Émile Allais élabore la technique dite « École française » appelée à révolutionner la pratique du ski. En Maurienne comme ailleurs, les moniteurs vont l’adopter dès les années 40 lorsque sont fixés les principes de formation du ski par le gouvernement de Vichy. Le parallélisme des skis, le planté de bâton corps fléchi vers l’avant et le freinage en dérapage s’imposent comme des fondamentaux au sein des nouvelles Écoles du Ski Français, à leurs débuts en 1945. La profession de moniteur se structure sous l’autorité de l’État qui confie en 1943 à l’École nationale supérieure de ski et d’alpinisme (ENSA), actuellement basée à Chamonix, l’attribution du diplôme d’État de moniteur de ski alpin. À Saint-Michel-de-Maurienne, par l’intermédiaire de son offre de bac professionnels biqualifiants (5 au choix) dans les métiers du bâtiment ou du commerce et des sports alpins, le lycée professionnel des métiers de la montagne propose chaque année à plus d’une centaine d’élèves

sélectionnés sur test – 160 sont actuellement inscrits en option « monitorat de ski » – de satisfaire au précieux sésame permettant l’exercice du métier : le Brevet d’État d’Éducateur Sportif « ski alpin »  (BEES), au terme de 4 années de formation suivies par l’ENSA. L’apprentissage du métier passe par une préparation physique intense. Deux coordinateurs encadrent respectivement les deux premières et deux dernières années de formation en préparant les élèves tout l’hiver en hors-pistes, ski de randonnée et ski alpin au domaine skiable Galibier-Thabor. En ligne de mire, la réussite des tests de validation du monitorat de ski : le test technique sur slalom spécial et l’incontournable Eurotest sur slalom géant. À cette formation pratique s’ajoutent des enseignements théoriques de tronc commun portant sur la connaissance du milieu montagnard, des langues étrangères, de l’anatomie et de la physiologie appliquées aux sports de montagne ou encore des différentes réglementations en vigueur. Car outre la transmission d’un savoir technique, être moniteur exige la capacité à sensibiliser un public (enfants ou adultes, Français comme étrangers) aux dangers de la montagne et à assurer sa sécurité. « À ce jour, 15 élèves sont en équipe de France », précise Philippe Beylier, proviseur du lycée, ravi de rappeler le palmarès des 4 médaillés issus de son établissement :

11


1. Habitant de Lanslebourg-Mont-Cenis.

© Photothèque Zoom L’école de la détente à Valfréjus.

13

compétition inter-ESF regroupant tous les moniteurs des stations de la vallée pour une série d’épreuves (Femmes/Hommes/Big air) promettant de beaux records, une façon de porter l’esprit de solidarité qui anime la profession depuis ses débuts à son plus haut niveau ! © PhotoFab

12

Depuis qu’il a repris l’exploitation familiale en 2009, Benoît Suiffet, jeune Languérin1 de 28 ans, ne compte plus les heures passées à slalomer entre sa ferme et les pistes. Le marathon s’engage peu avant l’aube, à 5 h 30 du matin, quand commencent la traite et le soin des vaches laitières. À 8 h, changement de tenue, changement de cadre : habillé aux couleurs de l’ESF, il est temps pour Benoît de rejoindre la station de Val Cenis Vanoise pour enseigner le ski entre 9 h et 17 h. À 18 h, retour au quotidien de la vie d’éleveur pour deux nouvelles heures de soin et de traite. Parfois, les réunions d’éleveurs au groupement agricole, à la coopérative laitière de Haute-Maurienne ou les descentes au flambeau prennent le relais. « Lorsque l’on est passionné, la flexibilité va de soi  », reconnaît l’ancien bachelier du lycée agricole de La Motte-Servolex, où se pratique un parcours adapté pour les pluriactifs de la montagne. « Au sein de ma famille et parmi mes amis, certains exerçaient déjà la double profession d’agriculteur et de moniteur. J’ai suivi avec fierté leur trace. Aujourd’hui, ces deux activités me semblent indissociables de ma personnalité. L’une et l’autre se complètent, requièrent de ma part une parfaite maîtrise des situations, et nourrissent à plus forte raison le lien exceptionnel qui m’unit à la montagne de mes origines… » Quand reviendra l’été, reviendront avec lui les travaux des champs rythmés par la météo, au fil des journées remplies de l’alpage au col du Mont-Cenis.

En Maurienne, ESF et ESI soutiennent la glisse pour tous, en s’ouvrant à la pratique du handiski, comme ici à la station de Val Cenis Vanoise. 2. 3. 4. 5.

Champion du monde junior de géant en 2010. Champion du monde de half-pipe en 2009. Médaillée de bronze en ski de bosses aux J. O. d’hiver de 2006. Médaillé d’argent en slalom géant aux J. O. d’hiver de 2006.

© Mathieu Portefaix

Benoît Suiffet (éleveur et moniteur de ski) : l’hiver à cœur et à corps

À l’heure actuelle, 700 moniteurs officient au sein des 22 écoles de ski du territoire mauriennais, parmi lesquelles 18 appartiennent à l’ESF et 4, basées à La Toussuire, Val Cenis Vanoise, Valfréjus et Valloire, à l’École de ski internationale (ESI). « Pas facile de se réunir entre ESF quand on est si nombreux, même si les distances qui nous séparent sont moindres », convient Luciana Dol, directrice de l’ESF de Valfréjus. Ainsi, lorsqu’en 2011, l’organisation du Challenge des moniteurs ESF est confiée à la station de Valloire, les directeurs des ESF de la Maurienne, regroupés pour l’occasion, décident de prolonger le mouvement en s’unissant au sein d’une association unique en France destinée à promouvoir leur activité à grand renfort de communication et d’animations. « Notre unité est forte et belle ; elle constitue une spécificité mauriennaise et même une fierté », poursuit la jeune trésorière de l’association. Garderie, handiski, jardin de ski, snowboard, freestyle, surf et autres nouvelles disciplines illustrent la grande diversité des prestations proposées par les différentes ESF mauriennaises. Cet hiver, pour la seconde année consécutive, l’association organisera le 29 mars à La Norma une nouvelle

© ESI Val Cenis Vanoise

© Pascal Suiffet

DOSSIER

Double activité, double rythme ; commune passion de la montagne : Benoît Suiffet expérimente le quotidien hivernal à 100 à l’heure mais à 100 %.

L’union fait la force

DOSSIER

Mathieu Faivre2, Kévin Rolland3, Sandra Laoura4 et Joël Chenal5. Et si la biqualification est ici de mise, c’est parce que le métier de moniteur ne dure que le temps d’une saison. À la fermeture des stations, il faut savoir saisir la perche de la polyvalence…

Moniteurs et compétiteurs : à gauche, Igor Fiard, champion de télémark et moniteur à La Norma ; à droite, démonstration de saut à Valfréjus.


© Pascal Mousset

IDÉE RANDO

Parenthèse enchantée

Un somptueux panorama.

RANDONNÉE FAMILIALE AU CŒUR

À ce stade, première récompense : le promeneur embrasse une vue imprenable sur l’ensemble du vallon des Encombres, depuis les sommets de La Croix des Têtes, du Grand Perron et du Brequin

DE LA MAURIENNE C’EST À 1 350 MÈTRES, À BEAUNE GRAND VILLAGE, QUE DÉBUTE UNE SOMPTUEUSE BALADE EN RAQUETTES. CONFIRMÉ OU NOVICE, CHACUN PRENDRA UN PLAISIR CERTAIN À FOULER LES TRACES ENNEIGÉES DE CE PARCOURS…

Harmonieusement balisée sur un dénivelé de 350 mètres, sans difficulté ou passage technique et d’une durée d’environ 3 h à 3 h 30, la randonnée des Chalets de La Bussaz ne requiert aucun équipement particulier, si ce n’est une paire de bâtons et de bonnes raquettes aux pieds. Elle

offre au promeneur deux occasions de profiter d’un panorama enchanteur. La première balade (qui est la moins longue des deux) propose de prendre le départ dans le village de Beaune et de poursuivre jusqu’aux Chalets de La Bussaz situés à 1 700 mètres d’altitude (le retour s’effectue par

© Pascal Mousset

14

Suivez le guide !

jusqu’aux Aiguilles d’Arves et aux lointaines Meije et Barre des Écrins. « L’histoire du vallon et de ses habitants est intéressante, explique Pascal Mousset, car jusque dans les années 30 les zones d’alpage occupaient une grande partie de la vallée. Après la seconde guerre mondiale, la situation a changé : les paysans ne pouvaient plus se contenter d’une seule activité pour subsister. Ils devaient en effectuer une deuxième qui les obligeait souvent à descendre en ville. Progressivement, les zones d’alpage ont reculé, cédant la place aux zones forestières, car les paysans ont progressivement choisi de demeurer "en bas" ». Si le départ de randonnée a été pris dans la matinée, c’est le moment et le lieu parfaits pour faire une pause pique-nique. Non loin se dressent les anciens chalets d’alpage de La Bussaz, demeurés dans les familles et fréquentés pendant les vacances. Ceux qui ont choisi l’itinéraire en boucle compteront une bonne heure de marche supplémentaire mais peu d’efforts additionnels car la progression s’effectue en zone découverte, sur un faible dénivelé (environ 50 m) et en conservant toujours droit devant eux l’imposant panorama. Le promeneur progressera ainsi jusqu’au vallon des chalets des Assiers et de La Pérousaz et achèvera sa boucle en redescendant à Beaune Grand Village. Le panorama se referme alors au profit d’une deuxième zone boisée, composée de pins et de mélèzes au cœur de laquelle toute l’attention du promeneur est requise car il entendra peut-être le chant singulier du « cassenoix moucheté », un oiseau de la taille d’un gros merle, identifiable grâce à son cri discordant souvent répété en série : krèk, krèkrèkrè. Pascal Mousset avoue un petit faible pour cette randonnée et la qualifie volontiers de « traversée magique »… Renseignements et contact : Pascal Mousset, au 06 14 77 39 39 ou evoludis01@orange.fr facebook.com/sur.les.sentiers

IDÉE RANDO

le même trajet). Le second parcours débute au même point de départ (Beaune) mais se termine par une boucle traversant les chalets des Assiers et de La Pérousaz. Que le dévolu soit porté sur l’un ou l’autre itinéraire, la première partie commune de la balade a cela d’agréable qu’elle se déroule au cœur d’une généreuse forêt de feuillus. Il ne sera pas impossible, le long des chemins balisés, d’observer de nombreuses traces d’animaux, celles de chevreuils, de cerfs, de renards, de blaireaux ou encore d’oiseaux. Une nature endormie en apparence… foisonnante en réalité ! Pascal Mousset, accompagnateur en montagne, connaît la balade par cœur. Lorsque la composition de ses groupes de clients le permet (10 maximum), il offre une véritable lecture de ces modes de vie hivernaux : en effet, les quadrupèdes par exemple, ont tendance à « descendre » un peu de leurs étages alpins pour trouver leur nourriture plus facilement. Un peu plus loin, à la sortie de la forêt, le paysage change complètement et s’ouvre sur un panorama à couper le souffle.

15


© Fabien Noguera

LE PAIN DE MODANE : SPÉCIALITÉ SUCRÉE SACRÉE L’ITALIE ET LA SUISSE ONT INSPIRÉ SA RECETTE ; LA MAURIENNE L’A PÉTRI DE SON AME : SOUS SA ROBE BRIOCHÉE, LE PAIN DE MODANE ALIMENTE LA CURIOSITÉ. PERCÉE D’UNE TRADITION FRONTALIÈRE À L’HISTOIRE

Emblème de la commune qui lui a donné son nom, béni des autochtones, le pain de Modane étend un peu plus sa renommée au fil des visites. Impossible de venir en découverte dans la vallée sans faire une halte à Modane pour en goûter un morceau ou l’offrir en cadeau. Lors de la fête estivale du pain, qui a lieu chaque année au mois d’août, les boulangers fournissent des échantillons de leurs produits afin de les offrir à la dégustation des Modanais et visiteurs invités à partager un moment de convivialité gastronomique. « En temps

Appétissante fournée.

Où trouver la spécialité à Modane ? Toute l’année : Boulangerie Noguera 6, rue République 04 79 05 06 85 Sur commande (hors saison) : Boulangerie-pâtisserie Bradfer 3, rue Gambetta 04 79 05 02 52 Boulangerie le Fournil de Loutraz 720, avenue Émile-Charvoz 04 79 05 25 75

DÉLICIEUSEMENT SUCRÉE.

Mystère et boule de pain Au petit-déjeuner, au goûter ou au dîner, à Modane, on vous dira volontiers que la spécialité se savoure sans modération, tout au long de la journée. Fabien Noguera, artisan au sein de la boulangerie éponyme familiale, le reconnaît : « le pain de Modane se mange sans faim, surtout avec une tasse de thé ». Il faut dire qu’avant même de ravir les papilles, le pain de Modane, joliment doré, garni de fruits confits et de fruits secs, est un régal pour les yeux. Si l’histoire nous apprend que la recette a été introduite dans

la commune frontalière à la fin du XIXe siècle, vraisemblablement suite à l’inauguration du premier tunnel ferroviaire, elle demeure assez mystérieuse sur sa provenance. Les raisins et amandes, ajoutés à la pâte briochée et au fourrage à la frangipane ou à la crème pâtissière qui composent la base de la viennoiserie en forme de pain, ont eu tendance à en orienter la création de l’autre côté de la frontière, en Italie, là d’où est issu un bien proche cousin : le panettone. Avec le temps, la maîtrise et la générosité d’âme de ses héritiers, de nouvelles versions de la recette virent

© Fabien Noguera

16

Du pain béni

© Fabien Noguera

GASTRONOMIE La tradition du pain de Modane se perpétue sous les mains expertes de Fabien Noguera.

normal, nous fabriquons entre 10 et 12 pains de Modane par jour ; quand viennent les beaux jours de l’été, le rythme augmente jusqu’à une centaine de pains vendus par semaine », reconnaît Fabien Noguera. Autant dire que le pain de Modane a encore de beaux jours à écroûter !

GASTRONOMIE

le jour, comme celle au melon confit, à l’écorce d’orange et à la confiture d’abricot, qui fonda la réputation de l’ancienne boulangerie Bouvet dans les années 30. C’est auprès du fils de ce maître hors pair, digne héritier du savoir-faire du pain de Modane, que s’est formé Fabien Noguera, dans les années 80, pendant deux années studieuses au terme desquelles il s’est vu confier la succession de la tradition. « En devenant à mon tour maître dans l’art de confectionner le pain de Modane, j’ai hérité de la plus belle des récompenses. Je tiens tout particulièrement à la survivance de ce patrimoine gustatif qu’il me revient de transmettre à la nouvelle génération. Dans ma boulangerie, je n’ai de cesse de sensibiliser mes apprentis à la chance que nous avons de travailler un tel produit », avoue avec fierté le boulanger modanais, référencé au Guide du routard des Alpes.

Le pain de Modane, reconnaissable à sa croûte brunie et à sa forme allongée si particulière.

17


PORTRAIT

PORTRAIT

et se laissent emporter, lorsque je trouve avec eux la bonne porte d’entrée, le conte agit comme une parenthèse enchantée dans leur journée marquée par les contingences du quotidien ». Cet hiver, ouvrez grand vos oreilles si vous vous promenez du côté de la vallée des Arves… il se pourrait que vous croisiez Zian des Alpes, plume au chapeau, mots à la bouche, prompt à vous emmener dans le monde merveilleux – et universel – des contes et légendes de montagne…

Conte issu de la tradition orale des montagnes de Savoie

© DR

© DR

grands-parents Pour Zian des Alpes, « une montagne sans légendes abritées par le est une montagne sans âme… » chalet d’alpage de Mont Charvin où il a passé son enfance. La télévision n’existait pas ; il n’y avait rien de mieux pour occuper les longues soirées d’hiver…

Zian des Alpes conte lors d’une veillée à l’Arche d’Oé d’Aussois.

LAISSEZ-VOUS CONTER… 18

QUAND IL N’EST PAS « L’HOMME DE LA FORÊT ET DU BOIS » DU CONSEIL 1

GÉNÉRAL DE LA SAVOIE, L’ALBIENS2 ZIAN DES ALPES N’EN FINIT PLUS DE CONTER ! DES HISTOIRES, DES LÉGENDES, COMME AUTANT DE TRAITS D’UNION ENTRE PASSÉ ET PRÉSENT… Même son galure3, invariablement vissé sur la tête et surmonté d’une plume, est un conte à lui tout seul. « Il y a de cela quelques années, mon regard a croisé le chemin aérien d’un aigle royal… Une plume s’est détachée du rapace et avant qu’elle n’ait eu le temps de toucher terre, je l’ai saisie au vol et en ai définitivement orné mon chapeau… » Marc-Jean Robert, alias Zian des Alpes, pseudonyme inspiré de son bisaïeul Zian des Pâles (notez l’anagramme) est né au pied des Aiguilles d’Arves, où il vit toujours aujourd’hui. C’est dans ce village d’Albiez-Montrond que le virus du conte s’est propagé, à la faveur d’un bouche à oreille juvénile aussi insistant qu’efficace… « J’avais pour habitude d’endormir mon fils 1. Marc-Jean Robert travaille à l’unité Forêt/Filière bois du Conseil général de la Savoie. 2. Habitant d’Albiez-Montrond. 3. Chapeau.

avec des contes plutôt que des livres. Quand il invitait quelques-uns de ses petits camarades à la maison, les soirées se transformaient en véritables veillées, moi enchaînant conte sur conte, eux ne moufetant pas… » Certains anciens du village ont eu vent du talent de Zian des Pâles, l’ont invité chez eux, et se sont mis à raconter, raconter, raconter espérant – sans toutefois forcément le formuler – trouver plus qu’une oreille attentive : un véritable passeur. Un passeur de mots, de souvenirs, un témoin par procuration de leur vie d’autrefois. Des récits égrenés à la force de la mémoire. Précis, affûtés. Auprès de ces aînés dont la verve le surprend toujours, Zian des Alpes a retrouvé les voix chaudes et généreuses de ses

Conter, un art de vivre… De fil en aiguille, de documentations en recherches, d’histoires en légendes, le « coffre-fort du conteur » s’est étoffé, avec près de 250 contes en mémoire ; et les demandes n’ont cessé d’affluer : interventions scolaires, fêtes du village, manifestations littéraires, etc. Entre autres projets, Zian des Alpes a publié plusieurs recueils de contes, et a même créé le Festival des Contes et Légendes de montagne à Albiez en 1996. En vingt ans, affublé du don de transformer les mots en voyages, il est devenu un conteur incontournable… « Je suis habité par mes histoires, elles se présentent à moi comme un fil que l’on déroule… à coup d’images qui se succèdent les unes aux autres, tout naturellement. » Zian des Alpes conte ce qu’il connaît, la montagne et la Savoie, mais surtout sa Maurienne adorée. Dans la veine des colporteurs d’antan, il conte pour ne pas oublier. Il conte par nécessité, par bonheur, par pur plaisir de partager. Attentif à son auditoire, il en distingue les forces et les faiblesses : « les tout-petits sont bercés par la musicalité de la voix tandis que les 9/10 ans constituent le public le plus attentif, le plus émerveillé. Lorsque les adultes lâchent prise

La légende de l’Edelweiss On raconte qu’autrefois vivait en Savoie un jeune prince. Il passait, dit-on toutes ses nuits à contempler inlassablement la voûte céleste. Il n’allait pas se coucher sans dire bonsoir à une magnifique étoile blanche, qui au firmament, scintillait comme aucune autre. Tant et si bien que sa passion se transforma en amour. Un jour le jeune prince s’en alla trouver un vieux berger, tout le monde savait que le vieil homme connaissait le ciel comme le fond de sa poche. Mais on raconte qu’il engageait avec les étoiles de longs dialogues… Le vieux berger parla à la belle l’étoile. Et celle-ci fut très touchée par l’amour du beau prince, elle se transforma en une délicieuse princesse et décida de descendre sur la terre pour y rejoindre son amant. Mais un jour, la reine des cieux s’offusqua de la désertion de cette étoile volage elle entra alors dans une grande colère. En un éclair de lumière elle transforma la princesse en une gerbe de petites étoiles et les condamna à vivre au sommet des plus hautes montagnes des Alpes pour l’éternité… C’est ainsi qu’est née l’Edelweiss cette fleur porte-bonheur, mythique, rare. Simplement vêtue d’une ravissante robe de laine blanche, elle ne fleurit qu’au cœur de l’été là-haut dans les rochers, là-haut à la frontière de la terre et du ciel…

19


© Éric Travers © 2013 RADAR FILMS - EPITHÈTE FILMS GAUMONT - M6 FILMS - RHÔNE-ALPES CINÉMA

© Éric Travers © 2013 RADAR FILMS - EPITHÈTE FILMS - GAUMONT - M6 FILMS RHÔNE-ALPES CINÉMA

DANS 20

LES

COULISSES

DU

FILM

BELLE & SÉBASTIEN ! LE 18 DÉCEMBRE, DATE DE LA SORTIE NATIONALE DU FILM, LA HAUTE MAURIENNE VANOISE SERA EN EFFERVESCENCE ! SES SOMMETS IMMACULÉS, SES CHAMPS FLEURIS À PERTE DE VUE ET… LES HAUT MAURIENNAIS EUX-MÊMES ONT ÉTÉ IMPLIQUÉS POUR LES BESOINS DU FILM ! « Ça se passe là-haut, dans les Alpes. Ça se passe dans un village paisible jusqu’à l’arrivée des Allemands. C’est la rencontre d’un enfant solitaire et d’un chien sauvage. C’est l’histoire de Sébastien qui apprivoise Belle. C’est l’aventure d’une amitié indéfectible. C’est le récit extraordinaire d’un enfant débrouillard et attendrissant au cœur de la seconde guerre mondiale. (…) C’est la vie de Belle et Sébastien. »1

Un terrain de que nature !

jeux

plus

vrai

En 2010, lorsque Nicolas Vanier s’est vu confier la mise en scène du projet de film, il explique 1. Extrait de la présentation du film par Gaumont.

avoir accepté sous certaines conditions, dont celles de pouvoir tourner sur plusieurs saisons pour montrer des paysages de montagne en été et en hiver ; et en Haute Maurienne Vanoise, qu’il connaissait déjà depuis longtemps... pour avoir co-fondé, il y a dix ans, la Grande Odyssée, célèbre course de chiens de traîneaux. Il avait à l’époque été séduit par la Haute Maurienne et ses paysages fabuleusement enivrants... C’est ainsi qu’à l’automne 2011, les habitants de Bessans, de Bramans, de Lanslebourg-MontCenis et de Bonneval-sur-Arc ont vu débarquer des kilos de matériel en enfilade, des dresseurs de chiens, mais aussi une panoplie d’acteurs

© Le Dauphiné Libéré Agnès Briançon-Marjollet

Nicolas Vanier et le petit Sébastien dans le film.

CULTURE

CULTURE

dont Tcheky Kario. Ce fut une période magique, au cours de laquelle objets et engins d’époque, généreusement prêtés par les Mauriennais, purent agrémenter les scènes de tournage afin de respecter l’authenticité d’un village de montagne et ne pas créer d’anachronismes puisque l’histoire, légèrement remaniée, se passe dans les années 40. Nombreux furent les Haut Mauriennais, notamment de Bessans et Bonneval, qui participèrent au film en qualité de figurants et tous s’accordent à dire qu’ils en gardent un souvenir impérissable. « Ça n’arrive pas deux fois dans une vie ! » raconte, l’œil ému, un ancien du village.

Un tournage parfois dans des conditions extrêmes !

de leur implication, les équipes de Gaumont ont tenu à faire découvrir le film aux Haut Mauriennais en avant-première au cinéma de LanslebourgMont-Cenis. À en juger l’émotion qui a gagné l’auditoire lorsque Belle et Sébastien a touché à sa fin lors de cette projection privilégiée, courant septembre 2013, le résultat fut à la hauteur du plaisir qu’ont eu les habitants des diverses communes concernées à partager leur territoire de vie…

Le jeune Mauriennais Pierre Férréol (à gauche) aux côtés de l’acteur Félix Bossuet (Sébastien dans le film).

« Félix a cet air bravache et cette force du peuple des montagnes » Félix (Bossuet), c’est le jeune acteur qui prête son visage à Sébastien et sur lequel repose en grande partie le succès du film. À sept ans et demi, il a fait preuve d’un grand professionnalisme et a perpétuellement su garder ce regard farouche et ce « juste » jeu qui font le charme du film. En revanche, le jeune acteur a laissé à sa doublure montagnarde les scènes plus ardues, tournées dans les crevasses et autres aspérités de la haute montagne. C’est un petit garçon « local » (de Modane), Pierre Férréol, qui a volontiers joué les casse-cou ! Pendant plus d’une heure, le film fait la part belle à des paysages à couper le souffle... On aperçoit la Combe des Archettes de Bramans, les hameaux de l’Écot à Bonneval-sur-Arc et d’Avérole à Bessans. Pour les remercier de leur gentillesse et

En salle à partir du 18 décembre 2013.

21


HISTOIRE

Saint-Colomban au cœur de l’hiver.

L’HISTOIRE

© OT La Norma-G. Piel La station de La Norma, familiale, piétonne et cosy.

MOUVEMENTÉE

DE

LA NORMA, STATION FAMILIALE AU

SAINT-COLOMBAN-DES-VILLARDS

GRAND CŒUR !

PERCHÉE À 1 100 MÈTRES, SAINT-COLOMBAN-DES-VILLARDS PROPOSE UN

C’EST UNE HISTOIRE DE SOLIDARITÉ QUI A PRÉSIDÉ À L’INAUGURATION DE

VASTE DOMAINE SKIABLE EN HIVER ET UNE PALETTE D’ACTIVITÉS ESTIVALES.

LA NORMA, MIEUX CONNUE SOUS SON DOUX NOM DE « STATION COSY ».

POURTANT LA SITUATION NE FUT PAS TOUJOURS AUSSI FLORISSANTE…

22

HISTOIRE

© OT de la Vallée des Villards

Situé entre le massif de Belledonne et celui des Arves, au cœur de la Vallée des Villards, le village de Saint-Colomban accorde une place primordiale au ski depuis 1924. Dès l’entre-deux-guerres, la commune se voue au tourisme hivernal, offrant quelques pistes, deux hôtels et un ski-club. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, pour redynamiser leur économie touristique, plusieurs communes de la vallée décident d’installer un peu plus haut leurs stations. Ne se mêlant pas à cette dynamique, Saint-Colomban entame un déclin progressif de son activité et demeure en retrait des autres stations pendant plusieurs années. En 1957, quelques particuliers du village lancent un appel de fonds pour inciter les © Auguste Pittier, photo-édit, Annecy habitants à investir Carte postale datée de 1907, illustrant dans des actions. la Route du Glandon — Les Echers. Malgré une participation assez faible, Saint-Colomban parvient à se doter d’un téléski, puis d’un second en 1964. Leur action permet en 1973 la création d’une école de ski. Ce n’est qu’en1989 que la situation va réellement évoluer avec une reprise en main des fonds par la commune et leur

meilleur investissement, permettant l’agrandissement du village et l’accroissement de son attractivité par l’installation, notamment, d’un télésiège. En 1995, Saint-Colomban sort de son isolement et lance le projet UTN (Unité Touristique Nouvelle) de la Vallée des Villards. Fort de cette réussite et avec le soutien des communes voisines, Saint-Colomban propose un second projet afin d’obtenir la liaison « Sybelles ». Il y parvient en 2001 et se réaffirme comme une station-village incontournable de la vallée en prenant part à la création du domaine skiable des Sybelles et en regroupant ainsi autour d’elle les stations de Saint-Sorlin-d’Arves, Saint-Jean-d’Arves, La Toussuire, Le Corbier et Les Bottières. Aujourd’hui, fourni en infrastructures par plusieurs constructeurs dont Maulin Montagne, le domaine est géré par la SATVAC1 et la SOREMET2. Une belle revanche !

Saint-Colomban-des-Villards en hiver, c’est aujourd’hui : • 7 remontées mécaniques ; • 45 km de pistes de ski alpin ; • 04 79 56 24 53/www.saint-colomban.com

1. SATVAC : Société Anonyme des Téléskis de Villarembert Arves-Corbier 2. SOREMET : Société des Remontées Mécaniques de La Toussuire

Idéalement située près d’une sortie d’autoroute, à 10 min seulement de la gare de Modane, la station de La Norma, piétonne dès l’entrée, se revendique depuis toujours comme un domaine de ski familial au charme préservé. Lorsque fut décidée sa création, durant l’hiver 1972-1973, la crise économique régnait sur la France. « Pour garder leurs hommes au pays, les deux communes de Villarodin-Bourget et d’Avrieux eurent alors l’idée de mobiliser leurs forces autour d’un projet commun : le lancement d’un complexe de sports d’hiver », explique Antoine Pla, actuel président de la communauté de communes du lieu. La municipalité d’Avrieux, qui disposait de ressources importantes grâce aux revenus issus de la centrale EDF et du parc de souffleries de l’ONERA1 implantés sur son sol, apporta les fonds nécessaires à la concrétisation du projet, tandis que celle de Villarodin-Bourget assura la mise à disposition du foncier. Dans la foulée, hébergements, remontées mécaniques et premiers employés prirent possession du site. Depuis lors, une partie du budget des deux communes est affectée au fonctionnement annuel de la station – entre 4 et 5 M€ par an sont investis dans les remontées mécaniques et aménagements durs –, qu’encadrent collégialement les 12 élus composant la communauté de communes en partenariat avec le président de l’office de tourisme de La Norma et le directeur général de la SAEM2 Sogenor. « Grâce à l’intercommunalité, précise Antoine Pla, il nous a été possible de développer une station jouissant d’une très bonne réputation. »

Le télémark, une spécialité maison Au-delà du nom donné à la charmante crêperie montagnarde située au cœur du village de La Norma, le télémark, ancêtre du ski, est l’un des emblèmes de la station. Surtout pratiquée aux États-Unis et en Norvège, 23 son pays d’origine, la discipline s’est répandue depuis une quinzaine d’années au sein de l’ESF locale qui propose chaque samedi un cours d’initiation. Sébastien Portaz, ancien coureur de ski alpin3, originaire de La Norma, fut le premier à se convertir à ce sport, suivi d’Igor Fiard, membre de l’équipe de France et moniteur de ski, qui en défend actuellement les couleurs. « À La Norma, le télémark, c’est sacré. Nous sommes nombreux © DR à profiter des pistes, car les reliefs s’y prêtent vraiment ! », reconnaît le La télécabine du Melezet dans les années 70. champion en lice pour le circuit Coupe du monde 2013.

La Norma en hiver, c’est aujourd’hui : • 14 remontées mécaniques ; • 67 km de pistes de ski alpin ; • 04 79 20 31 46/www.la-norma.com 1. Office national d’études et de recherches aérospatiales 2. Société anonyme d’économie mixte en charge des remontées mécaniques et des recettes, créée par la communauté de communes de La Norma. 3. Actuel gérant du magasin « Relief », spécialisé dans le matériel de télémark.


Le 29 décembre à Orelle (salle des fêtes) SPECTACLE CABARET

À partir de 20 h 30 et pendant 1 h 30, deux chanteuses-danseuses et un musicien vous invitent à (re) découvrir les plus grands classiques du cabaret français. Pour une table à 10 € ou une chaise à 7 €, plongez dans une ambiance festive et pailletée le temps d’une soirée ! Réservation vivement conseillée. Contact : OT Orelle, 04 79 56 87 22 www.orelle.net

Du 10 au 12 janvier aux Sybelles LES 10 ANS DES SYBELLES

La grande fête débutera le 10 janvier par l’inauguration, au sommet de l’Ouillon, d’une stèle marquant symboliquement le lieu de rencontre des différentes stations du domaine. Pendant trois jours, les fronts de neige accueilleront un large public pour des activités variées, dont la Sybelles Glisse, une compétition de glisse (freeride, carving, Big Air) par équipe de 3 personnes qui sillonnera le domaine des Sybelles. Lot à la clef ! Contact : www.sybelles.com

Première grande course populaire de ski nordique en France, le Marathon international de Bessans attire chaque année plus de 1 300 participants. Les courses en style classique (30 et 15 km) auront lieu le samedi ; celles en style libre (5, 10, 21 et 42 km) et les courses pour enfants (2,5 km pour les poussins et 2,5 km pour les benjamins) le dimanche. Ce marathon populaire marie à merveille sport et convivialité, performance et bonne ambiance. Le public est invité à venir encourager les participants et à profiter des animations proposées par la « Team Nordic Cross » le samedi à 18 h. Départ et arrivée des courses du côté de l’espace Le Carreley. Contact : OT Bessans, 04 79 05 42 84 www.marathondebessans.com

Du 18 au 24 janvier à Aussois (front de neige) LA SEMAINE GRAND NORD

Au programme de cette semaine exceptionnelle : présentation de l’activité « musher » avec les chiens de traîneaux, cinéma en plein air, construction d’igloos ou encore tire

© Arc en ciel photos-OT Aussois

Du 11 au 12 janvier à Bessans MARATHON INTERNATIONAL DE BESSANS

Du 20 au 23 janvier au Corbier TROPHÉE MER ET MONTAGNE

Le Trophée Mer et Montagne est une rencontre sportive et conviviale entre les champions de la mer et ceux de la montagne. Elle réunit des sportifs de haut niveau ainsi que de jeunes espoirs. Chaque équipe est constituée d’un marin, d’un montagnard de renom et d’un jeune issu des ski-clubs locaux du Corbier et de La Toussuire. De nombreux défis et épreuves hautes en couleurs les attendent ! Contact : OT Le Corbier, 04 79 83 04 04 www.le-corbier.com

De février à mars, les mardis et mercredis soirs, à 17 h à La Norma PLEIN FEUX SUR LE FORT

Depuis la station de La Norma, prenez le départ en raquettes vers le Fort Marie-Thérèse. Une démonstration de forge traditionnelle et la découverte du fort ainsi que de ses souterrains éclairés à la lueur de la lanterne vous y attendent dans une ambiance conviviale. Un vin chaud et un repas montagnard vous seront proposés au cœur d’une ancienne salle de casernement. Réservation obligatoire : 04 79 20 33 10 Tarifs : adultes : 32 € enfants (7-16 ans) : 22 € Navette retour gratuite entre le fort et la station

© Franck Desprez-LGO

Plus d’événements sur le site

maurienne-tourisme.com maurienne.fr

et dans l’Agenda culturel du Pays de Maurienne sur

(activité regroupant les techniques d’escalade et de cascade de glace) sur le site de l’Écot, conjuguent pédagogie et dynamisme tout en s’adressant aux débutants comme aux confirmés. Contact : OT Haute Maurienne Vanoise 04 79 05 99 06 ou demander Christophe Moulin du CAF au 06 75 73 46 42 www.haute-maurienne-vanoise.com

Pour les sportifs amateurs de traces en espaces vierges, voici une course de ski de montagne tracée dans le grandiose massif de Belledonne. L’inscription est payante et deux parcours sont proposés pour se confronter à l’environnement et à soi-même. Contact : OT Vallée des Villards 04 79 56 24 53 www.saint-colomban.com

Du 7 au 9 février à Bonneval-sur-Arc pour les ateliers de cascade sur glace et le contest de « dry tooling » et à Val Cenis Lanslebourg pour les soirées 9e RENCONTRE D’ESCALADE SUR GLACE Les rencontres d’escalade sur glace, qui mettent à l’honneur le « dry tooling »

Le 5 mars à La Toussuire NOCTISYBELLES

La Toussuire accueille la finale des Noctisybelles, série de randonnées nocturnes dans le massif des Sybelles. Rendez-vous sur le front de neige, au niveau du télésiège Côte du bois, pour un programme sportif proposant une course sur piste en individuel

Plus d’événements sur le site

avec 3 montées et 3 descentes sur un parcours composé de 2 boucles de 220 m puis d’une boucle de 100 m pour un dénivelé positif de 540 m. Contact : OT La Toussuire 04 79 83 06 06 www.la-toussuire.com

Du 22 au 25 mars à Val Cenis Lanslebourg 3e ÉDITION « C’EST L’PRINTEMPS À VAL CENIS », SOUS LA DIRECTION ARTISTIQUE DE LAURENT GERRA

Le 23 février à Saint-Colomban-des-Villards (côté massif de Belledonne) LA SYBELLES-VILLARINCHE, 15e ÉDITION

Du 18 au 22 janvier Haute Maurienne Vanoise LA GRANDE ODYSSÉE SAVOIE MONT BLANC 2014

Événement incontournable de l’hiver, la célèbre course de chiens de traîneaux fête cette année ses dix ans et s’offre sept étapes dont cinq en Haute Maurienne Vanoise du 18  au 22 janvier avec 375 km et 12 500 m de dénivelé positif en perspective ! La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc est la plus grande course à étape au monde et s’adresse aux mushers expérimentés de longue et mi-distance pouvant aligner 14 chiens au départ de la course. Une épopée humaine et animale au cœur d’une nature enchanteresse. Contact : OT Haute Maurienne Vanoise, 04 79 05 99 06 www.haute-maurienne-vanoise.com

© Bernard Grange-OT Valloire

d’érable. La plupart des activités sont gratuites, hormis le repas et le ticket piéton en télésiège pour la sortie en raquettes au refuge de la Dent Parrachée. Ne ratez pas le moment fort de la semaine : le départ d’étape de la Grande Odyssée Savoie Mont Blanc sur le front de neige le mardi 21 janvier à 15 h. Contact : OT Aussois, 04 79 20 30 80 www.aussois.com

Du 14 au 17 janvier, en marge dudit concours, se déroulera le concours de sculptures sur glace. Dès le 21 janvier à 9 h, bienvenue aux équipes du monde entier qui se mesureront les unes aux autres à partir de blocs de neige. Le public pourra librement observer les artistes pendant leur travail et ainsi assister à la création de ces œuvres monumentales et éphémères. Le 24 janvier, dernier jour du concours, remise des prix à 17 h, descente aux flambeaux sur le massif de la Sétaz à 18 h et feu d’artifice à la nuit tombée. Contact : OT Valloire, 04 79 59 03 96 www.valloire.net

© OT Bonneval

24

© Marie Fumaz

Amateurs de glisse, à vos yooners ! Équipés de cette petite luge très maniable, préparez-vous à défier entre 8 et 10 concurrents sur une piste longue de 337 m de long avec 68 m de dénivelé et jalonnée de virages relevés ! À l’issue des 4 descentes, les membres de l’équipe ayant cumulé le plus de points s’affronteront en finale avec, à la clef, un yooner à gagner et un goodie pour chacun des finalistes ! Animations tout au long de la journée. Concours gratuit ouvert à tous. Forfait offert aux participants. Contact : OT Albiez-Montrond 04 79 59 30 48 www.lesalbiez.com

© OT Bessans

Le 26 décembre à Albiez, sur le front de neige du Mollard (télésiège des Échaux, piste bleue Le polytre) YOONER CONTEST

Du 21 au 24 janvier à Valloire CONCOURS INTERNATIONAL DE SCULPTURES SUR NEIGE

Du 22 au 25 mars, Laurent Gerra, en maître de cérémonie, reçoit ses amis à l’auditorium de Val Cenis Lanslebourg. Contact : OT Haute Maurienne Vanoise 04 79 05 23 66 www.haute-maurienne-vanoise.com

Du 12 au 19 avril à Saint-Sorlin-d’Arves LES P’TITS CHEFS À LA NEIGE

Rendez-vous ludique et gourmand pour tous les amateurs de ski et de pâtisserie ! Saint-Sorlin accueille tous les enfants de 7 à 14 ans pour un concours mêlant épreuve de glisse et épreuve culinaire. Pour les chefs en herbe, de nombreux lots sont à gagner et surtout des souvenirs à croquer ! Pour participer à ce concours gratuit, il suffit de poster une photographie d’une réalisation chocolatée sur la page Facebook de la mascotte Sorlinette. Contact : OT Saint-Sorlin-d’Arves 04 79 59 71 77 www.saintsorlindarves.com

Du 13 au 19 avril aux Karellis (au stade des Prés) LES K GAMES : LES JEUX OLYMPIQUES DE LA GLISSE !

Pour cette seconde édition des K Games, l’objectif est simple : réunir le meilleur des pratiques alternatives (snowboard, ski, yooner, etc.) pour des compétitions conviviales. Les fans de glisse sont invités à venir assister à ce show spectaculaire aux épreuves sensationnelles. Un séjour pour deux personnes aux Karellis est à gagner à l’issue des compétitions. Contact : OT Les Karellis, 04 79 59 50 36 www.karellis.com

Du 16 au 18 avril à Valmeinier (station-village) 37e CHALLENGE DES PROFESSIONNELS DE LA SÉCURITÉ DES PISTES

Cet événement unique et exceptionnel réunit les professionnels pisteurs français et étrangers durant trois jours animés d’épreuves sportives, de débats, d’échanges et de festivités. Contact : OT Valmeinier, 04 79 59 28 53 www.valmeinier.com

maurienne-tourisme.com maurienne.fr

et dans l’Agenda culturel du Pays de Maurienne sur

AGENDA

AGENDA

RETROUVEZ LES ÉVÉNEMENTS INCONTOURNABLES DE L’HIVER !

25


MERCI À NOS FIDÈLES LECTEURS

© Alban Pernet

10 ANS !

JOUEZ AVEC

JEU-CONCOURS

10 ANS DÉJÀ !

GAGNEZ UN FORFAIT

26

« SKI MAURIENNE SANS FRONTIÈRES » Skiez 5 jours dans 18 stations de Maurienne ! POUR JOUER, RENDEZ-VOUS SUR LE SITE

ski-maurienne.fr Qu’est ce que le forfait « Ski Maurienne Sans Frontières » ? C’est le forfait 100 % Maurienne, vendu 115 €. Il comprend 5 jours de ski prépayés à consommer au choix dans 5 stations de Maurienne pendant toute la saison d’hiver 2013-2014. Ce Pass donne également droit à des réductions sur les forfaits de ski journée pendant toute la saison. Il est disponible au guichet de tous les domaines skiables de Maurienne et chez certains distributeurs partenaires. Retrouvez toutes les informations sur ski-maurienne.fr Jeu gratuit sans obligation d’achat. Tirage au sort le 31/01/2014 – Plus d’infos sur ski-maurienne.fr

27


© Maurienne Tourisme

CET ÉTÉ, VIVEZ L’EXPÉRIENCE MAURIENNE

5 GUIDES ET 2 CARTES pour découvrir toutes les facettes de la Maurienne

Téléchargez gratuitement nos brochures sur

maurienne-tourisme.com


Destination Maurienne n°21 - Hiver 2013-2014