Issuu on Google+

Interview Proform : Bastide Diffusion fête ses 130 ans, ce qui n’est évidemment pas si courant pour une entreprise. Cela vaut bien un petit coup d’œil dans le rétro, avant de voir votre savoir-faire aujourd’hui.

ff Dominique Bastide, Président de Bastide Diffusion.

Bastide diffusion répond à toutes les envies Par Martine Dampeyrou

Bastide Diffusion est une société familiale de 130 ans, qui se porte comme un charme. Distributeur de grandes marques de l’univers cuisine, elle commercialise aussi sa propre marque, Table Passion. Collections, création, partenariat avec les boutiques, services, Dominique Bastide, Président de la société, égrène les éléments qui font de Bastide Diffusion un partenaire de premier plan des détaillants. 42

Dominique Bastide : L’histoire commence en 1880 avec quatre frères Bastide, qui se spécialisent dans la vente de poterie, puis, de faïence et de verrerie. Depuis 130 ans, l’entreprise est centrée sur la table et son environnement et n’a jamais quitté le giron de la famille Bastide. Je suis le représentant de la 5e génération. Aujourd’hui, notre métier est de servir une clientèle de détaillants de toutes tailles dans les arts de la table, les ustensiles de cuisine, le petit électroménager et la décoration. Pour cela, nous portons deux casquettes : Bastide distribue de nombreuses marques, tout spécialement autour de l’univers cuisine, dont certains fleurons de la profession, et possède également sa marque, “Table Passion”, qui est une collection exclusive. Parlons de Table Passion… Pour la définir, rien de mieux que la qualifier de généraliste. Mais plus précisément, quels produits propose-t-elle ? D. B. : Le terme généraliste est effectivement le plus approprié. Table Passion propose un choix très varié de produits pour la table, c’est-à-dire vaisselle, verres et couverts, mais aussi des ustensiles de cuisine. On trouve également de la décoration, des objets les plus divers jusqu’au petit mobilier, en passant par du luminaire. La collection comprend plus d’un millier de références. Relève-t-on une continuité de style au travers de cette collection ? Quelles sont vos règles en matière de création ? D. B. : La règle, c’est justement l’absence de règles. Table Passion entend proposer des styles très différents. Mais il y a un fil Proform 145 • Septembre/Octobre 2010


Interview conducteur, qui est de bâtir des collections de bon goût, des collections destinées à plaire au plus grand nombre. Et toujours avec un excellent rapport qualité/ prix, situé dans un niveau de gamme moyen, moyen/haut. Nous n’avons jamais voulu nous enfermer dans un style particulier ou un concept, car je pense que c’est limitatif. Nous sommes résolument éclectiques, avec le risque revendiqué d’avoir parfois des gammes qui ne se marient pas parfaitement ensemble. Mais ainsi, chaque détaillant peut réaliser son assortiment selon ses besoins et ses envies. Cette diversité de l’offre produits et des styles vous permet quasiment de faire du “sur-mesure” pour les détaillants ? D. B. : Absolument. La collection Table Passion s’adapte à toutes sortes de boutiques et de cibles de consommateurs et c’est une forme de sur-mesure. Comment naissent les produits Table Passion ? En interne, ou faites-vous appel à des designers extérieurs ? D. B. : Par ces deux biais. La création est l’affaire de toute une équipe. Notre direction commerciale donne le “La”,

ff Les entrepôts Bastide en 2010.

ff Les entrepôts Bastide en 1880. toujours à l’écoute des commerciaux sur le terrain et de nos clients, puis, en partenariat avec des agences de création, elle élabore les collections. Cela concerne aussi les boîtages, auxquels nous attachons une grande importance. Pour l’inspiration, on est curieux, ouverts d’esprit et le feeling du moment joue un grand rôle, mais évidemment, on ne peut pas s’affranchir de l’air du temps et des dernières tendances. Que nous réserve la collection automne-hiver 2010 ? D. B. : Sur le plan des coloris, le rose, le parme, le taupe et l’ivoire sont très présents. Beaucoup de

nouveautés apparaissent autour de la table et son décor, par exemple, la gamme “Marion”, une vaisselle aux motifs sobres avec du relief, mais aussi des modèles à motifs floraux très couvrants, tel le décor “Manon”, la ligne “Galaxy”, un ensemble d’articles de présentation festifs qui marient porcelaine blanche et verre décoré avec des décors puissants, ou encore, une série de flûtes et de verres à cocktail taillés dans la masse et très colorés… Dans le domaine de la déco, on lance notamment une jolie collection de pêle-mêle, des statuettes de styles très différents… Et le tout révèle bien sûr un très bon niveau de qualité, ce qui est l’une de nos préoccupations majeures. Ouvrons maintenant le volet politique commerciale… Avez-vous mis en place des partenariats avec certains détaillants ? Si oui, de quels avantages bénéficient-ils ? D. B. : Nous avons une centaine de détaillants “Client partenaire”. Ce contrat procure un avantage financier, mais c’est aussi un engagement préférentiel réciproque, qui se traduit par des exclusivités produits, des livraisons encore plus fréquentes. Il n’y a pas de contrainte pour le “Client partenaire”, si ce n’est de référencer une bonne partie de la collection Table Passion. Et il n’y a pas de mobilier de présentation, chacun travaille comme il l’entend. À notre niveau

Proform 145 • Septembre/Octobre 2010

43


Interview de gamme, je ne suis pas partisan de la multiplication des meubles spécifiques pour identifier les espaces réservés dans les boutiques. Je penche plutôt pour un mobilier homogène à travers tout le point de vente, ce qui est souvent plus valorisant pour les produits. Et comment accompagnez-vous les produits Table Passion en boutiques ? D. B. : En plus de la PLV, nous éditons deux catalogues par an. En début d’année, le catalogue “Table Passion” est un extrait de la collection générale. C’est avant tout un outil publicitaire pour nos détaillants. Le deuxième catalogue, baptisé “Table en fête”, sort en fin d’année. Son but est de doper les ventes en cette période capitale et il a plus pour vocation d’être distribué aux consommateurs. L’ampleur de votre collection vous permet d’avoir une vision globale du marché de l’univers maison. Alors, quel est votre diagnostic ? Quels secteurs se portent bien aujourd’hui et lesquels sont moins fringants ? D. B. : Je ne vous apprends rien en disant que l’univers de la cuisine et de la cuisson est ce qui marche le mieux aujourd’hui dans

notre métier. Le bel ustensile de cuisine – j’emploie le qualificatif à dessein – et l’article de cuisson de qualité ont le vent en poupe depuis 4 ou 5 ans. Les boutiques qui les présentent bien et savent les expliquer les vendent très bien. En revanche, l’objet déco pur me semble en déclin. Si un objet est joli c’est très bien, mais il faut d’abord qu’il soit utile. Enfin, on dit que la table souffre beaucoup… Je ne suis pas aussi défaitiste. Certes, pour réussir avec une gamme de vaisselle, de nombreuses conditions doivent être réunies : un style qui plaît, une facilité d’utilisation, un prix cohérent. C’est un exercice difficile, car l’offre est extrêmement large et le consommateur a l’œil. Mais quand on a le bon produit, au goût du jour et à prix attractif, on peut réaliser d’excellentes ventes. C’est le cas chez Table Passion avec la gamme “Melody”. Nous sommes même étonnés du succès de cette porcelaine blanche aux lignes tout en courbes.

130 ans à venir ! Sérieusement… Notre ambition est d’asseoir notre position. Notre assise est solide, nous faisons partie des acteurs importants du marché sur le créneau des généralistes et nous allons continuer à travailler pour conforter cette situation. Et ce n’est pas une ambition personnelle, mais celle d’une équipe de 85 collaborateurs. D’autre part, à côté de Table Passion, Bastide Diffusion veut continuer à être un distributeur et le partenaire de marques. Nous sommes convaincus d’avoir un rôle important à jouer entre le fabricant et le détaillant. Des entrepôts, des stocks, une logistique réactive et performante, tout cela c’est notre métier et nous le connaissons bien. Et les détaillants ont besoin d’avoir un stock qui tourne, des livraisons fréquentes pour une plus grande variété de choix… C’est la clé de leur rentabilité.

Entre acquis et nouveaux horizons de croissance, comment envisagez-vous l’avenir de Bastide Diffusion… ces 130 prochaines années ? D. B. : Notre chiffre d’affaires a progressé de 20 % en 2009. Il va être difficile d’afficher le même taux de croissance pendant les 44

Proform 145 • Septembre/Octobre 2010


Interview