Issuu on Google+

R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3


Table des matières

Mission, vision, objectifs et nos priorités

3

Mot de la coordination de Kateri en forme

4

Le portrait de notre territoire en saines habitudes de vie

5

Alimentation chez les adolescents

6-7

Quelques chiffres concernant la situation en Montérégie Planification stratégique 2013-2016

7 8-9

Nos partenaires

10

Politique de saines habitudes de vie

11

Environnements favorables aux saines habitudes de vie

11

Bonne Boîte Bonne Bouffe s’envole….

12

Complexe Le Partage

13

Le transport actif

14

Programme ViO2 Max

15

Ateliers dans les parcs

15

L’humanité a construit des environnements obésogènes, c'est-à-dire que nous sommes en présence de différents facteurs environnementaux qui ne facilitent pas les choix favorables au maintien du poids, de la saine alimentation ou d’un mode de vie physiquement actif. À nous d’y voir! Modifions nos environnements en vue d’en rendre l’utilisation accessible et plaisante! R A P P O R T

Source : Association pour la santé publique du Québec D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

2


Mission Objectifs Vision Nos priorités

MISSION Améliorer la santé des jeunes de 0-17 ans et leur famille Améliorer la santé des jeunes de 0-17 ans et leur famille, en priorisant les familles défavorisées du territoire du CLSC Kateri par la saine alimentation et la pratique de l’activité physique. VISION Le plaisir de bouger et manger mieux Que le plaisir de bouger et manger mieux anime les jeunes de 0-17 ans, leur famille et les différents milieux du territoire du CLSC Kateri dans une perspective de la santé globale. OBJECTIFS Développer et consolider la collaboration et le partenariat Développer et consolider la collaboration et le partenariat entre les divers acteurs du territoire (écoles, commission scolaire, municipalités, organismes institutionnels et communautaires) afin de mettre en place des activités de sensibilisation, de promotion pour les 0-17 ans et leur famille en misant sur le plaisir de bien manger et de bouger tout en augmentant l’offre et l’accessibilité économique et physique aux activités liées à la saine alimentation et à l’activité physique.

• • • • • •

Nos priorités – Sensibiliser, développer, favoriser, promouvoir

Sensibiliser, éduquer et développer l’apprentissage d’une saine alimentation

Développer Favoriser la l’accès pratique économique et d’activités physique aux physiques aliments sains variées dans sur l’ensemble les écoles et du territoire hors de l’école Kateri chez les 6-17 ans du territoire Kateri

R A P P O R T

D

Favoriser la pratique de l’activité physique chez les 0-5 ans du territoire Kateri

’ A C T I V I T É S

Promouvoir le partenariat entre les municipalités, les villes, les commissions scolaires et les organismes du milieu pour une utilisation optimale de l’ensemble des ressources disponibles

2 0 1 2 - 2 0 1 3

Accompagner toutes les municipalités et villes dans les études de faisabilité et de mise en œuvre concernant l’adoption de politique en saines habitudes de vie

3


Mot de la coordination de Kateri en forme

Une année exceptionnelle J’ai eu le plaisir d’accompagner les partenaires du regroupement de Kateri en forme en l’absence de la coordonnatrice soit, Marie-Hélène Lemieux pour un congé de maternité. Pendant ces quelques mois, j’ai eu le plaisir de travailler avec des hommes et des femmes passionnés et déterminés à mettre en place des structures de toutes amplitudes, et ce, dans le seul but de favoriser le développement et le maintien de saines habitudes de vie pour les enfants de 0-17 ans du territoire du CLSC Kateri et leurs familles. L’année 2012-2013 a été marquée par la présentation et le dépôt d’une nouvelle planification stratégique à Québec en forme qui définit l’orientation que le regroupement désire entreprendre ainsi que les chemins qu’emprunteront les partenaires de Kateri en forme pour accomplir sa mission, soit : Améliorer la santé des Jeunes de 0-17 ans et leurs familles, en priorisant les familles défavoriser du territoire du CLSC Kateri par la saine alimentation et la pratique de l’activité physique. Pour ce faire, et ce, dès l’automne 2012, les partenaires accompagnés par la coordination de Kateri en forme et de l’agent de développement de Québec en forme ont entrepris des réflexions et des analyses concernant l’état de la situation des jeunes et leurs familles en matière de saines habitudes de vie. De ces rencontres, le regroupement a pu dresser un portrait de la situation en saines habitudes de vie, première pierre de l’assise permettant d’établir une planification stratégique et un plan d’action concerté. La réussite de ce projet d’envergure a reposé sur l’engagement et la mobilisation de tous nos partenaires qui ont été au cœur de la vie du regroupement. Cet engagement a permis au regroupement de développer des moyens de faire, et ce, en fonction de la réalité territoriale de Kateri. J’aimerais souligner la très grande collaboration de tous les partenaires, car ces démarches menant à la nouvelle planification stratégique ont nécessité une somme importante d’énergie doublée d’une très grande disponibilité de tout un chacun. Ce partenariat est porteur de grands changements, comme l’avait espéré votre coordonnatrice, Marie-Hélène Lemieux à l’aube de son départ en 2012 et qui concordait avec le début de ces grands travaux. Toute une entreprise, tout un résultat! Merci et félicitations à tous les partenaires! Raymond Pelletier

Coordonnateur par intérim

R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

4


Le portrait de notre territoire en saines habitudes de vie À partir du printemps 2012, le regroupement de partenaires a tenu plusieurs rencontres de consultation pour établir le portrait de la situation concernant l’état des saines habitudes de vie sur notre territoire et voici ce que nous avons appris et constaté.

L’alimentation des jeunes

50% 20%

des jeunes ne consomment pas le minimum recommandé de 5 portions fruits et légumes par jour.

43%

des jeunes consomment plus d’une boisson sucrée ou gazeuse par jour.

Environ 20 % des enfants québécois de 4 ans consomment chaque jour des boissons sucrées.

33% 44%

25%

des jeunes seulement consomment 3 à 4 portions de lait recommandées par Santé Canada.

des jeunes mangent des aliments de restauration rapide au moins 3 fois par semaine au dîner.

+50%

des adolescents de 15-16 ans consomment des grignotines, bonbons ou boissons gazeuses sur une base quotidienne. (Coalition québécoise sur la problématique du poids, 2012)

Un peu plus de la moitié des jeunes mangent devant un écran au moins trois fois par semaine.

De grandes enquêtes canadiennes révèlent que la consommation quotidienne d’eau serait insuffisante chez les enfants et les adolescents ayant entre 3 et 19 ans. R A P P O R T

D

(Santé Canada 2014)

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

5


Le portrait de notre territoire en saines habitudes de vie Selon l’Enquête québécoise sur la Santé des Jeunes du Secondaire 2010-2011 (ISQ 2012)

Alimentation chez les adolescents

43%

des élèves du secondaire ont déjà consommé des boissons énergisantes.

avaient consommé 37.5% des garçons et 26.8% dedeslafilles malbouffe dans un

11%

restaurant au moins trois fois dans la dernière semaine.

des jeunes ne déjeunent pas

Bien que plusieurs jeunes ne déjeunent pas, une majorité consomme une boisson gazeuse chaque matin maintenant.

Préoccupation à l’égard de l’image corporelle Bien que 80 % des jeunes aient un poids normal, plus de 60 % de ceux-ci sont insatisfaits de leur image corporelle et désirent modifier leur poids.

50%

Plus de 50 % des filles désirent être plus minces et plus du quart des garçons aimeraient avoir une image plus imposante. R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

6


L’activité physique chez les jeunes en quelques chiffres

33%

Seulement 33% des jeunes au Québec atteignent le niveau d’activité physique recommandé qui permet d’assurer un développement optimal.

46%

des enfants canadiens profitent de 3 heures ou moins de jeu actif par semaine.

63%

du temps libre après l’école et au cours des fins de semaine des enfants canadiens est consacré à des activités sédentaires. Les jeunes passent en moyenne 36 à 44 hrs/semaine devant un écran.

SOURCES

50 % des filles et 25 % des garçons âgés de 6 à 11 ans ainsi que 65 % des adolescents et 47 % des adolescentes pratiquent moins de 60 min d’activité physique par jour. Coalition québécoise sur la problématique du poids – 2012 Institut de la statistique du Québec - L’enquête québécoise sur la santé des jeunes de secondaire 2010-2011, 2012 Jeune en forme - 2012 Santé Canada - 2004

Quelques chiffres concernant la situation en Montérégie

1/5

Une personne sur cinq en Montérégie (219 000 personnes) souffre d'au moins une maladie (asthme, maladies cardiovasculaires, diabète, MPOC, cancer).  Cancers et maladies cardiovasculaires représentent 60% des décès dans la région.

63%

de la population adulte présente au moins un facteur de risque intermédiaire (hypertension, surplus de poids ou cholestérol élevé) (693 000 personnes). Un adulte sur deux souffre de surplus de poids (600 000  personnes).

L’espérance de vie est de 81 ans, mais l’espérance de vie sans incapacité est 68 ans. Donc, nous risquons de vivre les 13 dernières années de notre vie avec des incapacités! R A P P O R T

D

Source : Rapport de la directrice de la Santé publique 2011

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

7


Planification stratégique 2013-2016 L’année 2012-2013 a été fort occupée pour tous les membres du regroupement de Kateri en forme ainsi que pour sa coordonnatrice qui ont participé à plusieurs rencontres afin d’établir un portrait de la situation en saines habitudes de vie pour l’ensemble du territoire du CLSC Kateri et ce, en prévision de l’élaboration d’une nouvelle planification stratégique 2013-2016 qui devait être présentée à Québec en forme à la fin du mois d’avril 2013.

De ce portrait, nous avons développé cinq axes prioritaires que nous avons portés à notre nouvelle planification stratégique, soit :

Le développement du transport actif

Le développement des saines habitudes de vie au niveau des municipalités

Favoriser les actions en saines habitude s de vie en milieu scolaire

Favoriser les actions en saines habitudes de vie dans les milieux de garde

Favoriser les actions en saines habitudes de vie au sein des populations à faible revenu

Cette démarche unique, et dès plus exigeante, a été réalisée par l’ensemble des partenaires avec la plus grande compétence et ce, doublé d’une grande disponibilité. MERCI à tous nos partenaires d’avoir relevé ce défi avec Brio! À partir de septembre 2013, et ce, avec l’aide de nos partenaires, nous poursuivrons cette démarche stratégique afin d’actualiser notre réflexion pour mieux contribuer aux environnements en saines habitudes de vie. Nos actions à venir en 2013-2014 Dès la prochaine année, les actions inscrites à la planification doivent correspondre aux termes de références de Québec en forme qui sont :

La mobilisation des communautés

R A P P O R T

La modification des environnements

D

’ A C T I V I T É S

La transformation de la norme sociale

2 0 1 2 - 2 0 1 3

8


Pour ce faire, nos partenaires ont décidé de s’investir dans les sphères suivantes: Transport actif

Saines habitudes de vie

Favoriser les saines habitudes de vie en milieu scolaire

• Rencontrer tous les décideurs (municipalités, écoles, commission scolaire et MRC) pour qu’ils poursuivent le développement du transport actif; • Accompagner toutes les organisations entre autres municipales, à développer et implanter des politiques en saines habitudes de vie dans leurs milieux; • Développer des partenariats avec tous les régisseurs des loisirs afin de développer des partenariats avec Kateri en forme et ses partenaires;

• Accompagner et outiller les milieux scolaires pour qu’ils puissent développer des milieux de vie qui stimulent le goût et le plaisir de bouger, et ce, dans des milieux sécuritaires; • Mettre en place un club de course à l’école St-Jean; • Mettre en place un programme d’entrainement ViO2 MAX qui tend à développer chez les jeunes la persévérance scolaire la discipline personnelle, le sens de l’effort, des responsabilités et la bonne estime de soi; • Accompagner la Commission scolaire des Grandes Seigneuries à la diffusion d’ateliers de nutrition auprès du personnel des services de garde et des surveillants du midi de toutes les écoles du territoire; • Développer un coin de jeux sécuritaires et animés ainsi que des activités parascolaires à l’école Jacques Barclay;

Favoriser les saines habitudes s de vie dan x u ie il les m e rd a g e d

• Poursuivre le développement des compétences des milieux de garde et des parents en saines habitudes vie, au développement global des touts petits et à l’activité physique; • Poursuivre la formation des éducatrices (CPE et haltes-garderies) pour améliorer l’utilisation des modules dans les parcs publics; • Diffuser dans les CPE le programme Croqu’Plaisirs. • Équiper les maisons des jeunes en équipements sportifs;

Favoriser on l’intégrati s des saine s e d habitu de vie

• Offrir des ateliers de planification et de confection d’une boîte à lunch; • Poursuivre les activités de cuisines collectives à La Prairie et développer ces activités à Saint-Constant et Saint-Mathieu; • Poursuivre l’accessibilité aux ateliers de cuisines thématiques; • Poursuivre les interventions de Madame Grignote auprès des touts petits; • Poursuivre les ateliers – Chefs en devenir qui ont obtenu un vif succès dans la communauté;

Toutes ces actions s’inscrivent dans un processus de transformation sociale vers de saines habitudes alimentaires, et ce, dans un monde physiquement actif qui est et devra toujours être alimenté et guidé par le PLAISIR. R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

9


Nos partenaires

R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

10


Politique de saines habitudes de vie

Le mois de juin a été marqué par deux grandes premières en matière d’avancée politique en saines habitudes de vie au Québec. Premièrement, le gouvernement provincial par sa ministre au MELS a présenté le 10 juin 2013 son livre vert « Le goût de bouger: vers une politique nationale du sport, du loisir et de l’activité physique ». Le lendemain, l’équipe de Kateri en forme a accompagné son partenaire de la ville de Sainte-Catherine qui a informé les élus de cette ville à l’importance de se positionner en matière de saines habitudes de vie. À la suite de cette présentation, les élus de la ville de Sainte-Catherine ont reconnu l’importance des saines habitudes de vie et ont décidé de développer une politique et de porter ce projet jusqu’à son adoption. Lorsque ce but sera atteint, cette politique sera probablement la toute première portant sur les saines habitudes de vie (saine alimentation et mode de vie physiquement actif) pour l’ensemble de la MRC – Jardins-Roussillon et s’ajoutera aux quelques politiques municipales du giron québécois.

Environnements favorables aux saines habitudes de vie Environnement politique

Environnement économique

Structures et modes de fonctionnement liés à l’organisation du pouvoir.

Structures et modes de fonctionnement liés à la production, la consommation, l’utilisation de la richesse et les valeurs à la base des décisions économiques.

Ex: Loi sur le tabac, loi sur les boissons énergisantes, politique alimentaire, etc.

Les personnes

Environnement physique

Ex: coûts avantageux des aliments sains, accès gratuits ou à bas prix à des installations sportives ou de loisirs, etc.

Environnement socioculturel Éléments liés aux rapports sociaux,

Éléments naturels et artificiels qui nous entourent (bâtis/aménagés/créés par l’homme).

Les environnements sont dits favorables aux normes, aux conventions et à la lorsqu’ils offrent des conditions propices vision et à l’interprétation de la réalité. aux saines habitudes de vie. Ex: consolidation de liens sociaux En d’autres mots, ils favorisent un mode de vie au moyen de repas partagés physiquement actif, de saines habitudes alimentaires Ex: infrastructures sportives et récréatives ou d’activités physiques de groupe et le non-tabagisme. (parcs et pistes cyclables), etc. tels que des clubs de marche et de course. Ils rendent les choix santé plus faciles pour tous, sans discrimination et sans égard au lieu de résidence et au revenu.

R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

11


Bonne Boîte Bonne Bouffe s’envole….

Troisième année d’activité Voilà que le projet Bonne Boîte Bonne Bouffe Roussillon/Rive-Sud (BBBBR/RS) entame sa troisième année d’activité dans le secteur de la MRC Jardins-Roussillon ainsi que dans certaines régions avoisinantes sur la Rive-Sud de Montréal. En 2013, grâce au support continu de nos bailleurs de fonds soit Kateri en Forme, entre autres, et de nos nombreux points de chute, il est dorénavant possible de qualifier Bonne Boîte Bonne Bouffe de programme qui a le vent dans les voiles. Aujourd’hui, BBBBR/RS distribue ses boîtes de fruits et de légumes via un réseau de 36 points de chute réparti dans 5 des 6 MRC de la CRÉ de la Vallée-du-Haut-SaintLaurent (CRÉ-VHSL) ainsi que sur le territoire de l’agglomération de Longueuil. Cela représente un peu plus de 1000 boîtes vendues mensuellement (1287 boites pour le mois d’avril 2013). Dès juillet 2013 et fort de son expérience, BBBBR/RS poursuivra sa mission et sa croissance et ce, sans l’appui de Kateri en forme. Nous sommes convaincus que BBBBR/RS relèvera avec toute sa vivacité les prochains défis. Mission sociale Tout en favorisant le développement et l’accès à des fruits et légumes frais et à moindre coût, le programme BBBBR/RS encourage l’offre des agriculteurs locaux. BBBBR/RS permet d’offrir: Un meilleur accès à des produits diversifiés et de qualité;

Un meilleur accès économique aux aliments sains;

Un plus grand accès éducationnel, ce qui permet de développer et d’améliorer les connaissances nutritionnelles et culinaires;

Au final, BBBBR/RS favorise des opportunités de développer de saines habitudes alimentaires.

Steve Plouffe-Berthiaume

Des points de chute qui simplifient la récupération des boîtes de légumes et de fruits par les différentes clientèles; Comme Hippocrate le disait si bien « Que ton aliment soit ta seule médecine ». 

Coordonnateur du programme Bonne Boîte Bonne Bouffe et des responsables de points de chute. R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

12


Pour un monde qui s’alimente mieux et bien

Une approche accessible Dans un monde qui s’individualise, le repas reste un pilier autour duquel les liens sociaux se créent ou se resserrent. Les comportements alimentaires sont étroitement liés aux modes de vie. La pauvreté, l’isolement, l’absence d’amis(es) ou de famille, la perte d’un conjoint rendent également les tâches autour des repas et de l’épicerie plus ardues, du fait qu’ils coupent des réseaux d’entraide potentiels ou encore qu’ils démotivent faute d'un pouvoir d’achat. Nous explorons avec les familles, en tenant compte de leurs contraintes, les gestes qu’elles peuvent poser et les astuces qu’elles peuvent utiliser pour mettre de la nourriture dans leur assiette. Ces trucs et astuces, qui sont nombreux, sont présentés au Complexe Le Partage par des ateliers culinaires pratiques et adaptés et lors des cuisines collectives régulières. Notre but ; apprendre à budgéter, planifier et cuisiner du ‘’fait maison" pour finalement développer des stratégies pour simplifier les repas et alléger le fardeau économique lié à l’alimentation. Notre approche accessible est aussi présente dans les écoles sous forme d’ateliers qui sont proposés aux enfants du primaire ainsi qu’à quelques groupes en adaptation de niveau secondaire. En effet, cette année ce partenariat avec les écoles nous a valu une mention et un prix pour le programme Force Avenir qui souligne l’implication des jeunes dans leur milieu. Les jeunes du secondaire ont cuisiné des collations santé qu’ils ont remises aux enfants du primaire. Une initiative qui a une portée considérable pour la transmission du savoir et des compétences culinaires! Marie-Line Charron Complexe Le Partage

R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

13


Transport actif Le développement de plans d’aménagement afin de favoriser les déplacements actifs et sécuritaires et d’améliorer la santé des citoyens a avancé à grands pas cette année.

Un travail d’envergure est en cours Le CSSS Jardins-Roussillon a travaillé de concert avec la municipalité de St-Philippe. Après le dépôt des recommandations, la municipalité a réalisé les actions suivantes: • Formation des employés aux recommandations en transport actif • Installation de nouveaux supports à vélo • Réduction de la vitesse à 40km/h dans les secteurs résidentiels • Ajout d’une bande de végétation et d’une voie cyclable lors de la réfection de la rue Sanguinet • Sensibilisation grâce à une campagne de Contraventions de courtoisie, une marche escorté par des pompiers et plusieurs articles dans l’Écophile • Réalisation d’un plan d’aménagement du réseau cyclable pour l’ensemble du territoire. Toutes ces actions nous amènent à dire que les fonctionnaires de Saint-Philippe tiennent de plus en plus compte de divers aspects reliés aux saines habitudes de vie dans leur travail quotidien. La sensibilisation et la mobilisation semblent porter des fruits! De plus, le CSSS Jardins-Roussillon s’est allié à Nature-Action Québec et à la ville de La Prairie afin de proposer des plans de déplacements actifs pour l’ensemble des écoles primaires. Les écoles et la Commission scolaire des Grandes Seigneuries ont activement pris part aux différentes démarches. Un travail d’envergure est en cours et se poursuivra. Les objectifs sont de deux ordres : • Modifier les habitudes de déplacement des enfants et de leurs parents sur le trajet domicile-école-travail.

• Créer des environnements sécuritaires afin de favoriser le transport actif pour l’ensemble des citoyens.

Certaines recommandations ont déjà été mises en place et d’autres sont prévues au courant de l’été. Restez à l’affût en prenant connaissance des divers outils de communication de la ville. Cinthia Maheu Kinésiologue Agent de promotion en saines habitudes vie CSSS Jardins-Roussillon R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

14


Programme ViO2 Max

Développer un esprit de groupe Pour une troisième année consécutive, le programme ViO2 Max a permis à des jeunes de s’entraîner à la course à pied tout en étant soutenus par des mentors pendant 30 semaines. Leur objectif: courir 10km. C’est grâce à l’appui des directeurs et des professeurs/mentors des écoles de la Magdeleine, des Timoniers et Louis-Cyr que le programme a pu être reconduit encore cette année. À chacune des 3 courses, soit la Course du Père Noël, la Course populaire de LaSalle et la Course des Riverains à Châteauguay, entre 40 et 50 jeunes coureurs ont participé et franchi avec succès chacune des étapes. Un fort esprit de groupe a été développé cette année. Fort de l’obtention du prix Reconnaissance remis par le Regroupement des commissions scolaires de la Montérégie en mai dernier, le programme sera reconduit pour une troisième année. Cinthia Maheu, Kinésiologue

Agent de développement CSSS Jardins-Roussillon

Atelier dans les parcs Une formation gratuite d’une durée de trois heures sur l’activité physique et les enfants d’âge préscolaire a été offerte aux conseillers pédagogiques et aux éducatrices en milieu familial ainsi qu’aux parents-accompagnateurs à l’été 2012. Cette formation comportait un volet théorique où était abordée l’importance de l’activité physique pour favoriser le développement moteur chez les enfants d’âge préscolaire. Pour le volet pratique, les participants étaient invités à rejoindre la formatrice, stagiaire en kinésiologie au CSSS Jardins-Roussillon, avec leurs enfants directement dans un parc de leur secteur afin de participer à diverses activités. En tout, deux soirées de formation théoriques ont été offertes et six formations pratiques ont été données dans les parcs de La Prairie, Sainte-Catherine, Saint-Constant et Saint-Mathieu. Cette première expérience s’est avérée positive et devrait amener d’autres développements. R A P P O R T

D

’ A C T I V I T É S

2 0 1 2 - 2 0 1 3

15


Bonne Boîte Bonne Bouffe Club de course au primaire Ateliers de purée de bébé Ateliers dans les écoles et Chefs en devenir 46 Ateliers culinaires-thématiques Cuisine collective Initiation au Karaté Atelier dans les parcs Madame Grignote Programme ViO2 MAX Ateliers camps de jour Club des familles actives R A P P O R T

D

10 297 15 élèves 48 mamans 3602 enfants 322 participant(e)s 2852 32 participants enfants milieux 75dans 15de garde 28 enfants 40 élèves et 9 mentors 40 enfants 47 familles

’ A C T I V I T É S

boîtes

personnes participantes

2 0 1 2 - 2 0 1 3

16


Kateri rapport 2012 2013 doc