Page 1

Bulletin 04 | juin 2012

dossier

7

le match • episode ii

visions politiques

entretien

un duo de choc pour présidence > Rencontrez « ColdeBats » + mais aussi découvrez le Secrétariat-Général nouvelle version

dans l’arène


Marie-Alexandre BOUTET-TALBOT photo de couverture

Bulletin

Édito

04 | juin 2012

Chères Specquoises, Chers Specquois,

02 Edito

C’est confirmé ! Dans le cadre de la XVe édition de la SPECQUE, nous aurons la chance d’être accueilli pour la soirée d’ouverture, le lundi soir, à l’Hôtel de Ville de Montréal ! Je vous entends déjà trépigner d’une joie intérieure mal contenue et de frissons non réprimés. Ressaisissez-vous, ce n’est que le début...

03 Tableau de bord 04-09 Retour sur le 9 mai 10-11 Coup de rétro sur le recrutement 12-17 Début du match au Parlement

Cette année encore, notre simulation parlementaire préférée demeure fidèle à la tradition et ouvre à ses participants les portes des lieux les plus prestigieux de la ville hôte. Tous les partenaires de la SPECQUE y seront conviés pour un cocktail dînatoire où nous aurons la chance de les rencontrer et les remercier pour leur appui. Plusieurs gazouillent déjà sur les réseaux sociaux en se demandant si, à cette occasion, il y a aura du champagne. Sachez, cher(e)s ami(e)s, que je ne ferai jamais de concession à ce niveau et qu’évidemment il y en aura, s’il en reste après mon passage. D’ici là, étanchez votre soif en lisant attentivement ce nouveau numéro du Bulletin de votre Simulation. Vous y trouverez, notamment, un entretien avec la Présidence et le Secrétariatgénéral, ainsi qu’une présentation des Chefs de groupes et des groupes d’intérêts. « Il vaut mieux connaître les textes de la SPECQUE que le dos d’une boîte de céréale », clamait le poète. Specquoisement,

18 Point logistique Xavier PEICH Président exécutif

Le Bulletin de la XVe SPECQUE volume 2012 numéro 4 publié par la Simulation du Parlement européen Canada-Québec-Europe, Organisme sans but lucratif de droit québecois éditeurs Maxime STAELENS, Président du conseil d’administration et Xavier PEICH, Président exécutif directeur de la rédaction et rédacteur-en-chef Florian MARTIN-BARITEAU, Vice-Président exécutif rédactrice-en-chef adjointe Marie-Christine ROBERT, Administratrice, Secrétaire-Générale réalisation Pôle communication de la SPECQUE Pour contacter la rédaction : communication@specque.org © juin 2012 - specque - tous droits réservés.


Tableaudebord juin 2012 patronages

académique

académique

Le Parlement européen accorde son patronage à notre Simulation

Un nouveau Commissaire européen chargé de la santé et de la politique des consommateurs

Une nouvelle édition de la SPECQUE pour les Nuls

Nous sommes heureux de vous annoncer que le Parlement européen, par l’entremise de son nouveau Président, M. Martin SCHULZ, renouvelle son patronage pour la quinzième édition de notre Simulation. Le Président SCHULZ a précisé que si le renouvellement du patronage n’était pas dans les habitudes du Parlement, l’importance de notre Simulation et sa participation à l’intégration européenne le justifiaient.

À la suite du désistement de l’ancien commissaire, Melle Nathalie VANAUBEL, Administratrice par intérim, a accepté de prendre la suite au pied levé. Elle défendra donc, au nom de la commission, la proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil relative à l’établissement d’une information standardisée sur la responsabilité sociale des filières de production

Comment fonctionne la SPECQUE ? Comment fonctionne l’Union européenne ? Retrouvez toutes ces informations dans la 8e édition de La Specque pour les Nuls qui vient d’être publiée et est disponible sur notre site Internet. agenda 8 juillet Publication des lignes de groupe politique et des prises de positions des groupes d’intérêts

nos partenaires or

argent

bronze

Tyrone BENSKIN, Marjolaine BOUTIN-SWEET, Alain GIGUÈRE, Hélène LAVERDIÈRE, Hélène LeBLANC, Isabelle MORIN, Ève PÉCLET,François PILON, Députés à la Chambre des communes du Canada logistique

juin 2012 | 04 | bulletin

3


entretien

Séverine BATS Vice-Présidente du Parlement européen

Hugo COLEBOEUF Président du Parlement européen

4

bulletin | 04 | juin 2012


Rencontre avec Hugo COLDEBOEUF et Séverine BATS, les chefs d’orchestre du XVe Parlement européen simulé.

> ensuite ... découvrez le Secrétariat-Général nouvelle version

p. 8

juin 2012 | 04 | bulletin

5


entretien Découvrez ceux qui seront les chefs d’orchestre du XVe Parlement européen simulé, afin d’en savoir un peu plus sur leur vision et la politique qu’ils entendent mener en août prochain. Pour cette session 2012, Hugo Coldeboeuf sera Président du Parlement européen simulé et Séverine Bats, Vice-Présidente. Specquois depuis l’édition monctonoise de 2010, Hugo et Séverine forment un duo de choc et charme qui nous promet une présidence des plus intéressantes. Ils sont déjà inséparables, ne parlent que d’une seule voix, finissant les phrases l’un de l’autre. Comme tous les duos célèbres, nous leur avons déjà trouvé un nom : « ColdeBats ». rencontre.

pour vous, à quoi doit ressembler cette édition 2012 ?

vous semblez attachés à rendre la specque encore plus politique, comment y parvenir ?

Voilà 15 ans déjà que la SPECQUE se construit, grandit et s’enrichit. 15 ans, que chaque année, des étudiants européens, canadiens, mais également de nationalités issues des cinq continents, se réunissent autour d’un même projet pour partager, débattre et apprendre à se connaître. Qui pouvait imaginer qu’un tel projet serait possible ! Cette 15ème édition sera celle de la prise de risque et de l’audace. 15 ans c’est l’âge de la révolte, de la passion, de l’émancipation. La Simulation cuvée 2012 sera à l’image des Specquoises et des Specquois qui la composent, vivante, brillante et pleine d’audace.

Sans nier le principe de non-partisannerie cher à la SPECQUE, la présidence ne peut toutefois qu’encourager chaque Specquoises et Specquois à creuser les lignes de leur groupe politique, à en extraire l’essence et, à comprendre ce qui la démarque de celle des autres groupes. Plus les groupes politiques auront une identité forte, plus les eurodéputés incarneront des personnalités fortes aux positions variées, et plus les débats seront animés et féconds. De la diversité des points de vue émergera la richesse du débat.

quelle sera votre politique en tant que président et vice-présidente du parlement européen simulé ?

vous semblez encourager d’avantage la forme que le fond ?

Loin de nous cette idée ! La SPECQUE reste et restera un moment d’excellence intellectuelle permettant à chacun de mieux Cette année, la SPECQUE s’étend encore en accueillant des comprendre le fonctionnement des institutions européennes. eurodéputés d’horizons toujours plus diversifiés. En effet, le D’ailleurs, au fil des années, la SPECQUE se rapproche de plus nombre de participants, dont le français n’est pas la langue en plus de la réalité. Les lobbyistes et les médias sont de plus maternelle, n’aura jamais été en plus présents, les tractaaussi élevé. La présidence Rigueur dans le travail et fantaisie dans la réalisation, tions se font de plus en plus s’attachera ainsi à soutenir nombreuses et les textes de chacun dans la prise de pa- tels sont les ingrédients d’une SPECQUE réussie ! plus en plus techniques. La role, à encourager tous les euprésidence ne peut qu’encourodéputés à défendre leurs idées et à oser la polémique. Nous rager les Specquoises et les Specquois à travailler leurs textes insisterons également sur la parité des prises de paroles, vaet leurs amendements avant leur arrivée. Rigueur dans le traleur à laquelle la présidence est particulièrement attachée. La vail et fantaisie dans la réalisation, tels sont les ingrédients SPECQUE doit permettre à chacun de déployer l’ensemble de d’une SPECQUE réussie ! ses talents et être ainsi un lieu d’épanouissement et de plaisir.

6

bulletin | 04 | juin 2012


Hugo COLDEBOEUF

Séverine BATS

Etudiant en Master d’Affaires publiques, Hugo a été eurodéputé en 2010 et chef de groupe politique en 2011.

Stagiaire dans un cabinet d’affaires publiques européennes, Séverine était eurodéputée en 2010 et chef de groupe politique en 2011.

avez-vous d’autres conseils pour réussir sa specque ? Seule une bonne préparation des textes, des lignes de groupe et du Règlement intérieur du Parlement européen simulé (RIPES, pour les intimes), ainsi que de longs jours de repos avant l’événement, permettront aux eurodéputés de profiter pleinement de cette semaine éprouvante, durant laquelle les heures de travail s’accumulent au détriment des heures de sommeil. Mais tous ces efforts ne seront pas vains. La SPECQUE c’est l’occasion de dépasser ses propres limites tout en s’ouvrant au monde, ce sont des souvenirs incroyables, des rencontres aussi inattendues qu’extraordinaires, des amitiés pour la vie, c’est un condensé d’existence qui s’achève toujours trop vite.

De tels textes, tant dans leur esprit que dans leur forme, montrent la qualité des rédacteurs et seront de bons supports de discussions et de débats pour la SPECQUE. le parlement doit-il être à l’image de la commission européenne ?

Dans la période troublée que traverse l’Union européenne, la Commission ne répond pas pleinement aux attentes et besoins des citoyens et des États membres, et reste quelque peu en deçà des enjeux qui agitent l’Union. Si dans ces circonstances difficiles, l’Union européenne n’est pas capable de prendre des décisions fortes, elle risque de voir ses citoyens se replier sur eux-mêmes et vers leurs États. La présidence souhaite que les eurodéputés s’emparent de chacun des textes proposés par la Commission européenne et en fasse L’Europe doit changer, que pensez-vous des propositions elle sera celle des peuples des outils pour répondre aux diffide la commission européenne cultés que connaît l’Union. Le Parleou ne sera pas. pour cette session 2012 ? ment européen doit se faire l’écho des aspirations des citoyens, porter La SPECQUE est à l’image de l’Union européenne : un projet toujours plus haut l’idéal de paix et de fraternité véhiculée par fou faisant face à mille obstacles mais qui, par la volonté de l’Union. L’Europe doit changer, sans quoi elle court à sa perte. ses organisateurs et participants, réussit, prospère et s’agranElle sera celle des peuples ou ne sera pas. dit. Face à l’audace initiale d’un tel projet, l’Union européenne pour s’approfondir doit jongler avec les spécificités culturelles, politiques et économiques de chacun de ses États membres. un dernier message ? Dans ces conditions, la Commission, qui possède le monopole de l’initiative, doit faire des propositions de compromis entre Chères eurodéputé(e)s, nous vous donnons rendez-vous avec les intérêts divergents du Conseil et du Parlement. l’histoire à Montréal pour une semaine que vous n’oublierez jamais, faite de débats passionnés, de tractations en tous genres et de merveilleuses rencontres. D’ici là, préparez vos sont-elles trop progressistes arguments, affûtez vos lignes de groupes, et n’oubliez pas : par rapport aux difficultés économiques ? l’avenir appartient aux audacieux ! Les textes proposés pour cette édition, sont à l’image de la Commission européenne : ils cherchent à approfondir l’acquis communautaire sans toutefois innover réellement.

Rendez-vous avec l’histoire à Montréal ! juin 2012 | 04 | bulletin

7


entretien en soutien à la présidence

La présidence « ColdeBats » aura comme plus proche collaboratrice Fanette Akoka, Secrétaire-générale. Pour cette session 2012, le poste de Secrétaire-général a été redéfini : il est dorénavant à la tête d’un Secrétariat-général qui comprend les secrétaires de commission parlementaire ainsi que les assesseurs juridiques. Nous avons voulu en savoir plus sur celle qui incarnera le nouveau rôle du Secrétairegénéral du Parlement européen simulé. Étudiante en Licence en droit public, secrétaire de commission en 2010, Fanette Akoka semble être prête pour remplir ses nouvelles fonctions. découverte.

Fanette AKOKA Secrétaire-Générale du Parlement européen

8

bulletin | 04 | juin 2012


un Secrétariat-général, nouvelle version pouvez-vous nous présenter le rôle du nouveau secrétaire-général ? Tout d’abord, le Secrétaire-général est dorénavant responsable d’un véritable Secrétariat-général, ce qui lui donne une vision plus globale des travaux ayant lieu durant la Simulation. Le Secrétariat-Général assiste la Conférence des Présidents pour organiser les travaux parlementaires et déterminer l’ordre du jour des séances plénières. De même, il est le premier collaborateur de la présidence du Parlement afin de déterminer les «points chauds» et adapter le cas échéant l’agenda. De plus, en séance plénière, le Secrétaire-général gère le temps de paroles de chaque eurodéputé et consigne les votes. Le Secrétaire-Général coordonne aussi les travaux des commissions parlementaires. En lien avec les secrétaires de commission, il s’assure du suivi de la situation de chaque commission et notamment des difficultés. Le Secrétaire-général gère également les assesseurs juridiques, et décide — le cas échéant — de leurs répartitions dans les commissions ayant des difficultés particulières. comment envisagez-vous votre rôle de secrétaire-général de cette session 2012 ?

l’année dernière le poste de lobbyistes a été introduit à la Simulation… l’expérience est renouvelée cette année, comment allez vous positionner par rapport aux « groupes d’intérêts » ? Les lobbyistes forment des groupes de pression représentant des intérêts très divers ; leur but est de rallier le plus grand nombre d’eurodéputés à leur cause. Toutefois, les eurodéputés doivent être libres de leurs choix, aussi les lobbyistes doivent-ils rester loyaux et ne pas exercer des contraintes inutiles sur les eurodéputés. Les représentants des groupes d’intérêts accrédités pour cette XVe édition ont des temps et des lieux impartis pour faire connaître les valeurs qu’ils défendent, il faudra donc veiller au respect rigoureux de ces règles afin de ne pas fausser le jeu politique par des considérations opportunistes et ne pas exposer les eurodéputés à ce qui pourrait s’apparenter à du harcèlement. pensez-vous que le Parlement européen simulé pourra contribuer à trouver des pistes de sortie de la crise européenne ?

Je souhaite particulièrement m’intéresser à la nouvelle dimenLa crise est déjà présente depuis plusieurs années. Nous sion du Secrétariat-général concernant les commissions parleavons pu suivre son évolution et ses conséquences ; aussi, les mentaires. Un secrétariat de commission bien organisé c’est eurodéputés sont prêts à trouver des solutions pour enrayer du temps gagné pour la discussion des textes en commission cette crise. Le travail devra s’axer sur la conciliation puis en plénière : élément important ! des opinions afin d’arriver à une solution rationnelle En plénière, avec l’aide de mon équipe, J’entends être vigilante et efficace. j’entends être vigilante afin que chacun afin que chacun L’avantage notable de cette simulation montréalaise puisse parler. Il faut équilibrer entre les est qu’elle comprend de nombreuses délégations sipuisse parler. tendances politiques mais aussi entre les tuées hors Union européenne et venant d’horizons différentes personnalités. Si certains aitrès divers. Aussi, chaque eurodéputés aura une fament haranguer la foule, d’autres sont plus timides et il est çon d’envisager le sujet d’un œil neuf et extérieur. Il est parprimordial de les aider dans leur démarche a fortiori pour ceux fois difficile de noter les disfonctionnements que nous voyons dont le français n’est pas la langue maternelle. quotidiennement. Les délégations non-européennes pourront Au final, je pense que le plus délicat sera de se garder alors contribuer à prendre conscience des bémols. d’émettre toute pensée politique, car le Secrétaire-général est impartial. Il faut savoir recueillir les opinions, travailler avec chaque groupe politique tout en restant dans son poste de fonctionnaire, discret et objectif. Discrète médiatiquement, je ferai en sorte de permettre le consensus en lien avec tous les acteurs parlementaires. juin 2012 | 04 | bulletin

9


Dossier

10

bulletin | 04 | juin 2012


dossier

7

le match • episode ii

visions politiques

dans l’arène

juin 2012 | 04 | bulletin

11


Dossier

ALDE Verts

PPE

/ALE

S&D GUE/NGL

Lors de la Simulation, chaque eurodéputé est affecté à un groupe politique. Selon l’importance du groupe politique dans l’hémicycle, un ou deux anciens Specquois sont responsables de son organisation, et notamment de la détermination de sa ligne politique. La passion pour le débat européen les anime et ils dévoilent leurs principes directeurs dans ce numéro du bulletin. Les chefs de groupe sont des francophones et des non-francophones, des européens et noneuropéens, des étudiants ou des jeunes professionnels. Nous en avons des eurosceptiques, des centristes et des progressistes. Toutes les propositions de la Commission sont soit trop supranationales, soit trop peu ambitieuses. nous leur avons offert une tribune.

12

bulletin | 04 | juin 2012

CRE ELD


GUE/NGL

Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne et de la Gauche verte nordique Solidaires, Égalitaires, Européens Le groupe de la Gauche Unie Européenne/Gauche Verte Nordique travaille depuis 1994 pour une Europe plus humaine. Une Europe où femmes et hommes, peu importe leur orientation sexuelle, leur religion et leur origine ethnique, sont aux yeux des institutions qui les représentent égaux et dignes de respect. La GUE/NGL travaille activement au développement d’une Europe socialement équitable et dénonce avec ferveur la place beaucoup trop importante accordée à la logique du marché de la concurrence au sein même des décisions européennes. Cette logique qui ne profite qu’à une classe élitiste, doit cesser. La GUE/NGL travaille pour une Europe verte, où l’on valorise les initiatives écologiquement responsables. Il est primordial de préserver notre planète pour les générations à venir, mais également pour les autres pays non-européens qui connaissent déjà les impacts de la pollution et du réchauffement climatique.

Myriam Pineault-Latreille Chef de groupe

Étudiante en baccalauréat en Relations internationales et Droit international, Myriam était eurodéputée en 2011.

promouvoir le volontariat La GUE/NGL appuie le règlement portant sur le statut de l’Association européenne. La présence d’un tel statut est essentielle à la création d’un véritable dialogue civil européen. Avec une participation active du citoyen européen, on rend légitime le système en démontrant que l’Union européenne n’est pas le projet d’une élite, mais bien celui des citoyens européens. On permet la création d’une identité collective, d’une identité européenne. l’absence de sanctions, grand défaut du label social Initialement, la GUE/NGL se réjouissait de cette directive qui, en encourageant la responsabilité sociale des entreprises, devait permettre un réel développement d’une économie plus sociale et donc plus intelligente. Or cette directive, se concentrant uniquement sur les notes attribuées aux entreprises, laisse de grands trous qui profitent aux entreprises non responsables socialement. L’absence de réelles sanctions empêche la garantie d’une transparence de ces entreprises. Il sera important d’avoir davantage d’ambitions que la Commission qui semble avoir oublié que notre rôle n’est pas celui de répondre aux besoins du « consommateur » européen, mais bien aux besoins du « citoyen » européen.

le travailleur ignoré dans l’encadrement des aides d’état La GUE/NGL félicite la Commission de se prononcer sur cet enjeu qui est un véritable fléau. Bien que le problème soit de nature économique, ignorer les aspects sociaux et environnementaux d’un tel sujet, comme le fait la Commission, est une erreur inacceptable. La place presque inexistante que tient le travailleur dans la communication (alors que les transporteurs à bas coûts sont reconnus pour leur mépris des droits du travail) est tout à fait invraisemblable et doit être changée. pas d’innovation pour le temps de travail La GUE/NGL salue le travail de la Commission qui est un bon (petit) premier pas pour mettre de l’avant l’aspect humain de l’économie européenne. Toutefois, bien que l’initiative sociale du Commissaire soit appréciable, ce dernier s’abstient de véritablement innover dans ce domaine continuant de répondre aux besoins des entreprises davantage qu’aux travailleurs notamment avec ses dérogations nettement trop permissives et ses semaines à 60h qui ne font que refléter la logique capitaliste présente dans le document.

juin 2012 | 04 | bulletin

13


Dossier

S&D

Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes & Démocrates Pour la justice sociale, à la reconquête de l’Europe ! Notre groupe appartient à la grande famille des progressistes européens. Contre cette société capitaliste qui écrase la liberté humaine, nous soutenons la liberté d’entreprendre au sein d’une économie de marché au service du progrès social. Notre groupe est le deuxième plus important du Parlement. Notre force, nous la mettons au service de nos idées, au service de l’intérêt général. Durant cette SPECQUE, nous travaillerons sans relâche avec tous les eurodéputés pour améliorer les projets de la Commission avec un seul objectif en ligne de mire : le progrès de la liberté humaine en Europe et dans le monde.

Thomas PELLERIN-CARLIN Chef de groupe

Étudiant en master d’Affaires européennes, Thomas était eurodéputé en 2011.

Guillaume BRUNA

chef de groupe adjoint Étudiant en master Sécurité, Intelligence et Gestion des Risque, Guillaume était eurodéputé en 2011.

14

bulletin | 04 | juin 2012

forgeons un statut d’association européenne au service du citoyen La Commission a produit un texte remarquablement construit et cohérent, notamment sur le droit à la concertation et l’instauration d’un réel dialogue civil. Il nous faut forger un outil qui permette aux citoyens de créer une réelle dynamique civique en Europe. Pour cela, nos débats ne devront pas se perdre dans des batailles purement techniques ; ils devront se concentrer sur l’enjeu central de ce texte : créer un statut d’association européenne permettant de rapprocher l’UE et les citoyens. plus de souplesse pour bâtir le transport aérien du futur Nous rejoignons la Commission sur la nécessité de réguler les aides d’état dans le secteur aérien. Pourtant, une législation trop rigide entravera la liberté d’action des pouvoirs publics ainsi que la dynamique d’innovation du secteur. Surtout, il nous semble que ce texte n’aborde pas le problème crucial : développer l’aviation du futur, grâce à des avions et des aéroports écologiques et innovants pour un transport aérien vert et démocratisé.

encore un effort sur l’étiquetage social Cettte proposition présente de nombreux aspects positifs et va dans la bonne direction mais nous regrettons que la Commission ne soit pas allée au bout de son intention. Nous souhaitons travailler avec elle pour rendre cette directive plus ambitieuse, plus homogène et mieux à même de donner au citoyen-consommateur ce à quoi il aspire : une information claire, et pertinente. accélérons la marche vers la réduction du temps de travail LL’adoption de cette proposition de directive constituerait un pas significatif dans la construction de cette Europe sociale à laquelle nos concitoyens aspirent. Avec courage, la Commission propose la semaine de travail de 40h et il peut être certain de notre soutien déterminé sur ce sujet. Nous pensons qu’un consensus acceptable peut émerger pour protéger les travailleurs et garantir le progrès social dans la saine concurrence. Quant à la nécessaire flexibilité, celle-ci ne doit figurer dans la directive que de façon minimaliste car ce sont les partenaires sociaux et les Etats qui sont les mieux à même de l’adapter à leurs situations respectives.


Verts/ALE

Groupe des Verts Alliance libre européenne Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. Globalement, le groupe des Verts/ALE considère que la Commission européenne a tenté d’aller vers le mieux-disant, aussi bien en matière sociale que pour la protection des consommateurs. C’est une excellente chose pour rétablir le lien de confiance qui s’est distendu — pour ne pas dire rompu —, entre une part de plus en plus grande des citoyens européens qui sont durement frappés par la crise, le chômage, la précarité, et les responsables politiques que nous sommes, nous représentants élus des peuples européens. Néanmoins, la question de la relance économique est biaisée sur le plan idéologique. Nous vivons dans un monde aux ressources limitées. La crise écologique n’est pas dissociable de la crise économique, financière et sociale. Cela appelle une réponse coordonnée à tous les niveaux, du local au global, qui passe par une véritable transformation écologique et sociale de notre modèle de développement, ce que nous appelons le “Green New Deal” (“Nouvelle Donne Ecologique”).

Loïc de FABRITUS Chef de groupe

Assistant d’une députée européenne, Loïc était Secrétaire-Général du Parlement européen simulé en 2010 et en 2011.

pour un partage équitable du travail A ce titre, la proposition de la Commission européenne qui nous paraît la plus en adéquation avec nos propositions est celle sur l’aménagement du temps de travail. Nous pensons que la Commission a parfaitement compris qu’on ne pouvait plus attendre que la croissance revienne pour résorber le chômage, mais que la question centrale qui devait être posée aujourd’hui était celle d’un partage équitable du travail. de bonnes intentions, mais des risques majeurs avec le label social La proposition de créer un label social part d’une bonne intention. Elle vise à inciter les entreprises à améliorer leurs pratiques sociales afin de mieux répondre aux préoccupations de plus en plus grandes des citoyens-consommateurs. Mais ce système conduit en même temps à valider les pratiques d’entreprises qui bafouent les normes sociales les plus élémentaires, notamment à l’importation, et prennent en otage les consommateurs les moins aisés qui n’ont d’autre choix que de se tourner vers les produits les moins chers.

un encadrement des aides d’état non-réaliste La Communication relative aux aides d’État dans l’aviation civile ne nous semble pas répondre aux réels enjeux du futur. Si le développement de certaines lignes aériennes peut sembler nécessaire à la survie de certains territoires, en tant que mission de service public, il nous paraît irresponsable de continuer à développer ce mode de transport extrêmement énergivore. En outre, les pratiques concurrentielles des compagnies à bas coût reposent sur un dumping social inacceptable qu’il nous faut combattre. une association européenne de bon sens, mais sans ambition Enfin, nous pensons que la proposition sur le statut d’association européenne relève du bon sens, et qu’elle ne devrait pas réellement faire débat. Nous regrettons cependant que la Commission n’ait pas souhaité aller plus loin dans la promotion de l’engagement citoyen au niveau européen. L’émergence d’une véritable conscience citoyenne européenne, à la veille de l’année européenne de la citoyenneté active, aurait nécessité une stratégie plus ambitieuse de la part de la Commission européenne. juin 2012 | 04 | bulletin

15


Dossier

ADLE

Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe Une Europe des libertés civiques et de l’égalité des droits !

Jérémy ROSSIGNOL

À l’heure où les dirigeants européens s’interrogent sur les perspectives de croissance de la zone euro, l’ADLE ne peut que renouveler son engagement pour une croissance durable en Europe. L’assainissement budgétaire est certes une nécessité, mais nous sommes convaincus qu’il ne peut être effectif qu’accompagné de mesures visant à renforcer les économies. Dans cette optique, nous estimons qu’il est nécessaire à la fois de permettre aux entreprises de faire usage d’une plus grande flexibilité tout en les soutenant grâce à des aides financières — comme par exemple dans le domaine aérien — afin de stimuler le marché de l’emploi et la croissance. De tels objectifs ne pourront cependant être atteints que si les Etats acceptent de coordonner pleinement leur action à l’échelle européenne. Etablir une véritable union économique et budgétaire nous semble ainsi être la traduction naturelle de ce processus. Mais le renoncement aux souverainetés nationales ne doit pas pour autant être synonyme d’aliénation. Et c’est avant tout pour une Europe des libertés civiques et de l’égalisation des droits que nous souhaitons nous engager durant cette XVème édition de la SPECQUE. Les débats seront à nouveau l’occasion pour notre groupe de réitérer ses engagements pour l’Europe.

Chef de groupe

Etudiant en master de sciences politiques, Jérémy était eurodéputé en 2011.

plus d’harmonisation nécessaire dans la résponsabilité sociale des entreprises Concernant la responsabilité sociale des filières de production, nous saluons la volonté de la Commission de vouloir harmoniser l’information sur la responsabilité sociale des entreprises afin de permettre une meilleure information des consommateurs et un fonctionnement optimal du marché. Cependant nous attirons l’attention sur la nécessité d’une véritable coordination entre les Etats, et émettons de sérieux doutes quant à la désignation nationale des responsables de l’évaluation telle qu’elle est prévue par la proposition.

Charlotte WATERMANN

pour l’harmonisation du temps de travail Nous sommes également sensibles à l’idée d’une harmonisation des droits en matière d’aménagement du temps de travail. Il est néanmoins essentiel qu’une certaine forme de flexibilité soit maintenue, prenant en compte les besoins des petites et moyennes entreprises. L’objectif de compétitivité des entreprises doit rester un critère prioritaire dans le processus d’intégration économique.

chef de groupe adjointe

Étudiante en double cursus franco-allemand de sciences politiques, Charlotte était eurodéputée en 2011.

16

bulletin | 04 | juin 2012

une communication sur les aides d’état trop contraignante Toujours dans un souci de fonctionnement optimal du marché intérieur, l’encadrement des aides d’État au démarrage des compagnies aériennes nous apparaît comme une disposition nécessaire afin d’éviter toute distorsion de concurrence. Cependant le caractère trop contraignant du texte pourrait représenter un frein important au développement du tissu aérien et à la mobilité intra-européenne. Nous sommes donc favorables à un règlement d’exemption pour les aides d’État accordées aux transporteurs à bas coûts vertueux en matière d’innovation et d’emploi. un soutien à l’association europeéenne Nous soutenons l’instauration d’un statut d’Association européenne. Le secteur associatif à l’échelle européenne doit être davantage pris en compte et constitue un pilier de l’Europe des libertés civiques et du progrès.


PPE

Groupe du Parti populaire européen Sans passion, rien de grand ne se construit ! Le groupe du Parti populaire européen tire ses racines de la démocratie chrétienne, chère à Robert SCHUMAN, Jean MONNET ou Konrad ADENAUER. Bien installé dans la vie politique européenne, cet ancrage lui assure une stabilité et un poids politique important, sans que cela n’ait empêché le renouvellement de ses idées par l’accueil de mouvances centristes et conservatrices. Cet assortiment idéologique fait la richesse de notre groupe : différents courants œuvrant ensemble pour une construction européenne plus forte, plus politique, plus démocratique, plus compétitive mais respectueuse des droits sociaux. La paix régnant désormais sur le continent européen, l’Europe a atteint son but premier. Désormais, à nous eurodéputés du groupe PPE de tracer ses objectifs futurs. Appartenir au groupe PPE, c’est donc faire le choix de devenir un bâtisseur d’une Europe d’avenir !

Paul ROLLAND Chef de groupe

Élève-avocat au Barreau de Paris, Paul était eurodéputé en 2011.

Thibault POISSONIER chef de groupe adjoint

Étudiant en école de commerce, Thibault était eurodéputé en 2011.

un temps de travail au service de la croissance Dans le contexte de crise que nous connaissons (crise monétaire et des dettes souveraines), la croissance et la relance économique sont des leviers à ne pas négliger. L’aménagement du temps de travail au niveau européen permettra de contribuer à la réduction des écarts de compétitivité entre les états membres, ce qui sera facteur de croissance et permettra de faciliter la circulation des entreprises et travailleurs au sein de l’union. Il pourra s’agir d’une mesure économiquement marquante si le Parlement européen ne tergiverse pas sur les orientations à prendre. un encadrement des aides d’état au service de la concurrence Un meilleur encadrement de l’utilisation des aides d’État permettra de dynamiser la concurrence entre transporteur à bas coûts. Cette mesure diminuera le risque de voir certaines de ces entreprises profiter de manière déloyale de cette source de financement, conformément à la politique de concurrence de l’Union européenne.

un label social à préciser Le label social paraît un moyen supplémentaire de faire respecter la politique de Responsabilité Sociale et Environnementale par les entreprises tout en préservant la consommation (pas d’effet sur les prix à la consommation). Il faudra néanmoins apporter des précisions au dispositif actuellement proposé, ce dernier étant lacunaire et s’assurer qu’il ne contraint pas au-delà du nécessaire les entreprises concernées. l’association européenne au service d’un esprit européen La création d’une association européenne pourrait permettre de promouvoir des réalisations transfrontalières dans le secteur non-lucratif, étant ainsi un vecteur de l’intégration européenne des citoyens et renforçant la vocation européenne de certaines structures (par exemple, les associations de consommateurs gagneraient à grandir au niveau de l’union). Cette initiative peut donc contribuer à la création d’un « esprit vraiment européen » mais doit nécessairement s’accompagner d’autres mesures, celle-ci ne pouvant avoir qu’un impact limité sur les citoyens européens.

juin 2012 | 04 | bulletin

17


Dossier

CRE

Groupe des Conservateurs et Réformistes européens Combattons l’eurofédéralisme ! Réformons par euroréalisme ! Au cours des dernières années, l’Union européenne a connu des changements dramatiques. Au lieu d’une structure flexible, elle est une énorme machinerie bureaucratique, n’étant plus capable de répondre aux besoins des citoyens. Plus que jamais la vision de notre groupe est de remplacer l’ambition fédéraliste dominante par un agenda politique plus réaliste ! Nous sommes un groupe politique conservateur, de centre droit et anti-fédéraliste. Cinquième groupe politique en importance au Parlement, nous sommes une véritable force. Fidèle à « l’euroréalisme », souverainistes, nous soutenons une Europe de la coopération et non de l’intégration. Nous estimons que la méthode fédéraliste d’envisager un éternel « renforcement des relations », fidèle au vieux concept d’après-guerre de Schuman et de Monnet, ne correspond pas aux défis du XXIe siècle. Bref, nous faisons partie d’une nouvelle majorité européenne visant à remplacer les dinosaures du passé !

Enno SCHUMACHER Chef de groupe

Étudiant en double cursus franco-allemand en sciences politiques, Enno était eurodéputé en 2011.

l’association européenne, un empiètement supranational Le long cheminement de vingt ans du débat sur l’association européenne est révélateur du refus des États vis-à-vis de la technocratie européenne. C’est dans cette ligne d’opposition que les CRE protégeront la prospérité des associations nationales et luttera l’empiètement supranational sur notre économie libérale. Nous dénonçons également l’accent économique donné à cette “AE”. les aides d’état, des règles nécessairement minimales Tout en soutenant la nécessité d’encadrer les aides d’État constituant une entrave au marché unique, les CRE émettent des réserves vis-à-vis de l’approche supranationale. Nous estimons que les Étatsmembres sont le plus aptes à renforcer la libre concurrence, la baisse générale des prix. La réglementation minimale et la renonciation aux subventions sont les catalyseurs suprêmes de la prospérité des compagnies aériennes. En réalité, cette communication est exemplaire des tentatives de la Commission d’exploiter la crise économique pour augmenter son pouvoir.

18

bulletin | 04 | juin 2012

le label social, un risque de nivellement vers le bas À l’évidence, l’initiative de mieux informer les citoyens est à saluer, aussi bien car le critère de responsabilité sociale représente un accélérateur de compétitivité. Toutefois, nous estimons que le renforcement de la bureaucratie bruxelloise est contreproductif, voire dangereux. Quelle idée folle que ces notes pondérées de la valeur ajoutée ! Cette harmonisation va entraîner un nivellement vers le bas. l ’aménagement du temps de travail, plus de flexibilité est nécessaire Depuis des années, les CRE représentent le centre de gravité du long débat autour de l’aménagement du temps de travail. Notre objectif est donc clair. Nous souhaitons complètement modifier cette proposition et réintroduire des dérogations pour garantir la flexibilité dont l’Europe a cruellement besoin. Nous allons lutter contre l’interventionnisme européen, restaurer la compétence des États-membres, encourager la liberté des salariés.


ELD

Groupe Europe • Libertés • Démocratie La prospérité par la liberté des Nations. Dans cette ère économique précaire, quelqu’un doit se dresser contre l’interventionnisme de la Commission et nous le ferons ; car l’identité de nos peuples est en jeu ! Nous mettrons de l’avant des politiques qui prioriseront la libre coopération entre les États, un renforcement de la flexibilité économique, le respect des traditions des peuples européens et le respect de la mise en place de leurs décisions souveraines. Haut les cœurs, citoyens de chaque État ! La prospérité, par la liberté des nations. Il nous tarde d’entendre les débats, mais nous nous opposons formellement à la création de règles sur l’association. Nous nous élèverons également contre les mesures visant à réduire, voire brimer ouvertement, la compétitivité de même que la flexibilité des entreprises.

Jenny DEMERS Chef de groupe

Étudiante en master de sciences politiques, Jenny était eurodéputée en 2008, rapporteur en 2009 et commissaire en 2011.

un encadrement des aides d’état qui annihile la compétitivité Les propositions de la Commission sur l’encadrement des aides d’État annihile complètement la flexibilité et la compétitivité du marché. On invoque des sanctions pécuniaires ici et là. Or, avec quel argent les compagnies aériennes pourront-elles espérer redonner l’essor au marché si on leur enlève toute liberté d’expansion ? Voila un premier pied dans le cercueil pour la relance économique la plus cruciale de la décennie. une responsabilité sociale imposant de trop lourdes charges aux entreprises La directive sur l’étiquetage des produits imposent également de lourdes charges règlementaires qui sont si draconiennes qu’elles donnent l’impression de prendre les européens pour des faibles d’esprit. De plus, proposer un nouvel indicateur graphique est un dédoublement des mesures et une gestion inefficace des ressources rarissimes en cette période de crise. Nul besoin de réinventer la roue pour rajouter de la dentelle aux étiquettes.

un aménagement du temps de travail ignorant la diversité des états-membres La directive sur l’aménagement du temps de travail propose des règles européennes qui ne conviennent pas aux diversités étatiques. Les réalités du marché diffèrent selon les régions et la réactivité économique des entreprises a besoin de flexibilité. Ces mesures minent le redressement économique. De plus, nombre de lois nationales encadrent très largement les droits des travailleurs qui ne sont pas laissés pour compte et sont souvent plus efficaces. Voilà un autre cadre général qui alourdit l’administration ! un chapeautage envahissant du volontariat L’idée qu’un esprit européen, ou même une identité dans un tel élan romantique, naîtra du concept d’association européenne est impensable à sa face même. La coopération ne requiert en rien un chapeautage envahissant subventionnée par les fonds de l’Union européenne. Le volontariat, par définition, est libre et volontaire et ne devrait pas se voir imposer des règles asservissantes, ne répondant pas aux intérêts régionaux et limitant les moyens d’action des organisations déjà existantes.

juin 2012 | 04 | bulletin

19


zoom

quatre

groupes d’intérêt

pour influencer l’avenir

confédération européenne des

travailleurs

Ensemble, progressons vers l’Union de demain : stable, digne et durable La Confédération européenne des travailleurs est la fervente protectrice des droits des travailleurs européens et lutte sans relâche pour que l’Europe de demain soit bâtit telle une Europe sociale où le dur labeur est valorisé et récompensé. La CET prend part au combat pour que l’Union connaissent les changements nécessaires à l’établissement d’une justice sociale et à l’affirmation des travailleurs européens.

Julie van MULLEN

Représentante, coordinatrice Étudiante en sciences politiques, Julie était eurodéputée en 2010 et 2011.

l’association européenne ouvre la voie pour des syndicats européens Il est primordial que la défense des travailleurs soit prise en charge tant au niveau national qu’européen. C’est là, un des rôles de l’Association européenne est car il n’est pas possible de faire entendre la voix des travailleurs de chaque État sans les mécanismes juridiques adéquats. Cette association, que nous encourageons, ouvre la voie pour la constitution de syndicats au niveau européen contribuant à l’amélioration de la prise en charge des revendications des citoyens. un aménagement du temps de travail qui protège vraiment les employés L’objectif de la Commission étant de niveler par le haut les droits des travailleurs et de permettre une harmonisation au niveau européen du temps de travail, nous n’y voyons pas des surcharges pour l’employeur. Dans une Europe où la crise enferme les entreprises dans leurs réflexes primaires, il est temps de pouvoir sortir de ce frein et d’arriver à une Europe de demain avec des droits équilibrés, une mobilité non discriminatoire et une adaptation aux réels besoins des travailleurs et du capital financier.

20

bulletin | 04 | juin 2012

objectifs à montréal : défendre les travailleurs Notre objectif est de défendre avec ferveur les travailleurs de l’Union et leurs familles. Nous promouvrons une économie durable, le développement sociétal et citoyen. L’Europe de demain sera stable et solide grâce au nivellement par le haut des mesures harmonisées. Nous allons revendiquer de la transparence dans le cycle de la consommation, mais aussi de légiférer les matières sensibles ayant un impact non négligeable sur les travailleurs et la société du secteur aérien. Cette construction que nous défendrons n’est possible qu’avec une volonté politique et législative permettant un cadre bien défini et ne permettant pas d’y déroger par quelques subtilités. Nous sommes convaincus qu’il n’y a que par un véritable dialogue social, la consultation des travailleurs et la négociation collective que l’Europe sera porteuse d’innovation, de productivité, de compétitivité et de croissance.…


Les groupes d’intérêt offrent leur expertise aux eurodéputés pour mieux servir les intérêts de l’environnement, des consommateurs, des travailleurs ou des entreprises. Les eurodéputés devront composer avec l’aide des patroni causae de certaines catégories... ils vous présentent leur programme.

europe

conso Pour une consommation durable dans une Union confiante Europe Conso se veut le défenseur du pilier le plus important de l’économie européenne. Un consommateur mieux informé, mieux protégé et plus respecté est un investissement pour l’avenir de l’Europe. Europe Conso veut s’assurer que la Commission n’oublie pas l’importance des consommateurs dans les débats et que leurs droits seront ainsi respectés.

Philippe Michaud-Simard Représentant, coordinateur

Étudiant en relations internationales et droit international, Philippe participe pour la première fois.

une consommation durable qui passe par l’étiquetage Le consommateur européen, ayant manifesté son désir d’être mieux informé sur le sujet, appréciera un étiquetage l’informant sur les impacts sociaux d’un produit. Ses choix s’en trouveront mieux éclairés. EuropeConso accueille donc de bon œil la proposition de la Commission dans ce domaine. Notre but sera de modifier la directive de manière pour un étiquetage plus complet, surtout au niveau environnemental, et plus visible en insistant sur la taille et la couleur des étiquettes. un temps de travail adéquat : une partie de la consommation durable Pour ce qui est du temps de travail, EuropeConso offrira son appui à la proposition de la Commission, en mettant l’accent sur le maintien du pouvoir d’achat des consommateurs.

Philippe-André Rodriguez représentant

Étudiant en relations internationales et droit international, Philippe-André participe pour la première fois.

désaccord avec la commission sur les aides étatiques aux compagnies aériennes EuropeConso salue l’intention exprimée par la Commission d’encourager le développement de lignes aériennes à bas coûts, dans le respect d’un haut standard de qualité et dans des conditions de travail adéquates. Cependant, les mesures proposées auront un effet néfaste évident sur leur développement. Les restrictions géographiques, les sanctions et les limites de temps sur l’aide financière laissent présager un ralentissement de la propagation des lignes aériennes à bas coûts. EuropeConso affirme donc son désaccord avec les mesures proposées par la Commission. De nouvelles démarches en ce sens seront découragées et nous tenterons plutôt de diriger les travaux du Parlement vers des politiques plus avantageuses pour les transporteurs à bas coûts dans une optique de meilleure protection du consommateur dans le domaine du transport aérien.

pour une association européenne pro-consommateur L’organisation adopte une attitude similaire en ce qui attrait à la proposition sur l’Association européenne, EuropeConso partagera son expertise avec la Commission dans ce domaine pour garantir la protection du consommateur dans le futur. juin 2012 | 04 | bulletin

21


ZOOM

entreprendre europe Les entrepreneurs, acteurs d’une Europe forte Entreprendre Europe cherche à mettre de l’avant l’expertise des entrepreneurs pour ainsi promouvoir l’économie européenne dans le respect des droits de chacun. Entreprendre Europe souhaite surtout éviter que les débats nuisent à l’expansion et à l’innovation des entreprises dont l’économie a besoin pour permettre le nouvel essor de l’Union européenne.

Christopher ROGERS

Représentant, coordinateur Étudiant en droit de l’environnement, Christopher participe pour la première fois.

promouvoir le volontariat citoyen pour aider les entreprises Compte tenu du fait que le monde traverse une crise financière, le volontariat citoyen doit proposer des solutions palliant à l’instabilité économique et politique. Le volontariat citoyen devrait se pencher sur l’assouplissement des contraintes pesant sur les entreprises européennes. Entreprendre Europe souhaite contribuer à un projet favorable à tous les membres de la société européenne. mettre en balance le bien-être des consommateurs et l’innovation dans la mise en oeuvre des lignes directrices sur l’aviation L’objectif le plus important de ce texte est le bien-être public des citoyens européens. Cependant, il ne saurait nuire à l’innovation. Il serait plus pertinent d’améliorer les mesures existantes au lieu de changer radicalement le système. De plus, il est difficile d’envisager l’articulation entre ce nouveau texte et le Droit communautaire de la concurrence existant.

22

bulletin | 04 | juin 2012

participons dans la création du système d’étiquetage Entreprendre Europe salue l’initiative relative à l’étiquetage social, car cela constitue un moyen efficace et novateur de normalisation des politiques de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE). En donnant aux consommateurs la possibilité d’aligner leurs choix et leurs valeurs, un système d’étiquetage récompensera leurs efforts. Entreprendre Europe se réjouit de l’occasion de participer à la conception d’un système d’étiquetage. évitons le paternalisme dans l’aménagement du temps de travail Pour Entreprendre Europe, la proposition visant à harmoniser l’aménagement du temps de travail devrait davantage tenir compte de ses effets sur le climat économique actuel. Il est essentiel que les technocrates européens n’étouffent pas la mobilité. Face aux problèmes actuels, la prudence est la meilleure solution. Entreprendre Europe souhaite éviter la mise en place de contraintes paternalistes peu viables.


nature europe Avec Nature Europe, l’avenir c’est maintenant ! Nature Europe pense d’abord et avant tout au futur. Le développement durable et les mesures respectant les normes environnementales sont les clés d’un avenir de qualité, rempli de promesses. Nature Europe se donne pour mission que la conscience environnementale devienne une seconde nature pour tous les acteurs de l’Europe de demain et ce, dans tous les débats de la Commission.

Luda NASRI

Représentante, coordinatrice Ingérieure dans le nucléaire, Luda est participante depuis... 2005 !

Vigdis GOSSET Représentante

Assistante à la 225°swep / Représentation du Sud-Ouest du Royaume-Uni à Bruxelles, Vigdis était eurodéputée en 2011.

pour unencadrement stricte des aides accordés aux compagnies aériennes Nature Europe souhaite arriver à un encadrement strict des aides d’Etat garantissant les conditions de travail des employés du secteur aérien, et surtout assurant le respect des normes environnementales dans la construction et la rénovation des infrastructures aériennes. L’objectif de la politique européenne des transports «maitriser la croissance du transport aérien, combattre la saturation du ciel et préserver le niveau de sécurité tout en assurant la protection de l’environnement» doit dans tous les cas, rester inchangeable! avec le label social plus d’informations à la disposition des consommateurs Nature Europe soutien l’établissement d’un label social obligatoire et contrôlé par les autorités compétentes. La Commission doit donner des définitions claires et précises permettant aux consommateurs d’identifier les produits de haute qualité et plus écologiques. Une place principale doit être accordée au respect des normes environnementales tout au long du processus de production.

pour une protection accrue des employés à temps partiel ou durée déterminée Nature Europe souhaite que la directive sur l’aménagement du temps de travail garantisse un encadrement harmonisé entre les différents Etats Membres, permettant une protection accrue des travailleurs, notamment ceux ayant des emplois à temps partiel ou durée déterminée. Nous soutenons la « flexicurité », une bonne solution pour assurer l’adaptabilité des travailleurs et le respect de leurs droits. le volontariat est expérience professionnelle Nature Europe est pour une simplification de l’accès au volontariat en multipliant des opportunités disponibles pour les citoyens. Le volontariat doit être reconnu comme expérience professionnelle.

juin 2012 | 04 | bulletin

23


www.specque.org www.facebook.com/specque www.twitter.com/laspecque

Bulletin SPECQUE 2012-04  

Magazine d'information de la XVe édition de la Simulation du Parlement européen Canada-Québec-Europe (Montréal, 2012) - Numéro 4 - Juin 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you