Page 1

valĂŠrie marmette portfolio ‘12


PORTFOLIO ‘12 CURRICULUM VITÆ

4

OBJETS Au fil de l’eau 392 écrous

6 7

ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES Par(cours) Unités reliées

8 12

STATION DE TRAMWAY Zone encerclée

14

THÉÂTRE Unité théâtrale

16

PAVILLON Maison poétique La boîte noire exposée

18 19

LOGEMENTS Réseaux sociaux Décalage urbain Cellule allongée Habitation Pajol

20 24 26 28

DESIGN URBAIN Identité consolidée

30 VALÉRIE MARMETTE (res.) 418.628.1811 | (cell.) 418.262.1098 7328 avenue des Picas, Québec, G1G 4R4 valeriemarmette@gmail.com


[CURRICULUM VITÆ] Valérie MARMETTE (res.) 418.628.1811 | (cell.) 418.262.1098 7328 avenue des Picas, Québec, G1G 4R4 valeriemarmette@gmail.com

[Expériences Professionnelles] Stagiaire en architecture - Luc Desloges Architecte, Québec Prise en charge et conception de projet; Préparation de documents de présentation; Relevé et mise en plan. Réceptionniste et assistante de bureau - Ministère du Revenu du Québec, Québec Accomplir des tâches au bureau de la sous-ministre; Mettre à jour et classer des documents; Répondre aux appels pour les employés du bureau du ministre. Assistante-chercheuse - Ministère des Ressources Naturelles du Canada, Québec Assister la chercheuse dans son travail en laboratoire; Travailler sur le terrain. Monitrice – PVE, Arrondissement de Charlesbourg, Ville de Québec

[2011 - 2012]

[été 2009]

[été 2008] [2003 - 2007]

[Formation Académique] Maitrise en Architecture [2010 - 2012] Université Laval, Québec Concentrations : Design urbain, Ambiances physiques, Programmation Profil international [2009 - 2010] École nationale et supérieure d’architecture et de paysage de Lille en France Baccalauréat en Architecture [2007 - 2010] Université Laval, Québec DEC en Sciences de la Nature [2005 - 2007] CEGEP Limoilou, Campus de Charlesbourg, Québec [Bourses et Distinctions] MENTION - Ajout Manifeste «Par(cours)» [hiver 2011] Concours Cecobois, Prix d’excellence en conception de charpente d’acier BOURSE D’ÉTUDE - Bureau international de l’Université Laval [2009 - 2010] BOURSE D’EXCELLENCE - Université Laval [2007 - 2008]


[Publications et Diffusion] MARMETTE V, JEAN-BERGERON A, LAFERRIÈRE J, PERRON P-L (2011). «Jonctions : Revitalisation d’une collectivité ferroviaire», Poster, Colloque étudiant du Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD) Université Laval, 25 mars. MARMETTE V, JEAN-BERGERON A, LAFERRIÈRE J, PERRON P-L (2011). «Jonctions : Revitalisation d’une collectivité ferroviaire», in Vachon, G, Rivard, E et coll., Revue québécoise d’urbanisme, vol. 32, no. 2, mars 2012. MARMETTE V, JEAN-BERGERON A (2011). «Jonction», in Vachon, G, Rivard, E et coll., Repenser les paysages et les milieux de vie à la tête des ponts de Lévis. Recueil de projets de design urbain, École d’architecture, Université Laval, Québec. [Implication Académique] Journée Carrière Architecte - Polyvalente de Charlesbourg [hiver 2012] Membre du Comité de l’événement l’Objet 2012 [2011-2012] Trésorie, gestion, organisation 16e Colloque étudiant pluridisciplinaire du CRAD [hiver 2011] Participation au volet Projet de création «Jonctions: réaménagement de Charny, collectivité ferroviaire» Colloque, La relève en architecture : Ouss qu’on s’en va? [hiver 2011] Concours international de design urbain, ArtUrbain.fr [hiver 2011] «La nouvelle identité d’une banlieue consolidée» Concours Hamster organisé par la firme Régis Côté [hiver 2011] «La boite noire exposée» Concours du 50e : Ajout manifeste [hiver 2011] «Par(cours)» L’Objet 2011 - Encan de design [hiver 2011] «392 écrous» exposé au Musée des Civilisations et dans les magasins Simons. [Connaissances Informatiques] Adobe CS5 Photoshop – Illustrator – InDesign | Auto Desk AutoCad 2011 - Ecotect Analysis 2011 Google SketchUp Pro 8 - Plugin V-ray – Plugin SU Podium V2 |Microsoft Word - Excel - Outlook


AU FIL DE L’EAU [gratte-pieds] Exploration sur l’ondulation

6


392 ÉCROUS [avec] Émilie Leclerc [boite à lumière] La boite à lumière est un objet générant diverses ambiances lumineuses, exposant la lumière sous différentes formes. Celle-ci peut être à la fois continue, obstruée, filtrée ou diffuse. Le constraste entre ces différents traitements permet d’enrichir l’objet. Dans le cas de 392 écrous, le filtre créé par les écrous, en contraste avec le bois comme matière opaque, permet de les mettre en valeur. La réflexion s’est basée sur la modularité potentielle du matériau, grâce à sa forme hexagonale, ainsi que sur sa forme perforée. Ainsi, la répétition de ces formes génère une surface intéressante, qui permet de réfléchir et de filtrer la lumière. De plus, les potentiels de l’écrou vont au-delà de ses qualités formelles, matérielles ou esthétiques. Ils permettent de former une matière faisant partie intégrante du système structural de l’objet. Les deux éléments de bois sont présents afin de faire opposition au côté plus industriel et rigide du métal. Ces surfaces opaques permettent de mettre en valeur les parois perforées. Il agit comme élément unificateur du projet.

7


FAÇADE RUE PORT DAUPHIN ENTRÉE CÔTÉ STATIONNEMENT

PAR(COURS)

[mention concours Cécobois 2011] [Ajout Manifeste] Concours du 50e de l’école d’architecture de l’Université Laval [lieu] Petit séminaire de Québec [avec] Alejandra de la Cruz Émilie Leclerc Jonathan Roy L’ajout manifeste doit laisser transparaître l’importance des processus d’échange et de réciprocité dans la formation et la pratique de l’architecture. Le défi premier de l’ajout est celui de proposer un espace de rencontre et d’interactions, autant entre les étudiants eux-mêmes qu’entre professeurs et étudiants, mais aussi entre l’École et le public en général. Cet ajout constitue un nouveau noyau de rassemblement pour l’école ainsi qu’une vitrine architecturale dans la ville.

8

cour intérieure

cloitre

jardin

cour expérimentale

préau terrasse


cour intérieure

cloître

jardin REZ-DE-CHAUSSÉ SOUS-SOL

cour expérimentale

RU E

PO

RT

DA UP

HI

N

terrasse

préau

9


LE RUBAN Ces intentions se concrétisent par l’implantation d’un parcours générateur d’interactions; l’entrée publique est relocalisée dans la cour intérieure créant un nouvel espace tampon entre la ville et l’école. Dès l’entrée, un ruban qui se déplie nous guide au travers du parcours et nous fait traverser l’école en passant d’une cour à une autre. Chaque cour possède son caractère propre, mais elles remplissent toutes la même fonction; ce sont des espaces filtre, des lieux de rencontre qui permettent de reprendre contact avec l’environnement, qui amènent de la lumière et qui créent des liens visuels entre toutes les parties du projet.

ENTRÉE CÔTÉ STATIONNEMENT

Le ruban, en structure mixte d’acier et lamellé-croisé, constitue un nouveau repère: au travers des cours et du lien tissé par le ruban, on crée une nouvelle lisibilité et une forte perméabilité au sein de l’école. Une multitude d’interactions sont désormais possibles, créant de nouveaux liens et contacts, favorisant la création, l’échange et le partage d’idées. FOYER DONNANT SUR LA TERRASSE

TERRASSE

10

HALL

COUR EXPÉRIMENTALE

CLOITRE

COUPE


ORGANISATION DU RUBAN

VUE ÉCLATÉE DU RUBAN ET DE LA STRUCTURE

11


ENTRÉE PRINCIPALE

UNITÉS RELIÉES [lieu] Vieux-Limoilou, Québec

chemin de fer

in de la Ca na iè rd re

12

em

VUE DE L’ESCALIER

Boulevard des Capucins

Ch

[école d’ébénisterie] Le projet se présente comme une succession de volumes opaques reliés par les circulations en quinconce. Ces dernières sont conçues pour créer des zones tampons entre les différentes fonctions du bâtiment. Ces circulations permettent de créer une relation entre le rez-de-chaussée et l’étage. Elles offrent aussi des vues différentes sur le parcours de chaque étage.

VUE DE LA CAFÉTÉRIA


bureau

classe

classe

classe

atelier

classe

atelier

classe

atelier

classe

atelier

atelier

classe

bibliothèque

NIVEAU 2

administration entrée

local info

cafétéria

entrepôt

salle d'exposition bureau

NIVEAU 1

ÉLÉVATION PRINCIPALE

13


ZONE ENCERCLÉE [avec] Alejandra de la Cruz [lieu] Station Esso, Ste-Foy

BOULEVARD LAURIER

ROUTE DE L'

[Station de tramway] Un seul geste architectural a été nécessaire pour la réhabilitation de la station. Une courbe vient englober l’ensemble du bâtiment existant. Étant situé à la porte de la ville, il devient donc un repère par sa forme simplifiée.

salle d’attente

ÉGLISE

La courbe faite de lattes de bois vient créer la salle d’attente de la station. Le toit des pompes est récupéré et regroupe maintenant l’entrée principale et info-touristique. Pour la création d’un café, l’emplacement de l’ancien garage est la place idéale. Elle permet de conserver les portes de garage qui s’ouvrent sur une terrasse et un jardin.

accueil de la station café

14


SALLE D’ATTENTE

EXISTANT

ACCUEIL DE LA STATION

15


FAÇADE SALABERRY

UNITÉ THÉÂTRALE [lieu] Saint-Jean-Baptiste, Québec [Théâtre Périscope] Le projet est en continuité avec le concept existant de l’agrandissement de l’architecte Jacques Plante, soit l’ouverture sur la ville et les Laurentides. Ce déploiement est accentué par les foyers qui s’étendent davantage, par la coursive placée sur le toit qui donne une vue panoramique sur les alentours et par des baies vitrées plus abondantes. Le lounge se matérialise par un bloc de verre qui vient s’emboiter avec le volume du foyer existant. La circulation y est mise en évidence pour que les individus se sentent projetés vers la cime des arbres du parc à proximité. EXISTANT ENTRÉE CRÉMAZIE

16


salle de répétition

logement

cage de scène salle de spéctacle

foyer salle de répétition

lounge

NIVEAU 3

régie

NIVEAU 2

administration wc salle de spéctacle

foyer salle de répétition

salle bleu

cuisine

wc

foyer

atelier

NIVEAU 1

bureaux

NIVEAU 0 MODIFICATION DANS L’EXISTANT ENTRÉE SALABERRY

COUPE LOUNGE

17


MAISON POÉTIQUE [pavillon] Créer une maison poétique à partir d’un souvenir ou d’un espace marquant. Le processus de création consiste à réaliser des croquis et des maquettes d’un souvenir pour ensuite définir l’univers de la maison poétique. Matérialisation du souvenir d’une chute qui fait appel à la verticalité et à la monumentalité. Située dans une immense forêt dense, elle crée un événement dans le paysage. La maison s’y rattachant est une grande tour d’observation dont la toiture est une immense terrasse qui s’ouvre sur l’horizon. Le pavillon, perché sur une falaise, se présente comme un point dans le paysage. En y pénétrant, la lumière est filtrée par les minces ouvertures. L’atmosphère est celle de la forêt dense couverte par de larges feuillages. Tout en bas, les panneaux font appel à la force et à la hauteur de la chute.

18


LA BOÎTE NOIRE EXPOSÉE [charrette d’idée] [avec] Émilie Leclerc [lieu] Débarcadère à la traverse de Lévis

Rue S ain

t-Laur ent

Le bâtiment se voit comme une boîte noire qui s’ouvre afin d’exposer les oeuvres et processus de création des trois différents designers. Il devient signal en lui-même, devenant le support d’événements multiples et même de mise en oeuvre de créations multimédias. La boîte permet au bâtiment de s’ouvrir au-delà des limites du site par des aménagements en gradins au sol et par son ouverture visuelle vers la ville de Québec, d’où il obtient une grande visibilité lors d’événements spéciaux.

Traverse de Lévis

19


RÉSEAUX SOCIAUX

CEGEP Limoilou

[logements étudiants] [lieu] Vieux-Limoilou, Québec café ière

accueil/entrepôts

cin

la Ca in de Chem

pu Ca s

SOCIAUX

es

+

dd var ule

RÉSEAUX

Bo

lavoir

nard

salle polyvalente

COUR INTÉRIEURE AVEC VUE SUR LA SALLE POLYVALENTE

20

COUPE A


Bo dd var ule

B

es pu Ca cin

A

s

e

8

nu ave e rue

FAÇADE 8e AVENUE - LAVOIR - MULTI 6 - MULTI 4

Oli

er

FAÇADE DES CAPUCINS - ENTRÉE SALLE POLYVALENTE

COUPE B

21


COMPLEX MULTI 6

COMPLEX MULTI 4

COMPLEX CAPUCINS

ESCALIER MULTI 6

MULTI 6

ENTRテ右 MULTI 6

22

MULTI 4

COIN 8e AVENUE ET OLIER


CUISINE MULTI 4

MULTI 5

ESPACE DE VIE MULTI 5

STUDIO

MULTI 3

COMPLEXE DES CAPUCINS

23


DÉCALAGE URBAIN [esquisse] [lieu] Berlin, Allemagne [logements collectifs] Unité de logements de cinq étages comportant cinq T4, trois T3, trois T2, un hall, un local à poubelles et un local à vélo. Dans le bâtiment, les circulations verticales sont la colonne vertébrale du projet. Les logements se présentent comme des couches superposées qui sont décalées pour venir créer des espaces extérieurs de part et d’autre de la circulation. Ces lieux sont parfois des terrasses privées, des espaces communs ou un hall.

ESPACES TRANSITOIRES ET BALCONS

Charlottenstrasse

Dans les logements, les pièces sont hiérarchisées, ainsi chaque fonction a sa place. Les services sont réunis au centre pour desservir les pièces de vie et les pièces privées. Ils deviennent donc un tampon entre elles. Besselstrasse

LOGEMENTS

24

CIRCULATION


CHAMBRE

WC CHAMBRE

SALON

SALLE A MANGER

WC

SALON

CHAMBRE

CUISINE

SALON CHAMBRE

WC

SALLE A MANGER

PLAN TYPE T2

CHAMBRE

CUISINE

SALLE A MANGER

PLAN TYPE T3

CHAMBRE

PLAN TYPE T4

25


CIRCULATION EN QUICONCE

OUVERTURE SUR LE SALON

CELLULE ALLONGÉE [cellule] La cellule se présente comme un prisme où sont extrudées les deux chambres à coucher de l’étage. Cette volumétrie crée deux zones abritées qui permettent d’extérioriser la salle à manger et le salon vers un lieu plus privé.

Habiter dans ce logement, c’est déambuler dans un espace ouvert malgré son étroitesse. Les circulations sont décalées pour permettre une ouverture sur l’autre étage. Les actions dans la cellule sont alors en constante interaction les unes avec les autres.

NIVEAU 2

26

NIVEAU 1


MU LH O US E BO UL EV AR D DE

[ensemble d’unité de logements] Projection d’une unité de logements à partir de la cellule allongée.

Logements Commerces

Stationnements

AVENUE DE VERDUN

[lieu] Roubaix, France

27


LOGEMENTS COLLECTIFS

LOGEMENTS INTERMÉDIAIRES

HABITATION PAJOL UVE

LLE

RUE

PAJ O

L

NO

RUE

DE GIRARD

[logements collectifs] Aménagement d’un coeur d’ilot et développement architectural d’un des lots. Un ensemble de logements collectifs et intermédiaires est implanté de sorte à créer des petites cours protégées.

PE RUE PHILIP

[lieu] Paris 18e, France

ÉLÉVATION PARCOURS INTÉRIEUR

28


NIVEAU 4

LOGEMENTS COLLECTIFS

NIVEAU 3

LOGEMENTS INTERMÉDIAIRES NIVEAU 2

NIVEAU 1

29


UTE

20

E DES

RO AUTO

U AVEN

IDENTITÉ CONSOLIDÉE

ÉGLIS

[design urbain] Charny connaît aujourd’hui un grand déclin commercial et social. Caractérisée par un tissu de banlieue générique - espace et bâti dispersés, dominance de stationnements et de voitures, zone délaissée, etc. Charny souffre d’une discontinuité des espaces publics qui amputent le quotidien des résidants. L’école secondaire l’ESLE représente un élément attracteur et générateur d’activité et d’intensité pour la ville de Charny. Celle-ci et son quartier environnant ne parviennent pas à bien s’intégrer au tissu de Charny. Le projet revitalise la rue principale et reconnecte les espaces publics, crée un cadre de vie diversifié et soutenable, et révèle un potentiel paysager autrement menacé par un étalement excessif. De ces constats, trois objectifs de design émergent et permettent d’identifier plus précisément trois moyens d’action. D’abord, (1) la restructuration des friches et espaces délaissés, puis (2) l’intégration et la reconnexion de l’école secondaire aux quartiers avoisinants, puis (3) la création d’une place publique comme générateur d’une vie collective et de quartier de qualité.

30

ES

[avec] Alexandre Jean-Bergeron [lieu] Charny, Lévis

3

RUE

D

EN UC

TRE

SP HO

2 1

SITUATION ACTUELLE PLACE PUBLIQUE GÉNÉRATRICE D’UNE VILLE COLLECTIVE

ITAL


2

1

[1] ÉCOLE SECONDAIRE L’ESLE [2] AQUARÉNA [3] PLACE CHARNY

(1) Restructuration des friches et espaces délaissés

(2) Intégration et reconnexion de l’école secondaire à son quartier

(3) Création d’une place publique: génératrice d’une vie collective

31


ENTRÉE DE QUARTIER

ALLÉE VERS L’ECOLE SECONDAIRE

32


COUPE AVENUE DES ÉGLISES

COUPE PLACE PUBLIQUE

PLACE PUBLIQUE SORTIE DE QUARTIER VERS LE NORD

33


VALÉRIE MARMETTE (res.) 418.628.1811 | (cell.) 418.262.1098 7328 avenue des Picas, Québec, G1G 4R4 valeriemarmette@gmail.com


Portfolio Valérie Marmette  

Architecture - Projet 2007-2012