Page 1

E L L I F E 9 N N 00 O B -> 2 T N k E o C o N I B V


u s r Cu

s ) n n o s o i a ) i y m t l g a r n M e .. l i C e é. e u m s v i R fil r ( t r e a t r bj P e o ’ t rl d’a u C s n P . i on A i s. . . x e S v , i e l at s éf N arr r n . , . (E on us...titrées t lobo)...

s r u o c s en x u aa

s e l éco

e é n

p é r P

i t a

e t sténopé s so n o d o ( e u é id gentiq ..n.vumérique / ar ....couleu . o t rs en ......pho peint ure...

s i l n e a a é r 2 , s e re et iv t a t 1 n te

... pierre , l a t mé r boi, u s x ... avau hologie .. c n. io .....trin y at s m m p ra , og s pr , r ture pteu ....dessin, couture, pe uroréce e n , e u uistiq ine, ling a ic r é m art a ire de l’usique o........m t is h , s e ...... contemporaine, interventions, écoutes... nférenc o c dan , s e r t se , encon ...................r.cinéma ..e. xpre expérim em ssio ental, ét n co pl udes.... rpo ir relle . l . . ’ s , vo es.... re u t , c cale . p a ..s le ......dissertations... s , s . s, p c t i n . c u u . r e, lpt b e rf o o s) , i e t r t r rma x m ure éâ u h t e o , nce ar l n (c , st x u f e j s... , c ruc é s e h o r m i è t e , o t . p a . u . s ,p , s et s re, roj..m odélisation, programmation... or he é.n..a.réicriture ge..s..,..p...... a i ns r i a c l .. c .s é it r sc es, conce té g, tal n i s e o p p , t e ion, réali lat hage com s t s e f c f s a e , t ion ion... ue,.. .p h o to c q i t reont s u o o s. . . g ra p h ie , ti ac , s m e s g m a ra . g e , a c c ro c h e...vidéo, i..m p r .. .. . .p a . o è g . einture, re e , m is e e n i... . sit p a g e , re to u cherche m rn e io a c h e s .. . t iè r es/couleu D ns rs... ... 2

s,

r te

c é d

ve u o


VIN CEN T  B

ON NEF IL vin LE  :: n cen é  l e t. b on

2005 - 20

tre lité théâ a i c é p  s , rt   option a ,  L n o i t c e Obte 07 :: bac s

 6

nef  août ille@  1 gm 987 a il 06.7 9.51. .com 00.5 7

nu...

2006 - 2007 ::

n prépa aux écoles d’art à Rueil-Malmaiso Ange rs (o k)

2007 - 200 8 ::

Rueil-Malmaison (ok)

année propédeutique

 à l’ENSAPC

(Ecole nationale supérieur e d’arts de Paris-Cergy)

200 8-2 009 ::

deuxiè (vers un

me an

DNAP /

DNSEP)

née...

3


s :: 2 page

(Avant les études en art... le bac, les envies, les débuts)

et 3

a. pages :: 5 - 10

rçu e p a    CV, t r u Co :: 4 age p i c tes i ê   s Vou

Cursus général  pages :: 5 et 6 Travaux pages :: 6 - 9 Envies, conclusions page :: 10

(Prépa) Introduction, présentation... page :: 11 Travaux par thèmes pages :: 12 - 26 Envies page :: 27 0

(P r e m i è r e a nn é e à l ’ EN S A PC ) 1

pages :: 28 - 41

Intro, sommaire     pages :: 28 et 29 Travaux     pages :: 30 - 41

9 -6 60 s :: ge te, pa , si A X éâtre is, h a TR EX ce de t e jam ions... m è at (Pi om lustr rc il Hie rtes, e dis

b. pages :: 11 - 27

(Deuxième année) 2 pages :: 42 - 57

Intro, sommaire   Travaux, recherches Envies page :: 57

pages :: 42 et 43 pages :: 44 - 56

(Troisième année) 3

4

A suivre...


(Ava

nt l

es é t

ud e

Dep uis Per cev l e s c o al, J’ a i éco u r s é l eu le ém l a fair ent e d c ha n c a p p l i a ans ed q lag u ant i r e s j ed plu e, à us é la p si c l pei éda q u ’ a u ntu a taille eurs c ouvrir o g re ( u ture per de pie rps de n pan o g i e S l y c é e a q s j’a te r e m p u (cou re l ture arelle ective, , en p étier.. génér i n e r , e i f a i t . du n ré eux assa lum ma mac et au gio d t n i t h r s è r e t a i es m res ne, n Les p v t ech ail d par c o l a r ar d et r trico nom ises ité i n sien iver ub iqu efle t, cr tiqu en à b o n s e r i e t e s s o e s s te pra es, che (dè et d ; ( 7 e 8 c des uses r de t n t...) s i ) h tr ep m san que), cre, ca nique la 6 e) e savo . s ou dié avail d oyen résen le t i a l s r ligr u de e ra s t blie ’ des mode r de vail d aphie lair s (par équip d’exp ations s in re e e e e s co f s urs s tissu usain. et de m’a et sem xempl , de co ssion céniq .. p de m s et u e q l , e de ne p entre i-prof , un m labora u’elles es m’o u s i la la iness que tion ois n as c aut p t e i , r o s p in lois de c onn res, ap nnelle lein e . Et, qu mette emblé han e Je nt, n te , er le pris ), la e ce Des t... a con rmi s di s soit l’occa u-delà pra tinu n cipl ce qu a buc tages a u t s e dur iqu des ion le, o j ’est ines o sco her u ed ant rd’h une p de c ue lair l p a e onn (au f f r u i a a rati t n de nc es ui e oh it ra th de t a Qu que tm rou vail d’ éâtre ore de s pério ésion éc écho ebe ge, bo déclin a ver , és a , à é r c da p d f tan is, i ièce d’écrit es d un d’au quipe au cr açon u fil iqu l Il n ns u l ure ustr érom de oise non tres des e, s tou ’est ne é t a h m o e a f t sc nq éât orm ferm por t re cial n q re ue lié e tan uestio es, d en m’ ent d’ o- J’y t (ce nées m e b r h j t a n n ’ je a es n iod n ic ’ a a ’ r a t i o t b t v t utre erm s ret ed nt ais yna re po em i s s ap ituant ep rou ina ur h aidé à miq au- uis e se que d r l p v à éoc e... del roch e a and p ue) not cup à, d ujour mblen ’écha ... es... icap arfaire am au tra ((w n a d e t ve til m tio ’ pas ma és m mo ww vid n ra hui, form tou lons c éo a ent da rs de m ns qu .eco e n d ar te tau ppo ns m ’on ctu lep atio es t x), elle erc rt a e mo s fond ces p n: r e a a s v s ev a g um iste a atri pro n (20 rico l.co duc ux, 07le m)) onde. travai ces de s bien 2 t 009 ion ce q l qu’ s ). et, imue

s en

ar t .

.. le

b ac , les

en v ies,

les d

ébu

ts)

5


Dessins, peinture

r Ve

n su

c ba

re ai r té lit

de Gilgam Adaptation enfers)

(rentrée aux (Pour le bac)

Ecr (coniture d’u tinu fin 1 rne e nouv > fin elle i term llust inale rée )

Pér (1 miode de ois e réf n te lexio rmin n su ale) r Fau st de Goe the

Sommaire

m f8 sc 7n zfc d/ re ha /s et .n ox .b w w w

6

Th (lycééâtre e)

co nes o I . ’E el d) d r Bo ois ablet :: 1 m d i orm en Ce Folairem ( sc esh :

L’Ennemi d euvres de Jean Genet) (6-8 mois av éclaré : (adaptation d’o tournage) de ec une équipe, projet

Travaux

(niveau Terminale)

50+ petites illustrations (encre) -> p. 64


Réalisation avec divers matériaux afin de diviser la composition en parties : visage au fusain (vague, fond, empreintes de pieds à la craie), immeubles à la mine pigmentée, ainsi que les «habitants» (1) ; nuages aux pastels et aux crayons ; le reste à la gouache. Espaces (forêt // nuages, visage // forêt, lieu des «habitants» (1) // immeubles et émanations rouges) très délimités; effet accentué par des dominances de couleurs ou par la présence du papier apparent pour chacune des parties. Elles sont tout fois toutes en interaction les unes avec les autres... Avec le recul, tout cela me semble très narratif : présence de signes, de symboles qui me permettaient d’ailleurs de raconter le contenu, de parler là où il n’y avait pas d’explicite... ce qui me paraissait gênant. Monde bipolaire, symbolisé, excuse d’une composition de couleurs...

(1)

Sujet de la trace, «imposé» dans le cadre du baccalauréat ainsi que le format A0. Matériaux : gouache, fusain, craies, pastels, pigments...

7


Deuxième réalisation dans le cadre du bac... format grand aigle. Matériaux : Aquarelle, feutre encre (marqueur noir), graphite, crayon mine de plomb... Dans cette réalisation je désirais présenter les « habitants » en situation d’enracinement : faisant corps avec leur milieu... tout en évoquant un processus tout aussi lent mais les pétrifiant irréversiblement en les coupant de ce à quoi il étaient liés par un flux (à l’aquarelle). L’engloutissement les coupant de leur habitat est représenté par une absence de couleur, cernée au stylo noir indélébile. Une fois encore, j’ai choisi des techniques simples de dissociation  : crayon et marqueur, ou encore les différences d’échelle.

8


Troisième peinture dans le cadre du bac (format grand aigle ; aquarelle, crayon mine de plomb). Il est à nouveau question de dissolution, de disparition des corps, de changement d’état vers une immersion dans le milieu ambiant. Forme de transformation liant différentes parties entre-elles : les trois personnages, le lieu extérieur (la nature) se mélangent en couleur (d’où le choix de l’aquarelle) ; le banc, corps étranger, quant à lui, reste blanc (vide), détouré, hors de la métamorphose.

9


Des envies, des conclusions A la question de l’envie, j’aurais répondu différemment à l’époque,avec un soupçon d’ignorance mais surtout d’autres aspirations. De mes années au lycée, je dirais que la seule chose que j’en attendais était de faire des expériences et découvertes artistiques, culturelles... que ce soit au travers d’une période de théâtre, avec la réflexion sur les décors, les lumières, les costumes, le jeux (monologue dans Ce Formidable Bordel d’Eugène Ionesco) ou encore grâce à l’écriture, à l’illustration d’une nouvelle jusqu’à sa réalisation finale (mise en page, reliure). Une période de rencontres autour d’œuvres littéraires accompagnées de nouveaux essais de techniques (calligraphie, modelage d’un visage...). Des petites choses qui m’ont permis de tenter, de tester et de m’intéresser entre autres à la photo argentique mais pas encore tout à fait de me positionner face à tout ce que je découvrais des arts, des artistes influant leur temps, leur époque tout en s’exprimant. (Croquis 10/20 cm encre, gouache).

10


4. Phot os pou r

humain embarq ué :: p. 28-29

3. Dessin, espac es :: p. 17

-27

2.Vidéo :: p. 15 et 16

de ûr r s e rée êtr 1. Peinture, installation :: p. 13 et 14 ur me c de o p e is pa é s d s-à-v ole r p p i en e tem rer v e l’éc e llé a su el nt ed uis endr e ras je te s cell iré s r i t , je pu re,at r p de m née rt, . a ) u ’ n a o , è . ts.. i p ’a s ê s d ut p mer n é r d r e r e é e i d p r n ’int étu surto ’affi En fi s ma ette d o l o g d s s e m re is ai n e. sc sl ent an le ma s, de suivr e fais hoisi tech c d x j r c u o s er ire vea nu ne éc enta ù pou n (où rs, je velle i u t o u o n con ns u plém ver o m)) ais onco s nou de o , a c ur m s . l p c l u o n a le ei o P is rd su rizo aru t tr eil-M x tro se et tre ères o e . e n h w u u it x n re rep e R mis a la da (ww vra eau ( i s d v u e u e d d o ll a, is en qu rs, ce C)... A iném d , e s c e P c ng NSA ar le tion A a ’ E p d ( p u nt occ rgy Ce mme s pré ta lle no ouve n 11 De

a p é r P (

)


1. Peinture, installation Les cours de peinture m’ont permis d’envisager les projets d’une toute autre façon... Dans un premier temps, j’ai surtout travaillé l’idée d’espace, de perspectives... puis j’ai réfléchi à mes choix de couleurs, à mes palettes et à leur influence dans une composition (notamment sur perception des espaces). J’ai affiné Comme projet final, j’ai proposé une installation dans l’ascenseur central de l’école (craft découpé / peinture pigments / calque blanc).

12


Ec o l

e de

2. Vidéos Initiation lors d’un workshop vidéo, tra vail sur FinalCut, utilisation d’une caméra pour la première fois... cadrages parfois approximatifs, scénario intuitif, comme une prise de notes. Je tente, je découvre des ou tils, m’intéresse aux images, à ce qu’elles racontent: comm ent les agencer, quel rythme donner, comment les intercale r... Au-delà de ces balbutiements, de ces réussites et écueils , je porte un regard sur le lieu, ces escaliers de passage et ces volumes protagonistes. Cette première expérience m’e ntraîne à envisager le montage, l’image dans une temporalit é, à détourer les objets, j’ai une autre approche avec le dessin, la peinture...

As ce ns eu r

Ruei

l-M a

et es ca lie rs

Asc ens eur

su r4

lm ai

so n

éta ge s.

Couleur, 7’10’’ // 4’

Prises de son durant la performance + Raum 1 (Compositeur de musique électronique minimale : Pole // Album : R)

13


INITIATIVE de création d’une jaquette... 14


Cibles p. 16 et 17 inimale) (Installation m

Ci b

ta le:

ble

p. 1 e h ) fri c ur (suite s u a

8

3. Dessin, espaces

- 21

p.

24 2

2

es t») r rtu pein

ve ier u O pap

o dé i (v

«

15


16


Se E L dr

ca me e l IB ns o m n -

C da

c e é les » ieu c tu). s o l g si rop « an ns ce (In- pter p o t e t r en suje u da seu é d’ ée d e m r ea en cid id le le ga pris ouv l’asc i dé ns l’ ttend s » é a a le t, ai j’a àn t oje p, j’ iller ier e de, e... D sent « cib plu r p l s t o u a ce rksh trava esca ertit iscrè i lais e de ur l troi s n o u l’ n c o in d u Da n w n de le : e in ple, n q diza nt, p ux o tatio ed’u casio l’Eco ongu sim nsio une es so es de n ro t le r aoc l de ne l rme uspe osé s. Ell Seul ts e iren nt pl is tra rès u ne fo de s disp hor ard. pac il att es so s, ma es Ap ur u ints , j’ai n de reg com sole autr toit tain po s po hose et e es au ques du .. D’ r les t cer ce tre c école ssibl dis ière ent. e, su rs e s om e au ns l’ acce t de lum vem la ru calie c l e da rt, in men nt la mou dans es es un vec ur ’ s d e l A pa tam voi t de ole, uis oi ce. che s um n c o n p é e r pa pro n pl e n i r rée e l’ s u d e o e ’ p sl ap nt e cett . qu rd, c rs d bles . n e n x e o t i ga s ho vis cole sti e da cet lém que vau e e e a e t u é é d cé ten e l’é t q clat te qu me urs, es tr ité n s d é ê o c e e j i p r les m u m e, s m pl ale trait s comd’un se to dan sim lu... sal g it é abs rend ilité éres nte , sa up p a t a n o f Il é sitio me visib ’int écur ositi auc e e po ul, j e, la ts, m est r disp nt b rec spac poin que ce m’o l’e urs ati de ilité m e é té ob i l s ob gère sa m r p lé s, La yen mo

17


18

Je prends conscience que cette difference simple d’une image à l’autre m’inspire. J’intègre quelques cibles réalisées sur place sur une série de pylônes, dans l’axe des regards venant du bureau... Ainsi j’ai voulu construire, d’un coup de peinture, une composition accentuant la profondeur, guidant les regards. La perte lors de changement de médiums est un sujet que je vai natrellement aborder quand je ferai de la vidéo avec l’impression que c’est un aspect fondamental.

CHE EAUX  SUR  FRI CIBLES : TABL

Dans la continuité de l’installation proposée dans les murs de Rueil («Cibles»), j’ai cherché des lieux où exporter ce genre d’éléments. Après quelques repérages, je retourne dans une friche (anciens bureaux) et suis saisi par l’impression de profondeur de ces grands espaces vidés. Au passage, dans un bureau au papier peint bleu-vert, j’aperçois par une série d’ouvertures encadrées, côte à côte et à même hauteur, une des salles centrales... En prenant une photo de ce cadre, j’avais déjà pu voir comment le décor en second plan devenait, fixé dans le temps, un tableau déjà encadré et accroché au mur sans la moindre retouche. Cet effet de profondeur, opposé à celui de bidimensionnalité de l’image fixe, encadrée, autour de laquelle on ne tourne plus, on ne marche plus, m’intéresse...


Autre lieu, autre dĂŠmarche...

19


20


21


Ouvertures

22


De fil en aiguille et sûrement parce que mes propositions précédentes tournaient autour de la notion d’espace et s’intéressaient au rapport que nous avons avec, j’ai imaginé un espace tridimensionnel. Là où j’aurais pû user du dessin ou de la peinture, il me sembla plus judicieux de réaliser cet espace fictif en vidéo. Pour commencer, j’ai travaillé avec 3D Max (logiciel de réalisation d’éléments en 3D) puis j’ai obté pour un logiciel plus simple afin d’obtenir un rendu qui le soit également.

pression de motif. Les points de fuite, et donc là où le regard peut aller (là où la caméra passe), se découpent sur l’arrièreplan, blanc, vide, au-delà d’un ensemble gris-noir. C’est dans le mouvement que la profondeur apparaît le mieux, quand les colonnes de premier plan bouchent ou libèrent l’arrière-plan qui défile au regard.

Ainsi, la vidéo, le mouvement, le temps se retrouvent décomposés, le flux d’images semble s’arrêter : l’image, immobile, divisible, aparaît. Je constate que plus tard j’ai réalisé des projets qui vont dans ce sens-là : présentation plus loin de photos automatiques pour humain embarqué ou vidéos produites à l’ENSAPC (Back to Back).

En traitant ces images comme un long travelling, j’ai donné l’impression que la caméra était sur un rail, automatisée pour aller et venir dans cet espace... assez vite. Par la répétition des mêmes images (motifs, formes), une impression paradoxale de lenL’important pour moi était de créer teur prend place tant les «ouvertures» idenen image un lieu où la perspective se- tiques se succèdent et persistent sur la rait marquée (j’entends par là que rétine. La diffusion rapide de la même l’ensemble proposerait de nombreux image se résume, naturellement, par une points de fuite) et qu’ainsi, dans la ré- impression d’absence de déplacement... pétition des formes, il serait possible pour qui se déplace, virtuellement, sans d’évoluer en dedans et d’avoir l’im- bouger réellement, dans ce lieu.

Il me semble que cette vidéo initie en effet la suite de mon travail... et pose la question de l’image dans le temps, de la virtualisation du réel ou juste de la représentation de ce dernier et de notre place face à ces images. La façon d’évoluer dans la réalité tactible ou non est au centre de mes préoccupations en fin de prépa... En effet, cette observation m’a aidé à réfléchir au rapport du corps à l’espace, à notre capacité à le visualiser, aux limites et aux différences entre le réel et le virtuel (essayer d’aller plus loin qu’un constat d’opposition entre les deux).

23


24


ué q r a b e) em n femm i u o a e ...) mm um le : h es yeux re (ho r d u t t n n u e e cem po f est assez simprêt à tanter l’av s , empla s o e l t u a o es ép vidu p positi iveau d 4. Ph Le dis ver un indi n ( e r u te... > Trou

n ricatio ) b a f , s ué Plan re-plaq

(bois, c

ont

ê es la ur sa t s ie de m r r é e nser à s c e a e l p n p s i u à a dre te» (ce em > Pren e «boî z solid outiennent r n e s u s r a e t n oi as ge fection oîte» s paules qui l er à aména b « e t > Con t s é des ue ce t pen orte q t au niveau ), et surtou s n e > Faire , au confor n marchant . té e x é légère if est porté eau des yeu , équip mè) e u q t i i v r o i numé s (intervall er dispos erture au n ( e u q v hi glé ntr une ou tograp tervalles ré l’objectif e pter o h p l i n r i e laisse umière à ca appar e de vues à r u n o u p r l pris arque ive la . n trou > Emb gramme de e creuser u r qu’il reço porteuse).. o u d a r l o d’un p pas oublier et surtout p teur (ou de r e . dio au u a r u tre). N au besoin.. yeux du po istre e projet se s g r i e e t l r r t n o n s e c a et c un dans , de coms, dev e r v e o a é h f u e i au d osit rler barq e disp rsonne em nvie de pa le voit... l r e t plé pe qu’el ait l’e > Com cas où la sentir menter ce

Appareil photo

Baldessa ri a égaleme nt réalisé ce type de perform ance en utilisant un intervall omètre.. . Démarche situationniste que je réfléchi et révise encore aujourd’hui.

Enregistreur (MiniDisc) +micro + écouteurs 25


> Au final, une trace des lieux visités est gardée...  Obtention d’une série photographique qui se veut objective, neutre, dégagée de tout choix, de toute volonté...  avec dans l’idée que la photographie aurait, elle, sauvegardé l’image d’un présent pas forcément intéressant. L’enregistrement audio sert lui de mémoire continue, de liant entre ces photos.

de > Pour moi, le plus important était surtout de me confronter à cette série Je me ville). la photos, vis-à-vis de mes souvenirs (j’ai marché 1h30 à travers suis aussi interrogé sur ce que notre regard a de différence avec l’art de filmer, de cadrer et, bien sûr, sur la façon que nous avons de regarder... ou bien de voir, sans attention.

R SUR  LE  TE

> Les photos sont prises à intervalle programmé (à 1 minute) et donc indépendament de la volonté du porteur. Le matériel audio servira lui de lien entre ces photos « aléatoires »... d’une image à l’autre.

RAIN

> Laisser le sujet porteur du dispositif errer où bon lui semble...

> C’est une réflexion toute simple mais elle est selon moi fondamentale pour qui doit filmer (en dehors du sujet) : comment faire le tour d’un objet, comment le dépasser, comment l’aborder pour le cadrer au mieux ; le cerner. Je n’ai pas réalisé cette mise en place désirée qui aurait dû confronter le public à un écran vide à remplir par l’imaginaire, l’immatériel sonore... 2

1

Projection d’1 photo/minute

Porteur filmé à distance

et audition de ce qui a été enregistré (synchronicité)

26

xtra ns E a d re érai n i t I

1h30 assis...

2


En prépa, les cours de peinture ou bien de dessin m’ont beaucoup intéressé par l’approche académique qui était donnée à ces pratiques. Je n’y ai toutefois pas trouvé de réelle motivation artistique en dehors de la technique. J’ai voulu travailler sur d’autres supports, essayer d’autres médiums qui questionnent d’autres champs... L’outil ne doit pas être, selon moi, le point de départ d’une création. Afin d’exprimer, de créer, il faut trouver la forme qui se prête le mieux à un projet, à une idée. Je ne suis pas pour autant opposé aux recherches qui permettent de décloisonner, d’adapter, de comprendre un médium. C’est pour cela que j’ai essayé de diversifier les moyens, que j’ai envisagé plusieurs scénarios de travail, plusieurs approches pour trouver la forme qui me semblait la moins contraignante, ou mieux, la plus à même de répondre à l’ensemble de mes objectifs. Il me semble que la grosse différence entre l’avant et l’après-prépa (en dehors de la rencontre de professeurs professionnels, spécialisés et à l’écoute) fut tout simplement le regard porté sur les médiums, la réflexion sur ce qu’ils impliquent, sur la façon dont l’œuvre est perçue... En somme, un début de sens critique (et autocritique). J’ai beaucoup aimé travailler en groupe: esprit d’entraide, de coopération, de dialogue... Le choix de Cergy (ENSAPC) se fit naturellement par envie de poursuive une réflexion riche, de multiplier les expériences. J’ai envisagé l’entrée dans cette école comme le moyen de découvrir d’avantage... et, sur ce point, j’ai été comblé ! 27


1 .PHOTO : P. 30 2 .VIDEOS : P. 31 - 39 3.TEXTE : P. 40 et 41

CHASSE GARDEE :: 31 PAS UN MOT :: 32 et 33 PETITS MOTS ENTRE AMIS :: 34 et 35 L’AUTRE BOUT :: 36 AT(TE)NDUE :: 36 et 37 BACK TO BACK :: 38 et 39 EXTRAIT DE MA PIECE DE THEATRE... (DEMAIN COMME JAMAIS) + résumé

28


(Première année à l’ENSAPC) (Ecole nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy) ((www.ensapc.fr))

La première année à l’ENSAPC est une année particulière. Elle a pour but de préparer les élèves à leur intégration dans ce que sont vraiment les écoles d’art, et plus particulièrement celle de Cergy... A savoir un lieux d’expérimentations, de recherches sur différentes téchnologies et formes d’arts. La première année est une année « bac à sable » où tout le monde est lancé et confronté à l’ensemble des disciplines enseignées à l’ENSAPC (éventail sur l’année). Nous avons également bénéficié de cours d’accompagnement et d’apprentisage général en histoire de l’art, en Anglais, en philo... et par ce qui était appelé « Sortie à la bibliothèque » : heures d’échange sur les expos, livres, pièces, films vus, entendus, visités... Par ce panel varié -une vingtaine d’Arcs (experimentations, ateliers libres), de cours (théorique, recherche), de studios (thechnique, spécialisation d’un médium) sont proposés à l’ENSAPC-, nous a été donné la chance de multiplier les experiences, de ne pas se cloîtrer dans une seule pratique.

J’ai réalisé une bonne dizaine de vidéos..., Sélection des projets les plus importantes Moins de productions, plus de découvertes, d’exigences.

Recherche autour d’une narration. Débuts de scénarisations... Sus-titres, codes utilisés comme language. Conférences, intervenants... Recherches multipliées en vidéo... Découvèrte d’une école, d’un fonctionnement. Cours sur l’art en lieux publics... Workshop photo, expo Cours de cinéma, de vidéo... Cours d’histoire de l’art variés. Philosophie, regard sur l’art comme objet de désir moderne. Accrochages... Cours d’esthétisme. Découvertes de champs de l’art numérique... Regard sur des mouvements de l’art, sur ce qu’induisent les différents médias. Histoire de la musique du Moyen Age à nos jours. Systèmes assistés par ordinateur Cours de littérature... Cours sur le langage, les systèmes sociologiques. Début d’écriture d’une pièce de théâtre. Histoire de l’art américain. Cours de danse, sur la place du corps dans l’espace et face à lui-même... 29


1 . PHOTO CHOISIE A LA FIN DU WORKSHOP

Illustration de l’affiche de l’expo

30

Format A2 (plastifié, imprimé sur traceur, collé sur carton plume...)


2.VIDEOS

Chasse gardée... Bruit de la forêt, point de fuite sur l’horizon... Un long clignement d’œil. Lenteur, regard posé sur les bruits et les silences... Apparition avec la lumière puis disparition dans le noir... Durée : 4’ (Explications complémentaires dans les autres vidéos.)

31


Pas un mot On n’entend rien (aucun son). Le sous-titre est là pour traduire une information pour la rendre accessible (d’une langue à l’autre). Autrement dit cet outil a pour but d’aider à comprendre ce qui est visible ou entendu durant une vidéo (ici, ce n’est pas le cas ; il mène ailleurs). Le braille nécessite connaissance des signes par le touché et donc, de par l’utilisation de ce sens, du temps, de l’attention... c’est notre relation à la matière (et à l’espace) mais également notre relation au temps que je questionne via ce médium. Comment appréhendons-nous ce qui nous entoure? Je traite comme dans mes précédentes pièces de ce qui me semble nous ramener à la réalité tangible et de ce qui nous en éloigne... Durée 1’30’’

32

― Début d’une série de vidéos sous-titrées Pas un mot est un travelling avant en voiture... La route dans le tunnel va et vient de gauche à droite puis retourne à droite avant de... Les phares l’éclairent dans ce lieu aux ambiances orangées, jaunes, mais où règne pourtant un climat d’austérité du à l’enfermement, au béton. L’horizon bouché par ce dernier pourrait se découvrir si seulement le travelling ne prenait fin, ne redémarrait, ne s’arrêtait... si seulement ce frustrant va-et-vient sans fin en prenait une.


33


Petits mots entre amis

Utilisation de la boîte réalisée en prépa... But de la manœuvre : effectuer un trajet simple entre deux points... à vélo. J’ai utilisé cette base vidéo pour m’essayer à un travail audio. Les sons enregistrés durant ce court périple sont étranges (grincement de la boîte, métal, forte respiration). J’ai ajouté à cela une modification des couleurs (assombrissement progressif)... Le son est décalé de 3 à 5 secondes par rapport à l’image, parfois au ralenti. J’ai tenté des superpositions qui viennent s’ajouter à celle du braille énigmatique. Mon travail est alors trop chargé, plein de pistes. Je cherche...

34


Durée : 7’ (version courte : 4’)

4’ (courte) / 7’ (longue) 35


Atten(Te)ndue Plan fixe... Simple apprentissage sur l’optique d’une caméra... Blooming et autres faisceaux «gênants». Mais, comme pour moi, la couleur peut suffire... J’ai quand même gardé ce rush impur, ces plans choisis... Au final, une ambiance s’en dégageait, un rythme. J’ai rajouté une respiration mouillée, lourde, engluante (audio) : une matière suggérée, primaire, apaisante dans l’agitation. Lenteur, contemplation dans un monde de la vitesse. Constat d’un quai qui s’en va.

L’autre bout... Petit projet... 1’30’’ Travail sur le son, ambiances aquatiques, métaliques. Images de reflets. Accentuation de l’impression de confusion, de superposition des images.

36


37


Back to back

La place du son dans mes vidéos a pris de l’importance. Dans celle-ci, il est présent sans arrêt, fort, brutal, répétitif, assourdissant (quelques modifications sur celui capté par la fenêtre du train). Et, comme dans Chasse gardée, il est question du temps qui passe, de l’attente, de la lenteur d’un point à l’autre, d’une image à l’autre, d’un début à une fin... si fin il y a. Dans cette vidéo, il s’agit en effet d’une boucle, ou plutôt de plusieurs répétitions de mêmes bouts de séquence (de façon fluide, sans coupure). Là où, dans Pas un mot, les coupes (et avance/recule rapide) sont très visibles, là le flux d’images reste ici tendu vers l’infini... La possibilité d’accrocher le regard est plus grande. Comme dans Ouvertures (cf. prépa), la répétition très rapide d’images — ici le bois entre les railles — donne une impression de ralenti... Les images vont vite et se répètent, ce qui donne l’impresion que ces éléments s’arrêtent. On est clairement face au système de filmage au ralenti qui consiste à enregistrer d’avantage d’images à la seconde pour la faire durer. J’ai trouvé le décalage des vitesses intéressant et, au-delà, la comparaison avec le cinéma évidente en ce qui concerne le défilement des images, l’impression de mouvement. Cette vidéo réalisée en fin d’année en est sans doute une bonne synthèse. 38


39

NB: capture ĂŠcran dans le bon sens.


.… Sur... Saut... Suspend. Des gens... Me veulent... Pressant le pas. Que tout avance... Poum, Poum, Poum ! Du meilleur au pire ? Est-il mieux d’attendre... Que ma tête s’en remette... Et que tout reprenne place... Pour réfléchir ce qui me vient... Voir ce qui à ma rive n’advient ? Passeur des passés, des sources. S’asseoir et se voir en reflet... Soi, ici, à la barre posé, fort. Attente... attendrissante... Attendre... Attendre... Attentes... tendues... Ou sourire ou périr ? Ou sourire de souffrir ? Un sas avant des passés… D’être d’autre rive en visage ? Présage du naufragé... s’aborder ? D’autres rides au passage... y aller ? Partir ou s’abandonner aux siens, seul. Construire, sûr en soi : survivre, être ivre... Dé-construire, courir et mourir : se sentir libre. Ou oublier au masculin et sans « e »... l’oubliée ? Des rives en visage où se nicher et écrire dans l’âge... Inspirer puis s’exprimer... ou s’exprimer sans respirer ? Faire une pause... lente suspension sur l’abysse qui prend. Poudrière... poussiéreuse... oublieuse des oubliettes à mèche. Sur un lit de mots qu’on prend pour des cailloux... des grains... Du temps pausé, allongé, sur la grève, la peau salée, toute sablée. Ces montagnes, belles majestés, face à l’inconnue des horizons nés... Grains qui aux vents et mers azurés tenaient têtes en un long silence.

3.TEXTE

Texte pensé pour être un dialogue...

40


Et les plus grands réduits au nombre de leur taille... passés, passif, ici. Du temps à naître... à n’être plus rien, une masse, sans couleur... Une autre rive... une rivale qui s’éclate de rire au rocher. Qui s’entend vivre dans une vague ivresse tangue... Comme les gens mélangés d’êtres... houle. Poum, Poum, Poum, Poum ! Ce on qui n’est rien. Ces mélanges... Ces sons... Cessons. Ce con. Qu’on. Ce on. Con. On. ... .

Extrait de ma pièce de théâtre

présentée en cours de littérature et retravaillée plus tard en audio (2e année)... résumée ci-dessous. Site et costumes     p. 58 - 61 La grande CoMédia contrôle absolument toutes les com...chevauchement de répliques, munications et les connaissances qui parviennent aux hapolyphonie des personnalités, bitants, les traces du présent, du futur. Une mémoire bien sources narratives multiples... gardée. Un homme se lève, il est dans un train, il va il ne sait plus où... Il rentre en fait à Veugle, petit monde imaginé, riche de passés, de contes. La petite fille qu’il rencontre dans le wagon va le guider dans ce monde attaqué sans cesse par une vie écrite, parfaitement ordonnée. Il lui faudra d’abord se souvenir du nom des choses, en inventer quand il peut, se sauver quand il veut... se rendre à Veugle avec cette petit fille qui réenchante, qui désihnibe les mémoires d’une pelote de couleur posée dans une poche. Les H0 (hommes tous identiques obéissant au Grand Médiateur) vont et viennent. L’homme du train se réinvente un nom... L’homme du train est recherché... L’homme du train attend son oncle. Cela pourrait être son père, ce géant, ce fou qui l’abandonna sur une foire. La petite fille est là pour le guider et attendre... et puis le regarder dans les yeux, y voir des caves... lui rappeler ce qu’il ne voit pas, le rendre à Veugle. Mais, dans cet oubli général, elle ne sait plus où elle en est. Seulement voilà, tout pourrait recommencer sans s’en rendre compte... dans l’oubli général [...] 41


3. 2.

STALAGMITE p. 51

LIGNES

p. 49 et 50

(libre) > Structure sur 2 étages

5.

(cours d’édition)

1.

> Compositions dépliantes, volumes

VIDEOS

(cours de cinéma) > L’hareng sort. > Premier Regard

+ EXTRA > Site web > Disertes

42

p. 53 et 54

4.

FICTIONS IDENTITAIRES p. 52 et 53

p. 44 - 47

PEINTURE

(ARC “Plateforme expérimentale”) > Carte d’identité > Loi fictive

(libre) > Paysages et portraits... Imaginaire de couleurs

5’

PEINTURE p. 55 - 57

(libre) > Espace géométrique (Rue) > Visages d’un même instant...


(Deuxième année à Cergy) Il faut bien dire que la première année fut déroutante... Nouvelles façons de travailler, équipe de professeurs très nombreux pour un panel de cours étonnant tant par sa richesse que par sa diversité. Mais je crois que j’ai surtout vu à quel point une réflexion peut être pousser, comment préparer un travail en amont. Je n’ai sûrement pas eu la chance de rencontrer les bons interlocuteurs... ou plutôt j’ai eu du mal à gérer les différents sons de cloche qu’ont déclenché mes approches, mes travaux, mes recherches. En  deuxième  année,  avec  le  choix  des  cours,  je  me  suis concentré  sur  le  cinéma. Oui,  au  sortir  de  la  première année,  les  cours  de  cinéma  me  semblaient  la  meilleure façon d’apprendre à traiter mes images, mes idées, d’acquérir une assurance, des réflexes, à glâner les conseils de montage... Les autres cours choisis coulaient de source et tournaient autour du langage, de la modification d’environnements  par  ordinateur,  de  la  réflexion  sur  l’es- In dé p en da n ce, a ut ocri tiq ue , per s on n al it é, thétique,  du  regard  sur  les  comportements  sociaux pertinence et curiosité sont à mon avis ce qui était le face aux œuvres, au son, à la vidéo comme narration... plus demandé à Cergy... J’ai travaillé dans ce sens.

43


1.

VIDEOS (cours de cinéma) > L’hareng sort.

I

II

III

44

III

IV

Tout ce raffut. Je dois me concentrer. Toute cette foule... Il n’y a personne d’habitude à 7 heures, là… Quel quartier paumé ! Des tramways. Des bus. Des trains, comme toujours mais bondés comme si... Je n’ai jamais vu ça, un jeudi matin ! Une couverture de bruits, des crissements étouffants tous les cris et l’ennui du matin. Tout est en place. J’ai insonorisé tout mon appartement histoire de crever les yeux ouverts… ceux des murs… Les serrures ont des oreilles. J’ai tout bouché, je suis à l’abri mais je n’en n’en dors pas mieux pour autant. Mes plans lumineux s’incrustent en pleine nuit et m’enlèvent au sommeil. Je ne pourrais pas vivre dehors, dormir dehors, dans ce chaos. J’aime mieux dormir seul, sans ma voisine, sans mon voisin, sans mes voisins rendus au silence… L’hareng sort : je suis prêt. J’ai voulu me fondre dans cette glue ce matin… me faire plus gris que je ne le suis déjà, être un touriste exemplaire à Paris, se...

Il s’arrête. Je n’aime pas me déguiser ainsi… l’invisible invisible : tous ces codes ! C’est le métier qui rentre. On se fait tous des films. J’essaye que le mien soit au mieux une série B. Dès ce soir, je calculerai l’audimat de mon anonymat bruyant dans ce monde grouillant. J’aurais voulu être de l’autre côté cette fois… être dans l’a (…)

Sous-titres (avec des vraies lettres, cette fois !) Intervalles d’une phrase à l’autre... Attente... dans le silence, écran noir. Le rythme dans la lecture crée des accélérations, donne aussi un autre sens à ce qui est vu, entendu ou non. En somme, le texte vient dramatiser, élar gir l’intrigue à l’hors cadre. J’ai travaillé à une

unité de temps, d’espace, d’action... Puis  apparition  d’un  homme  qui  marche  dans  la rue,  qui  en  suit  un  autre...  entre  ses  pensées  et celles  du  porteur  de  la  caméra.  Il  finira  à  terre, dans  le  bitume  grisonnant  d’un  Paris  au  ralenti. Image en décomposition d’une disparition annoncée... 


45


> Premier Regard

Caméra portée à la main, prise de note d’un lieu, dans ces raies de lumière. Observation des ombres coupées par l’architecture de béton ; simétries de lumières emplissant les lieux et s’en allant au retour d’un train inaudible... comme si le soleil disparaissait. 46


Retouches (sur AfterEffect du titre) de cette pré-version aillant survéccu... la pellicule noir et blanc que j’ai filmé par la suite avec une Baulieu (caméra à film) aillant, elles, été perdue (par la boîte de développement en Allemagne)... 2’16’’ 47


2.

LIGNES (dans le cours “édition”)

H

10

H

11 Mise en page et imposition

Création de formes «aléatoires » vues sur petits formats  (≈  7x7 cm) et prenant un «sens» une fois juxtaposée correctement (vue d’ensemble, globale). L’observateur est confronté à des objets manipulables (livrets). Il peut composer, chercher d’autres formes avec ces modules. Chaque vue d’ensemble, abstraite, rend par l’espace entre les lignes, une impression de relief plus importante... des formes apparaissent, se complètent tel un puzzle.

Dessin composé entre livrets ouverts aux mêmes pages

Livrets fermés côte-à-côte A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

G

H

p2

p1

p2

p1

NB: Couleurs, lettres, numéros de pages non visible en vrai. Pas de couverture.

p1

K

... ->

K

p2

Continuité à l’intérieur d’un même livret et d’un livret à l’autre

p3

... ... 1

48

2

3

1

2 M

L

10

L

11

J

I 4

...

1

...

2

3

1

2 N

4

...


Ex. : 4 x 3 livrets ouverts (soit 12 sut 16) aux mĂŞmes pages.

M

A

N

B

P

D

49


3. STALAGMITE (libre) - en cours -

Intérêt de ce choix de structure : présentable en divers lieux car déplaçable, transportable. Proposition d’une structure sur plusieurs étages et donc visible, découvrable dans son ensemble en évoluant dans le lieu. Le plafond/sol gênent en effet la visibilité totale de l’objet. Je m’interroge là sur l’objet abordé sous différents angles. Autre situation, même problème de volume qu’une sculpture : un angle de vue est toujours absent au regard, à commencer par la face superieure.

50

1,50 mètre

3 mètres

1,50 à 2 mètres de diametre


4.

FICTIONS IDENTITAIRES ARC “Platforme Expérimentale” > Carte d’itentité >Loi fictive

R B A IN E S URBAINES ÉTAM O RPH O SES U MÉTAMORPHOSES ES M LES SUR L OI SUR LOI L

Article 1er

2008 1500 du 12 novembre 2008 pour l’organisation de la scène territoriale. Loi no 2008-1500 MPROIT811M913L DEVX0MPROIT811M913L NOR : DEVX0

La présente loi corrige la réglementation concernant les droits civiques et les garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l’exercice des libertés publiques : art. 34 de la Constitution. De ce fait, le non-respect de ladite loi est passible de sanction pénale pour entrave aux libertés publiques : code pénal, art. 4341-1 et s.

a d o p té , ont adopté, Sénat ont le Sénat et le nationale et 'Assemblée nationale L'Assemblée L s u it : teneur suit la teneur dont la loi dont la loi promulgue la République promulgue la République de la résident de Président Lee P L

cte Ier Acte A sch ém as aux schémas elatives aux Dispositions rrelatives Dispositions u b liq u e . publique. sp aces p es eespaces des e s tio n d dee ggestion d Article 1er Article le s concernant les réglementation concernant la réglementation corrige la oi corrige présente lloi Laa présente L aux accordées aux fondamentales accordées garanties fondamentales les garanties et les civiques et roits civiques ddroits la de la 34 de art. 34 publiques : art. libertés publiques des libertés l'exercice des pour l'exercice itoyens pour ccitoyens est loi est ladite loi de ladite non-respect de le non-respect fait, le ce fait, De ce onstitution. De Constitution. C lib e rté s aux libertés entrave aux pour entrave pénale pour sanction pénale de sanction assible de ppassible s. et s. 4341-1 et art. 4341-1 pénal, art. code pénal, ubliques : code ppubliques A r tic le 2 Article et physiques et capacités physiques ses capacités de ses possession de en possession individu en out individu Tout T de ’obligation de ans ll’obligation loi, ddans présente loi, la présente ar la est, ppar entales est, mentales m le dans le environnement dans son environnement de son spontanés de états spontanés aux états ’accorder aux ss’accorder s ’in s ta lle harmonie s’installe Cette harmonie collective. Cette l’harmonie collective. de l’harmonie espect de rrespect est fait est ce fait De ce individuelle. De l’attention individuelle. et l’attention l’écoute et ar l’écoute ppar d é ra n g e r visant à déranger mouvement visant tout mouvement illégal tout comme illégal onsidéré comme cconsidéré p u b lic d’aménagement public déroulement d’aménagement bon déroulement le bon empêcher le oouu à empêcher lo i. présente loi. la présente de la art. 4 de en art. résenté en pprésenté A r tic le 3 Article des respect des le respect dans le et dans paisement et ’un aapaisement ’instauration dd’un our ll’instauration Pour P est vives est couleurs vives de couleurs vêtements de de vêtements port de le port omniscients, le rdres omniscients, oordres son d’adapter son doit d’adapter se doit individu se chaque individu effet, chaque En effet, ncouragé. En eencouragé. des rythme des du rythme fonction du en fonction publique en vestimentaire publique pparence vestimentaire aapparence se il se où il géographique où condition géographique la condition de la et de emps et aisons, dduu ttemps ssaisons, d o it durée doit la durée dans la étendu dans collectif étendu aménagement collectif Tout aménagement itue. Tout ssitue. un par un approuvé par référent approuvé thème référent d’un thème autour d’un organisé autour tre organisé êêtre te rrito ria l. eprésentant territorial. rreprésentant

m ig ra n te s opulations migrantes aux ppopulations et aux minorités et aux minorités pas aux s’applique pas ne s’applique ne d ’a c c lim a ta tio n temps d’acclimatation Ce temps progressivement. Ce s’adapter progressivement. ayant à s’adapter ayant de ou de séjour ou de séjour cartes de des cartes validité des de validité période de la période orrespond à la ccorrespond m a x im u m au maximum pleins au mois pleins cinq mois jusqu’à cinq cela jusqu’à et cela tourisme, et tourisme, non. ou non. cumulés ou cumulés

Acte Acte III in a le s . ispositions ffinales. Dispositions D

r tic le 5 A Article c o m p o rte m e n le comportemen avec le désaccord avec en désaccord individu en out individu T Tout d ’e n doit d’en se doit concitoyen se autre concitoyen d’un autre publique d’un ’adaptation publique dd’adaptation ou préfecture) ou (mairie, préfecture) administrative (mairie, autorité administrative une autorité éférer à une rréférer ou nationale ou (police nationale l’ordre (police de l’ordre maintien de de maintien ncore de eencore m u n ic ip a le ). municipale).

Article 2

Article A r tic le 6 p ro p o s itio n s les propositions contester les de contester interdit de loi interdit présente loi la présente par la est par Il est Il in s titu tio n s aux institutions référer aux en référer sans en d’autrui sans métamorphose d’autrui de métamorphose de p o u v o ir le pouvoir ayant le et ayant juger et de juger droit de en droit seules en françaises seules françaises La adéquates. La juridiques adéquates. procédures juridiques les procédures d’entraîner d’entraîner les un place un en place met en loi met présente loi la présente par la décrite par métamorphose métamorphose décrite to lé re r doit tolérer individu doit Tout individu communauté. Tout en communauté. créé en ent créé processus processus llent d é c o u le n t. en découlent. qui en individuelles qui recherches individuelles es recherches lles

Tout individu en possession de ses capacités physiques et mentales est, par la présente loi, dans l’obligation de s’accorder aux états spontanés de son environnement dans le respect de l’harmonie collective. Cette harmonie s’installe par l’écoute et l’attention individuelle. De ce fait est considéré comme illégal tout mouvement visant à déranger ou à empêcher le bon déroulement d’aménagement public présenté en art. 4 de la présente loi. http://www.scribd.com/doc/10866675

Article A r tic le 7 to u qu’à tou ainsi qu’à seul ainsi individu seul tout individu s’applique à tout loi s’applique présente loi La présente p o litiq u e s affinités politiques Les affinités formation. Les en formation. ou en autonome ou roupe autonome ggroupe la d ite de ladite non-respect de pas llee non-respect justifient pas ne justifient religieuses ne ociales, religieuses ssociales, to u s . s’applique à tous. loi s’applique cette loi conséquent, cette Par conséquent, oi. Par lloi. l’E ta t. de l’Etat. loi de comme loi exécutée comme sera exécutée loi sera présente loi L Laa présente

cte II Acte A a c te u r s ou acteurs inorités ou minorités des m ôle des Rôle R to u r is tiq u e . vie touristique. dee llaa vie d

Fait à Paris, le 12 novembre 2008.

r tic le 4 Article A lo i présente loi la présente nationale, la l’échelle nationale, qu’aménagement à l’échelle tant qu’aménagement Enn tant E

p la c e : en place mise en et mise projet et du projet irecteur du D Directeur p r o p o s itio n : et proposition projet et du projet alidation du Validation V ID F . publique IDF. istribution : publique Distribution D

DÉPOSÉ À PARIS le 12 novembre 2008 EC LE PREFET AVEC EN ACCORD AV -1555 2008-1555. loi no 2008 préépparatoires : loi Travaux préparatoires Travaux Tr éd d’ t d ti ( i Di

i

lifié ) l 10

b

2008 (TL

o

221)

Carte d’identité pour deux anonymes... (taille réelle, plastifiées). Performance prévue pour leurs naissances (à venir). > Pour un monde meilleur le meilleur des mondes est imaginable... Dans ce meilleur des mondes des chois de société sont pris. > Une autorité est donc chargée du bien être collectif. Je ne remets pas en cause cette autorité qui régule, agence, organise, harmonise... pour le bien du collectif. Un point fondamental au sein de tout groupe reste l’individu et c’est pour lui que le meilleur des monde est -ou devrait- imaginé. L’individu doit sortir de son anonymat pour être dans la société... et donc identifiable. J’ai choisi de rajouter de l’anonymat dans la foule en créant une

J’ai également réalisé une loi (mise en page et contenu) sur des obligations sociales de déplacement, de tenue... L’idée de double, de copie me semble importante et j’y ai réfléchi : que signifie un tel act dans notre société favorisant le multiple, la copie ? Quelles sont les limites entre fictif et réel (cf: le rapport “Novels” / “Fictions” aux Etats-Unis... dissociation claire entre le fictif et le “réel”) ?

nouvelle identité, fictive (comme elles pouraient toutes l’être). Je pense en effet que l’identité donnée à un individu est hautement limitative et c’est pour moi une façon de questionner ce que sont réellement les outils de l’identification qui se multiplient.

Dissertations en cours de philosophie et d’esthétisme traitant de ce sujet dans les extras... A noter que ces questions sont traîtées tout le long de ma pièce ou les personnages sont dans une identité en devenir. Le décret interdisant le port des cagoules durant les maniféstations réactualise ce projet (le 20 juin 2009).

>> Biennale d’art de Venise "la dictature du spectateur" (2003) :: Au pavillon espagnol, Santiago Sierra impose au visiteur sa propre vision totalitaire. Il mure l’entrée du bâtiment, et seuls les titulaires d’une carte d’identité espagnole sont autorisés à pénétrer sur le territoire, dans le pavillon Espagnol. 

51


5 & 5’

PEINTURE (libre)

> Paysages / Portraits... Imaginaire de couleurs. > (suivi de) Rue et autre...

10 encres (stabilo) sur papier aquarelle épais... Format A4 (ébauches). 52


53


54


55


Projet initié en fin d’année il est en cours. J’ai à la fois volu me remettre à la peinture et chercher d’autres pistes de travail. Parti avec l’idée de paysages urbains (géométries) je me suis rendu compte que ce qui m’intéressait avant tout était la dé-humanisation de lieu, le vide de présence. Ce vide il n’est visible qu’à une condition : que plusieurs points de vus sur un lieu imaginé soient pris en compte. De ce fait, l’absence est visible. Ce qui m’amène à une deuxième piste de travail... l’errance. Par errance j’entends surtout la découverte d’un lieu dans son ensemble. Comme le ferait une caméra en tournant autour d’un objet fixé au centre de l’objectif. L’architecture n’est-elle pas le premier élément filmé, toujours présent ? Ce travail est donc aussi une façon pour moi d’aborder la question du cadrage (naturel en peinture). Les blocs qui forment les « maisons » sont hermétiques et le fil conducteur devient alors le poteau bleu et les fils électriques qui les lient les unes avec les autres. C’est l’élément central vers lequel se tourne la caméra fictive. Les compositions sont dans un premier temps dessinées à la main (imaginées) puis en suite rendues plus statique, plus « carrées », via un logiciel de 3D réalisant des rendus simples où je simule le déplacement d’une caméra dans l’espace virtuel.

56


Visages d’un même instant.

Autre réalisation d’un tout autre type puisqu’il s’agit ici d’un autre sujet. Même format, papier, mais autres techniques. Travail à l’huile, centré sur l’utilisation de couleurs, réfléchi autour de l’échelle d’un visage géant. Des couleurs et des signes pour évoquer colères et peur dans la division. Traces de pinceau, utilisation de matériaux naturels pour rajouter de l’épaisseur, du relief... Éléments en blanc : autre peinture (peinture lisse pour recouvrement mural), autre intention  : recadrer le contenu, limiter la place donnée au visage tourné vers l’extérieur... 57


58


EXTRAS (( Pages ))

60 - 63 : Pièce de théâtre : site, costumes, texte... 64 : Nouvelle illustrée... dessins à l’encre. 65 - 68 : Dissertation sur la place de la copie, du ready-made, de la «standardisation» actuelle. En + 69 : Vu, lu, entendu, fait...

59


SITE DE MA PIECE... Texte, costumes, vidéos... http://demain-comme-jamais.toile-libre.org/ Cf. Résumé

p.41

ESSAIS AUTOUR DE LA CREATION DE CE SITE

PRESENTATION

Menu fix

Défilement du texte vers la droit ou gauche selon la position de la souris sur les bords

60

+ redirection vers les pages adaptées au navigateurs


TEXTE

VIDEOS

1

NB: La page des vidéos est très simple et ne contient qu’un lecteur. Les vidéos sont hébergées sur un serveur indépendent... (pas d’intermédiaire tel que Youtube)

3

2

4

1 2 1

3 4

Onglets pour aller d’une section à l’autre (système présent sur tout le site) Menu avec mouseover (changement de couleur)

Lecteur audio (respirations retravaillées issues de ma vidéo « Atten(Te)ndue ») Texte et versions accessibles

61


COSTUMES

1

Zoom + navigation d’une image à l’autre

2

Menus ouvrables

3

Codes sources

++ Préload des images (page d’attente)

Ou

1

Ou

H2 personnage principal Homme de Veugle

AVIS DES LECTEURS

2

3

+ 62

ENCARTS DRAG’N DROP (déplaçables)


Ou Grand mĂŠdiateur

Hommes identiques, de passage

Fille de Veugle

L’oncle disparu

63


HIER COMME TOUJOURS Nouvelle illustrĂŠe... (Terminale) http://www.box.net/shared/zfc7nscf8m

64

(Encres)


DISSERTE Deuxième année Cergy

(lisible dans les pages qui suivantes) http://www.scribd.com/doc/13943825/Philo-Art-Benjamin-Duchan-Warhol

Sujet 2 : «Sortir de son halo l'objet en détruisant son aura c'est la marque d'une perception dont "le sens du semblable dans le monde" se voit intensifié à tel point que, moyennant la reproduction, elle parvient à standardiser l'unique.» Walter Benjamin

Cours d’esthétique avec Luc Lang :: http://www.ensapc.fr/equipe/luc_lang.html

» Que pensez-vous de cette lecture au regard du ready-made et de ses vérités?

Sujet 2 : “Sortir de son halo l’objet en détruisant son aura c’est la marque d’une perception dont "le sens du semblable dans le monde" se voit intensifié à tel point que, moyennant la reproduction, elle parvient à standardiser l’unique.” -Walter Benjamin

L'objet d'art, de tout temps, a été sujet à la copie. Que ce soit au Moyen Âge avec la gravure sur bois, l'estampe puis grâce au système d'eau-forte ou, plus proche de nous, à l'aide de la lithographie, de la photographie, sans parler des moulages, des techniques ont permis et permettront la reproductibilité de l'objet d'art. C'est de cela qu'il s'agit avant tout lorsqu'on évoque « le sens du semblable dans le monde »... d'un constat du multiple possible, de l'existence de doubles. S'il est question de doubles, c'est bien qu'il est question d'original, de premier. Quel est donc l'impact d'un tel constat dans notre société? Quels changements sur nos comportements sont induits. par de telles pratiques? Comment la reproductibilité influence et questionne l'art, l'objet d'art ?

» Que pensez-vous de cette lecture au regard du ready-made et de ses vérités ?

Là où la copie d'un original a ses limitbs, c'est avant tout dans le fait qu'il n'est pas l'original! Quels éléments fomtqu'une œuvre d'art est originale? Quelles sont ces réalités, visibles où non, qui y participent? Il faut déjà considérer l'œuvre d'art dans sa temporalité, elle a est créée à une époque, pensée par un individu vivant avec les préoccupations, les réalités et questions de son temps. Ce point inscrit d'office l'objet, l'œuvre, et lui donne un statut, .un sens de Iécture, et cela qu'il s'agisse d'une peinture réalisée à la Renaissance, d'une sculpture antique ou encore d'un acte performatif préhistorique... Detout temps et que le créateur de l'œuvre en ait conscience ou non, son travail est inscrit dans un temps qui lui est contemporain. Le peintre qui a réalisé une toile a été présent devant, et il en a décidé un contenu, puis il a pensé et réalisé sa peinture. Il y a là une inscription de la mise à l'ouvrage. Est-ce de cela qu'il s'agit dans ce que Walter Benjamin nomme « aura» ? Si c'est le cas, l'image réalisée par l'artiste -l'original- perd-elle son aura une fois copiée? Il faut réfléchir à l'idée de double car il n'a pour le moment été question que de la place de l'original. La copie d'une image, d'un objet, dans l'hypothèse où elle serait parfaitement identique à l'original, est autre et restera une deuxième image, un deuxième objet. Même si cela n'est pas visible, sensible, il y a réactualisation de l'œuvre originale dans un temps différent du moment de sa création.

Une trop bruyante solitude de Bohumil Hrabal (Fiche de lecture) http://www.scribd.com/doc/7700901/ bohumil-hrabal-une-trop-bruyante-solitude

De plus, la copie existe en un autre lieu, dans un autre contexte. C'est l'une de ses différences. Toutefois, si l'objet est identique dans sa forme, il est légitime de considérer qu'e son aura réside là dans sa place dans l'histoire, dans la tradition. Et, là où l'exemple du tableau permet une

65 /

1/4


L’objet d’art, de tout temps, a été sujet à la copie. Que ce soit au Moyen-Âge avec la gravure sur bois, l’estampe puis grâce au système d’eau-forte ou, plus proche de nous, à l’aide de la lithographie, de la photographie, sans parler des moulages, des techniques ont permis et permettront la reproductibilité de l’objet d’art. C’est de cela qu’il s’agit avant tout lorsqu’on évoque « le sens du semblable dans le monde »... d’un constat du multiple possible, de l’existence de doubles. S’il est question de doubles, c’est bien qu’il est question d’original, de premier. Quel est donc l’impact d’un tel constat dans notre société ? Quels changements sur nos comportements sont induits. par de telles pratiques? Comment la reproductibilité influence, questionne l’art, l’objet d’art ?

66

Là où la copie d’un original a ses limites, c’est avant tout dans le fait qu’il n’est pas l’original! Quels éléments font qu’une œuvre d’art est originale? Quelles sont ces réalités, visibles où non, qui y participent? Il faut déjà considérer l’œuvre d’art dans sa temporalité, elle a est créée à une époque, pensée par un individu vivant avec les préoccupations, les réalités et questions de son temps. Ce point inscrit d’office l’objet, l’œuvre, et lui donne un statut, un sens de lecture, et cela qu’il s’agisse d’une peinture réalisée à la Renaissance, d’une sculpture antique ou encore d’un acte performatif préhistorique... De tout temps et que le créateur de l’œuvre en ait conscience ou non, son travail est inscrit dans un temps qui lui est contemporain. Le peintre qui a réalisé une toile a été présent devant, et il en a décidé un contenu, puis il a pensé et réalisé sa peinture. Il y a là une inscription de la mise à l’ouvrage. Est-ce de cela qu’il s’agit dans ce que Walter Benjamin nomme « aura» ? Si c’est le cas, l’image réalisée par l’artiste -l’original- perdelle son aura une fois copiée? Il faut réfléchir à l’idée de double car il n’a pour le moment été question que de la place de l’original. La copie

d’une image, d’un objet, dans l’hypothèse où elle serait parfaitement identique à l’original, est autre et restera une deuxième image, un deuxième objet. Même si cela n’est pas visible, sensible, il y a réactualisation de l’œuvre originale dans un temps différent du moment de sa création. De plus, la copie existe en un autre lieu, dans un autre contexte. C’est l’une de ses différences. Toutefois, si l’objet est identique dans sa forme, il est légitime de considérer que son aura réside là dans sa place dans l’histoire, dans la tradition. Et, là où l’exemple du tableau permet une reproductibilité ainsi qu’une transmission, une œuvre architecturale, et au fond il en va de même quel que soit le lieu où elle est implantée, n’est pas sujet à la copie de la même façon. En captant là lumière, les couleurs d’un paysage, par exemple en photo, l’image originale n’est pas copiée dans son ensemble; un fragment en est sauvegardé. Ce fragment, cette image, est une bien pâle copie. Au même titre que la reproductibilité dans l’art, cette pratique montre l’importance de la réactualisation pour l’individu photographe, amateur où non. Si cette pratique avait pour seul but de sauvegarder le visible, les images réalisées par autrui suffiraient. Prenons l’exemple d’un monument déjà photographié. Pourtant, des quantités inimaginables de photos, d’images, sont reproduites. Une fois encore, le but de la manœuvre semble bien de s’approprier ou plutôt de se compter dans la réalité reproduite, dans la copie par la prise de l’image du lieu. Mais, par rapport à la sensation au ressenti face aux imposantes portes, aux réverbérations du soleil sur les façades... par la virtualisation, la photographie ou tout autre moyen de reproductibilité, il y a une perte réelle, celle de l’instant. De la même façon qu’il n’existe pas de première expérience car toute expérience est nouvelle –car au moins arrivée après la première–, le monument, l’objet de la copie quel qu’il soit, perd son aura, son authenticité une fois copié.


L’aura est ce qui se dégage de l’objet, et cela n’est pas reproductible, d’autant plus que l’original s’inscrit d’office dans la tradition, dans son temps. Si une image a de tout temps été soumise à des rituels, cela lui confère une réalité autre que sa copie qui elle n’aura pas le même bagage, la même utilisation parfois. En rendant toujours plus fort "le sens du semblable dans le monde", il est sûr qu’une perte d’autant plus importante a lieu. Cette perte est-elle juste celle de l’aura dont il vient d’être question ? Si notre société a accru le nombre d’objets reproductibles à outrance –souvent dans la recherche pure et simple de création de profit–, d’objets « créés» à la chaîne, répondant aux exacts critères de modèles pour leur mis en vente, elle habitue surtout les masses (population) à la présence de la copie, du double vidé de toute aura. Les machines qui ont permis la réalisation d’une paire de chaussures sportives ont pourtant elles aussi créé un objet. Il n’y a pourtant pas, de toute évidence, d’aura. Evidence ? Cela signifierait que la conscience à l’ouvrage est seule à même de produire l’aura, liée plus à ce qui entoure et fait l’œuvre qu’à l’œuvre elle-même, l’objet... Un objet industriel ne répond pas à la même place d’authenticité que l’objet d’art. La paire de chaussures dont il était question plus haut perd, du fait de sa diffusion et de sa présence multiple –et qui pourrait, dans l’absolu, être infinie ou du moins sans limite–; son statut d’objet unique, même si présentée comme telle. L’Unique, présent dans l’original, se voit réduit. La virtualisation de la perception du monde par son dédoublement, sa copie, a notamment pour effet la perte de contact avec le réel, l’authentique, le présent. Là où l’original était parfait, il n’est même plus pris en compte comme le démontrent des pratiques qui préfèrent le double au premier pourtant disponible (exemple cité plus haut de la prise de photo d’une statue que le touriste admirera plus tard plutôt que de considérer sa présence comme unique).

Le ready-made questionne directement le statut de l’objet. Quand Marcel Duchamp propose Le porte-bouteilles ou encore Fontaine (urinoir) il réactualise ou du moins déplace l’objet manufacturé en lui donnant un statut d’œuvre d’art. Par le choix d’en faire un objet d’art il lui donne une autre place dans l’Histoire. Fontaine (19171964) est signé par le , pseudonyme, R. Mutt. Parce choix de signature, Duchamp le place en œuvre d’art comme n’importe quelle autre peinture signée. La signature est sensée agréer l’originalité de l’œuvre et déjà il brouille les pistes... Ce qui est intéressant de mettre en avant reste surtout cette réactualisation, ce déplacement de lieu, d’utilité... et donc d’accessibilité (l’objet manufacturé, en changeant de lieu, change aussi de public). Du même coup, cette œuvre prend un autre sens et, exposée, il n’est plus le même. Une fois encore, il est question d’aura, de perception. L’objet n’est plus là un semblable parmi d’autres reproduits à la chaîne. Les choix, la présence, l’acte de Marcel Duchamp révolutionnent la place de l’objet dont il propose une autre lecture. Ainsi l’individu regardant l’œuvre trouve son regard changé sur l’objet, et là, dans cet exemple, sa vision sur les urinoirs où qu’il soit. Il faut donc dire que le déplacement s’opère aussi dans l’autre sens : vu en tant qu’objet manufacturé et rendu objet d’art, l’objet manufacturé, de nouveau à sa place d’objet utile (dans des toilettes publiques, par exemple), est vu différemment (en mémoire de son statut d’objet d’art). Il faut quand même rappeler que l’urinoir exposé et signé R. Mutt n’est lui-même qu’un faux vu que lors de son exposition il est mis au placard –et que seul une photo permet d’en reproduire la forme : l’histoire, et le scandale qui entourent cette œuvre créent pour ainsi dire une aura sur tous les urinoirs... L’aura projetée d’une conscience, collective ou au moins portée au fil du temps par la société, tel un rituel qui protège et entretient le mythe autour de l’objet choisi par Duchamp. Ainsi, encore aujourd’hui, cela suffit à «tricher», à valider l’urinoir exposé comme étant celui sélectionné par l’artiste. En choi-

67


sissant une pelle à neige comme autre ready-made et en la titrant En prévision d’un bras cassé, Marcel Duchamp rajoute une dimension à l’objet... Une personne en connaissance de cette œuvre appréhendera autrement son utilisation en mémoire du titre... Andy Warhol a, lui aussi, réfléchi à la place que nous donnons aux images, aux objets. Avec la sérigraphie de l’image de Marilyne déclinée en différentes couleurs et formes, Warhol va, lui, plus dans le sens de la perte et de la standardisation de l’unique. L’image est tellement reproduite qu’elle est portée au rang d’icône et que cette image en devient plus vraie que l’original tant l’image originale de Marilyne, actrice populaire, est vidée par saturation. En effet, l’image reproduite par Warhol emplit tout l’espace de l’imaginaire de cette star. Il l’a rendue objet manufacturé, réutilisant et amplifiant l’image glamour véhiculée par le mythe, la médiatisation autour de Marilyne. Autrement dit, il a intensifié sa présence imaginaire à tel point que, grâce à la reproduction, l’original, l’unique, s’est retrouvé standardisé comme le devient un objet faisant partie de ce que la société indique et pousse au normal commun. Warhol travaille aussi sur les images de marques plus classiques en reproduisant des boîtes de ketchup Heinz ou de la lessive Brillo.

68

Il en fait des copies et les remet en scène, en situation, comme à leurs places d’origine (dans des supermarchés ou d’autres lieux de consommation). Ces imitations ne sont pas parfaites, il y glisse des imperfections. Toutefois, le spectateur de ces œuvres (bien que non présent pour faire ses courses dans un lieu de distribution de ces produits marchands) crée le lien entre les deux objets (celui manufacturé et celui d’art, tous deux exposés). Plus important, Warhol exacerbe l’impression de reproductibilité à outrance, ce qui standardise les produits, les uniformise... et, pareillement à Marcel

Duchamp et à Fontaine signé d’une main, il s’approprie la marque; il pose dessus la référence de son travail-des produits qu’il a plagiés – sur l’imaginaire du consommateur amené à côtoyer ces produits standardisés dans son quotidien.

La vérité fondamentale, mise en avant par les ready-mades, est dans notre rapport aux objets comme au monde qui nous entourent... Ils montrent notre société où «le sens du semblable dans le monde» devient tellement fort qu’il en est le standard ou, plus encore, le modèle. La société questionnée s’applique en effet à reproduire des schémas, des modes de vie et à annihiler ainsi l’unique au profit de la masse – production signée d’une même image de réussite ou encore d’une même virgule énonciatrice, standard au point de se passer de nom (Nike). Les ready-mades, qu’ils soient l’œuvre de Warhol, de Duchamp ou d’autres, sont annonciateurs de ce qui, déjà à l’époque, prenait place ... et qui est toujours d’actualité: une perte d’intérêt pour l’original parfait et son aura singulière à cause de la destruction de son aura.

EXTRA EXTRA

Art, copyleft et capteurs (1e à l’ENSAPC)

http://www.scribd.com/doc/17655573/ENSAPC-combinatoire

Thèmes abordés :

De l’intelligence partagée… (Copyright // Open Source) >>> Programmation et émergence libre >> Nouveaux « outils » évolutifs > Exemple de projets tournés vers un libre échange … à l’ouverture vers d’autres possibles >> Nouvelles pratiques > Schéma d’installation type (du capteur au logiciel) >>> Logiciels et capteurs >>> Artistes et œuvres


Dernières lectures :: à ciel ouvert :: Christophe Domino (édition 2005 - Scala, coll. « Tableaux choisis ») Démocratie, dans quel état ? :: G. Agamben, A. Badiou, D. Bensaïd, W. Brown, J.-L. Nancy, J. Rancière, K. Ross, S. Zizek (édition 2009 - La Fabrique) Fictions :: Jorge Luis Borges (édition 1991 - Gallimard) LECHE (Langue Essentiellement Consommatoire Hautement Elaborée) :: Jacques-émile Bertrand (Libre d’accès... lié à son cours à l’ENSAPC) L’insurrection qui vient :: Comité invisible (édition 2007 - La Fabrique) L’invention de Morel :: Adolfo Bioy Casares (édition 1992 - 10/18) Microfictions :: Régis Jauffret (édition 2008 - Folio) Quand dire, c’est faire :: John Austin (réédition-traduction 1970 - Seuil, coll. « Points essais »)

Événements et expositions m’ayant intéressé ::

● 2005-2006 Adel Abdessemed : Practice Zero Tolerance (vidéos, installations...) ● Roman Signer (performeur vidéaste...) :: Centre culturel suisse ● John Baldessari (photographies et peinture) :: Galerie Marian Goodman ● 2007-2008 Peter Fischli / David Weiss : Fleurs et Questions (MAM) ● Jeff Wall (photographe) :: G. Marian Goodman ● Airs de Paris (photos, vidéos...) + Víctor Erice / Abbas Kiarostami (cinéastes) :: Centre Pompidou ● Gustave Courbet (peinture) :: Grand Palais ● Lynch (vidéo, peinture, dessin...) Fondation Cartier ● David Claerbout (vidéaste) :: Centre Pompidou ● Lorris Gréaud : Cellar Door (performances, vidéos...) :: Palais de Tokyo ● Gregor Schneider : süßer duft -itinéraire individuel- :: La Maison rouge ● Richard Serra (sculpteur) :: Grand Palais ● Chaïm Soutine (peintre) :: Pinacothèque ● Georges Rousse :: M Européenne de la photographie ● 2009 Mantegna (peinture) :: Louvre ● Emil Nolde (peintre) :: Grand Palais ● Mario García Torres (photos, archives sur l’art conceptuel) + Robert Frank (photographe) + Sophie Ristelhueber (photographe) :: Jeu de Paume ● 11e festival du cinéma différents :: Cinémas alternatifs ● Salon du dessin contemporain ● J’ai eu l’occasion de visiter la Tate à Londres, Bruxelles et ses musées, Prague et y retourne (08/09) avant d’aller à Budapest, Bratislava... son

2006-2007 Faust (Goethe) :: Th. du Lierre ● Dialogues aux enfers entre Machiavel et Montesquieu (Maurice Joly->Hervé Dubourjal) :: Th. Le Lucernaire ● Les Rustres (Carlo Goldoni-> costumes Olga Papp) + En attendant Godo (Samuel Beckett) :: Th. des Lucioles (Festival d’Avignon) ● Music Hall 56 (John Osborne->Michel Averlon) + L’Île aux esclaves (Marivaux->éric Massé) + Ste Jeanne des abattoirs (Brecht) :: Th. de Montreuil (initiation décor/costumes+lumière+son) ● L’acte inconnu (Valère Novarina) :: Th. de la Colline ● Une Antigone de papier (Cie Les Anges au plafond) :: Th. 71 ● 2008-2009 Ivanov (Anton Tchekhov->Philippe Adrien) :: Th. de la Tempête ● Tartuffe (Molière->Stéphane Braunschweig) :: Th. de l’Odéon ●●●

Films en tête :: Pierrot le fou (Jean-LucGodard)1965 ●Themroc (ClaudeFaraldo)1973 ● F for fake (Orson Welles) 1976 ● Mauvais sang (Leos Carax) 1986 ● The Passing (Bill Viola) 1991 ● Mon vieux pays natal (Arnaud des Pallières) 2002 ● 2046 (Wong Kar-Wai) 2004 ● Control (Anton Corbijn) 2007 ● Le silence de Lorna (les frères Dardenne) 2008 ● Paysages manufacturés (Jennifer Baichwal) 2007 ● J’ai toujours rêvé d’être un gangster (Samuel Benchetrit) 2008 ● ● ●

:Et: non je ne me mettrai pas en vrac... Il n’est pas ici question c a r v d’une liste, d’un catalogue. Le but n’est pas d’étaler quelques n E connaissances et découvèrtes mais simplement de dire que “ça” ou encore “cela” m’a ému, m’a guidé, m’a interpelé... en bref ces mots sont de trop succints résumés : ils n’évoquent pas les rencontres, ces mots enttendus, au bon 69 moment, à la bonne conférence... il est question de demis-mots.

Vincent Bonnefille Book Art > 2009  

Book rassemblant presque toutes mes créations tests et autres tentatives. Bref un full package de mes taf depuis le Bac en passant par la Pr...