Page 1

show off EDITION, n 8

Plus de 180 œuvres

une foire d’art numérique

Québec a l’honneur

Des événements Table-ronde, performances

1_show off


index/ credits crédits/credits DIRECTEUR/DIRECTOR Victor de Bonnecaze. RéDACTEUR EN CHEF/CHIEF REDACTOR Vanessa Quang DIRECTEUR ARTISTIQUE/ART DIRECTOR Dominique Moulon. CRéDIT PHOTOGRAPHIQUE PAGE DE GARDE/PHOTOGRAPHIC CREDITS FRONT PAGE Unutopic Pictures - United Land #09, François Ronsiaux. CRéDIT PHOTOGRAPHIQUE PAGE FINALE/PHOTOGRAPHIC CREDITS BACK PAGE En réalités - I am a bugged program Installation, programme sur ordinateur avec quatre écrans, 2009, Samuel Bianchini et Sylvie Tissot (Courtesy Ilan Engel Gallery) CONTACT inFO SHOW OFF 7 rue des filles du calvaire 75003 Paris, France - info@showoffparis.fr - +33 6 6 47 34 91 29 Le contenu de la foire peut changer, merci d’aller sur le site www.showoffparis.fr pour connaître les dernières informations à jour./Contents of the fair may change, please look at the website www.showoffparis.fr for accurate information.

2_show off


show off

3_show off


editorial

Show Off Paris, après avoir été la première alternative à la Foire Internationale d’Art Contemporain en 2006 est devenu, à l’international, la première foire à se focaliser sur les arts numériques et les nouveaux médias en 2012. par Dominique Moulon

Show Off Paris-Media Art Fair est une foire qui se présente à la manière d’une exposition afin que les œuvres de médias variables et aux formes les plus diverses dialoguent entre elles. Les pratiques artistiques émergentes ayant déjà rencontré leurs publics au travers d’événements ponctuels et de centres dédiés, elles se devaient d’avoir une foire pour accéder aux collectionneurs de notre temps. Les 21, 22 et 23 octobre 2013, Show Off investira les trois étages de l’Espace Pierre Cardin qui l’a vu émerger, avec un assemblage inédit d’œuvres se situant à la croisée des arts, des sciences, des technologies et des médias. La part importante de pièces provenant du Québec, ou plus généralement du Canada, s’inscrit dans la continuité des échanges initiés par les festivals Elektra (Montréal) et Némo (Ile-de-France) à la Gaîté Lyrique en 2011. Show Off, dans sa nouvelle formule, devient le rendez-vous incontournable des artistes, galeristes, directeurs d’institution, collectionneurs et autres critiques qui sont prêts à envisager le numérique tel un medium de l’art contemporain. Car l’accès au marché des pratiques actuelles, maintenant que les cultures numériques sont partagées par tous, est inévitable. C’est ainsi que Show Off, par son aspect innovant et son positionnement unique, prend les allures d’un manifeste.

4_show off


5_show off


Yacine AIT KACI (FR) Né en/Born in 1973, vit à/lives in Paris

Y

acine AIT KACI est un artiste transmédia français qui vit et travaille à Paris. Il est le co-fondateur d’Electronic Shadow et développe également ses propres projets, dont les derniers en date sont Insides, la StoryBox et la grande exposition Albert Camus à Aix-en-Provence. Insides est le nom d’une série d’oeuvres vidéo au format variable, du tableau vidéo à la facade média (Séoul, 2012) en passant par divers objets dont un lustre vidéo récemment exposé au Clos des Bernardins (AD Intérieurs avec ArtCurial). Du point au cercle, de l’atome à l’univers, un monde se déploit, le nôtre dans une représentation qui mêle l’espace et le temps, comme un mandala contemporain.

Y

acine AIT KACI is a french Transmedia artist, working and living in Paris. He is the co-founder of Electronic Shadow and develops his own projects as well. His last personal projects are Insides, the StoryBox and the major exhibition Albert Camus in Aix-en-Provence. Insides is the name of a video works serie with various formats, from the video frame to the media facade (Seoul, 2012), and many objects including a video chandelier, recently exhibited at the Clos des Bernardins (AD Intérieurs with ArtCurial). From one point to the circle, from the atom to the Universe, a world is spreading. Ours. In a representation melting time and space, like a contemporary mandala.

6_show off

> INSIDES Tableau vidéo 130x180 cm


7_show off


HUGO ARCIER (FR) Né en/Born in 1976, vit à/lives in Paris

H

ugo Arcier développe des œuvres plastiques et réflectives qui décortiquent méticuleusement les spécificités de cette nouvelle forme d’art, les images de synthèse 3D. Chaque série se focalise sur une particularité de cet outil protéiforme : dans « le Dogme », l’artiste joue sur la dualité de la représentation, en 2D (tirages) et en volume (microsculptures), d’une même scène 3D ; dans « Nostalgia for Nature – Wireframe », il s’intéresse à la représentation filaire des objets 3D telle qu’elle peut apparaître lors de la fabrication des images ; et, dans « Nature dépliée », il traite d’une étape de travail, généralement non montrée, le « dépliage UV » . Tous ces mondes tridimensionnels s’entrechoquent, s’opposent et s’apprivoisent aux confins d’une réalité mutante. ugo Arcier develops plastic and reflective works that meticulously dissect the specificities of this new medium, 3D computer graphics. Each series focuses in a particularity of this protean tool: in “Dogma” the artist plays with the duality of the representation of a 3D scene, in 2D (prints) and in volume (micro sculptures); in “Nostalgia for Nature – Wireframe” he takes an interest in wireframe representation of 3D objects like one can see when building the images; and in “Unfolded Nature” he deals with a processing step, generally not shown, “UV unwrapping”. Those 3D worlds clash together, have confrontations and tame each other within the confines of a mutant reality.

H

8_show off

> Nostalgia for Nature, Wireframe 13 Photographie, 32x25 cm. Ed. of 5


9_show off


Cécile Babiole (FR) Née en/Born in 1956, vit à/lives in Paris Courtesy Coullaud & Koulinsky, Paris

L

’installation Miniatures - Kits audiovisuels met en scène des reliquaires contenant de minuscules sculptures à haute portée symbolique: sortes de « fèves de galettes des rois » ou d’ex-voto dérisoires, elles rendent hommage à la culture audiovisuelle populaire. Ces kits sont constitués d’objets du passé récent soigneusement choisis, par exemple une guitare électrique Rickenbaker, une playstation Sony, un appareil Polaroid, et présentés en pièces détachées. Ces dernières sont modélisées et imprimées en 3D grâce à une technique de prototypage rapide qui permet de fabriquer des objets en matière plastique à partir de modèles numériques.

M

iniatures - Audiovisual Kits is an installation project involving miniature sculptures modeled and printed out in 3D. These mini-sculptures, given their size and the monochrome white material of which they are composed, could be likened to lucky charms found in a Twelfth Night cake – celebrating the world of audio culture.These miniatures represent iconic objects like a Rickenbaker electric guitar, a Technics turntable or a Polaroid camera. They are displayed as spare parts in kind of shrines.

10_show off

> Miniatures Kits audiovisuels, 2013 40x40x100 cm


11_show off


G.BARCIACOLOMBO (US) Né en/Born in 1973, vit à/lives in New York Courtesy Muriel Guépin Gallery, New York

G

abriel Barcia-Colombo est fasciné par la notion du temps qui passe et qui nous échappe. Il aime aussi incorporer dans ses oeuvres des objets usuels d’un autre temps et invite souvent le spectateur à participer et à rentrer en interaction avec l’oeuvre. Dans “A point Just Passed”, Gabriel Barcia-Colombo a imaginé une machine -sous la forme d’une pointeuse - dans lequel le spectateur devient maître du temps. Tous les 10 pointages, le personnage vieillit de 10 ans jusqu’à atteindre cent ans et disparaître…pour renaître ensuite vingtquatre heures plus tard.

A

time card punch clock with a video person projected into a dome on top. As the viewer punches the time cards, the person gets older based on time punch increments. At the last punch the dome goes dark and is not to be reset until the next day. Viewers virtually erase the youth of the person through the passage of time. With each punch the memory of one’s childhood is further erased from the dome. It is possible that some viewers may never experience the full length of the piece.

12_show off

> A point just passed, 2011 Ed 2 of 6 + AP - 30x60x30 cm Mixed media, video sculpture


13_show off


mOBEN Maurice benayoun (FR) Né en /Born in 1957, vit à / lives in Hong Kong

H

e digs a Tunnel under the Atlantic, charts the first map of the world’s emotions then sells these emotions as musical cocktails. He offers the only acceptable explanation of the imperfection of the World (Quarxs), launches a photo safari in the land of war (World Skin), dares to ask the Big Questions: is God flat? and the Devil curved?. He shares his retina with everybody (Art Impact) and unveils the existence of Big Brother’s sister (Watch Out!). To take a break, he captures urban virtual tourists gaze to reshape the city (Cosmopolis), warns us about the dangers of communication rafting (Crossing Talks), cocreates a pioneer CG company (Z-A) ignoring what does “business model” means, defends “infra-realism” and “critical fusion”, converts Shanghais into QR codes (NeORIZON), reconfigures a major Paris subway station and converts the Arc de Triomphe into a monument to Peace. He put into bottle the spirit of Contemporary Art (White Cube perfume). Beside, he pretends to define the future of art, daily dumps all new concepts and upholds in La Sorbonne that a blog can be a doctorate thesis (the-dump. net). For the Big Screen Plaza NYC, he delivered daily Emotion Forecast, and promotes OCCUPY WALL SCREENS that compares in real time the emotional state of citizens to financial stock trends. Last December he wrote E-SCAPE TODAY! On the 10 000 sqm of Seoul Square building.

14_show off

> Art Impact, Collective Retinal Memory in 3 steps Photographie Ed. of 5 - tryptic, 72x36 cm each


15_show off


S. Bianchini & S. Tissot(FR) Nés en/Born in 1971&1964, vivent à/live in Paris - Courtesy Ilan Engel Gallery, Paris

C

ette installation met en œuvre un ordinateur ayant pour tâche d’exécuter un programme bogué. Le programme tente d’écrire ce qu’il est : “I’m a bugged program”. À la manière du paradoxe du menteur, chaque échec condamne sa réussite opératoire mais valide en partie ce qu’il énonce. Différentes vérités qui valent suivant le niveau de réalité auquel on les considère. Cette stratification de la réalité est représentée ici par quatre affichages simultanés de ce programme, dont la synchronisation rend perceptible leur source commune. Ainsi, sont donnés à voir, en train de s’écrire, le texte en langage naturel, le script de ce programme, le code binaire qui en est déduit et la représentation quantique. his installation puts into action a computer, which has the assignment to execute a bugged program. The program attempts to write what it is: “I’m a bugged program”. In the manner of the liar paradox, each failure condemns the programs operative accomplishment but partly validates its statements. Different truths prevail depending on the degree of reality they are considered from. This stratification of reality is represented by four simultaneous displays of the program. The synchronization of these displays makes their common origin visible. On its four screens, the installation therefore exhibits the text in natural language, the script of this program, the binary code, which deduces itself from the precedent and the quantal representation.

T

16_show off

> In Realities I am a bugged program, 2009 Installation, program on computer with four screens video 0,44x0,25x1,80 m


17_show off


maTTHEW BIEDERMAN (US) Né en/Born in 1972, vit à/lives in Montréal Courtesy ART45, Montréal

R

+G+B is a cyclical display of the entire range of the RGB color system as a formula, which over time, displays every color possible by a typical computer system (over 65 million). Throughout history systems have been developed to describe color, from the scientific theories of Goethe, Newton and Itten who attempted to map and explain color relationships through models, while philosophers such as Wittgenstein and Merlaeu-Ponty have taken an approach to quantify color directly related to perception, while artists, such as Albers and Newman have explored color based on its relative context within a picture plane. Today however, within a digital context, color has become concrete, with a formula representing a discreet color. R+G+B reveals the values, formulas and their respective colors. R+G+B is part of an ongoing series of works entitled ‘(un)limited colors’ exploring the digitization of color and its perception. Works in this series have appeared in group shows around the world, and are in private and public collections in Canada. > R+G+B HD Monitor, computer, custom software Ed. of 3

18_show off


19_show off


VINCENT BROQUAIRE (FR) Né en/Born in 1986, vit à/lives in Strasbourg Courtesy XPO Gallery, Paris

D

ialogue met en évidence le pouvoir de destruction que nous octroie l’outil informatique et ses attributs numériques. Un instant suffit à remettre en cause la nature à l’état pur, votre fond d’écran, le souvenir d’un moment puissant, un dessin minutieux à l’encre de chine... Faites votre choix et touchez l’écran. Ce sont les conceptions hiérarchisées du temps que Vincent Broquaire nous invite à supprimer.

D

ialogue highlights the destructive power that gives us the computers and its numerical attributes. Just a moment to question : the nature itself, the wallpaper of your computer, a powerful souvenir... Make your choice and tap the screen. These are the hierarchical time that Vincent Broquaire invites us to remove.

> Entrée en dialogue, 2012 encre et feutre sur papier, 46x34 cm

20_show off


21_show off


Thibaut brunet (FR) Né en/Born in 1982, vit à/lives in Paris Courtesy Galerie Binôme, Paris

M

a pratique artistique est une recherche photographique nourrie par la question de la réalité et de ses imitations. Je m’intéresse particulièrement aux univers virtuels, aux images de simulacre, au faux et au double. Je développe des techniques parallèles de prise de vue. La finalité de ces processus me permet de créer des ambiguïtés de genres. Mes photographies oscillent ainsi entre différentes pratiques antagonistes; photo-journalisme et photographie scientifique mais aussi peinture classique, nature morte et estampe japonaise...

M

y art work is a photographic research nurtured by the topic of reality and its imitations. I am more precisely focusing on virtual universes, and on the images of pretence, fake and look-alikes. I tend to develop alternative techniques of shooting. The aim of these processes allow me to create ambiguities in genres. Thus my pictures oscillate between different practices that get into conflicts : journalistic and scientific pictures but also classic painting, still-life painting and Japanese engraving...

22_show off

> 03-01-2012 19h 10 VICE CITY Photographie - Ed. of 5 - 40x50 cm > CPL BAKER First person shooter Photographie - Ed. of 5 - 60x60 cm > Landscape sans titre Photographie - Ed. of 5 - 60x46 cm


23_show off


cHRISTOPHE bruno (FR) Né en/Born in 1964, vit à/lives in Paris

L

e Dadamètre (2008), inspiré de Raymond Roussel et de sa méthode, est une satire au sujet de la récente transmutation du langage en un marché global régi par Google. Il utilise les ultimes technologies de contrôle et de surveillance afin de cartographier le langage à grande échelle.

G

lobal index of the decay of the aura of language, the Dadameter aims at measuring our distance to Dada. It was inspired by the work of the french writer Raymond Roussel.The project is a satire about the recent transmutation of language into a global market ruled by Google et al. and uses the most up-to-date technologies of control to draw cartographies of language at large scale.

> Dadameter, 2008 Print 84x84 cm et site internet. Coproduction L’artiste & Les Rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid pour la v1, & Le Jeu de Paume pour la v2

24_show off


25_show off


c. Noguès & C. bruno (FR) Nés en/Born in 1975&1964, vivent à/live in Paris

P

our l’édition 2013 de Show-Off, les artistes Christophe Bruno et Cécile Noguès croisent leur pratique autour de la « tragédie informationnelle ». Sur le mode de ses récents aliens rhizomatiques en céramique, Cécile Noguès répond à la topologie fantasmatique du Web 3.0 esquissée par Christophe Bruno.

F

or the 2013 edition of Show-Off, the artists Christophe Bruno and Cécile Noguès cross their practice around the “informational tragedy.” With her recent rhizomatic aliens ceramic Cécile Noguès meets the fantasy topology of Web 3.0 outlined by Christophe Bruno.

> Information Tragedy, a topology, 2013 Sculpture

26_show off


27_show off


ALEXANDRE casTONGUAY (CA) Né en/Born in 1968, vit à/lives in Montréal Courtesy PFOAC, Montréal

A

git P.O.V (Petit Objet de Vélo) est un microprojet pour hacker votre vélo inspiré par l’effet d’optique POV ou persistence rétinienne, les pratiques de propagande active de l’avant-garde russe (AGIT Prop), et le projet SpokePOV de Limor Fried (LadyAda). Un modeste circuit de 7 DELs, un arduino et une pile fixés aux rayons de la roue d’une bicyclette ainsi que la programmation adéquate et l’énergie du cycliste suffisent à illuminer la rue de votre message poético-politique. Agit P.O.V convie les participants à un atelier et une performance textuelle mobile dans les rues de nos cités. Nos vélos peuvent porter une voix poétique et créative, participant à l’agitation de la ville.

F

or SHOW OFF, 3 wall mounted motorized arms with LEDs and custom electronics display poetic-political messages. Agit P.O.V. (Petit Objet de Vélo) is a microhack for bicycles relying on the persistence of vision (POV) effect, the propaganda tactics of the russian avant-garde (AGIT Prop) and the SpokePOV Project by Limor Fried (LadyAda). AGIT P.O.V. invites participants to workshops and textual performances in the streets of our cities. Our bicycles are vehicles that can carry our poetic and creative voices and agitate the city.

28_show off

> AGIT P.O.V (wall version), 2013 Diamètre 1.2 m. Ed. of 10


29_show off


gregory chatonsky (FR) Né en/Born in 1971, vit à/lives in Montréal Courtesy XPO Gallery, Paris

H

island fait partie d’une série de travaux portant sur la place croissante des technologies d’identification. Mais répondre à la question Qui es-tu? suppose que nous sachions qui nous sommes. Hisland part de l’empreinte digitale de l’artiste. En transformant cette image dans un logiciel permettant habituellement de créer des jeux vidéos, il en résulte une topographie glaciaire. Les cernes de l’empreinte deviennent des montages, les irrégularités des formations terrestres, les renfoncements des lacs et des rivières. La petite empreinte, cette image presque invisible, que nous portons tous sous les doigts, devient un territoire immense et complexe.

H

island is part of a series of work on the growing importance of identification technologies. But to answer the question Who are you? we need to know who we are. Hisland is created from the fingerprint of the artist. By transforming this image in a software usually used to create video games, the result is a glacial topography. The rings of the footprint become fixtures, irregularities of land formations, the recesses of lakes and rivers. The small footprint, so invisible, that we all carry on fingers image becomes a vast and complex territory.

30_show off

> Hisland, 2008 Projection vidéo HD, son Pièce unique


31_show off


miguel chevalier (FR) Né en/Born in 1959, vit à /lives in Paris Courtesy Louise Alexander Gallery, Porto Cervo

L

’ œuvre “Nuage Fractal 2013” est une installation de réalité virtuelle où un générateur de formes fractales génère peu à peu un nuage. Le fractal relève d’une géométrie spécifique, où chaque élément peut se reproduire à l’infini, si bien qu’une partie de l’objet est semblable à l’objet lui-même. La structure simple au départ se complexifie à l’infini. Les lignes s’égarent, dessinant sous nos yeux telle une écriture automatique, des paysages abstraits. Sous l’apparente anarchie des formes se cache plusieurs ordres géométriques.

T

he work “Fractal Cloud 2013” is a virtual reality installation where a fractal generator generates gradually forms a cloud. The fractal is part of a special geometry, where each element can be repeated ad infinitum, so that part of the object is similar to the object itself. The simple structure initially becomes more complex to infinity. The lines go astray, drawing our eyes such automatic writing, abstract landscapes. Under the apparent anarchy of several geometric shapes hidden orders.

32_show off

> Nuage Fractal, 2013 Installation de réalité virtuelle générative Logiciel : Claude Micheli Ecran LCD 50”


33_show off


LUC COURCHESNE (CA) Né en/Born in 1973, vit à/lives in Montréal Courtesy PFOAC, Montréal

L

uc Courchesne participe à l’émergence des arts médiatiques et numériques il y a 30 ans alors que, vidéaste inspiré par une génération de cinéastes expérimentaux tels Michael Snow et Hollis Frampton, il adopte les technologies informatiques. Ses travaux portent d’abord sur le portrait interactif, une grande tradition artistique qui cherche sa nouvelle expression. Plus récemment c’est sur le paysage un autre genre important que porte son attention. Inventeur d’un dispositif qui permet l’immersion visuelle, il contribue par ses installations et ses images «panoscopiques» à transformer le spectateur de l’ouvre en visiteur, acteur et même habitant de ses dispositifs expérienciels.

L

uc Courchesne took part in the emergence of media arts thirty years ago when, as a video artist inspired by a generation of experimental filmmakers such as Michael Snow and Hollis Frampton, he adopted computer technologies. First delving into interactive portraiture, a great artistic tradition re-articulated in a new mould, his work has recently turned to another important genre, that of landscape. With his installations, “panoscopic” images, and a device of his own making used to create a sense of visual immersion, he transforms spectators into a visitors, actors and inhabitants of his experiential crafts.

34_show off

> SHORE SERIES : Kujukurikhama (Japan) Écran lcd, plastique, bois et ordinateur, vidéo en boucle 30 cm diam.


35_show off


M. daniaux & C. pigot (FR) Nés en/Born in 1976&1966, vivent à/live in Paris

M

ai 2012, après deux ans de recherches et de projets menés en Arctique, nous installons une webcam sur la station de recherche internationale de Ny Alesund sur l’archipel de Svalbard. Les instituts polaires du monde entier ont une base là bas : Corée, Chine, Italie, Allemagne, Inde, France, Norvège, Japon…Vous n’y mettrez pas les pieds à moins d’y être invité. La caméra est HD, grand angle et résiste à des températures pouvant aller jusqu’à -50°. Elle pointe le fjord et le glacier de Ny Alesund ainsi que les pyramides si caractéristiques de l’archipel. Nous proposons de vendre 1’accès au stream vidéo de cette caméra, une fenêtre sur l’Arctique, une adresse internet secrète.

M

ay 2012, after two years of research and projects in the Arctic, we install a webcam on the International Research Station in Ny Alesund in Svalbard. Polar institutes around the world have a base over there: Korea, China, Italy, Germany, India, France, Norway, Japan ... You won’t be able to get there unless you’re invited. The camera is HD, wide angle and withstands temperatures up to -50 °. It points to the fjord, Ny Alesund and the pyramids so characteristic of the archipelago. We offer to sell access to the stream video from the camera, a window on the Arctic, a confidential web address.

36_show off

> 78°55’ Installation 1,5x0,75x0,74 m


37_show off


magali desbazeillE (FR) Née en/Born in 1971, vit à/lives in Montreuil

«

Les mobinautes latinisés » présente 9 témoignages de mobinautes, racontant comment, à cause des téléphones à touches, de facebook ou de l’ordinateur, ils ont été obligés de latiniser l’écriture de leur langue d’origine. Russe, Grec, Persan, Algérien, Marocain, Chinois…s’écrivent maintenant en alphabet latin en plus de leur système graphique d’origine. Les outils de communication ont répandu l’alphabet latin mondialement en seulement 10 ans.

«

Mobile users Latinized» presents nine stories of mobile users, telling how, because of the keyboards, facebook or phone, they were forced to Latinized writing their language of origin. Russian, Greek, Persian, Algerian, Moroccan, Chinese ... now written with the Latin alphabet in addition to their original graphics system. Communication tools have spread the Latin alphabet world in just 10 years.

> « Portraits de mobinautes latinisés», 2013 Photos, objets

38_show off


39_show off


DJEFF (FR) Né en/Born in 1975, vit à/lives in Paris

B

reeze est une installation sensible et poétique sur la notion de présence. Miroir jouant sur un processus d’ombre, de lumière, de flux d’air et de sculpture, l’apparence du spectateur est captée par une face photosensible. Œuvre visuelle, l’ombre du corps devient lumière, chaque mouvement se transforme en jeu lumineux et explore le corps dans l’espace, les présences corporelles se révèlent matière, vivante et vibrante. Breeze rend sensible et poétique les présences invisibles.

B

reeze is a sensitive and poetic work based on the concept of human presence and a sense of innocence in all our actions, to be aware that any gesture and presence causes a change in the environment and its original state.

> Breeze, 2007 Installation interactive 1x1x0,2 m

40_show off


41_show off


PASCAL DOMBIS (FR) Né en/Born in 1965, vit à/lives in Paris Courtesy Galerie RX , Paris

D

epuis plus de 20 ans, Pascal Dombis utilise ordinateurs et algorithmes pour produire une répétition excessive de processus simples. En reproduisant quasiment à l’infini un signe géométrique ou typographique, il réalise des structures déstructurantes et développe des environnements irrationnels. Il exploite la coexistence paradoxale entre contrôle ordonné et aléatoire plus ou moins chaotique pour produire des formes visuelles imprévisibles, instables et dynamiques, qu’il synthétise en impressions murales, pièces lenticulaires ou bien en installations vidéo. A partir d’un excès de processus technologiques, Pascal Dombis cherche à troubler le spectateur en le confrontant à « son » irrationnel primitif.

F

or more than 20 years, Pascal Dombis has been using computers and algorithms to produce excessive repetition of simple processes. By computationally reproducing a geometrical or typographical sign, he creates destructuring structures and develops irrational environments. He exploits the paradoxical coexistence of orderly control and chaotic aleatory forces to produce unpredictable, unstable and dynamic visual forms which he synthesizes into digital wall drawings, lenticular pieces or video installations. Through an abuse of technological processes, Pascal Dombis tries to confront the human viewer with ‘his/her’ own primitive irrationality.

42_show off

> > Line_Wave (Double), 2013 Video installation with two lenticular screens/ 1.90x0.55 m (2 screens, on the floor) © 2013 Pascal Dombis / ADAGP / software : Claude Micheli > Eurasia (Google_Red-YellowWhite-Blue-Black_West/East), 2013 Lenticular mounted on alu-dibon / 3.60x1.80 m (4 panels) © 2013 Pascal Dombis / ADAGP


43_show off


JEAN DUBOIS (CA) Né en/Born in 1964, vit à/lives in Montréal

T

act croise la technologie avec le toucher, les sons et les images en explorant un espace entre la photo et le cinéma. Le dispositif est composé d’un écran incrusté dans un grand miroir circulaire affichant le mouvement flou d’une forme rosâtre. Le spectateur est invité à toucher l’écran. Une fois touchée, l’image se fige soudainement et montre le visage d’une femme écrasé contre l’écran que l’on peut contrôler au doigt et à l’oeil. Il s’installe alors un rapport étrange sinon gênant entre le spectateur et l’image d’autrui. Expositions antérieures : Shanghai International Gallery Exhibition of Media Art; Le Paço das Artes, São Paulo; Third Beijing International New Media Arts Exhibition and Symposium; Wood Street Galleries, ...

> Tact, 2000 81cm de diamètre - Pièce unique

44_show off


45_show off


Robin Dupuis (ca) Né en/Born in 1972, vit à/lives in Montréal Courtesy Perte de Signal, Canada

R

obin Dupuis aborde la construction de structures narratives à l’aide d’images et de sons générés et filtrés par des systèmes informatiques de conception artisanale. Il intervient sur le support numérique, transforme le langage de l’image en mouvement et joue avec l’univers sonore dans le but de proposer une expérience contemplative. Les images abstraites et les sons inouïs qu’il réussit à créer amènent le spectateur à « percevoir » de façon plus intuitive, à la manière de ce qu’Henri Chomette nommait un cinéma pur.

R

obin Dupuis approaches the construction of narrative structures through images and sounds that he generates and filters on home-grown computer systems. He works on digital supports, transforms the language of moving images, and plays with the soundscape to propose a contemplative experience. The abstract images and unheardof sounds that he creates prompt spectators to “perceive” more intuitively, in what Henri Chomette once described as cinéma pur. > Lixiviat, 2013 Edition de 3 vidéo HD, 09:49

46_show off


47_show off


RENAUD DUVAL (FR) Né en/Born in 1980, vit à/lives in Paris Courtesy Le Fresnoy - Studio des arts contemporains, France

S

ealine est un travail réalisé à partir de prises de vues faites à la chambre photographique 4x5 inch’ sur le littoral européen. À la suite de mes travaux précédents, je continue à m’intéresser aux territoires en mutation, au recouvrement, à la trace dans le paysage, à l’élément “objet plastique”, cette fois en questionnant un phénomène découlant du changement climatique : la montée du niveau des mers. D’ici 2100, elle pourrait être comprise entre 18 et 42 cm. Les photographies sont le résultat de différentes techniques des plus classiques aux plus complexes. Ces moyens sont utilisés de façon ténue afin de faire basculer l’image, sur quelques détails, entre réalité et fiction et dans un doute temporel. Est on avant ou après la catastrophe ?

> Excroissance Photographie Ed. of 7 - 100x125 cm > Le Havre Photographie Ed. of 7 - 127x159 cm une production du Fresnoy - Studio national des arts contemporains

48_show off


49_show off


ELECTRONIC SHADOW (FR) Vivent à/Live in Paris

L

e cristal de la personnalité est une œuvre du duo d’artistes Naziha Mestaoui & Yacine Aït Kaci, alias Electronic Shadow, pionnier reconnu dans les arts de l’ère numérique et inventeur du Video Mapping, au croisement de l’espace et de l’image. Elle prend la forme d’une installation numérique générant un autoportrait non-figuratif basé sur la personnalité. Le résultat est une sculpture numérique hybride originale. Le visiteur reçoit une image de son cristal et se voit proposer la matérialisation de cette entité hybride sous forme d’une sculpture physique unique imprimée au moyen d’imprimantes 3D.

T

he Personality crystal is an artwork created by the duo Naziha Mestaoui & Yacine Aït Kaci, alias Electronic Shadow, recognized pioneer in the art of the digital age and inventor of Video Mapping at the intersection of space and image. The digital installation generates a non-figurative auto portrait based on the personality. The result is an original hybrid numerical sculpture. The visitor receives an image of his personality crystal which can be materialized as a hybrid entity, a unique volumetric sculpture realized with 3D impression techniques.

50_show off

> Le cristal de personnalité installation


51_show off


VINCENT FOURNIER (FR) Né en/Born in 1970, vit à/lives in Paris

D

’une manière générale le travail de Vincent Fournier s’inspire de la recherche scientifique et de certaines formes d’utopies. Son intérêt pour ces domaines concerne moins l’aspect technique que les dimensions esthétiques et narratives, qui lui fournissent le matériel pour imaginer des histoires. “ Dans la science, c’est la part de rêve et d’imaginaire qui m’intéresse, son potentiel fictionnel et merveilleux”. Ses photographies interrogent le monde qui nous entoure mais jouent également sur la perception de ce qui nous semble vrai, faux, possible, sérieux, absurde, vivant ou artificiel... Le but de son travail n’est pas d’apporter des réponses. “Je cherche plutôt à stimuler la curiosité face à des situations volontairement ambigües.

I

n a general way this work is inspired by the scientific research and by certain forms of utopias. His interest for these domains concerns less the technical aspect than the esthetic and narrative dimensions. In the science, it is the part of dream and imagination that interests me, its fictional and wonderful potential. Photos question the world which surrounds us but also play on the perception of what seems to us true, false, possible, serious, absurd, alive or artificial... The purpose of my work is not to bring answers but rather to stimulate the curiosity.

52_show off

> Space Helmet, Extravehicular Visor Assembly, JFK Space Center [NASA], Florida, U.S.A., 2011. Ed.6/10 - 153x200 cm > IBIS [Passeridae temperatio] Ed. of 10 - 120 x108 cm. > RABBIT [Leporidae cognitiva] Ed. 2 of 10 - 85x78.3 cm


53_show off


Jeff guess (us/fr) Né en/Born in 1965, vit à /lives in Paris

S

ur un grand écran suspendu, une impulsion forte brouille la cohérence visuelle d’une image, des pixels sont projetés aux quatre coins de l’environnement 3D. A l’intérieur de ce mouvement turbulent et expansif, le pixel ou “unité de base de couleur programmable” selon Graham Harwood, traverse l’espace, libéré momentanément de sa tâche représentationnelle, devenu pures valeur chromatique et coordonnée géométrique.

O

n a large screen suspended in space, an ongoing imaging process is visualized. A sudden burst of energy scrambles the visual coherency of an image, picture elements careening off into the far reaches of a three-dimensional virtual matrix. The pixel or “basic unit of programmable color” as Graham Harwood calls it, is for a brief moment freed from its representational burden, traversing space, becoming nothing but pure chromatic value and geometrical coordinate, caught up in a turbulent, expansive moment. > Adressability, 2011 Programme informatique projeté sur écran suspendu. Ed. of 5.

54_show off


55_show off


david guez (fr) Né en/Born in 1967, vit à/lives in Paris

D

epuis 1995, David Guez réalise des projets artistiques dont les deux moteurs fondamentaux sont : La notion de « lien » : lien social, lien entre les différents médiums et entre les différentes pratiques, lien associé à une idée de l’altérité où les nouvelles technologies seraient le moyen d’échanger avec l’autre. La notion de « public », au sens le plus ouvert du terme : « un art ouvert et disponible à tous les publics » et au sens politique et social : « un art qui questionne les libertés publiques et intimes et qui propose des alternatives ». Ces deux approches lui ont permis d’inventer des « objets » et des « matrices » qui questionnent sur des thèmes aussi variés que les médias libres, la psychanalyse, le rapport au temps, les usages collaboratifs de l’internet, les problèmes d’identité, de pertes de liberté et les questions d’archivage.

S

ince 1995, David Guez created art work related to new media and digital forms ( performances,installations, internet ); All his projects are driven by two main notions : « link » (social link, link between internet and ways of making art…) and « public » (an art accessible to all, questionning public liberties…) These two approaches enabled him to create « objects » and « matrixes» that question topics as varied as free media, psychoanalysis, time, collective uses of the internet, identity problems, loss of liberty and questions of filing on the web.

56_show off

> Caméra 2067, 2013 > Etalons Kilo-octet, 2013 > Disque dur papier - LA JETEE, 2013


57_show off


lynn hershman (us) Née en/Born in 1949, vit à/lives in San Francisco. Courtesy Gallery Paule Anglim, San Francisco

A

u cours des trois dernières décennies, l’artiste et cinéaste Lynn Hershman Leeson a été acclamé internationalement pour son utilisation novatrice des nouvelles technologies et ses enquêtes sur des questions qui sont maintenant reconnus comme essentiels au bon fonctionnement de notre société: identité à une époque de consumérisme, la vie privée dans une ère de surveillance, l’interfaçage des hommes et des machines, ainsi que la relation entre les mondes réel et virtuel. Une étude majeure de son travail a été présenté en 2012 à la Kunsthalle de Brême. Son travail a été présenté à la Tate Modern de Londres en 2012 et une rétrospective et le catalogue sont prévues pour 2014 au ZKM, en Allemagne et au MDM, en Autriche. ver the last three decades, artist and filmmaker Lynn Hershman Leeson has been internationally acclaimed for her pioneering use of new technologies and her investigations of issues that are now recognized as key to the working of our society: identity in a time of consumerism, privacy in a era of surveillance, interfacing of humans and machines, and the relationship between real and virtual worlds. A major survey of her work was presented in 2012 at Kunsthalle Bremen. Her work was featured at the Tate Modern London in 2012 and a retrospective and catalogue are being planned for 2014 at the ZKM, Germany and at the MDM, Austria.

O

58_show off

> Cyborg 9, 1999 Digital Archive Print Ed. of 5 - 30”x30”


59_show off


norbert hillaire (fr) Vit à/Lives in Paris

L

es Photomobiles, qui sont à peine des photos, ou des photos comme volées à travers un téléphone, semblent destinées à répondre de la fuite du temps et de cet empire de l’éphémère qui en est comme l’ombre portée aujourd’hui, par le mouvement symétrique d’une prise effectuée sans aucun souci de pause, ou de construction organisée de l’image. Une prise en mouvement, comme l’objet même qu’elle tente de saisir.

T

he Photomobiles, which are hardly photos, or photos almost stolen through a phone, seem destined to respond to passing time and this empire of the ephemeral, like the shadow of the moment carried by the symmetrical movement of a shot taken on the fly, with no deliberately composed image. It’s a shot in motion, like the very object it attempts to capture.

> Lignes de fuite 16 - Repons. 2011 Photographie Ed. of 3 - 56x107 cm > Lignes de fuite 10 - Le vecteur des archives, 2011 Photographie Ed. of 3 - 56x107 cm

60_show off


61_show off


C. ikam& L. fleri (fr) Vivent à/Live in Paris Courtesy Galerie Albert Benhamou, Paris

D

epuis les années 80, Catherine Ikam revisite les archétypes de notre société à travers le prisme des technologies : Fragments d’un archétype et Identité III, créées en 1980 au Centre Pompidou, ont été deux pièces fondatrices de l’art vidéo en France. L’irruption du numérique, du temps réel, et de son cortège de leurres la conduiront à inventer avec Louis Fléri des environnements et des personnages virtuels, sculptant des espaces mentaux en perpétuelle évolution.

S

ince 1980 Catherine Ikam has been working on the concept of identity in the electronic age, and in particular on the themes of identity and appearance, the living and the artificial, the Human and the model. She is one of the pioneering Européan artist in the field of new technologies. It was in the Nineties that Catherine Ikam and Louis Fléri collaborated and created installations of virtual reality in which the visitors could interact in real time with virtual characters. > Portrait interactif d’Oscar en temps réel, 2005 Installation Ed.7 of 8 > Portrait au noir, 2013 Tirage jet d’encre contrecollé sur aluminium Ed. of 8 - 70x150 cm

62_show off


63_show off


eduardo kac (us) Né en /Born in 1962, vit à/lives in Chicago Courtesy Black Box Gallery, Copenhague

T

hroughout his three-decade career, Eduardo Kac has continuously explored the poetic dimension of language. In the Lagoglyph Animation he develops a unique choreography based on a whimsical sign system of his own creation. In the words of Christiane Paul, curator at the Whitney Museum of American Art, New York : “The Lagoglyphs are a series of artworks, ranging from silkscreen prints to animations, in which Kac creates a visual language and form of writing that he describes as “rabbitographic.” Each medium in which the Lagoglyphs are presented highlights a different quality.”

T

he “Plantimal” photographs feature a new life form Kac created and that he calls “Edunia”, a genetically engineered flower that is a hybrid of the artist and Petunia. The “Edunia” expresses Kac’s DNA exclusively in its red veins. By combining human and plant DNA in a new flower, in a visually dramatic way, Kac evokes the idea that different species are closer to each other than we might think. The “Plantimal” photographs feature identical “Edunia” clones; however, they all look quite different. Through the beauty of the flowers, Kac poetically highlights the fact that all life is singular.

64_show off

> Lagoglyph animation Ed. of 5 - Video Projection > Plantimal I-VI Ed. of 3 - 42x42 cm - lambda prints on diasec


65_show off


ulf langheinrich (At) Né en/Born in 1960, vit à/lives in Dresden & Hong Kong - Courtesy Epidemic, France

U

lf Langheinrich quitte l’Allemagne de l’Est en 1984 pour créer son propre studio en Allemagne fédérale puis en Autriche. When he left East Germany in 1984, he set up his own studio in West Germany, then in Austria. En 1991, Kurt Hentschläger et lui fondent le duo GRANULAR-SYNTHESIS. In 1991, he and Kurt Hentschlager founded the duo GRANULAR-SYNTHESIS. Leurs œuvres sont présentées notamment à / Their artworks were presented, among others, in ICA London, MAK Wien, Musées d’Art contemporain de / Museums of Contemporary Art of Lyon, Montréal, Seoul, Stedelijk Museum Amsterdam, Kunstverein Hannover, ICC Tokyo, Creative Time New York, Shanghai Sculpture Space. Le duo représente l’Autriche lors de la Biennale de Venise 2001. They represent Austria at 2001 Venice Biennale. Depuis 2003, Ulf Langheinrich se consacre de nouveau à ses projets solos. Since 2003, Ulf Langheinrich has created various large scale solo projects. Ses œuvres sont présentées notamment à / His artworks were presented, among others, in Barcelona (MACBA), Berlin (Martin-Gropius-Bau), Dresden (Hellerau EZK), Eindhoven (STRP), Gent (Film Festival), Hong Kong (Run Run Shaw Centre), Madrid (ARCO), Melbourne (ACMI), Moscou/Moscow (Red October, Winzavod), Perth (PICA), Roma (Romaeuropa-MACRO), Rotterdam (DEAF), Seoul (INDAF), Shanghai (4 institutions), Wien (Wien Modern)...

66_show off

> MOVEMENT Y, 2010 Installation > SOIL, 2003-2010 Installation


67_show off


joanie lemercier (fr/uk) Né en/Born in 1982, vit à/lives in Londres Courtesy Muriel Guépin Gallery, New York

U

n artiste plasticien fasciné par la relation entre la lumière et la perception humaine, il cherche à échapper à notre relation avec l’écran plat et rectangulaire, et depuis 2006 a développé des outils et des techniques qui l’ont amené à voir le monde autour de nous comme une toile de fond de projection potentiel . Lermercier élaboré un programme qui lui permet de produire et de générer des images 3D en temps réel, tout en expérimentant une nouvelle approche de la technique de cartographie, pour recréer l’illusion de la profondeur et du relief sur un fond plat, comme on le voit dans son projet Light Canvas.

A

visual artist fascinated with the relationship between light and human perception, he seeks to escape our relationship with the flat, rectangular screen, and since 2006 has been developing tools and techniques which have led him to view the world around us as a potential projection backdrop. Lermercier developed a programme that enables him to produce and generate 3D images in real time, while also experimenting with a new mapping technique approach, to recreate an illusion of depth and relief on a flat backdrop, as can be seen in his project Light Canvas.

68_show off

> Light canvas II, 2011 Sintra Print, each 40” x 63”, high-resolution video, 8.5 min. loop each - Ed. of 6 each + AP


69_show off


julien levesque (fr) Né en/Born in 1982, vit à/lives in Paris

L

es Street Views Patchwork forment 12 tableaux photographiques vivants qui évoluent au rythme d’un temps, celui des bases de données de Google. Composés lors de mes différents voyages dans Street View, ce patchwork d’images forme des paysages à la géographie et au temps pluriels. Relié à Internet dans le flux qui les actualise, ces images sont susceptibles d’évoluer à chaque instant, actualisant notre vision de la réalité du monde. “Et si la photographie d’un paysage pouvait évoluer dans le temps, se transformer petit à petit, au grés des jours au rythme des saisons...”

T

he Street Views Patchwork form 12 living photographic pictures changing pace of time, the Google database. Composed during my travels in Street View images form this patchwork landscapes geography and time. Connected to the Internet in the stream that updates these images are subject to change at any time, updating our view of the real world. “And if a photograph of a landscape could evolve over time, become gradually with the the seasons ...”

70_show off

> STREET VIEWS PATCHWORK 2009-2013 Projection, internet


71_show off


christophe luxereau (fr) Né en/Born in 1966, vit à/lives in Paris Courtesy Galerie Vanessa Quang, Paris

D

euxième volet faisant suite aux psychotropes, Vanités s’inscrit dans une réflexion sur la virtualité et ses sources dans l’art. La série de crânes nous renvoie à cette nécessité de possession même au sein des communautés virtuelles telle que Second life. Ces crânes nous rappellent aussi que la virtualité est associée à cette idée de survie sous forme désincarnée, de corps sans organe qu’est le réseau (internet). La série est basée sur un modèle de crâne en 3d réalisé par l’artiste dont chaque couleur évoque un bien matériel.

S

econd part following psychotropic, Vanities is part of a reflection on the virtuality and its sources in the art. The series of skulls reminds us that need to possess even within virtual communities such as Second Life. These skulls also remind us that virtuality is associated with the idea of survival in disembodied form, body without organs what the network (internet). The series is based on a model in 3d skull by artist that each color evokes a tangible.

72_show off

> VANITES, bleu sèvres, 2009 Tirage lambda sur diasec Ed. of 5 - 1x1m


73_show off


nicolas maigret (fr) Né en/Born in 1980, vit à/lives in Paris

D

ans un contexte d’omniprésence des dispositifs de surveillance des télécommunications, “THE PIRATE CINEMA” rend compte de l’activité invisible et de la géographie du processus de partage Peer-toPeer globalisé. Cette installation prend la forme d’une salle de contrôle qui reflète instantanément les échanges peer-to-peer en cours sur les réseaux BitTorent. Elle produit un réarrangement imprévisible et syncopé des fichiers en train d’être partagés. Les fragments de média en cours d’échange sont immédiatement diffusés. Des informations concernant leurs sources et leurs destinataires sont également visibles, elles dépeignent ainsi une topologie des usages numériques et de la propagation mondiale des contenus.

I

n the context of omnipresent telecommunications surveillance, The Pirate Cinema reveals the hidden activity and geography of online peer-to-peer (P2P) file sharing. The project is presented as a monitoring room, which shows Peer-to-Peer transfers happening in real time on networks using the BitTorrent protocol. The installation produces an arbitrary cut-up of the files currently being exchanged. User IP addresses and countries are displayed on each cut, depicting the global topology of content consumption and dissemination.”

74_show off

> The Pirate Cinema Installation vidéo Développement: Brendan Howell | Production: Art Kill Art, La Maison polulaire | avec le soutien du CNC Dicream


75_show off


misha margolis (RU) Né en/Born in 1975, vit à/lives in Paris Courtesy Galerie Charlot, Paris

L

installation interactive «La racine» est le fruit d’une réflexion sur la relation entre la nature et la vie humaine au travers d’une racine d’arbre. Le public se retrouve aux pieds d’une énorme racine déterrée et suspendue au plafond. A travers des filtres spéciaux, le public peut découvrir une série d’images animées cachées, qui font apparaître des personnes de différents âges (tous appartenant à une même famille) occupés dans des actions diverses. Cette installation représente la mémoire des gens ayant vécu et qui feront bientôt partie d’un «passé futur». Cet environnement circulaire et sans fin est lié au cycle de la vie humaine de la naissance à la mort et par conséquent au cycle de vie de l’arbre.

I

nteractive installation «The Root» aims to illustrate a relationship between nature and human life from a point of view of a tree. A spectator finds himself below a large unearthed root suspended under the ceiling. Using special set of filters visitors can discover a series of hidden animated images, which shows people of different age (a part of large family) engaging in various activities. Those represent the memories of a tree and people living now soon to be “in past of the future”. This endless circular environment relays to a life-cycle of humans from birth to death and consequently the life-cycle of the tree itself.

76_show off

> Roots, 2012 Installation vidéo, racine d’arbres, écrans, filtres - Pièce unique


77_show off


alexandre maubert (fr) Né en/Born in 1981, vit en/lives in France &Japon - Courtesy Granulr Agency, Japan

S

uite aux événements du 11 mars 2011 qui ont touchés de plein fouet le Japon, j’ai commencé une collecte d’image sur internet et plus particulièrement de ciels extraits de différents Manga animés. Avec l’aide du Center for Engineering Strong Motion Data CESMD, je me suis procuré le relevé des stations de surveillance ayant enregistré le séisme de Tohoku le 11 mars 2011 à 5h46 UTC. Le titre de chaque compositions empreinte le nom du lieu où se trouvait la station sismique ayant réalisé les relevés utilisés. J’ai alors ajouté une forme de densité à l’image en reprenant les enregistrements du séisme, qui s’étendent sur une temporalité de 300 secondes.

F

ollowing the events of March 11, 2011 who hit so hard Japan, I started a collection of images on internet and especially extracts of different skies from Manga animations. With the help of the Center for Engineering Strong Motion Data - CESMD, I got the record of monitoring stations that recorded the earthquake in Tohoku March 11, 2011 at 5:46 UTC.The title of each composition is the name of the seismic station having made the statements used. I then added a form of density to the image containing the records of the earthquake, which extend over a time frame of 300 seconds.

78_show off

> Cutting Plane série Inkjet print on Rag Paper, white shadow box, 90 x 120 cm, ed.5 + 2AP


79_show off


katherine melançon (ca) Née en/Born in 1977, vit à/lives in Montréal

T

he Seven Sisters série National Park (Angleterre) fait partie d’un plus vaste projet sur ​​l’exploration de mes voyages mondiaux en cours. Informé par «psycho» comme inventé par les situationnistes et à travers l’enquête épisodique, sémantique et postmémoire, les actes de travail résultant comme un index médiation de la localité du terrain visité par la collecte de matériaux recueillis comme preuve de la visite. Il renforce également le dialogue entre les différents types de mémoire indiquées. Je crée une photographie sans caméra en utilisant un scanner, la reconstruction d’une mémoire sensorielle de l’emplacement avec le hasard, la performance et le temps.

T

he Seven Sisters National Park (England) series is part of a larger on going project exploring my global travels. Informed by ‘psychogeography’ as coined by the Situationists and through investigating episodic, semantic and post-memory, the resulting work acts as a mediated index of the locality of the visited terrain through the collection of materials gathered as evidence of the visit. It also reinforces the dialogue between the various types of memory stated. The overall process involves discovering a location and gathering material while there. Next, I create a cameraless photograph employing a scanner, reconstructing a sensory memory of the location with chance, performance and time.

80_show off

> The Seven Sisters National Park Series Photographie. Ed. of 5


81_show off


naziha mestaoui (BE) Née en/Born in 1975, vit à/lives in Paris

N

aziha Mestaoui, est artiste et architecte, membre avec Yacine Aït Kaci du duo Electronic Shadow fondé en 2000. L’ œuvre «Corps en résonance» est une installation sonore et visuelle interactive qui génère des sons et reflets lumineux au gré des déplacements des visiteurs. Une série de bols chantants tibétains remplis d’eau sont alignés dans un espace. Au départ, ils sont tous silencieux, la présence d’un visiteur interfère avec le dispositif qui commence à réagir, les bols se mettent progressivement à tourner et chanter selon le déplacement des corps dans l’espace. Les fréquences harmoniques ainsi générées interfèrent avec le corps qui se synchronise et commence à résonner avec l’ensemble du dispositif.

N

aziha Mestaoui is an artist and architect, member with Yacine Aït Kaci of the duo Electronic Shadow The work “body in resonance” is an interactive sound and visual installation that generates sound and light reflects according to the movements of visitors. A series of Tibetan singing bowls full of water are aligned in space. Initially, they are all silent, the presence of a visitor interferes with the device which begins to react, the bowls are gradually turning and singing according to the movement of bodies in space. The harmonic frequencies generated and interfere with the body which synchronizes and begins to resonate with the entire device.

82_show off

> Corps en résonance Installation sonore et visuelle Ed. of 7


83_show off


ALBERTINE MEUNIER (FR) Née en/Born in 1964, vit à/lives in Paris

A

lbertine Meunier pratique l’art dit numérique depuis 1998 et utilise tout particulièrement Internet comme matériau. Elle se définit elle-même comme une net artiste, artiste pas nette. Ces travaux questionnent, autant de manière critique que ludique, les grands acteurs de l’internet tel que Google, Twitter ou Facebook et le nouveau monde qui nous entoure, nouveau monde, qui remplit de transistors et microprocesseur, vit à la vitesse de la lumière des réseaux. Pour SHOW OFF, elle présentera sa toute nouvelle pièce : Looking for Daisy.

A

lbertine Meunier has been practicing digital art since 1998, and using the Internet as raw material. She defines herself as a Net artist, which is not necessarily her artistic net value. This mildly obsolete expression—a Net artist is, quite simply, an artist of her time—helps to give her a human face, far from the coldness of digital machines.Her works question, both critically and playfully, big online players such as Google, Twitter and Facebook, as well as our new environment full of transistors and microprocessors, where we live at the speed of fiber optic networks. For SHOW OFF, she will introduces her new work : Looking for Daisy.

84_show off

> Au delà de 1m/s Installation Ed. of 3 > Looking for Daisy, 2013 5 aquarelles : 20x16 cm & boite 15cm & A4


85_show off


L.mignonneau & C.sommerer (FR&AT) Nés en/Born in 1967&1964, vivent à/live in Linz Courtesy Galerie Charlot, Paris

L

ife writer est une vieille machine à écrire sur laquelle le public est invité à frapper du texte qui apparaît, par projection vidéo, sur une feuille de papier tout ce qu’il a de plus normal. Mais les lettres formant la ligne saisie par le visiteur se transforment en autant de créatures artificielles dès lors que ce dernier actionne le retour chariot. Les caractères typographiques ont ainsi été convertis en des algorithmes génétiques qui déterminent les comportements des bestioles qui s’animent sur le papier. La vitesse de leurs déplacements, lorsqu’elles viennent chercher l’énergie typographique dont elles dépendent, trahit une faim apparemment insatiable. Et comme toutes les créatures terrestres, elles finissent par se reproduire pour envahir la feuille de papier qui s’avère alors trop petite !

L

ife writer is a vintage typewriter presented to the public on top of an old furniture. Typing a text with the typewriter let the users to release some insect shapes that move, reproduce and eat the released typed characters from the machine. As they reproduce, the insects exchange their body shape characteristics as offspring and evolve over time and generations, leading to their increased skills at caching food and mating.

86_show off

> Life Writer, 2006 Installation Ed. of 5 - 100x80x90 cm


87_show off


robyn moody (ca) Né en/Born in 1975, vit à/lives in Calgary

P

our SHOW OFF, deux œuvres de l’installation “Butterflies” seront présentés mais l’installation peut en avoir plus. Chaque ouvrage est disposé au sommet d’un pupitre muni de bras mécaniques qui actionnent les livres rappelant des battements d’ailes. Le point commun de chacun des ouvrages de l’installation réside dans le fait que leurs auteurs ont tous été confrontés à la censure ou ont fait l’objet de menaces liées à l’obscurantisme ou au conservatisme politique ou social. Aussi retrouve-t-on les « Versets Sataniques » de Salman Rushdi, « Des révolutions des orbes célestes » de Copernic ou encore « Les Fils de La Médina » de Naguib Mahfouz roman qui fut frappé d’interdiction par le régime de Nasser car jugé blasphématoire. L’installation confère par sa scénarisation et son éclairage feutré une ambiance apaisée, en réaction aux conflits soulevés par ces publications lors de leur diffusion.

T

hese are two works from “Butterflies” serie that sometimes come together with a larger group to form an installation, The books chosen for this series, mechanically animated as butterflies at rest, have all been threatened by some sort of authority. They were chosen to stand as examples of ideas that are simultaneously beautiful, elegant, and vulnerable.

88_show off

> Butterflies: Species at Risk at the Edge of Reason Installation 40x40x100 cm


89_show off


pia myrvold (no) Née en/Born in 1960, vit à/lives in Paris

D

ès ses débuts, en Norvège, dans les années 80, Pia MYrvoLD a toujours développé des projets imbriquant les nouvelles technologies aux plus anciennes. Elle a ainsi créé de nouvelles formes dans des espaces issus de l’architecture, de la mode, de la musique, du design mais aussi des technologies issues du numérique, d’internet à la vidéo, associant même la danse contemporaine.

P

ia MYrvoLD’s hybrid and overlapping research with visual media, has introduced the art and design world to hybrids like cybercouture, clothes as publishing, multi-surface works, female interfaces and art projects involving dualities of virtual and real space, the keyword being interactive art interfaces. Pia MYrvoLD’s work is a conquest of space and new creation in the world of visual art. Her latest projects with 3D animation as sculpture and painting, with multiscreen architectural strategies and digital mapping, leaves her in the forefront of present technological realities. > The Metamorphoses of the Virtual - 6 forms, 2012 100x80x5 cm > Video Forest, 2013 Installation vidéo Ed. of 2

90_show off


91_show off


joseph nechvatal (us/fr) Né en/Born in 1951, vit à/lives in Paris

P

ionnier dans le développement de l’art numérique, Joseph Nechvatal travaille avec les images électroniques et la technologie informatique depuis 1986. Ses peintures assistées par ordinateur traduisent des images du corps humain en unités picturales que les virus informatiques transforment. La contamination de la tradition de la peinture sur toile par les nouvelles technologies digitales crée ainsi une interface entre le virtuel et le réel, ce que Joseph Nechvatal appelle le « viractuel ».

H

is work in the early 1980s chiefly consisted of postminimalist gray graphite drawings that were often photomechanically enlarged. During that period he was associated with the artist group Colab and helped establish the non-profit cultural space ABC No Rio. In 1983 he co-founded the avantgarde electronic art music audio project Tellus Audio Cassette Magazine. In 1984, Nechvatal began work on an opera called XS: The Opera Opus (1984-5) with the no wave musical composer Rhys Chatham.He began using computers to make “paintings” in 1986 and later, in his signature work, began to employ computer viruses. These “collaborations” with viral systems positioned his work as an early contribution to what is increasingly referred to as a post-humanaesthetic.

92_show off

> Body in circuits, 1991 106x167cm


93_show off


catherine nyeki (fr) Vit à/Lives in Paris

L

a « plasticienne laborantine », musicienne plurimédias Catherine Nyeki, nous offre un corpus de « nano vidéos » de micro-organismes imaginaires et de leur stratégie de défense pour faire face aux prédateurs. Cette œuvre contemplative, à la frontière du mime, offre un spectacle où se mêlent mimétisme plastique et mimétisme symbolique.

T

he plurimedia musician “visual laboratory assistant” Catherine Nyeki, offers a set of “nano video” imaginary micro-organisms and their defense strategy to deal with predators. This contemplative work, on the border of mime, offers a show that combines plastic and symbolic mimicry.

> Cellula, 2009 Tirage de 9 dessins. 30x40 cm. Papier mat, jet d’encre. > Mimetika [Globulus], 2013 Tirage unique de 20 pièces. 20 cm x 20 cm - Papier photo argentique. Demi globe plexi. Forex.

94_show off


95_show off


ORLAN (FR) O

Vit à/lives in Paris Courtesy Galerie Michel Rein

RLAN, sans la moindre parcelle de peau, répète ce qui pourrait être une chorégraphie avec la lenteur de sa toute première performance consistant à aller d’un point à un autre, dans la ville de Saint-Etienne, avec la plus extrême des lenteurs. Quant aux gestes qu’elle reproduit, dans l’espace tridimensionnel de l’image, ils réactivent le mesuRAGE de rues, places ou monuments avec son corps, encore, pour seule unité. Le vide de l’arrière-plan, pourtant parfaitement noir, défile au rythme d’une gestualité ralentie contredisant l’extrême vitesse de calcul des machines qui se sont succédées pour sculpter tous les muscles, toutes les chaires et autres veines ou veinules du corps du modèle, bien au-delà de sa propre mise à nue. En “Liberté”, c’est l’indépendance de l’artiste et de la femme même, en écorchée, qu’elle célèbre. RLAN, without the least bit of skin, practices what could be choreography with the slowness of her very first performance, which consisted of going form one spot to another in the city of Saint-Etienne, as slowly as possible. As for the gestures she makes in the three-dimensional space of the image, they re-enact the measurement of streets, squares and monuments with her body, again, as the only unit of measurement. The emptiness of the background, though perfectly black, unfolds to the rhythm of slow-motion body movements that counter the very high speed of the machine calculations that follow on to sculpt all the muscles, flesh, veins and veinules of the model’s body, beyond its own nakedness. In “Liberty”, it is the independence of the artist and of woman, in cut-away, that she is celebrating. Dominique Moulon

O

96_show off

> La Liberté en écorchée, 2013 Vidéo 3D Dimensions variables 3:34 boucle en continu.


97_show off


jacques perconte (fr) Né en/Born in 1974, vit à/lives in Paris Courtesy Galerie Charlot, Paris

J

acques Perconte construit une pratique artistique essentiellement liée aux outils numériques. Il provoque la machine, la pousse à ses limites, pense à partir de ses insuffisances et crée en fonction de ses erreurs. De film en photographies, de créations sur le net en installations, Jacques Perconte produit une matière picturale numérique vive, questionne l’espace, la couleur, le paysage et la société. Même s’il est reconnu comme l’un des pionniers français de l’art sur internet, c’est avant tout un des touts premiers à avoir travaillé la vidéo par les codecs (travail sur la compression et la décompression) et à avoir donné au numérique une nouvelle dimension picturale.

J

acques Perconte is a French Filmmaker and new media artist living in Paris. Since 1999 his films and new media projects explore the digital medium. He is well known as one of the pioneers of French internet art. He is among the first artists to have worked on compression codecs. Jacques made his debuts with internet and video art. His first films date back from 1995 and his first internet artworks from 1996. Even though his works become less and less theoretical, the relation between form and substance remains crucial. Jacques Perconte works on the forms of fiction on various medias as well as a formal research, focused on the body and the landscape.

98_show off

> Santa-Maria Madalena, 2013 Film génératif


99_show off


françois quevillon (ca) Né en/Born in 1976, vit à/lives in Montréal Courtesy Perte de Signal, Canada

O

euvre du début de la carrière d’un artiste dont la pratique aborde la nature instable du monde sensible, Defrost explore les changements d’état de la matière par l’orchestration de sa transformation. Le traitement numérique de la captation d’événements générés par des contrastes thermiques engendre des espaces énigmatiques où règne un climat de tension qui évolue en crescendo. Defrost a été conçu et réalisé en 2001 sous la forme d’une installation vidéo multi-écrans avec son multicanal. Cette édition comprend une vidéo triptyque en haute définition (les trois vidéos y sont présentés côte à côte simultanément) ainsi que les trois fichiers vidéo individuels.

D

efrost is a video installation that explores the formal characteristics of the different states of matter. It presents diverse phenomena that are generated by thermal contrasts. The installation is composed of three video projections and six speakers which surround the public. > Defrost, 2001 Installation vidéo Ed. of 5 - Boîtier avec une clé USB contenant le tryptique

100_show off


101_show off


olaf rauh (de) Né en /Born in 1968 vit à/ lives in Leipzig Courtesy Galerie Richard, Paris, New York

D

ans la série Multiscan, l’artiste nous montre principalement des paysages urbains ou industriels, habitats collectifs ou esplanades, immeubles en démolition... qui au premier abord brillent pat l’absence d’habitants, de piétons, d’usagers. Grâce à des procédés numériques spécifiques Olaf Rauh introduit des masses polychromes, certaines biomorphiques, comme l’essence d’une vie apparaissant. D’autres s’apparentant à des fumées irréelles laissant place au rêve. Il y métamorphose l’espace ainsi que sa perception. L’artiste artistiquement abolit la frontière entre le réel et l’imaginaire et joue sur la correspondance grâce à des effets miroirs.

I

n the series Multiscan, we are witnesses of urban landscapes, habitats or community plazas which shine by their absence of residents, pedestrians and users. Thanks to electronic methods which differ from the previous series, Olaf Rauh introduces polychrome masses, some biomorphic, as the essence of apparent life. Other masses resembling smoke place the viewers in a dream mood. He transforms the space together with its perception. Effectively, the artist abolishes the border between reality and the imaginary, and plays on the likeness by using mirror effects.

102_show off

> multiscan (49.295141, -123.152128), 2010 Ed. of 3 - 120x160 cm, Ilfovinyl print > multiscan (50.062473, 14.431439) Ed. of 3 - 120x160 cm, Ilfovinyl print


103_show off


vincent rioux (fr) Né en/Born in 1971, vit à/lives in Paris

T

rois dessins algorithmiques - calculés, imprimés et assemblés sur plaque d’aluminium. Chacun d’entre eux présente les 4096 combinaisons d’un cube et de ses douze arêtes (cube “vide” compris) modifiées de façon aléatoire selon trois modes de variations.

T

hree algorithmic drawings - computed, printed and assembled on aluminium plates. Each drawing displays the 4096 combinations of a cube and its twelve edges (including the “empty” cube) randomly modified in three different chosen ways.

> 4096 cubes serie of 3 aluminums plates 1.10x1.10 m each

104_show off


105_show off


jan robert leegte (NE) Né en /Born in 1973. Vit à /lives in Amsterdam Courtesy Gallery Joey Ramone, Rotterdam, The Netherlands

L

’identification d’un objet physique semble facile. Bien que quand on les regarde de plus près de multiples paramètres forment ce jugement. En jouant avec cela, Jan Robert Leegte déconstruit notre expérience physique. Son but est d’ajouter de la confusion et d’accroitre notre crainte pour le monde qui nous entoure. En approfondissant ce champ d’intérêt, il détourne les sujets comme le décor, les interfaces de logiciels, trompe l’œil, de l’architecture classique, le romantisme et le code informatique.

I

dentifying a physical object seems clear. Though when looked upon closer, a variety of triggers form this judgement. Using these, Jan Robert Leegte deconstructs our physical experience, aiming to add confusion and growing awe for the world around us. Ploughing through this field of interest, he has incidentally uprooted subjects as ornamentation, the sublime, software interfaces, trompe l’oeil, classical architecture, romanticism and computer code.

106_show off

> Scrollbar (remake) computer projection, wood Ed. of 5 - 1.5x4x0.5 m


107_show off


françois ronsiaux (fr) Né en/Born in 1974, vit à/lives in Paris

U

nited Land est un projet global photographique et plastique qui explore les notions de territorialité et les psychoses de l’homme face à la potentielle disparition de ses espaces vitaux. L’être humain, en quête perpétuelle de contrôle de son environnement de vie, se retrouve depuis peu face à la question de temporalité de l’existence humaine et à l’hypothèse d’un arrêtbrusque ou progressif de la vie sur terre.

U

nited Land is a global photography and visual arts project that explores the notion ofterritoriality and man’s psychoses when confronted with the possible disappearance of his vital space. Throughout the 21st century, man, with his never-ending drive to control his living environment, finds himself facing the pos¬sibility of a temporary existence as well as the potentiality that life on earth could end progressively or even abruptly.

> United Land / Unutopic pictures. Duratrans en caisson lumineux à Led Tirages C-Print sous diasec 150x100 cm / 105x70 cm / 125x85 cm

108_show off


109_show off


samuel sT-aubin (ca) Né en/Born in 1979, vit à/lives in Montréal Courtesy Perte de Signal

S

amuel St-Aubin contribue à de nombreux projets artistiques depuis maintenant une dixaine d’annnés. Il agit comme conseiller en art technologique auprès d’artistes émergents et établis. À travers ses multiples projets artistiques, il a développé une vision personnelle de l’art qu’il nourrit sans cesse avec la réalisation de nouveaux projets et idées. Ses assemblages précis, allant de l’objet détourné à l’objet inventé, rappellent de manière poétique la vie quotidienne dans sa complexité tant que dans sa fluidité. Battement de coeur, vaisselle, thé… l’équilibre et l’accident sont la matière de ses expérimentations.

S

amuel St-Aubin is a Canadian artist. He has a college degree in Electronics and Telecommunications. Since 2003, he has been involved in many electronic and sound art projects. He lives and works in Montreal. He has taken an active role within the Drone collective, creating rich electronic interfaces in the interactive installation produced by the group. Since then, he has worked with many different new technologies like Wireless sensors, micro processing and realtime data processing. Through the multiple art projects he has worked on, Samuel St- Aubin has developed a personal vision of electronic interactive art that he his continually nourrishing with new projects and ideas. He is active member of artist-run center Perte de signal.

110_show off

> ŒUF Installation Ed. of 3 - 20x30 cm


111_show off


antoine schmitt (fr) Né en/Born in 1961, vit à/lives in Paris. Courtesy Galerie Charlot, Paris

7

milliards de pixels traversent l’écran, au rythme de 1 million de pixels / s, résultant en un film d’une durée totale de 1h56’40 “. La trajectoire de chaque pixel est indépendante des autres, de sorte que le flux semble animé par un comportement chaotique sans aucune organisation globale tout en reflétant les intentions individuelles de chaque pixel. Il y a 7 milliards d’êtres humains sur terre aujourd’hui. L’intention de cette oeuvre est de confronter physiquement le spectateur à la masse de l’humanité toute entière.

7

billion individual pixels cross the screen, at the rate of 1 million pixels / s, leading to a movie of a total duration of 1h56’40”. The path of each pixel is independant of the others, so the flow seems animated by a chaotic behavior with no overall organization while still reflecting the individual intentions of each pixel. There are 7 billion human beings on earth today. This artwork intends to physically confront the viewer to the mass of the whole humanity. > 7 Billion Pixels, 2013 Video projection Ed. of 5. Coproduction : Edith Russ Haus & Stiftung Niedersachsen

112_show off


113_show off


marie sester (us/fr) Née en/Born in 1955, vit à/lives in New York Courtesy Frédéric Clad, Paris

L

a série Exposure de Marie Sester débute sous forme de vidéos explorant le médium du rayon X, utilisé dans un but de surveillance avant les attentats du 11 Septembre 2001. Une des captures d’écran nous montre l’intérieur d’un camion contenant probablement des objets de contrebande. Dans une autre capture d’écran on peut voir une remorque à cheval élégamment juxtaposé à une maison (scanné au laser). On peut également y voir une voiture de luxe se mêlant aux deux autres radiographies. (extrait d’un texte de Régine Debatty pour le site we-make-money-not-art)

M

arie Sester’s EXPOSURE series is an artwork which started as videos that explores how X-ray imagery was used for surveillance, before 9/11. One photo shows an X-rayed truck containing what are very probably smuggled items. In another one, an X-rayed horse trailer is elegantly juxtaposed with a house, which eventually overtakes the entire screen. The horse trailer has a luxury car hidden inside. The house was scanned by laser as well. (extract from Regine Debatty, wemake-money-not-art)

114_show off

> EXPOSURE_1_3 A 3-channel HD video installation. Ed. of 5 - 2.05x0.86 m


115_show off


sismo Designers & m. mercier (fr) Vivent à/live in Paris

A

u travers de ses productions, l’artiste Mathieu Mercier s’intéresse au design, au monument funéraire, au temps. Les Sismo designers (Antoine Fenoglio & Frédéric Lecourt) s’ingénient grâce au design à créer des contextes d’innovations collaboratives. Ils se sont ainsi rencontrés par ce trait d’union qu’est le design et ont décidé de réfléchir ensemble à des réalisations additionnant leurs expériences, sans jamais fusionner leur rôle respectif, respectant leur conviction que l’art n’est pas le design et vice versa.Ici Mathieu Mercier utilise le processus nommé Vanité High Tech créé par les Sismo. Ce processus permet, à partir des progrès récents des scanners et des imprimantes 3D, de disposer de son propre crâne de son vivant. hrough his artworks, the artist Mathieu Mercier shows interest for design, funerary monument, passage of time… Through design, les Sismo designers (Antoine Fenoglio and Frédéric Lecourt) strive to create collaborative innovation contexts in various fields, such as industry, public authorities, contemporary art, or new technologies. They have met each other thanks to this “design link”, and have decided to develop projects together, by adding their experiences, without any fusion of their respective role: they respect therefore the shared conviction that art is not design, and vice versa. In this artwork, Mathieu Mercier is using the « High Tech Vanitas » process, created by les Sismo designers. With the recent progress of scanners and 3D-printers, this process allows everyone to get one’s own skull when alive.”

T

116_show off

> En attendant... Installation Ed. of 8 - 30x120x70 cm


117_show off


EDOUARD SUFRIN (FR) Né en/Born in 1983, vit à/lives in Paris Courtesy l’artiste & Supernova Project

F

ruit de l’observation nocturne du ciel de nos métropoles, ce travail témoigne de l’artificialité de nos environnements urbains tout en évoquant des phénomènes naturels telsque les aurores boréales. Au-delà des controverses qui émanent autour de la pollution lumineuse, il s’agit ici d’affirmer une esthétique et une sensibilité propres à l’ère industrielle et technologique. Si par le passé les anciens se tournaient vers les astres pour répondre à leurs questions qu’en est-il dans l’univers de Google et des façades lumineuses hi-tech?

F

ollowing night sky observation of our cities, this work demonstrates the artificiality of our urban environments while evoking natural phenomena such as the borealis aurora. Beyond the controversies that arise around the light pollution, it introduces about aesthetics and sensibility linked to a specific industrial and technological era. If in the past we looked to the stars to answer questions, what happens then in the world of Google and bright hi-tech facades? > Aurora Urbana (Le dernier jour de Saturn), 2012 Tirage contrecollé sur aluminium Ed. of 3. - 90x60 cm

118_show off


119_show off


Yann toma (FR) Né en/Born in 1969, vit à/lives in Paris Courtesy Yann Toma / Ouest-Lumière

«

En Charge » vous invite à faire œuvre commune et à vous investir physiquement ou mentalement dans un dispositif participatif dédié à la production et à la distribution d’Énergie Artistique (EA). Plusieurs vidéos ainsi que des photographies convoquant l’énergie mutuelle, l’effet Kirlian et le magnétisme animal sont présentées. Pour l’artiste, fédérateur de sens et d’énergie à travers la tentaculaire compagnie Ouest-Lumière, la combinaison des énergies de chacun est l’ultime alternative en mesure d’influencer l’état du Tout-monde. Ce projet est une chaîne humaine active de transmission de pensée autant qu’une formidable incarnation de l’esprit de partage énergétique voulu par Yann Toma. Parallèlement un logiciel de transmission d’EA est inauguré pendant la foire. In Charge» invites you to joint work and you invest in a physically or mentally dedicated to producing participatory mechanism and the Artistic Energy (EA) distribution. Several videos and photographs convening mutual energy, Kirlian effect and animal magnetism are presented. For the artist, and unifying sense of energy through the sprawling company West Light, the energy mix of each is the ultimate alternative can influence the condition of all-world. The project is an active human chain of transmission of thought as a great incarnation of the spirit of sharing energy required by Yann Toma. Parallel transmission software EA was inaugurated during the fair.

«

120_show off

> Board Room, 2012 Yann Toma, Dynamo-Fukushima, installation participative, 2011, copyright Yann Toma/Ouest-Lumière, photographie Philippe Chancel.


121_show off


TRAFIK (FR) Vivent à/Live in Lyon.

A

pprofondissant la collaboration entamée pour le live de l’album “Rising Doom”, Mondkopf et Trafik proposent “Eclipse”, une expérience audiovisuelle immersive, basée sur le spectacle d’une éclipse solaire et la dimension hallucinatoire de sa progression.S’écartant délibérément d’une simple illustration par l’image du live de musique électronique, la projection vidéo est traitée avant tout comme une source lumineuse. La modulation des textures sonores en direct commande au logiciel la densité, l’intensité et la progression dramatique d’une sphère lumineuse vibrionnante. jouant de la tension et des contrastes sonores et visuels jusqu’au climax.

E

xpanding the collaboration initiated with the live for the album “Rising Doom”, Mondkopf and Trafik propose “Eclipse”, an immersive audiovisual experience based on the spectacle of a solar eclipse and its hallucinatory progression and dimension. Taking distance deliberately from a simple illustration through images for a electronic music live, the video projection is treated before everything as a light source. According to the modulation of the sound textures the software manage density, intensity and the dramatic progression of a vibrating lighting sphere. The installation plays with the tension and contrasts between the sound and the visual, till the climax.

122_show off

> Eclipse Ed. of 4 - 1.5x2 m


123_show off


hugo verlinde (fr) Né en/Born in 1969, vit à/lives in Paris Courtesy Galerie Charlot, Paris

O

ccultant les procédés de programmation, les films et les installations de l’artiste se déploient dans l’espace et nous entraînent dans des univers d’une densité saisissante. Cascades de lumières ou myriades d’étoiles, les images explosent avec force ou se développent en une infinie douceur, instaurant un rapport charnel et voluptueux entre nos corps et le cosmos.

O

bscuring programming methods, the artist’s films and installations unfold into space and pull us into a universe of striking density. Cascades of light or myriads of stars, the image explode with force or develop into an infinite sleekness, creating a physical and voluptuous connection between our bodies and the cosmos.

> Univers-îles, 2009 Sculpture, vidéo. Edition unique 1.10x0.42x.0.42 m

124_show off


125_show off


eric vernhes (fr) Né en/Born in 1966, vit à/lives in Paris Courtesy Galerie Charlot, Paris

L

’interprète reproduit la typologie d’une salle de projection depuis les débuts du cinéma. Un écran de projection, un musicien dans le fond (la colonne). Cela en dit long sur la schizophrénie de l’artiste, obsédé par son outil qui lui est propre boday. La colonne est conçue comme un instrument muscial dans son propre droit. Les claviers ont été filmées à l’aide d’un échantillonneur audio / vidéo et le montage a été effectué sur un programme spécifique créé pour cette pièce. Les images sont de “Orlacs Hände” de Robert Wiene (1924) et “Mad Loove” par Karl Freund (1935). Les deux films ont été adaptés du roman de Maurice Renard “Les Mains de Oriac” (1921). Ce drame met en scene la complexité humaine, les limites de la science, et notre rapport au corps au travers de notre inconscient.

T

he «interpreter» machine reproduces the typology of a projector from the early days of cinema. The column is conceived as a musical instrument in its own right. The music was composed and played by Eric Vernhes, while the editing was done on a specific program used for sampling audio/video loops.The images are from two films, adapted from Maurice Renard’s novel «The Hands of Orlac» (1921).This drama shows human complexity, science limits and the relationship between body and mind.

126_show off

> L’interprète, 2010 Installation sonore visuelle Acier, bois, vidéoprojecteur, écran lcd, ordinateur 3 exemplaires + 2 AE 300 x 200 cm


127_show off


jonathan villeneuve (ca) Né en/Born in 1980, vit à/lives in Montréal Courtesy Perte de Signal

S

ur un tapis de gazon synthétique, emprunté à un mini-golf, un baril de pétrole vide est fixé à un diable rescapé des manufactures. Perforé à la façon d’une partition pour piano mécanique, ses maillets martèlent un vibraphone de fortune, répétant inlassablement une version désaccordée, aux accents de gamelan balinais, de Are you lonesome tonight. Sérénade est un jukebox des solitudes, qui carbure au mystère d’Elvis. ** Tiré du texte de Daniel Canty : Les machines simples.

A

n empty oil barrel, sitting on synthetic turf borrowed from a mini-putt range, is affixed to a dolly escaped from the factory floor. Perforated in the fashion of a mechanical piano score, its mallets hammer a rickety vibraphone, relentlessly repeating a discordant version thatsounds somewhat like a Balinese gamelan of Are you lonesome tonight? Powered by Elvis’ mystique, Serenade is a jukebox of solitude.

> Sérénade : La dernière marche du Roi qui refuse de mourir, 2012 Electromechanical Sculpture

128_show off


129_show off


G. wagon & S. degoutin (fr) Nés en/Born in 1973&1975, vivent à/live in Paris

D

epuis quelques années, nous recueillons régulièrement toutes les vidéos que nous pouvons trouver montrant des militaires qui dansent sur le champ de bataille, en Irak ou en Afghanistan. Au début, elles étaient assez rares, puis la mode a pris. Une vidéo en particulier (« Dance Party in Iraq ») a connu un grand succès, qui a inspiré d’autres réalisateurs amateurs. Ce sont des Marines américains pour la plupart, parfois des Anglais. Ils publient leurs vidéos sur Facebook, ou directement sur YouTube. En général, elles ont été recopiées plusieurs fois d’un serveur à un autre avant d’émerger publiquement.

W

e collect regularly all the videos we can find of the Marines dancing on the battlefield, in Iraq or in Afghanistan. These are not the usual images of war. They are very far from the heroic or tragic war. These ambiguous images let us see emotions rarely associated with war : joy, and brotherhood with the enemy. They let us see human beings. Dancing is also a way to communicate : the American Marines dance with the Afghan farmers or the Iraqi policemen. One could wonder whether the American army is more apt to transmit its pop culture than to secure territories Dance Party in Iraq shows a series of videos of soldiers found on the Internet.

130_show off

> Dance Party in Iraq, 2012-2013 Installation vidéo Couleur, 4/3, muet.


131_show off


DU ZHENJUN (CN) Né en/Born in 1961, vit à/lives in Paris Courtesy Galerie RX, Paris

D

e formation classique, Du Zhenjun est un artiste pluridisciplinaire qui mène un travail singulier au sein duquel il utilise le multimédia. Dans son travail de vidéo, il impulse une interactivité pour quiconque s’approche de ses installations et utilise l’informatique comme vecteur de messages actuels afin de révéler les pouvoirs de la société de l’information et sa capacité à intégrer quiconque, à manipuler l’individu. Transformant l’espace, il offre divers niveaux de lecture dans des créations de grande amplitude qui oscillent entre un rendu ludique et un contenu tragique.

A

lthough he trained as a sculptor, Du Zhen Jun is most interested in creating interactive installations that involve, and provoke the viewer. Most of his works encompass a reflection on the tragic dimension of human beings. He was one of the first artists of his generation to introduce new digital technology into his work.

> Old Europe, 2010 Ed. of 6 - 120x160 cm

132_show off


133_show off


Rendez-vous avec SuPer Art Modern Movement

Lorsque qu’ARTE Creative propose à SPAMM la possibilité d’ouvrir le monde des médias numériques à une génération de spectateurs surfeurs et expérimentateurs des flux en constante mutation, Thomas Cheneseau, Jean Jacques Gay et Michaël Boras (AKA Systaime) imaginent leur SuPer Art Modern Muséum (regard contemporain sur un art des nouveaux médias en marche) en un SuPer Art Modern Movement. Entre TV organique, web galerie, musée virtuel, collection éphémère Spamm.arte.tv mets en perspective l’art numérique et l’histoire de l’art à travers un projet qui explique, expose et analyse l’élan d’une génération de jeunes créateurs. Après La Vanité du Monde, Drapé de Données offre la direction curatoriale à Reynald Drouhin pour une exposition 1.2 qui dès ce mois d’octobre propose sur les réseaux un regard original sur 15 œuvres internationales. Et comme la monstration de ces œuvres vivantes, virtuelles et interactives interpèle SPAMM depuis ses débuts (janvier 2012)… C’est tout naturelement que ce 22 octobre 2013, SPAMM, associé au Show Off et au Slider Lab (entre autres partenaires) propose, le temps d’une foire, un IRL de Spamm.arte.tv qui met en pratique cette nouvelle façon de voir, collectionner, exposer et surtout vivre les œuvres numériques. Spamm2013 Partenaires Spamm : APRES Production, ARTE Creative, Les Traverses, MCD, Show Off, Slider Lab et larevue.fr.

134_show off


Œuf, SAMUEL ST AUBIN

Québec as guest of honor SHOW OFF lance une invitation pour explorer les scènes artistiques qui utilisent le numérique dans l’art contemporain et accueille cette année les représentants du Québec.

135_show off


UNE PROPOSITION FAITE POUR SHOW OFF 2013 PAR AURéLIE BESSON ET DOMINIQUE MOULON Sur invitation de Dominique Moulon, Perte de Signal en partenariat avec ELEKTRA présente un volet d’art numérique québécois et canadien à Show Off, en invitant les artistes représentatifs de la création en art numérique du Canada tels qu’Alexandre Castonguay, Matthew Biederman, Jean Dubois, Robin Dupuis, Samuel St-Aubin. Perte de Signal est un centre d’artistes montréalais qui promeut le renforcement et le rayonnement des arts numériques. De la performance audio à la vidéo en passant par l’installation mécanique/robotique et l’intervention publique, le travail des membres de l’organisme se décline à travers différents média et diverses approches plastiques et formelles.

les diverses déclinaisons de l’union de l’image et du son. En plus du Marché international de l’art numérique (MIAN) et des évènements ponctuels au Québec et à l’international, ELEKTRA présente depuis 2012, en collaboration avec les galeries et institutions muséales, la Biennale internationale d’art numérique (BIAN).

Nos remerciements aux partenaires qui ont permis cette aventure!

ELEKTRA, festival international d’art numérique, présente, dans une perspective expérimentale,

136_show off


par Dominique Moulon

ECV / EPSAA Création numérique et enseignement. Les étudiants de l’École de Communication Visuelle et ceux de l’École Professionnelle Supérieure d’Arts graphiques et d’Architecture de la Ville de Paris ont réalisé de courtes séquences vidéos animées ou hybrides pour les éditions 2013 des festivals Exit de Créteil et ELEKTRA de Montréal. En toute liberté et en quelques semaines, ils se sont saisis d’outils et de médias numériques pour concevoir des univers résolument personnels s’articulant autour des thématiques qui sont chères à ces événements et dont

Show Off se fait l’écho. Liens : ECV : http://www.ecv.fr & EPSAA : http://www.epsaa.fr Crédits : Noémie Blum (ECV) & Tuan Kiet Nguyen(EPSAA).

137_show off


21.10 23.10

22.10 EVENEMENTS/EVENTS 21.10_ 18:00

RESONANT ARCHITECTURE Art of Failure

21.10_19:00

Lancement officiel sur la terrasse

21.10_20:00 DJ SET Edouard Sufrin

22.10_19:00

Performance Magali Desbazeille

22.10_19:15

SuPer Art Modern Movement

23.10_17:00

Table-ronde : Du numérique dans l’art contemporain

23.10_17:45

Table-ronde : Art, numérique: de la diffusion à la collection – spécial Québec

138_show off


139_show off

Catalogue SHOW OFF 2013  

This catalogue let you enter SHOW OFF the media art fair through the yearly selection of artists that were exhibited in 2013. You can still...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you