Page 1

MODELES BRETAGNE MAGAZINE


MODELES B RETAGNE M AGAZINE SEPTEMBRE 2011 MBM est le magazine officiel du site internet http://www.modeles-bretagne.info Mail : MBmagazine@hotmail.fr L'équipe de rédaction : Allys (Allys), Stéphane Déniel (sterne), Gaël Digard (admin), Joël Glock (jg) Gaylord Gourloaouen (rayg29), Julie (Funebris) Aurélie (mady029)

SOMMAIRE Modèles Bretagne Magazine est administré par les membres du site internet http://www.modelesbretagne.info. La reproduction même partielle des articles, textes et photographies parues dans M.B.M. est interdite sans autorisation écrite préalable.

3 . ÉDITORIAL 5 . PORTFOLIOS 6 - Diane Martin 12 - Aurélie 19 . ÉVÉNEMENTS 20 - François Rommens « ici autour de moi » 32 - Modèles-bretagne « expo à l'Hemingway » 35 . ARTICLES 36 - Des photos dans ma rue « street art photographie » 42 - Shooter 78 - Sites internet 79 - Webzines

Première de couverture : Sarah photographiée par S. Déniel - Dernière de couverture : Thyphaine (Thyph) photographiés par S.Déniel 2


ÉDITORIAL Un magazine photo sa sert à quoi ? A rien A montrer son travail A partager sa vision du monde A perfectionner sa technique A s’amuser A exposer ses œuvres A collectionner des images A passer le temps Un magazine ça ne sert pas : A enseigner la mécanique des fluides A vous transformer en vedette A déboucher l’évier A montrer la lune (quoi que !) Parce que ce Magazine est fait par vous et qu'il vous est destiné c'est maintenant à vous de faire en sorte qu'il y ait un numéro deux, un numéro trois, . . . . . . ALORS FAITES DES PHOTOS ! Et envoyez les nous. Stéphane Déniel


4


PORTFOLIOS

5


MODÉLE

DIANE MARTIN http://kaprice.book.fr

Présente-toi en quelques mots ? Diane, modèle et coiffeuse de 22 ans, qui rêve d'évoluer et d'apprendre artistiquement. Depuis combien de temps fais-tu de la photo ? L'âge de 19 ans donc 3 ans environ. Quel est le style de photo que tu préfères ? très moderne, graphique ou alors un peu fantastique, féerique. Comment choisis-tu tes photographes ? Je visite les pages au hasard et après c'est au coup de cœur. Que recherches-tu chez eux ? De la nouveauté, de l'originalité. Quelle est la photo que tu aimerais faire ou que tu rêves de réaliser ? J'aimerais beaucoup faire une séance à deux modèles, l'expérience doit être amusante. Quels sont tes projets ? Encore plus. Toujours plus de photos ! ◄ Lesrosaires ► 6


claude guingant

Qu’est-ce qui t’as poussée à faire de la photo ? La curiosité, l'envie de me plaire, la beauté des images. Qu’est-ce que tu rêves de pouvoir faire ? Des défilés, malgré ma taille d'1m65... et passer dans le magazine bien sûr =) Penses-tu passer de l’autre côté de l’objectif un jour ? Oui pourquoi pas j'y ai déjà pensé, mais pas pour maintenant. Préfères-tu travailler avec peu de photographes/modèles très ciblés dans leur style ou beaucoup de personnes pour étendre ta gamme de photographies ? Je préfère étendre, j'aime la diversité. Te fixes-tu des limites en photo ? Oui je ne fais pas de nu. 8

Faut-il avoir peur du ridicule ? Bien sûr que non, on se fermerait à beaucoup de choses. Ce n'est ridicule que si on le considère comme tel Tu t’en moques de ce qu’on pense de toi ? Oui et non, car les avis comptent en photographie, mais il faut d'abord penser à si ça nous plaît à nous. Victime de la mode ? Oui et non, la mode ça se crée, se recrée, j'aime la mode, mais pas forcément celle que l'on voit partout. As-tu été conseillée ou bien t'es-tu lancée dans cette aventure sans connaître ? J'y suis allée au feeling en apprenant sur le tas et j'espère encore apprendre davantage.


Damien Mohn

Damien Mohn

9


claude guingant

Comment abordes-tu une séance avec un nouveau photographe ? Beaucoup de réflexion, parfois un peu d’appréhension mais au final, je ne suis pas déçue. Tu te coules dans le style du photographe ou tu imposes le tien ? Ça dépend du thème, j'aime bien que l'on me propose des thèmes mais parfois j'ai envie de travailler sur quelque chose en particulier. Quelles qualités recherches-tu chez tes photographes ? A l'écoute, créatifs, en osmose tout simplement. Tu es modèle depuis plusieurs années, qu’est-ce que ça t’apporte ? Un bien être personnel, pouvoir regarder une photo en se plaisant, innover, faire des recherches. On peut explorer ainsi toutes les facettes de sa personnalité. Plutôt photographe homme ou photographe femme ? Je ne suis tombée que sur des hommes mais j'aimerais beaucoup tester la gente féminine, avis aux amatrices. Demandes-tu aux photographes de faire systématiquement des retouches ou laisses-tu le choix ? Je ne demande jamais aux photographes de faire des retouches, parfois ils en font, des fois non. Ils sont quand même longs les photographes avec leurs retouches ? Plus c'est long, plus c'est soigné non? Il parait que certain photographes payent leurs modèles en chocolat ? Pourquoi pas, ça ne m'est jamais arrivé mais je ne dirais pas non c'est bon le chocolat!

◄ Eric Boffy 11


MODÉLE

AURÉLIE (mady029) http://www.modeles-bretagne.info/modele-mady029-637.html

Je m'appelle Aurélie, j'ai 25ans et je suis modèle alternatif dans la région brestoise en voie de professionnalisation. J'ai commencé la photo il y a un an et demi et j'en suis définitivement accro (rire...). Ce que j'aime avant tout dans la photo, c'est la possibilité d’interpréter divers rôles et d’extérioriser ce personnage que j'ai créé "lyn", avec qui tout est possible. Ma préférence va essentiellement vers les photos de type pinup, rétro, goth, voire complètement déjanté et parfois gore. J'aime l’interprétation et les émotions que l'on retrouve dans une photo. Il est capital pour moi qu'il y ait une expressivité du modèle, une pose, un regard, une ambiance, tantôt naturel tantôt sophistiqué, ainsi qu'apercevoir l’œil de mes photographes, leur travail de retouche si unique et qui leur est propre … laisser opérer la magie. Actuellement, je représente les modèles de plusieurs créateurs dans la région brestoise ce qui me permet de proposer ce thème pin-up romantique. Aimé Moa "Moa" 12


Xavier Le Gall " Mr Flash"

13


Lors des shootings, je mets à profit mes talents de maquilleuse et de comédienne J'ai pour habitudes d’élaborer instinctivement des poses, des expressivités de toutes sortes et de proposer mes thèmes. En somme, je suis parfaitement autonome et créative mais largement ouverte aux idées des photographes... le tout avec bonne humeur et passion. Mon but ultime serait d'arriver à diversifier le plus possible les clichés et les ambiances. J'aimerais poser en studio mais avec un éclairage parfait et avec un décor et des accessoires très élaborés. J'aimerais aussi rencontrer des photographes qui possèdent des tenues pour interpréter un maximum de personnages glamours, romantiques, dark avec des perruques de toutes sortes…, poser dans de vraies tenue de pin-up ou fétish avec un rendu final ou les retouches sont très minutieuses. Bref approfondir chaque cliché à son maximum.

Aimé Moa "Moa"

14


Cedric Dof "Forbann"

15


16

Maxime PilorgĂŠ "xam"


Xavier Le Gall " Mr Flash "

Cedric Dof "Forbann"

17


18


ÉVÉNEMENTS

19


EXPOSITION

François par Marc Letissier

FRANÇOIS ROMMENS « ICI AUTOUR DE MOI »

http://www.francois-rommens-photographie.fr/

François Rommens exposait du 2 juillet au 17 septembre 2011 à la Médiathèque Ti ar geriou de Saint Renan (29 – Finistère). L’exposition comprenait une série de portraits et de paysages en noir et blanc. Une façon de montrer sa vision du Finistère. Une balade nuancée dans les gris de 26 photographies. Bonjour François, tu as exposé à Saint-Renan cet été. C'était ta première exposition ? Oui première exposition même si j’ai pu participer à de nombreuses expositions collectives avec l’association Camera Obscura. C’est la première en solo et sur un travail personnel en Bretagne. Comment s'est monté l'expo, on t'a invité je crois ? La Médiathèque de St-Renan invite chaque année un photographe à exposer son travail durant tout l’été. Chaque photographe ensuite parraine le suivant. J’ai donc été parrainé par Jacques Leven qui exposait « Au pays de Constantin » l’année dernière. A mon tour j’ai 20


proposé le travail de Pascal Bodin pour l’année prochaine… J'ai trouvé que les conditions d’accrochage et de lumière étaient drôlement bonnes ? La médiathèque a à mon avis l’une des plus belles salles du Finistère pour des expositions dans les meilleures conditions possibles. J’aimerais que d’autres villes se sentent inspirées par ce qu’il y a à Saint Renan… Et que l’on puisse exposer ainsi dans d’autres endroits dans le Finistère. Pourquoi avoir choisi ce thème ? « ici, autour de moi… » C’est ma vision, le regard de ce qui m’entoure et me touche. Je ne suis pas d’ici et pourtant je me sens d’ici. Au plus profond de moi je suis finistérien même si je suis né ailleurs… C’est mon pays, mon Finistère avec des gens sincères et fiers… Dans ton expo les personnages sont d’un coté et les paysages de l’autre. Les personnages sont dans le noir, coupés de leur environnement quant aux paysages ils sont vides, privés de leurs habitants. Pourquoi ce choix ? C’est simplement une volonté de simplicité, les portraits sont réalisés avec un éclairage simple, une source de lumière (flash ou fenêtre) et un réflecteur. Les paysages c’est tout simplement qu’il n’y avait personne à ce moment… Mais encore une fois, c’est un regard personnel et intégrer des personnes dans le paysage pourrait en changer l’émotion. C’est d’ailleurs ce que je fais parfois, je vais faire un paysage où il y a des gens mais en y regardant de plus prêt ces gens changent l’esprit de l’image et va même à contre sens… Exemple : une longue plage (les blancs sablons) dont les nuages sont lourds et menaçants. Un couple et un enfant semblent perdus et dans la tourmente… pourtant lorsqu’on lit la photographie de plus près on peut s’apercevoir qu’il y a un cerf volant et ce côté dramatique disparaît pour laisser place au jeu de ces personnes avec le vent… 21


Est-ce qu'« ici autour de moi » pourrait avoir une suite ? Non, c’est un travail commencé il y a près de 15 ans et représente près de 500 photographies depuis 1986 année de mon arrivé en Bretagne. 300 portraits, 200 paysages, la sélection fut rude pour en sortir 30 en tout. Mais à défaut de suite, elle peut évoluer… les paysages et les portraits remplacer par d’autres déjà réalisées. Le rapport que tu as avec tes sujets est toujours très personnel ou tu essayes de garder une sorte d'objectivité, de distance ? Surtout pas de distance !! Je veux être dans l’émotion, le partage et être proche. Il faut avoir de l’empathie pour la personne photographiée sinon nous n’aurions que de l’esthétique ? Où se trouve l’intérêt ? Même si je n’ai rien contre une belle image à la plastique parfaite, elle ne me dégagera pas la même émotion qu’un partage unique dans un portrait. Même si la prise de vue est rapide, ce que donne la personne assise en face de soi est un moment sacré… et donc très personnel et intime. C'est une série fait en argentique ? C’est majoritairement de l’argentique pour les portraits à part deux qui ont été faits en numérique suite à un souci de ma vue à cette époque. Pour les paysages il y en a quelques uns en numériques traités en noir et blanc ensuite. 22

Est-ce que tu fais une différence entre l'argentique et le numérique ? Toi tu utilises les deux ? Oui je fais une différence, l’argentique a une « âme », une structure d’image que n’a pas le numérique… Malgré les millions de pixels que l’on peut avoir si demain je devais choisir entre mon Canon et mon Hasselblad, je n’aurais pas un moment d’hésitation pour mon vieux moyen format ou pour le Leica M. Par contre, je dois dire que la qualité atteinte par l’impression numérique maintenant permet de mettre de côté le tirage argentique… même si je prends toujours un très grand plaisir à mettre mes mains dans le révélateur lorsque j’en ai l’occasion ! As-tu d'autres projets à venir ? Oui je vais commencer un projet autour de portraits de femme à la chambre en film noir et blanc 20x25cm et sans doute même doublés au collodion humide mais pour ça il y a encore un travail à faire pour avoir une certaine maîtrise technique de ce procédé ancien. Sinon une autre exposition est déjà en cours également à St Renan. « Tête à tête » est une série d’une trentaine de portraits argentiques réalisés en moyen format et qui se tient dans le hall de la Marie de St Renan jusqu’au 15 octobre. http://www.francois-rommens-photographie.fr/ http://www.camera-obscura.fr/ http://www.saint-renan.com/ Les Amiets - 2007 ►


23


Meneham - 2006

24


Dunes de Keremma - 1986

25


Maurice Merdy

26


Nicole Fily - 2010

27


Pierre Ollivier - 2006

28


Antoine - 2006

29


Brignogan, Pontusval - 2006

30


31


EXPOSITION

MODÈLES-BRETAGNE « EXPO À L'HEMINGWAY »

Modèles Bretagne organise sa première exposition photographique. Pour cela, 20 photographes se sont proposés pour faire partager quelques-unes de leurs photographies. Pour certains, il s'agit même de leur première exposition. Les modèles présentés lors de l'exposition sont exclusivement des membres de Modèles Bretagne. L'exposition est visible au Bar "Hémingway" en septembre et octobre 2011. Elle comporte deux temps puisque fin septembre toutes les photographies sont changées. Entretien avec Gaétan l'initiateur du projet. Comment t'est venue l'idée de monter cette exposition à l'Hémingway ? L'idée est venue lors d'une rencontre qui avait lieu un vendredi soir à L'Hémingway dans le cadre des rencontres modèles/photographes. L'Hémingway expose en continu des artistes (le plus souvent des peintres) et nous avions des toiles exposées sous les yeux. Sans doute, que des discussions ont dû évoquer des expositions de certains membres pour que je fasse le lien entre le site Modèles-Bretagne et la possibilité d'exposer à l'Hemingway. En fin de soirée, j'ai interrogé 32


le patron qui m'a donné un accord de principe. Un ou deux jours plus tard, je faisais part de cette possibilité sur le forum et c'était parti. Il faut une bonne organisation pour ce type de manifestation ? Je ne pense pas que une organisation hors du commun soit nécessaire pour une exposition classique. Cependant, compte-tenu de la particularité de celle-ci (plusieurs photographes, éloignements, nombreux exposants potentiels), il est évident qu'il faut une organisation plus lourde là où elle serait plus légère pour un photographe qui expose seul. La phase la plus longue a été les discussions en amont entre validateurs pour définir un règlement. Nous ne savions pas s'il allait y avoir un engouement. Alors comment favoriser la participation ? comment éviter tout effet d'opportunisme ? comment choisir ensuite ? Ensuite une fois le lieu, les cadres trouvés (merci au collectif Camera Obscura), la phase la plus pénible est celle de la relance. C'est totalement improductif, ça consomme du temps alors qu'on a toujours autre chose à faire. Ensuite la mise sous cadre, la préparation des textes sont amusantes à faire. On voit le projet qui naît et on se dit qu'on est arrivé au bout ! Le vernissage a eu lieu le 7 septembre dernier, il y avait pas mal de monde ? Je crois. Mais j'avoue que je n'ai pas vu tout le monde. En plus, il y avait également des personnes extérieures au site invitées par les photographes et modèles. Donc oui j'ai trouvé qu'au milieu de la soirée, il y a vait pas mal de monde dans le bar et à l'extérieur car, on ne pouvait pas en douter, il faisait beau à Brest ! Le patron du Hemingway nous a bien reçu ! Très très bien reçu. Il a été difficile de finir le punch mais de vaillants membres du site en sont venus à bout. Nous avions un buffet. Il y avait des boissons pour les enfants. Tout cela offert par le lieu. D'ailleurs je vais voir pour qu'on puisse faire un tirage des photos faites du patron et de l'équipe de serveurs pour les remercier.

Tu comptes renouveler l’expérience ? (réflexion...) A voir. Dans l'absolu oui. Le règlement est écrit donc il n'y aurait plus qu'à relancer la chose tout simplement. Tu as des idées pour l'améliorer ? Si une nouvelle exposition voit le jour, oui. Nous réinterroger sur les modalités d'inscriptions (payant, pas payant ?) pour une participation symbolique à quelques frais. Là c'était un peu du clé en main pour pas grand chose (parfois juste la valeur d'un timbre pour renvoyer la fiche d'inscription). Ce n'est pas une critique bien évidemment mais une réflexion qui s'impose, à mon sens, pour une future édition. La prochaine fois, il faudra être intransigeant sur les délais quitte à exclure. Seuls les plus motivés seront maintenus. Ensuite, du point de vue pratique, il faudra voir pour harmoniser un peu plus les textes dans la mise en forme. Sans doute qu'avec un vrai mois pour traiter ces textes nous aurions pu faire quelque chose de mieux. Mais finalement je me demande s'il faut maintenir ce principe de textes. Il restera alors à trouver une solution pour les cadres...

Tu aurais aimé pouvoir faire voyager cet exposition ? Pour le site et pour les photographes exposés les plus éloignés, oui ! Maintenant j'ai fait ma part au niveau brestois... Mais les volontaires ne doivent pas hésiter à me contacter pour étudier les modalités d'envoi des tirages (sans les cadres). 33


34


ARTICLES

35


IDÉE

DES PHOTOS DANS MA RUE « STREET ART PHOTOGRAPHIE » Stéphane DÉNIEL

La photographie est désormais l'une des disciplines du mouvement « Street Art ». Des photographes descendent dans la rue et collent leurs photos sur les murs de la ville. Ils ont rejoint les graffs les fresques et les collages. Cette pratique, encore peu répandue, s'est trouvée un porte-étendard en la personne de J.R. Cet artiste qui a exposé au dernier festival d'Arles a beaucoup fait parler de lui en affichant ses portraits en très grand format sur les murs de séparation entre Israël et Palestine ou sur les façades des bidonvilles du Brésil ou du Kenya. Face à la difficulté d'exposer il est tentant de rejoindre ceux qui se montrent directement dans la rue. Peu de moyens sont nécessaires pour cela. Une impression sur du papier adéquat, de la colle et du courage sont suffisants pour aller poser ses œuvres à la vue de tous. L'exposition dure le temps que dure l'affiche ou le temps qu'elle soit recouverte ou arrachée. inconnu / Lieu : Rue Saint-Malo à Brest 36


En 2005 Rija Randrianasolo expose quelques-unes de ses photos dans la rue Saint-Malo à Brest. Le festival qu'organise l'association « Vivre la rue » accueil ce reportage africain sur les murs ensoleillés de cette rue animée.

37


Mildiou / licence CC – by

JR

Parc ateliers sncf

est un ancien graffeur qui se

tourne vers la photographie en 2000. De ces débuts, il a gardé cette habitude de ne pas montrer son visage et de n'être connu que sous ses initiales. En exposant librement ses clichés dans les rues, il est resté dans le mouvement du « street art » pour toucher un public qui n'a pas l'habitude de fréquenter les galeries d’arts. Au départ, ses clichés étaient collés dans la rue ou dans le métro, au milieu des publicités très colorées. C'est pour se différencier qu'il décide d'utiliser le noir et blanc. Ce contraste visuel important permet de se différencier immédiatement du reste de l'affichage urbain. En 2004 , il réalise « 28 mm : portrait d’une génération», une série composée de photos des jeunes de la cité des Bosquets à Montfermeil et de la Forestière à Clichy-sous-Bois. Les clichés sont exposés en très grand format sur les murs de ces cités. Ce projet illégal devient officiel lorsque la mairie de Paris propose de les afficher sur ses bâtiments. AmsterS@m / licence CC – by-nc Pays-Bas, maison d'une rue d'Amsterdam 38

En 2007, il se lance dans le projet « Face 2 Face », avec l'idée de mettre face à face des portraits d'habitants,


Les Rencontres Arles Photographie 2011

sans distinction de nationalité, réunis sur les murs dans le rire et la grimace. Les photographies sont affichées d'un côté et de l'autre du mur de séparation entre la Cisjordanie et Israël. Placardées dans huit villes israéliennes et palestiniennes, ses portraits de Palestiniens et d’Israéliens grimaçants vont ensuite faire le tour du monde. Il en ira de même avec ses immenses visages de femmes, exposés en 2009 sur les quais de l’île Saint-Louis à Paris. Ce projet nomé "Women are heroes" commencent dans plusieurs pays, africains puis sud-américains avant d'arriver en Europe. JR recueillera les témoignages de femmes qui ont traversé les drames de la guerre ou de la violence quotidienne.

Julien Mourlon - CC pa-nc-sa - Brussel

« Mes photos prennent véritablement sens en fonction des endroits où je les colle. Utiliser la rue comme galerie, c’est toucher un maximum de personnes. La rue devient la plus grande galerie du monde, et la moins contraignante pour l’artiste. » « J'invite même les gens à venir déchirer les affiches, les voler, pisser dessus. Je les laisse dans la rue, ce sont des œuvres éphémères… A la fin d'un de mes livres, tu les vois se faire kärchériser, et dans les dernières pages d'un autre, tu les vois vieillies par le temps… » JR.

F4BZ3F4B - CC nc-pa-sa - Quais de l’île Saint-Louis / Paris 39


… et à BREST Les photos commencent à prendre place au milieu des graffitis, à côté des collages de Paul Bloas. On voit quelques tentatives, plus ou moins élaborées, d'apparaître sur les murs.

inconnu / Lieu : Brest, Mur de la carène

A recouvrance, un auteur sous le pseudo ACB a affiché ses images près des lieux de leur prise de vue. Une sorte de miroir tendu aux habitants, une incitation à mieux regarder leur environnement. L'auteur a sans doute conçu son projet comme une invitation aux riverains de cette rue à changer leur vision cette artère passante. Certaines images sont restées visibles plus d'un an. Les expériences qu'on a pu voir, pour l'instant, sont des actes isolés et ces tentatives n'ont pas encore pris la forme d'un vrai projet construit … mais peut-être qu'un jour, JR fera école dans nos rues.

ACB / Lieu : Brest, rue de la porte

Rappelons que l'affichage sauvage est interdit (voir décret n° 82-220 du 25 février 1982 et la loi n° 79-1150 du 29 décembre 1979). Certaines villes autorisent l'affichage sur les palissades de chantier sinon il faut avoir l’autorisation du propriétaire du mur ou utiliser les panneaux d'affichage libre présents dans toutes les villes. La liste des panneaux d'affichage libre sur la Bretagne : http://affichagelibre.wordpress.com/ Comment bien coller : http://affichagelibre.wordpress.com/c oller/ Article connexe : Joëlle Verbrugge : Photo et street-art : un délicat équilibre.

inconnu / Lieu : Brest, rue Saint-Malo, porte du terrain de la madeleine 40

Stéphane Déniel


inconnu / Lieu : Brest, sur un silo du port de commerce (2006)

41


REPORTAGE

SHOOTER « SUR LE PLATEAU D'UN COURT MÉTRAGE » Stéphane DÉNIEL

Quatre hommes élégamment vêtus, l'étui de guitare à la main, entrent dans une agence bancaire. Ils ont l'air bien décidés ... S'agit-il d'un braquage ? C'est ainsi que débute le premier court-métrage écrit et réalisé par Bruno Morvan. Ce tournage réunissait huit acteurs et autant de techniciens. Il a fait appel à moi pour l'occasion. Je me suis transformé en photographe de plateau le temps d'un week-end. Il m'a expliqué qu'il avait besoin de photos pour le dossier de presse, pour servir de "making-off" et aussi comme souvenir pour l'ensemble de l'équipe de tournage. Les photos sont prises juste avant ou juste après la capture du film pour que le bruit de l'obturateur de l'appareil ne vienne pas déranger la prise de son directe. Je profitais des répétitions, du temps où l'on met en place la scène mais aussi des coulisses pour faire mes prises de vues. Un des points important était de bien s'intégrer dans le plan de travail pour ne pas déranger le déroulement des scènes ou troubler la concentration des acteurs. Bruno Morvan mettant en place l'éclairage 42


Le couple vedette

43


44

Le premier r么le f茅minin au maquillage


La réunion du matin : le plan de travail de la journée est passé en revue par le réalisateur. Le temps de travail est limité et les scènes vont s’enchaîner rapidement. La majorité du film sera conçu en respectant la chronologie finale.

Le script et le story bord traînent au milieu des cafés. Le story board détail les scènes les avec les positions, les angles de prises de vues et les mouvements de caméra.

Le premier clap de la première scène, une femme marche dans la rue et ses talons hauts claquent sur le bitume. Le tournage se fait avec un reflex (Nikon D3x) 45


Le camĂŠraman

46

Le preneur de son


Le « clapman »

La maquilleuse

47


48

Répétition, un des acteurs sort son étui du coffre


Les actrices soignent leurs coiffures.

49


50

RĂŠpĂŠtition de sortie la voiture.


De fausses dents, des cernent dessinées sous les yeux et de la saleté plein le visage. La maquilleuse a forte a faire pour créer ce personnage de clochard.

L'air inquiétant et taciturne du clochard doit beaucoup au pinceau de la maquilleuse.

Deux des acteurs se familiarisent avec la conduite de la star du film une Dodge Dart 1968 rouge. Le moteur doit chauffer pour bien fonctionner. 51


Personnalisation de la voiture. Une plaque au nom du film vient se coller sur les chromes du parechoc.

Deux accessoires indispensables, le clap sans lequel aucune prise ne peut commencer et la cafetière qui maintient l'équipe en forme.

Le repas pris sur le pouce dans la salle de la mairie. On échange sur les événements de la matinée. 52


Le clapman lance la prise. L'homme au costume blanc ayant fait sa déclaration il accompagne sa belle aux rythmes de la musique jouée par ses trois compères

On transfert les premières scènes sur le portable. Les rush sont visualisés pour vérifier le rendu et faire une sauvegarde.

Le réalisateur, accroupi sur la chaussée, film en contreplongée, l'arrivée de la Dodge 53


Le metteur en scène règle la prise

Répétition pour vérifier le cadrage et l'angle de vue.

Depuis le plateau (l'agence) on appel d'un acteur qui est encore au maquillage dans la loge ► 54


55


56


Les acteurs, dos à la caméra, se préparent pour la scène

Le cameraman fait le point

◄ Pendant les répétions je capture ce regard complice d'un des acteurs. 57


58

̘La scène de l'arrivée à l'agence


59


60

Deux acteurs attendent pendant que l'on installe la camera


Avec leurs tenues et leurs étuis de guitare ils me font un moment penser aux mariachis des films mexicains dont on se demande s'il ne vont pas sortir des armes de leur bagages

Le story board prévoit que les musiciens traversent la rue.

Le réalisateur à l'idée de faire partir le groupe du coin du bâtiment, de longer le pignon avant de traverser. La scène prend un air de Beatles dans Abey road. Au mot coupé l'équipe se met à rigoler tellement la scène est drôle et qu'elle a pris de l’ampleur 61


62

̘La traversé de la rue


63


Pour donner plus de force à l'entrée des trois protagonistes dans l'agence, la caméra est placée en bas des marches de l'entrée.

Le second rôle féminin assiste à la mise en place. Elle joue le rôle de la secrétaire.

Les acteurs sont prêt. Il ne reste plus qu'a lancer l'action 64


L'entrĂŠe dans l'agence

65


L'attente des acteurs entre les prises

66


Petit moment de dĂŠtente entre l'ĂŠquipe et les acteurs

67


68

Dans les coulisses, un des acteurs ĂŠcoute ce qui se dit sur le plateau


Dans l'agence le caméra-man doit tenir compte de la lumière et au besoin il ajoute des sources pour éclairer les zones dans l'ombre. L'un des acteurs regarde l'écran par dessus son épaule.

Il faut dégager dans chaque scène le matériel qui gêne. Un pied qui traîne, des câbles qui serpentent ou même une ombre qui bouge et la scène est a refaire.

Le lieu devient vite étroit quand l'ensemble de l'équipe technique se retrouve autour d'un bureau. L'actrice doit faire abstraction de la présence de toutes ces personnes pour pouvoir jouer sa scène. 69


La fatigué commence a se faire sentir

70

La fin du jour approchant, il faut ajouter de plus en plus de lumière pour pouvoir tourner à l’intérieur


71


72


73


74

La mariĂŠe est . . . contente.


Le clapman lance la prise. L'homme au costume blanc ayant fait sa déclaration il accompagne sa belle aux rythmes de la musique jouée par ses trois compères

Le réalisateur fait quelques derniers gros plans qui serviront de plan de coupe

Préparation de la photo finale. 75


76

̘La photographie de l'équipe de tournage


77


SITES INTERNET

Déclencheur Le podcast de Benoît Marchal distribue un épisode toutes les semaines. Déclencheur aborde tous les thèmes

de

la

photo,

couvrant

le

cadrage,

l’utilisation du flash, la préservation des photos, toutes les techniques nécessaires à un rendu fidèle des

couleurs

également

etc.

des

Déclencheur

photographes

interviewe

amateurs

&

professionnels. http://www.declencheur.com

Droit et photographie Le blog de Joel Verbruge, avocate et photographe elle devenue la référence en matière de droit de la photographie.

Elle

collabore

également

au

magazine « Compétence Photo ». http://droit-et-photographie.over-blog.com

Photographier la Bretagne C'est l'autre site incontournable sur la photographie en Bretagne. A travers des cartes interactives vous pouvez trouver les expos, les coins à photographier et en proposer à votre tour. Un forum vient compléter le site. http://www.photographierlabretagne.com

78


WEBZINES

Victor

Near

Le magazine de la célèbre marque de moyen format, Hasselblad, diffuse gratuitement son magazine en ligne.

Le magazine photo Near. http://issuu.com/next_newsletter_near/docs

http://issuu.com/victor_online_english/docs

Focale Alternative Le magazine FA est orienté photographie de reportage. http://www.focale-alternative.be

Buzz vers

la

Buzz est en quelque sorte le grand frère du magazine MBM. C'est lui qui nous a donné l'idée de fabriquer notre propre journal. Il est consacré exclusivement aux photographes et à leur modèles. http://issuu.com/buzz_le_mag/docs

79


C'était le N°1 du MAGAZINE MODELES BRETAGNE Rendez vous sur le site : http:\\www.modeles-bretagne.info

MAGAZINE MBM n°01  

Magazine du site internet http://www.modeles-bretagne.info

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you