Issuu on Google+


,

_I&re \’du, p,résident .:*‘~ _~ ” ,. : 1 c \r\, Monsieur

le Premier.ministre,

&a pr&&e

Avril 1995

lettre que je vous adresse; Monsieur le PremieT ministre,

vient mettre un terme à mes fonctions de président de la Table fonde nàtionalk sur l’environnknekt

et l’économie (TRNEE).

Ce

-fut pour moi utie source d’énormé satisfaction que’ de superviser l’&olution’de la Table ronde nationale pendant qukre,&s et \ I -d’assister finalement à sa constitution en établissement public. G’e$ d’ailleurs à votre gouvernement .que nous devons la pi-oclamation, l’an dernier, de, là Loi constituant la Table ronde nakonalé sur

’/

l’environnement et l’écqnomie (pn>jet ,de l-oiC-72). Cette Loi dote 1 la Table ro,nde nati6nale d’un nouveau-statut d’organisme indépendant, et:lui donne toute latitude gour se pkononcer et agir de manière autonome: Ce-geste a aautant-plus d’importkce ia volonté Cieuotre go&ernem& ‘poursuivre le loog itin+ire Lorsque la TRNEE

a été créée en 1988,1$

qu’il atteste de j

et ‘du Ptirlemènt du Canada de

qu’e&ge’le d$velopp&ment durable.

développement durable éta& &e notion tout à fait ,a ’

nouvel@ pour la majorité.des Canadiens. Cependant, au cours dés dernières a&ées,

le Canada

a évolué, de manière .re,marquable sur le plan.du développeme$nt durable. Un 1angage;des con-

,’

.cepts et de3: processus nouveaux sont ‘Ïnaintenant passés dans l’usage,, de nouvelles stratégiek de développement duiable voient le jour, et de nouveaux organismes et institutkns se mùltiplient. .

-

Les colléc$vités ont mis sur pied dès activités communautaires écologiques et viibïei; toute* les provinces et territoires-ont déjà dressé des plans de dévelo~pément’ durable ou sont éri train

*

de le faire, tandis que nombre d’associations professionnelles ,

de .dévelopgemeat

éntreprennefit

des activités

durable. Des $ocié&s telles Shell Canada; Northern Telecom et TransAlta

Utilities prennent même l’initiative d’adopter.de

r I

i

pratiques plus fiables. Én fait, le jangage du

développèment durable a imprG$gn’éles paliers les plus élevés de l’État. Vo;tre gouvernement

/‘, \

< .

.

_

’ .a annoncé la-nomination d’un Commissaire à l’environnem,t$

et au développemek

et exige désormais que tousles ministères fédéraux adoptent desstratégies

’ /I

durable,

de développement

_ durable; Ce sont autant de~réglisations IouablFs et de signes d’engagement et de ,progrès surla &‘

i

du développement du:abk.

Nous sommes conbaificus que la Table’ronde .à joué un rôle déterminait

dans cette transition.

Notre mandat, tel que défi@ dans la Loi, consiste à jouer un rôle catalyseur dans la définition, l’interprétation et’la pro.motion, pour tous les secteurs de la sociétê can&&~e

de même que

pour butes les régiqwdes

pays, des principes et de la pratique du’développement~durable. Au cours des dernières années, nous avons rem>li ce mandat de plusiemanières : en vous formulant des recomma?dations,

Monsieur le, Premier ministre, en‘élaborant des politiques

avec divers minisfèrizs, en établissant des dialogues sectoriels, en sensibilisant le public et en prenantZles initiatives en matière d’éducation. / Y

/. .

.\ \ ’~

De touts évidence, le $d&eloppernent dtirabk ne ?eut être l’çèuvre d’un seul organisme. Nous comptons beaucoup sur lespartenkiats

j

avec les entreprises, les organisations non gouvememen-

tales, les PremièTes nations, ies gouvémements, Ies établisseménts d’enséignement, entre autres, ’

pour mener à bien nos travaux. Avec recul; nous constatons.que les efforts que nous avons. ‘1 I . ‘< ‘% .‘ I

.

\

I page

2‘

I

. *

ii

_

-, .\ /

1 -


. .

1

.déployés au cours des dernières années sè répartissent en cinq thèmes dominants : changer l’attitude et la mentalité du public, le développement durablè dans un contexte mondial, la gestion des ressources naturelles, le développement durable des collectivités et les instruments de developpement durable. Changer

l’attitude,

la mentalité:et

le comportement

des

gens

Le développement durable exige que nous changions fondamentalement notre attitude et notre comportement face a l’univers et notre rapport avec ce dernier, La Table ronde nationale s’est efforcée d’aider i’ensemble des Canadiens de mieux comprendre l’importance du d&eloppement

durable et les liens

qui unissent l’environnement et l’éco.nomie. Nos programmes de s’ensibilisation, de communications et de publications nous permet- tént de doter les Canadiens des instruments et de l’information dont ils ont besoin pour prendre des mesures’ favorables au développement durable. ~ . ’ -(J.n défi

*

‘.

planétaire.

<.

<

Quel que soit le champ de nos activités’au Canada, nous ne devons jamais oublier d’envisager nos faits et gestes dans une:perspective mondiale. Nous devons sans-cesse tenter d’apporter des améliorations

.

à l’échelle planétaire tout en œuvrant pour Je progrès chez nous. Tel a été l’objectif de nos’ travaux en matière de commerce et de politique,étrangère,

dans lesquels nous avons prône le développement

durable dansle cadre du Sommet de la Terre,* l’Accord de libre-échange nord-américain, le. GATT, l’Organisation mondiale du commerce, le Sommet des~hmériques ,de Miami et, plus récemment, le

I 1

Sommet du G7.‘Cette perspective se reflète’é&ement dans le renforcement des relaions.@tema. . tionales de la,Table ronde nationak .av& d’autres pays. Nous avons’rëçu .; . des dizaines de délégations intemation$es cherchant à comprendreJe processus.des tables ron,des et la m&iièredont nous tentons.

‘.

de faire avancer le Canada sur Ja‘voie du ‘développement durablè. ‘Les tables rondes.ou autres orga- i ’ i

’ Les

I.

ressources

natu)ell&s

Afrique.du Sud, aux, _ ., .“. :. i<_*, , >’ ‘. ,< _’ ., -1. ; i ::., i L. >’ .+,:.. .. .. ,‘IJ, “; “L i ‘Id -:,~“ i‘,‘,:<._*‘! ., ._ 5’ ,,,. : : ; _.,,, .., / :. .‘..-,,‘,I “‘:e,~~:‘~:,.~..:~ .;.. i ,~:, .

w,,.& >>$+,i * ‘du, $#&@a.

,‘.

nfsmes. semblables existent maintenant dans nombre de pays;y.comprken Philippines, aux États-Unis et en Grande-Bretagne,

I

: ~ , : ;.

” ;.

” , _ ,* ,..,” X^ Le Canada ést l’un des pays du monde le: pl$&ches ,~~‘ress~~~~~s,~~tü~~~~~~~~~:~~~c~~ornie ..,..:,,: dépend ‘de l’exploitation de nos, richesses’nat&$les, ,maiS encore ~~~~~-tl,les:.~r~~e,~~~~m-i~~~.~.:I ‘1 ’ ., $ ., , ;*~.+ viable.,La gestion viable des ressources nature&s*;est un sujet C,npl~~~~,~~do~~~~~rse qui.$$che .; :_ T .,, 1 un vaste éventail d’intervenants dans chacun dessecteurs de ~s~~~~~é~Ses~~~~~~~~~~~~,~~~,,.~e~~~~’ i. ‘.‘, ; .‘ “:-%, I to,ut juste d’amorcer le processus d’app&n$&&ge g@e .‘I à nos Tabk rondes de&o%t&&des ‘~ :,c Pâtes-j ,., 5 et papiers, à notre.Groupe de travail sur~e~r%&veaukmal, et à notre Ptien&iat ‘&urles%ï&$$%le la côte est et les kosystèmes marins.‘Et.n~& avons déjà.appris que divers intervenants partagentsouvent :..,;*._ les mêmes valeurs et sont capables de col~$%orer si on met à leur disposition les mécanismes voulus. ~&.‘~~~~~‘ ‘:.,,,..,, >>: ,‘ ,1‘...‘; , I--;;.;:::.~ -1 :.,.> ‘. .:‘.T * ;., ,,;_, zT%.‘~ :,‘~~.‘~~:;“~~: ; :;q:., ?,Tj?‘>-.Q 4: ;’_.:,_;. .‘.,:f.*‘.; ,,; , ..’ ..‘ I __%y<.<,‘:,.;-:‘e;,,;.‘..“’ <__ :.~:y:.. .:t;c*__ \‘ : ._li...

. Une

colleitivité

de collectivités

-

( ’

’ I

r

I

I

Chaque aspect du développement durable se joue à plusieurs niveaux (local, régional, provincial appris, c’est que la seule manière de rendre justice à ces questions complexes consiste à s’assurer que tous.les intervenants y participent. Même sï les gouvernements et les organes’législatifs jouent un rôle déterminant, ils sont souvent soumis aux contraintes de la délimitation des champs df campétermes- et des structures hiérarchiques, et ,de procédures lourdes. Nous avons donc ,besoin d’autres moyens, plus souples et plus efficaces, de rassembler ces groupes et ces particuliers qui ont I’expérience et la perspicacité nécessaires, ainsi que la volonté de jeter la-lumière sur tous les aspects du développement,durable i

et d’aider les intéressés à choisir la voie qui les mènera à des pratiques ‘/

:

I’..

.

et national), et des solutions différentes conviennent à chacun de ces niveaux. Ce que nous avons

.

\.

‘.

‘.. “_

.-


i ,

.c

:

, f I,

_

:.

. ,,‘,

,

-

j .

I

I

,\ _

/

équitables,.raisonnables ’

ce vide dont souffrait la démocratie basée tir la participation. Les-collectivités

*

Instrumehts

,

-8

de développekent.durable

11,est indubitable que le’ développement

1 .,

du;able-exige

- -.*

de nouveaux, processus décisionnels;

de nouveaux systèmes de .mesure et dévaluation, etdes mesures d’incitation ou de dissuasion

I

,

sont devenues les,

pionnières du changement ,au Canada, ‘et.la. multitude d’activités est extrêmement encouragéante. ,’

._

. ,,.

et viables., C’est laque les tables rondes ont joué un rôle-important.Au

cours des dernières années, plus de 200 tables rondes ont vu le jour’à l%chelle locale pour combler

appropriées qui intègrent les objectifs kconomiques, environnementaux et sociaux. La Table ’

’ ronde nationale s’est empluyée 6 créer’plusieurs instruments de développement’ durable. Notre Groupe de travail national’sur la prise de décisions par consensus a publié, en collaboration avec:

\ _

-.

,- les tàbles rondes provinciales, une série de principes directeurs s’appliquant à la prise desdécisions. I, par consensus. Plus de 2q 000 exemplaires ont été distribués dans le monde entier, et la brochure \ a-été traduite dans au moins quatre langues. Notre Grou>pede travail sur la.production de rapports

,

,

sur le développement durable a créé la .structure nécess,aire à un système de collecte d’information

I .’

les indicateurs économiquès et le bien-&-e humain. Le Groupe delcollaboration chargé des instruments .

.*

économiques a formulé des recommandations concrètes sur la manière dont ces instruments pourraient servir à régler leproblème ? Des

.

choi,x

difficiles

des pluies acides.de l’ozone au sol et des gaz-à effet de serre au Canada. nous

attendent

’ Si fiers-soyons-nous des progrès’marqués

, .

de se montrer trop confiants, monsieur

_

Nous avons accompli la part facile de la tâche en-jetant les bases d’un avenir viable,, mais les choix les plus difficiles restent à faire. Notre orientation actuelle n’est toujours pas viable. Des changements radicauxs’imposent

-

par le Canada sur la.voie du développement durable

le Premier ministre. Malgré.ces indices prometteurs; les véritables changements demeurent timides. ,.

,

:

dans de nombreux domaines, il-serait vraimentprémàturé

I

1

toujours dans nos mecanismes

dans nos politiques gouvernementales,

décisionnels,

a

dans nos ‘institutions,

,, A

dans nos indicateurs et mesures d’incitation économiques,

dans notre comportement et nos valeurs, si nous voulons ramener l’activité humaine à des ‘limites , acceptables pour la ,nature. ,

I

.’

\ I

.

et de production de rapports surle développement durable qui integre la salubrité écologique,

,, : .Ces changements sont’à notre po<rtée: Nous sommes en, mesure d’opérer la transition vers une x , société viable, et la Table ronde nationale a im‘rôle vital à jouer dans cette transition des prochaines’

’ ’

années. Ce fut pour moi un grand honneur et une occasion d’apprentissage extraordinaire que de /

‘f.sue partie de Cet organisme canadien exceptionnel au cours des quatre dernières années. J’espère ’

- <

que 1a’Table ronde nationale continuera à miser sur ce que nous avons amorcé, en collaborant ktroitement àvec votre gouvernement pour bâtir un avenir viable pour tous les Canadiens et .. . .. Canadiennes. ; ‘. / -1 .. , \

‘,

George E. Connell Président

I

,

8

/

j

i

\ ,


,

\ Avril ii95

Monsieur le Premier min@tre, .

À titre’ de directeur général, je suis hèureux de vous présenter notre

Rétrospective annuelle de 1994-1995. La Table rond,e nationale est .le,séul organisme constitué par la loi au Canada qui soit expressément mandaté pour jouer.un r.ôle catalyseur ’

de développement durable.’ Il est dans une position unique pour rassembler un vaste éventail d’intérêts divergents et les inciter à

_

.

:

rechercher ensemble une solution bénéfique pour tout un chacun. Au cours de-l’exercice qui vient de s’ecouler, nous,‘avons organisé des ateliers, des tables rondes, des groupes de travail et d’kutres tribunes ‘pour amener les Canadiens à s’attaquer ensemble à certains aspects de la politique gouvernementale les-plus cruciaux de notre époque. ~

iN~us avons.publié;des livres, des documents de travail, notre bul-

letin trimestriel qui connaît un immense succès;des

/‘1 \

rapports stratkgiques et d’autres documents~

Toutes ces initiatives visent à promouvoirla’comprehension

et à sensibiliser davantage le public aux

.

changements culturels, sociaux, économiques et stratégiques qui s’imposent pour que le développement durable devienne réalité:-Nous vous avons également formulé des recommandations précises, Monsieur le Premier minsitre, sur plusieurs. sujets, pour encourager l’intégration des considérations kconomiques et environnementales _

dans lés processus décisionnels de l’État.

Qùoique le Canada ait déja franchi des étapes vers le développement accuser de serieux déficits sociaux,.économiques

/ \

durable, nous continuons à

et écologiques. Nous masquons encore la’&&

du

. présent en taxant notre aienir. Les crises que. nous traversons aujourd’hui sont l’héritage de mauvaises .)

decisions du passé. Nous ne pouvons continuer a répondre à nos besoins sans compromettre la capacité ‘,

des prochaines générations de répondre à leurs propres besoins tant que nous n’adopterons pas des

-_ , ,,

modes intégrés de pris,e de décisions. Partout, les gens demandent à participer davantage.aux décisions ’

qui les touchent directement,

eux-mêmes ou leur milieu de vie. En prenant de telles décisions; nous

devrons trouver des moyens de concilier des valeurs profondément enracinées et ‘diverses. Cette réalité /*

se manifeste. de la manière la plus.évidente quand il s’agit de faire face aux complexités que présentent les questions de développement durable.

‘/

Comme il n’existe aucune carte,routière pour naviguer sur la voie du développement durable, nous < accomplissons notre tâche dans un esprit dapprentissage. L’apprentissage a éte décrit comme « l’adaptation, , de nouveùes-idées à de,vie,illes structures. » Face aux impératifs du développement durable, cette adaptation

( ‘0 <,

entraînera des changements fondamentaux de façons que nous ne commençons qu’à comprendre. La tâche ‘qüi nous attend dans les prochaines années consistera donc à parfaire cette compréhension. i

Comme mon mandat de quatre ans s’achève avec la prksentation de cette Rétrospective-annuelle, permettez-moi TRNEE

de reconnaître ici, le dkvouement exceptionnel du personnel et des.membres

\ ’

et du vous remercier, Monsieur le Premier ministre, de l’appui que vous nous avez accordé

au cours de l’exercice qui vient de s’écouler. Ce fut pour moi un honneur que de vous servir. ,_ 1‘ ,. j 1‘ ,

-.

Ronald L, Doering Directeur général . .. .- ‘

de la

I

L,’ I

\

I

9

Page

5

~


nus et ,initiati :,nation .ale ,’ , / ‘23 “pw-

-*

r &@@y-

/

___

+ .i

I

Lqr

p +s B 3’ La Table ronde nationale se voit confier sou mandat parlIe Parlement du Cauada et relève’directement #xx , k& &$#*, du Premier ministre. Ses 25 membres, nommés par le gouvernement f��déral pour representer un vaste ta,r ~~**~~~~~ F$* \ ~~<##+ - éventail de régions et d’intérêts dans l’ensemble du ‘Canada, se réunissent quatre fois par an pour Q4~&&~~@@a-~ j déterminer les priorités d’action, pour faire le point sur les travaux en cours, .pour mettre sÜr pied de /

5

nouveaux programmes et pour fa;oriser une meilleure compréhension .

.’

:

l

formuler des recommandations développement durable;’

au Premiér ministre S&es

l

questions stratégiques cruciales de

élaborer des instruments permettant de promouvoir le développement durable dans 1; politique gouvernementale et dans d’autres secteurs; i ,‘, l servir de point de rencontre neutre et favoriser. la mise en oeuvre d’un processus qui permettra aux groupes d’intervenants de s’entendre sur des qfiestipns importantes de développement ” < durable; . l ‘mener des programmes de aommuuications ‘et d’éducation qui permettent de créer des instruments d’information et d’éducatioqpour favoriser les. initiatives-populaires et pour aider les décide.urs à résoùdre les questions de dévèl’oppement durable. i\ <

;

I \

\

Après la proclamation de la Loi constituant la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie en mai dernier, le Premier ministre a nommé dix,nouveaux membres, et la TRNEE a lancé plusieurs . . initiatives nouvelles,, dont des groupes de travail chargés d’étudier les industries de l’environneme,nt et les approvisionnements écologiques du gouvernement, un parteuariat du développement durable des alages côtiers et des écosystèmes marins, et un groupe de travail chargé des transports et des changements climatiques, Ces nouvelles initiatives viennent s’ajouter aux programmes déjà cn vigueur dans Jedomaine de la pohtique étrangère, de l’éducation, de la production de rapports, de la prise de décisions par consensus, du renauveau rural, et des pâtes et papiers. Un som.maire des activités menées dans I chacun dé cesdomaines figure dans les pages suivantes. \ ; Au’cours-de l’exercice 1994-1995: la Table ronde nationale a organisé d’autres manifestations et des ’ activités qui méritent d’être signalées : ’ A

~ .

I

l

l

1 c

.: l

/

<

\

Outre les recommandations qu’elle a formulées au Premier ministre sur la mise en oeuvre du développement durable dans le cadre du GATT etde Kkganisation mondiale du com-merce, du Sommet des Amériques de Miami et du Sommet du G7, la TRNEE a également prodigué certains couseils sur des mesures fiscales pour les terres écologiquement vulnérables.

, ’

Plusieurs membres de la Table ronde nationale on; joué un ‘rôle déterminant. dans le groupe de travail du ministre des Finances sur les obstacles à des pratiques environnementales sames qui, l’automne dernier, a’formuié des recommandations au gouvernement sur les moyens d’améliorer les subventions et les mesures d’incitation du gouvernement pour qu’elles reflètent davantage ‘.. , les principes de développement durable. J Li

Table ronde nationale a également conseillé les gouvernements de plusieurs pays sur le mécanisme

des tables rondes,. y compris la Grande-Bretagne (qui a crée ia UK Roùnd Table on SustainableDevelopment), le Vietnam, le Pakistan, la Chine’et le Premier ministre de Norvège, Gro Harlem / Bnmdtland. I / I >

, ’ ,

I

_ l En avril 1994, la Table, ronde nationale publiait le rapport final de sa Table ronde sur le développement durable.des forêts, qui marque une étape mémorable:Plus de 25 intervenants, représentant un vaste éventail d’opinions dans le débat sur la sylviculture canadienne, se sont ente-us sur 26 principes s’appliquant à la gestion viable des forêts canadiennes, qu’ils ont étayés de plans d’action.

~ b

I,

l

,

‘.

-’

/ 1

durable.

AU cours de l’exercice précédent, la Table’ronde natioaalë a rempli son mandat par la voie de ses 13 programmes ou groupes de trava& Ces initiatives ont,abouti à des résultats variés i I’. <

y ,_ /.

du dé%loppement

~


Gr9vp.e: de . tra é’t le ckveloppement étrangere r’_, t _’

I

ci

/

.f

au cburs de cette année: Le développement durable Objectif était, avec l’intégration des. marchés et la démocratisaLe Groupe de travail sur la politique étrangère et le i tien, un thème central de l’ordre du jour lors du’ développement durable a pour but degromouvoir le ’ Sommet de Miami. Pourspréparer ces recomman&tions, développement durable dans la politique étrangère du le,@oupe de travail a coparrainé trois kteliers multiCanada, d’influencer l’éiaboration de, politiques au sein latéraux à Ottawa, à Washington et à Mexico au cours du gouvernement’ fédéral et de conseiller 1~ qremie! de l’été et de l’automne 1994, afin de rencontrer des ministre sur les possibilit& et lés moyens de promouvoir le développement durable par la yoie dés relations r ’ ’ représentants des. gouvernements, de discuter de développetient durable dans cet hémisphère,‘et extérieures du Canada. . d’entendre le point de vue d?s groupes représentant Activités en 199,4-1995 les Antilles, l’Amérique centrale et l’bmérique du Sud. Au cou& du dernier exercice, le Groupe de travail a ~’ En ,n&mbre, il a présenté ses recommandations au défini quatre créneaux importa+ de promotion du Premier ministre sur des questioris telles que le comdéveloppement durable dans la politique étrangère merce, la,bio$versité et la conse’kation, l’énergie et / ,du Canada : le GATT et I’Orgfnisation mondiale du ’ les ‘changements climptiaues, et 1;s Deuoles indigènes commerce (OMC), l’étudede la politique étrangère Mêmé si Joutes les recommandations du Groupe de ’ du Canada, le Sommet des Amériques de Miami et’ travail n’ont pas (té adaptées, elles ont certes éveillé -- ,__;.<_ * -,; __ “ le Sommet du G7. !‘attentihn du gouvemti ,,:. ;; : _‘ ., , *..-, .‘ de .1\. ,_ \ _1 Le GATT et. 1’OhC a,.,3 i . àR, Qn inars 1994, le Groupe de travail a organ@ @ek ;:_::<. i .. d”; grand sukcès un atelier à Montréal pour étu&Fr :,,iy :,, implications de l’Uruguay Round du GATT ,em,n#i$re ‘. ,.:~g -C-X- rlM > de développemenìdurable, ainsi que la füture.OMC’.‘ ~:“‘~!‘;$$ ‘&,; Cet atelier rassetiblait des intervenants des?Rifieux intéressés afin de définir. les terrains cl’ent&~e#‘les points que le gOuvernemeti[ c,an+ien &$r$itkmli$3 lors des réunions du GATI prévues po$ &r$ À k%& de.cet atelier, le Grotipe de travail %r&$i@ mie.le&& faisant état de’ses I;ecommandatio~~au.u &&t&tr~~du Commerce intèmational pour lui sug@+*,~mment le Chiada pourrait promouvoir I’intégrati$ du kmv& àr&lïg6 un sommaire ufi merce et de l’environnement dans la nouvelle OMC. \ té approuvé’ par. la Table s -’ _ tiv&&au Premier ministre ron _ Étude. de la politique ét;-angère p&&s-krbaux de l’atélier à la , bnt Le .Groupe de travail a ég$e&ent fait la promotion ditsl[e titire suivar+‘: ,Le Sommet de ;, développement durable dans le cadre dé l’étude que &able et la réforme des mène le ‘gouvernement fédéral sur la politique ét+n@re du Canada. Ila, étudié commeht lés princrpes ,dé . ; développement durable pourraient setipde thèmk Orientations f‘ut.ure.g central à 19 politique&mngère dU Canada au cours des Le Groupé de travail ~~ntirn~~raB faire val& WF wrnmprochaines années et a fait une pkposition au Comité mandations cokeTant le Sommet du G7 patii les . spécial m+e sur la politique étrangère au cours de ces décideurs en attendant que les niembres de la TRNEE audiences qui se sont dkroulées,pendant l’été de 1994. . étudient le rôle que cette institution devrait jouer dan? Le rappoti rédigé ultérieureinént par ce Comité conteI’avenir. nait un chapitre sur le développement dkable et àppuyait Membres du G----A- +généreusement certains passages essentiels de la propoPrésident : Pierr, _._. _ ,-.“.sition de la TRNEE. L’énoncé de la,nouvelle politiquF Susan H&z, membre de là TRNEE ‘Hamey Mead, membre de la TRNEE j étrangère du gouvernement fédéral, publié eti février Bob Page, membre de la TRNEE 1995, intégrait le développement durable comme l’un ~. Mautice Strong, membre de l- IpDxTpTI -de ses thèmes sous-jacetits. . ’ John Kirton, Uniue&té de Tc -

ies-.;..

Au 6ours du dernier exercice,- le ‘Groupe de travail a formulé desrecotimandations au Pretiiei ministre a propos de dèux grandes rencontres internationales : ‘1e’Sommet des Amékques qui a eu lieu à Miami en \ décembre 1994, et le Sommet du G7, prévu à Halifax

François

Brfgha,

Stephanie Brigitte

Foster, Gagne’,

Resources Hydre Salmon

Arm

Me1 Wilpn,

Coopkrs

Secrétariat

de la TRNEE

Sarah

Richardson

,

page

‘7 -_

Future

International

Ontario (C.-B.)

and Lybrand

i ’

-

. \

sY% ’ , ., ,

/

.’

_


,. I

é sur les .pâtes ‘et papiers ’ ,* -;

.

f

_,-

if ’ \ . ut de’ 1993: la Table.ronde nationale a . emblé 25 groupes d’intervenants nationaux ‘intéressent au secteur des pâtes et papiers anada pour discuter de quesdons ayant trait’ à Ja production viable de pâtes ét papier,, Tout e,n ayant des ;Perspectives et des valeurs trèsdifférentes, les participants ontcOnvenu de chercher ensemble à s’entendre sur une série .de principes dont s’inspireraient la.production; la consomma>-on, l’élimination, la réutilisation viable des, pâtes’ et papiers, et ils ont égalemént convenu d’élaborer ‘~ des plans d’action précis s’inspirant de ces principes. 1 .’ i

.Oriehtations futlr’es ‘, ._ Un grand nombre des participants sont en tram d’élaborer des-plans d’action s’appuyant sùr ces principes. Ces plans* seront publiés dans le cadré, du rapport f-nal du Table ronde nationale l’au_. ‘_ ‘tomne prochain..

.-Y

<.

-.

\ /

j

: \’

.

_

’ ,

‘I

3 .

.

National

Abonginal

Réseat+ canadien.

de I’édmation Cook,

sur les pâtés

canad&me

.

~. 1.

1 / :

.

.

et papiers

Forestry

Asso&ztio>i et

enuironnementale

Enoironne&nt

Canada

Dansereau,

Richmond

(C.-B.)

Rqcco

Deloecchio,

Industrie

Canada

André

Duchesne,

Association

des industr-ies for&ières

\ _,

Association

des con8ommateurs

du Canada

Keith Newman, S+dicat canadien des communications, Certains d’entre eux ont indiqué que leur.app& de-ll’énirgie et du papier bation définitive ,de l’ébauche de ces principes Gardon Perks, @etter Transportation Co&ion était déjà assurée, d’autres ont demande qu’un David Sc&dler, Uniùersité d’&lbqta , certain délai leur soit accorde pour consulter’ , :. - Peter,Tmft, Santé Canada ’ Wayne B. Wolfe, Institut canadien de recherches SUT les leur-milieu et l’approbation-des membres ,de leur ^ ., : milieu, Après un grand nombre de réunions et ’ ” pateset paTrs un travail très ‘ardu; la Table ronde a-tenu sa \ Secrétariat de la TRNEE huitième et dernière réunion à Ottawa en janvier ,Skme Thompson 1995. À cette date, tous les’ représentants qui >i\Allison Webb @qu’à / octobre 1994) \ siégeaient à-la table ont approuvé à l’unanimité ” . Sarah Sbadforth une série de 18 principes portant sur des auestions telles que les produits chimiques organtques ’ .: anthropogéniques, les technologies en circuit \ ’ fermé et les codes de pratique. La Table ronde , nationale a publié cette entente en. mai 1995 r , ” sous le titre de Document de travail no 29 de ; ; la TRNEE. !a

/

<

:

/ pagé

8

‘.

des producteurs

des communications

Cl&e

Nanda,

, , ’ ’

1

papiers

Bombay,

AnneCamozzi, Hugh

6nd.e

Association

de pâtes.et Harry

Prem

I

de la Table

Ban-on,

du QuéLiec Activités en 1994-1995 François Guimont,Environnement Ca&da . Les membres de la Table ronde sur les pâtes et David Hamilton, maire de Thunder Bay, Fédération papiers se sont rencontrés à plusieurs reprises &r canadienne des municipalités I , ‘John Hansors, Recycling Council of Ontai-io cours des deux dernières années, poùr chercher Ann Ifi~l~ec West Coast Enuironment~l Law Association à s’entendre sur une série de principes. La TRNEE _ John Houghton, QVNO Cor-p.’ Ser+ait de catalyseur et d’animate’ur des débats, Doug Hyde, Chelsea,’ Québec sous la houlette de John Houghton, président / Keith Jackson, As&ation canadienne de l’imptimetie’ ,-David johnston, Stora For-est Industries . ’ de QUNO Cor-p., ancien’membre dë la TRNEl$ Christine Lucyk, Association canadienne des éditeurs et président.de la Table ronde des forêts de cet ’ .. dë’quotidienS ‘organisme. L’été dernier, lors dune réunron qui. Susan Masswohl, Fédération canadienne de la faune', a eu lieu à Québec, les participants de la Table Elizabeth May, Siey Club du Canada, membre de Za TRNEE Paul Muldoon, AssoCiation canadienne du d;oit de ronde! sùr les pâtes et papiers ont étudié une série _ l’environnement ” préliminaire de principes régissant la &oduction. * John Mullinder, CO~S& de ié&ironnement\d~s &x&z~~s viable des pâtes et papiers EauCanada et lui ont de papier et de ca&on Atul Nanda, Association of MunicipaZ~RecycZing Coordinators - ,donné sa forme finale.

,’

.

Membres Da+ï!

~

\ 1.

--

’ ’

,’

,’

,

. \


/ _

, ;. ’

.-

.

,. *\

, Activités en‘.l994-1995 _~. m. Au cours de Kexercice-qui vient de &Couler, le’ Groupe de travail sur l’éducation a entrepris un . /c vaste éventail d’initiatives auxquelles ont ,part$cipé les médias, les établissements d’en&gnement, les décideurs municipaux et les jeunes. Ce Groupe de travail chercha surtout à élaborer une stratégie nationale, de marketing social axée sur le, développe- . .mént-durable qui porte le nom de ViABILITÉ, en collaboration avec ParticipACTION,‘et à étudier , j la faisabilite de cette stratégie:

r .

--

Objectif Le Groupe de travail sur l’Éducation a poùr but de faciliter la compréhension du développement durable et de la prise de d‘écisions par consensus parmi le’s secteurs clés de la société’ canadienne. 11 aborde l’éducation scolaire et parascolairepar f la voie de ses travaux.en collaboration avec les jeunes, les éducateurs, les établissements d’enseignement, les médias et d’autres secteurs.

-.

Le’ GFoupe de travail‘a continùé à tenir ses tables rondes pour les jeunes, qui connaissent toujours ., _ i le même succès et auxquelles, au cours de l’exercièe précédent, plus de I-500 étudiants canadiens _’ i ont part$zipé. Le .Groupe de travail slest joint à L’éducation au service de la Terre. à ÉRÉ Éducatien et Santé Canada poUr~rédig~~u~~:~~~~a~ %?ss News Actibn Guide for Agenda C&$&$~&&E$$$&

Vingt-deux recteurs ét vice-recteurs d’universités de toutés 1es”régions du Canada y ont assisté. Un grand nqmbre d’idées nouvelles et novatrices en vue d‘e promouvoir 1e développement durable dans les établissements posf-secondaires\ ont été présentées, et un rapport d’étude sera préparé pour être distribué au public. Le Groupe de travail a également commandé unedocument d’étude sur le marketing social ’ à l’échellë communautaire, approche qui consiste à change-r les attitudes et les valeurs personnelles , pour amener un changement de comportement. . D’abord mené à l?%helle locale, il est devenuun‘ . instrument efficace d’introduction de programmes de développement durable. Enoutre, le Groupe de travail a coparrainé, avec l’Association of Municipal , RecyeIing Coordinators (AMRC) et le-ministère de l’Er&iroimément et de l’Énergie de l’Ontario, un atelier pilote qm/a eu liëu à Toronto4&r&rs 1995. Cet àtelier a permis de présenter le marketing social communautaire à plus de 75 décideurs municipaux de l’Ontario. La réaction desparticipants a été .très-positive. Les membres du Groupe.de travail ont également rencontré .des représentants de ‘l’Environmental Centre for New Canadians pour analyser certains des obstacles qui empechent de faire paiticipèr les Néo-Canadiens à la résolution des problèmes environnementa?. H .a ’ -1 : ‘Y. ‘Orien,td&tins futu.t&s \ ‘.

_. qui se sont’&unis” &eh.des ‘x’$c,.:,&?F ,. .. *-r-%Icoparrairîer. d’autres at&ers sur lemarketing soc élèves ‘de niveau secondaire au cours de plusieurs :’ communautai%dans~/autr& régions du pays: Il .’ groupes d’étude part ou t au Can*~~@eguideperi Compte egaletiént inener,u.ne evaluation des &&$$lés mettra aux jeunes,,aux,parents e@~~~~$ncate,~rs~~ 5. 2” -c -&~ables r<ndes pour les je&& afin de.mesurer. -de-faire valoir leur point dè vue sur l%&$&%‘~~ ,, fegfim et de atibuer à &&~.&‘~o! et offre des moyens de faire le point &$a ~.~~.,~i-’ Situation, de rechercher des solution$@~%e prendre _ $jTera aussi la ;o&jijité. ” des mesures à l’échelle communautaire;La T@le:;* .. SS>::: ,S;ateliers sur k&eation environne+3&le _. .‘._i, ronde nationale a organisé un groupe d’ktud.e!ave~+ I 3itesentrep&&n collaboration~~vec des représentants des médias à To~onto~e$%%rier --1 . -; -ai-..,. _; , ,d;>,$fe-(IJ onsed canadien .du. s,mmerce de d&a$et la..1995: Cètte réunion avait pour but &(&ire ,mie&.‘-.&.:a __ I$démtion canadienne de?entre&ise’in&& comprendre à la TRNEE ce que-‘k$médias vo@-, lent ou doivent-apprendre sur le~d&+lop$&& : _ ----r- -_ __-.-__ .’ durable,‘de promouvoir le rôle dela TRNÉE$and ‘lizabetb Cmoker, n&&w& la TRNEi i il s’agit de communiquer les ini,tiativ& et les.per, fack h&cLeod, membre de la T~E.9’~ : -’$pectives du développeme-nt durable,, et d’exp1o~e.r~ .,. des ‘moyens de sensibiliser les médias cana&ens . et le’grand public au développement durable:; i >ecretar,at de ,a En mars 1995, le Groupe de travaila.organisé Ca& Do& ’ - _ un atelier pour discuter de la recherche et de I j/ J \ ,l’éducation ïnterdisciplinaire en matière de \ ‘. r _. L développement- durable au niveau post-secondaire. &&gé par des

je&&

2,’

I

*

,

. .


I,

<,

>

.

<-

I

.

va11

r-lé

-.+ -

,

.._ .“-

/

\

_ . / \ _

-

I _

. ,. .’ .*

I

.

>

.f

.. ^

-Activités en 1994-1995 Après la publication en décembre 1993 de son rapport au Premier ‘ministre, Vers les rapports dy-ahle & Cana&le - sùr Eeedév$o~ement Groupe de travail a pris contact avec divers ministères du gouvernement fédéral ~afin de lesinciter à mettre en œuvre’ses recommandations.’ - L’une.des recommandations essentielles de ce rapport consistait à créer un bureau du commissaire au développement durable, que le gouvemement fédéral a annoncé en octobre 1994.

I

.

. -.

l :

.

,.

Membres

du Groupe

Président

: Tony

Susan H&z, Elisabeth

Crocker,

Marty

Eakins,

k&re

Gosselin:

HOdge,

membre

n+mbre

Bregha,

Paul west,

Sainte-Foy

Resources

Université

.-

* de la TRNEE

..

de la TRNEE

de la TRNEE

Perso”nes~resciources

‘Français

travail

de la TRNEE

membre

membre

.

Orienta-fions futures .i ’ En attendant la révision de son mandat, le Groupe de travail continuera à exercer des pressions pour que ses recommandations au gouvernement fédéral sur la production,de rapports sur le développement durable soient mises en œuvre, et poùr appuyer ’ \ d’autres organismes et collaborer avec eux en’vue d’améliorer l’encàdrement et la production de rapports ën ,matière de développement durable. ’ , / \’ _

Le Groupe ds.travail a en outre maintenu une t.ribune permettant la discussion de questions cruciales en matière de productionade rapports ’ sùr-le développement durable. En mars 1995,’ il syest joint au Westminster. Institute for Ethic . and Human Values pour organiser un colloque : sur l’évaluation ‘du bien-être humain dans le contexte du développement durable. Ce colloque, , “qui a eu. lieu a London (Ontario), rassemblait de savants chercheurs en divers domaines (médecine, B i philosophie, psychologie, économie, écologi’e- . <etc.) qui ont pu rencontrer des représentants des organismes clés du gouvernement fédéral qui’s’intéressent à-la productionde rapports _ sur le développement durable,-notamment le _ 1 V&ificateur général, -Environment Canada et Statistique Canada. .

/

Les ‘membres du Groupe de travail ont rencontré, _’ le personnel de Ressources naturelles Canada. pour discuter dune collaboration éventuelle dans, .. l’évaluation de la production et de la consommationd’énergie au Canada. Le Groupe de travail -’ a également amorcé une collaboration avec la _ ’ Canadian Coalition of Education Organizations , en vue d’instaurer un cadre qui permettra aux . établissements d’enseignement dévaluer lëurs . progrës, sur la voie du développement durable. Le Groupe de travail a ,de plus noué des liens avec le nouveau Council on Sustainable Development du’président des États-Unis, et l’Interagency~.“ -* Working ,Group du gouvernement américain ‘sur les indibateurs de développement durable: -

roupe de travail’surla production de rapports ent durable de la TRNEE a. pour mandat derépondre aux besoins qu’a le Canada-d’un système permettant de mèsurer les progrès réalises par le pays sur’la voie du /., développement durable et d’en faire’ rapport.

(Québec)

_ Future

International

_

\ -

de Victotia

:

/

,. ?5ecrétariat.

de la TRIEE

ppch Ce Groupe de travail a également publié un livre sur la production de rapports sur le développement , _ + ‘durable. Les sentiers de la &ab&té: rnmirer~1e.s. _ ’ , ’ I I progrès allie la substance du éolloque de 1993 _’ ‘; \ du Groupe de travail sur la production de rapports \ I sur le développemént durable i une réimpression .de son rapport’au Premier ministre, ainsi qu’une . , y étude de cas novatrice sur l’évaluation_des progrès _ ” réalisés sur la voie. du développement durable .. dans le-bassin de Grands Lacs. Cet ouvrage sera le 9 <j . ’ publié en mai 1995. ’

.1

5

‘, \

.,

,

I -.

+L

.


Objectif \ ’ Ce Groupe de travail a pour mission de promou- voir là compréhension et l’ap$ication des principes et methodes de prise de décisionspar consensu’s j comme moyen de réahser le dkveloppement _ durable. Il a été créepar la TRNEE en 1991. ’ c Activités;en 1994-I 993“ Fort du succès de sa Jjublication parue en 1993, _ Forger t$ cons~ pour un avenir viable : principes directews (distribuée à plus de 2~~~~~~~~.‘; le Groupe de travail a commencé@& sui les études de eas’touchant la-i.>~,‘ ., ,$y;‘$“‘~-‘,.“; ~y.-‘par. consensùs qui sont..en’quelqrre ‘sorte.&. pro, longement des principes énoncés dans A&&- ùn consensus. Ce nouvel ouvrage, auquel on est-en train de mettre la touche finale,, p$?entera des ex&riences qm‘ont été menées da&:~ensémble .;,;~2,; f. -2 :.

’ d

_ 3

,.

1i

_-

_

,’

_*

.

1,.

._ ,

-

I,

%

/ c

-

,

\

. \’

,

:

e

y du pays et décrira comment les prmei@$de prise s, .Y;.,I-.‘ de décisions par consensus peuvent sal?pliquer $ bien des situations~ conflictuelles:$&$@ présent, _ aucun autre, ouvrage ne présente~les&rtions de prise de décisions par consensns&u-manière aussi pratiqué qui soit accessible à un vaste:pub&., Oiientations futùre’s Les prochaines activités du Groupe de!&vad seront établies à l’issue dune étude de son man$at par les .membres de la TRNEE. .,’ Membres

&J troupe

Goprésident

: Bary

Goprésident

: Reg Basken,

Jwy

Stuart,‘

Cormick;‘Mill

Paul Emond, Glenn

Sigurdson, Whitby,

Secrétariat

cnn.ci;.r~~n~~a7.~

de nouveaux partenaribts : ,

de la -NEE de la TRNEE

et cherche& dëk solutions \-

États-Unis

Washington,

Ontario

Oakville,

Leslie

membre membre

Creek,

Toronto,

Jane Hawkrigg, ’

de travail

^----atr-ices. »’

;

Ontario

Va~~ouoer Industrie

(C.-B.) ,

Canada

de la TRNEE

.

Stezje Thompsim’ Allison

Webb

Qusqu’ù

octobre

\

1994)

-

,

,

, ’

,

,

:

page.

11

)

‘.” , \

,M

‘.

\\ ,

=


sur 1e rerihivqu --. ;. Itif

/

.

:

‘_

-

‘.

j

!

-

:

.

x

..

‘-

:

, -.

,

‘_ \

_-.

-.

, ~

:

‘__

. .

, 1 ”

.

I

Grif$n,

j

,I ,

de la TRNEE

.’

.

>

,

_ ,Actiyith,s en 1/994;i995 Dans le cadre des efforts qu’il ‘déploie sans cesse poui- assurerune vaste par@i$ation aux questions r de déueloppem,ent rural, le Groupe de t?&ail a con&&ses efforts avec-ceux du Comitk interrurales ~. ministériel natichal sur les coll&hités et éloignées du Canada P_our hcitei. un vaste éventail $e gmupes d’intewenants à assister aux conférences sur lé renouveau rural. fl:a @dé des groupez de Nouvelle-Écope, d’Alberta et. de Color&e-Britannique à élaborer un «module» de présèntatioh d’initiàtion au dévëloppement durable qui a été repris p&‘la sate lors de diverses confé<ences rural& -. _ * .

Secrétariat S&e

de la TRNEE,

Thompson

-.

.<

\

.

’ LA BIOltiIVERSITÉ

EN AMÊRI&lE

Du

NORD

-Au début de 1994, la Tàble ronde nationale et le Musée. canaiiien de la nature se joignaient à un organisme. , , mexicain, la Fundacion Mexicana para la Education Ambiental (FUNDEA),

-la biodiversité -

1 ,

et au World Resources Institute

.de Washington @om’organiser

une série d’ateliers sur

en Amérique du Nord.

.,

/

Le premier atelier, qui a eu lieu a Mexico en mars1994, rassemblait

des’spécialistes

de la biodiversité,

des

,

. k Groupe de travail a égal&&t mis sur pied ’ .’ . représentants dugou&ernement et des représentants un nguveau groupe de d.îs&ssi?n Internet. intiti$ d’ONG du ,Méxiquè, des États-Unis et du Canada, _ :RURCAN-L pour ie&r les institutions; les groupes ainsi-que desmembres de la TRNEE. Il a surtout été et les particuliers vivant en milieu rural par la voie de leur kdinateur personnel: Dès le début question de~défini&es,forces touchant la biodiversité_ ~ r de i995,ke se&@e était assuré en réseau depuis continentale en général et les instruments économiques, . L 1’U~iversitk d’Alberta. De mêmè, une série de commerciaux et sociaux.s:y rapportant pour promouvoir . f présentations ont été fait& au milieu des hnques , I la biodiversité en -Amérique du Nord. et caisses populties,sur les prêts destinés à des , projets en&onnem&taF en ti&eu “ml. Enfin, _ Depuis-Lors, on prévoit organiser un deuxième atélier -’ le Groupe’detravail a eqllaboré avec des o.rga- .. \ nismes agricoles provinciaux et régionaux én à Otta\nraen juin 1995. Cètte‘réunion portera sur la Colombie-Bri@nnique, au.‘Q&bec et dans les co*m$arai&n et l’analyse des mesures qui sont prises provinces Atl@iques pour contribuer- au a l’échelle nationale èn faveur de la bi&vérsité et ’ ~2ha&e&ent de la publication de manuels de _ leurs impacts dans les trois pays d’A&riquedu Nord, gestion environnementale agricole répondant C!l a~.besoihs particuliers e,ces régions. Il sera, également question des relations’internationales; , ’_ ainsi que dé la coordination et de l’harmonisatibn des ‘\ i insiruments économiques favorables à la biodiversité.

., .

traVai1 m&bre

: Diane

pe de travail sur le renouveau r&al à L’honorable fh-01 Cm-son, ministre des Administrations I ét6 crée en 1992 ‘à I’issu~ d’une séiie d’ateliers j m&ipales L’honorable Gien ‘Cwnmings, minis& de 1’Enoiro~nenent. dans lesquels ont été étudiés les possibilités de janitoba ,_ _.rehouvea,ù ‘écologique et éçonomique dans les . liim Patte-son, Ducks illimitée ‘Jzégions rurales du Canada, ainkique les obstai Bob Sopuck, Table mn& du Manitoba sur l’enoiron&nent .’ cles’ à ce renouveau. Depuis lors, le.Grohpe et l’économie de travail a laticé 9~ appuyé-divers projets qui . Personnes-ressaurc;s _ + visent à relever certains des’$$fis,duzdévelopJulie Gelfand, F&ration cànadienne de la nature pement dnrable qui ,Sont tout à fait propkes ,, Km Cor, Conseil &x-d-Américain de conseruati6n des ,, ‘. _terreshumides au milieu rural. *. ’

_

-

Men!~bres du Groupe de Présidente

Orientations:futuures On prévoit actuellement wganiser tine r&nion ” ‘des tables rondes avec les membee:,des se@ions de l’agrictilt~re et de i’ekironnèment de l’Association des Ptiquiecanadiens pour étudi& ’

2

1

i ;

l’issue de l’atelier d’Ottawa, un rapport sera rédigé, et des recommandations ment

et à-d’aufres

seront présentées au gouverne-

imtervenants

I

qui

poùrront

les étudier.

.

-,


,

.

_ Objectif Ce document’a suscité beaucoup de préoccupaLe Projet de société est un partènariat multilatéral tions, mais .les personnes présentes s’entendaient _ du gouvernement, des Premières nations, et des généralement sur le besoin de redéfinir la section rèprésëntants du milieu des affaires et du milieu -intitulée «L’Art de choisir», qui illustre les oxptions : non gouvernemental qui s’intéressent à promouvoir I et l& mesdres précises qui pourraient être prises ” la transition du Canada vers un avenir durable: pour que le développement durable devienne r&té Par la voie de ses Assemblées des intervenants au Canada. Elles ont également convenu-du besoin nationaux; il offre une tribune qui permet d’intégrer dune orientation plus strategique et plus clairement divers secteurs et perspectives en créant un connationalè. A partir-de ces débats parmi d’autres, sens& etdes prtenariats, et en rec&naissant que le document a été revisé ét tiimprimé en janvier le développement ,durable est une responsabilité 1995 pour être discuté de nouveau., La TRNEE quiin‘combe à tons les Canadiens. a par la suite parrainé une série de réunions dàns I . toutes les régions du pays pour déterminer dans Créé en novembre 1992 dans le sillage, du Sommet 11 1

-. ~

*

.

~

,

‘II ._

‘.. .._

/ ‘,

I ‘,.

‘~ ‘ La Quatrième Asieemblée des intervenants nationaux du Projet a eu lieu en nove’mbrei99+.Elle a rassemble plus de ‘20 personnes de toutes les.régions du pays &ui ont étudié les progrès réa-lisés depuis l’Assemblee précédente, qui ont défini les orientations futùres et qui ont offert aux inter- ~ venants l’occasion d’échanger des renseignements et. de discuter des défis que doitrelever le Canada pour atteindre le développement durable. Qn a aussi demandé aux intervenants d’étudier la version préliminaire ‘de la SNDD, Choix cuna’diens JIOUT la trartsition pers la viabilité. . i

stratégies de développement durable à tous les : niveaux au Canada. Ils établiront également des liens avec des organismes s’occupant des stratégies à l’échelle internationale, notamment la Commission des, Nations Unies du développement durable, l’International Network of Green Planners, la Commission on Sustainable Development du , . Président des États-Unis, le Earth Council et le World Conservation Union. / _ ’ i ‘\ ~. ’ / _. 2’. , _ . .

.

.‘J

‘. ’

.’

-\ .->’

-_ / _1 6.

Cage I

13

.

.

_

9

‘.

L

/

-.

)

_


i

.'

,

,\ I ‘-:

:

Y=+ :

de travail TRNEE

idmos,

Garth

Fallsbrook

,. ,

I

_

Bennett,

Keith

Bezanson,

iym

Theodora

.. .

.

. <

,+

du Canada

dé recherches

p”lile

‘:

développèment

Goidon

Clifford,

?&rge

Conneli,

CRDi

TRNEE

@zne

.

èt du Commerce ;

Jessie Davis, John

Cànada

l

Conseil

Fer&son;

INCO

Janine

Fer?&%

Pollution

S%ilo

Forsyth,

National

Committee ’ Ca y

Association

George

.-

-.

international Arthur

Hensqn,

IIDD

&orge

Kowalski,

.

xhirley

.

_

David

Nations

,12skx+iktiDit&s.~ et Ii& ,

;-

Secte&s dü: Canada à

.:

9

Foundation

&-: Aff~$res

Àssociation

Unies May,

+~

,

-

étrangères

canadie>inf’pour

et

ré&nd~re

les

Club

et membre

du Canada

l+la~ce,

_

_

‘\_

? Sierra

,

_

international

MacDonald,

Elizabeth

-.

Canada Scotia

ministèye

du Commercé

/

:

Lewchu&

Nooa

._

’ e+hTmS encourager

des iydwtries.

de 14 TRNEE.-

Er,&onnement C~&I

,

<

tableau ,nat@aal, &US ’

de développemént

et membre

J

i.

Marti~Janowifz, a.

,. ’

-

.

canadkzne

Gre&Agènce

_

de la TRNEE

«En. bros&nt udmste

~.

_

l

,

\

E,nuironwntx

canadienne

. ’

Scott

/ I l

de.société

-

l

. Probe

au Projet

Y

Sandy

+ ‘

chefsSenti-epdse

Agriçolt&ol

participant ,’

.

*

Gallon,

- de l’envionnement

-i

des

.

étrangères

du Nouveau-Brunszuick

cana$eh

‘-

.

Secrétariat

i

*

.

\

Morgan

Bob P& -_ .

du &eloppement

des AffaiTa

international

Unive&ité

Dillon,

Cliarles

.-

mitiistère

1994

de la TPNEE

kmbr&

Dana .Silk

Cronin-Cassette,

Networks

‘, Jack MagLeod

durable-@DD)

_.

décembre

Autres

8

international \

. _

t

<

1995

Karen

l

Iktitut

and sustainability

* depuis janvier

Su~an Holtz

~

i&fi&on

Con&ils,et

H&ztherCreech,

-

fov Sustainability

Q-roll-Foster,

ivomen

Waste Reduction e *

. /

Forum

Wyman,

*jusqu’à

,.

l

l

Broughtq,

Saskatchewan Santé Canada

~

S$ainability

du Travail

Cetitre

i

inte.rnat~onal

Canada for

W&ht$,

Miriam

+

\

Ftirum

Congrès

&-t

,

société

Jean,Wang,

Canada

Bangay;Environnement

David

de

..

Centre

Mia Benjamin-Robtion,

‘_

Projet

Environnement

J-&n Arnold,

. .

_

du Groupe : Ron Doering,

Jeanne

,

i

Membres Président

\‘ ._\

~y-

.

‘qu’Ill -,tjoccuper$ et Id23

de-

la TRNEE

\-

:

Sheldon

4

McLeod,

Conseil

mi?&-tres

cenadien~des

l’environnement _, ‘- Beatrice

/’

: /

Pe@j

$%xzstti,

Fadbury,

internationale Chester

@imer, Richardson,

Barry

Su$er, Marie

Sandy Dan?

circumpolaire

inuit

;

1. .._ relever. le \

Canada

\

Choix

^c‘ànadiens

pour

uers _

la transition

là uikbilité.

*

TiIh’EE -,

>’

Conférencecircumpolaire

Robert

Sl&?r,

Swan, Instittk

Susan Tannér,

Eriuironn&w,$

Thompso-

Canada

cana@x

Les Ami(e)s

inuit

l

a

-

--

\

1

I t

-_

~0_

/.

. ~

de la Terre cena&enne

Fédérati;,n

.

des yinicipàlités

I ._

/ :

/

.:r”

-

‘\ r

i / /’

_

I

\

.

;

des océans

-

/

.z /

.,

Environnement

» . < ciéfi,.

\

.

consultant-•

Judith

%thy

I

la coopération

pour

irdter à rparti-ciperci

-

,

l

S:zlk, TGNZÈ

Mary’Simon,

j

T.RNEE-

Sahagian,

Scott,

r

--

l

ckzdien -.

CpnfÉ&ce

Sarah

Ann

~

consultante

Conseil

-*

L *

._

c

_.

_

,

_

-

I r

/. i

7 ,

\

page

14‘

/ . .

.

.? /’

-


Objecti,f la fin de 1994, dans le sillage de l’effondrement des pêcheries de morue sur la côte est, la Table ronde nationale a conjugué ses efforts avèc la _, Table ronde.de Terre-Neuve et du Labrador pour lancer un Partenariat du dkveloppement durable des villages côtiers et des kcosystèmes marins. Cette nouvelle initiative’ conjointe comporte‘ quatre objectifs ; ‘ : . À

i

;

Membres

du Partenariat

hésidente

;Be&dette

Dwyer,

Fogo

Island

CO-OP,

Terre-Neuve

L?ianeGdffin, membre, de la TRNEE Elizabeth

May,

,yilfjed BartZett, Tom Bat, Mary Ma?in

Petty

O’Brien, mn

membre

de la TRNEE

Brightom, Harbour

Terre-NezrUe Fisherman’s

Table ronde

Mirbach,

Cooperative

de, Terr&Neuue

Table ronde

et du Labrador

de Te~e-Neuve

èt du Labrador

.’ Secrétarïat ‘. Steve

de la TRNEE

Thompson

\

Ic, l

/

.’ _

.

I l

dépendent de la’pêche ‘à Terre-Neuve

pèuvent le redevenir; l

I

comment ils ,~ ..,,‘_ .‘> : “~

‘-_ i

‘I

-_

i-

~.

\ .,

7

.-

, 1 ._

,

’ i

offrir une occasion unique à la population directe-~ i - ment-touchée

l

-

.

:-

èt au Labrador

sur le développement durable de’èesiocalit&; 1.; .c ’ déterminër pourquoi Ces villages ét&nt viables dans le passé, pourquoi ils’nele sont $set

I

.y

! établir un dialogue avec les villages côtiers qui

d’exprimer leur poi&.d,e ~$re&r

.-

l’avenir d.es pêcheries et de le.urs.w@a@s.; .‘. :J ‘I’~Y;:. : \, .I -,A<.,“ .;,..:.;’ .,’ --e. “,‘. formuler des recommandations po& @ite~Q&+$u@ .,. .‘.$,“,.;‘i

effondrement

des pêcheries ne,5é~~~~,~~~~~~ -;~,j i“;>-,., ,,~. zi_ _‘.. * ,‘_. -,Y:< A.,-”‘.,‘> 1: +‘:+:y f. .,-

d’autres régions du Canada.

. ’

94!~ ,___ r,-l~,_ _ ~.,, Activités eh 1994-I , _ , .-,_,_ Un groupe de travailrasse&la&f&$&$& ‘:-‘. y,y;JF”<y:v~~~~,.r~~~~~~~‘~:~uu.y’.uIu~~~~w_’ WV, de la Table ronde naeonaleet d~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~-:,~ ....,, as.-:;.:;~.,;+ :‘<;: \v- ,,~;.~~~ -_,, 4%::y~ 1;~“. :,<:..,:. - j :,.i - .- ~ de Terre-Neuve ainsi que des’représentants du : .’ milieu a &é formé à la fin de 1994. Au cours de l’hiver -et du printemps de 1995, ce groupe de travail a organisé une série de réunions plus ou i ? moins officielles dans plus d’une douzaine de villages de,pêche 5 Terre-Neuve pour recueillir .l’opinion; les ‘idées et l’expérience d’u,n vaste , , éventail de la population locale.

I

..

_

.

.

^

d’innovation, de prospérité, de

t,rau;il

.

.-P. -

,,

- .-./’

v

--

Y

. . Pau2 Hawkqn!

TheeEc&gy

.\

of,Commer

-

’ <

I

/

,

\

.

*

’ -

1

I

I

-,

,’ i

_

’ ’

-

.

1

.

I

I page

*

’ i

I .,

._

.

de’ &ita~ble sécurité. >j

Orientations futures‘ _ ‘La demière’réunion du Partenariat aura lieu a St. -, John’s, à Terre-Neuve, en juin-1995. Ensuite, il _ rédigera des recommandatio-e qu’il soumettra au -Premier’mini.stre du Canada ainsi qu’au Premier miniStre de Terre-Neuve sur lè développement ;. I durable des villages de pêchè de Terre-Neuve qui , reflètent le point de vue du grand public de ces _ villages. 11 publiera également un rap@kt final qui . sera distribué au public et qui résumera ses per- * gectives, qui déterminera les causes historiques _ de l’absence de, développement durable, et -qui présentera les obstacles actuels à la viabilité de la pêche et des recommandations qui permettraient L ’ de restaurer ce développement durable à l’avenir.

,.

.:

znt source

6

8

’ ..

15

_

I _ .

\


-

61t?&il~ sur .le$ ,trarisport$ -et ’ ,.’ chaq+mkn.ts--,climatiques ,. j ‘_

/ <

Orientat’ionk futures : .’ Au cours des prochains’mois, le Groupe-d’élabol ration-des politiqnes analysera les résultats des - ronde’de I’Cntario à créer un Groupe .de travail multilatéral sur 1es.transport.s et .lek changements , études de fond et.élaborera ‘des plans d’action * climatiques. Ce Groupe detravail a pour mission . précis qui seront soumis à yapprobation finale du Groupe-de travail. On espère trouver un _ .d’élaborer une stratégie réaliste et facultative _ terrain d.‘entente sur la stratégie de réduction visant à réduire l& &&sions de dioxyde de -des dioxydes de carbone d’ici à l’automne 1995. carbone dans le secteur des transports ontariens, . _ et tenant ‘compte de ses perspectives économ,iques, , ; ., ; , sociales, et environnementales. ,Ce ‘Groupe de Membres du Groupe de travail Président : Jan Grant, directeur général, travail tentera de miser sur,le Plan d’action /Quaker Oats Company national sur les changements Climatiques, qui . . Vice-p&dente : Annè yhyte, d&-èctrice génér&, Centre sou1ign.e les initiatives facultatives prises par ce de recher&e pour le développement international secteur de l’industrié, pour stabiliser les. émissions ’ Rich&d Baker, président-directeux général, Canada Transport Intern*~io7l/al Ltd. dè dioxyde de $rboné. ’ : jectif .’ _ Durant l’été de 1994, la TRNEE

/

I ‘.

-

.

\, ’

John

La-TRNEE a décidé d’appuyer cette initiative ’ en Ontario à cause de son vaste bassin, de popus , tron &de sa concentration,industrïelle. Il est capital pour toute stratégie titionale sur les changements climatiques que I’Cntario stabilise ’ davantage ses émissions; les stratégies klaborées par l’Ontario et lés leçons que cette provincepeut tirer pourront être adaptées à d’autres ’ ‘j-. régions. .

. gaz .,

_ ,

-i-

. -

r

‘I ; I

.

,

* .\

\

, .:

‘/

\ ;

,

.,: .

(

I

Patty

du Canada

directrice

Cm$bie,

général,

Daynard, Dames,

jqhn

Emmett

d,e +s

+

directeur

&dministrateur

direct&

gé;téral

Hargroue,

_ ;‘Y

- , -

.I

GO &

Ville

Zrwin,

Ontario \ Automotive

.+

Hydo

Navistar

International

directeur,

Hough

dire@ur

gém&aZ,

Zsaàcs, ConterYxporaq Livey,

commissaire

régi,onele Hamey

_

Stanebuy

V+odland

Brya;

Meàd,

Un?&-sitéde

adjoint

chargé

Sunoco

du développement

-

Ire ,

au vice-président

CN Rail

-

Runnalls

président,

_ Research

département

Associ&e9

de Génie

-, i

Ag&ourt

@ce-président

chargé

Infiniti

/ Nissan

des affaires

Lfd.

inter&,

’ président--recteur.général, Railway

lnc.

civil,

Toronto propriétaire,

WakefJeld, Wallace,

la

président-directezlsgénéral,

président,

~ob&nan,

Northland

pour

.,

Gas Company

Rmnalls,’

Bo?Stephen,

I

Municipalité

québécoise

vice-président

(environnement), Richard

Analysis

TRNEE

de J’entrepn>~,

Pellerin,

David

Union

de la na&,

Munkley,

Consu~eh Nom&

I,

Group

à l’wbani&,

président,

Monkhou&

strütégique Ronald

IDI

lnform&on

de Y&-k

cons&ation

.

..

, London

ca&diens

HawkinYs, président,

John

.

et des Sciences,

wiunicipal,

Cooper

Hough,

J?hn

.

l’\ntario

Colin

< ,

Arts

prÉsident,.Travailleurs

GM’Canada

\

1.

Association

gén&d,.aRéseau adjqint,

Michael

Tayce

\

.

+YZWDance

> ,

pdjoint,

facultédes

Howard

Neal

\’ 1

-

de rég+érdtion

de Z’Ontano

Gr+qwésident,

“Buzz”

,

de Toronto<

Fleming,

JO&~ For,

Club

&-ban

Fiducie

directeur-général

vice-.dQyen,

Uni.ue&é

-

:

Ontario

commissaire,

des producteurs Don

\

Probe

Sierra

riverain

du secteur Tery

Gas

climatologie

Pollution

de campagnes,

rransit Association

Daaid

Union

canadien.de

_

,

directeur

Richar~~Ducharm~.

;

général,

Progrmnme

coordonnatrice.généralel

Comeau,

Al Connier,

_

_

président-dire+&

prési.dent,

Chilton,

Louise

\

6 Activités en 1994-1995 . Au-cours de l’automne de 1994, des responsables ’ de haut niveau d’un vasté événtail du secteur ,-. -. àès transports ont éte invités à participer au _. Groupe de travail, représentant les grands fabricants dlautomobiles, 1~s~chemins de fer, les ’ ‘entreprises, de camionnage) les autorités en matière de transport public, les syndicats, les ’ municipalités et les ONG. Les sous-ministres des principaux min&ères des gouvernements _ . 4 provinciaux, incluant ceux des transports,.de l’environnement’et de l’énergie, du logement ’ - et de l’énergie ont été invités en tant qu’observateurs. La première réunion du Groupe de / travail a eu-lieu en janvier 1995. ùn autre groupe plus restreint, le Groupe d’élabora-+n des politiques, a-été créé pour superviser une séne , d’études de fonds _

.

Bergsma,

‘Jim Bruce,

;

:\

.-

a aidé la Table

&terio ’

-

_ ‘


Groupe

de travail sur les approvisionnements

Objectif Lors de son assemblée plénière d’octobre 1994, ’ la TRNEE a fortn6 un nouveau groupe de travail . chargé de promouvoir les approvisionnements Icologiques du gouvernement fédéral. Elle recorsnaît ainsi que l’adoption de pratiques écologiques d’approvisionnement dans le secteur pul;lic et privé est, un élément déterminant d’une meilleure protection de l’environnement et d’un renforcement du $éveloppement économique durable. Grke à son @norme pouvoir d’achat, le gouvrrnrment fédéral peut exercer une profonde influence sur les marches de tous hirns et services et peut , servir de modi~lc important pour d’autres paliers de gou\~erncment ainsi que pour l’industrie pi-ivee. Activités

a

en

1994-l

_

_Orientations futures Après avoir terminé l’étude sur le? critères < d’approtisionnenent, le Croupe de travail compte produire des études de cas sur les F _ pratiques d’approvisionnement écologique qui se sont avérées fructueuses et qui respectent _ les nouveaux critères et directives. Il remplira ainsi une fonction éducative importante en offrant des modèltn; qui serviront de guides aux autres. Il s’efforcera aussi de collaborer avec divers ministères et organismes f&kdux pour rédiger. un guide officiel d’approvisionnement écologique qui servira de rtférence de hase. En outre, le ,

I

écologiques

Groupe de travail kllaborera avec Environnement Canada, avec le Conseil du Trésor et d’autres ministères fédéraux pour élaborer un cadre de prodllction de rapports sur les progrès réalisés dans le domaine des approvisionnements écologiques au sein du gouvernement fédéral. Un forum national sur les achats écologiques est prévu pour le début de 1996. Il rassemblera les acheteurs et les décideurs en matière d’approvisionnement du gouvernement fédéral ainsi que les fournisseurs pour miser sur les initiatives déjàprises, et pour éliminer d’autres obstacles 5 l’approvisionnement écologique. Au cours de ce fornm, les pratiques, produits et services écologiques qui réussissent et qui sont vendus au gouvernement fédéral seront reconnus et exposés.

995

La première rbunion du Groupe de travail a eu lieu à Ottawa en janvier 1995 Comme les critilres actuels c~appro~~siolinemeIlt écologique, quand il y en a, sont souve*<t insuffisants ou trompeurs, le Groupe de travail a commandb une étude visant à consolider et à syntljbtiser 1~~sconnaissances actuelles sur les critPres d’approvisionncm<9t écologique, en vue d’élaborer de nouveaux critères qui pourront s’appliquer, de manitre globale mais simple, à tous les produits et services acquis par le gouvernement fédéral. Il a de plus décidé de coparrainer la première confhrence nationale de l’Association canadienne des industries de l’environnement qui a eu lieu ,à Ottawa B la fin du mois de mars.

.


.Gro+

de travail ‘sur les technologies -enVironnementales Objectif Les membres de la TRNEE ont créé un Groupe de travail sur les technologies énvironnementales lors de leur assemblée plénière d’octobre 1994. Ce Groupe de travail a pour b.ut de promouvoir la croissance de I’indnstrie environnementale canadienne qui marque une étape majeure dans les progrès réalisés par le Canada sur la voie du développement durable. Il y parviendra en aidant les industries ou les secteurs visés à être plus viables sur le plan environnemental en utilisant de manière plus efficace la technologie et l’expertise de firmes de l’industrie de l’environnement i canadienne. La demande de technologie environnementale souffre d’un manque d’engagement envers le développement durable de la part d’un grand nombre d’industries et d’un manque d’information sur le marché. Par une série de dialogues multilatéraux, le Groupe de travail tentera de resoudre ces problèmes en rassemblant des représentants des diverses industries qui adoptent actuellement des pratiques frlus viables sur le ~ plan de l’environnement; elle s’adressera aussi aux firmes approprices de l’industrie environnementale canadienne, au milieu financier, aux consommateurs et aux organismes ~ouvemémentaux qui participent aux activités de financement et de réglementation. Activités en 1994-l 995 Lors de sa première reunion en février 1995, ce Groupe detravail a dtfini quatre secteurs potentiels qu’il faudrait évahier en premier : approvisionnement et traitement des eaux municipales, service public d’électricite, pâtes et papiers et industrie minière. Le Groupe s’est ensuite joint à la Féderation canadienne des municipalitk et à Industrie Canada pour organiser une série d’ateliers interactifs qui ont eu lieu dans six villes du Canada en avril 1995. Ces ateliers ont rassemblé des entreprises environnementales, des investisseurs financiers et des décideurs municipaux du Canada qui‘ont analysé

‘page

18

et favorisé les partenariats possibles en vue de la conception, de la construction et de l’entretien des infrastructures environnementales municipales. Ces ateliers visaient à servir de catalyseur pour élargir le marché intérieur de la technologie et de l’expertise canadienne dans ce domaine.

I.

Orientations futures ’ Au cours de l’an prochain, le Groupe de travail a l’intention d’assurer le suivi de ses ateliers par un6 série de réunions de tables rondesqui’ rassembleront les intervenants du secteur environnemental municipal. Des tables rondes du même type seront également formées pour le * secteur public de l’électricité une fois qu’une étude de faisabilité aura été achevte.


,LEAD ,Canada Objectif

LEAD (Leadership for Enviroqment and Development) est un programme international qui vise à’permettre à des personnes particulièrement prometteuses de tous les pays du monde de mi&ux compl-endre les problèmes et les choix qui ont trait au développement durable, et de les renclre ~111saptes à traiter de c&s questions. LEAD International compte actuellement pins de 400 associés et professeurs au Brésil, au Canada, en Chine, dans la Communauté des États indlpendants, en Inde, au Mexique et au Ni@a. Ils sont acceptés au sein du programme pour une pbriode de deux ans. LE.4D est coparrainl par la fondation Bockfeller et le Centre de recherche pour le développement international du Canada. Au Canada, LEAD est administre par .1a TKNEE.

Activités

en

1994-

1995

L’btk dernier,

la Session inaugurale de LEAD Canada a eu lieu au moment où les 15 premiers associés ont fait leur entrée dans ce programme. Ils venaient d’horizons très varies :‘le groupe comptait un analyste des politiques du gouvelement fédéral. un medecin spécialisé en santé _ publique, un éditorialiste de journaux et un représentant des transports publics: Mais .tous ces membres étaient animés par un objéctif commun, mirnx compnendre le développements \ durable. Chacnn des associés a rbdigé un document de recherche sur un sujet particulier avant d’assister à,la première .ession résidentielle, qui a eu lieu 2 l’Université 1 arlcton à Ottawa au cours de l’été 11994. Cette séance de deux semaines comprenait séminaires, ateliers et conférences d’experts invités de premier rang, jeux de rôle et exercices de tablê ronde, et plusieurs visites sur’le terrain. En octobre, six des, associés canadiens se sont joints ~~7eurs homologues d’autres pays du LEAD lors d’une conference internationale de LEAD qui a CU lieu au Costa Rica.‘Ils ont participi: à un programme complet de présentations, d’ateliers et de visites sur le terrain qui avaient trait aux ressources naturelles, à l’économie, à l’energie,

à l’agriculture, à la dette économique et environnementale, au-tourisme et à l’histoire socio-poli2 tique du Costa Rica. Les Canadiens ont aussi rencontré le prés&nt costaricain, José Maria Figueres. Au cours de l’hivc$ les associés ont mené plusieurs projets de développement durable à partir de leur lieu de travail respectif.‘Les sujets de recherche allaient de l’élaboration d’un cours sur le dévelop, pement durable pour les hauts fonctionnaires du gouvernement fédéral à la création d’une Commission nord-américaine de l’environnement, en passant par la modification du processus décisionnel dans la municipalité ontarienne de Hamilton-Wentworth. Orientations

futures

Une nouvelle promotion d’associés de LEAD participera au programme au printemps 1995. . La première session résidentielle est prévue pour l’btb prochain à Ottawa, période pendant laque& ils’épauleront les particjpants de la deuxième année dans la r&liSation d’utie étude d’éco-région dans lè comté ontarien de Prince Edward. La prochaine session internationale de LEAD est prévue polir septembre 1995 en *Thaïlande. f

Brtgitte Lépinc, La Confiserie Cow&te de Saint-Hgacinthe I Strson Lett, She&od Park, Alberta Dr David McKeown, .Vil/e de Toronto Jacinthe Sigguin, Environnement C&wdo B&n T. Smith, Metro Transit (Halifax-Dartfnorrthj Paul Thoppil, Conseil du Trésor du Connda R~&rt Wrigl!t. Owet~v, Wright Rnrrrstrrs nnrl Solicitor&

page

f9


‘: _Comtiunications 1

\

.’

_,,:::.: r <_ >fI . ‘,.. ..I’ :‘.. “..f’ ,.‘:-.,, 1: ., y.’ _’ 2 .

et publiczitioris

ObjectEf Le setice

,i

des communications

de la Table

ronde nationale

sur l’environnement et l’économie diffuse de l’information sur les travaux de la Table ronde nationale, sur le processus des tables rondes, sur la prise de décisions par consensus et sur le développemént durable. Activités en 1994-1995 D’année en année, les publications de la Table ronde nationale font l’objet d’une demande qui croît en progression géométrique. Le dernier exercice ne fait pas exception à cette règle. Plus de 29 000 exemplaires des publications de la TRNEE ont été distribués en réponse à des commandes par courrier, par téléphone, par télécopieur et par courrier électronique, qui provenaient de toutes les provinces et territoires du Canada, ainsi que des États-Unis, d’Europe et de bien d’autres points du globe.

Reportages sur l’enviionnement : Guide à l’intention des journalistes du secteur de l’environnement. Cet ouvrage de Michael Keating a retenu l’attention +Un public nombreux et varié, notamment la Presse universitaire canadienne, Radio-Canada, l’Association canadienne des rédacteurs scientifiques, ainsi que journalistes, éducateurs et autres lecteurs s’intéressant au journalisme environnemental au Rrésil, 5 Cuba, en Malaisie et en Indonésie.

Publications

récentes

Au cours de. l’exercice qui vient de s’écouler, la Table ronde nationale a publié plusieurs ouvrages, rapports et documents de travail.

. Les tables rondes locales : comment donner toute la mesure

. Faire avancer le développement durable au Somnwt des Amériques : volume I . Projet de société ~Choix canadiens pour la transition vers la viabtlité

Bestsellers

. Document de travail ici 20 : Linking Land

Trois des publications de la Table ronde nationale se sont signalées cgmme des ccbestsellers>> :

Forger un consensus pour un avenir viable :

_

Principes directeurs. Plus de 20 000 exemplaires de cette publication ont été diffusés aux ministères fédéraux et provinciaux, autorités locales, universités, instituts professionnels, groupes autochtones, sociétés et particuliers du Canada, ainsi que des États-Unis, du Mexique, de plusieurs pays européens, d’Australie, d’Afrique du Sud et du Niggria. Le développement du mhle des centres urbains. Ce livre a déjà été tir6 à 12 000 exemplaires et nous comptons produire une troisième r&npression de cet ouvrage de Mark Roseland qui connaît un très grand succès. Nous avons envoyé cette publication à des groupes tels que le conseil municipal de Halifax et de Houston (Texas), à des organismes de planification municipale et régionale de toute l’Amérique du Nord, à des se,rvices de transport public, à des groupes de citoyen+, à 13 Foundation for Sustainable Development (Manille, Philippines), au Global Cities Project (San Francisco) et à la National League of Cities (Washington).

page

20

.

Title.slRegisty Systems in Canada to LandRelated Environmental lnf&m.ation

. Document de travail no $5 : Sustainable Development Policy

IX a Focus for Canada.?$ Foreign

. Document de travail no 26 : Sustainable Developrrwnt and Academic, 1nstitution.s : Issues in Interdisciplinary Leatning

. Document de travail no 27 : Exploring Barriers to Sound Environmental

Practices

. Document de travail no 28 : Environmental Taxation, Revenues, and Effectitieness : The Need for Principled Guidance . Document de travail no 29 : Principles for the Sustainable Production Products

of Pulp

and Paper

. Document de travail no 30 : Après Rio: Le problème de la réforme institutionelle

. Le.9 sentiers de la viabilité: m&urer les progrès

.

<

La TRNEE a également aidé le programme Rural and Small Towns de l’université Mount Allison à publier une nouvelle trousse d’information sur le développement durable, Stepping Forward : Discovering Community Potential, Acting on Challenges.

I


La Revue

A Practical Introduction to Environmental Management un Canadian Campuses, Dixon

de la TRN

Trois numéros

de la Rezwe de la Table ronde nationale

Thompson et Serena van Bakel. Ce livre a pour but d’aider les universités et les collèges à relever de manière efficace le défi qui consiste $ réduire leur incidence sur l’environnement et les frais qui en découlent. Il a été publié en collaboration avec l’Université de Calgary, l’Association canadienne du personnel administratif universitaire et Marriott Corporation.

ont été publiés au cours de l’exercice précédent, et ont retenu l’intérêt d’environ 60 000 lecteurs. Le numéro du printemps 1994, Les collectivités viables, présentait les initiatives des collecti-vités en matière de developpement durable, tant au Canada qu’à l’étranger. Le numéro d’automne 1994 avait pour thème Le Canada et le développement durable : Progrès ou procrastination? Nous avons sollicité l’opinion de spécialistes sur les progrès réalisés par le Canada sur la voie du développement durable et sur ce qu’il reste à faire. Enfin, dans le numéro d’hiver 1995, Évaluation du proce.ssus des tables ronde.y, nous présentons un examen critique des processus multilatéraux.

Dans le sillage de la brochure Forger un consens pour un avenir viable : Principes directeurs, un troisième ouvrage présentera les expériences menées dans l’ensemble du Canada et décrira comment les principes de prise de décisions par consensus peuvent s’appliquer à un vaste éventail de situations conflictuelles.

\

Conférence

de Paul

Hawken

En mars 1995 à Ottawa, la Table ronde nationale organisait une soirée avec le défenseur du développement durable, chef d’entreprise et auteur améri&n, Paul Hawken. Plus de 200 représentants du gouvernement fédéral, du milieu des affaires, des municipalités de la région et des ONG sont venus entendre l’auteur du best-seller The Ecology of Commerce. Dans une conférence intitulée <cNatural Capitalism : The Next Industria Revolutiom>, M. Hawken a présenté ses idées visionnaires d’une économie réparatrice. Cette soirée a été filmée par la Chaîne parlementaire par câble et sera diffusée ultérieurement.

AU cours de cette année, la Table ronde nationale a implanté des sites Gopher et World Wide Web sur Internet. Nous offrirons ainsi un accès électronique direct aux renseignements sur la TRNEE et à un grand nombre de nos documents et rapports. Le

Programme

de

développement

Ch,\qur

électronique

La Table ronde nationale a continué d’accroître sa présence sur l’autoroute électronique pour diffuser de l’information sur le développement durable à un plus vaste public. Elle a instaure une conférence sur le réseau WEB (nrtee.susdev), réseau électronique decommunications qui dessert le milieu de l’environnement, de la paix, du développement’intemational, de la justice sociale, et des services sociaux. Par ailleurs, les demandes de renseignements reçues par la voie des deux adresses de courrier électronique de la TRNEE (nrtee.@web.apc.org et admin-nrtee@nrteetmee.ca) se sont considérablement accrues au cours de l’année. Orientations

.en Roy

Aitken

f?é, IV 1’iogra~~nw & stages en-

~l~\~r~IoI~l~~~~~~~~~~t dura~ble Roy Aitken offre ù deux c3ildiants

qui s’intéressent

d~uablc la possibilite

L’autoroute

stages

durable

au dbvcloppement

de travailler

pour la Table

roiltlt~ii:rtionalc siir l’ellvironneinelit CC prograinine’,

parrainé

<:r)nrp;iity (IN(:(>!

par I’ll~tt~1~lational Nickel

et la Tal,L> ronde

r<~tid Iioiutllagt~ CiRoy Aithi,

dtlllt excclitif

et l’cconoiriic.

tl’INC0

Ltér

ancien

iiationale. vice-pi-f%-

dbcbd~: en 1992,

hrald~ d6ftnseul-s

M. Aitken, cl& dc file du d6vcloppemplrt

iui (hxla. de la tli&rir

ctait l’un des phis ardents selon laquelle

les dccideurs

associer 1‘(,1i~il-olrlretnc,lit et l’économie

tloi\-ent dans leurs

activ;t@s tic planificatioii. Les tleiiu ~tudiunts

choisis nom l’et@ 1994 Itaie

futures

Deux nouveaux titres viendront s’ajouter à la série de livres de la TRNEE au cours, du printemps et de l’été 1~95.

siir les industric3

de I’c~nvir~)iiiic~in~~iit.


Publicatichs Série

sur

le

de .la TRNEE

développement

durable

ù l’usage des gestionmires Le rl~:cclo}J~Je,>lent tllrlYihl~ : Cuide Outil lx-kieua qui aidera les gestionnaires et leurs organismes h améliorer et à éyaluer Iconomique et enwronnernrntol. Gclitle nutional de rdduction des déchets Ce guide analyse les différentes options de réduction des cas de ré&ite clans La rkluction des dtchets. I’,-o~J~s Guide à l’usage des gestionnaires

des déchets

solides

à l’échelle

lu j)risc dc &ci.sions et le rléceloppement durable comment intégrer le développement durable dans les processus

sur

Ce livre explique

leur rendement

municipale

et présente

décisionnels

dos institutions

canadiennes.

Ouvrage de référence pour les élus, le persom7el des autorités municipales appliquer la notion de développement durable dans leur localité. Présente

(Tf~mmer’ce,

entzirollnemsnt

et les particuliers qui cherchent des études de cas et des contacts

et ~~ompétiticitk

Skie d’articles sign6s par les grands intenenant~ entre I’ellvironllelllent et le commerce.

d’envergure

nationale

et internationale

qui définissent

C:ciide cert : illunurl tlzi rlérel»ppernent rluruble pour les collèges canadiens Prkente une série d’etudes de cas tirées de l’expérience des établissements membres de l’Association ont cherchl SIécologiser leur campus. comnlunautaires du Canada (AUX) q ~11 Guide national de réduction des déchets

à utiles.

les liens

des collèges

IN rl~rclo~~~>ci~~~~~itdurable : C«mm~‘nt y arriçer Manuel destin6 aux comités syndicaux sur I’en~irollnelnent et a& comités mixtes des partenaires sociaux sur l‘ell\ironnenlent. Cet ouvrage relate l’expérience des syndicats nationaux sur le plan du développement durable à l’échelle locale. régionale et natitmale.

Rcportug~~.s.sw l’ozciro~lne~~le~lt : Cuide ci l’intention

Cet ouv-rage de référence entre

autres

sera utile aux joluxalistes une liste d’adresses.

spécialisés

des journalistes du secteur de l’environnement dans le domaine de I’emironnement. II contient

1~s .sentiers de la r-iul>ilitc;: mesrlrer les progrès Établit un cadre de production de rapports sur le développement sur l’lcosyst&ne dn bassin des Grands Lacs.

Documents

de

une série de 14 recolnlllanaations Financial

ZtEf<)rmution secteur

et comprend

une étude

de cas pc@mt

travail : Recommandations

1. ZXçeloppemcnt rluruble-et prospkritd Introduction de Ronald Doering et David Runnalls

2. The

\ ?urable,

Scrciccs

anal Risk,

des senices

financiers

-3. Leader Linbilit!/ for Ernst & Yo&g, Ce document

et conclusions

sur la prospérité

Znclttst r!y nntl J. Anthony

sur le développement

Stcstainahle

Cassils traite

ut1 Premier ministre. durable et la compétitivité. Présente

et le développement Development:

ici de l’importance

durable. Manuging

du développement

Chnnge,

durable

pour le

au Canada. tontaminuted Sites : Issues forLenclers nntf Znvestors, traite des problèmes auxquels se heurtent les prêteurs ou investisseurs

nent des int&êts’dans des terrains contaminba. II analyse bgalement quels terrains normes devraient s‘appliquer et qui devrait payer les frais de l’assainisseinvnt.

page

22

il faydrait

assainir,

qui détienquelles


4. AIrrrket Correction introduction

aux instruments

: Economie de nxirch6

lncentiçcs et expose

for

leî arpmcnts

5. En~irontncntal Kegu1ation.s anal flic Pulp anfi S tru teg!y, Honald Doering, Francois Bregba, Don Roherts. I’hyyothèse de Michael Porter selon laquelle le renforcement

Sustaipuble

Deoelopment,

po11r et contre

Mike Kellyprésente

une

leur mise en o2uvre au Canada.

: An Examination of the Porte? Paper lndztstry Steve Thomlxon et Dave Wilson. Lt+ auteurs vérifient de la rbglementation environnementale accroît la compétitivit6.

Philippe Clément examine les répercussiotis 6. ~lzcit-onl,lentall!/ Perverse Coz-ernment lncentices, mesures d’incitation goll\~erncri~rntales sur I’enwronlrelnent, en prenant comme exemple le secteur agricole.

\

__.--_.,_______._

7. Én~ironvizenial Impact Aswssnieut unrl Co>~z~Jc~tiiic~c~~css. .Nancy Morgan, Martin Palleson et A.R. Tbompson. Les auteur> analyseilt con~ment 1‘6valuation des incidences torwhc la compétitivité du Canada, et fopnulent des la prolifiration et le chevauchement des mesures. rc~command;ltiolls prbcisrs sur la maniPrr de restrt~indrr I;I complwit4. 8. Enzergi~~g ï’rentls rr)id Issues in Canada’s Eni:iron,ncntÙI Indzrstry, Anne Fouillafd définit de l’industrie rn~irol~nementale, analyse l’aide financière apport@c par l’État B la recherche et au dé\,eloppement domaine, et formIlle des recomlnandatio]ls visant CIanl@liorer le rendement global de ce secteur.

-.._-____-.-.. _... ,“Y.sP_

des

Reportages sur l’environnement

ici le secteur dans ce

David Kunnalls et Murray Smith. Rapport commandé par le 10. Commerce, çotn@titicitl ci cnçil-cJlItleltlctlt. C:onseil canadien des ministres de I’emironnement (CCME). Analyse les normes environnementales et l’avantage concurrentiel, les répercussions des mesures environileI11<~nt;tles sur le commerce, et les conséquences des accords commerciaux sur l‘eli\-irolnlelnent. Da~l Fields et Jack Ruitenbeek @finissent Il. Sustfiin«l>ility and Prosperity : Thc Role of Illfi-astrzr~tl<re, les aspects essentiels de la planification de l’infrastructure matt%iclle et inforllr;rtionnelle pour une sociéte jouissant d’une prospérité 6conomiqw et d’un degr6 satisfaisant de <l~veloppemc~nt durable. and Use iu Cnnafla, 12. .Ueasuring Sustainablc Decelopnzcnt : Energ!/ Production Emironmental Trends Inc. PrGsente une série tl‘indicatrltrs nationaux qui servent h mesurer les progrès le plan de la production et de la cons«lnlnation vïahles de l‘bnergie. 1.3. Reçue tles .stimuIant.s : Infrorluction dkreloppemen f ziahle, J. Anthony Cas& des occasio,~s précises de s’en semir au Canada.

Western du Canada

sur

aux sfimrtlonts et aus in.krutnents Ccohomic/ues pour Zc offre un aper<;” g@néral tl’lm 6ventail d’instruments économiques et définit

13. Les tai~ics roudes callar1ieulle.s sur I’en~il-ontrc,nent et I’bcononzie, Ronald Doeringprésente genPse (111mou\ ement des tables rondrs au Canada, ainsi que des exemples de leur fonctionnement.

ici la

15. Reportitlg,on Sustainahle DecelopinZnt in Support of Xationd Decision-~~lokers, Franqois Rrrglw, John Moffet et Vic Xisbi comlxrent. d’mlt‘ part. l’int’orlnation sj\r la santé et sur les questions économiques, sociale; et eli\,ironneInentales dont disposent les autoritls gollvernelrrentales pour prendre des décisions et, d’autre part, l‘idbal quïl fànt viser pour mesurer les progrès rlalisbs vers des forIIIcs plus durables de dtveloppement. 16.

Reporting

nnd on Sustainnble J>cccl»pment : Thc Municij’ul pour les municipalités et les fo\,ers d‘évalner leurs a&ités

analye ici la necessité pement

fI»~~seho~d

et l’impact

Ls~?el,

qu’elles

Trevor Hancock ont sur le dévelop-

durable.

David Nitkin et David Powell analysent 17. Corporate Swtainuhle Decclopnwnt Rcportinc in Canada, la situation des rapports sur le développement durahlr dans Les sociétés, entreprises privées et associations canadiennes. .lN. iZj)erçli miional sur la planificution strntégiquc du tlkceloppenient durable clans les proGince.5 et les territoires du Canada, Philippe Clément r&ume ici comment les provinces et territoires canadiens relèvent le défi du d&&ppement durable, et présente les strntbgiçs et les mesures auxquelles il; ont recours. 19. Poliliyurs biotlicersit6,

Le d&elopphnent durable des centres urbains

agricoles et commerciales du Ccrnatla : R~~~>prclrssiolls sur le renouçeau Robert Sopuck soutfent que la réorientation de certains programmes d’aide à l’agriculture

qui n’aillent pas h l’encontre du but recherché pourrait mande la r&oricntation des subventions vers des wlicrs

améliorer la x-i<,rurale écologiqlws.

page

23

et être pour elle source

rural et la vers des secteurs

de soutien.

Il recom-

Commerce. environnement et campétitivité


20. Linking

Lund Titles / Régistry Systems in Canada lo Land-Related Irxformcriion, J. Anthony Cassils analyse ici le bien-fondé et les avantages que prksente registres du cadastre et l’information environnementale ayant trait aux questions foncières.

Enuironmental la liaison entre

les

,

81. Renoucellemenf ‘du cudrc d’imputabilité du gouvernement dans le développement cicibie : Rôle possi/>k ti’uu Commissaire «ZL Vérificafeur ù E’Eneironnement, François Bregha et Philippe Clément présentent quatre options pour le mandat d’un nouvel agent des affaires <. ’ parlementaires. Le dheloppement durable Comment y arriver

:

28. Medicr, Fish Cnnndian Netrs par les médias, développement

2.3 Mkthotles

and Suslainabiiily : .A Paper on Sustainable DeCelopment AIedia, Michael Keàting examine comment la disparition de la morue

et comment durable.

elle atirait

pu l’être si les journalistes

Municipal

présentée

the

I

de coupe

du bois

tl~iws les forêts

publié sous la direction de Steve Thompson. par la Table ronde sur les forêts.

fd

l’avaient

and

du Nord a été traitée dans la perspective du h

Sommaire

on Sustninable

Reporiing

des débats

sur les méthodes

: il Status

Decelopment

présente une image sur le vif des rapports de développement et offre une analyse pénétrante de leur évolution. I 25. Sustainable Decelopment de recherche préparé pour le Croupe sentées par la TRNEE à une réunion

: Documen/t

canadienne-

durable

de discussioti,

de coupe

Review,

dans le cadre

municipal

du bois menés

Douglas Burch et communautaire,

us a Focus

for CunadaS Foreign Policy, John Kirton. Document de travail sur la politique étrangère qui faisait partie des suggestions préd’étude de la politique étrangère du gouvernement fédéral.

Stts~aitluhle Dcce/opment antl Acarlrmic Inslitut~ons : Issues in In tel-discipli,iclry Sommaire des débats issus de deux ateliers universitaires destinés aux instituts de recherche développement durable et aux progwmmes d’enseignement du Canada.

26.

Lenrning.

en

. 27. Exploring

13orricrs

fo Sound

dépasse le stade des mesures pratiques environnementales

fiscales saines.

E~lcirot~n~enfal

dissuasives

pour analyser

Practires, les obstacles

J, Anthony Cassik. Ce document fiscaux et autres qui entravent des

E:i,(;;,-on1,ie,ltal Tusation. Retzcnues and Eff ec t’tuene,ss: The Neerl for Principied Cuitlance, Robert J.P. Gale passe en revoe les points saillants du débat actuel sur la fiscalité environnementale,

28.

et propose

certains

principes

qui pourraient

servirri

orienter

l’imposition

de taxes écologiques.

29. Principes de production cioble des produits de pâtes et papiers : Rapport ‘de la Table t-«utle sur les pâtes cf ppiers. publié sous la direction de Steve Thompson et Sarah Shadforth. Rapport provisoire de la Table ronde sur les pâtes et papiers, qui met en relief les principes convenus.

30 Aprks Rio: Le problème (1~ la rciforme institutionelle, Maur+e Strong propose des réformes a la gestion, aux structures et aux mandats des Nations Unies et des ifistitutions de Bretton W’oods.

Rapports Forger rondes

uii consensus nationale

pour

et provinciales.

un acenir Manuel

viable

détaillé

: PrincifTes

dikecteurs,

de la prise de décisions

Initiative collective des Tables par consensus s’appuyant sur dix principes.

au, Premier ministre. Vers le% rapports SUI- lu rlét-eloppement durable du Canada : Rapport Rapport du Groupe de travail sur la production de rapports. Contient les dix recommandations formulées au gouvernement pour la création de systèmes d’information nécessaires à I’évaluation,de nos.progrès sur la yoie du développement durable. La réalisution tl’objecfifs de qualité Rapport du colleciif des instruments

de l’atmosphère économiques,

aU mo~en,rl’i~~strt~melzts

Étudie les possibilités d’utiliser économiques pour améliorer la qualité de l’air au Canada. Rapport se présentant en trois parties ozone au niveau du sol et gaz à effet de serre. Propose des étudés de cas.

page

24

économiques les instruments : dépôts acides,

:


Tuble

ronde

présente

.sur lu dkceloppement

les 26 principes

de gestion

durnl>le

L’Accord de libre-kchauge nord-avnéricnin tlemen 1. Rapport d’un atelier qu,i a eu lieu a Ottawa

ucuncer

le déceloppement

qui a eu lieu à \l:ashington

I,es tables

rondes

en juillet

drrrahlc

Document d’entente des intervenants.

(Ontario)

riortl-alnPricai,ze

en décembre

qui

de l’enciron..

1992.

i~ortl-ani<;,-icclin4

de l’encironnenzent

et

en avril 1993.

a11 Sommet

: vol. 1. Rapport

des Amkriyltes

Modhle dg table ronde pair les jeunes

d’un atelier

1994.

: comment

locales

finul,

et les plans d’action

ct lu Commi.ssion

ii la recherche fl’nn consem~is: Lu Commis.sion l’AIdENA. Rapport d’un atelier qui a eu lieu à R’ashington

Paire

: Kupport

des forGts

viable des forets canadiennes

donner

toute

la mesui-e,

Publication

de laTable

ronde

de la

Colombie-Britannique sur l’environnement et l’économie, en collaboration avec la Commission on Resources and the Environment, le Fraser Basin Management Board et la Table ronde nationale. Guide pratique sur la formation de tables rondes locales , L :1 partir d’exemples concrets de la Colombie-Britannique. O’e n’est pas tln cacleu~ : Les terres dcosen.sih1e.s rt la fi,s,cnlitP, Publié en collaboration avec le Conseil nord-américain de conservation des terres humides (Canada). Étudie comment les systèmes fiscaux canadiens peuvent dissuader les contribuables de réserver des terres avant une importance écologique à des fins de protection de la nature.

d’6thiyrre

Code

collaboration

Modèle

et directiees

avec l’Association

de table

ronde

gknkru1c.s

de l’industrie

SUI- le développement

touristique

potdr 1~ jwnes,

à définir

processus

/

Le tlé~eloppemevit

par consensus.

t:iablc

de la table ronde

locale.

Chjectif.

: La gestion

conçu

2000

pour aider les entreprises

Autres

et la mztnicil7alit4,

enoironnementule canadiennes

prod,uctions

musicul et cassette COI!RAGI< canadien INFIDELS et le chansonnier Meryn canadienne à respecter l’environnement. Affiche

tic la T,nKEE

ner14Fs

et

néfI-fJSpCtiW.S

à mettre

de

I’idko

: présente

Publié

en

aux éducateurs et aux animateurs, aidera les élèves les intewenants clés et à franchir toutes les étapes du

Présente

:

(in

la notion

guide

en pratique

la

de développement

/JOUG

les dix objectifs

duryble.

avec une présentation

du développement

de Peter

durable

au Canada)

Automne 1993 (L’environnement et l’emploi) Rétrospective annuelle 1992-1993 Printemps 1994 (Les collectivités viables) Automne 1994 (Progrès sur la voie du développement Hiver 1995 (Évaluation des tables rondes)

Guide pratique environnementale.

et la formule

de planification

TRNEE

*sur le Atir-eloppement Cadell,

durable

la PME,

la responsabilité

CIllnl(dh

Printemps 1992 (Les tables rondes Automne 1992 (La biodiversité) Rétrospective annuelle 1991-1992 Printemps 1993 (Les ONGE)

durable,

Ce guide, destiné

A simuler des tables rondes sur un sujet particulier, de décisions

toztristir/rre

du Canada.

durable)

.

page

25

Met en vedette le groupe rock Gzov&i. Exhorte la jeunesse

de la TRNEE.

.


Remerciements

Partimdiers I

Le iravail n’aurait

/ c

du

pays.

centain&

accompli

par

pas été possible Le président de personnes

la Table sans et les

ronde

l’appui

nationale général

membres

de

et d’organismes

au cours-

de particuliers

la Table de leur

ronde généreuse

de I’etercice

qui vient

et d’organismes nationale

tiennent

contribution.

I

Tant de personnes

Y ont mis 1a main...

<:rrg HI,><h H\,u,

Block

6a6e

26

I

de s’écouler

dans

l’ensemble

à remercier

les


Remerciements

Organismes


Tan>tde personnes

page

28

y ont mis la main...



TRNEE - 1994-1995 Rapport annuel