Issuu on Google+

Hardware magazine

Hardware Avril/mai 06 n° 22 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

p84

GUIDE

magazine p116

2

UPGRADE

GÉNÉRATION

GHZ

DE 1,3 À 2,4 GHZ, DES PC TOUJOURS AU TOP

ALIMENTATIONS TOUTES LES NOUVEAUTÉS SUR LE GRILL p62

PRATIQUE

UN PC 100% PASSIF ?

Socket A ou 478, AGP nos solutions pour retrouver des perfs p22

COMPARATIF

Zalman et HM relèvent le défi TESTS

GUIDE

GIGABIT, WI-FI, SECURITE... LE GUIDE RÉSEAU ULTIME > LE WIFI SANS SOUCIS > LE GIGABIT POUR TOUS > PARTAGE, SÉCURITÉ, DOMPTEZ WINDOWS

TECHNO

> NVIDIA 7900GT, LA SUPER AFFAIRE ! > COMBAT DE MONSTRES : FX60 VS PENTIUM EE@5GHZ > NV 7600GT, ATI 1800GTO, DISQUES DURS P-RECORDING, XPRESS 3200, ETC

- MÉMOIRE VIVE : MAÎTRISEZ TIMINGS ET FRÉQUENCES - POURQUOI AMD PASSE À LA DDR2

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH


PCU pda te DIS PON IBL E

EN KIO SQU E

Pratique

Dual core, 64 bits :

quels gains espérer ?

Copie de DVD vidéo : logiciels et méthodes pour des sauvegardes parfaites ?

L’émulation de consoles : fun, nostalgie et gratuité

Prenez la température de votre PC Température max de chaque composant et comment la mesurer

News Notre sélection jeux Cas pratiques Tests

Comprendre Naissance d’une carte mère

De la conception et de la fabrication d'une carte mère, design, industrialisation, marketing, etc.

Shuttle SN26P SLI

Comparatifs

nVidia GeForce 7300 GS

Les baladeurs audio/vidéo

Emportez et regardez vos films (et autres fichiers) où vous voulez

Dossier Les bonnes affaires de l'overclocking

AMD, Intel, single et dual core : les CPU qui s'overclockent Cartes mères, cartes graphiques, mettez les chances de votre côté

Le Top des perfs au meilleur prix ! Les meilleures cartes mères et cartes graphiques au banc d'essai Notre guide pour monter une configuration top sans se ruiner

Téléphonez moins cher Les vrais prix des opérateurs, les solutions tout IP

Rhéobus, domptez vos ventilateurs

Tests Western Digital Raptor WD1500 Raptor ou RAID 0 ?

Arctic Cooling Accelero Casques sans fils


Courrier des lecteurs MPM Ed. 38 rue Garibaldi, 93100 Montreuil Email : lecteurs@techage.fr Abonnements : Hardware Magazine, Service abonnements BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01

Pour tout renseignement sur les abos : 08 25 15 00 95 Ont participé à ce numéro : MPM Editions (Rédacteur en chef : Jérémy Panzetta ; pigistes : Manuel Da Costa, David Guillaume, Franck Delattre, Laurent Dilain, Eduardo De Barros) ; Tridam

Édito

Hardware

Hardware magazine

Conception graphique : David Benamou Maquettiste : Cyril Albo

Avril/mai 06 n° 22 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

Hardware Magazine est édité par Tech.Age SA au capital de 78300 €, 23 rue Michel Rodange L-2430 Luxembourg Administrateur délégué et directeur de la publication : Christian Marbaix Rédacteur en chef délégué : Thomas Olivaux

Publicité : Stéphanie Chauvin Stephanie@techage.fr Tel : 06.13.59.01.01 L’envoi de tout texte, photo ou vidéo implique l’acceptation par l’auteur de leur libre publication dans le journal. Les documents ne sont pas retournés. La loi du 11 mars 1957 n’autorisant aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41 d’une part que « des copies ou reproductions strictement réservées à l’usage du copiste et non destinées à une utilisation collective» et d’autre part que les analyses et courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinea premier de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelques procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants de l’ancien code pénal. Textes, photos : copyright 2002/06 Tech.Age SA Impimeur : N.I.I.A.G Printed in Italy, imprimé en Italie N° de commission paritaire : 0908 K 83994 Dépôt légal : second trimestre 2006 Distribution : MLP

p84

GUIDE

magazine

2

UPGRADE

GÉNÉRATION

GHZ

DE 1,3 À 2,4 GHZ, DES PC TOUJOURS AU TOP

ALIMENTATIONS TOUTES LES NOUVEAUTÉS SUR LE GRILL

PRATIQUE

p62

UN PC 100% PASSIF ?

Socket A ou 478, AGP nos solutions pour retrouver des perfs p22

Zalman et HM relèvent le défi TESTS

GUIDE

GIGABIT, WI-FI, SECURITE... LE GUIDE RÉSEAU ULTIME > LE WIFI SANS SOUCIS > LE GIGABIT POUR TOUS > PARTAGE, SÉCURITÉ, DOMPTEZ WINDOWS

TECHNO

Même pas mal !

COMPARATIF

p116

> NVIDIA 7900GT,

LA SUPER AFFAIRE !

> COMBAT DE MONSTRES :

FX60 VS PENTIUM EE@5GHZ

> NV 7600GT, ATI 1800GTO,

DISQUES DURS P-RECORDING, XPRESS 3200, ETC

- MÉMOIRE VIVE : MAÎTRISEZ TIMINGS ET FRÉQUENCES - POURQUOI AMD PASSE À LA DDR2

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

CeBIT et temps passant, HDDVD et BDRom se montrent de plus en plus concrètement. Autrement dit, les graveurs, prêts depuis un bon bout de temps, n’attendent plus qu’une protection satisfaisant ces messieurs des Major pour voir le jour. L’AACS, graal de l’anticopie, remplaçant du CSS des DVD, peine en effet à se finaliser. L’immense gag de cette situation, c’est qu’aux Etats-Unis où la vidéo HD passe déjà en masse sur le câble et le satellite depuis trois ans (vous hallucinez ? si, si, ca fait des années que les américains ont une TV meilleure que nos DVD), il suffit d’utiliser un magnétoscope DVHS pour se gorger de films et séries HD non protégées (le DVHS fonctionne comme le DV avec un fichier parfaitement lisible sur un PC et stocké sur des cassettes peu couteuses). En attendant que le ridicule de cette situation atteigne les hautes sphères où naviguent les pontes de l’audiovisuel (sans doute trop occupés à rédiger des lois de type DADVSI), les constructeurs se consolent en montrant des produits fonctionnels de toutes les formes et toutes les couleurs, ce qui nous fait une belle jambe. Tous les noms de la gravure ont une platine ou un graveur à montrer, voire un PC portable avec HDDVD slim pour Toshiba mais la nouveauté du momen prend plutôt la forme de lecteurs hybrides, des fabricants comme LG ou HP préférant ne pas choisir. On se retrouve donc avec des produits capables de lire et graver CD, DVD, HDDVD et BDR (ouf). Pourquoi pas, après tout, s’ils ne sont pas beaucoup plus chers, on risquera moins de se planter. Résultat des courses, n’attendez pas trop les successeurs du DVD avant l’été, quand ils auraient pu être disponibles à Noël dernier. Puisque l’on parle des sujets qui fâchent, ne résistons pas à saluer le ridicule absolu qui entoure l’élaboration de la loi DADVSI. Nous ne nous étendrons pas sur son contenu tant qu’elle n’aura pas un caractère vraiment définitif. Sur les grands principes, signalons quand même qu’il est encore et toujours vraiment écœurant de payer des taxes sur des médias vierges qui ne stockeront jamais de mp3 ou de films, surtout pour engraisser des artistes déjà plein aux as (les reversements sont faits aux gros vendeurs d’albums). Ce sera encore bien pire quand le droit à la copie et le P2P seront tout bonnement interdits. Payer pour quelque chose que l’on pourrait éventuiellement faire mais que l’on n’a plus le droit de faire, c’est formidable. Rappelons aussi que la France n’est pas la Corée du Nord, qu’il est assez facile d’acheter des medias ou des lecteurs dans les pays frontaliers et que TCP IP a été conçu pour résister à une guerre nucléaire. D’ici à ce que le P2P ne passe plus nos frontières, il y aura donc encore quelques bits qui passeront sous les routeurs… DADVSI, HDCP, AACS, décidément, il y a des jours ou les acronymes sonnent tous mal.

CM


Sommaire

116

News > Le meilleur du hardware

> Cas pratiques

6

10

Tests

62

> GeForce 7900 et 7600 : petits mais costauds ! nVidia rafraîchit ses segments milieu et haut de gamme avec les GeForce 7900 et 7600. La bataille s'annonce serrée sur le haut de gamme face au récent Radeon X1900 et plus simple sur le milieu de gamme. Mais c'était sans compter sur la réaction d'ATi qui lance à la dernière minute un Radeon X1800 GTO. Suffisant pour troubler les nouvelles GeForce ?

14

Dossiers > Montez votre réseau • Le gigabit pour tous • Le wifi sans soucis • Partage, sécurité, domptez Windows

22

> Athlon 64 FX-60 vs Pentium Extreme Edition 955 Dans un monde où l’argent n’existerait pas, nous serions tous utilisateurs d’Athlon 64 FX et de Pentium Extreme Edition. Le temps d’un rêve, voyez ce dont sont capables les deux processeurs les plus puissants du marché.

Sommaire Avril / Mai

> LiveCD – LiveUSB : votre système d'exploitation de poche Les LiveCD, souvent basés sur Linux, tirent parti de machines très modestes et offrent des usages spécifiques mais efficaces. Voyons les meilleurs d’entre eux et comment en profiter.

70

80

Dossier

Pratique

110

> Comment bien protéger l’accès à son PC ? Le milieu familial foisonne de dangers pour nos PC en termes de confidentialité ou de permissivité. Voici nos meilleurs conseils et astuces afin de contrôler l’accès au PC, à internet et aux fichiers pour chaque utilisateur.

> Zalman TNN300 : le boîtier « zéro ventilos » Comment refroidir passivement – sans aucun ventilateur – une configuration moderne ? Réponse de Zalman avec le TNN300, un boîtier ultra haut de gamme auquel nous opposons notre solution maison. Zalman, HM, le match !

58

> Upgrader et recycler la génération 2 Ghz Voyons voir ce dont sont encore capables les Duron, Celeron, Athlon XP et Pentium 4 jusqu'à 2,0 GHz. Socket A ou 478, AGP ne sont pas morts. Nos astuces pour les mettre à jour et/ou leur trouver de nouveaux usages.

84

Comprendre 62

106

> Athlon 64 et DDR2 : duo de choc ou alliance contre nature ? 106 Deux ans après Intel, AMD adoptera en juin prochain la DDR2 au sein de son architecture K8. Ce choix va-t-il profiter à l’Athlon 64 ? Pourquoi AMD prend il cette décision ? > Optimisez vos timings mémoire 110 La mémoire a une importance croissante dans les performances d’un PC et les bons timings se paient d’ailleurs très cher ! Cela vaut-il le coup ? Quel est le rôle exact des timings dans le fonctionnement de la mémoire ?

- MÉMOIRE VIVE : MAÎTRISEZ TIMINGS ET FRÉQUENCES - POURQUOI AMD PASSE À LA DDR2 Offres d’abonnements p39-40-57-69


Comparatif

UPGRADE

> Alimentations : 15 nouveautés sur le grill 116 La nouvelle génération d’alimentations est arrivée et se distingue par de hauts rendements, des tensions très stables et un niveau sonore réduit. Nous avons regroupé tout ce beau monde dans un comparatif.

GÉNÉRATION

GHZ

2

DE 1,3 À 2,4 GHZ, DES PC TOUJOURS AU TOP

Tests > Boîtier A+ XClio II : le grand méchant ventilateur 124 Il fallait oser… A+ présente le boîtier XClio II, doté d’un ventilateur de vingt-cinq centimètres de diamètre ! Simple gadget ? Nous l’avons testé pour vous, et les performances sont… ébouriffantes. > VT-310DP : Une Epia à deux processeurs Quand VIA sort une Epia biprocesseur, rien que pour le concept, on se précipite sur ses benchmarks. > Asus A8R32-MVP Alors que les cartes mères CrossFire à base de RD480 ne sont en vente que depuis quelques semaines, ATi a déjà sorti un nouveau chipset, le RD580. Le nForce a enfin de la concurrence. > Le P-Recording : principe et performances Les premiers disques durs P Recording sont censés offrir de meilleures capacités et performances. Voici le premier verdict avec Seagate à l’honneur.

125

84

Socket A ou 478, AGP nos solutions pour retrouver des perfs

126

22

MONTEZ VOTRE RÉSEAU 128

> Terratec Cinergy 2100i DT/MCE : deux tuners valent mieux qu’un ! 131 Destinée à la réception TNT, la Cinergy 2100i DT de Terratec débarque sur le marché avec deux atouts majeurs. Elle est la première carte TV numérique à proposer un double tuner et e une interface PCI-Express.

> Index Tous les articles de PC Update et Hardware Mag enfin indexes depuis le numéro 1 !

132

> Références

136

CARACTÉRISTIQUES, MARQUES : > LE WIFI SANS SOUCIS > LE GIGABIT POUR TOUS > PARTAGE, SÉCURITÉ, DOMPTEZ WINDOWS

> NVIDIA 7900GT, LA SUPER AFFAIRE ! > COMBAT DE MONSTRES : FX60 VS PENTIUM EE@5GHZ > PLUS 7600GT, ATI 1800GTO, DISQUES DURS, P-RECORDING, ETC


NEWS Chipsets et cartes mères Du côté des chipsets, nous avons eu quelques précisions concernant la nouvelle gamme nVidia, venant remplacer les très appréciés nForce 4. Il semblerait que nVidia ait finalement choisi de les baptiser nForce 500 et non nForce 5. Derrière le nom de code MCP55 se cachent en fait quatre déclinaisons, que vous retrouverez en encadré ci-contre. Bien que peu de détails aient encore filtré, nous savons déjà que ces chipsets (ou certains de ces chipsets) supporteront plus de ports SATA, six contre quatre actuellement, que le son HD audio sera désormais standard alors qu’une majorité de cartes nForce 4 se contentait de puce AC’97 et que l’évolution du MediaShield nVidia innovera avec le dual RAID 5. Les versions SLI devraient également prendre en charge Quad SLI, à moins que ce ne soit réservé qu’au plus haut de gamme, le nForce 590 SLI.

100% HARDWARE 100% PASSION 100% PRATIQUE

PCUpdate > Mars/Avril 06 n°22

Pour choisir, upgrader et booster son PC !

GUIDE P.26

Les bonnes

affaires de

l’overclocking Les cpu et cartes graphiques qui s’overclockent le mieux

Notre guide pour gagner jusqu’au dernier megahertz

TÉLÉPHONEZ MOINS CHER GUIDE P.120

Les vrais prix des fournisseurs d’accès Les meilleurs logiciels de VoIP

COPIEZ VOS DVD PRATIQUE P.78

Des back up parfaits en toute simplicité

COMPARATIF P.46

CARTES MÈRES ET CARTES GRAPHIQUES TOP PERFS

Les logiciels et notre guide pratique

films, MP3, photos, de 1 à 100 Go, ils savent tout faire !

News

nForce 500 nForce 590 SLI MCP, remplace probablement le nForce 4 SLI X16 nForce 570 SLI MCP, remplace probablement le nForce 4 SLI nForce 570 MCP, remplace probablement le nForce 4 Ultra nForce 550 MCP, remplace probablement le nForce 4

<6>

Hardware magazine avril / mai 06

Comparatif : tous les baladeurs audio/vidéo :

Dual core, 64 bits, quels gains dans les jeux ? Assembler une config haut de gamme sans se ruiner ! LE TOP des perfs au meilleur prix

Emulation de consoles : fun et nostalgie en pratique

Naissance d’une carte mère de la conception au marketing bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH

En kiosques jusque fin avril

Quelques produits sortaient du lot, dont les Abit IL-80ML, Aopen i945GTmVHL, Asus N4L-VM DH et Gigabyte GA-8I945GTMFY-RH, quatre cartes mères microATX certifiées ViiV (c’est la mode !) dont l’originalité principale est d’accepter les nouveaux processeurs Core Duo sur socket 479, les CPU d’ordinateurs portables. Ces dernières embarquent le chipset i945GT. Les cartes mères Pentium M n’ont pas su s’imposer, mais si les produits pour Core Duo débarquent vraiment pour nos PC fixes, il y a de quoi se réjouir, ce processeur combinant performances et faible consommation/chauffe. L’idéal pour un PC silencieux, un PCHC par exemple.

Les cartes mères μATX pour Core Duo semblent à la mode, ViiV ne doit pas y être pour rien.

PC Update

Intel fait également l’actualité avec le nouveau chipset 965. Disponible en versions P et G comme son prédécesseur, le 945, ce dernier n’apporte rien de bien nouveau. En fait, le plus important réside dans le fait qu’il soit nécessaire pour faire tourner les nouveaux processeurs du constructeur. La famille 965 apportera également le support du bus 1066 pour tous et étendra la capacité maximale de mémoire à huit gigas, en DDR2 exclusivement. Alors que ce type de mémoire reste réservé à des plates-formes Intel relativement haut de gamme, le fondeur souhaite que 2006 soit l’année durant laquelle la DDR2 s’impose partout. Ça semble bien parti puisque les prix se sont écroulés en 2005, que les performances ne cessent de croître et qu’AMD y passe à son tour. Les 965 devraient arriver pendant l’été, accompagnés des southbridges ICH8 dont nous avons déjà parl�� (6x SATA-2, plus d’IDE…). En dehors de ces actualités chipsets, le CeBIT n’a pas été des plus riche en ce qui concerne les nouveautés technologiques. Du côté des produits, tous les constructeurs étaient présents et nous avons pu remarquer de nombreuses cartes mères inédites, un bon nombre de modèles pour processeurs AMD sur socket AM2 notamment. Ayant du mal à décoller, le format BTX était également représenté chez quelques constructeurs.


spécial Cebit

CMO présentait un écran 56" Quad HDTV, c'est-à-dire d'une résolution de 3 840 x 2 160 : impressionnant ! Et oui, c’est du côté Home Cine que le Cebit a encore un peu d’intérêt.

Chaque année, à la mi-mars, se tient le CeBIT, le plus grand salon du monde dédié aux nouvelles technologies : informatique, télécommunication, électronique grand public, services… tout y passe. Situé à Hanovre en Allemagne, il est le rendez-vous incontournable de la presse européenne, ou tout du moins l'était puisque bien qu'étant le plus grand salon (en surface d'exposition), le CeBIT n'est plus utilisé pour lancer de nouveaux produits que par très peu de fabricants. Quelques nouveautés sont bien entendu présentées mais dans des domaines qui sortent du hardware. Il est donc inutile d'espérer y apercevoir un futur processeur par exemple. Même pour les journalistes, les démonstrations ou présentations qui se passent en arrièreboutique et dont nous ne pouvons pas parler se font rares. Qu'avons-nous pu apercevoir lors de ce CeBIT ? En ce qui concerne le hardware, une avalanche de GeForce 7900 et 7600 dévoilées le jour de l'ouverture du salon. Malheureusement, les fabricants de GPU, ATi et nVidia ne donnent accès aux nouvelles cartes graphiques à leurs partenaires qu'à la dernière minute, ce qui rend très difficile la personnalisation de ces cartes. Le résultat est simple, la quasi-totalité des cartes présentées sur le salon étaient des clones des cartes de référence, avec le même refroidissement et souvent le même autocollant décoratif ! Les partenaires regrettent bien entendu cet état de fait, étant donné que la presse parle moins de leurs produits. Quel intérêt de parler de 20 cartes 100 % identiques ?

Le CeBIT est également l'occasion de se perdre dans des halls remplis d'exposants asiatiques qui présentent tous, par exemple, des boîtiers low cost similaires (ou tous plus laids les uns que les autres selon le point de vue) avec des hautparleurs assortis fabriqués dans le même

Le CeBIT est également l'occasion d'observer quelques mods originaux. Si si, ce salon était passionnant.

Heureusement, il reste un domaine dans lequel les fabricants des produits finis entrent en scène largement avant la sortie de ces derniers : les cartes mères. Les phases de certification sont tellement longues que les fabricants de chipsets doivent les fournir longtemps à l'avance aux fabricants de cartes mères qui du coup ne se gênent pas pour afficher des modèles qui ne sortiront que dans plusieurs mois. Les cartes mères i965 et nForce 5 étaient ainsi exposées chez tous les fabricants alors que ces chipsets ne devraient pas être annoncés avant le mois de juin.

Ce fabricant dont nous tairons le nom remporte haut la main le prix du portable le plus laid.

Oui, on est sûr Notre article « Adaptateurs secteur, batteries, accus » dans Hardware Magazine n°21 a étonné certains de nos lecteurs. Alors comme ça, il ne faut pas laisser les téléphones portables se décharger ? Pourtant, les vendeurs de téléphones affirment parfois qu’on doit laisser son portable se décharger complètement pour éviter l’effet mémoire, et qu’il ne faut jamais le laisser trop longtemps sur son chargeur. Explication. Les batteries Lithium-Ion qui équipent aujourd’hui les téléphones et les ordinateurs portables fonctionnent très différemment des anciennes batteries Nickel Cadnium et Nickel Hydrure Metal. Leur entretient et leurs règles d’utilisation diffèrent aussi, mais il faut croire que les vieilles habitudes ont la vie dure. Nous sommes donc nombreux à traiter les batteries Li-Ion comme des Ni-Cd ou Ni-Mh. Rétablissons donc encore une fois la vérité quant à ces accus modernes. 1) Les accus Li-Ion ne sont pas endommagés lorsqu’on les laisse sur leur chargeur, car le chargeur cesse de fonctionner lorsque l’accu est plein (Avec les accus au nickel, le chargeur envoie un courant d’entretien après

AMD et Intel avaient décidé de mettre en avant la plateforme multimédia dont la définition exacte reste assez vague, ViiV d'un côté et Live de l'autre, mais ne communiquaient pas sur d'autres nouveautés, notamment sur le Conroe chez Intel qui a pourtant fait l'objet de nombreuses présentations deux jours plus tôt à l'occasion de l'IDF qui se tenait à San Francisco.

la charge ; ce n’est pas le cas avec le Li-Ion). La raison pour laquelle certaines constructeurs recommandent de retirer la batterie d’un ordinateur portable lorsqu’il est relié au secteur pendant longtemps est qu’elle pourrait être endommagée par la chaleur, et non pas par une charge trop prolongée. 2) Le fait de décharger totalement un accu Li-Ion peut le rendre inutilisable. Il faut pour cela atteindre une décharge profonde, ce qui nécessite de vider l’accu dans un appareil électrique puis de le stocker ainsi déchargé pendant plusieurs jours. Il deviendra alors impossible à recharger. 3) La durée de vie d’un accu Li-Ion baisse avec le temps, et baisse encore plus vite s’il est exposé à la chaleur. Stockez-les dans un endroit frais, et chargé à 40% pour qu’ils ne tombent pas en décharge profonde ! 4) La durée de vie baisse aussi lorsqu’on charge et décharge la batterie, mais décharger une batterie jusqu’à 50% de sa capacité et la recharger aura la même influence sur sa durée de vie que de la décharger deux fois jusqu’à 75% et de la recharger deux fois. Comme les deux opérations ont le même effet, mieux vaut privilégier des recharges fréquentes pour éviter tout risque de décharge profonde.

plastique qui Galaxy exposait une des rares 7600 GT différentes fera fuir n'importe quel passionné. du modèle de référence avec cette version passive.

Attirer le public lorsque l'on fabrique les mêmes produits low cost que tous les fabricants d'un même hall est tout un art.

Pour plus de renseignements sur ce sujet, nous vous recommandons les écrits d’Isidor Buchmann, fondateur de Cadex Electronics Inc et auteur de nombreux articles sur les accus disponibles sur Internet. Son ouvrage Batteries in a Portable World est disponible gratuitement sur son site web, http://www.buchmann.ca/, en anglais uniquement, ainsi que des articles en français. Dans la langue de Molière, on recommandera le site http://www.ni-cd.net, un peu fouillis mais regroupant beaucoup d’informations techniques. Plus simple d’accès mais moins intéressante, la page du site d’Apple consacrée à l’entretien des batteries : http://www.apple.com/fr/batteries/. Encore une fois pour les anglophones, l’article de Wikipedia version anglaise consacrée au Lithium Ion (http://en.wikipedia.org/wiki/Lithium_ion) mérite une rapide lecture.

Hardware magazine avril / mai 06

<7>


News

CPU CARTES GRAPHIQUES Soldes chez ATi !) Pour contrer le lancement des GeForce 7900 et 7600, ATi a dû pratiquer une baisse de prix sur toute sa gamme qui à l'heure où nous écrivons ces lignes commence déjà à se répercuter dans le commerce. Le haut de gamme baisse de 100 ¤ pour s'aligner sur le prix de la 7900 GTX et les X1800 sont déclassées dans le milieu de gamme. La X1800 XT 256 Mo devrait ainsi devenir très intéressante puisque proposée dès maintenant à 329 ¤, tout comme la X1800 XL 256 Mo qui descend à 279 ¤. Une X1800 GTO, testée dans ce numéro est également introduite à 249 ¤. Ces produits sont difficilement rentables pour ATi à ces prix, mais ils permettent de vider les stocks et d'éviter de céder des parts de marché à nVidia. Bien entendu, ils sont temporaires puisque fin avril, ATi devrait lancer une Radeon X1900 XL et cet été deux nouvelles puces milieu de gamme, les RV560 et RV570 qui pourraient être utilisées sur une éventuelle Radeon X1700.

Quad SLI Après deux cartes graphiques, ce ne sont pas moins de 4 que nVidia compte bien vous faire acheter avec le Quad SLI. Etant donné que les cartes mères sont (sauf exception) limitées à deux ports PCI-Express graphiques, nVidia fait appel à une solution assez complexe. Un double PCB est utilisé, soit une double carte, mais avec un seul connecteur PCI-Express. Le PCB qui en dispose intègre également un switch qui se raccorde au port PCI-Express et aux deux GPU grâce à une connexion entre les deux PCB. Mais ce n'est pas tout parce que cette solution ne serait pas encore assez performante et les GPU doivent également être connectés entre eux via une connexion SLI. Cela tombe bien, chaque GeForce 7900 dispose de deux connexions SLI et peut donc se raccorder directement à deux autres GPU, celui qui est sur le second PCB et à un des autres GPU de la seconde double carte.

News

Retenez simplement que ce système demande des connexions complexes et nombreuses entre les cartes et les GPU. Cette complexité rend cette solution difficile à commercialiser directement, ce qui fait que nVidia ne la fournit qu'à un nombre limité d'intégrateurs pour une utilisation dans un système complet. Dell et Alienware commercialiseront une telle machine par exemple et plus près de nous c'est LDLC qui a été choisi par nVidia pour commercialiser un système Quad SLI en France. Les prix ne sont pas encore connus, mais ce sera cher. Une solution très haut de gamme qui sera réservée à l'élite et aux plus fortunés, ce qui est logique vu que de toute manière son intérêt pratique est plus que limité, à moins de disposer d'un tout nouvel écran 30" qui affiche une résolution de 2 560x1 600.

La GeForce 7900 GX2 est constituée de deux PCB avec chacun un GPU et sa mémoire qui sont cadencés respectivement à 500 et 600 MHz.

<8>

Hardware magazine avril / mai 06

Le Conroe pointe le bout du nez Intel se prépare au lancement de sa nouvelle architecture, nommée Core, tant au niveau desktop que mobile avec les processeurs Conroe et Merom. Presque en même temps que le CeBIT, se tenait la grande messe annuelle du premier fabricant de processeurs : l'IDF. Le sujet principal qui a été abordé par Intel était bien entendu ces futurs processeurs.

Les futurs processeurs Intel seront capables de traiter deux fois plus rapidement certaines instructions SSE 128 bits qui doivent être décomposées en deux opérations de 64 bits sur les CPU actuels.

Parmi les nouveautés annoncées, Intel parle de SSE plus performant grâce entre autres à l'élargissement de certaines unités de calcul de 64 à 128 bits (quand une opération SSE 128 bits est traitée sur un CPU actuel, elle nécessite plusieurs cycles), à une gestion du cache améliorée et à la fusion des macroopérations. Ce dernier point consiste à fusionner deux instructions simples en une opération plus complexe de manière à accélérer le traitement. Ces nouveaux processeurs seront capables de décoder plus d'instructions par cycle et celles-ci alimenteront des unités d'exécution plus nombreuses. La comparaison avec le Pentium 4 n'est pas évidente à faire et demande une plus longue analyse mais par rapport au Yonah, elle est plus simple. Grossièrement, alors que le Yonah dispose de deux ALU, deux FPU et deux unités SSE, le Conroe/Merom disposera de trois ALU, deux FPU (améliorées) et trois unités SSE. De quoi donner du fil à retordre aux Athlon 64 puisque les premiers tests (effectués sous le contrôle d'Intel) montrent un avantage significatif du Conroe cadencé à 2,66 GHz face à l'Athlon 64 à 2,8 GHz (ce qui correspond à l'Athlon FX 62 qui devrait être annoncé prochainement).

BOITIERS ET ALIMS Les alimentations se renouvellent Le CeBIT a été l’occasion d’annoncer plusieurs nouveautés dans le domaine des alimentations, dont certaines s’avèrent particulièrement intéressantes. Grand prix de l’originalité à Gigabyte, qui présente sa série Odin, fournie avec le logiciel Power Tuner. Ce logiciel permet de contrôler la vitesse du ventilateur, d’ajuster les tensions, et d’afficher plusieurs informations sur l’état de l’alimentation : puissance totale consommée, tensions, et intensité tirée sur chaque sortie. Dotées d’un ventilateur 120 mm, les alimentations Odin seront disponibles en versions 420, 480 et 560 W. Chez Zalman, on annonce l’arrivée de l’alimentation Fatal1ty 600 W, une alimentation modulaire orientée vers la performance. Gamme Fatal1ty oblige, il ne faudra pas s’attendre à ce que ce soit silencieux. Quant à Seasonic, la marque affiche sa M12, une évolution de l’excellente S12, adoptant des câbles modulaires et un ventilateur 60 mm en plus du 120 mm. De son côté, CoolerMaster présente son alimentation IGreen Power, revendiquant un rendement supérieur à 85 %. Elle sera distribuée en versions 430, 500 et 600 W. Finissons avec Tagan, qui compte proposer bientôt une alimentation de pas moins de 1 100 W ! Dans un premier temps, c’est une alimentation de 900 W que Tagan devrait sortir. Elle se destine aux systèmes Quad SLI, comme en attestent ses quatre connecteurs PCI-Express. Dotée de quatre sorties +12 V capables d’atteindre les 20 A chacune, la TG900-U95 nous semble quelque peu surdimensionnée… La course aux watts n’est donc pas prête de s’arrêter, toutes les marques ayant désormais un modèle qui approche ou dépasse les 600 W.


Un boîtier signé Pininfarina Spire n’est pas une société très connue en France, et ses boîtiers passent souvent inaperçus. Voilà qui va bientôt changer, car le fabricant a fait dessiner son nouveau boîtier par le célèbre bureau de design italien Pininfarina. Ce nouveau châssis, qui devrait arriver rapidement dans les boutiques, est pourvu d’un système d’ouverture original : les panneaux latéraux ont des charnières situées en bas. Fabriqué en acier, il est aussi composé en partie d’aluminium épais (6 mm !). Le refroidissement est assuré par trois ventilateurs 80 mm, et un emplacement 120 mm est prévu à l’avant. Un produit original, que nous testerons au plus tôt.

Alimentation dédiée pour cartes graphiques Comment faire face à la constante augmentation de la consommation des cartes graphiques ? Plusieurs fabricants proposent presque simultanément une solution similaire : une alimentation dédiée. Chez Thermaltake, c’est la Purepower Power Express. Elle délivre une puissance de 250 W maximum (21 A en +12 V), et prend place dans une baie 5"1/4. Elle est refroidie par un ventilateur 40 mm, et se branche au connecteur 24 broches de l’alimentation principale afin de se synchroniser avec le PC (elle s’allume et s’éteint ainsi en même temps que le reste du matériel). Elle tire son courant du secteur, et il faut donc la relier à une prise 220 V. De son côté, Fortron annonce un produit très ressemblant, embarquant deux ventilateurs 40 mm, donné pour 25 A sur le +12 V soit environ 300 W, et portant le nom de VGA Power. Aucun prix n’est indiqué pour l’instant, mais si ces appareils sont proposés à un tarif raisonnable, ils pourraient s’avérer nettement plus rentables qu’un changement d’alimentation.

Scythe passe au tout cuivre Ce mois-ci, nous consacrons un dossier au refroidissement passif. Le radiateur Scythe Ninja y est à l’honneur, car ses performances en refroidissement passif sont très bonnes. Scythe est donc en train de monter petit à petit dans le marché des ventirads français, et on ne peut que les féliciter. Parmi les nouveautés que l’on attend cette année, le Katana, radiateur à ventilateur 92 mm équipé de deux caloducs, passe en version « tout cuivre ». On peut s’attendre à une augmentation des performances, mais surtout du poids ! Plus étonnant, Scythe compte proposer une version « tout cuivre » de son Ninja, un radiateur déjà encombrant. Le résultat sera sûrement très lourd, mais les performances seront sûrement d’autant plus extrêmes.


Cas Pratiques

Cas Pratiques Gagnez 2 Go de mémoire Corsair ! En nous envoyant une question technique par mail (lecteurs@techage.fr), vous pouvez gagner un kit mémoire Corsair 2*512 Mo TwinX2048-3500LLPro (DDR) ou TwinX2048-5400C4PRO (DDR2) avec une latence record de 2-2-2-5, de quoi sérieusement booster les performances de votre PC… La rédaction choisira la question la plus pertinente et son auteur recevra le Giga de mémoire ! Notez que nous ne pourrons sans doute pas répondre de manière individuelle à toutes les questions ! Par : Thomas Olivaux assisté de Eduardo De Barros

Concours Corsair : de nouveaux lots ! La disparition des 3200XL du catalogue Corsair nous a amené à revoir les lots a vous offrir, heureux gagnants du concours Tech.Age / Corsair. D’autre part, de plus en plus de machines utilisant de la mémoire DDR2, nous vous laissons dorénavant le choix. Enfin, pour rester toujours au top, ce n’est plus un giga, mais deux que nous vous proposons de gagner !

Mon PC est actuellement équipé d'un disque dur Hitachi ATA 80 Go 7 200 tours 2 Mo. Je vais prochainement le remplacer par deux disques en SATA montés en RAID 0. Ne sachant que faire de mon ancien disque dur, je me demandais si des disques ATA et SATA pouvaient cohabiter sur la même carte mère. Si c'est le cas, quelle utilité pourrais-je lui donner ? Investir dans un RAID 0 est très bonne idée lorsque l’on recherche la performance, il permet en effet un gain non négligeable sur les taux de

> une

Une grappe RAID (0, 1, 5…) n’est pas limitée à deux disques. En RAID 0, plus il y a de disques, plus ça va vite !

<10>

transfert tant en lecture qu’en écriture. Rappelons les principales caractéristiques qui font une grappe RAID 0. Le RAID 0, également appelé stripping, est constitué d’un minimum de deux disques durs qui vont n’en former virtuellement qu’un sous Windows. La taille de l’ensemble des disques est égale au nombre de disques constituant la grappe RAID multiplié par la capacité de la plus petite unité, ainsi il vaut mieux utiliser deux disques de taille identique afin de ne pas perdre d’espace de stockage. Il faut tout de même faire attention avec ce système RAID car si jamais l’un de vos disques tombe en panne, c’est l’intégralité de vos données qui étaient stockées qui est perdue ; cela est dû au fait que le stripping découpe les données en segments et les répartit simultanément sur les disques qui font partie de la grappe RAID. C’est la taille de ces segments, paramétrée pendant la création de « l’array » RAID, qui va déterminer le niveau de performances. Si la taille de segments choisie est faible, c’est le débit de données qui va être favorisé, mais si vous choisis-

Hardware magazine avril / mai 06

sez une grande taille de segments, c’est alors les temps d’accès qui seront améliorés. Cette taille de segment étant assez complexe à évaluer, nous conseillons d’opter pour une valeur de 128 Ko. Pour en revenir à votre problème, la cohabitation entre des disques SATA et ATA classiques sur une carte mère ne pose pas de problèmes. Ce sont deux contrôleurs strictement indépendants, qui n’ont aucune interaction. Notons tout de même que les cartes à base de nForce3 et nForce4 permettent de mixer des disques ATA et SATA au sein d’une même grappe RAID. Il est toujours nécessaire de passer par la case BIOS afin de procéder à quelques réglages. Comme le chip SATA RAID n’est pas toujours intégré au chipset des cartes mères, il vous faudra régler le BIOS de manière à choisir le contrôleur RAID externe comme périphérique de démarrage, dans le cas où vous souhaiteriez y installer votre Windows bien sûr. Il vous faudra alors une disquette de drivers à donner à manger à l’installateur de Windows

grâce à la célèbre touche « F6 » qui permet d’installer un pilote non compris dans le CD d’origine de Windows. Concernant le recyclage de votre ancien disque dur, hormis la classique fonction de backup des données qu’il ne faudrait pas négliger, il peut lui aussi améliorer les performances du système. Copiez-y tous vos petits fichiers, vos données, vos programmes peu utilisés, cela évitera de fragmenter votre disque système. Si vous utilisez des ISO de jeux vidéo (nous ne parlons pas ici de piratage mais de backup et/ou d’usage confort bien entendu), vous pouvez aussi laisser ces fichiers sur ce 3e disque et installer les jeux sur le RAID 0. Il existe également de nombreux cas de figure où la réponse n’est pas évidente et où seul un bench peut répondre. Par exemple, Photoshop dispose de son propre fichier d’échange. Faut-il le laisser sur le Raid 0 et mettre les images à retoucher sur le second disque, ou l’inverse ? C’est quelque chose à tester au cas par cas selon les disques durs utilisés.


J'ai acheté et monté moi-même, il y a peu de temps, un PC composé d’un processeur AMD 3500+, de 1 Go de DDR Samsung PC3200, d’une carte mère A8N-E et d’une carte graphique ATI X800GT. Je voudrais savoir s’il est normal d'avoir des messages du type : « La mémoire ne peut pas être read » lorsque je lance certaines applications ? Est-ce dû à un manque de puissance de mon système ? D'autre part, quelles sont les limites pour overclocker/booster mon système ? Mon PC est-il prêt pour Windows Vista ? Ce type de message, un d’erreur, n’est bien sûr pas normal et ne provient pas d’un manque de puissance de votre système, mais plutôt d’une mauvaise installation d’une ressource logicielle ou bien de l’utilisation simultanée de plusieurs tâches ou services. Ce type d’erreur peut aussi provenir de « malwares », et dans tous les cas, commencer par installer et utiliser un antispyware comme Spybot ou Ad-Aware ne peut pas faire de mal et peut résoudre ce problème. Si le problème apparaît toujours au lancement d’une application particulière, la désinstaller puis la réinstaller peut résoudre le problème ; en dernier recours, vous pouvez tester vos barrettes de mémoire grâce au logiciel MemTest86, il faudra le télécharger (www.memtest86.com) et le graver, puis redémarrer. C’est là

> message

Des problèmes de mémoire sont très souvent à l’origine des messages d’erreur et des écrans bleu, les « blue screen of death ».

qu’il faudra booter sur le lecteur CD pour lancer le test, si les résultats de ce test indiquent des

erreurs physiques de la mémoire, il vous faudra sûrement changer vos barrettes, à moins que ce ne

Memtest86+ est une version améliorée de Memtest86, un outil indispensable pour tester le sous-ensemble mémoire d’un PC.

soit le contrôleur de mémoire qui soit endommagé (intégré au processeur dans le cas de l’Athlon 64) mais c’est peu probable. Au sujet de l’overclocking de votre système, il semble que vous possédiez une bonne base. Pour connaître les limites d’overclocking de votre processeur, il va vous falloir l’identifier plus précisément. L’information que nous devons rechercher est la version du core dont votre processeur est muni, dans le cas du 3500+, ça peut être soit un NewCastle (0,13 μ), soit un Winchester (0,09 μ) soit un Venice (0,09 μ SSE3). Pour l’identifier, vous pouvez le démonter afin d’y lire la ligne OPN (Order Part Number) qui y est gravée et qui sera en fonction et respectivement ADA3500DEP4AW, ADA3500DIK 4BI ou ADA3500DAA4BPu ou alors vous pouvez plus simplement utiliser le logiciel CPU-Z où vous trouverez dans la ligne « Code Name » l’information que vous recherchez. Une fois cette précision connue, vous pouvez déterminer à peu près à combien votre processeur pourra monter. Le 3500+ est cadencé d’origine à 2,2 Ghz, si son core est un NewCastle vous allez pouvoir l’overclocker facilement à 2,4 Ghz mais vous peinerez à aller au-delà. C’est le core le moins avantageux, il est bridé par sa gravure en 0,13 μ, mais les deux autres bénéficient d’une nouvelle technologie de gravure plus récente, à savoir le 0,09 μ. Avec ces cores, vous pourrez overclocker jusqu'à 2,6 voire 2,8 Ghz et pourquoi pas plus. L’amélioration du système de ventilation d’origine sera un plus, mais vous pourrez déjà monter fortement sans y toucher. Enfin, votre machine suffira largement à faire fonctionner Windows Vista (et encore heureux !). Les recommandations de Microsoft ne cessent d’évoluer au sujet des configurations matérielles qui seront capables de faire fonctionner agréablement Vista. Pour l’instant les principales informations à ce sujet traitent d’un processeur dual core 64 bits, de 1 Go de mémoire, de disques durs SATA-2 équipés du NCQ, et de cartes graphiques avec un minimum de 128 Mo de mémoire embarquée.

Hardware magazine avril / mai 06

<11>


Cas Pratiques

Je viens de finir la conception de mon PC pour ma salle de jeu/home cinéma. Le PC me sert de console ainsi que de lecteur DVD. Le rendu sur vidéoprojecteur est superbe, mais il manque un truc : une qualité sonore à couper le souffle. Je dispose d'une carte mère avec carte son intégrée 7.1. Vous allez me dire que c'est suffisant, mais mon cahier des charges est compliqué : j'aimerais une carte qui décode tous les formats EAX, qui puisse être assez puissante pour « corriger » l'acoustique de ma pièce, et encoder la sortie audio en DTS pour relier le PC à l'ampli par fibre optique. Je vous donne ma config : P4 3,2 Ghz + MSI915P + 6800GT + 3 Go de DDR2 PC5300 (2x1 024 + 2x512) mon ampli audio est un Sony STR DE475. L’EAX,

développé

par

> Creative Labs, est une fonc-

tion de programmation qui permet de transformer en temps réel l’environnement sonore des jeux vidéo (écho, occlusion, etc.). C’est un bel outil pour les développeurs de jeux mais il ne faut pas le confondre avec des technologies d’encodage multicanal telles que le Dolby Digital ou le DTS. Le signal EAX des jeux étant traité par la carte son du PC, il n’est

EAX ou des DivX avec bande sonore AC3 car comme nous l’avons expliqué précédemment, le signal sort déjà décodé sur différentes prises analogiques. Si votre ampli possède une entrée multicanale analogique, c’est gagné, mais sinon il faudra effectivement réencoder le signal audio du PC dans un format dont l’ampli peut se satisfaire. Alors que c’est impossible en DTS, vous pouvez envisager le Dolby Digital. Cette

A quand des amplis de salon capables d’exploiter les jeux en EAX ?

possible de le faire sortir que par les prises analogiques séparées (avant, arrière, centrale/caisson…) et non par une prise numérique SPDIF. L’EAX est disponible sur une très grande majorité de cartes son mais uniquement dans les versions 1.0 et 2.0, l’exclusivité de l’EAX 3, 4, 5.0 et Advanced HD étant disponible uniquement chez Creative, plus précisément dans les gammes Audigy 2 et X-Fi. Lorsqu’on possède un ampli externe, le PC ne touche pas au signal son Dolby ou DTS des films ; il l’envoie en brut, ce que l’on appelle souvent le « pass-thrue » et c’est l’ampli audio vidéo qui décode. Le problème se situe plutôt du côté des jeux

<12>

fonction, inaugurée par le nForce 2 ne se trouve pas sur les cartes Creative en standard, un véritable manque pour des produits tant vendus. Le géniteur des Soundblaster propose un encodeur DTS externe au prix de 100 , le DTS-610. Une solution plutôt pénible en câbles, encombrement et coût (et même en qualité pour les plus exigeants). Heureusement, les cartes HD Audio les plus haut de gamme proposent une fonction magique, le Dolby Digital Live. Dolby Digital Live permet de réencoder n’importe quel signal du PC en Dolby Digital pour qu’il soit réexploitable par un ampli de salon. Par exemple, si vous écoutez de la musique en stéréo, votre ampli affichera « Dolby Digital » mais

Hardware magazine avril / mai 06

seules les deux enceintes principales sortiront quelque chose. Pour les jeux, vous aurez bien du multicanal et ça ne change rien pour les films déjà en Dolby Digital ou DTS. Où trouver ce DDLive ? D’abord dans toutes les cartes mères équipées des puces Realtek 882D ou CMI8768, des cartes son HD Audio qui sont compatibles avec cette fonction. Il existe également quelques cartes son comme la

Terratec Aureon 7.1 PCI (qui vient juste de sortir). Cependant ces cartes ont, comme cité plus haut, le défaut des cartes son non Creative : elles se limitent à l’EAX 2.0. Enfin, vous évoquez la correction acoustique pour adapter le son à votre pièce. Malheureusement, une carte son PC offre beaucoup d’effets mais peu, voire pas du tout de corrections à l’exception des Creative, qui ne vont pas bien loin. Impossible par exemple de gérer les délais de quelques millisecondes sur chaque enceinte qu’affectionnent les audiophiles via la carte son alors que beaucoup d’amplis savent le faire. Quand à une vraie correction de pro en fonction de la tessiture de votre pièce, ne rêvons pas trop, les DSP des amplis tiennent souvent du gadget dans ce domaine, et même en allant assez loin dans les drivers Creative, vous n’obtiendrez pas de miracles. Notez tout de même pour les bandes-son de films les dernières versions de FFDshow qui intègrent des options de traitement sonore assez impressionnantes pour qui est capable de les maîtriser.

L’activation du Dolby Digital Live est généralement très simple, ici il suffit de cliquer en bas à droite, il n’y a rien d’autre à paramétrer.


J’ai un Shuttle XPC ST20G5 avec un Athlon 64 et 1 Go de DDR Corsair. Je souhaite passer à 2 Go. Dans l’article publié dans le n° 21 de Hardware Magazine, vous ne parlez pas des DDR ECC. Il y a des rumeurs selon lesquelles ce type de mémoire est conseillé avec Vista. Y a-t-il un intérêt d’acheter ce type de mémoire ? Et mon PC serait-il capable d’en profiter ? Effectivement, depuis cer-

> taines déclarations d’ingénieurs de Microsoft dans le courant du mois de février, les rumeurs vont bon train quant au passage à la mémoire ECC pour faire fonctionner Windows Vista. Tant que rien n’aura été officiellement publié par le numéro un mondial du logiciel, il ne sera pas possible d’affirmer quoi que ce soit, mais nous pensons fortement que la mémoire ECC sera tout au plus recommandée mais pas obligatoire. Il n’y a qu’à voir les versions bêta actuelles de Windows Vista qui tournent sans ennui sur des machines en mémoire standard. La mémoire ECC, presque tout le monde connaît de nom, mais en même temps, qui peut vraiment affirmer savoir de quoi il s’agit précisément ? ECC signifie Error Code Correction. C’est un type de mémoire qui autorise la correction d’erreurs en temps réel, réduisant très sensiblement le risque de plantage d’un PC. D’ailleurs, tous les serveurs sont équipés de mémoire ECC. La mémoire ECC fonctionne, pour faire simple, comme une grappe RAID 5, un principe de parité, qui s’effectue sur un groupe de bits. Dans le cas de la mémoire 64 bits que nous utilisons, il faut 8 bits de parité. Ainsi, nous entendons parfois parler de mémoire 72 bits. Bien sûr, ECC est une sorte de « fonction » supplémentaire de la mémoire, qui n’a rien à voir avec le type de mémoire à proprement parler. Il

existe donc de la DDR ECC, de la DDR2 ECC, nous ne parlons pas de mémoire DDR dans un cas et d’ECC dans l’autre. Si le premier avantage d’ECC consiste à corriger d’éventuelles erreurs dans la mémoire, le second réside dans le fait que ce dispositif de correction n’est pas dépendant d’un système d’exploitation. En résumé, avec de la mémoire ECC, les PC sont donc plus stables. Hélas, tout n’est pas si gai. En effet, la mémoire ECC s’accompagne de quelques problèmes qui expliquent qu’elle n’est pas encore présente dans tous nos ordinateurs. Pour commencer, les barrettes ECC coûtent très cher. Pour la DDR1, envisagez plus de 60 % de surcoût, les modules DDR2 ECC valant près du double des barrettes DDR2 de base. Cela s’explique essentiellement du fait qu’elles sont peu produites et qu’elles requièrent plus de composants. Nous pouvons toutefois imaginer que la mise en avant de ce type de mémoire aura pour effet plus ou moins rapide de réduire les coûts de production et donc les tarifs de vente. D’autre part, la mémoire ECC est un peu moins performante que la mémoire traditionnelle, le processus d’analyse et d’éventuelles corrections des données réduisant de 2 à 3 % la vélocité de la mémoire. Ceci n’est pas alarmant. Enfin, et c’est moins drôle, il faut que le contrôleur mémoire gère la correction ECC. Si c’est le cas des Athlon 64 (qui intègrent le contrôleur de mémoire),

beaucoup de chipsets pour Intel ne sont pas prévus pour. Ainsi, pour ne citer que les plus populaires, les 845 et les 865 d’Intel ne sont pas adaptés. Il paraît donc difficilement envisageable que Microsoft impose le passage à la mémoire ECC pour

tous les PC souhaitant exécuter Vista. Néanmoins, il semble probable que Microsoft le recommande et que les PC neufs soient vendus en ECC, tant que le prix ne s’en ressent pas trop, il ne pourra s’agir que d’un progrès pour les utilisateurs que nous sommes.

Retrouvez les sommaires, les anciens numéros et le forum des lecteurs de PC Update et Hardware Mag sur

www.techage.fr

La mémoire ECC se reconnaît par la présence d’un composant supplémentaire, généralement au centre.

Hardware magazine avril / mai 06

<13>


Acheter

GEFORCE 7900 ET 7600 PETITS MAIS COSTAUDS ! Chipsets graphiques

L'arrivée du printemps est l'occasion pour nVidia de rafraîchir ses segments milieu et haut de gamme avec deux nouvelles puces, les GeForce 7900 et 7600. La bataille s'annonce serrée sur le haut de gamme face au récent Radeon X1900 et plus simple sur le milieu de gamme. Mais c'était sans compter sur la réaction d'ATi qui lance à la dernière minute un Radeon X1800 GTO. Suffisant pour troubler les nouvelles GeForce ? u mois de novembre, nVidia a lancé une version survitaminée de sa GeForce 7800 qui est passée à 512 Mo et a vu ses fréquences augmenter significativement. Il s'agissait bien entendu de reprendre le leadership en termes de performances face au Radeon X1800 d'ATi ou tout du moins d'en donner l'illusion puisque nVidia a dû pousser le GeForce 7800 dans ses derniers retranchements en sacrifiant la disponibilité. Peu de puces tenaient alors la fréquence de 550 MHz et la mémoire cadencée à 850 MHz était rare. Pour nVidia, il s'agissait clairement de pouvoir afficher les performances de la GeForce 7900 avant l'heure, c'est-à-dire avant aujourd'hui puisque cette 7900 est maintenant disponible. Entre-temps, ATi a lancé ses Radeon X1900 ce qui annonce un combat acharné.

A

GEFORCE 7900 GTX ET 7900 GT Effet pervers de la sortie de la GeForce 7800 GTX 512 Mo, il est maintenant difficile pour nVidia d'afficher un bond en

<14>

Hardware magazine avril / mai 06

avant au niveau des performances, mais au vu des choix effectués lors de la conception du GeForce 7900, il apparaît évident que ce n'était de toute manière pas le but visé. Quel peut bien être l'intérêt de l'introduction d'un nouveau GPU haut de gamme si ce n'est pas pour augmenter les performances ? Le coût. Ce nouveau GPU utilise la technologie de gravure 90 nanomètres contrairement au 110 nanomètres utilisé précédemment, ce qui réduit la taille de la puce dans des proportions significatives. Ne cherchez pas de pipelines supplémentaires, il n'y en a pas. Tout est question de taille de la puce, nVidia ayant même optimisé l'implémentation de son architecture de manière à réduire le nombre de transistors sans supprimer la moindre unité. Alors que 302 millions de transistors étaient utilisés par le GeForce 7800, il n'en reste que 278 millions dans le GeForce 7900 ! La taille de la puce passe ainsi de 335 mm2 à 196 mm2 et ce pour affronter une Radeon X1900 qui affiche 384 millions de transistors sur une surface de 350 mm2 ! Le yield de la fabrication

du GeForce 7900 devrait ainsi être très bon, ce qui signifie prix intéressant et disponibilité en masse. Ce nouveau GPU de nVidia est utilisé sur deux cartes. La première, la GeForce 7900 GTX est le nouveau fer de lance de nVidia même si la différence par rapport au GeForce 7800 GTX 512 Mo n'est pas énorme. La nouvelle venue reprend d'ailleurs le même PCB et le même système de refroidissement très efficace et très discret. Le GPU passe de 550 à 650 MHz par contre les 512 Mo de mémoire descendent de 850 à 800 MHz, probablement pour pouvoir disposer d'un volume plus important. Les prix sont eux aussi en baisse puisque de 649 ¤ (voire plus vu la rareté de la 7800 GTX 512 Mo) on arrive à 549 ¤. La seconde carte utilise un 7900 complet c'est-à-dire qu'aucune unité n'a été désactivée contrairement à ce qui s'était passé sur la 7800 GT. La 7900 GT est basée sur un PCB plus simple et accompagnée de 256 Mo. Cadencée à 450 MHz


Haut de gamme Puce Technologie Fréquence Pipelines de Vertex Shader Pipelines de Pixel Shader Unités de texturing ROPs Mémoire Fréquence Bande passante mémoire

7800 GT

7800 GTX

7800 GTX 512 Mo

7900 GT

7900 GTX

X1800 XL

X1800 XT

X1900 XTX

G70 110 nm 400/440* MHz 7 20 20 16 256 Mo 500 MHz 29.8 Go/s

G70 110 nm 430/470* MHz 8 24 24 16 256 Mo 600 MHz 35.8 Go/s

G70 110 nm 550 MHz 8 24 24 16 512 Mo 850 MHz 50.7 Go/s

G71 90 nm 450/470* MHz 8 24 24 16 256 Mo 660 MHz 39.3 Go.s

G71 90 nm 650/700* MHz 8 24 24 16 512 Mo 800 MHz 47.7 Go/s

R520 90 nm 500 MHz 8 16 16 16 256 Mo 500 MHz 29.8 Go/s

R520 90 nm 625 MHz 8 16 16 16 256 / 512 Mo 750 MHz 44.7 Go/s

R580 90 nm 650 MHz 8 48 16 16 512 Mo 775 MHz 46.2 Go/s

pour le GPU et 660 MHz pour la mémoire, cette 7900 GT se placera donc devant la 7800 GTX en termes de performances et ce pour un prix de 329 ¤ ! Le fait que le 7900 soit petit se ressent directement sur les coûts, de quoi obliger ATi à casser ses prix et donc sa marge bénéficiaire. Petit bémol, le système de refroidissement de référence est assez bruyant et il faudra envisager de le remplacer.

GEFORCE 7600 GT Très attendu, le renouvellement du milieu de gamme arrive enfin. C'est que le GeForce 6600 GT a déjà plus de 18 mois au compteur, ce qui est beaucoup et dû au fait qu'ATi n'a pas réellement concurrencé nVidia sur ce segment avec un X1600 décevant. nVidia a donc pris son temps. Le nouveau GPU reprend bien entendu les optimisations apportées par l'architecture GeForce 7, qui consistent principalement en une augmentation du rendement des pipelines de pixels shadings. Contrairement au GeForce 7900, nVidia a cette fois ajouté des unités de calcul. Le nombre d'unités de traitement des vertex shaders passe de 3 à 5, les pipelines de pixels shadings passent de 8 à 12 et le nombre de ROP est doublé pour atteindre 8. Le tout couplé à une augmentation des fréquences, légère pour le GPU qui atteint 560 MHz et plus importante pour la mémoire qui passe à 700 MHz. L'un dans l'autre, cela promet une belle évolution au niveau des performances. La carte est équipée du même ventilateur que la 7900 GT, autrement dit, la 7600 GT n'est pas silencieuse, mais les partenaires devraient rapidement utiliser des solutions personnalisées qu'on espère plus discrètes. Annoncées à 229 ¤, les cartes devraient passer à 199 ¤ d'ici quelques semaines selon nVidia.

RADEON X1800 GTO Sans réel concurrent à opposer au 7600 GT, ATi a décidé de maquiller une carte haut de gamme. C'est ainsi qu'est née la X1800 GTO qui utilise une puce X1800 que l'on pensait en fin de vie, remplacée par la X1900. Visiblement, ATi a décidé de la conserver de manière à boucher les trous dans la gamme en attendant que le Radeon X1700 soit prêt.

Economiquement, la X1800 GTO est un produit étrange qui ne doit pas être rentable mais qui permet de casser le lancement de nVidia. Cette X1800 GTO est identique à la X1800 XL à un détail près : le nombre de pipelines de pixels shadings passe de 16 à 12. Le GPU et la mémoire restent donc cadencés à 500 MHz. Notez qu'ATi nous a indiqué que les pipelines n'étaient pas désactivés physiquement mais uniquement via le BIOS, ce qui veut dire qu'il devrait suffire de flasher celui-ci pour transformer une X1800 GTO en XL si, bien entendu, il n'y a pas de défauts. Le système de refroidissement est ici aussi assez bruyant, et il serait temps qu'ATi et nVidia évitent ce désagrément sur toute leur gamme !

Milieu de gamme Puce Technologie Fréquence Pipelines de Vertex Shader Pipelines de Pixel Shader Unités de texturing ROPs Mémoire Fréquence Bande passante mémoire

6600 GT

6800 GS

7600 GT

X800 GTO

X1600 XT

X1800 GTO

NV43 110 nm 500 MHz 3 8 8 4 128 Mo 500 MHz 14.9 Go/s

NV42 110 nm 425 MHz 5 12 12 8 256 Mo 500 MHz 29.8 Go/s

G73 90 nm 560 MHz 5 12 12 8 256 Mo 700 MHz 20.9 Go/s

R423/R480/RV430 130/110 nm 400 MHz 6 12 12 12 256 Mo 490 MHz 29.2 Go/s

RV530 90 nm 590 MHz 5 12 4 4 256 Mo 690 MHz 20.6 Go/s

R520 90 nm 500 MHz 8 12 12 12 256 Mo 500 MHz 29.8 Go/s

Yield Dans l'industrie du semi-conducteur, le yield est un élément très important puisqu'il représente le rendement par wafer qu'obtient le fabricant de la puce. Plus une puce est grosse moins on peut en placer sur un wafer, ce qui est logique, mais ce n'est pas tout, d'autres éléments influent sur le yield. La précision de la fabrication n'est pas infinie et des défauts de gravure peuvent rendre certaines puces défectueuses, ce qui est d'autant plus probable que la puce est grosse. Pour essayer de réduire le nombre de puces inutilisables, il est possible d'utiliser de la redondance sur certaines unités ou sur la mémoire. Si un morceau de la mémoire est affecté par un défaut, la partie redondante peut être utilisée comme roue de secours et la partie à problème désactivée. Il est également possible de vendre des puces défectueuses avec des unités non redondantes à la base affectées. Il faut alors les désactiver et déclasser la puce dans un Placer un maximum de puces sur segment de gamme inférieur (par exemple Pentium en Celeron avec moins de cache, ou X1800 GTO un wafer permet de réduire les coûts et d'augmenter la production. avec 12 pipelines de pixels shadings au lieu de 16). Un autre élément important est bien entendu la fréquence. 90 % des puces peuvent par exemple être fonctionnelles à 500 MHz mais seulement 40 % à 600 MHz. Pour augmenter la rentabilité par wafer, les fabricants de GPU essayent de lancer les produits avec la plus faible fréquence possible, tout en offrant le niveau de performances requis, c'est-à-dire être devant le concurrent. Comparer précisément le yield de deux puces est impossible puisque, par exemple, la probabilité de trouver un défaut sur une puce plus grosse est plus élevée mais en contrepartie, cette puce peut monter plus facilement en fréquence ou disposer de plus de parties redondantes. L'un dans l'autre, il est très difficile de connaître les yields qui étant donné leur caractère stratégique, sont tenus secrets par les différents fabricants.

Hardware magazine avril / mai 06

<15>


Acheter

Age of Empire III 7900 GTX

91,6

68

7800 GTX 512

85,1

66,9

7900 GT

68,8

51,5

7800 GTX

67,7

50,1

7800 GT

57,9

43,8

6800 GS

38

30,3

X1900 XTX

73,4

63,7

X1800 XT

48,5

52,7

40,5 36,8

X1800 XL 0

10

20

30

40

50

1600 AA 4x

60

70

80

90

100

1600 x 1200

Colin McRae 05 7900 GTX

120,6

78,6

7800 GTX 512

113,8

77,4

7900 GT

89,4

59

7800 GTX

87,3

57,1

7800 GT

X1900 XTX. La GeForce 7900 GTX conserve bien entendu cet avantage et l'augmente très légèrement, le plus gros gain enregistré entre les deux cartes nVidia étant de 8 %, dans F.E.A.R., ce qui permet par ailleurs à nVidia de revenir au niveau d'ATi.

75,3

50,4 37,5 36,7

6800 GS X1900 XTX

110,4

83,1

X1800 XT

79,7

X1800 XL

81,1

56,2 0

20

40

PERFORMANCES DU HAUT DE GAMME

102,9

60

80

1600 AA 4x

100

120

140

1600 x 1200

Far Cry 7900 GTX

75,2

51,2

7800 GTX 512

72,7

49,5

7900 GT

57,1

38,1

7800 GTX

57,5

35,6

7800 GT

45,8

32

6800 GS

32,1

23,3

X1900 XTX

69,4

52,9

X1800 XL 10

20

30

40

50

1920 AA 4x

60

70

80

90

1920 x 1200

Quake 4

F.E.A.R. 7900 GTX

7800 GT

42

26 17

30

40 1600 AA 4x

118,6

94,2 84,3

57,2 33,1

44,1

99

X1800 XT

50

108,4

60

70

1600 x 1200

Hardware magazine avril / mai 06

80

101,5

86,9

X1800 XL

43

27

<16>

64,3

120,2

69 54

41

20

7800 GTX

X1900 XTX

X1800 XT

10

66

6800 GS

50

0

7900 GT

99,3

28

X1900 XTX

X1800 XL

98,6

7800 GT

50

29

6800 GS

7800 GTX 512

52

31

7800 GTX

99,3

64

39

7900 GT

7900 GTX

69

42

7800 GTX 512

Une fois l'antialiasing activé, les choses changent et cette fois c'est la Radeon X1900 XTX qui est globalement la plus performante. ATi semble faire un

53,3

38,5 0

La GeForce 7900 GT se place tout juste devant la GeForce 7800 GTX avec de bonnes performances. Elle est nettement devant la X1800 XL mais derrière la X1800 XT équipée de 512 Mo. Vous noterez que les GeForce semblent particulièrement apprécier Age of Empire III, la 7900 GT se permettant presque de passer devant la X1900 XTX.

En mode classique, c'est-à-dire sans antialiasing, la GeForce 7800 GTX 512 Mo était déjà devant la Radeon

78,6

59,2

X1800 XT

Nous avons mesuré les performances des différentes cartes qui représentent le haut de gamme actuel auxquelles nous avons ajouté une GeForce 6800 GS pour référence. La plate-forme de test était équipée d'un Athlon FX 55 sur une A8N32 d'Asus et de 2 Go de mémoire PC3200. Nous estimons que la netteté des textures est un élément dont on ne doit plus se passer aujourd'hui, nous avons donc activé le filtrage anisotrope pour tous les tests.

54,9 0

20

40

60 1920 AA 4x

72

80 1920 x 1200

100

120

140


Dans ce mode, les hauts de gamme respectifs d'ATi et de nVidia affichent des performances similaires, légèrement à l'avantage d'ATi. Par contre le 7900 GT se montre ici très efficace par rapport aux X1800 qui souffrent d'un manque de puissance de calcul, ce qui est très évident dans Age of Empire III.

Les GeForce sont plus limitées que les Radeon lorsqu'il s'agit de combiner HDR et antialiasing, étant donné que le mode multisampling (antialiasing classique, très performant) n'est pas supporté avec les formats de rendu HDR. C'est pour cette raison que toutes les GeForce obtiennent un score de 0 dans Far Cry. Dans Age of Empire III, les développeurs ont implémenté un mode d'antialiasing spécifique, de type supersampling, pour contourner cette limitation matérielle. Celui-ci est cependant plus gourmand et de moins bonne qualité puisqu'il correspond à du FSAA 2.25x contrairement au FSAA 4x affiché par les Radeon.

Avec le haut de gamme actuel, le HDR est enfin devenu utilisable dans les hautes résolutions. Passer d'une GeForce 6800 GS ou 6800 GT à une GeForce 7900 GT revient à doubler les performances dans ce mode !

Rendu HDR avec antialiasing - 1600 x 1200 meilleur usage de la bande passante mémoire disponible sur ses cartes, ce qui est crucial avec l'antialiasing. La X1900 XTX s'affiche donc 15 % plus performante que la 7900 GTX dans Far Cry et presque 20 % dans F.E.A.R. malgré le bond en performances enregistré dans ce jeu avec les nouveaux drivers nVidia (+25 %). La GeForce 7900 GT se place ici aussi entre les 2 X1800. Le HDR utilisé dans les moteurs de rendu 3D modernes, permet d'améliorer la qualité de l'image en utilisant un format de calcul temporaire plus précis, par exemple en FP16 (64 bits). Il requiert le support de cette précision supplémentaire mais demande également plus de puissance de calcul puisque les nouveaux effets rendus possibles par le HDR sont très gourmands.

7900 GTX

0

7800 GTX 512

0

7900 GT

0

7800 GTX

0

7800 GT

0

6800 GS

0

35,2 32,4 26,2 25 20,4 12,4

X1900 XTX

55,9

38,2 31,2 33

X1800 XT X1800 XL

24,5

15,1 0

10

20

30 Far Cry

40

50

Age of Empire III

Rendu HDR - 1600 x 1200 58,3 58,1

7900 GTX

56,2 55,5

7800 GTX 512 44 44,1

7900 GT

42,1 42,6

7800 GTX 35,4 36,1

7800 GT 21,3

6800 GS

24,7 60,5 59,5

X1900 XTX 34,2

X1800 XT 26,5

X1800 XL 0

10

20

30 Far Cry

46,7

35,9 40

50

60

70

Age of Empire III

Hardware magazine avril / mai 06

<17>

60


Acheter

également activé le filtrage anisotrope pour tous les tests. Par contre, nous avons changé la résolution et visé le 1 280x1 024 qui est devenu la résolution standard puisque utilisée par tous les écrans TFT 17 et 19". Atteindre cette résolution n'est pas toujours une chose aisée pour les cartes graphiques milieu de gamme. La nouvelle génération des cartes milieu de gamme va-telle changer cela ?

Age of Empire III 84,4

7900 GT

67 56,3

7600 GT

42,3 49,8

6800 GS

40,5 33,3

6600 GT 256

24,8

Par rapport au GeForce 6600 GT qui est, ou plutôt était, la référence dans le segment milieu de gamme, les performances font un bond en avant énorme : +80 % dans Quake 4 par exemple entre une GeForce 6600 GT et une 7600 GT à quantité de mémoire équivalente.

33,1

6600 GT 128

24,7 42,6

X1800 GTO

38,5 29,5 27,4

X800 GTO

24,1 22,6

X1600 XT 0

10

20

30

40

50

1280 AA 4x

60

70

80

90

1280 x 1024

PERFORMANCES

DU MILIEU DE GAMME Nous avons utilisé la même machine que pour les tests précédents et avons

Colin McRae 05 138,5

7900 GT

89 100,1

7600 GT

58,1 84,3

6800 GS

58,2 62,4

6600 GT 256

37,8 62

6600 GT 128

37,8 111,7

X1800 GTO

80,3 89,2

X800 GTO

58,2 65,8

X1600 XT

49,4 0

20

40

60

80 1280 AA 4x

100

120

140

160

1280 x 1024

Far Cry 78,8

7900 GT

63 62

7600 GT

40,9 54,6

6800 GS

40,3 39,1

6600 GT 256

25,2 38,9

6600 GT 128

24,6 68,3

X1800 GTO

51,5 52

X800 GTO

35,7 41,2

X1600 XT

31 0

10

20

30

40 1280 AA 4x

<18>

50

60

70

80

1280 x 1024

Hardware magazine avril / mai 06

90

Comparer la X1800 GTO à la 7600 GT n'est pas facile puisque leur comportement varie assez fortement d'un jeu à l'autre et que la première est un peu plus chère que la seconde et surtout pas encore disponible à l'heure où nous écrivons ces lignes. Mais globalement, sans antialiasing, la 7600 GT se place devant étant donné que la différence principale entre les deux cartes est la bande passante


F.E.A.R. 72

7900 GT

45 51

7600 GT

29 40

6800 GS

25 30

6600 GT 256

16 29

6600 GT 128

16 50

X1800 GTO

36 36

X800 GTO

24 37

X1600 XT

27 0

10

20

30

40 1280 AA 4x

50

60

70

Quake 4

80

1280 x 960

113,1

7900 GT

100,2 99,1

7600 GT

mémoire et que celle-ci n'est pas l'élément primordial sans cette option. La puissance de calcul plus importante de la 7600 GT fait ici la différence. Avec antialiasing, la X1800 GTO prend les devants avec 25 % de mieux dans Far Cry et F.E.A.R. et près de 40 % de mieux dans Colin McRae 05.

La 7600 GT se place systématiquement devant la 6800 GS, parfois dans des proportions importantes. Cette dernière perd donc tout son intérêt puisque commercialisée au même prix.

71,5 68,2

6800 GS

55,2 54,8

6600 GT 256

40,1 46,9

6600 GT 128

32,8 84,8

X1800 GTO

69,5 65,8

X800 GTO

Il était important pour ATi de lancer la X1800 GTO sans quoi la 7600 GT n'aurait eu aucune concurrence. La X800 GTO commence à souffrir de l'absence du support des shaders 3.0 et est nettement en retrait au niveau des performances. Quant à la X1600 XT, elle est larguée. Il s'agit d'une concurrente des 6600 GT pas des 7600 GT !

52,2 53,8

X1600 XT

44,9 0

20

40

60

80

1280 AA 4x

73,5 75,4

7900 GT 46,1 59,6 38,7

6800 GS

50,8 25,2

6600 GT 256

36,2 25,3

6600 GT 128

36,2 40,3

X1800 GTO

60,8 0 0

X800 GTO

Atteindre la fluidité en HDR sur la génération précédente des cartes milieu de gamme demandait de passer en basse résolution mais aujourd'hui, c'est possible de jouer en 1 280x1 024. Grâce à sa puissance de calcul plus élevée, la 7600 GT devance ici la X1800 GTO. Pour rappel, la X800 GTO n'est pas capable de faire tourner ces tests étant donné qu'elle ne supporte pas les formats de rendu HDR qui sont utilisés. Coupler HDR et antialiasing n'est pas encore possible en 1 280x1 024 sur les cartes de ce segment qui doivent alors se contenter du 1 024x768 ou du 800x600. Cette possibilité est donc à réserver aux cartes haut de gamme, voire aux systèmes multiGPU haut de gamme.

120

Rendu HDR - 1 280 x 1024

7600 GT

Vous remarquerez que dans certains jeux récents tels que Quake 4, la quantité de mémoire est un facteur important en témoigne la différence de performances entre une GeForce 6600 GT 128 et 256 Mo.

100

1280 x 1024

27,9

X1600 XT

35,2 0

10

20

30

40 Far Cry

50

60

70

80

Age of Empire III

Rendu HDR avec antialiasing -

1280 x 1024 51

7900 GT

0 32,1

7600 GT

0 25,1

6800 GS

0 17,1

6600 GT 256

0 17

6600 GT 128

0 36,5

X1800 GTO

43,4 0 0

X800 GTO

25,6 24,8

X1600 XT 0

10

20

30 Far Cry

40

Age of Empire III

Hardware magazine avril / mai 06

<19>

50

60


Acheter

en offrant un support complet de l'antialiasing en mode HDR et voit son prix descendre à 549 ¤ comme la carte concurrente. Si vous aimez le silence, la 7900 GTX aura votre préférence, si vous ne voulez pas vous passer d'antialiasing, ce sera la X1900 XTX. Contrer la 7900 GT affichée à 329 ¤ n'est pas une mince affaire et ATi doit ici aussi se servir d'une X1800 pour ne pas laisser nVidia sans concurrence puisque cette 7900 GT amène des performances supérieures à la 7800 GTX pour un prix nettement moins élevé. ATi a donc décidé d'abaisser le prix de la X1800 XT 256 Mo à 329 ¤ qui devient donc elle aussi très intéressante. Mais encore une fois reste à voir si la carte sera réellement disponible à ce prix et dans un volume suffisant.

CONCLUSION Avec ses nouveaux GPU, nVidia frappe fort, ce qui a poussé ATi à réagir rapidement pour ne pas laisser nVidia dominer le marché milieu et haut de gamme. L'architecture GeForce 7 arrive enfin dans le milieu de gamme et nVidia peaufine son implémentation de manière à réduire les coûts. Le GeForce 7900 est réellement impressionnant tant il est petit par rapport à la prestation affichée. De quoi causer quelques soucis à ATi dont la nouvelle architecture requiert beaucoup de transistors. Etant donné qu'aucun nouveau GPU n'est prêt chez ATi, la réaction ne peut se faire qu'à un niveau : casser les prix. Toute la gamme des Radeon X1000 a ainsi subi une rectification tarifaire, ce qui démontre une nouvelle fois l'avantage de la concurrence, et une X1800 GTO, qui n'est rien d'autre qu'une X1800 XL castrée, a été introduite pour éviter de laisser le champ libre au GeForce 7600 GT. Annoncée 20 ¤ plus chère que la 7600 GT, la X1800 GTO affiche des performances légèrement supérieures grâce à un bus mémoire de 256 bits. Il semble évident que cette carte est un produit de secours pour ATi qui a décidé de conserver ses parts de marché à tout prix, quitte à réduire sa marge voire même à la supprimer totalement ! Un GeForce 7600 est presque 2,5 fois plus petit et donc nettement moins cher à fabriquer qu'un X1800 ! La X1800 GTO ne doit pas être un produit très rentable pour ATi, mais pour l'utilisateur peu importe tant que le prix final est intéressant. Il reste bien entendu à vérifier si la disponibilité de cette carte sera bien réelle. Pour contrer les GeForce 7900, ATi disposait déjà des X1900 et X1800. La X1900 XTX affiche des performances similaires à celles de la 7900 GTX, tout

<20>

Hardware magazine avril / mai 06

Le point fort du G71 réside dans sa petite taille.

Deux petites améliorations Bien que globalement les GeForce 7800 et 7900 soient similaires, il y a malgré tout deux petites améliorations qui ont été apportées. Premièrement, chaque ROP dispose maintenant d'un blender, qui est l'unité chargée de mélanger les pixels lorsque des effets de transparence sont utilisés. Dans le GeForce 7800, seulement la moitié des ROP en étaient capables mais en pratique, nous n'avons pas remarqué de grosses différences suite à cette modification. Le SLI antialiasing consiste à calculer la même image sur chaque GPU avec un petit décalage et à les combiner de manière à améliorer la qualité de l'antialiasing.

Ensuite, la gestion du SLI a évolué. Les 7900 sont capables de gérer deux connecteurs SLI, ce qui facilite l'implémentation du Quad-SLI, et peuvent faire transiter plus de types de données via ce connecteur. Ainsi, alors que l'image calculée par le GPU2 devait être envoyée au GPU1 via le bus PCI-Express lorsque le SLI antialiasing 8x ou 16x était utilisé, elle transite maintenant directement via le connecteur SLI, ce qui dans certains cas augmente les performances de plus de 50 % !


Dossier RÉSEAUX

LE RÉSEAU

DE A À Z • Avec ou sans fil, toutes les technos expliquées • Nos pas à pas pour réussir la mise en place de votre LAN • Sécurisez votre WiFi et partagez votre Internet Par : Thomas Olivaux et Jeremy Panzetta

Les termes réseau, Wi-Fi, ADSL, jeux et partage de fichiers vous inspirent ? Ce dossier vous permettra de devenir un expert en réseau local, afin de profiter des nombreux avantages qui y sont liés. <22>

Hardware magazine avril / mai 06


Grâce à votre réseau local (LAN), partagez vos fichiers, vos imprimantes et découvrez une nouvelle façon de jouer !

Avec un serveur DHCP (présent sur la majorité des routeurs), il n'y a plus besoin de s'embêter à configurer manuellement chaque PC.

Microsoft à fortement simplifié l'usage du Wi-Fi depuis la sortie du SP2 pour Windows XP.

e 21e siècle est sans conteste celui de la communication, entre les hommes bien sûr, mais entre les machines avant tout (pour les informaticiens, en tout cas !). Hormis la téléphonie et les différents médias (TV, journaux…), le réseau informatique joue bien sûr un rôle prépondérant dans cette expansion. Un réseau représente un groupe d'ordinateurs reliés les uns aux autres afin de bénéficier de nombreux avantages comme l'échange de fichiers, les jeux vidéo à plusieurs ou le partage de ressources comme une imprimante. Au-delà du réseau local, il y a bien sûr le réseau des réseaux, Internet. Les réseaux privés peuvent bien sûr être reliés à Internet, c'est ainsi que plusieurs machines peuvent surfer simultanément en ne payant qu'un seul accès ADSL ou câble.

L

Les connexions Internet à haut débit et la démocratisation des routeurs ont accéléré le déploiement des réseaux domestiques.

Devenu incontournable et financièrement abordable, le réseau est un must qui ne s'improvise pas. Si le réseau concerne désormais tout le monde, il ne faut pas perdre de vue que c'est un sujet informatique très vaste, des personnes font même des années d'études pour n'en maîtriser véritablement qu'une partie ; il serait donc prétentieux de se prendre pour le roi du réseau après la simple lecture de ces quelques pages. Toutefois, ce guide pratique vous apportera toutes les notions essentielles du réseau, les principes de base et les procédures à connaître pour installer et profiter d'un réseau local chez soi. Nous parlerons de tout, à commencer par les technologies de connexion réseau (avec ou sans fil, plus ou moins rapides, plus ou moins onéreuses), puis les nombreux paramétrages à connaître sous Windows pour permettre aux ordinateurs de communiquer et d'échanger. Nous aborderons également les notions de sécurité les plus importantes pour se protéger des éventuelles attaques, en provenance d'Internet ou de votre voisinage le plus proche via Wi-Fi.

Hardware magazine avril / mai 06

<23>


Dossier RÉSEAUX

LAN : les bases Les particuliers se contentent de petits réseau, mais certaines entreprisent multiplient les switchs de grande capacité tel que ce modèle de marque Cisco.

e principe essentiel du réseau consiste à faire communiquer plusieurs ordinateurs entre eux. Nous nous intéressons majoritairement aux PC dans nos colonnes, mais en réalité, n'importe quel ordinateur (Mac, Amiga, Atari…) ou même ordinateur de poche peut être connecté à un réseau. Avant d'aller plus loin, il convient de distinguer les réseaux locaux, généralement appelés LAN (Local Area Network), des réseaux étendus, souvent baptisés WAN (Wide Area Network). Un réseau local concerne les particuliers et les petites entreprises. Un réseau étendu est bien plus important, le plus connu de tous étant bien sûr Internet, le réseau « mondial ». Les sociétés de grande taille, ayant généralement plusieurs sites, créent égale-

L

ment des réseaux étendus pour relier leur informatique quelle que soit la distance. Un WAN est en fait un ensemble de plusieurs LAN reliés entre eux par le biais de connexions distantes, téléphoniques, ADSL ou câble.

MAIS OÙ ÇA SE BRANCHE ? Pour qu'un ordinateur soit connectable sur un réseau, il doit être équipé d'une carte réseau. Selon la technologie réseau employée et les besoins, les machines peuvent être connectées les

“Le protocol IP actuel , dans sa version 4, présente un problème de taille : il n’y a bientôt plus d’adresses IP disponibles !” Les ordinateurs doivent "parler" la même langue pour se comprendre. TCP/IP est LE protocole mondial.

<24>

Hardware magazine avril / mai 06

unes aux autres ou bien passer par un appareil réseau dédié, un switch Ethernet ou un point d'accès Wi-Fi par exemple ; nous reviendrons plus en détail sur ces diverses technologies un peu plus loin dans ce dossier, après vous avoir donné quelques bases essentielles pour comprendre le fonctionnement d'un réseau. Au-delà de la partie purement matérielle, l'ordinateur doit parler un certain langage, il s'agit du protocole ; il va de soi que les machines mises en réseau doivent utiliser le même protocole pour communiquer. Depuis une dizaine d'années, depuis l'avènement d'Internet en fait, le protocole qui s'est établi en tant que standard mondial s'appelle TCP/IP. Entrer dans les arcanes de TCP/IP ne tiendrait pas dans un magazine complet, mais pour simplifier au maximum, il faut savoir que chaque ordinateur du réseau bénéficie d'une adresse IP, un groupe de nombres unique, qui permet d'identifier un PC par rapport aux autres. Par exemple, le PC 192.168.1.3 envoie des données au PC 192.168.1.5 ou à l'imprimante réseau 192.168.1.6. Effectivement, il n'y a pas que les PC qui bénéficient d'une adresse IP, mais tous les appareils réseau TCP/IP. En sus de


Qu'elle sous la forme d'une carte fille, sur la carte mère ou externe, la carte réseau est indispensable (Ethernet, WiFi, CPL…)

l'IP, un second numéro permet de réaliser des filtrages pour autoriser, ou non, qu’une plage d’adresses IP puisse en voir une autre, etc. c’est le masque de sousréseau. Les adresses IP étant le seul moyen de différencier un ordinateur d’un autre sur Internet, le réseau mondial, il est impératif qu’il n’y en ait pas en double. C’est l’IANA (Internet Assigned Numbers Agency) qui s’occupe d’attribuer les IP du monde entier. Lorsque deux ordinateurs sur un même réseau se connectent avec la même adresse IP, il y a alors conflit d’IP ; il faut régler les conflits le plus rapidement possible sans quoi les ordinateurs ayant la même adresse auront des difficultés à communiquer en réseau.

Technologie ou connexion

Vitesse marketing (bits)

Vitesse standard (octets)

Vitesse réaliste (octets)

Tps requis pour copier un CD de 700 Mo (à la vitesse théorique)

Internet – Modem 56k Internet – ADSL 512k Internet – ADSL 1024k Internet – ADSL 8 Mb

56 kb/s 512 kb/s 1024 kb/s 8 Mb/s

7 ko/s 64 ko/s 128 ko/s 1 Mo/s

28,4 heures 3,1 heures 1,55 heures 11,6 minutes

Internet – ADSL 20 Mb

20 Mb/s

2,5 Mo/s

Réseau – Ethernet Réseau – Fast Ethernet Réseau – Gigabit Ethernet

10 Mb/s 100 Mb/s 1000 Mb/s

1,25 Mo/s 12,5 Mo/s 125 Mo/s

Réseau – WiFi 802.11 Réseau – WiFi 802.11g Réseau – WiFi 802.11g+ Réseau – CPL 14 Réseau – CPL 85 Réseau – Firewire

11 Mb/s 54 Mb/s 125 Mb/s 14 Mb/s 85 Mb/s 400 Mbp/s

1,375 Mo/s 6,75 Mo/s 15,625 Mo/s 1,75 Mo/s 10,625 Mo/s 50 Mo/s

7 ko/s 64 ko/s 128 ko/s Dépend de la distance (jusqu'à 1 Mo/s) Dépend de la distance (jusqu'à 2,5 Mo/s) 1 Mo/s 9,5 Mo/s Varie beaucoup (environ 70 Mo/s) Moins de 1 Mo/s 2 Mo/s 3-4 Mo/s 200-300 Ko/s 2 Mo/s 45 Mo/s

IPV6 Une adresse IP est un numéro de 32 bits, découpé en quatre blocs de huit bits (les blocs peuvent donc aller de 0 à 255). Vous avez déjà certainement vu quelque part une adresse IP comme, par exemple, 194.243.118.27. Si chaque IP est unique sur Internet, certains groupes d’adresses sont réservés aux réseaux locaux. Ainsi, la majorité des réseaux domestiques utilisent les mêmes adresses, sans quoi il en faudrait un nombre bien plus élevé que ce que permet le système. Pour faire un réseau à la maison, vous devez donc utiliser des adresses comprises dans l’un des groupes suivants : 10.0.0.1 à 10.255.255.254 ; 172.16.0.1 à 172.31.255.254 ; 192.168.0.1 à 192.168.255.254. Nous conseillons vivement d’utiliser des adresses du troisième groupe « pour faire comme tout le monde ». En ce qui concerne les masques de sous-réseaux, nous n’allons pas nous embêter avec eux sachant qu’ils ne sont d’aucune utilité pour nous, particuliers. Contentez-vous donc de savoir que pour une adresse IP dite de classe C, 192.168.0.1 à 192.168.255.254, le masque de sousréseau à utiliser doit être 255.255.255.0. Bien sûr, l’adresse IP n’est pas le seul identifiant d’un ordinateur. Ce dernier doit aussi avoir un nom et quelques paramètres supplémentaires. Nous verrons tout ceci plus en détail lors des applications pratiques d’ici quelques pages.

Saviez-vous que la façon dont nous utilisons les adresses IP est bientôt révolue ? Le protocole IP actuel, dans sa version 4, présente un problème de taille : il n’y a bientôt plus d’adresses disponibles ! En effet, avec un maximum de 256x256x256x256 soit 4,3 milliards d’IP, les experts du monde entier s’accordent à dire qu’elles seront toutes utilisées à court terme. Ils annonçaient déjà la saturation en 2005, qui n'a pas eu lieu semble-t-il, mais il se pourrait bien que nous ne puissions pas aller plus loin qu'en 2008 dans le meilleur des cas ! Heureusement, des ingénieurs développent depuis quelques années le remplaçant d’IPv4, c’est IPv6. Ce dernier, déjà utilisé par quelques réseaux, permet un maximum de 3,4x1038 (34 suivi de 38 « 0 » !) d’adresses, un nombre inimaginable en somme. Alors que les IP actuelles sont des suites de 4 nombres 8 bits, les IPv6 seront 8 nombres notés en hexadécimal ! Par exemple, 4000.6200. 00a0.0bc0.9999.8888. a25b.cd16. Rassurez-vous, cela ne changera pas grandchose pour les Internautes et la configuration des réseaux locaux

4,6 minutes 9,3 minutes 56 secondes 5,6 secondes 8,4 minutes 1,7 minute 45 secondes 6,6 minutes 1,1 minute 23 secondes

ne deviendra pas un calvaire pour autant. La transition a déjà commencé, tout doucement. D’ici 2010, il ne devrait plus y avoir que quelques traces d’IPv4. Bien que la fonction ne soit pas activée, Windows 2000 et XP sont déjà compatibles IPv6, et il se pourrait bien que Windows Vista gère IPv6 en standard. Le point d'accès Wi-Fi étend la portée d'un réseau sans fil tout en le reliant éventuellement à un réseau filaire.

Hardware magazine avril / mai 06

<25>


Dossier RÉSEAUX

Gigabit Ethernet our configurer un réseau, il faut résoudre deux problèmes principaux. La partie matérielle, les connexions physiques entre les ordinateurs, puis la partie logicielle, faire en sorte que les PC soient sur la même longueur d’onde et puissent donc se parler. A commencer par la partie hardware (matérielle), vous allez voir qu’il existe plusieurs façons de « brancher » des PC en réseau. Si nous avons utilisé des guillemets, c’est que l’une des technologies réseau en présence s’affranchit de tout câble ! Voyons de quoi il retourne.

P

BNC en Ethernet, avant de passer au RJ-45. Au fur et à mesure des années et des évolutions technologiques, Ethernet a connu de nombreuses variantes ; vous retrouverez les principales évolutions détaillées dans l’encadré ci-contre. De nos jours, ce sont les variantes 100Base-T (Fast Ethernet) et 1000 Base–T

(Gigabit Ethernet) qui sont couramment adoptées par les particuliers et les entreprises. Ethernet présente l’avantage d’être la solution réseau la moins chère et la plus performante de toutes, ou presque ! Le seul vrai problème lié à cette technologie est qu’il faut s’embêter à câbler toute la maison pour pouvoir en profiter.

Depuis de longues années, la norme Ethernet (également connue sous le nom IEEE 802.3) est utilisée pour relier les PC en réseau. Un réseau Ethernet est constitué de PC ayant chacun une carte réseau, de câbles pour les relier et souvent de hub ou switch qui sert en quelque sorte de multiprise réseau dès qu’il y a plus de deux PC. Les cartes réseau Ethernet peuvent être intégrées aux cartes mères – c’est très souvent le cas aujourd’hui –, sous forme de cartes PCI, de cartes PCMCIA pour les ordinateurs portables et parfois d’adaptateurs USB.

Le Gigabit étant devenu vraiment utile et abordable, pourquoi les petits switchs intégrés aux routeurs sont-ils toujours en Fast-Ethernet (100 Mbps) ?

<26>

La connectique utilisée en Ethernet est la prise RJ-45 qui ressemble fortement à la prise RJ-11 des téléphones mais dans laquelle il est possible de câbler jusqu'à huit fils au lieu de quatre. Notez qu’à l’origine, nous utilisions des prises

Hardware magazine avril / mai 06

SiSoft Sandra, téléchargeable gratuitement, intègre un module de mesure des performances réseau. 10 Mo/s est déjà fort correct pour un réseau 100 Mbps.


Ordre des fils (Gigabit Ethernet et moins rapide) Si vous souhaitez créer des cordons Ethernet dans les règles de l’art, il faut respecter l’ordre des fils ou plutôt celui des couleurs. En regardant la prise RJ-45 de face, contact vers le haut, l’ordre des fils est le suivant, en partant de droite. 1 – blanc vert 2 – vert 3 – blanc orange 4 – bleu 5 – blanc bleu 6 – orange 7 – blanc marron 8 – marron

sur le bouton Gestionnaire de périphériques. En dessous de votre ordinateur, parmi les nombreuses catégories de matériels, vous devez distinguer Cartes réseau avec une icône verte. En cliquant sur le petit « + » à côté de cette icône, le menu se déroule et vous devez voir votre ou vos carte(s) réseau. Si vous avez désactivé une connexion réseau, il est normal que la carte correspondante soit rayée d’une croix rouge. Notez que tous les types de cartes réseau, Ethernet, Wi-Fi, FireWire ou CPL sont regroupés au même endroit. Une fois la carte réseau installée, c'est le moment de relier les ordinateurs entre eux. Tous les ordinateurs doivent être reliés par l’intermédiaire d’un hub ou d’un switch à l’aide de câbles réseau que l’on appelle parfois des câbles droits par opposition aux câbles croisés. S’il n’y a que deux ordinateurs

“ Un switch Gigabit à 75 ¤ et vous pourrez transférer vos fichiers sans autres limitations que la vitesse des disques durs.” sur le réseau, vous pouvez les connecter directement l’un à l’autre mais dans ce cas il faut utiliser un câble croisé pour que ça fonctionne. La majorité des cordons réseau sont droits, ce qui signifie que l’ordre des huit fils est le même de part et d’autre du câble. Il suffit de poser côte à côte les deux têtes RJ-45 et d’observer pour s’en rendre compte. Si l’ordre des fils n’est pas identique, il s’agit certainement d’un câble croisé. Notez tout de même que de plus en plus de périphériques réseau récents, notamment les cartes réseau Gigabit que l'on trouve sur les

Hub ou switch ?

Dans le cas d’un câble croisé, l’ordre des fils doit être le même sur l’une des deux prises et l’autre doit être :

Esthétiquement similaires, le fonctionnement d’un hub et d’un switch n’est pas le même. Grosso modo, le hub renvoie les données qu’il reçoit d’un port sur tous les autres jusqu'à ce que l’ordinateur à qui elles étaient destinées les intercepte. Le switch, plus « intelligent », garde une table des adresses IP en mémoire et redirige directement les données reçues vers le bon port. Le trafic réseau est donc bien optimisé en utilisant un switch, évitant de produire trop de broadcast, comme l'on dit dans le jargon. Néanmoins, vous ne verrez aucune différence de performances chez vous. Ce n’est qu’en entreprise, avec des dizaines de machines, que le switch est vraiment intéressant.

1 – blanc orange 2 – orange 3 – blanc vert 4 – bleu 5 – blanc bleu 6 – vert 7 – blanc marron 8 – marron

RJ-45 MON AMI Pour entamer la partie pratique qui consiste à installer un réseau Ethernet, il faut bien sûr que chaque ordinateur ou autre appareil à relier dispose d’une carte. Qu’elle soit intégrée à la carte mère ou ajoutée sur un port PCI, cette dernière doit être reconnue par Windows. De nombreuses cartes sont gérées correctement en standard, mais peut-être aurez-vous besoin d’ajouter un pilote ; « hélas », les cartes réseau modernes qui sont presque toutes en Gigabit requièrent un pilote absent du CD de Windows XP. L’installation ne diffère en rien de celle des autres périphériques, c'est donc très simple. Par acquit de conscience, vérifiez simplement qu'elle est bien reconnue en effectuant un clic droit sur le Poste de travail et en sélectionnant Propriétés. Dans la fenêtre qui vient d’apparaître, il faut se rendre sur l’onglet Matériel puis cliquer

Aujourd'hui, les cartes Ethernet sont à même les cartes mères, le plus souvent en Gigabit.

Hardware magazine avril / mai 06

<27>


Dossier RÉSEAUX

Le réseau Ethernet est moins confortable en raison des fils, mais il offre le meilleur rapport performances/prix.

cartes mères, possèdent un port RJ-45 capable de croiser automatiquement le câblage si besoin, il n'est donc plus toujours nécessaire de s'embêter de câbles croisés. Vous pouvez acheter chez de nombreux revendeurs des câbles réseau de différentes longueurs. Les plus courantes sont 1, 1.5, 2, 3, 5, 10, 15 et 20 mètres. Il existe aussi des câbles croisés dans les mêmes dimensions. Si vous désirez câbler complètement et proprement votre maison vous aurez plutôt intérêt à créer vos cordons vous-mêmes. Ce n’est pas si difficile que ça et c’est sûrement plus intéressant d’un point de vue financier. Pour y parvenir, vous avec besoin d’acheter une bobine de câble (50 ou 100 mètres) en ayant pris le soin

<28>

Hardware magazine avril / mai 06

d’estimer les longueurs requises, des têtes RJ-45 et une pince à sertir les fiches RJ-45. En sus, vous aurez besoin d’un cutter, de petits crochets ou d’un pistolet à colle pour fixer les câbles au mur et d’une bonne dose de patience. Certains câbles sont blindés, c'est-àdire qu’ils sont mieux isolés des perturbations électriques et offrent donc un meilleur résultat. D’une manière générale, il ne faut jamais placer les câbles réseau le long des fils électriques. Commencez par découper de la bobine un morceau de câble de la longueur désirée. A chaque extrémité, coupez délicatement à l’aide du cutter environ deux centimètres de gaine plastique. Faites bien attention à ne pas entailler l’un des huit fils présents à l’intérieur !

Une fois que vous avez vos huit fils à l’air libre, il faut les dégrouper un peu et les organiser dans le bon ordre. Maintenezles fermement entre deux doigts et glissez-les tous en même temps, doucement, dans la prise RJ-45 toute neuve. Cette opération est de loin la plus rébarbative et difficile, surtout pour les personnes n’ayant pas la chance d’avoir des doigts fins et agiles. Il faut bien faire attention à ce que les huit fils soient bien entrés au fond de la prise. Pour vous en assurer, regardez la fiche RJ-45 de face et vous devez voir le bout des câbles par transparence. Si c’est le cas, glissez délicatement la prise dans la pince à sertir et serrez de toutes vos forces. Il faut à présent reproduire cette opération à l’autre extrémité du câble. Voilà ! Vous venez de réaliser votre premier cordon Ethernet ! Pour tester votre câble, il existe des testeurs professionnels mais quelques cartes mères, Asus notamment, proposent un utilitaire permettant de vérifier la continuité des fils entre la carte réseau de la carte mère et l'appareil réseau situé en face. Si vous n'avez ni l'un ni l'autre, autant essayer votre câble et voir si le réseau fonctionne.

A VOS MARQUES, PRÊTS ? BRANCHEZ ! Nous allons à présent brancher les machines. Posez votre hub ou switch à un endroit où il ne bougera plus et alimentezle en électricité. Reliez dans des ports libres toutes les machines du réseau. Si les PC sont allumés (parfois mêmes s’ils sont éteints), une diode de présence doit s’allumer sur chaque prise concernée. Notez que si vous souhaitez que ça fonctionne réellement à 100 ou 1 000 Mb/s, il faut que votre hub ou switch soit conçu pour. Si votre modèle est assez ancien, il est possible qu’il ne fasse que du 100 voire du 10 Mb/s. Si un switch permet toujours de communiquer à différentes vitesses, ce n’est pas nécessairement le cas d’un hub. Il existe par exemple des modèles de hubs qui ne fonctionnent qu’à 100 Mb/s, ignorant ainsi les matériels plus lents à 10 Mb/s. C’est pourquoi il faut vérifier que le hub utilisé peut communiquer indifféremment à 10 et à 100 Mb/s. Votre hub ou switch dispose peut-être d’une prise baptisée Uplink. Cette dernière est prévue pour brancher deux (ou plus) hubs ou switchs en cascade, pour augmenter la taille du réseau. En réalité, la prise Uplink n’est rien d’autre qu’un port croisé qui évite d’avoir à utiliser un câble croisé. Ceci étant dit, vous pouvez relier des hubs ou des switchs qui n’ont pas de prise Uplink grâce à un câble croisé et même mélanger hub et switch (avec les limitations respectives de ces appareils).


Dossier RÉSEAUX

Wi-Fi :

les réseaux sans fil • Détails et compatibilité des normes • Performances • Guide de connexion • Sécuriser son réseau Wi-Fi • Hotspots gratuits et payants Après des débuts laborieux, le standard de communication réseau sans fil 802.11x a finalement bien mûri pour devenir stable, performant et simple à mettre en œuvre. Le tout est maintenant de savoir comment choisir sa norme en fonction de ses besoins, d’interconnecter son matériel, et de comprendre les différents modes de communication proposés afin de libérer son réseau de ses câbles. L’aspect sécurité est également un point à ne pas négliger puisqu’il y a de nombreux critères à respecter pour protéger efficacement son réseau Wi-Fi. Et pourquoi ne pas profiter des hotspots Wi-Fi, gratuits ou payants, pour accéder à Internet où que vous soyez en France. Ces pages regroupent donc tout ce que vous avez besoin de savoir pour devenir un Wi-Fiste en herbe. e standard de communication réseau 802.11x permet de connecter des PC et des ordinateurs portables entre eux au sein d’un WLAN (Wireless Local Area Network) en évitant de laisser courir des fils disgracieux le long des murs, mais il est aussi conçu pour de nombreux autres périphériques tels que les routeurs modems, les PDA, les téléphones portables, les consoles de jeu ou les platines DVD/DivX. Ce standard autorise absolument toutes les activités déjà acceptées par des connexions réseau câblées de type Ethernet en permettant par exemple de surfer sur Internet, d’écouter de la musique ou de lire un DivX alors que vous êtes confortablement installés dans votre jardin en train de siroter une menthe à l’eau. Pour garantir leur normalisation et l’uniformité des produits commercialisés à partir de la technologie 802.11x, de nombreux constructeurs se sont regroupés au sein du Wireless Ethernet Compatibility Alliance (WECA) et ont créé le label Wi-Fi (Wireless Fidelity) dont le nom est donc utilisé à tort puisqu’il ne s’agit que d’une certification. En pratique, ces normes peuvent atteindre une distance de fonctionne-

L

En attendant le 802.11n, les constructeurs ont développés des évolutions très performantes du 802.11g avec la technologie Mimo. Elles portent le nom RangeMax chez Netgear ou Pre-n chez Belkin.

<30>

Hardware magazine avril / mai 06

ment de plusieurs dizaines de mètres en intérieur et de plusieurs centaines de mètres en extérieur, avec deux principales déclinaisons destinées au grand public, le 802.11b et le 802.11g

I : LES NORMES 802.11X GRAND PUBLIC - 802.11b : Ratifié en 1997 par l’IEEE à qui l’on doit déjà le 802.5 Token Ring, le 100 Base-T Fast Ethernet ou le FireWire, le 802.11b fut le premier standard de communication réseau sans fil à être généralisé. Il propose des débits de 11 Mbps et se base sur une transmission radio dont la fréquence est fixée à 2,4 Ghz. La portée maximale théorique du signal sans fil est de 100 mètres en intérieur et de 400 mètres en extérieur. Des évolutions de cette norme ont également été commercialisées avec des débits pouvant atteindre 22 et 44 Mbps (802.11b+).

- 802.11g : La norme 802.11g affiche des débits de 54 Mbps et exploite également une transmission radio de fréquence 2,4 Ghz. La distance maximale de fonctionnement est à peu près la même qu’en 802.11b

avec 100 mètres en intérieur et 400 mètres en extérieur. Plusieurs évolutions de cette norme sont apparues l’année dernière avec des produits portant l’indication 802.11g+, 802.11g Turbo ou encore 802.11 SurperG suivant les constructeurs. Celles-ci proposent des débits théoriques pouvant atteindre jusqu’à 125 Mbps, toujours avec la même portée. Plus récemment, une technologie baptisée MIMO a été également développée pour étendre encore plus les capacités de nos réseaux sans fil. Les produits MIMO, pour Multi Input Multi Ouput, utilisent plusieurs antennes simultanément afin d’émettre et recevoir des signaux qui sont en fait divisés en multiples flux plus petits et recomposés à l’arrivée par le récepteur dans un système indépendant. Le but étant de pallier les principaux défauts du 802.11b et g à savoir une puissance de signal qui varie fortement en fonction de la distance et de l’environnement. Les périphériques MIMO permettent donc d’avoir de meilleurs débits que le 802.11g et une puissance de signal plus stable suivant la distance. Les constructeurs utilisent des noms marketing différents pour leurs produits MIMO, avec le Pre-n chez Belkin, le SRX chez Linksys ou le RangeMax/MIMO chez Netgear.


- 802.11n :

ment de multiples révisions d’ici là. Il affiche des spécifications alléchantes puisqu’il est annoncé comme dix fois plus rapide que le 802.11g, avec un débit d’environ 600 Mbps, pour une portée qui n’est pas encore chiffrée mais qui sera là encore bien plus impor-

Très en retard sur son planning, le successeur du 802.11g n’est toujours pas disponible et n’a été ratifié qu’au mois de janvier de cette année 2006. Il ne devrait pas être finalisé avant encore au moins une année et subira certaine-

1

Ce genre de kit vous permet d’équiper à la fois un portable et un PC de bureau

2

tante. La norme 802.11n intégrera elle aussi la technologie MIMO mais elle ne sera pas compatible avec les normes 802.11b et g. Notez par ailleurs que la norme 802.11n ne pourra pas s’exploiter avec le mode opératoire Ad-Hoc que nous détaillerons plus loin.

supportent également un hub/switch 10/100 Ethernet 4 ports, et des déclinaisons avec un modem intégré sont également disponibles. Tous les routeurs/routeurs modems compatibles 802.11x intègrent donc par défaut un point d’accès Wi-Fi pour interconnecter les clients sans fil.

5 : Cartes mémoire et adaptateurs Ethernet

Si vous n’avez plus de slots PCI libres il y a moyen d’opter pour une carte réseau sans fils en USB

Afin d’équiper nos PDA, les cartes réseau 802.11x sont aussi disponibles sur les cartes mémoire de type CompactFlash ou Secure Digital (SDIO). La majorité d’entre elles ne feront cela dit office que de cartes réseau sans fil, et elles ne pourront donc pas être exploitées pour du stockage de données. Il existe également ce que l’on nomme des ponts Ethernet To Wireless qui transforment tout simplement votre carte réseau filaire Ethernet en carte 802.11x. Elles sont néanmoins vendues un peu plus cher que de simples cartes 802.11x.

5

1

II : LES PRODUITS WI-FI POUR PC : 1 : Cartes réseau et adaptateurs USB Au même titre qu’en Ethernet, nos PC peuvent être équipés en 802.11x par l’intermédiaire de cartes au format PCI. Elles supportent toutes une antenne amovible dont la taille peut aller jusqu’à 15 cm. Si vous n’avez plus de slot PCI, une autre alternative est offerte avec les adaptateurs USB. Il s’agit de boîtiers externes intégrant aussi une antenne, ou de clés USB qui en sont généralement dépourvues.

Les points d’accès Wi-Fi s’apparente aux hubs/switchs de nos réseaux filaires.

3

2 : Cartes PCMCIA/adaptateurs PCI PCMCIA Les cartes PCMCIA sont essentiellement destinées aux ordinateurs portables. Elles ont donc été conçues pour être discrètes et se dispensent d’une antenne pour la grande majorité d’entre elles. Dans certains cas, elles sont aussi utiles pour certains routeurs ou sur les platines DVD/DivX qui possèdent un slot adéquat. Afin de les utiliser également dans nos PC de bureau, il existe des adaptateurs au format PCI pour ces cartes PCMCIA.

3 : Points d’accès (WAP) Le point d’accès, aussi appelé WAP (Wireless Acces Point), s’apparente aux hubs ou aux switchs de nos réseaux filaires. Ils connectent les cartes PCI, les cartes PCMCIA ou les adaptateurs USB Wi-Fi entre eux et assurent la bonne diffusion des communications radio. Tous les WAP sont d’autre part équipés d’une prise RJ45 pratique pour mélanger son réseau sans fil à son réseau filaire.

Pour les PDA il existe des cartes réseaux 802.11x aus formats SD Card et Compact Flash.

5

4 : Routeurs/ Routeurs modems Les routeurs 802.11x Câble/ADSL n’ont rien à envier à leurs cousins filaires. Utilisés pour connecter plusieurs machines entre elles et sécuriser la connexion Internet, ils proposent les mêmes fonctions NAT, DHCP, Firewall ou VPN. La plupart

4

Tous les routeurs Wi-Fi intègrent un point d’accès sans fils

Hardware magazine avril / mai 06

<31>


Dossier RÉSEAUX Set) peut être repéré grâce à son SSID (Service Set Identifier), un identifiant représentant le nom de son réseau sans fil (par exemple le SSID Tech.Age de notre WLAN). Pour avoir un tel réseau à domicile, il suffit donc d’équiper d’une part ses PC et ses autres périphériques de cartes/adaptateurs 802.11x, et de posséder, d’autre part, un point d’accès sans fil (WAP) ou bien d’un routeur/routeur modem faisant office de point d’accès. Il est d’autre part possible de relier plusieurs points d’accès entre eux afin d’étendre la portée du signal grâce à la fonction Bridge (pont) que l’on trouve sur certains produits de ce type. L’ensemble de ces deux ou plusieurs points d’accès est alors baptisé ESS (Extended Service Set) et utilise le même SSID. Et naturellement, un tel réseau sans fil peut se mélanger à un réseau filaire déjà existant, soit via le hub/switch de votre routeur ou le port RJ45 du point d’accès. Le mode infrastructure est celui qui offre la meilleure portée du signal sans fil.

Les normes 802.11x permettent d’équiper nos PC mais aussi les PDA, les consoles de jeux ou encore les platines DVD/DivX.

III : LES MODES OPÉRATOIRES DU 802.11X Un WLAN peut fonctionner de deux manières différentes, avec ou sans point d’accès, ce que l’on nomme le mode infrastructure ou le mode Ad-Hoc.

1 le mode opératoire infrastructure se base sur les points d’accès Wi-Fi

<32>

Hardware magazine avril / mai 06

1 : Infrastructure Au sein d’un WLAN en mode infrastructure, tous les clients se connectent à un point d’accès sans fil qui est chargé de les faire communiquer entre eux. Cet ensemble appelé BSS (Basic Service

2 : Ad-Hoc Le mode Ad-Hoc permet de se passer de points d’accès car les machines clientes se connectent directement les unes aux autres pour former un réseau dit point à point. Quel que soit le nombre de machines que vous possédez, il suffit donc de les équiper d’une carte PCI, d’un adaptateur USB, ou d’une carte PCMCIA dans le cas des portables. Un tel réseau sans fil est baptisé IBSS (Independant Basic Service Set) et est identifié lui aussi par un SSID. Néanmoins, contrairement au mode infrastructure, il n’y a pas de translation du signal via un point d’accès et si deux machines sont hors de portée de communication, elles ne pourront donc jamais communiquer même si l’une des deux en voit une troisième plus proche. Dans ce mode, il est toujours possible de relier le réseau sans fil Ad-Hoc à un réseau filaire existant. Un des PC devra alors posséder une carte Ethernet supplémentaire qui sera éventuellement reliée à un hub/switch ou à un routeur/routeur modem. Ce mode ne se destine pas réellement à de la communication en extérieur, bien que cela soit possible, mais plus à de la communication au sein d’une même pièce. Le mode Ad-Hoc n’est valable que si les PC ne sont pas très éloignés et sera donc adapté à un appartement et à des maisons de taille modeste. Ce mode est également pratique si vous souhaitez par exemple relier deux ordinateurs portables sans fil et qu’il n’y a pas de point d’accès disponible.


Dossier RÉSEAUX Le mode Ad-Hoc se dispense de point d’accès

2

IV : LA COMPATIBILITÉ DES NORMES 802.11X A partir du moment où des produits sont certifiés Wi-Fi et qu’ils portent donc ce label sur leur packaging, vous pouvez être certains de leur compatibilité avec les autres périphériques portant ce même label. La certification Wi-Fi assure par ailleurs qu’aucune interférence ne vient perturber deux réseaux 802.11 différents placés à proximité. Vous pouvez aller sur le site www.wi-

Même les webcams profitent des réseaux sans fils.

fi.org qui répertorie tous les produits des constructeurs portant cette certification. Mais bien que tous les composants 802.11x ne soient pas certifiés et que la compatibilité n’était pas garantie il y a encore quelque temps, en dehors de quelques produits sortis au lancement du 802.11b, l’interopérabilité entre les périphériques 802.11x est au point aujourd’hui. La norme 802.11b et 802.11g utilisant la même fréquence de transmission radio de 2,4 Ghz, elles sont théoriquement compatibles entre elles, et cela se vérifie parfaitement en pratique. Ainsi il est possible de créer un réseau WLAN en mélangeant des composants des deux normes et de marques différentes, avec par exemple des cartes Wi-Fi en 802.11b et un point d’accès ou un routeur en 802.11g. Et pour ce qui est des évolutions de type 802.11b+ ou 802.11g+, il en est de même mais pour bénéficier de leur bande passante optimisée, il faudra évidemment que toute la chaîne WLAN puisse atteindre les mêmes débits, et donc choisir des éléments de technologie identique. Cela dit, il ne faudra pas oublier de mettre les drivers et les firmwares de vos composants à jour en téléchargeant leur dernière version sur les sites des constructeurs pour garantir cette compatibilité.

V : LES PERFORMANCES DES NORMES 802.11X A vitesse égale, un WLAN est loin d’atteindre les performances d’un réseau filaire Ethernet. En pratique, les débits d’une connexion 802.11b 11 Mbps atteignent un maximum de 450500 Ko/sec en mode infrastructure

<34>

Hardware magazine avril / mai 06

alors que le 10 Base-T dépasse le Mo par seconde. Avec ces transferts, il est possible d’écouter des MP3 à travers le réseau sans fil, de transférer de petites quantités de fichiers, de jouer en réseau, et bien sûr de surfer sur Internet (les connexions Internet 8 Mbps et 20 Mbps ADSL pourront néanmoins être bridées selon votre bande passante), mais la vidéo aura du mal à passer si elle ne possède pas un faible bitrate. Le 802.11g 54 Mbps affiche quant à lui 1,3 Mo/s en vitesse de pointe contre 9 Mo/s en 100 Base T. Il est donc un peu plus rapide qu’une connexion filaire 10 Mbps et son usage ne se limite pas à des activités bureautiques légères. Il ne sera toujours pas suffisant pour équiper un serveur efficacement mais les transferts de fichiers seront déjà plus confortables et la lecture de DivX d’un poste à l’autre ne posera plus de problèmes. En mode Ad-Hoc, les taux de transfert observés sur les deux normes sont augmentés de 200 à 300 Ko en moyenne. La communication ne passant pas par des points d’accès ou des routeurs, certaines données qui occupaient la bande passante n’ont plus besoin d’être envoyées. Néanmoins, ces mesures de débits ont été faites dans des conditions de réception optimale. Les performances d’un WLAN dépendent de multiples facteurs tels que le nombre d’utilisateurs en ligne, la qualité du matériel, l’efficacité des drivers, les conditions d’accès au réseau, les éventuelles interférences (four microondes, appareils médicaux, téléphones portables…), la météo, et surtout, la distance entre les clients/PA et l’environnement dans lequel les machines sont situées (épaisseurs et consistances des murs et autres obstacles). Une connexion 802.11b 11 Mbps tombe théoriquement à une puissance de 5,5 Mbit dès 300 mètres dans un environnement semi-clos et dès 70 mètres en environnement clos. Mais en pratique, ces distances ne sont jamais atteintes et les débits peuvent chuter rapidement si les ondes ont du mal à se réfléchir sur les cloisons, le mobilier ou les équipements divers. A 15 mètres, le signal affiche la plupart du temps 12 Mbit/s en 802.11g 54 Mbps et 1 ou 2 Mbps/s en 802.11b 11 Mbps. Et en mode Ad-Hoc, le signal peut être encore plus faible selon la distance car il n’y a pas de passerelles de communication. D’autre part, les ondes radio étant dispersées dans tous les sens et réceptionnées avec un étalement dans le temps qui dépend du trajet parcouru, le


Débit

11 Mbps

5.5 Mbps

2 Mbps

1 Mbps

En extérieur En intérieur

200 mètres 50 mètres

300 mètres 70 mètres

400 mètres 90 mètres

500 mètres 120 mètres

Débits théoriques moyens de la norme 802.11b en fonction de la distance

Débits théoriques moyens de la norme 802.11g en fonction de la distance

Débit

54 Mbps

48 Mbps

36 Mbps

24 Mbps

18 Mbps

12 Mbps

9 Mbps

6 Mbps

En extérieur En intérieur

25 mètres 20 mètres

30 mètres 25 mètres

38 mètres 30 mètres

70 mètres 40 mètres

110 mètres 50 mètres

150 mètres 60 mètres

220 mètres 70 mètres

320 mètres 80 mètres

ping en subit parfois les conséquences. Avec un signal puissant, il est équivalent à un réseau filaire soit inférieur à 1 ms mais il peut monter vers 500700 ms de temps à autre ou être assez aléatoire lorsque la connexion est perturbée ou que les distances augmentent. Mais généralement, dès lors que la connexion sans fil est établie et reste stable, il n’y a rien à reprocher à ces temps de réponse. Mais là encore, il est indispensable de mettre les drivers et les firmwares de tous vos périphériques 802.11x à jour afin d’obtenir les

A retenir • Les débits des réseaux sans fils sont conditionnés par de nombreux facteurs comme la qualité du matériel, l’efficacité des drivers, les éventuelles interférences radio, la météo, la distance entre les clients/PA et l’environnement dans lequel les machines sont situées • Il est possible de mélanger les normes 802.11b et g ainsi que les marques de produits au sein d’un WLAN • A vitesse de connexion égale, les débits réels des normes 802.11x n’atteignent pas ceux d’un réseau filaire. • Si vos activités réseau ne se limitent pas à de la navigation Internet, du mail ou d’autres activités bureautiques « légères », optez directement pour des produits 802.11g, voire 802.11g+ et Mimo pour avoir la meilleure bande passante possible (transferts de fichiers, lecture de vidéo etc) • Si le mode de fonctionnement AdHoc des normes 802.11x correspond à vos exigences, vous n’aurez pas besoin d’investir dans un Point d’accès Wi-Fi. • Les routeurs/routeurs modem 802.11x intègrent déjà un point d’accès sans fils. • Le 802.11n, le successeur du 802.11g, offrira des débits dix fois plus importants et une portée également accrue.

meilleurs débits et la meilleure stabilité et portée de votre connexion sans fil. Si votre WLAN mélange les normes 802.11a et g, les performances du réseau peuvent être bridées par le composant 802.11b. Avec des cartes PCI en 802.11g et un point d’accès en 802.11b par exemple, puisque c’est le PA en mode infrastructure qui est chargé des communications, cellesci seront limitées à son débit de 11, 22 ou 44 Mbps et le potentiel des cartes PCI 802.11g ne sera pas exploité. Autre exemple, avec un PC en 802.11b, deux autres en 802.11g et un PA en 802.11g, les deux PC en 54 Mbps pourront obtenir des débits de 54 Mbps mais le PC en 802.11b sera bien entendu limité à une réception et une émission en 11 Mbps. En ce qui concerne les produits MIMO, bien que leur couplage avec des produits 802.11b et 802.11g soit possible, pour profiter au maximum de cette technologie et de ses performances accrues, vous serez obligés d’opter pour les produits d’une même marque et de la même gamme.

Un bon moyen d’étendre la portée de son réseau sans fils est de changer l’antenne de ses composants

VI : AUGMENTER LA PUISSANCE ET LA PORTÉE DE SON RÉSEAU SANS FIL (PONT ENTRE PA) La première chose à faire pour augmenter le signal d’un point d’accès est de changer l’antenne d’origine. Les appareils sont pour la plupart munis d’une antenne détachable, et dans le cas contraire, il suffit de démonter le boîtier pour s’apercevoir que l’antenne est amovible (mais adieu la garantie !). Il existe plusieurs types d’antennes que l’on peut ranger dans deux catégories : les omnidirectionnelles et les directionnelles. Les premières permettent d’émettre de manière diffuse sous la forme d’une sphère, ce qui est idéal pour la plupart des besoins. Les directionnelles sont

Hardware magazine avril / mai 06

<35>


Dossier RÉSEAUX

Le pigtail permet de placer plus efficacement son antenne Wi-Fi et de gagner en portée mais la qualité du câble et sa longueur influent sur les performances.

Equipée d’une tête adéquate en 2.4 Ghz, les paraboles peuvent aussi servir d’antenne Wi-Fi

davantage destinées à relier des points distants en concentrant les ondes vers une destination précise. Cette solution est parfaite pour une communication entre des voisins séparés par plus de 20 mètres. L’antenne la plus commune est la dipôle. Elle équipe la grande majorité des équipements Wi-Fi et ressemble à un stylo. Elle possède 0 dBi de gain, car elle est prise comme référence, et offre une performance plus que moyenne, mais elle bénéficie d’un faible coût de construction et d’un encombrement réduit. L’antenne tige, appelée aussi colinéaire, est aussi omnidirectionnelle. Elle est surtout destinée à un usage en extérieur, montée sur un mât, mais peut très bien faire son office en intérieur. Sa hauteur maximale peut atteindre 2 mètres, pour obtenir un gain de 7 à 15 dBi. En ce qui concerne les antennes directionnelles, l’antenne plate en est le fer de lance. Elle regroupe en quelque sorte sur une surface plane un couplage de nombreuses antennes dipôles et affiche un excellent rapport gain/encombrement car pour un carré pouvant mesurer de 10x12 cm à 45x45 cm, elle procurera une augmentation de gain de 9 dBi à 21 dBi. Mais l’antenne la plus marquante est sans nul doute la classique et néanmoins utile parabole, chère aux fanas de réception satellite. Equipée d’une tête adéquate fonctionnant à 2,4 GHz, elle pourra se révéler être une option économique. Bien entendu, plus le diamètre est grand, plus le gain obtenu augmente. Toutefois, il n’est pas conseillé de dépasser les 183 cm de diamètre. L’antenne à fente peut aussi être bricolée par les amateurs du dimanche : constituée d’un tube de PVC de 60 cm, du câble coaxial et de quelques fiches, cette antenne est destinée à être utilisée pour des distances à très longue portée. On peut ainsi

obtenir des parcours de plusieurs kilomètres du moment que l’émetteur et le récepteur sont visibles sans obstacle ! Toutes ces antennes sont disponibles chez la plupart des constructeurs, et il est préférable de les acheter plutôt que de les bricoler car elles bénéficient d’une finition et d’une qualité excellentes. Néanmoins, il faut savoir que les Wi-Fistes les plus férus peuvent fabriquer des antennes pour moins de 10 euros ! C’est le cas de l’antenne dite « Ricorée », car son élément premier se résume à une boîte vide de la célèbre marque de chicorée. Les tubes de chocolat « Benco » ou de chips « Pringles » feront aussi l’affaire. Directionnelles, ces antennes ont l’avantage d’être à la disposition de toutes les bourses, et le bricolage est accessible au débutant. Vous trouverez facilement des guides de montage pratiques de ces antennes

Les modes répéteurs, point à point et multipoint des PA/routeurs 802.11x sont une des meilleures solutions pour étendre la portée de son réseau sans fils.

<36>

Hardware magazine avril / mai 06


point, multipoint, ou simple répéteur. Mais là encore, il sera nécessaire de coupler des éléments de la même marque, voire de même modèle.

VII : LA SÉCURITÉ ET LE WI-FI

Pour environ 10 euros il est possible de se construire une antenne Wi-Fi performante.

sur Internet. Le jeu en vaut la chandelle car cette antenne fabriquée maison permet d’obtenir des distances de plus de 50 mètres en passant à travers les murs, ce qui est bien supérieur aux antennes standard. En ce qui concerne les connecteurs de ces antennes, il existe deux catégories variant chacune suivant le diamètre utilisé. Le connecteur de type SMA est le plus répandu, mais certains produits comme les points d’accès Cisco proposent des connecteurs à la norme N, qui semblent plus robustes. Les diamètres pour ces deux types de connecteurs sont généralement disponibles en 6 mm et 10 mm. Il faudra donc vérifier cette valeur avant un achat. On peut aussi rencontrer un élément que l’on nomme pigtail : c’est un câble simple avec deux connecteurs à chaque bout, qui seront reliés à l’antenne et au matériel Wi-Fi. En parlant de câble, cet aspect n’est pas à négliger car la longueur du câble reliant l’antenne au point d’accès et sa qualité sont responsables de la plus grande partie des pertes de l’équipement de transmission ou d’émission. Si l’on veut placer une antenne reliée assez loin d’un PC ou d’un point d’accès, il est fortement déconseillé d’utiliser plus de cinq mètres.

qu’un deuxième point d’accès ou qu’une antenne de qualité. Le gros problème des répéteurs vient du fait qu’ils sont généralement liés à leur constructeur et un répéteur de marque Linksys ne marchera par exemple qu’avec les routeurs/AP de la même marque. Un répéteur offre un gain de 15 dBi environ et se comporte comme une antenne bidirectionnelle. Mais de nombreux routeurs/PA possèdent également leur propre mode de répéteur pouvant fonctionner suivant trois modes : point à

Comme toute technologie sans fil basée sur les ondes radio, les communications 802.11x ont l’énorme inconvénient de pouvoir être interceptées. N’importe quelle personne placée à bonne portée peut profiter de votre installation sans fil si elle n’est pas protégée. A partir d’un ordinateur de bureau ou d’un portable équipé dans une norme compatible avec la vôtre, vos voisins peuvent par exemple avoir accès aux dossiers et aux répertoires partagés de votre réseau, et profiter gratuitement et à souhait de votre connexion Internet. Tous les composants 802.11x sont donc capables de crypter les informations envoyées par les airs via deux techniques nommées WEP (Wired Equivalent Privacy) et WPA (Wi-fi Protected Access).

1 : Le WEP Ce module de codage propose trois niveaux de cryptage, le 64 bits, le 128 bits et plus récemment le 256 bits qui est donc le plus sûr mais qui n’est pas disponible sur tous les produits 802.11x. A chaque niveau correspondent une ou plusieurs clés hexadécimales ou ASCII que doivent connaître tous les composants du réseau pour

Les connecteurs des composants et des antennes 802.11x ne sont pas tous les mêmes. Faites attention à cette caractéristique avant de changer une antenne.

Il existe une autre alternative pour augmenter le signal d’un point d’accès, le répéteur. C’est une petite boîte qui se comporte de telle sorte qu’il ne fait que répéter et router les signaux d’une borne principale. La majorité des constructeurs proposent ce genre de système pour une somme plus modique

Hardware magazine avril / mai 06

<37>


Dossier RÉSEAUX 10 caractères en 64 bits et de 26 caractères en 128 bits. En hexadécimal, les caractères utilisés vont de 0 à 9 et de A à F. Quant au 256 bits, la clé utilise 58 caractères en hexadécimal. Vous avez d’autre part la possibilité d’entrer généralement jusqu’à 4 clés différentes sur le routeur/point d’accès afin d’avoir par exemple une clé pour les ordinateurs toujours connectés au réseau sans fil, et d’autres pour des clients se connectant temporairement. Ceci évite de changer la configuration des ordinateurs du réseau local, tout en donnant un accès sécurisé à un client de passage sans compromettre la sécurité du reste du réseau.

2 : WPA

Si vos composants le proposent, utilisez de préférences le procédé d’encryption WPA à la place du WEP.

Apparu plus récemment sur les produits 802.11x, le WPA a été développé pour combler les lacunes de sécurité du WEP. Son protocole d’encryption repose également sur une clé de 128 bits choisie par l’utilisateur mais qui change régulièrement et aléatoirement

Tous les PA/routeurs 802.11x se configurent de la même manière. N’hésitez pas également à exploiter le filtrage par adresse MAC de vos PA/routeurs pour plus de sécurité.

communiquer. Ainsi, un utilisateur souhaitant se connecter à un WLAN protégé par le WEP doit absolument connaître la clé de cryptage utilisée pour pouvoir se connecter à ce réseau sans fil. Ces clés peuvent être saisies

manuellement si vous connaissez les langages, ou automatiquement générées grâce à une expression ou un mot de passe à choisir. En mode ASCII, la longueur de la clé est de 5 caractères en 64 bits et de 13 caractères en 128 bits. L’ASCII peut utiliser presque tous les caractères de votre clavier. En mode HEX, la longueur de la clé est de

Il existe de nombreux utilitaires sous linux et sous Windows pour cracker un réseaux Wi-Fi plus ou moins facilement. D’où la nécessité de protéger au mieux son WLAN

<38>

Hardware magazine avril / mai 06

plusieurs fois par seconde, et de manière totalement transparente. La mise en place d’une encryption WPA se fait donc de la même façon qu’en WEP. Ce procédé ne peut être exploité que dans le mode infrastructure du 802.11x et non en Ad-Hoc.

3 : Filtrage par adresse MAC En plus du WEP et du WPA, les routeurs/PA 802.11x proposent une sécurité supplémentaire via les adresses MAC des composants réseau. Chaque carte réseau, qu’elle soit Wi-Fi ou filaire, possède en effet une identification qui lui est unique et qui est représentée par une suite de 12 chiffres hexadécimaux. Une borne sans fil à la possibilité de restreindre son accès à une ou plusieurs adresses MAC que vous devez entrer manuellement. Ainsi, si un client utilise une carte réseau munie d’une


OFFRE SPÉCIALE D’ABONNEMENT 100% HARDWARE 100% PASSION 100% PRATIQUE

Hardware magazine

Hardware

> Janvier/Février 06 n°21 COMPARATIF P.22

p26

55

PUCES TESTÉ ES 3 GÉNÉR ATIONS COMPARÉES !

CARTES 3D LE LE COMPARATIF COMPARATIF ULTIME ULTIME

· Les bonnes affaires dans toutes les gammes de prix. · Que vaut encore votre carte ? · Trouver le bon équilibre entre cpu, gpu et résolution.

· 2 Go de Ram, utile ? · Le guide du back up · Transformer un vieux PC en NAS · Personnalisez Windows

p112

COMPARATIF

GUIDE P.102

BONNES AFFAIRES, PERFORMANCES :

p60

DOSSIER P.60

GUIDE D’ACHAT

MÉMOIRE VIVE

· Donnez un nouveau souffle à votre PC · Carte mère, cpu, que changer ?

MARQUES, CARACTÉRISTIQUES, LES BONS CHOIX p52

PRATIQUE

VIDÉO HD

p126

XBOX 360 FACE AU PC

> Choisir la bonne alim !

LE GUIDE DU PC PAS CHER ! Bien acheter et monter un PC sans trop dépenser

p72

PRATIQUE

PRATIQUE

UPGRADER UN PORTABLE ?

JOUER SANS CD Le guide du backup de vos jeux

GUIDE

TESTS

7800 GTX 512

> NFORCE IGP, UNE VRAIE BONNE AFFAIRE ? > SHUTTLE ET PENTIUM M, LE DUO SILENCIEUX > ATI CROSSFIRE, SLI, LE DUAL GPU EST IL VRAIMENT UNE BONNE AFFAIRE ?

> COMPARATIFS WEBCAMS, CLAVIERS

TESTS

LE PALMARES DES VENTIRADS POUR P4 ET ATHLON

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤

PRATIQUE

TOP CONFIG : 13000 PTS AU 3DMARK 2005 ! Opteron 144, 7800, overclocking, tweaking…

POSSIBLE ET RENTABLE !

TECHNO

POURQUOI LE P4 EST MORT LES RÉPONSES POUR L’AVENIR

STACKER 830 : BOITIER DE RÊVE RADEON X1900 XT : ATI SE RÉVEILLE

La convergence en pratique

UN BON GUIDE PC À 300 ¤ ! UN PC ALIMENTATIONS POUR JOUER > Que consomme vraiment votre PC ? À 500 ¤

LE FUTUR D’INTEL

MATERIEL ET SOFTWARE, TOUT POUR DEVENIR LE ROI DES DJ

magazine

GUIDE

Faut-il changer son vieux LCD ?

p92

MIXEZ AVEC VOTRE PC

· Le premier camescope HD en test et en pratique · Exploitez la HD sur PC

COMPARATIF

ECRANS LCD

POUR AMD ET INTEL, LE GUIDE COMPLET 58 CHIPSETS

UPGRADE BOOSTER UN PC ATHLON S754

décembre 05/janvier 06 n° 20 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

LA NOUVELLE GÉNÉRATION EN TEST DE 2 À 8 MS

Tous les chipsets au banc d’essai

· Les meilleures nouveautés décortiquées : silence, refroidissement, conception…

Hardware

magazine

CARTES MÈRES

BOITIERS AU BANC D’ESSAI

EN PRATIQUE

Fév rier/mars 06 n° 21 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

Pour choisir, upgrader et booster son PC !

Hardware magazine

PC Update

PCUpdate 20

Quelles cartes et quels jeux profitent vraiment de 512 Mo de RAM ?

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

❑ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 6 numéros et PC Update pour 6 Numéros au prix spécial de 65 ¤. J’ai bien noté que je recevrai mon cadeau sous 30 jours. Je choisis la casquette le tshirt

Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros et PC Update pour 12 Numéros au prix spécial de 120 ¤. J’ai bien noté que je recevrai mon tshirt et ma casquette sous 30 jours.

❑ Mr

❑ Mme ❑ Melle

(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)

Nom : Prénom : Adresse : Code Postal :

Ville :

Pays : Téléphone : Fax :

Abonnez vous et nous vous offrons un Tshirt et/ou une casquette Corsair Performance !

Email :

Pour 12 numéros, le tshirt OU la casquette

N° :

Pour 24 numéros, le tshirt ET la casquette ! Frime assurée en

lan party ;)

¤ par : Ci-joint mon règlement de ❑ Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age) ❑ Mandat à l’ordre de Distri-abonnements ❑ Carte bancaire CB- VISA - Eurocard (merci d’indiquer les 3 derniers numéros au dos de la carte bleue)

Expire fin : Date :

/

/

Signature :

En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi envoyer un fax au 05 61 727 650 Bulletin d’abonnement à retourner à l’adresse suivante :

tshirt hm22

Tech.Age service abonnements BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01 Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.


❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 6 numéros et PC Update pour 6 Numéros au prix spécial de 63 ¤ pour la communauté européenne, rajouter 12 E de frais de port (reste du monde 18 ¤ )

2 3

formule solo ❏ Oui je m'abonne à PC Update pour 12 numéros au prix spécial de 63 ¤ ❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros au prix spécial de 63 ¤ pour la communauté européenne, rajouter 12 E de frais de port (reste du monde 18 ¤)

formule passion ❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros et PC Update pour 12 Numéros au prix spécial de 120 ¤ pour la communauté européenne, rajouter 24 ¤ de frais de port (reste du monde 36 ¤)

plus d’infos ? 08 25 15 00 95 ou lecteurs@techage.fr De l’étranger, appeler le 0033 561 727 662 PLATINE DIVX VS PC

ergonomie, qualité, le match

PC Update

PCUpdate 4janvier / fevrier 05 n°15

pour choisir, upgrader et booster son PC !

PRATIQUE P.28

Disque dur, mémoire, raid 0 :

Doublez votre vitesse à cout ZERO !

OVER CLOCKING

AVANCÉ Pratique

BOOSTEZ vos performances

Gagnez les derniers MégaHertz ! Sans risques ! COMPARATIF P.114

Optimisation de Windows : la sélection des meilleures astuces pour accélérer XP TEST P.20

Cartes mère

MiniPC Que vaut la nouvelle génération i915 ?

Guide de l’occasion :

❑ Mr

❑ Mme ❑ Melle

Nom : Prénom : Adresse :

Bien acheter/vendre son matériel micro La côte de l’occasion

Upgrade, puissance, installation, le SLI en pratique

1 ou 2 cartes 3D pour vos jeux ?

(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)

Toutes les nouveautés au banc d’essai

SLI

Téléphonez gratuitement partout avec Skype

Code Postal :

Ville :

Guides d’achat :

cartes mère et cartes graphiques bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT 6 40 MAR 65 DH

magazine

Hardware

Hardware février/mars 2005 numéro 15 5,90 4

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

magazine

COMPARATIF

Pays :

HM22

Téléphone :

OPTIMISATION

29

CARTES MÈRES

DISQUES DURS

Maitrisez votre stockage : RAID 1 : sécurité AAM : silence NCQ : performance

Athlon 64 Pentium4

pour et

Special tweaking

• overclocking, • bundle, • conception, • bonnes affaires...

Toutes les astuces de la redac pour un PC ultra optimisé

COMPARATIF

Fax : Email :

GUIDES

LES VIDÉOPROJECTEURS à moins de

Ventirads LGA 775

1000 euros

Les élus de la rédaction

Cartes 3D Toutes les marques se valent elles ?

TRANSFORMEZ UN DIVX EN DVD Notre pas à pas pour une conversion top qualité

WIFI Améliorez votre connexion

E par :

Ci-joint mon règlement de

Alimentations 350 watts, ça suffit ?

3G LE COMPARATIF DES TÉLÉPHONES ET DES OFFRES

❑ Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age) ❑ Mandat à l’ordre de Distri-abonnements Hardware magazine ❑ Carte bancaire CB- VISA - Eurocard Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

décembre/janvier 2005 numéro 14 5,90 4

magazine

Hardware

comme vous le souhaitez...

ABONNEZ-VOUS

1

formule essai

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC ! DOSSIER

COMPARATIFS

14 Balladeurs

MP3

les meilleures affaires de 1,5 à 20 Go sur disque dur En complément

Le guide des sites de musique payants : prix, codecs, catalogue audio, compatibilité DRM ...

GUIDE PRATIQUE

Athlon 64 4000+ et nForce4

N° :

L’arme ultime pour la puissance ?

Écrans plats 19”

CPU nouvelle génération et

12 et 16 ms

Overclocking

Les élus à moins de 450 €

GUIDES

les meilleurs CPU pour overclocker notre pas à pas pour gagner des Mhz

COPIE DE CD LE GUIDE DE L’EMULATION ET DU BACKUP

Mémoire Quelle Ram pour votre PC ? Codecs Quels sont les codecs vidéo les plus efficaces ? Alims silencieuses Le comparatif des alimentations fanless : rendement, fiabilité

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

les 3 derniers chiffres imprimés au dos de votre carte Expire fin : Date : ...… / . . . … / . . . …

signature :

En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi envoyer un fax au 05 61 727 650 Bulletin d’abonnement à retourner à l’adresse suivante :

Tech.Age service abonnements BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01 Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.


routeur/PA, a également une importance capitale. Il sera en effet bien plus facile à un pirate de cracker un mot de passe simple n’utilisant que des caractères alphabétiques allant de A à Z. Le mieux est de se servir de tous les caractères du clavier ainsi que des caractères accentués. Cela regroupe donc les caractères allant de A à Z, les chiffres de 0 à 9, toutes les lettres avec accentuation (éàçèùö etc.), ainsi que les caractères complexes (!@#$%^&()-_+=|\ : ;’ »<>,. ?/). Pensez également à changer votre mot de passe régulièrement, tous les trois mois par exemple.

Utilisez des mots de passe aux caractères complexes pour configurer votre WLAN.

N’oubliez pas également d’utiliser le filtrage par adresse MAC en entrant toutes les adresses physiques des cartes réseau qui devront se connecter à votre routeur/PA. Pensez enfin à désactiver le mode Wi-Fi de votre routeur/PA lorsque vous ne l’utilisez pas, et à mettre des mots de passe aux répertoires et aux fichiers que vous souhaitez partager sur votre réseau local.

adresse MAC différente de celle que vous avez autorisée dans les paramètres du routeur/PA, il ne pourra pas se connecter au réseau sans fil même s’il utilise la bonne clé d’encryption WEP ou WPA.

VIII : SÉCURISER SON RÉSEAU 802.11X Que ce soit le WEP, le WPA ou et le filtrage par adresse MAC, aucun de ces procédés ne garantit une sécurité totale. N’importe quel hacker qui dispose de la connaissance et des outils logiciels et hardwares peut casser la protection d’un réseau 802.11x plus ou moins facilement et s’y introduire malicieusement. On trouve d’ailleurs sur Internet de nombreux sites expliquant comment casser une encryption de ce type, avec des outils sous Linux ou sous Windows, et pour vous donner une idée, un réseau 802.11x mal sécurisé peut être cassé en quelques minutes ou en quelques heures selon l’habilité du hacker et la puissance de ses outils de calcul et de ses algorithmes. Il n’existe aucune technique pour protéger son réseau sans fil à 100 % mais quelques recommandations sont à respecter afin de limiter, de ralentir fortement, voire de décourager un pirate à rentrer dans votre réseau personnel. La première chose à faire est de modifier le login et le mot de passe utilisés pour entrer dans les paramètres de configuration de votre routeur/PA dès la première utilisation, car les identifiants par défaut de type admin/admin ou admin/pass-

Le module de connexion sans fils de Windows XP fonctionne à merveille depuis le pack SP2

word sont connus de tous ou presque. Il faut ensuite changer le nom du réseau sans fil (SSID) par défaut, et interdire le routeur/PA de diffuser en permanence son SSID. Pour ce faire, ces périphériques proposent une option généralement nommée SSID Broadcast qu’il faut désactiver. Ainsi, le nom de votre réseau sans fil sera masqué et n’apparaîtra pas dans les outils de connexion réseau sans fil de Windows XP. Lorsque votre routeur/PA le propose, il est également judicieux de limiter sa puissance d’émission radio pour que le signal se limite à votre domicile ou à quelques mètres aux alentours. Il faudra cela dit faire quelques tests pour vérifier que les clients de votre WLAN peuvent toujours se connecter au point d’accès, et avec une puissance suffisante pour vos activités réseau. Si votre matériel supporte le mode d’encryption WPA, il sera préférable d’utiliser celui-ci à la place du WEP car il est plus difficile à contourner. Le type de mot de passe choisi pour cette encryption, ou celui demandé pour entrer dans votre

IX : GUIDE DE CONNEXION WI-FI Pour cette petite partie pratique, nous nous sommes basés sur une architecture réseau typique que l’on peut retrouver chez les particuliers, à savoir une box de type LiveBox avec support Wi-Fi et un ou plusieurs clients sans fil. Dans ce modèle,

Hardware magazine avril / mai 06

<41>


Dossier RÉSEAUX

Pour une configuration en mode Ad-Hoc, il faudra penser à régler ce paramètre dans les propriétés de votre connexion réseau sans fils

la box peut également être un point d’accès classique ou un autre routeur/routeur modem, le principe étant identique. Nous détaillons par ailleurs la méthode qui se dispense des utilitaires de configuration livrés par les constructeurs, chacun d’entre eux étant différents.

1 : Configuration du routeur/PA A la première utilisation, avant de pouvoir utiliser son routeur/PA en Wi-Fi, il est nécessaire de le configurer via une connexion filaire classique. Branchez donc votre routeur/AP en Ethernet (voire en USB) sur votre PC puis entrez dans son panneau de configuration en tapant son IP par défaut dans un navi-

Il n’est pas nécessaire d’émettre le SSID de son PA/routeur pour s’y connecter, il suffit de connaître son nom exact.

gateur Internet (vous la trouverez dans le manuel). N’oubliez pas que la carte Ethernet de votre PC doit avoir la même classe d’IP que le routeur pour communiquer avec elle (192.168.1.x par exemple). Allez ensuite dans le menu Wireless du routeur/PA puis activez le mode Wi-Fi. Entrez le nom du SSID que vous souhaitez utiliser pour identifier votre réseau sans fil, activez également le WEP ou le WPA en entrant un mot de passe qui générera la clé d’encryption, et ajoutez le filtrage par adresse MAC des PC qui se connecteront au routeur/PA. La MAC adresse de votre carte réseau se trouve dans le menu Statut

de la connexion sans fil (à l’onglet Prise en charge et en cliquant sur le bouton Détails : il s’agit de l’adresse physique). Certains routeurs/PA proposent d’autre part plusieurs modes Wi-Fi, à savoir le 802.11b, g, les deux simultanément, ou le mode turbo propriétaire à quelques modèles. Selon le type de vos cartes réseau Wi-Fi, il faudra le sélectionner en conséquence. Quant au canal de communication (généralement configuré sur 11 en France) il doit être le même pour toute la chaîne Wi-Fi

2 : Connexion des clients Wi-Fi Débranchez ensuite la connexion filaire Ethernet de votre PC au routeur/PA afin d’être certains que c’est la connexion sans fil qui va maintenant être exploitée. Pour connecter ce PC ou vos autres clients wireless au routeur/PA, vous avez le choix de passer par l’utilitaire logiciel des constructeurs livré avec vos cartes réseau ou par le module intégré de Windows XP SP2 qui est une excellente alternative. Si votre carte/adaptateur USB 802.11x est installée correctement, une icône réseau Afficher les réseaux sans fil disponibles doit apparaître dans la barre des tâches de Windows. Vous pouvez également y accéder via le menu Connexion réseau de Windows en faisant un clic droit sur votre connexion réseau sans fil. Dans la nouvelle fenêtre apparue, Windows devrait lancer une détection des réseaux sans fil automatiquement et vous afficher la liste des WLAN disponibles et détec-

<42>

Hardware magazine avril / mai 06


A retenir • Respectez les recommandations de sécurisation que nous avons énoncés pour protéger votre réseau sans fils le plus efficacement possible et éviter une intrusion d’un pirate qui pourrait profiter gratuitement de votre connexion Internet ou accéder à vos fichiers partagés. • En modifiant les antennes de vos produits Wi-Fi ou en exploitant les modes répéteur et ponts de vos point d’accès il est possible d’améliorer la porter et la puissance de son WLAN. • Les constructeurs livrent généralement des outils logiciels de connexion avec leurs produits, mais depuis le pack SP2 de Windows XP le module de connexion sans fils est performant et très suffisant. tés par votre carte Wi-Fi. Sont affichés également leur SSID, leur éventuelle sécurisation, et leur puissance. Si vous vous situez dans la zone de couverture de votre routeur/PA, le SSID du réseau sans fil que vous avez choisi à l’étape précédente devrait donc apparaître ici. Il suffit de double cliquer dessus pour s’y connecter en entrant la même clé WEP/WPA que vous avez choisie auparavant (en HEX, ASCII, ou le mot de passe). Si pour plus de sécurité vous n’avez pas autorisé le routeur/PA à émettre son SSID, il suffit de choisir l’option Configurer un réseau sans fil pour la maison ou pour une petite entreprise et d’entrer le nom de son SSID avant d’entrer également sa clé d’encryption. Une fois la liaison établie, vous pouvez voir l’état et la puissance du signal de la connexion sans fil dans la barre d’icône ou dans le statut de la connexion sans fil au menu Connexion réseau de Windows XP. Dans le cas d’une connexion Ad-Hoc, il n’y a pas de point d’accès ni de configuration de ce composant. Pour relier des clients en Ad-Hoc, il faut tout d’abord aller dans les propriétés de votre carte réseau sans fil (clic droit sur la connexion réseau sans fil puis Propriétés). A l’onglet Configuration des réseaux sans fil, cliquez ensuite sur le bouton Avancé en bas, puis sélectionnez Réseau d’égal à égal dans la nouvelle fenêtre apparue et validez. Il faudra faire cette manipulation pour tous les clients que vous souhaitez relier en Ad-Hoc. La suite des opérations est la même qu’en infrastructure.

Hardware magazine avril / mai 06

<43>


Dossier RÉSEAUX Les opérateurs de téléphonie mobile Orange et SFR disposent d’un parc de plusieurs milliers de bornes Wi-Fi

payants. Il existe quelques sites Internet référençant les hotspots gratuits et payants parmi lesquels on peut citer www.wireless-fr.org et http://freehotspot.com qui référencent principalement les hotspots gratuits, ou le site www.journaldunet.com dans la rubrique Annuaires hotspots Wi-Fi qui référence plus de 5 000 hotspots en France. Et bien sûr, les opérateurs tels qu’Orange ou SFR dont nous allons reparler proposent également sur leurs sites Web des annuaires précis de leurs hotspots.

1 : Hotspots gratuits

X : LES HOTSPOTS WI-FI Les hotspots sont des bornes d’accès Wi-Fi généralement placées dans des endroits fréquentés aussi bien par les professionnels que par les particuliers tels que les centres d’affaires, les grands hôtels, les restaurants, les mairies, les hôpitaux, les airs d’autoroute, les stations essence, les gares ou les aéroports. A condition qu’il n’y ait pas trop d’obstacles, ils émettent à une dis-

<44>

Hardware magazine avril / mai 06

tance d’environ 100 mètres et permettent à n’importe quel PC/portable/PDA équipé d’une carte réseau Wi-Fi de s’y connecter afin d’avoir accès à Internet, ce qui se montre très pratique lorsque vous devez vérifier vos mails ou si vous avez besoin d’aller sur quelques pages Web alors que vous êtes au Mac Do ou avant de prendre un avion. Bien qu’il existe de nombreux hotspots publics et gratuits, la plupart sont cela dit

Les bornes Wi-Fi gratuites se développent et se répandent de plus en plus. Pour trouver ces hotspots, vous pouvez passer par les annuaires Internet que nous avons cités plus haut, ou tout simplement ouvrir le module de recherche et de connexion réseau sans fil de Windows XP SP2 pour voir les bornes disponibles dans les alentours. Cela dit, contrairement au principe des téléphones cellulaires, il est quasiment impossible de se connecter à une borne Wi-Fi en se déplaçant, même de quelques dizaines de mètres. L'idéal est de trouver des bornes gratuites dans des lieux publics où vous pourrez vous poser. La procédure de connexion à ces bornes Wi-Fi est simple et est la même que pour un point d’accès personnel, sans saisie de clés de cryptage, puisque l’accès est ouvert à tous. Il se peut néanmoins que les hotspots gratuits soient quand même sécurisés, et notamment dans les cafés/restaurants. Il suffit alors de demander les identifiants de connexion auprès des responsables du commerce au moment de la commande ou de l'addition.


Trackers Wi-Fi Afin de repérer si des points d’accès sont disponibles dans un environnement précis, il existe de petits boîtiers ayant la capacité de détecter des réseaux Wi-Fi. On peut citer par exemple le Wi-Fi Hot Spot Finder NB-7300p de Trust ou le Wi-Fi Finder Plus de Kensington. Ils fonctionnent très simplement par une pression sur un simple bouton et affichent la présence et la puissance d’une borne sans fil via plusieurs diodes lumineuses. Certains pourront peut-être trouver une utilité à ce type de produits mais un PC portable équipé en Wi-Fi et de Windows XP SP2 ou un PDA sont au final bien plus pratiques pour détecter des réseaux Wi-Fi car ils fournissent plus d’informations sur le nom, la puissance et la sécurisation des éventuelles bornes sans fil présentes aux alentours.

Ce genre d’annuaire est très pratique pour repérer les bornes sans fils gratuites présents dans vos alentours.

2 : Hotspots payants Les hotspots payants sont généralement des bornes gérées par les opérateurs de téléphonie mobile tels qu’Orange et SFR, mais les opérateurs Wi-Fi alternatifs sont de plus en plus nombreux. Il existe plusieurs moyens d’acheter du temps de connexion chez tel ou tel opérateur. Vous pouvez le faire à partir d’un PC quelconque ayant déjà un accès Câble/ADSL en allant sur la page Wi-Fi officielle de ces opérateurs, ou en vous connectant directement sur un de leurs hotspots, ce qui vous renverra automatiquement sur la page Web d’achat d’accès. Plusieurs modes de paiement et plusieurs types de forfaits sont ensuite disponibles, et que ce soit chez Orange ou SFR le principe est le même. Si l'utilisateur dispose d'un abonnement téléphonique chez l'opérateur, il peut composer sur son mobile un numéro spécial pour recevoir ensuite par SMS un identifiant et un mot de passe temporaires qui lui permettront de se connecter, le prix étant directement reporté sur la facture de son abonnement. Mais il peut aussi choisir de payer par carte bancaire au coup par coup. Orange propose 4 principaux forfaits : 2 heures de connexion utilisables 24 heures à partir de votre première connexion pour 10 euros, 24 heures utilisables 24 heures pour 20 euros, un

passe 7 jours pour 60 euros, et un passe 30 jours pour 120 euros. SFR propose quant à lui cinq forfaits : 20 minutes valables 24 heures à partir de votre première connexion pour 3 euros, 1 heure valable 24 heures pour 8 euros, et 3 heures valables 48 heures pour 15 euros, 10 heures valables 1 mois, et 30 heures valables 3 mois. Selon les forfaits et les opérateurs, il peut ensuite exister des limitations en ce qui concerne le nombre de connexions autorisées dans un certain laps de temps, ou des limitations sur les bornes qui vous sont autorisées pour la connexion. Lisez donc bien entre les lignes lorsque vous décidez d’opter pour un forfait si vous ne voulez pas avoir de surprise. Il existe enfin une dernière solution pour se connecter sur les hotspots avec les cartes de session prépayées que vous trouverez dans les tabacs, les points presse ou certains accueils d'hôtels. Parmi les autres opérateurs les plus connus et qui se développent rapidement, on peut citer Meteor Networks (www.meteor-wifi.com) qui

propose lui aussi plusieurs types de forfaits, ainsi qu’Ozone (www.ozoneparis.net) qui a la particularité d’offrir un passe illimité sur Paris pour 18 euros par mois. Ces tarifs hotspots sont donc assez élevés pour le moment mais avec le temps et leur développement rapide, ils seront de plus en plus intéressants. N’oubliez pas que les abonnements de chaque opérateur ne peuvent être utilisés que sur leurs bornes Wi-Fi. Il ne sera donc pas possible avec un forfait Ozone de se connecter sur un hotspot Orange et inversement. Selon les endroits où vous avez besoin d’avoir accès à Internet, prenez donc le temps de vérifier la disponibilité et l’emplacement des hotspots de ces opérateurs.

Hardware magazine avril / mai 06

<45>


Dossier RÉSEAUX

CPL ême si les réseaux Ethernet et, de plus en plus, Wi-Fi sont les technologies les plus en vue, ce ne sont pas les seules. Depuis quelque temps, le CPL (Courant Porteur en Ligne) se répand et, même s'il n'est pas encore dans tous les foyers et très performant, c'est une solution réseau très intéressante puisqu'il suffit de brancher les ordinateurs sur des prises électriques pour qu'ils communiquent !

M

Il faut ajouter un adaptateur CPL pour chaque périphérique à relier au réseau. Ces derniers peuvent être conçus pour être branchés sur une prise USB, auquel cas seuls les ordinateurs sont à même de s’en servir, mais d’autres modèles à raccorder sur un port Ethernet existent. Les modèles Ethernet sont intéressants car ils peuvent très bien être reliés sur la carte réseau d’un PC équipé, mais aussi à un routeur ou tout autre appareil réseau non muni d’une prise USB. En branchant un adaptateur CPL USB sur votre PC, vous devrez installer un pilote pour le faire fonctionner correctement. Pour accéder aux paramètres de l’adaptateur (Ethernet ou USB), il faut utiliser le petit logiciel qui est fourni avec. Si nous prenons l’exemple de deux ordinateurs

Un boîtier CPL relie votre ordinateur au réseau en utilisant l'installation électrique de votre domicile !

situés de part et d’autre de la maison à relier en CPL, les données émises par le premier PC passent par son propre boîtier CPL qui convertit les informations pour le réseau électrique. Dans l’autre pièce, le boîtier CPL du second PC reçoit le signal et le convertit de nouveau pour que l’ordinateur soit en mesure de le comprendre. Si vous désirez ajouter un routeur à l’installation, pas de problème. Il suffit que le routeur dispose de son propre adaptateur CPL relié à une prise électrique supplémentaire. A l’usage, chaque adaptateur CPL

Sur le papier, la configuration d'un réseau CPL est très simple. En pratique, il arrive fréquemment que le logiciel de configuration soit peu ergonomique.

<46>

Hardware magazine avril / mai 06

reçoit un mot de passe. Il doit être identique sur tout le réseau pour que les matériels puissent communiquer. C’est une protection pour éviter que des personnes non désirées puissent rejoindre le réseau. Une fois ces mots de passe réglés via l’interface de l’adaptateur CPL, l’utilisation est totalement transparente. Vous configurez les paramètres IP de la même façon que si vous utilisiez un réseau Ethernet des plus banal, comme nous le verrons un peu plus loin.

ÇA PEUT BLOQUER Attention, d'un point de vue électricité, l’utilisation d’un réseau CPL est soumise à quelques règles. Tout d’abord, il ne faut pas brancher les adaptateurs CPL sur des prises parasurtention ou des onduleurs. Les filtres intégrés empêchent le passage des données informatiques. D’autre part, la présence d’un disjoncteur différentiel coupe également le transit des informations. En général, il n’y en a qu’un pour toute la maison et éventuellement un dédié à la salle d’eau. Pas de soucis en perspective pour les pièces à vivre. Si votre disjoncteur est un modèle plus ancien, les données n’auront pas de mal à passer pour finalement atteindre le compteur électrique. Dans le cas où ce compteur est récent, à affichage digital, le signal CPL n’ira pas plus loin et c’est tant mieux. En revanche, un vieux compteur « bleu » peut laisser passer les infos CPL. Même s’il n’y a aucune chance que le signal n’aille plus loin que le boîtier EDF le plus proche de la rue, des voisins de palier pourraient intercepter votre réseau. C’est la raison pour laquelle il faut utiliser les mots de passe de façon systématique.


Firewire l est aussi possible d’utiliser FireWire (norme IEEE-1394) pour faire communiquer des ordinateurs et ainsi monter un réseau. Si, si ! Il s’agit bien des prises que vous utilisez peut-être pour l’acquisition vidéo de votre caméscope numérique ou pour brancher un périphérique type graveur ou disque dur externe. Le débit offert par le FireWire est très intéressant puisqu’il atteint 400 Mb/s, soit 4x plus que le réseau Ethernet 100 Mb/s, le plus courant. Il n’existe pas spécialement de cartes réseau FireWire, n’importe quel

I

comme premier inconvénient d’occuper des ports FireWire qui pourraient vous servir pour autre chose et comme second d’imposer la mise en route des ordinateurs intermédiaires si vous souhaitez que des machines situées à deux extrémités de la chaîne réseau puissent se voir. Dans le même esprit, des fabricants proposent des appareils permettant de faire du réseau de port USB à port USB, mais c'est vraiment dépenser de l'argent en l'air sachant que les autres technologies sont à la fois plus performantes et moins coûteuses.

TROP FACILE L’installation d’un réseau FireWire est très simple, presque trop simple. Il suffit de brancher les deux PC entre eux en utilisant n’importe quels ports FireWire du PC à chaque fois. En admettant par exemple que vous souhaitez relier trois PC en FireWire, il faut brancher un premier câble entre deux PC et un second câble entre le PC du milieu et le troisième. Le PC du milieu se retrouve donc avec deux ports FireWire occupés. Nos tests ont montré qu’il ne fallait pas brancher un troisième cordon pour relier les deux PC situés aux extrémités sans quoi le réseau ne fonctionne plus correctement. Notez que si nous précisons qu’il est possible d’utiliser n’importe quels ports FireWire, il faut toutefois prêter attention si jamais votre ordinateur dispose de plusieurs contrôleurs FireWire. En effet, vous pouvez très bien vous retrouver avec une configuration qui dispose de trois ports sur un premier contrôleur et de deux ports sur un second. Si tel est le cas, veillez à bien brancher les deux fils FireWire sur le même contrôleur. Le reste relève de la configuration logicielle, que nous allons aborder immédiatement.

Tous les PC sous Windows XP équipés d'une carte Firewire ont une « carte réseau 1394 », c'est automatique.

Au lieu d'utiliser le Firewire pour des caméscopes et des périphériques de stockage, pourquoi ne pas exploiter cette bande passante pour un réseau local ?

contrôleur « normal » faisant parfaitement l’affaire. En fait, c’est le système d’exploitation qui se charge de piloter votre contrôleur FireWire en tant que carte réseau. Seuls Windows ME et Windows XP en sont capables, les autres versions devant faire appel à un logiciel tiers pour y parvenir ; vous pouvez par exemple utiliser le logiciel FireNet (www.unibrain.com) pour activer l’option réseau FireWire sous Windows 98/98SE et 2000. L’intérêt d’un réseau FireWire est sans conteste d’aller un peu plus vite par rapport au réseau Ethernet 100 Mb/s. Toutefois, si c'est très pratique pour relier deux machines entre elles, un réseau de trois PC ou plus est moins intéressant. En effet, pour lier plusieurs ordinateurs, il faut utiliser deux ports FireWire à chaque fois et ainsi créer une chaîne. Ça a

Hardware magazine avril / mai 06

<47>


Dossier RÉSEAUX

Configuration réseau sous Windows présent que votre réseau est « câblé » et que tous vos matériels sont reconnus et prêts à l’emploi, nous allons passer à l’étape suivante qui consiste à configurer le réseau à proprement parler. Nous allons essentiellement nous intéresser aux paramétrages IP puis aux noms des machines et des groupes de travail. Les solutions que nous donnons sont adaptées à Windows XP (Familial et Pro) mais les conseils sont également valables pour toute autre mouture de Windows, seule la façon d’entrer les paramètres varie légèrement d’une version à l’autre. Pour régler tous les paramètres du réseau, ou presque, cliquez sur le menu Démarrer, choisissez Paramètres puis Connexions réseau. Dans la fenêtre qui s’ouvre, vous devez voir autant de connexions réseau que de cartes réseau dans votre PC, toutes technologies confondues. Windows peut désactiver une connexion réseau

A

“Un serveur DHCP facilite l'attribution des paramètres IP, la majorité des routeurs proposent cette option.”

qui ne sert pas. Nous vous conseillons de le faire pour éviter de perdre du temps inutilement à rechercher des paramètres ou des réseaux qui n’existent pas à chaque démarrage de l’ordinateur. Pour y parvenir, il suffit de faire un clic droit sur la connexion concernée et de cliquer sur Désactiver (il arrive que ça ne soit pas instantané). Cela pourra par exemple vous servir pour désactiver la connexion FireWire ou Bluetooth si vous n’en avez que faire alors que vous utilisez ces périphériques pour autre chose que du réseau local. Pour le moment, nous allons considérer que votre ordinateur n’utilise qu’une seule connexion réseau, qu’elle soit Ethernet, CPL, Wi-Fi ou FireWire. Double cliquez sur la connexion concernée et une petite fenêtre doit s’ouvrir. Faites un clic sur le bouton Propriétés pour afficher une autre fenêtre. Cette dernière vous indique en haut la carte réseau utilisée, ce qui permet d’être sûr que l’on travaille bien avec la bonne connexion. Dans le cadre inférieur, vous voyez les différents éléments utilisés par cette connexion, donc le protocole TCP IP. Double cliquez sur ce dernier pour en éditer les

Windows gère des connexions réseau séparées pour toutes vos cartes réseau. Vous pouvez librement les renommer pour éviter de les confondre.

<48>

Hardware magazine avril / mai 06

Le nom de l'ordinateur et le groupe de travail répondent à des critères précis afin d'être vu de tous types d'ordinateurs sur le réseau.

paramètres. Par défaut, Windows XP gère les paramètres IP de façon automatique. A moins que vous ne soyez certains du bon fonctionnement de votre serveur DHCP (voir l’encadré cicontre), cliquez sur Utiliser l’adresse IP suivante. Les champs, alors grisés, deviennent utilisables. Entrez une adresse IP, par exemple 192.168.1.1 pour votre premier ordinateur, 192.168.1.2 pour votre second et ainsi de suite. Nous vous conseillons de garder de côté 192.168.1.254 pour le routeur, s’il y en a un sur votre réseau. Le masque de sous-réseau doit être associé à l’adresse IP. Si vous avez suivi nos conseils, rentrez alors le masque 255.255.255.0 sur tous vos PC. Ne nous occupons pas de la passerelle et des serveurs DNS pour l’instant. Cliquez sur Ok puis de nouveau sur Ok et patientez le temps que Windows configure la nouvelle adresse. Au bout de quelques secondes, la fenêtre doit disparaître. Il est temps de vérifier que les paramètres ont bien été pris en compte. Cliquez sur le menu Démarrer puis sur Exécuter. Dans la boîte de saisie, tapez cmd puis validez. Une fenêtre de commande doit s’ouvrir et à vous d’entrer la commande ipconfig. Sont alors listés les paramètres IP de toutes vos connexions réseau. Il ne doit pour l’instant n’y en avoir qu’une d’activée et l’adresse IP ainsi que le masque doivent correspondre à ce que nous avons mis précédemment.


ÇA MARCHE ! A présent que vos ordinateurs sont tous branchés et que leurs paramètres IP sont édités, le réseau doit être opérationnel. Pour s’en assurer, relancez la fenêtre de commande. Nous allons utiliser la commande « ping » qui permet d’interroger une adresse IP, locale ou distante. En admettant que vous soyez sur le PC 192.168.1.2, tapez « ping 192.168.1.1 » et patientez. « Réponse de 192.168.1.1… » doit s’afficher quatre fois. Si jamais c’est « Délai d’attente de la demande dépassé » qui s’affiche, il y a un problème. Vérifiez de nouveau l’adresse IP et le masque de sous-réseau de tous les PC, assurezvous que les câbles sont bien branchés et/ou que le canal Wi-Fi est bien le même sur tous les PC. Vérifiez également les paramètres de cryptage si vous êtes connectés en Wi-Fi, comme nous l'avons expliqué précédemment. Si vos PC peuvent se pinger entre eux, c’est bon signe. A présent, faites un clic droit sur le poste de travail et sélectionnez Propriétés. Choisissez l’onglet Nom de l’ordinateur et cliquez sur le bouton Modifier. Entrez un nom pour votre ordinateur, de moins de 15 caractères, sans accent. Tous les ordinateurs doivent utiliser des noms différents. Dans la case Groupe de travail, entrez le nom d’un groupe qui doit être commun à tous les ordinateurs pour qu’ils se voient facilement. En validant, Windows doit vous demander de redémarrer. Après le

Lorsque toutes vos machines sont correctement configurées et présentent dans un même groupe de travail, vous aurez ce genre de résultat.

reboot, ouvrez les Favoris réseau depuis le menu Démarrer ou le Poste de travail et cliquez à gauche sur Voir les ordinateurs du groupe de travail. A ce moment-là, vous devez voir tous vos ordinateurs, même si vous ne parvenez pas encore à entrer dedans. Nous n’avons pas encore parlé des paramètres IP Passerelle et DNS. Comme nous l’avions évoqué précédemment, si vous souhaitez partager une connexion Internet, le périphérique réseau (ordinateur ou routeur) qui gère la connexion devient la passerelle. Il faut donc entrer l’IP de ce dernier comme passerelle pour tous les autres ordinateurs. Comme vous l’aurez compris, un routeur dispose donc lui aussi de sa propre adresse IP. Les serveurs DNS ne servent aussi que pour Internet. Un DNS est un serveur de nom, c'est-à-dire un ordinateur qui s’occupe de convertir des noms de domaine en adresses IP (par exemple, www.google.fr est en fait 66.249.87.104). Nous utilisons des noms de domaine car ils sont bien plus faciles à mémoriser, mais n’oubliez pas en réalité que tout ordinateur ou réseau relié à Internet dispose d’une adresse IP unique ! Le ou les DNS à entrer sont ceux de votre fournisseur d’accès à Internet. Ils doivent vous être communiqués par ce dernier. Dans le cas où vous utilisez un routeur sachant relayer les informations DNS, vous pouvez alors entrer l’adresse IP de votre routeur de nouveau pour le serveur DNS principal.

Dans les propriétés TCP/IP de votre carte réseau, vous pouvez choisir les paramètres automatiques (cas d'un serveur DHCP) ou les paramètres manuels comme nous le décrivons.

Hardware magazine avril / mai 06

<49>


Dossier RÉSEAUX

Jouer en réseau

ouer en réseau est un vrai bonheur. A vrai dire, toute personne qui a eu la chance de jouer en réseau a bien du mal à se remettre aux jeux en solo après coup. Il y a quelques années, jouer en réseau était assez compliqué puisqu’il fallait configurer différents protocoles comme IPX mais aujourd’hui, tous les jeux fonctionnent avec TCP/IP et rien n’a jamais été plus simple. D’une manière générale, les jeux réseau fonctionnent tous sur le même principe. L’un

J

Critère important pour une bonne partie sur Internet, le ping est inexistant en réseau local.

des joueurs devient en quelque sorte le serveur et héberge une partie. C'est-àdire qu’il crée une partie avec les paramètres de son choix (nombre de joueurs, temps de la partie, difficulté, etc.) et ses opposants rejoignent sa partie. Certains jeux permettent de créer des serveurs dédiés, c'est-à-dire des PC sur lesquels tourne le serveur pour un jeu mais sur lesquels personne ne joue directement. C’est ce qu’il se passe lorsque vous vous connectez à une partie sur Internet généralement. Si votre réseau est bien configuré depuis Windows, vous n’aurez aucun problème à jouer en réseau. Pour jouer sur Internet, il peut être intéressant de regarder dans les paramètres du jeu s’il n’y a pas un réglage de la taille des paquets en fonction de votre vitesse de connexion.

<50>

Hardware magazine avril / mai 06

PING Le ping est le temps nécessaire entre l’envoi d’un paquet d’un PC vers un autre et la réponse du second. Le ping se mesure en millisecondes et doit être le plus faible possible pour avoir de bonnes conditions de jeu. En réseau local, le ping est quasi inexistant puisqu’il est inférieur à 5 ms. Sur Internet, le ping varie beaucoup selon la méthode de connexion et la distance du serveur. Retenez qu’il est difficile de jouer au-delà de 100 de ping, que les conditions sont bonnes en dessous de 80 et excellentes en dessous de 50 ms. Avec les connexions ADSL modernes et dégroupées, il n'est pas rare d'avoir un ping entre 30 et 60 ms.


Il n'y a quoi voir l'engouement pour certains jeux tel que Wolfenstein ET sur Internet pour comprendre l'intérêt du jeu en réseau.

Les OS alternatifs et le réseau Depuis le début de ce dossier, nous ne parlons que de Windows XP puisqu'il s'agit, de loin, du système d'exploitation le plus utilisé (notamment parmi vous, lecteurs), mais comme nous l'avons déjà évoqué, n'importe quel ordinateur peut être relié à un réseau. Par exemple, un Apple Macintosh ou un PC tournant sous Linux peuvent profiter des avantages d'un réseau TCP/IP, se connecter à Internet et partager des fichiers. Toutefois, chaque OS ayant son propre système de partage, il n'est pas toujours évident de s'en sortir. Sous MacOS X, un OS qui a le vent en poupe, les réseaux Windows sont gérés, si bien qu'il est possible d'accéder à un partage Windows sous Mac assez facilement (il suffit de cliquer sur le menu Aller et de cliquer sur Se connecter au serveur). Dans le même esprit, grâce à Samba, il est possible de profiter d'un réseau Windows avec une machine Linux. Vous n'aurez pas de mal à trouver de la documentation à ce sujet en tapant « man samba » sous votre Linux ou sur Internet.

Hardware magazine avril / mai 06

<51>


Dossier RÉSEAUX

Partages et gestion des utilisateurs i tout va bien, votre réseau est désormais opérationnel à 100 %. Quelles que soient les technologies utilisées, vos ordinateurs communiquent et il est temps d’apprendre à en tirer profit. Voici l’un des sujets les plus importants qui concerne le partage des fichiers et des imprimantes. Autant il était très facile mais aussi peu sécurisé de le faire sous Windows 9x, autant les choses se sont quelque peu corsées depuis Windows 2000 et XP. Mode d’emploi.

S

Même en désactivant le "partage de fichiers simple", un peu de logique et le partage de fichier n'est plus si compliqué.

Si vous désirez partager un répertoire, c'est-à-dire qu’il devienne visible et lisible par les autres ordinateurs de votre réseau, commencez par faire un clic droit dessus et sélectionnez Partage et sécurité. Par défaut, c’est la case Ne pas partager ce dossier qui est cochée. Dans notre cas, il faut cocher Partager ce dossier et entrer un nom de partage. Le nom de partage ne doit pas comporter d’espaces ou d’accents pour assurer une bonne compatibilité avec les différents systèmes d’exploitation. Vous pouvez par contre écrire ce que vous souhaitez dans la ligne Commentaire. En parcourant le réseau avec Windows XP, vous verrez en premier lieu le com-

Lorsque les utilisateurs parcourent votre réseau, voici ce sur quoi ils tombent. Les noms de partage suivi des commentaires.

mentaire puis, entre parenthèses, le nom du partage. Il est donc conseillé de mettre le nom vraiment explicite dans Commentaire, par exemple « Films DivX » et de rester simple pour le nom du partage à proprement parler, par exemple « DivX ». Vous pouvez choisir de limiter le nombre d’utilisateurs qui accèdent simultanément à ce répertoire mais ça n’a pas vraiment d’intérêt pour un petit réseau domestique. Par contre, c’est très important, vous devez cliquer sur le bouton Autorisations pour choisir qui aura accès ou non à votre répertoire partagé. Par défaut, le groupe d’utilisateurs Tout le monde a accès en lecture

au répertoire. Ça signifie que n’importe qui peut entrer et voir votre répertoire mais que personne ne peut ajouter du contenu ou effacer des données. C’est un bon choix par défaut. Vous pouvez néanmoins personnaliser complètement l’accès à vos partages en autorisant telle personne à écrire ici, telle autre à ne pas pouvoir accéder là. Vous êtes le grand patron, du moins tant que vous avez les droits d’administrateur sur la machine. Si vous pensez que Tout le monde est trop dangereux, vous pouvez très bien utiliser le compte par défaut Invité en lui attribuant un mot de passe. En cas de doute, donnez le contrôle

Il faut régler les autorisations réseaux et NTFS pour partager ses fichiers.

Il faut bien penser à donner les autorisations souhaitées, pour le partage d'abord, pour les fichiers ensuite (sur une partition NTFS).

<52>

Hardware magazine avril / mai 06


Imprimante pour tous Pour partager une imprimante, c’est encore plus simple. Rendez-vous sur l’ordinateur auquel est reliée l’imprimante à partager et rendez-vous dans le panneau de configuration des imprimantes. Faites un clic droit sur cette dernière, cliquez sur Partager. Il n’y a qu’à lui donner un nom et l’accès aux personnes de votre choix en reprenant les explications données ci-dessus. Sachez qu'il existe sinon des imprimantes réseau, c'est-à-dire des imprimantes intégrant une carte réseau et qui fonctionnent de façon autonome. Elles peuvent être utilisées par de nombreux utilisateurs sur le réseau, sans qu'aucun PC « maître » ne soit allumé. Au niveau des périphériques réseau, notons qu'il existe également des boîtiers de disques durs réseau, des caméras IP (pour la surveillance notamment) et des platines DVD/DivX à brancher sur le réseau. Il n'est pas possible de partager un scanner ou une webcam, en revanche.

total à Tout le monde pour être sûr que votre partage est bel et bien actif, mais ce n’est pas très prudent d’un point de vue administration réseau. Vous pouvez à présent passer par Favoris réseau, cliquez à gauche sur Voir les ordinateurs du groupe de travail puis entrez dans l’ordinateur de votre choix pour accéder aux fichiers partagés.

NTFS = SÉCURITÉ Attention, si vos disques durs sont formatés en NTFS, ne vous étonnez pas que vous ne puissiez pas entrer comme ça dans vos partages réseau. En effet, le système de fichiers NTFS, par opposition à FAT32, gère les accès aux données par utilisateur. Par défaut, seul le créateur d’un fichier et les administrateurs bénéficient d’un accès. Puisque ces paramètres de sécurité ont la priorité, il est normal qu’un utilisateur réseau ne puisse les voir même si le partage lui en donnait le droit. Vous devez donc attribuer les mêmes accès au dossier au niveau sécurité NTFS que pour le partage en lui-même. Pour se faire, faites de nouveau un clic droit sur le dossier à partager et cliquez sur Partage et Sécurité. Dans la fenêtre qui s’ouvre, vous avez déjà paramétré le partage ; cliquez à présent sur l’onglet Sécurité et attribuez les droits d’accès aux mêmes personnes. Windows XP est un système très puissant basé sur une bonne gestion des utilisateurs. Il différencie parfaitement les droits des utilisateurs et peut interdire l’accès aux données à quelqu’un qui n’est pas autorisé. Lorsque vous installez Windows XP, plusieurs comptes sont automatiquement créés. Le premier est

baptisé Administrateur. C’est pour celuici que l’installateur vous demande un mot de passe à un moment donné. Vous n’êtes pas censé avoir besoin d’utiliser ce compte, mais il pourrait vous servir en cas d’urgence. L’administrateur peut tout faire sur la machine, à manier avec précaution. Un compte Invité est également créé par défaut mais n’est pas activé. C’est le compte qui est généralement utilisé dans les réseaux pour accéder aux données sans mot de passe particulier ou avec un mot de passe générique qui n’est qu’une semi-protection. Enfin, à la fin de l’installation, Windows XP vous demande de saisir un ou plusieurs nom(s) d’utilisateur(s). Le nom que vous saisissez ici devient votre compte principal et il dispose des mêmes droits que l’administrateur. Windows XP gère aussi les groupes. Par défaut, tous les membres d’un groupe héritent des droits du groupe. Par exemple, si le

Même s'il fonctionne bien dans de nombreux cas, nous préférons désactiver le partage de fichier simple de Windows XP pour être sur de ce que nous faisons.

groupe Administrateurs peut tout faire, le groupe Utilisateurs ne peut pas installer certains logiciels considérés à risque. Normalement, pour modifier des comptes et/ou des mots de passe, il faut se rendre dans le panneau de configuration et utiliser l’outil Comptes d’utilisateurs. Nous vous recommandons plutôt de faire un clic droit sur le Poste de travail et de sélectionner Gérer. Dans la fenêtre qui s’ouvre, vous avez entre autres un accès aux comptes utilisateurs et aux groupes. Vous pouvez ici changer les mots de passe mais aussi créer des comptes et des groupes ainsi que modifier les propriétés de chacun. Attention, c’est un outil très puissant, mais prenez garde à ne pas scier la branche sur laquelle vous êtes assis !

La notions d'utilisateurs et des droits qui leurs sont associés être primordial avec tous les systèmes d'exploitation modernes.

Hardware magazine avril / mai 06

<53>


Dossier RÉSEAUX

ADSL orsque vous souhaitez installer l’ADSL, vous passez sûrement par l’installation d’un kit de connexion donné gracieusement par votre fournisseur d’accès. Contrairement à ce qu’indique celui-ci, il est plutôt recommandé de ne pas s’en servir. En effet, les kits de connexion ont la fâcheuse tendance à installer tout et n’importe quoi sur nos PC et à modifier les paramètres réseau d’une façon dont on se passerait bien. Rassurez-vous, il est tout à fait possible de se connecter à l’ADSL depuis Windows XP sans passer par un kit quelconque.

L

Les routeurs et dérivés (modem/routeurs, modem/routeurs avec wi-fi) sont probablement les appareils dont le prix à le plus chuté ces dernières années.

Pour commencer, il faut brancher son modem. S’il est Ethernet, il faut le brancher directement sur une carte réseau (si vous souhaitez aussi avoir un réseau local Ethernet, alors il faudra utiliser deux cartes). S’il est USB, branchez-le et installez son pilote ; ce dernier est généralement présent sur le CD du kit de connexion ou disponible sur Internet…

encore faut-il avoir une connexion :) Lorsque le modem est opérationnel, allumez-le et vérifiez que vous avez bien la synchro ADSL, preuve que vous pourrez vous connecter. Allez dans le menu Démarrer puis cliquez sur Paramètres et Connexions réseau. Dans le menu de gauche, cliquez sur Créer une nouvelle connexion. Une fenêtre d’introduction apparaît, cliquez sur Suivant. Sur l’écran suivant, c’est en français dans le texte, sélectionnez Etablir une connexion à Internet et validez. Ensuite, ça devient intéressant, choisissez Configurer ma connexion manuellement. Sur la page suivante, c’est le second choix qui nous intéresse, Se connecter en utilisant une connexion large bande qui nécessite un nom d’utilisateur et un mot de passe. Vous pouvez ensuite choisir le nom de votre connexion, ça n’a guère d’importance. Dans la page concernant le numéro de téléphone, laissez la case blanche et passez à l’écran d’après. Il n’y a plus qu’à saisir vos identifiants (nom d’utilisateur et mot de passe) pour terminer la configuration. Laissez cochée la case Activer le pare-feu de connexion Internet pour cette connexion. C’est une protection peu efficace, mais c’est toujours ça. Il n’y a plus qu’à valider pour terminer la création de la connexion. Par défaut, vous trouverez un raccourci sur votre bureau. Servez-vous en pour vous connecter !

Partager l'ADSL avec Windows Votre réseau fonctionne et l’un de vos PC est connecté à Internet. Pourquoi ne pas partager cette connexion pour que toute la famille en profite ? Il y a quelques années, nous vous aurions recommandé l’utilisation de logiciels spécialisés comme Wingate ou Winroute. Aujourd’hui, il est très facile de partager une connexion puisque c’est une fonctionnalité intégrée à Windows. Apparu avec Windows 98 Seconde Edition, le partage est vraiment efficace depuis Windows XP. Rendez-vous dans le panneau de configuration des connexions réseau et faites un clic droit sur votre connexion ADSL. Cliquez sur Propriété et une fenêtre s’ouvre. Allez maintenant sur le dernier onglet baptisé Avancé. En dessous du pare-feu, vous pouvez voir les paramètres permettant de partager une connexion Internet. Il faut avant tout

<54>

Hardware magazine avril / mai 06

cocher la case Autoriser d’autres utilisateurs du réseau à se connecter via la connexion Internet de cet ordinateur. Par défaut, Windows vous prévient qu’il va utiliser d’autres paramètres IP, en l’occurrence 192.168.0.1 pour la machine qui bénéficie de la connexion. Vous pouvez accepter et repasser tous les autres PC en IP automatique pour que Windows gère lui-même les adresses et ainsi le partage. Toutefois, si vous désirez profiter du partage de connexion intégré, tout en utilisant les adresses IP de votre choix, c’est possible. Après que le partage a été activé, rendez-vous dans les propriétés TCP-IP de la carte réseau de votre PC connecté à Internet et entrez les paramètres de votre choix. Si vous optez pour cette seconde solution, Windows ne pourra pas détecter automatiquement le partage

de connexion depuis les autres ordinateurs. Il faut alors éditer les propriétés TCP-IP de toutes les autres machines et entrer l’IP du premier comme passerelle à chaque fois. Pour les serveurs DNS, il faut entrer ceux du fournisseur d’accès.


s’il venait à s’en rendre compte. Un routeur offre l’avantage de pouvoir maintenir la connexion Internet disponible à toute heure du jour et de la nuit sans qu’un PC en particulier reste allumé non-stop. Si le branchement du routeur n’a rien de sorcier, il faut quand même le configurer. Pour se faire, glissez le CD livré avec dans votre lecteur. Un utilitaire doit en principe vous aider à trouver le routeur sur le réseau. Vous pouvez aussi vous contenter de lire le mode d’emploi pour connaître l’adresse IP par défaut. C’est souvent 192.168.1.1. Une fois que vous l’avez repéré, essayez d’entrer dedans via un navigateur Web en tapant directement son adresse IP à la place d’un nom de domaine. Il y a de grandes chances pour qu’une fenêtre vous demande un nom d’utilisateur et un mot de passe. Il faut une nouvelle fois vous reporter au mode d’emploi pour les connaître. Lorsque vous arrivez sur la

Un minimum de paramètres techniques à connaître suffit à paramétrer un routeur pour son usage principal, le partage de connexion.

Free propose une option routeur avec la freebox, il suffit alors de la brancher à un switch pour relier plusieurs machines.

LE CONFORT DU ROUTEUR Pour partager efficacement une connexion Internet, en améliorant fortement la sécurité (contre les virus et les attaques), un routeur est souhaitable. S'ils étaient vendus des fortunes il y a encore peu, ils sont aujourd'hui très abordables, à partir de 50 . Le fonctionnement d’un routeur est assez simple. Il dispose dirons-nous de deux ports principaux, un port LAN et un port WAN. Le port LAN est celui qui est relié directement au réseau. Dans le cas d’un switch intégré, le routeur bénéficie en réalité de plusieurs ports LAN. De l’autre côté, le port WAN accueille Internet, ou plus exactement le modem. Vous me direz, pourquoi ne pas brancher directement le modem sur une prise libre de n’importe quel hub ou switch ? Pour deux raisons. La première, c’est que si une authentification est requise pour la connexion, qui va s’en occuper ? Un routeur le fait, pas un hub ou un switch. La seconde, c’est que même si vous pouvez vous connecter automatiquement sans passer par un login ou un mot de passe (c’est souvent le cas pour l’ADSL dégroupé ou le câble), il ne faut surtout pas se brancher de la sorte sans quoi tous vos PC vont essayer d’obtenir une adresse IP publique ! Votre opérateur vous bloquerait l’accès très rapidement

Hardware magazine avril / mai 06

<55>


Dossier RÉSEAUX Les ponts réseau : marier plusieurs technologies réseau Windows XP a introduit une nouvelle notion de réseau qui s’avère fort intéressante, il s’agit des ponts réseau. Un pont réseau permet de créer une carte réseau virtuelle qui s’appuie sur plusieurs cartes réseau physiques. Par exemple, si votre PC principal est relié d’un côté à un autre PC en FireWire et de l’autre à un réseau Ethernet, vous pouvez créer un pont entre votre carte FireWire et votre carte Ethernet. Ainsi, la carte réseau virtuelle n’aura qu’une seule adresse IP pour les deux cartes physiques, ce qui permettra au réseau FireWire de communiquer le plus simplement du monde avec le réseau Ethernet. C’est une solution très appréciable pour marier différentes technologies de réseau. Pour créer un pont réseau, rendez-vous dans le panneau de configuration des connexions réseau. Sélectionnez au moins deux connexions puis faites un clic droit. Choisissez Etablir un pont réseau pour procéder à la création. Au

bout de quelques secondes, les cartes principales sont déplacées et la connexion principale devient le pont réseau. Vous devez éditer les paramètres TCP-IP de cette carte virtuelle comme s’il s’agissait d’une carte normale. Windows XP partage automatiquement n’est pas le cas, vous devrez choisir quelques options mais rassurez-vous, tous les termes barbares ne sont pas à connaître. En général, pour une connexion ADSL, vous devez vous connecter via PPPoE ou PPPoA. Si vous êtes en dégroupé ou via le câble, peut-être aurez-vous besoin de spécifier une adresse IP fixe si votre fournisseur vous en a donné une. A présent, votre routeur est configuré. Vous devez repasser sur les PC pour spécifier l’IP du routeur (192.168.1.254) comme passerelle et DNS. Si jamais vous ne parvenez pas à

Si vous souhaitez garder l'usage de votre freebox/livebox/ neufbox/aolbox et ses avantages, achetez un routeur sans modem.

<56>

page de configuration du routeur, commencez par modifier le login et le mot de passe par un couple que vous aurez moins de mal à retenir. Ensuite, il faut modifier les paramètres TCP-IP du routeur. Peut-être trop influencés par le monde de l’entreprise, nous vous conseillons de mettre l’IP 192.168.1.254 et le masque correspondant 255.255.255.0. Il n’y a pas besoin de remplir les champs DNS sachant que votre fournisseur d’accès les lui indiquera. Redémarrez le routeur et connectez-vous de nouveau via sa nouvelle IP. Il faut maintenant paramétrer la connexion Internet. En ayant pris le soin de brancher le modem et de vérifier que la diode de synchro ADSL est bien allumée sans clignoter, suivez les instructions à l’écran. Certains routeurs peuvent détecter automatiquement le mode de connexion et ne vous demandent que le login et le mot de passe. Si ce

Hardware magazine avril / mai 06

la connexion Internet présente sur l’une des cartes vers l’autre. Ainsi, les PC connectés en Wi-Fi Ad-Hoc ou en FireWire pourront aussi profiter de la connexion Internet via le port Ethernet de votre PC principal, tant que celui-ci est allumé. afficher une page Internet, relancez l’assistant de connexion de Windows XP et indiquez-lui que vous passez par une connexion large bande toujours activée en lui demandant de détecter automatiquement les paramètres. Dernière option si les pages ne s’affichent toujours pas, essayez donc d’entrer le(s) DNS de votre fournisseur d’accès directement. Les autres options d’un routeur sont elles aussi passionnantes (NAT, DNS Dynamique…) mais nous ne pouvons pas tout voir d'un coup, il faudrait un hors-série pour aborder le réseau de AàZ!

Bien que les modems modernes telle la Freebox proposent désormais des fonctions de routage, un routeur à proprement parler est bien plus complet.


AVEC CET ABONNEMENT, NOUS VOUS OFFRONS CE SUPERBE

PCUpdate LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

Pour choisir, upgrader et booster son PC !

TÉLÉPHONEZ MOINS CHER

GUIDE P.26

affaires de

l’overclocking Les cpu et cartes graphiques qui s’overclockent le mieux

p26

p112

COMPARATIF

LA NOUVELLE GÉNÉRATION EN TEST DE 2 À 8 MS

Tous les chipsets au banc d’essai

COPIEZ VOS DVD

BONNES AFFAIRES, PERFORMANCES : CHIPSETS POUR AMD ET INTEL, LE GUIDE COMPLET

58

Des back up parfaits en toute simplicité

COMPARATIF

ECRANS LCD

CARTES MÈRES

GUIDE P.120

Les vrais prix des fournisseurs d’accès Les meilleurs logiciels de VoIP

PRATIQUE P.78

Notre guide pour gagner jusqu’au dernier megahertz

Fév rier/mars 06 n° 21 5,90 ¤

Faut-il changer son vieux LCD ?

p72

PRATIQUE

COMPARATIF P.46

CARTES MÈRES ET CARTES GRAPHIQUES TOP PERFS

Les logiciels et notre guide pratique

p60

MARQUES, CARACTÉRISTIQUES, LES BONS CHOIX

films, MP3, photos, de 1 à 100 Go, ils savent tout faire !

p52

Dual core, 64 bits, quels gains dans les jeux ? Assembler une config haut de gamme sans se ruiner !

PRATIQUE

Le guide du backup de vos jeux

p126

> Janvier/Février 06 n°21

55

PUCES TESTÉ 3 GÉNÉRATIO ES COMPARÉE NS S!

CARTES 3D LE LE COMPARATIF COMPARATIF ULTIME ULTIME

· Les bonnes affaires dans toutes les gammes de prix. · Que vaut encore votre carte ? · Trouver le bon équilibre entre cpu, gpu et résolution.

TECHNO

POURQUOI LE P4 EST MORT LES RÉPONSES POUR L’AVENIR

TESTS

STACKER 830 : BOITIER DE RÊVE RADEON X1900 XT : ATI SE RÉVEILLE bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6 40 ¤ MAR : 65 DH

Pour choisir, upgrader et booster son PC !

COMPARATIF P.22

LE FUTUR D’INTEL

MATERIEL ET SOFTWARE, TOUT POUR DEVENIR LE ROI DES DJ

Naissance d’une carte mère de la conception au marketing

JOUER SANS CD

p92

MIXEZ AVEC VOTRE PC

Emulation de consoles : fun et nostalgie en pratique

LE TOP des perfs au meilleur prix

GUIDE D’ACHAT

MÉMOIRE VIVE

Comparatif : tous les baladeurs audio/vidéo :

100% HARDWARE 100% PASSION 100% PRATIQUE

PCUpdate 20

PC Update

> Mars/Avril 06 n°22

Les bonnes

magazine

PC Update

100% HARDWARE 100% PASSION 100% PRATIQUE

Hardware

PCUpdate Hardware magazine

BOITIERS AU BANC D’ESSAI GUIDE P.102

· Les meilleures nouveautés décortiquées : silence, refroidissement, conception…

UPGRADE BOOSTER UN PC ATHLON S754 DOSSIER P.60

· Donnez un nouveau souffle à votre PC · Carte mère, cpu, que changer ?

EN PRATIQUE · 2 Go de Ram, utile ? · Le guide du back up · Transformer un vieux PC en NAS · Personnalisez Windows

VIDÉO HD · Le premier camescope HD en test et en pratique · Exploitez la HD sur PC

XBOX 360 FACE AU PC Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

La convergence en pratique bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH

● Oui ! je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros et PC Update pour 12 Numéros au prix spécial de 120 ¤ J’ai bien noté que je recevrai mon boîtier sous 30 jours. (offre valable dans les limites du stock disponible. En cas de rupture de stock, un cadeau de valeur équivalente vous sera envoyé)

VOUS – A COMPLÉTER EN CAPITALES ❑ Mr

❑ Mme

❑ Melle

NOM........ .................................................................................. PRÉNOM ................................................................................... ADRESSE .................................................................................. ................................................................................................... CODE POSTAL.......................................................................... VILLE ......................................................................................... PAYS ......................................................................................... TELEPHONE ............................................................................. FAX ............................................................................................ EMAIL ........................................................................................

MODE DE PAIEMENT Ci-joint mon règlement de 120 ¤ par : ● Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age) ● Mandat à l’ordre de Distri-abonnements ● Carte bancaire CB- VISA - Eurocard

OFFERT PAR NANOPOINT ET TECH.AGE

* offre valable jusqu’au 30/07/2005

ICY BOX IB-281 (ALLIAGE LÉGER RECOUVERT DE CUIR, CÂBLE USB INTÉGRÉ)

Carte no. Date d’expiration (merci d’indiquer les 3 derniers numéros figurants au dos de la carte bleue) SIGNATURE

DATE

En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi envoyer un fax au 05 61 727 650 Bulletin d’abonnement à retourner à l’adresse suivante :

Tech.Age service abonnements BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01 Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.

BOITIER POUR DISQUE DUR USB 2.0 2,5’

icy HM22


Pratique FX60 CONTRE PEE 955

5

GHz

EN DUAL CORE ! Par : Thomas Olivaux

Comparatif et overclocking des A64 FX-60 et PEE 955 <58>

Hardware magazine avril / mai 06


Dans un monde où l’argent n’existerait pas, nous serions tous utilisateurs d’Athlon 64 FX et de Pentium Extreme Edition. Le temps d’un rêve, voyez ce dont sont capables les deux processeurs les plus puissants du marché. n petit duel AMD contre Intel, ça vous tente ? Ce jeu, qui peut sembler puéril de prime abord, est né du fait que nos deux constructeurs fétiches ont sorti leur nouveau CPU haut de gamme à seulement deux semaines d’intervalle, c’était à Noël dernier. Chez AMD, la nouvelle formule 1 est baptisée Athlon 64 FX-60 tandis que pour Intel, nous parlons de Pentium Extreme Edition 955. Nous avons reçu ces deux bijoux en janvier… quelques semaines de tests et d’overclocking ont passé, voici notre verdict.

U

gique, le FX-60 est scrupuleusement identique aux Athlon 64 X2, c’est vraiment un 4800+ dont le coefficient multiplicateur est passé de 12 à 13. D’un point de vue tarifaire, le FX-60 est annoncé à 1 031 $ à sa sortie, le FX-57 « chutant » de 1 031 à 827 $, l’ancien prix du FX-55 qui est supprimé du catalogue. Ces prix ne sont donnés qu’à titre indicatif ; dans la pratique, les rares boutiques qui vendent des FX-57 ne les ont pas encore affichés sous la barre des 900 ¤, celles, encore plus rares, qui proposent le FX-60, réclament plus de 1 100 ¤ ! C’est du délire. A titre indicatif, rappelons que le 4800+, le plus puissant Athlon 64 X2, ne coûte « que » 650 ¤.

65 NM, C’EST PARTI ! Intel innove un peu plus avec son Pentium Extreme Edition 955. La série des processeurs 9xx du géant de Santa Clara est 100 % dual core, comme les 8xx, mais nous sommes passés du core Smithfield au Presler, en d’autres termes, d’une gravure 90 nm à 65 nm seulement. Ce progrès technologique du procédé de fabrication permet de monter en fréquence, de réduire la température tout en améliorant les coûts de production. L’architecture du Presler a tout de même été améliorée, ce dernier comporte donc 376 millions de transistors alors que le prédécesseur n’en avait « que » 230. Cela s’explique notamment du fait que le cache L2 est passé d’un méga par core à deux mégas. Pourtant, finesse de gravure oblige, la superficie d’un Presler n’est plus que de 162 mm2 tandis que le Smithfield occupait 206 mm2. Notons que contrairement au Smithfield, les deux cores sont physiquement séparés sur le Presler, ça signifie que sous la cartouche métallique, il y a deux tout petits dies au lieu d’un gros. Pour Intel, ça permet d’optimiser encore plus les coûts de fabrication, les petits dies étant moins chers à produire que les gros et surtout, si un die se révèle défectueux, ce n’est pas le dual core que l’on jette, mais seulement l’un des deux.

FX-60, DU PROGRÈS ? L’Athlon 64 FX-60 est le premier Athlon 64 FX dual core. Il est cadencé à 2,6 GHz et embarque deux mégas de cache L2. Nous nous interrogeons quant au fait qu’il s’agisse vraiment d’un progrès ou plutôt d’une récession. D’un côté, le plus gros Athlon 64 X2, le 4800+, tournait à 2,4 GHz, de l’autre, l’Athlon 64 FX-57, son prédécesseur, était déjà à 2,8 GHz. Ceux qui s’attendaient, comme nous, à un FX-57 dual core seront donc déçus, il s’agit en fait de deux FX-55 en un. D’un point de vue technolo-

Comme vous l’avez compris, le nouveau Pentium Extreme Edition n’est pas un ancien modèle auquel quelques MHz auraient été ajoutés, mais bien une véritable évolution. Elle ne se limite pas d’ailleurs au changement de core. Intel a également revu à la hausse la fréquence de bus, qui passe de 200 à 266 MHz, soit de 800 à 1 066 MHz puisqu’il s’agit d’un bus « quad pumped ». Ce bus, déjà utilisé par deux précédents Pentium 4 Extreme Edition en monocore, est inédit pour le dual core. Rappelons que la bande passante d’un tel bus est de 8,5 Go/s, ce qui correspond précisément à ce dont est capable la DDR2-533 dual channel. Sachant que les deux cores se partagent le bus, c’est plutôt intéressant. Notons également la présence sur cette série 9xx de la technologie VT d’Intel, pour Virtual Technology. Avec un chipset 975x, VT

Hardware magazine avril / mai 06

<59>


Pratique FX60 CONTRE PEE 955 3ds Max 8

Temps (s)

Athlon 64 3500+

1664

Pentium 4 660 1401 Athlon 64 FX-57

1348

Pentium D 950 1068 Athlon 64 X2 4600+ 922 C’est la première fois que nous passons la barrière des 5 GHz sans utiliser de refroidissement extrême.

Pentium EE 955 permet de faire fonctionner plusieurs systèmes d’exploitation sur un seul PC. Pour finir, parlons fréquences. Alors que le plus véloce des Pentium D était jusqu’ici le 840 avec 3,2 GHz (une version Extreme existait, fréquence identique), les Pentium D 9xx atteignent 3,4 GHz pour le 950, notre Extreme Edition 955 étant lui cadencé à 3,46 GHz. C’est certes un progrès, mais il n’y a pas de quoi sauter au plafond sachant que les processeurs monocores de la marque tournent à 3,8 GHz, et ce depuis plus d’un an ! Le Pentium Extreme Edition 955 est annoncé à 999 $, sensiblement le même tarif qu’un FX-60.

ÇA CHAUFFE TOUJOURS

Le nouveau Pentium Extreme Edition innove plus que son concurrent, mais sa faible fréquence d’origine ne lui confer pas d’aussi bonnes performances.

Chez Intel, depuis la sortie du core Prescott, nous parlons systématiquement de problèmes de chauffe. Certes, les choses se sont sensiblement améliorées avec les différentes évolutions qu’a connues ce core, mais ça reste largement supérieur avec ce que propose AMD où ce à quoi nous étions habitués du temps des Pentium 4 Northwood. Le Smithfield étant en quelque sorte un Prescott dual core, les choses n’allaient pas en s’arrangeant, mais le Presler étant gravé en 65 nm, nous devrions avoir du progrès. Verdict, c’est très sen-

847 Athlon 64 FX-60 842 A64 FX-60 3.0 GHz 735 PEE 955 4.65 GHz 649 0

200

400

600

800

1000

1200

1400

1600

1800

3ds Max est un logiciel de conception 3D qui exploite à merveille les PC multicores et/ou multiprocesseurs. Ici, nous voyons clairement que les processeurs d’Intel sont très à l’aise, le Pentium 4 660 (3.6 GHz) étant plus prêt d’un FX-57 que du 3500+ son concurrent, tandis que le Pentium Extreme Edition 955 talonne le FX-60. Après overclocking, le PEE repasse devant, l’écart avec un A64 3500+ étant tout simplement énorme, le 3500+ étant pourtant un processeur plutôt puissant.

siblement mieux, mais c’est encore trop ! Le tableau ci-contre indique les consommations électriques et les températures de nos machines de test, identiques en tout point si ce n’est la carte mère, une Asus A8N32-SLI Deluxe (nForce4 SLI X16) pour AMD et une Asus P5WD2-E Premium (975X) pour Intel. Notez tout de même que le Presler ne supporte pas encore les fonctions d’économie d’énergie C1E et EIST, ce qui explique le fait que la consommation électrique au repos ne soit pas inférieure à celle du Smithfield. Intel devrait corriger ce manque dans une seconde révision du Presler, d’ici l’été.

TOP + O/C = SUPERTOP Avoir les processeurs les plus puissants du monde ne suffit pas. Quand on a une âme d’overclocker, qu’il s’agisse d’un petit modèle ou d’un monstre, rien n’y fait, il faut essayer d’en tirer le maximum ; c’est précisément ce que nous avons fait. Le choix des deux cartes mères Asus que nous avons utilisées n’était pas anodin, les deux étant des références en matière d’overclocking. L’overclocking de l’Athlon 64 FX-60 nous laisse perplexe. Nous avons réussi à le faire fonctionner de façon stable et

VirtualDub DivX 6.1

Temps (s)

Athlon 64 3500+

849

Pentium 4 660

717

Athlon 64 FX-57

703

Pentium D 950

587

Athlon 64 X2 4600+

531

Pentium EE 955

528

Athlon 64 FX-60

491

A64 FX-60 3.0 GHz

432

PEE 955 4.65 GHz 0

100

200

397 300

400

500

600

700

800

900

Nous avons ensuite encodé une vidéo en DivX 6.1 avec VirtualDub, DivX 6.1 étant justement un codec optimisé pour le multithreads. Le FX-60 devant assez nettement le PEE955, mais les processeurs dual core s’n sortent tous bien par rapport aux autres, même le tout puissant FX-57 semble largué. Une nouvelle fois, le PEE overclocké arrive largement en tête.

<60>

Hardware magazine avril / mai 06


Le premier Athlon 64 FX dual core n’est qu’un 4800+ qui a gagné 200 MHz, c’est un peu léger.

WinRAR 3.51

Temps (s)

Athlon 64 3500+

272

Athlon 64 X2 4600+

266

Pentium D 950

262

Pentium EE 955 Pentium 4 660

247

Athlon 64 FX-60

240

Athlon 64 FX-57

221

A64 FX-60 3.0 GHz

214

PEE 955 4.65 GHz 0

50

Nous ne sommes pas parvenu à faire mieux avec le FX-60 qu’avec le FX-57. Partant de plus bas et en dual core, c’est déjà bien !

254

192 100

150

200

250

300

A l’opposé, le logiciel d’archivage WinRAR n’est pas du tout capable de profiter des CPU dualcore. Du coup, c’est la puissance brute qui parle, le FX-57 étant en tête, derrière les CPU overclockés toutefois. Chez Intel c’est pareil, le Pentium 4 660 devance le PEE955, beaucoup plus onéreux pourtant.

benchable à 3,0 GHz, ce qui est « bien mais pas top ». En effet, 3,0 GHz d’AMD en dual core ça fait déjà rêver, d’autant que nous partons de 2,6 et non de 2,8 GHz comme c’était le cas avec le FX-57. Néanmoins, alors que notre processeur était parfaitement stable à 3,0 GHz avec une très légère augmentation de tension (1,475 V), il n’a même pas été possible de démarrer le PC (ni boot de Windows ni même BIOS) à plus de 3,0 GHz ! Un arrêt de la progression si soudain et brutal semble anormal, mais nous n’avons pas réussi à y remédier. Toutefois, nous étions déjà bloqués autour de 3,0 GHz avec le FX-57, il semble que la limite des processeurs d’AMD soit située autour de cette fréquence tant que des solutions de refroidissement extrêmes ne sont pas utilisées. Verdict : 3,0 GHz, soit un peu plus de 15 % de mieux que l’origine. Le Pentium Extreme Edition 955 est une bombe d’overclocking en revanche, comme c’est le cas pour toute la gamme 9xx. De 3,46 GHz, nous avons pu stabiliser le PC à 4,725 GHz (1,525 V au lieu de 1,275) et même boo-

ter Windows le temps de quelques captures d’écran à plus de 5 GHz 1,6 V) ! En considérant la valeur stable et benchable, ça représente une augmentation de près de 37 %. Précisons que nous avons utilisé un ventirad hyperefficace dans le cas de l’AMD (Titan Vanessa L-Type) et un watercooling correct pour l’Intel (Zalman Reserator 1+ amélioré par un ventilateur de 30 cm pour refroidir la tour) mais, contrairement à ce que nous pourrions croire, la chaleur n’était pas du tout un problème avec l’Athlon 64 FX tandis que le Pentium Extreme Edition chauffait vraiment beaucoup, même refroidi un peu mieux. Le verdict final est visible sur les graphs de la page suivante. En se référant aux fréquences d’origine uniquement, l’Athlon 64 FX-60 est plus performant que le Pentium Extreme Edition 955. Même si AMD s’approche de la limite de sa technologie, Intel ne semble pas pouvoir le rattraper. Toutefois, nous parlons régulièrement des limites de l’architecture Netburst des Pentium, mais à voir le potentiel des derniers Prescott et des nouveaux Presler, nous nous

demandons pourquoi Intel n’est pas en mesure de sortir des processeurs plus véloces ! Si la chaleur est mise de côté, presque tous les Prescott et Presler sont capables de tenir au-delà du seuil des 4 GHz ! En parlant overclocking justement, Intel réussit à repasser devant AMD dans une majorité de tests, nous avons là des performances véritablement délirantes. Malheureusement, aussi puissants soient-ils, ces processeurs sont beaucoup trop chers. Les overclockers se tourneront volontiers vers un Athlon 64 X2 4200+ qui pourra être overclocké en FX-60 ou vers un Pentium D 930, capable d’atteindre 4,0 GHz et plus pour peu que l’on possède une bonne carte mère, un refroidissement efficace et, c’est important, une puissante alimentation électrique.

FarCry 1.33

FPS

Pentium D 950

75

Pentium 4 660

84

Athlon 64 3500+

87

Pentium EE 955

92

Athlon 64 X2 4600+

103

Athlon 64 FX-57

111

Athlon 64 FX-60

114

PEE 955 4.65 GHz

120

A64 FX-60 3.0 GHz 0

20

121 40

60

80

100

120

Nous avons terminé par un test ludique, Farcry 1.33 pour ne pas le citer. Les processeurs AMD K8 sont traditionnellement devant les puces d’Intel en la matière, c’est encore le cas aujourd’hui puisque le FX-60 explose littéralement le PEE955. Même overclocké, le PEE s’incline pour la première fois.

Hardware magazine avril / mai 06

<61>

140


Pratique BOÎTIER PASSIF

Zalman TNN300 :

le boîtier « zéro ventilo » Par : David Guillaume

Comment refroidir passivement – sans aucun ventilateur – une configuration moderne ? La réponse de Zalman à cette question est le TNN300, un boîtier PCHC, petit et stylé, capable d’accueillir un PC (presque) dernier cri et de le faire fonctionner en silence. Un tour de force qui nous a donné l’idée de concevoir nous-mêmes une configuration 100 % passive, avec un budget plus limité.

tout seigneur tout honneur, commençons par présenter le Zalman TNN300. Trônant sur son pied rotatif, il évoque une œuvre d’art. Digne héritier du TNN500A, ce petit boîtier est conçu pour faire fonctionner un PC sans ventilateurs. Plusieurs stratégies sont utilisées pour cela. Tout d’abord, l’alimentation est intégrée à la porte latérale, qui agit comme un radiateur. La surface de dissipation est énorme, nettement supérieure à celle d’une alimentation fanless classique. L’alimentation du TNN300 est donnée pour 350 watts. De l’autre côté du boîtier, ainsi qu’à l’arrière, se trouvent des radiateurs. Ils sont utilisés pour évacuer la chaleur produite par le processeur. Ce dernier

A

En bon boîtier Home Cine, le TNN300 est fourni avec une télécommande.

<62>

Hardware magazine avril / mai 06

Le TNN300 supporte les Athlon 64 jusqu’au 3500+, sans utiliser de ventilateurs.

est relié à la paroi latérale par six caloducs, et cette paroi est reliée au radiateur arrière par trois caloducs. Le système peut supporter un processeur ayant une dissi-

pation thermique de 70 watts, ce qui inclut les Athlon 64 jusqu’au 3500+, les P4 Northwood (sur socket 478) jusqu’au 2.8C, et tous les Pentium 4M.


A l’avant, une plaque métallique sert à évacuer la chaleur produite par la carte graphique. Trois caloducs s’occupent de transmettre la chaleur. Les cartes ATi sont supportées jusqu’à la X700, et les nVidia jusqu’à la GeForce 6600. Suffisant pour un usage home ciné, mais pas pour les joueurs. Résumons : douze caloducs, quatre parois agissant comme des radiateurs, est-ce suffisant pour évacuer toute la chaleur ? Pas tout à fait, car la carte graphique et le processeur ne sont pas les seuls éléments qui produisent de la chaleur dans un PC. Certains composants installés sur la carte mère, comme le northbridge ou les convertisseurs de tension alimentant le processeur, nécessitent un système de refroidissement. Zalman propose donc une solution innovante, nom de code ZM-RTB1. Il s’agit de petits plots conducteurs de chaleur, avec un pad thermique à chaque extrémité. On les place à l’arrière de la carte mère, au niveau des composants sensibles, et ils transmettent la chaleur à la paroi du boîtier. Astucieux ! Le TNN300 reçoit une carte mère microATX, et peut embarquer deux disques durs ainsi qu’un lecteur

Chaque surface libre a été utilisée pour mettre un radiateur !

optique. Le lecteur devra être noir, sous peine de défigurer la façade. Un lecteur de cartes mémoire multiformat est intégré au boîtier, tout comme un capteur infrarouge, car le TNN300 est fourni avec une télécommande iMon, ce qui est cohérent avec ses ambitions de PCHC.

Le pied du TNN300 lui permet de pivoter, facilitant l’accès au lecteur multicartes.

UNE BONNE DOSE DE PATIENCE… Monter une configuration dans le TNN300 nécessite de la patience. Tout d’abord, on ouvre le boîtier et l’on bloque sa porte avec une grosse vis prévue à cet effet. Détail agaçant, si cette vis se tord, on ne peut plus fermer le boîtier. Vous l’aurez deviné, la mésaventure nous est arrivée, et nous avons eu bien du mal à redresser la vis pour fermer la porte. Deuxième étape, placer les plots de refroidissement à l’arrière de la carte mère, au niveau du northbridge et des mosfets qui convertissent le courant pour alimenter le processeur. Le manuel étant plutôt laconique à ce sujet, c’est à l’utilisateur de savoir identifier ces composants sur la carte mère. Une fois

la carte montée, on installe le bloc de refroidissement sur le CPU. Il s’agit d’un superbe élément en cuivre plaqué or, qui sera surmonté d’un autre bloc en aluminium anodisé bleu. On monte ensuite les six caloducs, et on visse la fixation. Ce n’est pas difficile, juste un peu long. L’opération est similaire pour la carte graphique, et nécessite de démonter la plaque située à l’avant du boîtier (maintenue par des vis à main, ouf !). Rester à monter les unités de stockage. On dévisse leur support, et on monte le lecteur DVD, puis les disques durs. Ceux-ci sont montés avec des fixations souples, qui absorbent les vibrations. Quand tout est installé, on connecte les câbles d’alimentation, qui sont amovibles pour faciliter le travail.

Hardware magazine avril / mai 06

<63>


Pratique BOÎTIER PASSIF

L’étalage d’un bijoutier ? Non, une partie des éléments qui permettent au TNN300 transférer la chaleur à ses parois en aluminium !

dû au disque dur est un problème fréquent avec les systèmes 100 % passifs, et Zalman a ici parfaitement réussi à le régler. L’alimentation, quant à elle, ne produit qu’un très léger sifflement, inaudible boîtier fermé. Le PC ne se fait donc entendre que lors des accès en lecture/écriture sur le disque dur, qui produisent un petit bruit de grattement. Un défaut inévitable, et qui n’est pas bien grave tant qu’on place le PC sous un bureau, où il sera inaudible.

ment inaudible. Non seulement il n’y a aucun bruit de ventilation (et pour cause !), mais le boîtier ne transmet aucune vibration à la table sur laquelle nous l’avons placé. Le bourdonnement

Le montage aura duré plus d’une heure, et sûrement nettement plus si vous n’êtes pas encore familiarisés avec le boîtier. Nous avons rencontré quelques problèmes avec la première carte mère que nous ayons installée dans le TNN300, et les multiples montages et démontages nous ont convaincus que ce boîtier n’était vraiment pas fait pour ceux qui changent leur matériel toutes les semaines !

IL EST ALLUMÉ LÀ ? Le disque dur étant la principale source de bruit dans le TNN300, nous avons utilisé un Seagate 7200.8 de 400 Go. Ce disque est très discret, surtout lorsqu’il est installé sur les fixations souples du boîtier Zalman. La carte mère, une Asus A8N-VM, est dotée d’un radiateur de northbridge passif. Le résultat est sidérant, puisque le PC s’avère totale-

<64>

Hardware magazine avril / mai 06

Rarement un montage de PC fut si fastidieux !

Le silence se fait-il au prix d’une température trop élevée ? Pour le savoir, nous avons fait subir un traitement de choc à notre configuration : douze heures de CPUBurn ! Une épreuve qu’aucun processeur ne subit dans des conditions d’utilisation normale. Il était toutefois nécessaire de faire durer longtemps le test, car la température met beaucoup de temps à se stabiliser dans le TNN300. Cette inertie est due à la grande quantité de métal qui intervient dans


Trois caloducs sont alloués à la carte graphique.

Le disque dur n’est pas oublié : des fixations antivibrations réduisent les bourdonnements.

on recommandera d’utiliser un disque dur qui ne chauffe pas trop. Les Samsung Spinpoint viennent à l’esprit, car ils combinent basse température de fonctionnement et très faible niveau sonore.

Comment refroidir les mosfets lorsqu’aucun ventilateur n’est présent dans le boîtier ? Zalman propose sa solution.

la dissipation de la chaleur. Après nos douze heures de test, la température CPU reste raisonnable : 64 °C. Considérant qu’aucun ventilateur n’est entré en jeu dans le refroidissement, c’est une superbe performance. Les parois du TNN300 sont tièdes, mais tout donne à penser qu’il aurait pu supporter une charge plus importante. Même chose pour la carte graphique. La X700 Pro que nous avons utilisée n’a pas dépassé les 60 °C de température GPU, même sous 3DMark05. Seule ombre au tableau, la température du disque dur : 55 °C. C’est élevé, d’autant que, lui, n’était pas sollicité. Du coup,

Peut-on recommander le TNN300 ? Assurément oui. Il ne s’agit pas que d’un coup marketing de la part de Zalman, mais bien d’un produit fonctionnel, qui permet de réaliser une configuration home cinéma inaudible. Le tarif, hélas, le rend inabordable pour le commun des mortels. On en est donc réduit à rêver du jour où ce genre de boîtier sera devenu la norme, et sera accessible à tous pour un prix raisonnable.

Zalman TNN300 Emplacements 3,5" : 2 (internes uniquement) Emplacements 5,25" : 1 Dimensions : 33 cm (longueur) x 23 cm (largeur) x 47 cm (hauteur) Poids : 14,74 kg Alimentation : 350 W Prix : 749 ¤ c’est 100 % passif, et ça marche !

le look étonnant

la qualité de fabrication le prix prohibitif

le montage laborieux

la température disque dur

Hardware magazine avril / mai 06

<65>


Pratique BOÎTIER PASSIF

Notre

configuration passive Sept cent cinquante euros… Est-ce là le prix du silence ? Le TNN300 a beau avoir bien des qualités, on aimerait que le refroidissement passif soit un peu plus accessible. Nous avons donc tenté de monter un PC 100 % fanless, avec un budget serré. Pour 250 ¤ d’accessoires, le silence est-il à votre portée ? e ventirad d’origine AMD ronronne sur l’Athlon 64 3500+, tandis qu’un peu plus haut, une alimentation no name brasse des litres d’air chaque minute… La configuration de départ que nous avons sélectionnée était tout sauf silencieuse ! Une fois équipée d’éléments fanless et d’un système de suspension pour disques durs, elle ne fait plus un bruit (ou si peu). Comment cela est-il possible ? Tout d’abord, nous n’avons pas choisi ce PC au hasard, car tous les ordinateurs ne peuvent pas fonctionner de façon passive. Les deux principaux points bloquant sont le processeur et la carte graphique. Ces deux éléments doivent avoir une dissipation thermique raisonnable si l’on veut espérer les refroidir sans ventilateurs. Dans le domaine de la dissipation thermique,

L

les processeurs recommandables sont les Athlon 64 et les Pentium 4C, ceux de l’ancienne génération sur socket 478. Tous deux offrent un bon rapport performances/dissipation thermique, avec un avantage pour l’Athlon 64. C’est d’autant plus vrai que l’Athlon 64 est capable de réduire notablement sa dissipation thermique grâce au Cool’n’Quiet. Nous éliminerons les Pentium 4 M, destinés aux ordinateurs portables : ils chauffent très peu, mais le socket 479 est boudé par les fabricants de radiateurs alternatifs. Le marché du P4 M pour PC de bureau étant minuscule, il ne faut pas s’attendre à ce que cette situation change de sitôt.

THERMALRIGHT, SCYTHE ET NOCTUA LIVRENT BATAILLE Du côté des cartes graphiques, il devient difficile d’obtenir un refroidissement passif au-delà de la Radeon X700 ou de la GeForce 6600. Certains fabricants proposent des cartes très puissantes refroidies passivement, mais elles comptent trop sur le flux d’air déjà présent dans le boîtier pour fonctionner correctement. Dans une configuration passive, elles ne tiendraient sûrement pas bien longtemps. Nous avons donc choisi cette configuration parce qu’elle était équipée d’un Athlon 64 3500+ et d’une X700 Pro, elle se prêtait donc bien au jeu.

Zéro ventilateur ! Pour trois fois moins cher qu’un TNN300, à quels résultats peuton s’attendre ?

<66>

Hardware magazine avril / mai 06

Après avoir sélectionné tous les éléments permettant un refroidissement passif, il restait un dilemme : quel radiateur pour le processeur ? En effet, plusieurs produits nous semblaient être de bons candidats. Le Thermalright HR-01 tout d’abord, qui est prévu et optimisé pour le refroidissement passif. Le Scythe Ninja ensuite, qui a la réputation d’être un excellent radiateur dans les situations où le flux d’air est faible. Le Noctua NH-U12 enfin, un radiateur massif qui fait pas mal parler de lui en ce moment, grâce à des performances redoutables. Nous les avons donc tous essayés un par un, et ils ont fait parler la

poudre. Le résultat est inquiétant, car bien que ces trois produits soient excellents, ils ont le plus grand mal à refroidir notre processeur sans ventilateurs. La température reste raisonnable tant que l’on se contente de tâches bureautiques, mais une forte charge (simulée avec CPUBurn) la fait grimper au-delà de 80 °C ! Un net avantage apparaît alors pour le Scythe Ninja, qui plafonne à huit degrés de moins que les deux autres. C’est donc le Ninja que nous avons adopté pour cette configuration. On peut toutefois dire qu’aucun de ces radiateurs ne permet d’exploiter l’Athlon 64 3500+ au maximum de ses performances, car une température aussi élevée n’est pas bonne pour le matériel. Pour un usage PCHC, un tel refroidissement conviendrait, mais pas question de se lancer dans une grande session de World Of Warcraft.

LES MOSFETS SE REBELLENT Les problèmes ne s’arrêtent pas là. En effet, la carte mère que nous avons utilisée est dotée d’un capteur de température au niveau des mosfets qui délivrent le vcore au processeur. Lors de ces tests, il indiquait une température d’environ 80 °C. C’est la température d’alerte préprogrammée dans le logiciel Abit EQ, ce qui n’est pas très bon signe… A vrai dire, nous nous y attendions un peu, car ces composants ne bénéficient même pas d’un radiateur, et le fait de laisser stagner de l’air chaud autour d’eux ne pouvait qu’avoir des conséquences négatives. C’est pour cela que le Zalman TNN300 est fourni avec des plots conducteurs de chaleur à placer derrière la carte mère. Comme le P150 n’est pas conçu pour agir comme un radiateur géant, nous avons dû nous habituer à ces températures élevées. Elles n’empêchent pas le PC de fonctionner, puisque nous avons fait tourner CPUBurn deux heures de suite sans constater de problèmes. Les températures que nous avons relevées n’étant tout de même pas très satisfaisantes, nous avons dû en arriver à ce que nous voulions éviter : ajouter


un ventilateur. Comme il n’était pas question d’ajouter une turbine dans ce PC presque inaudible, nous avons sélectionné un ventilateur au débit presque symbolique. Un Acoustifan, ventilateur 120 mm à faible débit, que nous avons branché sur un Zalman Fanmate réglé à son minimum pour obtenir une vitesse de rotation extrêmement basse. Le flux d’air produit se sent à peine lorsqu’on passe la main autour du radiateur, et le niveau sonore du PC semble ne pas être augmenté. Pourtant,

Accessoire northbridge :

en termes de température, le résultat s’avère effarant ! Une chute de vingt degrés, qui vient confirmer notre intuition : une faible ventilation est nettement préférable à une absence totale de ventilation. Mieux encore, les mosfets ont retrouvé des températures raisonnables, alors même que le ventilateur ne souffle pas vraiment dans leur direction. Est-il possible de monter un PC totalement passif avec des éléments modernes et un budget réduit ? Oui,

Zalman ZM-NB47J (5 ¤)

e ZM-NB47J nous a toujours surpris par ses performances. Ce radiateur passif est capable de rivaliser avec certains radiateurs ventilés d’origine, allant même parfois jusqu’à faire mieux qu’eux ! Si votre carte mère n’est pas dotée d’un radiateur passif sur le northbridge, c’est le remplaçant idéal. Attention toutefois aux northbridges intégrant une partie graphique (ils chauffent trop pour le ZMNB47J), ainsi qu’au nForce4 qui chauffe énormément. Ce n’est pas pour rien que les fabricants de cartes mères utilisent des

L

Accessoire disque dur :

e n’est pas le tout de vouloir supprimer tous les ventilateurs, il faut aussi supprimer les vibrations du disque dur ! Sans cela, vous n’entendrez plus que lui. L’accessoire le plus efficace que nous ayons testé dans ce domaine est le Sunbeam HDD Silencer, qui permet de suspendre le disque avec des élastiques en caoutchouc. Son défaut : il fait augmenter la température du disque, car il n’y a plus de contact avec le boîtier. Une solution ? Le Zalman ZM-2HC2, qui permet de fixer le disque dur avec des attaches en caoutchouc et agit comme un radiateur.

Encore plus efficaces, les Silentmaxx HD Dämmung et Scythe SBX-1000 englobent le disque dur et aide au refroidissement, tout en réduisant le bruit. Ils ont pour principal défaut de coûter cher, il faut compter une cinquantaine d’euros. Quant à notre configuration, nous avons choisi de lui offrir un boîtier Antec P150 : il intègre un système équivalant au Sunbeam HDD Silencer, et en plus il est photogénique ! Rien ne nous y obligeait cependant, car le boîtier n’a pas une grande influence sur la qualité du refroidissement tant qu’on n’emploie pas de ventilateurs et qu’on le laisse ouvert.

Etasis ENF-300 (129 ¤)

’est une des alimentations fanless les moins chères du marché, et nous l’avions sous la main au moment de réaliser ce dossier ! Une Fortron Zen aurait aussi bien fait l’affaire, et elle coûte un peu moins cher. Une configuration 100 % passive ne peut pas être trop gourmande en puissance, car elle produirait alors beaucoup de chaleur. Une

C

Accessoire carte graphique : i vous voulez du passif, le ZM80D-HP est fait pour votre carte graphique. Zalman explique qu’un ventilateur de boîtier est nécessaire pour l’utiliser, et c’est une recommandation très raisonnable. En pratique, le ZM80H-HP saura dissiper la chaleur produite par une carte graphique pas trop puissante, tant qu’on laisse le boîtier ouvert.

S

systèmes de refroidissement à caloducs sur ce chipset ! Pour ne rien vous cacher, nous avons fait tourner pendant plusieurs semaines une carte mère nForce4 avec un ZM-NB47J, sans constater de dysfonctionnements. Ce n’est pas pour autant que nous vous le recommandons, ou alors à vos risques et périls, et avec un bon refroidissement autour ! Pour notre configuration passive, le problème ne s’est pas posé puisque la carte mère Abit AN8-32x intègre un système de refroidissement passif à caloducs pour le northbridge.

Sunbeam HDD Silencer (10 ¤)

C

Alimentation :

sans aucun doute. Mais pour exploiter convenablement les performances de sa machine, avoir un PC fiable et un niveau sonore au plus bas, ce n’est pas la meilleure solution. On préférera choisir de bons radiateurs, et les associer à des ventilateurs à très faible débit. Un pour le processeur, et un autre pour le boîtier (à moins de le laisser ouvert comme nous l’avons fait). Les autres éléments, s’ils ont été choisis de façon à ne pas dégager trop de chaleur, pourront se passer de refroidissement actif.

alimentation passive de faible puissance sera donc parfaitement suffisante pour notre configuration aux caractéristiques modestes. Plus chères, les alimentations Yesico dotées du système TMS peuvent déclencher le fonctionnement d’un ventilateur de boîtier au-delà d’une certaine température interne. Pratique pour limiter les risques.

Zalman ZM80D-HP (30 ¤) Boîtier fermé, une configuration passive se transformerait de toute façon rapidement en four… Dans notre configuration, la carte graphique est une X700 Pro de marque GeCube qui intègre un radiateur passif d’origine. Quand on monte une configuration en partant de zéro, choisir un tel produit est encore la meilleure façon d’avoir le silence.

Hardware magazine avril / mai 06

<67>


Pratique BOÎTIER PASSIF Température mosfets Température CPU

Nuisances sonores

Noctua NH-12

Thermalright HR-01

Scythe Ninja

Scythe Ninja + ventilateur

30

40

50

60

70

80

90

°c Des trois radiateurs, le Scythe Ninja est le seul qui sorte du lot en refroidissement passif. Reste que les performances sont insuffisantes pour qu’on puisse le laisser fonctionner sans ventilateurs en toute sécurité. Une fois un ventilateur à très faible débit ajouté, les performances deviennent parfaitement acceptables, alors que le niveau sonore n’a pas notablement changé.

Questions/réponses

Le refroidissement passif est amené à être de plus en plus présent dans les PC. Vrai C’est du moins le pari que nous faisons. Tout d’abord, les utilisateurs deviennent de plus en plus exigeants quant au niveau sonore de leurs machines, et les constructeurs le savent. Deuxième raison : le matériel informatique est amené à consommer de moins en moins d’énergie, pour des raisons d’économie autant que d’écologie. Qui dit consommation plus faible dit aussi dissipation thermique réduite, ce qui facilitera le refroidissement passif. Les prochains processeurs Intel dérivés du Pentium M seront sûrement d’excellents candidats au refroidissement passif.

Un PC refroidit passivement produit plus de chaleur. Faux Un boîtier comme le TNN300 de Zalman évoque immanquablement l’image d’un radiateur. Ce n’est pas pour autant qu’il produit plus de chaleur ! Lorsqu’on n’emploie pas de ventilateurs, la chaleur a tendance à stagner là où elle est dégagée, c’est pourquoi la température des composants augmente. Mais la quantité de chaleur produite reste la même, elle est juste évacuée plus difficilement. Un boîtier moins ventilé ne fera donc pas chauffer la pièce plus qu’un autre, même s’il ressemble à un radiateur.

Un PC sans ventilateurs sera parfaitement silencieux. Faux Rien à faire, il est impossible de monter un PC parfaitement silencieux ! Non seulement les plateaux des disques durs font du bruit en tournant, mais les composants électroniques peuvent émettre de petits

<68>

Hardware magazine avril / mai 06

sifflements, audibles si l’on se place à quelques centimètres de l’alimentation ou de la carte mère. En pratique, on peut néanmoins concevoir un PC inaudible dans des conditions d’utilisation normale. Le TNN300, avec ses parois épaisses qui absorbent les sifflements et son système de fixation souple pour disques durs, s’avère inaudible lorsqu’il est placé sous un bureau. Notre configuration « maison » se débrouille bien aussi, même si le côté du boîtier reste ouvert. Placée à nos pieds, elle se faisait vite oublier.

En n’utilisant que des éléments passifs, on peut concevoir un PC 100 % fanless. Vrai mais... CPU, alimentation, northbridge ou carte graphique, tous peuvent être refroidis passivement. Il est donc tentant d’associer tous les produits passifs dans une configuration, afin d’obtenir un ordinateur totalement silencieux. Nous vous le déconseillons ! La meilleure recette pour monter un PC silencieux est d’utiliser ces produits « passifs », et de les associer à des ventilateurs à très faible débit. Deux raisons à cela. Tout d’abord, le gain en refroidissement sera énorme, alors même que le ventilateur sera inaudible. Il est difficile de conserver des températures raisonnables avec un refroidissement 100 % passif, comme nous l’avons vu lors de nos tests. Ensuite, l’absence totale de ventilateurs dans la configuration peut entraîner des surchauffes localisées. Le TNN300 prend ce problème en compte, et propose une solution innovante (les petits plots conducteurs de chaleur placés à l’arrière de la carte mère). Avec un autre boîtier, ces surchauffes pourraient entraîner des dysfonctionnements.

100


Offre spéciale

36

d’abonnement n°17

TEST

COMPARATIF P.92

PRATIQUE P.40 .66

Cartes 3D

20

6600/GT et X700/pro sélectionnées

Overclocking, Silence, Performance, Bundle :

Nos élues

CPU & mémoire Trouvez les réglages optimums Perfs extrêmes : DDR 300 Mhz ou low latency ? MULTIBOOT WINDOWS/LINUX

Nos conseils pour une réception parfaite Notre sélection de cartes TV COMPARATIF P.106

Toutes les solutions pour avoir plusieurs OS sur un seul PC

TEST NFORCE4 SLI INTEL Le P4 revient dans la course grâce à nVidia ? PRATIQUE P.52

stabilité, le palmarès de 300 à 560 watts

pour booster votre PC

Que changer pour gagner en confort

ECRANS LCD 16/9 jeux, bureautique, vidéo, le format idéal

Ha rd w m a ag r az e ine

Intel et Microsoft

passent

64

au

BITS

COMPARATIF

100% HARDWARE, 100% PASSION, 100% PRATIQUE

PCUpdate TNT 4Mars / Avril 05 n°16

pour choisir, upgrader et booster son PC !

PRATIQUE P.26

Quoi de neuf en Boîtiers ? Mieux ventilés, plus fonctionnels :

un marché en ébulition

Le guide de

Le premier CPU 64 bits Intel face à l’Athlon 64

TV LCD, PLASMA OU RETRO DLP ? Quelle techno choisir ?

Windows 64 est là : quels changements ?

Comment bien les utiliser avec un PC ?

PRATIQUE

CRÉEZ UNE

DIVX BOX

GUIDES

Comprendre

SOUS LINUX OU WINDOWS

Comment fabrique-t-on un processeur ?

EN COMPLEMENT Bien exploiter son hardware avec linux : multimedia, raid, etc

TÉLÉVISION NUMÉRIQUE TERRESTRE

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH

Du choix des composants au montage :

nos configs idéales PRATIQUE P.82

Copie de DVD vidéo pas à pas pour des sauvegardes parfaites

Boostez votre

carte graphique Overclocking, voltmods, flashage en modèle supérieur... Des solutions pour toutes les générations?

TEST P.18

Athlon 64

Téléphone

“Winchester”

Economisez grâce à votre PC

Enregistrement Installation Choix du matériel PRATIQUE P.66

Le MP3 est dépassé, changez !

LE GUIDE DU REFROIDISSEMENT SILENCIEUX

TOUTES LES CLÉS POUR MAITRISER LA

l’assemblage

GUIDE D’ACHAT

Pentium4 EM64T

Codecs audio

Alimentations 150 Silence, rendement,

36

magazine

pour choisir, upgrader et booster son PC !

TNT

nu of mé fe ro rts s

avril/mai 2005 numéro 16 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

4Mai / Juin 05

COMPARATIF P.24

PC Up da te

Hardware

100% HARDWARE, 100% PASSION, 100% PRATIQUE

PC Update

nous vous offrons :

offerts

PCUpdate Hardware magazine

PC Update

Avec ces 2 abonnements au choix,

numéros

APPAREILS PHOTO DE POCHE Le comparatif des APN ultra compacts : la photo sans se prendre la tête

Test et guide du processeur

ultime pour l’overclocking

DOMOTIQUE Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

Contrôlez votre installation audio vidéo avec votre PC

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH

❑ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros et

PC Update pour 12 Numéros au prix spécial de 120 ¤. J’ai bien noté que je recevrai mon CDR sous 30 jours.

Pour les pays de la CEE autres que la France, merci de rajouter 12 ¤ de frais de port. Pour le reste du monde, merci de rajouter 36 ¤

❑ Mr ❑ Mme ❑ Melle

(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)

Nom : Prénom : Adresse : Code Postal :

Ville :

Pays : Téléphone :

les 36 premiers numéros de PCUpdate et

Hardware magazine

Fax : Email : ¤ par : Ci-joint mon règlement de ❑ Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age) ❑ Mandat à l’ordre de Distri-abonnements ❑ Carte bancaire CB- VISA - Eurocard (merci d’indiquer les 3 derniers chiffres au dos de la carte bleue)

N° : Expire fin : Date :

en ebooks sur CDR (Les Ebooks sont des fichiers PDF optimisés pour un affichage écran)

/

/

signature :

En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi envoyer un fax au 05 61 727 650 Bulletin d’abonnement à retourner à l’adresse suivante :

Tech.Age service abonnements BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01

HM22

tel : 08 25 15 00 95

Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.


Comprendre ACCÈS PC

COMMENT

BIEN PROTÉGER

L’ACCÈS À SON PC ? Par : Manuel Da Costa

Nous sommes nombreux à protéger un PC grâce à un pare-feu, un antivirus, un antispyware ou encore tout type de logiciel antihacker. Mais le milieu familial foisonne de dangers pour nos PC en termes de confidentialité ou de permissivité. Voici nos meilleurs conseils et astuces afin de contrôler l’accès au PC, à internet et aux fichiers pour chaque utilisateur. i une protection pare-feu peut sembler efficace contre un grand nombre de dangers extérieurs, ce procédé montre ses limites contre certains utilisateurs avancés chevronnés. Pire encore, le pare-feu devient complètement inutile de l’intérieur car n’importe quel membre de votre foyer utilisant votre PC peut provoquer des

S

Rien de tel qu’un module USB biométrique pour contrôler l’accès d’un PC, comme ici avec le Taktook de Zalix (http://www.zalix.fr/).

dommages irréparables. Si vous ne prenez pas les bonnes précautions, il est possible à n’importe quel utilisateur de modifier la base de registres ou d’accéder à vos documents personnels (correspondance e-mails, documents, photos, sites Internet visités, historique de vos conversations MSN, etc.), mais aussi de modifier vos paramètres personnels (jeux, Internet, Outlook, programmes, etc.), d’installer des programmes indésirables, d’effacer ou d’endommager vos fichiers, de planter complètement le système en modifiant des fichiers sensibles ou en installant des programmes ou pilotes corrompus imposant finalement la réinstallation complète de Windows. Nous ne dévoilerons pas toutes les actions pouvant être néfastes, mais il existe de nombreux outils et options sous Windows XP pour mieux sécuriser votre PC et assurer la confidentialité de vos données.

LES COMPTES UTILISATEURS Il existe trois types de comptes utilisateurs sous Windows XP : le compte administrateur, limité et l’utilisateur limité. Que ce soit lors de l’installation de Windows XP ou lors de la création d’un compte utilisateur supplémentaire, ce compte possède par défaut les droits

<70>

Hardware magazine avril / mai 06

d’administrateur. Il est alors possible de tout faire ou presque : personnalisation de l’environnement Windows, répertoire personnel Mes documents et utilisation d’un mot de passe afin d’en protéger le contenu, installation de matériels et programmes, création/suppression et modification d’autres comptes utilisateurs. Le compte utilisateur « limité » ne permet quant à lui aucune action ou presque. Il n’est en effet possible que de créer, modifier ou supprimer vos mots de passe, de changer votre avatar ou de modifier l’apparence du bureau. Tout comme le compte « invité » qui, à la différence, permet à n’importe qui d’ouvrir une session. Ce dernier type de compte peut être désactivé pour restreindre l’accès à votre PC. La création d’un nouveau compte est assez simple et nécessite d’avoir les droits administrateur. Il suffit pour cela de vous rendre dans le panneau de configuration et de cliquer sur Créer un nouveau compte. Vous n’aurez plus qu’à choisir le nom, le type de compte (administrateur ou limité) avant de cliquer sur Créer un compte. C’est également via cet onglet : Comptes d’utilisateurs que vous pourrez librement définir un mot de passe qui sera demandé à chaque ouverture de session.


La création ou modification d’un compte utilisateur s’effectue directement via le panneau de configuration et l’option Comptes d’utilisateurs.

GÉRER LES PERMISSIONS Windows XP propose le choix entre deux systèmes de fichiers : FAT32 et NTFS. Hormis une meilleure gestion des disques durs de grande capacité, le système NTFS est tourné vers la sécurité et montre d’autres avantages : gestion des droits d’utilisateur, gestion des permissions, active directory (surveillance et contrôle des ressources réseau), cryptage des fichiers, enregistrement des activités du disque dur (facilite la restauration et récupération du système), etc. Pour contrôler et sécuriser au maximum l’accès à votre PC, l’utilisation du système de fichiers NTFS est incontournable. Néanmoins, si vous utilisez encore le FAT32, il est facile de convertir votre disque au format NTFS sans aucune perte de données. Par mesure de sécurité, il reste préférable d’effectuer une sauvegarde auparavant.

Saisissez la commande « cmd » dans la zone de texte Exécuter (disponible dans le menu Démarrer), ce qui a pour effet d’ouvrir une fenêtre invite de commandes. Fermez tous les programmes tournant en tâche de fond et saisissez la commande C :/FS : NTFS, la lettre C correspondant à la partition que vous souhaitez convertir. Pour gérer les permissions, vous devez passer par l’onglet Sécurité qui se trouve dans les propriétés de chaque dossier (clic droit puis Propriétés) et cliquer sur les paramètres avancés. Pour étendre le niveau de sécurité, décochez la case Hérite de l’objet parent… et cliquez sur le bouton Copier avant de revenir dans l’onglet Sécurité. Les noms d’utilisateurs s’affichent et il suffit de sélectionner les autorisations ou les refus pour chaque utilisateur. Répétez cette opération pour chaque dossier dont vous souhaitez restreindre l’accès.

La gestion des autorisations pour chacun des dossiers s’effectue via les propriétés et l’onglet Sécurité accessible à l’aide d’un clic droit.

Afficher l’onglet de sécurité sous XP Pro et version Familiale Si l’onglet de sécurité ne s’affiche pas par défaut sous XP Pro, ouvrez tout simplement l’explorateur et ouvrez l’onglet Affichage (Outils > Options des dossiers). Décochez la case Utiliser le partage de fichiers simple et appliquez le changement avant de refermer la fenêtre. Sous Windows XP version Familiale, l’onglet Sécurité n’est pas installé. Pour ajouter cette fonctionnalité, téléchargez le programme Security Configuration Manager sur le site de Microsoft (ftp://ftp.microsoft.com/ bussys/winnt/winntpublic/tools/scm/scesp4i.exe) et exécutez le fichier scesp4i.exe. Choisissez le répertoire pour décompresser l’archive. Ouvrez ce répertoire et d’un clic droit sur le fichier setup.inf, choisissez la commande Installer. Lorsque Windows vous demande de confirmer le remplacement du fichier esent.dll, répondez non. L’onglet Sécurité apparaît désormais.

Par mesure de sécurité, il est préférable de supprimer le groupe d’utilisateurs Tout le monde.

DEMANDER UN MOT DE PASSE AU DÉMARRAGE DE WINDOWS XP Si vous n’avez pas protégé votre compte utilisateur avec droit d’administrateur, nous ne pouvons que trop vous conseiller de le faire. Cela permettra d’en restreindre l’accès. Malheureusement, pour ceux qui ne le savent pas, il est possible de contourner cette protection avec une facilité déconcertante. Comment ? Tout simplement en redémarrant le PC en mode sans échec qui propose un compte Administrateur (dissimulé lors du démarrage normal de Windows)

Hardware magazine avril / mai 06

<71>


Comprendre ACCÈS PC Si vos données sont cryptées via l’EFS, la suppression du compte utilisateur associé vous interdira tout accès aux données protégées.

pour ouvrir une session en plus de votre compte utilisateur disposant lui aussi des mêmes droits d’administrateur. Pour rappel, le mode sans échec vous permet d’initialiser Windows avec les services minimums. C'est-à-dire sans les pilotes matériels, et sans les programmes chargés habituellement lors du démarrage (antivirus, etc.). Ce mode est spécialement prévu pour désactiver ou désinstaller des programmes, services ou pilotes matériels posant des problèmes d’instabilité système et éviter que des fichiers ne soient chargés en mémoire. Même le réseau, ainsi qu’Internet, est désactivé. Sans entrer davantage dans des détails plus techniques, on peut dire que c’est une zone dédiée à la maintenance. Il convient donc de protéger ce compte administrateur dédié au mode sans échec par un mot de passe si vous ne l’avez pas déjà fait lors de l’installation de Windows XP. La création du mot de passe se fait de la même façon que pour un compte utilisateur.

Windows 2k et XP intègrent un système de cryptage nommé EFS permettant de protéger les dossiers de votre choix.

Catastrophe, j’ai oublié mon mot de passe administrateur !

Basé sur un environnement Linux bootable, l’outil Offline NT Password & Registry Editor permet de modifier les mots de passe d’un système Windows NT, 2k et XP.

Si cela peut sembler a priori rare, il existe des outils permettant de supprimer ou modifier le mot de passe administrateur. Nous ne citerons pas tous les logiciels ici, mais la plupart des CD/DVD de secours Linux en sont capables ainsi que l’utilitaire Windows Password Recovery (http://www.loginrecovery.com/) ou encore Offline NT Password & Registry editor (http://home.eunet.no/~pnordahl/ntpasswd/) fonctionnant sous Windows NT, 2k et XP. Ce dernier se présente sous la forme d’un disque bootable permettant de modifier le mot de passe contenu dans le fichier SAM de Windows. Toutefois, celui-ci ne fonctionnera que si votre système de fichiers est le NTFS et il présente en plus l’inconvénient de rendre tous les fichiers que vous aurez protégés par EFS (Encrypting File System) définitivement inaccessibles. À moins que vous ne vous rappeliez du mot de passe ultérieurement. Mais si ces outils sont initialement prévus pour dépanner un utilisateur et éviter une perte de données irrémédiable, ils peuvent être utilisés pour passer outre vos mots de passe et accéder ainsi à vos données. Dans le deuxième cas, la désactivation des options de démarrage PC à partir d’un CD/DVD, d’une disquette et d’un support amovible reste insuffisante. Prévoyez la mise en place d’un mot de passe pour restreindre l’accès aux paramètres du BIOS, mais également un système physique de fermeture de la porte latérale de votre boîtier PC. Car il suffit en effet de réinitialiser le BIOS manuellement à l’aide du jumper de la carte mère ou plus simplement en enlevant la pile quelques secondes pour supprimer ce mot de passe.

Avant toute modification de la base de registre, pensez à effectuer une sauvegarde. CRYPTER VOS DOCUMENTS Dans le but de renforcer la sécurité, Windows XP (mais aussi Windows 2000 et 2003 server) intègre un système de cryptage au système de fichiers NTFS qui se nomme EFS (Encrypting File System). La mise en place de ce cryptage est très simple. Ouvrez les propriétés du répertoire ou dossier à protéger (clic droit) puis cliquez sur le bouton Avancés. Cochez la case Crypter le contenu pour sécuriser les données et appliquez les changements. Terminez en indiquant si vous souhaitez appliquer le cryptage

<72>

Hardware magazine avril / mai 06

EFS à ce seul dossier ou à son ensemble (dossier, ensemble de sousdossiers, fichiers). L’inconvénient majeur du système EFS est qu’il dépend entièrement du compte utilisateur auquel il est rattaché. Il suffit donc d’oublier son mot de passe et de le remplacer par un autre à l’aide des utilitaires cités plus haut pour ne plus avoir accès à vos données encryptées. Mais une simple suppression de compte utilisateur suffit également. Pour éviter ce genre de désagréments, il faut donc sauvegarder sa clé privée par sécurité.


Ouvrez pour cela le menu Démarrer, cliquez sur Exécuter puis saisissez « mmc » (Microsoft Management Console) avant de valider. Ouvrez la fenêtre déroulante Fichier, sélectionnez Ajouter/supprimer un composant logiciel enfichable puis cliquez sur Ajouter pour choisir Certificats avant de valider et refermer la fenêtre. Sélectionnez Mon compte utilisateur pour que les certificats ne soient gérés que pour ce compte. Un certificat apparaît au nom de l’utilisateur. Sélectionnez celui-ci et effectuez un clic droit pour l’exporter. Un assistant se lance et vous permettra d’exporter votre clé privée et cochez les options Echange d’informations personnelles… ainsi qu’Inclure tous les certificats dans le chemin d’accès… et pour finir Activer la protection renforcée… Vous n’avez plus qu’à choisir un mot de passe et la destination pour sauvegarder votre certificat. Pour la restauration de ce certificat, il suffira d’ouvrir à nouveau la console mmc pour afficher les certificats. Windows vous demandera alors pour quel compte il devra gérer les certificats. Il ne reste alors plus qu’à importer le certificat avant d’avoir de nouveau accès à vos fichiers encryptés.

L’ÉCRAN DE VEILLE : UNE PORTE DÉROBÉE ? Image <Ecran de veille> Légende : Dans les propriétés d’affichage, sous l’onglet Ecran de veille, la case : A la reprise, afficher l’écran d’accueil, restreint davantage l’accès à votre PC pendant votre absence.

À retenir.

La perte du mot de passe administrateur ou la suppression du compte utilisateur suffit à rendre inaccessible tous vos fichiers cryptés via l’EFS. Mieux vaut donc sauvegarder la clé EFS pour pouvoir accéder au contenu de vos dossiers en cas de besoin.

La mise en veille peut être dangereuse si ce n’est pas vous qui provoquez la reprise. Pour éviter que Windows ne redémarre exactement où il en était à la sortie de la veille, il existe plusieurs astuces. La première consiste à désactiver l’écran de veille via les propriétés de l’affichage et l’onglet Ecran de veille. La seconde astuce permet de protéger la sortie de l’écran de veille par un mot de passe. Toujours dans les propriétés de l’affichage et l’onglet Ecran de veille, cliquez sur Pour limiter tout risque d’incidents, la protection de la base de registres est indispensable.

• Il existe trois types de comptes utilisateurs. • Le compte administrateur détient tous les droits sur le système et n’est accessible qu’en mode sans échec. • Le compte utilisateur détient par défaut les droits d’administrateur. • Le compte limité ne peut rien faire si ce n’est mettre en place un mot de passe utilisateur et modifier l’apparence du bureau Windows. • Les fonctionnalités de restriction ne sont accessibles que si le système de fichiers utilisé est le NTFS. • L’onglet Sécurité n’est disponible par défaut que sous Windows XP Pro.

Simple, la mise en place d’un mot de passe utilisateur constitue une première barrière de sécurité.

• Windows intègre un système de cryptage de données nommé EFS.

Hardware magazine avril / mai 06

<73>


Comprendre ACCÈS PC Partie de cache-cache sous Windows

Pour aller plus loin encore, il est possible de dissimuler les outils d’administration disponibles sous XP Pro et permettant un accès aux différents outils de gestion du PC. À l’aide d’un clic du bouton droit sur la barre des tâches, ouvrez les propriétés et sélectionnez l’onglet Menu Démarrer afin de le personnaliser. Décochez alors la case Afficher les outils d’administration dans l’onglet Avancé avant de valider.

L’utilitaire Syskey de Windows XP permet de créer une clé sous la forme d’une disquette à insérer à chaque démarrage.

Liste des modules affichés dans le panneau de configuration.

desk.cpl hdwwiz.cpl appwiz.cpl netsetup.cpl wscui.cpl nusrmgr.cpl ncpa.cpl joy.cpl timedate.cpl irprops.cpl wuaucpl.cpl access.cpl powercfg.cpl telephon.cpl Inetcpl.cpl intl.cpl firewall.cpl mmsys.cpl main.cpl sysdm.cpl sapi.cpl odbccp32.cpl

Affichage Ajout de matériel Ajout/Suppression de programmes Assistant de configuration réseau Centre de sécurité Windows Comptes d'utilisateurs Connexions réseau Contrôleurs de jeu Date et Heure Liaison sans fil Mise à jour automatiques Options d'accessibilité Options d'alimentation Options de modems et de téléphonie Options Internet Options Régionales et linguistiques Pare-feu Windows Sons et périphériques audio Souris Système Voix Administrateur de source de données…

Valeurs Dword gérant les restrictions du panneau Ajout/suppression de programmes.

NoAddFromCDorFloppy NoAddFromInternet

Dissimule l'option Ajouter un programme à partir d'un CD-ROM ou d'une disquette. Dissimule l'option Ajouter des programmes Microsoft via Windows Update.

NoAddPage

Désactive l'Ajout de programmes.

NoAddRemovePrograms

Désactive l'Ajout et la Suppression de programmes.

NoWindowsSetupPage

Désactive l'Ajout ou la Suppression des composants Windows.

<74>

Hardware magazine avril / mai 06

Gestion de l’alimentation… puis cochez la case A la reprise, protéger par mot de passe, située dans l’onglet Avancé.

Accessible via les propriétés d’une partition ou d’un disque, l’onglet quota vous permet de limiter un espace aux utilisateurs de votre choix pour éviter tout stockage massif.

LA BASE DE REGISTRES : LÀ OÙ ÇA PEUT FAIRE TRÈS MAL Epine dorsale de Windows, la base de registres est très sensible aux modifications. On peut d’ailleurs trouver un peu partout sur Internet une astuce permettant d’interdire l’accès à la base de registres. Nous vous déconseillons très vivement d’utiliser un tel procédé car vous ne pourrez absolument plus effectuer de modifications en cas de besoin. Imaginez que vous installiez une clé .reg corrompue. Vous ne pourriez plus faire machine arrière si ce n’est d’utiliser l’utilitaire de restauration système. Il reste donc plus prudent d’empêcher

toute importation volontaire ou accidentelle d’un fichier portant l’extension .reg dans la base de registres et d’en garder le contrôle total. Pour y parvenir, ouvrez votre base de registres à l’aide de la commande regedit puis rendez-vous dans HKEY_CLASSES_ROOT\regfile\shell. Faites un double clic sur la chaîne « par défaut » puis saisissez la commande edit (données de la valeur) sans oublier de sauvegarder les changements avant de refermer l’éditeur de la base de registres. Dorénavant, lorsque vous cliquerez sur un fichier .reg, celui-ci sera édité dans notepad. Il faudra alors effectuer un clic droit et choisir la commande Fusionner pour modifier la base de registres. Une autre astuce consiste à directement gérer les permissions et restrictions de l’outil regedit. Pour cela, exécutez regedit, et sélectionnez l’option Autorisations… dans la fenêtre Edition. Procédez comme nous l’avons détaillé plus haut dans le paragraphe « Gérer les permissions ».

VERROUILLER SON PC AVEC UNE DISQUETTE Petit gadget à l’allure d’agent secret, Windows XP permet de créer une disquette agissant comme une clé numérique. Elle est alors obligatoire pour démarrer une session Windows. L’inconvénient reste toutefois de posséder un lecteur de disquettes en plus de devoir insérer la disquette à chaque démarrage de Windows XP. Un peu lourd puisque Windows XP ne sait pas gérer une clé USB au démarrage. Et mieux vaut éviter d’égarer la disquette


La restriction des horaires sur un PC est possible grâce à l’outil Net user.

sans quoi la réinstallation complète est inévitable. Pour créer votre clé, saisissez la commande syskey dans Exécutez. La fenêtre de protection de la base de données des comptes Windows XP s’ouvre alors et il suffit de cliquer sur Mettre à jour. Sélectionnez ensuite l’option Mot de passe généré par le système puis Enregistrer la clé de démarrage sur disquette et insérez votre disquette avant de confirmer par OK. Sans cette disquette, absolument personne ne pourra accéder à votre PC.

TU N’INSTALLERAS PAS ET NE DÉSINSTALLERAS PAS NON PLUS QUOI QUE CE SOIT SUR MON PC !!! Quoi de plus agaçant de voir quelqu’un supprimer un de vos programmes ou jeux préférés, ou encore de découvrir des nouveaux programmes gonflant inutilement votre PC. Pour que tout cesse, le registre va nous rendre une nouvelle fois de grands services à commencer par l’instauration de restrictions directement dans le panneau d’Ajout/suppression de programmes. Lancez regedit et créez une nouvelle

Evitez d’interdire l’accès à la base de registres, vous ne pourrez pas faire marche arrière à moins de restaurer votre système à une date antérieure à la modification. L’installation de certains logiciels vous offre l’opportunité d’empêcher l’exécution du programme par un autre utilisateur que vous.

valeur dword à l’aide du tableau suivant dans l’arborescence HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Wind ows\CurrentVersion\Policies\Explorer. Double cliquez alors sur la valeur et attribuez-lui la valeur 1 pour activer la restriction. Validez puis sauvegardez les changements avant de redémarrer Windows pour que les changements soient effectifs. À noter que cette astuce est à appliquer sur le compte utilisateur sur lequel vous souhaitez mettre en place ces restrictions. Pour aller plus loin, on peut carrément dissimuler les modules du panneau de configuration. Vous remarquerez d’ailleurs que le fait de basculer vers l’affichage classique permet d’afficher un plus grand nombre de modules. Pour dissimuler les modules de votre choix, rendez-vous dans l’arborescence HKEY_CURRENT_USER\Control

Grâce aux outils d’administration, vous pourrez activer la fermeture automatique des sessions utilisateurs au-delà des plages horaires que vous aurez paramétrées.

Les logiciels de partitionnement intégrant pour la plupart un gestionnaire de démarrage, il est possible de définir à l’aide d’un mot de passe quel utilisateur est autorisé à booter le système.

Hardware magazine avril / mai 06

<75>


Comprendre ACCÈS PC Bien paramétrer la sécurité sous Firefox

L’idéal pour contrôler l’accès à son PC est de posséder un boîtier embarquant des verrous sur la façade ainsi que la porte latérale.

Pour les rebelles geeks et amoureux de la fondation Mozilla, le navigateur Firefox regorge d’outils facilitant l’utilisation d’Internet. On peut citer les formulaires permettant d’enregistrer vos informations personnelles et éviter ainsi de les ressaisir autant de fois que nécessaire, ou encore l’enregistrement de vos logins et mots de passe de vos sites préférés. Pratique à première vue, cette option présente un grand danger. Il suffit qu’un utilisateur visite vos sites favoris pour s’y connecter automatiquement avec vos logins et mots de passe. Pire encore, vous pouvez afficher tous les mots de passe. Comment ? En vous rendant dans l’onglet Vie privée accessible via la fenêtre déroulante Outils puis Options. Si le premier clic sur le bouton Afficher les mots de passe enregistrés ne permet d’afficher que vos logins, un second clic permet d’afficher les mots de passe correspondants. Deux choix s’offrent à vous pour contourner ce défaut majeur : désactiver l’enregistrement des mots de passe ou mettre en place un mot de passe principal pour en restreindre l’accès. Prenez le temps de parcourir les options de l’onglet Vie privée pour adapter les paramètres à vos besoins et déterminer le niveau de sécurité à appliquer. Le mieux reste de créer un profil personnalisé adapté à chaque utilisateur. L’opération est très simple et il suffit de saisir la commande firefox –p dans la zone de texte Exécuter du menu Démarrer, le gestionnaire de profils et suivez pas à pas l’assistant. Pour plus de détails, rendez-vous sur le site http://www.geckozone.org. Panel\don’t load. Vous verrez alors apparaître certains noms de modules avec la valeur No (dissimuler) ou Yes (afficher) mais tous ne sont pas présents. Afin de créer les valeurs chaînes manquantes et savoir à quoi correspondent celles déjà présentes, aidez-vous de notre tableau. À l’issue de vos modifications, sauvegardez les changements et redémarrez Windows. Certains programmes installent leurs propres modules, mais vous pourrez consulter une première liste non exhaustive à l’adresse suivante : http://www.docmemo.com/windows/pa nneauconf.php. Une recherche avec le moteur Google vous permettra d’en découvrir d’autres au besoin.

<76>

Hardware magazine avril / mai 06

Cette astuce présente toutefois un inconvénient puisqu’elle n’empêche pas l’exécution de ces modules via la console Exécuter. A condition que l’utilisateur ne connaisse le nom de la commande pour le lancer.

J’AIMERAIS BIEN POUVOIR UTILISER LE PC, APRÈS TOUT C’EST LE MIEN NON ? Si beaucoup d’entre nous essayent encore d’initier femme et enfants aux joies du PC, d’autres ne savent plus quoi faire pour récupérer ne serait-ce qu’un peu de temps le PC. Même si l’idéal reste l’achat d’un autre PC, on peut encore se montrer impitoyable (après tout, il faut bien montrer

qui est le maître à la maison) en restreignant les horaires d’utilisation du PC. Fini les excuses pour ne plus lâcher le PC et arriver en retard au dîner. Chaque membre de votre foyer disposant de son propre compte, chacun dispose de son propre profil par la même occasion. C’est précisément ce profil qu’il est possible de modifier par l’intermédiaire de la commande Net user. Exécutez la commande « cmd » pour ouvrir l’invite de commandes et saisissez la commande Net user NomUtilisateur /time : jour(s), heures. Validez, la restriction s’applique automatiquement. Les jours peuvent être saisis entièrement (Lundi, Mardi, etc.) ou en utilisant l’initiale (L, Ma, Me, J, etc.). Prenons l’exemple suivant, « net user Elfedac /time : Lundi-Dimanche, 08 :0023 :00 ». Dans ce cas, l’utilisateur Elfedac ne sera autorisé à ouvrir une session que du lundi au dimanche entre 8 heures et 23 heures. Le jour où vous souhaitez désactiver ces restrictions, saisissez simplement la commande « net user NomUtilisateur /time : all ». Tout n’étant pas parfait avec Windows, si l’utilisateur est déjà connecté, celui-ci restera connecté même si la plage horaire est dépassée. Il faut donc forcer la déconnexion (votre femme n’appréciera pas et vos enfants encore moins) en passant par les outils d’administration via le panneau de configuration. Un double clic sur l’icône Stratégie de sécurité locale ouvrira la fenêtre Paramètres de sécurité locaux laissant apparaître l’arborescence Paramètres de sécurité. Ouvrez le dossier Options de sécurité situé dans le répertoire Stratégies locales. Localisez la stratégie Sécurité


réseau : forcer la fermeture de session quand les horaires de connexion expirent puis activez celle-ci par un double clic avant d’appliquer les changements. Désormais, les sessions des utilisateurs dépassant la plage horaire autorisée se fermeront de façon autonome.

MIEUX SÉCURISER INTERNET EXPLORER Certains seront horrifiés en lisant les mots Internet Explorer mais la majorité utilisant encore ce navigateur, nous ne pouvions passer outre bien que l’épreuve fut difficile. Pour commencer, la saisie semi-automatique est à Internet Explorer ce que le gestionnaire de formulaires et de mots de passe est à Firefox. Cependant, contrairement à Firefox, il est impossible de mettre en place un mot de passe général protégeant vos données sous

Bien qu’un système de contrôle parental soit intégré à Internet Explorer, celui-ci se montre d’une efficacité assez limitée.

Tout comme le navigateur Firefox, les paramètres de sécurité par défaut sont loin d’être suffisants pour restreindre l’accès à vos données confidentielles.

sont sauvegardées. Toujours dans les options Internet accessibles via le panneau de configuration ou sous IE directement, cochez la case Ne pas enregistrer les pages cryptés… située dans l’onglet Avancé et validez.

LE CONTRÔLE PARENTAL Les parents le savent bien, laisser nos enfants surfer sur Internet à l’abri des sites trop violents, pornographiques,

Les outils de partitionnement permettent bien souvent de masquer vos disques aux utilisateurs qui ne pourront dès lors plus les utiliser.

Internet Explorer. Toutes vos informations confidentielles sont donc exposées et vous n’aurez pour seul recours qu’un nettoyage complet des formulaires et mots de passe à chaque fermeture d’Internet Explorer (IE). C’est cependant assez contraignant et il est plus simple de désactiver la saisie semiautomatique en passant par les options Internet, l’onglet Contenu et le bouton Saisie semi-automatique.

À retenir.

Un autre défaut d’IE est de conserver en cache les pages visitées, ce qui est somme toute assez classique. Hormis le fait que même les pages sécurisées

• L’utilitaire Syskey permet de créer une clé numérique à l’aide d’une disquette.

• Le mode écran de veille n’est pas protégé par défaut et permet d’accéder au PC en toute impunité. • Une interdiction d’accès à la base de registres est à éviter totalement, l’administrateur lui-même ne pourra plus y avoir accès. • L’outil Net user permet d’instaurer une plage de restriction d’accès au PC.

Internet Explorer intègre un système de filtrage simpliste des sites. Vous pourrez tenir à jour la liste des sites Internet recommandés et ceux qui sont à éviter.

Hardware magazine avril / mai 06

<77>


Comprendre ACCÈS PC

racistes et tant d’autres encore n’est pas chose facile. Si bien que l’on voit débarquer toujours plus de solutions logicielles de filtrage de la part des éditeurs et des fournisseurs d’accès Internet. Toutefois, et avant d’aller plus loin, autant être très clair. Tous les logiciels, basés sur un moteur de filtrage de mots « interdits » conjointement au système de liste noire (sites interdits) et blanche (sites autorisés) offrent un niveau de protection dérisoire. Cela comprend le système de filtrage intégré à Internet Explorer et comportant 4 catégories et s’appuyant sur l’ICRA (Internet Content Rating Association) : Langue, Nudité, Sexe et Violence. Chacune de ces catégories compte 5 niveaux de sécurité accessibles via les Options Internet, Contenu et en activant le gestionnaire d’accès. Niveau 0 : Argot inoffensif ; pas de jurons Niveau 1 : Jurons très modérés ou termes très modérés pour les fonctions corporelles.

S’il est possible de restreindre l’accès d’un PC, les périphériques nomades (souris, claviers, etc.) embarquent de plus en plus des systèmes de protection de données. La société Zalix, spécialisée dans la biométrie propose une clé USB à reconnaissance digitale : la clé bioflash.

<78>

Hardware magazine avril / mai 06

Niveau 2 : Jurons, références anatomiques non sexuelles. Niveau 3 : Langage vulgaire ; gestes obscènes. Injures. Niveau 4 : Discours de haine extrême ou langage grossier. Références sexuelles explicites. Il suffit simplement de déterminer le niveau de tolérance pour chaque catégorie. Nous terminerons en vous dévoilant brièvement le logiciel Parental Filter des éditions Profil qui reprend les systèmes de filtrage parentaux que nous venons de voir. Celui-ci intègre un système de filtrage plus efficace et basé sur une intelligence artificielle permettant d’analyser le contenu des pages Internet, images comprises. Même si le niveau de protection offert est bien meilleur, cela reste insuffisant. Alors pourquoi le conseiller ? Simplement parce que Parental Filter propose de nombreuses fonctionnalités permettant de contrôler l’accès au PC. Planification de l’utilisation du PC et d’Internet, verrouillage des programmes et dossiers de votre choix, protection anticontournement pour éviter toute tentative de désinstallation ou de désactivation (seul l’admi-

nistrateur en a les droits). Mais il est également possible, à la manière d’un pare-feu de bloquer toute la navigation Internet, d’interdire les transferts de fichiers, l’envoi d’e-mails, et le filtrage des messageries instantanées. Sans oublier le système filtrant les saisies au clavier (très pratique pour interdire la communication d’informations personnelles comme l’adresse, le téléphone, les coordonnées bancaires, etc.).

Parental filter innove et propose un système de filtrage intelligent permettant d’analyser le contenu des pages Web ainsi que les images, de plus, il dispose d’une protection contre la désinstallation efficace. Sans le mot de passe administrateur il est impossible de le désinstaller.


Pratique LIVE CD

LiveCD LiveUSB :

votre système d'exploitation

de poche Par : Laurent Dilain

Parmi les systèmes d'exploitation comme Linux ou Windows, les LiveCD permettent de tirer parti de machines parfois un peu anciennes et sans disques durs. Attardons-nous sur leurs avantages, leurs fonctionnements, et sur ce que l'on peut concrètement bénéficier. u'est ce qu'un LiveCD ? Il s'agit d'un CD-ROM bootable qui contient un système d'exploitation et des logiciels prêts à l'emploi sans pour autant disposer d'un disque dur. La majorité des LiveCD sont basés sur Linux, car cet OS a le bénéfice d'être libre et donc gratuit. Bien que Slackware, distributeur de solutions Linux, fût le premier à donner naissance au premier LiveCD, celui-ci connut vraiment son essor en 2003 avec la distribution Knoppix. Depuis, il existe plus de 300 LiveCD gratuits disponibles sur Internet, qu'ils soient composés de Linux, Dos ou même Windows.

Q

Quels sont les intérêts d'utiliser un LiveCD ? En premier lieu, c'est un système d'exploitation automatiquement configuré pour chaque machine et gratuit. Ainsi, l'utili-

<80>

Hardware magazine avril / mai 06

On ne présente plus GeexBox avec sa simplicité ultime


gain de vitesse entre les anciennes et dernières générations de CPU. Les LiveCD sont loin d'être réservés aux amateurs de Linux. Que faire lorsqu'un système traditionnel ne démarre plus correctement ? Problème de disque dur ? Attaque de virus ? Certains LiveCD sont spécialisés dans les domaines du diagnostic et de la réparation, comme le très célèbre UltimateBootCD. Bien évidemment, le tableau n'est pas si idéaliste que cela : les LiveCD possèdent de nombreux inconvénients. Premièrement, le CD n'étant pas un support réinscriptible, il n'est pas possible d'y sauvegarder son travail et ses préférences de session comme le choix du format du clavier ou les options des logiciels. Bien que les lecteurs CD possèdent maintenant au mieux une vitesse maximum de 54x, la lecture d'un LiveCD s'avère très lente par rapport à un disque dur d'entrée de gamme. Bien que certains commencent à développer des « accélérateurs » de LiveCD comme Japan Alpha Systems, la lenteur des processus de démarrage de l'OS et du lancement de gros logiciels demeure un aspect négatif de ce système.

BackTrack, la distribution pour les férus de sécurité

Cette lenteur peut aussi être augmentée par le manque de mémoire vive. En effet, la majorité du système se charge en RAM, et ne fait pas appel à une zone d'échange de mémoire virtuelle car un LiveCD ne se sert pas des disques durs.

Les principaux LiveCD HCPC GeeXBoX http://www.geexbox.org/en/index.html

KnoppMyth http://mysettopbox.tv/knoppmyth.html

AmaroK Live http://amarok.kde.org/wiki/index.php/AmaroK_Live

ByzantineOS http://byzgl.sourceforge.net/

eMoviX

Knoppix à été le premier à démocratiser les LiveCDs

http://movix.sourceforge.net/

Freepia sateur peut disposer par exemple d'un environnement graphique fenêtré à la Windows, d'une solution plus que complète pour naviguer sur Internet, et pourquoi pas d’une suite bureautique comme OpenOffice pour travailler. Le plus fort, c'est que tout ceci peut être réalisé sans rien modifier sur la machine que l'on utilise, car le système n'utilise pas le disque dur. Pour peu que l'on maîtrise l'anglais, leur simplicité d'utilisation est déconcertante. Nul besoin de paramétrer le matériel présent sur la machine, la puissance du noyau de Linux découvre et paramètre

tout le hardware. En général, on se retrouve après la phase de démarrage automatique d'un LiveCD devant un environnement graphique Xwindow, ou bien devant une invite de commandes dotée d'une page d'aide. Pour les testeurs fous, ils sont une bonne occasion d'apprécier la qualité d'un logiciel ou d'un système sans pour autant formater ou repartitionner son disque dur. Par exemple, certaines distributions Linux permettent de tester un environnement 64 bits par rapport à une configuration 32 bits. Ceci démontrera très facilement le

http://freepia.mooo.com/

jollix http://www.jollix.de/en/en_home.html

MoviX http://movix.sourceforge.net/

MoviX2 http://movix.sourceforge.net/

StudioGo http://www.ibiblio.org/onebase/onebaselinux.com/Ab

WOMP ! http://womp.sourceforge.net/

Hardware magazine avril / mai 06

<81>


Pratique LIVE CD Les principaux LiveCD tirant parti d'un CPU 64 bits Gentoo http://www.gentoo.org/

Kubuntu http://kubuntu.org/

Gnoppix http://www.gnoppix.org/

Kanotix http://kanotix.com/index.php?&newlang=fr

Knoppix64 http://www.applia.fr/contents/knoppix64.html

Ubuntu http://www.ubuntulinux.org/

Suse Live-Eval http://www.suse.com/us/private/download/suse_linux/ index.html

Damn Small Linux, il a tout d'un grand !

rique ! Une clef tient indéniablement plus facilement dans une poche qu'un CD, ce qui permettra à l'utilisateur d'avoir son système partout avec lui avec les clefs de sa maison. Le bonheur de tout geek qui se respecte !

Avec un emulateur MAME, les soirées vont durer des nuits !

Les configurations matérielles dotées de 64 Mo de RAM auront du mal à faire tourner correctement un environnement graphique digne de ce nom. Comment contourner ces problèmes sans perdre les avantages d'un tel système ? Les concepteurs de LiveCD ont rapidement trouvé une parade avec l'utilisation du stockage au format USB. L'utilisation d'une clef USB permet même d'obtenir un sérieux avantage par rapport au CD : la taille du périphé-

Concrètement, comment mettre un LiveCD sur un support USB ? Encore une fois, la simplicité est au rendezvous. Généralement, Il suffit de démarrer le LiveCD et de lancer une application d'installation sur disques durs intégrée au système. Les modes de fonctionnement des applications diffèrent : on peut avoir une installation en ligne de commande (en tapant install au démarrage) ou une interface graphique très conviviale. Une fois que le contenu du LiveCD a été installé sur le disque externe, il faut bien entendu que le BIOS supporte le boot sur de tels supports. A cet instant, le LiveCD prendra vraiment toute son ampleur avec une vitesse de fonctionnement accrue, et surtout la possibilité de sauvegarder tous les éléments d'une session (bureau, documents, logiciels).

Ultimate Boot CD peut paraitre austère, mais il a sauvé de nombreuses configurations d'un formatage inutile.

<82>

Hardware magazine avril / mai 06

ET WINDOWS ? Pourquoi n'existe-t-il pas ou très peu de LiveCD à base de Windows, le système d'exploitation le plus utilisé dans le monde ? La réponse est simple : Windows n'étant pas gratuit, il n'est pas possible de mettre à disposition des LiveCD en téléchargement sur Internet, à part bien évidemment certaines versions pirates. Par contre, il existe quelques façons de créer son propre LiveCD à partir de sa version de Windows et de certains utilitaires comme BartPE (Bart's Preinstalled Environment). La procédure n'est pas très complexe, mais elle a le désavantage de n'être pas aussi simple et ouverte qu'une solution à base de Linux. Comme il existe plus de 300 LiveCD, nous avons décidé de nous attarder plus particulièrement et pratiquement sur six distributions qui ont chacunes leur domaine de prédilection. Commençons par la fonction multimédia. Pour les fidèles de nos magazines, il n'est plus nécessaire de présenter GeeXBoX, qui remporte la palme de la distribution PCHC au sein de la rédaction: MP3, cartes d'acquisition DVB et analogique, lecteur DVD et DivX. Nous allons nous concentrer sur l'installation sur disque : au préalable, il faut formater le disque ou la clef que l'on veut utiliser au format FAT32 ou Linux. Après avoir gravé l'image au format .ISO et inséré le CD, on obtient une invite de ligne de commande après l'écran du BIOS. Il faut alors taper install (instqll au clavier car le clavier par défaut est QWERTY) et le pro-


Le système d'identification du matériel sous Linux On différencie le matériel sous Linux sous la forme d'un lien virtuel vers un fichier. Toutes les ressources matérielles se trouvent dans le répertoire /dev. Par exemple, pour la première partition du premier disque dur IDE, la définition sera /dev/hda1 (hd pour disque dur IDE, a pour le disque dur maître le premier contrôleur IDE, 1 pour la première partition). Ces informations sont surtout utiles au moment de l'installation et destinées aux LiveCD particuliers. En règle générale, tout est transparent pour l'utilisateur. Une petite liste non exhaustive : hd* : tous les disques durs sur le contrôleur IDE sd* : tous les disques durs non situés sur le contrôleur IDE (disques SCSI, disques USB, disques SATA, disques FireWire…) fd0 : le lecteur de disquettes eth* : les interfaces réseau wifi* ou wlan* : les contrôleurs réseau Wi-Fi. cessus d'installation se lance. Un premier écran demande sur quel disque on veut installer GeeXBoX. Le disque sera identifié très certainement par /dev/sda. Ensuite, un deuxième écran demande quel Boot Loader (secteur de boot) doit être installé. Choisir sans hésitation Grub. Et voilà ! Après quelques instants, le support externe est prêt ! Pour les amateurs de réseaux et surtout de sécurité, le LiveCD BackTrack les comblera de bonheur ! Cette petite galette est ce qui se fait de mieux en analyse LAN/Internet/Wi-Fi. Elle regroupe d'anciens projets de LiveCD nommés Whax et Auditor. Après avoir démarré le CD, on nous invite à s'authentifier avec le login root et le mot de passe toor. Ensuite, une ligne de commande nous laisse pantois car il n'y a aucune explication. Il suffit de taper en fait la commande startx (stqrtx) pour lancer Xwindow et se retrouver dans un environnement convivial. Les premières choses à faire sont de paramétrer le clavier (en bas, à gauche à côté de l'heure) et de paramétrer les cartes réseau via le menu Système. Une fois ceci fait, on peut accéder à toutes sortes d'outils dans le menu BackTrack, et notamment à des logiciels qui permettent de vérifier si ses paramètres WI-FI de sécurité sont bien réglés. Il faut savoir que dans des mains expertes, ce CD permet de cracker des clefs WEP, aussi nous vous rappelons que pénétrer à l'intérieur d'un système étranger est formellement interdit par la loi. Le CD contient aussi toute une base de données textuelles référençant tous les exploits (failles de sécurité) connus à ce jour. Pour installer BackTrack sur un disque, rien de plus simple : à l'aide de MySlax Creator, utilitaire tournant sous Windows, il suffit de sélectionner le CD ou l'image ISO de la distribution, et de cliquer sur le bouton USB Stick. Cette procédure marche avec toutes les distri-

ReactOS, un émulateur Windows qui marche bien ! Ici, Unreal Tournament.

butions dérivées de la SLAX, ce qui est bien pratique car elles sont fort nombreuses. Pour 50 Mo, je voudrais un système complet qui me permette de travailler, prendre contrôle de mon PC principal, et bien sûr surfer sur Internet. Le grand gagnant est Damn Small Linux (DSL). Basé sur la fameuse distribution Debian et un environnement peu gourmand en ressources FluxBox, DSL possède tout des grands : Firefox, viewer PDF, lecteur multimédia, traitement de texte, etc. Pour installer le LiveCD sur un autre support, il suffit d'aller dans le menu Apps/Tools et de choisir Install to USB Pendrive. Ensuite, il est recommandé de choisir ZIP émulation pour être le plus compatible avec le BIOS des anciennes machines. Enfin, voici un LiveCD qui ravira les gamers nostalgiques de plus de 20 ans. AdvanceCD Arcade permet de transformer n'importe quelle machine en une console d'arcade en disposant d'un émulateur de ROM au format MAME. Après avoir téléchargé le fichier zip et extrait les fichiers d'installation, on s'aperçoit que ceux-ci contiennent tout ce qu'il faut pour faire un LiveCD ou une clef USB sur mesure. La distribution pour des raisons de droits est fournie avec 4 petits jeux : Gridlee, Poly Play and Robby Roto. Il est donc conseillé d’ajouter des fichiers de ROM avant de créer son LiveCD ou disque USB en les plaçant dans les répertoires Image/Arcade/ROM. Pour conclure, ne vous arrêtez pas à la peur de la complexité de Linux : les LiveCD sont là pour vous ! Ils vous permettront de tester sans danger une multitude de solutions. En attendant de nouveaux supports comme la démocratisation de la RAM non volatile, faites chauffer les CD et les clefs USB !

dyne:bolic : un LiveCD pour X-BoX

Certains LiveCD comme Mandows permettent de sauvegarder facilement les données sur une clef USB.

Liens Internet : BartPE : http://www.nu2.nu/pebuilder/ Un site en français sur les LiveCDs : http://www.framasoft.net/rubrique277.html MySlax Creator : http://myslax.bonsonno.org/ Damn Small Linux : http://www.damnsmalllinux.org/ AdvanceCD Arcade LiveCD : http://advancemame.sourceforge.net/cd-readme.html

Hardware magazine avril / mai 06

<83>


Dossier RECYCLER SON PC

Génération 2 Ghz

DONNEZ UN

COUP DE JEUNE Par : Thomas Olivaux

• Duron, Athlon XP, Celeron, Pentium 4 • Tous nos conseils pour upgrader et/ou recycler votre machine Derrière le nom Pentium 4 se cachent plusieurs processeurs qui ne s'installent pas tous sur les mêmes cartes mères.

Même si votre ancien disque dur tourne à 7200 tours et embarque 2 Mo de cache, vous gagnerez à le changer.

<84>

Hardware magazine avril / mai 06

Dépassé depuis deux ans d'un point de vue marketing, l'Athlon XP se défend encore bien !


Une vieille unité centrale gît sous votre bureau ? Voyons voir ce dont sont encore capables les Duron, Celeron, Athlon XP et Pentium 4 jusqu'à 2,0 GHz. Nos astuces pour les mettre à jour et/ou leur trouver de nouveaux usages.

À VOTRE PC Il est difficile d'imagine qu'une GeForce 2 ait été une carte de joueur en son temps, tant ses performances ne sont compétitives.

ue le temps passe ! Il y a quelques mois, lorsque nous faisions des dossiers visant à recycler de vieux ordinateurs pour leur donner un nouveau départ, nous parlions encore de Pentium II ou Pentium III. Aujourd'hui, la génération Athlon XP et Pentium 4 est déjà suffisamment âgée pour être concernée à son tour, donnant donc naissance à ces quelques pages. Ce guide a pour objectif d'analyser les performances et d'aider à mettre à jour les PC vendus il y a deux à trois ans. Il s'agit des machines vendues à l'époque des premiers Athlon XP et Pentium 4, c'est-àdire de tous les processeurs cadencés entre 1,3 et 2,0 GHz grosso modo. Bien que relativement peu âgés, vendus pour la plupart entre 2001 et 2003, ces

Q

PC accusent tout de même le coup. Point de SATA, point de PCI-Express et point de SLI/CrossFire pour toutes ces machines. La DDR2 ? Inconnue également. Nous ne parlerons même pas des sockets 775 d'Intel et 754/939 d'AMD. Les machines auxquelles nous nous intéressons sont encore en socket 423, 478 ou 462, ce dernier étant plus connu en tant que socket A.

UPGRADE OU RECYCLAGE ? Lorsque l'on se penche sur la mise à niveau de machines qui sont trop âgées pour répondre aux besoins actuels mais qui ne le sont pas encore assez pour être complètement « has been », deux choix s'offrent généralement à nous. Soit l'on part sur une upgrade des plus classique, visant à moderniser

au niveau des fonctionnalités et des performances, soit l'on réfléchit à un nouvel usage de ce PC, un PC home cinéma ou un serveur de stockage par exemple. Nous évoquerons longuement l'upgrade, avec différents conseils d'achat pour s'adapter à tous les budgets, mais vous verrez qu'il est fréquemment plus intéressant de lui donner un nouveau rôle, car bon nombre de machines de cette époque peuvent difficilement être mises à jour sans tout changer ou se tourner vers le marché de l'occasion. Dans ce cas, nous partirons du principe que vous avez déjà remplacé votre PC principal et que vous vous occupez d'une machine plus ancienne, actuellement inutilisée.

Hardware magazine avril / mai 06

<85>


Dossier RECYCLER SON PC

Quelques idées de recyclage omme nous l'avons évoqué en introduction, outre des conseils d'upgrade visant à améliorer les PC en dépensant intelligemment, nous souhaitons également vous aider à trouver de nouveaux usages pour vos anciennes machines. Comme nous pourrions le dire d'êtres humains, il faut leur redonner « le goût de vivre », qu'ils servent là où la puissance ne fait pas

C

tout, là où nous ne les imaginons pas habituellement. En général, lorsqu'il n'y a qu'un seul PC dans la maison, il sert un peu à tout, y compris à exécuter les tâches qui requière le plus de puissance comme les jeux vidéo. Dès lors que plus d'une machine se partage le territoire, le PC principal est, normalement, le plus

puissant. Voici quelques exemples de recyclage de votre(vos) ancien(s) PC, l'idéal étant de le(s) relier en réseau afin qu'ils profitent tous d'Internet et puissent échanger des fichiers. Ce dossier s'intéresse avant tout aux ordinateurs fixes, mais nous vous montrerons comment transformer un vieux portable en cadre photo ultrahigh-tech un prochain numéro.

PCHC Généralement, quand il y a un second PC dans la maison, celui-ci est soit pour les enfants, soit dans le salon, auquel cas il s'agit de ce que l'on appelle désormais couramment le PCHC (PC home cinéma). Le rôle du PCHC est assez évident, il est au beau milieu de se que l'on appelle parfois la convergence numérique et il permet de profiter des nombreux médias modernes, en famille, avec une qualité de son et d'image de haut niveau. Les PC de salon les plus modestes seront capables de remplacer une chaîne hi-fi, ils sont à même de lire les musiques de tout format (WAV, MP3, OGG…) tout en lisant les CD et DVD audio. Avec un PC relié à Internet, vous pourrez même profiter des radios en streaming. Le « vrai » PC home cinéma, plus puissant, est branché à la TV ou au vidéoprojecteur et prend en charge tous les standards de la vidéo, DivX, DVD et même la vidéo haute définition, tellement à la mode. Par l'ajout de carte(s) tuner peu onéreuse(s), le PC de salon peut également recevoir la radio FM, la TV analogique et/ou numérique (TNT, satellite, câble).

<86>

Hardware magazine avril / mai 06

PC serveur Un classique du recyclage de vieux PC, un des usages les plus séduisants, le serveur. Derrière ce mot assez générique se dissimulent de nombreuses applications, dont le stockage et le partage de fichiers, l'hébergement de sites Internet, j'en passe et des meilleurs. Le serveur de fichiers est intéressant car il permet de regrouper les plus gros disques durs de la maison, et donc leur contenu, sur une seule machine, distante et donc discrète. Il suffit qu'elle soit branchée au réseau comme nous l'expliquons dans le dossier réseau de ce même numéro pour que les films, musiques, logiciels et autres fichiers soient accessibles depuis n'importe quel autre ordinateur de la maison. Nous citions également le serveur Web, ce dernier pourra vous servir pour héberger une page personnelle, ou même un serveur FTP, grâce à votre connexion Internet, mais il permettra également aux développeurs de tester leurs créations HTML, PHP et compagnie comme si elles étaient déjà en ligne.


PC chambre Le PC de chambre reprend à peu près le rôle du PC home cinéma, mais à une plus petite échelle. C'est le PC multimédia que l'on utilise depuis son lit pour regarder la télévision, un film ou une série DivX, écouter de la musique en s'endormant ou encore jouer. Il n'est généralement pas branché à une chaîne hi-fi haut de gamme, ni même à un grand téléviseur, une configuration assez modeste suffit donc amplement. S'il est relié au réseau, la capacité du disque dur n'a pas vraiment d'importance puisque vos musiques et vidéos seront stockées sur un autre ordinateur, quand ce n'est pas sur un support amovible. Comme pour le PC home cinéma, il faudra un clavier et une souris sans fil pour cet ordinateur, ou encore une télécommande. En dehors de quelques rares cartes graphiques d'entrée de gamme, n'importe quelle machine de plus de 1 000 MHz suffit à cet usage, fort confortable ; pour peu que l'on y ait goûté, il devient difficile de s'en passer !

PC cuisine Le PC dans la cuisine n'est pas très fréquent. Pourtant, à une époque où de moins en moins de gens prennent le temps de cuisiner et de manger équilibré, un PC dans la cuisine pourrait vous aider à changer ! 100 % pratique, c'est l'outil qui remplace tous les livres de cuisine, puisque de nombreux sites Internet proposent des centaines, si ce n'est des milliers de recettes ; entrées, plats, desserts, rien n'est oublié ! Ce même PC peut également remplacer les traditionnelles notes aimantées sur le frigo : les numéros de téléphone d'urgence, ou la liste des courses. Enfin, et c'est bien agréable, ce PC vous tiendra compagnie le temps de préparer vos repas, ou de faire la vaisselle. En effet, vous pourrez en profiter pour écouter de la musique, ou regarder la TV, le journal de 20 heures par exemple. Encore une fois, puisqu'on ne joue pas dans la cuisine, pas plus qu'on y retouche des photos, ou que l'on monte des films vidéo, la puissance n'est pas une caractéristique importante.

PC cave/garage Un vieux PC trouvera également sa place dans le garage, lieu de bricole et de détente pour de nombreux hommes modernes. Les mécanos apprécieront de pouvoir profiter des nombreux documents et guides de réparation que l'on peut trouver sur Internet, sur les forums spécialisés notamment, ainsi que de pouvoir profiter du fait que certains programmes permettent d'analyser sa voiture comme le font les concessionnaires. Les bricoleurs de tout poil seront également ravis de profiter d'un logiciel de CAO pour concevoir les pièces et autres meubles qu'ils créent. Dans tous les cas, c'est un PC qui pourra distiller de la musique en MP3, même des radios en streaming sur Internet, le Wi-Fi autorisant de nombreux usages qui se seraient révélés fastidieux s'il avait fallu câbler toute la maison. Une fois encore, la puissance n'a que peu d'importance pour le PC du garage. Celui-ci étant destiné à être dans un environnement probablement plus sale que le reste de l'habitation, il faut que son écran et son ensemble clavier/souris ne soient pas trop « précieux ».

Hardware magazine avril / mai 06

<87>


Dossier RECYCLER SON PC

Quelle puissance pour quel usage ? our vous aider à décider de l'usage d'un vieux PC, nous vous avons concocté un tableau qui se veut complet, visant à

P

déterminer les caractéristiques techniques minimum à remplir usage par usage. Ainsi, malgré la quantité astronomique de configurations dispo-

C. Gfx. mini

nibles, vous devriez pouvoir vous y retrouver quelque soit votre ancien PC et l'usage que vous désirez en faire désormais.

Usage (Windows XP)

CPU mini

CPU top

RAM mini

RAM top

C. Gfx. top

Divers

Bureautique, monotâche

500 MHz

1 GHz

128 Mo

256 Mo

Toutes

Toutes

Disque dur rapide souhaitable

Bureautique, multitâche

500 MHz

1 GHz

256 Mo

512 à 1 Go

Toutes

Toutes

Disque dur rapide recommandé

Internet - Mail

500 MHz

1 GHz

128 Mo

256 Mo

Toutes

Toutes

Disque dur rapide souhaitable

Internet - Web

500 MHz

1 GHz

128 Mo

256 Mo

Toutes

Toutes

Disque dur rapide souhaitable

Internet - Chat

500 MHz

1 GHz

128 Mo

256 Mo

Toutes

Toutes

Disque dur rapide souhaitable

Internet, multitâche

500 MHz

1 GHz

256 Mo

512 à 1 Go

Toutes

Toutes

Disque dur rapide recommandé

Bureautique + internet, multitâche

800 MHz

1.5 GHz

512 Mo

1 Go

Toutes

Toutes

Disque dur rapide recommandé, CPU dual core intéressant

Retouche photo (Web)

1 GHz

1.5 GHz

256 Mo

512 Mo

Toutes

Toutes

Disque dur rapide recommandé

Retouche photo (3 MP et plus)

1 GHz

2.0 GHz

256 Mo

1 Go

Toutes

Toutes

Disque dur rapide recommandé

Montage vidéo

1.5 GHz

2.5 GHz

256 Mo

1 Go

Toutes

Compatible DirectX 9

Disque dur rapide recommandé, disque dur de grande capacité

Création 3D

1.5 GHz

2.5 GHz

256 Mo

1 Go

Toutes

Compatible DirectX 9

Disque dur rapide recommandé, CPU dual core recommandé

Création musicale

1.0 GHz

1.5 GHz

256 Mo

512 Mo

Toutes

Toutes

Disque dur rapide souhaitable, carte son haut de gamme

Jeux anciens ou 800x600 max

1.5 GHz

2.5 GHz

256 Mo

512 Mo

GeForce 7300GS / Radeon X1300

GeForce 6600 GT / Radeon X800 GT

Disque dur rapide recommandé, option carte son surround EAX

Jeux 1024x768

2.0 GHz

2.5 GHz

256 Mo

1 Go

GeForce 6600 / Radeon X700

GeForce 6800 GT / Radeon X800 XL

Disque dur rapide recommandé, option carte son surround EAX

Jeux 1280x1024

2.5 GHz

3.0 GHz

512 Mo

1 Go

GeForce 6600 GT / Radeon X800 GT

GeForce 7800 GT / Radeon X1800 XL

Disque dur rapide recommandé, option carte son surround EAX

Jeux 1600x1200

3.0 GHz

3.5 GHz

512 Mo

2 Go

GeForce 6800 GT / Radeon X800 XL

GeForce 7800 GTX / Radeon X1800 XT

Disque dur rapide recommandé, option carte son surround EAX, carte gfx 512 Mo souhaitable

Jeux 1920x1440 et plus

3.5 GHz

4.0 GHz

512 Mo

2 Go

GeForce 6800 GT / Radeon X800 XL

GeForce 7900 GTX / Radeon X1900 XT

Disque dur rapide recommandé, option carte son surround EAX, carte gfx 512 Mo recommandée

Multimédia - Ecoute musique

500 MHz

1 GHz

128 Mo

256 Mo

Toutes

Toutes

Disque dur rapide souhaitable

Multimédia - Films DivX / DVD

800 MHz

1.5 GHz

256 Mo

512 Mo

Compatible DirectX 7

Compatible DirectX 9

Disque dur rapide souhaitable, carte son 5.1 ou plus

Multimédia - Films HD

1.5 GHz

3.0 GHz

256 Mo

1 Go

Compatible DirectX 9

Compatible nVidia PureVideo ou ATi Avivo

Disque dur rapide recommandé, carte graphique compatible HDCP, carte son 5.1 ou plus

<88>

Hardware magazine avril / mai 06


Que peut-on upgrader ? a tient du bon sens, mais selon l'âge de votre ordinateur, la mise à niveau ne se conçoit pas toujours de la même manière. En effet, si l'ajout de mémoire vive ou le changement de carte graphique suffit à améliorer les capacités d'un PC assez récent, acheté l'été dernier par exemple, il n'en sera pas de même pour une machine datant d'il y a trois ans et plus. Pour les vieux ordinateurs, tout dépend de l'usage que vous souhaitez en faire, bien sûr. Comme nous venons de le voir, il existe de nombreuses applications possibles pour une machine quelque peu dépassée, des usages pour lesquels la puissance du CPU ou de la carte graphique n’est pas à mettre au premier plan. Vous pouvez envisager de redonner à votre machine un petit coup de jeune sans débourser beaucoup d'argent, mais vous n'aurez pas pour autant un PC récent en termes de performances et de fonctionnalités ; il pourra toutefois satisfaire de nombreux usages, comme ceux que nous avons vus plus haut… ou tout simplement il servira de poste bureautique et Internet, de PC de secours pour l'usage le plus fréquent de nos ordinateurs. Si vous désirez le remettre vraiment au goût du jour, il faudra changer plus de composants, à commencer par la carte mère puisque cette dernière conditionne toutes les possibilités d'upgrade.

Pourquoi ne pas upgrader votre PC en améliorant le silence de fonctionnement ? Les disques durs Samsung sont aujourd'hui les plus silencieux.

C

RAM/HDD, LA BASE Quelle que soit la machine dont on souhaite améliorer les performances, l'ajout de mémoire vive et le changement du disque dur système sont systématiquement recommandés, car ce sont des opérations relativement faciles et peu coûteuses. Les PC vendus il y a quatre ou cinq ans sont généralement équipés de 256 à 512 Mo de RAM. Aujourd'hui, pour utiliser Windows XP confortablement, 512 Mo est justement la valeur minimum. Si vous souhaitez être vraiment à l'aise dans tous les cas de figure, même pour la retouche d'images en haute définition ou pour les jeux les plus gourmands, vous pouvez tabler sur 1 Go de RAM. Plus de 1 Go est intéressant… mais sur une machine globalement dépassée, ça serait superflu. Pour ajouter de la mémoire à son ordinateur, il faut tout d'abord vérifier le type de mémoire que votre carte mère supporte, ainsi que le ou les emplace-

Le Pentium 4 sur socket 775 est malheureusement incompatible avec toutes les anciennes cartes mères P4 s423 ou s478.

ments disponibles. A l'époque des processeurs Duron et des premières générations d'Athlon XP, et pour quelques cartes mères Intel pour Celeron et Pentium 4, le standard mémoire était la SDRAM. Depuis 2003, nous sommes progressivement passés à la mémoire DDR. Il ne faut pas non plus oublier qu'avant l'avènement de la DDR, Intel a tenté d'imposer la mémoire RAMBUS pour ses Pentium 4, une mémoire performante, qui n'a pas séduit suffisamment d'utilisateurs tant elle était onéreuse par rapport à la SDRAM et la DDR. Pour déterminer avec certitude le type de mémoire, il vaut mieux s'orienter vers la notice de votre carte mère. Toutefois, il est facile d'identifier une barrette de SDRAM d'une barrette de DDR d'un simple coup d'œil, en comptant le nombre d'encoches au niveau du connecteur. Il y en a deux pour la SDR et une seule pour la DDR. Vous n'êtes pas sans savoir que pour chaque type de mémoire, il y a également une notion de vitesse, qui s'exprime soit en

Hardware magazine avril / mai 06

<89>


Dossier RECYCLER SON PC prendre des barrettes plus véloces (PC3500, PC4000, PC4400, PC4800 et compagnie). Attention, même si ça peut paraître évident pour certains, n'oubliez pas que la DDR et la DDR2 ne sont pas compatibles, vous ne pourrez donc pas installer de modules DDR2 sur vos anciens Pentium 4 et/ou Athlon XP.

MHz, soit en Mo/s. Pour la SDR, il existait essentiellement des modules PC66, PC100 et PC133, ce qui correspondait aux fréquences de fonctionnement. Aujourd'hui, quel que soit votre processeur, nous vous conseillons d'acheter de la PC133. C'est la moins chère et, comme dit le proverbe, « qui peut le plus peut le moins », vous n'aurez aucun problème à la faire fonctionner soit à 66, soit à 100, soit à 133 MHz. De toute façon, la SDRAM est en voie d'extinction et vous n'aurez probablement pas le choix. Pour la DDR, en dehors du fait que l'on en trouve aisément dans toutes les boutiques, les conseils concernant la vélocité sont à peu près identiques. Les barrettes les plus courantes sont la PC2100 (DDR266), la PC2700 (DDR333) et la PC3200 (DDR400). Nous vous conseillons, pour les mêmes raisons, de prendre uniquement de la PC3200. Seules les personnes souhaitant overclocker des processeurs au-delà de 200 MHz de bus auront intérêt à

<90>

Hardware magazine avril / mai 06

En ce qui concerne le disque dur, nous distinguons deux caractéristiques essentielles que sont la vitesse et la capacité. Ce qui nous intéresse le plus dans le cadre d'un dossier upgrade est, bien sûr, la vélocité. Au fur et à mesure des années, les disques durs vont de plus en plus vite pour transférer les données et, croyez-nous, l'impact sur la vélocité globale d'un ordinateur est très perceptible. Par exemple, à machine égale, selon que vous utilisez un disque dur 7 200 tours 2 Mo de cache de 2002 ou un disque 7 200 tours 8 à 16 Mo de cache d'aujourd'hui, le temps nécessaire pour démarrer Windows XP et tout ce qui s'en suit varie de plus de 25 % ! La réactivité de l'ordinateur est également meilleure, tous les menus et toutes les fenêtres s'affichant plus rapidement, les logiciels se chargeant plus rapidement. C'est encore plus remarquable si vous avez un très vieux disque dur, cadencé à 5 400 tours par minute par exemple, mais même par rapport aux premiers disques 7 200 tours de 1998 ou 1999. Notez que l'âge du disque dur est presque plus important que ses caractéristiques techniques. Bien que nous recommandions aujourd'hui d'acheter un modèle avec 8 Mo de mémoire cache, dites-vous qu'un 2 Mo construit il y a peu sera déjà beaucoup plus performant qu'un 2 Mo d'il y a trois ans. Autre avantage d'une upgrade de disque dur, elle permet d'augmenter l'espace de stockage. Non seulement


Les cartes graphiques AGP sont encore assez nombreuses, ce qui offre de bonnes possibilités d'upgrades aux PC âgés de deux ou trois ans.

les gros disques (entre 160 et 300 Go) ne coûtent plus très cher, mais vous pourrez sûrement conserver votre ancien disque en plus. Attention, pour que la différence de vitesse se ressente, il faut bien entendu configurer le nouveau disque en principal et réinstaller le système d'exploitation sur ce dernier. Il y a deux contraintes techniques à prendre en compte avant d'acheter un disque dur. Il faut tout d'abord vérifier que votre carte mère, si elle est ancienne, puisse accepter les disques de grande capacité. Il existe quelques BIOS qui posent problème au-delà de 8,4 Go, d'autres à partir de 32 Go. Heureusement, bien peu de PC vendus depuis 1999 connaissent ce genre de désagrément, et de toute façon, il est

souvent possible d'y remédier en mettant le BIOS à jour. Notons que la majorité des cartes mères vendues jusqu'en 2001 ne peuvent pas accepter de disques de plus de 128 Go. Une fois de plus, des BIOS modifiés ou l'ajout d'un contrôleur IDE sur un port PCI ont permis de contourner le problème. En fait, pour s'assurer que les disques de plus de 128 Go fonctionnent, il faut vérifier que la carte supporte l'adressage IDE sur 48 bits, mais les PC Pentium 4 et Athlon XP sont tous plus récents et ne connaissent que très rarement ce problème. L'autre point à prendre en compte est la vitesse du contrôleur IDE de la carte mère. Les disques actuels sont soit en ATA133, soit en Serial ATA (SATA ou SATA-2). Les disques Serial ATA sont un peu à part et requièrent un contrôleur Serial ATA car leur connectique n'est plus la même. En ce qui concerne le Parallel ATA, l'IDE classique en somme, vous pouvez très bien brancher un disque dur ATA133 sur un

L'Athlon 64 a remplacé l'Athlon XP chez AMD, ils ne s'installent pas sur les anciennes cartes mères.

Hardware magazine avril / mai 06

<91>


Dossier RECYCLER SON PC

Le disque dur n'étant pas vraiment dépendant du reste du PC (sauf contrôleur), même une machine modeste peut bénéficier des bienfaits d'un disque dur ultrarapide.

vieux contrôleur ATA33 ! Seulement, les disques modernes dépassent tous les 33 Mo/s, ce qui fait qu'ils seront sousexploités sur un contrôleur ATA33. Il faut au minimum un contrôleur ATA66 et nous recommandons un ATA100 pour bien en tirer parti. En principe, tous les PC Pentium 4 ont au moins un contrôleur ATA100, il en va de même pour les ordinateurs Athlon XP qui, sauf les plus vieilles cartes en ATA66, sont presque tous en ATA100 ou ATA133. Quant au choix entre ATA et Serial ATA, vous pou-

Les problématiques SLI et CrossFire semblent bien abstraites lorsque l'on parle d'upgrader un PC de 2003.

vez prendre le moins cher sans hésiter. Les disques SATA remplacent peu à peu les modèles ATA, mais ces derniers ne sont pas vraiment dépassés d'un point de vue des performances, c'est l'essentiel.

DES CPU DANS LE COUP Dès que l'on veut jouer un peu plus sur les performances, il faut s'attaquer au processeur ainsi qu'à la carte graphique, entre d'autres termes changer de budget. Pour ce qui est du processeur, nous rencontrons vite les limitations d'une carte mère. En effet, lorsque vous achetez un PC, on vous dit que vous pourrez faire évoluer le processeur, mais c'est en fait à moitié faux. Pourquoi donc ? Prenons l'exemple d'un Pentium 4 1,4 GHz FSB400 sur socket 423. Vous pouvez bien sûr le remplacer par un P4 1,8 GHz, l'ennui, c'est que les processeurs s423 n'existent plus depuis belle lurette et que vous ne pouvez pas installer le moindre Pentium 4 plus récent (s478, s775) sans changer la carte mère, sans oublier la mémoire vive. Au-delà du simple support physique qui change de temps en temps, les technologies évoluent et des cartes mères avec des chipsets permettant de les supporter sont alors nécessaires. Reprenons l'exemple de

<92>

Hardware magazine avril / mai 06

notre Pentium 4 1,4 GHz à 400 MHz de bus. Il est sur un socket 423. Lorsque le Pentium 4 est sorti, il a bien sûr imposé ce socket 423 (une plaie puisque les Pentium III étaient alors en socket 370), puis le socket 478, depuis remplacé par le socket LGA775. Vous ne pouvez donc pas physiquement installer un P4 dernier cri sur une des premières cartes mères P4. Quand bien même le processeur prend place dans un socket, il n'est pas sûr à 100 % qu'il puisse y fonctionner ! En effet, si vous avez par exemple une carte mère prévue pour les premiers P4 socket 478 à 400 MHz de bus, vous ne pourrez pas vous en servir pour un P4 à 533 ou 800 MHz de bus. Dur dur… Le tableau ci-contre résume les processeurs et les sockets qui leur correspondent. S'il est assez souvent nécessaire en pratique de changer de carte mère, il ne faut pas s'imaginer pour autant que cela va obligatoirement entraîner des dépenses astronomiques. Il existe une grande quantité de bonnes cartes pour moins de 100 ¤, les premiers prix étant fixés à 35 ¤ (cartes mères Asrock). Si votre précédente machine utilisait déjà de la mémoire DDR, vous n'aurez peutêtre même pas à racheter de la mémoire. Il faut toutefois que celle-ci soit assez rapide pour votre nouveau processeur et que vous en possédiez en quantité suffisante. Si l'on accepte le fait qu'il faille acheter une nouvelle carte mère, il est vrai que la mise en pratique est autrement plus complexe qu'un


simple changement de processeur. Non seulement il va falloir démonter la moitié du PC pour mettre en place la nouvelle carte, mais vous devrez probablement réinstaller le système d'exploitation, en d'autres termes, formater votre partition C: ! D'un point de vue performances, le jeu en vaut la chandelle, et comme nous le disions, le budget à y consacrer n'est pas nécessairement important. Lorsque vous rachetez un couple carte mère + processeur, il faut éventuelle-

ment racheter de la mémoire, mais tout le reste est récupérable : le boîtier, les lecteurs/graveurs CD/DVD, le lecteur de disquettes, un éventuel rack multifonction en façade, l'écran, le clavier, la souris… tout. Si votre carte graphique est ancienne, construite en 2001 ou avant, il y a des chances que vous ne puissiez pas la conserver, car l'alimentation du bus AGP est progressivement passée de 3,3 V à 1,5 V. Toutefois, si vous franchissez le pas et décidez donc de changer carte mère et proces-

seur, vous avez certainement l'intention d'acheter également une autre carte graphique, la norme actuelle étant le PCI-Express 16x. Comme vous le savez, cette dernière influe de façon considérable sur les performances du PC dès que l'on souhaite jouer et utiliser de la vidéo. En changeant de carte mère et surtout de carte graphique, vous aurez peut-être intérêt à reprendre une alimentation électrique. Un modèle 350 W, si possible de marque, est souhaitable.

Tableau CPU (sockets grand public uniquement)

Processeur

Nom de code

Support

Fréquence de bus

Fréquences

AMD Duron AMD Duron

Spitifre Morgan

Socket A (s462) Socket A (s462)

200 MHz 200 MHz

600 à 950 MHz 900 MHz à 1.3 GHz

AMD Duron AMD Sempron AMD Sempron

Applebred Thoroughbred (3000+=Barton) Palermo

Socket A (s462) Socket A (s462) Socket 754

266 MHz 333 MHz 400 MHz

1.4 à 1.8 GHz 2200+ à 3000+ 2500+ à 3400+

AMD Athlon AMD Athlon AMD Athlon

Pluto (K7) Orion (K75) Thunderbird

Slot A Slot A Socket A (s462)

200 MHz 200 MHz 200 ou 266 MHz

500 à 700 MHz 550 à 1 GHz 650 MHz à 1.4 GHz

AMD Athlon XP AMD Athlon XP AMD Athlon XP

Palomino Thoroughbred Barton

Socket A (s462) Socket A (s462) Socket A (s462)

266 MHz 266 ou 333 MHz 333 ou 400 MHz)

1500+ à 2100+ 1700+ à 2800+ 2500+ à 3200+

AMD Athlon 64 AMD Athlon 64 AMD Athlon 64 AMD Athlon 64

ClawHammer NewCastle Winchester Venice / San Diego

Socket 754 ou 939 Socket 754 ou 939 Socket 939 Socket 939

400 MHz 400 MHz 400 MHz 400 MHz

3000+ à 4000+ 2800+ à 3800+ 3000+ à 3500+ 3000+ à 4000+

AMD Athlon 64 X2

Toledo

Socket 939

400 MHz

3800+ à 4800+

AMD Athlon 64 FX AMD Athlon 64 FX AMD Athlon 64 FX AMD Athlon 64 FX Intel Celeron Intel Celeron

SledgeHammer ClawHammer San Diego Toledo Mendocino Coppermine

Socket 939 Socket 939 Socket 939 Socket 939 Slot 1 ou Socket 370 Socket 370

400 MHz 400 MHz 400 MHz 400 MHz 66 MHz 66 ou 100 MHz

FX-53 FX-55 FX-57 FX-60 233 à 533 MHz 533 MHz à 1.1 GHz

Intel Celeron Intel Celeron Intel Celeron Intel Celeron D Intel Celeron D

Tualatin Willamette Northwood Prescott Prescott

Socket 370 Socket 478 Socket 478 Socket 478 Socket 775

100 MHz 400 MHz 400 MHz 533 MHz 533 MHz

1 à 1.4 GHz 1.7 et 1.8 GHz 2 à 2.8 GHz 320 à 345 (2.4 à 3.06 GHz) 325 à 351 (2.53 à 3.2 GHz)

Intel Pentium III Intel Pentium III

Katmai Coppermine

Slot 1 Slot 1 ou Socket 370

100 ou 133 MHz 100 ou 133 MHz

450 MHz à 1 GHz 550 MHz à 1.13 GHz

Intel Pentium III Intel Pentium 4 Intel Pentium 4

Tualatin Willamette Northwood

Socket 370 Socket 423 ou 478 Socket 478

133 MHz 400 MHz 400 ou 533 ou 800 MHz

1 à 1.4 GHz 1.3 à 2.0 GHz 1.6 à 3.4 GHz

Intel Pentium 4 Intel Pentium D

Prescott SmithField

Socket 478 ou 775 Socket 775

533 ou 800 MHz 800 MHz

515 à 570 / 620 à 670 (2.8 à 3.8 GHz) 820 à 840 (2.8 à 3.2 GHz)

Intel Pentium D Intel Pentium 4 Extreme Edition Intel Pentium 4 Extreme Edition Intel Pentium Extreme Edition Intel Pentium Extreme Edition

Presler Gallatin Prescott SmithField Presler

Socket 775 Socket 478 ou 775 Socket 775 Socket 775 Socket 775

800 MHz 800 ou 1066 MHz 1066 MHz 800 MHz 1066 MHz

920 à 950 (2.8 à 3.4 GHz) 3.2 à 3.46 GHz 3.73 GHz 840EE (3.4 GHz) 955EE (3.46 GHz)

Hardware magazine avril / mai 06

<93>


Dossier RECYCLER SON PC

Quelques références inalement, nous distinguons deux types d'upgrades : la moins chère, qui consiste à simplement lifter l'ordinateur, et la plus chère qui ressemble presque à l'achat d'un PC neuf. Pour tous les composants que vous devrez acheter, il existe ce que nous appelons des références. Il s'agit des pro-

F

Si vous devez changer de plateforme, partez vers un Athlon 64 s939 0.09μ sans hésiter.

duits offrant un excellent rapport qualité/prix, quel que soit le niveau de gamme ou de performances souhaité. Ces références changent régulièrement, c'est l'une des raisons qui motive la rédaction de ce dossier. Au niveau des processeurs, à commencer par AMD, quelques puces sortent du lot. Nous apprécions les Athlon 64 s939, tous offrant un bon rapport qualité/prix, le 3000+ en tête. Ce dernier offre des performances respectables et un excellent potentiel d'overclocking pour un montant inférieur à 130 ¤. Dès que l'on souhaite passer à un PC relativement haut de gamme, il faut atteindre et franchir le cap des 3,5 GHz ou équivalent. L'Athlon 64 3500+, pour 180 ¤, est un modèle particulièrement intéressant. Si vous désirez conserver une carte mère AMD en socket A, il n'existe plus que quelques Sempron, il faudra sinon vous tourner vers le marché de l'occasion, les Athlon XP Barton étant des références. Vérifiez toutefois que votre carte mère les supporte en consultant le site Internet du constructeur.

Du côté d'Intel, l'upgrade d'une machine s478 est également difficile, les processeurs s423 ayant totalement disparu du marché. En 478, quelques boutiques proposent encore des Pentium 4, mais attention, tous les modèles ayant un « E » dans leur référence (P4 3.0E par exemple) ainsi que les P4 2.4A et 2.8A sont des Pentium 4 de génération Prescott, très rarement supportés par les premières cartes mères s478. De toute façon, les processeurs à 800 MHz de bus ne sont pas digérés par ces dernières, les Pentium 4 jusqu'à 2,0 GHz étant en bus à 400 MHz et les modèles suivants à 533 MHz. Pour assurer l'évolution, Intel propose tout de même un bon nombre de Celeron sur socket 478, mais ils se révèlent peu intéressants, un Celeron 2,66 GHz ne valant guère mieux qu'un Pentium 4 2.0 par exemple. C'est ce que nous expliquions un peu plus tôt, la mise à jour du processeur n'est en général permise que durant quelques mois après l'achat du PC, mais jamais trois ou quatre ans après. Si vous désirez acheter du neuf en restant chez le géant Intel, vous passerez au socket 775 et nous recommandons les processeurs 530J (3,0 GHz 1 Mo, environ 150 ¤) ou, plus puissant, 650J (3,4 GHz 2 Mo, environ 250 ¤). Au-delà, les tarifs s'emballent et il vaut mieux se tourner chez AMD.

CARTE MÈRE, C'EST LA BASE

La gamme Asus A8N (avec ou sans SLI) est une référence pour toute nouvelle machine Athlon 64.

<94>

Hardware magazine avril / mai 06

En ce qui concerne les cartes mères, nous n'allons pas énumérer beaucoup de modèles ou de marques tellement il en existe, mais plutôt les chipsets à choisir, par processeur. Pour les Athlon XP et les Duron, la référence était et reste le nForce2. C'est le plus rapide et le plus complet des chipsets pour socket A, bien que ce dernier soit désormais obsolète. Pour l'Athlon 64, le choix n'est pas très compliqué non plus. Pour un achat neuf, il faut éviter tous les premiers chipsets (nForce3 150, sous-équipé) ainsi que le VIA K8T800 Pro et, d'une manière générale, le socket 754. Si l'AGP est un critère pour vous, qui permet de conserver une ancienne carte graphique, le nForce3 Ultra est une référence, la gamme nForce4 étant sinon la plus séduisante (PCI-Express). Pour les processeurs d'Intel, le chipset i865PE reste une référence pour le socket 478, mais si vous optez pour le socket 775 plus récent, nous recommandons le


Faut-il upgrader ou tout changer ? La frontière entre l'upgrade et l'achat d'un PC neuf est souvent mince, surtout lorsque l'on change toute la base du PC, c'est-à-dire la carte mère, le processeur et la mémoire. S'il est souvent intéressant d'upgrader, il est tout de même intéressant de se poser la question du neuf. Si l'on y prête attention, un PC neuf ne coûte pas beaucoup plus cher qu'une grosse upgrade et présente l'avantage de tout mettre à jour, y compris des périphériques comme le lecteur/graveur de CD/DVD. En conservant votre moniteur, ainsi que le clavier et la souris, vous économisez déjà pas mal d'argent. Il faut donc prendre le temps d'étudier un maximum de possibilités en fonction de son PC, et peser le pour et le contre systématiquement.

chipset 945P, bien que le 915P ne soit pas beaucoup moins intéressant (il ne supporte pas les processeurs dual core). Pour une upgrade à bas prix, des chipsets moins réputés peuvent également faire l'affaire. Par exemple, les cartes mères Asrock avec des composants SiS ou Uli vendues entre 30 et 60 ¤ permettent de monter un PC assez véloce pour un prix dérisoire. Cependant, n'espérez pas overclocker et atteindre des performances maximales de cette façon. Tous les constructeurs les plus célèbres de cartes mères se valent à peu près de nos jours. Asus, Gigabyte et MSI sont les plus populaires, mais Abit, Epox, ECS ou Biostar proposent également de bons produits. Nous les testons régulièrement et vous pouvez retrouver les meilleurs au sein de nos comparatifs. Pour la mémoire, nous avons déjà énoncé ce que nous prenons comme référence, il s'agit de la PC3200. Pour les disques durs, le choix n'est pas difficile non plus : il suffit d'opter pour un modèle à 7 200 tours, avec au moins 8 Mo de cache. Un bon point à Samsung pour le silence de fonctionnement, un bon point à Hitachi et Western Digital pour les performances de leurs dernières gammes (T7K250, 7K500, Barracuda). Nos tests mettent en avant d'importantes différences d'un disque à l'autre, mais à génération égale, il n'y a pas non plus un fossé sensible à l'usage.

Pour les joueurs, la carte graphique est également un choix de premier ordre. Son impact sur les performances est énorme, mais aussi sur le prix de l'upgrade ! Pour jouer, il faut investir au minimum 100 ¤ dans cette dernière, les produits moins onéreux étant plutôt réservés à des usages multimédias un peu moins exigeants. Pour 100 ¤, vous obtenez une carte à base de GeForce 6600 avec 128 Mo. Cette carte permet de jouer, mais elle montre vite ses

limites. Notre second choix est la 6600 GT et, à peine plus chère, l'excellente Radeon X800 GTO. Les deux valent moins de 180 ¤. Nous entrons déjà dans une autre catégorie de cartes. Probablement le meilleur rapport qualité/prix pour les joueurs, les « vieilles » GeForce 6800 GS/GT et Radeon X800 XL/X850 Pro, toutes vendues entre 200 et 300 ¤. Au-delà, les performances continuent de monter, notamment avec les gammes ATi X1800/X1900 et nVidia GeForce 7800/7900, mais le rapport qualité/prix en prend un sacré coup.

"Qui peut le plus peut le moins", la PC3200 peut fonctionner également en PC2700 ou PC2100.

Un an et demi après sa sortie, la GeForce 6600 GT reste une carte que l'on peut conseiller.

Hardware magazine avril / mai 06

<95>


Dossier RECYCLER SON PC

Machine n° 1 Duron 1,3 GHz/MSI KT4-V our attaquer nos exemples d'upgrades, nous avons retrouvé une machine vendue en 2002, aux performances relativement modestes à cette époque. Il s'agissait d'une machine de bureautique, peu performante dans les jeux.

P

Nous n'avons pas parlé de boîtiers dans ce dossier, la norme ATX n'ayant pas changé depuis quelques années (en dehors des spécifications électriques).

Malgré les apparences, il est possible de fortement améliorer les performances de cette dernière. Au niveau du processeur, si le Duron utilisé est le plus puissant qui soit compatible (les Duron Applebred 0,13μ ne sont pas supportés), sachez que cette carte peut accueillir tous les Athlon XP (sauf les Barton 3000+ et 3200+ FSB400) et tous les Sempron socket 462 après une simple mise à jour de BIOS. Du coup, vous pouvez envisager d'acheter un Athlon XP d'occasion, il y en a régulièrement en vente sur eBay ou

Le vieux Duron peut être facilement remplacé par un Sempron s462 ou un Athlon XP d'occasion.

sur les forums de hardware (www.techage.fr, www.hardware.fr…) ou acheter un Sempron, de nombreuses boutiques en vendent encore. Sachez qu'un Sempron 3000+, vendu 90 ¤ environ, est identique à un Athlon XP 2400+, un gain de puissance conséquent même si ça ne vaut pas les machines modernes. Quoi que vous décidiez au sujet du processeur, ce qui dépendra bien évidemment de l'usage prévu de cette machine, vous devez étendre la mémoire vive. 128 Mo sont bien trop peu pour exécuter un système d'exploitation récent, même Linux y serait peu à l'aise si l'on souhaite exécuter quelques services. Nous vous recommandons soit 512 soit 1 024 Mo en fonction de l'usage prévu, sachant qu'une barrette de 256 Mo coûte aujourd'hui dans les 25 ¤, un peu moins du double pour une 512 Mo. Votre barrette de 128 Mo PC2100 peut être conservée tant que vous n'utilisez pas un processeur à 166 MHz de bus, cas dans lequel les performances du processeur seraient un peu bridées. Si vous installez 512 Mo ou 1 Go, même en conservant le Duron 1,3 GHz, vous pourrez faire tourner Windows XP confortablement pour trans-

former cet ordinateur en Media Center ou en serveur de stockage, par exemple. Le disque dur mérite également d'être modernisé pour des raisons de vitesse, mais si vous envisagez un PC à usage peu fréquent ou peu gourmand (PC de cuisine ou de garage par exemple), le changement n'est pas primordial.

JOUER ? Si vous le désirez, ce PC peut être complètement upgradé pour rester une machine principale capable de faire tourner de nombreux jeux. En complément d'un nouveau processeur (Athlon XP Baron idéalement), de mémoire et d'un disque dur véloce, vous pouvez aussi vous offrir une carte graphique AGP bien plus puissante que la GeForce2 MX d'origine. Acheter la carte la plus puissante qui soit serait peu judicieux, une GeForce 6800 Ultra serait un peu surdimensionnée même pour un Athlon XP 2500+, mais vous pouvez sans hésiter opter pour une carte intermédiaire, une 6600 GT. En complément d'un Sempron 3000+, vous pourrez déjà lancer tous les jeux, même si les plus exigeants ne peuvent tourner qu'en 800x600.

Configuration initiale • Processeur : AMD Duron 1,3 s462 • Carte mère : MSI KT4-V • Mémoire : 128 Mo DDR266 (1x 128) • Disque dur : 40 Go 7 200 tpm 2 Mo • Carte graphique : nVidia GeForce2 MX

<96>

Hardware magazine avril / mai 06


Machine n° 2

Pentium 4 1,5/Asus P4T

rès haut de gamme en son temps, acheté fin 2001 ou début 2002, ce PC pose bien des problèmes à être upgradé. En effet, le socket 423 des premiers P4 est mort et enterré depuis longtemps, la mémoire RAMBUS ayant subi le même sort. Autant aller au plus court, l'upgrade CPU d'un PC en socket 423 est inexistante. Au mieux, vous pourrez trouver sur le marché de l'occasion une puce un peu plus rapide, pas de quoi s'affoler puisque le P4 s423 le plus véloce est cadencé à 2,0 GHz. A la limite, si votre carte mère s'y prête comme l'Asus P4T, vous pouvez tenter un overclocking, mais il y a peu de chance que vous dépassiez 1,8 GHz en partant des 1,5 du modèle cité en exemple.

T

TRÈS CHÈRE RAMBUS A la limite, le processeur tel qu'il est d'origine peut encore satisfaire de nombreux usages. Tant qu'il ne s'agit pas de jouer ou de calculer trop d'effets vidéo et/ou 3D, il sera encore parfaitement utilisable. En revanche, 256 Mo de RAM deviennent un peu légers, quoi que suffisant pour un PC à usage occasionnel. Quelques boutiques proposent encore de la RAMBUS au catalogue, elles sont rares et ces modules sont affichés au prix fort ; plus de 100 ¤ pour une barrette de 256 Mo, sachant

que la RAMBUS ne fonctionne que par paire. Une fois de plus, nous vous conseillons de regarder sur le marché de l'occasion, il y a régulièrement des lots de 2x 256 ou 2x 512 Mo de mémoire RAMBUS aux enchères sur eBay. C'est votre seule chance de salut en dehors d'un changement radical de plate-forme. La question qui se pose est : faut-il absolument chercher à booster la machine existante ou vaut-il mieux racheter un ensemble carte mère, processeur et mémoire ? En considérant que le processeur d'origine n'est pas upgradable sauf à acheter la solution Powerleap (détaillée dans l'encadré ci-

contre), l'upgrade d'un tel PC se résume à dépenser 200 ¤ pour s'offrir un giga de RAMBUS d'occasion. En ajoutant les 220 ¤ de l'adaptateur Powerleap avec un P4 2,8 GHz, nous sommes à 420 ¤ sans avoir touché ni le disque dur ni la carte graphique. Pour ce prix, vous pouvez parfaitement investir dans une carte mère nForce3 ou nForce4 disposant des dernières technologies, ainsi qu'un Athlon 64 3500+ et un giga de DDR400. Comme vous pouvez le constater, l'upgrade n'est pas toujours la meilleure voie à suivre !

Powerleap : un P4 s478 sur votre socket 423 La société américaine PowerLeap fabrique un adaptateur permettant d'installer des processeurs s478 sur une carte mère s423. Non importé en France, le PL-P4/N peut être commandé en ligne pour un tarif inférieur à 50 ¤. C'est une solution assez intéressante sachant que l'on trouve beaucoup plus de processeurs s478 d'occasion que des s423 et qu'ils sont généralement cadencés à des fréquences plus élevées. Malheureusement, le système présente une limitation, puisque les cartes mères s423 n'exploitent que le bus FSB400. Ainsi, les processeurs FSB533 et FSB800 sont compatibles (sauf Prescott), mais leurs fréquences et performances sont sacrifiées. Sachez tout de même que les Pentium 4 Northwood FSB400 montent à 2,5 GHz, de quoi fortement booster le PC. D'autre part, Powerleap vend également l'adaptateur avec une version spéciale du Pentium 4 cadencée à 2,8 GHz, contre 220 ¤. Attention, si vous désirez upgrader pour une carte graphique bien plus gourmande tout en augmentant la fréquence de votre processeur et la quantité de RAM, une vieille alimentation peut être trop juste.

Configuration initiale • Processeur : Intel Pentium 4 1.5 s423 • Carte mère : Asus P4T • Mémoire vive : 256 Mo RAMBUS (2x 128) • Disque dur : 60 Go 7 200 tpm 2 Mo • Carte graphique : nVidia GeForce2 Ultra 64 Mo

Hardware magazine avril / mai 06

<97>


Dossier RECYCLER SON PC

Machine n° 3

Athlon XP 1600+ / Gigabyte 7VTXH es premiers PC à base d'Athlon XP avaient parfois des cartes mères un peu anciennes, conçues pour les Athlon premiers du nom, ce qui permettait de réaliser d'importantes économies. C'est le cas de notre troisième machine, une station milieu de gamme de 2002, dont la carte mère repose sur un chipset VIA KT266A.

L

Bien qu'elle soit plus puissante que notre première machine, cette configuration est plus difficile à mettre à niveau. En effet, par rapport au KT400 de la première machine qui accueille n'importe quel processeur AMD socket A excepté les rares Athlon XP 3000+ et 3200+ FSB400, le KT266A ne tourne pas non plus avec le FSB333. Du coup, le choix processeur se révèle fortement restreint. Les Athlon XP Palomino et TBred fonctionnent, jusqu'à 2600+ FSB266. Exit les Athlon XP Barton et les Sempron, exit donc l'achat d'un processeur neuf. Une nouvelle fois, c'est le marché de l'occasion qui pourra vous secourir, sachant que les Athlon XP sont encore très faciles à trouver.

RAM À LA TRAÎNE Un disque dur neuf accompagné d'une augmentation de la mémoire vive représente l'upgrade minime idéale pour de nombreuses machines.

Pour mettre à jour la mémoire, c'est assez facile puisqu'il s'agit de DDR, mais seule la PC1600 et la PC2100

sont officiellement supportées. Il y a de grandes chances pour que la PC2700 et la PC3200 fonctionnent, ce qui se révèle intéressant puisque ces barrettes sont les seules que l'on trouve en quantité chez les revendeurs, mais notez qu'elles ne fonctionneront qu'à 133 MHz (sauf overclocking). Il n'y a pas de port SATA sur cette carte mère, pas plus qu'il n'y en avait sur les deux PC précédents, mais ça n'empêche pas d'acheter un disque ATA plus moderne que le 40 Go vieillissant qui est installé pour le moment. D'autre part, si le SATA vous est cher, sachez qu'un contrôleur SATA sur bus PCI ne coûte que 20 à 30 ¤. Ce n'est pas l'idéal pour les performances (le bus PCI limitant les transferts à 133 Mo/s)

mais ça permet de rester tourné vers le futur, la connectique ATA visant à disparaître d'ici peu. Pour un PC tel que celui-ci, la mise à jour de la carte graphique est moins recommandée. La carte mère AGP 4X et le processeur quelque peu à la traîne ne sauront pas tirer profit des derniers modèles de cartes graphiques. Toutefois, entre la GeForce2 GTS et les GeForce 6600 GT ou plus puissante, il existe de nombreux modèles intermédiaires qui pourraient faire l'affaire si vous désirez tout de même un petit mieux. En effet, une GeForce FX 5900XT ou une Radeon 9500 Pro vous permettront tout de même de profiter de nombreux titres plus récents que ce qui était permis par l'illustre GeForce 2.

Configuration initiale • Processeur : AMD Athlon XP 1600+ s462 • Carte mère : Gigabyte GA-7VTXH • Mémoire : 256 Mo DDR266 (2x 128) • Disque dur : 40 Go 7 200 tpm, 2 Mo • Carte graphique : nVidia GeForce2 GTS 32 Mo

<98>

Hardware magazine avril / mai 06


Machine n° 4

Athlon XP 2000+ / Abit AT7 Max otre quatrième machine a probablement été vendue à Noël 2002 ou courant 2003, c'était alors un PC haut de gamme et performant. D'ailleurs, même si un processeur à 2,0 Ghz ou équivalent commence à accuser son âge par rapport aux jeux modernes ou aux applications complexes comme le désentrelacement de vidéos HD, ils sont encore assez performants pour la majorité des usages. Il n'y a qu'à voir les résultats que nous avons obtenus en mesurant les performances des machines quelques pages plus loin. Il n'y a pas que le processeur qui aide, mais également la quantité de mémoire, le fait que le disque dur soit un poil moins âgé et la carte graphique plus récente et donc plus puissante que précédemment.

N

Un tel PC peut être assez facilement amélioré. Vous pouvez acheter un processeur plus puissant d'occasion, un Athlon XP 2500+ Barton ou un peu plus

Bien que très performante pour son époque, la gamme GeForce4 Ti souffre de son incompatibilité avec DirectX 9.

étant assez séduisant. Faites attention toutefois, si vous possédez un chipset VIA KT333 comme celui de l'Abit AT7 Max, vous ne pourrez pas installer les Barton FSB400 (certains 3000+ et tous les 3200+). Nous déconseillons le Sempron, car le plus gros d'entre eux (3000+) ne vaut qu'un Athlon XP 2400+, la dépense semble un peu élevée pour

le peu de gain à obtenir. En revanche, vous pouvez sans problème overclocker votre Athlon XP actuel ! Cette carte mère offre une bonne marche de manœuvre, atteindre de 1,8 à 2,0 GHz devrait être envisageable, au lieu de 1,66 GHz d'origine. Pour la mémoire, si vous comptez utiliser ce PC pour un usage peu gourmand (bureautique, Internet, DVD, DivX…), vous pouvez conserver vos 512 Mo actuels, mais il ne vous coûtera que 50 ¤ de doubler cette valeur.

DÉCODAGE VIDÉO ACCÉLÉRÉ Pour la carte graphique, vous pouvez envisager un modèle plus récent et plus performant si vous désirez jouer ou transformer cet ordinateur en PC home cinéma digne de ce nom. En choisissant une GeForce de la famille 6 ou 7, vous profiterez des accélérations vidéo PureVideo, une 6600 GT étant une carte à ne pas dépasser si vous conservez l'Athlon XP 2000+, afin de ne pas créer un déséquilibre de puissance trop important. Les nouvelles cartes n'apportent pas suffisamment de nouveautés en dehors de la performance 3D, un surplus de puissance qui ne serait exploité qu'au-delà de 3,0 GHz minimum.

Configuration initiale • Processeur : AMD Athlon XP 2000+ s462 • Carte mère : Abit AT7 Max • Mémoire : 512 Mo DDR333 (2x 256) • Disque dur : 80 Go 7 200 tpm 2 Mo • Carte graphique : ATi Radeon 9500 Pro 64 Mo

Enfin, en ce qui concerne le disque dur, celui qui équipe le PC actuel est clairement moins véloce que les derniers modèles, il doit être également un peu plus bruyant avec l'âge, mais il suffira à la majorité des usages. Ne le changez que si vous comptez passer beaucoup de temps sur cet ordinateur ou que la capacité ne suffit plus à l'usage prévu.

Hardware magazine avril / mai 06

<99>


Dossier RECYCLER SON PC

Machine n° 5

Pentium 4 2.0A/MSI 865PE Neo-L L'AGP n'est pas mort !

La 9500 Pro vieillit plutôt bien, si vous ne jouez plus, elle reste satisfaisante pour tous les autres usages d'un PC.

n PC équipé d'une carte mère à base de chipset 865PE avec un Pentium 4 2.0A et une GeForce 4 Ti4200 était manifestement une configuration milieu de gamme, car les P4 2.0A étaient parmi les plus petits processeurs Intel vendus au moment où le 865 était roi. Un peu moins véloce, cette cinquième machine propose des caractéristiques relativement proches du PC précédent. A vrai dire, elle est même un peu moins séduisante pour les joueurs, la GeForce4 Ti4200 étant sensiblement moins véloce que la 9500 Pro, ces cartes graphiques ayant eu le titre non officiel de meilleur rapport qualité prix en 2002 pour la première et en 2003 pour la seconde.

U

Les conseils d'upgrade concernant cette machine sont identiques à la précédente, si ce n'est en ce qui concerne le processeur. Le chipset 865PE offre l'avantage de pouvoir accueillir TOUS les Pentium 4 Northwood, y compris les modèles FSB800, mais le support des Prescott s478 est plus difficile. Les chipsets 865 et 875 peuvent faire tourner un Pentium 4 Prescott, mais il faut que la carte mère remplisse certaines conditions de design, notamment en ce qui concerne l'alimentation électrique du CPU. Dans notre cas, la MSI 865PE Neo

<100>

Hardware magazine avril / mai 06

ne les prend pas en charge, il faudra donc trouver un Northwood d'occasion. Il existe bien quelques Celeron cadencés plus fortement, mais ils ne sont pas vraiment plus performants que notre P4 2.0. A la limite, nous vous recommandons d'essayer l'overclocking, le P4 2.0A étant un spécimen très adapté à cette pratique (jusqu'à 3.0 GHz !).

Même si nous n'entendons plus parler que de PCI-Express, vous êtes encore très nombreux à utiliser des machines en AGP. Si votre budget est trop restreint pour permettre de tout changer (carte mère, cpu, carte graphique…), sachez que le marché des cartes graphiques AGP est encore très animé ! Avec presque 50% des ventes fin 2005, les constructeurs l'ont bien compris, il ne faut pas abandonner l'AGP trop vite. Outre les cartes qui existaient jusqu'ici en AGP (GeForce 6600 GT et GeForce 6800 GT/Ultra notamment), ATi et nVidia viennent de sortir des nouveautés. Nous insistons sur le danger d'un déséquilibre, rappelons qu'il ne sert à rien de mettre un monstre graphique sur un PC globalement peu puissant. Toutefois, des machines de 2.0 GHz et plus pourront sans problème évoluer d'une carte graphique de la génération GeForce 4 ou Radeon 9500/9700 vers un modèle plus moderne et plus puissant, un 6600 GT ou même une X1800 XL, pour profiter des jeux les plus récents, même si ce n'est pas en 1600x1200 avec 100% des détails. Nous vous proposerons un véritable point sur l'AGP, avec un comparatif de toutes les cartes encore en vente, dans le prochain numéro de PC Update.

Les chipsets865pe et 875p sont encore très performants, ce sont les meilleurs pour les processeurs Intel en socket 478.

Configuration initiale • Processeur : Intel Pentium 4 2.0A s478 • Carte mère : MSI 865PE Max • Mémoire : 512 Mo DDR DDR333 (2x 256) • Disque dur : 80 Go 7 200 tpm 2 Mo • Carte graphique : nVidia GeForce 4 Ti4200 64 Mo


Machine n° 6

Pentium 4 2.4B/Abit IT7 Max2 otre dernier PC à upgrader est le plus puissant, il a probablement été acheté courant 2003, c'était alors une machine très performante. Avec 2.4 GHz, 512 Mo de mémoire et la plus puissante GeForce4, ce dernier n'est pas encore complètement à la traîne, mais l'incompatibilité de la carte graphique avec DirectX 9 commence à devenir fort pénalisante pour jouer aux derniers titres, mais ceux qui ne seraient pas trop gourmands.

N

300 ¤ POUR RESTER À JOUR Avec une telle machine, il n'y a pas besoin de dépenser une fortune pour retrouver des performances d'actualité. Avec un budget inférieur à 300 ¤, vous pourrez lancer tous les jeux vidéo, y compris les récents Fear ou Toca Race Driver 3 par exemple. C'est bien connu, un PC étant capable d'exécuter les derniers jeux en date est plutôt à l'aise dans la majorité des applications. Le processeur, nous n'allons pas y toucher. Nous recommandons d'essayer un peu d'overclocking, le P4 2.4B et la carte mère Abit IT7 Max 2 étant tous les deux adaptés à ce sport. Vous pouvez espérer une fréquence de fonctionnement proche de 3.0 GHz, parfois même plus. Commencez par doubler votre quantité de mémoire vive, passant donc de 512 Mo à un giga. Vous pouvez acheter une seule barrette de DDR 512 Mo, l'IT7 Max 2 n'a que trois emplacements de RAM et, de toute façon, le chipset 845E n'offre pas le support de la mémoire dual channel. Profitez-en pour acheter également un nouveau disque dur, qui vous offrira d'excellentes performances. Nous ne l'avions pas conseillé autant pour les deux machines précédentes, car nous envisagions un recyclage du PC. Ca reste en tous les cas un must pour les machines que l'on désire continuer d'utiliser au jour le jour en temps que PC principal. Cet upgrade de disque dur vous apportera également un espace de stockage accru, c'est toujours intéressant. Enfin, si vous désirez vraiment mettre à jour ce PC, changez donc sa carte graphique. Equipé d'une GeForce 6600 GT

et pourquoi pas même d'une 6800 GS ou d'une Radeon X800 XL, toutes les trois disponibles en AGP, vous pourrez de nouveau profiter des jeux récents et vous risquez même de redécouvrir certains jeux d'un point de vue graphisme, les progrès apportés par DirectX 9 étant tout de même importants. Faites les comptes, il faut dépenser 50 ¤ pour la mémoire, un peu moins de 100 ¤ pour le disque dur et un peu plus de 150 ¤ pour une 6600 GT AGP. Pour 300 ¤, votre machine sera bien plus puissante qu'avant et surtout bien plus performante qu'un PC neuf d'entrée de gamme à 300/400 ¤.

Configuration initiale • Processeur : Intel Pentium 4 2.4B s478 • Carte mère : Abit IT7 Max2 • Mémoire : 512 Mo DDR400 (2x 256) • Disque dur : 120 Go 7 200 tpm 2 Mo • Carte graphique : nVidia GeForce4 Ti4600 128 Mo

Bien que haut de gamme, la première version de l'Abit IT7 Max 2 ne supporte pas les processeurs FSB800, se qui limite sérieusement ses possibilities d'upgrade.

Hardware magazine avril / mai 06

<101>


Dossier RECYCLER SON PC Boot Windows, machines d'origine

44

P4 2.4B

45

P4 2.0A

44

AXP 2000+

78

AXP 1600+

74

P4 1.5

94

Duron 1.3

0

10

20

30

40

50

60

P4 2.4B

38

P4 2.0A

38

AXP 2000+

70

80

90

100

Temps (s)

Boot Windows, 1 Go RAM et DD neuf

39

AXP 1600+

40

P4 1.5

41

Duron 1.3

43

35

36

37

38

39

40

Dans le même esprit que le test précédent, nous avons exporté un fichier de données Outlook (.pst) d’environ 550 Mo, Outlook et le fichier d’export étant stockés sur la même partition du même disque, sollicitant ainsi beaucoup le disque dur. Une nouvelle fois, nous pouvons constater que la quantité de mémoire vive et que la vélocité du disque dur jouent beaucoup et que ce genre d’upgrade sur des petits PC leur redonne un sérieux coup de jeune. Si vous ne souhaitez pas jouer ou exploiter trop d’applications de création, voyez qu’un petit Duron ou Athlon XP suffit amplement ! <102>

Pour mesurer l’impact d’une simple mise à jour de mémoire vive et de disque dur, puisque nous ne cessons de répéter que c’est l’essentiel quelque soit l’usage du PC, nous avons chronométré le temps nécessaire pour démarrer Windows, ce qui comprend le temps de chargement des drivers. Comme nous pouvons le voir, l’augmentation de RAM, fait énormément progresser les PC, surtout ceux qui en ont le moins d’origine, la machine Duron mettant presque moitié moins de temps après l’upgrade. Le disque dur à bien sur de l’importance, pour les trois machines les plus rapides, c’est lui qui fait d’ailleurs toute la différence. Comme nous pouvons le constater, la puissance CPU ne joue presque pas, sur le temps de boot de l’ordinateur.

Temps (s)

Hardware magazine avril / mai 06

41

42

43

44

Exportation fichier Outlook .pst 550 Mo, machines d'origine

Temps (s) 70

P4 2.4B

P4 2.0A

73

76

AXP 2000+

AXP 1600+

94

91

P4 1.5

Duron 1.3

154

0

20

40

60

80

100

120

140

160

180


Photoshop CS2, photo 2 MP, machines d'origine

P4 2.4B

Ce dernier test est effectué avec le célèbre logiciel de retouche d’image, Photoshop CS2. Nous avons réalisé un test en lançant sous forme de « batch » toute une série de manipulations qui va de l’ouverture d’une image de deux méga pixels à son redimensionnement en passant par quelques filtres. Une fois de plus, nous constatons l’impact de la mémoire et du disque dur sur les résultats. Puisque Photoshop exploite la puissance CPU pour calculer ses filtres, nous avons également mesuré les performances de ces machines en les upgradant à ce niveau. Nous nous sommes contentés d’overclocker le Pentium 4 s423, faute d’avoir un processeur plus véloce au sein de la rédaction.

Temps (s)

44

P4 2.0A

48

49

AXP 2000+

AXP 1600+

61

P4 1.5

60

Duron 1.3

104

0

20

40

60

80

100

Photoshop CS2, photo 2 MP, 1 Go RAM et DD neuf

120

Photoshop CS2, photo 2MP, 1 Go RAM, DD neuf et CPU upgradé

Temps (s)

Temps (s) P4 2.4B

42

P4 2.0A

46

P4 2.0A -> 3.0C

48

AXP 2000+

42

42

53

AXP 1600+ -> AXP 2600+

P4 1.5

53

P4 1.5 -> overclocké 1.8

Duron 1.3

20

30

40

50

48

Duron 1.3 -> AXP 2600+

61

10

37

AXP 2000+ -> AXP 2600+

AXP 1600+

0

38

P4 2.4B -> 3.06B

60

42

0

70

10

20

30

40

Exportation fichier Outlook .pst 550 Mo, 1 Go RAM et DD neuf

Temps (s) 58

P4 2.4B

P4 2.0A

62

63

AXP 2000+

AXP 1600+

66

P4 1.5

66

Duron 1.3

69

52

54

56

58

60

62

64

66

68

70

Hardware magazine avril / mai 06

<103>

50

60


1er Lot : SATELLITE A100-551

Intel Celeron M 370 1.50 GHz - 512 Mo DDR-2 - 80 Go SATA 15.4" TFT WXGA - ATI XPress200M - DVD±RW/DL - WXPH

2ème Lot : 19 POUCES LCD VX924 5ème Lot :

3ème Lot : 4ème Lot : 17 POUCES LCD VE710

MULTIFONCTIONS DCP-340CW

ROUTEUR + CARTE PCMCIA MIMO

6ème Lot : ANTEC PERFORMANCE P150 7ème Lot :

9ème Lot :

BeWAN POWERLINE E85 DUO

PACK MOBILITÉ BELKIN 8ème Lot :

10ème Lot :

CARTE MÈRE P4N-SLI

CARTE MÈRE RD480 NEO2-FI 11ème Lot : STUDIO MEDIASUITE 10

12ème Lot :

13ème Lot :

WIRELESS LASER DESKTOP 6000

DU 1er MARS 2006 AU 30 AVRIL 2006

STUDIO PLUS VERSION 10


14ème au 23ème Lot : 24ème au 25ème Lot :

26ème au 28ème Lot : 29ème au 31ème Lot :

IPOD STEREO DOCK

DATA TRAVELER II+ MIGO 256 Mo

ABONNEMENT D’UN AN

32ème Lot :

ABONNEMENT D’UN AN

WIRELESS NOTEBOOK LASER MOUSE 6000 33ème Lot : STUDIO VERSION 10

34ème Lot :

35ème Lot :

NOSTROMO N52

36ème Lot :

WEBCAM LIVE !

INSPIRE T3030 37ème Lot : 38ème au 44ème Lot :

LOT TUNING ANTEC

SACOCHE NOTEBOOK NE III

45ème Lot : COMFORT OPTICAL MOUSE 3000

CONNECTEZ VOUS VITE SUR 1000ordi.fr POUR RÉPONDRE AUX QUESTIONS ET PARTICIPER AU TIRAGE AU SORT !!!!!

46ème au 55ème Lot : MULTIPRISE PARAFOUDRE

56ème au 65ème Lot : CASQUE AUDIO HS300


Comprendre ATHLON 64 ET DDR2

Athlon 64 et DDR2 : duo de choc ou alliance contre nature ? Par : Franck Delattre

Deux ans après Intel, L’Athlon adopte la DDR2, désormais compétitivé face à la DDR. Elle prend lentement de l’avance du moins en termes de bande passante, grâce à son aptitude à fonctionner à des fréquences plus élevées. Mais à côté de cela, la DDR2 est réputée pour ses latences élevées, en comparaison à la DDR. Cette inflation de bande passante mémoire va-t-elle profiter à l’Athlon 64 ? Et les performances du contrôleur mémoire intégré vont-elles souffrir des latences élevées de la DDR2 ?

I

ntel a adopté la DDR2 en juin 2004, AMD l’adoptera en juin 2006. Deux ans représentent un délai exceptionnellement long dans le monde de la micro-informatique, mais l’attente d’AMD se justifie par une DDR2 peu performante à son introduction, et, en ce qui concerne l’Athlon 64 en particulier, une architecture à contrôleur mémoire intégré performante mais offrant moins de souplesse. Le contrôleur mémoire de l’Athlon 64 actuel permet d’exploiter la DDR-400 sur deux canaux 64 bits, offrant ainsi une bande passante totale de 8 octets x 2 canaux x 200 MHz x 2 (DDR), soit 6 400 Mo/s, ou encore 6,25 Go/s. Une telle bande passante est suffisante en pratique, et peu d’applications permettent de l’exploiter pleinement.

<106>

Hardware magazine avril / mai 06

L’introduction du dual core a cependant modifié les exigences de l’Athlon 64, car les deux cores partagent un unique contrôleur mémoire et les 6,25 Go/s de bande passante qu’il permet d’offrir. Un seul contrôleur mémoire permet de diminuer le coût de production du processeur, et offre surtout la possibilité d’utiliser l’Athlon 64 X2 sur les cartes mères destinées à la version monocore du processeur, moyennant une simple mise à jour du BIOS. L’impact sur les performances dépend grandement de l’utilisation qui est faite du processeur. Si l’un des cores n’est pas ou peu exploité, le second peut accaparer toute la bande passante, mais dans le cas hypothétique où chacun des deux cores accède de façon intensive à la mémoire, le partage de la bande passante entraîne une chute notable des perfor-

mances. Il fallait donc augmenter la bande passante mémoire disponible. AMD a contourné le problème en ajoutant de nouveaux diviseurs mémoire sur la révision E de son processeur (voir encadré « Athlon 64 révision E et nouveaux diviseurs mémoire »), leur permettant ainsi de supporter les DDR 433 (217 MHz), DDR 466 (233 MHz), et DDR 500 (250 MHz). L’utilisation de DDR 500 offre ainsi une bande passante de 8 000 Mo/s, soit 7,8 Go/s à partager entre les deux cores. Cela étant, AMD n’a pas pu officialiser le support de ces vitesses, la norme JEDEC n’avalisant pas les vitesses supérieures à celle de la DDR 400. L’utilisation de la DDR2 permet d’aller encore plus loin avec des vitesses supportées de 333 MHz (DDR2-667) et même 400 MHz (DDR2-800), par le biais


d’une nouvelle série de diviseurs mémoire. La DDR2-800 fournira au contrôleur mémoire des nouveaux Athlon 64 une bande passante double de celle apportée par la DDR 400, soit 12 800 Mo/s, ou encore 12,5 Go/s. Les modèles dual core seront les plus à même d’exploiter cette bande passante, permettant en théorie à chaque core de disposer de 6,25 Go/s.

LES LATENCES DE LA DDR2 L’Athlon 64 est réputé pour être sensible aux timings mémoire, et l’adoption de la DDR2 s’accompagne de nombreuses craintes liées aux timings élevés qui la caractérisent. Regardons cela d’un peu plus près afin d’essayer de comprendre quelle influence auront ces timings sur les performances du nouveau contrôleur mémoire DDR2 de l’Athlon 64. L’accès à la mémoire par le contrôleur, qu’il soit intégré ou non au processeur, consiste en deux phases distinctes : l’envoi de commandes par le contrôleur vers la mémoire, et le traitement de ces commandes par les puces de mémoire proprement dites (vous trouverez l’explication du fonctionnement détaillé d’un accès mémoire dans l’article consacré à ce sujet dans ce même numéro de Hardware Magazine). La latence globale de l’accès se mesure donc par la somme du temps de communication entre le contrôleur et la mémoire, et du temps de traitement

interne à la mémoire. Dans le cas de l’Athlon 64, l’intégration du contrôleur mémoire au sein du processeur présente deux atouts majeurs : • une proximité rendue possible par l’absence d’intermédiaire entre le processeur et la mémoire, en comparaison à une architecture classique où le northbridge assure l’interface entre processeur et mémoire. • le contrôleur fonctionne à la fréquence du processeur, ce qui a pour effet d’accélérer l’envoi des commandes mémoire. Ceci permet de diminuer considérablement le temps de communication entre le contrôleur et la mémoire, réduisant ainsi la latence globale d’accès à la mémoire. Mais de ce fait, la part du temps de traitement interne à la mémoire voit son influence augmenter sur la latence globale. Ce temps étant directement lié aux timings mémoire appliqués, cela explique l’importance de leur influence sur les performances mémoire de l’Athlon 64. Si l’utilisation de DDR2 ne change rien à la faible latence d’accès permise par le contrôleur intégré, elle va en revanche influer sur la latence globale de par les timings imposés par la DDR2. Pour essayer de déterminer dans quelle mesure, nous allons considérer différentes configurations mémoire en DDR-400 et en DDR2-667. • une configuration DDR-400 « moyenne » en 3-3-3-8.

• une configuration DDR-400 « performante » en 2-2-2-6. • une configuration DDR2-667 « moyenne » en 4-4-4-12.

La DDR2 ayant mûri, nous avons désormais a faire à des barrettes très performantes

Les calculs qui suivent sont expliqués en détail dans l’article dédié aux timings mémoire dans ce même numéro. Nous ne considérerons que les timings dont l’effet est le plus notable sur les performances : tCL (CAS latency), tRCD (RAS to CAS delay) et tRP (RAS Precharge delay). tCL, tRCD et tRP valent ainsi : • avec la DDR-400 en 3-3-3-8 : 3 cycles/ 200 MHz soit 15 ns. • avec la DDR-400 en 2-2-2-6 : 2 cycles/ 200 MHz soit 10 ns. • avec la DDR2-667 en 4-4-4-12 : 4 cycles/ 333 MHz soit 12 ns.

Athlon 64 révision E et nouveaux diviseurs mémoire Il est facile de connaître la révision de son Athlon 64 en jetant un œil à son numéro de modèle, ou plus exactement son numéro de modèle étendu (retourné par tout bon programme de diagnostic du système). Les modèles étendus (ou Extended Model) sous la forme « 2X » ou « 3X » correspondent à la révision E, et supportent ainsi (non officiellement) la DDR 500. Afin d’utiliser ces nouveaux diviseurs, assurez-vous que votre BIOS ne les propose pas déjà, et dans le cas contraire, renseignez-vous sur une éventuelle mise à jour proposant les nouvelles options. Si rien n’existe, il reste la possibilité de modifier le diviseur à la volée, directement sous Windows, avec un petit logiciel gratuit appelé K8 MemSpeed et disponible en téléchargement ici : http://www.thecoolest.zerobrains.com/apps/AMD64Mem Freq.zip Attention cependant, une telle manipulation est toujours risquée, à utiliser avec prudence donc !

“ Le gain de bande passante offert par la DDR2 bénéficiera surtout aux Athlon 64 dual core.” Hardware magazine avril / mai 06

<107>


Comprendre ATHLON 64 ET DDR2 Athlon FX Athlon 64 X2

Core Windsor Windsor

Cache L2 2x1 Mo 2x1 Mo

Caractéristiques NX, Pacifica NX, Pacifica

Athlon 64 X2

Windsor

2x512 Ko

NX, Pacifica

Athlon 64

Orleans

512 Ko

NX, Pacifica

Sempron

Manila

?

NX

Modèles FX-62 (2,8 GHz) 5000+ (2,6 GHz) 4800+ (2,4 GHz) 4400+ (2,2 GHz) 4600+ (2,4 GHz) 4200+ (2,2 GHz) 3800+ (2,4 GHz) 3500+ (2,2 GHz) ?

Les premiers Athlon 64 disponibles au format socket AM2 couvriront les gammes FX et X2 en dual core, et Athlon 64/Sempron en monocore. Tous seront gravés en 90 nm. A noter que la plupart des modèles présentés seront disponibles en une version à TDP réduit (TDP = Typical Dissipation Power).

le Command Rate, qui est un des paramètres dont l’influence est la plus importante sur les performances. De nombreux paramètres influent sur la capacité d’un système à fonctionner avec un Command Rate fixé à 1T, et parmi ceux-ci figurent le nombre de modules, ainsi que leur qualité. Certes, l’emploi de DDR2 ne permettra certainement pas de garder le Command Rate à 1T dans tous les cas, mais offrira certainement une meilleure tolérance de par la qualité supérieure du signal. Les deux cores de l’Athlon 64 X2 partagent le même contrôleur mémoire et la bande passante qu’il offre.

Notre DDR2-667 affiche ainsi des latences réelles qui sont dans la moyenne, à la hauteur d’une DDR-400 de milieu de gamme. Si une DDR-400 performante reste plus efficace en termes de latences, la situation peut très bien se retourner assez rapidement. En effet, les DDR2-667 capables de tourner en 3-3-3-8 pointent le bout de leur nez, bien qu’encore hors de prix (la Corsair Twin2X1024A-5400UL affiche même 3-32-8 à 333 MHz). Leur latence réelle est ainsi de 3 cycles/333 MHz soit 9 ns, plus rapide donc que la DDR-400 en 2-2-2-6.

Le nouveau socket AMD AM2 nécessitera également un changement de ventirad… dommage !

LES NOUVEAUX MODÈLES À VENIR.

MemSpeed, changez la vitesse de la mémoire à la volée, et accédez aux diviseurs non officiels.

En résumé, les latences offertes par les modules de DDR2 actuels sont en léger retrait par rapport à ce qui se fait de

mieux en DDR. Bien que l’écart ne soit plus très important, il va tendre à se réduire alors que la DDR2 va mûrir, pour finalement s’inverser en faveur de la DDR2. Et n’oublions pas que nous ne comparons là que les latences. La DDR2-667 offre, dans tous les cas, une bande passante 66 % supérieure à celle de la DDR-400.

LES AUTRES CONSÉQUENCES DU PASSAGE À LA DDR2 En comparaison à la DDR, les modules de DDR2 sont moins sensibles aux phénomènes néfastes de réverbération du signal entre les modules mémoire, de par l’intégration des terminaisons de « fin de chaîne » au sein même des puces. Le signal est ainsi moins parasité, plus clair. Cela permet notamment d’améliorer la cohabitation des modules mémoire, et a un effet sur les timings, en particulier sur

Fréquence CPU 1800 2000 2200 2400 2600 2800 3000 3200

Multiplicateur 9 10 11 12 13 14 15 16

Conscient des doutes qui planent sur la pertinence de passer au nouveau socket AM2, AMD donne un petit coup de pouce au lancement de sa nouvelle plate-forme en introduisant deux petites nouveautés supplémentaires. La première est la technologie de virtualisation « sauce AMD », qui porte le doux nom de Pacifica. Sont concernés les Athlon 64, Athlon 64 X2 et Athlon FX, mais pas le Sempron. La seconde nouveauté est plus intéressante et consiste en un petit saut de fréquence, du moins en ce qui concerne l’Athlon 64 X2 5000+ (2,6 GHz) et l’Athlon FX-62 (2,8 GHz). AMD s’approche doucement des 3 GHz, plage de fréquences encore réservée aux seuls Pentium 4.

PAS DE NOUVEAU CHIPSET Un des avantages du contrôleur mémoire intégré au processeur réside

333 MHz DRAM Diviseur Fréquence 6 300 6 333 7 314 8 300 8 325 9 311 9 333 10 320

400 MHz DRAM Diviseur Fréquence 5 360 5 400 6 367 6 400 7 371 7 400 8 375 8 400

Les Athlon 64 socket AM2 inaugurent la révision F du noyau. Ceux-ci ajoutent de nouveaux diviseurs mémoire adaptés à l’usage de la DDR2. Il est ainsi prévu de monter jusqu’à la DDR2-800 (400 MHz).

<108>

Hardware magazine avril / mai 06


Attention au piège des diviseurs mémoire ! L’architecture particulière de l’Athlon 64 et de son contrôleur mémoire intégré présente quelques particularités auxquelles il faut prêter la plus grande attention. Ainsi, la fréquence de fonctionnement de la mémoire n’est pas proportionnelle au FSB (Front Side Bus) comme c’est le cas pour un contrôleur externe, mais est calculée sur la base de la fréquence du processeur. Dans les faits, la fréquence mémoire est obtenue en divisant la fréquence du processeur par un coefficient, appelé diviseur mémoire, et qui est un nombre entier. Et cela influe sur les valeurs des fréquences obtenues. Considérons par exemple un Athlon 64 cadencé à 2,4 GHz, couplé à de la DDR2-667, donc prévue pour tourner à la fréquence réelle de 333 MHz. Or 2 400 n’est pas divisible par 333, le résultat tombe entre 7 et 8. Les BIOS jouant la carte de la prudence (il n’est pas question de faire tourner la mémoire au-dessus de ses spécifications), il applique alors un diviseur mémoire égal à 8, pour une fréquence mémoire de 2 400/8 = 300 MHz, et non 333 MHz. Jetez donc un œil sur les tableaux des diviseurs pour déterminer quelle est la fréquence réelle de votre mémoire !

“ Les latences offertes par la DDR2 sont encore en léger retrait par rapport à ce qui se fait de mieux en DDR. Mais l’écart s’amenuise, et s’inversera bientôt.”

En somme, passer au socket AM2 nécessite de changer la carte mère, la mémoire, le ventirad… et bien sûr le processeur. On trouve des upgrades plus économiques !

UNE TRANSITION BIEN CALCULÉE

L’Athlon 64 X2 n’intègre qu’un contrôleur de mémoire pour les deux cores, la bande passante permise par la DDR devient donc limite.

dans la pérennité des chipsets destinés à l’Athlon 64, dont le rôle se cantonne alors à assurer la liaison avec les périphériques. Avantage bien inutile dans le cas du passage au socket AM2, car il faut bien accueillir la DDR2, que le brochage rend, rappelons-le, incompatible avec les slots DDR. Il faudra donc changer de carte mère, nous commençons malheureusement à en avoir l’habitude. En revanche, et là c’est fort dommage, le socket AM2 inaugure un nouveau système de rétention du ventirad, et donc un modèle dédié. Impossible donc d’utiliser les modèles pour le socket 939.

Fréquence CPU 1800 2000 2200 2400 2600 2800 3000 3200

Multiplicateur 9 10 11 12 13 14 15 16

AMD a semblé avoir choisi le bon moment pour passer à la DDR2, en attendant ce qu’il faut pour que la technologie ait eu le temps de mûrir et d’offrir des performances au moins égales à celles que fournit la DDR. A nos yeux, le coût du passage à la DDR2 ne justifie pas le déclenchement d’une upgrade, mais si vous comptez vous équiper d’un Athlon 64 sous peu, cela vaut le coup d’attendre la disponibilité du socket AM2. A noter que l’annonce d’AMD a quelque peu bouleversé le marché de la mémoire. Le passage au socket AM2 va s’accompagner d’une forte demande en DDR2, demande qui a été anticipée par les acteurs du marché et se traduit dès aujourd’hui par une hausse du prix de la DDR2, et celle-ci risque de durer quelques mois. A côté de cela, l’Athlon 64 socket 939 était la seule raison de faire perdurer la DDR, et celle-ci vit désormais ses derniers mois. Les prix de la DDR vont d’abord baisser pour permettre l’écoulement des stocks existants, puis elle rejoindra la longue liste des mémoires dépassées.

200 MHz DRAM Diviseur Fréquence 9 200 10 200 11 200 12 200 13 200 14 200 15 200 16 200

217 MHz DRAM Diviseur Fréquence 9 200 10 200 11 200 12 200 12 217 13 215 14 214 15 213

Puisque l’Athlon 64 intègre son propre contrôleur de mémoire, il n’est pas nécessaire de développer de nouveaux chipsets pour le passage à AM2.

Pour quand le 65 nm ? AMD a un peu de retard sur Intel en ce qui concerne les procédés de fabrication. Si Intel est déjà en mesure de produire du 65 nm en masse, AMD en est encore loin. L’Athlon 64 X2 « Brisbane », gravé en 65 nm, est prévu pour le début 2007. La bonne nouvelle c’est que le 65 nm permettra à AMD de proposer ses premiers processeurs à quatre cores. Notons que 2007 est également l’année prévue pour l’introduction des technologies de sécurité avancée, Lagrange chez Intel et Presidio chez AMD.

233 MHz DRAM Diviseur Fréquence 8 225 9 222 10 220 11 218 12 217 12 233 13 231 14 229

250 MHz DRAM Diviseur Fréquence 8 225 8 250 9 244 10 240 11 236 12 233 12 250 13 246

La révision E de l’Athlon 64 apporte de façon « officieuse » le support de nouveaux diviseurs mémoire permettant de dépasser la fréquence maximale « réglementaire » de 200 MHz (en bleu dans notre tableau).

Hardware magazine avril / mai 06

<109>


Comprendre MÉMOIRE

Optimisez vos

timings mémoire Par : Franck Delattre

a mémoire centrale a une importance croissante dans les performances d’un PC, de par son rôle d’alimenter un processeur de plus en plus rapide. Les constructeurs ne s’y trompent pas, et leurs messages publicitaires ne portent plus seulement sur la bande passante offerte par leurs produits, mais également sur leurs timings. Et les bons timings se paient d’ailleurs très cher ! Cela vaut-il le coup ? C’est ce à quoi nous essaierons de répondre, et pour cela nous allons étudier quel est le rôle exact des timings dans le fonctionnement de la mémoire.

L

<110>

Hardware magazine avril / mai 06


L’IMPORTANCE DU BON RÉGLAGE DES TIMINGS es timings constituent un élément clé des performances de la mémoire d’un système, et chacun sait que plus ils sont bas, mieux c’est. C’est en général vrai, mais pas toujours. La démarche de baisser les timings et de vérifier si le système est stable peut, dans certains cas, ne pas suffire. En effet, certains timings demandent une attention particulière sous peine de provoquer des comportements erratiques, pouvant aller jusqu’à la perte pure et simple de données. Il existe quelques règles à respecter, qui sont simples dès lors que l’on connaît le rôle de chaque paramètre constituant les timings. Ces quelques règles permettent un réglage réfléchi, et permettent également de répondre aisément à certaines questions comme de savoir s’il est plus intéressant de privilégier une fréquence mémoire élevée ou des timings bas, quand on ne peut avoir les deux en même temps. Plongeons-nous donc quelques instants au cœur d’une puce mémoire…

STRUCTURE DE LA RAM Le stockage des informations dans une mémoire s’effectue sous forme binaire, c’est-à-dire par un ensemble de 0 et de 1. L’élément de base permettant de stocker un bit d’information est appelé un bit cell et a donc deux valeurs possibles, 0 ou 1. Les bit cells sont regroupés dans un tableau de cellules qui consiste en une structure en trames, composée de lignes et de colonnes. A chaque intersection se trouve un bit cell, ce qui permet de l’identifier de façon unique avec un numéro de ligne et un numéro de colonne, en d’autres termes par une adresse. Cette identification unique par une adresse permet de stocker une donnée n’importe où dans le tableau ; du moment que l’adresse est connue, il est possible de récupérer la donnée. Cette caractéristique d’accès « aléatoire » a donné son nom au type de mémoire concerné, la « Random Access Memory », ou RAM. Cette organisation en lignes et en colonnes est commune à tous les types de mémoires RAM, seule l’implémentation des bit cells varie d’un type de RAM à l’autre.

“ Les timings sont le reflet de la latence de la DRAM en tant que circuit électronique, latence entre chaque étape d’un accès à la mémoire.” DE LA RAM À LA DRAM La démocratisation du PC a nécessité assez vite la conception de RAM faisant office de mémoire de travail, donc de grande capacité et peu chère. Ces impératifs ont conduit à utiliser des bit cells les plus simples possibles, et le composant le plus simple qui permette de stocker un état 0 ou 1 est le condensateur. Couplé à un transistor qui permet de le connecter à la trame du tableau, le condensateur permet d’obtenir un bit cell peu complexe à fabriquer. On peut donc en regrouper beaucoup sur une petite surface, ce qui permet un coût de production faible. L’utilisation d’un condensateur présente en revanche deux inconvénients : • sa charge et sa décharge ne se font pas instantanément. • il fuit ! Le temps de réponse du condensateur n’est pas rédhibitoire, mais va conditionner les temps de latence de la RAM. La RAM se caractérise ainsi par des latences relativement élevées en comparaison à d’autres types de mémoires utilisant des bit cells plus complexes. Les fuites de courant sont en revanche un vrai problème, car au bout d’un certain temps le contenu de la RAM va tout simplement s’effacer. Il faut donc régulièrement recharger les condensateurs, ce qui consiste à lire leur état et à le réécrire. La mémoire doit ainsi être rafraîchie régulièrement pour fonctionner correctement. Cet état d’instabilité relative de ce type de RAM lui fait porter le nom de RAM « dynamique », ou DRAM. La DRAM constitue la technique de base des mémoires centrales des PC depuis leur apparition.

L’ORIGINE DES TIMINGS : LATENCES ET ADRESSAGE

Ce diagramme représente un cycle complet d’accès à la mémoire. Comme nous le voyons, les timings correspondent aux écarts séparant l’envoi des différentes commandes par le contrôleur mémoire. Si la mémoire n’est pas en mesure de répondre dans les délais imposés par le contrôleur, c’est le plantage. Le cas échéant, il faut augmenter les délais, donc les timings, pour donner plus de temps aux circuits mémoire.

La structure en trames des tableaux de cellules dicte la façon dont la DRAM prend en charge une requête en lecture ou en écriture. Comme nous l’avons vu, un bit cell est identifiable par un numéro de ligne et un numéro de colonne. Adresser un bit cell va donc nécessiter de connaître successivement son numéro de ligne puis son numéro de colonne. C’est dans cette logique « chronologique » que s’effectue l’adressage de la DRAM, à savoir un adressage en deux étapes : ligne, puis colonne.

Hardware magazine avril / mai 06

<111>


Comprendre MÉMOIRE

Ce diagramme représente un cycle complet d’accès à la mémoire. Comme nous le voyons, les timings correspondent aux écarts séparant l’envoi des différentes commandes par le contrôleur mémoire. Si la mémoire n’est pas en mesure de répondre dans les délais imposés par le contrôleur, c’est le plantage. Le cas échéant, il faut augmenter les délais, donc les timings, pour donner plus de temps aux circuits mémoire.

Cet adressage particulier, combiné aux latences élevées de la DRAM, va être responsable de l’existence des timings que nous connaissons bien. Voyons pourquoi en nous penchant sur le processus d’un accès mémoire. La requête en lecture commence par l’envoi à la DRAM de la commande ACTIVE. Cette commande est porteuse du numéro de ligne requis et d’un signal de sélection de ligne, appelé « sélection d’adresse de ligne », en anglais « Row Access Strobe », ou RAS. Le signal RAS déclenche la sélection d’une ligne dans chaque tableau de cellules, et l’ensemble des lignes ainsi sélection-

DDR et DDR2 La DDR est une SDRAM dont la cadence de fonctionnement est doublée par l’utilisation des fronts montants et descendants du signal d’horloge. Tout se passe comme si la mémoire était cadencée à une fréquence double, ce qui a finalement conduit à une certaine confusion dans la dénomination. La DDR PC3200, appelée par abus de langage DDR-400, est en réalité cadencée à 200 MHz. Il est important de le noter, car ses latences sont exprimées sur la base de la fréquence réelle, et non de la fréquence apparente. Ainsi, un tCL de 2 cycles correspond à 2 cycles sur la base de 200 MHz (soit 10 ns) et non pas sur la base de 400 MHz (ce qui ferait 5 ns, temps hors de portée d’une DRAM). Outre le fait d’améliorer le débit par rapport à la SDRAM, l’astuce consistant à utiliser les deux fronts d’horloge permet une plus grande granularité dans les timings. Le signal CAS peut donc par exemple aboutir sur un front descendant, il sera ainsi exprimé sur une base de demi-cycles, par exemple 2,5 cycles. Seul le tCL est concerné cependant. La DDR2, dernière évolution en date de la SDRAM, est fondamentalement une DDR dont les mécanismes d’horloge ont été optimisés, mais son atout majeur concerne l’utilisation de puces mémoire de dernière génération et permettant de fonctionner à de hautes fréquences, augmentant ainsi encore le débit.

<112>

Hardware magazine avril / mai 06

nées constitue une page mémoire (on parle alors d’ouverture de la page). Cette sélection n’est pas instantanée, et la DRAM a besoin de quelques nanosecondes pour la « digérer » avant de pouvoir accueillir la commande suivante. Ce temps de digestion est appelé « RAS to CAS Delay », ou tRCD. La DRAM est maintenant prête à accueillir la seconde partie de l’adresse, le numéro de colonne. Cette étape est déclenchée par une commande READ (ou WRITE selon l’opération requise), porteuse cette fois du numéro de colonne et du signal de sélection de la colonne, appelé « sélection d’adresse de colonne », ou « Column Address Strobe », ou encore CAS. Une fois de plus la réaction n’est pas instantanée, et le temps nécessaire aux bit cells concernés pour lire ou écrire leur valeur (dans le cas d’une lecture) est appelé « CAS Latency », ou tCL. Une fois la donnée lue ou écrite, le circuit mémoire nécessite un laps de temps afin de se préparer pour l’accès suivant. Cette préparation, nommée « precharge », consiste en fait à fermer la page sélectionnée, afin de pouvoir en ouvrir une nouvelle. La commande PRECHARGE doit ainsi être envoyée au circuit, mais ce dernier impose un temps minimum entre le lancement de la commande ACTIVE, en tout début du cycle de lecture/écriture, et le lancement de la commande PRECHARGE. Ce délai, appelé « Active to Precharge Delay », ou tRAS, correspond à la durée

minimale pendant laquelle la page reste ouverte. La commande PRECHARGE envoie à la mémoire le signal indiquant la fermeture de la page. La fermeture de page nécessite un délai supplémentaire, le « RAS Precharge Time », ou tRP. Une fois la page fermée, une nouvelle page peut être sélectionnée et un nouveau cycle de lecture/écriture peut commencer. Le cycle complet comme nous l’avons décrit fait donc intervenir quatre valeurs importantes : tCL, tRCD, tRP et tRAS. Ces timings sont en fait le reflet de la latence de la DRAM en tant que circuit électronique, et permettent notamment de gérer cette latence de façon précise. Les paramètres tCL, tRCD, tRP et tRAS que l’on choisit dans le BIOS permettent de configurer le timing (!!) de l’envoi des commandes par le contrôleur mémoire. Charge à la mémoire de répondre dans les temps imposés, sinon c’est le plantage assuré. Notons que le temps total d’accès est dicté par les temps d’ouverture et de fermeture de la page sélectionnée, il est donc égal à tRAS + tRP. Le temps nécessaire à l’opération proprement dite, égal à tRCD + tCL, n’intervient pas directement dans le temps total, mais doit impérativement être inférieur à tRAS. En d’autres termes, l’opération de lecture ou d’écriture doit se faire dans le laps de temps pendant lequel la page est ouverte. Dans le cas contraire, le résultat peut s’avérer catastrophique, et, sans aller jusqu’au plantage, peut provoquer la corruption des données stockées en mémoire… et sur le disque dur lors de la mise à jour (write back). Pour plus de sécurité, il est même conseillé de choisir le tRAS au moins égal à tRCD + tCL + 2.


“ tCL est le paramètre le plus influent sur les performances de la mémoire. Viennent ensuite dans l’ordre tRCD, puis tRP. Il est dans tous les cas préférable de choisir un tRAS élevé, cela ne nuit pratiquement pas aux performances, et évite tout risque de corruption de données.”

LE MODE « PAGE ». Le modèle d’accès que nous avons présenté a un défaut majeur. Chaque lecture ou écriture nécessite en effet de sélectionner une page complète, alors qu’une seule cellule de cette page est concernée. Une optimisation possible consiste donc à « conserver » le contenu de cette page, auquel cas il est possible d’accéder au contenu d’autres cellules sans avoir à relancer le cycle d’accès complet. Cette optimisation est appelée « page mode », et a été introduite avec les DRAM « Fast Page Mode », ou FPM. Ainsi, après l’opération de lecture ou d’écriture, la requête suivante est examinée afin de déterminer si son numéro de ligne est le même que celui de la requête qui vient d’être traitée. Le cas échéant, l’envoi du seul signal CAS permet de sélectionner le nouveau numéro de colonne et de déclencher la lecture ou l’écriture. La nouvelle opération ne nécessite donc qu’un temps égal à tCL. En pratique, ce cas arrive quand les accès mémoire concernent des adresses contiguës, par exemple lorsqu’un bloc de mémoire complet est lu. Lorsque la requête concerne une autre page, il faut alors fermer la page courante et relancer un cycle d’accès complet. On parle alors d’échec de page, ou « page miss ».

L’optimisation apportée par le mode page est de taille cependant. Dans notre modèle précédent, un accès nécessitait un temps invariablement égal à tRAS + tRP. Le mode page permet d’accélérer notablement certains accès qui ne nécessitent plus qu’un temps égal à tCL. La mémoire FPM a été largement utilisée sur des chipsets tels que sur l’Intel 430LX, les VIA Apollo VP3 et MVP3. Ses timings sont affichés sous la forme Y-X-X-X (par exemple 5-3-3-3), ce qui signifie que le premier accès nécessite Y cycles (tRCD + tCL) et les suivants X cycles (tCL) dans le cas d’une lecture séquentielle appelée « mode burst ».

UN PEU DE PARALLÉLISME. L’échec de page (page miss) reste cependant très pénalisant, car il nécessite de fermer la page avant de pouvoir ouvrir la nouvelle page requise. Afin de pallier cette faiblesse, la structure des puces mémoire a été modifiée afin de prendre en charge plusieurs références en même temps. Ainsi, les tableaux de cellules composant la puce sont regroupés afin de former des banks. Par exemple, un circuit comportant 32 tableaux de cellules est découpé en 4 banks de 8 tableaux chacune. Il se passe alors le scénario suivant : si la requête concerne une page différente ET une bank différente, il n’est pas nécessaire de fermer la page dans la bank précédemment sollicitée avant de commencer le cycle de lecture dans la nouvelle bank. On économise ainsi le temps de fermeture de la page, soit tRP. Un accès mémoire présente donc au final trois dénouements possibles : • « page hit » : l’adresse réfère à une page ouverte, il suffit au contrôleur d’envoyer un signal CAS. La latence globale est tCL. • « page miss », bank différente : on démarre alors une nouvelle requête, la latence vaut tRCD + tCL. • « page miss » et même bank : il faut fermer la page ouverte et démarrer une nouvelle requête. La latence totale est

donc tRP + tRCD + tCL. Si la requête suivante tombe dans le même cas de figure, il faudra de plus respecter le temps d’attente entre les commandes ACTIVE et PRECHARGE, la latence sera donc tRAS + tRP. Le poids de chaque paramètre apparaît alors clairement : tCL est sans aucun doute le paramètre le plus influent sur les performances, il est en effet présent dans chaque scénario. Vient ensuite tRCD, qui intervient dans tous les cas de « page miss ». Puis tRP. Le paramètre tRAS n’a quant à lui qu’une très faible influence sur les performances. Il n’est cependant pas à négliger car comme nous l’avons vu, il peut provoquer un comportement erratique de la mémoire. Il est dans tous les cas préférable de garder un tRAS élevé, cela ne nuira pratiquement pas aux performances, et évitera tout problème de corruption de données. Voyons l’exemple concret d’une mémoire configurée en 3-3-3-8 (tCL – tRCD – tRP – tRAS). On obtient les latences suivantes :

Hardware magazine avril / mai 06

<113>


Comprendre MÉMOIRE Structure d’une puce mémoire moderne Le schéma typique d’une puce mémoire moderne peut ressembler à ceci. Les tableaux de cellules comportent 8 192 lignes et 1 024 colonnes. Ils sont regroupés par huit, afin de former une bank mémoire. L’adressage d’une ligne et d’une colonne va donc fournir huit bits, soit un octet. Une bank peut donc stocker 8 192 x 1 024 x 1 octet, soit 8 Mo. La puce mémoire est en général composée de 4 banks, sa capacité est donc de 32 Mo. Une barrette mémoire comportant 8 puces a ainsi une capacité totale de 256 Mo.

• « page hit » : tCL = 3 cycles. • « page miss », bank différente : tRCD + tCL = 6 cycles. • « page miss », même bank : tRP + tRCD + tCL = 9 cycles. Si le même cas se présente à la requête suivante, la latence devient alors tRAS + tRP = 11 cycles.

attentes sont les « wait state », surtout connues à travers les fameuses mémoires « 0 wait state »). Cette « synchronous RAM », ou SDRAM, a permis des fréquences de fonctionnement plus élevées que les générations précédentes, et donc un débit supérieur grâce au pipelining.

AMÉLIORER LE DÉBIT AVEC UN PIPELINE.

LES AUTRES TIMINGS.

Si les opérations mémoire s’effectuaient les unes après les autres, chaque opération nécessiterait un temps égal à sa latence, donc dans le meilleur des cas un temps égal à tCL. Le débit vaudrait ainsi l’inverse de la latence (si chaque opération nécessite 3 cycles, le débit vaut 1 opération/ 3 cycles = 0,33 opération/cycle). La solution introduite pour masquer les latences d’accès et améliorer le débit a consisté en l’introduction d’un mécanisme de pipeline au sein du traitement. En pratique, la mémoire est capable de commencer la prise en charge d’une commande avant que la précédente ne soit terminée. L’intérêt est évident dans le cas des signaux CAS : si plusieurs signaux CAS peuvent ainsi être envoyés à raison d’un à chaque cycle, la mémoire fournira en sortie un résultat par cycle, soit un débit d’une opération par cycle. Cette technique a donné le nom de « Extended Data Out » (débit de données amélioré), ou EDO, au type de mémoire qui l’a utilisée en premier. Basée sur la FPM, l’EDO a ainsi permis d’obtenir des timings sous la forme Y1-1-1 en mode burst, traduisant un tCL apparent de 1 permis par le pipelining. En masquant les latences d’accès de la mémoire, le pipelining a ouvert la voie de l’optimisation du débit par la fréquence de fonctionnement de la mémoire. En effet, sans pipelining, le débit de la mémoire aurait été invariablement limité par la latence. Ainsi est apparu un nouveau type de DRAM, dérivée de l’EDO, mais dont la caractéristique est d’être cadencée par une horloge externe, permettant un fonctionnement synchrone avec le contrôleur mémoire (l’EDO fonctionne en effet de façon asynchrone, ce qui nécessite des états d’attente afin d’assurer la synchronisation avec le contrôleur. Ces

<114>

Hardware magazine avril / mai 06

D’autres timings que ceux que nous avons évoqués peuvent apparaître dans les spécifications d’une barrette mémoire, ou encore dans la liste des réglages du BIOS.

entre le moment où le contrôleur sélectionne la puce mémoire et celui où il peut lui envoyer une commande. Ce paramètre a une influence primordiale sur les performances, car toute opération nécessite l’envoi d’une à trois commandes. Et en effet, dans la pratique, passer de 1T à 2T engendre une baisse de performances supérieure à celle induite par le passage du tCL de 2 à 3. Ce paramètre est cependant un peu ambigu. Certes, il s’agit d’un paramètre de la puce mémoire, mais il est davantage influencé par l’ensemble des puces plutôt que par une puce en particulier. En d’autres termes, le passage de 1T à 2T n’est nécessaire que dans le cas où le système utilise le maximum de puces mémoire qu’il puisse supporter, donc si par exemple tous les slots mémoire sont occupés. Il est de toute façon conseillé de laisser le Command Rate à 1T si c’est possible, dans le cas où le réglage est possible dans le BIOS.

LE « REFRESH RATE ». Le « Bank Cycle Time » (tRC) correspond, comme son nom l’indique mal, au temps de cycle d’une page, c’est-àdire au temps minimal entre l’ouverture et la fermeture de la page. Il vaut tRAS + tRP. Il correspond en fait au temps maximal que peut prendre une opération de lecture ou d’écriture. Le « Command Rate » est un paramètre qui prend généralement deux valeurs : 1T ou 2T. Il mesure le délai, en cycles,

Nous avons vu précédemment une des particularités de la DRAM qui consiste à la rafraîchir régulièrement afin qu’elle ne perde pas son contenu. Cette opération consiste à lire et réécrire chaque ligne périodiquement. La norme JEDEC (Joint Electronic Devices Engineering Council, l’organisation chargée de normaliser les circuits intégrés) stipule que ce rafraîchissement doit intervenir toutes les 64 ms sur une puce mémoire. Ainsi une puce mémoire comportant 8

Serial Presence Detect Le BIOS est responsable de la configuration du contrôleur mémoire afin qu’il fixe les timings mémoire conformément aux caractéristiques du ou des modules mémoire présents. Ces caractéristiques, propres à chaque module mémoire, sont stockées dans une EEPROM (Electrically Erasable Read Only Memory) à même le module mémoire. Cette détection appelée « Serial Presence Detect », ou SPD, est un guide pour le BIOS lorsque les timings sont configurés « by SPD ».

L’EEPROM SPD contient les caractéristiques physiques et électroniques du module mémoire (source image : www.obm.co.nz)

Les informations SPD sont de différentes natures, et varient d’un type de mémoire à l’autre. Elles incluent entre autres : • les latences permises par le module. • la fréquence maximale supportée par le module. • des informations relatives à la fabrication du module : nom du constructeur, date de fabrication, numéro de série… • des informations relatives au format physique du module. Les informations stockées sont à la charge du constructeur du module, et leur exactitude peut varier d’un fabricant à un autre.


192 lignes (voir encadré « Structure d’une puce mémoire moderne »), nécessite un rafraîchissement toutes les 64 000/8 192 = 7,8 μs. Peu de BIOS proposent de modifier cette option. Elle apparaît parfois dans les spécifications des chipsets sous la forme « Refresh Mode Select », ou RMS. Le BIOS ajuste la valeur requise par les modules présents en fonction des informations stockées dans l’EEPROM SPD (voir encadré « Serial Presence Detect »). Mieux vaut ne pas y toucher.

LATENCES ET BANDE PASSANTE. Comme nous l’avons évoqué précédemment, les timings expriment, en cycles d’horloge, la latence du circuit constituant la DRAM. Cette latence est intimement liée à la nature même des bit cells qui constituent la DRAM, et elle ne varie que peu. Pour s’en convaincre, considérons par exemple un circuit avec les latences suivantes : tCL = tRCD = tRP = 15 ns, et tRAS = 40 ns. A 133 MHz, ces timings deviendront, en cycles : tCL = tRCD = tRP = 133 MHz x 15 ns = 1,9 = 2 cycles. tRAS = 133 MHz x 40 ns = 5,3 = 6 cycles. Il tourne donc en 2-2-2-6 à 133 MHz. A 166 MHz, on obtient 166 MHz x 15 ns = 2,5. tCL peut être arrondi au demicycle supérieur, mais tRCD et tRP doivent être arrondis au nombre entier de cycles supérieur, soit 3. tRAS vaut 166 MHz x 40 ns = 6,6 = 7 cycles. Le circuit tourne donc en 2,5-3-3-7 à 166 MHz. On obtient par le même calcul : 3-3-3-8 à 200 MHz, 4-4-4-11 à 266 MHz et 5-55-14 à 333 MHz. Ces mêmes latences correspondent donc indifféremment à : - de la DDR-266 en 2-2-2-6 - de la DDR-333 en 2,5-3-3-7 - de la DDR-400 en 3-3-3-8 - de la DDR2-533 en 4-4-4-11 - de la DDR2-667 en 5-5-5-14 Ces timings semblent terriblement familiers… Plusieurs années séparent ces modules, mais on peut constater

que la latence n’a pas changé, ou du moins pas rapidement. Les circuits possédant un tCL de 10 ns commencent à prendre le pas (ceux-ci équipent notamment la DDR-400 en 2-2-2-5). Les écarts de performances entre ces différents types de mémoires ne s’expliquent donc pas par la latence, mais par les écarts de débits dus aux fréquences de fonctionnement. Si les circuits qui équipent ces mémoires affichent la même latence, ils n’utilisent en revanche pas les mêmes technologies de fabrication, et ne peuvent donc pas atteindre la même fréquence de fonctionnement. Grâce au pipelining, l’augmentation de fréquence s’accompagne d’une augmentation de débit, donc des performances globales. Le débit plafonne à une value théorique qui correspond à la bande passante du module. La bande passante correspond au débit que le module atteindrait si chaque opération s’effectuait en 1 cycle d’horloge. Si le pipelining permet en effet d’obtenir une opération par cycle dans certaines conditions, le « page miss » et le « bank miss » font vite grimper l’addition, et ce d’autant plus que les timings sont élevés. Le calcul de la bande passante est assez simple. La DDR-400 par exemple est capable de fournir une donnée de 64 bits (8 octets), sur les deux fronts de l’horloge cadencée à 200 MHz, sa bande passante est donc 8 octets x 2 x 200 MHz = 3 200 Mo/s. Ce pourquoi on l’appelle également PC3200.

LE DILEMME : TIMINGS OU FRÉQUENCE ? Tout bon overclocker se pose un jour la question de savoir s’il vaut mieux privilégier une fréquence mémoire élevée avec des timings « lents », ou une fréquence mémoire plus basse avec des timings « rapides ». Avant tout, il faut se demander si le reste du système a une préférence. Le nForce2 par exemple possède des mécanismes d’optimisation de communication avec la mémoire, mais ceux-ci ne sont activés que si la mémoire tourne à la même vitesse que le FSB. Dans ce cas, la question ne se pose pas, et la seule investigation consiste à trouver les meilleurs timings pour la vitesse donnée.

Nous avons vu précédemment que la DDR2-533 en 4-4-4-11 possède en réalité une latence égale à celle de la DDR2667 en 5-5-5-14. Dans ce cas, la réponse est évidente, les latences sont les mêmes mais la DDR2-667 fournit un débit supérieur, elle sera donc plus rapide. Cependant, il faut rester prudent, car il existe une petite subtilité, que nous avons d’ailleurs vue dans le calcul des timings aux différentes fréquences. Cette petite subtilité est l’arrondi. Les timings sont en effet arrondis au nombre de cycles supérieur (ou demi-cycle supérieur dans le cas du tCL de la DDR), et l’arrondi peut entraîner un écart conséquent. Prenons l’exemple d’un circuit disposant de timings tCL, tRCD et tRP de 10 ns. A 200 MHz, ces timings correspondent à 200 MHz x 10 ns = 2 cycles. A 233 MHz, on obtient 233 MHz x 10 ns = 2,33, soit tCL = 2,5 cycles, et tRCD et tRP sont arrondis à l’entier supérieur, soit 3 cycles. Il a fallu arrondir, et donc tCL vaut en réalité 2,5 cycles/233 MHz = 10,7 ns, et tRCD et tRP valent 3 cycles/233 MHz = 12,8 ns. En un mot, passer de 200 à 233 MHz augmente la bande passante de 17 %, mais augmente également tCL de 7 %, tRCD et tRP de 28 %. On gagne ainsi en bande passante, mais on perd en temps de réponse. Quelle configuration est donc la plus rapide ? Dans les faits, cela dépend de l’application. Une application effectuant de nombreux accès séquentiels à la mémoire (un encodage par exemple) va être privilégiée par le gain de bande passante à 233 MHz, mais une autre application effectuant des accès mémoire non séquentiels (un jeu par exemple) va profiter davantage de latences faibles, et donc de la configuration à 200 MHz.

L’APRÈS SDRAM. La prochaine évolution majeure dans la mémoire équipant les PC est l’abandon de la technologie DRAM, et donc des bit cells sous forme de condensateurs. Certes, d’autres formes de bit cells existent, notamment celles équipant les SRAM (les mémoires ultrarapides composant les caches) mais celles-ci se montrent trop coûteuses pour les capacités requises. L’idée consiste alors à ne plus utiliser de charge électrique pour stocker l’information de bit, mais une charge magnétique, comme on peut en trouver sur un disque dur. Ces mémoires appelées MRAM (pour Magnetic RAM) sont encore à l’état de prototypes, mais présentent d’ores et déjà des performances exceptionnelles, proches de celles d’une SRAM. Des performances alléchantes en perspective…

Hardware magazine avril / mai 06

<115>


Comparatif ALIMENTATIONS

ALIMENTATIONS,

TOUTES LES NOUVEAUTÉS

SUR LE GRILL Par : David Guillaume

La nouvelle génération d’alimentations est arrivée : Seasonic S12, Enermax Liberty, Antec NeoHE… Elles se distinguent par un haut rendement, des tensions très stables et un niveau sonore réduit. Nous avons regroupé tout ce beau monde dans un comparatif, et en profitons pour vous présenter d’autres nouveautés. ne pile d’alimentation de plus d’un mètre de haut, cela ne se teste pas sans mal. Durant la réalisation de ce comparatif, nous aurons réussi à perdre une array RAID 0 (aïe !), et à court-circuiter par mégarde une alimentation (mais la petite Aikuo s’est poliment mise en sécurité en rebootant le PC, sans dommage). La configuration de test a donc bien chauffé, d’autant qu’il ne s’agit pas d’une petite bête, comme vous pouvez en juger. Nous avons utilisé un Pentium Extreme Edition 955 monté sur une carte mère Asus P5WD2-E avec deux gigaoctets de mémoire Corsair XMS 2. Une Radeon X1900 XT assurait l’affichage, et la configuration intégrait deux disques durs Maxtor Diamond +9 ainsi qu’un Seagate 7200.8 400 Go. Le refroidissement du processeur était assuré par un Zalman CNPS9500 LED, et l’ensemble était installé dans un boîtier CoolerMaster ATC 210-VX. Nous irons plus loin dans un prochain comparatif où nous testerons les alimentations dans une configuration overclockée.

U

D’un produit à l’autre, la profondeur peut varier. Pensez à vérifier les dimensions du boîtier pour les alimentations plus profondes que la normale.

<116>

Hardware magazine avril / mai 06


Pour mesurer les performances de toutes ces alimentations, nous les avons installées une par une dans cette configuration, et nous avons laissé les températures se stabiliser. Nous avons ensuite fait tourner trois instances de CPUBurn, afin d’occuper tous les processeurs virtuels sauf un, qui était consacré à faire tourner 3DMark05. La consommation mesurée correspond à la valeur la plus haute relevée durant ce test, avec un wattmètre placé au niveau de la prise de courant. Ensuite, nous avons fait tourner quatre instances de CPUBurn, et mesuré les autres paramètres : niveau sonore, température CPU, et fluctuations de tension en arrêtant toutes les instances de CPUBurn pour faire varier la charge. Bien que la configuration soit assez puissante, aucune alimentation n’a faibli durant ces tests. Enfin, nous avons inclus dans notre descriptif une mesure de la longueur des câbles. Elle corres-

pond à la distance maximale entre l’alimentation et sa prise Molex quatre points la plus éloignée, celle qui peut poser problème pour brancher des disques durs en bas du boîtier. Nos tests confirment ce que nous avions déjà constaté par ailleurs : c’est la Seasonic S12 qui remporte tous les suffrages dans le haut de gamme. Stabilité, rendement, silence… tout y est. Tout, sauf les câbles amovibles ! Pour en trouver, il faudra regarder du côté de la Antec NeoHE, qui talonne la S12 en termes de performances. Elle est un peu plus bruyante, mais elle est aussi moins chère. Dans les produits d’entrée de gamme, notre préférence va à l’Aikuo, pas chère, offrant un bon rendement pour le prix. A moins que vous ne cherchiez le silence, auquel cas la Max In Power 580 W répondra mieux à vos attentes.

Aikuo

560 W 14 CM

Antec

TRUEPOWER 2.0 550 W

Antec

NEOHE 500 W

CoolerMaster

Antec

PHANTOM 500 W

Enermax

REAL POWER 550 W

LIBERTY 400 W

LC

Max In Power

Seasonic

Silver Power

Asus et les NeoHE : incompatibilité ?

Existe-t-il un problème de compatibilité entre les alimentations Antec NeoHE et les cartes mères Asus ? Il suffit de chercher un peu sur Internet pour constater que les utilisateurs de NeoHE mécontents sont légion… Le problème se manifesterait par des instabilités, entraînant des redémarrages intempestifs et parfois la destruction de l’alimentation. Nous avons nous-mêmes eu l’occasion de faire les frais de ce problème. La NeoHE que nous avions testée dans PC Update n° 20 a littéralement craché du feu le jour où nous l’avons connectée à une carte mère Asus ! Aucun dommage pour le reste du matériel, heureusement, mais l’alimentation était irrécupérable. Difficile de savoir qui des deux fabricants est responsable, et nous ne pointerons personne du doigt, l’important étant surtout que le problème soit réglé. Les NeoHE sont donc maintenant compatibles avec toutes les cartes mères Asus, comme nous avons pu le constater lors de ce comparatif (où la carte mère est une Asus P5WD2-E). Les nouvelles versions de la NeoHe sont reconnaissables par l’inscription « 3A » à côté du numéro de série. La NeoHE que nous avons reçue ne portait pas cette inscription, mais « A21 » (écrit en tout petit), et elle n’a posé aucun problème. La NeoHE 550 W que nous avons vue cracher des étincelles n’avait aucune inscription à côté du numéro de série. Pour éviter de tomber sur une ancienne série, demandez à votre vendeur de vous montrer l’inscription présente sur l’alimentation.

Enermax

NOISETAKER 485 W

POWER 550 W

Morex INTELLIGENT POWER GOLD 550 W

S12 500 W

Tagan

TG580-U15 EASYCON

580 W

400 W

Yesico

XG

480W

Hardware magazine avril / mai 06

MAGNUM

<117>


Comparatif ALIMENTATIONS Fluctuations de tension

Niveau de pression sonore Yesico 480w

Antec Phantom 500w 0,00

42 Antec Phantom 500w

Seasonic S12 500w 0,00

43,2 Seasonic S12 500w

XG Magnum 500w 0,08

43,8

Antec NeoHE 500w 0,08

Max in power 580w

44,7

Antec TPII 550w 0,24

Antec TPII 550w

44,8

Enermax Noisetaker 485w 0,33

Antec NeoHE 500w

46

LC Power 550w

Enermax Noisetaker 485w

0,33

46

Max in power 580w

Aikuo 560w

0,41

46,2

Enermax Liberty 400w 0,42

LC Power 550w

46,8

Morex Intelligent Power Gold 550w 0,49

Enermax Liberty 400w

48,2

Coolermaster Real Power 550w 0,50

Tagan TG580-U15

Aikuo 560w

49,5

0,58

Morex Intelligent Power Gold 550w

53,4

Silver Power 400w

53,4

Yesico 480w

0,75

Coolermaster Real Power 550w

1,02

Silver Power 400w

Tagan TG580-U15

53,5 30

35

40

45

50

1,06

55

60

0,00

en db(a) à 12,5cm

0,20

0,40

0,60

0,80

1,00

1,20

en pourcentage de variation sur le +12v

Les alimentations fanless, sans surprise, arrivent en tête. Tout juste derrière, et à peine audibles, la Seasonic S12 et la Max In Power 580 W sont presque aussi discrètes.

La Phantom et la S12 font fort, puisque nous n’avons enregistré aucune variation de tension ! Les autres ne montrent aucune variation inquiétante, si ce n’est quand on arrive au niveau des Yesico et Tagan : à ce prix, on est en droit de s’attendre à des tensions plus stables.

Consommation

Température CPU LC Power 550w

Seasonic S12 500w 317

55

Antec NeoHE 500w

Antec TPII 550w

321

55

Morex Intelligent Power Gold 550w 321

Enermax Liberty 400w

56

Coolermaster Real Power 550w 321

Morex Intelligent Power Gold 550w

56

Antec Phantom 500w

Tagan TG580-U15

322

56

Enermax Liberty 400w

Aikuo 560w

328

56

XG Magnum 500w

Coolermaster Real Power 550w

329

57

Enermax Noisetaker 485w

Seasonic S12 500w

330

58

Tagan TG580-U15

Max in power 580w

335

59

Yesico 480w

Antec Phantom 500w

336

60

Aikuo 560w

60

Silver Power 400w

337

Enermax Noisetaker 485w

340

Antec NeoHE 500w

62

LC Power 550w

62

Max in power 580w

62

Antec TPII 550w

344

Yesico 480w

347

Silver Power 400w

350

50

52

54

56

58

60

62

64

en degrés Celcius Pour refroidir son processeur, rien de tel qu’un ventilateur 120 mm ou 140 mm ! Il ne faudra pas trop compter sur la NeoHE, dont ce n’est pas le point fort.

<118>

Hardware magazine avril / mai 06

300

310

320

330

340

350

360

en watts

Les reines du rendement sont clairement désignées : S12, NeoHE, Phantom, ainsi que les alimentations Morex et CoolerMaster. Les produits d’entrée de gamme sont logiquement en retrait, la surprise venant de la TruePower 2.0 qui consomme plus qu’une alimentation d’entrée de gamme.


Aikuo 560 Taille câbles : 87 cm +3,3 V : 30 A +5 V : 36 A +12 V1 : 20 A +12 V2 : 24 A

W 14 cm

Nombre de Molex 4 points : Nombre de SATA : Puissance : 560 W Prix : 50 ¤ Existe aussi en : 430 W (42 ¤)

onne surprise que cette alimentation Aikuo ! Ventilateur 14 cm, finition noire impeccable, câbles longs et gainés de nylon… Le rapport qualité/prix est excellent. Bonus : le câble d’alimentation de la carte graphique est pourvu d’un système de réduction des interférences. Bien que notre configuration de

B

prix

câbles gainés et longs

test soit assez chargée, la Aikuo a conservé un niveau sonore raisonnable lors des benchmarks. Lorsqu’on éteint le PC, son ventilateur continue à tourner pendant quelques minutes afin d’évacuer la chaleur. Une fonctionnalité qui ne peut pas faire de mal, à défaut d’être vraiment utile.

ventilateur 14 cm

difficile de trouver à redire pour ce prix

Antec

NeoHE 500 W

Taille câbles : 77 cm +3,3 V : 23 A +5 V : 17 A +12 V1 : 17 A +12 V2 : 17 A

Nombre de Molex 4 points : 6 Nombre de SATA : 4 Puissance : 500 W Prix : 110 ¤ Existe aussi en : 380 W (85 ¤), 430 W (100 ¤), 550 W (125 ¤)

a dernière alimentation Antec se distingue par un retour au ventilateur 80 mm. Un choix rendu possible par le rendement élevé, qui a pour conséquence une température interne plus faible. Néanmoins, la NeoHE voit son ventilateur accélérer un peu lors des benchmarks, et son niveau sonore est ainsi plus élevé que celui de la Seasonic S12 par exemple. Quant au processeur, le fait que l’alimentation ne participe pas à son refroidissement se res-

L

rendement

tensions

sent au niveau de sa température. La NeoHE a des câbles amovibles, ce qui la place face à l’Enermax Liberty. Ces deux alimentations ont des tarifs très proches, tout comme leurs caractéristiques. Antec a l’avantage pour le rendement, la stabilité des tensions et le niveau sonore, et Enermax gagne sur le refroidissement CPU. Les choses auraient peut-être été différentes si nous avions pu tester une Liberty de puissance comparable à celle de la NeoHE 500 W.

câbles détachables

aucun refroidissement du processeur

Antec

Phantom 500 W

Taille câbles : 80 cm +3,3 V : 30 A +5 V : 30 A +12 V1 : 17 A +12 V2 : 18 A

Nombre de Molex 4 points : 5 Nombre de SATA : 4 Puissance : 500 W Prix : 170 ¤ Existe aussi en : 350 W (sans ventilateur, 160 ¤)

a Phantom 500 W est une alimentation sans ventilateur… avec ventilateur. En effet, elle reçoit un ventilateur placé du côté qui est à l’intérieur du PC, et qui ne doit se déclencher que lorsque la température le justifie. Ainsi disposé, il est loin des oreilles et ne devrait pas trop se faire entendre. Durant nos tests, il n’a tourné qu’à une très faible vitesse et la Phantom 500 W est donc restée silencieuse. Ce qui est dommage, c’est que cette excroissance

L

silence

tensions

interne rende la Phantom particulièrement grande : 18,5 cm de profondeur ! Pensez à vérifier si votre boîtier est compatible avant de l’acheter, car elle pourrait être bloquée par un lecteur CD. Dans le cas de notre boîtier CoolerMaster ATC 210-VX, le compartiment qui accueille l’alimentation est limité en profondeur et ça ne passe que de justesse. La Phantom a un bon rendement, et ses tensions sont d’une stabilité parfaite. Le prix est raisonnable pour une alimentation fanless.

rendement

encombrement

Hardware magazine avril / mai 06

<119>


Comparatif ALIMENTATIONS

Antec TruePower Taille câbles : 80 cm +3,3 V : 32 A +5 V : 40 A +12 V1 : 19 A +12 V2 : 19 A

es Antec TruePower ont assis leur réputation sur la stabilité de leurs tensions. Un argument devenu un peu léger aujourd’hui, la plupart des alimentations milieu et haut de gamme offrant des tensions suffisamment stables pour que l’utilisateur n’ait pas à s’en inquiéter. De plus, d’autres produits ont atteint le même niveau de stabilité, dont certains chez Antec (les NeoHE et

L

tensions

2.0 550 W

Nombre de Molex 4 points : 5 Nombre de SATA : 4 Puissance : 550 W Prix : 120 ¤ Existe aussi en : 380 W (80 ¤), 430 W (90 ¤), 480 W (100 ¤)

Neo Power). La TruePower 2.0 est donc un peu en retrait de ses concurrentes directes comme l’Enermax Liberty et la Seasonic S12, surtout en ce qui concerne le rendement (et donc la consommation). Pour trouver une alimentation vraiment moderne chez Antec, il faudra plutôt regarder du côté des NeoHE. La TruePower conserve néanmoins un argument pour elle : son prix légèrement inférieur à la concurrence.

niveau sonore

rendement

CoolerMaster Real Power 550 W Taille câbles : 76 cm +3,3 V : 20 A (30 A en pic) +5 V : 25 A (30 A) +12 V1 : 12 A (18 A) +12 V2 : 12 A (18 A) +12 V3 : 6 A (10 A)

Nombre de Molex 4 points : 5 Nombre de SATA : 3 Puissance : 550 W Prix : 120 ¤ Existe aussi en : 450 W (95 ¤)

a Real Power de CoolerMaster est fournie avec un cadran permettant de surveiller la consommation instantanée. C’est un gadget, ce n’est pas très précis, mais c’est tout de même amusant. La Real Power est dotée d’un ventilateur 120 mm qui s’illumine en bleu, et ventile fort ! Cette alimentation se place parmi les plus bruyantes

L

afficheur de puissance

de ce comparatif, à égalité avec l’alimentation Morex. Les résultats obtenus par ces deux alimentations sont d’ailleurs pratiquement les mêmes, et il suffit d’une inspection sommaire des composants pour constater qu’elles partagent la même électronique. Par ailleurs, la consommation mesurée est parmi les plus faibles, signe d’un bon rendement.

rendement

niveau sonore

Enermax Taille câbles : 72 cm +3,3 V : 26 A +5 V : 28 A +12 V1 : 20 A +12 V2 : 20 A

Liberty 400 W

Nombre de Molex 4 points : 6 Nombre de SATA : 6 Puissance : 400 W Prix : 80 ¤ Existe aussi en : 500 W (110 ¤), 620 W (180 ¤)

vec la Liberty, Enermax s’est mis au goût du jour. Ventilateur 120 mm, rendement amélioré, câbles amovibles… Manque de chance pour nous, la Liberty 620 W que nous voulions tester nous a claqué dans les doigts ! Ce coup de malchance nous oblige donc à tester la version 400 W, que nous avions heureusement sous la

A

câbles amovibles version 620 W trop chère

<120>

Hardware magazine avril / mai 06

main. Elle ne se défend pas mal, mais les résultats sont en retrait par rapport aux concurrentes Antec NeoHE et Seasonic S12. Peut-être la version 620 W aurait-elle été moins à la peine. Impossible de le savoir pour l’instant, mais une chose est sûre : la version 620 W est encore trop chère aujourd’hui pour faire de l’ombre à la Seasonic S12 600 W.


Enermax Taille câbles : 95 cm +3,3 V : 32 A +5 V : 32 A +12 V1 : 18 A +12 V2 : 18 A

Noisetaker 485 W Nombre de Molex 4 points : 7 Nombre de SATA : 4 Puissance : 485 W Prix : 95 ¤ Existe aussi en : 320 W (53 ¤), 370 W (65 ¤), 420 W (77 ¤), 470 W (102 ¤), 600 W (150 ¤)

a Noisetaker n’est plus toute jeune. Pourtant, elle reste compétitive face aux produits modernes. Son rendement est bon, mais son système de refroidissement n’est plus vraiment au goût du jour. Il se compose d’un ventilateur 80 mm à l’arrière et d’un 92 mm en dessous, l’ensemble étant réglable en vitesse par une molette située à l’arrière. Le résultat : un niveau sonore assez bas lorsque la molette est au mini-

L

mum, mais un refroidissement perfectible. Les alimentations à ventilateurs 120 et 140 mm s’en sortent mieux. C’est la Liberty qui remplacera à terme la Noisetaker chez Enermax, on devrait donc voir cette dernière disparaître petit à petit. L’occasion peut-être d’en dénicher une en promotion à un tarif intéressant. Ce n’est pas le cas au moment d’écrire ces lignes, puisque la Noisetaker 480 W est affichée à peine moins cher que la Liberty 500 W.

bonne alimentation dans l’ensemble un peu dépassée par les modèles plus modernes

LC

Power 550 W

Taille câbles : 90 cm +3,3 V : 35 A +5 V : 40 A +12 V1 : 16 A +12 V2 : 18 A

Nombre de Molex 4 points : 6 Nombre de SATA : 2 Puissance : 550 W Prix : 40 ¤

our un bloc qu’on trouve à moins de 40 ¤ sur Internet, la LC6550G se débrouille plutôt bien. Notre configuration exigeante ne lui a pas fait peur, et elle s’est montrée stable lors de tous les tests. Son nom de « Silent Giant » par contre, tient surtout du marketing… sans être terriblement bruyante, elle n’est

P

pas à la hauteur des alimentations plus haut de gamme et surtout de la Max In Power, qui coûte à peine plus cher. Mais on ne peut pas tout avoir, et la LC6550G refroidit très bien le PC avec son ventilateur 14 cm. Difficile de trouver mieux à ce tarif de toute façon !

le prix !

Max In Power Taille câbles : 82 cm +3,3 V : 28 A +5 V : 50 A +12 V : 24 A

580 W

Nombre de Molex 4 points : 8 Nombre de SATA : 2 Puissance : 580 W Prix : 50 ¤

a Max In Power 580 W est livrée dans une élégante boîte noire. A l’intérieur, une alimentation emballée dans un petit sac de transport, et des gants jetables (du type de ceux qu’on trouve dans les stations-service) pour ne pas se salir les mains lors du montage. Dommage que la PSMIP980VP (c’est son nom) ne soit qu’ATX12V 1.3. Elle est toutefois dotée de tous les connecteurs requis pour une configuration moderne, un adaptateur pour une carte graphique PCI-Express étant aussi fourni. Dommage aussi que les câbles ne soient pas

L

silence

gainés, le look s’en ressent et c’est dommage car la finition chromée est agréable à regarder. Mais le point fort de cette alimentation, c’est surtout le silence. A ce prix, nous n’avons pas trouvé plus silencieux que la Max In Power 580 W. Elle fait jeu égal avec des produits nettement plus coûteux. Son secret semble être une ventilation plutôt faiblarde, du moins à en juger par la température CPU mesurée. Cela n’a eu aucune conséquence néfaste durant nos tests, heureusement. Un produit très recommandable, pour amateurs de silence à budget serré.

prix

finition un peu légère

Hardware magazine avril / mai 06

<121>


Comparatif ALIMENTATIONS

Morex Intelligent Power Gold 550 W Taille câbles : 83 cm +3,3 V : 28 A +5 V : 30 A +12 V1 : 12 A +12 V2 : 22 A +12 V3 : 14 A

Nombre de Molex 4 points : 7 Nombre de SATA : 4 Puissance : 550 W Prix : 100 ¤ Existe aussi en : 400 W (67 ¤), 450 W (70 ¤), 500 W (90 ¤)

ette alimentation, avec son ventilateur 120 mm, est faite pour ventiler ! Elle brasse beaucoup d’air, sans grande discrétion, alors même que son rendement élevé lui permet déjà de ne pas trop chauffer. Du coup, elle est sûrement très fiable dans

C

prix

rendement

le temps, et c’est ce que Morex semble vouloir mettre en avant, puisque ce produit est garanti dix ans. Une bonne alimentation, pas trop chère, pour qui veut pousser un peu son matériel et n’a pas les oreilles trop sensibles.

ventilation

niveau sonore

Seasonic Taille câbles : 72 cm +3,3 V : 30 A +5 V : 30 A +12 V1 : 17 A +12 V2 : 16 A

S12 500 W Nombre de Molex 4 points : 6 Nombre de SATA : 4 Puissance : 500 W Prix : 115 ¤ Existe aussi en : 600 W (140 ¤)

ar où commencer ? La S12 offre presque tout ce que l’on peut demander à une alimentation ! Ses tensions sont d’une stabilité sans faille, et le niveau sonore est inégalé, tout comme le rendement. A part si votre PC est déjà entièrement fanless, la S12 ne sera pas plus audible qu’une alimentation sans ventilateur. Nous la recommandons d’ailleurs plutôt qu’une alimentation fanless, car elle reviendra nettement moins cher à caractéristiques égales. La finition est un peu légère, les câbles n’étant pas gainés par exemple. Dommage aussi qu’elle ne soit pas modulaire. C’est

P

rendement

silence

prévu, puisque Seasonic devrait bientôt sortir sa S12, une alimentation aux caractéristiques proches de celles de la S12 dotée de câbles amovibles. La S12 n’est donc pas parfaite, mais on oublie vite les détails pour se concentrer sur l’essentiel : ses caractéristiques qui en font la reine incontestée de ce comparatif. A noter que les versions 500 W et 600 W ont une électronique similaire, tandis que les versions inférieures utilisent une électronique différente. Notre jugement ne peut donc s’étendre qu’aux versions 500 et 600 W, puisque nous n’avons pas testé les modèles inférieurs.

tensions

les câbles non gainés

Silver Power Taille câbles : 65 cm +3,3 V : 25 A +5 V : 28 A +12 V : 18 A

400 W

Nombre de Molex 4 points : 7 Nombre de SATA : 2 Puissance : 400 W Prix : 48 ¤

près avoir proposé une alimentation 350 W peu coûteuse mais fonctionnelle et discrète, Silver Power se met au goût du jour avec une alimentation 400 W au design plus attrayant. On retrouve le ventilateur placé à l’extérieur de l’alimentation (mais à l’intérieur du PC, tout de même), et la Silver Power bénéficie désormais de toute la connectique moderne. On a même deux connecteurs pour cartes graphiques PCI-Express, ce qui porte à sourire… Bien sûr, une alimentation dans cette gamme de prix n’est pas recommandée pour faire tourner un système SLI. Dans les tests, la Silver Power a montré

A

la nette infériorité de son système de refroidissement par rapport à ses concurrentes. Elle ne participe pas au refroidissement du processeur, et la température de ce dernier augmente fortement. Alors que ce défaut aurait pu être compensé par un niveau sonore raisonnable (après tout, elle n’aspire pas l’air chaud du processeur et devrait donc avoir besoin de moins de ventilation), elle s’avère plutôt bruyante. Ajoutons à cela que la SP-400P1B est encore ATX12V 2.0, alors que la plupart des alimentations modernes respectent les recommandations ATX12V 2.x, et on comprendra l’ampleur de notre déception.

look sympa refroidissement

<122>

bruit

globalement dépassée

Hardware magazine avril / mai 06


TG580-U15 Easycon

Tagan

Taille câbles : 62 cm +3,3 V : 26 A +5 V : 30 A +12 V1 : 20 A +12 V2 : 20 A (ou 35 A en combiné)

Nombre de Molex 4 points : 8 Nombre de SATA : 4 Puissance : 580 W Prix : 135 ¤ Existe aussi en : 430 W (90 ¤), 480 W (108 ¤), 530 W (120 ¤) neuf points d’accroche sur le bloc, et jusqu’à huit prises Molex quatre points. A noter la possibilité de combiner +12 V1 et +12 V2, ce qui pourrait permettre d’augmenter la puissance disponible lorsqu’on est bloqué par la limite à 20 A sur une sortie. La Tagan est profonde, 17,5 cm, il faut penser à vérifier si ça passe avant de l’acheter. Cette version U15 reçoit un ventilateur 120 mm, et offre ainsi un refroidissement bienvenu au processeur. Le tarif affiché est un peu élevé, et la place face à l’Antec NeoHE 550 W.

agan a longtemps été une référence dans les alimentations silencieuses, mais le vent a désormais tourné. Ce n’est pas à ce niveau qu’il faut aller chercher les qualités de cette TG580-U15, car elle est tout sauf discrète ! Ne la boudons pas pour autant : elle a d’autres qualités. Sa connectique est amovible, avec en particulier quatre câbles gainés de caoutchouc et protégés contre les perturbations électromagnétiques – les autres sont simplement gainés de nylon. Les connecteurs sont nombreux, avec

T

refroidissement

câbles amovibles (et nombreux)

câbles courts

Yesico

480 W

Nombre de Molex 4 points : 6 Nombre de SATA : 2 Puissance : 480 W Prix : 190 ¤ Existe aussi en : 550 W (230 ¤)

ne alimentation fanless, dans cette configuration dual core ? Pourquoi pas… Nous avons essayé, sans trop y croire, et ça fonctionne ! Bien sûr, le processeur chauffe beaucoup, mais au moins le silence est royal. Si cette expérience s’est bien déroulée, signalons tout de même qu’à la fin des tests, l’alimentation était tellement chaude qu’il était difficile de

U

prix

garder la main dessus. Pour une configuration musclée, et dans un boîtier peu ventilé comme celui que nous avons utilisé, il n’est pas raisonnable de choisir une alimentation fanless. Il faudrait ajouter un ventilateur de boîtier en soutien. En tout cas, la Yesico s’en sort avec les honneurs, dommage qu’elle coûte si cher et qu’elle chauffe tant, ce qui n’est pas rassurant.

température

Hors-concours : XG Taille câbles : 69 cm +3,3 V : 25 A +5 V : 30 A +12 V1 : 15 A +12 V2 : 15 A

Magnum

Nombre de Molex 4 points : 6 Nombre de SATA : 2 Puissance : 500 W Prix : 175 ¤

orsque nous avons sorti la XG Magnum de sa boîte, toutes les têtes se sont tournées à la rédaction. Le packaging est très réussi et l’alimentation est somptueuse avec sa coque en aluminium épais. Du côté situé à l’intérieur du PC, on trouve des connecteurs permettant de brancher les câbles. La Magnum est la seule alimentation à câbles amovibles que nous ayons testée où tous les câbles peuvent être retirés. A côté des câbles, six diodes indiquent quelles sont les tensions sollicitées, et préviennent d’un éventuel problème. Quant aux câbles, ils sont tous blindés et gainés de caoutchouc, dommage qu’ils soient un peu courts ! De l’autre côté de la Magnum, un afficheur LCD donne la consommation instantanée (les valeurs semblent réalistes), la température interne de l’alimentation et la valeur du +12 V, toutes ces informations étant donc visibles depuis l’arrière du PC. Cette ali-

L

le look

possibilité de combiner +12 V1 et +12 V2

prix

Taille câbles : 80 cm +3,3 V : 20 A +5 V : 25 A +12 V1 : 16 A +12 V2 : 15 A

silence

Malheureusement, la Tagan n’est pas à la hauteur, ni pour la stabilité des tensions, ni pour le rendement, ni pour le silence… Il faudrait parvenir à baisser les prix pour que Tagan revienne dans la course. Dommage, car la qualité de la finition, comme le packaging et l’aspect des câbles sont tous au top.

l’afficheur arrière

les tensions

mentation fonctionne sans ventilateur, grâce à des caloducs et des radiateurs en cuivre. Après avoir brossé ce tableau idyllique, venons-en à la raison pour laquelle nous n’avons pas inclus cette alimentation dans le comparatif : elle ne rentre pas dans notre configuration de test ! Pire, nous avons essayé de l’installer dans quatre boîtiers tout ce qu’il y a de plus standard, à chaque fois sans succès. Contacté à ce sujet, le distributeur nous a expliqué que cette alimentation nécessitait généralement quelques adaptations pour être installée, à moins de choisir un boîtier de la même marque, ceux-ci étant prévus pour accueillir cette alimentation. Avec un autre boîtier, il faudra généralement retirer le ventilateur supérieur s’il y en a un, et donner quelques coups de lime à l’arrière du boîtier pour aider le radiateur de l’alimentation à passer. Dans le cas des boîtiers où l’alimentation est insérée par l’arrière, comme

les câbles courts

cela arrive souvent avec les boîtiers CoolerMaster en aluminium, la Magnum sera trop large pour passer et nécessitera donc des modifications importantes. Nous avons tout de même testé cette alimentation, mais en la plaçant à l’extérieur du boîtier, et nous ne pouvons donc pas la comparer aux autres produits pour ce qui est du niveau sonore ou du refroidissement. En ce qui concerne la stabilité des tensions et le rendement, elle est très bien positionnée. Un produit recommandé aux bidouilleurs.

le format compatible avec peu de boîtiers

Hardware magazine avril / mai 06

<123>


Acheter

BOÎTIER A+ XCLIO II : LE GRAND MÉCHANT VENTILATEUR Boîtier

Il fallait oser… A+ présente le boîtier XClio II, doté d’un ventilateur de vingt-cinq centimètres de diamètre ! Simple gadget ? Nous l’avons testé pour vous, et les performances sont… ébouriffantes. u premier abord, le XClio II a tout d’un boîtier conventionnel milieu de gamme. Look quelconque, structure en acier, façade en plastique avec effet satiné au toucher, intérieur très basique avec juste des fixations rapides pour les disques durs et les

A

Températures

ventilateur 25cm boîtier ouvert boîtier fermé

Mosfets

Système

CPU

20

25

30

35

40

45

50

55

60

°c

Fiche Technique Caractérisques • Emplacements 5"1/4 : 4 • Emplacements 3"1/2 internes : 5 • Emplacements 3"1/2 externes : 1 • Ventilateur fourni : 1x250 mm latéral • Emplacements pour ventilateurs : 2x80 mm arrière, 2x80 mm avant • Alimentation : non fournie • Prix : 60 euros performances originalité peut interférer avec les systèmes de refroidissement encombrants

<124>

Hardware magazine avril / mai 06

65

lecteurs optiques. Petit détail bien vu : deux caches permettent d’installer des lecteurs de CD/DVD blancs sans rompre l’harmonie de la façade. La grosse surprise arrive quand on découvre le ventilateur situé sur son côté gauche. Vingtcinq centimètres de diamètre, alors que nous sommes habitués à trouver au plus du douze centimètres dans les boîtiers ! Quand on y pense, on se demande pourquoi aucun fabricant n’y a pensé plus tôt. Cela fait bien longtemps que les overclockers, en été, placent un gros ventilateur à côté de leur PC, en laissant le boîtier ouvert pour refroidir tous les composants. Reste à savoir si A+ a réussi à transformer cette astuce de bidouilleur en un produit utilisable au quotidien. Nous avons installé dans le XClio II une configuration à base d’Athlon 64 3500+ monté sur une Abit AN8 32X. Cette carte mère intègre des capteurs de température au niveau des mosfets, nous saurons donc s’ils bénéficient du flux d’air. Le radiateur choisi est un Zalman CNPS9500 LED, et l’alimentation une Antec TruePower 2.0 550 W. Le XClio II n’offre aucun ventilateur à part le gros de 25 cm latéral, nous avons donc utilisé une alimentation avec ventilateur 120 mm pour évacuer la chaleur. Premier test : boîtier fermé, ventilateur arrêté. Deuxième test, on laisse le boîtier ouvert. Troisième test, boîtier fermé et ventilateur en marche. Les résultats sont éloquents, le ventilateur a un effet radical sur les températures. Et cela se sent à tous les niveaux, car il souffle sur une très large surface, incluant les cartes graphiques et

Le processeur placé à coté du ventilateur donne une bonne idée de ses proportions.

autres cartes d’extension. Son niveau sonore est très raisonnable, à peine notable dans la plupart des configurations, car sa vitesse de rotation est faible. Il produit un bruit de souffle qui n’est pas désagréable, et se fait vite oublier quand le PC est placé sous un bureau. En ce qui concerne la compatibilité, le ventilateur touche presque le CNPS9500 LED, mais ça passe. Les gros ventirads de 15 cm de haut seront donc proscrits. De toute façon, mieux vaut choisir un ventilateur dont les ailettes sont perpendiculaires au ventilateur, pour qu’il profite au mieux du flux d’air. Espérons que les ventilateurs 25 cm se généraliseront rapidement à toutes les gammes de boîtiers, car un beau boîtier en aluminium équipé d’un tel ventilateur serait sûrement le boîtier idéal pour l’amateur de performances. Et pour faire encore mieux, on se prend à rêver d’un kit permettant d’installer un ventilateur 25 cm dans le boîtier de son choix. Décidément, le XClio nous fait rêver… c’est donc une excellente surprise, et une évolution bienvenue dans le domaine du refroidissement.


UNE EPIA À DEUX PROCESSEURS Crate mère

Compactes et économes en énergie, les plates-formes Epia se prêtent bien à la réalisation de petites configurations bureautiques. Avec un gros défaut : le manque de puissance. Alors quand VIA sort une Epia biprocesseur, on se précipite sur ses benchmarks. La VT-310DP nous convaincra-t-elle de passer au format 17x17 cm ? lors que les processeurs dual core se généralisent, VIA choisit de sortir une carte mère biprocesseur. Ce sont donc deux processeurs distincts qui sont présents sur la carte, des VIA Eden à core Nehemiah. Leur fréquence est d’1 GHz, avec un FSB 133 et un cache L2 de 64 Ko. On le comprend d’emblée, ce n’est pas avec de telles caractéristiques que cette plate-forme va battre des records à 3DMark… Pour achever de nous en convaincre, nous avons lancé le calcul d’un million de décimales de PI avec SuperPI sur cette nouvelle Epia. Alors que la plupart des PC modernes réalisent cette opération en moins d’une minute, la VT310DP nous donne le temps de siroter quelques cafés, avec dix minutes et trentedeux secondes ! Le fait que le résultat soit presque le même lorsqu’on lance deux instances de SuperPI en même temps (joie du biprocesseur) ne viendra pas sauver la VT-310DP. Ses performances sont tout juste suffisantes pour regarder des DivX et des DVD, en choisissant bien ses codecs.

A

PLUTÔT DESTINÉE AUX ENTREPRISES En réalité, la VT-310DP se destine avant tout aux entreprises, et plus particulièrement à un usage serveur. Ainsi, la techno-

logie Padlock lui permet de crypter des données avec son coprocesseur dédié, efficace pour un serveur Web sécurisé par exemple. Elle est d’ailleurs dotée de trois ports Ethernet, dont un en gigabit, et ne cache donc pas son orientation réseau. L’intérêt d’une telle plate-forme pour les entreprises est d’en placer plusieurs dizaines dans un rack, regroupant ainsi de nombreux serveurs dans un espace réduit, avec une consommation minimale et un niveau sonore acceptable. Le biprocesseur prend ici tout son sens, car un serveur d’entreprise réalise toujours plusieurs tâches en même temps ; on multiplie donc les performances par deux en ajoutant un processeur. Mais dans le cas d’un particulier ? Nous avons bien cherché, et nous n’avons pas trouvé quel pouvait en être l’intérêt. Avec son petit ventilateur, la VT-310DP est certes plus silencieuse que bien des serveurs 1U, mais elle ne peut pas concurrencer un PC équipé d’un bon ventirad. Ses performances sont médiocres, on l’a dit, et seule la consommation est à son avantage. En montant une petite configuration avec cette carte, nous avons mesuré 47,7 W au repos, et 61,1 W en charge. C’est peu, certes, mais les « petites » cartes Epia consomment nettement moins que ça (nous avons déjà mesuré

Fiche Technique Caractérisques • Format : mini-ITX (17x17cm) • Processeur : deux Eden-N NanoBGA intégrés • Chipset : VIA CN400 + VT8237R • Mémoire : 2xDDR400/333/266, jusqu’à 2 Go • Vidéo : S3 Unichrome intégré avec décodage MPEG-2 et accélération MPEG-4 • Slots : 1xPCI • Stockage : 1xIDE et 2xS-ATA • LAN : 2x100 Mb + 1x1 Gb • Audio : six canaux AC’97 • Divers : deux ports série, deux USB + deux extensions USB petit format consommation assez faible performances, prix pas de fonctionnement fanless

moins de 30 W au repos sur une configuration à base d’Epia ME6000), et au moins elles sont fanless… Avec un prix annoncé d’environ 450 ¤, la VT-310DP a beaucoup de concurrentes. A ce tarif, on peut envisager de monter une configuration à base de Celeron M avec l’adaptateur CT-479 d’Asus et une carte mère Socket 478. Pour une consommation à peine supérieure, on obtiendrait une configuration autrement plus performante, et même plus silencieuse.

Hardware magazine avril / mai 06

<125>


Acheter

ASUS A8R32-MVP DELUXE

Comme toujours, Asus nous propose une carte qui ne souffre pas de défaut important.

LE RD580 DÉBARQUE ! ATI RÉPOND AU NFORCE4 SLI X16 Chipsets graphiques

Alors que les cartes mères CrossFire à base de RD480 ne sont en vente que depuis quelques semaines, ATi a déjà sorti un nouveau chipset, le RD580. Voyons de quoi il retourne avec l’Asus A8R32-MVP. écidément, ATi semble bien déterminé à rattraper nVidia sur le marché des chipsets ! En fait, bien que personne ne le sache, c’est déjà fait, puisque ATi a vendu plus d’unités que son concurrent l’an passé ; même si ça n’est pas du tout le cas sur le marché « retail », les produits en boîte que nous achetons, les ventes « OEM » (les PC de grandes marques) ont littéralement explosé. Nous nous intéressons aujourd’hui au dernier-né, le chipset RD580. Ce dernier reprend un bon nombre de caractéristiques du RD480, le chipset CrossFire de la marque, la principale différence se situant au niveau du nombre de lignes PCI-Express. En effet, à l’image du nForce4 SLI X16, le RD580 gère deux véritables ports PCI-E 16X, c’est-à-dire avec 16 lignes chacun. D’autre part, c’est une nouveauté notable, le RD580 est clairement annoncé par ATi comme un chipset particulièrement efficace pour les overclockers, leur dernière conférence de presse montrant une

D

<126>

Hardware magazine avril / mai 06

vidéo mêlant azote liquide et compagnie. De mémoire d’overclocker, c’est la première fois qu’un grand fabricant prend autant position. Que ce soit « sincère » ou pour attirer les utilisateurs les plus extrêmes, ceux qui créent parfois des effets de mode et déclenchent de nombreux achats derrière, nous sommes satisfaits de cette démarche et nous avons hâte de vérifier si ceci est vrai.

ASUS, TOUJOURS 1

ER

Alors que bon nombre de constructeurs attendent la sortie du socket AM2 pour dévoiler leurs produits RD580, Asus a été une nouvelle fois le premier à nous fournir une carte mère pour cet essai. Quelques nouvelles cartes ont cependant pointé le bout de leur nez au CeBIT, mais nous avions l’Asus A8R32MVP bien avant cela. Souvenez-vous, en novembre dernier, Asus sortait l’A8R-MVP. Cette carte

mère CrossFire était assez peu équipée, mais vendue un très bon prix pour un produit offrant d’excellentes performances. Elle était d’ailleurs capable d’atteindre de très hautes fréquences déjà. Cette fois-ci, Asus a embelli quelque peu son A8R32-MVP qui a désormais le droit au rang « Deluxe ». Lorsque l’on compare l’agencement des deux cartes, il y a beaucoup de ressemblances. En dehors de la couleur du PCB, passée d’un triste marron à un noir plus élégant, nous pouvons constater que les ports PCI-Express 16X sont désormais plus espacés et que les ports SATA ne sont plus dans le même sens. Sinon, tout est identique, Asus ayant conservé le refroidissement passif, un bon point. De plus près, nous pouvons constater que la puce audio AC’97 a été remplacée par une Realtek ALC882, HD Audio donc. Finition Deluxe oblige, Asus a également ajouté un contrôleur de stockage Silicon Image proposant un port SATA-2 et un port e-SATA à l’arrière du PC.


Les plus/les moins A8R32-MVP Equipement et finition Overclocking Silencieuse Prix ?

UN SOUTHBRIDGE ULI Pour finir, nous nous sommes intéressés aux performances. Précisons que l’A8R32-MVP utilise un chipset Uli M1575 et non une puce ATi. C’est un bon choix, puisque le SATA-2 est au rendez-vous, sans oublier de meilleures performances USB 2.0. Comme vous pouvez le constater, le chipset RD580 s’en sort très bien, il est largement aussi bon que les puces du concurrent. C’est d’ailleurs un beau résultat, quand on pense que de nombreux constructeurs tels que VIA ou SiS n’ont pas été capables de revenir au niveau de la marque au caméléon. Les cartes son HD Audio sont de plus en plus fréquentes sur les cartes mères AMD, tant mieux !

Côté BIOS, bien que l’A8R-MVP soit déjà très correcte pour une carte vendue seulement 100/120 ¤, l’A8R32MVP est tout simplement excellente. Bien que certaines fonctions soient un peu compliquées à comprendre en raison d’une drôle d’organisation, rien ne manque à cette dernière. Asus a ajouté tout ce qu’il faut pour overclocker, y compris de nombreuses options de tension (jusqu'à 3,2 V pour la RAM, 1,65 V pour les A64). Les paramètres mémoire ne sont pas en reste et permettent de nombreux affinements.

n’avons pas vraiment obtenu de meilleurs résultats d’overclocking avec cette carte qu’avec les références que nous avions (Asus A8N32-SLI et DFI nF4) mais le fait que ce soit désormais possible avec un chipset compatible CrossFire ravira les aficionados de cartes graphiques ATi. Côté tarif en revanche, la montée en gamme se fait sentir, cette dernière coûte autour de 200 ¤, comme ses meilleures concurrentes à base de chipsets nVidia.

Enfin, nous avons comparé le CrossFire à la précédente solution sur RD480/482 et l’écart est bel et bien réel, ce qui n’est pas le cas chez nVidia. Saviezvous que le CrossFire pouvait fonctionner sans câble spécifique ? En effet, avec deux cartes Radeon standard, vous pouvez activer le CrossFire, mais les performances étaient nettement moins bonnes jusqu’ici. La bande passante accrue des ports en 16X pallie ce problème et vous pouvez donc enfin profiter du CrossFire de façon simple et confortable.

LDT X5 Passons rapidement sur l’essai « basique » de la carte, qui ne pose aucun problème particulier, pour nous pencher sur les facultés d’overclocking. Nous avons pu atteindre une fréquence HT de 355 MHz, ce qui n’a rien d’exceptionnel puisque les dernières cartes nForce4 atteignent parfois 400 MHz à ce stade. En revanche, il est surprenant de constater que la carte peut tenir un bus HyperTransport de l’ordre de 1,5 GHz, c'est-à-dire qu’en dessous de 300 MHz HTT, le coefficient LDT peut rester à x5, au lieu du x3 habituel. A 355 d’ailleurs, nous étions encore avec LDT x4. Toutefois, l’augmentation de fréquence de bus à ce niveau n’apporte rien d’un point de vue des performances. A noter également que la mémoire fonctionne désormais correctement en mode 1T à haute fréquence HTT, ce qui n’était pas le cas sur l’A8RMVP première du nom. A la finale, nous

Grâvé en 90nm, le chipset Xpress 3200 est minuscule.

Hardware magazine avril / mai 06

<127>


Acheter

Le 5400.3, 1 plateau, deux têtes de lecture, 160 Go de capacité !

LE P-RECORDING : PRINCIPE ET PERFORMANCE Stockage

Les plus gros disques durs du marché atteignent aujourd’hui 500 Go mais la densité de leurs plateaux ne peut plus véritablement augmenter. Afin de pallier cette limitation, un nouveau procédé d’enregistrement des données nommé P-Recording va prendre le relais. Comment fonctionne-t-il et quelle est son influence sur les performances des unités ? C’est ce que nous avons voulu savoir en testant le 5400.3 de Seagate, le tout premier modèle à exploiter cette technologie. our mieux comprendre le PRecording, il est nécessaire de rappeler brièvement le fonctionnement d’un disque dur. On peut distinguer deux sous-ensembles dans la mécanique d’une telle unité : les plateaux et le bloc bras/têtes de lecture. Les plateaux sont des disques plats d’aluminium ou de verre recouverts d’un alliage magnétisable. Ils tournent autour d’un axe motorisé dans le sens inverse des aiguilles d’une montre avec une vitesse constante (5 400, 7 200, 1 000 tours/min). Leur nombre varie en fonction de la capacité totale du disque et chacun d’entre eux compte deux faces pouvant stocker des données. Celles-ci sont composées de pistes concentriques, elles-mêmes divisées en quartiers appelés secteurs contenant un nombre fixe d’octets (512 octets en général). Cette segmentation, aussi appelée formatage physique de bas niveau, est effectuée à l’usine (le formatage logique, dit de haut niveau, fait sous Dos ou Windows sert à regrouper les secteurs sous forme d’uni-

P

<128>

Hardware magazine avril / mai 06

Copie de fichier (Mo/sec) Scan de virus (Mo/sec)

PCMark 2005 (le plus haut est meilleur) Hitachi 7K100 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

46,249 58,243

Segate 7200,1 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

45,559 73,279

Seagate 5400,2 (120 go, 5400 trs/min, 8 Mo)

37,837 63,961

Seagate 5400,3 (160 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

39,571 41,29

Fujitsu MHV2100BH (100 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

35,749 76,241 0

10

20

30

40

50

60

70

80

90


Débit moyen en écriture (Mo/sec) Débit moyen en lecture (Mo/sec)

HDTach 3 (le plus haut est meilleur)

type longitudinal utilisé actuellement, les constructeurs sont arrivés à un point critique où l’intégrité des données risque d’être altérée si la taille des particules continue de diminuer en raison d’un effet néfaste nommé superparamagnétisme. Ce dernier intervient lorsque les particules magnétiques microscopiques du disque deviennent si petites que les vibrations thermiques aléatoires occasionnées par le fonctionnement de l’unité leur font perdre leur habilité à retenir leur orientation magnétique et donc leur intégrité.

41,2 43

Hitachi 7K100 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

39,3 40,1

Segate 7200,1 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

32 34

Seagate 5400,2 (120 go, 5400 trs/min, 8 Mo)

33,1 35,8

Seagate 5400,3 (160 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

30,02 31,5

Fujitsu MHV2100BH (100 Go, 5400 trs/min, 8 Mo) 0

tés d’allocation encore appelés clusters). La lecture et l’écriture des données se font grâce aux têtes de lecture/écriture situées de part et d’autre des plateaux. Lorsque le disque est en fonctionnement, la vitesse de rotation des plateaux entraîne un très fin coussin d’air de l’ordre du micron sur lequel s’appuient les têtes. Un vérin responsable du déplacement du bras aligne alors les têtes en face des pistes et des secteurs souhaités. Ces têtes sont dites « inductives », c’est-à-dire qu’elles sont capables d’aligner le champ magnétique des particules de la surface des plateaux. Elles influent pour cela sur le spin des électrons qui ne peut prendre que deux états, ce qui permet d’obtenir un langage binaire. Toutes ces têtes se déplacent simultanément sur le disque. Ainsi, à un instant donné, chacune d’entre elles est située sous la même piste de son plateau, c’est ce que l’on appelle un cylindre. Pour traiter les informations envoyées par les

10

20

30

HDTach 3 (le plus bas est meilleur)

40

50

têtes de lecture, le disque dur possède ensuite un microprocesseur et une mémoire tampon qui font partie de son circuit électronique. Celui-ci reçoit les requêtes du système puis contrôle l’ensemble mécanique du disque afin d’effectuer les opérations d’écriture ou de lecture demandées. La mémoire cache garantie alors un débit constant de l'information circulant à travers l’interface du disque.

P-RECORDING = DENSITÉ DE STOCKAGE ACCRUE Depuis 1956 et l’apparition du premier disque dur, les constructeurs ont pu augmenter les capacités de stockage en réduisant la taille des particules magnétiques constituant les données. Car plus petites sont ces particules, plus petits sont les bits, et plus grande est la quantité d’informations pouvant être stockée. Avec l’enregistrement de

Temps d'accès moyen (ms)

Hitachi 7K100 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

15,4

Segate 7200,1 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

14,9

Seagate 5400,2 (120 go, 5400 trs/min, 8 Mo)

16,6

Seagate 5400,3 (160 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

17,6

Fujitsu MHV2100BH (100 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

18,3

0

5

10

20

Serveur web (IO/sec)

IOMeter sur les 60 premiers Go (le plus haut est meilleur)

Serveur de fichier (IO/sec)

Hitachi 7K100 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

88,4 95,05

Segate 7200,1 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

89,02 97,03

Seagate 5400,2 (120 go, 5400 trs/min, 8 Mo)

76,53 84,01

Seagate 5400,3 (160 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

80,59 84,6

Fujitsu MHV2100BH (100 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

70,61 72,8 0

Le P-Recording stocke les bits de données de façon perpendiculaire au lieu de les stocker longitudinalement par rapport aux plateaux, ce qui permet d’en placer plus et d’augmenter ainsi la densité de données.

15

20

40

60

80

100

La technologie P-Recording a été développée afin de ne plus être limitée par ce superparamagnétisme, tout en continuant d’augmenter la densité de données. Hitachi a fait la démonstration d’un P-Recording ayant une densité de données de 230 gigabits par pouce carré, ce qui représente deux fois la densité d’un enregistrement longitudinal actuel et qui peut par exemple correspondre à un Microdrive de 20 Go. L’enregistrement longitudinal peut dépasser les 100 gigabits par pouce carré, mais il devient risqué à plus de 120 gigabits par pouce carré pour l’intégrité des données, ce que permet en

Hardware magazine avril / mai 06

<129>

120


Acheter

plus grande fiabilité. Quant au bruit dégagé par ces unités, il est équivalent à celui des disques durs traditionnels, soit minime sur les modèles 2,5 pouces.

LES TESTS

Voici les ST1 de Seagate, la version de gauche étant le modèle P-Recording en 12 Go.

revanche facilement le P-Recording pouvant atteindre 1 térabit par pouce carré. La grande différence entre les deux technologies vient de l’alignement des bits qui est donc soit longitudinal au plateau, soit perpendiculaire. Pour mieux comprendre, on peut assimiler les bits de données à de petites barres magnétiques qui sont donc alignées

AUTRES BÉNÉFICES DU P-RECORDING

PCMark 2005 (le plus haut est meilleur) Hitachi 7K100 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

4157

Segate 7200,1 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

4310

Seagate 5400,2 (120 go, 5400 trs/min, 8 Mo)

3652

Seagate 5400,3 (160 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

3207

Fujitsu MHV2100BH (100 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

3674

0

500

1000

1500

2000

2500

3000

3500

4000

4500

5000

PCMark 2005 (le plus haut est meilleur) 4,622

Hitachi 7K100 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

5,743 7,145 4,376

Segate 7200,1 (100 Go, 7200 trs/min, 8 Mo)

5,745 7,296 3,796

Seagate 5400,2 (120 go, 5400 trs/min, 8 Mo)

4,762 6,109 3,396

Seagate 5400,3 (160 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

4,319 5,821 3,755

Fujitsu MHV2100BH (100 Go, 5400 trs/min, 8 Mo)

4,604 5,847 0

Démarrage XP (Mo/sec)

<130>

1

2

3

4

Chargement d'applications (Mo/sec)

tête à tête sur un disque dur à enregistrement longitudinal, alors qu’elles sont côte à côte en perpendiculaire. Cela permet de les rendre plus stables, de les assembler en économisant de l’espace, mais cela permet également aux bits de mieux retenir leur charge magnétique (une propriété appelée coercivité).

5

6

7

Usage général (Mo/sec)

Hardware magazine avril / mai 06

8

En dehors de la capacité, le P-Recording arrive avec d’autres atouts dans son sac. Les disques durs construits autour de cette technologie ont en effet une plus grande tolérance aux chocs en raison de suspensions mécaniques plus raides et plus légères, et de plateaux plus denses. Un modèle Momentus 5400.2 affiche une tolérance de chocs de 250 Gs contre 350 Gs pour les 5400.3 en P-Recording. Cette technologie permet ensuite aux unités de consommer environ 10 % d’énergie de moins et l’on peut s’attendre en conséquence à ce que les disques dégagent moins de chaleur (bien que cela ne soit pas annoncé par la technologie). De par la nature de l’enregistrement perpendiculaire, les unités ont par ailleurs besoin de moins de composants. Pour exemple, un 5400.2 de 100 Go utilise deux plateaux et trois têtes de lecture alors qu’un 5400.3 P-Recording de 160 Go exploite seulement un plateau et deux têtes. Ceci induit donc des coûts de fabrication théoriquement moins élevés. Et au final, entre la plus grande tolérance aux chocs, la réduction d’éléments mécaniques dans l’unité, et moins de dégagement de chaleur, les disques durs devraient avoir une

Le seul disque dur P-Recording disponible pour le moment est le 5400.3 de Seagate destiné aux ordinateurs portables. Il intègre une interface ATA 100, 8 Mo de mémoire cache et une capacité record de 160 Go. Pour déterminer l’influence de sa technologie, nous l’avons mis face à plusieurs disques traditionnels en 5 400 et 7 200 trs/min 2,5 pouces. Comme vous pouvez le constater sur les graphiques, la première conclusion que l’on peut tirer est que le 5400.3 a des débits de données bruts un peu plus élevés que les autres unités 5 400 trs/min. Et il ne dispose que d’un seul plateau, contre deux pour les autres modèles, ce qui montre la bonne densité de données et tout l’intérêt du P-Recording. Il y a donc fort à parier que lorsque des modèles à plusieurs plateaux sortiront, les disques durs PRecording en profiteront encore nettement. En ce qui concerne PCMark2005, le 5400.3 est apparemment plus lent que les autres modèles, mais ce logiciel favorise certaines caractéristiques des disques. Il est difficile de savoir pourquoi PCMark2005 pénalise autant le 5400.3 car dans tous les tests suivants que nous avons effectués, il s’est montré plus rapide que les autres 5 400 trs/min, notamment dans les temps de chargement d’applications telles que Windows XP, Quake 4 ou Far Cry. On remarquera d’autre part que les 7 200 trs/min restent toujours bien plus véloces. Le 5400.3 est au final un modèle performant, plus rapide que tous les 5 400 tours que nous avons eus entre les mains. Mais à moins d’avoir véritablement besoin de capacité, l’achat d’un 5400.3 n’est pas judicieux pour le moment. Son prix est en effet assez élevé avec 350 euros contre 210 euros pour un 120 Go, et si vous recherchez la performance en 2,5 pouces, mieux vaut opter pour un 7 200 trs/min. Le P-Recording est un passage obligé pour augmenter la capacité de nos disques durs et la technologie est prometteuse. Seagate a d’ailleurs présenté un modèle de 1 pouce ayant une capacité de 12 Go, le ST1.3, qui sera idéal pour les baladeurs MP3 ou les téléphones portables par exemple. Il faudra maintenant voir ce que ce procédé va donner sur des unités 3,5 pouces, mais ne confondez pas P-Recording et augmentation de performances, ce n’est pas le but premier de cette technologie.


TERRATEC CINERGY 2100I DT/MCE : DEUX TUNERS VALENT MIEUX QU’UN ! Carte TNT

Destinée à la réception TNT, la Cinergy 2100i DT de Terratec débarque sur le marché avec deux atouts majeurs. Elle est la première carte TV numérique à proposer un double tuner, et elle est aussi la première à supporter une interface PCI-Express. Va-t-elle devenir une référence pour nos PC de salon ? es cartes TV à double tuner sont rares, même dans la catégorie analogique, et pourtant quel bonheur ! Picture in Picture, enregistrement d’une chaîne et visualisation d’une autre simultanément, dispense de configuration et meilleure stabilité dans les centrales logicielles multimédias, elles possèdent quelques atouts qui font toute la différence pour ceux qui ont l’habitude d’exploiter leur PC pour regarder la télévision. Terratec semble l’avoir compris et est le premier à proposer une telle carte avec sa Cinergy 2100i DT. Et en plus d’être double tuner, elle utilise le port PCI-Express 1x de nos cartes mères, des slots vides à l’heure actuelle par manque de produits. Proposée aux alentours de 90 euros, cette carte compatible avec le système d’exploitation Windows Media Center est livrée avec un pack logiciel contenant Cyberlink Power Cinema, Make DVD, et un gestionnaire de configuration pour la télécommande

L

ÇA MARCHE BIEN TOUT ÇA ! Vu les problèmes rencontrés sur bon nombre de cartes TV numériques lors de nos précédents tests, nous ne nous attendions pas à un produit pleinement fonctionnel mais la Cinergy 2100i DT nous a agréablement surpris. Son installation et la configuration du logiciel Power Cinema sont au point, la recherche des chaînes est rapide, la réception et la décompression MPEG-2 sont de qualité, et surtout, l’ensemble

se montre stable et réactif à l’usage. Le changement de chaîne ne prend pas plus d’une à deux secondes, le lancement du TimeShifting et des captures vidéo est également efficace, et les fonctions proposées par le double tuner sont bien gérées. L’enregistrement et la visualisation d’une autre chaîne simultanément ont parfaitement fonctionné, tout comme l’incrustation d’image Picture In Picture. Il est d’ailleurs possible de déplacer cette fenêtre dans tous les coins de l’écran. Un petit défaut d’affichage laissant apparaître une fine ligne horizontale lors du déplacement du PIP a pu être remarqué mais il s’efface dès que l’on déplace la fenêtre. Comme la grande majorité des cartes TV numériques, Power Cinema ne peut capturer la vidéo qu’en MPEG-2 à des débits et résolutions fixes. Il est possible de graver les enregistrements sur CD/DVD et le logiciel donne accès au multilangage, à la programmation d’enregistrements et au guide électronique des programmes. Vous avez le choix entre l’EPG émis par défaut par les chaînes TNT, ou un service plus complet via Internet. Un bandeau avec l’heure, le nom et un petit résumé de l’émission s’affiche alors à chaque changement de chaîne. Certaines fonctions de Power Cinema sont néanmoins perfectibles car il est impossible de lancer un enregistrement puis de changer de chaîne sans que la capture s’arrête. Pour cela, il est obligatoire de passer par le PIP. Au final, le bilan de cette Cinergy

Fiche Technique Caractérisques • Nom : Cinergy 2100i DT • Constructeur : Terratec • Type : réception TV numérique • Entrée vidéo : • Télécommande : oui • Offre logicielle : Cyberlink Power Cinema 4.7, Cyberlink Make DVD, Remote Control Editor Double tuner/PIP Efficacité/stabilité Compatible Windows Media Center Télécommande Fonctionnalités perfectibles Petit défaut d’affichage du PIP Pas d’entrées vidéo analogiques

2100i DT est excellent et il y a peu de choses à lui reprocher. Elle représente donc un très bon investissement et se montre idéale pour un PC de salon.

Hardware magazine avril / mai 06

<131>


Index 44 numéros et des centaines d’articles ! Voilà enfin de quoi s’y retrouver. Titre

Magazine

Page

Alimentations Protéger son pc du courant Zalman ZM300A-APF vs. Fortron FSP350-60PN Le guide de l'alimentation Que valent les alims de barebones ? Alimentations, ventirad, ventilateurs: le best of Les alimentations à moins de 100 euros Les alimentations silencieuses 350 Watts suffisent-ils ? Thermaltake Fanless 350W Alimentations ATX: le best of Alimentations Sunbeam, Morex et Superflower Trois alimentations Top qualité (Seasonic S12, Antec Phantom 500 et NEO HE) Enermax Liberty 400W De quelle alimentation a vraiment besoin votre PC ? Alimentations: faut-il payer plus cher ? Bien acheter son onduleur Coolermaster Real Power 550W Tout ce qu'il faut savoir sur les adaptateurs et accus

PCU n° 2 HM n° 4 HM n° 5 PCU n° 10 HM n° 10 PCU n° 11 HM n° 14 HM n° 15 PCU n° 16 PCU n° 17 PCU n° 19 PCU n° 20 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 21 PCU n° 21 HM n° 21

80 92 120 132 48 116 118 88 132 106 136 36 36 76 78 96 136 108

PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 4 HM n° 5 PCU n° 6 HM n° 8 HM n° 10 PCU n° 18 HM n° 19

51 52 54 118 102 135 82 95 30 86 126 128 108 18

PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 4 PCU n° 7 HM n° 7 HM n° 9 HM n° 11 PCU n° 22

106 46 124 133 76 130 44 134 100 101 104 122 119 116 136

PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 1 HM n° 1 HM n° 2 HM n° 2 HM n° 9 HM n° 14 PCU n° 20

136 49 53 116 65 68 112 100 134

PCU n° 1 PCU n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 4 HM n° 4 HM n° 4 HM n° 8 PCU n° 9 PCU n° 10 PCU n° 11 HM n° 13 HM n° 16 HM n° 21 HM n° 21

82 58 82 77 98 98 76 122 86 80 110 88 46 52 86

HM n° 5 HM n° 6 PCU n° 7 PCU n° 9 PCU n° 13

110 60 126 114 122

Audio: cartes son Configurer sa SB Live pour le Home cinéma Terratec DMX 24/96 LT Hercules Fortissimo III : carte son 7.1 Carte son Creative Audigy 2 Quelle carte son pour le jeu et le Home Cinema ? Terractec Aureou Fun 5.1 Terratec Aureon 7.1 Space & Aureon 5.1 Sky Creative Audigy Platinum EX Creative SB Audigy externe Upgrader une carte son Creative Audigy LS Les cartes son usb Chipsets sonores, choix, réglages et optimisation Creative labs X-FI

Audio: Enceintes, casques Notre palmarès des 15 meilleures enceintes en 2.1, 4.1 et 5.1 Altec Lansing 251: kit d'enceintes 5.1 Kit d’enceintes Creative Inspire 6700 6.1 Enceintes 5.1 Philips 5100 Creative 550 THX : kits d’enceinte 5.1 THX et 2.1 THX Creative iTrigue 2.1 Les enceintes Home Cinéma Casque Tekuni Cam6c Altec Lansing aad200: décodeur 5.1 Altec Lansing ADA995: enceintes 5.1 Comparatif enceintes 2.1 et 5.1 Casque Zalman ZM-RS6F Creative Gigaworks S750 Les enceintes 2.1 Libérez votre casque audio de son fil avec le bluetooth

Audio: balladeurs, lecteurs MP3 Lecteur MP3 Thomson Lyra PDP 2800 Creative MuVo : lecteur MP3. Philips Expanium EXP301 : lecteur CD MP3 Choisir un lecteur MP3 Creative Jukebox zen Terratec car4000 : Lecteur MP3 de salon Les jukebox MP3 de 1,5 à 60 Go Balladeurs MP3 de 1,5 Go à 20 Go Les balladeurs MP3 de 2 à 6 Go

Audio: divers Les normes 3D audio Le guide de la conversion CD vers MP3 Enregistrer des vynils Sound Expert Optical Terratec Phono Pream Studio USB Terratec VICE VERSA: convertisseur numérique Le DVD Audio Tout sur le son 7.1 Booster votre son dans les jeux ou les DVD Créer des MP3 parfaits Créer un DVD Audio Son 5.1 et DivX Quels sont les meilleurs codecs audio Devenez DJ grâce au PC Les codecs audio multicanaux

Boîtiers

Titre Casetek IQ-Eye Quoi de neuf en boîtiers ? Gamme Antec TX et Titan Boîtiers sans fil Antec P180 et Sonata II Gigabyte 3D Aurora Sunbeam Trio Artic Cooling Silentium T2 Antec P150 Coolermaster CM Media 260 20 boîtiers pour tous les budgets Coolermaster Stacker 830 BTX vs. ATX Mcubed HFX Media PC

Magazine

Page

HM n° 13 HM n° 16 HM n° 17 HM n° 17 HM n° 18 HM n° 18 HM n° 18 HM n° 20 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 HM n° 21 HM n° 21 HM n° 21

122 112 22 120 14 128 131 26 28 30 102 22 102 130

PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 1 HM n° 1 HM n° 2 HM n° 2 HM n° 3 PCU n° 4 PCU n° 4 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 4 PCU n° 5 PCU n° 5 HM n° 5 HM n° 5 PCU n° 6 PCU n° 7 PCU n° 7 PCU n° 7 HM n° 7 HM n° 7 HM n° 7 PCU n° 8 PCU n° 8 HM n° 8 HM n° 8 HM n° 8 HM n° 9 PCU n° 10 PCU n° 11 HM n° 11 HM n° 11 PCU n° 13 HM n° 13 PCU n° 14 PCU n° 14 PCU n° 14 PCU n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 15 HM n° 15 HM n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 PCU n° 16 PCU n° 16 PCU n° 17 PCU n° 18 HM n° 18 PCU n° 19 PCU n° 19 PCU n° 19 HM n° 19 HM n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 PCU n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 21 HM n° 21 PCU n° 22 PCU n° 22

114 122 58 60 64 60 128 126 60 96 110 12 16 50 78 14 22 32 50 60 128 120 120 98 50 132 78 114 116 136 116 20 14 106 108 12 118 128 134 90 80 102 94 116 124 128 66 124 128 92 124 18 20 26 110 24 25 112 18 46 38 22 84 16 22 46

PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2

40 119 44 76 118

Cartes graphique Choisir sa GeForce 4 Carte graphique Matrox Parthelia Chaintek GT 61 : Ge Force 4 SiS xabre 400 ATI radeon 9700 ATI Radeon 9500, 9500Pro, 9700, 9700 Pro Que vaut l’AGP 8x ? Tout savoir sur la mémoire des cartes 3D Optimiser la configuration d'un pilote nVidia L'overclocking de carte graphique Comparatif cartes 3D ATI 9800Pro nVidia 5200 et 5600 Optimiser sa carte graphique avec Powerstrip Optimiser les drivers ATI nVidia FX5900 ATI Radeon 9600/9700 Pro Comparatif cartes 3D Changer de carte graphique: les vrais gains Carte graphique et jeux: les bons réglages Gigabyte Radeon 9600 Pro Leadtek WinFast A350LX GeXcube Radeon 9600 Pro Game Buster Le fonctionnement d'une carte graphique Les pièges du haut de gamme ATI All In Wonder contre nVidia Personal Cinema 2 Booster une vieille carte graphique Radeon 9800XT vs. GeForce FX5950 Radeon 9600XT vs. nVidia FX5700 Carte graphique Volari Cartes 3D de 100 à 250 euros Preview GeForce 6800 Radeon X800 vs. nVidia GeForce 6800 Les cartes graphiques à moins de 100 euros Les drivers alternatifs de cartes 3D nVidia 6600GT Moteurs 3D: le futur du jeu Ati X700 face à la concurrence Ati 9550 vs. nVidia 5200 Overclocking avec ATI tool 128 ou 256 Mo de Ram ? Le point sur l'offre 2005 Toutes les marques se valent-elles ? nVidia PureVideo Radeon X800XL Radeon X200 Boostez vos cartes graphiques nVidia GeForce 6200 Turbocache Gigabyte 3D1 (kit SLI) 20 cartes graphiques 6600/GT et X700/Pro Radeon X800XL, la bonne affaire d'ATI ? nVidia 7800 GTX nVidia 7800 GT Radeon X800GT Les cartes 3D à moins de 150 euros Radeon X550 Asus EN7800GT et EN7800 GTX TOP Textures et filtrage: la qualité en jeu ATI Radeon X1000 ATI All In Wonder X800GT GeForce 7800 GTX512 Comparatif cartes 3D : tous les GPU au banc d'essai PhysX: la révolution pour les joueurs ? Radeon X1900 GeForce 7300GS Cartes graphiques haut de gamme

Cartes mères

Trouver le boîtier idéal Le montage de 2 boîtiers micro ATX Coolermaster Wavemaster Comparatif: les meilleurs boîtiers ATX Les boîtiers à moins de 100 euros

<132>

Hardware magazine avril / mai 06

Monter sa carte mère Notre sélection de cartes mère pour la rentrée (2002) Chaintech Apogee : cartes mère Athlon XP et P4 Tout sur le flashage de bios Preview et premiers tests de la nForce2 et du KT400


Titre Chaintech CT-7NJS et Asus A7N8X : nForce 2 Cartes mères et chipsets : toutes les clés pour choisir Les cartes mères Granite bay (Intel 7205) Les cartes mères pour Athlon et Celeron/Pentium 4 FSB Les nouveaux chipsets MSI GNB Max et 655 Max. Les cartes mères i865 et i875 Les cartes mères à moins de 100 euros Optimisation Bios QDI P4I865PEA-6A Abit max3 Que vaut une carte mère à 35 euros ? Abit KV8-MAX3 Comparatif cartes mères nForce 2 Les fonctions "plus" des cartes mères Choix d'une carte mère Pentium 4 PCI Express, DDR 2, quels changements pour quels bénéfices ? Test nVidia nForce3 250 ECS 755-A Intel change tout: socket LGA 775, DDR2, PCI Express… Radeon X800Pro vs. GeForce 6800GT Comparatif des cartes mères Socket 754 Chipsets Athlon XP: nForce 2 Ultra 400 contre Via KT880 Upgrade de bios et firmware ECS 915P-A nForce 4 Cartes mères SLI Choisir sa carte mère Comparatif 29 cartes mères nouvelle génération VIA PT880, chipset P4 LGA nForce 4 SLI Intel Optimisation des bios Athlon 64 et LGA775 Cartes mères SLI AMD et Intel Cartes mères 945p et 955 TX Les cartes mères à moins de 100 euros Mini ITX: une autre vision du PC Cartes mères "tout intégré" Crossfire, SLI, faut-il se laisser séduire ? nVidia GeForce 6150 IGP + nForce 430 MCP Radeon X800GTO vs. GeForce 6800XT Chipsets: choississez le bon Asus P5WD2-E Premium (i975X) Cartes mères haut de gamme

Magazine

Page

HM n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 4 HM n° 5 HM n° 6 PCU n° 7 HM n° 7 HM n° 7 PCU n° 8 HM n° 8 PCU n° 9 PCU n° 9 HM n° 9 HM n° 10 PCU n° 11 HM n° 11 PCU n° 12 PCU n° 12 PCU n° 12 PCU n° 12 PCU n° 13 HM n° 13 HM n° 14 PCU n° 15 PCU n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 PCU n° 17 PCU n° 17 HM n° 17 PCU n° 18 HM n° 18 HM n° 18 PCU n° 19 HM n° 20 HM n° 20 HM n° 20 HM n° 21 HM n° 21 PCU n° 22

80 120 132 29 104 54 96 32 16 66 124 126 128 130 104 104 14 92 135 130 22 48 32 132 100 126 40 20 94 44 136 18 74 38 130 54 108 82 14 18 32 26 126 46

HM n° 1 HM n° 4 HM n° 20

49 94 122

PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 2 PCU n° 4 PCU n° 4 PCU n° 4 HM n° 5 HM n° 5 HM n° 7 PCU n° 14 HM n° 16 PCU n° 17 PCU n° 17 PCU n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 HM n° 21

132 40 66 76 132 136 52 90 62 38 126 80 132 132 74 102 132

PCU n° 1 PCU n° 2 PCU n° 3 PCU n° 5 HM n° 9 PCU n° 10 PCU n° 11 HM n° 13 PCU n° 15 HM n° 15 PCU n° 15 PCU n° 17 PCU n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 22

58 74 86 46 86 62 102 76 28 26 86 66 108 82 44 133

Claviers, souris Trust 350 SX Cradle Mouse : souris sans fil Switch ecran, souris, clavier Belkin KVM OmniView Soho Comparatif ensembles clavier/souris

Disques durs Disques durs Western Digital WD1200BB & Firewire 120 WD Drivezilla Caviar WD2000BB : disque dur 200 Go IBM 180GXP Installer et configurer des disques RAID LaCie Data Bank: mini disque dur LaCie Big Disk 400Go vs. MAXTOR 5000XT Stockage de poche Les disques durs Serial-ATA Disques durs: les clés d'un choix réussi Spécial stockage (disques durs, stockage réseau, RAID et graveurs DVD) Freecom MediaPlayer-3 (disque dur multimédia) Stockage massif: création et gestion d'un serveur personnel Seagate 7200.08 Western Caviar SE16 - Hitachi 7K500 Comment profiter au mieux d'un RAID 5 Les mini disques durs externes Disques durs 400 et 500 Go: que choisir ?

Disques durs: gestion, dépannage Installer un disque dur Récupérer vos fichiers sur un disque dur en panne Multiboot et partitions Comment récupérer ses données Comment changer de disque dur SOS Crash: sauvegarder son système Défragmentation: la chasse aux perfs Gestion de partition: méthodes et logiciels Booster vos performances Exploitez à fond vos disques durs Récupération de données sur disques ou cartes crashés Multiboot Windows/Linux Disque dur en panne: premiers soins et envoi en garantie Boostez les performances des disques durs à coût zéro Crash disque: tout connaître sur la sauvegarde et la restauration de son système Western Digital Raptor WD1500ADFD/AHFD

Titre

Magazine

Page

Gravure, Sauvegarde Quelle norme DVDR choisir Les graveurs « Mount Rainier » Graveur DVD Sony DRX120L Iomega zip 750 : lecteur de cartouches 750 Mo Graveur CD Mitsumi CR 485C TE Liteon LTR-48125W : graveur CDRW 48x Utiliser au mieux des CDRW Graveur DVD 2x TDK DVD-RW Graveur DVD-R 4x Pioneer A05 Mitsumi CR 485E TE : Graveur 48x. Créer un DVD vidéo Artec 52x Sony DRU500A Spécial DVD Générer des fichiers ISO Plextor Premium Copie de CD et DVD Comparatif graveurs DVD Graveurs DVD double couche 8,5 Go Emulation et backup de CD/DVD Graveurs DVD : S-ATA ou IDE ? Les clés USB se valent-elles toutes ? Réalisez des copies de DVD parfaites Personnalisez ses CD: lightscribe et impression StarForce, la protection incrackable ? Lighscribe ou Labelflash ? Clés usb U3 et Migo Guide de la sauvegarde et de l'émulation CD/DVD Le guide pour effectuer des sauvegardes DVD vidéos parfaites

PCU n° 1 PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2 PCU n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 3 PCU n° 5 PCU n° 6 HM n° 6 PCU n° 9 PCU n° 10 PCU n° 12 HM n° 14 PCU n° 15 PCU n° 15 PCU n° 16 HM n° 16 HM n° 17 PCU n° 21 PCU n° 21 HM n° 21 PCU n° 22

92 100 131 42 134 53 70 132 128 72 78 74 78 102 74 126 76 100 18 92 136 138 82 82 116 120 128 72 78

PCU n° 1 PCU n° 2 HM n° 2 HM n° 12 PCU n° 13 HM n° 13 HM n° 9 PCU n° 10 HM n° 17 PCU n° 18 HM n° 19 PCU n° 22

102 104 114 96 112 10 100 72 132 20 82 100

PCU n° 2 PCU n° 5 PCU n° 11 PCU n° 3 HM n° 8 PCU n° 4 PCU n° 12 PCU n° 14 HM n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 PCU n° 16 PCU n° 18 PCU n° 18 PCU n° 19 HM n° 19

88 54 82 44 86 64 60 80 16 76 92 26 86 36 68 118

HM n° 1 PCU n° 4 PCU n° 4 HM n° 7 HM n° 8 PCU n° 9 PCU n° 9 HM n° 9 PCU n° 10 PCU n° 11 HM n° 12 HM n° 12 HM n° 13 HM n° 15 HM n° 16 PCU n° 18 PCU n° 18 HM n° 18 HM n° 19

122 50 68 121 24 16 20 62 130 132 18 34 112 108 54 52 116 42 64

PCU n° 11 HM n° 13

62 62

Hardware: comprendre, reportage Faut-il passer à l’ATA 133 ? Le serial ATA, un passage obligé Firewire, USB2, quelle norme et quelle carte dans votre PC ? Reportage Japon : le Geek Land La petite histoire de la micro Reportage: Intel Developer Forum 2004 Voyage au cœur du PC Tout sur le boot Firewire 800, mieux que l'USB 2 ? Tout sur le S-ATA Augmenter le voltage La naissance d'une carte mère

Hardware: assemblage, dépannage, divers Comment brancher plus de 4 périphériques IDE Montage d'un PC Montage d'un PC de A à Z Le PC sans fils ! Le futur du PC: normes, usages, tout ce qui va changer Bien identifier son matériel Jeux: guide du bench et performances SOS Panne Astuces Hardware CPU, GPU inside Domotique, mode d'emploi Le guide de l'assemblage PC Bencher un PC Spécial performances Installer un PC dans votre voiture ANTEC P180: exemple d'un montage parfait

Home Cinéma Monter son home cine 1ère partie Dossier Hifi PC Programmer une télécommande Soundgraph Imon Spécial MediaCenter et Home Cinema Multivista: la centrale vidéo ultime ? Transformer un vieux PC en DivX box Créer une interface Home Cinéma Pinnacle Showcenter vs. Hauppauge MediaMVP Test OMWave DH1 Monter un boîtier Home Cinéma MyHTPC: installation et optimisation Les nouveaux logiciels TV et Home Cinéma Les videoprojecteurs à moins de 1000 euros Créer une DivXbox PC Home Cinéma: notre configuration idéale Télécommandes PC et émulation via PDA PC Home Cinéma: le software Les PC Home Cinéma de marque peuvent-ils faire mieux qu'un PC assemblé ?

Linux Initiation à Linux Recycler un vieux PC en serveur Linux

Hardware magazine avril / mai 06

<133>


Index Titre

Magazine

Page

Alimentations Protéger son pc du courant Zalman ZM300A-APF vs. Fortron FSP350-60PN Le guide de l'alimentation Que valent les alims de barebones ? Alimentations, ventirad, ventilateurs: le best of Les alimentations à moins de 100 euros Les alimentations silencieuses 350 Watts suffisent-ils ? Thermaltake Fanless 350W Alimentations ATX: le best of Alimentations Sunbeam, Morex et Superflower Trois alimentations Top qualité (Seasonic S12, Antec Phantom 500 et NEO HE) Enermax Liberty 400W De quelle alimentation a vraiment besoin votre PC ? Alimentations: faut-il payer plus cher ? Bien acheter son onduleur Coolermaster Real Power 550W Tout ce qu'il faut savoir sur les adaptateurs et accus

PCU n° 2 HM n° 4 HM n° 5 PCU n° 10 HM n° 10 PCU n° 11 HM n° 14 HM n° 15 PCU n° 16 PCU n° 17 PCU n° 19 PCU n° 20 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 21 PCU n° 21 HM n° 21

80 92 120 132 48 116 118 88 132 106 136 36 36 76 78 96 136 108

PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 4 HM n° 5 PCU n° 6 HM n° 8 HM n° 10 PCU n° 18 HM n° 19

51 52 54 118 102 135 82 95 30 86 126 128 108 18

PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 4 PCU n° 7 HM n° 7 HM n° 9 HM n° 11 PCU n° 22

106 46 124 133 76 130 44 134 100 101 104 122 119 116 136

PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 1 HM n° 1 HM n° 2 HM n° 2 HM n° 9 HM n° 14 PCU n° 20

136 49 53 116 65 68 112 100 134

PCU n° 1 PCU n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 4 HM n° 4 HM n° 4 HM n° 8 PCU n° 9 PCU n° 10 PCU n° 11 HM n° 13 HM n° 16 HM n° 21 HM n° 21

82 58 82 77 98 98 76 122 86 80 110 88 46 52 86

HM n° 5 HM n° 6 PCU n° 7 PCU n° 9 PCU n° 13

110 60 126 114 122

Audio: cartes son Configurer sa SB Live pour le Home cinéma Terratec DMX 24/96 LT Hercules Fortissimo III : carte son 7.1 Carte son Creative Audigy 2 Quelle carte son pour le jeu et le Home Cinema ? Terractec Aureou Fun 5.1 Terratec Aureon 7.1 Space & Aureon 5.1 Sky Creative Audigy Platinum EX Creative SB Audigy externe Upgrader une carte son Creative Audigy LS Les cartes son usb Chipsets sonores, choix, réglages et optimisation Creative labs X-FI

Audio: Enceintes, casques Notre palmarès des 15 meilleures enceintes en 2.1, 4.1 et 5.1 Altec Lansing 251: kit d'enceintes 5.1 Kit d’enceintes Creative Inspire 6700 6.1 Enceintes 5.1 Philips 5100 Creative 550 THX : kits d’enceinte 5.1 THX et 2.1 THX Creative iTrigue 2.1 Les enceintes Home Cinéma Casque Tekuni Cam6c Altec Lansing aad200: décodeur 5.1 Altec Lansing ADA995: enceintes 5.1 Comparatif enceintes 2.1 et 5.1 Casque Zalman ZM-RS6F Creative Gigaworks S750 Les enceintes 2.1 Libérez votre casque audio de son fil avec le bluetooth

Audio: balladeurs, lecteurs MP3 Lecteur MP3 Thomson Lyra PDP 2800 Creative MuVo : lecteur MP3. Philips Expanium EXP301 : lecteur CD MP3 Choisir un lecteur MP3 Creative Jukebox zen Terratec car4000 : Lecteur MP3 de salon Les jukebox MP3 de 1,5 à 60 Go Balladeurs MP3 de 1,5 Go à 20 Go Les balladeurs MP3 de 2 à 6 Go

Audio: divers Les normes 3D audio Le guide de la conversion CD vers MP3 Enregistrer des vynils Sound Expert Optical Terratec Phono Pream Studio USB Terratec VICE VERSA: convertisseur numérique Le DVD Audio Tout sur le son 7.1 Booster votre son dans les jeux ou les DVD Créer des MP3 parfaits Créer un DVD Audio Son 5.1 et DivX Quels sont les meilleurs codecs audio Devenez DJ grâce au PC Les codecs audio multicanaux

Boîtiers

Titre Casetek IQ-Eye Quoi de neuf en boîtiers ? Gamme Antec TX et Titan Boîtiers sans fil Antec P180 et Sonata II Gigabyte 3D Aurora Sunbeam Trio Artic Cooling Silentium T2 Antec P150 Coolermaster CM Media 260 20 boîtiers pour tous les budgets Coolermaster Stacker 830 BTX vs. ATX Mcubed HFX Media PC

Magazine

Page

HM n° 13 HM n° 16 HM n° 17 HM n° 17 HM n° 18 HM n° 18 HM n° 18 HM n° 20 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 HM n° 21 HM n° 21 HM n° 21

122 112 22 120 14 128 131 26 28 30 102 22 102 130

PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 1 HM n° 1 HM n° 2 HM n° 2 HM n° 3 PCU n° 4 PCU n° 4 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 4 PCU n° 5 PCU n° 5 HM n° 5 HM n° 5 PCU n° 6 PCU n° 7 PCU n° 7 PCU n° 7 HM n° 7 HM n° 7 HM n° 7 PCU n° 8 PCU n° 8 HM n° 8 HM n° 8 HM n° 8 HM n° 9 PCU n° 10 PCU n° 11 HM n° 11 HM n° 11 PCU n° 13 HM n° 13 PCU n° 14 PCU n° 14 PCU n° 14 PCU n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 15 HM n° 15 HM n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 PCU n° 16 PCU n° 16 PCU n° 17 PCU n° 18 HM n° 18 PCU n° 19 PCU n° 19 PCU n° 19 HM n° 19 HM n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 PCU n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 21 HM n° 21 PCU n° 22 PCU n° 22

114 122 58 60 64 60 128 126 60 96 110 12 16 50 78 14 22 32 50 60 128 120 120 98 50 132 78 114 116 136 116 20 14 106 108 12 118 128 134 90 80 102 94 116 124 128 66 124 128 92 124 18 20 26 110 24 25 112 18 46 38 22 84 16 22 46

PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2

40 119 44 76 118

Cartes graphique Choisir sa GeForce 4 Carte graphique Matrox Parthelia Chaintek GT 61 : Ge Force 4 SiS xabre 400 ATI radeon 9700 ATI Radeon 9500, 9500Pro, 9700, 9700 Pro Que vaut l’AGP 8x ? Tout savoir sur la mémoire des cartes 3D Optimiser la configuration d'un pilote nVidia L'overclocking de carte graphique Comparatif cartes 3D ATI 9800Pro nVidia 5200 et 5600 Optimiser sa carte graphique avec Powerstrip Optimiser les drivers ATI nVidia FX5900 ATI Radeon 9600/9700 Pro Comparatif cartes 3D Changer de carte graphique: les vrais gains Carte graphique et jeux: les bons réglages Gigabyte Radeon 9600 Pro Leadtek WinFast A350LX GeXcube Radeon 9600 Pro Game Buster Le fonctionnement d'une carte graphique Les pièges du haut de gamme ATI All In Wonder contre nVidia Personal Cinema 2 Booster une vieille carte graphique Radeon 9800XT vs. GeForce FX5950 Radeon 9600XT vs. nVidia FX5700 Carte graphique Volari Cartes 3D de 100 à 250 euros Preview GeForce 6800 Radeon X800 vs. nVidia GeForce 6800 Les cartes graphiques à moins de 100 euros Les drivers alternatifs de cartes 3D nVidia 6600GT Moteurs 3D: le futur du jeu Ati X700 face à la concurrence Ati 9550 vs. nVidia 5200 Overclocking avec ATI tool 128 ou 256 Mo de Ram ? Le point sur l'offre 2005 Toutes les marques se valent-elles ? nVidia PureVideo Radeon X800XL Radeon X200 Boostez vos cartes graphiques nVidia GeForce 6200 Turbocache Gigabyte 3D1 (kit SLI) 20 cartes graphiques 6600/GT et X700/Pro Radeon X800XL, la bonne affaire d'ATI ? nVidia 7800 GTX nVidia 7800 GT Radeon X800GT Les cartes 3D à moins de 150 euros Radeon X550 Asus EN7800GT et EN7800 GTX TOP Textures et filtrage: la qualité en jeu ATI Radeon X1000 ATI All In Wonder X800GT GeForce 7800 GTX512 Comparatif cartes 3D : tous les GPU au banc d'essai PhysX: la révolution pour les joueurs ? Radeon X1900 GeForce 7300GS Cartes graphiques haut de gamme

Cartes mères

Trouver le boîtier idéal Le montage de 2 boîtiers micro ATX Coolermaster Wavemaster Comparatif: les meilleurs boîtiers ATX Les boîtiers à moins de 100 euros

<132>

Hardware magazine avril / mai 06

Monter sa carte mère Notre sélection de cartes mère pour la rentrée (2002) Chaintech Apogee : cartes mère Athlon XP et P4 Tout sur le flashage de bios Preview et premiers tests de la nForce2 et du KT400


Titre Chaintech CT-7NJS et Asus A7N8X : nForce 2 Cartes mères et chipsets : toutes les clés pour choisir Les cartes mères Granite bay (Intel 7205) Les cartes mères pour Athlon et Celeron/Pentium 4 FSB Les nouveaux chipsets MSI GNB Max et 655 Max. Les cartes mères i865 et i875 Les cartes mères à moins de 100 euros Optimisation Bios QDI P4I865PEA-6A Abit max3 Que vaut une carte mère à 35 euros ? Abit KV8-MAX3 Comparatif cartes mères nForce 2 Les fonctions "plus" des cartes mères Choix d'une carte mère Pentium 4 PCI Express, DDR 2, quels changements pour quels bénéfices ? Test nVidia nForce3 250 ECS 755-A Intel change tout: socket LGA 775, DDR2, PCI Express… Radeon X800Pro vs. GeForce 6800GT Comparatif des cartes mères Socket 754 Chipsets Athlon XP: nForce 2 Ultra 400 contre Via KT880 Upgrade de bios et firmware ECS 915P-A nForce 4 Cartes mères SLI Choisir sa carte mère Comparatif 29 cartes mères nouvelle génération VIA PT880, chipset P4 LGA nForce 4 SLI Intel Optimisation des bios Athlon 64 et LGA775 Cartes mères SLI AMD et Intel Cartes mères 945p et 955 TX Les cartes mères à moins de 100 euros Mini ITX: une autre vision du PC Cartes mères "tout intégré" Crossfire, SLI, faut-il se laisser séduire ? nVidia GeForce 6150 IGP + nForce 430 MCP Radeon X800GTO vs. GeForce 6800XT Chipsets: choississez le bon Asus P5WD2-E Premium (i975X) Cartes mères haut de gamme

Magazine

Page

HM n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 4 HM n° 5 HM n° 6 PCU n° 7 HM n° 7 HM n° 7 PCU n° 8 HM n° 8 PCU n° 9 PCU n° 9 HM n° 9 HM n° 10 PCU n° 11 HM n° 11 PCU n° 12 PCU n° 12 PCU n° 12 PCU n° 12 PCU n° 13 HM n° 13 HM n° 14 PCU n° 15 PCU n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 PCU n° 17 PCU n° 17 HM n° 17 PCU n° 18 HM n° 18 HM n° 18 PCU n° 19 HM n° 20 HM n° 20 HM n° 20 HM n° 21 HM n° 21 PCU n° 22

80 120 132 29 104 54 96 32 16 66 124 126 128 130 104 104 14 92 135 130 22 48 32 132 100 126 40 20 94 44 136 18 74 38 130 54 108 82 14 18 32 26 126 46

HM n° 1 HM n° 4 HM n° 20

49 94 122

PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 2 PCU n° 4 PCU n° 4 PCU n° 4 HM n° 5 HM n° 5 HM n° 7 PCU n° 14 HM n° 16 PCU n° 17 PCU n° 17 PCU n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 HM n° 21

132 40 66 76 132 136 52 90 62 38 126 80 132 132 74 102 132

PCU n° 1 PCU n° 2 PCU n° 3 PCU n° 5 HM n° 9 PCU n° 10 PCU n° 11 HM n° 13 PCU n° 15 HM n° 15 PCU n° 15 PCU n° 17 PCU n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 22

58 74 86 46 86 62 102 76 28 26 86 66 108 82 44 133

Claviers, souris Trust 350 SX Cradle Mouse : souris sans fil Switch ecran, souris, clavier Belkin KVM OmniView Soho Comparatif ensembles clavier/souris

Disques durs Disques durs Western Digital WD1200BB & Firewire 120 WD Drivezilla Caviar WD2000BB : disque dur 200 Go IBM 180GXP Installer et configurer des disques RAID LaCie Data Bank: mini disque dur LaCie Big Disk 400Go vs. MAXTOR 5000XT Stockage de poche Les disques durs Serial-ATA Disques durs: les clés d'un choix réussi Spécial stockage (disques durs, stockage réseau, RAID et graveurs DVD) Freecom MediaPlayer-3 (disque dur multimédia) Stockage massif: création et gestion d'un serveur personnel Seagate 7200.08 Western Caviar SE16 - Hitachi 7K500 Comment profiter au mieux d'un RAID 5 Les mini disques durs externes Disques durs 400 et 500 Go: que choisir ?

Disques durs: gestion, dépannage Installer un disque dur Récupérer vos fichiers sur un disque dur en panne Multiboot et partitions Comment récupérer ses données Comment changer de disque dur SOS Crash: sauvegarder son système Défragmentation: la chasse aux perfs Gestion de partition: méthodes et logiciels Booster vos performances Exploitez à fond vos disques durs Récupération de données sur disques ou cartes crashés Multiboot Windows/Linux Disque dur en panne: premiers soins et envoi en garantie Boostez les performances des disques durs à coût zéro Crash disque: tout connaître sur la sauvegarde et la restauration de son système Western Digital Raptor WD1500ADFD/AHFD

Titre

Magazine

Page

Gravure, Sauvegarde Quelle norme DVDR choisir Les graveurs « Mount Rainier » Graveur DVD Sony DRX120L Iomega zip 750 : lecteur de cartouches 750 Mo Graveur CD Mitsumi CR 485C TE Liteon LTR-48125W : graveur CDRW 48x Utiliser au mieux des CDRW Graveur DVD 2x TDK DVD-RW Graveur DVD-R 4x Pioneer A05 Mitsumi CR 485E TE : Graveur 48x. Créer un DVD vidéo Artec 52x Sony DRU500A Spécial DVD Générer des fichiers ISO Plextor Premium Copie de CD et DVD Comparatif graveurs DVD Graveurs DVD double couche 8,5 Go Emulation et backup de CD/DVD Graveurs DVD : S-ATA ou IDE ? Les clés USB se valent-elles toutes ? Réalisez des copies de DVD parfaites Personnalisez ses CD: lightscribe et impression StarForce, la protection incrackable ? Lighscribe ou Labelflash ? Clés usb U3 et Migo Guide de la sauvegarde et de l'émulation CD/DVD Le guide pour effectuer des sauvegardes DVD vidéos parfaites

PCU n° 1 PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2 PCU n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 3 PCU n° 5 PCU n° 6 HM n° 6 PCU n° 9 PCU n° 10 PCU n° 12 HM n° 14 PCU n° 15 PCU n° 15 PCU n° 16 HM n° 16 HM n° 17 PCU n° 21 PCU n° 21 HM n° 21 PCU n° 22

92 100 131 42 134 53 70 132 128 72 78 74 78 102 74 126 76 100 18 92 136 138 82 82 116 120 128 72 78

PCU n° 1 PCU n° 2 HM n° 2 HM n° 12 PCU n° 13 HM n° 13 HM n° 9 PCU n° 10 HM n° 17 PCU n° 18 HM n° 19 PCU n° 22

102 104 114 96 112 10 100 72 132 20 82 100

PCU n° 2 PCU n° 5 PCU n° 11 PCU n° 3 HM n° 8 PCU n° 4 PCU n° 12 PCU n° 14 HM n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 PCU n° 16 PCU n° 18 PCU n° 18 PCU n° 19 HM n° 19

88 54 82 44 86 64 60 80 16 76 92 26 86 36 68 118

HM n° 1 PCU n° 4 PCU n° 4 HM n° 7 HM n° 8 PCU n° 9 PCU n° 9 HM n° 9 PCU n° 10 PCU n° 11 HM n° 12 HM n° 12 HM n° 13 HM n° 15 HM n° 16 PCU n° 18 PCU n° 18 HM n° 18 HM n° 19

122 50 68 121 24 16 20 62 130 132 18 34 112 108 54 52 116 42 64

PCU n° 11 HM n° 13

62 62

Hardware: comprendre, reportage Faut-il passer à l’ATA 133 ? Le serial ATA, un passage obligé Firewire, USB2, quelle norme et quelle carte dans votre PC ? Reportage Japon : le Geek Land La petite histoire de la micro Reportage: Intel Developer Forum 2004 Voyage au cœur du PC Tout sur le boot Firewire 800, mieux que l'USB 2 ? Tout sur le S-ATA Augmenter le voltage La naissance d'une carte mère

Hardware: assemblage, dépannage, divers Comment brancher plus de 4 périphériques IDE Montage d'un PC Montage d'un PC de A à Z Le PC sans fils ! Le futur du PC: normes, usages, tout ce qui va changer Bien identifier son matériel Jeux: guide du bench et performances SOS Panne Astuces Hardware CPU, GPU inside Domotique, mode d'emploi Le guide de l'assemblage PC Bencher un PC Spécial performances Installer un PC dans votre voiture ANTEC P180: exemple d'un montage parfait

Home Cinéma Monter son home cine 1ère partie Dossier Hifi PC Programmer une télécommande Soundgraph Imon Spécial MediaCenter et Home Cinema Multivista: la centrale vidéo ultime ? Transformer un vieux PC en DivX box Créer une interface Home Cinéma Pinnacle Showcenter vs. Hauppauge MediaMVP Test OMWave DH1 Monter un boîtier Home Cinéma MyHTPC: installation et optimisation Les nouveaux logiciels TV et Home Cinéma Les videoprojecteurs à moins de 1000 euros Créer une DivXbox PC Home Cinéma: notre configuration idéale Télécommandes PC et émulation via PDA PC Home Cinéma: le software Les PC Home Cinéma de marque peuvent-ils faire mieux qu'un PC assemblé ?

Linux Initiation à Linux Recycler un vieux PC en serveur Linux

Hardware magazine avril / mai 06

<133>


Index Titre

Magazine

Bien exploiter son hardware avec Linux Jouer sous Linux Linux pour tout le monde Gestion des mails avec Linux

Page

Titre

HM n° 16 HM n° 17 HM n° 19 HM n° 19

72 86 94 102

HM n° 1 HM n° 1 PCU n° 7 PCU n° 8 PCU n° 13 HM n° 13 PCU n° 14 HM n° 17 PCU n° 18 PCU n° 20

100 106 20 84 64 48 102 94 92 50

Thrust FF380 : Volant à retour de force Xgaming xArcade Logitech Freedom 2.4 : Joystick sans fil Saitek P880 et P3000 : Pads Comment la Xbox à défier les PC ThrustMaster F1 Force Feedback Racing Wheel Joysticks, Pads, Volants Transformer un PC en console de jeu Le guide des périphériques sans fils Xbox vs. PS3 XBOX360 qu'a-t-elle réellement dans le ventre ? Comment s'équiper pour jouer Le PC enfin accessible aux enfants ? Trust wireless presenter TK-3300P et Iogear phaser mouse Naturalpoint TrackIR 4 Pro Le guide de l'émulation console

PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 4 HM n° 4 PCU n° 6 HM n° 7 HM n° 10 HM n° 14 HM n° 17 HM n° 18 PCU n° 21 HM n° 21

86 70 62 70 80 58 102 64 106 118 74 60

PCU n° 1 PCU n° 1 PCU n° 2 PCU n° 3 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 3 HM n° 4 PCU n° 5 PCU n° 7 PCU n° 7 PCU n° 8 PCU n° 12 HM n° 12 HM n° 14 HM n° 16 HM n° 16 HM n° 21

38 88 106 90 128 70 74 100 132 80 118 108 96 114 112 104 104 112

PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 HM n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 3 HM n° 4 HM n° 5 HM n° 6 HM n° 6 PCU n° 7 PCU n° 7 HM n° 8 HM n° 10 HM n° 11 HM n° 12 HM n° 13 PCU n° 15 PCU n° 16 HM n° 16 PCU n° 19 HM n° 19 HM n° 19 HM n° 20 PCU n° 22

130 36 130 20 24 126 60 80 22 96 14 120 130 136 136 110 122 12 124 114 130 122 28 22 38 24 20

HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 13

62 131 56

PCU n° 1

129

Logiciels divers Configurer un jeu video Diagnostiquer, bencher et optimiser un PC Le meilleur du software Sécurisez votre PC Le best of des logiciels freeware Débarrassez vous des spywares/adwares… Antivirus gratuit ou payant ? Création d'un CD de secours Lutter contre le spam Sécurité: tout savoir sur les antivirus

Magazine

Page

HM n° 1 HM n° 2 HM n° 2 HM n° 2 PCU n° 2 HM n° 3 HM n° 4 HM n° 10 HM n° 13 HM n° 17 PCU n° 21 PCU n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 21 PCU n° 22

38 64 72 78 98 76 116 12 96 11 112 94 98 124 126 86

PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2 PCU n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 PCU n° 3 HM n° 3 PCU n° 5 HM n° 6 HM n° 6 HM n° 7 PCU n° 12 PCU n° 12 PCU n° 16

54 137 56 16 90 138 90 94 122 66 136 64 80 114 106 118 112

HM n° 1 PCU n° 1 PCU n° 1 PCU n° 1 PCU n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2 PCU n° 3 PCU n° 3 HM n° 4 HM n° 6 PCU n° 7 HM n° 7 HM n° 7 HM n° 7 PCU n° 8 PCU n° 8 PCU n° 9 PCU n° 10 HM n° 10 HM n° 11 PCU n° 12 HM n° 13 HM n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 PCU n° 16 HM n° 16 HM n° 16 PCU n° 17 HM n° 17 HM n° 17 PCU n° 18 PCU n° 19 HM n° 19 PCU n° 21 HM n° 21 HM n° 21 PCU n° 22 PCU n° 22

22 95 104 124 126 46 126 70 104 82 112 56 12 98 16 26 58 38 16 58 68 32 104 22 52 46 18 20 88 40 20 26 66 94 30 90 92 128 26 70

PCU n° 3 PCU n° 4 PCU n° 5 PCU n° 5 PCU n° 6 PCU n° 6 PCU n° 7 PCU n° 7 HM n° 7

110 84 40 86 52 66 74 134 46

Photo

Mémoire Les différents types de mémoire vive Toutes les solutions de stockage Tout sur la RAM Que vaut le Dual Band Optimiser ses timings mémoire Mémoire: la bonne quantité Toutes les barrettes mémoire se valent-elles ? Quelle mémoire pour votre PC ? Au cœur de la mémoire Tirez le meilleur de votre Ram 2Go de Ram: la nouvelle upgrade pour tous Choisir sa Ram

Moniteurs Améliorer l’affichage d’un écran Les technologies de tubes d’écran Les écrans plats LCD 15&17’ Le bi écran Iiyama Pro Lite 15' TFT Liyama Vision Master Pro 513 & Mitsubishi Diamond Pro 2070SB Axcess Technology Axiviu BenQ 15' FP567 & 581 Viewsonic Airpanel Le biprocesseur, un vrai intérêt ? Choisir un écran TFT 16 écrans TFT Le guide du multi-écran Les écrans LCD 12 et 16 ms Ecrans 19' nouvelle génération Que valent les LCD 8 ms ? TV : LCD, plasma ou retro ? Comment les exploiter avec un PC Comparatif LCD 19' de 2 à 8ms

PC, MiniPC, PC portables PC Dell Dimension 8200 Olidata Alicon 4 2000 : PC Pentium IV 2 Ghz PC gros bill Billgamer PC P4 Dell et Nec à 3 GHz Que vaut l’hyperthreading du Pentium 4 Ces PC qui en font plus pc 3 GHz Bower et maxdata PC multimédia Shuttle SN41G2 Olidata Assant 7 2400 Mini PC Un portable peut-il remplacer un PC Absolut mTube Shuttle SN61G2 ECS ez budie Biostar ideq 200N MiniPC Abit Digidice Comparatif MiniPC Test Antec Aria Shuttle SB81P Epox MiniMe EX5-320S La nouvelle génération de miniPC Biostar iDeQ 300G Shuttle SN25P et SB86i Aspire X-Qpack Shuttle SD31P Les PC portables pour jouer Shuttle SD11G5 Shuttle SN26P

PDA, Pocket PC Handspring treo90 : PDA sous Palm OS Palm Tungsten et Zire: PDA sous Palm OS Pocket PC et GPS: l'arme anti radar

Périphériques divers, Jeux Contrôleur de jeu ThrustMaster Tactical Board

<134>

Hardware magazine avril / mai 06

Simplifier ses transferts photo Appareil photo Canon A200 Olympus Camedia c4000 : appareil photo 4 Mpixels. Spécial nouveautés Photokina Photo numérique VS argentique, compact VS reflex Appareil photo Kodak Easyshare LS443 Les appareils photo compacts 2/3 Megapixels Les capteurs photo phoveon Canon G3 , S45 et ixus v3 Sigma SD9 Minolta Dimage F300 vs. Olympus u300 Les nouveaux appareils photo numériques Spécial Photo/Vidéo Résolution, pixels: 2, 3, 4 ou 5 Megapixels ? Réussissez vos photos de vacances Appareils photo numériques : le best of Comparatif appareils photo compacts

Processeurs Dossier processeur: un nouveau processeur ? Oui mais lequel ? L’overclocking de processeur Comment sont calculées les fréquences AMD ? Processeur AMD Athlon XP en 0.13μ Processeur Intel Celeron en socket 378 Choisir son processeur pour l’overclocking Match processeurs Athlon 2800+ contre Pentium 4 2.8 Ghz Overclocking Le processeur 64 bits AMD Athlon XP Barton Intel Pentium 4C face à la concurrence Gros CPU ou grosse carte graphique Athlon 64: le test Le fonctionnement d'un processeur… Le guide des processeurs Spécial Athlon 64 Donnez du souffle à un vieux PC: overclocking L'overclocking de A à Z Les gammes Intel P4E Prescott vs. AMD Athlon 64 Celeron, Duron: que valent les processeurs d'entrée de gamme Processeurs AMD: déblocage, overclocking, bidouilles Spécial Athlon 64 AMD Sempron: aussi bien que l'Athlon ? Overclocking L'Athlon 64 4000+ face à la concurrence. Quel CPU pour votre PC Overclocking avancé Athlon 64 Winchester Test du Pentium 4 EMT64 et Windows 64 Comment fabrique t-on un processeur Athlon 64, mémoire et optimisation Athlon 64 "Venice et SanDiego" Dual core : Athlon 64 X2 vs. Pentium D Pentium M CPU et cartes 3D, quel rapport de puissance ? Turion 64 sur PC de bureau Turion 64 contre Pentium M Le futur d'Intel…et la fin du Pentium 4 Intel Core Duo: les premiers pas du yonah Les bons coups de l'overclocking: les cpu qui s'overclockent Dual Core, 64 bits: quels gains espérer ?

Refroidissement, Silence, Monitoring, Tuning Boîtiers, alimenations, ventilos: L’esthétique, le silence, la stabilité… Préparer, installer et choisir un ventirad AMD ou Intel Monitoring Watercooling l'Art du refroidissement Réguler ses ventilateurs, rhéobus et voltages Les températures maximales d'un PC Innovateck innovaSET XS Les meilleurs ventirad pour Pentium 4


Titre Radiateur Zalman ZM-NB47J Les ventilateurs 120mm Exploiter un panel LCD Rendre un PC silencieux Coolermaster Aquagate vs. Zalman reserator SOS chaleur Monitorez votre PC Pratique: le watercooling Refroidissement de carte graphique et disque dur Watercase Titan TWC-A04 Les ventirads Athlon 64 Gamme VGA Silencer Zalman 7700 vs. Termalright XP 120 Comparatif ventirads LGA 775 Corsair Watercooling CWC100 Le guide du refroidissement silencieux Pâtes thermiques Ventirads Athlon 64 : toujours plus performants Refroidir efficacement son PC OVH: le watercooling à grande échelle Refroidissement des cartes graphiques Les radiateurs pour northbridge alternatifs Tuning: les accessoires lumineux pour boîtiers Comparatif ventirads: Zalman CNPS9500 LED la nouvelle référence ? Trois nouveaux ventirads pour Athlon 64 Les meilleurs Watercooling au banc d'essai Ajouter un emplacement pour ventilateur 13000 au 3DMark05 ! Récit d'un PC bien né Ventirads Amd et Intel: le palmarès Scythe SBX-1000: système anti-bruit pour disque dur Prenez la température de votre PC Rhéobus: domptez vos ventilateurs Accelero contre VF700

Magazine

Page

HM n° 7 PCU n° 8 PCU n° 9 HM n° 10 HM n° 11 PCU n° 12 PCU n° 12 HM n° 12 HM n° 12 HM n° 12 PCU n° 13 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 HM n° 16 PCU n° 17 HM n° 17 HM n° 18 PCU n° 19 PCU n° 19 HM n° 19 HM n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 PCU n° 20 PCU n° 20 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 22 PCU n° 22 PCU n° 22

124 120 72 32 126 82 88 70 122 126 132 128 134 102 134 32 136 124 28 100 104 34 124 130 30 66 118 44 106 138 94 128 134

HM n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 PCU n° 5 PCU n° 5 PCU n° 6 PCU n° 7 PCU n° 8 HM n° 8 PCU n° 9 HM n° 9 PCU n° 10 HM n° 11 HM n° 11 HM n° 11 PCU n° 13 PCU n° 13 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 HM n° 17 HM n° 17 PCU n° 18 HM n° 18 PCU n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 HM n° 21 HM n° 21 PCU n° 22

50 128 84 26 120 60 68 16 98 136 16 60 38 134 24 56 98 40 92 122 80 68 134 100 62 98 78 132 120 26 122 34 92 54 80 120 120

PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2 PCU n° 2 HM n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 PCU n° 4 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 6 PCU n° 7 HM n° 8 HM n° 10

48 86 54 134 136 69 110 138 130 132 102 124 88 104 86

Réseaux, serveurs & Internet Dlink DWL 900 AP : réseau sans fil 22 Mb. Les modems intelligents Routeur, firewall, utilité et mode d’emploi Special haut débit Les solutions de réseau local Réseau sans fil 54Mb Configurer un routeur Spécial Wifi Téléphoner avec son PC Réseau Gigabit: un vrai intérêt ? CPL: le réseau sur les prises électriques Bluetooth: la connexion aux dents longues Le guide de l'Adsl Aceex, adaptateurs CPL Monter votre réseau Le guide du Peer to peer Chat vocal: jeu en réseau, téléphonie… Créer des contenus sur le Net Maîtriser les fonctions avancées d'un routeur Les navigateurs Internet alternatifs Téléphonez gratuitement avec Skype Boostez vos connexions Wifi Les forfaits et téléphones 3G Sauvegardez, synchronisez et accédez à vos données partout grâce au Net Créer un réseau Internet, de l'autre côté de la prise Boostez votre connexion Adsl Mimo et Prén: le Wifi enfin performant Boîtier de stockage réseau NAS Devolo Microlink Dlan Highspeed Ethernet: le CPL enfin en 85 Mbps ADSL la folie des offres Thecus N2100 Prendre le contrôle d'un PC à distance Recyclez votre vieux PC grâce à NASLite+ Introduction au Virtual Private Network Regroupez ICQ, MSN, Yahoo messenger, IRC en un seul logiciel Téléphonez moins cher, opérateurs, VoIP

Scanners, Imprimantes, Webcams Optimiser son impression photo Les imprimantes jet d’encre couleur Comment imprimer vos CD et jacquettes Scanners Canon Lite 20&30 Imprimantes Canon i320 et i550 Logitech Quickcam Cordless : Webcam sans fil Toutes les solutions pour scanner des diapos Canon Scanner à plat CCD Imprimantes CANON i850 et i950 Webcam Veo Advanced Connect Comparatif Scanners Scanners Smartdisk Smartscan 2700 et 3600 Webcam et visiophonie Les imprimantes tout en un Webcams et télésurveillance

Titre

Magazine

Best of imprimantes photo Linksys Wireless-G internet video camera Le palmarès des webcams

Page

HM n° 12 HM n° 13 HM n° 20

106 127 128

PCU n° 1 PCU n° 5 HM n° 5 HM n° 6 PCU n° 10 PCU n° 13 PCU n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 PCU n° 17 PCU n° 19 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21

22 20 60 44 30 22 20 16 64 52 32 50 66 60

PCU n° 1 PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 1

34 44 68 48 57

HM n° 2 HM n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 3 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 4 PCU n° 6 HM n° 7 PCU n° 8 PCU n° 9 PCU n° 10 HM n° 10 PCU n° 11 PCU n° 11 HM n°11 HM n°11 HM n° 12 HM n° 13 HM n° 13 PCU n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 15 PCU n° 17 PCU n° 17 HM n° 17 HM n° 17 PCU n° 18 HM n° 18 PCU n° 19 PCU n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 PCU n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 HM n° 21 PCU n° 22

70 74 84 62 64 72 137 88 89 98 66 124 136 136 68 32 128 76 84 78 20 128 68 70 128 60 24 126 78 136 100 72 88 128 32 42 44 116 132 134 110

PCU n° 1 PCU n° 2 HM n° 3 HM n° 3 PCU n° 8 PCU n° 8 PCU n° 13 PCU n° 13 HM n° 13 PCU n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 18 HM n° 20 PCU n° 21

64 64 18 22 72 100 12 84 82 96 84 72 94 86 66

Upgrade Upgrader son PC Le guide de l'upgrade Spécial "pas cher" Upgrader son PC pour 250 euros Spécial Upgrade Quel PC pour la rentrée ? Le guide d'upgrade de fin d'année de 200 à 500 euros Les produits de l'année 2004 Le guide de l'occasion Upgrade à 150 euros Quel PC pour la rentrée ? Monter un PC à petit prix Spécial Upgrade: boostez votre PC portable Spécial upgrade s754

Vidéo, TV et Satellite Monter sa première vidéo DV Brancher son PC sur une télé Créer un DivX @sky SP2 : décodeur satellite. Fuji s602 : appareil photo (3 Mpixels superCCD) Leadtek WinFast TV2000 XP Deluxe Vs Hercules Smart TV : cartes TV. Hauppauge WinTV PVR250 : Carte TV et magnétoscope numérique. Les solutions d’acquisition video analogiques Transformez votre PC en magnetoscope Kiss DP450 Dazzle DCV 150 vs. Adaptec VideOh! DVD Balladeur Vidéo MemUp Vdrive Pinnacle TV Deluxe & Hercules TV Sat Pinnacle Linx USB Plus: acquisition vidéo Afficher la TV sur son écran PC Spécial DivX (les meilleurs codecs, les platines DIVX, etc.) Transmetteur audio/vidéo: Neuston Virtuoso Platines DivX Kiss DP-470 et DP-508 Platines Philips DVD737 vs. Sigmatek X-300 Créer des DivX parfaits PC, TV et Satellite: comparatif Platines Kiss DP-1000, DP-1500 et DP-1504/1508 Les codecs Audio/Vidéo Les connectiques PC Audio/Vidéo Montage Vidéo: de l'acquisition au DVD Profitez de la HDTV, metamorphosez vos DVD Leadtek PVR 2000 Guide d'installation satellite Le guide des codecs vidéo Platine DivX vs. PC Transformer un DivX en DVD Comparatif cartes TV TNT DivX 6 Le PC, scaler et magnétoscope idéal 3 cartes TNT chez Asus et Twinhan Streaming audio ou vidéo à la maison Le DivX 6 de A à Z Sous-titres vidéo FireDTV: le DVB en firewire Quartek WHD500-V9: platine DivX compatible HDTV Leadtek DTV1000T Sagem PVR 6280T: enregistreur numérique TNT La TNT pour les portables Sony HDR-HC1: camescope HD Asus My Cinema-U3000 et Hauppauge WinTV-HVR 1300 Les balladeurs audio/vidéo

Windows Entretenir Windows Créer un CD de Windows XP avec le SP1 intégré Windows Media Player 9 DirectX 9 Optimiser Windows XP Réinstaller Windows sans perdre de données Service Pack 2 pour Windows XP Créer un CD d'installation Windows personnalisé Une installation de Windows parfaite Configurer Windows pour les enfants Personnalisez Windows avec Samurize Optimisation Windows Boostez Windows XP Créer un CD personnalisé de Windows XP avec nLite Modifiez l'interface de Windows XP

Hardware magazine avril / mai 06

<135>


Titre Radiateur Zalman ZM-NB47J Les ventilateurs 120mm Exploiter un panel LCD Rendre un PC silencieux Coolermaster Aquagate vs. Zalman reserator SOS chaleur Monitorez votre PC Pratique: le watercooling Refroidissement de carte graphique et disque dur Watercase Titan TWC-A04 Les ventirads Athlon 64 Gamme VGA Silencer Zalman 7700 vs. Termalright XP 120 Comparatif ventirads LGA 775 Corsair Watercooling CWC100 Le guide du refroidissement silencieux Pâtes thermiques Ventirads Athlon 64 : toujours plus performants Refroidir efficacement son PC OVH: le watercooling à grande échelle Refroidissement des cartes graphiques Les radiateurs pour northbridge alternatifs Tuning: les accessoires lumineux pour boîtiers Comparatif ventirads: Zalman CNPS9500 LED la nouvelle référence ? Trois nouveaux ventirads pour Athlon 64 Les meilleurs Watercooling au banc d'essai Ajouter un emplacement pour ventilateur 13000 au 3DMark05 ! Récit d'un PC bien né Ventirads Amd et Intel: le palmarès Scythe SBX-1000: système anti-bruit pour disque dur Prenez la température de votre PC Rhéobus: domptez vos ventilateurs Accelero contre VF700

Magazine

Page

HM n° 7 PCU n° 8 PCU n° 9 HM n° 10 HM n° 11 PCU n° 12 PCU n° 12 HM n° 12 HM n° 12 HM n° 12 PCU n° 13 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 HM n° 16 PCU n° 17 HM n° 17 HM n° 18 PCU n° 19 PCU n° 19 HM n° 19 HM n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 PCU n° 20 PCU n° 20 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 PCU n° 22 PCU n° 22 PCU n° 22

124 120 72 32 126 82 88 70 122 126 132 128 134 102 134 32 136 124 28 100 104 34 124 130 30 66 118 44 106 138 94 128 134

HM n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 PCU n° 5 PCU n° 5 PCU n° 6 PCU n° 7 PCU n° 8 HM n° 8 PCU n° 9 HM n° 9 PCU n° 10 HM n° 11 HM n° 11 HM n° 11 PCU n° 13 PCU n° 13 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 15 HM n° 15 PCU n° 16 HM n° 17 HM n° 17 PCU n° 18 HM n° 18 PCU n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 HM n° 21 HM n° 21 PCU n° 22

50 128 84 26 120 60 68 16 98 136 16 60 38 134 24 56 98 40 92 122 80 68 134 100 62 98 78 132 120 26 122 34 92 54 80 120 120

PCU n° 1 HM n° 1 PCU n° 2 PCU n° 2 PCU n° 2 HM n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 PCU n° 4 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 6 PCU n° 7 HM n° 8 HM n° 10

48 86 54 134 136 69 110 138 130 132 102 124 88 104 86

Réseaux, serveurs & Internet Dlink DWL 900 AP : réseau sans fil 22 Mb. Les modems intelligents Routeur, firewall, utilité et mode d’emploi Special haut débit Les solutions de réseau local Réseau sans fil 54Mb Configurer un routeur Spécial Wifi Téléphoner avec son PC Réseau Gigabit: un vrai intérêt ? CPL: le réseau sur les prises électriques Bluetooth: la connexion aux dents longues Le guide de l'Adsl Aceex, adaptateurs CPL Monter votre réseau Le guide du Peer to peer Chat vocal: jeu en réseau, téléphonie… Créer des contenus sur le Net Maîtriser les fonctions avancées d'un routeur Les navigateurs Internet alternatifs Téléphonez gratuitement avec Skype Boostez vos connexions Wifi Les forfaits et téléphones 3G Sauvegardez, synchronisez et accédez à vos données partout grâce au Net Créer un réseau Internet, de l'autre côté de la prise Boostez votre connexion Adsl Mimo et Prén: le Wifi enfin performant Boîtier de stockage réseau NAS Devolo Microlink Dlan Highspeed Ethernet: le CPL enfin en 85 Mbps ADSL la folie des offres Thecus N2100 Prendre le contrôle d'un PC à distance Recyclez votre vieux PC grâce à NASLite+ Introduction au Virtual Private Network Regroupez ICQ, MSN, Yahoo messenger, IRC en un seul logiciel Téléphonez moins cher, opérateurs, VoIP

Scanners, Imprimantes, Webcams Optimiser son impression photo Les imprimantes jet d’encre couleur Comment imprimer vos CD et jacquettes Scanners Canon Lite 20&30 Imprimantes Canon i320 et i550 Logitech Quickcam Cordless : Webcam sans fil Toutes les solutions pour scanner des diapos Canon Scanner à plat CCD Imprimantes CANON i850 et i950 Webcam Veo Advanced Connect Comparatif Scanners Scanners Smartdisk Smartscan 2700 et 3600 Webcam et visiophonie Les imprimantes tout en un Webcams et télésurveillance

Titre

Magazine

Best of imprimantes photo Linksys Wireless-G internet video camera Le palmarès des webcams

Page

HM n° 12 HM n° 13 HM n° 20

106 127 128

PCU n° 1 PCU n° 5 HM n° 5 HM n° 6 PCU n° 10 PCU n° 13 PCU n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 PCU n° 17 PCU n° 19 HM n° 20 HM n° 20 PCU n° 21

22 20 60 44 30 22 20 16 64 52 32 50 66 60

PCU n° 1 PCU n° 1 PCU n° 1 HM n° 1 HM n° 1

34 44 68 48 57

HM n° 2 HM n° 2 HM n° 2 PCU n° 3 HM n° 3 HM n° 3 PCU n° 4 HM n° 4 HM n° 4 PCU n° 6 HM n° 7 PCU n° 8 PCU n° 9 PCU n° 10 HM n° 10 PCU n° 11 PCU n° 11 HM n°11 HM n°11 HM n° 12 HM n° 13 HM n° 13 PCU n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 15 PCU n° 17 PCU n° 17 HM n° 17 HM n° 17 PCU n° 18 HM n° 18 PCU n° 19 PCU n° 19 HM n° 19 PCU n° 20 PCU n° 20 HM n° 20 PCU n° 21 HM n° 21 PCU n° 22

70 74 84 62 64 72 137 88 89 98 66 124 136 136 68 32 128 76 84 78 20 128 68 70 128 60 24 126 78 136 100 72 88 128 32 42 44 116 132 134 110

PCU n° 1 PCU n° 2 HM n° 3 HM n° 3 PCU n° 8 PCU n° 8 PCU n° 13 PCU n° 13 HM n° 13 PCU n° 14 HM n° 14 PCU n° 15 HM n° 18 HM n° 20 PCU n° 21

64 64 18 22 72 100 12 84 82 96 84 72 94 86 66

Upgrade Upgrader son PC Le guide de l'upgrade Spécial "pas cher" Upgrader son PC pour 250 euros Spécial Upgrade Quel PC pour la rentrée ? Le guide d'upgrade de fin d'année de 200 à 500 euros Les produits de l'année 2004 Le guide de l'occasion Upgrade à 150 euros Quel PC pour la rentrée ? Monter un PC à petit prix Spécial Upgrade: boostez votre PC portable Spécial upgrade s754

Vidéo, TV et Satellite Monter sa première vidéo DV Brancher son PC sur une télé Créer un DivX @sky SP2 : décodeur satellite. Fuji s602 : appareil photo (3 Mpixels superCCD) Leadtek WinFast TV2000 XP Deluxe Vs Hercules Smart TV : cartes TV. Hauppauge WinTV PVR250 : Carte TV et magnétoscope numérique. Les solutions d’acquisition video analogiques Transformez votre PC en magnetoscope Kiss DP450 Dazzle DCV 150 vs. Adaptec VideOh! DVD Balladeur Vidéo MemUp Vdrive Pinnacle TV Deluxe & Hercules TV Sat Pinnacle Linx USB Plus: acquisition vidéo Afficher la TV sur son écran PC Spécial DivX (les meilleurs codecs, les platines DIVX, etc.) Transmetteur audio/vidéo: Neuston Virtuoso Platines DivX Kiss DP-470 et DP-508 Platines Philips DVD737 vs. Sigmatek X-300 Créer des DivX parfaits PC, TV et Satellite: comparatif Platines Kiss DP-1000, DP-1500 et DP-1504/1508 Les codecs Audio/Vidéo Les connectiques PC Audio/Vidéo Montage Vidéo: de l'acquisition au DVD Profitez de la HDTV, metamorphosez vos DVD Leadtek PVR 2000 Guide d'installation satellite Le guide des codecs vidéo Platine DivX vs. PC Transformer un DivX en DVD Comparatif cartes TV TNT DivX 6 Le PC, scaler et magnétoscope idéal 3 cartes TNT chez Asus et Twinhan Streaming audio ou vidéo à la maison Le DivX 6 de A à Z Sous-titres vidéo FireDTV: le DVB en firewire Quartek WHD500-V9: platine DivX compatible HDTV Leadtek DTV1000T Sagem PVR 6280T: enregistreur numérique TNT La TNT pour les portables Sony HDR-HC1: camescope HD Asus My Cinema-U3000 et Hauppauge WinTV-HVR 1300 Les balladeurs audio/vidéo

Windows Entretenir Windows Créer un CD de Windows XP avec le SP1 intégré Windows Media Player 9 DirectX 9 Optimiser Windows XP Réinstaller Windows sans perdre de données Service Pack 2 pour Windows XP Créer un CD d'installation Windows personnalisé Une installation de Windows parfaite Configurer Windows pour les enfants Personnalisez Windows avec Samurize Optimisation Windows Boostez Windows XP Créer un CD personnalisé de Windows XP avec nLite Modifiez l'interface de Windows XP

Hardware magazine avril / mai 06

<135>


Références

Nos références ent en ntiellem it esse D, la gamme fa se e mère cesseurs AM e, pour les c ne cart pro référen u'il hoix d'u set. Pour les ffice de constructeur q • Le c ip h c u d e4 fait o e n fonctio ts nVidia nForc ipsets du mêm h se c de chip l, ce sont les les légiez te 45P). CPU In ux, privi (915P, 9 silencie vilégier ri C p P t u u fa s d adepte r les us êtes lateur. oire. Su la • Si vo res sans venti de mém de è m au type a encore que 915 n o cartes ti n e s , il n’y faire att s carte rs AMD t aussi ertaine nt en DDR2 • Il fau ur processeu 4, seules c sets éta m po ip u h s ti c e n s rt e e a P c utr our les R, les a DDR. P t encore la DD e carte d n accepte et 955). C, une mier P uhaitable car 5 re 4 p 9 , t 5 u (92 e to st so tez votr yte ou MSI e fourni que la us mon ab x • Si vo sus, DFI, Gig lement mieu r de nappes A te ra e marqu dle est géné z pas à rache mple. re n u u r b ’a a p exe sn u leur TA o A V S . e s enc ique concurr tateurs électr ap ou d’ad

Cartes mères

Entrée de gamme (moins de 75 ¤) : • AMD 939 : Asrock K8Upgrade-760GX • Intel 775 : Asrock 775i65GV

Milieu de gamme (75 à 130 ¤) : • AMD 939 : Asus A8N-E • Intel 775 : Asus P5LD2, Gigabyte GA-8I945P, MSI 915P Neo2 Platinum

Haut de gamme (plus de 130 ¤) : • AMD 939 : DFI Lanparty UT nF4 Ultra-D • Intel 775 : Asus P5WD2 Premium

SLI / Crossfire : • AMD 754 : EpoX 8NPA-SLI • AMD 939 : Abit AN832-SLI, Asus A8N-SLI Deluxe / Asus A8R32-MVP Deluxe • Intel 775 : Asus P5N32-SLI Deluxe / Asus P5WD2 Premium

Overclocking : • AMD 939 : gamme DFI nF4 (SLI ou non), Asus A8N32-SLI Deluxe • Intel 775 : Asus P5WD2-E Premium

Processeurs

Entrée de gamme (moins de 120 ¤) : • En d gamm ehors des e (Intel) , il ne fau processeu . Les S rs t empro acheter qu AMD Sem En d eh e du n pron s aujou ors d’une , à partir d u 260 ocket 939 en entrée rd’hui 0+, ex les an mise à de (AMD p n c )o lo iv iens fo • L'ac rmats eau, il fau itent le soc u 775 h ket 75 (socke d'utili at d'un pro t évit 4 sateu e cesse t . r A , 478 rs. Né ur dua multit et 754 d’acheter a â l ). multit che intens nmoins, le core est fu hread ti if s ing au ou de tou amateurs le pour un e ront in te • Si v térêt à autre ap de créatio majorité o plicati n 3D, se tou (nVidia us optez p on ex d rn o e u 6 r r 8 p vers e une 00 o loitan e gamm ux. t le e éga u 7800 en solution g lemen raphiq SLI), o t ue pte (minim • Pré fé um Ath z pour un très perfo rm proce rez les ve pro lon 64 rs s 3500+ cesseur ha ante étend seurs. Vous ions « bo ). ut de ît ue (tro e b é » n éficiere aux v fourn is ans ers i z proce et vous ne au lieu d’u notammen ions « OE sseur M » d t n « maq risquez pa , en géné d’une gara es ral) uillé » s vraim nti . ent d , un ventira e plus e tom d e s t ber s ur un

• Sempron 2800+, Celeron D 330J

Milieu de gamme (120 à 250 ¤) : • Athlon 64 3000+, 3200+ et 3500+, Pentium 4 530J et 540J

Haut de gamme (plus de 250 ¤) : • Athlon 64 3700+ et 3800+, Pentium 4 560J

Dual core : • Athlon 64 X2 3800+, Pentium D 920 et 930

Quels usages / quel CPU

<136>

Usages

CPU recommandé

Solutions alternatives

Bureautique, Internet, lecture DVD/DivX, jeux anciens Idem + jeux modernes en 1 024x768 (ou 1 280x1 024 bas détails) Idem + jeux modernes en 1 280x1 024 (ou 1 600x1 200 bas détails) Idem + jeux sans limitations Création (photo, vidéo, 3D) avant tout Multitâche intensif PC home cinema avec DivX, DVD et vidéo HD (sans jeux) Overclocking

Sempron 2800+

Celeron D 330J

Athlon 64 3200+

Athlon 64 3000+, Pentium 4 530J/540J

Athlon 64 3500+ Athlon 64 3800+ Pentium 4 650 Pentium D 930 Athlon 64 3000+ Athlon 64 3200+

Athlon 64 3200+/3700+ Athlon 64 FX57, Athlon 64 3700+/4000+ Pentium 4 640/660 Athon 64 X2 3800+ ou dual core plus puissant Pentium 4 530J Athlon 64 3000+/3500+/3700+, Pentium 4 530J/540J/9xx

Hardware magazine avril / mai 06


Ram

• Les PC équipés de DDR de première génération exploitent tous la PC3200 de nos jours. En DDR2, c'est un peu moins précis, sachant que la majo rité des cartes mères tiren la PC4200. t profit de

Mémoire « normale » : • DDR PC-3200 : Samsung, Corsair Value Select CAS2.5, TwinMOS, PQI, Dane Elec, Elixir, Infineon, MDT, PNY • DDR2 PC-4200 : Samsung, Elixir, Corsair Value Select, A-Data

• Aujourd'hui, 512 Mo semblent le minimum, un giga étant recommandé. Les joue urs acharnés et les utilisateurs d'applications graphiqu es/vidéo gourmandes en mémoire trouveront un intérêt sens ible à acheter deux giga s de RAM. • Pour profiter du gain de performances qu'a pporte le mode dual channel, il faut acheter les barrettes par paires. Par exemple, pour un giga de RAM, achetez deu x barrettes identiques de 512 Mo au lieu d'une seule d'un giga . • Il vaut mieux réduire le nombre de barrettes tant que c'est possible. Par exemple, pour deux gigas de mém oire, achetez deux barrettes d'un giga au lieu de quatre de 512 Mo. • Si vous n'overclockez pas, la mémoire « fréquenc e élevée » ne sert à rien. La mémoire « bas timings » améliore légèrement les performances, mais il vaut mieux dépenser cet argent dans un plus gros proc esseur ou une meilleure carte graphique.

Mémoire « bas timings » : • DDR PC-3200 : Corsair XMS 3200XL, OCZ EL DDR PC-3200 Platinum Rev. 2 • DDR2 : Corsair XMS2 5400 UL

Mémoire « fréquence élevée » • DDR : Corsair XMS 4400C25, OCZ EL DDR PC-4800 Platinum • DDR2 : Corsair XMS2 8000UL, OCZ EB DDR2 PC2-5400 Titanium

Quels usages / quelle RAM Usages

Quantité

Vitesse

Bureautique, Internet, DVD/DivX (peu de multitâche)

512 Mo

Idem + jeux + multitâche plus conséquent

1 Go (2x 512 Mo)

Idem + jeux les plus modernes + multitâche intensif

2 Go (2x 1 Go)

Overclocking avancé

1 Go (2x 512 Mo)

AMD et Intel DDR : PC3200 (DDR400 / 200 MHz) Intel DDR2 : PC2-4200 (DDR2-533 / 266 MHz) AMD et Intel DDR : PC3200 (DDR400 / 200 MHz) Intel DDR2 : PC2-4200 (DDR2-533 / 266 MHz) AMD et Intel DDR : PC3200 (DDR400 / 200 MHz), bas timings conseillés Intel DDR2 : PC5400 (DDR2-667 / 333 MHz) AMD et Intel DDR : PC4800 (DDR600 / 300 MHz) Intel DDR2 : PC2-6400 (DDR2-800 / 400 MHz)

Cartes graphiques

• Sur une carte qui ne sert ni à jouer ni à faire de la conception 3D, il n'est pas nécessaire de dépasser 64 Mo de mémoire vidéo. Pour jouer, 128 Mo sont un minimum, 256 Mo souhaitables sur toutes les cartes haut de gamme (250 ¤ et plus). • Faites attention au bus mémoire des cartes graphiques. Celui-ci doit respecter les spécifications du constructeur. Par exemple, une GeForce 6600 GT doit avoir un bus en 128 bits et non en 64 bits, ce qui aurait pour impact une division par deux de la bande passante et donc une baisse importante des performances.

Entrée de gamme (moins de 100 ¤) : • GeForce 7300, Radeon X1300

Milieu de gamme (100 à 200 ¤) : • GeForce 6600 GT, Radeon X800GT

Haut de gamme (200 à 300 ¤) : • GeForce 6800 GS / GT, Radeon X850 Pro / XT

Très haut de gamme (300 à 400 ¤) • GeForce 7900 GT, Radeon X1800 XT

Quels usages / quelle carte Usages

Carte recommandée

Solutions alternatives

Bureautique, Internet, retouche photo, DVD/DivX Idem + jeux anciens, jeux modernes en 800x600 (ou 1 024x768 bas détails) Idem + jeux modernes en 1 024x768 (ou 1 280x1 024 bas détails) Idem + jeux modernes en 1280x1024 (ou 1600x1200 bas détails) Idem + jeux sans limitations PC home cinema avec DivX, DVD et vidéo HD (sans jeux)

GeForce 7300

GeForce 6200, Radeon X300

GeForce 6600 GT

Radeon X700 Pro, GeForce 6600

GeForce 7600 GT GeForce 7800 GT

Radeon X800 XL, Radeon X800 GT, GeForce 6600GT Radeon X850 Pro, GeForce 6800 GS/GT

GeForce 7900 GT Carte intégrée au chipset GeForce 6150

Radeon X1800 XT, GeForce 7800 GTX et plus puissant GeForce 6600

Hardware magazine avril / mai 06

<137>


Références

Disques durs Petite capacité (moins de 120 Go) : • Hitachi 7K250 (40, 80 Go en ATA et SATA), Maxtor DiamondMax 10 (80 Go en ATA et SATA, ATA difficile à trouver)

Capacité moyenne (120 à 200 Go) : • Hitachi T7K250 (160 Go en ATA et SATAII), Hitachi 7K250 (120, 160 et 200 Go en ATA et SATA), Maxtor DiamondMax 10 (120, 160 et 200 Go en ATA et SATA, 120 Go ATA difficile à trouver), Western Digital Caviar SE (120, 160 et 200 Go en SATAII)

Grande capacité (plus de 200 Go) : • Western Digital Caviar SE16 (16 Mo, disponible en 250 et 320 Go, Hitachi 7K500 (disponible en 8Mo ATA et 16 Mo SATAII, 500 Go), Maxtor DiamondMax 10 (250 et 300 Go en ATA et SATA 16 Mo)

Spécial silence : • Samsung SpinPoint P80 (80 à 160 Go en ATA et SATA, évitez les versions 2 Mo) ou P120 (200 et 250 Go en ATA et SATAII)

• Les disques durs des différents constructeurs étant à peu près au même prix à capacité égale, il n’es t pas possible d’effectuer un classement en fonction d’un niveau de gamme. C’est pourquoi nous avon s recommandé des mod fonction de leur contenan èles en ce, en gigaoctets. • Un disque dur acheté aujourd’hui doit avoir une vitesse de rotation de 7 200 tours par minute et intégrer au moins huit mégas de mémoire cach e. Sa capacité n’est dict ée qu’en fonction de vos besoins. • Le choix d’une norme entre ATA et SATA n’es t pas des plus important, pas sur le plan des performances du moin la fonctionnalité NCQ app s. Seule arue sur les derniers disq ues SATA ne trouve pas sa plac e en ATA, ce n’est pas une grande perte. Toutefois, le SAT A est souhaitable puis qu’il s’agit d’une norme d’avenir, les contrôleurs SATA sont plus nombreux sur les cart es mères actuelles que les contrôleurs ATA et les prix de vente sont déso rmais identiques.

Alimentations

Entrée de gamme (moins de 50 ¤) : • LC Power "SG" (420 et 550 W) • La puissance d’une alim entation se décide en fonc composants présents dans tion des votre PC mais aussi selo n le fait que vous overclockiez ou non. Sans overclocking , voici nos recommandations :

• Privilégiez les alimenta tions avec un circuit PFC

<138>

actif.

Hardware magazine avril / mai 06

Milieu de gamme (50 à 100 ¤) : • Antec TruePower 2.0 (380, 430 et 480 W), Enermax Liberty

Haut de gamme (plus de 100 ¤) : • Antec NeoPower HE, Enermax Liberty 620 W


PCU pda te DIS PON IBL E

EN KIO SQU E

Pratique

Dual core, 64 bits :

quels gains espérer ?

Copie de DVD vidéo : logiciels et méthodes pour des sauvegardes parfaites ?

L’émulation de consoles : fun, nostalgie et gratuité

Prenez la température de votre PC Température max de chaque composant et comment la mesurer

News Notre sélection jeux Cas pratiques Tests

Comprendre Naissance d’une carte mère

De la conception et de la fabrication d'une carte mère, design, industrialisation, marketing, etc.

Shuttle SN26P SLI

Comparatifs

nVidia GeForce 7300 GS

Les baladeurs audio/vidéo

Emportez et regardez vos films (et autres fichiers) où vous voulez

Dossier Les bonnes affaires de l'overclocking

AMD, Intel, single et dual core : les CPU qui s'overclockent Cartes mères, cartes graphiques, mettez les chances de votre côté

Le Top des perfs au meilleur prix ! Les meilleures cartes mères et cartes graphiques au banc d'essai Notre guide pour monter une configuration top sans se ruiner

Téléphonez moins cher Les vrais prix des opérateurs, les solutions tout IP

Rhéobus, domptez vos ventilateurs

Tests Western Digital Raptor WD1500 Raptor ou RAID 0 ?

Arctic Cooling Accelero Casques sans fils


Le tout nouveau P180 d'Antec SANS COMPROMIS

Pour en apprendre plus consultez le site www.antec.com/P180


Hardware Mag 22