Page 1

4 MIEUX S ’AFFIRMER ET SE VALORISER

79


LA CONFIANCE EN SOI « Élaborer sa personnalité et devenir soi-même est beaucoup plus qu'un devoir, c'est un besoin fondamental au risque de le payer cher. » Guy Corneau

Il faut 21 jours pour ancrer une attitude, un comportement. C ’est facile et difficile à la fois car il s’agit de 21 jours consécutifs. Pour un grand nombre de personnes, il est difficile d’admettre que ce sont leurs propres attitudes et leurs propres croyances qui constituent de véritables obstacles à leur réussite. Et ce qu’elles redoutent le plus, finalement, c’est de renoncer aux excuses qu’elles se donnent pour échouer. Or, l’expérience montre que les individus qui résistent le plus à la remise en cause et aux changements sont aussi ceux qui en auraient le plus besoin pour transformer le cours de leur vie. En quelques années, nous avons changé de siècle, de millénaire, de climat, de monnaie, de société, de civilisation. Aujourd’hui, le monde autour de nous change à toute vitesse. Si nous voulons nous adapter à son évolution, nous devons garder l’esprit souple et ouvert et ne pas rester figés sur nos positions, nos idées et nos certitudes. Ainsi, il nous sera beaucoup plus facile de faire face aux mutations de notre environnement. Même si l ’adage précise que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, certaines personnes sont complètement réfractaires au changement car elles considèrent que changer de valeurs ou d’opinions est un signe de faiblesse. Et puis garder ses certitudes rassure, d’autant plus si notre environnement évolue vite. L ’aptitude à changer démontre une force et une volonté de grandir. Il est toujours possible de se transformer car nous sommes les seuls à nous contraindre à l’idée de nos limites. Comme dirait le héros du film Chicken Run : « C’est dans votre tête Monsieur Tweedy !… » Nous avons tous reçu dans nos vies des alertes qui nous indiquent que nous devons changer certaines choses. Savoir cultiver sa terre Frédéric, industriel, chef d’entreprise était conscient de ses manques. Longtemps il a cru qu’il ne pourrait pas se changer, modifier son

81


comportement, son environnement, ses techniques, ses moyens. Le temps s’écoulait et il continuait à vivre dans ses habitudes confortables. Par contre, il espérait vivre des améliorations percutantes dans les domaines professionnel, personnel, familial, etc. Beaucoup de formations lui avaient permis d ’acquérir un savoir, une technique, une analyse, mais toujours pas d’application et de résultat percutant. Finalement, quand je l ’ai rencontré, il a appris à cultiver cette confiance qui lui faisait souvent défaut pour créer, prendre des risques et sortir de ses recettes favorites. Comme un agriculteur, jour après jour, il a remué sa terre, sans dévier de ses sillons. À tel point qu’il a réussi en 1 an les diversifications tant souhaitées avec tellement d’énergie que cette spirale l’a entraîné à aller plus loin et plus haut.

LES OBSTACLES À LA RÉUSSITE Être inventif, c’est être capable de penser et de faire des choses inhabituelles. Ainsi vous pouvez créer quelque chose de nouveau et d’intéressant dans votre vie. Cela demande du courage, car on vous critiquera pour avoir l’audace de sortir de la mêlée. Mais si vous gardez un état d ’esprit positif, vous parviendrez à ignorer les critiques, ou même à les trouver parfaitement injustifiées. Toute réflexion injuste peut être vécue comme un compliment déguisé. Oser vivre différemment est le moyen le plus sûr de vaincre l ’ennui. Ce n’est pas en restant conformiste que l’on accomplit de grandes choses. Pour réaliser quelque chose de différent dans ce monde, il faut commencer par l ’être soi-même. Faites quelque chose qui sorte de l’ordinaire et oubliez le regard des autres. C’est le propre des créateurs, des inventeurs, des pionniers dans tous les domaines : Marie Curie, Florence Arthaud, Gandhi, Jacques Lacan, Steve Jobs, le baron Bich, Jacques Maillot, Serge Trigano, Roland Moreno… avaient ou ont tous quelque chose en commun : se distinguer de la foule. Aucun d ’eux n ’était conformiste. À votre tour, choisissez d ’être un « original » et non pas une copie.

82


Réfléchissez à la façon dont vous limitez votre vie en vous efforçant d’être comme les autres. Autrement dit, si vous voulez mener une vie terne, soyez conformiste, si vous préférez une vie intéressante et excitante, osez être dissemblable. Être différent ne signifie pas forcément rechercher la marginalité ni l ’extravagance. La société Apple l ’a bien compris. Son slogan reste « Pensez différent ». Vous avez le pouvoir de rendre votre vie intéressante, servez-vousen ! Faisons le point. À quoi tient cette faculté ? À notre confiance en nous et donc à notre personnalité.

LA FORMATION DE LA PERSONNALITÉ C’est un problème très difficile à cerner. En examinant cette question, en dehors de toutes considérations philosophiques et en s’en tenant à l’examen des faits, on peut dire que les principaux éléments qui participent à la formation de la personnalité sont au nombre de trois. 1. L ’hérédité : c ’est un facteur important qui peut déterminer déjà potentiellement un certain nombre d’aptitudes physiques, physiologiques et psychologiques. 2. Les différents milieux qui ont environné notre existence : des graines plantées dans la terre peuvent donner une fort belle plante lorsque les nutriments ou le climat sont favorables pour croître. À l ’inverse, elles peuvent également se flétrir si le sol est pauvre ou si une sécheresse arrive. Il en va de même des aptitudes dites « innées » qui vont, dès la naissance, soit pouvoir se développer et s’épanouir, soit se flétrir selon les conditions rencontrées. Cela implique que notre personnalité n’est jamais complètement formée, mais au contraire, qu ’elle est en constante évolution. Différentes ambiances vont participer à la construction d’un individu. Le climat familial va la façonner et pétrir ses différentes aptitudes déjà acquises dont il conservera l’empreinte toute sa vie. Les autres climats appartiennent aux différents milieux que nous traversons dès que nous sommes sortis de cette première influence. Vont alors

83


s ’enchaîner les milieux scolaires, professionnels, amicaux, politiques, sportifs, religieux… 3. Enfin, les événements de la vie qui vont conditionner profondément le développement de la personnalité et son évolution. En positif, comme toutes les réussites, victoires ou défis. En négatif, comme certains accidents, catastrophes, maladies et aussi les déceptions sentimentales, affectives ou professionnelles. Même si, gardons cette idée à l’esprit, un événement négatif peut avoir pour nous des conséquences positives et inversement. Nous sommes notre allié ou notre ennemi. Il est important d ’en prendre conscience. Prenons garde à ne pas nous éliminer nous-même. Comme nous l’avons vu, entourons-nous de personnes positives qui ne saperont pas notre confiance en nous. N’écoutez pas ces gens qui veulent que vous les rejoigniez au pays des « petits », des « peuvent-peu » et des « aigris ». Fuyez-les ! Fuyez ceux qui voudraient que vous soyez « réalistes » comme eux. Fuyez ceux qui font dominer le raisonnable et le « prêt-à-penser » sur le courage et l’ambition. N’oubliez pas que le succès aime par-dessus tout les gens qui n’arrêtent pas de le chercher. Il faut être capable de bouger, de prendre des risques, d’agir… sans être inconscient et faire n’importe quoi. Fuyez les personnes négatives Quand j’ai décidé de quitter mon métier de directeur d’hôpital, tout le monde essayait de me dissuader. Et pourtant, après de mûres réflexions, j’ai choisi la liberté plus que la sécurité.

LE MANQUE DE CONFIANCE EN SOI Qu’est-ce que le manque de confiance en soi ? D’où vient-il ? Pourquoi certaines personnes ont-elles confiance en elles, sans raison objective particulière, quand d ’autres en sont privées ? Pourquoi quelquefois, malgré des succès dans les études, une vie professionnelle réussie, une vie privée satisfaisante, le manque de confiance résiste-t-il ?

84


On vérifie que nous n ’avons pas confiance en nous quand nous n’osons pas faire ce que l’on souhaite, sans raison ou parce qu’une peur injustifiée nous empêche de sortir de notre zone de confort. Oui, au fond, nous le sentons, nous le savons, la confiance en soi est naturelle, et d’une certaine manière, nous l’avons tous au départ. Elle nous est donnée. Si nous l ’avons perdue, il suffit de la retrouver. En effet, nous sommes les seuls à vraiment connaître et reconnaître ce que nous sommes. Nous n’aurons jamais toutes les capacités, toutes les qualités, toutes les beautés, toutes les formes d ’intelligence, toutes les forces, toutes les nuances de sensibilité… qui pourraient nous donner une sérénité absolue, voire totale. C’est pourtant souvent inconsciemment ce que nous pensons lorsque nous vivons avec un frein à main serré ! Or, la vraie confiance ne peut être conditionnelle. À la naissance, notre potentiel est comme un jeu de cartes dont nous disposons. Mais avec le même jeu, deux personnes ne feront pas la même partie. Les phrases telles « J’aurais confiance si j’avais telle qualité, tel physique, tel diplôme… » sont certainement dites avec sincérité mais elles reposent sur un postulat erroné. Cela sous-entend que les choses peuvent arriver et être mises en œuvre à la condition et seulement à la condition que nous y soyons totalement préparés ; être toujours prêt quoi qu’il arrive à 100 % ! ou dit autrement, toutes les conditions doivent être réunies pour que nous agissions. La confiance, que nous avons ou non en nous, existe en réalité, indépendamment des réussites, des échecs, des atouts ou handicaps objectifs. Certaines personnes sont sereines, regardent tranquillement l’avenir, alors qu’elles ont, au départ, des handicaps, ou qu’elles connaissent de gros revers de fortune. D’autres, seront perpétuellement angoissées, inquiètes ou n’ont absolument pas confiance en elles, alors qu’elles ont « tout » : succès, intelligence, beauté… Bien sûr, les réussites, les victoires renforcent notre énergie et notre motivation, mais la confiance en soi est vraiment indépendante des situations objectives.

85


LA VRAIE CONFIANCE EN SOI La vraie confiance réside dans l’acceptation de ce que nous sommes, en d’autres termes, tels que la nature nous a fait(e)s, avec nos caractéristiques physiques, nos qualités, nos atouts, nos forces, nos limites… Nous ne pouvons de toute façon, avoir confiance qu’en ce que nous sommes, dans la mesure où, sans détenir toutes les qualités, nous avons chacun(e), avec nos différences et nos handicaps, des richesses pour plaire, être aimé, réagir, réussir, nous battre, nous défendre, créer, apprendre, etc. Dans tous les cas, nous avons des capacités, les nôtres. Et la vie nous donne l’occasion de les expérimenter. Modestie, quand tu nous tiens ! Dans mes ateliers, j’interroge les participants pour qu’ils définissent cinq qualités parmi toutes celles qu’ils ont. Plusieurs ne parviennent pas à la cinquième. Alors, pour plaisanter, je leur dis d ’ajouter celle-ci : modeste. Comment ces personnes peuvent-elles réclamer des autres l’estime qu ’elles refusent de se donner à elles-mêmes ? Où puiseront-elles leur énergie pour atteindre leurs objectifs ? Elles n’utilisent qu’une infime partie, et sûrement pas la totalité, de leurs ressources personnelles. Le premier véritable ennemi à vaincre est donc celui qui se cache en nous. Nos dysfonctionnements expriment la difficulté que nous éprouvons à nous aimer avec intelligence en acceptant et en surmontant nos limites. Nous ne changerons ni notre passé, ni nos parents, ni nos éducateurs. En revanche, nous pouvons modifier une chose beaucoup plus importante : notre perception de nous-même. Et une juste perception de ce que nous sommes constitue la base de notre accomplissement. Réussites De même, lorsque je demande aux personnes d’écrire leurs réussites (scolaire, universitaire, familiale, sportive, en lien avec leur passion…), elles calent vite à la troisième ou à la quatrième alors

86


qu’elles ont, comme nous tous, un nombre bien supérieur de concrétisations personnelles positives jaillies de leur intelligence, intuition, présence… Faites-moi mentir, en notant sur une feuille de papier, des réussites de votre vie, qu’elles soient apparemment banales ou plus importantes et touchant divers domaines (études, famille, amis, sport, loisirs) à tout âge. Comme je suis un lecteur appliqué, j’ai fait cet exercice et le résultat m’a étonné (voir aussi le tableau page 155). J’ai un nombre de réussites importantes. Quand je demande cela aux participants de nos formations, je constate qu’ils ont des difficultés à les rassembler. Ils tombent souvent dans le piège de considérer comme normal ou banal ce qu’ils ont fait. Un jour, une étudiante qui après un diplôme d’ingénieur avait enchaîné sur des études de médecine, trouvait qu ’elle n ’avait pas de résultat probant car son parcours s’était déroulé sans aucune difficulté. Réfléchir à ses réussites présente plusieurs intérêts : ▶ Se remémorer des événements souvent oubliés et densifier sa vie. Il faut quelquefois du temps pour que la mémoire sollicitée les retrouve. ▶ Se sentir bien dans sa peau en prenant conscience de ses réalisations. ▶ Insuffler de l ’énergie aux autres par le renforcement de sa propre confiance. ▶ Trouver un sens à sa vie : les réussites ainsi rappelées à la mémoire et analysées mettent souvent en évidence des qualités identiques et une sorte de fil conducteur ▶ Et ce n’est pas tout. Continuez par vos qualités. Comme pour réussir une belle photo, évitons le flou. Ayons une juste perception de nous-même. Prenez une feuille de papier et notez ce que vous aimez en vous. N’arrêtez pas avant d’avoir inscrit au moins trois qualités ; plus serait préférable. L’exercice précédent rend celui-ci très aisé. Si vous trouvez cet exercice difficile, partez d’un point de vue légèrement différent. Comment vos amis décriraient-ils vos qualités ? Peutêtre diraient-ils que vous êtes un bon confident, digne de confiance, ou que vous êtes drôle ? Ou mettraient-ils l’accent sur votre serviabilité, votre bienveillance ou votre aptitude à dénouer les situations difficiles ?

87


LE JEU DU PETIT DICTIONNAIRE DES QUALITÉS Pour vous aider à trouver, voici un petit dictionnaire des qualités :

A ccessible,

Accueillant(e), Adroit(e), Aimable, Altruiste, Ambitieux(euse), Amusant(e), Apaisant(e), Attachant, Attentionné(e), Audacieux(euse)

Bienveillant(e), Brillant(e) Calme, Captivant(e), Chaleureux, Charismatique, Charmant(e), Combatif (ive), Communicatif (ive), Compréhensif (ive), Concentré (capacité à être), Convaincant(e), Courageux(euse), Courtois(e), Créatif (ive), Cultivé(e), Curieux(euse)

Débrouillard(e), Décidé(e), Délicat(e), Déterminé(e), Dévoué(e), Discipliné(e), Diplomate, Direct(e), Discret(e), Disponible, Doux (ouce), Drôle, Dynamique

Écoute (à l ’), Efficace, Éloquent(e), Empathique, Encourageant(e), Endurant(e), Énergique, Enthousiaste, Entreprenant(e), Épanoui(e), Exemplaire, Extraverti(e) Fidèle, Fort(e), Franc(he) Gai(e), Généreux(euse), Gentil(le) Habile, Hardi(e), Honnête, Humain(e), Humble I maginatif (ive), Impliqué(e), Indépendant(e), Indulgent(e), Infatigable, Ingénieux(euse), Intuitif (ve), Inspirant(e), Intelligent(e), Intègre, Inventif (ive) Joueur(euse), Jovial(e), Juste Leader, Loyal(e), Lucide 88


Maître de soi, Malin (igne), Marrant(e), Méthodique, Mignon(ne), Minutieux(euse), Modeste, Motivé(e) Naturel(le), Novateur(trice), Nuancé(e) Objectif (ive), Observateur(trice), Opiniâtre, Optimiste, Ordonné(e), Organisateur(trice), Organisé(e), Original(e), Ouvert(e) d’esprit

Pacifique, Paisible, Passionnant(e), Patient(e), Persévérant(e), Persuasif (ive), Pétillante (e), Philosophe Poli(e), Polyvalent(e), Ponctuel(le), Posé(e), Positif (ive), Pragmatique, Précis(e), Prévenant(e), Prévoyant(e), Protecteur(trice), Prudent(e), Pugnace

Raisonnable, Rassurant(e), Rationnel(le), Réaliste, Réconfortant(e), Réfléchi(e), Réservé(e), Résistant(e), Résolu(e), Respectueux(euse), Responsable, Rigolo(te), Rigoureux(euse), Rusé(e)

Sage, Séduisant(e), Sensible, Serein(e), Sérieux(euse), Serviable, Sincère, Sociable, Soigneux(euse), Solide, Souple, Souriant(e), Spontané(e), Sportif (ive), Stable, Studieux(euse), Sûr(e) de soi, Sympathique Talentueux(euse), Tempéré(e), Tenace, Tendre, Tolérant(e), Timide, Tranquille, Travailleur(euse) Vaillant(e), Valeureux(euse), Vif (ive), Vigilant(e), Volontaire, Vrai(e) Zen LA CONFIANCE SE CONJUGUE AU PRÉSENT Utilisez un vocabulaire adapté. Parlez avec des affirmations. Une affirmation est une phrase positive que vous utilisez de façon répétitive pour vous sentir plus optimiste, pour vous mettre dans un état d’esprit qui vous permette de travailler, d’agir et de penser plus efficacement. L’usage fréquent d’insertions optimistes imprime un nouveau « sou-

89


venir marquant » dans votre conscience, de telle sorte qu ’avec de la pratique vous penserez automatiquement de manière positive. La proposition la plus fameuse fut développée par Émile Coué (18571926), célèbre pharmacien français qui avait appris à ses patients à répéter vingt fois matin, midi et soir cette phrase : « Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. » Cela peut paraître ridicule, désuet et largement raillé en France. Pourtant, nous pouvons voir chez Coué le précurseur de l ’effet placebo. Ces affirmations sont conçues pour avoir un effet encourageant et suggestif. Apprenez à projeter la réussite. Par exemple, à la place de : « Je ne crains pas de parler en public », dites « Je suis calme et détendu(e) quand je parle en public ». Au lieu de : « Je ne ferai pas d’erreur à mon examen », dites : « Je suis sûr(e) de réussir mon examen ». Utilisez le présent de l’indicatif. Faites votre possible pour éviter le futur. Au lieu de « Je réussirai », dites « Je réussis ». Ces suggestions ne sont pas évidentes à comprendre dans la réalité, car nous sommes des êtres rationnels, pourtant mon expérience me pousse à vous conseiller d’augmenter voire de sortir de votre zone de confort. Comment ? En vous entraînant régulièrement à faire « un pas à l ’extérieur ». Comme l ’a écrit Sénèque : « Ce n ’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles. » C’est-à-dire que nous pouvons, voire devons, nous engager, dans des domaines qui sont importants pour nous : famille, sport, travail, loisirs, santé. Dans notre formation, les élèves s’engagent à faire un pas dans la direction de leur choix. Notre pédagogie consiste à les faire réussir déclenchant souvent un élargissement du cercle vertueux. Un succès donnant confiance pour une autre tentative, un autre pas en avant. Faisons ce dont nous avons peur et ce sera la fin de notre peur. Oser, c’est choisir de ne pas écouter la peur, y aller malgré elle, sans attendre qu’elle ait disparu ou d’en être guéri(e) : peur de l’autre, de l’inconnu, peur de se tromper, peur de nous découvrir… Cela commence parfois par le franchissement de petites étapes : parler avec son voisin, demander un service, parler en public. Pour développer ce ressort intérieur plus fort que nos peurs, il faut lâcher nos défenses, agir en comprenant que notre fragilité fait partie

90


de la condition humaine et qu ’il n ’y a pas d ’assurances tous risques dans ce domaine. Votre confiance rayonnera sur les autres. Ceux qui vous entourent et notamment les jeunes parviendront à surmonter des obstacles, à se relever après une chute, à traverser leurs déserts et à donner un sens à leur souffrance parce qu’ils auront eu un modèle significatif auprès d’eux. Osons dire non. Existons. Comment faire ? En ne répondant pas « oui » trop vite aux demandes, aux sollicitations qui ne nous réjouissent pas. Gagnez du temps, proposez de répondre dans quelques jours.

EXERCICE

Quel sera votre petit pas ?

{ Accomplissez une action utile et inhabituelle pour vous, sans nourrir d’a priori. | Parlez de vous positivement et supprimez toute expression négative sur vous. } Évitez autant que possible d’écouter des médias qui diffusent sans cesse des nouvelles négatives. ~ Fréquentez des personnes positives.  Lisez des livres constructifs (développement personnel, philosophie, savoir…) € Prenez le temps de méditer.  Commencez à écrire toutes vos réussites, même anodines, et ce dès vos premiers souvenirs.

91

Extrait du livre "Programmez votre réussite" - Chap 4 / Mieux s'affirmer et se valoriser