Page 1

#105

PHOTO Magazine

© Sylvie Châtelain

décembre 2015

www.sgp-geneve.ch

Escalade

Awards 2015

Livres

Repas de fin d’année

Palmarès et gala

Spécial cadeaux


PHOTOG

#105

décembre 2015

Magazine

Sommaire

003 Programme du mois 004 Editorial 006 Ateliers 008 Interview flash : Madeleine Bébous Naef 012 PV séance Faites voir : Sujet libre 014 PV séance Aux bornes de Genève 016 PV séance Jugement Concours images numériques N&B 018 PV séance Faites voir : Image à interpréter 022 Cours de base 2016 024 Le Remor 025 Joyeux Noël 026 Repas de l’Escalade 027 Convocation AG 028 Erratum 031 Communiqué Comité 032 Nos annonceurs 033 Concours Münsingen 034 Concours internes 2016 036 Ce jour-là 038 Parlons photo 039 Stages avancés 044 Expositions 046 Exposition vue 056 Sortie Club 058 Livre 060 Actu 062 Post-it 064 La photo du mois 066 Prochaines séances 068 Contacts 069 Déjà la der

VOTRE PHOTO CLUB

002

La Société Genevoise de Photographie a été fondée en 1881 par un groupe de scientifiques, d’artistes... et de financiers. Son premier président, le Dr. Hermann Fol, était professeur d’anatomie et de zoologie ; il pratiquait la photographie appliquée à des buts scientifiques dans son laboratoire de l’Université. Il collabora même

avec le Prince Albert Ier de Monaco, étudiant la photographie en milieu marin. La SGP réunit ses membres dans ces séances durant lesquelles ils partagent leur passion lors de projections, d’expositions, des discussions ou des cours internes. Certains choisissent de se spécialiser en noir et blanc, d’autres en couleur, en laboratoire ou, plus souvent, en photographie numérique.


OGRAPHIE Décembre Janvier

Programme

de la SOCIETE GENEVOISE DE PHOTOGRAPHIE

_______ fondée en 1881 _______

07

Lundi 19h00 Ateliers 20h30 Faites voir : SGP Awards + Projets Münsingen

14

Lundi

19h00

Souper de l’Escalade

Vacances

Lundi 19h00 Ateliers 20h30 Faites voir : L’eau à l’état solide

11

Prochain comité : le 02 décembre 2015 à 19 heurres.

Maison des Associations Rue des Savoises 15 1205 Genève www.sgp-geneve.ch 3 003


Editorial

Edito

D

, président idier Rossel

Je suis libre

En février, le titre de cet édito était « Je suis Charlie. » Dix mois après, mêmes événements, même ville, même type d’agresseurs et pour les mêmes raisons, certains groupes ne supportant pas la liberté des autres, au 21e siècle en tout cas. Mais peut-être de tout temps : si l’on regarde l’Histoire, la liberté est une richesse précieuse qui attire les voleurs. De nombreux membres de la SGP se trouvaient à Paris durant ce terrible week-end de novembre, certains dans

un hôtel très proche des événements, mais heureusement tous sont revenus sains et saufs. Après l’automne, la pluie, le temps gris et triste qui s’installe, Noël annonce habituellement une période plus festive. Si cela est vrai lorsque tout va bien, il y des situations où Noël est synonyme de solitude, de souvenirs douloureux et de tristesse. Avec ses nombreuses activités tout au long de l’année, j’espère que la SGP vous aura apporté quelques satisfactions, que vous aurez au

« La photo est le seul moyen d’attraper l’éphémère, sans nostalgie », Karl Lagerfeld, Polka #23

004


minimum trouvé un ami pour partager la passion qui nous anime et que vous aurez vécu de bons moments avec nous. Si nous serons officiellement en pause dès le 15 décembre, après notre souper annuel, tous n’auront pas congé au sein de la SGP car après 2015, nul doute qu’il y aura 2016 : le magazine de janvier, le cours de base seront donc en préparation, de même que toutes les autres activités qui nous permettront de vivre une nouvelle année passionnante.

Merci à vous tous qui avez donné de votre précieux temps libre pour faire de la SGP ce qu’elle est aujourd’hui. Sans vous, rien ne serait possible. Tout le comité se joint à moi pour vous souhaiter de très belles fêtes de Noël. Nous nous réjouissons de vous retrouver, en pleine forme dès le 11 janvier 2016. Bonne lecture pour ce dernier numéro de l’année.

005


19h00

Ateliers Alors, en manque de moments pour appuyer sur le déclencheur et explorer de nouveaux horizons ?

Création

Les ateliers de la Société Genevoise de Photographie sont organisés pour permettre à chacun, quel que soit son niveau, de progresser dans son expérience photographique.

Depuis les techniques de base, le filé, la profondeur de champ, jusqu’à immortaliser les figures d’acrobatie urbaine de Parkour, le terrain de jeu pour améliorer sa photographie est infini. Nous essayons de varier les sujets pour offrir à chacun un espace de progression.

© Peter Flükiger

Les Ateliers permettent à nos membres actifs de venir se perfectionner et d’expérimenter sur le terrain diverses techniques avec leur propre matériel.

Pour adresser chaque semaine vos images aux Ateliers (maximum trois photos), réduisez le fichier JPG à 1400 pixels pour le plus grand côté et nommez-le ainsi : aammjj-NomPrénom-No__ et adressez-le au plus tard avant le jeudi suivant à ateliers@sgp-geneve.ch 006


A intervalles réguliers, une soirée “Retour sur” permet de revenir et discuter sur quelques photos des participants. En discutant cadrage, technique, composition, possibilités, nous essayons de construire une réflexion profitable à chacun. Les ateliers sont ouverts à tous les membres

(cotisation SGP 80.-/an) et ont lieu le lundi soir à 19 heures. Le lieu de rendez-vous est indiqué dans la newsletter qui est envoyée quelques jours auparavant.

© Renzo Elvironi © Julie Amrein

Les Ateliers de la SGP sont ouverts à toutes et à tous chaque lundi dès 19 heures. Pour connaitre le thème choisi pour chaque début de soirée, vous devez juste vous inscrire afin de recevoir chaque semaine la Newsletter : ateliers@sgp-geneve.ch 007


Il me manquait des bases techniques. J’avais souvent le sentiment de « pétouiller », car je fonctionnais de manière intuitive. Je ne suis pas quelqu’un de méthodique. Mais maintenant, c’est fini le temps du réflexe clic-clac, même si je pense « photo » tout le temps. C’est devenu une obsession avec ses exigences, en terme de qualité aussi.

© Stéphane Sizonenko

Madeleine Béboux Naef

Interview flash

Tu es entrée à la SGP en 2009. Est-ce que la photo est une découverte qui date des années 2000 ? Oh non ! La photographie a toujours occupé une grande place dans ma famille. Je me souviens de ma mère qui faisait des photos avec un Nikon quand j’étais toute petite. Elle avait fait un apprentissage de photographe. Mes deux grands-pères étaient des passionnés de photo, et mon père et mon grand-père partageaient la même passion pour la peinture qu'ils pratiquaient tous deux assidûment. C’est dire que j’ai grandi dans un monde où l’image comptait, où l’art était considéré. Quant à moi, j’ai acheté mon premier boîtier (un Nikon FG) à 16-17 ans. J’ai travaillé durant l’été pour me l’offrir. Et depuis, j’ai toujours capturé des images. Et pourtant, en 2009, en entrant à la SGP, tu as suivi le cours de base. En avais-tu réellement besoin ? Oui, j’avais besoin de mettre un cadre théorique à ma pratique de la photo. 008

Y consacres-tu beaucoup de temps ? Ma famille répondrait que oui. Moi, je n’ai pas le sentiment de prendre beaucoup de temps pour faire de la photo, mais il est vrai que je suis beaucoup sur l’ordinateur et que je conçois nos vacances aussi en fonction de ma passion. Quel est ton domaine photographique de prédilection ? Je n’ai pas vraiment de spécialité, je suis assez éclectique. J’aime beaucoup la macro parce qu’elle m’oblige à être très concentrée sur ce que je fais. Elle est un exutoire qui m’apporte le calme et la paix. J’en oublie les tracas du quotidien. La photo animalière me plaît beaucoup. Je suis fascinée par les superbes images d’un Vincent Munier (cf. Macro Photographie N°03 Ndlr) qui a su donner une autre dimension à la photo de nature en y intégrant une vision artistique et esthétique. Je pense qu'il a créé un nouveau style dans ce domaine de la photographie. La photo de rue m’attire aussi, mais je me sens limitée par une certaine retenue, liée à mon éducation qui m’empêche de m’approcher davantage de sujets


Rose d'automne Prise à l'iPhone 6 de nuit un lundi soir tard en rentrant de la SGP, puis retravaillée avec diverses applications. Un peu trop kitsch, mais cela m'amuse d'utiliser ces logiciels pour passer le temps dans le bus ou dans une salle d'attente.

potentiellement intéressants. J’aime également la photo d’architecture pour son graphisme, ses lignes. Tu es rentrée d’un stage à Tokyo dirigé par Jean-Christophe Béchet. Tu en as abondamment parlé dans le Magazine de la SGP du mois de mai. Que peux-tu en dire maintenant, avec un peu plus de recul ? Je suis encore beaucoup dans l’esprit de Tokyo. Sur le plan pratique, comme je l’ai déjà dit, ce stage m’a réellement appris à me focaliser sur un seul sujet. Je savais par des propos lus ou

entendus qu’il faut se fixer un objectif et s’y tenir, ne pas se laisser distraire par des opportunités diverses et variées qui nous conduisent au touche-à-tout; mais là j’ai vraiment été obligée de passer d’une vague prise de conscience à une mise en pratique exigeante jour après jour. Le Maître était impitoyable à cet égard et nous tenait à l’œil. J’ai ainsi aiguisé mon regard, évolué dans le sens d’une meilleure maîtrise des aspects techniques... Mais sur un plan plus personnel, plus philosophique presque, je pense que ce 009


Madeleine Béboux Naef

Interview flash (suite) Réflexion J'aime bien les superpositions de sujets parfois surprenantes que permettent les reflets dans les vitrines de restaurants ou de magasins. J'aime celle-ci car elle dégage une impression de calme malgré la multitude. J'admire les Japonais qui, dans cette ville grouillante, semblent parvenir malgré tout à s'isoler dans leur bulle (Fuji XT-1 23mm ƒ/8.0 1/80s 800 ISO).

stage n’est pas tombé à ce moment-là par hasard. La photo traduit mon évolution : elle est le prolongement de ma façon de penser, elle correspond à une recherche de moi-même, à une forme d’introspection. C’est une démarche artistique qui me correspond parce que la photo se pratique essentiellement en solitaire ce qui est un trait de mon caractère. As-tu d’autres sources d’inspiration ou d’influence ? Oui et beaucoup trop probablement. En Noir/blanc, je citerais la photographe Vivian Maier et son œuvre. Sa personnalité hors norme et le film qui retrace sa vie m’ont fortement impressionnée. Pour la photographie couleur j'ai récemment vu une exposition de Harry Gruyaert à la Maison Européenne de la Photographie sa démarche photographique et son attrait pour la couleur en tant que sujet à part entière m'inspire beaucoup et correspond à mon regard sur le monde qui nous entoure. 010

As-tu actuellement quelque projet précis ? Oui, je viens de faire restaurer le Rolleiflex 2.8F de ma mère, cet appareil mythique bi-objectif qui permet de réaliser des photos au format 6x6. C'est aussi celui utilisé par Vivian Maier et que l'on voit sur la plupart de ses autoportraits. Je ne sais pas encore trop comment je vais apprivoiser cette "bête" ni trop sur quel sentier cela va me mener mais il est certain que j'aurai plaisir à montrer mes images lorsque je me serai enfin lancée. Et bien, Madeleine, il ne me reste plus qu’à souhaiter que tu connaisses, comme elle, la notoriété, mais pas à titre posthume, et à te remercier pour ce moment d’échanges sur notre passion commune. Christiane Margand


Soirée

Compte-rendu de la séance du 2 novembre

Faites voir : sujet libre

© Colette Harder

© Christine Pirondini

Après les annonces habituelles et devant une salle bien remplie, le Faites Voir démarre par la présentation d'images (cinq au maximum) envoyées librement par les membres. Ce soir, une petite vingtaine de participants a envoyé des images, qui seront, comme d’habitude, d’abord expliquées par l’auteur puis commentées ou analysées par son voisin. L'ambiance est bon enfant et les rires fuseront à maintes reprises. On ne se prend heureusement pas trop au sérieux même si de bien belles images seront offertes au regard gentiment critique, souvent bien012

veillant, de l'un ou l'autre des présents. Chaque photographe ayant « un peu de bouteille » nous offrira des images en accord avec ses sujets de prédilection et... c'est bien ainsi ! Les photographes animaliers, les photographes de paysage, les macrophotographes, les photographes de charme, les photographes de rue et les bidouilleurs... seront donc fidèles à leur créneau habituel ! Je relève tout de même la première participation (réjouissante!) de nouveaux membres ! Parmi le flot de photos visionnées ce soir,


© Daniel Gubler

© Odile van Asperen

ont été commentées, en particulier : • le « portrait » d'un enfant mangeant une pomme mais.... bizarrement caché sous un masque de cheval ! • un portrait maquillé par Photoshop, retouché sous traitement croisé • un macareux sur une falaise en Islande et un sterne agressif • l’escalier d’une citerne en Islande • un mur de pierre au Mont Tendre • une vieille machine couleur charbon • un homme dans une alcôve devant son livre et deux verres • un couple enlacé dans une rue de St-Petersbourg et un homme bron zant au soleil des Pâquis

• une guêpe sur une fleur blanche • un portrait de Julie • une fleur sur un fond structuré • deux jambes de femme avec festival de verticales en arrière-plan • un chanteur rasé sur fond noir, en concert • le pont du Mont-Blanc mais... bougé ! • un paysage d'orage en Géorgie • une grande aigrette s'envolant dans sa roselière • un nu, de dos, voilé • et... un martin-pêcheur sur son roseau ! Un Faites Voir... très apprécié ! Jean-Robert Comte 013


Soirée

Compte-rendu de la séance du 9 novembre

+---+---+---+---+---+---+

Aux bornes de Genèvepar Alex Petrachkov Photographier des bornes frontières et en faire un livre, quoi de plus banal finalement, et pas vraiment captivant de prime abord. Détrompez-vous ! Ce qu'Alex, notre collègue de la SGP, et sa compagne Maryline nous présentent ce soir est une formidable évasion dans l’histoire et la géographie des contours de Genève, en parfaite osmose avec la nature environnante.

---+---+---+---+---+---

Borne 178 à Collex

Aux bornes de Genève est un ouvrage photographique très éclectique que l’auteur, né à Kiev, a mis deux ans à réaliser. Une année passée sur le terrain à prospecter et découvrir les sujets à immortaliser, six mois à composer le livre et y faire figurer 227 bornes frontières dans leur environnement actuel, et six mois à trouver un éditeur en remplacement du premier qui n’avait plus les moyens financiers nécessaires pour se lancer. D’une très grande richesse cultu014

relle, la présentation se fait en deux étapes. La première décrit l’histoire des bornes genevoises et, par extension, celle du bassin genevois, puis du canton au fil des siècles, au gré des échanges et des rattachements à Genève de territoires voisins. On pense aux divers mandements, mais l’essentiel se rapporte aux contours actuels du canton qui a rejoint la Confédération en 1815 et dont beaucoup de bornes sont datées de 1818. Une leçon d’histoiregéographie en quarante photographies nous fait nous rappeler ou découvrir les multiples éléments du passé. La seconde partie, de plus d’une centaine d’images, est consacrée à la réalisation des photos dont on a peine à imaginer le travail qu’elles ont demandé. En tout premier lieu, la recherche, la localisation des bornes et leur repérage dans un terrain qui n’est pas toujours très accueillant. Il s’agit alors de tourner autour du sujet, à cheval sur la frontière, d’un côté, puis de l’autre (heureusement qu’il y a Schengen... !). Jongler avec l’angle de prise de vue et la lumière pour obtenir le meilleur effet possible. Et s’il n’est pas possible au photographe d’avoir une belle photo depuis la rive du petit cours d’eau, il la réalise depuis le milieu du lit, les

+---


pieds dans l’eau. Si la lumière joue des tours, on doit jouer à cache-cache avec les rayons du soleil et l’heure de la journée. Et une fois l’heure idéale et les conditions météo rassemblées, c’est la saison qui ne convient pas. Comment immortaliser une borne verdâtre noyée sous un généreux feuillage d’été ? Tout simplement en revenant sur les lieux en hiver, dans le froid ou sous un ciel gris. Car la borne, solidement fichée dans le sol, ne se préoccupe ni de la saison ni du temps qu’il fait. Elle est là, tout simplement, et c’est le travail du photographe que de mettre en valeur son rôle et son histoire. La réalisation de cette série de photos est décidément tributaire d’un engagement minutieux à long terme, et sans lâcher prise.

+---+---+---+

Il y a la borne, et son environnement immédiat. Puis au-delà, il y a les second et troisième plans. La campagne, la douane, le cours d’eau, le pré avec ses vaches, la boucle du tram, la maison qui a permis à de nombreuses personnes de passer de France en Suisse entre 1940 et 1945, les barres montagneuses. Tous ces éléments doivent être incorporés afin de donner à la borne non seulement un impact plus important qu’une simple délimitation en tant que telle, mais un point de départ du regard vers un horizon plus ou moins proche ou

lointain. Et ce qui ressort au fil des prises de vue, c’est l’exiguïté du territoire de Genève encaissé dans son bassin : bien au-delà de la borne et peu importe de laquelle il s’agit, on aperçoit la plupart du temps, au dernier plan, soit le Salève, soit le Jura tout proches. Tout l’art de ce livre réside dans l’intégration de la borne dans la nature sauvage ou industrielle du territoire, en quelque sorte en donnant vie à cette sentinelle muette et figée, et dont une ligne brisée gravée sur son sommet nous rappelle que la frontière « c’est ici qu’elle bifurque et par-là qu’elle continue ». Même muette et figée, la borne nous parle. Reste les photos qu’Alex qualifie de « sacrifiées ». Toute une série d’images qui finalement n’ont pas été retenues pour le livre, mais dont la qualité n’a rien à envier aux autres. Des images en couleur, en noir et blanc, riches en créativité et en recherche. Parmi elles, une particulièrement facétieuse : la dame assise sur une borne frontière dans le plus simple appareil, et qui embrasse du regard le territoire de Genève baigné sous un soleil d’été... Un grand merci à Alex Petrachkov de nous avoir fait partager une expérience photographique aussi originale et inattendue. Michel Gasser 015

+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+

© Alex Petrachkov

227 bornes délimitent le territoire genevois


Soirée

Compte-rendu de la séance du 16 novembre

Jugement : images numériques N/B 4e manche du concours annuel C’est dans une ambiance sérieuse, presque recueillie, que le jugement du concours N&B numérique a eu lieu ce soir. Je suis assez sensible à la présentation et j’ai trouvé que le diaporama qui présentait les photos et la grille des notes était particulièrement bien fait. Mais que c’est difficile de départager et de noter des photos toutes plus belles les unes que les autres...

© Agostino Marcon © Joëlle Kohler

Je suis si néophyte que la notation m’apparaît toujours très sévère ! mais que voulez-vous, c’est le principe du concours, il faut faire la chasse au moindre petit défaut sinon, pas de classement et toutes les photos sur le podium ! Je vous laisse le soin de découvrir sur cette page et les suivantes les différentes catégories pour lesquelles nos membres ont concouru et les photos qui ont été jugées dignes de figurer sur le podium. Jaël de Nardo

Les critères du jugement Cadrage & composition

3 points max.

Prise de vue & Technique

3 points max.

Artistique & Esthétique

3 points max.

Coup de cœur 016

1 point évent.


B Les classements GRAPHISME & ARCHITECTURE 1er Elmar Kerimbekov 2e E ric Boillat 2e Sofia Marques 3e J.-Jacques Grasset

8.0 p 7.6 p 7.6 p 7.3 p

© Martin Drevermann

NATURE 1er Jean-Marc Ayer 9.0 p 2e J ean-Robert Comte 8.0 p 2e R aphaël Page 8.0 p 3e Renée Gunz-Dubini 5.6 p PAYSAGE 1er Martin Drevermann 8.3 p 2e G régoire De Graeve 8.0 p 2e Jean-Marc Ayer 8.0 p 3e Piero Fantini 7.6 p © Christine Margand

PORTRAIT 1er Agostino Marcon 8.6 p 2e E lmar Kerimbekov 7.0 p 3e Stéphane Dupuis 6.0 p 3e J.-Jacques Grasset 6.0 p REPORTAGE 1er J.-Claude Armici 9.0 p 1er Grégoire De Graeve 9.0 p 1er Joëlle Kohler 9.0 p 2e J .-Claude Armici 8.3 p 3e Raymond Marcelli 8.0 p CREATION NUMERIQUE 1er Joëlle Kohler 7.6 p © Elmar Kerimbekov

017


Séance

Compte-rendu du lundi 23 nov

Faites Voir : photo à inte Que voilà une séance jubilatoire ! Certes, s’emparer de la photo d’un autre pour lui faire subir un certain nombre de retouches ne peut qu’être considéré comme un outrage, mais cette fois, c’était avec le consentement de la « victime » , Patrick Malo, qui avait volontairement soumis un de ses clichés (si-contre) au scalpel d’une douzaine d’amateurs du relooking. Deux clans, deux styles qui s’affrontent : les retoucheurs et les transformistes. Pour les premiers, il s’est agi d’agresser le moins possible le sujet original : saturation des couleurs, passage en noir et blanc, effets de contraste, cadrage carré ou panoramique. Basta ! © Patrick Malo

018


vembre

erpréter

© Grégoire De Graeve

Mais s’en tenir à pousser les curseurs ne pouvait que produire des versions peu diversifiées – la photo proposée étant, par ailleurs, assez simple. C’est ce qu’ont dû se dire les enragés du deuxième groupe, justifiés par l’intitulé photo « à interpréter » et non « à retoucher ». Et pour l’interprétation, on a été servi ! Outils calques pour l’incrustation d’oiseaux, de vaches, et autres créatures improbables, outils filtres pour déformer, polariser, flouter. Ajout de cadres, de rideaux pour un effet théâtre, insertion de toute la photo dans un verre à pied... jusqu’à l’hérésie totale : oser passer le tout à la moulinette des applications pour iPhone !

© Patrick Malo

Vous avez dit « créativité » ? Alors sautez à la page suivante !

Joëlle Kohler 019


Séance

Compte-rendu du lundi 23 nove

(suite)

e

adel

020

© Diane Pieyre

©M

© Joëlle Kohler

© Samy Mayor

ef

a ux-N

ebo ine B


embre

© Luisa Doplicher

© Béatr

ice Bau zin

© Luc Buscarlet

© Eric Boilat

021


I00% numérique

COURS PHOTO

chaque mercredi soir, 20 semaines dès le 13 janvier 2016

Dernières places disponibles : réservez vite !

© Ian Prince

..................

.

Société Genevoise de Photographie Maison Int. des Associations 15 rue des Savoises - 1205 Genève

www.sgp-geneve.ch 022

............ . . . . . . . . foca ............ le ............ rideaux ............ . . . . . . . . . . ou verture ............ ............ autofocus ............ ............ . obturateur ............ ............ visée reflex ............ ............ téléobjectif ............ ............ diaphragme ............ ............ hyper-focale ............ ............ synchro flash ............ ............ procédé HD ............ R ............ mise au poin ............ t ............ sensibilité IS ............ O ............ programme ............ M ............ boîtier tropi ............ cal ............ pr iorité vitesse ............ ............ temps de po ............ se ............ sous-expositi ............ on ..........m atrice multiz ............ one . . . . . . . . . vite sse d’obtura ............ teur . . . . . . . . . capt eur plein form ............ at . . . . . . . . prof ondeur de ch amp


Grâce à notre équipe de moniteurs, tous chevronnés dans leur domaine, les divers chapitres abordés et développés durant les quinze leçons qui débutent en janvier prochain ont de quoi satisfaire les exigences de tous les débutants. Le programme complet du prochain COURS PHOTO, présenté sur notre site, ne manque pas d’intéresser les photographes débutants et ceux qui veulent se perfectionner. Puisqu'une prise de vue est un geste complexe qui mobilise à la fois des capacités cognitives, motrices et ensorielles, mieux vaut connaître et maîtriser les éléments déterminants. Ces leçons vont permettre aux nouveaux élèves de comprendre, grâce aux explications des moniteurs, ce qui fait qu’une simple image devienne en définitive une belle photographie.

Bienvenue

COURS PHOTO l00% num érique

COURS PHOTO chaque me rcredi soir, 20 semain es dès le 13

janvier 20 16

..

.......

. . . . .. . . . . .. .. .. .. . .

......

... .. ....

...

....... ....... ....... . . . . foca ....... le ....... ....... . . . ride ....... aux ....... ....... . ouvertu ....... re ....... ....... . . . auto ....... focus ....... . . . . obtu ....... ....... rateur ....... ....... . . . visé ....... e reflex ....... ....... . . . télé ....... objectif ....... ....... . . . diap ....... hragme ....... ....... . . . hyp ....... er-focale ....... ....... . . . sync ....... hro flash ....... ....... . . . proc ....... édé HDR ....... ....... . . . mise ....... au point ....... ....... . . . sens ....... ibilité ISO ....... ....... . . . prog ....... ramme ....... M ....... . . . boît ....... ier trop ....... ical ....... . . . prio ....... rité vite ....... sse ....... . . . tem ....... ps de pos ....... e ....... . . . sou ....... s-expos ....... ition ....... . matrice ....... mul tizone ....... ....... vitesse ....... d’obtura ....... teur ....... capteur ....... plein form . . . . . . prof at ondeur de cha mp

Inscrip o n online ti dès le 1er oct obre

Prince

6

Message aux nouveaux élèves

© Ian

S O

Cours de base 2016 C’est parti !

Société Genev oise de Photog raphie Maison Int. des Associ ations 15 rue des Savoises 1205 Genèv e

www.sgp-g

eneve.ch

Un peu de théorie, des exposés clairs et précis, et des ateliers pratiques, tout pour satisfaire et combler les élèves.

INSCRIPTION

Processus en ligne pour les élèves sur www.sgp-geneve.ch

INFORMATIONS

Informations complémentaires sur cours@sgp-geneve.ch Les responsables du Cours de base : Philippe Pédat & Alexander Lowe

RENDEZ-VOUS

Pour la première leçon le mercredi 13 janvier à 20 heures précises 023


Vos images... Projet d'exposition "Remor" Les photographes de la SGP sont invités à exposer au Café-Glacier le Remor pendant trois semaines, du 24 avril au 15 mai 2016. Un beau défi à relever ! Le Remor trône sur la Place du Cirque depuis 1921. Il traverse le temps en gardant son style des années 30, style rétro qui ne se démode pas, au contraire ! Son ambiance brasserie, ses banquettes capitonnées, ses grandes baies vitrées attirent toujours. C’est un lieu de rendezvous pour les gens du quartier et les gens de passage. Toutes les générations s’y retrouvent, tous les styles et toutes les attentes. En tant que photographes de la SGP, en particulier les lundis des ateliers lorsque nous sortons l’appareil photo à la main, l’œil à l’affut de l’image choc, combien de fois ne sommes-nous pas passés devant le Remor. C’est le moment de s’y arrêter ! Il est le personnage central mais peut être traité librement, intérieur ou extérieur, de près ou de loin, net ou flou, figuratif ou graphique, de nuit ou de jour, couleur ou noir/ blanc. Tout est possible du moment qu’un lien avec le lieu existe. 024

Le Remor est ouvert tous les jours de 07:00 à minuit, le vendredi et samedi jusquà 01: 00. Il est autorisé de faire des photos à l’intérieur mais, selon les prises de vue, il est demandé d’informer le personnel et d'avertir la clientèle.

Faites voir : fixé au lundi 7 mars à 20h30. Chacun peut proposer trois photos. Une vingtaine d’entre elles seront retenues pour l’exposition. Le format de la photo est comme d’habitude de 30 x 40 sans bordure. Pour ceux que cela intéresse, il est possible d’exposer quatre grandes photos au format panoramique. N’hésitez pas à vous lancer ! Miriam Mourey


Si vous n'avez pas encore écrit au Père Noël, voici des idées qui devraient vous plaire : Une panoplie complète du parfait petit reporter, dans une belle sacoche bien sûr ! à choisir chez Euro-Photo Un poster lumineux en souvenir de cette grande soirée pleine d’étoiles et peut-être d’aurores boréales... à réaliser chez GP Studio Une jumelle astronomique réglée automatiquement afin de vous repérer sous la merveilleuse constellation à voir chez Photo Verdaine Une destination de rêve pour admirer la nature et photographier les animaux sauvages, aidé par un pro ! avec Aguila-voyages Un jeu complet de lunettes à la mode, dernier cri, en version anti-solaire adaptée à la visée de votre boîtier à définir chez Solutions Visuelles PS : Pour d’autres envies , consultez dès demain nos annonceurs qui sauront vous accueillir et bien vous conseiller ! 025


Repas de l'Escalade u'è Cé q

l'ainô

z e! Vene a marmit l r e s i br

Ah, la belle Escalade ! Lundi 14 décembre : pas d'Ateliers pas de séance Notre soirée récréative et conviviale de fin d'année aura lieu dès 19 heures au restaurant Chez Marco aux Acacias. Choisissez votre menu et inscrivez-vous auprès de jean-claude.irminger@sgp-geneve.ch Votre forfait est à verser en cash avant la séance du lundi 6 décembre à 20h30. Vos boissons commandées à table se règlent directement au service. Réservez vite votre place !

026

DEUX

MENUS A CHOIX Salade mêlée

* * * Fondue chinoise - Rösti avec Julienne de légumes * * * Tarte Tatin, glace vanille CHF 45.50

CHF 30.00

Que vous soyez banquier, biker, sportif ou tout simplement amateur de bonne cuisine et de belles viandes, vous vous sentirez toujours à l’aise à La Cantina. La Cantina " Chez Marco " 15 rue Eugène-Marziano Acacias Parking : Office World Tram 15 et bus 11 : arrêt Epinettes


Avis Convocation à l'assemblée générale Les membres de la Société Genevoise de Photographie sont convoqués à l’assemblée générale ordinaire du photo club qui aura lieu le lundi 25 janvier 2016 à 20h30 dans la salle Carson de la Maison Internationales des Associations, rue des Savoises 15

Ordre du jour 1. Bienvenue et lecture de l’ordre du jour 2. Désignation de deux scrutateurs 3. Approbation de l’ordre du jour 4. Approbation du procès-verbal de l'assemblée précédente (publié dans le magazine # 95 daté février 2015) 5. Réception des membres « vétérans » 6. Remerciements 7. Rapports d'activité 1- Rapport de gestion du comité 2- Rapport Administration 3- Rapport Média et Communication 4- Rapport Cours de base 5- Rapport Cours avancé et stages 6- Rapport Ateliers 7- Rapport Concours 8- Rapport Exposition

8. Rapport financier 9. Rapport des vérificateurs des comptes 10. Adoption des rapports et décharge au comité pour sa gestion 11. Election du comité 12. Budget 2016 1- Présentation 2- Cotisation annuelle 13. Adoption du budget 2016 14. Élection des vérificateurs des comptes 15. Propositions individuelles et divers Les propositions individuelles doivent parvenir au président par écrit 30 jours avant l'AG Apéritif Cette assemblée sera suivie d'une verrée de l'amitié. 027


Erratum

errare humanum est

Lettre ouverte à Raymond Impardonnable ! Voilà que dans le compte-rendu de l'intéressante séance du 12 octobre dernier, lorsque Karine Bauzin était venue nous parler de sa carrière et de ses expériences, une coquille s'est glissée dans notre article... La faute peut-être à ce fichu correcteur automatique de français, ou à... va savoir. On n'a pas d'excuses car, si toute l'équipe de production du Magazine travaille fort bien et d'arrache-pied pour chaque édition, l'erreur est là, sournoise, restée jusqu'à l'édition du n° 104. Pan sur les doigts ! La honte, vous dis-je. Or donc, voilà que nos fidèles lecteurs, férus de tout ce qui touche de près ou de loin à la photographie, ont pu constater que l'on avait estropié l'orthographe de Raymond Depardon, le grand reporter. A la lecture de l'article, chacun aura corrigé de lui-même, mais quand même... Pardon, pardon, on ne le refera plus, promis juré. Cela nous donne une bonne raison de saluer Raymond, que plusieurs de nos membres connaissent bien pour l'avoir rencontré récemment dans son studio à Paris (souvenir d'un sacré woorkshop !), à qui nous adressons nos plus chaleureuses salutations.

028

La rédaction du Mag

Lors de la sortie de son livre "Un jour, tout bascule..." et suite à une aimable rencontre, Karine avait eu la surprise de recevoir de Raymond Depardon, ayant apprécié le travail et l'approche de la jeune photographe, un gentil mot d'encouragement.


SOLUTIONS VISUELLES LUNETTERIE OPTIQUE SPORTIVE LENTILLES DE CONTACT BASSE VISION

31 rue de la Terrassière, 1er étage 1207 Genève

Philippe Pédat, l’opticien qui comprend vos problèmes visuels de photographes (conditions spéciales pour les membres de la SGP)

T. 022 346 48 48

www.solutions-visuelles.ch


ité Communication

Stop ou encore ? Alors, toujours membre ? En vertu de l’art. 10 de nos statuts, la cotisation annuelle et bien modeste de 80.- est due pour l’année à venir si votre souhait de démissionner n’est pas parvenu au comité avant le 31 décembre de l’année en cours. A envoyer par courrier à Société Genevoise de Photographie Madeleine Béboux Naef Maison internationale des associations 15 rue des Savoises - 1205 Genève

Article 10 La qualité de sociétaire se perd par démission adressée au comité avant le 31 décembre de chaque année. La cotisation de l’année en cours est due quelle que soit la date de la démission. Si les membres ne paient pas la cotisation annuelle, ils perdent tous leurs droits liés au sociétariat 30 jours après l’échéance du paiement de la cotisation. Ils peuvent sans autre être rayés de la liste des membres lors d’une séance du comité.

PAS de recommandé svp.

Le comité

ou E-mail à : madeleine.beboux-naef@sgp-geneve.ch Ces conditions sont identiques pour PhotoSuisse qui nous facture directement vos cotisations (70.-) chaque début d’année. Le cas échéant nous vous prions d’adresser impérativement votre demande de démission avant le 31 décembre de l’année en cours à : sekretaer@photosuisse.ch en mettant : madeleine.beboux-naef@sgp-geneve.ch en copie. Les bénévoles qui s’occupent de votre chère SGP et dont le seul désir est de vous voir nous rester fidèle vous remercient d’en prendre bonne note.

Votre photo club de proximité :

www.sgp-geneve.ch L’organe faîtier national :

www.photosuisse.ch

031


Spécial Un grand merci Merci à vous, nos fidèles sponsors, qui nous soutenez afin que le photo club puisse proposer à ses membres des activités pédagogiques et de loisirs riches et variées : Merci à Euro-Photo

Merci à Aguila-Voyages

Merci à GP Studio

Merci à Solutions visuelles

Merci à CGA Conseils

Merci à Photo Verdaine

Un grand merci à vous, nos annonceurs, sans qui la SGP ne pourrait jamais être aussi dynamique. Le comité 032


Concours Münsingen 2016 : Energie

Choisisez le module qui convient à votre projet

CONCOURS 2016 Composez un groupe de travail constitué de cinq photographes et développez ensemble votre projet. Concevez et réalisez cinq images maximum, en cohérence avec le thème imposé, chacune d'un photographe différent. La disposition doit correspondre à l'un des chablons de mise en page (ci-contre) établis par l'organisateur, disponibles sur http://phm.dwaelti.ch Deux séances spéciales sont planifiées afin de sélectionner le meilleur projet : Le 7 décembre Faites voir : discussions Le 1er février

Faites voir : sélection SGP

Bonne chance à toutes et à tous. L'exposition de tous les projets aura lieu, après la proclamation du palmarès du jury, du 5 au 8 mai 2016 à Münsingen. 033


Concours internes

Avi

Faut-il participer aux concours photo de l Aujourd'hui, je le dis avec un grand OUI ! J'ai beaucoup hésité la première fois que j'ai participé, par peur du ridicule sans doute. Je venais à peine de terminer le cours de base 2013 de la SGP, que je remercie au passage. Ce cours m'a été d'une grande utilité et fondamental pour ma vision de la photo. Non seulement pour mieux comprendre le fonctionnement de mon reflex numérique, ce qui reste essentiel, mais aussi l'autre partie qui est la plus importante à mes yeux, plus que la technique, il s'agit de la composition. Il faut rester simple, jouer avec la lumière et surtout ne pas oublier le sujet. Dans la photo, il ne suffit pas seulement d'avoir un appareil et de faire son affaire pareil pour un écrivain, il ne suffit pas de lui donner un stylo ! Dans la photographie c'est tout un art et il existe des codes, comme sur la route, à respecter, même si parfois, en photo, il est bien de les transgresser un peu. Mais le plus important est de bien les connaître.

la suite je me suis rendu à l'évidence : ces critiques m'ont surtout empêché de commettre les mêmes erreurs plus tard ; une critique est toujours très instructive même si elle est négative, du moment qu'elle est juste. Avec ces concours, je voulais surtout me tester, me donner confiance et m'assumer. Ensuite, chaque personne a sa propre manière de voir les choses, son propre style.

Pour revenir à mon premier concours photo de la SGP, quand je me suis trouvé dans la salle pour connaître les résultats, j'étais assez stressé, mais d'un autre côté je me disais « peu importe le classement, je n'ai rien à perdre le plus important c'est de participer et en plus personne ne me connaît ! » J'étais « un nouveau », et à ma grande surprise, deux de mes photos se trouvaient en haut du classement avec 20 points chacune (Promenade et Champ de foin), des photos simples faites presque par hasard, par contre d'autres images que j'aimais plus ont reçu des critiques plus sévères. Sur le moment, c'est dur à entendre, mais par

Après tout ça, l'année dernière, j'ai tenté ma chance pour la première fois au concours de Photo Suisse ; je suis fier parce que même si je ne suis pas dans les meilleurs, beaucoup de mes images présentées ont été primées et trois publiées dans le catalogue annuel. L'une d'elle est même dans le diaporama en page d'accueil du site web et ça c'est une belle reconnaissance. Mais je n'oublie pas, il me reste encore beaucoup à appendre et pour cela j'ai besoin de la SGP qui reste une école avant tout, mais aussi une bande de copains.

034

J'ai beaucoup appris grâce aux Ateliers de la SGP, je les conseille à tout le monde : quelle meilleure manière pour s’exercer ; chaque fois c'est un défi avec un thème différent, ce qui oblige à réfléchir. Quel est le bon réglage pour arriver à tel résultat et obtenir l'image qui est déjà dans votre tête. En même temps, on discute de nos idées avec d'autres membres tous mordus de photos et chaque fois c'est très amusant. Avec un même thème, on ramène tous des images différentes et ça c'est juste génial.

Luis Lourenço


is des participants

la SGP ?

CONCOURS 2016 Photos numériques Couleur 22 fév

> 14 mars

Tirages papier Couleur *

> 6 juin

9 mai

Tirages papier N/B *

29 août > 26 sept

Photos numériques N/B * agrandissements & portfolios

31 oct

> 28 nov

LES CONCOURS DU PHOTO CLUB Pratiquer la photographie, c'est bien, participer aux concours, c'est mieux. Amateur ou chevronné, chaque photographe à plaisir à montrer ses images et à témoigner de son application dans l'art photographique. Mais pour mieux progresser, il faut confronter ses images à celles des autres et au regard de nos juges, experts en la matière.

En participant à nos différentes manches de concours (voir les dates 2016 ci-dessus), chaque concurrent comprend où il peut s'améliorer afin d'obtenir satisfaction et monter dans les palmarès.

Mes premiers concours photo En discutant photo avec un ami, il m'a recommandé chaudement de m'inscrire à la SGP et de me rendre chaque lundi aux ateliers qui pourraient m'apporter beaucoup côté artistique ainsi que technique. J'ai donc assisté à l'un des ateliers en décembre 2013, il s'agissait de guider son modèle. J'ai tout de suite compris que j'allais progresser et donc prendre plus de plaisir en contemplant mes photos. De plus, une deuxième séance a lieu le même jour. Des photographes professionnels donnent des conférences, des images sont critiquées et du matériel exposé. De plus, des cours et des workshops sont proposés afin de se spécialiser. Tout est réuni à la SGP pour s'épanouir dans la photo. Ensuite, sous la pression de certains habitués, je me suis lancé dans un concours interne dont le thème agrandissements couleurs 30x40, j'ai donc fourni deux portfolios de 5 et 7 images ainsi que 4

agrandissements, un total de 16 photos. Le jugement, qui je pense était correct, m’a remis à ma place (débutant). Je me suis rendu compte que mon imprimante avait un rendu médiocre, ainsi que le papier photo, ce qui a plombé les résultats. Un de mes portfolios avait reçu un bon résultat, un peu en dessous de 8 points, avec un papier pro et une imprimante pro, ça change tout. Je me suis aussi trompé dans mes thèmes, ce qui m'a un peu mis hors sujet. J'ai appris de mes erreurs et continue de m'améliorer. Je continuerai dans le futur les concours mais à petites doses car suivant le thème cela devient onéreux en plus de l'achat de matériel pro. Je conseille donc de se mesurer au travers des concours car on a rien à perdre et on ne peut que s'améliorer au travers des critiques... si elles sont constructives bien sûr.

Jean-Robert Comte infos@sgp-geneve.ch

Marco Doimio 035


Ce jour-là

Sur l'île de Skye, Ecosse

57°37’50’’ N / 6°17’15’’ W

Quiriang Voici la photo qui a gagné le concours Photo Suisse couleur « Paysage »

J'ai pris l'image au lever du jour dans la région du Quiriang, située dans le nord de l’île de Skye, en septembre 2014. Les lumières rasantes et chaudes du matin rendent une atmosphère apaisante et modèlent les sufaces des collines et montagnes environnantes. Les rayons du soleil profitent de réchauffer l’arbuste qui possède une des plus belles vues au monde. J’aurais souhaité plus de nuages afin de révéler une ambiance dramatique, mais ce sera pour la prochaine fois… Claude Ponchant

036


037 Š Claude Ponchant


En direct Une fois par mois, venez à la rencontre de grands photographes

Parlons photo

« Parlons photo ! » c’est, une fois par mois, un de nos professeurs, photographe professionnel qui, à tour de rôle, viendra présenter l’œuvre d’un important photographe actuel ou du passé. Ainsi, nous en parlerons, en débattrons et, pourquoi pas, le critiquerons. Ces soirées, dont les places sont limitées, auront lieu dans la salle Madrès (à la Mda) de 19 à 21 heures. L’idée est que cette soirée, gratuite pour les membres de la SGP, se déroule dans une ambiance un peu plus intime et que tout le monde y participe activement !

La prochaine soirée « Parlons photo ! » aura lieu le jeudi 10 décembre 2015 à 19 heures avec Patrick Grob. Nous découvrirons à ce moment-là le photographe qu’il aura choisi de présenter. Si vous êtes intéressé(e) à y participer, merci de m’envoyer un mail dès aujourd’hui, les douze premières personnes inscrites auront leur place réservée !

Jean-Claude Irminger

jean-claude.irminger@sgp-geneve.ch

038


Workshop

Stage

avancé

Stage avancé Venise Formateur : Patrick Di Silvestro Date : du mercredi 2 au dimanche 6 mars 2016. Prix : 600.- CHF (exclu voyage, hôtel, repas, etc. … ) 6 participants maximum ! Programme provisoire: • 1er jour - arrivée à Venise, rdv à définir lieu et horaire. Rencontre puis balade, photos pour ceux qui le désirent sans sujet particulier. • 2ème jour - Thème du jour; Venise populaire, Venise des Vénitiens, l’idée est de se trouver dans des zones méconnues de la ville où il est important de se perdre, photos de rue, photos de vide, cette ville semble parfois morte sans ses hordes de touristes. • 3ème jour - Thème du jour, Les touristes sont partout ou presque, il faut les suivre et les photographier. • 4ème jour - Thème du jour - Selon possibilité, Départ tôt le matin en Vaporetto Venise -> Le Lido -> Pellestrina -> Chioggia, pour le plus grand marché aux poissons d’Italie. L’après-midi rencontre (selon possibilité) avec un collectif de photographes travaillant au Lido et à Venise. Chaque soir débriefing autour d’un repas, et pour ceux qui le désirent reportage de nuit. Prévoir une paire de bottes en caoutchouc... Voyage: Train - Aller 2 mars dép. GVA 7:42; arr. VCE 14:40 - Retour 6 mars dép. VCE 14:20; arr. GVA 21.18 - Prix aller retour env. 260.- CHF ou 200.- CHF avec abonnement demi-tarif Suisse Avion (Etihad Regional) - Aller 2 mars dép. GVA 13:30; arr. VCE 14:50 - Retour 6 mars dép. VCE 15:15; arr. GVA 16:25 - Prix 145.- CHF aller/retour (prix du moment) Veuillez svp m’envoyer un mail si vous êtes intéressés!

039


Stage avancé niveau

VIVIAN MAIER DU 5 AU 8 MAI 2016 À SAINT-JULIEN-EN-CHAMPSAUR 05500

Loyd -

Animé par J. C. BECHET et Sylvie HUGUES

- 33119

STAGE PHOTO

Ne pas jeter sur la voie publique.

BERCEAU FAMILIAL DE VIVIAN MAIER

Workshop

Cours

2

SUR LES TRACES DE

Organisation / Inscriptions :

www.association-vivian-maier-et-le-champsaur.fr

Renseignements :

Alain Robert 05alainrobert@gmail.com Port. 06 31 41 74 56

}

040

Rocade des Eyssagnières 45, rue des Boutons d’Or 05000 GAP

}

Tél. : 04 92 53 34 19 fax : 09 72 13 39 38

france.impression@orange.fr www.france-impression.eu

}


Voir le détail du programme de chaque cours sur www.sgp-geneve.ch

Perfectionnement

Cours

niveau

2

J’ai le plaisir de vous annoncer que le stage « Sur les Traces de Vivian Maier » va être reconduit en mai 2016 ! Il est organisé par l’Association Vivian Maier. Le stage à lieu à St. Julien dans le Champsaur entre Grenoble et Gap. Les places sont limitées à 12 et j’ai réservé quelques places pour la SGP. Envoyez-moi donc un mail si vous êtes intéressés ! Dates : Jeudi 5 mai au dimanche 8 mai Lieu : St-Julien-en-Champsaur Prix : 620.- EUR tout compris (stage, hôtel, repas) Jeudi 5 mai , accueil à St-Julien, Hôtel LES CHENETS , entre 13h et 14h. Après-midi consacrée à Vivian Maier . Maison familiale . Visite du village. 18h : Choix des sujets et composition des sous-groupes 21h30 : Projection du film de John Maloof sur Vivian Maier Vendredi 6 mai 8h-12h : Prises de vue en extérieur suivant les sujets choisis . 14h-15 h : Regroupement. Editing des photos par chacun sur PC perso. 15h : Séminaire critique sur les photos faites. Projection sur écran. 21h30 : Projection documents et photos SH. Samedi 7 mai 8h-12h : Prises de vue en extérieur suivant les sujets choisis . 14h-15 h : Regroupement. Editing des photos par chacun sur PC perso. 15h : Séminaire critique sur les photos faites. Projection sur écran. 18h : Atelier sur les livres photos 21h30 : Projection documents et photos JCB Dimanche 8 mai 7 h -11h : au choix - Option rando montagne avec accompagnateur - Lecture portfolio en salle par S.H. et JC B. 11h -12h30 : chaque stagiaire prépare une présentation des 5 photos du stage Fin du stage entre 17h et 18h suivant les départs de chacun et le nombre de portfolios à regarder.

Renseignements & inscriptions _____________________________________________________

Cours 2 Workshop Visites expo

Pour vous inscrire à un Cours niveau 2 (rabais pour 2 cours, dates, prérequis, etc.) : Jean-Claude Irminger jean-claude.irminger@sgp-geneve.ch téléphone +41 78 740 06 52 041


Stage avancé

Formateur : Mario Colonel Voyage photo exceptionel dans le Kham au Tibet Programme très provisoire • Départ autour du 10 juillet 2016 • Durée entre 12 jours min et 18 jours max • Trek de 4 jours • Budget provisoire et très approximatif pour 4 ou 5 participants : 4500.- CHF/personne.

niveau

Le budget comprend: 1) les transferts mentionnés dans le programme en véhicule privé avec chauffeur, l’hébergement, petits déjeuners inclus 2) les déjeuners et dîners (boissons comprises pour les repas : thé ou eau minérale) 3) les billets d’entrée pour les sites indiqués dans le programme 4) la prestation d’un guide tibétain anglophone (en cours d’apprentissage du français) 5) les frais de Mario sur cette partie du voyage 6) la logistique de trek (portage des bagages, cuisinier, tente, matelas de camping, tente toilette, tente mess, table de camping et tabourets) – Les sacs de couchage ne sont pas fournis 7) le billet d’avion pour Chengdu (env. 1000.- CHF en ce moment) inclus la part du billet pour Mario

Workshop

Cours

2

Le Tibet

Le budget ne comprend pas : 1) les frais d’obtention du visa pour la Chine 2) les assurances accident et maladie 3) les frais médicaux et de rapatriement 4) les dépenses supplémentaires dues à des circonstances indépendantes de notre volonté 5) les sacs de couchage pour les camps 6) les boissons et dépenses personnelles 7) les pourboires du guide, du chauffeur et de l’équipe de trek 8) le supplément pour tente ou chambre individuelle (env. 270.- CHF) 042


__________________________________________________________________ Vos formateurs

Voir le détail du programme de chaque cours sur www.sgp-geneve.ch

Perfectionnement

Cours

niveau

2

Tous les détails de ce voyage peuvent être modifiés et vont être discutés avec les intéressés lors d’une réunion avec Mario Colonel à sa galerie à Chamonix !

L’option qui vous est proposée ci-dessous est de faire un petit trek de 4 jours pour vivre au contact des nomades. Jour 01 : Arrivée à Chengdu (500 m d’altitude) Jour 02 : Chengdu – Dartsedo (2 616 m) Jour 03 : Dartsedo – Kandze (3 400 m) Jour 04 : Kandze – Yachen Jour 05 : Yachen – Dzongsar Jour 06 : Dzongsar Jour 07 : Dzongsar – Khyungtag 4 h de trek Jour 08 : Khyungtag – Karmotagsum 5h de trek Jour 09 : Karmotagsum – Tashi Thang 5h de trek Jour 10 : Tashi Thang – Dzongsar 3h de trek Jour 11 : Dzongsar – Palpung (3 700 m) Jour 12 : Palpung - Derge (3 270 m) Jour 13 : Derge – Kandze Jour 14 : Kandze – Dartsedo Jour 15 : Dartsedo - Chengdu Jour 16 : Départ de Chengdu

Renseignements & inscriptions _____________________________________________________

Cours 2 Workshop Visites expo

Pour vous inscrire à un Cours niveau 2 (rabais pour 2 cours, dates, prérequis, etc.) : Jean-Claude Irminger jean-claude.irminger@sgp-geneve.ch téléphone +41 78 740 06 52 043


© Fontannaz / MHL

Paris - Hermance - Bul

Axel

Prager

La photographe californienne de 36 ans est une star à Hollywood. Elle s’est faite connaître par ses mises en scène très précises au sein desquelles elle cite l’imagerie de l’âge d’or du film dramatique pour mieux révéler l’étrangeté de la vie individuelle et sociale d'aujourd'hui. La ville de Los Angeles, où elle est née, est pour elle une source inépuisable d’inspiration, avec ds sujets que l’artiste aborde tels le fantasme, l’errance et la perdition.

Fous

Bulle

Paris

Expositions

Galerie des Galeries Bd Haussmann 40, Paris 9e > jusqu'au 23 janvier 2016

044

de couleurs

Autochromes rares Exposition des premières photographies en couleur prises dans la région et en Suisse dès 1907 – les diapositives autochromes inventées par les frères Lumière – consacrées à la découverte de la lumière et de la couleur. Le Musée présentera notamment sa collection de 230 autochromes réalisées par le Bullois Simon Glasson (1882-1960). Musée gruérien Rue de Condémine 25, Bulle > jusqu'au 10 janvier 2016


INFO MAIRIE

Jean-Jacques

Dicker PHOTOGRAPHIE

Genevois (né en 1944), il se passionne pour la photographie qu'il étudie à l'université. Deux ans plus tard, premières publications et première exposition. Lors de ses nombreux voyages (de 1974 à 1985 il parcourt l'Europe, puis part en Afrique, en Indes, au Laos et au Japon), il commence une séries d'images avec une série de thèmes favoris. Sans détailler le visage de ceux qui posent debout ou assis, ses portraits nous donnent à voir en premier lieu l'habillement, les accessoires. les maisons. Actuellement, ses trois expositions se tiennent à l'Espace Fert (rue Barton 7), au Cabinet d'Expertise Témoin (GrandRue 27) et un 3e thème à Hermance. Fondation Auer Ory Rue du Couchant 10, Hermance > jusqu'au 10 janvier 2016

Jean Robert Comte Cascades

&

Exposition_Cascades et rivières d’ici

NOV-DÉC

2 0 1 5 > Du mercredi 18 novembre

Ferney

Hermance

lle - Ferney

au lundi 21 décembre 2015 d'ici rivières Maison Fusier - 26 Grand’rue Ferney-Voltaire Par des prises de vues maîtrisées et réfléchies, dans uneet nature Lundi au vendredi 10h-12h30 14h30-18h,respectée, samedisérie 10h-12h30 14h30-17h.tirages de Jeancette deet beaux Fermé dimanche et jours fériés, entrée libre. Robert Comte emporte le spectateur dans la magie du paysage, proche de Informations : 04 50 40 18 56 chez nous et pourtant insolite. www.ferney-voltaire.fr Poésie de la lumière en sous-bois, reflets et mouvements de l'eau vive ou paisible, chaque image appelle à la contemplation. Et au milieu coule une belle rivière, que l'on ne regardera plus de façon furtive. Maison Fusier Grand'rue 26, Ferney-Voltaire > jusqu'au 21 décembre 045


Swiss Press & World Pr Le site exceptionnel vaut en lui-même le déplacement, appareil photo en bandoulière.

une jeune-fille au regard désespéré, dans des habits souillés de terre, recroquevillée derrière une dalle qui sans doute la protège des bombes ou des assaillants d’une guerre contemporaine... Pas du tout ! Il s’agit d’une série sur les « électrosensibles » qui fuient la pollution des ondes jusqu’à renoncer à toute vie sociale et, comme le héros de Into the wild, retournent vivre au fond des bois.

Mais régulièrement, le musée installé dans ces murs accueille des expositions de qualité et, cet automne, pour notre grand plaisir, se trouvent invités conjointement les concours Swiss Press Photo et World Press Photo 2015 (photos ayant concouru en 2014) De grands panneaux lumineux donnent toute leur force aux clichés présentés. Les deux expositions occupent des salles séparées. Elles sont de niveau équivalent et les thèmes plus « locaux » des reporters de la presse suisse sont tout aussi forts et captivants que ceux dénonçant des grands problèmes internationaux. Ce qui les unit au delà de la diversité des thèmes, c’est le refus du sentimentalisme convenu, de la vulgarité, du voyeurisme malsain. Respect et élégance, ça nous change un peu... Swiss Press Photo Six catégories pour cette compétition: Actualité, Vie quotidienne, Reportages suisses, Portrait, Sport et Etranger. 221 photographes, 3’147 clichés envoyés. L’affiche qui annonce l’exposition, œuvre du photographe Jean Revillard, est particulièrement bien choisie, non seulement parce qu’elle est belle, mais parce qu’elle prouve à quel point, en dehors de son contexte, le sens d’une photo nous échappe, ou plutôt dépend moins du photographe que du seul observateur : 046

© Christian Lutz

Château de Prangins

Expo vue

Impact du contexte encore devant la photo d’une belle enfant dont le visage capte la lumière dans un des couloirs de la cité des Libellules à Genève : sans le contexte, ce serait juste un beau portrait, mais la connaissance du statut social de cette cité plutôt glauque investit le personnage de tous les fragiles espoirs que porte une jeune vie. Retrouvez tous les reporters suisses exposés sur : www.swisspressaward.ch.


ress Photo 2015 World Press Photo Les catégories sont un peu plus nombreuses : Sujets contemporains, Information générale, Spots d’information, Vie quotidienne, Sports, Nature, Portrait, Projet à long terme. 5’692 photographes de 131 pays, au total 97'912 clichés envoyés (pas étonnant que les résultats ne sortent que l’année suivante !) dont 150 exposés à Prangins. Là aussi, présentation sur de grands panneaux. Là aussi, des reportages captivants et des images puissantes - ou poétiques, comme celle de ce couple gay photographié avec pudeur par Mads Nissen, cliché désigné World Press Photo de l’année 2014.

© Mads Nissen

Les photos primées méritent sans conteste leur place en tête tant elles présentent à la fois un intérêt documentaire et une haute qualité esthétique à laquelle s’ajoute une dimansion narrative : de Massimo Sestini, une barcasse surchargée de migrants prise d’un hélicoptère et qui, ironiquement, de loin, évoque une vasque de fleurs multicolores; de Liu Song, une prostituée attachée sur une chaise dans un commissariat chinois qui évoque aussitôt une scène d’Almodovar ; de Yongzhi Chu, une scène figée, comme extraite d’un vieux film

muet mais qui en dit long sur les mauvais traitements envers les animaux. Et toutes celles que l’on n’a pas la place de citer ici... © Yongzhi Chu

© Liu Song

Cette exposition, elle, se termine le 29 novembre... alors, rattrapez-vous sur : www.worldpressphoto.org/ Joëlle Kohler Swiss Press Photo 2015 Château de Prangins > 31 janvier 2016 Et le dimanche 24 janvier 2016 journée spéciale « photos de presse » en présence de photographes primés. www.nationalmuseum.ch/f/ 047


Expo vue

Envoyé spécial : Jean-Ch

Arles

ou les "nouvelles rencontres"...

© Didier Rossel

Au moment où vous lirez ces lignes, les Rencontres d’Arles 2015 seront en train de vivre leurs derniers jours. * Depuis bientôt trente ans, j’entretiens une relation particulière avec ce festival où j’ai été tour à tour élève à l’école nationale de la photographie, assistant, embauché à l’accueil Pro Kodak, journaliste accrédité, lecteur de portfolio, conférencier, animateur de débats, photographe exposé et projeté, maître de stages...

Autant de points de vue qui se mêlent dans ma mémoire et me donnent une vision périphérique d’un festival qu’il ne faut pas réduire à sa programmation « officielle ». Pour moi, Arles est surtout un fourmillement d’initiatives et de propositions qui permettent de voir comment le monde de la photographie tourne et évolue... Deux festivals en un Arles fonctionne sur deux rythmes et deux 048

festivals bien distincts se succèdent. Il y a d’abord celui de la semaine d’ouverture, début juillet, où l’ébullition est maximale avec la présence des professionnels et l’accumulation des animations : plus de cent expositions (en comptant le dynamique festival off ), des dizaines de milliers de photos projetées, des centaines d’heures de débat, des dizaines de conférences de presse, des millions de flyers qui jonchent le sol, et de multiples soirées et autres réceptions où vous êtes invités selon votre statut et votre entregent... Il y a aussi des codes à respecter : Place du Forum, pour boire une pression ou un pastis, il ne faut pas se tromper d’enseigne. Tous les photographes sont au Tambourin, même si pour cela on doit rester debout et que des chaises restent inoccupées à côté... Quant aux personnalités les plus connues, on les retrouve, à la petite terrasse de l’hôtel Nord Pinus. Et puis, après le 12 juillet, tout change, un deuxième festival « normal », tranquille, bonhomme, prend la relève. Place aux touristes de passage, aux passionnés de belles images venus faire leur pèlerinage annuel et aux stagiaires qui suivent un des quatre workshops proposés chaque semaine. Ces « amateurs » (à tous les sens du terme) sont faciles à reconnaître : ils portent autour du cou un appareil photo. Aucun pro, aucun artiste a fortiori, ne se promène plus avec son boîtier... Même le reporter au Leica à l’affût de l’instant décisif est en voie d’extinction. A l’évidence, l’appareil photo n’est plus à la mode. D’ailleurs les marques photo, à


hristophe Béchet

Tête en bas... et si finalement cette affiche des Rencontres 2015 avait plus de sens qu’on ne le croyait ?

Arles 2015 vu par Jean-Christophe Béchet

l’exception d’Olympus et de Leica, ont déserté le lieu. Engluées dans leurs difficultés économiques, elles ont d’autres chats à fouetter. Les sponsors viennent d’autres secteurs. Banques, fondations et institutions ont pris la relève. Pour survivre, la photographie doit devenir un vecteur de communication. L’enseigne Yellow Korner (qui est a priori bien loin de l’esthétique arlésienne...) a ainsi associé son nom aux lectures de portfolios. Et le nouveau directeur, Sam Stourdze, a entraîné dans son sillage des partenaires suisses qui ont essaimé les événements et permis de boucler un budget conséquent. Un budget qui se remarque surtout dans les impressionnantes scénographies des expositions. Pour les tirages géants, les encadrements et la mise en espace des lieux, pas de doute Arles reste une référence muséale. Cette année, d’ailleurs, le festival mettait en lumière davantage de curateurs (ceux qui montent les expositions) que de photographes. Une évolution assumée et revendiquée, tout comme les présences médiatisées du chanteur M et du prophète Jacques Attali. Visiblement, en se diluant dans l’image, la photographie ne se suffit plus à elle-même. Il faut la doper, la raccrocher à d’autres médias pour lui donner davantage de force médiatique... Qui rencontre qui ? C’est dans ces interstices et ces petits

glissements sociologiques qu’Arles reste un rendez-vous important. On y détecte, en filigrane, les tendances du moment. A l’évidence, un nouveau monde se met en place. Les stars du passé (cette année Walker Evans et Stephen Shore) restent des repères inébranlables. Ils sont issus d’un monde révolu où l’on pouvait faire carrière, travailler dans le temps, sans être aussitôt submergé par une vague de nouveaux artistes qui viennent « interroger le medium et questionner le réel ». Ou le contraire... Les auteurs plus jeunes sont avalés par le brouhaha ambiant. Chaque visiteur est désormais un artiste en puissance. Il n’y a plus de simples spectateurs . A l’origine, le  public venait rencontrer des photographes et admirer leurs images. Aujourd’hui, le public est constitué de photographes qui viennent rencontrer les « stars » du moment, c’est à dire les curateurs, les responsables de fondations, les galeristes, les collectionneurs, les critiques renommés... Le curseur s’est déplacé, Arles est toujours un lieu de « rencontres », mais plus entre les mêmes protagonistes... Jean-Christophe Béchet

* Article paru dans le magazine Fisheye n°14 sept-oct. 2015

049


Expo vue

Grand Palais, Paris

Paris Photo La foule est là, pas seulement le Tout-Paris, à patienter avant d’accéder au salon Paris Photo annoncé comme l’événement culturel de la saison. L’attente est bien longue... enfin je gravis les marches du Grand Palais, construit pour l’Exposition universelle de 1900 et dont la grande verrière est célèbre. Me voilà enfin dans la mecque de la photo. A l’intérieur tout est calme et ordré, les stands bien alignés. La foule est là pour admirer les œuvres proposées. Les exposants, en fait des galeristes, présentent les plus belles œuvres de leurs photographes, l’expression des dernières tendances de l’art photographique contemporain. Et là, il y a de tout ! Aucun thème n’est oublié. Seuls l’approche et/ou le traitement du photographe font la différence, son engagement pouvant aller d'une réflexion centrée sur un détail à des visuels d’importance à fort impact. Mais la qualité est là. Quelques stands présentent un bazar de multi-cadres très étudié, d’autres seulement quatre agrandissements, le dénominateur commun étant souvent la valeur XXL, tant pour le format que pour le tarif.

050

Je parcours les longs couloirs où l’on ne sait plus s’il faut regarder les stands à droite ou à gauche. Bien des visiteurs, absorbés dans leur plan, s’y perdent. Je croise beaucoup de monde, un large public qui se répartit en deux catégories facilement repérables à ce qui est porté autour du cou : soit un appareil photo pour les passionnés d’images, soit un badge VIP pour les amateurs d’art et les commissaires. Certains viennent pour s’en mettre plein les yeux, d’autres pour y faire leurs courses. Mais tous parlent, longuement et avec force explications, de ce que l’on n’aurait pas vu ou pas perçu dans l’œuvre soumise à l’appréciation. Si le cadre reste bien accroché, c’est moi qui ai décroché ! A croire qu’il y a bien plus de mots que de formes et de couleurs dans un tirage... et que les visiteurs ne savent pas voir. Ceux qui s’expriment le plus sont ceux qui disposent d’un gros chéquier... allez comprendre. Je croise aussi quelques personnages qui papillonnent dans la culture et expriment tout haut leurs certitudes (alors que les créateurs des images vivent dans


Paris Photo 2015 au Grand Palais, du grand art

Vite un dernier petit selfie !

le doute). Je croise surtout des visiteurs sans respect qui adorent prendre en photo les oeuvres exposées, ils ne savent pas que le regard suffit à garder un bon souvenir de l’émotion ressentie. Pour tout voir, il me faudrait plusieurs jours, ce ne sera pas possible. Je réalise que cent cinquante galeries internationales présentent la tendance actuelle, plus une trentaine d’éditeurs aux ouvrages dédiés remarquables. Le panorama de cette édition est gigantesque, la tête me tourne...

Que retenir de tout cela ? Que cette visite dans l’antre de la création photographique, dont l’art – éternel recommencement - ne cesse d’imaginer d’autres exploits et de nouvelles expressions, m’a permis de « sentir » le marché des collectionneurs et de parcourir du regard quelques jolis tirages de talents émergents. Leurs visuels peuvent m’être une bonne source d’inspiration, n’est-ce pas là le plus intéressant ? Eric Boillat

051


Expo vue

Karl à Paris

A Visual Journey Photographs

C’est un cas. Oui, c’est bien de la star de la mode dont il s’agit, créateur de génie dans le style et l’étoffe. Il présente aux visiteurs de cette rare exposition de ses photos tout son talent dans la photographie et l’amour qu’il porte à l’expression visuelle.

A Visual Journey explore la grande diversité des approches et techniques qui définit l'interprétation très personnelle que fait Karl Lagerfeld de la photographie, mettant en lumière ses nombreux centres d'intérêt parmi lesquels l'architecture, les paysages, les portraits, la mode et l'abstraction. Des scènes extérieures ou des plans urbains, des instantanés ou des poses arrangées, ses tirages impressionnent les visiteurs. Des superbes noir-blanc aux couleurs pastel des paysages, il adore saisir ses modèles ou mannequins préférés dans de nombreuses situations, toujours en plein air, saisissant tant l’ambiance que le geste. 052

C’est particulièrement vrai pour ses séries de triptyques au grand format et une immense vue panoramique en douze posters alignant plus de 25 personnages dans un paysage du sud italien.


l Eiffel 2015 sérigraphie © Karl Lagerfeld

« J'ai le bonheur de pouvoir consacrer ma vie à ce qui m'intéresse le plus : la photographie, la mode et les livres, et ce dans les meilleurs et plus parfaites conditions. Je suis très chanceux.» Karl Lagerfeld

vie, ni dans la mode ou la photographie. » De salles en couloirs, on découvre ses tirages remarquables par la qualité de la prise de vue et par celle des tirages, d’autant qu’il sait judicieusement utiliser plusieurs procédés d’impression (sérigraphie, héliographie, transfert de polaroïds, tirages Fresson, labo numérique, etc.) qu’il est intéressant de déceler au fur et à

Lagerfeld n'est pas homme à se limiter à une seule manière d'appréhender ce qui l'entoure, il adapte son style photographique en fonction du sujet : « Les gens veulent toujours savoir quel est mon style photographique. Je n'en sais rien, expliquet-il. C'est à l'observateur de me le dire. Je n'ai pas un style, mais plusieurs, ou aucun. Il ne faut jamais rester immobile, ni dans la

Lagerfeld mesure des galeries. En regardant de près, on découvre alors les trames utilisées pour l’effet visuel souhaité. Ainsi, toutes les cimaises présentent des thèmes distincts en disposant les tirages dans un ordre idéal et sous un éclairage parfait. En plus des vues d’architectures de villes différentes, deux séries sont remarquables : focus sur des reflets fugaces de carrosserie. Sublime et très réussi.

Pour lui, une photo n'est pas juste une image mais un objet visuel dont l'identité dépend des techniques qui l'ont fait naître. La visite de la Pinacothèque devient un déambulatoire le long duquel on s’en met plein les yeux. Visiblement, Karl Lagerfeld intègre le cercle des grands photographes du siècle. Du grand art. Eric Boillat A Visual Journey Karl Lagerfeld La Pinacothèque Place de la Madeleine 28, Paris 5e > jusqu'au 20 mars 2016 053


Expo vue

Quai Branly, Paris

PHQ5 PHQ5 est le titre de Paris Quai 2015. Rouges, on les voit de loin, disposés le long du quai de Seine face au Musée Branly, les caissons de cette exposition affichent en grand format les 400 images de 40 photographes de 4 continents (sauf l’Europe). Le thème de cette édition est « We are family », permettant d’exprimer de façon très personnelle et bien différente leurs réalisations photographiques respectives. Le résultat est une série de tirages grand format aux sujets et aux couleurs magnifiques judicieusement répartis sur le quai.

Le public prend de plein fouet les sujets ainsi développés, souvent très impressionnants, entrant dans l’image. A l’opposé, certaines des images en grand format ne permettent pas toujours aux visiteurs de prendre suffisamment de recul car l’espace entre les caissons ouverts est parfois réduit.

Ainsi, les visiteurs profitent d’un parcours déambulatoire en plein air pour découvrir, par les agrandissements et quelques textes descriptifs, chacun des concepts visuels dont dispose cette collection éphémère. Au delà de l’originalité de cette présentation et de sa cruciale opportunité où l’aspect humain est très réel et bien rendu, il est certain que l’intérêt des séries d’images successives est renforcé par l’interprétation de chaque photographe sur le thème abordé, souligné par la qualité d'ensemble de la présentation. Une grande réussite. On peut rêver en pensant qu'un quai de notre rade serait idéal pour accueillir le concept d’une telle exposition... Eric Boillat 054


Heures d’ouverture Lundi au vendredi 9h00 - 18h30 Samedi 9h00-17h00

Tél. 022 840 13 63

Toutes nos références sont disponibles dans le magazin en ligne

www.photo-verdaine.ch


Sortie-Club

à Paris

Nos visites

nos impressions...

Paris Photo : le rendez-vous mondial de l’image. Depuis un nu de Kate Moss jusqu’à des portraits historiques des chefs indiens de Edward S. Curtis, l’édition de Paris Photo au Grand Palais est une magnifique occasion de voir ce qui se fait dans le monde de la photo. Vendredi 174 galeries en provenance de 34 pays présentent au moins 20 œuvres par stand. Dans cette profusion excessive, nous

devons sélectionner ce qui captive, les images familières, curieuses, choquantes ou carrément atypiques. Cette année, le nu est largement représenté : choix impressionnant de seins, de fesses et d’arrière-trains proéminents. Enfin, la beauté est le meilleur argument pour nous intéresser. Après le Grand Palais nous nous dirigeons vers la Librairie des Alpes, petite mais charmante librairie dédiée aux livres et photos de montagne. Nous y retrouvons JeanChristophe Béchet qui dédicace ses livres. Fatigués et affamés nous nous dirigeons vers le restaurant « Au pied de Cochon » à la rue Coquillière. René et Jean-Claude ne résistent par devant un pied de cochon grillé, mais il y a aussi le cœur de saumon et une excellente soupe à l’oignon gratinée. Le cadre est typique des grandes brasseries parisiennes.

© René Nicoud

Malheureusement, vers la fin du repas le premier sms arrive avec des nouvelles que nous avons peine à croire. Paris en état de guerre, c’est le chaos ! Il faut rentrer à l’hôtel, mais notre hôtel est situé au coin de la rue de Charonne, un des lieux des attentats. Un premier groupe quitte le restaurant à pied pendant que le deuxième essaie désespérément de trouver un taxi. Rien à faire, tous les taxis sont pris. Alors nous commençons à marcher, accompagnés des sirènes des ambulances, des voitures de police et de l’armée qui se déploie. Une inquiétude sourde monte 056


Voyage-Club du vendredi 13 au dimanche 15 novembre 2015 Départ du train à 7h42 avec Nicole, René et Jean-Claude. Catherine et Carlos nous rejoignent dans la journée.

tandis que nous marchons et marchons... Arrivés vers 2h du matin à quelques mètres de l’hôtel, on nous interdit de continuer et de passer devant le bar où gisent encore les victimes. Alors demi-tour pour entrer par l’autre côté, heureusement on nous laisse passer. Ouf, nous voici en sécurité.

© Johanna Maibach

Samedi Au petit déjeuner tout le monde est abasourdi, profondément choqué. Tout cela est un cauchemar. On rentre ou on continue ? Une grande journée de marche commence parce que les métros sont fermés, les musées aussi, nous remettons nos visites au lendemain. Nous sortons, comme beaucoup de gens que nous croisons dans les rues, pour ne pas succomber à la peur : nous vivons dans une démocratie libre et nous voulons la garder.

© Jean-Claude Irminger

Le soir, nous avons l’honneur d’être invité par Jean-Christophe Béchet et Sylvie. Soirée agréable, discussions et visite de son bureau qui est une mine extraordinaire de ses 30 ans de métier de photographe. Il nous montre les maquettes de ses publications et nous avons la chance

de voir son prochain projet sur l’Europe ainsi que des photos sur Dubai. Dimanche Nous passons un grand moment à Fotofever, au Carrousel du Louvre, plus de 80 exposants du monde entier. L’idée de Fotofever c’est " initier, propager la fièvre de la collection autour du medium le plus novateur et favoriser les rencontres entre artistes et collectionneurs ". Pour nous aider, un guide du collectionneur nous est offert à l'entrée, et le salon propose quelques œuvres à moins de 1000 euros pour qui aimerait débuter une collection ; pour le reste, il faut avoir son porte-monnaie bien rempli. L’exposition propose un bel éventail de la photographie contemporaine, surréaliste, et audacieuse. A revoir l’année prochaine. Nous rentrons sains et saufs par le train de 19h11. Week-end de tous les dangers mais riche en culture photo. Merci à Jean-Claude pour ses sorties et le bon choix des restaurants. Johanna Maibach

Pour tous, il y aura un avant et un après 13 novembre...

057


Spécial cadeaux de Noël

Qui a peur des femmes

photographes

?

La production des femmes photographes n'a pas toujours été reconnue et cet ouvrage propose de retracer l'évolution de leurs travaux et leur participation aux bouleversements socio-culturels des XIXe et XXe siècles. Des photos saisissantes. Ce bel album propose de parcourir en images l'exposition héponyme qui se tient aux musées de l'Orangerie et d'Orsay. Editions Musée d'Orsay

MAGNUM contact sheets Cette publication originale regroupe de superbes reproductions de plus de 130 planches contact et plus de 200 photos, témoignant des méthodes créatives, des stratégies et des processus d'édition utilisés par la plupart des grands noms reconnus de la photographie. Un passage en revue des grands événements et de l'engagement des grands reporters. Editions Thames & Hudson

Macrophotographie

La

Dans ce nouvel ouvrage, Frédéric Labaune et Daniel Nardin nous proposent un nouveau regard, La macrophotographie au-delà du rapport 1: 1 Cette nouvelle bible sur la macro, éditée par le magazine Image & Nature en collaboration avec Biotope répondra à toutes vos questions pratiques, techniques avec des exemples ludiques.. Editions biotope, Image&Nature 058 046

MAGNU

Livres


13 étoiles au sommet Les superbes images de l'exploit d'avoir éclairé les sommets valaisans lors des festivités du 200e célébrant l'entrée du canton alpin dans la confédération. Grandiose. De la prouesse technique à la vision poétique d'un panorama à la lueur de l'événement éphémère. Editions Favre

Photographes A-Z Le monde en images Encyclopédie biographique des grands photographes du XXe siècle, cet ouvrage passe en revue les images des photo-reporters, des plus populaires aux plus insolites. Une édition que tout amateur de photo se doit de lire. Editions Taschen

Majestics & sur les Alpes Eloge à une nature aussi pure que fragile, ce livre rassemble une sélection des plus beaux clichés panoramiques de Samuel Bitton. Le format hors norme de l’ouvrage vous plonge en plein cœur du majestueux spectacle alpin. De la somptuosité de ses paysages montagneux, le photographe a capturé de grandioses panoramas, toujours baignés dans leurs plus belles lumières. Editions Saltus

059 047


Actu MIA ou MdA ? Deux initiatives à signer La MIA (en fait la Maison internationale des Associations) lance deux initiatives populaires afin de trouver des solutions pour financer la valorisation et l’agrandissement du bâtiment (voir schéma) et pour garantir sa pérennité financière. Sachant combien la vie associative dans la Cité est une nécessité, la MIA agit afin d’ améliorer l’assainissement du bâtiment, d’assurer la mise en conformité au label Minergie, d’améliorer des espaces

actuellement non utilisés et ainsi d’augmenter des volumes disponibles afin de répondre aux demandes croissantes de location de bureaux et de salles de conférences (des locaux qu’utilise couramment la SGP en fonction de ses nombreuses activités de formation et de loisirs ainsi qu’un bureau permanent). Réservez un bon accueil à cette démarche et, lors de votre prochain passage à la MIA, signez ces deux initiatives.

La rue des Savoises en effervescence

060

www.mia-ge.ch


VOS POST-IT

t

es e nett

os lu tez v

s ! s hoto doué ! ! Aju p e r 0 i 0 8 ina N ! ant mais n et O tudi aord Extr EZ LE S re en 2m s d'un é vitesse, que i T n MET tre histo d'étude grande 'en ma n à n o l t i fi ' N n u e e > d pass ion q ojet nt.  > Pr images 'impress nna l s o i e a s L s > re on .. imp nal, au fi ne seule neux et écran : i u pas st vertig en plein e r ' e cy C n > ion cbre s i v mar / / : >A p htt

Pour voir les résultats du concours de photos à 360° Air pano 2014 : www.youtube.com/embed/ A vous faire tourner la tête !

062

Pour les fans de ph Passeur s de lun otographie natu es de Er raliste : éditions ic M de la Sa lamand édard, aux revue sp re (c éc photos d ialisée nature). D ’est aussi une ’un noir-b e magnifi ques lanc pro fond. Voir le sit e son oeu de l’artiste pour vre et au l’ ssi le site ensemble de présente de la rev son livre ue qui : http://ca ta de-lune logue.salamand s re.net/p asseurs-


VOUS avez lu un article, un livre ; vous avez vu une exposition, un film, une publicité ; vous avez découvert du matériel, une application, un lieu, un site web ; vous avez entendu une émission, une citation, une petite phrase qui en dit long sur la photographie ? Alors n’hésitez pas à poster ici VOS informations et suggestions en les adressant à : redaction@sgp-geneve.ch

Pour c e fabule ux qui aura ie use p roject nt manqu de feu ion su é : r les c la rache urs http:/ /phot otren d.fr/2 015/1 et «so 0/infe n mak rno ing of »: http:/ /mitch martin ez.com /bulle time/

fever :

Photo

é Paris nomm , qui e r u d marge de découvrir po en t une ex t qui perme oms ! e sn o d t n o a h p urs gr t u a f s poram sait, le ure/dia lt u c / r tes.f 0minu www.2

RAPPEL :

la ign, à u des a e é cr onsa le. tion c ure visuel i d ’é d t l n u o c in de Mais n et à la is ple a o i t m a . c.. cré , don -tout e r r u fo m Assez s idées ! ns.co e n n editio d bo y am ://pyr https

la newsletter des ateliers du lundi sera désormais consultable en ligne ce qui évitera les problèmes d’envoi des pièces jointes. Chaque semaine vous recevrez un lien sur lequel cliquer, par exemple : www.sgp-geneve.ch/_sgp14_/index. php/2013-05-22-06-28-01/2013-12-19-0751-02/newsletter/389-ateliers-semaine-du09-novembre-2015

Merci pour vos contributions JK 063


La photo du mois

© Joëlle Kohler

064


s

065


Prochaines séanc rds a w GP A

&S Faites voir Pré-sélection Münsingen Lundi 7 décembre à 20h30

2015

Le concours de Münsingen présente la particularité d’être un concours de clubs, il n’y a aucune participation individuelle. C’est une occasion unique pour la SGP de se confronter à d’autres clubs, non seulement au niveau suisse, mais également au niveau international. Cette année, il est nécessaire de présenter un portfolio contenant entre 4 et 5 images, chacune d’un auteur différent, sur le thème : « Energie ». Cette soirée nous permettra de pré-sélectionner quelques photos mais surtout de se donner une idée de ce qui pourrait être fait.. Cela nous permettra aussi de créer des groupes qui travailleront sur le sujet. Chaque groupe qui souhaite présenter un portfolio peut envoyer ses images ainsi qu’une vue globale du portfolio au format JPEG 1400 x 1050 pixels, par mail à : >06 décembre faitesvoir@sgp-geneve.ch jusqu’au dimanche 6 décembre à 22h00.

Escalade Lundi 14 décembre dès 19 heures

Repas de l’Escalade

Pour cet événement traditionnel et convivial, nous avons tous rendez-vous à 19 heures 30 au restaurant La Cantina « Chez Marco » 15, Rue Eugene-Marziano à côté du parking Office World. http://bikersbar.ch accès par multiples lignes TPG.

066


ces... ******* 2015*************************************

Faites voir

Lundi 11 janvier à 20h30

L’eau à l’état solide

L’hiver s’étant installé il est facile de trouver de l’eau à l’état solide. Glaçons dans un verre ou neige en hiver etc... Envoyez vos photos numériques, au format JPEG 1400 x 1050 pixels, par mail à : faitesvoir@sgp-geneve.ch >10 janvier jusqu’au dimanche 10 janvier à 22h00. Vos images seront admirées, commentées. En cas de forte participation, 3 images seulement seront présentées.

Photographe invité Lundi 18 janvier à 20h30

Jacques Hervé

Marin et photographe. Je suis né en 1959 à Concarneau (Finistère). La mer a baigné mon enfance et c’est tout naturellement qu’à l’âge de 19 ans je m’engage dans la Marine. C’est à l’Ile de la Réunion, en 1980 que je découvre la photographie grâce à quelques amis qui m’initient aux principales règles et au développement en noir et blanc. Plus tard, la passion s’endormira de longues années avant de se réveiller dans les années 2000 avec l’apparition du numérique. Je redécouvre alors les paysages de mon enfance avec un œil différent et me tourne vers la photo de mer. Pendant la prise de vue, j’accorde une large place à l’émotion, à la composition, et à la lumière naturelle, évitant de dénaturer cette dernière par les logiciels de post-traitements que j’utilise avec parcimonie. 067


Président Vice-présidente Trésorier Cours niveau 2

Administration Didier Rossel Concours Jean-Robert Comte Expositions Miriam Mourey Séances du lundi Samy Mayor Technique Eric Henry Média & Com Eric Boillat

didier.rossel@sgp-geneve.ch jean-robert.comte@sgp-geneve.ch expo@sgp-geneve.ch samy.mayor@sgp-geneve.ch eric.henry@sgp-geneve.ch eric.boillat@sgp-geneve.ch

Ateliers Concours Photo Suisse Cours de base Cours de base Gestion des membres Secrétaire du comité Matériel Matériel Magazine Internet Publicité Vérificateur comptes Vérificateur comptes Vérificateur suppl.

ateliers@sgp-geneve.ch rpage44@bluewin.ch alexander-lowe@sgp-geneve.ch phil.pedat@sgp-geneve.ch madeleine.beboux-naef@sgp-geneve.ch madeleine.beboux-naef@sgp-geneve.ch rpage44@bluewin.ch migas651@hotmail.com redaction@sgp-geneve.ch web@sgp-geneve.ch christiane.margand@sgp-geneve.ch verificateurs@sgp-geneve.ch verificateurs@sgp-geneve.ch verificateurs@sgp-geneve.ch

Didier Rossel Patrizia Cini Claude Ponchant Jean-Claude Irminger

L’équipe des Ateliers Raphaël Page Alexander Lowe Philippe Pédat Madeleine Béboux-Naef Madeleine Béboux-Naef Raphaël Page Michel Gasser L’équipe de rédaction Fabienne de Bruin Christiane Margand Margarita Schlegel Johanna Maibach Marc Burkhalter

president@sgp-geneve.ch patrizia.cini@sgp-geneve.ch claude.ponchant@sgp-geneve.ch jean-claude.irminger@sgp-geneve.ch

Août 2015

Autres responsables

Comité

______ fondée en 1881 ______

Commissions

Photo club

Contacts

Tous les membres de la SGP se retrouvent chaque lundi pour leur séance à 20h30 à la salle de projection Carson de la Maison des Associations, 15 rue des Savoises à Genève, selon le programme des soirées à thèmes. Tous les détails sur www.sgp-geneve.ch 068


A l’œil

Déjà la der

#

Ce Magazine est l’organe d’information de la SGP, il est consultable gratuitement sur notre site et sur www.issuu.com

©

Rédaction Didier Rossel Samy Mayor Jean-Robert Comte Eric Boillat Joëlle Kohler Jean-Claude Irminger Michel Gasser Jaël De Nardo Johanna Maibach Rédaction Mag Miriam Mourey Christiane Margand Luis Lourenço Marco Doimio Claude Ponchant Jean-Christophe Béchet Le Comité Maquette Romanpub et le team PAO : Samy Mayor Joëlle Kohler Eric Boillat Christine Pirondini Copyright Toute reproduction, même partielle, de texte ou d’image est interdite sans autorisation préalable. Par copyright, toutes les photos présentées sont diffusées sous réserve du droit d’auteur et toute réutilisation est illlicite.

© Béatrice

Bauzin

Hommage spontané de la population sur la place de la République

Clin d’œil

Une dizaine de membres de la SGP se trouvaient dans le XXIe arrondissement le vendredi 13 novembre lors d'un Voyage-Club organisé sur Paris pour visiter plusieurs expositions. Ils sont rentrés bouleversés et émus par les dramatiques événements. La SGP exprime sa solidarité avec les victimes des attentats de Paris et leurs familles.

@

Voilà, c’est fini pour ce numéro. Rendez-vous le mois prochain ! A suivre... > 15 décembre Délai pour la remise des manuscrits du prochain numéro du Magazine

Demande de reproduction directement à : redaction@sgp-geneve.ch

Maison des Associations Rue des Savoises 15 1205 Genève www.sgp-geneve.ch

069

Mag SGP 105 Décembre 2015  

Le Magazine de la Société Genevoise de Photographie.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you