Page 1

Le magazine pour une planète éthique Janvier- Février 2012

EVÈNEMENTS

WOMEN POWER à Deauville ! OCDE MENA pour les femmes Education en Afrique : le combat de l’ADEA

SOCIETE

Femmes de l’après jasmin

FEMME D’ETHIQUE Vandana Shiva

NATURALIA

Entretien avec Corinne Pelluchon Rainbow mon amour Planter avec Yves Rocher

MODE ECOLO NEW WAVE ! Gaelle Constantini Salima Abdelwahab Talentos do Brazil

BIO BEAUTE Pommarium

______________

Fashion for Peace

magazine

united

3ème Edition


______________

Fashion for Peace

magazine

united

Equipe

DIRECTRICE DE LA REDACTION ET EDITEUR Fériel Berraies Guigny COORDINATION REDACTION Gilles Guigny DIRECTRICE ARTISTIQUE FRANCE Diane Cazelles DIRECTRICE ARTISTIQUE INTERNATIONALE Thulare Monareng DIRECTRICE MARKETING ET PUBLICITE Marie Christine B RELATIONS PUBLIQUES Suna Ahmed DIRECTION PHOTO ET WEBMASTERING Ludovic Parfaite

www.unitedfashionforpeace.com

ASSISTANCE ET COORDINATION TECHNIQUE Gabrielle Birnholz REDACTION UFFP Fériel Berraies Guigny Yasmina Lahlou Hakima Bedouani Diane Cazelles Intagrist El Ansari Geralda N’Zolama Noella K Fatou Binta Gueye Elyssa Souissi Aicha Bounais

www.blog.unitedfashionforpeace.com Couverture :

2

|

United Fashion for Peace Magazine

Credit photo : Ferdinando GODENZI Stylisme : Salima ABDELWAHAB


United Fashion for Peace Magazine

|

3


______________

Fashion for Peace

magazine

united

Sommaire

Le rendez vous des Entrepreneurs Women power à Deauville Education en Afrique : le combat de l’ADEA OCDE pour les femmes arabes chef d’entreprise ! Women mentoring Maroc

Planète éthique Vandana Shiva le combat pour la biodiversité Gaea Cradle Fondation Elle et l’Amref stand up for african mothers

Naturalia

p.34

Corinne Pelluchon « l’écologie n’est pas contraire à la démocratie » Rainbow mon amour Planter avec Yves Rocher

Sociétés et éthique Dossier spécial :les femmes tunisiennes

Prix éthique Femme dynamisante 2011 de Clarins Fondation Chirac : Les femmes à l’honneur

Star éthique Youssou Ndour s’engage 4

|

United Fashion for Peace Magazine

p.103


p.183

p.60

p.144

Conso mag

Ethical Accessoires

Shopping Pommarium et fanny Marouani Viva Glam Posh paradise de Mac Cosmetics

Bi joux recycles coca cola Bi joux éthiques Girandoles Bi joux éthique Kazuri Bi joux éthiques ADN Zazazous sacs ludiques ecolos

Ethical Fashion  new generation Talentos do Brazil Gaelle Constantini Oumlil la collection hommage au 11 septembre Inti une griffe engagée Room 26 un amour de lainages Salima Abdelwahab tricote les cultures du Monde Kreyann itw avec Anna Ngonn Yann Mario Guillot

Evasion Amanar

p.200

p.204 United Fashion for Peace Magazine

|

5


EDITO

Le mot de la Presidente de l’Association

LE TEMPS DES FEMMES !

F

aire fi de ces peurs et de ses incertitudes, taire sa douleur, accepter pour mieux combler le manque qui vous fait sentir si seule et désemparée parfois. Combattre au prix de la vie et de la dignité parfois, aveuglément, passionnément, C’est cela être femme !

© Ludovic Parfaite 6

|

United Fashion for Peace Magazine

Nous représentons plus de la moitié de l’humanité. Depuis la nuit des temps, nous l’enfantons, nous la nourrissons, nous l’éduquons ; c’est le cycle eternel et nous ne pouvons rien y changer. Mais quand elle nous bafoue, nous humilie, nous réduit, nous ignore, alors nous devons réagir. Et espérer la transformer, changer ce destin indigne de nous, avoir un rôle à hauteur de nos sacrifices et de nos espoirs. 2011 va s’achever avec ses tsunamis naturels, ses tsunamis politiques et économiques, ses tsunamis affectifs car nous les femmes mettons de l’affect dans tout.


Le Monde on le regarde en pensant à nos enfants, à nos frères et sœurs tout est relié à la matrice. Aujourd’hui de spectatrices nous sommes devenues actrices et de plus en plus nous sommes sur tous les fronts, qu’importe les dangers.

Les plus grandes batailles sont sourdes et les plus grande victoires sont aussi celles qui réunissent les peuples et les cœurs du Monde entier vers une seule direction, celle de la compassion, l’empathie, la solidarité et le partage.

Nous voulons choisir nos destins, nous ne voulons plus subir le Monde. Nous ne voulons plus de ses crises larvées, de ses famines endémiques qui taraudent encore et toujours nos semblables éloignés et pourtant si proches au fond. Le Monde est ainsi fait dit-on.

Si nous regardons tous dans la même direction, c’est que nos cœurs battent à l’unisson et que notre douleur n’aura pas été vaine. Car elle aura généré une conscience collective pour étouffer l’indifférence totale des systèmes déshumanisés dans lesquels nous vivons.

A chaque épreuve qui passe, nous les femmes nous nous disons que cela ne sera pas pire et pourtant, nous sommes continuellement mises à l’épreuve face à nos valeurs, nos croyances, nos principes, nos relations à l’autre. C’est un éternel recommencement comme si cette humanité est destinée à détruire, déconstruire pour mieux comprendre ce qu’elle vaut. Assez de cette fatalité, assez de l’acceptation d’un monde qui ne nous reconnaît pas. S’il est vrai que nous apprenons de nos défaites et de nos erreurs, nous grandissons dans les regards des autres par nos victoires. Et ces victoires sont positives car elles ne sont pas contre une partie de l’humanité, elles sont pour l’humanité.

Les peuples du Monde ont soif de liberté et d’égalité, ils veulent un avenir et non des promesses illusoires, en France, en Europe, en Afrique ; les élections à venir laissent supposer les plus grosses spéculations, mais aussi les plus grandes déconvenues à venir: austérité, crise, dette, chômage, précarité, baisse du niveau de vie. Il nous faudra tous être dans le réalisme, sans hermétisme vis-à-vis de l’autre, il est crucial de garder les passerelles entre les peuples. Rester ouvert à la douleur de l’autre. Comprendre que ce qui arrive chez nous touchera aussi les autres, la crise est mondiale et ses incertitudes et conséquences aussi.

United Fashion for Peace Magazine

|

7


Mais l’espoir est là, car beaucoup d’entre nous se battent, les femmes du Nord comme du Sud sont solidaires et sont déterminées à faire reculer certains déterminismes historiques écrasants. La parité, l’égalité, l’autonomie, l’éducation aussi font partie de nos combats. Les forums, les prix et les échanges, les programmes de mentoring pour les valoriser ne manquent pas, mais il faudra aussi une infrastructure juridique, un cadre légal et moral qui les protège. United Fashion for Peace a donné la voix a plusieurs d’entre elles, toutes unies dans le même souhait de construire la nouvelle société de demain. Et parce que la meilleure arme reste la culture, nous vous invitons à découvrir le meilleur de la création éthique dans tous les domaines. La Mode, les Arts, la beauté, pour vous dire que la vie est un trésor, qu’elle est belle et qu’elle regorge de cette merveilleuse humanité qui est la notre. United Fashion for Peace reprend son bâton de pèlerin à la découverte de ces peuples du Monde pour qui éthique n’est pas un mot vide de sens. Nous devenons un magazine en ligne, gratuit et sans frontières, mensuel, libre, intelligent, engagé et généreux. 8

|

United Fashion for Peace Magazine

Chers lecteurs, nous comptons sur vous, sur votre lecture, sur votre partage, sur votre amour. Car ce magazine a été fait sans moyen aucun mais avec tant d’amour et d’humanité ! Nous savons que la route que nous avons choisie, sera solitaire mais nous la prenons quand même, car notre intime conviction, est bien que c’est ce message dont le Monde a besoin: informer, guider dans l’éthique et l’engagement altruiste, valoriser l’humanité. Nous sommes une Communauté de penseurs, d’intellectuels, d’artistes et de journalistes, pour qui média éthique signifie quelque chose, dans un Monde où profit et marketing ont tout saccagé. Chers lecteurs, bienvenue parmi nous, et bon voyage dans notre Caravane pour la paix ! Et si notre combat vous semble juste et utile, faite le connaitre, transférez le lien à vos amis, vos connaissance, vos réseaux. Votre soutien est important, votre soutien est notre avenir. Pour écrire à UFFP MAG unitedfashionforpeace@gmail.com


United Fashion for Peace Magazine

|

9


10

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

11


Women power à Deauville De notre envoyée spéciale à Deauville: Fériel Berraies Guigny

Que réserve le Monde de demain pour les femmes?

Le Women’s Forum for Economy and Society 2011, qui s’est achevé cette année la mi octobre a réuni 1400 participants, femmes et hommes, de 80 pays. Grands débats pendant trois jours sur les événements improbables qui ont ébranlé le monde : la crise économique et ses impacts, les révolutions du monde arabe, la contrainte énergétique. Autant de thèmes cruciaux soulevés dans ce rendez vous devenu désormais incontournable et considéré à juste titre, comme le «Davos au féminin» 12

|

United Fashion for Peace Magazine


Le forum a réuni une nouvelle fois une vingtaine de patrons venant de grandes entreprises (Coca Cola, Renault Nissan, Cartier, L’Oréal, Nestlé, Orange Safran, Barclays, Ernest & Young, Publicis), des délégations étrangères en provenance du monde entier dont celle du Brésil et les plus grands médias pour partenaires (BBC World, le Monde, Herald Tribune, Elle, Forbes Woman, Itélé, Canal+ et IC publications éditorial partner par le biais de New African Woman), tout était réuni pour mettre un coup de projecteur sur cette manifestation.

Un forum qui s’est d’ailleurs réjouis de voir que le Comité Nobel a décerné pour la première fois en 110 ans, le Prix Nobel de la Paix conjointement à 3 femmes qui ont lutté pour la démocratie et la liberté, et qui viennent rejoindre les 12 femmes Nobel honorées depuis la création du Prix.

Cette plateforme d’échange a permis à de nombreuses femmes chef d’entreprise venant de pays émergents et du Nord de se rencontrer mais également de comparer leurs expériences en matière de productivité et de développement durable.

Le Women’s Forum voit comme un signe ces nominations, après la disparition de Wangari Maathai (Prix Nobel de la Paix 2004), qui fut la première femme africaine à recevoir cette haute distinction. Autant de signes qui sont un appel évident pour tous les peuples d’Afrique qui luttent pour la paix et la non-violence. Et un grand hommage à ces femmes role models qui déconstruisent les fatalités les plus endémiques dans la région. La septième édition du Women’s Forum s’est tenu à Deauville du 13 au 15 octobre 2011 United Fashion for Peace Magazine

|

13


Les changements en politique, dans la sphère entrepreneuriale, dans le business et dans l’environnement, changements à faire dans le respect de la démocratie et de la protection des femmes ont focalisé l’essentiel des attentes de cette dernière édition. Car pour un Monde juste et durable, les droits de l’humain et donc des femmes restent le corolaire de toute prospérité à l’échelle planétaire. Le féminisme entrepreneurial pourra till faire face aux profonds bouleversements de la carte géopolitique et géoéconomique mondiale? rien n’est moins sur et pourtant, la bataille continue. Pour faire face à l’inégalité du monde des Entreprises, les revendications féministes ont bonne presse et l’ égalité entre femmes et hommes est servi à tous les «plats» car au cœur des revendications sociales et des programmes de recrutement des DRH. On assiste là, à de nouveaux paradigmes, comme si les politiques de guerre lasse, laissent le débat entre les mains des corporatistes et de l’entreprise.

D’une part, l’entreprise nous utilise comme une masse salariale flexible et précaire (salaires plus faibles, temps partiels, CDD, intérimaires) D’autre part, sous couvert d’ éthique, nous finissons pas aboutir à une sorte de féminisme utilitariste totalement dévoyé, puisqu’il sert avant tout et encore, à des objectifs de profit et d’économie. L’effet pervers est bien là. Emancipation féminine = stratégie marketing Beaucoup de critiques parlent de féminisme entrepreneurial dévoyé, à juste titre. Car l’entreprise privée s’empare des revendications sociales et la place des femmes entretien aussi une vision réductrice de ces dernières. Beaucoup d’entre elles insistent sur une «touche au féminin» on serait plus conciliantes et malléables mais cela ne contribue t il pas à un autre cloisonnement? au fond nous sommes presque toujours cantonnées à des positions hiérarchiques inférieures, des seconds rôles. Prises à notre propre piège, celui de la singularité, quand on est femme ou «pire» maman, c’est presque une fatalité.

Le « travail féminin » devieNdrait-il une alternative face aux échecs de la croissance mondiale?

Comment s’en sortir quand il s’agit notamment de faire face à une société, profondément mysogine ?

Quota, parité, égalité, woman power autant de variables que nous connaissons toutes et pourtant toutes les meilleures volontés ont aussi leurs limites. Des discours politiquement correctes pour valoriser et donner plus de chance aux femmes; mais qu’en est il en réalité?

Car la concurrence sur le marché du travail ne peut être équitable si les femmes ont aussi «une vie après le travail» ! Economie au féminin en pause et place de la femme en politique ? encore un autre sujet épineux surtout s’il se place dans la dynamique du printemps arabe.

14

|

United Fashion for Peace Magazine


Printemps arabe à Deauville La condition de la femme dans les pays du printemps arabe a également attiré l’attention du public, nous détournant un petit moment, des errements de cette histoire de parité entrepreneuriale en devenir au Nord comme au Sud. A rappeler que le forum a fait une belle et mémorable ouverture rendant hommage au combat de la Birmane Aung San Suu Kyi, célébré dans le film de Luc Besson The Lady, présenté en avant-première du forum. Pour faire suite, le vendredi 14 octobre, une session très matinale s’est ouverte avec le panel des déléguées de Tunisie, du Yémen, d’Egypte et d’Iran toutes venues témoigner des attentes au féminin du printemps arabe. Elles sont de tous les âges, jeunes et moins jeunes, Ministres, militantes, universitaires, journalistes elles ont parlé à cœur ouvert de leurs espoirs et de leurs craintes. Dans la révolution yéménite, où les femmes se sont majoritairement engagées, Nadwa la jeune militante n’a pas caché que si les islamistes prenaient le pouvoir, par un vote populaire elle ne s’y opposerait pas « si c’est un processus démocratique qui institue un gouvernement inspiré par la charia , je ne m’y opposerais pas », en contradiction avec Amira la tunisienne,   «  nous avons besoin de liberté religieuse, mais pour cela, nous devons absolument séparer l’Etat et l’Islam dans nos constitutions », la Tunisie est depuis toujours laïque « Nous avons une responsabilité particulière, en Tunisie, vis-à-vis de tout le monde musulman, et nous devons démontrer que l’Islam et la démocratie peuvent coexister dans un pays laïc ». United Fashion for Peace Magazine

|

15


Deux contrecourants, deux femmes de la jeune génération celle là même qui a conduit aux révoltes du printemps, deux voix musulmanes : la tunisienne et militante politique Amira Yahyaoui venue remplacer la bloggeuse Lina Benmhenni mal remise du Nobel qu’on ne lui avait pas octroyé; qui a encore rappelé que son pays la Tunisie avait besoin que le Nord fasse un plus grand investissement économique dans la région « Donnez nous les moyens de réussir notre démocratie; nous sommes capables de gérer le reste» a telle expliqué, la Yéménite Nadwa Al Dawsari; nous a quant à elle ébranlées, en proclamant que la démocratie serait d’accepter l’islamisme et les frères musulmans au pouvoir; pour contrebalancer la fougue de la jeunesse au féminin, l’ égyptienne Moushira Mahmoud Khattab, ancien ministre de la famille en Egypte et militante des droits de l’homme nous a donné quant à elle, une leçon d’intelligence et d’humilité politique en mettant le doigt sur la fragilité des nouvelles démocraties notamment dans son pays.

Le printemps arabe ne doit par reproduire les erreurs de l’Iran ! Prix Nobel de la Paix en 2003, interdite de séjour dans son pays, l’Iranienne Shirin Ebadi a mis en garde ses sœurs musulmanes à la tribune du Women’s Forum. « Ne vous faites pas confisquer votre révolution : que l’Iran vous serve de leçon, pour ne pas reproduire ailleurs les régressions que nous connaissons, sur la polygamie, le droit au divorce, le refus de droit de garde de l’enfant par la mère ». Un discours de mise en garde « Négociez dès maintenant les droits absolus des femmes dans la constitution contre votre engagement actuel. Vous n’aurez pas une deuxième chance ».

« Le plus difficile n’est pas de renverser les dictateurs, a-t-elle rappelé, mais de construire ensuite une vraie démocratie ».

Pour elle, certains signes ne trompent pas dans les pays de la révolution arabe: en Egypte, l’arrestation par les militaires des militantes des droits civiques pour leur faire passer des tests de virginité, ou en Tunisie, la mise à sac des bureaux de la chaine télévisée Nessma qui avait diffusé le film de Marjane Satrapi, Persepolis, traitant de la condition féminine en Iran. En dépit de l’aggravation de la répression par le régime actuel, l’iranienne reste pleine d’espoir pour son pays « Notre tour viendra, dit-elle , mais ne répétez pas nos erreurs. Faites inscrire dans la constitution la séparation de l’Etat et de l’islam.

Pour elle, l’après-révolution en Egypte porte en germe des signes inquiétants de régression : «  les Islamistes sont en train peu à peu de gagner du terrain et de contester le peu de droits que nous avions obtenus : nous devrons nous battre à nouveau contre le mariage des enfants, et pour le droit de divorcer librement »a telle ajouté.

Proposez une version féminine de la charia. Ce n’est pas elle qui s’oppose aux droits de l’homme et à la justice. C’est l’interprétation qu’en font les gouvernements pour la tourner à leur avantage. » un discours qui ne laisse personne dupe et qui devrait augurer d’une vigilance sans retenue pour les nouvelles démocratie en construction.

16

|

United Fashion for Peace Magazine


A rappeler que les lauréates de cette saison sont : Carolina Guerra, lauréate pour l’Amérique Latine Carolina Guerra, Ingerecuperar, Colombie Benita Singh et Summer Rayne Oakes , lauréates pour l’Amérique du Nord Benita Singh et Summer Rayne Oakes, Source4Style, Etats Unis Kresse Wesling, lauréate pour Kresse Wesling, Elvis & Kresse, Royaume Uni Cartier Woman’s Initiative Award ouvre le prix au Moyen Orient et à l’Afrique du Nord Autre nouveauté pour cette 7e édition, le prix de la griffe prestigieuse de joaillerie qui a fêté cinq ans d’engagement auprès du forum, a ouvert le concours au Monde arabe soit le Moyen Orient et l’Afrique du Nord. Pour le Women’s Initiative Awards remis depuis cinq ans par Cartier dans le cadre du Forum des femmes de Deauville. Au lieu de cinq lauréates (une par continent), on aura eu six prix grâce à la « création » d’une zone comprenant les pays d’Afrique du Nord et ceux du Moyen Orient. Cartier, qui veut encourager la création d’entreprise par des femmes, a remis une somme de 20.000 dollars aux six lauréates.

l’Europe

Lorna Rutto, lauréate pour l’Afrique subsaharienne Lorna Rutto, EcoPost, Kenya Rana El Chemaitelly, lauréate pour le Moyen Orient& l’Afrique du Nord Rana El Chemaitelly, The Little Engineer, Liban Chen Chunhong, lauréate pour l’Asie Pacifique Chen Chunhong, Yiyuan Environmental Group, Chine Afrique du Nord et Afrique Subsaharienne francophone toujours absents

Chacune bénéficiera d’une année de coaching gratuit dispensé par les étudiants en MBA de l’Insead. Donner un coup de pouce à la zone est important aux vues des derniers développements dans la région. La composition du jury a elle aussi été modifiée ; le panel comprend désormais trois femmes d’affaires du Maghreb et Moyen Orient (la Marocaine Miriem Bensalah Chaqroun, l’Egyptienne Shahira Zeid et la Libanaise Hanan Saab) ainsi que le ministre du commerce Extérieur des Emirats Arabes Unis,Sheikha Lubna Al Qasimi. United Fashion for Peace Magazine

|

17


Afrique du Nord et Afrique Subsaharienne Statistiques africaines francophone toujours absents 1 femme sur 16  risque de mourir pendant sa grosCinq ans après son lancement, le Cartier Women’s Ini- sesse ou au cours de l’accouchement  tiative, qui cette année à reçu au total quelque 1.000 70 % des  femmes enceintes ne bénéficient pas de soins candidatures, fait surtout le plein des postulantes dans prénataux les pays anglo-saxons, Etats-Unis, Grande-Bretagne, 1 accouchement sur 2 a lieu sans assistance médicale mais aussi l’ Afrique du Sud, l’ Inde et la Chine «l’effet 280 000 mères meurent chaque année par manque de de la barrière de la langue » y contribuerait aussi selon soins médicaux   1, 5 millions d’enfants perdent  leur mère chaque année les organisateurs du prix. Le montage des dossiers ainsi que le déroulé du concours (présentation de l’entreprise et de son business plan, analyse du marché, description du produit ou service ....) par ailleurs aussi et il semblerait également que la plupart des projets de la région Afrique du Nord et Afrique Subsaharienne n’auraient pas d’envergure internationale. A réfléchir… Amref et la Fondation Elle soutiennent la campagne « Stand up for African mothers» Stand up for african mothers»  veut contribuer à réduire  de 25 % la mortalité infantile en Afrique, notamment grâce à la formation des sages-femmes de ce Continent. L’objectif : 30 000 professionnels à former, en particulier dans la zone sub-saharienne où le risque de mortalité lors des accouchements est le plus élevé. Women for Education de la Fondation Elle, le Women’s Forum de Deauville et la Fondation Sanofi Espoir ont unis leurs efforts pour soutenir cette magnifique initiative. L’Ouganda était à l’honneur pour cette édition.

18

|

United Fashion for Peace Magazine

«Stand up for african mothers» a soutenu également  la candidature symbolique d’une sage- femme ougandaise au Prix Nobel de la Paix 2012. La campagne  associe l’AMREF: Créée en 1957 pour venir en aide aux communautés les plus isolées d’Afrique. 1ère organisation africaine internationale de santé publique.


Women in media Dans le cadre du programme «Women in Media» inscrit au Women’s Forum 2011 Deloitte a mis en avant le volet féminin de son étude mondiale «State of the Media Democracy», réalisée dans 6 pays (Brésil, Etats-Unis, Canada, France, Allemagne et Japon) au 4e trimestre 2010. L’étude a comparé les comportements face aux médias entre les femmes de tous les pays interrogés et également par rapport aux hommes. Les femmes sont entre 58% (Allemagne) et 78% (Etats-Unis) à multiplier les activités médias simultanées, bien plus que les hommes, tout particulièrement en France (62% vs 46%). C’est au Brésil et au Canada qu’elles utilisent le plus Internet pour regarder leurs programmes TV. La télévision influence fortement les décisions d’achat (88% des Américaines), toutefois la publicité de la presse magazine est plus impactante pour les Françaises (65%) et les Brésiliennes (57%) Les femmes échangent des emails avec leurs proches tous les jours (Brésiliennes à 74%, Canadiennes à 57% et Françaises à 53%). Et ce, plus que les hommes : la différence est de 10 points en France, 11 points au Brésil et au Canada. Leur adhésion aux réseaux sociaux est massive avec, à nouveau, un record établi par les Brésiliennes (42% s’y rendent tous les jours), devant les Américaines (34%) et les Canadiennes (29%) United Fashion for Peace Magazine

|

19


En conclusion…

U

ne 7 édition mitigée, qui nous laisse sur notre faim car tant de questions et de réponses resteront en suspens, pour le Monde arabe l’histoire est en cours et il est difficile d’en prévoir l’issue, s’agissant de la crise économique et financière qui secoue le Monde, il est à craindre que les dommages collatéraux toucheront autant le Nord que le Sud, à l’aube de certaines élections présidentielles les promesses électorales de tout un chacun auront du mal à convaincre.

C

’est malheureusement une certitude, dans ce contexte incertain, faire des pronostics sereins quant à l’employabilité et l’avancement des femmes dans le Monde est un leurre. Le climat économique futur, crise de la dette aidant en Europe, mettra le doigt notamment sur la faillite d’ un certain modèle économique capitaliste. A l’aube des révolutions nouvelles qui continueront d’ébranler le monde, il donnera libre cours à la voix des indignés du Monde qui se fera de plus en plus entendre.

20

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

21


22

|

United Fashion for Peace Magazine


L'ADEA

pour le développement du livre en Afrique

L

es principaux acteurs du secteur qui étaient réunis à Nairobi ( libraires, éditeurs, professeurs, Associations ect, Ministère de l'éducation kenyan) ont tous convenu du rôle crucial de l’édition africaine et des multiples défis auxquels elle est confrontée, comme la difficulté de publier dans toutes les langues africaines du fait de leur multiplicité, sans omettre aussi les contraintes budgétaires que cela implique. Cette conférence internationale accueillie par le Groupe de travail de l’ADEA sur les livres et le matériel éducatif (GTLME) aura aussi insisté sur la nécessité de garantir l’application concrète de politiques nationales formulées par le secteur du livre" si l’on veut relever les normes éducatives en Afrique et améliorer l’accès aux livres et au matériel éducatif ". Ce sera un passage obligé selon le coordonnateur du GTLME, Mme Erato-Nadia Bizos (Afrique du Sud) qui a souligné que le fait de discuter des politiques éducatives éternellement, ne servirait à rien car ce qui compte, pour avancer, c’est de vérifier qu’elles sont effectivement mises en œuvre en Afrique « Nous devons réfléchir à des mécanismes qui permettront de progresser à partir des politiques en vigueur » a t-elle ajouté. Les délégués ont également pris la mesure des défis qui entourent la production de supports de lecture en langues africaines, pourtant seul moyen pour les populations locales d’acquérir les compétences requises. Un défi que les éditeurs du Continent se doivent d’assumer en vue de pérenniser la connaissance de la culture africaine durablement. Parmi les contraintes auxquelles le secteur de l’édition fait face on note en priorité, la qualité des ouvrages et le coût élevé de l’impression et des produits qui pèsent sur la distribution et l’édition de supports de lecture sur le continent.

Parmi les recommandations, adressée à l’Union africaine, il a été proposé de procéder à un inventaire de toutes les recommandations des conférences antérieures sur le livre non encore appliquées et de constituer une commission ad hoc qui ferait du lobbying au niveau régional, et en particulier auprès de l’Union africaine et des organismes spécialisés, pour en assurer l’application effective. Dans cet ordre d’idées, encourager et soutenir des Salons et Foires du livre permettrait de valoriser les productions africaines. S’agissant de l’ADEA et le GTLME qui travaille en synergie avec les organisations professionnelles régionales il s’agirait de faire un lobbying global, et continu, en faveur du développement endogène du secteur du livre et de la lecture dans les pays. A cet effet, le GTLME organiserait, en collaboration avec l’APNET, une série d’ateliers d’information et de sensibilisation auprès des différentes communautés économiques sur les questions des taxes, du commerce intra africain des livres et sur la culture de la protection des droits d’auteurs. Le rôle des Organisations sous régionales (CEDEAO, UEMOA, SADEC, EADEC, CEMAC, etc.) sera aussi important En effet, ces organisations économiques sous régionales pourraient prendre des dispositions idoines pour faciliter la circulation des livres entre les pays membres de ces zones en mettant en place des dispositifs incitatifs et valorisants, par exemple par la systématisation de la levée effective des taxations douanières. Les Gouvernements Ils leur est suggéré de s’engager sans délais sur les processus de formulation de politiques nationales du livre cohérentes, en vue de promouvoir un environnement social, juridique et économique favorable au développement du livre et de la lecture. United Fashion for Peace Magazine

|

23


Parmi les autres propositions, il conviendrait : *de faire promulguer une Loi sur le livre par les pays ayant déjà formulé et adopté les textes fondamentaux de la politique nationale du livre. *d’engager des consultations préalables avec les différents dépositaires des enjeux du livre (enseignants, éditeurs, parents, etc.) avant d’opérer une transition entre les anciens et les nouveaux contenus des manuels et des autres matériels éducatifs. *d’instituer au niveau des Ministères de l’Éducation des commissions permanentes de dialogue et de concertation avec les autres parties prenantes (enseignants, éditeurs, parents, etc.) lors de la mise en œuvre des réformes basées sur l’approche par les compétences. *d’encourager la recherche scientifique et de renforcer la coopération entre les presses universitaires des pays pour une meilleure viabilisation des productions scientifiques des chercheurs africains et de soutenir la création de bibliothèques virtuelles pour pallier le manque de livres dans ces institutions. Mais sans la volonté individuelle, les politiques sont sans effet. Il faudra donc sensibiliser les parents qui devront aussi continuer le relai à la maison en assurant le suivi régulier des apprentissages scolaires des enfants, en leur faisant de la lecture et en mettant à leur disposition des matériels de lecture correspondant à leurs centres d’intérêt.

Un meilleur avenir est à ce prix. Mais les problèmes immédiats, à court terme, auxquels sont confrontés les nations, les politiques et les individus risquent de compromettre la mise en œuvre de décisions qui pourtant sont nécessaires et devraient s’imposer.

24

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

25


OCDE pour les femmes arabes chef d’entreprise! Par Fériel Berraies Guigny

A

vec les profonds bouleversement du printemps arabe, dans certains pays la place de la femme est encore en question non seulement dans la sphère publique; mais également dans la sphère entrepreneuriale. Ce dernier rendez vous parisien qui est le «Forum des femmes Chef d’Entreprise du Sud» tenu au siège de l’OCDE fait suite aux nombreuses rencontres qui se sont tenues depuis 2007, date à laquelle les Ministres de la région participant au programme MENA-OCDE pour l’investissement ont approuvé la Déclaration sur la promotion de l’entreprenariat des femmes dans la région MENA par laquelle ils s’engagent à poursuivre une approche de soutien ciblée et intégrée en vue d’accélérer le développement de l’entreprenariat féminin dans la région. 26

|

United Fashion for Peace Magazine


Cet engagement a été réitéré lors de la Conférence ministérielle MENA-OCDE de 2009 dans le cadre de l’adoption du Plan d’action visant à favoriser l’entreprenariat et l’emploi des femmes dans la région MENA. Plus de 70 représentants de l’OCDE et de la région MENA issus du secteur public, du secteur privé et du milieu académique se sont concertés sur les différentes façons à travers lesquelles les économies de la région peuvent soutenir les efforts sur le développement du secteur privé par des politiques ciblées et des services de soutien aux entreprises pour les femmes entrepreneurs. Dans son allocution de bienvenue, S.E. Mme Karen Kornbluh, Ambassadeur, représentante permanente des États-Unis auprès de l’OCDE et coprésidente du FFE, a rappelé que pour favoriser une croissance économique mondiale solide et soutenue, l’avancement du rôle de la femme est essentiel tant dans les pays de l’OCDE que dans d’autres pays. Elle a noté que les femmes dans la région MENA font cependant face à d’importants défis culturels et juridiques et que leur participation économique est la plus basse au monde. Elle a souligné le fait que le FFE est particulièrement bien placé pour faciliter l’échange de bonnes pratiques, l’élaboration des recommandations de politiques ainsi que d’arguments économiques qui illustrent le lien étroit entre la participation économique des femmes et la compétitivité nationale. Elle a suggéré qu’à l’avenir le FFE fasse plus grand usage de nouvelles technologies pour engager des échanges et diffuser les informations sur les bonnes pratiques.

S.E. M Anders Ahnlid, Ambassadeur, représentant permanent de la Suède auprès de l’OCDE, a présidé la première session, qui a mis l’accent sur le plaidoyer politique féminin dans le contexte politique actuel de la région. Il a rappelé le discours du Premier Ministre Fredrik Reinfeldt, qui avait souligné lors d’une récente Assemblée Générale de l’ONU que pour 3,5 milliards de femmes et de filles, les lacunes en termes de respect des droits de l’homme ainsi que des droits sociaux et économiques les empêchent de réaliser leur potentiel en tant que moteurs du développement économique. Bien que l’environnement dans lequel les femmes entrepreneurs sont actives soit divers dans la région MENA, les intervenants de la région ont confirmé l’importance de l’accroissement de la participation dans le marché formel du travail ainsi que dans les activités entrepreneuriales. A été souligné la nécessité pour les femmes, en période de transition politique, de jouer un rôle important dans la prise de décision politique et économique. Bien que les réformes économiques en vue d’améliorer le climat des affaires – notamment l’accès à la finance, les échanges, la fiscalité, l’emploi ou la politique des salaires - soient à aborder en priorité, l’égalité des genres ne peut être mise de côté puisque ceci a un effet indéniable sur la compétitivité d’un pays. United Fashion for Peace Magazine

|

27


C’est dans ce contexte que les experts d’Algérie, de Bahreïn, de Djibouti, d’Egypte, d’Irak, de Jordanie, du Liban, du Maroc, de l’Autorité Palestinienne, d’Arabie Saoudite, de Tunisie, du Yémen, de l’Association sud-africaine des femmes entrepreneurs, du Centre of Arab Women for Training and Research (CAWTAR), de l’OIT, de la BERD et de l’OCDE ont échangé sur :   - l’amélioration de l’accès des femmes aux services de soutien non-financiers ; - le renforcement de l’accès des femmes aux marchés et à l’information ; - la recherche sur l’entreprenariat et la collecte de données pour élaborer des politiques efficaces et informées.   Les thèmes de la rencontre de deux jours à Paris ont donc inclut l’inventaire des politiques, des institutions et des programmes soutenant l’entreprenariat féminin dans la région MENA. Il s’agissait d’étudier les moyens d’aller de l’avant pour soutenir l’entreprenariat et l’emploi des femmes dans la région MENA. L’accent avait également été mis sur l’importance des services de soutien non-financier aux entreprises, ce que les gouvernements et le secteur privé peuvent faire pour adapter des services à une clientèle féminine; l’amélioration de la recherche et la collecte de données ventilées par sexe ainsi que l’ état d’avancement des pays de la région MENA et les domaines prioritaires à améliorer. 28

|

United Fashion for Peace Magazine

En conclusion, la capacité à promouvoir les politiques des associations des femmes d’affaires et diverses organisations de la société civile: échange d’expériences diverses entre l’OCDE et les représentants de la région MENA Il a été convenu que les conclusions de la réunion ainsi que les recommandations résultant des travaux du FFE seraient soumis à la prochaine réunion au comité de pilotage du programme MENA-OCDE pour l’investissement. Ceci afin d’assure que les considérations sur l’entreprenariat des femmes soient adressées dans un dialogue politique plus large. Gabriela Ramos, Directeur de Cabinet du Secrétaire général de l’OCDE et Sherpa du G20, a souligné lors de l’allocution de clôture, que le travail du FFE est très apprécié et que l’OCDE se tient prête à soutenir le Forum 1) dans ses travaux en cours ; 2) en l’impliquant dans l’Initiative OCDE pour la parité et 3) à travers la contribution de l’OCDE au Partenariat de Deauville.


United Fashion for Peace Magazine

|

29


Women mentoring au Maroc : éduquer une femme c’est éduquer le Monde ! Ilham Zhiri

C

hef d’entreprise dans le domaine de l’imprimerie, gérant plus d’une centaine de salariés, est passionnée par le Mentoring. Elle est la Vice Présidente du Conseil National de la CGEM . Soutenir les femmes porteuses de projet Ilham Zhiri est la Présidente du Women mentoring au Maroc, une initative qui est une première au Maghreb et la région MENA. Depuis juin 2010 ce concept innovant venu tout droit du Monde anglo-saxon a vu le jour grâce aux efforts de cette femme chef d’Entreprise. Prés de sept tandems existent et réunissent des femmes désireuses d’améliorer leur compétence dans le monde entrepreneurial. Tout un processus ou Mentor et Mentee apprennent à développer leur compétence à travers l’échange, le partage, le Networking et la réseautique. L’objectif pour la plateforme marocaine est de former 300 tandems d’ici 2013 et ainsi contribuer à améliorer le tissu socioéconomique du pays en donnant plus d’autonomie aux femmes. La finalité du mentoring est de permettre aux Mentees d’accéder à un meilleur développement personnel et professionnel. Des actions qui seront soutenues grâce au transfert de savoir.

30

|

United Fashion for Peace Magazine


Femmes marocaines casser leur marginalisation Au Maghreb, ce sont surtout les marocaines qui sont les moins bien représentées à l’échelon professionnel, malgré une volonté politique affirmée, la réalité est autre «sur 50% de femmes seules 25% ont une activité» un fossé qui reste inacceptable et pour lequel le mentoring propose une aide concréte « les femmes ont envie de travailler et de contribuer également à l’équilibre de leur foyer» explique Ilham Zhiri, nous leur donnons la possibilité en les formant mais surtout « en leur donnant confiance sur leurs potentialités» ajoute t elle. Formation mentoring par Vital Voices aux USA Une expérience qui a marqué Ilham Zhiri qui nous explique qu’éduquer, transmettre un savoir ou une connaissance à une femme, c’est déjà changer le monde. Une société ne peut réussir à relever les défis notamment concernant l’emploi, les jeunes, les problématiques liées à la précarité qu’à travers l’incontournable éducation des femmes. Des pays comme la Suéde ou le Japon qui sont classés comme le top 5 des pays les plus développés ont un taux d’activité des femmes qui dépasse 70% Le réseau REFEMN à travers la duplication du réseau mentoring souhaite ainsi aider la femme en vue de mieux se défendre dans un Monde hautement compétitif. Faire aussi en sorte que la marocaine contribue activement au développement de sa communauté.

Appliqué dans le Monde entrepreneurial, le Mentoring peut augmenter par ex les compétences managériales d’un jeune dirigeant. Développement personnel et professionnel pour le Mentee et pour le Mentor enrichir son expérience personnelle. Impact

phénoménal

sur

l’Entreprise

Une entreprise a deux fois plus de chance de survivre et de se développer quand son dirigeant est accompagné par un chef d’entreprise expérimenté qui a été Mentor explique Ilham Zhiri, car cela lui donne plus de confiance mais aussi élargit son champ d’activité. United Fashion for Peace Magazine

|

31


32

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

33


Vandana Shiva

une vie consacrée à la protection de la biodiversité « Comment la fille d’un garde forestier marchant à travers l’Himalaya est devenue l’ennemi publique des plus grandes firmes agrochimiques? » Une histoire extraordinaire racontée par Lionel Astruc qui l’a rencontrée et a partagé sa vie pendant quelques temps. 34

|

United Fashion for Peace Magazine


V

andana SHIVA est l’une des chefs de file des écologistes et des altermondialistes les plus respectés de ce siècle. Tout comme la kenyane Wangari Maathai, elle a consacré sa vie à la défense de l’agriculture paysanne et biologique dans son pays l’Inde. Elle se bat contre l’appropriation par les firmes agrochimiques des ressources naturelles de son pays. Elle s’est illustrée vers les années 80, dans le mouvement Sauvons la Narmada en vue de s’opposer à la construction de barrages sur la rivière Narmada. Une lutte acharnée en vue de préserver l’écosystème, des pratiques malheureusement agressives et systématiques et qui ont contribué de tout temps à déplacer des millions de paysans pauvres. C’est avec Navdanya, son Association qu’elle se bat au quotidien pour la protection de la biodiversité et la protection des droits des fermiers. Une Association qui est aussi tout un réseau qui permet entre autre de développer des banques de graines qui collectent les semences traditionnelles à travers toute l’Inde afin de les préserver, les reproduire pour ensuite les redistribuer. Tout en poursuivant sa lutte contre l’introduction des OGM dans son pays, Vandana Shiva s’engage dans une forme d’activisme mondial en faveur de la paix, la biodiversité et du droit des peuples de disposer d’eux-mêmes. Lionel Astruc auteur de Shiva Victoires d’une indienne contre le pillage de la biodiversité ( collection tous pour la planète, aux éditions terre vivante) l’a accompagnée durant un séjour en Inde pour nous raconter le roman de sa vie.

Bio Express: Lionel Astruc © Lionel Astruc Écrivain, journaliste et photographe de 37 ans, diplômé de Sciences Politiques, Lionel Astruc se consacre aux thèmes  de l’écologie et de l’économie solidaire. Il  remonte les filières de produits «durables» (alimentation, mode, éco-design, tourisme…), à travers le monde,  pour en montrer les enjeux, mais aussi révéler leurs limites. Ses reportages paraissent dans la presse (L’Express, Libération, The Economist…). Ils ont aussi fait l’objet d’une dizaine de livres  (bibliographie  et    actualité)  et d’expositions à Berlin, New York ou Paris. Parallèlement, Lionel intervient en tant que consultant pour des cabinets de conseil, des organisations internationales ou des entreprises : notamment Utopies, MSC, Euro RSCG, O2 France, la Fondation Albert II de Monaco, LVMH ou Schneider Electric. United Fashion for Peace Magazine

|

35


36

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

37


38

|

United Fashion for Peace Magazine


Gaeia Craddle « Sauver les orphelins séropositifs du Swaziland»! Par Fériel Berraies Guigny

E

lle a été notre coup de cœur du Cartier Woman Initiative Award, il ya deux ans, elle n’avait pas gagné le prix pour l’Afrique, mais en tout cas, elle l’a gagné dans le cœur de UFFP! Nous vous racontons les combats de cette jeune femme Chef d’Entreprise qui est déterminée à se battre pour que son beau pays le Swaziland prenne plus en charge le cas dramatique des enfants orphelins et abandonnés qui naissent séropositifs. Un fléau terrible subit presque avec fatalité, sachant que ce pays a le taux de mortalité le plus important lié au Sida dans le Monde. Il est à prévoir dans le futur que si nous ne trouvons pas une solution à terme, la population du Swaziland sera en grave danger d’extinction. Récit du beau rêve de Laura Mc Seveney Sprague son berceau pour les enfants malades et laissés pour compte « Gaeia Craddle» United Fashion for Peace Magazine

|

39


Entretien avec UFFP Parlez nous de la situation des orphelins du Swaziland ? Elle est très grave et dangereuse pour ces enfants. Au Swaziland, les enfants sont considérés comme un fardeau, leur futur est incertain. Avec la pauvreté, tout est si aléatoire pour eux, il n’y aucun système de sécurité sociale, rien pour venir les prendre en charge. Le Swaziland a le taux de séropositivité le plus élevé au Monde, plus de 40% de la population adulte est touchée. De ce fait, face au fléau on compte chaque année 130000 orphelins et enfants vulnérables sans compter les grossesses non désirées et les enfants abandonnés. Le pays n’a pas de politique de protection pour ces enfants, rien pour les protéger ! Les Nations Unies prédisent que si rien ne change il est à prévoir que la Nation Swazi sera en voie d’extinction d’ici 2050. Avec une population de moins d’un million ( 953524) avec prés de 60% de cette population vivant en dessous du seuil de pauvreté soit l’équivalent de 60 dollars par jour. Les problématiques des inégalités sont à leur apogée, si l’on considère qu’uniquement 40% de la population vit dans un indice de normalité soit 14% qui peuvent contrôler leur revenu. Avec le taux élevé de séropositivité, le taux de vie est réduit à 37 ans. 40

|

United Fashion for Peace Magazine

Les 535000 qui constituent la population ont l’âge de 18 ans ( 56% de la population totale) dont 75000 à 10000 sont des orphelins et 65% sont séropositifs. En 2010 les chiffres ont doublé!La plupart des ménages et des famille compte des jeunes de 18 ans qui sont les substituts parentaux. Une fille sur trois sera violée et une sur quatre connaitra des brutalités physiques! Gaea est née pour lutter contre ces fatalités ? Je suis née dans une famille d’entrepreneurs et j’ai été bercée depuis toujours dans le monde des affaires. Mais c’est surtout mon travail dans les hôpitaux qui m’a le plus marquée. J’étais bénévole dans le service néonatal du temps où j’étais encore à l’école, et j’en ai vu des bébés et des nourrissons passer ( sourire) à l’époque cette expérience m’avait beaucoup marquée mais je ne réalisais pas encore l’amplitude de ce problème dans mon pays, j’étais assez jeune. Mais je me rappelle que je revenais en pleurant à chaque fois ! C’est quand j’ai eu mes filles, que je suis devenue maman, que j’ai ressenti ce besoin, j’imaginais alors la douleur d’une mère qui est obligée de se séparer de son enfant car elle ne pouvait matériellement s’en charger, c’est la plus grande des douleurs! Je voulais me battre avec Gaea, donner de l’espoir, donner des alternatives à ce désespoir et cette fatalité!


United Fashion for Peace Magazine

|

41


Gaea est mon rêve et j’espère qu’un jour je pourrais le concrétiser, mais je sais aussi que sans bases solides, ce rêve ne pourra voir le jour. Gaea les objectifs ? On est une Association à but non lucratif, on est très protecteur de la nature et de l’environnement, nous proposons une éducation de la petite enfance aux jeunes mamans. Nous voulons également proposer un foyer stable aux enfants abandonnés mais pour cela il faudra avoir les revenus qui nous permettront de nous auto financer. Je voudrais à terme récupérer tous les enfants abandonnés malades et leur donner un refuge. Gaea c’est construire une nouvelle société de demain? Absolument oui, Gaea se positionne dans le caritatif mais cela devrait être aussi une entreprise qui à terme s’autofinancera. C’est important pour les enfants que nous accueillons de voir que l’on est autonome financièrement. Nous voulons que nos enfants participent avec nous à ce projet, qu’ils aident au sein de notre communauté. Plus encore Gaea est un nouveau modèle de société pour le futur des enfants et donc pour notre Nation. Car les enfants sont le futur de la Nation. Pour cela, il leur amour, protection et prise en charge. Afin qu’à leur tour, ils donnent ce qu’ils ont reçu. 42

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

43


44

|

United Fashion for Peace Magazine


Eduquer les filles, c’est les développer durablement !

S

auver les enfants et les mères c’est combattre les fatalités de certaines régions du Monde, notamment en Afrique subsaharienne. Où les problématiques de la contraception mais également des conditions d’accouchement, restent endémiques. A cela, se pose aussi la question de l’amélioration des travailleurs du domaine de la santé, et les structures sanitaires dans lesquelles les femmes sont prises en charge Tous ces points sont cruciaux et doivent s’inscrire dans les objectifs du millénaire s’agissant des femmes. Combattre aussi les préjugés, les mentalités qui sont autant d’obstacles face à la perdu rance de certaines coutumes et rites religieux qui mettent sérieusement en péril les futures mères United Fashion for Peace Magazine

|

45


Stopper la mortalité chez les mères par manque de moyens est une fatalité qu’il faut absolument combattre notamment dans des pays comme le Rwanda, la Tanzanie, le Sud Soudan qui sont en effet les plus touchés par cette mortalité. Les objectifs de la Banque Mondiale pour les femmes d’ici 2015 est de baisser drastiquement la mortalité des mères. A cet effet, 57 pays bénéficient de programmes en faveur du planning familial: contraception, formation en médecine féminine etc en vue de protéger les femmes. Des partenariats comme la Fondation Bill & Melinda Gates sont cruciaux en vue d’éradiquer les fléaux qui handicapent les communautés rurales de la région. La Fondation Elle quant à elle s’est investie dans cette mission également et son dernier programme est orienté vers la réduction de la mortalité maternelle par la formation de sages-femmes communautaires. Une collaboration qui se fait par le biais de l’AMREF Flying Doctors, notamment dans la région du Sud Soudan. Un programme qui s’inscrit dans cette édition du Women’s Forum de Deauville. Sud Soudan une fatalité à combattre

1 sur 16 femmes meurt durant la grossesse ou au cours de l’accouchement Le Sud Soudan enregistre l’un des taux les plus élevés au monde de décès liés à la grossesse. Ceci est dû au manque cruel de sages-femmes et à la faiblesse et l’inadaptation des structures de soin. 46

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

47


Pour lutter efficacement contre la mortalité maternelle, la Fondation ELLE s’associe à l’AMREF Flying Doctors, la première ONG de santé publique en Afrique, pour former 74 sagesfemmes communautaires, provenant des régions les plus reculées du Sud Soudan, et où l’on enregistre la pénurie la plus forte de personnel médical. Grâce à la formation de sages-femmes communautaires compétentes, capables d’assurer les accouchements et de prodiguer des soins de santé reproductive de qualité, l’AMREF souhaite contribuer à l’amélioration à long terme de la santé des femmes sud soudanaises. Le grand objectif de l’AMREF : former 30 000 sagesfemmes, dans plusieurs pays africains d’ici 2015, afin de réduire de 25% la mortalité maternelle en Afrique. Pour une sage-femme formée, c’est 1 000 mamans qui bénéficieront d’un meilleur suivi et d’une prise en charge de qualité au moment de l’accouchement.

Un programme de formation et d’espoir 10 boursières, âgées de 21 à 38 ans, ont rejoint l’Institut de formation médicale de Maridi en mars dernier. Toutes originaires des régions les plus reculées du Sud-Soudan, elles acquièrent les compétences indispensables pour assurer des accouchements et prodiguer des soins d’urgence. 48

|

United Fashion for Peace Magazine


L

a Fondation ELLE soutient activement l’AMREF dans son grand projet de former 30 000 sages-femmes dans plusieurs pays africains d’ici à 2015, afin de réduire de 25 % la mortalité maternelle en Afrique.

United Fashion for Peace Magazine

|

49


50

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

51


Corine PELLUCHON « …

52

|

United Fashion for Peace Magazine


…l’écologie n’est pas l’ennemi de la démocratie» !

A

grégée et docteur en philosophie, maître de conférences à l’université de Poitiers. Spécialiste de philosophie politique et d’éthique appliquée. Auteur de Leo Strauss : une autre raison, d’autres Lumières, Vrin, 2005 ; L’autonomie brisée. Bioéthique et philosophie, PUF, 2009 ; La raison du sensible. Entretiens autour de la bioéthique, Artège, 2009 ; Eléments pour une éthique de la vulnérabilité. Les hommes, les animaux, la nature, Le Cerf, 2011. UFFP l’ a rencontré en vue d’évoquer avec elle la place de l’éthique notamment quand il s’agit de l’écologie, le rapport de l’homme face à l’environnement et dans quelle mesure ce rapport tant de fois mis en péril peut contribuer à améliorer notre rapport à la planète.

United Fashion for Peace Magazine

|

53


Entretien avec UFFP Aujourd’hui, dans un monde en pleine restructuration, le rôle et le poids de l’éthique pour l’humain et la planète sont plus que jamais primordiaux. Pourtant, certaines lenteurs subsistent. Quelle stratégie apporter ?

L

’éthique, par les questions qu’elle pose, en particulier dans le domaine de l’écologie, implique une interrogation sur les fondements de nos devoirs et de nos droits et peut-être un dépassement de l’éthique classique, qui concerne seulement les rapports des hommes entre eux. Elle ne va donc pas avec la vitesse. De même, parler de stratégie semble un peu inapproprié. Pourtant, la prise au sérieux de la crise environnementale exige bien des changements dans nos styles de vie, et non de simples discours. Ces changements peuvent aller de pair avec des réglementations économiques et juridiques, comme on le voit avec la taxe pollueur-payeur, qui est une bonne chose, surtout quand elle est appliquée, mais ils passent avant tout par une réflexion personnelle. Cette réflexion, que chacun doit mener, concerne son rapport à la nature, la valeur qu’on lui accorde et qu’on accorde aux autres espèces, la prise en considération des intérêts des générations futures. Nos modes de consommation ne sont pas universalisables. La solution n’est pas seulement ni essentiellement de consommer moins. Il s’agit surtout de consommer autrement qu’on ne le fait. 54

|

United Fashion for Peace Magazine

On voit bien que les choix individuels, les choix des consommateurs, ont des conséquences sur la manière dont sont organisées la production et la distribution des produits. L’idée est de favoriser les circuits courts, moins gourmands en énergie et respectueux du travail des hommes, de la valeur d’usage des produits. Je crois que certaines solutions sont à notre portée, comme nous nous en rendons compte en constatant le succès des AMAP où des produits de qualité peuvent, en outre, être accessibles. L’écologie met au premier plan la responsabilité individuelle et elle promeut l’autonomie politique. C’est de cette façon qu’elle est politique, c’est-à-dire que les individus ont un impact sur les pouvoirs publics. Enfin, le choix des énergies est un choix politique. Le choix du nucléaire, comme l’avait dit André Gorz, détermine un certain type d’Etat, centralisé, fort, policier, cultivant l’opacité. Le choix que l’Allemagne, par exemple, a fait, de développer les énergies renouvelables, d’investir sur ces énergies, est un choix politique, lié à une vision, au sens de l’avenir.

C’est ce sens de l’avenir qui fait défaut aux représentants en France. Ainsi, deux choses sont nécessaires : une réflexion sur les fondements de l’éthique et sur la place que l’on accorde, dans sa vie et dans la politique, à la survie des espèces, à la prise en compte des intérêts des générations futures, à la protection d’une biosphère finie.


Cette réflexion a des implications considérables parce que, si les animaux comptent, alors cela veut dire que nous ne pouvons plus en user et en abuser comme bon nous semble et qu’il y a des limites aux droits de l’homme. Ces derniers ne sont plus fondés exclusivement sur l’agent moral individuel ou, du moins l’individu n’a plus un droit absolu sur toute chose, sur ce qui ne relève pas de l’humain. Cependant, à côté de cette réflexion, qui conduit chacun à expliciter les conceptions éthiques et ontologiques qui sous-tendent ces positions idéologiques, il y a des décisions politiques courageuses, où l’écologie n’est pas l’ennemie de la démocratie, mais au contraire ce qui implique plus de démocratie. C’est donc plus une question d’exigence que de stratégie.

La crise économique mondiale, la frilosité des investissements, la faillite d’un certain modèle économique au détriment de l’humain font que l’écologie n’est toujours pas la priorité. Les scandales du nucléaire, les tsunamis du début de l’année 2011 n’arrivent pas à interpeller à bon escient. Pourquoi ?

J

e crois que les individus sont tous très conscients de la crise environnementale. Ils ne sont cependant pas tous disposés à abandonner certains modes de vie, à renoncer à rouler en 4X4, à prendre les transports en commun.

De même, la crise économique actuelle n’est pas la crise du libéralisme, mais la crise du capitalisme et d’un capitalisme débridé et sans scrupule, lié à la spéculation. Or, il ne me semble pas que les coupables ont été réellement inquiétés. Enfin, la frilosité des investissements, par exemple, pour le développement des énergies renouvelables, le maintien du nucléaire sont liés à la puissance de lobbies. Tout cela montre que la prise au sérieux de la question écologique, loin d’être l’exclusivité d’un parti, a un enjeu démocratique. Les citoyens doivent s’organiser et ils doivent oser demander des comptes aux pouvoirs publics. Pourtant, il faut arriver à déstigmatiser les initiatives pro-écolos sans heurter les politiques en France. Quelle stratégie adopter ? La société civile est habituée à un certain confort. Est-celle prête à cette remise en question ?

L

a société civile n’est pas aussi égoïste que vous le suggérez. Pensez à ces associations d’agriculteurs, de producteurs qui essaient de partager leurs expériences et diffusent, notamment par Internet, leurs connaissances. Pensez aux associations de consommateurs, à celles qui portent sur les risques sanitaires et environnementaux attachés aux nanotechnologies.

United Fashion for Peace Magazine

|

55


La société civile fait preuve d’une créativité incroyable et, dans la plupart des domaines, par exemple dans le domaine de la santé, de l’accompagnement des malades d’Alzheimer, de la prise en charge de ceux qui sont contaminés par le virus du SIDA, ce sont les associations qui ont fait bouger les choses. Le problème, en particulier dans notre pays, vient du fait que l’expérience et le savoir issus de la base ont du mal à remonter. Il y a aussi une tendance, très forte aujourd’hui, à la bureaucratisation, à l’imposition de normes et de critères d’évaluation qui sont déterminés à partir d’une production optimale ou plutôt de l’idée d’une production optimale. Je ne crois pas qu’il faille opposer les « écolos » aux politiques, mais c’est la manière de faire de la politique qui doit changer si l’on veut prendre au sérieux la question environnementale et avancer dans le traitement de problèmes qui, s’ils ne sont pas réglés, auront des conséquences très graves sur la société tout entière dans les années à venir. Certes, il peut y avoir des conflits entre les «  écolos » et certains lobbies, comme les lobbies liés aux produits phytosanitaires et aux OGM. Ces conflits sont aussi politiques, puisque les politiques cèdent parfois aux lobbies, alors que leur mission n’est pas de défendre les intérêts d’un groupe privé, mais ceux des citoyens présents et à venir. Je crois que la crise environnementale actuelle, qui ne se limite pas à la dégradation des ressources, a le mérite de mettre au jour les dysfonctionnements actuels du politique.

56

|

United Fashion for Peace Magazine

Elle souligne aussi la créativité de la société civile. Mais, si l’on y pense, une telle crise est aussi l’occasion de mettre tout à plat, car le désastre social et économique que nous connaissons et que tout le monde ne subit pas de la même façon, n’est pas une fatalité. S’agissant de la dégradation des ressources et de la perte de la biodiversité, c’est la même chose, même si ce sont les conséquences non voulues de notre modèle de développement qui, en effet, atteint ses limites. Enfin, si l’on pense aux tortures qu’on inflige aux animaux d’élevage, à ceux qui sont produits par l’élevage intensif et industriel, alors on voit bien que ces conditions de détention qui font souffrir et les hommes et les bêtes ne sont pas dignes de nous. La question animale, qui est à mes yeux une question ontologique et politique majeure, suscite l’intérêt d’une partie de plus en plus grande de la population, notamment chez les jeunes. Nous ne pourrons plus supporter longtemps l’image de nous-mêmes que nous renvoient ces pratiques. C’est en profondeur que l’écologie et la question animale ( qui ne se confond pas avec le problème de la biodiversité) conduisent à rénover la politique, exigeant plus de démocratie, une participation des citoyens aux choix technologiques et scientifiques et une délibération publique intégrant les intérêts des générations futures et la protection de la biosphère finie.


Cela exige de compléter la démocratie représentative qui est liée à un certain présentisme, car les représentants représentent surtout les intérêts immédiats et la course aux élections privilégie le court terme, bien que je sois persuadée qu’un homme ou une femme politique ayant une vision politique, donc le sens de l’avenir, aurait, dans le contexte actuel, des chances d’être élu(e), parce que les citoyens ne se sentent plus représentés par les politiques et que l’écart entre la société civile et l’Etat que Mar x avait diagnostiquée en son temps est tout aussi réel aujourd’hui, bien que pour des raisons différentes qu’au XIXème siècle. Beaucoup militent en ce sens et la communication ne manque pas entre les films et les documentaires. Pensezvous que c’est la manière d’arriver à sensibiliser en profondeur ?

L

a communication et la profondeur ne vont pas toujours de pair, mais je ne crois pas que les films et documentaires fassent du mal. Au contraire. Force est de constater que certains films sont très bons. Je pense au film de C. Serreau, Solutions locales pour un désordre global, à des documentaires sur les paysans. United Fashion for Peace Magazine

|

57


Quand les gens parlent de ce qu’ils savent et travaillent honnêtement, quel que soit le support utilisé, c’est très bien et très utile. Et je ne vois pas pourquoi on se priverait de l’image qui a un impact très fort. Il n’y a pas, selon moi, de rivalité entre l’écrit et l’image, mais ils peuvent être complémentaires. Le seul critère, c’est la qualité et un travail peut être à la fois admirable et accessible au plus grand nombre. Les protocoles climatiques, les cris d’alarme sensationnaliste ont aussi une date de présomption. L’esprit éco-citoyen devrait-il se cultiver dès la maternelle ?

L

a question de l’éducation est cruciale. Tous les écologistes l’ont dit et j’ajouterai qu’il n’y a pas besoin d’être écologiste ni de s’intéresser à l’écologie pour penser que tout ce que l’on fait au niveau de l’éducation, dès les petites classes, est capital. Surtout que, si l’on confie cela aux enseignants, au sens fort du terme « confier », c’est-à-dire en leur faisant confiance, il y a des chances pour que cela soit bien fait et qu’on évite le catéchisme. L’école, le lycée, l’Université sont des lieux où l’on cultive l’esprit critique. Les enseignants résistent de toutes leurs forces à l’idéologie. Maintenant, dites-moi pourquoi tout le monde est d’accord avec le fait d’encourager la formation de l’esprit éco-citoyen, comme vous dites, dès la maternelle, mais que personne, ou presque, ne semble s’inquiéter outre mesure de la suppression de postes d’enseignants ?

58

|

United Fashion for Peace Magazine

Dites-moi pourquoi, alors que l’écologie est une question centrale, il y a si peu d’universités qui développent des masters trandisciplinaires sur ce sujet ? D’ailleurs, je crois que les problème à l’école et à l’Université sont différents et qu’à l’Université, les procédés de recrutement des Maîtres de conférences et des professeurs sont en partie responsables de cette frilosisté, voire de cet autisme et de ce manque d’imagination. Il me semble cependant que cela peut changer. Enfin, je pense que, si des cours en écologie étaient imposés par l’Etat, cela ne serait pas une bonne solution. Pour moi, ce sont les hommes et les femmes qui font les institutions et non l’inverse. Il ne faut pas attendre que l’Etat impose des cours en écologie, comme il a imposé le concept de genre dans les manuels. L’initiative doit venir des enseignants. Les personnes travaillent mieux quand on leur fait confiance, que l’on fait confiance en leur bon sens et qu’on respecte leur autonomie – une vraie autonomie, pas sa caricature, qui est l’arbitraire et qui s’accommode parfaitement de la bureaucratie.


United Fashion for Peace Magazine

|

59


Rainbow Warrior Mon Amour

30 ans de photos aux côtés de Greenpeace Pierre Gleizes

A

l’occasion des 40 ans de Greenpeace et la mise à l’eau du Rainbow Warrior III, Pierre Gleizes, photographe historique de l’organisation en France, nous entraîne aux quatre coins du monde dans un combat sans fin pour défendre l’environnement.

F

ourmillant d’anecdotes et illustré d’images inédites, il reviendra notamment sur l’attentat du Rainbow Warrior qui avait tant affecté la France et incarne depuis le symbole international pour la lutte de Greenpeace. UFFP s’est entretenu avec le photographe.

60

|

United Fashion for Peace Magazine


crĂŠdit photo : Pierre Gleizes United Fashion for Peace Magazine

|

61


UFFP : Quarante ans de Greenpeace, pour vous quel bilan? Un bilan considérable, aujourd’hui les pollueurs sont tous sur la défensive et se cachent derrière des rideaux de honte, la peur a changé de camp. Un exemple parmi cent : En 2009, la simple présence de l’Artic Sunrise de Greenpeace dans le port du Havre a suffit pour dérouter un navire russe venu chercher une cargaison de déchets nucléaires. Ce bateau était affrété par Areva, premier opérateur mondial dans le domaine du nucléaire… Mais ne soyons pas naïfs, vu les enjeux, tout sera peut être a recommencer dès demain matin, comme la sanctuarisation de l’antarctique, acquise aujourd’hui, mais pour combien de temps ?

UFFP : Vous avez choisi de combattre pour la préservation de la planète de l’environnement au passage vos photos ont parfois dérangé, vous en pensez quoi? Il n’y a que la vérité qui est bonne à montrer. Si elle dérange, tant pis, on est pas toujours là pour se faire des amis. UFFP L’altermondialisme, mais également les engagements de personnalités comme Al Gore ou la kenyanne Wangari Maathai cela vous fait quoi ?

62

|

United Fashion for Peace Magazine

L’engagement personnel d’homme et de femme au destin hors du commun est toujours une source de motivation et d’inspiration. Mais n’oublions jamais, que nous, les obscurs, pouvons aussi agir à notre échelle. Le monde serait meilleur si nous faisions tous l’aumône, une fois par jour, pour aider notre prochain ; le monde serait plus beau si nous ramassions tous, une fois par jour, un détritus sur le trottoir pour le mettre dans une poubelle et le monde serait moins pollué si nous prenions tous, une fois par jour, nos vélos pour aller chercher du pain plutôt que de monter dans une voiture. UFFP : On a aussi l’impression que cela est devenu un fond de commerce pour certaines marques cosmétiques pour vous c’est un leurre? Fond de commerce, sans doute, mais utile certainement. Le commerce équitable est une belle idée si cela peut raccourcir les circuits de l’argent et mieux rétribuer les plus faibles. Mais restons très vigilant. Ce n’est pas parce que un fruit est issu de l’agriculture biologique que c’est un bon fruit et si, en plus, il a fait 20 000 km d’avion pour atteindre nos étalages, c’est complètement débile de l’acheter. UFFP : La planète se meure au quotidien, les grands n’ont que faire des «protocoles « climatiques, la terre décimée on assiste de plus en plus à des réfugiés climatiques, comment faire pour sensibiliser les Grands contre le tout industriel?


United Fashion for Peace Magazine

|

63


Je n’ai pas de réponse à cette question de société. J’observe simplement que les énergies renouvelables vont sans doute faire perdre des milliards de milliards d’euros aux compagnies pétrolières et nucléaires. Il faut donc s’attendre à tous les coups tordus possibles et imaginables !  

UFFP : Parlez nous des choses qui vous ont marqué, des anecdotes, vos victoires, mais aussi vos plus grandes frustrations? Ca, c’est le sujet de mon livre, ça m’a pris 385 pages pour tenter de répondre. Un exemple parmi d’autres, en 1980, à Vigo en Espagne, j’ai échappé de justesse à un lynchage dans une usine baleinière pour passer au tribunal dès le lendemain. Deux années plus tard, à la fin d’une campagne contre les déversements de déchets nucléaires en mer, au même endroit, nous étions accueillis comme des héros par les autorités et une foule énorme. Rien n’est jamais figé. Tout peut toujours bouger. Pour la frustration, je viens de m’en trouver une nouvelle. Lors des chutes des cours de la bourse de ce mois d’aout 2011, les spécialistes ont tenté de nous expliquer que ces mouvements étaient devenu incontrôlables car le système repose souvent sur des robots-ordinateurs qui peuvent acheter une action pour la revendre moins d’une seconde plus tard !

Qu’est ce que c’est que ce monde là ?

64

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

65


UFFP : Le Rainbow Warrior, un dossier encore douloureux pour l’inconscient collectif? Quelles leçons en tirer? Qu’il faut toujours apprendre à connaître ses opposants. Les autorités françaises et les services secrets se sont empalés dans une situation inique simplement parce qu’il ne connaissait pas Greenpeace. Aveuglé par une certaine idée arrogante de la France, leurs grossières erreurs de repérage et de préparatifs pour couler le Rainbow Warrior se sont soldées par un assassinat et un désastre diplomatique. S’ils avaient mieux appréhendé ce qu’était Greenpeace à l’époque, les ronds dans l’eau que nous prévoyons faire devant Moruroa pour protester contre les essais nucléaires les auraient moins inquiétés.

UFFP : Ce livre magnifique pour vous, c’est un témoignage, un réquisitoire, un cri? C’est l’histoire d’une dette de mémoire envers mon ami Fernando Pereira, tué par une bombe française à bord du Rainbow Warrior. Cette affaire m’a mis ko debout et j’ai mis 25 ans pour pouvoir ouvrir la boite aux souvenirs et reparler de tout cela. Si je devais faire un réquisitoire se serait sous forme de dicton : « le blé fait vivre, les armes font mourir ». Quand au cri, j’ai envie de hurler « Allumez vos vies, balancez vos télés ». 66

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

67


Plantons pour la Planète le «rêve bio» de la Fondation Rocher La Fondation Yves Rocher Institut de France a vu le jour à l’initiative de Jacques Rocher, fils d’Yves Rocher le créateur de la cosmétique végétale. Cette Fondation contribue à la conduite d’actions locales et globales de conservation de la nature, de solidarité et d’éducation à l’environnement dans plus de 50 pays du Monde. Créé en 1991 et placée sous l’égide de l’Institut de France en 2001, la Fondation Yves Rocher œuvre pour un Monde plus «vert» au travers de deux actions phares: le Prix Terre de Femme et l’Opération Plantons pour la planète. Plantons pour la Planète est aussi la seconde campagne de sensibilisation pour la préservation de l’Environnement et pour un développement durable de la Fondation Rocher. : rêve bio pour l’humanité est une aventure qui commence en 2007 après la rencontre de Jacques Rocher avec Wangari Maathai Prix Nobel de la paix marraine de la campagne « Plantons pour la planète» 68

|

United Fashion for Peace Magazine


Entretien avec le géniteur de l’opération Jacques Rocher: 1/ Parlez-nous de votre rencontre avec la prix nobel kenyane Wangari Maathai? Votre objectif planter combien d’arbres, à aujourd’hui quel  est le total des arbres plantés? Wangari Maathaï est une femme d’exception, elle vous donne l’envie d’agir, de lutter, d’avancer. C’est une grande fierté que d’avoir pu la rencontrer et de l’avoir rejointe dans son combat pour rendre notre planète plus verte. C’est justement à l’issue de notre rencontre à Nairobi en 2007 au Kenya que j’ai décidé d’engager la Fondation Yves Rocher à planter 1 million d’arbres. Avec l’aide des clientes de la Marque Yves Rocher, deux ans plus tard, en 2009, nous étions parvenus à planter plus de 5 millions d’arbres. Cette année, pour les 50 ans de sa création, la Marque Yves Rocher s’est engagée à financer à travers la Fondation Yves Rocher la plantation de 50 millions d’arbres d’ici 5ans. C’est donc un véritable challenge qui nous attend et nous avons donc besoin de toutes les énergies.

Avant tout engagement, il y a une rencontre humaine entre la Fondation Yves Rocher et une personnalité comme par exemple Sebastiao Salgado au Brésil, Anne-Elisabeth Rehault au Burkina Faso, Haïdar El Ali au Sénégal, etc. Je me déplace toujours pour me rendre compte sur place de l’action menée, nous sommes de véritables partenaires. Ainsi, avec la Fondation, nous soutenons l’action de 13 ONG à travers le Monde: la Fondation Mohammed VI pour la sauvegarde de l’arganier au Maroc - Océanium pour la réhabilitation de la Mangrove en Casamance au Sénégal - Baobab 29 au Burkina Faso pour lutter contre la déforestation de la région du Sanguié - Green Ethiopia pour rétablir les écosystèmes dans la région du Tigray en Ethiopie - L’Homme et l’Environnement à Madagascar pour mener une gestion durable des plantes utiles - WWF au Mexique dans l’Etat du Michoacàn pour préserver la forêt qui sert de lieu d’hibernation et de reproduction aux papillons Monarque

2/ La Fondation Yves Rocher soutient 13 ONG réparties sur le Monde, quelles sont elles?

- Agronomes et Vétérinaires sans Frontières à Haïti pour reboiser 100 hectares en espèces d’arbres fruitiers et utiles à la construction

En effet, pour la Fondation Yves Rocher, c’est essentiel de s’appuyer sur des ONG locales qui ont une réelle culture de terrain.

- Instituto Terra au Brésil pour reconstituer la Forêt Atlantique ou «Mata Atlantica» United Fashion for Peace Magazine

|

69


- Aborna en Australie pour restaurer un eco-système en adéquation avec le mode de vie des aborigènes Isha Foundation en Inde pour lutter contre la désertification dans le Tamil Nadu - WWF en Russie dans la région de l’Altaï pour reconstituer la forêt primaire dévastée suite à une série d’incendie Bergwaldprojekt en Allemagne pour préserver la forêt du parc national Harz - ONF en France pour reconstituer la forêt landaise qui a été dévastée par la tempête Klaus

3/ Préserver la biodiversité, c’est préserver l’autre, vous reprenez le rêve de feu votre père? En effet, mon père était un visionnaire. Il considérait que - et je le cite - «nous avons un devoir suprême vis-à-vis de nos enfants, de nos petits-enfants, des générations futures, c’est de leur laisser une terre comme celle que nous avons reçue». Bien évidemment, je m’inscris dans cette perspective et je m’emploie au quotidien par l’action de la Fondation mais aussi à travers ma fonction de Directeur du Développement Durable du Groupe Yves Rocher ou en tant que maire de mon village natal de La Gacilly, en Bretagne, à préserver la Nature et à maintenir sa diversité. Bien évidemment, ce n’est pas toujours facile, il y a des moments où l’on se sent découragé mais alors, je pense aux sourires des tous les portraits qui ont été fait lors de nos opérations de plantations.

70

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

71


En fait, l’artiste photographe Patrick Wallet m’accompagne lors de chaque opération et réalise des portraits de planteur. A chaque fois, avec une pousse d’arbre à la main, c’est un sourire. Et croyez-moi, ces sourires sont une force, une force qui m’accompagne pour avancer. Je crois à l’écologie du bonheur, à l’écologie qui rend heureux! 4/ Le développement durable et le bio à un prix et il n’est pas toujours possible pour les pays démunis en Afrique, quel message leur passer? Quels sont les gestes les plus simples et qui ne coûtent rien? Les contraintes peuvent être de formidables opportunités. La Fondation Yves Rocher avec le Prix Terre de Femmes récompense dans 15 pays dont le Maroc des femmes qui agissent au quotidien, sans forcément avoir de moyens financiers. Depuis que ce prix existe, voilà bientôt 10 ans, j’ai pu voir des initiatives formidables qui ont commencé par la volonté d’agir: four solaire pour éviter la déforestation, ferme de spiruline pour contrer la malnutrition, pépinières de moringa et de karité pour développer une micro-économie locale,… Volonté, détermination et envie permettent d’accomplir des actions déterminantes pour l’environnement. 5/ Le Prix Terre de Femmes s’adresse pour sa prochaine édition à l’Afrique, quel est le profil de la lauréate africaine potentielle? 72

|

United Fashion for Peace Magazine


Que pensez-vous des villageoises du Djenne qui fabriquent les bracelets Djokko que Mme Shlumberger revend au Monde, elles recyclent les déchets et financent la construction d’école au Mali, est ce que ce genre d’initiative rentre dans les critères de la fondation? Tout d’abord, il n’y a pas un profil type. Le prix Terre de Femmes récompensent des femmes qui sont engagées dans des actions en faveur de l’environnement. Par contre, nous récompensons des Femmes dont l’action existe depuis déjà quelques années. Il s’agit de donner un coup de projecteur sur l’action menée et de les aider à poursuivre. Alors, il faut ne pas hésiter à faire acte de candidature. Toutes les informations sont sur le site: www.yves-rocherfondation.org 6/ Quel message voudriez-vous donner aux femmes africaines qui vivant dans la précarité et font du développement durable? Tout d’abord, je tiens à les féliciter pour leur action. Personnellement, j’ai pu, à travers mon expérience, me rendre compte que les femmes avaient bien souvent une longueur d’avance, elles sont moins court-termistes, elles ont une conscience plus aigüe de leur impact sur la Nature. L’important est d’agir, chacun a son rôle à jouer, à sa mesure. Je crois à l’exemplarité, je crois à l’effet cumulatif des actions. Alors, bravo, Mesdames, c’est ensemble que nous parviendrons à faire que demain sera un monde plus vert.  United Fashion for Peace Magazine

|

73


74

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

75


76

|

United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

77


Les Tunisie

78

|

United Fashion for Peace Magazine


ennes de l’après jasmin entre espoir et craintes Un dossier réalisé par Fériel Berraies Guigny crédit photo : Rim Temimi

« Pas de démocratie sans égalité » : C’est le slogan lancé par les femmes du Monde arabe et notamment les tunisiennes. Du pays du jasmin aux rivages du Nil, un même vœu, un même espoir pour construire cette société égalitaire où homme et femme auraient les mêmes droits. Alors que le Monde arabe est toujours en transition de grands enjeux se dessinent pour toute une génération féminine décidée à se battre. Le printemps arabe a mis au devant de la scène les sœurs du Monde arabe qui de Bahrein, au Yemen et Jordanie brandissent également le drapeau de la liberté. United Fashion for Peace Magazine

|

79


« Il faut aujourd’hui être vigilant afin d’assurer la pleine participation des femmes dans les nouveaux paysages politiques », a souligné Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. L’islamisation radicale qui menace la région dont la Tunisie avec le retour en puissance d’Ennahdha menace les acquis de la Tunisie au féminin qui a toujours été un modèle pour l’Afrique et le Monde. Six femmes tunisiennes, six voix au féminin, Souhayr, Faiza, Rim, Neila, Amel et Mouna nous livrent leurs combats, leurs aspirations pour cette Tunisie nouvelle. Une Editrice, une Photographe, une journaliste, une jeune Chef d’Entreprise, et une Artiste, elles sont cette Tunisie plurielle qui livre sa vision d’un pays en construction. UFPP voulait donner la parole à ces femmes remarquables qui représentent le Renouveau d’une Tunisie libre et démocratique. Sans langue de bois, elles ont ouvert leur cœur et pensée et sont confiées à nous. Elles sont prêtes à se battre jusqu’au bout pour préserver leurs acquis. Souhayr Belhassen Présidente du FIDH « … dans une Tunisie post révolutionnaire pas de régression» ! « Pas de démocratie sans égalité » : C’est le slogan lancé par les femmes arabes pendant les manifestations mais aussi celui du FIDH et de sa Présidente Souhayr Belhassen. Les législations actuelles pourront-elles enfin avancer dans le sens d’une égalité pleine et entière ? 80

|

United Fashion for Peace Magazine

Les réserves à la Convention sur l’élimination des discriminations à l’égard des femmes, seront-elles prises en compte? Partout dans le monde arabe face aux secousses du printemps dernier, le combat des associations de défense des droits des femmes pour l’égalité est plus important que jamais, pour Souhayr Belhassen il faut être vigilent pour préserver nos acquis. Aux vue de l’actualité régionale mais aussi internationale, suite aux événements sanglants en Egypte et certains débordements en Tunisie, le pire comme le meilleur est à craindre pour les femmes et la génération post révolution. Il faut éviter le retour de manivelle, soit l’expression bâillonnée car cela fait parti des outils qui relèvent du passé. Aujourdhui, les gens ont le droit d’être informés dans une Tunisie qui va vers les élections.

Entretien avec la Présidente du FIDH 1/ Les femmes du Maghreb sont aujourd’hui dans un état d’alerte maximum ? le FIDH avait lancé dernièrement un slogan « pas de démocratie sans égalité» ? Effectivement le slogan démocratie et égalité a été lancé mais il ne doit pas être creux pour autant. Evidemment notre tâche est lourde autant pour les défenseurs ou défenseures que les féministes.


United Fashion for Peace Magazine

|

81


Aujourd’hui comme vous pouvez le constater, le conservatisme et la réaction font loi sur le terrain; cette menace est à nos portes et ils ont déjà pénétré la maison avec une accélération dangereuse à la veille d’échéances électorales, que ce soit en Tunisie ou en Egypte. Evidemment avec un aspect extrêmement grave comme on a pu le constater en Egypte, où il y a eu des morts et cela est une réalité de l’Egypte. Il y a une hétérogénéité de la population égyptienne mais il ne faut pas oublier, que les coptes sont égyptiens.

Si aujourd’hui, il n’y a pas une dénonciation forte de la société égyptienne et des partis d’opposition sans oublier la communauté internationale, si il n’y a pas une réaction forte et déterminée pour demander une commission nationale d’enquête tout à fait indépendante pour dénoncer ce qui s’est passé en Egypte.

Cela doit mobiliser non seulement les égyptiens mais aussi les sociétés arabes post révolutionnaires !

Ce que nous avons eu en ce début du mois d’octobre est absolument effrayant. Il faut montrer du doigt les autorités égyptiennes post révolutionnaires qui ont pris le pouvoir, il faut les dénoncer dans la mesure où ils reprennent les anciennes méthodes !

On a pas encore vu de dénonciation de ce qui s’est passé en Egypte ni de la part des Tunisiens ni des libyens?

2/ la justice populaire en Egypte qui s’en est suivie vous en pensez quoi?

Il n’y a pas si longtemps en Tunisie, on s’en est aussi pris aux vestiges romains de la chrétienté, talibanisation ?

On a tous vu appréhender Moubarak, il s’est fait juger avec une scénographie qui n’est pas du tout respectable! Aujourd’hui, ce qui guette l’Egypte en tout cas l’impression que l’on a, c’est que la Révolution de la place tahrir a lâché ses démons ! des démons racistes, xénophobes, le rejet de tout ce qui n’est pas arabe et musulman et ça, c’est malheureusement les égyptiens qui vont le payer en tout cas une partie de la population égyptienne.

82

|

United Fashion for Peace Magazine

Où est la révolution aujourd’hui si on admet que du racisme et de l’intolérance se développe dans un pays nouvellement libéré!

Je réfute le terme talibanisation, je ne suis pas dans une vision occidentale, c’est un terme dangereux même s’il est utilisé pour faciliter la compréhension. La société tunisienne n’est pas issue des talibans, cela n’existe pas en Tunisie. Ce qui existe en Tunisie, c’est par contre la présence de 200 salafistes activistes prêts à mourir pour leur cause, complètements possédés par leur idéologie et leur mobilisation est là.


United Fashion for Peace Magazine

|

83


84

|

United Fashion for Peace Magazine


Ils se déchainent à la faveur d’une libéralisation du contexte, ils ne sont plus réprimés et on ne connaissaient pas vraiment les salafistes jusqu’à la révolution. Auparavant oui, il y avait des islamistes, mais aujourd’hui j’ai des preuves qu’il y a 200 salafistes qui opérant dés qu’il y a un événement. Que ce soit lors de la présentation du film de Nadia El Fani sur la laïcité, ce sont les mêmes qui ont attaqué Nessma la chaine de télévision privée. Simplement parce qu’ils ont diffusé le film de la réalisatrice iranienne Morjane Rastrappi.

Timing opportun? Oui absolument ! y a pas de moment opportun, c’est aujourd’hui l’argument des islamistes et des salafistes. C’est toujours le moment de s’exprimer librement. Il faut au contraire que l’acte de diffuser à l’Africa, laïcité inchallah se fasse dans la norme, c’ est presque devenu un acte de bravoure! C’est la libre information qui doit circuler. Aujourd’hui, la laïcité est en débat car le danger islamiste nous guette. Retourner en arrière, avec des comportements rétrogrades pour les femmes, voila ce qui peut se profiler. Dans les islamistes il y a des gens ouverts, c’est important de ne pas confondre. Le film de Satrapi participe de l’éducation et de l’ouverture d’esprit du citoyen tunisien. Je soutiens la diffusion de ce genre de film et je m’élève contre ceux qui soutiennent les islamistes par opportunisme politique aujourd’hui.

Les 200 salafistes se sont déployés et c’est beaucoup plus grave, car ils n’ont pas sorti les couteaux mais ont choisi de s’attaquer à la chaine de télévision. Il ya eu pire, il y a mobilisation des salafistes dans la région de Gafsa, des centaines de personnes sont sorties dans la rue pour soutenir les salafistes, où va ton dans un pays fragile? c’est un moment crucial, un moment où le déploiement de la citoyenneté est extrêmement important. C’est au véritable tunisien, cad celui qui est le fruit de siècles de culture qui doit faire un acte de citoyenneté, agir en tant que citoyen et voter. Peu importe pour qui il vote !

Etre tunisien aujourd’hui une fierté? oui je suis fière et je le répète, non pas en tant que femme ou tunisienne mais comme Présidente de la FIDH pour avoir vu plusieurs pays avoir traversé les difficultés de la transition sans s’en sortir. La manière dont la Tunisie a mené son bateau même s’il tanguait dangereusement. Il faut en féliciter toutes les parties, même l’opposition a fait preuve de mesure et de sagesse quand il a fallut s’arrêter pour s’entendre. Je ne parle pas des islamistes. C’est ça le tunisien, le tunisien a une culture du consensus qu’ il faut faire prévaloir à chaque fois en l’informant. Il ne faut pas cacher la réalité, je ne diffuse pas par ex le film de Satrapi car c’est une question de timing. United Fashion for Peace Magazine

|

85


86

|

United Fashion for Peace Magazine


Si c’est le bon moment, on a droit à une information libre et indépendante. La FIDH donne la parole à des associations qui luttent depuis longtemps pour les droits des femmes en Tunisie, en Égypte, en Algérie, au Maroc, à Bahreïn, au Yémen, en Jordanie...

Les femmes tunisiennes entrepreneurs sont elles menacées dans la nouvelle configuration politique à venir? Non je n’ai aucune crainte à ce sujet, l’islamisme ne menace pas l’entreprise privée je ne pense pas du tout que les islamistes en général et en particulier en Tunisie, sont contre l’entreprise privée et le libéralisme et on le voit d’ailleurs au travers des hommes d’affaires qui versent des fonds au parti Ennahdah qu’ils soient nationaux ou internationaux. Les femmes chef d’entreprise ne seront pas découragées, pourvu qu’on réussisse et que l’on entreprenne et que la communauté musulmane puisse s’exprimer. Cette catégorie n’est pas menacée elle restera privilégiée du moment qu’elles ont les moyens de développer du Capital?

Catégories vulnérables qui alors? Je crains que les catégories défavorisées ceux en dessous de la classe moyenne, celles qu’on décourage en leur donnant de 5 à 30 DT en leur disant réveillez vous, c’est mieux de rester à la maison pour élever vos enfants plutôt que de travailler dans la rue. C’est cette catégorie là qui est en danger.

Ces femmes ne sont pas encadrées, elles sont pas sensibilisées, elles sont pas formées politiquement. C’est cette catégorie là qui est la cible des islamistes. Elle est récupérée il faut pas se voiler la face, mais pourquoi? c’est une catégorie de personnes qui ont été martyrisée du temps de Ben Ali. 20000 personnes de ces catégories ont été mises en prison du temps de l’ancien régime. Je ne défends pas l’idéologie islamiste pour autant. Il faut dire que la répression et tous les exactions subies laissent des traces.

La société civile, libérale, démocratique qu’avez-vous fait? On a fait au-delà de nos moyens parcequ’on les a défendu et on a été menacés même dans nos vies !

Cette fermeture et ce décalage comment l’expliquer? C’est l’héritage de Ben Ali, nous les femmes on a pas pu se mobiliser. Quand vous pensez que la ligue tunisienne des droits de l’homme pendant dix ans n’a pas pu se déployer car entourés de flic, comment voulez vous sensibiliser une population victime vers un discours moins orienté vers l’islamisme? Les islamistes on ne leur pas fait de cadeau et dans chaque foyer il y avait un islamiste qui était agressé sinon harcelé ou mis en prison ou pire tué et rien que cela ça mobilise. Donc aujourd’hui il est difficile de les mobiliser ! United Fashion for Peace Magazine

|

87


Ces gens sont donc solidaires entre eux, ils recueillent aujourd’hui le gain de leur mobilisation pendant les années Ben Ali. En neuf mois on ne peut retourner la situation faut pas se faire d’illusion. La lutte entre les classes est là parce que les pauvres n’avaient ni le droit de vivre ou de dire quoi que ce soit. Nous découvrons la Tunisie dans son entièreté pauvres, riches, classe moyenne.

Classe politique mea culpa? Ce que je reproche à la classe politique actuelle c’est de se dire démocrate et libérale voulant progrès et modernité dans le sens de l’égalité et la parité. Toutefois ce qui nous interpelle dans cette conjoncture à la veille des élections, c’est que le discours n’est pas clair ni net. Il ne coupe pas avec l’islamisme, les partis restent dans une entre deux car ils pensent récupérer l’électorat. Faire la cour à l’électorat islamiste, selon eux pourrait les amener vers un centrisme où elle s’est toujours trouvée d’ailleurs. Encore une fois on est dans le consensus, c’est la culture du tunisien. Il a un héritage réformiste important et culture du consensus, deux valeurs qui ne sont pas mises en avant par les partis qui se déclarent modernistes et démocrates. Pas de démocratie sans égalité on l’entend pas, une égalité à plusieurs variables selon eux, qui viendra à terme. Nous sommes dans une Tunisie post révolutionnaire et c’est aujourd’hui qu’il faut dire les choses. Malheureusement les partis non islamistes et même de gauche ne sont pas dans la clarté convaincante.

88

|

United Fashion for Peace Magazine

Un discours électoraliste de convenance? Tout le monde est en train de se positionner c’est claire, il n’y a pas que la sensibilité islamiste à ménager, il faut aussi laisser les autres, cad les vrais démocrates, s’exprimer.


Amel Mathlouthi

« la voix de la liberté» !

C

hanteuse engagée, militante, on l’a connait à travers son magnifique timbre de voix mais aussi parce qu’elle est devenue aussi le porte parole de toute une génération, quand les artistes deviennent des symboles de paix et de liberté. Elle nous livre ses impressions suite à son séjour tunisien durant ramadan. United Fashion for Peace Magazine

|

89


1/ La révolution du jasmin, un vent d’espoir infini mais aussi quelques frustrations en devenir? Oui, le bilan est mitigé, ce qui est sur c’est qu’un vent de liberté s’est emparé de notre pays depuis le 14 janvier! Cela se manifeste par le nombre impressionnant de nos partis politiques ( plus d’une centaine) … les manifestations, les protestations auxquelles on assiste régulièrement, chose impensable il y un an!

Cela a laissé place à une forme de résignation palpable chez les jeunes mais aussi dans de nombreuses couches de la population Et ce parce que le gouvernement ne propose pas de «solutions concrètes» pour le moment. On est aussi très las de ces luttes entre Partis politiques, ces gens qui essayent soit de se recycler soit de se tailler une nouvelle place au soleil, ou plus concrètement une part du Gâteau dans la future Assemblée Constituante.

Le ton relativement libre de la presse, mais la situation économique est précaire, le chomage est toujours aussi important, il a augmenté et les suppôts de l’ancien régime sont toujours aussi puissants!

4/ Les jeunes font beaucoup d’ abstentionnisme quant aux élections prochaines quels sont les risques ?

2/ On a l’impression que la voix des femmes et des jeunes ne se fait plus autant entendre? Oui les jeunes s’expriment moins qu’avant sur la place publique, cependant ils restent actifs dans les réseaux sociaux plus que jamais ! et les femmes au contraire, font entendre leur voix dans les partis politiques et cela est encourageant même s’il est vrai que sur la place publique. Elles sont pas très visibles, on espère que cela est temporaire. 3/ Rentrée morose pour le pays, été et tourisme catastrophique pour le pays, pays fréres qui nous ont «snobés ?

90

|

United Fashion for Peace Magazine

Les risques de l’abstentionnisme sont évidentes, c’est de creuser encore plus le fossé entre élite politique qui cherche moins à réaliser les objectifs de la révolution, qu’à satisfaire ses ambitions politiques et la masse des jeunes qui s’est investie beaucoup dans ce mouvement historique pour notre Nation. Je ne parle même pas de nos martyrs et de ce que cela a impliqué pour leurs familles. Au fond, ce qui est à craindre c’est aussi que les élections ne seront pas représentatives de l’opinion publique tunisienne. 5/ les femmes sont invisibles Ennadha avance, pour beaucoup le Csp est dans la balance ? Les femmes ne sont pas si invisibles que ça, elles se manifestent au contraire que ce soit au sein des Partis ( Maya Jeribi du PDP, Mme Hajji à Bizerte) ou en dehors.


Sihem Benseddrine avec les Femmes Démocrates, Sana Ben Achour, Meriem Bourguiba Laouiti qui veut se présenter aussi! sans compter dans le milieu artistique … Il est vrai aussi que le parti islamiste Ennadha avance, même si ce Parti a connu aussi pas mal de divisions et de soubresauts. Il reste que le Code du Statut Personnel de Bourguiba, le CSP est solidement ancré dans nos mœurs et toutes tendances et couches sociales confondues! Personne ne pourra le toucher ni l’ébranler! 6/ La culture l’ engagement des jeunes c’est primordial pour avancer? Evidemment, la culture joue un rôle très important et l’engouement des jeunes par rapport à cette cause n’est nullement superficiel, il faut se le dire et se le rappeler même nous avons tous nos périodes d’incertitude. C’est un rempart à l’épreuve de tout et il nous garantira nos Droits. 7/Tunisie Egypte et Lybie quels messages pour les femmes de ces pays ? Ce n’est qu’un début, continuons le combat et notre plus grande force sera notre intelligence et notre intuition !

United Fashion for Peace Magazine

|

91


Faiza Skandrani éditrice Jugurtha internationale Une femme libre, indépendante éprise de démocratie et de justice a accepté de répondre aux Questions de United Fashion for Peace I. Le rôle des femmes durant ce moment historique on en parle peu pourquoi? Quelles seront les répercussions de cette révolution sur les femmes, elles qui l’ont appelée de toutes leurs forces ? Il est vrai que le statut des femmes, le Code du Statut Personnel a fêté son cinquantenaire en 2006 avec l’ATFD et l’AFTURD … CSP, qui fait l’unicité de La Tunisie, promulgué sous Bourguiba et amélioré sous Ben Ali sous la pression des conventions internationales et des ONG féministes qui servaient de pionnières par toutes les revendications récupérées par les organisations gouvernementales des femmes, instrumentalisées et asservies au pouvoir en place. Il est entièrement fallacieux de dire que les femmes étaient absentes de la scène révolutionnaire et je parlerai même de la mauvaise foi d’un article où il a été di qu’ «  il fallait scruter l’écran pour trouver une  femme en action ». plusieurs photos ... 92

|

United Fashion for Peace Magazine

La révolution a été faite par les hommes et les femmes. Les femmes ont été malmenées, violentées, violées à Bizerte (en témoignent les photos et vidéos) et si les hommes ont été plus nombreux être tués par les balles , on ne parle pas des mortes vivantes après le viol. Quand on pense « compétences  » tunisiennes, on ne pense pas femmes ou hommes et les femmes tout autant que les hommes compétents , qui étaient exclus de la vie politique tunisienne, s’attendaient, à participer à la reconstruction et à la consolidation de l’Etat de Droit et des Institutions après la révolution.


Mais pourquoi tout autant les médias étrangers que tunisiens ont-ils chercher à occulter son action ? Est-ce sous la manipulation des nostalgiques de Ennahdha ? Est-ce sous l’effet du syndrome Leïla Ben Ali ? Est-ce par manigances émanant de la police ? Est-ce pour récupérer cette révolution contre les femmes et rétablir le machisme  ?   La jeunesse tunisienne est pourtant saine et composée de médecins, d’enseignants, d’avocats, de juges … excepté quelques franges sociales qui semblent dire que les femmes volent les emplois des hommes ... La situation exceptionnelle des Tunisiennes dans le monde arabe a été entamée par la propagande islamiste des chaînes satellitaires arabes et leurs dérives obscurantistes. De plus en plus de femmes se sont voilées mais de nombreuses parmi elles se disent démocrates et ne sont pas prêtes à renoncer aux acquis du CSP. Même Rached Ghannouchi parle du CSP et des Droits des Femmes comme des acquis irréversibles …Est-ce vrai, l’avenir nous le dira…Il parle même de la laïcité , de quoi rassurer les femmes laïques. Mais peut-on le prendre au mot ???

Lors de l’annonce du Gouvernement d’union nationale, trois femmes ont été annoncées, Lilia Laabidi réputée pour son féminisme, Moufida Tlatli cinéaste mais qui a eu le malheur de signer l’appel des 65 pour les élections présidentielles de 2014 , et Fawzia Charfi, compétence scientifique de premier ordre et veuve de feu Mohamed Charfi …dans un gouvernement à majorité masculine avec plusieurs figures de l’ancien parti au pouvoir , le RCD… Nous avons dès le départ soutenu le retour à la légalité tout en appelant à la vigilance, attitude partagée par de nombreux démocrates qui ne veulent plus jamais d’un retour à la dictature … Ce gouvernement fut contesté par un grand nombre de Tunisiennes et de Tunisiens , notamment par la caravane venue de Sidi-Bouzid, Thala et Kasserine et où femmes et hommes étaient là et ne voulaient pas démordre : ils appelaient à la chute du gouvernement de Ghannouchi, et à celle des résidus du RCD et à la chute de la dictature en brandissant les portraits de leurs martyrs tous âges confondus

II. Quels sont les plus grands défis qui nous attendent? Or l’un défis majeurs pour les Tunisiennes. au cours de cette post-révolution tourne bien autour de la question du pouvoir et les femmes…

United Fashion for Peace Magazine

|

93


L’ annonce du gouvernement de transition avec toujours seulement trois femmes avec une femme ministre de la Santé Habiba Ben Romdhane Zahi et Lilia Laabidi et Fawzia Charfi aux mêmes postes et départ des ministres RCDistes et octroi des ministères importants à des personnalités indépendantes ou de l’opposition …a attiré de nouveau l’attention sur l’absence de la parité au sein du gouvernement et des 3 commissions annoncées : Seule en faisait partie, Hafidha Chekir, militante des droits humains et l’une des fondatrices de l’ATFD, créée en 1989., juriste connue par son livre publié en 2000« les droits des femmes entre les textes et les résistances » ouvrage censuré sous Ben Ali . Maître de conférences et professeur de droit à l’Université de Tunis depuis plus de 30 ans, Hafidha Chekir a été sélectionnée, membre de la commission supérieure de réforme politique présidée par M. Yadh Ben Achour. Puis vinrent les nominations à la direction des radios ainsi que celle des gouverneurs à majorité ancien RCD avec absence totale des femmes …j’ai personnellement poussé un cri d’alarme à ce sujet ( Business News, Facebook …Twitter …) Les femmes redevenaient minoritaires et invisibles à l’œil nu dans la carte gouvernementale .

94

|

United Fashion for Peace Magazine

Heureusement que le gouvernement de transition a semblé répondre à notre questionnement et a nommé 6 femmes sur 14 au sein de la commission présidée par Maître Taoufik Bouderbala … La question des femmes et du pouvoir ou de la politique n’est pas une question de chiffre : Que m’importe si le Parlement tunisien compte 23% de femmes contre 20% pour le Parlement français s’il s’agit de femmes qui ne « me » représentent pas, qu’elles ne sont pas les porte-paroles de la laïcité, de la parité et de la démocratie loin des calculs électoraux de leurs partis et prêtes à défendre contre vents et marées le projet de société pour lequel nos ONG féministes se sont toujours mobilisées. Que m’importe le chiffre si ce sont des femmes choisies pour se taire et ne jamais dire NON ??? NON à la modification de la Constitution qui me garantit mes droits de femme … Les féministes indépendantes exigent que la Constitution tunisienne soit garante des Droits des Femmes avec deux articles non négociables  :  La séparation du religieux et du politique et l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines, conformément à la CEDAW et à la levée des réserves annoncée par l’ancien pouvoir et qui doit être concrétisée.


Il est indispensable que les réformes politiques garantissent le caractère constitutionnel et irrévocable de ces droits, garanties indispensables pour restaurer la confiance entre les différents acteurs politiques et les convaincre qu’aucune des parties ne sera dépossédée des promesses de cette révolution de janvier 2011, unique en son genre dans le monde arabe. Les femmes doivent être à l’écoute de tous les discours politiques diffusés dans les médias, être à l’affût du moindre indice qui risque de nuire aux Droits des Femmes et à La Démocratie d’une manière globale …Elles ne doivent pas s’endormir sur leurs lauriers et mettre en place au plus tôt une unité de vigilance , antenne pour gérer cette communication de crise pour assurer leur présence massive dans les structures politiques qui risquent de peser sur leur avenir …Développer des solidarités entre les ONG féministes et les partis en lice en exprimant à voix haute « le non négociable »…

III. Stratégie de « liquidation » ou d’occultation de la Marche du 29 janvier 2011 organisée par l’ATFD, l’AFTURD et les Commissions Femmes de la LTDH et de l’UGTT , manifestation qui n’a pas du tout médiatisée dans son double parcours pacifiste et violent avec débarquement d’individus bizarres qui se sont adonnés à la violence

Aucun média n’a pris la peine d’en parler même après avoir été invités à le faire comme Radio Express FM et Nessma TV… Il est vrai que des médias ont donné la parole à Bochra Belhaj Hmida, Ahlem Belhaj, Sana Ben Achour, Sihem Ben Sedrine, Maya Jribi mais ils n’ont pas donné la parole aux ONG féministes pour débattre des défis qui se posent aux femmes dans la post Révolution . Je me suis insurgée en interpellant les médias pour qu’ils donnent aux ONG féministes l’opportunité de se faire connaître auprès des Tunisiens comme ils l’ont fait pour bien d’autres …Ce qui est grave, c’est qu’en tant que femme, ayant lutté pour sa liberté d’expression, je me suis sentie menacée dans mon devenir … Quand je dis, « je », je ne me positionne pas en tant qu’individu, mais en tant que militante des droits des femmes qui risque de nouveau d’être l’objet de plusieurs manipulations, pas forcément venant du gouvernement de transition (Lilia Laabidi, est une personne intelligente et porteuse du même projet de société auquel aspirent de nombreuses féministes et démocrates )… Cette manipulation peut venir de l’étranger, des islamistes, des autres partis d’opposition …Les risques sont multiples et c’est pour cela que le succès de l’instauration d’une démocratie à l’instar de celle des pays occidentaux est ESSENTIEL pour pallier aux dérives de tout genre, qu’elles soient d’extrême gauche ou d’extrême droite

United Fashion for Peace Magazine

|

95


Nous devons absolument sensibiliser nos jeunes aux pratiques démocratiques et les prémunir contre la propagande de la récupération islamiste destinée à reproduire les schémas de la dictature …

IV.Quels sont les scénarios à venir pour les femmes de la région? La Tunisie va-t-elle devenir le laboratoire du monde arabe ? Les femmes doivent bénéficier d’une véritable liberté d’expression qui peut leur donner les moyens de communiquer leurs convictions à une partie de la population qui n’a pas eu la chance de les écouter, couche défavorisée, exclue des lycées et des universités, et de l’emploi et qui pourrait être tentée par l’antiféminisme …comme certaines voix dans ce sens se sont fait entendre dans des chaînes radios au nom du Syndrome Leïla Ben Ali, qu’ils prennent pour le symbole vivant de la « fitna » sociale… Pour cela, il faut communiquer encore et encore pour donner la parole aux femmes compétentes dans tous les domaines et que le danger vient de l’ignorance et de la cupidité … La Révolution de janvier 2011 sera un exemple pour les peuples et un avertissement pour les autres dictateurs , leurs épouses et leurs familles car «  Nul n’est censé ignorer la loi  » et «  Nul n’est au-dessus des lois »…

96

|

United Fashion for Peace Magazine

La Tunisie a créé un néologisme dans le monde arabe, reste que la révolution tunisienne est difficilement exportable? Je pense que la libération des peuples et des femmes sont inséparables …Les dictateurs oppressent les hommes qui à leur tour oppressent les femmes …Schématiquement, comment des hommes esclaves peuvent-ils admettre l’existence de femmes libres ??? J’ai au courant des divers séminaires auxquels j’ai participé ces dernières années en Tunisie, au Maroc ou ailleurs en tant qu’adhérente de l’AFTURD, fait la connaissance de féministes maghrébines, africaines et arabes de premier plan, et je suis pleine d’espoir pour le devenir de nos régions … Nos peuples sont capables de se structurer si l’Union Européenne et les USA cessent de les prendre pour des mineurs et de contribuer au pourrissement de la classe politique…Les pays occidentaux sont responsables de «  l’incapacité structurelle des pays arabes à devenir des démocraties ». Ne nous leurrons pas cependant, une longue marche est à entreprendre par les groupes de pression féministes pour consolider la Révolution démocratique et mettre en place le projet de société démocratique dont ils ont toujours rêvé avec des outils institutionnels capables de constituer un contre pouvoir à tous les ennemis de la Démocratie … car Tous les Tunisiens ont crié d’un seul jet : LA Dictature, Jamais plus ça…


Mouna BEN HALIMA Chef d’entreprise citoyenne !

E

lle a grandi dans le giron des affaires et de l’hôtellerie, petite on disait que «c’était une grande gueule» avec l’âge elle est restée fidèle à elle-même! Portrait d’une jeune tunisienne de la post révolution déterminée à se battre pour que «sa révolution» ne lui soit pas volée.

United Fashion for Peace Magazine

|

97


Tounsia il était une fois…

Reconstruire la démocratie en Tunisie

Pas langue de bois, pas froid aux yeux Mouna BEN HALIMA s’est découverte une nouvelle passion pour le militantisme politique, avant pendant et après le printemps arabe. Pourtant rien ne l’a prédestinait à cela. Elle fait parti de cette jeunesse dorée qui en somme n’a jamais souffert des trente années du régime défunt.

Dès le mois de février, Touensa a lancé une pétition «Média Libres», qui récoltera rapidement plus de 600 signatures, puis organisera dans la foulée un sit-in devant la télévision nationale.

Sa fibre militante, elle va l’a découvrir par «accident» des événements, des  rencontres, un déclic et une prise de conscience qui va l’amener à braver les plus grands interdits. Au départ «provoc» ou presque, sur les réseaux sociaux sa langue va se délier, alors qu’elle commence à essuyer les premières menaces et insultes sur le net « ferme ta g» lui disait on et on passe les détails. Pourtant elle ne va pas arrêter, mettant en péril parfois son intégrité physique. Dès    études à Paris puis retour à Tunis, elle  commence à taquiner la censure tunisienne avec ses amis internautes. Le régime  tombé, son action ne vas pas s’arrêter, elle co-fonde l’Association Touensa, qui  revendique le droit à  la dignité humaine, à la liberté d’expression, à l’égalité citoyenne. Tout ce qui est en chantier dans le pays va attirer son  attention et celui de son Association: l’éthique dans les médias, dans les administrations, l’éveil citoyen, démocratique et politique du pays. 98

|

United Fashion for Peace Magazine

S’agissant de la vie Associative, un premier forum des associations le 2 avril, et un séminaire sur la transition démocratique le 4 juin, Touensa fut organisé le 22 juin avec le réseau «Y-Peer» et l’association Util une journée portes-ouvertes «Jeunes, citoyens et engagés», soutenue par le Fond des Nations Unies pour la Population (Unfpa). Chaque week-end dans son hôtel de Hammamet, Mouna recevait un parti politique, afin de permettre aux gens des régions d’écouter les différents programmes. A l’image des cafés littéraires, Mouna et son association ont organisé des cafés «citoyens» , pour débattre des thèmes qui lui tenaient à codeur, relatifs à l’actualité (Comment exercer un contre-pouvoir sans mettre en péril le processus de transition / Faut-il instaurer une justice transitionnelle ? / Que s’est-il passé au sein de la commission chargée des enquêtes sur la corruption ? ...etc)  


Le bus citoyen

Plus que tout, Touensa veut désormais contribuer au succès des prochaines élections en donnant, en particulier aux jeunes, les clés pour comprendre la politique et les pousser à mettre leur bulletin dans l’urne le 23 octobre prochain. Ainsi, un collectif d’associations a travaillé d’arrache pied depuis des semaines  sur un projet ambitieux: des «bus citoyens», qui ont sillonné la Tunisie depuis le mois de juillet avec à leurs bords des animateurs dûment formés.  Leur rôle: rencontrer les citoyens, expliquer et vulgariser des concepts liés à la démocratie et à la citoyenneté et les informer sur les procédures électorales.  Tout cela avec l’aide des réseaux locaux (associations, notables,  syndicats,  lycées, etc.) qui auront en charge la logistique sur place et la mobilisation des citoyens. 

Une Femme de tempérament et d’engagement déterminée à reconstruire sa Tunisie ! Pour info, ci-après la liste des actions de janvier à Août : * Les conférences et séminaires : http://touensa.org/groupes/conferences/ * Les cafés citoyens : http://touensa.org/groupes/cafe-citoyen/

United Fashion for Peace Magazine

|

99


Neila Azouz

Redac Chef Jet Set magazine

O

n connait son beau minois à travers le magazine Jet Set mais aussi parce qu’elle a écrit un essai «Alors on parle» un charmant récit qui bien que léger dans le ton et humoristique, énonce certains faits sociologiques, les torts et travers de la société tunisienne. Mais elle est aussi une femme engagée sans langue de bois qui se bat aussi pour une certaine image de la femme tunisienne. Récit de notre rencontre :

100

| United Fashion for Peace Magazine


1/ à un mois des élections quel bilan pour les femmes? La femme tunisienne a défendu, défend et défendra toujours ces droits ! Il est vrai qu’il y a un certain climat qui nous fait paniquer, moi la première, mais je suis aussi consciente que la femme tunisienne aura toujours sa place en Tunisie, on est dans un pays pour qui il est difficile de fonctionner sans femmes. Même si certains se plaisent à dire le contraire, ils savent pertinemment que c’est un maillon indispensable de la chaine et que sans elles, ses atouts et ses compétences le rouage risque de se bloquer. 2/ On a constaté une certaine inertie de la part des jeunes et de ceux qui au départ ont été à l’origine de la révolution? Quelles sont les causes, quels sont les risques? Je ne sais pas si c’est une inertie, je dirai que c’est de l’observation plus qu’autre chose. La Tunisie a changée du tout au tout, c’est le phénix qui renait de ces cendres, il faut du temps et beaucoup de souffle pour qu’elle arrive là ou elle devait être depuis plusieurs années, les jeunes sont un peu perdus, ils ne voient pas le bout du tunnel et se sentent remis à l’écart car ils constatent que les préoccupations sont plus politiques que sociales. Ils n’ont pas baissé les bras, ils sont juste un peu déboussolés par tout ce qui se passe… cela dit ils sont toujours là et se battent chacun à sa façon, bonne ou mauvaise mais ils sont là !

3/ Comment les femmes tunisiennes doivent elles se positionner? Jourdain elles sont  peu visibles, on a l’impression que c’est le contrecoup de la révolution? Risque d’essoufflement, comment faire revenir la conscience patriotique d’une nation qui a longtemps été anesthésiée? La femme tunisienne a sa position, elle est active, battante, courageuse, intelligente comme tous les tunisiens, il faut arrêter de parler toujours de la femme comme si c’était un phénomène bizarre de la nature, je l’ai dit au début elle a toujours été présente et elle le restera car elle a beaucoup d’atouts qui peuvent servir au mieux les intérêts de tous sans exception. Mais il est aussi vrai que l’essoufflement est là et c’est tout à fait normal, le gouvernement actuel dort à poings fermés et il veut nous endormir avec lui, il faut que les gens aient devant eux quelqu’un qui a du punch, de la réactivité, et beaucoup d’aplomb, nous avons besoin de sang neuf, de positions claires, de justice et surtout d’une garantie de sécurité, la conscience patriotique n’est pas anesthésiée, elle est juste très déçue ! 4/ Les médias ne font pas leur boulot, beaucoup de copinage, d’intox de manipulation? Les médias officiels sont en déca des attentes, pensez vous que les médias libres sont plus à même de faire le boulot?

United Fashion for Peace Magazine

|

101


Ce que je peux vous dire c’est « trop d’informations tuent l’information », le journalisme citoyen comme on aime bien l’appeler, déroute beaucoup de gens et leur donne trop de fausses informations, ou des informations mal traitées, déformées, parfois même effrayantes sans aucune source fiable ni conscience journalistique. Résultat des courses, de nos jours personne ne sait ce qui est vrai ou pas. En ce qui concerne les médias officiels ou libres, j’ai remarqué que tous essayent de récolter des informations par ci par là, parfois j’ai l’impression de lire les actualités de Facebook en forme d’articles, et ça c’est une faute que les médias font sans cesse. Il y a aussi ceux qui s’occupent plus de redorer leur blason au lieu de penser objectivité et impartialité, tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la mascarade qui a duré 23 ans et qui cherchent une crédibilité perdues, parfois même en se tirant dans les pattes. Les médias ne savent plus sur quel pied danser car ils ont toujours cet attachement inconscient à l’autocensure, ils avancent d’un pas puis reculent de dix, personne ne sait de quoi demain sera fait, du coup ils sont tous très prudents pour l’instant et j’espère intimement que ça va leur passer car dans le cas contraire ils feraient mieux de se proclamer pro-certaines idées, de suivre une ligne éditoriale logique et sans ambigüité, ainsi le lecteur-auditeur-téléspectateur… pourra y voir plus clair et choisir son média en toute conscience.

102

| United Fashion for Peace Magazine

Parlez nous de jet set, bien que la ligne éditoriale n’ait pas changé vous avez quand même une position assez engagée? www.jetsetmagazine.net est un magazine culturel, de loisirs et d’information, il est le guide de tout ceux qui veulent se détendre, se divertir et s’informer sur la beauté culturelle et artistique du monde qui nous entoure sur tous les plans, on essaye toujours de mettre le doigt sur les aspects positifs des choses, on essaye de faire rêver nos visiteurs, de leur prendre la main et de les emmener à découvrir les belles choses, la créativité, les moments forts de certains évènements, mais on est là aussi pour lutter contre la médiocrité. Nous ne sommes pas là pour donner des leçons mais nous avons aussi notre vision que nous véhiculons à travers nos articles, nous aimons la vie et nous le faisons savoir, quoi qu’il arrive ! Je pense que chaque personne a envie d’un petit coin pour se détendre, un exutoire qui permette de lui rendre sa bonne humeur et de lâcher prise, et bien Jet Set Magazine est là pour ça ! 6/ Quel message donner? Mon seul message c’est d’être généreux, d’aimer la vie, de l’affronter et de l’apprécier comme elle vient avec tous ces malheurs et ces moments de bonheur, c’est une lutte perpétuelle mais c’est ça la vie !


Rim Temimi

photographie la vie et ses mutations. crédit photo : Rim Temimi

T

émoin privilégié de la révolution tunisienne puisqu’elle l’a vécue dans la rue et qu’elle n’a pas hésité à braver l’insécurité pour pouvoir immortaliser ce moment historique que traversait son pays. Artiste jusqu’au bout des ongles, engagée, grande gueule et n’ayant pas froid aux yeux, elle nous raconte aujourd’hui sa vision des choses, entre espoir et incertitudes pour cette Tunisie au féminin qu’elle espère se voir construire pour les générations à venir. Elle a intégré le collectif « Dégage» pour montrer que la Culture est également capable de faire passer les bons messages dans une société qui se cherche en cette période de transition. UFFP l’a rencontrée pour vous.

United Fashion for Peace Magazine

|

103


Parles nous de ton collectif? «Dégage» est le nom d’un collectif de photographes tunisiens qui, sous la houlette de la commissaire d’exposition, Mme Souissi Leila, propose une exposition itinérante en hommage à la révolution tunisienne. Cette exposition, qui s’est déroulée à l’Institut du Monde Arabe à Paris (IMA), continue avec une tournée prévue dans différents pays comme l’Allemagne, la France, la Belgique, la Turquie...et bien sur en Tunisie. Les membres du Collectif «Dégage» : Adib Samoud - Akram Meloman Belaïd - Amine Boussoffara - Hanène Saïdi Heithem Chebbi - Rafaa Santa Cruz Lahiani - Rania Douraï - Rim Temimi - Saif Chaabane - Sélim Tlili - Yassin Hamrouni - Zeineb Henchiri -

C’était très convivial, d’ailleurs c’est cette dernière image qui m’est restée à l’esprit, cette grand-mère avec ses deux petits enfants, de 6-7 ans, des jumelles...au moment où je voulais les prendre en photo un tsunami humain m’emporte vers 15h35, lorsque la police nous a attaqué (jets de lacrymo. & coups de matraque). Le rôle des femmes? Elle n’avait pas de rôle particulier, femmes, hommes même combat !

Tu as vécu la révolution dans la rue, qu’est ce qui t as marqué ?:

Aujourd’hui quel bilan? comment les femmes et les jeunes se positionnent-ils? on est à l aube des élections pourtant il y a beaucoup d abstention? la menace islamiste est pourtant là et elle est super structurée?

Le jour J, le 14 Janvier, à l’avenue Bourguiba, tous rassemblés devant le ministère de l’intérieur, cette imposante et lugubre bâtisse qui nous a toujours terrifié, on n’osait même pas la regarder avant le 14, et quel bonheur de pouvoir la « shooter » à souhait et en toute sécurité, entourée par une liesse qui se sentait forte et qui n’avait plus peur de rien. Ce qui m’a frappé c’est l’éveil de la conscience générale qui a surgi subitement, d’un coup, cette extraordinaire solidarité…l’union des Tunisiens, toutes catégories sociales et tous âges confondus, et même des enfants !

C’est trop tôt pour faire un bilan, nous sommes en pleine reconstruction ; aujourd’hui les jeunes ou les femmes, contre toute attente font partie de ceux qui ne sont pas inscrits, 55 % des Tunisiens se sont inscrits volontairement sur les listes électorales (les autres pourront voter avec leur carte d’identité), (d’après les derniers sondages de l’ISIE Instance Supérieur Indépendante pour les Elections). Une société habituée depuis plus de cinquante ans à une vie politique prévisible et sans compter les failles internes au système.

104

| United Fashion for Peace Magazine


Aujourd’hui il n’y a pas que la menace islamiste car cette révolte tunisienne semble déranger beaucoup de gens au pays… ou les deux…

C’est pourquoi je me suis lancée dans le monde de l’art et de la culture de manière à faire du bourrage de crâne en sens inverse.

Quelle est ta position par rapport à ce qui se passe, la culture, l’ art la photographie sont ils assez puissants pour amener une véritable sensibilisation?

En bloquant l’accès à la culture, le pouvoir sous Ben Ali savait pertinemment ce qu’il faisait…même sur le site de Chomsky apparaissait le fameux « 404 Not found » (pages censurées) plus connu sous le nom de Ammar 404, que nous pouvions contourner avec des proxys, Zaba a crée aussi des cracks en informatique, même les gamins savent utiliser les proxys...

L’art et la culture font partie de ce soulèvement et cela a permis aux artistes de s’exprimer enfin après 50 ans de frustrations, avec tous mes respects pour Bourguiba, mais des erreurs, il y en a eu. Mon combat a toujours été la diffusion du savoir et de la culture, afin de lutter contre l’ignorance et l’obscurantisme. J’ai commencé sur le net en 2007 avec Facebook, en réaction à la perte d’un de mes meilleurs amis. Il avait tout pour lui, la culture, l’éducation, l’intelligence, un avenir brillant, mais il a hélas fini…en kamikaze à Faloudja en Iraq ! Et c’est là qu’on se demande comment le gouvernement de Ben Ali pouvait se prétendre être un rempart contre l’islamisme soutenu par certaines démocraties occidentales, alors que finalement ce sont eux qui les ont crée, ces obscurantistes !

Aujourd’hui après le 14 avec cette liberté d’expression, l’art la culture et la photo commencent à occuper un espace de plus en plus important, de par une révélation d’artistes au grand jour qui étaient jusque là cachés ou en devenir, cette prise de conscience est apparue avec la création du portail d’art TAG TunisiArtGalleries que nous avons mis en ligne (www. tunisiartgalleries.com) le 21 décembre, par le plus grand des hasards, quelques jours avant que la Tunisie ne s‘embrase. Les choses ont elles changé pour vous les jeunes et les métiers indépendants? vos défis vos combats et vos frustrations? Il est trop tôt pour se prononcer, en ce qui concerne les métiers indépendants, d’un point de vue structurel, les choses n’ont pas encore vraiment changé, par contre il y a un réel intérêt du monde envers la Tunisie, et ça c’est nouveau et bénéfique ; reste une chose importante,

United Fashion for Peace Magazine

|

105


concernant le métier de la photo : le respect et la sécurité des photographes tunisiens qui est loin d’atteindre celui que l’on témoigne aux photographes étrangers, le 15 Aout, un collègue a dû subir, encore, les coups de la police au ministère de l’intérieur… Tu as bourlingue pas mal avec ton collectif, racontes nous Périple  : http://www.tunisiartgalleries.com/ tagpress-international/932-de-lima-a-bruxellesen-passant-pararles-periple-du-collectif-de-photographes-tunisiens-l-degage-r.html Site su collectif :

www.myspace.com/degage

Quel message donner aux femmes et aux jeunes aujourd’hui? le futur tu le vois comment? Le message ? Gardez espoir et lisez de tout ! Le futur  ? Une Tunisie conforme aux valeurs universalistes.

106

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

107


108

| United Fashion for Peace Magazine


Prix Ethique

United Fashion for Peace Magazine

|

109


Femme dynamisante 2011 de Clarins

L

e Groupe Clarins cultive depuis toujours son engagement pour la protection de l’environnement. En utilisant des plantes dans ses produits, avec le soutien de l’Herboretum près d’Orléans ou la sensibilisation des collaborateurs au quotidien : autant d’exemples qui font de Clarins une entreprise citoyenne ! C’est au travers de nombreuses actions clés menées depuis 1965, que le Groupe s’illustre comme un véritable pionner du Développement Responsable.

110

| United Fashion for Peace Magazine


Les 10 engagements du Groupe Clarins : 1 Concevoir des formules sûres pour le consommateur 2 Concevoir des formules respectueuses de l’environnement 3 Contribuer à la protection de la biodiversité 4 Concevoir des produits et PLV à faible impact environnemental 5 Encourager l’innovation   6 Améliorer sa performance énergétique en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre et favorisant les énergies renouvelables   7 Réduire les consommations inutiles et améliorer la supply chain   8 Sensibiliser aux valeurs du développement responsable   9 Accompagner les collaborateurs, favoriser leur épanouissement au sein du groupe   10 Devenir une entreprise citoyenne exemplaire

Pour l’édition 2011 du prix Femme Dynamisante de Clarins, c’est Malika Bellaribi-le-Moal, cantatrice engagée, qui a reçu le prestigieux prix « Femme dynamisante de Clarins»2011 pour son action auprès des enfants des quartiers défavorisés en France et en Europe. Une artiste engagée qui partage sa passion du chant à travers son association qui propose des ateliers pédagogiques tout en faisant découvrir le chant lyrique aux plus jeunes. Comme chaque année, Clarins continue donc de soutenir les femmes d’exception. Une belle action pour une marque au grand cœur ! Avec le prix Clarins, doté de 45 000 euros, la gagnante projette de créer un lieu de formation en région parisienne afin de transmettre cette pédagogie à d’autres, et de continuer à accueillir les enfants issus des milieux défavorisés.

United Fashion for Peace Magazine

|

111


La Fondation Chirac met à l’honneur deux femmes !

L

a Fondation Chirac poursuit l’œuvre de Jacques Chirac au service de la paix et soutient des actions contre les inégalités les plus flagrantes dans le Monde. Militant pour la dignité des peuples, la protection de leur environnement et de leur langue.

112

|

United Fashion for Peace Magazine

Parmi les objectifs inscrits dans son agenda, l’accès à l’ eau et à l’assainissement; l’accès à la santé et aux médicaments de qualité; la lutte contre la déforestation et la désertification; la préservation de la diversité culturelle. Par Elyssa Souissi


Tous les efforts de la Fondation convergent vers un même but, à savoir la prévention des conflits. Pour l’édition 2011 deux femmes remarquables ont été primées pour leur engagement et leur éthique: Marguerite Barankitse et Louise Harbour ont été les lauréates cette année du prix pour la prévention des conflits. Deux personnalités qui selon les propos de Koffi Annan « ont su discerner dans l’aveuglement de la haine, les hommes et les femmes qui pouvaient se parler, celles et ceux qui ont pu dissiper à temps les malentendus. » Kofi Annan lui même Prix Nobel de la Paix, Ancien Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. Le Prix de la fondation Chirac pour la prévention des conflits : attribué à Marguerite Barankitse pour son action en faveur des victimes des conflits ethniques au Burundi. Fondatrice de la Maison Shalom, de la Cité des anges et de l’hôpital Rema, elle recueille depuis 1994 des orphelins hutus, tutsis et twas, victimes de la guerre civile qui a éclaté en 1993 et a fait plus de 250 000 morts.

Le Prix Spécial du Jury: attribué à Louise Arbour, ancien procureur du Tribunal pénal international (TPI) pour l’Ex-Yougoslavie et du TPI pour le Rwanda pour son action à rendre efficace et visible la justice internationale. Ses nombreuses initiatives, notamment les « actes d’accusations scellés », inculpations gardées secrètes contre les criminels de guerre, les auteurs d’actes de génocide, qu’ils soient haut responsables politiques ou militaires, et la sensibilisation des médias au travail du TPI ont largement contribué à renforcer la justice internationale. Les inculpations prononcées aujourd’hui par la Cour pénale internationale témoignent de ce processus désormais inéluctable.   Les membres du jury de ce prix ont été cette année : Boutros Boutros-Ghali, ancien Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Michel Camdessus, ancien Directeur général du Fonds Monétaire International et Jacques Chirac, Président de la fondation Chirac.

L’accès à l’éducation, à la culture et aux soins permet aux enfants de se reconstruire et c’est ainsi que naît une nouvelle génération de citoyens tournés vers la paix. Un prix de 100 000 euros afin de poursuivre son action en faveur de la réconciliation au Burundi. United Fashion for Peace Magazine

|

113


114

| United Fashion for Peace Magazine


Star Ethique

United Fashion for Peace Magazine

|

115


Urgence corne de l’Afrique : Youssou N’Dour, ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF appelle à une mobilisation massive

E

n visite dans les camps de refugiés au Kenya, l’ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF, Youssou N’Dour a appelé les dirigeants africains et les autres chefs d’Etat du monde à se mobiliser afin de trouver des solutions efficaces et durables pour venir en aide rapidement aux centaines de milliers d’enfants affectés par la crise dans les 4 pays de la Corne de l’Afrique.

«

Je trouve cela inacceptable que des enfants soient confrontés à une telle tragédie », a témoigné Youssou N’Dour. « Chacun de nous a un rôle à jouer dans la réponse à cette urgence, nous devons faire le maximum pour que ce drame ne se reproduise pas. »

116

| United Fashion for Peace Magazine


Youssou N’Dour est allé à la rencontre de Somaliens réfugiés dans les camps de Dadaab au Nord-Est du Kenya. Depuis juillet dernier, le nombre de personnes affectées par la situation de famine dans plusieurs régions de Somalie a doublé, atteignant aujourd’hui 750 000 personnes. Lors de sa visite, Youssou N’Dour a pu assister à la prise en charge des enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère, aux efforts de vaccination ainsi qu’à l’ouverture des écoles dans les camps pour la rentrée.  « Je suis certain que les agences humanitaires font tout ce qu’elles peuvent pour venir en aide rapidement aux enfants dans le besoin », a affirmé Youssou N’Dour. « Nous devons faire tout notre possible pour que chaque enfant dans le besoin bénéficie de l’aide et de la protection nécessaires ».  Youssou N’Dour a insisté sur la nécessité d’un effort collectif impliquant les chefs d’Etat africains ainsi que les communautés locales, afin de pallier le cycle annuel de sécheresse et de maladies dans la région.

« Les chefs d’Etat, les Nations et les communautés africaines aux côtés d’autres dirigeants du monde doivent donner la priorité à des solutions de long terme. Cela passe par le renforcement de la bonne gouvernance afin que les investissements nécessaires soient faits dans les services de base, la promotion de la paix, la protection de l’environnement ainsi que le renforcement des capacités des communautés d’où viendra la dynamique de changement». Pour faire un don :

www.unicef.fr UNICEF / Urgence Corne de l’Afrique BP 600 75006 Paris

« Avec les ressources et le savoir disponibles dans le monde aujourd’hui, je trouve cela intolérable que ces urgences se renouvellent en permanence », dénonce Youssou N’Dour.

United Fashion for Peace Magazine

|

117


118

| United Fashion for Peace Magazine


Conso

United Fashion for Peace Magazine

|

119


Conso

Shopping UFFP 3

L

a rentrée est bien entamée mais quand il s’agit de chouchouter peau et cheveux, UFFP est toujours là pour ces idées bio et ses astuces shopping douceur.

Voici nos coups de cœur...

120

| United Fashion for Peace Magazine


Flower Power de

Kneipp

F

lower Power de Kneipp aux huiles essentielles de patchouli et de chanvre, apaise et procure une douce sensation de bien-être. Appréciez ses bienfaits apaisants et son agréable parfum. Cette formule confère douceur et souplesse à votre peau, recommandée pour une utilisation quotidienne. Sans colorant, sans conservateur - Sans huiles minérales, sans paraffine, sans silicone et sans savon - pH neutre à la peau- Testée par des dermatologues. Contenance : 200ml

United Fashion for Peace Magazine

|

121


Diorshow Extase lift éclat du regard

La magie d’un regard aux volumes et à l’éclat magnifiés.

Dior Bronze 5 soins solaires haute performance

U

n voyage sensoriel sous haute protection pour le visage et le corps. Recette de toute beauté pour un teint naturel, légèrement hâlé et lumineux sans trace, effet bonne mine garanti

Dior skin Forever

I

nspiré de nano-technologies, Dior skin Forever pousse à l’extrême l’effet lissant, le confort et la tenue pour une beauté à toute épreuve, même dans les environnements les plus hostiles. Innovation Dior, sa formule inédite intègre : Nano-Stretch Network™, un nano-maillage invisible et micro-aéré pour un teint haute perfection, HydraGel System™, un régulateur d’hydratation* nouvelle génération pour un confort optimal heure après heure. Le teint, ultra-lisse, garde son éclat, même en conditions extrêmes. Intransférable. Waterproof. Hydratation des couches supérieures de l’épiderme.

122

| United Fashion for Peace Magazine

A

u coeur de sa mythique palette 5 Couleurs, Dior crée en 2011 son premier lifting éclat du regard. Inspiré des astuces trompe-l’oeil des maquilleurs backstage, la palette 5 Couleurs Lift, offre la plus parfaite ouverture et mise en lumière du regard, en réunissant : - Une base-lift lissante gorgée d’actifs soin, qui corrige et uniformise la paupière - Deux nuances de fards-sérum, l’une claire, l’autre foncée pour un maquillage en parfaite fusion avec la peau - Une touche éclat au fini nacré qui illumine le regard - Un liner paupières et sourcils, pour un regard parfaitement souligné et structuré Décliné en quatre harmonies naturelles à effet sculptant, 5 Couleurs Lift transforme le geste maquillage en un véritable rituel de beauté du regard.


Ricci Ricci Reflets mystérieux

Baiser volé de Cartier Peu de temps après le lancement de Cartier de Lune cette année voila un nouveau parfum de la Maison Cartier Baiser volé. Fragrance florale poudrée imaginée par le parfumeur de la Maison Cartier : Mathilde LAURENT. Cartier met à l’honneur le Lys dans son parfum : Baiser Volé. C'est le coup de cœur de la saison. Disponible en Eau de Parfum Vaporisateur 30 ml, 50 ml et 100 ml ainsi qu’en Lait Corps Parfumé 200 ml, en Gel Douche Parfumé 200 ml et en Déodorant Vaporisateur 100 ml.

Avec son Collector 2011 « Reflets Mystérieux », RICCI RICCI de Nina Ricci révèle une nouvelle facette de sa personnalité. Par un jeu de miroirs et de reflets,  elle se découvre encore plus sensuelle, féminine et mystérieuse.

Gucci Guilty Gucci Guilty, dernière création de la Directrice Artistique Frida Giannini, la femme découvre l’essence même du défi. Audacieuse, perspicace, celle qui porte Gucci Guilty est une héroïne des temps modernes. Gucci Guilty est un saisissant oriental floral chaud dont le cœur est d’une sensualité enivrante. La fragrance captive par une ouverture sur des extraits naturels de mandarine, à la transparence totalement moderne, qu’une subtile pincée de poivre rose exacerbe. Ses notes de coeur, composées de lilas et de géranium capiteux, entremêlés de la douceur tactile de la pêche - tout le velours de la féminité - distillent un étourdissant soupçon de provocation.

United Fashion for Peace Magazine

|

123


Ange ou Démon

l'élixir de Givenchy Ce nouveau parfum est une version plus intense, plus riche et plus sensuelle que les premières éditions. Il se compose de notes fraiches avec le citron d’Italie, du thé vert et du néroli. Le cœur est composé de fleurs blanches telles que le jasmin, la fleur d’oranger et la fleur de frangipaniers.

Flower Tag by Kenzo Flower TAG est le nouveau parfum de la maison Kenzo qui sort une version plus jeune de son parfum mythique et qui le destine à une cible plus jeune et plus branchée.

J’adore de Dior Un incontournable, le parfum pour elle par Excellence. Toujours aussi fruité, florale, et opulent. Avec toujours mis en exergue la lumière et l’or, invitation au luxe et au glamour.

124

| United Fashion for Peace Magazine

Jeanne Lanvin la plume Edition limitée, Lanvin souligne la sensualité de la plume dans une fragrance couture symbolisant la délicatesse, la féminité et la gaieté. Intemporelle et luxueuse, elle a pour nom Jeanne La Plume : un nouvel opus olfactif, dont le sillage gourmand résonne d’une élégance rare.


Idylle Eau sublime de Guerlain

Eau de Minuit

de Lolita Lempicka Un des premiers parfums de la griffe, essence voluptueuse de la Fleur de Réglisse. L’Eau de Minuit réapparaît en édition limitée pour préparer l’hiver La Myrrhe donne à l’Eau de Minuit toute sa noblesse. Elle se réchauffe à la lumière de l’Iris Concrète puis s’éclaire de Jasmin.

Une signature plus florale-chypre de Idylle rééditée pour dévoiler une facette florale-fruitée renforcée. Au cœur du bouquet, certaines fleurs ont été associées à des notes fruitées. Une note de tête rose et litchi pétillante. Une note de coeur jasmin et de la pêche chaude et suave. Un parfum envoutant !

Parfums Olfactive Studio Eaux d’élixir Fleurs de Bach S’utilise lorsque vous êtes stressés, par exemple pour des examens ou pour une intense activité personnelle ou professionnelle. Rigoureusement produits dans le respect de la formule de origine du Dr Bach, les élixirs aux fleurs de Bach peuvent convenir à tous. Ils n’induisent ni effet indésirable, ni interférence avec d’autres traitements. Conseils d’utilisation : A utiliser autant de fois que nécessaire pour retrouver tranquillité et sérénité. Ingrédients : Cognac* (99.6%) 40% vol, Extrait aqueux de plantes (0.4%) * produits issu de l’agriculture biologique

Il était une fois une pro du parfum et d’Internet, qui un jour a décidé de marier ses deux passions et de tenter une grande première : faire naître une nouvelle marque grâce aux intuitions collectives d’une communauté d’internautes. Résultat : 18 mois plus tard, naissance de trois fragrances mixte inspirées par la photographie: Chambre Noire (Parfumeur: Dorothée Piot@ Robertet),  Still life (Dora Arnaud @Firmenich), Autoportrait (Nathalie Lorson@ Firmenich). United Fashion for Peace Magazine

|

125


Abeille royale de Guerlain Sérum jeunesse Lift Fermeté

Galvanic Spa II Dermo protecteur des laboratoires Nu Skin

L’abeille, alchimiste de la nature, est l’ emblème de Guerlain. Guerlain - Abeille Royale Sérum Jeunesse Lift Fermeté Correction Rides

Une nouvelle cure thermale à domicile pour lutter contre les rides. Le nouveau Galvanic Spa II est un instrument programmable utilisant une technique déposée d’émission de courant galvanique réglable et muni de têtes interchangeables pour le visage, le cuir chevelu et le corps.

L’abeille reproduit le monde et la vie. Symbole de Guerlain depuis sa création, elle révèle aujourd’hui son exceptionnelle puissance réparatrice contre les signes de l’âge dans un nouveau sérum expert. La recherche Guerlain a extrait la puissance active des produits de l’abeille grâce à un programme scientifique mondial. Elle a ainsi créé le Pur Concentré Royal. Cet assemblage inédit à la puissance réparatrice exceptionnelle distille sa force de vie au cœur de la peau.

126

| United Fashion for Peace Magazine

Il fonctionne en synergie avec des produits spécialement formulés pour une absorption facile des ingrédients clés, offrant des bienfaits revitalisant, réparant et rajeunissant. Votre teint éclatera de beauté, vos cheveux seront revitalisés et votre corps affiné.


Eau Micellaire et Crème hydratante énergisante de Lift Argan bio Cette Eau démaquillante micellaire au parfum frais et délicat, vous séduira par sa texture légère pleine de fraîcheur. Enrichie en eaux florales de mauve et bleuet bio, elle laisse confortables toutes les peaux, mêmes sensibles. Formulée avec de l’argan biologique, elle élimine efficacement le maquillage et les impuretés. Crème hydratante, quant à elle nous propose une texture légère et fondante, le Fluide Energisant Bioéclat, est le soin idéal pour redonner éclat à votre peau. Il est enrichi en huile d’argan biologique et en actifs 100% naturels à efficacité prouvée, puisés au cœur des fruits.

Gelée Démaquillante polysensorielle de Pommarium

REpare Crème Réparatrice Brûlures superficielles eau thermale de Jonzac

sa texture unique et son odeur gourmande, la Gelée Démaquillante Polysensorielle vous apporte une peau nette et confortable, éclatante de beauté. Parfum 100% d’origine naturelle

Pour des brûlures superficielles et peu étendues: domestiques ou solaires (1), irritations cutanées. La crème réparatrice Repare est parfaitement adaptée aux brûlures superficielles, irritations ou encore frottements. Elle contient un gluco oligosaccharide qui aide à rétablir les défenses de la peau en stimulant la croissance de la flore résidente saprophyte. United Fashion for Peace Magazine

|

127


Le portrait du mois Fanny Marouani, créatrice engagée de

Pomarium.

Au milieu des vergers anciens de son enfance, se promène une petite fille, Fanny. Elle s’y enivre de l’odeur des fruits arrivés à maturité avec le soleil, se perd dans les dédales d’arbres et y apprécie la sérénité ambiante. Fanny n’oubliera jamais cette sensation de plénitude qui l’envahit à chaque fois… 128

| United Fashion for Peace Magazine


A

près des études scientifi ques de Biologie Cellulaire, Physiologie et Nutrition à la Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Paris V, elle complète sa formation par des études en Marketing, Communication et Management (ISCOM). Elle est donc capable aujourd’hui, de gérer et de comprendre tous les aspects de sa marque, de la formulation à la commercialisation. Son expérience en biologie doublée de son intuition la pousse à faire des recherches sur les pommes et plus particulièrement sur les polyphénols. Elle se rend compte que de nombreuses variétés de pommes non exploitées par l’industrie agro-al mentaire ont conservé toutes leurs richesses nutritionnelles originelles, et que des variétés comme la pomme à cidre de Normandie présentaient une richesse inégalée en actifs bénéfi ques pour la Santé et la Beauté. De recherches bibliographiques en études sur le rôle symbolique de la pomme dans notre culture, elle se rend compte qu’elle n’est pas la première à en apprécier les nombreux bienfaits. Dans la Rome Antique, les hommes et les femmes faisaient bouillir de la graisse avec des pommes et appliquaient le mélange pour embellir et nourrir leur peau. La convergence de ses beaux souvenirs au milieu des arbres fruitiers, de ses longues études et recherches, d’un grand nombre de belles rencontres et de sa forte intuition l‘ont alors conduite, en 2009, à créer Pomarium, du Verger à la Beauté. United Fashion for Peace Magazine

|

129


A travers sa marque, Fanny reste la femme engagée quelle a toujours été. D’ailleurs, elle souhaite valoriser et mieux faire connaître l’univers dans lequel elle puise ses actifs, sa force. Elle a donc mis à disposition du public 3 blogs informatifs sur la découverte et la préservation des vergers. Et, régulièrement, elle intervient en faveur de la biodiversité, son expertise étant reconnue par tous. Jeune femme épanouie et maman comblée, Fanny défend le concept de Beauté Globale, une beauté où les engagements rendent la peau aussi hydratée et souple que les actifs, où la responsabilité a autant de bienfaits que les polyphénols, une beauté qui fait se sentir bien, tout simplement. Tout un programme… 3 indiscrétions sur Fanny : • Dans sa famille, on plante un arbre à chaque naissance. Le sien est un merisier enraciné dans le verger de ses grands-parents. • Pour elle, le fruit est synonyme de partage. Cela lui rappelle la fi n des repas de famille où son père épluchait poires & pommes qu’il distribuait quartier par quartier. • Son amour de la pomme est si fort qu’elle est même fan de la théorie de l’attraction ! 130

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

131


132

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

133


134

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

135


136

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

137


138

| United Fashion for Peace Magazine


TALENTOS DO BRAZIL :

le meilleur de la création éthique Made in Brésil! De notre envoyée spéciale à Paris Fériel Berraies Guigny

U

FFP à la recherche de ses prochains articles et artistes pour le média et la Caravane United Fashion for Peace, s’est aventurée au Salon du Prêt à Porter à Paris cette rentrée automnale.

C’est dans So Etik le module créa qui réunit tout le gratin de la création internationale éthique que nous avons découvert ce magnifique programme 1OO% Do Brazil. Talentos Do Brazil, est une initiative du gouvernement brésilien sous couvert du Ministère du Développement durable, de l’Agriculture et de la Famille en partenariat avec SEBRAE. Un programme qui fonctionne comme sous forme de coopératives dans plusieurs villes du pays et qui vise à réunir le meilleur de la création artisanale du pays. Avec un spécial focus sur les femmes et les populations issues du milieu rural afin de leur donner les moyens de bien développer leurs activités tout les rendant autonomes. UFFP a rencontré la Consultante et Coordinatrice du programme Talentos Do Brazil, Patrizia Mendes

United Fashion for Peace Magazine

|

139


Entretien :

A quand remonte la création du programme ? Le programme a vu le jour en 2005, son objectif est de mettre en valeur et encourager les activités artisanales susceptibles de créer du revenu. La priorité est axée sur les métiers qui sont dans une orientation de développement durable dans les communautés rurales. L’axe est surtout porté sur tout ce qui peut générer l’autosuffisance et l’indépendance des artisans. Des activités qui sont en respect de l’environnement et du contexte social et culturel de la communauté. Développé par la MDA qui est le Ministère du Développement agricole et la SEBRAE qui est une structure de microcrédit pour les petites entreprises. Talents du Brésil sont également soutenus par Texbrasil programme comme le nom l’indique ( APEX ABIT Brésil) et l’agence de coopération allemande ( GTZ)

C’est une initiative inédite ? Oui elle est unique en son genre en fait, elle réunit 18 coopératives d’artisan issus de l’argriculture, autour d’une Coopérative Nationale ( Cooperunica) et on retrouve le programme dans 12 Etats. Ce programme a été rendu possible grâce au travail de tous ces artisans de leur talent. Il y en a prés de 2000 tous issus du milieu agricole. Ils ont des techniques et des savoir faire préservées de génération en génération. Ils travaillent avec des matériaux naturels issus de la biodiversité de notre pays : laine, poil de chevaux, jute, raphia, cuir, broderies traditionnelles, rubans etc Tout cela vous le trouvez dans nos articles: sacs, colliers, ceintures, foulards, prêt à porter etc

140

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

141


Vos artisans phare sont les femmes?

Vous êtes présents où ?

oui majoritairement toutes issues de la maroquinerie et depuis 2005, ce projet a bénéficié des conseils des grands du milieu de la mode et du luxe de notre pays tels que : Mary De-sign, Jum Nakao, Tereza Santos, Heloisa Crocco, Imbroisi Renato Greco Design and Ronaldo Fraga. Ou encore Renato Loureiro et d’autre professionnels issus de grandes maisons de mode et qui nous aident à développer nos collections.

Actuellement dans les communautés rurales, on est 18 coopératives en accord avec le siège National Cooperunica. La Coopérative détient un portfoglio de plus de deux millions de produits. A terme, nous voulons encore plus nous développer, améliorer la qualification de nos artisans afin qu’ils deviennent de plus en plus autonomes dans la gestion de leur revenu. Cette méthode se développera dans d’autres contrées du pays, engageant toujours plus de femmes. Nous prévoyons de travailler aussi de nouvelles matières naturelles. Nous serions heureux de partager notre expérience avec d’autres pays du Monde.

142

| United Fashion for Peace Magazine


Vos valeurs?

l’éthique, le développement durable, la préservation des métiers et des traditions, le travail fait main, le respect de l’environnement. Le Brésil est très soucieux de sa biodiversité, nous avons une faune et flore locale très riche et cela génère beaucoup d’opportunité pour créer de l’emploi et du revenu. Pour la prochaine coupe du Monde en 2014, le Brésil pourra montrer aux touristes la richesse de son patrimoine naturel. L’environnement et sa protection est une priorité. Notre Président de la République rappelle chaque fois qu’il est primordial, de promouvoir notamment les femmes des milieux rurales, en leur donnant les moyens de développer leurs projets. Son slogan « un pays riche et un pays sans pauvreté» il le prouve à chaque fois dans ses politiques publiques.

Des initiatives comme United Fashion for Peace vous en pensez quoi ?

Nous sommes très heureux de son existence et somme disposés à encourager l’avènement de cette plateforme au Brésil et dans le Monde. C’est un concept humaniste et sans frontières qui peut s’appliquer partout. Qui donne la voie et la parole aux artisans aux métiers mains et aux femmes. Cela leur redonne aussi la dignité de pouvoir travailler et de vivre de ces métiers.

‘‘ Faire venir la Caravane au Brésil serait magnifique, pourquoi pas l’inscrire dans une Fashion Week et en même temps profiter de son impact pour sensibiliser le consommateur à consommer durable ! ’’

United Fashion for Peace Magazine

|

143


Vintage créa et engagement éco

Gaelle Consta une griffe engagée

144

| United Fashion for Peace Magazine


olo

antini

United Fashion for Peace Magazine

|

145


Vintage contemporain et fripe haute couture… ADN : transformation de pièces vintage en véritables collections, infiniment féminines et contemporaines. Dans un souci constant d’écologie et d’éthique, Gaëlle Constantini fonde sa griffe en 2009. UFFP l’a rencontrée pour vous

146

| United Fashion for Peace Magazine


E

lle donne une seconde vie aux vêtements qu’elle chine chez les brocanteurs, les fripiers et les antiquaires. Chaque pièce possède son énergie, sa patine, son histoire. A cela, Gaëlle apporte, son sens de la coupe et des proportions, pour que ces pièces uniques faites à la main soient de véritables sculptures aux finitions soignées. Inspirée par les noctambules, leur style festif et sophistiqué, Gaëlle constantini offre une mode g énéreuse et passionnée, elle met un soin tout particulier dans le choix et le travail des pièces : détails, matières nobles et durables, chaque étape de la création a son importance et nécessite temps, amour du vêtement et de l’élégance pour sublimer la silhouette.

United Fashion for Peace Magazine

|

147


148

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

149


150

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

151


w

Il était une fois une petite fille et la nature

G

aëlle est originaire d’un petit village espagnol préservé où toute construction est interdite. De ces racines vient son amour de la nature et de la planète. C’est donc tout naturellement que petite fille, elle chipe les robes de sa maman et les pantalons de son papa pour les transformer et les mettre à sa taille. Adulte, elle vient à Paris et travaille dans les lieux de fête les plus gais de la capitale, entourée de noctambules aux looks les plus fous. Pour travailler, elle porte les vêtements qu’elle crée pour elle-même à partir de pièces qu’elle recycle, comme elle en avait l’habitude petite.

www.gaelleconstantini.fr 152

| United Fashion for Peace Magazine


w

s e

OUMLIL urban

chic au masculin La collection hommage aux disparus du 11 septembre printemps ĂŠtĂŠ 2012

United Fashion for Peace Magazine

|

153


w

154

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

155


w

S

ous le signe du souvenir et de la mémoire, une collection dédiée aux victimes du 11 septembre, il y a dix ans déjà! une date fatidique, tragique que l'on ne peut oublier et qui a coïncidé avec la naturalisation de Hisham Oumlil designer d'origine marocaine. Pour la saison printemps été 2012 Oumlil a choisi un medley de matériaux assez nobles à la fois dans la sobriété des tons terriens avec un contraste de couleurs assez vibrantes" j'ai voulu immortaliser le sentiment de solidarité et d'empathie que le Monde a éprouvé face à ces terribles épreuves" explique till. Des costumes, des pantalons shorts tous asymétriques comme pour expliquer le poids de l'émotion et du souvenir. La griffe Oumlil est reconnaissable entre toute, il ne fait que du masculin et il propose du ready to wear, on le surnomme d'ailleurs le Calvin Klein oriental. Il construit principalement des tailleurs et des trenchs avec beaucoup de détails décalés. Une ligne urbaine chic et raffinée.

156

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

157


158

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

159


w

Bio Express

N

atif de Casablanca, Hisham Oumlil est installé à New York.

Il travaille pendant dix ans dans l'industrie de la mode, au sein de prestigieuses compagnies tel que Loro Piana, Rocco Ciccarelli, Hermès et Versace. En sa

160

| United Fashion for Peace Magazine

2005, Hisham fonde marque Oumlil.


United Fashion for Peace Magazine

|

161


INTI: la griffe pure lain

162

| United Fashion for Peace Magazine


ne de lama de l’Equateur

L

es hommes tissent, les femmes tricotent. Les hommes se servent des métiers à tisser, les femmes piquent les broderies à la machine. Les hommes toisent et filent. Les femmes lavent et font la couture. Les hommes teignent les écheveaux de laine, les femmes emballent les vêtements. Les hommes transportent, les femmes étiquettent. Les produits INTI sont en équilibre parfait. En parfaite adéquation avec les valeurs écocitoyennes et eco friendly. INTI, c’est le rêve d’une griffe hollandaise qui a voulu créer une ligne qui tienne compte des besoins de la nature, des animaux et de l’homme. Comme nous l’explique Anita Cales « notre collection reflète le plaisir que nous donnent tous ceux qui contribuent à la marque INTI: les personnes et les animaux qui transmettent leur amour et leur chaleur à nos pulls, nos vestes, nos écharpes et nos bonnets.

United Fashion for Peace Magazine

|

163


Une griffe qui a pour ambition l'équitable Si le mouton est bien connu en Europe, c'est le lama tondu d’Amérique du Sud qui est appelé également chameau-mouton; dont le guanaco qui est le plus grand des deux races de lamas sauvages. Ces animaux paissent paisiblement en très haute altitude dans les montagnes et barbotent dans l’eau. Chaque année, ils partagent leur toison avec INTI. Une relation "d'affaire" qui n'a jamais fait défaut !

Protéger mère nature La nature offre les ingredients pour tous les produits INTI. Son sol est la source nourricière des fournisseurs. Ses fruits forment les matériaux de bases des produits. Sa beauté sert d’exemple pour les creations. Et ses couleurs lancent un défi chaque année aux créateurs toujours à la recherche de nouvelles teintes. INTI traite avec respect l'environnememnt. Ceci à l’aide d’un processus de production durable et nonpolluant, tout en utilisant les matériaux les plus naturels possible.

Les fin de collection sont recyclées

Les restants des collections précédentes, les pulls mal tricotés et les articles contenant des fautes de production, sont offerts à l’organisation   Mensen in Nood-Cordaid. Cette fondation apporte de l’aide dans le monde entier, dans les pays touchés par la guerre ou les catastrophes naturelles. Les collaborateurs d’INTI répartissent ces pulls, bonnets et écharpes dans les pays en dehors de l’Union Européenne. Par ces dons , la griffe esAsye de fournir à la fondation et aux victimes un peu de chaleur au coeur ainsi qu’un vêtement chaud. 164

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

165


LES CLIENTS ÉCRIVENT : « C’est presque comme une couverture ». «  Je ne peux plus m’en passer et je panique quand je ne sais plus où je l’ai mis ». « Je l’adore !! C’est super chaud, agréable et en plus c’est beau ». « Belle création : fait-main, qualité en personnel ! ». Un pull INTI n’est pas un pull comme les autres. C ‘est la somme du matériau et de la manufacture, c’est la la solidarité dans la création et le respect de la planète. Anita Cales Inti Knitwear

Showroom

Havenstraat 7H 5211 WC s'Hertogenbosch Mobiel    0031 6 26320095       anna@intiknitwear.com

166

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

167


168

| United Fashion for Peace Magazine


ROOM 26 Laissez-vous sĂŠduire par le naturel des vĂŞtements en laine !

United Fashion for Peace Magazine

|

169


Pour chaque femme, le choix des vêtements est un casse-tête perpétuel. De nos jours la mode est devenue essentielle, tous les détails sont appréciés par ces dames : les couleurs, les tailles, la qualité des matières.. ROOM 26, spécialiste de la maille, vous invite à découvrir sa collection haute en laine. C'est en suivant la passion de sa mère que Laurie Dhjan décide de créer sa marque de vêtements : ROOM 26. L'objectif de cette jeune créatrice est d'assister chaque femme dans le choix d'une tenue pour leurs soirées. Petit à petit, elle met de côté cette collection et souhaite reprendre la spécialité de sa mère : la laine. Laurie Dhjan ajoute sa touche personnelle à cette spécialité : le vintage. ROOM 26 offre une toute nouvelle collection vintage en maille naturelle. Sont atout résulte de la présentation de nouveaux modèles à chaque occasion : le changement de saison, un événement particulier.. Laurie Dhjan désire satisfaire les femmes et leurs dressing ! ROOM 26 est la filiale de Francis Laurent, la marque créée par sa mère, qui a obtenu sa première page dans la magazine ELLE à seulement 18 ans. L'authenticité de la marque provient de cette production locale de vêtements uniques ainsi que du mélange des matières et des formes. ROOM 26, c’est aussi un partenariat avec Bergère de France, plus grande filature d’Europe. Bergère de France prend en charge les différentes étapes de cette production assurant ainsi le style et la qualité des vêtements ROOM 26.  

ROOM 26, made in France, garantit le naturel de la laine et la satisfaction des clientes. Laurie DHJAN, créatrice et gérante de ROOM 26 : Tél : 06.99.75.60.00 Mail : room26room26@gmail.com

170

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

171


172

| United Fashion for Peace Magazine


Salima Abdelwahab

" tricoter les cultures du Monde" !

E

lle est de Tanger la ville des métissages et des cultures. Une ville qui a accueilli tous les peuples du Monde, ceux qui échappaient à l'époque à la guerre. Dans ce creuset de tolérance et de solidarité, c'est là que Salima Abdelwahab a grandi et c'est aussi de cela dont elle s'est abreuvée toutes ces années pour forger son univers créatif. Récit d'une rencontre coup de cœur avec une ardente défenderesse des valeurs de United Fashion for Peace. Entretien avec UFFP

CREDITS PHOTOS FERDINANDO GODENZI STYLISME SALIMA ABDELWAHAB

United Fashion for Peace Magazine

|

173


T

anger terre nourricière? Ma grand mère paternelle est Allemande, mon père est issu d'une troisième génération d'arabes mariés aux Allemandes. C'est une attirance qui date, et ma mère est espagnole de mère et de père marocain. C'est je pense tout ce mélange génétique qui a permis de forger la personne que je suis aujourd'hui ! Je suis d'un peu de partout. Salima A c'est tout un parcours? A cinq ans, depuis toute petite je m’amusais à sortir des valises et je déguisais mes petits cousins. Cela a véritablement commencé comme ça. Je faisais des mini défilés et j'adorais faire des spectacles et des chorégraphies. Je réinventais les West Side Story ( sourires) je menais tout le monde à la baguette, j'étais leader. J'adorais dessiner, tout cela m'a lancé. Formation ou autodidacte? Après le bac, j'ai choisi la couture et non l'Université, je voulais faire que du dessin, mais à 19 ans je suis partie à Malaga et j'ai commencé à étudier dans une école privée de Haute Couture. J'ai très vite attiré l'attention car ma démarche était atypique. J'ai tout appris mannequinat, maquillage, création pour organiser mes propres défilés. Ta griffe? Je veux avant toute chose, tricoter les cultures du Monde. Et je définirai mes vêtements comme des vêtements de paix, de communication à travers le Monde. J'essaye de mettre en avant des tenues qui aident à trouver une harmonie en nous. Je n'aime pas la mode pour la mode.

174

|

United Fashion for Peace Magazine

L’habit peut aider l’être humain, c’est notre deuxième peau. Il y a tout un travail à faire de psycho image. J’aime utiliser le volume car il permet de recevoir les énergies des gens, de bouger, de marcher. C’est une élégance naturelle qui peut aussi aider les individus qui sont introvertis. Création et développement durable? j’utilise les matériaux nobles comme la laine, des kilims, des tissus que je sais être en voie de disparition. Car je veux les préserver en les incorporant dans mes tenues. J’utilise le coton et la soie mais moins, car j’aime les vêtements qui sont plus rudes. Je suis avant gardiste dans mes choix de tissus et de vêtements et je reste dans l’intemporel aussi. Je veux créer des habits qui durent je ne suis pas dans la fast création ou consommation. Scénarios futuristes crea? oui je me prépare toujours à l’impossible en m’imaginant qu’un jour il y aura plus de pétrole ni de tissus et qu’il va bien falloir recycler ou créer de nouveaux tissus ! je prends les tissus je commence à les couper et les effiler et j’entremêle les matières et j’essaye de faire de nouvelles matières. Je presse le tissu, c’est tout un travail. Tes influences, frustrations ? Ce qui me frustre c’est que l’on est pas en Accord avec notre temps. Dans les années 2000 on nous vendait le futurisme, et encore aujourd’hui on est encore dans les jeans et on continue de suivre les années passées. On est véritablement en manque d’imagination. Le vintage revient, mais il faut aussi s’habiller avec les vêtements de notre époque. Dans ma créa, c’est l’intuition qui guide au plus profond de moi.


United Fashion for Peace Magazine

|

175


Ecolobio attitude? j'ai un grand respect pour l'homme et sa peau et pour la nature forcément. Je n'utilise jamais de synthétique ! J'applique cela au quotidien, je vis à la campagne dans une ferme, entourée d'animaux: mon âne valentin, des oies, des canard, des coqs, un chat et un chien. J'ai un zoo à la maison ! je mange bio et cela se voit. J'aime avoir un esprit clair net naturel et sain. C'est très important. Ton regard face au Monde? je vis dans les rêves et les utopies, j'ai imaginé des mondes, où des femmes seraient leaders, mes collections "aristocrates ethniques" sont un message pour les peuples d'Afrique, pour mettre en valeur nos racines, notre identité. Je voudrais que les femmes du Sud apprennent à voir tout leur potentiel, qu'elles puissent un jour se mesurer à l'Occident. Mais pour qu'elles y parviennent, il leur faudra l'éducation et la formation. 176

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

177


CrĂŠdits photos : Jana Hernette

178

| United Fashion for Peace Magazine


Anna Ngann Yonn et Kreyann " donner ses lettres de noblesse à la créa Made in Cameroun" ! Par Fériel Berraies Guigny Crédits photos : Simon Deiner

A

nna Ngann Yonn est une designer camerounaise diplômée d’ESMOD Paris, exerçant à Douala depuis 10 ans et propriétaire de la marque KREYANN. Elle est mariée et maman de trois adorables enfants.

Pour elle, le retour au Cameroun après ses études a toujours été une évidence "Je n’ai pas eu à me poser la question du risque ou du pari même s’il est vrai que ça n’a pas été facile de démarrer mon activité parce que le secteur de la mode au Cameroun n’est pas très développé." KREYANN est née et a grandi grâce à sa persévérance et au support de son entourage, mais surtout grâce à son talent.

United Fashion for Peace Magazine

|

179


Récit de notre entretien avec la créatrice: 1/ De la mode à l’organisation d’events en mode, le lien est vite trouvé? après la Côte d’Ivoire, le Cameroun est aujourd’hui la plaque tournante de la mode? vos espoirs, défis et ambitions? Personnellement, je pense que l’organisation d’évènements de mode doit être confiée à des professionnels. On ne s’improvise pas fashion director, photographe de mode….On a effectivement de beaux évènements de mode au Cameroun qu’on gagnerait à professionnaliser. Mon espoir est qu’une mode de qualité se développe au Cameroun et que les 10 prochaines années soient encore plus prospèrent pour KREYANN.

180

| United Fashion for Peace Magazine

2) Parlez-nous de cette édition de K-WALK 2011? thématique, créateurs, public? KREYANN, ma marque fête ses 10 ans et K-WALK qui organise l’évènement, présentera cette collection anniversaire. L’évènement se fera dans un lieu spécialement réaménagé pour l’occasion. Il sera orchestré par JAN MALAN qui est un grand producteur de mode en Afrique. Il est par ailleurs le producteur de face of africa et c’est aussi celui qui m’a mis le pied à l’étrier alors que j’étais encore très jeune styliste. Les thèmes de la collection s’inspireront des cultures du monde vues à travers mon regard d’Africaine. Je voyage beaucoup et cette collection sera un peu une invitation au voyage dans tout ce qui m’a marqué ces 10 dernières années.


3/ Votre collection va défiler, sa thématique de l’année? La thématique de l’année pour la collection de KREYANN sera « les 10 ans » 4/ Quel est votre positionnement par rapport à l’éthique? le patrimoine,les petits métiers,l’équitable sont des valeurs en danger dans la création qu’en pensez vous? KREYANN a un positionnement clairement pour l’éthique. Moi qui produit entièrement mes collections au Cameroun, je suis que ce concept soit très développé dans des secteurs comme celui de la mode en France aujourd’hui. Nous avons eu de très bons contacts lors d’un salon de la mode dans le secteur éthique et espérons développer encore plus d’échange dans ce domaine.

5/ la femme africaine aime le bling bling et le luxe comment faire pour la rendre consciente q u’il faut préserver les métiers être fière de nos filiéres équitables? Je pense personnellement que le produit issu de la filière équitable doit s’adapter au maximum au besoin du marché. Pour les marchés africains par exemples les matières pourraient avoir des couleurs chatoyantes unies ou mixées entre elles qui pourraient plaire aux clientes.Un accent pourrait aussi être mis sur la variété des tissages…qui donneraient différentes qualité de tissus avec lesquels on peut faire des vêtements luxueux et modernes.Je crois que le côté sage des produits issus de la filière éthique peut parfois rendre freiner son message.

United Fashion for Peace Magazine

|

181


7/ Rentabilité ne rime pas avec écocitoyenneté pourtant l’éthique en couture aussi est la solution du futur? Dans un contexte où la population a du mal à satisfaire ses besoins élémentaires c’est vrai qu’écocitoyenneté ne rime pas aujourd’hui avec rentabilité en Afrique. C’est un concept encore abstrait mais avec l’information et la mondialisation, les choses peuvent changer progressivement. 6/ Mama Africa est à nous tous mais souffre aussi de l’industrialisation, les créateurs sont aussi happés dans une spirale du tout consommer fast, quelle solution? A mon humble avis nous les créateurs africains devons avant tout, nous positionner clairement dans un style. L’industrialisation peut être du ressort de l’état ou d’investisseurs privés mais avant d’y arriver, on peut faire de la petite série…pour cela, il faut un minimum de formation et c’est là que tout se complique. En Afrique tout le monde pense pouvoir coudre et les clientes se contentent souvent de très peu en terme de rendu donc les gens n’éprouvent aucun besoin de se former. 182

| United Fashion for Peace Magazine

8/ Que pensez vous des plateformes comme UNITED FASHION FOR PEACE aurait elle une place dans votre event? United Fashion For peace peut parfaitement trouver une place dans notre évent. 9/ la Culture et ses multiples expressions sont une arme redoutable, des sœurs engagées d’Afrique du Nord l’utilisent pensez vous qu’elle pourrait aboutir ? C’est une vérité que la culture est un excellent vecteur de message et le votre sur l’éthique pourrait passer par ce biais.


Mario Guillot

«Tout m’inspire, le beau comme les choses banales»

United Fashion for Peace Magazine

|

183


184

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

185


186

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

187


188

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

189


190

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

191


192

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

193


194

| United Fashion for Peace Magazine


Ethical Accessoires

United Fashion for Peace Magazine

|

195


196

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

197


198

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

199


GiRandOleS Des bi joux poétiques issus de la recup

www.girandoles.com Une marque hors du commun Chaque création est une pièce unique Girandoles, c’est avant tout Isabelle et Louise, deux amies issues d’ ateliers parisiens qui créent des sautoirs, bracelets et autres Tritons Barbus chargés de babioles, de perles fines et de breloques dénichées dans des boites oubliées ou chinées au gré d’itinéraires insolites. Les créations, des pièces uniques, issues de la récup, évoquent avec humour et poésie des instants enfouis de la vie.... L’alliance de leur savoir- faire et la recherche permanente du détail donnent à chaque bijou une émotion particulière et leurs noms évocateurs vous invitent dans un monde onirique où les clins d’œil sont rois... Paris est une Fête, La Reine des Glaces, La Tête dans les Etoiles... Les bijoux de ces deux créatrices sont habités de rêves et de belles histoires qui prennent naissance dans des «boites à trésors»... Laissez vous séduire! Les bijoux Girandoles sont vendus chez Franck et Fils et dans plus d’une dizaine de points de vente en France et à l’étranger (Angleterre, Japon...). Prix : de 45 euros à 380 euros. 200

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

201


Lexique de girandoles Girandole : La boucle d’oreille la plus caractéristique du XVIIe siècle doit son nom au chandelier à plusieurs branches en raison de ses trois pendants en forme de gouttes accrochées à l’élément supérieur par des rubans élégamment noués en rosette. La Girandole du XVIIe siècle forme un ensemble de rubans, de nœuds et de fleurs. Babiole : Chose de peu de valeur, bagatelle. En italien : babbola : bêtise. Triton barbu : Neptune et Amphitrite ont un fils, Triton, dieu marin, mihomme mi- poisson. Il fonde le peuple mythique des Tritons, participant au cortège de Neptune. Dans l’art Italien de la Renaissance, Tritons et Néréides servent souvent de motifs

202

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

203


KAZURI F

ondés en 1975 par Lady Susan Wood pour donner du travail aux mères isolées, les ateliers de KAZURI sont situés à Karen, une localité dont le nom rend hommage à Karen Blixen, l’auteur de «Out of Africa» et dont la ferme se trouvait à proximité. Aujourd’hui, plusieurs centaines d’ouvrières réalisent entièrement à la main les bijoux en céramique KAZURI. Chaque perle qui compose un collier, un bracelet ou une boucle d’oreille est modelée à la main, émaillée, cuite à plusieurs reprises avant d’être enfilée. Les perles peuvent être mates, brillantes ou avoir un effet nacré. Grâce à leur contribution à la création d’emplois pour les femmes en difficulté, les ateliers KAZURI, fondés en 1975 au Kenya, bénéficient du label de l’IFAT reconnaissant ainsi leurs engagements sociaux en vue d’un commerce équitable. Les 350 ouvrières bénéficient d’un salaire de 500 Shilings Kenyans par jour pour 7 heures de travail, soit 3 fois plus que le salaire moyen pratiqué au Kenya dans le secteur agricole. Une couverture médicale complète est offerte aux salariés et à leurs proches. KAZURI est une entreprise certifiée Commerce Equitable par l'IFAT.

Ceci fait de KAZURI une entreprise vraiment différente.

204

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

205


DNA-DREAM le végétal

L

a société à responsabilité limitée DNA-DREAM créée par des biologistes moléculaires et des militants du développement durable, développe depuis début 2009 un concept de bijoux et d’objets originaux en résine ou en plexiglas dans lesquels sont inclus 5 à 10 microgrammes d’ADN pur. DNA-DREAM est la première société au monde à proposer au grand public des produits de série ou en exclusivité contenant de l’ADN visible d’animaux. En lien avec des vétérinaires, et en réponse au vif intérêt de la profession pour cette idée originale et novatrice, DNA-DREAM développe actuellement un concept qui s’adresse spécifiquement aux propriétaires d’animaux domestiques. Les vétérinaires et les entreprises de toilettage pour animaux peuvent désormais vendre des « kits bijoux/objets» à tous ceux qui souhaitent conserver concrètement une image à haute valeur symbolique de leur compagnon. 206

| United Fashion for Peace Magazine

symbolique

Les clients prennent connaissance de la prestation par une communication spécifique en salle d’attente, relayée par les conseils du vétérinaire lui-même. Celui-ci prélève ensuite un échantillon sanguin sur l’animal. A l’aide d’un emballage spécial fourni dans le kit, l’échantillon est envoyé à DNA-DREAM qui extrait l’ADN dans son propre laboratoire et livre le bijou ou l’objet choisi directement au domicile du propriétaire de l’animal. Le kit est aussi disponible auprès de DNA-DREAM et dans certaines entreprises de toilettage. Le bijou/objet obtenu est particulièrement abordable (entre 80 et 140 euros). Les créateurs de DNA-DREAM peuvent aussi proposer des bijoux/objets sur mesure. Et chacun trouve dans cet ADN-bijou un symbole clair et fort d’identité, de biodiversité, de futur, de mémoire, d’amour ou d’éternité.


Exposition à Bijhorca Pour cette rentrée, une collection de bijoux très particulière a proposé l’ADN de 30 végétaux seuls ou associés à des figurines ou des odeurs, dans des tubes, des fioles ou des gouttes de verre. Bijoux de verre et d’argent ont été présentés lors du dernier salon à Paris. Une collection purement bio et végétale avec des fruits comme le citron, la fraise, la pastèque, la poire. Une ligne «les symbolique « avec les épices, les fleurs, les senteurs etc De la feuille fraîche d’une fleur ou de la chair savoureuse d’un fruit sont extraits de 5 à 10  microgrammes  d’ADN pure et visible suspendus pour l’éternité dans une résine transparente .... un  petit  bout  d’ éternité  contre  soi.

Vous devenez  gardien  de  la  biodiversité à travers la molécule d’ADN d’une espèce.  Objet rare, vous portez une goutte originelle d’un symbole, d’une fleur, d’un fruit, d’une épice, d’une senteur : Un brin  d’éternité  sur votre peau ... Autant d’éléments qui réveillent  nos  sens,  nous  rappellent un goût, une odeur liée à l’enfance, aux souvenirs.

DNA Dream

2 rue Saint-Léon 34090 Montpellier

United Fashion for Peace Magazine

|

207


208

| United Fashion for Peace Magazine


Zazazou les sacs ludiques et écologiques !

Z

azazou c’est la marque créée en 2010 par Sandra Maestrini et Amaia Arana. Les deux femmes réunissent leurs talents, le dessin pour l’une, la passion de l’accessoire pour la seconde et bien sûr l’amour de Paris.

United Fashion for Peace Magazine

|

209


D

e cette union est née la collection «La Petite Parisienne» de Zazazou qui rend hommage à cette ville. En 2011 elles ont été sélectionnées pour participer au Ethical Fashion Show: "Lenzing et Ethical Fashion Show célèbrent ensemble "l'année internationale de la forêt". Le premier est en effet un spécialiste des fibres cellulosiques, avec sa marque Tencel. Les marques éthiques, qui ont participé à ce premier concours avaient pour seule et unique contrainte de travailler avec le tissu fourni par le fabricant autrichien. Au final, 5 marques sur une soixantaine ont été présélectionnées par le jury: Barbara Munsel des Pays-Bas, Feng Ho du Royaume-Uni, Kaftan de Colombie, Supayana du Canada et enfin Zazazou de France. Les cinq créateurs ont exposé ainsi leur modèle mais également leur collection habituelle.

210

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

211


Evasion

212

| United Fashion for Peace Magazine


Terres d'Amanar : tourisme responsable !

D

epuis 6 ans, les Terres d’Amanar prennent de l’ampleur et sont un moteur pour le tourisme vert et solidaire au Maroc. Leur engagement pour un tourisme responsable se voit déjà récompensé par une nomination aux Trophées du Tourisme Responsable 2011, 1ère étape de la sélection des lauréats qui sera dévoilée ce 21 septembre à Paris. Organisés par Voyages-sncf.com et ses 20 partenaires, ces trophées récompensent ceux et celles qui, au quotidien, se mobilisent et innovent pour un tourisme plus respectueux de l’environnement et des hommes. United Fashion for Peace Magazine

|

213


CrĂŠdits photos : Patrick Forget -sagaphoto.com 214

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

215


CrĂŠdits photos : Patrick Forget -sagaphoto.com 216

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

217


CrĂŠdits photos : Patrick Forget -sagaphoto.com 218

| United Fashion for Peace Magazine


United Fashion for Peace Magazine

|

219


220

| United Fashion for Peace Magazine


A

1200 mètres d’altitude et à 37 kilomètres de Marrakech, les Terres d’Amanar offrent un panorama exceptionnel sur l'Atlas et toute une série d’activités (accro-park, randonnées découverte, ateliers d’initiation à la cuisine ou à l’artisanat) pour prendre le temps de renouer avec l’essentiel, de découvrir la culture berbère et d’admirer l’environnement naturel de cette région rurale. Depuis, l’installation des premiers bivouacs il y a 6 ans et l’ouverture des lodges et tentes-lodges, les Terres d'Amanar font désormais vivre directement ou indirectement prés de 250 familles, avec 130 employés recrutés dans les villages alentour... United Fashion for Peace Magazine

|

221


222

| United Fashion for Peace Magazine

CrĂŠdits photos : Patrick Forget -sagaphoto.com -


United Fashion for Peace Magazine

|

223


CrĂŠdits photos : Jana Hernette

224

| United Fashion for Peace Magazine

3ème Edition UFFP  

United Fashion For Peace Magazine N°3

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you