Page 1

7


Chapitree 1 : Diagnosttiqueur imm mobilier ‐ Déffinition de la profession


EDITORIAL Les diagnostiqueurs immobiliers : un métier en plein boom bénéficiant d'un contexte  législatif favorable.  Le  durcissement  progressif  de  la  réglementation  concernant  l'environnement  et  la  sécurité  des  personnes  et  des  biens  a  contraint  les  pouvoirs  publics  à  imposer  des  diagnostics  dans  les  bâtiments  résidentiels  lors  de  leur  vente  ou  de  leur  mise  en  location.  Après  avoir  subi  une  dégradation  de  leur  image  les  diagnostiqueurs  ont  vu  les  autorités publiques durcir le ton ; depuis le 1er novembre 2007 tout diagnostiqueur  se doit pour exercer d'être certifié auprès d'un organisme accrédité.   Après  une  période  intensive  d'arrivée  de  nouveaux  entrants  dans  le  métier  du  diagnostic  immobilier,  on  assiste  depuis  2008  à  une  certaine  «  normalisation  »  des  flux de nouvelles entreprises dans le secteur. La conjoncture 2008/2009 aurait pu en  freiner  certains,  pourtant  des  diagnostiqueurs  immobiliers  osent  se  lancer  dans  la  création de leur entreprise de diagnostic et mieux encore, ils réussissent ! Quels sont  leurs secrets ?  Plus de 70% des entreprises de diagnostic immobilier en création sont motivées par  l'envie  de  travailler  de  manière  indépendante,  tous  secteurs  d'activité  confondus...  est‐ce aujourd'hui une motivation suffisante pour réussir dans le métier du diagnostic  immobilier ?  Bien sûr, le goût d'entreprendre et l'ambition de développer une entreprise sont des  valeurs  importantes  qui  pèseront  sur  la  réussite  à  moyen  terme  d'une  création  d'entreprise, mais cela ne suffit pas !  Etre l'homme ou la femme de la situation ne se décrète pas ; outre les compétences  techniques  et  des  connaissances  certaines  en  bâtiment,  il  s'agit  de  disposer  des  qualités  spécifiques  d'un  entrepreneur du  diagnostic  immobilier  :  personne  de  terrain, personnalité affirmée, importante capacité de travail et fibre commerciale.  Afin de répondre au mieux à toutes les questions que vous vous posez sur le métier  de  diagnostiqueur  immobilier,  nous  avons  décidé  de  vous  offrir  ce  guide  qui  vous  permettra de mieux appréhender toutes les facettes du métier.    Infodiagnostiqueur  et  ses  partenaires  sont  heureux  de  vous  accompagner  dans  la  réussite de votre entreprise. 

3


SOMMAIRE  

SOMMAIRE EDITORIAL ....................................................................................... 3  SOMMAIRE ...................................................................................... 5  PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE MÉTIER ............................ 9  Chapitre 1 : Diagnostiqueur immobilier ‐ Définition de la profession .............11  A‐  Qu'est‐ce qu'un diagnostiqueur immobilier ? ........................................................... 11  B‐  Organisation de la profession des diagnostiqueurs immobiliers............................... 12 

Chapitre 2 : Le marché du diagnostic immobilier ............................................13  A‐  Les diagnostics immobiliers sont et seront incontournables ! .................................. 13  B‐  Les chiffres clés .......................................................................................................... 14 

Chapitre 3 : Les diagnostics immobiliers obligatoires .....................................17  A‐  B‐  C‐  D‐  E‐  F‐  G‐  H‐  I‐  J‐  K‐ 

Constat amiante avant‐vente .................................................................................... 17  État de l'assainissement non collectif (ANC) .............................................................. 18  Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) ......................................................... 20  Etat de l'installation intérieure d'électricité .............................................................. 22  État des lieux d'un logement ...................................................................................... 23  Etat de l'installation intérieure de gaz ....................................................................... 25  Certificat de mesurage loi Carrez ............................................................................... 26  "Surface habitable" d'un logement (loi Boutin) ......................................................... 28  Constat des Risques d'Exposition au Plomb (CREP) ................................................... 29  État des risques naturels et technologiques (ERNT) .................................................. 32  État relatif à la présence de termites dans le bâtiment ............................................ 33 

Chapitre 4 : Prévention des risques ................................................................36  A‐  Risques et solutions ................................................................................................... 36  B‐  La responsabilité des diagnostiqueurs immobiliers ................................................... 37 

PARTIE 2 : AVANT DE COMMENCER, DÉFINIR SA STRATÉGIE .......... 39  Chapitre 1 : La stratégie de développement ...................................................40   

5


SOM MMAIRE A‐  B‐  C‐  D‐  E‐ 

Trouver un emploi de e diagnostiqqueur immo obilier ....................................................... 40  Les fédéraations des d diagnostiqueeurs immob biliers ....................................................... 41  Les avantaages et inco onvénients dd’une Francchise ......................................................... 42  Les réseau ux de diagno ostiqueurs  immobilierss ............................................................... 43  Travailler en réseau p pour doper  son entreprise .......................................................... 46 

Chap pitre 2 : S'iinstaller à son comppte .................................................................47  A‐  B‐  C‐  D‐ 

Créer son entreprise de diagnosttic immobillier : quelless conditionss pour réusssir ? .. 47  Les étapess de la créattion d’entreeprise .......................................................................... 48  L'étude dee marché du u diagnostiqqueur immo obilier ...................................................... 50  Reprendree une entreprise .............................................................................................. 52 

PARTIIE 3 : DEV VENIR DIAGNOSTTIQUEUR R IMMOB BILIER ... ................... 55  Chap pitre 1 : Laa formatio on techniqque .................................................................56  A‐  La prise en n charge de e vos formattions ........................................................................... 56  B‐  La formatiion initiale aau métier dde diagnostiiqueur immobilier .................................. 56  C‐  Les autress formationss .................................................................................................... 58 

Chap pitre 2 : Laa certificattion ......... ......................................................................59  A‐  B‐  C‐  D‐ 

La certificaation du diaagnostiqueuur immobilier ............................................................. 59  Déroulement de l'exaamen ............................................................................................. 60  Le suivi dee la certificaation ............................................................................................... 62  Renouveleer sa certificcation ............................................................................................ 64 

Chap pitre 3 : L'aautorisatio on ASN ... ......................................................................65  A‐  Autorisation ASN ............................................................................................................ 65  B‐  Renouveleer une autorisation ASN N ................................................................................. 66 

Chap pitre 4 : Veeille juridique et tecchnique ett assurancces ...................................68  A‐  Se mainteenir informé é : La veille jjuridique ett technique du diagnosstiqueur .............. 68  B‐  Les assuraances du diaagnostiqueuur immobilier ............................................................. 69 

Chap pitre 5 : Lee matériel ............... ......................................................................71  A‐  B‐  C‐  D‐  E‐  F‐  G‐  H‐ 

Financer sson matérie el ..................................................................................................... 71  Le matérieel de mesurres .................................................................................................. 75  Les accesssoires du diaagnostique ur ................................................................................ 80  Cas particulier de l'an nalyseur ploomb ............................................................................. 82  n du matériel et des doonnées ........................................................................ 85  Protection Laboratoirres d'analysse ................................................................................................... 87  Logiciels eet matériel iinformatiquue ................................................................................ 92  Dématériaalisation : laa signature éélectroniqu ue ............................................................. 99 

Ce guide e vous estt offert pa ar                              eet 


SOMMAIRE

PARTIE 4 : ADOPTER UNE STRATÉGIE COMMERCIALE .................. 102  Chapitre 1 : Stratégie commerciale ...............................................................103   A‐  B‐  C‐  D‐  E‐  F‐  G‐  H‐ 

Le commerce : bien plus qu'une technique, une question de valeur d'entreprise . 103  La fonction marketing dans une entreprise de diagnostic immobilier .................... 103  Identifier ses cibles ................................................................................................... 105  Prospection et développement commercial............................................................ 106  Etablir un ratio coût/horaire précis ......................................................................... 107  Analyser vos capacités ............................................................................................. 108  Mettre en place un processus de vente .................................................................. 109  Adopter une méthode de vente globale .................................................................. 110 

Chapitre 2 : La formation commerciale .........................................................111   A‐  La formation ............................................................................................................. 111  B‐  Le coaching et suivi commercial des diagnostiqueurs ............................................. 112 

Chapitre 3 : Les outils de communication .....................................................113  A‐  B‐  C‐  D‐  E‐ 

Les outils de communication du diagnostiqueur ..................................................... 113  Internet un canal clé pour développer son entreprise de diagnostic immobilier ... 114  Le site internet ......................................................................................................... 115  La newsletter du diagnostiqueur immobilier : intérêt et conception ..................... 116  Imprimer ses documents et cartes de visites .......................................................... 117 

PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ ........................................ 119  Chapitre 1 : Les prescripteurs immobiliers ....................................................120  A‐  B‐  C‐  D‐  E‐  F‐ 

Panorama des clients ............................................................................................... 120  Les notaires .............................................................................................................. 121  Les agents immobiliers ............................................................................................. 122  Les Administrateurs De Biens .................................................................................. 123  Les promoteurs et constructeurs de maisons individuelles .................................... 124  Les nouveaux acteurs ............................................................................................... 125 

Chapitre 2 : Les attentes des prescripteurs immobiliers ...............................127  A‐  Les attentes des notaires ......................................................................................... 127  B‐  Les attentes des agents immobiliers ........................................................................ 128  C‐  Les attentes des Administrateurs De Biens ............................................................. 129 

Chapitre 3 : Développer son réseau de prescripteurs ...................................130  A‐  Conquérir des prescripteurs de diagnostics immobiliers ........................................ 130  B‐  Démarcher les particuliers ....................................................................................... 131 

7


SOM MMAIRE C‐  Démarcheer les professsionnels dee l'immobiliier : la passe erelle entree diagnostiq queurs  et p professionn nels de l'imm mobilier ....................................................................................... 134  D‐  La prise dee rendez‐vo ous ............................................................................................... 136  E‐  Convaincrre un prescrripteur .......................................................................................... 137  F‐  L’animatio on du réseau de prescrripteurs du diagnostiqu ueur ..................................... 138 

PARTIIE 6 : ÉVO OLUTION N DU MÉÉTIER ‐ LEES PLUS .............. . ................. 141  Chap pitre 1 : Déévelopperr son activvité avec laa diversificcation ............................142  A‐  Envisager son avenir p par la diverssification : u une étape in ndispensablee pour inno over . 142  B‐  Panoramaa des diversifications ..................................................................................... 143 

Chap pitre 2 : Lees prestatiions de divversifications ...............................................145 

ANNU UAIRE DU U DIAGNOSTIQUEEUR IMM MOBILIER R ........... ................. 147  Assurances ................................... ....................................................................148  Certiifications ................................ ....................................................................148  Form mations ................................... ....................................................................149  Instittutionnelss ............................. ....................................................................151  Labo oratoires ................................. ....................................................................151  Logicciels ........................................ ....................................................................152  Matéériel ........................................ ....................................................................153  Orgaanisations professionnelles ... ....................................................................153  Pressse/Edition n ............................. ....................................................................154  Réseeaux ........................................ ....................................................................155  Serviices ........................................ ....................................................................156         

Ce guide e vous estt offert pa ar                              eet 


PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT  SAVOIR SUR LE MÉTIER   

9


PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE MÉTIER 

Chapitre 1 : Diagnostiqueur immobilier ‐ Définition  de la profession   A‐

Qu'est‐ce qu'un diagnostiqueur immobilier ? 

Le diagnostiqueur  immobilier  est  l’expert  en  charge  du  contrôle  d’un  bien  immobilier  (habitation,  bâtiment  tertiaire  ou  collectif…),  il  effectue  des  diagnostics  immobiliers  et  notamment ceux obligatoires lors de la vente et de la location d’un logement. Depuis le  1er  novembre  2007,  il  est  tenu  de  répondre  à  une  règlementation  qui  lui  demande  certifications et compétences. Quelle sont les obligations du diagnostiqueur immobilier ?  Comment travaille‐t‐il et pour quelle rémunération ?  Z Compétences et certifications  Le métier du diagnostic immobilier est en pleine évolution. Depuis le 1er novembre 2007, certains  diagnostics  nécessitent  l'obtention  d'un  certificat  de  compétences  pour  les  personnes  physiques  délivré par un organisme accrédité par le COFRAC (Comité français d'accréditation). Toute société  de diagnostic immobilier doit être en mesure de fournir tous les certificats de compétences requis  ainsi  que  l'attestation  d'assurance  RCP  (responsabilité  civile  professionnelle)  valide  couvrant  les  métiers exercés.  Chaque  certificat  est délivré  au professionnel  le  pratiquant et  non  à  une société.  Les  diagnostics  nécessitant un certificat sont :  •

les constats de repérage amiante (vente, avant travaux, avant démolition),  

le constat des risques d'exposition au plomb,  

le diagnostic termites,  

l'état de l'installation intérieure d'électricité,  

l'état de l'installation intérieure de gaz,  

le diagnostic de performance énergétique. 

De plus, le diagnostiqueur intervenant pour le constat des risques d'exposition au plomb (C.R.E.P.)  utilise  un  appareil  pour  lequel  il  doit  avoir  obtenu  une  autorisation  de  l'Autorité  de  Sûreté  Nucléaire.   Il existe également des labels de qualité de service. Ils sont délivrés à la demande de l'entreprise  par un organisme certificateur indépendant. 

Z Assurance Le professionnel doit détenir une assurance responsabilité civile professionnelle (RCP) le couvrant  contre  toute  erreur,  malfaçon  et  autres  problèmes  qui  pourraient  intervenir  sur  un  chantier  et 

11


Chapitre e 1 : Diagn nostiqueur immobilier ‐ Définnition de la professsion  gén néralementt dans le cadre d'une e mission.  Cette assu urance gara antit le donnneur d'orrdre contree les  préjjudices qu'il subirait du fait d'une erreur lliée à la réalisation des différennts diagnosstics. 

Z Sur lee terrain   Un  diagnostiq queur  sérieux  prend dra  le  tem mps  nécesssaire  pour  examiner  le  local  concerné  c a avec  ueur.  Un  rrapport  bâclé  peut  engendrer  e des  erreu urs  et  mettre  en  cauuse  la  resp ponsabilitéé  du  rigu propriétaire.   Pou ur réaliser cconvenablement 5 diagnostics  (amiante, plomb, DP PE, gaz, meesurage “lo oi Carrez“ aainsi  que e le croquis et l’enseemble des  investigatiions) dans  un apparttement de  4/5 pièce es, un expeert a  bessoin d’au m minimum trrois à quatre heures.  

Z Tarifss/rémuné ération   Les tarifs peuvvent être ttrès variablles selon : •

la taillee  du  bien  concerné  :  bien  évi demment,  plus  il  y  a  de  piècees  et  de  su urface,  plu us  le  diagnostic prend du temps,, 

la régio on où est situé le bien n concernéé, 

la situaation du bien concerné : l'éloiggnement d''une maiso on de camppagne peu ut par exem mple  justifier un surcoût, 

le nom mbre  et  la  nature  de es  diagnosstics  qui  doivent  être  réalisés  car,  en  effet,  certaines  mission ns  nécessittent  l'utilissation  d'apppareillage es  coûteuxx  et  dont  lla  mise  en n  œuvre  a  fait  l'objet d'une form mation com mplexe. 

on une  éttude  réalissée  en  201 10  auprès   d'un  pan nel  de  diag gnostiqueuurs,  pour  la  vente  d'un  d Selo app partement  3 pièces een coproprriété, consstruit avan nt 1949 avec des insttallations  électrique es et  de ggaz de pluss 15 ans, p pour les diaagnostics im mmobilierss suivants : état paraasitaire (si o obligatoiree sur  la  zone),  z meesurage,  reecherche  d'amiantee,  recherch he  de  plo omb,  diagnnostic  de  performaance  éne ergétique  (DPE),  diagnostic  électricité,  éétat  des  risques  r na aturels  et  technologgiques,  le  prix  moyyen des diaagnostics eest d'enviro on 512 €HTT, soit 612 €TTC.   Une e étude sim milaire pou ur une ma aison indivviduelle de e  150 m² e et pour les  diagnosticcs immobiliers  suivvants : étaat parasitaire (si obligatoire sur la zone),, recherche e d'amiantte, rechercche de plo omb,  diaggnostic dee performaance énerggétique (DPPE), diagno ostic électrricité, étatt des risqu ues naturells et  tech hnologiquees, a révéléé un prix m moyen d'ennviron 639 €HT, soit 7 764 €TTC. 

B‐Orgaanisatio on de la a profeession d des dia agnostiq queurss  imm mobilierrs  Dep puis  déceembre  200 08,  infodiiagnostiqu ueur  a  mis  en  placce  un  barromètre  du  d diagno ostic  imm mobilier.  Cette  enquête  e réalisée  auprès  d'un  éch hantillon  de  plus  de  4  000  diagnostiqueeurs prése ente tous les trimesstres la siggnalétique e des sociiétés.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE MÉTIER  Elle est déterminée à travers 4 questions :   • L’effectif : nombre de diagnostiqueurs par société  • L’ancienneté de la société  • L’organisation : indépendant ou en réseau  • La fonction occupée dans l’entreprise 

@ Pour consulter ces chiffes mis à jour tous les trimestres :   • vous  êtes  inscrit  au  site  infodiagnostiqueur,  connectez‐vous  et  consultez  les  baromètres des diagnostiqueurs immobiliers.   • vous  n'êtes  pas  inscrit  au  site  infodiagnostiqueur,  s'inscrire  gratuitement  au  club  avantage pour consulter les baromètres.   Infodiagnostiqueur a également mis en place un observatoire des créations d’entreprises  de  diagnostiqueurs  immobiliers  qui  fournit  tous  les  mois  les  tendances  d'évolution  des  entreprises de diagnostiqueurs.  Ces  chiffres  sont  issus  d'approximativement  200  inscrits  mensuels  sur  le  site  infodiagnostiqueur.com.  Il  s'agit  des  sociétés  se  déclarant  « en  création ».  Ils  permettent  d’appréhender la tendance du marché de la création d’entreprise de diagnostic immobilier. 

@ Pour consulter ces chiffes mis à jour tous les mois :   • vous  êtes  inscrit  au  site  infodiagnostiqueur,  connectez‐vous  et  consultez  les  observatoires créations d'entreprises.   • vous  n'êtes  pas  inscrit  au  site  infodiagnostiqueur,  s'inscrire  gratuitement  au  club  avantage pour consulter les observatoires.    

Chapitre 2 : Le marché du diagnostic immobilier  A‐ Les diagnostics immobiliers sont et seront  incontournables !  Il  n'y  a  qu'à  regarder  le  nombre  d'exigences  pesant  sur  les  bâtiments  qui  ont  été  transformées  en  diagnostics  réglementaires.  Au‐delà  des  diagnostics  déjà  planifiés,  la  recherche d'amélioration du confort et de la sécurité des biens et des personnes est une  course  qui  n'est  pas  prête  de  s'arrêter :  qualité  de  l'air,  incendie,  accessibilité  dans  les  logements, ondes électromagnétiques, radon, piscine...  

13


Chapitrre 2 : Le m marché du  diagnostic immobilier  La ttypologie d de biens co oncernés s''élargit : lees logemen nts, les étab blissementts recevantt du publicc, les  cop propriétés,  les bâtimeents tertiaires... pourr chaque b bien, de no ouvelles exxigences vo ont peser p pour  protéger et prrévenir dess risques p pour les personnes, le es biens mais aussi poour l'environnementt. De  oi donner d de belles peerspectives au métieer de diagnostiqueur immobilierr !  quo

Z Une ccroissancce structu urelle dee la dema ande de diagnosttics  Plussieurs facteeurs socio‐‐économiq ques influencent le m marché du d diagnostic  immobilie er : le main ntien  d'un ne croissan nce démoggraphique forte en Frrance influ uence les p processus dde mutatio on des bien ns et  de cconstructio on de biens neufs. De e même, laa forte mobilité démo ographiquee, notamm ment due à des  raissons professsionnelless, génère d des flux de  mutation  importantts. 625 0000 mutations en 2015 : de  bon ns augures pour redo oper la dem mande de ddiagnosticss immobilie ers... 

Z De no ouveaux besoins d'évaluaation, de e constatation, dee conseill  A  peine  p à  la  marge  du  métier  de e  diagnostiiqueur  imm mobilier,  des  d prestattions  nouvvelles  (au  sens  s réce emment m menées par des diagn nostiqueurrs immobilliers) apparaissent daans les portefeuilles  des  cab binets  :  meesure  de  la  surface  habitable  (obligatoire  dans  le es  baux  loccatifs),  évaaluation  de  la  déccence des llogements, état des  lieux, plann, fiche de  présentatiion des bieens, calcul  de tantièm mes,  éco o‐PTZ...  L'èrre  du  serviice  globalisé  touche  donc  ausssi  le  métie er  du  diagn nostic  imm mobilier,  ett  c'est  bien n  en  réponse globaale qu'il faaut désorm mais raisonnner  pour  conquérir  ses clientss : pack glo obal pour  une  nsaction  ou  une  locaation,  prestation  globbale  de  diaagnostics  et  e préconissations  po our  satisfaire  à  tran l'en nsemble dees besoins d'une coprropriété. Penser SOLU UTION permet de se  différencie er ! 

Cad dre règlementaire  favorablle,  élargisssement  de  l'offre  de  serrvice,  con ntexte  so ocio‐ éco onomiquee positif... tous les ssignaux so ont donc p positifs, le e cabinet dd'étude XERFI proje ette  d'ailleurs une croissan nce de 30% % du chifffre d'affaiires de la filière d'icci 2015 (é étude pub bliée  en octobre 22009).  

B‐Les cchiffress clés  Dep puis  déceembre  200 08,  infodiiagnostiqu ueur  a  mis  en  placce  un  barromètre  du  d diagno ostic  imm mobilier.  Cette  enquête  e réalisée  auprès  d'un  éch hantillon  de  plus  de  4  000  diagnostiqueeurs  perm met  d’appréhenderr  à  interva alles  régu uliers  les  éévolution ns  du  marrché  du diagnostic.  Le b baromètre  présente ttous les trimestres lees chiffres ssuivants :  • L’évolu ution de l'activité dep puis 3 moiss  • L’évolu ution de l’aactivité dep puis 1 an  • La partt des ventees dans le cchiffre d'afffaires  • La partt des locations dans le e chiffre d''affaires   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 1 : CEE QU'IL FA AUT SAVO OIR SUR LEE MÉTIER • La partt de la diveersification dans le chhiffre d'affaaires  • Les préévisions d'eembauchess  • Les parrts de diversification de l'activitté 

@ Pour consu P ulter ces cchiffes miss à jour touus les trim mestres :  • vous  êtes  insccrit  au  site  s infoddiagnostiqueur,  con nnectez‐voous  et  consultez  c les  baromèètres des d diagnostiqu ueurs immoobiliers.   • vous  n n'êtes  pa as  inscrit  au  site  iinfodiagno ostiqueur,  s'inscriree  gratuitem ment  au  club  avanta age pour co onsulter lees baromèètres.  

Z Résum mé du baaromètre e infodiaagnostiqu ueur – se eptembrre 2010 

15


PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE MÉTIER 

Chapitre 3 : Les diagnostics immobiliers obligatoires  A‐

Constat amiante avant‐vente 

Le constat  amiante  est  obligatoire  pour  la  vente  de  tout  ou  partie  d'un  immeuble  bâti  dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997, ainsi que des parties  communes.  Il  est  appelé  "Constat  vente".  Ses  objectifs  règlementaires  :  prévenir  les  risques de contamination par vérification des produits et matériaux pouvant contenir de  l'amiante.  L'amiante désigne des minéraux à texture fibreuse, il est utilisé dans l'industrie pour ses qualités  de résistance à la chaleur, son pouvoir absorbant et sa résistance à la tension. 

Z Contexte règlementaire  Substance très nocive, l'amiante a été totalement interdit d'usage en 1997. Avant cette  date, il était largement utilisé dans beaucoup de composants, ainsi de nombreuses  constructions peuvent en présenter des traces. Depuis 1997, des mesures ont été prises  pour la protection de la population contre les risques sanitaires liés à l'amiante :   • • •

obligation d'effectuer un diagnostic amiante pour la vente de tout ou partie d'un  immeuble bâti construit avant le 1er juillet 1997,  obligation d'effectuer, avant le 31 décembre 1999, un diagnostic amiante des parties  communes de tous les immeubles en copropriété,  si nécessaire, obligation de procéder au désamiantage des locaux dont l'état est jugé  dégradé. 

Z Risques/sanctions Les risques et sanctions sont les suivants :  • • • •

perte de garantie de vices cachés en l'absence de diagnostic amiante lors d'une  promesse de vente,  engagement de la responsabilité civile et pénale du propriétaire,  contrôle périodique s'il y a présence d'amiante non dégradé,  si l'état de conservation est jugé dégradé, le propriétaire doit faire appel à un  organisme agréé qui procédera au retrait de l'amiante. 

Z Sur le terrain  Repérage des matériaux contenant de l'amiante tels que panneaux, dalles de sol, enduits…  (selon l'annexe 13‐9 du code de la santé publique), par :  •

examen visuel par l'opérateur de repérage,   

17


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

si néceessaire, prrélèvemen nts possiblles pour aanalyser le es matériaaux en labo oratoire.

Z Conteenu du raapport  Le cconstat am miante contient les élémentss suivants :  • • • • • • •

une évvaluation d de l'état d de conservvation dess matériau ux,  une mention dees analysess effectuéées,  une déétermination des prréconisatioons de traavaux à en nvisager ouu obligatio ons de  retrait,  la localisation dees matériaaux par unn croquis d de repérage,  une attestation sur l'honn neur du diiagnostiqu ueur sur so on respectt des obliggations  mentaires,  réglem la copiie de son ccertificat d de compéétences validé par la a certificattion,  la copiie de son aattestation d'assuraance en co ourt de validité. 

Z En breef 

Z Textees de réfé érence  • • •

Décrett N°96/97 du 7 février 1996 Décrett N°97‐855 5 du 12 se eptembre  1997  Décrett N°2001‐8 840 du 13 septembbre 2001 

B‐État de l'asssainisssementt non co ollectiff (ANC)    L'éttat  de  l'assainisssement  non  colllectif  concerne  les  instaallations  individue elles  d'évacuation n  des  eaux  usées  non  n reliéees  à  un  ré éseau  collectif  (typ e  fosse  se eptique).  Ses  objjectifs  règglementaires  :  valid der  la  con nformité  et  le  bon  fonctionnnement  de  d toutess  les  insttallations non relié ées à un ré éseau d'eaaux usées collectif.

exte règlementaiire  Z Conte  

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE MÉTIER  Afin  de  répondre  à  la  directive  cadre  européenne  2000‐60  datant  du  23  octobre  2000  visant  à  garantir  la  qualité  des  eaux  d'ici  2015,  la  loi  du  30  décembre  2006  intègre  dans  le  Dossier  de  Diagnostic Technique ce certificat à partir du 1er janvier 2011. Jusqu'à la parution de cette loi, les  installations non reliées à un réseau collectif n'étaient ni contrôlées ni règlementées. Ce diagnostic  est le seul diagnostic du DDT (Dossier de Diagnostic Technique) obligatoire lors des ventes qui ne  soit pas réalisé par un diagnostiqueur immobilier. Le diagnostic (ou rapport de visite) est fourni par  les communes.  Cette  loi  ne  se  limite  pas  à  l'obligation  d'un  diagnostic  dans  le  cadre  d'une  vente,  elle  prévoit  également les obligations suivantes :  •

pour tous  les  maires,  contrôle  avant  le  31  décembre  2012  de  toutes  les  installations  autonomes situées sur leur commune, 

tout propriétaire  d'une  habitation  équipée  d'une  installation  de  ce  type  doit  en  assurer  régulièrement l'entretien par un contrôleur agréé. 

Z Risques/sanctions Les risques et sanctions sont les suivants :  •

Pour le  vendeur  :  en  cas  d'absence  d'un  rapport  de  visite  valable  à  la  signature  de  l'acte  authentique de vente, le vendeur ne peut pas s'exonérer de la garantie des vices cachés. 

Pour l'acquéreur : si à la signature de l'acte de vente, l'installation de l'assainissement non  collectif n'est pas conforme à la réglementation, l'acquéreur doit la remettre en conformité  dans un délai d'un an à compter de l'acte de vente. 

Z Sur le terrain  C'est  un  examen  visuel  des  parties  de  l'installation  accessibles,  visibles  et  susceptibles  d'être  démontées  sans  outil.  Le  contrôle  portera  essentiellement  sur  la  conformité,  le  bon  fonctionnement  et  l'entretien  de  l'équipement.  Il  appartient  au  propriétaire  de  mettre  à  disposition tous les éléments (plans, schémas d'implantation, certificats d'entretien/vidange...) et  le libre accès aux trappes de visite. En aucun cas le technicien ne pourra se prononcer sur l'état ou  la conformité des éléments enterrés ou non visibles. 

Z Contenu du rapport  Le  rapport  contient  les  observations  du  technicien  concernant  l'installation  et  les  risques  de  pollution environnementale, le cas échéant. Il comporte :  •

des recommandations  sur  l'accessibilité,  l'entretien  ou  la  nécessité  de  faire  des  modifications, 

en cas de risques sanitaires et environnementaux, une préconisation de travaux classés par  ordre de priorité à réaliser par le propriétaire de l'installation dans les 4 ans à compter de la  date de notification de la liste de travaux. 

Ce document appelé "rapport de visite" constitue le diagnostic à annexer à l'acte de vente.   

19


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

Z En bre ef 

Z Texte es de réfé érence  •

Loi 92‐3 du 3 janvvier 1992 

Loi 20006‐1772 sur l'eau et le es milieux  aquatique es du 30 dé écembre 20006 

Arrêté du 22 juin 2007 

Grenelle 2  Loi  n°°2010‐788  12  juillet  2010 articcle  156  parru  au  Jourrnal  Officie el  du  13  ju uillet  u  30  décem mbre  20066  sur  l'eau  et  les  milieux  2010  eet article  46‐12  de  la  Loi  n°20006‐1772  du aquatiq ques. 

CCH, arrt. L.271‐4,,1,8 

C‐ Diaggnostic de Perrforman nce Éne ergétiq que (DPPE)  Le  diagnosticc de perfo ormance  énergétiq que (DPE)  est obligatoire poour toute vvente dep puis  le  1er  1 novem mbre  200 06  et  pou ur  toute  llocation  depuis  d le  1er  juilleet  2007.  Ses  objecctifs  règglementairres  :  la  lu utte  contre  l'émisssion  de  CO²  C et  un ne  contribbution  aux  économ mies  d'énergie.  L'effficacité én nergétique d'un bâtim ment ou dd'un logem ment est évvaluée en cclasses rep présentéess sur  une e "étiquettee énergie". Les classe es vont de  A à G, A éttant la pluss performaante. 

Z Conte exte règlementaiire  Le  diagnostic  de  perforrmance  én nergétique   fait  partie e  des  disp positifs  impportants  du  d Plan  Cliimat  ur  renforceer  les  écon nomies  d'é énergie  et  réduire  le es  émission ns  de  gaz  àà  effet  de  serre  dan ns  le  pou dom maine du b bâtiment. Ill est obligaatoire danss les cas suivants : 

Pour laa  vente  d'un  d bien  immobilieer,  il  inform me  le  futu ur  acquéreeur  des  caaractéristiq ques  techniq ques, de la consomm mation et duu coût en é énergie du bien qu'il  envisage d d'acheter.

Pour to oute consttruction no ouvelle, lee maître d''ouvrage d devra faire  établir ce diagnosticc au  plus tard à la réceeption des travaux.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 1 : CEE QU'IL FA AUT SAVO OIR SUR LEE MÉTIER •

Pour ttous  les  contrats  de  d locatio on,  il  perrmet  d'infformer  le  futur  loccataire  sur  la  consom mmation ett donc sur le coût en  énergie du u logement qu'il enviisage d'occcuper. 

Z Risqu ues/sancttions Auccun. 

Z Sur lee terrain  Le d diagnostiqueur qui in ntervient d doit remetttre à son cclient une a attestationn dans laqu uelle il décclare  sur l'honneur qu'il est ceertifié (valiidité 5 ans)), qu'il disp pose des m moyens en m matériel ett en person nnel  bilité  néccessaires  à   l'établisseement  du  diagnostic   et  qu'il  est  couvert par  une  aassurance  responsab civile  professsionnelle.  Une  estim mation  dees  consom mmations  d'énergie  d est  établie,  selon  une  nsommatioons constaatées sur 3 ans  métthode approuvée par le ministère ou bieen sur la baase des con (bâttiments d'aavant 1948 8). En cas d de chauffage collectif, le diagno ostiqueur aaura besoin des factu ures  de cchauffage de l'immeu uble (à dem mander au  syndic). 

Z Conte enu du raapport  Le rrapport con ntient :  •

une esttimation de la consommation cconvention nnelle annu uelle, 

une étiiquette pour connaître la consoommation d'énergie (comme poour l'électrroménagerr), 

une étiiquette pour connaître l'impactt des conso ommationss sur l'effett de serre, 

des reccommandaations techniques pouur d'éventuels travau ux d'améliooration, 

une attestation  sur  l'honneur  duu  diagnosttiqueur  su ur  son  reespect  de es  obligations  mentaires,  réglem

la copiee de son ceertificat de e compétennces validé é par la certification, 

la copiee de son atttestation d'assurancce en courtt de validité. 

Z En breef 

 

21


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

Z Textees de réfé érence  •

Loi 20004‐1343 du u 9/12/200 04 Art. L.1334‐1 à L.134 4‐5 

Arrêté du 15/09//2006 relattif au diagnnostic de p performancce énergéttique pourr les bâtimeents  existan nts proposéés à la ventte en Francce métropolitaine 

Arrêté du  15/09 9/2006  relaatif  aux  m méthodes  et  e procédu ures  appliccables  au  diagnosticc  de  perform mance éneergétique 

Arrêté du 3 mai 2 2007 

D‐

Etat de e l'insta allation n intérieure d'électriicité 

L'éttat de  l'in nstallation n  intérieu ure  d'élecctricité  esst  obligatoire  depuuis  janvie er  2009  pour  p tou ute vente  d'un bien n à usage  d'habitattion dont  l'installation intérieeure d'éle ectricité d date  de  plus  de  15  ans.  Ses  S objecctifs  règleementaire es  :  déteccter,  idenntifier  et  informer  les  acq quéreurs ssur les déffauts suscceptibles d de compro omettre la a sécuritéé des perso onnes. 

Z Conteexte Règlementaire  Dep puis 2003,  plusieurs  lois, dont  la loi ENL  (Engagem ment Nation nal pour lee Logemen nt du 13 ju uillet  200 06) ont perrmis l'instauration d'u un référenttiel de con ntrôle pourr toutes less installatio ons intérieu ures  élecctriques. Il a donc étté institué  l'obligatioon de fourn nir un diag gnostic spéécifique de es installations  élecctriques daans le but d de détecter les risquees éventue els pour la ssanté et la  sécurité d des occupants. 

Z Risqu ues/Sancttions Les risques et  sanctions possibles e en l'absencce de diagn nostic sontt les suivannts :  • •

la pertte de l'exo onération de la garaantie des vvices caché és,   l'annulation ou la diminuttion du prrix de ventte. 

Z Sur Lee Terrain n  Le  diagnostiq queur  réallise  des  contrôles  c een  aval  de  l'appare eil  généra l  de  commande  ett  de  protection dee l'installation. Ces co ontrôles soont visuels mais le diagnostiquueur réalise e des essaiis et  prend des meesures. Les points testtés sont les suivants : 

la préssence  d'un n  appareil  général  de  comm mande  et  de  protecction  (AGC CP)  facilem ment  accessiible (disjon ncteur), 

la préssence  d'un ne  protectiion  différeentielle  appropriée  aux  a conditiions  de  mise  à  la  teerre,  placée à l'origine de l'installation élecctrique, asssociée à un ne prise de  terre et à son circuitt, 

la préssence  de  dispositifss  de  proteection  con ntre  les  su urintensitéés  adaptéss  à  la  secction  d'alimeentation, 

le respect des disstances de sécurité daans les piè èces d'eau,

le repéérage de matériels vé étustes ou nnon protéggés pouvan nt présenteer des risques.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 1 : CEE QU'IL FA AUT SAVO OIR SUR LEE MÉTIER Z Conte enu du raapport  Le rrapport con ntient les ééléments suivants :  •

la liste des pointss vérifiés, 

l'identiification dees anomalies par rappport à la no orme électtrique XP CC 16‐600, 

la desccription dess risques électriques  encourus en fonction des anom malies iden ntifiées, 

une prééconisation des points nécessittant réparaation, 

une attestation  sur  l'honneur  duu  diagnosttiqueur  su ur  son  reespect  de es  obligations  mentaires,  réglem

la copiee de son ceertificat de e compétennces validé é par la certification, 

la copiee de son atttestation d'assurancce en courtt de validité. 

Z En bre ef 

Z Textees de réfé érence  •

Article L 134‐7 du u code de la construcction et de l'habitatio on 

Article L 271‐6 du u code de la construcction et de l'habitatio on 

Articless R 134‐10 à R 134‐13 3 du code  de la consttruction ett de l'habitaation 

Décret 2008‐384 du 22/04//2008 

E‐ État des lie eux d'un n logem ment  L'éttat  des  liieux  est  obligatoir o re  lors  dee  toute  lo ocation  de  d logemeent.  Il  a  pour  butt  de  con nstater l'éétat d'un llogement au momeent de l'e entrée d'un locatairre puis au u momentt de  sa ssortie. Sess objectifss règlementaires : ééviter les différends entre lo cataire ett bailleur. Z Conte exte règlementaiire   

23


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

La loi impose  au locataire de restituer le loggement qu''il a occupé é dans l'étaat où il étaait quand il est  e  au  locataaire.  entré  dans  lees  lieux.  Ceependant  le  vieillisseement  dû  au  temps  n'est  pas  imputable des  lieux  est obligato e oire  afin  dde  simplifie er  les  relattions  litigieeuses  et  d'apporter  d des  Ausssi,  l'état  d preuves en caas de recours en justtice. Il doitt être réaliisé de man nière contrradictoire  c'est à diree en  priment chhacune leu ur point de e vue. Il peeut être ré éalisé de faaçon  présence des  deux partties qui exp n professio onnel). En ll'absence d de l'une ou u l'autre dees parties, un constatt par  amiiable (sanss l'aide d'un huisssier peut être fait.  L'éttat des lieu ux ne peut donner lie eu à facturaation lorsqu'il est réd digé par le  profession nnel qui réaalise  la  location.  Lee  coût  de  rédaction n  est  à  la  ccharge  de  la  partie  la  plus  di ligente.  Si  les  frais  sont  s ocataire nee peut supp porter pluss de 50% du montantt des honorraires.  partagés, le lo

Z Risqu ues/sancttions Les risques et  sanctions possibles ssont les suuivants :  •

le prop priétaire peeut conserrver tout oou partie du dépôt de e garantie  si le logem ment nécesssite  une rem mise en état, 

en cas d'absence d'état dess lieux, pas  de recours possible pour le ba illeur. 

Z Sur lee terrain  Tou utes les pièèces sont examinées e et leur étatt mentionn né dans le documentt.  

Z Conteenu du raapport  Le rrapport d'éétat des lieux d'un loggement inddique :  •

la présentation du logemen nt concernéé (adresse,, nombre d de pièces… …), 

la nature de l'état des lieux (entrée ouu sortie), 

la desccription de l'état de chaque piècce (plafond ds, murs, sols, robineetteries...),  

les défaauts constatés avec u un maximuum de détaails. 

Z En breef 

 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE MÉTIER 

Z Textes de référence  •

Loi n°89‐462 du 6 juillet 1989 

F‐ Etat de l'installation intérieure de gaz  L'état  de  l'installation  intérieure  de  gaz  est  obligatoire  dans  le  cadre  d'une  vente  d'un  logement dont l'installation intérieure de gaz date de plus de 15 ans. Une nouvelle norme  (NF  P  45‐500)  entre  en  vigueur  à  compter  du  1er  septembre  2010  et  concerne  la  réalisation  du  diagnostic  gaz.  Ses  objectifs  :  protéger  et  informer  les  acquéreurs,  mais  aussi responsabiliser les différents acteurs, les donneurs d'ordre, les distributeurs de gaz,  et les opérateurs de diagnostic immobilier. 

Z Contexte règlementaire  Depuis 2003, plusieurs lois, dont la loi ENL (Engagement National pour le Logement du 13 juillet  2006)  ont  permis  l'instauration  d'un  référentiel  de  contrôle  pour  toute  installation  intérieure  au  gaz naturel. Depuis novembre 2007, le diagnostic gaz est obligatoirement annexé au DDT (Dossier  de Diagnostic Technique) lors d'une vente d'un bien à usage d'habitation dont l'installation de gaz  remonte à plus de 15 ans. En septembre 2010, la norme NF P 45‐500 entre en vigueur, jusque‐là  expérimentale (XP P 45‐500), elle définit le cadre de réalisation d'un diagnostic gaz. 

Z Risques/sanctions Les risques et sanctions possibles sont les suivants :  •

en l'absence  de  diagnostic,  le  vendeur  encourt  des  sanctions  civiles  et  peut  être  forcé  à  prendre en charge les travaux de mise en conformité de son installation de gaz, 

si le  diagnostiqueur  immobilier  détecte  une  anomalie  de  type  DGI  (Danger  Grave  et  Immédiat), il doit conjointement communiquer avec le donneur d'ordre et le distributeur de  gaz  par  le  biais  de  formulaires  spécifiques  et  garde  obligatoirement  la  trace  écrite  de  sa  correspondance.  Cette  nouvelle  procédure  accentue  le  rôle  du  donneur  d'ordre  dans  la  gestion d'un DGI et rend systématique l'obligation du distributeur de gaz. 

Z Sur le terrain  Le  professionnel  effectue  une  vérification  des  parties  visibles  et  accessibles  de  l'installation,  examine les points suivants et leur conformité :  •

Mesure du CO (monoxyde de carbone) à proximité de la chaudière. (La mesure de tirage a  été supprimée.) 

Vérification des  flexibles  entre  récipients,  bouteilles  et  installations  fixes  qui  devront  résister à la pression du gaz (équipements fixes et appareils alimentés). 

Conformité et bon état des systèmes de ventilation et d'aération.  

Vérification des équipements fixes d'alimentation en gaz naturel (chaudière, radiateurs...).   

25


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

Z Conteenu du raapport  Le rrapport est un bilan  de l'installation au ggaz naturel  portant  sur les équuipementss avec le déétail  par  pièce. Less  résultats  sont répe ertoriés  en   3 catégorries  : défau uts  ne  néccessitant  pas de  travaux,  objet  de  travaux  et  défauts  représentan nt  un  dannger  immédiat  gravee.  Le  défauts  devant  faire  l'o ment :  rapport contieent égalem •

une attestation  sur  l'honneur  duu  diagnosttiqueur  su ur  son  reespect  de es  obligations  mentaires,  réglem

la copiee de son ceertificat de e compétennces validé é par la certification, 

la copiee de son atttestation d'assurancce en courtt de validité. 

Z En breef 

Z Textees de réfé érence  •

Articless L.134‐6  du  code  de  la  con struction  en  applica ation  de  l a  directive e  européeenne  2002/991 du 16 déécembre 2002 

Arrêté du 6 avril 2007 publiié le 28 avrril au JORF

Articless 134‐6 à 1 134‐9 du CC CH et L. 2771‐6, 271‐1 1, L 271‐2, LL 271‐3, L.  271‐4 

Article 2 de l'arrêêté du 2 août 1977 m odifié 

Décret 2006‐1147 7 du 14/09 9/2006 (déécret d'application) 

Arrêté du 28 avril 2010 

G‐

C Certificcat de m mesuraage loi Carrez

Le certificat  de mesurrage dit ""loi Carrezz" est obligatoire a avant toutte prome esse de ve ente  pou ur les lotss de copro opriété. Se es objectiifs règlem mentaires : garantir  r la bonne e informattion 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE MÉTIER  sur  la  superficie  de  la  surface  privative  réelle  d'un  ou  plusieurs  lot(s)  proposé(s)  à  la  vente.  Z Contexte règlementaire  Des  lois  ont  été  instaurées  afin  d'uniformiser  le  calcul  des  surfaces  des  biens  immobiliers  et  d'éviter les litiges. Elles donnent des règles précises sur la notion de surface privative réelle qui est  la surface de plancher construite, après déduction des surfaces occupées par :  •

les murs, 

les cloisons, 

les marches et cages d'escalier, 

les gaines, 

les embrasures de portes et de fenêtres. 

Toutes les  surfaces  annexes  non  habitables  (non  couvertes,  non  closes)  ne  sont  pas  prises  en  compte (caves, garages, sous‐sols, combles non aménagés, terrasses...). Les lots ou fractions de lot  dont  la  surface  unitaire  est  inférieure  à  8m²  ne  sont  pas  pris  en  compte  pour  le  calcul  de  la  superficie.  A  noter  :  le  certificat  de  mesurage  "loi  Carrez"  destiné  à  la  vente  est  différent  de  la  "surface  habitable" d'un logement (loi Boutin) destiné à la location. 

Z Risques/sanctions Les risques et sanctions possibles sont les suivants :  •

si la superficie n'est pas renseignée dans l'acte de vente, l'acheteur peut, dans un délai d'un  mois, intenter une action en nullité, 

si la  superficie  réelle  du  bien  est  inférieure  de  plus  de  5%  à  celle  indiquée  dans  l'acte  de  vente, l'acheteur peut, dans un délai d'un an à compter de la signature de l'acte, demander  une diminution de prix proportionnelle à la superficie déclarée en trop, 

si la  superficie  louée  est  très  inférieure  à  celle  annoncée,  le  locataire  peut  demander  la  caducité du bail. 

Z Sur le terrain  Les  mesures  de  chaque  pièce  sont  prises  le  plus  souvent  avec  l'aide  d'un  appareil  spécial  (laser  mètre).  Sont prises en compte : les surfaces de plancher des locaux clos ou couverts et dont la hauteur est  supérieure  à  1,80  m.  Sont  exclus  :  murs,  cloisons,  gaines,  escaliers  et  embrasures  de  portes  et  fenêtres et également terrasses, caves, garages. 

Z Contenu du rapport  Le certificat "loi Carrez" délivré par un professionnel donne les informations suivantes :   

27


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

le nom m du propriéétaire, l'ad dresse et lee(s) numéro o(s) du(dess) lot(s) meesuré(s), 

la desccription dess pièces prises en com mpte et de e celles non n prises en  compte, 

la surfaace privativve totale du bien imm mobilier mesuré. 

Z En breef 

Z Textees de réfé érence  •

Loi N°996‐1107 du u 18 décem mbre 1996

Décret N°97‐532 du 23 mai 1997 

H‐

"Surfacce habiitable" d'un lo ogement (loi  Boutin n) 

La m mention d de la supe erficie de la surfacee habitablle dans le bail de loocation esst obligato oire  pou ur tout baail d'habittation que el qu'en ssoit le typ pe (maison individuuelle, app partementt...).  Sess objectifss règlemen ntaires : d définir la ssurface ha abitable ré éelle d'un  logement.   Z Conte exte règlementaiire  La  loi  l Boutin  du  25  mars  2009  a  introduit  dde  nombre euses  réformes  danss  les  domaaines  des  baux  b d'haabitation,  de  la  cop propriété  et  de  l'urrbanisme.  Il  s'agit  de  la  loi  dde  Mobilissation  pou ur  le  Loggement et  la Lutte co ontre l'Exclusion (MLLLE). Dans le cadre de e cette loi  et concern nant la surfface  hab bitable,  il  eest  à  noter  que  la  superficie  hhabitable  est  e la  surface  de  plaancher  con nstruite,  après  déd duction : 

des su urfaces  occcupées  paar  les  muurs,  cloiso ons,  march hes  et  ca ges  d'escaaliers,  gaines,  embrassures de po ortes et fenêtres, 

de la  superficie  des  pièce es  non  haabitables  (combles  non  aménnagés,  cavves,  sous‐ssols,  érieurs au llogement, vérandas),,  remises, garages,, terrasses,, loggias, bbalcons, sécchoirs exté

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 1 : CEE QU'IL FA AUT SAVO OIR SUR LEE MÉTIER •

des vo olumes  com mportant  au  moins  60%  de  parois  vitrées  dans  le  cas  de es  habitations  collectiives  et  au u  moins  80 0%  de  parrois  vitréess  dans  le  cas  des  hhabitationss  individueelles,  locaux communs et autres d dépendancces des loggements, 

des parrties de loccaux d'une hauteur innférieure àà 1,80 mètrre. 

A n noter : la "surface haabitable" d d'un logem ment (loi Bo outin) desttiné à la loocation estt différentee du  certtificat de m mesurage ""loi Carrez"" destiné à  la vente.

Z Risqu ues/sancttions Auccune  sancttion  n'est  prévue  en  cas  d'abssence  d'ind dication  de e  la  surfacce  ou  de  mention  m d''une  surfface erronéée. 

Z Sur lee terrain  Le d diagnostiqu ueur prend d toutes les mesuress des surfacces concernées piècee par pièce e, mais peu ut se  con ntenter  de  ne  mentio onner  que e  la  surfacee  habitable  totale.  Il  existe  dees  appareills  capabless  de  con nnaître précisément la surface : les laser‐m mètres. 

Z Conte enu du raapport  Le  rapport  r mentionne  la  surface  habitable  totale  en  m²  et  com mprend  unn  relevé  de e  la  superficie  hab bitable  à  déclarer  aveec,  en  ann nexe,  les  suurfaces  no on  comprisses.  La  réa lisation  d'un  plan  paar  le  professionnel n'est pas o obligatoire e. 

Z En bre ef 

Z Texte es de réfé érence  •

Loi du 25 mars 20 009 

I‐ Consstat des Risqu ues d'Exxposition au P Plomb  (CREP))  Le cconstat dees risquess d'exposittion au pllomb est o obligatoire pour touut immeu uble consttruit  ava ant 1949,  lors de laa vente ett de la loccation. Sess objectifss règlemeentaires :  la protecttion 

29


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

de la  population  co ontre  les  risques  d'ingestio on  et  d'inhalationn  de  plom mb  dans  les  revvêtementss (saturnissme) des llocaux habituellem ment utilisé és.  Le  plomb  estt  un  métaal  très  utilisé  depuiss  l'antiquitté.  On  le  trouve  paarticulièrem ment  danss  les  ntures anciennes, less conduitess d'eau, la vvaisselle ancienne, le es gouttièrees...  pein

Z Conte exte réglementaiire  Le p plomb a étté reconnu u comme n nocif en 19948 et enssuite interd dit d'utilisaation. Mais il est enccore  présent  dans  de  nombrreux  imme eubles  d'haabitation  anciens.  a Affin  de  prottéger  les  occupants,  o des  êtements  contenant  c du  plomb  ainsi  que  son  lois  obligent  àà  détecterr  et  à  conttrôler  l'étatt  des  revê es populations  accessibilité.  Les enfantts de moins de 6 anss ainsi que les femmes enceinttes sont de n.  particulièrement vulnérables aux rrisques d'inntoxication Le d diagnostic a pour objectif de :  •

déterm miner la  co oncentratio on  en  plom mb  de  tou us  les  élém ments  de  ssurface  de  chaque  pièce  (seuil rréglementaaire : 1mg//cm²), 

indiqueer l'état  dee  dégradattion  du  revvêtement  (1  :  revête ement  nonn  dégradé  contenantt  du  plomb ou non vissible; 2 : revêtement  en état d'u usage; 3 : rrevêtemennt dégradé)), 

déterm miner les faacteurs de dégradatioon (humidité, infiltrattions, désoordres du b bâti), 

déterm miner s'il y aa accessibiilité au plo mb ou non n. 

Le cchamp d'ap pplication du CREP ne e s'étend ppas aux can nalisations en plomb.. 

Z Risqu ues/sancttions Les risques et  sanctions sont les su uivants :  •

dans ccertains  caas  (présen nce  de  revvêtementss  contenan nt  du  plom mb  en  état  dégradé)  :  obligattion pour lee propriétaaire d'effe ctuer des  travaux ap ppropriés ppour supprrimer le rissque  d'exposition au p plomb (art. L1334‐9 ddu code de la construction), 

obligattion d'inforrmation au ux occupannts (acquéreur, locata aire), 

selon l'importan nce  des  dégradationns  :  obliggation  de  déclaratioon  à   la  DDASS  D par  le  diagnostiqueur, 

la responsabilité civile et pé énale du prropriétaire e est engag gée. 

Z Sur le e terrain  d ueur  utilise  un  analyyseur  à   fluuorescence e  X  à   sourrce  radioacctive,  pourr  lequel  il  doit  Le  diagnostiq disp poser  d'une  autorisaation  ASN  (Autorité  ( dde  Sûreté  Nucléaire),  et  qui  peermet  de  détecter  d to oute  tracce  de  plom mb  sous  les  différe entes  coucches  de  peinture  ett  sur  les  ddifférents  éléments  qui  pou urraient en n contenir  (murs, fen nêtres, plinnthes, vole ets...). Il pe eut porter  sur les revvêtements  des  parties  privattives  d'un  logementt,  sur  les  revêteme ents  des  parties  p co mmunes  y  y compris  les  êtements  extérieurss  (grilles,  portes,  vvolets).  Daans  le  cass  de  loca ux  à  usagge  autre  que  revê  

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 1 : CEE QU'IL FA AUT SAVO OIR SUR LEE MÉTIER l'haabitation,  lee  CREP  nee  porte  que e  sur  ceuxx  qui  sont  destinés  à   à un  usagee  courant  :  local  à   vélo,  v linggerie, etc. 

Z Conte enu du raapport  Le rrapport meentionne les lieux vissités, si le  logement  est occupé é ainsi quee le profil  des occupaants  (enffants, femmes encein ntes...). Il p présente : •

les résultats  de  l'ensemble l e  des  mesuures  réalissées  sur  ch haque  élém ment,  danss  chacune  des  ndiquant l'eemplacement de la m mesure et l 'état du su upport,  pièces de l'habitaation, en in

une attestation  sur  l'honneur  duu  diagnosttiqueur  su ur  son  reespect  de es  obligations  mentaires,  réglem

la copiee de son ceertificat de e compétennces validé é par la certification, 

la copiee de son atttestation d'assurancce en courss de validité. 

A noter  n :  lorrs  de  la  veente,  en  plus  p du  CR REP  du  loggement  mis  en  ventte,  un  CRE EP  des  parrties  com mmunes do oit être an nnexé au dossier de vvente, qu'il s'agisse o ou non d'uune coprop priété. Pou ur la  locaation, le CR REP doit po ouvoir être e présenté  au locatairre qui en fa ait la demaande.  

Z En bre ef 

Z Textees de réfé érence  •

Loi N°998‐657 du 2 29 juillet 1998, articlee 123 L32‐5 

Décret N°99‐484 du 9 juin 1 1999   

31


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

Loi 20004‐806 du 9 9 août 200 04 

Décret 2006‐474 du 25 avril 2006 

Arrêté du 25 avril 2006 relaatif au conttrôle des trravaux en p présence dde plomb 

Arrêté du 25 avril 2006 relaatif au consstat de risq que d'exposition au pplomb 

Arrêté du 25 avriil 2006 relaatif aux traavaux en paarties communes néccessitant l''établissem ment  d'un co onstat de risque d'exposition auu plomb 

Arrêté du  25  avvril  2006  relatif  au  ddiagnostic  du  risque e  d'intoxicaation  par  le  plomb  des  peinturres  

J‐ État des rissques n naturelss et tecchnologgiques  (ERNT)   La  présentattion  de  "l'état  dess  risques  naturels  et  techno ologiques""  est  obliigatoire  pour  p tou ute  vente  ou  locatiion  d'un  bien  b situéé  dans  un ne  zone  à  risques  ddéterminé ée  par  arrrêté  pré éfectoral,  sa  durée  de  validité  est  dee  6  mois.  Ses  objectifs  règleementaire es  :  listerr  les  risq ques  naturels  (in nondation,  séchereesse,  mo ouvementt  de  terrrain)  et  les  risq ques  technologiqu ues  (indu ustriels,  chimiques c s,  biologgiques)  au uxquels  est  expo osé  un  bien  b imm mobilier, eet égalem ment appo orter une iinformatio on aux pe ersonnes cconcernée es.  Z Conte exte règlementaiire  L'Éttat mène u une politiqu ue généralle face auxx risques naturels et technologiiques. La lo oi Bachelot du  30  juillet  j 2003  a  introduit  des  ob bligations  incombant  aux  proprriétaires  ett  concerne e  tout  typee  de  bâtiments situ ués dans des zones délimitées. Cette loi instittue les obliigations su uivantes :  •

l'annexxion de  l'état  des  rissques  natuurels  et  tecchnologiqu ues  à  la  prromesse  de e  vente  ou u  au  contratt de locatio on, 

une infformation sur toute indemnité  perçue au titre de l'a assurance ccatastroph hes naturelles, 

une information  sur  tout  sinistre  inntervenu  sur  s les  parties  com munes,  même  m si  lee  lot  concerrné par la vvente ou la location nn'a pas été touché. 

Avaant de vend dre ou de llouer, il estt conseillé  de se rend dre à la ma airie de la ccommune où est situ ué le  bien n immobiliier ou de cconsulter le e site interrnet de la  préfecture e pour savooir s'il y a lieu de rem mplir  ce d document.  Ne  sont pas cconcernés  : les contraats de locaation en co ours au 1er juin 20066 et les ren nouvellemeents  baux par taacite recon nduction.  de b

Z Risqu ues/sancttions Les  sanctions  en cas d'in nexécution n ou d'erreeur sont les suivantes : annulattion du con ntrat de veente  du bail de location ou u encore diminution du prix de vente ou d de locationn.  ou d  

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 1 : CEE QU'IL FA AUT SAVO OIR SUR LEE MÉTIER Z Sur le e terrain   Le  document  d intitulé  "ÉÉtat  des  risques  natuurels  et  te echnologiqu ues"  est  éttabli  direcctement  paar  le  ven ndeur  ou  le  bailleur,  éventue ellement  avec  l'aide  d'un  prrofessionnnel.  L'imprrimé  type  est  disp ponible dans les mairies, les prréfectures.. Le site in nternet ww ww.prim.neet délivre é également  des  info ormations importantees. 

Z Conteenu du raapport  Les  informations  contenues  danss  l'arrêté  ppréfectoral  et  dans  les  docum ments  de  référence  r s sont  ns le rappo ort.  reportées dan La  situation  du  bien  immobilierr  par  rapport  aux  Plans  de  Préventioon  de  Risq ques  Natu urels  prévisibles  (PPRN)  et  au u  regard  d'un  d Plan  dde  Préventtion  de  Rissques  techhnologiques  (PPRT)  y  y est  indiiquée.   Dess extraits de documen nts ou de d dossiers reelatifs à cess plans sont à joindree. 

Z En bre ef 

Z Textees de réfé érence  •

Article L 125‐5, lo oi 2003‐699 9 du 30 jui llet 2000, aarticle 77 

Décret n°2005‐1 134  du  15 5  février  22005  relattif  à  l'info ormation  des  acqué éreurs  et  des  locataires de bien ns immobilliers sur less risques naturels et technologiiques maje eurs 

Arrêté du 13 octo obre 2005 portant dééfinition du modèle d'imprimé  pour l'étaablissement de  l'état d des risques naturels e et technoloogiques 

K‐ État relatif à la prrésencee de terrmites dans lee bâtim ment  L'éttat  relatiff  à  la  préssence  de  termites  est  obliggatoire  po our  toute  vente  d'u un  bien  siitué  dan ns une zon ne à risqu ues délimiitée par u un arrêté p préfectora al, sa duréée de valiidité est d de 6   

33


Ch hapitre 3 : Les diagn nostics im mmobilierss obligato oires 

mo ois depuiss  le  23  décembre d   2006.  S es  objecttifs  réglem mentairess  :  la  protection  des  acq quéreurs eet proprié étaires d'im mmeubless, contre lles termites.  Diffficiles à déttecter, les termites ssont des in sectes ravageurs qui peuvent rronger en q quelques m mois  l'inttérieur  dess  bois  de  charpentes c s  et  les  auutres  éléme ents  en  bo ois  du  bâtii.  Certaines  régions  sont  s particulièrement  touchéées.  Le  contrôle  n'esst  pas  obligatoire  pa artout  en  France,  mais  seulem ment  ns les zoness délimitéees par un arrêté préfeectoral.   dan

Z Conte exte règlementaiire  Dep puis  1999,  une  politique  de  luttte  contre  les  insectes  xylopha ages  et  less  termites  a  été  misee  en  placce. Une série de lois,, décrets ett arrêtés oont été priss dans ce sens. La préésence de termites d dans  un iimmeuble doit être d déclarée au uprès des aautorités.  En ccas de préssence d'inssectes :  • Déclaraation  obliggatoire  à  la  mairie  par  l'occu upant,  le  propriétairre  ou  parr  le  syndicc  de  coprop priété (pour les partie es communnes),  • Obligattion de réaaliser des trravaux de  désinsectissation,  • Obligattion de décclarer les travaux réaalisés à la m mairie.  Lorss d'une ven nte, le diaggnostic estt obligatoirre dans les zones con ncernées, ppour les im mmeubles b bâtis  et  les  terrainss  non  bâtis.  Le  diagn nostic  doitt  être  réalisé  par  un n  expert  ceertifié  par  un  organisme  éé (COFRA AC) et dispo osant d'une e assurancce responsaabilité civile professioonnelle.  agré Pou ur  une  construction  nouvelle,  les  obliggations  con ncernant  l'utilisation l n  de  bois  et  matérriaux  dérivés  pour  la  structurre  du  bâtim ment  sont  très  précises.  Depuis le  1er  juuin 2010  le e  constructteur  que, au plu us tard à laa réception des travaux,  doitt remettree au maîtree d'ouvrage une notiice techniq dan ns  laquelle  il  doit  mentionner  les  modalités  et  less  caractériistiques  dees  protections  misess  en  œuvre contree les termittes et autre es insectess xylophage es. 

Z Risqu ues/sancttions uivants :  Les risques et  sanctions sont les su •

la pertee de garan ntie de vice es cachés een l'absence de diagnostic term ites lors d'une promeesse  de vente,  

l'annulation de laa vente ou la diminuttion du prixx, 

une am mende en ccas de non déclaratioon de prése ence ou de non destrruction dess termites,  

le mairre peut pro océder d'offfice et auxx frais du p propriétaire e aux travaaux nécessaaires. 

Z Sur le e terrain  diagnostiqu ueur doit inspecter cchaque pièèce accessible sur tou us les niveaaux construits, examiner  Le d visu uellement  et par sondage manu uels (poinççon) tous le es élémentts en bois  (menuiseries intérieu ures  et e extérieuress, plancherrs, charpen ntes...), les  revêtements de sol, murs et p lafonds. Il vérifie ausssi le   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 1 : CEE QU'IL FA AUT SAVO OIR SUR LEE MÉTIER terrrain  alento our  sur  un ne  dizaine  de  mètre s  pour  insspecter  less  souches  d'arbres,  les  vieux  bois  morts, les clôttures... 

Z Conte enu du raapport  nner :  Le rrapport doit mention •

le bien concerné,,  

les partties visitéees et celles n'ayant puu être visitées ,  

un croq quis de rep pérage des éléments,,  

les élém ments infestés ou ayaant été inffestés, ainssi que ceux qui ne le ssont pas,  

une attestation  sur  l'honneur  duu  diagnosttiqueur  su ur  son  reespect  de es  obligations  mentaires,   réglem

la copiee de son ceertificat de e compétennces validé é par la certification,   

la copiee de son atttestation d'assurancce en courtt de validité. 

Z En bre ef 

@ Voir la car V rte Départeements infe festés par lees termitess   Z Texte es de réfé érence  •

Loi N°999‐471 du 8 8 juin 1999 9  modifiéee par l'ordo onnance n°°2005‐655  du 8 juin 2 2005 

Décret n°2006‐11 114 du 5 septembre  2006. : artticles L133‐5, L133‐6,, L271‐4 à L271‐6, R1 133‐ 7, R1333‐8, R 271‐‐1 et R271‐‐5 

Décret n°2000‐61 13 du 3 juilllet 2000 

Arrêté du 10 août 2000. 

Circulaire n°2001 1‐21 du 23 mars 20011   

35


Cha apitre 4 : PPrévention des risq ques 

Chapitre 4 : Préévention de es risq ques   

La modificattion  des  conditions c s  d'exercicce  de  la  profession p n  induit  qque  les  en ntreprisess  les  plus compétentes sero ont celles qui resteeront préssentes sur le marchéé.  Facce à la com mplexificaation du m marché, au u durcisse ement de la concurrrence, et à l'obligattion  de  choix  d'u un  modèle e  économ mique,  le  diagnostiqueur  do oit  désorm mais  être  un  bon  chef  c d'entreprise  pour durrer. Il doitt faire facee à des situations à à risques  nécessita ant des prises  de décision ccapitales d dans la vie e de son eentreprise e.  L'arrrivée  surr  le  march hé  des  ba anques  ou u  des  assu ureurs  rep présente  notamme ent  un  risque  majeur.  Il  est  e donc  primordiaal  pour  to out  nouvveau  diagnostiqueu ur  de  se  tenir  info ormé  sur  les  diffficultés  ett  les  risques  qu'il  pourra  reencontrerr  dans  so on  activitéé  afin  d'yy  répondrre  à  tem mps et au mieux.  

A‐

Risque es et solutionss 

Afin n de  dééfinir  au  mieux  les  l risquees  au  quotidien  q du  diagnnostiqueurr  immobiilier,  info odiagnostiq queur.com m a mis en p place des f iches pratiques « pré évention dees risques ».  

@ Pour les co P onsulter  een ligne :   • vous  êêtes  inscriit  au  site  infodiagnnostiqueur,  connectez‐vous  eet  consulttez  les  ficches  pratiqu ues prévenntion des riisques   • vous  n n'êtes  pa as  inscrit  au  site  iinfodiagno ostiqueur,  s'inscriree  gratuitem ment  au  club  avanta age pour bénéficier d des fiches  pratiquess  

Z Les risqques des reessources humaines   Le ssecteur dees ressourcces humain nes compreend toujou urs des aléas. A vouss de les pré évoir et dee les  maîîtriser.  

Z Les risqques administratifs   Les risques ad dministratiffs sont vite e arrivés, sooyez vigilants. 

Z Les risqques d’infoormatique et d’archivvage   La  gestion  g dee  l'informatique  et  de  d l'archivaage  représente  des  risques  r sim mplement  gérables  mais  m néccessitant dee l'organisaation.  Z Les risq ques matériels    

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 1 : CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE MÉTIER  L'utilisation de matériel technique engendre parfois des désagréments. A vous de les prévoir et de  les gérer au mieux.  Z Les risques de réglementation et d’agrément   Afin  d'assurer  le  bon  fonctionnement  et  la  pérennité  de  votre  société,  vous  devez  maîtriser  les  risques que comportent la réglementation et l'agrément.  Z Les risques « développement et relation client »   Lors  du  développement  de  votre  société  ainsi  que  dans  la  relation  que  vous  instaurez  avec  le  client, vous devez maîtriser certains risques afin d'assurer la pérennité de votre entreprise.  Z Les préventions des risques d’expertise   Lors des différents types d'expertise, vous rencontrerez pour chacune des risques divers et variés.  Nous en avons identifié quelques‐uns uns que le diagnostiqueur doit garder à l'esprit.  Z Les risques techniques et de saisie   Les risques techniques ainsi que les risques de saisie sont divers et variés, cependant les solutions  sont nombreuses. Nous les avons répertoriées pour vous.   Z Les risques financiers   Que  ce  soit  lors  de  la  création  de  votre  société  ou  au  fil  du  temps,  les  risques  financiers  sont  présents. Maîtrisez‐les afin de travailler en toute sérénité.  Z Les risques de la création de société   Lors  de  la  création  de  votre  société,  vous  devez  maîtriser  certains  risques  afin  de  permettre  un  début d'activité serein. 

B‐La responsabilité des diagnostiqueurs immobiliers  L'inflation  des  réglementations  et  la  diversification  croissante  des  domaines  soumis  aux  diagnostics  techniques  imposent  aux  diagnostiqueurs  une  vigilance  accrue  face  aux  risques de mise en cause de leurs responsabilités. Quelles sont ces responsabilités ? Quels  sont les meilleurs moyens de se protéger face à une erreur de diagnostic ?  Z Les responsabilités du diagnostiqueur immobilier   Qui que soit la victime de l'erreur (acquéreur, locataire, vendeur, bailleur...), la responsabilité du  diagnostiqueur immobilier sera fondée sur une faute (au sens large : erreur, omission, négligence). 

o La faute  Cette  faute  sera  appréhendée  différemment  selon  que  l'on  retient  que  le  diagnostiqueur  a  une  obligation de moyen ou une obligation de résultat.   

37


Cha apitre 4 : PPrévention des risq ques 

Dan ns le premier cas, le  diagnostiq queur pourrra s'exoné érer de sa  responsabbilité en prrouvant qu u'il a  miss en œuvree les normees et les mé éthodes d' investigatiion reconnues.  En  revanche,  s'il a une o obligation de résultaat, le diagnostiqueur devra prouuver que le e préjudicee de  use extérieeure ou d'u un cas de fo orce  la vvictime ne rrésulte pass d'une carrence de saa part maiss d'une cau majjeure.  La  jurisprude j nce  actuellle  a,  comme  elle  lee  fait  pourr  tous  les  professionnnels,  plutô ôt  tendancce  à  con nsidérer  qu ue  le  diagnostiqueur  a  une  oobligation  de  résulta at  et  qu'il  ne  peut  se  s limiter  aux  info ormations d par le proprriétaire. C'eest à lui de e mener un ne investigaation en prrofondeur..   données p Un  arrêt du 228 janvier  2003 rendu par la C Cour de casssation ne  laisse pass de doute à ce prop pos :  our  précisee  «  que  ce ette  sociétté  a  suitte  à  un  ceertificat  d'aamiante  négatif  établi  par  errreur,  la  Co com mmis une ffaute, en ne prélevan nt pas en noombres suffisants compte tenuu de l'impo ortante surfface  de  plafond  ett  du  caracctère  non  homogènee  des  fauxx  plafonds,,  les  échanntillons  né écessaires  à  la  herche dess formes d d'amiante vvisées par  les textes  alors en vigueur nottamment la circulairee du  rech 15  septembree  1994,  qu u'un  professsionnel  d e  la  qualitté  de  cet  organisme  o ôle  ne  pou uvait  de  contrô orer ».  igno C'esst  pourquoi  le  diaggnostiqueur  doit  meettre  en  œuvre  œ tou us  les  mooyens  précconisés  paar  la  réglementatio on technique pour qu uelque diaggnostic que e ce soit. 

Z Comm ment se p protégerr ?  o La certificcation  En  bon  profeessionnel,  le  diagno ostiqueur  iimmobilierr  se  doit  d'obtenir  un  certificcat  pour  tout  t diaggnostic du DDT. La lo oi lui imposse une certtification d de compéte ence d'unee durée de 5 ans délivvrée  par un organissme de cerrtification aaccrédité sselon la no orme ISO 17 7 024 : 20003.  Cette certificaation obligaatoire s'accompagnee d'une vérritable form mation conntinue du d diagnostiqu ueur  et d de ses collaaborateurss afin de faire face à l'avalanche e de nouvelles règles  et techniq ques. 

o L'assuran nce L'asssurance obligatoire  du diagnostiqueur luui permet, non seule ement de pprotéger son patrimo oine  maiis égalemeent celui dee son clientt.  La loi lui impo ose d'être aassuré ave ec un plafo nd minimu um de gara antie de 3000 000 eurros par siniistre  d 500  0000  euros  paar  année  d'assurance d e.  Il  est  so ouvent  préfférable  dee  bénéficier  de  garan nties  et  de  sup périeures affin de fairee face sereinement à  tous les risques. 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 2 : AVANT DE  COMMENCER, DÉFINIR SA  STRATÉGIE            

39


Ch hapitre 1 : La stratéggie de dévveloppem ment 

Chapitre e 1 : La a stratégie de dé évelop ppeme ent  A‐

TTrouve er un em mploi d de diaggnostiqueur im mmobilier 

Envvie d'intéggrer le millieu du dia agnostic o ou entrepreneur à lla rechercche de perrsonnel, vvous  pou uvez  vouss  rendre  sur  s Intern net  pour  vvous  metttre  en  rellation  aveec  des  en ntreprises  qui  recrutent ou u des diagn nostiqueu urs cherch hant un em mploi.  Z A la re echerche e d'un po oste ou d d'un sala arié  Dan ns  un  marché  du  diaagnostic  en  progresssion  de  10 0  %  (en  va aleur  et  enn  volume)  par  an,  il  est  atte endu environ 500 nouveaux diaagnostiqueeurs par an, en qualité é d'opérateeurs de diaagnostics.  Les  entreprisees existanttes qui con nservent leeurs parts  de marché é ont doncc un besoin n considéraable  e commercciaux et de personnel administrratif.  en rrecrutement de techniciens, de Pou ur les entreeprises existantes, l'u une des soolutions less plus aisée es se préseente sous  la forme d de la  toile.  Interneet  vous  offfre  ainsi  la  possibbilité  de  trouver  less  futurs(ess)  collabo orateurs(trices)  nt par le biais de sitess d'emploi spécifiquees.  néccessaires à votre déveeloppemen Pou ur  les  diaggnostiqueu urs  nouvellement  foormés,  cess  sites  pe ermettent  de  trouve er  un  emp ploi,  notamment d de salarié, d dans les en ntreprises qqui recrute ent. 

Z La reccherche d d'un stagge   és, ont bessoin de se  confronter au  Les  nouveauxx diagnostiqueurs forrmés technniquementt et certifié terrrain pour êêtre crédibles face à leurs clientts ou dans leur recherche d'em ploi.  Inte ernet vous  permet aiinsi de mettre en rellation les sstagiaires a avec les enntreprises  proposant  des  stagges.  Imp portant : N Nous suggérons aux sttagiaires d e défrayerr les entrep prises qui lees accueille ent.  

Z Cessio on / acqu uisition d de sociétté  La m moyenne d d'âge de la profession n dépasse  les 50 ans.. Dans les p prochainess années, n nombreux ssont  les  entrepren neurs  qui  céderont  c le eur  sociétéé.  Pour  de es  structurres  de  taillle  importaante,  le  racchat  ut permettre d'accéléérer son dé éveloppem ment par cro oissance exxterne.  peu Pou ur un nouvvel entrantt, racheter  une sociéété uniperssonnelle a  autant de  sens que  se lancer  seul  sur un secteur. Ce n'est qu'une question d'oppportunité é. En effet, acquérir uune société é permettraa de  nt du chiffre e d'affairess.  déggager imméédiatemen

Ain nsi, sur  la  toile,  vou us  pourre ez  trouverr  au  trave ers  de  ces  sites  spéécialisés,  des  d offress  de  recrutementt,  des  offfres  de  sttages,  dess  proposiitions  d'emploi  ainnsi  que  de  d nombrreux  con nseils avisés pour trrouver la perle raree.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 2 : AV VANT DE COMMEN NCER, DÉFFINIR SA ST TRATÉGIE E 

B‐Les ffédérattions de es diaggnostiqueurs iimmob biliers  Less fédératio ons des diagnostiqueurs imm mobiliers  apporten nt conseilss, formatiions, remises  surr matériel  et veilless juridique es. Elles aassurent é égalementt l'organissation de  la professsion  du  diagnostiic  immob bilier,  la  promotion p n  des  bon nnes  prattiques  et  de  la  déo ontologie e  du  mé étier, ainsii que la dé éfense dess intérêts  de la profession.    La  CFDI  (w www.la‐cfddi.fr)  est  la  confédération  ouverte  à  toutes  les  associations,,  fédératioons  françaises  et  organismes  profession nnels  œuvrant  daans le dom maine des ddiagnosticss immobilie ers. Elle reegroupe d'o ores et déjjà la  maajorité dess  associatioons  professsionnelles. Elle  a  étéé  initiée  en mai  2005  et  co onfirmée paar ses mem mbres fond dateurs au travers dee statuts ap ppropriés lee 11  juiillet 2006.  Elle n'a paas d'adhérent en tan nt que "pe rsonne physique". Elle a  po our  but  d'o organiser,  représenter  et  prom mouvoir  laa  professio on.  Mais  au ussi,  paar  ses  diffférentes  interventio ons,  d'assurer  une  veille  et  un  conttrôle  juridiques et ttechniquess constantss pour touss les sujets d'actualité é.   Elle e partage avec la FIDI un certain n nombre dd'objectifs communs,, dont :  • l'absolu ue  nécessiité  de  s'un nir  dans  l'iintérêt  général  tout en  prése rvant  les  spécificités s s  de  chacun n,  • la  volo onté  d'unee  concertattion  permaanente  po our  tous  le es  moyenss  de  faire  évoluer  notre  professsion,  • la collaaboration rrégulière po our mettree en œuvre e cette évo olution.    Créée  le  5  mai  2004,  la  FIDI  (Fédé ération  Interprofesssionnelle  du  d Diagno ostic  bilier,  www w.fidi.fr)  eest  une  association  loi  1901  ddont  la  vo ocation  estt  de  Immob rassem mbler tous  les acteurss du diagnostic immobilier et ffaire enten ndre leur vvoix.  La FIDI  est structurée autouur de 3 colllèges perm mettant à ttoutes les  sensibilités de  mer de faççon respecttueuse et cconsensuelle. Elle se  consacre exclusivem ment  s'exprim aux  inttérêts  de  ce  c nouveauu  métier  qu'est  q le  diagnostic  iimmobilierr  pour  le  faire  f onnaître comme unee professio on autonom me et reco onnue. La  vocation ddu diagnosstic immob bilier  reco est  d'assurer  la  sincériité  de  la  transaction t n  immobillière.  L'acttion  de  la   FIDI  se  fonde  f sur  des  nvictions fo ortes : la co ompétence e (clef de laa reconnaisssance), l'indépendannce (valeur cardinalee), la  con resp ponsabilitéé vis à vis d de ses clien nts. La FIDI  s'est donn née pour objet l'orga nisation de e la profession  du  diagnosticc  immobilieer,  la  prom motion  dess  bonnes  pratiques  p et  e de  la  dééontologie  du  métier,  la  ntérêts de la professiion, la reprrésentation n de la profession au près des autorités.  défense des in   Au ujourd'hui  moins  quue  demain n,  le  diagn nostic  imm mobilier  esst  un  passsage  ob bligé  pour  tous  :  nootaires,  agents  immo obiliers  ett  propriétaaires  bailleeurs.  Paarce  qu'il  est  difficcile  de  re ester  isolé é  dans  unn  environnement  aussi  a  

41


Ch hapitre 1 : La stratéggie de dévveloppem ment 

con ncurrentiel que  le  nôtre,  la  Chambree  des  Dia agnostique eurs  Imm mobiliers  de  d la  FNA AIM  (ww ww.fnaim.ffr) s’est do onné pour m mission dee faire des sspécialistes du diagn ostic un m métier conn nu et  reco onnu des p professionn nels et, bie en entenduu, du grand d public. Ellle entend  créer une vraie syneergie  entre les difféérents acteeurs du marché immoobilier.  Parce  qu'il  esst  rigoureu usement  asssocié  à  laa  démarche  qualité  que  q dévelooppent  la  FNAIM  et  ses  adh hérents  deepuis  sa  crréation  (au udits  régul iers,  veille e  juridique e  active),  l 'adhérent  à  la  cham mbre  s'en ngage  à  reespecter  lee  code  d'Etthique  et  de  Déonto ologie  toutt  au  long  dde  son  parcours,  ce  qui  garaantit ainsi son indépeendance ett par consééquent sa ssérénité.  Acccompagnerr,  rassembler,  coordo onner,  repprésenter,  former  et  certifier,  aautant  de  valeurs  fo ortes  de lla Chambree pour faciiliter l'exercice de la pprofession sur le terrrain.     La  FNECI  (FFédération n  Nationalle  des  Experts  de  la  Constrruction  ett  de  l'Im mmobilierr, www.fneeci.org) a vvu le jour e en 2003, àà l'initiative e d'expertss en  diaagnostics  et  e d'experrts  en  évaluation.  Ellle  a  pour  but  non  seulementt  de  féd dérer les e experts auttour des m mêmes vale eurs ‐ et dee défendre e leurs intéérêts  ‐  mais  aussi  de  leur  permettre e  de  bénéficier  de  sservices  adaptés  à  leur  quo otidien. Féd dération nationale re egroupant  environ 350 cabinetts de diagnnostiqueurrs immobiliers,  maiis aussi orgganisation  syndicale  représentative, notrre importance nous ppermet d'ê être un actteur  majjeur  auprèès  des  Pouvoirs  Publics  et  de  s'impliquer  dans  les  évoluttions  régle ementairess  et  professionnelles  du  secteur  s d''activité.  Chacun  de  d nos  membres  m adhère  aux  a princcipes  ontologiquees  de  la  fédération n  et  défennd  les  valeurs  d'ind dépendancce,  d'impaartialité  ett  de  déo professionnalisme qui ssont les fon ndements  de notre m métier. La  FNECI s'enngage à : rrassemblerr les  mmobilier e et de la coonstruction n, être le po orte‐parolee de ses ad dhérents eet de  meilleurs expeerts de l'im ons, offrir des service es adaptéss aux besoins de ses a adhérents.    leurrs professio

C‐ Les aavantagges et iinconvéénientss d’une e Francchise  Le ttaux de m mortalité d des entrep prises à 5  ans est d de 50%. Ce e même ttaux de m mortalité p pour  les entreprisses en rése eau se situ ue entre 110 et 12 % %... (Sourcce FFF/ACFFI).  Z Avanttages 

Bénéficcier d'un m modèle exisstant  

Recevo oir une form mation pro odiguée paar des expe erts/professionnels 

Acquérrir et utiliseer un savoiir‐faire  

Etre asssisté 

Prendrre moins dee risques 

Augmeenter la pérrennité de sa sociétéé 

Stabilitté financièère,  pour  augmenter a r  vos  revenus,  pour  être  votree  propre  patron  p et  être  indépeendant toutt en n'étan nt pas livré  à vous‐mê ême.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 2 : AVANT DE COMMENCER, DÉFINIR SA STRATÉGIE  o Les procédures qui font gagner du temps et évitent des erreurs  Le consommateur veut que la chose promise en publicité soit la chose fournie, et ce dans tout le  réseau. C'est la condition pour construire une image de marque forte, donc homogène.  •

Suivi de la qualité 

Faciliter et rentabiliser la formation  

Gains en productivité 

Économies d'échelle par la standardisation 

Z Inconvénients •

L'investissement de  départ  est  plus  important.  Le  droit  d'entrée  (15 000  à  25  000  euros)  ajouté aux autres investissements nécessite de détenir des fonds propres suffisants. 

La redevance  annuelle  est  assez  élevée,  l'apport  du  franchiseur  semblant  moins  déterminant lorsque le franchisé maîtrise les rouages de son entreprise. 

En tant  que  créateur,  votre  envie  d'entreprendre  librement  se  heurtera  peut‐être  aux  contraintes  des  règles  de  fonctionnement  du  réseau  et  aux  manques  d'autonomie  et  de  réactivité, caractéristiques qui font la force des indépendants.  

Contrôle du franchiseur, sur le point technique ou bien commercial. 

Se plier à l'image de marque et aux techniques développées par le franchiseur. 

Si la Franchise ne vous apporte pas sa notoriété, ses accords commerciaux et son service  technique  avec  le  savoir‐faire  de  la  marque,  mieux  vaut  garder  votre  indépendance.  Enfin, n'hésitez pas à interroger des franchisés du réseau qui vous intéresse. 

D‐

Les réseaux de diagnostiqueurs immobiliers 

Voilà quelques années nous assistions à la naissance du métier, à la faveur de quelques  arrêtés municipaux sur les termites dans le Sud‐ouest (Bordeaux, Toulouse, Albi...). Puis  sont  arrivés  l'amiante,  le  mesurage  loi  Carrez,  le  plomb,  le  gaz  et  l'électricité.  Les  opérateurs  historiques  (indépendants)  ont  grossi  et  de  nouveaux  professionnels,  essentiellement des indépendants, se sont installés. 

Z Les différents acteurs   Au  fil  du  temps,  le  marché  est  devenu  national,  mais  les  diagnostiqueurs  immobilier  sont  restés  régionaux, proches de leurs clients. Il en est de même pour les franchises, que l'on peut placer au  même niveau que les indépendants classiques, puisque chaque franchisé est un patron qui décide  « en homme responsable » des orientations qu'il doit donner à son entreprise. 

43


PAR RTIE 2 : AV VANT DE COMMEN NCER, DÉFFINIR SA ST TRATÉGIE E  Le  marché  du u  diagnosttic  immobilier  n'intééressait  paas  les  gran ndes  entreeprises  :  laa  majorité  des  s les  ««  grands  comptes  c »..  Un  burreaux  de  contrôle  esst  restée  avvec  ses  cliients  historiques,  à  savoir  seul a investi le marché des particu uliers, par croissance e externe.

Les indépendaants peuveent évoluerr vers un m modèle de mutualisattion :  •

des serrvices,  aveec  par  exem mple  :  les  fédération ns,  qui leur  permettrront  d'être e  à  la  fois  plus  compétitifs et plu us productifs. 

du commercial  et  de  l'o organisatioon  :  avecc  les  plattes‐formess  qui  permettront  aux  indépeendants  d'aaccéder  à  une  plus  l arge  clienttèle  et  nottamment  lles  «  grands  comptees  »,  dont ilss sont aujo ourd'hui exxclus. 

Z Quelle pérenn nité ?  La  concurren nce  se  préépare  à  devenir  d efffrénée.  Les  L réseau ux  de  diaggnostiqueu urs  nation naux  répondent à u une logiquee « client ggrand comppte » tandis que les indépenda nts sont plus proches du  n intuitu pe ersonae esst l'une dess condition ns de leur rréussite. Elle leur perrmet  marrché local. La relation de  fidéliser  lees  prescrip pteurs,  ce  que  les  rééseaux  nattionaux  on nt  plus  de  e  difficultéss  à  mettree  en  placce. 

Z Un métier plu us complexe  Lorss  de  form mations,  less  diagnosttiqueurs  exxpriment  régulièrem ment  la  mêême  difficulté  :  ils  sont  s équ uipés « tou utes option ns », formé és, et désoormais certtifiés, maiss cela ne s uffit pas. Il leur man nque  l'essentiel : laa command de. La diffiiculté vien t du fait d de pouvoir  construiree une offre e commercciale  pertinente.  Sur  ce marchéé du diagnostic immo obilier, no us arrivonss à un vrai découpagge de la chaîne de vaaleur  (less acteurs see spécialiseent par fon nctions : coommercial, diagnostics, secrétaariat, servicce juridiqu ue...)  : daavantage d d'intervenants qui se  partagentt un gâteau u qui ne ce esse lui ausssi d'augmenter. A co ourt  term me,  il  n'y  aaura  pas  de  d perdantt.  A  moyenn  terme,  laa  réponse  viendra  dees  indépen ndants.  S'ils  se  fédèrent, ils o occuperontt tout l'espace, sinon...danger !  

45


Ch hapitre 1 : La stratéggie de dévveloppem ment 

Le marché  im mmobilier  est  un  secteur  s een  plein  boom  b et  le es  diagnoostiqueurss  ne  peuvvent  réu ussir  seulss.  Ils  doivvent  trouvver  les  bo ons  interlo ocuteurs  pour  les  accompaggner  et  te enir  com mpte d'un ne possible e réorganisation du u métier. 

E‐ Travvailler e en réseau pou ur dope er son e entreprrise  Et  s'il  s existaait  un  auttre  levier  pour  con nquérir  de e  nouveaux  marchhés  et  dévvelopper  son  activité ?  Le  modèle  d'organisation  dess  entrepriises  en  ré éseau  n'eest  pas  no ouveau,  mais  m qu'en est‐il d dans la filiière du dia agnostic immobilie er ?   Le ttravail en rréseau est une pratiq que d'entreeprise en ffort développement.  Il s'agit d'u un systèmee de  relaations entrre acteurs ééconomiqu ues qui perrmet de disposer de ressourcess illimitéess en gardan nt le  maxximum de souplesse..  

Z Quelss réseaux x ? Pour qui ?  Les  réseaux lees plus ten ndances du u moment sont les ré éseaux socciaux, plateeformes dé ématérialissées  nternet,  qui  favorissent  les  rencontres,,  les  échaanges,  les  partages  de  sur  la  grande  toile  In nnaissancess  et  d'expéériences...  Mais  bienn  avant  ce es  réseaux  virtuels,  lees  réseauxx  ont  toujo ours  con exissté et contribué au développem ment des reelations d'aaffaires.  Les  petites  eet  moyenn nes  entrep prises  sontt  particuliè èrement  concernéess  par  ces  pratiques,,  les  c de  d finance ment  leurr  imposentt  ce  limiites  impossées  par  leur  effectif  et  souvvent  leur  capacité  modèle de dééveloppement.  Clubs  d'entrrepreneurss  de  so on  territooire,  orgaanisations  professioonnelles,  groupemeents  d'en ntreprises,,  réseaux  de  francchises...  noombreusess  sont  les  commu nautés  acccessibles  aux  entrepreneurs du diagnostic immo obilier. 

Z Les av vantagess et intérrêts des rréseaux mment exploités pourr favoriser le développpement des cabinets de  Mais, ces réseeaux sont‐iils suffisam diaggnostic ?  De  nombreuxx champs d de coopéraation existeent entre e entreprises de la filièère : se rap pprocher p pour  d'offre plus conséqueents en vo olume ou ccouvrant d''autres terrritoires qu ue le  répondre à dees appels d n, élargir so on offre dee prestations en faisaant appel à un confrère...  sien Au‐‐delà  des  aaffaires,  s'inscrire  dans  des  résseaux,  c'est  aussi  l'asssurance  dde  ne  pas  être  ê seul  dans  d son n rôle de dirigeant, prendre du  recul, cappter les données du m marché, obbserver ses concurreents,  partager des  expériencees... même e si ces raiisons n'am mènent pass directemeent du chiffre d'affaires,  es sont toutt aussi fondamentale es pour la rréussite de e l'entreprise.  elle Dan ns  ce  domaaine  comm me  les  autrres  leviers   de  croissaance,  une  stratégie  eet  des  cho oix  s'impossent,  pou ur ne pas risquer de sse perdre ((et de perddre son tem mps) dans des réseauux qui n'ap pportent p pas à  l'en ntreprise. 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 2 : AVANT DE COMMENCER, DÉFINIR SA STRATÉGIE  Réseaux  liés  à  son  métier,  à  son  territoire,  à  son  statut  d'entrepreneur,  à  ses  passions,  à  ses  loisirs...  de  nombreux  types  de  réseaux  existent ;  de  quoi  répondre  aux  attentes  de  chaque  entrepreneur, tout en gardant le cap de l'efficacité pour son entreprise.   

Chapitre 2 : S'installer à son compte  A‐ Créer son entreprise de diagnostic immobilier :  quelles conditions pour réussir ?  Après une période intensive d'arrivée de nouveaux entrants dans le métier du diagnostic  immobilier, on assiste depuis 2008 à une certaine « normalisation » des flux de nouvelles  entreprises  dans  le  secteur.  La  conjoncture  2008/2009  aurait  pu  en  freiner  certains,  pourtant  des  diagnostiqueurs  immobiliers  osent  se  lancer  dans  la  création  de  leur  entreprise de diagnostic et mieux encore, ils réussissent ! Quels sont leurs secrets ?  

Z Des étapes clés pour la pérennité de l'entreprise.  Afin  d'être  sure  de  pouvoir  durer  dans  le  temps  et  d'être  compétente  sur  le  marché  qu'elle  a  choisi, une entreprise doit reposer sur des bases solides. C'est pourquoi les différentes étapes de la  création de l'entreprise sont essentielles et primordiales.   Afin que votre entreprise puisse voir le jour en toute légalité, vous vous devez de choisir un statut  juridique.  Deux  possibilités  s'offre  à  vous  :  l'entreprise  individuelle  ou  la  société.  De  ce  choix  en  découleront bien d'autres ainsi que de nombreuses formalités administratives dans lesquelles vous  pourrez vous faire accompagner entre autres par des CFE (Centres de formalités des entreprises).  Mais  ne  vous  découragez  pas,  toutes  ces  démarches  sont  la  garantie  de  bases  saines  et  solides  pour votre entreprise.  Vient ensuite le choix déterminant du type de croissance de l'entreprise : croissance organique ou  croissance externe.   Selon  le  type  d'activité,  le  marché  et  la  volonté  de  développer  l'entreprise  plus  ou  moins  rapidement,  il  sera  judicieux  de  racheter  d'autres  entreprises,  de  créer  des  filiales,  d'ouvrir  des  succursales... ou bien de développer l'entreprise de façon interne.  Par ailleurs, lorsqu'elle se développe une entreprise rencontre différents types de difficultés :  •

L'optimisation des marges : elle nécessite une bonne connaissance du marché et des prix de  revient. 

La modélisation  financière  :  définir  un  modèle  interne  qui  reflète  fidèlement  l'activité  de  l'entreprise  permet  de  parer  à  tout  type  de  scénarii,  et  donc  de  renforcer  la  solidité  de  l'entreprise. 

47


Chap pitre 2 : S''installer à à son com mpte 

La recherche  dee  performance  et  dde  rentabiilité  :  elle e  nécessitee  un  bon  contrôle  des  es proposéés.  investisssements eet de la qualité des pproduits et des service

Enfin, céder son entreprrise dans le es meilleurres conditions lui perrmet d'avooir encore u une longuee vie  devvant elle.  Cess  décisions   concernent  tous  less  domaine s  de  l'entrreprise,  et  requièrennt  la  prise  en  comptee  de  nom mbreux parramètres. 

Z Etude e de marche et bu usiness p plan  L'avventure  n'est  viable  que  s'il  existe  e un  vvéritable  potentiel  p de  d marchéé :  une  des  erreurs  très  souvent  comm mise,  est  de  d considé érer  que  l''analyse  du u  marché  est  une  pperte  de  te emps  qui  peut  p nuirre  à  la  mise  en  acttion.  Or,  l'évaluationn  de  son  potentiel  d'activité,,  et  la  quaalification  des  prospects  à  ccibler  fait  gagner  du u  temps  eet  de  l'arge ent.  Il  ne  s'agit  pas  ici  de  se  contenterr  de  onomiques   fournies  dans  des  études  é génnéralistes,  mais  bien n  de  collecter  des  données  macro‐éco raissonner « dyynamique  des transaactions surr mon terrritoire », « volumes dde diagnostics potentiels  correspondan nt »,  « offrres  et  clie ents  de  m mes  concurrrents »,  « tarificatio « ons  du  marché »...  une  quête terraain est indisspensable..  enq Enfin, le dimeensionnem ment de son n entreprisse doit être pensé en n cohérencce avec ses perspecttives  ê maîtrisée  :  mattériel,  logiciel,  véhiccule,  d'acctivité.  La  mise  en  place  de  sa  structuure  doit  être  recrrutement  d'une  assistante,  locaux  com merciaux...  Il  s'agit  de  mesur er  ses  enggagementss  de  dép penses  et  d'anticipeer  les  bessoins  de  ttrésorerie  conséque ents  des  ppremières  semainess  de  dém marrage.  Plussieurs  solu utions pour  aller  plu us  loin  :  s 'informer  sur  les  po ortails  Inteernet  dédiés  au  métier,  rencontrer dees professionnels en  exercice, cconsulter lles fédérattions profeessionnelle es, se former à  la création d'eentreprise,, se faire acccompagneer par un cconseiller sspécialisé.... 

B‐Les éétapes de la ccréation n d’enttreprise e  La  création  d d’une  socciété  de  diagnostic d c  immobilier  est  en n  elle‐mêm me  déjà  une  u véritaable  enttreprise. Q Quelle estt la marche à suivree ? Afin de e se lancer dans less meilleure es conditiions  posssibles,  il  est  important de  ne néglige n er aucun  point. Vo oici les priincipales  étapes de e ce  parrcours pou ur mettre toutes les chancess de son cô ôté. 

Z 1. Etu ude de m marché & businesss plan   Con nnaître  le  marché  avvant  de  se e  lancer  daans  une  activité  est  indispenssable  :  la  rencontre  des  prin ncipaux  inttervenantss  du  métie er  et  l’élaboration  d’un  d busin ness  plan  ((résumé  de  d la  stratégie  d’en ntreprise) permetten nt de se po oser les bonnnes questtions et de structurerr sa démarche. 

Z 2. Cho oix de fé édération n  Les  fédération ns apporteent des con nseils et dee l’aide dans différen nts domainnes : pratiq que du métier,  êts de la prrofession… …Elles perm mettent d’êêtre moins isolé.  veille juridique, défensee des intérê  

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 2 : AVANT DE COMMENCER, DÉFINIR SA STRATÉGIE 

Z 3. Choix d’être indépendant ou franchisé  Garder  son  indépendance  et  sa  liberté  est  un  choix  tentant,  d’autant  plus  qu’il  est  économique,  cependant les franchises accompagnent et apportent une réelle assistance et peuvent fournir de  l’activité. 

Z 4. Prendre un comptable  C’est une étape non indispensable mais qui permet de dégager du temps pour la gestion courante  de  l’entreprise.  Quelle  que  soit  la  décision,  il  est  conseillé  de  rester  proche  de  ces  données  chiffrées pour garder une vision instantanée et prendre les décisions adéquates. 

Z 5. Démarches bancaires  Partenaire  du  quotidien,  l’établissement  bancaire  accompagne  la  société  dès  sa  création  :  ouverture  d’un  compte,  recherche  de  financement,  facilités  de  caisse…  La  présentation  d’un  business plan rigoureux facilitera les premières négociations.  

Z 6. Formalités administratives  Les choix de bureau, siège social, véhicule et surtout de statut, méritent d’être bien étudiés pour  correspondre au mieux à la structure de l’entreprise. Le Centre de Formalités des Entreprises peut  apporter une aide précieuse. 

Z 7. Supports de communication  Les  outils  de  valorisation  de  l’activité  de  l’entreprise  représentent  un  des  premiers  atouts  commerciaux.  Cartes  de  visite,  tampon  de  la  société,  plaquettes  commerciales,  site  internet  fonctionnel  et  simple  d’utilisation  sont  autant  de  moyens  de  donner  une  bonne  image  de  l’entreprise. 

Z 8. Matériel du diagnostiqueur  Chaque  diagnostic  règlementaire  nécessite  un  matériel  approprié,  il  est  conseillé  de  porter  une  attention  particulière  au  matériel  pour  le  diagnostic  plomb,  compte  tenu  du  coût  et  des  démarches à accomplir pour l’obtenir. 

Z 9. Informatique et logiciels  L’informatique  est  devenue  un  élément  incontournable  pour  la  productivité  de  l’entreprise.  Les  tablettes  PC  sont  désormais  très  utilisées  et  les  logiciels  de  production  de  rapport  couvrent  la  plupart du temps plusieurs diagnostics. 

Z 10. Assurances  L’assurance  Responsabilité  Civile  Professionnelle  est  obligatoire,  les  autres  sont  vivement  conseillées  :  multirisque  bureau,  assurance  auto,  bris  de  machine…  Les  fédérations  et  les  franchises proposent parfois des tarifs avantageux.   

49


Chap pitre 2 : S''installer à à son com mpte 

Z 11. Fo ormation n techniq que  Une e formation existe po our chaque e diagnostiic règlementaire. Elle es durent eentre 2 et 5 5 jours et ssont  un aatout essentiel pour l’obtention n de la certtification rrelative à chaque diaggnostic imm mobilier. 

Z 12. Sttage terrain  Il esst judicieuxx d’effectu uer au minimum 15 jours d’acccompagnem ment terra in afin d’appréhendeer le  méttier en con nditions réeelles. Ce so ont généraalement less organismes de form mation qui proposentt ces  stagges. 

Z 13. Ceertification  La  certificatio on  est  obligatoire  pour  chaquue  diagnosstic  réglem mentaire,  eelle  est  dé élivrée  parr  un  organisme acccrédité et sse composse d’au mo ins une partie théorique et unee partie praatique. 

Z 14. Fo ormation n comme erciale  mais  elle est  fortem ment  recoommandée e.  L’appro oche  Cette  formattion  n’est  pas  obliigatoire  m mmerciale peut faire la différence face à laa concurre ence : satisfaction du  client, fidé élisation…   com

Z 15. Déébut de l’activité é  Derrnière  étap pe  mais  prremiers  paas  en  autoonomie  tottale  et  gra andeur  natture,  c’est l’occasion n  de  metttre en praatique les cchoix, les fo ormations et de déve elopper sa stratégie ccommerciaale. 

@ Pour en sa P avoir + :   • vous êêtes inscritt au site iinfodiagnoostiqueur.com, conn nectez‐vouus et cliqu uez ici :  l'ooutil  Créer sson entreprrise   • vous  n n'êtes  pass  inscrit  au u  site  infoodiagnostiiqueur.com m,  s'inscrirre  gratuiteement  au  club  avanta age pour bénéficier d de l'outil  Pou ur  un  bud dget  allan nt  de  41  600  6 €  à  98  100  €  sur  s une  période  dee  5  mois  minimum m,  la  création  d’une  sociétté  de  diaggnostic  im mmobilierr  représen nte  un  ennjeu  de  ta aille.  Bien n  se  pré éparer  peermet  d’ê être  opérationnel   dans  le es  meilleures  connditions  et  e d’accé éder  rap pidement à l’indépe endance souhaitée..  

C‐ L'étu ude de marché du diiagnosttiqueurr immo obilier  L'éttude  de  m marché  doit  d perm mettre  de  cerner  parfaiteme p ent  les  e njeux  de  son  sectteur  géo ographiqu ue.  Elle  pe ermet  ain nsi  aux  d diagnostiqueurs  immobilierss  de  bien  maîtriser  la  création  d'eentreprise,  l'ouvertture  d'une  nouvelle  agence e  ou  la  m mise  en  œuvre  œ d'une  nou uvelle straatégie.      

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 2 : AV VANT DE COMMEN NCER, DÉFFINIR SA ST TRATÉGIE E  L'étud de  de  m marché  peut  p être  réalisée   directem ment  par  le  diagn nostiqueur  ou par une société sspécialiséee. Sa réalisaation n'est pas  nécesssairementt  complexe e  car  il  s'a agit  de  fai re  preuve  de  bon  sens.  Quel  est  le  pottentiel  com mmercial  ?  Qui  sonnt  les  conccurrents  ?  Les  clientts potentieels ?  En  ayyant  une  bbonne  visib bilité  du  marché  m de  son  secteur,  il  est  ainsi  a posssible de co onstruire so on offre (service et pprix) et de ss'assurer de la praticaabilité de sson projet. 

Z Le ma arché : ch hiffre d'a affaires d du déparrtement tous diaggnostiqu ueurs  confo ondus  Pou ur obtenir lle chiffre d'affaires po otentiel duu départem ment, il s'ag git de :  • Bien ap ppréhende er les obliggations app plicables su ur son futu ur secteur  Dan ns  certainss  cas,  les  produits  p vendus  ne  sont  pas  obligatoire o es  :  à  l'exeemple  des diagnostics  «  term mites ». Orr, la conséquence pe eut être im mportante aautant en termes dee formation n qu'en chiffre  d'afffaires.  • Estimeer le parc de logemen nts de son  secteur  Dén nombrer lees logemen nts, la part construitee avant 194 49 (pour le plomb), laa part de propriétairees et  de llocataires.  • Déduirre le nomb bre de diaggnostics pa r type  Dess chiffres o obtenus, il  conviendrra d'évalueer le nomb bre de diag gnostics « aamiante »,, « plomb  », «  DPEE »... pour la vente ett pour la lo ocation. 

Z La demande : clients e et prescrripteurs Il co onvient d'aanalyser la demande sous deuxx angles : ce elui des clients qui soont souven nt directem ment  les  particulierrs,  et  celui  des  presscripteurs  (notaires,  agents  im mmobiliers))  qui  sont les  donneeurs  d'orrdres.  Dan ns le secon nd cas, il esst importan nt de les coomptabilise er sur le dé épartemennt. Cette ph hase se réaalise  sous  forme  d d'enquêtes  ou  d'inte erviews  de   manière  à  déterminer  leurs  attentes  en  e matièree  de  servvice  et  de  prix.  Avec  A qui  travaillent‐ t ‐ils  ?  Son nt‐ils  prêtss  à  trava iller  avec  un  nouvveau  diaggnostiqueu ur  ?  Comment  achètent‐ils  ??  Pour  le es  rapports  se  servvent‐ils  de e  la  signatture  élecctronique ?? Etc.  qui  Cette  analysee  synthétiq que  basée e  sur  la  ddemande  va  v permetttre  de  dééfinir  les  tendances  t on offre.  servviront à construire so

Z L'offre e propossée aujou urd'hui aaux clien nts et auxx prescrippteurs  Il  s''agit  d'étudier  tous  les  acteurrs  présentss  sur  le  marché.  m Combien  sonnt‐ils  ?  Surr  quel  sectteur  géo ographiquee  interviennent‐ils  ?  Quels  sonnt  leurs  serrvices  et  à  à quel  prixx  ?  Les  con ncurrents  sont  s notamment :    

51


Chap pitre 2 : S''installer à à son com mpte 

• Les auttres diagno ostiqueurss, concurreents directss  • Les  enttreprises  évoluant  é dans  d des  d domaines  voisins  v :  certaines  e ntreprises  intervienn nent  dans ceette activitté comme les bureau x de contrôle, les arcchitectes, lees géomèttres, etc.  L'ob bjectif étan nt d'obtenir la vision la plus coomplète po ossible de sson marchéé afin de sse positionner,  de d définir sa sstratégie co ommerciale et son pootentiel. 

Z Définir ses op pportunittés  D'après  le  co onstat  étab bli,  le  marrché  sur  lee  départem ment  choissi  est‐il  enn  développ pement  ou u  en  Que représsente le marché en vvolume de vente ? Q Quel sera l' impact de  l'évolution n de  staggnation ? Q la  réglementa r ation  sur  lee  chiffre  d'affaires  d (ppar  exemp ple  l'obligation  de  l'aapposition  de  l'étiquette  er éne ergétique ssur les ann nonces imm mobilières  au 1  janvvier 2011). Quels sonnt les points sur lesquels  s'ap ppuyer pou ur assurer lla réussite de son proojet ?  D'après  certaaines  étudees  de  marrché,  le  baas  prix  n'e est  pas  l'a attente  preemière  du u  client  ou u  du  prescripteur.  De  plus,  fonder  sa  stratégie  sur  le  tarrif,  c'est  s'exposer  àà  perdre  le  client  si  un  ncurrent prropose un ttarif moinss cher.   con En  revanche,  il est préfférable d'axer son offfre sur le  service, d'être discriiminant paar la qualitté et  n par le prixx.  non

@ Pour en sa P avoir plus cconsulter l'article Ettudes de m marché du d diagnostiquueur immo obilier  Une e  bonne  éétude  de  marché  nécessite  n rigueur  et  e bon  sen ns.  Grâce   à  cette  étude,  é il  sera  s posssible de p préparer  correctem ment sa sttratégie et l'action commercciale qui e en découle era.  Ain nsi les chances de ré éussite se eront conssidérablem ment augm mentées.   

D‐

Repren ndre un ne entrreprise

Z Les co onseils avvant cession/acq quisition Ven ndre  ou  acquérir  une  enttreprise  ssont  des  étapes  important i tes  dans  la  vie  d'un  d enttrepreneu ur et nécesssitent do onc une sttratégie. V Voici quelq ques consseils !   o La préparration   La  cession/ac c quisition  engendre d e des  formallités  et  dess négociations  souveent  longue es  et  délicaates,  c'esst pourquo oi on comp pte générallement auxx alentours d'une année. Pour  se préparer au mieu ux, il  est intéressan nt  de : 

suivre une formation aux te echniques  de négociaation 

définir ses objecttifs 

faire ap ppel à des profession nnels : cabiinets de co onseils, exp perts compptables, jurristes... 

échangger avec d'autres personnes étaant dans la même situation   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 2 : AVANT DE COMMENCER, DÉFINIR SA STRATÉGIE  •

échanger sur le sujet avec son entourage aussi bien professionnel que personnel 

o Informations et protection  Lors  d'une  acquisition,  le  repreneur  devra  aller  à  la  recherche  d'informations  stratégiques  notamment après du tribunal de commerce, il est également recommandé de faire une enquête  auprès de la clientèle, des fournisseurs et partenaires.  De l'autre côté, le vendeur doit s'assurer que l'acquéreur potentiel ne fait pas d'espionnage. Afin  d'être  à  même  de  lui  divulguer  des  informations  concernant  la  société  mise  en  vente  en  toute  sécurité,  il  signera  avec  l'acquéreur  potentiel  une  clause  de  confidentialité  garantissant  la  protection de ces données.  Par  ailleurs,  l'acquéreur  peut  demander  une  garantie  d'actif  et  de  passif  (garantie  de  bilan)  qui  assure l'authenticité des documents comptables et lui permet donc de limiter les risques.  Enfin,  il  existe  un  autre  type  de protection :  la  clause de  non‐concurrence.  Elle  est  négociée  par  l'acquéreur contre une reprise d'activité similaire du vendeur.  D'autre  part,  le  processus  de  négociation  engendrera  toute  une  série  de  questions  autour  des  modalités  de  reprise  qu'il  faudra  fixer.  Y‐aura‐t‐il  un  accompagnement  de  la  part  du  vendeur ?  Pendant combien de temps ? Les salariés conserveront‐ils leur poste ?...  

o Prix et modalités de paiement  Si les modalités de paiement arrivent en fin de processus, l'entente sur une fourchette de prix se  fait en amont, puisque les négociations ne peuvent commencer sans elle.  En  fin  de  parcours,  les  différentes  parties  devront  s'accorder  sur  le  paiement :  comptant  ou  différé ? En titres, en cash ? En fonction des résultats ou fixe ? 

Z La clause de confidentialité  La clause de confidentialité vise à protéger les informations et le savoir faire d'une société  lorsque celle‐ci est mise en vente ou lorsqu'elle recherche un partenariat.   o Comment ça marche ?   Concrètement si un vendeur démarche directement de potentiels acheteurs, il prend le risque de  dévoiler  d'une  part  la  cession  de  sa  société,  et  d'autre  part  les  divers  atouts,  informations  ou  secrets  de  fabrication  de  son  entreprise  (nombre  de  salariés,  chiffre  d'affaires,  secteur  géographique, méthodes de travail...). Pour remédier à ce risque, le vendeur peut donc passer par  un intermédiaire qui n'est autre qu'un professionnel de la cession/acquisition.  Ce dernier signera avec le vendeur 2 documents :  •

une autorisation de rechercher un acheteur 

un document  l'engageant  à  signer  une  clause  de  confidentialité  avec  tout  acheteur  éventuel. 

53


Chap pitre 2 : S''installer à à son com mpte 

L'intermédiairre pourra ffournir que elques élém ments sur la dite société à l'ach eteur pote entiel sans que  ntification,  avant  la  signature  de  la  clau use  de  coonfidentialité.  Mais  il  ne  celaa  permettee  son  iden dévvoilera le nom de la société mise en ventee qu'une fo ois la clause e de confiddentialité signée.  

o La clause de confid dentialité  avec le ce essionnairre (acquérreur)  Voici les différrents élém ments que ccontient l'eengagemen nt de confidentialité  :  •

Restitu ution des in nformation ns confidenntielles : le signataire s'engage àà restituerr la totalité des  informations confidentielles à la sociéété mise en n vente ou en rechercche de parrtenariat 

Indemn nisation :  le  prometttant  s'enggage  à  ve erser  à  la  dite  soci été  des  indemnitéss  de  compensation s'il ne respecctait pas lees termes d du contrat

Confideentialité dee l'engagem ment et dees négociattions 

La duréée de validité de la clause de coonfidentialité 

Droit applicable ((français...)) 

Compéétences jurridiques 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR  DIAGNOSTIQUEUR  IMMOBILIER               

55


Chap pitre 1 : Laa formatio on technique 

Chap pitre 1 1 : La fformaation ttechn ique  A‐

La prise e en ch harge d de vos fformations 

Suivvre une fformation est un élément in ndispensable pour  la réussitee de votrre entreprrise.  Afin n  de  vouss  faciliter  la  tâche,,  l'organissme  form mateur  peu ut  vous  aaccompagn ner  dans  vos  dém marches p pour la priise en cha arge de vo os formations.  Vou us avez déccidé de suivre une fo ormation, sseul ou accompagné é de vos em mployés. Q Quelle que  soit  la  taille  t de  votre  entreeprise,  vou us  versez  cchaque  an nnée  une  contributioon  légale  au  titre  de  la  form mation pro ofessionnelle. Ainsi, vvous pouveez bénéficie er des financements  prévus à ccet effet.  Pou ur pouvoir en profiter, vous devvez faire unne demand de de prise e en chargee un mois aavant le déébut  de lla formatio on auprès d de votre OPCA (Orga nisme Pariitaire Colle ecteur Agrééé) :  • FAFIEC C, AGEFOS, OPCAREG... pour less sociétés aavec des sa alariés  • FIF‐PL, OPCA‐PL... pour les iindépendaants et/ou les chefs d'entreprisees.  En rretour, l'orrganisme vvous indiqu uera le moontant pris en charge e sur la globbalité de laa formatio on et  ouvvrira un dosssier pour la formatio on.  La p prise en chaarge par vo otre OPCA vva dépendrre de votre situation e et de la taill e de votre entreprise  :  • Indépeendants  et/ou  e che efs  d'entrreprises,  vous  dissposez  d' un  budge et  forfaittaire  (généraalement 50 00 Euros H HT)  • Employyé dans un ne entreprise de moinns de 10 saalariés, vou us dispose z d'un bud dget forfaittaire  (généraalement 91 15 Euros H HT)  • Employyé dans un ne entreprise de pluss de 10 salariés, un b budget est  t fixé annuellement p pour  votre eentreprise (à voir aup près de vottre OPCA) • En  reccherche  d'emploi,  il  est  possi ble  de  vo ous  adresser  soit  à  l'ANPE,  so oit  au  Con nseil  Régional de votree région po our obtenirr le finance ement de la formatioon.  Pou ur en savoir plus sur vvotre OPCA A, informezz‐vous aup près de votre comptaable.  

B‐La fo ormatio on initiale au métierr de dia agnostiiqueur  imm mobilierr  Plo omb,  amiaante,  term mites,  éle ectricité,  gaz...  les    connaisssances  ppour  la  ré éalisation  de  diagnostics  immobilie ers  doivent  être  éétendues.  Une  formation  aapparaît  indispensaable  pou ur l'exerciice de cettte professsion.  Inco ontournable  dans  le  secteurr  immobiliier,  le  diaagnostique eur  doit  êêtre  irréprochable.  Ses  con nnaissancess du milieu u immobiliier, tant teechniques  que réglem mentaires,  doivent ê être complètes   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IM MMOBILIER  et larges. Afin n d'être à la pointe de son mét ier, une fo ormation te echnique ssemble la formule la  plus  adaaptée.  

Z Les sttages de formatio on du diaagnostiq queur imm mobilierr   Les  organnismes  de e  formatio on  s'appu ient  sur  des  exerccices  pratiques  et concretts, des études de cass sur le terrrain, voiree sur  s des  sites  aménagéss.  En  effet,,  certains  de  ces  orgganismes  sont  ogiques  sppécifiques  dédiés  à  à ce  équipés  dde  plateaux  pédago métier  suur  toute  laa  France.  Y  sont  disspensés  des  formations  courtes  aadaptées  aux  contrraintes  d'eexploitatio on  du  méétier  s'appuyannt sur des ssupports p pédagogiquues destiné és à permeettre  au  futurr  diagnostiqueur  de  retroouver  facilement  les  info ormations indispensaables.  Au  cours  de  ces  form mations,  le  stagiaire  dispose  d'une  doccumentatioon  claire,  structuréee  et  synthétique,  au  traverss  de  diverss  supportss  (CDROM,,  logiciels,  films  et  ddiaporamass  d'animattion,  nuels illusttrés...).  man Il  bénéficie  géénéralemeent  d'une  validation  v des  acquis  au  trave ers  de  queestionnaires  d'évaluation  n  maintien n  des  connnaissances  par  de  la  documenttation  proffessionnelle  et  dess  connaissaances,  d'un de lla délivrance d'un certificat de fformation  reconnu p par les proffessionnelss. 

Z Trouvver votre e stage  Au  sein des organismes de formattion, vous  trouverez  le stage qui conviennt le mieuxx à vos besoins  métier de d diagnostiqu ueur ou inttégré dans un cabineet de  de fformation,, que vous soyez candidat au m diaggnostic imm mobilier.  Ainsi,  par  le  biais  d'une  demi‐do ouzaine  dee  modules  d'une  à  trois  t semaaines,  vouss  pouvez  vous  v ur  en  bénééficiant  d'un  enseign nement  suur  la  comp préhension n  du  préparer  à  deevenir  diaggnostiqueu ondamenta aux  du  bââtiment  nécessaires n s  au  méttier,  de  sses  acteurs,  de  la  certificatioon,  des  fo diaggnostic  im mmobilier,  des  métho odologies....  Ces  mod dules  comportent  d es  stages  en  entrep prise  pou ur parfaire la formatio on.  Dess modules  existent éggalement p pour les prrofessionnels souhaittant acquéérir une vission plus cllaire  dess  mécanism mes  qui  régissent  les  obligattions  du  Dossier  D de e  Diagnosttic  Techniq que  (DDT).  Ils  reposent  sur  le  développement  du  panoraama  du  métier  du  diagnostic  d et  de  ses exigencess  en  partant  de  laa  naissancee  du  DDT.  Ils  ont  poour  objecttif  de  mieux  compreendre  les  acteurs  ett  les  ntes, locations, réhabbilitations....  obliigations liéées aux ven

Less organism mes  de  fo ormation  aux  diaggnostics  im mmobiliers  propossent  diffé érents  staages  ave ec  des  approches  pédagoggiques  op pérationn nelles  et  innovanttes.  Il  s'a agit  pourr  le  diagnostiqueeur  de  bénéficier  b d'une  fformation  pragmattique  et  de  dispo oser  d'ou utils  pra atiques po our l'exerccice du mé étier. 

57


Chap pitre 1 : Laa formatio on technique 

C‐ Les aautres fformattions  Z La forrmation au repérrage d'am miante  Le rrepérage d d'amiante sse fait lors du diagno stic amiante avant‐vente, notaamment daans le cadree du  DDTT  (Dossier  de  Diagno ostic  Technique).  Suur  le  sujet,,  la  loi  estt  stricte  ett  les  pointts  de  conttrôle  nom mbreux...  LLes  experttises  de  re epérages  dd'amiante  s'avèrent  être  extrêêmement  techniques t s,  la  certtification, o obligatoiree, est une b base mais  ne suffit pas dans bie en des cass. De plus, les formations  sero ont des appuis essentiels lors de la certifi cation.   @ Pour en sa P avoir plus, vous pouvez consuulter l’articcle : La form mation au  repérage d d'amiante

Z La forrmation au repérrage d'am miante avant trav vaux ou  démolition  Le  repérage  d d'amiante  avant  travvaux  ou  avvant  démo olition  est  différent  dde  celui  ré éalisé  avan nt  la  nte.  Il  est  eextrêmemeent  technique  et  reqquiert  des  connaissances  indis pensables  du  bâti,  aussi  a ven bien n en indiviiduel qu'en n tertiaire  et collectiff (habitatio ons, locauxx de travaiil...). Afin d d'appréhen nder  au m mieux la ceertification n et surtoutt les experrtises, la formation esst un atoutt non négliggeable.  

@ Pour P en  sa avoir  pluss,  vous  po ouvez  conssulter  l’arrticle :  La  formation  f   au  repéra age  d'amia ante  avant travvaux ou déémolition  

Z La forrmation électriqu ue et sess enjeux L'Ettat des insttallations intérieures d'électriciité ou diaggnostic élecctrique estt obligatoirre depuis lee 1er  janvvier  2009  en  cas  dee  vente  de  d tout  ouu  partie  d'un  bâtiment  à  usa ge  d'habittation  lorssque  l'insstallation d date de plu us de 15 ans. Afin d'obtenir la  certificatio on nécessaaire à l'étaablissement de  ce d diagnostic délicat, il p parait indisspensable dd'être parffaitement fformé.  

@ Pour en sa P avoir plus, vous pouvez consuulter l’articcle : La form mation éleectrique et ses enjeuxx

Z La forrmation DPE +  Dep puis  2006,  le  DPE  (Diagnostic  de  d Perform mance  Energétique)  a  le  vent  een  poupe.  Au‐delà  de  d la  certtification o obligatoire,, il convien nt aux diaggnostiqueu urs immobiliers qui sse lancent  sur le marrché  du tthermiquee de bien een connaîtrre les règlees et les ou utils adaptés. Les forrmations spécifiquess sur  le  DPE  D permeettent  de  faire  des  préconisattions  de  travaux  t plu us  adapté es.  Les  dia agnostique eurs  imm mobiliers p peuvent en n faire un a avantage cconcurrenttiel.  @ Pour  P en  ssavoir  plu us,  vous  pouvez  p coonsulter  lees  articless :  La  form mation  DPE  +  et  au udits  thermiquees.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER 

Chapitre 2 : La certification  A‐

La certification du diagnostiqueur immobilier 

Vous êtes diagnostiqueurs, vous devez prouver que vos compétences sont certifiées. Pour  cela,  vous  devez  procéder  à  une  certification  des  personnes  physiques,  opérateurs  en  diagnostics immobiliers. Passage en revue de cette certification. 

Z Les organismes certificateurs  Le  Cofrac  participe  à  la  définition  des  dispositions  réglementaires.  Il  accrédite  les  organismes  certificateurs qui procèderont à la certification de personnes, gage d'homogénéité et de sérieux.  Ces organismes doivent répondre à des critères précis :  • être accrédités par le COFRAC conformément aux prescriptions de la norme NF EN ISO/CEI  17024  • répondre  aux  exigences  prévues  à  l'annexe  I  des  «arrêtés  compétences».  Ce  sont  eux  qui  vont certifier les diagnostiqueurs immobiliers.  Pour  la  certification  de  vos  compétences,  il  est  ainsi  très  important  de  vous  adresser  à  un  organisme reconnu. Ce dernier est le seul juge de la délivrance du certificat, de sa suspension et de  son renouvellement.  Le certificat est délivré pour une durée de 5 ans. 

Z Les examens de certification  Les connaissances théoriques et les compétences pratiques sur lesquelles portent les examens de  certification sont définies par les «arrêtés compétences». Ces arrêtés interministériels comportent  également les exigences à satisfaire par les organismes certificateurs.   Les  «arrêtés  compétences»  parus  à  ce  jour  au  Journal  Officiel  sont  les  suivants  :  DPE,  Termites,  Amiante, CREP, Gaz et Electricité.  Chaque parution conditionne le démarrage des instructions des demandes d'accréditation reçues  par le COFRAC.  Ces examens se décomposent en plusieurs épreuves :  • Examen théorique sous forme de QCM réalisé thème par thème  • Examen pratique de mise en situation de diagnostic sur les thèmes techniques pour lesquels  la certification est obligatoire  • Exercices de rédaction d'un rapport qui fait suite à chacune des missions réalisées dans le  cadre de l'examen pratique  • Avis de l'examinateur qui observe le candidat durant l'examen pratique   

59


Chappitre 2 : La a certificattion 

Z Prépaaration aaux exam mens  Pou ur la prépaaration à cees examen ns, des enttreprises proposent u un service  d'accompaagnement  à la  certtification  aavec  différrentes  pre estations  qqui  ont  po our  objectif  de  vous  s  faciliter  l'obtention l n  du  certtificat.  Cess  prestatio ons  compo ortent  parr  exemplee  une  jourrnée  de  révision  r poour  vous  préparer  aux  évaluations  th héoriques  et  pratiqu ues,  d'obteenir  un  bilaan  personn nalisé  de  vvos  connaissances  ett  de  nfirmer  vos  connaisssances  régglementairres.  Elles  peuvent  être  ê compplétées  par  une  session  con d'évvaluation àà blanc pour vous familiariser aavec le con ntenu des épreuves tthéoriquess des exam mens  de ccertificatio on des perssonnes.   Dess  tests  grratuits  son nt  égalem ment  dispoonibles  po our  mieuxx  appréheender  les  compéten nces  néccessaires au ux évaluatiions théoriiques.  A  savoir :  s le  dispositif  de  certification  de  personne es  physiques  professsionnelles  du  diagno ostic  imm mobilier  esst  piloté  par  p la  DGU UHC  (Direcction  Géné érale  de  l''Urbanismee,  de  l'Habitat  et  de  la  Con nstruction. 

Afin n d'offrirr  les  meilleures  ga aranties  possibles  aux  ven ndeurs  ett  aux  acq quéreurs,  les  pre estations  des  diaggnostiqueu urs  sont fiabilisée es.  Depuis  le  1er  novembre  2007,  les  can ndidats diagnostiqu ueurs doivvent fairee valider le eurs comp pétences,, pour cha acun de le eurs  dom maines  d'interventtion,  par  un  orgaanisme  acccrédité  par  p le  Coofrac  (com mité  français  d'accréditatiion) ou un n équivale ent europééen.  

B‐Déro ouleme ent de ll'exameen  Obttenir sa ceertificatio on est pou ur le diagn nostiqueur immobilier une oobligation qu'il est bon  de  préparerr  correcte ement.  Une  U fois  les  formalités  d'inscriptionn  effectuées,  la  date  d d'examen fixxée et les principale es notions revues, l'épreuve e se dérouule en plussieurs étaapes  don nt voici less grandess lignes.  

Z La thééorie  L'exxamen  thééorique  porte  sur  less  exigencess  des  arrêtés  de  "co ompétencee"  (bâtiment,  matériaux,  procédés,  équ uipementss,  dispositiffs  réglemeentaires  ett  normatifss,  risques  et  sécurité é).  Il  vérifiie  la  nnaissance,, selon les métiers :  con • des disspositifs léggislatifs  • de la tyypologie dees construcctions, les  principauxx systèmes constructiifs  • des divvers types d de matériaaux de consstruction e et leurs pro opriétés  • de la teerminologie juridique e et techniqque tout corps d'étatt  • de la teerminologie juridique e du bâtim ent en rap pport avec le bois  • des tecchniques de construcction, les prroblèmes e et patholog gies du bâttiment   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  • de l'historique des techniques d'utilisation de l'amiante  • des caractéristiques chimiques du plomb  Le  candidat  dispose  de  35  minutes  en  moyenne  par  thème  (gaz,  amiante,  électricité...)  pour  un  QCM  de  40  questions  environ,  tirées  au  sort  de  façon  aléatoire  à  partir  d'une  bibliothèque  de  questions. Il est réalisé sur poste informatique. Le candidat n'a pas accès à sa documentation. Il n'y  a pas de questions éliminatoires, pas de points négatifs pour les réponses fausses.   Pour  réussir  le  QCM,  il  est  nécessaire  d'obtenir  une  note  globale  de  12/20  (cette  note  peut  dépendre du certificateur). Le candidat est alors convoqué à l'examen pratique. 

Z La pratique   L'examen  pratique  permet  quant  à  lui  de  vérifier,  lors  d'une  mise  en  situation,  que  le  diagnostiqueur applique et maîtrise les méthodologies voulues par les Pouvoirs Publics.  Cet examen consiste notamment à vérifier si le diagnostiqueur, selon la certification choisie :   • est capable de réaliser un DPE,  • applique la méthode de réalisation de l'état relatif à la présence de termites  • maîtrise la réalisation d'un repérage amiante,  • connaît la méthode de réalisation d'un CREP  • maîtrise la réalisation de l'état de l'installation intérieure de gaz et de l'état de l'installation  intérieure d’électricité.  L'examen  pratique  met  le  candidat  en  situation  concrète  d'examen,  à  partir  de  supports  d'informations détaillées (descriptif du lieu, plan, descriptif des équipements et des installations,  photos) permettant de comprendre le contexte.   Des  échanges  verbaux   sont  organisés  afin  que  le  candidat  puisse  apporter  les  informations  nécessaires  à  l'examinateur  pour  juger  de  sa  compétence  technique :  utilisation  du  matériel,  méthodologie employée...  Cette situation de « terrain » est suivie d'une période de rédaction des conclusions de la mission.  Le candidat établit son rapport, soit sur un modèle prédéfini, soit sur la base d'un modèle qu'il a  apporté et qu'il utilise couramment (ce qui permet de constater qu'il sait formaliser les constats  effectués et rédiger une conclusion de sa propre initiative). Il peut utiliser tous les documents et  outils qu'il juge nécessaires.   La durée de cette partie pratique varie de 45 minutes à 1 heure 15.  Certains  organismes  certificateurs  demandent  que  cette  partie  rédactionnelle  du  rapport  soit  rendue à une date ultérieure.  

Z Avis de l'examinateur   Chaque  exigence  «  compétences  des  personnes  physiques  »  définie  dans  l'annexe  2  des  arrêtés  d'application est notée selon 3 niveaux : « satisfaisant », « à améliorer », «insuffisant». Le rapport   

61


Chappitre 2 : La a certificattion 

du candidat  est  évalué  sous  4  aspects :  le  fond,  la  forme,  les  concclusions,  le es  documeents  graphiques. Il fait l'objett d'un échaange directt entre exaaminateur et candidaat.  L'exxaminateur remplit eensuite un rapport dd'évaluation et formu ule un aviss quant à lla certification  du ccandidat (ffavorable o ou défavorrable).  En  cas  d'écheec,  il  est  possible  p de e  repasser  2  fois  chaacun  des  examens  e ddans  un  dé élai  de  1  mois  m nimum à 3 mois maximum.  min

La phase  d'eexamen  de  d la  certification  peut  parffois  être  réalisée  ssur  une  seule  journée  pou ur  un  réssultat  qu uasi  immé édiat.  L'o organisme e  certifica ateur  déllivre  un  certificat  de  com mpétences dans less domaine es de diaggnostic co oncernés p pour une  durée de e cinq anss. Le  can ndidat enttrera alorss dans une e phase d e surveilla ance.  

C‐ Le su uivi de la certificatio on  Une e fois sa ccertification obtenue, le diaagnostique eur immo obilier enttre dans u une phase e de  surrveillance pendant les cinq années préécédant le e renouve ellement dde celle‐ci. Cette étape  obligatoire  aa  pour  ob bjectif  de e  vérifier  le  mainttien  des  compéten c nces  du  certifié  c ett  lui  perrmet de co onserver ssa certification, ind dispensable à l'exerrcice de soon métier. 

Z Le suiivi  La ssurveillance réglementaire a lie eu durant lla deuxièm me année d du premierr cycle de ccertificatio on et  lorss de la troisième ann née des cyccles suivannts. Elle con nstitue un outil de coontrôle et  de suivi. V Voici  ce q qui est dem mandé au ccertifié :  • se teniir à jour des évolutio ons techniiques, légiislatives ett réglemenntaires dan ns le domaaine  concerrné   Pou ur  cela,  il  peut  lui  être  demandé  de  compléterr  un  questionnaire,  fourni  paar  l'organisme  certtificateur,  relatif  à  cees  évolutio ons.  Il  peu t  également  devoir  indiquer  lees  formations suiviess  ou  anim mées, les ssources de veille tech hnique et rréglementaaire (sites internet, abbonnemen nt à des revvues  professionnelles) la partticipation àà des réuniions professsionnelless, à des grooupes de trravail. Certtains  organismes  ceertificateurs  mettentt  d'ailleurss  en  ligne  sur  leur  site  interneet  une  veille  juridique  et  der les certifiés à se teenir à jour.   réglementairee afin d'aid • fournirr un état de ses plain ntes et récllamations   Il s'agit d'un « « Registre  de Réclam mations et  Plaintes »,, concernant le diagnnostiqueurr certifié su ur la  période écoullée et dontt le modèle e est parfoois transmis par l'orga anisme cerrtificateur. Il contientt les  coo ordonnées  de ses clieents, le mo otif de leu r réclamattion ou pla ainte (accoompagné de la copie  des  cou urriers), less suites données par  le certifié , les délaiss de réaction du certtifié aux re equêtes dee ses  clients.  • déclareer la totalitté des constats/étatts réalisés p par domaine  

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  Une  liste  exhaustive  des  missions  réalisées  depuis  l'obtention  de  la  certification  concernée doit  être  fournie  :  c'est  un  état  de  l'activité  pratiquée,  une  liste  qui  doit  identifier  la  référence  des  diagnostics, les types de missions et les types de conclusions.  • avoir  réalisé  un  minimum  de  constats/états  par  domaine,  conformes  aux  dispositions  réglementaires, normatives ou bonnes pratiques professionnelles   Le certifié doit déclarer la réalisation d'au moins 10 rapports par domaine à l'exception du gaz pour  lequel il faut 20 rapports au minimum. Les organismes certificateurs fournissent une liste détaillée  des rapports à leur transmettre : selon les métiers, les rapports doivent couvrir différents types de  repérages,  différentes  conclusions  (présence  ou  absence  d'amiante,  de  plomb,  de  termites),  absence ou présence d'anomalie pour le gaz et l'électricité, différentes méthodes de calcul (DPE)...   L'organisme vérifie ainsi que la personne certifiée exerce réellement l'activité pour laquelle elle a  obtenu  la  ou  les  certifications  et  qu'elle  délivre  des  rapports  conformes  aux  dispositions  réglementaires. 

Z Critères de suspension ou retrait  La certification du diagnostiqueur immobilier peut être suspendue, ou retirée, en cas d'absence de  transmission  par  le  diagnostiqueur  certifié  de  la  (des)  liste(s)  des  missions  réalisées,  des  constats/repérages sélectionnés, de la non réalisation durant la période de surveillance du nombre  minimum de constats/repérages exigés, de leur non‐conformité aux réglementations en vigueur.  De fausses déclarations sont susceptibles d'entraîner une suspension ou un retrait de certification.  Sauf cas de force majeure, la cessation d'activité dans un domaine est un critère de retrait de la  certification dans le domaine concerné. 

Z Décision de l'organisme certificateur  A l'issue de l'analyse de tous ces éléments, l'organisme certificateur se prononce sur le maintien  ou non de la certification. Plusieurs cas sont possibles :  

• le maintien  • le  maintien  sous  conditions :  une  phase  de  surveillance  renforcée  pendant  laquelle  le  certifié doit envoyer des éléments ou rapports complémentaires  • la  suspension :  période  pendant  laquelle  le  certifié  doit  envoyer  des  rapports  supplémentaires  ou  le  cas  échéant  les  mettre  en  conformité  avant  évaluation  complémentaire  • le retrait du (des) certificat(s)  Dans ce dernier cas, pour reprendre son activité, le diagnostiqueur doit reprendre le processus de  certification au début en déposant un nouveau dossier de demande de certification.   Important :  les  éventuelles  évaluations  supplémentaires  devant  être  déclenchées  après  lecture  des rapports de mission sont souvent à la charge du certifié. 

63


Chappitre 2 : La a certificattion 

Dan ns un con ntexte où  la professsion de d diagnostiq queur imm mobilier eest parfoiss mise à m mal,  assurer  le  m maintien  de  d sa  certtification  est  une  chance  su upplémenntaire  d'augmenterr  sa  crédibilité ett de se positionner en tant qu'élément « sérieux » du méétier. 

D‐

Renouvveler sa certiffication n 

Le d diagnostiq queur imm mobilier ccertifié et  exerçantt depuis plusieurs aannées do oit prévoirr de  ren nouveler  ssa  certification  au  bout  de  ccinq  ans.  Au‐delà  de  d l'aspecct  régleme entaire,  c'est  c ausssi l'occasiion pour llui de faire e le point  sur l'évollution de son métieer.  Le  certificat  c d de  compétences  du  diagnostiq d ueur  immo obilier,  ind dividuel  et  nominatiff,  est  délivvré  à  une e personnee physique après réusssite aux exxamens théoriques e et pratique s.  C'esst  au  courrs  de  la  cinquième  c année  dee  validité  de  d la  certification  qqu'il  est  bon  d'initieer  le  processus de renouvelleement de ccelle‐ci par une nouve elle inscrip ption aux exxamens. 

Z L'occaasion d'u une mise e au point  dant  ces  cinq  années  perm met  au  diaagnostique eur  d'aborder  L'exxercice  dee  son  acttivité  pend sere einement ccette échééance. Néaanmoins, laa recertificcation se déroule danns les mêm mes conditions  que e l'examen  initial et il n'est pas dit que toous les cas  de figuress se soient  déjà prése entés à lui  lors  de  ses différeentes missiions : travaaillant avec ses prescripteurs h habituels eet fidéliséss, l'étenduee de  n expériencce n'est peut‐être pass aussi impportante qu ue celle de e la certificaation...  son La  recertificattion  constitue  donc  une  oppoortunité  d'é échanges  sur  le  maiintien  et  l'évolution  des  mpétences :  elle  peermet  de  valider  àà  nouveau u  ces  com mpétencess.  Conform mément  à  à la  com réglementatio on applicab ble et en viigueur, ellee permet é également de vérifierr que le cerrtifié se tieent à  utions  tech hniques,  lé égislatives  et  réglem mentaires  et  e qu'il  exeerce  réellem ment  l'actiivité  jour  des  évolu ur laquelle il a obtenu u la certificcation.  pou

Z Le suiivi  La ssurveillance suite à u un renouve ellement esst identiqu ue à celle d d'une prem mière certiffication : veille  tech hnique,  législative  et  e règlementaire,  suiivi  de  l'acttivité  par  l'analyse  dde  rapports  relatifs  aux  actiivités  couvvertes  parr  la  certificcation,  maais  elle  intervient  généralemeent  moins  tôt  (aprèès  la  deu uxième ann née qui suit la certificcation). 

Z Le cou ut  Il faaut compteer de 630 € € HT pour un diagnostic à 3500 0 € HT pou ur les six diiagnostics (amiante,  gaz,  élecctricité,  DP PE,  plomb  et  termittes).  Ces  ttarifs  comprennent  l'audit  de  surveillan nce  qui  suit  la  certtification.  

Déssormais o obligatoire e  pour  les  six  méttiers  princcipaux  du u  diagnosttiqueur  im mmobilierr,  la  certification demeure e une vérittable valo orisation d de la profe ession.    

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER 

Chapitre 3 : L'autorisation ASN  A‐

Autorisation ASN 

Dans le  cadre  du  Constat  des  Risques  d’Exposition  au  Plomb  (CREP),  la  loi  impose  l’utilisation  d’un  analyseur  à  fluorescence  X.  Cet  analyseur  étant  doté  d’une  source  radioactive, sa détention et son utilisation sont strictement encadrées : l’autorisation de  détention  de  l’appareil  par  l’Autorité  de  Sûreté  Nucléaire  (ASN)  s’obtient  après  la  constitution d’un dossier très précis et complet. Voici les étapes à suivre. 

Z Avant de commencer  Il  est  indispensable  d’avoir  passé  le  stage  PCR  (Personne  Compétente  en  Radioprotection)  et  obtenu  l’attestation  PCR.  Ce  stage  dure  généralement  une  semaine,  il  est  à  renouveler  tous  les  cinq ans.  Les éléments à rassembler sont les suivants :  • formulaire Kbis ou déclaration URSSAF  • la facture pro forma du coffre‐fort coupe‐feu 2 heures papier scellé   • la facture pro forma des extincteurs poudre type ABC 6 kg et 2kg   • un plan de situation du local (sur plan cadastral)  • un plan de localisation des appareils, les caractéristiques techniques de ces derniers   • un CV du demandeur  • une liste des dispositifs pour prévenir le vol ou l’endommagement des appareils notamment  en cas d’incendie  • la copie de l’attestation PCR  • les consignes de sécurité relative à l’entreposage et à l’utilisation des appareils 

@ Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’article : Protection du matériel et des données 

Z Envoi du dossier complet  Le  formulaire  ASN Autorisation  de  détection  et  d’utilisation  des  appareils  contenant  des  sources  radioactives pour la détection de plomb dans les peintures (IND/RN/003) et un guide d’aide à la  rédaction du dossier peuvent être téléchargés sur internet.  L’original  du  dossier  complet  doit  être  envoyé  en  Recommandé  avec  Accusé  de  Réception  à  la  Division  territoriale  de  l’ASN  de  la  division  dont  dépend  l’établissement  demandeur  (la  liste  des  divisions figure sur le formulaire ASN).   Une copie en courrier simple sera envoyée à l’ASN DIT (Direction des Activités Industrielles et du  Transport), et une autre à l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).   

65


Chapitree 3 : L'auto orisation A ASN 

Z Récep ption de l’autorissation ASSN   u dossier, u une copie du dossieer est à en nvoyer au fournisseuur.  Au retour du

Z Demaande de ffourniture à l’IRSSN   Que elques jours après la réception n de l’autorrisation, l’IRSN fait parvenir à l a Personne Compéteente  en  Radioprottection  less  formulairres  de  de mandes  de  d fournitu ures  de  raadioélémen nts  en  sou urce  mulaires  ro oses/rouges)  :  il  fauut  alors  renvoyer  r au  a fournissseur  une  demandee  de  scellée  (form mplie  mais  datée  et signée.  CC’est  le  fo ournisseur  qui  fourniture  paar  source//analyseur,  non  rem mplètera  lee  formulaire  avec  less  caractériistiques  te echniques  de  l’apparreil  et  le  fe era  parven nir  à  com l’IRSSN. 

Z Visa d d’enregisstrementt de l’anaalyseur  L’IR RSN  fait  alors  parveenir  au  de emandeur  de  l’ASN  deux  cop pies  certifiiées  confo ormes  du  visa  d’en nregistrem ment. L’unee d’elles do oit être envvoyée au fo ournisseur de l’analysseur. 

Z Livraison de l’’analyseu ur   Il esst important de plan nifier la livrraison de l ’analyseurr. A la réce eption de l’’analyseur plomb, il  faut  faire appel à u un organisme de con ntrôle qui eeffectuera le contrôle e d’installaation dans l’entreprisse et  ui de première mise een service de l’appar eil.   celu Les  copies  dee  ces  rappo orts  doiven nt  être  traansmises  à  l’IRSN  dan ns  un  délaai  de  deux  mois  aprèès  la  C’est cet en nvoi qui vallidera l’auttorisation. livraaison de l’aappareil. C

La Personne Compéte ente en Radioproteection estt le lien en ntre les ddifférents  intervenaants  dan ns la procéédure d’o obtention de l’autorisation A ASN. Comp pter un m minimum d de deux m mois  ava ant de l’ob btenir.  

B‐Reno ouvelerr une a autorisaation A ASN  L’au utorisatio on ASN est attribué ée par l'Au utorité de e Sûreté N Nucléaire  (ASN) pour une du urée  de  5  ans.  Ellle  doit  êttre  renouvvelée  avaant  la  fin  de  cette  période  sselon  les  modalitéss  ci‐ desssous.   Rap ppel sur la détention d'un appa areil a sourrce radioacctive :  • il est in ndispensab ble d'avoir passé le st age PCR (P Personne C Compétentte en Radio oprotection n) et  obtenu u l'attestation PCR. Ce stage duure généralement une semaine,, il est à re enouveler ttous  les cinq q ans  • sécurité relative  au stockagge : l'apparreil doit être stocké d dans un cooffre‐fort avec résistaance  esures d'urrgence doivvent être p prévues en n cas  au feu supérieuree ou égale à 2 heuress et des me d'incideent ou d'acccident   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  • sécurité relative au transport : marquage interne et externe de la mallette, présence d'un  moyen  de  communication  et  d'un  extincteur  à  poudre,  document  de  transport,  et  enfin  prévoir des mesures d'urgence en cas d'incident ou d'accident  • consignes de sécurité : l'usage du métro et du bus sont interdits  • toute mise à jour doit également faire l'objet d'une autorisation. 

Z Modalité du renouvellement  o Constitution du dossier   Les éléments à rassembler sont les suivants :  • une copie du rapport de contrôle, datant de moins d'un an, réalisé par un organisme agréé  ou  l'IRSN  (Institut  de Radioprotection  et  de  Sûreté  Nucléaire  ‐  article  R231.84  du  code  du  travail),  ainsi  que  la  description  des  mesures  correctives  engagées  en  réponse  à  d'éventuelles observations/non conformités.  • la  liste  des  sources  radioactives  (radionucléide,  fabricant/fournisseur,  modèle  et  numéro  d'identification (si disponible), activité initiale, date du premier enregistrement, numéro de  visa  d'enregistrement  de  l'IRSN,  numéro  du  formulaire)  et  appareils  détenus  (fabricant,  modèle et numéro constructeur, année de fabrication).  • la  description  des  éventuelles  modifications  apportées  à  l'installation  (lieu  d'entreposage  différent...)  depuis  l'obtention  de  la  dernière  autorisation.  Doivent  être  mentionnées  :  les  raisons  des  éventuelles  modifications  et  leurs  conséquences  sur  la  radioprotection  des  travailleurs et du public. 

o Envoi du dossier complet  @ Le formulaire ASN  Autorisation de détection et  d'utilisation des appareils contenant des  sources radioactives pour la détection de plomb dans les peintures (IND/RN/003) et un  guide d'aide à la rédaction du dossier peuvent être téléchargés : Formulaire.  L'original  du  dossier  complet  doit  être  envoyé  en  Recommandé  avec  Accusé  de  Réception  à  la  Division territoriale de l'ASN dont dépend l'établissement demandeur (la liste des divisions figure  sur le formulaire ASN), avec toutes les pièces à joindre.   Une copie en courrier simple sera envoyée à l'ASN DIT (Direction des activités Industrielles et du  Transport), et une autre à l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).   

67


Chap pitre 4 : Ve eille juridique et teechnique e et assuran nces 

Chapitre e 4 : V Veille jjuridiq que ett tech nique e et  asssurancces  A‐ SSe maintenir inform mé : La vveille ju uridiqu ue et te echniqu ue  du diagnosstiqueu ur   L'évvolution  d du  droit  au  a regard d  de  notree  société  moderne e  complexxe  voit  s'intensifie er  la  pro oduction d de normess et de disspositionss. La veille e juridique et technnique est une répo onse  auxx  besoins  d'informations  juridiques  eet  techno ologiques  du  diagnnostiqueurr  immobilier,  une e solution n à son obligation d'être info rmé des n nouvelles lois et régglementattions.   La  veille  jurid dique  est  une  veille e  spécialissée  dans  le  l domaine  du  droiit.  Elle  a  pour  foncction  entification n  de  toute  nouvelle e  dispositiion  juridiq que  ou  texxte  de  drooit,  le  traitement  et  e la  l'ide difffusion à son n demandeeur.  La  veille  v technique  est  axée  sur  la  technoloogie.  Elle  collecte,  analyse  et  diffuse  less  informations  tech hnologiquees concern nant un pro oduit, un procédé, un n environne ement techhnique...  Si laa veille jurridique a p pour vocatiion de réppondre auxx exigencess du diagnoostiqueur  immobilier en  term mes d'obliggations régglementairres, l'objecctif de la veille techn nique est dd'anticiper  les évolutions  l'innovattion.  pou ur  perm mettre  Dan ns les deuxx cas, ces veilles sont un outil inndispensab ble pour le diagnostiqqueur imm mobilier dan ns la  maîîtrise de so on marché.. 

Z L'obligation du diagno ostiqueur immob bilier  Le  contexte  surchargé  de  nouvvelles  régleementations  et  disp positions  eest  la  con nséquencee  de  u secteur « diagnosticc immobiliier ». Le diagnostique eur immobbilier certiffié est tenu u de  l'évvolution du con nnaître les  évolutionss technique es, législattives et régglementaires. Lors dee sa certification, de  son  renouvellemeent  de  ceertification,  et  de  la  surveilllance  du  maintien  de  ses  connaissan nces  professionnelles, le diaggnostiqueur immobiliier fait vériifier :  •

sa confformité aux dispositio ons réglem mentaires

sa confformité aux dispositio ons normaatives 

sa confformité aux bonnes p pratiques pprofessionn nelles en vigueur 

profession très réglem mentée de e diagnostiqqueur imm mobilier impose doncc de trouve er une solution  La p à ce e besoin d'informatio ons sans ce esse mises à jour. 

@ Pour aller  P plus loin :: découvreez toute l'of offre pour la a veille juriidique et teechnique   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER 

B‐Les assurances du diagnostiqueur immobilier  Contre  les  risques  que  comportent  tous  les  métiers,  il  faut  s'assurer.  Personnel,  auto,  exploitation,  biens...  chaque  personne  ou  élément  de  votre  entreprise  peut  bénéficier  d'un  contrat  spécifique.  Pour  vous  aider  à  vous  concentrer  sur  votre  cœur  de  métier,  pensez à souscrire aux assurances nécessaires pour la gestion de l'ensemble des risques  de votre entreprise.  

Z La responsabilité  En  termes  de  responsabilité,  il  s'agit  de  se  couvrir  afin  de  faire  face  à  toutes  les  situations  susceptibles d'engager la responsabilité de l'entreprise et votre responsabilité civile personnelle.  L'évolution  des  cadres  juridiques,  notamment  dans  l'immobilier,  incite  aujourd'hui  à  la  mise  en  cause de la responsabilité civile des entreprises et de leurs dirigeants. Face à ces nouveaux défis, il  est indispensable de mettre en place des politiques de gestion et de maîtrise des risques afin de :   •

Protéger les résultats d'exploitation et l'image de marque de l'entreprise en cas de risques  majeurs 

Trouver des  solutions  adaptées  en  cas  de  mises  en  cause  des  dirigeants  et  mandataires  sociaux 

Anticiper sur l'évolution des risques et concevoir des solutions alternatives à l'assurance  

Z Un métier règlementé  Les diagnostiqueurs immobiliers ont l'obligation de souscrire une assurance pour la responsabilité  civile  professionnelle  (art.  L.271‐6  du  CCH).  Comme  tout  professionnel  du  bâtiment,  la  responsabilité est étendue : des propres actes effectués dans le cadre de l'activité professionnelle  à  ceux  des  employés,  des  machines...  les  risques  dans  le  domaine  immobilier,  notamment  du  diagnostic,  sont  larges  :  amiante,  termites,  plomb,  mesure...  toute  erreur  peut  provoquer  des  préjudices physiques ou économiques conséquents.  En réponse à ces risques, la RCP permet à la victime d'un préjudice d'obtenir réparation. L'article  R‐271‐2 du CCH stipule d'ailleurs que le montant de la garantie ne peut être inférieur à 300 000  euros par sinistre et 500 000 euros par année d'assurance. 

Z Assurance individuelle  Vous pouvez aussi assurer à vos collaborateurs une protection sociale, une prévoyance et les frais  de santé, une retraite complémentaire, une assurance individuelle accident...  Par exemple, une protection élargie contre les aléas de la vie professionnelle et privée qui associe  une  couverture  d'assurance  décès  et  invalidité  avec  une  assistance  très  complète  permet  de  faciliter la réorganisation de la vie de l'assuré en cas d'accident. Elle permet par exemple d'obtenir  le remboursement des frais médicaux, le versement d'indemnités... 

69


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER 

Z Assurance exploitation  Vos  biens  et  votre  exploitation  peuvent  aussi  être  couverts  pour  les  dommages  directs  causés  à  vos biens immobiliers, y compris les pertes d'exploitations.  Ainsi,  pensez  à  la  couverture  de  l'exposition  aux  événements  naturels,  au  recours  à  la  sous‐ traitance, aux risques de pertes financières...   Le matériel, essentiel dans le fonctionnement de l'entreprise, peut être aussi assuré sous plusieurs  formes, par exemple: dommages causés et conséquences, bris de machine, risques informatiques,  contamination accidentelle...  Pensez à faire évaluer vos engagements et dispositifs actuels, à définir une stratégie d'optimisation  de  ces  engagements  et  à  renforcer  la  fiabilité  de  vos  offres  par  une  sélection  rigoureuse  de  la  gestion du risque. 

Dans tous  les  cas,  pensez  à  vous  informer  auprès  d'un  assureur  spécialisé  pour  couvrir  l'ensemble de vos risques. Il vous conseillera sur les démarches à suivre, notamment sur  la  politique  salariale  et  managériale  avec  les  exigences  législatives,  dans  un  cadre  fiscal  avantageux.   

Chapitre 5 : Le matériel  A‐

Financer son matériel 

Z Une solution de financement : la location de matériel  Restez  à  la  pointe  de  la  technologie,  c'est  aussi  disposer  d'un  équipement  de  premier  ordre  et  répondant  aux  réglementations.  Pour  éviter  une  acquisition  lourde  financièrement, la location peut s'avérer plus simple pour la gestion de son entreprise et  de ses matériels.   Lorsqu'on se lance dans le métier du diagnostic immobilier, le matériel pour travailler représente  une part non négligeable en termes d'investissement. Cela peut représenter jusqu'à plus de 50 000  euros d'investissement.   Si l'on finance directement l'acquisition, cela entraîne une ponction immédiate de la trésorerie, ce  qui alourdit le bilan de l'entreprise. De plus, hormis l'acquisition, l'entretien et le renouvellement  du matériel restent à prévoir.  Il est aussi possible de faire appel à un crédit bancaire, ce qui préserve la trésorerie de l'entreprise,  mais  apparaît  à  l'actif  du  bilan.  Par  ailleurs,  ce  procédé  augmente  le  ratio  d'endettement  de  l'entreprise. L'entretien et le renouvellement reste toujours à la charge de l'entreprise. 

71


CChapitre 5 : Le maté ériel  o L'option llocation  Il  est  e possible  d'opter  pour  la  formule  ccrédit‐bail.  Très  flexible  pour  adapter  au  a mieux  son  équ uipement àà ses activités, mais les durées  sont figéess dans le te emps et lees loyers so ont enregisstrés  en aannexe du bilan.  Resste l'option n de la locaation.  Payyée au fur eet à mesurre de l'utilissation des  matériels, cette form mule flexib le permet de modifieer et  de ffaire évoluer le matéériel en fonction de l'aavancée de e l'entreprise sur sonn marché.   Les  formules  souvent  lees  plus  inttéressante s  concerne ent  les  ma atériels  co uteux  et  nécessitant n t  un  ulier, l'analyseur plom mb par exeemple : cess formules sont propposées entrre environ 200  entretien régu es,  pour  avoir  a et  600  euross  HT  par  mois,  en  fonction  ddes  fournisseurs  et  des  optioons  choisie matériel en  toute séré énité.   l'assurance dee travailler avec un m A sa avoir : certtains presttataires offfrent mêm me la possib bilité de casser le conntrat en caas de cessation  d'acctivité.   Les  loyers son nt inscrits een tant qu ue charges  d'exploitation et cettte charge  est réparttie sur la seeule  nctionnem ment stablee, ce qui pe ermet d'étaablir  durrée d'utilisaation. Il s'aagit de pluss d'une chaarge de fon un b budget fixee que l'on peut faire évoluer seelon ses besoins.  Il esst aussi po ossible de  sélectionner la duré e de locattion (à parttir de 14 m mois et jussqu'à 48 m mois)  ave ec des tarifss adaptés aau plus juste à la tréssorerie de la société.   Cette  formulee  intègre  le  plus  sou uvent  le  cooût  complet  du  matériel,  des  logiciels  et  e des  servvices  ociés.  Elle   permet  de  d s'affran nchir  des  ssoucis  d'entretien,  ainsi  a que  du  renouvvellement  des  asso mattériels, soitt en raison n de l'usure e, soit en raaison d'une e modification des rééglementattions.   De plus, les m matériels diisponibles présentennt l'avantagge d'être d'une technnologie tou ujours adap ptée  oins  et  des  réglemeentations,  et  disposa ant  des  d ernières  fonctionna f au  plus  près  des  beso lités  hniques.  tech

Cerrtains mattériels  de e  diagnosttic  représeentent  un n  investisssement  im mportant  :  l'analysseur  plo omb  par  eexemple  peut  coû ûter  jusqu u'à  30  000  euros  HT.  La  soolution  de e  la  locattion  perrmettra en ntre autre e au diagn nostiqueu r de lisserr ce coût ssur la duréée. 

Z Optim miser les dépense es liées aau matérriel : la lo ocation éévolutive e  Il exxiste diverss moyens d de financer le matériel : l'autoffinancemen nt, le crédi t bancaire, le crédit‐bail,  maiis aucun nee présentee les même es avantagees que la lo ocation évo olutive.  

o Le princip pe de la lo ocation évvolutive  La  location  évolutive  est  un  outiil  modernee  apparu  dans  d les  années  a 90  et  dont  le  principe  est  ez  la  posssibilité  de  profiter  d''une  souple :  moyeennant  le  paiement  d'un  loyeer  mensuel,  vous  ave locaation  comp prenant  à  la  fois  la  mise  à  dissposition  du  d matérie el  mais  ausssi  des  serrvices  asso ociés  com mme la garantie totale et qui pe eut évoluerr en fonction de vos besoins (fi nanciers, m matériels).

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


MMOBILIER PAR RTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IM o Les avanttages   Les avantagess sont nom mbreux.  D'un  point  dee  vue  tech hnique  et  technolog t ique,  la  lo ocation  évo olutive  perrmet  un  re enouvellem ment  régulier  du  m matériel,  c''est  à  dire e  de  disposer  d'un  équipemen é nt  toujourss  adapté  au  a marchéé.  La  locaation évolu utive offre donc aussi l'assurancce d'avoir un parc ma atériel hom mogène daans le temp ps et  maiintenu au  meilleur niveau. De plus, le louueur s'occu upe de la rrevente duu matériel  inutilisé ou u en  fin d de vie.  Sur le plan fin nancier, laa location é évolutive ppermet de  préserver la trésoreerie de l'en ntreprise et de  Ces charges de  restter flexiblee. En effet, les loyerss sont inscrrits en tant que charrges d'expl oitation. C fonctionnemeent  sont  sttables,  adaaptées  à  lla  producttivité,  répa arties  sur  la  durée  d'utilisation d n  et  matériel. De plus, il n'y a pas d' utilisation de réservee de  permettent de lisser less dépensess liées au m dit, ni de vvisibilité d'eendetteme ent (pas d'aannexe au bilan).  créd Enfin  la  location  évoluttive  est  également  uun  outil  d'o optimisatio on  fiscale  dans  la  mesure  m où  une  ductible dees résultats de l'entreeprise.  charge est déd Par ailleurs, cette solution permett de réduirre les coûtss inhérentss à l'entrettien du matériel (misses à  jour, révisionss, pannes...). 

o Le cout  Le loyer est caalculé en fo onction de la valeur ddu matérie el et des services propposés.  Il  peut  évolueer  de  500**  euros  paar  mois  poour  un  maatériel  d'un ne  valeur  dd'environ  20  000  eu uros,  jusq qu'à  1 500*  euros  paar  mois  po our  disposeer  de  la  mallette  m complète  duu  parfait  diagnostiqueur,  d'un ne valeur d d'environ 5 50 000 euro os. 

o Exempless de packss  Voici différentts packs à ttitre d'exemple*.    Des  packs  p de  matériel  concernant c t  le  gaz  ett  l'électriq que  sont  ainsi  a propo osés  aux  ddiagnostiqu ueurs  immobiliers  poour  118  €H HT  *  par  mois  m (Sur la base d'unn contrat d de location n sur 24 moois).    Dess  packs  de e  matériel   pour  le  diagnostic  d plomb  peermettent  d'obtenir  une  sou urce à fluorescence XX pour 899 9 €HT * parr mois (Surr la base d'un contrat de  location sur 2 24 mois).      

@ Si vous vou S ulez en sa avoir plus, vous pou vez consu ulter notre article Finnancement informatiique  et matérieel.  Rem marques im mportantess   

73


CChapitre 5 : Le maté ériel  *  Tous  T les  ch hiffres  de  financement  sont  ffournis  à  titre  indiccatif  et  n'eengagent  en  aucun  cas  info odiagnostiq queur.com m sur les mo ontants ni  sur l'accep ptation éve entuelle duu dossier par l'organisme  finaancier.  Nou us  vous  co onseillons  avant  tou t  prévision nnel  ou  en ngagementt  de  votre e  part  de  faire  f valider ces élééments parr une socié été réalisannt ce type d de financement. 

Z Analyyseur plo omb : le ccontrat d de locatio on pour le diagnoostiqueu ur  immo obilier  Alte ernative  àà  l'achat  d'un  mattériel  indiispensable e,  le  conttrat  de  loocation  d'u un  analysseur  plo omb conceerne‐t‐il to ous les dia agnostiqu ueurs imm mobiliers ?? Quelle enn est la na ature ? Qu uels  en  sont les aavantagess ?  Tour d d'horizon d de la loca ation sur m mesure ett selon less besoins  des  diagnostiqueeurs immo obiliers.   Le  Co onstat  de  R Risque  d'Exposition  au  a Plomb  dans  la  pe einture  (CR REP)  nécesssite  l'utilissation  d'un n  analyseu ur  plomb  àà  fluorescence  X.  Pou urvu  d'une e  source  radioactivve,  sa  posssession  eet  son  uttilisation  sont  s réglementées.  Par  ailleurrs,  le  coûtt  à  l'achat  t  de  l'appaareil  est  élevé  e  12000  €€  et  30000 0  €  HT),  sans  s comppter  son  entretien  e e le  et  (entre renou uvellementt de la source.   La  location  s''avère  êtree  une  solu ution  pluriielle.  Vérittable  allié  du  diagnoostiqueur  immobilier,  le  ntrat de loccation est ssouple et p peut prenddre en charrge la main ntenance dde l'appare eil, comme son  con renouvellemeent.  

o Les terme es du conttrat  • De ma anière gén nérale   de  location  financière  sont  triipartites,  proposés  p par  p le  fourrnisseur  ett  signés  paar  le  Les  contrats  d organisme financier.   locaataire et l'o Il co onvient de  bien se reenseigner ssur les condditions d'o obtention d du contrat  de location qui n'estt pas  accessible à toutes les ssociétés (e en fonctionn de la date de création, la sannté financiè ère...). C'esst le  e dossier. partenaire financier qui validera le

• De ma anière parrticulière  p de  la  locaation  autoportée,  do ont  les  forrmules  de  location  sont  s Certains  fournisseurs  proposent  ouvvertes à toute sociétéé y compris celles noouvellemen nt créées. En fonctio n des fourrnisseurs, il est  égaalement po ossible de ccasser le co ontrat en ccas de cessaation d'acttivité. 

o Les avanttages du ccontrat dee location Nou us pouvonss énuméreer les princiipaux avanntages suivants :  •

Vis‐à‐vvis du reno ouvellemen nt de la sou urce : 

Certains contrrats de location évite ent les coûts induits  par le reno ouvelleme nt de la so ource. En effet,  la d durée de vvie d'une source radioactive esst de 14 m mois à 5 ans selon l'éélément radioactif uttilisé   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  (Cadmium 109 ou Cobalt 57), mais aussi selon l'appareil dans lequel la source est installée.  Outre  le  coût  (entre  3000€  et  6500€  HT  le  changement  de  source),  il  faudra  compter  avec  la  durée  d'immobilisation de l'appareil.  Certains contrats de location sont conclus pour toute la durée de vie de la source et renouvelables  sur simple demande écrite deux mois avant son échéance.  L'opération  de  renouvellement  de  la  source  est  réalisée  dans  les  locaux  du  fournisseur  par  un  personnel qualifié et la prestation peut inclure la gestion physique et administrative de la source  reprise.  •

Vis‐à‐vis des loyers :  

Les loyers passent en charge d'exploitation.  •

Vis‐à‐vis de la trésorerie : 

La location  évite  les  efforts  de  trésorerie :  la  caution  et  le  1er  loyer  éventuellement  majoré  n'excèdent pas un acompte à la commande en cas d'achat.  •

Vis‐à‐vis de la qualité de la prestation de service : 

Selon les  offres,  le  service  après‐vente  peut  être  inclus  pendant  toute  la  durée  du  contrat.  Le  diagnostiqueur  immobilier  peut  également  opter  pour  un  échange  d'appareil  dans  un  délai  de  moins  d'une  semaine  (selon  offre),  voire  de  bénéficier  d'une  prise  en  charge  intégrale  du  transport, conformément à l'ADR (UN 2911), s'il est éloigné de son fournisseur.  •

Vis‐à‐vis de l'obsolescence technique : 

La location permettra d'évoluer vers de nouveaux matériels lors du renouvellement du contrat. 

La location  de  la  machine  plomb  constitue  certainement  un  intérêt  pour  les  entreprises  de  diagnostic  immobilier.  Pour  information,  le  coût  de  la  location pour  un  analyseur  plomb avec une source est supérieur à un loyer mensuel de 200 € HT.  

B‐Le matériel de mesures  Z Le matériel du diagnostiqueur immobilier  A chaque diagnostic immobilier, son matériel. Petit tour d'horizon des outils et matériels  utiles ou indispensables pour réaliser les différents diagnostics immobiliers.   Bien  s'équiper  est  un  fait  incontournable  pour  les  diagnostiqueurs.  Avec  une  réglementation  rigoureuse,  il  est  indispensable  de  disposer  d'un  équipement  performant  et,  dans  certains  cas,  homologué.  Il  s'agit  alors  de  bien  connaître  ces  équipements,  leur  entretien  et  leur  renouvellement. Un équipement minimal s'impose pour les diagnostics réglementaires tels que :  •

Le Crep,  

le contrôle électrique,   

75


PAR RTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IM MMOBILIER  •

le diagnostic gaz,  

le mesu urage loi C Carrez.  Ainsi,  les  an nalyseurs  d de  plomb permetten nt,  commee  leur  nom m  l'indique,  de  présence dde plomb d dans les pe eintures, lees poussièrres ou les ssols.  déétecter la p La plupart des appareiils sont équipés de d deux déteccteurs dédiés aux raies L  mb, et réalisent deuxx mesures  simultanéees, comparées pour  une  et  K du plom male.  fiaabilité optim   Po our le DPE,, ainsi quee les inspecctions tech hniques duu bâtimentt, vous pou uvez  avvoir  recourrs  à  la  cam méra  infrarouge.  Ce  type  d'apppareil  est spécialem ment  co onçu pour  les inspecttions therm miques de  bâtimentss et pour le e contrôle  des  insstallations électriquees.  

L'hu umidimètrre à contacct vous sera utile pouur les étatss parasitairres et le Crrep. Capab ble de mesurer  le  matériau  m de  façon  non  destructive  saans  perçagge,  il  est  recommanndé  pour  les  contrrôles  d'hu umidité daans le bâtim ment sur to ous les revvêtements (bois, brique, plâtre,  toiture, cloison) et p pour  tout type d'ap pplications  (remontée e d'humidiité, contrôle d'étanch héité).    Po our  le  diaggnostic  teermite,  il  est  possib ble  égalem ment  de  s'équiper  s d d'un  en nsemble d'aide à la d étection d d'insectes. Système dde détectio on acoustiq que,  il  se  s présentte  comme  la  solution  optimale e  pour  locaaliser  les  termites  t ett  les  inffestations  cachées  dd'insectes  xylophages x s  dans  dess  structure es  en  bois,,  les  arbres, et la terre.    Po our  le  diaggnostic  gazz,  l'équipement  de  base  b est  lee  contrôleu ur  de  sécu urité  gaaz pour le  contrôle séécurité d'u une chaudière gaz attmosphériq que raccorrdée  ou u  non,  le  détecteur  d de  fuite  gaz  g ou  la  bombe  b de  produit  moussant  m p pour  repérer toutes fuites évventuelless de gaz surr l'installat ion.    Enfin, pour le diagnostic amiante,, l'endosco ope perme et une inspection visuuelle rapide et précisse. Il  ur  le  même  principe que  les  aappareils  basés  b sur  la a  technoloogie  de  la  fibre  optiq que,  fonctionne  su nt la sourcee de lumièrre intégrée e fonctionnnant sur pile rend l'ussage autonnome.  don   Certains de cees appareils doivent ê être conforrmes à la n norme XP 4 45‐500 et ccertifié EN 50379. 

Cerrtains app pareils  vo ous  perme ettront  éggalement  d'assurer  des  preestations  annexes  aux  diagnostics,  par  exem mple  dess  bilans  éénergétiques  ou  de  d qualitéé  de  l'airr,  des  billans  aco oustiques et des bilans d'hum midité.   

77


CChapitre 5 : Le maté ériel 

Z Les ou utils du d diagnostic électriique  La rréalisation  du diagno ostic électrrique nécesssite la vérrification d de nombreeux points  de contrôle et  la p prise d'un ggrand nombre de mesures. Le teemps de trravail consacré dépassse l'heure e.  Le rrapport peeut compreendre plusiieurs dizainnes de pagges. Pour ce faire le ddiagnostiqu ueur utilisee un  mattériel spéccifique répo ondant à la norme C C16‐600 qu ui permet d de mesureer Continuiité, Isolem ment,  Terre  et  Difféérentiel.  Les  L appare eils  propossés  sur  le  marché  se  s sont  réévélé  perfformants  mais  m omplets po our répond dre au prob blème du ddiagnostiqueur sur le e terrain. A Afin d'explo oiter au mieux  inco leurrs  possibilités  et  d'atteindre  une  meilleur  produ uctivité,  il  est  intéreessant  d'yy  associer  des  accessoires  faaciles  d'utilisation  ett  permettaant,  à  la  fo ois  un  gain n  de  tempss,  et  un  travail  en  to oute  sécurité. 

o Matériel : la prise d des mesu res    Avantt tout, il esst indispen nsable de vvérifier la cconformité é des appareils  utilisé és  pour  le  contrôle  de  l'état  des  iinstallation ns  intérieu ures  d'élecctricité aveec la norme e XP C16‐600.  Par  ailleurs  pouur  des  raisons  de  séccurité il  esst  importan nt  de toujo ours  er  avant  ttoute  intervention  et  e à  l'aidee  d'un  VAT T  (vérificatteur  vérifie d'absence de teension), que l'ensemb ble du logeement n'est pas alimeenté  ectricité.  en éle utes ces mesures dem mandent u un équipem ment spéciifique et ad dapté à chhacune d'e elle : mesureur  Tou de ccontinuité  et d'isolem ment, mesureur de ddifférentiell, mesureur de bouclle de terre e, mesureur de  terrre à piquetts... Il existee donc diffférents typpes d'apparreils, parfois regroup és sous forrme de kit..  Cep pendant  lees  diagnosttiqueurs  im mmobilierss  se  retrou uvent  bien n  souvent  surchargéss  de  matéériel,  c'esst pourquo oi il existe  des appare eils « tout  en un » p permettantt néanmoinns de réaliiser toutess ces  messures. 

o Logiciel : interpréte er et transsmettre le es mesure es  Le ccontrôle dee l'état dess installatio ons intérieures d'élecctricité n'exige pas unniquementt des prises de  messures, enco ore faut‐il les interpréter et les transmetttre au clien nt.  Certains logicciels permeettent l'édition des rrapports ré églementaires et gèrrent à la fo ois la saisiee de  l'ordre  de  mission  et  laa  récupération  des  ddonnées  en nregistréess  dans  l'apppareil.  De e  plus  certtains  proposent  une  aide  en  ligne  ppermettant  par  exem mple  de  viisualiser  le es  schémass  de  fournisseurs  p us facilemeent les messures prise es.  branchements ou d'inteerpréter plu

o Sécurité :: la protecction indivviduelle  Dans  le domainne de l'élecctricité, il n n'est que ttrop recom mmandé d'agir  oute  sécurrité,  l'accid dent  étant  vite  arrivvé.  Il  est  donc  d vivem ment  en  to recom mmandé auux diagnosstiqueurs im mmobilierss voulant réaliser ce ttype  de diagnostic de s'équipe er au moins d'un VATT (vérificatteur d'abseence   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IM MMOBILIER  de  tension),  d de  gants  isolants  i 50 00V,  de  toournevis  issolés  500V V  et  surtouut  d'un  éccran  facial,,  les  ettes ne prrotégeant pas des arccs électriquues. Il existte là aussi des « kits dde sécurité é.   lune

o Les accessoires du diagnostiic électriciité  Voici quelquees exemplees des acce essoires prrésents sur le marché à associ er aux app pareils pou ur le  diaggnostic éleectrique. 

• L'enro ouleur Lee casse‐tête e du diagnostiqueur c'est le contrôle de l a continuitté. En effet un  câble  de  50 0  voir  souvvent  100  mètres  esst  souventt  nécessaire  pour  cette  nsporter, ddéplier, rep plier et utiliser ce câbble peux s''avérer un  vrai  meesure. Tran cauchemar.  Il  existe  ddes  câbles  montés  sur  des  enrrouleurs  sp pécifiquem ment  onçus  pourr  le  diagnoostic  électrrique.  Petitts  et  maniaables,  ils  permettent p t  un  co en nroulementt  et  dérouulement  de  câble  simple  et  rrapide,  l'uttilisateur  peut  p ain nsi se déplacer en ayyant les maains libres. Avec un coonnecteur du câble d dans  l'axe, ils perm mettent d'eenrouler saans déconn necter.   Il en n existe avvec des câb bles de diffférentes loongueurs ((33m ‐ 53m m) et ils peeuvent être vendus aavec  un  adaptateu ur  prise  seecteur  verrs  fiche  baanane,  spécial  diagn nostic  élecctrique.  Cet  adaptatteur  n  stable  sur  s les  prrises  de  terre  t danss  les  prisees  secteurr,  il  remp place  permet  une  connexion ment  la  co onnexion  sur  s les  priises  de  terre  dans  les  l prises  secteur  par  p des  pin nces  avantageusem que l'on tire dessus. croccodiles quii se décrocchent dès q A l'usage ce tyype d'enro ouleur apporte un vééritable gaiin de productivité à ll'opérateur. En effet,, il a  u'avec un  enrouleur  spécifiquee l'opérateur réduit d d'au moinss 50% le nombre d'aaller‐ été  prouvé qu our qu'il vaa effectuerr entre la barrette de  terre et le e point à co ontrôler.  reto

• La perrchette   Elle  esst  destiné ée  à  faciliiter  la  me esure  de  continuitéé  électriqu ue.  C'est  une  percheette de con ntact perm mettant d'aaccéder  plus facilem ment aux zo ones de prrises  de messures, que ce soit en  hauteur o ou au sol.  Il en exxiste des rétractable s, télescop piques, à embouts m modifiables,, à sangle o ou à  poignéée en caoutchouc po ur une me eilleure prisse en mainn. Déployé ée entre 80 0 cm  et  1,50 0  mètre  voir  v plus,  eelle  représsente   un  gain  de  teemps  mais  surtout  une  amélio oration du confort poour l'opératteur : plus besoin de  se baisser ou de monter  sur un escabeau..  

• Les ad daptateurss électriqu ues  our  des  raaisons  de  tailles  ou u  d'accès,  il  est  paarfois  impossible  dee  se  Po co onnecter au u point à vvérifier, avvec les sondes, pointees de toucches  et pin nces  cro ocodiles  fo ournies  avvec  les  app pareils.  Il  existe  e dés ormais  de es  adaptateeurs  maagnétiquess  permettaant  de  cré éer  une  connexion  frranche   tout  en  libérant  un ne main. M Magnétiquees, les conn nexions ma ains libres  sur disjonccteurs  restent   

79


CChapitre 5 : Le maté ériel  «  collées  c »  d d'elles‐mêm mes  sur  les  cordonns  ou  sur  les  vis  de es  disjonctteurs.  Lorsqu'elles  sont  s con nnectées, lees deux m mains sont  libres. Cess adaptateu urs existen nt en une m multitude  de diamèttres,  sans angle, à aangle droitt ou à 45°. 

• Cordons, pincess et pointe es  Cees  petits  accessoires a s  sont  ind dispensable es,  et  sou vent  livrés  dans  un n  kit  staandard. Po ourtant il en existe de e différentss types et oon sera particulièrem ment  viggilant sur ccertains pooints :  • La dissponibilité  d'un cordo on avec d'un côté laa prise 2P+ +T à conneecter  dirrectement sur une prrise standaard, et de l'autre 3 ficches banan nes mâles. • Les pointes de to ouche à co onnecter suur les fiche es bananes d'un côtéé et à poin nter de l'autre  ègles de séécurité en vvigueur.  sur les parties à ttester. Elless doivent êêtre conforrmes aux rè • Les  pin nces  croco odiles  à  co onnecter  dd'un  côté  sur  s les  fiches  banannes  et  à  "accrocher""  de  l'autre sur les parrties à tester.  a s  sont  fouurnis  dans  un  système  de  coonnectique e  universeel  et  Idéaalement  tous  ces  accessoires protégé. Par eexemple :  les fiches  bananes m mâles proté égées 4 mm du côtéé du cordo on et les ficches  nanes  femelles  protégées  4  mm  m du  côôté  des  in nstrumentss  et  des  aaccessoiress  (enrouleeurs,  ban perchettes, piinces croco odiles, poin ntes de touuches). 

D'u une manièère généraale, il est important de toujo ours s'assurer que lles accesssoires utilisés  son nt compattibles ave ec le maté ériel répon ndant auxx normes  en vigue ur, la C16 6‐600 pou ur le  diagnostic  électrique,,  l’EN6155 57  pour  l es  appare eillages,  l’IEC  10100  pour  la  sécurité  des  app pareils et l’UTE‐C18 8‐510 pour la protecction de l'opérateu ur. 

C‐ Les aaccesso oires du u diagn nostiqu ueur  Facce  à  une  cconstante e  progresssion  du  no ombre  de es  diagnosstics  imm obiliers,  l'équipem l ment  du  diagnostiiqueur  de evient  bie en  souven nt  lourd  et  e encomb brant.  Ceppendant  des  d solutiions  exisstent pou ur faciliterr le transp port du m matériel m mais également am éliorer la productivvité  et les conditions de trravail du d diagnostiq queur imm mobilier en toute séécurité. Vo oici quelq ques  exe emples.  

miser le ttransportt  Z Optim

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IM MMOBILIER 

Il exxiste  des  ssolutions  permettant p t  de  faire face à la  problématique de trransport d 'un matériiel lourd ett volumineeux. La prem mière conssiste  d'hui  à s'équiper dee machiness plus légères, plus ppetites et aainsi plus trransportabbles. Il exisste aujourd mpacts et économiqu ues. La secconde vise à optimiseer le  sur le marchéé, des appaareils de mesures com nsport  en  lui‐mêmee,  en  optaant  pour  des  soluttions  perm mettant  d''emporter  le  maxim mum  tran d'éq quipementt dans des contenantts prenant  le minimum de place e, tout en een prenantt soin.  Certains  fabrricants  prroposent  des  sacocches  proffessionnelle es,  fourree‐tout,  comprenant  de  nom mbreux  co ompartiments,  renforcées,  dess  sacochess  chariots  ou  à  roullettes,  dess  sacs  à  dos...  spécialement adaptés au métier du diagnosttic immobilier. 

Z Améliiorer la p productivvité  Parallèlementt  à  la  question  du  d transpoort  et  au u‐delà  dess  obligatioons  règlementaires,,  le  ur immobillier se doitt d'être de  plus en pllus perform mant s'il veeut faire faace au marrché  diaggnostiqueu con ncurrentiel.  Diversifieer  son  équ uipement  et  l'agrém menter  d'acccessoires  peut  s'avvérer  être  une  straatégie utilee dans l'ob bjectif d'am méliorer sa  productivvité. Effectiivement, ssi le travail est facilitéé, le  diaggnostiqueu ur n'en sera que plus efficace ett donc productif.  Il  est  e important  d'opteer  pour  un  matérieel  correspo ondant  aux  normes   de  règlementation n,  et  judiicieux de lee choisir à la fois porttable et intterfaçable..  Exe emple  d'acccessoires  facilitant  f le e  travail :  éétiquettes,,  enrouleur, cordon  prolongate eur, perchette  de ccontact, so olution glob bale, impriimante intéégrée à certains appa areils, corddon pour taableau... 

Z Assurrer la séccurité  Enfin  il  apparrait  indispensable  de  travailleer  en  toute e  sécurité.  Le  diagnnostic  imm mobilier  estt  un  n, qui a pour but de  prévenir d des risquess liés  métierr de terrain au  bâttiment.  Le e  diagnosttiqueur  peeut  travailler  dans  des  conditiions « hostiles » et ê être confroonté à des matériauxx ou  des ga z dangereu ux mettantt sa propree santé en péril. Il exxiste  es de protection :   divers  accessoire •

lunettes de protectio on 

visière

gants

tournevis isolés   

81


CChapitre 5 : Le maté ériel  •

VAT (déétecteur de tension) 

tapis issolant 

détecteeur de mon noxyde de carbone ppour le diaggnostic gazz 

masque et combiinaison pour le diagnnostic amiaante 

Certains fourn nisseurs prroposent des kits EPI  comprenaant visière, gants et toournevis issolés, VAT.

@ Pour P en  ssavoir  plu us,  vous  pouvez  vvisionner  la  VIDEO O  ‐  Interviiew  Les  accessoires a s  du  diagnostiq queur  et cconsulter lle Kit matéériel du technicien.  Etant  donnéé  la  quaantité  imp portante  de  maté ériel  néce essaire  eet  indispe ensable  à  à la  réa alisation d de son traavail, le diiagnostiqu ueur imm mobilier do oit prendrre en com mpte tous  ces  éléments :  ttransport,,  producttivité  et  sécurité.  En  foncttion  du  ttravail  ett  de  chaque  diagnostiqueeur la problématiqu ue est diffférente. 

D‐

C Cas particulie er de l'aanalyse eur plomb 

Z Sourcces radio oactives sscellées :: principe e et dem mi‐vie  L'id dentification  de  laa  présencce  de  pllomb  dan ns  les  pe eintures  s'effectue e  au  mo oyen  d'appareils p portables dits « à fluorescencce X ». Co omment fo onctionneent ces ap ppareils ?  La  radioactiviité  est  un  phénomè ène  physiqque  nature el  au  cours  duquel  des  noyaaux  atomiq ques  ntégration ») en dégaageant de  l'énergie ssous  insttables, ditss radio‐isottopes, se transformeent (« désin form me de rayo onnements divers, p pour se transformer e en des noyyaux atom miques pluss stables ayyant  perdu une partie de leur masse. Le es rayonneements ain nsi émis son nt appelés,, selon le ccas, des rayyons  des rayons β ou des rrayons γ.  α, d

o Fonctionn nement des détecteeurs de pllomb dans les peinttures   Le  rayonneme r ent  issu  d'une  sourcce  radioacttive,  est  absorbé  par  les  élém ments  renco ontrés  dan ns  le  mattériau solliicité, provo oquant l'ém mission d'uun spectre dit de « fluorescencce » sous fforme de rraies  d'én nergie distinctes et spécifiques à chaque  élément du tableau p périodiquee.   En  ce  qui  concerne  le  Plomb,  le es  couchess  électroniques  K  et  L  sont  exxcitées  par  la  partiee  du  onnement primaire d d'énergie rrespectivem ment supérieure à ELL(Pb)= 10‐115 keV pou ur les raies L et  rayo sup périeure à EEK(Pb)= 73 3‐87 keV po our les raiees K.  Un  détecteurr  vient  rep pérer  ces  rayonneme r ents  émis  pour  donner  un  réssultat.  Si  le  l résultatt  est  périeur ou éégal à 1 mgg/cm2, cela signifie qque le rapp port est possitif (préseence de plo omb).  sup

o Source raadioactive e scellée ett demi‐vie e : la responsabilitéé des diaggnostiqueu urs 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  Une source radioactive scellée se définit comme une source dont le conditionnement empêche, en  fonctionnement normal, toute dispersion de matières radioactives non contrôlée.  En physique nucléaire, la demi‐vie, appelée parfois période radioactive, pour un isotope radioactif,  est  la  durée  au  cours  de  laquelle  son  activité  radioactive  décroît  de  moitié  pour  un  mode  de  désintégration donné.  Les analyseurs de plomb utilisent, suivant les fabricants, les sources radioactives suivantes :  •

Cadmium 109 avec une demi‐vie de 1,26 an 

Cobalt 57 avec une demi‐vie de 0,74 an 

Il convient  également  de  préciser  que  le  "vieillissement"  de  la  source  scellée  diminue  non  seulement la vitesse des mesures mais également la précision des analyses.  Ce  dernier  point  est  extrêmement  important  :  un  diagnostiqueur  qui  ne  respecte  pas  les  recommandations  de  renouvellement  de  source  du  fabriquant  s'expose  à  des  risques  d'erreurs  d'analyse. Il en va de sa responsabilité.  

o Résumé de la position de l'AFSEE  sur les matériels de détection autres que  les appareils a sources scellées   AFSEE : Agence Française de Sécurité Sanitaire et Environnementale   « En  l'état  actuel  du  marché,  les  appareils  utilisant  une  source  radioactive  (appareils  à  source)  peuvent  exciter  les  couches  L  et  K  du  plomb  alors  que  les  appareils  utilisant  un  tube  à  rayons  X  (appareils  à  tube),  ne  peuvent  exciter  que  la  couche  L...  Dans  l'immédiat  et  compte  tenu  de  la  situation  technologique  actuelle  du  marché,  cette  disposition  conduit  à  n'autoriser  que  les  appareils à source radioactive. » 

@ Pour plus d'information sur ce sujet, vous pouvez consulter l'arrêté du 25 avril 2006 relatif  au constat des risques d'exposition au plomb 

Z Les enjeux du changement de source radioactive d'un analyseur de  plomb  Les analyseurs plomb nécessitent un changement de source radioactive régulier. Cette étape n'est  pas sans conséquences puisqu'elle nécessite l'immobilisation de l'appareil et coûte jusqu'à 20 % de  son prix. Voici les bonnes questions à se poser avant de prendre cette décision.  

o A quel moment faut‐il changer la source radioactive scellée ?  Avec  le  temps,  les  appareils  à  source  radioactive  scellée  deviennent  moins  rapides :  l'activité  décroît, ce qui nécessite plus de temps au détecteur pour analyser la présence ou non de plomb.  Réaliser  un  diagnostic  plomb  devient  alors  de  plus  en  plus  long.  Quand  le  temps  de  prise  de  mesures  commence  à  poser  des  problèmes  de  productivité,  il  faut  se  poser  la  question  du  changement de source.  Néanmoins,  les  périodes  de  changements  de  sources  sont  fournies  par  les  distributeurs.  Cette  période est souvent définie par la demi‐vie de la source utilisée : Cadmium 109 ou Cobalt 57.   

83


CChapitre 5 : Le maté ériel  o La démarrche administrativee de changgement de e source sscellée   L'uttilisateur  aa  une  sourrce  scellée,  il  a  doncc  obtenu  son  s autorissation  de  détenir  ett  d'utiliser  des  sources scelléées (délivréée par l'ASN N (Autoritéé de Sécuriité Nucléaire).   La  démarche  concernant  le  chan ngement  dde  source  est  plus  simple  quee  pour  le  premier  acchat  de Radiopro otection ett de Sureté é Nucléairee) : il  puissqu'elle nee s'effectuee qu'auprès de l'IRSN (Institut d sufffit  de  remp plir  une deemande  de e  fourniturre  de  sourrce  scellée  avec  les  i nformations concern nant  l'au utorisation  ASN, les ccaractéristiiques techniques (an nalyseur, nouvelle soource, fourrnisseurs) eet la  date prévision nnelle de liivraison.  A  laa  livraison  de  la  nou uvelle  sourrce,  il  convvient  d'envvoyer  l'attestation   dde  reprise  de  l'ancieenne  source dans lee cas d'un  rechargem ment d'apppareil ou d d'un changement de  source. Le es fournisseeurs  son nt rompus àà ces démaarches et accompagnnent les utilisateurs dans toutess ces phase es. 

o Quels son nt les enje eux lors d''un changement de e source ?  Les  changemeents  de  so ources  ne  sont  s pas  saans  contraaintes  pour  le  diagnoostiqueur  immobilier i r.  Le  n  coût  qui  peut  avoissiner  25  %  % du  prix  de  d l'acquisiition  de  l'aanalyseur  ainsi  a changement  iimpose  un un temps d d'immobilisation.  qu'u Au‐‐delà de ces deux con ntraintes, ill faut égaleement vérifier certain ns points ccomme :  •

l'usure de la macchine liée àà son ancieenneté, engendrant d donc de noouveaux in nvestissemeents  (tempss, coût) 

l'obsoleescence teechnique caaractériséee par l'appaarition de nouveaux aappareils p plus productifs  et de solutions po our exporter les donnnées 

Chaanger une ssource devvient dès lo ors une vééritable que estion d'investissemeent. Il peutt ainsi s'avérer  pluss judicieuxx de racheter un analyyseur neuff que de ch hanger une e source su r un analysseur ancien. 

o Les solutiions des d distributeu urs   Pou ur  répondrre  à  ces  enjeux,  e les  distributeeurs  de  matériel  plo omb  ont  ddéveloppé  des  solutions  inno ovantes qu ui leur perm mettent de e reprendree la machin ne d'un autre distribuuteur.   Néaanmoins  lee  diagnosttiqueur  do oit  au  prééalable  de emander  au  a distribuuteur,  de  son  ancieenne  macchine,  d'exxtraire  la  source  s rad dioactive.  C Cette  opérration  a  un n  coût  qu' il   convien ndra  d'intégrer  dan ns son finan ncement.   En  contreparttie  de  l'acchat  d'une e  machine  neuve,  le e  diagnostiiqueur  se  voit  doncc  racheter  son  ource, qui p partira direectement àà la casse.  anccien matériiel, sans so

@ Pour en sa P avoir plus ::   @ vous  v êtes  inscrit  au u  site  infod diagnostiqqueur,  con nnectez‐vo ous  et  utiilisez  l'outtil  Autorisaation  ASN   @ vous n'ête v es pas insccrit au site  infodiaggnostiqueu ur,  s'inscriire  gratuiteement  au  club avanttage  pour bénéficier de l'outil    

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IM MMOBILIER 

E‐ Protection du matériel eet des d donnée es  Le m matériel d du diagno ostiqueur e est précieeux et certtaines machines rellativemen nt onéreuses,  c'esst pourqu uoi il est im mportant d'en pren ndre soin et de le protéger,  contre le e vol bien  sûr  mais surtoutt contre le es incendies.  Z Proté éger votre analyseur plom mb  o Le e coffre‐fo ort  L'A.S.N.  (Autorité  de  Sûreeté  Nucléaaire)  impose  de  stoccker  votre e  analyseurr  de  n  coffre‐foort  «  coupe‐feu  2  he eures  »,  i l  s'agit  en n  fait  pourr  les  plomb  dans  un du coffre‐ffort d'un co offre ignifu uge. Le cofffre‐fort pe ermet ausssi de  profeessionnels d mettrre  à  l’abri  vos  autrees  outils  ainsi  a que  des  docum ments  imp portants  ou  le  chéqu uier de vottre société.. 

o Les extin ncteurs  Vo ous  devez  égalementt  vous  mu unir  de  2  extincteurs e s  à  poudre e  ABC,  afin n  de  po ouvoir interrvenir sur  un sinistre e dans votre local coommercial  ou dans votre  véhicule :  • •

Un exttincteur dee 6 Kg type e ABC 

Un extiincteur de 2 Kg type ABC 

Z Bien cchoisir so on coffre e‐fort  o La taille  Le cchoix de laa taille de  votre cofffre‐fort déppend de so on emplaccement et  de ce que e vous metttrez  ded dans,  nouss  vous  con nseillons  donc  d de  faaire  une  liste  l des  objets  o et  documentts  que  vou us  y  rangerez.  De  plus, au fill du tempss vous néce essiterez dd'un espace e de stocka age plus im mportant, p prévoyez d donc  une e taille pluss grande q que ce dont vous aveez besoin p pour comm mencer. Tennez comptte à la fois  des  dim mensions in ntérieures eet extérieu ures du cofffre. 

o Le niveau u de sécurité  Afin n  de  garaantir  le  maximum  m de  sécur ité,  choisiissez  impé érativemennt  un  cofffre‐fort  pour  p professionnels, ignifuge 2 heures e et répondaant à des normes.  Un  coffre « agréé » a réépondu po ositivemennt à différe ents tests e et est recoonnu par le es compagnies  d'asssurances. 

85


CChapitre 5 : Le maté ériel  Cerrtains  pro ofessionne els  vous  propose  p u un  large  choix  de  modèles   de  coffre‐fort,  alllant  mê ême jusqu u'au sur m mesure afin de s ‘ad dapter au mieux à  vos besoiins. Ils pro odiguent  des  con nseils, voirre des forrmations p personnallisées à l'u utilisation de votre  coffre. 

Z Proteection inccendie  L'incendie  estt  un  sinisttre  suscepttible  de  faaire  des  raavages,  au ussi  bien  aau  niveau  humain  qu u'au  eau de l'en ntreprise. EEffectivement, outre  le danger pour les p personnes,  il y a un riisque de perte  nive de m matériel ett de donnéées dont ce ertaines enntreprises n ne se reme ettent pas.  La  réglementtation  visee  essentiellement  la  protectio on  des  perrsonnes  ett  se  veut  extrêmem ment  écurité  inccendie,  c'e est  pourqu uoi  les  meesures  à  prendre  seront  précise  en  cee  qui  conccerne  la  sé ectif de vottre entreprise ou si vvous  diffférentes seelon votre llieu de travvail (domiccile ou burreau), l'effe rece evez du pu ublic.  

o La règlem mentation du code d du travail Le C Code du trravail prend en comp pte l'évacuation des  personnes et le déseenfumage.  Si l'effectiif de  la société com mpte moinss de 21 perrsonnes, un seul dégagement d de 0,80m eest nécessaaire. Cela peut‐ e une portte, un couloir, un esccalier... maais il ne do oit en aucu un cas êtree obstrué p par des objjets,  être marrchandisess  ou  autrees  et  ne  do oit  pas  meener  à  un  cul‐de‐sac  (article  RR  232‐12‐4 4  du  Codee  du  travvail).  Le d désenfumaage a pourr mission d d'une part  de réduire e les risque es d'intoxi cation dess personnees et  d'au utre part d de limiter laa propagattion de l'inccendie.  Le C Code du travail impose un dispositif de déésenfumagge naturel ou mécaniique à touss les locauxx de  pluss de 300 m m2 en étagge ou RDC,, ceux de pplus de 10 00 m2 en ssous‐sol, lees locaux aaveugles ett les  escaaliers (articcle R 235‐4 4‐8 du Code du trava il).  Par  ailleurs  l'entreprisee  doit  ten nir  un  regiistre  incen ndie  mis  à  à jour  réggulièremen nt  et  mis  à  la  position  de  l'inspecttion  du  trravail.  Il  ddoit  conte enir  toutess  les  inforrmations  concernan nt  la  disp prévention d'incendie, aainsi que le es dates dee révision d du matérie el et des teests d'évaccuation (artticle  32‐12‐21 d du Code du u travail)  R 23 Cep pendant le Code du travail ne constitue p as le seul ccadre régle ementaire,, d'autres ttextes peuvvent  s'y  ajouter,  notammentt  si  le  bâtiment  est  classé  Etaablissement  Recevannt  du  Public  (ERP),  et  e ils  uvent différer selon lees arrêtés préfectoraaux de chaq que départtement.   peu Globalement, ces textess rendent o obligatoire  l'utilisatio on des plan ns d'évacuaation et d'interventio on et  ncteurs.  celle des extin

o Le matériiel indispe ensable  • Les pla ans d'évaccuation  Les  plans d'évvacuation  sont obligatoires enttre autres  pour les immeubless d'habitation (arrêtéé du  P (arrêté d du 25 juin 11980) et le es locaux de e travail (ccode du traavail R.232‐12‐ 31 jjanvier 19886), les ERP 20).   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  Ce sont des plans du local comportant les éléments nécessaires à l'évacuation des personnes, ils  doivent  être  visibles,  placés  à  proximité  des  issus  à  chaque  niveau  et  orientés  pour  une  bonne  lecture. 

• Les plans d'intervention  Les plans d'intervention sont obligatoires entre autres pour les ERP (arrêté du 25 juin 1980) et les  locaux de travail (code du travail R.232‐12‐20). Ils servent à faciliter l'accès aux services extérieurs  et  doivent  être  placés  à  proximité  des  accès  utilisables  par  les  pompiers.  Un  plan  général  comportant tous les niveaux doit être placé à chacun des accès de l'établissement. 

• Les extincteurs  Outre  les  plans  d'évacuation,  il  est  bien  entendu  indispensable  et  même  obligatoire  d'avoir  des  extincteurs, d'autant plus si vous détenez un analyseur plomb. Les locaux doivent être équipés au  minimum d'un extincteur à eau pulvérisée avec de la poudre ABC, par tranche de 200 m² et par  étage ; et d'un extincteur pour chaque danger localisé. Ces extincteurs doivent être conformes et  porter la marque NF.  Par  ailleurs  l'état  de  bon  fonctionnement  des  extincteurs  doit  être  vérifié  tous  les  3  mois  par  l'entrepreneur et une fois par an par un organisme certifié. 

Il ne suffit pas de s'équiper pour faire face à un incendie, encore faut‐il garder le matériel  en bon état de fonctionnement. Pensez à faire vérifier vos extincteurs. 

F‐ Laboratoires d'analyse  Parmi  les  diagnostics  techniques  obligatoires  ou  recommandés,  certains  nécessitent  des  analyses en laboratoire. Quelles sont ces analyses et comment y procéder conformément  à la législation et aux attentes des prescripteurs ?  L'amiante, les légionnelles, la potabilité de l'eau, le béton durci, la pollution des sols et le plomb  requièrent des prélèvements  rigoureux qui seront par la suite soumis à l'analyse de laboratoires  spécialisés.  Si  certains  diagnostics  sont  réglementés,  d'autres  sont  recommandés.  En  effet,  le  diagnostiqueur immobilier peut intégrer de nouveaux diagnostics à son offre, se diversifier et ainsi  se démarquer de la concurrence. 

Z Analyse de l’eau : les légionnelles  Les  légionnelles  sont  des  bactéries  à  l'origine  de  maladies  graves  qui  prolifèrent  dans  l'eau  stagnante, à des températures comprises entre 20 et 45°C et également en présence de corrosion  ou d'entartrage.  Le diagnostic technique légionnelles permet d'évaluer le nombre de bactéries du genre Legionnella  par litre d'eau et leur capacité à se multiplier dans un milieu nutritif (UFC/L). Le seuil ne présentant  pas  de  danger  pour  la  santé  est  1000  UFC/L.  Au‐delà,  il  faut  prendre  des  mesures  pour  assainir   

87


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  l'eau au plus vite. D'ailleurs certains contrôles obligatoires entrent en vigueur au 1er juillet 2010  concernant  les  établissements  de  santé,  sociaux  et  d'hébergement  pour  personnes  âgées,  et  au  1er janvier 2011 pour le secteur du tourisme et les établissements pénitentiaires.  Le diagnostic technique légionnelles comprend:  •

un examen de l'installation ou du réseau 

un contrôle des niveaux de températures 

une recherche des points de corrosion et d'entartrage 

des prélèvements et leur analyse en laboratoire 

Un kit de prélèvements complet d'analyse de légionnelles avec le transport coûte entre 75 et 85 €  TTC. 

Z Analyse de la potabilité de l'eau  Le  diagnostic  de  potabilité  de  l'eau  permet  de  vérifier  si  l'eau  correspond  bien  aux  normes  réglementaires  et  d'évaluer  les  risques  des  réseaux  d'eau  pour  la  consommation  concernant  les  immeubles  à  usage  d'habitation,  les  bureaux,  les  établissements  recevant  du  public,  les  collectivités...  Les ARS (Agences Régionales de Santé) peuvent être une source de prescription non négligeable  pour  le  professionnel  du  diagnostic,  à  l'instar  des  collectivités  locales  et  des  administrateurs  de  biens.  Le diagnostic comprend un examen du réseau de distribution d'eau potable et des prélèvements.  Il existe des kits de prélèvements bactériologiques et/ou chimiques transportables par voie postale  et leur coût (entre 70 et 140 € TTC) dépend du type d'analyse demandé. 

Z Analyse amiante  L'amiante est une substance d'origine minérale aux propriétés nombreuses : isolation acoustique,  thermique,  résistance  à  la  chaleur...  Utilisé  pour  la  construction dans  de  nombreux  matériaux et  produits  jusqu'en  1997,  l'amiante  est  désormais  interdit  d'usage  du  fait  de  la  reconnaissance  officielle de ses effets néfastes pour la santé.  Le diagnostic amiante est obligatoire à la vente d'un bien immobilier, avant travaux ou démolition.  Les  mesures  de  concentration  de  fibres  dans  l'air  avant,  pendant  et  après  travaux  de   désamiantage  sont  requises  selon  un  plan  de  contrôle  pré  établi.  Il  doit  être  réalisé  par  un  professionnel certifié et selon une procédure normalisée.  Les  points  de  contrôle  du  diagnostic  amiante  sont  nombreux:  faux‐plafonds,  dalles  de  sol,  isolation... et les sondages pour les prélèvements peuvent être destructifs ou non‐destructifs. La  technique d'analyse dépend du matériau prélevé : matériau friable ou non, fibres dans l'air... 

Z Analyse plomb 

89


CChapitre 5 : Le maté ériel  Auttre  diagnosstic  obligattoire  à  la  vente  v d'unn  bien  imm mobilier  (co onstruit  avvant  1948  ou  situé  dans  d une e  zone  à  risque  d'exxposition  au  plomb)  ou  pour  laa  location  de  certainns  logeme ents  (loi  du u  29  juilllet 1998 ett décret du u 25 avril 2 2006), le C Constat de  Risque d'E Exposition  au Plomb  (CREP) a p pour  obje ectif  la  p prévention n  et  l'info ormation  concernant  le  plo omb  danss  les  revêtements.  Le  diaggnostiqueu ur  va  com mpléter  son n  analyse  concernan nt  l'air  et  la  tuyautterie.  Les  mesures  sont  s réalisées  avecc  un  specttromètre  portable  p à  fluorescence  X,  ma ais  le  profeessionnel  du  diagno ostic,  ns certains  cas, peut  également recourir  à des préllèvements  de revêteements, d'e eau (potab bilité  dan de ll'eau) et dee poussièrees (à l'aide de lingett es) qu'il fera ensuite analyser een laborato oire. 

Z Analy yse du bé éton durcci  L'an nalyse  intéégrale  du  béton  b durcci  est  propposée  aux  administra ateurs  de  bbiens  et  aux  particuliers  afin n  de  vérifier  l'état  du  d bâtimen nt,  qu'il  s'agisse  de  valoriser  le  patrimooine  ou  d''envisager  des  travvaux suite à des dégrradations. Le diagnosstic s'opère e par prélèvements (ffaçade, strructures, so ous‐ solss), puis anaalyse en lab boratoire.  L'an nalyse du b béton durci peut répo ondre à pluusieurs objjectifs :  •

définir la compossition globaale du bétoon 

vérifierr la conform mité des dosages en  ciment et en eau 

identifiier les difféérents polluants 

préven nir certainees pathologgies 

L'avvantage po our le diagn nostiqueurr immobilieer : un rap pport d'inte erprétationn clair et lisible, qui p peut  être e reprit en l'état pour établir la conformitté du béton n vis à vis d des caractééristiques d de l'œuvrage.  Le ccoût globall d'une anaalyse intégrale de bétton durci e est d'enviro on 400 € HTT. 

Z Analy yse de la pollution des sols  L'ob bjectif du d diagnostic  environne emental dee pollution n des sols e est de dressser un constat de l'état  du ssite :  •

les sources de po ollution : citterne, dév ersement accidentel, déchets eenfouis... 

les vectteurs de laa pollution : eaux de ssurface ou souterrain nes, dissém mination paar les ventss... 

les cibles atteintees ou menaacées : êtrees humainss, faune et flore 

L'éttude des so ols par dess professionnels com mpétents esst obligatoire lors d'uune transacction fonciière.  Le  vendeur  a  une  ob bligation  d'informati d ion  en  gé énéral,  ma ais  aussi  sspécifique  au  droitt  de  nvironnemeent. Le diagnostic comporte dees prélèvem ments de ssol, d'air ett d'eau, pro oportionneels à  l'en la d densité du ssite, et un historique e qui reflètee l'ensemb ble des activités exerccées sur sitte. 

Z Comm ment fairre ces an nalyses ? Il  esst  indispen nsable  de  s'adresser  à  des  labooratoires  d'analyses  d accréditéss  par  le  Co omité  Fran nçais  d'Accréditatio on (COFRAC C) spécialissés dans l'aanalyse de es polluants du bâtim ment (plom mb, amiantee...), 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IM MMOBILIER  la  microbiolo m gie  (légion nnelles),  ettc.  Certainns  laborato oires  proposent  l'ennsemble  de es  analyses  et  assu urent :  •

la garantie des déélais d'analyses 

la fiabilité des réssultats  

un soutien technique et loggistique 

des kitss de prélèvvement 

Z Les ou utils proposés  La  plupart  des  d laboraatoires  asssurent  également  unn  conseil  et  un  sou utien  élais  d'ana alyses,  ainnsi  que  laa  fiabilité  des  techniques,  la  garanttie  des  dé es. Par ailleeurs,  résultats grââce à un prrocédé de  comparaisson inter‐laaboratoire us  propossent  des  outils  pour  tous  vvos  prélèvements,  des  ceertains  vou do ocuments  de  travail  et  un  guide  g métthodologiqque  pour  procurer  des  prélèvementts  fiables  et  sécurissés,  tant  dans  les  domaines  de  l'amiaante  nts de matéériaux), qu ue dans celui du plom mb (écaille es de peintture,  (prélèvemen ngettes,  flaacons  pourr  l'eau...),  des  termittes,  ou  dees  légionne elles  (enceeinte  lin iso otherme, flacon stérile, masque es...).  Lee  prélèvem ment  de  vos  échaantillons  doit  d être  conditionné  de  faaçon  riggoureuse.  Un doublee emballage individue el en sacheet plastiqu ue hermétiique  s'im mpose pour les échan ntillons de  matériauxx susceptib bles de con ntenir de l' amiante (e environ 2 ccm²)  ou d du plomb ((environ 4 cm²).  Pen nsez  égalem ment  à  bieen  identifie er  vos  échhantillons  de  d manière  indélébi le  sur  l'em mballage  ett  de  reprendre  ceette  même  identificcation  surr  la  fiche  d'accompagnemennt.  Cette  dernière  doit  mporter  la  liste  des  échantillo ons  prélevvés,  le  nom mbre  d'échantillons  joints,  la  référencee  du  com dosssier,  le  tyype  d'échantillon  envoyé,  e le  nom  de  l'auteur  des  prélèèvements,  les  datess  de  prélèvement  et  d'envoii,  et  éventtuellementt  le  site  de e  localisation  du  préélèvement. Elle  doit  être  join nte au bord dereau de ccommande e d'analysee. 

Z Les ré ésultats  Les  laboratoirres transmettent les  résultats ppar mail ett/ou fax, puis par couurrier. En ggénéral, il  faut  mpter entree 24 et 48 h pour less analyses,  mais ce dé élai peut ê être raccouurci selon le es urgencees. A  com vou us  ensuite,,  après  reetour  des  résultats  d'analyse es,  d'établir  dans  lee  dossier  de  diagno ostic  tech hnique  less  différentts  élémentts  constituutifs,  en  in ntégrant  le es  résultatts  d'analyses  reçus  des  labo oratoires.  Il  existe  des  offres  adaaptées  à  chaque  anaalyse,  et  certains  c lab boratoires  ne  facturreront  quee  les  prestations uttiles via des packs optionnels. 

Lorrs de  l'étaablissement  d'un  dossier  d dee  diagnosttic  immob bilier,  il  ppeut  arrivver  de  devvoir  effe ectuer  dees  prélèvvements  de  matéériaux  da ans  un  logementt  afin  d'évaluer  s'ils  con ntiennent  ou  non  de  d l'amian nte.  Pour  réaliser  ces  c prélèv vements,  vous  devvez,  depuiis  le   

91


CChapitre 5 : Le maté ériel  1er  novembre 2007, être certifiié par un  organism me accrédité, et dispposer d'une assuraance  spé écifique. V Vous deve ez fournir votre certtification au propriétaire du  logementt. 

G‐

Logicie els et m matériel inform matique  o Informatiique et saisie des raapports 

L'éq quipemen nt informaatique estt aujourd'hui primo ordial. Auxx côtés duu hardwarre (matériel),  le ssoftware, ou logicie el, est à ch hoisir min utieusement en fon nction de  votre acttivité. 

Les équipemeents  inform matiques  sur  le  maarché  vouss  permette ent  désorm mais  de  ré épondre  à  à de  plications,  de  l'ordre e  de  missioon  à  la  facturation.....  De  pluss,  certains  logiciels  sont  s multiples  app olutifs afin de s'adaptter à l'évolu ution des nnouveaux d décrets.   évo Associer  des  outils  info ormatiquess  (tablettee)  à  des  matériels  de e  relevés  ppermet  parr  exemple  des  met  de  sim mplifier  less  relevés  de  d géoméétrie  de  la constructtion,  fonctions  inteeractives.  Cela  perm dans des en ndroits enccore encom mbrés, et d'incorpore er des phottos...  notamment d Par exemple, l'associatio on d'une taablette aveec un appaareil de mesure Loi Caarrez prend dra en com mpte  les  difficultés  (avant‐cofffres, Bow Windows , lucarnes....), l'assem mblage auttomatique  des pièces, le  nférieures àà 1,80 m....  calccul automaatique des surfaces in

o Logiciel de diagnosstic : faire  le bon ch hoix  Less  logiciells  inform matiques  font  déésormais  partie  intégrantte  du  matériel  m du  diagnostiqueeur  immo obilier.  Ils  lui  permeettent  de  réaliser  des  d rappoorts  plus  complets,,  de  façon  efficace  et  rap pide.  Cette  acquissition  reste  un  inv vestissem ment  impo ortant.  Deux  D solu utions  s'o offrent  au ux  diagnosstiqueurs  :  la  licen nce  annue elle  classiqque  ou  le e  paiemen nt  à  l'ussage, une nouveautté dans la professio on. A chaccun sa solu ution !   • Les faccteurs de  choix dess logiciels Le cchoix d'un logiciel destiné au diagnostic im mmobilier doit prend dre en com mpte différe ents facteu urs :  

Le marrché  et  le  coût  :  avec  la  baissse  du  marrché  de  l'im mmobilier,,  celui  du  diagnosticc  est  quelqu ue  peu  ralenti.  Pour  un  diaggnostiqueur  qui  s'installe  chaqque  invesstissement  est  d'autan nt plus mûrement réffléchi.  

La règllementatio on.  Le  méttier  de  diaagnostiqueur  immobilier  est  reelativement  récent,  et  e la  règlem mentation een perpétuelle évoluttion : diagn nostic plom mb pour less locations en août 20 008,   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  diagnostic électrique en janvier 2009, superficie habitable dans les locations (loi Boutin) en  mars 2009… La liste des diagnostics s'allonge et les attentes en termes de rapport évoluent.   •

L'évolution du  matériel  informatique  est  également  à  prendre  en  compte  puisque  les  logiciels  changent  vite  mais  les  équipements  avec  lesquels  ils  sont  compatibles  aussi (tablette PC, matériel de prises de mesures...). Il est par exemple important de pouvoir  s'adapter aux différents types de formats d'édition de rapport.  

L'utilisation : elle est propre à chaque professionnel, si l'activité du diagnostic représente ou  non son cœur métier. Le principal est que le logiciel n'impose pas une méthode de travail  mais s'adapte à la méthode que choisit le diagnostiqueur. 

L'efficacité et  la  productivité :  chaque  logiciel  a  ses  fonctionnalités,  plus  ou  moins  faciles  d'accès. Plus l'utilisation du logiciel sera simple, plus le diagnostiqueur sera efficace et donc  productif.  Par  ailleurs,  l'exigence  de  détail  n'est  pas  la  même  suivant  le  type  de  mission  réalisée. 

• Les fonctionnalités   Avant de se lancer dans l'achat, il est important de s'assurer des fonctionnalités du logiciel choisi.   Certains logiciels proposent :   •

Organisation, préparation, facilité d'exécution des missions  

Traitement des échantillons d'analyses  

Sortie des rapports  

Archivage et transfert des missions, envoi électronique, facturation...  

Dessins de croquis, intégration de photos, importation des mesures automatique...  

Extranet des  clients:  une  partie  du  site  internet  de  l'utilisateur  est  sécurisée  et  interfacée  avec  le  logiciel  pour  la  saisie  des  ordres  de  mission  et  la  présentation  des  rapports  sur  internet. 

Par ailleurs, il faut savoir quels types de diagnostics pourront être réalisés, en prenant notamment  en compte les dernières règlementations en vigueur ainsi que les diagnostics de diversification qui  permettent au diagnostiqueur d'élargir son activité.  

• "Payer une licence" ou "payer à l'usage"  Il existe différentes solutions de paiement quels que soient les logiciels.  Logiciels de bureautique   Le paiement à la licence se fait généralement de façon annuelle, cependant il existe des formules  « tout inclus », des forfaits annuels avec une redevance mensuelle, et des possibilités de payer à la  mise à jour. Le pack Microsoft Office est un exemple classique de paiement à la licence. 

93


CChapitre 5 : Le maté ériel  A  l'inverse,  il  existe  dees  logiciels  disponibbles  en  té éléchargem ment  gratuuit  avec  un  paiemen nt  à  nternet  (Skkype...)  prooposent  paar  exemplee  ce  l'utilisation.  Les  logicielss  à  usage  de  téléphoonie  sur  in e de servicces.   type Certains logiciels vont ju usqu'à offrrir des verssions gratuites (Goog gle, PDF Creeator pourr la génération  d'un n  documeent  PDF  à  partir  d'un  documeent  imprim mable...)  ett  se  rémuunère  à  traavers  d'au utres  servvices payan nts.  Logiciels d de diagnostic  Con ncernant  lee  diagnostic  immobilier,  nous  retrouvons  les  mêm mes  types  dde  produitts  ("payer  une  licence" ou "p payer à l'ussage"). Less diagnostiqqueurs peu uvent ainsi choisir la  formule laa plus adap ptée  eurs besoin ns. En term me tarifaire le paiemeent à la lice ence (utilisation illimiitée) devie ent intéresssant  à le à paartir d'un ccertain nom mbre de rapports.  Les différencees :  •

Le coû ût  par  rapp port  au  prroduit :  le  paiement  à  l'usage  permet  dde  lisser  sa  dépensee  en  fonctio on  de  son  activité.  En  E cas  de  baisse  d'aactivité  la  charge  di minue,  lors  d'une  forte  activitéé, le paiem ment à la licence peut  être plus iintéressantt.  

La période  d'esssai :  dans  le  cas  dess  logiciels  à  licence annuelle,,  il  existe  des  solutions  uation pour quelquess semainess, le tempss de décou uvrir si le l ogiciel corrrespond àà ses  d'évalu attentees.  Dans  le  cas  des  logicielss  avec  paiement  à  la  consom mmation,  il  n'y  a  plus  d'engagement daans la durée.  

La vvraie contrrainte danss un changgement dee solution e est souven nt la périodde d'appre entissage et de  form mation quii demandera un invesstissementt personne el ! 

• Le coû ût  •

Pour une  licencee  à  l'année e  les  coûts   sont  de  l'ordre  du  millier  d'eeuros  et  les  mises  à  jour  quelques ceentaines d'euros.  annuelles plus prroches de q

Pour lee paiementt à l'usage le cout estt de moins de 1 € par rapport. 

Le d diagnostiqueur doit  donc faire  le choix eentre besoins, fonctio onnalités eet coûts. N N’hésitez pas à  com mparer ! 

o Productivvité accrue e grâce au u logiciel d de diagnostic immoobilier  La rréactivité eest la prem mière atten nte des preescripteurss. Certains diagnostiqqueurs son nt réactifs  plus    les  faciilement...  tout  simp plement  grâce  à  leuur  logiciel  de  diagn nostic  imm mobilier.  Désormais, D diaggnostiqueu urs  équipéés  d'un  Taablet  PC  (avec  une  connexion n  internet,,  type  clé  3G)  peuvvent  rece evoir  une  mission,  laa  traiter  et  la  renvoyer,  une  fois  f termin née,  au  serrvice  admiinistratif  ett  au  client, sans paasser par lee bureau.  Voici les foncttionnalités  que permet ce tour  de force :   • Insertio on automaatique dess photos : ddans le rep pérage amiante ou teermites, il  est important  d'inclure une pho oto pour illustrer le ddiagnostic.. Désormais, la photoo peut être importéee de   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  manière  automatique  in  situ  (avec  un  appareil  photo  possédant  une  connexion  Bluetooth  ou wifi).  • Créer  des  catalogues  de  textes  personnalisés :  les  diagnostiqueurs  saisissent  souvent  les  mêmes  textes.  Ils  doivent  pouvoir  disposer  de  catalogues  personnalisables.  Cela  leur  permettra de réaliser rapidement des observations sur une pièce, sur un repérage, de justifier  l'absence de prélèvement...  • Croquis  multi  vues :  dans  les  différents  diagnostics,  le  diagnostiqueur  immobilier  s'appuie  souvent  sur  le  même  croquis  de  départ.  Lui  permettre  d'effectuer  un  seul  croquis  et  de  le  reproduire  comme  un  « copier/coller »  dans  les  différents  diagnostics  évitera  d'effectuer  à  chaque fois la même tâche. Ensuite pour chacun des diagnostics, il personnalisera le croquis  initial.  • Repérage  ‐  Mise  à  jour  dynamique  des  croquis :  pour  le  plomb,  l'amiante  et  les  termites,  il  faut insérer des textes précisant : matériaux, parasites, échantillons... En cas de changement  de ces textes, les modifications sont directement reproduites dans les croquis associés.  • Génération des rapports Word : les rapports doivent pouvoir être générés au format Word. Le  temps de génération est plus ou moins rapide (jusqu'à 10 fois) suivant les solutions logicielles.  • Tablet PC et ergonomie : les solutions sur Tablet PC se sont aujourd'hui imposées auprès des  diagnostiqueurs  immobiliers.  Les  logiciels  utilisés  doivent  avoir  été  conçus  pour  ces  équipements afin de raccourcir les « chemins » de saisie et les clics inutiles.  • Acquisition  automatique  des  mesures  plomb  par  Bluetooth  :  comme  pour  les  photos,  les  mesures  plomb  peuvent  être  intégrées  directement  dans  les  rapports  et  cela  sans  saisie  des  valeurs.  Pour  un  diagnostic  plomb  comportant  plusieurs  centaines  de  valeurs,  c'est  pratiquement devenu une nécessité.  • Signature électronique des rapports : la dématérialisation des diagnostics immobiliers signés  au moyen d'un certificat électronique a la même valeur qu'un écrit manuscrit (Loi du 13 mars  2000,  et  selon  les  articles  1316  et  suivants  du  Code  Civil).  Le  rapport  peut  ainsi  être  envoyé  directement  depuis  le  lieu  de  l'expertise  avec  une  valeur  légale.  Cela  permettra  en  outre  de  réaliser des économies sur les coûts d'impression et d'envoi. 

Les solutions logicielles sont nombreuses (plus de 10) pour une population somme toute  modeste  (7500  diagnostiqueurs  certifiés).  La  productivité  apportée  par  un  logiciel  est  certainement  un  des  premiers  critères  de  décision,  voilà  qui  mérite  de  bien  étudier  les  différentes solutions logicielles.   o Les enjeux du changement de logiciel de diagnostic immobilier  Lors  du  renouvellement  des  licences,  certains  diagnostiqueurs  immobiliers  changent  de  logiciel  de  diagnostic  immobilier  ;  d'autres  en  utilisent  plusieurs,  différents,  pour  effectuer  différents  types  de  diagnostics  immobiliers.  Avant  de  s'équiper,  il  convient  d'analyser tous les enjeux de ce changement.    

95


CChapitre 5 : Le maté ériel  Les  diagnostiqueurs  im mmobilierss  facturennt  à  leurss  clients  des  d prestaations.  Ce es  prestations  ment, expertise, rédaction, adm ministratif).. La part "rrédaction"  des  représentent  du temps  (déplacem uvent 25 % % du temps  total passé sur chaque dossierr.  rapports repréésente sou

• Le logiiciel de diagnostic :: structura ant en inteerne  Le  logiciel  esst  aujourd'hui  très  structurannt  dans  l'aactivité  de es  diagnosttiqueurs  immobilierrs.  Il  permet  d'êtree  efficace  lors  de  laa  prise  de  l'ordre  de  mission,  à  la  réal isation  du  diagnostiic,  à  l'im mport des d données (photos, fich hiers...), à laa facturation, dans le e suivi des  clients...  La p plupart dess logiciels aa un ou plusieurs pooints forts limités à se eulement 11 voire 2 m modules. A Ainsi,  au ffil du temp ps, certainees sociétés se retrouvvent à jonggler entre p plusieurs loogiciels pour réaliser une  même mission n.  Uniformiser  sa  produ uction  de  rapports  avec  un n  seul  logiciel  seraa  la  première  sou urce  d'au ugmentatio on de prod ductivité. 

• Le logiiciel de diagnostic d dans la relation clieent   Le  rapport re r présente  le  premier  élément dde  commu unication  auprès  a des   prescripte eurs  (notaires,  age ent immobiiliers...). Élément de promotionn de la société, il doitt être parfaait dans la forme et b bien  entendu danss le fond. LLà encore,  disposer dd'une seule solution  logicielle cconstituera un avanttage  ncurrentiel.  con

• Le cha angement  : un invesstissemen nt temps  Nou us  le  savons  tous,  changer  c d'o ordinateurr  ou  de  lo ogiciel  ne  se  s fait  pass  "sans  do ouleur".  Il  faut  réapprendre  une  méthode  de  trravail,  récuupérer  sess  anciens  dossiers,  d cchanger  se es  habitudes...  us  avons  ttoujours  teendance  à  sous‐estim mer  la  perrte  de  tem mps  directee.  Cette  pe erte  de  temps  Nou représente  dees  dossierss  en  moins  et  quelqques  fois  des  d clients  perdus.  CCe  changem ment,  souvvent  c c'est  pouurquoi  il  est  e importtant  d'opt er  pour  un  u logiciel  qui  néccessaire,  doit  être  compensé, permettra d'aaugmenter sa productivité. 

• Faire le bon cho oix : une n nécessite mbreux  so ont  les  diagnostiqueu urs  qui  nee  se  limitent  pas  auxx  diagnosttics  obligattoires  lors  des  Nom ven ntes et des  locations. Le logiciel de diagnoostic immo obilier peutt souvent ooffrir des ssolutions àà ces  méttiers  de  d diversification  ;  par  exemple  :  l'accessiibilité  des  bâtimentts  collectiffs  et  ERP  aux  personnes handicapées,, la mise en n copropriéété (loi SRU U), le diagn nostic pisciine…  Disp poser d'un seul logiciiel permetttant de réaaliser tous ces diagno ostic immoobilier perm met égalem ment  de ffournir, faccilement, aaux certificateurs la liiste des do ossiers réalisés. 

• Le nive eau d'équ uipement des diagn nostiqueurrs   Dan ns  notre  éétude  baro omètre  de  mars  20009,  34  %  des  d diagno ostiqueurs  immobilie ers  déclaraaient  n'uttiliser  aucu un  logiciell  spécifiqu ue.  Pour  ceeux‐là,  le  gain  de  temps  et  lla  diminuttion  du  rissque  d'errreur, sontt des argum ments choccs pour fairre le pas ve ers des logiciels de diiagnostic im mmobilier. 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IM MMOBILIER  Ave ec une qu uinzaine de sociétéss d'édition de logicciels de diiagnostic  immobilie er, choisirr un  logiciel  n'estt  pas  chosse  facile.  Le  logicieel  de  diaggnostic  im mmobilier  structure e  l'activité é  en  inte erne, partticipe à laa promotion auprè s des clients et permet d'êttre compé étitif vis‐àà‐vis  dess  concurrents.  Les  éditeurss  de  logicciels  de  diagnostic d c  immobiilier  sauro ont  être  des  acccompagnaateurs ave ertis pour faire le bo on choix.   o Le Tablet PC : un ordinateurr portable de poche e  Le  métier  dee  diagnostiqueur  im mmobilierr  est  un  métier  m de e  terrain  qqui  exige  une  certaaine  mo obilité.  Il  eest  nécesssaire  de  s'organise s er  afin  d'ê être  effica ace,  profeessionnel  et  réactiff.  Le  Tab blet  PC  p peut‐être  une  solu ution  pou r  gagner  en  productivité  eet  travailler  en  to oute  sérénité. Qu ue propose e‐t‐il ? Qu uels sont  les avantages ? Et  commentt l'utiliserr au profitt du  diagnostic im mmobilierr ?   • L'évolution du PC  portable  Le  Tablet  PC  est  l'évo olution  du  PC  poortable,  il  combinee  la  able et la fllexibilité d'un ordinatteur  fonctiionnalité dd'un ordinaateur porta de po oche. Il peuut se prése enter sous la forme dd'un ordinaateur portaable  dont ll'écran peuut se rabattre sur le cclavier (connvertible) o ou bien sou us la  forme e  d'un  écraan  seul  (arrdoise). Da ans  les  deuux  cas,  on  peut  interragir  avec  un  stylet  ggrâce  à  un n  système  d'encre  nuumérique  permettan nt  la  prisse de notess directement sur l'écran, faisant du Tablet PC une sorte de bbloc‐notes numériquee. Le  stylet sert à laa fois de ccrayon et d de souris. LL'affichage e peut se fa aire en moode portrait ou paysage,  quement een tournan nt l'écran.  uniq Le TTablet PC o offre un graand nombrre de foncttionnalités :  •

Graphiques, visueelles, optiq ques 

Selon le système d'exploitation : Winddows, Linux 

De con nnexion san ns fil : Wifi,, Bluetoothh, 3G 

De sécu urité... 

Cep pendant, afin  de  pou uvoir  travaailler  en  tooute  sérén nité,  la  technologie  ddoit  être  simple  s et  faire  f partie intégrante de la ssolution po our ne pas ddevenir elle‐même un problèm me. 

• Mobilité et produ ctivité  Le  principal  inttérêt  du  Tablet  T PC  est  e sans  aaucun  doute  la  mob bilité  f l'ordin nateur  prinncipal  sur  lequel  seront  puisqu'il  peut  êêtre  à  la  fois  ées toutess les donné ées professsionnelles  et que l'on n reposeraa sur  stocké sa  baase  au  b ureau,  et  être  em mmené  paartout  san ns  contraintes  d'encombremennt, de fils... Pouvoir ttravailler s ur sites, en n ayant tou utes  e  main,  pe ermet :  ga in  de  tem mps,  réactivvité,  ses  données  à  portée  de

97


CChapitre 5 : Le maté ériel  d'êttre polyvalent, le dévveloppeme ent d'un arggument co ommercial, d'améliorrer  la relation client....  L'uttilisation d''un Tablet PC induit u un nouveau mode de e travail avec une orgganisation simplifiée, elle  peu ut donc perrmettre dee gagner en n productivvité. 

• Bien choisir son n Tablet PC C  Les  fonctionnalités du  Tablet  T PC ssont  nombbreuses  et  les  fournisseurs dévveloppent  sur  le  marrché  nt  globalem ment  les  mêmes  te echnologies.  Cepend ant  l'utilissation  dan ns  le  dess  produits  présentan cadre  du  diaggnostic  estt  bien  spéccifique  et  il  convientt  de  le  pre endre  en  ccompte  et de  choisirr  un  pté.  mattériel adap Les points imp portants (n non exhausstifs) dans le choix du u Tablet PC C :  •

Puissancee et  autonomie : selo on les moddèles une  batterie peut aller juusqu'à pluss de 5 heu ures,  en offrantt le maximum d'autonomie ellee s'adapte aau temps d de travail.  

Ergonomie et légèreeté : il seraa plus aisé  en travaillant dans d des comblees par exemple d'utiliser  maniable ett peu encoombrant. Le es Tablet P PC les plus  légers ne dépassent pas  un matériiel léger, m 1,3Kg ! 

Communiications :  on  ne  capte  pas  foorcément  partout  un  u réseau  sans  fil,  il  existe  donc  d différentss types de cconnexion pouvant sse relayer e et permettant d'être  toujours cconnecté (W Wifi,  Bluetooth h, 3G). 

aux Résistancee  et  fiabillité :  le  Taablet  PC  ddoit  pouvo oir  résister  aux  choocs,  à  la  poussière,  p éclabousssures,  à  l''humidité,  aux  vibraations,  au ux  grandess  différencces  de  te empératuree,  à  l'usure... C Certains faabriquant u utilisent dees normes  correspon ndant à dess produits élaborés p pour  l'armée ! 

Sécurité :  elle  conccerne  le  ré éseau  ma is  essentie ellement  les  donnéees.  Que  se e  produit‐‐il  si  l'appareil  est perdu ou volé ? Comment  s'assurer q que l'on dispose d'unne connexion sécurisée ?  Commentt s'assurer  que les ap ppareils uttilisent la cconnexion  la mieux aadaptée disponible ??... Il  existe  dess  applications  perme ettant  de  rrépondre  à  à ces  quesstions :  autthentification,  encod dage  des donnéées, suppreession défiinitive de ddossier... 

Compatib bilité :  d'un ne  part  avec  le  mat ériel  de  prise  p de  mesures  (annalyseur  plomb,  cam méra  thermiquee...), et d'aautre part avec les loogiciels de  diagnostic (calculs, éédition de rapport, envoi  de données...).  

• Le Tab blet PC au  service du diagnosstic  Pou ur  le  plom mb,  la  tab blette  peutt  par  exemple  com mmuniquer  avec  les  analyseurs  de  plo omb,  enrregistrer  directemen nt  les  messures  (unittés  de  diagnostics,  locaux,...),  effectuer  le  calcul  des  classses (0, 1, 22 ou 3) selo on le taux de plomb eet l'état de e dégradation.  Pou ur  le  repérrage  amian nte,  l'utilisaation  de  ggrilles  d'évaaluation  ett  l'édition  de  la  lettrre  d'envoi  des  prélèvementss au laboratoire vous simplifieroont la tâche. 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  Pour les états parasitaires, la tablette peut vous proposer l'utilisation de listes déroulantes pour le  choix des xylophages et de la partie de la pièce concernée et une aide sur les éléments constitutifs  de la charpente.  Enfin,  pour  vos  rapports,  elle  peut  vous  permettre  une  édition  automatique  des  rapports  d'expertises immobilières dans WORDTM et EXCELTM (Loi Carrez, amiante, plomb, états parasitaires,  Loi  SRU,  états  des  lieux,  DPE).  La  plupart  assure  une  interface  avec  la  comptabilité  CIELTM,  la  gestion des contacts via OUTLOOKTM, l'insertion de photos, de croquis, de notes vocales... 

Il est également important que le Tablet PC soit simple d'utilisation et qu'il convienne à  son utilisateur et à l'utilisation qu'il en fait. L'objectif est avant tout de faciliter le travail ! 

H‐

Dématérialisation : la signature électronique  

Le métier  de  diagnostiqueur  immobilier  pousse  à  gagner  du  temps  sur  toutes  les  procédures.  Dans  cette  optique  la  signature  électronique  à  valeur  juridique  des  diagnostics  immobiliers  est  une  réponse  à  cette  problématique.  Comment  signer  ses  rapports électroniquement ? Soyez réactif et productif : dématérialisez tous vos rapports  !  Une grande partie du métier de diagnostiqueur consiste à réaliser des rapports qui n'auront de la  valeur  que  signés.  Or  rédiger  un  rapport,  l'imprimer,  l'envoyer  ou  le  déposer  au  commanditaire  peut  rapidement  dépasser  les  délais  courts  de  livraison  souvent  impartis  aux  diagnostiqueurs  immobiliers.  Afin  d'être  réactif  et  donc  productif,  en  effectuant  un  travail  de  qualité,  il  est  aujourd'hui possible de dématérialiser ces rapports et de leur conférer une valeur probatoire en  utilisant la signature électronique.  

Z Qu'est‐ce qu'un certificat électronique?  Un  certificat  de  signature  électronique  est  une  véritable  carte  d'identité  électronique  contenant  des séries d'informations sur :  •

Le titulaire (nom, prénom, service, fonction) et son entreprise (dénomination, SIREN) 

La signature électronique (validité, longueur des clefs...) 

L'autorité de certification qui a émis le certificat 

Z A quoi sert un certificat électronique ?  Un certificat de signature électronique permet de garantir l'intégrité des données transmises et de  garantir l'identité du signataire. La réunion de ces deux garanties permet d'apporter au sens de« la  loi  n°  2000‐230  du  13  mars  2000  portant  adaptation  du  droit  de  la  preuve  aux  technologies  de  l'information et relative à la signature électronique », une valeur juridique aux écrits électroniques. 

99


CChapitre 5 : Le maté ériel 

Le  certificat  éélectroniqu ue  est  donc  un  préérequis  esssentiel  pou ur  dématéérialiser  les  rapportss  de  diaggnostics. 

Z Signature élecctronique, modee d'emplo oi  Pou ur  que  son n  certificat  puisse  siggner  ses  raapports,  l'u utilisateur  doit  possééder  une  application a   qui  sache gérer ccette techn nologie. Ce ertains éditteurs de lo ogiciels de  rapports dde diagnosstics l'ont d déjà  égré dans leurs solutiions. Sinon n il existe ddes solution ns logicielles servant  t uniqueme ent à utiliseer le  inté certtificat pourr signer éleectronique ement.  Pou ur  signer  électroniq quement  un  u docum ment,  il  faaut  acqué érir  deux  choses  :  un  certifficat  élecctronique  de  signatture  et  un  logiciel  de  signatture.  Le  certificat  c éélectroniqu ue  représeente  l'ide entité électronique d de la personne auqueel il se rapp porte, sorte e de carte  d'identité électroniq que.   Les  autorités  de  certificcations  du  marché  (A AC)  sont  mandatées  m ministration n  pour  délivrer  par  l'adm ues  ou  mo orales  dess  certificatts  électron niques.  Auujourd'hui  les  certificats  auxx  personnees  physiqu élecctroniquess ont une d durée de viie n'excédaant pas tro ois ans. Le logiciel de  signature permet qu uant  à lu ui d'apposeer la signatture électro onique surr un docum ment électrronique. Innstallé physiquementt sur  l'ordinateur, le logiciel d de signaturre et le cerrtificat ne p peuvent pa as être utiliisés simple ement dans un  environnnement nomade.  Pour dém matérialise er l'ensemb ble des rappports et d documents  des  diagnost iqueurs,  il  suffit  donc  de  ddisposer  d'un  d certifficat  d logiciel  de  signnature.  Le es  documeents  électroniique  et  d'un  peuvent  être  dém matérialiséss  légalemeent  et  sim mplement,,  en  utilisant  le  format  universel  du  PDF.  EEn  effet,  Acrobat  Reaader  ualiser  et  vérifier  une  u signatture  permet  aujourd'hui  de  visu er  d'un  logiciel  de  signatture  électroniique  sanss  dispose électroniique.   

Z Co ommentt s'équiper des ouutils nécessaires a  la signaature éle ectroniqu ue?   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 3 : DEVENIR DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER  Par  exemple,  un  diagnostiqueur  immobilier  doit  obtenir  un  certificat  auprès  de  sa  Chambre  de  Commerce et d'Industrie. L'obtention s'opère en trois étapes:  1) Réservation en ligne du certificat et envoi du dossier à sa CCI  2) Face à face au sein de sa CCI pour retirer son certificat  3) Installation de son certificat sur son PC  L'utilisateur  doit  demander  à  l'éditeur  de  son  logiciel  de  création  de  rapports  de  diagnostics  s'il  maitrise la technologie de la signature électronique par certificat, sinon il conviendra qu'il s'équipe  d'un logiciel spécialisé pour les signatures électroniques. 

Z Garanties et sécurité  Les certificats de signature électronique sont généralement délivrés à une personne physique, ils  sont  émis par  une  autorité  de  certification  (AC).  Chaque  certificat  est  attribué  à  un  seul  titulaire  pour une durée n'excédant pas trois ans. L'utilisation d'une signature électronique permet :  •

d'identifier de manière certaine la personne qui a apposé sa signature, 

de garantir que le document n'a pas été altéré ni modifié entre sa création (signature) et sa  réception (lecture) par celui qui le consulte. 

Par ailleurs, en termes de sécurité, la signature électronique est authentique et infalsifiable : pour  l'utiliser le signataire utilise un code secret comme il le ferait avec une carte bleue. Elle est donc  également irrévocable : a posteriori un signataire ne peut nier l'avoir utilisée. 

Z Les avantages  Dans la pratique, l'utilisation de la signature électronique offre de nombreux avantages :  •

gain de temps : la rapidité d'intervention est souvent un des atouts majeurs du diagnostiqueur 

authenticité des documents : c'est ce qu'attendent en premier lieu les notaires par exemple 

sécurité des échanges numériques et confidentialité 

économies :  envoyer  un  document  électroniquement  permet  de  faire  des  économies  sur  les  coûts d'impression et d'envois postaux 

fidélisation des  prescripteurs :  le  signataire  gagne  en  qualité  de  travail  et  d'exécution  et  développe la confiance de sa clientèle 

@ Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre VIDEO ‐ Interview La signature électronique.   La  signature  électronique  est  un  élément  de  la  dématérialisation  des  nombreux  documents  (rapports,  factures,  formalités  administratives)  qu'est  amené  à  émettre  le  diagnostiqueur.  Cette  technologie  peut  permettre  de  se  démarquer  de  la  concurrence  puisqu'elle permet un gain de temps, donc de productivité mais aussi et surtout instaure  une  confiance  chez  les  prescripteurs. 

101


PAR P RTIIE 4 4 : A ADO OPTER R U UNEE  STTRA ATÉÉGIIE  C MM COM MER RCIALEE            

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 4 : ADOPTER UNE STRATÉGIE COMMERCIALE 

Chapitre 1 : Stratégie commerciale  A‐ Le commerce : bien plus qu'une technique, une  question de valeur d'entreprise  La  maitrise  des  techniques  de  négociation  et  de  vente  est  une  première  étape.  Certes  incontournable,  mais  cela  ne  suffit  pas.  L'efficacité  commerciale  est  atteinte  lorsque  la  posture commerciale est positivée par la direction et partagée par tous dans l'entreprise.   L'histoire et les fondements du diagnostic immobilier n'ont pas aidé. Il est souvent mis en avant  que le métier ancré dans le bâtiment et porté par la réglementation a trop longtemps sous‐estimé  les questions de prospection et de fidélisation.  La  réalité  est  plus  modérée :  comme  Monsieur  Jourdain,  la  pratique  existe.  L'animation  de  son  réseau de prescripteurs, ou la gestion de la relation avec ses clients sont courantes dans le secteur.  Mais certains tabous ont la vie dure, et l'usage de certains mots clés ou certains investissements  sont encore freinés.  La maîtrise des techniques efficaces en commerce est un point de départ, qui donne de l'assurance  au dirigeant comme à son équipe.  Le  commerce  ne  nuit  pas  à  la  technique,  il  la  sert.  Cette  valeur  fondamentale  n'est  pas  encore  partagée  par  tous.  Et  c'est  par  la  mise  en  place  de  pratiques  concrètes  qu'elle  pourra  s'y  développer petit à petit dans l'entreprise. 

Concrètement un  cabinet  de  diagnostic  doit  consacrer  30%  minimum  de  l'ensemble  de  ses ressources à la fonction commerce. 

B‐La fonction marketing dans une entreprise de diagnostic  immobilier  Toutes  les  entreprises  font  du  marketing,  parfois  sans  le  savoir...  Dans  les  petites  et  moyennes  entreprises,  il  est  courant  qu'aucune  fonction  ou  fiche  de  poste  n'intègre  le  terme de marketing. Pourtant les tâches marketing existent bel et bien. Elles sont portées  par différentes personnes : le dirigeant, le commercial, l'assistante commerciale...   Moins  de  20%  des  PME  affichent  une  fonction  marketing  dans  leur  organigramme.  Le  concept  même de marketing est peu utilisé dans les petites et moyennes entreprises. Pourtant, les tâches  qui  relèvent  du  marketing  sont  pratiquées  au  quotidien :  rencontres  avec  les  clients,  écoute  de  leurs  attentes,  conception  de  supports  d'aide  à  la  vente...  C'est  la  dimension  stratégique  du  marketing  qui  est  la  plus  souvent  occultée :  surveillance  de  l'environnement  de  son  entreprise,   

103


Cha apitre 1 : SStratégie commercciale 

anaalyse de ses concurreents, détecction des éévolutions  technologiques, évo lution de ssa position n sur  le m marché...   Les entreprisees de diagn nostic imm mobilier ne  sont pas m meilleures que les auutres. Mene er une activité  réglementairee amène ceertains enttrepreneurrs du secteur à penser que le m arketing ne les conceerne  ncurrentiellle et l'évo olution du m métier verrs plus de sservice et  plus  pas. Pourtant, l'intensifiication con près des clients font é évoluer certains diaggnostiqueurs !  de cconseil aup

Z Le con nstat dan ns les cabinets dee diagno ostic : du marketiing sans véritable e  markeeting  Rares  sont  les  cabinetss  de  diagnostic  qui  fformalisent  un  plan  d'action  qqui  récapitule  les  tâcches  urs  servicees  :  l'orgaanisation  est  e inform melle.  La  réalisation  des  menées  pourr  commerccialiser  leu pports  de  ccommunicaation  est  encore  e troop  souventt  réalisée  en  e interne,,  en  oubliaant  parfoiss  les  sup règles fondam mentales dee la communication ccommerciaale.  Auttre  particu ularité :  dee  nombreu uses  perso nnes  de  l'entreprise e  sont  imppliquées  par  p les  actions  marrketing, la  pratique d des tâches est transvversale et d diffuse. L'o opérateur dde diagnosstic immob bilier  est en relation n directe avec les clie ents lors dee ses missions, le diriigeant assuure l'écoutte des attentes  ève les retoours clientts sur les d différencess entre l'offfre du cab binet  dess prescripteeurs, l'assisstante relè et  les  offress  concurreentes  ...  mais  m l'abssence  d'orrganisation n  limite  ssouvent  le es  possibilités  n de toutess ces inform mations poour adapter les objecttifs et les ooutils de dé éveloppem ment  d'exxploitation de ll'entreprisee.  Enfin,  le  markketing  est  une  activité  menéee  souvent  ponctuelle ement :  lorrs  de  la  création  de  son  u du lancem ment d'une e nouvellee offre de d diagnostic, un travail  de formallisation de  son  entreprise, ou utres  offrre  commeerciale  estt  mis  en  œuvre  e n  s'appuyyant  sur  une  réflexxion  markketing.  Au évé énements d dans la vie des cabinets qui sonnt l'occasio on de se re eposer cerrtaines que estions cléss du  marrketing : laa mise à jou ur de son ssite Interneet ou de saa plaquette e d'entreprrise, la prép paration d''une  nou uvelle vagu ue de prosp pection...  

Z La néccessité d d'adopter une déémarche marketing pour  développer son  entreprise  Au‐‐delà  de  la  mise  en  place  p de su upports  dee  commun nication  ou  d'échangee  d'inform mations  surr  ses  clients  et  con ncurrents,  il  s'agit  donc  d d'orgganiser  un ne  pratique e  du  markketing  en  continu  dans  d l'en ntreprise. C C'est une ccondition indispensa ble au maintien de lla dynamiqque d'adap ptation de  son  cab binet  aux  éévolutions  du  march hé :  nouveelle  concurrence,  no ouvelles  m manières  de  vendre,  sur  inte ernet par eexemple, no ouveaux co omportem ments d'ach hats, nouve eaux diagnoostics régle ementaires.  Il exxiste deux axes d'actiions priorittaires, y coompris pou ur les petite es entrepriises :  • surveillance  de  la  concurrrence:  il  n e  s'agit  paas  de  connaître  ses  concurren nts,  mais  bien  b d'analyyser le détaail de leur offre de d iagnostic, les différences de déélais de rép ponse pour les  devis,  les  délaiss  de  planification  d es  missions,  les  tarifs,  les  foormules  packagées, p   les  blesses  de  ses  processus  de  geestion  des  relations   clients...  L'analyse  des  forcees  et  faib concurrrents est toujours ricche d'ense ignementss.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 4 : AD DOPTER U UNE STRATÉGIE CO MMERCIA ALE  • analysee  des  com mportemen nts  de  ses   clients  :  les  rencon ntres  avec  clients  ett  prescripteeurs  sont  no ombreusess  pour  tou ut  diagnosttiqueur.  Mais  pour  aller plus looin,  les  changementss  de  mode  d'achats  des  d clients,,  les  évoluutions  réglementaires,  fiscales,,  technologiques  qui  les  eurs besoinns sont à b bien repére er. Autant dde signauxx à capter p pour  impacttent et fontt évoluer le rester d dans la cou urse et être e force de  propositio on et d'inno ovation poour ses clien nts.  

Pre endre du rrecul sur ssa position sur le m marché au u moins un ne fois paar an pourr adapter  son  offrre et ses  actions de comme ercialisatio on représe ente un fa acteur cléé de succè ès, y compris  pou ur les petiites entreprises. 

C‐ Identifier ses cible es  Objjectif : tro ouvez une e clientèle e au plus  près de sson offre  pour répoondre au  plus prèss de  son n marché.    La  segmentation  cconsiste  à  à étudier  des  d sous‐eensembless  relativem ment  homogèn nes  de  preescripteurss  et  d'évaluer  ceux  qqui  sont  su usceptibless  de  réagir favvorablemeent à votre offre et à vos presta tions.  Les  critè ères  de  ssegmentatiion  doivent  être  :  mesurables  (nomb bre),  discrimin nants  (réseeau  d'agen nces),  utilissables  et  rrentables  (suffisamm ment  importan nt pour meener une acction comm merciale).  Plussieurs straatégies se p présententt pour abo order ces se egments :  • Indifférrenciée : o offrir la même prestattion et les mêmes prrix à tous. CCela prése ente l'avanttage  de rédu uire les coû ûts mais prrésente unn risque de forte vulnérabilité.  • Différeenciée : pro oposer dess prestationns différen ntes et/ou des prix diifférents par segmen nt. Si  cette stratégie asssure une  faible vulnnérabilité, e elle complexifie l'offrre et du co oup, engen ndre  une augmentatio on des coûtts.  • Concen ntrée : cho oisir une paartie des seegments (e ex : unique ement les nnotaires en n zone ruraale).  Elle  garantit  unee  situation  privilégiéee  sur  le  se egment  cho oisi.  Cepenndant,  vottre  activitéé  est  directeement liée à celle du segment. Sur  le  marchéé  du  diagn nostic  imm mobilier,  laa  plupart  des  d diagno ostiqueurs  adoptent  une  stratégie  indiifférenciéee.  Cependaant  si  vous  souhaiteez  démarcher  les  pa articuliers  een  direct,  vous  pou urrez  ado opter  une  stratégie  différencié d e.  Cela  peermettra  de  répondre  à  ce  seggment  de  clients  quii  est  atte entif d'abo ord au tarif. 

Con nseils :  Saachez  adaapter  votrre  offre  à  la  cible  visée  v et  diriger  d voss  efforts  commerci c iaux  verrs ces segm ments de marché. 

105


D‐

Cha apitre 1 : SStratégie commercciale 

Prospe ection e et déveeloppem ment comme rcial 

Dan ns un  méétier  néce essitant  des  compéétences  techniquess  toujourrs  plus  co omplexes,  les  diagnostiqueeurs  imm mobiliers  doivent  continue er  à  gére er  leur  aactivité  et  e même e  la  dévvelopper. Voici que elques solu utions po ur mieux piloter so on activitéé commerciale.   Dan ns  l'environnement  concurrentiel  actuell,  il  est  en n  effet  priimordial  dde  trouver  de  nouveeaux  prescripteurs et de les cconserver. Il est plus  coûteux d''aller les ch hercher quue de les co onserver. V Voilà  urquoi, aujourd'hui, llors d'une  cession d''entreprise e de diagno ostiqueurss, la clientè èle représeente  pou souvent la plu us grande p part dans laa valorisatiion de la so ociété.  

Z Quel coût pou ur l'acquisition dee nouvea aux prescripteurss ?  Nou us  avons  rréalisé  unee  étude  affin  de  mo ntrer  ce  que  q représsente  l'effoort  comme ercial  visan nt  à  obtenir  8  no ouveaux  prescripteu p urs  (notairres  ou  aggents  imm mobiliers)  pour  des  missions  de  nsactions immobilières.  tran Le ttableau ci‐d dessous déétaille les d différentess étapes commerciale es et leur ddurée.  Etapes ccommerciaales

Résul tats

Durée

Sélectio on des  prospects  p à  démarcher  

2500

Résultatts de  la  prise  de  d rendez‐vvous  

800

40 jours de  4 prospection n  téléphonique e 

2 RDV V  pris  par  jour  et  1  RDV p ris sur 3 ap ppels  

Réalisattion des re endez‐vouss  

800

20 0 jours pour  réaliser les  re endez‐vouss 

4 RDV  V réalisés paar jour 

Résultatts sur les rrendez‐vou us  réalisés  :  nouveau ux  prescrip pteurs  

8

10 % %  des  RD DV  sont  signéss  

Nombree de  missions  pa ar  mois  p pour  les  nouveau ux  prescrip pteurs  

244

3 misssions  /  mois  /  prescrripteurs  en  moyennne  

panierr moyen  de  208  €HT  

CA €HTT  par  moiis  pour  le es  5 000  €HT nouveau ux prescrip pteurs  

Remarrques ‐

Ainsi pour  88  nouveau ux  prescrip pteurs,  enn  partant  d'une  pu ure  prospeection  télé éphoniquee,  le  diaggnostiqueu ur immobillier va devoir consacrer environ 60 jours de prospeection pure e, soit pressque  30  %  d'une  année  de  d travail  de  220  jours.  Qu uand  nouss  poussonns  le  raiso onnement,  le  ortefeuille  de prescriipteurs qui rapporte 15 000 €H HT par mo ois, représeente  dévveloppemeent d'un po une e année dee prospectio on comme erciale puree.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 4 : ADOPTER UNE STRATÉGIE COMMERCIALE  Cette démonstration bien que complètement théorique ne prend pas en compte la réalisation des  diagnostics ni les opportunités commerciales avec les prescripteurs déjà acquis. 

Z La nécessité de suivre ses prescripteurs « clients »  Compte tenu de l'énergie nécessaire pour acquérir de nouveaux prescripteurs, il convient de faire  le  «  maximum  »  pour  conserver  les  prescripteurs  «  clients  ».  La  satisfaction  client  passe  bien  entendu  par  le  professionnalisme  dans  la  réalisation  de  la  prestation,  mais  également  dans  l'accompagnement de son prescripteur « client ».  Cet  accompagnement  se  fait  de  deux  manières  :  d'un  part  au  niveau  du  conseil  délivré  régulièrement,  et  notamment  lors  de  diagnostics  positifs,  d'autre  part  dans  l'animation  de  ses  prescripteurs (invitation à déjeuner, réunion d'information, etc.). 

Z Quels outils pour la prospection et le développement commercial ?  Quand  on  sait  que  dans  la  fonction  commerciale,  on  passe  plus  de  70%  de  son  temps  à  des  activités  non  directement  liées  à  la  vente (transport,  administratif...),  la  mise  en  place d'un  outil  informatique de gestion de relation client fera gagner un temps précieux. Cet outil, pour être des  plus efficaces, devra comprendre une partie de prospection avec une base exhaustive des contacts  (notaires  et  agents  immobiliers)  ainsi  qu'une  partie  permettant  un  suivi  de  ses  prescripteurs  «  clients ». Qui ai‐je vu ? Que s'est‐il dit ? Quel est son potentiel ?  Aujourd'hui le minimum pour suivre ses prescripteurs est l'utilisation d'Excel.  Par ailleurs il pourra être intéressant de venir appuyer son action commerciale par des actions de  communication (publicité, mailing,...). 

@ Pour en savoir + :   • vous êtes inscrit au site infodiagnostiqueur.com, connectez‐vous et cliquez ici :  l'outil  de prospection et développement commercial  • vous n'êtes pas inscrit au site infodiagnostiqueur.com,,  s'inscrire gratuitement au club  avantage pour bénéficier de l'outil   (Plus de 30 agences immobilières et 5 000 études de notaires recensées !)  Structurer sa démarche commerciale grâce à des outils de gestion de relation fera gagner  beaucoup de temps aux diagnostiqueurs immobiliers. Par ailleurs, ces outils permettront  également d'optimiser le suivi de ses prescripteurs et donc de valoriser sa société.  

E‐ Etablir un ratio coût/horaire précis  Objectif : disposer d'arguments pour valoriser le temps d'une prestation.   Un  ratio  coût/horaire  précis  permet  de  présenter  des  arguments  forts  face  à  une  éventuelle  objection de coût élevé d'un client.    

107


Cha apitre 1 : SStratégie commercciale 

En décomposant les tem mps d'une  prestationn, cela vou us permet  de détailleer au plus  juste la du urée  e de  séparer  les  aactions  hors  diagnosstic du  tem mps  que  vous  v prend d  le  de  chaque  opération  et  e  rapport,  les  garanties  que  vous  v diaggnostic  seul.  Cela  permet  ainsi  de  metttre  en  valeur  votre proposez, vottre disponibilité, vos conseils...  et surtoutt le temps réel que vvous passez pour assurer  nsemble dee la prestattion.  l'en Exe emple de taableau de  coût hora aire pour u un diagnosttic Plomb, Amiante,  Mesurage e, Gaz danss un  T3, durée 2 heeures, coût 400 € HT T  ACTIO ONS 

Duré ée horss  Durée  des  diag gnostic  diagnosstics  (en minutes) 

(en min nutes) 

appel téléphoniq que du pre escripteur

15

 

saisie ODM sur llogiciel 

5

 

passerr prendre cclés chez p prescripteu ur 

30

 

déplaccement ve ers le bien à à diagnosttiquer 

20

 

diagno ostics du b bien immob bilier 

120

déplaccement po our ramene er les clés

20

rendree les clés e et explication au presscripteur

5

rédigeer dossier 

30

admin nistratif (im mpression, photocop pie) 

10

relancce du clientt 

10

apporter dossierr au prescrripteur (an nimation)

15

Total

160

TEMPSS total de prestation n 

280

Coût d du diagnosstic (HT) 

400 €

Coût h horaire diaagnostic se eul (HT/h)

200 €

Coût h horaire rée el (HT/h) 

86 € €

120

Con nseil : N'h hésitez pass à détailller chaque action p pour valoriser le teemps passsé en rapp port  au coût factu uré. 

F‐ Anallyser vo os capa acités Objjectif : se connaître e pour mie eux progreesser et se consolid der. 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 4 : AD DOPTER U UNE STRATÉGIE CO MMERCIA ALE  Le m meilleur m moyen d'être perform mant sur unne activité é est de co onnaître sees aptitude es pour ne  pas  évo oluer un ton au‐dessu us ou au‐de essous, de ses capacités.  C'esst  ce  que  propose  ce  tableau u  reprenant  une  qu uinzaine  de  questionns.  Il  perm met,  de  faaçon  autonome,  d'établir  si  vous  répondez  de  façon  tottale,  partielle  ou  nuulle  à  diffférents  po oints  mordiaux  een  termess  de  straté égie  et  dee  force  co ommerciale e.  Il  s'agit  ainsi,  parr  exemple,,  de  prim déterminer lee niveau d''activité qu ue vous peermet votrre investisssement finnancier et  sa répartittion,  votre percepttion du maarché danss lequel voous allez évvoluer, vottre organissation, voss attentes,  vos  pacités com mmerciales...  cap L'an nalyse qui  résulte dee ces questtions indiquue le niveaau de viabilité de la sstructure d de l'entrep prise  et d de sa force  commerciiale.   Il  oriente  égaalement  su ur  des  réflexions  à  m mener  pou ur  faire  prrogresser  lles  points  faibles  ou u  les  opp portunités de consolidation. 

Con nseil :  Vottre stratéggie et vottre force  commercciale  doive ent être ccompléme entaires p pour  que e votre acctivité soitt stable ett pérenne. 

G‐

Mettre e en pla ace un processsus de vente 

Objjectif : avo oir une orrganisation sans faiille du con ntact à la v vente.  

109


Cha apitre 1 : SStratégie commercciale 

Un processus de vente sse compose d'une série de tâch hes exécuté ées dans u n ordre spécifique ett sur  e période d donnée. Il eest généralement asssocié à un ccontact ou u à un grouupe de conttacts.   une En  premier  lieu,  il  s'aggit  de  pré éparer  l'enntretien  de e  vente,  par  p exempple  en  rasssemblant  des  ments d'information sur le prosspect ou lee client. Cette préparation vise àà rendre efficace la p prise  élém de ccontact et à créer un ne ambiancce professioonnelle. So oyez à l'éco oute pour  découvrir et analyser les  bessoins et déssirs des clieents.  Puiss, présenteez votre offfre orale o ou écrite avvec les prixx, les délais et éventuuellement les conditions  de  paiement..  Instaurezz  une  disccussion  aveec  argume entation,  et  e prépareez‐vous  à  répondre  aux  ections du  client. N'eentamez un ne négociaation que si vous disposez d'unee marge de e manœuvre.  obje Con ncluez  la  vente  en  obtenant  laa  signaturee  du  bon  de  d commande.  Puis  prenez  congé.  N'oub bliez  surttout pas d''assurer en nsuite un su uivi et la fi délisation de votre contact ou ggroupe de contacts.

Con nseils : Reester rigou ureux dans le suivi  des étape es permet de consoolider la siignature d d'un  con ntrat. Ne rrefusez paas les obje ections et  instaurezz un vrai d dialogue aavec le clie ent. 

H‐

A Adopte er une métho ode de vvente gglobalee 

Objjectif : rép pondre à ttous les processus d de vente.  L'en nseignemeent de la veente est gé énéralemeent dispenssé en comb binant troiis principales approches.  Chaacune dispo ose d'outils connus e et souvent  pertinentss.  • L'appro oche  comp portementtale :  Elle  ss'appuie  su ur  la  progrrammationn  neurolingguistique  (pnl)  ( et l'anaalyse transactionnelle e.  • L'appro oche instru umentale : elle repoose sur l'asspect procé édural de  la vente, e et notamm ment  de  l'en ntretien  dee  vente.  La  L plupart  des  auteurs,  théoriciens  ou  praticiens,  évoquen nt  le  processus de ven nte en prop posant difféérentes ph hases ou éttapes de laa vente.  • L'appro oche psych hologique : elle pren d en comp pte les mottivations ddu client en n les résum mant  par un sigle facileement mém morisable  : picasso, ssic‐sic, sabone, besoi n... ou enccore Soncaas, la  de la plus ccourante.  méthod

Son ncas repreend  les  mots  m s.écu urité,  o.rg ueil,  n.ou uveauté,  c.onfort,  c aa.rgent  ett  s.ympathie.  Cettte métho ode, connu ue par no ombre de  commercciaux, est encore laargement  utilisée d dans  une e journée de travail et peut ê être prisee en référe ence danss bien dess cas, nota amment p pour  détterminer p pourquoi les clientss achèten t ‐ sans do oute parcce qu'ils onnt besoin d'un prod duit  ou d'un service ‐ et qu uels sont les mobilees d'achatt ‐ raisons ou sentim ments qui poussentt les  clie ents à acheter et qu ui peuventt être regrroupés so ous ces sixx rubriquees principa ales. 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 4 : AD DOPTER U UNE STRATÉGIE CO MMERCIA ALE 

Chapiitre 2 : La fo ormation co ommeerciale e  A‐

La form mation 

Etre e diagnosstiqueur  im mmobilier  ne  s'imp provise  pas.  L'activ vité  réclam me  des  co onnaissan nces  techniques eet, comme e pour tou ut métier,, le dévelo oppementt et la pérrennité de e l'entrep prise  néccessitent  des  comp pétences  en  gestio on  et  com mmerce.  Pensez  P à  vvous  form mer  dans  ces  dom maines.    Avec  l'évolutiion  du  marché  immobilieer  et  le es  nouveelles  réglementation s,  les  diaagnostics  immobilieers  sont  en  e croissaance  consttante et ce , pour plussieurs anné ées.  Au milieu de cee tourbillon n, commen nt s'imposeer, rendre sson entrep prise  ormante  ett  faire  durrer  son  chiffre  d'affaaires  ?  Une  formule  :  la  perfo formaation  com mmerciale.  Des  org ganismes  formateurs  spécialisés  proposent des formatio ons solides, par exem mple pour  aider les d diagnostiquueurs lors  de la création  ne société ou pour so on évolutio on.  d'un Dess formation ns spécifiques s'adressent aux  nouveaux diagnostiq queurs, crééateurs de cabinets. EElles  con nsistent à lees aider daans la création de leuur business plan et d de leur moddèle de dé éveloppem ment,  une e étape primordiale p pour convaaincre les bbanquiers e et les parte enaires.   des  Le  contenu  d de  ces  form mations  faait  état  des  perspecttives  du  marché,  m dees  offres  gagnantes,  g du succès, du positionnement cconcurrenttiel, des pro ofessionneels du consseil...   factteurs clés d Elle es permetteent aux staagiaires de développeer et de dé étailler le contenu duu business plan, le chiffre  d'afffaires  préévisionnel,  le  plannin ng  et  les  éétapes  de  création  de  d la  sociéété,  les  chiffres  clés,,  les  fournisseurs d de matériels et les co oûts, les asssurances e et le finance ement, la pprescriptio on...  Pou ur  les  diaggnostiqueurs  installéss  (chef  d'eentreprise  ou  salarié é),  les  form mations  proposées  sont  s con nçues pour  les aider àà concevoir et déployyer des outils comme erciaux et ddes techniques de veente  performants ssur leur seccteur géoggraphique. L'ob bjectif : déévelopper leur porteffeuille clienntèle et faire la prom motion de  leurs presttations aup près  dess notaires eet des agen nts immobiliers.  Cess  formation ns  opérationnelles  détaillent  d les  stratégies,  les  ma archés,  less  offres,  laa  clientèle,,  les  con ncurrents,  le  réseau....  Elles  so ont  aussi  ddédiées  à  l'approfon ndissementt  des  connaissancess  du  professionnel (métier, o organisatio on, attentees, prioritéss...) et au d développeement des  techniques de  nte (processsus de vente avec p prescripteuur, argume entaires télléphoniquee et terrain, traitemeents  ven et o objections, animation n et communication,  organisation, évaluation...). 

111


Chapitrre 2 : La foormation commercciale  Que el que soiit le modu ule, les orrganismess formateu urs proposent un aaccompagnement d dans  les  démarches  de  dem mande  de e  prise  en n  charge.  De  plus,  certains  dd'entre  eu ux  accord dent  dess remises aux sociéttés inscrivvant plusi eurs partiicipants.

B‐Le co oachingg et suiivi com mmerciaal des d diagnosstiqueu urs  La  fonction  commercciale  est  un  u élémen nt  nécessaire  pourr  développper  son  entreprise e e  de  diagnostiqueeur  immo obilier.  Plusieurs  P modèless  existentt  et  néccessitent  souvent  un  acccompagneement afin n de réusssir au mieu ux dans so on activité é.   Le d diagnostic  immobilieer est un m métier par eessence m même techn nique. Néaanmoins, n nombreux ssont  les diagnostiq queurs qui  ont été surpris par laa difficulté é de la dém marche com mmerciale. Elle consttitue  nité.   à la fois le point de dépaart de l'activité mais éégalementt sa pérenn

Z L'orgaanisation n interne e et la fon nction co ommerciiale  mmerciale, nous pouvvons distin nguer 3 typpes de structures :  En cce qui conccerne la fonction com •

Les so ociétés  unipersonnelles :  le  ddiagnostiqu ueur  effecctue  le  coommercial  en  plus  des  fonctio ons techniq ques, de ge estion et addministratiives. 

Les socciétés  avecc  plusieurss  diagnosti queurs  salariés  qui  s'occupent s t  à  la  fois  de  la  foncction  commeerciale et d des fonctions techniqques. 

Les socciétés qui o ont confié lla fonctionn commerciale à une ou plusieuurs personn nes. 

La ggestion de  la relation n, avec d'u un côté less clients‐prescripteurs et de l'auutre côté ll'entreprisee de  diaggnostiqueu urs, se com mplexifie en n fonction  du nombre e d'interve enants. 

Z Quelss sont less fondam mentaux commerrciaux ? Devvant  la  vitesse  de  professionn nalisation  dde  la  filièrre,  l'enjeu  commerccial  apparaait  aujourd d'hui  com mme  extrêêmement  importan nt.  Tout  dd'abord,  il  i s'agit  de  d prospeecter  (nottaires,  ageents  imm mobiliers, aadministraateurs de b biens, colleectivités locales...) pu uis il convi ent d'anim mer cette ccible  de p prescripteu urs ou clien nts et enfin n de les fiddéliser.  Le ttemps qui  doit être cconsacré àà ces trois  enjeux estt d'environ n 20 % du ttemps totaal soit envviron  une e  journée  par  semaaine  et  paar  diagnosstiqueur.  Ainsi  A danss  les  strucctures  dépassant  lees  5  diaggnostiqueu urs, mettree en place u une personnne respon nsable du « « commerccial » se jusstifie. 

Z Comm mercial : la remise en cau use consttante  La  fonction  ccommerciaale  est,  de e  l'avis  de  nombreux  diagnosttiqueurs,  ddifficile  vo oir  ingrate.  Ce  ne  concurrrence  grandissante e  avec  l''arrivée  des  d nouveeaux  sentiment  est  alourdi  par  un urs immobiliers.  diaggnostiqueu

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 4 : ADOPTER UNE STRATÉGIE COMMERCIALE  La prospection des nouveaux prescripteurs nécessite méthode et régularité. Pour les prescripteurs  actifs, il conviendra de les suivre au plus près pour les conserver ! Ceux‐ci étant sollicités par des  diagnostiqueurs collègues néanmoins concurrents. 

Z Coaching et suivi des diagnostiqueurs dans leur fonction commerciale  Devant  les difficultés  structurelles  liées  au  métier  commercial,  le coaching  des  « diagnostiqueurs  commerciaux » est important.   Dans le cas des entreprises unipersonnelles, le chef d'entreprise est ainsi face à ces difficultés sans  pouvoir  échanger  sur  sa  démarche  commerciale.  Pour  les  entreprises  avec  plusieurs  diagnostiqueurs, le chef d'entreprise devient également « directeur commercial ». 

Z Quelles solutions ?  Dans  tous  les  cas,  le  suivi  commercial  et  le  coaching  consisteront  à  faire  un  point  régulier  des  prospects  et  clients  vus,  ainsi  que  des  actions  d'animation  en  cours.  Ils  permettent   de  repérer  d'une  part  les  causes  des  échecs  pour  ne  pas  les  reproduire  et  d'autre  part  les  succès  pour  les  perpétuer.   Il s'agit en quelque sorte d'une formation continue en entreprise :  •

Le suivi consiste à faire un point au minimum mensuel 

Le coaching consiste à faire des tournées commerciales sur le terrain avec le diagnostiqueur  commercial 

Les entreprises  de  diagnostiqueurs  feront  ce  suivi  et  coaching  en  interne  ou  bien  elles  confieront ce travail à des entreprises de formations spécialisées. 

Chapitre 3 : Les outils de communication  A‐

Les outils de communication du diagnostiqueur 

Objectif : travailler son image.   Aujourd'hui  face  à  l'évolution  du  marché  du  diagnostic  immobilier,  le  diagnostiqueur  n'est  plus  seulement un technicien, il doit aussi savoir communiquer afin de se faire connaître et reconnaître.  Pour cela, il existe différents moyens :  •

Le mailing et les lettres d'information (newsletters) 

Le site internet 

La plaquette de présentation 

113


Chapitre 3 : Les ou tils de com mmunicattion 

Le boo ok  :  il  contient  historrique, struccture,  assu urance,  cerrtificationss,  exemples  de rappo orts,  textes  règlementaires,  photos  de  ttermites,  amiante… référencees,  contratt  commerrcial,  tarifs… 

La pub blicité  :  ellee  peut  se  faire  sur  ddivers  sup pports :  Pag ges  jauness,  presse,  véhicule,  flyer  f pour aggences et n notaires, ré éférencem ment internet, radio, m magazines  (notaires, FNAIM, CC CI) 

Les salo ons de l'im mmobilier : ils permetttent de rencontrer le es professi onnels 

Les objjets publiciitaires : sou us‐main, p ost‐it, stylo os, calendrriers... 

B‐Interrnet un n canal clé pou ur déve eloppe er son eentreprrise de  diagnostic immob bilier  Dévvelopper  sa  présen nce  sur  In nternet :  vvoilà  une  question  que  les  ccabinets  de  d diagno ostic  imm mobilier  n ne  se  possent  déjà  plus.  Chaacun  s'intterroge  plutôt  sur  les  solutions  les  plus  p ada aptées à sson métierr... et à so on portefeeuille. Voici quelques conseills dédiés a aux TPE.   Rendre  visible  son  entre eprise  à  se es  clients  est  une  préoccupation  légitim me.  Mais  cchoisir  parrmi  la  pale ette  de  sollutions  dissponibles  n'est  n pas si simple poour réussirr le pari de e l'efficacitté commerciale danss un  et raisonnaable.  budge D'auttant  que  crréer  son  site,  dévelo opper  son  blog,  anim mer  son  « mur  Faceb book »  ou   entreteniir  son  com mpte  Twitteer  ou  VIAD DEO  prend d  du  temps.  Quel  quue  soit  le  choix  du  prestatairre  web  et  sa  qualitéé,  la  production dee rédaction nnels mêm mes courts  constitue  une charge de trava il à ne pass négliger p pour  dirigeant d de petite en ntreprise d déjà surboooké.  un d C'esst  pourquo oi  les  solutions  de  sites  s de  rééférenceme ent  sont  une  u alternaative  à  ne e  pas  négliiger.  Mie eux vaut un ne présencce succinctte sur des ssites parte enaires, et pas de sitee d'entreprrise, qu'un site  ban ncal, artisan nal et non mis à jour.  95 % %  des  PME  conçoiveent  aujourd'hui  Interrnet  comm me  un  outil  professioonnel  (étud de  réaliséee  en  novvembre par l'Institut  Sage). Les dirigeantss de TPE /  PME se tournent donnc aussi ve ers les réseeaux  sociaux,  qu'ilss  soient  généralistess  ou  profeessionnels :  un  dirige eant  sur  ccinq  y  est  présent.  Pour  P elles  raison ns ?  Les  motivations m s  sont  bieen  professionnelles :  veille  (477 %),  prom motion  de  son  que actiivité (40 %) et suivi de l'actualitté de ses m marchés (38 8 %). 12 % des dirigeeants interrrogés ont aainsi  créé é leur blogg, 23 % anim ment une ccommunauuté d'utilissateurs ou de clients  et ils sont 21 % à son nder  les  réseaux  so ociaux  dan ns  une  opttique  de  reecrutemen nt  (étude  réalisée  en   novembre e  par  l'Insttitut  Sagge).  

@ Si S vous  so ouhaitez  créer  c gratu uitement  votre  sitee  internet  de  référeencement,,  rendez‐vvous  sur diagnosticetrenoovation.com.  

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 4 : ADOPTER UNE STRATÉGIE COMMERCIALE 

C‐ Le site internet    Z Un atout commercial indispensable !  A l'heure du numérique, il est désormais inimaginable de passer à côté d'internet et des  nombreuses possibilités et outils qu'il propose. Outil de communication et de marketing,  le  site  internet  d'une  entreprise  représente  un  enjeu  stratégique  en  termes  de  développement.   Pour une entreprise, un site internet c'est à la fois une carte de visite et une vitrine. C'est un gage  de professionnalisme qui permet d'augmenter sa crédibilité et de valoriser son image.  

o Le contenu  Avant  de  se  lancer  il  est  important  de  déterminer  les  objectifs  de  son  site  internet  et  les  informations qu'il doit contenir. Voici une liste des éléments importants :  •

Une présentation de la société 

Une description des activités et des prestations proposées  

Des références (clients, assurance, certification, labels...) 

Une galerie photo 

Un formulaire de contact ou une page « demande de devis » en ligne   

De plus, il est nécessaire de réfléchir aux aspects suivants :  •

Le nom de domaine du site et des adresses mails associées 

La possibilité ou non de mettre à jour les contenus existants 

La fourniture de statistiques mensuelles de connexion  

L'assistance téléphonique ou non du créateur du site  

o Un outil de communication  En  France,  plus  de  la  moitié  des  foyers  a  un  accès  internet.  De  plus,  internet  est  accessible  24  heures sur 24 et 7 jours sur 7, ce qui permet une visibilité et une communication directes vers les  clients  en  non‐stop.  Le  site  internet  permet  également  de  répondre  aux  questions  les  plus  fréquemment  posées,  (via  une  FAQ  ‐  foire  aux  questions  ‐  par  exemple)  sur  l'activité,  d'ordre  technique ou pratique : expertises proposées, délais d'intervention, tarifs... C'est un gain de temps  considérable lorsqu'on sait le temps que l'on passe au téléphone à répondre aux clients. 

o Un outil marketing  Le  site  internet,  par  son  aspect  « communication »  permet  de  démarcher  tout  type  de  prescripteurs (professionnels et particuliers). C'est un véritable outil de prospection, un vendeur,  un  commercial,  qui  travaille  tout  seul  et  à  moindre  coût.  Il  permet  de  se  différencier  face  à  la  concurrence et d'asseoir son image professionnelle.   

115


Chapitre 3 : Les ou tils de com mmunicattion 

Par ailleurs, il est possib ble de prop poser aux  internaute es des dem mandes de  devis à rem mplir en liggne.  ns la relatio on commeerciale avecc le particuulier, cela p permet de gagner duu temps et d'instaurer un  Dan clim mat de conffiance. 

o Un gain d de producttivité  La p productivitté se joue àà la fois sur le coût ett le temps dépensés. Proposer,, via un site e internet, aux  clients toutess les inform mations utiles concerrnant l'enttreprise, m mises à jourr régulière ement, perrmet  mprimer un ne plaquettte à  de  gagner du  temps, d'être rapide et réactiif et de réduire les ccoûts (réim ela représeente une publicité peu chère et  t efficace.  chaque mise àà jour coutte cher). Ce

Dess études  ont  mon ntré  que  pour  cho oisir  un  profession p nnel,  un  cclient  se  tournera  en  prio orité  verss  celui  qui  a  un  sitte  interneet.  C'est  un  u gage  de  d qualitéé,  de  mod dernité  ett  de  con nfiance. U Un professsionnel dé ésireux d'éévoluer avec son temps ne  pourra fa aire l'impaasse  surr ce sujet ss'il souhaiite se dém marquer d e la concu urrence. 

D‐ La new wsletterr du diaagnostiiqueur immob bilier : intérêtt  et co onceptiion  La n newsletteer est un o outil profe essionnel  de comm munication n visant à  informer et à fidéliser  ses clients ett ses presscripteurs. Comme nt permet‐elle de  se démarrquer dans le conte exte  de  la  commu unication  promotio onnelle  ?  Quels  sont  les  ava antages  ppour  le  dia agnostiqu ueur  imm mobilier ??   Z Objecctifs de la a newsle etter  La  newsletterr  n'est  pass  une  publicité  maiss  un  bullettin  d'inform mations  péériodique  ciblé  pourr  les  desstinataires  (architectees, artisanss, maîtres  d'œuvre...) et qui do oit corresp ondre à le eurs besoin ns et  à le eurs centrees d'intérêtts. 

o Transmetttre les infformation ns utiles  Le d diagnostiqu ueur immo obilier info orme ses prrescripteurs des mod difications  et mises àà jour de laa loi,  dess décrets d''application, de l'évolution du m marché, de e ses nouve eaux servicces... 

o Une vitrin ne pour le e  diagnosttiqueur im mmobilierr  Non n seulement la newssletter délivre des reenseigneme ents utiles mais elle  permet à  l'émetteur de  restter en conttact régulieer avec sess clients et  de leur faire part de ses activittés. Certain ns prestataaires  de  services  p proposent  de  rédige er  des  neewsletters  spécialisées  pour  qque  les  diagnostiqueeurs  imm mobiliers  ccommuniquent  vers  leurs  preescripteurss.  Selon  le es  prestataaires  de  services,  s il  est  posssible  d'intégrer  danss  la  newsle etter,  outrre  un  sujett  technique  et  réglem mentaire  et  e des  chifffres  cléss, une actualité sur lee métier, plus spécifiqque, liée au ux prestations propo sées. 

Z Ergon nomie d'u une new wsletter p performa ante   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 4 : ADOPTER UNE STRATÉGIE COMMERCIALE  Au‐delà  du  caractère  informatif,  il  faut  prendre  en  compte  la  lisibilité  de  la  newsletter.  Voici  quelques règles à respecter :  •

Valoriser les informations stratégiques : les plus importantes viendront se positionner au  début de la newsletter pour une meilleure visibilité et afin d'en crédibiliser le contenu. 

Identifier l'émetteur  :  afin  d'être  marquant,  il  est  indispensable  de  faire  figurer  en  bonne  place  le  logo  et  les  coordonnées  de  la  société  et  de  reprendre  les  données  graphiques  (couleur et typologie) habituelles de ses documents ou de son site. 

Z La rédaction du contenu  Il ne s'agit pas de surcharger le bulletin d'information mais de véhiculer des informations d'intérêt  pour  le  prescripteur.  En  cela,  il  convient  de  maîtriser  la  rédaction  des  points  importants  en  respectant d'une part un style concis et d'autre part une organisation hiérarchique de ces points.  En cela, faire appel à un prestataire de services garantit une lisibilité maîtrisée et un soin apporté à  sa conception. 

Z La newsletter « clé en main »  La newsletter à l'origine en papier est devenu l'outil de fidélisation le plus répandu sur le média  web.  Encore  faut‐il  qu'elle  soit  bien  conçue  et  adaptée.  Pour  le  professionnel  du  diagnostic  immobilier,  trouver  un  fournisseur  de  newsletter  spécialisé  dans  l'accompagnement  et  le  développement de l'activité « diagnostic » est la priorité.  Le tarif pour une newsletter « clé en main » est d'environ 10 € HT par mois. 

E‐ Imprimer ses documents et cartes de visites  Selon  une  étude  menée  par  IDC,  les  documents  imprimés  constituent  à  82%  un  enjeu  critique pour l'organisation de l'entreprise. Mais, toujours selon la même étude, 90% des  entreprises  sont  incapables  de  chiffrer  les  dépenses  réelles  de  ce  poste.  Un  taux  impressionnant quand on sait que l'impression peut représenter jusqu'à 8% des revenus  d'une entreprise.   Une  autre  étude  (IPSOS)  révèle  que  16%  des  pages  imprimées  sont  oubliées,  jetées  ou  même  jamais utilisées. 

Z Le cout de l'impression pour un diagnostiqueur  D'après nos sources, en moyenne un diagnostiqueur réalise environ 300 rapports de 100 pages par  an  et  ces  rapports  sont  réalisés  en  2,5  exemplaires.  Ce  qui  veut  dire  qu'un  seul  diagnostiqueur  réalise environ 75 000 impressions par an !   On peut retenir que le coût réel d'impression (amortissement machine + entretien + papier) est de  l'ordre  de  0,05  €HT/page  pour  le  Noir  et  Blanc  et  de  0,15  €HT/page  pour  la  couleur.  Ce  qui,  en  estimant un taux de 20% de couleur et 16 % de pages jetées dans les rapports, représente un coût   

117


Chapitre 3 : Les ou tils de com mmunicattion 

ann nuel de 6 0090 €HT paar an soit u un budget  de plus de e 500 €HT par mois !! Ce budget représen nte à  lui sseul 1/3 du u budget permettant à un diagnnostiqueurr (équipé d'une machhine plomb b) de travaiiller.  A ce e budget se rajoute ssouvent un n budget dee 1 000 €H HT par an p pour les plaaquettes e et les cartes de  visite. Sans co ompter le ttemps perd du pour géérer tous le es problèm mes liés à l''impression n ainsi quee ses  mbreuses p pannes.  nom

Z Des so olutions : externaliser l'im mpressio on et utilliser la siignature  électrronique  Pou ur  diminueer  ces  co oûts,  le  diagnostiqu d ueur  ne  peut  p pas  se  passe r  complèttement  d''une  imp primante, n néanmoinss il peut suivant le typpe de cas d diminuer fortement lles coûts d d'impressio on. Il  aura ainsi troiis choix : u utiliser son imprimantte, envoye er le docum ment en siggnature éle ectroniquee, ou  ernaliser  ll'impressio on.  De  fait,  l'externnalisation  de  l'impre ession  num mérique  de  d documeents  exte présente un d double avantage :  1‐ Contrôler, variabiliser totale ement et rréduire les coûts d'im mpression ddu docume ent.  2‐ Particip per  à  la  démarche  de  dévelo ppement  durable  en  n'imprim mant  que  ce  dont  on  o a  besoin,, à la demaande.  on pourraieent être less suivants :  Par exemple les critèress de décisio •

Rapporrt non urgeent : impre ession exteernalisée, 

Rapporrt urgent  pour  un n  professiionnel  (no otaire  ou  agent  im mmobilier))  :  signatture  électro onique, 

Rapporrt urgent p pour un parrticulier : uutilisation d de son imp primante. 

Z L'imp pression d des carte es de visiite et less plaquetttes com mmerciale es  Pou ur  les  diagn nostiqueurrs,  la  comm municationn  externe  passe  d'ab bord  par  lees  cartes  de  d visite  ett  les  plaq quettes qu u'il laisse à ses prescripteurs. A Aujourd'hui les solutions d'exteernalisation n d'impression  sur ces docum ments sontt très efficaaces et ontt un rapport qualité//prix imbatttable notaamment face à  nostiqueurr  peut  ainssi  concevo oir  «  on‐linne  »  ses  documents, d ,  ou  un  imprimeurr  classiquee.  Le  diagn écharger dees PDF pou ur les imprimer.  télé

Z Quelle économ mie en a attendre ?  En  externalissant  ses  impression ns  quand  il  n'y  a  pas  d'urrgence  à  imprimer  chez  soi,  le  ur  pourra  déjà  faire  le  choix  dd'avoir  une e  imprimante  moinss  onéreuse e.  Par  ailleeurs,  diaggnostiqueu pou ur les documents de qualité, il n n'aura pluss nécessairrement bessoin de fai re appel à un imprim meur  trad ditionnel.  L'écconomie  eescomptée  peut  app procher  less  30  %  su ur  le  budg get  total  ssoit  enviro on  2  000  €HT  /an/diagnostiqueur. Cettte économ mie est bienn entendu proportion nnelle au nnombre de e diagnosticc.  D'ailleurs,  ce  n'est  pas  un  hasard  si  la  pluppart  des  bu ureaux  de  contrôle  oont  déjà  exxternalisé  leur  imp pression.  C Ce  qui  n'éétait  pas  possible  p à   une  époque  pour  les  «  pettites  entre eprises  »  l'est  aujo ourd'hui grrâce à internet. Alorss profitons‐‐en !   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER  SON ACTIVITÉ            

119


Chapitre 1 C 1 : Les presscripteurss immobiliers 

Ch hapitrre 1 : LLes prrescrip pteurss imm obilie ers  A‐

Panoraama de es clientts 

Surr un  marcché  en  pe erpétuelle e  évolutio on,  il  est  important i t  de  savooir  qui  faitt  quoi  et  qui  travvaille  aveec  qui.  Pour  P proggresser  s ur  le  ma arché  du  diagnosttic  immo obilier,  il  est  indispensablle  de  con nnaître  less  différen nts  acteurrs  et  leurss  activitéss.  Alors  voici  v un  petit  p tou ur d'horizo on des actteurs du m marché du u diagnosttic immob bilier. 

Z Les prrescripte eurs histo oriques  Les  notaires,  les  agentts  immobilliers  ainsi  que  les  administrat a teurs  de  bbiens  sontt  les  prem miers  ent  de  noombreuses offres  su ur  le  prescripteurs  du  diagnostiqueur.  Ils  l'orienntent  et  lui  propose diagnostic  de  la  ven nte  et  de  la  locatio on.  Ces  prescripteurrs  historiq ques  sont  des  marrché  du  d partenaires in ndispensab bles avec le esquels il faaut savoir ttraiter.  

Z Les grrands pro opriétairres  opriétairess représenttent une aautre mann ne du marcché du diaggnostic de la vente eet de  Les grands pro Ce  sont  les  bailleurss  sociaux  privés  et  publics  (L'OPAC  parr  exemple),  les  sociétés  la  location.  C ollectivités territorialees, les institutionnelss privés et  publics eux aussi.  foncières, l'Etat et les co ns ce domaaine les bu ureaux de ccontrôle soont les inte ervenants historiquess. Au dépaart les bureeaux  Dan de  contrôle  aavaient  unee  mission  de  contrôlle  industriel  sur  le  matériel  m te chnique  puis  leur  rô ôle  a  olué avec l'arrivée de la Loi Spin netta du 4 jjanvier 197 78 relative à la respo nsabilité et à l'assuraance  évo dan ns le domaiine de la co onstruction n et enfin,  ils se sont tournés ve ers le diagnnostic imm mobilier. 

Z La con nstructio on neuve e  Le ssecteur de  la constru uction neuvve est tenuu par les Co onstructeu urs de Maisson Individ duelle (CMI) et  les  promoteu urs  immob biliers.  Ils  sont  s soum mis  au  DPEE  (Diagnosstic  de  Pe rformance e  Energétiq que)  obliigatoire  deepuis  le  1er  novemb bre  2006  pour  toutte  vente  ou  o promessse  de  vente  d'un  bien  b imm mobilier.  C Cependant  les  diagn nostiqueur s  doivent  partager  ce  marchhé  avec  le es  bureauxx  de  con ntrôle. 

Z Les prrescripte eurs de d demain  Le  marché  see  développ pe  encore  et  toujouurs  et  l'on n  voit  de  nouvelles  offres  se  profiler,  avec  a notamment : 

Les banques  qui  proposent  des  Prêtts  à  Taux  Zéro  Z +  (PT TZ+)  et  dess  prescripttions  sur  leeurs  clients.. 

Les fou urnisseurs  d'énergie  et  les  fou rnisseurs  de  d matéria aux  qui  prooposent  des  diagnosstics  non régglementairres ainsi qu ue des presscriptions ssur leurs clients   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 5 : DÉVELOPPEER SON AC CTIVITÉ  •

Les asssurances qu ui ouvrent le marchéé du diagno ostic de la vvente et dee la locatio on sur le grrand  patrimoine, et qu ui proposen nt elles ausssi des prescriptions sur leurs cclients. 

Ce ssecteur étaant en pleine évolution, il n'y a  pas encorre de presccripteur atttitré et c'esst là l'occasion  pou ur les diagn nostiqueurs de venir prendre ceette nouve elle part de marché.  De  nombreuses  profeessions  exxistent  dans  le  dom maine  de l'immobiilier.  De  l'architecte  à  dministrateeur de bien ns en passaant par le  constructe eur, l'agent immobiliier, le notaaire... touss ces  l'ad professionnels sont là pour garanttir à l'acquééreur final un logeme ent de quaalité au justte prix. 

L'arrrivée sur  le  marrché  imm mobilier  d des  banqu ues,  des  fournisseeurs  d'én nergie  et  de  matériaux, eet des asssurances o offre de n nouvelles  perspectiives au m métier du  diagnostic et  don nc de gran ndes possibilités de e développ pement.

B‐Les n notaire es  Less  notaires  sont,  en n  France,  des  officiiers  publics,  nomm més  par  ddécision  du  d Garde  des  Sce eaux. Ils o ont le pou uvoir de conférer u un caractè ère authen ntique à ttous les a actes qui lleur  son nt demand dés.   L'intervention  duu  notaire  offre  à  la  cliientèle  des  d garan nties  d'indépendance,  ddictées  parr  des  règles  déontoologiques  strictes  ett  de  couvertu ure  des  riisques  pro ofessionne els  dans  lle  cadre  d'un  systèème  d'assuran nce  uniquee  au  monde.  Le  reccours  à  unn  notaire  est  e nécesssaire  pour  pro océder  nootamment  à  une  ve ente  imm obilière,  constater  c une  mutation n  immobili ère  après  décès,  pre endre  une  hypothèque... Son  rôle,  r prépondérant  danss  le  monde  immobillier  trouvee  sa  justificcation  dan ns  la  entourer le e transfertt de propriiété d'un b bien,  nécessaire sécuritéé qui doit e dans un  contexte jjuridique ccomplexe.  Une connaaissance approfondiee du  m es  et  des  obligations  leur  perrmet  marché  immobilierr,  de  ses  mécanisme d'apporter  un  connseil  sur  la  valeur  d'un  bienn  en  proccédant  à  une  e immobilièère.  expertise 8 20 00 notairess sont inscrits au Con nseil Supér ieur du No otariat.  Ils ssont présen nts dans 5 782 étude es, avec 46 700 collab borateurs.  600 0 nouveauxx professio onnels obtie ennent leuur diplôme chaque an nnée.  En 2 2005, ils on nt traité 4,2 millions d'actes, poour un mon ntant total de 500 miilliards d'euros.  Le cchiffre d'afffaires de laa professio on représennte 5 milliaards d'euro os (2005). 

Z L'activ vité des notairess  Activité 

Part

Imm mobilier (vventes, con nstructionss, baux)

50,1 %   

121


Chapitre 1 C 1 : Les presscripteurss immobiliers 

Actes liés au ccrédit 

13,2 % 

Actes de famiille, successsions 

23,3 % 

Dro oit de  l'en ntreprise,  conseil,  expertise,  e conseil  patrimonial 

9,2 %

Néggociation immobilièrre 

4,2 %

C‐ Les aagents immob biliers L'aggent immobilier se présente comme u une tour d de contrôlle du marcché local. Il en conn naît  les détermin nants géné éraux et d de proxim mité, en su uit l'évoluttion au quuotidien e et ne résonne  pass sur des b bases affe ectives.   Cette no otion de coonnaissance du marché est esssentielle d'une part p pour  attirer un n client et  répondre à ses atten ntes, et d'aautre part pour établir et  certifier  les  infoormations  des  élé éments  d u  dossier.  Superfficie,  erie  délibéérée  diagnostics...  les  oobligationss  sont  claires  et  touute  trompe s le  cooup  de  laa  loi  et  entraîne  dees  sanctio ons.  Dans  ces  tombe  sous  condition ns,  les  ageences  ne  prennent  pas  de  risquues  et  tran nsmettent  des  don nnées  fiab bles  à  l'acquéreur.  D'autant  D qque  la  réaalisation  d'un  d diagnnostic  est  un  processus  com mpliqué,  néécessitant  les  connaissances  teechniques  spécifique es  et  certiffiées  d'un  profession nnel.  Fasttidieux,  cees  certificats  sont  gé énéralemennt  délivréss  rapideme ent  par  less  agences,  qui  dispossent  d'un n réseau effficace de profession nnels du diaagnostic po our les réaliser.  Les  agents im mmobiliers  sont repré ésentés parr la FNAIM M qui regro oupe 11 0000 adhéren nts, le SNPII qui  en ccompte 6 0000 et le FFFIP.   Ils ttravaillent principalem ment en aggence.   15 % % des agen nces apparrtiennent àà un réseauu.  Cess réseaux d d'agences rréalisent ¼ des transaactions.  

Z Les ré éseaux d'agencess  Nom m 

Nom mbre d'agennces 

Orp pi

1 300

Cen ntury 21 (fiiliale Nexitty) 

850

Lafo orêt

720

Guyy Hocquet (filiale Nexxity) 

500

Squ uare Habitaat (Filiale C Crédit Agriicole) 

500

Arthur l'Optim miste (filiale Nexity) 

450

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 5 : DÉVELOPPEER SON AC CTIVITÉ  Era Immobilieer 

400

Aviss Immobiliier (filiale C Crédit Muttuel) 

170

Résseaux locau ux et indép pendants 

20 000

Tou ut professsionnel  so ouhaitant  exercer  ccette  actiivité  ‐  rég glementéee  par  la  lo oi  Hoguett  de  janvier  19700  ‐  doit  être  titulaire  d'une   carte  professionn nelle  "trannsaction  immobiliè i ère"  délivrée par une Préfe ecture et rrenouvelaable chaqu ue année.. 

D‐

Les Administrrateurss De Bie ens 

Le rôle de l'aadministrrateur de  biens se m montre la arge. Il se charge dde la gestiion des biiens  d'autrui.   Selon n  la  fédéraation  interrnationale  des  admiinistrateurs  de  biens  et  conse eils immobbiliers (FIAB BCI), l'adm ministrateurr de bien e est celui q qui «  effecttue  en  q ualité  de  mandataire,  toute   opération  de  gesstion  d'imm meubles  a ppartenan nt  à  une  personne  p physique  ou  moralee.  Il  assure l'entretieen des imm meubles, le es réparattions, les aménagemeents  nécesssaires à leeur conservvation ou à à leur misee en valeur et exécutee les  obligaations des  propriétaires ou bailleurs ».  seul  qui  souhaite  Son n  rôle  peutt  s'exercerr  pour  un  particulier  p s ré éaliser  un  investissem ment.  Dans  ce  cas,,  l'adminisstrateur  dee  biens  se  charge  dees  pièces  justificativves  obligat oires  pourr  une  location  (con ntrat, diaggnostic...),  de placer  des annonnces, d'organiser les  rendez‐vo us et les vvisites avecc les  candidats,  dee  rédiger  lee  contrat  de  bail,  de  faire  less  états  dess  lieux,  le  suivi  de  l'entretien,,  les  des montan nts de charges et de  loyer, etc.   ajusstements d Pou ur toute co opropriété,, une administration  est obligaatoire : il ss'agit du syyndic de co opropriétéé. Ce  dernier  est  l'aanimateur  de  la  vie  de  la  cop ropriété,  en  e partena ariat  avec  les  membres  du  con nseil  opriété  d'un  ou  de e  plusieurss  immeublles,  défend  les  intéérêts  syndical.  Il  s''occupe  de  la  copro bon entretiien et à la ppréservatio on d'un immeuble.  collectifs, collabore au b La p profession  est représsentée parr plusieurss syndicatss : la FNAIM M qui com mpte 4 500 0 adhérents, la  CNA AB avec 1  000 adhérrents, la CSSAB avec 2250 adhére ents enviro on et la CA ARGIM ave ec environ  100  adh hérents.  Leur activité sse répartie entre la ge estion locaative et le ssyndic de ccopropriétéé. 

Z Les ca abinets d de gestio on qui rep présente ent envirron 2/3 ddu march hé  Nom m 

Nb agence es

Fon ncia (filiale Foncia) 

300

Lam my‐Gestrim m (filiale Ne exity) 

280

123


Chapitre 1 C 1 : Les presscripteurss immobiliers 

Urb bania

220

Imm mo de Fran nce (filiale Crédit Imm mobilier  140 de FFrance)  Cityya 

38

Serggic

25

Taggerim

23

GFFF (filiale Neexity) 

10

Loisselet Daigrremont 

Tou ut professsionnel  so ouhaitant  exercer  ccette  actiivité  ‐  rég glementéee  par  la  lo oi  Hoguett  de  janvier  19700  ‐  doit  être  titu ulaire  d'u ne  carte  professio onnelle  ""gestion  immobiliè i ère"  délivrée par une Préfe ecture et rrenouvelaable chaqu ue année..  

E‐ Les p promotteurs et consttructeu urs de m maison ns indivviduelle es  Le  marché  d de  la  prom motion  ett  construcction  reprrésente  par  an  un  volume  importantt  de  logements co onstruits,, maisons  ou apparrtements. L'obligation de ré aliser un  DPE pourr les  logements  n neufs  est  un  marcché  que  lles  diagnostiqueurrs  immobbiliers  ne  doivent  pas  néggliger. Voiici quelques clés po our réussirr !  Le n nombre to otal de logeements ne eufs vendus en 2007  est estimé é à plus dee 360 000, dont 235  000  maiisons indivviduelles ett plus de 128 000 appartementts. Ce chifffre laisse rêêveur quand on sait  que  tous sont soumis au DPEE. La fourniture de l'éétiquette é énergie est en effet éétendue au ux livraisons de  ufs dont lee permis de e construirre a été dé éposé aprè ès le 1er ju illet 2007. Les prochains  bâtiments neu DPE pour le neuf.   mois vont ainsi voir une augmentaation souteenue des D pour  les  diagnostiqu d ueurs  résidde  dans  laa  clientèle..  En  effet,,  les  grand ds  groupess  de  La  difficulté  p con nstructeur  tel  Nexityy  et  Geoxia  font  ap pel  à  des  bureaux  d'études  qqui  réalise ent  les  étu udes  thermiques en amont de la constrruction. Cees bureauxx sont doncc ainsi bienn placés po our réaliser les  DPEE, cependaant certainss sous‐traitent cette  opération, les diagnostiqueurss pourront ainsi s'insérer  dan ns le march hé par ce biais.   Le  marché  reste  de  toute  t évid dence  pluss  ouvert  pour  les  petits  connstructeurss  de  maissons  moins  leurr  processuss  de  comm mercialisation  et  d'autre  indiividuelles  qui  d'une  part  automatisent  m part sont moins liés à leurs bureau ux d'étudess.  Tou utefois, l'exxercice restte délicat p pour la perrsonne qui réalisera ll'étiquette  énergie, d dans la messure  où  un nouveaau propriéttaire de loggement neeuf aura du u mal à com mprendre  que son lo ogement ne se  uve  pas  fo orcement  en  e classe  «  « A  ».  Le  ddiagnostiqu ueur  devra a  ainsi  rasssurer  et  faaire  preuvee  de  trou péd dagogie envvers le pro omoteur/co onstructeuur en prése ervant son indépendaance.  Déccouvrons lees forces en présence e.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ  Z Les promoteurs  Dans les dernières années, nous avons assisté à une concentration des acteurs de promotions. Les  banques ont participé à ce mouvement de manière active.  Les promoteurs réalisent essentiellement des logements et interviennent dans le cadre juridique  de  la  VEFA  ou  vente  en  état  futur  d'achèvement  (contrat  utilisé  dans  la  vente  d'immobilier  à  construire).  Le contrat VEFA est plus souvent appelé « vente sur plan », la construction n'ayant en général pas  encore démarré lors de la signature.  

Z Les constructeurs de maisons individuelles   Ils ont réalisé environ 235 000 MI en 2007.  Il existe 3 types de constructeurs de maisons individuelles :  • Les  VEFA  (50  000  MI)  :  ce  sont  des  promoteurs.  Dans  ce  cas  les  audits  thermiques  sont  réalisés en amont pas des bureaux d'études qui souvent créent une structure de diagnostic  pour réaliser les DPE.  • Les constructeurs qui réalisent des «contrats de construction» (125 000 MI). Ce sont les plus  sérieux et ils respectent la RT 2005. Ils font appel à des bureaux d'études. Ils ont tendance à  être le donneur d'ordre pour le DPE et souhaiteraient des diagnostiqueurs sérieux.  • Les  maîtres  d'œuvre  (architectes  ou  autres  :  65  000  MI)  :  la  qualité  et  l'assurance  qu'a  le  maître  d'ouvrage  (futur  propriétaire)  est  très  aléatoire.  Ce  ne  seront  pas  de  bons  prescripteurs pour le neuf. 

Les promoteurs  et  constructeurs  de  maisons  individuelles  sont  des  prescripteurs  importants  pour  les  diagnostiqueurs.  Les  VEFA  (vente  en  état  futur  d'achèvement)  permettent de prévoir l'activité de votre entreprise à plus long terme. 

F‐ Les nouveaux acteurs  Aujourd'hui  pour  les  diagnostics  obligatoires,  le  panorama  des  acteurs  évolue  avec  la  montée  en  puissance  des  bureaux  de  contrôle  et  le  développement  des  réseaux  nationaux de diagnostiqueurs qui maillent le territoire.  Parallèlement, nous voyons apparaître de nouveaux acteurs qui vont encourager des diagnostics  non obligatoires, plus ambitieux que les diagnostics réglementaires.  Les nouveaux acteurs qui joueront un rôle renforcé dans l'avenir sont :  • Les fournisseurs de matériaux  • Les fournisseurs d'énergie  • Les banques   

125


Chapitre 1 C 1 : Les presscripteurss immobiliers 

• Les assurancees  Leur  force  esst  leur  co ontact  quo otidien  aveec  les  parrticuliers  et  e professiionnels.  Paar  ailleurss,  ils  bén néficient, d de par leur taille, d'un ne puissancce commerciale et fin nancière im mportante.  Le ttableau ci‐d dessous en n fourni qu uelques exeemples. 

Cess nouveauxx acteurs dééveloppen nt les offress suivantess :  •

Répond dre à  une  demande e  de  clientts  qui  vend dent  ou  lo ouent  leurr  logementt  :  il  s'agitt  de  proposser une offre complètte. Dans cee cas, le no ombre de d diagnostics  ne sera paas accru. 

Créer lle  besoin  pour  valoriser  leur  clientèle  : : en  propo osant  à  le urs  clientss  de  faire  des  diagnostics non o obligatoires afin de d évelopper de nouvea aux servicees comme des travaux. 

Leurs motivattions pour les diagnosstics non oobligatoiress sont entrre autres :  •

pour lees banquess : produire e des créditts travaux,, 

pour lees assureurrs : la préve ention des  sinistres,

pour lees fournissseurs de m matériaux :  vendre de es matériaux plus éccologiques  à forte vaaleur  ajoutéee, 

pour lees fournisseeurs d'énergie : récuppérer des ccertificats d'énergie. 

Les banques jjouent un  rôle dominant dans  cette prescription d dans la meesure où elles maîtrissent  eurs de l'im mmobilier ((Foncia, La amy‐Gestri m, GFF, Ce entury 21,  Guy  déjàà une part  importantte des acte Hoccquet, Arth hur l'Optim miste, Square habitat,, Nexity).  Pou ur  les  diagnostiqueurs,  ces  nou uveaux  actteurs  représentent  un  u risque  de  perte  du  d pouvoir  de  prescription d des notairees, agents immobilierrs, administtrateurs de e biens. Il ffaut anticip per ces futu ures  olutions tou ut en contiinuant à dé évelopper  ses marché és historiques.  évo

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ  La  réalité  du  marché  actuel  est  aujourd'hui  les  diagnostics  réglementaires,  le  diagnostiqueur ne doit pas s'en éloigner au risque de perdre sa clientèle historique.   

Chapitre 2 : Les attentes des prescripteurs  immobiliers   

Objectif : consolider sa démarche commerciale après des prescripteurs.   Un  bon  moyen  pour  démarcher  correctement  les  notaires,  agents  immobiliers  et  administrateurs de biens, et surtout d'envisager une relation d'apport d'affaires durable,  c'est  de  connaître  les  attentes  que  ces  prescripteurs  peuvent  avoir  par  rapport  aux  diagnostiqueurs immobiliers.   Infodiagnostiqueur.com  a  réalisé  en  mars  2008  une  enquête  téléphonique  en  vue  de  mieux  connaître les attentes des notaires, agents immobiliers et Administrateurs De Biens, vis à vis des  diagnostiqueurs immobiliers. Voici les grandes tendances. 

A‐

Les attentes des notaires 

Les notaires sont souvent dans la crainte de l'erreur, c'est pourquoi il est indispensable de vérifier  la conformité documentaire et de toujours présenter des rapports propres et lisibles.  De  plus,  leur  présenter  assurances  et  certifications  permet  d'instaurer  d'emblée  une  relation  de  confiance et de commencer sur des bases saines.  La  signature  électronique  est  aussi  à  considérer  comme  un  plus  en  terme  de  légalité  et  de  conformité des documents.  Par ailleurs, les notaires ont parfois besoin de conseils. Savoir être à l'écoute et pouvoir donner un  éclairage technique est appréciable. 

Z La démarche commerciale des diagnostiqueurs  Il  apparaît  que  les  notaires  sont  très  peu  démarchés  par  les  diagnostiqueurs  immobiliers,  95%  d'entre eux le sont moins d'une fois par semaine.  Cependant,  ils  perçoivent  majoritairement  la  démarche  commerciale  des  diagnostiqueurs  qui  les  contactent ainsi que l'animation commerciale de ceux qu'ils connaissent comme professionnelles.  En  ce  qui  concerne  les  programmes  de  fidélités  (remise  volume,  chèques  cadeaux,  commissionnement,  etc.),  les  notaires  considèrent  ces  démarches  comme  étant  plutôt  normales  dans des relations d'apports d'affaires, même s'ils se sentent globalement moins concernés que les  agents immobiliers ou les administrateurs de biens.    

127


Chap pitre 2 : Le es attente es des presscripteurss immobiliers 

Z La relation de es notaire es avec les diagn nostiqueu urs aujouurd'hui  Une e  grande  m majorité  des  d notaire es  fournit  un  nom  ou  o bien  un ne  liste  dee  diagnosttiqueurs  à  ses  clients, cepen ndant 35% d'entre eu ux s'occupeent de faire e directem ment la com mmande, taandis que 25%  pent absolu ument pas. En moye nne trois d diagnostiqu ueurs interrviennent  régulièrem ment  ne ss'en occup pou ur  les  notaaires.  Et  la  plupart  des  notaires  (85%)  afffirme  qu'e elle  ferait  cconfiance  à  un  nouvveau  diaggnostiqueu ur qui s'installe.  Les  critères p prioritaires  de choix d du diagnosstiqueur im mmobilier  pour les nnotaires sont en prem mier  u : la rapiditté d'intervvention, l'asssurance aavec la certtification, e et le tarif.  lieu

Z Le ma arché du thermiq que  Pluss de la moitié des no otaires interrogés ne  sait pas qu ue les diagn nostiqueurrs proposent aujourd d'hui  dess audits theermiques p pour les traavaux de rrénovation, cependan nt ils sont  en grande partie prêêts à  préconiser à lleurs clientts l'utilisation de cam méras infraarouges, no otamment  t pour déte ecter les po onts  thermiques.  

B‐Les aattente es des a agents immob biliers Ce q qui prime aavant tout pour les agents imm mobiliers, c'est la réacctivité.  En cce qui concerne les ttarifs, il estt importannt de faire prendre co onscience àà l'agent im mmobilier  que  d'un ne part la q qualité de service (ré éactivité ett travail bie en fait) a u un coût et dd'autre part que c'esst  le  propriétaire q qui paye.  Par  ailleurs,  le  Turn‐ovver  est  trrès  importtant  chez  les  agentts  immobiiliers,  c'estt  pourquo oi  la  form mation  des  nouveau ux  agents  commercia c aux  peut‐ê être  un  service  non  négligeablle.  Il  en  vaa  de  même pour l'aaccompagn nement lors de la vennte.  Enfin,  pour  eeux  aussi,  la  signatu ure  électroonique  rep présente  un  u réel  avvantage  pu uisqu'elle  leur  permet d'obteenir des do ocuments ccertifiés enn un tempss record.  

Z La démarche ccommerrciale dess diagnosstiqueurrs  pparaît quee les agentts immobiliers restennt peu dém marchés par les diagnnostiqueurss même s'iils le  Il ap son nt plus que les notairees. 65% d'e entre eux lee sont moiins d'une fois par sem maine.  Cep pendant la majorité d d'entre euxx considèree la démarche commerciale dess diagnostiiqueurs qu ui les  con ntactent  aainsi  que  l'animatio on  comm erciale  de e  ceux  qu'ils  q connnaissent  comme  c étant  professionnelles.  Pou ur  70%  dees  agents  immobilierrs,  les  «  pprogramme es  de  fidé élité  »  de  type  chèq ques  cadeaux,  rem mises  de  vvolume...  apparaisse ent  comm me  étant  une  u démarche  norm male  dans  une  relation  d'ap pport d'afffaires. 

Z La relation de es agentss immobiiliers ave ec les dia agnostiquueurs au ujourd'hu ui  Les  agents im mmobiliers  fournissen nt généraleement un  nom ou un ne liste dee diagnostiq queurs à leeurs  ue  ce  n'esst  pas  le  cas  ils  s'occupent  eu ux  même  de  d passer  la  commaande.  Touss  les  clients,  lorsqu  

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ  agents  immobiliers  ont  au  moins  un  diagnostiqueur  qui  intervient  régulièrement  pour  eux,  cependant plus de la moitié n'est fidèle qu'à un ou deux seulement.  Même  si  majoritairement  les  agents  immobiliers  feraient  a  priori  confiance  à  un  nouveau  diagnostiqueur qui s'installe, à cet égard ils se montrent plus réticents que les notaires.  Leurs  critères  de  choix  en  ce  qui  concerne  les  diagnostiqueurs  sont  en  premier  lieu  la  rapidité  d'intervention, l'assurance avec la certification, et le bon contact commercial. Contrairement aux  notaires, le tarif n'intervient qu'après. 

Z Le marché du thermique  A peine plus de la moitié des agents immobiliers connaît l'existence des audits thermiques pour les  travaux de rénovation, cependant ils sont nettement plus enclins que les notaires à préconiser à  leurs clients l'utilisation de caméras infrarouges, notamment pour détecter les ponts thermiques.  75% d'entre eux seraient susceptibles de le faire. 

C‐ Les attentes des Administrateurs De Biens  Z La démarche commerciale des diagnostiqueurs  Les Administrateurs De Biens sont peu démarchés par les diagnostiqueurs, 85% d'entre eux le sont  moins d'une fois par semaine.  Comme  les  agents  immobiliers,  les  administrateurs  de  biens  considèrent  majoritairement  la  démarche commerciale des diagnostiqueurs qui les contactent ainsi que l'animation commerciale  de ceux qu'ils connaissent comme étant professionnelles.  Plus  de  la  moitié  des  ADB  trouve  la  démarche  des  programmes  de  fidélités  (remise  volume,  chèques cadeaux, etc.) normale dans une relation d'apports d'affaires. 

Z La relation des ADB avec les diagnostiqueurs aujourd'hui  La relation des ADB avec les diagnostiqueurs immobiliers est très proche de celle entretenue par  les agents immobiliers avec les diagnostiqueurs. Ainsi, un peu plus de la moitié s'occupe de faire  directement la commande tandis que le reste fournit un nom ou une liste de diagnostiqueurs à ses  clients.  85%  des administrateurs de biens sont fidèles à un ou deux diagnostiqueurs.  En  ce  qui  concerne  la  confiance,  les  administrateurs  de  biens  sont,  comme  les  notaires,  plus  enclins que les agents immobiliers à l'accorder à un nouveau diagnostiqueur qui s'installe.  Pour  les  administrateurs  de  biens  les  critères  primordiaux  de  choix  du  diagnostiqueur  sont  dans  l'ordre : la rapidité d'intervention, le tarif, et l'assurance avec la certification. 

Z Le marché du thermique  60%  des  administrateurs  de  biens  interrogés  ne  savent  pas  que  les  diagnostiqueurs  proposent  aujourd'hui des audits thermiques pour les travaux de rénovation, cependant, et au même niveau   

129


Ch hapitre 3 :: Développer son rééseau de p prescripte eurs 

que e les  notaiires,  ils  semblent  maajoritairem ment  prêts  à  préconiser  à  leurrs  clients  l'utilisation n  de  cam méras infrarouges nottamment p pour déteccter les pon nts thermiq ques.   

Ch hapitrre 3 : D Développerr son réseau de p prescrripteurs  A‐ C Conqué érir des presccripteurs de diagnosstics  imm mobilierrs  L'ap pport d'afffaires viaa les presccripteurs  demeure majoritaire dans lla filière d du diagno ostic  imm mobilier.  Mais  com mment  réu ussir  à  see  positionner  chez  des  agentts  immob biliers  ou  des  nottaires alorrs que déjjà 3 diagno ostiqueurrs ou plus sont histo oriquemeent en placce ?   Qu'il  s'agisse dee créer son n entreprisse ou de ddévelopperr son territtoire  comm mercial,  laa  conquête  de  nouveaux  prescripte eurs  est  une  préocccupation  quotidienne  pour  les  diagnoostiqueurss  immobiliers.  Mais  comment  y arriver ssans systématiquem ent être o obligé de jo ouer  es tarifs ?  sur le  

Z Proposser plus q qu'un rap pport en  réponse e à une  contrainte régglementa aire  Pou ur  réussir  à  séduire  un  prescripteur  quui  a  dévelo oppé  des  relations  dans  la  durée  d avecc  un  diaggnostiqueu ur,  il  faut  surprendre.  La  misse  en  évidence  de  services  et  de  diffférences  dans  d l'exercice du m métier est la seule so olution pouur marquerr l'esprit de es prescrippteurs.  La ffourniture  de services personnaalisés pourr chaque caatégorie de e prescriptteurs est une des clés du  succès :  proposer  l'afficchage  des  étiquettees  énergéttiques,  ada apter  ses  pratiques  pour  pluss  de  es prescrippteurs qui  vendent o ou louent leeur bien :  photos, plans,  réactivité, facciliter le processus de éos, formations, consseils...  vidé

Z Une d démarche comme erciale vvolontariste  La  préparatio p on  et  l'orgaanisation  d'un  d plan  dd'action  co ommercial  sont  indisspensabless.  Les  plus  fins  com mmerciaux  savent qu ue capter des informaations en aamont d'en ntretiens coommerciaux est gagee de  réussite.  Queelle  est  la  situatio on  économ mique  de  la  filière e  de  son  prescripteur ?  Queelles  ns  a‐t‐il  pour  conqu uérir  et  fiddéliser  sess  propres  clients ?  LLa  captatio on  de  ce  type  t préoccupation nformation ns  via  des  pratiques « p « d'intelliggence écon nomique »  est  une  éttape  indisp pensable  pour  p d'in préparer un argumentaiire ajusté e et personnalisé au prrescripteur ciblé.  En  outre,  la  mise  en  place  d'u un  fichier  de  prospection  et  d'un  plann  d'action  opération nnel  permettent d'optimiser les temps de gestionn et dynam misent son a action. Déddier une paartie du temps  pou ur mener sees appels ttéléphoniques et d'auutres pour réaliser se es rendez‐vvous est prrimordial.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ  Autre  facteur  clé :  les  relances.  Celles‐ci  sont  trop  souvent  négligées,  or  un  mail,  un  envoi  de  documentation  ou  un  appel  après  un  rendez‐vous  positif  permettent  d'entretenir  le  lien  et  bien  souvent de transformer son contact en prescripteur actif. 

B‐Démarcher les particuliers  Z Comment se développer auprès du particulier ?  Objectif : répondre à la demande à la source.   Pour  certains  diagnostiqueurs,  le  particulier  représente  25%  de  leur  chiffre  d'affaires.  C'est  donc  un  apport  d'affaires  non  négligeable  mais  qui  nécessite  un  investissement  en  termes  d'organisation  et  de  démarche  commerciale.  Voici  quelques  conseils  qui  vous  permettrons  de  développer votre clientèle de particuliers.  

o La publicité  Se faire connaître est un bon moyen de travailler directement auprès des particuliers, pour cela il  existe différents moyens, en voici quelques‐uns :  •

La publicité  dans  la  presse  locale :  le  coût  est  élevé  mais  elle  apporte  notoriété  et  image.  Pour  être  intéressante  elle  doit  absolument  être  relayée  par  une  action  commerciale  (démarche  commerciale  physique)  auprès  de  notaires  et  agences  immobilières  de  votre  secteur. 

Les pages  jaunes  :  elles  représentent  une  visibilité  nécessaire  mais  le  retour  sur  investissement est plutôt faible. 

La vitrine : elle permet d'être vue à la fois par les prescripteurs et par les particuliers, c'est  intéressant dans les agglomérations de taille petite ou moyenne. 

Le site  internet  :  c'est  aujourd'hui  une  plaquette  de  présentation  indispensable  au  diagnostiqueur. 

o Recevoir et démarcher  Savoir à la fois recevoir et aller chercher les particuliers peut permettre de développer ce type de  clientèle  dans  les  meilleures  conditions.  Ainsi,  la  gestion  des  appels  entrants  nécessite  des  compétences techniques et commerciales afin de donner confiance au client potentiel.  Par  ailleurs  la  consultation  de  pige  des  petites  annonces  (vente  de  fichier)  permet  d'aller  démarcher  directement  des  clients  potentiels  en  les  appelant  dans  un  premier  temps  puis  en  envoyant un devis. 

o Le tarif  Les  particuliers  ayant  plutôt  tendance  à  rechercher  des   prix  bas,  le  tarif  est  un  facteur  clés  de  succès ! L'offre que vous leur proposerez pourra être plus « light » en termes de services (comme  l’envoi d'un seul rapport original après encaissement), le prix doit donc suivre en conséquence.    

131


Ch hapitre 3 :: Développer son rééseau de p prescripte eurs 

Z La démarche d des particuliers Ce  n'est  pass  parce  que  de  plu us  en  plu us  de  diaggnostics  deviennen d nt  obligattoires  que e  la  réu ussite  est  acquise.  Le  premie er  travail  du  diagn nostiqueurr  est  la  déémarche  commercciale  pou ur  obtenirr  des  ordres  de  mission.  Prrospecter  directem ment  les  pparticuliers  est  un  bon  mo oyen d'opttimiser vo os chancess.   Les  partenairres  priviléggiés  des  diagnostiquueurs  sont  les  prescripteurs  im mmobilierss,  à  savoirr  les  d biens.  Savoir  le es  démarccher  notaires,  les  agents  immobiliers  et  les  administtrateurs  de  ur  pour  le   diagnostiqueur,  d'autant  pluss  s'il  est  nouveau  su ur  le  correctementt  est  un  attout  majeu marrché.  Cep pendant  laa  demande  vient  essentiellem e ment  et  en  e premie er  lieu  dees  particuliers.  Certtains  diaggnostiqueu urs réalisen nt quotidie ennement ccette démaarche avecc succès. 

o La prospe ection dire ecte des p particulierrs  Les  sites de p prospection n directe des particuliers vous  proposent d'aller cheercher l'information  à la  source.  En  effet certaains sites ssont spéciaalisés danss la rechercche d'anno onces imm mobilières é émises parr les  v toute es  les  annnonces  de  ventes  ou u  de  particuliers.  Ils  répertorient  quottidiennemeent  pour  vous  locaations.  Fairre appel à cce type de  service vo ous permett :  •

de gagner un tem mps précieu ux dans la  recherche de nouvea aux contratts, 

d'être extrêmem ment réactiff sur le maarché puisq qu'il y a m moins d'inteermédiaire es entre l'o offre  et la deemande,  

de traiter  le  maxximum  d'annonces  :  les  annon nces  sont  isssues  de  ssupports  divers  et  vaariés  (pressee spécialiséée et générraliste, payyante et gratuite, nationale et rrégionale, Internet), 

de favo oriser un seecteur géo ographiquee,  

de favo oriser un tyype de bien ns ou de m missions (ve ente ou loccation). 

Par ailleurs les sites de p prospection directe ddes particu uliers s'engagent à voous délivrer l'information  plus complète possib ble. Vous avez donc aaccès au descriptif du bien aveec photos,  évaluation n du  la p prixx, coordonn nées du prropriétaire,, suivi des mises à jou ur... 

o Votre dém marche co ommerciaale  Pou ur obtenir d des commaandes vos démarches seront ainsi simplifiées. Votree travail consistera à : 

Récupéérer les ann nonces, 

Contaccter le particulier et lu ui proposeer vos services, 

Faire un devis et l'envoyer, 

Assurer le suivi co ommercial de ces proospects.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ  Cependant  les  particuliers  renvoient  souvent  les  devis  signés  sans  qu'une  relance  ne  soit  nécessaire.  Pour  certains  diagnostiqueurs  ayant  mis  en  place  cette  démarche,  la  part  des  particuliers  démarchés directement représente une part significative du chiffre d'affaires.  A savoir : certains sites vous offrent une période d'essai gratuite et les annonces sont modifiées en  temps réel.  

Z La fiche contact : une solution pour développer son activité  Les ventes directement de particulier à particulier représentent pratiquement  50 %  des  transactions immobilières. Les agences immobilières travaillent souvent avec un ou deux  diagnostiqueurs attitrés et sont très sollicitées. Cependant, il existe une autre solution :  l'accès direct aux demandes de devis des particuliers ! Mode d'emploi et avantages.  o L'accès direct aux demandes de devis des particuliers  De  plus  en  plus,  les  particuliers  recherchent    un  diagnostiqueur  directement  sur  internet.  Les  courtiers  en  diagnostic  ont  développé  des  sites  extrêmement  bien  référencés  permettant  de  capter ces demandes.  Les  particuliers  font  alors  une  demande  volontaire  de  devis  pour  réaliser  certains  diagnostics  immobiliers,  cette  solution  leur  assure  un  accès  à  plusieurs  devis  et  la  mise  en  relation  avec  un  professionnel "sérieux". 

• Comment ça marche pour le diagnostiqueur ?  Le  diagnostiqueur  définit  sa  zone  d'intervention  (région/  département/  ville),  les  types  de  diagnostics immobiliers qu'il réalise, et le nombre de demandes qu'il souhaite traiter par mois.  Le courtier transmet alors les demandes de devis au diagnostiqueur immobilier, généralement la  même demande peut être transmise jusqu'à 3 diagnostiqueurs immobiliers.  Après    un  rappel  téléphonique  pour  bien  définir  le  besoin  du  particulier,  le  diagnostiqueur  immobilier propose un devis au particulier. 

• Les différentes formules des courtiers  Dans  la  plupart  des  cas,  le  site  courtier  propose  des  contrats  de  courte  durée  (3  mois)  sur  un  volume de fiches contacts par mois. Certains courtiers sont plus flexibles que d'autres et seront à  même de suspendre le contrat lors des périodes de vacances, ou de le faire évoluer en fonction du  taux de transformation du diagnostiqueur. 

• Le coût  Il  faut  compter  en  moyenne  15  €  la  fiche  contact.  Il  existe  des  forfaits  mensuels  qui  donneront  accès à une vingtaine de fiches contacts pour un coût d'environ 300 € par mois. 

o Un gain sur en productivité   

133


Ch hapitre 3 :: Développer son rééseau de p prescripte eurs 

Fairre le choix de ce typee de service e permet : • De gaggner du tem mps et de  toucher lees particuliers en recherche acttive d'un d diagnostiqu ueur  immob bilier  • Un reto our sur invvestissement rapide eet importan nt  • D'assurrer facilem ment un cou urant d'affaaire régulie er  Cette  démarcche  est  d'aautant  pluss  avantageeuse  pour  un  diagno ostiqueur  i mmobilierr  qui  s'installe,  e place surr un march hé en consttante évoluution sans dépendre des  puissqu'elle peermet de se faire une prescripteurs classiquess (agents im mmobilierss, notaires, administra ateurs de bbiens).  Tou ucher les p particuliers  en direct  peut repréésenter un ne part non négligeaable du chiffre d'affaires.  En m moyenne le taux de ttransformaation des fiiches contaacts est de 40% ! 

o La démarrche comm merciale, u un aspectt à ne pas négliger  Les  courtiers  en diagnostic immob bilier (com mme d'aille eurs en travaux) renccontrent un franc succcès  près  des  particuliers,  notam mment  paarce  qu'ilss  leur  asssurent  laa  recomm mandation  de  aup diaggnostiqueu urs de quallité.  Cep pendant  cee  n'est  paas  parce  que  le  prrospect  esst  demand deur  qu'il  est  acquis.  L'entreetien  télé éphonique  qu'aura  lee  diagnosttiqueur  aveec  le  particulier  est  très  impoortant  :  il  est  e nécesssaire  d'in nformer le  particulierr sur ses ob bligations ((quel diagn nostic est o obligatoiree ? pourquo oi ? quels ssont  les risques ?...), sur le dééroulemen nt des expeertises, les délais, les tarifs...  Par  ailleurs, il convient  de lui prop poser un seervice adapté à ses a attentes, dde faire un suivi et lee cas  éch héant de prréconiser lees travaux adaptés ett parfois nécessaires après diaggnostic. 

Le courtagee  en  diaagnostic  immobilieer  est  un  atout  commerrcial  non  négligeaable  perrmettant  de  développer  rap pidementt  son  actiivité  et  sa a  producttivité.  Un ne  solutio on  à  étu udier de près. 

C‐ Dém marcherr les pro ofessio onnels d de l'immobili er : la  passserelle e entre d diagnosstiqueu urs et p profess ionnelss de  l'imm mobilie er  Less agents im mmobilierrs doiventt publier lleurs anno onces surr internet  : 94 % de es rechercches  imm mobilièress  se  fontt  désorm mais  sur  iinternet.  Les  sitess  portails   internett  d'annon nces  imm mobilièress (type se eloger.com m) ont ain nsi pris un ne place e essentiellee. Grâce a aux nouve elles  technologiess, les diagnostiqueu urs peuve nt désorm mais travailler avec  ces deux acteurs.  Z Les atttentes d des agentts immobiliers : u une fiche e descripptive du llogemen nt   o Les plans (2D/3D) e et les élém ments de confort du bien   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ  Les agents immobiliers ont besoin de se démarquer par rapports à leurs concurrents en offrant de  nouveaux services. Fournir des plans précis leur permet ainsi d'atteindre cet objectif.   De surcroit,  fournir  un  plan  évite  des  déplacements inutiles  :  l'acquéreur  (ou  locataire)  potentiel  peut savoir sans se déplacer si le logement pourrait lui correspondre. S'il y voit un intérêt alors la  visite peut avoir lieu. 

Z Les attentes des sites portails de petites annonces immobilières (type  seloger.com)  Les  agents  immobiliers  travaillent  avec  des  sites  portails  d'annonces  immobilières.  Ces  sites  portails  ont  besoin  de  développer  leur  audience.  Les  visiteurs  sont  extrêmement  exigeants  concernant la mise à jour des annonces immobilières. Ils attendent également une information la  plus exhaustive possible : les fiches descriptives de logements permettent d'atteindre cet objectif   (étiquettes DPE, plan (2D/3D) et éléments de confort du bien). 

Z Les passerelles entre agences immobilières et sites portails d'annonces  immobilières  Dans  la  pratique,  d'un  côté  l'agent  immobilier  dispose  d'un  logiciel  de  gestion  de  ses  ventes  (ou  locations)  :  surface,  prix,  descriptif  logement...  de  l'autre  côté  le  site  portail  met  en  forme  ces  informations.  Entre  ces  deux  acteurs,  il  y  a  des  "passerelles"  qui  permettent  à  l'agent  immobilier  d'envoyer  automatiquement, tous les jours ou toutes les semaines, les nouveaux biens à mettre en ligne, et  de supprimer ceux qui sont vendus ou loués. 

Z Permettre aux diagnostiqueurs d'intégrer ce dispositif  De  nouveaux  acteurs  internet  ont  développé  des  solutions  innovantes  qui  permettent  aux  diagnostiqueurs immobiliers de travailler avec ces deux acteurs. Ces outils internet sont gratuits et  sont interfacés avec ces "passerelles".   Cela  constitue  un  avantage  considérable  pour  les  agents  immobiliers  et  les  sites  portails  d'annonces immobilières que de travailler avec des diagnostiqueurs immobiliers "connectés" à ces  solutions,  puisque  DPE,  plan  (2D/3D)  et  éléments  de  confort  du  bien  sont  automatiquement  récupérés.  Le  diagnostiqueur  immobilier,  pour  réaliser  ces  prestations,  doit  tout  simplement  disposer  de  l'outil technique qui lui permettra de réaliser ces plans. 

L'utilisation d'internet par les acteurs de l'immobilier bouleverse les habitudes. La plupart  des  diagnostiqueurs  immobiliers  sont  équipés  de  solutions  qui  leur  permettent  de  travailler facilement avec ces nouveaux acteurs.  

135


D‐

Ch hapitre 3 :: Développer son rééseau de p prescripte eurs 

La prise e de re endez‐vvous 

Z Avantt et pend dant un rrendez‐vvous  Bien  prépareer  un  ren ndez‐vouss  c’est  l’aassurance  d’un  trav vail  correectement  effectué,,  en  tou ute sérénitté et la gaarantie de e clients saatisfaits. R Restez vigilant et orrganisé.   o Avant le d départ en rendez‐vvous  • Réccupérez la ffiche de re endez‐vouss préalablement remp plie avec tooutes vos iindicationss   • Vérrifiez si vou us avez bien en votre  possession les clés d du bien à e xpertiser   • N'o oubliez pas votre matériel technnique, et so on bon état de fonctiionnementt  • Valiidez que vo ous disposez de touss les accesssoires néce essaires  • Vérrifiez que lee(s) numérro de lot(s)) est (sont) indiqué(s))  • Si u un rendez‐vvous est prris, validez  téléphoniq quement a avant de paartir qu'il e est mainten nu.  • Durrant le tran nsport si vo ous pensezz que vous serez en re etard, averrtissez le client.  

o L'arrivée au rendezz‐vous   • Prenez une ph hoto de la façade dee l'immeub ble ou de la a maison (pprofitez‐en n pour évaaluer  la sttructure du bâtimentt).  • Avaant de réaliser vos diagnostics,  faites le tour des pièces pour  avoir une  vision globale  du bien avantt de commencer et ceela vous pe ermettra d'éviter dess oublis.  • Com mmencez p par réaliserr votre cro quis  •

N'oubliez pas de prendre un maximum m de photo os des ano omalies quee vous ape ercevez. En n cas  ourront vou us sauver! de litiges elles po

Z Prend dre rende ez‐vous a avec un notaire Objjectif : dévvelopper son résea au de conn naissances.   Alle ez le plus souvent po ossible à la rencontree du notaire : amenezz‐lui réguli èrement le es rapports en  maiin  propre,,  directem ment  à  son n  étude.  A Ainsi  vous  vous  ferez  connaîttre  et  ide entifier  par  sa  secrétaire grââce aux diffférentes discussions pprofession nnelles que e vous aureez engagée es.   Quaand  vous  aavez  l'oppo ortunité  d''un  rapporrt  qui  présente  des  problèmes  p s  divers  tels  que  mérrule,  term mites, amiaante... app pelez la seccrétaire et demandezz un rendezz‐vous avecc le notaire e.  Présentez le rrapport quii est un élé ément esseentiel pourr les notaire es, et la soociété. 

Con nseils :  seervez‐vous  de  l'op pportunitté  du  rap pport  vu  par  le  notaire.  Saisissez  les  occcasions dèès qu'elless se présentent.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ 

Z Prendre rendez‐vous avec un agent immobilier  Objectif : capitalisez sur le travail fait.   Si possible, prenez un rendez‐vous téléphonique avec le responsable. Sinon passez directement à  l'agence,  et  laissez  une  documentation à  un  des  collaborateurs  en  prenant soin  de  bien  noter le  nom de l'interlocuteur rencontré ainsi que celui du responsable de l'agence.  Rappelez dans quelques jours, soit au maximum une semaine plus tard, le responsable de l'agence,  en  précisant  que  vous  avez  déjà  vu  un  de  ses  collaborateurs :  « J'aimerai  que  nous  nous  rencontrions pour vous présenter nos solutions ainsi que la société ».   Lors  de  cet  entretien  téléphonique,  proposez  plusieurs  dates  afin  de  pouvoir  laisser  à  votre  interlocuteur une alternative.  N'hésitez pas à laisser une plaquette. 

Conseils : sachez faire preuve de persuasion, soyez accrocheur (vous n'avez rien à perdre)  et soyez « bon » lors du rendez‐vous. 

E‐ Convaincre un prescripteur  Z Pour convaincre un notaire, commencez par le connaître  Objectif : cerner son client et instaurer une relation durable.   Comment  reconnaître un  notaire?  Sans  établir  de  schéma  défini  trop  brut,  il  est  généralement  méfiant  et,  du  coup,  hésitant.  Il  aime  réfléchir,  tergiverser,  essayer  et  prendre  conseil  pour  décider. Pour le convaincre, soyez assertif, démonstratif et sachez garantir et prouver vos propos  pour le rassurer.  Pour  cela,  appuyez  votre  argumentaire  avec  des  mots  clés  positifs :  références,  normes,  SAV,  certifications,  assurances,  garanties,  démonstrations,  expérience,  preuves,  solidité,  fiabilité,  stabilité...  Et surtout évitez les mots négatifs tels que : changement, risques, nouveauté, indécis...   Ainsi, vous ôterez la méfiance et instaurerez une relation de confiance. Sachez par exemple qu'un  notaire demeure fidèle à ses fournisseurs. 

Conseils : soyez démonstratif dans votre présentation sans excès de dynamisme. Mettre  en avant son expérience favorise la confiance. 

Z Connaître un agent immobilier, un atout pour le convaincre  Objectif : trouver le bon comportement pour le convaincre.  

137


hapitre 3 :: Développer son rééseau de p prescripte eurs  Ch

Com mment recconnaître u un agent im mmobilier ? Matérialiste, il recherche le ggain et l'écconomie. P Pour  celaa, il est con ncret, aimee comparer et analysser. Pour le e convaincre, il faut ssavoir chifffrer, comparer  et ffaire la dém monstration de la ren ntabilité d'uune opérattion.  Pou ur  une  effiicacité  opttimale  de  votre  disccours,  n'hé ésitez  pas  à  utiliser  des  mots  clés  posittifs :  éco onomique, remise, prrix, rentabilité, profit,, retour sur investisse ement, maarge, gain, ggratuit...  Mettez aussi  de côté lees mots qui fâchent oou qui dérrangent : le e flou, le luuxe, le sup perflu, hau usse,  majoration...   frais supplémentaires, m Que elques  argguments  saans  failles  et  des  ch iffres  clairrs  et  préciss  favoriserront  l'instaauration  d''une  relaation stablee. 

Con nseil :  tro ouvez  le  meilleur  compo ortement  en  foncction  du  caractèrre  de  vo otre  inte erlocuteur. 

F‐ L’aniimation n du ré éseau d de prescripteu urs du d diagnostiqueu ur   Objjectif : enttretenir u un bon rela ationnel aavec son rréseau de prescriptteurs.   Le  métier  m de  diagnostiq queur  imm mobilier  n'eest  pas  seu ulement  te echnique,  il  exige  au ujourd'hui  plus  que e jamais facce à la concurrence, des compéétences en termes de e relationnnel et de co ommunicattion.  Ce  travail  d'animation  doit  d représsenter  envviron  20  %  du  tempss  total  de  ttravail  (soit  environ  une  journée par seemaine).  

Z Sur lee terrain   e  présent  sur  le  terrrain  et  saavoir  parfoois  lier  l'utile  à  l'agréable  peuuvent  être e  des  moyyens  Etre inté éressants p pour travailler dans de bonnes cconditions.   Les prescripteeurs peuveent appréciier d'être aaccompagn nés et de m mieux connnaître votre métier, aainsi  il esst possible :  • D’apporter les rapportss en main  propre et  prendre de nouvellees comman ndes sur p place  (ord dres de mission perso onnalisés) • D’o organiser des réunion ns d'inform mation, notamment pour la Chaambre des notaires ett les  ociations d de maires  asso • D’amener le cclient en exxpertise  • D’o organiser des petits déjeuners dde formatio on et d'info ormation  • De faire un bilan de fin d d'année  • De relancer lees impayés... 

Z Les pe etits pluss 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 5 : DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ  Le  commissionnement  étant  désormais  interdit,  il  est  préférable  de  favoriser  « l'incentive »  (motivation  en  anglais),  dans  ce  cadre  vous  pouvez  par  exemple  offrir  des  bons  cadeaux  en  fin  d'année, des chemises pour les dossiers aux agences immobilières...  Par ailleurs certains « petits plus » peuvent parfois être appréciables :  • Opération anniversaire du cabinet  • Cadeaux de fin d'année, chocolats à pâques  • Repas avec la direction... 

Z Vœux pour la nouvelle année   La  nouvelle  année  est  l'occasion  de  faire  ses  vœux  et  représente  donc  une  bonne  opportunité  d'entretien avec ses prescripteurs.   Ce processus qui prend du temps assurera une relation pérenne avec ses prescripteurs. Les étapes  que nous proposons sont les suivantes : la carte de vœux, le rendez‐vous bilan et éventuellement  le cadeau aux prescripteurs.  

o A qui s'adresse cette action ?  Cette  action  s'adresse  en  priorité  aux prescripteurs  fidèles,  mais elle est  aussi  l'occasion  d'ouvrir  cette  démarche  à  ceux  qui  le  sont  moins  ainsi  qu'à  quelques  prospects  bien  ciblés  que  l'on  suit  commercialement depuis longtemps. Enfin, ce moment permet de renouer des relations avec des  prescripteurs « perdus ».  Pour  les  plus  fidèles,  le  cadeau  est  une  coutume  très  appréciée  qui  souvent  marque  les  esprits,  pour les moins fidèles la carte de vœux est une bonne entrée en matière.  

o L'indispensable carte de vœux   La  carte  de  vœux  est  incontournable.  L'avantage  est  que  sa  diffusion  peut  être  très  rapide  en  début d'année et permet de marquer les esprits. La carte papier est la plus percutante en termes  de communication, l'idéal est de la personnaliser par une petite phrase et une signature.  Cette carte peut être envoyée aux prescripteurs fidèles, aux moins fidèles comme aux prospects.  Elle  permet  également  de  transmettre  ses  vœux  aux  partenaires  (fournisseurs,  prestataires,  confrères, etc.).  Les  taux  de  réponses  aux  cartes  de  vœux  sont  toujours  impressionnants.  Son  faible  coût  et  son  impact en fait un outil de communication très intéressant.  Cependant la fenêtre d'envoi est courte : sur les 15 premiers jours de l'année ! 

o L'entretien « bilan » avec ses prescripteurs fidèles   Pour les prescripteurs fidèles, l'entretien « bilan » fournit bien des avantages. C'est l'occasion de  consacrer du temps à son interlocuteur hors de l'urgence liée à l'activité. L'objectif de cet entretien  pourrait  être  de  faire  le  point  sur  la  perception  qu'a  le  prescripteur  du  travail,  son  degré  de  satisfaction,  ses  attentes  nouvelles.  Une  autre  question  serait  de  connaître  les  projets  de   

139


Ch hapitre 3 :: Développer son rééseau de p prescripte eurs 

l'intterlocuteur sur  l'année  à  ven nir.  C'est  l'occasion  de  tout  se  dire,  ddans  le  re espect  de  son  inte erlocuteur..  sur  Transmettre  ses  vœux  dépasse  la  simple  relation  profession nnelle,  cel a  porte  également  é dividu dans sa globallité. Attenttion touteffois à respe ecter l'intim mité de la  personne. La conclusion  l'ind est  donc bien entendu « « les vœuxx de réussi te professionnelle » mais auss i les « vœu ux de bonh heur  de santé ».   et d

o Cadeau o ou non ?  Il  s''agit  d'unee  affaire  trrès  personnelle  en  termes  d'appréciation.  L'objecttif  n'est  paas  d'offrir  une  rém munération n déguisée mais tout simplemennt de faire un geste d de sympathhie.  Une e bouteille de champ pagne, de W Whisky ou  de vin estt une soluttion, une innvitation à déjeuner  une  autre... Les ob bjets publiccitaires tels agenda,  calendrier, règles, so ous‐mains,  post‐it, styylos sont aaussi  dess cadeaux ttrès apprécciés par less professionnnels de l'iimmobilierr (notaires  et agents immobilierrs).  Il co onvient d'aadapter à sson interloccuteur le pprésent éve entuel qui lui fera plaaisir. 

o L'opportu unité de démarcherr des prosspects « en suivi »oou des clie ents  «perdus» »  Au  mois de jaanvier il estt égalemen nt de circoonstance d'aller prése enter ses vvœux à dess prospects en  uivi », c'estt‐à‐dire des personne es déjà dém marchées ssans succès. Cela offrrira la posssibilité de ffaire  « su le p point avec  le prospecct sur son aactivité de  l'année paassée et su ur l'activitéé à venir. LL'occasion  sera  trop p  belle  dee  faire  le  vœu  v de  se e  voir  pluss  souvent  dans  l’ann née  à  vennir,  c'est‐à‐‐dire  travaailler  enssemble !  De  même pou ur les clien nts « perdu us », faire  les vœux  de passer  l'éponge eet de reco ommencer  une  bonne conclusion.  relaation profeessionnelle sera une b

N'o oubliez paas  que  vous  v n'acchetez  paas  votre  réseau  de  d prescriipteurs,  il  i s'agit  plus  p exa actement  de  développer  de es  relatio ons  cordia ales  voire e  amicalees  avec  le es  gens  avec  a lesq quels vous travaille ez.   

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 6 : ÉVOLUTION DU  MÉTIER ‐ LES PLUS       

141


Chapitree 1 : Développer son activité  é avec la diversificattion 

Chapitre e 1 : D Dévelo opper son activitéé avecc la  diversificaation A‐ Envisagger son n aveniir par laa diverssificatio on : un ne étap pe  indisspensable pou ur inno over  Divversificatio on rime aavec action... le dévveloppem ment des ccabinets dde diagnostic passe e au  mo oins par le fait de s'interroger sur les o opportunittés d'évollution de  son entre eprise tantt au  niveau  des  ttypes  de  prestation p ns  qu'au  n niveau  de es  catégorries  de  cliientèles  à  à cibler.  Mais  M que elles sont les condittions pour réussir u une diverssification,, quelles cclés de leccture pourr ne  pass se tromp per et inve estir pourr rien ?  

Z Pourq quoi se d diversifie er ?   o Faire face e aux men naces   Inte ensification n  concurreentielle,  stratégies  dee  bas  prix...  diversifier,  c'est  uun  moyen  défensif  pour  p con ntrer ses co oncurrentss et se différencier. A Attention ccependant à ne pas aadopter laa « tactiquee du  suivveur »... 

o Anticiper et innove er   Face  à  l'émerrgence  de  nouveauxx  besoins  dde  leurs  clients,  les  cabinets  oont  tout  in ntérêt  à  reester  ouvelles o pportunité és de marcché :  actiifs et à adaapter leur  stratégie  pour profi ter au plus tôt de no nou uvelle régleementation, exigence supplém mentaire de es clients... la prime  au premie er est toujo ours  payyante.  Testter  de  nouvelles  offfres,  créerr  son  expé érience,  acquérir  auu  plus  tôt  de  nouveelles  réfé érences sur de nouvelles presttations connstitue systtématiquement un aavantage vvis‐à‐vis dee ses  con ncurrents. 

Z Quelles options possib bles de d diversificcation ? Diversifier  sees  prestatio ons  signifie  proposeer  de  nouvveaux  services  à  ses  clients  acctuels  ou  à  à de  uveaux clieents. Autre option : d diversifier ssa clientèle, en proposant son  offre traditionnelle àà de  nou nou uvelles catéégories de clients.   La p prise de rissque sera p proportion nnelle à l'éccart entre la situation actuelle  du cabinett et son prrojet  de d diversificattion ciblé. Ainsi, selon la positioon de chaq que cabinett, le chemiin à parcou urir est plus ou  moins important.  Loin n d'être inaaccessible,, la diversiffication estt cependant un proje et stratégiqque pour ttout cabineet, il  s'aggit donc dee bien le peenser en am mont : 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PARTIE 6 : ÉVOLUTION DU MÉTIER ‐ LES PLUS  •

Pas de  dispersion :  lancer  trop  de  nouvelles  prestations  en  parallèle  ou  attaquer  des  segments  de  marchés  trop  éloignés  peut  s'avérer  risqué  pour  une  petite  structure.  Les  messages doivent rester clairs et crédibles vis‐à‐vis des clients. 

Recherche de complémentarité avec ses forces actuelles : un projet de diversification réussi  est un  projet  qui  a  du  sens,  qui apparaitra comme  une  évolution  logique  et  légitime  aux  yeux de ses clients. 

Une ambition  à  définir :  apport  majeur  d'activité  dès  le  départ,  relais  de  croissance  à  la  marge, ou prise de position de principe en attendant la maturité du marché...  

Z Choisir et déterminer la trajectoire la plus porteuse   Qualité  de  l'air,  accessibilité,  ANC  (assainissement  non‐collectif)...  autant  de  prestations  sous  les  feux  des  projecteurs  dans  les  actualités  récentes  de  la  profession,  qui  pourtant  sont  loin  de  concerner tous les cabinets de diagnostic. S'informer sur le potentiel du marché et sur les acteurs  déjà en présence est la première étape.  Définir les relais de croissance les plus pertinents pour un cabinet de diagnostic immobilier passe  aussi par une auto‐évaluation de ses forces et faiblesses. L'évaluation des capacités de l'entreprise  doit  être  globale,  elle  porte  notamment  sur  les  compétences  techniques  de  l'équipe,  mais  également sur les atouts commerciaux de l'entreprise. Le facteur humain joue également un rôle  clé :  pour  mobiliser  une  équipe  et  l'amener  à  proposer  de  nouvelles  prestations,  ou  à  cibler  de  nouvelles catégories de clients, l'ouverture au changement et l'adhésion des personnes sont des  conditions  indispensables,  en  particulier  pour  des  diversifications  de  rupture  (nouvelles  prestations / nouveaux clients). 

B‐Panorama des diversifications  La  diversification  métier,  la  quasi‐totalité  des  acteurs  de  la  profession  l'évoque  comme  une  solution  pour  développer  son  activité.  Déjà  plus  de  23  %  des  diagnostiqueurs  déclarent la pratiquer. Quelles sont les catégories de diversification et quels choix faire ?   Plus  de  23  %  des  diagnostiqueurs  déclarent  effectuer  des  missions  de  diversification  (source  baromètre  trimestriel  infodiagnostiqueur.com  janvier  2009).  Ces  chiffres  sont  éloquents.  Aujourd'hui la filière semble s'être engagée sur la voie de la diversification.  

Z Diversification prestation ou diversification client ?  Pour développer son chiffre d'affaires, nous distinguons deux types de diversification :  •

La diversification  prestation  :  consistant  à  proposer  de  nouvelles  prestations  à  ses  clients  (ex. : l'analyse du béton durci à proposer aux administrateurs de biens ou l'audit thermique  à proposer aux particuliers)  

La diversification client : consistant à proposer ses prestations à une nouvelle catégorie de  clients (ex. : diagnostics ventes aux huissiers de justice). 

143


Chapitree 1 : Développer son activité  é avec la diversificattion 

A ces  deux  diversifications  s'en  ajoute  a unee  troisième e  :  la  combinaison  ddes  deux,  qui  consistte  à  prestation à une nouvvelle catéggorie de client.  proposer une nouvelle p Dan ns le tableaau ci‐desso ous, nous  avons listéé les diverssifications  possibles.  Nous les aavons classsées  en d deux catéggories : diveersification n prestatioon et diverssification p prestation ++ client.  Diversification prrestation 

Diversification prestationn + client 

(proposée aux prrescripteurrs habituells) 

(prop posée à  une  u nouveelle  catégo orie  de  clien nts) 

Etat dees Lieux loccatif

Repé érage amiante  danns  le  cad dre  de  Conseill en économie d'énerrgie et con fort  travaaux  Repé érage plom mb dans le ccas de travvaux  Diagnostic Technique Amian nte (DTA) Opérrateur repé érage plom mb (DRIP)  Mesuree d'empoussièrement (amiantee)  Plan 

Légio onnelles

Millièm mes de copropriété 

Rado on

Règlem ment de cop propriété 

Expe ertise te echnique  du  (déso ordre, malfaçon, etc..) 

Qualitéé de l'air intérieur 

bââtiment

Déce ence du log gement (Looi SRU)  Diagnostic  Tech hnique  avvant  misee  en Maîttrise d'œuvvre de travvaux  coprop priété (Loi SSRU)  Etude des sols et fondatioons     Rech herche de p polluants ddans le sol  Certiificat d'urb banisme  Mesure et conttrôle de brruit  Expe ertise en va aleur vénalle  Expe ertise règlementaire aascenseur  Coorrdination  SPS  S (Sécurrité  Protecction  de  la Santé)  Coorrdination  SSI  (Systèème  de  Sécurité  S Incen ndie)   Les  diversificaations sontt plus ou m moins com mplexes à m mettre en  œuvre. Laa plus difficcile étant ssans  diversificatiion « presttation + clieent » qui correspond à changerr de métierr.  nul doute la d Le ttableau ci‐d dessous reeprend les aavantages et inconvé énients de chacune ddes diversiffications. 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


PAR RTIE 6 : ÉV VOLUTION N DU MÉT TIER ‐ LES  PLUS 

Z La pro océdure à suivre pour se diversifiier  La d diversificattion doit êêtre vue co omme un iinvestissem ment, on p pourrait preesque l'asssimiler à d de la  R&D D (Rechercche et Déveeloppemen nt).  Il  faaut  d'abord  faire  un n  choix  de  diversificaation.  Pourr  cela  une  premièree  analyse  de  d marchéé  est  indiispensablee : quelle esst la concu urrence ? Q Quelles son nt les oppo ortunités avvec mes clients actueels ?  Que els sont less investisseements à faaire et queel chiffre d'affaires pu uis‐je espérrer réaliserr ?  Aprrès ce consstat, il faut se former et acquériir le matériel nécessa aire à cettee diversificaation.  Ensuite, il fautt rédiger so on offre co ommercialee : ce qui e est proposé é et pour qquel coût.  Enfin,  la  dern nière  étapee  est  l'étap pe  commerciale  :  qu ue  ce  soit  auprès  a de  ses  clients  habituelss  ou  près d'un autre type d de clients, il est nécessaire de faire conna aître ses coompétences.  aup

La diversificaation  est  un  sujet  souvent  stratégique  pour  une  u sociéété  de  dia agnostique eur,  parrce  qu'ellle  apporttera  du  chiffre  c d''affaires  mais  qu'e elle  coût era  du  temps  t et  de  l'investissem ment finan ncier. Il convient do onc de bie en se rense eigner avaant de se diversifie er et  nottamment  ne  pas  hésiter  h à  se  s rappro ocher  des  fournisse eurs  et  prrestatairess  de  services  ava ant d'entaamer cette e démarch he.    

Chapitre 2 2 : Less presstation ns de d diverssificattions  

Il exxiste de n nombreuse es prestattions de d diversification, en v voici une liiste non e exhaustive e. 

Z État d de l'accesssibilité p pour les personn nes handicapées  Z Diagn nostic léggionnelle es ‐ Contrrôle des réseaux d'eau   

145


Chapitre 2 : Les prestatioons de divversificatiions 

Z Logem ment déccent, norrmes min nimales d d'habitabilité  Z Millièèmes ou tantième es de cop propriété  Z Contrrôle de laa mise en n œuvre des élém ments de e protecttion des piscines Z Surveeillance d de la qua alité de l''air  Z Diagn nostic rad don  Z Analyyse intégrale du b béton du urci  Z Prélèvvement amiante avant démolitio on ou travaux  Z Potab bilité de l’eau  Z L'éco‐‐PTZ  Z Les reelevés de e plans   Z La fich he descrriptive   Z Les éttiquettess énergie es pour lees annon nces imm mobilièrees   Z Auditt thermiq que et co onseil en rénovattion énerrgétique  

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


ANNUAIRE DU  DIAGNOSTIQUEUR  IMMOBILIER 

147


Assuran nces

Asssuran nces

www.diaagglobalrissk.fr

207, courrs de l'Yserr  33800 BO ORDEAUX Tél. 06 611 80 15 58

6, ruue Jean‐Jaccques Vern naza  BP 1172  133222 MARSEILLE CEDEX X 16  Tél.  04 91 32 3 38 38  w.montmirail.com  www

ETIK ASSSURANCESS 

PACCTOFFICE

349, rue du Vivier 01700 BEEYNOST  Tél. (0)4. 72.17.82.8 82  www.eti k‐assurancce.com 

9, pllace Benoîtt Crépu   BP 55004  692445 LYON CEDEX 05  Tél.  04 72 41 1 13 58  w.pact‐office.tm.fr  www

DOMBLIIDES ASSU URANCES AXA A  26, rue Drouo ot  009 PARIS  750 Tél.. 01 47 74 117 83  ww ww.axa.fr 

CAB BINET BESSSÉ  7, rue Auber  009 PARIS  750 Tél.. 02 40 41 449 75  ww ww.cabinett‐besse.fr 

CAB BINET CON NDORCETT  83, bd de Mon ntmorencyy  016 PARIS  750 Tél.. 06 03 09 221 90 

FINANCIIAL CONSEEIL  37, rue du Pont de Mayenne  ‐ BP 205002  53005 LA AVAL CEDEX X  Tél. 02 433 56 80 81 www.fin ancial‐con nseil.com

www.cabinetccondorcet.com

GRAS SA AVOYE  CEA A  11, rue Rocheechouart  009 PARIS  750 Tél.. 01 49 95 006 10  ww ww.cea‐assurances.frr 

2, rue Anncelles  92200 NEEUILLY/SEINE  Tél. (01) 441 43 58 7 79  www.graassavoye.ccom 

MMA ‐ SSUBERVIE  DE CLARENS  Sté de courtagge d'assuraance  de réassuraance   et d 17, rue de Waashington  383 PARIS C CEDEX 08   753 Tél.. 01 44 13 113 00  ww ww.declareens.com ‐ SSous  le contrôle dee l'Autorité de  ntrôle Prud dentiel  Con

DIA AG'GLOBA AL RISK  Cab binet DUMA AS & Assocciés  78, rue Victorr Hugo  240 000 PERIGU UEUX  Tél.. 05.53.35.79.31   

MO NTMIRAILL SA 

Agence G Générale  30, courss du Marécchal Juin  33000 BO ORDEAUX Tél. 05 566 91 20 67 http://m mon‐ guide.inffo/mma,su ubervie,a ssurancees.carte 

PISA ANO ASSU URANCES  CON NSEILS  10, ssquare Can ntini ‐ Le  Médditerranée   130006 MARSEILLE  Tél.  01 46 94 6 69 13  w.pisano‐ www assuurances.com 

SIACCI 18, rrue de Cou urcelles  750008 PARIS  Tél.  01 44 20 9 99 99  w.siaci.fr  www

VIER RSPIEREN 1, avvenue Fran nçois‐ Mittterrand   592990 WASQU UEHAL   Tél.  : 03 20 45 71 00  w.verspierren.com  www

MMA CO OVEA RISK K  19‐21, alllée de l'Europe  92616 CLLICHY CEDEEX  Tél. 01 577 64 30 00 www.mm ma‐risks.frr 

Ceertifications AFN NOR CERTIIFICATION N  Dépaartement d de Certification  de CCompétences 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


Forrmations 11, rue Francis de Presseensé  571 LA PLAINE SAINT  935 DEN NIS CEDEX  Tél.. 01 41 62 662 21  ww ww.afnor.o org 

GLOBAL L QUALITY Y CERT 

BUREAU VER RITAS 

I.CERT

Burreau Veritaas Certificattion  Siègge social Frrance ‐ "Lee  Guillaumet"  néral de Gaaulle  60, av. du Gén 800 PUTEAU  928 Tél.. 01 41 97 558 30  ww ww.certificaation.bure eauv erittas.fr 

116 B, ruue Eugène P Pottier  35000 REENNES  Tél. 02 900 09 19 15 www.iceert.fr 

CAT TED CERTIFICATION N  12, avenue Gaay Lussac   C de la Clé Saint‐Pierrre  ZAC 788 890 ELANCO OURT  Tél.. 01 30 85 224 60  ww ww.cated.frr 

CER RTIGAZ 62, rue de Cou urcelles  008 PARIS  750 Tél.. 01.44.01.87.60  ww ww.certigazz.fr 

DEK KRA CERTTIFICATION N  5, aavenue Garrlande  922 220 BAGNEEUX  Tél.. 01 41 17 111 24  ww ww.certificaation‐ diaggnostiqueu urs‐ imm mobiliers.ffr 

ECA A CERT  104 4, avenue A Albert Prem mier  935 500 RUEIL M MALMAISO ON  Tél.. 01 41 39 884 34  ww ww.ecacertt.fr 

12, rue du Général Duport  RUMATH C CEDEX  67173 BR Tél. 03 888 59 32 04 www.gqcc.fr 

LCC QUA ALIXPERT 17, rue B Borel  ASTRES  81100 CA Tél. 05.633.73.06.13  www.qu alixpert.co om 

LES CERTTIFICATEU URS  ASSOCIÉÉS  BP 227  ORDEAUX C CEDEX  33028 BO Tél. 0 8000 776 400 www.lesscertificate eursassoc ies.fr 

Fo rmatio ons ABCCIDIA FORMATION 4, rooute de la N Noue  911990 GIF‐SUR R‐YVETTE Tél.  01 69 18 1 19 90  w.abicidia‐‐formation n.fr  www

ACCCESS‐CIBLE E 1, ruue Grand Feu  761000 ROUEN  Tél.  02 35 62 1 13 27  w.access‐ccible.com www

AFPPA 13, ppl. du Géné éral de Gau ulle  931008 MONTR REUIL CEDEEX  Tél.  01 48 70 5 50 00  w.afpa.fr  www    

SGS ICS

AFTTIB

29, avenuue Aristide e Briand  94111 CA ACHAN  Tél. 01 411 24 83 02 www.fr.ssgs.com/frr/system s_and_seervices_certificatio n_fr?lobIId=19719

55, rroute d'Antony  913220 WISSOU US  Tél.  01 60 11 3 33 13  mation@afftib.fr  form

SOCOTE C (SQI)  89/93, ruue Paul Vaillant  Couturie r  94250 GEENTILLY  Tél. 01 411 98 09 49 www.soccotec.fr 

149

     

FOR RMATIONS THE RMOGRAP PHIE IR DE    ALITE EN PETITS  QUA GRO OUPES, MA ATERIEL    FOU URNI (en 2 jours)    

www w.aftib.orgg

APA AVE GROU UPE  191,, rue de Vaaugirard   750115 Paris 


Formatiions Tél.. 01 45 66 999 44  ww ww.apave.ccom 

ARC CALIA 49, avenue Paaul Raoult  130 LES MU UREAUX  781 Tél.. 01 30 04 115 20  ww ww.arcalia.fr 

ATLLANT CON NSEIL  21, rue d'Arto ois  008 PARIS  750 Tél.. 01 53 93 110 07  ww ww.atlant‐cconseil.com m 

BILIVE 17, rue Dupin  006 PARIS  750 Tél.. 0 970 4455 145  ww ww.bilive.frr 

CESSI 297 7, rue de Vaaugirard  750 015 PARIS  Tél.. 01 44 19 223 45  ww ww.cesi.fr 

COFISEC 1, rue Yvan Paavlov  150 LE BLANC MESNILL  931 Tél.. 01 49 39 441 13  ww ww.sicli.fr 

31140 TO OULOUSE‐ AUCAMV VILLE  Tél. 05 611 37 73 79 www.ebttp.fr 

ECOLE CCHEZ SOI 101, rue de Paris  OULOGNE 92100 BO Tél. 01 466 03 94 72 www.eco olechezsoi.com 

ESI Tour Ellippse   41, avenuue Gambettta  92928 PA ARIS LA DEFENSE  CEDEX  Tél. 01 444 20 77 69 www.gro oupe‐esi.frr 

GEOBIOSS 1, av. Rossa Bonheur Cassy  33138 LA ANTON  Tél. 05 566 28 33 99 www.geo obios.com m 

GINGER FORMATION  ZAC de Laa Clef Saintt Pierre  12, avenuue Gay Lusssac  78990 ELLANCOURTT  Tél. 01 300 85 55 11 www.gin nger‐forma ation.fr 

GNG CO ONSEIL  DIR RIBAT  101 1, rue Madeemoiselle  750 015 PARIS  Tél.. 01 45 66 553 42  ww ww.diribat.fr 

EBT TP 11, rue Clémeent Ader 

6 bis, bouulevard Vicctor Hugo 78300 PO OISSY  Tél. 01 700 91 05 50

INSTITUTT DE L'EXP PERTISE  42, avenuue Montaiggne  75008 PA ARIS  Tél. 01 455 93 04 44

www w.formatio on‐ expeertise.com m

INSTTITUT DE SOUDUREE  90, rrue des Vanesses  932000 VILLEPIN NTE  Tél.  01 49 90 3 36 00  w.isgroupe e.com  www

IRSN N BP 117  922662 FONTEN NAY‐AUX‐ ROS ES CEDEX   88 88  Tél.  01 53 35 8 w.irsn.org  www

ITFPP 4, ruue Auguste e Chabrièrees  750115 PARIS  Tél.  01 48 56 0 01 38 

ITGA A CS 446537   118  bis, rue Eu ugène Pottier  350665 RENNESS CEDEX  Tél.  02 23 44 0 07 30  www w.itga.fr 

IUT SAINT NA AZAIRE  58, rrue Michel Ange  446000 SAINT N NAZAIRE  Tél.  02 40 17 8 81 57  w.iutsn.un niv‐nantes..fr  www

JMCC ENVIRON NNEMENTT  Cité  de l'Habitaat  nn  Routte de Than 684660 LUTTER RBACH  Tél.  03 89 61 0 04 14  w.jmc‐ www enviironnemen nt.com 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


Institutionnels L'ECOLE DU DIAGNOSTIC  43, rue du Colonel Pleven  22650 PLOUBALAY  Tél. 02 96 82 61 33  www.ecoledudiagnostic.com 

Tél. 02 23 31 21 14  www.ubat.fr 

Institutionnels  

94200 IVRY SUR SEINE  Tél. 01 43 90 18 80  www.euro‐services‐ labo.com 

EUROFINS ‐LEM  L'USINE NOUVELLE  FORMATIONS  Antony Parc 2   10, pl. du Général de Gaulle  92 160 ANTONY   Tél. 01 77 92 93 98  www.usinenouvelle.com 

ODE FORMATION  87 bis, rue de Paris  93100 MONTREUIL SOUS  BOIS  Tél. 01 48 70 47 11  www.odeformation.com 

OFIB 62, boulevard Oyon  72000 LE MANS  Tél. 02 43 24 13 97  www.ofib.fr 

ANIL ADIL Paris   46 bis, bd Edgar Quinet  75014 PARIS  Tél. 01 42 79 50 50  www.anil.org 

APCE 14, rue Delambre  75682 PARIS CEDEX 14  Tél. 01 42 18 58 58  www.apce.com 

ASSOCIATION DES  RESPONSABLES DE  COPROPRIÉTÉ (ARC)  29, rue Joseph Python  75020 PARIS  Tél. 01.40.30.12.82  www.unarc.asso.fr 

SHERWOOD FORMATION  24, rue Henri IV  81100 CASTRES  Tél. 05 63 35 06 06  www.sherwood.fr 

Laboratoires

20, rue de Kochersberg   BP 50047  67701 SAVERNE CEDEX  Tél. 03 88 02 15 61  www.analyse‐habitat‐et‐ materiaux‐de‐ construction.com/ 

INSTITUT TECHNOLOGIQUE FCBA :  FORET, CELLULOSE, BOIS,  CONSTRUCTION  10, avenue de Saint Mandé  75012 PARIS  Tél. 01 40 19 49 03  www.fcba.fr 

LABORATOIRE FME  LERSAC  1, rue de Rotterdam   BP 30085  54503 VANDOEUVRE‐LES‐ NANCY  Tél. 03 83 54 02 91  www.fme‐lersac.com 

AES CHEMUNEX  Immeuble "Paryseine"   3, allée de la Seine  94854 IVRY‐SUR‐SEINE  CEDEX  Tél. 01 49 59 20 00  www.chemunex.com 

117, quai de Valmy  75010 PARIS  Tél. 01 40 37 03 03  www.lhcf.fr 

UBAT CONTROLE 

EURO SERVICES LABO 

Rue Sabin ZI la Fresnais  35470 BAIN DE BRETAGNE 

ZI Léa‐Park ‐ Batiment A  122, rue Marcel Hartmann 

LSA ENVIRONNEMENT‐ ASCAL 

SONELO 2, rue des Vergers  78580 LES ALLUETS‐LE‐ROI  Tél. 01 39 75 36 96  www.sonelo.fr 

151

LHCF ENVIRONNEMENT 

Parc d'activités Forbach  Ouest 


Logicciels 576 600 FORBA ACH  Tél.. 03 87 83 448 00  ww ww.ascal.fr 

76, allée Jean Jaurè ès  OULOUSE 31000 TO Tél. 05 611 62 45 56 www.batti‐diag.com m 

LAB BORATOIR RES PROTEC   er

GER RCOP

8, aavenue du 1  mai  911 120 PALAISSEAU  Tél.. 01 69 32 001 00 

www.laborato oiresprotec..com

Lo ogicielss  

25, av. duu Général LLeclerc  33260 LA A TESTE DE BUCH  Tél. 05 577 73 64 17 www.dtiimmo.fr 

ACT TIF SYSTEM MES 

EBP

DTIMMO O

33 tter, rue de Verdun  443 310 ST PHILLBERT DE  GRA AND LIEU  Tél.. 02 51 70 990 76  ww ww.actif‐systemes.co om 

ZA du Be l Air   Rue de C utesson  AMBOUILLET CEDEX 78513 RA Tél. 01 344 94 80 00 www.eb p.com 

ARP PASOFT

E‐GENESSIS

4, rue Galilée  285 GUYAN NCOURT  782 Tél.. 01 69 14 111 11  ww ww.arpasofft.com 

ATLLANTE DEV VELOPPEM MENT  ZI d du Pont ‐ Ch hemin La LLeva  423 300 VILLEREST  Tél.. 08 25 80 001 81  ww ww.atlanted eme developpe nt.ccom 

Les reverrs  42600 ESSSERTINES‐‐EN‐ CHATELN NEUF  Tél. 04 777 58 16 21 www.e‐ggenesis.fr

FAUCON NNET INGEENIERIE  SA (FISA A)  Domainee FOJEA ‐ BP 22  10160 AIX EN OTHEE  5  Tél. 03.255.46.65.15 www.fisaa.fr 

FUTURE & SOFT

ATLLIBITUM Site e de Techno opolis  5, cchemins dees presses  068 800 CAGNEES‐SUR‐MEER   Tél.. 04 92 29 115 14  ww ww.atlibitum.com 

600, avennue de Parris  79000 NIIORT  Tél. 05 499 24 39 83 www.futtursoft.com m 

G SOFT

34 teer, boulevaard Ornano o  932887 SAINT D DENIS CEDEEX  Tél.  01 48 20 2 20 00  w.gercop.ccom  www

ID B BAT  17, rrue Herme es  315220 RAMON NVILLE‐SAIN NT‐ AGN NES  Tél.  05 62 19 3 33 55  w.id‐bat.frr  www

IMM MOSOFT Techhnopôle de e Château  Gom mbert ‐ Les Baronniess ‐  Bât D ul Langevin n •  D ‐ rue Pau 130113 MARSEILLE   Tél.  04 91 25 6 64 02  w.immoso oft.fr  www

IMPPARTIAL SOFTWAREE  La Loonganière  493330 MARIGN NE  Tél.  02 41 69 2 20 45  w.impartia al‐ www softw ware.com 

LICIEEL 32, bbd de Strassbourg  750110 PARIS  Tél.  02 53 35 4 40 64  w.liciel.fr  www

MEA ASURIX 45, cchemin du Canal   ZAC  du Pont de Bois 

70, av. duu Général d de Gaulle

BAT TIDIAG  

940000 CRETEILL  Tél.  01 48 99 5 50 02  w.gsoft.fr  www

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


Ma atériel 313 320 AUZEVILLE‐ TOLLOSANE  Tél.. 05 61 00 775 00  ww ww.measurrix.com 

MEEGGER 23, rue Eugèn ne Henaff  du Buisson n de la Couldre  ZA d 781 190 TRAPPEES  Tél.. 01 30 16 008 90  ww ww.meggerr.com 

OBBC DEVELLOPPEMEN NT  258 85, Chemin n de Corren ns  835 570 COTIGN NAC  Tél.. 04 94 04 553 70  ww ww.obbc.fr 

OFFFICE EXPEERT  19, avenue du u 8 mai 194 45  200 SARCELLLES  952 Tél.. 01 34 38 000 26  ww ww.officexp pert.fr 

Matérieel AFIMES  ZA Les Godetss   bis, rue des petits  12 b ruissseaux  913 370 VERRIEERES LE  BUISSON  Tél.. 01 69 75 224 05  ww ww.afimes.com 

ALD DES 20, boulevard d Joliot Curie  200 VENISSSIEUX  692 Tél.. 04 78 77 115 15  ww ww.aldes.frr 

ALGADEE

OCEE

1, av. du  Brugeaud ‐ BP 46  UR‐ 87250 BEESSINES‐SU GARTEM PE  Tél. 05 555 60 50 00 www.alggade.com

32, aavenue du Pavé Neuff  938882 NOISY‐LLE‐GRAND  CED EX  50 00  Tél.  01 45 92 5 w.oce.fr  www

ARELCO

OFFFICE DEPO OT 

211, rue  La Fontain ne  ONTENAY‐SSOUS‐ 94134 FO BOIS  Tél. 01 488 75 82 90 www.areelco.fr 

67, bbd Sébasto opol  750002 PARIS  Tél.  01 49 89 7 79 00  w.officede epot.fr  www    

DOSIRAD D 15, rue du Gardon 26700 PIERRELATTEE  Tél. 04 755 27 53 39 http://do osirad.paggespro‐ orange.frr/soc_f.htm m 

FLIR SYSSTEMS  10, rue G Guynemer 92130 ISSSY‐LES‐ MOULINEEAUX  Tél. 01 411 33 97 97 www.flirr.com 

FLUKE Paris Norrd II  383, rue de la Belle e Etoile  Bât. D BPP 50236  95956 RO OISSY CDG CEDEX  Tél. 01 488 17 37 37 www.flu ke.com 

MERI 788, avennue Jean Jaaurès  59790 RO ONCHIN  Tél. 03 200 49 03 00 www.meeri‐cear.com 

153

TESTTOON 97, rrue Bérangger  923220 CHATILLLON  Tél.  01 71 16 1 17 00   

Testtoon, le sspécialiste e   des  appareils de  diaggnostic ett mesure   pouur les  diaggnostique eurs.    w.testoon n.com  www  

Orrganisa ations pro ofessio onnelles ADIA A  134,, avenue du Général de  Gau lle ‐ BP 41  TTES  372330 FONDET Tél.  02 47 42 1 19 92  w.adia.orgg  www


Prresse/Edittion APC CM 

COFRAC C

12, avenue Marceau  008 PARIS  750 Tél.. 01 44 43 110 00  ww ww.artisanaat.fr 

37, rue de Lyon  ARIS  75012 PA Tél. 01 444 68 82 20 www.coffrac.fr 

APEEVI

CSEIF

11, rue du Général Baro on  Gorrsse  810 000 ALBI  Tél.. 05 63 45 002 75 

37, rue D Drogon  57000 M ETZ  Tél. 09 722 91 16 77 www.cseeif.com 

CHA AMBRE DES  DIA AGNOSTIQ QUEURS  IMM MOBILIER RS FNAIM 

FCBA

129 9, rue du Faaubourg Saaint‐ Hon noré  754 407 PARIS C CEDEX  Tél.. 01 44 20 777 90  ww ww.fnaim.ffr 

CIC CF (CHAMB BRE DE  L'IN NGENIERIEE ET DU  CONSEIL DE FRANCE)  4, aav. du Recteur Poincaaré  757 782 PARIS C CEDEX 16  Tél.. 01 44 30 224 53  ww ww.cicf.fr 

Preesse/EEdition n BATTIMENTDU URABLE.CO OM  7, booulevard B Bineau  923000 LEVALLO OIS‐PERRETT  Tél.  01 45 04 0 09 54  w.batimen ntdurable.ccom  www

DIAG GNOSTIQ QUEUR‐ IMM MOBILIER..FR

10, avenuue de Saintt Mandé  75012 PA ARIS  Tél. 01 400 19 49 19 www.ctb ba.fr 

Rési dence du P Parc   38, rrue Bernarrd Pelissy  772110 AVRON  Tél.  01 64 23 6 66 84  w.diagnosttiqueur‐ www imm mobilier.fr 

FIDI

DIM MAG

201, av. PPierre Brosssolette  92120 M ONTROUG GE  Tél. (01) 558 35 08 38  www.laffidi.fr 

FNECI 83, rue M Michel Ange e  75016 PA ARIS  Tél. 08200 480 491 www.fneeci.org 

7, ruue de l'Hop pital Militaiire  590000 LILLE  Tél.  01 49 26 0 07 09  w.dimag.in nfo  www

EDITTIONS LEG GISLATIVEES  80, aavenue de la Marne 925446 MONTR ROUGE CED DEX  Tél.  01 40 92 3 36 36  www w.editions‐llegislatives.fr 

CNEEI 18, rue Volneyy  002 PARIS  750 Tél.. 01 42 96 118 46  ww ww.expert‐cnei.com 

CNEEM 97, cours Gam mbetta  003 LYON  690 Tél.. 04 72 84 110 10  ww ww.constattimmo.com m 

 

ORDRE D DES GEOM METRES‐ EXPERTSS  40, avenuue Hoche 75008 PA ARIS  Tél. 01 533 83 88 00 www.geo ometre‐exxpert.fr 

PROMOTTOLEC 5, rue Chhante Coq 92 800 PU UTEAUX  Tél. 01 411 97 42 22 www.pro omotelec.ccom 

EYR ROLLES 61, bbd Saint Ge ermain  750005 PARIS  Tél.  01 44 41 1 11 97  w.eyrolles.com  www

JOU URNEE DU DIAG GNOSTIC IMMOBILLIER  Editiions CEDILLE ‐ BP 805 5  272007 VERNON N CEDEX  Tél.  02 77 19 8 80 33 

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


Résseaux ww ww.journeeesdudiagno ostic .com m 

LE FFORUM D DU  DIA AGNOSTIC C IMMOBILIER  http p://lfdi.forrumpro.fr 

LEX XIS NEXIS  141 1, rue de Jaavel  757 747 PARIS C CEDEX 15  Tél.. 0821 200 700  ww ww.lexisnexxis.fr 

OPT TIMIZE Tecchnoclub   69, avenue dee Cornebarrrieu  700 BLAGNAC  317 Tél.. 05 61 71 116 75  ww ww.optimizze.fr 

VEC CTEUR PLU US  1, rue Galilée  341 BOUGU UENAIS CEDEX  443 Tél.. 02 51 11 226 00  ww ww.vecteurrplus.com 

Ré éseauxx

38, rue D Dunois  75013 PA ARIS  Tél. 06 855 39 85 41 www.lessiteexpert.fr 

350000 RENNESS  Tél.  02 99 79 5 59 59  w.arliane.ccom  www

BC22E ADELYS

6, ruue des Haie es  932550 VILLEMOMBLE  Tél.  01 45 28 6 68 32  w.bc2e.com m  www

6, hameaau de Font  Christian e  RIANÇON 05100 BR Tél. 04 922 49 94 27 www.adeelys.com    

CER RCLE DES  QUEURS  DIAG GNOSTIQ 10, rrue Brigadiier Muscarr  641000 BAYONN NE  Tél.  05 59 55 3 35 87  w.cerclede esdiagnosttiqu www eurss.com 

 

AGENDA A DIAGNO OSTICS 

Le Gamm ma  95, av. ddes Logissons  13770 V ENELLES  7   Tel : 04 442 54 43 27

er

1 réseaau de diagn nostic    immobillier, 203  franchiséés en Fran nce et  DOM. Co ontactez H Helena    Tirel.      

www.age ndadiagnosttics.fr

ABP P 16, voie de la Liberté  160 SCY CH HAZELLES  571 Tél.. 08 20 80 115 22  ww ww.agence‐‐abp.com 

ACT TP Diagno ostic 

70, rrue de Montreuil  943000 VINCEN NNES  Tél.  01 75 43 2 27 30  w.defim.biz  www

DIAG GAMTER 72, bbd de la Marquette 310000 TOULOU USE  Tél.  05 34 44 5 50 00  w.diagamtter.com  www

AADENA 257 7, rue Hélène Boucheer  341 130 MAUGUIO  Tél.. 04 67 41 990 12  ww ww.aadena.fr 

DEFFIM

DIM MEXBAT

ARCHISU UD EXPER RTISES  Les 4 coinns  31870 BEEAUMONT‐‐SUR‐ LEZE  Tél. 05 611 08 23 00 www.am miante.org

ARLIANEE 12, av. duu Sergent M Maginot   

155

806,, Chemin du Vieux Pu uits  835000 LA SEYN NE SUR MEER  Tél.  04 94 63 6 68 03  w.dimexba at.com  www

EX'I M Parcc d’activité les Prés  Bâtim ment 2   2, ruue Denis Paapin BP 70221  596554 VILLENE EUVE D ASC CQ  CED EX 


Services Tél.. 03 20 80 551 21  ww ww.exim‐exxpertises.ffr 

HABILITIS 29, rue des M Marlères ZA  710 AVELIN N  597 Tél.. 0810 057 612  ww ww.habilitiss.net 

ADESIUM M 19, avenuue de Norvvège ‐ Les  Fjords ‐ ZZA Courtab boeuf 1  91140 VI LLEBON SU UR  YVETTE  Tél. 01 788 94 81 04 www.adeesium.com m 

18, rue Salenggro  130 ISSY‐LEES‐ 921 MO OULINEAUX X  Tél.. 01 41 09 665 00  ww ww.l3a.fr 

OM MEGA EXPERTISE  9, rue du Pavillon  001 MARSEEILLE  130 Tél.. 0 800 8011 339  ww ww.omegaeexpertise.ffr 

QUALICONSU ULT IMM MOBILIER R  Vélizy Plus ‐ B Bâtiment E   Petit Clamaart  1 biis, rue du P 78 9 941 VELIZYY CEDEX  Tél.. 01 40 83 775 75  ww ww.qualiconsult‐ imm mobilier.fr 

SAR RETEC 9‐11, rue Geo orges Enescco  008 CRETEIL CEDEX  940 Tél.. 01 49 56 884 16  ww ww.saretec.fr 

11, rue Saamson  75013 PA ARIS  Tél. 01 766 60 09 80 www.advvisimmo.fr 

AG2R LA A MONDIA ALE 

DEA AL IT 

104‐110, bd Haussm mann  ARIS CEDEX X 08  75379 PA Tél. 01 766 60 86 81 www.ag22rlamondiale.fr 

7, ruue Castéja  921000 BOULOG GNE  BILLA ANCOURT  Tél.  01 46 20 9 93 60  w.deal‐it.fr  www

123 3 DIAGNO OSTIC  ww ww.123‐diaagnostic.co om   

ALTAMYYS 63 bis, ruue de la Tombe  Issoire  ARIS  75014 PA Tél. 01 455 44 35 32 www.alt amys.com m 

ANEI (AN NNUAIRE  NATION AL DES EX XPERTS  IMMOBIILIERS)  21, rue R Rosenwald ARIS  75015 PA Tél. 01 433 15 02 72 www.aneei.fr 

DECCO ADER  Avennue de la P Plesse  911440 VILLEBO ON SUR  YVETTTE  Tél.  01 64 48 2 27 37  w.decoade er.com  www

DIREECTANNO ONCES 11, rrue Arsène e Houssayee  750008 PARIS  Tél.  01.45.72.9 92.00  w.directan nnonces.co om  www

FRA AISGENERA AUX.COM M AROBIZ 10, rue B Brigadier M Muscar  AYONNE  64100 BA Tél. 05 599 55 35 87 www.aro obiz.com 

Se ervicess

COM MPARATISS "Le M Millenium""   9, bdd Mendes France  776000 BUSSY SSAINT  GEO ORGES  Tél.  0 811 537 547  w.compara atis.fr  www

ADVISIM MMO L3A A 

CCI dde Lyon Plaace de la  Bourrse  692889 LYON CEDEX 02  Tél.  04 72 40 5 56 83  w.chambersign.fr  www

24, rroute de l'E Etang de laa  Tourr  781225 VIEILLE EGLISE EN  YVELLINES  Tél.  04 93 73 5 54 40  w.fraisgeneraux.com m  www

CHAMBEERSIGN

Ce g guide vouss est offerrt par                              et 


Services GROUPE AFONE  11, place François  Mitterrand ‐ CS11024  49005 ANGERS CEDEX 02  Tél. 02 41 86 05 04  www.afone.com 

IDEAL CONSEIL  8, rue Jean Rouxel ‐ Le  Dynamia ZA de la Pentecôte  44700 ORVAULT  Tél. 02 90 09 14 51  www.ideal‐conseils.fr 

INVS 12, rue du Val d'Osne  94415 SAINT‐MAURICE  CEDEX  Tél. 01 41 79 67 00  www.invs.sante.fr 

JEVISITE‐JECHOISIS.COM Espace Performance Centre  Alphasis ‐ Bât B1  35769 SAINT‐GREGOIRE  Tél. 02 30 96 00 92  www.jvjc.com 

LEX PERSONA  Technopole de l'Aube en  Champagne ‐ BP 601 ‐  10901 TROYES CEDEX 9   Tél : 03 25 43 90   www.lex‐persona.fr 

MEILLEUR‐ DIAGNOSTIC.COM Tél. 0800 777 420  www.meilleur‐ diagnostic.com 

ODIALIS

46, bd Eugène Réguillon  69100 VILLEURBANNE  Tél. 04 72 47 30 86  www.odialis.fr 

32, avenue d'Iéna  75783 PARIS CEDEX 16  Tél. 01 40 69 65 17  www.unionfinancieredefra nce.fr 

QUALIGAZ Le Forum   131‐135, av. Jean Jaurès  93305 AUBERVILLIERS  Tél. 0826 628 628  www.qualigaz.com 

QUOTATIS 164, Bureaux de la Colline  92213 SAINT CLOUD CEDEX  Tél. 01 46 04 46 90  www.quotatis.fr 

RNDI 80, rue du Commandant  Berge  77100 MEAUX  Tél. 01 78 40 18 75  www.rndi.fr 

SERVICEDIAG Espace Performance Centre  Alphasis ‐ Bât B1  35769 SAINT‐GREGOIRE  Tél. 02 30 96 06 92  www.servicediag.com 

TERRITOIRES &  MARKETING  32, rue Chapsal  94340 JOINVILLE‐LE‐PONT  Tél. 01 46 71 12 89  www.territoires‐ marketing.fr 

UNION FINANCIERE DE  FRANCE   

157

WANAO Technopole Izarbel  64210 BIDART   Tél. 05.59.01.30.70  www.wanao.com     


Chapitre 2 : Les prestatioons de divversificatiions   

Ce gu uide vous e est offert ppar  

Guide du diagnostiqueur immobilier  

Le guide du diagnostiqueur immobilier, par infodiagnostiqueur.com et Testoon : quel est rôle du diagnostiqueur et comment le devenir, types...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you